You are on page 1of 27

Mathématiques – AN2 - Intégrales

AN2 - Intégrales
FC
- Corrigés des exercices -

Page 1 sur 27
AN2 - Intégrales – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN2 - Intégrales

1 Intégrale : définitions
1.3 Définitions Mathématiques
Démontrer les formules suivantes, en utilisant la somme de Riemann.
b

b

b

a

a

a

∫ ( f ( x ) + g ( x )).dx = ∫ f ( x ) .dx + ∫ g ( x ).dx

1.3.1

∫ ( f ( x ) + g ( x )) .dx = lim ∑ ( f ( λ ) + g ( λ ) ) .( x
b

n

n→∞

a

i

i =0

i

i +1

− xi ), λi ∈ [ xi , xi +1 ]

= lim ∑ f ( λ i ) . ( xi +1 − xi ) + lim ∑ g ( λ i ) . ( xi +1 − xi )
n

n →∞

n →∞

i =0

b

1.3.2

n

c

b

a

c

b

b

a

a

= ∫ f ( x ) .dx + ∫ g ( x ) .dx

i=0

f ( x ) .dx = ∫ f ( x ) .dx + ∫ f ( x ) .dx

a
b

∫ f ( x ) .dx =
a

∑ f ( λ ).( x

lim

Sup ( xi +1 − xi ) → 0

− xi ) . Or, quel que soit le réel c choisi dans l’intervalle [a ; b],

i +1

i

subdiv

toute subdivision, aussi fine soit-elle, contient c dans l’un de ses intervalles (n°k) dans lequel on pourra
prendre λk = c. La somme de Riemann considérée sur toute subdivision peut donc se décomposer en
deux sommes distinctes :
n
n
 k −1

lim ∑ f ( λ i ) . ( xi +1 − xi ) = lim  ∑ f ( λ i ) . ( xi +1 − xi ) + f ( λ k ) . ( xk +1 − xk ) + ∑ f ( λ i ) . ( xi +1 − xi )  .
n →∞
n →∞
i =0
i = k +1
 i =0

c

La première somme tend vers

f ( x ) .dx , le second terme vers 0 et la seconde somme vers

a

1.3.3

∀x ∈ [ a , b] , f ( x ) ≥ 0

∀i ,  xi , xi + 1 ] ⊂ [ a , b ] ⇒ ∀ λ i
d’où

1.3.4

n
0

∫ f ( x ) .dx .
c

∫ f ( x ).dx ≥ 0
∈  x , x ] , f ( λ ) ≥ 0
b

a

i +1

i

 f ( λ i ) ( xi +1 − xi )  ≥ 0

∀x ∈ [ a , b] , f ( x ) ≥ g ( x )

b

b

a

f ( λi )( xi +1 − xi ) ≥ 0

∫ f ( x ).dx ≥ 0
b

et

i

a

f ( x ) .dx ≥ ∫ g ( x ) .dx
b

a

b

On applique le résultat du 1.3.3 : ⇒ ∫ ( f ( x ) − g ( x ) ) .dx ≥ 0
a
b

b

a

a

On applique le résultat du 1.3.1 : ⇒ ∫ f ( x ) .dx − ∫ g ( x ) .dx ≥ 0 , soit :

b

a

f ( x ) .dx ≥ ∫ g ( x ) .dx

1.4 Valeur moyenne d’une fonction
1.4.1

Moyenne de la fonction carré sur [0 ; 2], sur [-2 ; 2]
2

1 2
1  x3  1 8 4
µ[0 ; 2] = ∫ x2 .dx =   = . =
2 0
2  3 0 2 3 3
2

1 2
1  x3 
1 8 −8
4
µ[-2 ; 2] = ∫ x2 .dx =   =  −  =
2

4
4  3  −2 4  3 3  3

Page 2 sur 27
AN2 - Intégrales – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

b

a

Mathématiques – AN2 - Intégrales
Moyenne de la fonction inverse sur [1/2 ; 2], sur [1/5 ; 5], sur [1/x, x] (puis x → +∞)

1.4.2

2
1 2 1
2
.dx =  ln ( x )  1
3 ∫1 2 x
2
3
2
2
2
= ln (2 ) − ln 1
= .2 ln ( 2 ) ≈ 0, 9242
2
3
3

µ 1


 2 ;2

=

(

( ))

µ 1

;x 
 x 

=

µ 1

;5
 5 

=

=

(

1
24


5

5
1
5
.dx =  ln ( x )  1
5
24
5 x

5
1

( ) ) = 245 .2 ln ( 5) ≈ 0, 6706

5
ln ( 5 ) − ln 1
5
24

2 ln ( x )
2 ln ( x )
, expression équivalente à
pour x tendant vers + ∞, qui tend vers 0 .
x
x−1
x

Moyenne de la fonction sinus de 0 à π/2, de 0 à π

1.4.3

µ

π
 0; 2 

=

µ [0 ; π ] =

 2
1 π2
2
 π
sin ( x ) .dx =  − cos   + cos ( 0 )  = ≈ 0, 6366

0
π
π
2
 π
2

1 π
1
2
sin ( x ) .dx = ( − cos ( π ) + cos ( 0 ) ) = ≈ 0, 6366

0
π
π
π

1.4.4

Valeur efficace de la fonction sinus sur une période

µeff =

1 2π 2
1 2 π 1 − cos ( 2 x )
sin ( x ) .dx =
.dx

0

2π ∫0
2

1  x sin ( 2 x ) 
1
1
=
.π =
≈ 0, 7071
 −
 =
2π  2
4 0

2

La valeur efficace d’une fonction s’apparente à une
moyenne quadratique. Elle n’est pas la valeur
moyenne de la fonction sur l’intervalle, telle que définie plus haut, qui, elle, s’apparente à une
moyenne arithmétique.
Ici, µeff est la valeur que prend la fonction sinus lorsque sa variable se trouve à sa « position moyenne »
dans son cycle (la fonction sinus, de 0 à 2π, suit quatre phases qu’on peut considérer identiques moyennant
des symétries : croissance sur [0 ; π/2], décroissance sur [π/2 ; π], décroissance sur [π ; 3π/2], croissance sur
[3π/2 ; 2π] ; la position moyenne de l’argument dans la première phase est π/4, et sin(π/4) = 1/√2).

Page 3 sur 27
AN2 - Intégrales – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN2 - Intégrales

2 Primitives d’une fonction continueDéfinition et résultat immédiat
2.1 primitives de fonctions usuelles
F ( x ) = ∫ cos3 x.dx

2.1.1

3

 eix + e −ix  1 i 3 x
1  ei 3 x + e −3ix
eix + e − ix 
ix
− ix
−3ix
=
+
+
+
=
+
cos ( x ) = 
e
3e
3e
e
3
(
)



2
4
2
2

 8

1
3
= cos ( 3 x ) + cos ( x )
4
4
3
1
3
1

F ( x ) = ∫  cos ( 3 x ) + cos ( x )  .dx = ∫ cos ( 3 x ) .dx + ∫ cos ( x ) .dx
4
4
4
4


1
3
= sin ( 3 x ) + sin ( x ) + K
12
4
3

2.1.2

F ( x) = ∫

2 x2 − x + 2
.dx
2x − 3

5
.dx . Le dernier terme est de type k.u’/u et sa primitive
2x − 3
x2
5
est une fonction logarithme : F ( x ) = + x + ln 2 x − 3 + K .
2
2

Par division polynomiale : F ( x ) = ∫ x + 1 +

2.1.3 GI FA 2010 – test 1 – Linéarisation et calcul de primitive
1. Linéariser à l’aide des formules d’Euler sin2x × cos4x.
2

4

 eix − e − ix   eix + e − ix 
1
ix
− ix 2
ix
− ix 4
sin ( x ) cos ( x ) = 
 
 = 6 2 (e − e ) (e + e )
2
 2i
 
 2i
1
= − ( e2 ix − 2 + e−2ix )( e4 ix + 4e2ix + 6 + 4e−2ix + e−4 ix )
64
1
= − ( e6 ix + 4e4 ix + 6e2ix + 4 + e−2ix − 2e 4 ix − 8e2 ix − 12 − 8e−2ix − 2e −4 ix + e2ix + 4 + 6e−2ix + 4e −4 ix + e −6 ix )
64
1
1
= − ( e6 ix + e −6 ix + 2e4 ix + 2e−4 ix − e2 ix − e −2ix − 4 ) = − ( 2 cos ( 6 x ) + 4 cos ( 4 x ) − 2 cos ( 2 x ) − 4 )
64
64
cos ( 6 x ) cos ( 4 x ) cos ( 2 x ) 1
1
= ( − cos ( 6 x ) − 2 cos ( 4 x ) + cos (2 x ) + 2 ) = −

+
+
32
32
16
32
16
2

4

2. Trouver ainsi une primitive de la fonction f : x ֏ f ( x) = sin 2 x × cos 4 x
 cos ( 6 x )

∫ sin ( x ) cos ( x ) .dx = ∫  −
2

4

32

cos ( 4 x )
16

+

cos ( 2 x )
32

+

sin ( 6 x ) sin ( 4 x ) sin ( 2 x ) 1
1

+
+ x+ K
 .dx = −
16 
6 × 32
4 × 16
2 × 32 16

« Pour aller plus loin » :
2.1.4

F ( x) = ∫

x +1

( x − 1)

2

.dx

B
A + Bx − B
. Par identification : B = 1 et A = 2. (on
=
2
x

1
( x − 1) ( x − 1)
( x − 1)
pouvait aussi remarquer que le numérateur, x + 1, vaut x – 1 + 2)
2
x +1
2
1
F ( x) = −
+ ln x − 1 + K
F ( x) = ∫
.dx = ∫
.dx + ∫
.dx
2
2
x −1
x −1
( x − 1)
( x − 1)

Décomposons la fraction :

x+1

2

=

A

2

+

Page 4 sur 27
AN2 - Intégrales – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN2 - Intégrales
F ( x) = ∫

2.1.5

x2 + x − 2
.dx
x2 − x − 2

x2 + x − 2
2x
2x
=1+ 2
d’où : F ( x ) = x + ∫ 2
.dx = x + G ( x )
2
x − x −2
x − x−2
x − x −2
(on pouvait aussi remarquer que le numérateur, x² + x - 2, vaut x² – x – 2 + 2x)
Faisons apparaître, pour déterminer G(x), la dérivée du dénominateur au numérateur :
2x − 1 + 1
2x − 1
dx
dx
G ( x) = ∫ 2
.dx = ∫ 2
.dx + ∫ 2
= ln x2 − x − 2 + ∫ 2
x − x −2
x − x−2
x − x−2
x − x−2
dx
H ( x) = ∫ 2
. Factorisons le dénominateur : x2 − x − 2 = ( x + 1 )( x − 2 )
x − x −2
1
1
1
et décomposons la fraction rationnelle : 2
=

x − x − 2 3 ( x − 2 ) 3 ( x + 1)
Par division polynomiale :

H ( x) =

1 dx
1 dx
1
1
1 x−2
− ∫
= ln x − 2 − ln x + 1 + K = ln
+K

3 x −2 3 x +1 3
3
3 x +1
1 x−2
F ( x ) = x + ln x 2 − x − 2 + ln
+K
3 x +1

2.2 Lien entre primitive et intégrale
I = ∫ x 3 (1 − x ) .dx
1

2.2.1

3

0

I = ∫ x3 (1 − 3x + 3x2 − x3 ) .dx = ∫ ( x3 − 3x4 + 3x5 − x6 ) .dx
1

1

0

0

1

 x4 3x5 x6 x7  1 3 1 1 35 84 70 20
1
I = −
+ −  = − + − =

+

=
 4 5 2 7 0 4 5 2 7 140 140 140 140 140

2.2.2

8

(

)

I = ∫ 1 + 3 x .dx
0

8

1


 3 4
3
3
I = ∫ 1 + x 3 .dx = x + x 3  = 8 + 3 84 = 8 + 24 = 20
0
4
4


 4 0
8

2.2.3

−1  1
1 
I = ∫  2 − 3  .dx
−3
x
x

−1

1  1 1  10
 1 1 
I = ∫ ( x − x ) .dx = − + 2  = 1 + −  +  =
−3
2  3 18  9
 x 2x −3
−1

−2

−3

2.3 Utilisation des symétries ou de la périodicité
2.3.1

I n = ∫ sin ( x ) .dx
0

La fonction est périodique de période π, sa courbe est une « sinusoïde redressée », donc :

π

0

0

π

I n = ∫ sin ( x ) .dx = n ∫ sin ( x ) .dx = n −
 cos ( x ) 0 = 2n

Page 5 sur 27
AN2 - Intégrales – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN2 - Intégrales

3 Procédés d’intégration
3.1 Le changement de variable
I =∫

3.1.1

8

3

dx
1+ x

avec u = 1 + x
3
3
1
.2u.du = 2∫ du = 2[u] = 2( 3 − 2) = 2
2 u
2
2

I =∫

x = u2 – 1 ; différentielle : dx = 2u.du
I=∫

3.1.2

1

0

1 − x 2 .dx avec

3

x = sin t

différentielle : dx/dt = cos(t), donc dx sera remplacé par cos(t).dt
bornes : t = arcsin(x). Si x varie de 0 à 1, alors t varie de 0 à π/2
expression : t = arcsin(x) est un arc de cosinus positif, donc 1 − x2 = 1 − sin2 ( t ) = cos ( t )
π
2
0

π
2
0

I = ∫ cos2 ( t ) .dt = ∫
F ( x) = ∫

3.1.3

π

1 + cos( 2t )
 t sin ( 2t )  2
.dt =  +

2
4 0
2

sin x
a + b cos x

avec u = a + b cos x

différentielle : du = -b.sin(x).dx
F ( x) = ∫

3.1.4

cos ( ln ( x ) )
x

 π/2 0  0 0 π
=
+  − +  =
 2 4 2 4 4

ln u
1 du
1 du
1
F ( x) = ∫ ⋅
=− ∫
=−
+ K = − ln a + b.cos ( x ) + K
u −b
b u
b
b

.dx avec u = ln ( x )
F ( x ) = ∫ cos ( u ) .du = sin ( u ) + K = sin ( ln ( x ) ) + K

différentielle : du = dx/x

F ( x ) = ∫ sin (2 x ) cos3 ( 2 x ) .dx avec u = cos ( 2 x )

3.1.5

F ( x) = ∫ −

différentielle : du = -2.sin(2x).dx

cos ( 2 x )
u3
u4
.du = − + K = −
+K
2
8
8

1
.dx avec x = 3u
9 + x2
différentielle : dx = 3.du
1
1 1 1
1
1
1  π  π  π
I= ∫
.du = arctan ( u) −1 = ( arctan (1) − arctan ( −1) ) =  −  −  =
2

1
3 1 +u
3
3
3  4  4  6
3

3.1.6

I =∫

3.1.7

I = ∫ x 1 + x .dx avec u = 1 + x

−3

3

0

différentielle : x = u2 – 1, donc dx = 2u.du
2

 u5 u3 
  32 8   1 1  116
I = ∫ ( u − 1) .u.2u.du = 2∫ ( u − u ) .du = 2  −  = 2  −  −  −  =
1
1
 5 3 1   5 3   5 3  15
2

2

2

4

2

3

I = ∫ x 1 + x.dx avec u = 1 + x
0

π

3.1.8

I = ∫ 4 sin3 ( 2x) .dx en écrivant sin2(2x) = 1 – cos2(2x), puis u = cos(2x)
0

π

π

On peut écrire : I = ∫ 4 sin2 ( 2x) .sin ( 2x) .dx = ∫ 4 (1 − cos2 (2x) ) .sin (2x) .dx
0

0

Page 6 sur 27
AN2 - Intégrales – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

4

Mathématiques – AN2 - Intégrales
On effectue le changement de variable suivant : u = cos(2x), donc du = -2sin(2x).dx.
0

1 0
1  u3  1   1   1
 1
I = ∫ (1 − u ) . − .du = ∫ ( u2 − 1) .du =  − u =  − − 1  =
1
2 1
2  3 1 2   3   3
 2
0

3.1.9

2

x2

F ( x) = ∫

.dx avec u = 2 x + 1

2x + 1

différentielle : u 2 = 2 x + 1 ⇔ x =

F ( x) = ∫

(u

2

− 1)

2

4u

(2 x + 1)

soit : F ( x ) =

3.1.10 F ( x ) = ∫

.u.du =

20

(x

x3
2

+ 1)

3

u2 − 1
⇒ dx = u.du
2

2
1
1
u5 u3 u
2
4
2
u

1
.
d
u
=
u

2
u
+
1
.
d
u
=
(
)
(
) 20 − 6 + 4 + C
4∫
4∫

5

(2 x + 1)

3

6

+

2x + 1
+K
4

.dx avec u = x2 + 1

différentielle : du = 2x.dx
1
1
1 + 2 x2
( u − 1 ) .du = 1  1 − 1  .du = − 1 + 1 + K =
F ( x) = ∫

+
K
=

+K


2
2
2
2u 3
2 ∫  u2 u3 
2u 4u 2
4 (1 + x2 ) 2 (1 + x )
4 (1 + x2 )

« Pour aller plus loin » :
3.1.11 F ( x ) = ∫

(x

x3
2

+1

)

2

.dx avec u = x 2

différentielle : du = 2x.dx
u.du
u
1
1
. Décomposons la fraction :
. On obtient :
F ( x) = ∫
=

2
2
2
2 ( u + 1)
( u + 1) 1 + u (1 + u )

F ( x) = ∫

ln ( x + 1 )
ln ( u + 1)
du
du
1
1
−∫
=
+
+K =
+
+K
2
2
2 (u + 1)
2
2 (u + 1)
2
2 ( x + 1)
2 (u + 1)
2

On aurait également pu poser : v = x2 + 1 ⇒ dv = 2 x.dx . Ainsi, on aurait obtenu :

F ( x) = ∫

( v − 1) .dv = 1
2v

3.1.12 F ( x ) = ∫

2

cos 4 ( x )
sin ( x )

1

ln ( v ) 1
1
+ + K , même résultat.
.dv =
2 
2
2v

 −
2 ∫ v v

.dx avec u = cos ( x )

dx
du
du
du
=− 2 =−
=−
2
sin x
sin x
1 − cos x
1 − u2
u4
u4
Notre primitive s’écrit alors : F ( x ) = ∫ −
.
d
u
=
∫ u 2 − 1 .du .
1 − u2
En effectuant en premier lieu la division polynomiale, puis la décomposition de la fraction rationnelle
u4
1
1
restante on obtient : 2
= u2 + 1 +

u −1
2 ( u − 1 ) 2 ( u + 1)

différentielle : du = -sin(x).dx dx = −

et F ( x ) =

du
sin x

,

cos3 ( x )
u3
1
1
1 cos ( x ) − 1
+ u + ln u − 1 − ln u + 1 + K =
+ cos ( x ) + ln
+K .
3
2
2
3
2 cos ( x ) + 1

Page 7 sur 27
AN2 - Intégrales – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN2 - Intégrales
x
.dx avec u = x2
x − x2 − 2
différentielle : du = 2x.dx
1
1
F ( x) = ∫ 2
.du . Décomposons la fraction : au dénominateur, nous avons un polynôme que
2 u −u −2
nous pouvons factoriser (ses racines sont –1 et 2) : u2 – u – 2 = (u + 1)(u – 2).
1
1
1
Ainsi nous décomposons la fraction rationnelle : 2
=

u − u − 2 3 ( u − 2 ) 3 ( u + 1)

3.1.13 F ( x ) = ∫

F ( x) =

4

1  1
1 
1 du 1 du 1
1
1 x2 − 2

.
d
u
=

=
ln
u

2

ln
u
+
1
+
K
=
ln
+K
6 ∫  u − 2 u + 1 
6 ∫ u −2 6 ∫ u +1 6
6
6 x2 + 1

3.1.14 F ( x ) = ∫

F ( x) = ∫

dx
a cos ( x ) + b2 sin 2 ( x )
2

2

avec factorisation par cos2(x) puis u = tan(x)

1
dx
. 2
2
a + b tan ( x ) cos ( x )
2

2

du
.
b2 2
1+ 2 u
a
b
b
On effectue un deuxième changement de variable : v = u ⇒ dv = du .
a
a
1 a dv
1
dv
1
1
1
b 
b

F ( x) = 2 ∫ .
=
=
arctan ( v ) + K =
arctan  u  + K =
arctan  tan ( x )  + K
2
2

a
b 1+v
ab 1 + v
ab
ab
ab
a 
a

u = tan x ⇒ du =

du
1
dx
= 2
, d’où : F ( x ) = ∫ 2
2 2
2
a +b u
a
cos x

x +1

3.1.15 F ( x ) = ∫

x2 + 2 x

.dx

Nous avons deux possibilités : une rapide, une plus longue !
La « Rapide » de tête ! : on remarque que le numérateur est égal à la dérivée de l’expression sous la rau′ ( x )
cine divisée par deux soit : F ( x ) = ∫
.dx . On reconnaît donc immédiatement :
2 u ( x)
F ( x ) = u ( x ) + K = x2 + 2 x + K

La « plus longue » mais plus sûre ! : On effectue un changement de variable comme suit :
du
d’où :
u = x2 + 2 x ⇒ du = ( 2 x + 2 ) .dx = 2 ( x + 1 ) .dx ⇔ ( x + 1 ) .dx =
2
du
F ( x) = ∫
= u + K = x2 + 2 x + K
2 u

3.2 L’intégration par parties
3.2.1

1

I = ∫ xe x .dx
0

Intégrons par parties : u = x et v’ = ex ; u’ = 1 et v = ex
I =  x.e x  − ∫ e x .dx =  x.e x  − e x  = ( x − 1) .e x  = 0 − ( −1 ) = 1
0
0
0
0
0
1

3.2.2

1

1

1

1

F ( x ) = ∫ ( ax + b ) e x .dx

Intégrons par parties : u = ax + b et v’ = ex ; u’ = a et v = ex
F ( x ) = ( ax + b ) .e x − ∫ a.e x .dx = ( ax + b ) .e x − a.e x + K = ( ax + b − a ) .e x + K

Page 8 sur 27
AN2 - Intégrales – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN2 - Intégrales

3.2.3

e

I = ∫ x 2 ln x.dx
1

Intégrons par parties : u = ln(x) et v’ = x2 ; u’ = 1/x et v = x3/3
e

e

e

2
e x
 x3

 x3
  x3  e3 e3 1 2e3 + 1
.dx =  ln ( x ) −   = − + =
I =  ln ( x )  − ∫
9
3
1 1 3
3
1  9 1 3 9 9

3.2.4

F ( x ) = ∫ x sin x cos x.dx

1
x sin ( 2 x ) .dx . Intégrons par parties : u = x et v’ = sin(2x) ; u’ = 1 et v = -1/2.cos(2x)
2∫
1 1
1
1
1

F ( x ) =  − x.cos (2 x ) − ∫ − cos ( 2 x ) .dx  = − x.cos (2 x ) + sin ( 2 x ) + K
2 2
2
4
8

F ( x) =

« Pour aller plus loin » :
3.2.5

F ( x ) = ∫ x 5 sin ( 2 x ) .dx

Intégrations par parties successives :
u = x5 et v’ = sin2x ; u’ = 5x4 et v = -1/2.cos2x
x5
x5
5
 1
F ( x ) = ∫ x 5 sin ( 2 x ) .dx = − cos ( 2 x ) − ∫ 5 x 4 ⋅  −  cos ( 2 x ) .dx = − cos ( 2 x ) + ∫ x 4 cos ( 2 x ) .dx
2
2
2
 2
u = x4 et v’ = cos2x ; u’ = 4x3 et v = 1/2.sin2x
x4
1
x4
G1 ( x ) = ∫ x 4 cos ( 2 x ) .dx = sin ( 2 x ) − ∫ 4 x3 . sin ( 2 x ) .dx = sin ( 2 x ) − 2∫ x3 sin (2 x ) .dx
2
2
2
5
5
4
x
5
x
5x
F ( x ) = − cos (2 x ) + G1 ( x ) = − cos ( 2 x ) +
sin ( 2 x ) − 5∫ x3 sin ( 2 x ) .dx
2
2
2
4
u = x3 et v’ = sin2x ; u’ = 3x2 et v = -1/2.cos2x
x3
x3
3
 1
G2 ( x ) = ∫ x3 sin ( 2 x ) .dx = − cos ( 2 x ) − ∫ 3x2 ⋅  −  cos (2 x ) .dx = − cos (2 x ) + ∫ x2 cos ( 2 x ).dx
2
2
2
2


x5
5 x4
cos (2 x ) +
sin ( 2 x ) − 5G2 ( x )
2
4
x5
5x4
5x 3
15
= − cos ( 2 x ) +
sin (2 x ) +
cos (2 x ) − ∫ x2 cos ( 2 x ) .dx
2
4
2
2
u = x2 et v’ = cos2x ; u’ = 2x et v = 1/2.sin2x
x2
1
x2
G3 ( x ) = ∫ x2 cos (2 x ) .dx = sin ( 2 x ) − ∫ 2 x ⋅ sin ( 2 x ) .dx = sin (2 x ) − ∫ x sin (2 x ) .dx
2
2
2
5
4
3
x
5x
5x
15
F ( x ) = − cos (2 x ) +
sin ( 2 x ) +
cos ( 2 x ) − G3 ( x )
2
4
2
2
5
4
3
x
5x
5x
15 x2
15
F ( x ) = − cos (2 x ) +
sin ( 2 x ) +
cos ( 2 x ) −
sin ( 2 x ) + ∫ x sin ( 2 x ) .dx
2
4
2
4
2
u = x et v’ = sin2x ; u’ = 1 et v = -1/2.cos2x
x
1
x
1
G4 ( x ) = ∫ x sin ( 2 x ) .dx = − cos ( 2 x ) − ∫ − cos (2 x ) .dx = − cos ( 2 x ) + sin ( 2 x ) + K
2
2
2
4
5
4
3
2
x
5x
5x
15 x
15
F ( x ) = − cos (2 x ) +
sin ( 2 x ) +
cos (2 x ) −
sin ( 2 x ) + G4 ( x )
2
4
2
4
2
5
4
3
2
x
5x
5x
15 x
15 x
15
F ( x ) = − cos ( 2 x ) +
sin ( 2 x ) +
cos ( 2 x ) −
sin ( 2 x ) −
cos ( 2 x ) + sin (2 x ) + K
2
4
2
4
4
8
F ( x) = −

Page 9 sur 27
AN2 - Intégrales – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN2 - Intégrales

3.3 Intégrales doubles
1

1

∫ ∫

I=

3.3.1

xy.dx.dy

x =0 y =0

I=∫

x =1

x =0

x

I=

3.3.2

(∫

y =0

1

1

)

y =1

y.dy .dx = ∫

x =1

x =0

∫ ∫

xe xy .dx.dy

(∫

e xy .dy .dx = ∫

x.dx × ∫

x =1

x =0

1

1

 x2   y2 
1 1 1
y.dy =   ×   = × =
 2 0  2 0 2 2 4

x =0 y =0

I=∫

x =1

x =0

x.

2

y =0

)

y =1

x =1
 e xy 
x.   .dx = ∫ ( e x − 1 ) .dx = ( e − 1 ) − (1 − 0 ) = e − 2
x =0
x =0
 x  y =0
x =1

2

∫ ∫

I=

3.3.3

y =1

xye x + y .dx.dy

x =0 y =0

I =∫

x =2

x =0

y =2
y =0

x. y.e x .e y .dx.dy = ∫

x =2
x =0

x.e x .

(∫

y =2
y =0

)

y.e y .dy .dx = ∫

x =2
x =0

x.e x .dx × ∫

y =2
y =0

y.e y .dy

Ces deux intégrales sont égales (même fonction, mêmes bornes, seul le nom de la variable diffère). On
trouve leur valeur commune en effectuant une intégration par parties :

u = x et v’ = ex ; u’ = 1 et v = ex.

2

0

2

2

2

0

0

0

xe x .dx =  xe x  − ∫ e x .dx = 2e2 − e x  = 2e2 − e2 + 1 = e2 + 1

d’où I = ( e2 + 1) = e4 + 2e2 + 1
2

I=

3.3.4

2 y =3 − x

1

∫ ∫ (x + y)

3

.dx.dy

x =1 y =1

2
 y = 3− x

1


.
d
y
.
d
x
=
3
∫ ∫
∫=1 J ( x ).dx

x =1  y =1 ( x + y )
x

2

I=

y =3− x

J ( x) = ∫
I =∫

y =3− x
y =1



1
.dy =  −

3
2
(x + y)
 2 ( x + y )  y =1
1

=−

1
2( x + 3 − x)

2

+

1
2 ( x + 1)

2

=−

1
1
+
18 2 ( x + 1 )2

x =2



1
1 
1
x
1 2 1 1
1

−  .dx =  −
−  =− − + +
=
2
x =1 

18
2
x
+
1
18
6
18
4
18
36
)
 (
 x =1
 2 ( x + 1)

x =2

π
2
Cette intégrale double se décompose en deux intégrales simples comme suit :
π
π
 π2 − x

2
2
I = ∫ cos ( x ) .  ∫ cos ( y ) .dy  .dx = ∫ cos ( x ) .J ( x ) .dx
x =0
y =0
x =0

3.3.5

I = ∫∫ cos x cos y.dx.dy avec x ≥ 0, y ≥ 0, x + y ≤

π

π

−x

J ( x ) = ∫ 2 cos ( y ) .dy = sin ( y ) 02
y =0

π
2
x =0

On obtient alors : I = ∫

−x

π

= sin  − x  = cos ( x ) .
2

cos2 ( x ) .dx =

π
2
x =0

1
2∫

π

 sin ( 2 x )
2
( cos ( 2x ) + 1) .dx = 12  2 + x  = 4π

0

Page 10 sur 27
AN2 - Intégrales – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN2 - Intégrales

I = ∫∫ ( x + y ) sin x sin y.dx.dy sur [0 ; π] × [0 ; π]

3.3.6
I=∫

π

x =0

π
y =0

x.sin ( x ) .sin ( y ) .dx.dy + ∫

π

x =0

π
y =0

y.sin ( x ) .sin ( y ) .dx.dy = I1 + I2

Or on note que les deux expressions en x et y sont identiques (échanger les notations x et y dans l’une
donne l’écriture de l’autre) donc : I1 = I2 et ainsi I = 2I1.

I = 2∫
= 2∫

π

π

x.sin ( x ) .sin ( y ) .dx.dy = 2 ∫

x =0 y =0

π
x =0

π

x =0

x.sin ( x ) .dx × ∫

π
y =0

x.sin ( x ) .

(∫

π
y =0

)

sin ( y ) .dy .dx

sin ( y ) .dy

Pour la première : intégrons par parties : u = x et v’ = sin(x) ; u’ = 1 et v = -cos(x), donc
π

π

−
 x.cos ( x ) 0 − ∫0 − cos ( x ) .dx = π + sin ( x )  0 = π
π

La deuxième intégrale vaut :

π

π

y =0

sin ( y ) .dy =  − cos ( y )  0 = 2

D’où :

I = 4π

3.4 Intégrales triples
I=∫

3.4.1

x =1

y =2

∫ ∫

z =3

x =−1 y =−2 z =−3

x =1

I =∫

y =2

x =−1 y =−2

x. y.

(∫

x. y.z.dx.dy.dz

)

z =3

z.dz .dx.dy = ∫

z =−3

x =1

x =−1

x.

( ∫ y.( ∫
y =2

z=3

y =−2

z =−3

) )

z.dz .dy .dx = ∫

x =1

x =−1

x.dx × ∫

y =2
y =−2

y.dy × ∫

z=3

z =−3

z.dz

Nous
avons trois intégrations de fonctions impaires avec des bornes symétriques par rapport à l’origine. Ces
trois intégrales sont nulles et I = 0
I=∫

3.4.2

x =1

y =2

∫ ∫

z =3

x =−1 y =−2 z =−3

I =∫

x =1

x =−1

x2 .dx × ∫

y =2
y =−2

x 2 z 3 .dx.dy.dz

dy × ∫

z =3
z =−3

z 3 .dz . Nous notons que l’intégrale sur z est nulle car portant sur une fonc-

tion impaire avec des bornes symétriques par rapport à l’origine.
I=∫

3.4.3

a.cos(θ )

r =0

I=∫

θ =0

(∫

a .cos(θ )

r =0

π

∫θ ∫ϕ
=0

)

=0

I=0

r.sin ( 3ϕ ) .dϕ .dθ .dr

r.dr .dθ × ∫

π

ϕ =0

sin ( 3ϕ ) .dϕ

 2 π  r 2  a.cos(θ )
  cos ( 3ϕ )  π  2 π a2
  1  1 
2
I = ∫  
.dθ  ×  −
 =  ∫θ = 0 cos (θ ) .dθ  ×  −  −  
 θ =0  2  0
 
3 0 
2
  3  3 


1
cos ( 2θ ) = 2 cos2 (θ ) − 1 ⇔ cos2 (θ ) = ( cos ( 2θ ) + 1)
2
a2
2 a2
I =∫
cos2 (θ ) .dθ × =
θ =0 2
3 6

0

2
 sin ( 2θ )

( cos (2θ ) + 1) .dθ = a6  2 + θ 

0

« Pour aller plus loin » :
3.4.4

I = ∫∫∫ z.dx.dy.dz avec x ≥ 0, y ≥ 0, z ≥ 0, x + y + z ≤ 1

Cette intégrale triple s’écrit sous la forme de trois intégrales simples :
 
 


I xyz = ∫  ∫  ∫ z.dz .dy  .dx = ∫ I yz .dx ; I yz = ∫  ∫ z.dz .dy = ∫ I z .dy ; I z = ∫ z.dz


x y z
 
x
y z

y
z
On a 0 ≤ z ≤ 1 − ( x + y ) donc z varie de 0 à 1 − ( x + y ) , d’où :

Page 11 sur 27
AN2 - Intégrales – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

I=

π a2
3

Mathématiques – AN2 - Intégrales
Iz = ∫

1− ( x + y )

z=0

1−( x + y )

 z2 
z.dz =  
 2  z =0

=

(

2
1
1
(1 − ( x + y ) ) = 2 1 − 2 ( x + y ) + ( x + y )2
2

(

)

)

1
1
2
1 − 2 x − 2 y + x2 + 2 xy + y 2 ) = y 2 + 2 y ( x − 1) + ( x − 1)
(
2
2
Comme 0 ≤ 1 − ( x + y ) , on obtient y ≤ 1 − x . y décrit toutes les valeurs de 0 à 1 - x, d’où :
Iz =

(

1− x

)

1 1− x 2
1  y3
2
2
I yz = ∫ I z .dy = ∫
y + 2 y ( x − 1) + ( x − 1) .dy =  + y 2 ( x − 1) + y ( x − 1) 
y =0
y
=
0
2
2 3
 y =0
1− x

3
 (1 − x )3
1  (1 − x )
3
3
I yz = 
− (1 − x ) + (1 − x )  =

2  3
6

Comme x est positif et 0 ≤ y ≤ 1 − x c’est à dire 0 ≤ 1 − x , x varie de 0 à 1, d’où :
1
1 1
I xyz = ∫ I yz .dx = ∫ (1 − 3 x + 3 x2 − x3 ) .dx
x=0
6 x =0

1

1 3
1 
1 3
1 1
I xyz =  x − x2 + x3 − x 4  =  1 − + 1 −  =
6 2
4  x =0 6  2
4  24
Une version sensiblement plus simple :
 
 


I zxy = ∫ z  ∫  ∫ dy .dx  .dz = ∫ z.I xy .dz I xy = ∫  ∫ dy .dx = ∫ I y .dx I y =∫ dy






z  x y
z
x y
x
y
 

Iy = ∫

y =1 − x − z
y =0

I xy = ∫

x =1− z

x =0

I zxy = ∫

z =1

z =0

dy = [ y ]0

1− x − z

I y .dx =∫

x =1 − z

x =0

z.I xy .dz = ∫

z =1

z =0

=1− x − z

(1 − x − z ) .dx =  x −

(1 − z )

2

z

2


(1 − z ) − 1 − z z = (1 − z )
x2
− xz 
=1− z −
( )
2
2
2
 x =0
x =1 − z

2

2

1

1 z =1
1  z2 2 z3 z 4  1  1 2 1  1
dz = ∫ ( z − 2z 2 + z 3 ) .dz =  −
+  =  − + =
2 z =0
2 2
3
4  0 2  2 3 4  24

3.5 Complément : intégrales multiples et changement de variable
Exercices complémentaires (non exigibles)
Calculer l’intégrale de la fonction d’expression f (x, y) = (x + y)2 sur le disque D centré à l’origine
et de rayon 1 (on effectuera un changement de variables en coordonnées polaires).
L’avantage des coordonnées polaires réside en une écriture aisée des bornes d’intégration (disque centré sur l’origine). Passage des coordonnées polaires aux coordonnées cartésiennes :
x = r.cos t et y = r.sin t.

3.5.1

On a vu en cours que la matrice jacobienne donnait dx.dy = r.dr.dt.
f (x, y) = (x + y)2 = x2 + y2 + 2xy = r2 + 2r2cost.sint = r2(1 + sin(2t)). L’intégrale est alors :

I =∫

1

r =0

(∫

t =0

)

r 3 (1 + sin ( 2t ) ) .dt .dr = ∫

1

r =0

r 3 .dr × ∫

t =0

(1 + sin (2t ) ).dt

1  cos (2t ) 
1 
1 
1  π
= × t −
 = ×   2π −  −  0 −   =
4 
2 0
4 
2 
2  2

Page 12 sur 27
AN2 - Intégrales – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN2 - Intégrales
3.5.2

Calculer l’intégrale de la fonction d’expression f (x, y, z) = (x² + y²)|z| sur un domaine tridimensionnel : la boule B centrée à l’origine et de rayon 1. On utilisera pour cela les coordonnées sphériques r, ϕ , θ, décrites dans cet ordre (« altitude, longitude, latitude »), en précisant que
x = r.cos (θ ).cos (ϕ ) , y = r.cos (θ ).sin (ϕ ) et z = r.sin (θ )

 cos (θ ) .cos (ϕ ) −r.cos (θ ) .sin (ϕ ) −r.sin (θ ) .cos (ϕ ) 


La matrice jacobienne est : J =  cos (θ ) .sin (ϕ ) r.cos (θ ) .cos (ϕ ) − r.sin (θ ) .sin (ϕ ) 


0
sin (θ )
r.cos (θ )


Déterminant :
det ( J ) = r ² cos ³ (θ ) .cos ² (ϕ ) + r ² cos (θ ) sin ² (θ ) sin ² (ϕ ) + r ² cos (θ ) sin ² (θ ) cos ² (ϕ ) + r ² cos ³ (θ ) .sin ² (ϕ )

= r ² cos ³ (θ ) + r ² cos (θ ) sin ² (θ ) = r ² cos (θ )

Ainsi, dx.dy.dz = r ² cos (θ ) .dr.dϕ .dθ et l’intégrale cherchée est :

∫∫∫ ( x

2

+y

2

) z .dx.dy.dz = ∫ ∫ ∫
1

=∫

r =0

π
2

r = 0 ϕ = 0 θ =−

B
1

r .dr × ∫
5

ϕ =0

dϕ × ∫

π
2

θ =−

π
2

r 3 cos2 (θ ) . sin (θ ) .r 2 cos (θ ) .dθ .dϕ .dr
1

π
 r6 

sin (θ ) .cos (θ ) .dθ =   × [ϕ ]0 × 2∫ 2 sin (θ ) .cos3 (θ ) .dθ
θ =0
 6 0
3

π
2

*

π
π
π
1
π
 1
= × 2π × 2 ∫ 2  −  4.u ′ (θ ) .u 3 (θ ) .dθ = − .  cos4 (θ )  2 =
0
θ
=
0
6
6
6
 4

* la fonction |sin|.cos³ est paire et on recherche son intégrale sur un intervalle de type
[-a ; a], centré en zéro. Cette intégrale vaut donc le double de celle de la fonction sur
[0 ; a] (ici, faire attention au signe de la fonction lorsqu’on retire la valeur absolue)

4 Quelques applications
4.1 Longueurs, aires, volumes
4.1.1 Volume d’un cône
Déterminer par une triple intégration le volume d’un cône droit de hauteur H et de rayon à la base R. x
désignera la distance entre le sommet du cône et une section circulaire quelconque, dans laquelle r et θ
positionneront un élément de surface.
A la cote x le rayon de la section est égal à :
L’élément de volume est : d³V = dr.r.dθ.dx

x

R
x.
H

H

x + dx

R

r + dr
r

θ
0

θ + dθ
R
x
H

Les bornes d’intégrations sont les suivantes :
x de 0 à H ; r de 0 à Rx/H ; θ de 0 à 2π.
Ainsi le volume du cône est donné par l’intégrale
triple suivante :
R
R
H
x 2π
H 
x


V = ∫ ∫ H ∫ r .dθ .dr .dx = ∫  ∫ H r .dr  .dx × ∫ .dθ
x =0 r =0 θ =0
x =0
r =0
θ =0


R2 H
πR 2 H 3 πR 2 H
= 2 ∫ x2 .dx × 2π = 2 .
=
2H x = 0
H 3
3

Page 13 sur 27
AN2 - Intégrales – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN2 - Intégrales
4.1.2

GI FA 2010 – test 1 – Paraboloïde de révolution

(

)

Le plan est rapporté au repère orthonormé O; i, j .
L'arc de parabole AB a pour équation : y = 2 x + 3 .
1) Trouver les coordonnées de A et B.
Le point A étant situé sur l'axe (Ox), il a pour coordon3
nées A(x, 0), et comme y = 0, x = − .
2
Le point B, situé sur l'axe (Oy), a pour coordonnées :
 3 
B(0, y) et donc y = 3 . A  − ; 0  et B 0; 3
 2 

(

)

2) La surface grisée engendre en tournant autour de l'axe des abscisses (Ox) un paraboloïde de révolution. On cherche à déterminer le volume du paraboloïde limité, sur l'axe des abscisses, par les points
A et O. Pour cela, on propose de découper le paraboloïde en couches cylindriques d'axe (Ox).
a. Ecrire, en fonction de x, l'expression du volume élémentaire dV d'une couche cylindrique d'axe
(Ox) située à l'abscisse x.
Découpons, dans le paraboloïde, une tranche
cylindrique d'axe (Ox) d'épaisseur dx, située à
l'abscisse x. Le volume élémentaire dV est
celui d'un cylindre de rayon y et de hauteur
dx.
(voir
figure
au-dessous).
Donc
2
dV = πy dx . Le rayon y s'exprime en fonction de x par l'équation de la parabole :
y = 2 x + 3 .D’où dV = π ( 2 x + 3 ) dx
b. En intégrant ces couches entre A et O,
en déduire la valeur exacte du volume du
paraboloïde.
Pour trouver le volume total du paraboloïde,
il suffit d'intégrer les volumes élémentaires
du point A vers le point O, c'est-à-dire pour x
variant de -3/2 à 0.
0

0
 x2

 9 9 9
Donc V = ∫ 3 π ( 2 x + 3 ) dx = π 2 + 3 x  = π  x2 + 3 x  3 = π  − +  = π


 4 2 4
2
2
 2
− 3
0

2

Remarque : si on avait intégré de 0 à -3/2 (donc pour des valeurs de x décroissantes), on aurait trouvé
un résultat négatif. Il aurait donc fallu dans ce cas en prendre la valeur absolue pour obtenir le volume.

Page 14 sur 27
AN2 - Intégrales – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN2 - Intégrales
4.1.3 FC 18/26 2009 – test - Le vase Eiffel
Cette année, la Tour Eiffel a 121 ans, onze fois onze ans. Pour fêter l’occasion, un industriel du verre
décide de lancer la production de vases dont la forme doit rappeler celle de la célèbre tour : une exponentielle. Le schéma de principe est le suivant :
La section horizontale du vase est circulaire.
Son axe de symétrie est vertical et ici parallèle à (Oy).
La courbe marquée en gras a pour équation
y = ex et y est compris entre 1 et 20 cm.
Le fabricant décide que l’ouverture supérieure du vase ait un
diamètre de 2 cm.
Notre objectif est de calculer le volume intérieur de ce vase.
1) a. Sachant que ln(20) ≈ 3, calculer le rayon du cercle de base de ce vase.
Pour y = 20, le point correspondant sur la courbe de
l’exponentielle, en gras, a une abscisse qui vaut ln(20), donc 3. On
rajoute à cela le rayon du petit cercle supérieur, 1 cm. Le rayon du
cercle de base vaut donc 4 cm.
b. En déduire que le rayon R d’une section d’ordonnée y
vaut 4 – ln(y).
Sur la même courbe, un point d’ordonnée y a pour abscisse x = ln(y). Le rayon de la section circulaire est donc
la différence entre 4 et cette abscisse : R = 4 – ln(y).

2) a. Exprimer, en fonction de y et de dy, le volume élémentaire d’une « tranche » horizontale
d’épaisseur dy.
Le volume de cette tranche est πR².dy, soit π(4 - lny)².dy
b. En déduire, par une intégrale dont on précisera les bornes, l’expression du volume intérieur du
vase.
Le volume du vase est donc

∫ π ( 4 − ln y )
20

2

1

.dy

3) a. Montrer que y.lny – y est une primitive de lny.
Dérivons : (y.lny – y)’ = 1.lny + y.1/y – 1 = lny + 1 – 1 = lny
b. Montrer que y.((lny)² - 2lny + 2) est une primitive de (lny)²
Dérivons : (y.((lny)² - 2lny + 2) )’ = 1((lny)² - 2lny + 2) + y.((lny)² - 2lny + 2)’
= (lny)² - 2lny + 2 + y.(1/y.lny + lny.1/y – 2/y + 0)
= (lny)² - 2lny + 2 + 2lny – 2 = (lny)²
c. Déduire des deux résultats précédents que l’expression d’une primitive de la fonction à intégrer
est : πy((lny)² - 10lny + 26).

(

)

π ( 4 − ln y ) = π 16 − 8 ln y + ( ln y ) . Une primitive de cette fonction est donc :
2

(

2

(
− 10 ln y + 26 )

)) (

π 16 y − 8 ( y ln y − y ) + y ( ln y ) − 2 ln y + 2 = π 16 y − 8 y ln y + 8 y + y ( ln y ) − 2 y ln y + 2 y

(

= πy ( ln y )

2

2

2

)

d. Calculer alors le volume intérieur de ce vase, en cm³, en arrondissant π et ln(20) à la valeur 3.
Le volume vaut donc :

(

)

(

)

π.20 ( ln 20 ) − 10 ln 20 + 26 − π.1 ( ln 1 ) − 10 ln 1 + 26 = π.20 ( 9 − 30 + 26 ) − π ( 26 )
2

2

= 74 π ≈ 222 cm3

Page 15 sur 27
AN2 - Intégrales – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN2 - Intégrales

4.1.4

Volume d’une boule

Calculez par triple intégration le volume intérieur de la sphère de rayon R. On propose la représentation suivante :
L’élément de volume est un parallélépipède
rectangle infinitésimal (en rouge sur la figure)
défini par trois paramètres : une « longitude »
ϕ, une « latitude » θ et une « altitude » r.
Il sera indispensable d’écrire en fonction de r,
dr, θ, dθ, ϕ et dϕ, les dimensions de ce parallélépipède.
Ensuite, on réfléchira aux bornes à donner à
chacune de ces trois variables afin que ces éléments remplissent la boule, ni plus, ni moins.

d3V = dr.r.dθ .r.cos (θ ) .dϕ = r 2 cos (θ ) .dr.dθ .dϕ
L’intégrale s’écrit donc comme suit :
V=

r =R

θ=

π
2 ϕ =2π

∫ ∫ ϕ∫

r =0

θ =−

π
2

=0

r =R

d3V = 2 ∫

π
2 ϕ =2 π

∫ ϕ∫
θ

r =0 =0

θ=

r =R

θ=

r 2 .cos (θ ) .dr.dθ .dϕ

=0

π
2

ϕ =2 π

R

π
 r3 
R3
4

V = 2 ∫ r .dr × ∫ cos (θ ) .dθ × ∫ dϕ = 2   × sin (θ )  02 × [ϕ ]0 = 2 (1 − 0 ) .2π = πR 3
3
3
 3 0
θ =0
ϕ =0
r =0
2

4.2 Autres mesures physiques
4.2.1

Moment d’inertie

Le moment d’inertie d’une section S par rapport à un axe D est
le nombre I D = ∫ a 2 .dS
S

où a est la distance entre l’axe D et la section élémentaire dS
considérée.
Calculer le moment d’inertie d’un disque de rayon R par rapport
à un axe dans le plan du disque et contenant son centre.
Choisissons le repère indiqué par la figure ci-contre et calculons le moment d’inertie du disque par rapport à l’axe (Ox). Utilisons les coordonnées polaires. r prend toutes les valeurs de 0 à R. Pour r fixé, θ
prend toutes les valeurs de 0 à 2π et a² = r²sin²θ. dS vaut ici r.dr.dθ , aire du rectangle élémentaire.
R

I D = ∫ a2 .dS =
S

=

∫ θ∫

r 3 .sin2 (θ ).dθ .dr =

r =0 =0

R

r 3 .dr ×

r =0

∫ sin (θ ).dθ
θ
2

=0

1 − cos ( 2θ )
R
R θ sin ( 2θ ) 
πR 4
× ∫
.dθ = ×  −
=

4 θ =0
2
4 2
4 0
4
4

4

Page 16 sur 27
AN2 - Intégrales – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN2 - Intégrales
4.2.2 Centre de gravité
Déterminer la position du centre de gravité de la zone fermée située entre les courbes de la fonction
carré et de la fonction racine carrée (on donnera aussi, par la même occasion, l’aire de cette zone).
La symétrie du problème nous permet de dire que
xG = yG. De plus, il est clair que l’intervalle
d’intégration est ici [0 ; 1] et que x y est supérieur à x².
1 b 2
1 1
f ( x ) − g 2 ( x ) ) .dx
x − x 4 ) .dx
(
(


a
0
yG = 2 b
= 21
2
∫ ( f ( x ) − g ( x )) .dx ∫ x − x .dx
0

a

(

)

G

L’intégrale figurant au dénominateur est l’aire de
la zone colorée. Calculons-la :

∫(
1

0

1

 2 3 x3  1
x − x .dx =  x 2 −  =
3 0 3
3
2

)

(une primitive de

x est

2 32
x )
3

1 1
4
1
∫0 ( x − x ) .dx 3 1
3  x2 x 5  3 3
9
4
2
Enfin : yG = 1
= ∫ ( x − x ) .dx =  −  = × =
= 0, 45 ... = xG
2
2 0
2 2
5  0 2 10 20
x

x
.
d
x

0

(

)

5 Exercices de tests
5.1 GI FC1826 2012 – Le paradoxe de la corne d’inabondance
La figure ci-contre montre une surface obtenue par la révolution autour de l’axe (Ox) d’un morceau
1
y
d’hyperbole d’équation y = pour lequel x
x
est compris entre 1 et un réel a fixé supérieur
1
y=
à 1. Nous nommerons « corne » ce type de
x
surface.
x
Les sections de cette corne qui sont orthogox
1
a
nales à l’axe de x sont donc des cercles (un
exemple en pointillés sur la figure).
1) a. Déterminer par le calcul intégral l’aire de
cette corne en fonction de a.
Pour l’aire, l’élément d’intégration est l’aire latérale d’un cylindre (pointillés) de hauteur dx et de péria1
1
a
mètre 2πy = 2π . Aire = 2π ∫ .dx = 2π [ ln x ]1 = 2π ln a .
1 x
x
b. Déterminer par le même procédé le volume intérieur de cette corne en fonction de a.
Pour le volume intérieur, cet élément est le volume du cylindre précédent, de hauteur dx et d’aire de
2

a

a 1
1
1
 1
 1 1

base π   . Volume = π∫ 2 .dx = π  −  = π  − +  = π  1 −  .
1 x
a
 x
 x 1
 a 1

Page 17 sur 27
AN2 - Intégrales – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN2 - Intégrales

2) Imaginons que le volume intérieur de cette corne soit rempli de peinture. Lorsque a tend vers l’infini, la
quantité de peinture contenue suffirait-elle à peindre sa surface ?
Lorsque a tend vers l’infini, l’aire tend vers l’infini, tandis que le volume tend vers π. Quelle que soit
l’épaisseur de peinture utilisée, on ne peut peindre une surface infinie avec une quantité de peinture finie.
Pourtant… la peinture remplit l’intérieur de la corne et est donc censée couvrir sa surface intérieure !

5.2 Valeur moyenne et économie
La valeur d’un objet A diminue avec le temps (usure due à son utilisation, obsolescence).
Pour être capable de calculer cette valeur à n’importe quel instant t, on utilise la formule :
1200
, où t désigne l’âge de l’objet en années (t = 0 : objet neuf) et où v(t) désigne la valeur de l’objet, en
v (t ) =
1+t
euros, au bout de t années.
1) Calculer la valeur moyenne de l’objet sur ses quatre premières années de vie.
µ [0 ; 4 ] =

4

4
1 1200
1
.dt = 1200 ln ( 1 + t )  0 = 300 ( ln 5 − ln 1 ) ≈ 482, 83 €

4 0 1+t
4

2) On décide que l’on vendra l’objet lorsque sa valeur moyenne aura atteint le tiers de sa valeur à neuf.
Dire au bout de combien de temps cela se produira, en utilisant un développement limité en a = 6 de la
fonction x ֏ ln(1+x) à l’ordre 2.
ln (1 + x ) ≈ ln (1 + 6 ) + ( x − 6 )

µ[0 ;τ ] = 400 ⇔

1200

τ

( x − 6)
1

1+6
2

2

1

(1 + 6 )

2

= ln 7 +

1
6 x2 6 x 18
x2 13 x
x− − +

≈− +
+ 0, 72142
7
7 98 49 49
98 49

 τ 2 13τ

+ 0, 72142  ≈ τ
ln (1 + τ ) = 400 ⇔ 3  − +
 98 49

3τ 2 10τ

+ 2, 16426 ≈ 0 ⇔ − 3τ 2 − 20τ + 212, 1 ≈ 0 ( ∆ = 2945, 2 )
98 49
Une seule racine est positive : τ = 5,7116 ans (5 ans et 8 mois et demie).
⇔ −

5.3 GI FC 34 2013 – Test – fonction rationnelle
Soit la fonction f d’une variable réelle x et dont l’expression est f ( x ) =

x 3 − 5 x2 + 3 x + 10
.
x −2

On prendra x dans l’intervalle [3 ; 8].
1) En effectuant la division polynômiale de x 3 − 5 x 2 + 3 x + 10 par x – 2, suivant les puissances décroissantes,
C
écrire f (x) sous la forme P ( x ) +
où P(x) est un polynôme du second degré à expliciter et C une consx−2
tante réelle à déterminer.
x 3 − 5 x 2 + 3 x + 10

x −2

x − 2x

x2 − 3 x − 3

3

2

− 3 x2 + 3 x + 10
− 3 x2 + 6 x
− 3 x + 10

f ( x ) = x2 − 3 x − 3 +

4
, avec P ( x ) = x2 − 3 x − 3 et C = 4.
x −2

− 3x + 6
4

Page 18 sur 27
AN2 - Intégrales – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN2 - Intégrales

2) Vérifier qu’en choisissant x = 5 on obtient bien la même valeur de f (x), suivant qu’on utilise l’expression
donnée par l’énoncé ou l’expression précédemment obtenue en question 1.
x 3 − 5 x2 + 3 x + 10
53 − 5.52 + 3.5 + 10 125 − 125 + 15 + 10 25
Avec f ( x ) =
: f ( 5) =
=
=
;
x −2
5−2
3
3
4
4
4
4 25
Avec f ( x ) = x2 − 3 x − 3 +
: f ( 5) = 52 − 3.5 − 3 +
.
= 25 − 15 − 3 + = 7 + =
x−2
5−2
3
3 3
8

3) Calculer

∫ f ( x ) .dx

(résultat exact puis valeur approchée à 0,01 près).

3

8


3

8

 x3

4 
x2

.
f ( x ) .dx = ∫  x2 − 3 x − 3 +
d
x
=

3
− 3 x + 4 ln ( x − 2 ) 


x−2
2
3
3
3
8

385
 512

=
− 96 − 24 + 4 ln 6  − ( 9 − 13, 5 − 9 + 4 ln 1 ) =
+ 4 ln 6 ≈ 71, 33
6
 3

5.4 GI FA 2014 – Test 2 – La chaînette

y

A

Une corde est suspendue entre deux points A et B. Sa longueur est
bien entendu supérieure à la distance AB. Dans cette configuration,
elle prend la forme d’une « chaînette », courbe définie mathémati-

B

eλ x + e−λ x
, où λ est un paramètre stricte2λ
ment positif dépendant de la longueur de la corde, courbe dont le
1
sommet se situe au-dessus de l’origine du repère, à une ordonnée .
quement par : y = f λ ( x ) =

λ
L’exercice (et la figure) considère un cas simple : celui où les points A
et B se trouvent à la même hauteur, aux abscisses -1 et 1.

S

1/λ

x

1) Etudier les variations de la fonction f λ sur [-1 ; 1] et vérifier que
son minimum vaut

1

λ

.

λ e λ x − λ e − λ x eλ x − e − λ x
=
. e λ x > e − λ x ⇔ e2 λ x > 1 ⇔ x > 0 .

2
Cette fonction est donc strictement décroissante sur [-1 ; 0[ et strictement croissante sur ]0 ; 1].
1 +1 1
Elle admet un minimum pour x = 0, qui vaut
=

λ
f λ′ ( x ) =

2) Entre deux points A et B d’abscisses a et b, la longueur de la courbe d’une fonction f est :
L=∫

b

a

1 +  f ′ ( x )  .dx .
2

a. Montrer que la longueur L ( λ ) de la chaînette, courbe de la fonction f λ , entre les points A et B
d’abscisses respectives -1 et 1, est donnée par : L ( λ ) =

eλ − e− λ

λ

. (on aura avantage à se souvenir que

a²+b²+2ab = (a+b)² !)

Page 19 sur 27
AN2 - Intégrales – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN2 - Intégrales
2

L (λ ) = ∫

1

−1

1
1
 eλ x − e− λ x 
e 2 λ x + e −2 λ x − 2
e 2 λ x + e −2 λ x + 2
.dx = ∫
.dx
1+
 .dx = ∫−1 1 +
−1
2
4
4


2

=∫

1

−1

1

λx
1 e
 eλ x + e − λ x 
 eλ x − e − λ x 
 eλ − e− λ
+ e−λ x
.dx = 
=

 .dx = ∫−1

2
2


 2λ
 −1  2λ

  e− λ − eλ
 −
  2λ

 eλ − e− λ
=
λ

b. Vérifier qu’une corde de longueur L ( λ ) = 5 mètres suspendue entre les points A et B définis ci-dessus,
correspond à 2,552 < λ < 2,553.
En effet, si on attribue à λ la valeur 2,552, alors L ( λ ) ≈ 4,998
et si on attribue à λ la valeur 2,553, alors L ( λ ) ≈ 5, 001 .
c. Calculer, lorsque 2,552 < λ < 2,553, la flèche de la corde, c’est à dire la différence de hauteur entre le
point A et le sommet S de la courbe de la fonction f λ .
e−λ + eλ 1
− .
λ

λ
Pour λ = 2,552 on obtient une flèche de 2,1377 m et pour λ = 2,553 une flèche de 2,1393 m.

flèche = yA − yS = fλ ( −1 ) −

1

=

figure (non demandée) pour λ = 2,5526 :

A

B

flèche = 2.1388 m

S

1/λ = 0.3918 m

Page 20 sur 27
AN2 - Intégrales – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN2 - Intégrales

5.5 Formule de Moivre
sin ( 3 x )

π
2
0

Déterminer I = ∫

sin ( x )

.dx

Formule de Moivre pour n = 3 :
sin ( 3 x ) = 3 cos2 ( x ) .sin ( x ) − sin 3 ( x )
π

I = ∫2
0

sin ( 3x)
sin ( x)

π

.dx = ∫ 2 ( 3cos2 ( x) − sin2 ( x) ) .dx où l’on substitue :
0

1 cos ( 2 x )
1 cos ( 2 x )
+
; sin 2 ( x ) = −
2
2
2
2
π
π
π
I = ∫ 2 (1 + 2cos( 2x) ) .dx =  x + sin ( 2x) 02 =
0
2

cos2 ( x ) =

5.6 GI FA 2013 – Test 1 – Euler
A l'aide des formules d'Euler, calculer l'intégrale F =
La formule d'Euler : cos x =

π
4
π
6

cos ( 2t ) .cos ( 3t ).d t

e ix + e − ix
va nous permettre de linéariser l'expression :
2

e 2 it + e − 2 it e 3 it + e − 3 it 1 2 it 3 it
×
= ( e e + e 2 it e − 3 it + e − 2 it e 3 it + e − 2 it e − 3 it )
2
2
4
5 it
1  e + e −5 it e it + e − it  1
+ e − it + e it + e −5 it = 
+
 = ( cos 5t + cos t )
2
2
2
 2

cos ( 2t ) .cos ( 3t ) =

=

1 5 it
(e
4

)

Donc l'intégrale devient :
π

π

1
1 1
4
F = ∫ π4 ( cos 5t + cos t ).d t =  sin 5t + sin t 
2 6
2 5
π
6

F=

11

π 1

π 1 1
2
2 1 1 1 2 2 −3
+ sin − sin
− sin  =  − ×
+
− × − =
 sin

25
4
4 5
6
6 2 5 2
2
5 2 2 
10

5.7 GI FC 18/26 2013 – Test – IPP
En effectuant une intégration par parties, obtenir la valeur exacte de

e

1

x.ln x.dx .

Posons u’ = x et v = lnx.
e

e

1

e

e

2
e x
 x2

 x2
  x2   e2
  e2 1  e2 1 e2 + 1
1
1
x.ln x.dx =  ln x  − ∫
. .dx =  ln x  −   =  ln e − ln 1  −  −  = + =
2
4
2
1 1 2 x
2
1  4  1  2
  4 4 4 4

5.8 GI FC 34 2012 – Test – IPP
ln x
ln x 1
.dx (en remarquant que
= × ln x , on pourra procéder à une intégration par
x
x
x
parties ou tenter une résolution directe)
Détermination directe de la primitive :
1
1
× ln x est de la forme u’.u, avec u = lnx. Or la dérivée de u² est 2u’u. Ainsi, une primitive de ln x est
x
x
4 ln x
1
2
1
1
3
( ln x ) et ∫2 .dx = ( ln 4 )2 − ( ln 2 )2 = (2 ln 2 )2 − ( ln 2 )2 = ( ln 2 )2 ≈ 0, 7207 .
2
x
2
2
2

Calculer l’intégrale

4

2

(

) (

)

Page 21 sur 27
AN2 - Intégrales – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN2 - Intégrales
Intégration par parties :
4 ln x
4 ln x
1
1
2 4
.dx = ( ln x )  − ∫
.dx
× ln x de la forme u’.v ; u = lnx et v’ = . Ainsi : ∫
2

2 2 x
x
x
x
4 ln x
1
1
3
2 4
2
2
2
et donc ∫
.dx = ( ln x )  = ( ln 4 ) − ( ln 2 ) = ( ln 2 ) ≈ 0, 7207 .


2
2
x
2
2
2

Posons

(

)

5.9 GI FA 2013 – Test 1 – primitives et IPP
π

Le but de l'exercice est le calcul de l'intégrale K = ∫ 4 cosθ .ln ( cosθ ) .dθ où ln désigne la fonction logarithme
0

népérien.
1) On considère la fonction réelle f définie sur ]-1 ; +1[ par f ( u ) =

u2
.
1 − u2

Déterminer les réels a, b, c tels que, pour tout u ∈ ]-1 ; +1[, f ( u ) = a +

b
c
.
+
1+u 1−u

a (1 − u 2 ) + b (1 − u ) + c (1 + u ) − au 2 + ( c − b ) u + a + b + c
b
c
a+
+
=
=
1+u 1−u
1 − u2
1 − u2
 −a = 1
 a = −1
 a = −1
1 1
1 1



= f (u ) ⇔  c − b = 0 ⇔  c = b ⇔ 
f ( u ) = −1 + .
+ .
1
2
1
+
u
2
1−u
b
=
c
=


2

a + b + c = 0
−1 + 2b = 0

2) On pose, pour x ∈ ]-1 ; +1[, F ( x ) = ∫ f ( u ) .du .
x

0

a. Déterminer F ( x ) .

1
1
1+u
1 1
1 1
Une primitive de −1 + .
est −u + ln (1 + u ) − ln (1 − u ) = ln
−u .
+ .
2 1+u 2 1−u
2
2
1−u
x
1+ x
On en déduit que F ( x ) = ∫ f ( u ) .du = ln
− x.
0
1− x
b. Exprimer sa dérivée F ′ ( x ) à l'aide de f ( x ) .
Manifestement, F ′ ( x ) = f ( x ) .

 π π
3) On pose, pour θ ∈  − ;  , g (θ ) = F ( sin θ ) . En remarquant que g = F o sin, montrer que
 2 2
2
sin θ
g ′ (θ ) = A
où A est un entier positif à déterminer.
cos θ
sin 2 θ
sin 2 θ sin 2 θ
θ
=
×
=
g ′ (θ ) = sin ′θ × F ′ ( sin θ ) = cosθ × f ( sin θ ) = cosθ ×
cos
.
1 − sin 2 θ
cos2 θ cosθ
π
sin 2 θ
4) En déduire la valeur de l'intégrale J = ∫ 4
.dθ .
0 cos θ
π
4
0

J= ∫



π
1 + sin


sin 2 θ
π
π
 
4 − sin  − ( ln 1 − sin 0 ) = ln
.dθ = g   − g ( 0 ) =  ln
π
cos θ
4
4

1 − sin


4

2 +1 1

= ln
2 −1
2

5) A l'aide d'une intégration par parties et de la valeur de J, calculer l'intégrale K.
π
π
π
− sin θ
K = ∫ 4 cosθ .ln ( cosθ ) .dθ = sin θ .ln ( cosθ )  04 − ∫ 4 sin θ .
.dθ
0
0
cosθ
π 
π
1
1
1
1
= sin .ln  cos  + J =
ln
+ ln 2 + 1 −
= ln 2 + 1 −
1 + ln 2
4 
4
2
2
2
2

(

)

(

)

(

Page 22 sur 27
AN2 - Intégrales – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

)

(

)

2 +1 −

1
2

Mathématiques – AN2 - Intégrales

5.10 GI FC 18/26 2014 – Test – IPP et changement de variable
1) Par intégration par parties, déterminer une primitive de : t × sin t .
On pose u = t et v’ = sint ; ainsi : u’ = 1 et v = -cost.

∫ t sin t.dt = −t cos t + ∫ cos t.dt = sin t − t cos t .
π2

2) Calculer l’intégrale

∫ sin ( x ).dx en posant le changement de variable t =

x (donc x = t 2 ).

0

x = t , donc dx = 2t.dt .
2

π2

∫ sin
0

π

( )

x .dx = ∫ 2t.sin t.dt

question 1

=

2 [sin t − t cos t ]0 = 2 ( sin π − π cos π ) = 2π .
π

0

5.11 GI FA 2012 – Test 1 – IPP et changement de variable
a. A l'aide d'une intégration par parties, calculer la primitive : F1 ( x ) = ∫ x.e−2 x .dx
1
Puis : v = − e−2 x ⇐ v′ = e−2 x
2
1
1
1  1
1
+ ∫ e −2 x .dx = − xe−2 x + ×  −  e −2 x + K1 = − (2 x + 1 ) e−2 x + K 1
2
2
2  2
4

On pose : u = x, d’où u’ = 1.
1
F1 ( x ) = − xe −2 x
2

b. A l'aide d'un changement de variable, calculer l'intégrale : I 2 = ∫

1

0

1 − x2 .dx

On pourra poser le changement de variable : x = cos t.
x = cos t

⇒ d x = − sin t .dt

;

bornes : x ]0
1

⇒ t ]π 2
0

1 − x2 .dx = − 1 − cos2 t .sin t.dt = − sin2 t .sin t.dt = − sin t sin t.dt = − sin 2 t.dt (t ∈ [0 ;
0

π2

π2

π2

0

0

I 2 = − ∫ sin 2 t.dt = ∫ sin 2 t .dt = ∫

π
]).
2

π2

1 − cos 2t
1
π
π2
t 
.dt =   − [sin 2t ]0 =
2
4
4
 2 0

5.12 GI FC 34 2011 – Test – changement de variable
Calculer l’intégrale

3 −12
1

2

dt

1
, en posant le changement de variable X = t + .
5
2
+ t + t2
4

2
3 −1 2
3
dX
5
5
1
1
= 1 , donc dX = dt ; bornes : t ]1 2 ⇒ X ]1 ; fonction : + t + t 2 = + X − +  X −  = X 2 + 1
dt
4
4
2 
2
3
dX
π π π
Ainsi, l’intégrale devient : ∫
= arctan 3 − arctan (1) = − = .
2
1
X +1
3 4 12

( )

5.13 Intégrale double
Calculer l’intégrale double de la fonction d’expression f (x, y) = x + 2y
sur le domaine fermé limité par les courbes y = 2x2 et y = 1 + x2.
points d’intersection des deux courbes : 2x2 = 1 + x2 donne x = ±1.
Pour x ∈ [-1 ; 1], x2 ≤ 1 et donc 2x2 ≤ 1 + x2.
L’intégrale cherchée est donc
1
1 + x2
1
1 + x2
I = ∫  ∫ 2 ( x + 2 y ) .dy  .dx = ∫  xy + y 2  2 .dx
y =2 x
x =−1  y =2 x
x =−1

=∫

1

x =−1

(( x + x

3

)

+ 1 + 2 x2 + x 4 ) − ( 2 x3 + 4 x 4 ) .dx

Page 23 sur 27
AN2 - Intégrales – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN2 - Intégrales
1


x2
x3 x 4
x5 
2
3
4
1
+
x
+
2
x

x

3
x
.
d
x
=
x
+
+
2


3
(
)  2 3 4 5
x =−1

 −1
1 2 1 3 
1 2 1 3
4 6 32

=  1 + + − −  −  −1 + − − +  = 2 + − =
2 3 4 5 
2 3 4 5
3 5 15

=∫

1

5.14 GI FC 18/26 2013 – Test – aire et volume
On se propose de rechercher l’aire et le volume d’un
« ballon de rugby ». Pour construire cette forme, en trois
dimensions, on définit d’abord une ellipse d’équation
4 x2 + 9 y2 = 36 dans un plan (xOy) – voir figure – puis on
met cette ellipse en rotation autour de l’axe (Ox).
On remarque d’une part que sur cette ellipse
4
y 2 = 4 − x2 , et d’autre part que les sections de ce ballon
9
de rugby orthogonales à l’axe (Ox) sont des cercles (un
exemple en pointillés).

y
2
x
-3

O

3

-2

1) Déterminer par un calcul d’intégrale le volume intérieur de ce ballon de rugby.


L’aire d’une section (en pointillés sur la figure) vaut πy², soit π  4 −

4 2
x .
9 


Par une variation infinitésimale dx, la section engendre le volume élémentaire dV = π  4 −

4 2
x  .dx .
9 

3

4 
4 


Le volume total est donc : V = ∫ π  4 − x2  .dx = π 4 x − x3  = π ( (12 − 4 ) − ( −12 + 4 ) ) = 16π .
−3
9 
27  −3


2) déterminer par un calcul d’intégrale l’aire A de ce ballon de rugby, en posant dans votre intégrale le changement de variable suivant : x = 3cost.
3

Le périmètre d’une section (en pointillés sur la figure) vaut 2πy, soit 2π 4 −

4 2
x2
x = 4π 1 −
.
9
9

Par une variation infinitésimale dx, la circonférence engendre l’aire élémentaire dA = 4 π 1 −
3

A = ∫ 4π 1 −
−3

x2
.dx.
9

π
π 1 − cos 2t
0
x2
.dx = 4 π ∫ 1 − cos2 t . ( −3 sin t ) .dt = 12π ∫ sin 2 t.dt = 12π ∫
.dt
π
0
0
9
2
π

 sin 2t 
= 6 π t −
= 6π ( ( π − 0 ) − ( 0 − 0 ) ) = 6π2

2 0

5.15 GI FA 2012 – Test 2 – centre de gravité
R

On recherche ici la position du centre de gravité d’un demi-disque de
rayon R. La figure ci-contre positionne ce demi-disque dans un repère orthonormé du plan.
1) a. Justifier que, dans ce repère, l’équation du demi-cercle est

+G
x

f ( x ) = R2 − x 2 .

-R

Il est clair que si x et y désignent les coordonnées d’un point du
demi-cercle, le théorème de Pythagore affirme que x² + y² = R². Et
comme y est positif, on a bien f ( x ) = y = R2 − x2 .

Page 24 sur 27
AN2 - Intégrales – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

O

R

Mathématiques – AN2 - Intégrales
b. Par intégration de la fonction f, vérifier que l’aire A du demi-disque vaut

1 2
πR . On effectuera dans
2

l’intégrale le changement de variable x = R.cost.
0

R

A=

π

π

0

0

R 2 − x2 .dx = ∫ R 2 − R 2 cos2 t . ( −R sin t .dt ) = R 2 ∫ 1 − cos2 t .sin t.dt = R 2 ∫ sin 2 t.dt

−R

π

π

π

1 − cos 2t
 t sin 2t 
π
.d t = R 2  −
= R2  

2
4 0
2
2
0

= R2 ∫

R

1
f 2 ( x ) .dx
2 −∫R
2) L’ordonnée du centre de gravité du demi-disque est donnée par la formule : yG =
. Obtenir ainA
si une expression de yG en fonction de R puis positionner approximativement le centre de gravité sur la figure proposée au-dessus.
R

R
R
 2
x3 
 2R 3   2R 3 
1
1
2
2
2
R
x

d
R
d
f
x
.
x

x
.
x
− −
(
)
(
)



3  − R  3   3  4R
2 −∫R
2 −∫R

yG =
=
=
=
=
≈ 0, 42R
A
πR 2
πR 2
πR 2

2

5.16 GI FA 2013 – Test 2 – centre de gravité
Dans un repère Oxy du plan, on place un carré de côté R, ainsi qu’un
quart de cercle de centre O et de rayon R. On nomme S1 l’aire de la
πR 2
zone du carré intérieure au quart de cercle ( S1 =
) et S2 l’aire de la
4
zone extérieure (voir figure ci-contre). S1 + S2 = S = R². On nomme G le
centre de gravité du carré, G1 celui de la zone intérieure et G2 celui de
la zone extérieure. L’objectif de cet exercice est de positionner G1 et G2.

+ G2
+
G1

1) Position de G1.

(

a. Donner la dérivée, par rapport à x, de R2 − x2

)

3
2

.

3
1
d  2
3
2 2
2
2 2
R

x
=
×

2
x
×
R

x
= −3 x R2 − x2 .
( ) (
)
)
(

dx 
 2

b. L’équation de ce quart de cercle est y = R − x et l’abscisse de G1 est x1
2

2


=

Déterminer la valeur exacte de x1.
R

3

1
−  ( R2 − x 2 ) 2 
3
0

1 3
R
4R


x1 = 0
= 0
=
=3 2 =
πR
S1
S1
S1

4
c. Positionner G1 sur la figure sachant que son ordonnée est égale à son abscisse.
4R
≈ 0, 4244 R .

2) Position de G2. (son abscisse sera notée x2)
S x + S2 x2
a. On sait que xG = 1 1
. Déterminer la valeur exacte de x2.
S
R

xy.dx

R

x R2 − x2 .dx

Page 25 sur 27
AN2 - Intégrales – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

R

0

xy.dx
S1

.

Mathématiques – AN2 - Intégrales
R 3  2 πR2 
+R −
 x2
3 
4 
S1 x1 + S2 x2
R
xG =
⇔ =
⇔ x2 =
S
2
R2

R3
R
6
=
.
2
π
πR

2
61 − 
R −
4
4

b. Positionner G2 sur la figure sachant que son ordonnée est égale à son abscisse.
R
≈ 0, 7766 R .
π

61 − 
4

5.17 Masse et centre de gravité
Un récipient est un cône de base circulaire (hauteur 0,6 m ; rayon 0,2 m)
posé sur sa pointe (origine de notre repère). Il est rempli d’un gaz compressible dont la masse volumique varie avec z, selon la modélisation
suivante : ρ ( z ) = 5e−2 z . On recherche la position du centre de gravité G
de ce gaz.
On admettra que par raisons de symétrie xG = yG = 0
1
et aussi que : zG = ∫ ρ .z.dV
mV
où m, masse totale du gaz, vaut

∫ ρ .dV .
V

Calculer la masse de ce gaz puis la cote zG de son centre de gravité.
Raisonnons par empilement de tranches circulaires horizontales, cha0, 2
z
cune de cote z (donc de rayon r =
z = ) et d’épaisseur élémen0, 6
3
taire dz. On a :
0 ,6
0 ,6
0 ,6
z2

m = ∫ ρ .dV = ∫ 5e−2 z .π .dz =
z 2 e−2 z .dz

9
9
z =0
z =0
z =0
Cette dernière intégrale se résout par parties (deux fois successivement) :
0 ,6

u = z², v’ = e-2z ; u’ = 2z, v = -0,5 e-2z

z =0
0 ,6

∫ z.e

u = z, v’ = e-2z ; u’ = 1, v = -0,5 e-2z

z =0
0 ,6

∫ z.e

−2 z

z =0

.dz = −0, 3e−1,2 − 0, 25 e−2 z 

0 ,6

Donc

2 −2 z

∫ ze

z 2e−2 z .dz =  −0, 5z 2e−2 z 

0 ,6
0

−2 z

.dz = −0, 5z.e−2 z 

0 ,6
0

0 ,6
0

0, 6

+

∫ z.e

−2 z

.dz

z =0
0 ,6

+ 0, 5 ∫ e−2 z .dz
z =0

= −0, 55e−1,2 + 0, 25

.dz = −0,18e−1,2 − 0, 55e−1,2 + 0, 25 = −0, 73e−1,2 + 0, 25

z =0

et la masse totale de gaz vaut : m =


( −0, 73e−1,2 + 0, 25) , soit environ 0,05258 kg (52,58 g).
9

Page 26 sur 27
AN2 - Intégrales – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN2 - Intégrales

Calcul de la cote du centre de gravité du gaz : zG =

1
ρ .z.dV
m ∫V

1

zG = ∫ ρ . z.dV =
z 3e−2 z .dz , intégrale que l’on résout encore par parties :

mV
9m z = 0
0 ,6

0, 6

u = z3, v’ = e-2z ; u’ = 3z2, v = -0,5 e-2z

z =0

z 3e−2 z .dz =  −0, 5z 3e−2 z 

0, 6
0

0 ,6

+ 1, 5 ∫ z 2 .e−2 z .dz .
z =0

Or, comme on connaît cette dernière intégrale,
0 ,6

∫ ze

3 −2 z

z =0

.dz =  −0, 5 z 3e−2 z 

0 ,6
0

+ 1, 5 ( −0, 73e−1,2 + 0, 25) = −1, 203e−1,2 + 0, 375

Récapitulons :
0 ,6


−1, 203e −1,2 + 0, 375
3 −2 z
−1,2
zG =
z
e
.
d
z
=
.

1
,
203e
+
0
,
375
=
(
)

9m z∫= 0
−0, 73e −1,2 + 0, 25
9 ( −0, 73e −1,2 + 0, 25 )
9
0, 01266

≈ 0, 4203 m
0, 03013

5.18 GI FA 2014 – Test 1 – Moment d’inertie
y

On considère une pièce plate homogène en forme de triangle rectangle
isocèle OAB de côtés perpendiculaires de longueur L, dont on souhaite
obtenir le moment d’inertie Ix par rapport à l’axe (Ox) – voir figure.
Pour ce type de pièce, ce moment d’inertie se calcule par : I x = ∫∫ y 2 .dS

B

où l’élément de surface considéré est un rectangle de dimensions dx et
dy (dS = dx × dy) et où y est la distance entre cet élément et l’axe (Ox).

dS
y

1) Montrer que, dans notre repère, la droite (AB) a pour équation
y = −x + L .

O

x
A

yB − yA
L
=
= −1 et son ordonnée à l’origine vaut L.
xB − xA −L

La pente de cette droite vaut

2) Par une intégrale double, trouver alors l’expression de Ix en fonction de L.
Pour que l’élément de surface couvre l’intégralité du triangle, on peut faire varier x de 0 à L et, pour un x
donné, faire varier y de 0 à –x + L. Cela donne :

Ix =

L − x +L

∫ ∫

x =0 y =0

− x +L

 y3 
y .dy.dx = ∫  
3 0
x =0 
L

2

L

1
.dx = ∫ ( L3 − 3L2 x + 3L x2 − x 3 ) .dx
3 x =0

L

1
x2
x3 x 4 
1
3
L4 
= L3 x − 3L2
+ 3L −  =  L4 − L4 + L4 − 
3
2
3
4 0 3 
2
4

Ix =

L4
12

Page 27 sur 27
AN2 - Intégrales – Exercices FC Corrigés – Rev 2015