You are on page 1of 5

Dept. de Physique.

Univ. A. Mira de Béjaia.

Série. I.

Propriétés Physiques des Solides


21 avril 2010

EX01
39.09
de densité de masse 0.36 × 10+3Kg m3 .

En considérant milieu métallique de Potassium K19
1/ déterminer la densité des électrons ñ du milieu.
2/ déterminer le vecteur d’onde des électrons de conduction kF sur la surface de Fermi.
3/ déterminer l’énergie de Fermi EF de ces électrons de conduction.
4/ comparer la valeur de cette énergie avec celles de l’agitation thermique dans le domaine de
températures {200, 250, 300, 350 400, 450 & 500 K}1 .

EX02
Pour le cas d’un milieu métallique assimilé à un gaz d’électrons libres, l’expression de son énergie
de Fermi à une température T est déterminée à partir de l’occupation électronique totale2 :
+∞
Z
ñ = 2 f (ε) .g (ε) dε
0

1/ déterminer l’expression de cette occupation électronique à la température du zéro aboslu


(T 0K).
2/ déterminer la relation entre cette occupation et l’énergie de Fermi du milieu.

EX03
1/ déterminer l’énergie cinétique moyenne (i.e. par électron) dans un gaz à n électrons libres à
la température du zéro aboslu (T 0K) :
+∞
2
Z
hεi = ε.f (ε).g (ε) dε
N
0

2/ déduire la relation entre cette énergie moyenne avec l’énergie de Fermi de l’EXO1 précédent.

EX04
1/ déterminer l’erreur relative commise à travers l’application de la formule d’approximation
de Stirling dans les calculs, pour une série de valeurs n ≤ 1000 :

ℓn (n!) ≈ nℓn − n

2/ représenter et comparer les profils des deux fonctions 3 .

1 en unité de la Température Thermodynamique : Kelvin


2 la forme des DOS ’s tridimensionnelles étant exprimée sous la forme :
2melec 3/2 1/2
„ «
1
g (ε) = 2 2
ε
2π h̄
3 Il est recommendé d’écrire un programme en Fortran (ou en C) calculant les valeurs des deux fonctions, les

affichants en tableaux distincts, déterminant les erreurs relatives et représentant graphiquement leurs profils

1
EX05
En considérant un échantillon d’un milieu matériel métallique de forme parallélo-pipédique et
3
de dimensions a × b × c (en unité de 10−6 [m] ). Sur la base des idées de Drude, la propriété
électrique du milieu est entièrement portée par ses électrons de conduction, le comportement
de ces derniers à l’intérieur du milieu est ainsi assimilé à celui des électrons libres d’un gaz
électronique.

1/ Développer l’expression de l’hamiltonien général du milieu métallique.

2/ Déduire la forme de cet hamiltonien résultant d’une application de l’approximation de Born-


Oppenheimer (i.e. figeant les noyaux figés sur les positions des sites atomiques).

3/ Proposer une solution propre au problème polyélectronique posé.

4/ L’assimilation du milieu matérial à un gaz d’électrons est réalisé à travers une négligeance
des interactions électrostatiques “Coulombiennes“ (électron-ion) et (électron-électron), discuter
la séparabilité de l’hamiltonien résultant.

5/ En adoptant comme solution propre à l’hamilonien monoélectronique du gaz d’électrons une


fonction en onde plane (PW)4 suivante :
~
ϕki (~ri ) = C.ej ki .~ri

l’indice électronique i = {1, 2...n} étant utilisé pour distinguer chancun des n électrons du gaz,
déterminer l’expression de la constante de normalisation C.

6/ Déterminer la série des vecteurs d’ondes électroniques vérfiants les conditions de Born-von
Karman (BVK) et distinguants les états quantiques permis dans l’espace des points-~k.

7/ déterminer le volume Ω̃ki occupé par chaque état quantique k~i dans cet espace des points-~k.

8/ Développer l’expression de la valeur (énergie) propre monoélectronique εki .


 
9/ Représenter la relation de dispersion (énergie-vecteur d’onde) : εki = ε ~ki .

10/ Développer la forme de la solution propre polyélectronique pour un gaz ”hypothétique“ à


six (06) électrons.

o
11/ Développer l’expression correspondante de l’énergie du gaz Egaz à l’état fondamental.

12/ Avec le passage du cas dicrêt vers le cas continu, déterminer l’expression de la densité
d’énergie du gaz à la température du zéro absolu (T = 0K) 5 :
1
Z
...d3~k
X
... →
ki
Ω̃ k

13/ L’introduction de l’effet de la temparature est réalisé à travers la distibution Fermi-Dirac


décrivant la répartition électronique sur chaque état quantique d’énergie ε :
 ε−EF
f (ε) = 1 1 + exp KB T

déterminer l’expression de la densité d’énergie du gaz à une T température non-nulle.

14/ développer l’expression de la chaleur spécifique du gaz d’électrons traité.

4 PW : Plane Wave
5 Dans le cas tridimensionel, l’expression de la densité des états quantiques est exprimée sous la forme
radicale suivante (en unité de etats/eV.m3 ) :
„ «3/2
1 2melec
g (ε) = ε1/2
2π 2 h̄2

2
15/ déterminer l’expression du coefficient γ de Summerfeld correspondant, tel que :

Celec = γ.T

EX06
Les études sur les propriétés électroniques des solides cristallins ont montré le rôle joué par
la périodicité des potentiels cristallins dans l’apparition de gaps d’énergies aux extrémités des
zones de Brillouin (BZ’s). Ce comportement est mis en évidence à travers l’application du
modèle unidimensionnel de Kronig-Penney basé sur l’approximation du potentiel périodique
du solide (i.e. le potentiel réel avac sa forme exacte) par une série de potentiels constants
(plats) de hauteur uo et centrés sur les sites atomiques, Fig.1.

1/ Développer l’expression de l’hamiltonien monoélectronique dans chacune des régions :

0≤x≤A & A≤x≤A+B

2/ Développer les équations de Schrôdinger de ces deux régions.

3/ En posant ki2 = 2melec εi h̄2 décrivant le vecteur d’onde électronique (i.e l’énergie cinétique


d’un électron i) dans la région intérieure à la sphére atomique et (kappa carré) κ2i = 2melec (εi − uo ) h̄2


le vecteur d’onde de cet électron i (i.e. son énergie cinétique) dans la région interstitelle entre les
sphères atomiques, les formes générales des soutions propres ϕi(1) (xi ) & ϕi(2) (xi ) dans chacune
des deux régions de calculs sont données par :

ϕi(1) = C1 cos (ki xi ) + C2 sin (ki xi )
ϕi(2) = D1 ch (κi xi ) + D2 sh (κi xi )

A partir des conditions de continuité des solutions propres et de leurs dérivées premières,
déterminer les relations liants les coefficients {D1 & D2 } de la seconde solution propre aux
coefficients {C1 & C2 } de la première.

4/ réecrire l’expresion de la solution propre de la seconde région tenant compte des résultats
de /3/.

5/ En appliquant le théorème de F. Bloch (1929 ) pour les solutions propres et leurs dérivées
premières, au point xi = −B (la périodicité de ce réseau atomique unidimensionnel étant
R = A + B) :
ϕi(1) (xi + R) x =−B = ejG.R . ϕi(1) (xi ) x =−B
(
i i
∂ϕi(1) (xi +R) ∂ϕ (xi )
∂xi = ejG.R . i(1)
∂xi
xi =−B xi =−B

et tenant compte de la condition de continuité des solutions propres { ϕi(1) (xi ) & ϕi(2) (xi ) }
en ce point xi = −B, montrer que le système résultant est développée sous la forme matricielle :

cos (ki A) − ejG(A+B) ch (κi B) sin (ki A) + ejG(A+B) kκii sh (κi B)


      
C1 0
. =
−ki . sin (ki A) + ejG(A+B) κi .sh (κi B) ki . cos (ki A) − ejG(A+B) ki .ch (κi B) C2 0

~ étant le vecteur de translation de l’espace réciproque unidmensionnel correspondant.


G

les solutions non-triviales (non nulles ensembles) du déterminent séculaire6 résultant sont ob-
tenues pour le seul cas où :

κ2i − ki2
. sin (ki A) sh (κi B) + cos (ki A) .ch (κi B) = cos (G (A + B))
2κi ki

6/ Dans le cas d’une assimilation des secondes régions du potentiel précédent à des fonctions
delta de Dirac à travers une subtitution, Fig.2. :
– de la valeur finie uo des hauteurs des barrières par une valeur infinie uo → +∞.

– de la largeur B de ces barrières par une valeur nulle B → 0, de manière à consever la


valeur finie de l’aire définie par le produit uo × B = C ste .

3
Discuter le sens physique d’une telle situation, à l’échelle de l’électron.

7/ En posant α = melec uo .B.A h̄2 (avec uo .B = C ste ) et β = ki A, démontrer que les solutions

non-triviales précédentes vont être réduites sous la forme :

sin (β)
α. + cos (β) = cos (GA)
β
La résolution graphique de cette dernière équation est réalisée à travers le tracé de la fonction
f (β) = α. sin (β) /β + cos (β) et la recherche des points ~ki donnants lieu à :

−1 ≤ f (ki ) ≤ 1

Note :

Pour le cas des hautes barrières (α = 2 ), le profil de la fonction résultante est représenté par
Mathématica sous la forme :
In[41]:= phi1�z_ :� 3  Pi  2  Sin�z  z  Cos�z
phi2�z_ :� 1
phi3�z_ :� 1
Plot�phi1�z, phi2�z, phi3�z, z, 20, 20,
PlotRange  Automatic

Out[44]= 2

�20 �10 10 20

�1

Sat, 25th-04-2009 09 :30 AM

6 Secular Determinant : det=0

4
Fig. 1 – Profils du potentiel de Kronig-Penney et du potentiel complet (Réel : full Potential)

Fig. 2 – Profil du potentiel de Kronig-Penney résultant...