Droit constitutionnel

Introduction
Droit privé : Régie les rapports entre les particuliers. Il se divise en plusieurs branches :
• Droit civil → Droit des personnes (droit matrimoniaux, divorce, problème de voisinage)
• Droit du travail → Régit les rapports entre employeurs et salariés (conseil des
prud'hommes)
• Droit commercial → Régit les rapports entre commerçants ; compétent pour
redressement et liquidation judiciaire
• Droit rural → Régit les rapports entre les preneurs et les bailleurs (tribunal paritaires des
baux ruraux)
• Droit SECU → Régit les rapports entre la SECU et les usagers
• Droit pénal → Répression des infractions
Droit public : Droit qui vient régir l'Etat, se subdivise en droit international public qui régit les
rapports entre les Etats.
Droit public interne → Régit les droits de l'Etat, se subdivise en 3 branches :
• Droit administratif → régit les rapports entre administrateurs et civils (relève de la
juridiction administrative)
• Droit public financier → Encadre les finances de l'Etat et des collectivités territoriales.
Juridiction financière (cours des comptes)
• Droit constitutionnel → Encadre le pouvoir public et le statut de l'Etat
Droit constitutionnel : Régit en encadre le statut de l'Etat. Il vient réglementer l'ensemble des
institutions grâce auxquelles le pouvoir politique va s'exercer ou se transformer au sein de l'Etat.
L'essentiel de ces règles est contenu dans une constitution. Le droit garantit les libertés des
gouvernés. A l'origine, les constitutions sont nées de la volonté de limiter l'arbitraire du pouvoir
royale. La grande charte de 1215 (Magna Carta) à été adopté par le parlement anglais pour
limiter le pouvoir royale de lever des impôts (nous en 1789). C'est ainsi que la constitution de
1791 à été crée pour encadrer les pouvoirs de Louis XVI. Encadrer les pouvoirs de l'Etat et de
ses dirigeants pour qu'ils n'étouffent pas les libertés des individus.
But : Organiser et permettre une coexistence pacifique du pouvoir et des libertés individuelles.
La constitution de 1958 est précédé d'un préambule rédigé par Michel Debré (Le plus court de
notre histoire mais le plus riche). Constitue les libertés publiques.
– Texte constitutionnel
– Pratique des gouvernants de la constitution
La pratique peut être selon chacun. Le rôle de ces pratiques est très important car elles sont
parfois allé à l'encontre du texte, voire le déformer, etc.

CHAPITRE 1
SECTION 1

Les fondements du droit constitutionnel ou les concepts de base de ce
droit

3 grandes notions : L'Etat, la souveraineté, la constitution
L'Etat est traditionnellement définis par ses éléments constitutifs :
• Territoire → Fixe le cadre à l’intérieur duquel l'Etat exerce son commandement à titre
exclusif
• Population qui habite sur ce territoire et qui se trouve soumise à son autorité
• L'organisation politique qui exerce cette autorité de manière souveraine c'est à dire sans
être tenu de se conformer à d'autres règles que celles au demeurant fort peu contraignante
du droit international.
1) Les origines de l'Etat
A) Les théories classiques
a) Les précurseurs
Saint Paul a posé en axiome que le pouvoir vient de Dieu, à sa suite les auteurs chrétiens que le
pouvoir politique à été créer par Dieu pour satisfaire ses desseins concernant la race humaine. De
ces théories découlent des conséquences, dès lors l'obéissance des hommes au prince et au roi est
obligatoire. Les théologiens byzantins et en France Bossuet font du prince le représentant de
Dieu sur terre et donc l'obéissance est un principe absolu. D'autres auteurs pensent que le pouvoir
peut commander contre Dieu. En ce qui concerne la forme du gouvernement, l'Eglise s'est
longtemps montrée favorable à la monarchie. Néanmoins la grande majorité des théologiens
restera sur des positions plus souples arrêté par St Augustin au 5e siècle seront reprises par St
Thomas d'Aquin au 13e siècle (qui ne leur impose aucune forme particulière de gouvernement).
Ces doctrines prônent avant tout le respect du pouvoir mis en place et elles interdisent de le
remettre en question par des moyens violents qui seraient les seules à même de le renverser
= Théories extrêmement conservatrices.
b) Théories du contrat
La formation de l'Etat est la résultante d'un contrat c'est à dire d'un accord de volonté des
Hommes. Afin de mieux défendre leurs intérêts et pour garantir les libertés au sein de la société,
ils vont signer entre eux un contrat qui donnera naissance à l'Etat.
– Les monarchomaques
Au 16e siècle est apparu un courant de pensée (dominante au 18e siècle) qui fait naitre l'Etat d'un
contrat conclue entre les volontés humaines. Au début, chez les auteurs calvinistes, ce contrat
avait été conclu dans des temps très reculé entre le futur roi et ses futurs sujets. Dans ce contrat
ces sujets s'engagent à obéir au roi mais en échange ce dernier doit leur garantir un minimum de
libertés. Si le roi rompt le pacte original les sujets sont parfaitement fondés à se rebeller contre
lui. (tout cela est une hypothèse)
– Thomas Hobbes
→ Léviathan (1651). Il évoque un cataclysme terrifiant capable de modifier l'ordre de la planète
et d'anéantir le monde. Léviathan = Etat
Avec plus de rigueur que les monarchomaques il cherche à retourner la théorie du pouvoir à
l'avantage de l'absolutisme monarchique. Il démontre qu'avant l’apparition du pouvoir, les
Hommes vivaient dans un Etat de nature, dans l'anarchie la plus totale puisque chacun cherche à
opprimer l'autre et à le dominer. C'est la loi du plus fort. « L'homme est un loup pour l'homme ».

Pour sortir de cette situation les Hommes vont conclure entre eux un contrat afin d'instituer entre
eux un Etat qui serait garant de l'ordre et des libertés de chacun. Mais dans ce système le
monarque est resté extérieur au pacte dont il n'est que le bénéficiaire et comme il n'a rien promis
il ne peut pas lui être reproché de ne pas respecter ses promesses, il lui est parfaitement possible
d'abuser de son autorité. Hobbes ne souhaite pas que le monarque opprime ses sujets mais si il le
fait ceux ci ne peuvent pas se révolter. Le pacte instaure un Etat totalitaire puisque le citoyen y
vit en paix protégé de ses voisins mais sous la domination d'un Etat totalitaire.
– John Locke
Il publie le « traité sur le gouvernement cicil » en 1690. Il va justifier la révolution d’Angleterre
qui en 1689 chasse le roi d’Angleterre (Jacques 2). Suite à cette révolution vont accéder au trône
Guillaume d'orange et Marie, amis de Locke. Avant d’accéder au trône il vont signer le « Bill of
rights » de 1689 qui fait encore partie de la constitution anglaise (limite le pouvoir de la
couronne au profit du parlement). John Locke renverse le raisonnement de Hobbes. Pour lui,
dans l'Etat de nature les Hommes étaient assez heureux et ils voulut instituer l'Etat pour accéder à
un bonheur plus complet et une meilleure vie communautaire. Pour protéger le droit de propriété
les Hommes vont instituer l'Etat. Chaque individus va conclure avec le futur monarque un
contrat. Dans ce contrat, il s'engage à respecter les libertés et la propriété de ses sujets. Dès lors,
la violation par le monarque du pacte originel dispense ses sujets de lui obéir.
– Rousseau
→ Le contrat social. (Etat de nature : Homme heureux).
Par suite au développement d'inégalités entre eux, les rapports entre les individus se sont
dégradés. Pour vivre plus libre et plus heureux, les Hommes ont acceptés de conclure un contrat
tous ensemble. Par ce pacte social les individus s'engagent tous à obéir à la volonté générale.
Pour Rousseau, dans ce système, l'Homme ne perd pas sa liberté puisque la liberté à changer de
nature. Les individus obéissent à la volonté générale mais ils ont tous le droit de participer à
l'élaboration de la volonté générale. Pour Rousseau, elle s'exprime dans la loi qui traduit l’intérêt
générale. Ce système conduit à la mise en place d'un système de démocratie directe car pour
Rousseau c'est la loi élaborée par les citoyens qui concrétise le pouvoir politique. Dans son
système de pensée, si il y a un monarque il n'aurait qu'a exécuter la loi (seule fonction).
Normalement, son système conduit à la mise en place d'un Etat démocratique au sein duquel le
peuple est souverain. Cela implique une égalité parfaite, un suffrage universel et la participation
de tous à l'expression de la volonté générale qui s'incarne dans la loi.
Toutes ces théories considèrent que l’état nait d'un contrat. Toutes ces théories sont abstraites (il
n'y a jamais eu de contrat).
B) La conception juridique de l'Etat et la théorie de l'institution
Cette théorie a été développé par Maurice Haurioux dans le « précis de droit constitutionnel »
publié en 1929. Il va synthétiser la pensée de plusieurs générations de juristes en qualité d'Etat
sur les personnes morales. Pour lui, la volonté de certains individus de mettre en commun les
moyens dont il dispose en vue d'un but qui détermine le droit qui va faire naitre des institutions
auxquelles il va conférer la capacité juridique d'agir en justice. Il remarque que de telles
institutions sont nombreuses en droit privée (association, société commerciales). Il existe
également de nombreuses institutions en droit public comme les collectivités territoriales
(communes, départements, régions et établissements publics). Depuis 2010, toutes les communes
française doivent faire partie d'une EPCI (Instrument de mutualisation des moyens entre les
communes). Pour Haurioux, l'Etat est une institution de droit public à part entière fondée au
départ par les détenteurs du pouvoir et par la suite les gouvernés y ont adhéré. Mais l'Etat est une
personne morale d'un type particulier puisque ses fondateurs ont mis en commun lors de sa
création le pouvoir politique.

A cette thèse s'oppose une autre : La thèse subjective Née des écrits de 2 auteurs Français que sont Fustel de Coulange et Renan. De plus. même si le territoire venait à être amputé. a) Définition de la nation 1/ Présentation La nation peut être définie comme un groupement humain dans lequel les individus se considèrent unis les uns aux autres par un lien matériel et spirituel. l’État demeurerait. Ces individus présentes une individualité par rapport aux autres au point de former une nation. Il existe un lien privilégié qui est celui de la nationalité qui unis l'Etat aux personnes. Le territoire L'Etat dispose d'un territoire (espace délimité par des frontières). seuls les nationaux. Il comporte la surface au sol. la nation est le produit ou la résultante nécessaire de ce que sont la géographie. Pour eux. qu'ils résident sur le territoire ou à l'étrangers détiennent les prérogatives attachées à la citoyenneté. la langue. Le territoire est donc un élément essentiel de l'Etat. Cette thèse est placée sous le signe du déterminisme → Pour ces auteurs. Les facteurs qui conduisent à la réalisation d'une nation sont complexes. 2/ Les thèses objectives et subjectives de la nation La thèse objective Conception formée par des auteurs allemands au 19e siècle que sont Fichte et Treischke. Le territoire peut présenter certaines particularités. La taille d'un Etat est variable. La population La population peut être définie comme un groupe d'individus sédentaires et solidaires. il peut être constitué de plusieurs entités (la France et ses DOM-TOM par exemple). la religion. Si les éléments objectifs . C'est sur cette thèse que va s'appuyer Hitler pour exclure de la nation Allemande les minorités. En dehors de l'espace extra atmosphérique la navigation aérienne a été réglemente par la convention de Chicago de 1944 qui autorise le survol en tant de paix des territoires nationaux par les aéronefs civils étrangers (ce qui n'est pas le cas pour les aéronefs militaires qui doivent obtenir une autorisation spéciale). le sous-sol et le territoire aérien correspondant. 1. il existe des micro-Etats comme le Lichtenstein par exemple. Néanmoins ce droit est limité aux élections municipales sachant qu'il est également précisé dans l'article 88. l'idéologie et la race. Elle confère le droit de participer à la vie politique de l'Etat et c'est ainsi que l'article 3 de la constitution de 1958 dispose que sont électeurs tous les nationaux français majeurs des 2 sexes. l'article 8 du traité de Maastricht opère une distinction entre nationalité et citoyenneté puisqu'il institue en quelque sorte une citoyenneté européenne puisqu'il reconnaît le droit de vote et d'éligibilité aux citoyens de l'union qui résident en France. Les Etats disposent aussi d'une frontière maritime dont les limites sont fixées par le droit international. Par dérogation à cet article 3.3 de la constitution que les citoyens de l'union ne peuvent pas exercer les fonctions de maire ou adjoint au maire ni participer à la désignation des sénateurs. ces individus se considèrent comme différents des individus qui composent les autres groupements nationaux. un Etat qui perd sont territoire n'est plus un Etat à part entière. 2. comme l’État ne se confond pas avec son territoire. C'est pourquoi au 19e siècle les auteurs vont réfléchir à cette idée de nation. la naissance d'une nation est un fait beaucoup plus complexe puisqu'à coté d'éléments ethniques il faut prendre en compte le volontarisme (volonté de vivre ensemble).SECTION 2 Les éléments constitutifs de l'Etat On peut définir l'Etat comme un groupement humain fixé sur un territoire déterminé sur lequel s'exerce une autorité politique exclusive. deux thèses vont alors surgir.

En droit interne cela conduit à admettre que l'origine du pouvoir politique réside dans la nation → Théorie de la souveraineté nationale. pour lui la souveraineté de l'Etat équivaut à son indépendance absolue = dire que l'Etat est souverain c'est dire qu'il est affranchis de toute subordination vis à vis d'un autre pouvoir. . un présent et un avenir ». Il faut les combiner avec des éléments subjectifs. Italie) Est ce qu'à toute nation doit correspondre un Etat ? On a la réponse avec le droit international. C'est ainsi que l'article 53 de la constitution dit : Nul cession. etc. Il se caractérise par l'existence d'une puissance publique = d'une organisation tant politique que juridique doté d'un pouvoir de contrainte et de coercition. (Ex: Allemagne coupée entre RDA et RFA). L'âme nationale est le ciment de la nationalité → Fait de souvenirs partagés. Pour qu'on puisse parler d'Etat il faut que celui ci exerce sur la population qui réside sur un territoire donné une autorité politique exclusive appelé la souveraineté. « La nation est un passé. L'Etat apparaît pour encadrer et régir la nation (Ex : Allemagne. A travers deux grands principes : • Principe des nationalités. Ex: Dans le Tiers-monde. On peut s'apercevoir que des éléments de faits semblables ne fondent pas nécessairement une nation. des catastrophes naturelles. les années prospères. des tensions peuvent apparaitre. la nation est considérée comme le résultat d'un processus humain qui se développe et s'achève avant la naissance de l'Etat.. Ce qui est déterminant c'est le sentiment de parenté spirituelle (impression d'appartenir à un même ensemble différents des autres ensembles nationaux). En droit international. de souffrances et de bonheur. on a pu voir des nations tronçonnées par des frontières. Si l’Amérique Latine parle la même langue elle ne forme pas pour autant un Etat. nul échange. 2/ La dissociation entre la nation et l'Etat Il existe des situations où il y a discordance entre nations et Etats. affirmé par la révolution Française qui vient dire que toute nation à le droit à devenir un Etat. A l'inverse. Au 16e siècle cette théorie a permis d'affirmer l’autorité du roi dans le royaume de France et d'imposer l'indépendance de la couronne vis à vis du saint siège et du saint empire romain germanique.existent ils ne sont pas déterminants. l'Etat à été plaqué de manière arbitraire sur des ethnies juxtaposées et qui n'ont pas entre elles de réalité sociale. « Le roi est le seul empereur en son royaume ». Chirac disait « une nation c'est une famille ». cela conduit à dire que toute nation à le droit de former un Etat. l'Etat à en général précédé la nation puisqu'au moment de la décolonisation. 3/ Souveraineté de l'Etat Notion dégagée par Jean Bodin en 1576 dans « les six livres de la république ». nulle adjonction de territoire n'est valable qu'avec le consentement des populations intéressées. Cela peut être des guerres. b) La supériorité de la thèse subjective Thèse qui est communément admis qu'elle l'emporte sur le thèse objective. à la suite d'événements historique.. • Le droit des peuples à disposer d'eux même est adopté par la charte des Nations Unis et réaffirmé dans une résolution du 14 Décembre 1960 intitulé « Déclaration sur l'octroi de l'indépendance aux pays et aux peuples coloniaux ». L'Etat ne subit aucune entraves ou subordination vis à vis d'un autre Etat sauf celles qu'il aurait librement acceptés. A ce titre. 1/ L'identification de la nation et de l'Etat En Occident. c) Rapport entre la nation et l'Etat Souvent la nation s'identifie à l’état et lorsque telle n'est pas le cas.

Concrètement. le pouvoir d'accéder à la fonction publique. (Loi du 2 Mars 1982) La décentralisation est un transfert de compétence du niveau national au niveau local au bénéfice . il n'a jamais été remis en cause. Selon Odilon Barrot. les attributions de l'Etat central ne sont pas réduites. Ces derniers sont soumis à un seul gouvernement et aux même droits quelque soit l'endroit dans lequel il réside au sein de l'Etat unitaire. 1) L'Etat unitaire a) Présentation Dans un Etat unitaire. L'Etat va prendre des mesures de déconcentration : Consiste dans l'octroi d'u pouvoir de décision à des agents locaux mais ces agents sont nommés par le pouvoir central et soumis à son autorité hiérarchique et responsable devant lui. les citoyens sont soumis à un seul et même pouvoir (un seul parlement qui va légiférer pour l'ensemble des citoyens). Dans ce système. Bodin il s'agit des marques de souveraineté de l'Etat → Le droit de législation et de réglementation.4/ La souveraineté dans l'Etat (interne) Manifestation de volonté de l'Etat et dès lors l'Etat assume un certain nombre d'attribut qu'il exerce seul et pour J. Cela illustre le 1er avantage de la déconcentration → Le rapprochement entre l'administration et les administrés. à partir d'une certaine dimension les Etats centralisés sont obligés. etc). Napoléon 3 : « On gouverne bien de loin mais on administre bien que de près ». le pouvoir de justice. Portugal. « c'est le même marteau qui frappe mais on en a raccourcis le manche ». b) L'Etat unitaire centralisé Il est centralisé lorsque les décisions prisent dans le domaine politique et administratifs toutes du pouvoir central. laïque. En France. de conférer la nationalité. les préfets constituent l'autorité déconcentré par excellence car le préfet est un représentant de l'Etat dans le département ou la région. démocratique et sociale et elle dispose que son organisation soit décentralisée ». afin d'échapper à la paralysie. Le second avantage est de désencombrer les niveaux supérieures de l'administration dont le fonctionnement pourra être moins lent et plus efficace. sa sphère de compétence est inchangée mais le règlement des affaires est transféré au préfet. d'admettre que des décisions d’intérêts locales doivent être arrêtées et prises au niveau local. L'Etat forme donc une personne morale qui s'incarne ou se matérialise dans des institutions gouvernementales et administratives qu'on appelle les pouvoirs publiques. c) L'Etat unitaire peut être décentralisé L'Etat unitaire est décentralisé lorsque les décisions administratives à prendre pour l’exécution des lois sont prises par des autorités élus par les citoyens eux même = Transfert de compétence de l'Etat centrale à des autorités locales élues par des citoyens. Ce sont les plus nombreux (Chine. de lever et d'entretenir une armée. le pouvoir de battre monnaie. Depuis. Cette souveraineté s'applique aux nationaux et à toutes personnes qui résident sur le territoire de l'Etat. La décentralisation fonctionnelle : L'article 1er de la constitution dispose dans son 1er alinéa que la France « est une république indivisible. SECTION 3 Les différentes formes d'Etat Distinction entre Etat unitaire et Etat composé. Pologne. de police. La France en constitue un des meilleurs exemple historique puisque le principe selon lequel la République est une et indivisible a été posé par la convention sa proclamation du 24 Septembre 1792 afin de faire échec aux tendances fédéralistes qui se manifestent à l'époque. L'administration de l'Etat unitaire est susceptible d'être aménagé de différentes façons puisqu'il pourra être centralisé ou décentralisé.

4 caractéristiques : • disposent de la personnalité morale • Autonomie de gestion (article 72) • Gérées par leurs propres organes qui sont distinct de ceux de l'Etat • Les organes de gestion sont élus par les populations intéressées • Disposent. L'objectif principal poursuivi par la décentralisation c'est de rapprocher la décision du citoyen afin de mieux prendre en compte les particularismes de chaque partie du territoire. Mais elle peut être lourde de conséquence pour les collectivités territoriales puisque si le transfert de compétences ne s'accompagne pas de la part de l'Etat d'un transfert des ressources. Au sein de l'Etat unitaire plusieurs Etats unitaire ont poussés très loin le concept de décentralisation en donnant une très grande autonomie à leurs régions (Italie. 1 → Etat fédéral 2 → Etats fédérés Les Etats qui composent l'Etat fédéral ont leurs propres compétences mais attention pas de compétences au niveau international. pour exercer leurs compétences. Si il ne le fait pas. 2) L'Etat fédéral a) présentation Formé d'Etat très répandu dans le monde (EU. La décentralisation n'est pas l'anarchie puisque l'Etat exerce un contrôle sur les actes des collectivités territoriales sous le nom de tutelle. le maire tient les listes de l'Etat civil. De Gaulle a alors du quitter le pouvoir. On distingue le fédéralisme par intégration et le fédéralisme par dissociation . En qualité d’exécutif communal il gère les affaires de la commune et il met en œuvre les directives communales. A partir de 1958. la décentralisation va se mettre en place progressivement. après avoir mis en demeure. Il organise les élections. Belgique) → Association d'Etat superposé pour former un Etat à double étage. Allemagne. l’organisation de l'Etat est déconcentré. La décentralisation rapproche les institutions des administrés et elle approfondis la démocratisation au niveau local. le préfet pourra se substituer à lui. Russie. Espagne) d) Déconcentration et décentralisation. de ressources qui leur sont propres. Dans ce système les différentes collectivités territoriales prennent en charge la gestion des affaires locales dans le respect des compétences qui leur ont été transféré par l'Etat et donc par la loi. Grande Bretagne. En qualité de représentant de l'Etat. Ces collectivités territoriales et les organes qui les administrent tirent leur légitimité de leur élections par les citoyens. la loi du 2 Mars 1982 va lancer le processus de décentralisation qui va se poursuivre tout au long de la Ve république et jusqu'à la révision constitutionnelle du 28 Mars 2003 qui va modifier l'article 1er de la constitution « l'organisation de l'Etat décentralisé » en parallèle. Par suite. c'est ainsi qu'au niveau départementale et régionale on trouve un préfet représentant l'Etat. Elles sont humaines installées sur une portion du territoire de l'Etat qui s'auto-administre. Si le préfet estime que ces actes sont illégaux il va alors les transmettre aux tribunaux administratifs qui pourront éventuellement l'annuler pour illégalité (c'est le déféré préfectorale). deux modes de gestion souvent combinés L'unité de la France à été affirmés sous l'ancien régime et à l'origine l'Etat était très fortement centralisé et sous le consulat va s'amorcer un 1er mouvement de déconcentration. Suisse. ce sont les collectivités territoriales.d'autorités élus par les populations élus. Les maires ont une double casquette car il est à la fois le représentant de l'Etat dans sa commune (1) mais il également exécutif communale (2) et à ces titres il est autorité déconcentré (1) et décentralisé (2). Tous les actes les plus importants adoptés par les collectivités territoriales doivent obligatoirement être transmis au préfet. le risque c'est de trouver des communes en état d’asphyxie financières et donc de voir une augmentation des impôts locaux.

Pour différentes raisons. Cet éclatement de l'Etat unitaire est en général provoqué par la pression de minorités qui s'estiment brimé par le pouvoir central et qui revendique leur autonomie sans aller jusqu'à l’indépendance complète. Wallonne. comme pour la confédération. Conféré jusqu'à 1776 puis fédéré par la constitution de Philadelphie en 1787. L'organisation de l'Etat fédéral repose donc sur 3 principes : • principe de superposition • principe d'autonomie . Fonctionnement est + ou – chaotique: confédération ( soit de la dissoudre . flamande . soit passer stade supérieur : transformé pour la transformé stade fédéral. Un des facteurs de l'abandon de la souveraineté a été l’existence d'une menace militaire. c) organisation L'existence et l'organisation d'un Etat fédéral ne repose pas. 1917   :   La   constitution   du   31   janvier   1924   va   doter   l'URSS   d'une   structure   fédérale   en reconnaissant en théorie une très large autonomie aux Etats de la fédération mais en pratique comme l'appareil d'Etat des différentes républiques et les organes fédéraux étaient aux mains du parti communistes l'autonomie des différentes républiques étaient réduite.           b)  La confédération Association d’état qui respecte la souveraineté nationale de ces membres mais qui ce traduit par la mise en place d'organes destinés a coordonner leurs politiques dans un certain nombre de domaine (ceca). Il  est fréquent que c’est précédé d'une confédération qui va tout d’abord regrouper ces états. La confédération ne constitue pas un Etat au regard du droit international. bruxelloise : fédéralise 3 régions + communauté francophone. sur un traite de droit international mais il repose sur une constitution. Suisse : 1er fondements helvétiques : constitution du 12 septembre 1848 -Fédéralisme par dissociation Certains Etats fédéraux sont nés de la dissociation ou de la séparation de régions qui composé avant un Etat unitaire. précède d'une confédération qui regroupe d'abord ces Etats. les USA qui ont été les premiers a réussir l’expérience fédérale sont nés d'un rapprochement d’état. Elle conserve elle aussi une structure fédérale. flamande et germanophone. Mais d’autres facteurs sont également intervenu tel la volonté de constituer un espace économique suffisamment vaste. c'est à dire sur un acte de droit interne. Les organes qui gère cette confédération ne prenne de décisions importantes qu'a l'unanimité des représentants de différents membres qui reçoivent des institutions formelles de la part de leur gouvernement respectif. Son statut résulte d’un traité qui ne peut être modifié que par la volonté unanime de tout ses signataires. Russie → 1917 : Révolution Russe. ces état qui exercé la plénitude de leurs compétence dans leurs domaine international et interne ont jugé qui ne pouvait plus exercé valablement un certain nombre de compétences surtout au niveau international et des lors ils ont accepté de remettre un certain nombre de compétence a un état qui viendrait se superposer a eux. Belgique → fédéralisme par dissociation: l'antagonisme entre flamand et wallon a débouché en 1970 sur la création de régions compétente en matière économique puis en 1980 doté de larges pouvoirs dans le domaine social et culturel. Avant l'URSS constituait un vaste empire unitaire regroupant différentes nationalités. La Russie est la plus vaste des républiques issue du démembrement de l'ex-URSS. Mauvais fonctionnement => mise en place de la loi constitutionnelle du 5 mai 1993 d'un état fédéral .-fédéralisme par intégration Beaucoup d'Etat tel la Suisse .

A partir du moment où les Etats entre dans un Etat fédéral.• principe de participation ces 3 principes ont été dégagé par Georges Scelle dans son ouvrage « précis des droits de gens » de 1932. Au Canada l’Etat fédéral est beaucoup plus pesant qu'aux EU puisqu'il dispose de la compétence générale et les états fédérés de la compétence d'attribution. A) présentation Ce principe implique que chaque Etat fédéré à des compétences propres qu'il exerce sans ingérence des autorités fédérales. Mais le droit fédéral s’impose au droit fédéré : règle de la primauté. son propre drapeau. d'ou le problème québécois puisqu'au Québec l’état fédéral canadien est ressenti comme trop puissant. en bas on a les Etats fédérés et au dessus le super Etat. en 1980 et 1995. c’est à dire que tout ce qui n'a pas été attribué par la constitution à un organe revient à l'autre organe. la défense .5% la souveraineté de la province du Quebec (vote de la peur). Le pouvoir judiciaire à un rôle très important. De plus. le droit fédéral est applicable à tous les citoyens de l'Etat sans interventions aucunes. C'est la constitution qui organise la répartition des compétences entre Etat fédéral et unité fédérée. Le principe de superposition fait que vont coïncider au niveau étatique des ordres juridiques. En ce qui concerne la compétence externe les relations avec l’étrangers relève de manière exclusive de l'Etat fédéral puisqu'il est le seul à détenir la souveraineté internationale. législatif (parlement) et sa propre organisation judiciaire. ces constitutions précisent que ce droit ne peut être exercé qu'avec l'accord des autorités fédérales. Sur la scène international. Dans le cas de la compétence d’attribution la constitution énumère précisément les compétences attribué à un organe tandis que l'autre organe dispose de la compétence de droit commun. En matière de répartition des compétences on distique la compétence de droit commun qu'on appelle aussi compétence générale à la compétence d’attribution qu'on appelle aussi compétence d'exception. hymne nationale et organes constitutionnels. Ainsi aux EU ou en Suisse l’Etat fédéral se contente d'une compétence d'attribution et il laisse le champs libre pour le reste aux Etats fédérés. Néanmoins. Principe de Superposition  L'Etat fédéral implique la superposition de 2 niveaux d'organisation politique et juridique: Etat à 2 étages . Même si à deux reprises. Mais chaque Etat fédéré élabore lui même sa propre constitution dans le respect de la constitution fédérale et du respect des compétences. c’est à dire que chaque Etat fédéré est un véritable Etat à part entière sans la compétence de droit international. Chaque Etat fédéré dispose de son propre pouvoir exécutif (gouverneur). trop pesant. les électeurs québécois ont repoussés par referendum à 50. et des organes de gouvernement. l’Etat fédéré choisit librement la forme de ses institutions sous certaines réserves par ex aux EU la constitution de Philadelphie impose aux différents Etats de respecter le caractère républicain du gouvernement. ils cessent d'exister au niveau international même si beaucoup de constitutions fédérales reconnaissent aux Etats fédérés le droit de conclure des traites avec les Etats étrangers. seul l'Etat fédéral dispose de la souveraineté plénière. Comme c'est la constitution fédérale qui décide des compétences respectives de chaque niveau la répartition de celle ci varie sensiblement d'un état fédéral à un autre . Chaque Etat fédéré à sa propre constitution. Applicabilité direct du droit fédérale au sein des unités fédérés notamment dans les limites de compétences de l'Etat fédéral. L'ordre juridique général se superpose aux entités fédérées qui conserve quand même leur propre vie a cote de la fédération. Principe d'autonomie La constitution fédérale aménage un partage de compétence entre l'Etat fédéral et les unités fédérées qu'il compose. Cette compétence externe fait que l'Etat fédéral détient les attributs essentiels de la souveraineté de l'Etat c-a-d la diplomatie.

etc. l'Allemagne. la monnaie. D'ou l'extreme diversité de législation entre les différents Etats fédérés. En général dans ce système l'Etat fédéré détermine ses propres règles de droit public et de droit privé. on projet de constitution à été élaboré mais à été rejeté par référendum. B) Le rôle du pouvoir judiciaire En raison de cette répartition des compétences à deux étages découle tout naturellement l'existence d'une instance juridictionnelle puisque celle ci étant chargé de régler les conflits de compétence qui pourrait surgir entre l'Etat fédéral et l'Etat fédéré. ces même Etats ont conclu à Rome deux traités : L'un qui institue la CEE et l'autre l’EURATOM. l'armée. La chambre basse prend le nom de chambre des représentants aux EU. En général la représentation des Etats est égalitaire au sein de cette 2nd chambre c'est ainsi qu'aux EU. En 2004. l’élection du président se fait par le biais de grands électeurs qui sont élus dans le cadre des Etats. Aujourd'hui l'UE constitue un objet hybride à mi chemin entre la confédération et l'Etat fédéral. On commence par la création d'un espace économique commun en 1951 avec le traité de Paris qui est conclut entre la France. l'Italie. les télécommunications et la nationalité. Les Etats et leur citoyen sont également représenté au sein de l’exécutif fédéral puisqu'il participe à l’élection de l’exécutif. Certaines constitutions ont renoncés au principe d'égalité et attribue les sièges au sein de la chambre des Etats en fonction de la population. Cette règle est parfois considéré comme choquante car certains Etats fédéraux sont composés d'Etats d'importance démographique ou territoriale différentes. Cette représentation des Etats fédérés au sein du parlement fédéral implique le bicamérisme ou le bicaméralisme (Composé de deux chambres). en Suisse ou en Argentine chaque Etat a le droit à deux sièges et les représentants sont élus par la population des Etats. Le traité de Maastricht signé en 1992 marque une étape importante dans la construction européenne car il marque le passage à la monnaie unique et la création d'une citoyenneté européenne. Par exemple en Allemagne les Lands disposent au Bundesrat. Dispose de 3 à 6 sièges en fonction de l'importance de leur population. la Belgique. La chambre haute (seconde chambre) représente les Etats en qualité d'entités. Principe de participation Les Etats fédérés vont participer au fonctionnement de l'Etat fédéral et à la détermination de sa politique. . en Allemagne cela s’appelle le Bundestag. Après ces actes fondateurs l'union européenne va s'élargir progressivement tant d'un point de vue territoriale que d'un point de vue de ses compétences. C'est pour ça que dans tous les Etats fédéraux on trouvera une haute instance juridictionnelle installé au niveau fédérale (cours suprême aux EU par ex) qui sera la gardienne de la constitution fédérale et qui veillera à la répartition des compétences entre l'Etat fédéral et l'Etat fédéré. En 1957. La première chambre représente le peuple et en général la répartition des sièges se fait en fonction de la population de cet Etat. Un certain nombre d'homme politique (Jean Monnet et Schumann) ont eut l'idée de commencer la construction européenne par un espace économique commun dont la naissance devait conduire à terme à la naissance d'un véritable pouvoir politique. Conduit à la CECA (communauté économique du charbon et de l'acier). Aux EU. I) Le statut de l'Union Européenne L'idée de l'unité politique de l’Europe a été développé dès le 18e siècle par l'abbé de saint pierre puis reprise au 19e par des auteurs comme Proudon ou Saint Siméon mais elle n'a pris forme qu'après la seconde guerre mondiale quand du fait de la division et des conflits les différents Etats Européens ont perdus leur suprématie sur le monde. Les états fédérés sont toujours représentés au sein du parlement fédéral et le sont parfois même au niveau de l’exécutif. Le Luxembourg et le Pays bas. la nationalité. C'est la contrepartie de l'abandon de leur souveraineté sur le plan international et sur des points essentiels que sont la justice.nationale. Cette participation s'opère par leur représentation au sein des instances fédérales qui sont chargées d'élaborer ces politiques. C'est toujours la constitution fédérale qui fixe le nombre de sièges.

De plus les institutions européennes ne prévoit pas les garanties essentielles attachées au fédéralisme par exemple le parlement européen n'est pas bicamérale. En effet même si le droit qui est élaboré par les autorités de l'union s'impose aux Etats membres l’Europe ne peut être considéré comme un Etat fédéral dans le sens ou il n'y a pas de constitution européenne. Néanmoins l'union marche vers l'union fédéral car au fur et a mesure des traités successifs on a diminué de manière importante le nombre de décision prise à l'unanimité au profit de décisions prises à la majorité. pas de politique étrangère commune même si il existe depuis le traité de Lisbonne de 2007 un haut représentant pour les affaires étrangères et la politique de sécurité désigné par le conseil européen. On peut dire que l'UE a dépassé le stade de la confédération mais qu'elle ne constitue pas aujourd'hui un Etat fédéral. On a pas non plus de véritable autorité gouvernementales même si depuis le traité de Lisbonne il existe un président du conseil européen qui préside le conseil et qui représente l'union dans le monde.Il s'agit d'une entité originale que les économistes qualifie de Sui Generis. .

Ce préambule qui contient les droits reconnus au citoyens français est certes le plus court mais il . Les déclarations des droits de la fin du XVIIIe et du XIXe siècle reflète la pensée libérale dans laquelle l’État est considéré comme un adversaire potentiel des libertés individuelles. que le roi ne pouvait modifier de lui-même. → Déclarations des droits Toute constitution est le reflet d'une certaine conception du rôle de l’État dans la société. l'inviolabilité du domicile. Et le statut de l’État est sa constitution. Pour certains auteurs ces règles constituent la première constitution française. La constitution contient également des droits reconnus par l’État aux citoyens. La constitution ne limite pas son rôle au seul agencement des pouvoirs. le pouvoir royal est enfermé dans un certain nombre de règles que sont les lois fondamentales du royaume. le droit syndical. Aujourd'hui les droits reconnus aux citoyens français sont contenus non pas dans le corps de la constitution elle-même mais dans son préambule. leur désignation. Sous l'Ancien Régime. Dans les monarchies il existait une constitution. donc un certains nombres de règles. le droit de propriété. La Constitution est donc l'ensemble des règles qui définissent le statut des gouvernants. et l'étude de la déclaration des droits permet ainsi de percevoir clairement le passage de la conception purement libérale de l’État qui prévalait au XIXe siècle. une formation une retraite. Définition A) Présentation Une constitution contient deux grands types de règles. SECTION 1 La notion de constitution I. leur compétence. Elle contient également des règles relatives à la forme de gouvernement (monarchie. Elles donnent à l’État l'obligation de reconnaître à l'individu le droit de grève. la liberté de la presse. les compétences des pouvoir publiques. à la conception plus sociale qui domine aujourd'hui. Ces déclarations des droits traduisent la pensée politique qui inspire la constitution auquel elle se rattache. un statut qui lui soit propre. dès le début du XVIe siècle. la liberté de conscience et de religion. république). Ces déclarations proclament la liberté d'aller et de venir. → Les dispositions relatives au statut de l’État et des gouvernants La constitution contient des règles essentielles qui vont venir définir la forme de l’État (unitaire. Ces déclarations affirment l'autonomie de l'individu par rapport à l’État. le droit à recevoir un emploi. fédéral ou unitaire décentralisé). c'est-àdire d'une certaine philosophie politique. Tel est le cas des règles qui fixait la dévolution de la couronne. Or le propre de toute personne morale est de ne pas pouvoir exister sans un statut. Au contraire les déclarations des droits contemporaines insistent quant à elles sur les libertés collectives et sur la solidarité du corps social. ainsi que des règles qui régissent les rapports entre gouvernants et gouvernés (durée du mandat des pouvoirs publiques. C'est ainsi que le constituant (le peuple) fait souvent précéder son œuvre de déclaration des droits qui peuvent être présentés comme les fondements de la constitution sociale de l’État. il lui faut pour les exercer. qui sont les citoyens ayant le droit de vote). dont il ne pouvait s'affranchir. Si l’État détient un certains nombres de compétences. ainsi que les rapports entre les gouvernants et les gouvernés.Chapitre 2 : La constitution L’État a été défini par Hauriou comme une personne morale qui détient le pouvoir politique.

cette juridiction est le conseil constitutionnel et le rôle de ce conseil constitutionnel va être de neutralisé et d'annuler les dispositions inconstitutionnelle qui serait contenu dans la loi II. c’est à dire toutes les règles qu'elles soient écrites ou non qui régissent l'acquisition et l'exercice du pouvoir. B) La définition matérielle de la constitution Prend en compte son contenu. Les formes des constitutions La constitution coutumière d'un pays est formé de l'ensemble des règles non écrites relatives aux organisations et aux aux fonctionnement des institutions. La conséquence du caractère coutumier c'est que ces règles sont souples et donc peuvent être adapté plus facilement que les constitutions écrites. règles qui ont acquis une valeur coutumière. le Conseil Constitutionnel va venir reconnaître une valeur constitutionnelle au préambule et va donc venir reconnaître valeur constitutionnelle à la DDHC de 1789 et au préambule de 1946. En fr.. La définition formelle ou définition organique prend en compte la procédure juridique de la constitution. puisqu'il réaffirme son attachement aux droits de l'Homme tels qu'ils ont été définis par la déclaration des droits de 1789 (DDHC). Il s'était posé la question de savoir quelle était la valeur juridique du préambule. Suivant cette définition c'est le mode d'adoption et aussi de révision et non plus le contenu qui détermine le caractère constitutionnelle qui forme la constitution. On parle de coutume lorsqu'il y a répétition dans la durée d'un usage constant. Depuis cette décision toutes les lois votées par le parlement doivent respecter la constitution ellemême. syndicale. De cette supériorité de la procédure découle la supériorité de la constitution sur les autres normes juridique et donc sur la loi. La DDHC affirme face aux excès de l'ancien régime les libertés de l’individu par rapport à l’État. La constitution et le préambule forment le bloc de constitutionnalité. mais également la DDHC et le préambule de 1946 sous peine de voir cette loi annulée purement et simplement par le conseil constitutionnel. Dans une décision du 16 juillet 1971. égalité entre homme et femmes. De même le rôle de la . Elle est formée de l'ensemble des règles juridique adopté par un organe spécifique (par ex une assemblée constituante) ou selon une procédure spécifique et cette procédure manque la supériorité de la constitution sur la procédure législative ordinaire. décision dite Liberté d'association. Ainsi la constitution britannique est partiellement coutumière puisqu'on y incorpore différents textes fondamentaux qui viennent définir les droits des sujets britanniques. Pour qu'une règle non écrite acquière une valeur coutumière il faut qu'elle est été d'application continu dans le temps. C’est le cas du Royaume uni: Les règles essentiels qui régissent le fonctionnement du régime parlementaire britannique. Et suivant cette définition la constitution se présente comme l'ensemble des règles juridique élaborés et révisés selon une procédure plus solennelle que celle que l'on utilise pour adopter une loi ordinaire. application qui lui confère force obligatoire.). Le préambule renvoie également au préambule de la constitution de 1946. retraite etc).est le plus riche. La distinction entre constitution écrite et coutumière mérite d’être nuancé car cette dernière s'appuie souvent sur des textes écrits. Ces règles concernent dans la définition de la nature de l’état que l'aménagement des rapports entre les différentes institutions. Néanmoins ce système présente certains inconvénients puisque la constitution coutumière s’avère moins solennelle qu'une constitution écrite. c’est à dire l'obligation pour le 1er ministre de remettre sa démission à la reine lorsqu'il est mis en minorité à la chambre des communes c'est une règle non écrite par exemple. et là ce n'est plus du tout la même optique car c'est une constitution adoptée par une assemblée très à gauche et c'est donc la reconnaissance des droits sociaux (grève. c'est-à-dire qu'elle contient un certains nombres de droits et de liberté (aller et venir etc. il renvoie à un second texte qui est le préambule de la constitution de 1946 et il renvoie à la charte de l'environnement de 2004. Pour que cette supériorité soit garantit il faudra mettre en place un contrôle de constitutionnalité de la loi et mettre en place une juridiction qui sera chargée d'assurer ce contrôle de constitutionnalité.

Paragraphe 1 : Le pouvoir constituant originaire. Si le pouvoir constituant est inconditionné et donc totalement libre. il y a eu parfois des restrictions au pouvoir de celui-ci.coutume dans les états a constitution écrites n'est pas négligeable puisque les règles coutumière née de la pratique du régime viennent en général combler les lacunes du texte constitutionnel et il arrive même que la pratique vienne contredire le texte constitutionnel. elle repose donc sur un équilibre car chacun fait des concessions. Louis 18 va accepter de limiter ses pouvoir au profit de nouvelles institutions (rentre d'exil d’Angleterre où il y a un reg parlementaire) C’est ce qu’on appelle la monarchie limitée (opposée à la monarchie absolue) 2) La technique de la charte négociée ou la technique du contrat Système où 2 autorités sont investies du pouvoir constituant : le monarque et le peuple Ce cas est plutôt rare mais ça peut être le cas lors de l’avènement d’un nouveau monarque : la charte résulte alors d’une négociation ou d’un compromis entre le Roi et les représentants du peuple. c’est ainsi qu'en 1948/49 la loi fondamentale allemande a été élaborée par un conseil de parlementaire qui était placé sous la tutelle des alliés occidentaux qui voulaient vérifier la mise en place d'un reg démocratique. A) Les modes autoritaires d’élaboration de la Constitution Dans cette hypothèse ce sont les gouvernants qui vont imposer une constitution à la Nation 2 grandes techniques : 1) La technique de l’octroi Le détenteur du pouvoir constituant peut élaborer une charte sans contraintes et sans participation populaire Il l’a rédige lui-même et il l’organise la limitation de ses pouvoir puis il va l’octroyer à ses sujets. On distingue le pouvoir constituant originaire qui est utilisé lors de l’élaboration de la constitution du pouvoir constituant dérivé qui est utilisé lors de la révision de la constitution. La charte de 1830 est un exemple parfait de charte négociée. C’est ainsi que la constitution du 4 OCT 58 a été élaborée par le gouvernement du Général DG en liaison avec le Conseil d’Etat et le comité consultatif constitutionnel mais selon des principes posés par la loi du 3 juin 1958 qui nous énumère 5 principes que la nouvelle constitution devra respecter. Elle va être adoptée par les . c'est à dire qu’il va leur imposer Ce procédé a été employé en F à l’occasion de la restauration en 1814 néanmoins dans cette charte. Il est totalement libre. L’établissement d’une nouvelle constitution correspond à la nécessité d’organiser les pv publics au sein de l’Etat et de garantir aux citoyens de cet Etat un certain nombre de droits Cette situation peut se produire dans 2 hypothèses : • lors de la création d’un Etat nouveau (EU en 1787 : passage de la confédération à l’Etat fédéral) • lors d’un changement de règle politique en particulier dans le cadre d’un révolution Il existe aucun texte qui indique à qui appartient la compétence pour élaborer une constitution c'est à dire que le pouvoir constituant originaire est un pouvoir de fait inconditionné c'est à dire qu’il n’a normalement pas de texte à respecter ou de limite qui lui soit imposée. notre histoire constitutionnelle démontre que les constitutions sont souvent écrites en réaction contre les précédentes : exemple type est la 5e République. Néanmoins. Paragraphe 2 : Les modes d’exercice du pouvoir constituant originaire. il peut inventer un nouvel ordre juridique. SECTION 2 L’élaboration de la Constitution La constitution est un texte vivant. L’existence de la constitution est rythmé par l’exercice du pouvoir constituant.

12 et en 1815. le pouvoir constituant originaire lui appartient et le peuple va exercer ce pouvoir par la voix de ses représentants qui sont élus au sein d’une assemblée constituante mais il peut également l’exercer par voie de referendum (rare. B) Les modes démocratiques d’adoption des Constitutions Dans un système démocratique. c’est un gouvernement provisoire qui assume la transition entre deux constitution et c’est ce gouvernement provisoire qui va convoquer le corps électoral afin que celui-ci désigne une Assemblée constituante. Solution qui a souvent été employée en France malgré le risque de concentration des pouvoirs qu’elle comporte : C'est le cas de l’assemblée nationale constituante de 1789. C’est le système utilisé en France en 1791 et en 1848. Une assemblée va être élue par le peuple et va avoir pour mission d’élaborer une constitution (cas de la Convention de Philadelphie). Rmq : Le referendum est une votation ou un scrutin par lequel les citoyens se prononcent par oui . Dès lors. • L’assemblée sera dite limitée lorsqu’elle s’est contentée de préparer le texte constitutionnel qui sera ensuite soumis aux électeurs par voie de referendum. Si le peuple a participé à l’élection de ses membres.Chambres du Parlement et ensuite acceptée par Louis Philipe 1er. il n’intervient pas en fin de processus pour approuver le texte ou le rejeter. Cette Assemblée a pour mission de rédiger le texte constitutionnel mais également d’exercer en même temps le pouvoir législatif. 2) Le peuple constituant Le peuple détient le pouvoir constituant et dès lors il est légitime qu’il soit chargé d’adopter le texte par referendum. a) Les formes de l’Assemblée constituante 2 hypothèses → Suivant que l’assemblée sera uniquement constituante ou suivant qu'elle sera constituante et législative à la fois. le cas en 58). chargé ensuite de le soumettre au peuple afin de le ratifier par la voie du referendum. le peuple est souverain. de voter les lois ordinaires mais également le budget de l’Etat → Elle est omnipotente (toute puissante). Le peuple est cette fois ci associé au début et à la fin → utilisé chez nous en l'an 1. de la convention en 1792 (après chute Louis 16) et des deux assemblées nationales constituantes de 1945 et 1946. Système repris également par son neveu en 1852 et 1870. 3 et 1946. Le plus souvent. • Assemblée constituante Ad Hoc : Il s’agit d’une Assemblée spécialement convoquée pour rédiger une constitution à l’exclusion de toute autre mission (uniquement convoquée pour rédiger le texte: n’exerce pas de pouvoir) et de toute autre compétences (ex: convention de Philadelphie chargée d’élaborer la constitution de l’Etat fédéral Américain en 1787 puis dissoute) • Assemblée à la fois constituante et législative : Solution plus répandue que la précédente. Système inauguré en France par le 1er consul en l’an 8 et conservé par l’empereur napoléon en l'an 10. 1) L’assemblée constituante C'est la forme la plus courante. b) Les pouvoirs de cette Assemblée constituante L’Assemblée constituante pourrais être souveraine ou limitée. Ce texte peut avoir été élaboré par une Assemblée mais il est arrivé que le pouvoir exécutif se fasse reconnaitre ou s’attribue le droit de rédiger le texte constitutionnel. • Elle est considérée comme souveraine lorsque elle élabore le texte et qu’elle lui confère force obligatoire. C'est par le même procédé qu’a été élaborée et adopté la constitution du 4 Octobre 1958.

La constitution peut également interdire la révision durant certaines périodes ou circonstances particulières.ou non à propos du texte. Ces limites vont porter tant sur le moment de la révision que sur l'objet de la révision. Par exemple la constitution de Philadelphie du 17 septembre 1787 à une exceptionnelle longévité elle a fait l’objet de 27 révisions que l'on appelle les amendements. 1) Le pouvoir constituant dérivé Pour qu'une constitution dure il est nécessaire qu'elle puisse s'adapter et donc il est nécessaire qu'elle contienne les procédures permettant de la réviser. comme il s'agit de réviser le pacte fondamental auquel les citoyens ont adhéré lors de son élaboration. Dans ce système. B) Les limitations ou interdictions au pouvoir de révision Les constitution peuvent contenir elle même des limites ou des interdictions au pouvoir de réviser. Mais elle ne doit pas être trop rigide ce qui empêcherais toute révision ce qui empêcherais le texte d'évoluer et ce qui peut parfois même conduire à la remise en question du système. SECTION 3 La révision des constitutions Royer Collart écrivait que les constitutions ne sont pas des tentes dressées pour le sommeil et le pouvoir de révision est appelé le pv constituant dérivé. A l'inverse une constitution est souple lorsque sa révision s'effectue selon une procédure identique à celle que l'on utilise pour adopter une loi ordinaire. Lorsqu' il y a une révision constitutionnel on fait appelle au pouvoir constituant et comme son intervention est prévue et encadré par la constitution on parle de pouvoir constituant dérivé. il est logique qu'une procédure solennelle soit prévue. Dans un tel système on eut dire que la constitution n'a pas de valeur supérieure à celle des lois puisqu'une simple loi suffit pour la modifier. Ainsi la constitution de l'an 3 avait prévu une période de sureté de 9 ans durant laquelle aucune révision n'était possible. Ainsi les constitutions de 1946 et 1958 interdisent le recours à la révision en cas d'atteinte à l'intégrité du territoire nationale. elles peuvent être écrites comme les chartes de 1814 et 1830 ou elles peuvent être coutumière comme la constitution britannique. Son mandat se termine en 1852. ce referendum devient un véritable instrument de pouvoir: on parle alors de plébiscite. La constitution du 4 Octobre 58 est une constitution rigide. la constitution doit être suffisamment rigide pour empêcher les révisions trop rapides ou bâclées. De plus. Elles sont relativement rare. 1) Les limites temporelles ou formelles Dans cette hypothèse la constitution peut interdire sa révision pendant un certain délai après son entrée en vigueur. la constitution dit que le président de la République est élu pour 4 ans mais que son mandat n'est pas immédiatement renouvelable. De même . Mais lorsque l'objet du referendum se double d’une question de confiance posée par le chef de l’exécutif. Les 10 premiers ont été ratifié en 1791 et ils constituent la déclaration des droits des citoyens américains. Dès lors la révision va nécessiter l'intervention d'un organe spécifique ou elle va suivre une procédure spécifique. Ex: En 1848. il regarde la constitution et voit que la révision est impossible → conduit au coup d'Etat du 2 Décembre 1851 et en 1852 référendum. L'institution d'une constitution rigide procède de la volonté du constituant originaire d'ancrer son oeuvre dans la durée. La procédure de révision est relativement lourde et cette année là à été élu président de la République Louis Napoléon Bonaparte à une majorité écrasante. Tandis que le dernier amendement adopté en 1971 garantit le droit de vote aux citoyens de 18 ans (avant c'était 21 ans). 2) Les modes d'exercices du pouvoir constitué A) La distinction constitution rigide et constitution souple Une constitution est dite rigide lorsque sa révision s'opère en suivant une procédure supérieure ou plus solennel que celle que l'on utilise pour l'adoption des lois ordinaires.

par une assemblées spécialement élue ou par le peuple par la voie du référendum. – Phase d’initiative : Il convient de déterminer les autorités habilités à déclencher une révision. Pour ces auteurs. En menant une première révision qui va constituer à supprimer la disposition constitutionnelle limitative et en menant une seconde révision qui consiste à mener la réforme souhaité. D) La révision du 4 Octobre 1958 2 procédure possibles – La procédure « normale » prévue par l'article 89 de la constitution – La procédure dérogatoire de l'article 11 de la constitution menée par le général De Gaulle. le conseil constitutionnel lui même refuse de contrôler les lois constitutionnelles et donc il refuse de facto de faire respecter les limites que la constitution elle même avait fixé au pouvoir constituant dérivé.la constitution de 1958 dit qu'il ne peut être à une révision de la constitution pendant l'intérim du président de la République. En suisse la procédure de révision peut être déclenché par une pétition qui doit être signé par 100 000 citoyens. On peut également contourner les limitations d'un point de vue pratique. c'est ainsi que l'article 89 alinéa 5 de la constitution pose pour principe qu'il ne peut être porté atteinte à la forme républicaine du gouvernement. il a affirmé que puisque le pouvoir constituant est souverain il peut très bien modifier ou abroger toute disposition au principe constitutionnel. Quand elle vient des parlementaires on parle de proposition de révision. 1) La procédure normale Cette procédure comprend 3 phases. 2) Les limitations matérielles à la révision Elles tiennent à l'objet de la révision. – Phase de discussion et d'adoption de la révision : La discussion et l'adoption peuvent être conduite par les assemblées. L'initiative peut donc appartenir soit au gouvernement soit au parlement soit même au peuple. on peut dire que comme le pouvoir constituant est souverain il ne peut pas s'auto limiter et il peut revenir sur les limites qu'il a lui même fixé que ce soit par le droit ou par la force. • La seconde phase est la phase d'approbation parlementaire. à la virgule près. 3) La portée de ses limites Les limites posée par la constitution peuvent toujours être contournées. En théorie. D'après ces auteurs. Cette thèse est implicitement consacré par le conseil constitutionnel puisque dans une décision du 2 Septembre 1992. le texte de révision doit être voté par les deux assemblés en termes identiques. C'est ce que l'on . Elle appartient au président de la République sur proposition du 1er ministre et elle appartient également aux membres du parlement. Cette position du conseil constitutionnel français le conduit à réfuter une thèse développé par des juristes Allemands qui est la thèse de la supra constitutionnalité. C) La procédure de révision Il convient de distinguer plusieurs phases. on trouve déjà cette thèse dans l'Antigone de Sophocle en 441 avant JC. De plus. Ces règles supérieures aux constitutions trouveraient leur origine dans des principes de droit naturel. Elle peut aussi être mené conjointement entre les différents pouvoirs publics. Quand l'initiative provient de l’exécutif on parle de projet. il existerais un certain nombres de normes ou de principes dotés d'une valeur supérieure à celle de la constitution. il existe donc un pouvoir supérieur au pouvoir constituant qui serait donc limité dans son expression. • La 1ere phase est la phase d'initiative.

Le congrès c'est la réunion des 2 chambres à Versailles. Deux causes sont susceptibles de mettre fin à une constitution. SECTION 4 L'abrogation des constitutions La constitution de 1791 déclare que la nation à le droit imprescriptible de changer de constitution. Révision sur le modernisation des institutions de la Ve République du 23 juillet 2008. Il va utiliser l'art 11 de la constitution qui permet au président de la république de soumettre au référendum tout projet de loi qui porte sur l'organisation des pouvoirs publics. le parlement ne votera pas pour. le général de Gaulle dit qu'il faut réviser la constitution en faisant élire le chef le l’État par le peuple. La loi du 10 juillet 1940 marque la fin de la constitution de 1875. Loi de révision sur le quinquennat du 2 Octobre 2000. Par contre si il s'agit d'un projet le président de la république a le choix. . En 1962. En 1969. Il regarde l'article 89 et voit bien que jamais cette proposition ne passera.• appelle le bicaméralisme parfait. droit de dissolution. Puis celle du 29 Octobre 1974 qui vient accorder à 60 députés ou 60 sénateurs le droit de saisir le conseil constitutionnel. Une autre révision sur la préparation de la ratification du traité de Maastricht de 1992. le président de la république est élu pour 7 ans mais par un Collège électoral élargie d'environ 60 000 personnes (les députés. ça peut être une révolution qui suit un soulèvement populaire tel que donc en 1830 et en 48. Les parlementaires vont essayer de trouver une riposte → ils peuvent soit déferrer le général de Gaulle devant la haute cours de justice pour haute trahison ou se défouler sur Georges Pompidou. soit de soumettre le texte au référendum soit de le soumettre au congrès..). 3) Les révisions depuis 1958 La constitution à été révisé 24 fois ! Mais bcp de révisions mineure (ex : révision sur le calendrier des réunions parlementaires. Le mode d'élection du chef de l'Etat porte sur l'organisation des pouvoir publics et donc il a parfaitement le droit de poser cette question aux électeurs par voie de référendum. les sénateurs. Révisions sur l'interdiction de la peine de mort de 2007 (seulement une loi en 81). L'un des principaux imposant au referendum est Mitterrand avec son livre « le coup d’État permanent » où il dénonce la pratique de nos institutions. Il y a tout d'abord celle du 6 novembre 1962 sur l’élection du président de la république. gorges Pompidou démissionne et de Gaulle le renomme aussitôt. un non a un autre référendum va entrainer le départ de De Gaulle. etc. Ca peut être également la conséquence d'un coup d’État comme en l'an 8 ou la conséquence d'une défaite militaire en 1814 ou en 1870.). De Gaulle propose la dissolution de l'assemblée nationale. Si il s'agit d'une proposition de révision elle soit être soumise au peuple par voie de referendum. le président de la république dispose de très nombreux pouvoir (droit de dissolution. • Le fait juridique contraire Dans cette hypothèse c'est un fait matériel qui provoque la fin de la constitution. pouvoir de nommer les membres du conseil constitutionnel. ils vont adopter la motion de censure.. 2) La procédure dérogatoire En 1958. • L’acte juridique contraire L'abrogation de la constitution va résulter d'un acte juridique. etc.) Mais il y a aussi des révisions majeures. Pour que ça passe il faut une majorité au 3/5. En 1962. La troisième phase est la phase de ratification.

B) Le contrôle exercé par un organe juridictionnel 1) Présentation Dans cette hypothèse le contrôle de constitutionnalité est confié à des juges. Et dès lors la loi qui est acte juridique voté par le parlement doit être conforme à la constitution. Cette solution est le propre de techniciens du droit. En effet. Afin de s'assurer de cette conformité la constitution doit mettre en place un contrôle de constitutionnalité. de manière indépendante. qui vont. Il faudra attendre 1958 pour que soit mis en place un véritable contrôle. et cette solution est souvent mal acceptée par les parlementaires. le risque est de voir cet organe ne pas opérer un contrôle de constitutionnalité au sens strict c'est à dire un contrôle qi repose sur le droit et a conformité de la loi à la constitution mais de glisser vers un contrôle de l'opportunité du texte c'est à dire d'en apprécier le bien fondé ou la nécessité. Il peut être assuré par des organes politique ou par des organes juridictionnels. De plus. le contrôle va être assuré par un organe dont les membres sont recrutés selon un critère politique qui est celui de « l'intuitu personæ ». Ils vont se contenter de répondre à la question de savoir si la loi qui leur est déférée est ou n'est pas constitutionnelle. Comme ce sont des juges ils se prononcent en droit et non pas en opportunité. se prononcer sur la constitutionnalité de la loi. en effet si on considère comme sous les IIIe et IVe République que la loi est l'expression de la volonté générale c'est à dire de la volonté du peuple exprimé par ses représentants (les parlementaires) il paraît impossible d'instituer un contrôle de constitutionnalité. des magistrats. mais lorsqu'on fait des sondages on voit . Sous la IVe République ce contrôle existait mais si la loi était contraire à la constitution c'est la constitution qui devait être modifiée. Les nominations des membres de l'organe de contrôle sont politiques et généralement le parlement participe à la désignation des membres de celui ci et dès lors que l'organe de contrôle tiens ses pouvoirs des autorités politiques on peut craindre que son indépendance ne soit pas garantie. ce contrôle comporte un aspect politique. – Les organes de contrôle Par nature. – Les fondements du contrôle de constitutionnalité La constitution est placée au sommet de la hiérarchie des normes juridiques et dès lors elle possède une valeur supérieure à celle de la loi ordinaire. si le peuple est souverain il n'est pas possible de censurer les textes qui émanent de ses représentants. A) Le contrôle exercé par un organe politique Dans cette hypothèse. et suivant une procédure juridictionnelle. Ce principe peut susciter politiquement certaines réserves. Si ce contrôle peut être concevable dans son principe il est en pratique très souvent contestable puisqu'on peut lui reprocher son manque d'indépendance ainsi que son incompétence puisque le mode de recrutement ne garantit as la compétence juridique des membres et qui plus est si ils sont nommés pas les parlementaires les membres risquent de demeurer sous la dépendance du pouvoir législatif et donc de ne pas exercer pleinement le contrôle qui leur est confié et donc parfois même d'être passif devant des lois qui pourrait etre liberticides.SECTION 5 Le contrôle de constitutionnalité des lois ou la protection de la constitution. L'organe qui va être chargée du contrôle est amené à contrôler des textes de loi et donc des décisions dont certaines sont éminemment politiques. L'idée de la souveraineté de la loi et donc de la souveraineté parlementaire va prédominer et en vertu de ce raisonnement la France a pendant longtemps été privé d'un véritable contrôle de constitutionnalité. Dans un tel système on ne recherche pas l'indépendance de l'organe qui est chargé du contrôle de constitutionnalité puisqu'au contraire le pouvoir et surtout le pouvoir législatif escompte s'est faire un allié qui serait complaisant vis a vis des lois adoptées.

mais la décision la décision de ce tribunal est susceptible de recours jusqu'à la Cour Suprême fédérale qui assure l'harmonisation de la jurisprudence sur l'ensemble du territoire américain. C'est le système retenu dans la plupart des États. S'il estime la loi constitutionnelle il l'applique. a) Les contrôles opérés par les juridictions de droit commun Dans cette hypothèse le contrôle de constitutionnalité est confié aux juridictions de droit commun avec possibilité d'appel à une juridiction supérieure. le plaideur soulève devant le juge l'exception d'inconstitutionnalité. on privilégie souvent le recours . de leur impartialité. et leur mandat n'est pas renouvelable et seul le Conseil Constitutionnel lui-même peut mettre un terme au mandat de l'un de ses membres. La solution la plus démocratique serait d'ouvrir le contrôle à tous les citoyens. celui de voir le juge constitutionnel se transformer en une espèce de juridiction d'appel des décisions du parlement qui représente le peuple et un risque d'engorgement des juridictions constitutionnelles. Par exemple aux USA tout tribunal quel qu'il soit peut être amené à trancher une question de constitutionnalité. Le président de la République nomme également le président du Conseil Constitutionnel. 2) Les modalités du contrôle On distingue deux modèles de justice constitutionnelle suivant que celle-ci soit opérée par les juridictions ordinaires ou seconde possibilité le contrôle sera remis à une Cour créée spécialement à cet effet. c'est-àdire qu'il demande que la loi ne soit pas appliquée parce qu'elle est inconstitutionnelle. le Conseil Constitutionnel est composé de 9 membres nommés pour 9 ans par le président de la République. cette indépendance des membres de l'organe vis à vis du pouvoir politique doit être garantie puisqu'en général ces membres sont nommés suivant une procédure qui fait intervenir différents autorités publiques. b) Le recours est confié à une Cour Constitutionnelle Dans ce système on va trouver un organe juridictionnel spécialement créée pour connaître du contention constitutionnelle. Les membres du Conseil disposent de garanti d'indépendance. mais cette solution comporte un risque. C'est le système de l'exception d'inconstitutionnalité. la Cour n'appartient pas à l'organisation judiciaire ordinaire. La fonction de membre du conseil est incompatible avec un certain nombre de fonctions (ministre etc). En France. le président de l'Assemblée Nationale et celui du Sénat (3.que c'est une solution très bien acceptée par les citoyens en raison de la compétence des juges. Dans cette hypothèse la plus haute juridiction judiciaire peut être amenée à harmoniser la jurisprudence. Depuis la révision constitutionnelle du 23 juillet 2008 le pouvoir de nomination s'exerce après avis des commissions compétentes des deux assemblées sachant qu'on ne pourra pas procéder à la nomination lorsque l'addition des votes négatifs dans chaque commission représente au moins 3/5 des suffrages exprimés au sein des deux commissions. S'il estime que la loi n'est pas constitutionnelle le procès s'arrête. Dès lors. et de la crédibilité du contrôle. et le statut de ses membres est destiné à garantir leur indépendance par rapport au pouvoir politique. Au cours d'un litige. La juridiction compétente pourra être un tribunal quelconque (tribunal ordinaire) qui est inséré dans le règlement de différentes affaires : c'est le cas des USA. Le juge vérifie la constitutionnalité ou non de la loi. Ou bien ce contrôle peut être remis à une institution spécialement créée à cet effet à laquelle on confiera le rôle de juge constitutionnel et dans cette hypothèse on parlera de Cour Constitutionnelle. 3) La procédure de contrôle a) La saisine d'une juridiction La question est de savoir qui sera compétent pour déclencher le contrôle de constitutionnalité. Les anciens présidents de la République sont membres de droit à vie. 3 et 3). d'un indemnité conséquente.

Dans sa première version. au Premier Ministre. ce qui permet à la minorité parlementaire de saisir le Conseil Constitutionnel. C'est un contrôle abstrait puisqu'il se produit en dehors de tout litige et de toute application de la loi. si la question n'a jamais été tranchée par le conseil constitutionnel. ou bien on peut demander sa non application dans une affaire déterminée : contrôle par voie d'exception. c'est une compétence liée. Le contrôle a posteriori intervient donc lorsque la loi est déjà en vigueur.direct réservé à certaines autorités telle que le chef de l’État ou les présidents des assemblés parlementaires. Enfin. le juge devra se prononcer avant de juger le fond de l'affaire par voie de questions dites préalables. avant ou après l'entrée en vigueur de la loi. Aux USA ce sont les juridiction ordinaires des différents États qui assurent la constitutionnalité de la loi. En France. 4) Le système français Dans la plupart des démocraties occidentales on combine les deux systèmes. le 1er ministre et le président des 2 assemblée. à l'origine. qui vient introduire dans nos institution le contrôle de constitutionnalité par voie d’exception. ainsi qu'aux présidents des deux Assemblées. Dans cette hypothèse le juge n'annule pas le texte mais il l'écarte du litige en cours. les juridictions inférieures sont liées par cette décision et en pratique tout se passe comme si la loi était annulée. si elle fonde l'issu du litige. s'il estime que la question est sérieuse. à priori. b) Le moment du contrôle Se pose la question de savoir quand opérer le contrôle de constitutionnalité. C'est une procès qu'on fait à la loi. 1974 → Révision constitutionnelle concernant le conseil. une dernière révision constitutionnel. la juridiction doit renvoyer la question au conseil d'Etat ou à la cours de . Ce contrôle tenait à cœur à Mitterrand mais n'a pas pu le mettre en place car il s'est heurté au sénat. Le contrôle. la loi du 27 Juillet 2008. la saisine est uniquement ouverte au président de la République. très importante puisqu'elle étend la saisine (= action de saisir la juridiction en droit français) du conseil constitutionnel à 60 députés ou 60 sénateurs. intervient avant que la loi ne soit promulguée. Article 61 de la constitution. mais d'empêcher son application dans un cas précis et de la neutraliser pour l'avenir. On peut demander soit l'annulation de la loi : contrôle par voie d'action. L'article 10 de la Constitution nous dit que le président de la République promulgue les lois dans les 15 jours qui suivent la transmission au gouvernement de la loi définitivement adoptée. La loi pourra remontée jusqu'à la Cour Suprême Fédérale et lorsque celle ci aura statué. Lorsqu'un plaideur soutient qu'un texte est inconstitutionnel. Cette loi à inséré dans la constitution un article 61-1 qui dispose que si au cours d'un procès il est soutenu qu'une loi porte atteinte au droit et aux libertés garantit par la constitution le conseil constitutionnel peut être saisi de cette question sur renvoi des 2 juridictions supérieures qu sont le conseil d'Etat et la cours de cassation. • Dans le contrôle par voie d'action l'auteur du recours par voie d'action l'auteur du recours fait un procès à la loi puisqu'il demande si cette loi n'est pas conforme à la constitution qu'elle soit annulée et par conséquent qu'elle ne soit pas promulguée. Et donc c'est un contrôle qui ne permet pas d'empêcher l'entrée en vigueur d'une loi inconstitutionnelle. Lorsqu'au cours d'un litige un plaideur soulève devant le juge la question de constitutionnalité de la loi le juge doit. C'est un contrôle par voie d'action puisque le conseil constitutionnel peut être saisi entre le vote et la promulgation de la loi. Le but est d'éviter que l'ordonnancement juridique ne soit altéré par la mise en vigueur d'une loi inconstitutionnelle. En 1974 : saisine va être ouverte à 60 députés ou 60 sénateurs. le conseil constitutionnel peut uniquement être saisi par le président de la République. Une loi organique du 10 Décembre 2009 est venu préciser la procédure à suivre. dans la constitution de 1958. Très grande avancée démocratique. • Dans le contrôle par voie d'exception il demande que la loi soit écartée du litige car elle est inconstitutionnelle.

cassation et ces deux juridiction on un délai de 3 mois pour décider de transmettre ou non la question au conseil constitutionnel. . Le contrôle de constitutionnalité permet d'assurer la supériorité de la constitution sur les normes existantes et ce contrôle peut même apparaitre comme une garantit indispensable dans la mesure ou il interdit à une majorité circonstancielle d'abuser de son pouvoir législatif. Soit il estime que la loi est constitutionnel et le procès reprend son cours soit il estime que la loi n'est pas constitutionnelle. dès lors elle est abrogée à compter de la décision ou à une date ultérieure que le conseil détermine.

2) La mise en place du système représentatif C'est un système qui permet de tenir le peuple à l'écart des décisions politiques. Repose sur l'idée que le monarque à reçu le pouvoir de Dieu mais que lorsqu’il l'a reçu ce pouvoir lui appartient donc il en ai l'unique détenteur. traduire la volonté de la nation souveraine. Cette conception va être critiqué au 18e siècle et les auteurs vont développer 2 thèses qui sont de véritables machines de guerre contre la monarchie absolue et qui influencer les révolutionnaires Paragraphe 1 La souveraineté nationale C'est une thèse qui a été développé par l'abbé Sieyes en 1789 dans un pamphlet intitulé « qu'est ce que le tiers-état ? ». En 1791. Montesquieu écrivait en 1748 que le grand avantage des représentants c'est qu'ils sont capable de discuter des affaires à la différence du peuple. Son mandat est dit . Sieyes. le député ne peut recevoir aucune consigne de vote de la part de ses électeurs. la souveraineté réside dans la nation et la nation est une personne morale qui est distincte des individus qui la composent. quant à lui. C'est la constitution qui confère à tel ou tel organe la qualité de représentant. ce sera au roi. Il ajoute également que la volonté de la nation ne peut se céder.CHAPITRE 3 L'organisation du pouvoir au sein de l'Etat SECTION 1 Souveraineté nationale et souveraineté populaire Au 16e siècle. on considère que la souveraineté est royale et donc la question ne se pose pas. Dans ce système le peuple s'exprime par la voie de ses représentants et dans ce système le représentant n'est pas l'image de la nation il est en la tête et ce que représente les organes mis en place par la constitution ce n'est pas les électeurs mais c'est la nation. Jusqu'au 18e siècle. en édictant des lois. dès lors la souveraineté qui en ai l'expression ne peut être divisible en éléments qui risquerait d’être contradictoires. Si c'est organes représentatifs sont des assemblée elles ne peuvent agir qu'en corps c'est à dire que l'assemblée toute entière représente la nation toute entière et chaque député pris isolément ne représente que lui même. Il dit aussi qu'en tant que personne morale la nation à besoin d'un statut pour s'exprimer et agir et ce statut c'est la constitution. B) Conséquences pratique 1) L'inaliénabilité et l'indivisibilité Une personne morale ne peut avoir qu'une seule volonté. Les auteurs vont réfléchir à la question de savoir à qui appartient la souveraineté dans l'Etat. Le député est un élément constitutif d'un organe qui pris dans son ensemble représente la nation. Cette thèse de la nation personne amène à dire que la nation ne se confond pas avec la somme des citoyens qui vivent à un moment donné sur son territoire. Cette thèse sera reprise dans l déclaration des droits de l'homme et du citoyen qui nous dit que « le principe de toute souveraineté réside dans la nation et nul corps. A) Présentation Pour lui. Dès lors ces organes peuvent être élus mais ça n'est pas une obligation. Comme elle est distincte la nation à sa propre volonté. Bodin avait distingué la souveraineté de l'Etat de la souveraineté dans l'Etat. c'est à dire qui au sein de l'Etat dispose du pouvoir de commander et de contraindre. Ces organes auront de par la constitution le statut de représentant. Dès lors. Cette constitution va alors désigner quels organes pourront. nul individus ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément ». écrivait « la plupart de nos concitoyens n'ont ni l'instruction ni les loisirs nécessaires pour pouvoir décider eux même des affaires publiques ».

2) Seconde conséquence de cette théorie : L'admission du régime Républicain La théorie de la souveraineté nationale est parfaitement compatible avec la monarchie car la nation peut très bien se choisir pour représentant un monarque. La constitution de 1958 opère une réconciliation entre ces 2 thèses puisqu'elle nous dit à l'article 3 que la souveraineté nationale appartient au peuple qui l'exerce par ses représentants et par la voie du referendum. si on doit avoir recours à des représentants ceux ci doivent recevoir des consignes précises de leur électeurs. consigne qu'il doivent respecter et donc leur mandat est un mandat impératif. Le suffrage peut très bien être universel. cette théorie va permettre la mise en place d'un suffrage censitaire. Le suffrage peut aussi être capacitaire c'est-à-dire réservé à des personnes qui ont un minimum de connaissance (savoir lire et écrire par exemple). 3) L'organisation de la démocratie semi directe Pour Rousseau la volonté générale doit être exercée par le peuple lui même et donc la loi doit être établie et voté par le peuple en personne. Cette théorie de la souveraineté nationale s’accommode mal du référendum sauf si il est purement consultatif. cette théorie qui conduirait à rendre la fonction royale très précaire est incompatible avec le principe monarchique. C'est ainsi que ce système permet la mise en place su suffrage restreint. . Enfin. En effet. La conséquence de cette théorie c'est le transfert du pouvoir réel c'est à dire du droit d'exprimer la volonté de la nation et donc du droit de légiférer du peuple vers une petite élite et 'est pourquoi on a souvent assisté à la transposition de la souveraineté nationale en souveraineté parlementaire. De même. Dès lors. Pour rousseau le pouvoir de commander et donc de diriger l'Etat réside dans l’universalité des citoyens. il faudra consulter le peuple par voie de référendum sur toute les questions importantes. comme l’électorat est considéré comme une fonction et non comme un droit. En contrepartie les citoyens ont reçu le droit de participer à l'élaboration de celle ci et donc chaque individu est donc détenteur d'une parcelle de souveraineté. Par contre dans la théorie de la souveraineté populaire il fat que le peuple puisse exprimer sa volonté à tout moment. B) Les effets 1) La notion d'électorat droit Puisque chaque individus possède une parcelle de souveraineté le suffrage est un droit puisqu'il permet à chaque individu de participer à l'élaboration de la volonté générale. 3) L’électorat fonction Comme la nation est une entité propre personne n'a de droit à parler en son nom. Il avait été mis en place pour les élections à la convention en 1792 et siégeait même à la convention des députés de nationalités étrangères. Pendant longtemps ces 2 thèses sont apparus comme étant antinomique. Paragraphe 2 La souveraineté populaire A) Les fondements dans le contrat social Rousseau affirme que l'Etat est né d'un contrat par lequel les hommes ont acceptés de se soumettre à la volonté générale. Il pourra être censitaire c'est à dire que c'est un système qui subordonne la capacité électorale au paiement d'un minimum d’impôt direct. les citoyens composent la nation mais ils ne sont pas détenteurs de la souveraineté et dès lors il paraît logique qu'ils ne puissent pas imposer leur souveraineté. D'ailleurs la constitution de 1793 institue le suffrage universel. il peut très bien être rendu obligatoire. Ce mandat s'oppose au mandat impératif. C'est la constitution et elle seule qui décide qui pourra s'exprimer en son nom. C'est une conception adopté chez nous dans la constitution de l'an et donc dans la constitution de 1793. Comme cela est impossible dans les grands Etats. En France.représentatif.

Système qu'on trouve en Suisse et en Italie. Deuxièmement. un certain nombre de citoyens dépose une pétition qui doit réunir un nombre minimum de signatures. la volonté de désigner des professionnels de la politique car le peuple n'est pas apte à se gouverner seul. Ce mode de participation remonte à l'antiquité Grecs. c'est la crainte du peuple et de ses possibles débordements puisque si les citoyens prennent les décisions à la majorité il y a un risque de voir s'instaurer la dictature de la majorité sur la minorité. un référendum est organisé.SECTION 2 La participation du peuple à la vie politique La démocratie c'est un système dans lequel l'ensemble des individus qui forment le peuple est le détenteur de la souveraineté. C'est un système qui fait l'objet de nombreuses critiques. c'est un système dans lequel le peuple à reçu le droit d'édicter les lois. la taille de l'Etat. La souveraineté parlementaire s'accompagne d'une souveraineté de la loi puisqu'il est admis que la volonté des élus doit pouvoir s'appliquer sans aucunes restriction dans tous les domaines et si on pousse le raisonnement très loin . Une fois la loi adopté. Dans la constitution de 1793 (n'a jamais été appliquée). Paragraphe 1 Les différents système de participation A) La démocratie directe C'est un système dans lequel les citoyens exercent directement le pouvoir. Plusieurs raisons sont souvent invoqués pour justifier la mise en place d'un tel système. Dans un tel système il n'y a ni représentation ni délégation. les lois voté par le corps législatif n'entre en vigueur qu'après un délai de 40 jours. la première étant de dire que la démocratie représentative conduit à assimiler de manière abusive la souveraineté du peuple avec celle de ses représentants ce qui conduit à créer un système de souveraineté parlementaire dans lequel le peuple est dépossédé de sa souveraineté. Avant que le peuple puisse prendre connaissance du texte un délai est prévu entre l'adoption de la loi et son entrée en vigueur (90 jours en Suisse par exemple). B) La démocratie représentative c'est un système qui découle de la souveraineté nationale et dans ce système l'exercice du pouvoir est confié à des représentants. C) La démocratie semi-directe Pour essayer de mieux associer les citoyens à l'exercice du pouvoir les constitutions vont introduire des éléments de démocratie directe dans le cadre de régime représentatif. Souvent longtemps marginal mais pratiqué dans un nombre très important d'Etats et retenu chez nous en 1958. 1) Technique du véto populaire Procédure qui permet au peuple de s'opposer à l'entrée en vigueur d'une loi votée par le parlement. Troisièmement. Il y a un risque important de voir se créer une rupture entre le peuple et ses représentants puisque comme le mandat des parlementaires n'est pas impératif il y a un risque de voir ceux ci ne pas respecter les engagements pris devant le corps électorale durant la campagne électorale. La démocratie représentative conduit à terme à une appropriation du pouvoir législatif par une élite politique et donc à la formation d'une classe politique qui apparaît comme coupé des citoyens. dans un tel système la loi est considéré comme la norme suprême et ne peut faire l'objet d'aucun contrôle. Ensuite. Tout d'abord. Pendant ce délai. il était pratiqué à Athènes et il repose sur des principes simples mais qui sont inapplicables dès que la taille de l'Etat atteint un certain seuil. C'est un système qui se pratique encore dans 3 cantons Suisse où se réunissent une fois par an des Assemblées populaires pour voter les lois du canton. si le 10ème des assemblées primaires .

Il est très rare dans les démocraties occidentales de trouver ce genre de procédure puisque l'élu est considéré avant tout comme le représentant de la nation. Il y a dépôt par les électeurs d'une pétition puis organisation d'un référendum. mais aussi au président de la République sur proposition conjointe des deux assemblées et depuis la révision constitutionnelle du 23 Juillet 2008 elle appartient au cinquième des membres du parlement soutenu par le dixième des électeurs inscrit sur les listes électorales. le peuple est appelé à se prononcer sur un texte ou sur une question.dans la moitié des départements plus un font opposition à la loi un référendum devait alors être organisé au plan national. c'est-à-dire pour participer au scrutin. • sur la ratification d'un traité qui sans être contraire à la constitution aurait des incidences sur le fonctionnement des institutions. Il est donc associé pleinement au processus législatif et au grandes questions qui intéressent la nation. La France a été un des premiers pays à instituer le suffrage universel. Paragraphe 2 La participation du peuple à l'élection des dirigeants Le peuple est appelé à participer à l’élection de ses dirigeants suivant des modalités précises défini par la loi et aujourd'hui le suffrage est universel mais cela n'a pas toujours été le cas. 2) Technique de l'initiative populaire Dans cette hypothèse. C'est le cas de la constitution italienne qui permet l’organisation à l'initiative de 500 000 électeurs d'un referendum qui permet d'abroger tout ou partie d'une loi en vigueur 3) Technique de la révocation populaire Technique qui permet aux électeurs de mettre fin avant leur terme au mandat électif de leur représentant. Dans les constitutions de la période révolutionnaire le minimum d’impôt direct nécessaire pour être citoyens actif. Mais pour le reste. Dans la constitution de 1791 il représentait 3 jours de travail et donc on a 4 millions 300 milles citoyens actifs contre 2 millions 200 milles citoyens passifs. A) la conquête du suffrage universel Au cours de la fin du 19e siècle et début du 20e siècle les couches les plus nombreuses de la société commence a participer au fonctionnement régulier des institutions et ainsi va prendre fin le monopole exercé par les classes les plus aisés sur la vie politique. On peut recourir au référendum : • sur l'organisation des pouvoirs publics • sur les réformes sur la politique économique. était plutôt modeste. l'application de la théorie de la souveraineté nationale a permis la mise en place d'un suffrage restreint qui va prendre la forme d'un suffrage censitaire. soit ceux ci l'adoptent soit on organise un referendum. On peut alors rencontrer deux modalités : • Le texte proposé est soumis directement au referendum et auquel cas les parlementaires sont complètement écartés de l'élaboration de la loi • Une fois que la pétition est déposé le texte est discuté par les parlementaires. 4) Technique du référendum Par référendum. le cens . Dans la constitution de l'an 3 (1795). sociale ou environnementale de la nation ainsi qu'au service public qui y concoure. le peuple peut proposer l'adoption d'une disposition législative voire même d'une disposition constitutionnelle. On trouve ça quand même dans certains cantons Suisse et dans les Etats fédérés américain. le référendum est régit par l'article 11 de la constitution qui remet l'initiative référendaire au président de la République sur proposition du gouvernement. Dans la constitution de 1958. c'est le cas notamment lors des élections de 1792 où le suffrage universel est la règle pour les élections à la convention. C'est la constitution qui décide quels sujets peuvent être soumis au référendum.

• Le comportement « d'irresponsables ». Dans la charte de 1830. Dans la quasi totalité es pays d'Europe. La privation du droit de vote frappent certaines personnes condamnés pour crime ou délit de droit commun. le 10 Juillet 1940.est plus bas puisqu'il suffisait pour participer au vote de payer une contribution quelconque et de ne pas être domestique (on a donc environ 5 millions d’électeurs). Durant la Restauration. mais il faut savoir qu'un suffrage n'est jamais totalement universel car certaines personnes peuvent se voir priver de leur droit de vote pour certaines raisons. les gouvernements vont diminuer le nombre d’impôt direct. C) L'organisation du scrutin Plusieurs principes régissent le scrutin : • Le vote est libre est secret. Majorité abaissé à 18 ans par la loi du 5 Juillet 1974 • Il faut être de nationalité française puisqu'en règle générale la citoyenneté est lié à la nationalité. Il faudra attendre l'ordonnance du 21 Avril 1944 pour que le droit de vote soit reconnu aux femmes. En France cette règle est observé de manière strict à l’exception des élections professionnelles et universitaire. ont voté les pleins pouvoirs au maréchal Pétain ont été privé de leur droit de vote à la libération. le cens est abaissé à 200 francs pour l’électorat et 500 francs pour l’éligibilité et cette réforme amènera le nombre des électeurs à 240 000 à la fin de la monarchie de Juillet. le cens est très élevé puisqu'il correspond à 300 franc d’impôt direct et donc seul 110 000 personnes auront le droit de vote. de telles restrictions ont été apporté au pouvoir de suffrage. Dans ce système le rôle des citoyens actifs est très faible puisque le scrutin est indirect a deux degrés et les citoyens actifs se bornent à désigner des électeurs du second degré et pour être électeur au second degré il fallait être réellement fortuné puisque les constitutions de 1791 et 1795 disposait de l’électeur devait pouvoir vivre de son capital pendant le quart au moins de l'année. Au bout du compte on aura 16 000 éligible car pour être éligible il faut payer au moins 1000 francs d’impôt direct. il y a possibilité pour l’électeur de mettre dans l'urne le bulletin d'un candidat mais également un bulletin blanc ou un bulletin nul (bulletin raturé) ou une enveloppe vide. En 1830. . Suite à la révolution de 1848. Ce privilège à été supprimé par deux réformes électorales en 1832 et en 1867. Parfois dans notre histoire constitutionnelle la privation du droit de vote à frappé certaines personnes pour indignité politique. C'est ainsi que les condamnés de la commune de Paris et les parlementaires qui. l'autre proclame le suffrage universel masculin. correspond à la majorité civile et pénal. c'est-à-dire des personnes qui vont se retrouver privés de leur droit de vote par décision du juge pénale. Dans la charte de 1814. ils vont même permettre en 1820 que les électeurs les plus fortunés votent deux fois. Devant l'avancé d'une citoyenneté européenne les ressortissants de l'union se sont vu reconnaitre le droit de vote et d'éligibilité aux élections municipales sachant qu'ils ne peuvent pas exercer les fonctions de maire ou d'adjoint au maire et qu'ils ne peuvent pas participer aux élections sénatoriales. B) Le droit de vote et d'éligibilité Aujourd'hui le suffrage est universel. Les bourg appelaient à désigner des représentants à la chambre des commune n'a pas été révisé depuis plusieurs siècles ce qui fait que des villes importantes du Moyen Age mais qui s'étaient dépeuplés continuaient à élire de nombreux députés alors que de grandes villes naissantes (Manchester) n'étaient pas représentés aux communes. on peut dire que 197 députés sur 658 étaient élus par des localités qui comportaient moins de 100 électeurs et qui étaient étroitement contrôlés par les grands propriétaires terriens qui eux siégeaient à la chambre des Lords. le gouvernement provisoire prend 2 décret : L'un va abolir l'esclavage dans les possessions françaises. La grande Bretagne pratique jusqu'en 1832 un système les bourg pourris. Plusieurs conditions pour pouvoir voter : • La majorité électorale.

était en vigueur partout au 19e siècle mais a été progressivement abandonné dans la quasi totalité des pays sauf en GB et en France. Dans les pays anglo-saxons ce système est accepté par les électeurs puisqu’il n’existe que 2 grands partis. En 1981.4 % des suffrages exprimés et il obtiendra 54% des sièges à l’Assemblée nationale. Au premier tour on choisit et au second tour on élimine. – Scrutin majoritaire uninominal à un tour : Système en vigueur aux EU ou en GB → Le candidat arrivé en tête au tour unique est élu et ce quelque soit le % d’électeur qui ont voté pour lui.• • Il y a également possibilité de ne pas participer à l’élection d'où l'abstention. Il existe plusieurs variantes → Il peut être uninominal ou de liste. – Scrutin majoritaire uninominal à 2 tours : système français pour élire les députés et le président de la République. dans ce cas le parti arrivé en tête enlève la totalité des sièges du parlement → Ce système conduit inévitablement à la mise en place du parti unique. – Scrutin majoritaire de liste soit circonscription par circonscription. Système plus juste puisque pour être élu au 1 er tour le candidat doit obtenir la majorité absolue des suffrages exprimés et le quart des électeurs inscrits. Il faut savoir que le scrutin majoritaire assure en général une sur-représentation parfois très importante du parti qui est arrivé en tête au niveau national. la loi sur le découpage électoral est vérifiée par le Conseil de constitutionnalité. En France. le CNRS à montré qu'il existe un seuil incompressible d'abstention (environ 10%). Mode de scrutin plus compliqué que le majoritaire Les conséquences de la proportionnelle sont de renforcer le rôle et l’influence des partis politiques dans la direction des affaires puisque pour être élu il faut séduire le patron du parti qui va nous mettre haut sur la liste pour qu’on ait lus de chances d’être élus . Un inconvénient → L’arbitraire du découpage des circonscriptions av le majoritaire et celui-ci peut être complètement arbitraire : On peut modifier les résultats électoraux selon comment on découpe les circonscriptions. Plus l'enjeu du scrutin est incertain. Dans certains pays le vote est obligatoire sous peine d'amendes (cas de la Belgique. et à un tour ou a deux tours. Dans le cadre d'un scrutin uninominal chaque bulletin comporte un seul nom. plus les gens votent. soit à l’échelon national : le parti arrivé en tête enlève la totalité des sièges de la circonscription. Waren Gueri était un pro du découpage électoral. A) La représentation proportionnelle Elle suppose le scrutin de liste et son fonctionnement nécessite des circonscriptions assez vastes : le but de la mise en place de la proportionnelle est d’avoir une assemblée qui reflète le plus fidèlement possible le choix des électeurs c'est à dire de faire en sorte que les listes disposent d’un nombre suffisant de représentants en proportion avec le nombre de suffrage obtenu. chaque électeur vote pour une série de candidat inscrits sur un même bulletin de liste dans le cadre d'une circonscription électorale plus étendue. il a même donné son nom à cette technique → Le gerrymandering. la présidentielle et les municipales. le PS obtient 37. Paragraphe 3 Les différents modes de scrutin Le scrutin majoritaire. Présentation de la carte d'identité obligatoire. Soit majoritaire de liste au plan national. Le second tour permet aux électeurs d'exprimer leurs choix au premier tour sans se soucier au deuxième tour de voter utile : on procède par élimination. En matière d’abstention. Par exemple dans le Massachusets. Dans le cadre d'un scrutin pluri nominal ou scrutin de liste. Chez nous il y a deux élections qui sont très mobilisatrices. cas chez nous en France pour les élections sénatoriales).

→ Le regime aristocratique a dégénéré en une oligarchie ploutocratique quand l’appétit de jouissance prend le pas sur la modération. Ce sont des auteurs qui ont pour idéal politique la modération du pouvoir et ils ont cru trouver la recette dans un assemblage au sein du même Etat de 3 principes : – le principe monarchique – le principe aristocratique – le principe démocratique La grande préoccupation de Montesquieu est d’éviter que le pouvoir au sein de l’Etat ne dégénère en un absolutisme qui serait attentatoire aux libertés. celles de l'aristocratie qui siègent à la chambre des Lords. Pour Montesquieu la séparation des pouvoirs est une technique complémentaire d’aménagement interne du pouvoir au sein de l’état. si ces puissances sont séparées. les chambres ont le droit de surveiller leur exécution et voir même de punir les ministres qui ne les feraient pas respecter. et celle du monarque. les lois sont le produit de la rencontre de 3 volontés : celle du peuple tout d'abord qui désigne les députés qui siègent à la chambre des communes. . Il part du principe que ces 3 règlements sont tous naturellement appelés à dégénérer : → La monarchie tout d’abord en despotisme quand la crainte se substitue à l’honneur comme principe de gouvernement. Ce qui est très important est que pour Montesquieu. Pour Locke. il doit être divisé en 3: – Le pouvoir législatif qui sera le pouvoir de faire la loi – Le pouvoir exécutif qui est celui d’exécuter la loi – Le pouvoir fédératif qui est le pouvoir de conduire les relations internationales Il dit que dans ce système. SECTION 3 La séparation des pouvoirs Ce système qui est à la base du droit constitutionnel classique est un principe de gouvernement qui est né en Angleterre. Pour empêcher cette dégénérescence il faut conjuguer les 3 formes de gouvernance et instaurer des contre-pouvoirs tels que la noblesse ou les cours de justice. pour que le pouvoir n’opprime pas les sujets. On cite toujours ce passage de Montesquieu sur la constitution britannique mais il faut noter que les passage sur la GB sont très brefs et l’auteur est séduit par l’Angleterre car il y voit cet équilibre entre ces 3 puissances puisque ce qu'il nous démontre est que en Angleterre.L’électeur est déconnecté. C’est là qu'il établit sa théorie du contrat. c'est à dire quelles doivent collaborer entre elles et il est nécessaire pour lui que ces 3 puissances s’équilibrent et se neutralisent. Le roi peut empêcher la promulgation des lois. B) Montesquieu dans son ouvrage « l’esprit des lois » Il s’inscrit dans une longue tradition d’auteurs qui s’appellent Aristote au 4e siècle av-JC ou St Thomas d’Aquin au 13e siècle. la puissance législative et la puissance de juger. le législatif qui est le pouvoir supérieur doit être déparé des deux autres. → La démocratie est appelée à dégénérer en despotisme quand la vertu se perd et que les démagogues flattent le peule pour l’égalité plutôt que pour la liberté. ne connait pas son député Inconvénient → Entraine le morcellement des forces politiques : rend le pays bcp plus difficilement gouvernable. La modération du pouvoir est garantie par sa séparation en 3 branches qu’il appelle puissance : la puissance exécutive. il écrit qu’elles doivent aller de concert. Principe qui a été théorisé par 2 auteurs : Paragraphe 1 : les théoriciens de la séparation des pouvoirs A) John Locke Il écrit son traité sur le gouvernement civil en 1689 qui a pour but de légitimer la révolution qui a chassé Jacques II du trône d'Angleterre.

les magistrats du siège sont inamovibles c'est à dire qu'on ne peut pas les muter ou les promouvoir sans leur accord et c’est une garantie constitutionnelle contenue ds l’art 64 de la constitution) . on parle alors de proposition de loi. → Le pouvoir législatif relève du parlement (assemblée nationale et sénat) qui pourra être mono ou bicaméral et le bicaméralisme pourra être égalitaire ou inégalitaire suivant que les 2 chambres auront les mêmes pouvoirs quant à l’adoption de lois. on peut douter également du caractère démocratique de la chambre des communes puisque ont est dans le système des bourgs pourris. Paragraphe 2 : les conséquences de cette théorie Il existe 3 pouvoirs au sein de l’Etat: → Le pouvoir législatif qui est le pouvoir d’élaborer. → Enfin c’est à l’autorité judiciaire (on parler d'autorité et pas de pouvoir) indépendante des 2 autres pouvoirs que revient la fonction de juger les litiges. c’est ce qu'on appelle le pouvoir règlementaire dérivé puisqu’il dérive de la loi. Sa présentation du système britannique aura une influence déterminante sur le droit constitutionnel et sur la pensée politique puisque c'est l'idée suivant laquelle la séparation des pouvoirs au sein de l’Etat est une condition nécessaire d’aménagement du pouvoir au sein de l’Etat. de modifier et d’abroger la loi. → Le pouvoir exécutif qui est le pouvoir de faire exécuter la loi par le biais de règlements d'application. on peut également douter à l’époque de l’existence d’un réel pouvoir judiciaire : sa vision est également dépassée puisque le droit pour le monarque de refuser de promulguer une loi qui serait votée n’existe plus. (En France. Cette loi pourra être d'origine gouvernementale auquel cas on parlera de projet de loi ou elle pourra être d’origine parlementaire. → Le pouvoir judiciaire dont le rôle sera de trancher les litiges en appliquant les lois votées à certains cas particuliers.Puissance judiciaire → Elle est politiquement nulle pour lui puisque les juges doivent uniquement appliquer la loi La vision qu’à Montesquieu du système brittanique est idéalisée : La place importante réservée aux Lords le séduit. A ces 3 pouvoirs vont correspondre 3 organes distincts: → C'est en principe au président de la République et au gouvernement qu’appartient le pouvoir exécutif et pour se faire ils sont assistés de l’administration dont le rôle sera de préparer les projets de loi et de veiller à l’exécution des loi votées.

la monarchie. SECTION 1 Les régulations de confusion des pouvoirs Il y a confusion des pouvoirs lorsqu’un même organe constitutionnel exerce soit de manière légale. C'est un système très corrompu qui va ouvrir un boulevard à Bonaparte. La monarchie absolue est une forme de gouvernement dans lequel il y a confusion des pouvoirs puisque tous les pouvoirs émanent du roi ou de l’empereur parce que celui-ci les tient de Dieu seul : c'est le type de régime qu'on a connu en France lors des 3 derniers siècles de l’ancien régime. Ce coup d’Etat va balayer les institutions du directoire et porte au pouvoir Napoléon Bonaparte. Paragraphe 1 La confusion des pouvoirs au profit de l’exécutif A) Les formes anciennes de confusion des pouvoirs C'est la forme primitive de tout pouvoir politique au stade du développement pré-étatique et dans ces sociétés. En effet les régimes de confusion des pouvoirs sont et ont été plus souvent la règle. et dans les sociétés dites primitives. 2) Les constitutions Tout d’abord la façade démocratique → Le peuple est consulté. Elle s'inspire directement des écrits de rousseau. n’est pas totalement illimitée puisque le pouvoir du monarque est limité quand même par certaines règles morales ou religieuses (cas en France des lois fondamentales du royaume que le Roi devait respecter). on remarque souvent que le pouvoir prend la forme d’une monocratie : c’est un régime où le pouvoir est détenu et exercé par un seul homme. B) Les systèmes modernes de confusion des pouvoirs 1) Le consulat et le premier empire : Les faits et le contexte En 1793. Ce consulat provisoire dure ½ mois : il élabore la constitution du 22 Frimaire An 8 qui instaure le consulat et consacre Bonaparte comme premier consul pour 10 ans. On va mettre en place un consulat provisoire dont les 3 membres sont Bonaparte.CHAPITRE 4 Séparation des pouvoirs et typologie des régimes politiques On peut souligner que les régimes de séparation des pouvoirs ne sont pas la forme la plus nombreuse des régimes politiques. Sieyes et Rogé ducos. dans ce système. néanmoins. la convention adopte la constitution de la 1ère république. mise en place du referendum et on met en place un régime d’assemblée. Apres s’être fait nommé consul à vie en l’an 10. elle est très novatrice. soit arbitrairement les principales fonctions de l’Etat et les 3 pouvoirs ou bien seulement 2 d’entre eux se trouvent réunis en une seule main et ce peut être au profit de l’exécutif ou bien d’une assemblée. Bonaparte se fera proclamé empereur en l’an 12 sans que des modifications importantes soient apportées au texte constitutionnel. 20 mai 1795. la convention refuse de mettre en application le constitution de 1793 et elle rédige une nouvelle constitution du 22 aout 1795 (5 fructidor an 3) qui va mettre en place le directoire dans lequel le pouvoir exécutif est confié à un collège de 5 personnalités élues par les assemblées. cela conduit à l’exercice du pouvoir par un chef unique. va s'effondrer sur le coup d’Etat du 18 brumaire an 8 (9 Novembre 1799). c'est à dire que Bonaparte entend se présenter comme le fils de la révolution et il veut trouver sa légitimité dans l’investiture . Cette constitution ne sera jamais appliquée malgré l’aura quelle a partout dans le monde. Ce qui est génial est que sous une façade démocratique se cache une véritable dictature (génie de Sieyes). en raison des circonstances puisque le gouvernement a été déclaré révolutionnaire jusqu’à la paix (période de la terreur). le suffrage est universel.

Les consuls sont désignés par la constitution elle-même. C'est un système assez complexe. E) Le second Empire En 1848. Cette dictature construite sur la victoire militaire ne résistera pas à la défaite et prendre fin le 1 er avril 1814. . L’établissement de l’empire en 1804 mettra fin à cette fiction collégiale puisque les 2 autres consuls seront nommés à d'autres fonctions.populaire. le tribunal certes discute les lois. ainsi que les premiers membres du sénat qui par cooptation choisiront les autres sénateurs. et dans les autres domaines. il ne peut pas constitutionnellement briguer un second mandat et donc le 2 Décembre 1851 c'est le coup d’Etat. Louis Napoléon Bonaparte est élu président de la République pour 4 ans. Les assemblées n’ont aucun pouvoir dans la réalité puisque l’initiative des lois ne peut venir que du premier consul. C) Le fonctionnement des pouvoirs publics dans la constitution Tout d'abord il y a 4 assemblées : • Le conseil d’Etat qui est chargé de rédiger les projets de loi • Le tribunal composé de 100 membres qui est chargé de les discuter • Le corps législatif chargé de voter les lois mais sans débat • Le sénat conservateur qui comprend 80 membres inamovible qui est chargé de veiller à la conformité des lois à la constitution et éventuellement de modifier celles-ci → Cest le sénat qui choisit sur des listes de présentation les membres des assemblées législatives : c'est lui qui tient sous sa dépendance le tribunal et le corps législatif L’exécutif est collégial puisqu'il est remis à 3 consuls nommés pour 10 ans : le referendum est prévu en matière constituante et c’est ainsi que la constitution de l’an 8 sera approuvée par referendum et par la suite on approuvera par referendum le principe du consulat à vie et le principe de l’empire héréditaire. il décide seul. Jusqu’un 1808. Le premier empire a conduit à la mise en place d'un régime despotique dans lequel les droits sont bafoués : La liberté de réunion est supprimées et la liberté de la presse qui sera nationalisée en 1811. la constitution se borne à donner au peuple le droit de désigner une liste de citoyens sur laquelle les autorités choisiront les titulaires des fonctions publiques. Les organes constitutionnels sont dominés par le premier consul et dès l’an 8 la collégialité n’est qu'une façade puisque dans un certain nombre de domaines énumérés par la constitution. il doit prendre l’avis des deux autres consuls mais ils ont uniquement le droit de consigner leur désaccord sur une fiche. l’empereur jure de maintenir l’intégrité du territoire de la République. selon l'idée de Sieyes selon laquelle la confiance vient d’en bas mais l’autorité ne peut venir que d’en haut. D) Une réalité dictatoriale Les élections n’ont aucune utilité : En effet. il peut suggérer des améliorations mais ses vœux n’ont aucune force obligatoire d’ailleurs il sera même supprimé en 1807 . Le suffrage est en principe universel puisque seul les domestiques sont privés du droit de vote et il faut savoir que tout électeur est éligible. le premier consul le convoque et l’ajourne quand bon lui semble et en 1812. Le corps législatif vote les lois mais à partir de l’an 10. il ne sera plus convoqué.) Il faut savoir également sue la République ne cessera jamais d’être la forme officielle de l’Etat puisque dans le serment qu’il va prêter. (Ainsi art 2 de la constitution : La souveraineté du peuple est proclamée. On va reprendre exactement les mêmes principes constitutionnels que sous le premier empire. génial mais les citoyens ne peuvent que désigner les membres d'une liste de nom et les autorités publiques choisissent sur ces listes. les pièces de monnaie porteront la devise « République française Nap 1er empereur ».

Napoléon 3 appelle au pouvoir Emile olivier avec l’intention de lui faire accentuer et de codifier les réformes proposées par l’opinion publique et un statut constitutionnel de type libéral a été promulgué le 21 mai 1870. L'assemblée prend en main tous les pouvoirs et avec l'aide d'un conseil exécutif provisoire qu'elle a nommé elle convoque une convention (assemblée chargée de rédiger une nouvelle constitution). 2 ) La réalité dictatoriale Le SU est manipulé : nombreuses pressions exercées par le pouvoir sur les candidats d’opposition. peuvent être dissout mais il y a un délai de 6 mois pour organiser de nouvelles élections (6 mois sans assemblée).Enfin on va trouver le conseil d’Etat qui est présidé par le chef de l’Etat et qui est chargé de rédiger les projets de loi. l’assemblée édicte les lois mais surtout elle en contrôle l’exécution c'est à dire que le pouvoir exécutif est généralement confié à une émanation de l’assemblée et pour que cette émanation de l’assemblée ne soit pas trop puissante. On va retrouver le sénat qui est composé de membres choisis par l’empereur et qui est gardien de la constitutionnalité des lois. La souveraineté est populaire. La constitution de 1791 met en place une séparation rigide des pouvoirs. Le corps législatif n’a pas l’initiative des lois ni de réel droit d'amendement. Le 2 janvier 1870. Le premier acte de la convention c'est de proclamer la République le 24 Juin 1793 (ne sera pas appliquée mais elle aura une grande aura car elle traduit la mystique révolutionnaire du gouvernement d'assemblée et elle reflète parfaitement les idées de Rousseau). Progressivement. on va trouver une chambre législative que l’on appelle le corps législatif qui est compétent pour discuter et voter la loi et cette chambre a en théorie le droit d’amendement. il y a peu de moyens de collaboration entre le législatif et l’exécutif mais cette constitution avait remis au roi le droit de veto. 2 hypothèses : • Le régime d’assemblée se décrète car qu’il a été décidé par le constituant lui-même (cas de la constitution de 1893) • Celle dans laquelle le régime d’assemblée est né de la déviation ou de la déformation d’un régime parlementaire (ça a été le cas en France sous les IIIe et IVe république). la réalité du pouvoir réside au sein de l’assemblée. c'est à dire que dans ce système. l’empire va évoluer : Un certain assouplissement se marque vers 1860 puisque on va reconnaître aux députés le droit d’initiative et d’amendement. louis XVI va apposer son veto sur 2 décrets : – l'un qui concerne les prêtres qui ont refusé de prêter serment à la constitution. on met en place l’interpellation qui permet aux députés de demander aux ministres de venir s’expliquer. le suffrage est universel mais le vote est public (les gens n'osent pas aller voter → 5 millions d'abstentions sur 7 millions d’électeurs). on trouve le referendum. elle est composée de plusieurs membres qui sont en général élus et révoqués par l’assemblée. le corps législatif qui est élu . – l'autre qui concerne un camp de fédéré aux portes de Paris. ils siègent 3 mois par an. Paragraphe 2 La confusion des pouvoirs au profit du législatif C’est ce qu'on appelle le régime d'assemblée → Dans cette hypothèse. Constitution basé sur une organisation pyramidale des pouvoirs publics qui aboutit à une assemblée unique. le veto est mal compris et on décide de suspendre louis XVI. Les assemblées n'ont aucune indépendance vis-à-vis de l’empereur puisque les membres du corps législatif prêtent serment à l’empereur. Le découpage électoral est arbitraire. Les membres du sénat sont nommés par l’empereur. Il y a en tête une déclaration des droits extrêmement sociale. Le veto est légal mais la patrie vient d’être déclaré en danger. c'est à dire le droit de s'opposer aux lois voté par l'assemblée.1) La façade démocratique La suffrage est universel. ratifié par le peuple mais quelque mois plus tard allait éclater la guerre de 1870 qui allait balayer le second empire. Le 10 Aout 1792.

La responsabilité politique c'est le pouvoir qu'a le parlement de mettre en cause la responsabilité de l’exécutif lorsque survient un désaccord politique entre le parlement et le gouvernement. Paragraphe 1 L'organisation des pouvoirs dans un régime présidentiel A) Un exécutif monocéphale Le pouvoir exécutif est confié tout entier à une seule et même personne ou à un seul et même organe (peut être un président comme aux EU. Aux Etats-Unis la politique es dirigée par le couple président congrès et non pas par le seul président. en 1795 et en 1848. le 10ème des assemblée primaires est exprimé son désaccord. un monarque. ou un collège d'individu). En matière législative le corps législatif statut ad (par le biais de) référendum. c'est à dire que la loi qu'il propose est adressé à toutes les communes et ne devient définitive et applicable que 40 jours plus tard à moins que dans ce délai. Le corps législatif va élire un conseil exécutif collégiale de 24 membres et ces 24 membres sont choisis sur une liste de 85 noms présenté par les électeurs à raison d'un nom par département. Dans ce système le chef de l'Etat tire sa légitimité soit de l’élection soit de l’hérédité et il est à la fois chef de l'Etat et chef de gouvernement et il est assisté de collaborateurs (secrétaires d'Etat aux EU) qu'il nomme et révoque librement. Dans ce système si le parlement ne peut pas mettre un terme de manière anticipé au mandat des membres du gouvernement réciproquement le chef de l'Etat ne dispose pas du . C'est un régime de séparation stricte des pouvoirs et ce qui est important pour le qualifier ce sont les rapports (ou la quasi absence de rapport) entre l’exécutif et le législatif. dans un tel système l’exécutif n'est pas omnipotent.par les assemblée primaires (mandat très court → 1 ans). L'assemblée primaire regroupe l'ensemble des citoyens du canton et qui désigne les membres du corps législatif. ces commissions vont désaisir le conseil de ses pouvoirs. Ce régime est né au EU où il va fonctionner parfaitement dans la constitution de Philadelphie et qui a été appliqué chez nous à trois reprises en 1791. celle de 1795. Ce conseil exécutif est assisté de ministres qu'ils nomment et qu'ils révoquent et le rôle de ce conseil est de nommer et de diriger les agents en chefs de l'administration qui exécutent les lois et les décrets. Dans ce cas. le parlement ne peut pas mettre en jeu la responsabilité politique du pouvoir exécutif c'est-à-dire du chef de l'Etat et de ses ministres. Ces ministres ne forment pas un ensemble structuré car ils ne sont pas liés entre eux par ce que l'on appelle la solidarité ministérielle et ils dépendent du seul chef de l'Etat. C'est un régime connu dans l'histoire sous le nom de « Terreur » (brutalité extrême avec les ennemies du gouvernement) et ce régime à eu le mérite de faire régner l'ordre à l'intérieur et de faire assurer la victoire des armées à l’extérieur et le 9 Thermidor An 2 (27 Juillet 1794) comme le péril extérieur est passé la convention décide de liquider Robespierre. Il n'a jamais fonctionner chez nous car a chaque fois il a débouché sur des coup d'Etat. Peu à peu. C'est le pouvoir qu'on les parlementaires de mettre un terme de manière anticipé au mandat des membres du gouvernement. la loi sera soumise au référendum. SECTION 2 Les régimes de séparation stricte des pouvoirs : Le régime présidentiel L'expression régime présidentiel provient d'un auteur britannique Walter Bagehot qui va l'opposer au régime parlementaire que l'on appelle également le gouvernement de cabinet. Cette constitution ne sera jamais appliqué car le 10 Octobre 1793 le gouvernement est déclaré révolutionnaire jusqu'à la paix. Mais contrairement à ce que l'expression régime présidentiel laisse entendre. dans la moitié des départements plus un. Elle va démanteler le comité de salut public et va reprendre en ses mains tous les pouvoirs → Rédaction d'une nouvelle constitution. Ce 10 aout l'assemblée avait suspendu Louis XVI et avait nommé un conseil exécutif provisoire de 6 membres pour le remplacer et une fois élue la convention décide que ce conseil exécutif provisoire exercera ses fonctions sous le contrôle des 21 commissions permanentes qu'elle a constitué. Dans un tel système. afin de réagir la convention créer un comité de salut public de 12 membres élut pour 1 mois et le pouvoir va glisser de l'assemblée vers le comité de salut public et du comité de salut public vers Robespierre.

cas du président de la Ve République). La Ve République sort de ce schéma là à cause de la constitution de 1958. Sa destitution est prononcé par le parlement constitué en haute cour. par une élection par le parlement (président de la République sous les IIIe et IVe République). Chacun des deux pouvoirs est maitre de l'activité qui lui est confié. C'est la mauvaise interprétation du droit de véto par louis 16 qui a entrainer sa chute. C'est pourquoi dans un système présidentiel. Paragraphe 1 Présentation du régime parlementaire Dénommé aussi gouvernement de cabinet.pouvoir de mettre un terme de manière anticipé aux mandats des parlementaires. le chef de l'Etat ne joue pas un rôle actif dans la vie politique. En France. Bien sur si le chef de l'Etat n'est pas responsable politiquement on peut quand même mettre en jeu sa responsabilité pénale ou politico-pénale. Il peut être désigné de multiples façons → Par un mode héréditaire (cas en GB ou en Espagne). le pouvoir exécutif à l’exécutif. sa destitution doit être . Il faut pour cela une mise en accusation par les deux chambres à la majorité des 2/3. de ce principe de séparation des pouvoirs qui a conduit à trois reprises à l'échec de la mise en place d'un régime de séparation stricte. SECTION 3 Les régimes de séparation souple : le régime parlementaire C'est un régime qui est né en Angleterre au 18e siècle. il est irresponsable politiquement. le pouvoir législatif au parlement. par le peuple directement (cas de l'Irlande. Dans ce système. Une bonne application du régime de séparation stricte impose qu'il y ai entre les pouvoirs publics des moyens de collaboration et aux EU si le système fonctionne c'est en raison de la présence de point de rencontre ou de moyen de collaboration entre les différents pouvoirs. Paragraphe 2 Les relations entre les pouvoirs publics Dans un tel système les pouvoirs sont autonomes l'un par rapport à l'autre et disposent de leur garantit d'existence puisque pas de droit de dissolution et pas de responsabilité politique. Il incarne l'Etat et ce qu'il soit monarque ou président de la République. une application trop dogmatique. a plusieurs caractéristique. trop stricte. C'est ainsi que l'article 68 de la constitution dispose que le président ne peut être destitué qu'en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat. Normalement. c'est à dire que l'on ne peut pas mettre un terme de manière anticipé à son mandat et son irresponsabilité politique se marque par le fait que normalement tous ses actes doivent être contresigné par le premier ministre et les ministres qui vont par le contre sein endosser la responsabilité des actes du président de la République. Dans ce système le parlement se présente comme un véritable contre-pouvoir puisqu'il apparaît comme imperméable à l'intervention de l’exécutif. C'est le fameux droit de dissolution. le chef de l'Etat est doté d'un droit de véto qui va lui permettre de s'opposer à une loi voté par le parlement. c'est un régime né d'un accident de l'histoire. bcp plus complexe que le régime présidentiel A) un exécutif bicéphale 1) Le chef de l'Etat Depuis l'avénement des Hanovre sur le trône britannique en Grande Bretagne. En pratique un tel régime est difficilement viable puisqu'il faut aménager quand même des ponts de passage entre les 2 grands pouvoirs pour éviter la paralysie du système et le coup d'Etat. B) Un parlement mono ou bicamérale Dans le système présidentiel. le pouvoir exécutif n'a pas le pouvoir de proposer des lois puisque le parlement et lui seul dispose du monopole de la fonction législative. le parlement peut être mono (comme en France en 1791 et en 1848) ou bicamérale (comme au EU).

Si le gouvernement perd cette confiance il est obligé de démissionner. de résoudre les conflits entre les pouvoirs et c'est surtout un moyen de solliciter le souverain puisque c'est le moyen de ramener les députés devant le peuple afin de faire trancher par le peuple le conflit qui oppose le législatif et l’exécutif. Le bicaméralisme n'est pas indispensable au fonctionnement du régime parlementaire mais il y a souvent l'idée que la seconde chambre améliore la qualité du travail parlementaire. – A l'initiative des députés qui peuvent.prononcé par le parlement réunis en haute cour à la majorité des 2/3. Il y a dans ce régime une interaction entre les pouvoirs puisque l’exécutif participe aux activités du parlement et inversement et les deux pouvoirs sont associés au processus législatif par le biais de l'initiative des lois et de l'intervention du pouvoir exécutif dans l'adoption de la loi. Paragraphe 2 le fonctionnement du régime parlementaire Léon Blum écrivait que le régime parlementaire c'est la vie de ménage puisque il impose une collaboration équilibrée mais également sanctionnée entre les pouvoirs exécutifs et législatifs. Depuis 1958. Sous la Ve République l’exécutif joue un rôle primordiale tout au long du processus législatif. Les ministres ont le droit d'entrer dans les chambres. Dans le régime parlementaire la dissolution se présente comme un moyen d'assurer l'équilibre entre les pouvoirs. chambre basse) c'est à dire de la chambre élu au suffrage universel direct. il y a souvent une tendance au bicaméralisme inégalitaire puisque en générale il y a un rôle plus important de la 1ere chambre (Assemblée nationale chez nous. Quand il y a deux chambre. ils ont le droit d'y prendre la parole et ils sont solidairement responsables devant les chambres de la politique suivi par le gouvernement tout entier. Si d'une manière ou d'une autre la confiance est refusé au gouvernement celui ci doit remettre au président de la République la démission de son gouvernement (article 50). les ministres sont en général issu du parlement d'où la règle de la compatibilité entre les fonctions exécutives et parlementaires. Il conduit à mettre un terme de manière anticipé au mandat des parlementaires afin de provoquer de novelles élections. Le président peut désigner le même premier ministre directement ! En contrepartie de cette responsabilité politique du cabinet. Cette solidarité ministérielle était évoqué par Jean Pierre Chevenement lors de la guerre du golf « un ministre ça ferme sa gueule. La seconde chambre à souvent un rôle décoratif (Chambre des Lords par exemple). Paragraphe 3 Les différentes formes de régime parlementaire A) Le régime parlementaire Dualiste ou Orléaniste C'est le régime tel qu'il à été pratiqué par Louis Philippe d'Orléans sous la monarchie de Juillet . si ça l'ouvre ça démissionne » → Les ministres doivent parler d'une seule voie B) Le parlement Il peut être mono ou bicamérale. Michel Rocard disait que le droit de dissolution était une épée de Damoclès suspendu au dessus des députés. 2) Le gouvernement ou le cabinet le cabinet c'est la cheville ouvrière du régime parlementaire et sa caractéristique c'est de former un ensemble collégiale et solidaire dans ce sens où il ne peut gouverner qu'avec la confiance de la ou des chambres du parlement. pour manifester leur défiance. Ce qui est important c'est que les pouvoirs sont comptables de leurs actes mutuellement puisque tout d'abord le cabinet ne peut gouverner qu'avec la confiance du parlement et cette absence de confiance peut se manifester de deux manières : – A l'initiative du 1er ministre qui peut poser à l'assemblée ce que l'on appelle la question de confiance qui est aujourd'hui régit par l'article 49 alinéa 1er de la constitution. l'assemblée nationale à été dissoute à plusieurs reprises mais la seule vrai dissolution parlementaire c'est celle de 1962. adopter à l'encontre du gouvernement une motion de censure (article 49 alinéa 2). Dans ce système. le gouvernement dispose à l'encontre du parlement d'une arme qui est le droit de dissolution.

Le gouvernement exerce à lui seule la totalité du pouvoir exécutif et n'est responsable que devant les chambres. . Dans ce système. La Ve République est tellement atypique qu'on dit que c'est un système de monisme inversée puisqu'on s'est aperçu que le gouvernement est responsable devant le chef de l'Etat plus que devant les Chambres. C'est uns système dans lequel la constitution à rendu plus difficile la mise en jeu de la responsabilité du gouvernement afin de permettre à celui ci de mener sa politique. B) Le régime parlementaire Moniste Régime inauguré en GB sous le règne de la reine Victoria.(de 1830 à 1848). C) Les formes contemporaines 1) Le régime parlementaire rationalisé L'expression provient du doyen Boris Mirkine Guetzevich. L'exemple type est l'article 49 de la constitution de 1958 ou article 67 de la loi fondamentale allemande qui nous dit que le Bundestag ne peut exprimer sa défiance envers le chancelier qu'en lui élisant un successeur à la majorité de ses membres. on va observer une soudure entre le gouvernement et la majorité parlementaire. C'est le régime de la Ve République. Dans ce système le chef de l'Etat est un spectateur politique et non pas un acteur. Dans un tel système l’exécutif apparaît comme tout puissant puisqu'il n'y a pas de crise ministérielle et donc pas de renversement de gouvernement. 2) Le régime parlementaire dit majoritaire ou gouvernent de législature Système dans lequel un parti ou une coalition de parti détient à lui seul la majorité à la chambre. C'est un régime dans lequel les rapports entre le gouvernement et le parlement sont strictement réglementé et ce afin d'assurer la stabilité du pouvoir exécutif et ce même en l'absence d'une majorité stable au parlement. Le chef de l'Etat exerce une simple magistrature d'influence. Dans un tel système le chef de l'Etat est un acteur politique décisif et surtout dans ce système le gouvernement est responsable devant le parlement mais aussi devant le chef de l'Etat qui nomme et révoque le gouvernement. C'est un régime parlementaire tel qu'il se pratique dans la plupart des Etats européens. Le seul gouvernement tombé depuis 1958 c'est celui de Pompidou en 1962. on dit d'ailleurs en GB que le roi ne peut mal faire car il ne peut rien faire. Le chef de l'Etat ne peut accomplir aucun acte sans l’assistance du gouvernement et donc tout ces actes sont contresigné.

la liberté et la recherche du bonheur.PARTIE 2 Les régimes étrangers Dans les Etats on va voir que la séparation des pouvoirs est aménagé de différentes manières. c'est le régime présidentiel. Les EU pratiquent un séparation des pouvoirs stricte. pourtant c'est ce jour là que les colonies anglaises d'Amérique proclament leur indépendance et que la décolonisation vient de naitre. 2 conséquences : – La théorie de la nullification qui est de dire que chaque Etat à le droit et même le devoir de constater la nullité d'une disposition contraire à la constitution fédéral et à donc le droit de ne pas en tenir compte. . C'est un exposé de la doctrine du droit naturel. Cette constitution est directement inspiré des écrits de Montesquieu et le texte se voulait à l'origine comme une transposition dans le cadre Républicain des institutions anglaise. une forme de gouvernement devient destructrice de ce but. On va donc décider de la convocation d'une convention constitutionnelle en 1787 à Philadelphie. Les gouvernements sont établis par les hommes pour garantir ces droits et leur juste pouvoir émane du consentement des gouvernés. Ce système était peu satisfaisant car il n'y avait pas de pouvoir exécutif commun. Parmi ces droits se trouvent la vie. le congrès qui était une assemblée de diplomates au sein de laquelle chacun disposait d'une voie et les finances provenaient non pas d’impôts mais de contributions versés par les Etats. SECTION 1 La constitution met en place un système fédérale Paragraphe 1 Une constitution rigide A) La protection de la constitution américaine Cette constitution repose sur un contrat entre les différents Etats membre et à ce titre elle constitue la norme suprême de l'Etat fédéral. Ils recherchaient alors un équilibre entre les différents pouvoirs publics afin de limiter les pouvoirs l'un par l'autre et de préserver la liberté des différents Etats membres. Ces colonies vont enclencher un processus d'intégration et le 14 Novembre 1777 un traité établie une confédération entre les différents Etats mais cette confédération n'avait qu'un seul organe. le peuple à le droit de la changer ou de l'abolir. le roi George III d'Angleterre note dans son journal « rien d'important ce jour ». C'est ce qu'on va appeler l'application des théories des « checks and balances » (freins et contrepoids). elle consacre le principe d'égalité et elle affirme que les hommes sont dotés par leur créateur de droits inaliénables. CHAPITRE 1 Les Etats-Unis Le 4 Juillet 1776. rationalisé et qualifié de semi-présidentiel ou présidentialiste en raison de l'importance du chef de l'Etat dans nos institutions. Les buts poursuivies par les pères fondateurs : Les EU ont longtemps affirmé que le meilleur gouvernement est celui qui gouverne le moins et les constituants se méfiaient de tous les pouvoirs → du législatif car les colonies avaient eu à se plaindre des dispositions qui leur étaient imposés par le parlement Britannique → Mais aussi de l’exécutif car ils avaient eu à se plaindre des décisions des gouverneurs coloniaux qui représentait le roi Britannique. Toutes les fois. Mais il y a eu une erreur complète de transposition puisque depuis 1782 la GB avait entamé la phase de la monarchie parlementaire. un projet de constitution fédérale sera signé en 1787 et entrera en vigueur après ratification des différents Etats le 1er Janvier 1789. Cette déclaration d'indépendance à été rédigée par Thomas Jefferson et John Adams. La GB et l'Allemagne pratiquent le régime parlementaire moniste et la France pratique un régime parlementaire atypique dualiste.

La révision se fait en 2 phases : – Phase d'élaboration du texte de révision. conformément à la hiérarchie des normes. Peut se faire soit à l'initiative du congrès fédéral soit à l'initiative du parlement des Etats fédérés. Va conduire à l'adoption du 13 eme amendement sur l'égalité des droits et sur le fait que désormais les Etats ne peuvent plus faire sécession. suite à la dépression de 1929. Cette évolution qui tend au renforcement de l'Etat fédéral est du à de causes tant structurelles que conjoncturelles. guerre civile provoquée par la question de l'esclavage suite à l’élection d'Abraham Lincoln en 1860. Certains Etats n'avaient acceptés de ratifier la constitution fédérale que si elle était immédiatement amendé. Pour être éligible il faut être citoyen américain de naissance. Ils constituent la déclaration des droits du citoyen américain.– La mise en place en 1803 par la Cour suprême sous l'emprise de son président le Chief Justice dans l'affaire Marbury VS Madison. Un Etat fédéral repose sur 3 grands principes (autonomie. – La ratification → Le texte élaboré doit être ratifié par les différents parlements ou par des conventions d'Etats et aucun amendements ne peut entrer en vigueur si il n'a pas été ratifié dans les 7 ans par les ¾ des Etats membres. les EU entament la politique de New Deal et avec cette politique un changement de société s'opère puisque l'interventionnisme économique et social de l'Etat fédérale s'étale et s'étend dans les Etats fédérés et la part des prélèvements obligatoires opéré par l'Etat fédéral va s'élever de manière exponentielle. Il y a donc un principe de primauté et d’immédiateté du droit fédéral sur les droits des Etats fédérés. B) La révision de la constitution fédérale 1) La procédure C'est une constitution qui associe dans le processus de révision l'Etat fédérale et les Etats fédérés. Le New Deal (1933-1935). Paragraphe 2 Le système fédérale Depuis 1787 il y a un phénomène marquant. SECTION 2 L'organisation des pouvoirs publiques I. c'est la mise en place d'un contrôle de constitutionnalité puisque dans cet arrêt il est dit que. A) L'élection du président américain Voulu par les pères fondateurs → procédure lourde et complexe. le système fédérale à évolué et l'autonomie des Etats fédérés à considérablement diminué. le sud va faire sécession et va se constituer en une confédération distincte de l'union. etc ). Causes structurelle → Si on admet l'idée de création d'un super Etat on doit admettre que le doit qui est secrété par ce super Etat s'impose aux différents Etats membres. la norme supérieure doit l'emporter sur la norme inférieure. 2) Les révisions de cette constitution Il y a eu 27 amendements à la constitution depuis 1787. lorsque deux normes se contredisent. Causes conjoncturelle → La guerre de sécession (1861-1865). Le président Paragraphe 1 Le président des Etats-Unis Si le président américain est l'autorité la plus visible du système il n'exerce pas seul les compétences les plus importantes mais il exerce une influence déterminante sur la vie politique américaine et sur celle du monde entier. âgé de 35 ans au moins et résider depuis 14 ans sur le territoire . La première procédure de révision à eu lieu le lendemain de l'adoption de la constitution afin de ratifier les 10 premiers amendements de 1791. participation.

Les électeurs américains vont désigner des grands électeurs. Il est élu pour 4 ans. Le président dirige l'administration fédéral. Il a voix prépondérante au sénat en cas de partage des voix. Il existe des systèmes de désignation qui varient selon les Etats. et leur absence de réelles bases idéologique des deux grands partis. Les partis américains n'ont rien à voir avec ceux de la France. Chacun des deux partis va devoir désigner son candidat à l'élection présidentielle. Et à la tête du système il y a un . Il existe aux EU un réel consensus sur les fondements de la société américaine. Aucun rôle sauf celui de présider le sénat mais c'est une présidence formelle. Ce sont les primaires. et 2 de fonctionnaires fédéraux. Et les grands électeurs ont un mandat impératif. Il va y avoir ensuite réunion des 2 conventions et les délégués vont désigner le ticket c'est à dire leur candidat en qualité de président ou de vice président. Il n'y a pas de réelle opposition idéologique entre les deux grands partis puisque tout les deux s'entendent sur le fait qu'ils sont là pour gérer la société capitaliste et le modèle américain. ce qui les caractérise c'est leur indiscipline. Il y a un effet déformateurs du scrutin majoritaire à un tour puisqu'il peut arriver qu'un président soit élu alors qu'il est minoritaire en voix c'était le cas de Georges W Bush. Dans les primaires fermées seuls peuvent voter les citoyens qui ont déclaré leur affiliation à l'un des deux parties Dans les primaires ouvertes les électeurs n'ont pas à déclarer au préalable leur affiliation à l'un ou l'autre des 2 partis. le vice président n'est qu'une doublure. Les lobbys jouent un rôle très important dans le système américain et on va trouver à Washington des lobbys qui ont pignon sur rue et qui font pression sur le parlementaires. les grands électeurs se réunissent et procèdent à l’élection du président. c'est une élection au suffrage universel direct. on les appelle secrétaire d'Etat. il bénéficie des services du bureau de la maison blanche qui est composé un de conseillers politique. Dans le système le plus important c'est le ministre des affaires étrangères. 2/ La désignation des grands électeurs La désignation des grands électeurs a toujours lieu le mardi qui suit le premier lundi de novembre. chacun en charge d'un secteur d'activité. Système des caucuses: dans le cadre des Etats les militants républicains ou démocrates vont désigner leur délégué à la convention des 2 partis et pour voter il faut être militant. Si il y avait ballottage c'est le congrès qui élira le président des EU puisque la chambre des représentants désignera le président alors que le sénat désignera le vice président. 3 phases : 1/ La désignation des candidats Le système politique américain repose sur le bipartisme et le morcellement des EU en 50 Etats fait que les partis politique ont une assise locale très importante. renouvelable une fois depuis Francklin Roosevelt. et c'est un scrutin de liste majoritaire à un tour. Paragraphe 2: Les collaborateurs du président Le président est assisté de collaborateur. ce qui fait que le candidat arrivé en tête dans l'Etat rafle la totalité des grands électeurs. Chacun des deux partis à un emblème (l'âne → Démocrate / l'éléphant → Républicains). Le nombre d'élus correspond au nombre de sénateurs ajouté au nombre des représentants de l'Etat et ainsi on ajoute 3 représentants pour le district de Columbia. 3/ L'élections du président C'est le lundi qui suit le deuxième mercredi de décembre. Les résultats sont transmis au président du sénat qui est le vice-président sortant et le 6 janvier il proclame les résultats officiellement devant les 2 chambres du congrès et le 20 janvier il prend ses fonctions après la prise de serment. Le président désigne désigne des ministres qu'il nomme et révoque librement. et qui doit aboutir à la réunion d'une convention nationale chargée de désigner les candidats des 2 partis. Système des primaires: Ces primaires pourront être ouvertes ou fermées.américain.

Le président conduit les relations diplomatiques. D) Commandant en chef des forces armées Dans la constitution il est indiqué que le président dispose de la force armée et de l'initiative et de la conduite des opérations militaires. Ces pouvoirs ont été utilisé après le 11 septembre 2011 et George W Bush a augmenté de manière substantielle ses pouvoirs puisqu'une résolution adoptée par le congrès le 14 septembre 2001 lui a permis d'utiliser la force nécessaire contre toute nation organisation ou personne ayant permis ou favoriser les attaques du 11 septembre. II. il est assisté d'un secrétaire d'Etat mais ce secrétaire d'Etat est un exécutant des volontés présidentielles. C) Responsable de la politique étrangère C'est lui qui détermine la politique américaine. A) Le détenteur du pouvoir réglementaire Le président dispose du pouvoir réglementaire qui est le pouvoir de prendre des mesures qui s'appliquent sur l'ensemble du territoire américain et qui ne sont pas du domaine de la loi. environ 40 par an. Gerald Ford qui va succéder à Nixon va lui accorder un droit de grâce dans cette affaire.bureau exécutif qui va diriger une dizaine de millier d'agents reparti dans des agences fédéral Paragraphe 3: Les pouvoirs du président américain Le président dispose des différents attribues du pouvoir exécutif. il nomme les ambassadeurs et signe les traités. loi qui dit que les fonctionnaires américains sont recrutés par concours. Il faut distinguer la grâce de l'amnistie. il en nomme les fonctionnaires mais attention. pour les nominations les plus importantes. Seul le congrès américain peut déclarer la guerre sachant qu'on ne déclare plus la guerre. Par exemple. Ce pouvoir de nomination avait conduit à une très forte politisation de la fonction publique fédérales. E) Le droit de grâce Le président dispose du droit de faire grâce. → Système des dépouilles ou spoil système. Il faut bien comprendre que ce pouvoir présidentiel s'est traduit par des décisions d'une très grande importance. Mais la façon de diriger les différents pouvoirs varie selon le tempérament présidentiel. la fabrication de la bombe atomique ou l'envoie de troupe en Corée en 1950. L'amnistie est une loi et elle efface tout. Le congrès . En 1973. Le congrès a adopté en 1883 ce que l'on a appelé "Pendlton act". et l'incrimination et la peine. le congrès adoptait le "War Power act" qui dit que le président peut engager ses troupes à l'étranger mais au delà de 60 jours il lui faudra l'accord du congrès. le blocus de Cuba en 62 et les opérations militaires en Afghanistan et en Irak. La grâce efface la peine mais juridiquement la personne demeure coupable. C'est ce que l'on appelle les "executives orders". sachant toutefois que les emplois supérieurs sont à la discrétion du gouvernement. B) Chef de l'administration fédérale Il dirige les fonctionnement des services publics fédéraux. Dans l'affaire du Water Gate. il doit obtenir la confirmation du sénat. Depuis septembre 2011 l'équilibre entre la sécurité et le respect des libertés individuelles est précaire puisqu'il faut savoir que le Patriot Act du 26 octobre 2001 autorise le ministre de la justice à procéder à la détention provisoire de tout étranger soupçonné d'appartenir à une organisation terroriste et depuis ce Patriot Act l'interruption de tout courrier électronique est permise ainsi que l'enregistrement de conversation entre les détenus et leur avocats. En temps de guerre le président reçoit des pouvoirs quasi dictatoriaux qui lui permette de réquisitionner les services et les biens et même d'interner les personnes dont la présence sur le sol américain constituerai une menace.

Et les membres de la cour . A) Les pouvoirs du Congrès Le Congrès vote le budget de l’Etat fédéral. corruption et crime ou délit majeur. Pour être candidat il faut être âgé de 25 ans et être citoyen américain depuis 7 ans. Paragraphe 1 La composition A) L’organisation et le fonctionnement du congrès 1) La chambre des représentants 435 membres élus pour deux ans au scrutin uninominal majoritaire à un tour. On dit d’eux qu’ils ne meurent rarement et ne démissionnent jamais. 2 chambres : la chambre des représentants et la chambre haute (le Sénat). Le nombre des représentants sera proportionnel à la population de chaque Etat. Le Sénat va juger le président. Il participe à la révision de la constitution fédérale. qui est préparé par l’exécutif. Cela c’est produit 2 fois. procédure d’empêchement.C’est un congrès bicaméral. Il a le pouvoir de confirmation des emplois fédéraux. Avis et consentement aux traités. Le congrès se présente comme un authentique pouvoir qui vient limiter de manière importante le pouvoir du président. c'est à dire que le président doit obtenir l’accord du Sénat pour la nomination des secrétaires d’Etat. Mandat de 2 ans. III. ê américain depuis 9 ans et habiter l’Etat dans lequel on est candidat. Les traités sont conclus et négociés par l’exécutif mais pour pouvoir entrer en vigueur ils doivent ê ratifiés par le Sénat à la majorité des deux tiers. Paragraphe 2 Le fonctionnement du Congrès Il y a au Congrès une session unique qui démarre le 3 janvier et se termine le 31 juillet. des hauts fonctionnaires. En cas de vacance de la vice présidence. il a un pouvoir électoral. nommé à vie par le prés après confirmation du Sénat. Ils sont élus pour 6 ans renouvelé par tiers tous les deux ans. B) Les pouvoirs particuliers du Sénat Les pères fondateurs ont conçu le Sénat comme un contre pouvoir à l'exécutif. des juges fédéraux et par exemple du chef d'Etat major des armées. La chambre des représentants peut mettre le président en accusation ainsi que le vice prés et les hauts fonctionnaires fédéraux pour trahison. La cour suprême A) Sa composition Depuis une loi de 1869 la cour est composée de 9 juges inamovibles. Le congrès à aussi le pouvoir de déclarer la guerre (1991 avec la guerre du Golfe et c’était la 5ème fois de l’histoire américaine que le Congrès déclarait la guerre) mais depuis le War Power Act de 1973. c'est à dire que s’il y a ballotage pour l’élection du président. La culpabilité sera acquise à la majorité des deux tiers et dans cette hypothèse la destitution du prés est prononcée. il sera à ce moment là présider par le président de la cour suprême. il n’est plus possible au président d’engager ses troupes à l’étranger au delà de 60 jours sans l’accord du Congrès. Mais véritable contre pouvoir et quand il y a discordance des majorités souvent on va à l’affrontement et à la paralysie. le président se choisit un nouveau vice président mais il doit être confirmé par les chambres. Très désorganisé. 2 sénateurs par Etat. la chambre des représentants élira le président et le Sénat va élire le vice président. Il vote les lois de l’Etat fédéral. Pour ê sénateur il faut ê âgé de 30 ans. Il peut également mettre le président en accusation. Le prés de la cour suprême est le 2 ème personnage de l’Etat. 2) Le Sénat « Il s’agit du club le plus fermé du monde » (Kennedy). mandat très court qui fait que le W n’est pas de très bonne qualité.

Elle va déclarer conforme une loi de l’Etat du Missouri qui interdisait toute contribution publique pour les avortements et qui interdisait aux centres de planning familiaux toute discussion sur l’IVG. on va observer à un virage conservateur de cette cour suprême. ainsi que le contrôle de constitutionnalité des lois et la cour va devenir le régulateur de la vie constitutionnelle et du partage des compétences entre l’Etat fédéral et le unités fédérées. Elle va également bafouer le droit international en reconnaissant au gouvernement le droit d’enlever à l’étranger toute personne accusée de crime. Certains de ces points sont prévus par la constitution elle même d’autres sont nés de la pratiques du système. B) L’influence de la jurisprudence de la cour suprême La cour suprême a exercé et exerce encore une influence déterminante sur la vie politique américaine. il va menacer la cour d’une réforme (mettre 15 membres). tantôt conservatrices suivant les autorités qui auront procédé à sa nomination. elle a accompagné et parfois influencé les évolutions de cette société américaine et elle a pris des orientations tantôt libérales. SECTION 3 Les rapports entre les pouvoirs publics Les E-U sont un régime présidentiel donc pas de responsabilité politique du gouvernement devant les chambres et réciproquement pas de droit de dissolution. il va acculer à la démission deux des juges et il bénéficie d’un décès. La constitution américaine aménage des points de passage ou des moyens de collaborations entre les organes. elle va reconnaître à tout accusé d’être assisté d’un avocat lors de l’interrogatoire de police. 22 échecs. Arrêt par laquelle la cour suprême condamne la ségrégation raciale. elle impose le busing. On distingue 4 grandes périodes : • La cour fondatrice (1801-1835) → C’est la cour qui va mettre en place le contrôle du respect par les Etats des normes fédérales.suprême prêtent serment devant la cour elle même après confirmation par le Sénat. • La cour « conservatrice » (1835-1936) → Pour la cour suprême l’esclave est un attribut de la propriété et elle consacre la doctrine « séparés mais égaux ». en cas de peine de mort elle va s’octroyer le droit de contrôler la proportionnalité entre la peine et les faits reprochés. Elle va également dénoncer le jerry mandering. . elle va condamner la doctrine « séparés mais égaux » en s’appuyant sur le 14 ème amendement sur l’égale protection des lois. Et le point de départ c’est le fameux arrêt de 1954 : Brown vs board of education of Topeka. en 2000 Al Gore est majoritaire en voies mais il est minoritaire en nombre de grands électeurs et sur l’Etat de Floride il y a 35 voix d’écart entre les deux et les juges de l’Etat de Floride ont opté pour un décompte manuel des bulletins et la cour suprême va refuser ce décompte alors que cette question du décompte manuel relevait du Congrès. Par ex la cour suprême s’est prononcée pour le maintien de la peine de mort sur des mineurs ou sur des handicapés mentaux. c'est à dire la doctrine de la ségrégation raciale. il est impossible pour lui de mener les réformes sociales qu'il souhaite. valide la législation sur l’avortement. Par ailleurs la cour va entériner l’élection de Bush en 2000. • La cour émancipatrice (1953-1986) → Cette ère s’ouvre avec la nomination du juge Warren à la tête de la cour. La cour suprême va s’opposer de manière violente à Roosevelt. • La cour dite réductrice (depuis 1986) → Depuis la présidence Reagan. En 1936. La composition de la cour va donc évoluer. suite à sa réélection. Elle va également réduire les possibilités d’appel pour les condamnés à la peine capitale.

Seulement moins d’un quart des propositions de Kennedy seront adoptées par le Congrès. Le contrôle budgétaire exercé par le Congrès fait qu’il maitrise et contrôle la politique interne et international des E-U.Paragraphe 1 Les moyens d’action du président sur le congrès A) Le droit de véto C’est un droit qui permet au président de refuser une loi votée par les deux chambres et donc de bloquer sa promulgation en la renvoyant au congrès pour réexamen. Ce droit porte sur l’intégralité de la loi. Autre technique : parlementarisme de couloir → le sort des projets présidentiels est suivi en permanence par un assistant personnel du président. Pendant la 1GM on se rend compte que le système n’était pas très efficace et qu’il vaudrait mieux que le budget soit préparé par l’exécutif. qui va être suivi par le dépôt de proposition de loi par des membres du congrès proches de la maison blanche. Lors de la prochaine session le Congrès devra reprendre toute la procédure législative à zéro. De plus le Congrès peut constituer sur tous les sujets des commissions d’enquête et les travaux . Paragraphe 2 Les moyens d’action du Congrès sur le président Kennedy disait « quand je me trouve ici le Congrès me semble plus puissant que lorsque j’y siégeais ». B) Le pouvoir législatif et budgétaire Le Congrès dispose du monopole en ce qui concerne l’élaboration de la loi et la procédure parlementaire et budgétaire est imperméable à l’intervention présidentielle. la préparation du budget fédéral relève de l’exécutif. En pratique les vétos présidentiels sont souvent utilisés. En effet il dispose de 10 jours pour promulguer la loi. B) L’initiative législative Pour que le président puisse exécuter son programme il est nécessaire qu’il puisse faire voter des lois. C) La préparation du budget Jusqu’en 1921. Le véto peut être surmonté par un vote des deux tiers des chambres du Congrès. ce qu’il ne fait quasi jamais. Il n’a pas à se justifier et le Congrès n’a pas le temps de reprendre son texte. Mais la procédure qui conduit à l’adoption du budget est complètement imperméable à l’intervention présidentielle. En 1921. Tous les ans. 2ème pouvoir : le pouvoir de confirmation du Sénat pour les principaux emplois de l’administration fédérale ainsi que le pouvoir de ratifier les traités. Le président américain est beaucoup moins puissant à l’interne que le président français car le Congrès représentent un véritable pouvoir législatif et un contre pouvoir capable de neutraliser l’action présidentielle. D) La pratique du patronage C’est la pratique qui consiste en l’attribution de postes importants au sein de l’administration fédérale à des membres docile de la majorité parlementaire. la préparation du budget relevait des deux chambres du congrès. Variante : le pocket véto. En fin de session il ne le fait pas. dans cette hypothèse le président peut neutraliser les lois qui sont adoptées en toute fin de session. il adresse au congrès un message sur l’Etat de l’union dans lequel il propose un véritable programme législatif. L’exécutif peut également favoriser un élu en implantant dans sa circonscription des services fédéraux. chargé des relations avec le congrès et qui coordonne l’action des fonctionnaires qui dans les commissions ou dans les couloirs des assemblées sont payés pour convaincre les membres du congrès du bien fondé du texte présidentiel. A) Le congrès dispose du pouvoir d’autorisation En matière d’engagement des troupes à l’étranger il faut son accord au delà de 60 jours depuis le War Power Act.

. Deux présidents ont été poursuivi il s’agit d’Andrew Johnson en 1868 et de Bill Clinton en 1998. C) Le pouvoir de destitution : la procédure d’empêchement Le congrès dispose du pouvoir de mettre en cause la responsabilité du président en le destituant lorsque dans l’exercice de ces fonctions. Dans cette hypothèse le président est mis en accusation par les représentants à la majorité simple.de ces commissions d’enquête bénéficient d’un très grand relai médiatique. ensuite le président sera jugé par le Sénat qui sera présidé par le président de la cour suprême à la majorité des deux tiers. Bill Clinton a fait quant à lui l’objet d’une mise en accusation pour parjure et obstruction à la justice dans le « Monica gate ». le président s’est rendu coupable de trahison. de corruption ou autre délit grave.

CHAPITRE 2 La Grande Bretagne Le Royaume Uni se présente aujourd’hui comme un pays en pleine mutation parce que sous la direction de Tony Blair entre 1997 et 2007 on a assisté à une montée en puissance du 1 er ministre britannique et il faut savoir qu’en 10 ans la constitution a été modifiée plus qu’en 8 siècles en raison de la multiplication de textes écrits. Un référendum a été organisé en septembre 1997 sur la dévolution en Ecosse et au pays de Galles. culturelle et fiscale vers des Assemblées régionales élues au suffrage universel et doté de moyens financiers et administratifs importants. La dévolution a modifié l’organisation des pouvoirs publics au R-U. puis aux Femmes. Pays de Galles. La couronne se transmettait aux hommes par ordre de primo géniture. le monarque est protégé par la maxime selon laquelle le roi ne peut mal faire. Elizabeth II est la 7 ème reine d’Angleterre. Le chef de l’Etat est irresponsable politiquement. sociale. La reine est donc irresponsable politiquement et les textes disent que sa personne est inviolable et la reine ne peut être poursuivie ni pénalement ni civilement devant aucun tribunal du royaume. l’accession n’est plus possible à une personne de religion catholique puisque le roi et la reine doivent être membre de l’Eglise anglicane. 1998 : création d’une assemblée élue en Irlande du Nord et en mai 1998 on crée un statut spécial pour Londres. Irlande du Nord. Il y a eu création d’un système quasi fédéral constitué de 4 nations régions : Angleterre. Ces règles de dévolution de la couronne ont été modifiées par une révision constitutionnelle du 25 avril 2013 : désormais c’est l’ainé des enfants qui accèdera au trône et ce quelque soit son sexe. Il y a eu transformation de l’organisation et du fonctionnement des composantes géographiques qui constituent le R-U. Ces mutations n’ont pas totalement endormi les tendances autonomistes de l’Ecosse et c’est ainsi qu’il avait été prévu d’organiser un référendum en 2014 qui s’est conclu par le rejet de la proposition de l’indépendance de l’Ecosse. le pays de Galle. Ecosse. Depuis 1701. se développe un nouveau parti anti européen : le United Kingdom Independance Party (UKIP) qui prône le retrait pur et simple de la Grande Bretagne. en effet il y a eu transfert de décision en matière économique. La reine est placée à la tête du Commonwealth. c’est un programme lancé en mai 1997 et qui concernait d’abord l’Ecosse. Ce qui explique que David Cameron s’est engagé à organiser un référendum sur le retrait ou le maintien de la GB dans l’UE. SECTION 1 L’organisation des pouvoirs publics Paragraphe 1 Le pouvoir exécutif A) Exécutif bicéphale Le monarque → Elément le plus ancien des institutions britanniques. la Nouvelle Zélande et le Canada. La condition du monarque peut se résumer par 3 grands points : • Le monarque s’exprime par l’entremise du 1er Ministre et c’est ainsi que le discours du trône par lequel le monarque ouvre la session du Parlement est rédigé par le 1er Ministre. Ce parti a devancé les partis traditionnels lors des élections de 2013. l’Irlande du Nord et l’Angleterre. elle est chef d’Etat pour l’Australie. . Va se mettre en place un mouvement de décentralisation que l’on a appelé de dévolution. Les institutions de l’UE exercent une influence importante sur les institutions britanniques et il faut savoir que depuis les élections locales de 2013.

Dans ce système le premier ministre est le véritable chef de l’exécutif. qui constitue un relai des projets de loi qu’il dépose et qu’il fait adopté.• • Le monarque n’est pas libre de ses mouvements par exemple Margaret Thatcher s’est opposée à une visite de la reine à Moscou en 1989. Il promulgue les lois votées. signe les traités. 1) L’élection Les membres des communes sont élus pour 5 ans au suffrage universel direct et au scrutin majoritaire uninominal à un tour. Il est nommé par le monarque et est à la fois chef de la majorité et chef du gouvernement. conseil que le roi avait crée en 1265 pour limiter l’influences des barons du royaume qui eu siégeaient au sein du magnum concilium (ancêtre de la chambre de Lords). Tout d’abord il choisit librement les membres de son cabinet. appuyé à sa majorité parlementaire. Néanmoins si le roi ou la reine n’a plus que des pouvoirs théoriques puisque la conduite de la politique nationale appartient au 1er ministre il exerce une magistrature de persuasion. et à ce titre JF Delhomme disait de ce parlement britannique qu’il pouvait tout faire sauf changer un Homme en Femme. C'est à dire que depuis cette révision constitutionnelle la dissolution ne peut plus intervenir que dans 2 cas : • 1ère hypothèse : celle d’un vote des 2/3 des députés en faveur de l’auto dissolution. C'est à dire que ce droit ne peut plus être exercé librement par le premier ministre et donc le mandat des communes est normalement un mandat fixe de 5 ans. elle exerce une véritable magistrature morale. Enfin il a l’initiative des lois et il prépare le projet de budget de l’Etat. il décide de la dissolution de la chambre des communes. Il dirige la politique de la nation. C’est un mode de scrutin très brutal et qui encourage le vote utile en faveur des deux grands partis que sont les conservateurs d’un côté et les travaillistes de . il dispose du pouvoir de battre monnaie. ainsi que les procès verbaux des séances du parlement. En théorie ses pouvoirs sont très importants mais ils demeurent formels puisque c’est le monarque qui commande les forces armées. Le premier ministre dirige l’administration et exerce le pouvoir réglementaire. Jusqu’à 2011. Le monarque reçoit le PM a Buckingham tous les mardis après midi. il existait une pratique de la dissolution qui était que traditionnellement les communes étaient dissoutes dans la dernière année de son mandat. il préside les séances extraordinaires du Parlement et nomme le 1er ministre. Et c’est la que le PM lui fait un compte rendu complet des délibérations du conseil des ministres et des travaux parlementaires. Des pouvoirs théoriques très importants et une magistrature de persuasion. A ce titre il a de nombreux pouvoirs. Il doit nommer comme PM le leader de la majorité parlementaire. On lui communique toutes les dépêches diplomatiques. Le gouvernement → Le gouvernement britannique est dirigé par un premier ministre (aujourd’hui il y a aussi un vice premier ministre) qui est le chef de la majorité parlementaire. Paragraphe 2 Le pouvoir législatif Le parlement est bicaméral. il déclare la guerre. Néanmoins la reine existe réellement dans les institutions. pour la 1 ère fois depuis la guerre on a un vice premier ministre en Grande Bretagne (David Cameron conservateur et Nick Clegg libéral démocrate). A) Chambre basse : les communes Siège au Parlement de Westminster. Aujourd’hui. • 2ème hypothèse : la dissolution est automatique lorsqu’une majorité de députés a retiré sa confiance au gouvernement et que à la suite de ce vote les députés n’ont pas réussi dans les 14 jours à voter la confiance à un nouveau gouvernement. on est venu encadrer le droit de dissolution. C’est l’héritier du commune concilium. Le premier ministre dirige la politique de la nation. Depuis le « fixt term parliament act » du 15 septembre 2011.

Les communes disposent du pouvoir législatif même si la majorité des lois est d’origine gouvernementale. On sait que le mode de scrutin encourage le vote utile. et avant c’était une commission judiciaire de la chambre des lords qui jouait ce rôle.l’autre. le R-U s’est doté d’une cour suprême indépendante. Par le constitutionnal reform act de 2005. Néanmoins elle conserve le droit de poser des questions et de mener des enquêtes grâce à la constitution de droit spécial. Etat dans lequel les libertés publiques sont particulièrement bien protégées. Jusqu’en 2005 la chambre des lords était la plus haute juridiction du royaume. les conservateurs ont obtenu 36. Personnage impartial. Ce mode de scrutin n’exclut pas l’existence sur la scène politique britannique de tiers partis que sont les nationalistes (écossais ou gallois) ou les partis libéraux démocrates. 3 grandes caractéristiques : Paragraphe 1 Le bipartisme 2 grands partis → Les travaillistes et les conservateurs. La chambre des communes exerce un contrôle politique sur le gouvernement. Prérogative très importante puisqu’il est généralement élu par un vote des deux grands partis avec un vote presque à l’unanimité des communes. SECTION 2 Les spécificités du système parlementaire britannique Système atypique.1% des suffrages et 306 sièges aux . 2) Les pouvoirs de cette chambre Elle est présidée par un speaker. Cette chambre vote le budget. Elles peuvent former des commissions d’enquête ou de contrôle et elles peuvent voter la motion de censure. Lors des dernière législatives. des magistrats. Il a pour rôle de faire respecter l’ordre et surtout de faire respecter les droits de l’opposition parlementaire. Il existe des tiers partis → Nationalistes. mais cette chambre a vu ses prérogatives considérablement diminuées par deux parliament act de 1911 et 1949. qui est anti européen. sachant que se développe un nouveau parti. Ce qui a conduit le 1 er ministre à organiser un référendum sur le maintien de la GB dans l’UE en 2017. C) Le rôle de cette chambre des lords Elle est présidé depuis 2005 par le lord chancelor. Constitution coutumière. C'est à dire que ses membres peuvent poser des questions écrites ou orales aux membres du gouvernement. qui est limité à un an. Siègent également des lords judiciaires. Et à l’origine c’était une véritable chambre législative. B) La chambre des lords : Sa composition Composition hétéroclite puisqu’on y trouve des Lords spirituelles (ecclésiastiques). Le house of lords act de 1999 a transformé la composition de la chambre des lords puisque désormais les paires héréditaires n’y siègent plus. Les tiers partis jusqu’à présent jouent un simple rôle d’appoint qui se sont associés avec les conservateurs pour former un gouvernement de coalition ce qui explique qu’aujourd’hui on a un 1er ministre qui est accompagné d’un vice 1er ministre : Nick Clegg. En matière de contrôle du gouvernement. mais jusqu’à présent ces partis ne jouent que le rôle de force politique d’appoint. nommés à vie par la reine. Le 1er ministre est le leader du parti majoritaire à la chambre. Ils peuvent apposer leur véto à une loi qui serait voté par les communes mais il s’agit d’un véto suspensif. En matière législative. d’amendement et d’examen des projets de loi. des paires héréditaires et des paires dits viagers. Attachement viscéral des Anglais à leurs institutions. la chambre des lords a perdu le pouvoir de mettre en jeu la responsabilité du gouvernement. libéraux-démocrates et parti anti-européen. les membres de la chambre des lords participent au travail d’initiative.

. • 2ème hypothèse → la dissolution sera automatique lorsqu’une majorité de député a retiré sa confiance au gouvernement. Il existe des députés : les whigs qui sont chargés de faire respecter au sein des partis la discipline de vote. Et la dissolution ne peut plus intervenir que dans 2 cas : • 1er cas → hypothèse d’un vote des 2/3 des députés en faveur de l’auto dissolution. Paragraphe 2 Le rôle éminent du 1er ministre La reine doit mener comme 1er ministre le leader de la majorité parlementaire c'est à dire le leader du parti qui a l’emporté les élections aux communes. Le leader de l’opposition a une véritable place politique et il est systématiquement consulté par le PM dans les situations de crise. shadow cabinet En GB. Dès lors le 1 er ministre est assuré de sa garantie d’existence. Impossibilité de former un gouvernement mono-colore d’où alliance des libéraux et conservateurs. l’opposition bénéficie d’un statut privilégié. elle constitue en cela un gouvernement fantôme et chaque membre de ce gouvernement fantôme va suivre un secteur d’activité. Ce droit ne peut plus être exercé librement par le 1 er ministre. on pose pour principe que le mandat des communes est un mandat fixe de 5 ans. Paragraphe 3 Le cabinet fantôme. Pendant longtemps le droit de dissolution était utilisé par le 1er ministre dans la dernière année de son mandat pour choisir le moment le plus favorable pour provoquer de nouvelles élections législatives. les travaillistes 29% et 258 sièges et les libéraux-démocrates 23% et 57 sièges. sur les 5 ans de son mandat et donc il y a une prédominance sur les institutions du cabinet et du 1er ministre et désuétude de la motion de censure. Cette pratique a disparu puisque le fixed term parliament act du 15 septembre 2011 est venu encadrer le droit de dissolution.communes. à la suite de ce vote dans les 14 jours suivant les députés n’ont pas réussi à voter la confiance à un nouveau gouvernement. Partis hyper structuré à la différence des partis américains.

CHAPITRE 1 Une France à la recherche d’un modèle constitutionnel. L’aristocratie va s’attacher pour empêcher les réformes à ruiner l’autorité royale. En 1787. Maupeou va supprimer la vénalité des offices et il fait des magistrats des fonctionnaires rétribués pas l’Etat. le roi ordonne aux députés des 2 autres ordres de rejoindre l'assemblée et le 9 Juillet 1789 elle se proclame assemblée nationale constituante.PARTIE 3 L'histoire constitutionnelle française « Pas de régime conventionnel. Lors de la séance d'ouverture les Etats généraux n'ont qu'une voix consultative mais dès lors . le bétail a été décimé par la sécheresse. La mort de Louis XV et l’avènement de Louis XVI va entraîner le rétablissement des Parlements en 1774. Louis 16 propose au parlement de Paris un certain nombres de réformes fiscales et si il les avait enregistrés il y aurait pas eu la révolution. Mais malgré cela le maintien des privilèges nobiliaires freinait l’ascension sociale de ces milieux qui n’étaient pas liés à la terre et la société est figée. En 1772 on peut dire que la réforme est achevée. la crise éco et financière atteint son apogée. Mais le 23 Juin le roi ordonne le vote par ordre et non pas le vote par tête que réclame le tiers Etat. 1000 députés élus dans les 3 ordres → 291 clergés. 1789-1870 SECTION 1 La constitution du 3 septembre 1791 Paragraphe 1 La genèse La démocratie libérale date de la révolution française puisque la révolution a aboli la seigneurie féodale qui existait sous l’Ancien régime et a opéré la destruction des ordres féodaux. Plusieurs facteurs conduisent à la révolution. Michel Debré. tandis que la récolte de 1788 a été catastrophique. Le 17 Juin 1789. la voix devant nous est le régime parlementaire ». de la finance et de l’industrie naissante. Il y a eu des tentatives de réforme : en 1771. 285 pour la noblesse et 578 pour le tiers. Dans le même temps un courant de pensées individualistes et libérales va se propager. le chancelier Maupeou va tenter une réforme judiciaire de très grande ampleur pour briser le pouvoir des Parlements. Mirabeau : « Nous sommes ici par la volonté du peuple et on ne nous en arrachera que par la puissance des baïonnettes ». Le tiers Etats est alors minoritaire. Les structures féodales qui réservaient le pouvoir à l’aristocratie ont freiné l’expansion de la bourgeoisie montante et de l’économie moderne. Principe proclame en 1334 mais presque jamais appliqué. Montesquieu et Voltaire vont se dresser contre le pouvoir autoritaire. des gens tels Rousseau. Le 8 août 1788 puisqu’il n’a pas le choix. pas de régime présidentiel. Mais un constat : au 18ème siècle. En 1785. les Parlements ont des pouvoirs judiciaires mais il disposent également de droits politique puisqu’ils enregistrent les édits royaux. Le 27 Juin. On a rédigés dans le cadre des paroisses des cahiers de doléances qui réclament la suppression des privilèges nobiliaires qui réclament une révision du système judiciaire et l'établissement d'une constitution écrite. le tiers état qui rpz 96% de la nation selon Seyes et le 17 Juin 1789 le tiers état prend le nom d'assemblée nationale . la bourgeoisie se trouve à la tête du commerce. et les roturiers aisés se sentent brimés par ces structures d’Ancien régime et revendique le droit à l’égalité et la liberté. A la fin du 18ème siècle le fait de posséder la terre conférait à ceux qui la possédaient un pouvoir sur ceux qui la cultivaient. 20 Juin → Serment du jeu de paume par laquelle l'assemblée dit qu'elle ne se séparera pas tant qu'elle n'aura pas rédigée une constitution. Dès lors la révolution est en marche puisque la monarchie va se trouver limitée par une assemblée unique. haut clergé) dominaient la classe paysanne. Les parlements et la noblesse s’opposent au monarque disant qu’il ne peut pas lever de nouveaux impôts sans le consentement des Etats généraux. De nombreuses tentatives de réformes vont ê proposées par le roi et notamment des réformes fiscales mais elles vont toutes échouer. le roi consent à la réunion des Etats généraux. L’aristocratie (noblesse.

Ils ont quand accès aux séances mais ils ne peuvent prendre la parole que si on les interrogent. Un texte voté par ce corps législatif et non signé par le roi ne pourra prendre force de loi que si il a été voté par 3 législatures successives. il nomme et révoque des ministres. Un cens électorale qui équivaut à 3 journées de travail est exigés pour assister et participer aux assemblées primaires. Louis 16 est roi des français. il est irresponsable politiquement ce qui fait que les ministres doivent contresignés tous ses actes. Les ministres sont pénalement et civilement responsables de leurs actes mais aussi de ceux de leur subordonnés si ils ne les ont pas dénoncé. il est le chefs de l'administration et de l'armée et il est en charge du maintien de l'ordre public. Il dispose du droit d'apposer son véto aux lois votées par le corps législatif. le roi appose son véto à deux décrets de l'assemblée. un sur les émigrés et l'autre sur les prêtres réfractaires. 745 membres sont élus au suffrage censitaire à deux degrés. Le roi est alors suspendu de ses fonctions. Ses ministres font figures d'accusés permanents et l'assemblé à interdit au roi de recruter ses ministres parmi ses membres. 2 grands pouvoirs publics : – Le roi qui est assisté de ministres qu'il nomme et révoque librement. Le véto est légale mais la patrie vient d'être proclamé en danger. la séparation des pouvoirs est très stricte et le roi n'a aucun moyen de pression sur l'assemblée. Le corps législatif à initiative des lois qu'il adopte. Cette assemblée nationale constituante va adopter la 1ere constitution écrite française en 1791 mais elle va aussi exercer le pouvoir législatif et à ce titre elle a adopté la déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 Aout 1789. Le 1er acte de cette convention qui se réunit le 20 Septembre 1792 c'est de supprimer la monarchie et l'établissement de la République. 2) Le rapport entre les pouvoirs publics Le monarque se trouve dans une position très inconfortable. – Le pouvoir législatif appartient à une assemblée unique que l'on appelle le corps législatif. C'est l'an 1 de la République. il n'est plus le roi de France. Il peut quand même venir à la tribune pour faire un discours mais il doit se retirer aussitôt. Paragraphe 2 La constitution du 3 Septembre 1791 ou le régime présidentiel avorté A) L'organisation des pouvoirs publiques C'est une constitution qui met en place une séparation stricte des pouvoirs. B) Le devenir du régime La France est en guerre et on essuient défaite sur défaite.qu'ils se sont transformés en assemblée nationale le 17 Juin les perspectives de la monarchies sont considérablement modifiées puisque de facto le pouvoir est désormais partagé entre le roi et l'assemblée nationale. Il ne peut pas l'ajourner (elle siège en permanence) ni la dissoudre. Cette assemblée va également abolir les privilèges et les droits féodaux. c'est une constitution qui repose sur la souveraineté nationale et qui met en place 2 représentants de la nation que sont le roi et le corps législatif de l'autre (l'assemblée). Il déclare la guerre. Tous les ans ils doivent rendre compte de leur gestion à l'assemblée. assemblée qui se considère comme représentant de la nation. l'assemblée prend en main tous les pouvoirs avec l'aide d'un conseil exécutif provisoire et elle va convoquer une convention. 1) Répartition des pouvoirs Le roi exerce le pouvoir exécutif suprême. . Le peuple et l'assemblée rendent le roi responsable. il ratifie les traités et il peut mettre en cause la responsabilité pénale des ministres et des agents du pouvoirs (il s'en servira en 1792 pour mettre en accusation le ministre des affaires étrangères Delessard qui démissionnera). Le 10 Aout 1792. Ces dernières désignent alors les électeurs qui doivent payer un cens de 200 jours de travail et enfin les électeurs désignent les membres du corps législatif.

Condorcet écrivait qu'il n'y a qu'un seul pouvoir qui est le pouvoir national qui réside dans le corps législatif. 3 grandes périodes dans l'histoire du gouvernement révolutionnaire: -Première période → Celle durant laquelle la convention exerce directement le pouvoir puisque le conseil exécutif provisoire est soumis à l'assemblée et c'est une période durant laquelle le désordre s'accroit tant à l'intérieur qu'à l’extérieur. La constitution met en place le référendum puisque les lois votées par le corps législatif n'entrent en vigueur qu'après un délai de 40 jours et si pendant ce délai le 10ème des assemblée primaires dans la moitié des départements + 1 fait opposition à la loi un référendum est alors organisé au plan national. SECTION 3 La constitution du 5 Fructidor an 3 (22 Aout 1795) C'est une constitution qui est l'oeuvre de ce qu'il reste de la convention après qu'elle ai été apuré de sa droite et de sa gauche. Le peuple maitrise la révision constitutionnelle puisque si dans la moitié des départements + 1 le dixième des assemblées primaires demandent la révision de la constitution. création d'un comité de salut public investi de très large pouvoir et ses membres sont normalement élus par la convention de manière mensuel mais en fait ils sont réélus sans discussion. Le pouvoir est exercé de manière dictatorial. Ses membres ont quand même accès aux séances de l'assemblée mais ils ne peuvent y prendre la parole que lorsqu'ils ont des comptes à rendre. Elle est précédé d'une déclaration des droits qui est très sociale par rapport à la DDHC de 1789. la convention refuse de mettre en vigueur la constitution de 1793 et elle va rédiger une nouvelle constitution à l'opposé de celle de 1793. Elle a été élaborer par ce qu'on a appelé les conventionnels du marais qui avaient réussi à survivre en votant la mort des autres. la convention vote la mort de Robespierre.SECTION 2 La constitution du 24 Juin 1793 ou constitution de l'an 1: Le régime d'assemblée Elle ne sera jamais appliquée car le gouvernement est déclaré révolutionnaire jusque la paix. Paragraphe 1 L'organisation des pouvoirs publics C'est l'esprit de Rousseau. On y trouve le droit au travail. Paragraphe 2 Le devenir du régime Le 10 Octobre 1793. Il vont élborer une constitution qui est l'antithèse de celle de 1793 et en fait ils pensent s'appuyer sur Montesuieur mais il de . Elle établit le suffrage universel mais le problème c'est que le vote est publique au sein des assemblées primaires ce qui donnera 5 millions d'abstentions sur 7 millions d’électeurs lors du référendum sur la constitution. C'est un régime connu dans l'histoire sous le nom de terreur. etc. le corps législatif qui va élire un Collège exécutif de 24 membres choisis sur une liste de 85 noms présentés par les électeurs à raison d'un nom par département. -Seconde période → Le 6 avril 1793. le corps législatif doit consulter toutes les assemblées primaires pour savoir si il y a lieu ou non à une convention nationale. Ce pouvoir législatif appartient à une assemblée unique. Il y a renaissance du régime d'assemblée et le désordre avec et le 10 Mai 1795. Pourtant elle a un grand prestige et elle a marqué les esprits. le droit au secours publique. le droit à l'instruction . la convention déclare que le gouvernement sera révolutionnaire jusqu'à la paix. On va assister à un glissement de l'autorité de la convention vers le comité de Salut public et du comité de Salut public à Robespierre qui est assisté de Couton et de Saint Juste. à l’insurrection. Il est renouvelé par moitié tous les ans et son importance numérique est naturellement une garantit de sa faiblesse. Il faut savoir que ce conseil exécutif ne participe pas à l'élaboration de la loi. Le gouvernement va rester révolutionnaire jusqu'à la mise en vigueur de la constitution du 5 Fructidor an 3 (26 Octobre 1795). Le conseil exécutif à sous son autorité des ministres qu'il nomme et qu'il révoque. -Troisième période → Le 9 thermidor an 2 (27 Juillet 1794).

Leur seule chance de rester en vie c'est de garder le pouvoir à tous prix. Les assemblées sont élues pour une durée de 3 ans et elle se renouvellent par tiers tous les ans. Il n'a pas le droit de véto et il n'a même pas le droit de participer aux séances des assemblées avec lesquelles il ne peut communiquer que par des messages. Le directoire est assisté de ministres qu'il nomme et révoque librement. Ils sont gênés politiquement ces conventionnels car si la droite monarchiste reprenait le pouvoir ils seraient considérés comme régicide.Montesquieu ils n'ont rien compris. Paragraphe 3 Le Devenir du régime Le directoire va fonctionner 5 ans (an 3 à an 8) dans des conditions catastrophiques. Ils ne peuvent pas être dissout par les directeurs. Ils vont alors votés les décrets des deux tiers par lequel ils vont se réserver les deux tiers des sièges des . les 500 ont l'initiative des lois et lorsqu'ils les ont votées ils les transmettent aux anciens qui les adoptent ou les rejettent sans pouvoir les amender. Paragraphe 1 L’organisation des pouvoirs publics A) Le pouvoir exécutif Il est confié tout entier à un collège de 5 personnalités élues par les assemblées pour 5 ans. Le directoire exerce le pouvoir exécutif. Dans ce système. Par contre pour accéder au conseil des anciens il a-faut avoir dépassé 40 ans et être ou avoir été marié. Les conseils se convoquent et s'ajournent eux même. B) Le pouvoir législatif Il appartient à 2 assemblées élues au suffrage censitaire à 2 degrés. Le directoire se renouvelle par cinquième tous les ans et il est présidé à tour de rôle par l'un de ses membres mais c'est une présidence purement honorifique. Paragraphe 2 Les rapports entre les pouvoirs publics C'est un système de séparation très stricte des pouvoirs. Il n'a pas de droit d’initiative. par contre si c'est la gauche qui l'emporte ils paieront la mort de Robespierre. il ne participe pas à l'élaboration de la loi. Dans ce système. Les ministres et les directeurs ne peuvent pas être interpellés ou révoqués par les conseils qui disposent uniquement du droit de les mettre en accusation devant la haute cour de justice pour crime ou délit commis dans l'exercice de leur fonction. Tous les citoyens votent au premier degré mais il faut savoir que seuls ceux qui disposent d'une réelle fortune votent au second degré. Ils répètent les mêmes erreurs. La première assemblée est plutôt jeune car on peut y être élu dès l'age de 30 ans. Ils vont mettre en place une séparation rigide des pouvoirs sans moyen de collaboration. ces conventionnels ont commis aux yeux de leur contemporains deux crimes inexpiables → Ils ont votés la mort de Louis 16 en 1793 et l'autre parti de l'opinion leur reproche la mort de Robespierre. C'est une justification la division du législatif tout comme on a fragmenté délibérément l’exécutif. le conseil des 500 est conçu comme l'imagination de la République tandis que le conseil des anciens est censé en être la sagesse. Le conseil des 500 qui est la 1ere assemblée propose une liste de 10 noms par sièges à pourvoir et le conseil des anciens choisit sur cette liste. En effet. Il y a un conflit permanent entre les directeurs et les conseils et les coups d'Etat ne sont pas seulement du à la constitution et à sa rigidité mais aussi aux rapports de forces dans le pays.

ce sera celui du 18 Brumaire an 8 du général Bonaparte. Ils sont aidés par le conseil d'Etat qui est chargé de rédigé les projets de loi. Le tribunat qui est composé de 100 membres discutent les lois sans pouvoir les modifier tandis que le corps législatif (300 membres) votent les lois sans pouvoir les discuter. L'empire était bâtit sur la victoire et il ne pouvait donc d'effondrer que sur la défaite. Le 1er Avril 1814 c'est la défaite. Cette constitution est marquée par l'abbé Sieyes qui dit que le pouvoir doit venir d'en haut et la confiance doit venir d'en bas.assemblées. Ils disposent de l’initiative des lois. de la sureté intérieure et extérieure de la République et de la conduite des relations internationales. Le suffrage est universel mais les élections ne servent absolument à rien car c'est le pouvoir centrale qui choisit les membres des assemblées (par un système très complexe). . le directoire et les assemblées gouvernent ensemble le pays mais les élections de l'an 5 envoi au conseil des 500 une majorité modérée. série de micro coup d'Etat. On est dans une situation paradoxale qui veut que les organes gouvernementaux sont restés plus révolutionnaires que le pays. Benjamin Constant. Napoléon prend le chemin de l'exil pour l'ile d'Elbe et le sénat prononce la déchéance de l’empereur. Le directoire va épurer les assemblées et inversement. Le conseil d'Etat veille au respect de la constitution et il choisit sur des listes de présentation les membres du corps législatif. Le premier consul décide seul d'un certain nombre d'acte. le premier consul (Bonaparte) à une position privilégiées par rapport au deux autres (Cambaceres et Lebrun). Paragraphe 1 Les pouvoirs publics A) L’exécutif Ce pouvoir exécutif est à l'origine confié à 3 consuls nommés pour 10 ans par le sénat et indéfiniment rééligibles. Dans ce système. B) Le pouvoir législatif Il est éclaté entre différends organes qui ne servent à rien. Le gouvernement a l'initiative des lois qu'il prépare avec le conseil d'Etat. Paragraphe 2 Le devenir des institutions 2 sénatus (référendum) consultés en l'an 10 et en l'an 12 vont transformer le consulat décennale en un consulat à vie puis en un empire en 1814 (an 12). Bonaparte. Jusque l'an 5 ça va à peu près. Le régime est prêt pour le coup d'Etat. SECTION 4 La constitution du 22 Frimaire An 8 (13 Décembre 1799) Va s'ouvrir une période de dictature de l’exécutif au profit d'un seul homme. du pouvoir réglementaire. C'est le début de la fin. Pour les autres actes les deux autres consul ont une voix consultative. SECTION 5 L'acte additionnel au constitution de l'empire du 22 avril 1815 Egalement appelé la Benjamine du nom de son auteur qui était l'un des principaux opposant à l'empereur.

Napoléon 1er rentre d'exil. La chambre des représentants est élue pour 5 ans suivant un mode de scrutin à 2 degrés et la nouveauté c'est que cette fois ci les collèges électoraux ont un véritable droit d'élection. La chambre haute est composé de pères héréditaires qui sont nommés par l’empereur. Ce statut constitutionnel ne s'appliqueras que quelques mois car le 18 Juin c'est la défaite de Waterloo. l'exil de Napoléon est définitif et le 16 Juillet 1815. Il n'y a donc négation de la souveraineté nationale puisque le roi est un monarque de droit divin. Paragraphe 2 L'organisation des pouvoirs publics Le pouvoir exécutif est remis à l'empereur qui est assisté de ministres tandis que le pouvoir législatif est remis à 2 assemblées. ils sont pénalement responsables devant lui mais leur responsabilité politique est esquissé. Il portait en germe les bases du régime parlementaire. Le 22 avril 1815. défaite qui entraine l'abdication de l’empereur cette fois. régime qui aurait pu s'installer si l'empire ne s'était pas effondré. C'est une charte qui porte en elle les éléments nécessaires à la mise en place du régime parlementaire. l'empereur promulgue une nouvelle constitution qui sera soumise au peuple le 1er Juin. Le drapeau est blanc à fleur de lys. La souveraineté est royale. Il débarque à Golf Juan (dans le sud) et monte sur Paris. Le 1er Mars 1815. Napoléon dissout les assemblées tandis que Louis 18 s'enfuit à l'étranger. SECTION 6 Le rétablissement de la monarchie. Le 13 Mars 1815. Il y a dans les rapports entre les pouvoirs publiques un embryon de régime parlementaire. Les ministres peuvent être choisit parmi les membres du parlement. le sénat rappelle la monarchie légitime en la personne de Louis 18. L'électorat n'est pas un droit. Cet acte additionnel ne sera appliqué que quelques jours (copies de la charte de Louis 18 quasiment).Paragraphe 1 La genèse Le 6 avril 1814. Le 4 Juin 1814 une charte constitutionnel est promulguée. C'est une charte qui respecte l'oeuvre de la révolution puisque les libertés individuelles proclamées dans la déclaration des droits de l'homme sont conservés sous le nom de doit public des français et l'organisation de la société civile établit par les codes napoléoniens est inchangée ainsi que l’organisation administrative établie par la loi du 28 Pluviôse an 8 (loi toujours en vigueur qui créer les préfets par exemple). Louis 18 rentre à Paris et on remit en vigueur la charte de 1814. la charte du 4 Juin 1814 La restauration (1814-1830) paragraphe 1 Les caractéristiques de la charte C'est une charte octroyé par le roi à ses sujets puis communiquée ensuite au corps législatif. Cette période à été connus dans l'histoire sous le nom de la période des 100 jours car suite à la défaite de Waterloo. le suffrage est très fortement censitaire. Paragraphe 2 L'organisation des pouvoirs publics A) Le pouvoir exécutif .

Paragraphe 4 Le devenir du régime Le régime s'effondre en 1830. Si les députés n'ont pas le droit d'initiative en théorie ils vont user de la facultés que leur reconnaît la charte de supplier le roi de proposer une loi et ils vont élaborer de véritables propositions de loi. il dirige la diplomatie et la défense. C'est un suffrage très fortement censitaire. le droit d'amendement va s'instaurer ainsi que la responsabilité politique des ministres parce qu'on va voir plusieurs gouvernement démissionner suite à des désaccords avec les députés. ces ministres peuvent être choisit dans les chambres. De même. Les pouvoirs du roi empiète aussi sur le pouvoir judiciaire puisque c'est lui qui nomme les juges (même si ils sont inamovibles) et toute justice émane du roi et est rendu en son nom. dans la pratique. Le roi à le droit de grâce. A l'origine le rôle des assemblée est modeste puisque les parlementaires n'ont pas le droit d'initiative et pas le droit d'amendement. Il est assisté de ministre qu'il nomme et révoque. La grâce s'oppose à l’amnistie car la grâce est un attribut du pouvoir exécutif tandis que l’amnistie est une loi.C'est un pouvoir exécutif fort puisque le roi propose et promulgue les lois. le casier judiciaire devient vierge. Pourquoi ? Parce que Louis 18 a compris qu'un roi doit régner sans gouverner. Tout d'abord. B) Le pouvoir législatif Il est partagé entre 2 chambres. Cette assemblée n'est pas démocratique en raison de la limitation du corps électoral par le suffrage censitaire. L’amnistie efface tout. C'est le roi qui convoque les chambres et qui en clôt les cessions. le gouvernement va devenir un élément essentiel du pouvoir exécutif c'est à dire que le roi continue à exercer le pouvoir exécutif mais il a pris l'habitude de désigner un président du conseil qui constitue le gouvernement et qui influence la conduite des députés. Paragraphe 3 L'évolution vers le régime parlementaire Ce régime va s'imposer tout au long de la Restauration mais il n'est pas prévu par la charte mais l'exemple Anglais influence la vie politique et les rouages classiques du régime parlementaire vont apparaître progressivement. la grâce efface la peine mais la personne gracié est toujours considéré comme coupable même si il est sorti de prison par la grâce. Ils ne peuvent que voter ou refuser les projets de loi royaux. Assemblée aristocratique. De plus. Le contrôle de la chambre des députés sur le gouvernement va se développer puisque la discussion des projets de loi et du budget donne lieu a de nombreux débat durant lesquels les ministres doivent se défendre devant les critiques parlementaires. Il faut noter qu'il peut en outre dissoudre la chambre des députés. ils peuvent être mis en accusation par les députés et jugé par la chambre des pairs pour trahison et concussion (malversation financière). La chambre des députés qui est élue pour 5 ans dans le cadre du département parmi les citoyens de plus de 40 ans qui payent une contribution direct de mille franc (c'est énorme). Par contre son frère Charles X qui lui succède . La chambre des pairs nommé par le roi soit à vie soit à titre héréditaire. il nomme à tous les emplois publics.

Pour le reste c'est une copie de la charte de 1814 mais l'équilibre des pouvoirs y est mieux assuré puisque les pairs sont toujours nommé par le roi mais les nominations à titre héréditaire disparaissent et la chambre des députés demeure une assemblée bourgeoise puisqu'il faut payer 500 franc de contribution pour être éligible. La liberté de la presse est garantit dans la charte et la religion catholique n'est plus religion d'Etat. Charles X va prendre le chemin de l'exil. les ultras qui souhaitent rétablir l'ordre antérieur à 1789. Charles X est appuyé sur un parti politique réactionnaire. Charles X va publier 4 ordonnances (la première suspend la liberté de la presse. dissout la chambre des députés. Il va être sacré à Reims. Des soulèvements vont à nouveau apparaitre. la troisième modifie le régime électorale et la quatrième convoque à nouveau les électeurs). Il va y avoir la campagne des banquets et l'interdiction de cette campagne et la crise économique qui éclate va provoquer la révolution . Paragraphe 1 Les principes La charte n'est pas octroyé mais elle repose sur un contrat entre le roi et le parlement. il n'y a plus de guerre. etc. La souveraineté n'est plus royale mais nationale.en 1824 n'a pas la même conception des institutions et il dit « je préfère scier du bois que de gouverner à l’anglaise ». Les techniques du régime parlementaire vont se perfectionner Paragraphe 2 Le devenir du régime Le régime va disparaître (sur la question du cens) car le peuple reste écarté des décisions politiques. Au lieu de s'incliner et de pratiquer le régime parlementaire. 3 jours d'insurrection → Les 3 glorieuses. Paul Ignac. Louis Philippe est roi des français et non pas roi de France. roi des français. Èn plus. Il va accéder au trône sous le nom de Louis Philippe d'Orléans. Les chambres obtiennent le droit d'initiative et le droit d'amendement. Le cens reste très élevé et la tension va augmenter en 1847 en raison de l'obstination du premier ministre Gizot qui refuse d'abaisser le cens et il refuse aussi l'adjonction des capacités c'est à dire de permettre aux intellectuels (ceux qui savent lire et écrire) de voter sans condition de cens. Les pouvoirs du roi restent très important et il va se mettre en place le régime parlementaire dualiste dans lequel le gouvernement est responsable devant les parlementaires. Les élections se marquent par une large victoire de l'opposition. modifications qui vont être acceptés par Louis Philippe (duc d'Orléas). il accepte le drapeau tricolore. Charles X s'oppose donc au régime parlementaire. Le cens est abaissé à 200 franc (1000 franc avant). Un gouvernement provisoire est formé qui confie la lieutenance générale du royaume au duc d'Orléans qui est le chef de la branche cadette des Bourbons. au début de 1830 le premier ministre (président du conseil). SECTION 7 La monarchie de Juillet : La charte du 14 aout 1830 C'est une période de très grande prospérité économique. la seconde dissous à nouveau la chambre des députés. Les chambres vont apporter quelques modifications à la charte. (C'est l'époque où vont fleurir les caricaturistes et Louis Philippe est représenté en forme de poire !).

du 24 Février 1848.
SECTION 8 La constitution du 4 Novembre 1848
Apres la chute de la monarchie un gouvernement provisoire est désigné, il va
prendre 2 décrets : Le premier va, le 5 Mars 1848, proclamer le suffrage
universel et le second, le 28 avril 1848, va abolir l'esclavage. Le
gouvernement convoque une assemblée qui va rédiger une constitution.
Constitution qui va mettre en place un régime présidentiel mais qui est
affecté dès l'origine d'un vis majeur c'est qu'elle dresse face à face deux
pouvoirs fort.
Paragraphe 1 L'organisation des pouvoirs publics
A) Le pouvoir législatif
C'est une assemblée unique de 750 membres élu pour 3 ans au suffrage
universel direct, au scrutin de liste départementale. On vote au chef lieu du
département. Alexis de Tocqueville raconte comment les électeurs partent
voter au chef lieu accompagné du maire et du curé. En 1848, pour que tout
le monde puisse être élu on met en place l'indemnité parlementaire (car
sinon seul les riches pourrait être élu).
B) L’exécutif
Il est confié tout entier à un président de la République élu au suffrage
universel direct pour 4 ans et rééligible seulement après 4 ans de mise à
l'écart du pouvoir. Pour se présenter, il faut être français (être né français),
être âgé de 30 ans. Un vice-président est également désigné par l'assemblée
sur présentation par le président de 3 candidats. Le président nomme et
révoque ses ministres, ces ministres sont pénalement responsable devant
l'assemblée. Le président n'a pas de droit de dissolution. Il promulgue les lois
et il en assure l’exécution, il veille à la défense de l'Etat et il dispose de la
force armée, il négocie et ratifie les traités. Il peut faire présenter des projets
de loi par ses ministres. Comme il est irresponsable politiquement, tout ces
actes doivent etre contre-signés par les ministres. Il ne peut être jugé que
par la haute cour pour haute trahison après avoir été mis en accusation par
l'assemblée.
Paragraphe 2 Le devenir du régime
C'est une constitution qui joue la difficulté puisque elle vient attacher au
régime présidentiel des rudiments du régime parlementaire et elle n'a
instauré qu'une seule chambre en instituant l’élection du président au
suffrage universel direct, elle a ouvert la voie à Louis Napoléon Bonaparte
qui sera élu premier président de la République française à une majorité
écrasante. L'assemblée qui a été élue en 1849 à une majorité monarchiste et
donc le coup d'Etat est inévitable car Bonaparte entend solliciter un second
mandat. Pour se faire, il doit réviser la constitution. Or cette constitution de
1848 est extrêmement rigide et la révision paraît impossible. La seule voie
possible pour conserver le pouvoir c'est le coup d'Etat et là Louis Napoléon
Bonaparte est absolument génial, son coup d'Etat est imparable. Il va être
très habile car le 31 Mai 1850, l'assemblée va adopter une loi qui va venir
restreindre de manière très importante le suffrage universel parce qu'elle

exigeait pour être électeur un domicile continu de 3 ans or c'est une période
d'exode rural et où il y a bcp de vagabond. Bonaparte est malin, il laisse
l'assemblée adopter cette loi. En novembre 1851, le président va demander
à la chambre l’abrogation de cette loi et la chambre va refuser et donc il a
enfin le prétexte d coup d'Etat, il va se poser en défenseur du suffrage
universel. Son coup d'Etat aura lieu le 2 Décembre 1851 car c'est
l'anniversaire de la bataille d'austerlitz et c'est le jour du sacre de Napoléon
1. Il est bien préparé, pas de place à l'impro, le président va dissoudre
l'assemblée et le conseil d'Etat et il convoque les électeurs sur le plébiscite
suivant : le peuple français veut le maintient de l'autorité de Louis Napoléon
Bonaparte et lui délègue les pouvoirs nécessaires pour établir une nouvelle
constitution. Les résultats sont écrasants puisque qu'on totalise 7 millions
439 210 oui contre 640 752 non.
SECTION 9 La constitution du 14 Janvier 1852
Il a faire œuvre de mimétisme (le neveu imite l'oncle) sachant toutefois que
les principes établies en 1789 sont confirmés, il y a une déclaration des
droits et le suffrage universel est rétablis dans toute sa plénitude.
Paragraphe 1 L'organisation des pouvoirs publics
A) L’exécutif
Il appartient au président de la République, nommé pour 10 ans. Il exerce
seul tous les pouvoirs gouvernementaux → Il commande les forces armées, il
déclare la guerre, il fait les traités, il dispose du pouvoir réglementaires et il
nomme à tous les emplois publics. Il nomme et révoque librement des
ministres mais des ministres qui n'ont pas de pouvoirs propres et qui
dépendent du seul président. Le président à l'initiative des lois et il nomme à
vie les membres du conseil d'Etat.
B) Le sénat
C'est une chambre haute qui est composé de notables choisit par l’exécutif,
il est chargé du contrôle de constitutionnalité de la loi et aucune loi ne peut
être promulgué sans lui avoir été soumise au préalable. Il fixe le sens des
articles de la constitution qui peuvent donner lieu à différentes
interprétations.
C) Le corps législatif
C'est une assemblée de 261 membres élus au suffrage universel. Son rôle
est de discuter et voter les lois. Les ministres ne peuvent pas en être
membres et c'est le président de la République qui la convoque et l'ajourne,
il peut aussi la dissoudre et ce alors qu'elle ne peut pas mettre la
responsabilité du gouvernement.
D) Le conseil d'Etat
Il est présidé par le président de la République qui en nomme les différends
membres. Il a pour rôle de rédiger les différends projets de loi et de soutenir
la discussion de ceux ci devant le Sénat et la corps législatif.
Paragraphe 2 Le devenir du régime
Le 7 Novembre 1852, un « sénatus consulté » (= référendum) rétablit la

dignité impérial, Napoléon Bonaparte devient Napoléon 3. 2 phases dans le
second empire :
Au début, l'empereur gouverne personnellement et il domine le système
politique. Pourtant le régime va évoluer vers le parlementarisme libérale.
Progressivement, de 1860 à 1870, des réformes rétablissent certains des
mécanismes classiques du régime parlementaire. On rétablit le droit
d’initiative et d'amendement et on rétablit aussi le droit d'interpellation qui
permet au corps législatif d'exprimer ses observations au gouvernement. On
met en place aussi un véritable gouvernement. En 1870, la responsabilité
politique des ministres est rétablie. Le 1er ministre de cette période Emile
Olivier va rédiger un projet constitutionnel qui par un référendum du 21 Mai
1870 instaure l'empire parlementaire. L'empire va s'effondrer le 4 Septembre
1870 suite à la défaite de Sedan. Fin du second empire.

CHAPITRE 2

Le choix définitif du régime parlementaire (1870
à aujourd'hui)

SECTION 1 La constitution de 1875 ou la constitution de la IIIe République
Paragraphe 1 La genèse du régime (1870 à 1875)
Le 4 Septembre 1870, la nouvelle de la capitulation de Napoléon 3 entraine
une journée parisienne, la République est proclamée et un h-gouvernement
provisoire de la défense nationale est constitué. Il est présidé par Trochu et
on y trouve des personnalité comme Gambetta, Jules Ferry. Son rôle est
d'assurer la continuité de l'Etat et de conduire la politique nationale en
attendant l'adoption d'une nouvelle constitution. Le problème c'est que ce
gouvernement provisoire ne peut pas juridiquement signer un traité de paix
définitif et il ne peut rédiger une nouvelle constitution parce qu'il n'a pas de
légitimité démocratique. Il va donc convoquer une convention chargée
d'élaborer une constitution. L'invasion du territoire et l'occupation du
territoire par l'ennemi n'a pas permis aux élections d'avoir lieux. Le 28
Janvier 1971, on signe avec la Prusse une convention d'armistice (= un préarmistice) et le 8 Février ont lieu les élections à l'assemblée réunit à
Bordeaux en raison de l'occupation du territoire. Ces élections marquent la
fin du gouvernement de la défense nationale.
A) L'assemblée nationale et le régime d'assemblée
Les élections à l'assemblée nationale se sont jouée sur une question
essentielle qui est celle de la paix ou de la poursuite du conflit puisque la
convention d'armistice prévoyait une assemblée qui devait être élue sur la
question de savoir si la guerre devait se poursuivre ou si la paix devait être
signée. Les monarchistes appellent à voter en faveur de la paix tandis que
les Républicains sont pour la continuation du conflit. Le 8 Février, le pays se
prononce en faveur de la paix et ils envoi tout naturellement une majorité
monarchiste à l'assemblée. Mais les monarchistes sont divisés en 2, entre les
légitimistes qui sont les partisans des descendants de Louis 18 et les
Orléanistes qui eux soutiennent les descendants de Louis Philippe. Pour ces
raisons, l'assemblée décide avant de rédiger la constitution de se consacrer
à la signature du traité de paix ce qui va conduire à la signature du traité de
Francfort en Mai 1871 qui va se solder par la perte de l'Alsace et de la
Moselle. L'assemblée se charge alors d'organiser un gouvernement et va

un amendement proposé par Henri Wallon va venir transformer le septennat personnel de Mac Mahon en un septennat impersonnel puisque cet amendement nous dit que le président de la République est élu à la majorité absolu des suffrages par le sénat et la chambre des députés réunis en assemblée nationale. le compte de Chambord qui représente la branche ainé (les légitimistes) ou le compte de Paris (orléaniste) qui rpz la branche cadette. le maréchal de Mac Mahon afin d'attendre la restauration monarchiste. il ne peut prendre la parole devant l'assemblée que si le conseil des ministres l'y autorise et engage sa responsabilité. Le 24 Mai 1873. Thiers est d'accord car il pense pouvoir décider quand même. Il gouverne à l'aide de ministres qu'il nomme et révoque. . Thiers s'amuse plus beaucoup. En plus. Il est assisté d'un vice président du conseil qui dirige le conseil des ministres et tout deux agissent sous l'autorité de l'assemblée et ils sont responsables devant elle. 3) La loi du septennat du 20 Novembre 1873 Après la chute de Thiers. il démissionne et l'assemblée monarchiste appelle pour le remplacer. de préserver les chances de restauration de la monarchie. Cette dernière décide de se soumettre à la branche ainé car le compte de Chambord n'a pas de descendant et à sa mort le trône reviendra à la branche cadette. qu'elle va charger de gouverner sous son autorité. Le but est d’éviter les frictions entres Thiers et l'assemblée. message que la chambre écoute et ensuite elle suspend ses travaux. 1) La loi ou la constitution rivée du 31 Aout 1871 Cette loi investit Mr Thiers à titre personnel du titre de président de la République. l'assemblée va organiser un régime provisoire à l'aide de 3 lois successives. 2) La loi ou la constitution De Broglie du 13 Mars 1873 L'assemblée va essayer de diminuer l'influence de Thiers au profit de celle du conseil des ministres puisque il est prévu dans cette constitution que désormais Thiers ne peut plus monter à la tribune qu'a l'occasion des débats qui touchent la politique extérieure. à une voie de majorité. il y a eu une tentative de restauration de la monarchie. Mais la restauration va échouer puisque le compte de Chambord va refuser le drapeau tricolore en disant qu'il refuse cet ordre nouveau qu'il ne veut pas reconnaître. chef du pouvoir exécutif. on met en place dans ce cas là un cérémonial particulier puisque si il veut prendre la parole il doit au préalable lui adresser un message. Il est donc impossible de restaurer la monarchie et l'assemblée se résigne à nouveau à gagner du temps et va nommer le maréchal de Mac Mahon président de la République pour une durée de 7 ans (parce que 7 ans c'est l’espérance de vie du compte de Chambord). En vue. On a 2 prétendants au trône de France.nommer Mr Adolphe Thiers. Le but de cette loi c'est de limiter l'influence de Thiers sur l'assemblée car c'est un orateur hors pair. B) L'amendement Wallon du 30 Janvier 1875 Une commission de la chambre va élaborer un projet de constitution et lors de la discussion de ce projet. Pour les débats de politique intérieure. Jusque là le septennat est personnel puisque la résidence est confié à Mc Mahon directement. La forme Républicaine de la constitution est acquise.

C'est un système de bicaméralisme parfait puisque les chambres ont les mêmes pouvoirs en matière législative c'est à dire que pour être promulguée une loi doit être voté en terme identique par les 2 chambres. C'est un régime qui va durer 65 ans mais qui va s'effondrer en Juin 1940 sur la défaite militaire et la parenthèse de Vichy. Dès lors. En matière de contrôle politique du cabinet. C'est ainsi que le sénat va renverser à 2 reprise. Cela explique que dans cette constitution la coutume constitutionnel à joué un rôle très important.Paragraphe 2 constitution de 1875 ou constitution de la IIIe Républiques A) Les caractéristiques du système Elle présente la caractéristique de mettre un terme pour longtemps à l'instabilité constitutionnelle inauguré par la révolution de 1789 puisque de 1789 à 1870 près de 15 régimes se sont succédés dont les plus durables sont la monarchie de Juillet et le second empire n'ont pas dépassés 18 ans. Le gouvernement est donc responsable politiquement devant les 2 chambres. C'est le système de la navette parlementaire. Le président du Sénat est le second personnage de l'Etat dans l'ordre protocolaire et le Sénat joue aussi le rôle de juridiction politique chargé de juger le président de la République et les ministres. le refus du sénat de voter les crédits et le budget entrainera l'obligation pour le gouvernement de démissionner. C'est une constitution qui est le fruit d'un compromis entre les monarchistes et les républicains. en 1937 et en 1938. B) L'organisation des pouvoirs publics 1) Le pouvoir législatif Il y a un bicaméralisme parfait entre les 2 chambres avec même une prééminence du sénat. b) Le sénat Il a été conçu par les monarchistes comme un contrepoids pour accepter de manière définitive le principe de la République. le sénat comprenait 75 sénateurs inamovibles et la loi du 9 Décembre 1884 a supprimé ces sénateurs inamovibles pour l'avenir et ils ont donc disparu progressivement par décès. dans ce cas il se transforme en haute cour de justice. le gouvernement de Leon Blum. . Mais le sénat conserve tout de même une certaine prépondérance car il ne peut pas être dissout mais il peut renverser le gouvernement. A coté de sénateurs élus. Navette qui veut que la loi circule entre les 2 chambres jusqu'à un accord parfait entre elles et de nombreux projets de loi seront refusés par le sénat (Le vote des femmes par exemple).25 Février et du 16 Juillet 1875. C'est une constitution qui est très courte. Cette égalité entre les 2 chambres n'est pas totalement absolue en ce sens où le budget et les lois de finance doit être soumis d'abord aux députés. C'est une constitution qui est formée de lois du 24. a) La chambre des députés Les députés sont élus au scrutin uninominal majoritaire à deux tours pour 4 ans. Il doit même donner un avis conforme pour la dissolution de la chambre des députés. les chambres ont les mêmes pouvoirs. elle se borne à viser certains mécanismes constitutionnels et elle n'est pas précédé de déclaration des droits.

il nomme aux emplois civiles et militaire. qui avait prononcé à Évreux un discours dans le quel il plaidait pour un président de la République actif à été contraint de démissionner quelques semaines seulement après son élections par le cartel ds gauches. il a le droit de dissolution. il promulgue les lois. ils sont tous égaux entre eux et ont tous le pouvoir d'engager la responsabilité du cabinet. il dispose du pouvoir réglementaire et du droit de grâce. il ratifie les traités. En 1887 par exemple. En contrepartie. il a le pouvoir de déclarer la guerre. à partir de 1879. il dispose du droit de message. C'est valable sur le papier mais en pratique dès que le président de la République va essayer de trouver une vraie place politique. ils peuvent y être entendu et ils peuvent cumuler leur fonction avec un mandat parlementaire.2) Le pouvoir exécutif On a un exécutif bicéphale. il dirige les forces armés. les députés vont l'obliger à démissionner. la IIIe République va gisser vers un régime d'assemblée où les assemblées seront souveraines. Jules Grevy qui vient d’être élu l'année précédente va se trouver mêlé à un scandale qui est relatif au trafic des décorations que fait son gendre à l'Elysée. Au . Il est élu par l'assemblée nationale. le président de la République va charger une personnalité en particulier de nommer les autres ministres et il va se contenter d’entériner les propositions que ce ministre lui fait. en 1924. le régime parlementaire est inscrit en toute lettre dans la constitution puisque l'article 6 de la loi du 25 Février 1875 nous dit que les ministres sont solidairement responsables devant les chambres de la politique générale du gouvernement et individuellement de leur actes personnels. il va y avoir tout au long de la IIIe République une tradition d’effacement du président. b) Le cabinet Les ministres sont nommés par le président de la république ils sont choisit dans la majorité parlementaire. C) Le devenir du régime D'un régime parlementaire qui aurait pu être équilibré. De même. La chambre des députés va refuser d'entrer en contact avec tout gouvernement qu'il viendrait à nommer tout le temps qu'il n'aurait pas démissionner. Donc. Pourtant. C'est la chambre des députés qui va gagner. Il est pénalement et politiquement irresponsable sauf cas de haute trahison. le président Millerand. Car l'institution de la présidence du conseil n'est pas prévus par la constitution. Néanmoins ce président avait des pouvoirs puisqu’il dispose de tous les attributs du pouvoir exécutif c'est à dire qu'il nomme les ministres. a) Le président de la République Normalement c'est un président de la république fort qui est mis en place car il a tout les attribut du pouvoir exécutif. Les ministres ont le doit d'entrer dans les chambres. c'est à dire la réunion des députés et des sénateurs à la majorité absolue pour 7 ans et il est rééligible. même si ce président de la République à des pouvoirs important. il a l'initiative législative. le président peut sur avis conforme du sénat dissoudre la chambre des députés. il accrédite les ambassadeurs. L'initiative des lois est partagée entre le président et les parlementaires. 3) Les rapports entre les pouvoirs publics Pour la première fois.

il va se retrouver dans une situation difficile puisque les élections à la chambre des députés se sont marqués par une large victoire des Républicains. il appelle Dufort qui est un homme plutôt à droite qui va devoir démissionner suite à plusieurs vote hostile de la chambre. et Gambetta pour le moniste. on ne sait pas si le régime parlementaire sera moniste ou dualiste. C'est la proclamation de la souveraineté parlementaire puisque le système va se déséquilibre au profit du pouvoir législatif. La réponse sera apporté par la crise du 16 Mai 1877. la constitution Grévy Dès son élections. Il appelle alors Jules Simon qui est un homme politique très habile. j'ai une responsabilité devant la France ». Mac Mahon maintient sa position. Par ce message il annonce aux députés la disparition ou plutôt la non-utilisation du droit de dissolution. 2) L'abandon du droit de dissolution. Jules Simon qui avait du accepter de discuter de la question reçoit une lettre de Mac Mahon le 16 mai qui lui demande sa démission. il faudra pour le Maréchal se soumettre ou se démettre. célèbre pour avoir proposé lors de la discussion de la constitution de 1848 la suppression de la fonction de prèsident de la République. Les parlementaires vont alors lui élire un successeur. On voit bien que Mac Mahon veut jouer un rôle politique actif. il dispose que quand le corps électorale aura parlé. Jules Grévy. Normalement la règle du jeu parlementaire aurait voulu que Mac Mahon nomme une premier ministre issus de la majorité parlementaire. Le 5 mai 1877. Mac Mahon reconnaît que le gouvernement doit gouverner avec la seule confiance de l’assemblée et que donc le régime parlementaire de la IIIe République sera un régime parlementaire moniste. c'est un régime . Mac Mahon ne le fait pas. il impose sa position. il va prendre prétexte et va démissionner. le maréchal veut vraiment gouverner et veut n’appeler au gouvernement que des hommes qui ont sa confiance.début. le victoire des républicains est encore amplifiée . Grevy adresse un message aux chambres dans lequel il dit qu'il n'entrera jamais en conflit avec la volonté nationale. Suite aux élections. Cet abandon sera définitif et conduira à la subordination de l’exécutif. En 1879. Les chambres vont refuser de renter en contact avec lui et Mac Mahon va se soumettre et appeler comme président du conseil un ministre issu de la majorité parlementaire. Les conservateurs et le clergé font campagne en faveur du dualiste. est ce que le cabinet ne doit gouverner qu'avec la confiance du gouvernement (moniste) ou la confiance du président (dualiste). En 1876. Après s’être soumis il va se démettre. les Républicains emportent la majorité au sénat et le 30 Janvier 1879. Devant les électeurs. il y a une interpellation de Gambetta qui blâme l’agitation qui règne au sein du clergé catholique. il va nommer comme près du conseil De Broglie et celui ci va se retrouver mis en minorité à la chambre et Mac Mahon prononce alors la dissolution de la chambre des députés. Dans son discours de Lille. Mais comme cette restauration à échoué définitivement suite à la querelle des drapeau et à l'amendement Wallon. il écrit à Jules Simon « je n'ai pas comme vous une responsabilité devant le parlement. 1) La crise du 16 Mai 1877 ou le régime parlementaire moniste Le maréchal de Mac Mahon à été élu en 1873 à la présidence de la République par la majorité monarchiste puisque les monarchistes savent que Mac Mahon s'effacera dès l'instant ou la restauration sera possible. une question se pose qui est de savoir si le régime doit être moniste ou dualiste.

Les actes constitutionnelles de Vichy ne seront jamais soumis à référendum mais seront appliquées. A l’inverse. Les autorités allemandes imposent ces décisions. En juin 1943. car tenu par des personnalités fortes. Mais cette fonction va apparaître avec le duc de Broglie et s’enracinait avec Dufort. Une loi constitutionnelle du 10 juillet 1940 adoptée par les deux chambres à Vichy. 1905 sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat. on commence à donner au président du conseil des services. et l’ont autorisé à constituer une force militaire autonome qui continuera le combat au nom de la France au côté des alliés. comme Pointcarré. Va dépendre de sa personnalité. La loi de finance de 1934 va reconnaitre l’existence d’un ministre chargé de la présidence d’un conseil et on lui attribue un local (Matignon) Néanmoins. SECTION 2 1940-1944 Cette période constitue une brèche dans la démocratie parlementaire en France.d'assemblée. pouvoir qu’il rendra au peuple en 1945. à l’effet de promulguer un ou plusieurs actes une nouvelle constitution de l’état Français. . Elle devra garantir les droits du travail. Abandon démocratique. la III repu va être marquée par une instabilité gouvernementale chronique puisque les crises ministérielles vont être fréquente. Elles vont donner tous pouvoirs au gouvernement de Pétain. lorsque les majorités sont faibles on recherche des conciliateurs. Cette constitution d e1875 a assurée à la France sa première vraie stabilité constitutionnelle depuis l’ouragan de la constitution de1789. Il faut savoir que la durée moyenne d'un cabinet est de 6 mois. L’acte constitutionnel de 1942 attribue un chef du gouvernement. Le 27 octobre. c’est-à-dire des décrets susceptibles de modifier les lois en vigueur. les chambres ont été amenées à prendre des décrets ayant force de lois. Les actes de 1940-1941 confèrent tous pouvoirs politiques au chef de l’état. De 1899 à 1913. Il va y avoir translation de la souveraineté nationale en souveraineté parlementaire puisqu'on va se retrouver dans une système dans lequel le parlement est tout puissant car il maitrise son ordre du jour et le gouvernement est responsable devant les 2 chambres sans moyen de riposte. Pétain a tous les pouvoirs. mais ne permet pas à des forces politiques divisées de trouver dans les institutions les moyens de faire face aux problèmes du 20e siècle. de son charisme. Dès lors. une fois la crise terminée. Clémenceau. Cette stabilité ministérielle a permis quand même à la III République de réaliser de très gros chantier législatif → Loi de 1901 sur les associations. Depuis le 28 juin 1941. Brillant. Malgré cette instabilité il y aune continuité de la politique car si les gouvernements tombent les ministres sont a chaque fois les même. Cette constitution va s’effondré le 10 Juillet 1940. un autre gouvernement va s’installer puisque le 24 novembre 1941 le général de Gaulle constitue un comité national Français. Elle s’est révélé bien adapté au monde d’avant 1914. les Anglais ont reconnu en De Gaulle le chef de la France libre. période où les majorités seront stables. Des 1914. le général s’attribue à Brazzaville l’exercice du pouvoir par une ordonnance. Paragraphe 3 Les tentatives de restauration du pouvoir exécutif A) L’organisation de la présidence du conseil Nulle part dans la constitution n’est faite allusion à un premier ministre ou président du conseil. car ils veulent que Pierre Laval reviennent au pouvoir. de la solidité de la majorité qu’il détient au gouvernement. de la famille et de la patrie. Parallèlement. il faudra atteindre la constitution de pour lui reconnaisse une véritable autorité B) L’apparition des décrets lois Pendant la guerre mondiale. qui va s’attribuer le titre de président du conseil.

De cette fusion va naitre le comité Français de la libération national.9% d’abstentions. il préside le conseil des ministres. Donc nouvelle assemblée constituante : elle sera adopté par 53%. Par rapport à la troisième. nomme les hauts fonctionnaires mais tous ses actes doivent être contresignés par le président du conseil et par les ministres responsables. un président et un président du conseil élu par les assemblées et responsables devant elles. chambre basse ou assemblée nationale. l’assemblée ne pourra passée outre que dans les mêmes conditions.suite à un accord entre DG et Giraud. Il sera repoussé par le peuple avec 53 % de non. 19. L’assemblée va élaborer un projet de constitution. Le conseil de la république est élu au suffrage universel indirect. exercé par le président de la République et le président du conseil d'autre part. le bicaméralisme est inégalitaire et l’assemblée exerce le contrôle politique du gouvernement qu’elle peut renverser. Fin 1943. On va décider que les listes qui se déclarent entre elle apparentées enlèvent dans le département tous les sièges du département. il y aura fusion entre le comité national Français et le commandement civil et militaire. B) Le pouvoir exécutif Le pouvoir exécutif est bicéphale. l’assemblée nationale exerce une grande prépondérance. il est irresponsable politiquement. l’autre sur l’extension du suffrage aux femmes. soit en refusant la confiance. il ne possède pas le contrôle politique du gouvernement. Il désigne le président du conseil. qui doivent être tout d’abord être adoptés par l’assemblée nationale et il formule son avis. une assemblée unique. Après la libération. et chambre haute qui prend le nom de conseil de la république. soumis à referendum en mai 46. Dans les faits. ses pouvoirs sont . Jusqu’en 1954. SECTION 3 La constitution du 27 octobre 1946 Paragraphe 1 La genèse Ce n’est qu’en 45 que la fin des hostilités et le retour des prisonniers va permettre une consultation électorale. le conseil examine les projets ou les propositions de lois. ce comité passe sous l’autorité de DG. le 24 avril 1944. afin d’empêcher la poussé des communistes sur la gauche et des Gaullistes sur la droite. 1) L’assemblée nationale Elue à la représentation proportionnelle. Le GPRF a pris 2 ordonnances : l’une sur le rétablissement de la légalité républicaine. le système va changer. Néanmoins l’assemblée n’est pas tenue par les modifications du conseil de la république lorsqu’elle vote la loi en deuxième lecture. il se transporte d’Alger à Paris. soit en votant la motion de censure. Dans ce système. Elle sera promulguée le 27 octobre 1946 et est précédée d’un préambule très social. Paragraphe 2 L’organisation des pouvoirs publics A ) Pourvoir législatif Pouvoir bicaméral mais imparfait. le comité prend le nom de gouvernement provisoire de la république Française. à la plus forte moyenne au suffrage universel. En 1951. radicaux et MRP de gagner les élections en 1951 et 1956. Système qui va permettre aux socialistes. La réforme constitutionnelle du 7 décembre 1954 rétablie la navette parlementaire mais est limitée a 100 cents jours après l’adoption du texte en deuxième lecture à l’assemblée nationale. Si le conseil de la république à voter un amendement au scrutin public et à la majorité absolue de ce membres. nomme les ministres sur proposition de celui-ci. Le président est élu pour 7 ans par les 2 chambres réunies. Référendum sur deux questions : l’assemblée doit-elle être constituante ? La réponse sera oui. C’est là que se marque l’acte de décès de 1875. la loi du 9 mai va insérer dans ce scrutin un élément majoritaire. mais avec 31% d’abstentions. Ce premier projet prévoyait une déclaration des droits très sociaux.

il reçoit seul l'investiture de l'assemblée à la majorité absolue de l'assemblée nationale après avoir présenté son programme. Le général n’accepte pas le schéma quo se dessine et qui va conduire le gouvernement à procéder directement du parlement. Désigné par le président de la République. nomme aux emplois civils et militaires. Cette constitution va permettre la transposition de la souveraineté nationale en souveraineté parlementaire. soit en votant la motion de censure (à la majorité absolue des membres). à l’initiative des lois. Le président du conseil est le chef du gouvernement. le président du conseil. Va entrainer le départ de DG. On va donner plus de garantit au président du conseil pour exercer sans qu'il soit menacé de révocation. le président désigne un ministre comme président du conseil. III. D'ou l'existence dans la pratique d'une double investiture qui était une procédure lourde. L’article 3 de la constitution dispose qu’en toute matière autre que constitutionnelle. En 1947. prononcé par le président. de Bayeux. ainsi que son gouvernement. en juin 46. devant l’assemblée nationale qui peut l’obliger à démissionner. Cela passe par une réglementation des rapports entre le président du conseil et l’assemblée nationale. Seul le président du conseil après autorisation du conseil des ministres peut poser la question de confiance aux députés Le vote de la confiance ne peut avoir lieu qu’un jour franc après que la question est été posée. puisque l’organisation du parlement est décrite avant celle du gouvernement. soit en rejetant la question de confiance. le peuple exerce sa souveraineté par ses députés à l’assemblée nationale. mais l'assemblée qui avait accordé sa confiance au président du conseil n'était pas toujours d'accord sur la composition du gouvernement. Mais l'absence de mises en cause de la souveraineté de l'assemblée assemblée a fait échouer ses mécanismes. Il dispose de moins de pouvoir par rapport au président sous la III République → déclin du rôle du chef de l'Etat en tant qu'élément principal du régime. Si les parlementaires déposent une . mais n’est pas encore nommé. Jusqu’en 1954 c’est Vincent Auriol. C'est lui qui nomme les ministres qui vont l'assister dans ses fonctions. En fait. désigné par le président de la république présente son programme et son gouvernement à l'assemblée nationale qui l'investit à la majorité simple mais cela à pour effet d'affaiblir la position du président du conseil. Il préfigure ce que sera la 5e république. Après 1954. La réforme constitutionnelle de 1954 reviendra au système de la 3e république ou l’investiture sera accordée ou refusé au cabinet tout entier. décide la dissolution de l’assemblée nationale. Mais il a une autorité morale assez grande qu'il tient de Vincent Auriol et René coty (présidents du conseils). La révision constitutionnelle du 7 Décembre 1954 n'était pas suffisante pour empêcher l’échec de la rationalisation du régime parlementaire.formels. pressenti par le président de la république. Paragraphe 1 L’institution de la souveraineté parlementaire : le départ de DG La lecture du texte montre bien cette hiérarchie entre les pouvoirs publics. Pour être nommé il doit obtenir un vote de confiance à la majorité absolue des membres de l’assemblée nationale. le 20 janvier 1946. Son autorité est légèrement renforcés par rapport à la III République. Il est responsable. L'esprit des institutions : Les tentatives de rationalisation du régime La IV République va essayer de rationaliser le régime parlementaire. c'est aussi le chef de la majorité parlementaire et il dirige la coalition des partis qui soutiennent le gouv. Ramadier va dénaturer le système puisqu’il va être investi par l’assemblée puis il va repartir une deuxième fois devant les députés pour solliciter l’investiture à nouveaux mais pour l’ensemble de son gouvernement. Il exerce le pouvoir réglementaire. et de 1954 à janvier 59 c’est Renée Coty. A) Les tentatives de rationalisation du régime parlementaire – L’investiture du gouvernement par l'assemblée nationale La procédure mettait en position de force le président du conseil pour constituer son gouvernement. dirige la force armée. Le président du conseil à 3 fonctions essentielles → Chef réelle de l'exécutif. DG va exprimer son rejet dans un discours. il choisit les ministres et peut les révoquer.

le parlement délégué au gouvernement ses compétences dans de nombreuses matières ainsi l'assemblée nationale empêchait le gouvernement d'agir mais ne gouverne pas à sa place. Mis en minorité à la majorité relative. procéda à la dissolution de l'assemblée nationale. B) L'échec des tentatives de rationalisation du régime parlementaire L'échec a deux raisons → institutionnelles-juridique et politiques. le vote ne peut intervenir sur cette question qu'un jour franc après son dépôt. Plusieurs causes existent à cette instabilité : • Les cabinets prennent l’habitude de démissionnée dès qu’ils sont en minorité et ceux alors qu’ils ne sont pas obliger de le faire. Elle sous entend non pas une crise ministérielle mais des crises répétées. Ce renversement n'était pas pris en compte pour rendre possible une dissolution. le gouvernement n'est renversé que si cette motion obtenait la majorité absolue des suffrages. Le parlement a été assimilé depuis 1877 à la démocratie. D'une part. En Décembre 1955. Il y a plutôt une coalition initiale de 3 partis. Les mécanismes mis en place se sont avérés impuissant. Cette dissolution est alors une prérogative inutile ? Les deuxième raisons est plus politique. président du conseil. De même. elle va s’arranger pour calculer les votes. Lorsque l’assemblée vote la défiance. le droit de dissolution va se retrouver paralyser. le vote à lieu dans les mêmes conditions. l’exécutif ne peut se redresser. Paragraphe 2 Le devenir du régime A) L’instabilité gouvernementale En 12 ans. qui soit en outre deux renversements conformes aux exigences constitutionnelles c'est à dire à la majorité absolue (elle est prononcé par le président de la République mais la décision est prise en conseil des ministres) et la dissolution impossible dans les 18 premiers mois. D'autre part. La constitution avait été prévue pour fonctionner avec des majorités de coalitions solides. seul le président du conseil peut la poser après autorisation du conseil des ministres (contrairement à la III République ou n'importe quel députés pouvait le faire). En 45 . 22 gouvernements. – Le droit de dissolution La rationalisation du système parlementaire aurait du exiger que le gouvernement puisse exercer le droit de dissolution afin d'équilibrer la puissance du parlement. – La réglementation de la question de confiance Pour éviter le recours systématique à cette procédure de confiance destiné a renversé le gouvernement. La dissolution n'est envisagé par la constitution que comme le moyen de mettre un terme au mandat d'une assemblée qui s'est montré réellement incapable de définir une politique. D'autre part. il faut que la majorité se prononce contre la confiance pour que le gouvernement soit renversé. finalement c'est la souveraineté du parlement qui conduit à l'exaltation de la loi et a la relégation de la constitution. Ces institutions et ces partis politiques perdent de leur crédit car dénoncé par le général DG. Le plus long est celui de Guy Mollet. le gouv se sentait politiquement obligé de démissionner. Le régime fonctionne mal. il a fonctionné comme un régime d'assemblée. La SFIO était allé chercher des appuis au centre droit. si les députés déposent une motion de censure. C’est les votes calibrés. • Dès l’instant ou les cabinets se retirent à la majorité relative. Edgard Faure. La première raison est constitué par l'absences de majorité parlementaire qui soutient le gouvernement. les mécanismes propres a assurer la stabilité du gouvernement ne le protège pas réellement. la question de 1946 cherche à rendre plus solennelle la question de confiance. Il faut deux renversements ministérielles en 18 mois. Les communistes quittent le gouv en 1947 après avoir voté contre le gouv dont il faisait parti.motion de censure. D'une part. Puis les socialistes ne vont plus participer pendant la 2nd législature.

B) Les tentatives de solutions Alors que la constitution interdisait les décrets lois. deux projets de révisions constitutionnels sont déposés. La législation déléguée est consacrée dans l’article 38 de la constitution de 58. si aucune motion de défense ne lui est opposée.et 46. la dissolution sera automatique si le président du conseil à prévenu avant le vote des députés que le refus aurait cette conséquence. La 4e ne va connaitre que des gouvernements de coalition. reconnaît les décrets lois. Cette disposition passera dans l’article 49-3 de la constitution de 58. dans lesquels les partis établissent des programmes de compromis. La 4e aurait pu se réformer si elle avait réussi à mener à bien le problème de la décolonisation de l’Algérie. lorsque le président du conseil pose cette question sur un texte ou un projet. si le gouvernement est renversé dans les deux mois de son investiture. Mais les émeutes d’Alger le 13 mai 1958. débouchent sur le retour au pouvoir de DG le 1 er juin. que sont les projets Gaillard et Pflimlin. Il va obtenir une délégation du pouvoir législatif et constituant par la loi du 3 juin 1958. Il est prévu une révision de la question de confiance. En 1955. une loi du 17 aout 48. dit loi Andrey Marie. Le droit de dissolution est modifié. ce projet sera adopté sans vote. -Suffrage universel -L’indépendance de l’autorité judiciaire -organiser les rapports de la république et des peuples -Le gouvernement doit être responsable devant le gouvernement . il y avait eu un effort de restructuration des différents partis politiques mais le morcèlement de l’opinion publique alliée au scrutin proportionnel va entrainer une dispersion de suffrages entre de nombreux partis concurrents.