You are on page 1of 674

n

^\

yO

y

THE
CLASSICS OF INTERNATIONAL

LAW

edited by

James Brown Scott
Meviher of

the Institute of International

Law

Président of the American Institute of International

Law

Le Droit des Gens, ou Principes de la Loi Naturelle,
appliqués à la Conduite et aux Affaires des
Nations

By

Volume

I.

—A

et

des Souverains

E. de

Vattel

Photographie Reproduction of Books I and II of the
First Edition (1758), with an Introduction by Albert
de Lapradelle.

IL

—A Photographie Reproduction of Books

III

and IV of the

First Edition (1758).
III.

—Translation

of the Edition of 1758 (by Charles G. Fenwith
an Introduction by Albert de Lapradelle.
wick),

i

Press of
GiBsoN Bros., Inc.

Washington

Photo-Reproduction by

The Columbia Planograph
Washington

Co.

m

i

LE DROIT DES GENS

OU

PRINCIPES DE

LA LOI NATURELLE

Appliqués à la conduite et aux affaires des
Nations et des Souverains
Par m. de Vattel

WiTH AN Introduction by Albert de Lapradelle
Professor of International Lazv in

the University of

Paris

VOLUME ONE
Reproduction of Books

I

and

II

of Edition of 1758

#
PuBLISHED by THE CaRNEGIE INSTITUTION OF WASHINGTON

Washington,

19 16

•!

TABLE OF CONTENTS.
Volume

I.

PAGE
Portrait of Vattel

Préface by James

Frontispiece

Brown

Scott

1:1-3^1

Introduction by Albert de Lapradelle

i-lv
Ivi-lix

Bibliographie

Le Droit des Gens, ou Principes de

Loi Naturelle, appliqués à
aux Affaires des Nations et des Souverains:
la

Piiotoo;raphic Reproduction of

Books

I

and

la

Conduite

II of first édition (175S)

.

.

52

+ 541

Volume IL
Le Droit des Gens, ou Principes de
aux Affaires des Nations

la

Loi Naturelle, appliqués à
Souverains:

la

Conduite

et des

Photographie Reproduction of Books III and IV of

Volume

first

édition (1758).

1-376

.

III.

The Law of Nations,

or the Pnnciples of Natural Law, applied to the Conduct
and to the Affairs of Nations and of Sovereigns:

Translation (by George D. Gregory) of the Introduction by Albert de
Lapradelle

i-lv
Ivi-lix

Bibliography
Translation of

first

édition (1758)

Préface

Books

I,

by Charles G. Fenwick:
i

II, III,

and IV

a-28a

1-398

PREFACE.
The Carnegie

Washington has undertaken the repubUcaof International Law, and the présent work is

Institution of

tion of the leading classics
Vattel's Droit des Gens, ou Principes de la Loi Naturelle Appliqués à la Conduite et aux Affaires des Nations et des Souverains^ as pubHshed in 1758, to

which there

prefixed an introduction by the distinguished French pubHcist,
Albert de Lapradelle, Professor of International Law at the University of
is

which has been translated into English by George D. Gregory. Volume III is a translation of the French text of the first édition, made for this
Paris,

by Charles G. Fenwick, Ph. D., Associate Professor of
Bryn Mawr Collège.

séries

at

The

Law

Political Science

reasons for including Vattel's treatise in the classics of International
many and so obvious that they do not need to be stated, and they

are so

can not well be expressed in other and more félicitons terms than those used
by Professor de Lapradelle. The fact is that Vattel's treatise dropped from
his hands a classic, and classic it has remained ever since, and classic it is
likely to remain as long as International Law beats any reasonable relation
to justice.
The General Editor, however, without trespassing upon the province of M. de Lapradelle, and without treading upon his heels, as it were,
would like to advance two reasons for the appearance of this work, the first of

which concerns primarily the United States, the second the world at large.
Two Works appeared within a décade of one another, to which the
United States is profoundly indebted. The first was Sir William Blackstone's Commentaries upon the Laws of England, in four volumes (1764-1769).
The second was Vattel's Droit des Gens, in two volumes (1758). From the
Commentaries, which were a classic from the date of their publication, and as
they are in the United States to-day, the statesmen of the American Colonies
derived their knowledge of the common law of England, which was and
remains the common law of the United States; and from Vattel's Droit des
Gens the same statesmen derived their knowledge of the Law of Nations,
which they were to apply and which they did actually apply in the war with
Great Britain which made us a nation. In a letter, dated Philadelphia,
December 19, 1775, which Dr. Franklin wrote to Charles W. F. Dumas, at
The Hague, the vénérable statesman said:
*T
Vattel.

make

it

am much

obliged by the kind présent you hâve made us of your édition of
to us in good season, when the circumstances of a rising State
necessary frequently to consult the Law of Nations. Accordingly, that
It

came

kept (after depositing one in our own public library hère, and sending
the other to the Collège of Massachusetts Bay, as you directed) has been continually

copy which

I

la

1

.

Préface.

:\

m

nienihers ot oiir Congress now sitting, wlu) arc niuch pleased
and préface, and hâve entertained a higli and just esteem for tlieir

rlu- li.iiuls ot" tlie

wirli voiii notes
.uirlioi ."

'

hc notecl that Dr. Franklin, in the passage quoted, refers to "the
in unistances of a rising State," which "make it necessary frequently to
tonsidt the Law of Nations," and the General Editor would suggest that not
It

will

i

Mierelv a rising State, but that States already risen
(«r

the United States and consider

it

might imitate the example

necessary "frequently to consult the

I.;i\\ of Nations," as contained in the masterly pages of Vattel.
The second reason, concerning the world at large, is that the reader,
w ith X'attel's pages before him, is in a position to see that International Law

not a thing of the Hague Conférences or of our century, but that its principles, founded in reason and based upon the enlightened practice of nations,
antedate the lawlessness of the wars of the French Révolution, which they
is

survived, and that the principles of International Law, still founded in reason
and based upon the enlightened practice of nations, will likewise survive
the lawlessness of the great war of 1914, which reason and the practice of
nations, as stated

by

Vattel,

condemn.

One reason

for undertaking the reprinting of the classics of International
the difficulty of procuring the texts in convenient form for scientific
study; the libraries in the United States hâve been searched with the resuit
Another reason is that some
that few of the earlier works were to be found.

Law

is

of the Works selected for republication hâve never been translated into
The American publicist is therefore at a disadvantage in consulting
English.

Works of admitted authority, and when found they are, as it were, sealed
books to ail but trained Latinists. The specialist is thus forced to rely upon
summary statements and références to them to be found in treatises on
International Law, or is driven to examine them in European Libraries, often
a difficult task, while the gênerai reader is practically barred from the stores
of knowledge locked up in the earlier works on the Law of Nations,
The
same difficulty exists in Latin America, Japan, and in a lesser degree in many

European countries.
Eminent publicists, European and American, who bave been consulted
as to the usefulness of the plan to republish the Classics, hâve indorsed the
The works to be
project and bave pledged their personal coopération.
included in the séries bave not only been approved but suggested by them, so
that the undertaking is international in scope, in sélection, and in exécution.
^Wharton's Diplomatie Correspondence oj

the

American Révolution,

vol. 2, p. 64.

Préface.

3

a

The underlying principle of sélection lias been to reissue those works
whicli can be said to bave contributed either to the origin or to the growtb of
International Law and the term classic bas been used in the broad rather
than in the narrow sensé, so that no work vvill be omitted which can be said
to hâve contributed to the origin or growtb of the Law of Nations.
The
will
of
Grotius
be
the
central
in
the
séries, but
masterpieces
naturally
point
the Works of bis leading predecessors and successors will likewise be included.
The text of each author will be reproduced photographically, so as to lay the
source before the reader without the mistakes which might creep into a
newly printed text. In the case of the early authors the photographed text
will be accompanied by a revised text whenever that course shall seem
désirable.
An Introduction will be prefixed to each work, giving the necessary biographical détails and stating the importance of the text and its place
in International Law; tables of errata will be added, and notes deemed
necessary to clear up doubts and ambiguities or to correct mistakes in the
Variations in successive éditions of the text published
text will be supplied.
in the author's lifetime will be noted, but little or nothing in the nature of
historical commentary will be furnished.
Each work will be accompanied by an English version made expressly
for the séries

by

a

compétent translator.

hoped that the séries will enable gênerai readers as well as specialists
to trace International Law from its faint and unconscious beginnings to its
présent ample proportions and to forecast with some degree of certainty its
It

is

future development into that law which Mirabeau
the world.

tells

us will one day rule

James Brown Scott,
General Editor.

Washington, February

28, içi6.

INTRODUCTION
Par

a. de

LAPRADELLE

EMER DE VATTEL.
I.

VIE.

Un portrait,' quelques lettres,^ le bref témoignage de rares contemporains;
pour ceux qui veulent, à côté d'un auteur, un homme, tout ce qui reste
de Vattel, écrivain qui, discrètement, n'occupe pas l'histoire de sa personne,
mais, silencieusement, de son œuvre.
Emer (ou Emmerich) de Vattel naquit à Couvet, dans la principauté
de Neuchâtel, en Suisse, le 25 avril 1714.
Son père, David de Vattel, était
Sa mère, Marie de Montmollin, était fille d'un
pasteur de l'Eglise réformée.
conseiller d'Etat et trésorier général de S. M. le roi de Prusse dans la principauté de Neuchâtel. Son oncle, Emer de Montmollin, avait soutenu les droits
de Frédéric l^^ de Prusse à la succession de Neuchâtel, ce qui lui valut le titre
de chancelier, servi dans plusieurs négociations importantes et noué d'étroites
relations avec les savants d'Allemagne, d'Angleterre et de France.
Du côté paternel, Emer de Vattel héritait le goût de la philosophie, du
côté maternel le goiit de la politique, de l'un et l'autre celui des belles-lettres.
Ses deux frères, plus âgés, suivirent la carrière des armes.
Emer, qui, dès son
enfance, montrait pour l'étude les plus heureuses dispositions, se destina
d'abord à la théologie. A la mort de son père, en 1730, il fit de brillantes
humanités à l'Université de Bâle. En 1733 il vint à Genève. Mais ses goiàts
voilà,

'On n'a, pour toute représentation de Vattel, qu'une statue en pied, de 1875, adossée à la façade méridionale
Elle représente Vattel en robe, calme et méditatif, son Droit des gens à la main.
bibliothèque de Neuchâtel.
Le Musée historique de Neuchâtel possède, de Vattel, une lithographie très nette; elle est signée Donon, mais
A la bibliothèque de la ville de Neuchâtel, mon excellent
n'indique pas le portrait d'après lequel elle fut faite.

de

la

M. André

Mercier, professeur à la faculté de droit de Lausanne, dont l'amitié s'était chargée de faire,
présente publication, toutes recherches iconographieiues nécessaires, a été assez heureux pour
découvrir, suspendu à une galerie, l'original de cette lithographie, et le directeur de la bibliothèque, M. Robert, a
bien voulu en autoriser la reproduction photographique.
La reproduction de la lithographie, ayant donné de
collègue,

dans

l'intérêt

de

la

meilleurs résultats que celle du tableau, a été préférée pour le frontispice du présent ouvrage.
D'après Vlconographie neuchâtelotse de lîachelin, il n'existe pas d'autre portrait de Vattel que ce tableau et cette lithographie.
^Les lettres auxquelles nous faisons allusion sont, non seulement les Lettres intimes d'Emer de Vattel, publiées

par Virgile Rossel dans la Bibliothèque universelle et Revue suisse, 1902, janvier-mars, p. 36 et s., mais encore celle à
un correspondant inconnu, en date du 26 mai 1757, qu'a bien voulu nous communiquer M. Robert, le très distingué directeur de la Bibliothèque de Neuchâtel, auquel nous sommes heureux d'en exprimer ici tous nos remerciements; puis les lettres relatives à Vattel que nos recherches personnelles nous ont permis de découvrir, notamment dans la correspondance de Voltaire et d'autres, que nous citerons plus loin. Peut-être n'est-il pas inutile de
donner in extenso le texte de la lettre de Vattel, du 26 mai 1757, (pii n'a jamais encore été publiée, mais qui mérite
d'autant plus de l'être, qu'elle est précisément relative à son œuvre maîtresse. Le Droit des gens:

"A
"M.

Neuchâtel,

le

26

Mai

1757.

Bertrand m'envoye sa réponse, mon cher Ami, afin de ne faire qu'un seul paquet. Je veux y joindre
deux mots, quoique je vous aye déjà répondu. Mais corne je vous ai écrit par occasion, le dernier billet vous parviendra beaucoup plustôt que le premier. J'ai adressé à M. Béguelin 30 exempl. d'un Programme que j'ai fait
iii

IV

le port.iicMit

lettres et
plutôt vers les

l.i

j^Iiilosophie.

La

lecture de Leibnitz

de sa voeaticii.

iléeiila

leibnitzien. L'opportune dédipuMiaii une Dr/i'nsaiii système
En
1-iétiérie 11 sollicitait discrètement une fonction.
cace de eet ouviaL^e
de Valory, ministre de France en Prusse, il se
1742, sur l'invitation du marcpiis
en
rend à Inalin auprès du prince ilout il était le sujet et dont le père avait,
Ses «^oûts personnels, ses études antérieures, les souvenirs
anobli le sien.

Kn

1741

il

.'1

1727,

laissés |>ar son «)ncle et

son i^rand-père maternels l'invitaient à demander un

emploi dijilomatitiue.
sur sa Défense du
1 c
jeune écrivain comptait aussi, pour l'appuyer,
"
Mon livre," écrit-il, *'a le bonheur de plaire, parce qu'il
leibnitzien:
système
tr.iite

MM

Il m'a fait des amis d'avance."
d'une matière qui est ici fort à la mode.
lordan et de Jarriges, la reine-mère elle-même accueillent le jeune

encourageante bienveillance. Mais si le livre, dont le
le don de plaire, gagnait à son auteur d'utiles
sujet, "fort à la mode," avait eu
La
cherché.
protections, il ne lui donnait pas, immédiatement, l'emploi
en
il
se
modicité de sa fortune ne lui permettant pas d'attendre,
rendit,
1743,

écrivain avec

Ki i^lus

à Dresde, où on lui avait fait espérer plus de succès; l'accueil qu'il reçut du
comte de Hruhl, jiremier ministre de l'électeur de Saxe, confirma ses espéUn moment, des affaires particulières le ramènent à Neuchâtel,
rances.

Le ministre des finances "lui
retourne à Dresde: c'est en 1746.
avance cent écus, à compte de ses appointements." Comment "veut-on
puis

il

Il faut, pour en décider, le
l'occuper" et "quelle sera sa destination?"
retour à Dresde de l'électeur de Saxe, roi de Pologne, alors à Varsovie.

imprimer pour annoncer
à répandre ce Prograiïîe,

mon Droit des Gens & en donner une idée. Vous aurez la bonté, mon cher Ami, d'aider
& de l'insérer dans votre Journal. Envoyez-en un aux Auteurs de la Gazette Littéraire

de Gôttingue.
"Oiiand re Programme sera répandu, vous verrez mieux combien je dois envoyer d'exempl. du Dr. d. Gens
à T
prie de m'en écrire alors votre avis.
L'impression sera achevée au mois d'Octobre. J'aurois
v<
plus vite; mais cela ne se peut ici.
Je suis fort impatient de sçavoir ce que vous penserez de
mon travail, fie j'espère qu'en véritable .Ami, vous me le direz bien naturellement. J'aime que l'on me dise mes
fautes, quand je puis les corriger: & peut-être mon Livre aura-t-il plus d'une f^dition.
Cette espérance n'est pas
trop présomptueuse, puisque je ne fais tirer que douze-cent Exemplaires.
"\ous ne vous attendez pas que je vous parle de la Guerre; elle est trop funeste pour moi. Je crois que
bien des Gens s'accordent avec moi pour souhaiter la paix.
Dieu veuille la donner! Je l'espère, au moins dans
quelque-tcms. La Guerre se fait aujourd'hui avec de trop grands efforts, pour se soutenir long-tems. Nous ne
verrons plus de Guerre de trente ans.
"
Faites, je_%'ous prie, mes .Amitiés à M. Béguelin, en l'avertissant que je lui ai écrit le 19. en lui envoyant ce
paquet de Programes, qui sera mis au Chariot de Poste à Francfort. Mes respects à ces Dames, à tous nos Amis &
singulièrement à M. de Jarriges, dont le souvenir me flatte toujours très-précieusement. Je souhaite de tout mon
cœur que votre cure de petit-lait vous donne une ample
santé.
La mienne est fort bonne, malgré le
provi,sion_de
mauvais état de mes .AflFaires. Dois-je ce bien à mon tempérament, ou à un peu de
Philosophie! A l'un & à
Vous sçavez cependant que je ne manque pas de sensil'autre, je pense; mais plus essentiellement au premier.
bilité.
Vous en trouverez dans mon cœur, mon cher Ami. Adieu, je vous embrasse tendrement.
-

DE Vattel."

A

cette lettre, on peut enjoindre une autre, du 16 juillet
1758, à
le Drott des gens tn ces termes: "Je souhaite, M.,
que vous trouviez

amour pour
de

M.

le

bien, et, en particulier,

de

mon

Alfred Bovet, décrites par St. Charamy.
teurs, t. II, p. 459.)

zèle

pour

la

France."

Paris, Librairie

un homme d'Etat français, pour lui adresser
dans ce petit ouvrage des preuves de mon
{Lettres autographes

Charavay

frères, 1885.

Série

composant la

VL

Poètes

collection
et

prosa-

Vattel, donc, attend.

Et, pour attendre,

il

lit,

fait

des visites, rêve à son

mariage avec une jeune fille qu'il ne devait pas épouser, mais à laquelle il
pense depuis 1742, Mademoiselle de Merveilleux, parcourt "avec infiniment
de fruit" les ouvrages de morale de Cicéron et, d'après ses lettres, se partage
**
En février 1747, il reçoit une pension
entre la réminiscence et l'espérance."
de cent louis d'or par an. '*Ce n'est," lui dit le ministre, "qu'un commencement." L'année 1749 le trouve à Berne en qualité de ministre de l'électeurMais, n'étant pas astreint à résidence continue, il revient une grande
partie de l'année, dans sa famille, à Neuchâtel, et consacre aux lettres les
loisirs que lui laisse sa mission.
Esprit fin et mondain, il passe en Suisse, sans
roi.

grande activité professionnelle, des années très douces, qu'il donne à l'étude.
Ecrivain délicat, aimable causeur, sa seule distraction est celle des salons
témoin ce fragment de lettre de Mademoiselle Provost à son amie Belle de
Zuylen, 1758: "M. de Vattel vit à Neuchâtel; il passe sa vie à étudier et à
voir les dames.
Je le vois quelquefois; il est très poli, d'une conversation

bonne

et agréable."^

Après avoir donné au libraire des Pièces diverses de morale et d^ amusement
imprimées à Paris en 1746 et à Dresde en 1747, il publie des Mélanges de litEn même temps il prépare un ouvrage
térature et de -poésie à Paris, en 1757.
plus étendu.

Le 26 mai 1757,

il

écrit à

un ami:

M.

Béguelin 30 exemplaires d'un programme que j'ai fait imDroit des gens et en donner une idée. Vous aurez la
bonté, mon cher ami, d'aider à répandre ce programme, & de l'insérer dans votre
Envoyez-en un aux Auteurs de la Gazette Littéraire de Gôttingue.
Journal.
Quand ce programme sera répandu, vous verrez mieux combien je dois envoyer
d'exempl. du Dr. d. Gens à Berlin: & je vous prie de m'en écrire alors votre avis.
L'impression sera achevée au mois d'Octobre. J'aurois voulu qu'elle allât plus
"J'ai adressé à

primer pour annoncer

vite;

mon

mais cela ne se peut

ici."^

son Droit des gens parut, l'Allemagne était, depuis deux années,
Le roi de Saxe,
le théâtre des premiers combats de la guerre de sept ans.
Auguste III, engagé dans l'alliance de Marie Thérèse d'Autriche contre

Quand

Frédéric de Prusse, rappela Vattel pour le nommer conseiller privé du cabinet.
Ainsi mis en mesure d'employer au maniement des affaires publiques l'expéEn
rience acquise dans l'étude, Vattel se donna tout entier à ses fonctions.

1762 il put encore publier un opuscule philosophique. Questions de droit
naturel ou observations sur le traité de la nature par M. Wolff. C'était le dernier

ouvrage
d'écrire

sorti

de

aux siens

la
:

'Philippe Godet,

la joie
qui, du moins, avait, en 1763,
de voir que toute la cour, le public et les

plume du diplomate
"J'ai la satisfaction

Madame

de la Ckarrtère

et ses

amis, en a publié

le texte.

'Lettre précitée.

VI

confiance que nos souverains me témoide ses fonctions nouvelles, le poids d'ocgnent."
cupations et de préoccupations, que les complications politiques de la fin de la
guerre rendaient plus pénibles encore, afl^aiblirent par degrés sa constitution

cours étrangères applaudissent à

Malheureusement

"Ma

robuste.
ce bien à

la

l'activité

santé est fort bonne," écrivait-il le 26 mai 1757.
"Dois-je
à un peu de philosoj)hie.f'
A l'un et à l'autre,

mon tempérament ou

mais plus essentiellement au premier." Il gardait encore toute sa
"philosophie," mais il n'avait plus son "bon tempérament" quand, en 1766, il

je pense;

vint dans sa patrie tenter de reprendre ses forces perdues. L'air natal sembla,
d'abord, les lui rendre un peu.
Mais, à peine de retour à Dresde, dans

l'automne de 1766, une rechute l'obligea de retourner à Neuchâtel. Il y
mourut prématurément, d'une "hydropisie de poitrine," le 28 décembre 1767.
Marié en 1764, il laissait une jeune femme, Marianne de Chesne, d'une
famille noble de France établie en Saxe, et un fils, Adolphe Maurice de
Vattel (1765-1827), qui devait s'occuper agréablement de littérature.
La disparition de cet utile diplomate, de ce bon écrivain fut plus profon-

dément

ressentie dans le cercle intime de ses amis

que dans

celui, plus étendu,
trop large, de la politique ou des lettres, car on l'aimait "pour
la candeur de son âme et la tendresse de son esprit," suivant la jolie formule

mais, pour

lui,

par laquelle
à Voltaire.^

un de

ses amis.

Hennin, dix-huit mois avant sa mort,

Un

le

présentait

coup d'œil au portrait que garde de lui la bibliothèque de Neuchâtel,
lignes de Mademoiselle Provost à la future Madame de la Charrière, surce
tout
simple hommage d'un ami c'est trop peu pour connaître, assez pour
Et chacun peut achever d'imaginer Vattel, esprit fin et délicat,
deviner.
souriant et tendre, cœur sensible et généreux, qui, dans l'amitié des idées
et des êtres, sut vivre une utile et trop courte vie.

deux

^Correspondance de Voltaire, 1766, à sa date.

IL

ŒUVRE.
Ainsi déterminé dans son aimable nature, Vattel n'est pas de ceux dont
forte personnalité construit, de toute pièce, avec plus de vigueur que d'élé-

la

gance, un système puissamment agencé sur une robuste charpente.
il

est

de ceux dont l'intelligence, pénétrante et

Mais

claire, après s'être assimilé

conceptions les plus abstraites, parfois même les plus obscures, les divulgue
avec l'agrément d'une forme d'autant plus achevée que le travail de l'auteur

les

s'exerce à peine sur le fond.

Peut-être n'eût-il jamais écrit sur le droit des gens
de Wolff (i 679-1 754) ne l'eût précédé.

si

Christian Frédéric

Disciple original de Leibnitz, esprit vigoureux, travailleur infatigable,
C. F. de Wolff avait fait, dans son Jus naturœ methodo scientifica pertractatum,

démonstration mathématique. Son œuvre,
toute pénétrée de l'optimisme leibnitzien, montre que l'homme doit joindre
ses forces à celle des autres hommes pour contribuer au perfectionnement
de tous, puis que les nations doivent, comme les individus, s'unir et coopérer
Les nations
en vue d'atteindre les fins que la loi naturelle leur propose.
ont des devoirs envers elles-mêmes: se conserver et se développer; mais

un usage génial, mais

elles se

doivent en

mêmes

excessif,

de

la

même temps

les

que chacune

unes aux autres

les

mêmes

prestations,

elle-même, à condition qu'elles
ou
rendre
ces services sans nuire aux
ces
puissent accomplir
prestations
devoirs dont chacune est d'abord tenue envers elle-même. Toute nation

les

services,

se doit à

n'a qu'un droit imparfait à l'assistance des autres
celui de la demander
mais peut acquérir droit parfait à cette assistance au moyen d'un traité.

Sur cette base originale, Wolff avait, dans l'ensemble de son Jus naturœ
methodo scientifica pertractatum (Francfort, 1740-48, 8 vol. in-4°), présenté une
Il devait,
théorie générale du droit des gens d'un caractère large et puissant.
ce
titre:
sous
les
en
donner
Jus gentium methodo
d'ailleurs,
1749,
séparément,
Mais l'ouvrage, écrit en latin, ne pouvait dépasser
scie?itifica pertractatum.
le

cercle des érudits.

la Défense du système
dans la diplomatie,
d'entrer
en
lisant
Cicéron,
depuis attendait,
se plut tant à l'ouvrage de Wolff,
qu'il conçut l'idée d'en traduire, et, bientôt,
d'en adapter la partie relative aux rapports des nations: idée qui, peut-être,
ne lui serait pas venue si Christian Frédéric de Wolff était resté dans la
Mal instruit de ses
disgrâce politique, où, vingt ans plus tôt, il était tombé.

Le jeune écrivain, qui venait, en 1741, de publier

leibnitzien, et

vii

Vlll

par un loiirtisan peu c;i|Kiblc de les toinpieiulrc, Frédéric Giiilehassé de l'Université de Halle. Mais précisément,
7^

(loctrinos
l.iuuu-

1''

l'avait, eu

1

i

,

tiuaiul le jeune \'attel arrivait à Herlin, Woltï, ajirès l'avènenient

rentrait eu Prusse

11.

sa chaire venait de

lui

être rendue.

de Frédéric

On

pouvait,

tlésorniai-^, le louer sans compromettre un avenir diplomatique.
Mais, si le
professeur de Halle était personnellement rentré en faveur, son œuvre
encourait, encore, auprès des cercles politiques, une disgrâce plus terrible que
celle des iMinces: celle d'une pensée trop profonde, et d'une langue trop
livre des lecteurs qui
jH"U vivante: le latin scolasticjue de Wolff privait le
Frappé du désaccord
précisément en eussent retiré le plus grand profit.
de faire connaître
la
Vattel
essaie
la
et
existe
entre
philosophie,
politique
qui
aux "conducteurs des peuples," par l'ouvrage de Wolff débarrassé de ses
Avec une modestie
obscurités, "ce que la loi naturelle prescrit aux nations."
charmante, l'adaptateur déclare sentir "la faiblesse de ses lumières et de ses
Il ne prétend pas donner une solution nouvelle du grand problème
talents."
lies relations entre Etats, mais simplement une vulgarisation claire, élégante et,
{iar suite, plus accessible que l'œuvre puissante, mais un peu raide et pédanEntre la science de Wolff et la diplomatie
tesque, du philosophe allemand.
du temps, Vattel, homme du monde, esprit cultivé, diplomate apprécié, sert
agréablement d'intermédiaire. Grâce à lui, les idées de Wolff, ingénieusement
présentées, secouent la poussière de l'école, pénètrent dans les cours, les am-

bassades,

le

"monde

Cœur généreux,

poli."
il

aborde

le

droit des gens en diplomate cultivé, désireux

d'instruire des principes de la philosophie

du temps ceux qui ont

la

charge

des affaires publiques.

"Je ne manque pas de sensibilité," écrivait-il à un correspondant incon26 mai 1757. Toute son adaptation de Wolff n'est que l'illustration
nu,
de cet aimable trait de caractère. Les théoriciens du droit de la nature et des
le

gens, Grotius, Pufendorf, Wolff, plaçaient à l'origine des sociétés l'âge d'or pour
le représenter, ensuite, comme idéal, aux peuples au terme de leur évolution.

A

leur exemple, Vattel s'efforce d'aider l'humanité, qui a

perdu le bonheur,
de Leibnitz, maître de Wolff: philo-

Sa philosophie est celle
sophie optimiste qui propose à l'homme, comme but, la perfection, c'est-à-dire
le développement de son être, et, comme résultat, le bonheur.
Mais ce
cœur généreux, qui souhaite qu'on aperçoive dans son ouvrage "des preuves
de son amour pour le bien," est en même temps un libre esprit qui a subi
l'influence de la philosophie de son temps.
Il lit les physiocrates et les
il
admire
il
est
en
relations littéraires avec la
Voltaire;
encyclopédistes;
à

le

retrouver.

Chalotais.^

à Neuchâtel, sujet

du

roi

de Prusse et ministre du

^La correspondance de Voltaire en

fait foi.

roi

de

\f\

IX

a vraiment ce qu'un grand Américain appelle r"esprit international," et, dès sa préface, peut justement écrire que, Suisse, il apporte dans
son ouvrage le véritable souci de la liberté. Enfin, il est de ceux qui tnjuvent

Saxe,

il

toujours

la

Ayant

guerre ''trop funeste" (lettre du 26 mai 1757).
dessein de guider l'humanité vers le bonheur, en traçant aux

nations leurs règles, qu'indique-t-il aux hommes pour idéal?
aux "conducteurs de peuples" comme devoirs?

La

Et, par suite,

liberté politique;

L'aide mutuelle des nations;
La diminution et l'adoucissement des guerres.

Accesoirement,

il

cherche, non sans peine,
1.

au droit des gens une sanction.

La Liberté Politique.

La

"Les
philosophie de Leibnitz conduit Vattel à la liberté politique.
nations ou Etats sont des corps politiques, des sociétés d'hommes unis
ensemble pour procurer leur salut et leur avantage." "Le but de l'Etat,"
pour Vattel, "c'est le bonheur du peuple et non celui du prince." "Une
nation est un être déterminé par ses attributs essentiels, qui a sa nature
"
Un
propre et qui peut agir convenablement conformément à cette nature."
être moral n'est chargé d'obligations envers lui-même qu'en vue de sa
-S^ conserver et se perfectionner, c'est la somme
perfection et de son bonheur.
de tous devoirs envers soi-même." "La perfection d'une nation se trouve
dans ce qui la rend capable d'obtenir la fin de la société civile." "Le but ou
la fin de la société civile est de procurer aux citoyens toutes les choses dont
ils

ont besoin pour

les nécessités, les

commodités

et les

agréments de

la vie

en général pour leur bonheur."
(Livre I, §§ 13, 14, 15.)
Grotius avait, en une dissertation copieuse, écarté l'opinion d'après
laquelle la souveraineté appartiendrait toujours et sans exception au peuple.
et

qu'un individu peut se rendre esclave, de même un
peuple peut se soumettre complètement à une ou plusieurs personnes; dans
certaines hypothèses, cette soumission sera avantageuse.
Objectera-t-on
Autre chose,
commerce?
les
dans
le
libres
n'entrent
que
personnes
point
liberté de la
la
autre
chose
répond Grotius, est la liberté d'un particulier,
nation dont il fait partie (§ 12). A l'appui de son opinion, il invoquait des
exemples tirés de l'histoire ancienne et citait à côté de royaumes non patri-

De même,

avait-il dit,

moniaux, où

les régents sont désignés par la loi, des royaumes patrimoniaux,
sont par le père du souverain mineur, ou par ses parents (§§ 14-15).
Bien que Wolff eût, comme Grotius, admis l'existence de royaumes patrimoniaux, Vattel, qui, dès sa préface, avait appelé sur ce point l'attention du lec-

oij ils le

X

teur, n'hesite pas �1 l'ecarter. "Il est absurde qu'une Societe d'hommes puisse
se soumettre autrement qu'en vue de son salut et de son bien.
Ce
pretendu droit de propriete, qu'on attribue aux Princes, est une chimere
cnfantee par un abus.
L'Etat n'est ni nc peut �trc un patrimoine,
puisque le patrimoine est fait pour le bien du Maitre, au lieu que le Prince
n'est etabli que pour le bien de l'Etat.
Les auteurs que nous
combattons accordent ce droit au prince despotique.
A leurs yeux,
maxime injurieusc a l'hu­
le royaume est !'heritage du prince:
manite'' (Livre 1. � 61). "L'Etat ne peut ctre un patrimoine" (§ 68). "La
sou,·t'rainete est inalienable." '' J e spi que plusieurs auteurs, Grotius entr'�1utres, nous donnent de longues enumerations d'alienations de souverainetes.
�lais les exemples ne prouvent souvent que l'abus du pouvoir et non pas le
droit " ( § 69).
Pour la premiere fois, la personnalite et la souverainetc de l'Etat (§§ 3-4)
se substituent �1 la personnalite et a la souverainete du prince.
:\Iaitresse de sa constitution, la nation a le droit de la changer, sauf, pour
les dissidents, la liberte de s'expatrier: "Ils pourraient quitter une Societe, qui
semblerait se dissoudre elle-meme pour se reproduire sous une autre forme;
ils seraient en droit de se retirer ailleurs, de vendre leurs terres et d'emporter
tous leurs biens" (§ 33). Fondant l'Etat sur le contrat, liant le propre bon­
heur de l'homme a celui de la Patrie, c'est-a-dire "de l'Etat dont il est
membre" (§ 120), Vattel degage, clans toute leur force, les principes essentiels
qui determinent la nationalite des individus. D'apres la conception fcodale
et despotique de l'Etat patrimonial, la naissance sur le sol fondait l'allegeance.
D'apres la doctrine du contrat, fonde sur le bonheur des hommes, et leurs
sentiments presumes: "Les Naturels ou Indigenes sont ceux qui sont nes de
La Patrie des peres sera celle des enfans
parents citoyens.
par leur simple consentement tacite" (§ 212). D'apres la conception ffo­
dale et despotique de l'Etat patrimonial, l'allegeance etait perpetuelle:
once a citizen, always a citizen. Liberal, humain, Vattel, dont la philosophie
politique est celle du bonheur, deduit, du contrat social, toutes les conse­
quences, que la logique exige. "Tout homme a le droit de quitter son pays,
pour s'etablir ailleurs, quand par cette demarche ii ne compromet point le
bien de sa Patrie," encore qu'il ajoute ce sage conseil de ne s'y jamais resou­
dre sans necessite. "Il est peu honnete d'abuser de sa liberte, pour quitter
legerement des associes, apres avoir tire d'eux des avantages considerables"
(§ 220). Et, clans une enumeration tres-precise, Vattel indique les cas OU un
citoyen est en droit de quitter sa patrie (§ 223).
Enfin, des memes principes, il degage une consequence plus grave.
Apres avoir deduit, du devoir qu'a la nation de se conserver (§ 16), qu'elle

XI

doit conserver ses

membres,

et,

de

la

non-patrimoniallté de l'Etat, qu'elle
mais après avoir reconnu

n'est point en droit de trafiquer de leur liberté,

qu'elle peut légitimement les abandonner, si le salut public l'exige, Vattel
affirme hautement que "cette province ou cette ville, ainsi abandonnée et
démembrée de l'Etat, n'est point obligée de recevoir le nouveau Maître qu'on

voudrait

lui

donner.

Séparée de

rentre dans tous ses droits; et,

la

s'il

Société dont elle était

lui est possible

membre,

elle

de défendre sa Liberté

contre celui qui voudrait la soumettre, elle lui résiste légitimement" (§ 264).
Assorties d'observations diverses, inspirées des physiocrates et des encyclo-

dans un livre premier, qui traite de la culture des terres, du
commerce, de la monnaie et du change, aussi bien que des formes du gouvernement, de la révision des constitutions, de l'organisation de la justice
(§ 162 et sui.), de l'armée, de la piété et de la religion, suivant le goût du
temps, ces quelques maximes, rapprochées les unes des autres, constituent
une construction de l'Etat solide, humaine et logique, telle qu'en conclusion
de la doctrine du contrat social elle pouvait s'attendre de l'heureuse rencontre
de la philosophie du bonheur avec la politique de la liberté.
pédistes,

2.

L'Aide Mutuelle.

pas de construire, ou plutôt "de crayonner" (I, § 11),
une théorie générale de l'Etat. Cette théorie, prît-elle un quart de l'ouvrage,
ne saurait être qu'une introduction à l'étude du droit des gens.

Mais

Dans
nouveau.

il

ne

suffit

un

esprit tout

C'est, d'une part, un esprit de profonde indépendance.

De même

cette étude, Vattel, adaptateur de Wolff, apporte

que les hommes sont égaux, les nations sont égales. Pour Vattel, il n'est,
dans la Société des nations, que des Etats souverains: "Toute Nation, qui
se gouverne elle-même sous quelque forme que ce soit, sans dépendance
d'aucun étranger, est un Etat souverain." Les formes de l'Etat sont multiples: alliance inégale; protectorat; vassalité; fédération: mais aucune d'elles
n'est exclusive de la souveraineté; sans quoi Vattel ne soumettrait pas toutes
ces variétés d'Etats au droit des gens.

L'Etat, dont
les

mêmes

droits

il

fait

une personne

que l'homme

déduit celle des Etats

36).

libre et

a, naturellement,
des
hommes, Vattel
(I, §4).
l'égalité
La préséance, qui ne dépend pas de la

indépendante,

De

forme du Gouvernement, mais de la puissance de la nation, est question de
"Les nations étrangères n'ont aucun droit
politique, non de droit (II, § 37).
droit de s'ingérer dans le Gouvernement d'un Etat indépendant" (§ 57).
Sur la base du droit de conservation, Vattel fonde un droit des gens, dont le
Par
premier principe est l'indépendance réciproque des souverainetés.
défiance pour l'hégémonie d'un Pape ou d'un Empereur,

il

écarte

même,

Xll

lésoluineiu, l'idée, chère à Wolff, d'une ma.xima civitas, où tous les Etats

unique, comme s'ils n'avaient qu'un supérieur
commun: simple fiction, (jne Vattel repousse, avec la crainte qu'exploitée
par d'habiles politiques elle ne devienne un jour une réalité.
seraient soumis à une

en

Mais, tout

loi

affirmant

l'indépendance, X'attel n'en
tional.

Société

les

droits des nations à la conservation, à

admet pas moins entre

elles

un devoir interna-

"Les nations étant obligées par la nature à cultiver entr'elles la
humaine (Préliminaires, § ii), elles sont tenues les unes envers les

autres à tous

les

devoirs que

le

salut et l'avantage de cette société exigent"

(II, § 1).

de F humanité sont ces secours, ces devoirs, auxquels les hommes
sont obligés les uns envers les autres en qualité d'hommes.
Or, les nations
n'étant pas moins soumises aux lois naturelles que les particuliers (Prélimi-

Les

officrs

qu'un homme doit aux autres hommes, une nation
manière aux autres nations (Prélim., § 10 et s.):

naires, § 5), ce

sa

"Le but de

la

Société naturelle établie entre tous les

hommes

le

doit à

étant qu'ils se

prêtent une mutuelle assistance pour leur propre perfection et pour celle de leur
état; et les nations, considérées comme autant de personnes libres qui vivent
ensemble dans l'état de Nature, étant obligées de cultiver entr'elles cette Société
le but de la grande société établie par la nature entre toutes les Nations,
une assistance mutuelle pour se perfectionner, elles et leur Etat.
La
première loi générale, que le but même de la Société des Nations nous découvre,
est que chaque nation doit contribuer au bonheur et à la perfection des autres."
"Tel est le fondement de ces devoirs communs, de ces offices
(Prélim., §§ 12-13.)
dliuînanité auxquels les Nations sont réciproquement obligées les unes envers les

humaine,

est aussi

autres."

(H, §

2.)

"Ils consistent en général à faire pour la conservation et le bonheur des
autres tout ce qui est en notre pouvoir" (II, § 2). Les droits de la nation à

d'une ruine funeste, que Vattel avait énumérés dans
le premier livre de son ouvrage, engendrent ainsi, dans le second, des devoirs pour les autres nations. Chacune doit assister l'autre contre un ennemi
se conserver, à se garantir

puissant qui menace de l'opprimer (II, § 54), la secourir quand elle est désolée
par la famine (II, § 5), lui faire connaître ses lois (II, § 6), ne pas monopoliser

commerce (II, § 35) ni accaparer
elle un commerce réciproque

vacantes

(II, § 98), entretenir
favorisé par l'institution des
consuls (II, § 34), administrer la justice indépendamment de toute nationalité
(II, § 71), même, par les lettres rogatoires, aider à la réaliser sur place (II, § 76),
le

avec

s'ouvrir

sans

aux étrangers à

les retenir s'ils

la seule

veulent

le

les terres

(II,

§ 21)

condition d'observer
quitter (II,

du pays (§ loi)
soumettre au droit

les lois

§ 108), ni les

Xlll

(II, § 112), enfin, même dans une guerre civile, porter secours à
deux partis "qui paraît fondé en justice" ou ''protéger un j)euple
malheureux contre un tyran injuste" (II, § 56).

d'aubaine
celui des

Mais,

comment

concilier cette obligation réciproque avec l'indépendance

liberté des Etats?

et la

Pour résoudre

le problème, Vattel essaie d'abord de le restreindre.
Après
Etat doit à tout autre ce qu'il doit à soi-même" (II, § 3),
s'arrête, effrayé, mais bientôt se rassure par ces deux considérations:

avoir dit
il

"Un

<<-0

1° Les corps de Société ou les Etats souverains sont beaucoup
plus capables
de se suffire à eux-mêmes que les individus humains, et l'assistance mutuelle n'est
Or, dans toutes les choses
point si nécessaire entre eux, ni d'un usage fréquent.
qu'une nation peut faire elle-même, les autres ne lui doivent aucun secours.
"2° Les devoirs d'une nation envers elle-même, et principalement le soin de sa
propre sûreté, exigent beaucoup plus de circonspection et de réserve qu'un particulier n'en doit observer" (§ 3).

cercle des

problèmes et par suite des difficultés,
Grotius
de
Vattel, plus respectueux que
l'indépendance et de la liberté des
nations, déclare qu'aucun Etat n'a le droit d'assurer la perfection d'un autre
Restreignant toujours

On

peut resserrer des sauvages dans des bornes plus
209), mais non pas les civiliser malgré eux:

contre sa volonté.
étroites

(I, §

le

"Pour contraindre quelqu'un

à recevoir

un

bienfait,

il

faut avoir autorité sur

Ces ambitieux Européens qui attaquaient les Nations Américaines et les
soumettaient à leur avide domination pour les civiliser, disaient-ils, et pour les faire
instruire dans la véritable Religion; ces usurpateurs, dis-je, se fondaient sur un prélui.

.

.

,

texte également injuste et ridicule.
On est surpris d'entendre le savant et judicieux
Grotius nous dire qu'un souverain peut justement prendre les armes pour ciiâtier
des Nations qui traitent inhumainement leurs pères et leurs mères, comme faisaient
les

Sogdiens"

(II, § 7).

Pour qu'une nation ait droit aux offices de l'humanité, il faut qu'elle
requière: "C'est à chacune de voir si elle est en cas de les demander" (II, §
Mais,

les

demandant,

droit à les obtenir

a-t-elle,

en dépit de

la liberté

les
8).

des autres nations,

.f*

Embarrassante question.
Pour l'éluder, Vattel tente encore un

effort.

Dans son

livre i^S

il

avait

biens des Etats, la gloire: "la gloire d'une nation, ce
parmi
brillant avantage qui lui attire la considération des autres peuples, et qui la
rend respectable à ses voisins" (I, § 186). A bien pratiquer leurs devoirs,

fait entrer,

les

"L'humanité ne se borne pas à permettre
nations s'acquerront la gloire.
aux nations étrangères l'utilité innocente qu'elles peuvent tirer de ce qui nous
les

XIV
exige que nous leur facilitions même les moyens d'en profiter.
La
est d'une nation polie de bien accueillir les étrangers.

appartient;
Il

elle

...

récompense assurée de la vertu" (II, § 139).
Si précieux que soit, pour les nations, ce "brillant avantage,"

gloire est la

cependant

que, rebelles

au souci de leur

gloire, elles se

il se
peut
dérobent à leur devoir

d'aide mutuelle, en objectant leur droit d'indépendance.
Et, sans doute,
une telle attitude serait légitime, si le perfectionnement des autres nations

mettait l'Etat en péril, si, pour aider un Etat à se conserver en le défendant contre un ennemi puissant, il fallait soi-même "s'exposer à un grand
danger" (II, § 4). Mais les circonstances peuvent être telles que ce n'est
pas la nécessité, pour un Etat, de vivre, mais simplement son intérêt, son
caprice qui l'amènent à prétexter de son droit d'indépendance pour manquer
à

son devoir d'entr'aide.

Entre l'indépendance et l'interdépendance, le droit et le devoir, l'antagonisme est dès lors posé en termes catégoriques, inéluctables.
La question ne peut plus s'ajourner: il faut y répondre.
Trois notions y aident Vattel: celles du droit de nécessité^ de la comDuinion primitive, de l'opposition des droits parfaits et imparfaits.
Le droit de nécessité. Entre l'indépendance et l'interdépendance Vattel

que la nécessité se prononce. "On appelle ainsi le
donne à certains actes, d'ailleurs illicites, lorsque,
impossible de satisfaire à une obligation indispensable"

n'hésite pas, toutes les fois
droit que la nécessité seule

sans ces actes,

il

est

(§119).

La

nécessité permet de se procurer des vivres par la force (§ 120), de
du travail même des étrangers

se servir des vaisseaux, chariots, chevaux,

(§ 121), d'enlever des femmes à l'exemple des Sabines "encore qu'aucune
nation ne soit obligée de fournir des mâles aux Amazones" (§ 122).
Elle donne aussi le droit de passage:
"Lors donc que le Maître d'un Territoire juge à propos de vous en refuser
l'accès, il faut que vous ayez quelque raison, plus forte que toutes les siennes, pour
y entrer malgré lui. Tel est le Droit de nécessité: il vous permet une action, illicite en
d'autres rencontres, celle de ne pas respecter le Droit de Domaine. Quand une vraie
nécessité vous oblige à entrer dans le pays d'autrui; par exemple, si vous ne pouvez
vous pouvez forcer le
autrement vous soustraire à un péril imminent
Mais si une égale nécessité oblige le Propriétaire à vous refuser
passage.
Ainsi un Vaisseau battu de la tempête a
l'accès, il le refuse justement.
droit d'entrer, même de force, dans un port étranger. Mais si ce Vaisseau est infecté
."
de la peste, le Maître du port l'éloignera à coups de canon.
(II, § 123.)
.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

De même: "Si un peuple se trouve chassé de sa demeure" par quelque
calamité "il est en droit de chercher une retraite" ailleurs, sans pouvoir
prétendre à plus que

"

le

droit d'habitation," en se soumettant

aux "conditions

XV
supportables
imposées par le Maître du pays" (II, § 125). Enfin,
bien que le neutre puisse interdire aux armées ennemies le droit de passage
sur son territoire, il en est autrement "lorsqu'une armée est exposée à périr,
.

.

.

ou ne peut retourner dans son pays"

La co7nmu7iion

primitive.

d'assistance ne cause ni

Si,

(III, § 122).

d'autre part,

la

satisfaction

du devoir

ni

incommodité, par exemple en cas
comme
de
laisser emprunter la mer côtière, les
d'obligation purement passive,
fleuves ou les routes de terre pour le commerce, on ne peut raisonnablement
en imposer le sacrifice à l'ombrageuse ou capricieuse exigence d'une souveraineté intransigeante sur le chapitre de ses libertés.
En effet, la terre fut,
à l'origine, commune à tous les hommes.
"Destinée par le Créateur à leur
habitation commune et leur mère-nourrice, tous tiennent de la Nature le
La nécessité de cultiver la terre, pour en obtenir
droit d'y habiter" (§ 203).
les fruits, en fixant les peuples, d'abord nomades, au sol, a donné lieu aux
droits de propriété {dominium) et de domaine {imperiuvi).
Mais, formant
exception à

dommage,

la règle primitive, ces droits, créés

par

la nécessité,

n'ont d'autre

mesure que cette nécessité: "La propriété n'a pu ôter aux Nations le droit
général de parcourir la terre, pour communiquer ensemble, pour commercer
Le Maître d'un pays peut seulement
entr'elles et pour d'autres justes raisons.
le
les
refuser
occasions particulières, où il se trouve préjudiciable
passage dans
Si le passage menace de quelque danger, l'Etat est
ou dangereux.
des
en droit d'exiger
sûretés; celui qui veut passer ne peut les refuser.
.

.

.

.

.

.

même accorder le passage pour les marchandises.
Si ce
des
cause
frais
l'entretien
quelque incommodité, quelques
passage
pour
canaux et des grands chemins, on s'en dédommage par les droits de péage"

On

doit de

(II, §§ 132,

.

133 134, 135).

De même, pour
sonnes, et leur séjour

le

Cf.

I, §

.

.

103.

passage, non plus des marchandises, mais des

dans

le

pays.

Dans tous

perces cas d'utilité innocente, le

maître du pays ne peut se soustraire à son devoir qu'en invoquant des motifs
légitimes: d'où la nécessité, pour l'Etat, de donner ses raisons, avant de
refuser le droit prétendu.
Mais, comme on ne saurait objecter les dangers
du passage quand on offre des sûretés, ni les charges qui en résultent, quand
on se soumet aux péages, le droit à l'utilité innocente, théoriquement inférieur
au droit de nécessité, lui devient, pratiquement, égal. Une nation n'a pas
le droit d'en contraindre une autre à faire le commerce avec elle (II, § 25),
mais elle a celui d'emprunter le territoire de cette nation pour faire le com-

merce avec une autre

(II, § 132).

Enfin, "lorsque, par les loix ou la coutume d'un Etat, certains actes
sont généralement permis aux étrangers, comme par exemple de voyager
librement et sans permission expresse dans le pays, de s'y marier, d'y acheter

I

XVI

ou d'y vendre certaines marchandises, d'y chasser, d'y pêcher, etc., on ne peut
exclure une Nation de la permission générale, sans lui faire injure. ... Il
d'actes qui peuvent être d'une utilité innocente: et par
s'agit ici
la
Nation
les permet indistinctement aux étrangers, elle fait
cela même que
.

.

.

assez connaître qu'elle les juge innocents par rapport à elle; c'est déclarer

que

les

étrangers y ont droit.

de l'Etat; et
(II.

.

Droits parfaits
la

.

L'innocence

est

manifeste par Vaveu

refus d'une utilité manifestement innocente est une injure"

le

§137).

aucun avec

.

et

imparfaits.

communion

S'agit-il,

au contraire, d'un droit sans

lien

primitive, c'est-à-dire avec l'usage de la terre,

comme

l'obligation de faire le commerce, de recevoir des consuls, d'aider les
autres nations à réaliser la justice, de les secourir contre un ennemi trop
Alors intervient une distinction, insoupçonnée de (îrotius et de
puissant.''

Pufendorf
Ici,

celle

:

des droits parfaits et des droits imparfaits.

l'auteur de la Défense

du système

leibtiitzien,

jurisconsulte philosophe,

de Wolff, des théories chères à leur maître commun.
Pour Leibnitz, l'homme a le devoir de mettre ses actions libres en
liarmonie avec les suggestions de la nature, d'obéir à la tendance naturelle

s'inspire, à l'exemple

Incapable d'y
qui pousse tout être à se conserver et à se développer.
hommes pour
lui
il doit
ses
à
celles
des
autres
à
forces
seul,
joindre
parvenir
au
tous.
Tel
est
le
fondement
des devoirs
contribuer
perfectionnement de

Ces devoirs ne sont qu'une conséquence, un prolongement de
ceux de l'individu: ce sont des moyens par rapport à une fin. L'homme ne
doit, par suite, travailler au perfectionnement d'autrui qu'autant qu'il le peut
Dans la hiérarchie des obligations, celles envers soi-même
sans nuire au sien.
d'humanité.

dépassent

celles

envers

les autres.

L'égoïsme prime l'altruisme.

Le devoir

d'assistance n'existe que dans la mesure permise par le droit et devoir de
conservation.

De

cette philosophie, Wolff et Vattel développent les conséquences
Entre le droit de conservation et le devoir d'assistance, une
juridiques.
dans
leur esprit, se forme.
La conservation est le principe et
opposition,
l'assistance l'exception.
Dans le doute, la conservation est préférable à
l'assistance: le devoir d'assistance ne saurait mettre en péril le droit de con-

servation; la perfection d'autrui n'est pas comparable à notre sûreté. Toutes
les fois que notre sûreté sera en cause, nous aurons le droit et le devoir de refuser

Mais, dans le doute, qui sera juge ? L'égalité
des nations (Préliminaires, § 18) ne permet pas, quand elles se trouvent en
"
Ces Offices n'étant dûs que dans
désaccord, une solution de leur différend.
l'assistance requise par autrui.

besoin et par celui qui peut les rendre sans se manquer à soi-même, il
appartient d'un autre côté à la Nation à qui l'on s'adresse de juger si le cas

le

xvu
les

demande réellement

raisonnablement, avec

et
les

si les

circonstances

lui

permettent de

les

accorder

égards qu'elle doit à son propre salut et à ses

intérêts" (II, § 9).

dont nous sommes seul juge, ne relève que de nous: droit
moral, sanctionné par le sentiment, plus ou moins juste et profond, que nous
avons de notre devoir, il sort à peine des limites de notre conscience, il ne passe
que légèrement le seuil du monde intérieur pourentrer dans le monde extérieur
des réalités sociales. C'est une obligation interne, car elle ''lie la conscience;"
c'est en même temps une obligation externe, car elle "produit quelque droit
entre les hommes" (Préliminaires, § 17); mais c'est la source d'un droit
imparfait, car elle ne donne à son bénéficiaire que le pouvoir de demander,

Mais un

sans

droit,

y joindre

celui d'obtenir.

"Le

droit parfait est celui auquel se trouve

joint le droit de contraindre ceux qui ne veulent pas satisfaire à l'obligation
qui y répond; et le droit imparfait est celui qui n'est pas accompagné de ce
droit de contrainte.

L'obligation parfaite est celle qui produit le droit de conne
donne à autrui que le droit de demander" (Pr., § 17).
trainte; l'imparfaite
Ainsi s'explique que les Nations aient le devoir de s'ouvrir au commerce,
droit de s'y fermer, qu'elles aient le devoir d'accueillir les
étrangers, et, cependant, le droit de les écarter; qu'elles aient l'obligation de
recevoir des consuls et cependant la faculté de s'y refuser, le devoir d'exécuter
et,

cependant,

le

des lettres rogatoires et tout de même le droit de les rejeter, l'obligation de
venir au secours des opprimés et cependant la faculté de n'en rien faire.
Entre ces contraires, l'apaisement se fait. Mais la conciliation des con-

au

de s'opérer suivant une interprétation étrangère à la volonté
de l'Etat requis, s'opère, suivant l'interprétation, toute subjective, que, d'une
règle étrangère à sa volonté, donne, au gré de cette volonté, l'Etat requis de
traires,

lieu

"Les Nations étant libres
à chaque Nation de juger de ce que

l'appliquer.
c'est

miner

et

de décider

si elle

il suit
que
indépendantes,
d'exasa conscience exige d'elle
peut rendre quelque office à une autre, sans manquer

et

.

.

.

.

.

.

soi-même" (Préliminaires, § 16). La nécessité est-elle
L'innocence de l'usage est parfaite;
"extrême"
(III, § 122)?
"pressante,"
son refus est une "injure," c'est-à-dire un manquement donnant ouverture
à ce qu'elle se doit à

"On n'a
contraire, le cas est-il "susceptible de doute.''"
qu'un droit imparfait," dont le refus n'est plus une "injure."
Du droit imparfait au droit parfait, la différence n'est donc pas de la

à réparation.
.

.

.

Au

morale au droit, car, dans l'esprit de Vattel, la faculté de demander est déjà
un droit. Mais, que vaut le droit de demander sans celui d'obtenir? De
droit imparfait à droit parfait, de solliciter à exiger, la distance est grande: à

Le devoir altruiste d'assistance
quoi tient-elle, cependant? A un doute.
de
conservation?
Alors, le droit
compatible avec le devoir égoïste

est-il

XVIU
d'imparfait devient parfait; Fégoïsme, n'étant plus qu'arbitraire et caprice,
devant l'altruisme. Mais cette constatation ne peut émaner que de

s'efface

l'Etat prié. De même que l'usage innocent se manifeste tacitement par l'aveu
de l'Etat qui l'accorde, la compatibilité du devoir envers autrui et du devoir
envers soi-même se manifeste expressément par le traité, qui donne à l'étranger
Il existe un moyen de transformer le droit imparfait en
ce qu'il demande.
droit parfait: c'est le contrat (Wolff, Inst., § 97).
"Trop convaincues du
faire
sur
les
naturelles
des Corps politide
fonds
a
à
obligations
qu'il y
peu

ques, sur les devoirs réciproques que l'humanité leur impose, [les Nations] les
plus prudentes cherchent à se procurer par des Traités les secours et les avan-

tages que la Loi Naturelle leur assurerait,
politique ne

la

si les

pernicieux conseils d'une fausse

rendaient inefficace"

(II, § 152).
droit de la nature et des gens, à laquelle appartient
De même qu'il est à la base de l'P^tat,
Vattel, le contrat joue un grand rôle.

Dans

du

droit public interne, sous le nom de pacte social,
droit international public, sous le nom de traité.

dans

du

l'école

le

se forme.

le

Par

il

est encore à la

Par

le

base

pacte, l'Etat

s'assure les droits nécessaires à son développement.
droit est parfait, les traités sont inutiles.
"Les traités par lesquels
le traité,

il

on s'engage simplement à ne point

faire

de mal à son

à s'abstenir envers

allié,

de toute lésion, de toute offense, de toute injure, ne sont pas nécessaires,
ne produisent aucun nouveau droit; chacun ayant déjà naturellement le
droit parfait de ne souffrir ni lésion, ni injure, ni véritable offense" (II, § 171).
lui

et

droit est imparfait, au contraire, les traités lui donnent la perfection,
Bien que Vattel, s'en tenant aux principes, cite peu de conqui lui manque.
cette
notion
du traité est, chez lui, fondamentale.
ventions,
le

Non
mais

ils

seulement

les traités

rendent indiscutables

aident

les droits

les droits parfaits

l'usucapion ou la prescription, ou encore
quand le droit naturel n'en détermine que

imparfaits à devenir parfaits,
basés sur la nécessité, comme

les

dans

organisent

le

le

détail,

Et, par exemple,
principe.
"puisque la prescription est sujette à tant de difficultés, il serait très convenable que les Nations voisines se missent en règle à cet égard, par des Traités,
principalement sur le nombre d'années requis pour fonder une légitime prescription; puisque ce dernier point ne peut être déterminé en général par le
Droit Naturel seul" (II, § 151). Ou encore: "Il peut arriver qu'une Nation
se contente d'occuper seulement certains lieux, ou de s'approprier certains
droits dans un pays qui n'a point de maître, peu curieuse de s'emparer du pays
tout entier.
Une autre pourra se saisir de ce qu'elle a négligé; mais elle ne
tous les droits
le
faire
pourra
qu'en laissant subsister dans leur entier
il
Dans
ces
convient
de se mettre
sont
à
la
cas-là,
déjà acquis
première.
qui
en règle par une convention" (II, § 98).
.

.

.

XIX
Telle est la force et l'importance du contrat, dans la doctrine de Vattel,
que, ce que la nécessité commande aux Etats dans leurs rapports entre eux,
Vattel présume qu'ils l'ont voulu: d'où le nom de droit des gens volontaire,

applique au droit non-conventionnel, c'est-à-dire aux règles relatives à
l'interprétation des traités, à l'utilité manifestement innocente, au droit de
qu'il

aux

souci de la paix,

respect de la liberté
des nations apportent à la justice (Préliminaires, § 21).
Divisant le droit des gens en droit naturel ou nécessaire ou interne,
la nécessité,

restrictions

que

le

le

qui n'est qu'un droit obligatoire dans la conscience, une pure morale (Préliminaires, § 7) et en droit des gens positif ou externe (Préliminaires, § 27),
le droit des gens positif en trois espèces, Volontaire, Conventionnel et CoutumieTy qui procèdent tous de la volonté des Nations: le droit
volontaire, de leur consentement présumé; le droit conventionnel, d'un con-

Vattel subdivise

sentement exprès;

Comme

coutumier, d'un consentement tacite.
coutume, contrat tacite, aide encore à

et le droit
la

le traité,

la trans-

formation des droits imparfaits en droits parfaits. N'ayant que le devoir
imparfait d'accueillir des consuls, les Nations qui les reçoivent pourraient leur
"La coutume doit servir de règle dans ces
refuser les immunités nécessaires.
Le droit coutumier "est fondé sur le consentement
occasions" (II, § 34).
si
vous
tacite, ou,
voulez, sur une convention tacite des Nations qui l'observent

D'où

entr'elles.

il

paraît qu'il n'oblige que ces

mêmes Nations

qui l'ont

non plus que le Droit Conventionnel"
"Si cette coutume est indifférente en soi, et à plus

adopté, et qu'il n'est point universel,
(Préliminaires, § 25).

est utile et raisonnable, elle devient obligatoire" (Prélimicôté des traités, la coutume peut donc travailler à la trans-

forte raison,

si elle

naires, § 26).

A

Mais, par rapport aux traités,
A la différence des traités, qui ont un terme, elle
elle est très inférieure.
"
peut, immédiatement, cesser d'être obligatoire il suffit que les Nations tenues

formation des droits, d'imparfaits en parfaits.

:

à l'observer" déclarent expressément ne plus vouloir la suivre (Préliminaires,
De plus, si elle renferme quelque chose d'injuste ou d'illicite, elle
§ 26).
n'est

d'aucune

force, tandis

qu'un

traité,

même

injuste ou

en droit interne, "dans la conscience" (Préliminaires,
pas moins obligatoire en droit externe.

§

illicite,

27), n'en

sans effet

demeure

la coutume est celui de l'arbitrage: ce qui,
droit
Si,
imparfait au droit parfait, la distance est
celle d'un doute, ce doute ne peut-il, en l'absence de convention expresse
de
{traité) ou tacite (coutume), se dissiper, non par l'avis, toujours suspect,

Plus réduit que

tout d'abord, étonne.

le rôle

de

du

Nullement. "Les
Nations étant libres, indépendantes, égales, et chacune devant juger en sa
il n
Conscience de ce qu'elle a à faire pour remplir ses devoirs
apl'Etat requis, mais par l'opinion, impartiale, d'un juge.

f*

...

XX
partient ni à riin ou à l'autre des intéressés, ni aux autres Nations de juger
Celle qui a tort pèche contre sa Conscience; mais comme il se
la question.

pourrait faire qu'elle eût droit, on ne peut l'accuser de violer les loix de la
Société" (Préliminaires, § 21).
]>'arbitrage peut être un devoir moral,
une obligation interne; ce n'est pas un devoir externe, même imparfait.
**

S'agit-il

ment

le

d'un droit

clair, certain,

poursuivre et

le

défendre,

s'il

a les

Un

souverain peut hauteforces nécessaires, sans le mettre en

incontestable?

compromis" (II, § 331). Et, quand "il n'est pas permis de se montrer si
roide," "dans les questions incertaines et susceptibles de doutes," c'est à
chacun de voir ce que son état comporte. "Ne perdons jamais de vue ce
Il n'est pas toujours nécesqu'une Nation doit à sa propre sûreté.
l'autoriser
à
aux
tous
courir
saire, pour
armes, que
moyens de conciliation

...

"Et comme, en vertu de la
aient été rejetés expressément" (II, § 334).
chacune
doit
Nations,
juger en sa conscience de ce qu'elle
a à faire,
c'est à chacune de juger si elle est dans le cas de tenter
liberté naturelle des
.

les

.

.

voies pacifiques avant que d'en venir aux armes" (II, § 335).
3.

"La Guerre

La Guerre.

dans lequel on poursuit son droit par la force"
(Livre III, § i).
Quand un droit est parfait, soit de nature, soit par transformation d'imparfait en parfait, en vertu de la coutume ou d'un traité,
violer ce droit, c'est faire à la Nation, qui le possède, une injure, qu'elle a le
"
droit
de repousser, ou même de prévenir.
Et pour savoir ce que
parfait
l'on doit regarder comme une injure, il faut connaître les droits proprement
Tout ce qui donne atteinte
dits, les droits parfaits d'une Nation.
à ces droits est une injure, et une juste Cause de la Guerre" (Livre III, § 26).

est cet état,

.

Si les

leur règle

hommes

.

.

étaient toujours raisonnables, la justice et l'équité seraient
Les voies de la force sont une triste et malheureuse

ou leur juge.

ressource contre ceux qui méprisent la justice et qui refusent d'écouter la
"L'humanité se révolte contre un Souverain, qui prodigue le

raison (§ 25).

sang de ses plus fidèles sujets, sans nécessité, ou sans raisons pressantes, qui
expose son peuple aux calamités de la Guerre, lorsqu'il pourrait le faire jouir
d'une paix glorieuse et salutaire. Que si à l'imprudence, au manque d'amour
pour son peuple, il joint l'injustice envers ceux qu'il attaque; de quel crime,
ou plutôt, de quelle eflfroyable suite de crimes ne se rend-il point coupable?
Chargé de tous les maux qu'il attire à ses sujets, il est coupable encore de tous
ceux qu'il porte chez un peuple innocent: le sang versé, les Villes saccagées,
On ne tue pas un homme, on ne
les Provinces ruinées; voilà ses forfaits.
il
soit
ne
brûle pas une chaumière, dont
responsable devant Dieu et comptable
La guerre n'est donc tolérable qu'à la conà l'humanité" (Livre III, § 24).

XXI
dition d'être voulue par

le

peuple

(§ 4)

de

la

nation qui

la fait, d'être

fondée

sur une cause juste et sur des motifs honnêtes:

"Les peuples toujours

prêts à prendre les armes, dès qu'ils espèrent y trouver
sont
des
injustes, des ravisseurs; mais ceux qui semblent se nourrir
quelque avantage,
des fureurs de la Guerre, qui la portent de tous côtés sans raisons ni prétextes, et
même sans autre motif que leur férocité, sont des Monstres, indignes du nom
Ils doivent être regardés comme les Ennemis du Genre-humain, de même
la
dans
Société civde, les Assassms et les Incendiaires de profession ne sont pas
que,
seulement coupables envers les victimes particulières de leur brigandage, mais encore
envers l'Etat, dont ils sont déclarés ennemis. Toutes les Nations sont en droit de
se réunir pour châtier, et même pour exterminer ces peuples féroces" (§ 34).

d'hommes.

Deux

choses sont nécessaires à la justice de

que Ton

la

guerre: "1°.

Un

droit à

fondé à exiger quelque chose d'une
autrement que par les armes" (§ 37).
Que
"C'est une erreur non moins absurde que funeste, de dire que la Guerre
doit décider les Controverses entre ceux qui, comme les Nations, ne recon-

faire valoir; c'est-à-dire,

Nation.

soit

l'on ne puisse l'obtenir

2°.

naissent point de Juge.
plutôt que le bon droit"

La

Victoire suit d'ordinaire la force et la prudence,

(§ 38).

Pénétré de cette idée que la guerre est un mal, dont le souverain doit
préserver son peuple, un droit terrible dont on ne peut user, même envers
une nation coupable, qu'à la dernière extrémité, Vattel se montre très sévère
sur les conditions dans lesquelles une nation peut recourir aux armes.

La

guerre n'est permise que pour venger (§ 34) une injure reçue, ou pour se
garantir de celle dont on est menacé (§ 26): "C'est une Loi sacrée du Droit
des Gens, que l'accroissement de puissance ne peut seul et par lui-même

donner à qui que ce soit le droit de prendre les armes, pour s'y opposer"
Les confédérations paraissent à Vattel le meilleur moyen de con(§ 43).
server l'équilibre d'un peuple et de maintenir ainsi les libertés d'une nation
Si un Prince fait une guerre injuste, chacun est en droit de secourir
(§ 49).
La guerre doit être précédée d'une déclaration, dernier moyen
l'opprimé.
différend sans effusion de sang, en exposant le sujet pour lequel
on prend les armes. Dès l'instant que la guerre est déclarée dans les formes,
en toute bonne foi sur la justice de leur cause, par des souverains entre

de terminer

le

lesquels, vu l'indépendance des nations (§ 70), nul ne peut décider, elle
La distinction de la justice et de l'injustice de la guerre
devient légitime.
cesse de produire effet entre les belligérants pour n'en plus trouver qu'entre
les belligérants et les neutres.

Comme le souverain représente
guerre est très général.
la nation, quand un souverain a déclaré la guerre à un autre, les deux nations
sont ennemies, et tous les sujets de l'une sont ennemis de l'autre (§ 70).
L'effet

de

la

XXll

Les ennemis, et
lieu qu'ils se

les

choses qui leur appartiennent demeurent tels en quelque
Les femmes et les enfants doivent être comptés au

trouvent.

nombre des ennemis

mais ce sont des ennemis qui n'opposent aucune
conséquent on n'a aucun droit de les maltraiter en leur
eux de violence, encore moins de leur ôter la vie
contre
personne, d'user
Si quelquefois le soldat furieux se porte à tuer les femmes, à
(§ 140, 145).
les
enfants
et les vieillards, les officiers gémissent de ces excès.
massacrer
Bien mieux, la guerre se faisant par troupes réglées, le peuple, les paysans,
Rien n'autorise à tuer les prisonniers,
les bourgeois n'ont rien à craindre.
même si l'on ne peut les garder ou nourrir, à moins qu'ils n'appartiennent
à une nation féroce, perfide et formidable, ou lorsqu'ils se sont rendus personnellement coupables de quelque attentat (§§151-152). Il interdit de se
servir d'armes empoisonnées: **I1 faut bien que vous frappiez votre ennemi,
pour surmonter ses efforts; mais s'il est une fois mis hors de combat, est-il
besoin qu'il meure inévitablement de ses blessures?" (§ 156).
"N'oublions
jamais que nos ennemis sont hommes. Réduits à la fâcheuse nécessité de
poursuivre notre droit par la force des armes, ne dépouillons point la Charité,
De cette manière, nous défendrons
qui nous lie à tout le Genre-humain.
les
droits
de
la
sans
blesser ceux de l'humanité'' (§158)
Patrie,
courageusement
Bien que Vattel admette le pillage, tout au moins lorsque l'ennemi a
commis quelque attentat contre le droit des gens, il n'en déclare pas moins

72)

;

résistance, et par

.

que, "pour quelque sujet que l'on ravage un pays, on doit épargner les
honneur à l'humanité, et qui ne contribuent point à rendre

édifices qui font

l'Ennemi plus puissant, les Temples, les Tombeaux, les Bâtiments publics,
les Ouvrages respectables par leur beauté.
Que gagne-t-on à les
C'est
se
déclarer
l'ennemi
du
détruire.?
Genre-humain, que de le priver de
gaieté de Cœur, de ces Monuments des Arts, de ces Modèles du Goût"
Tout en reconnaissant qu'il est difficile, quand on bombarde une
(§ 168).
ville, d'épargner les plus beaux édifices, il conseille de se borner à foudroyer
les remparts et défend de détruire une ville par des bombes, à moins qu'on
n'ait pas d'autre moyen de réduire une place importante ou de forcer un
ennemi à faire la guerre avec humanité (§ 169). Et il conclut ainsi: "Otez
le cas où il s'agit de punir un Ennemi, tout revient à cette règle générale:
Tout le mal qu'on fait à l'Ennemi sans nécessité, toute hostilité qui ne tend
point à amener la Victoire et la fin de la guerre, est une licence, que la Loi
Naturelle condamne" (§ 172).
Encore lorsqu'il s'agit de punir l'ennemi,
entend-il qu'il s'agisse toujours d'attentats énormes contre le droit des gens
tous

(§ 173)-

Après avoir déclaré légale en droit positif toute guerre engagée suivant les
formes et conduite suivant les règles, Vattel revient, en droit naturel, à cette

XXlll

guerres sont, d'après leur cause, justes ou injustes, et que tout
droit de celui qui fait la guerre dérive de la justice de sa cause (§ 184).

le

les

que

idée,

Celui-là seul est en droit de faire la guerre, celui-là seul peut attaquer son
ennemi, lui ôter la vie, lui enlever ses biens et ses possessions, à qui la justice
et la nécessité ont mis les armes à la main.
Telle est la décision du droit

des gens nécessaire, ou de la loi naturelle, à l'observation de laquelle les
nations sont étroitement obligées (Prélim., § 7).
C'est la règle inviolable que
chacun doit suivre en sa conscience. Mais comment faire valoir cette règle

dans

démêlés des peuples et des souverains, qui vivent ensemble dans
Ils ne reconnaissent point de supérieur.
l'état de nature?
Il appartient à
tout Etat libre et souverain de juger en sa conscience de ce que ses devoirs
exigent de lui, de ce qu'il peut ou ne peut pas faire avec justice: si les
autres entreprennent de le juger, ils donnent atteinte à ses libertés.
Une
les

nation, un souverain, quand il délibère sur le parti à prendre pour satisfaire à
son devoir, ne doit jamais perdre de vue le droit des gens nécessaire, toujours
obligatoire dans la conscience; mais, lorsqu'il s'agit d'examiner ce qu'il peut
exiger des autres Etats, il ne doit plus respecter que le droit des gens volon-

La première

règle en est que les droits fondés sur l'état de guerre,
la légitimité de ses effets, la validité des acquisitions faites par les armes

taire.

ne dépendent point de la justice de la cause, mais de la légitimité des
moyens. La guerre en forme, quant à ses effets, doit être regardée comme
Elle donne au conquérant le droit d'enlever
juste de part et d'autre (§ 190).
à l'ennemi une ville ou une province, même sans son assentiment (§ 199).

Après avoir fait entendre au vainqueur ces conseils d'humanité,
politique de Vattel observe qu'" heureusement la bonne politique
ici et partout ailleurs
parfaitement d'accord avec l'humanité."

Un

la sagesse

se

trouve

Rivier, l'a observé:^ "La maxime de neutralité
Confédération
suisse depuis le XVI^ Siècle, a grandement
professée par
contribué à l'adoption de principes juridiques réglant cette matière.
Il
n'est point suprenant que Vattel en ait traité avec plus de précision que ses
Suisse d'origine, c'est-à-dire natif d'un pays qui, dès ce
prédécesseurs."
dans
moment, avait,
l'âme, la vocation de la neutralité, lié, personnellement,

Suisse éminent,
la

naissance à

par l'allégeance à la Prusse, par la fonction à la
Saxe, enfin "ami de toutes les nations," suivant le beau mot qui, dans sa
préface, traduisait le désir de son cœur et la tendance de son esprit, Vattel ne
veut pas que la guerre s'étende de proche en proche. Machiavel donnait aux
par

la

la Suisse,

uns des autres, en vue de partager,
avec le vainqueur, les dépouilles du vaincu.
Diplomate de l'école de Jeanau
les
à
rester
Jacques, Vattel,
contraire,
engage
spectateurs. Pour la première
princes

le

conseil d'épouser les querelles les

'Rivier, Principes

du

droit des gens, II, § 210.

XXIV

nom

de ncuiralitc pénètre dans un traite de droit des gens. Crotius
indiquait les non-belligérants, par périphrase, d'un de ces termes vagues, qui
lignifient clairement qu'une doctrine précise n'est pas encore formée: De his

tois le

qui in bello medii

nomme

nciitit-s

l^ynkcrshoek les aj^pclle non-hostes.
Très exactement, il définit
(Livre III, § 103).
siint.

Vattel

les

les

peuples
neutres dans une guerre, ''ceux qui n'y prennent aucune part, demeurant
amis communs des deux parties."
Cirotius tenait une telle condition

pour

difficile et

injustice de

Entraîné par sa distinction de la justice et de
invite le neutre à ne rien faire qui puisse rendre

dangereuse.

la guerre,

il

mauvaise ou empêcher les mouvements de
Vattel, au contraire, enjoint aux neutres de

plus fort celui dont la cause est
celui

dont

la

cause est bonne.

armes de l'une des parties au préjudice de l'autre
(§ 103).
jouir sûrement de cet état, il doit
montrer en toutes choses une exacte impartialité entre ceux qui se font la
Bynkershoek admettait que le neutre pût donner simultanément
guerre.
des secours à chacun des belligérants.
Vattel, le premier, déclare que
n'est
obtenue
par l'égalité des secours, mais par l'absence
pas
l'impartialité
"Ne point donner de secours, quand on n'y est pas obligé;
de secours.
ne fournir librement ni troupes, ni armes, ni munitions, ni rien de ce qui sert
ne point donner de secours et non pas en
directement à la guerre
donner également:" telle est sa formule. "Car il serait absurde qu'un
Etat secourût en même temps deux ennemis:" telle est sa raison.
Mais, à cette doctrine si ferme, il apporte, aussitôt, deux exceptions qui
Retenu par l'exemple des Suisses, qui, par traités, s'engagent
l'affaiblissent.
à fournir des hommes à l'un des belligérants, mais n'entendent pas risquer d'attirer ainsi, sur leur pays, la guerre, il fait un devoir aux nations qui, d'avance,
ont, par traités, promis des secours, de les accorder: "Quand un souverain
fournit le secours modéré, qu'il doit en vertu d'une ancienne Alliance défenne favoriser point

les

Tant qu'un peuple neutre veut

...

"Les Provinces-Unies ont
ne s'associe point à la guerre" (§ 105).
même
fourni
des
et
des
Subsides,
longtemps
Troupes, à la Reine de Hongrie,
dans la dernière guerre.
Les Suisses donnent à la France de nomsive,

il

.

.

.

breux Corps de Troupes, en vertu de leur Alliance avec cette Couronne; et ils
vivent en paix avec toute l'Europe" (§ loi). L'exception du pacte antérieur
à la guerre, telle est la première restriction que Vattel apporte à sa formule,
si rigoureuse et si nette, de la neutralité.
D'autre part, il déduit, du droit

nations au passage innocent, que la concession aux armées
ennemies du droit de passage ne rompt pas la neutralité. "Le passage inno-

de toutes

les

Nations avec lesquelles on vit en paix (Livre II, § 123),
aux
et ce devoir s'étend
troupes comme aux particuliers." Mais, à peine
Le neutre a le
a-t-il posé cette exception, qu'il s'efforce de la restreindre.

cent est dû à toutes

les

XXV

quand il peut craindre que l'armée ne cherche à
moins
à y agir en maître, ou y vivre à discrétion
ou
du
du
pays,
s'emparer
Enfin, le passage, même innocent, ne pouvant être dû que pour
(§ 123).
de justes causes, on le refusera à celui qui le demande pour une guerre
manifestement injuste, comme, par exemple, pour envahir un pays sans

droit de refuser le passage,

raison ni prétexte (§ 135).
4.

La Sanction du Droit des Gens.

Nul ne peut aborder l'ensemble du

droit des gens, sans chercher quelle
Pour l'assurer, Wolff avait fait l'hypothèse d'une société
en est la sanction.
Vattel, dans sa préface rejette cette idée:
générale des Nations.
le déduit [le droit des gens volontaire] de l'idée d'une
de
grande République {Civitatis Maximes) instituée par la Nature elle-même,
espèce
Suivant lui, le Droit
et de laquelle toutes les Nations du Monde sont Membres.
Cette
des Gens Volontaire sera comme le Droit Civil de cette grande République.
Il est de l'essence de toute Société Civile (Civiidée ne me satisfait point.
tatis) que chaque membre ait cédé une partie de ses droits au Corps de la Société et
qu'il y ait une autorité capable de commander à tous les membres, de leur donner
On ne peut rien concevoir,
des lois, de contraindre ceux qui refuseraient d'obéir.
ni rien supposer de semblable entre les Nations.
Chaque Etat souverain se prétend,
et est effectivement, indépendant de tous les autres."

"Monsieur WolfF

...

Conduit par sa théorie de l'indépendance des Etats à

laisser le droit

des gens sans aucune sanction, Vattel, dans sa préface, se flatte qu'un
pareil système n'offre pas d'inconvénients parce que les Etats ne se conduisent point d'ordinaire par le caprice.
Mais, après avoir ainsi ébranlé, au

nom

de l'indépendance des Etats, l'autorité des maximes du droit international, Vattel ne tarde pas à comprendre que c'est un droit pour toutes
les Nations de se réunir contre les infracteurs des lois internationales, contre
les Nations malfaisantes, contre les peuples "toujours prêts à prendre les
armes dès qu'ils espèrent y trouver quelque avantage" comme ces "divers
peuples germains" dont parlait Tacite.
Droits des nations contre

les infracteurs

du

droit des gens:

"Les Lois de la Société naturelle sont d'une telle importance au salut
de tous Etats, que si l'on s'accoutumait à les fouler aux pieds, aucun Peuple
ne pourrait se flatter de se conserver et d'être tranquille chez lui, quelques
mesures de sagesse, de justice et de modération (pi'il pût prendre.
Donc toutes les Nations sont en droit de réprimer par la force celle qui
viole ouvertement les Lois de la Société que la Nature a établie entr'elles,
ou qui attaquent directement le bien et le salut de cette Société." (Préliminaires, § 22.)

XXVI
Droit de tous

"Si donc

il

les

peuples contre une nation malfaisante:

était

quelque part une Nation inquiète

et malfaisante,

toujours prête à nuire aux autres, à les traverser, à leur susciter des troubles
domestiques; il n'est pas douteux que toutes ne fussent en droit de se
joindre pour la réprimer, pour la châtier et même pour la mettre à jamais
hors d'état de nuire."

(Livre

II,

chapitre

4, § 53.)

Des peuples qui font la guerre sans raison et sans ?notif apparent:
"Les peuples toujours prêts à prendre les armes, dès qu'ils espèrent

y trouver quelque avantage, sont des

mais ceux
portent de tous

injustes, des ravisseurs;

qui semblent se nourrir des fureurs de

la

Guerre, qui

la

même sans autre motif que leur férocité,
Ils doivent être regardés
sont des Monstres indignes du nom d'homme.
comme les Ennemis du Genre-humain, de même que, dans la Société Civile,

côtés, sans raisons ni prétextes, et

les Incendiaires de profession ne sont pas seulement coupaenvers les victimes particulières de leur brigandage, mais encore
envers l'Etat dont ils sont déclarés ennemis. Toutes les Nations sont en
droit de se réunir, pour châtier, et même pour exterminer ces peuples
Tels étaient divers Peuples Germains dont parle Tacite." (Livre
féroces.

les

Assassins et

bles

III, chapitre III, § 34.)

Doctrine incomplète: Vattel ne parle que d'un droit des Nations contre
les infracteurs des droits des gens, les Nations malfaisantes, les peuples
toujours prêts à prendre les armes dès qu'ils espèrent y trouver quelque
avantage.

Il

faudrait,

ici,

parler d'un devoir.

III.

ACCUEIL DE L'ŒUVRE.
"

Peut-être," écrivait à un ami, modestement, Vattel, pendant l'impres-

"mon

d'une édition.

Cette espérance n'est pas trop
présomptueuse, puisque je ne fais tirer que douze cents exemplaires."^ L'espérance de Vattel devait être dépassée. Après le premier tirage, daté de
Londres, mais fait à Neuchâtel sous la surveillance immédiate de l'auteur,
un second sortait des presses de Leyde. En 1773 paraissait à Neuchâtel
sion,

livre aura-t-il plus

une seconde édition, enrichie de notes crayonnées par Vattel sur son propre
Mais, posthume et hâtive, elle affligeait, par son peu de soin,
exemplaire.
les amis de l'auteur.
Comme elle semblait, à tous, "digne de l'épicier," une
autre s'imprima bientôt à Amsterdam, "par les soins d'un Monsieur D.
[C.
les

W.

F.

Dumas], publiciste

Insurgents d'Amérique."-

ardent républicain, étroitement lié avec
Presque aussitôt suivaient, en 1777, deux autres

suisse,

éditions, l'une à Bâle, avec quelques remarques tirées en partie des manuscrits de l'éditeur, l'autre à Neuchâtel, sans ces remarques, mais avec la

biographie de l'auteur.^
C'était le succès.
rattachait.

de ses

La philosophie
le

Il

leibnitzienne était à la mode, et Vattel s'y
traduire, de Wolff mais il le débarrassait

s'inspirait, jusqu'à
en substituant à un travail fatigant, que nul "honnête homme"
Son traité n'était
patience de lire, un discours simple et clair.
;

scories,

n'eût eu la

pas l'ouvrage d'un savant pour des savants, dans un latin obscur, lourde-

ment

scolastique, mais

un

livre

par un homme du monde,
à l'intention des souverains, des ministres

élégamment

écrit

un diplomate, philosophe et lettré,
des gens du bel air.^
Son style n'a pas la solidité de Montesquieu,
l'éblouissante netteté de Rousseau; mais Vattel se sert de la langue française,
c'est-à-dire du meilleur filtre qui ait jamais su clarifier l'abstraction allemande. Grotius, humaniste, écrivant à la grande époque de la Renaissance
des lettres grecques et latines, est encombré d'érudition, surchargé de
réminiscences classiques. Vattel, philosophe, écrivant au siècle de l'Encycloet

'Lettre de Vattel à un inconnu, 26 mai 1757, inédite, Bibliothèque de la Ville de Neuchâtel.
faire cette identification avec certitude à l'aide de Wharton's Tlu Revohitionary Diplomatie

*Nous pouvons

Correspondence.
II, p. 64.
^Voir la liste chronologique des éditions de Vattel, pp. Ivi-lix.
^Ainsi devait plus tard penser le baron de Bielfeld:
"Je voulais écrire pour un grand nombre de lecteurs, pour les princes, et pour tous ceux que leur naissance
Il est presque certain que l'appareil effrayant d'un système
peut appeler à concourir au Gouvernement des Etats.
démontré par la méthode des mathématiciens les eût épouvantés et qu'ils ne m'eussent point lu. Il en seroit
arrivé ce qui arrive à divers ouvrages de l'illustre Wolff, qui, malgré tout leur mérite, servent plus à orner les biblio-

thèques, à être consultés quelquefois au besoin en guise de dictionnaire (ju'à être lus parles gens du monde et qu'à
former des philosophes."
(Supplément aux Institutions politiques, à la fin du livre 2, nouvelle édition, 1768,

Leyde

et Leipzig, p. 564.)

xxvii

XXVIU
pédie, réduit le rôle des Anciens au profit des

Modernes.

S'il

appelle en

témoignage Xénophon, Plutarque, Cicéron, Tite-Live, Tacite, et même les
A
poètes, il invoque aussi les historiens français, Mezeray, Wateville.
il
lui arrive, sans doute, de discuter encore si Rome
l'exemple de Grotius,
devait observer l'humiliant accord des Fourches Caudines (II, § 209); mais
il examine
plus volontiers si François i^'^ était tenu de respecter le traité
de Madrid (I, §264).
Dans le même passage, où il rappelle Virgile, il nomme
les
Mémoires
de Feuquières, Grotius estimait par-dessus tout
illl, § 178)
Vattel reproche aux Anciens "qu'ils ne se croyaient tenus à
l'antiquité.
rien envers les peuples qui ne leur étaient point unis par

un

traité d'amitié"

(Livre II, § 20).
A l'absolutisme, dont l'œuvre de Grotius était encore empreinte, il
substitue un libéralisme de bon aloi.
Aux rigueurs d'un droit antérieur,

oppose une conception plus douce et, dès lors, plus
généreuse, du droit de la guerre.
L'esprit lettré, sensible et philosophe, du
XVIII^ Siècle est en lui. Grotius, trop ancien, est désormais délaissé pour
ce moderne, dont le livre, adressé à tous les souverains pour n'en flatter
aucun, se dédie dans une noble préface à la Liberté: "Je suis né dans un pays
"
dont la liberté est l'âme, le trésor et la loi fondamentale."
Apiid liberos
sous
le
bonnet
la
la première
de
tiitior," porte,
phrygien,
première page
cruel et farouche,

il

édition.

"Je puis être encore, par ma naissance, l'ami de toutes les nations,"
ajoutait Vattel, en sa belle préface.
L'esprit de l'auteur étant sympathique
à toutes, l'œuvre était de nature à plaire à beaucoup.
Mais, l'esprit de son
livre étant un esprit de liberté, ce furent les nations, où cet esprit était le
plus fortement développé, qui, tout d'abord, l'accueillirent avec
faveur.

le

plus de

Si la
L'Angleterre reconnut la première sa pensée dans cette œuvre.
première édition du Droit des gens portait la mention "A Londres," ce
n'était pas seulement artifice de librairie, mais hommage.
Pour Vattel,
Il la loue de se distinguer
l'Angleterre est, par excellence, "l'illustre nation."

d'une manière éclatante à tout ce qui peut rendre l'Etat plus florissant, de
tenir en sa main, grâce au commerce, la balance de l'Europe.
Il la félicite

"de remplir
Il

devoirs de l'humanité avec une noble générosité" (II, § 5).
en célèbre "l'admirable Constitution" (I, § 24).
Il se félicite "de voir un
les

d'Angleterre rendre compte à son Parlement de ses principales opérations"
(Ij§39)- L'Angleterre avait, par deux fois, en 1688, puis en 1 701, modifié l'ordre
de la succession au trône; Vattel aflfiirme de la manière la plus nette que la
roi

Nation peut changer

l'ordre de succession (§ 61).

Papes, ses attaques contre l'Eglise catholique et

le

Ses critiques du pouvoir des
célibat des prêtres devaient

XXIX

au peuple anglais qui refusait alors d'inscrire le droit de croire sur la
Dans la partie, purement
première liste, par lui dressée, de toutes les libertés.
internationale, de son œuvre, il arrive, sans doute, à propos, notamment, de
la déclaration de guerre
condition, pour lui, nécessaire, des hostilités
que
plaire

les vues de la politique anglaise; mais le plus souvent sa doctrine s'accorde pleinement avec elle.
Sujet du roi de Prusse, il n'hésite pas

Vattel contrarie

à donner à la Grande-Bretagne raison contre la Prusse: "Le prince ne doit
intervenir dans les causes de ses sujets en pays étrangers et leur accorder sa
protection que dans les cas d'un déni de justice."
peine Vattel a-t-il for-

A

ce principe que, cherchant un exemple, il ajoute: "La Cour d'Angleterre
a établi cette maxime avec beaucoup d'évidence, à l'occasion des Vaisseaux

mulé

Prussiens saisis et déclarés de bonne prise, pendant la dernière Guerre (IL §84).
Il approuve l'Angleterre d'avoir fait deux fois la guerre à Louis XIV, la pre-

mière "parce qu'il soutenait les intérêts de Jacques II déposé dans les formes
par la Nation, la seconde parce qu'il reconnut sous le nom de Jacques III le fils
du Roi déposé." A l'époque où, en France, Mably réclame l'insaisissabilité de
propriété privée ennemie sous pavillon ennemi, pour ruiner l'Angleterre, il
développe la doctrine anglaise, qui permet à la guerre d'avoir effet sur les biens
des particuliers. Suisse vivant en Europe, au service de la Saxe, il glisse sur la
la

guerre maritime; et la Grande-Bretagne, si curieuse qu'elle soit d'un tel sujet,
lui sait d'autant plus gré de cette discrétion, que, l'année suivante (1759), le
Danois Hùbner devait publier un livre, plus au courant, sans doute, des
détails

du droit maritime, mais d'autant moins agréable à

1'" illustre

nation."

Droit des gens de Vattel plut-il à l'Angleterre à ce point qu'à
en 1760, en 1793, en 1797, une traduction en parut, traduction
anonyme, à laquelle, cependant, il semble qu'en 1797 William Cobbett ne tût
Aussi,

le

trois reprises,

pas étranger.

Aux

Etats-Unis, plus encore épris de liberté, l'accueil fut d'autant plus
favorable.
De 1758 à 1776, Grotius, Pufendorf, Burlamaqui sont lus, étudiés
commentés dans les colonies anglaises d'Amérique. Vattel y semble, alors,

inconnu.

En

1773,

le

droit des gens s'enseigne à King's Collège (aujourd'hui

Columbia University). En 1774, Adams, en 1775, Hamilton citent ou
recommandent Grotius, Pufendorf, Locke. Ni l'un ni l'autre ne nomment
Mais la guerre libératrice vient donner aux Colonies Unies le nouVattel.
veau nom d'Etats. Une lourde tâche sollicite le peuple américain, qui, par
l'étude du droit de la nature et des gens, se prépare à la grande œuvre de
Soucieux de la construire sur des bases solides, ses hommes
l'Indépendance.
d'Etat se tournent vers les publicistes d'Europe. Ch. W. F. Dumas, Suisse
de Hollande, ardent républicain, relit à leur intention Vattel, en donne, avec

XXX
(les

notes, inspirées des événements,

rrois

exemplaires

à

Franklin.

une nouvelle édition, dont

Vattel,

répond

Franklin,

il

arrive

adresse

au bon

moment:
"It came to us in good season, wlien the circumstances of a rising State made it
necessary frequently to consult the Law of Nations" (Franklin à Dumas, décembre
1775).^

Les pères de l'indépendance se sentent bien vite en communauté d'idées
avec Vattel. Ils lui savent gré de louer "la modération des puritains anglais,
qui, les premiers, s'établirent dans la Nouvelle-Angleterre," en achetant des
Bien que leur libéralisme, proIndiens le terrain qu'ils voulaient occuper.
la
de
la
liberté religieuse, dépasse de
étendu
jusqu'à
plénitude
gressivement

beaucoup

celui

de l'Angleterre

et,

dès

lors,

de Vattel,

ils

retrouvent, chez

pour un
il
de
l'Etat
est
membre
dont
(I, § 201, 202), l'obligation,
peuple, de se séparer
le
de
la
d'assurer
bonheur
tous,
Nation,
obligation qu'eux-mêmes
pour
inscrivent, dans la Constitution, comme but de l'Etat; enfin la recommandation de ces Confédérations de Républiques, auxquelles, de 1778 à 1787, les
l'écrivain suisse, toutes leurs

maximes de

liberté politique: le droit,

Etats-Unis devaient confier leur avenir, instruits par Vattel et Rousseau,
qu'ils y trouveraient un sûr garant d'équilibre et de paix.

De

1776 à 1783, plus les Etats-Unis progressent, et plus Vattel prend
En 1780, son Droit des gens est, dans les universités, un livre
d'autorité.

un Textbook}
En Allemagne, où les idées libérales étaient moins en faveur, son succès,
au contraire, fut moins grand, mais cependant réel.'^ Kant le cite parmi les
auteurs qu'il nomme.^

classique,

Le Chief Justice Marshall, en 1827
II, p. 64.
pursued by American statesmen in early life, we
must suppose, that the framers of our Constitution were intimately acquainted withthe writings of those wise and
learned men,whosetreatises on the laws of nature and nations hâve guided public opinion on the subjects of obligation and contract."
(Ogden v. Saunders, 12 Wheat 213, 353.)
Le professeur J. B. Thayer de Harvard signale, dans ses Cases on Constitutional Law, Cambridge, 1895,
I, p. 951, l'existence à la bibliothèque de Harvard d'une édition d'Amsterdam de Vattel, entrée comme don de
B. Franklin.
Un autre exemplaire en fut remis par Franklin à la Library Company of Philadelphia Le registre
des directeurs porte cette mention: "Oct. 10, 1775.
Mr. Dumas having presented the Library with a very late
édition of Vattel's Law of Nature and Nations (in French), the Board direct the secretary to return that gentleman
their thanks."
Cet exemplaire fut certainement utilisé par les membres du Second Congrès Continental, qui
siégeait à Philadelphie; par les chefs éminents, qui dirigèrent la politique des Colonies Unies jusqu'à la fin de la
guerre; et enfin par les hommes qui siégèrent à la Convention de 1787 et firent la Constitution des Etats-Unis, car
la bibliothèque était logée au Carpenters' Hall, où le Premier Congrès délibéra, à un jet de pierre de la Colonial State
House of Pennsylvania, où le Second Congrès se réunit, et également près du lieu où la Constitution s'élabora.
^Wharton's The Revolutionary Diplomatie Corresfondence,

devait dire:

"When

\ve advert to the course of reading generally

(George Maurice Abbott, A Short History of the Library Company of Philadelphia, 1913, p. 11.)
^Jesse S. Reeves, The influence of the law of nature upon international law in the United States, Amer. Jour,
of International
'Cfr.

bonne, 1785,
fier

Law, 1909,

Ompteda

(le

p. 551.

baron

d'), Litteratur des

gesamten sowohl natùrlichen als positiven Volkerrechts, Ratis-

P- 338.

^Citation d'ailleurs sceptique, comme un de ces "tristes consolateurs" auxquels on s'adresse pour
une déclaration de guerre, quoique leur Code "ne puisse avoir la moindre force légale."

justi-

XXXI

En Suisse l'œuvre de Vattel
noms éclipsent le sien: celui qui

est

favorablement

avait appliqué la

Mais deux

accueillie.

méthode cartésienne

à

l'exégèse juridique et renouvelé l'étude du droit international,
Burlamaqui, et un autre, et plus illustre, Jean-Jacques,

Jean-Jacques
dépassent le diplomate lettré, qui n'écrit que pour se distraire. Entre Burlamaqui, auteur
de l'école du droit naturel, et Rousseau, la gloire de Vattel s'obscurcit un peu.^

"Ami

de toutes

les

nations," d'ailleurs nourri de l'esprit des physiocrates
garde d'oublier, dans son livre, un

et de l'Encyclopédie, Vattel n'avait eu

compliment à

l'adresse de la France:

"Il est d'une Nation polie de bien accueillir les étrangers, de les recevoir avec
Nul
politesse, de leur montrer en toutes choses un caractère officieux.
.

.

.

Peuple n'est plus digne de louange à cet égard que la Nation Française. Les
étrangers ne reçoivent point ailleurs un accueil plus gracieux, plus propre à les
empêcher de regretter les sommes immenses qu'ils versent chaque année dans Paris."
(II, § I39-)

Encore que le trait de la fin atténuât la délicatesse de la louange, la
France n'en avait pas moins reçu, de l'amitié de Vattel, sa part d'éloge.
Mais, au même moment, paraissait un autre livre dont l'éclat effaçait celui

Le philosophe de Genève achevait
gens.
cette conclusion: "Après avoir posé les vrais principes
du Droit des

tâché de fonder l'Etat sur sa base,
externes, ce qui comprendroit

le

il

droit des gens;"^ conclusion qui n'était
le

plus tard recueillir des vestiges d'exécution, sur
le

le

Comte

le

d'Antraigues^ devait

commerce,

la

droit public, les ligues, les négociations, les traités.

public français eût-il accueilli

par

droit politique et
resteroit à l'appuyer par ses relations

qu'une transition, l'annonce d'un ouvrage, dont
conquêtes,

le Co7itrat social

du

Vattel quand Rousseau

lui

guerre et

les

Comment

donnait l'espé-

rance du Contrat international, postulé par le Contrat social \^ Le Droit des
Dès le début de cette même année, l'éditeur de
gens de Vattel est de 1758.

Rousseau, Marc Michel Rey, le pressait de lui livrer ses "principes du droit
de la guerre."^ Attendant, sur ce sujet, l'œuvre de Rousseau, dont le
Contrat social, correspondant au livre i^"^ de Vattel, était comme la première
à
partie, le lecteur français ne devait prêter qu'une attention médiocre
le
bien
aussi
Genevois,
que
l'ouvrage de ce Neuchâtelois, qui ne savait pas,

manier sa langue.
»" C'est
sité

de Genève que parut Y Esprit des

lois et le

Contrat social en sortit."

(Borgeaud, Histoire de l'Univer-

de Genève.)

Conclusion.
*J. J. Rousseau, Contrat social, livre IV, ch. IX.
'Léonce Pingaud, Un agent secret sous la Révolution et l'Empire. Paris, 1893.
*Cfr. Windenberger, Essai sur le système de politique étrangère de Rousseau, Paris, 1899.
*"Mes principes du droit de la guerre ne sont pas prêts." Réponse de J.-J. Rousseau à son éditeur, Marc
Michel Rey, mars 1758, Lettres inédites de J.-J. Rousseau à Marc-Michel Rey, publiées par Bosscha, page 32.

XXXll

même

époque, en Suisse, en Allemagne, et, déjà,
hors d'Europe, en Amérique, le droit des gens était fort en honneur, en France,
au contraire, il était négligé. "Notre Faculté de droit est misérable, écrira
D'ailleurs, tandis qu'à la

...

un mot
quelque vingt ans plus tard Diderot, on n'y lit pas plus
du droit des gens que s'il n'y en avait point." Et, peu de temps après
l'apparition de VEniiie, Rousseau devait, d'une rapide allusion, en faire
reproche aux Français: "Leurs Parlements et leurs tribunaux paraissent
du droit naturel ni du droit des gens; et il est à remarquer
tout
ce
dans
que,
grand royaume, oiJ sont tant d'universités, tant de collèges,
tant d'académies, et où l'on enseigne avec tant d'importance tant d'inutilités,
il
n'y a pas une seule chaire de droit naturel" (Lettre à M. de Beaumont).
Comment, alors, les Français eussent-ils pris intérêt au livre de Vattel?
Du droit des gens, les philosophes ne s'occupaient guère, en France,
n'avoir aucune idée

Ironiquement, Voltaire le comparait à ces portraits, qu'on
"
Il semble que ces Traités du droit des
respecte, mais ne regarde point.
de
la
et
de
la
n'ont
guerre
paix, qui
gens^
jamais servi ni à aucun traité de paix,

que pour

railler.

aucune déclaration de
une consolation pour les
Ils donnent l'idée
force.
sonnes célèbres qu'on ne
ni à

guerre, ni à assurer le droit d'aucun homme, soient
peuples des maux qu'ont faits la politique et la
de la justice, comme on a les portraits des per-

peut voir."^

Et encore: "Rien ne contribuera

peut-être plus à rendre un esprit faux, obscur, confus, incertain, c^ue la lecture de Grotius, de Pufendorf et de presque tous les commentaires sur le
droit public."
"Le droit de la nature est restreint par le droit civil; le
droit civil, par le droit des gens, qui cesse au moment de la guerre" formulait

encore Diderot."^

La véhémence

des attaques de Vattel contre l'Eglise catholique ne
suffisait pas d'ailleurs à lui concilier les philosophes, dont l'athéisme ne
s'accommodait pas plus du protestantisme de Vattel que de toute autre reli-

La Chalotais

gion.

fut peut-être le seul en France à lire, à ce moment,
milieu des philosophes.
Voltaire le feuilleta distraitement,
prendre goût. Cinq ans après l'apparition de l'ouvrage, il écrit à la

Vattel, dans

sans y

le

Chalotais, de Ferney,

mettez

le

livre

regardé son livre
relue.

le

28 février 1763: "Je ne sais pas pourquoi vous
des livres nécessaires.
Je n'avois

M. Vattel au rang
que comme une copie

de

me

assez médiocre et vous

le

ferez

^

les "conducteurs des Nations," pour lesquels écrivait
en
France, ni bienveillance, ni sympathie pour un livre
Vattel, n'avaient,
Si,

d'ailleurs,

'Voltaire: Dictionnaire philosophique, verbo Droit, Section Droit international public.
'Diderot: Plan de l'Université four le Gouvernement de Russie.
Œuvres, éd. Auzat, III,
'Voltaire, Correspondance, à sa date.

p.

492.

XXXlll

qui n'était pas, comme celui de Grotius, dédié au Roi de France, il n'en
était pas de même dans la Scandinavie, où le livre était accueilli favorablement, si l'on en juge par ce passage du Danois, Hiibner, qui, écrivant sur
droit maritime, assez négligé par Vattel, ajoute,

le

non sans quelque con-

descendance:

"Le

M.
il

y

seul écrivain de cette espèce qui en fasse mention après Grotius, c'est
Vattel, dont l'ouvrage d'un assez gros volume, intitulé: Le Droit des Gens, parut
a quelques temps.
Ce livre, estimable à bien des égards, ne m'étant parvenu

de

mon

pu le consulter à temps, pour mettre à profit
au
reste, son auteur me paraît trop sincère
objet: &,
et trop intelligent pour que je ne doive pas présumer qu'il changera d'avis sur
quelques points, quand il aura lu et examiné attentivement mes principes et mes
raisons, exposés dans ces feuilles."^
qu'à

la fin

ce qu'il

travail, je n'ai pas

avance sur

'Hiibner:

mon

De

la saisie des bâtiments neutres.

1759,

La Haye,

p.

XVI

et

XVH.

IV.

L'AUTORITÉ DE VATTEL.
Après la faveur du premier accueil, variable suivant les pays, mais
généralement sympathique, surtout en Angleterre et aux Etats-Unis, l'autorité de Vattel crut d'autant plus que les principes de liberté politique
auxquels il était attaché devaient, non-seulement se fortifier en Amérique,
mais

se

En

développer en France.
Angleterre, si grande

prudence que, dès 1799,

le

dès l'origine, son influence sur la jurisgrand juge anglais des prises, Sir William Scott,
est,

déclare:

"Je m'en tiens avec confiance aux vrais principes de la raison; a l'autorité
wrmelle de Vattel, aux institutions des autres grandes Nations maritimes, comme à
celles de notre pays, quand j'en viens à poser que, d'après le droit international tel
qu'actuellement on l'entend, une résistance voulue et continue à la visite, de la
part d'un vaisseau neutre, au regard d'un croiseur légalement armé, a, pour suite et

conséquence

légale, la confiscation."

Le passage de Vattel

visé par Sir

William Scott

était le suivant:

"On ne peut empêcher

le transport des effets de contrebande si l'on ne visite
vaisseaux
neutres
que l'on rencontre en mer. On est donc en droit de les
pas
visiter.
nations
Quelques
puissantes ont refusé en différents tems de se soumettre
à cette visite; aujourd'hui un vaisseau neutre, qui refuserait de souffrir la visite,
se ferait condamner par cela seul comme étant de bonne prise."
(Livre IH, Ch. VH,

les

§114)^

De

tous

n'en est aucun

même

anglais, qui ont écrit sur le droit des gens, il
de plus souvent ni de plus largement cité que Vattel. Quel

les

auteurs,

jugement que portent sur les mérites de son œuvre, Mackintosh,
Ward, Manning, Phillimore, Hall, Travers Twiss, Westlake, Lawrence,
Oppenheim, aucun des maîtres anglais du droit des gens, qui se sont succédés,
du XIX^ Siècle au commencement du XX^, n'a jamais mis en doute la
valeur de son autorité, comparable pour la formation du droit international
anglais à celle de Pothier pour l'interprétation au XIX^ siècle du Code
que

soit le

Civil français.^
'"

William Scott

dit: 'I stand with confidence upon ail fair principles of reason; upon the distinct authorupon the institutes of other great maritime countries, as well as those of our own country, when I
venture to lay it down, that by the Law of Nations, as now understood, a deliberate and continued résistance to
"
search, on the part of a neiitral vessel, to a lawful cruiser, is followed by légal conséquence of confiscation.'
^11 suffit de consulter les tables dont sont munis la
plupart de ces ouvrages pour se rendre compte de l'impor-

Sir

ity of Vattel,

tance exceptionnelle dont jouit l'opinion de Vattel dans le droit international anglais. Voyez notamment à cet
égard les tables de Hall, A Treatise on International La:v, 6th éd., Oxford, 1909; et de Robert Phillimore, Commentaries upon International Law, 1854.

xxxiv
3

I

XXXV
juge anglais n'a-t-il, dans toutes les grandes questions de droit
international, cessé de considérer l'opinion de Vattel que toujours, dans les
grands litiges, les avocats avaient soin d'invoquer à sa barre.

Aussi

le

La grande

raison de son autorité n'est pas tant dans l'originalité de sa
dans
le caractère raisonnable des solutions qu'il donne; elle
pensée que
n'est pas dans la nouveauté de son jugement, mais bien plutôt dans l'exactitude des usages qu'il décrit, et, par-dessus tout, dans ce fait qu'ayant été
le contemporain, pendant la guerre de Sept Ans, d'une grande époque du
droit des gens, où les doctrines du droit public se sont formées, où les coutumes de la guerre et de la paix se sont fixées telles que devait plus tard les

concevoir et

les

conserver

la

moderne, son opinion n'est pas
d'un jurisconsulte, mais aussi comme celle

civilisation

seulement donnée comme celle
d'un témoin: "as a witness as well as a lawyer," suivant
William Scott^ sur lequel insiste à son tour Phillimore.-

la

formule de Sir

Aux

Etats-Unis, l'autorité de Vattel est au moins aussi grande qu'en
Du jour où grâce à l'envoi de Dumas à Franklin, il pénétra
Angleterre.

dans

les

bibliothèques américaines, Vattel fut suivi, dans toutes

les

discus-

sions au Congrès, dans tous les débats en justice, et dans la correspondance

diplomatique, particulièrement attentive au respect de
le

guide

plus compétent,

le

la légalité,

comme

le

plus sage et le plus sûr.

Dans tous

les grands litiges internationaux que soulève l'émancipation
des treize Colonies unies d'Amérique, Vattel ne cesse d'être invoqué, parfois

dans

les

deux

S'agit-il

suspendre

le

sens.

du

droit prétendu par la législation particulière des Etats de
paiement des dettes des citoyens des Etats-Unis au regard des

britanniques, pendant la durée de la guerre? C'est Vattel, qui se
trouve immédiatement cité (Livre III, Chapitre V, § 77): "Le Souverain a
naturellement le même droit sur ce que ses sujets peuvent devoir aux ennemis.
Il peut donc confisquer des dettes de cette nature, si le terme du paiement tombe au temps de la guerre, ou au moins défendre à ses sujets de

sujets

Mais Vattel

a soin d'ajouter, contrairement à Grotius, à Pufendorf et à Bynkershoek, que "l'avantage et la sûreté
du commerce ont engagé tous les Souverains de l'Europe à se relâcher de

payer tant que

la

guerre durera."

cette rigueur.
Et, dès que cet usage est généralement reçu, celui qui y
donnerait atteinte blesserait la foi publique; car les étrangers n'ont confié
^The Maria,

Rob, p. 363.
Law, 1854, I, p.

i.

"^International

83.

Pliillimore explique, à ce propos

comment

se

détermine l'autorité d'un

auteur:

"La valeur attribuée à l'opinion de chaque auteur, dans l'éventualité d'une différence d'opinion entre eux,
un point sur lequel il est impossible de donner une règle précise; mais parmi les criteria de cette valeur, sont la
raisonnement sur
longueur de temps par lequel elle a été, s'il y a lieu, consacrée, la période où elle a été exprimée, le
lequel elle repose, l'usage par lequel elle a été depuis fortifiée et l'existence préalable dont elle porte témoignage.
est

XXXV

1

à ses sujets, que dans la ferme persuasion, (|ue l'usage général serait observé."
Et telle est l'autorité de Vattel, que Camillus (Haniilton) se range à son

opinion sur ce point.
S'agit-il d'établir, au regard de l'Espagne, le droit pour les Etats-Unis,
de naviguer sur le Mississippi dont ils occupent la partie supérieure.? Les
Etats-Unis invoquent non-seulement (irotius, mais Vattel, reconnaissant le

Et finalement l'Espagne, par le traité de San
Real (1795), ouvre le Mississippi, entre la Eloride et la Louisiane,

droit de passage innocent.

Lorenzo el
aux citoyens des Etats-Unis

(cir.

Vattel, Livre

I, §

292; Livre

II, §§ 123, 139).

aux singulières entreprises d'un
indiscret Ministre de Erance, le trop encombrant citoyen Genêt, les limites
fermement tracées d'une loyale et ftère neutralité, c'est à Vattel que WashGenêt a établi des tribunaux des prises
ington et ses conseillers s'adressent.
dans les ports américains; bien plus, il affirme pouvoir armer des corsaires
Lorsqu'il s'agit, en

1793, d'opposer

gouvernement ait le droit de les arrêter et pouvoir enrôler des
Pour
citoyens américains sans que les Etats-Unis aient le droit de les punir.
le
à
cette
encore
de
la
droit,
incertain,
neutralité,
époque difficile,
dégager,
c'est à l'autorité de Vattel que l'exécutif américain demande conseil: à quoi
l'impertinente ignorance d'un singulier représentant de la France répond
sans que

le

qu'il n'a pas à

s'embarrasser de ces subtilités diplomatiques, ni des aphorismes

de Vattel}

Mais

l'opinion de Vattel l'emporte; les tribunaux saisis de la question se

prononcent en faveur des mesures prises par l'exécutif. Genêt est rappelé.
Et, avec Washington, Vattel triomphe.
A partir de ce moment, aux Etats-Unis, l'autorité de Vattel ne cesse de
Les Congressmen l'invoquent. En 1794, ^^ cours du débat, à la
grandir.
des Représentants, sur le bill amendant la loi criminelle fédérale,
de conserver la neutralité, dans la guerre entre la France et la Grande-

Chambre
afin

la Caroline du Sud, se déclare surpris que M. Madison
sur
les obligations des Etats-Unis, en vertu du droit
pu
des gens, après qu'il eût cité Vattel.- En 1797, M. Swanwick, de Pennsylvanie,
parlant ironiquement du droit des gens, disait: "si l'on ne trouve pas en

Bretagne,

ait

M. Smith,

se séparer

de

de

lui

faveur de son opinion Vattel, on se tourne vers De Martens."^
L'autorité de Vattel est si grande devant les tribunaux qu'un avocat,
Patrick Henry, n'hésite pas, avant de plaider à Richmond, en 1790, devant
la Cour de Circuit des Etats-Unis, à faire chercher par son petit-fils, à cheval,
à 60 milles de distance, l'ouvrage qui doit lui permettre de convaincre les juges.*
M. Morris, i6 août 1793, dans Writings of Thomas Jefferson, IV,
^Annals of Congress, 3d Congress, p. 754.
^Annals of Congress, 4th Congress, 2d session, p. 2230 et seq.
^Patrick Henry and the British Debts Case, "The Green Bag," 191 1, p. 405.

^Th. JefFerson, Secrétaire d'Etat, à

p. 34.

XXXVll

Dès 1781, dans

l'affaire Miller c. Résolution^ où il y avait entre antres
si les articles de la
décider
à
Capitulation de Saint-Domingue s'impopoints
saient aux Etats-Unis comme alliés de la France au point d'éviter à la

sujets anglais, résidant à Saint-Domingue, le risque de la
"
Vattel, un célèbre auteur du droit
capture, la Cour fédérale d'Appel répondit

propriété des

:

des gens, dit que
agissent

comme

deux nations font la guerre pour une cause commune, elles
un seul corps et la guerre est appelée 'société de guerre.'"^

si

Cour déduit que les accords entre alliés avec l'ennemi commun
engagent l'un en même temps que l'autre, quand ils tendent à accomplir
D'où

la

de

l'objet

l'alliance.

En

18 14, dans l'affaire Brozvn

c.

The United

States,'^

grand juge Marshall, au nom de la majorité de la Cour, déclare que
la propriété anglaise, trouvée aux Etats-Unis sur terre au commencement
des hostilités, ne peut être condamnée comme propriété ennemie, sans une
le

à l'appui de son opinion.
Le juge Story s'y oppose, mais s'appuie au contraire sur Vattel dans son
dissentiment: "Vattel est en faveur de cette doctrine; il ne dénie certaine-

décrétant sa confiscation.

loi

Il

cite Vattel

ment pas

le droit de confiscation, et, s'il hésite à l'admettre, c'est parce
considère
que, de son temps, une atténuation de la rigueur de ce droit
qu'il
Et il ajoute: "Sur le
était en pratique chez les souverains d'Europe."
caractère de Vattel, comme jurisconsulte, je n'aurai pas la présomption

d'exprimer une opinion; son grand mérite est indiscutable, quoiqu'un grand
civiliste, Sir James Mackintosh, nous informe qu'il est tombé dans de graves
erreurs sur d'importantes questions de droit public."

Quand un

jurisconsulte est,

comme

ici,

les deux sens, c'est
cette autorité résiste à

invoqué dans

l'incontestable preuve de son autorité.
Et, quand
c'est qu'elle est inébrancelle de Sir J. Mackintosh
la critique doctrinale

lablement

On

fixée.

pourrait multiplier

les

cas où l'autorité de Vattel a fixé la décision du

question du domaine éminent et de l'expropriation pour
cause d'utilité publique, Vattel (I, § 244) se trouve aussi bien cité' que s'il
la nature et de l'objet de la
s'agit d'une question de prescription,^ ou de
S'agit-il

juge.

de

la

droits sur les baies.^
guerre, ou des caractères constitutifs de l'Etat, ou des
le domaine des
dans
si
Vattel
est
de
l'autorité
grande
Et, du moment que
Etat et individu,
questions qui se posent à l'intérieur de l'Union, soit entre
soit

d'Etat à Etat, on comprend l'autorité qui s'attache à son nom,

soit

dans

*2 Dallas, 15.

Cranch, iio.
'Kohi et al. c. United States, Suprême Court, 1875 (91 U. S., 367).
Virginia c. Tennessee, 148 U. S. Reports, p. 503, citant en faveur de

''S

la

prescription entre Etats, Vattel,

Droit des gens. Livre 2, Chap. 11, § 149.
ft-eith c.
^United States c. The Active, 24 Fed. Cases, 755; Handly's Lessee c. Anthony, 5 tVheat, 374Int. Arbitralions, 4333.
Moore,
Alabama
of
IV,
Corn,
of
Court
Claims,
1885,
U.
The
Clark, 97
S., 454—
Alleganean,
.

XXXVIU
correspondance diplomatique, soit dans la solution arbitrale des grands
litiges internationaux, où les Etats-Unis sont parties.
Invoqué presque à chaque page par l'auteur du premier ouvrage de droit

la

international
.

n

aux Etats-Unis,

témoignage par Wheaton

le

Chancellier

Kent, fréquemment appelé

et les auteurs qui ont suivi, Halleck,

Wilson, et dans les Digests de Wharton et de Moore, Vattel
l^nis, le maître incontesté de la tradition doctrinale:

est,

Hershey,
aux Etats-

"Le

traité de Vattel sur le droit des gens est cité par les juges sur leurs sièges, les
législateurs à la tribune, les fonctionnaires du gouvernement, dans leurs décisions
et dans leur correspondance.
de l'homme d'Etat, le texte
publicistes considèrent qu'il

C'est

le

manuel de

l'étudiant, l'ouvrage de référence

Les
philosophe politique tire l'inspiration.
de citer l'autorité de Vattel pour justifier et
donner force décisive à leurs exposés sur la politique à suivre dans les relations
d'oiJ le

suffit

internationales."^

Ainsi s'exprime en 1913 le plus récent auteur qui, aux Etats-Unis, ait considéré l'autorité de Vattel.
Et, sans doute, l'auteur met au passé cette
autorité que, dans la phrase qui précède, on a cru devoir maintenir au présent;
mais,

s'il

y

a,

comme

l'autorité de Vattel,

il

le

prétend, un certain fléchissement, en Amérique, de
est le premier à reconnaître que c'est

Ch. G. Fenwick

seulement à certains signes, encore très peu marqués, qu'on peut, dès maintenant, reconnaître que cette autorité diminue.

En

France, Vattel n'a jamais trouvé d'autorité comparable à celle qu'il
devait rencontrer aux Etats-Unis et même en Angleterre.
Comment
aurait-il eu du succès, alors que la plupart de ses doctrines étaient favorables
à l'Angleterre, quand la même année, en 1758, paraissait un Droit public de
r Europe fondé sur les traités, dont l'auteur reclamait l'inviolabilité de la
propriété privée ennemie sous pavillon ennemi avec d'autant plus de force
qu'il espérait par cette réforme, si bien vue des économistes, ébranler la
puissance politique de la Grande-Bretagne? Tviais, après 1789, Vattel devait

prendre plus d'influence.
A deux reprises, en 1793, puis en 1795, l'Abbé Grégoire fit à la Convention la proposition d'une déclaration du droit des gens, symétrique à la déclaration du droit de l'homme et du citoyen de 1789.
Ce n'était pas un Code,

mais un rudiment de codification proclamant un certain nombre de principes
généraux et absolus. Il s'inspirait si manifestement des idées de Vattel que
dans l'exposé des motifs de 1795, le nom du jurisconsulte de Neuchâtel est
plus d'une fois mentionné: "Nous devons regretter, dit Grégoire, que l'auteur
du Contrat social, après avoir tracé le Code de chaque société politique, n'ait
Faute de pouvoir suivre Rousseau, Grégoire
pas fait celui des Nations."
^Ch. G. Fenwick, The Authority of Faiiel, American Political Science Review, août 1913, p. 395.

XXX IX
suit Vattel.

Il

en adopte

la

du

nain est

droit des gens volontaire et

homme

ainsi

qu'un géant,"

du
dit

"Les Nations
sont naturellement égales.
Un
aussi bien un homme qu'un géant," avait dit Vattel (Préliminaires,

Grégoire.

nain est

distinction

"Un

droit des gens nécessaire.
.

"Un

.

.

.

.

.

comme il désire qu'on agisse
"ce qu'un homme doit à un homme, un peuple
doit aux autres peuples."
"Que chacun fasse pour les autres ce dont ils

§ i8).

peuple doit agir à l'égard des autres

à son égard," dit Grégoire:
le

ont besoin," avait dit Vattel.
(II, § 3.)
D'après Vattel, la nation est unique juge de toutes les contestations sur
son propre gouvernement et aucune Puissance étrangère n'est en droit de

De là les articles 6 et 7 de la Déclaration: "Article VI: Chaque
a
le
droit
d'organiser et de changer les formes de son gouvernement."
peuple
"Article VII Un peuple n'a pas le droit de s'immiscer dans le gouvernement

s'en mêler.

:

LesarticlesXII,XIIIet XlVde la Déclaration sont ainsi conçus:
"Article XII Un peuple a le droit de refuser l'entrée de son territoire et de
renvoyerles étrangers quand sa sécurité l'exige." "ArticleXIII Les étrangers

desautres."

:

:

lois du pays et punissables par elles."
"Article XIV: Le
banissement pour crime est une violation indirecte du territoire étranger."
L'Article XII résume les règles posées à l'égard des étrangers par Vattel
L'Article XIII est formé des deux rubriques simplement
(II, §§ 99 et 100).
juxtaposées des §§ loi et 102 du même livre. Vattel (I, § 230) avait déjà dit:
"C'est à la Nation de juger si elle est, ou si elle n'est pas dans le cas de recevoir

sont soumis aux

XX

Les articles IX et
de la Déclaration s'expriment ainsi:
"Article IX: Les agents publics que les peuples s'envoient sont indépendants
des lois du pays où ils sont envoyés dans tout ce qui concerne l'objet de leur
mission."
"Article XX: Il n'y a pas de préséance entre les agents publics
des nations."
C'est la reproduction même du livre II, chapitre III, de Vatcet étranger."

"de

des Nations, de leurs titres et autres marques
avec
cette
différence
d'honneur,"
que Vattel admet dans la préséance les
rangs imposés par l'usage, alors que Grégoire révolutionne même le protocole.
Le livre II, Chap. II, de Vattel "de l'usucapion et de la prescription
entre les Nations" a inspiré (§ 143) l'article XI de la Déclaration: "la postel

session

Il

la dignité et l'égalité

immémoriale

établit le droit de prescription entre les peuples."

serait inutile et peut-être cruel pour Grégoire de pousser plus avant
Et
Il doit à Vattel ses idées, parfois même ses mots.

cette comparaison.
tel est le lien

de

la

pensée de Vattel et de

celle

de Grégoire,

telle est aussi

du diplomate de Neuchâtel qu'en 1795, à la Convention,
Ruhl, après avoir parlé dans le sens de Grégoire, conclut: "Je finis par
demander que la Déclaration
soit adoptée, d'autant plus qu'on

l'autorité juridique

.

.

.

xl

en trouvera en partie

le

développement

le

plus lumineux dans Vattel et dans

Burlamaqui."^
Nul doute aussi que Napoléon ne l'ait lu, bien que Vattel ne soit pas sur
la liste des lectures de l'officier d'Artillerie de Valence et que le nom de Vattel,
même dans le Mêvwire sur les neutres, n'apparaisse pas dans sa CorresponLa vogue dont le nom de Vattel jouissait à la fin du XVIII'^ Siècle
dance.
à raison de ses idées libérales, conformes aux principes de la Révolution
Française, en dépit de ses complaisances pour l'Angleterre, se reflète dans
l'imitation, au commencement du XIX^ Siècle, du droit des gens de Vattel

par l'écrivain de second ordre qui représente à ce

moment

la doctrine fran-

En publiant ses Institutions du droit de la nature et des gens, Gérard
çaise.
de Rayneval se recommande de Vattel: "La distribution de mon ouvrage
n'est pas nouvelle, c'est à peu près celle de Vattel qui, lui-même l'a puisée
dans

le traité

du célèbre Wolff."-

Mais

les idées libérales

démocratiques qui
Révolution n'étaient pas pour
En même temps, les
le recommander après l'établissement de l'Empire.
tendances anglaises de son esprit et de ses doctrines détournaient de lui les
lecteurs français.
L'ancien directeur politique au Ministère des Afl^aires
le
Comte
d'Hauterive, que sa fonction de garde des Archives
Etrangères,
amenait à diriger les lectures des jeunes diplomates, est dur pour le Ministre
du roi de Prusse à Berne: "Vattel, dit-il, est un écrivain plus récent que Pufendorf, Barbeyrac, et Wolff; son ouvrage n'en est pas pour cela d'un plus
grand secours. Il est diffus, rempli de contradictions et d'inconséquences,
et (c'est peut-être la raison de cette sévérité) il laisse percer partout sa
Enfin et c'est le coup de grâce pour
partialité pour l'Angleterre."
achever Vattel, par comparaison, il ajoute: "Un ouvrage écrit avec beaucoup moins de faste et d'appareil, mais aussi avec plus de discernement et
de bon sens, est celui de M. Rayneval, sous le titre à' Institutions du droit
faisaient suivre Vattel par

les

hommes

de

de la nature

et

la

des gens."^

Sous l'influence anglaise, Vattel, qui n'avait encore été imprimé en
France, qu'à Nîmes en 1793, et à Lyon en 1802 dans des éditions sans importance, fait en 1835 en France son apparition définitive dans une édition due à
Hoffmanns, et présentée au public par Royer-Collard. Trois ans plus tard,
du droit des gens, I, p. 40; Nys, Le Droit des gens et la Révolution française, III, La
G. F. de Martens, Précis du droit des gens moderne de l'Europe, préface de l'édition
allemande de 1796 {Einleitung in das positive europàische Volkerrecht).
^G. de Rayneval, Institutions du droit de la nature et des gens, préface.
^Co7iseils a un élève du Ministère des Relations Extérieures, ouvrage tiré simplement en épreuves ii quelques
exemplaires numérotés tous conservés aux Archives et qu'on ne pourrait consulter que dans le C^ahinct du Garde
ou dans le Bureau du Directeur. L'auteur de ces Conseils, le Comte d'Hauterive, Directeur à la première Direction
II eut, de 1807 à
politique peu avant la Paix d'Amiens, fut, un instant, en 1809, chargé de l'intérim du Ministère.
C'est en cette qualité qu'il écrivit ces Conseils qu'aucune bibliothèque ne possède,
1830, la garde des Archives.
mais que la Revue d'Histoire diplomatique a publiés en 1901, p. 161.
^Cfr. Rivier, Principes
Société nouvelle. Sept., 1891;

xli

vient une autre édition, celle de Pinheiro-Ferreira; enfin, en 1863, celle de
A ce moment, aucun traité de droit
Pradier-Fodéré, en trois volumes,

Des monographies particulières s'imau
priment,
premier rang desquelles se place V Histoire des origines, des
progrès et des variations du droit international maritime (1858), puis Les
droits et devoirs des nations neutres en temps de guerre maritime de L.-B.
international ne s'écrit en France.

Hautefeuille.

Vattel en tient

La

science française n'a pas d'ouvrage d'ensemble.

lieu.

Comme

française, Phillimore s'y
Vattel est Français:

Celui de

comble en français une lacune de la science
trompe, et, par une curieuse erreur, s'imagine que
il

"Si Valin, Domat, Pothier, et Vattel s'opposent aux prétentions de la France,
Grotius et Bynkershoek condamnent la réclamation de la Hollande, Heineccius,
Leibnitz et WolfF s'élèvent contre l'Allemagne, leur opinion prendra une valeur
d'autant plus grande qu'ils se prononcent contre leur propre pays."^
si

Ayant commencé

l'étude

du plus volumineux

du droit des gens par une édition de Vattel,

paru en France
sur le Droit International, Pradier-Fodéré, devait souvent citer Vattel dans
les sept volumes de son Traité de droit international public européen et améril'auteur

traité, d'ailleurs inachevé, qui ait

Chrétien, Mérignhac, Despagnet, Bonfils, lui font une place, plus
grande chez Despagnet et Bonfils que chez Mérignhac et Chrétien. Pillet, dans
cain.

Le Droit de

la Guerre, lui fait

une large part parce

qu'il le

trouve plus humain

que Grotius.^ S'agissant de quelques problèmes spéciaux
immunités
extradition,
diplomatiques les auteurs et les arrêts consentent à
le citer; mais la place du droit international public dans la jurisprudence
française est si loin d'égaler celle qu'il trouve dans la jurisprudence
si l'on s'en
anglaise et surtout dans la jurisprudence américaine, il est
tient du moins aux traités généraux
si peu développé relativement aux
et plus sensé

autres branches de la science juridique française, que l'autorité de Vattel
n'y est pas aussi présente, aussi vivante que dans le droit anglais ou améri-

Du moins y est-elle plus agissante que celle d'aucun autre auteur du
des gens.
Et c'est assez pour que, par comparaison, la place de
Vattel se dessine comme la plus importante de celles qu'à l'heure actuelle
occupent, dans la formation du droit français, les auteurs antérieurs à l'époque
cain.

droit

"Aujourd'hui encore," dit Chrétien, "Vattel est plus souvent
cité et consulté que son modèle et Grotius lui-même."'^
En Allemagne, l'influence de Vattel est réelle. Mais le Précis du droit
des gens moderne de l'Europe de G. F. de Martens, le Droit international de
V Europe de Heffter et surtout le Droit international codifié de Bluntschli
contemporaine.

'Phillimore, Commeniaries,
'Pillet,

I, 1854, p. 84.
Droit de la guerre, Paris, 1893, I, p. 141.

'Chrétien, Principes de droit

int. public,

1893, p. 59.

xlii

(1869) ont agi d'une manière singulièrement plus efficace sur la pensée allemande: sur les immunités diplomatiques, sur l'extradition, sur le droit de la

guerre et de

neutralité, Bluntschli cite Vattel, sans toutefois lui faire
jamais la part très large.
la

De même,

les Italiens le

nomment.

Bien que Vattel n'y ait été traduit
respecte dans Vattel un auteur "che la

qu'une seule fois, en 1815, l'Italie
avuto e conserva anche oggi non poca autorità, tanto nella scienza quanto
nella pratica."^

Enfin, en Espagne où il a été traduit à deux reprises, en 1822, et en
1836, Vattel devait acquérir une influence plus considérable qu'aucun autre
auteur.

Et son action
Norvège, en Suède

se poursuit jusque
et en Russie.

'Dionisio Anzilotti, Corso di Diritto Internazionale,

1,

dans

1914, p. 9.

les

Pays-Bas, en Danemark, en

Cf. Mancini, Délia nazionalitâ corne fondamento

del diritto délie genti, 22 janvier 185 1, dans Diritto internazionale, Prelezioni di P. S. Mancini, Napoli, 1873.
"La
impopolare aridità di questo metodo indusse pochi anni appresso il Vattel a rendere francese la dottrina Wolriana,

ad ofFrirne una specie di compendio, il quale cadde nel vizio opposto per una troppo superficiale leggereza scientifica
Cio non ostante il Fattel continua ad
per la fréquente oscillazione ed incertezza nell' applicazione de' principii.
essere anche el présente l'oracolo degli uomini di governo."
e

e

I
I

r

V.

MÉRITE.
Maintes

Vattel a certainement eu un succès égal
à celui de Grotius, peut-être même plus grand.
Entre les deux esprits, nulle
n'est
Grotius
a
du génie, Vattel, du talent.
cependant possible.
comparaison
fois édité, traduit, cité,

Grotius, enfant qui, dès quatorze ans, soutenait ses thèses de mathématiques,
de jurisprudence et de philosophie, qui, dès vingt-quatre ans, écrit son Mare
liberum, Grotius, dont l'érudition est si grande que les nombreuses citations

grecques et latines qui coulent à travers son De Jure belli ac pacis furent
toutes faites de mémoire, alors que, réfugié en France, il écrivait sans bibliothèque, à la campagne, près de Senlis, Grotius, qui serait célèbre dans la
poésie et la théologie s'il ne l'était plus encore dans le droit, dépasse de très
haut et de très loin l'aimable esprit qu'était Vattel, adaptateur élégant et fin,

mais plus agréable que solide, et plus délicat que puissant, dont rien ne resterait sans son œuvre juridique, pas même les minces écrits par lesquels, en
bel esprit de salon, il se divertissait avec les Muses, et que, seul, son Droit des
gens aura sauvés du total oubli.
Que si, après avoir rapproché les hommes,
ce qui vraiment est accablant pour Vattel, on rapproche les œuvres, la comparaison est plus sévère encore: Grotius est un créateur, ses théories sont des
théories neuves; son système, bien que chargé de réminiscences antiques,
est l'expression d'idées personnelles, soit à lui, soit à son temps.
Vattel, au

un adaptateur.

Ses idées ne sont

Il adapte,
pas à lui.
et l'adapté, Wolff, sans être aussi grand que Grotius, est déjà supérieur à
Aussi tous ceux qui ont lu Grotius, Wolff et Vattel sont-ils
l'adaptateur.

contraire,

est

la place prise dans la doctrine et dans la jurisprudence du droit
L'homme paraît à tous de
international par le jurisconsulte de Neuchâtel.

étonnés de

second ordre,
été

alors,

qu'au contraire, l'influence est de premier plan.

Le succès a ses faveurs; Vattel a été à cet égard un privilégié. Il
à un point qui l'eût sans doute étonné lui-même.
Et comme l'avenir fut à Vattel, plus qu'à tout autre, favorable,

l'a

les

auteurs qui se sont succédés, philosophes ou juristes qui l'ont étudié, se sont,
de cela, montrés surpris et ont été, pour lui, sévères. Vattel est sans cesse
pas une controverse où il n'apparaisse; mais dans une histoire des doctrines du droit des gens, sa place est loin d'être aussi grande que dans la jurisprudence, soit interne, soit internationale, est grande son autorité.
cité:

Son ouvrage n'avait pas encore quarante ans de date

qu'il subissait

vives critiques d'un de ses compatriotes et parents, le baron Chamdéjà
brier d'Oleires.^
A la fin du XVIII^ Siècle, Georges Frédéric de Martens,
les

'Chambrier d'OIeires, Essai sur

le droit

des gens

(s. I.,

I79S)> 109 pp.
xliii

xliv

Précis du droit des gens, qui devait exercer sur l'évolution de cette
science une profonde influence, mentionne à peine Vattel.
Rayneval/ qui se

dans

le

t'clame du plan de Vattel, ne devait avoir, sur l'évolution du droit des gens,
La plui)art des historiens du droit international glissent sur
lucune action.
de Wolff. Ceux qui s'arrêl'adaptateur quelques-uns disent le traducteur'

1

pour juger son œuvre, louent en elle des qualités de forme, l'élégance du style, la clarté de l'exposition. Mais, aussitôt après, les réserves,
tent à

lui,

même

reproches commencent.
En Allemagne on l'accuse de suivre de trop près son modèle, Wolff, non
seulement dans la division des matières, mais même dans l'enchaînement des
les critiques, et

les

un imitateur trop fidèle, presque servile. Comme il écrit
d'Etat d'une manière toujours claire et nette, il doit souvent
surface;^ on le blâme de n'avoir pas assez approfondi les sujets

idées, bref, d'être

pour

les

hommes

rester à la

''L'œuvre de Vattel n'est que l'expression plate, voire même
tout-à-fait superficielle, mais assez claire et facile à comprendre, du caractère
scientifique, abstrait de la tendance Wolfiienne du droit des gens," ou encore:
"Sous le filtre de Vattel, l'eau minérale vivifiante de Wolfi^ a été (c'est un
Allemand qui parle) transformée en une eau claire, mais sans goût."'^
En Angleterre, dès 1795, Vattel est sévèrement jugé: "son traité ne
qu'il traite.

dispense pas de recourir aux œuvres des maîtres."^
Bentham le prend à parti vivement. Dans des lettres à Jabez Henry,
le grand penseur reproche aux propositions de Vattel d'être "old-womanish

and tautological," de bâtir sur les nuées, et, lorsqu'il dit quelque chose, de le
faire avec une si faible perception du principe de l'utilité, que cela se ramène
à des formules comme celles-ci: "It is not just to do that which is unjust."^
Et un jurisconsulte Anglais, en 1849, d'ajouter: "S'il est plus souvent cité
parce qu'il est plus accessible, surtout parce que ses doctrines sont si décousues qu'il est aisé de trouver dans son livre des passages
détachés pour et contre dans chaque question.""

qu'un autre,

c'est

En

France, Vattel a trouvé le trop mince éloge de ceux qui systématiquevoir en lui que le vulgarisateur de Wolfi^, auteur plus cité,
mais moins digne de l'être, parce que moins puissant, que Grotius.^

ment n'entendent

^Gérard de Rayneval, Institutions du droit de la nature et des gens, Paris, an XI, 1803. Préface, pp. i, v, x.
Peuchet, Du commerce des neutres en temps de guerre (trad. de l'Italien de Lampredi), Paris, 1802, p. 59.
'H. de Gagern, Kritik des Volkerrechts, Leipzig, 1840, p. 132.
*Kaltenborn von Stachan, Kritik des Volkerrechts nach dem jetzigen Standpunkt, Leipzig, 1847, p. 78.
*R. Ward, An Inquiry into the Foundation and History of the Lazv of Nations in Europe from tke Time of the
'J.

Romans to the Age of Grotius, London, 1795, II, p. 625.
^IVorks of J. Bentham, published under the superintendence of his executor, J. Bowring, T. X, p. 584; Nys,
Notes inédites de Bentham sur le droit international, Lazv Quarterly Reviezu, I, 1885, p. 225.
'"He is more frequently cited than any other writer, because he is more accessible; and becaiise his doctrines are so loosely expressed, that it is easy to find in his book detached passages in favor of either side of any

Greeks and

question."
*E.

Wildman,
Cauchy, Le

histitutes of International Lazv,
droit

London, 1849,

maritime international, Paris, 1862,

p. 32.

II, p. 77.

xlv

En

Russie, la

même

critique attend Vattel:

"L'absence de principes solidement établis et des contradictions continuelles
Il consacre une partie
constituent le défaut prmcipal de l'ouvrage de Vattel.
importante de son livre à des dissertations qui ne se rapportent nullement au droit international.
Au point de vue scientifique, il n'a pas de titres qui puissent justifier le rang qu'on lui a donné à côté de Grotius et des autres maîtres de la science."^
.

.

.

le jugement d'un esprit clair, un peu superficiel,
de
Pétersbourg et de La Haye, mieux qu'aucun autre
juriste-diplomate
capable de comprendre le diplomate de Berne, juriste de Neuchâtel.
Plus on remonte au Nord et moins Vattel est compris: "Comme, à

Tel

la
si

est,

sur Vattel,

publication de son ouvrage," écrit un bon juge^ "il n'y en avait aucun de
important et si conforme aux exigences du temps, il fit bientôt la conquête

littéraire

du monde entier
le

et fut considéré

comme un

après Grotius, et

le

des pères du droit

second fondateur du

international,
presque
premier
droit international moderne: réputation qu'il conserva longtemps, jusqu'à ce
qu'une critique plus sévère marquât ses faiblesses. Elles sont telles qu'on peut

demander si l'apparition de Vattel a vraiment été un bien pour le droit international et contribué à son progrès et à sa bonne compréhension en Europe."

se

Paroles sévères, qui, simples réserves de détail, seraient justes, mais
impression d'ensemble, sont exagérées.
D'abord, qu'on cesse de reprocher à l'œuvre son manque d'originalité.
Serait-il absolu, l'auteur, galant homme, en a convenu avec tant de bonne

comme

grâce qu'il y aurait de la part de la critique, étonnée, peut-être même irritée
de son succès, injustice à lui en faire grief. Mais il ne faudrait pas croire

en faire parade, plus d'idées personnelles que beaucoup
n'en ont souvent, qui proclament en avoir.
S'écartant de Grotius et de Wolff, il substitue la personnalité et la
souveraineté de l'Etat à la personnalité et à la souveraineté du Prince, fonde

qu'il n'a pas, sans

consentement des hommes, reconnaît qu'aucun homme ne peut
être forcé de rester dans l'allégeance perpétuelle du même Prince ou du même
Etat, mais peut quitter son pays pour s'établir ailleurs, "quand, par cette

la

Patrie sur

le

Donnant au jiis
ne compromet point le bien de sa patrie."
enfants par celle
des
la
nationalité
il
détermine
sur
le
sanguinis
jus soli,
pas
des parents, en invoquant cette idée fondamentale, que la nation est l'œuvre
d'un consentement unanime, et que les enfants qui ne manifestent pas encore
démarche,

il

le

consentement tacite à la Patrie de leur père. Enfin,
hautement que la province ou la ville abandonnée
et démembrée de l'Etat n'est pas obligée de recevoir le nouveau maître
Toutes ces idées sont en germe dans l'hyqu'on voudrait lui donner.

leur volonté adhèrent par
il a le mérite d'affirmer

»F.

de Martens, Traité de droit international, Paris, 1883,

*Kleen, Droit international (en suédois),

I, p.

445.

t.

I,

pp. 210-212.

(Trad. Léo.)

xlvi

pothèse, faussement qualifiée d'historique, mais
Contrat social.
Et, sans doute, s'il avait écrit pour

purement
le

logique,

droit des gens

du

comme

eût dégagées, mais Rousseau n'a
pour le droit public interne, Rousseau
pas prolongé son Contrat social du droit public interne dans le droit international public.
Et, tandis que Grotius, Wolff, en restaient encore à la
conception de la patrimonialité de l'Etat, Vattel est le premier parmi les
auteurs du droit des gens qui ait eu de l'Etat moderne la conception nette
et complète, systématique et coordonnée, d'une Patrie vraiment libre, fondée
sur l'adhésion de ses membres, sans aucune tyrannie, de même qu'il eut, l'un des
premiers, dans le droit public interne, la conception de l'Etat moderne, conçu
non pas comme un mainteneur d'ordre, mais comme un prometteur de bonheur.
Toute cette partie de l'œuvre de Vattel est véritablement d'un maître.
Kant est venu ensuite, qui a repris la formule de la non-patrimonialité
Je l'Etat: "Aucun Etat indépendant ne peut être acquis par un autre par
voie d'héritage, d'échange, d'achat ou de donation."^
Un Etat n'est pas en
effet (comme le sol où il réside) un bien {patrimonium)
c'est une société
d'hommes à laquelle ne peut commander et dont ne peut disposer personne,
si ce n'est elle-même.
Il a, comme une souche, ses propres racines, et l'incorcomme
une
greffe, à un autre Etat, c'est lui enlever son existence de
porer,
personne morale pour en faire une chose, ce qui est contraire à l'idée du
Contrat originaire sans lequel on ne saurait concevoir de droit sur un peuple.
Même Kant devait déduire une conséquence que Vattel n'avait pas aperçue:
"par la même raison un Etat ne doit pas mettre ses troupes à la solde d'une
les

:

autre contre un ennemi qui n'est pas commun, car c'est employer les sujets
comme des choses dont on peut user ou abuser à son gré."- Mais si Kant

en ce point, à Vattel, ce n'est que par un détail.
Vattel garde, même sur Kant, la supériorité d'avoir le premier frayé le
chemin à la construction complète, coordonnée, de l'Etat moderne fondé sur
le consentement de ses citoyens, membres et sujets tout ensemble d'une souveest supérieur,

raineté qui ne peut prendre qu'en eux-mêmes, dans leur adhésion initiale,
l'autorité nécessaire pour leur imposer ses ordres en vue du bien commun.

Là, Vattel est supérieur à Grotius, sans l'aide de Wolff. Ailleurs, il
dépasse Grotius, en s'appuyant sur Wolff. C'est ainsi que, de l'égalité des
hommes, inconnue de Grotius, il déduit, en s'aidant de Wolff, l'égalité des
Etats.
J. Westlake l'a très bien remarqué:

"Dans Wolff et, après lui, dans Vattel, la doctrine de l'égalité des Nations
apparaît dans la forme suivante:^ regardées comme des personnes vivant dans
l'état de nature, les Nations sont aussi naturellement égales que les hommes sont
naturellement égaux; une petite Nation est tout autant une Nation qu'une grande,
*Kant, Eléments métaphysiques de la doctrine du droit, trad. Barni, p. 289.
Jus gentium, § 16, 17, i8; Vattel, Le droit des gens. Préliminaires, § 18,

'WolfF,

^Kant,
19.

ibid., p. 291.

xlvii

comme un nain est aussi bien un liomme qu'un géant; il est donc naturel et
nécessaire que toutes les Nations aient les mêmes droits et les mêmes obligations,
chacune devant avoir les mêmes droits que les autres et rien de plus."^
tout

On comprend
de Neuchâtel,
Etats,

ait

eux-mêmes

qu'un citoyen de
eu cette idée,
si

la

République de Genève, un bourgeois

nécessaire à l'indépendance des petits
nécessaires à la vie de l'humanité, au développement
si

surtout au progrès de la justice, dont leur défaut d'ambition personnelle les fait les soutiens nés dans les relations internationales.
Mais c'est surtout en philosophe du droit de la nature, transposant des

de

la civilisation,

hommes aux

Etats les idées fondamentales d'égalité et de liberté, que Vattel
cette
doctrine, en germe chez Wolff, avec un esprit de conviction
dégage
démocratique qui n'était pas en Wolff.

De l'idée
des

hommes,

de

des Nations, elle-même inspirée de celle de la liberté
Vattel a le grand mérite de déduire que la Nation, seule
la liberté

maîtresse de sa constitution, peut la choisir indépendamment de toute intervention étrangère (Livre I, § 33 et suivants; Livre II, §§ 54 et 57) et, par
voie de conséquence, ne peut être contrainte à l'égard de la religion (Livre

Kant n'avait pas encore, en termes magnifiques, dégagé le principe
II> § 59)de non-intervention, inconnu de Grotius; et déjà, Vattel, à la suite de Wolff,
le faisait pénétrer dans le droit des gens où il n'avait pas encore pris place.
Même quand il marche dans les traces de Grotius, Vattel l'améliore.
Sans être à aucun degré un initiateur, mais simplement un metteur au
donne, à un certain nombre de théories, une impulsion décisive.
Lorsqu'au Congrès de Vienne, en 1815, le principe de la liberté des fleuves
internationaux pénétra dans le droit public européen, il n'était que juste d'en
faire remonter l'honneur au jurisconsulte qui, le premier, avait mis en lumière,
il

point,

sous l'influence des idées de Grotius et de Wolff, mais en en tirant la conséquence juridique, qu'un fleuve devait être libre à la navigation de tous les
Etats grâce à lui, la liberté, donnée par Grotius à la mer, s'étend aux fleuves
:

(Vattel, II, §§ 132, 133, 134).

De même

du déni de justice se trouve
350), dans des termes tels qu'on ne

la théorie

tracée par Vattel (Livre II, Chap. XVIII, §
peut plus la traiter sans revenir à lui: le Sénat de

Hambourg

s'en est aperçu

l'affaire White;^ nul ne saurait considérer la manière dont la juridiction
arbitrale se présente comme unultiviuvi subsidium,3. défaut d'un redressement
spontané du tort de l'Etat étranger, par lui-même, aux successifs degrés de

dans

sa hiérarchie judiciaire, sans relire sur ce délicat sujet

le

passage lumineux de

i"In WolfF and through him in Vattel, the doctrine of equality of nations appears in the following form:
Being regarded as persons living in a state of nature, nations are naturally equal; a small nation is as much a nation
as a large one, jiist as a dwarf is as much a man as a giant; it is therefore natural or necessary that ail nations hâve
The
the same
and the same
as much and no more being allowed to one nation as to another."
rights,

obligations,

Papers of J. IFestlake on Public International Lazv, edited by L. Oppenheim, Cambridge, 1914,
*A. de Lapradelle et Politis, Recueil des arbitrages internationaux. II, p. 305 et suiv.

Collected

p. 86.

xlviii

Vattel (Livre II, Chap. XVIII, § 350).
Pour déterminer les règles de l'interdes
c'est
traités,
prétation
toujours près de lui qu'à la suite de nombreuses
décisions arbitrales, le juge international sera amené à chercher des indications données avec une précision et une sûreté sans égale. ^
Ailleurs, sur
la

dithcile

question des immunités diplomati(pies, que Montesquieu avait
une explication de forme et de fond supérieurs à toutes autres,

éclairée par

\ attel, devancé, n'en garde
pas moins le mérite d'en déduire les conséquences,
en termes tels qu'il demeure ici, même à l'heure actuelle, la première autorité.
Enfin, où, même sans le secours de Wolff, il l'emporte nettement sur
(^irotius, c'est dans sa construction du droit de la guerre et de la neutralité.

Sévère et même barbare chez Grotius, le droit de la guerre s'humanise
dans l'œuvre de Vattel. De l'un à l'autre les mœurs s'étaient adoucies. La

européenne de 1756-1763 devait être moins longue et moins dure, moins
que celle de 161 8-1648. Plus philosophe qu'humaniste, Vattel
n'avait pas, à l'endroit de la guerre, la dureté que ses réminiscences de l'antiquité grecque et latine imposaient à Grotius, égaré par sa connaissance et son
culte des auteurs anciens.
Adversus hostem œterna auctoritas, disaient après
Dans le
l'antiquité assyrienne, Israélite ou grecque, les XII Tables romaines.
droit du XVII*^ Siècle, le vaincu est sans droit au regard du vainqueur; la
distinction des combattants et des non-combattants est absente; les biens de
lutte

cruelle aussi

l'ennemi tombent à l'entière discrétion du vainqueur: il peut les emporter,
Le butin comprend tout: les meubles et les immeubles.
ravager, détruire.

On

peut tuer toute personne trouvée en pays ennemi: ni le sexe ni l'âge ne
Il est permis de massacrer ceux qui ne
garantissent de la fureur de soldat.
se rendent à discrétion et de mettre à mort les otages.
Toutes ces règles de

que l'érudition de Grotius porte à son souvenir,
des
Anciens, à son acceptation, donnent à son œuvre un
par respect
caractère de dureté qui fait, plus d'une fois, contraste avec les vœux d'un
moine. Honoré Bonnet, ou les fermes principes d'un grand prévôt d'armée,

l'antiquité grecque et latine
et,

Balthazar Ayala.
Mais, pendant que
la

barbarie, celle des

la lecture des

auteurs anciens retient Grotius dans

philosophes conduit Vattel, plus sensible, à plus de

civilisation.

Persuadé que

guerre est contraire à cet état de nature, qui est la
que l'humanité a connu et auquel, par le progrès, elle
la

perfection même,
doit retourner, il n'a pour ce fléau, qu'il

condamne, aucune indulgence.

il
respecte plus encore sa conscience.
avoir
Vattel, après
indiqué le droit strict, s'efforce également d'y apporter
des atténuations; mais bien des maximes qui, pour Grotius, n'étaient que des

Respectueux des Anciens,

^A. de Lapradelle et Politis, Recueil des arbitrages internationaux, II, p. 78 et suiv.

xliIX

conseils d'humanité, deviennent, pour
tables règles de droit. ^

le

philosophe de Neuchâtel, de véri-

Bynkershoek et Grotius donnent au prince le pouvoir d'arrêter et de
détenir les sujets ennemis qui se trouvent dans le pays.
Vattel le lui refuse:
"Ils sont venus chez le souverain sur la foi publique."
Pour Vattel, comme
pour Grotius

Tous
donc

a solidarité entre l'Etat et les citoyens.
les sujets sans distinction de deux Nations qui se font la
guerre sont
ennemis et par suite tous les biens appartenant à leurs sujets peuvent
et

Bynkershoek,

être en principe confisqués.

cipes avec

la

il

y

Mais

même

il

s'en faut

que Vattel applique ces prin-

ses prédécesseurs.

rigueur que
droit des gens permet de tuer tous ceux qui se trouvent
en territoire ennemi, non seulement les sujets ennemis, mais encore les étran-

Pour Grotius,

le

gers et même les enfants et les femmes {De jure belli^ L. III, Ch. XI, § IX).
*'
Vattel déclare (L. III, Ch. V, § 72)
Puisque les femmes et les enfants sont
sujets de l'Etat et membres de la Nation, ils doivent être comptés au nombre
:

des Ennemis.

comme
'*

les

Mais

cela ne veut pas dire qu'il soit permis de les traiter

hommes, qui portent

Partout où

les

armes, ou qui sont capables de

les

porter."

pas absolument nécessaire, on doit
de
user
clémence" (Ch. VII, § 141). Si les femmes, les enfants et les vieillards
sont au nombre des ennemis, on n'a aucun droit de les maltraiter en leur
personne, d'user contre eux de violence, encore moins de leur ôter la vie (§ 145).
Grotius admet que les ennemis pris au cours des hostilités deviennent
esclaves

la sévérité, dit-il, n'est

du vainqueur, suivant

le

droit des gens.

Vattel reconnaît que

si

l'on

droit de s'assurer de ses prisonniers et pour cela de les enfermer, de les
lier même, rien n'autorise à les traiter durement, ni à les réduire en esclavage,

a

le

nia

les

Il condamne l'usage d'armes empoisonnées.
Il
de corrompre l'eau des fontaines, point sur lequel il est

tuer (§§ 150-152).

même

le fait

réprouve
en progrès sur Grotius et même Wolff, qui déclarait qu'on peut traiter les
eaux de manière à les rendre impropres à la consommation, sans cependant
les empoisonner.
Bien que la philosophie de Wolff fût, dans le droit de la
en
sur
l'humanisme de Grotius, la philanthropie du diplomate
guerre,
progrès
de Neuchâtel l'emporte encore sur celle du professeur de Halle.
Le premier, Vattel pose ce principe fondamental dans la guerre moderne:
'*I1 faut bien que vous frappiez votre ennemi, pour surmonter ses efforts:

Mais s'il est une fois mis hors de combat, est-il besoin qu'il meure inévitablement de ses blessures.?" (Livre III, Ch. VIII, § 156). Dans les rapports entre
belligérants, le droit de la guerre ne connaît pas de maxime plus fondamentale,
plus humaine et plus féconde: de l'obligation de ne pas employer de balles
'Sumner Maine, International Law, a le premier très bien mis en lumière l'influence humaine exercée par
le droit de la guerre.
Voyez également dans le même sens Bordwell, Lau/ of (far, Chicago, 1908,
t. I, p. 141.
47; Hely, Sur de le droit la guerre de Grotius, Paris, 1875, p. 180, et Pillct, Le droit delà guerre,

Vattel dans
p.

1

qui v«N'épanouissent en pénétrant dans le corps humain, jusqu'au devoir
de secourir l'ennemi blessé qui est le principe même de la Convention de

Genève, d'innombrables progrès sont en germe dans cette maxime: Nul
n'en disputera le premier honneur à Vattel.
Avant tous ceux qu'on a coutume de citer, Vattel a le pressentiment
de la loi fondamentale qui, dans la guerre moderne, domine les rapports entre
population pacifique du pays envahi.
à
Commençant entrevoir ce grand principe formulé par Rousseau {Co7isocial, 1762) que la guerre est un rapport d'Etat à Etat, il pose cette

l'envahisseur et

:rat

la

maxime: '*Un souverain fait la guerre à un autre souverain,
Le Vainqueur s'empare des Biens de
point à un peuple désarmé.

belle

des Biens publics, et les particuliers conservent les leurs.

Ils

et

non

l'Etat,

ne souffrent

de

la guerre qu'indirectement, et la conquête les fait seulement changer de
Alaître" (Livre III, Chapitre XII, § 200).
Grotius et Bynkershoek admettaient la confiscation générale de tous les

biens des sujets ennemis sans distinction.

Vattel repousse la confiscation des

immeubles possédés par

les sujets ennemis, pour admettre seulement le séde
leurs
revenus
S'il autorise chaque belligérant à confisquer
questre
(§ 76).
les créances dues à ses ennemis, il ajoute que
l'avantage et la sûreté du
commerce engagent le souverain à se relâcher de cette rigueur. Il admet encore
la saisissabilité de la propriété privée mobilière sur terre, mais avec si peu
de netteté qu'il devait plus tard, dans l'affaire du Macedonian entre les

Etats-Unis et
les

deux
Sur

le Chili, être,

dans

la

correspondance diplomatique,

cité

dans

sens.^
les

les hostilités

armistices, Grotius voulait (Livre II, Chapitre XXI, § 7) que,
mises à part, tout fût permis. Vattel (Livre III, Chapitre XVI,

245-246) estime que chacun des belligérants ne doit rien faire pendant
l'armistice de ce que l'ennemi aurait pu empêcher si les hostilités n'avaient

§

ne peut donc ni continuer les travaux d'un siège, ni
réparer les brèches, ni faire entrer du secours, ni évacuer une position jugée
trop périlleuse: doctrine qui, limitant en toute justice l'activité des bellipas été interrompues:

il

gérants pendant l'armistice, est de nature à le faire plus facilement accepter.
Plus humain que Grotius, il entend que les dommages causés par la
Grotius (Livre II, Chapitre XX, § 8)
guerre soient équitablement réparés.
admet en principe une obligation mutuelle des citoyens à répartir entre eux

dommages causés par la guerre, tout en reconnaissant que la loi positive
peut interdire tout recours contre l'Etat "afin que chacun défende plus
vigoureusement ce qui lui appartient." Vattel (Livre III, Chapitre XV,
les

le premier les actes
entrepris par l'Etat de propos délibéré,
doivent
donner
lieu
à
une
qui
indemnité, de ceux qui résultent soit du fait

§

232) distingue

*A. de Lapradelle et

N.

Politis, Recueil des arbitrages internationaux, II, p.

182 et suiv.

li

de rennemi,

soit

d'accidents survenus au cours des hostilités: constatant

que, pour eux, aucune réparation n'est due,
dédommagement en équité s'impose.

il

se

hâte d'ajouter qu'un

Ceux qui prétendent que Vattel manque

d'originaHté ont-ils réfléchi aux
aux
formules
essentielles
fondamentaux,
principes
qui, dans le Droit de la
de
De GroVattel, font, pour l'honneur du droit, leur apparition?
guerre
tius à Vattel, la différence est considérable.
ses
efforts
Malgré
pour s'en
Grotius
reste
encore
dans
la
barbarie.
Vattel fait pour la première
dégager,
fois pénétrer dans le droit de la guerre les lois de la civilisation.
Sans doute,
l'influence de l'époque est la

suprême

raison,

ici,

de

la différence

des œuvres.

La guerre de Sept ans ne se conduisait plus d'après les mêmes principes que
celle de Trente ans.
Mais on ne saurait demander aux jurisconsultes de
devancer leur temps. L'essentiel est qu'ils mettent en formules les idées
qui sont en germe dans les usages contemporains en s'aidant des idées qui se
développent au même moment dans l'esprit des hommes et des peuples.
Vattel est le témoin de cette guerre dont Joseph de Maistre dans ses Soirées
de St.-Pétersbourg décrivait le caractère humain.^
Les reflets des mœurs du
dans
son
œuvre
de
cette
du
et,
œuvre, c'est sans doute
temps passent
progrès
aux progrès des mœurs qu'il faut attribuer la cause et reporter l'honneur.
Cependant, c'est assez pour que l'œuvre de Vattel prenne dans l'histoire du

une place inégalée, bien que peut-être son auteur, comparé à
son égal. Qu'importe l'ouvrier.^ L'essentiel est dans
Plus que celle de Grotius, celle de Vattel nous est proche: plus

droit des gens

Grotius, soit loin d'être

l'œuvre.

proche, elle est aussi plus humaine; plus humaine,

elle est meilleure.

Où Vattel, enfin, dépasse ses grands prédécesseurs, c'est dans sa construction du droit de la neutralité.
Avant lui, on peut dire que cette construction était inexistante. Grotius
ne parle même pas de neutres, mais de medii in bello (Chapitre XVII).
Sa doctrine de la neutralité, très-brève, est extrêmement faible. La nécessité
seule peut attribuer un droit aux belligérants sur les biens des neutres, et,

comme on

abusé de ce prétexte, il exige qu'il s'agisse d'une nécessité
extrême.
Les neutres ne doivent rien faire qui puisse fortifier celui dont la
La justice de la
cause est mauvaise ou gêner celui qui combat pour le droit.
les deux
guerre est-elle douteuse, ils devront tenir une conduite égale entre
deux le
à
tous
ouvrir
dans
l'assistance, et, par exemple,
belligérants: égalité
a

passage.

Wolff déclare que lorsqu'une nation soutient une guerre juste, les
Puissances étrangères au conflit ont l'obligation morale, c'est-à-dire impari"C'était au temps du grand Siècle de France.
Soirées de St.-Pétersbourg.

au soldat."

.

.

.

On

vivait sous la tente, le soldat faisait la guerre

lii

Il
prêter assistance, soit par des secours, soit par des subsides.
admet que les Nations neutres doivent accorder aux troupes des Puissances
belligérantes le libre passage sur leur territoire, lorsque ce passage n'est pas

de

faite,

lui

susceptible de leur nuire.

Avec un

désir d'impartialité que nul avant lui n'avait poussé à ce degré,
X'attel pose le premier cette règle que l'impartialité véritable, due par le
neutre à chacun des belligérants, ne peut pas s'obtenir dans l'assistance, mais

par l'abstention.
services à

En

conséquence,

il

chacun des belligérants parce

déclare que

le

neutre doit refuser ses

qu'il ne pourrait également

les offrir

à l'un et à l'autre:

"Voyons donc, demande Vattel, en quoi consiste cette impartialité qu'un
Peuple neutre doit garder. Elle se rapporte uniquement à la Guerre, et comprend
deux choses: i° Ne point donner de secours, quand on n'y est pas obligé, ne fournir
librement ni Troupes, ni Armes, ni Munitions, ni rien de ce qui sert directement à
la Guerre.
Je dis ne point donner de secours et non pas en donner également, car
il serait absurde qu'un Etat secouriit en même temps deux ennemis.
Et puis, il
serait impossible de le faire avec égalité; les mêmes choses, le même nombre de
Troupes, la même quantité d'armes, de munitions, etc., fournies en des circonstances
différentes, ne forment plus des secours équivalents" (Livre III, Chap. VII, § 104).
poser avec une singulière netteté, que Bynkershoek faisait
pressentir {Ouest. Jur. Pub., I, i, c. 9), mais que nul encore n'accentuait à ce
degré, l'idée, si riche de conséquences pratiques, que l'abstention est dans la
C'était

neutralité, lorsqu'il s'agit de services

aux belligérants, préférable à

l'action.

Sans doute, Vattel, dont le respect des traités était absolu, limitait cette
formule par le respect des conventions internationales:
"2°

.

.

d'Amitié, et

.

Ceci n'ôte point la liberté, dans les Négociations, dans les liaisons
le Commerce de se diriger sur le plus grand bien de l'Etat" (III,

dans

§ 104)-

Si "un Etat neutre ne doit donner du secours ni à l'un ni à l'autre des
deux partis," c'est "quand il n'y est pas obligé" (III, § 105). Il n'est pas
moins vrai que, réserve faite du cas de traité, il interdit, avec la grande règle
de l'impartialité par l'abstention, le passage du belligérant en pays neutre,

quoiqu'arrêté par l'usage contraire, il lui en reconnaisse encore le droit quand
le passage est vraiment innocent, c'est-à-dire sans danger: mais le sera-t-il
jamais, et qui, d'ailleurs, sans arbitraire, en pourrait juger.'*

D'autre part, ce que Vattel a très bien vu, c'est qu'alors que la nation
tenue de s'abstenir, le commerce privé demeure libre: "Les nations
neutres ne sont point tenues de renoncer à leurs pratiques pour éviter de

est

cette

mon ennemi

moyens de faire la guerre" (Livre III,
maxime fondamentale du droit de la neutralité se trouve dans

fournir à

les

§

m);

Vattel.

liii

Relativement au droit de

la neutralité

maritime, Vattel est sans doute

un peu bref. Mais, dans l'ensemble, c'est en son œuvre que se fixent à la fin
du XVIII^ Siècle les principes fondamentaux des droits et devoirs des neutres.
Ce qui manque à Vattel, c'est une philosophie juridique. La construction qu'il a tenté de donner au droit des gens est insuffisante. Tout
auteur qui cherche une conception générale du droit des gens se heurte à
cette difficulté comment combiner la soumission des Etats au droit, nécessaire
à l'harmonie internationale, avec la souveraineté des Etats, qui ne permet
au-dessus d'eux, soit pour légiférer, soit pour juger, l'établissement d'aucune
:

autorité?

avec

le

Comment

droit de

accorder

le

chacun d'eux à

devoir d'assistance mutuelle des Etats
la liberté,

c'est-à-dire à l'indépendance?

Repoussant l'idée Wolffienne d'une grande République {Civitas maxima),
instituée par la nature et de laquelle toutes les Nations seraient membres, pour
lui substituer celle de leur liberté et de leur indépendance absolue, il tente de
réconcilier la souveraineté des Etats avec l'existence d'un droit international

non-exclusivement conventionnel, par

la distinction

fondamentale des droits

parfaits et des droits imparfaits.

On

a justement reproché l'insuffisance d'une semblable conception:
Un droit à demander. Mais à quoi bon
qu'est-ce qu'un droit imparfait?
reconnaître aux Nations la faculté de demander, lorsqu'elles n'ont pas celle
lui

d'exiger?

rendant

Le baron

d'Oleires reproche à Vattel d'avilir les Nations en les
aux pauvres qui peuvent quêter l'aumône d'un riche

ainsi semblables

sans être en droit de la prendre par

force et, par les reproches et les
plaintes qu'une telle réclamation engendre, de préjudicier à l'harmonie et au
"Comme
repos de toute société, bref de créer entre les Etats des inimitiés.
la

on ne saurait concevoir d'autre droit externe que celui qui peut être soutenu
par la force, on voit clairement que la dénomination de droit externe imparfait
est aussi abusive en elle-même qu'elle le serait dans ses conséquences par
"^
rapport à la conduite des Nations entre elles.
Est-ce à dire que la distinction des droits parfaits et des droits imparfaits
n'ait pas sur certains points des conséquences heureuses?
serait exagéré de le nier.
De même qu'en droit romain

Il

une obligation purement morale {iiatnralis
donne
à
une
action
naissance
obligatio)
lorsqu'elle a été reconnue par l'aveu,
de même, une obligation internationale peut être sanctionnée par une action
dès qu'elle a été reconnue par un traité: donc, dès qu'une nation a posé le
l'effet
principe de la liberté des Heuves, elle ne peut plus en faire cesser
vis-à-vis des tiers, ou, encore, lorsqu'elle a accordé un traitement commun
à un certain nombre de nations, en vertu non pas des traités, mais d'une
'Préface des Questions du droit naturel de

M.

de Vattel, Avertissement, pp. 24-25.

liv

déclaration unilatérale, par exemple en vertu d'une loi, il en résulte qu'elle
ne peut, sans une raison spéciale, tirée de la rétorsion ou des représailles, en
Bref, toutes les fois qu'une nation se reconnaît
excepter une autre nation.

un devoir international, on ne conçoit pas qu'elle puisse
revenir sur la déclaration ainsi faite, à moins de prétendre que la règle, par
elle acceptée, a cessé d'être, à la suite de l'évolution du droit, conforme à
vis-â-vis d'une autre

la justice

internationale.

des droits imparfaits et des droits parfaits n'est
pas négligeable dans certaines de ses conséquences juridiques, on ne saurait
admettre qu'elle renferme en elle la solution du grand problème de la concilia-

Mais,

si

la distinction

tion de la souveraineté de l'Etat avec la soumission de l'Etat

le

au droit.

ne donne qu'une illusion de conciliation. Il a trop développé, dans
droit positif, le faux dogme de l'indépendance des Etats en reléguant à

Vattel

ici

dans

droit idéal, la vraie notion de leur interdépendance.
Inspiré par le souci de la liberté et de l'égalité des hommes, il s'est élevé
promptement jusqu'à la liberté et à l'égalité des Etats. Mais il n'a pas été

l'arrière-plan,

le

jusqu'au terme de cette idée, par lui reconnue, que la volonté de l'homme
Il ne s'est pas avancé jusqu'à
est le principe de la souveraineté de l'Etat.
donner, en droit international, pour mission, à l'Etat, de réaliser les droits
internationaux de l'homme: droit au commerce, droit à la justice, droit à la

publique et morale, et, dans la mesure permise par l'imperfection de
nature humaine, droit à la vie, c'est-à-dire à la paix. Son œuvre, toute
pénétrée de l'esprit de liberté, ne l'est pas assez de l'esprit de solidarité.
Il n'accorde au droit des gens qu'avec timidité quelques rares sanctions:
après avoir posé la distinction de la guerre juste et de la guerre injuste, il
la rejette dans le domaine de la morale; en vue de sanctionner les actes contraires au droit, il reconnaît à tous les Etats le droit de s'unir, de manière à
forcer au respect des lois fondamentales de la Société des Nations les Etats

liberté
la

qui s'en écartent d'une manière grave, offensante pour la stabilité des relaMais ce n'est, d'après lui, pour les Etats, qu'un droit, tandis
tions juridiques.
ce
devrait
être, pour eux, rigoureusement une obligation légale.
que

Diplomate-philosophe,Vattel n'était pas capable de s'abstraire des nécesde la politique. Le dogme de la souveraineté des Etats ne pouvait être
ébranlé par ce fidèle serviteur des princes, quel que fût d'ailleurs son amour de
sités

de l'humanité.
Ecrivant pour les Cours et les conducteurs de
ne
mettre
le
droit qu'auprès de la diplomatie comme un
peuples,
pouvait
On chercherait en
conseil, sans le placer au-dessus d'elle comme une règle.
vain dans son œuvre le reflet du beau passage de Suarez sur la solidarité des
Nations.^
Mais il serait excessif de demander à un diplomate de la fin du
la liberté et
il

^De Legibus,

lib. II, c.

XIX, No.

9.

Iv

XVIII*^ Siècle, fût-il tout pénétré de l'esprit de l'Encyclopédie, la liberté de
Parmi les organisateurs de la
langage d'un moine espagnol du XVI'^ Siècle.
société future, Vattel, qui développe très peu l'idée d'arbitrage, ne prendra

sans doute pas rang dans la reconnaissance des peuples.

commencement du XX*^

pas moins qu'au

du XVIII^

Il

n'en demeure

Siècle, les règles qu'il traçait à la

demeurent encore supérieures à la réalité du droit
Et lorsqu'on serait tenté de lui
pratiqué par l'unanimité des Puissances.

fin

Siècle

reprocher l'insuffisance de ses formules, la brièveté de ses solutions, les
événements ne viennent-ils pas précisément répondre à ceux qui le trouveraient trop timide ou même timoré, qu'étant donnée l'impuissance du droit
positif à faire respecter ses principes,
supérieur à notre époque pour que les

même

les

plus modestes,

amateurs d'utopie

se

il

est trop

permettent de

le

critiquer, pour insuffisance d'idéal.^
la diplomatie n'admettait d'autres règles que le caprice ou
Vattel
lui a tracé des limites.
A une époque où la souveraineté
l'intérêt,
de l'Etat se confondait encore avec la souveraineté des princes, il a formulé

Quand

de la nation. Avant les grands événements de 1776 et de 1789, il
a écrit un Droit International, basé sur les principes du droit public que

les droits

devaif^nt réaliser

deux Révolutions,

celle

d'Amérique

et

de Erance.

celle

Bien que datée de 1758, son œuvre est en plein accord avec

les

principes

américains de 1776 et les principes français de 1789.
Développée avec eux,
l'autorité de cette œuvre a rencontré les mêmes points de résistance, subi

momentanément

même

mêmes

essor.
Le
reculs, finalement partagé le
Droit des gens de Vattel, c'est le droit international basé sur les principes de
1789, le complément du Contrat social de Rousseau, la projection dans le
les

plan du Droit des gens des grands principes de l'individualisme juridique.
C'est ce qui fait l'importance de l'œuvre de Vattel, ce qui explique son succès,
ce qui caractérise son inHuence, ce qui mesure aussi, éventuellement, ses

Vattel écrit

Droit International de l'absolutisme,
Son livre est
Droit International de la liberté politique.

Grotius avait écrit

insuffisances.
le

le

véritablement représentatif.
Et, comme un livre vaut par les idées qu'il
ou
refiète
exprime
plus que par la puissance du tempérament de celui qui
l'écrit, l'œuvre de Vattel devait s'élever au-dessus de celle de Grotius, dans
la même proportion
que les principes du droit public de la fin du XVIII^
Siècle s'élevèrent au-dessus des

maximes

COLUMBIA UnIVERSITY,

New

York, décembre 1914.

politiques

du XVIP.

LE DROIT DES GENS.
BIBLIOGRAPHIE DE SES DIFFÉRENTES ÉDITIONS.
Le

droit dfs gfns,

ou principes de

des nations
4°.

la loi

M. de

541 p.; v. 2: 375

12°.

V. i: lix,

à

naturelle, appliqués

des souverains, par

V. i: xxvi,
3 V.

Le

et

480

p.

A

Vattel.

(L'édition

p.; v. 2:

ici

532

la conduite et

aux

affaires
2 v.

Londres, m.dcc.lviii.
reproduite.)

p.; v. 3:

510 p.
aux affaires des
nations et des souverains, par M. de Vattel, ouvrage qui conduit a dévelopt>er les
A Leyde, aux dépens de la Compagnie,
véritables intérêts des puissances.
V. i: 18, 228 p.; v. 2: 14, 162 p.
2 V.
MDCCLViii.
4°.
(2),

(2),

droit des gens, ou principes de la loi naturelle appliqués a la conduite et

L'édition a été, comme celle ici reproduite, imprimée à Neuchâtel.
Une partie de
l'édition porte Leyde et l'autre, comme celle ici reproduite, porte Londres.
Elle
est indiquée, de préférence à celle reproduite ici, qui lui paraît inconnue, par le
marquis d'Olivart, Bibliographie du droit international, Paris, 1905, No. 1092.
L'édition de Leyde, de 1758, n'était qu'une réimpression, ou, pour mieux dire, une
contrefaçon de la première édition, publiée à Neuchâtel (en Suisse) sous l'indication

Idem.

Idem.

de Londres, au commencement de 1758, en 2 vols. in-4°, ou 3 vols. in-i2°.
2. édition.
12°.
Leide, 1758.
[Kliiber, Droit des gens, 1861.]'
3 v.
"D'après Kliiber (Le Droit des gens moderne de l'Europe, 1861, p. 446) il y aurait eu
déjà une seconde édition qui parut à Leyde de nouveau, la même année que la
première, en 3 volumes in-12; mais, outre que cette édition n'est pas mentionnée
ailleurs, il semble peu probable, surtout à cette époque, qu'il ait été possible de
faire imprimer deux fois dans la même année un ouvrage aussi considérable."
(Pillet, Les Fondateurs du droit international, Paris, 1904, p. 483, note 3.)

Nouvelle édition augmentée, revue et corrigée. Neuchâtel, Del'impr. de
typographique, 1773. 2 v. en i. 4°. v. i: vi, 501 p.; v. 2: 328 p.

la

Société

Cette édition a provoqué, de la part de l'auteur de l'édition de 1775 (M. de Hoffmanns) les observations suivantes:
"L'édition de Neuchâtel a été faite après la mort de l'auteur, sur un exemplaire oii
il avait mis
quelques additions en marge. Mais, de toutes ces augmentations, il
paraît qu'aucune n'a rien changé au texte, lequel j'ai trouvé tout-à-fait conforme
à celui de Leyde; avec cette seule différence, que l'impression de Leyde est correcte, et que celle de Neuchâtel est cruellement maltraitée par la négligence de
l'imprimeur. On est tenté en lisant de croire que celui-ci a voulu épargner les
frais de correction, et qu'il a mis ses formes sous presse à mesure que ses ouvriers
se hâtaient de les composer.
Jetez les yeux au bas de cette page, et vous en verrez
des exemples, qui vous feront juger, comme moi, qu'une telle édition devrait être
abandonnée à l'épicier comme vraie maculature." ^

Idem.
Idem.

Idem.

Nouvelle édition. Neuchâtel, Société typographique, 1774. 3 V. 12°. [Belgique.
Catalogue de la Bibl. du Min. des affair. étrang.]
Nouvelle édition augmentée, revue et corrigée. Avec quelques remarques de
l'éditeur.
Amsterdam, chez E. van Harrevelt, 1775. 2v. eni. 4°. v. i: xxviii,
316 p.; V. 2: 216 p.
Nouvelle édition, avec quelques remarques tirées en partie des manuscrits de l'éditeur.

Bâle, 1777.

3 V.

12°.

[Klùber.]

'L'autorité pour les éditions que le bibliographe n'a pu vérifier est indiquée entre crochets.

Ivi

Ivii

Idem.

Nouvelle édition, sans ces remarques, mais avec

Idem.

8°.
châtel, 1777.
[Kliiber.]
3 V.
Nouvelle édition. Nîmes, Buchet, 1783.

2 v.

la

biographie de l'auteur.

4°.

Neu-

[Quérard, France littéraire,

1839-]

Idem.
Idem.

Idem.
Idem.
Idem.

Nouvelle édition, revue, corrigée et augmentée. A Nîmes, chez Buchet, libraire.
M.DCC.LXXxxiii. 2 v. 8°. V. I: xvii-xx, i-xvi, 300 p.; v. 2: (2), 230 p.
Nouvelle édition, augmentée, revue et corrigée, avec quelques remarques de l'éditeur.
A Lyon» Imp. de Mistral, 1802. 2 v. 8°.

Lyon, 1802. 3 v. 12°. [Quérard.]
Nouvelle édition, augmentée, revue et corrigée. Paris, Janet, 1820. xxviii, 864 p. 8°.
Nouvelle édition, augmentée, revue et corrigée, avec quelques remarques de l'éditeur.
Paris, Rey et Gravier; Lyon, Ant. Blache.
[Quérard.]
Nouvelle édition, augmentée, revue et corrigée, avec quelques remarques de l'éditeur; précédée d'un discours sur l'étude du droit de la nature et des gens, par
Sir James Mackintosh
traduit de l'anglais par M. Paul Royer-Collard
suivie d'une bibliographie spéciale du droit de la nature et des gens, extraite des
ouvrages de Camus, Kliiber, etc. Paris, J.-P. Aillaud, 1830. 2 v. 8°. v. i lii,
.

.

.

.

.

.

:

Idem.

479 p.; V. 2: 451 p.
Nouvelle édition revue

et corrigée d'après les textes originaux,

augmentée de quel-

ques remarques nouvelles, et d'une bibliographie choisie et systématique du
droit de la nature et des gens, par M. de HofFmanns; précédée d'un discours sur
l'étude du droit de la nature et des gens, par Sir James Mackintosh
tr. en
.

.

.

M.

v. i:
8°.
Paris, J.-P. Aillaud, 1835-38.
Royer-Collard.
3 v.
516 p.; V. 2: 458 p.; V. 3: vii, 587 p.
(V. 3 porte comme titre: Le droit des gens, ou, Principes de la loi naturelle
app'iqués à la conduite et aux affaires des nations et des souverains, par
Vattel.
Notes et table générale analytique de l'ouvrage, par M. S.
t. 3.

français par

Pinheiro-Ferreira.)

Idem.

Edition précédée d'un essai de l'auteur sur le droit naturel pour servir d'introduction
à l'étude du droit des gens, illustrée de questions et d'observations, par M. le
baron de Chambrier d'Oleires ...
avec des annexes nouvelles de M. de Vattel
et de M. J.-G. Sulzer, et un compendium bibliographique du droit de la nature et
des gens et du droit public moderne, par M. le Comte d'Hauterive.
Paris, Rey et
2 v.
8°.
v. i: xxxix, 477 p.; v. 2: 622 p.
Gravier, 1838-39.
("Au lieu de M. le Comte d'Hauterive, lisez par M. de Hoffmanns, que des
raisons de pure délicatesse ont empêché d'y mettre son nom."
Quérard )
;

^Dans l'édition de Neuchâtel
Tome 1: Page ii de la Vie, on a mis Mme. pour M. de Vattel.
Dans la préface, p. xviii, vous y verrez "comme M. VVolfFa raison," au
Page
Page
Page
Page

lieu

de

"comme M.Wolff

a raisonné."

230, on a mis
237.
266.

"prendre" pour "perdre."
"L'empire et le domaine ne sont pas inséparables de
"Bondin." C'est "Bodin."

282.

"Le

vouloir."

Il

droit de ne pas souffrir l'injustice est parfait,
"pour le faire valoir."

c.

la

nature."

à. d.

Il fallait

accompagné de

"de
celui

leur nature."

de force pour

le

fallait

Page 371. "Il ne peut," pour "il peut." Page 415.
II: Page 50.
Après ces mots, "Alexandre ....

Tome

"Compris," pour "compromis."
présent aux Thessaliens de cent
l'exemple, "que ceux-ci devaient aux Thébains"
fit

talents,"

on

a

omis

ceux qui suivent, essentiels à
Page 160. "Si son vainqueur n'a point quitté l'épée de conquérant pour prendre le sceptre d'un souverain
équitablement soumis." Pour rendre cela intelligible, on a remis, d'après l'édition de Leyde, "d'un souveram
équitable et pacifique; ce peuple n'est pas véritablement soumis."
a
Page 283. "Les Carthaginois avaient violé le droit des gens envers les ambassadeurs [de Rome: on amena
dans
Scipion quelques ambassadeurs] de ce peuple perfide." Ce qui est enfermé entre crochets manque
l'édition de Neuchâtel.

dans l'exemEnfin, toute la feuille signée de la lettre X, au Tome I, p. 161 à 168, est imposée à rebours, au moins
de cette édition
plaire que j'ai sous les yeux, et je ne serais point surpris qu'il en fût de même de tous les exemplaires
neuchàteloise.

Iviii

Idem.

Nouvelle édition auf^mcntée, revue et corrigée, avec quelques remarques de l'éditeur;
précédée d'un discours sur l'étude du droit de la nature et des gens par Sir J.
Mackintosh, tradui*" de l'anglais par P. Royer-Collard; suivie d'une bibliographie
spéciale du droit de la nature et des gens, extraite des ouvrages de Camus, Rhiber
de l'ouvrage par S. Pinheiro-Ferreira.
Brux[!] ^c; de notes et table analytique
elles,

'

3 V.

1839.

8°.

Muséum

[British

Catalogue.]

îdem.

Nouvelle édition augmentée de quelques remarques nouvelles et d'une bibliographie
choisie du droit des gens, par M. de HofFmanns, précédée d'un discours par Sir J.
Mackintosh, trad. par M. Royer-Collard. Paris, 1853. 2 v. 8°. [Kliiber.]
Nouvelle édition, revue par M. P. Royer-Collard, augmentée des notes de M.

Idem.

Nouvelle édition.

dem.

Pinheiro-Ferreira.

3 v.

1856.

8°.

Précédée d'un essai et d'une dissertation (de l'auteur), accompagnée des notes de Pinheiro-Ferreira et du Baron de Chambrier d'Oleires, augmentée du discours sur l'étude du droit de la nature et des gens par Sir James

Mackintosh (traduction nouvelle), complétée par l'exposition des doctrines des
publicistes contemporains mise au courant des progrès du droit public moderne,
d'une table analytique des matières par

et suivie

Librairie de Guillaumin et
V. 3

:

463

1863.

cie.,

3 v.

8°.

M.

P. Pradier-Fodéré.

v. i:

xxxv, 644p.;

v. 2:

Paris,

501 p.;

p.

3 V.

12°.

TRADUCTIONS.
ANGLAISES.
En Angleterre.
The law of nations;
nations

or,

and

principles of the law of nature applied
sovereigns, by AI. de Vattel, a work

interest of pozvers.
2 V. in I.
1759.

Idem.

Translated from the French.

and afairs of
display tke true
London, Printed for J. Coote,
to

the conduct

tending

to

4°.

for J. Newbery [etc.] 1759-60.
2v. ini. 4°. v. i: xxxvi, 254 p.;
170 p.
Dublin, Printed for Luke White, mdcclxxxvii. Ixxiv, 728 p. 8°.
Dublin, Luke White, 1792. Ixxii, 728 p. 8°.
A new édition, corrected. Translated from the French. London, Printed for
G. G. and J. Robinson [etc.] 1793. Ivi, 444 [i. e., 454 p.]. 8°.

London, Printed
V. 2: xiv,

IdeîH.

Idem.
Idem.

Au
Idem.
Idem.
Idem.
Idem.
Idem.

lieu

de pages 439-444,

faut

il

pages 449-454.

and enriched with many valuable notes never before
translated into English. London, G. G. & J. Robinson, 1797. (2), 66, 500 p.
8°.
8°.
4th éd., cor. London, Printed for W. Clarke and sons [etc.] 181 1. Ixvi, 500 p.
8th éd.
London, Clarke, 181 2. 8°. [English catalogue.]
Ed. by J. Chitty. London, Sweet, 1833. 8°.
A new éd., by Joseph Chitty, esq. London, S. Sweet; [etc., etc.] 1834. Ixvi, 500p. 8°.

Aux
The

lire

A new édition revised, corrected,

lazv of natiojis: or,

nations and

Etats-Unis.

Principles of the lazv of nature; applied to the conduct and affairs of
By M. de Vattel. ist American éd., cor. and rev.
sovereigns.
.

.

.

New York, Printed and
Tr. from the French.
Samuel
12°.
xlviii,
by
Campbell, 1796.
[491-563 p.
The law of nations; or, Principles of the law of nature; applied to the conduct and
affairs of nations and sovereigns, a work tending to display the true interest of
Tr. from the French.
By M. de Vattel.
powers.
Northampton (Mass.),
from

the latest

London

éd.

.

.

.

sold

Idem.

.

Printed by

.

Thomas M. Pomroy

.

for S.

&

E. Butler, 1805.

xlviii,

563

p.

8°.

lix

Idem.

From

the French of Monsieur de Vattel.

tion.

Idem.
Idem.
Ideyn.

Idem.

Idem.

Philadelphia,

Tr. from the French.
Tr. from the French.

Idem.
Idem.
Idem.

.

Small, 1817.
Northampton, Mass.,

.

From

Phihidelphia, P. H.

lii,

S.

the last

500

p.

London corrected

édi-

8°.

Butler, 1820.

560

Nickhn & T. Johnson,

p.

8".

560 p. 8°.
4th American éd., from a new éd., by Joseph Chitty.
Philadelphia, P. H. Nicklin
and T. Johnson, 1835. Ixvi, 500 p. 8°.
Chitty's éd.
5th American éd.
Philadelphia, T. & J. W. Johnson, 1839.
Ixvi,
500 p. 8°. [Little & Brown's Catalogue oflaw boolcs.]
6th American éd., from a new éd., by Joseph Chitty. Philadelphia, T. & J. W.

Johnson, 1844.
Idem.

.

Abraham

Ixvi,

500

1829.

8°.

p.

7th American éd., from a new éd. by Joseph Chitty.
Philadelphia, T. & J. W.
Johnson, 1849. Ixvi, 500 p. 8°.
8°.
Philadelphia, T. & J. W. Johnson, 1852.
T.
&
W.
Philadelphia,
J.
Johnson, 1853. 8°.
From the new éd. by Joseph Chitty
with additional notes and références by
Edward D. Ingraham. Philadelphia, T. & J. W. Johnson, 1854. Ixvi, 656 p. 8°.
Reproduite, pagination identique, en 1855, 1856, 1857, 1859, 1863, 1867 et 1872.
.

.

.

Espagnoles.
El derecho de génies

à la conducta de las naciones y de
Traducido por D. Lucas Miguel Otarena, de la illtlma ediciôn
Mafrancesa de 1820, corregida y aumentada con notas del autor y de los editores.
los

6 principios de la ley natural aplicados

soberanos.

drid, 1822.

Idem.
Idem.

hijo, 1824.

Idem.
Idem.

3 v.

Traduction espagnole par. J. B. J. G. "con algunas reflexiones sobre las ideas
fundamentales de la obra." Burdeos, 1822. 4 v.
Traducido en castellano por Lucas Miguel Otarena.
Paris, Casa de Masson y
4

V.

en

2.

24°.

Traduccion por P. Fernândez. Madrid, 1S34. 2 v.
El derecho de gentes, ô principios de la ley natural aplicados a la conducta y negocios
de las naciones y de los soberanos por *** con una introduccion al estudio del
derecho natural y de gentes, por Sir James Mackintosh, y una biblioteca selecta
mejoresobras sobre la materia. Nueva éd., aumentada, revisada y corregida.
16°.
4 v.
Une édition espagnole, traduction de Manuel Pascual Hernandez, Madrid, 1820,
dont il est parlé dans Allgemeine deutsche Biographie, v. 39, p. 512.
de

las

Paris, Lecointe, 1836.

Idem.

Allemande.
Fôlkerrecht; aus

Franzos. von Johann Philipp Schulin.
Fels sécher, lyôo. 3 v. 8°.
d.

Nùrnberg, Frankfuri und Leipzig,

Italienne.
// dirilto délie genti, tradotto del jrances.
graphie, V. 39, p. 512.]

Milano, 1805.

3 v.

[Allgemeine deutsche Bio-

L'éditeur général des Classiques du droit international désire
exprimer à M. le Directeur de la Bibliothèque du Congrès sa
profonde reconnaissance pour l'aide généreuse qu'il lui a prêtée, en
ayant bien voulu faire vérifier la bibliographie et y ajouter les
titres de nombreuses éditions.
/. B. S.
ici

t

LE DROIT

DES GENS.

RFPRODIJCKD
BY

THE COLUMBIA PLANOGKAPH
Washington. D.

C.

CO.

DROIT

LE

DES GENS.
u

PRINCIPES DE LA

LOI NATURELLE,
^

aux affaires
à la conduite
des Souverains^
Nations

appliqués

PAR
Niliil efl

cnim

quidcm

illî

M-

^
DE VATTEL.

principlDeo

,

qui

in terris fiât,

jure fociati

,

omncm hune mundum
concilia

acceptius
quam
qu'dt Civitatcs appeliantur.
,

TOME

A

I.

M.

des

N D R
DCC.

E

LVlil.

S.

,

quod

cœtusque hominum

CiCER. S^mn,
I.

régit

Scipiou.

)»(

PREFACE.
E

Droit des Gens

ble

&

,

cette matière

fi

no-

n'a point été traiimportante
té jusques-ici avec tout le foin qu'il méfi

,

Aufli la plupart des

rite.

hommes n'en

très - inqu'une notion vague
complette , fou vent même faufle. La
ont-ils

foule des Ecrivains,

& dQS

prennent guères fous le
nes maximes

,

,

Auteurs

nom

même

de Droit

des

célèbres ne

Gens,

certains ufages reçus entre les

com-

que certaiNations , &

devenus obligatoires pour elles , par l'effet de leur confentement.
C'eft reiïerrer dans .^es bornes bien étroites une Loi
fi

étendue,

fi

pour le Genre-humain, & c'ell:
dégrader , en méconnoilfant fa véritable

intéreffante

en même-tems

la

origine.

que

certainement un Droit des Gens Naturel

Il

efl;

la

Loi de

la

hommes unis en
ticuliers.

Nature n'oblige pas moins

Société Politique

,

,

les Etats

,

les

qu'elle n'oblige les par-

Mais pour connoître exackment ce Droit,

X

puis-

3

il

ne

fuffit

PREFACE.

VI

pas de fçavoir ce que la Loi de

fuffit

individus humains.

la

Nature

aux

prefcrit

L'application d'une régie à des fujets

divers, ne peut fe faire que d'une manière convenable à

la

na-

D'où il réfulte que le Droit des Gens
ture de chaque fujet
Naturel ert une Science particuliére^laquelle confifte dans une

& raifonnéede la

application jufte

& à la conduite
Traités

,

le

le

Droit Naturel ordinaire

Les Romains ont fouvent confondu
Droit de

Gentium

) le

la

Nature

folide connoif-

Droit Naturel

,

les

Droit Naturel^

,

le fens le
plus

eft

cehd

Jus

& adop-

Nations policées {a

qite

la

).

2^ature enfeigne a

définifîant ainfi le Droit

étendu

,

& non

On

nature animale.

de

la

tous

Nature dans

fa

Droit Naturel particulier à
nature raifonnable ,au{fibien

Le

Droit Civil ^ dit enfuite l'Em-

l'homme, &qui découle de
fa

(

que l'Empereur Justinien donne
du Droit des Gens , & du Droit Civil. Le

dit.il,

Animaux (^b):

que de

Gens

Définitions

du Droit Naturel
les

Droit des Gens

entant qu'il eft reconnu

té généralement par toutes les

connoît

le

appellant Droit des

,

&

font donc iniuf-

,

pour donner une idée diftinde, une
fance de la Loi facrée des Nations.

le

ces

Droit des Gens fe trouve mêlé

fifans

avec

affaires

Tous

des Nations ou des Souverains.

dans lesquels

confondu avec

Loi Naturelle aux

le

que chaque peuple s^ établit à foi r/ieme , £f qui
Et ce Droit , que la
eft propre a chaque Etat ou Société Civile,
raifon naturelle a établi parmi tom les hommes , également

pereur

,

ef

celui

ohfervé

che^
{à) T^cque vero hoc
Lib. ni, c. 5.
{b).

Tit.

U.

Jus naturale

fohim naturâ-, id
eji ^

ej} ,

jure Goîtium

^c.

quod fiaiura omnia animalia docuit,

Cicer. de

Offic.

Instxt. Lib,

I.

PREFACE.
Cbe:^ tous les peuples

Droit que toutes

les

,

s'appelle

VII

Droit des Gens

Nations fuivent (c).

j

comme

Dans

le

étant

un

paragraphe

TEmpereur fenibie approcher davantage du ièns
à ce terme. Le Droit des Gens^
que nous donnons aujourd'hui
Les affaires des
dit-il j ejl commun k tout le Genre^humain.

fuivanc

,

hommes

^

leurs befoins ont porté toutes

taines règles de Droit.

duit

les

captivités

Droit Naturel

,*

^

les

Nations àJe faire cer-

Car les Guerres fefont élevées y
les

fervitudes

,

lej quelles font

puifque originairement

Êf par

le

^

ont pro-

contraires

au

Droit Naimel^

Mais ce qu'il ajoute , que
hommes naifoient libres (d ).
de vente & d'achat , de
prefque tous les Contrats , ceux

tous les

une infinité d'autres doilouage, de fociété, de dépôt, &
vent leur origine à ce Droit des Gens; cela, dis- je, fait
voir que la penfée de Justinien eft feulement , que fuivant

l'état

& les

font trouvés

de Droit
les

,

,

hoiiimes fe
conjoncT:ures dans lesquelles les

la droite raifon leur a dicté certaines

tellement fondées fur

le

nature des chofes

la

,

qu'el-

&

admifes par-tout. Ce n'cfl: là encore
Droit Naturel qui convient à tous les hommes.

ont été reconnues

que

maximes

Cependant ces mêmes Romains reconnoiilbient une Loi,
qui oblige les Nations entr'elles , & ils rapportoient à cette
Loi le Droit des Ambaflades. Ils avoient aufîi leur Droit
Féciai
( c ). Ç^oi quifijtie fopiihts ipfejibi Jiis conjlituit , id rpjtus proprium Civitatis cff,
ravocatiircjne Jus Civile , quajt pis pyopriianipjiits Civitatis: qnod vero uatitralis
tio inter omncs botniiies
omîtes
id
y
vocattirqitiapuîi
pcrxqiie cujhditnr
conjiituii
Jus Gentiitm , qtiujî qtio jure omnes gentes titaittur. Ibid. §. I.
-,

^

( rf ). Jus autent Gentitim omni buntano gâter i commune eft. itam ujn exigeute
htimMtis necejjitatibus , c^vntes bumau.t jura qT.,edamJibi conjiitueriiut.
EeUu etcnint
OYta fiuit Ç:f (aptivitatesfe'ifiiit.e, ^^ jWvitates
unturuli juri contrariaqicj:Ju;tt
-,

Jun

au>ii7iati>.r(Uiow»es honiina au

iuitlo liber i uafccbanti'.r.

Ibid.

§.

3.

PREFACE.

vin
Fêcial^

lequel n'étoit autre

rapport aux Traités Publics

Droit des Gens par
particulièrement à la Guerre,

chofeque
,

&

le

LesFcciaux {Feciaks) étoientles Interprètes,

&en

quelque façon

les Prêtres

les

Gardiens,

delà Foi publique {e).

Les Modernes s'accordent généralement à réferver le
nom de Droit des Gens au Droit qui doit régner entre les Nations

ou

Etats Touverains. Ils ne diffèrent

que dans

l'idée qu'ils

de l'origine de ce Droit & de fes fondeniens.
Le
célèbre Grotius entend par Droit des Gens un Droit établi

fe font

par

le

commun

confentement des Peuples

du Droit Naturel

ai^i.fî

55

divers tems Se

,,

chofe

,

&

il

le

diflingue

„ Quand' piufieurs perfonnes, en
en divers lieux ^ foutiennent une même
:

comme certaine

cela doit être rapporté à

;

une caufe

Or dans ies queftions dont il s'agit, cette
„ générale.
5, caufe ne peut être que l'une ou l'autre de ces deux , ou
„ une jufie conféquence tirée des principes de la Nature ;
„ ou un confentement univerfel. La première nous décou"
„ vre le Droit Naturel; & l'autre , le Droit des Gens (/).
,

ge

Il paroît par bien àes endroits de fon excellent Ouvraque ce Grand-Homme a entrevu la vérité. Mais com-

,

me

il

défrichoît,

pour

ainfi dire

,

une matière importante

,

fort négligée avant lui , il n'efl pas furprenant que , Fefprit
chargé d'une immenfe quantité d'objets & de citations , qui

entroient
Hant per hof fiebat ,
(e) FecialES , qiiodfidsî publics inter Topuîo! praerant
ut jujinm concipereîur bellum {'^ inde defitJtm) ç^ ut fœdcre fides facis cojijiitueretur.
Ex bis r.iittebaut , antequàm conciperetiir , qui res répétèrent : £îf per hoi
etiam mine fit fmius.
Varro. De Ling. Lat. Lib. ÏV.
:

(/) Droit de
lim.

%.

XLL

la

Guerre

& de

la

Paix

,

traduit par

Barbeyxac

i

Difcours Frc^

PREFACE.
entroîent dans Ton plan,
idées diflindes

Perfuadé que

,

les

nécefifaires

fi

Nations

fouinifes à l'autorité de la

mande

n'ait

il

,

ou

pu parvenir toujours aux

cependant dans
les PuilTances

Loi Naturelle

fou vent l'obfervation

fi

;

,

les

Sciences,

Touveraines font

dont

il

leur recom-

ce Savant reconnoiiïbit dans

un Droit des Gens Naturel

le fonds

JX

quelque
part Droit des Gens interne) , & peut-être paroîtra-t-il ne difMais nous avons déjà
férer de nous que dans les termes.
(qu'il appelle

que pour former ce Droit des Gens Naturel , il ne
fuffit pas d'appliquer fimpîement aux Nations ce que la Loi
Et d'ailleurs ,
Naturelle décide à l'égard des pirticuliers.
Grqtius, par fa diftindiorî même, & en affeftant le nom
obfervé

,

Gens aux feules maximes établies par le confentement des Peuples , femble donner à entendre , que les-

de Droit

des

Souverains ne peuvent prefTer entr'eux que l'obfervation d&
ces dernières maximes , réfervant le Droit interne pour la direction de leur Confcience. Si partant de cette idée

que les
vivent entr'elles dans
Sociétés Politiques, ou les Nations
une indépendance réciproque , dans l'état de Nature ,
,

,

&

dans leur qualité de Corps PolitiLoi Naturelle , Grotius eût de plus confidéré,

qu'elles font foumifes

ques, à

la

,

qu'on doit appliquer la Loi à ces nouveaux fujets d'une manière convenable à leur nature , ce judicieux Auteur eût re-

connu

fans peine

,

Science particulière

une obligation

que
;

même

le

Droit des Gens Naturel

que ce Droit produit entre
externe

,

les

indépendamment de

efl

une

Nations
leur vo-

&

feulement le
que le confentement des Peuples efl
fondement & la fource d'une efpèce particulière de Droit des

lonté

;

Gens , que Ton

Arbitraire,
appelle Droit des G^ns

X

HOB.

PREFACE.

X
lïoBBEs

,

dans l'Ouvrage de qui on reconnoît une main

&

Tes maximes détellables ;
habile, malgré Tes paradoxes
HoBBES , dis- je , eft', à ce que je crois , le premier qui ait

donné une idée
des Gens.

diftinéte

divife la

Il

mais encore imparfaite du Droit
Loi Naturelle en Loi Naturelle de
,

^

Loi Naturelle des Etats.

les

mêmes

Cette dernière, ièlon
lui , ell ce que Ton appelle d'ordinaire Droit des Gens,
Les
Maximes , ajoûte-t-il , de Pune gf de Pautre de ces Loix
fHor/jK^e^

font

précifémcnt

;

mais comme

manière des propriétés perfonnelles
Naturelle

îorsqu^on parle des

,

Droit des Gens

Qu d'une Nation (g)

aux Nations.
vrage
rel

ne

,

Devoirs des Particuliers

,

s^

appelle

.

Cet Auteur a

fort bien obfervé

que

,

le

Droit Naturel appliqué aux Etats , ou
Mais nous verrons dans le cours de cet Oueft le

trompé quand il a cru que le Droit Natuaucun changement nécefîaire dans cette ap-

qu'il s'eft

fouffroit

plication

re

;

Etats acqziirrent en quelque
la msme Loi
qui fe nomme

lorsquon ?applique au Corps entier d*un Etat

,

Droit des Gens

les

;

d'où

& celles

il

du Droit des

PuFENDORF
de HoBBES Q>) ,

Maximes du Droit NatuGens font précifément les mêmes.

a conclu

que

les

déclare qti^ilfoufcrit abfolument a cette opinion
Auffi n'a-t-il point traité à-part du Droit des

Gens, le mêlant par-tout avec

le

Droit Naturel proprement dit.

Bar.
(g) Rurfus (Lex) naturalis dividi potejî ni naturalem homimim
ttaturalem Civitatum , qua dici fotej}
tinuit dici Lex naturce ,

^

qtta fola

,

ob-

Lex Gentium

,

Pracepta utriusque eadcm funt ^ed quia Civulgo autem Jus Gentium appellatur.
vitates femel htjiîtiita ijtduunt proprietates homhmm perfonales y Lex qjiaJii hqî'.entes
:

de hominumjingulorum o^c70 naturalem dicimtis ^ app/icaia totis civitatibiis ^ UiXDe Cive , cap. XIV. §. 4. Je me
^
Jive geutibus ^ vocaîur Jus Gentium.
fers de la traduction de Barbeykac, Pufendorf Droit de la Nature & des Gens,
Liv. IL Chap. IIL §. XXIIL

tionihifs

(ib)

Ibid.

PREFACE.
&

Barbeyrac Tradncleiir

&

de Puf ENDûRF

XI

Commentateur de Grotius

a

beaucoup plus approché de la jufte
idée du Droit des Gens.
Quoique l'Ouvrage fuit entre les
mains de tout

le

du Leéleur,
tius , Droit de

,

munes

5.

pour la commonote de ce favant Traducteur fur Gro-

monde,

dité

XIV. Not.

,

la

la

je tranfcrirai ici

Guerre

&

de

la

Paix Liv.

J'avoue, dit il, qu'il

à tous les

Peuples

„ Peuples doivent obferver

,

,

y

a àQS

ou des chofes

les

uns envers

I.

,

I.

Chap.

§.

Loix com-

que tous ks

les autres

:

Et

fi

veut appeller cela Droit des Gens , on le peut très„ bien. Mais, outre que le confentement des Peuples n'efi:
„ pas îe fondement de l'obligation où l'on eil d'obferver ces

l'on

„ Loix,

& ne

fauroit

même avoir

en aucune forte;
Droit font au fond les mêlieu

ici

„ les principes & les Loix d'un tel
„ mes que celles du Droit Naturel proprement ainfi nommé :
„ Toute la différence qu'il y a confifte dans l'application ,
„ qui peut fe faire un peu autrement à caufe de la diffé„ rence qu'il y a quelquefois dans la manière dont les So„ ciétés vuident les affaires qu'elles ont les unes avec les
"
» autres.
,

,

L'Auteur que nous venons d'entendre , s'eft bien apperçu que les règles & les décifions du Droit Naturel ne peuvent s'appliquer purement & fimplemeiît aux Etats Souverains, & qu'elles doivent nécefTairement fouftrir quelques

changemens, fuivant la nature des nouveaux
Mais il ne paroît pas
quels on \qs appliqua,
toute l'étendue de cette idée

ver que l'on

traite

le

,

puisqu'il femble

fujets

aux-

qu'il ait

vu

ne pas approu-

Droit àes Gens féparément du Droit
Na)( S

PREFACE.

XII

Naturel des particuliers.

BuDDEUs

difant

,

,

loue feulemejit

Il

„ que

cet

la

métltode de

Auteur a eu raifon de marquer

„ (dans ihs Elément a Phdof, pra&,) après ciiaque matière du
„ Droit Naturel, Tappiication qu'on en peut faire aux Peu„ pies les uns par rapport aux autres j autant du moins

„ que

la

chofe

le

mettre le pied dans

permettoit ou Fexigeoit (i),"

bon chemin.

le

Mais

il

flilloit

Cétoit

de plus

profondes méditations, & des vues plus étendues, pour
concevoir l'idée d'un Syftême de Droit des Gens Naturel ,

comme

qui fût ainii

fentir l'utilité

pour

la

Loi des Souverains

d'un pareil Ouvrage,*

Se

&

des Nations;

fur-tout,

pour

l'exécuter le premier.

La

gloire en étoit réfervée à

M.

le

Baron de

Wolf. Ce

grand Philofophe a vu que Tapplication du Droit Naturel aux
Nations en Corps , ou aux Etats, modifiée par la nature des
Sujets

,

ne peut

fe faire

avec préciGon, avec netteté

avecfolidité, qu'à l'aide des Principes généraux
tions diredrices

,

qui doivent la régler

;

que

&

c'éil

&

des nopar

le

moyen de ces Principes feuls que l'on peut montrer évidemment , comment en vertu du Droit Naturel même ,
,

de ce Droit à l'égard des particuliers doivent
être changées & modifiées , quand on les
applique aux Etats,

les décifions

ou Sociétés Politiques,
naturel

& néceflaire

QY)

&
:

un Droit des Gens

former

ainfi

D'où

a conclu qu'il étoit con-

il

vena(i)

XXIII.

Note

2.

que Bareeyrac
(t)

&

la Nat.
des Gens , Liv. IL Chap, îll. ^".
procurer l'Ouvrage de Buddeus, dans lequel je foupqonne
avoit puifé cette idée du Droit des Gens.

furPuFENDORF Droit de

Je n'ai pu

S'il n'étoit

me

pas plus à-propos

,

pour abréger

,

pour éviter

les répétitions

,

&

]

PREFACE.
venable de
6c

il l'a

M.

faire

un fyftême

WcLF

lui-même dans

d'autre Droit

ture

Mais

exécuté heureufement.

„ Les Nations
5,

particulier

,

Q^)

que

,

fa

xiu
de ce Droit des Gens •
il efl;

dlt-il

celui-là

ne reconnoiflant

,

même

qui

paroîtra peut être fuperflu de

il

julle d'entendre

Préface.

eft établi

entr'elleà

par

la

Nà-

donner un Traité du

„ Droit des Gens,difl:ingué du Droit Naturel. Mais ceux qui
„ penfent ainft n'ont pas afiez approfondi la matière. Les Napeuvent être confidérées que comme au,, tant de perfonnes particulières , vivant enfemble dans l'état
„ de Nature ; & par cette raifoUjOn doit leur appliquer tous les
„ Devoirs & tous les Droits,que la Nature prefcrit & attribue à
tions,il eft vrai,ne

,,

tous les

&

hommes,
ne font

qu'ils

nœuds de

,

cette

entant qu'ils naiffent libres naturellement

même

9

application,

5,

„ de

cette

& les

obligations qui en réfultent, viennent

Loi immuable fondée fur

de cette manière,

5,

uns aux autres que parles feuls
Le Droit qui naît de cette
Nature.

liés les

le

la

nature de

Thomme;

&

Droit des Gens appartient certaine-

„ ment au Droit de la Nature: C'eft pourquoi on l'appelle
„ Droit des Gens Naturel , eu égard à fon origine & Né„ cejjaire , par rapport à fa force obligatoire. Ce Droit eft
,•

commun à

3,

toutes les Nations

&

5

celle qui

)( î

ne

le refpe(fte

pas

des hommes ;
pour profitter des notions dcja toutes formées & établies dans l'crprit
de fuppofer ici la
dis-je , pour toutes ces raifons , il n'étoit pas plus convenable
connoifTance du Droit Naturel ordinaire , pour en faire l'application aux États fouverains ; au-lieu de parler de cette application , il feroit plus exacfl de dire , que comme
!e Droit Naturel proprement dit eft la Loi Naturelle des particuliers , fondée fur la nature de l'homme , le Droit des Gens Naturel eft la Loi Naturelle des Sociétés PolitiMais ces deux métliodes reviennent à la
ques fondée iur la nature de ces Sociétés.
même chofè J'ai préféré la plus abrégée. Le Droit Naturel ayant été fort bien traite;
aux Nations.
tl eft
plus court d'en faire fimplement une application raifonnée
Si

fi

,

,

:

O

Une Nation

eft ici

un Etat Souverain

,

une Société Politique indépendante.

PREFACE,

XIV

„ pas dans
„ Peuples.

adions, viole

Tes

Aliiis les

Nations

,

le

ou

Droit

commun

les Etats

de tous les

Souverains

étant

,

„ des Perfonnes morales & les fujets àos obligiiti<)ns & des
„ droits réfultans , en vertu du Droit Naturel de TAde
,

5,

d^adbciation qui a formé le Corps Politique

&

,

,,

nature

reffenpe de ces perfonnes morales diffèrent nécelfaire-

„ ment

la

,-

&

,

à bien des égards

des individus phyfiques

,

,

de

la

de

l'aflence

hommes ,

qui les

nature

fçavoir des

Se

Lors donc que l'on veut appliquer aux Nacompofent.
tions les Devoirs que la Loi Naturelle prefcrit à chîique

„ homme en particulier ^& les Droits qu'elle lui attribue afin
„ qu'il puifie remplir lès Devoirs ces Droits & ces Devoirs
,•

„ ne pouvant être autres que la nature des
porte

35

tion

fujets

des

le

jj

particuliers.

>,

rément

ils

un changement convenable
auxquels on

les applique.

Gens ne demeure point en

à la nature des

le corn-

nouveaux

On voit ainfi que le Droit
toutes chofes le même que

Droit Naturel, entant que celui-ci régit

,

ne

doivent néceflàirement fouffrir dans l'applica-

,

fujets

les

adions des

Pourquoi donc ne le traiteroit-on pas fépacomme un Droit propre aux Nations ? "

Convaincu moi.même de

d'un pareil Ouvrage,
j'attendois avec impatience celui de M.
& dès qu'il
;
parut , je formai le deflein de faciliter à un plus grand noml'utilité

Wolf

bre de Lcdeurs la connoiflance des idées lumineufes
préfente.

Gens

efi;

Le Traité du Philofophe de Hall
dépendant de tous ceux du

qu'il

fur le Droit des

même

Auteur fur
la

PREFACE.
la

dre,
le

& le Droit

Philofophie

précédent.

même
en qui
des

Gens
,

ou dixfept volumes
cil écrit

il

5

font plus

que

je n'aurois qu'à

détacher

&

,

M. Wolf

forme plus agréable

que £\

je

le

,

ce

,

& qu'à le

revêtir d''une

plus propre à lui donner accès dans le

,

J'en

poli.

en

ainfi dire

pour

,

rendant indépendant de tout

ce qui le précède chez

,

4®, qui

métliode

la

& le goût des vrais Principes du Droit
importans & plus défirables.
Je penfai
,

bientôt

in

Penten-

la

Traité du fyftême entier

Monde

dans

&

connoiflànce

la

d'abord

D'ailleurs,

le lire

forme des Ouvrages de Géométrie : autant
qui le rendent à-peu-près inutile aux perfonnes,

dans

d'obfhcles

Pour

Naturel.

faut avoir étudié feize

il

XV

fis

quelques

voulois

me

Mais

efifais.

je

reconnus

procurer des Led;eurs dans

l'or-

&

dre des perfonnes pour lefqvieîles j'avois deflein d'écrire ,
produire quelque fruit , je devois faire un Ouvrage fort différent de celui que j'avois devant les

La Méthode que M.
relTe

dans fon Livre

,

Wole
& Ta

égards.

Les matières y font

flitigante

pour l'attention

Droit Public

:

Et

yeux

a fuivie

& travailler à-neuf,

,

a répandu la féche-

,

rendu incomplet
difperfées

,

,

à bien des

d'une manière très-

comme l'Auteur avoit

Univerfel, dans fon Droit de

la

traité

Nature,

du
il

contente fouvent d'y renvoyer , lorfque , dans le Droit
des Gens , il parle des Devoirs d'une Nation envers ellefe

même.
donc borné à prendre dans l'Ouvrage de
M. WoLF ce que j'y ai trouvé de meilleur fur- tout les Définitions & les Principes généraux ; mais j'ai puifé avec choix
Je

me

fuis

,

dans

PREFACE.

XVI

accommodé à mon plan

matériaux
lu
auront
les
Ceux qui
Traités du Droit
du Droit des Gens de M. Wolf , verront com-

dans cette fource,&

j'ai

les

j'en tirois.

que

Naturel

&

bien j*en

que j'en empruntois
citations

Si j'eufTe voulu

ai profitté.

également

mes pages

,

inutiles

vaut mieux reconnoître
tions

que

j'ai

trouveroient chargées de

& défagréables
une

ici

fe

fois

à ce grand Maître.

comme le verront ceux

par- tout ce

marquer

au Leéleur.

pour toutes

Quoique

qui voudront

fe

Il

les obliga-

,

mon Ouvrage

donner

la

,

peine d'en

comparaifon , foit très-diflFérent du fien ; j'avoue que
je n'aurois jamais eu l'afluranced^entrer dans une II vafte car-

faire la

rière

moi

,

fi

le

& ne

célèbre Philofophe de Hall n'eût marché devant

m'eût

éclairé.

cependant m'écarter quelquefois de mon Guide ,
m'oppofer à fes fentimens J'en donnerai ici quelques
J'ai ofé

&

:

M. \(>olf,

exemples.
Ecrivains

,

nature des

entrainé peut-être par la foule des

confàcre plufieurs Propofitions Çh) à traiter de

Royaumes Patrimoniaux

,

fans rejetter

,

ou

la

cor-

Je n'admets pas mêtrouve également choquante ,

riger cette idée injurieufe à l'humanité.

me

la

dénomination

impropre

,

,

que

& dangereufe

fionç qu'elle peut donner

je

dans

fes effets

,

dans hs impref-

aux Souverains ;

&

je

me

flatte

qu'en cela j'obtiendrai le fuffrage de tout homme qui aura de
la raifon & du fentiment , de tout vrai Citoyen,

M.

WoLF décide (/.(?^«/.§.878.)

rellement de

(k)

Dans

fe fervir

la VÏII. Partie

à la guerre

du Droit Nat,

&

dans

qu'il eft

permis natu-

d'armes empoifonnées.
Cette
le Droit,

des Gens.

PREFACE.
Cette décifion rn'a révolté,

dans rOuvrage d'un

Thumanité
par

les

,

il

n'eft

principes

je

tablir Icb

nous

de M. WolF.

Liv.

On

verra ce que je dis

le

Fondement de

on trouvera

,

manière d'é-

la

cette efpèce de Droit des

appelions Volontaire,

la

trouver

III. §. i f ^.

M. Wolf le déduit

efpèce de grande République ÇCivitatis

par

la

Heurcufemeiit pour
grand homme.
pas difficile de démontrer le contraire , &

commencement de mon Ouvrage
diffère entièrement de M. Wolf dans

Dès
que

,

de

fuis mortifié

je

fi

mêmes

fur cette queftion

&

xvri

Nature elle-même

de

Gens

,

l'idée

d'une

Maxi?n^^

que

inilituée

& de laquelle toutes les Nations du

,

Suivant lui, le Droit des Gens
Vdlûtitaire fera comme le Droit Civil de cette grande RépuCette idée ne me fatisfait point , & je ne trouve la
blique.

Monde

font les

Membres.

ficlion d'une pareille

République

ni bien julle

ni alfez foli-

,

de pour en déduire les régies d'un Droit des Gens univcrfel
& néceffairement admis entre les Etats fouverains. Je ne
reconnois point d'autre Société naturelle entre les Nations ,
que celle-là même que la Nature a établie entre tous les hom-

mes,

Ileîlde Teffence de toute Société

que chaque membre
Corps de

la

commander

Société

,

à tous les

ait

&

Q\\\\ç. {Civitatis)

cédé une partie de

qu'il

y

membres

fes droits

au

une Autorité capable de
de leur donner desLoix,

ait
,

On ne peut
de contraindre ceux qui refuferoient d'obéir.
rien concevoir, ni rien fuppofër de femblable entre les Nations.

Chaque Etat Souverain

ment, indépendant de tous

fe

prétend

les autres.

fuivantM. Wolf lui-même être confidérés

,

Ils

&

efl

effedive-

doivent tous,

comme

autant de

PREFACE.

xviîi

dans Tétat de Naqui vivent enfemble
ne reconnoillènt d'autres Loix que celles de la Nature

particuliers libres

&
même
Uire

,

ou de Ton Auteur.

,

Or

Société générale entre tous les
faits tels qu'ils

mais

,•

hommes

,

établi

elle

comme

il

une

lorsqu'elle les a

ontabfolumentbefoin du fécoursde leurs

blables, pour vivre

vivre

Nature a bien

la

fera-

hommes

convient à des

de

ne leur a point impofé précifément Tobli-

& fi tous
gation d€ s'unir en Société Civile proprement dite ;
iuivoient les Loix de cette bonne Mère , raflujettifTement
à une Société Civile leur feroit inutile.

hcmmes

vrai

Il eft

que

les

étant bien éloignés d'obferver volontairement en-

ti'eux les règles de la Loi Naturelle

comme

Aiïbciation Politique,

,

ils

ont eu recours à une

au feul remède convenable

dépravation du grand nombre , au feul moyen
d'aflûrer l'état des bons
de contenir les médians ; Et la Loi

contre

la

&

Naturelle elle-même approuve cet Etabliflement.
efl:

il

de fentir qu'une Société Civile entre les Nations n'eft

aifé

point aufli nécelTaire
tre

Mais

les

Nature

à beaucoup près , qu'elle

l'a

été en-

On ne

peut donc pas dire que
recommande également, bien moins qu'elle

particuliers.
la

,

Les

prefcrive.

particuliers font

tels,

&

ils

la

la
fi

peuvent

peu de chofe par eux-mêmes , qu'ils ne fçauroient guéres fe
Mais dès
palier du fécours & des Loix de la Société Civile.
qu'un nombre confidérable fe font unis fous un même Gouvernement , ils fe trouvent en état de pourvoir à la plupart
de leurs befoins, &le fécours des autres Sociétés Politiques

ne leur
l'ell:

à

eft

un

point auîfi nécelTaire

particulier.

,

que celui des

Ces Sociétés ont encore

,

particuliers
il

eft vrai

,

de

PREFACE.

xîx

&de commercer entr'elmême obligées; nul homme ne pou-

de grands motifs de comamnicjuer
les, 6c elles

font

y

fans de

vant,

bonnes

homme.

Mais

rai Tons

rcfufer

,

fon fécours

un

à

Loi Naturelle peut luffire pour réLes Etats fe congler ce commerce, cette correfpondance.
Ce n'efi: point d'orduifent autrement que des particuliers.
autre

la

ou Taveugle impétuofité d'un feul , qui en
réfolutions , qui détermine les démarches publi-

dinaire le caprice

forme

les

ques

On Y apporte plus de

:

confpedion
tantes

,

Et dans

:

on s*arrange

plus de lenteur

,

occafions épineufes

les
,

confeil

on

met en

fe

& de cir-

ou impor-

,

règle par le

moyen

des Traités. Ajoutez que Tindépendance eil même néceflaire
à chaque Etat, pour s'acquitter exademenc de ce
qu*il fe
doit à

foi-

même &

de ce

qu'il doit

gouverner de la manière qui
Hiffit donc , encore un coup

ment

à ce qu'exige d'elles

établie entre tous les

M.

îa

aux Cicoyens

lui efl la plus
,

que

les

,

&

pour

convenable.

Nations

Société naturelle

&

fe

fe
Il

confor-

générale

,

hommes.

Wolf

rigueur du Droit Naturel ne
cette fociété
peut être toujours fuîvie dans ce commerce
des Peuples ; il faut y faire des changemens , lesquels
dit

Mais,

,

la

&

vous ne fçauriez déduire que de cette idée d'une efpèce de
grande République des Nations, dont les Loix, didées par

& fondées fur la nécefTité régleront ces clianfaire au Droit Naturel & Néceflaire des Gens,

la faine raifon

gemens

à

comme

les

dans un Etat

,

Loix Civiles déterminent ceux
,

au Droit Naturel des
)(

qu'il faut faire,

particuliers.

2

Je ne fens
pas

PREFACE.

XX

de cette conféquence, &fofe me promettre
voir dans cet Ouvrage , que toutes les modifications,

pas

la nécefTité

de

faire

tous les changemens , en un mot,
dans les atlaires des Nations , à la rigueur
dont fe forme le Droit des Gens Volon^

toutes les reflridions
qu'il faut apporter

du Droit Naturel

,

,

&

,

que tous ces changemens 5 dis- je, le déduifentdela
Liberté naturelle des Nations , des intérêts de leur falut
taire

'^

commun

de

nature de leur correfpondance mutuelle , de
leurs Devoirs réciproques ,
des diirinclions de Droit mer,

la

&

ne

& externe

,

comme M. Woif

& imparfait

en ralfonnant à-peu-prés
a raifonné à Tégard des particuliers, dans

parfait

Ton Traité du Droit de

On voit
vertu de

la

la

,

Nature.

dans ce Traité

comment

,

Liberté naturelle

,

les règles

un chacun dans fa Confcience, par
faire l'application

,

en

doivent être admifes dans le

Droit externe , ne détruifent point l'obligation

de

qui

,

le

,

impofée à

Droit /«/^rw^'.

Il ell aifé

de cette Doélrine aux Nations

,

&

de

en diftinguant foigneufement le Droit ^>/terne èiXiiVimxi externe ^ c'eft-à-dire le Droit des Gens Nécef
à ne point fe permettre
faire du Droit des Gens Volontaire ,
leur apprendre

,

tout ce qu'elles peuvent faire

muables du juRe

& la

voix de

la

impunément 5

fi

les

Loix im-

Confcience ne l'approuvent.

Les Nations étant également obligées d'adm.ettre enexceptions & ces modifications apportées à la rigueur du Droit Nécejfaire , foit qu*on ks déduife de l'idée
d'une grande République , dont on conçoit que tous les Peutr'elles ces

ples font

membres

,

foit

qu'on

les tire

des fources où je

me

pro-

PREFACE.

xxr

propofe de les chercher; rien, n'empêche que Ton n'appelle
fe Droit qui en refaite Droit des Gens Volontaire 5 pour le diltinguer du Droit des

Les noms font

ce.

fortes de Droit

bon en

foi

Nccejjaire

interne

,

aflez indift'érens

& de Confcien»

Ce qui

:

efl:

véritable-

c'ed de diitinguer ibigneuièment ces deux

ment important j

&

Gens

de ne jamais confondre ce qui eO; julle
avec ce qui ed feulement toléré par nécefafin

,

,

fité.

Le

Droit des Gens Neceffaire

taire font

cun à

donc

établi:)

manière

la

Nations

&

& l'autre

fun

Le premier

:

& le

Droit des Gens Volon-

par

la

Nature; mais cha-

comme une

,

Loi facrée

,

Souverains doivent refpefterSc fuivre
dans toutes leurs adions ; le fécond , comme une règle 5

que

les

que

le

&

bien

dans hs

les

com.mun

le falut

affaires qu'ils

les

obligent d'açîmcttre,

ont enfemble.

Le Droit Nécejjaire
cette Mère commu-

procède immédiatement de

la

Nature

;

ne dos hommes recommande Tobfervation du Droit des
iTens Vobnîdire
fe

trouvent

aflaires.

8c

les

^

en confidération de fétat où

unes avec

les autres

Ce double Droit

conlrans

,

cipal iliietde

Il eft

eit fufceptibîe

mon

,

,

& pour

Nations

les

bien de leurs

le

fondé fur des Principes certains

de démonftration

:

Il

fera le prin-

,

que

Ouvrage.

une autre efpèce de Droit des Gens

teurs appellent Arbitraire

les

Au-

parce qu'il vient de la volonté ,
ou du confentement des Nations. Les Etats , de même
,

peuvent acquérir des

&

contrac-

que

les particuliers

ter

des obligations par des engagemens exprès, par des

,

)(

3

droits

Pac-

PREFACE.

xxTî
Pacles

&

ventionnel

des Traités

:

vent encore

fe lier

en

réfulte

un Droit

aux Contradans.

particulier

,

Il

un confentement

par

Gens

des

Con^

Les Nations peu-

tacite

;

C'efîlà-dtfrus

que les mœurs ont introduit parmi les
Peuples & qui forme la Coutume des Nations , ou le Droit
Il eli évident
des Gens fondé fur la Coutume.
que ce Droit
tout ce
qu'eft fondé
,

ne peut impofer quelque obligation qu'aux Nations feules

maximes

qui en ont adopté les

Droit particulier

& l'autre tirent
crit

ou

aux

.

de

même

par
le

que

un long

Droit Conventionnel, L'un

toute leur force du Droit Naturel

Nations l'obiervation de leurs

Ce même Droit Naturel

tacites.

qui prei^

j

engagemens, exprès

doit régler la conduite

des Etats, par rapport aux Traités qu'ils concluent

Coutumes

Je dois

qu'ils adoptent.

Principes généraux

& les Règles

,

un

C'eft

ufâge.

me

que

,

aux

borner à donner

la

les

Loi Naturelle four-

diredion des Souverains à cet égard Le détail
à^s différens Traités & à^^ diverfes Coutumes des Peuples

nit

la

pour

:

appartient à l'Hiftoire

,

& non

pas à

un Traité fyftématique

du Droit des Gens.

Un

pareil Traité doit confifter principalement

,

comme

dans une application judicieufe
raifonnée des Principes de la Loi Naturelle aux Affaires

nous l'avons déjà obfervé

,

à la conduite des Nations

&

des Souverains.

&
&

L'étude du

Droit des Gens fuppofe donc une connoifiance préalable du
Droit N aturel ordinaire.
Je fuppofe en effet , au- moins à un
certain point

pendant,

,

cette connoilTance dans

comme on

n'aime point à

mes Ledeurs.

aller

Ce-

chercher ailleurs
les

PREFACE,

xxîii

preuves de ce qu'un Auteur avance, j'ai pris foin d'établir
en peu de mots les plus importans de ces Principes du Droit
Naturel , dont j'avois à faire l'application aux Nations.

les

Mais

point cru que, pour les démontrer,

je n'ai

il

fallût

&

toujours remonter jusques à leurs premiers fondemens ,
les appuyer fur des
je me fuis quelquefois contenté de
Vérités
foi

reconnues de tout Ledeur de bonne-

,

fans poufler i'analyfe plus loin.

,

fuaderj
cipe

communes

qui ne

,

foit

me

fuHit de per-

ne rien avancer

cet effet, de

&pour

Il

comme Prin-

facilement admis par toute perfonne

rai-

fonnable.

Le Droit

des

Gens

pour eux principalement
doit l'écrire.

&

&

j

Il intérelTe

l'étude de fes

la

efl;

des Souverains.

pour leurs Miniftres

véritablement tous

maximes convient,

à tous les Citoyens

Mais

:

aux Confeils des Nations

les

,

C'eft

qu'on

hommes;

dans un pays libre,

importeroit peu d'en inifrui-

il

re feulement des particuliers

les

Loi

,

qui ne font

point appelles

&

,
qui n'en déterminent point
Si les ConducTteurs des
Peuples , fi tous

démarches.

ceux qui font employés dans les affaires publiques daignoient faire une étude férieufe d'une Science , qui devroit ctre leur Loi
roit-on pas

On
dans

delTus

les

jours

Société Civile:

du Droit

Civil

marches des Nations
conféquences

quels fruits ne pourTraité du Droit des Gens?

leur bouffole

attendre d'un

fent tous
la

&

,

&

bon

,

ceux d'un bon Corps de Loix

Le Droit

des

Gens

eft

,

autant au-

dans fon importance , que les dédes Souverains furpalTent dans leurs

celles des particuliers.

Mais

P

XXIV

R E F A C

Eo

Mais une funefte expérience ne prouve que trop, combien peu ceux qui font à la tête des Atïaires fe mettent eri
peine du Droit , ià où ils efpérent trouver leur avantage^
Contens de s'appliquer à une Politique, louvent raullè,
puisqu'elle eïi fouvent injufte; la plupart croieuten avoir
afiez tait

quand

,

dire des Etats

,

ils

ce qu'on a reconnu

gard des particuliers

Cependant on peut

Pont bien étudiée.

,

il

y a long-tems

^

de meilleure

qu'il n'eft point

à l'é-

&

de

plus fûre Politique, que celle qui eft fondée iur la Vertu»
CicERON , aufîi grand Maître dans la conduite d'un Etat que

dans l'Eloquence

maxime

rejetter la

reufement

&

la

la

Philorophle

,

ne

fe

contente pas de

que Pon ne peut gouverner heuRépMiquefans commettre des injtijiices ; il va jusvulgaire

,

&

il
qu'à établir le contraire , comme une vérité conftante ,
fbutient que l^on ne peut adminijîrer falutairernent les Affaires
s^ attache à la
plus exaBe jujîice (/).
publiques ^ Ji?on ne

La Providence donne de tems-en-tems au Monde des

& des

Rois

Ne

Miniftres pénétrés de cette grande vérité.

perdons point Tefpérance que îe nombre de ces iâges Condud:eurs des Nations fe multipliera quelque jour; & en attendant , que chacun de nous travaille

amener des tems

fi

,

dans

iphére

j

à

heureux.

C'eft principalement dans la

vrage à ceux de qui

il

importe

vûë de

îe

faire

plus qu'il

goûter cet Oufoit lu

&

goûté,

que
(

gredi

,

/")

^

aàhuc de Republica fuienf^dicïion ^
quo pnjjhn loiigiu; frç~
non modo falfrtm eJJ'e ijiud Jîne injuria non pojje Jcd
,
Jtnejumma jtijîitja Rsrit^Kblkam régi non ;poJJe. Cicer. fragment,

Nlhil ejl

nijî fiù

qiioti

confirmatum

hoc -jerijlinnim t
ex Lib. de Republica.

,

,

PREFACE.
j*ai

exemples aux maximes

joint des

que f ai quelquefois

été confirmé dans

mon

XXV
,*

&

idée par l'approbation d'un de

ces Miniftres, amis éclairés du

Genre -humain, &qui feuls
devroient entrer dans le Confeil des Rois.
Mais j'ai ufé
avec retenue de cet ornement. Sans jamais chercher à faire un
vain étalage d'érudition
j'ai voulu feulement délafier de
t€ms- en-tems mon Leéleur , ou rendre la dodlrine plus
,

fenfible dans

un exemple

tique des Nations

efl;

trouvé l'occafion

j'en ai

de

d'infpirer l'amour

digne de nos

ment grands

conforme aux Principes
je

j

la

me

Vertu

hommages
,

quelquefois faire voir que

;

& même

,

fuis
,

en

;

&

la pra-

lorfque

propofé fur toutes chofes
la

montrant

belle

fi

,

fi

dans quelques hommes véritablefi folidement utile , dans
quelque

J'ai pris 'la plupart de mes
frappant de l'Hifiioire.
exemples dans l'Hiftoire Moderne , comme plus intéreflans ,
trait

&

pour ne pas répéter ceux que Grotius
leurs Commentateurs ont accumulés.

Au
mens

,

refte
je

me

,

&

dans ces exemples

& dans

,

fuis étudié à n'oftenfer

Pufendorf

,

mes

&

raifonne-

perfonne, mepropodû aux Na-

fant de garder religieufement le reîped qui efl

tions

&

aux PuifTances Souveraines.

Mais

je

me

fuis fait

une Loi plus inviolable encore , de refpedler la vérité & l'inSi de lâches flatteurs du Defpotérêt du Genre- humain.
tifme s'élèvent contre mes principes , j'aurai pour moi les

hommes

vertueux

les vrais

Citoyens.

Je prendrois
dans mes Ecrits

,

les

gens de cœur

le parti

les

du

filence

lumières de

ma

)(

,

Iqs

amis des Loix ,

ne pouvois fuivre
Mais rien
Confcience.
ne

,

fi

je

PREFACE.

XXVI
ne
à

lie

la flatterie.

l'ame

&

ma plume ;
,

Je

le tréfor

je

ne

fuis

point capable de

né dans un pays , dont Ja Liberté eft
la Loi fondamentale Je puis être encore ,
Tami de toutes les Nations. Ces heureu-

&

:

,

fes circonilances

m'ont encouragé à tenter de

aux hommes par

&

cet

:

Mais

;

j'ai

mon

la foiblelfe

vu que

je ferai fatisfeit

eflimables reconnoiflent dans

me rendre utile

Je fentois

Ouvrage.

de mes talens

une tâche pénible

& le

proftituer

fuis

par m.a nailfance

mes lumières

la

travail

,

li

de

j'entreprenois

des Ledeurs

Hionnête- homme

Citoyen.

TABLE

^

)

o

(

^

TABLE
Des Livres

Idée

5

f
6
7

Chapitres

&

Paragraphes

du Tome

Droit des Gens.

Principes

^Eaque

^

c'efî:

p. x
ibid.

Elle eft

II eit immuable
9 Les Nations n'y peuvent rien changer , ni

ibid.

%
ibid.

^

^

8

De

1 1

Et entre

la

la Qiiel

ib.

fe dlfpenfer

l'obligation qu'il leur impofe
Société établie par la Nature entre tous les

10

de
ib.

hommes

Nations
but de cette Société des Nations

les

eft le

I.

PRELIMINAIRES.
^
généraux du

qu'une Nation, ou un Etat
une pedbnne morale
Définition du Droit des Gens
Comment on y conffdère les Nations ou Etats
A quelles Loix les Nations font foUmifés
En qiioiconfille originairement le Droit des Gens
Définition du Droit des Gens néceliaire

$. I.

4

,

7
g

ï^ Obligation générale qu'elle impore
T4 Explication de cette obligation
If Liberté
indépendance des Nations, ame. Loi générale
\6 Eifet de cette Liberté
du Droit internes
externes,
17 Diftia<îtions de l'obligation

ib.
ib.

^

&

&

parfaits

j*

&

9
ib.

&

10

imparfaits

18 Egalité des Nations
19 Eifet de cette égalité
^
20 Chacisne eft maitrelfe de fes adlions , quand elles n'intérciTent
pas le droit parfait des autres
21 Fondement du Droit des Gens Volontaire
o.^ Droit des Nations contre les infracleurs du Droit des Gens

2^ Règle de ce droit
24 Droit des Gens Conventionnel , ou Droit des Traités
2f Droit des Gens Coûtumier
26 Règle générale fur ce Droit
27 Droit des Gens Poiîtif
2% Maxime générale fur l'ufage du Droit nécelfairc & du Droit

il
ib.

ib.
ib.

12
i?
ib.

14
ib.

1/
1^

volontaire

a 2

LI.

TABLE
P:4:3SBaHStMU«

••^î

L

De

la

Nation

I

V R E

L

tonjidérce en elU-mhne.

CHAPITRE
Des Nations

y

ou

Etais

L

Souverains^

De l'Etat & delà Souveraineté
Droit du Corps iur les membres
de Goiivernement
5 Diverl'es cfpèccs
4 Quels jl>iic lesEaus Ibuverains

§. I.

page 17
ibid.

2,

18
ib.

par des Alliances inégales
des Fraltés de Protedion
7 Des Etats Tributaires
8 Des Etats Feudataires
9 De deux E!tars roiimis au même Prince
10 Des Etats formant une République fédérative
1 1 D'un Etat quia pafîe fous la Domination d'un autre

f Des

bLttits lies

ï9

On pji

6

ib.
ib.

ao
ib.

ib.

ai

Objets de ce Traité.

î2,

ib.

CHAPITRE

IL

Principes généraux des Devoirs (tîme Naîton envers elle'meme*
§.

Une Nation dolr. agir convenablement à fa nature
14 De la confervation & de laperleftioa d'une Nation
I

^

if Qiiel eil: le but de la Société Civile
16 Une Nation eft obligée de fe conferver
17 Et de conierver fes membres

M

droit à tout ce qui ed nécefiaire à fà confervatiou
19 Elle doit éviter tout ce qui poiirroit caufer fa dettrudiou
20 Dé Ton droit à tout ce qui peut fervir à cette fin

ib.

18

Une Nation a

2 1 Une Narion doit

&

ion état
perfectionner eiie
22 Er éviter iout ce qui eft contraire à fa perfec'tion
2^ Des Droits qxie ces obligations lui donnent

24 Exemples
2f Une Nation doit

fc

ar
25
ib.

a?
ag
ib.

ib.
fe

comioitre eile-mème

CHA-

TABLE

CHAPITRE
De

la Confiiiution de

?Etat

ïïï.

des devoirs

,

^

dés droits de la

I^ation à cet égard.
^.'XS.

De

FAutorité publique
c'efl: que la Conftitution de l'Ecat
La Nation doit choifir la mciileure

page

_

11.
x%-

Ce que

ib.

:ji.

Politiques, Fondamentales & Civiles
de l'obéiflance
Du maintien de la Conftiration ,
Droits de la Nation à l'égard de fa Conlbitution

:}2.

Elle peut réformer le

3^97,0.

Des Loix

&

gî.

aux Loix

&

:j4.

54.

Gouvernement

Et changer la Conftitution
De îa Puiuance Législative,

5f.
ib.

&

fi elle

peut changer

la

Confti-

tution

q5,

^f. La Nation ne doit s'y porter qu'avec réfervc
55. Elle eft juge de toutes les conteftations fur le

yj.

Gouverne-

ment.
57.

Aucune

$. ^8-

^9.
40.
41.

qtg.

^

Pui/îànce étrangère n'eft en droit de s'en mêler.

C

Du

H A

Souverain

,

P

î

T R E

de je s obligations

ib.

ÎV.

^

de fes droits,

Du

Souverain
que pour le falut & l'avantage de la Société
De Ton caractère répréfentatif
Il eft chargé des obligations de la Nation & revêtu de
Il

page 99.

n'eft établi

ib.

42.

fes droits

4Î.

ib.

Son devoir à l'égard de
de la Nation

la

confervation

&

de

la

perfedion

4^

Ses droits à cet égard
Il doit connoitre fa Nation
4f. Etendue de fon Pouvoir, Droits de Mftjefté
maintenir les Loix fondimien45. Le Prince doit refpecter

45.
44.

&

taies

peut changer
doit maintenir

47.

S'il

48-

Il

7,^,

de fon

Gouvernement.
:î^.

-^^it

ibid.

ib.
ib.

44.
ib.

les

&

Loix non- fondamentales

ib.

obferver celles qui fubfiftent

4r.

49. En quel fens il eft fournis aux Loix
fo. Sa perfonne eft facrée
inviolable

ib.

&

45.
fi.

Cepen-

TABLE
ft.

Cependant

Nation peut réprimer un Tyran,

la

&

fe

fouHraire

ù ibii obcilîàucc

encre

fa.

Compromis

y^.

Obéiirance que

f4.

En

ff.

DcvS Minillrcs.

4^.
Prince cSc fes fujecs
fujets doivent au SouveraLi

le

les

on peut

quels cas

j-i.

j-j.

lui réiiller

5-:^.

f5.

î^

CHAPITRE

V.

Des Etats Eledifs, SuccefTifs ou Héréditaires, ^^ de ceux
qiion
§.

f 6". Des Etats
f 7 Si les Rois
j"8

appelle

Patrimoniaux.

Ele(flifs

p.

font de véritables Souverains
héréditaires i origine du Droit de
Etats fuccelîifs

Des

électifs

&

Succefïioii

yg

f9 Autre origine , qui revient à la même
6q Autres fources, qui reviennent encore à la même
61 La Nation peut changer Tordre de Succeiîion
6% Des'Renonciations

ib.
ib.

f9
60

6^ L'ordre de Succeiîion doit ordinairement être gai'dà

6i

54 Des Régens
6f Indivifibilité des Souverainetés
66 A qui appartient le jugement des
ceiîion à une Souveraineté

62,

ib.

conteftations fur la Suc-

6\

Succeiîion ne doit point dépendre au jugement d'une PuilTance étrangère
68 Des Etats appelFés Patrimoniaux

61 Qiie

.

le

droit à

la

66
69

69 Toute véritable Souveraineté eu inaliénable
70 Devoir du Prince qui peut nommer fon Succefleur
7 r La ratification , au moins tacite . de l'Etat y eft nécelTaîre.

ib.

73
ib.

^

j^

CHAPITRE
Principaux

objets

72.

5

befoins

\

I^. Pourvoir

de la Nation,

Le but de

la Société marque au Souverain fes Devoirs.
doit procurer l'Abondance
Prendre foin qu'il y ait un nombre fuffifant d'Ouvriers

1°.

7

VI.

d^un bon Gouvernement

aux
§.

^j
ib,

11

74 Empêcher

lafortie de

P-

7?

74
ib.

ceux qui font utiles
75*

Des

TABLE.
7f Des
7<5

On

émifîaires qui les

doit encourager

débauchent

le travail

CHAPITRE
De

la

7;

^

& Tiiiduilne

ib.

VÏL

culture des Terres,

...

§.77 Utilité du Labourage
78 Police ncccliaire à cet égard ; pour la didribiition des terres
79 Pour la protcdiondes Laboureurs
go On doit mettre en honneur le Labourage
gi Obligation naturelle de cultiver
g2 Des Greniers publics.

8^.

.

Du Commerce
Utilité

intérieur

cultiver le

77
ib.

78
79

VIÎI.

Commerce,

&

extérieur.

du Commerce intérieur
du Commerce extérieur

g4
gf Utilité
g5 Obligation de

1^
ib.

la terre.

CHAPITRE
Du

V-

p.

gi
ib.

ib.
^

Commerce
Commerce

ga

intérieur

extérieur
87 Obligation de cultiver le
gg Fondement du droit de Commerce. Du Droit d'acheter
89 Du Droit de vendre
,
,
$0 Prohibition desmarchandifes étrangères
91 Nature du Droit d'acheter
92 C'elt à chaque Nation de voir comment elle veut exercer

ib.

_

g^

^^

.

ib.

gf
le

Commerce.

86"

Comment on acquiert un droit parfait à un Commerce étranger,
94 De la (impie pcrmiiTlon du Commerce.
9f Si les Droits touchant le Commerce font fujets à la prefcription.
9^

de ceux qui font fondés fur un Traité,
des Compagnies de Commerce exclulives.
97 Du Monopole
attention du Gouvernement àcec
du
Balance
Commerce,
9g
96' Imprefcriptibilité

&

m^
*>"

§.100

g7

gg

90
91

9^

égard

^9 Des Droits d'entrée

Du foin

ibi.

des

Utilité des

9?
'ii.'

CHAPITRE
^
Chemins publics

,

IX.

des Droits de Péage,

grands-chemins 3 des canaux

«Sec.

p.

ICI

94
De-

TABLE.
loi Devoirs (lu Couverncmctu à cet égard.
102 De {es Droits à ce même égard.

JbiJ.

^^

Fondement du Droic de Véagc,
104 Abus de ce Droit.
105

ibid,

ibid.

CHAPITRE
De
^ du
la

S-

Afonnoie

icf Etubh'lîemcnt de hi Monnoie.
io6 Devoirs de la Nation, ou du Prince
107 De les Droits à cet égard,

X.
Change,
p. 5^7

j

à l'égard de ]a

103 Injure qu'une Nation peut faire à l'autre

Monnoie.

5)3
,

au

fujet de la

Mon-

noico

109 D\i Change,

&

ib.

59
des Loix

C H A F

dii

I

Commerce.

T R E

ioo

Xi.

Second objet d^un bon Gouvernement , procurer la vraie félicité de
la Nation^
§.

iio

Une Nation

doit travailler à fa propre félicité.

112 Education de
11^

114
1

1

y

Des

De

On

116 La

Sciences

ici

p.

111 Inihudion.

ibid.
1h

&

loa

JeunefTe.
des Arts.

lo?

de Philoropher.
l'horf eur du vice.
doit infpirer l'amour de la vertu
Nation connoitra en cela l'intention de ceux qui

la liberté

lOf

&

107
la

log
gouvernent.
117 L'Etat, ou la perfonne publique , doit eu particulier perfedion*
fa volonté.
lier fon entendement
lop
les lumières & les vertus des
bien
de
la
au
Société
Et
118
diriger

&

iio

Citoyens,

9 Amour de la Patrie.
\lo Dans les Particuliers.

1 1 1

1 1

ib.

Nation ou l'Etat lui-même , & dans le Souverain.
122 Dcbnition du mot Patrie.
12:? Combien il ell honteux & criminel de nuire à fa Patrie,
124 Gloire des bons Citoyens 5 Exemples.

lii.

Dans

la

11 jtj

1

ib.

^

11?

114

CHA.

i

TABLE.
«an

CHAPITRE
P^ U
de

/^ P/f'/^

.

I2f De la Piété.
12^ Elle doit être

XIL

Religion,

ii5
117

p.

éclairée.

Î27 De la Religion; intérieure, extérieure.
î2S Droits des particuliers, liberté des Confcie.nces.
ijtp Etabiiffèmeiit public de la Religion , Devoirs & Droits de

ib.

ibid.
la

Na-

tion.

I

ig

119
igo Lorfqu'il n'y a point encore de Religion autorifée.
lao
ï?i Lorfqu'il y en a une établie par les Loix.
i
^z Des i3evoirs & des Droits du Souverain à l'égard de la Religion. 12 1
î^^ Dans le cas où il y a une Religion établie par les Loix.
125
ï;'4 Objet de Tes foins , & moyens qu'il doit employer.
124
i^f Deïa Tolérance.
I2f
155 Ce que doit faire le Prince , quand la Nation veut changer la
I :?7

Religion.
différence de Religion ne dépouille point

La

ronne.
1^8 Conciliation des droits

I2<5
le

Prince de fa Couibid.

^

&des

devoirs du Souverain avec ceux

des fujets.

127

1^9 Le Souverain
gion

&

doit avoir înfpedlion furies affaires de la Reliautorité fur ceux qui l'enfeignent.
128

l'on n'abulede la Religion reçue.
1^0
fur les Minières de la Religion.
du
Souverain
Autorité
i:ji
141
ibid.
142 Nature de cette Autorité.
14^ Règle à obfërver à l'égard des Eccléfiaftiques.
352
144 Récapitulation des raifons qui établiifent les droits du Souverain
en fait de Religion, avec des autorités & des exemples.
i^?
i^f
T4f Pernicieufes conféquences du fentiment contraire.
1^6
i4<5 Détail des abus. i?. La puilfance des Papes.
147 2^. Des Etnplois imporranf; conférés par une Puiflance étrangère. i;9
d'une Cour étrangère,
140
148
Sujets puiifans dépendans
Célibat des Prêtres j Couvents.
141
Prétentions énormes du Clergé i Prééminence.
14^

140

îl

doit

empêcher que

^

,

.

^

Indépendance, Immunités.

144

Immunité des biens

146
147
148

d'Eglife.

Excommunic-ation des gens en
Et des Souverains eux-mêmes,
Le Clergé tirant tout à lui ,

place.

&

trouhlant Tordre de

;^.

Argent

Loix

la

ifo

Juftice.

&

attiré à

Rome.

ifi

pratiques contraires au bien de PEtat.

b

$.

if2
ifî

Une

TABLE
^^

If 8

§.

De

Police,

la

Jujtîce

gf

doit faire régner
Loix.
faire obièrver.

Les

de la

la Juftice.

if\

p.

de bonnes

i6i Fonctions

\62

XÎÎL

Une Nation

i)"9 Etablir

ï5o

CHAPITRE

Comment

& Devoirs du

ibid.

ïf4

Prince en cette matière,

iff

doit rendre la Jufticeibid.
éclairés,
16:^ Il doit établir des Juges intégres
ifô
154 Les Tribujiaux ordinaires doivent juger des Caufes du Fifo,
ifj
16 f
doit établir des Tribunaux Souverains qui jugent déâniil

&

On

tivement.

ibidy

66 Le Priiice doit garder les formes de la Juftice.
i6-j Le Prince doit maintenir l'Autorité des Juges,

1

ter

ï

& feire

leurs fentences.

i58

De la Juftice

i<5"9

Punition des coupables

attributive. Diftribution des

Emplois

ibid,
j

fondement du droit de punir»

160
161

17° Des Loix Criminelles.
171

Delà

De

m

efure des peines.
Texécution des Loix.
17? Du droit de faire grâce.

162
i5?
\6f

174 De la Police.
'7f Du Duel, ou des Combats finguliers
^1^ Moyens d'arrêter ce déibrdre.

ibid.
ibid.

i6S

BBl^B3BBI^^a^B^^BBB^^mBI^BBivH«^H^WH^^^HEV^Dflv^Bi^HH^^Hi9^^nl^VWffJHCHlK£V^n^53^BH9 waa^^WB^HB^^^^P

CHAPITRE
Troijïème objet

d'un

§.177 Une Nation doit

De

la

go

De

la

fe fortifier

^U

XIV.

bon Gouvernement

attaques du

178

,

fe fortifier contre

18

1

contre

les

attaques

du dehors,

1

p*

^

^

1

17a
1
74

ibid,

I7f
176

^

fa puiiTance par des

illicites.

î8r La

7

ib.

Valeur.
_
Des autres vertus militaires.

182 Des richefles.
185 Revenus de l'Etat & Impôts,
184 La Nation ne doit pas augmenter

les^

dehors,

puiffance d'une Nation.
179 Multiplication des Citoyens.
ï

if9

& des récom-

penfes,

17^

yg

exécu-

puiflàhce eft relative à celle d'autrui.

moyens
ibid.

177

TABLE

CHAPITRE
De

la

Gloire

XV.

£une Nation.

1%$ Combien la Gloire eft avantageiife.
P» 178
187 Devoir delà Nation. Comment la véritable gloire s'acquiert, ib.
ib.
188 Devoir du Prince.
des
Devoir
189
igo
Citoyens.
\^i.
190 Exemple des Suites
ig:^
191 Attaquer la gloire d'une Nation , c'eft lui Faire injure.
^

CHAPITRE
De

^.

la

XVL

^

de fa foumij^
ProteBion recherchée par une Nation ^
Jion volontaire k une Puijjance étrangère,

192. De la Proteclion.
p. 18?
ibid.
195 Souniidion volontaire d'une Nation à une autre.
i84
194 Diverfss efpeces de fou million.
i9f Droit des Citoyens , quand la Nation fe foumet à une Puiifance
^

ibi.

étrangère.

196 Ces Pactes annull es par le défaut de proteAion.
iSy
186
197 Ou par l'infidélité du Protégé.
Jb,
198 Et par les entreprifes du Protedeur.
199 Comment le droit de la Nation protégée fe perd par fon
lilence.

187
utm

CHAPITRE

XVIL

Comment un Peuple peut fe féparer de TEiat dont
ou renoncer à Cobéiffance de fon
,
nen ejî pas protégé^

bre

§.

2co DiiFérence entre

le

cas préfent

&

Souverain

il
,

ejï

merti'

quand

il

ceux du Chapitre précé-

dent,

p. 188
201 Devoir des membres d'un Etat, ou des fujcts d'un Prince qui
font en danger.
ï89
^9°
loi Leur droit quand ils font abandonnés.

b 2

CIIA-

TABLE.

CHAPITRE
De
^.

?établijjement

XVÏÏI.

^une Nation dans un

pays»

Aoq. Occupatioa d'un pays parla Nation.

191

p.

192.
204 Ses droits fur le pays qu'elle occupe.
ibid.
lof Occupation de TEmpire dans un pays vacant.
ibid.
206 Autre maîùcre iroccupcr TEmpire^dans un pays libre.
207 Comment une Nation s'approprie un pays défert.
19?
ibid.
208 Oiieltion a ce fujet.
209 S'il eil permis d'occuper une partie d'un pays , dans lequel
il ne ie trouve
i9f
que des peuples errans & en petit nombre.
aïo Bes Colonies.
19S

C
De

la

Patrie

,

H

A P

Êf de

î

T R E

XÎX.

diverfes matières qui

y

ont rapport,

211 Ce que e'eft que la Patrie.
aia Des Citoyens & Naturels»
21 i Des Habitans.
214 Naturalifation.

p.

197
iWd.
198
ibid.

21 f Des enJàns de Citoyens, nés en pays étranger.
199
ibid.
216 Des eiifans nés fur racr.
217 Des enfans nés dans les Armées de TEtat , ou dans la MaiToii
de ion Miniflrè auprès d'une Cour étrangère.
200
ibid,
5ig Du Domicile,

219
220
221
222
22^
224

Des Vagabonds.

2,01

Ton peut quitter fa Patrie.
Comment on peut s*en abfcnter pour un tems.
.
Variation desLoix Politiques à cet égard,
li faut leur obéir.
Des cas où un Citoyen eil en droit de quitter la Patrie.
Des Emigransj

Si

S,2f Sources de leur droit.
225 Si le Souverain viole leur droits ilîeur fait injure.
227 Des Siippiians,

228 De l'Exil & du Bannllfcment,
229 Les exilés & les bannis ont droit dlîabiter quelque
2?o Nature de ce droit.

ibid.

20:5

204
2of
2oi
ibid.

log
ibid.

ibid.

part,

209
210

ibid.
2?î Devoir des Nations envers eux.
les punir pour d«s feutes commifes hors
de Ton Territoire.
ai i
celles
fûrcté
du
cen'eft
Genre-humain
21a
Si
intéreffentla
3:^^
poui:
qui

2^2 Une Nation ne peut

TABLE
m^,

CHAPITRE
Des Biens
5.

publics

,

communs

XX,
£$f particuliers,

:i^4 De ce que Tes Romains appelîoienc r^y conunvnes.
& leur dividon.
a?f Totalité des biens de la Nation
a^o Dnux manières d'acquérir des biens pvsblics,

p, ai?.
ibid.

,

2^7 Les revenus des biens publics fcnt riaturellement à
fition du Souverain.
2^S La Nation peut lui céder
muns:

:i,i4r

la

uilpoibid.

l'ufage

&

la

comaif

propriété des biens

ibid.
2tq9 Elle peut lui en attribuer le domaine & s'en réferver i'uC^e.
ai 5
240 Des Impôts.
241 La Nation peut fe réferver le droit de les établir.
_ib.
ibid.
24a Du Souverain qui a ce pouvoir
?.I7
24^ Devoir du Prince à l'égard des Impôts,
ibid.
244 Du Domaine éminmt attaché à la Souveraineté.
O-iS
24f De l'empire fur les chofes publiques.
0^6 Le Supérieur peut faire des Loix fur l'ulàge des biens communs, 219
220
247 De l'aliénation des biens de Communauté.
De
des
communs.
221
biens
248
l'ufage
ibid.
249 Manière dont chacun doit en jouir.
ibid.
2fo Du droit de prévention dans leur ufagc,
Du
même
cas
dans
un
autre
222
droit,
2fi
if2 De la confervation & de la réparation des biens communs, ib.
22^
If ^ Devoir h droit du Souverain à cet égard.
ibid.
2^4 Deg biens particuliers.
224
2j'f Le Souverain peut les foumettre à une police.
ib.
2f5 Des héritages.

"

a

a

CHAPITRE
De

faliénation dtr Biens publics

^

L_

^

>

XXI.

ou du Domaine,

Êf

de- celle

d'une partie de FEtat»
5.

2f7
2f8
2f9
260
261
262

La Nation peut aliéner fes Biens publics.
Devoirs d'une Nation à cet égard.

P-.^?^
ibid.

Ceux du
11

227

Prince.
ne peut 'aliéner les Biens publics.

La Nation peut
Règles à te fujet

lui
,

rb.

en donner le droit.
pour les Traités de Nation à Nation.

b

9

26:;

228
ib.

De

TABLE.
5to:?

De

l'aliénation d'une partie

de

l'Etat.

Î3i9

aô4 Droit de ceux qu'on veut démembrer.
26r Si le Prince aie pouvoir de démembrer l'Etat,

CHAPITRE
Des Fleuves
,

j

des

2^o
aji

XXn.

Rivières

^

des Lacs*

p. a^
166 D'un fleuve qui fépare deux territoires.
ailleurs.
23 f
2g7 Du lit d'une rivière qui tarit , ou qui prsnd fonceurs
ib.
268 Du Droit d'Alîuvion.
droits fur le
aux
l'Alluvion
Si
quelque
changement
apporte
269
2 5 «5
fleuve,
^
ibid.
fon
le
fleuve
cours.
arrive
ce
De
change
quand
qui
2170
237
271 Des ouvrages tendans à détourner le courrant.^
ibid.
272 Ou en général préjudiciables aux droits d'autrui.
font en contradidion.
2^g
27^ Règles au fujet de deux droits qui
^

_

274 Des Lacs.
27 y Des accroiiTemens d'un lac.
27^ Des aterriffemens formés fur
277
27 S

Du

lit

De

de

d'un
la

2^9
ibid.
le

bord d'un

les lacs

&

les rivières,

CHAPITRE
De
S-

^79
280

De

242^

lac,

ib.

lac délféché,

Jurisdidion fur

_

la

ibid.

XXni.

Mer.

mer & de fon ufage,
^
mer peut être occupée Â-foumife à

!a

Si la

_

la

Domination,

P*.,^f^ï

ibid.

Perfonne n'eft endroit de s'aproprier l'ufagede la pleine mer. ib.
24r
282 La Nation qui veut en exclure wwz autre, lui fait injure,
ibid.
o.%i Elle fait mêm.e injure à toutes les Nations.

.181

584

Elle peut acquérir

nu

droit exclufif par des Traités.
par un long ufage.

Mais non par prefcription

&

ibid.

28 f
•X%6 Si et n'eft en vertu d'un pacte tacite
287 La mer près des côtes peut être fonmifeà la propriété
288 Autre raifon de s'approprier la mer voifine des côtes

24^

2€9 Jusqu'où cette polfefîion peut s'étendre
2,90 Des rivages & des ports
291 Des bayes & des détroits

249
2fi

ib.

247
ib.

ib.

^Sl Des

TABLE
292 Des détroits en particulier

2p,

Du droit

de naufrage
^
mer
enclavée dans les terres d'une Nation
D'une
294
%^f Les parties de la mer occupées par une FuiiTancc font de fa

29g

ib.

2y^
ib.

Jurisdiclion

LIVRE
De U Nation

confidérée

avec

les

IL
dans fes relations

autres*

^#

CHAPITRE

L

Des Devoirs communs (Tune Nation envers
Offices

de ^humanité entre

les

Fondement des Devoirs communs & m.utuels
2 OfHces d'Immanitc & leur fondement

$. I.

^

4
f

les

autres

y

ou des

Nations,
des Nations

p.

2f7

Principe général de tous les Devoirs mutuels des Nations
Devoirs d'une Nation pour !a confervation des autres
Elle doit affilier un peuple défolé par la famine
par d'autres

2f 8
2^9

&

calamités

Contribuera la perfeclion des autres
7 Mais non point par force
8 Du droit de demander les Ofliccs d'humanité
9 Du droit de juger fi on peut les accorder
10 Une Nation n'en peut contraindre une autre à lui rendre ces
OlKces , dont le refus n'ell pas une injure
De l'amour mutuel des Nations
i I
12 Chacune doit cultiver l'amitié des autres
î
5 Se perfectionner en vue de l'utilité des autres, & leur donner
de bons exemples
14 Prendre foin de leur gloire
La différence de Religion ne doit pas empèchci' de rendre les
j6"

iff

260
261

2^2
265
254
ib,

25f
ib.

ib.

266

j

Offices de l'humanité
Règle &. mefure des OfHces d'humanité
17 Limitation particulière à l'égard du Prince
îS Aucune Nation ne doit lézer lesauties

16

ib.

2^7

270
271
19 Des

TABLE.
ï9 Des oiîenfcs
20 Mail vaife coutume des Anciens

a; 2

27;

CHAPITRE
Du
311.

32

Commerce mutuel

ÎI.

des Nations,

Obligation générale des Nations de comnnercer enfcmble

p.

Commerce
du Commerce

Elles doivent favorifer le

2^

De la liberté

24
2f

Du droit de commercer qui
G'eft à

chacune de juger

fi

274
27 f
ib.

appartient aux Nations
elle eft dans le cas d'exercer

ib.
le

Commerce

276"

''

des Traîtés'de Commerce
27 Règle générale fur ces Traités
28 Devoir des Nations qui font ces Traités
29 Traités perpétuels, ou àtems, ou révocables à volonté
:^o On ne peut rien accorder à un tiers contre la teneur d'un Traité
9 1 Comment il efï permis de s'ôter par un Traité la liberté de

26 Néceffité

277
ib.

27 8
ib.

279

commercer avec d'autres peuples
ib.
^2 Une Nation peut relireindre ion Commerce enfavsur d'une autre 280
; ^

Elle peut s'approprier uri

Commerce

ib.

^4 Des Confuls

De

la

282.

CHAPITRE
^

Dignité

III.

de l'égalité des Nations

,

des Titres

£5f autres marques ^bonnêur*
5.

^f De îa Dignité des Nations eu Etats Souverains
p, %%^
ib,
%S De leur égalité
^1 DelaPréfcance
2%G
ib.
^g La forme du Gouvernement n''y fait rîen
j9 \^n Etat doit garder fon rang malgré ie changement dans la
forme du Gouvernement,
287
ibid.
40 11 faut obferver à cet égard les Traités & Tufage établi,
41 Du nom & des honneurs attribués pat la Nation à fon Condudeur,
2S8
42 Si le Souverain peut s'attribuei- le titre & les honneurs qu'il
veut,
290
,

^

4^

Du

^

droit des autres Nations à cet ég-ard,

ibi.

44De

TABLE
44 De leur devoir
4f Comment on peut s'aflurer !es titres & les honneurs
46 On doit fe conformer à Tufaga général
4/ Des égards mutuels que les Souverains fe doivent
48 Comment un Souveiaia doit maintenir fa Dignité

CHAPITRE
^

Du
§.

49.

fo
fi

f2
y^

^4
ff

f6
fj

î

î»-'a9o

291

29a
ib.

29 1

V-

des effets de la Souveraineté
Droit de fureté ^
? indépendance des Nations,

Du Droic de

^

fûieté

p.

De

CHAPITRE
De
§.

%9f

ib.
produit le droitde réfifter
Et celui de pourfuivrela îéparatîon
296
ib,
Et ie droit de punir
ib,
Droit de tous les peuples contre une Nation malfaifante
Aucune Nation n'eft endroit de fe mêler du Gouvernement
d'une autre
297
Un Souverain ne peut s'ériger en juge de la conduite d'un autre ib,
Comment il eft permis d'entrer dans la querelle d'un Souverain
avec fon peuple
3198
Droit de ne pas foulfrir que des PuiiTances étrangères fe mêlent
II

des affaires du Gouvernement
ces mèines Droits , à i^égard de la Religion
5*9 Aucune Nation ne peut être contrainte à î'ygard de la Religion
5o Des offices d'humanité en cette matière , des Miiîionnaires
61 Circonfpeclion dont on doit ufer
6i Ce que peut faire un Souverain en tkveut de ceux qui profeffent faFvebgion dans un autre Etat

f8

de

Juitice

fè faire

ib.

^o^

304

la

les

Nations*

Société

humaine

^oS

& d'obferver- la
jb.
ib,

5r Droit de ne pas fouf&ir l'injuftice
66 Ce droit eft parfait
67 II produit lo. le droitde défenfe
6Z 2^. Celui de

ib.

^oz

V.

robfervation de la Jujîice entre

^^ NécefRté de l'obftrvation de la Juftice dans
^4 Obligation de toutes les Nations de cultiver

goe

?p7
ib.
ib-

rendre juftice
c

69 Droit

TABLE,
69 Droit de punir un
70 Droit de

ment

!ii

^07

iitiufte

toiites ies

Nations contre

celle

qui méprife ouverteib.

Juflicc;

CHAPITRE
De

la

part que

la

VI.

Nation peut avoir aux aSions de
fis Citoyens»

§.71 Le Souverain doit venger les injures deTEtat, & protéger
Icî, Citoyens
^
^
ne
II
doiupoinc foutïlir que fcs i a jets oifenfent les autres Na72
tions ou leurs Citoyens
7^ On ne peut imputer à l.i Nation les aclions des particuliers
74 A moins qu'elle ne les approuve, ou qu'elle na les ratifie
7f Conduire que doit tenir Toffenfé
75 Devoir du Souverain de rafrgreireur
77 S'il refufe juftice , il prend part à la £mte & à l'offenfe
78 Autre cas où la Nation cft tenue des faits des Citoyens
^

p.

^09
10

?

ib.

511
ib.

ib.

5

iz

^

i

^

Ctî

CHAPITRE
Des
§.

effets

du Domaine entre

VIL
les

Nations^

79 Effet général du Domaine
go De ce qui eît compris dan? le Domaine d'une Nation
g I Les biens des Citoyens font biens de la Nation , à l'égard des
Nations étrangères
ga Conféquence de ce principe
83 Connexion du Domaine de la Nation avec l'Empire
84 jurisdidion
8r FiTers de la Jurisdîdion pour los pays étrangers
\<6

Des

lieux déferts

& incultes

87 Devoir de la Nation à cet égard
S8 D^ drojt d'occuper les choies qui n'appartiennent à perfonne
89 Droits accordés à une autre Nation
90 îl n'eft pas permis de chalfer une Nation \\\i pays qu'elle habite
S i Ni d'étendre par la violence les bornes de fon Empire
faut délimiter foigneufemcnt les Territoires
95 Delà violation du territoire
94 De la déienfe d'encrer daiisle territoire

92

11

T4

p. ?

ib.

q

î

f

i^iS
ib.

217
gig
519
^ao
52 1
ib,

^iz
ib.
g^:?
ib.

^24
9f D'une

TABLE
9f D\inc tôrre occupée en raème-tems par pludeurs Natîoiis
^5 D'une terre occupée par un piirticulier
97 Familles indépendantes dans un pays
S»8 Occupation de certains lieux feulement,, ou de certains droits,

?a4

^2y
ib.

dans un pays vacant

^zj

CHAPITRE
Règles à
§.

l*

VllI.

égard, des Etrangers,

99 Idée générale de Ja conduite que

l'Etat doit tenir envers les

étrangers

loo

p. ^ag'
ib.

De l'entrée dans le territoire

ICI Les étrangers font fournis aux Loix
loz Etpuniflaiiles fuivantles Loix
ïo^ Qiiel eft le Juge de leurs différends
104 Pioceclion due aux Etrangers

^29
^^o
ib.
^:^i

lof Leurs Devoirs
106 A quelles charges ils font fujets
107 Les étrangers demeurent membres de leur Nation
108 L'Etat n'a aucun droit fur laperfonne d'un étranger

q?^

109 Ni flir fes biens
lie Qiiels font les héritiers d'un étranger

5^4

iix
12

ï

115

^^2/
ib.
ib.

ib.

Du Telhment d'un étranger
Du Droit d'Aubaine
Du Droit de Traite-foraine

ib.

^^5
5?8

114 Des Immeubles polfédés par un étranger
1 1 f Mariages des étrangers

CHAPITRE
Des Droits qui

refient

à toutes

duBion du Domaine
§.

1

les

Êf

ib.

?

IX.

Nations

,

après l^intrû-

de la Propriété,

16 Quels font les droits dont les hommes ne peuvent être privés
Du droit qui refte de la Communion primitive

117
1

18

Du droit qui

refte à

1

20

I2ri

p.

540
ib,

chaque Nation fur ce qui appartient aux

autres

Î19

?9

?4i

Du Droit de néceflité
Du iJroit de fe procurer des vivres par la force
Du droit de fe fervir de chofes appartenantes à autrui
G

2

jb.
ib.

^43-

UaDu

TABLE
1

la

12^

Du
Du

droit d'^iiîever des
droit depalîîige

femmes

^42,

^^^

124 Et de fe procurer les chofes dont on a befoiii
i2f Du droit d'habiter daasuu pays étranger
126 Des choies d'un ufage inépuifable
la; Du droit d'ufage innocent
lis De la nature ae ce droiî en général
129 Etdins les cas non douteux
1 50 De rexercice de ce droit entre ies Nations

CHAPITRE
Comment une Nation

les

^45
^47
ib.

q4g
ib.

X.

doit ufer de fin âroii

/acquitter de fes Devoirs envsns

^4j'
ib.

de.

Domaine^ pour

autres^ à

l^

égard de

rutilité innocente,
|.:i5i
I

^2

n

^

1^4
î ^

f

Devoir général du propriétaire

Du paffage

innocent

Des

que

fûretés

l'on

P*

îfo
:jfi

»

?f
ib.

peut exiger

Du paflage des niarchandifes
Du féjour dans le pays

ib.

1^6 Comment on doit agir envers les étnftjgers qui demandent une
habitation perpétuelle
T ?7

?f?

Du droit provenant d'une permiiïlon générale
Du droit accordé en forme de bienfait

^f

CHAPITRE
U
De rUfucapion ^
de

140 Définition derUfbcapion

4

îff
?f^

î38
1^9 La Nation doit être ofEcieufe

XL

Prefcription entre

les

Nations,

& de la Prefcripcicn

p. ^ fj

141

Que rUfucapion & la Prefcription font de Droit Naturel

142
14^
144
I4f

De ce qui ett requis pour fonder la Prefcription ordinaire
De la Prefcription immémoriale
De celui qui allègue les raifons de fon fîlence
De celui qui témoigne fuififamment qu'il ne veut pas aban-

donner fon droit
145 Prefcription fondée fur les adions du Propriétaire

;f g
'\6i

'^6%
ib.

^f?
ib.

147 L'U-

TABLE.
&

147 L'Ufucapion
Prefcription ont Heu entre Nations
14g 11 eft plus difficile de les fonder ehtre Nattoins {ur un abandonnenient préfumé
149 Autres principes qui en font la Force
1 f o Effets du Droit des Gens Volontaire en cette matière
ï; I Du Droit des Traités , ou de la Coûtutne çn cette matière
la

CHAPITRE
Des Traités

%

If a Ce que

é^Alliance

^<îq

^54
5<5

^67

XÎL

gjf autres

Traités "Publics,

qu'un Traité.

c'eft

j-

1^66

p.

Des padions, accords, ou conventions.
ï
y4 Qui font ceux qui font les Traités,

ip

^(Jg

ibid.
ibid.

tff Si un Etat protégé peut faire des Traités
^70
\^6 Traités conclus par les Mandataires , ou Plénipotentiaires des
Souverains.

De

la validité

ib,

des Traités.

^71
rend pas nuls.
ibid.
îfp Devoir des Nations en cette matière.
97Z
ï5o Nullité des Traités pernicieux à l'Etat.
ibid.
\6\ Nullité des Traités faits pour caufe injulte ou deshonnète.
37^
16a S'il eft permis de faire Alliance avec ceux qui ne profeifent pas
if7
ifg Laléfion ne

la

les

vraie Religion.

ibid.

1^? Obligation d'obferv^r les Traités.
154 La violation d'un Traité eft une injure.

i6f
\66

On

57 f
ceux qui fubfiftent. ib.
on peur contracter avec plufieurs dans le même objet. ^75

ne peut

Comment

^74

faire des Traités contraires à

ibid.
\6i Le plus ancien Allié doit être préféré.
ibid.
1^8 Oh ne doit aucun fécours pour une guerre injuffce.
idp Divifion générale des Traités. 1°. De ceux qui concernent
des chofes déjà dues par le Droit Naturel.
^-jf
170 Delà colliiion de ces Traitésavec les Devoirs envers (bi-mème. 578
ib.
171 Des Traités où l'on promet (împlement de ne point léfcr.
172 Traités concernant des chofes qui ne font pas dues naturellement.
Des Traités égaux.
579
Traités.
580
17:^ Obligation de garder l'égalité dans les
582^
174 Différence des Traités égaux & des Alliances égales.
ibid.
i7f Des Traités inégaux & des Alliances inégales.
176 Comment ime Alliance avec diminution de Souveraineté
^87
peut annuller des Traités précédens.
177 On doit éviter autant qu'il fe peut de faire de pareilles Al_

_

ibid.

liances.

c i

178 De-

TABLE
78 Devoirs mutuels des Nations à l'égard fies Alliances inégales, ^^j
79 Dans celles qui font inégales du côté le plus haut.
588
80 Comment l'inégalité des Traités & des Alliances peut fe trouver conforme à la Loi Naturelle.
239
De
l'inégalité impofée par forme de peine.
gr
^90
dont on a parlé ailleurs.
83. Autres efpèces ,
gçt
des Traités réels.
ibid,
8 5 Des Traites pcrfonnels ,
84 Le nom des Contradans inléré duns le Traité, ne le rend

&

pas

Rf

Une

86'

Des

perfonnei,
Alliance faite par une République efi: réelle.
Traités conclus par des Rois ou autres Monarques.

^^a
ib»
^9:}

87 Traités perpétuels, ou pour un tems certain.
fes fiicceifeurs.
88 Traités faits pour un Roi
du
fait pour le bien
Traité
Royaume.
8^

^^z^.

&

90 Comment

Que

91

fe

forme

l'obligation

&

le

ibid,
ibid.

dans les cas douteux,
droit réfultans d'un Traité réel paflent

la

préfomption

ib.

,

aux Succelfeurs.
92 Des Traités accomplis ime fois pour toutes
d'une part.
95 Des Traités déjà accomplis

94

L'Alliance perfonnelle expire

,

l'un des

&

^95

confommés.

:î97
:>98

Contradans

celTe

de

40?

régner.

9f Traités perfonnels de leur nature.
9d D'une Alliance faite pour la défenfe du Roi

A

197

Royale.
^
quoi oblige une Alliance réelle

ibid.

&

de

la famille

ibid.
,

quand

le

Roi

Allié eft chalTé

du Trône.

405

CHAPITRE
De
§.

.

la

dijjolîition

Êf du

XIIL

renouvellement des Traités,

198 Extindion des Alliances à terme.
199 Du renouvelle'ment des Traités.

^'

A9S
ibid.

^

aoo Comment un Traité

fe rompt , quand il eft violé par l'un
des Contraélans.
4^7
408
201 La violation d'un Traité n*en rompt pas un autre.
^
^02 Que la violation du Traité dans ini article peut en opérer la

ibid,

rupture dans tous.

Le Traité périt avec l'un des Contradans.
ao4 Des Alliances d'un Etat qui a paflé enfuite fous

4^^

2,0^

,

^of

tion d'un autre.
Traités rompus d'un

la

Protec-

4^^

commun

accord.

41 ^r

CHA-

TABLE

CHAPITRE

XIV.

Des autres Conventions Publiques , de

celles
qui font faites par
l* Accord
de
en
Puijjances inférieures ,
particulier
appelle en.
des Conventions du Souverain avec les
Latin Sponfio,

les

^

Particuliers,
§.

2o5 Des Conventions
207

aog

faites

par

îes

Souverains.

celles qui fe font par des Puillances fnbalternes.
Des Traités faits par une perfonne publiques fans

Souverain, ou fans pouvoir

ibid.

ordre du

fuffifant.

4i(5

209 De i'Accord appelle Sponjïo.
îio L'Etat n'eft point lié par un femblable Accord.
an A quoi efl tenu le Promettant quand il eft défavoué.
a 12 A quoi eft tenu le Souverain.
215 Des Contrats prives du Souverain.
a 14 De ceux qu'il fait au nom de l'Etat avec des particuliers.
aif Ils obligent la Nation &, les Succeâeurs.
12.16 Des dettes du Souverain & de l'Etat.
217 Des Donations du Souverain.

ibid.

41g
ibid.

,

CHAPITRE
De
5.

2i8
219
220
a2[
22 z

414

p.

De

De

ce qui eft ficré

la

42^
428
429
ibid.

450
451

XV.

Foi des Traités,

parmi

les

Les Traités font facrés entre

Nations.
les Nations.

.

455
ibid.

La foi des Traités eft facrce.
4^4
Celui qui viole fes Traités viole le Droit des Gens.
ib.
Droit des Nations contre celui qui méprife la foi des Traites, ib.
22:? Atteintes données par les Papes au Droit des* Gens.
45 f
224 Cet abus autorifé par les Princes.
4:57
22f JJfiige du ferment dans les Traités. Il n'en conftitue point

225

11

227
228

II
11

Fobligation.
n'en change point

4^ g
la

nature.

4^9

ne donne point de prérogative à un Traité fur
ne peut donner force à un Traité invalide.

les autres.

229 Des alfévérations
2:50 La foi des Traités ne dépend point de la différence de
25

1

Précautions à prendre en dreliànt

les Traites.

ib.

440
ib.

Religion. 441
ib.

2?2 Des

TABLE.
3i?2

Des

441
fubtcrfiiges daiis les Traités.^
interprétation nianifeftement f^uffseft contraire
à ia fci des Traités.
44a

2^5 Combien une

a^

De

la foi

tacite.

44?

CHAPITRE
Des furet es
J.

a^f

De

la

XVI.

données pour robfervation de^ Traités^

Garentie

p« 44)"

^

donne auran droit au Garent d'interv enir dans l'exé,.
cution du Traité fans en être requis
Nature de l'obligation qu'elle impofe
i-à garencle ne peut nuire au droit d'un tiers
Durée de la garentie
Des Traités de Cautionnement
Des gages, des engagement' , des hypothèques
Des droits d'une Nation fur ce qu'elle dent en engagement

i:;6 Elle ne

a?7
2^3

2^9
240
241
242,

Comment elle eft obligée delereiHtuer
244 Comment elle peut fe l'approprier

S'ils

2f?

De

2f4

Ils

la qualité des Otages
ne doivent point s'enfuir

ib.

4f2
ib.
^

ib^

fujct

4f4
|b.
ib.

4)'^
^

4/*^'

^

ib.

ib«

2f7 D'un Otage qui parvient à la Couronne
L'engagement de l'Otage finit avec le Traité
2f9 La violation du Traité lait injure aux Otages
260 Sort de rOtage , quand celui qui l'a donné manque à fcs
engagemens
25 1 Du droit fondé fur la Coutume

4ff

^

CHAPITRE
Qu'il

ib.

449

4fî

ib.

lafè

l*

ib.

4fo

afj" Si l'Otage qui meurt doit être remplacé
2^6 De celui qui prend la place d'un Otage

De

447
448

ib.

Des Otages
Quel droit on a fur les Otages
La Liberté feule des Otages eO: engagée
Quand on doit les renvoyer

peuvent être retenus pour un autre
Ils peuvent, l'être pour leurs propres faits
2fi De Tentretien des Otages
2f 2 Un fujet ne peut refufer d'aller en otage

5. 2,6%

ib.

^

24^

24f
245
247
248
249
2f o

44^

4f8
ib.

4f9

XVn*

interprétation des Traités,,

eft nécelTaire d'établir

des règles d'interprétation

p.

25?

4^0
irc»

TABLE.
Maxime générale : 11 n'eft pas permis d'interpréter ce
qui n'a pas befoin d'interprétation ^
devoit
2me. Maxime générale: Si celui qui pouvoit
s'expliquer , ne l'a pas fait ; c'eft à Ton dam
^me, Maxime générale r Ni l'un ni l'autre dés Contraclans
n'eil en droit d'interpréter l'Ade à Ton gré
4me. Maxime générale : On prend pour vrai ce qui eft fuffifamment déclaré
doit fe régler plutôt fur les paroles du prometta.nt , que
fur celles de celui qui iHpule
yri^e. Maxime générale; L'interprétation doit fe faire fuivant
des règles certaines
La foi des Traités oblige à fuivre ces règles
ire.

26^

&

2;54

25f
a5ô

On

267
258

a59
270
271
272
27?
274

Règle générale d'interprétation
On doit expliquer les termes conformément à Tufage

De

Règle à ce

Des

275"

275
277
278
279
280

470

ib.

des termes techniques

ib.

ib.

471

472

exprefîions équivoques
Règle pour ces deux cas

une

ib.

néceflité de

ne donner à un terme que le
A6le

même fcns dans un même
282 On doit rejetter toute ijaterprétation qui mène à l'abfurde
28? Et celle qui rendroit l'Adc nul & fans effet
284 ExprefTions obfcures interprétées par d'autres plus claires
du même Auteur
28r Tnterprétation fondée fur la liaifondu difcours
,

28'^ Interprétation tirée de la liaifon

& des rapports

0.9 f

Comment

478
^79

48 1

volonté

Ou

ib.

477

ib.

287 Interprétation fondée fur la raifon de l'A de
288 Du cas où plufieurs raifons ont concourra à déterminer la

294

474

des chofes

mêmes

1

46f

mentaks

quelques exprefîions figurées

De

464-

458

Des

289
290
29
292
29?

ib.

469

Des termes dont la fignification admet des dégrés

n'elt point

^6^

mots

les

De l'interprétation

28 1 Ce

ib.

ib.

fui et

réfervations

De

46'a

commun 467

l'interprétation des Traités anciens

Des chicanes fur

4^1

48^

ce qui fait la raifon fuififante d'un ade de la volonté
Interprétation extenfive , prife de la raifon de l'Ade
Des fraudes tendantes à éluder les Loix ou les PromefTes

484

De

487

l'interprétation reflricli va
éviter de tomber dans l'abfurde

Son ufagc pour
qui

,

ib.

48<5

ou dans ce

eft illicite

dans ce qui
elle

eft

trop dur

& trop

488
onéreux

ib.

doit relferrerla fignification convenablement

au fujet

d

489
295 Com-

TABLE.
29^ Comment

le chrtngemcnt (urvenu dans l'état âcs chofes peut
former une cxcçption
297 Intcrprctation d'un acle dans les cas imprévus
298 De 1.; raifoii puifedelapoilîbilitc, 8c non de la feule exiftence
d'une choie
2199 Des cxprcirions Tufceptiblcs d'un fens étendu & d'un feus

490
492
49^

plus rcirerré

ïb.

^00 Des choCç^i favorables, 8c de^ choies oJienfef
qoi Ce qui rend à l'utilité commune 8c à l'égalitc eft favorable >
le

contraire elt odieux
efl: utile à la Société

qo2 Ce qui

494
495

humaine eft favorable

eO: odieux
309 Ce qui contient une peine cft odieux
eft odieux
^'04 Ce qui rend un Afj>e nul
^of Ce qui và à chaneer l'état préfent des chofes

}

le

contraire

497
ib.

49g
eit

odieux;

le

contraire eft favorable

ib.

^c6 Des chofes mixtes

499

qoj Interprétation <ks chofes favorables
qog hîteiprctation des chofes odieufes
qc9 Exemples

foz

5 10
q

1

1

Comment on doit
De la colliilon des

l-oo

j"o4

interpréter îesacles de pure Ubér<dité
Loix ou des Traités

ire. Règle pour les cas de collidou
2me. Règle
qi4 ^me. Règle
qif 4me. Règle
qi6 )"me. Règle
qi7 dme. Règle
518 7 me. Règle
319 gme. Règle
520 9me. Règle
qzi lome. Règle
522 Remarque générale fur la manière d'obfervcr

fo6
yoj
f og

5 12

ib.

qi:^

focf

yio
fit
ib,

/i2
fiq
ib.
ib.
toiîtes Tes

Règles précédentes

f 14

CHAPITRE
De

la

manière de terminer

les

X^/IIL

différends entre les

Diredion générale fur cette matière
524 Toute Nation eft obligée de donner fatisfaclion fur

Nations»

f. 22:?

griefi

d'une

52f Commerit

les

P-

aiitre

Nations peuvent abandonner

leurs juftes griefs

fïT

lesjuftes
ib.

\q\ixs

droits

&
fi6
qx6 Des

TABLE
5a<î

Des moyens que la Loi Naturelle leur recommande pour finir
leurs difFércndsi i°. De l'Accommodement amiable

De la Tranlàclioa
q28 De la Médi:itron
729 De l'Arbitrage
:<17

ib.

^go Des Conférences & Congrès
^51 Dillindion des cas évidens Se des cas douteux
^^^2 Des droits eiientiels & des droits moins importans
q^^ Comment on a le droit derecourrirà la force dans une Caufe
douteufe
554 Et même fans tenter d'autres voies
55f Du Droit des Gens Volontaire en cette matière
?^5 Oîi doit toujours offrir des Conditions équitables
q^7 Droit du polfëfîeur, en m.atière douteufe
q:î8 Comment on doit pourfuivre la réparation d'une injure
:J59 Du Talion
940 Diverfes manières de punir, fins en venir aux armes
^41 De la rétorficm de Droit

^42 Des
54^

De

:?4^
:î47

y 19

fai

f2Z
ib.

5'24

fiy
ib.

fi/
ib.

yig
^29
f ?o
ib

f^i

répréikillcs

ce qui eft requis

ib.
pour qu'elles foicnt légitimes
biens tlles s'exercent
f^Z
L'Ktat doit dédommager ceux qui fouffrent par des répréfailles f^^
Le Souverain feui peur ordonner les Répréfailles
ib.
Comment eUes peuvent avoir lieu contre une Nation , pour
le fait de les (ujets , & en faveur des fujets lézés
^^4
ib.
Mais non en faveur dej Etrangers

944 Sur
:?4f

fi/
fig

quel'i

^48
^49 Ceux qui ont donné lieu aux répréfailles, doivent dédommager ceux qui en fouffrent
f 55
ce qui peut paiTer pour un refus défaire jufticc
De
ib.
^fo
5fi Sujets arrêtés par réprélailles
f\j
9 f 3 Droit contre ceux qui s'oppofent aux répréf lilles
P8
^ f^ De ju.ftcs répréfiilles ne donnent point un juile fujet de guerre f ^9
^^4 Comment on doit fe borner au,x réprélailles, ou en venir
cnfi.n à hi Guefie
ib»

^tSii^

DROIT

LE

DES GENS.
PRELIMINAIRES
Idée

fj*

du Droit

Principes généraux
jE

s

NAT

N s 5 ou Etats

1

'

Politiques

,

des Sociétés

des Cens.
font des Corps
^^

d'hommes

unis

,

enfenible pour procurer leur falut
leur avantage , à forces réunies.

Une

& fes
des rélblutions en

commun

pareille fociété a fes

intérêts
,*

&

,

par

elle délibère
là elle

fonne morale, qui a fon Entendement

& cjui

efl

capable d'Obligations

Ceft

à établir

&

prend

,

£^ des

& fa Volonté

propre

de Droits.

folidement les Obligations

& les

Droits

Obligations qui répondent à ce Droit»
,

les

Obligations d'un Peuple

,

tant envers

lui-même

,

qu'envers les autres , & nous découvrirons par cela même
les Droits qui réfultent de ces Obligations.
Car le Droit
n'étant autre chofe que la faculté de faire ce qui ell morale-

A

^^hti
perfonne

,

On verra dans ce Traité de quelle manière les Etats
comme tels, doivent régler toutes leurs adions. Nous
péferons

^^^

'î"'""^ ^^tion , ou un

devient une Per-

des Nations, que cet Ouvrage efl: delliné.
Le Z>^^^> ^^^
Gens efl; la fciencc du Droit qui a Heu entre les Nations^ ou
Etats

I.

& Etat

affaires

&

Ç.

^^^^

ment

f

%.

du D^ok des
^^'^'

LEDROITOESGENS.

2

ment pofiihle

,

ce qui elt bien

c'eft-à-dire

,

ce

qm

efl:

con-

fonne au Devoir,* îi eft évident que ie Droit naît du Devoir, ou de l'obligation paflive* de FObligation dans lail eft
de telle ou de telle manière,
quelle on fe trouve d'agir

donc

nécellaire qu'une

non feulement pour
mais encore pour

Te

Nation

de

Tes obligations,

de pécher contre Ton devoir $
mettre en état de conoitre avec certiéviter

ou ce

tude fes Droits ,

s'inftruife

légitimement exiger

qu'elle peut

des autres.
§'

Les Nations étant compofées d'hommes

4.

y'cSéîe ment
!îi)EtliS.""''

libres

& indépendans

Sociétés Civiles
les

Nations , ou

5

qui avant Pétabliffement des

enfembie dans Fétat de nature^

vi voient
\gs Etats

&

5

fouverains

rés conie autant de perfennes libres

dans

l'état

5

,

doivent être confîdéqui vivent entr*elles

de nature.

On prouve en
nent de

naturelle-

la

Droit Naturel, qae tous les

Nature une Liberté

hommes

tien-

& une

indépendance, qu'ils
ne peuvent perdre que par leur confentement. Les Citoiens
n'en joûiflent pas pleinement & abrolument dans l'Etat,
parce qu'ils l'ont foumife en partie au Souverain.

Corps de

la

Nation

,

l'Etat

Mais

demeure abfolument libre

5

le

& in-

dépendant, à l'égard de tous les autres hommes 5 àQS Nations
étrangères, tant qu'il ne fe foumet pas volontairement à elles,
5.

Les hommes étant fournis aux Loix de

ç.

Loiries Na- Isur
foijmifes"^

uuion en Société Civile n'aïant pu

la Nature

,

&

les foullraire à l'obli*

puisque dans cette union iis
ne celfent pas d'être hommes § la Nation entière 5 dont la

gation d'obferver ces Loix

?

Volonté

PRELIMINAIRES.
Volonté commune

n'eil

le réfultat

que

àQS Citoïens, demeure

3

des volontés réunies

foumife aux Loix de

la

Nature,

obligée à les refpei^er dans toutes fes démarches.

que le Droit

naît de l'Obligation

Pobferver {§. 5.)

la

Nation a

ç

auiTi

Et puisnous venons de

comme
les mêmes

Droits que

la

Nature donne aux hommes pour s'acquitter de leurs devoirs.
j

Il

faut

donc appliquer aux Nattons

du Droit

les régies

Naturel, pour découvrir quelles font leurs obligations oc quels
font leurs Droits; par
conféquentde Droit des Gens n'ell:
originairement autre chofe , que le Droit de la Nature appîi-

que

aux

Mais comme

Nations,

peut être judeSc raifonnable

convenable au

Gens

folt

il

fujet y

elle

ne

fe fait

tout le

même

ne

d'une manière

ne faut pas croire que

& par

précifément

fi

l'application d'une rég'e

que

le

Droit des
Droit Na-

le

aux fujetsprès, enforte
que l'on n'ait qu'à fubfl^tuer
Nations aux particuliers.
Une Société Civile , un Etat ,

turel,
les
efl

un

fujet bien différent d'un individu

humain

D'où

:

réful-

en vertu des Loix Naturelles mêmes, ^t^ Obligations & des Droits bien différens , en beaucoup de cas \ la mêtent,

me

règle générale

,

appliquée à deux fujets

opérer desdécifions femblabies, quand

ou une règle

particulière

,

très-jufte

,

ne pouvant

les fujets différent;

pour un

fujet

,

n'étant

point applicable à un fécond fujet de toute autre nature.
efl:

donc bien àz^ cas , dans lesquels

cide point d'Etat à Etat
lier à particulier. Il faut

modée aux

fujets

:

,

comme

la

îi

Loi Naturelle ne dé-

elle décideroit

de particu-

fçavoiren faire une application accom-

Et c'efti'art de l'appliquer

A

%

ainfi

,

avec une
juflelTe

î»

<^-

Me originai'
D'oft"des°

^^"^•

LEDROÏTDESGENS.

4
juftefle

une
i

fondée fur

la droite raifon

,

qui

fait

du Droit des Gens

fcience particulière.

Nous

7-

,

appelions Droit des Gens néceflaîre celui qui con-

ïl eft
daus l'applicatîon du Droit Naturel aux Nations.
^^'^^y^^ ^ parccquc îcs NatioHS font abfolument obligées à

du Droit des filte
nece

.

^tm^

Ce Droit

robferver.
turelle

contient les Préceptes que

donne aux Etats , pour qui

obligatoire

que pour

cette

les particuliers

;

Loi

n'ell:

la

Loi Na-

pas moins

puisque les Etats font

compofés d'hommes , que leurs délibérations font prifes par
des hommes , & que la Loi de la Nature oblige tous les hom-

mes

Ceft ce

fous quelque relation qu'ils agiflent.

,

même

Droit que Grotius & ceux qui le fuii^ent appellent Dr^^/V des
Gens interne , entant qu*il oblige les Nations dans la Confcien»

Puis donc que
*

^,, j-.
31 eft unmuvi-

1

bie,

nomment

Plufieurs le

ce.

application

,

fes

le

5.

îi'y

& en particulier

aux Etats 5 du Droit Naturel

comme étant

fondé fur

fur la nature de

Droit des Gens nécelfaire

eft

impofe

néceflfaire

j

le-

nature des cho-

la

l'homme

;

il

s'enfuit

que

immuable.

Dès-là que ce Droit eft immuable,

9-.

peuvent

,

Gens naturel

Droit des Gens néceiTaire confifte dans

l'on fait

que

quel eft immuable

le

auffi Droit des

& indifpenfable

;

les

&

l'obligation ou'il

Nations ne peuvent

S'Sfpenl y apporter aucun changement par leurs Conventions , ni s'en
^i^P^"^^^ elles-mêmes , ou réciproquement l'une l'autre.
ga'tion qu'^ii^

ieurmipofe.

C'cfticilc Principe
les

pas

Conventions
,

,

au moïen duquel on peut
diftinguer
ou Traités légitimes , de ceux
qui ne le font

& les Coùnmes innocentes & raifonnables de celles qui font

injuftes,

ou condamnables.

Il

PRELIMINAIRES.
ïl

eftdes chofes juftes

nécefiàire

,

& permifes par

le

f

Droit des Gens

dont les Nations peuvent convenir

entr'elles

,

ou

peuvent confacrer & fortifier par les mœurs & la CouIl en eft d'indifférentes,
fur lesquelles les Peuples

qu'elles

tume.

peuvent s'arranger
troduire telle

comme il leur plaie par

Coutume

tel

,

des Traités, ou in-

ufage qu'ils trouvent à propos.

Mais tous les Traités , toutes les Coutumes qui vont contre ce
que le Droit des Gens néceifaire prefcrit j ou défend, font illé-

Nous verrons

gitimes.

toutefois qu'ils

ne font toujours

que fuivant le Droit interne , ou de Confcience ;
raifons qui feront déduites

tels

& que par des

en leur îieu , ces Conventions

,

ces

Traités ne laifîènt pas que d'être fouvent valides parle Droit

Les Nations étant

externe»

que

adions de l'une foïent

les

& indépendantes quoiillégitimes & condamnables

libres

fuivant les Loix de la Confcience

de

les fouffrir

,

fi

ouand ces allions ne

,

les autres s'arrogeoient

fur iàcondui.te

Ce

:

L'homme
cours

bîeiïènt pas leurs droits

cft tel

-même,

&

&

une infpection

& des

en-

droits

qui feroit contre la Loi Naturelle, qui

déclare toute Nation libre

re à foi

\t^ autres font
obligées

La Liberté de cette Nation »e demeureroit pas

parfaits.

tière

,

;

de

& indépendante des
fa

autres.

nature, qu'il ne peut fe

fufîi-

qu'il a nécelTai rement befoin

du commerce de

fes

femblables

,

foit

du

pour

fé-

mes

,

»<>•,

,

foit

nourris parmi les Ours, lesquels n'avoient ni langage,

A3

établie par la

fe tous

pour fe perfedlioner & pour vivre comme il convient à un Animal raifonnable. C'eit ce que l'exOn a des exemples d'hompérience prouve fuffiramment.
conferver

S

Delafociélê
,

ni

les

°°*™^''

LEDROITHESCENS.


ni ufage de
îiiix

la raifoti

uniquement bornés

,

On

facultés fenfitives.

fufé

aux hommes

force

la

voit de plus

&

,

comme les bêtes

que

la

Nature are-

armes naturelles

les

,

,

dont

elle

a pourvu d*autres animaux ^ ieur donnant , au lieu de ces
de la raifon ; ou au moins
avantages , ceux de la parcie

&

la faculté

La

blés.

de

de

les

acquérir dans

met en

parole les

s^entr'aider

commerce de

le

état

de communiquer enfemble,

de perfedionner leur raifon

^

leurs fèmbia^

& leurs connoif.

& devenus ainfi intelligens ils trouvent mille moïens
de fe conferver & de pourvoir à leurs befoins. Chacun d'eux
fent encore en lui-même qu'il ne fçauroit vivre heureux & trafan ces

,

,*

vailler à fa

Puisdonc que

treSe

un

perfedion j fans le féeours
la

Nature a

8c îe

fait les

commerce des au*

hommes tels,

c'efi:

indice manifefte qu'elle les deiîsne à converfer enfemble,

à s'aider

&

fe fécourir

mutuellement.

Voilà d'où l'en déduit

tous les

hommes.

chacun

faiïë

pour

entre

la fociété naturelle établie

La Loi générale
les autres tout ce

de cette fociété eft

dont

ils

ont befoin

,

que

& qu'il

peut faire fans négliger ce qu'il le doit à foi- même : Loi que
tous les hommes doivent obferver , pour vivre convenable-

ment à

commun

&

pour fe conformer aux vues de leur
Créateur; Loi que notre propre falut, r.Jtre bon-

leur nature

précieux doivent rendre facrée
à chacun de nous.Telle elll'obligation générale qui nous lie à

heur

,

nos avantages

les plus

Fobfervation de nos devoirs; rempliflbns-les avec foin,

nous voulons

H

fi

fàgement à notre plus grand bien.
de fentir combien le monde feroit heureux

travailler

eil aifé

fi

PRELIMINAIRES.
fi

tous les

venons

hommes

Au

d'établir.
foi

penfer qu'à

vouloient obferver

uniquement

,

antres

rien pour les

contraire

;

tous

fi

la

chaque

7
Règle que nous

homme

& immédiatement
enfembk

ront au notre,

mens

s'il

,

ne fait

feront très-malheu-

Travaillons donc au bonheur de tous

reux.

ne veut

tous travaille-

;

& nous établirons notre félicité fur

les fonde-

les plus folides.

La Société
tution de

univerfeîîe

Nature elle-même,

la

néceilaire de la nature de

que état

du Genre-humain étant une Infti- p.

qu'ils

c'eit-à-dire

l'homme

tous les

,•

foient/ont obligés de

une conféquence

hommes, en quel-

la cultiver

& d'en remplir

ne peuvent s'en difpenfer par aucune convenLors donc qu'ils s'ution, par aucune aflbciation particulière.
niîfent en Société Civile , pour former un Etat, une Nation à

les devoirs.

Ils

peuvent bien^prendre des engagemens particuliers envers ceux avec qui ils s'aflbcient, mais ils demeurent toujours

part;ils

chargés de leurs devoirs envers

Toute

la différence

en commun

,

&

confifte

;

c'eft

du Genre-humain.

en ce qu'étant convenus

aïant remis leurs droits

té au Corps de la Société,

mun

le refte

en tout ce qui intérefle

déformais à ce Corps

,

d'agir

& fournis leur volon-

à l'Etat ,

&

le

bien corn-

à fes

Conduc-

teurs de remplir les devoirs de l'humanité envers les Etrande la liberté des particugersjdans tout ce qui ne dépend plus
c'ed à l'Etat particulièrement de les obferver avec les
liers
5

&

autres Etats.
jen

Nous avons déjà vu (§.

Société demeurent lu jets

maine leur

irapofe.

aux

f .) que des hommes «unis

que la nature huconfidérée comme une

obligations

Cette Société

,

perfonne

|nt"' les

dations.

LEDROITDESGENS.

8

perfonne morale, puisqu'elle a un entendement, une vo-

&

lonté

une force qui

lui font

vivre avec les autres Sociétés

propres

ou Etats

,

étoit obligé avant ces EtabliflTemens,

hommes

,

c'eft-à-dire fuivant les

établie dans le

Genre-humain

;

donc obligée de
comme un homme

efh

,

,

de vivre avec

Loix de

la

les autres

Société naturelle

en obfervant ks exceptions

qui peuvent naître de la différence des fujets.

<5ueieft

^^

le

^^^^^"^^^
fociete'de'
dations,

^"^
,

Société naturelle établie entre tous les

^^

^-^

jeur propre perfédion
tions

,

&

comme

coniidérées

vent enfemble dans
ver

une mutuelle affiitance pour
pour celle de leur état s & les Na-

étant qu'îls fe prêtent

l'état

entr'elies cette fociété

ciété établie par la

autant de perfonnes libres
qui vide Nature, étant obligées de culti-

humaine

;

le

but de

Nature entre toutes

les

une affiftance mutuelle, pour fe perfedionner
§•

La première Loi

n-

générale

clété dcs

générale, que

Natious nous découvre

qu'elle ini-

doit contribuer au

pofe.

bonheur

,

le

eft

but

la

grande So-

Nations
elles

eft auffi

& leur état.

même

de laSo-

que chaque Nation

& à la perfed;ion des au très

tout

ce qui eft en fon pouvoir,
§.

Mais

î4.

envers foi-même l'emportant incondevoirs envers autrui , une Nation fe

les devoirs

de Ve«r"

teftabîement fur les

obiigauon.

^^jj.

premièrement

&

préférablement à elle-même tout ce

pour fon bonheur & pour fa perfedion. (Je
ce qu'elle j?f^//, non pas feulement //>jy?^z/^/wf«/, mais

qu'elle peut faire
dis

auffi

moralement

,

ment avec juftice
,

c'eft-à-dire ce qu'elle

& honnêteté).

peut

faire légitime-

Lors donc qu'elle ne pourroit

PRELIMINAIRES.
au bien

contribuer

Toit

ticllement à foi-même
fion particulière

de rendre cet

fans fe nuire efTen-

fon obligation cefiedans cette occa-

,

& la

,

d'une autre

9

Nation

eft

cenCée dans rimpcffibilité

office.

Les Nations étant

libres

& indépendantes

les

unes des, §• ^^
Liberté & in

puisque les nommes font naturellement libres
dépendans la féconde Loi générale de leur Société efl:
autres

,

,*

chaque Nation doit être

laiifée

dans

La Société

reçus de

avec

Nature n'y font pas

la

renoncer à

les

que
de

Droits que chacune a

Aucune ne veut

refpe(fi;és.

Liberté

& elle

,

&

cette Liberté

qu'elle peut

5^

ou ne peut pas, de ce

qu'il lui

convient

&

convient pas de faire;
par conféqueut d'examiner
&de décider fi elle peut rendre quelque office à une autre,
Dans tous
fans manquer à ce qu'elle fe doit à foi même.

ou ne

lui

les cas

donc où

il

elle

ou de

,

telle

donneroit atteinte à

contrainte

que dans

,

une Nation de juger de ce que
une autre ne peut la contraindre à

appartient à

fon devoir exige d'elle
agir de telle

^^^^^^'

naturelle

il fuit
indépendance
que c*eftà
chaque Nation de juger de ce que fa Confcience exige d'elle ,

de ce

zè^Loi gé.

rompra plutôt tout commerce
qui entreprendront d'y donner atteinte.

fa

celles

De

fi

dépendanct
'

,

la paifible jouiiTance

cette Liberté, qu'elle tient de la Nature.

des Nations ne peut fubfifter,

& in-

manière.
la

Car

fi

Liberté des Nations.

contre une peribnne libre

les cas

elle l'entreprenoit

cette perfonne eft

,

Le droit de

ne nous appartient
obligée envers nous

,

à quelque chofe de particulier, par une raifon particulière,

B

qui

i^
.§•

te Liberté.

DROIT DES GENS,

LE

lo

qui ne dépend point de Ion jugement

mot
{.

17.

où nous avons un

,

dans

;

les cas

,

en

un

droit parfait contre elle.

Pour bien entendre

il eîl;

ceci,

néceiTaire d'obferver,

le Droit qui y répond, ou
deïoW^T que l'on diainguerObligation, &
en interne Se externe. L^Obligation eft inqu'elle produit ,
Dro't^.!t?^
nés & exter- f^.^„e entant
des rêeft
lie la Confcience ^

qu'elle

qu'elle

& Liparfaits. gles de notre devoir
dére relativement aux autres
,•

elle efl

prife

externe entant qu'on la confi-

hommes

&

,

qu'elle produit

L'obligation interne eft toujours
quelque droit entr'eux.
la même en nature , quoi qu'elle varie en dégrés
Mais l'obligation externe Te divife en parfaite & imparfaite , & le droit
:

de
qu'elle produit eft

même j^.'ïr/^/i?

5

on

imparfait,

hs

droir

parfait eft celui auquel fe trouve joint le droit de contrain-

dre ceux qui ne veulent pas

pond

&

,•

le é-oit imparfait eft celui

de ce droit de contrainte.
le droit

produit

que le

droit de

On

fatlsfaire à l'obligation

y ré-

qui n'eft pas accompagné

1!obligation parfaite

eft celle

qui
de contrainte | {imparfaite ne donne à autrui

demander.

comprendra maintenant fans

le droit eft

qui

difficulté,

pourquoi

toujours imparfait quand l'obligation qui y répond

dépend du jugement de celui en qui elle fe trouve. Car fi.
dans ce cas - là , on avoit droit de le contraindre , il ne dépendroit plus de \và de réfoudre ce qu'il a à faire pour obéïr

aux Loix de

fa

Confcience.

Notre obligation

imparfaite par rapport à autrui

que nous avons à
eft réftrvé

,

quand

faire noiis eft réfervé

dans toutes

les occafions

;

eft toujours

jugement de ce
ce jugement nous

le

&

où nous devons

être

libres.

Puisque

PRELIMINAIRES.
Puisque
leurs droits

les

hommes
la

Nature

font les
les

,

8c

,

que

mêmes , comme ve-

§.

ig.

"
Notions.

Nations compofées d'hom-

& confidérées comme

mes,

vivent enfemble dans
égales
les

font naturellement égaux

& leurs obligaiioiis

nant également de

n

,

&

mêmes

l'état

tiennent de
droits.

la

autant deperforines libres qui
de Nature , font naturellement

Nature

les

La puifranct: ou

mêmes

la foiblefle

obligations Se

ne produifent

,

Un. Nain eft auffî bien un
à cet égard, aucune différence.
homme , qu'un Géant Une petite République n'eft pas
moins un Etat fcniverain que le plus puiflanc Roïaume.
:

Par une

fuite néceffaire
%*

de cette égalité

m
auifi a toute

n

ce qui eft per-

,

n

-

mis à une Nation, f eit
autre, & ce qui n
pas permis à l'une , ne l'eft pas non plus à Fautre.
\

Une Nation eft donc

t

n

eît

maitreftb de fes adions, tantqu'eî*

propres & parfaits d'une autant qu'elle n'eft liée que d'une obligation interne , fans

i 19Eff^t de cette égalité.

^,

5-

=°-

Cliacune

^

eft

les n'intérelTent pas les droits

mairrefîe de

tre

quand

,

aucune obligation externe parfaite.
Si elle abufè de f-i liberté, elle pèche,* mais les autres doiveiit le fouftrir , n*aïant

aucun

pasieV^roit

autfes/^

droit de lui comm.ander.

Les Nations étant
-

eiieà

libres, indépendantes,

égales,

.

chacune devant juger en

&^Fondement
5-

Lonfcience de ce qu'elle a à faire
devoirs; l'effet de tout cela eft d'opérer,
la

pour remplir fes
au moins extérieurement & parmi

les

hommes

,

une

parfaite

égalité de droits entre les Nations, dans l'adminiftration

leurs affaires

égard à

la

& dans

la

pourfuite de leurs prétentions

juftice intrinféque

de leur Conduite

PiUtient pas aux autres de juger définitivement

B

2

,

;

dont

il

,

de

fans
n'ap-

enforce que
ce

-i.

du Droit des
'^'^^^

taire

^"^^

LEDROITDESGENS.

12

Tune

ce qui eft permis à
les

doivent être confidérées

me

aïant

un

ni à

les différends qui

Vmi ou

mais

5

on ne peut
Il eft

peuvent furvenir
,

ni

,

&

qu'el-

humaine com,

,

&

il

de fon côté

,

n'appartient

aux autres Nations de

Celle qui a tort pèche contre fa Con-

comme

il

fe

pourroit faire qu'elle eût droit

de violer

l'accufer

donc néceîTaire

s

les

Laix de

,

,

la Société.

en beaucoup d'occafions ^

Nations fouffrent certaines chofes

les

Société

la

eftet avoir la juftice

à l'autre des intéreffés

juger la queftion.
fcience

dans

,

l'autre

droit égal.

Chacune prétend en
dans

permis a

eft auiïi

bien qu'injuftes

que

& con-

damnables en elles-mêmes 5 parce quelles ne pourroients*y
oppoièr par

la

force

,

fans

violer la liberté de quelqu'une

&

fondemens de leur Société naturelle. Et puis
font obligées de cultiver cette Société > on préfume

fans détruire les
qu'elles

que toutes les Nations ont confenti au Principe
que nous venons d'établir» Les Règles qui en découlent forde droit

,

ment ce que M.

&

"W

l F appelle

le

Droit des Gens Voîmtairè

;

n'empêche que nous n'ufions du même terme , quoique nous ayons cru devoir nous écarter de cet habile homme ^ dans la manière d'établir le fondement de ce Droit.
§.

rien

Les Loix de

2i.

Nations

coti-

Société naturelle font d'une telle impor-

tance au falut de tous les Etats
fouler

teurfdu'^^^ les

Gens/''

la

de

fe

conferver

Or

que

fi

Ton s'accoutumoit

aux pieds, aucun Peuple ne pourroit

fures de fagefie
dre.

j

&
,

tous les

d'être tranquille chés-lui

,

à

fe flatter

quelques me-

& de m^odération quïl pût prenhommes & tous les Etats ont un droit par-

de

juftice

fait

PRELIMINAIRES.

13

aux chofes fans lesquelles ils ne peuvent fe conferver ;
puisque ce droit répond à une obligation indifpenfable. Donc
fait

toutes les Nations font en droit de réprimer par la force celle

qui viole ouvertement les Loix de
ture a établie entr'eîles

& le

falut

Mais

la

Na-

ou qui attaque direâ:ement

le

bien

de cette Société.
il

préjudice de

faut prendre garde de

ne pas étendre ce

Liberté des Nations.

la

Toutes

droit au

ç.

2?.

& D^flt^ "
'^^

font libres

mais obligées d*obferver les Loix de la Soque la Nature a établie entr'eîles . & tellement obligées

indépendantes
ciété

,

Société que

la

5

ont droit de réprimer celle qui viole ces Loix ;
toutes enfemble n'ont donc aucun droit fur la conduite de

que

les autres

chacune ,

entant que la Société naturelle s'y trouve
droit général
commun des Nations fur la

fino'n

intéreffée.

&

Le

conduite de tout Etat fouverain
fa

,

fe doit

mefurer fur

la fin

de

Société qui eft entr'eîles.

Les divers engagemens dans lesquels les Nations peu^^J^^
vent entrer, produifènt une nouvelle efpèce de Droit des Gens

Gens, quQ Von

2içpQih Conventionnel j

ou

de Traités,

Com-

me il eft évident qu'un Traité n'oblige que les Parties contractantes; le Droit des Gens Conventionnel n'eft point un
Droit univerfel
l'on

peut

Gens,

,

mais un Droit

faire fur cette

c'eft

de donner

particulier.

matière dans

Tout

ce que

un Traité du Droit des

les régies générales

que les Nations

doivent obferver par rapport à leurs Traités.
Le détail des
différens accords qui fe font entre certaines Nations, des
Droits & des Obligations
qui en réfultent, eft matière défait,

& appartient à l'Hiftoire.
B

3

Cer.

^^^

Con-

ou Droit dw
'r'^^'^^-

H
§;

D K O

L E
Certaines

2ç.

T D E

I

Maximes,

G K N

S

S.

pratiques, confacrées

certaines

^^ ^oug ulagc
& qiic ies Nations obrervent entrdies
comme une forte de Droit, forment Droiê àes Gens Coùtu^
mer , OU la Coiirnme des 2^ai ions. Ce Droit sfî fondé fiir le

Cens Coûta- P'^î
"'"^'*

,

là'

confentement

tacite,

ou

fi

vous voulez, for une Conven-

tion tacite des Nations qui robfervent eotr'elles.
roît qu'il n'oblige

&

que ces

mêmes Nations

II

faut don.c dire auiii de ce Droit

détail n^^n appartient point à

des

Gens

,

qui l'ont

il

pa-

adopté ^

non plus queleDr';^^ Conmn-^

qu'il n'eil: point univerfel,

iionnel

D'où

Coummkr

que

,

le

un Traité fyilématique du Droit

mais que nous devons nous borner à en donner

une théorie générale ,
être obfervées

,

c'eft- à-dire

5

tant pour fes effets

les
^

Régies qui doiveat y

que par rapport à

fa

ma«

tiéremême: Et à ce dernier égard ^ ces Régies fervirontà
diftinguer les Coutumes légitimes à, innocentes ^ des Coutumes

}

ce

bli

& illicites.

Lorsqu'une Coutume, un ufage eft généralement étafoit entre toutes les Nations policées du Monde , iait

-^:

raie iur

injuftes

,

feulement entre toutes celles d'un certain Continent 5
i'Europe par exemple

merce plus fréquent 4

,

fi

ou celles qui ont eniemble un
cette

& à plus forte raifon,

foi,

ii

Coutume

&

raifonnable

devient obligatoire pour toutes ces Nations4à
fées

y

avoir

donné

leur confentement

;

Com-

eit indifférente

elle eft utile

&

de

$

en
€^ie^

qui font cenelles font tenues à
,

Tobferver les unes envers les autres , tant qu^elles n'ont pas
déclaré expreffément ne vouloir plus la fuivre. Mais ii cette

Coutume renferme quelque chofe^d'injufle ou
c'elt

d'aucune force

5

&même

d^iilicite;

elle

toute Nation tfl obligée de
i'abaji-

PRELIMINAIRES,
l'abandonner
tre

de violer

Ces

la

ne pouvant ni

&

de Droit des Gens

Coutumisr

Car

GensPofitif,

l'obliger

,

ni lui permet-

Loi Naturelle.

trois efpèces

veniîonnel^

ils

,

Volontaire

Con-^

,

compofent enfemble le Droit des
procèdent tous de la Volonté des Na,

Droit Volontaire^ de leur conientement préPamé;
Droit Convôntionnei ^ d'un confentement exprès 5 & le Droit
le

tions,'
le

rien

,

Tf

Coutumier

y avoir

d'un confentement tacite

,

comme

il

ne peut

d'autre manière de déduire quelque Droit de la vo-

lonté des Nations 5

Gens

Et

;

il

n'y a que ces trois fortes de Droit dus

Pofîtif,

Nous aurons

foin de

Droit des Gens Naturel

,

les dillinguer

ou Nkejfaire

Mais après avoir

cependant.

;

établi fur

foigneufement du

fans les traiter à' part

chaque matière

,

ce

Droit nécelïàire prefcrit ; nous ajouterons tout de fuite,
comment pourquoi il faut en modifier les décifions par le

que

le

&

Droit Volontaire ; ou , ce qui

eft la

même

chofe en d'autres

nous expliquerons , comment en vertu de la
Liberté des Nations & des Régies de leur Société naturelle ,

termes

,

Droit externe qui doit être obfervé cntr'elles , diffère en
certaines rencontres des Maximes du Droit interne^ toule

jours

obligatoires cependant dans la

Confcience.

Quant

introduits par les Traités, ou par la Cou tli me,
n'efl point à craindre que perfonne les confonde avec le

aux Droits
il

Droit des Gens Naturel.
des Gens

,

que

les

Auteurs

Ils

forment cette efpèce de Droit

nomment Arbitraire.
Pour

§.

2 y.

Ge?!s pJatï:

LEDROITDESGENS.

16
f.

2g.

néralefur
J3"ok^nlcei-

Dnolfvo"
îontaL-e.

Pour donner dès-apréfent une direélion générale fur la
diftini^lon du Droimécûjjaire Sc d\i Droit Volontaire^ obfer^'^^^

4"^

^^

Confcience

^^^^^
,

ïiécejjairê

étant toujours obligatoire dans la

une Nation ne

doit jamais le perdre de

quand elle délibère

fur le p^rti qu'elle a à prendre

fairs à fon devoir

Mais

le

:

lorsqu'il s'agit

peut exiger des autres Etats

Volontaire

,

dont

les

Maximes

,

vue

,

pour fktisd'examiner ce qu'el-

elle doit confuiter le

Droit

font coniàcrées au falot

l'avantage de la Société univerfelle.

f

LE

^

^

17 (

)

DROIT

LE

DES GE
L

De

î

V R E L

la l^atîon ccnfidérée

m

CHAPITRE
Des Nations
Ne

,

"même,

I.

ou Etats Jôuverains*

Nation

vons

elle

,

un

Etat eH:

dit dès l'entrée

,

comme nous IV ^^ f^ ^

de cet Ouvrage

,

un

^-

J'i

souvc

rainete.

Corps Politique , ou une Société d*hoinmes
unis enlernble pour procurer leur avantage

&
Par cela

même

qui a ^^s intérêts

leur fureté à forces réunies.

que

cette multitude

communs

&

forme une Société

qui doit agir de concert

,

,

il efl:

nécefTaire qu'elle établifle une Autorité publique , pour ordonner
diriger ce que chacun doit faire relativement au

&

but de
raineté

l'affociation.
;

&

celui

,

Cette Autorité Politique eft

ou ceux qui

la

la

poITédent font

SouveSou-

le

verain.

On
litique

,

conçoit que par l'ade d'Afibciation Civile

chaque Citoïen

fe

foumet

C

à rAutoritc

,

ou Po-

du Corps

§.

en- corps

tier

2.

fur

Icsmcnxbres.

D R O

L E

iS
tier,

T

I

DES GENS,

dcinstout ce qui peut iatèrefler

h

bien

commun. Le

Droit de tous fur chaque membre appartient donc efientieîlement au Corps Politique , à TEtat ; mais l'exercice de ce

Droit peut être remis endiverfes mains
ciété en aura ordonné.
î

^

Diverfes

de la
Si le Corps
'

,
ef-

pèces de

Droit de commander

mentT^'^

Une Démocraite
toyens

,

s'il

lemenc combinées
détail

;

le

il

établit

une République
ViVi

feul

AriJîocratU

l'Etat devient

j

une

de Gouvernement peuvent être diver-

&

c^eft

ou

un Gouvernement Populaire,
remet à un certain nombre de Ci-

confie l'Empire à

trois efpêces

dans le

,

retient à foi i'Empire,

c'eft

,

le

s'il

à un Sénat

que\ enfin

Ces

;

Nation

Tuivant que la So-

^

modifiées.

Tobjet

Nous

n'entrons point

du Droit FuhHc VniverfeU

ici

II fuf-

fitau but de cet Ouvrage, d'établir les Principes généraux,^
nécelTaires pour la décifion àQS Queftions^ qui peuvent s'élever entre les Nations.

oueb

Toute NatîoH qui

font

ksEtats fou-

que forme que ce

foit

fe
,

gouverne

eïïe -

même

,

fous quel-

flms dépendance d'aucun étranger

,

Etat fouverain. Ses Droits font naturellenîent les mêque ceux de tout autre Etat, Telles font les Perfonnes

eft lin
lîies

morales

,

qui vivent enfemble dans

foumife aux Loix du Droit des Gens.

une Sociéré

naturelle

,

Pour qu'une Nation

de figurer immédiatement dans cette grande Sociéfuffit qu'elle foit véritablement fouveraine &
indépen-

ait droit

,

il

dante,

c'eft à-dire

propre autorité

qu'elle fe

gouverne elle-même, par

fk

& par fes Loix.
On

L

On

l

V.

H A

C

î.

L

P.

19

donc compter au nombre des Souverains , ces
ibnt liés à un autre pius puiilant , par une Al-

doit

Etats qui fe
iiance mcgaie

,

dans Jaquelle

comme Va

,

ne au plus pnilTànt plus dlicnneur ,

dit Arifloie

,

on don-

§.

?.

He^ptfdés
AiHanccs

au pius foible p!us de

6c

iecours-

.es

S-AS^

conditions de ces Alliances inégales peuvent varier

à Finiiniv

Mais quelles

qu'elles (bient

inférieur ie réferve la Souveraineté ^

ner par

lui ïùÈra^

*

îX

ou

doit être regardé

pendant qui commerce avec

i'Aliié

pourvu que

,

le

Droit de

fe

gouver-

comme un Etat

indé-

du

les autres fous rAutorité

Droit des G^ens,

Par co nféquènt un Etat foibie

met

,

qui pour îa fureté

ious la Protection d'un plus puifiant,
'cr

1

.

r

'

1

i

-

&
-i

,

fe

5

Ou

6

pai^df:?

s'engage, en

Traites de

^^

Protection.

\

r\

reconnoîiiance, apiuheurs devoirs équîvalens à cette Protedion , fans toutefois fé dépouiller de fon Gouvernement

&

de

fa SoîToerainsi é ;

cet Etat

,

dis je

,

ne

cefiè point

pour cela

de figurer parmi les Souverains qui ne recounoilTent d'autre
Loi que le Droit des Gens,
Il

idires.

n'y a pas plus de difficulté à Tégard des Etats TrihuCar bien qu'un Tribut paie à une puilfanceéirangè-

re diminue quelque chofe de la Dignité de ces Etats, étant

nn aveu de leur

foibîeffe;

il

lailfe fubilfter

entièrement leur

Souveraineté.

L'uiage de paier Tribut étoit autrefois trèsfrequent; les plus foibles fe rachetant par là des vexations

du

plus fort,

ou

fe

ménageant

à ce prix fa protedlion

j

fans

ceiTer d'être Souverains.

C

2

Les

S-

y-

Tributaires.

I/E

20
i

8.

Des Etats

DROIT DES GENS.

Les Nations Germaniques introduifirent un autre ufai
11
m
ccluî a*exig€r rhommage d un Etat vaincu , ou trop Foir->

i

Keudataires.

gc ,

Quelquefois même une PuiOance a donné
des Souverainetés en Fief, & des Souverains fe font rendus
ble pour réfifter.

volontairement Feudataires d'un autre.

Lorsque Thommage,

&

laiflant fubfifter

rindépendance

l'Autorité fouveraine dans l'adrainiflration de l'Etat

,

em-

porte feulement certains Devoirs envers le Seigneur du FieF^

ou

même une

fimple reconnoiflance honorifique ,

il

n*em-

pêche point que l'Etat , ou le Prince Feudataire ne foit vériLe Roi de Napies fait hommage de
tablement fouverain»
fon Roïaume au Pape :

n'en

Il

les principaux Souverains

Deux

De deui
Etats fournis

au

même

Le Roi de

Suiffey

iks Droits

que

en Guerre avec

formant

de Nation

libre

&

l'autre;

fouverai-

Prujfe eft Prince fouverain de Neufchateî en

les Neufchateîcis

chifes , pourroient fervir

fe fit

Tun envers

me-

làns aucune réunion de cette Principauté à fes autres

Etats; enforte

\o-

de FEurope.

de
nie Prince, lans aucune dépendance
^

ne.

V

pas moins compté parmi

Etats fouverains peuvent aufli être fournis au

& chacun retient tous

Prince.

eft

pas pour la

une

,

en vertu d§ leurs Fran-

PuiflTance étrangère

Roi de Prujfe , pourvu que
caufè de leur Principauté.

le

la

,

qui ieroit

Guerre ne

&

Enfin plufieurs Etats fouverains
îndépendans peuune vcnts'unir enfcmblcpar une Confédération
perpétuelle , fans

ftderadvr

chacun en particulier un Etat parfait. Ils formeront enfemble une République fédérative Les délibéra^effer d'être

;

tions

communes ne donneront aucune

atteinte à la Souverain
neté

L

I

V.

C

î.

Membre

H

A

p.

21

I.

quoiqu'elles en puilTent gêner Téxercice à certains égards , en vertu d'engagemens volontaivieté

de chaque

Une perfonne ne

res.

te

lorsqu'elle

,

eiT:

,

ceiTe point d'être libre

& indépendan-

obligée à remplir des engagemens qu'elle

a bien voulu prendre.
Telles étoient autrefois les Villes de
font aujourd'hui

les

la

Grèce

,

&

Provinces-Unies des Pays-Basytéls les

telles

Mem-

bres

du Corp Helvétique,

tre

Mais un Peuple, qui apafle fous la Domination d'un au- •r^,J^£^•J
ne fait plus un Etat , & ne peut plus fe fervir direde-

,

^^^^^jj^

ment du Droit des Gens.
yaumes que les Romains

même de ceux

part

Tels furent

les

fournirent à leur Ernpire :

honorèrent du

qu'ils

Peuples & les Ro- mination

La

plu-

nom d'Amis & d'Al-

ne formoient plus de vrais Etats. Ils fe gouvernoient ,
dans l'intérieur , par leurs propres Loix & par leurs Magif-

liés

,

trats

de

mais au dehors

,*

Rome,

liance

;

ils

ils

obligés de fuivre en tout les ordres

n'ofoient faire

ne pouvoient

Le Droit
libres

,

des

Gens

d'eux-mêmes ni Guerre

traiter

efi:

la

avec

les

Loi des Souverains

& indépendans font les Perfonnes

devons

établir les Droits

morales

:

,

Les Etats ojets" e
dont nous " "^'^^

& les Obligations dans ce

C

5

ni Al-

Nations.

Traité.

CH

A.

LE

zz

.0

R

O

T

ï

C H A F

ï

DES
T R

G E M

IL

E

î

doit agir

ks

Droits d*iine Nation nailTeni

^)

(5«

convenablement à ia

c'eil;

les autres

^

tiie-mêaie

?

m

fes

Obligations

principalement de celles dont elle^môme

Nous

eit Tubjet,

natijra.

Nanon

rium

Principes généraux des De-vôirs

Uns Nation

S,

verrons aufll que

dépendent beaucoup de
fur lesquels

ils

doivent

les

fes

Devoirs envers

Devoirs

&

fe régler

fe

envers
mefurer»

Ayant donc à traiter des Obligations & desDroits des Nations*
Tordre demande que nous coraraenclons pai* établir ce que
diacune

fa doit

à eiie-mêmei

&

fondamentale des Devoirs envers
règle générale
foi- même eft , que tout Etre moral doit vivre d'une maiiiére

La

convenable

Nation

a

fa

eil

à (à nature

un

être déterminé par les attributs eîlèntieîs

nature propre

nature.

Il eft

?

& qui

5-

qu'il n*eft

fa

j

qui

peut agir convenablement à cette

done des Avions d'une Nation ,

qui la concernent dans
venables

Une

nautr^ com^enimur vivere^

?

qualité de Nation

ou oppofées à ce qui

la

,

comme telle ^

& qui font con-

confiitoë telle

/

enforte

point indiffèrent qu'elle commette quelques-unes

de ces aftions

& qu'elle

La Loi Natu-

en omette d autres.

Devoirs à cet égard. Nous verrons dans
ce premier Livre quelle eil la conduite qu'une Nation doit te-

relle lui prefcrlt des

pour ne point îè manquer à elle-même.
en crayonner une Idée générale,

nir

H

faut d'abord
li

L

V.

I

C

I.

H

A P.

lî.

23

-,

n'eftplus de devoirs pour qui n'exifte plus

Il

Cl

?f^

,

La

la

vue

qii*en

fomme

bonheur. 5^ conferver difi perfiBionde tous devoirs envers foi- même.

Confervaiion d'une

la

,

,

Nation

confifte

Nation

ou PEtat ne

,

dans

la

u.

S

la

Cun-

fcrvation
fie

l'Affociation Politique qui la forme.

à finir

être

& de Ton

perfection

c'eR

un

De

moral n eitcnarge d obligations envers lui-même
de

&

,

^

lîi

&

PerTcc»

tion d'une

^^t^on,

durée de

Si cette afibciation vient

fubfiile plus

,

quoique

les

individus qui le compofoient exiftent encore.

La

PerfeBion d'une Nation fe trouve dans ce qui la rend

capable d'obtenir

Nation

eft/^^r/^^fV

de

la fin

Société Civile

la

lorsqu'il n'y

3

manque

;

&

Véîat d'une

rien de tout ce qui

pour arriver à cette fin. On fçait que la perfedlion d'une chofe confifte en général , dans un parfait ac-

lui eft néccflaire

cord de tout ce qui conftituë cette chofe- là

même fin.

Une Nation

étant

enfembîe en Société Civile
confpire à obtenir

Société Civile

moins

,

accord.
fait

la

,

îa

5

,

pour tendre

à la

une multitude d'hommes unis
fi

dans cette multitude tout

que l'on fepropolè, en formant une
Nation eft parfaite : Et elle le fera plus ou
approchera plus ou moins de ce parfait
la fin

félon qu'elle

De même

,

fon état externe fera plus ou moins par-

félon qu'il concourera avec la perfection intrinfèque

,

de

Nation.

Société Civile efl de procurer aux
^^^j l^\^
les
dont
ont
ils
befoin
les
chofes
néceffitoutes
^."'
Citoyens
pour
?^!^.?<^
'

Le But ou îa
j

Fin de

la

&

agrémens de

•'

tés

5

cietc Civilç.

la

commodité

les

pour leur bonheur j de

faire enforte

&

en général

que chacun

puifle jouir

la

vie

,

tran-

LEOROITDESGENS.

M

tranquillement ^ujten
fe défendlre

&

obtenir juitice avec (ûreté; enfin de

enfemble contre toute violence du dehors.

Il eft aifé

maintenant de

fedlion d'un Etat

fe faire

ou d'une Nation

,

une jufte idée de la per-

;

il

faut

que tout y con-

çôurre au but que nous venons de marquer.
i

^6.

Une Nation
eft

obligée

rme^'^

Dans PAcle

en vertu duquel une multitude d'hommes forment enfemble un Etat , une Nation,
d'AlToeiation

,

t

engagé envers tous à procurer le bien
font engagés envers chacun à lui facili-

chaque particulier

s'efl:

commun, &tous

fe

ter Iqs

moyens de pourvoir

défendre.

Il

eft

à fes befoins

,

à le protéger

manifefte que ces engagemens

& à le

récipro-

ques ne peuvent fe remplir qu'en maintenant rAffociation
La Nation entière efl: donc obligée à maintenir
Politique.
fiée

la

comme

Et

cette Afibciation.

confervation de

la

c'eft

Nation

,

dans
il

fa

durée

s'enfuie

que con-

>

que toute Na-

tion eft obligée de fe conferver.

aux Individus que Dieu a
ne vient point aux Nations immédiatement de la Na-

Cette Obligation
créés

ture

,

,

,

naturelle

mais du Fade par lequel

Auffi n'eft-elle point abfoluë

un

dire qu'elle fuppofe
ciété.

Et

comme

les

mun confentement

fait

,

la Société Civile eft

mais hypothétique

humain

,

Pades peuvent

des Parties,

fi

fçavoir
le

formée
5

;

c'eft-à-

lePade de So-

rompre d'un com-

les particuliers

qui corn-

pofent une Nation confentoient unanimement à rompre les
nœuds qui les uniftent, il leur feroit permis de le faire , & de
détruire ainfi l'Etat

,

ou

la

Nation 5 mais ils pécheroient fansdoute

L

I

V.

I.

C

H A

M.

P.

2s

portoient à cette démarche fans de grandes
ik juftes raifons ; car les Sociétés Civiles font approuvées de

doute

,

s'ils fe

Loi Naturelle , qui les recommande aux hommes, comme le vrai moyen de pourvoir à tous leurs befoins & de trala

vailler efficacement à leur
la

Société Civile

dl

fi

Il

propre prrfedion.

utile,

û

nécelTaire

même

ya

plus

,

à tous les Ci-

toyens, que Ton peut bien re^^arder comme moralement impoffible le confentement unanime de la rompre fans nécefïi-

Ce que peuvent ou doivent

té.

faire

des Citoyens

ce que

,

peut réibudre, en certains cas de nécelïité, ou
ce font des queftions qui trouveront
de befoins prefïans

la pluralité

,*

leur place ailleurs

On

:

fans quelques principes
Il fuffit

blis.

tant

que la
obligée de
Si

pour

,

ne peut les décider folidemment
que nous n'avons pas encore éta-

le préfent d'avoir

prouvé qu'en général ,
Société Politique fubfifte , la Nation entière efl:

travailler à la maintenir.

une Nation

eft obligée

de

fe

confèrver elle-même,

§.

ne Tcft pas moins de confèrver précieufement tous fes ferver
^^
membres. Elle fe le doit à elle-même ; puisque perdre quelelle

qu'un de

fes

membres ,

confervation.
lier

,

par

un

c'eft s'afFoiblir

Elle le doit aufTi
effet

de

&

nuire à

aux Membres en

TAde même

d'AITociation

,*

fa

propre

particu-

car

ceux

qui compofent une Nation fe font unis pour leur défenfe
leur

&

commun avantage ; Nul ne peut être privé de cette union

& des fruits qu'il en attend
plit les

,

tant

que de fon côté

il

en rem-

conditions.

Le Corps de

la

Nation ne peut donc abandonner une

D

Pro-

i?fes

L E

2^

Provinee

,

partie, à

R

D.

une Ville ,

moins que

ï8.

Une Nation

e'ft

aeœiïaT-

ni

T D E
même un
ne

la néceilité

N

G.E

-S

S.

en

particulier qui

ou que
public, ne lui en faf-

l'y

contraigne

,

du

falut

Nation
Puis donc qu'une
*

eft

obligée de fe conferyer

,

fait

une Loi.

fent

a droit à

I

prîtes

les plus fortes raifons

§•

O

n^

/

r

x

p

elle

Car

a ^iroit à tout ce qui eil néceflaire à fa confervation=

Loi Naturelle nous donne droit à toutes ks chofes

,

la

fans ies-

,

Hous ne pouvons fatisfaire ànotre obligation autrement el!e nous obligeroit à rimpolTible , ou plutôt elle fe

quelles

i'madoa'^

,*

contrediroit

nous

elle-même, en nous

interdifant erl

même

tems

un devoir

prefcrivant

les feuls

Au

relie

Loi

Natm elle profcrit abfolument.

moyens de

le

&

rem-

on comprend h]Qn fans doute . que ces
moyens ne doivent pasêtreinjulles en eux-mêmes & de ceux
plir.

que

la

pour

particulière

fatisfaire

paffer

,

il

ne

;

il

li

eil

im-

en quel-

s'en préfe^te point d'autres

à une obligation générale , l'obligation doit

dans ce cas particulier

,

Comme

permette jamais de pareils moyens

poffibie qu'elle

que occafion

j

,

&

pour impofîible ,

nulle

par conféquent.

Par une conféquence bien évidente de ce qui vient d'être

5. 19Elle doit
éviter tout

dit,

î^b^G

joj^^çaufcr
fa

defiruc

20fon droit

§•

.

atout ce qui
^
cette ftn^^'

>

^gt^t

tion.

De

une Nation

doit évâter avec foin

& autant qu'il lui eft pof-

tout ce qui pourroit caufer fa defferuélion
,

cft
qui
^

la

La Nation ou

,

ou

celle

de

même chofe.
l'Etat a droit à tout ce qui
,

pour détourner un perd menaçant
Capables de caufer fa ruine
établiflent fon droit

,•

&

aux chofes

a pour

cela par les

peut

lui

fervir

t^
r
éloigner aQS choies

/i

.

1

mêmes raifons qui

nécelTaires à fa confervation.

Le

L

Le fécond

me eft de

L

V.

î

H

C

de^/oir général

on

quelle

&

5

la

Société Civile

I

L

37

& à celle de fou

travaillera fa perfection

dre le but de

P.

d'une Nation envers die-mê-

cette double perfection qui rend

Société

A

:

une Nation capable
11

cependant de ne pas

Ceft

état.

d'attein-

travailler à la fin

pour

la-

s*unit.

Corps entier de la Nation & chaque Citoyen esi parfe trouvent liés d'une double obligation; Tune ve-

nant immédiatement de

la

à travailler à fa propre perfedlion

vaille à celle de la Société Civile

d'être bien fioriflante

Citoyens.

Mais

cet

,

û

réfultant de

l'autre

tout hom-

La Nature oblige

leurs engageaieos réciproques,

me

&

Nature,

,

&

par

déjà

il

tra-

qui ne pourroit înnnquer

,

compefée que de bons
trouvant dans une Société bien

elle n'étoit

homme

réglée les plus puiflans fécours pour remplir la tâche que la

Nature

lui

meilleur
obligé

&

impofe relativement à lui-même, pour devenir
par conféquent plus heureux; il eft fans doute

de contribuer de tout fon pouvoir à rendre cette

Société parfaite.

Les Citoyens qui forment une Société Politique

s'enga-

gent tous réciproquement à avancer le bien commun & à
procurer autant qu'il fe pourra Tavantage de chaque Mem.
bre.

Puis donc que

la

perfedion de

rend propre à aflurer également
lui
jet

des

Membres

;

le

la

Société

efi:

bonheur du Corps

travailler à cette perfection eft le

des engagemens

&

àQs devoirs d'un Citoyen.

D

z

ce qui la

& ce-

grand ob-

Ceft

fur

tout

21.

doit fe per°"

çtkTcS

fèroît abfurde de s'unir en ^^^

Ici le

ticulier

'i

D R O

L E

28
tout

la

tâche du Corps entier

communes, dans
(1.

22.

Une Nation

Et éviter
tout ce qui
fil contraire

à

la

peifec

T D E

I

,

G

auflfî

comme

prévenir

N

E

dans toutes

tout ce qu'il fait

doit donc

S

les délibérations

Corps.

&

fement tout ce qui peut nuire à Ta perfedion
état , OU retarder les progrés de i*une & de
,

i

i

S.

éviter folgneu-

& à celle de

fon

i*autre.

tion.

Concluons encore, de

^\V'Des DroiW

^^

'

que ces obU- fus
donnent.

par rapport à

-*

Pavons

fait ci-def-

confervation de l'Etat C^. i8.),

la

qu'une

Nation a droit à toutes les chofes , fan s lesquelles elle ne peut
fe perfectionner elle-même & Ton état, ni
prévenir & détour.
ner tout ce qui

!•

même que nous

eft contraire à cette

Les Angiois nous

24-

double perfeétion.

fourniflent fur cette matière

pie bien digne d'attention.

unexem-

Cette iîluftre Nation fè diftin-

gue d'une manière éclatante , par fon application
qui peut rendre l'Etat plus floriOant,

Une

à tout ce

Conftitution ad-

mirable y met tout Citoyen en état de concourir à cette gran-

de

fin

,

& répand par

tout cet efprit de vrai Patriotifme

,

qui

On y voit de fimples Ci-

s'occupe avec zèle du bien public.

toyens former des entreprifes confidérables pour la Gloire
& le bien de la Nation. Et tandis qu'un mauvais Prince y
auroit les mains liées , un Roi fage & modéré y trouve les

pour le fuccès de fes glorieux deffeins.
Répréfentans du Peuple forment un lien de

plus puiflans fécours

Les Grands

& les

confiance entre

avec

lui

le

,

Monarque

&

la

Nation ,

à tout ce qui convient au Bien public

& concourrant
,

le

foulagent

en partie du fardeau du Gouvernement, affermiflTent fa PuiC
fance & lui font rendre une obéïflance d'autant plus parfaite
qu'elle eft plus volontaire.

Tout bon Citoyen voit que

la force

de

L
de

V.

I

C

I.

H A

féul.

Heureufe Conftitution

!

qui a coûté

,

venir tout d'un coup

,

29

de tous

l'Etat eft véritablement le bien

d'un

II.

P.

& non pas celui

,

à laquelle on n'a pu paril eft vrai , des ruifleaux

de fang , mais que Ton n'a point achetée ti-op ciier. Puifîe le
Luxe , cette pefte fatale aux Vertus mâles & patriotiques ,
ceMiniftre de corruption
fer jamais

fi

funefte à la Liberté,

un Monument honoraWe

ne renver^

à l'humanité

ment capable d'apprendre aux Rois combien
de commander à un Peuple libre

,

il cfl:

Monuglorieux

!

une autre Nation

îl eft

Une Noblefle

Victoires.
tes

,

illuftre

vaillante

&

fa

& fertiles Domaines pourrôient la rendre refpedable dans

toute l'Europe

tems

:

fîoriflante.

en fon pouvoir de dévenir en peu de
Mais fa Conftitution s'y oppofe ; & fon at-

Il eft

tachement à cette Conftitution
rer à'y voir apporter les

tion

& de

i'Injuftice

à fon Peuple

5

,

plus grande partie de

ou vendu

à l'Etranger

les plus fages

& les

fes

concevra

en vain

eft tel

,

l'on n'ofe eipé-

que

En

remèdes convenables.

Roi magnanime , élevé par

de

Valeur & par fes
innombrable , de vaC-

par

il

vain

un

Vertus au deffus de l'Ambiles defleins les plus falutaires

les fera

goûter à

un

la

Nation

,

arrêtera tout

;

plus néceftàires.

feul
,

la

plus faine

Député

,

à la

opiniâtre

,

& rompra les mefares
Exceftîvement jaloufe

Liberté, cette Nation a pris des précautions , qm
mettent fans-doute le Roi hors d'état de rien
entreprendre
contre la Liberté publique.
Mais ne yoit-on pas que ces mefa

fures pailent le but;
qu'elles lient les

plusfage, &lui ôtent
Liberté contre les

jufteSc le

même
res

& de

les

mains du Prince le plus

moyens

d'affurer cette

entreprifes dQS Puiffances Etrange-

rendre

la

Nation riche

& heureufe ? Ne voit-on pas

D R O

L E

30

que la Nation elle-même

&

que ^on Confeil

feul

d ;îfcco-v
>;trc eUcm: me.

Membre

I

T D E

S.

mife dans rimpuiflance d'agir

s'effc

ell livré

G E N

S

au caprice

ou à

,

la trahifon

,

d'un

?

Obfervons enfin, pour terminer ce Chapitre, qu'une
Sans cette connoiCNation doit fe connoître elle - même.
ç^^^^^^

^

^ll^

^^

p^^j. travailler

avec fuccès à

perfedion. Il
une jufle idée de fon état, afin de prendre

faut qu'elle ait

des mefures qui y foïent convenables

progrès qu'elle a déjà
qu'elle a de

fa

bon

,

faits

&ceux

;

qu'elle connoifie les

qui lui reftent à faire

,

ce

ce qu'elle renferme encore de défectueux

&

corriger l'autre. Sans cette connoit
pour* conferver l'un
fance , une Nation fe conduit au hazard
elle prend fouvent
,•

les plus fauflès

gefie

,

mefures

en imitant

la

:

Elle croit agir avec

beaucoup de

la-

conduite des Peuples réputés habiles
tel

,

telle

&nes'apperçoitpasque
règlement ,
pratique, falutaire à une Nation
eft fouvent pernicieufe à une autre.
Chaque chofe doic être conduite fuivantfa nature: Les Peuples ne peuvent être bien gouvernés , fi l'on ne fe règle fur
,

leur caradère;

& pour cela

,

il

faut connoître ce caradére.

C H

A-

L

I

V.

I.

C

H A

III.

P,

CHAPITRE
De

la Conflitution de l'Etat

31

L

1 1

des de^voirs

,

Droits de la Nation à

cet

^ des

égard,

n'avons pu éviter dans le premier Chapitre,
d'anticiper quelque peu fur la matière de ceîùi-ci.

NOus

^'•^-

.

té Publique.

On a vu déja,qne toute Société Politique doit nécefTairement
faires

établir

une Autorité publique

communes

,

,

qui ordonne des af-

qui prefcrive à chacun la conduite qu'il

&

doit tenir en

vue du bien public

fe faire obéir.

Cette Autorité appartient eifentiellement an
Société ; mais elle peut s'exercer de bien des

,

ait les

qui

Corps de la
manières : Ceft à chaque Société de choifir
vient le mieux.

moyens de

celle qui lui

con-

Le règlement fondamental

qui détermine la manière q^'^^1}^^
dont PAutorité Publique
doit être exercée eft ce qui forme que la Corv.
^
ftitutiouoe

la Conflitution de i'Eêat,
la

En eile fe

voit la

forme fous laquelle

Nation agit en qualité de Corps Politique

par qui le Peuple doit être gouverné

,

;

l'Etat.

comment &

quels font l^s droits

&

de ceux qui gouvernent. Cette Conflitution n'efl
dans le fonds autre chofe,que rétablilTement de l'ordre dans le-

les devoirs

quel une Nation fepropofe de travailler en
les

commun à obtenir

avantages en vûë desquels la Société Politique
C'eft

feclion

,

donc

la

s'eft établie.

Conflitution de l'Etat qui décide de fa per-

de fon aptitude à remplir

les fins

de

la

Société

,•

&

i

js.

doitchoifu
la meilleur^

LEDROITDESGENS.

31

par conféquent le plus grand intérêt d'une Nation qui forme
une Société Politique , fon premier
plus important devoir

&

envers elle-même eft de choifir la meilleure Conllitution
poflible& la plus convenable aux circonftances. Lorsqu'elle fait ce

ellepofe les fondemens de fa confervation ,

falut

,

de

fa

:

L^^ -^'^ ^^^^ ^^^ régies

Dtfs^ûix'pcv
lidqiics, fon-

,

perfedion & de fon bonheur Elle ne fçaudonner trop de foins à rendre ces fondemens folides.

de fon
rpit

choix

pour être obfervées dans

damentalcs

*

Sw Civiles,

porter au bien de PEtat

la

établies par TAutorité Publique

Société.

Toutes doivent

fè rap'

& des Citoyens.

faites

Les Loix qui font
direc1;ement en vue du bien public font des Loix Politi-

ques;

& dans cette claife, celles qui concernent le Corps même

& reflence

de

la

Société

,

la

forme du Gouvernement,

la

celles
manière dont l'Autorité Publique doit être exercée
en un mot, dont le concours forme la Conftitution de l'Etat,
font les Loix Fondamentales,
,•

Les Loîx

Civiles font celles qui règlent les droits

&

la

conduite des particuliers entr'eux.

Toute Nation qui ne veut pas

manquer

doit apporter tous fes foins à établir ces

ment

les

Loix fondamentales

,

elle-même

& principale-

Loix,

à les établir

à

,

dis-je

,

avec

&

d'une qianiére convenable au naturel des Peuples
à toutes les circonftances dans lesquelles ils fe trouvent ; elle

fagefle

,

doit les déterminer
afin qu'elles

éludées

&

les

demeurent

énoncer avec précifion

ftables

& qu'elles n'engendrent,

,

clarté

,

être

ne puiffent
peut, aucune dilfen-

qu'elles
s'il fe

&

tionj que d'un côté, celui, ou ceux, à qui l'exercice du

Sou-

L

V.

ï

I.

H

C

A

p.

III.

33

&

les Citoyens de l'autre,
fouverain pouvoir fera confié,
leurs droits. Ce n'eft
connoiffent également leurs devoirs

&

ici le

point

de confidérer en détail quelles doivent être

lieu

cette Conftitution

&

au Droit Public

ces
la

Loix

difcuŒon appartient

cette

;

D'ailleurs les

Politique.

Loix

&

la

Conftitution des divers Etats doivent néceffairement varier,

&

fuivant le caradère des peuples
les autres circonftances.
11 faut s*en tenir aux généralités dans le Droit des Gens.

On y

confidçre les Devoirs d'une Nation envers elle-même

principalement pour déterminer

,

conduite qu'elle doit tenir dans cette grande Société que la Nature a établie entre
Ces devoirs lui donnent des Droits , qui
tous les Peuples.
fervent à régler

Nations
tendre

,

&

à établir ce qu'elle peut exiger dos autres

& réciproquement

ce que les autres peuvent at-

d'elle.

La

Conftitution de l'Etat

tranquillité publique
litique

la

& le

gage de

,

le

la

&

fes

Loix font

bafe de

ia

la

plus ferme appui de "Autorité Po-

Liberté des Citoyens.

Mais

cette

,

Nation doit donc
refpedler 8c de

veiller fans rélâche à les faire

ceux qui gouvernent

,

& du

obéir. Attaquer la Conftitution del'Etat

un crime

i

de

la Confti.

;o.

i-obeioànce

un vain phantôme, & les meilleures Loix^"^^°^''*
fi on ne les obferve
pas religieufement. La

Conftitution eft
font inutiles

^

capital contre la Société

;

,

également

Peuple deftjné à

violerfes

Loix ,

eft

&fi ceux qui s'en ren-

dent coupables font des perfonnes revêtues d'Autorité , ils
ajoutent au Crime en lui-même un perfide abus du pouvoir
qui leur eil confié.

La Nation

doit confi:amment

E

ks

répri-

mer

DROIT DES GENS.

LE

34

avec toute

îiier

portance du

!a

vigueur
Il eft

fujet.

h vigilance

Se

que demande

l'im-

rare de voir heurter de front les

& la Conftitution d*un Etat Cefl: contre les attaques
fourdes & lentes que la Nation devroit être particulièrement

Loix

:

Les révolutions fubites frappent l'imagination
On en écrit l'hiftoire , on en développe les
des hommes
en garde.

:

relTorts

On

néglige les changemens qui arrivent inienfible-

une longue fuite de dégrés peu marqués. Ce ferendre aux Nations un fer vice important, que de montrer

ment
roit

:

,

par

par i'Hiftoire combien d'Etats ont ainfi changé totalement de

& perdu leur première Conllitution. On réveilieroit
l'attention des Peuples
& déformais remplis de cette excel-

nature

,

maxime

lente

,

non moins eflentielle en

Politique qu'en Mo-

ne fermeroient plus les yeux fur
des innovations peu confidérables en elles-mêmes, mais qui
fervent de marches , pour arriver à des
entreprifes plus hau-

rale

tes

Frincipiis ohjla^

,

ils

& plus permcieufes.
Les fuites d'une bonne ou d'une mauvaife Conftitution

5-

ri-

Droits de la

î^ationaiegard de

&

fa

de fon

m?rl"^'^

étant d'uue telle importance

temeut obligée à
leure

&

la

fe

,

& la Nation fe trouvant

procurer autant qu'elle

plus convenable

;

le

peut

,

étroi-

la meil-

elle a droit à toutes les

choies

ne peut remplir cette obligation (§. iB.)
donc manifefte que la Nation eft en plein droit de for-

fans lesquelles elle
Il eft

mer elle-même

&

fa

Conftitution

,

de

la

maintenir, de

la

per-

volonté tout ce qui concerne le
Gouvernement, fans que perfonne puiiîe avec juftice l'en

fectionner ,

de régler à

empêcher

L

V.

I

c H A

i.

P.

m.

3r

empêcher. Le Gouvernement n'eft établi que pour
tion , en vue de fon falut & defon bonheur.
S'il

arrive

donc qu^une Nation

minrftration publique
ie

,

Mais prenez garde que je

Gouvernement.

Na-

mécontente de PAd-

foit

peut y mettre ordre

elle

la

S:

réformer

dis la

Nation;

car je fuis bien éloigné de vouloir autorifer quelques

f

?2.

^

^r^mlr'^ie^
^o^^ernc-

mécon-

tens ou quelques brouillons , à troubler ceux qui gouvernent,

en excitant des murmures

& des

ment le Corps de la Nation,qui

a le

C'ed uniquedroit de réprimer des Conféditions.

ducteurs qui abufent de leur pouvoir.
tait

&

,

Nation

fe

elle eft

&

,

tient point à
péril

la

cenfée approuver la conduite des
Supéou au moins la trouver fupportable ,
il
n'appar-

obéît

rieurs

Quand

un petit nombre de Citoyens de mettre l'Etat en

fous prétexte de le réformer.

,

En
Nation

vertu dQs
fe

mêmes

trouve mal de

principes,

il

eft certain

fa Conftitution

même,

que
*

fila

elle eft

en

n'y a nulle difficulté, au cas que la Nation fe porte
unanimement à ce changement : On demande ce qui doit
11

l'Etat

pour

,

le

,

en

cas de partage ?

fentiment de

celui de la

que la Société
paroit donc que, par la
changer la Contlitution de

&

,•

autrement il

prît jamais

feroit

comq^e

aucune réfolution.

Il

même

raifon,

l'Etat

à la pluralité des fuffrages ;

,

une Nation peut

toutes les fois qu'il n'y aura rien dans ce

l'on puifie regarder

ordinaire de

la pluralité doit pafler fans contredit

Nation entière

inipoiTible

Dans la conduite

comme

contraire à

E

a

l'

changement que

Ade même

^^

laConftiwnon.

droit de la changer.

s'obferver

§•

Etchansîer

d'Affociation

D R O

L E

3<?

dation Civile

T D

I

E

G E N

S

à Tintention de ceux qui fe font unis

,

feront tenus de fe conformer à la réfolution

nombre.

Mais

foumettre

fe

ciété Civile

la

fi

;

de quitter

étoit queflion

s*il

à laquelle feule

Gouvernement,
ont voulu

S.

en

,

il

tous

,

du plus grand
une forme de

que les Citoyens
par les nœuds de la So-

paroitroit

fe liant

plus grande partie d'un Peuple libre

,

à

Texeiuple des Juifs du tems de Samuel^ s'ennuyoit de fa Liberté
vouloit la foumettre à Tempire d'un Monarque ; les

&

Citoyens

jaloux de cette prérogative ,

pliis

qui l'ont goûtée

bre

,

ne

le

fe

autre forme

:

Ils

11 fe

,4.

fance Légis^'

*"

dîe'

ils

;

la

en droit de

feroient

^^^^

dcs Citoycus

qui

,

fe retirer ailleurs

^^^^
:

une
de

,

& d'emporter tous leurs biens;

préfente encore

'fuf

changer

nouveau

pourroient quitter une Société

ici

une Queflion très-importante.

^PP^rtieut elfentielîement à la Société de faire des
"^^"^^'^^

nom-

plus grand

diflbudre elle-même pour fé reproduire fous

vendre leurs terres

5.

laiflèr faire le

précieufe à ceux

feroient point du tout de fe foumettre au

Gouvernement
fembleroit

obligés de

,

fi

prétend être gouvernée

Cc pouvoir

,

Loix

Il

fur la

& fur la conduite

s'apelle Puiffance Législative,

La

Nation peut en confier l'exercice au Prince , ou à une AiTemblée , ou à cette Affemblée & au Prince conjointement 5 lesquels font dès-Iors en droit de faire des Loix nouvelles

d'abroger les anciennes.

On demande

jusques fur les Loix fondamentales,

fi

&

leur pouvoir s'étend

peuvent changer la
ConfHtution de l'Etat.
Les principes que nous avons pofés
nous conduifent certainement à décider , que l'autorité de

ces Législateurs

ne va pas

Ç\

loin

,

s'ils

& que les Loix fondamentaies

L

I

V.

A

pas donné très-exprelTément

III.

P.

doivent être facrées pour eux

taies

la

H

C

ï.

,

fi

l'a

&

premièrement établie,

Nation ne leur a

les

Car

changer.

Et puisque la Naqu'elle a en fui te confié la

Conilitution de TEtat doit être (labîe

tion

la

pouvoir de

le

37

;

Puiffance Législative à certaines perfonnes

,

les

Loix fonda-

On voit que
mentales font exceptées de leur Commiflion.
la Société a feulement voulu pourvoir à ce que l'Etat fût toumuni de Loix convenables aux conjonctures,

jours

&

don-

aux Législateurs le pouvoir d'abroger les
anciennes Loix Civiles & les Loix Politiques non-fondamenMais rien ne conduit à
tales , & d'en faire de nouvelles
ner pour cet

effet

:

penfer qu'elle

ait

voulu fou mettre

Enfin

leur volonté.

,

c'eft

de

la

tiennent leur pouvoir;

lateurs

fa

Conftitution

même

à

Conftitution que ces Légis-

comment

pourroient-iîs la

changer , fans détruire le fondement de leur Autorité ? Par
les Loix fondamentales de l'Angleterre , les deux Chambres
du Parlement , de concert avec leRoi , exercent la PuifiTance
Législative.

S'il

prenoit envie aux deux

Chambres de

fe

fup-

primer elles-mêmes & de revêtir le Roi de l'Empire plein &
abfolu ; certainement la Nation ne le fouffriroit pas. Et
qui
oferoitdire qu'elle n'auroit pas le droit de s'y oppofer?
fi

le

Parlement délibéroit de

rable

&

,

filence

,

un changement û

confidé-

Nation entière gardât volontairement le
feroit cenfée approuver le fait de fes
Répré-

que

elle

faire

Mais

la

fentans.

Au

du changement de la Confiitutien, nous ne parlons que du Droit,* cequieft expédient
refte

,

en

traitant ici

E

3

appar-

1^ Nation
'^"'^

'7
"^
^^^ ^^^^"^e

LEDROITDESGEKS.

38

Contentons- nous d'obrerver en

la Politique.
appartient à

général

les

que

,

grands changemens dans

opérations délicates

pleines de dangers

l'Etat étant

&

des

la

fréquence
un
en
des changemens nuifible
elle-même,
Peuple doit être
,

très circonfpeâ: fur cette matière

nouveautés

la

dont

fi

étoient

République

,

&

fatal enfin

d "bornes
[^^^^^"J^^^Jg"

Gouverne,

que

s'il

fa

£^.^"^

Ecrangère

de s'enmé-

5

établi (§. 3 1.)

Loix fonda-

fur radminifl:ration publique, fur les droits des

y ont

à la Nation d'en juger

part

& de les

,

il

appartient unique-

terminer conformément

Conflitution politique,

Enfin toutes ces chofes n'intéreffant que

,.,

Puiilance

,

(jjffércntes Puiflànces qui

à

ou fans né-

jaloux fans favoir en jouir.

s*éîève dans l'Etat des contefi:ations fur les

mentales

ment

,

à une Liberté

Concluons encore de ce que nous avons

^5.

^^

^

porter jamais aux

fans les raiCons les plus preffantes

au bonheur de
ils

fe

L'efprit volage àQS Athéniens fut toujours contraire

ceffité.

ç.

,

&ne

,

,

la

Nation

,

au-

cune Puiflance Etrangère
n'eften droit de s'en mêler ', ni ne
^
doity intervenir autrement que par fesbons offices ,à moins
qu'elle n'en foit requife,

^^'

Ty appellent.

raifons particulières

ne

Si quelqu'une s'ingère dans les affaires do-

meftiques d'une autre

dans

ou que des

iès délibérations

elle

entreprend de

,

fi

,

elle lui fait injure.

la

contraindre

CHA-

L

V.

I

H

C

1.

A

P.

I

V.

35

i&mmmsmiam

CHAPITRE
Du Souverain

i

IV.

de/es Obligations (^ dtjès Droits,

ne s'attend point, fans-doute, à trouver ici une
^g.
des
de
dédudlion
Droits
la
Souveraineté
Si. àts
longue
f^L^"''''^'

ON

§.

fondions du Prince.

Celî; dans les Traités

du Droit

Nous nous propofons feupublic qu'il faut les chercher.
lement dans ce Chapitre de faire voir , en conféquence des
grands Principes du Droit des Gens , ce que c'eft que le Sou^
verain , & de donner une idée générale de fes obligations

&

de

fes Droits,

Nous avons dit que la Souveraineté efl cette Autorité
Publique qui commande dans la Société Civile qui ordon,

,

ne &

dirige ce

que chacun y

doit faire

pour en atteindre le but.

Cette 'Autorité appartient originairement

&

eQentiellement

auquel chaque membre s'efl;
fournis & a cédé les droits, qu'il tenoit de la Nature, de fe
conduire en toutes chofes fuivant fes lumières , par fa pro-

même

au Corps

pre volonté

,

de

la

& de fe

Société

,

faire juftice

lui-même.

Mais

le

Corps

Société ne retient pas toujours à foi cette Autorité fouveraine Souvent il prend le parti de la confier à un Sénat»

de

la

:

ou

à

une

feule perfonne.

Ce Sénat , ou

cette perfonne efl

alors le Souverain.
Il eft

iitique

évident que
les
*

&

ne

avantage &

le

hommes ne forment une Société

loumettent à

leur falut.

fes

Loix

,

Po- „
Il

que pour leur propre

Ç-

p,-

n'eft eta-

bii

que pour

L'Autorité fou veraine n'eft donc éta- Avantage
blie

^^ laSociété .

LEDROÎTDESGENS.

^o
blie

feroit

bien

le

que pour

commun

de tous

les

Citoyens

;

5c., il

abfurde de penfer qu'elle puilTe changer de nature ,
dans les mains d'un Sénat , eu d'un Monarque.

en paflant

ne peut donc disconvenir , fans fe rendre égale^
ment ridicule & odieufe , que le Souverain eft uniquement

La

flatterie

établi

pour

Un

le fa! ut &,

l'avantage de la Société,

bon Prince , un fage Condudeur de

être bien rempli de cette grande vérité

,

que

la

Société doit

la

fouveraine

Puiflance ne lui eft confiée^ que pour le falut de l'Etat &l!e

peuple ; qu'il ne lui eft pas permis de fe
chercher lui-même dans l'adminiftration des affaires , de fe
iatisfadlion , ou fon avantage particulier 5
propofer fa propre
mais qu'il doit rapporter toutes ^qs vues , toutes fes démarches

bonheur de tout

le

au plus grand bien de l'Etat & des Peuples qui lui font fournis,
Qu'il eft beau de voir un Roi d'Angleterre rendre compte à
ion Parlement de
répréfentatif de

fes principales

la

Nation

,

qu'il

ne

fe

aflurer ce

Corps
propofe d'autre but que

opérations

,

bonheur de fon Peuple , & remercier
affeclueufement tous ceux qui concourrent avec lui à des
la

Gloire de l'Etat

vues

fi

falutaires

langage

,

&

qui'

& le

Certainement un Monarque qui tient ce
en prouve, la fincérité par fa conduite , eft

!

Mais dès long-tems une
grand aux yeux du làge.
criminelle flatterie a fait oublier ces maximes dans la plupart

le feul

des Royaumes.

Une

troupe de lâches Courtifans perfuade

un Monarque orgueilleux que la Nation eft
faite pour lui
& non pas lui pour la Nation. Il regarde
bien-tôt le Royaume comme un Patrimoine
qui lui eft pro-

fans peine à

,

,

pre

L
pre

&

,

le

peuple

tirer fes richefles

vues &ratisfaire

I

V.

comme

&

,

I.

C

H

A

IL

P.

duquel

il

dont

,

il

doit

peut difpofer pour remplir Tes

De

fes pafTions.

ces guerres funeftes,

entreprifes parTambition, Tinquiétude

De

41

un troupeau de bétail

,

la

haine, ou Tor-

impôts accablans , dont les deniers font
diiïipés par un luxe ruineux, ou livrésà desMaitrefies&à
des Favoris.
De là enfin ]es Places importantes données à
gueil.

la faveur

,

là ces

mérite envers l'Etat négligé

le

n'intérefle pas dired:ement le Prince

,

&

,

tout ce qui

abandonné aux Minif-

& aux fubalternes.

Qui reconnoitroit dans ce malheureux Gouvernement une Autorité établie pour le bien public? Un grand Prince fera en garde même contre les Vertrès

Ne

tus.

difons point avec quelques Ecrivains

les

que

,

tus des particuliers ne font pas les Vertus des Rois

:

Ver-

Maxi-

me

de Politiques fuperficiels , ou peu exads dans leurs exLa bonté , Tamitié , la reconnoiffance font en*
preffions.

Trône ; & plût au Ciel qu'elles y ful^
Mais un Roi fage ne fe livre pas fans difcer-

core des Vertus fur le
iènt toujours

nement
fà vie

que

la

!

,

à leurs impreffions.

privée
Juftice

:

Dès

qu'il agit

Il les

au

& la faine Politique.

chérit ,

nom

il

les cultive

de l'Etat

Et pourquoi

,

?

que l'Empire ne lui eft confié que pour le
ciété
qu'il ne doit point fe chercher lui-même
,•

gefie.

Il

fait

de

donne

fa Puiiiance,

Il

n'écoute

Parce qu'il
bien de la So-

fçait

fage qu'il

il

dans

tempère

fa

,

dans

bonté par

à l'amitié fes faveurs domeftiques

l'u-

la fa-

& privées;

& les

Emplois au mérite , les récomEn un mot , il
penfes publiques aux fervices rendus à l'Etat.
n'ufe de la PuifiTance publique qu'en vue du bien public.

il

diftribuë les Charges

F

Tout

LEDROITDESGENS.

42

Tout

Un Roi de France
5.

n!4re"ré-^
prefentatif.

ne vange point

les

injures d'un

Louis XIL

Duc d^ Orléans,.

Société Politique eft une Perfonne morale (Préiim.

La

40.

beau mot de

dans ce

cela ell compris

&

une
CHtaut qu'cllc a uti entendement
^q^^ q\\ç £^[^ ^{àge pout la couduitc de fes affaires ,

§' 2-)

&

eft capable d'obligations

confère

la

Souveraineté à quelqu'un

tendement & fa volonté,

&

fes droits,

l'Etat

de

l'Etat ^ le

elle

qu'elle

Lors donc qu'elle

met en

elle lui transporte fes

l'Autorité publique ^

Souverain

les obligations

en

,

&

,.

fon en-

lui

obligations

autant qu'ils fe rapportent à l'Adminiftration de

à l'exercice de

,

de Droits.

volonté

,

& les droits

devenant
relatifs

& le Condudeur

ainfi le fujet

réfidenfc

au Gouvernement

,

c'efl

que fe trouve la perfonne morale , qni , fans cefler
abfolument d'exifter dans la Nation, n'agit déformais qu'en
lui & par lui.
Telle eft l'origine du Caradère répréfentatif
lui

l'on attribue au Souverain,

que

dans toutes

Ce

les affaires qu'il

11

répréfente fa Nation

peut avcwr

n'eft point avilir la dignité

,

comme

Souverain.

du plus grand Monarque

,

que de lui attribuer ce Caradère répréfentatif ; au contraire,
rien ne la relève avec plus d'éclat : Par-là le Monarque réunit

11

?.

4'-

eft

chargé

des obiiga-

en

fa

de

la

Perfonne toute

Majeflé qui appartient au Corps entier

Nation.

Le Souverain ainfî revêtu de
ce qui

Kation^&re- par-là

Ittf'"

la

fait la

l'Autorité ^publique
^

perfonnalité morale de la Nation

chargé des obligations de cette Nation

&

,

,

fe

de tout
trouve

muni de

fes

droits.

Tout

L IV.

Tout

I.

H A

C

IV.

P.

43

ce que nous avons dit au Chapitre

ÏI.

des devoirs

généraux d'une Nation envers elle-même., regarde

§.

42.

particu-àrJgar^dde

liérementle Souverain.

Dépolitaire de l'Empire , du pouvoir de commander tout ce qui
convient au bien public
il
,
*
'

&

doit, en Père tendre
veiller

pour

la

Nation

fage-,

en

fidèle Âdminiftrateur

t-o^^^^^^ç^i^

perfedion
de la Nation,

,

prendre foin de la conferver , de la
de la garantir
d'améliorer fon état,
,

&

rendre plus parfaite ,
autant qu'il fe pourra de tout ce qui raenaceroit fa iûreté ou
fon bonheur.

que l'obligation defe conferperfedionner elle-même & fon état donne à une

Dès-lors, tous les droits

ver

& de fe

Nation (voyez

les§. J. 18. so.

&

23. de ce Livre)

droits, disie, réfident dans le Souverain

indifféremment

ConduB.eur

auffi

i

,

de

la

,

,

4?.

cet égard.

tous ces

que l'on appelle

Société

,

Supérieur

,

Prince &c.

Nous avons
fe

obfervé

connoître elle-même.

toute Nation doit
que
^
Cette obligation retombe fur le
ci-defllis

,
'

Souverain ^ puisque c'efl à lui de veiller à la confervation &
à la perfedlion de la Nation.
Le devoir que la Loi Naturelle

impofe

ici

aux Conducteurs des Nations,

importance & d'aune très-grande étendue.
noître

exadement

des

;

mœurs

fes vertus

,

ils

Ils

extrême

doivent con-

tout le pays foumis à leur Autorité

qualités, fes défauts

des voifms

«ft d'une

,

doivent

fès
fe

avantages,

fa fituation

,

fes

à l'égard

procurer une parfaite connoiffance

&

des inclinations générales de leur Nation , de
de fes vices , de ks talens &c. Toutes ces

lumières leur font .néceifaires pour bien gouverner.

Fa

Le

Il

^^'
}-. condoit

noîtie fa

LEDROIT DES

44
5.

Le

4^

!on 'îwolr,
Droits de

Prince tient fon Autorité

ciféraent autant qu'elle a

voulu

lui

GENS.

dek
en

Nation;
confier.

en a préSi la Nation
il

lemis purement & fimplement la Souveraineté , fans limitations & fans partage ; elle eft cenfée Tavoir revêtu de

J^J 3

tous les droits fans lesquels le ibuverain

ou l'Empire , ne peut être exercé de

la manière la plus con-

Ces Droits font ceux q^ue Ton. ap-

venable au bien public.
pelle Droits de Majejlé ,

Commandement ,

OU Droits

Régaliens»

Mais lorsque la PuifTance fouveraine efl limitée & réglée
les Loix fondamentales de l'Etat ; ces Loix marquent
doit^'refpec. P^r
ter &
main-^y pj-jj^^g [>^^ej^jjyç gj les J3Qj.j3g3 ^^ fou pouvoir *f & la mal

47.

i.

terur les

Loix fonda-

qj^

Le Prince eftdonc étroitement

dout Udoit l'exercer»

mais encore à les
obligé, tton-feulement à les refpeder,
les Loix fondamentales font
La Conftitution
maintenir.

&

à fon bonplan fur lequel la Nation a r éfolu de travailler
heur : L'exécution eft confiée au Prince. Qu'il fuive reli-

le

regarde les Loix fondamentales
comme des Régies inviolables & facrées , & qu'il feche que
dès le moment qu'il s'en écarte, les Commandemens de vien-

gieufement ce plan

nent injuftes

,

5

qu'il

& ne font plus qu'un abus criminel

Gardien

,

le

îl eft,

:

quiconque ofera les violer
lui-même ?
5

4T-

changer les
T

'

foiîda^eîit».

^^-

la puif-

en vertu de cette puiffanee ,
Défenfeur des Loix
Obligé de reprimer

fanée qui lui eft confiée.
le

de

,

pourroit-il les fouler

aux pieds

Si le Prince eft revêtu de la Puiffanee Législative

peut , fuivaut

mande

,

fa fagefîè

abolir les

,

&

,

il

lorsque le bien de l'Etat le de-

Loix non-fondaraeiitales ,

& en

faire

de

ÛOU»

L

V.

I

H

C

I.

A

Voïez ce que nous avons

nouvelles.

IL

p.

dit

4r
fur cette matière au

Chapitre précédent (§. 54.)

Mais tandis que îesLoix
les

&

maintenir

fondemeat de

fubfiftent, le Souverain doit ndoit'^mam-

la tranquillité

publique

Tout

de l'Autorité fouveraine.

tenir

Elles fonc le

obferver religieufement.

les

&0J3.

ferver ceiJes

& le plus ferme appui

eft incertain

,

violent

,

qui fubaf-

fu-

jetaux révolutions, dans ces Etats malheureux , où règne
un Pouvoir arbitraire. Il eft donc du véritable intérêt du
Prince

,

comme de

les refpe(Ser

:

fon devoir

doit s'y foumettre lui-même.

Il

un

cette vérité établie dans

vons

de maintenir

,

les

Loix

Nous

Ecrit publié pour

& de
trou-

un Prince

vu régner , pour Louis
XIV. 9, Qu'on ne dife point que le Souverain ne foit pas
„ fujet aux Loix de fon Etat , puisque la propofition con„ traire eft une Vérité du Droit des Gens, que la flatterie a
des plus abfolus que l'Europe

fois

„ quelque
j^f

attaquée

jours défendue

„ Etats"
Mais

il

comme

,

en fuivre

,*

il

la

En

Propriété.

car dès qu'il agit

doit

,

les difpofitions

fécond lieu,

fes affaires particulières

concernent
res

d*expliquer cette foumififion du

Premièrement ,

de fon Adminiftration.
dans

que les bons Princes ont touune Divinité tutélaire de leurs

eft néceflaire

nons de le voir

,

&

,

(a).

Prince aux Loix.

me

ait

Je

dis

comme

,

F

3

dans tous
il

ve- u

les aftes

eft fujet lui- me-

fes affaires particuliè,

&

au

nom de

l'Etat

,

il

(a) Traité des Droits de la Reine fut divers Etats de la Monarchie d'Efpagne

1^67.

m

l2^

II.

Partie, p

191.

49-

eft fournis

^^^

à toutes les Loix qui

dans

Prince

comme nous

§•

°*^'

LEDROITDESGENS.

46
il

ii'ed

En

des Gens.

troifiéme lieu, le Prince

réglenieiis de Police générale

dans

l'Etat

ment

par

faire

de

nent

,

moins

à

du Droit

fournis. à certains

comme

excepté

,

inviolables

ou exprefle-

ou tacitement par une conféquence nécel^
Je veux parler ici des Loix qui concerDignité.
Loi

la

fa

l'état

,

des perfonnes

& furtout

,

de

celles qui règlent

Ces Loix font établies pour aflurer

or la Famille Royale eft celle de toutes
Mais 4**. obimporte le plus que l'état foit certain.

rétat des Familles
il

foit

à celles

efl;

regardés

,

n'en

qu'il

h validité des Mariages.
dont

&

qu'aux Loix fondamentales

Iii jet

;

fervons en général fur cette Queftion
revêtu de

que

,

il

Prince

le

efl:

&

Souveraineté pleine , abfoîuê
illimitée , il efl:
au-deffus des Loix , qui tiennent de lui feul toute leur force ,

&

il

la

peut s'en difpenfer lui-même

Jufl:ice

& l'Equité

naturelles le lui permettent,

aux Loix qui regardent

les

mœurs & le bon

doit fans doute les refpedler

Mais 5^.

La

nale,

puni

il efl:

toutes les fois que la

,

&

f <>.

ordre

,

le

Quant
Prince

les foutenîr par fon

exemple.
certainement au-deffus de toute Loi Civile Pé-

Majeft:é

comme un

du Souverain ne

particulier

,•

&

fes

ioufFre point qu'il foit

fondions font trop

fubli-

mes , pour qu'il puifiTe être troublé , fous prétexte d'une faute^
qui n'intéreffe pas diredement
5,

Ce

so-

Sa perfonne
eftfacrée

*°^^°

,

i

:

Allons plus loin

Le Souverain

efl:

,

l'ame de

l'Etat.

/

a

a

pour l'intérêt
la

Société

^

i

même des

s'il

n'efl;

-m

Nations.

pas en vé-

& dans une parfaite fureté la paix pule bonheur & le falut de l'Etat font dans un
danger

nération aux peuples
blique j

Gouvernement de

point aiTés que le Prince foit au-deffus desLoîx

,

& penalcs

^'

n'efl:

le

,

con-

L

Le

continuel.

fairement que

I

faliit

la

V.

I.

même

H

C
de

A

,

47

IV^

Nation exige donc nécef-

la

perfonne du Prince

Le Peuple Romain avoit attribué
buns

P.

foit làcrée

& inviolable.

cette prérogative à fes Tri-

afin qn'iis pûiTent veiller fans obftacle à

& qu'aucune
Le foins,

crainte

ne

les

&

défenfe

,

troublât daas leurs fon(^ions*

du Souverain font d'une plus grande
importance que n'étoient celles de.s Tribuns , & non moins
pleines de dangers , s'il n'eft munis d'une puiflknte fauveles opérations

impofTible que le Monarque même le plus jufte
le plus fage ne fafTe pas des mécontens : L'entât demeurera-t-il expoféjà perdre ce bon Prince par la main d'un furieux ?
Il efi:

garde.

&

La monftrueufe & folle dodrine
culier de tuer

un mauvais Prince

mencement du
blement
c'efl:

le

,

Siècle dernier

qu'il eft
,

attentat contre

priva la France

au com-

,

d'un Héros qui étoit vérita-

^

Père de fan peuple (*) .

un énorme

permis à un parti-

Quel que

foit

un Prince,

une Nation, que de

lui arra-

cher un Souverain à qui elle trouve à propos d'obéïr.

Mais ce haut
la

Nation ne

ger

même

raner,
*-* '

&

du Souverain n'empêche pas que
reprimer un Tyran infupportabie , Je ju-

attribut

puifie

en refpedant dans

,

fe fouftraire

fa

perfonne

à fon obéïflànce.

la

5-

la^

51.

Nati^

Majefté de fon meTunTy".

C'eft à ce droit in- l^;t

*
^^,

loultraire

qu'une puifiante République doit fa Naiflànce. ^o" o^éif.
fsncc
La Tyraimie exercée par Philippe IL dans les Pays^bas^ fit

conteitable

,

^

foule ver ces Provinces

fédérées

,

:

Sept d^entr'elles , étroitement con-

maintiru-ent courageufement leur Liberté

,

fous
la

Elle
(*) Depuis que ceci eft écrit , la France a vu renouveller ces horreurs.
gémit d;avoir produit un Moriftre , capable de violer la Majefté Roïale dans la per»
Tonne d'un Prince
qui
par les qualités de fon Cœur . mérite l'amour de fes fijjets
& la vénération des étrangers.
,

,

a

LEDROITDESGENS.

48
la

Maifon d'Orange y & VEfpagne après
ruineux efforts , ies a reconnues pour des Etats

conduite des Héros de

&

de vains

fouverains

mitée

&

&

la

TAutorité du Prince eft

Si

indépendans.

réglée par les Loix fondamentales

ibrtant des bornes qui lui font prcfcrites

cun droit
de

lui

qu'il

,

obéir

farts titre
,

attaque

elle
la

même

peut

:

,

La Nation

le

,•

Prince

,

en

,

commande fans aun'efl;

point obligée

Dès

rélifter à fes entreprifes injuftes.

Conftitution de l'Etat

li-

le

Prince rompt

le

Contrad qui lioit le peuple à lui ; le peuple devient libre par
le fait du Souverain , & ne voit plus en lui qu'un Ufurpateur,
Cette vérité eft reconnue de tout
qui voudroit l'opprimer.
Ecrivain fenfé , dont la plume n'eft point aflervie à la crainte,
ou vendue à l'intérêt. Mais quelques Auteurs célèbres foutiennent

que fi le Prince eft revêtu de l'Empire fuprême ,
plein &abfolu , perfonne n'eft en droit de lui réfifter, bien
moins de le réprimer , & qu'il ne refte à la Nation que de
,

avec patience & d'obéir.
Ils fe fondent fur ce qu'un
pareil Souverain ne doit compte à perfonne de la manière
dont il gouverne, & que fi la Nation pouvoit contrôller iès

fouffrir

avions

& lui

réfifter

,

quand

elle

les

trouve injuftes

Autorité ne feroit plus abfolument fouveraine

;

cequi

,

fon

feroit

Souverain abfolu pof»
féde pleinement toute l'Autorité Politique de la Société, à

contre l'hypothèfe.

laquelle perfonne
fait

mal

,

Ils

difent

que

le

ne peut s'oppofer

à la vérité

,

&

blefle fa

,•

que

s'il

en abufe

,

il

Confcience, mais que ^es

n'en font pas moins obligatoires , comme
fondés fur un droit légitime de commander; Que la Nation

Commandemens

en lui donnant l'Empire abfolu , ne

s'en eft rien réfervé

,

&

s'eft

L

V.

ï

H

C

ï.

A

P.

I

V.

Nous pourrions nous

s'eft remife à fa difcrétion &c.

que fur ce pied-là ,
avoir aucun Souverain pleinement abfolu.
tenter de répondre

évanouir toutes ces vaines

de

effentiel

Autorité

à

Société Civile

vue que tout Citoyen

a fournis

fa
,

fubtilités

Liberté

pour

la difcrétion

La

?

retour elle

d'un Tyran furieux
droit

fuprême & abfolu

néceffairement avec
ufera pour le falut

rend

la

?

du peuple

:

ble

pourquoi

,

feroit-elle

il

,

qui

la

,

le

que

non pour

elle vouloit

,

c'eft

Souverain en

fa ruine.

fe

S'il fe

s'il

,•

a porté la Tyrannie à fon

Qui

fi

ofera blâmer la

qui déclara Néron

eft

ment ne peut

?

fi

puis-

;

Lors donc qu'elle con-

vie-même d'un Ennemi

épargnée

nat Romain
I\lais

la

fans-doute
,

fon

dégrade lui-même ce n'effc plus
contre lequel la Nation peut Si doit
il

qu'un Ennemi public ,
même fe défendre Et

Non

qu'il

membres

tous fes

fans réferve expreffe

,

&

,

&

elle-même

réferve tacite

de l'Etat,

le fléau

,

Société pourroit-elle ufer de

aucun

but

N'eft-ce pas dans

?

dépouillé de fes droits

opprimer une partie des Citoyens,
fère l'Empire

le

rappelions-nous

,

de tous

s'eft

fe livrer fans

qu'elle n'auroit plus

ne peut donc y
Mais pour faire

N*eft-ce pas de travailler de

:

commun bonhear

concert au
cette

la

il

,

49
con-

ennemi de

cruel

&

fi

com-

perfide

démarche du Sé-

la Patrie

très-important de remarquer

,

?

que ce Juge-

que par la Nation, ou par un Corps
que la Nation elle-même ne peut atten-

être porté

répréfente

,

&

perfonne da Souverain, que dans un cas d'extrême
nécefîité, & lorsque le Prince , violant toutes les régies &

ter à la

menaçant
avec

lui.

le falut

de fon peuple

C'eft la

,

s'efl:

mis en

état

de guerre

perfonne du Souverain, que

G

l'intérêt

même

LEDROITDESGENS.

50

même
celle

de

la

Tyran dénaturé

d'un

rarement des Monftres
ordinaires

,

&

Nation déclare inviolable &,{acrée,
,

tels

Ennemi

d'un

que

'Néron,

&les

On

public.

Dans

voit

les cas

plus
Loix fondamentales ^

lorsqu'un Prince viole les

lorsqu'il attaque les Libertés

non pas

droits des fujets

ou

5

s'il

lorsque fon Gouvernement , fans en venir aux
dernières violences , tend manifeftement à la ruine de la

eft abfolu

;

elle

Nation;

peut

juger, &fefouftraire

à

mais encore un coup , en épargnant fa percela pour le bien même de l'Etat
îl y a
plus d'un

fon obéiflance

&

fonne,

lui réfifter, le

;

Anglois fe foulevérent contre leur Roi & le
firent defcendre du Trône.
Des audacieux habiles & dévo-

Siècle

que

les

rés d'ambition

profitèrent d'une fermentation terrible

,

caufée par le fanatifme

Bretagne

&

Tefprit

de parti

;

&

la

,

Grande-

que fon Souverain périt indignement fur un
La Nation , rendue à elle-même , reconnut fon

foufFrit

EchafFaut.

encore chaque annèie une réparation folennelîe, ce n*eflpas feulement parce qu'elle juge

aveuglement.

Si elle

en

que l'infortuné Charles

fait

L ne

mérîtoit pas

un

fort

fi

cruel

;

fans-doute auffi qu'elle efl convaincue , que pour le falut même de l'Etat , la perfonne du Souverain doit être facrée
c'efl

&

&

que la Nation entière doit rendre cette
Maxime vénérable , en la refpeétant elle-même , lorsque le
inviolable,

foin de fa propre confervation le lui
permet.

Un mot encore

fur la diflind:ion

que Ton veut

faire ici

en faveur d'un Souverain abfolu.

toute la force

établis

,

Quiconque aura bien pedes principes inconteftabl es
que nous avons

fera convaincu

,

que quand

il

s'agit

de

réiifter à

un

Prince

L

V.

I

C H A

I.

IV,

p.

çï

Prince devenu Tyran , le Droit du Peuple eft toujours le
même , que ce Prince foit abfûlu par les Loix , ou qu'il ne
le foit pas ; parceque ce Droit vient de la fin de toute Société
Politique

Mais fi
au

du

,

la

Nation

qui eft la Loi fuprême.

,

dont nous parlons eft inutile par rapport
ne Teft point dans la pratique, à l'égard de la

la diftinétion

Dm/,

elle

Comme

Convenance,

Prince abfolu

,

,

de s'oppofer à un
fans exciter de grands

eft très-difficile

fl

& qu'on ne peut le faire

troubles dans l'Etat

on ne

de

falut

des

mouvemens violens & dangereux ;

que dans les cas extrêmes , lorsque
maux font montés au point que Ton peut dire avec

les

doit l'entreprendre

Tacite , miferam pacem vel èello bene mutari ; qu'il vaut
mieux s'expofer à une Guerre Civile , que de les foufFrir.
Mais fi l'Autorisé du Prince eft limitée , s'il dépend à quel,

ques égards d'un Sénat
tion

;

ij

eft

des

,

moyens

d'un Parlement répréfentant la Nade lui réfifter , de le réprimer ,

fans expofer l'Etat à de violentes fécoufles.

de raifon d'attendre que

les

maux

il

en

eft

n'y a point

foient extrêmes

on peut y appliquer des remèdes doux
Mais quelque limitée que.

Il

&

foit l'Autorité

ordinairement fort jaloux

;

il

,

quand

innocens.

d'un Prince,

n'arrive guère qu'il

patiemment la réiliftance , qu'il fe foumette pailiblement au jugement de fon peuple ; & le difpenfateur des

fouftre

grâces manquera-t-il d'appui ? On voit trop d'ames baflement
ambitleufes , pour qui l'état d'un efclave riche
décoré a

&

Citoyen modefte & vertueux
Il eft donc toujours mal-aifé
que la Nation réfifte à
fon Prince & prononce fur là conduite , fans que l'Etat foit

plus de charmes,

que

celui d'un

G

2

expofé

ç2.

5

entre le

^^

* ^

L E

52

D R O

I

T D E

G

s

E

N

s.

expoféà des troubles dangereux, à des fécoufits capables
Ceft ce qui a fait prendre quelquefois le
de le renverfer,
de

parti

lier

nn Compromis entre

le

Prince

& les fujets, pour

îbumettre au jugement d'une Puifiance amie les ConteftaAinfi les Rois de Damc'
tions qui s'éléveroient entr'eux.

marck ont autrefois déféré à ceux de Suéde
{blennels

la

,

,

par des Traités

connoiflance des différends

naître entr'eux

&

fait aufli à l'égard

leur Sénat

Ce

:

qui pourroient
que les Rois de Suéde ont

Les Princes

de ceux de Dannemarck,

les Etats à'Ojî-Frife

,

& les Bourgeois d'Emden^

conftitué la République des Provinces- Unies
différends.

en

1

&

la Ville

même

Juge de

leurs

de Neufcbatel établirent

Canton de Berne Juge & Arbitre perpétuel de
conteftations.
Ceft ainfi encore que fuivant l'efprit
le

405.

leurs

de

Les Princes

ont de

&

Confédération Helvétique

Corps entier prend connoiifance àts troubles qui s'élèvent dans quelqu'un des Etats
confédérés, quoique chacun d'eux foit véritablement foula

verain
S

les fu-

& indépendant.

ram légitime , tous les Citoyens lui doivent une hdele
la

obeil-

ne peut gouverner l'Etat & s'acquitter de ce que
Nation attend de lui , s'il n'eft pas obéi ponc1;uelIement.

^^\IZ7. ^^"ce.
'^-

le

Dès que la Nation reconnoit un Prince pour fon Souve-

<;?.

nue

,

Les

Il

ne font donc point en droit , dans les cas fufceptibles de quelque doute , de pefer la fagefle ou la juftice des
fujets

Commandemens
Prince

:

Les

fouverains

;

cet

fujets doivent fuppofer

examen
,

appartient au

autant qu'il fe peut

que tous fes ordres font juftes & falutaires
pable du mal qui peut en réfulter.

;

Lui feul

eft

j

cou-

Ce-

L

V.

C H

I.

A

cette obéiflance

Cependant

IV.

P.

ne

53

doit point être abfolu-

autorifer

Auteurs qui ont quelque Confcience , ou quelque pudeur,
conviennent que perfonne ne doit obéir à des Commandeles

mens

qui blelTent

évidemment

Loi

cette

facrée.

Ces Gou-

verneurs de Place qui refuférent courageufement d'exécuter
les ordres barbares de Charles IX. à la fameufe St, Barthé^

Umy

,

ont été Ipués de tout

monde

le

;

& la Cour

n'ofa les

Sire^ écrivoit le brave
punir, au moins ouvertement.
diOrte ,
Commandant dans Rayonne , jai communiqué le

Commandement de V, jM. afesjidèes habit ans
de la Garnifon
Soldats

y

:

Je

^

gens de guerre

^
eux ^

n'y ai trouvé que bons Citoyens

O

mais pas un bourreau,

plions très-humblement

V,

M.

efi

pourquoi

braves

moifup-

de vouloir employer nos bras

^f

nos

vies en chofes pojpbles , que-quej hazardeufes qu^ ellesfoient , nous y
mettronsjus qiC à la dernière goutte de notrefang (a) •
Le Comte

& autres répondirent
ordres de k Cour
qu'ils

de Tende , Charny
portoient les

,

à ceux qui leur ap.

refpedoient trop le
barbares vinflent de lui.

Roi pour croire que des ordres fi
Il eft plus difficile de décider en quels cas un
feulement refufer d'obéir

& oppofer la force
tort

à quelqu'un

,

à
il

la

,

mais

violence.

agit fans

même

réfifter

Dès que

peut , nonau Souverain

fujet

le

Souverain

aucun Droit véritable

;

fait

mais

n'en faut pas conclurre tout de fuite que le fujet puifle lui
réfifter.
le bien de l'Etat
La nature de la Souveraineté

il

&

ne foulfrent point que
toutes les fois que fes

les

Citoyens s'oppofent au Supérieur,

Commandemens

G
(a)

Mezeray

,

§.

^4-

Aucun engagement ne peut obliger , nionpeuAur
^'^^'^^^'
un homme à violer la Loi Naturelle. Tous

ment aveugle.

même

I

Hiftoire de France

,

Tom. H.

leur paroitrontinjuftes.

3
p. 1 107.

ou

LEDROITDESGENS.

^4

ou

préjudiciable^^.

ture

& rendre

,

le

Ce feroit retomber dans Tétat de NaGouvernement impoffibîe. Un fujet doit

du Prince, les injuilices
douteufes & les injullices fupportables Les premières , par
la raiibn que quiconque s'eft fournis à un Juge , ne peut plus
foLiflrir

avec patience, de

la part

:

juger lui-même dé Tes prétentions:
blés doivent être facrifiées à la paix

Les

&

au

injullices fupporta-.
falut

de

l'Etat

,

en

flu^eur des

On

grands avantages que l'on retire de la Société.
préfume de droit que tout Citoyen s'eft engagé tacitement

à cette modération

Mais

fubfiiter.

rend

la

Société nefçauroit

& atroces

vie

,

,

fans aucune raifon apparente

,

f

voudroit

ou nous enlever des chofès dont

la

perte

qui nous difputera le droit de lui réfoin de notre confervation eft non feulement de

Le

Droit Naturel

aucun homme

Et quand

elle la

amère ;

la vie

fifter ?

parceque fans

lorsqu'il s'agit d'injures manifeftes

lorsqu'un Prince

nous ôter

,

il

c'eftune obligation impofée par la Nature ;
ne peut y renoncer entièrement abfolument.

,

&

pourroit y renoncer

;

cenfé l'avoir

eft-il

fait

par

fes

engagemens politiques , lui qui n'eft entré dans la Société
Civile que pour établir plus folidement fa
propre fureté ? Le
bien même de la Société n'exige point un pareil facrifice ;

& comme
Grotius



I,

,

le dit très-bien
,,

s'il

eft

de

Barbeyr/vc

l'intérêt public

fent IbufFrent quelque chofe

public

,

,

il

n'eft

,

,

dans

fes

notes fur

que ceux qui obéifpas moins de l'intérêt

que ceux qui commandent craignent de pouflèr à

bout leur patience (a)

Le

'*,

Prince qui viole toutes

les

&

régies, qui ne garde plus de mefures,
qui veut en
furieux arracher la vie à un innocent, le dépouille de

fon
(a) Droit de la Guerre

& dô la Paix

,

Liv.

I.

Chap, IV.

§.

j ï. not. r.

L
ion Cafadèie
violent

ce

;

contre

,

I

V.

C

I.

n'efl

La perfonne du Souverain
celui

qui

,

Souverain

,

A

IV.

P.

efl:

de

permis

efl inviolable

perdu tous

après avoir

5f

ennemi

qu'un

plus
il

lequel

H

les

&

:

Mais

fentimens

d'un

facrée

dégrade lui-même

celui-là fe

;

&

défendre.

fe

&

en dépouille jusqu'aux apparences

duite extérieure

injufte

:

à

Il

la

ne

confait

Perfonnage de Souverain, & ne peut retenir les Prérogatives attachées à ce Caradère fublime.
Cependant , fi
ce Prince n'eft pas un Monftre , s'il n'eft furieux que contre

plus

le

nous
s'il

&

eft

d'un transport ou d'une pafîîon violente ,
d'ailleurs fupportable au reffce de la Nation ; les égards
par

l'effet

que nous devons à la tranquillité de l'Etat font tels, le refpecH;
de la Majefté fouveraine efl fi puiffant , que nous fommes
étroitement obligés à chercher tout autre moyen de nous préferver

,

Tout

plutôt qne de mettre fa perfonne en péril.

monde

le

connoit l'exemple de David Il prit la fuite, il fe tint
caché , pour fe fouilraire à la fureur ije Saiil 5
il
épargna
plus d'une fois la vie de fon perfécuteur.
Lorsqu'un funefle
:

&

accident troubla tout-à-coup la raifon de Charles VI. Roi de
France , il tua dans fa fureur plufieurs de ceux qui l'environ-

noient

;

Aucun d'eux nepenfa à mettre

dépens de

mer

celle

& à fe rendre maitres

braves gens
celle

du Prince

,

en

,•

ils

de

du Monarque infortuné

à la Majeflé fouveraine.

:

,

vie en fureté,

ne cherchèrent qu'à

lui

fujets fidèles

fa

;

Ils firent leur

aux

le défar-

devoir en

qui expofoient leur vie pour
On doit ce facrifice à l'Etat

Furieux par

&

le

organes , Charles n'étoit point coupable
vrer la ianté & redevenir un bon Roi.

dérangement de
:

Il

fes

pouvoit recou-

En

LEDROITDESGENS.

çtf

i

sç.

Des Miniftres.

but de cet Ouvrage On peut voir
ces Queftions traitées plus au long dans plu Qeurs Livres conFiniflbns fur cette matière par une obfervation impornus.

En voilà

aiTés

pour

le

:

permis fans doute à un Souverain de prendre
desMiniltres, pour fe faire foulager dans ies pénibles fonctante.

tions

;

Il efl:

mais

il

ne

abandonner fon Autorité.

doit jamais leur

Quand une Nation

fe choifit

un Condudeur ,

ce n'eft pas

Les iMiniftres ne doipour qu'il la livre en d'autres mains.
vent être que des inftruments dans les mains du Prince ; il
faut qu'il les dirige

conftamment

relâche à connoître

s'ils

la foiblefle

,

&

qu'il s'applique fans

opèrent fuivant

fes intentions.

de l'âge, ou quelque infirmité

le

Si

rend incapable

de gouverner , on doit nommer un Régent , fuivant les Loix
de l'Etat; Mais, dès que le Souverain peut tenir les rênes |
fervir
qu'il fe fafle

,

& jamais remplacer.

Les derniers Rois

première race livrèrent le Gouvernement &
Devenus de vains phantôl'Autorité aux Maires du Palais.

de France de

mes

,

ils

Dignité

,

la

&

les honneurs d'une
perdirent avec juftice le titre
dont ils avoient abandonné les fondlions.
La

Nation gagne tout à couronner un Miniftre toutpuiflant

comme

fon héritage , le fonds qu'il
qu'il en avoit feulement l'ufufruit précaire.

cultivera

:

Il

pilloit tandis

CHA-

L
'4^1

I

H

C

I.

-

^

'

V.

A

V.

p.

G^h

'

CHAPITRE
DcsFpatsllcéiïùy

^7

Succcflîfs

(?/^

V.

Héréditaires , ^^ie

ceux quon appelle Patrimoniaux,
a

vu au

Chapitre précédent , qu'il appartient originairement à la Nation de conférer l'Autorité fupréme,

ON
lui

Si elle

$.

^6.

\^^^^

ne

de choifir celui qui doit la gouverner.
confère la Souveraineté que pour fa perfonne feulement ,

feféfervant

le droit d'élire,

après

la

mort du Souverain , celui

AuflTuôt que le
qui doit le remplacer, l'Etat eft EleBif.
Prince eft élu fuivant les Loix , il entre dans tous les Droits,
que ces mêmes Loix attribuent à fa Dignité.

On a
de

mis en queftionfî

véritableii

Souverains.

les

Rois

& Princes

éledifs font

S'attacher à cette circonftance

,

§.

^7.

^(^.^jf^

^^^

qu'une idée bien confufe de la Souveraineté. 30^^"^^^^
La manière dont un Prince parvient à fa Dignité , ne fait
Il faut confidérien du tout pour en déterminer la nature.
c'eft n'avoir

rer \^,

fi

la

Nation elle-même forme une Société indépen-

2^. Quelle eft l'étendue du
Chapitre I.)
pouvoir qu'elle a confié à fon Prince. Toutes les fois que le
Chef d'un Etat indé[3endant répréfente véiitablcment fa Na-

dante (voïez

tion

,

on

(§. 40.)

le

doit le confidérer

quand

même

comme un

véritable Souverain

fon Autorité fe trouveroit limitée à

divers égards»

H

Quand

LEDROITDESGENS.

58
5.

inccemrr& tion d'un
hercditaires

la

Quand

ss,

Nation veut éviter

les

troubles» dont l'EIec-

Souverain ne manque guères d'être accompagnée

,

unc longue fuite d'années, en étaDroit ae lue- bliflant le Droit
ou en rendant la Couronne hérédefucccjjton ,
ditaire dans une Famille, fuivant Tordre & les régies qui lui
Etat ou Royaume
paroiflent les plus convenables. On appelle
i

^llg fait

cc choix pour

Héréditaire celui dont le SucceOeur eil défigné par la

Loi qui régie

fuccefiions des particuliers;

,

ct\}xi

& pour les Mâles feuls,
>

ç9;

vient à la

eft établie

Le Droit de fucceffion

établi par la
ne|^ quUe-

même

Le Royaume

auquel on fuccéde fuivant une Loi particufondamentale de l'Etat. Ainfi la fucceffion linéale ,

Succejpf t^
lière

les

même

Nation ;

il

en France»

n'eft pas toujours

primitivement

peut avoir été introduit par la concef^

fion d'un autre Souverain,par l'Ufurpation

même. Mais lors-

appuyé d'une longue pofieffion , le peuple eft cenfé
y confentir ; & ce confentement tacite le légitime , quoique
fa fource foit vicîeufè.
Il polè alors fiir le même fondement

qu'il eft

que nous venons d'indiquer, fondement feul légitime
inébranlable
.

5-

«5>

Autres fources,

qui re-

Ce
1

,

auquel

il

faut toujours revenir.

même Droit peut
»

part ocs Auteurs

,

^

encore

« félon
n
venir d'autres fources

Grotius
,

&

comme de

la

la

p1û«

Con-

cirTThmî ^"^^^ > OU du droit d'un Propriétaire , qui , fe trouvant
maître d'un pays , y appelleroit des habitans ,
leur donneroit des terres , à condition
qu'ils le reconnoitront lui

^^

&

&

fes héritiers

pour

leurs Souverains,

furde qu'une Société

d'hommes

ment qu'en vue de fon
qu'elle pût

engager

falut

Mais comme il eft ab-

autrepuiffe fe foumettre

& de

la poftérité fur

un

&

plus encore
autre pied j tout re-

fon bien

,

vient

L
vient enfin au
ceffion

V.

I

même

,

&

H

A

V.

P,

établie par la volonté exprefle

efl:

demeure

ainfi

Ç9

faut toujours dire

il

tenient tacite de la Nation
Il

C

I.

le

pour

,

,

bien

la fuc-

,
que
ou par le confen-

& le falut

de TEtat.

confiant que
dans tous les cas
*

la fuc-

,
'

^

commun.

h

& du peut

ou reçue qu*en vue du bien public
S'il arrivoit donc que l'ordre établi

ceffion n'eft établie
falut

r

à cet

Lex ^

& cette Loi eft

de

lié

par les

la

le falut

du peuple

plus exadte juftice

,

Loi fuprême ;
peuple ne s'étant

eft la

le

nœuds de la Société , qu'en vue de

fon falut

& de

fon plus grand avantage.

qu'on attribue aux
une Chimère enfantée par un abus que l'on

Ce prétendu Droit de
Princes

eft

,

Propriété

,

voudroit faire des Loix fur les Héritages des particuliers.
L'Etat n'eft, ni ne peut être un Patrimoine
trimoine eft
n'eft établi

évidente

:

fait

pour

le

bien du maître

,

au

;

puisque

lieu

que

le

le pa-

Prince

que pour le bien de l'Etat. La conféquence eft
Si la Nation voit certainement que l'Héritier de

fon Prince ne feroit pour elle qu'un Souverain pernicieux
elle

,

peut l'exclure.

Les Auteurs que nous combattons accordent ce droit au
Prince Defpotique, tandis qu'ils le refufent aux Nations.
C'eft qu'ils confidérent ce Prince

de l'Empire

,

& ne

fon propre falut

,

comme un

vrai Propriétaire

veulent pas reconnoître, que

le droit

de

fe

gouverner

jours effentiellement à la Société

H

,

2

de

appartient tou-

quoiqu'elle

,

le foin

l'ait

confié

,

même

chan-

de'^SucocS-

égard devînt deftruâiif de l'Etat , la Nation auroit certaine-^''"'
ment le droit de le changer par une Loi nouvelle. Salus
fopuli fupretna

^'•

La Nation

LEDROITDESGENS.

tfo

même

fans réferve exprefie

A leurs yeux

tiers.

comme

fon Cliamp

l'Humanité ,
fi

la

§.

elle

ciations,

&

à

un Monarque

Royaume

fes

&

eft l'Héritage

Maxime

troupeaux.

à fes Héri-

du Prince

,

injurieufe à

& qui n'eût ofé fe produire dans un fiécle éclairé

ne portoit fur des appuis, trop fouvent plus

forts

,

que

& la Juftice.

Raifon

La Nation peut,

62.

Des Renon-

le

,

par la

même

raifon, faire renoncer

une

une branche qui

s'établit ailleurs

Prince étranger.

Ces renonciations exigées

par l'Etat
à uue Loi

,

,

font très-valides

que TEtat

,

feroit

&

fonnes qui ont renoncé,

,

Fille qui
,

époufe un

ou approuvées

puisqu'elles font équivalentes

pour exclure ces
leur poftérité.

mêmes

Ainfi

la

per-

Loi

d'Angleterre a rejette pour toujours tout Héritier Catholique

Romain. „ Ainfi la Loi de Ruflie faite au commencement
„ du Règne d'EiizABETH exclut-elle très-prudemment tout
„ Héritier qui poflederoit une autre Monarchie ; ainfi la Loi

„ de Portugal re jette- t-el le tout Etranger qui feroit appelle à
„ la Couronne par le Droit du fang {a) ".

Des Auteurs célèbres

très-favans d'ailleurs

,

& très-judi-

ont donc manqué les vrais principes , en traitant des
Renonciations.
lis ont beaucoup parlé des Droits des Encieux

fàns

,

,

nés ou à naître , de

Il falloit

de

la

la

transmifiion de ces Droits &c.

moins comme une Propriété
que comme une Loi de l'Etat. De

confidérer la fucceffion,

Famille Régnante

ce Principe lumineux

,

& inconteftable

découle avec

facilité

toute
(a) Ejfrit des Loî:f

,

Lîv.

XXVI.

nés raifons politiques de ces difpofitions.

Chap. XXIII. où l'on peut voir de très-bon-

1

L
toute la

I

V.

C

I.

H

A

V.

p.

61

Celles que TEtat a

Dodrine des Renonciations.

&

facrées ; ce font des
exigées, ou approuvées , (ont valides
Loix fondamentales : Celles qui ne font point autorifées par
l'Etat

ne peuvent

,

être obligatoires

le

que pour

Prince qui

les a faites; Elles ne fçauroient nuire à fa Poftérité

même

peut en revenir

& rappelle

car

;

de fon

le foin

il

,

au cas que TEtat

fe doit à

falut.

Par

la

un peuple , qui

même raifon

légitimement renoncer à contre-tems
tat,

& abandonner

dans

ait

le

au

,

lui-

befoin de lui

lui avoit
le

,

&

;

,

commis

Prince ne peut

dommage

de

l'E-

danger une Nation, quis'éfoit

remife entre fes mains.

Dans
établie

,

les cas ordinaires

fans s'expofer à

,

quand

l'Etat

peut fuivre la régie

un danger très-grand

& manifefte

,

que tout Defcendant doit fuccéder , lorsque
dre defucceffioa l'y appelle , de quelque incapacité de régner

il

l'or- rement être

eft certain

par

lui

même

de Fefprit de

une conféquence
fucceffion.
Car on n'y a

qu'il puifTe être atteint.
la

Loi qui a établi

eu recours que pour prévenir

la

C'eft

qui, fans cela,

les troubles,

feroient presque inévitables à
chaque mutation.
roit pas

ce

beaucoup avancé vers ce but ,

fi

à la

Or on n'au-

mort d'un Prin-

permis d'examiner la capacité de fon Héritier ,
avant que de le reconiioitre. „ Quelle porte ouverte aux
,

il

étoit

„ Ufurpateurs, ou aux Mécontens
„ ces inconvéniens, qu'on a établi

& on

„ ne
„ ne

ne pouvoit rien

s'agit

M?-^^
fucceffion

que

d'être

reçoit point

!

.

. . .

C'eft

pour éviter

l'ordre de la fucceffion

;

de plus fage , puisque par là il
du Prince , & d'être en vie , ce qui

Faire

fils

de conteftation

,

H

au
3

lieu qu'il n'y a point

» ^e

^^^^'

LEDROITDESGENS.

6t

lixc

„ dérègle

pour juger de

„ de régner {a)

".

Qiioique

la

capacité, ou de l'incapacité

la fucceflion

ne

pas établie
de fa Famille ,
foit

pour l'avantage particulier du Souverain &
mais pour celui de TEtat ; leSuccefleur défigné ne laifiepas
d'avoir lin Droit, auquel la Juftice veut que l'on aît égard.

Son Droit
l'Etat;
s'y
S-

'54.

egens.

eft

mais

il

doit avoir fon effet,

Ces raifons ont d'autant plus de force , que la Loi , ou
|.£^j. ^^^^ fqppléef à ^incapacité du Prince , en nommant

tion

des souveraiaetcs.

pratique dans les cas de Minorités

pour tout le tems de fon Adminiflrade l'Autorité Royale ; mais il l'exerce au nom du Roi.
eft

CeUégent

'

la

oppofe pas.

un Régent , comme cela fe

Tn iiviûbu-

Nation, aufalutde
quand le bien public ne

fubordonné à celui de

,

revêtu

,

^^^ principes que nous venons d'établir fur le Droit fuccéffif OU héréditaire
font voir manifeftement , qu'un Prince
,

^^

j^ partager fon Etat entre fes Enfans,
Toute Souveraineté proprement dite eft, de fa nature, une

^^^^

p^.^j.

^^^-j.

&indivi{ible; puisqu'on ne peut féparer malgré -eux ceux

qui

fe font

nature de

unis en Société.
la

fouveraîneté

été fort en ufage
les

Ces partages
la

,

fi

contraires à la

confervatîon des Etats

,

ont

&

ont pris fin , par tout où les peuples
Princes eux-mêmes on ouvert les yeux fur leurs plus
:

Ils

grands intérêts, fur

les

fondemens de leur falot

Mais lorsqu'un Prince a réuni fousfapuilTanceplufieurs
Nations différentes , fon Empiré eft proprement alors un
aîTerablage
(a)
tel y

Mémoire pour Madame de LongtceviUe touchant

en 167a.

,

la

Principauté de Nenfcba^

L

V.

I

H

C

I.

afiembhge de diverfes Sociétés

A

V.

p.

63

foumifes au

,

même

Chef;

n'empêche naturellement qu'elles ne puîiFent être partagées entre fes Enfans : II pourra les leur diftribuer , s'il n'y
rien

Conventions au contraire, & fi chacun de ces
Peuples confent à recevoir le Souverain qu'il lui aura défigné.
a ni Loi

C'eft

ni

,

pour cette raifon que

la

France étoit

divifible fous les

Ayant pris enfin nne entière confiftence fous la troiftéme , elle a été regardée comme un feul
Royaume , elle eft devenue indivifible , & une Loi fonda-

deux premières races (a) .

mentale Ta déclarée

à

la

confervation

telle.

&

Cette Loi

à la fplendeur

vocablement à la Couronne toutes

,

pourvoyant fagement

du Royaume

,

unit irré-

les acquifitions des Rois.

Les mêmes principes nous fourniront encore la folution
d'une Queftion célèbre.
Lorsque dans un Etat fucceffif, ou
de fucceffion devient incertain

héréditaire

,

fe préfente

deux ou plùfieurs Pr étendans à

demande

qui fera

,

le droit

le

Juge de

,

leurs prétentions ?

,•

on

Quelques

fondant fur ce que les Souverains ne reconnoiflent
d'autre Juge que Dieu, ont avancé, que les Prétendans

Savans

,

fe

que leur Droit eft incertain , doivent
ou s'accommoder à l'amiable , eu tranfiger entr'eux , ou le

à

la

Couronne ,

tant

choifir des Arbitres

der

le

,

recourrir

différend par les armes

,

même au

fort

,

ou enfin

vui-

& que les fujets n'en peuvent

en aucune façon décider. Il y auroit lieu de s*étonner que
des Auteurs célèbres ayent enfeigné une pareille Dodrine.

Mais puisqu'en matière

même

de Philofophie fpéculative,
il

(a) Il faut

même

obfervet que ces partages ne fe fàifoient qu'avec l'approbation

& le confentement des Etats

refpectifs,

^5.

^çnfig^?^^^'''

& qu'il ^^ent des

Couronne

la

5.

tiom

fur la

unï^folm.

^^^^*

LEDROITDESGENS.

,?4

rien de

il n'efl:

fi

abFurde

,

qui n'ait été avancé par quelqu'un

d'entre les Philo fophes (a)

humain

rEfprit

;

que devons-nous attendre de

féduit par Tintérêt,

ou parla

crainte

?

Quoi !

dans une Queftion qui n'intérefle perfonne autant que

Nation

qui concerne

,

un Pouvoir

établi

la

uniquement en vue

de ion bonheur; dans une querelle, qui va peut-être décider à-jamais de Tes plus chers intérêts , de fon faîut même ,

demeurera tranquille fpedatrice Elle
Etrangers , que le fort aveugle des armes ,
elle

!

Maître
foit

,

comme un

décidé

s'il

,

de fon berger

,

lui

que des

défignent fon

troupeau de moutons doit attendre qu'il

fera livré

au boucher

ou remis fous la garde

,

!

dit-on, la Nation s^eft dépouillée de toute Juris-

Mais,
didion

fouffrira

en fe donnant un Souverain

Famille régnante

elle a

,

;

elle s'eft

foumifeà

la

donné à ceux qui en defcendent un

que perfonne ne peut plus leur ôter : Elle lésa établis
elle
elle ne peut plus les juger.
Eh-bien Né fera-ce

droit,
fur

î

,•

point à cette
voir la

même Nation de

reconnoitre celui à qui fon de-

djempêcher qu'on ne la
qu'elle a établi la Loi de fuccefilon
lie

un autre ? Et puisqui peut mieux qu'elle,

livre à

,

,•

&

avec plus de droit , défigner celui qui fe trouve dans le cas
que la Loi fondamentale a prévu & marqué ? Dlfon^ donc

que la dé^ifion de cette grande Controverfe appartient à la Nation , 6c à la Nation feule." Si même les Prétendens ont tranfigé entr'eux , ou choifi des Arbitres , la

fans héziter ,

Nation

n'efl;

point obligée de fe foumettre à ce qui aura été
aînfi

(a) Nefcio

Phîlofopborwn.

guomodo
Cicer.

tam ahfurdè dici potej}
Divinat, Lib- IL

nihil

De

,

quod non dkatur ab a/îqrw

L
ainfi réglé

,

1

V.

L

C H A

P.

V.

<îç

à-nioins qu'elle n'ait confenti à la TranfaBion

,

ou au Compromis ; des Princes non reconnus & de qui le droit
eft incertain , ne pouvant en aucune feçon diipofer de fon
obéiflànce. Elle ne reconnoit aucun Juge fur elle , dans une
affaire

où il s'agit de

Tes

Devoirs

les plus facrés

& de fes Droits

les plus précieux.

Grotius
dans

que

le

&

PuFENDORF ne

.

s'éloignent pas beaucoup

ne veulent pas
décifion du Peuple, ou des Etats, une

fonds, de notre fentiment

l'on appelle la

;

mais

ils

fentence Juridique {Judicium Jurisdi&ioms),

A

la

bonne

heure! ne difputons pas des ternies.
Cependant il y plus
ici qu'un fimple examen des droits , pour fe foumettre à celui
des Prétendans qui aura le meilleur.
qui s'élève dans la Société , doit être

jugée par l'Autorité
AulTi-tôt que le Droit de fuccelTion fe trouve in-

Publique.
certain

,

Corps de

Toute conteftation

TAutorité fouveraine
l'Etat,

retourne pour un tems au

qui doit l'exercer par lui-même

,

ou par

fes

Répréfentans , jusqu'à-ce que le véritable Souverain foit
reconnu. „ La contelhtion de ce droit en fufpendant les

„ fondions dans

la

perfonne d'un Souverain

,

l'Autorité re-

„ tourne naturellement aux fujets , non pas pour la retenir ,
„ mais pour mettre en évidence à qui d'entre les Prétendans


,

légitimement dévolue , & la lui remettre enfuite
entre les mains.
Il ne feroit pas difficile d*appuier d'une

elle eft

infinité

„ de
,3

d'exemples une vérité

la raifon ;

les Etats

mais

il

fuffit

de

fi

conftante par les lumières

fe

fouvenir que ce fut par

du Royaume de France que
I

fe

termina

,

après la

mort

LEDROITDESGENS.

C6

mort de

„ que

ces Etats

„ duquel

Bel, la femeufe conteftation d'entre

&

le

Roi d'Angleterre {Edouard IlL) &
tout fujets qu'ils étoient de celui en faveur

de Valois

Philippe

le

Charles

ils

,

prononcèrent, nelaifférent pas d'être Juges du

différend (a) ".

Guicbardin Liv. Xîl. témoigne aufTi que ce furent les
Etats d'Arragon qui jugèrent de la fucceflion de ce

,

&

qui préférèrent

Ferdinand

Mari d'JsABELLE Reine de

Martin Roi

d'Arragon

leur appartenoit

C'etoient de

(Jf)

,

,

Caftiiie

,

Aïeul de

RoyaumçFerdinand

à d'autres parens de

qui prétendoient que le

Royaume

.

même

les Etats

,

au Royaume de Jérufaïem ,

qui jugeoient des droits de ceux qui y prétendoient, comme
il eft juftifié
par divers exemples dans l'Hiftolre Politique

d'outre-mer (c).
Principauté de Neufchateî ont fouvent
en forme de Sentence Juridique fur la fucceffion à

Les Etats de
prononcé ,
la

la

En

Souveraineté.

l'année 1707.

ils

jugèrent entre

un

grand nombre de Prétendans , & leur Jugement rendu en
faveur du Roi de Prujfe, a été reconnu de toute l'Europe dans
le Traité d'Utrecht.

§. ^7.

àuVlfc^r-'
fio""^,^°J^

Pour affurer d'autant mieux
certain

& invariable,

il

la fucceflion

eft établi

dans un ordre

aujourd'hui dans tous les

Etats Chrétiens, (le Portugal excepté) qu'aucun Defcen-

daut

dre du JugeFuifiance
étrangère,

^^^ Réponfe pour

Madame de

^^^f-

(b) Ibid.
p. 501.

&fuîv.

(c)

Voïez

le

LongueviDe à un Mémoire pour

même Mémoire

,

qui cite l'Abrégé

Royal

Madame de
du. P.

Ldbùe

,

L

î

V.

C

I.

H

A P V.

dant du Souverain ne peut fuccéder à

la

67

Couronne ,

s'il

n'eft

né d'un Mariage conForme aux Loixdupay>;. Et comme
c'elt la Nation qui a établi la fucceffion, c'efl; aulTi à elle feule
de reconnoîcre ceux qui font dans le cas de
par conféquent , c'eft de fon Jugement feu! ,

qu'il appartient

fuccéder

&

&

;

de fes Loix

,

Souverains

Tes

que doit dépendre

la validité

du Mariage de

& la légitimité de leur naiiïknce.

Si l'éducation n'a voit la force de familiarifer
l'elprit hu-

main avec

grandes abfurdités, eft-il un homme fage
qui ne fût frappé d'étonnement en voyant tant de Nations
fouffrir que la légitimité & le Droit de leurs Princes
dépen?
dent d'une Puiffance Etrangère La Cour de Rome a imaginé

d'empêchemens & de nullités dans les Mariages,
en même tems elle s'eil; arrogé le droit de juger de leur va-

une

&

les plus

infinité

lidité

&

,

Prince de

celui de lever les
fa

empêchemens

Communion ne fera

enforte

;

point le maître

,

qu'un

en certains

de contrader un Mariage nécefiaire au falut de fon Etat,
Jeanne fille unique de Henri IV- Roi de Caftille , en fit la
cas

,

cruelle expérience.
là naifiance à

Des

Bertrand de

rebelles publièrent qu'elle devoit
la

Cueva Favori du Roi

;

& malgré

& le Teftament de ce Prince qui reconnut
confiiamment Je/vnne pour fa fille & la nomma fon héritière,
ils appellérent à la Couronne Isabelle fœur de Henri &

les Déclarations

femme
du

,

Les Seigneurs
de Jeanne lui ax^oient ménagé une puiflTante rel^
en négociant fon mariage avec Alphonse Roi de

de Ferdinand Héritier d'Arragon.

parti

fource

,

Portugal.

Mais

comme

ce Prince étoit Oncle de
I

z

Jeanne

,

il

LEDROITDESGENS.

(Î8
il

falloit

intérêts

une difpenre du Pape , & Pie H. qui étoit dans les
de Ferdinand & dMsABELLE refofait de donner la

difpenfe

,

fous prétexte

que

la

proximité étoit trop grande

,

fuffent très-commune alors.
quoique de pareilles Alliances

Ces

Monarque Portugais , & refroiTout réuffit à Isabelle ;
Caftillaiis fidèles

diflicuités rallentirent le

dirent le zèle des

& l'infortunée

:

Jeanne

prit le voile

de Religîeufe

,

pour

fûrer le repos de la Caftille parce facrifice héroïque (a)

Si le Prince paiTe outre 8c fe marie

.

malgré les refus du

expofefon Etat aux troubles les plus funedes* Q.ue
devenue l'Angleterre, fi la Réformation ne s'y fût

Pape,
feroit

,

a(^

il

heureufement établie , lorsque

Elisabeth illégitime

Un

le

Pape

ofa déclarer la

Reine

& inhabile à porter la Couronne ?

grand Empereur

,

Louis de Bavière

,

fçut

revendiquer, à cet égard les droits de là Couronne,
voit dans le Code Diplomatique du Droit des Gens

hkn

On
de

Leibnitz (^) deux Ades, dans lesquels ce Prince condamne

comme
(a) Je prens ce trait d'hiftoire dans les Conjuraiions de Mr. 15a Vori de Tertre ^
à qui \e m'en raporte , n'aiant
Au refte , je
pas les Hiftoriens originaux fous la main.
n'entre point dans la queftion de la naiflance de Jeanne : Elle eu inutile à mon fujet
La Princeffe n'avoit point été déclarée bétarde fuivant les Loix , le Roi l'avoùoit pour
fa fille ;
d'ailleurs , qu'elle fût légitime , ou non , les inconvéniens qui réfultà-ent
des refus du Pape , demeurent toujours les mêmes ,, poiur elle
pour le Roi de

&

&

Portugal
(è) p.

I

Ç4.

Forma JHvortii Matrinumiaîis

inter

Jobawtem filhtm

Régis Bobe"

^ Margaretham Ducijfam Karintfjia.
l'Empereur qui dorme ce Dlvorcs,
debifondement de
nobis
du Mari per auâoritatem
îarh ^
ntia

C'efl

fur le

l'irapuiflance

,

,

dit-ài

,

rite

cottceJJ'am.

p. I ç 6. Forma diffenfationit fttper a£înitate confanguinitatis inter Ludovicum
Marchionem Brandenburg.
Margaretham Ducijj'oin Karinthia , nec non legitimaiio Uberorum ^rocreandorum , faMa^tr Dom^ Usdavia IV. Rom. Im^er.

^

Ce

l

î

comme attentatoire
attribue à

V.

I.

jujfle

&

i'efprit

<î9

la

Doélrine qui
fienne, le droit de don-

& de juger de la validité

des Mariages, dans les

Mais

en^n des Etats dont

& même

SuccefTeur,

Etats

V.

p.

il

la

n'a été ni bien foutenu de

ni imité par fes Succelièurs.

,

ïî efl

ou

A

à l'Autorité Impériale,

lieux de ïbn obéidance.

vier

fa

pendant

H

une autre Fuiiîknce que

ner difpenic
Ion tems

C

On

Souverain peut choifir ion

tranfporter la

les appelle

Patrimoniaux,

,

le

Couronne

à

un

autre,

communément Royaumes,

Rejettons une expreifion

fi

i ^s.
appelles Pa.

'^^'"''^^^

peu

impropre elle ne peut fèrvir qu'à faire naître dans
de quelques Souverains, ûqs idées Fort oppofées à

fi

,•

Nous avons

celles qui doivent les occuper.

que l'Etat ne peut

être

un Patrimoine.

voir (§.6i.)

fait

Mais il peut

arriver

qu'une Nation, foit par l'effet d'une entière confiance en
fon Prince , foit par quelque autre raifon , lui ait confié le
foin de défigner fon SuccelFeur
fenti à recevoir

de

main.

fa

nommer

fa

,

s'il

le

,

& même

trouve à propos

,

qu'elle ait con-

un autre Souverain

Nous avons vu Pierre ï. Empereur dcRulTie
femme pour lui fuccéder , quoiqu'il eût des

Enfans,

il

un Prince ehoifit fon SuccefTeur, ou quand ^ S ^9Mais quand
*
Toute ven*
cède la Couronne à un autre , il ne fait proprement que table souve.

nommer, en vertu du pouvoir qui lui eft confié
fément, foit par un confentement tacite ; il ne
I

Ce

^

foit

expret

fait,

dis- je,

,

que

,
qu'une Loi humaine qui empêche ces mariages , infra
De eujus Legis pr/t'
frafertim infra fratres 'ç^ for ores.
çeptis dij'penfare jolnmmodo ferthtet ad auShritatem luipn'atoris Jeu Princifis Romanorum. Il combat cnfuite & condamne l'opinion de ceux qui ofent dire que ces difCet Acte eft de l'an 1341. aufli bien que le
f enfes dépendent des Ecciefiailii^ues.

gradus

n'éft

,

dit

FEmpereur

affinitatis faugttinis

fféccdent.

inaliénable.

L E

70

D R O

I

que nommer

celui qui doit

n'eft point,

&

On

but de

S.

Ce

l'Etat après lui.

gouverner

ce ne peut être une aliénation proprement

s'en convaincra aifément

& au

G E N

S

vraie Souveraineté eO; inaliénable de

Toute

dite.

T D E

la

nature.

l'on fait attention à l'origine

fi

,

fa

Société Politique

& de l'Autorité Souveraine.

Une Nation fe forme en Corps de Société pour travailler au
comme elle le jugera à propos pour vivre
bien commun
,

,

,•

Elle établit dans cette

fuivant fes propres Loix.

Autorité Publique,

même

Si elle confie cette Autorité à

avec pouvoir de

îa

vue une

un Prince,

transmettre en d'autres mains

;

ce ne peut jamais être , à

moins d'un confentement exprès

& unanime

avec

des Citoyens

,

le droit

de

l'aliéner vérita-

blement, ou d'aiTujettir l'Etat à un autre Corps Politique.
Car les particuliers qui ont formé cette Société, y font entrés
pour vivre dans un Etat indépendant ,
être fournis à

un joug

étranger.

&

point du tont pour

Qu'on ne nous oppofe point

quelqu'autre fourcedecedroit, la Conquête, par exemple.

Nous avons
ces'

déjà fait voir (§. ^o.)

que ces

différentes four-

reviennent enfin aux vrais principes de tout

vernement.

Tant que

le

Vainqueur ne

rétat Civil

,

Du moment

fes droits fe

Gou-

pas fa Con-

l'état

de Guerre fubfifte en

qu'il la

met véritablement dans

quête fuivant ces principes,

quelque façon :

traite

jufi:e

mefurent fur

\qs principes

de cet

état.

Je fçai que plufieurs Auteurs , Grotius entr'autres (a) ,
nous donnent de longues énumérations d'aliénations de Souverainetés.

Mais

les

exemples ne prouvent fouvent que
l'abus

{a) Droit d€ la

Guerre

& de la Paîx

,

Liv.

L

Ch. Hî.'J. XÏÏ.

L
Fabiis

du pouvoir ,

I

V.

H

C

I.

non pas

A

V.

P.

71

Et puis , ks peuples
ont confenti à l'aliénation , de gré ou de force.
Q.u'eu{rent
fait les habitans de
delà
la
Pergame , de
Bithynie,
Ojréndique^
6c

le droit.

lorsque leurs Rois les donnèrent par

Romain ? U ne

leur reftoit

que

Tedament au Peuple

le parti

de

fe

fonmettre de

bonne grâce à un Légataire fi poiflant. Pour alléguer un
exemple capable de faire autorité , il Faudroit nous citer celui
de quelque Peuple réfiftant à une femblabîe difpofition de
fon Souverain , & condamné généralement comme injufte &
lui

fuccéder,

les

eût voulu

I.

nomma

fa

femme pour

fon Empire au Grand-

alTujettir

RujÇes i'euflent foufFert

palTé pour

qui

croit -on

ou à quelqu'autre Pulifance voifine,

Seigneur,

que

même Pierre

Si ce

rebelle.

une révolte

;

&

leur réfiftance eût-elle

point en Eutope

Nous ne voyons

?

de grand Etat qui foit réputé aliénable.
Si quelques petites
Principautés ont été regardées comme telles, c'efl: qu'elles
n'étoient point de véritables Souverainetés. Elles relevoient

de l'Empire

avec plus ou moins de Liberté Leurs Maîtres
trafiquoient des droits qu'ils avoient fur ces Territoires ; mais
ils ne
pouvoient les fouftraire à la dépendance de l'Empire.
:

,

Concluons donc que
fou mettre à

une Pu

i

Nation feule ayant

la

le droit

de fe

fiance Etrangère, le droit d'aliéner vé-

ritablement l'Etat ne peut jamais appartenir au Souverain,
s'il ne lui eft
exprefiement donné par le peuple entier. Celui de
fe

nommer un

tres mains,

fur

ne

Succefieur, ou de remettre le fceptre en d'aufe

préfum.e point

un confentement exprès

long ufage, juftifiépar

le

,

non

fur

plus

,

& doit

une Loi de

confentement

l'Etat

être fondé
,

oufur un

tacite des peuples*

Si

LEDROITDESGENS.

72

nommer

Si le pouvoir de

,

Devoir du
Prince

qui

peut nom-

Souvcraio

,

l

*^ -

i

&

avantage

ne doit avoir en vûë, dans fon choix, que

il

«

,^

fon Sucçeffeur eft confié au

de l'Etat

le faîut

II

lui-même

n'a été

établi

"

ceiTeu^

que pour cette fin
en d^autres mains
dans

un

la

(§. 59.)
,

la liberté

ne peut donc

même vue.

droit utile

,•

îl feroit

du Prince

,

de remettre

il

PuLl^mce

lui avoir été confiée

abîurde de

dont

fa

la confidérer

que

comme

peut ufer pour fon avantage

Pierre le Gr^nd ne & propofa que le bien de
Il conlorsqu'il laiiTa la Couronne à fon Epoufe;

particulier.

TEmpire

,

noifibit cette

Héroïne pour

plus capable de fuivre fes vues,

grandes chofes qu'il avoit commencées |
la préféra à fon fils encore trop jeune.
Si l'on voyoit fou-

de perfeélîonner
il

la

les

vent fur le Trône des Ames

que celle de Pîeree ,
une Nation ne fçauroit prendre de plus fages mefures , pour
s'affurer d'être toujours bien gouvernée , que de confier au
suffi élevées

Prince, par une Loi fondamentale ^ le pouvoir de défigner
fon Succefîèun
Ce moyen feroit bien plus fâr que l'ordre

Les Empereurs Romains qui n'avoient point
d'enfans mâles, fe donnoient un Sucçeffeur par l'Adoption,
Rome fut redevable à cet ufage d'une fuite de Souverains
de

la naiflance.

Nerva, Traja^n, Adrien même,
Antonin, Marc - Aurele quels Princes/ La Naiîfance

unique dans

l'Hiftoire

.-

,•

en
f

71.

tili^\u^'

moms tacite

place-t-elle

fouvent de pareils fur

Allons plus loin

le

Trône

& difons hardiment

?

que s'agiflant ,
dans unAde fi important, du falut de la Nation entière, le
confcntement & la ratification, au moius tacite, du Peuple

,

ou de PEtat y efl;

nécefiaire

,

pour

lui

,

donnQî un plein

&

L

I

L

V.

C H A

P.

V.

73

& entier effet. Si un Empereur de jluffie s^aviroit de nom^
mer pour fon Succefieur un fujet notoirement indigne de
porter la

Couronne,

iln'j^a point d'apparence

que ce vafte

aveuglément à une difpofition fi pernicieufe.
Et qui ofèra blâmer une Nation de ce qu'elle ne veut
pas courrir à fa ruïne , par déférence aux derniers ordres de

Empire

fe fournit

Dès que

foumet au Souverain qui
lui a été défigné, il ratifie tacitement le choix qu^en a fait
le dernier Prince ; & le nouveau Monarque entre dans tous
fon Prince

les

?

le

fe

Peuple

Droits de fon Prédéceffeur.

CHAPITRE

VL

Principaux objets d'un bon Gouvernement ;
voir aux hefiins de la Nation.

A

Près ces obfervations fur

la

Conflitutîon

i°.

Four^

même

de
§.

^2,

^*
venons maintenant aux principaux objets d'un
5^^^^^^
Nous avons vu ci-deffus q^^ au Soubon Gouvernement

l'Etat

,

verain les

(§. 5« 4i« & 42.)

»

^^®

^6

Prince

,

une fois revêtu de F Auto-

Devoirs.

,
chargé des Devoirs de la Nation par ^^curer^rA^«^^^nce.
Traiter des principaux objets
rapport au Gouvernement.

rite

fouveraine

eft

d'une fage Adminiftration , c'efi: donc expofer en même
tems les devoirs d'une Nation envers elle-même ^ & ceux

du Souverain envers fon peuple.

Un fage Conducteur
Société Civile

La

la régie

de l'Etat trouvera dans

les fins

de

la

& l'indication générale de fes Devoirs.

Société eft établie dans la vûë de procurer à ceux qui en
font

K

LEDROITDESGENS.

74
font

membres

les néceffités

agrémens delà vie
à leur félicité

;

de

quillement du fien

,

,

les

& en général

faire enforte
8c

commodités

& même

,

les

tout ce qui eft néceiTaire

que chacun

puifie jouir tran-

obtenir juftice avec fureté

;

enfin de fe

défendre en femble contre toute violence du déiiors (§. if.)

ou fon Condudeur , s*appiiquera donc premièrement à pourvoir aux befoins do peuple , à faire régner dans

La Nation

,

TEtat une heureufe abondance de toutes les chofesnécefTaires
à

la

vie

même

,

des commodités

&

des agrémens înnocens

& louables.

Outre qu'une vie ^fée fansmolIefTe contribue
au bonheur des hommes , elle ks met en état de travailler

& de fuccès à leur propre perfeftion ce
& Tune des vues qu'ils
leur grand & principal devoir

avec plus de foin
qui

efl

;

j

doivent fe propofer lorsqu'ils s'uniffent en Société.
5-

pu

il

,??•

y

ait

.

un

fifJrî^d'Ou'
vriers.

Pour réuffir à procurer cette abondance de toutes chofes,
U faut s'appHqucr à faire en forte qu'il y ait un nombre fufRdans chaque profeffion utile ou néLes foins attentifs du Gouvernement , des régîe-

^^"* d'Ouvriers habiles
ceffaire.

mens

,

des fécours placés à-propos produiront cet effets
fans ufer d'une contrainte , toujours funefte à l'induftrie.

i
foirie

On

74-

de

fages

,

doit retenir dans l'Etat les Ouvriers qui lui font uti-

les; &certainementrAutorité Publique eft en droit d'ufer,

""^

utiles.

s'il

le faut

,

de contrainte , pour y

fe doit à fa Patrie

;

réuffir.

Tout Citoyen

& un Artifàn en particulier, nourri

,

élevé,

infbrviit
, ne peut légitimement la quitter , &
porter chés l'étranger une induflrie qu'il tient d'elle , à
moins quç la Patrie ne lui manque la première § ou qu'il ne

dans fon fein

puiflè

L

V.

î

C H A

I.

VL

P.

de Ton

recueillir îe jufte fruit

puifie pas

y

talens.

Biut donc lui procurer de roccupation

Il

trav^aii Se
;

&

de
(i

lès

pou-

vant faire on gain honnête dans Ton pays ? il vouloit i'abandonner fans raifon , la Patrie eft en droit de le retenir. Mais
elle doit ufer fort

fobremént de ce droit

,

& feulement

dans

La Liberté efl: l'ame des
importans , ou de néceffité.
de i'induftrie ; Souvent un Ouvrier , ou un Artalens
les cas

&

tille

9

après avoir beaucoup voyagé, ell rappelle dans ià

&

Patrie par

un fenriment

mieux en

état de la fervir utilement»

tains cas particuliers

le

,

naturel

mieux

,

eO:

revient plus habile

&

Si vous exceptez cer-

dans cette affaire de ne

mettre en u Page que des moyens doux, la proteélion, l'encouragement &c. Se fe repofer du refte fur cet amour naturel

atout homme pour

Quant à

les lieux

qui Tout vu naître.

ces émiflàires, qui viennent dans

lui

débaucher des

les

punir févérement ^

la

PuiiTance qui les employé.

Nous
générale

dont

il

nent

les

,

eft

fujets utiles

&

ii

a

le

,*

un

Souverain

jufte fujet

un pays pour p^^'^JiJf^;
en droit de

efl:

î"" ^.^» *^s

de plainte contre

traiterons ailleurs plus expreffément la queftion
s'il

eft

permis à un Citoyen de quitter

membre.

Les

Ouvriers utiles

,

raifons particulières

nous

L'Etat doit encourager
exciter les talens;

,

la Société

qui concer-

fuffifent ici.

le travail

,

animer Tindurtrie ,

piopofer des récompenfes,

des ho^-

des privilèges ; faire euforte que chacun trouve à
j
vivre de ion travail.
L'Angleterre mérite encore d'être pro-

§.

-5.

^^u^t^^ïe

nçurs

pofée

ici

pour exemple.

Le Pariement

K

2

veille fans-ce(fe à

ces

j^f^^'^^^^^fg^

LEDROITDESGENS.

76

ces objets importans

;

il

n'épargne ni foins , ni dépehfes.

Et ne voyons-nous pas même une Société d*excellens Citoyens , formé<3 dans cette vûë , y confacrer des fommes
confidérabîes ? Elle diftribuë dQS prix en Irlande
vriers qui fe font

le'

^

aux Ou-

plus diilingués dans leur ProfefTian

elle

;

&

alTifte les

Etrangers qui s*y transplantent,
qui n'ont pas
les moyens de s'établir.
Un pareil Etat peut-il manquer
d*être puiffant

&

heureux

?

CHAPITRE
De

-

la

T\^ ^^^doute^^^^*
^^^

^^'

%

LaboLge.

,

^

^ans

Cultun
^^

des terres.

Labourage, ou l'Agriculture

îe plus utile

& îe plus néceflaire,
La

Père nourricier de l'Etat

multiplie infiniment les produdions
la

plus fûre

lide

78,

§.

*

£dra à cet

égard
la

;

pouj

diltribu-

tion des

y

le

,

VIL

fonds de richefies

,•

eft

C'eft le

culture des terres en
elle

forme lareflburce

& de Commerce

îe plus fa-

pour tout peuple qui habite un heureux climat.

Cet objet mérite donc toute l'attention du Gouverne^^^^- Le Souverain ne doit rien négliger pour procurer
aux tcrrcs de foa obéilfance la meilleure culture. Il ne faut
r rr
pas fourtrir

que des Communautés , ou des

particuliers ac-

tenes.

Ces
quiérent de grandes terres pour les laiffer incultes.
droits de Commuais ^ quiôteot à un
Propriétaire la libre difFonds, qui ne lui permettent pas de
donner la culture la plus avantageufe

pofition de fon

mer

& de

lui

droits, dis-je, font contraires au bien

de

fl

fl

f

l'Etat,

le fer;

ces

& doivent
être

*

L
être rapprîmes

^

I V.

C H A

I.

P.

ou réduits dans de

priété introduite parmi les Citoyens

Nation ne

VII.

77

La

juftes bornes.

prola

n'empêche pas que

,

en droit de prendre des mefures efficaces pc»ur
enfbrte que la totalité de Ion terrein produite le plus

faire

foit

& le

grand revenu poffiblej

Le Gouvernement
rebuter le Laboureur

,

doit éviter avec foin tout ce qui peut

ou

le

ces impôts exceflifs

tailles,

plus avantageux.

détourner de Ton

Ces

travail.

& mal proportionnés

§.

79.

ted^ion des

^'^°^^^"-

quitom-

,

bent presque entièrement à la charge des Cultivateurs, les
vexations des Commis qui les exigent, ôtent au malheureux
payfan

moyens de labourer

les

la terre,

&

dépeuplent

les

Campagnes. L'Efpagne eft le pays de l'Europe le plus fertile j
& le moins cultivé. L'Eglife y poflede trop de terres ; &
Entrepreneurs àQS Magazins roj^aux , antorifés à prendre
à vil prix tout le bled qui fe trouve chés un
paynmj au-deïa

les

de ce qui

eft deftiné à fa rubfiftance

Laboureur

,

qu'il

,

dans un pays

& fa
,

Artifans

fait

la

-r.

Les Bourgeois

les plus ferviles

Un

Genre- humain

petit

,

h

quantité de

à la culture, c'eft le mépris

T-

,

les

Citoyens

oififs

,

&

,

qui nour-

vocation naturelle de l'homme.

Marchand de Modes

,

un

tailleur d'habits

,

met

bien-loin au-deifous de lui l'occupation chérie des premiers

K

^

§•

s®-

OndoitmcttT-n
1
des Villes, itn trecnhonï

regar- towage,^'
le
l'humilient

le

rit le

fort le

là ces difettes fré-

Cultivateur d'un œil dédaigneux ,
découragent : Ils ofent méprifer une Profcffion

dent

fi

qui pourrcit nourrir fes voifms.

du Laboureur.

même

De

famille.

Un autre abus nuit encore
que ron

découragent

ne fème précifément que

bled néceffaire pour lui

quentes

,

3

Con-

LEDROITDESGENS.

78

& Didateurs de Rome.

Confnîs

La Chine a fagement évité

Labourage y eft en honneur : Et pour maintenir cette heureufe façon de penfer ,
chaque année dans un
jour folennel , TP^mpereur lui-même , fuîvî de toute fa Cour,
cet abus; le

met

main

la

A la

Charrue

,

&

enfemence un coin de

terre.

pays du Monde mieux cultivé: Elle
nourrit un peuple innombrable , qui paroit d'abord au Vo-

§.

AuflTi la

Chine

yageur

,

eft-eile le

trop grand pour TePpace qu'il occupe.

La culture de

sr.

la terre n*eft

pas feulement recommanda-

Gouvernement, pour Ton extrême utihte ; celten^^^^ ^^^ obligation , impofée à l'homme par la Nature. La

mturdie de ble au
eu tiver
•erre.

la

terre entière eft de{ïinée à nourrir fes habîtans

Mais

:

elle

ne peut y fuffire , s'ils ne la cultivent pas. Chaque Nation
efl: donc
obligée par la Loi Naturelle, à cultiver le pays qui
lui eft échu en partage , & elle n'a droit de s'étendre , ou de
recourrir à raffi (lance d^s, autres

,

la

qu'autant que

terre

ne peut lui fournir le nécelTaire. Ces Peuple ,
anciens Germains , & quelques Tartares moder-

qu'elle habite
tels

nes

que
,

les

qui

des terres
à eux

,

,

habitant des pays fertiles

& aiment

mêmes

,

eft d'autres

dédaignent

mieux vivre de rapines

comme

,

qui
de
leur
Chaffe
que
,

,

&

pour

des bêtes féroces
fuir le travail

,

de leurs Troupeaux.

Te

,

font injure à tous leurs voifiiis

d'être exterminés

en

*

&

,

la

culturq

manquent

&

méritent

nuifibles.

Il

ne veulent vivre
Cela pouvoit fe

faire

fans contradiaion, dans le
premier âge du Monde,
fuffifante
lorsque la terre étoit plus
elle-même au

que

petit

nombre de

fes habitans.

par

Mais aujourd'hui que le
Genre

L
Geiire-humain

V.

I

W

CHAR

I.

VIL

79

ne pourroit fubfifter,
fi tous les
peuples vouloient vivre de cette mamére. Cenxqui
retiennent encore ce genre de vie oilif , ufurpent plus de ters'eft

fort multiplié v

rein qu'ils n'en auraient be foin avec

ne peuvent

fe plaindre

& trop referrées

fes

tandis

la

que

un

travail

honête, &iîs

d'autres Nations, plus laborieu-

viennent en occuper une partie.
Ainfi,
Conquête des Empires policés du Pérou & du
,

une ufurpation

viété

Mexique

fi

,

il

dans

pîufieurs Colonies

criante;

Tétablifiement de

Continent de V Amérique

le

fe^terz"

pouvoit, en fe contenant dans de juftes bornes,
n*avcir rien quede très-légitime.
Les peuples de ces vafles

irionale

,

contrées

,

les

parcourroient plutôt qu'ils ne les habitoient.

L'établiflement des Greniers publics eft une excellente
Police j pour prévenir la difette.
Mais il faut bien fe

de

les adminiftrer

vues de

profit

:

avec un

On

efprit mercantille,

&

tomberoit alors dans un Monopole

,

,

&

grande abondance ,
qui lui refteroient

,

,

&

dance

,

le

Cultivateur des bleds

ou qui pafleroient chés l'Etranger en

s'ouvrent; quand le bled renchéSi , dans l'abonle maintiennent à un jalle prix.

trop grande quantité
rit

déchargent

ils

:

Ils

empêchent que

cette

denrée

fi

néceflàire

ne

tombe aifément àun prix fore basjcet inconvénient eîl: plus que
compenfé par le (oulagement qu'ils apportent dans les tems
de cherté ; ou plutôt il a^y a point là d'inconvénient.
Lorsque

le

bied

fe

donn à
;?

fi

grand marché

j

g-.

garder pubUcT'^^
dans des

pour être exercé par le Magillrat , n'en feroit pas
moins illicite. Ces Greniers fe rempîiffent dans ]qs tems de
qui

§.

l'Ouvrier efl tenté,

pour

LEDROITDESCENS.

80

pour obtenir
prix,

qu'il

range

le

la

efl:

préférence

,

d'établir Tes

manufadures à un

obligé de hauflTer dans la fuite

Commerce

,*

ou bien

,

ce qui en dé-

s'accoutume à une aifance

il

,

ne peut fou tenir dans les tems plus difficiles. Il feroit
avantageux aux Fabriques & au Commerce, que la fubfiftance

qu'il

dQs Ouvriers pût fe maintenir à
jours à-peU'prés le

même.

tiennent dans l'Etat des bleds

:

tou-

Enfin les Greniers publics re,

qui en fortiroient à vil prix,

& qu'il faudroit faire revenir à grands fraix
de mauvaife récolte

&

un prix modique ,

Ce qui

eft

,

une perte

dans

les

réelle

années

pour

la

Ces Etabliflemens n'empêchent pas cependant le
Commerce des bleds. Si le pays en produit , année comNation.

mune

,

plus qu'il n'en faut pour la nourriture des habitans

le fuperflu

paflèra à

ne

laiflera

pas de s'écouler au dehors

un prix plus foutenu

5

mais

il

;

y

& plus jufte.

CHA-

L

V.

I

C

I.

H

A

VIIL

P.

CHAPITRE
Dh
par le

81

ViïL

Commerce.

moyen duCommerce que les partîculîers & les

§.

g..

Nations peuvent fe procurer les choies dont ils ont ^i^té'dr^*
C'Eft
befoin & qu'ils ne trouvent pas cbés eux. On le divife & extérieur.

en Commerce intérieur

dans

eft celui qui s'exerce

fécond

avec

fe fait

& Commerce extérieur: Le

les

premier

l'Etat entre les divers habitans,

le

peuples étrangers.

Le Commerce intérieur eft d'une grande utilité; il fournit
à tous les Citoyens

ont befoin,

moyen de fe procurer les chofes dont

le néceiïàire

culer l'argent

nant

le

,

,

l'utile

excite l'induftrie

la fubfiftance à

un

,

très-grand

bue à rendre le pays plus peuplé

&

l'agréable,-

anime le

travail

U
,

nombre de fujets,

il

84-

ils commerc^e

fait cir-

&

§.

^'''^'"''

don-

contri-

& l'Etat plus puifTant.

,

Les mêmes raifons démontrent

du Commerce

l'utilité

&

5.

8s

on y trouve de plus ces deux avantages commerce
^'^<^<="'"'
i<>. C'eftpar fon Commerce avec les Etrangers , qu'une Nation fe procure les chofes que la Nature ou l'Art ne produifent

extérieur

;

point dans

le

:

pays qu'elle occupe.

2^. Si ce

Commerce eft

augmente les richelfes de la Nation ,
devenir pour elle une fburce d'abondance & de

bien dirigé

,

il

L'exemple des Carthaginois chés
ghi s

Si.

les

Anciens

,

&

peut

tréfors.

celui des

An-

des Hollandoî s chés les Modernes, en fourniffent des

preuves éclatantes,

Carthage balança par

L

fes richelfes la

fortune

,

L E

g2

D R O

&

D E

T-

1

G E N

S

S.

La Hollande
grandeur de Rome.
Une Coma amalTé de fommes immenfes dans Tes marais
Marchands pofféde des Royaumes dans TOrient,
pagnie de Tes
& le Gouverneur de Batavia commande aux Rois des Indes,

fortune, V le courage

ia

:

de gloire l'Angleterre eft-elle
quel degré de puifiknce &
Tes peuples guerriers avoient
parvenue Autrefois Tes Rois

A

&

!

fait

la

des Conquêtes brillantes

guerre

lui firent

?

que

,

perdre

de^cukive"
le

fa

main

Les Nations font obligée de

86.

rieur

Commer-

ce intérieur, les

,•

i^. Parce

hommes

que

doivent

l'on

;

l'obligation

la

fiéquens dans

c'eft principale-

balance de l'Europe.

Commerce

cultiver le

démontre en Droit Nature]

,

inté-

que

réciproquement, contribuer
perfeâ;ion 6c au bonheur de leurs

s'afFifter

jutant qu'ils le peuvent à

femblables

fi

,

Aujourd'hui

;

ment le Commerce qui met en
§.

les revers

d'où réfulte

,

la

après Tintrodui^ion de la Propriété,

de céder aux autres, àimjufteprix,

les

chofes

que nous ne deftinons pas à notre
2*5. La Société étant établie dans la vue que chacun
ufage,
les chofes néceflaires à fa perfedion & à
puifîe fe procurer
dont ils ont befoin

fon bonheur 5

&

,

le

6c

Commerce intérieur

tenir toutes ces chofes là

;

l'obligation

du Paftemême quia formé
naerce étant utile à

de

le

la

la Société.

Nation

,

étant le

de
3

le

cultiver dérive

Enfin

'^.

elle fe doit à

moyen d'ob5

ce Corn-

elle-même le foin

rendre fioriffant.

Par

la

même raifon tirée du bien de l'Etat, & auffi

pour
befoin
ont
ils
dont
toutes
les
chofes
aux
,
de^SvTr procurer
Citoyens
le Commery^g Nation cft obligée d'exercer & defavorifer le Commerce
§.

87^

ce exteneuT.

extérieur

De

tous les Etats modernes

,

l'Angleterre

celui

L

V.

I

H

C

î.

A

P.

VU!.

83

Le Parlement

celui qui fe diftingue le plus à cet égard.

toujours les yeux ouverts fur cec objet important

y

il

a

pro-

tège efficacement la Navigation de fes Marchands, il favorife , par des gratifications conlidérabies , l'exporcation dos

denrées
fort
tirés

&

marchandifes fuperfiuës.

bon Ouvrage (a)
d'une Police

fi

les fruits

On

peut voir dans un

précieux que ce

Royaume

a

fage.

Voyons maintenant quelles font les Loix de la Nafure,
&queis les droits des Nations, dans ce Commerce qu'elles
Les hommes font obligés de

exercent entr'elles.

mutuellement , autant

s'afiifter

de contribuer

le faire

peuvent
,
de
bonheur
leurs
au
femblables ( Prélim,
à la perfeclion &
§. lo.) ; d'où il fuit , comme nous venons de le dire (§.85.)
qu'ils

la propriété, c'eft un devoir de
qu'après l'introdudion de
vendre les uns aux autres , à un jufte prix, les chofes dont

le polTeffeur n'a pas befoin

ceffaires à d'autres

aucun
efl:

parceque

homme ne peut

nécelfaire

douce

,•

,

ou

& agrékbie.

fe

utile

befoin,

homme
en

les

,

,

& qui

font né-

depuis cette introduction,

procurer autrement tout ce qui

,

ce qui efl: propre à lui rendre

la

lui

vie

Puis donc que lé droit naît de l'Obliga-

tion (Prélim. §. ?.); celle

à chaque

pour lui-même

le droit

que nous venons
de

achetant, à

fe

un

d'établir

donne

procurer les chofes dont
prix raifonnable,

il

a

de ceux

qui n'en ont pas befoin pour eux-mêmes.

Nous avons vu encore (Prélîm.
en

s'unilfant

§, f.)

en Société Civile , n'ont pu
L 2

(a) Remarques fur les avantages
Bretagne par rapport au Coiiuiicrcc.

6i

défavantages de

que

les

hommes,

fe fouftraire à

Tau-

torité
la

France

& d« la Grande-

§-

8».

du Droit de

^rDroir*
^

''chcter.

LEDROITDESGENS-

84

Loix Naturelles , & que la Nation entière demeure
comme Nation j à ces mêmes Loix enforte que

torité des

foumife
la

,•

,

Loi des Nations, ou

n'eft autre chofe

le

le

que

Droit des Gens naturel

Droit de

la

& nécefTairei

Nature appliqué convena-

blement aux Nations,ou Etats fouverains (Prélim. §,6>)i
tout cela

il

qu'une Nation a

refaite

de

ie droit

fe

De

procurera

en les
les chofes qui lui manquent ,
prix équitable ,
achetant des Peuples qui n'en ont pas befoin pour eux-mê-

un

Voilà le fondement du Droit de

mes.

Nations
5.

89.

,

& en particulier du droit

Commerce

entre les

d'acheter,

,

ve'îî^e?'^'^^

^^

"^ P^^^ P^^ appliquer le niêm.e raifonnement au
droit de vendre les chofes dont on voudroit fe défaire. Tout

homme
ter

,

&

toute Nation

une chofe qui

eft

de l'acheter de l'un

,

5

étant parfaitement libre d*acli^-

à vendre

^

ou de ne

plutôt que de l'autre

la

pas acheter
îa

5

&

,

Loi naturelle

aucune efpéce de droit de vendre
ce qui lui appartient à celui qui ne fouhaite pas de l'acheter >
ni à aucune Nation celui de vendre fes denrées , ou marchan-

ne donne à qui que ce

difes
Prohibition
des iror-

chandifes
étrangères.

,

foit

chés un peuple qui ne veut pas les recevoir.

rr»"r»
rv
Tout Etat 5 par coniequent,

n
eit

l'entrée des raarchandifes étrangères

défenfe intéreffe

même comme

,

fi

un gain, que

qu'ils le faflent à fes

une Nation

%

t

rf

t

6c les peuples

que cette

n'ont aucun droit de s'en plaindre , pas
on leur eût refufé un office d'humanité.

Leurs plaintes feroient ridicules
objet

|

-s

endroit de défendre

cette

,

puisqu'elles auroient

pour

Nation leur refufe, ne voulant pas

dépens.

étoit bien certaine

Il eft

que

îa

vrai feulement,

que fi
marprohibition de fes
chan-

L

ï

V,

C

!.

H

A

VIII.

P.

8y

chandifes n'efl Fondée fur aucune raifon prifedu bien de l*Etat

qui les interdit,

elle auroit fujet

comme une marque

de regarder cette conduite

&

de

lui feroit très-difficile

de

de mauvaife volonté à fon égard

Mais il

s'en plaindre fur ce pied.

^

juger fûrementque cet Etat n'auroit eu aucune raifon, folide
ou apparente ^ de fe porter à une pareille défenfe.
Nature du

?ar

la

manière dont nous avons démontre

a

le droit

qu
une Nation, d'acheter chés les autres ce qui lui manque,
il eft aifé de voir
que ce droit n'eft point de ceux que Ton apdre.

&

qui font accompagnés du droit de contrainDéveloppons plus diilinétement la nature d*un droit ,

pelle parfaits

,

qui peut donner lieu à des querelles férieufes.

Vous avez

vous manquent, &
dont ils n'ont pas befoin pour eux-mêmes; vous vous adreC
fez à moi
Je ne fuis point obligé de vous les vendre, fi j*en

droit d'acheter des autres leschofes qui

:

ai

moi-même

à faire.

appartient à tous les

befoin

,

ou

fi

je fuis

En

vertu de

hommes,

c'eft

la

Liberté naturelle qui

moi de juger

à

dans le cas de vous

vendre

les

fi

;

j'en ai

&

il

ne

vous appartient point de décider fi je juge bien ou mal ;
parceque vous n'avez aucune autorité fur moi. Si je refufe
mal-à-propos ,

& fans aucune bonne

à jufte prix ce dont vous avez befoin

raifon
je

,

,

de vous vendre

pèche contre mon
mais vous devez le

vous pouvez vous en plaindre ,
fouftrir , & vous ne pourriez entreprendre de m'y forcer,

devoir

;

fans violer

ma Liberté naturelle & me faire injure.

d'acheter les chofes dont
imparfait

,

on

a befoin

femblable à celui qu'à

L

,

n'eft

droit

donc qu'un droit

un pauvre de
5

Le

recevoir l'au-

mône

Droit d'à.
^^'^^^^'

D R O

L E

^6

mône (1*11(1

riche

à fe plaindre

,

T D E

S

celui-ci la lui refafe

fi

;

1

mais

il

n*efl;

G

E

N

,

le

pauvre

pas en droit de

S.

la

eft

Fondé

prendre par

force.

Si
faire,

Ton demande ce qu'une Nation feroit en droit de
dans le ca? d*tine extrême nécefîité ? Ceft une

queftion qui trouvera

fa

place dans le livre fuii'ant (

an

Qiap. IX. )
r>
\ a«^l
tii.\C eit

que Nition
de voir comment eUc

Nation ne peut
Puis donc qu'une
avoir naturellement au*
t
cuu droit de vendre fes Marchandifes à unQ autre ^ qui ne

veut pas les acheter ; qu elle n a qu un droit imparfait d*ai^^cw^^'^' cheter des autres ce dont elle a befoin; qu'il appartient à
merce.
celles-ci de juger fi elles font dans le cas de vendre , ou fî
elles n'y font pas

vente

& qu'enfin le Commerce

;

confifte

dans

la

& l'achat réciproque de toutes fortes de marchandifes

|

évident qu'il dépend de la volonté de chaque Nation ,
d'exercer le Commerce avec une autre , ou de ne pas l'exer-

il

eft

cer.

Et

d'elle

encore de

fi

elle

veut

permettre à quelqu'une , il dépend
permettre fous telles conditions qu'elle

le

le

trouvera à-propos. Car en lui permettant le Commerce , elle
chacun eft libre d'attacher telle conlui accorde un droit ;

&

dition qu'il lui plait à

Comment
on acquiert
un droit parfait à un
ét?"i^er*

^^^ hommes

,

un

droit qu'il accorde volontairement.

& les Etats fouverains

parfaitement les uns envers les autres

,

,

peuvent s'obliger

par leurs Promeffes,

aux chofcs auxquellcs la Nature ne les obligeoit qu'imparfaitement. Une Nation n'ayant point naturellement un droit

Commerce avec une autre, elle peut fe
parunpada, ou un Traité. Ce droit ne s'ac-

parfait d'exercer le

le procurer

quiert

L

ï

V.

C

I.

H

A

P.

VÎIÎ.

87
donc
les
Traités
fe
à
&
cette
,
que par
rapporte
efpèce
quiert
des
nous
Gens
de Droit
, que
appelions Conventionnel (Prélim.
donne
un droit de Commerce , eJft la
§. 24.) Le Traité qui

& la

mefure

régie de ce

même

droit.

Unefimpie permifïion défaire le Commerce ne donne De iafimpie
aucun droit parfait à ce Commerce. Car fi je vous permets ^''^^"^
j^""purement & limpîement de faire quelque choie je ne vous
donne aucun droit de le faire dans la fuite malgré moi Vous
,

:

ufer de

pouvez
durera

;

Comme

ma

condefcendance

auffi

long-tems qu'elle
de
mais rien ne m'empêche
changer de volonté.
donc il appartient à chaque Nation de voir fi elle veut

exercer le

Commerce avec une

,

autre

1

ou"

elle

fi

ne

le

veut

elle le veut (§. 92-); ^
pas, & à quelles conditions
^^^
autre vînt
Nation a fouffert pendant quelque tems qu'une

commercer dans fon pays
quand

il

lui plaira ce

qu'on

elle

Commerce

fujettir à certaines régies

fe plaindre

,

;

lui fafle

,

demeure
de

libre d'interdire

le reftreindre

& le Peuple qui l'exerçoit
une

de

,

,

l'af-

ne peut

injuftice.

Obfervons feulement que les Nations , comme les parde commercer enfemble, pour le comticuliers, font obligées

mun avantage duGenre-humain,
hommes ont les uns
§. 88.)-

libre

^^is

de cultiver

,

des autres (Prélim. §.§, 30.

,

dans

les cas particuliers,

ou de permettre

devoirs envers

du befoin que
1 1.

les

& Liv.I.

demeure
n'empêche pas que chacune ne

cela

de confidérer

à-caufe

foi-

le

Commerce

même l'emportent

s'il
:

lui

Et

convient

comme les

fur les devoirs envers

autrui)

L E D R O

eg
autrui

une Naticn

fi

;

T D E

î

G E N

s

trouve eu de

fe

s,

telles circonftances

,

Commerce avec les E?;rangers dangereux pour
Ceifc aînfi que
l'Etat , elle peut y renoncer & l'interdice.
les Chinois en ont ufé pendant iong-tems*
Mais encore un
qu'elle juge le

faut

coup ,

il

cette

réferve

autrement

que
j

elle

fes de\'"oirs

envers elle-même

par des raifons

ne peut

férleufes

&

lui

prefcdvent

importantes

|

aux devoirs généraux de

fe refufer

l'humanité.

- l ^^' -^
les droits

.^1

ouchantie
font fujets à

^^"^"^

uoa

avons vu qu-îls
font les droits «ue
les Nations
^
*
tiennent de la Nature, à l'égard du Commerce, & cornî^^^^s

,

ment

^

elles

Voyons

fi

peuvent s'en procurer d*autres par des Traités ;
elles peuvent en fonder
quelques-uns fur un long

Pour décider folidement cette queftîon, il &ut d'aulage*
bord obferver qu'il eftdes droits qui confiftent dans un fimpÏQ pouvoir:
droits

On

de fimple

faculté.

celui qui les poflede peut
qu'il le

en latin, Jura ment facuîtatis ^
Ils font tels de leur nature , que

les appelle

trouve à-propos

,

ou n'en pas ufer , fui vant
étant abfolument libre de toute conen ufer

^

enforte que les aélions qui fe rapportent
à l'exercice de ces droits font des ades de pure
libre vo«

trainte à cet égard

§

&

îonté, que l'on peut faire,

ou ne pas

faire;

feîon fou

bon

H eft manifefte que les droits de cette efpèce ne peu*

plaifir.

non-ufage
puisque la prefcription
n'eft fondée que fur un confentement légitimement préfumé «

vesnt fe prefcrire par îe

& que

un droit

,•

de

nature que je puifle en
ufer, ou n'en pas ufer , fuivantque je le trouverai à-propos,
fans que perfonne ait rien a me prefcrire là-deOus , on ne peut
fi

je

préfijraer ,

pofféde

de ce que

tel

j'aurai été

fa

long-tems fans en faire ufage,

que

L

I

V.

CHAR VUL

I.

89

que mon intention

ait

imprefcriptible, à

moins que Ton ne m'ait défendu ou em-

pêché ô'en

ple

,

fi

comme

,

&

que

je

n'aye obéi

donc

efi:

avec

,

de's

de confentement. Suppofons, par exem-

je fois libre

que

me plaira
fiécle

faire ufage

fuffirantes

marques

Ce droit

été de Tabandonner,

mon

de moudre

bled à

tel

Moulin

qu'il

&

que pendant un tems très-confidérable , un
vous voulez, je me fois fervi du même Moulin;
,

en cela ce que

j'ai fait

j'ai

trouvé à-propos

,

on ne

peut préfumer de ce long ufage du même Moulin , que j'aye
voulu me priver du droit de moudre en tout autre
& par
,•

Mais fuppoconféquent , mon droit ne peut fe prefcrire.
fons maintenant que voulant me fervir d'un autre Moudecelui-ci s'y oppcfe,

lin, le Maître

un

défenfe

,

j'obéis à fa défenfe

fafTe fignifier

fans nécetîité

,

oppofer , quoique je fois en pouvoir de

lui rien

dre

fi

;

& me

& que

je

connoiiFe

mon

droit

,

ce droit

&

,

me

fe

fans

défen-

prefcrit

,

parceque ma conduite donne lieu de préfiimer légitimement
que j'ai voulu l'abandonner. Faifons l'application de ces

dépend de la volonté de chaque Nation
Commerce avec une autre , ou de ne pas l'exerPuisqu'il

principes.

d'exercer
cer

,

& de régler la
de

le droit

culté

le

manière dont

Commerce

efi:

,

il

veut l'exercer (§.92. ) ;

évidemment un

(Jus mera facultatis^

conféquent

elle

y

droit de pure fa-

un fimple pouvoir

eft imprefcriptible.

Ainfi

,

deux Nations auroient commercé enfembie
ruption

pendant un

,

fiécle

droit ni à l'une ni à l'autre

pour cela

,

de

foufFrir

que

,

,

ce long ufage ne

&

l'autre

M

quand
,

lui

par

même

fans inter-

donne aucun

l'une n'eft point

vienne

&

,

vendre

obligée,
£qs

mar-

chandifes

,

LEDROITDESGENS.

90
cliandifes

ou en acheter chés

elle

:

Toutes

les

deux

COîî-

fervent le double droit, &, d'interdire Tentrée des marchandifes

étrangères

,

&

de vendre les leurs partout où l'on

depuis un
tems immémorial, dans i'ufage de tirer des vins du Por^
tugaî ; ils ne font pas obligés pour cela de continuer ce
Commerce, & ils n'ont point perdu la liberté d'acheter

voudra

Que

les recevair.

les

Anglais foîent,

Qu'ils vendent de

leurs vins ailleurs.

même

,

un

depuis

tems, leurs draps dans ce Royaume; ils n'en
font pas moins les maîtres de les porter ailleurs: Et réciproquement, les Portugais ne font point obligés par ce long

très -long-

de vendre leurs vins aux Anghis , ni à'tn acheter
Si une Nation defire quelque droit de Comdraps.

ufage
les

,

merce , qui ne dépende plus de
il

(m^refcri

^^ ^"^ "^^^ venons dc

ti

bUité de

foM

faut qu'elle fe le procure
par

fo^ndes

furunïraité.

un

la

volonté d'une autre

,

Traité.

dire fè peut appliquer

aux

de Commerce acquis par des Traités» Si une Nation
s'eft procuré par cette voye la liberté de vendre certaines
çhandifcS chés une autre , elle ne perd pas fon droit , quand-

droits

même
faire

un grand nombre d'années fans en
parceque ce droit eft un fimpîe pouvoir , jus

elle laiffe écouler

ufage

;

mera famîiatis y dont
plait

,

ou de ne pas

elle

eft maîtrefife d'ufer

quand

il

lui

ufer.

Cependant certaines circonflan ces pourroient changer cette décifion, parcequ'ellcs changeroient implicitement la natu-

du droit en queftion. Par exemple, s'il paroifibit évidemment que la Nation qui a donné ce droit , ne l'a accordé que
dans
re

L
dans

la

vue de

elle a befoin

fe

V.

î

I.

A

VilL

P.

91

procurer une efpèce de marchandifes

celle qui a

;

H

C

négligeant de les fournir

régulièrement, fous

la

,

obtenu
Se

le droit

de

les lui

une autre offrant de

quiavoitce droit de vendre,

fes

la

dont

vendre

les livrer

condition d'un Privilège exclufiF;

paroit certain que l'on peut accorder c& Privilège

n'en a pas rempli

,

le

:

il

La Nation

perdra ainfi, parce qu'elle

condition tacite.

Le Commerce eft un bien commun à îa Nation ; tous i
membres y ont un droit égal. Le Monopole efl: donc en le &
,

Cependant
général, contraire aux droits des Citoyens.
de la Namême
du
bien
à
fes
cette régie
exceptions , prifes

&

un fage Gouvernement peut , en certains cas ,
H eft dçs entreprifes de
établir le Monopole avec juftice.
Commerce qui ne peuvent être faites qu'en forces , qui de-

tion

,

mandent des fonds

confidérables

en

& qui pafient la

,

eft d'autres

portée des

qui deviendront bientôt
ruïneufes, fî elles ne font conduites avec beaucoup de pru*
fuivant des maximes & des
dence, dans un même efprit ,
Il

particuliers.

,

&

Ces Commerces ne peuvent fe faire indiilindement par les particuliers 5 il fe forme alors des Compagnies j fous l'autorité du Gouvernement, & ces Com-

régies foutenuës

;

pagnies ne fçauroient
Il eft

donc avantageux

ainfi

que Ton

pagnies

,

a

vu

fe

à la

n'aître

qui font le

Nation de

le

Fi?r///e^/j

Privilège exclu fi f.

leur accorder.

C'eft

en divers pays ces puiffantes Com-

Commerce

de l'Orient.

fujets des Provinces- Unies s'établirent

ruïnes des

un

foutenir fans

dans

Lorsque

les Indes

,

les

fur les

Ennemis, des Marchands parti&
penfer à une fi haute entreprife,

leurs

culiers n'auroient ofé

M

2

l'Etat

97-

des

^^'JP^sjJj^^^

ce excMves

LEDROITDESGENS.

92

même

occupé à défendre fa Liberté contre les
de la tenter.
£fpagnols n'avoit pas les moyens

l'Etat lui

-

Il eft

,

encore hors de doute que quand une branche de

Commerce, ou une Manufaélure,
d'une Nation , R quelqu'un s'offre

au pouvoir

n'eft point

à l'établir

fous la ré-

,

ferve d'un Privilège exclufif, le Souverain peut le lui accorder.

Mais toutes
toute

Nation, fans inconvénient, fans être moins avan-

la

tageux à l'Etat;

le

réferverà quelques Citoyens privilégiés,

c'ell blefler les droits

merce exige des
Forts

,

,

&

la

Et lors

des autres.

fraix confidérables

Nation

,

le

même qwe

ce Cortî*

pour entretenir des

comme

c*eft l'affaire

charger de ces dé^
fruit aux Négocians, pour en-

l'Etat

en abandonner

peut

C'efl ainfi

courager l'induflrie.

,

de Guerre &c,

des VaifTeaux

commune de
penfes

qu'un Commerce peut être libre à

les fois

que

fe

l'on

en ufe quelquefois

en Angleterre.
?.

98.

Commerce"
attention du

menti
'^^^'^'

cet

^

Le Condudleur de la Nation doit veiller foigneufement
à fon peuple , & à
cncourager le Commerce avantageux
celui qui lui

fupprimcr OU rcffreindre
L'or & l'argcut étant devenus
les chofes
l'Etat

commerçables

,

le

eft

defavantageuXe

commune mefure de toutes
Commerce qui apporte dans

la

une plus grande quantité de ces métaux
eft

ceiui

ruineux

n'en apporte

:

qu'il

n*en

& au contraire
qui fait fortir plus d'or & d'argent qu'il

un Commerce avantageux;

fait fortir,

là eft

,

,

C'eft ce

qu'on appelle

la

Balance du

Com-

merce.

L

I

V.

C

I.

H

A

VIII.

P.

93

de ceux qui le dirigent confifle à
pencher cette balance en faveur de leur Nation.

merce.

L'Iiabileté

De

toutes les fnefures qu'un fage

j

j

i.i.

A -

prendre dans cette vue

Gouvernement peut

^

,

faire

t_

nous ne toucherons

ici

que

les

d'entrée.

Lorsque les Condudieurs de l'Etat, fans
contraindre abfolument le Commerce , veulent cependant le
d'un autre côté,

prétendent détourner

dégoûter

ils affujettilTent la

marchandife

qu'ils

à des droits d'entrée capables d'en

,

C'eft ainfi

les habitans.

que

de France

les vins

font chargés en Angleterre de droits très -forts, tandis que
ceux de Portugal n'Qn payent que de modiques
,•

parceque

au lieu
l'Angleterre vend peu de fes productions en France
verfe abondamment en Portugal,
li n'y a rien
qu'elle en
,

dans cette conduite que de très-fage&de très-jufte, &
toute Nation étant
la France ne peut pas s'en plaindre ;
maîtrelfe des conditions

,

auxquelles elle veut bien recevoir

des marchandifes étrangères

,

& pouvant même

ne

les

pas

recevoir du tout.

w

M

3

C

H

99.

Des Droits

Droits d'entrée.

jetter

§.

,

A-

^

)

94

^

(

CHAPITRE

IX,

^ des

Dii foin des Chemins publics ,
Droits de Péaie,
§

w

loo.

des grands-chemins

'Utilité

Utilité des

grands-che-

\

_j

un mot de toutcs

QTï

àQS ponts, des canaux.
'

voyes de communication

&

commodes , ne peut être douteufe.
Commerce d'un lieu à l'autre, & rendent

res

^maùx &c.

Ics

,

cilitent le

port des marchandifes moins coûteux

Les Marchands

&

fe

,

plus fur

Elles fale tranC.

plus aifé.

trouvent en état de vendre à meilleur prix,

d'obtenir la préférence ;

on

attire

les

marchandifes prennent leur route dans
dent de l'argent dans tous les lieux où

& la Hollande

France

&

fû-

en font tous

Etrangers

le

pays

,

leurs

,

& répan*

elles palTent,

La

Pheureufe expé*

les jours

rience.

5.

loi.

"

Gouveîne
^'^

7^d^

L'un des principaux foins que le Gouvernement doit au
^^^^ publîc , au Commerce en particulier , regardera donc
les

grands chemins

pour

les

canaux &c.

rendre également fûrs

l'un des Etats
blic

,

avec

du Monde où

le plus d'attention

Il

ne doit rien négliger

& commodes.

,

de ce devoir pude magnificence. Par - tout

&

XIV.

la

fôreté des voya-

des chauffées magnifiques , des ponts

facilitent la

communication d'une Province à

a joint les

eil;

l'on s'acquitte

de nombreufes Maréchauiïees veillent à
geurs

La France

deux Mers,

,

des canaux

l'autre

:

,

Louis

par un Ouvrage digne dQS

Romains.

La

L

La Nation

V.

I

I.

C H A

IX.

p.

entière doit contribuer làns doute a

chofes qui lui font

Lors donc que

utiles.

fi

la

des

conftruclion

& la

réparation des grands-chemins , des ponts , des canaux,
chargeroit trop les revenus ordinaires de l'Etat, le Gouver-

102.

§•

même

à ce

^^^^'

nement peut obliger les peuples d*y travailler , ou de fubvenir aux dépenfes.
On a vu les payfans de quelques Provinces de France

pour

la

murmurer des travaux qu'on

conftrud:ton deschauflees

bénir les auteurs de l'entreprife

,

;

mais

leur impofoit

n'ont pas tardé à

ils

dès que l'expérience

les

a

éclairés fur leurs véritables intérêts.

La

conftrudlion

&

l'entretien

de tous ces

une Nation peut
contribuer tous ceux qui participent

exigeant de grandes dépenfes

,

OuvnTgeSp^J-

très-iufte- du Droit de
'

Péage.

,

ment y faire

Ceftlafource légitime du Droit de P<^^^^.
qu'un Voyageur , & furtout un Marchand , qui
lité;

canal

,

d'un pont

ou d'une

,

cliauflTée

pour

,

'°^

à leur utiîl

edjufte
profîtte d^un

faire fa route,

pour transporter plus commodément fes marchandifes , entre dans les fraix de ces établifiTemens utiles , par une modi-

&

un

Etat juge à-propos d'en exempter
les Citoyens, rien ne l'oblige à en gratifier les Etrangers.

que contribution

Mais un

;

fi

légitime dans fbn origine, dégénère
11 eft des
fouvent en de grands abus.
pays, où l'on ne
droit

fi

prend aucun foin des chemins

,

&

où on ne laiffe pas d'exiTel Seigneur , qui aura une

ger des péages confidérables.
langue de terre aboutifTante à un fleuve
quoiqu'il ne dépenfe pas

à la

commodité de

la

un denier

navigation.

,

y

à l'entretien
C'efi:

un Péage,
du fleuve &

établit

une extorfion manifefte

5-

droit

1^4.

LEDROITDESGENS.

9^
fefte

& contraire au Droit des

&

propriété dQs terres n'a

la

paflage, lorsque l'on
territoire

Nature ,

Gens

le

partage

pii ôter à perfonne le droit de

ne nuit en aucune façon à

le

Droit des Gens Arbitraire , ou

Nations, tolère aujourd'liui cet abus

un excès capable de
s'y

Car

celui

fur le

de qui on pafife : Tout homme tient ce droit de
& on ne peut avec juftice le lui faire acheter.

Mais

ne

naturel.

foumet fans

un ancien ufage

:

détruire le

difficulté

,

,

la

tant qu'il

Commerce.

que pour

la

Coutume des

ne va pas à

Cependant on

les droits établis

L'impofition de nouveaux Péage

efl:

par

fou-

vent une fource de querelles.
Les Suiffes ont fait autrefois
lagaerreauxDucs de Milan , pour des vexations de cette
nature. On abufe encore du Droit de Péages, lorsqu'on exige

&

des pafiTans une contribution
trop forte,
peu proportionnée à ce que coûte l'entretien des chemins
publics.

Nations s'arrangent îà-deflus par des
pour éviter toute vexation & toute difficulté.

Aujourd'hui
Traités ,

les

CHA-

L

V.

I

C

I.

H

A

X.

p.

CHAPITRE
De

97

X.

Monnoie (^ du Change,

la

premiers tems, depuis l'introduélion de la §. 105.
EtablilTe/
1
j
propnete , les hommes échangeoient leurs denrées ment de la
les

./

DAns
&
befoin.

/

t

.

effets fuperflus,

L'or

&

'

.

1

contre ceux dont

Targent devinrent enfuite

la

ils

avoient

^°""°^'-

commune me-

du prix de toutes chofes ; & afin que le peuple n'y fût
nom de TEtat fur des
pas trompé , on imagina d'imprimer au
du Prince , ou quelqu'aupièces d'or & d'argent , ou l'Image

fure

tre

& le garent de fa vaCette inflitution eft d'un grand ufage & d'une commo-

empreinte

leur.

dité infinie.

merce.

comme le

qui fût

,

Il eft aifé

fçeau

de voir combien

elle facilite le

Corn-

Les Nations ou leurs Conducteurs ne fçauroient

donner trop d'attention à une matière

fi

importante.

le
L'empreinte qui fe voit fur la Monnoie, devant être
fçeau de fon titre &de fon poids; on fent d'abord qu'il ne

peut être permis indifféremment à tout le monde d'en fabriLes fraudes y deviendroient trop communes,* elle
quer.
perdroit bien-tôt

une inftitution

&au nom

la

utile.

confiance publique

La Monnoie

fe

:

Ce

feroit anéantir

fabrique par l'Autorité

de l'Etat, ou du Prince, qui en

eft garent.

H

doit donc avoir foin d'en faire
fabriquer en quantité fuffifante

pour les befoins du pays
c'eft-à-dire

que

fa

,

& veiller à

valeur intrinfèque

valeur extrinfèque

,

ce qu'on la fafle bonne,
foit

proportionnée à

fa

ou numéraire.

N

n

ç.

la

lo^.

Nation,

ce,^ài'egïd
^'?^^^.|f
noie.

I

D E

ï

S

G E N

S.

que dans une néceffité preHante , l'Etat fed'ordonner aux Citoyens de recevoir la monnoie

vrai

Il eft

roit

D R O

L E

58

en droit

un prix fupérieur à là valeur réelle. Mais comme les
Etrangers ne la recevront point à ce prix-là , la Nation ne
à

gagne rien à

cette

manœuvre ;

arbitrairement à

la

monnoie ,

Souverain contr^dle envers
ver une exade judice
toute cette

palTée

,

on

,

l'Etat

j

,

que

le

Et pour obfer-

les particuliers;

la crife

,

une vraie dette

eft

Monnoie aux dépens de

d'autres cfpèces

un moment

Cet excédent de valeur, ajouté

fans la guérir.

la plaie,

C'efl farder pour

doit racheter

en

la

payant en

autrement cette efpèce
néceffité , retombe fur ceux-là

au cours naturel

;

impôlee dans la
feulement qui ont reçu en payement une Monnoie arbitraire^
de charge

,

ce qui eft injufte.
pareille

D'ailleurs

,

l'expérience a montré qu'une

reffource eft ruïneuie pour le

qu'elle détruit la confiance de l'étranger

commerce , en ce
& du citoyen , fait

hauiTer à proportion le prix de toutes chofes

tout le

monde à refiTerrer

,

,

&

engageant

ou à envoyer au-déhors les bonnes

En
efpèces anciennes , fufpend la circulation de l'argent
forte qu'il eft du devoir de toute Nation
de tout Souve-

&

rain, de s'abftenir, autant qu'il eft poffible,
tion

fi

dangereufe ,

&

d^atiQ

opéra»

de recourrir plutôt à des impôts

&

à

des contributions extraordinaires, pour fub venir aux befbins
preflans de l'Etat.

5.

,07.

Puisque

l'Etat eft

garent de

la

bonté de

la

Monnoie

& de

c'eft à l'Autorité
publique feule qu'il appartient
fcerégï?^"^" co^J^s,
de la faire fabriquer.
Ceux qui la contrefont violent les

droits

L

V.

l

du Souverain,

droits

p.

X.

99

faflent

foit qu'ils la

On

Toit qu'ils Paltérent.

C H A

I.

\qs ^ppéilo Fai^x

^

au

même

titre,

jMorjnoyeur-s

leur crime pade avecrailbn pour I*un des plus graves.

le

fabriquent

bonne

&

&

Car

une Monnoye de mauvais alloi ils volent
public & le Prince; & s*ils la font bonne , ils ufurpent
droit du Souveraiii.
Ils ne fe porteront pas à la faire

i»'ils

le

^

à moins qu'il n'y

,

alors,

ils

D.ms tous
îa foi

,

un

ait

dérobent à l'Etat un gain qui

les cas,

fabrique

Monnoie au nombre des

car

Monnoie le Souverain
Aufli met - on le droit de

la

feul peut la faire fabriquer.

;

lui appartient.

une injure au Souverain;

font

ils

publique étant garente de

battre

fur la

profit

,

&

Droits de Majefte\

Bo-

DiN Qt) rapporte, que Sîgismond - Augufte Roi de Pologne
ayant donné ce Privilège au Duc de Pruffe en if43. les
Etats du pays firent

un Décret où

il

fut inféré,

que

Roi

le

pu donner ce droit , comme étant inféparable de
la Couronne.
Le même Auteur obferve, que bien qu'aun'avôit

&

Evêques de France enflent
le Privilège de faire battre monnoie ,
elle étoit toujours
cenfée fe fabriquer par l'autorité du Roi
qui a enfin retiré
trefois

plufieurs Seigneurs

,

tous ces Privilèges, à-caufedes abus.

Des

principes que nous venons d'établir

de conclure,

que
d'une autre, ou ï\

fi

une Nation

elle

fouffre

&

contrefait

il

,

aifé

efl;

|^-^j.ç''J.\,

la

Monnoie
_

protège

les

faux

Mon-

noyeurs qui ofent l'entreprendre , elle lui fliit injure. Mais
ordinairement les Criminels de cet ordre ne trouvent afyle

N
{d)

De

la

République

,

Liv.

I.

Chap. X.

a

nulle

ne Nation

peut f. lire
ai autre, au

monnoie.

LEDROÏTDESGENS.

loo
nulle part
les
§

'

V dt5 Lofx au
"^"ercè"™'

tous les Princes étant également intérefies à

exterminer.
Il eft

109.

;

un autre ufage plus moderne

Commerce que

rétabliflement de la

,

& non moins utile
Monnoie ;

c'eft

le

négoce des Banquiers, par le moyen duquel un Marchand remet d'un bout du Monde à l'autre
des fommes immenfes , presque fans fraix , & s'il le veut ^
C/»4??^^.^,

ou

fans péril.

le

Par

vent protéger

le

la

même

raifon

Commerce,

ils

que

les

Souverains doi-

font obligés de foutenir

bonnes Loix, dans lesquelles tout Marchand , étranger ou citoyen , puiflTe trouver fa fureté. En
général, il eft également de l'intérêt & du devoir de

cet ufage par de

toute Nation

^

d'établir chés

elk de fages

&

juftes

Loix

de Commerce.

eu A'

L

I

V.

H A

C

î.

XI.

P.

CHAPITRE
Second

ohjet

dun

lot

XL

hon Gouvernement

procurer

,

la "vraie félicité de la Nation,
à expofer

Gouvernement.
Continuons

1

§• n».
Une Nation

les

doit travail.

principaux objets d'un bon

les

Ce que nous avons

cinq Chapitres précédens
pourvoir aux befoins du peuple

1

dans

dit

rapporte au foin de

fe

,

!•

p7e^£^uatï

&

dans

l'Etat

de procurer l'abondance
C'eft un point de néceflité ; mais il ne fuffit

:

L'expérience montre qu'un

pas au bonheur d'une Nation,

peuple peut être malheureux au milieu de tous les biens de
Tout ce qui peut faire
la terre & dans le fèin des richefies.
jouir

l'homme d'une

objet

,

ment.
d'un

fin

de

,

la

& d'un

Peuple

de

forme un fécond

félicité

but où

ils

envers

,

Le

Loi Naturelle.

le puiifant reflbrt qui fait
eft le

& folide

qui mérite la plus férieufe attention du GouverneLe bonheur eft le centre où tendent tous les devoirs

homme

grande

vraie

mouvoir

tendent tous

,

& elle

foi

-

même

défir d'être
\qs

.*

C'eft la

heureux

hommes ;

eft

la félicité

doit être le grand objet

volonté publique (Prélim. 5- f •) • C'eft donc à ceux
qui forment cette volonté publique, ou à ceux qui la répréfentent, aux Condudeurs de la Nation, de travailler à fa
la

félicité

,

d'y veiller continuellement

,

&

de i'avancçr de tout

leur pouvoir.

Pour y réuflir , il faut inftruire la Nation à chercher la
félicité là où elle fe trouve, c'eft-à-dire dans JaperftŒon,

N

3

&

"'•
^ j-

D R O

L E

102

&lui enfeigner

î

T D E

moyens de

les

G

S

fe la

N

E

S.

Le Conduc-

procurer.

donc apporter trop de foins à
à le former aux bonnes
inftruire fon peuple, à l'éclairer,
tonnoiffances & aux fages Difcipîines. LaiiTons aux Despotes
teur de l'Etat ne

de

fçauroit

l'Orient leur haine

Ton n'inflruife

pour

les fciences

;

Ils

craignent que

dominer

leurs peuples, parce qu'ils veulent

Mais

fur des efclaves.

s'ils

jOuifTent des excès de la

foumiC

la défabéiirance & delà
éprouvent Touvent ceux de
révolte. Un Prince jufte & fage ne redoute point la lumière ;

fion

il

,

ils

fçait qu'elle eft toûjo

ment.

urs avantageufe à un bon Gouverne-

Si les gens écl aires fçavent

efr

il

§.

112.

Education
neiTc!

;

Liberté

eft le par-

,

tage, que cette Liberté

me

la

ih connoiiTent mieux que pernécellaire, pour leur propre avan-

tage naturel de l'homme

fonne, combien

que

foit

foumife à une Autorité

Incapables d'être Efclaves

,

ils

légiti-

font fujets fidèles.

Les premières impreffions font d'une extrême conféqueuce pour toute la vie. Dan^ les tendres années de l'en^nce & de la jeunelfe , l'efprit & le cœur de l'homme reçoi_
vent avec

facilité la

ducation de

la

femence du bien
eft

une des

,

ou celle du mal.

L'é-

niaciéres les plus

impor11 ne
tantes, qui méritent l'attention du Gouvernement.
Jeuneffe

doit point s'en
repofer entièrement fur les Pères.

bons EtablifiTemens pour l'Education
publique
de Maitres habiles
par des

,

les diriger

moyens doux

& convenables

gligent pas d'en profitter
d'excellens Citoyens.

avec fageffe

;

c'eft

,

que

une voye

,

,

Fonder de
les

pourvoir

& faire

enforte,

les fujets

ne né-

fûre pour fe former

L'admirable éducation que celle des

Romains,

L

Romains
qu'on

I

V.

C

I.

dans leurs beaux

,

lui vît

s'attachoient à

H

X.

P.

fiécles

former de grands

un perfonnage

A

&

,

103
qu'il

hommes

iiluftre

,

!'

étoit naturel

Les jeunes gens

ils fe

rendoient chés

raccompagnoientpai- tout, & profittoient également
de fes inftrudions & de Tes exemples: Leurs jeux, leurs
amufemens étoient des exercices propres à former des foldats»

lui,

On

ils

vit la

fages Inftitutions

&ce

une des plus
Ce Législa^
de Pincomparabie Lycurgue.

même chok à Lacédemone

,

fut

teur Philofophe entra dans le plus grand détail fur l'éducation de la JeunelTe {a)
périté

& la

Gloire de

,

perfuadé que de

favorifer les fciences

& les
mœurs &

les

,

vertu, c'eft

&

& les Arts

tion
les

?

yeux de tout
,

le

monde,

adouciffent

l'étude n'infpire pas toujours l'amour de la

fi

,

prof-

Nation entière,
j^^^-^J.'^j^-^^
Sans parler de tant & desAm.

Beaux-Arts éclairent Telprit

que malheureufement

trop fouvent

la

la

que

,

d'inventions utiles, qui frappent les
les Lettres

dépendoit

République.

Qui doutera qu'un Souverain
ne doive

elle

rencontre quelquefois,

un cœur defefpérément

vicieux.

La Na-

Conducteurs doivent donc protéger les Savans &
grands Artiftes , exciter les Talens par les honneurs & les

& les

récompenfes.

Que

contre les fciences

les partifàns

de

& les beaux- Arts

à leurs vains raifonnemens

;

la

Barbarie déclament

fans daigner répondre

contentons-nous d'en appeller
à l'expérience.
Comparons l'Angleterre, la France , la Hollande, plufieurs Villes de Sui{re& d'Allemagne, a tant de
,

régions livrées à l'ignorance

d'honnêtes - g€ns

,

& voyons où

& de bons Citoyens.

Ce

il

fe-trouve le plus

feroit errer grof-

fiérement
(a) Voïez XènopboHt.

Lacedemon. Respublica.

LEDROÏTDESGENS.

104

fièrement que de nous oppofer l'exemple de vSparte

de l'ancienne Rome.
cnlations curieufes

ment

Mais

:

les

Jurisprudence

à

Rome

,

,

Il

les

la

Politique
,

la

,

y

négligeoit lesf pé-

& pratiques

la

,

&

Guerre, y étoient cultivées,

des Beaux- Arts

,

& la

L ne

En Angleterre

de

néceffité

la fcience

RuQie

&

& la

,

les taîens

& aux richelfes. Newton fut
récompenfé pendant fa vie, & placé

le

Tombeau

La France

des Rois.

égard des louanges particulières

^e

fes

:

Elle doit à

côtés la

rendre

la

flo-

conduifent

après

mérite

Rois pîufieurs Etabliflemens non moins

rieux.

encou-

les

honoré

aux honneurs
dans

l'utilité

crut point pouvoir fans

leur fécours civilifer entièrement la
riflante.

la

,

avec plus de foin que parmi nous.

L'immortel Pierre

rager.

tégé,

Morale

reconnoit affés généralement aujourd'hui

des Lettres

& celui

& les arts de pur agré-

connoillànces

Sciences folides

principalement

On

vrai qu'on

efl;

,

,

fa

pro-

mort
à cet

auffi

magnificence
utiles

que gloL'Académie Royale des Sciences répand de tous
Lumière & le défir de s'inftruire. Louis XV. lui

&

^ fourni les moyens d'envoyer chercher fous l'Equateur
fous le Cercle Polaire, la preuve d'une vérité importante:

On fçaii

maintenant

foi des calculs

,

ce que l'on cro^oit auparavant fur la

de Newton.

goût trop général du fiéclene
noilfances folides

&

,

pour fe

lui fait

ce

Royaume

,

fi

le

point négliger les Con-

livrer à celles

ceux qui craignent la Lumière n'y
le germe de la fcience

fi

fer

Heureux

de pur agrément

,

réufliflènc pas à étouf-

î

Je

L
Je parle de

V.

I

la

C H A

I.

P.

X

I.

lof
C'efl l'ame de

Liberté de philofopher.

§.114.

Que peut produire un Génie Je'^p^^^
République des Lettres.
rétréci par la crainte? Et le plus grand homme éclairera- t-il P^^fla

fes

beaucoup

diicaneurs

Concitoyens

&

ignorants

s'il

,

bigots

fe voit toujours
;

s'il cfi;

en but à des

obligé de fe tenir

continuellement fur fes gardes , pour n'être pas accufé par
les tireurs de
conféquences de choquer indiredement les opinions reçues? Je

cette Liberté a fes julles bornes;

que

fçai

qu'une fage Police doit veiller fur
fouffrir

que

les Preffes,

& ne

point

Ouvrages fcandaleux , qui attaGouvernement , ou la Religion établie

l'on publie des

quent les mœurs,
par les Loix.

le

Mais

il

faut bien fe garder aufli d'éteindre

une

Lumière, dont l'Etat peut recueillir les pi us précieux avanPeu de gens fçavent tenir un jufte milieu , & les
tages.
fond:ions de Cenfeur Littéraire ne devroient être confiées

hommes également

qu'à des

chercher dans un Livre

,

fages

&

éclairés.

Pourquoi

ce qu'il ne paroit pas que l'Auteur

lorsqu'un Ecrivain ne s'occupe & ne
de malins adparle que de Philofophie , devroiton écouter

y

ait

voulu mettre ;

verfaires

&

qui veulent le mettre

,

aux

prifes avec la Religion ?

Bien-loin d'inquiéter un Philofophe fur fes opinions , le Magiftrat devroit châtier ceux qui l'accufent publiquement d'impiété i lorsqu'il a refpedé dans fes Ecrits la Religion de l'Etat.
Les Romains femblent faits pour donner des exemples à

l'Univers
les
le

:

Ce Peuple

fage maintenoit avec foin le Culte

Cérémonies teligieufes
libre

champ

Sénateur

,

,

établies par les

Loix,

&

il

&

laifToit

aux fpéculations des Philofophes. Ciceron,

ConfuI , Augure ,

fe

moque de

O

la

Superflition

,

il

LEDROITDESGENS.

io<f
il

l'attaque,

ques

met en poudre dans

fes Eerits Philofophi-

&

croit travailler par là à fon propre bien

:

la

ii

fes

Concitoyens

flition

efl:

,

d'un

ce

:

Mais il obferve , „ que détruire

n'efi;

homme

point ruiner la Religion

car

;

,

fage de refpeder les Inftitutions

à celui

de

la fuperdit-il
,

les

,

il

Cé-

& il fuffit de confidérémonies religieufes des Ancêtres
„ rer la beauté du Monde & Tordre admirable des Aftres ,
„ pour reconnoître l'exiftence d'un Etre éternel & tout-par,*

5,

fait

qui mérite la vénération du Genre

,

Et dans

fes Entretiens fur la

r Académicien Co//^
brement

,

-

humain

nature des Dieux

il

,

(a)".

introduit

qui étoît Pontife, lequel attaquant

li-

opinions des Stoïciens, déclare qu'il fera toujours
prêt à défendre la Religion établie , dont il voit que la Réque ni favant , ni
publique a reçu de grands avantages
les

,•

ignorant ne pourra

la lui faire

abandonner

:

Surquoi

dit

il

„ Voilà ce que je penfe, & comme Pon„ tife , & comme Cotta. Mais vous , en qualité de Phiîo„ fophe , amenez-moi à votre fentlment par la force de vos
à fon Adverfaire:

Car unPhilofophe doit me prouver la religion,
veut que j'embraffe ; au lieu que j'en dois croire là-

raifons.

qu'il

5,

deffus nos Ancêtres,

même

fans preuves,

(b)

Joignons

iiique

Naw,K? verè loquamur, fiiperfiitio fufa per gentei^xrpprejjtt omnium fere animor,
hominùm imbeciUitatcm occupavit .... mziltum enhn ^«f nobismet ipjrs

nojiris

proftUurividebamur

(a")

,

,

JteMnfundituîftiJhdijJcwm.

genter itttelligi volo) fitperjhtionetolletidà religio toilitur.
tuta tueri j'acris , caremomhque retinendis , japirutiT eft

quam
neri

,

^

"Sec veto

Nam
:

^

,

£«f ejfe

^

(jd enimàili-

majorum
prajiivttem

injiia/i-

eamftifpiciendam , admiraitdâînque hommum ge*
aternamqife naturmn ,
De Divinatione ,
pulchritudo mundiy ordoque rerum cœ/ejiium cogit conjiteri.

,

lib.ll.
(b)
prjiiajt^

Hartim ego religionum nuUoin unquam coMiemneadatn puiavi : mihique iia
Kotmilum (Vtf^iciii i îiumfanfwris conJHtiiiis ft'.ndatiienta jecijfe noJlr^Ci^
viîatii

;

L
Joignons

I

V.

I.

H

C

l'expérience à ces

A

XL

P.

107

exemples & à ces

autorités.

Jamais Philofophe n'a troublé l'Etat , ou la Religion , par
les Opinions. Elles ne feroient aucun bruit parmi le peuple ,
& ne fcandaliferoient pas les foibies , fi la malignité , ou un
zèle imprudent

ne s'elTorçoit à en découvrir

Celui-là trouble l'Etat

nin.

,

&

met

la

prétendu veReligion en péril ,
le

qui travaille à mettre les opinions d'un grand-homme en ople Culte établis par les Loix.
pofition avec la Do(n:rine

&

Ce n'eft point
cefiaire

encore

,

rer l'amour de la

affés d'inftruire la

la conduire

pour
Vertu

Nation;

il

au bonheur, de

& l'horreur du

plus né-

eft

lui inipi-

Ceux

Vice.

qui ont

approfondi la Morale font convaincus , que la Vertu eft le
véritable & le feul chemin qui conduit au bonheur
en forte
,•

que

fes

reux

maximes ne

&

;

ne pas

il

font autre chofe que

l'art

de vivre heu-

faudroit être bien ignorant dans la Politique

fentir

floriffant,

refpedable à tous fes voifins 8c formidable à fes enneL'intérêt du Prince doit donc eoncourrir avec fes devoirs

folide

&

pour

combien nne Nation vertueufe fera plus capable

qu'une autre,de former un Etatheureux,tranquille,
rais.

,

,

mouvemens de fa

Confcience, pour l'engager à veiller
attentivement fur une matière fiimportante.^ Qu'il employé
les

toute fon Autorité à faire régner

la

Vertu

à cette fin les Etabliffeniens
qu'il deftine
fa

conduite, fon exemple,

:

Qu-a

nuaquam

profeélo

publics

la diftributîon

2
viiotir

& à réprimer le Vice,*
;

qu'il

y dirige

des grâces, des

Emplois

jinefumma placcttione Deorum îrnrmytaUwn

tayitx

Pacnunc ergôinBalùe , quidCotta. qidd Ponttfexfentiaù.
^
cjfe p'3tuijjet.
teliigam , quid tu Jenùius : â temim Phiivfopho raiiomm acdpere debeo rehgionis ;
Ue naturaDeoruni;
vnajoYibus cuititnnoftris ^ etiam nuUâratione reddîtu^ a-edcre.
lib. lil. Je me luis fervi de la Traduction de M. l'Abbé d'OnvEX.
Habes

q^-/J^\'^^
fpïrer Ta-

vertu

&
'^'^

[•^^l'"'''

LEDROITDESGENS.

jo8

Q.u'îl porte fon attention jusques
Dignités.
tout
fur la vie privée des Citoyens ,
qu'il banniire de PEtat

Empk)is& des

&

C'eft à la
ce qui n'eft propre qu'à corrompre les mœurs.
les moyens de parPolitique de lui enfeigner en détail tous

venir à ce but défirable

,

de

montrer ceux

lui

& ceux qu'il doit éviter,

férer,

accompagnent dans l'exécution

qu'il doit

pré-

à-caufe des dangers qui les
,

&

des abus qui pourroient

Obfervons feulement en général , que le vice
peut être réprimé par les châtimens , mais que les moyens

s'y glifler-

doux

Vertu ; Elle
§•

ii<^-

hommes

font feuls capables d'élever les

Il eft

s'infpire

,

jusqu'à la

& ne fe commande pas.

inconteftable que les vertus des Citoyens font "les

que puifiTe défirer un jufte &
Voici donc un indice certain , auquel
tion de ceux ^^g^ Gouvemement
^^ Nation reconnoitra les intentions de ceux
qui la gouvervemenf"*
nent S'ils travaillent à rendre les Grands & le peuple \^er-

connoitra en

difpofitions les plus heureufes

:

tueux j leurs vues font droites

uniquement à

au bonheur

& à la

les

mœurs

lefle, la fureur

,

ils

s'ils

répandent l'amour du luxe ,

;

s'ils

,

la

mol-

excitent les Grands

peuples gardez- vous de ces Corrupteurs;

cherchent à acheter des Efclaves

rement

pour dominer

,

arbitrai-

fur eux.

Pour peu qu'un Prince
cours à ces

de

la

des plaifirs déréglés

à un fade ruineux

tenez-vous afiurés

;

grande Fin du Gouvernement,
Mais s'ils corromgloire de la Nation.

qu'ils vifent

pent

& pures

foit

moyens odieux.

la PuiflTance
qu'iil tient

modéré

Satisfait

des Loix

,

,

il

n'aura

point re-

du Rang fuprême

il

fe

,

&

propofe de régner
avec

L
avec gloire

& fureté

rendre heureux,

vent

V.

î

il

;

amour que

meté,

le

icp

&

,

!

Que

:

Vertu

Nation

la

redoutent

Ils
,

&

le

(iir

,

pour

la

s'il

;

leur

corrompue,

&

la ,fer-

îaommcs dont

une miférable

métiers

5

le

qui

,

pervertit les intrafic

;

elh

la

remplit de molleffe
livrer plus fûrement à un riche féduc-

à la gourmandife

,

ne peu-

,

courage

les

A^nfi

les

foit

clinations d^une jeune vldlime de fon odieux

& de vanité

défire de le

fçavent que le Didribu-

ils

convoitife.

la

plus infâme de tous

pouffe au luxe

ii

moindre oppofition

domine à Ton gré

ouvert à

efr

exerce

lui

la

qu'infpire

teur des grâces

cœur

XL

font plus fiers à.
plus intraitan'ont point pour fon peîjple ie

ils

;

qu^elle obéïffe

ia

,

ils

,

que leur Maître

pourvu

P.

aîme ron peuple

fouffiir la réfiftance

niêrne

A

xMais Tes Minières, d^ordinaiie

abandonne FAutorité
bles

H

C

î.

,

elle la

Cette indigne Créature dï quelquefois châtiée par la
le Minidre , infiniment plus coupable , nage
Police ;
teur.

&

dans l'opulence

,

eft

poftérité fera juftice

5

&

revêtu d'honneurs
elle détellera ie

d'autorité.

La

Corrupteur d'une Na-

tion refpeclable.
Si ceux qui gouvernent s*attachoient à remplir ^*obliga-

j,|-

J't^

Loi Naturelle leur impofe envers - eux mêmes laPerfonne
tion, que
dans leur qualité de Condudeurs de l'Etat , ils feroient doit en par.
l'odieux abus, dont nous ^êStnne^r"'
incapables de donner jamais dans
la

&

venons de parler.
tion où fe trouve

vertus

,

une Nation

nous avons confidéré

,

dis-je

particuliers qui

,

Toblii^a-

d'acquérir des lumières

ou de perfectionner fon entendement

nous avons

aux

Tuiuues-ici

& fa

&

des

volonté

;

confidéré cette obligation relativement

compofent

la

Nation
3

:

Elle

tombe

auITi

,

&

f<^"

entendco

volonté.

&

DROIT DE^ GENS.

LE

no

d'une manière propre

de

&

Une Nation,

l'Etat.

finguliére, fur les Conduileurs

entant qu'elle- agit en

commun,

ou en Corps, eft une Perfonne morale ( Prélim. §. 2. ) qui
a Ion entendement & fa volonté propre , & qui n'ell: pas

moins obiigée que tout homme en particulier d'obéir aux
Loix Naiurciks i^Prélim, §.<>-,) & depeiftcUonner ie5 facultés
2i-) Cette peribnne morcile refide dans ceu^i, qui
font revelus de l'Autorité publique
qui réprerentent la
Nation entière. Que ce ioit le commun Confeil de la Nation g
i.

{Liv.

§,

&

ou un Corps Ardlocratique
teur

ou un Monarque; ce Conduc-

,

& Kepreièniant delà Nation,

puifle être

,

toutes les

eil

ce Souverain

lumières

,

toutes

quel qu'il

,

donc imiitpeni'ablement obligé de

fe

procurer

les connoilFanccs néceilaires

pour bien gouverner , 6i de le former à la pratique de toutes les vertus convenables à un Souverain*
Et

comme c'eilen vue du

bien public que cette obligation

imporée , il doit diriger toutes fes lumières & toutes
vertus au falut de FEtat ^ au but de la Société Civile.

lui eit

lès
i ïîg

îl

doit

même

grande fm toutes

bien deli

ccttc

iuVicre/&

tus des Citoyens

ckVcko-

î"nent

aux

tat.

C'elt

ver. s.

diriger

^

,

autant qu'il lui ell poflibîe

les facultés

,

les

&

à

les ver«

enforte qu'elles ne foient pas utiles feule-

particuliers qui les poiTédent
ici

lumières

,

l'un des plus

L'Etat fera puiilant

&

5

mais encore à TE-

de régner.
bonnes qualités des

grands fécrets de

heureux

,

fi

les

Ibjets paflant la fphére étroite des vertus

l'Art

de particuliers

,

de-

viennent des vertus de Citoyens.
Cette heureuièdif])ornion
éleva la République Romaine au plus haut point de puiiîance
6i

de gloire.

Le

j

L

Le grand
une tournure

I

V,

H

A

XL

P.

III

pour donner aux Vertus des particuliers

fécret

(i

C

ï.

avantageuFe à l'Etat

eft d'infpirer

,

toyens un vif amour pour la Patrie,

li

nux

Ci-

r

T19.

PaS!

arrive alors tout natu-

que chacun s'éforce à fer^âr PEtat , à tourner à i'avantage & à la gloire de la Nation , ce qu'il poiTède de forces
& de takns. Cet amour de ia Patrie eft naturel à tous les
relient

,

&

Le bon

hommes.
de

les

les

ont vus naitre

attacher

choTe à lanuelle

fage Auteur

,

ils

facent trop aifément

tout le
re

fait

bonheur de

particulier

en vue d'un feul

ou détruifent

cette impref-

dureté du Gouvernement Fef^

du cœur des

un

,

dans

la Patrie,

les

fujets

aux

homme

?

:

L'amour de foi-mê-

d'un pays, où
L'on voit, au contrai-

affaires

&

le

llapelions-nous les Citoyens de Ro-

beaux jours de

jourd'hui les Anglois

eft

la

,

,

,

toutes les Nations libres pafTiannées pour la gloire

,

me

a pris foin

aux lieux qui
& ils aiment leur Nation , comme une
Mais ïouvent des
tiennent intimement

fion naturelle. L'injuilice

attachera-t-il

Nature

la

nar une efpèce d'infrintl

,

caufes malheureufes affoibiiirent

me

de

& les

la

République

,

confidérons au-

Suiliès.

L'Amour ScTaffeélion d'un homme pour l'Etat dont
membre eft une fuite nécedaire de l'amour éclairé
,

raifonnab'e qu'il fe doit à foi-même

heur

eft lié à celui

de

fa Patrie.

;

il

doit réPalter

des engagemens qu'il a pris envers la Société. II a promis d'en procurer le falut
l'avantage , autant qu'il fera en
aufii

&

fon pouvoir:
lité

,

Comment

avec courage,

s'il

la (ervira-t-il

avec zèîe

,

1:0.

& iicuH^s.^^^*

puifqae fon propre bon-

Ce fentiment

ç.

avec fidé-

ne l'aime pas véritablement?

La

même

?'n' ]^3v tîoute s'aimer elle
rat lui-mè,

me, &dans
leb'ouvcrain.

entant que Nation s doit lans
Elle
délirer ion propre bien.

La Nation en Corps,

12T.

§.

DROIT DES GENS,

LE

,r3

^ p^^|.

manquer
^

«Se

à cette obligation
,

.

le

,-

fentiment
..

\

,

eil.

i-/

.

trop nar^

i

Mais cedevoir regarde trcs-particoberement le tondudleur , le Souverain , qui répréfente la Nation . qui agit

turel.

en fon nom.
la

Il

doit l'aimer

préférer à tout

ibins

&

de

(es

comme ce qu'il a

,

car elle efl

;

adions

l'Autorité publique.

de plas cher ,
ic £m\ objet légitim.e de Tes

dans tout ce

,

qu'il lait

Monilre qui

î.e

en verte de

n'airaeroit pas Ton peu--

pie, ne feroit plus qu'an Ufiirpateur odieux; il mériteroit
ians-doute d'être précipité du Trône. Il ifeit point de Royau-

me

qui ne dût avoir devant le Palais du Souverain

,

la ftatli

de CoDRus, Ce magnanime Roi d'Athènes donna fa vie pour

Son pays

fon peuple.

étant attaqué par les HéracUdes

con-»

il

rOracIe ^'ApoUcn , & ayant eu pour réponfè , que le
peuple, dont le Chef feroir tué , demeureroit viclorieox 5
fulta

CoDRUs fe dégaifa

& le

un

tuer par

fit

foldat

ennemi- Henrï

IV. Roi de France expolbic fa vie avec joie ^ pour le falut de
fon peuple.
Ce grand Prince ^ & Louis Xîl. ibnt d'illurtres

modèles du
Ê
3'

du motPatrie.

amour qu'un Souverain

doit à Tes fujets.

cefemble^ aiTés connu de tout le
comuie on le prend en différeus feus ,
Cependant,
^

Le terme de P^^nV ell:

,,,
122.

Définition

tendre*

3

,

^londe.

r

%

il

ne

fera pas inutile

de

communément Y Etat

le définir ici

dont on

nous l'avons employé dans
qu'il doit être pris

Dans un
mologie ,

dans

le

eft

n
exactement.

membre

:

C/cft

\

r

Il fignifie

en ce fens que

les

paragraphes précédens 5
Droit des Gens.

fens plus refierré

ce terme défigne FEtat

& plus dépendant
,

ou

même

de

&

l'éty-

plus particuliè-

rement

L

C

I.

H

A

XI.

P.

na

ielieu, oùnosParens avoientleurDomi-^
En ce fens ^ on dit
au moirsent de notre naifTance.

rement
cile

V.

î

5

la Ville

avec raiibn

,

la

que

,

ne

Patrie

le

peut changer

,

&

demeure

même en quelque lieu que Ton fe transporte
dans là flûte. Un homme doit conferver de la reconnoiflance
îa

toujours

,

& de IViifection
dent

les

ger à

il

doit fon éducation

Parens étoient membres lorsqu'ils

Mais

vie.

pour FEcat auquel

fe

comme diverfes

raifons légitimes

une autre Patrie

choifir

lui

,

&

,

donnèrent

peuvent

la

l'obli-

c'efl-à-dire, à devenir

ral

d'une autre Société; quand nous parions en génédes devoirs envers la Patrie , on doit entendre ce terme

de

l'Etat

membre

celui

auquel
Si

de lui;
cette

il

tout

&

Patrie,

fes

dont un

membre

eft

ie doit: tout entier

liomme

ti\

aclueî

;

puisque

c'eft

& par préférence.

obligé d^aimcr

ilncèrement

fa

procurer

Patrie.

engagemens

les

le

Celui qui s'en rend coupable

&

plus facrés,

,

viole

tombe dans une

lâ-

deshonore par la plus noire perfidie , puisqu'il abufe de la confiance de fes Concitoyens ,
& traite en ennemis ceux qui étoient fondés à n*attenche ingratitude:

Il

fe

dre de lui que des fécours
des traîtres à la Patrie que

&

un grodier
qu'eux-mêmes immédiatement

ment

fenfibles à

On
hommes

des fervices.

parmi ces
intérêt
,

&

.

dont

ne voit
unique-

qui ne cherchent
le

cœur

eft inca-

Audi
pable de tout fentiment d'affedion pour les autres.
font- ils jufiement dételles de tout le monde, comme
les

plus infâmes de jtous les fcélérats.

P

§•

i2j.

Combien

bonheur autant quii dépend
un crime honteux & détellabîe de nuire à

d'en

c'eft

même

homme

Au

efi

il

honteux

de nuire a
^^^'^^'

ta

Au

124.
f.
Gloire des

bonsCito^f!!?'^'^'^''^^"

D R O

L E

114

contraire

E

N

on comble d'honneur

6c

,

,

&

,

en

fe portent

capables de lui

font

S.

de louanges

.

à îa Patrie

manquer

G

S

généreux, qui, non contens

ces Lîtoyens

elTorts,

,

T D E

I

ae ne

point
faveur à de nobles

fa

ies plus

fl\ire

grands

fa-

Les noms de Bru rus, de Curtius, des deux
Decius vivront autant que celui de Rome. Les Suifles
n'oublieront jamais Arn^old de Winkelried , ce Héros ,
crificcs.

dont i'adion eût mérité d'être transmife

un TiTE

-

LïVE.

Patrie; mais

&

pide,

il

dévoua véritablement pour la
dévoua en Capitaine, en foldat intréil

ït

à la poftérité par

non pas en

fe

Ce Gentilhomme, du

fuperftltieux.

voyant à la Bataille de Sempach ^ que
fes Compatriotes ne pouvoient enfoncer les Autrichiens ,
parceque eeuK-ci, armés de toutes pièces, ayant mis
pays

Underzmld ,

pied à terre
toient

un

,

&

formant un

bataillon

front couvert de fer,

forma

hérilTé

ferré

préfen-

,

de lances

&

de

généreux dedein de fe facrifier pour
fa Patrie.
„ Mes Amis , dit > il aux SuiiTes , qui commençoient à fe rebuter , „ je vais aujourd'hui donner
5, ma vie ,
pour vous procurer la vicTtoire \ je vous repiques

,•

il

le

„ com.mande feulement ma
^

A

famille

:

Suivez-moi

,

& agif.

"
en conféquence de ce que vous me verrez faire.
ces mots , il los range en cette form.e , que les Ro-

fez

mains appelloient cuneus Il occupe
il marche
au centre des ennemis ,
:

de piques
ainfi à

qu'il

ceux qui

put
le

faifir

,

il

fuivoient

fe

la

&

jette

pointe du triangle

9

embraifant le plus
à terre

,

ouvrant

un chemin pour pénétrer
dans

L
dans

cet

tamés

,

î

L

V.

devenaiit faneite

,

&

,

les

H

A

P,

XL

Les Autrichiens une

épais bau\illûiu

furent vaincus

C

Ja

ir>
fois

en-

pefanteur de leurs armes leur

SuiOes remportèrent une viCloirc

complette. {a)
(a) L'an ij 86.
lesquels Je

gaée

,

V Annie ArUricbienne

trouvoienù grand nfjmbre de Vmicss

^

èunt de 4.00Q. bommeî choijts ^ parmi
de Comtes^ ftf une Xnblejj^ dijim-

Les Suiffes n'étoien.t pas plus de i joo. homme* »
tozu armés de ped-at-caf.
Le Duc d'^«rî7C/^f périt à cette Bataille , avec 2000. des iisns, & dauk

mal armes.

Hiitoire de la
ce nombre 676. Gentilshommes des premières Mailons d'Allemagne.
Confcdcracion Helvétique par iM. ue WATTEViLLE, Tiun. L p. iXî. & iuir.

TSCHUCI. EtTEâLIN. ScHOOELER. R/ï5MdNV.

P

1

CHA^

#

ïi<^ (

)

€^

CHAPITRE
De
^*l^-.-

De

la Piété

T

A

la Pieté

65*

XII.

^^ ^^ Religion.

Piété &. la Religion influent efientiellement fur le

P ^ bonheur d'une Nation,

&

méritent par leur impor-

Rien n'eit li propre
& à lui donner toute i'étenque la Piété à Fortifier la Vertu ,
duë qu'elle doit avoir- J^entens par ce terme de Piété, une
en vertu de laqueiie on rapporte à Dieu
difpohtion de Tame ,
toutes fes adions , & on Fe propofe ? dans tout ce qu'on ilut^
tance

un Chapitre

,

particulier.

Cette vertu eil d'une obligation

de plaire à l'Etre fuprêmee
indifpenfable pour tous les

hommes

;

plus pure fource

c'eil: la

Et ceux quis'unilTent en Société Civile, n'Qn
Une Nation doit donc
font que plus obligés à la pratiquer.

de leur

félicité

:

Que

être pieuie.

les

Supérieurs

,

cliargés des affaires publi-

ques, fe propofent conframment de mériter l'approbation
de leur divin Maître Tout ce qu'ils font au nom de FEtat
:

doit être réglé fur cette grande vue.
le

peuple à

la

piété

de leur vigilance
tages.

Une

,

5

Le foin de former

tout

fera toujours l'un des principaux objets

& FEtat

en recevra de

très

férieufe attention à mériter

,

-grands avan-

dans toutes iès

aclions, l'approbation d'un Etre infiniment iàge, ne peut

manquer de produire
rée

,

dans

les

rité légitime

:

d'excellens Citoyens.

peuples

Dans

,

le

de la fureté du peuple

,

La

piété éclai-

ferme appui d'une Autocœur du Souverain , elle efl: le gage
Maîtres de
6c produit fa confiance»
eft le plus

la

L

I

C H A

L

V.

XII.

P.

117

ne reconnoidèz point de fupérieur ici bas ;
de vos intentions, fi Ton ne
quelle alTurance aura- 1- on
vous croit pénétrés de refped pour ie Péie & le commun Sei-

la

Terre

voiis

,

gneur des

hommes

Nous avoHF

& animés du défir de lui plaire ?

,

déjà inanué

que
^

la Piété doit être éclairée. ^J- \^^'
Elle doit

en vain que Ponfe propofe de plaire à Dieu , û l'on n'^én
connoît pas les moyens*
Mais quel déluge de maux 5 fi des

C'eO:

ctreéciairée^

gens échauffés par un motif fipuifiant, viennent à prendre
La piété aveugle
des moyens également faux &. pernicieux
ne fait que des Superftitieux 5 des Fanatiques & des
î

Perfécuteurs
à

la

Société

Tyrans ne

plus dangereux

,

,

que

parler

mille

On

les Libertins.

que de

la

plus funefîes

fois,

a

vu de barbares

Gloire de Dieu,

tandis qu*iîs

&

fouloient aux pieds les plus
peuples
Cétoit par un raffinement de
faintes Loix de la* Nature.
du XVI. Siècle refufoient toute
les
,
les

écrafoient

piété

que

obéiiTance

Anabaptip^
aux Puifiances de

la terre.

Ravaiîlac, ces parricides exécrables ^
la

fe

&

Jaques Clément

crurent animés de

plus fublime dévotion^.

La Religion confiée dans

la

Doctrine touchant

&

dans

ie

la

Divî-

§.

127.

Culte deftiné à

chofesde Pautre vie,
^j^^^.^^^:.
Entant qu'elle eft dans le cœur,neurê, ex.
honorer l'Etre fuprême.
c'eft une affaire de Confcience , dans laquelle chacun doit

nité Scies

fuivre fes propres lumières

publiquement établie

Tout homme

e(l;

,

:

c'eft

Entant qu'elle eR extérieure

une

&

affaire d'Etat.

obligé de travailler à fe faire de JufteSp^M^^-

idées de ia Divinité,' àconnoître fes Loix,' fes vues fur fes Pf ticuUere,
liberté des

créatures

,

le fort qu'elle leur deftine

P

:

3

Il doit fans

doute

l'a- Confciencea

mour

mour

&

D R O

L E

ïig

quence

D E

T

G E N X

s

plus pur, le refped le plus profond à Ton Crcateur

le

pour

I

,

&

maintenir dans ces diiporitions

le

faut qu'il

il

^

agirenconféhonore Dieu dans toutes Ces adtions ,

témoigne, par \qs moyens les plus convenables , les
Cecoort cxpolë iliffit pour
ientimens dont û eft pénétré.
faire v^oir que Thomme eii ellentiellerjrieiit & néceOalrement
qu'il

libre

dans

,

La Créance ne fè
Religion qu'il doit fuivre.
quel Culte ? que celui qui eft forcé! Le
pas^
la

&

commande

que Fon fait direélene peut donc y avoir de

Culte confiile dans certaines adtions

ment en vue d'honorer DÏQa
Culte pour chaque

;

homme, que

il

5

celui qu'il croira propre à

L^obligation de travailler iincérement à connoitre
Dieu, de le fervir, de l'honorer du fond du cœ^ir, étant

cette fin,

impofée à iliomrne par

que

fa

nature

par fes engagemens envers

,

même

il

5

Société

la

eft

impoiïibla

il

fe foit dé-

,

ell abfochargé de ce devoir , ou privé de la liberté qui lui
Concluons donc que la lixaenc néceflaire pour le remplir.

berté des Confciences eft de Droit Nature!
eft

honteux pour riiumanité

ait befoin d'être

§•

I

Mais

=9.

il

FtabLHe-

,

&

inviolable.

Il

qu'une vérité de cette nature

prouvée.

ne point étendre cette

faut bien ^prendre o
garde de

Un

gion; De-

Citoyen a feulement Je droit de netrc jamais contramt a rien, en matière

D"aksdeia

de Religion

menipubUc liberté
de

la Reli-

.

au - delà as

i

NiJtipn.

qy»n

ijjj

Société.

..

»

,

»

&

£es juftes bornes.

*a,

.

.

^

nullement celui de

«

^

^

faire

i.*

'

au dehors tout ce

en puiiTe réfulter à l'égard delà
L'établiffement de la Religion par les Loix , &

plaira, quoiqu'il

fou exercice public , font matières d'Etat , Se
nécefiairemcnt à l^Vutorité Politique,
Si tous

refibrtifient
les

hommes
doivent

L

V.

î

doivent fervîr Dieu
efl {ans

la

,

comme

H

C

A

XII.

P.

Nation entière

doute obligée de

Et

§. f .)

I.

en tant que Nation,
de Phonorer (Prélim;

&

îe fervir

,

de ce Dev^oir impormeilleure ; c'efc à elle de

eîle doit s'acquitter

tant de la manière qui iui paroît la

déterminer la Religion qu'elle veut fuivre
qu'elle trouve à-propos d'établir,

SU ny
publique
noître

&

,

le

Culte public

a point encore de Religion reçue par Autorité

Nation doit apporter tous

la

,

îr9

& établir

la

fes [oins

pour con-

,

Celle qui aura l'approbation

meilleure.

du plus grand nombre fera reçue & publiquement établie
de TEtat
j\Iais fî
par les Loix ; elle deviendra la Religion
,

,

une

partie conildérable de la

on demande ce que le Droit des Gens prefcrit en
cas? Souvenons- nous d'abord que la liberté desCon-

une autre
pareil

fciences
îl

ne

Nation s'obR-inoit à en fuivre

;

eil:

de Droit Naturel

donc que deux

refte

;

point de contrainte à cet égard.

partis à

prendre

ou de permettre

;

à cette partie des Citoyens l'exercice de la Religion qu'ils

veulent profefier

,

ou de

les féparer

lailTant leurs biens 8c leur part des

& de former ainii

de

pays

la

Société

communs à

deux Etats nouveaux, au

Nation,

&

parla,

il

avoir de

fa

confervation.

prendre

le

premier parti

dans

l'Etat.

patibles

;

s'il

feroit contraire
Il
,

&

la

en leur
Nation,

lieu d'un.

dernier parti ne paroît nullement convenable
la

,

;

il

Le

affoibliroit

au foin qu'elle doit

donc plus avantageux de
d'établir ainfi deux Religions
eil

deux Religions font trop peu comeft à craindre
qu'elles ne jettent la divifion par-

Que

mi les Citoyens

fi

& le

ces

trouble dans les affaires

j

il

eft

un

troi-

ûéme

5-

no.

a poinc

en/'

îigiJrf\^!"
'^°^^^^*^-

120

Cénie parti ,
miers , dont

L E D R O I T D E S G £ N S.
un lage tempérammeiit entre les deux
la

SuiOè nous tburnit des exemples.

pré,

Les Can.

& d^J^peme! fe diviférent Fun & Fautre ea
deux parties dans le XVL Siècle; Fmie refta dans FEgUrb
Romaine Fautre embraffa h Réformation Chaque partie
tons de Glaris
,

:

5

a ion Gouvernenient

à-

réunifient pour les affaires

même

République

Enfin

il

le

une Religion

nombre ,

5

pour Fintérieiir § mais elles fe
du dehors « & ne forment qu'une

part

un

,

même Canton,

nombre des Citoyens qui veulent

différente de celle

dis » je

j

eft

nes &juil:es râlions

,

que

la

Nation

profeiTer

établit,

il

ce

peu conlldérable 5 & que pour de bonon ne trouve pas à - propos de iouftrir

de plufieors Religions dans FEtat ; ces Citoyens
font en droit de vendre leurs terres ^ & de fe retirer avec leurs
l'exercice

familles

en emportant tous leurs biens.

j

gemens envers la Société

,

Car leurs enga-

& leur foumifficn à FAutorlté pu-

blique , ne peuvent jamais valoir au préjudice de leur ConSi la Société ne me permet pas de faire ce à quoi je
ibience.

me crois lié par une obligation indirpenfable 5
m'accorde mon congé.
5

j^,

Lorsqu'il

y

enaune

eta-

bUe par

les

il

faut qu'elle

Lorsque le choix d'une Religion fe trouve tout fait,
les Loîx ^, îa Nation doit nrojorsqu'il
y eo a une établie par
*
*
^
''

,

teger

& maintenir

cette Religion

,

la

conferver

comme un

EtablilTement de la plus grande importance; toutefois fans
rejetter

aveuglément

les

cliangemens que Fon pourroit pro-

poferj pour la rendre plus pure & plus utile
dre en toutes chofes à la perfedion {§. a-i.)

I

car

il

faut ten-

Mais comme
toute

L

ï

V.

C

I.

HA

XIÎ.

P.

rsî

toute mnovation^ en pareiiîe matière, eft pleine de (îangers,&

ne peut guère s'opérer fans troubles

,

on ne

doit point l'en-

treprendre légèrement , fans néceîTité , ou fans des raifons
C'eil à la Société, à TEtat, à la Nation entrès - graves,
tière

,

ces changeinens
les

ou la convenance de
n'appartient à aucun particulier de

de prononcer fur

&

.

il

la nécefiité

j

entreprendre de ion chef ^ ni par conféquent de prêcher

au peuple une Doctrine nouvelle.

aux Conducteurs de

la

Nation

j

propofe fes idées

Qjj'il

& qu'il

aux

le fou mette

or-

dres qu'il en recevra.

Mais

une Religion nouvelle

fi

fe

répand

5

& s'établit

des peuples , comme il arrive ordinairement ,
indépendamment de f Autorité publique, & fans aucune

dan^

l'elprit

délibération

commune;

nous venons de
cas

il

s'agit

faire,

il

faudra raifonner

au paragraphe précédent,

de choifir une Religion

nombre de ceux
Confciences

ave'c celles

de

&

,

la

;

allier les

Juftice

&

hommes

maximes de

précifément

les

la

n'a

,

le

au

faire attention

fe fou-

empire fur

la faine

Politique

de l'Equité.

Voilà en abrégé quels font les devoirs Sa

Nation à Tégard de
ceux du Souv^eraîn.

comme
pour

qui fuivent les opinions nouvelles

venir que nulle puiffance parmi les
les

alors

Religion.

les droits

d'une
§.

Venons maintenant

Ils ne peuvent être , en cette matière,
mêmes que ceux de la Nation, que le Sou-

La nature du

oppofe; la Reline peut engager
gion étant une chofe , fur laquelle perfonne
fa liberté. Pour expofer avec netteté ces devoirs & ces droits
verain répréfente

:

Q

,^2.

à

fujet s'y

du

^"^f/.Q-"^
du Souve-

d'eiaVeir
^'°"'

D R O

L E

122

du prince

,

D

T

I

& pour les établir

F.

G E N

S

folidement

ii

,

Rm(: rappeller ici

dans les
ladiftinclion, que nous avons faite

un

S'il efi:

;

phes précédens
doute favorifer

,

le

Souverain

peut fans

celle qui lui paroit la véritable,oo la meilleure,

annoncer

la fiire

deux paragra-

queftion de donner une Religion à

n'en a point encore

Etat qui

S.

,

& travailler

par des

,

moyens doux

& con-

venables, à rétablir; Il doit même le Faire ; par la raifoii
de veiller à tout ce qui intéreilë le bonheur de
qu'il ciï obligé
la

Nation.

Mais

il

aucun

n'a

droit d'afer

en

ceci d'autorité

&

Puisqu'il n'y avoit point de Religion établie
dans la Société, quand il a reçu rEuipire , on ne lui a con-

de contrainte.

féré

aucun pouvoir à

chant

la

torité

,

cet égard

le

;

maintien des Loix tou-

Religion n'entre point dans les fondions , dans TAuNu au fut le fondateur de
qui lui ont été confiées»

Religion chés les Romains Mais il perfuada au peup'e de
S'il eût pu commander , il n'auroit pas eu rela recevoir.

la

:

cours aux révélations de

Nymphe

la

Quoique le
pour établir une

Egérie,

Souverain ne puiîTe point ufer d'autorité ,
a
il eil en droit
Religion là où il n'y en point ;

,

& même

obligé, d'employer toute rapuiffânce, pour
l'on n'en

annonce une

dangereufe à

l'Etat.

,

qu'il

Car

ce qui pourroit lui nuire
foit

exceptée de

objets.

Nous

la régie,

&

&

loin qu'une

,

Dodrine nouvelle

en

eft

un des plus importans

dans

les

paragraphes fiiivans

elle

allons voir

quels font les devoirs

doit éloigner de foli peuple tout

ii

;

empêcher que
juge pernicieufe aux mœurs &

les droits

du Prince

,

,

à l'égard de la

Religion publiquement établie.

Le

L

Le

V.

î

C

î.

H

A

P.

XÎL

123

Conducteur, à qui ia Nation a confié le
foin du Gouvernement & rexercice du fouverain Pouvoir ,

où u

eft obligé de veiller à la eonfervation de

,

^^t^ble'"

de réprimer ceux

i"Loix.

Prince,

du Cuite

le

établi par les

Loix,

& en

la

droit

Religion reçue

qui entreprennent de les détruire , ou de les troubler» Mais
pour s'acquitter de ce devoir d'une manière également jufte

&

fage

il

,

appelle

^

ne doit jamais perdre de vue

&i

h

raifon qui le lui
impoie,

extrême importance pour

&

le

la qualité

La Religion

& la tranquillité

bien

qui Vy

d'une

efl

de

la

So-

Prince ed obligé de veiller à tout ce qui intéreiTe
FEtat; Voilà toute fa vocation à fe mêler de la Religion, à
ciété

j

le

&

ne peut donc y intervenir
que fur ce pied-la ; & par conféquent , il ne doit ufer de fon
pouvoir que contre ceux dont la conduite , en fait de Reli-

la

protéger

à la défendre.

Il

gion, eft nuifibleou dangereufe à l*Etat,

de prétendues fautes contre Dieu
partient qu'à ce fjuverain

venons-nous que

Juge ,

dont

&

non pour punir

la

vengeance n'apScrutateur des Cœurs. Sou,

Religion n'efl affaire d'Etat, qu'autant

la

qu'elle eft extérieure

& publiquetnent établie

Dans

:

le

cœur,

ne peut dépendre que de
Confcience. Le Prince
en droit de punir que ceux qui troublent la Société ,

elle

la

n'eft

& ce

feroit très-injuftement
à
qu'il infligeroit des peines

pour

fes

ni à les

divulguer

,

principe fanatique

,

criantes, de s'imaginer

ger de
le

la

-

lorsque celui ci
ni à fe faire des Sénateurs.

opinions particulières

,

une fource de maux

fes

ennemis.

fa

Gloire par

un

C'eft

d'injuftices

que de foibles mortels doivent

Caufe de Dieu , foutenir

venger de

&

quelqu'un
ne cherche

la

fe

char-

force

,

&

Donnons feulement aux Souverains^

Q

s

dit

§.

n?-

yVu"e

D R O

L E

T24

T D

î

G E N

S

F.

un grand homme d'Etat & un excellent
donnons iQWVpour l'utilité commune , k pouvoir

dit

Jujiice humaine

,

CiCERON

CaufedeDieu.
affaires d'Etat

auftl habiie

j

que dans

,

ïCej}

îa

Phiiofophie

grand dans les
dans l'Eloquence j

auiîi

$

&

Dans

penfoit comme le Duc de Sully.
pofe touchant la Religion , il dit au fujet de

Religion intérieure
le

vengeur: Mais

les

publiques

làges

Romains

pour

fa

les

Loix
!a

Piété 6c de

Cérémonies

religieaiès

,

exigeoieiit feulement qu'on

ils

\

en fera

établies

& qui intéreffent tout FEtat

,

h

Crime que Fon pourroit

étoient \iizn éloignés de perfécuter

Créance

qu'il pro«

y fait faute 5 Dieu

Si queiqu'u>i

:

déclare capital le

il

commettre contre
les affaires

{a)^

Citoj^e-ii

de punir ce qui

point du rejfort de fa
de s'ériger en vengeurs de ce qui appartient à la
Il

charité dans la Société,

la

hleffe

S.

pour
.

(^)

un

Les

homme

ne troublât

point ce qui touche à Fordre public.
§.

La Ciéance, ou

lu-

w^, &"
^^

d^reraT
ployer.

fentimens envers

mot

,

fera

Prince :

,

U

fes fujets

,

de

la

Opinions des particuliers

Divinité

même que la

&

les

pour

îa

Ici

rernpîir

fin

faire connoître la vérité

de bons fentimens

que des moyens doux

ne peut commander

il

leurs

?

Religion intérieure, en un
Yiiti , l'objet des attentions du
,

ne négligera rien pour

n'employera à cette
nels (c).

les

(§.

mais

,

&

lasO

à
il

pater»
C'efl:

à

Fégard
{à)

Le Duc de Sully

voyez

;

fes

mémoires rédigés par JM de tEchife

,

Toni.

V. p. i}5. 136.

efo.

{b) Quifecus faxit
De Legib. Lib. IL
(c)

Quas

,
'

Detts ipfe v'mdex erit

(religiones)

eonfervandas ptto.

donne aux Clûcdens

Cicero
|

,

capitale

r.ietii , fed ea tQnp'.nBione , qic^s eji hornini cnm Deo ,
de Legib. Lib, I. Belle leçon, qu'un Phiiofophcpa yen

n&n
,

Qui non paruerii

L
regard de

la

y.

I

C

I.

H A

Religion extérieure

p.

&

que fon Autorité pourra fe déployer.
ferver

de prévenir

,

roit caufer.

les defordres

Pour conferver

la

XÎI.

i2f

publiquement exercée,
Sa tâche eft de la con-

& les troubles qu'elle pour-

Religion

,

il

doit la maintenir

pureté de fon inftitution , tenir la main à ce qu'elle
fidèlement obfervée dans tous fes aéles publics & fes Cé-

dans
foit

la

rémonies

Mais

,

punir ceux qui oferoient l'attaquer ouvertement.

ne peut exiger par force que

il

le filence

,

&

ne doit

t aux Cérémonies
jamais contraindre perfonne à prendre
extérieures : Jl ne produiroit par la contrainte , que le trou-

ble

ou

,

La

l'hypdcrifie.

diverfité dans les

fouvent des defordres

Et pour cette raifon

& même

feule

de profcrire

& dans

le

& de funeftes diffentions
,

piufieurs

ne veulent

Cuiteacaufé
dans un Etat

fouffrir

qu'une

l'exercice

Un

de plulieurs Cultes différens.

Mais en général, on peut affirmer hardiment qwe

moyen
que

le

plus fur

la diverfité

:

Souverain prudent & équitaconjoncT;ures , s'il convient de tolérer , ou

Religion.

ble verra dans les

Opinions

le

& le plus équitable de prévenir les troubles,

de Religion peut caufer,

efl;

une Tolérance

univerfelle de toutes les Religions qui n'ont rien de dange-

mœurs, foit pour l'Etat. Laiffbns déclamer
des Prêtres intéreifés ; ils ne fouleroient pas aux pieds les
Loi X de l'humanité, & celles de Dieu même, pour faire triom-

reux,

foit

pour

les

pher leur Dodrine, fi elle n'étoit le fonds deleuropurence,de
leur fafie & de leur puiflance. Ecrafez feulement f efprit perfécuteur

,

punifiez

févérement quiconque

Q^

3

ofera troubler
les

d/j/^^;^.
rance.

LEDROITDESGENS,

126

pour leur Créance, vous verrez toutes les fedes
vivre en paix dans le fein de la commune Patrie , & fournir

les autres

La Hollande

à Tenvi de bons Citoyens.

de Prufle en fournifient

la

preuve

& les Etats du R oi

Réformés

:

Piétiftes, Sociniens

Catholiques,

,

,

,

Luthériens

Juifs 5 tous

,

y vivent

en paix, parcequ'ils font tous également protégés du Souverain

:

On

n*y punit que les perturbateurs de la tranquillité

d'autrui,

§.

I

du Prince pour conferver la Religion
Nation entière, ou la plus grande partie , s'en

Si malgré les foins

î6.

c
fa

r3"epîLé^^^l^^5

la

&

veut

la

i^N^^^r^

dégoûte,

veut chan-

vîolencô à fon peuple

^

gLV

Souverain ne peut faire
ni le contraindre en pareille matière.

changer;
,

le

La Religion publique eft établie pour
la

Outre

NatioUe

qu'elle eil fans

régne pas dans les cœurs

i

le

l'avantage
efficace.,

& le falut de

lorsqu'elle

m

Souverain n'a à cet égard d'au-

que ceux qui réfultent des foins que la Nation lui
a confiés : Et elle lui a feulement commis celui de protéger
tres droits

la Religion qu'elle trouvera

§.

ce de Reii-

po

Mais

ÎÎ7.

refter

"iiîeVlînt ^i^'^^

le

Prince de

12

Couronne.

dans

fa

protège

exiger
^ dc
faire

il

lui»

bon de

eft très-juile auili

Religion
la

,

profelfer.

que

le

Prince

ioit

fans perdre fa Couronne.

Religion de l'Ecat ,

En ogénéral

,
?

c'eft

la diverfité

perdre à aucun Prince fes

libre

de

Pourvu

Ton peut
de Relii^ion ne peut

tout ce que

droits à la

or

Souveraineté, à

moins qu'une Loi fondamentale n'en difoofe autrement. Les

Romains payens ne
embrafia

ceflërent pas d'obéir

à

Constantin ,

&

les Chrétiens ne fe
Chriftianifme;
révoltèrent point contre Julien ,
après qu'il les eût quittés.

lorsqu'il

le

Nous

L

Nous avons
que

le

Souverain

protéger

C

I.

établi

A

p.

XII.

127

Liberté de Confcience pour les

la

en droit ,

eft

H

Cependant nous avons

28.)

1

particuliers (§,

V;

î

;

& de maintenir la Religion

qu'il

peut

mettre dans

tout le

lions ces devoirs
roit arriver

&

s'il

Te

délicate

que

peut

&

fi

même

,

de

l'Etat

pays qu'un

l'on croiroit

,

,

,

de

,

ne

,

entre lesquels

per-

Conci-

feul Culte public.
,

il

pour-

remarquer quelque répugnance

laiflbns rien à délirer fur

,

une matière

;

fi

importante.

Si le Souverain ne veut permettre que l'exercice public

même

à rien faire
Religion
qu'il n'oblige perfonne
contre fa Confcience , qu'aucun fajet ne foit forcé de prendre
part à un Culte qu'il desapprouve , de profefler une Religion

d'une

,•

qu'il croit fauife

;

mais que

le particulier

,

de fon côté ,

fe

contente de ne point tomber dans une honteufe hypocrifie ;
dans fa
qu'il ferve Dieu fuivant fes lumières , en fécret

&

Providence ne l'appelle point à un
puisqu'elle Ta placé dans des circonftances , où

maifbn, perfuadé que
Culte public ,

la

ne pourroit s'en acquitter fans troubler l'Etat. Dieu veut
que nous obéiiTons à nôtre Souverain , que nous évitions tout

il

ce qui pourroit être pernicieux à la Société
préceptes immuables de la Loi Naturelle.
public eft conditionnel

peut produire.

me;

&

Le

l'on doit

convenable.

,

:

Ce

font là des

Celui du Culte

& dépendant des effets que ce Culte

Culte intérieur eft nécefiaire par ui -

s'y

1

borner, dans tous

Le Culte

}}2-

des droits

les cas

il

cft

mê^
plus

public eft deftiné à l'édification des

hommes ,

&

f^^ ^^^"^^

de ne point ^^\ ""^^
ou de la dé- ^^i^^-

fuivant les Circonfhnces

& ces droits divers
ne

voir aufTi

& même dans Tobligation

fouffrirque perfonne entreprenne de l'altérer
truire

fait

§•

D R O

L E

128

I

T D E

hommes, en glorifiant Dieu.
d'être louable,

trouble

&

dans

Il

G E N

s

s.

va contre cette

les occafions

il

SccefTe

fin,

ne produit que

le

Si quelqu'un le croit d'une abfoluë

le fcandale.

pays où l'on ne veut pas lui permettre de s'en acquitter fuivant les lumières de fa Confcience,

néceflité

&

qu'il aille .fe joindre à

gion que
5-

qu'il quitte le

,•

M 9-

ceux qui profelTent

L'extrême influence de

tion fur

quillité

la

de

la

concernent,

autorité fur

Ccux

Religion fur le bien

Société prouve invinciblement

kf' dudeur de l'Etat doit avoir inipedion fur

Rdîgîon'^,^&

mêm.e Reli-

lui.

Le Souverain doit

la

&
La

jYiinjftres.

les

,

& la tran-

que

de

la

Société

& du

Con-

matières qui la

autorité fur ceux qui i'enfeignent,
fin

le

fur fes

Gouvernement

Civil

cjiii

I'enfeignent.

exige néceflàirçment

vêtu de tous
la

manière

la

que

,

les droits,

celui qui exerce l'Empire foit re-

fans lesquels

plus avantageufe à l'Etat

il
:

ne peut l'exercer de
Ce font les Droits de

Majeflé (§, 4f.)> ^ont aucun Souverain ne peut fe départir
fans l'aveu certain de la Nation.
L'infpedion fur les matières de la Religion

donc

,

&

l'Autorité fur fes Miniffcres

forment

importans de ces Droits 5 puisque fans ce
Souverain ne fera jamais en état de prévenir les

l'un des plus

pouvoir

,

le

troubles, que la Religion peut occafioner dans l'Etat, ni

&

au faiut de la Société.
d'appliquer ce puiffant reflort au bien
Certes il feroit bien étrange qu'une Nation , qu'une multitude d'hommes, qui s'unifient en Société Civile pour leur

commun

avantage , pour que chacun puifle tranquillement
|)ourvoir à fes befoins , travailler à fa perfedion & à fon bonheur , & vivre comme il convient à un Etre raifonnable ;

qu'une pareille Société

,

dis

-

je

,

n'eût pas le droit de fuivre
fes

L

V.

I

I.

H

C

A

XII.

P.

129

/

fes

lumières

,

dans

l'objet le

plus important

;

de déterminer

ce qu'elle croit le plus convenable à Tégard de la Religion,

&

de

qu'on n'y mêle rien de dangereux ou de
Qui ofera difputer à une Nation indépendante 'lie

veiller à ce

nuifible.

droit de fe régler à cet égard

lumières de fa Confcience

choix d'une Religion

&

comme

5

Et quand une

?

d'un Culte

appartient pour les maintenir

&

les faire obferver

duéleur

,

n'a-t-elle

,

à tout autre

,

fur lés

fois elle a fait

;

tout le pouvoir qui lui

pour

les régler, les diriger

pas pu

le

conférer à fon Con-

?

Qu'on ne nous

dife point

que

le foin

des chofes facrées

une main profane ; Ce difcours n'eft.
qu'une vaine déclamation, au Tribunal de la Raifon. Il

n'appartient pas à

n'eft rien fur la terre

de plus auguite

& de

plus facré qu'un

Et pourquoi Dieu , qui l'appelle par fa Providence à veiller au Iklut & au bonheur de tout un peuple , lui

Souverain.

du plus puifTant relfort qui faife mouvoiries hommes? Li Loi Naturelle lui aflTûre ce Droit, avec
ôteroit-il ladiredion

tous ceux qui font elfentieîs à

ne

voit rien dans VEcriture

Chez

les Juifs

ni

^

le

,

Roi,

un bon-Gouvernement,*

qui change cette difpofition.

confervation

quand

il

,

ne pouvoit rien
Souverain veilloit à

ni perfonne,

innover dans luLoi de Moïse; mais
fa

& on

le

& fçavoit réprimer le Grand - Sacrificateur

s'écartoit

de fon devoir.

trouvera- 1- on dans

Nouveau Teftament, qu'un Prince Chrétien
dire en matière de Religion ? La foumiflion &

le

aux Puiilances fupérieures y

eft

clairement

R

,

&

n'ait rien

à

l'obéiflance

formellement
prefcrite.

L E D R

,3o

En

prefcrite.

O

î

T D E

vain oppoferoit

-

G E N

S

S.

on Texemple des Apôtres

,

les Souverains
Quiconqui annoncèrent i'Evangile malgré
ordinaires
a
befoin
des
d'une
MiC
,
régies
que veut s'écarter
.

fion divine,

&

il

faut

qu'il étabiifle

fes

pouvoirs par des

Miracles.

On ne peut

contefter au Souverain le droit de veiller à

ce qu'on ne mêle point dans la Religion des chofes contraiau falutde l'Etat ; 6c dès» lors , illui apparres au bien

&

tient d'examiner la

enfeigné
8
5.

Dodrine

&

de marquer ce qui doit être

& ce qui doit être tu.

Le Souverain

_

140.

,

doit encore veiller attentivement à

ce

Fonn^abufe

qu'on n'abufe point de la Religion établie , foit en fe fervant
de la DifcipUnc pour fatisfaiie fa haine, fon avarice, ou fes

gion ^eçuê.

^^trcs paQions

Il

doit

em-

^

,

foit

en préfentant

préjudiciable* à l'Etat.

la

Dodrine fous une

face

Dévotion

Imaginations creufes.j

fublimes fpéculations , quels fruits produiriez
vous dans la Société , fi vous n'y trouviez que des efprits
féraphique

foibles

,

& des cœurs dociles ? Renoncement au Monde,

don général des affaires , du travail
prétendus Saints deviendroit

premier voifin ambitieux

ne

;

ou

la
fi

même

:

Cette Société de

proie facile

on

aban-

la laiîfoit

furvivroit point à la première génération

&

affurée

en paix
les

;

,

deux

du
elle
fé-

xes, confacrant à Dieu leur virginité^ fe refuferoient aux
vues du Créateur, à la Nature & à l'Etat. Ueflfêcheux

pour

les

l'Hiftoire

Miffionnaires,

même

de

la

qu'il paroiffe

évidemment, par

Not^eîle France du P.

que leurs travaux furent

la principale

Charlevoix

Caufe de

la

,

ruine des
liuronf^

L

I

L'Auteur

Hurons.

de ces Néophytes

C

H

A

V.

î.

dit

expreOement

XIÎ.

P.

que grand nombre

,

vouloient plus penfer qu'aux chofes de la
leur valeur , que la
qu'ils oublièrent leur activité
île

&

Foy 5

divifîon

le

mit entre eux &ie

de

refte

la

Peuple fat bien tôt détruit par les ïroquois
coutumé de battre auparavant (a) •
-

A
de

ni

îa

rinfoecliori

Religion

,

du Prince fur

nous avons

Nation
3

les affaires

Ce

Sec.

qu'il avoit ac-

& les

matières

"

Sans ce dernier droit,

inutile

:

le

premier

eil

&

vain

fort

& l'autre découlent des mêmes principes. Il
& contraire aux premiers fondemens de la So-

L'un
,

que des Citoyens

ui.

joint l'Autorité fur fes Minif- souveSn

très.

eil abftirde

5-

JllftJes

de 'la

i^^^s^o^

prétendent indépendans de l'Autorité fouveraine , dans des fondions fi Importantes au reCdl établir deux
pos, au bonheur & au falut de l'Etat.
ciété,

fe

Puiflances indépendantes

,

même

dans une

&

cipe certain de divifion, de trouble

qu'un Pouvoir fuprême dans

de

,

Commandans des Troupes

de ruine.

Il

Eccléfiartiques ,

Prinn'eft

Ma-

tous font des Officiers

,

République , chacun dans fon département
également comptables au Souverain.
la

A îa

;

lesfoniTdons des fubal-

fuivanc leur objet:

ternes varient,
giftrats

l'Etat,*

Société

,•

tous font

ne pourroit avec judice obliger un
à fuivre un Rit , que
Eccléfiaftique à prêcher une Doélrine
celui - ci ne croiroit pas agréable à Dieu.
Mais fi le Miniftre
vérité le Prince

,

de

la

Religion ne peut

du Souverain

,

il

fe

conformer à cet égard à

doit quitter fa place

R
(a)

Voyez YHiJlou'e de

lu Nouvelle

,

& fe

volonté

confidérer

com-

me

2

France, Liv. V.

la

YL & VII.

NaL/e^de
^ette Auto-

D R D

L E

132

me un homme
chafes

y

T D E

I

appelle à

qui n'eil pas

étant nécefTaires

du Prince

&

enfeigner

,

fincérité, fuivant fa Confcience

tions

G E N

s

& aux Loix de

&

,

fe

s.

remplir; deux

la

comporter avec
conformer aux intenfe

Qui neferoit indigné
audacieufement aux Ordres du
l'Etat

de voir un Evêque réfifter
Souverain , aux Arrêts des Tribunaux fuprêmes , & déclarer folennellement , qu'il ne fe croit comptable qu'à Dieu
feul du Pouvoir qui lui eft confié ?
^

,5-

D*un

',+'•.

Règle a obferveràréciefiaftiques.

autre côté

de produirc

707
,

fi

le

eft avili

Clergé

il

,

hors d'état

fera

auxquels fon miniftère efl; deftiné*
La régie que l'on doit fuivre à ion égard , peut être conçue
en peu de mots ; beaucoup de confidération , point d'empire ,
les fruits,

encore moins d'indépendance.

que tout autre Ordre
dans tout le refte
fa

,

,

ï*^.

foit fournis

,

Que

dans

fes

à la Puilfance publique

conduite ^u Souverain.

z^\

le

Clergé, ainB

fondions
,

comme

& comptable de

Que lePrince ait foin de

ren-

dre les Minières de la Religion refpedables au peuple ; qu'il
leur confie le degré d'autorité nécellàire pour s'aquitter de
leurs fondions avec fuccès

par

le

pouvoir

qu'il a

,

& qu'il les foutienne

en main.

,

Tout homme en

au befoi%
place doit

muni d'une autorité qui réponde à fes fondions ; autrement il ne pourra les remplir convenablement. Je ne vois
être

aucune raifon d'excepter le Clergé de cette régie générale :
Seulement le Prince veillera plus particulièrement à ce qu'il
n'abufe point de fon Autorité ; la matière étant tout enfemble plus délicate
S'il rend le
plus féconde en dangers.
caradère des Gens d'Eglife refpedable , il aura foin que le

&

reîped

n'aille

point jusqu'à

une

fuperfl:itieufe

vénération

,

jusqu'à

L

V.

I

jusqu'à mettre dans
puiflantes

îa

C

î.

H A

P.

Xil.

pour entraîner à fon gré tous

,

133

main d'un Prêtre ambitieux des rênes

Dès que le Clergé fait un Corps à - part
Les Romains (nous les citerons fouvent)
,

les efprits foibles»
il

formidabler

eft

les fages

Romains

prenoient dans le Sénat le Grand Pontife & les principaux
IVliniftres des Autels : lis ignorèrent la diftindlion d'Eccléfiajîiques

& de Ldiques

X

tous les Citoyens étoient de la même

robe,

Otez au Souverain ce pouvoir en matière de Religion

&

cette Autorité fur le Clergé

comment

;

veillera -t-

il

,

ç.

144.

à ce tio"de?'S-

Religion de contraire au bien de^'JJJf^^,^
l'Etat? Comment fera- 1- il enforte qu'on Tenfeigne & qu'on droits du
la pratique toujours de la manière la plus convenable au en fait de

qu'on ne mêle rien dans

îa

comment préviendra- 1» il les^^f^e/^^.
troubles, qu'elle peut occafionner, foit par les Dogmes , ^^^^"^^^"
Ce
foit par la manière dont la Difcipîine fera exercée ?

bien public? Et fur -tout,

font là tout autant de

foins

&

vent convenir qu'au Souverain ,

de

qui ne peu-

devoirs

& desquels rien ne fçauroit

le difpenfer-

Aufîi

voyons - nous que

les matières Eccléfiaftiques

ment défendus
fages

&

,

font pénétrés des

IbufFrir,

Ils

,

ont été fidèlement

& conftam-

par les Pariemens de France. Les Magiflxats

éclairés

queflion.

Droits de la Couronne, dans

les

qui compofent ces illuftres Compagnies

Maximes que

la faine raifon

fçavent de quelle conféquence

que Ton

fouflraife

à l'Autorité

R

5

dide
il

eft

,

fur cette

de ne pas

Publique une
matière

D R O

L E

134

matière

û

délicate

G E N

E S

étendue dans

fi

,

T B

I

S.

& Tes

Tes liailbns

infiiien-

ces, &fi importante dans Tes fuites. Quoi! des Ecclefiaftiques s'aviferont de propofer àia Foi des peuples quelque
point obfcur

,

inutile

la Religion reçue

,

ils

;

qui ne

fait

point partie efientielie de

répareront de l'Eglife

ceux qui ne montreront pas une aveugle
fuferont les Sacremens, la
Sépulture

ne

poui-ra protéger fes îujets

docilité

même

& garantir

,

ils

^

le

difflimeront
ils

9

&

;

leur re-

le,

Prince

Royaume

d'un

Scliifme dangereux î

Les Rois d'Angleterre ont aiïuré les Droits de leur Cou&
ronne $ ils Te font fait rectjnnoître Chefs de la Religion
,*

ce règlement n'eil pas moins approuvé de
ja faine Politique.

11 eft

la raifoii

.

que de

encore conforme à l'ancien ufage.

Les premiers Empereurs Chrétien^ exerçoient toutes
fondions de Chefs de

l'Eglife

:

les

des Loix far Iqs

Ils faifbient

matières qui la concernent (a) ; ils aflembloient les Condeftituoient
ciles j ils y préfidoient ; ils mettoient en place

&

les

en SuifTe de fages Républiques ,
Souverains connoiflant toute Téten^uë de l'Autorité

Evêques &c.

dont

les

Il

eft

ont fçû y alTujettir
fans gêner leur Confcience.

fuprême
laire

de

de

les Miniftres

,

la

Dûdrine qui

Ils

ont

,

telle

aent de

fe

fe

,

;

veulent

afin

l'Eglife.

,

Ils

la

voir

que ceux qui

conformer à ces EtablilTemens

vouer au fervice de

Religion

un Formu& publié les Loix

qu'ils

exercée dans les pays de leur obéiflance

ne voudront pas

la

fait drefier

doit être prêchée

la Difcipline Eccléfiaftique

de

,

s'abftien-

tiennent tous les
Miniftres

(rt)

Voyez

le

Code Théodojîen.

L

t

V.

I

H A

C

P.

XII.

I3T

Religion dans une légitime dépendance

Miniftres de la

ne s'exerce que fous leur Autorité.

la Dircipline

Il

,

&

n'y a

l'on voie jamais dans ces Républiques
pas d'apparence que
des troubles occafionnés par la Religion.

Si

&

Constantin

les droits

de

&

foibleiïe des Princes

Des

Moines

eût - on vu jamais ces

ruiflfeaux

ç

l'ambition
qu'enfantèrent l'orgueil
des Eccîéfiaftiques , enhardis par la
&, foutenus par la fuperftition des peu-

de fang

,

verfés pour des querelles de

pour des Qiieftions fpéculatives

,

,

fouvent inin-

&

presque toujours auffi inutiles au falut des
au bien de la
qu'indifférentes , en elles mêmes ,

telligibles

âmes ^

;

la

&

,

de quelques Papes
?

Chefs de

Souveraineté

la

defordres horribles

ples

recon-_

Religion , fi les
les Princes Chrétiens avoient fçu maintenir à cet

&

égard

fait

,

Des Citoyens , des

Société :
les autres

:

Les

frères

,

armés

fujets excités à la révolte

,

les

uns contre

des Empereurs

&

des Rois ren verfés de leur Trône: Tantum Religio pomit fua^

On

des Empereurs Henri
IV. ErtdericI. FridericIL Louis de Bavière. N'eft-ce
dere malorum

!

connoit

l'hiftoire

&

ce fyftême dans
pas l'indépendance des Eccîéfiaftiques ,
affaires de la Religion à une Puiffance
lequel on foumet les
les horreurs de la
Etrangère , qui plongea la France dans
du plus grand de fes
penfa la priver du meilleur
Ligue ,
Rois ? Sans cet étrange
dangereux iyftéme , eût- on vu

&

&

&

la
Pape Sixte V. entreprendre de violer
Loi fondamentale du Royaume , déclarer le légitime Héritier inhabile à porter la Couronne ? Eût- on vu , en d'autres

un Etranger

,

§•.^4^^

rernicieuîes

comme

noître formellement

Rois

fes SuccelTeurs s'étoient

,

le

tems

conféquen.
'

ment"coa"
^'''^^^'

LEDROITDESGENS-

13(5

tems

&

en d'autres lieux (a)

incertaine

par

5

défaut d'une formalité

le

dont on conteftoit

la

au Trône rendue

la fucceffion

validité,

& qu'un

prétendoit feul en droit de donner

?

j

d'une difpenfe

,

Prélat étranger fe

même

Eût - on vu ce

Etranger s'arroger le pouvoir de prononcer fur
mité dQs Enfans d'un Roi ? Eût- on vu des Rois

la

Légiti-

aflaifinés

,

par les fuites d'une Doclrine déteftable Q>) : Une partie de
la France n'ofant reconnoître le meilleur de fes Rois (c) ,

avant

Rome

v-^ue

§.

i4<5.

abus.

I^ La

dfâ^/a"?s

&

abfous;

plufieurs autres Princes,

hors d'état de donner une paix folide à leur peuple

,

qu'on ne pouvoit rien décider dans

fur des

Conditions

1^ et 1.11 des

l'eut

,

le

Royaume

qui intéreîîbient la Religion

,

parce

(<i) ?

Tout ce que nous avons établi ci-delTus, découle fi
évidemment diGS notions d'indépendance & de fouveraineté ,
homme de bonne - foi &
^^'^^ ^^ ^^^^ jamais contefté par un
Si l'on ne peut régle/r
qui voudra raifonner conféquemment.
définitivement dans un Etat tout ce qui concerne la Reli-

gion;

la

Nation

n'eft pas libre

,

& le Prince

n'eft

Souverain

doit être
n'y a pas de milieu; ou chaque Etat
maître chez- foi , à cet égard 'comme à tout autre, ou il
Il

qu'à-demi.

faudra recevoir le fyftême de Boniface VIII.
la

Chrétienté Catholique-Romaine

& regarder toute

comme un

feul Etat,

dont

Pape fera le Chef fuprême , & les Rois Administrateurs
fubordonnés du temporel , chacun dans fa Province ; à-peu-

le

près

Dieu

{(i)

En

(6)

Henri

Angleterre

& l'Eglife

,

IIÎ.

,

fous

& Henri

Henri

VIII.

IV. afTaffmcs par des fanatique»

,

qui croyoîent fervir

en poignardant leur RoL

nombre de Ca.
(c) Henri IV. Quoique rentré dans TEglife Romaine , grand
thûUques n'ofoientle reconnoître avant qu'il eût reçu Tabfolution du Pape.
ii) Plulieurs Rois de France

,

dans les Guerres Civiles de Religion.

L

I V.

C

r.

H A

Xir.

p.

T37

comme furent d'abord les Sultans fous l'Empire des
On fçait que ce Pape ofa écrire au Roi de France
Khalifes,
près

,

Philippe le Bel

,

fcire te volumus

temporalièus nobisfuhes (a)

:

,

quod in fpiritualibus gjf

fçachez que VOUS nous êtes fou-

bien pour le temporel , que pour le fpirituel. Et
l'on peut voir dans le Droit Canon (è) fa fameufe Bulle Unam
fanHam , dans laquelle i\ attribue à l'Eglife deux Epées , ou
rnis

aufli

,

une double Puiffance , fpirituelle & temporelle , & condamne
ceux qui penfent autrement , comme gens , qui , à l'exemple des Manichéens^ établiflTent deux Principes; déclarant
que cejl un Article de Foi , néceffaire àfalut , de croire^
que toute Créature humaine ejlfoumife au Pontife de Rome,
enfin

,

Nous compterons l'énorme

Puiflance des Papes

pour
premier abus enfanté par ce fyftême , qui dépouille les
Souverains de leur Autorité , en matière de Religion. Cette
Puiflance d'une Cour étrangère ed abfolument contraire à
,

le

l'indépendance des Nations & à la Souveraineté des Princes.
Elle eft capable de bouleverfer un Etat ; & par -tout où elle
elt

reconnue ,

il

ell impoflible

que

le

Souverain exerce l'Em-

pire de la manière la plus falutaire à la Nation.

Nous en

preuve, dans plufieurs traits remarquables (§. précèdent) ; l'Hiftoire en préfente fans nombre.
Le Sénat de Suéde ayant condamné Trolle Archevêque

avons déjà fourni

la

d'Upfal^ pour crime de rébellion^

à

finir ibs

jours dans

adonner

unMonaftére;

le

fa

démiflion

Pape Léon X. eut

S
(a)
la

TuRRETiM.

Hiji. Ecc/ejïafl.

Compendium

l'audace
y

p.

182. où l'on pourra voir aufli

Réponfe vigourcufe du Roi de France.
[b) Extravag.

Commun,

Lib.

I.

Tit,

&

De Majoritate^ obedmttin.

LEDROÏTDESCENS.

I3S

&

Taudace (Vexcoramunier l'Aclminiftrateur Stenon
Sénat
refle

& de les condamner

,

de T Archevêché

amende de

Le

qu'ils

avoient

pour défoler

,

démolir

fait

une Forte,

une

cent mille Ducats envers le Prélat dépofé {a)

barbare Christierne Roi de

ce Décret

de

,

à rebâtir à leurs fraix

tout le

la

Dannemarck

Suéde

,

s'autorifa

de

&

pour verfer le fang
Paul V. fulmina un Interdit

fa plus illuftre Nobleflfe.

,

pour des Loix de Police très - (âges , mais
qui déplaifoient au Pontife , & mit la République dans un
embarras , dont toute la fagefîe & la fermeté du Sénat eut

contre Venife

peine à

,

Pïe V. dans

la tirer.

If (57. déclare, que tous

Bulle in Cœna Domîni de Fan

fk

les Princes

,

qui mettent dans leurs

Etats de nouvelles impofitions

de quelque nature qu'elles
,
foient , ou qui augmentent ies anciennes 5 à moins qu'ils
n'ayent obtenu l'approbation du S. Siège , font excommuniés
N'eft - ce point là attaquer l'indépendance des
ipfo faBoo

Nations

& ruiner l'Autorité des Souverains ?

,

Dans
bres

,

les

tems malheureux , dans

les fiécles

qui précédèrent la renaiffance des Lettres

ination

les

,

Papes prétendoient régler

les

de ténè-

& la Réfor-

démarches des

Souverains , fous prétexte qu'elles intéreffent la Confcience ,
juger de la validité de leurs Traités , rompre leurs Alliances

&

les

déclarer nulles.

une vigoureufe
s'imagine

voure,

&

Mais ces

entreprifes éprouvèrent

réfiitance, dans un pays

communément

qu'il

les Suiffes

de

la

l'on

Viy avoit alors que de la bra-

bien. peu de Lumières.

pour détacher

même, où

France

Le Nonce du Pape^
,

publia

un Monitoire
contre

(a) Hiftohre des Révolutions de Suéde.

L

C

L

Ï-V.

H A

contre tous ceux des Cantons,
les déclarant

Vlli.

jours

ne

lis

,

fe

P.

XII.

139

qui favorifoient

excommuniés

,

fi

Charles

dans i'efpace de quinze

détachoient des intérêts de ce Prince, pour

entrer dans la Confédération
qui s'étoit formée contre lui:
Mais les Suifles oppoférent à cet Adte une Protefiation , qui
le déclaroit abufif ,

& la firent afficher dans

leur obéiflance; fe

&

ment abfurde

Nous

ainfi

moquant

contraire

tous les lieux de

d'une procédure égale-

aux Droits des Souverains (^)o

rapporterons piufieurs entreprifes femblables, quand

nous parierons de la

foi

dQS Traités.

Cette PuifTance des Papes a fait naître un nouvel abus,
qui mérite toute l'attention d'un fage Gouvernement. Nous

voyons divers pays, dans lesquels
ques

,

les

les

Pape , qui en gratifie fes Créatures , & fort
fouvent des gens qui ne font point fujets de l'Etat.
Cet
ufage eft également contraire aux Droits d'une Nation & aux
le

,

principes de la plus

commune

fes affaires

,

qu'ils lui

Un

Politique.

doit point recevoir la Loi des Etrangers

comment

a

Peuple ne

nifouflPrir qu'ils fe

enlèvent

fes

avantages

:

Et

des Etats capables de permettre,qu'un
Etranger difpoie de Places très-importantes à leur bonheur Se à
fe trouve-t-il

leur repos? Les Princes qui ont

& à leur

donné les mains à i'introdudlion

énorme, ont manqué également à eux-mêmes
De nos jours la Cour d'Efpagne s'efl: vue
peuple.

d'un abus

fi

S z
(a)

Vogel^ Traité hiftorique

Xni. Canions.

piôis

imporl

Dignités Eccléfiafti- ^résp^e
grands Bénéfices font diftribués par une Puiflance euSère.

étrangère « par

mêlent de

J- h?-

p. j

$

.

&

36.

&

obligée

politique des^liances entre la France

& le6

LEDROITDESGENS.

140

obligée à facrifier des

&

paifiblement

qui

fommes immenfes

fans danger,

appartenoit

,

pour rentrer

dans l'exercice d'un Droite

elTentiellernent

à

dont

les

la

ou

Nation,

à fon

Chef.

9'.

Dans

Sujets

pend!JSd'^
ne Cour

tenir

un

grande

les Etats

droit de la

même,

Souverains ont fçû re-

Couronne fi important j

Le Souverain nomme ,

partie.

chés, aux grands Bénéfices

il

l'abus fubfifte

en

aux Evê-

eil vrai,

mais Ton Autorité ne

fuffit

pas
au Titulaire, pour le mettre dans l'exercice de les fondions,
il lui faut encore des Bulles de Rome
Parla, & par
Ça),
mille autres attaches , tout le Clergé y dépend encore de la

en efpére des Dignités, une Pourpre,
faftueufes prétentions de ceux qui en font,

Cour Romaine:
qui

,

Il

fuivant les

revêtus

,

;

les égale

aux Souverains

;

il

a tout à crainde de

fon courroux.

Auiïile voit»on presque toujours difpoféà

lui complaire.

De

fon côté

Clergé de tout fon pouvoir

$

,

la

Cour de

elle l'aide

de

Rome

foutient ce

fa Politique

&

de

protège contre fes ennemis , contre ceux
qui voudroient borner fa puiflance , fouvent même contre la

fon Crédit

,•

elle le

jufte indignation

plus en plus.

de
lui

&

du Souverain

;

& par- là elle fe

Souffrir qu'un grand

nombre de

l'attache

de

fujets

&

,

en place , dépendent d'une puiflance étrangère 6c
foient dévoués , n'efi: ce pas blefler les droits de la Société,

fujets

choquer

les

premiers élémens de

l'art

de régner ? Un
Souverain

'

(d) On peut voir dans les Lettres du Cardinal d'OssAT , quelles peines eut
Henri rV. quelles oppofitions , quelles longueurs à elTuyer, lorsqu'il voulut faire

paflerà l'Archevêché de Sens y Renauld de Baune Archevêque de Bourges, qui
avoit fawé la Ftancc en recevant ce
Roi dans ie fein de
Romaine.

grand

i'Eglife

L

I

\\

C

I.

Souverain prudent recevra -tpareilles

C'efl

Clergé

,

hs

pour

&

Patrie

XII,

P.

141

à^s

il

II

mieux

s'aflurer d'autant

le

dévouement du

des Gens d'Eglife a été inventé. Un
au Siège de Rome par fes fonc
Prélat, déjà

que

Prêtre, un
lions

A

^ns, qui prêchent de
n'en fallut pas d*avantage,
pour faire
Miffionnaires de la Ciiine.

maximes?

chaiïer tous

H

le célibat

U

par fes elpérances , fe trouve encore détaché de Hi

Il ne tient
par le célibat qu'il efl: forcé de s^arder.
point à la Société Civile par une fam.iiie : Ses grands intérêts
,

font dans TEglife; pourvu qu'il ait la faveur de fon Chef,
n'eil;

il

Rome
Chacun

en. peine de rien:

fon refuge,

efl

fçait

^

que

les

le

En quelque pays
centre de

fa

qu'il foit

Patrie

Ordres F^eligieux Tont

né,

d'éIeâ;ion.

comme

au-

tant de Milices Papales, répânduëc? fur la face de la Terre

pour foutenir

&

,

de leur Monarque.
un renverfement ôqs

avancer les Intérêts

Voilà fans doute un abus étrange

premières Loix de

la Société.

Prélats étoient mariés,

ils

Ce

,

n'eft pas tout

;

Si les

pourroient enrichir FEtat d'un

grand nombre de bons Citoyens ; de riches Bénéfices leur
fourniifant les moyens de donner à leurs cnfaiis légitimes
quelle multitude d'hommes,
confacrés à Toifi veté , fous le manteau de

une éducation convenable. Mais
dans
la

les

Couvents

Dévotion

guerre,

ils

î

ne

j

Egalement
la

inutiles à la Société

joùiGTent

paix

&

en

fervent ni par leur travail, dans lès profefTions

néceffaires, ni par leur courage, dans les
ils

& en

de revenus immenfes

:

il

armées ;

& cependant

faut

les fueurs

que

du

peuple fourniffent à Pentretien de ces eîTains de fainéans.

S

3

Q.ue^

S-

149.

des Pr^étres
^'"''''"''•

;

I

T D E

S

G E N

S.

diroit-on d'un Colon, qui protégeroit d'Inutiles fre-

Que
lons

Ce

D R O

L E

742

pour leur

,

faire

dévorer

le

miel de fès abeilles Q^)

?

pas la faute des fanatiques Prédicateurs d\ine Sainteté toute célefte, fi tous leurs Dévots n'imitent pas le céliComment les Princes ont - ils pu foufFrir
bat des Moines.
n';3it

l'on exaltât

que

comme une

publiquement

unufage, également contraire
la Société? Chez les Romains,
nuer

tions
les

:

il

julles

&

il

fages

Empereurs Chrétiens

Divers Pérès de
dit

fans-doute^

cbofes de

les

pour

les

,

Nature, & pernicieux à
Loix tendoiv°nt à dimi-

nombre des Célibataires, & à favorifer le MariaLa ruperftition ne tarda pas à attaquer des difpofi-

le

ge (^)

à la

vertu fublime

;

fe

i'Eglife

perfuadés par les Gens d'Eglife,
crurent obligés de les abroger (^),

ont cenfuré ces Loix d'AuGUSTE

un Grand -homme
ï"

autre vie

des affaires de celle - ci.

,

mais avec très - peu de

Ce Grand-

;

(c), avec un ^è!e iGuable

homme

connoijj'ance

vivoit dans I'Eglife

Romaine ; il n'a pas ofé dire nettem.ent que le Célibat volontaire eH condamnable même relativement à la Confcience
,

& aux

intérêts d'une autre vie.

remplir

les

vues du Créateur

,

Se conformer à

travailler

la

Nature,

au bien delà Société

,•

une conduite digne de la vraie Piété. Si
en état d'élever une famille; qu'il fe marie ,

voilà certainement

quelqu'un

eft

qu'il s'applique

à

donner une bonne éducation à

fes

Enfans

;

il
*

Cette réflexion ne regarde point les Maifons Rellgieufes dans lesquelles on
Des Etablilleinens qui olfrerxt aux favans une retraite paifible ,
toute la tranquillité que demande l'étude profonde des
tout le lôiiir
ibiences,
font toujours louables , & ils peuvent être forr utiles à l'Etat.
cultive les Lettres.

&

(rt)

(h)
{c)

La Loi Papia - Poppaa.
Dans le Code TheoUo/ten.
M. Le Prclident de Montesq.uieu

,

dans ïffprit des

Loi:*,

L
il

du

fera Ton

V.

I

&

devoir,

H

C

I.

A

XIÎ.

P.

143

véritablement daas

fera

le

chemia

falut.

&

Les énormes

dangereufes prétentions du Clergé,
font encore une fuite de ce fyftêine , qui fouftrait à la Pu if

ance Civile tout ce oui touche
les Eccléfiafliques

fondions

la

fous prétexte de

,

ont voulu s'élever au

,

même

Citoyens,

-

i^s

premières places dans

Romaine

de tous

difoit à fes

le

fejlins

contre

la

Apôtres, ne

ils

^

de leurs

fe Ibnt ar-

Leur Chef, dans

premier rang.

fait baifer fes

,

les

,

les autres

&

des principaux Magiftrats,

rogé presque par tout
TEglife

fainteté

la

defiTus

défenfeexprelïede leur Maître, qui
cherche:^ point

Premièrement

Religion,

pieds aux Souverains

;

des

Empereurs ont tenu la bride de fon Cheval ; Et fi des Evêques , ou même de fimples Prêtres , n*ofent pas aujourd'hui
s'élever au-deflus de leur Prince

trop contraires

un de
au -

:

c'eH:

,

d'un Roi

les

n'ont pas toujours été

Ils

leurs Ecrivains a bien ofé dire

defjus

que

que rbom/ne

,

,

modedes,

fi

qu'w;; Prêtre

au

efi

tems leur font

-

ejî

&

autant

deïjus de la hete (a)

.

&

plus ellimés que celui-là,
plus connus
à louer ce mot imbécille , que l'on atfe font plu à relever

Combien d'Auteurs

,

&

Thf.ODOSE

tribue à l'Empereur

grande dijlance qiHl y a^

Nous
honorés

& leur

:

L

de T Empire

ma

Ambroife

au Sacerdoce

appris

la

!

l'avons déjà dit, les Eccléfiafliques doivent être

Mais

fied-il

la

modeflie

,

l'humilité

de l'oublier pour eux-

même

mêmes

leur convient

;

tandis qu'ils la

,

prêchent
(u)
vius.

Tjunum

Vide

LancelL

Sacerdi^T pr^Pat Régi

fabbcchov.

,

qua/itum home

F^xirl. 1. tui Baron.

beflia

Annal. Se^.

2.

;

gsf

Stanislaus Oricho-

Thomaf.

h'ot.

ad

Jtuim
"^-^^

j<o.
.inor"

„"

'^^•^'-"^•

^''^'-'

D R O

L E

144

T D E

I

G E N

S

S.

ne parlerois pas d'un vain Cérémoprêchent aux autres ? Je
nial , s'il n'avoit des fuites trop réelles , par Torgueil qu'il
infpire a bien des Prêtres,

&

par les impreflions qu'il peut
11 eft effentiel au bon ordre ,

faire fur l'efprit des peuples.
les fujets

que

ne voient rien dans

que leur Souverain

&

,

après

lui

la
,

Société de

ceux à qui

fi

refpedable
confie

il

une

partie de fon autorité.

§.

Les Gens

i<ji.

dance^Tm"'
munîtes,

^^^^^^*

ne

d'Eglife

Nott - contens de

beau

rendre indépendans quant à
Cour de Rome, ils ont même

entrepris de fe fouftraire entièrement ,

faire

fi

fe

leurs fonctions,* aidés de la

& à tous

On a vu des tems , ou

l'Autorité Politique.

en

fe font pas arrêtés

égards

l'on

,

à

ne pouvoit

paroîtreun Eccléfiallique devant un Tribunal féculier,

pour quelque caufe que ce fût. Le Droit Canon le décide
formellement ainfi II ejl indécent , dit - il , que des Laïques
:

Les Papes Paul
jugent un homme d'Eglife (a) .
Urbain VîîL dans leurs Bulles in Cœna Domini ,

liï.

Pie V.

excommu-

nient les Juges Laïques qui oferont entreprendre de juger des
Les Evêques même de France n'ont pas
Eccléfiaftiques.

en plufieurs occafions, quHls ne dépcndoient
d^aucun Trinee temporel Et voici les termes dont ola fe fervir
craint de dire

6^6

;

UAnèt

fut improuvépar la Compagnie

,

cCautant

rAflemblée générale du Clergé de France en
du

Confeiî armant été lu

quHllaiJJoit

le

,

Roi Juge des Evêques ^

Immunités àfes Juges (b)

,

^

î

femble foumettre leuri

H y a des Décrets

des Papes , qui

excom(rt)

Imiecortim

adione 22. XVI.
iji)

ejl

làicoi

homines viros

Eeclejîàjiicos judicare

,

Can. in nona

q, 7.

Voyez Tradition dei faitsfur

lefyjléme d'indépendance des £vêques.

L

V.

I

C

I.

H

A

XIL

P.

HT

excommunient quiconque aura mis en prifon un Eveque.
Suivant les principes de Rome, un Prince n'eft pas en pouou malrebelle
de mort un liomm.e d'EgUfe
voir de
punir

& celle

£uit qu'il s'adreiFeà la Puillance Eccléfiaitique

il

faiteur;

le livrera

- ci

l'avoir dégradé.

d'Evéques, qui

s'il

,

On

lui plaît

fit

,

pour des Crimes

fubir de juftes

avoient conjuré

ÙQBrague

y

,

après

fa

,

qui coûtoient la vie

Jean de Bragance Roi de
fupplices aux Seigneurs qui

perte; iln'ofa faire mourir l'Archevêque

auteur de ce détellable Complot (^).

Tout un Ordre nombreux

&

puiflant

,

fouftrait à l'Au-

&

rendu dépendant d'une Cour étrangère ,
un renverfement d'ordre dans la République , & une di-

torité
eft

au bras féculier

voit

aux plus grands Seigneurs.
,

,

,

dans i'Hilloire mille exemples
font demeurés impunis, ou qui ont été

châtiés légèrement

Portugal

,

,

Publique,

minution manifefte de
mortelle donnée à

la

la

Souveraineté.

C'eil:

une

atteinte

Société, dont l'elTence ell, que tout

L'immunité que
foumis à l'Autorité publique.
le Clergé s'arroge à cet égard , ell tellement contraire au
droit naturel & néceflaire de la Nation , que le Roi même
Citoyen

foit

en pouvoir de l'accorder.
Mais les tccléfiaftiques
nous diront, qu'ils tiennent cette Immunité de Dieu lui-

n'eft pas

attendant qu'ils en fournirent la preuve, nous
nous en tiendrons à ce principe certain , que Dieu veut le

même. En

falut des Etats

&

la

,

& non

point ce qui doit y porter

le

trouble

dtftrudion.

T
(a) Révolutions de Portugal.

La

§.

te

denurns

î

La même Immunité

IS2.

dE-iifc.

D R O

L E

14^

eft

E

G

S

prétendue pour

toutes charges, dans les tcms où

nir cette faveur

que de l'Autorité Publique

en droit de

révoquer

que dans

les

Biens de

les cas

-

ci

ne doivent

te-

qui eft toujours

,

& efTentielles de

de nécefîité

à -peine à

bien de i*Etat l'exige.

le

quand

,

L'une des Loix fondamentales
étant,

S.

ils ruffifofent

Mais ceux

l'entretien des EccléfiAftiques.

la

N

E

pû fans-doutc exempter ces Biens de

L'Etat a

^'^^''^^^^'

T D

,

les

toute Société

biens de tous les

membres doivent contribuer proportionnellement aux befoins
comimuns

;

Prince

le

lui -

même

ne peut, de Ton Autorité

accorder une exemption totale à
très -riche, fans faire
jets

fur qui

,

un Corps très-nombreux

une extrême

par cette exemption

,

,

injuftice
le

,

&

au refte des fu-

fardeau retombe tout

entier.

Loin que Texemption appartienne aux Biens d'Eglifs
parcequ'ils font confacrésà Dieu ; c'eft au- contraire par cette
raifon
falut

même

de

qu'ils

,

Car

l'Etat.

commun

doivent être pris
il

hommes

des

premiers pour le

de plus agréable au Père
que de garentir une Nation de la
a rien

ri*y
,

les

ruïne. Dieu n'ayant befoin de rien , lui condicrer des biens ,
De
c'tft les deftiner à des ufages qui lui foient agréables.

plus, les Biens de l'Eglife

,

de l'aveu du Clergé

font en grande partie deftinés

dans

le

befoin

,

il

digne de fécours.

&

eft fans

aux pauvres.

doute

Etendons

le

lui

Quand

premier pauvre

même cela

aux

,

-

même ,

l'Etat eft

& le plus

cas les plus or-

que prendre une partie des dépenfes
courrantes fur les Biens d'Eglife, pour fou lager d'autant le
peuple, c'eft réellement donner de ces biens aux pauvres,

dinaires,

difons,

fuivant

L

1

V..

C

I.

Une

fuivant leur dedination.

à

la

Religion

H

A

XIÏ.

P.

147

chofe véritablement contraire

Tintention des Fondateurs ,

ner au luxe, au faite

c'eil:

de

defti-

bonne chère, des biens, qui

la

devroient être confacrésau foulagement des pauvres (a).

Cétoit peu de fe rendre indépendans ; les Eccléfiaftide foumettre tout le monde à leur domiQues
entreprirent
^
^

Véritablement

nation.

(lupides

,

,

a voient

ils

,

étoit

parmi des ignorants fuperftitieux ,
réduire dans fes julles bornes, ni

ne fçavoient ni la
diftinguer Tufage de Tabus,

qui

Ton

L'excommunication

qui les laiflbient faire.

une arme redoutable

droit de méprifer des

De

naquit un défordre , que

même

dans quelques pays Proteftans. Les
Eccléfiaftiques ont ofé, de leur pure autorité, excommunier des gens en place , des Magiltrats utiles à la Société ,
a VLÎ régner

& prétendre

que frappés des foudres de TEglifc, ces Officiers de TEtat ne pou voient plus exercer leur Charge. Quel
,

renverfement d*ordre

& de

raifoa

lamaitreUe de confier

fera plus

Q.aoi

!

le foin

î

une Nation ne

de fes affaires

,

fon

& fa fureté, dans les mains qui luipahabiles & les plus dignes? Une Fui fiance

bonheur, fon repos
roîtronc les plus

quand il lui plaira de fes plus
de fon plus ferme appui
èilePrmce,

Eccléliallique privera l'Etat

fages Conducleurs

de

,

,

,

lés plus fidèles ferviteurs

condamnée par des Princes
cieux

&

Chartres

refpectables.
,

,

On

!

,

Une

fur les

abfurde a été

par des Prélats judi-

dans

Lettre 171. d'ives de

lit

à f Arche\cque de Sens,

Voyez Lettres

fi

& même

T
(û)

prétention

prétendons du

la

que
z

les Capuulaires

Clertj't.

Royaux^
confor-

g*

ExcVm.

"--^^'^-'c^tion

des gcas en
p^^^^-

LEDROITDESGENS.

148

conformément au troiiiéme Canon du douzième Concile de
Tan 6'8i0» enjoignent aux Prélats de recevoir
'r<?/^i^
(tenu

en

leur Converfluion

reçus en

grâce

ceux que

,

ou à

,

fa table

,

la

Majefté Royale auroit

quoiqu'ils eufient été ex-

communiés par eux, ou par autres, afm que FEgîife ne
parût pas rejetter ou condamner ceux dont il plaît au Roi
defefervir
5.

T<r4.

Souveniins

(rf).

Les Excommunications lancées contre les Souverains
eux-mêmcs , & accompagnées de rabfolution du ferment

eux - mêmes.

que

avoient prêté

les fujets leur

abus énorme

ayent pu

;

&

mettent

le

comble à cet

presque incroyable que les Nations
des attentats fi odieux.
Nous en avons

il

foufFrir

,

eO:

Le XÎIL
touché quelque chofe dans les §. §. I4f. Se 146.
Pour avoir voulu foufiécle en vit des exemples frappans.
tenir les Droits de

TEmpire

Othon

excommunié ,

le

IV. fe vit

Pape Innoceî^t IIL

fur diverfes

Provinces de

l'Italie,

dépouillé de l'Empire par

& fes fujets déliés du ferment

de fidé-

Abandonné des Princes , cet Empereur infortuné fut
contraint de céder là Couronne à FrîdericîL Jea.n fanf-»

lité.

terre

y

Roi d'Angleterre, voulant maintenir

Royaume
fe vit

les droits

dans l'éledion è^mi Archevêque de Cantorhéry ^

,

expofé aux enti'eprifes audacieufes du

Innocent

excommunie

Royaume
fes fujets

de fon

,

le

Roi,

jette

un

ofe déclarer Jean indigne

de

la fidélité qu'ils lui

même

Pape,

interdit fur tout le

du Trône ,

avoient jurée

5

il

contre luile Clergé 3 excite le peuple à la révolte^

& délier
foulève
il

folli-

cite

(a)

Voyez les mcînçs lettres

L

I

V.

C

I.

H

A

P.

XJI.

149

Roi de France à prendre les armes y pour détrôner ce
Prince, publiant même une Croifade contre lui , comme il
cite le

Le Roi

eût pu faire contre les Sarrajtns.

d'abord vouloir

fe foutenir

avec vigueur

d'Angleterre parut
:

Mais bien-tôt,

perdant courage , il fe îaiiTa amener jufqu'à cet excès d'in^
famie , de réfigner les Royaumes entre les mains du

Pape,

les

pour

raglife

3

reprendre de lui,

&

Fief de

fous la condition d'un Tribut (a).

Les Papes n*ont pas été
tats,

comme un

\qs tenir

îi s'eft

de ces atten-

feuïs coupables

trouvé des Conciles

qui

,

y ont

pris part.

Celui de Lyon^ convoqué par Innocent IV. l'an I24f. eut
l'audace de citer l'Empereur Frideric IL à comparoître ,
pour fe purger éos accufàtions portées contre lui , le menaçant des foudres de l'Eglife

,

s'il

Ce grand

y manquoit.

Prince ne fe mit pas fort en peine d'une procédure fi irréguliére.

îi difoit

,

„ que

le

Pape vouloit

en Juge

s'ériger

&

„ en Souverain ; au lieu que de toute ancienneté les Em„ pereurs avoient eux- mêmes convoqué les Conciles , où
,


,j

Papes & les Prélats leur rendoîent ,
Souverains , le refpeA (Se robéifiànce

les

„ vent
chofe à

comme
qu'ils

à leurs

leur

doi-

Cependant l'Empereur donnant quelque
fuperftition des tems , daigna envoyer ^qs Ambaf-

(Jf),^
la

fadeurs au Concile

,

pour y défendre

fa

Caufe

;

ce qui n'em-

pêcha pas le Pape de l'excommunier, & de le déclarerdéchu
de l'Empire.
Frideric fe moqua, en homme fupérieur
^

T
ifi)

Matthieu Paris

;

Turrettin. Compend.

Liv.IL
(t) Hiiss, Hiltoire de l'Empire,

de

3

Hifl. Eeclef. Saeciil. X.IIL

Char-XYIL

L E

1^0

D R O

de ces Foudres vaines

;

I

&

T D E
il

s

G E N

s.

Couronne

fçut conierver fa

,

malgré i'éledion de Henri Landgrave de Thuringe , que
les Eledeurs Eccléfialliques & plufieursEvêques olërent déclarer Roi des Romains } mais à qui cette éledion ne valut
guéres autre chofe que

le titre ridicuie

de Roi

des Frères.

fi
Je ne finirois point, je voulois accumuler les exemples.
Mais en voilà trop pour l'honneur de l'humanité. 11 elt hu-

miliant de voir à quel excès de fottife la fuperilition avoit
réduit les Nations de FEurope , dans ces tems malheureux*
%.

Par

î s ç.

gé tirant
&'^tœ!lbfant
''^ ^^

T^ftfr

^^

moyen des m^êmes armes fpirltuelles

tout à lui

tiroit
^'^^^^

le

l'ordre

,

de

ufurpoit l'Autorité des

la Juftice.

11

,

le

Clergé

Tribunaux

at-

& trou-

,

prétendoit prendre connoiflance

Procès, à raifon du péché ^ dont perfinne de bonfens ,
Pape Innocent llie (in Cap. Novit. de Judiciis) ne

^^^^^ ^^^

difoit le

peut ignorer que

L'an

la

connoijjance appartient

à notre Idinifière^

1529. Les Prélats de France ofoient

au Roi

dire

Philippe de Valois, qu'empêcher qu'on ne portât toute
forte de Caufes devant les Tribunaux
Eccléiiailiques , c'étoit
ôter tous
tollere

(a),

des Eglifes , omnia Ecdcjiarum jura,
Âufii vouloient-ils juger de toutes les Con-

les droits

&

choquoient hardiment l'Autorité Civile ,
fe faifoient craindre , en procédant par voie d'excommuniteftations.

cation.

Ils

Il arrivoit

même

pas toujours mefurés fur
citoit

j

que

les

le Territoire

des Etrangers à fbn Tribunal

ment Civiles ,

Diocèfes ne fe trouvant

& entreprenoit

de

,

les

Politique

un Evêque

,

pour des Caufes purejuger

,

par

un

attentat

manifefle
(rt)

Voyez LEiBNiTïi Codex JurisGent.J^fj^lomnt.Dipl LXVIÏ.

J.

9.

L

V.

I

C

I.

H

A

manifefte au Droit des Nations.
il

ya

trois

ou quatre

P.

XIL

Le

défordre

-içt
alloit

que nos fages Ancêtres

fiécles,

fe

fi

loin

,

crurent

ob'igés de prendre les plus férieufès mefures pour l'arrêter:
Ils ilipulérent

dans leurs Traités

ne fer oit convenir par devant
émargent
lieu

que nul des Confédérés

Juflices JpiritueUes

,

pour dettes

un chacun fe doU contenter de la
Juftice du
voit dans THiftoire que les SuifTes
réprimèrent,

puis qu

^

On

(^).

les

,

en plu fleurs occafions,

&

des Evêques

les entreprifes

de

leurs Officiaux,
Il n'eft

rien dans toutes \ts affaires de la vie

gens d'Eglife n'étendiflent leur autorité ,
que la Confcience s'y trouve intéreflee Ils
les

:

ter

aux nouveaux mariés

femmes,

les trois

la

,

fur quoi

fous prétexte
faifoient ache-

permiflion découcher avec leurs

premières nuits après

le

mariage {h).

Cette burlesque invention nous conduit à marquer un
autre abus , manifefttment contraire aux régies d'une fage

& à ce

j.

atdré^à

qu'une Nation fe doit à elle-même. Je"^^Politique
veux parler des fommes immenfes , que l'expédition des
Bulles, les Difpenfes &c. attirent chaque année à Rome,

de tous

les

pavs de

fa

Communion.

il

le

Commerce

fcan-

que n'en pourrions - nous pas dire ?
devient enfin ruineux à la Cour de Rome
Pour

daleux des Indulgences

Mais

Et

,

:

avoir voulu trop gagner

,

elle fit

des pertes irréparables.

Enfin
(a")

'Vald

,

du

Ihid. Alliance de
I.

Mai

1

3

«ç

i.

au

7jiruh avec
^.

les

Cantons

d'

Uri

,

de Schtxeitz

& d' U»det-

7-

de: Loix.
{U) "Voyez Rcgkr/ie7it du Parlemefît y Arrêt du 1 9. Mars 1409. Efprit
Cetoit bien, dit M. de MoNrES<iuiEU, les nuits qiiil falhit thoijir i on n'auroU
fdS tiré grand argent des autres^

ik,6.

Rcl

5-

bica
tac

drVÈ"

î

T D E

G E N

s

Enfin cette Autorité indépendante

i?7.

patiques

D R O

L E

i^Z

cléfiailiques

fou vent peu capabies de connoître les vraies

,

,

&

livrés

ou peu foigneux de s'en
à des vifions fanatiques , aux fpécnla-

tions creafes d'une pureté chimérique
torité,

confiée à des Ec-

,

du Gouvernement,

^"^^""^^'^^

initruire

s.

dis 'je,

&

outrée

a enfanté, fous prétexte de

;

Au-

cette

(i^inteté

5

des

Nous en avons
Grotius en rapporte un exemple
touché quelques-unes.
bien remarquable.
„ Dans Fancienne Eglife Grecque,
Loix &des pratiques pernicieufes

„ on obferva pendant long-tems un Canon, par
lequel ceux qui avoient tué quelque Ennemi , dans quel-

dit -il
5,

s

„ que guerre que
5,

à l'Etat,

ans (^)*"

Défenfeurs de

phes

,

dont

la

ce fut

,

étoient exco ni munies pour trois

Belle réconipenfe

décernée à des Héros,

Patrie, au lieu des

Couronnes & des Triom-

Rome payenne

devint la niaîtrefle du

les décoroit

Monde;

elle

!

Rome payenne

couronnoit les plus

L'Empire, devenu Chrétien, fut bientôt la preie des Barbares y fes fujets gagaoient , en le défendant , une humiliante excommunication ; En fe vouant
braves Guerriers.

à une vie oifive

,

ils

crurent tenir le chemin du Ciel

virent en effet dans celui des grandeurs

&

fe

richefles.

& de la Paix , Liv. IL Cbap. XXIV. à
ai Am^hiloch. X. ij.^owa/. inNiceph. Phog. Tonî. III.

(a\ Droit de la Guerre
'SafiL

& à^s

,

la fiiL

ïi ciu;

CHÂ-

L

î

V.

CH

î.

C H A P

A

XT

.

i^j

T R E XIIL

I

la

le foin

1.

Xlïï.

P.

Jujlm ^ de la Police,
de h Religion un à^s principaux devoirs

De
Près

A

,

-

dune Nation concerne
tous les Foins à

la faire

T n
la Juiticec

1^11

1

1

..

Elle doit mettre

régner dans l'Etat

,

le

monde , de

la

la

moins oné-

Cette obligation découle de la Fin

Teufe.

de

Nous avons vu

Société Civile,

la

mes ne

Nation

fe

,

que dans

vue de

la

&

^

fi

elle

bonheur

,

à fon repos

defordre

,

le

&

elle -

même

de

La

& tromperoit les

,

faire

Elle doit cette attention à fon

& à fa

La

profpérité.

confufion

,

le

découragement nailTent bientôt dans l'Etat,
Citoyens ne font pas aflurés d'obtenir prompte-

flicilernent juftice

vertus civiles s'éteignent

La

jouir tranquillement

ne s'appliquoit pas férieuiement à

régner une exadle Juftice.

lorsque les

hom-

d'obtenir juftice avec (ureté.

manqueroit donc à

particuliers

les

&

ce qui leur appartient

Loix 5

que

n'ont
par les engagemens de la Société ,
dépouiller en fa faveur d'une partie de leur Li-

berté naturelle

ment

f .)

fe font liés

confenti à fe

feire

& du Fade même
i

(§.

doic

prendre de jyîSJe,^*

jirfles

mefures pour qu'elle foit rendue à tout
manière îa plus iure - la plus prompte &

i ^îs.

Une Nation

dans tous leurs différends

,

j

& la

Juftice régne par

Société

;

les

s'affoiblit.

deux moyens

,•

par de bonnes „

&

par l'attention àQS Supérieurs à les faire obferver.
Lorsque nous traitions de la Conilitution de l'Etat (Chap.

IlL), nous avons déjà

fait

voir que la Nation doit établir

U

des

"

\|-'/f
bomiesLoix.

D R O

L E

154

&

des Loix juftes

fages

,

DES GENS,

T

I

&

nous avons

auffi

pour lesquelles nous ne pouvons entrer

raifons
détail

de ces Loix.

ment

juftes,

Si les

hommes

les

indiqué
ici

dans le

étolent toujours égale-

équitables, éclairés; les Loix Naturelles fuf-

Mais l'ignorance

liroient fans doute à la Société.

les illu-

,

l'Amour propre , les paHions , rendent trop fouvent
facrées.
Auffi voyons -nous que
impnifiantes ces Loix
tous les Peuples policés ont fenti h néceffité de faire des Loix
Il dl befoin de Régies générales & formelles ,
fions de

pofîcives.

connoiHe clairement fon
pour que chacun

droit

3

fans fe

même

quelquefois s'écarter de l*équité
naturelle , pour prévenir l'abus & la fraude , pour s'accommoder aux Circonftances ;
puisque le fentiment du Devoir

faire illufion

faut

il

,-

&

fouvent impuilTant dans le cœur de l'homme , il eft
nécelTaire qu'une fandion pénale donne aux Loix toute leur
Voilà comment la Loi Naturelle fe change en Loi
efficace.
efl

fi

dangereux de commettre les intérêts
des Citoyens au pur arbitre de ceux qui doivent rendre la
le Législateur doit aider l'Entendement des Juges ,
Juftice

Gvile (a),

il feroit

,•

forcer leurs préjugés

lonté

,

& leurs

penchans,

par des Régies fimples

,

fixes

Vo-

afîujettir leur

& certaines

Et voilà

:

encore les Loix Civiles.
^.

les

Les meilleures Loix font

160.
ob-

faire

-,

feivei.

La Nation

pas.

faire refpecler

&

.

doit

donc

inutiles

,

fi

^

s

on ne lesobferve
.

attacher a les

exécuter ponduellement

.

.

mamtenir , à
elle

,

prendre à cet égard des mefures trop judes

,

,

les

ne fçauroit

trop étendues

& trop
(fi)

p. 7J.

&

Voyez «ne
fuiv

Diflertatîon far cette matière, dans le Lcî^r PbHofophique ,

L

& trop

De

efficaces.

bonheur ,

&

fa gloire

Nous avons

H A

C

L

V.

ï

XIIL

P.

dépendent en grande partie

eil:

,

fou

fa tranquillité.

déjà obfervé (§. 41.) que le Souverain, le

Conducteur qui répréfente une Nation
Autorité,

ï^^

auffi cliar'^é

de

,

qui

efl

Le

les devoirs.

la

régner
Prince,

foin de faire ^""-^'^n
cette, ma."

JuIHce fera donc rune des principales fondions du
Rien n'eft plus digne de la Majefté ibuveraine,

L'Empereur Justinikn commence

ist.

revêtu de Ton j^^lt^^TL^
p

,

ç,

tiers.

Livre àQS Infàtu»
tes :
Imperatoriam Afajefiatem non foîlim armis décoratam , fei
etiam îegibun oportet ej]e armâtam', ut uîruTAque tempus^
ainfi le

^

bellorum

£^

,

puifiance

,

pacis

confié par la

la régie

defes devoirs

tion de

la Jufrice»

ver

le

Le degré de
gubeynarL
Nation au Chef de FEtat , fera auiïî

reSc

,

&

de

pojît

fondions

fes

De même que

Pouvoir Législatif, ou

elle eft aufTi

en droit

d'établir

,

la

,

dans

i'adniinillra-

Nation peut

le

confier à

fi

elle le

fe

un Corps

réfer-

choifi,

juge à -propos

,

un

Tribunal fuprême, pour juger de toutes les Conteftations ,
indépendamment du Prince. Mais le Conducteur de l'Etat
doit naturellement avoir
tion
cas

,

il

;

peut

même

une part confidérable

en être

feul dépofitaire.

ce fera à lui d'établir des

fageffe

& l'équité.

Loix

Dans tous

les

à îa Législa-

En

ce dernier

faiutaires, dictées parla

cas

,

il

doit protéger les

Loix, veiller fur ceux qui font revêtus d'Autorité , &con,
tenir chacun dans le devoir.

La

PuilTance

exécutrice

appartient naturellement au ^

Souverain, à tout Condudeur de

la

Société;

&

il

en

eft

cenfé revêtu dans toute fon étendue,
quand les Loix fonda-

U

z

mentales

5-

^st.

doit rendre

mentales ne
établies

nir

E D R O

I

i^^

au Prince de

en vigueur , en

qui fe préfentent

faire
c'efl

;

On

eux-mêmes

faire

convenable

Il

5-

desju-

éciakk

vu

les

une

Il eft

rendre

la

Jullice

naturellement

le

Juge de

ce qu'on appelle
il efi:

,

Chefs de quelques petits Etats en
fouirions : Mais cet ulàge devient
peii-

même

,

dans un grand Royaume.

& éclairés
r

Juges intégres

{Iruire à

il

,

pour connoître

qui peuvent S'élever entre les Citoyens.

impoffible que îe Prince fè charge
;

or

^

les différends

pénible travail

:

& le plus fur moven de diftribuer la TuRice,

meilleur

d*établir des

de tous

Les mainte-

:

jufte application à tous les cas

,

c'efl:

s.

les

impoffible

,

doit eta-

biir

&

Le

^^?-

a

exécuter

les Faire

C'eft le devoir du Souverain ;

fon peuple.

G E N

s

reftreignent pas. I.ors donc que les Loix font

la

c'eft

,

T D E

I

lui-même de ce

n'auroit ni le tem.s néceflaire

fond de toutes

les

Cauiès

ni

,

même

pour

,

les

s'in-

Connoif-

pour en juger. Le Souverain ne pouvant
toutes les fondrions du Gouvers'acquitter en perfonne de

fànces requifes

nement

,

il

celles qu'il

,

doit retenir à lui

j

avec un jufte difcernenient ,

peut remplir avec fuccès

importantes ,

&

confier les

&

qui font les plus

autres à des Officiers

,

à

des

Il n'y
qui les exercent fous fon Autorité.
a aucun' inconvénient à confier îe Jugement des Procès

Magiftrats,

à une Compagnie de gens fages
au contraire , c'eft tout ce que

mieux
peuple

,•

,

qualités

&

il

&

éclairés

,

intégres

le

Prince peut faire de

;

a rempli à cet égard tout ce qu'il doit à fon

donné des Juges ornés de toutes
Il ne
convenables aux Miniftres de la Juftice
quand

il

lui a

:

les

lui

reftequ'à veiller fur leur conduite, afin qu'ils ne fe relâchent
L'établit
point.

L

I

V.

C

I.

H A

P.

XIII.

1^7

Tribunaux de Juftlce

Uêtablifleiiient des

efl:

rement néceffiire pour juger lescaufes duFifc,
toutes les queilions qui peuvent s'élever

exercent

les

Droits utiles du Prince,

particulié-

i 164.

c'efl-à-direnaux

entre

& les fuiets.

ceux qui
Il

oJcU.*

venHug^Jr

feroit f|"_Caufes

& peu

convenable qu'un Prince voulût être Juge
dans fa propre Caufe ; il ne fçauroit être trop en garde contre les Ululions de l'intérêt & de l'amour propre, & quand il
mal-féant

pourroit s'en garentir

,

ne doit pas expofer fa Gloire aux
multitude.
Ces raifons importantes
il

finiflres

jugemens de

doivent

même l'empêcher d'attribuer lejugement

des Caufes

& aux Confeillers

particuliè-

la

qui Tintéreflent, aux Miniftres

rement attachés à
réglés

,

dans

les

fa

perfonne.

tous les Etats bien

pays qui font un Etat véritable

Domaine d'un Despote
Procès du Prince

Dans

,

,

Se

non

le

Tribunaux ordinaires jugent les
avee autant de liberté q^ue ceux des' par,

Tes

ticuliers»

Le but des Jugemens
différends qui s'élèvent

efl

entre

de terminer avec juftice les on
les

Citoyens.

Si donc les

Caufes s'inftruifent devant un Juge de première InRance

,

&

vérifie les preuves ^
qui en approfondit tous les détails ^
il efl: bien convenable ,
pour plus ^grande fureté , que Ja

condamnée parce premier Juge puiffe en appeller à
unTribunalfupérieur , qui examine la fentence, & qui la
réforme , s'il la trouve mal - fondée
Mais il faut que ce

Partie

,

:

Tribunal fuprême ait l'Autorité de prononcer définitivement
& fans retour autrement toute la Procédure fera: vaine ,

&

,•

le différend

ne pourra

fe

terminer.

U

3

La

doh^^ta-

^^^^^ J^^
y^''^^"^^^^^*
i^Jti^'^'^^'^

D R O

L E

ïSS

La

T n E

ï

G E N

s

pratique de recourrir au Prince

même

s.

en portant
Caufe a été jugée en
,

au pied du Trône, quand la
dernier reflbrt , paroît fujette à de grands inconvéaiens.
fa plainte

cil

fes

Il

plus aifé de iurprendre le Prince , par des raifons fpécieu-

qu'une Compagnie de MagKiirats veriës dans

,

la

Con-

du Droit; & Fexpéiience ne montre que trop,
les reifources de la faveur &
quelles font, dans une Cour,
de fintrigue. Si cette pratique eft autorifée par les Loix de

noiiiance

l'Etat

,

le

Prince doit toujours craindre que les plaintes ne

foient formées dans la

vue de

traîner

un Procès en longueurs

& d'éloigner une julle condamnation. Un Souverain jufte
& fage ne les admettra qu'avec de grandes précautions & s'il
;

cafle l'Arrêt

mém£

la

dont on

fe plaint,

Caufe, mais,

commettre

comme

la connoiiTance à

il
il

ne
fe

doit point juger lui-

pratique en France

un autre Tribunal.

un Tribunal

la îureté

de

la Juftice

,

que

le

§.

ioit

i66,

a juiiice.

même.

de

d'é-

C'eft afiez

comme il

& qu'il

,

veille fur la

doit veiller

ait le

pouvoir

punir les prévaricateurs.

£)^5 ç.^Q çQ Xribunal Souverain eft établi

garder

es formes

&de

-

Souverain

conduite des Juges & des Magiftrats ,
fur celle de tous les Officiers de l'Etat,

de rechercher

dire,

fouverain, dont les Arrêts définitifs ne

le Prince lui
puiiïent être infirmés par

pour

en

Les lon-

à
gueurs ruïneufes de cette procédure , nous autorifent
convenable & plus avantageux à l'Etat,
qu'il eft plus
tablir

,

,

le

Prince ne

peut touchcr à fes Arrêts , & en général il eft abfolument
Enoblige de garder & maintenir les Formes de la Juftice.
^

treprendre de les violer

,

c'eft

tomber dans

la

Domination
arbitraire.

L
arbitraire

Nation

,

I

Lorsque

C

î.

à laquelle

voulu

ait

V.

H

A

P.

XIÎL

fe louniettre.

Formes

ies

font vîcieufes

gislateur de les réformer.

lutaires bienfaits

que

Garantir les

de

la

Sage, que tous

,

fera

Faite

,

,

réprimer

Tun des plus

une aâ;ion plus

les exploits

aux yeux du

glorieufe

d'un Conquérant.

rapporte au jugement des Tribunaux

&

,

Le Prince s'en

:

il

prend avec

îon ce qu ils ont prononce ,
pour le droit & la
partie, dans cette branche du Gouvernement,

maintenir TAutorité des Juges

,

&

de

faire

feroit point

une autre efpèce de
attributive ,' OU diRrihutive,
Elle
^

Juftice
confifte

Une Nation

fe doit

tion

,

elle-

d'exciter tout le

&

,

&

aux particuliers

la jufte atten-

d'iionorer le mérite.

Bien qu'un
Souverain

Elle doit auffi

de récompenfer

,

^^[j|-y^^^j
fentences-

&

j^/;^ ^j^|^^
^";:'^""^:^-

Diftribution

doit régler dans des Emplois
& des re»
des honneurs & compenfes.

les récompenfes ,
par les honneurs
de ne confier les Emplois qu*à des fujets capables de les

bien delTervir.

des juges

^

premièrement à

d'encourager les bons Citoyens
à la vertu

mainte.
<^ok^

illufoires; la

que l'on nomme
à traiter
en général
^

,

monde

eil

,

un chacun fuivant fes mérites. Cette vertu
un Etat la diftribution des Emplois publics

même

Sa
donc de

jultice.

iJ^^^^J^

rendue aux Citoyens.

Il efl

des récompenfes.

rai-

exécuter leurs

&

fentences; fans quoi elles feroient vaines

ne

fa-

étouffer le Monftre

,

La Juftice fe rend au nom du Souverain

juflice

ou pro-

Souverain puifle répandre fur Ton
Citoyens du danger de fè ruiner pour

défenfe de leurs droits
c'eft

appartient au Lé-

il

le

la

Chicane,

.

Cette opération

curée fuivant les Loix fondamentales

peuple.

ÎS9

on ne peut jamais préfumer qu'aucune

L E D R

160

Souverain
à qui

il

T D E

I

G E N

S

maître de diftribuerfes grâces

foit le

lui plaît

O

,

& que perfonne

un

n'ait

S.

& les Emplois

droit parfait à au-

cependant , un homme qui par
une grande application s'eft mis en état de fervir utilement
la Patrie, celui qui a rendu
quelque fervice fignalé à l'Etat ,

cune Charge

,

ou Dignité

de

pareils Citoyens

fi

le

Prince les

inutiles

dis

-

,

peuvent fe plaindre avec juftice,

dans l'oubli

laifle

mérite.

condamnable

je

pour avancer des gens
C'eft ufer envers eux d'une ingra,

&

bien propre à éteindre l'émulation.
n'eft guéres de faute plus pernicieufe , à la longue , dans

titude
Il

& làns

,

;

un

y introduit un relâchement général, & les
Conduites par des mains mal - habiles , ne peuvent

Etat: Elle

affaires

,

Un Etat puiîTant ie
mariquer d'avoir un mauvais fuccés.
foûtient quelque tems par fon propre poids ; mais enfin il
tombe dans la décadence , & c'eft peut - être ici l'une dQS principales Caufes de ces révolutions

,

que

remarque dans
attentif au choix de
l'on

Le Souverain eft
grands Empires.
ceux qu'il emploie , tant qu'il fe fent obligé de veiller à

les

fa

& d'être fur fes gardes: Dès qu'il fe croit élevé
à un point de grandeur & de puiifance
qui ne lui laide plus
fe livre à fon caprice, & la faveur diftri.
rien à craindre,

eonfervation

,

il

buë toutes

La

i}69Coupables

du droit de
punir.

;

les Places.

punition des Coupables fe rapporte ordinairement à

la Juilicc attributive^

dont elle

eft

en

effet

une branche,entant
aux malfaiteurs les

bou Ordre demande que l'on inflige
Mais fi on veut
peines qu'ils ont méritées.
que

le

évidence

,

fur fes vrais

fondemens,

il

faut

l'établir

avec

remonter aux
principes»

L

V.

I

I.

C

H

Le Droit de punir

principes.

A

XII.I.

P.

i6ï

qui, dans l'état de Nature,
eft fondé fur le droit de fu-

,

appartient à chaque particulier ,
reté.
Tout homme a le droit de fe garentir d'injure
fa fureté

pourvoir à

injuftement.

par la force

Pour

nuire dans

la fuite

par fon exemple
eft

s'uniffent

déformais chargée de

tous

fe

il

,

en Société

pourmr à

,

comme

la fureté

de

fes

la

Société

membres,

dépouillent en fa faveur de leur droit de punir.

donc à
geant

contre ceux qui l'attaquent

ou pour le corriger , que pour contenir,
,
ceux qui feroient tentés de l'imiter.
Or

hommes

les

quand

,

,

de venger
Citoyens. Et

domme elle eft

à qui on peutauffi faire injure

;

elle eft

,

en droit de maintenir

en puniftant ceux qui i'offenfent;

fa fureté,

C'eft

en protéune perfonne morale ,

les injures particulières

elle'

les

& de

peut infliger une peine à
tant pour le mettre hors d'état de

cet effet

celui qui lui fait injure

,

,

c'eft-

à- dire

qu'elle a le droit de punir les délits publics. Voilà d'où vient

de Glaive, qui appartient à une Nation, ou à fon
Conducfteur.
Quand elle en ufe contre une autre Nation ,
le droit

Guerre

elle fait la

culier,

exerce

elle

à confidérer

&

,

;

lorsqu'elle s'en fert à punir

la Juftice vindicative.

Deux

un

parti-

chofes font

dans cette partie du Gouvernement

;

les

Loix,

leur exécution.

dangereux d'abandonner entièrement la punition d9s coupables à la difcrétion de ceux qui ont l'autorité
en main Les paftions pourroient fe mêler d'une chofe , que
Il feroit

:

la Juftice

&

d'avance

aune mauvaife

les

la fagefle

méchans

,

doivent feules régler.
ac1:ion,

retienfe

qu'une çfainte vague

X

,

La peine aifjgnée
plus efficacement

fur laquelle

ils

peuvent
fe

^

j^^,.

çrlLneUes.

D R O

L E

i^Z

Enfin

fe flure illufion.
la

I

T D E

les

peuples

GENS,

s

ordinairement émus à

,

vue d*un miférable, font mieux convaincus de

de Ton iupplice , quand

c'eft la

Loi

elle -

Etat policé doit donc avoir Tes

Tout

au Législateur

quel qu'il Toit

,

,

la juftice

même qui l'ordonne.

Loix Criminelles.

de

les

établir

C'eil:

avec juftice

& avec fagelTe,

Mais ce n'efi: point ici le Heu d'en donner
îa théorie générale
Bornons - nous à dire , que chaque
Nation doit choifir, en cette matière comme en toute autre^
:

les

§•

Loix qui conviennent

Nous

171.

des peines,

le

mieux aux CirconftanceSc

ferons feulement

une obfervationj qui

efl

de

w eit par le
meuire des peines,
fondement même du droit de punir, parla fin légitime des
peines , qu'il faut les retenir dans leurs juiles bernes. Puisnotre lujet

;

elle

regarde

la

qu'elles font deftinées à procurer îa fdreté

de

l'Etat

& des Ci-

ne doivent jamais s'étendre au-delà de ce
qu'exige cette ftirecé. Dire que toute peine eu jufie,' quand
le coupable a connu d'avance le châtiment auquel il s'expotoyens

foit

,

5

elles

c'eft tenir

un langage barbare

& à la Loi Naturelle
autres

,

à

-

moins

dans

îa

contraire à l'humanité

mal aux
qui nous défend défaire aucun

qu'ils

ne nous mettent dans

la néceflité

de

pour notre défenfe & notre fureté. Toutes
donc qu'une efpèce de délit n'eftpas fort à craindre

le leur infliger
les fois

3

,

,

Société, lorsque les occafions de le commettre font

n'y font pas enclins &c. il ne convient
On doit
pas de le réprimer par des peines trop févères.
encore faire attention à la nature du délit , & le punir à - prorares

,

que

les fujets

portion de ce qu'il intérefle la tranquillité publique, le falut
de la Société ,
de ce qu'il annonce de méchanceté dans le

&

Coupable.

Non»

L

V.

î

Non- feuiement
mes

la

;

prudence

H A

C

I.

la Juftice

& Tart de

P.

&

XIÏI.

1^5

TEquité diclent ces

régner ne

les

Maxi-

recommandent pas

moins fortement.
nation

fe

L'expérience nous fait voir que l'imagi^
familiarife avec les objets qu'on lui préfente fré-

vous multipliez

Si

quemment.

les fupplices terribles

peuples en feront de jour en jour moins frappés
tracteront enfin
cité

comme

,

indomptable

l'effet

auquel

médians.

ils

Il

les

Japonmis

un

ils

con-

caraclére d'atro-

Ces fpeclacles fanglans ne produiront plus

:

font deftinés,

en

,

;

les

,

eil:

ils

n'épouvanteront plus

de ces exemples

comme

les

des honneurs

;

Prince qui muitîplie à l'excès les titres & les diflinclions,
les avilit bien-totyil ufe mal-habilem.ent l'un des plus puilTants

un

& des

plus

on réfléchit

quand on

commodes

reflorts

du Gouvernement.

fur la pratique Criminelle des anciens

fe

Quand

Romains

,

rappelle leur attention fcrupuleufe à épargner le

fang des Citoyens , on ne peut manquer d'être frappé de la
facilité avec laquelle il fe verfe aujourd'hui dans la plupart des

La République Romaine étoit-elle donc mal policée ?
Voyons -nous plus d'ordre, plus de fûrecé parmi nous?

Etats*

moins

C'eil

l'atrocité

qui retient tout

mort

le

le

fimple vol

à^s peines, que l'exaclitude à les exiger,

monde dans le

devoir.

que réfervera

,

des Citoyens en fureté

- 1 -

Et

fi

l'on punit

on pour mettre

la

de
vie

?

^i^L'exécution des Loix appartient au Conduclèur de la
^^ l'exécu-.
Ti
fL
n
Société.
Il eit charge de ce foin ,
& indifpenfablement tion des
^°'''*
Le Prince veillera
obligé de s'en acquitter avec fagelTe.
§•

o

'

donc

'

1

'

à faire obferver les

prendra point de juger

1

Loix Criminelles; mais

lui

-

même

X

les coupables.

z

il

n'entre-

Outre toutes

D R O

L E

1^4

T

I

D E

G E N

S

S.

que nous avons alléguées, en parlant des

tes les raifons,

Jugeniens Civils , & qui
des Caufes Criminelles ;

ont plus de force encore à Tégard
le perfonnage de Juge contre un

ne convient point à la Majefté du Souverain qui
C'eft une maxidoit paroître en tout le Père de fon peuple.
miférable

me

,

,

très- Hige

Prince doit

fe

&

communément

reçue en France, que le
réferver toutes les matières de grâce, & aban,
,

donner aux Magiitrats les rigueurs de la Juftice. Mais cette
Un
en fon nom & fous fon Autorité.
JuPtice doit s'exercer

bon Prince

veillera attentivement iur la conduite

desMagif.

il les obligera à obferver fcrupuleufement les Formes
trats
Il fe gardera bien lui-même d'y donner jamais atétablies.
,'

Tout Souverain , qui néglige

teinte.

formes delà Juftice
elle à

grands pas à

,

dans

la

la

ou qui viole

,

les

recherche des coupables, mar-

Tyrannie

n'y a plus de Liberté

Il

;

dès qu'ils ne font pas afiurés de ne
pouvoir être condamnés que fuivant les Loix , dans Iqs forles

pour

mes

Citoyens

établies

,

&

,

par leurs Juges

L'ufage

de

au gré de

la

ordinaires*

donner à un accufé dQS Commifiaires ,

choifis

une invention tyrannique de quelques Miniftres ,
qui abufoient du Pouvoir de leur Maître. C'eftpar ce moyen
irréguIierSc odieux, qu'un fameux Miniftre réuffiffoit tou-

Cour

,

eft

jours à faire périr fes ennemis.

jamais les mains

abus que

s'il

fes Miniftres

doit pas juger

aggraver

,

la

Un

bon Prince n'y donnera

eft affez éclairé

pourroient en

lui-même

;

par la

pour prévoir
faire.

même

l'horrible

Si le Prince

raifon,

il

ne

ne peut

fentence prononcée par les Juges.

La

L

V.

I

H

C

I.

A

P.

XÎIL

1^5

La nature même du Gouvernement exige que TexécudesLoix

teur

ait le

pouvoir d'en dirpenfer

fans faire tort à perfonne
le

,

&

Mais

le

faire

Grâce

Souverain

comme

dans

,

eft

un

attribut

dans toute

fa miféricorde

fa

De-

ne

,

blique

&

la charité

La Police
giflrats à

&

la

que

Clémence

l'on doit

de

conduite

plus grand avantage de la Société
concilier la Jullice

peut

en certains cas particuliers

bien de l'Etat exige une exception.

Droit de

lorsqu'il le

,

la

Un

faire grâce.

,

vient que le

fes

rigueurs

en vûë que

Prince fage

de

le foin

,

17;.

Souveraineté.

dans

,

doit avoir
:

§•

la

le

fçaura

fureté pu-

aux malheureux.

confifte dans l'attention

du Prince

& des Ma- De^ia Mire

De fages Réglemens doi-

maintenir tout en ordre.

vent prefcrire tout ce qui convient le mieux à la fureté , à
l'utilité & à la commodité publique ; & ceux qui ont l'Autorité

en mains ne fçauroient être trop

ferver.

Le Souverain

,

attentifs à les faire ob-

par une fage police

,

accoutume

les

peuples à l'ordre & à robéidance , il conferve la tranquillité ,
la paix & la concorde parmi les Citoyens
On attribue aux
:

Magiftrats Hollandois des talens fmguliers pour

Leurs

Villes

,

&

la voit le

,

de tous

les

pays du

Monde , ceux où

& l'autorité des Magiflrats ayant été fubftituées

à la guerre privée, le

Condudeur de

la

Nation ne doit

de
point fouffrir que des particuliers entreprennent

eux

:

mieux exercée.

Les Loix

juftice

Police

jusqu'à leurs Etabiiffemens dans les Indes,

font généralement

on

la

-

mêmes

,

lorsqu'ils

X

3

ç

^

^ ^^

J;^^"^^^;^^

fe faire fmguliers.

peuvent recourrir

aux

Magiftrats^

D R O

\66

L E

Magiftrats.

Le Duel

S

G E N

Combat dans

ce

,

T D E

1

S.

lequel on s'engage

pour une querelle particulière , eilun defordre , manifeileCette fureur étolt
ment contraire au but de la Société.

& Romains

inconnue aux anciens Grecs
loin la gloire de leurs

barbares

,

qu'il a faits

j'

arrêter ce

lelordre.

pour

les plus

abolir

grandes louanges , par

un ufage

Mais comment ne

176.

;

qui ne connoiilbient d'autre Droit que leur épée.

Louis XIV» mérite

S.

armes

qui ont porté 11
nous la devons à des peuples
,

fi

les efforts

féroce.

on point obferver à ce Prince 5

fît-

quc les pclncs Ics pîus févércs étoient infuffifantes pour guérir
la manie du Duel ? Elles n'alioient point à la fource do mal :
Et puisqu'un préjugé ridicule avoit periuadé à toute la No«
blefle & aux Gens de Guerre, que Thonneur oblige un

homme

d'épée à venger par fes mains la moindre injure
qu'il aura reçue ; voilà le principe fur lequel il faudroit traDétruifèz ce préjugé , ou enchaînez - le par un
vailler.

motif de

la

même

en obéiffant à

un

la

Pendant qu'un Gentilhomme ,

nature.

Loi

fe fera

,

regarder de

fes

égaux

comme un homme déshonoré; qu'un
même cas fera forcé de quitter le fervice

Officier,

lâche,

dans

le

cherez
mettra

,

-

,

vous de

fe battre

au contraire

doublement fa vie

,

,

,

une

en

le

d'un affront.

tandis que le préjugé fubfifle, tandis qu'un

ou un

Officier,

fur le refle de

ne peut

le

fes jours

;

la

;

i'empê«

mort

?

11

à expofer
partie de fa bravoure

fe laver

pour

menaçant de

comme

Et certes,

Gentilhomme,

heurter fans répandre l'amertume
avec juflice
je ne fçai fi on peut

s'il
punir celui qui eft forcé de fe foumettre à fa tyrannie , ni
eft bien coupable en bonne Morale. Cet honneur du monde ,

ïà\XX

L

V.

I

H

C

I.

A

faux & chimérique tant qu'il vous
bien très -réel & très néceflaire ;

ne peut

ii

,

profedion, qui

.vivre avec

fait

donc qu'un brutal veut
accréditée

défendre

voleur
lier

?

&

il

un

lui

,

ni exercer

unique refTource.

une
Lors

injuftement cette chimère

pourquoi ne pourroit-il pas

nécelTaire;

la

comme il défendroit Ion bien &ra vie contre un
De même que l'Etat ne permet point à un particu,

de chalTer

5

lui ravir

eΠpour

puisque, fans cet hon-

fes pareils

fouvent fon

1^7

plaira,

-

neur

XIII.

p.

5

les

armes

à la

main

,

Pufurpateur de fon

parceque le Magiftrat peut lui en faire juftice ; fi le
Souverain ne veut pas que ce particulier tire l'épée contre

bien

,

celui qui lui fait
forte

,

que

la

une

infulte

patience

&

,

il

doit néceffairement faire en-

du Citoyen infuîté ne
La Société ne peut ôter à

l'obéifTance

portent point de préjudice,
l'homme fon droit naturel de Guerre contre

lui

qu'en

lui fournififant

qu'on veut

lui faire.

un

aggrefleur

,

un autre moyen de fe garentir du mal
Dans toutes les occafions où l'Autorité

publique ne peut venir à notre fécours , nous rentrons dans
Ainfi un Voyanos droits primitifs de défenfe naturelle.
voleur qui l'attaque dans
le grand-Chemin ; parce qu'il imploreroit en vain , dans ce
moment , la protedlion des Loix du Magiflrat. Ainfi une

geur peut tuer, fms

difficulté,

le

&

lille

chafte

fera louée,

fi

elle

ôte la vie à

un

brutal, qui

voudroit lui faire violence.

En

attendant que les

hommes fe

foient défaits de cette

idée Gothique^ que l'honneur les oblige à venger par leurs

mains leurs injures perfonnelles , au mépris même de la
Loi j le moyen le plus fur d'arrêter les effets de ce préjugé,
feroit

DROIT DES GENS.

LE

i(?8

de

ferolt peut-être

& de PAggrefTeur;
mier 5 quand

une

faire

diftinclion

entière de POfFenfé

d'accorder fans difficulté la grâce du pre-

paroîtroit qu'il a été véritablement attaqué

il

en fon honneur , & de punir fans miféricorde celui qui i*a
Et ceux qui tirent i'épée pour des bagatelles,
outragé.
pour des pointilleries , des piques , ou des railleries qui
n'intérelTenc point l'honneur

De

vèrement punis.

cette

gens hargneux & brutaux
de
fages dans la néceflité

je

;

voudrois qu'ils

on

manière,

fufiTent fé-

ces

retiendroit

qui fouvent mettent les

,

Chacun

les réprimer.

plus

feroit fur

pour éviter d'être confidéré comme aggrefleur |
^voulant fe ménager l'avantage de fe battre, s'il le faut,
fans encourir les peines portées par la Loi , on fe modéreroit
fes gardes,

de part

&

d'autre , la querelle tomberoit

n'auroît point
foftd

du cœur

que

la

que de fe

,

A

fait le

,

il

?

rogue

Un homme

laifier infulter

un Combat

fenfé

il

Souvent un brutal

fuites.

,

il

infulte

,

-

même &

eft lâche

aa
dans Tefpérance

rigueur des Loix obligera à fouffrir fon infolence

Qu'arrive- 1-

penfer

;

de

d'elle

,

que

,•

de cœur s'expofe à tout plutôt

l'aggrefleur n'ofe reculer

qui n'eût jamais eu lieu
la

même

Loi qui

le

,

fi

5

& voilà

ce dernier eût

condamne abfolvant

pu

l'of-

rien n'empêcheroit celui-ci de punir fon audace.

première Loi , dont je ne doute point que l'ex*
périence ne montrât bien-tôt l'efficace > il feroit bonde
i^. Puisque la coutume veut
joindre les Réglemens fui vans

cette

:

& les

Gens de Guerre marchent toujours armés , en pleine paix, il faudroit au moins tenir exadement
la main à l'obfervatioa des Loix ,
qui ne permettent qu'à
que

la

Noblefle

:

ces

L

V.

I

I.

C

H

A

XIIL

P.

16^

deux Ordres de porter Tépée.
a^. Il feroit à propos
d'établir un Tribunal particulier , pour juger fommairement
ces

de toutes

Le

deux Ordres.

d'honneur , entre

perfonnes de ces
Tribunal des J\ïaréchaux de France eft

les affaires

déjà en polTedion de ces fonctions

:

les

On pourroit les

lui attri-

Les Goubuer plus formellement & avec plus d 'étendue.
verneurs de Province & de Place , avec leur Etat Major,- les
Colonels
ce

fait

,

& Capitaines de chaque Régiment

fubdélégués de Mefs.

les

feroient

,
pour
Maréchaux. Ces Tribunaux
,

chacun dans fon Département , le droit
de porter Pépée: Tout Gentilhomme, à l'âge de i6. ou
1 8. ans , tout homme de Guerre , à fon entrée au Régiment,
conféreroient feuls

,

de paroître devant le Tribunal , pour recevoir
3°. Là, en lui remettant î'épée, on lui feroit
l'épée.
connoître qu'elle ne lui e(t confiée que pour la défenfe de la
feroit obligé

Patrie

neur.

,

& on pourroit lui donner des
Il

4^.

me

paroît

très

idées faines fur l'hon-

-important d'ordonner

des

On
peines de nature différente , pour les cas différens.
des Armes & punir corpopourroit dégrader de Nobleffe

&

rellement

quiconque s'oublieroit jusqu'à injurier

,

de

fait

ou de paroles , un homme d'épée; décerner même la peine
de mort , fuivant l'atrocité de l'injure; &, félon ma première obfervation
eft enfuivi

,

en

,

ne

lui faire

même - tems

aucune grâce

,

fi

que fon adverfaire

le

fera abfous

de toute peine. Ceux qui fe battroient pour des
gers , je ne voudrois point les condamner à mort ,
dans
l'a

le feul cas

Duel s'en

fujets léfi

ce n'eft

l'auteur de la querelle, j'entens celui qui

pouffée jusqu'à tirer l'épée ou jusqu'à faire

Y

un

appel, auroit

tué

D R O I T D E S G E N S.
On efpére d'échaper à la peine
adverfaire.
L E

I70

tué Ton
elle

trop févére

efl:

pareil cas

foient

n'eft pas

,

& d'ailleurs

;

regardée

,

comme

quand
la peine de mort , en
une flétrififure. Qu'ils

honteufement dégradés de Noblefie

Pépée
de cœur.

& des armes

,

pri-

du droit de por-

de pardon ,
Ccft la peine la plus propre à contenir des gens
Bien entendu que Ton auroit foin de mettre de la

vés à jamais
ter

& fans efpérance

,

:

,

diftindion entre les coupables y fuivant le degré de leur faute».

des roturiers qui ne font point gens de
à
guerre, leurs querelles entr'eux doivent être abandonnées
le fang qu'ils
i'animadverfion des Tribunaux ordinaires ,

Pour ce qui

efî:

&

répandront
violence

,

vengé fuivant

& le meurtre.

en

Il

les

Loix communes contre

la

même des querelles
un roturier & un homme d'éferoit

de

qui pourroient s'élever entre
pée : C'eft au Magiftrat ordinaire à maintenir l'ordre

&

la

paix entre gens qui ne pourroient point avoir enfemble des
Protéger le peuple contre la violence des
Affaires d'honneur.

gens d'épée ; & le châtier févèrement , s'il ofoit
Ce feroit encore , comme ce l'efi: aujourd'hui

du

les infuîter
,

:

la charge

JMagiftrat,.

que ces réglemens& cet ordre , bienobfervés, étoufferoientunMonftre, que les Loix les plus févèJ^ofe croire

res n'ont pu contenir.

venant

les querelles

honneur véritable
fait couler tant

que d'en

& la

&

Ils

faire Teflai

lance de fon peuple.

la

en prévif féntiment d'un

fource du mal

,

&ils oppofent le
réel , au faux & pointilleux honneur qui
,

de fang,

feule tentative

vont à

:

11

Le

lui.

feroit

digne d'un grand Monar-

fuccès immortaliferoit

mériteroit l'amour

&

fonnom;

la reconnoil^

CH

A-

L

I

V.

C

I.

H A

XÏV.

P.

CHAPITRE
Troi/i/me objet

dun

contre les

i7r

XÎV.

bon Gouvernement
attaques

dn

y

J^fortifier

dehors.

Ous nous fomnies étendus fur ce qui intéreiTe la vraie
félicité d'une Nation ; La matière eft égaiement riche

& compiiquée.

Venons maintenant

*

*•

un

à

troifiémê

Srtî!

^o'k

^°"^°
P'^"*

les

d'une Nation envers elle-même, à un
L'une à^^ fins de
troifiéme objet d'un bon Gouvernement,
chet des devoirs

la Société Politique eft

177.

5.

de

défendre

fe

à forces réunies

,

,

attaques
d" dehors.

de

toute infulte ou violence du dehors (§. îf,)» Si la Société
n'efi; pas en état de repoufler unaggreOTeur, elle eft trèsimparfaite

elle

,

principale deftination

à fa

manque

,

&

ne

La Nation doit fè mettre en état
long- temsc
de repoufferSc de dompter un injufte Ennemi; c'eftun defubfifler

peut

voir important

vation

même

C'efl:

,

que

lui

,

impofe

,

Tout Pin vite à ne

trois chofes

nier

,

,

îe

article, les
les

,

,

de

fa

confer-

rien négliger pour fe mettre dans

La

puilfance d'un Etat confifte en

On peut

,

leurs vertus mili-

comprendre fous ce der-

Fortereffes, l'Artillerie

Munitions,

S-

17s.

& fe rendre par- tout reipec- &nce d'une

nombre des Citoyens

& les richelîés.

Chevaux,

perfedlion

& à fon Conducteur,

afiiirer fes droits

cette heureufe fituation.

taires

,

fa

par fa puifiance qu^une Nation peut repoufTer ^^^

aggrefiTeurs
table.

de

le foin

j

& généralement
Y z

les

Armes,

les

tout cet attirail

immenfe,

L E

172

immenfe

O

R

T D E

I

S

G E N

S.

qui eft aujourd'hui néceflaire à la Guerre

,

que Von peut

fe

;

puis-

procurer tout cela à prix d'argent.

L'Etat, ou fou

MuiiMiation des Ci-

I>

mîérement

Condudeur doit donc s'appliquer préà multiplier le nombre des Citoyens , autant

,

^^^^'

que

cela eft poflihie

&

régner l'abondance dans

convenable»

procurant au peuple les

les fujetsfoibles

&

,

comme

y eft obligé ; en
moyens de gagner par Ton travail de
le

quoi nourrir une famille

que

ll^^réuffiraen faifant

pays

,

il

en donnant de bons ordres pour
fur tout les Laboureurs , ne foient
;

&

pas vexés
opprimés par la levée des impots ; en gouvernant avec douceur,
d'une manière qui, bien loin de dé-

&

&

de difperfer les fujets , en attire plutôt de nouveaux enfin en encourageant le Mariage , à l'exemple des
Romains^
Nous avons déjà remarqué (§. 149.) que ce
goûter

,•

Peuple

attentif à tout ce

quipouvoit accroître

&

foutènir

&

de fages Loix contre les Célibataires ,
accorda des privilèges & àQS exemptions aux gens mariés

fa Puifiance

,

fît

principalement à ceux dont la famille étoit

auin juftes que fages

pour

i'Etat

5

nombreufe

.-

,

Loix

puisqu'un Citoyen qui élève des fbjets
a droit d'en attendre plus de faveurs que celui
,

qui ne veut y vivre que pour lui-même.

Tout ce qui eft contraire à la population , eft un vice
Nous avons
dans un Etat qui ne regorge pas d'habitans.
déjà parlé des Couvents

&

du Célibat des Prêtres.

Il

eft

étrange que des Etablifîemens directement contraires aux de-

Citoyen , au bien & au falut de la
Société, ayent trouvé tant de faveur, & que les Princes ,

voirs de

l'homme

& du

loin

I

L

î

loin de s'y oppofer

tégés

&

enrichis.

V.
,

C

I.

H

A

XIV,

P.

comme ils le dévoient
Une Politique habile
,

Superflitîon pour étendre Ton pouvoir,

aux PuilTances

&

,

même fur

rience fembie enfin ouvrir les

XI V<

le

le

,

ayent proà profiter de la

prendre

le

change
qUq
;

auxfujets fur leurs véritables devoirs

fçut aveugler les Princes

Conducteurs ;

fit

175
les

même

Pape

yeux aux Nations

ditbns

,

leurs intérêts.

-

le

à

la gloire

L'expé-

&

à leurs

de Benoit

Pape cherche à réduire peu-à-peu un abus fi palpable;
ordres , on n'admet plus perfonne, dans fes Etats,

par Tes
à faire des

vœux

falutaire

il

avant l'âge de vingt- cinq ans. Ce favant
Pontife donne aux Souverains de fa Communion un exemple
Etats

,

;

,

les invite à fe réveiller enfin fur le falut

à reiferrer au

moins

de leurs

avenues du gouffre qui les
fermer entièrement.
Parcourles

épuife , s'ils ne peuvent les
rez TAilemagne
dans des Contrées d'ailleurs parfaite,•

ment femblabies

&

vous verrez

,

les Etats Protefians

deux

fois

plus peuplés que les Etats Catholiques : Comparez l'Efpagne
déferte 5 à l'Angleterre regorgeante d'habitans: Voyez de
belles Provinces

teurs

;

&

dites

,

même en

-nous

fi

les

manquant- de Cultivamilliers de reclus & de reclufes

France

,

ne ferviroient pas infiniment mieux &Dieu & la Patrie en
donnant des Laboureurs à ces riches Campagnes ? Il efi: vrai
,

que la Suifle Catholique ne laifle pas d'être très peuplée
Mais c'efi: qu'une paix profonde , c'eft fur ~ tout que la nature
:

du Gouvernement répare abondamment hs pertes caufées
La Liberté efi: capable de remédier aux
par les Couvents.
plus grands

grand

fujet

maux;
que

les

elle qïï

i'ame d'un Etat,

&cViVavec

Romains Tappelloient aima Libertas,

Y

3

Une

§.

D R O

L E

174

Une

igo.

im Ennemi

repoufler

moins dans

le

dangers pour
:

jufqu'à

nombre

le falut

de

peine de

tion à cet égard efl

fe

,

incapable de

des

les vertus militaires

qui brave les

,

eftb plus ferme appui de

Ennemis

,

&

lui

épargne

Un

Peuple dont la réputabien établie , fera rarement atta-

défendre.
fois

S.

eft

cette vertu héroïque
la Patrie

une

G E N

force de l'Etat confifte

que dans

,

Elle le rend formidable à fes

h

S

La

aguerri:

La Valeur ,

Citoyens.

T D E

& fans Dlfcipline

multitude lâche

^"'^'

l'Etat

I

ne provoque perfonne par fes entreprifes. Depuis
plus de deux fiécîes , les SuiiTes joûlRent d'une paix profonde , tandis que le bruit des armes retentit autour d'eux $

qué

,

s'il

& que la Guerre défoie
donne le fonds de
l'échauffer

,

ou

la

tout le rede de l'Europe,

Valeur

l'affoiblir

,

mais diverfes caufes peuvent

& même

& cultiver

tion doit donc rechercher
le

;

La nature

Une Na-

la détruire.

cette

Vertu

fi

utile

,

&

Souverain prudent mettra tout en œuvre pour rinfpirer à

La

fes fujets.

fagelTe lui

beau feu qui anime
la Gloire

& pour la

en marquera

les

moyens.

C'efl; le

Nobleife Frangoife : Enflammée pour
Patrie , elle vole aux combats , & répand
la

gaiement fon fkng dans

le

point fes Conquêtes,

le

îi

Champ dlionneur. Où n'iroient
Royaume étoit environné de Peu-

V

moins belliqueux ?
Anglais généreux & intrépide $ eil
un Lion dans les Combats , & en général les Nations ds

ples

l'Europe furpallent en bravoure tous les peuples du Monde.

Mais

Des autres
ikakes/"''

^G>

la

Valeur feule ne

réuITît point toujours à la

Guer-

ne font dûs qu'à rafTemblage de touvertus militaires,
L'Hilbire nous apprend de quelle

îss fuccès couftaus

tes les

impor-

L
importance font
litaire

I

les

V.

H

la force

,

A

XÎV.

P.

du corps ,

& au travail.

cilTement aux fatigues

de parties

C

lumières des Généraux,

la frugalité

,

I.

Ce

175-

la

Difcipline mi-

Tadrelle

.

l'endur^

font- là tout autant

Voilà
qu'une Nation doit cultiver avec foin.
ce qui porta li haut la Gloire des Romains , & les rendit
maîtres du Monde.
Ce feroit une erreur de oroire , que
la

,

Valeur feule

Suîffes, ces

Moraî

,

ait

produit ces avions éclatantes des anciens

Vidoires de Morgarten^ de Sempachj de Laupen^ de

& tant d'autres Non - feulement les SuiOes combat:

toient avec intrépidité
foicnt à ies travaux

,

ils

;

ils fe

étudioient la Guerre,

s'endurcif-

formoient à l'exécution de toutes

& l'amour même

hs manœuvres,

ils

de

la

Liberté les foumet-

une Difcipline , qui pouvoit feule leur affôrer ce tréior'
Leui^ Troupes n'étoient pas moins céfauver la Patrie.

toit à

&

Mszeray ,

lèbres par leur diicipline que par leur bravoure.

après avoir rapporté ce que firent les SuifTes à la bataille de

Dreux



ajoute ces paroles remarquables : „ Au jugement
de tous les Capitaines d'une part
d'autre qui fe trou,

&

vérent là,

/^/

gagnèrent en cette journée

*S>4//^^/

tes fortes d'épreuves

„ contre

\e^^

pline militaire

,-,

fins

,

du monde

Enfin

contre l'inianterie

& hs Allemands,

François

,5

,

& la réputation d'être

&

(a

le prix

partoiicavalerie ,
,

de

Ja difcî-

les meilleurs

fantaC

û)."
d'une Nation font une partie confidé- fe"

les richefTes

aujourd'hui principalement , que la
Guerre exige des dépenfes immenfes. Ce ne font pas feule-

rabîe de fa puifîance

ment

les

,

revenus du Souverain

,

ou

le

Tréfor public

,

qui
fbnt-

(«) Hiftoirc de France

,

Tom.

II.

p.

888-

D

L E

i7<?

font

la rîcliefTe

O

T D E

ï

d'une Nation

une Nation riche
aifés

celle

,

&

pullFans.

mentent réellement

il

On

,

G E N

S.

appelle

aufTi

par

communément

trouve un grand nombre de
Les biens des particuliers augfe

les forces

de ITtat

culiers font capables de contribuer
les befoins publics

S

Ton opulence s'eilime

;

des particuliers.

les richelles

Citoyens

xS.

& même que

,

5

puisque ces parti-

de groffes fommes pour
dans une extrémité , le

Souverain peut employer toutes les richeifes des fujets à la
défenfe & au ialut de FEtat , en vertu du Domaine émineni qui
lui appartient , comme nous le ferons voir dans la iuite.
La

Nation doit donc s'appliquer à acquérir ces richeffes publiques & particulières , qui lui font fi utiles ; Et c'eft ici une
nouvelle raifon de cultiver

Commerce

extérieur ^ qui

en

un nouveau motif pour le Souverain d'avoir
ouvert fur tous les Commerces étrangers que fon peuple

ell la

l'œil

le

fource

peut exercer
profitables

,

,

;

,

&

de foutenir , de protéger les branches
de couper celles qui font fortir For 6c l'argent.
afin

^ ^^ néceiTairc que TEtat ait des revenus proportion^ ^"^" ^^^ ^^^
Ou peut lui fiirdépenfes qu'il eO; obligé de faire.
mer ces revenus de plufieurs manières j par le Domaine que

Releîius'de
pùtT.^

la

Nation

pôts &c.
§•

Nous

doit augm.entcr

fapuifl'aiice

^

^"-

,

la Nation
Voilà en quoi
confifte cette puiflancCî
que
^
^
^

184.

La Nation
ne doit pas

yensuîicr

divers Impar des Contributions , par
traiterons ailleurs cette matière.

lui réferve

&

accroître.

Eft-il néceifaire d'obferver

que par des voies jultes & mno^'^ntes? Uuc fin louable ne fuffit
pas pour légitimer les
moyens; Ceux-ci doivent éti'e légitimes en eux -mêmes.
^''^

ne peut y

travailler

Car

L
Car

V.

I

H

C

I.

Loi Naturelle ne peut

la

A

P.

XÏV-

177

ie contredire ;

elle profcrit

ii

une aclion , comme injufte ou deshonête en elle-même, elle
ne la permet jamais,^ pour quelque vue que ce Toit Et dans
les cas

où on ne peut atteindre à une

iàns employer des

moyens

illégitimes

fin
5

bonne

on

& louable ,

doit tenir cette

fin^our im,poflîble , & Tabandonnerc Ainii nous ferons voir,
en traitant des jultes Caufes de la Guerre, qu'il n'eft point
permis à une Nation d'en attaquer une autre , dans la vûë
de s'agrandir en la foumettant à Tes Loix. Cefi: comme fi

un

particulier vouloit s'enrichir

La

puilTance d'une Nation efl relative

rer fur celle de fes

peut avoir quelque
fant

,

en ravifTant le bien

voifms

»

ou de tous

cliofe à craindre.

lorsqu'il eft capable

de

;

on

d'autrui.

doit la mefu-

peuples dont elle
L'Etat eft affez puif.
les

fe faire refpecter

& derepoufler

quiconque voudroit l'attaquer. Il peut fe procurer cette
heureufe fituation, foitpar fes propres forces, en les tenant au
niveau

,

ou mêmeau-delfus des forces de

iQS voifins

foit

,

en

empêchant que ceux-ci ne s'élè venta une puiflance prédomi*
Mais nous ne pouvons marquer ici en
nantè & formidable.
quels cas Se par quels moyens un Etat peut avec juftice mettre
des bornes à la puilfance d un autre Etat : Il faut
auparavant

expliquer les devoirs d'une Nation envers les autres
les

combiner enfuite avec

fes devoirs

envers elle

-

,

pour

même. Di-

fons feulement pour le préfent, qu'en fuivantcà cet égard les

prudence & d'une fage politique
jamais perdre de vûë celles de la Juftice,

régies de

la

Z

,

elle

ne doit

CHA.

^J-

Jjli^,;^.^

eft relative

truî.

h

^

) 178 (

CHAPITRE
De
:'oLbi!a'ia
jioirc

ea

A

T
I

la Gloire d'une

XV.
Nation»

Gloire d'une Nation tient intimement à fapuifiancei

en

^ elle

fait

une

partie très

-

conildérable.

Cefc ce

confidération des auavantage qui lui attire la
Une
tres peuples , qui la rend refpedable à fes voifins.
Nation dont la réputation eflbien établie, & principalement
brillant

celle

les

dont

la gloire eil éclatante

Souverains

Ils défirent

:

,

recherchée de tous

fe voit

Ton amitié

& craignent de Tof-

^

& ceux qui îbahaitent de le devenir favorifent fes entreprifes
& fes envieux if ofent nianifefter leur

fenfer

:

Ses Amis

,

,

raauvaife volonté.
Il eft

187-

S'

donc très - avantageux à une Nation

& fa gloire ; &

ce foin devient

Natk)n,com-

putation

SiVot

portans devoirs envers elle

ïc s'acquiert

confiftc daus le

rés

même,

Tunde fes plus imLa véritable Gloire

jugement avantageux des geiis fages & éclaiElle s'acquiert par les vertus , ou les qualités de TeC

:

prit

-

d'établir fa ré«

& du cœur &
,

de ces vertus.

par les belles adions

Une Nation peut

la

$

qui font les fruits

mériter à double titre;

en qualité de Nation , par la conduite
de ceux qui adminiftrent fes affaires , qui ont en main l'Aui<5.

par ce qu'elle

torité
liers
\-

i88.

Devoir du
înnce.

fait

& le Gouvernement^

qui compofent

Un Prince, un

la

s*^.

par le mérite des particu-

Nation.

Souverain quel

qu'il foit,

aui fe doit
/

tout entier à fa Nation

j

efl faris -

doute obligé à'^n étendre
la

L
la

Gloirs

I

V.

C

î.

H

A

P.

XV.

179

lui.

Nous avons vu

autant que cela dépenci de

,

que Ton devoir eft de travaiUer à la perfedion de TEtat & du
peuple quriui eil: fournis Par là , il lui fera mériter la bon:

ne réputation & la Gloire, Il doit toujours avoir cet objet
devant les yeux, dans tout ce qu'il entreprend,& dans TuC^ge
de Ton pouvoir. Qu'il

qu'il fait

ration

grandeur d'ame dans toutes

la

,

rera à foi.
ni vers

IV. fauva

fes

même &; à fon peuple un nom

& non

,

faîïb briller la juftice

la

moins

utile

adions

,

la

il

fe

modé-

procurefpeclabîe dans l'U;

que glorieux. La gloire de Henri

France: Dans

l'état

déplorable où

il

trouva

les

encouragèrent les fujets fidèles, donnèrent
hardielTe de le fécourir , de fe liguer avec

affaires, fes vertus

aux Etrangers

la

&

Un Prince foible peu
contre l'ambitieux Efpagnol.
ellimé eut été abandonné de tout le monde ; on eût craint

lui

de

s'aifucier à fa ruine.

Outre

me celle

les vertus

,

qui font

des perfonnes privées

,

Gloire des Princes

la
il

eil

une

dignité

,

com-

& des bien-

féances, qui appartiennent particulièrement au rangfuprênie,

& que le Souverain doit obferver

avec

le

plus grand foin,

ne peut les négliger fans s'avilir lui - même , & fans impri^
mer une tache fur l'Etat. Tout ce qui émane du Trône doit
îl

un caradère de pureté , de

&

de grandeur,
Qiielle idtQ prend-on d'un Peuple , quand on en voit le Souverain témoigner dans des Ades publics une bafleffe de fen-

porter

nobleflfe

dont un particulier fë croiroit deshonore ? Toute la
du Priuce;
Majefté de la Nation réfide dans la perfonne

timens

,

que deviendra- 1
foit proflituée

elle

s'il

la proftituë,

par ceux qui parlent

Z

z

ou

&

s'ilfoulFre qu'elle

qui

agififent

en fon
i^om?

L E

igo

nom? Le
digne de
..}

Citoyens,

T D E

ï

G E N

s

Miiiiftre qui fait tenir h {on Maître

lui

s.

un langage

une façon de

&

parler

En

naturelle.

in-

mérite d'être honteufement chaffé.

,

réputation des particuliers dérive fur la Nation

La

.^^^•.

D R O

de penfer

,

,

par

&

également commune

général on attribue une vertu

on un vice à

,

un peuple lorsque ce vice ou cette vertu s'y font remarquer plus fréquemment On dit qu'une Nation eft belliqueufe,
quand elle produit un grand nombre de braves Guerriers ;
,

,

qu'elle eft favante,
ies

Citoyens

;

beaucoup de Savans parmi
excelle dans les Arts, lorsqu'elle a

qimnd

qu*elle

y

il

a

dans fon fein plufieurs habiles Artiftes
dit lâche

radléres

parefieufe

,

y

,

ftupide

contrafre

,

on

lorsque les gens de ces

,

nombre

font en plus grand

Au

:

qu*ailieurs.

Les

la

ca-*

Ci-

&

toyens, obligés de travailler de tout leur pouvoir au bien
à l'avantage de la Patrie , non-feulement fe doivent à eux-*

mêmes

de mériter une bonne réputation ; ils le doivent
encore à la Nation, dans la gloire de laquelle la leur eft fî
le foin

capable d'influer.

Newton,

Bacon,

NiTZj Bernoulli, ont

fait

honneur

Descartes, Leib«

à leur Patrie,

& l'ont

Les grands
un Oxenstiern , un Tu-

fervie utilement par la gloire qu'ils ontacquife*

Miniftres

renne
la

,

les

grands Généraux

,

un Marlborough un Ruiter fervent doublement
& par leur gloire. D'un auPatrie, & par leurs adions
,

,

un bon Citoyen trouvera un nouveau motif de s'abde toute aélion honteufe , dans la crainte du deshon-

tre côté
ftenir

,

,

neur qui pourroit en
doit point fouffrir

de diffamer

la

réjaillir fur fa Patrie.

que

Et

le

Prince ne

fes fujets fe livrent à des vices capables

Nation, ou de

ternir

feulement

l'éclat

de la

gloire

L
gloire

î! efi:

;

daleux

V-

C

î.

H

A

un

XV.

P.

en droit de réprimer
foîît

qui

,

î

&

igï

de punir

les éclats fcan*

tort réel à PEtat.

bien propre à faire voir de
Exlmpî^des
La haute S"^^^Gloire peut-être à une Nation.

L'éxempîe des
quelle utilité la

SuiJJes

réputation de Valeur

,

eft

qu'ils fe font acquife

&

5

qu'ils fou-,

tiennent glorieufement, les maintient en paix, depuis plus

& les fait rechercher de toutes les Puiflances
Louis XL encore Dauphin fut témoin des

de deux Siècles ,

de l'Europe.
prodiges de valeur
auprès de Basie

,

&

,

qu'ils firent à la bataille
il

for

ma

de

St,

Jaques

y

dès-lors le deiTein de s'attacher

étroitement une Nation fi intrépide (a). Les douze-cent braves, qui attaquèrent, en cette occafion , une Armée de cin-

quante à foixante mille

hommes

aguerris, battirent d'abord

Pavant-garde des Armagnacs , forte de dîx-huit mille hommes,.

&
ils

donnant enfuite avec trop d'audace fur
périrent prefliue tous

Mais outre

toire.
la Suiffe

(J?)

,

le

gros de l'arméej

fans pouvoir achever leur vic-

qu'ils effrayèrent

d'une invafion ruïneufe,

ils la

l'ennemi

& garentirent

fervirent utilement, par

la gloire éclatante qu'ils acquirent à fes

tion d'une fidélité inviolable n'efl pas

armes.

moins

La

réputaavantageufe à

de tout tems jaloufe de fe la
conferver. Le Canton de Zug punit de mort cet indigne foldat,

cette Nation.

Aufii a

- 1 -

elle été

Z
(fl)

Voyez

les

5

qui

Mémoires de Commîmes.

Il
Armée, „ on compta iiçg. morts & 32. blefTës.
comme
leurs
furent
douze
Compatriotes
homes, qui
regardes par
„ n^échapa que
à la gloire de mourir pour
3j des lâches,
qui avoient préféré une vie honteufe
Confédération
de
la
leur
Hift.
Patrie."
Helvétique par M. de Watteville ,

T. I.p. 250. tS: fuiv. TscHUDi p. 425.

(è)

De

cette petite

L E

J33

qui trahit

D R O

confiance du

îa

I

T D E

G E N

s

Duc de Milan

5

&

s.

déceia ce Piince

aux François , lorsque, pour leur échaper , il s'étoit mis
dans ks rangs des Suides qui fortoient de Novare ^ habillé

comme Tun
5

Ï9I-

d*eux («).

Puisque

gioke" d'une elle

cft

CFi

hiSè in!^^

avantages.

^'•^^

ell

la gloire

d*une Nation

droit de îa défendre

,

eft

tout

un bien

très- réel

comme

Tes

Celui qui attaque fa gloire lui

fondée à exiger de

lui

môme

,

fait

,

autres

injure

elle

^

par la force des armes

,

On ne

peut donc condamner ces me«
fures que prennent quelquefois les Souverains , pour mainElles
tenir ou pour venger la dignité de leur Couronne.

une

jufte réparation.

font également juftes

& nécelTaires.

Lors qu'elles ne pro-

cèdent point de prétentions trop hautes ; les attribuer à un
vain orgueil , c'ed ignorer groiTîérement i'art de
régner ^
méprifer l'un des plus fermes appuis de la grandeur & de la

&

fureté d'un Etat.
(b)

Xm.

VoGEL Tnitê

Cantons

,

hiftoriqiîc

&

pi^litique

des Alliances entre la France

& ïes

p. p. 75. 76.

C

H

A^

L

V.

I

en

ï.

A

XVL

p.

CHAPITRE

ï8a

XVL

De la Proteàton recherchée par um Nation
Joum'îjjÏQn

volontaire à itm Vmjfance étrangère.

Ors qu'une Nation

même d'infulte &

n/eft pas capable

d'oppreiTion

elle

,

Proteélion d'un Etat plus puiOantc

de

Tribut, en reconnoifiance de

Troupes

commune avec lui
relie le droit de fe

té de proteélion

,

la fureté

à Ton Protecteur

dans toutes

,

fes

,

fe garentir elle-

Si

fe

ménager la
elle l'obtient en

peut

s'engageant feulement à certaines chofes,

fournir des

£^ defa

,

s.

192^

tedion.

même a payer un

qu'on lui procure, à

& jusqu'à faire

guerres

,

fe

caufe

réfervant du

gouverner à fon gré ; c'eft un fimple Traiqui ne déroge point à la Souveraineté , &

qui ne s'éloigne des Traités d'Alliance ordinaires, que parla
différence qu'il

met dans

la

Dignité des Parties contradantes.

Mais on va quelquefois plus loin, & bien qu'une
Nation doive conferver précieufement la Liberté & l'indétient

pendance qu'elle
pas à
fes

elle

-

même

ennemis

,

&

,

elle

fuite la

Car

&

la

Nature^

,

lorsqu'elle

qu'elle fe fent hors d'état

peut légitimement

tion plus puiiTante

conviendront 5

de

fe

ne

de

fe fuffit

réfifter à

foumettre à une Na-

à de certaines conditions, dont elles

& le Pade ou Traité de foumifllon fera dans la

mefure

&

la

régie des Droits de l'une

&

de

l'autre.

foumet cédant un droit qui lui appartient,,
transportante l'autre, elle eft abfolument la maîtreffe

celle qui fe

le

de

S-

19?-

voiontair^e

tj^^n

|

^""^^•

^nà

LE

lU

DROIT DES GENS,

de mettre à ce tranfport telles conditions qu'il lui pîait , Se
)*autre
en acceptant la foumiflion fur ce pied , s'engage à
,

en obfcrvcr réligieufeinent toutes

'Ccttc foumiiïlon peut varier à l'infini

Diîerfes^eu

peccs de

les claufes.

lonté des Contraâ;ans

Souveraineté de

la

:

Ou

elle laiffera fubfiiler

Nation inférieure

la

ieulenient à certains égards

fulvant la vo«

^

,•

ou

,

la

en partie

reftreignant

elle l'anéantira totalement,

enforte que la Nation fupérieure deviendra Ibuveraine de
l'autre j ou enfin la moindre fera incorporée dans la plus

grande

même

,

pour ne former déformais avec

Etat

,

&

alors fes Citoyens auront les

que ceux auxquels

ils

fournit des exemples
I ^.

Les

Alliés

les Latins

,

L'Hiftoire

s'unifient.

de ces

qui dépendoient de

,

mêmes

6c

droits

Romaine nous

efpèces de foumifiion

trois

du Peuple Romain

qu'un feu!

elle

tels

Rome

:

qne furent long-tems
à divers égards

,

&

gouvernoient fuivant leurs Loix & par leurs
2^. Les pays réduits en Province Ropropres Magiftrats.
maine , comme Capoiie , dont les Habitans fe fournirent

du

refte

,

fe

abfolument aux Romains Ça),

Rome

Droiç\?eV

met aune

la fuite

^aus

Ic cas

Les Empereurs

ce Droit à tous les peuples fournis
ainfi tous les fujets

rEmpire,& transformèrent

en Citoyens,

d'un véritable aiEijettiflément à une Puifîance

Citoyens qui n'approuvent pas ce changement ne font point obligés de s'y foumettre ^ on doit leur

^uandh Na- étrangère
tion fe fou-

Enfin les Peuples à qui

accordoit le Droit de Bourgeoifie.

donnèrent dans
à

b^".

,

les

_^
F^*-*

Puiffence
etrans^eie.

(li) Icaque fopuhtm Catiipanum , urhmque Capnam , agros , de iubra Deunu
dhiiîâ humanaque onmia , i«
vejlram Vôtres Confcrifti , Populiqzie Romani dî»
tionem dedimis. T:t. Liv. Lib. VII Cap 3 1,
.

L

V.

I

H A

C

î.

& de

mettre de vendre leurs biens

pour être entré dans une Société
fuivrefon fort, lorsqu'elle

XVT.

P.

Se

fcelie

je

5

ne fuis point obligé de

elle-même

fe diflbut

qu'elle étoit

me

Je

pour fe
fuis foumis
,

pour vivre dans cette Société,

,

non dans une autre , pour

Car

fe retirer ailleurs.

foumettre à une Domination étrangère.
à la Société

i8f

membre

être

d'un Etat fouve-

Je dois lui obéir tant qu'elle demeure Société Politique
Lorsqu'elle fe dépouille de cette qualité , pour recevoir la

rain

;

Loi d'un autre Etat

membres

elle

,

& les délie

,

la

vûë d'en

ou

,

être protégée

vement dans Toccafion
engagemens

,

nœuds

,

mife fous

s'eft

même
;

fi

s'efi:

celle-ci

il efl:

perd tous

elle

les

qui unifibient fes

de leurs engagemens.

Quand une Nation
autre plus puilTante

rompt

proteélîon d'une

la

afîujettie à elle

ne

,

dans

la

les droits

la

que

Convention

lui

&

&

cela a lieu

même

,

ou

fa Liberté.

dans le cas

le

faut

Il

remarquer que

Proteéleur ne

manque

mais par pure imCar la Nation plus foible ne s'étant foumife que
puiŒ\nce.
fi l'autre ne fe trouve
pour être protégée
point en état de

point à fes engagemens par mauvaife foi

,

,•

remplir cette condition elfentielle
plus foible rentre dans fes droits ,

propos

,

O

,

&

le

paéle

efl:

anéanti

;

la

elle le

juge à

recourrir à une Protedlion plus efficace (*).

C'efl:

A
point de

Nous
celle

a

peut

,

fi

ainli

&

non
îci d'une Nation qui s'eft rendue fujettc d'une autre ,
qui fe feroit incorporée dans un autre Etat , pour en faire partie.
Cette

parlons

195.

annuiies par

protège pasefFeéli- p^of^^ti^
manifefte que manquant à fes

avoit acquis ,
que l'autre , dégagée de l'obligation qu'elle
recouvre
avoit contrariée , rentre dans tous fes droits ,

fon indépendance

§.

LE D


ainfi

ViUc âc

&

Lucertie

I

d'^/</r;V/>^

quelesDucs

de Piotev^ion.

R O

DES

T
,

G E N

S.

un Droit

qui avoienfc acquis

en quelque lurte de Souveraineté fur la
ne voulant, ou ne pouvant pas ia proté-

y

ger efficacement ; cette Ville fit aliisnce avec ies trois premiers Cantons Et ies Ducs ayant porté leurs plaintes à FEm:

pcreur

les

,

naturel

^

Lucn^mis répondirent

cor/jmun a tous

chercher fa proprefùreîé
obligés de lefécourrir
^-

Ou

La Loi

197-

par
fiddirc

eft

i'in^

du

ley

quand

,

{a)

&

propos pour

En
tractans

^

teur

,

qui permet a un chacun de

ejl

ahandonné de cewx qui font

é^aîe
les
^
tpour

deux Contradans

té^Q ne remplit pas Tes engagemens avec fidélité

198.

du Droit

Si lePro-

:

^

la fuite,

cnt^rprîfcs
Protec-

il

guils >wolent ufé

teur eil déchargé des Tiens

§.

hommes

,

peut refuferla protection dans
déclarer le Traité rompu , au cas qu'il le juge à
le

,*

il

bien de fes affaires.

vertu du
.

le Protec-

^

quand

même

l'autre

principe 5 qui àéWe. l'un des Con-

manque

à fes

engagemens

fi

;

la

PuiiTance fupérieure veut s*arroger fur la foible
plus de droite
que le Traité de Protedion 5 ou de fourniiTion ne lui en donne
celle- ci peut regarder le Traité

à

comme rompu, &

pourvoir

faivant fa prudence»
S'il en étoit autrement, la
Nation inférieure trouveroit là perte dans une Convention ^
fa fureté

à laquelle

elle

ne

s'eft

réfoluë

que pour fon

fa lut

\

&

fi

dlo^

étoit encore liée
par fes

teur en abufe
viendroit

& viole

engagemens, lorsque fon Protecouvertement les fiens , le Traité de-

un piège pour

elle*

Cependant

comme

quelques*

uns
Cette dernière eft dans le cas de tous îes autres Citoyens
pitre fuivant.

(a)

Voyez les Hiiloriens de

la Suifiè.

;

Nous en

parlerons au Cha-

L
uns prétendent

ment

î

C

I.

H A

qu'en ce cas

,

de

îs droit

V.

réfifter

,

la

P.

XVI.

187

Nation inférieure a

feule-

& cl'iînplorer un fécours étranger ;

comme fur-tout les foibles ne peuvent prendre trop

de précau-

tions contre les puiflans, liabiles à colorer leurs
eatreprifes

plus

d'inférer

iïir efl:

commih1)ire

le

qui

,

5

îe

dans cette elpèce de Traité une Cîaufe
déclare miî , dés que la Paiffance iupé-

rieure voudra s'arroger plus de droit

que

le

Traité ne

lui

en

donne exprelTément'99Nation protégée, ou founiife à certaines con- ^
Comment le
dcia
ditîons,ne léfifte point aux entreprifes de celle dont elle a re« ^/«'t
Nation protri,
r \i
r
'-i.'
r '1
ciîerche lappui ; ii elle n y tait aucune oppontion ; ii elle gar- tégée fe perd
^"'^
de un profond lilence , quand elle devroit & pourroit parler 5 ^J'

Mais fi

la

,

^-

,

'

»

'4.

''^^'"'^

fa

patience

tement

5

un tems confidérable

après

tacite

qui légitime

j

ie droit

auroit rien de llable parmi les

forme un confen-

,

de rUfurpateur.

hommes

,

&

Il

n'y

fur-tout entre

une longue ponefTion, accompagnée du fiîence
les Nations
Mais il
des intéreflés 5 ne produifoit pas un droit certain.
,

ii

pour marquer un conSi la Nation infédoit être volontaire.

faut bien obfcr ver,

fentement

tacite,

rieure prouve

que

,

que
la

le filence,

violence

& la crainte ont étouffé

les

tém.oignages de fon oppofition , on ne peut rien conclure de

fon filence

,

&

il

ne donne aucun droit à TUTurpateun

A

a 2

CH

A-

^

#

) 188 (

CHAPITRE

XVÎL

Comment un Peuple peut Je feparèr de l'Etat dont
membre y ou renoncer a touéijjancs de (m
ejt
Souverain

Différence
entre le cas

préfent

&

%j

tégé

rien

efi

pas protégé.

dit

lontairement dépendant ou fujet , afin d'en être prodemeure libre de fes engagemens, auiii-tôt que cette

ceux duChadenr/'^^^^'

avons

tl

qu\in Peuple indépendant 5 qui, fans
devcnir membre d'un autre Etat , s'en ^£t rendu vo-

IVÎ^^^
1

quand

,

il

,

manque , même par

protedion

lui

â;eur.

ne faut pas conclure

Il

i'impuiilance

en

qu'il

foit

précifément de

même

de tout peuple que fon Souverain naturel

dont

eft

il

membre

cacement.

du Froteou

5

ne peut protéger promptement
Les deux cas font fort différens. Dans
j

l'Etat

& effile pre-

mier, une Nation libre n'eft pas foumife à un autre Etat pour
faire abfolument caufe comparticiper à tous Tes avantages

&

mune avec lui:

Si celui-ci vouloit lui faire tant de faveur? elle

feroit incorporée

dans

la feule

vûë

Lors donc que

,

& non affujettie

d'être protégée

5

:

Elle facrifie fa Liberté

5

fans efpérer d'autre retour»

&

condition unique
nécelTàire de fon aiTujettiflement vient à manquer , de quelque manière que ce
foit , elle eft libre de fes
fes devoirs envers
engagemens ,
la

&

elle-même l'obligent à pourvoir par de nouveaux moyens à fa
propre fureté. Mais les divers membres d'un même Etat participant tous

également aux avantages

qu'il

procure

,

doivent

conllam-

L

font menacés

&

même

donc

eft

Il

de tous

eiïentiel

fes

partie réfifte de toutes fes forces à
fe

détacher des autres

;

Si ceux qui

Etat feroit bien-

au falutde

commun

d'un Prince

lui font attachés

,

plu-

par conféquent une

c'eft

Les

des conditions néceffaîres de l'AfTociation Politique.
jets naturels

So-

la

membres, que chaque

l'Ennemi

&

demeurer

détacher des au-

fe

un danger préfent, tout

détruit.

au bien

tôt que de

189

font promis de

Ils fè

:

XVII.

P.

ou attaqués, pouvoient

,

tres, pour éviter

ciété,

H A

C

I.

en toute occafion caufe commune.

unis, de faire

&

V.

le foutenir

conflamment

tôt diffipé

1

fu-

làns autre réferve

,

que Tobfervation des Loix fondamentales/ ils doivent lui demeurer fidèles , de même qu'il doit prendre foin de les bien
gouverner
lui

qu'un

:

Leurs intérêts font communs

même tout

,

qu'une

même

&

core une condition efientielle

ville

ou aâ;uellement attaquée
au danger, fe féparer de

nécefiaire de la Société Poli-

,•

pouvoir de
,

fes

lui

elle

l'Etat

pour

,

fuccombe à

l'affranchit

,

de

droit de traiter

la

menacée

eft

,

ne peut, pour fe fouftraire
dont elle eft membre, ou

même

quand

donner un fécours préfent

engagemens

grands efforts

une province

,

abandonner fon Prince naturel

elle

donc en-

,

Lors donc qu'une

voir

C'eft

:

que les fujets reftent unis à leur Prince , autant que
ell en leur pouvoir.

tique
cela

Société

ne font avec

ils

;

il

Son

force

maintenir dans fon état aâ:uel.
;

la néceffité

,

cette

Loi

Si

irréfiftible,

premiers engagemens , &
avec le vainqueur, pour faire i'os Conditions
lui

fes

Aa

i

membres
^^^"^^JJ[;°"
"^^""^^^'^"^'^^

de-

à faire les plus
politiques l'obligent

fe

201.

en

n'eft pas

& efficace.

5.

donne

le

les

danger.

L E

,.90

D

Fv

O

D £

T

I

ics meilleures qu'il lui (èra poflible.

à lui

même

quand
;

prendre

le

premier parti

à cette décifion

conforme

reufe

S'il

S.

faut fe foumettre
qu'elle

ne

L'ufage moderne

eft

ou périr; qui cloutera quelle ne puifle,

,

doive

G £ N

S

Une

:

?

Ville fe

foumet à l'Ennemi,

ne peut attendre fon falut d'une réfiftance vigouelle lui piête ferment de fidélité $ & fon Souverain

elle

n'accufe que la Fortune.

Leur droit
quand'iiT'

L'Etat ell obligé de défendre & de conferver tous fes
mcnibres (§. i7.)> & le Prince doit la même affilhnceà

donné^"^'

fes fujets. S'ils refufent,

y 202.

qui fe

ou négligent de fécourir un Peuple,
trouve dans un danger imminent ; ce Peuple aban-

donné devient abfolument
ÇoVi

Mut

de

,

la

maître de pourvoir à fa fureté à
manière qui lui conviendra le mieux , fans
le

aucun égard pour ceux qui

lui

ont

manqué

les premiers.

Le Pays de Zi^g; attaqué par les SuifiTes, en î?f2. envoya au Duc d'Autriche fon Souverain, pour en obtenir
du fécours. Mais

quand

les

écouter:

Ce

cas,

Prince

,

occupé à parler de

fes oifeaux

,

préfentérent à lui, daigna à peine les
peuple abandonné, entra dans la Confédération

Députés

Helvétique (rf)*

môme

le

fe

La

Ville de Zurich s'étoit

vue dans

le

une année auparavant.

Attaquée par des CiNobleffe des environs, 8c

toyens rebelles foutenus de la
par la Maifon d'Autriche , elle s'adreila au Chef de l'Empire:
Mais Charles IV. pour lors Empereur, déclara à fes Députés qu'il

ne pouvoit

la

défendre

dans l'Alliance des SuiiTes
{b),

:

Zurich trouva fon falut

La même

raifon a autorifé
les

(«)
ib)

Voyez Etterlin, Simler
Voyez les mêmes Hiftoriens,

,

& M.

de

Wattevuxk,

ubi fuprà.

& Bullinges, StumpFj Tscbvdi,

Stettles.

I

L
les Suifies

qui ne les

I

V.

C

I.

H

A

XVIII.

P.

i^i

en général à fe détacher entièrement de l'Empire ,
protégeoit en aucune rencontre : ils n'en con-

noifloient plus Tautorité dès -longtems, lorsque leur indé-

pendance

fut

Germanique

,

reconnue par l'Empereur
au Traité de Wejiphalie,

CHAPITRE
De

& par

tout le Corps

XVIII.

Nation dans un pays.

iétahlijfçmmt d'une

UsdUEsici nous avons confidéré

la

Nation purement en
-,

..

j

elle-même , fans égard au pays qu elle occupe. Voyonsla maintenant établie dans une Contrée , qui devient

fon bien propre

&

hommes en général
habitation commune
de

la

Nature

celTaires à

Mais

le

appartient aux
Deftinée par le Créateur à être leur

le droit

La Terre

demeure.

fa
:

&

leur

mère- nourrice, tous tiennent

d'y habiter

leur fubfiftance

Genre humain

&

&

d'en tirer les chofes né-

convenables à leurs befoins»

extrêmement multiplié

s'étant

terre n'étoit plus capable de fournir d'elle-même
à l'entretien de fes habitans ;
elle n'eût
,

&

ture

&

,

la

làns cul-

pu recevoir

une culture convenable de peuples vagabonds, auxquels
Il devint donc nécefiaire
elle eût appartenu en commun.
que ces peuples

fe fixaflent

quelque part ,

prialTent des portions de terrein

blés dans leur travail
ils

,

afin

& qu'ils s'appro-

que n'étant point trou-

du

de leurs peines ,
en tirer
s'appliqualTent à rendre ces terres fertiles, pour

leur

fubfiftance.

,

ni fruftrés

fruit

Voilà ce qui doit avoir donné lieu aux
Droits

i 205.
Occupation
d'un pays

^''
^'/^^

LEDROITDESGENS.

192

Droits de Propriété

& de Domaine

ce qui en

,

juftifie

Tétablit

Depuis leur introdudlion , le droit commun à tous
iiommes efl: reftreint en particulier à ce que chacun poffé-

fement.
les

Le pays qu'une Nation habite ,

de légitimement.

foit

s'y foit transportée

,

rEtablillément de

la

que

les familles

foit qu'elle

la

compofent,
dans
cette Contrée, s'y foient forfe trouvant répandues
mées en Corps de Société Politique ; ce pays , dis - je , eft

Nation

;

elle

y

qui

a un droit propre

&

exclu fi f.
i
ibr7e

qu

Ce

204.

droit

comprend deux chofes

:

i©. le Domaine^ en

la Nation peut ufer feule de ce pays pour fes
paT vcrtu duquel
befoins , en difpofer & en tirer tout l'ufage auquel il eft pro-

elle oc-

UEmpire , ou

s°.

pre.

ment

,

le droit

par lequel elle ordonne

du fouverain Commande-

& difpofe à fa volonté

de tout

ce qui fe pafle dans le pays.
§.

Lorsqu'une Nation s'empare d'un pays qui n'appartient

20-;.

de'^f £m"/Ve

^ncore à perfonne

dans un pays

Souveraineté
eft libre

,

en

,

elle eft cenfée

même

tems que

y occuper V Empire , ou

le

la

Domaine, Car puisqu'elle

&

indépendante , fon intention ne peut être , en s'édans une contrée, d'y laifler à d'autres le droit de

tabliftant

commander ,
neté.

aucun de ceux qui conftituent la SouveraiTout l'efpace dans lequel une Nation étend fon em-

pire

forme

,

ni

le reftbrt

de

fa

Jurisdidion

,

&

s'appelle fon

Territoire,
206.
\.
Autre maniere d'occuper

daiï^^un%ys

Si pluReurs familles libres,
.

, ,

,

répandues dans un pays

^

mdepcudant , viennent a s'unir , pour former une Nation ,
un Etat,- elles occupent enfemble l'Empire fur tout le pays

^^''-

qu'elles

L

I

V.

Car

habitent.

qu'elles

C

I.

H

elles

A

en

XVÏII.

P.

19)

pofifédoient déjà

,

chacune

pour fa part , le Domaine; & puisqu'elles veulent former enfemble une Société Politique, rétablir une Autorité publique , à laquelle chacun fera tenu d'obéir , il eft bien manifefte

que leur intention

que

le droit

Tous

à cette Autorité publi-

eft d'attribuer

de commander dans tout le pays.

les

hommes ont un

aux chofes qui ne

droit égal

^^Ij^^^?-

font point .encore tombées dans la propriété de quelqu'un ; une Nation
^
r.
T
s'approprie
ces chofes. la appartiennent au premier occupant. Lors ^n pays dé.

&

.

» »

/

.

1.

donc qu'une Nation trouve un pays inhabité & fans maître ,
Et après qu'elle a fufelle peut légitimement s'en emparer

^''''^•

:

fifamment marqué

fa

volonté à cet égard

,

une autre ne peut

que des Navigateurs , allant à la
découverte, munis d'une Commiflion de leur Souverain ,
C'eft ainfi

l'en dépouiller.

& rencontrant des Isles
pris poirefTion au
titre

,

ou

nom de leur

a été refpedé

,

d'autres terres défertes

Nation

pourvu qu'une

:

,

en ont

Et communément ce

pofleflîon réelle

l'ait fui-

vi de près.

une queftion de fa voir , fi une Nation peut
s'approprier ainfi , par une fimple prife de poiïeflîon , des
Mais

c'eft

pays qu'elle n'occupe pas réellement
cette manière , beaucoup plus qu'elle

&

de cultiver.

,

&

s'en réferver de

n'eft capable

de peu-

de décider, qu'une
pareille prétention feroit abfolument contraire au Droit Naturel,
oppofée aux vues de la Nature , qui deftinant toute
pler

Il n'eft

pas

difficile

&

la terre

aux befoins des hommes en général

chaque peuple

le droit

de s'approprier un pays
Bb

,

,

ne donne à
que pour

les

ufages

§.

2<>g.

*
cffujèJ!^

D R O

L E

194

ufages qu'il en

T D E

I

G E N

S

S.

& non pour

empêcher que d'autres n'en
Le Droit des Gens ne reconnoîtra donc la pro*

proBttent.

tire

,

& la Souveraineté à\mQ Nation

que fur

les

pays vuides,
réellement
de
fait
dans
,
lesquels elle
qu'elle aura occupés
aura formé un Etablifiement , ou dont elle tirera un ufage

priété

,

&

En

acliuel.

effet

des pays déferts

des Navigateurs ont rencontré

lorsque

,

dans lesquels ceux des autres Nations

,

avoient dreffé en paffant quelque
leur prife de pofîeffion

ils

;

de cette vaine Cérémonie

Monument

,
pour marquer
ne fe font pas plus mis en peine

que de la difpoficion des Papes ,
qui partagèrent une grande partie du Monde , entre les Cou«
tonnes de

Caftille

,

& de Portugal

(4).
Il

(«) Ces A(fles fi finguliers ne fe trourant guéres que dans des Livres aitez rares
fera pas fâché d'en voir ici un Extrait.

,

on ne

Bulle

d'AiEXANDRE

(Ifabelle) Roi & Reine de
Cristop. Colomb.

VI, par

il

laquelle

& d'Arragon

Caftille

donne à Ferdinand & Elisabeth
le nouveau Monde , découvert pai
,

Motu froprio , dit le Pape , non ad veflrant , vel altermr fro vohis fiiper hoc
ex certafcieittia,
Mohis oblaiapetitmiis injiantiatn , fed de nojhra mer a liberalitais ,
terras firmas , mventas
Mc de Apojiolica pGteJiaîh plenitudine , omnes mfiilas
inveniendas , deteêlas
Meridieni (en tirant une
detegendas verfus Occidentem
ligne d'un pôle à l'autre , à cent lieues à Toueft des Aqores) AuSîoritate omnipoienîiy
Dei nobis in beaio Petro concejfà , ac Vicariatûs Jejii Cbrijii , quâ fztugimur in trr-

^

ris^

cum omnibus

^

^
^

illariim dominiis

^

^

^

Civitatibus^c. vobis haredibûsque'^ fuccef-

m

perpetuum tenore prafentium donamus ,
Legionis Regibus
foiibus vejiris CaJielU
harcdes ac fuccejfores prafaios illorwn Dominos
concedimtts , ajjîgnamus , vosqut
omnimoda poieftate , aiiBoritaîe '^ jurisdiSîione facimus , fowcum plena , libéra
Le Pape excepte feulement ce qu'un autre Prince Chrétien
deputamus..
Jîitîtimus
Comme s'il eût été plus en dioit de donpourroit y avoir occupé avant l'année 1 4.9 5
fur-tout ce qui étoit poifédé par les peuples
ner ce qui n'appartenoit à perfonne ,

^

^

^

.

&

11 pourfliit ainfi
Ac quibuscunqiie perfonis cujusciinque dïgnitatis
Américains.
etiam Jmperia/is
Regahi , Jiuius , gradùs. , ordinis , vel conditionis , fub excomwunicationis latte fententi^ pœnà , quatn eo ipfo , Ji contra fecerint , incurrant ,
terras firmas inventas
inveniendas , détectas
difiriSiiUs inbibvmus ne ad Injulas
Meridient
£<f detegendas , verfus Occidentem
prc mercibus habendis , vcl
^uavis alla de caufa accedere proffumant absque vejïra , ac haredum
fuccejforum
:

-,

^

^
^

^

^

vcjlrorum pradiclorum licentiafpeciali '^c.

IV. Nonas ^aji

,

Pontifie, nojiri

anno

i",

Datum Roma apiid S- Pctrum anno 49
1

J

.

Leibnitii Codex Juris Cent. Diplomat,
Dipiora.

L

H

C

L

V.

î

A

XVIIÏ.

P.

r9f

ïleftune autre queiHon célèbre, à laquelle la découn/r
1.
^
verte au nouveau Monde a principalement donne heu. On

demande
partie

1

1

/

f

fi

incapables , par leur petit nombre . de
iNous avons aeja remarque Q^. 81.)
l'habiter toute entière»

pies ne peuvent

de cultiver

la terre

que ces peu-

,

exclufxvement plus de terrein
qu'ils ne font en état d'en habiter

s'attribuer

&

n'en ont befoin

5

&

Leur habitation vague dans ces immenfes
nepeutpalTer pour une véritable & légitime prifs

d'en cultiver.

régions

5

de poileilion; & les peuples de l'Europe , trop reflerrés
chez eux , trouvant un terrein , dont les Sauvages n'avoient
nul befoin particulier & ne faifoient aucun ufige aôluel &
foutenu 5 ont pu légitimement Toccuper , & y établir des
Nous l'avons déjà dit, la Terre appartient au
Colonies.

Genre- humain pour
voulu dès

fa

fubhftance

commencement

le

fuffiroit

pas à

l'habitent aujourd'hui.

de

la

Nature

,

:

Si

s'attribuer

n'y vivre que de chafle , de pêche

globe ne

chaque Nation eût

un

vafte pays

& de fruits fauvages

;

,

pour
notre

dixième partie des hommes qui
On ne s'écarte donc point des vues

la

Sauvages dans des bornes
Cependant on ne peut que louer la modé-

en refferrant

plus étroites.
ration des Puritains Anglois

les

,

qui

premiers s'établirent
dans
s

les

Bb

Pape Nicolas V.
l'empire de la Guinée aie
autre
pouvoir de fubjuguer les Nations barbares de ces Contrées , défendant à tout
L'Acte eft daté de Rome le YI. des Ides
d'y aller fans la pcrniiflion du Portugal.
de Janviei 1454.

Diplom. 20;.

Voyez

^'^

^''"^''-

,

établiflknt l'obligation

qu'ils

uet-

mis d'occu-

une Nation peut légitimement occuper quelque u^ dïn^^
d'une vafte contrée , dans laquelle il ne fe trouve que
^udii^nc
,

des peuples errans

en

.5- 209.
S'il eit

ibid.

Diplom. i6^.

donne au Roi AtPiiONSE de Portugal

&

TActe par lequel

à l'Infant

Henri

le

?i^-s

enans

nombre"*'

LEDROITDESGENS.

19^

dans
te

la

Nouvelle -Angleterre.

de leur Souverain

rein qu'ils

,

ils

Quoique munis d'une Char-

achetèrent des vSauyages le ter-

vouloient occuper (a)

.

Ce louable exemple

fut fuivi par Guillaume Fen &. la Colonie de Qiiackers qu'il

conduifit dans la Penfilvanie*

Des Colonies.

blit

Lorsqu'une Nation s'empare d'un pays éloigné & y étaune Colonie ; ce pays ^ quoique féparé de l'Etablifiement

principal, fait naturellement partie de l'Etat, tout

comme

anciennes pofleffions.
Toutes les fois donc que les Loix
Politiques , ou les Traités , n'y apportent point de différence , tout ce qui fe dit du Territoire d'une Nation ^ doit
fes

s'entendre auffi de fes Colonies.
(a) Hiftoire des Colonies Angîoifes de l'Amérique feptentrionale.

CHA.

L.I V.

H

C

I.

A

XIX.

P.

CHAPITRE
De

^

la Patrie

197

XTX.

de diver/es matières qui y

ont rapport.
des Contrées occupées par une Nation
&ce^'uVc'eft
foumifes à fes Loix forme, comme nus l'avons dit, queiaPatrie.
totalité

LA

fon territoire
les individus

per

de

la

la définition

,•

Nation.

Nous avons

du terme de Patrie

avions à traiter de l'amour de

&

fi

néceflaire dans

connue

,

il

la matière

,

nous

&

commune

c'eft aufli la

un

(§.

la Patrie

1

Patrie de tous

été obligés d'antici-

22.)

,

,

parceque nous

vertu

excellente

fi

Suppofant donc cette définition
diverfes chofes relatives à

Etat.

refte à expliquer

à développer les queftions qu'elle préfente.

Les Citoyens font

les

membres de

la

Société Civile:
p

/

'

^

r

§.

Liés à cette Société par certains devoirs , & fournis a ion Au- &
Les Natorité , il participent avec égalité à fes avantages.
turels

,

ou

ceux qui font nés dans le pays , de
La Société ne pouvant fe foutenir & fe

Indigènes font

Parens Citoyens.

fuiperpétuer que par les enfans des Citoyens ; ces enfans y
entrent
vent naturellement la conditionn de leurs Pérès ,

&

dans tous leurs

droits.

La Société

par une fuite de ce qu'elle doit à

eft

cenfée le vouloir ainfi

;

&

propre confervation ;
l'on préfume de droit que chaque Citoyen , en entrant dans
la Société , réferve à fes enfans le droit d'en être membres.

La

Patrie des Pérès eft

donc

fa

celle des enfans

Bb

i

5

& ceux-ci

212,

DesCitoyens

A

de-

viennent

Naturels.

D R O

L E

198

I

T D E

S

G E N

S.

viennent de véritables Citoyens , par leur fimple confentement tacite. Nous verrons bien-tôt, fi parvenus à l'âge de
raifon , ils peuvent renoncer à leur droit , & ce qu*ils doi-

vent à

la

Société dans laquelle

être d'un pays

,

il

faut être

y êtes né d'un Etranger ,

Les Habit ans

>i,.

Desiiabi.

Etrangers

tans.

le pays.

rnis
le

font nés.

dis

Je

né d'un père Citoyen

ce pays fera feulement

que pour
car ft vous

,

le lieu

de vo-

fans être votre Patrie.

tre naiflance,

§.

ils

^

par diflinclion des Citoyens^

font des

auxquels on permet de s'établir à-demeure dans
Liés par leur habitation à la Société , ils font fou,

auxLoix de

défendre

,

l'Etat, tant qu'ils

y

en font protégés

puisqu'ils

&

reftent,
,

ils

quoiqu'ils

ticipent pas à tous les droits des Citoyens.

doivent

ne par-

ïls joûiiTent feu-

lement des avantages que la Loi , ou la Coutume leur donne.
Les Habitans perpétuels font ceux qui ont reçu le droit d'habitation perpétuelle. C'eft une efpèce de Citoyens d'un ordre
inférieur

:

Ils

font liés

&

;

par cela

la

Société

Leurs enfans fuivent

à tous fes avantages.
pères

foumâs à

même

,

fans participer
la

condition des

que TEtat a donné à ceux-ci

l'habita-

tion perpétuelle , leur droit pafle à leur poftérité.
j.

214.
^'

tion"'

Une Nation, ou

Souverain qui la répréfente , peut
accorder à un Etranger la qualité de Citoyen , en l'aggréCet Ade s'appelle
geant au Corps de la Société Politique.
Naturalifation,

corder à
ple
il

,

11 eft

le

des Etats où

un Etranger tous les

le

Souverain ne peut ac-

droits des Citoyens

,

par exem-

aux Charges , & où par conféquent
pouvoir de donner qu'une Naturalifation imparfaite.

celui de parvenir

n'a le

C'eft

L
Ceft une

V.

î

difpofition de la

pouvoir du Prince.
terre & en Pologne ,

En
le

C

I.

H A

P.

XIX.

199

Loi fondamentale

qui limite le

,

comme

d'autres Etats,

en Angle-

Prince ne peut naturalilèr perfonne,

fans le concours de la Nation répréfentée par Tes
Députés.
Il en eft enfin , comme l'Angleterre , où la
fimple naiflance

dans

le

pays naturalife

On demande
étranger

,

fi

enfans nés de Citoyens

les

font Cit03''ens

&

en plufieurs pays,
Loi Naturelle feule

,

enfans d'un étranger.

les

il

Les Loix ont décidé

?

en pays

§.21^.

queftion

ae"cko^Trfs

,"

h

faut fuivre leurs difpofitions.

les

enfans fuivent

la naiflance

ne

fait

rien à cela

,

& ne

la

"'^^

^" p^^^

condition de leurs

la

pères, &. entrent dans tous leurs droits (J. 212.);

de

Far

le lieu

peut fournir de

lui-

même

aucune raifon d'ôter à un enfant ce que la nature lui
donne ; je dis de lui-même , car la Loi Civile 5 ou Politique
peut en ordonner autrement , pour des vues particulières.

Mais

fuppofe que le Père n'a point quitté entièrement fa

je

Patrie pour s'établir ailleurs.

un pays étranger
ciété

,

au moins

,*

il

y

efi:

S'il a fixé

fon Domicile dans

devenu membre d'une autre So-

comme habitant

perpétuel

,

&

fes

enfans en

feront aufli.
215.
Quant aux enfans nés fur mer; s'ils font nés dans les
cnfan
Des ''"^^"^
^""^
la mer
de
occupées par leur Nation, ils font nés dans ncs fur mer.
parties
§.

le

pays

:

Si c'eft en pleine

mer ,

il

n'y a aucune raifon de

de ceux qui naiffent dans le pays ; car ce n'çfl:
point naturellement le lieu de la naiffance qui donne des
Et fi les enfans font nés dans un
droits, mais l'extraClion

les difiinguer

:

Vaiffeau de la Nation

,

ils

peuvent être réputés nés dans

le

Terri-

LEDROITDESGENS.

200
Territoire
la

car

;

il

Nation

comme

ils

voguent

quand

fa Jurisdiclion

de confidérer

eft naturel

les

Vaifieaux de

des portions de fon Territoire, fur -tout
fur

une mer

libre

,

dans ces Vailfeaux.

BgQ communément reçu

cette Jurisdiclion fe conferve fur

,

même quand

puisque l'Etat conferve
Et comme , fuivant Pu-

trouve dans des parties de la
mer foumifes à une Domination étrangère ; tous les enfans

le VaifTeau

nés dans

,

les

il

fe

Vailfeaux d'une Nation feront cenfés nés dans

même

ceux qui nailTent fur
un Vaifleau étranger feront réputés nés en pays étranger , à
moins que ce ne fût dans le port même de la Nation ; car le

fon Territoire.

Par

la

raifon

,

port eft plus particulièrement du Territoire,
être en ce

moment

du pays.

Je fuppofe qu'elle

la Patrie

§.

2I-.

Des enftms
nés dans

les

Armées de
l'Etat,

dans

pour

(^aus la

§.

&

s'établir ailleurs.

Maifou de fon Miniftre auprès
d'une Cour étraniîère
,
y
^
o
,

,

^^ famille

Le

218.

,

reputes nés dans

comme

DuDoniicUe,

étranger , n'eft pas hors
fon Mari n'ont point quitté

le VaiflTeau

"^

,

cotl'^- dépendance
gère.

pour

^'^^ encore par les mêmes raifons, que hs en£ins de
dans les Armées de l'Etat 7, ou
Citoycns , nés hors du tpays
,
y
j

ou

Mai- loiit

M^mifreau.

,

dans

& la Mère,

pour

le fervice

& fous

étant forti
Domicile

le pays,-

de

car

l'Etat

fa jurisdiclion

,

,

un Citoyen abfent avec
& qui demeure dans fa
ne peut

du Territoire.

efl:

l'habitation fixée en quelque lieu

pintention d'y demeurer toujours.

Un homme

donc point fon Domicile
quelque part
falTe

être confidéré

fuffifamment connoître

déclaration exprelTe

,

,

foit

,

à

moins

tacitement

,

fon intention de s'y fixer.

foit

,

d'avis

n'établit
qu'il

ne

par une

Au

refie

,

cette

L

V.

I

H

C

I.

A

XIX.

P.

201

cette déclaration

n'empêche point que s'il vient à changer de
fentiment dans la fuite , il ne puifle transporter fon Domi-

En

cile ailleurs.

tems , dans un
habitation

lieu

Domicile naturel

fance nous donne

longa
n'y qu'une fimple

,

C'eft ainfi

que l'Envoyé d'un
point fon Domicile à la Cour où il réfide.

Prince étranger n'a

Le

pour

,

fes affaires

fans Domicile,

,

même

ce fens, celui qui s'arrête,

,

nies cenfés le retenir

un

,

OU

d'origine

,

où notre père a
tant que nous

,

Le

eil celui
le fien

;

que la nail^
& nous fom-

ne l'abandonno ns pas

pour en

choifir

eft celui

que nous nous établiflbns par notre propre volonté.

Les

autre.

Domicile acquis Çadfcititium)

Vap^abonds font des gens fans Domicile.

Par con-^
Des

ceux qui naiffent de Parens vagabonds n'ont point
de Patrie ; puisque la Patrie d'un homme eft le lieu , où , au
féquent

,

tems de

fa naî(rance,fes

ou

l'Etat

même

tion

,

c'eft

perpétuel

parens avoient leurDomicile (§.12 s.)»

dont fon père

à la

,

21*.
Vagabonds.
5-

étoit

membre

alors

:

ce qui revient

pour toujours chez une Naen devenir membre , au moins comme habitant

chofe

fi

,

car s'établir

ce n'eft point avec tous les droits des Citoyens.

Cependant on peut regarder

la Patrie

'd'un

vagabond

comme

entant que ce vagabond fera cenfé n'avoir pas abfolument renoncé à fon Domicile naturel ou
celle

de fon enfant

,

d'origine.
Il

faut néceflairement ufer de plufieurs diftinclions
,

,

,

pour bien réfoudre cette queftion célèbre , fi un homme peut
i ^. Les
quitter fa Patrie , ou la Société dont il eft membre,
enfans ont une attache naturelle à

Cc

la

Société dans laquelle ils
font

5 220.
^
Si l'on peut

quitter fa

font nés

cordée
tie

D R O

L E

202

à

T D E

G E N

S

S.

la protedlion
qu'elle a acObligés de reconnoître
leurs Pérès , ils lui ibnt redevables , en grande par:

de leur

,

I

naifiTance

& de

comme nous

l'aimer,

marquer une
qu'il eft en eux ,

lui

Us doivent donc

leur éducation.

l'avons déjà fait voir (§, ï22.),
lui

jufte reconnoifTance,

rendre, autant

bien pour le bien.
Nous venons d'obferver (§, 212.) qu'ils ont droit d'entrer dans la Société dont
le

leurs Pérès étoient
le

d'un Citoyen

fils

ner

s'il

lui

,

il

S'il

eft le

,

fe

;

peut exami-

,

ne trouve point qu'il lui foit avantageux d'y
maître de la quitter , en la dédommageant
fait

5

lui

les fentimens

,

Au

en

fa

faveur Q^)

d'amour

&

en con-

,

le

& de reconnoiflance

relie les obligations d'un

Patrie naturelle peuvent changer

,

nouveaux engagemens

autant que fes

fervant pour «lie

qu'il lui doit»

naît libre

joindre à la Société que fa naifiance

de ce qu'elle pourroit avoir

permettront

homme

Mais tout

parvenu à l'âge de raifon

convient de

lui deftine.

relier

membres.

s'altérer

homme
,

envers

fa

ou s'évanouir^

&

avec raifon , pour
fuivant qu'il l'aura quittée légitimement
en choifir une autre , ou qu'il en aura été chaflë , méritoire»

ment ou contre
2^0
agit

la juftice,

Dès que

comme

les

formes ou par violence..

l'enfant d'un Citoyen

Citoyen

obligations,

dans

comme

,

,

devenu

homme ,

en prend tacitement la qualité ; fes
celles de tout autre, qui s'engage exil

& formellement envers la Société deviennent
Le cas eft tout différent de ceplus fortes & plus étendues

prefiement

,

:

lui

dont nous venons de parler. Lorsqu'une Société n'a point
été

O

C'eft le

fondement des Truites-foraines

(

Cenfus emigrationis.

)

L

V.

I

,

quand

du dommage à

H

A

XIX.

P.

un tems déterminé

été contradée pour
quitter

C

î.

203

il

,

efl:

permis de

la

cette féparatlon peut avoir lieu fans caufer

Un

Citoyen peut donc quitter
l'Etat dont il eft membre, pourvu que ce ne foit pas dans des
conjondures , où il ne fçauroit l'abandonner fans lui porter

un notable

la

Société.

Mais il faut diftinguer ici ce qui peut
fe faire à rigueur de droit , de ce qui eft honnête & conforme
à tous les devoirs ; en un mot , l'obligation interne , de l'obpréjudice.

ligation externe.

Tout homme a le

s'établir ailleurs

pour

,

droit de quitter fon pays,

cette

quand par

démarche

il

ne com-

promet point le bien de fa Patrie. Mais un bon Citoyen
ne s'y déterminera jamais fans néceffité, ou fans de trèsfortes raifons.

Il eit

peu honnête d'abufer de

quitter légèrement des Aflbciés

avantages confidérables

;

pour
d'eux des

après avoir tiré

,

& c'eft

fa liberté

le cas

,

de tout Citoyen avec

fa Patrie,

ceux qui l'abandonnent lâchement dans le
cherchant à fe mettre en fureté, au lieu de la défendre;

3 ^.

péril,
ils

Quant

à

violent manifeftement le

s'eft

engagé à

fe

pade de Société

&

défendre tous enfemble

font d'infâmes déferteurs

,

l'Etat eft

que

par lequel on

,

de concert

:

Ce

en droit de punir

févérem.enfc.

Dans les tems de paix & de
n'a

aucun befoin aduel de tous

l'Etat

& celui
,

fes

enfans,

des Citoyens exige qu'il

de voyager pour
à revenir

tranquillité, lorsque la Patrie

fes affaires

,

pourvu

dès que l'intérêt public

foit

le

bien

22'.

même de on peut s'en

permis à un chacun p^uTln

qu'il foit toujours prêt

le rappellera.

Cc z

5-

On ne préfume

^^^^5-

LEDROITDESGENS.

ao4

homme

engagé envers la Société
à ne pouvoir fortir du pays , quand le

fume point qu'aucun
dont

ell

il

membre

,

bien de les affaires l'exigera,
nuire à

$

222.

à^^il'ixVo..
litiques
t

natcL

àcet

11

faut

jeurobcir.

fe foit

& lorsqu'il pourra s'abfen ter fans

fa Patrie.

Les Loix Politiques des Nations varient beaucoup à cet
Chez les uniss il eft permis en tout tems , fi ce n'eft
égard.
^^^g

gucrrc actuelle, à tout Citoyen de s'abfenter.
.,
,11
de quitter entièrement le pays, quand il le trouve

\q ^^g ^^^^^Q

.

& mcmc

&

à propos,

fans en rendre

aucune

contraire par elle-même au bien

&

Cette licence,

raifon.'

au

falut

de

la

Société, ne

-peut fe tolérer que dans un pays fans reflburces , incapable de
fuffire aux befoins des habitans.
Il n'y a , dans un tel
pays ,

qu'une Société imparfaite ; car il faut que la Société Civile
puifle mettre fes membres en état de fe procurer par leur

&

travail

cela

leur induftrie tout ce qui leur eft néceffaire

elle n'eft

,

jument à elle.

en

eft

de

foit

la

En

d'autres Etats

s'accordent

cas

,

faut fe

monde peut voya-

affaires,

Gouvernement ne permet

même

que très-difficilement.
conformer aux Loix , quand

par une Autorité légitime.

verain abufe de fon pouvoir

vage infupportable
pour leur

tout le

à qui

que ce

du pays , fans des pafle-ports en forme, lesquels

ne

il

,

mais non quitter entièrement
Enfin il
permilTion cxprelfe du Souverain.

rigueur du

fortir

fans

pas en droit d'exiger qu'ils -fe dévouent abfo-

ger librement pour fes
la Patrie fans la

:

utilité

,

,

s'il

Mais dans

& réduit

îe

Dans tous ces
elles font faites

dernier

les fujets

,

le

dans un

Souefcîa-

leur refufe la permiftion de voyager

lorsqu'il pourroit la leur accorder fans in-

convé-

L

V.

I

H

C

I.

A

P.

XIX,

aor

& fans danger

Nous allons même
pour PEtat.
voir qu'en certaines occafions , il ne peut retenir fous aucun
prétexte , ceux qui veulent s'en aller pour toujours*
convénient

^- ^^^
des cas dans lesquels
un Citoyen eft abfolument en ^^
^
Des cas* ou
droit, par des raifons prifes du Pade même de la Société un citoyen
Politique , de renoncer à fa Patrie & de l'abandonner, i ^. Si de quiJer k

îî efl

•'

Citoyen ne peut trouver fa fubfiftance dans
lui eft permis fans doute de la chercher ailleurs.

fa Patrie

îe

Car

la

^^'"^"
,

il

So-

dété Politique , ou Civile, n'étant contractée que dans la
vue de faciliter à un chacun les moyens de vivre & de fe faire

un

&

heureux

fort

alfûré

qu'un membre, à qui
plus nécelfaires

,

ne

il

;

feroifc

ne pourra procurer les chofes
pas en droit de la quitter.

elle

fera

2^. Si le Corps de la Société
fente',

manque abfolument

Citoyen

;

celui

- ci

peut

que

la

l'on

Société

peut

&

fes

à

ou

&

le

de

la

les

celui qui le répré-

obligations envers

Car

engagemens

membres.

aufii chalfer

,

fes

fe retirer.

tradlans n'obferve point fes
tenu à remplir les fiens ;

entre

abfurde de prétendre

,

fi

un

l'un des Con..

l'autre n'eft plus

Contrat

eft

réciproque

Oeil fur ce fondement

Société un

membre qui en

viole lesLoix.
3 °.

Si la majeure partie de la

Nation

,

ou

îe

Souverain

répréfente , veut établir des Loix , fur des chofes à
l'égard desquelles le Pade de Société ne peut obliger tout

qui

la

Citoyen à

fe

ibumettre

endroit de quitter

la

;

ceux à qui ces Loix déplaifent font

Société, pour s'établir ailleurs.

Cc

3

Par

exemple ,

L E

206

exemple
tion

ne veut

,

qui croient

ils

la

G E N

S

S.

Na-

plus grande partie de ia

qu'une feule Religion dans iTtat , ceux
profefTent une autre Religion font en droit de

foufFrir

&

n'ont jamais

dans une

T D E

d'emporter leurs biens

fe retirer,

Car

I

Souverain , ou

le

fi

,

D R O

affaire

pu

&

d*emmener

s'afifujettir

de Confcience Q^)

;

leurs familles.

à l'autorité des

&

la

fi

hommes

,

Société fouffre Se

par leur départ, c'eil la faute des Intolérans : Ce
font ces derniers qui manquent au Pacte de la Société , qui
Nous
le rompent ,
qui forcent les autres à fe féparer.
s'affoiblit

&

quelques autres exemples de ce troifiéCelui d'un Etat populaire , qui veut fe donner un

avons touché

me cas

;

ailleurs

Souverain (§.

prend

5 3 .)

j

& ^^^^^ d'une Nation indépendante

réfolution de fe foumettre à

la

une PuiOànce

,

qui

étran-

gère (§. I9f.)
ç.

Ceux qui

224.

quittent leur Patrie pour quelque railbn îégiti-

'"'"

^^9 dans

^uns.

le delfein

de

s'établir

ailleurs,

s'appellent

gram. Ils emportent tous leurs biens avec eux
nent leurs familles,
^-

ç
s

-^.

)ij5ces

de

lijr droit.

lo.
c'eft

le

,

Emi-

& emmè-

or

Leur

droit d'émigration peut venir dediverfes fources,

Dans

les cas

un

Pacle

que nous venons de toucher

droit naturel

,

(§.

22^)J

qui leur eft certainement réfervé dans

même d'Afibciation

Civile,

aux Citoyens, en
certains cas par une Loi fondamentale de l'Etat.
Les Bourgeois de Netifchatel & de Vaktigin en Suiffe peuvent quitter
2°. L'émigration peut être affurée
,

le
(*)

Voyez

ci

.

Jeflus le Chapitre de la Religion.

L
le

& emporter

pays

même

payer

V.

I

3<^.

C

I.

H

A

XÎX.

comme

leurs biens,

aucuns

P.

207
leur plaît, fans

ii

droits.

Elle peut leur être accordée volontairement par le

Souveraine
40, Enfin ce droit peut naître de quelque Traité £ùt

avec une Puiilance étrangère , par lequel un Souverain aura
promis de laifTer toute liberté à ceux de fes fujets , qui, pour

pour caufe de Religion , par exemple , vou11
transplanter dans les terres de cette PuilTance-là.

certaine raifon

dront

fe

,

a de pareils Traités entre les Princes d'Allemagne

y

cas

en particulier où

il

s'agit

de

la

,

pour

le

De même en

Religion.

un Bourgeois de Berne qui veut fe transplanter à
Fribourg^ Sc réciproquement un Bourgeois àQ Fribourgs qui

Suille

,

,

va s'établir à Berne ^ pour y profefler la Religion du pays,
en droit de quitter fa Patrie & d'en emporter tout ce qui
à

eft

eft

lui.

de THiftoire de Suiffe

Gens

établi par la

fiécles

de

fes

,

Coutume

Coutume dans

les fujets

vicieufe

dans lequel

,

,

ces pays - là

Et

d'un autre Etat.

n'avoit d'autre

,

il

y a quelques

Cet

article

d'une

fondement que l'efclavage

peuples étoient alors réduits. Un Prince, un
comptoit [qs fujets dans le rang de fes biens proles

Seigneur ,
près ; il en calculoit
:

& des pays voifins

,

ne permettoit pas à un Etat de recevoir au nombre

Citoyens

peaux

en particulier
que le Droit des

paroit par divers traits de THifloire

Il

,

à la

le

nombre

,

comme

honte de l'humanité

,

celui de fes trou-

cet

étrange abus

n^eft pas encore détruit
par tout.

Si

LEDROITDESGENS.

20S
S.

Si le

226.

Souverain entreprend de troubler ceux qui ont le

'

nin

viole

iUeuf feiV
injure.

droit d'émigtation

il

,

leur fait injure

^^^^ légitimement implorer
voudra les recevoir. C'efl
Pruflè Frioeric-

la

&

;

ces gens

proteâiion de

peuPuiflance qui

que Ton a vu

ainfi

Guillaume

la

- là

Roi de

le

accorder fa protedion

aux

Proteftans émigrans de Salt^bourg,

^^

d4" Vu'
pUans.

appelle SuppUans

,

tous fugitifs

qui implorent

protection d'un Souverain contre la Nation

,

ou

le

la

Prmce

,

ont quitté.
Nous ne pouvons établir folidement ce
que le Droit des Gens décide à leur égard , avant que nous
qu'ils

ayons

des devoirs d'une Nation envers les autres^

Enfin VExil

i)e"i'Exa"&
^ÎL??"^^^"
ment.

traité

^^

Exilé ^{i

efl;

un homme

contraint d'en fortir
nijjemertt eft

L'un

une autre manière de

une

& l'autre

,

chalTé

quitter la Patrie.

du lieu de fon Domicile

mais fans note

pareille expulfion

peuvent être pour

d'infamie.

,

I.e

avec note d'infamie

,

un tems

limité, ou

ou
Ban^
('").

à per-

Siun£:rz7^, ou un 5/2«w/ avoit fon Domicile dans
Au relîe, il
Patrie; il eft exilée ou banni de fa Patrie.

pétuité.
fa

eft

bon de remarquer

,

que dans

l'ufage ordinaire

,

on ap-

&

de bannijjement à i'expulfion
plique aufTi les termes d'exil
d'un étranger hors d'un pays , où il n'avoit point de Domicile,

avec défenfe à

lui d'y rentrer

,

foit

pour un tems

,

foit

pour toujours.

Un

O

L'ufage ne répugne point au fens que nous donnons à ces deux termes.
L'Académie Franco ife dit: BannifTement ne je dit qtie des condamnations faites en

^

exil Ji'efl quiin
C'eft
,
éloignemcnt cattfé par quelque disgrâce de la Cour.
qu'une pareille condamnation faite en Juftice , eft inftunantc j & qu'une disgrâce de
la Cour ne l'eft
point ordinairement.

Jujiice

L

Un droit

V.

ï

A

XIX.

P.

quel qu'il foit, pouvant

par manière de peines

en

H

C

T.

lVar;7,

qui

le

une peine

certain lieu, peut être

prive
:

ao9

être ôté à

Le

du

un

homme

droit d'habiter

banniffement

en

efl

toujours une; car on ne peut noter quelqu'un d'infamie,

que dans

la

vue de le punir d'une faute,

Quand
un

la

Société retranche

hanniffement perpétuel

cette Société,

tout ailleurs
n'a plus

,

,

ou prétendue.

membres

fes

,
par
banni que des terres de

&eile ne peut l'empêcher de demeurer par
où il lui plaira ; car après l'avoir chafle , elle

aucun droit

avoir lieu

;

un de

tfefl

il

réelle

fur lui.

Cependant

le contraire

par des Conventions particulières entre

,

plufieurs Etats.

que chaque Membre de

C'eft ainfi

peut

deux ou
la

Con-

fédération Helvétique peut bannir fes propres fujets de tout

de

le Territoire

la

Suifle

aucun des Cantons
Uexil le
taire,
traire

le

ou de

,

divife

;

en

banni ne fera alors foufFert dans

leurs Alliés.

volontaire Si involontaire.

Il efl

volon-

quand un homme quitte fon Domicile, pour fe fouC
ou pour éviter quelque calamité ; & inà une peine

volontaire

,

,

quand

il

e(l Teffet

d'un ordre fupérieur.

il doit deQuelquefois on prefcrit à un Exilé le lieu où
meurer pendant le tems de fon exil ; ou on lui marque feu-

lement un certain efpace , dans lequel il lui eft défendu
Ces diverfes circonftances & modifications dépend'entrer.
dent de celui qui a

pouvoir d'exiler,

le

Ç.

Un homme
fa qualité

,

pour être exilé , ou banni

d'homme

quelque part fur

,

ni par

la terre.

Il

conféquent
tient ce droit

,

ne perd point

le

droit d'habiter

de

la

Nature

,

229.

Les

exiles

^,"nt

dîoit

*

ou
^^^^^^jl^*^^

Dd

plutôt

LEDROITDESGENS.

210

de Ton Auteur
plutôt
pour leur habitation;

hommes ,

qui a delliné la terre aux

,

& la Propriété

n'a

pu

préjudice du droit , que tout homme apporte en naiflant
Tufage des choies abfoiurnent nécefTaires,
§.

Mais

2?o.

fi

&

ce droit efl néceOaire

au

s'introduire

parfait

dans

fa

,

à

géné-

e et

^.uure

^^^.^^

.j

^

^^^^ j^.^^ obfervcr

qu'il n'eft qu'imparfait à l'égard

,

Car d'un autre côté, toute
de chaque pays en particulier.
Nation effc en droit de refufer à un Etranger l'entrée de foa
mettre dans un
pays 5 lorsqu'il ne pourroit y entrer fans la
danger évident,

oa

fans

Ce

qu'elle fe doit à elle

lui

donne ce

c'eft à la

droit.

lui

même

porter

un notable
de

préjudice^,

propre fureté ^
Et en vertu de fa Liberté naturelle ,

-

Nation de juger

,

le foin

elle efl

fi

,

ou

fi

fa

elle n'eft

pas dans

de recevoir cet Etranger (Prélim. §. ï 5.) • ïl ne peut
donc s'établir de plein droit & comme il lui plaira , dans le

le cas

lieu qu'il aura choifi

au Supérieur du

mais

;

lieu

5

&

fi

il

doit

on

en demander iapermilîion

la lui refufej

c'eft

à lui de fe

foumettre.

Cependant,

5.231.
JDevoir des

Nations en-

comme

la

n^a
Propriété
*

pu

s'introduire

qu'eu réfervant le droit acquis à toute Créature humaine

,

de n'être point abfolument privée des chofes néceffaires ; aucune Nation ne peut refufer , fans de bonnes raifons , l'habitation

Mais

même perpétuelle

ïï

,

à

un homme

des raifons particulières

donner un afyle , cet

homme

chalTé de fa

demeure.

& foîides

l'empêchent de lui
n'a pjus aucun droit de l'exi-

ger; parce qu'en pareil cas, le pays que la Nation habite ne
peut fervir en même tems àfon ufage & à celui de cet Etranger.

L
gen Or, qnand
encore

I

V.

I.

même on

H

C

A

P.

XIX.

211

fuppoferoit que toutes chofes font

communes ; perfonne ne peut s'arroger Tufage d'une

chofe, qui îértadluellement aux befoins d'un autre.
ainfi

qu'une Nation, dont

befoins des Citoyens

troupe de fugitifs
rejetter

abfolument

contagieufe.
fi

elle a

mœurs

,

un

ou

Ainfi eft
juite fujet

des Citoyens

,

aux

recevoir

une

Ainfi doit -elle

d'exilés.

s'ils

,

les terres fuffifent à -peine

n'efl point obligée d'y

,

-

C'eft

même

les

font infectés de quelque maladie

elle

fondée à

de craindre
qu'ils

les

qu'ils

renvoyer ailleurs ,
ne corrompent les

ne troublent

la

Religion

,

ou

ne caufent quelqu'autre défordre, contraire au làlut
En un mot , elle eft en droit, & même obligée de
public.
qu'ils

fuivre à cet égard les régies de

la

prudence.

Mais

cette pru-

àencQ ne doit pas être ombrageufe, nipouftëeau point de
refufer une retraite à des infortunés , pour des raifons légères , & fur des craintes peu fondées , ou frivoles. Le moyen
tempérer fera de ne perdre jamais de vue la charité & la
On ne
commifération , qui font dues aux malheureux.

de

la

font tombés
peut refufer ces fentimens même à ceux qui
dans l'infortune par leur faute. Car on doit haïr le crime ,

& aimer la perfonne ;

puisque tous

les

hommes

doivent

s'ai-

mer.
Si un exilé, ou

un banni a

été chaffé de fa Patrie pour

$.2^2.

a la Nation chez laquelle ne peut les
quelque crime ; il n'appartient pomt
commife dans un des^^Lut^'
il fe réfugie , de le punir pour cette faute ,

Car la Nature ne donne aux hommes & aux
pays étranger.
Nations le droit de punir , que pour leur défenfe&leur lureté
d a

D

hoTciffon
territoire.

I E D R

212

reté (§, î69-)i d'où

par qui on a été
§.

Mais

2U'

cette

il

O

raifonmême

chaque Etat doit en général
j,^*g

^^^

rats

,

du Genre-

Çq^ territoire

qui

crimes

par

,

la

;
7

qualité

il

fait

fe

voir

borner à punir

fi

les

la Joftlce

de

crimes corn-

de la régie
faut excepter
i
o ces fcélé-

&

la

ennemis

du Genre - humain.

afîàffins

]qs incendiaires

,

que

,

fréquence habituelle de leurs

violent toute fureté publique

,

S.

léfé.

qui interef-

h furecc

G E N

S

que Ton ne peut punir que ceux

fuit

pôuTceUef
fent

T DE

I

,

&

fe déclarent les

Les empoifonneurs ,

les

de profeffion peuvent être exter-

minés par tout où on les faifit ; car ils attaquent & outragent toutes les Nations ^ en foulant aux pieds les fondemeas
de leur fôreté commune* Ceft ainii que les Pirates font
envoyés à la potence par les premiers entre les mains de qui
Si le Souverain du pays 5 où des crimes de
ils tombent.
cette nature ont été

en

faire la

punition

commis , en reclame les auteurs
j-

on

doit les lui rendre,

comme

^

pour

à celui

qui eft principalement întérefle à les punir exemplairement*
Et comme il ed: convenable de convaincre les coupables & de
leur faire leur procès dans toutes les formes

;

c'efl:

une

fé-

conde raifon pourquoi on livre ordinairement les malfaiteurs
de cet ordre aux Etats qui ont été le théâtre de leurs crimes*

CHA

L

V.

ï

C H A P
Des Biens

C H A

î.

ï

pul^lks ,

XX.

P.

T R

arj

XX.

E

communs i§

particuliers %

TOyons

maintenant quelle eîl la nature des différentes
chofesj que renferme le pays occupé par la Nation,
& tâchons d'établir les principes généraux du Droit

IL

De^ie^^ué
que

^« Romams
res

comnm^

""'''

Cette matière

qui les régit.
tes

,

fous le titre

,

eîl traitée

de rerum divijtone.

ïl

par les Jurisconfuleftdes chofes

qui ,

,

ne peuvent être occupées; il en eil, dont
j
perfonne ne s'attribue la propriété & qui demeurent dans la
communion primitive, lorsqu'une Nation s'empare d'un

de leur nature

Les Jurisconfuites Romains appellent ces chofes - là ,
communes^ chofes communes Tels étoient chez eux l'air,

pays
res

:

:

l'eau courrante, la

mer,

les poiflbns,

les bêtes fauvages,.

ce qui eîl fufceptibîe de propriété eft cenfé apforme la mafle
partenir à la Nation qui occupe le pays,
totale de fes biens.
Mais la Nation ne pofféde pas tous ces

Tout

&

biens de la

gés entre

de

la

même

vés pour

Communautés

les

Nation

,

Ceux qui ne
particulières

s'appellent Biens publics.

les befoins

ronne , ou de

muns à

manière.

la

de

l'Etat

& font le

,

République

;

,

font point partaou les individus

Les uns font réferDomaine de la Cou-

les autres

demeurent com-

tous les Citoyens, qui en profittent, chacun fui»

Loix qui en règlent l'ufage ,
& on appelle ceux-ci Biens Communs, Il en eft d'autres,
On
qui appartiennent à quelque Corps , ou Communauté

vaut fes befoins

,

ou fuivant

les

:

Dd

s

les

ç.

23^.

^iensdeia^^

J^^'^^V^^*

les

D R O

L E

214

nomme

Bietis

de

t

D E

T

s

G E N

s,

&

Communauté ^ Res umverjiéatis ^

font pour ce Corps en particulier

iîs

ce que font les Biens pi4*

,

pour toute la Nation, La Nation pouvant être envifàgée comme une grande Communauté; on peut appeller ixv"
différemment Biens Communs ^ ceux qui lui appartiennent en
hlics

commun

,

de manière que tous

&

ceux qui font
une Communauté: Les
ufage

,

& pour les
liers

^2^^,

"^erav '^'^"
Tir

des bieas

^^ ^^^

,

autres.

Citoyens peuvent en faire

les

pLofTédés

même par un

de

mêmes règles

Enfin

les

orlt lieu

Corps

pour

les

,

ou
uns

biens poifédés par des particu-

s'appellent Biens particuHsrs

,

res Jîngtihrum,^

Lorsqu'une Nation en Corps s'empare d*unpays; tout
ce qui ne fe partage point entre li^s membres demeure corn-

mun

à touce la

Nation

féconde manière ? dont

& devient

,

la

Nation

munauté peut acquérir des Biens

j

,

Bien public.

11 eft

une

& en général toute Comfçavoir

,

par la volonté

de quiconque juge à propos de lui transporter , à queîqus
titre que ce foit , le domaine , ou la
propriété de ce qu'il
poffède,

^

S

Dès que

*??.

Les revenus
desBiens pu-

la

Nation remet

maius d'un Prince,

elle eft

les

rênes de l'Etat entre les

cenfée lui remettre en

même-tems

moyeus de gouvcmer. Puis donc que les revenus des
tionî^S. Biens publics , du Domaine de l'Etat, font dedinés aux
veraL-î.
dépcnfes du Gouvernement ; ils font naturellement à la dif-

tureUement" ics

pofition

du Prince ,

moins que

la

&

on

Nation ne

doit toujours le juger ainfi

les ait

formellement exceptés

,

,

à

en

remettant l'Autorité fuprême , & n'ait pourvu de quelque
autre manière à leur adminiftration , aux dépenfes néceffaires

L

& de fa Maifoîi,
raine eft remife

I.

H

C

A

Toutes

P.

XX.

aiy

même du Prince

perfonne

donc que l'Autorité fouvefimplement au Prince elle em-

les fois

purement &

^^

pouvoir de difpofer librement des revenus
devoir du Souverain Toblige véritablement à

foi le

Le

publics.

V.

& à l'entretien de la

res de l'Etat,

porte avec

I

n'employer ces deniers qu'aux befoins de l'Etat ; mais c'eft k
lui feul d'en déterminer l'application convenable , & il n^Gn
doit

compte à perfonne.

La Nation peut attribuer au Supérieur
Biens

Communs^

Elle peut

d'ufage

,

&

même lui

les

ajouter

confentement
les

j

ainfi

^

2?8.
Nation

§•

1

au Domaine de l'Etat

peut

lui

ce-

Mais ce transport & \a pro^^
ou de propriété exige un ade exprès du Proprié- ^[g^s^co^^
en céder

taire, qui efl la Nation.

vent

Tulàge de fes

feul

f,

Il

la

propriété.

eft difficile

de

le

fonder fur

un «^^

parceque la crainte empêche trop foufujets de reclamer contre les entreprifes injuftes du
tacite

;

Souverain.

Le Peuple

peut de

maine des chofes
l'ufage, en

fleuve

,

qu'il

tout ou

par exemple

,

même attribuer

pofféde en

en

commun, &s'en
Ainfi le

partie.

la

le

Do-

,

pour

navigation,

tandis

que

la

,•

culiers

ne découlent point naturellement

6c

par eux

2?9.

relerver en attribuer

pêche,
On peut encore attribuer au
Prince feul le droit de pêcher dans ce fleuve &c. En un mot ,
le Peuple peut céder au Supérieur tel droit qu'il voudra fur
les Biens Communs de la Nation
maïs tous ces droits parti,

$.

Domaine d'un&

peut être cédé au Prince

Peuple s'en réferve l'ufage
l'abreuvage dès beftiaux &c.
le

au Supérieur

-

mêmes

de laSouveraineté»
Si

s

en

re-

fen^«i'"^«-

?.

T D E

I

Si le revenu des Biens publics

240.

mp

D R O

L E

216

,

G

S

E

N

^.

ou du Domaine ne

fuffit

ts.

des Impôts. Ils
p^^ ^^^ befoins publics , TEtat y iupplée par
doivent être réglés de manière que tous les Citoyens en
payent leur quote part

à proportion de leurs facultés

,

avantages qu'ils retirent de

& des

Tous les membres de

ia Société.

Société Civile étant également obligés de contribuer, fé-

la

lon leur pouvoir, àfbn avantagea à fon falut;

vent refufer de fournir

ils

les fubfldes nécefiaires à fa

ne peu-

conferva-

tion, fuivant qu'ils font exigés par une Fuiffance légitime.

V

PJufieurs Nations n'ont point voulu

24Ï.

La Nation
ferver

le

ç£a°biir.

Pnnce un
{\

eft

fi

foitt il

déUcat

du Souverain

treticn

En

d'abufen

facilc

ni lui remettre

,

&

étabiiiTant

pour

TEtat, elles fe font réfervé

mêmes
naires

,

,

^"
^'souîê

rain qui a ce

pouvoir.

manière de

propos

,

le

Roi expofe

les befoins

de PEtat au

répréfentatif de la Nation délibère ^

Prince en a

d'autres Etats

plein & abfoîu
j^

dépenfes ordinaires de
droit de pourvoir , par ellesles

le

de l'emploi que

t)

un Domaine pour ren-

concours du Roi, fur la quantité du fubfide
manière de le lever. Il fe fait même rendre compte

&ftatue avec
ia

le

& ce Corps

Parlement;

& fur

un pou voir , dont

ou par leurs Répréfentans , aux befoins extraordien impofant des taxes , payables par tous les habi«

En Angleterre,

tans.

le

commettre à leur

;

,

le

c'eft lui fèul

les lever

5

&

fait.

Souverain polîede PEmpîre

qui établit les Impôts

il

en

fait l'ufage

,

qu'il

qui règle

trouve à

compte à peribnne. Le Roi jouit
Autorité en France , avec la fimple for-

fans en rendre

aujourd'hui de ce^te

malité de faire vérifier fes Edita en Parlement;

Et

cette

Cour

L

C

H

A

P.

XX.

née par

la vérité

Remontrances

,

Sage établifTement , pour feire parcris du peuple jusqu'aux oreilles du Sou-

Prince.

le

air

dans rimpofition ordon-

inconvéniens

des

trouve

elle

venir

ï.

a le droit de lui feire de très -humbles

Cour
fi

V.

I

& les

pour mettre quelques bornes à fes diflipations ,
ou à l'avidité des Minières & des Gens de Finance !

verain

5

Se

Le Prince qui eil: revêtu du pouvoir de mettre des Impôts
fur Ton peuple

,

doit fe garder d'envifager les deniers qui

ç

^^^

en
p^^/^^""

Il ne doit jamais per- sf
proviennent comme ion bien propre.
dre de vue la fin pour laquelle ce pouvoir lui a été remis

'i

^y ,^

^^^ ^"^

.'

La Nation a voulu
auxbefoinsde
ges

,

pour

s'il

mettre en état de pourvoir félon fa fagefle

le

l'Etat.

S'il divertit

ces deniers à d'autres ufa-

confume dans un Luxe frivole , pour

les

affouvir la cupidité de fes Maitrefies

fes plaifirs

& fes Favoris

,•

aux Souverains encore capables d'entendre la Vérité il
pas moins coupable il l'eft mille fois plus qu'un particu-

le dire

n'eft

,

ofons
,

,

du bien d'autrui pour fatisfiire fes paffions déré, qui
glées. L'injuilice, pour être impunie, n'en eftpas moins
fe fert

lier

honteufe.

Tout
litique,

commun , dans la Société Po- j^^'j^]'^^
fW«^ atmême des Citoyens eft foumife à tache
a la

doit tendre au bien

&fila perfonne

/

cette règle

leurs biens n'en

,

peuvent être exceptes.

L ttat souverak
nete.

ne pourroit
bliques de

fubfifter

la

,

manière

ou adminiftrer toujours
la

plus avantgeufe

,

s'il

les affaires

pu-

n'avoit pas le

pouvoir de difpofer dans i'occafion de toute fortes de biens
foumis à fon Empire.
On doit même préfumer , que quand
la Nation s'empare d'un pays , la propriété de certaines chofes n'eft

abandonnée aux

cette réferve.
particuliers, qu'avec

Ee

Le

D R

L E

2T8

OJ T D

Le droit qui appartient à la Société
pofer

en cas de néceflité

,

bien renfermé dans TEtat

&

le falut

pour

s.

public

de tout

,

Domaine éminent.

s'appelle

,

G E N

ou au Souverain , de dit

,

eft néceflaire

évident que ce Droit

E s

en certains cas

,

,

Il eft

à celui

&

par conféquent qu'il fait partie de l'Emqui gouverne, <