Inscrivez-vous ou connectez-vous

El y assami joined Medix - on Medix 19/04/10

9 Commentaires »

224 Membres »

Mardi 20 A vril 2010
Accueil | Forum | Livre D'or | Newsletter | Contactez-nous |

RSS

Rechercher dans le site |

Devenir membre Imprimer

Envoyer par mail |

A nnuaire Medix Chat Medix Cours de Médecine Fiches Techniques Formule Biologique Iconographie Partenaires QCM Sitemap REIN ÉCHO SA NTÉ Congrès médical Medicine Encyclopedia

Soins infirmiers en psychiatrie
C ours de psychiatrie

Medivor : Moteur de recherche A natomie A ngéiologie A nthropologie A ppareil locomoteur Bactériologie Cancérologie Cardiologie

Web

www.m e dix .fre e .fr

Recherche Google

Objectifs des interventions en psychiatrie :
Dé finir le s patholo gie s R e pé re r le s é lé m e nts de sé m iologie conce rnant le s pathologie s. Q uatre m odule s : • Né vrose s e t trouble s dé pre ssifs • Psychose s, pe rve rsions, é tats psychotique s e t é tats lim ite s • Trouble s de la co nduite alim e ntaire , conduite s tox icom aniaque s e t alcoolique s • Trouble s ne uropsychiatrique s de s pe rsonne s âgé e s e t dé ficie nce m e ntale .

Chirurgie Dermatologie Endocrinologie Épidémiologie Gastrologie Entérologie Gériatrie Gynécologie Obstétrique Hématologie Hépatologie Hygiène Immunologie Infectieux Médecine Dentaire Médecine Interne Médecine Légale Néphrologie Neurologie Ophtalmologie ORL Pédiatrie Pharmacologie Psychiatrie Psychologie Pneumologie Réanimation Urgences Santé Publique

Ide ntifie r le s traits de ca ractè re lié s a ux diffé re nte s pathologie s. Dé crire , pratique r e t é va lue r le s soins infirm ie rs re latifs aux pe rsonne s souffra nt de trouble s m e nta ux .

Urologie Divers

Les soins infirmiers en psychiatrie :
Structure de s cours : O bje ctifs re che rché s. Actions concrè te s à m e ttre e n oe uvre . Attitude à obse rve r. Le tra ite m e nt • Mé dica m e nts : indications, a dm inistration, surve illance • Éducation du patie nt e t de la fam ille Illustrations : film s Étude d'un cas concre t.

Les pathologies psychotiques :
* Para noïa : m a la de pe rsé cuté , m é fiant * Schizophré nie • Dé lire paranoïde * Psychose m a nia co-dé pre ssive (PMD)
Traduire Derniers articles 73 En ligne Partager Abonnez-vous Rejoindre le chat

* Bouffé e dé lirante aiguë * Psychose hallucina toire chronique * Psychose s pue rpé rale s * C onfusion m e ntale * Para phré nie A - LA PA RA NOÏA : Pathologie chronique . Tout le m onde a de sim ple s ré actions paranoïaque s. Il e x iste de s pe rso nna lité s à caractè re paranoïaque . Le dé lire paranoïaque e st trè s "logique ", trè s construit, trè s cohé re nt. Mé canism e s de proje ction qui re tourne nt le s se ntim e nts de la pe rsonne com m e é tant é pro uvé s par le s autre s vis à vis de lui-m ê m e . B - LA SCHIZOPHRENIE : Pathologie chronique . "L'e sprit coupé ". C ara cté risé e par un m orce lle m e nt de la pe rsonnalité : dissociation. Le m a la de s'e nfe rm e sur lui-m ê m e . Le m onde ré e l l’a ngoissant, il re cré e sa propre ré alité . C - LA BOUFFEE DELIRA NTE A IGUË : Pathologie aiguë . Form e aiguë de psychose . Le dé lire va pre ndre toute s sorte s de form e s. Il n'e st pa s systé m atisé . D - LA PSYCHOSE HA LLUCINA TOIRE CHRONIQUE : Pathologie chronique où pré dom ine nt le s hallucinations : • Visue lle s • Auditive s • C é ne sthé sique s Une ha llucination e st une pe rce ption sans obje t. Autom atism e m e ntal : le s ha llucinations psychique s so nt associé e s : • À l’é noncia tion de s acte s • À l’é cho de la pe nsé e Le suje t a l’im pre ssion d’ê tre sous la dom ination d’une force e x té rie ure : • Q ui l’influe nce de façon m a lé fique • Q ui lui dicte sa conduite C e rtains fo nt un lie n ave c la schizophré nie . E - LA PSYCHOSE PUERPERA LE (A IGUË) : Psychose pré ou post-partum . Gé né rale m e nt ré ve rsible . F - LA CONFUSION MENTA LE : Pe ut ê tre provoqué e par un problè m e infe ctie ux , cardio -vasculaire , tox ique ou traum a tique . C om posa nte de dé sorie ntation te m poro-spaciale . G - LA PA RA PHRENIE : Pathologie chronique . Form e de dé lire plus ou m oins e nvahissant m ais qui n’e m pê che pas de m e ne r une vie pra tique m e nt norm ale . H - LA PSYCHOSE MA NIA CO-DEPRESSIVE : Pathologie chronique . Trouble de l'hum e ur.
Traduire Derniers articles 73 En ligne Partager Abonnez-vous Rejoindre le chat

Succe ssion d'accè s m aniaque s e t/ou d'accè s m é lancolique s. • Soit bipolaire : a lte rna nce d’accè s m aniaque s e t m é lancolique s • Soit unipolaire : succe ssion d’accè s m é lancolique s ou m aniaque s Pathologie trè s bie n stabilisé e par le s traite m e nts actue ls. Dé sir de m ourir trè s fort dans le s accè s de m é lancolie . Da ns ce m odule , o n ne traite ra que l'accè s m aniaque . L’accè s m é la ncolique se ra traité e n m ê m e te m ps que le s é tats dé pre ssifs.

Névroses et psychoses :
Névrose Psychose

Ç a è Pulsions : 0 à 1 an

Ç a è Blocage au nive au du ça

Moi è Pe rsonnalité : 1 a n à 5-6 ans

Indiffé re nciation de s trois structure s (ça, m oi, surm oi)

Surm oi è C onscie nce socia le : 5 ans (Œdipe è inte rdit de l'ince ste ) Inté gration de s inte rdits socia ux Fre ud : Tote m e t Tabou è Angoisse s : de castration

Indiffé re nciation

è Angoisse : de m orce lle m e nt

Principe de ré a lité

Principe de plaisir

Libido gé nitale : dirigé e sur de s zone s é rogè ne s

Libido narcissique : dirigé e ve rs le suje t lui-m ê m e : Auto-é rotism e = Autism e

Mé canism e de dé fe nse : re foule m e nt

Mé canism e de dé fe nse : isole m e nt

R apport à la ré alité : • conse rvé • alté ré Trouble s du com porte m e nt : m ine urs

R apport à la ré alité : • ine x istant

Trouble s du com porte m e nt : m aje urs

R e lations : possible s

R e lations : com ple x e s, difficile s

En te rm e de gravité , il faut re lativise r : La psychose e st dite plus grave que la né vrose car e lle e st plus invalidante dans bon nom bre de situations. C e pe nda nt, ce rta ine s form e s de né vrose s pe uve nt ê tre aussi invalidante s, voire plus, que ce rtaine s psychose s.

Particularités des soins aux personnes souffrant de psychoses :
A - A CCEPTA TION DE LA MA LA DIE : 1) LE PYJAMA : Une de s pre m iè re s difficulté s qu'on re ncontre e st l'acce ptation de sa m a la die par le pa tie nt. O n lui fait m e ttre un pyjam a :
Traduire Derniers articles

• Sym bole de l’hospita lisa tion : c'e st une façon de lui signifie r sa m aladie
73 En ligne Partager

Abonnez-vous

Rejoindre le chat

• C 'e st une m e sure de surve illance contre le s fugue s Aspe ct juridique : le s soignants ont la charge de la surve illa nce du m alade . R e sponsa bilité e n ca s de fugue e t de suicide . 2) SIGNIFIER LA SO UFFR ANC E : Le patie nt ne supporte pas la ré alité . Il re cré e sa propre ré alité e t n'a donc pas le s m ê m e s re pè re s que nous. Il faut lui signifie r sa m a la die . 3) EXPLIQ UER AU PATIENT SO N STATUT ET SES DR O ITS : O n doit le fa ire à la de m a nde du patie nt. Sta tut : • Hospita lisation libre (HL) • Hospita lisation à la de m a nde d’un tie rs (HDT) • Hospita lisation d’office (HO ) Lui faire conna ître e t lui e x plique r le s re cours aux que ls il a droit. À l'adm ission ou plus ta rd si son é ta t ne le pe rm e t pas lors de son adm ission. Le patie nt doit e n principe signe r un papie r lui signifiant son statut e t se s droits. B - SURVEILLA NCE PHYSIQUE : • État gé né ra l • C onstante s • Hydrata tion • Hygiè ne • Alim e nta tion • Aspe ct ve stim e ntaire Souve nt, le s pa tie nts psychotique s o nt pe rdu la notion de le ur ide ntité corpore lle . Il e st im portant de le s aide r à re construire ce tte im age e n soignant le ur appa re nce . Im portant de le s m ainte nir e n bonne condition physique . C e tte surve illa nce non dire cte m e nt lié e au psychism e e st un bon m oye n de re ntre r e n contact ave c le patie nt. C - SURVEILLA NCE PSYCHIQUE : a) Surve illance du dé lire : b) Activité s à visé e sociothé rapique : c) C ha m bre d'isole m e nt : Piè ce carré e , trè s pe u m e ublé e , dont l'usage à pour but de re structure r le m a la de . Elle doit pe rm e ttre a u pa tie nt de se re conce ntre r sur lui-m ê m e . Ne doit pas ê tre utilisé e com m e un cachot ré se rvé aux punitions. C 'e st une pre scription m é dica le : dé but e t fin fix é s par le m é de cin Le s patie nts qui vo nt e n cham bre d'isole m e nt sont ce ux qui ont be soin d'un conte nant. Pré voir : • Taba c • Se au hygié nique Vé rifie r l’abse nce d’obje ts dange re ux dans la piè ce e t sur le patie nt. d) La re lation d'aide thé ra pe utique :
Traduire Derniers articles 73 En ligne Partager Abonnez-vous Rejoindre le chat

e ) Pré pa ration de la sortie Éducation du patie nt par rapport à so n traite m e nt. Pré pa ra tion progre ssive . Sortie s d'e ssai. Accom pagne m e nt à son dom icile . Pré pa ra tion de la fa m ille : lui appre ndre : • À re connaître le s signe s • Le s e ffe ts se condaire s de s m é dica m e nts • Structure s d'a ccue il pour le suivi ou e n cas de re chute D - L'A SPECT SOCIA L : a) R e la tions ave c l'e m ploye ur, ave c l'ANPE... b) R e lations ave c le tute ur, le curate ur Loi du 3 ja nvie r 1968 : Prote ction de s pe rsonne s dont le s fa culté s physique s o u psychique s sont alté ré e s, ne le ur pe rm e tta nt pas de donne r le ur conse nte m e nt. Pe ut donne r lie u à l’a nnulation d’un acte ou d’un contra t : de ve nte , par e x e m ple . Trois ré gim e s de prote ction : * Sa uve ga rde de justice : Me sure conse rvato ire . Va la ble 6 m ois re nouve la ble s. Mise e n place le te m ps d'obte nir une curate lle ou une tute lle . * La cura te lle : R é gim e d'assistance . Le s bie ns de la pe rsonne sont gé ré s par un curate ur. Le patie nt pe ut dispose r de son arge nt pour le s acte s de la vie courante . Ma is il a be soin de l'a ccord de son curate ur pour le s acte s plus im portants : a chat d'une voiture * La tute lle : C 'e st un ré gim e de re pré se nta tion. Inca pacité tota le de la pe rsonne pour gé re r se s bie ns. La m ise e n pla ce de ce s ré gim e s de prote ction e st gé né rale m e nt asse z longue . Le soignant a un rôle d'accom pagne m e nt du patie nt pe ndant toute ce tte pé riode . Il pe ut re le ve r du rôle infirm ie r de né gocie r ce rtains am é nage m e nts ave c le tute ur ou le cura te ur. E - RELA TION A VEC LE PA TIENT : R e lation com ple x e , dé stabilisante , so uve nt dé courage ante . Se m é fie r du se ntim e nt d'é che c e t d'im puissance . Progrè s souve nt fa ible s par ra pport a u te m ps inve sti.

Les délires :
1) DEFINITION : Dé lire r : sortir du sillon. Sortir de la ré alité sa ns s'e n re ndre com pte . O n associe souve nt le dé lire à la psychose . Ma is ce n'e st qu'un sym ptôm e de la psychose .
Traduire Derniers articles 73 En ligne Partager Abonnez-vous Rejoindre le chat

Et de plus, il n'e st pa s spé cifique de la psychose . La psychose e st une orga nisa tion de la pe rsonnalité du m alade . Le dé lire e st un co m prom is e ntre le dé sir e t la satisfaction. Le m a la de psycho tique va utilise r so n dé lire pour com pe nse r sa frustratio n de ne pouvoir sa tisfa ire une e nvie o u une pulsion. C e qui e st fondam e nta l au nive au clinique , c'e st l'adhé sion. Il e st im portant d’é va lue r le de gré d'adhé sion du m ala de à son dé lire . 2) DEBUT : Sa form e donne de s indications sur la nature de la pathologie . Il e st im portant de sa voir si il e st brutal ou insidie ux . Le m ode d'apparition se ra diffé re nt se lon le s pathologie s. C e pe nda nt, il e x iste diffé re nts m ode s d'e ntré e dans chaque pathologie . 3) STRUCTURE : a) Systé m atisé : c’e st le dé lire du pa ranoïaque • C la ir • Logique • Appa re m m e nt co hé re nt • O n pe ut y adhé re r : ce la arrive e ntre autre pour le s proche s Le dé lire pe ut porte r sur plusie urs thè m e s, m ais chacun ayant sa cohé re nce . b) Non systé m atisé : • Dé lire flou • Incohé re nt • Illogique • O n n’y adhè re pa s Non systé m atisé ne signifie pas po lym orphe . Un dé lire pe ut ê tre polym orphe e t systé m atisé . 4) LE THEME : • Mystique • Filiation • Pe rsé cution • Ja lousie • R e ve ndica tion • Mé galom ania que • Influe nce • Hypochondriaque , e tc... 5) MECA NISME : • Inte rpré ta tif • Im a ginatif • Intuitif • Hallucina toire • Autom atism e m e nta l • Auto-accusa tion • Auto-dé pré ciatio n 6) A DHESION (ELEMENT FONDA MENTA L) : • Totale
Traduire Derniers articles 73 En ligne Partager Abonnez-vous Rejoindre le chat

• Partie lle • C ritique 7) ÉVOLUTION : • Modification de s thè m e s • Mé canism e s

Les neuroleptiques (NLP) :
1) CLA SSIFICA TION : Ils re ntre nt dans la caté gorie de s psychole ptique s, apparte nant e ux -m ê m e s a ux psychotrope s : * Psychole ptique s : dim inue nt l'activité psychique • Ne urole ptique s • Hypnotique s • Tranquillisa nts * Psychoa nale ptique s : a ugm e nte nt l'activité psychique • Antidé pre sse urs • Am phé ta m ine s * R é gula te urs de l'hum e ur • Lithium : se ls de lithium * Psychodysle ptique s : m odifie nt l'activité psychique • Ane sthé siants • O pia cé s 2) INDICA TIONS : • États psychotique s a igus e t chronique s • Anx ié té m aje ure • Form e s grave s de né vrose s • État d'e x citation psychom otrice • Se vra ge de s tox icom anie s • C alm a nt de la do ule ur 3) TA BLEA U DES NEUROLEPTIQUES :

Incisifs Famille A ntiproductifs A ntidélirants Désinhibiteurs HALDO L MO DITEN PIPO R TIL O R AP DO GMATIL LO XAPAC SO LIAN Sédatifs Spéciaux

Ex e m ple s de dé no m ina tion

THÉR ALÈNE LAR GAC TIL NO ZINAN TER C IAN DR O LEPTAN NEULEPTIL MELLER IL BAR NETIL

LEPO NEX

4) FORMES : * C om prim é s * Goutte s buvable s * Inje ctable s e n IM ou e n IV le nte * Ne urole ptique s à a ction prolongé e (NAP) Inje ctable s : produits aque ux (huile ux ) • HALDO L ® DEC ANO AS • MO DÉC ATE ®
Traduire Derniers articles 73 En ligne Partager Abonnez-vous Rejoindre le chat

• PIPO R TIL ® L2 (2 se m a ine s), M4 (1 m ois) • FLUANXO L ® • C LO PIXO L ® : ASP (action se m i-prolongé e : 72 he ure s) ou AP (action prolongé e : 4 se m aine s) 5) EFFETS SECONDA IRES : a) Le s ne urole ptique s ont de nom bre ux e ffe ts se condaire s : * Photose nsibilité aux UV Atte ntion aux coups de sole il e n cas de sortie e n ple in air -> Prote ction m a je ure : Écran total * Som nole nce : pe ut am e ne r à re voir la posologie * C onstipa tion • Activité physique • Alim e nta tion : fibre s • La x atifs e n de rnie r re cours * R é te ntion urinaire : pe ut né ce ssite r une diurè se * Gyné com a stie : croissance de la po itrine che z le s hom m e s * Sé che re sse de la bouche Traité par la prise de SULFAR LEM ® S 25 Parfois hype rsialie , m ais be a ucoup plus rare m e nt. * Hypote nsion a rté rie lle orthostatique * Nausé e s, vom isse m e nts : PR IMPÉR AN ® * Trouble s se x ue ls : • Am é norrhé e : a rrê t de s rè gle s • Galactorrhé e : é coule m e nt de lait • Im puissa nce • Éja culation pré co ce • Éja culation ta rdive • Anorgasm ie b) Syndrom e e x tra pyra m idal : * Sym ptôm e s : • Syndrom e de la roue cra nté e • Dysk iné sie bucco -fa cia le • Ba la nce m e nt du tronc • Im pa tie nce : le patie nt se lè ve , fait trois pas e t se rassie d • Ste pping : m a rche com m e si on m o ntait un e scalie r • Mouve m e nts involontaire s • Dysk iné sie s dige stive s : fa usse s ro ute s • Irré gularité s re spiratoire s • C rise s oculogyre s : pla fonne m e nt de s ye ux • C ontra cture s • C ram pe s * Mé dicam e nts co rre cte urs de s trouble s e x trapyram ida ux : • AKINETO N re tard ® : com prim é s • LEPTIC UR ® : co m prim é s
Traduire Derniers articles 73 En ligne Partager Abonnez-vous Rejoindre le chat

• PO NALIDE ® : intra m usculaire , ajouté e aux inje ctions re tard (cf. NAP) • AR TANE ® : goutte s e t intra m uscula ire c) Le syndrom e m alin, ou de Malin, ou ané m ie phagocytaire : * Sym ptôm e s : • Hype rthe rm ie : fiè vre jusqu'à 40° • Tachypné e • Dé shydra tation • R igidité • Augm e nta tion de s C PK (e nzym e s ca rdiaque s) : IDM * C onduite à te nir : • Pré ve nir le m é de cin • Appe le r le SAMU -> R é a • Pose r une voie d'a bord • Surve ille r le s constante s 6) A DMINISTRA TION DES NEUROLEPTIQUES : En intra m usculaire : inje cte r le nte m e nt. Ex plique r l’inté rê t du traite m e nt au patie nt. Se ringue e n ve rre pour le s NAP (ne urole ptique s à action prolongé e ), car le produit pe ut ré agir sur le s se ringue s e n plastic. À pré pa re r im m é diate m e nt a vant l’inje ction. De m oins e n m oins utilisé s. C as particulie r : LEPO NEX ® R isque hé m atologique : agra nulocytose . Faire : * NFS • 1 fois pa r se m aine pe nda nt 18 se m aine s • 1 fois pa r m ois e nsuite * Pré ve ntion de s infe ctions • Hygiè ne • Va ccination 7) ÉDUCA TION : * Pré ve nir de la duré e du traite m e nt : à vie . * Gratuité de s soins. * Trouble s se x ue ls e t a utre s e ffe ts se condaire s. * Inté rê t de s NAP. * Som nole nce : travail e t conduite a utom obile . * C ontre -indica tion de l'a lcool. * C ontre indication pour la grosse sse , sauf LAR GAC TIL. * C a le ndrie r de s consultations DHM ou VAD. * R e nouve lle m e nt de s ordonnance s. * Adre sse de s structure s e x tra-hospitaliè re s conce rné e s

Prise en charge des patients schizophrénies :
a) Objectif principal : R e staure r : • L'ide ntité du m a lade
Traduire Derniers articles 73 En ligne Partager Abonnez-vous Rejoindre le chat

• La re la tion O n ne che rche pas à m odifie r sa structure psychotique . b) A ctions : * Physique s • Hygiè ne • Alim e nta tion : go ût, vite sse d’absorption, ordre de s plats • État gé né ra l • Tox ique s : appé te nce pour l’alcool, le s drogue s, le s m é dicam e nts * Psychique • Prê te r a tte ntion à l’isole m e nt • clinophilie : te ndance à re ste r au lit • activité s : difficulté à a voir une activité suivie • de m ande s • Suivre l'é volution du dé lire • Surve ille r l’é ta t d'a gita tion • Être vigilant vis à vis de l'a uto-agre ssivité : parfois te ndance suicidaire e t à l'autom utila tion * Sociale * Fam iliale c) A ttitude : Ne pas se substitue r au patie nt Sollicite r se s re sso urce s Lui donne r de s re pè re s e t de s rè gle s

Prise en charge des patients paranoïaques :
a) Objectifs : Aide r le pa tie nt à re trouve r : • Une quié tude inte rne • Une e stim e de soi • Un lie n ave c la ré alité Travaille r à la disparition de s m é fiance s b) A ttitude (fondamentale) : * Position de ré fé re nt par ra pport à la ré alité * Souple sse , ne utra lité , rigue ur : é vite r le s im pe rfe ctio ns dans le s soins. * Distance re la tionne lle • Ne pas de ve nir pe rsé cute ur • Ne pas é ve ille r le doute * Ne pa s hé site r à cé de r la place si o bstacle à la re latio n * R isque d'a gre ssivité • Vis à vis d'une pe rsonne e n particulie r • Vis à vis de tout le m onde 9 R isque de te nta tive de suicide ave c dé signation d'un re sponsable .

Envoye r par m ail
Traduire Derniers articles 73 En ligne Partager

Im prim e r
Abonnez-vous Rejoindre le chat

Nombre d'affichage de la page 11910

© C opyright Me dix cours de m é de cine 2003/2010 - Tous droits ré se rvé s. http://www.m e dix dz.com

Traduire

Derniers articles

73 En ligne

Partager

Abonnez-vous

Rejoindre le chat

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful