La Route des Tamarins

Sécurité des biens et des personnes
dans les tunnels

Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 2 / 85
Sommaire 
1.  Introduction ................................................................................................................. 5 
2.  La route des Tamarins ................................................................................................ 6 
2.1  Le fer à cheval de l’ouest ......................................................................................... 6 
2.2  Prouesse technique ................................................................................................. 7 
2.3  Une route créatrice d’emplois .................................................................................. 8 
2.4  Respect de l’environnement .................................................................................... 8 
2.5  Zoom sur la route des Tamarins .............................................................................. 9 
3.  La sécurité des biens et des personnes .................................................................... 10 
3.1  Une étude concertée .............................................................................................. 10 
3.2  A la Réunion le CRGT veille sur nous. .................................................................. 12 
3.3  Les tunnels ............................................................................................................ 13 
3.4  Décret d’exploitation .............................................................................................. 14 
4.  Des partenaires au service de la sécurité ................................................................. 16 
4.1  Une nouvelle organisation du matériel et des hommes ......................................... 17 
4.2  De nouvelles fonctionnalités sont proposées aux usagers .................................... 17 
5.  Etude fonctionnelle de la vidéosurveillance des tunnels .......................................... 18 
5.1  Synoptique ............................................................................................................. 18 
5.2  Schéma fonctionnel ............................................................................................... 19 
6.  Analyse des choix ..................................................................................................... 20 
6.1  La règlementation .................................................................................................. 20 
6.2  Les choix techniques ............................................................................................. 20 
6.2.1  Equipements électriques installés .................................................................... 20 
6.2.2  L’extension d’un réseau de fibre optique existant ............................................ 22 
6.2.3  Le réseau ......................................................................................................... 24 
6.2.4  La vidéosurveillance ........................................................................................ 27 
6.2.5  MPEG4 ............................................................................................................ 28 
6.2.6  Genaral purpose processor ............................................................................. 30 
6.2.7  Digital signal processor .................................................................................... 31 
6.2.8  Field Programmable Gate Array ...................................................................... 33 
6.2.9  Mpeg4 embarqué temps réel ........................................................................... 34 
6.2.10  La détection automatique d’incident .............................................................. 35 
6.3  Conclusion ............................................................................................................. 36 
7.  préambule ................................................................................................................. 39 
7.1  Présentation de systèmes de vidéosurveillance analogiques. ............................... 39 
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 3 / 85
7.2  Schéma de montage d’un système de vidéosurveillance sur IP. ........................... 40 
7.3  Outils nécessaires à la mise en place d’un système de vidéosurveillance sur IP. . 41 
8.  Caractéristiques techniques à prendre en compte .................................................... 43 
8.1  La caméra IP : caractéristiques techniques ........................................................... 43 
8.1.1  Types de capteurs ........................................................................................... 43 
8.1.2  Compression vidéo .......................................................................................... 44 
8.1.3  Résolutions vidéo ............................................................................................. 44 
8.1.4  Luminosité........................................................................................................ 45 
8.2  Les différents types de caméras IP ........................................................................ 46 
8.2.1  Caméra Ethernet .............................................................................................. 46 
8.2.2  Caméra Wifi ..................................................................................................... 47 
8.2.3  Caméra Power Over Ethernet .......................................................................... 47 
8.2.4  Caméra motorisée ........................................................................................... 48 
8.2.5  Caméra avec détéction de mouvement ........................................................... 48 
8.2.6  Caméra dôme .................................................................................................. 49 
8.3  Installation des caméras IP .................................................................................... 49 
8.3.1  Installation à l’extérieur .................................................................................... 49 
8.3.2  Luminosité........................................................................................................ 50 
8.4  Réseau filaire ......................................................................................................... 50 
8.4.1  Normes de câblage .......................................................................................... 50 
8.4.2  Bande passante ............................................................................................... 51 
8.4.3  Distance ........................................................................................................... 51 
8.4.4  Environnement ................................................................................................. 52 
8.4.5  La Fibre optique, Records et perspectives ....................................................... 52 
8.4.6  La fibre optique à domicile ............................................................................... 53 
8.4.7  L'atténuation du signal sur la fibre ................................................................... 54 
8.4.8  La fibre ............................................................................................................. 56 
8.4.9  Câbles à fibres optiques .................................................................................. 57 
8.5  Réseaux Wifi .......................................................................................................... 58 
8.6  Outils de supervision .............................................................................................. 59 
8.6.1  Logiciel de supervision Vilar Multi-View ........................................................... 61 
9.  Droit et videosurveillance .......................................................................................... 63 
9.1  Loi à respecter dans toutes les configurations ....................................................... 63 
9.2  Lieu public et lieu privé .......................................................................................... 63 
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 4 / 85
9.3  Démarches à suivre pour la mise en place de la vidéosurveillance dans les lieux
publics. ............................................................................................................................ 63 
9.4  Démarches à suivre pour la mise en place dans les lieux privés ........................... 64 
9.5  Démarches pour les lieux privés ouverts au public ................................................ 64 
9.6  Les enregistrements .............................................................................................. 65 
9.7  Risques encourus en cas de non respect de la loi ................................................. 65 
9.8  Résumé des déclarations et procédure à effectuer................................................ 65 
10.  Potentialité des Travaux pratiques : ......................................................................... 66 
11.  Travaux pratiques série 1 : ....................................................................................... 67 
12.  Le traitement vidéo et la détection d’objet avec le logiciel Processing. ..................... 75 
12.1  Processing, l’outil de prototypage rapide ............................................................ 75 
12.2  Les fonctionalités de traitement vidéo de Processing ......................................... 75 
13.  Travaux pratiques série 2: ........................................................................................ 76 
14.  Recette du dossier .................................................................................................... 85 





















Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 5 / 85
Présentation du système 








1. INTRODUCTION

Le choix de la route des tamarins comme support de projet pédagogique pour les
étudiants de Brevet de Technicien Supérieur de l'académie de l'île de la Réunion s'impose
à nous comme une évidence car cette réalisation est un fleuron pluri-technologique dont
toute la population réunionnaise a suivi la genèse. Des débats passionnés ont parcouru
l'île depuis le premier coup de pelle jusqu'à ce jour sa livraison faite, la route fait partie
intégrante de notre patrimoine, du patrimoine de nos jeunes en formation.
La sécurité sur la route est une démarche qui nous concerne tous et des solutions
techniques existent pour aider à la lutte contre ce fléau actuel de l'humanité, les accidents
de la route. Les tunnels sont des points névralgiques de cette lutte et réaliser un projet
tourné vers la sécurité des biens et des personnes participe aussi à la prévention auprès
des jeunes étudiants.














Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 6 / 85

2. LA ROUTE DES TAMARINS


2.1 Le fer à cheval de l’ouest

Par son emprise sur l’île la route à un aspect de fer à cheval cerclant l’ouest de l’île












La route des Tamarins s’inscrit dans le cadre de la politique des grands travaux initiée par
la Région Réunion. Cette route revêt un caractère exceptionnel de par son envergure et
les prouesses techniques et ensuite parce qu’elle constitue un choix d’aménagement
fondamental.











Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 7 / 85

La route des Tamarins se trouve à mi-hauteur et permet un aménagement plus équilibré
de l’île, dans le respect de l’environnement.




Ce chantier a été une réussite exemplaire partagée par tous les Réunionnais. Cette route
a été financée sur fonds propres de la Région à hauteur de 85% et le reste par l’Europe.
Elle comporte un tracé unique de Saint-Paul à l’Etang-Salé et s’étend sur 33,7 km. Ce fut
un chantier exceptionnel de par ses nombreux ouvrages (4 ouvrages d’art exceptionnels,
23 ponts non courants sur un total de 120 ponts, 1 tunnel et 2 tranchées couvertes).

2.2 Prouesse technique

On récence 4 ouvrages d’arts exceptionnels, à savoir le Viaduc de Saint-Paul, long de 756
mètres, en forme de S. A cela s’ajoutent le pont de Trois-Bassins, le pont de la Grande
Ravine et le pont de la ravine Fontaine.
Cette route franchit également 23 ponts courants sur un total de 120 ponts. Ces ponts
franchissent des ravines de profils différents en forme de U ou en forme de V comme le
viaduc de Fleurimont.
On trouve sur cette route également un tunnel et 2 tranchées couvertes. La tranchée
couverte de la falaise du Cap La Houssaye et celui de piton Bois de Nèfles. Quant au
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 8 / 85
tunnel du Cap La Houssaye, il est le premier tunnel routier creusé à La Réunion depuis
des années.

2.3 Une route créatrice d’emplois

En termes d’emplois, un programme de formation a été mis en place par la Région en
liaison avec l’ANPE, le CCIR, la Chambre de Métiers, l’IUT de génie civil, le RSMA ou
encore de FRBTP. Le but de ce programme a été d’insérer au maximum les demandeurs
d’emploi locaux. Ainsi cette route a permis la création de 1.500 emplois directs et 1.500
emplois indirects, soit au total près de 3.000 emplois. (Voir graphique “Les emplois directs
et indirects dans le BTP”). Ce qui a eu pour conséquence une augmentation du nombre
d’emplois dans le secteur du BTP entre 2004 et 2005, date du début des travaux. L’activité
des travaux publics a triplé sur l’île.
A côté des emplois dans le secteur du BTP, la route des Tamarins a également permis
une création importante d’activités et d’emplois dans les domaines de l’alimentation, du
logement, des loisirs, des transports… tout comme dans la fabrication des fournitures du
chantier.

2.4 Respect de l’environnement

Au niveau environnemental, outre le fait que la route ait été conçue en route paysage, elle
dispose d’un réseau d’assainissement et de drainage entièrement sécurisé contre la
pollution. Les ouvrages hydrauliques de rétablissement des écoulements naturels et les
bassins de décantation et de retenue s’intègrent dans la typologie des sites.
Egalement, 675.000 jeunes plants, 100.000 plants arbustifs et 3.700 bosquets de tamarins
pré-cultivés et replantés ont été sélectionnés et mis en pépinière pour la végétalisation des
talus et des emprises de la route.
La route des Tamarins répond à trois préoccupations majeures du Conseil régional, à
savoir :
- La fluidité du trafic et la croissance des déplacements,
- L’aménagement du territoire,
- Le développement durable.
- La route anticipe sur une route de moyenne altitude tout autour de l’île. Elle va
jouer un rôle structurant dans l’aménagement du territoire, notamment à mi-
hauteur.






Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 9 / 85
2.5 Zoom sur la route des Tamarins



Longueur du tracé : 33,7 km
Villes desservies : Saint-Paul, Trois-Bassins, Saint-Leu,
Les Avirons
Routes express : une route express est une route libre
d’accès dont la vitesse est
généralement limitée à 110 hm/h.
Echangeur et villes desservies : 9 échangeurs routiers permettent de
desservir 5 villes : Saint-Paul, Saint-
Leu, Trois-Bassins, Les Avirons et
Etang-Salé.
Deux sens de circulation séparés par un terre-
plein :
(2x2+1) de Saint-Paul à la RD10 (route
du Théâtre), une voie réservée aux
véhicule lents, 2x2 voies de la RD10 à
Etang-Salé.

Nombre de véhicules attendus : 40.000 à 69.000 véhicules/jour en 2015,
soit entre 14 et 25 millions de véhicules
par an.
Sécurité : 2 centres d’entretien et d’intervention. A
chaque entrée et sortie des tunnels, il
est prévu une niche de sécurité équipée
d’un réseau d’appel d’urgence et
d’extincteurs. Autonomie des systèmes
d’éclairage dans les tunnels, vidéo
surveillance…



Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 10 / 85

















3. LA SECURITE DES BIENS ET DES PERSONNES

3.1 Une étude concertée

Les caractéristiques topographiques, géologiques et climatiques de l’île de La Réunion,
son urbanisation, son taux de motorisation élevé, la croissance continue du trafic et les
limites du maillage routier en font le lieu de nombreuses congestions récurrentes et
perturbations de toutes sortes.

Dans le cadre de la politique globale d’exploitation des routes, la Direction Départementale
de l’Équipement a décidé d’installer des équipements d’exploitation sur l’ensemble des
sites sensibles de l’île et de réhabiliter le centre régional d’information sur la circulation
routière.
Les enjeux techniques et financiers étant les suivants :

- capacité du système à recueillir, élaborer et diffuser une information multimodale
sur les déplacements sur l’ensemble du réseau structurant de l’île,
- maîtrise des coûts d’investissement et de maintenance sur 3 ans,
- optimisation des coûts d’exploitation, en particulier en télécommunications.
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 11 / 85

Pour répondre à l’appel d’offre du Maître d’ouvrage : DDE 974, les sociétés ISIS et
SETEC ITS ont allié leurs compétences et leurs connaissances des routes de La Réunion
et plus particulièrement de la gestion du trafic routier pour répondre solidairement.





Pour la sécurité du trafic et des informations, IFOTEC a été choisie pour fournir les
équipements de déports sur fibres optiques vidéo et Ethernet avec supervision.















Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 12 / 85


3.2 A la Réunion le CRGT veille sur nous.

Une signalisation dynamique d’alerte et d’information aux usagers, de la vidéosurveillance,
données de trafic, tous les équipements installés tout au long des 33,7 km de la route des
Tamarins sont gérés depuis le Centre Réunionnais de Gestion du Trafic (CRGT) situé à
Saint-Denis.












Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 13 / 85
3.3 Les tunnels

Les tunnels sont probablement les environnements routiers les plus dangereux. Un
accident de la circulation peut rapidement se transformer en une véritable catastrophe :
des personnes prises au piège dans un tunnel avec aucune chance de pouvoir s’enfuir !
De plus en plus de directeurs des transports sont désormais convaincus que les
investissements en matière de gestion des incidents sont absolument nécessaires.
Comme ils le savent pertinemment, une gestion efficace des incidents peut sauver des
vies !

La route des Tamarins possède1 tunnel, 2 tranchées couvertes ;
La tranchée couverte de la falaise du cap La Houssaye : elle démarre 30 m sous la crête
de la falaise, mesure 200 m de long et débouche sur la Savane.
Le tunnel du cap La Houssaye est formé de deux tubes : 292,50 m de long pour le tube
ouest et 320 m pour le tube est. Il fait suite au viaduc de Fleurimont. Il est le premier
tunnel routier creusé à La Réunion depuis des années.
La tranchée couverte de piton Bois-de-Nèfles fait 220 m de long et traverse le quartier de
Bois-de-Nèfles.




















Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 14 / 85
3.4 Décret d’exploitation
La sécurité n’étant pas un vain mot, voici le décret autorisant l’exploitation d’un tunnel :

































Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 15 / 85
et les recommandations faites alors…


































Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 16 / 85
4. DES PARTENAIRES AU SERVICE DE LA SECURITE


Le Conseil Régional de la Réunion a confié à un groupement d’entreprises
CENERGI/SPIE Sud-Est/Bourbon lumière/Enfrasys la réalisation des équipements
électriques courants forts et courants faibles des ouvrages souterrains de la Route des
Tamarins construction à l’ouest de l’île, entre Saint-Paul et l’Etang Salé.
Trois ouvrages ont été concernés :

- la tranchée couverte de Saint-Paul,
- la tranchée couverte de Piton Saint-Leu,
- le tunnel de La Houssaye.

L’équipement de ces ouvrages comprend notamment les équipements suivants :

- les 3 locaux techniques (HT, BT, onduleur, tableaux électriques),
- les tirages de câbles (83 000 m),
- la GTC comportant 6 automates redondants et une supervision,
- la vidéo (14 caméras),
- le réseau d’appel d’urgence (14 bornes RAU),
- l’éclairage (1450 appareils),
- le réseau d’incendie (8 bornes incendie, un surpresseur 60 m3/h, 2 réservoirs de
120m3),
- la métallerie et la peinture des piédroits (6 500 m2).

Le montant global du contrat est de 6,5 millions d’euros, et la part de SPIE Sud-Est s’élève
à 1,162 millions d’euros.
Le délai de réalisation a été de 17 mois, le démarrage ayant eu lieu en mai 2008.

La société TRAFICON et son système intelligent de Détection Automatique d’Incidents ont
été choisis pour équiper ce tunnel.
Neuf modules VIP-T ont été installés en juin 2008 et sont désormais totalement
opérationnels. Ils détectent les véhicules à l’arrêt, les véhicules lents, les véhicules
circulant à contre-sens et la fumée dans le tunnel. La rapidité de la détection et le feed-
back visuel direct en temps réel dont bénéficie la salle de contrôle permettent à l’opérateur
de prendre efficacement toutes les mesures nécessaires en cas d’accident.





Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 17 / 85

4.1 Une nouvelle organisation du matériel et des hommes

Quels changements sur le Centre Réunionnais de Gestion du Trafic ont entrainé
l’ouverture de la route des Tamarins?

Cela a augmenté considérablement le nombre d’équipements à gérer. Au total à la mise
en service, cela correspond à plus d’une cinquantaine de PMV, plus de 110 caméras, 12
Panneaux d’information aux accès (PIA) et une trentaine de stations de comptage.
C’est 33,7 km de route à 2x2 et 2x3 voies avec 9 échangeurs, 4 ouvrages d’art
exceptionnels, 2 tranchées couvertes et un tunnel en plus à surveiller. Il a fallu donc
réorganiser la salle contrôle commande en modifiant le mur d’images avec une
redistribution des remontées vidéo et une augmentation des moniteurs dédiés à la
surveillance.
Il a fallu également doublé le poste des pupitreurs les jours ouvrés pour assurer la
surveillance du réseau et la gestion des événements.
Opérationnel depuis 2004, le logiciel de gestion de trafic Maloïa a lui aussi évolué pour
intégrer les nouveaux équipements (22 PMV, 12 PIA, 45 caméras, 15 stations de
comptage).
Bien que tout reste centralisé au Barachois (Saint Denis Nord de l’île), les deux centres
d’entretien et d’intervention de la route des Tamarins situés à l’Éperon et au Portail ont été
eux aussi équipés d’écrans de contrôle. Leurs agents ainsi que les nouveaux opérateurs
ont bénéficié d’une journée de formation sur l’exploitation des tunnels avec une
présentation des différents plans d’exploitation d’intervention et de sécurité qui ont été
élaborés.
Il faut en effet être particulièrement vigilant au niveau du tunnel et des deux tranchées
couvertes.
4.2 De nouvelles fonctionnalités sont proposées aux usagers




Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 18 / 85
5. ETUDE FONCTIONNELLE DE LA VIDEOSURVEILLANCE DES TUNNELS


5.1 Synoptique


Réseau
Section de
Dossier S
5.2 S
Etude et i
e Brevet d
Système &
chéma fon
mplément
e Technici
Pédagogiq
nctionnel
tation d’u
ien Supérie
que 2011
ne videos
eur

N
surveillanc
NIRLO YAN
ce routière
Lyc
NN
e avec DA
ée Roland
Pag
AI
Garros
ge: 19 / 855
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 20 / 85

6. ANALYSE DES CHOIX

6.1 La règlementation
La validation normative est réalisée par le préfet après le travail de la commission
départementale sur les différents avis techniques.

6.2 Les choix techniques
6.2.1 Equipements électriques installés

L’énergie consommée peut être aussi de nature électrique. Une route express comme
celle-ci est un système qui requiert beaucoup d’électricité pour approvisionner l’ensemble
des installations prévues comme l’éclairage, les systèmes vidéo, les panneaux lumineux…
Il est possible de diviser la route en deux. La première partie est composée par la section
courante et la seconde par les tunnels et tranchées couverts, qui sont du point de vue
installation électrique relativement différents.

Sur les sections courantes, les équipements sont :

- Caméras vidéo pour la vidéosurveillance afin de suivre et d’étudier l’évolution du
trafic
- Panneaux à message variable
- Les capteurs SIREDO qui ont pour but de comptabiliser le nombre de voitures et
de réaliser des statistiques
- Panneaux dynamiques
- Eclairage seulement pour les caissons de la partie inférieure du viaduc de St Paul
- 2 centres d’exploitation

Pour la seconde partie, nous pouvons répertorier trois tunnels:

- Tranchée couverte de St Paul, 150 mètres
- Tranchée couverte de St Leu, 220 mètres
- Tunnel au Cap La Houssaye, 350 mètres

Dans les tunnels, les équipements sont :

- Eclairage (pour le jour et la nuit)
- Equipements de sécurité-
- Locaux techniques
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 21 / 85
- Caméras vidéo
Toutes les données sont répertoriées dans le tableau suivant.





*: l’éclairage est plus important la journée que la nuit dans les tunnels pour éviter une
soudaine chute de luminosité à l’entrée du tunnel

Comme on peut le voir l’éclairage représente la plus grande part des consommations
(plus de 70% de la puissance installée).

.






Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 22 / 85

6.2.2 L’extension d’un réseau de fibre optique existant

Reliant jusque-là les locaux techniques de la route du Littoral au CRGT à Saint-Denis, il a
été prolongé et étoffé. Au total, quelque 60km de fibres optiques ont été mis en place.


La documentation IFOTEC donne :




Pour rallier la ville de l’Etang Salé à la ville de Saint Denis 60 km de fibre optique ont été
nécessaires. Le choix d’une longueur d’onde pour l’émission est entre 1310 nm et 1550
nm avec une fibre monomode 9 µm de diamètre du cœur de la fibre et 125 µm pour la
gaine autour. Le choix a porté sur 1310 car cela représente un minimum dans la courbe
d’atténuation soit 0,35 dB/Km.

Pour 60 km cela fait une atténuation de 21 dB ce qui ajouté aux pertes de connections par
épissure (0,15 dB max), et connecteur (0,5 dB typique) reste inférieur au 70 dB disponible
en budget optique du matériel.

Pour être dans cette longueur d’onde la diode de l’émetteur est réalisée avec les
semiconducteurs suivants : Ga In

As P
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 23 / 85
















Les photodiodes réceptrices à avalanche se doivent d’avoir une sensibilité bien meilleur
que – 45 dBm.

En plus de réaliser une sureté de fonctionnement avec la redondance, le produit installé
permet de doubler le débit en fonctionnement normal.















Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 24 / 85
6.2.3 Le réseau

Le service aux usagers se fait par un portail général au travers de l’adresse :






























Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 25 / 85
Les différentes caméras pour l’usager s’obtiennent par l’intermédiaire des ports à cette
adresse comme le montre le code suivant pour la caméra de Saint Leu :

<title>webcam_zoom</title>
<meta http-equiv="Content-Type" content="text/html; charset=iso-8859-1">
<style type="text/css">
<!--
body,td,th {
font-family: Verdana;
font-size: 18px;
color: #000000;
font-weight: bold;
}
body {
background-color: #4EB0FB;
}
.Style1 {color: #FF0066}
.Style3 {font-size: 14px}
-->
</style></head>
<body leftmargin="0" topmargin="0" marginwidth="0" marginheight="0">
<p align="center">
<!-- ImageReady Slices (webcam_zoom.psd) -->
<span class="Style1">CAMERA DRR</span> : ROUTE DES TAMARINS - <span class="Style3">AU NIVEAU DE SAINT
LEU</span></p>
<div align="center">
<table width="600" height="600" border="0" align="center" cellpadding="0" cellspacing="0" id="Tableau_01">
<tr>
<td colspan="4">
<img src="../images/zoomdrr_01.jpg" width="600" height="14" alt=""></td>
</tr>
<tr>
<td rowspan="3">
<img src="../images/zoomdrr_02.jpg" width="13" height="586" alt=""></td>
<td colspan="2"><img name=photo width="573" height="487" border="0">
<script language="JavaScript">
var nom = "http://" + "81.252.80.41:2077" +
"/snap.jpg?JpegSize=XL";
var temp = new Image();
temp.src = nom;
document['photo'].src = temp.src;
function affichage() {
if (temp.complete) {
document['photo'].src = temp.src;
temp = new Image();
temp.src = nom + new
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 26 / 85



































Date().getTime();
}
}
setInterval("affichage()", 1200);
</script></td>
<td rowspan="3">
<img src="../images/zoomdrr_04.jpg" width="14" height="586" alt=""></td>
</tr>
<tr>
<td colspan="2">
<img src="../images/zoomdrr_05.jpg" width="573" height="70" alt=""></td>
</tr>
<tr>
<td>
<img src="../images/zoomdrr_06.jpg" width="287" height="29" alt=""></td>
<td>
<a href="http://www.regionreunion.com/" target="_blank"><img src="../images/zoomdrr_07.jpg" alt=""
width="286" height="29" border="0"></a></td>
</tr>
</table>
<SCRIPT type=text/javascript>
var newimg = new Image();
var img = document.getElementById("img");
var i = 0;
var delay = 3000; // delai en ms avant actualisation de l'image, par défaut 30s

function ImageLoaded()
{
if (newimg.complete)
{
img.src = newimg.src;
LoadImage();
}
setTimeout("ImageLoaded()", delay);
}
function LoadImage()
{
newimg.src = img.src + "?t=" + (i++);
}
LoadImage();
ImageLoaded();
</SCRIPT>
<!-- End ImageReady Slices -->
</div>
</body>
</html>
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 27 / 85
Chaque caméra serveur est mise à disposition par le biais de ports à une adresse unique
alors qu’elles ont leur propre IP sur le réseau local. Les caméras des tunnels ne sont pas
mis à disposition des usagers leur fonction est propre à la salle de commande et aux
centres d’intervention.

Les caméras de détection d’incident sont fixes alors que les autres le long de voies sont
motorisées.

6.2.4 La vidéosurveillance

Le Centre Régional de la Gestion du Trafic (CRGT) est un
service de la DRR (Direction Régionale des Routes) qui a pour
but de surveiller et de gérer tout le réseau routier de la Réunion.
En ce qui concerne la Route des Tamarins, 45 caméras ont été
installées sur les 33 kilomètres de bitume de cette nouvelle voie
rapide.
Au total, 45 caméras de surveillance sont opérationnelles 24
heures sur 24, tout au long de la Route des Tamarins avec 14 caméras fixes pour les
tunnels.

Concernant la charge des systèmes de traitement, les applications de type contrôle
possèdent une forte réactivité à l'environnement, un temps réel strict, et une charge
moyenne. Les applications plutôt de type service ou multimédia au contraire ont plutôt une
réactivité moyenne ou faible, un temps réel souple mais une charge importante.
L'introduction de la vidéo dans le multimédia vient changer cette donne : si la réactivité du
système reste limitée, et que le temps de réponse (latence) n'est pas forcément critique,
en revanche les images doivent être traitées à un débit moyen (cadence) qui doit être ici
de 30 images par seconde pour du temps réel au sens cadence vidéo du terme. C'est
pour cette raison que le décodage, et surtout le codage de la vidéo, est aujourd'hui l'un
des enjeux majeurs du domaine de l'embarqué.

Le format vidéo pour l’industrie CIF (Common Intermediate Format) non compressé est
352 pixels par 288 pixels en 15 images, 2CIF donne 30 images par secondes.

Cela donne avec un codage du pixel sur 10 bits, pour un signal RVB brut un débit pour
une caméra de :

Débit = 30*10*3*352*288 soit 91 238 400 bits/s

Pour 14 caméras nous dépassons de très loin les 100 Mbits/s du réseau Ethernet qui
devient goulet d’étranglement par rapport à la fibre optique. D’autres problématiques se
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 28 / 85
posent aussi telles que débits nets d’information vidéo, longueur des connexions et tous
les défauts du cuivre sur longue distance.

La compression est UNE nécessité, sachant que nous devons travailler avec des cameras
au format PAL 720x576 pixel s.

Le choix de la solution VIP-T de Traficon comporte des
DSP (DSP digital signal processor), puissants permettent
aux divers algorithmes (tracking, mouvement, suppression
des ombres, etc.) de cohabiter simultanément sur une
même carte de traitement. Ce système de détection vidéo
est d’une fiabilité sans précédent fournissant également un
taux de fausses alertes acceptable à l’exploitant. De plus
La carte VIP-T fournit 30 images/sec en MPEG4.

Selon le fabricant « Cet outil rend le produit très
performant pour l’analyse des évènements. », qu’en est-il
réellement.

6.2.5 MPEG4

La norme MPEG-4 propose une solution radicalement différente pour le codage des
vidéos afin de satisfaire à tous ses besoins dans les différentes applications qu’elle
propose. Les scènes audiovisuelles sont ainsi composées de plusieurs objets médias
hiérarchisés. Ainsi, dans l'arborescence de cette hiérarchie, on trouve:
- Des images fixes (background).
- Des objets vidéo (objets en mouvement sans background).
- Des objets audio (la voix associée à l'objet en mouvement).
MPEG-4 définit donc précisément la manière de décrire une scène.
Les outils servant à représenter les objets visuels naturels avec MPEG-4 proviennent
d'une technologie standardisée permettant le stockage, la transmission et la manipulation
de toutes les données de manière simple et efficace. Ces outils sont capables également
de décoder et représenter les images ou les vidéos contenues dans des VO (Video
Object) et de les associer à d'autres AVO (Audio-Video Object) pour créer une scène.
Pour atteindre ce but et éviter d'avoir une multitude d'applications non conventionnées qui
effectueraient quelques-unes de ces fonctions, MPEG-4 propose des solutions et des
algorithmes, regroupant la plupart des fonctionnalités demandées par MPEG-4 comme
pour :
- La compression des images et des vidéos.
- La compression des textures mapping pour les maillages 2D et 3D.
- La compression des maillages 2D implicites.
- La compression des champs d'animation géométrique des maillages.
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 29 / 85
- L'accès aléatoire de tous types de VO.
- L'extension des fonctionnalités de manipulation des images et des séquences
vidéo.
- Le codage des vidéos et des images basé sur le contenu.
- Le re-dimensionnement des objets basé sur le contenu.
- Le re-dimensionnement spatial, temporel et qualitatif.
- La robustesse et la résistance aux erreurs quel que soit l'environnement.
Toutes ces solutions sont fournies dans la partie visuelle de la norme MPEG-4.

Le codage des formes en "niveaux de gris" ou en "transparence". Une carte "alpha" définit
la transparence d'un objet, qui n'est pas nécessairement uniforme. Des cartes de
transparence multi-niveaux sont fréquemment utilisées pour superposer les différents
"calques" des séquences d'images. D'autres applications bénéficiant des cartes binaires
de transparence sont les représentations d'images basées sur le contenu pour les images
des bases de données, des jeux interactifs, la surveillance et l'animation. Des techniques
efficaces sont prévues, permettant un codage efficace aussi bien en niveaux de gris qu'en
transparence. Une carte de transparence binaire définit si un pixel appartient ou non à un
objet. Une carte des niveaux de gris définit la transparence exacte de chaque pixel.
L'illustration ci-dessous montre la structure du flux élémentaire vidéo. L'unité fondamentale
de l'information d'image est le bloc DCT qui représente un réseau de 8 x 8 pixels pouvant
être Y, Cr ou Cb. La composante continue est d'abord émise avec une précision
supérieure à celle des autres coefficients. Viennent ensuite les autres coefficients et le
code de fin de bloc (EOB, end of bloc). Les blocs sont groupés en macroblocs qui
constituent l'unité fondamentale d'une image et qui peuvent faire l'objet de la
compensation de mouvement. Chaque macrobloc comporte, dans son en-tête, un vecteur
de mouvement bi-dimensionnel.

Les possibilités sont de réaliser ces traitements par des processeurs dédiés au traitement
du signal par des composants électroniques programmables (FPGA Field Programmable
Gate Array), ou directement par le processeur d'un PC traditionnel.



Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 30 / 85
6.2.6 Genaral purpose processor

Un GPP est un processeur d'usage général dont l'image est souvent associée à celle de
l'ordinateur personnel (PC). Cette association, si elle reste vraie, n'est pas celle occupant
la plus grande part de marché. Ainsi environ 90% des processeurs se trouvent aujourd'hui
dans des systèmes embarqués. De tels processeurs sont différents du PC en effet.
D'abord de concept CISC (Complex Instruction Set Computer), ils ont subi au cours des
années une « cure d'amincissement » afin d'arriver à des architectures RISC (Reduced
Instruction Set Computer) dans lesquelles instructions et modes d'adressage complexes
étaient bannis afin de permettre notamment d'avoir des compilateurs fournissant de
bonnes performances.
Toutes ces architectures mettent en œuvre le classique cycle VON NEUMANN (lecture de
l'instruction, décodage de celle-ci, exécution, stockage des résultats produits et on passe
à l'instruction suivante). Si ce modèle de base n'a guère évolué ces 30 dernières années,
de nombreuses améliorations visant quasiment toutes un accroissement des
performances ont été apportées.
L'intégration du pipeline en permettant de faire chevaucher simultanément plusieurs
instructions à des étapes diverses du cycle VON NEUMANN a ramené ce nombre à
théoriquement un cycle quelques soit l'instruction. L'accroissement de la profondeur du
pipeline (appelé encore super pipeline) a permis d'atteindre des fréquences de
fonctionnement dépassant le Giga Hertz (Pentium 4 d'INTEL cadencé à 4Ghz).
Classiquement ce nombre d'étages, qu'on appelle aussi la profondeur du pipeline, est de
l'ordre de 10 voire plus pour certaines instructions.
Afin d'outrepasser cette barrière (une instruction par cycle), l'approche super scalaire en
rajoutant des unités fonctionnelles (par exemple une deuxième unité de calcul sur les
entiers, une unité de calcul flottant, des générateurs d'adresse,. . .) permet de lancer
plusieurs instructions à chaque cycle, et sous réserve qu'il n'y ait pas de dépendance
entre ces instructions, d'obtenir plusieurs résultats à chaque cycle. Ainsi, un super scalaire
d'ordre 2 avec 2 UAL permettra de faire 2 calculs sur des nombres entiers à chaque cycle.
Cette évolution a été accompagnée par l'introduction de jeux d'instructions
complémentaires permettant d'adresser des unités fonctionnelles spécialisées.
Ainsi INTEL (puis d'autres) il y a quelques années a rajouté des instructions multimédia ou
intrinsèques (MMX) permettant de tirer pleinement parti de son architecture Pentium MMX.
Partant du constat que généralement le matériel est sous utilisé quand il exécute un seul
flot d'instructions, l'hyper-threading consiste à émuler plusieurs processeurs logiques
(chacun exécutant un lot d'instructions) sur un même processeur physique
(par exemple l'INTEL Xeon).
Cet accroissement des performances a fait surgir de nouveaux problèmes. Les
performances sont limitées par celle de l'étage du pipeline dont le temps de traversée est
le plus long. On tombe ainsi sur le classique problème du goulot d'étranglement. Dans les
processeurs, c'est l'étage d'accès à la mémoire qui constitue ce goulot. Pour en limiter
l'impact les constructeurs ont très tôt mis en œuvre le principe du cache avec des
mécanismes permettant d'assurer le va-et-vient des données entre mémoire et cache. Ces
caches se sont ensuite hiérarchisés en des mémoires cache de premier niveau (quelques
kilo-octets), de second niveau (quelques centaines de kilo-octets). La taille et la gestion de
ces caches se sont également améliorées (organisation associative du cache).
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 31 / 85
On peut noter que l'approche VLIW (Very Large Instruction Word), présente également
dans les GPP, est un retour au concept RISC original, élargi à l'approche superscalaire en
étendant celle-ci (plus d'unités fonctionnelles). On garde la possibilité d'exécuter
concurremment plusieurs instructions, mais l'électronique de gestion des aléas est
enlevée, et leur gestion est confiée au compilateur. Des processeurs RISC relativement
conventionnels sont également commercialisés sous forme d'IP (Intellectual Property) :
ARM, NIOS, PowerPC. Associés bien souvent à des DSP, ils se retrouvent intégrés
dans des SOC (System On Chip) pour des applications embarquées : multimédia,
automobile. Ils ont alors en charge le contrôle du système. Là aussi, on peut constater la
tendance vers l'augmentation du parallélisme

6.2.7 Digital signal processor

Un DSP (Digital Signal Processor) est un composant électronique programmable de type
processeur. Il est utilisé dans bon
nombre de domaines
d'application qui nécessitent
l'utilisation de filtres numériques
ou adaptatifs, des FFTs (Fast
Fourrier Transform), dans
l'instrumentation (analyse
transitoire, spectrale), dans le
domaine médical (monitoring,
échographie, militaire (radar,
guidage de missile), les
télécommunications (modems
radio, cryptage de données,
répéteurs de ligne) et le grand
public (automobile,
électroménager).imagerie
médicale), dans les applications
de contrôle (asservissement,
robotique), le multimédia et
l'imagerie, le
Son architecture est figée et
comprend un ensemble
d'éléments qui, suivant les
modèles, permettent d'effectuer
des calculs sur des données
codées en virgule fixe ou
flottante. Le codage en virgule fixe signifie qu'un nombre réel voit sa partie entière codée
en puissance positive de 2 sur un nombre de bits suffisant et sa partie décimale codée en
puissance négative de 2 sur le reste des bits non utilisés (ex : 0.75 = 0.5 + 0.25 soit 2
−1
+
2
−2
). Pour le codage en virgule flottante, le nombre est codé avec une mantisse et un
exposant. Le calcul en virgule flottante permet une programmation plus souple, mais
s'avère plus coûteux en termes de consommation. Le calcul en virgule fixe nécessite une
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 32 / 85
unité arithmétique et logique plus simple, d'où une puissance de calcul plus élevée pour
un prix d'achat du DSP plus bas. La technologie actuelle intègre plusieurs fonctionnant en
parallèle. Les DSP ont une mémoire programme et une mémoire donnée séparées
(architecture HARVARD), liées par un chemin de données (registres). Les registres sont
reliés à des unités fonctionnelles permettant d'effectuer des opérations arithmétiques et/ou
logiques : des comparaisons, des opérations de chargement et stockage de données.
Une architecture nommée VLIW (Very Large Instruction Word) permet de réaliser
plusieurs instructions en un seul cycle. En effet les DSPs fonctionnent presque tous en
mode pipeliné. L'instruction traduit une opération qui va être décomposée en un ensemble
de sous-opérations à exécuter en parallèle par les différentes unités fonctionnelles. Par
exemple : une instruction est tout d'abord lue en mémoire programme, décodée puis
exécutée. Donc pour un ensemble d'instructions, chaque étape peut s'effectuer en
parallèle sur des unités différentes suivant leurs disponibilités. Ceci accélère l'exécution du
programme (proportionnelle au nombre d'étages du pipeline).
L'évolution technologique permet l'obtention de composants de plus en plus performants
en terme de puissance de calcul ce qui, pour le DSP, se traduit par un nombre
d'instructions par seconde dépassant le million (MIPS million d'instructions par seconde) et
ne cessant de progresser. De même, la taille des données manipulées est passée de 16 à
32 bits pour des résultats pouvant aller jusqu'à 64 bits. Tout ceci favorise son utilisation
dans des applications de traitement du signal nécessitant de fortes capacités de
traitement.

Des fonctionnalités remarquables, telle que le FIFO (First In First Out) et le DMA (Direct
Memory Access), apportent une meilleure communication et une accélération matérielle
supplémentaire.

Une FIFO (First In First Out) est alors une ressource de mémorisation particulière dont le
mécanisme de stockage est du type premier entré, premier sorti. Par rapport à une
mémoire une FIFO ne possède pas de bus d'adresse puisque le stockage des données
s'effectue toujours dans le même ordre. En revanche, une FIFO possède deux bus de
données unidirectionnels, les données entrent par le bus d'entrée et sortent par le bus de
sortie. Une FIFO est caractérisée par le nombre de données qu'elle peut stocker et par
leur format. A chaque fois qu'une nouvelle donnée est stockée dans une FIFO, l'ensemble
des données déjà présentes dans la FIFO est décalé vers la sortie. Lorsque la FIFO est
pleine un signal l'indique. De la même manière lorsque la FIFO est vide un signal l'indique.
Ces signaux sont utilisés afin de permettre aux unités accédant à la FIFO de connaître
son état. Si la FIFO est pleine, l'écriture d'une nouvelle donnée va conduire soit à
l'écrasement de la dernière donnée écrite dans la FIFO, soit à la perte de la donnée
sortant de la FIFO, cela dépendant des mécanismes de contrôle utilisés par la FIFO.

L'accès direct mémoire ou DMA est un accélérateur matériel permettant un transfert des
données d'un périphérique (port de communication, disque dur, mémoire externe) vers un
autre, sans l'intervention du processeur si ce n'est pour initialiser ou conclure le transfert.
La conclusion du transfert ou la disponibilité du périphérique peut être signalée par
interruption. On l'oppose ainsi à des techniques de polling où le processeur reste en
attente de chaque donnée.
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 33 / 85
Le DMA est nécessaire pour conserver la fluidité d'utilisation d'un système multitâche lors
de l'accès à des périphériques rapides. En effet, en l'absence de DMA, le système est
bloqué pendant les transferts de données. Par ailleurs, pour des périphériques rapides, il
est impossible de transférer donnée par donnée sous interruption. Une alternative est que
le périphérique ait une mémoire tampon partagée avec le système, et que le remplissage
soit signalé par une interruption comme avec une FIFO.

Sur les nouveaux DSP C64x de _TEXAS INSTRUMENTS_, les accélérateurs matériels
sont pourvus de fonctionnalités intéressantes. Il est par exemple possible de recopier un
bloc d'une image 2D dans un buffer 1D, tout ceci en 5 instructions





6.2.8 Field Programmable Gate Array

Les FPGA (Field Programmable Gate Array) sont des composants électroniques
programmables de la famille des PLD (Programmable Logic Device). L'avantage de leur
technologie est leur grande souplesse permettant une réutilisation à volonté et en un
temps très court (quelques millisecondes) dans des algorithmes différents. Le progrès
permet de faire des composants toujours plus rapides et à plus haute intégration,
autorisant la programmation d'applications importantes.
Une implémentation classique des FPGA est celle les utilisant comme des coprocesseurs
pour réduire le chemin critique logiciel. Les applications de traitement
du signal, de codage/décodage et de chiffrement/déchiffrement particulièrement
gourmandes en ressources processeur, et soumises au caractère ininterrompu du flot de
données, sont de parfaites candidates pour une accélération câblée de type FPGA.
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 34 / 85
6.2.9 Mpeg4 embarqué temps réel

Pour un estimateur de mouvement dédié à l’encodage vidéo, un algorithme de mise en
correspondance de blocs (BMA :Block Matching Algorithm) est réalisé.
Les BMA consistent `a rechercher pour chaque bloc de l’image courante le bloc qui lui
ressemble le plus dans une image de référence. L’image courante est découpée en blocs
de taille M × N, puis pour chacun d’entre eux une mise en correspondance est effectuée.
Une mesure de distance est alors calculée entre le bloc courant et un certain nombre de
candidats.

La mesure implantée couramment est la somme des valeurs absolues des différences
(SAD : Sum of Absolute Differences).

L’algorithme EPZS (Enhanced Predictive Zonal Search) est implantée dans le DSP. La
phase de prédiction est alors rendue plus précise et la recherche locale (figure 1-a) est par
conséquent réduite. Le meilleur prédicteur est directement raffiné finement suivant un
motif en diamant à 4 ou 8 connexités (figure 1-b). L’amélioration de l’étape de prédiction
réduit sensiblement le temps d’exécution.



















Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 35 / 85
L’algorithme EPZS implanté possède les caractéristiques suivantes. Les prédicteurs
utilisés sont le vecteur nul, 1 prédicteur temporel et 4 prédicteurs spatiaux.

L’algorithme EPZS a été implanté sur un DSP Texas Instrument TMSC6416.
Voici les différents temps d’exécution obtenus pour des images progressives SD
(720x576) et HD (1280x720) : soit respectivement 21 ms et 41 ms.


6.2.10 La détection automatique d’incident


La détection est basée sur des algorithmes utilisant les objets du MPEG4.

Un Ping sur le réseau local DDE, Ethernet et fibre optique donne
une moyenne de 40 ms.

Le temps d’encodage MPEG4 + le temps réseau vaut alors 81
ms.

La remontée de la détection des incidents est donnée par le
fabricant pour être inférieur à 10 s. Le réseau a LARGEMENT la
capacité de latence nécessaire à ce temps réel. De plus dans le
cadre de QoS (quality of service) les données de détection auront une priorité supérieure
aux autres flux sur le réseau













Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 36 / 85
6.3 Conclusion

Les incidents et les accidents ont des conséquences sévères sur l’écoulement du trafic, en
particulier sur les voies rapides. En outre, les sur-accidents sont fréquents. Les temps de
détection des incidents et de règlement de leurs conséquences doivent donc être réduits
au maximum. Certes, depuis longtemps, les PC routiers sont équipés de caméras vidéo et
de moniteurs, mais la vigilance des hommes a des limites, en présence de nombreux
écrans à surveiller. Il a donc fallu développer des systèmes de détection automatique
d’incidents.
Le système de détection automatique d’incidents existant aujourd’hui est fondé sur des
caméras vidéo et des analyseurs d’images.
La mise en service de ce système d’analyse automatique des images vidéo a montré que
le délai de détection tombe à 10 secondes avec la détection automatique, alors qu’avec
les systèmes comportant des sources traditionnelles d’alarme (réseau d’appels d’urgence,
patrouilles, téléphone ou vidéo avec détection directe par opérateur), ce délai est de
l’ordre de plusieurs minutes. Une étude réalisée par la société ESCOTA chiffre même le
gain moyen à 5 minutes, par rapport aux procédés traditionnels.
Les gains proviennent : D’une part, d’une moindre exposition des usagers au risque de
collision en queue de bouchon, puisque l’extension de la congestion étant diminuée, ils
sont moins nombreux à rencontrer cette situation ; D’autre part, de l’arrivée plus rapide
des secours, qui est un facteur de sécurité fondamental. Enfin, d’une amélioration des
temps de réponse des opérateurs pour la mise en œuvre des actions d’exploitation
rendues nécessaires par l’incident (appel dépanneur, appel du SAMU pour les secours sur
place, messages sur les panneaux à messages variables et à la radio, déploiement des
biseaux automatiques de rabattement, fermetures d’accès, conseils de sortie, etc.). Les
taux de détection excèdent couramment 90%, avec de très faibles taux de fausses
alarmes.

D’autres systèmes sont aussi possible, comme de nouveaux radars et des recherches
sont également en cours sur des capteurs acoustiques, ainsi que sur des systèmes
combinant plusieurs types de détection qui pourraient être très utiles dans les tunnels.











Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 37 / 85

(\///)
('.’-)
(")_(")

(\////)
(-'.’-)
(")_(")

(W)
(-‘.’-)
. c( )_ )_

(\_/)
(^.^)
(")_(")

Merci à La Région Reunion, la DDE, à l’info.re et aux fournisseurs qui ont joué le jeu de
l’information.
Estimateur de mouvement temps réel multi-DSP pour l’encodage vidéo MPEG-4
AVC/H.264 haute définition - F. Urban, R. Poullaouec, O. Deforges, J-F. Nezan,



Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 38 / 85
Présentation du système didactique 

La route des Tamarins est un système pluritechnologique à fort potentiel, pour
appréhender les technologies mis en jeux dans la vidéosurveillance sur cette route et plus
particulièrement la détection automatique des incidents via caméra dans les tunnels et les
voies couvertes, nous mettons en œuvre dans le laboratoire du matériel respectant au
mieux les conditions réelles nous concernant.











Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 39 / 85
7. PREAMBULE

Les systèmes de vidéosurveillance ont vu le jour il y a 25 ans. Au départ,
l’ensemble du matériel était analogique et a progressivement migré vers le numérique. Le
but de ce document est de présenter les différents aspects techniques de la vidéo
surveillance. De la gestion du réseau à la gestion des enregistrements, toutes les
caractéristiques d’un système de vidéo surveillance sur IP seront abordées.

7.1 Présentation de systèmes de vidéosurveillance analogiques.

Au départ, les systèmes de surveillance étaient composés de caméras et de
magnétoscopes analogiques.

Les cassettes utilisées pour l’enregistrement n’étaient, ni plus ni moins, que les
mêmes utilisées par les particuliers pour enregistrer leurs films favoris. Grâce à la variation
de la vitesse d’enregistrement, il était possible d’enregistrer jusqu’à 8h sur une cassette
pour une caméra.
Ensuite, les quads/multiplexeurs sont apparus et ont permis d’enregistrer le flux
vidéo de plusieurs caméras sur une même cassette.


Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 40 / 85
Le problème de cette technologie purement analogique était le stockage des
vidéos sur bandes magnétiques. C’est alors qu’on a vu apparaître les enregistreurs
numériques pour pallier à ce problème. Ceux-ci se présentent comme des unités de
disques durs où il est possible de compresser les images.












Enfin, la dernière évolution en matière de vidéosurveillance analogique a été
l’interconnection de ce système avec les réseaux locaux IP des entreprises. Cela permet
d’afficher les images des caméras analogiques sur un ordinateur.



7.2 Schéma de montage d’un système de vidéosurveillance sur IP.

Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 41 / 85


7.3 Outils nécessaires à la mise en place d’un système de vidéosurveillance sur
IP.

- Caméras IP
Une caméra IP peut être assimilée à une caméra accompagnée d’un ordinateur. Son
rôle est de capturer des images et de les transmettre sur un réseau IP. Cela permettra à
différents utilisateurs de visionner les images depuis n’importe quel ordinateur sur le
réseau. Il existe différentes technologies de caméras qui seront détaillées par la suite.

- Infrastructure réseau
La caméra se connecte à un réseau IP. L’infrastructure peut être simple dans le cas de
petites entreprises mais elle peut s’avérer très complexe dans de grandes PME. Quelque
soit l’architecture rencontrée, la caméra vient se connecter sur un switch via le port RJ45.
Elle doit posséder une IP qui lui est propre. Ensuite, pour des raisons de sécurité, elle peut
se trouver sur un réseau différent du réseau de données. Ces précaunisations doivent être
étudiées lors de chaque implémentation.

Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 42 / 85
- Matériel de supervision
Ce matériel s’apparente le plus souvent à un pc déstiné à visualiser et enregistrer les
flux vidéo des caméras. Doté d’une configuration minimale assurant le traitement des flux
vidéo, ce pc peut devenir un serveur sur lequel on se connecte pour visualiser les
caméras depuis n’importe quel ordinateur sur le réseau.

- Logiciel de supervision
Chaque caméra intègre un serveur web permettant de visualiser l’image de la caméra.
Si plusieurs caméras sont présentes dans l’infrastructure, il est alors nécessaire d’utiliser
un logiciel de supervision qui sera capable de représenter l’ensemble des images filmées
par les différentes caméras. Le logiciel est installé sur un serveur ou sur chaque poste
nécessitant le visionnage des caméras. Cependant, plus il y a de personnes qui doivent
visionner les images, plus l’installation d’un serveur devient indispensable. Ce logiciel est
souvent fourni avec la caméra. Il doit, cependant, être adapté à l’utilisation qui est faite du
système de vidéosurveillance. (Utilisation locale, à distance).
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 43 / 85
8. CARACTERISTIQUES TECHNIQUES A PRENDRE EN COMPTE
8.1 La caméra IP : caractéristiques techniques
8.1.1 Types de capteurs

Le capteur d’images présent dans la caméra a pour rôle de transformer le signal
lumineux perçu par la caméra en signal électrique. Il existe deux types de capteurs :
- Capteur CCD
Les capteurs CCD (Charged Couple Device) sont utilisés depuis plus de 20 ans
dans les caméras. Un capteur CCD possède une très bonne sensibilité à la lumière ce qui
lui permet d’afficher de belles images même si l’environnement ne convient pas à une
caméra. Cependant, le prix de ce type de capteur est élevé car il n’est pas standard.




- Capteur CMOS
Les capteurs CMOS (Complementary Metal Oxide Semiconductor) sont beaucoup
plus présents sur le marché des caméras. Leur prix est beaucoup plus bas que les
capteurs CCD. Cependant, ils ne sont pas très sensibles à la lumière et si la caméra doit
filmer des coins sombres, le capteur CMOS affichera des images trop foncées. Dans un
environnement optimal, la qualité d’image d’un capteur CMOS approche celle d’un capteur
CCD mais à un prix d’achat beaucoup plus bas.


Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 44 / 85
8.1.2 Compression vidéo

Une vidéo est une succession d’images immobiles. Plus la fréquence des images sera
grande, plus la personne qui les visionne aura l’impression de voir une image mobile,
fluide. On estime qu’à partir de 16 images par seconde, une personne voit une vidéo en
mouvement. Les caméras peuvent afficher jusqu’à 30 images par seconde. Il faut savoir
qu’au dessus de 25 images secondes, l’œil humain ne fait pas de différence et le
mouvement est perçu de la même façon. Cependant, ceci peut être utile lors de l’analyse
d’enregistrements vidéos.
- Compression H263
Ce type de compression a été utilisé pour faire de la transmission vidéo à débit
fixe. L’inconvénient de cela est que l’image perd en qualité lorsque l’objet se met en
mouvement. Cette technique a été oubliée pour le cas de la vidéosurveillance.
- Compression MPEG
La compression MPEG consiste a envoyer, dans un premier temps, une image.
Ensuite, seuls les modifications apportées à cette image sont transmises. Cela évite de
retransmettre les mêmes aspects de l’image de référence s’ils n’ont pas été modifiés.
Il existe plusieurs norme MPEG : MPEG-1, MPEG-2, MPEG-4. L’évolution de ces
différentes normes avait pour but de faire transiter des images de plus en plus nettes en
utilisant le moins de débit possible.

8.1.3 Résolutions vidéo

Deux types de résolutions ont été standardisés. Aux Etats-Unis et au Japon, la norme
préconisé est le NTSC (National Television System Committee). En Europe, c’est la
norme PAL (Phase Alternation by Line) qui prédomine. Alors que le NTSC affiche 480
lignes à 30 images par seconde, le PAL affiche 576 lignes à 25 images par seconde. Dans
les 2 cas, la quantité d’informations qui transite par seconde est la même.
La résolution standard en NTSC est 720x480 pixels et en PAL, elle est de 720x576
pixels. Cette norme est également appelé 4CIF.
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 45 / 85
Dans le cas des caméras, on a vu apparaître les résolutions utilisées sur les écrans
d’ordinateurs. Celles-ci ne sont autres que les résolutions VGA (640x480, 800x600, …)
Ces types de résolutions permettent de dépasser le million de pixels représenté sur
une image (à partir de 1280x1024). Ceci est très intéressant lorsque l’on veut identifier
une personne sur un enregistrement.

8.1.4 Luminosité

La qualité d’une image dépendra certes des paramètres de résolution et de
compression mais elle dépendra fortement de l’environnement dans lequel la caméra est
installée.
Lorsque les conditions optimales de luminosité sont remplies, aucun problème ne se
pose et les images sont visibles aussi bien la nuit que le jour, par temps ensoleillé ou
nuageux.
Cependant, dans le cas où une caméra doit enregistrer des images la nuit et qu’il n’est
pas possible d’apporter suffisament de lumière à l’endroit en question, il faut alors
précauniser des caméras infrarouges. Ces types de caméras permettront de restituer des
images quelque soit les conditions de luminosité.
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 46 / 85
8.2 Les différents types de caméras IP

La caméra IP se différencie d’une caméra traditionnelle par le fait qu’elle se
connecte à un réseau IP. Aujourd’hui, l’administration de ces caméras se voit alors
simplifiée car elles sont administrables depuis n’importe quel ordinateur sur le réseau.

8.2.1 Caméra Ethernet

Cette caméra se connecte via une prise réseau RJ45. La plupart des caméras
nécessite une alimentation externe (sauf les modéles compatibles Power Over Ethernet
qui seront étudiés pas la suite).








POINTS POSITIFS POINTS NEGATIFS

Simplicité de branchement
Simplicité d’administration
Coût de maintenance
Utilisation sur le réseau de données.
Sécurité.
Limitation de 100 mètres de portée entre le
switch et la caméra.
2 câbles sont nécessaires pour brancher la
caméra

Prise RJ45
Alimentation
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 47 / 85
8.2.2 Caméra Wifi

Cette caméra permet de s’abstenir du câble réseau. Elle est facilement amovible et se
comporte de la même manière qu’une caméra Ethernet.







POINTS POSITIFS POINTS NEGATIFS
Moins de câbles.
Portabilité
Installation rapide
Inconvénients du Wifi : Sécurité et milieu
d’implantation (armatures en fer, chaleur,…)
Plus de bande passante nécessaire pour un
volume de données égal à une caméra
ethernet (souci de sécurité)

8.2.3 Caméra Power Over Ethernet

Cette caméra est une caméra Ethernet qui s’alimente éléctriquement par le câble
réseau. Ceci nécessite une infrastructure réseau permettant de faire transiter le courant
éléctrique sur le câble réseau (Switch PoE, Power Injector).

POINTS POSITIFS POINTS NEGATIFS
Moins de câbles.
Pas de nécessité d’avoir une prise de
courant à portée de la caméra
Coûts plus élévés pour une simple caméra
Ethernet.

Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 48 / 85
8.2.4 Caméra motorisée

Cette caméra permet de balayer un angle plus grand qu’une caméra fixe. Le
mouvement peut être piloté par logiciel. Par contre, ce genre de caméra n’est pas
compatible avec la détection de mouvement.
Cette caméra convient pour surveiller une grande surface mais attention car à certains
moments, il y a des angles morts.

POINTS POSITIFS POINTS NEGATIFS
Offre la possibilité de balayer un plus grand
champ de vision.
Pilotage par logiciel ce qui accroît
l’ergonomie.
Pas de détection de mouvement possible.
A certains moments, des choses ne sont
pas visibles.


8.2.5 Caméra avec détection de mouvement

Les caméras permettent de visionner mais également d’enregistrer ou d’alerter. La
plupart du temps, l’évenement déclenchant un enregistrement ou une alerte est la
détection de mouvement.
La caméra IP est reliée à l’infrastructure informatique ce qui facilite le traitement des
données et la gestion des alertes.


Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 49 / 85
8.2.6 Caméra dôme

Ce type de caméra permet une vision à 360°. L’avantage de ce type de caméra est de
passer inaperçue et de ne pas montrer la direction vers laquelle elle pointe. Ces caméras
en rotation ne permettent pas la détéction de mouvement.


8.3 Installation des caméras IP

Plusieurs paramètres sont à prendre en compte pour installer des caméras sur IP.

8.3.1 Installation à l’extérieur

Une caméra est un matériel éléctronique et supporte très mal les conditions
extrêmes de température et d’humidité. Lors d’une installation à l’extérieur, il existe des
caissons étanches où l’on place la caméra. Ce caisson aura pour rôle de protéger la
caméra des intempéries.







Dans le cas d’installation de caméras en extérieur et en hauteur, il convient de
vérifier sur quel support on installe la caméra. Si la caméra est installée sur un poteau, il
faut prendre en compte les mouvements possibles du poteau lorsqu’il y a du vent.

Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 50 / 85
8.3.2 Luminosité

Il est préférable d’installer les caméras dans un endroit où la luminosité est très
bonne. Cependant, il faut éviter les contre-jours et l’exposition en plein soleil.
Dans le cas où la source lumineuse est trop puissante, il faut ajuster le contraste.
Ceci permet de rendre plus l’image plus sombre. Il faut néanmoins continuer à distinguer
l’objet sur la vidéo.

8.4 Réseau filaire

L’infrastructure réseau doit être compatible pour accepter en plus des flux actuels
(données, VoIP,…) les flux générés par les caméras IP.
Les câbles IP ont, comme d’autres câbles, leurs limites d’utilisation. Suivant la
distance et l’environnement dans lequel sont installés les câbles, les performances
peuvent être réduites.
8.4.1 Normes de câblage

Cablâge Ethernet :
la norme des câbles Ethernet (encore appelés « paires torsadées » utilisés pour la
Vidéosurveillance sur IP) est standard. C'est-à-dire 100BaseT / catégorie 5
E
.

Fibre optique :
la norme pour l’utilisation des fibres est la norme 100BaseFx. Les fibres utilisées
sont des multimodes ce qui permet d’avoir plus de longueur qu’en câble Ethernet
classiques.




Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 51 / 85
8.4.2 Bande passante
Les mesures de bande passante sont faites en fonction de 4 paramètres dont 2
ont été fixés :
- Résolution
- Nombres d’images par seconde

Qualité de la vidéo. Par défaut, nous avons choisi une bonne qualité.
Nombre de caméras. Ici, on observe la bande passante occupée par une caméra.

Nbr images/s || Résolution 320x240 640x480
15 images / seconde 360 kbits/s 960 kbits/s
30 images / seconde 720 kbits/s 1920 kbits/s

Pour comparer, une télévision affiche 25 images par seconde et a une résolution
de 720x576 en PAL/SECAM.

8.4.3 Distance

Cablâge Ethernet :
La distance maximale pour un câble Ethernet 100BaseT est de 100 mètres.

Fibre optique :
La distance maximale pour une fibre multimode en 100BaseT est de 1 kilomètre. Si une
distance plus importante est nécessaire, il faut utiliser des fibres monomodes (5km à
50km).





Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 52 / 85
8.4.4 Environnement

Ethernet :
Le câble ethernet est sensible aux champs magnétiques qui peuvent être générés par le
courant éléctrique. Des pertubations peuvent apparaître lorsque le câble réseau et la
câble d’alimentation passent dans la même goulotte. Pour pallier à ce problème, 2
solutions sont possibles :
- Utiliser du câble Ethernet blindé avec mise à la masse.
Câble STP : blindage par tresse métalique
Câble FTP : blindage par feuille métalique
Câble SFTP : blindage par tresse et par feuille métalique

- Séparer le câble d’alimentation du câble Ethernet.
L’écartement minimum dépend de la longueur que l’on veut parcourir avec les câbles.
Sur une longueur de 10 mètres, 10 centimètres d’écartement suffisent.
Sur une longueur supérieur à 30 mètres, 30 centimètres d’écartement doivent être
précaunisés.
Un écartement minimum de 50 centimètres doit être respecté si on passe à côté d’un tube
au néon ou d’un appareil de forte puissance.

Fibre optique :
Celle-ci est souvent utilisée pour faire des liaisons longues distances. Elle a l’avantage
d’être insensible aux rayonnements électromagnétiques.

8.4.5 La Fibre optique, Records et perspectives

Le Fraunhofer Institute of Telecommunication de Berlin est parvenu au début 2006, en
coopération avec les Fujitsu Laboratories, à obtenir un taux de transfert de 2,56 Tbit/s
(Terabit par seconde) sur une liaison en fibre optique de 160 Km de long. Un tel débit
permettrait de transférer le contenu d'environ 60 DVD en 1 seconde !
En plus de ce record de vitesse, les chercheurs ont également établi deux records de
distance en transmettant des informations :

- à une vitesse de 1,28 Tbit/s sur une liaison en fibre optique de 240 Km,
- à une vitesse de 160 Gbit/s (Gigabit par seconde) sur une liaison en fibre optique
de 4 000 Km.
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 53 / 85
A la mi-2006, les laboratoires de l'opérateur japonais NTT sont parvenus à maintenir un
débit de 14 Tbit/s sur une distance de 160 Km. Pour y parvenir, NTT a réuni 140 canaux
sur une même fibre, chaque canal étant capable de transporter les informations à un débit
de 111 Gbit/s.

Alcatel-Lucent a annoncé, en septembre 2009, avoir établi un nouveau record de vitesse
de transmission de données sur fibres optiques. Les ingénieurs de Bell Labs, centre de
recherche et développement de l'équipementier, sont parvenus à atteindre 15,5 Tbit/s sur
une distance de 7000 km entre Paris et Chicago.
Un record sur une telle distance qui dépasse de dix fois la capacité actuelle des câbles
transocéaniques de dernière génération et qui correspond à l'envoi de 400 DVD par
seconde, ces DVD étant encodés à la norme MPEG2 en simple face (soit 5 Giga octets /
DVD).

Pour y parvenir, les équipes de Villarceaux dans le département de l'Essonne ont exploité
155 longueurs d'ondes différentes sur chacune desquelles ils ont « injecté » 100 Gbit/s
selon la méthodologie WDM (Wavelength Division Multiplexing) standard. Elles ont pour
cela exploité la détection cohérente, une technique qui permet plus de précisions dans la
décomposition de la lumière que la méthode dite de détection directe.


8.4.6 La fibre optique à domicile

Les principales technologies de la famille FTTx :

FTTH : Fiber To The Home : Fibre jusqu'à domicile ;
FTTB : Fiber To The Building : Fibre jusqu'à l'immeuble ;
FTTO : Fiber To The Office : Fibre jusqu'au bureau ;
FTTC : Fiber To The Curb : Fibre jusqu'au trottoir ;
FTTcab : Fiber To The cabinet : Fibre jusqu'au sous-répartiteur.










Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 54 / 85
8.4.7 L'atténuation du signal sur la fibre

L'atténuation du signal sur la fibre qui se mesure en db/km est due à plusieurs
phénomènes :
- la diffusion Rayleigh
Du nom du mathématicien et physicien de nationalité anglaise, John William Strutt
Rayleigh, lord (1842-1919), lauréat du prix Nobel en 1904 pour sa découverte en 1894,
avec le chimiste anglais sir William Ramsay, d'un élément inerte, appelé argon.

Il est également connu pour ses recherches dans les domaines de l'optique physique, de
la lumière, de la couleur et de l'électricité, de la dynamique de la résonance, et des
vibrations des gaz et des solides élastiques.
La diffusion Rayleigh est l'interaction entre la lumière et la matière. Elle est d'autant plus
grande, que la longueur d'onde L est petite avec une variation en 1 / L^4.

- l'absorption
Elle recouvre principalement 3 causes :
- la présence d'impuretés dans la fibre,
- la vibration moléculaire,
- la transition électronique dans l'ultraviolet.

- la dispersion nodale et la bande passante
C'est la propension à ce qu'une même impulsion se propage par plusieurs chemins à la
fois. Ainsi, une impulsion émise sur un temps très bref (pic étroit) sera reçue sur un temps
plus long, donc avec des risques de chevauchement, ce qui diminue la bande passante et
la vitesse de transmission.

- les connexions

La mise bout à bout des fibres par connecteur ou par épissure (fusion) nécessite un
alignement des axes parfait, au risque de produire des pertes.

- la courbure et la microcourbure

La courbure (déformation globale de l'axe) et la microcoubure (déformation locale de l'axe)
provoquent un décalage dans la réflexion des rayons optiques qui induit des pertes.
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 55 / 85

























Relat ions mat hémat iques fondament ales

Soit θr l’ angle de réflexion t ot ale ent re cœur (indice n
1
) et gaine (indice n
2
)

Au niveau de J l’angle de réfraction dans la gaine prend sa valeur maximale de 90°

D’après la loi de Descart es :

° = 90 sin sin
2 1
n r n u


de sin (90°) = 1 il vient l’égalit é :


1
2
sin
n
n
r = u


Si l’angle d’incidence en J dépasse la valeur θr alors t out rayon venant de n
1
vers n
2
ne
se t rouve plus en condit ion de réfract ion mais en condit ion de réflexion t ot ale.

La valeur de l’angle d’incidence u
c
pris en I (dans l’air) à l’ent rée de la fibre
correspondant à cet t e posit ion limit e de réflexion t ot ale est calculable par l’applicat ion
des relat ions suivant es :

Descart es en I :

r n r n
c
u u u cos ) 90 sin( sin
1 1
= ÷ ° =


Pyt hagore :


cosu
c
= 1÷sin
2
u
c

Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 56 / 85


8.4.8 La fibre

La fibre G 657 supporte de très faibles rayons de courbure ce qui est utile pour réaliser le
câblage notamment à l'intérieur des bâtiments. On trouve deux catégories de cette fibre, la
A et la B, mais seule la fibre G 657 A est compatible avec la G 652.
Ainsi l’angle u devient calculable par la relat ion :


sinu
c
= n
1
2
÷ n
2
2
( l ’accept ance dépend donc des val eur s de chaque i ndi ce)

Cet t e formule permet de dét erminer la demi-ouvert ure angulaire du cône d’ accept ance :


Propriét é caract érist ique de la fibre à saut d’indice : t out rayon ent rant dans l a f i bre
opt i que par ce cône ( r ouge sur l e schéma) subi r a une r éf l exi on t ot al e dans l a f i bre.

Nombre de modes ne dépend que d'une constante V, la fréquence réduite pour les
fibres de rayon ‘a’:
2
2
2
1
a o / 2 n n V ÷ · · · = ì t


Cette grandeur permet de calculer la longueur d’onde ou la fréquence de coupure
de chaque mode, c'est-à-dire la longueur au dessus de laquelle ou la fréquence en
dessous de laquelle il n'est plus guidé.
Section de
Dossier S

Lucent Te
l'homogén
réalisé un
spectre de
nm, en u
molécules
inutilisable

Le tableau
655 du fa
A l'opposé
utilisées e
contrôle d

8.4

Les fibre
conditionn
protection
permetten
avec un c
voies fer

Les pr
- le câble
autour d
- le câble
des
- le câble
tube cent
Etude et i
e Brevet d
Système &
echnologie
néité des
ne fibre op
e lumière,
utilisant un
s d'eau ré
es les
u suivant c
it de la dis
é, il existe
en milieu
dans un av
4.9 Câ
es optique
nement (p
n mécaniqu
nt des pose
câble coax
rrées, les
rincipales
e à structu
d'un port
à tube ce
mini-p
ruban à tu
ral). La ca
mplément
e Technici
Pédagogiq
es, après a
performan
ptique "All
à savoir :
n nouveau
ésiduelles
fibres
compare le
persion ind
des fibres
local pertu
vion ou dan
bles à fibr
es sont e
lus ou mo
ue et chim
es d'un se
xial en cuiv
tourets d
structu
ure libre tu
teur cent
entral (n fib
porteurs
ube centra
apacité type
tation d’u
ien Supérie
que 2011
avoir déjà
nces de ce
l Wave" c
1300 nm -
procédé
dans le c
dans
es distance
duite pour
s optiques e
ubé, par e
ns un métro
res optiqu
ensuite p
oins de fib
mique. La ta
ul tenant p
vre. Pour t
de câbles
res de
ubée (n fib
tral). La
bres libres
pl
al (n fibres
e est de 1
ne videos
eur

N
conçu un
e type de
apable de
- 1400 nm
breveté d
coeur de l
certaines
es maxima
différentes
en plastiqu
exemple, p
o.
ues
lacées da
res enrobé
aille et le p
pouvant dé
tenir comp
s optiques
câble
bres dans
capacité
s dans 1 tu
lacés
les unes à
2 fibres pa
surveillanc
NIRLO YAN
ne fibre G-
fibre dan
e fonctionn
- 1550 nm
de purifica
la fibre, m
s zones
ales autoris
s valeurs d
ue, à bas c
pour réalis
ans des
ées dans
poids rédu
épasser 48
pte des co
s de Telc
à fi
m tubes
type e
ube centra
dans
à côté des
ar 18 ruba
ce routière
Lyc
NN
-655 "True
s la band
ner sur un
m (fenêtre p
tion perme
molécules
s du
sées par le
du débit de
coût et à fa
er les circ
câbles q
des tubes
it des câb
800 m cont
ntraintes d
cité sont
bres op
de protect
est de
al, la rigidit
s
autres da
ns, soit 21
e avec DA
ée Roland
Pag
eWave" ga
e 1528-15
ne large ét
pour le WD
ettant d'él
d'eau qui
spectre
es fibres G
transmiss

aibles perfo
cuits de co
ui en as
s ou des r
les à fibres
tre seulem
de déroula
limités à
ptiques
tion libres
2 à 43
té étant as
la
ans m ruba
16 fibres. L
AI
Garros
ge: 57 / 85

arantissant
565 nm, a
tendue du
DM) - 1620
iminer les
rendaient
optique.
G 652 et G
sion :
ormances,
ommande-
ssurent le
rubans), la
s optiques
ent 300 m
ge sur les
2100 m.
sont :
en hélice
32 fibres,
ssurée par
gaine),
ans dans 1
L'avantage
5
t
a
u
0
s
t

G

-
e
a
s
m
s
.

e

r


e
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 58 / 85
de ce type de câble est de pouvoir souder simultanément la totalité des fibres d'un même
ruban.
- le câble ruban à tubes libres (n fibres les unes à côté des autres dans m rubans dans p
tubes libres en hélice autour d'un porteur central).


8.5 Réseaux Wifi

Avec l’avénement des réseaux Wifi, il est possible de faire passer les flux vidéos
sur ce genre de support. Pour cela, un point d’accès Wifi doit être mis en place et les
caméras viendront se connecter sur cet élément. Cependant, il faut tenir compte de
certaines caractéristiques concernant le Wifi :

AVANTAGES INCONVENIENTS
- Pas de câble Ethernet
- Coût de déploiement
- Pas de Power Over Ethernet
- Sécurité moins fiable que le
filaire
- Portée et débit limités
- Perturbations plus fortes que le
filaire

La sécurité en Wifi peut être assurée de plusieurs façons. Cependant, aujourd’hui,
aucune il est recommandé de ne pas utilisé cette technique dans les projets ou la
vidéosurveillance représente un enjeux orienté métier.

WEP : Wireless Equivalent Privacy
Cryptage des données grâce à une clé de chiffrement RC4. Cette clé, étant
statique est très vulnérable aux attaques.
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 59 / 85

WPA : Wifi Protected Access
La faiblesse du WEP est corrigé par le WPA qui utilise des clés temporaires. Si
cela n’est pas suffisant, le WPA2 permet en plus de cette rotation de clé, de crypter le
message grâce au chiffrement AES (Advanced Encryption Standard)
8.6 Outils de supervision

L’outil de supervision est la machine qui va permettre de gérer l’ensemble des
caméras de vidéosuveillance sur IP.
Il peut se composer d’un simple PC pour une petite architecture jusqu’à un centre
complet de supervision dans le cas de grosses supervisions.

PC de supervision
Dans le cas d’une petite infrastructure (4 à 5 caméras), un PC « grand public »
remplira parfaitement sa fonction de supervision :
- Processeur 2 Ghz
- Mémoire 1Go
- Carte réseau 100 Mbits/s
- Carte graphique avec 1 ou 2 sorties si on veut faire du multi-monitoring.
Si on désire enregistrer les vidéos des différentes caméras, il faut dimensionner
en conséquence le disque dur. Ceci dépendra de la qualité de la vidéo retenu pour
l’enregistrement.
Ce tableau récapitule l’espace disque nécessaire à l’enregistrement d’1 caméra en
bonne qualité pendant une journée.





Nbr images/s || Résolution 320x240 640x480
15 images / seconde 3,88 Go 10,35 Go
30 images / seconde 7,77 Go 20,7 Go
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 60 / 85
Pour connaître l’espace disque nécessaire, il faut multiplier ces valeurs par le
nombre de caméras et le nombre de jours d’enregistrements désirés.

Centre de supervision

Dans le cas de plus grandes infrastructures, il faut préférer du matériel dédié à la
vidéosurveillance.
Pour la visualisation, le type d’ordinateur reste le même. Cependant, pour
l’enregistrement des vidéos, il faut prévoir un espace de stockage beaucoup plus grand.
Pour cela, un serveur SAN apportera les besoins d’espace disque et de sécurité
nécessaires à une implémentation de ce type là.





Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 61 / 85
8.6.1 Logiciel de supervision Vilar Multi-View

- descriptif

Multi-View permet de gérer plusieurs cameras: camera sur ip, Webcam ou toute
autre source de vidéo.

- aperçu de l’application




- spécifications

Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 62 / 85
Capture vidéo

La capture peut se faire à partir de trois types de sources :
- caméra sur ip
- webcam
- carte de capture (carte tv ...)
Capture d’images

Il est possible de capturer une vidéo
- différent format d’image ( jpg, bmp, gif..)
- en greyscale, en noir et blanc, en couleur
- de la taille originale de la vidéo à une autre taille personnelle

Fonctionnalités

- Serveur web : Multi-View inclus un serveur web permettant d’accéder aux caméras
via internet.
- Visualisation de toutes les caméras en simultanés.


- Technique

Langue supportées : anglais, français, espagnol, allemand, polonais, danois, italien, turc

Système : Windows 98/ME/2000/XP/Vista,






Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 63 / 85
9. DROIT ET VIDEOSURVEILLANCE
9.1 Loi à respecter dans toutes les configurations

Certaines lois doivent être respectées, et ceci, dans n'importes quelles configuration de
mise en place de projet de vidéosurveillance.

L'article 9 du code civil stipule que « Chacun a droit au respect de sa vie privée. Les juges
peuvent sans préjudice de la réparation du dommage subi, prescrire toutes mesures ...
propres à empêcher ou faire cesser une atteinte à la vie privée. Ces mesures peuvent s’il
y a urgence, être ordonnées en référé. »
De plus, Il est nécessaire lors de la mise en place d'un système de vidéosurveillance
d'avertir les personnes susceptibles d'être filmées à l'aide d'affiches d'information. Vous
pourrez retrouver en annexe, l’exemple d’affiche à imprimer et à disposer dans vos locaux.

9.2 Lieu public et lieu privé

Avant toute mise en place d'un projet de vidéosurveillance, il est important de bien en
définir le périmètre. Il existe différents types de lieux dans lesquels on souhaite mettre en
place un tel projet. Les lieux public, les lieux privés et enfin, les lieux privés ouvert au
public. La jurisprudence définit ces lieux comme tels:

Le lieu public est un lieu accessible à tous, sans autorisation spéciale de quiconque,
même si son accès est subordonné à certaines conditions ou modalités.
Le lieu privé est "tout endroit où l'entrée dépend de l'autorisation donnée par celui qui en
possède la propriété, l'utilisation et/ou la jouissance".
Le lieu privé ouvert au public est celui "accessible à tous sans autorisation préalable de
quiconque, que l'accès en soit permanent, inconditionnel ou subordonné à certaines
conditions, heures ou causes déterminées" comme par exemple un supermarché qui
possède une partie privée, réservée au personnel, et une partie publique, la surface de
vente des produits.

A chaque type de lieu correspondent des démarches à suivre afin de se protéger au
niveau de la loi. Nous allons voir dans les chapîtres suivants, quelles sont ces démarches.
9.3 Démarches à suivre pour la mise en place de la vidéosurveillance dans les
lieux publics.

La loi Pasqua du 21 janvier 1995 stipule que s'agissant des lieux "publics et ouverts au
public" (grands magasins, banques, rue, etc.), une autorisation administrative préalable
doit être demandée auprès des services de la Préfecture dans le ressort territorial de
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 64 / 85
laquelle les caméras sont installées en envoyant un dossier de demande à l'aide du
formulaire cerfa (n° 10426*01) accompagné des pièces exigées.
Ce dossier sera ensuite examiné par la commission départementale des systèmes de
vidéosurveillance (composée d'un représentant des CCI, d'un représentant de
l'association des maires de France, et d'une personnalité qualifiée désignée par le préfet
(un RG ou un gendarme)).
Cette loi précise que les dispositifs de vidéosurveillance ne peuvent être mis en place
dans les lieux publics que pour des finalités précises : protection des bâtiments et
installations publics et de leurs abords, des installations utiles à la défense nationale,
régulation du trafic routier, constatation des infractions aux règles de la circulation et
prévention des atteintes à la sécurité des personnes et des biens, y compris dans les lieux
et établissements ouverts au public exposés à des risques d’agression ou de vol.

Une fois l'avis rendu par la commission celui-ci vous est notifié par la prise d'un arrêté
préfectoral (dans le cas d'une autorisation) qui est publié au Recueil des Actes
Administratifs.
Depuis une loi du 23 janvier 2006, les autorisations sont désormais acquises pour une
durée de 5 ans.
S'agissant des délais d'instruction il n'y a pas de délai "formel", seul le silence de
l'administration durant 4 mois vaut rejet implicite de la demande.

9.4 Démarches à suivre pour la mise en place dans les lieux privés

Pour le cas d'une entreprise de plus de 10 salariés désirant mettre en place un projet de
vidéosurveillance, il est nécessaire d'avertir le comité d'entreprise si ce projet est
susceptible d’avoir des conséquences sur l’emploi, la qualification, la rémunération, la
formation ou les conditions de travail du personnel comme le stipule l'article L 432-2-1
(alinéa 3) du code du travail.

De plus, Selon l’article L 120-2 du code du travail:
« Nul ne peut apporter aux droits des personnes et aux libertés individuelles et collectives
de restrictions qui ne seraient pas justifiées par la nature de la tâche à accomplir ni
proportionnées au but recherché. »
Il faut comprendre ici que les moyens de vidéosurveillance mis en oeuvre doivent être
justifiés par rapport au but recherché pour ne pas enfreindre les lois du code du travail.

9.5 Démarches pour les lieux privés ouverts au public

Dans ce cas, le projet doit respecter à la fois les conditions nécessaires à la mise en place
d'un projet de vidéosurveillance dans les lieux publics et dans les lieux privés à la fois.
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 65 / 85
9.6 Les enregistrements

Dans l'hypothèse où le dispositif d'enregistrement fait appel à des moyens
informatiques, ce qui est généralement le cas pour des enregistrements effectués via
vidéosurveillance IP (par exemple l'alimentation d'un fichier informatique), un dossier de
déclaration préalable est à déposer auprès de la Commission Nationale de l'Informatique
et des Libertés.

Afin d'effectuer ces formalités, et notamment rédiger la déclaration CNIL, il convient de
recenser les informations relatives au dispositif d'enregistrement numérique qui sera mis
en œuvre (type de matériel et fournisseur, descriptif technique, modalités de stockage des
informations...) et de procéder ensuite à la rédaction des annexes (il n'existe en effet pas
de formulaire de déclaration simplifiée pour les traitements ayant pour finalité la
vidéosurveillance IP).
9.7 Risques encourus en cas de non respect de la loi
Quant aux sanctions applicables, le cadre juridique applicable est celui prévu par
l'article L.226-1 du Code Pénal qui punit d'un an d'emprisonnement et de 45.000 euros
d'amende le fait, au moyen d'un procédé quelconque, volontairement de porter atteinte à
l'intimité de la vie privée d'autrui :
- En captant, enregistrant ou transmettant, sans le consentement de leur auteur,
des paroles prononcées à titre privé ou confidentiel ;
- En fixant, enregistrant ou transmettant, sans le consentement de celle-ci, l'image
d'une personne se trouvant dans un lieu privé.
9.8 Résumé des déclarations et procédure à effectuer

Lieu public sans enregistrement : Cerfa préfecture + Affichage
Lieu public avec enregistrement : Cerfa préfecture + déclaration CNIL + Affichage
Lieu privé (lieu de travail ou chez soi par exemple) : pas de déclaration mais respect de la
loi du 6 janvier 1978 pour l'enregistrement et la conservation des fichiers videos






Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 66 / 85
10. POTENTIALITE DES TRAVAUX PRATIQUES :

Le système proposé permet aux étudiants futur technicien supérieur électronicien de
parcourir les champs technologiques :

• Télécommunications, téléphonie et réseaux téléphoniques
• Informatique, télématique et bureautique
• Multimédia, son et image, radio et télédiffusion
• Électronique embarquée
• Mesures, instrumentation et micro-systèmes


A l’aide des travaux pratiques proposés Les étudiants seront capable de :

ANALYSER l'existant
• A1 : Expliciter un schéma fonctionnel
TESTER et VALIDER un équipement ou un produit électronique
• T1 : Effectuer des tests en conformité avec une procédure établie sur un
équipement ou un produit
• T2 : Établir des procédures de tests sur une maquette
MAINTENIR et INSTALLER un équipement ou un produit en fonctionnement
• M1 : Installer et configurer un nouvel équipement ou produit
• M2 : Valider le bon fonctionnement de l'équipement ou du produit
ÉCHANGER des connaissances électroniques
• E1 : Exploiter une documentation technique en Français et en Anglais
• E3 : Transférer les acquis vers d'autres systèmes, objets ou structures.


Les prérequis :

TP10 : Le réseau Modbus, La mise en oeure de la Barrière et de la valise automate, Le
paramétrage de l’automate TSX Pemium et son coupleur ethernet, Architecture des
Réseau, le modéle CIM, L’adressage IPv4.

TP12 : L’apport de sonnaissance sur les fibres optiques, Les Formats vidéo.

TP20 : Anglais technique, Notion de langages de programmation interprété, Notion de
langage orienté objet, Notion de library

TP21 : Connaissance algorithmique de la boucle SI…ALORS, TP20 réussie


Savoirs nouveaux : L’adressage sans classe, les fibres optique, les capteurs CCD
CMOS, La compression MPEG4 et H264, La translation d’adresse, mesure de bande
passante video compressée, La programmation en java, La sécurité des biens et des
personnes par reconnaissances des formes, Installer un nouveau logiciel.
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 67 / 85
11. TRAVAUX PRATIQUES SERIE 1 :

TP10 (6h) : Mettre en œuvre le système
Caractériser des éléments constitutifs

Question 1 : Dresser une table d’affectation du réseau local
Question 2 : Configurer l’automate et son serveur web associé
Question 3 : Configurer la caméraIP
Question 4 : Câbler le système didactique en réseau

Ressources documents :
- Schneider pour la valise de communnication
- Routeur Netgear
- Caméra IP Velleman
- Barrière Sympact
- Pc portable+Windows










Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 68 / 85
TP12 (4h): Caractériser la connexion du flux vidéo provenant de la caméra

Question 1 : Mesurer et donner les différents débits de cette liaison en fontion des formats
de video. Compléter la bibliothèque des relevés pour un plan fixe d’une zone sombre,
d’une zone claire et d’un TILT Scan automatique
Question 2 : Visionner la vidéo sur la fabrication de la fibre optique. Mesurer le
pourcentage de la bande passante de la connexion (du Lycée) utilisée alors. Rechercher
les débits possibles grâce à la fibre optique.
Question 3 : La longueur d’onde de transmission est de 1310 nm, l’ indice de réfraction de
la fibre choisie est n1=1,466 et le numerical aperture est de 0,11 le diamètre de la fibre
est de 9 µm déterminer l’indice de réfraction équivalente n2 à la gaine de la fibre.
Question 4 : déterminer par calcul le mode de travail de la fibre si V<2,405 elle travaille en
en monomode.
Question 5 : Déterminer la sensibilité des récepteurs photodiodes au bout des fibres.
Question 6 : En début et en fin du réseau nous avons des connexions Ethernet par cuivre,
les débits mesurés à la question 1 sont ils identiques à ceux de la fibre optique de la
question 2, comment qualifie-t-on ces points dans un flux ?


Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 69 / 85
Bibliothèque de Relevés

Relevé 1 :

Réseau local 100 Mbits/s : Visualisation d’un plan fixe via Ipcam


Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 70 / 85
Relevé 2 :

Réseau Local Vidéo plan fixe



Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 71 / 85
Relevé 3

Réseau Local vidéo plan fixe




Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 72 / 85

Relevé 4

Réseau Local Vidéo camera en mode PAN automatique d’un endroit « foncé » vers en
endroit « clair » et ainsi de suite dans les conditions suivantes :



Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 73 / 85
Relevé 5

Réseau local Vidéo en plan fixe en faisant varier la qualité de compression















Section de
Dossier S
Relevé 20













Réseau s
Visualisat
http://www

Réseau lo














Etude et i
e Brevet d
Système &
0
ans fil abo
tion de
w.dailymot
ocal 100 M
mplément
e Technici
Pédagogiq
onnement 5
ion.com/vi
Mbits/s : Vi

tation d’u
ien Supérie
que 2011
512Kbits/s
deo/x1282
sualisation
ne videos
eur

N
de FT via
2c_fabiricat
n d’un plan
surveillanc
NIRLO YAN
wifi 54 Mb
tion-de-la-f
n fixe via Ip
ce routière
Lyc
NN
bits/s :
fibre-optiq
pCam
e avec DA
ée Roland
Pag
ue_tech
AI
Garros
ge: 74 / 855
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 75 / 85
12. LE TRAITEMENT VIDEO ET LA DETECTION D’OBJET AVEC LE LOGICIEL
PROCESSING.

12.1 Processing, l’outil de prototypage rapide


Processing is an open source programming language
and environment for people who want to program
images, animation, and interactions. It is used by
students, artists, designers, researchers, and
hobbyists for learning, prototyping, and production. It
is created to teach fundamentals of computer
programming within a visual context and to serve as
a software sketchbook and professional production
tool.
Processing is free to download and available for
GNU/Linux, Mac OS X, and Windows. To contribute
to the project's development, please visit http://dev.processing.org/, which includes bug
tracking and instructions for building the code, downloading the source, and creating
libraries and tools.
Processing is an open project initiated by Ben Fry and Casey Reas. It evolved from ideas
explored in the Aesthetics and Computation Group at the MIT Media Lab.

12.2 Les fonctionalités de traitement vidéo de Processing

Outre la capture, la lecture de vidéo ce logiciel possède des librairies implémentant la
fameuse fonction Blob() de reconnaissance de forme, nous allons la mettre en œuvre.



Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 76 / 85
13. TRAVAUX PRATIQUES SERIE 2:

TP20 (3h) : Utiliser le logiciel de prototypage rapide
Appréhender les différentes compression vidéo MPG4, H264

Question 1 : Télécharcher et installer la dernière version du logiciel
Questions 2 : Lancer le programme Processing et créer le nouveau fichier suivant



















/**
* Début avec Capture.
*
* Lire et afficher une image depuis une webcam connecté préalablement à
l'ordinateur.
*/

import processing.video.*;

Capture cam;

void setup() {

size(680, 480);
cam = new Capture(this, 320, 240);
cam.settings(); // Ouvrir les réglages.
}


void draw() {

if (cam.available() == true) {
cam.read();
image(cam, 10, 10);
}
}
void mousePressed() {
cam.settings(); //cliquer la fenêtre pour acceder de nouveau aux réglages.
}
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 77 / 85
Question 3 : Exécuter le programme et faites varier les différents réglagles en choisissant
différents codages et pour chaque codage les différentes qualités. Conclure sur le choix
du codage et les limites inférieures de réglages à adopter pour une bonne vision des
opérateurs.



Question 4 : En utilisant les Aides en ligne, compléter les commentaires du programmes.
Question 5 : Télécharger et installer la librairie BlobDetection

Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 78 / 85
TP21(3h) : Traiter la détection des formes sur un flux vidéo
Question 1 : Dans Processing charger le programme original_webcam.pde exécuter le.
Conclure sur le besoin auquel répond ce programme.
Question 2 : Réaliser la collaboration des classes dans ce programme.
Question 3 : On désire identifier à l’écran le numéro des Blobs des objets détectés à
l’écran, dans le coin supérieur droit du cadre de détection et écrire "ObjetNormal n°= ".
Quelle méthode de la class BlobDetection doit on utiliser.
Question 4 : Apporter les modifications nécessaire et tester votre programme.
//=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-
// Programme original_webcam
// BlobDetection by v3ga <http://processing.v3ga.net>
//=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-=-

import processing.video.*;
import blobDetection.*;

Capture cam;
BlobDetection theBlobDetection;
PImage img;
boolean newFrame=false;

// ==================================================
// setup()
// ==================================================
void setup()
{
// Size of applet
size(640, 480);
// Capture
cam = new Capture(this, 40*30, 30*30);
// BlobDetection
// img which will be sent to detection (a smaller copy of the cam frame);
img = new PImage(80,60);
theBlobDetection = new BlobDetection(img.width, img.height);
theBlobDetection.setPosDiscrimination(false);// true detecte clair, false le sombre
theBlobDetection.setThreshold(0.2f); // will detect bright areas whose luminosity > 0.2f;
}
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 79 / 85


// ==================================================
// captureEvent()
// ==================================================
void captureEvent(Capture cam)
{
cam.read();
newFrame = true;
}

// ==================================================
// draw()
// ==================================================
void draw()
{
if (newFrame)
{
newFrame=false;
image(cam,0,0,width,height);
img.copy(cam, 0, 0, cam.width, cam.height,
0, 0, img.width, img.height);
fastblur(img, 1);
theBlobDetection.computeBlobs(img.pixels);
drawBlobs();
}
}

// ==================================================
// drawBlobs()
// ==================================================
void drawBlobs()
{
noFill();
Blob b;
EdgeVertex eA,eB;
for (int n=0 ; n<theBlobDetection.getBlobNb() ; n++)
{
b=theBlobDetection.getBlob(n);
if (b!=null)
{
// Blobs
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 80 / 85



























strokeWeight(1);
stroke(255,0,0);
rect(
b.xMin*width,b.yMin*height,
b.w*width,b.h*height
);

}
}
}
// ==================================================
// Super Fast Blur v1.1
// by Mario Klingemann
// <http://incubator.quasimondo.com>
// Détecte les variations pixels de img dans un rayon proche
// ==================================================

void fastblur(PImage img,int radius)
{
if (radius<1){
return;
}
int w=img.width;
int h=img.height;
int wm=w-1;
int hm=h-1;
int wh=w*h;
int div=radius+radius+1;
int r[]=new int[wh];
int g[]=new int[wh];
int b[]=new int[wh];
int rsum,gsum,bsum,x,y,i,p,p1,p2,yp,yi,yw;
int vmin[] = new int[max(w,h)];
int vmax[] = new int[max(w,h)];
int[] pix=img.pixels;
int dv[]=new int[256*div];
for (i=0;i<256*div;i++){
dv[i]=(i/div);
}

yw=yi=0;
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 81 / 85



























for (y=0;y<h;y++){
rsum=gsum=bsum=0;
for(i=-radius;i<=radius;i++){
p=pix[yi+min(wm,max(i,0))];
rsum+=(p & 0xff0000)>>16;
gsum+=(p & 0x00ff00)>>8;
bsum+= p & 0x0000ff;
}
for (x=0;x<w;x++){

r[yi]=dv[rsum];
g[yi]=dv[gsum];
b[yi]=dv[bsum];

if(y==0){
vmin[x]=min(x+radius+1,wm);
vmax[x]=max(x-radius,0);
}
p1=pix[yw+vmin[x]];
p2=pix[yw+vmax[x]];

rsum+=((p1 & 0xff0000)-(p2 & 0xff0000))>>16;
gsum+=((p1 & 0x00ff00)-(p2 & 0x00ff00))>>8;
bsum+= (p1 & 0x0000ff)-(p2 & 0x0000ff);
yi++;
}
yw+=w;
}

for (x=0;x<w;x++){
rsum=gsum=bsum=0;
yp=-radius*w;
for(i=-radius;i<=radius;i++){
yi=max(0,yp)+x;
rsum+=r[yi];
gsum+=g[yi];
bsum+=b[yi];
yp+=w;
}
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 82 / 85














Question 5 : On désire maintenant réaliser une détection de nouvel objet à partir d’un seuil
de Blods afficher "NOUVEL objet n°= Y dans la fenêtre". Réaliser les modifications et
tester votre programme

Ressources des classes :



yi=x;
for (y=0;y<h;y++){
pix[yi]=0xff000000 | (dv[rsum]<<16) | (dv[gsum]<<8) | dv[bsum];
if(x==0){
vmin[y]=min(y+radius+1,hm)*w;
vmax[y]=max(y-radius,0)*w;
}
p1=x+vmin[y];
p2=x+vmax[y];

rsum+=r[p1]-r[p2];
gsum+=g[p1]-g[p2];
bsum+=b[p1]-b[p2];

yi+=w;
}
}

}
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 83 / 85

class EdgeVertex
This class is used by class BlobDetection to store points'coordinates when detecting edges of a blob. Its
dimensions are normalized.
Fields
float x, float y
Normalized coordinates of the vertex ( range [0;1] )
class Blob
This class is used by class BlobDetection to store blob informations such as position, center. Its dimensions are
normalized.
Fields
float x, float y
Normalized coordinates of the blob's center ( range [0;1] )
float w, float h
Normalized dimensions of the blob ( range [0;1] )
float xMin, float yMin, float xMax, float yMax
Normalized min/max coordinates of the blob ( range [0;1] )
Methods
int getEdgeNb()
Returns the number of edges for the blob.
EdgeVertex getEdgeVertexA (int iEdge)
EdgeVertex getEdgeVertexB (int iEdge)
Each detected blob maintains a list of edges. An edge is made of two points A and B (called edgeVertex). For a
given index, these two functions enable you to access them. Both of them have normalized coordinates (in the
range [0;1]). If the given index iEdge is not in the range [0;lineNumber-1], then the function returns null.
int getTriangleNb()
Each detected blob maintains a list of triangles (of class BlobTriangle) which is defining a "blob" polygon. The list
is filled if computeTriangles() method of BlobDetection class was called at initialization.
BlobTriangle getTriangle(int iTriangle)
Returns a reference to the ith triangle of the list. If the index iTriangle is outside the range [0;triangleNumber-1],
null is returned.
EdgeVertex getTriangleVertexA (BlobTriangle bTri)
EdgeVertex getTriangleVertexB (BlobTriangle bTri)
EdgeVertex getTriangleVertexC (BlobTriangle bTri)
These three functions allow you to access vertices that compose a triangle of a blob's polygon.

class BlobTriangle
This class is used by class Blob to store informations on a single triangle of a blob's polygon.
Fields
int iA, int iB, int iC
Indexes of EdgeVertices defining a triangle.
Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 84 / 85








class BlobDetection
Methods
BlobDetection (int imgWidth, int imgHeight)
Constructor of the class. Paramaters are the dimensions of the image on which the detection is going to be applied.
static void setConstants(int blobMaxNb, int blobLinesMaxNb, int blobTrianglesMaxNb) Will set all the constants for
memory allocation for differents objects used by all instances of BlobDetection class:
blobMaxNb is the maximum number of blobs that an instance of BlobDetection can store. (default value is 1000)
blobLinesMaxNb is the maximum number of edges ("lines") a single blob can store. (default value is 4000)
blobTrianglesMaxNb is the maximum number of triangles a single blob can store. (default value is 500)
void computeTriangles()
A call to this function will tell the BlobDetection instance to store polygon informations of each detected blob. By default,
polygons are not computed.
void setPosDiscrimination (boolean is)
If passed boolean value is true, the blob detection will attempt to find bright areas. Otherwise, it will detect dark areas
(default mode). This setting is very useful when you decide to compute polygons for each blob.
void setThreshold (float value)
BlobDetection analyzes image for finding dark or bright areas, depending on the selected mode. The threshold is a float
number between 0.0f and 1.0f used by the blobDetection to find blobs which contains pixels whose luminosity is inferior
(for dark areas) or superior (for bright areas) to this value.
void activeCustomFilter(Object parent)
Make a call to this function to allow BlobDetection to fire an event each time a blob has been found by calling the function
boolean newBlobDetectedEvent (Blob b), which has to be implemented in parent object passed to the BlobDetection.
Inside the callback, a boolean value has to be returned: true means 'keep this blob', false means 'discard this blob'.
void computeBlobs (int[] pixels)
Compute the blobs in the image.
int getBlobNb ()
Returns the numbers of blobs detected in an image.
Blob getBlob (int n)
Returns the blob whose index is n in the list of blobs. Returns null if n is outside the range [0;blobNumber-1].

Etude et implémentation d’une videosurveillance routière avec DAI
Section de Brevet de Technicien Supérieur Lycée Roland Garros

Dossier Système & Pédagogique 2011 NIRLO YANN Page: 85 / 85
14. RECETTE DU DOSSIER


Ce dossier a été inspiré par un fleuron de notre région, la Route des Tamarins, elle réunit
toutes les prouesses technologiques actuelles sur les ponts et chaussées mais aussi sur
la sécurité des biens et des personnes. La route des Tamarins a été livrée en juin 2009 et
elle remplit parfaitement sa mission, les jeunes réunionnais ont vécu ces travaux
grandioses et se l’ont appropriés. Il est tout à fait naturel que l’enseignement du génie
électrique dans l’académie de la Réunion puise ses pratiques sociales de références dans
cette œuvre pluritechnologique, nous en sommes qu’au début de cette collaboration et le
dossier présenté aujourd’hui mène des étudiants de brevets de techniciens supérieurs
vers l’acquisition de compétences et de connaissances basée sur un système qui fait
partie de leur quotidien tout en abordant le thème transversal de la sécurité routière.





Sign up to vote on this title
UsefulNot useful