You are on page 1of 34

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles

AN3 - Equations différentielles
FC
- Corrigés des exercices -

Page 1 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles

1 Présentation générale
1.1 Notion d’équation différentielle
1.2 Définitions
1.2.1
A l’image du tableau de la partie 1.2 du cours, compléter le tableau suivant :
linéaire
ordre
linéaire
homogène

yy ′ − x 2 = 0
xy ′′ +

1
=0
y'

2 xy ′ − y = 4
2 y ′ − y = sin x
y ′′ − y ′ + 2 y + x = 0

coefs
constants

1

Non

Non

Oui

2

Non

Non

Non

1

Oui

Non

Non

1

Oui

Non

Oui

2

Oui

Non

Oui

2 Equations différentielles linéaires du 1er ordre
2.1 Équations différentielles à coefficient constant
2.1.1

a)

Résoudre en utilisant l’identification, puis la variation de la constante :

y + y ′ = x2 ; b) 2 y ′ + y = cos x ; c)

y ′ + 3 y = 4 sin x + cos x

a)
1. Solution générale de l’équation homogène associée y ′ + y
2. Solution particulière de l’équation (E) : (méthode au choix)

−x
= 0 (EH) : yH = C .e .

identification :
Posons yP = ax² + bx + c. (E) donne :
2ax + b + ax² + bx + c = x²
donc ax² + (2a+b)x + b + c = x²

variation de la constante :
Posons yP = C ( x ) .e− x

L’égalité de deux polynômes impose l’égalité de
leurs coefficients :
a = 1 ; 2a + b = 0 donc b = -2
b + c = 0 donc c = 2
yP = x² - 2x + 2

donc C ′ ( x ) = x 2 e x . Après une double

(E) donne :

C ′ ( x ) .e− x − C ( x ) .e− x + C ( x ) .e− x = x 2

intégration par parties, on obtient :

C ( x ) = ( x2 − 2 x + 2 ) e x

et ainsi yP = x² - 2x + 2

Solution générale de (E) : y = C.e − x + x² - 2x + 2

Page 2 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles
b) 1. Solution générale de l’équation homogène associée 2 y ′ +
2. Solution particulière de l’équation (E) : (méthode au choix)
identification :
Posons yP = a.cosx + b.sinx.
(E) donne :
-2a.sinx + 2b.cosx + a.cosx + b.sinx = cosx

−0 , 5 x
y = 0 (EH) : yH = C .e
.

variation de la constante :
Posons yP = C ( x ) .e−0,5 x . (E) donne :

2C ′ ( x ) .e −0 ,5 x − C ( x ) .e−0,5 x + C ( x ) .e−0,5 x = cos x

donc C ′ ( x ) =

L’égalité de ces deux formes impose
l’égalité des coefficients de cosx et de
sinx :
2b + a = 1
b – 2a = 0
donc b = 2/5 et a = 1/5

1 0 ,5 x
e cos x .
2

On intègre par parties, deux fois, en posant à chaque
étape u = e0,5x, et on obtient :

∫e

0 ,5 x

cos x.dx = e0,5 x sin x − 0, 5∫ e0,5 x sin x.dx

(

= e0,5 x sin x − 0, 5 −e0,5 x cos x + 0, 5∫ e0,5 x cos x.dx

)

qui donne :

yP = 1/5.cosx + 2/5.sinx

∫e

0, 5 x

cos x.dx =

4 sin x + 2 cos x 0,5 x
e
5

1 0 ,5 x
2 sin x + cos x 0 ,5 x
e cos x.dx =
e

2
5
soit yP = 1/5.cosx + 2/5.sinx
et donc C ( x ) =

Solution générale de (E) : y = C.e−0 ,5 x + 1/5.cosx + 2/5.sinx
c) 1. Solution générale de l’équation homogène associée y ′ + 3 y
2. Solution particulière de l’équation (E) : (méthode au choix)

−3 x
= 0 (EH) : yH = C.e .

identification :
Posons yP = a.cosx + b.sinx.
(E) donne :
(3b-a)sinx + (3a+b)cosx
= 4sinx + cosx

variation de la constante :
Posons yP = C ( x ) .e−3 x . (E) donne :

Egalité des coefficients de cosx et
sinx :
3b – a =4
3a + b = 1
donc b = 1,3 et a = -0,1

C ( x ) = ∫ ( 4 sin x + cos x ) e3 x .dx

yP = -0,1cosx + 1,3sinx

C ′ ( x ) = ( 4 sin x + cos x ) e3 x .

On intègre par parties, deux fois, en posant à chaque
étape u = e3x, et on obtient :

= ( −4 cos x + sin x ) e3 x − 3∫ ( −4 cos x + sin x ) e3 x .dx
= ( −4 cos x + sin x ) e3 x

(

−3 ( −4 sin x − cos x ) e3 x + 3∫ ( 4 sin x + cos x ) e3 x .dx
qui donne :

)

10C ( x ) = ( −4 cos x + sin x ) e3 x − 3 ( −4 sin x − cos x ) e3 x
= ( − cos x + 13 sin x ) e3 x

et donc yP = -0,1cosx + 1,3sinx
Solution générale de (E) : y = C .e−3 x -0,1cosx + 1,3sinx

Page 3 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles
2.1.2

GI FC 18/26 2010 - test

Résoudre l’équation différentielle suivante : y ′ + 3 y = 6 x

2

(E ) .

L’équation homogène sera traitée dans le détail, par séparation des variables ;
la solution particulière sera recherchée par identification à un polynôme du second degré.
Solution générale de l’équation homogène :

dy
+ 3 y = 0 ⇔ dy = −3 y.dx ⇔
dx

y = e −3 x + K = e K .e−3 x

dy
= −3dx ⇔ ln ( y ) = −3 x + K
y

yH = C e−3 x

Solution particulière de l’équation (E) :

yP = ax2 + bx + c ⇔

(E)

yP′ = 2ax + b

⇔ 2ax + b + 3 ( ax2 + bx + c ) = 6 x2

⇔ 3ax2 + ( 2a + 3b ) x + b + 3c = 6 x2


 a =2
 3a = 6

4


⇔ 2a + 3b = 0 ⇔  b = −
3
 b + 3c = 0


4

b − 3c = 9

yP = 2 x 2 −

−3 x
2
Forme générale des solutions de (E) : y = yH + yP = C e + 2 x −

2.1.3

a.

4
4
x+
3
9

4
4
x+
3
9

Trouver la solution des équations différentielles qui vérifie les conditions données :
y′ + 3 y = 0 et f (0) = 2
L’équation est homogène, on a directement y = C.e-3x.
La condition et f (0) = 2 impose C = 2. Solution : f (x) = 2.e-3x.

b.

1
y′ + 3 y = 0 et f (0) = 1
2
L’équation est homogène, on a directement y = C.e-6x.
La condition et f (0) = 1 impose C = 1. Solution : f (x) = e-6x.

2.1.4
1) On verse une quantité Q0 d’une substance chimique solide dans un réservoir d’eau. On admet qu’à
chaque instant t (exprimé en minutes) la vitesse instantanée de dissolution dans l’eau (exprimée
en kilogrammes par minute) est proportionnelle à la quantité non encore dissoute Q(t) (exprimée
en kilogrammes).
La quantité non encore dissoute vérifie alors l’équation différentielle : dQ/dt + kQ = 0.
a. Donner la forme générale des solutions de cette équation.
L’équation est homogène, on a directement Q = C.e-kt.
b. Déterminer la valeur de k (à 0,1 près) sachant qu’il ne reste que 5% de la quantité initiale au
bout de 10 minutes.
Page 4 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles
Quantité initiale : C.e0 = C ; quantité au bout de 10 minutes : C.e-10k, qui doit valoir 0,05C.
Donc e-10k = 0,05, ce qui donne k =

ln ( 0, 05 )
≈ 0, 2996
−10

2) Dans cette partie, la substance chimique est versée progressivement dans le réservoir. On admet
alors que la quantité dissoute vérifie, pour t ∈ [0 ; +∞[, l’équation différentielle :
Q’(t) + 0,3Q(t) = 15e-0,1t (E)
a. Chercher une solution particulière de cette équation de la forme Q(t) = A.e-0,1t où A est une
constante réelle qu'on déterminera.
Prenons la forme Q(t) = A.e-0,1t et écrivons (E) avec elle : -0,1A.e-0,1t + 0,3A.e-0,1t = 15e-0,1t ,
d’où A = 15/0,2 = 75.
b. Donner alors la forme générale des solutions de l’équation (E).
Forme générale : Q = QH + QP = C.e-0,3t + 75e-0,1t .
c. Donner Q(t) sachant que le réservoir contient initialement 50kg de substance solide.
Q(0) = C + 75. Donc C = -25.
Q(t) = -25.e-0,3t + 75e-0,1t.

« Pour aller plus loin » :
2.1.5 Population microbienne
La vitesse d’augmentation d’une population microbienne est à chaque instant proportionnelle – d’un
facteur k – à la quantité de microbes vivants.
Combien de temps faut-il pour doubler cette population ?
Soit Q(t) la quantité de microbes présents à un instant t. La vitesse instantanée d’augmentation de
Q à l’instant t est Q’(t). L’énoncé dit donc que Q’(t) = k.Q(t), ce qui a pour seule solution : Q(t) =
kt

C.e .
Le temps nécessaire à un doublement de la population est le nombre τ tel que
Q(t + τ) = 2.Q(t), soit e

k(t + τ)

kt

= 2e , soit e = 2, soit enfin τ = ln(2)/k.

2.2 Cas général
2.2.1
a. xy′ − 2 y = x3e x
* yH par séparation des variables, avec (EH) : xy’ - 2y = 0 :
x.dy - 2y.dx = 0, donc dy/y = 2/x.dx, soit ln(|y|) = 2ln(|x|) + C
* yP par variation de la constante en posant yP = K(x).x²
(E) donne x 3 K ′ ( x ) + 2 x2 K ( x ) − 2 x 2 K ( x ) = x 3e x
2 x
et donc yP = x e .

yH = Kx²

K ′ ( x ) = ex

⇐ K ( x ) = ex

(

2
x
Solution générale de l’équation : y = x e + K

Page 5 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

)

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles

« Pour aller plus loin » :
b. y ′ + 2 xy = x
* yH par séparation des variables, avec (EH) : y’ + 2xy = 0 :
3

-

yH = Ke x²

dy + 2xy.dx = 0, donc dy/y = -2x.dx, soit ln(|y|) = -x² + C
-

* yP par variation de la constante en posant yP = K(x)e x²
-

-

-

L’équation (E) donne K ’(x)e x² - 2xK(x)e x² +2xK(x)e x² = x3
c’est à dire K ’(x) = x3ex² . Tentons une intégration par parties :

(

)

2
2
1 
x 3e x =  x2  2 xe x , que l’on traitera comme u.v’. Ainsi :
2 
1 2 x2
1 2 x2 1 x2 1 2
3 x2
x2
x2
∫ x e = 2 x e − ∫ xe = 2 x e − 2 e = 2 ( x − 1) e (constante choisie nulle)
1 2
1 2
− x2
Soit yP = ( x − 1 )
Solution générale de l’équation : y = ( x − 1 ) + K e
2
2

2.2.2

x

dy
1
+ 2y =
et y(1) = ln(2)
dx
1 + x2

* yH par séparation des variables, avec (EH) : xy’ + 2y = 0 :
xdy + 2y.dx = 0, donc dy/y = -2/x.dx, soit ln(|y|) = -2ln(|x|) + C
* yP par variation de la constante en posant yP = K(x) / x²
(E) donne

x2 K ′ ( x ) − 2 xK ( x ) 2 K ( x )
1
+
=
3
2
x
x
1 + x2
et donc yP =

ln (1 + x2 )

ln ( 2 ) = y ( 1) =
y=
2.2.3

(

2 x2
ln ( 1 + 1 ) + C

ln 2 (1 + x2 )
2x

)

2

K ′( x) =

x
1 + x2

yH = K/x²

1
⇐ K ( x ) = ln (1 + x 2 )
2

Solution générale de l’équation : y =

ln (1 + x2 ) + C
2 x2

⇔ C = ln ( 2 ) . Solution particulière cherchée :

2

GI FC18/26 2009 - test
1

On donne l’équation différentielle suivante : x y′ + xy = e x (E).
3

1) a. Donner la forme générale des solutions de l’équation homogène (sans second membre)
associée. On raisonnera par séparation des variables.

x 3 y′ + xy = 0 ⇔
⇔ ln ( y ) =

1
+K
x

x 3dy = − xydx ⇔

dy
dx
=− 2
y
x

1

yH = λe x

Page 6 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles

b. Donner une solution particulière de (E). On procédera à la méthode de variation de la
constante en se basant sur la forme trouvée à la question précédente, et on admettra
qu’une primitive de

1
1
est − 2 .
3
x
2x

a ( x ) 1x
e . L’équation (E) devient ainsi :
x2
1
1
1
1
x 3a′ ( x ) e x = e x , soit a′ ( x ) = 3 et donc a ( x ) = − 2 .
x
2x
1
1
Une solution particulière de (E) est : yP = − 2 e x
2x
1

1
x

yP = a ( x ) e donne yP′ = a′ ( x ) e x −

c. Donner alors l’écriture générale des solutions de (E).

1  1x

Les solutions de (E) sont les fonctions y =  λ − 2  e
2x 

2) On recherche ici une de ces solutions qui soit conforme à une condition particulière :
si x = 1, y doit valoir e.
Ajuster ainsi la valeur de la constante présente dans l’expression trouvée à la question 1)c et
donner l’expression de la fonction correspondant à cette condition particulière.
En reprenant l’expression trouvée, pour x = 1 et y = e, on a :
1
1
3
3 1 

e =  λ −  e ⇔ λ = . La fonction correspondante est : y =  − 2  e x .
2
2
 2 2x 

2.2.4 Câble d’ascenseur « Pour aller plus loin » :
Un câble, en acier de masse volumique ρ, supporte une cage d’ascenseur de masse M à vide. Plaçons
un axe (Oy) support de ce câble, dont la section S(y) dépend de la cote y. Chaque section de ce câble
est soumise à une force de traction T(y), somme du poids Mg (constant) de la cage d’ascenseur à vide
et du poids P(y) (variable suivant y) de la partie du câble se trouvant sous la section.
Pour tout y, on définit R, taux de travail du métal, par : R =

T ( y)

S ( y)

, homogène à une pression.

Déterminez le profil idéal du câble (l’expression de l’aire S(y) des sections en fonction de y) pour que
R soit constant.
Le poids total agissant sur la section à la cote y est : Mg + ρ g.V ( y ) où V(y) est le volume du
câble allant de la cabine jusqu’à la cote y.
Le taux de travail est donc : R =

Mg + ρ g.V ( y )
S ( y)

⇔ RS ( y ) = Mg + ρ g.V ( y ) .

Différencions cette expression : RdS = ρ gdV = ρ gSdy
Il vient :

dS ρ g
=
dy
S
R

⇔ ln ( S ) =

ρg
R

y + Cste ⇔

ρg

S = S0 e R

y

ρg

Mg R
Mg
e
Le profil est donc exponentiel. La section initiale est S0 =
et ainsi S ( y ) =
R
R
Page 7 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

y

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles

3 Equations différentielles du 2d ordre
3.1 Équations différentielles du 2d ordre se ramenant au 1er ordre
3.1.1

On considère l'équation différentielle du second ordre y′′ − 3 y′ = 1 − x2
où y est une fonction numérique de la variable réelle x.
a. Donner la solution générale de cette équation.
Posons Y = y’. L’équation en Y est alors linéaire, du premier ordre, à coefficient constant.
YH = K e 3 x et par identification à un polynôme du second degré, on trouve

YP =

1 2 2
7
x + x− .
3
9
27

1 2 2
7
x + x− .
3
9
27
1
1
7
3x
3
2
x+D
En intégrant, on obtient : y = Ce + x + x −
9
9
27
Solution générale en Y : Y = K e3 x +

b. Déterminer la solution particulière dont la courbe représentative contient l'origine avec une
tangente en ce point de pente 3.
On a deux conditions dans cette question : y(0) = 0 et y’(0) = 3

 y (0) = C + D = 0



7

y
0
3
C
3
=

=
(
)

27

88

 D = − 81
88 3 x 1 3 1 2 7
88
e + x + x − x−
et ainsi y =

81
9
9
27
81
 C = 88

81

3.1.2 GIN FA 2009 test 1 - Ascension d’une masse
Une force F ascendante est appliquée à un solide de masse M. Le module de
F est supérieur à celui du poids P dudit solide.
D’autre part, le milieu ambiant exerce une résistance R au déplacement, de
module proportionnel au module de la vitesse, et opposée à celle-ci. R
s’exprime comme suit :

R = − kv = −k

dx
dt

Afin de simplifier les expressions, on posera : τ =

M
.
k

1) Donner les dimensions MLT de k puis de τ.

[dx] MLT −2 = k L donc k = MT −1
[ ]
[ ]
T
[dt ]
[M] M
donc [τ ] = T
[τ ] = = −1
[ k ] MT
[R ] = [ k ]

Page 8 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles
2) Etablir l’équation différentielle en x puis en v =

dx
qui décrit le mouvement du solide.
dt

Somme des forces appliquées au solide : produit de sa masse par l’accélération qu’il subit :

M

d2 x
dx
= F + P + R = F − Mg − k
2
dt
dt

Nous pouvons aussi écrire : v′ +

1

τ

1

x′′ +

donc

v=

τ

x′ =

F − Mg
M

F − Mg
M

3) Intégrer l’équation différentielle en v pour obtenir l’expression v(t) qui donne la vitesse du solide
en fonction du temps, sachant que v(0) = 0.
L’équation sans second membre est : v′ +

dv
1
=− v ⇔
dt
τ

dv
dt
=−
v
τ

1

τ

v = 0 . Elle est à variables séparables :

t
⇔ ln v = − + K

τ

⇔ vH = C e

t

τ

Nous pouvons trouver une solution particulière en identifiant v à une constante :

1

τ

vP =

F − Mg
M

⇔ vP = τ

F − Mg M  F − Mg  F − Mg
= 
=
M
k M 
k

Ainsi la solution générale de l’équation complète est : v = Ce

t

τ

+

F − Mg
F − Mg
⇒C =−
k
k
t
− 
F − Mg 
τ
D’où l’expression de v(t) : v =
1 − e 
k 

F − Mg
k

Nous savons que v(0) = 0 : 0 = C +

On vérifiera l’équation aux dimensions du résultat obtenu.

[ v] =

[F − Mg ] = MLT −2 = LT −1
MT −1
[k ]

Il s’agit bien d’une vitesse

Lorsque t → +∞ que devient v(t) ?

On sait que e

t

τ

décroît lorsque t augmente, et que lim e
t →+∞

augmente et tend vers vlim =

t

τ

= 0 , donc la vitesse

F − Mg
k

4) Utiliser l’expression de v(t) pour calculer la position x(t) du solide en fonction du temps.
La position du solide est obtenue par calcul intégral sur le déplacement élémentaire
dx = v(t).dt. Pour obtenir la position à l’instant t il faut donc « sommer » ces déplacements
élémentaires pour la période de 0 à t, et ne rien ajouter puisque x(0) = 0. Pour éviter toute
confusion nous nommerons la variable d’intégration u ; ainsi il vient :
t

u
u
u
− 
− 
− 
F − Mg 
F − Mg t 
F − Mg 
τ .du =
τ .du =
τ
x ( t ) = ∫ v ( u ) .du = ∫
1

e
1

e
u
+
τ
e






0
0
k 
k ∫0 
k 


0
t

t

t


F − Mg 
τ
x (t ) =
 t +τ e −τ 
k 

Page 9 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles
On peut aussi considérer que x est une primitive de v, soit
t
t
− 


F − Mg 
F − Mg 
τ
τ
x = ∫ v ( t ) .dt =
 1 − e  .dt =
t +τe + K 

k
k 


puis utiliser l’information x(0) = 0 pour donner la valeur correspondante de K : K = -τ.

3.2 Équations différentielles linéaire du 2d ordre à coefficients constants
3.2.1

a.

Résoudre les équations homogènes suivantes :

y′′ − 3 y ′ + 2 y = 0
Polynôme caractéristique : r² - 3r + 2, de discriminant 1. Deux racines réelles : 1 et 2.
x
2x
Solution générale de cette équation : y = Ae + Be

b.

y′′ − 4 y′ + 4 y = 0
Polynôme caractéristique : r² - 4r + 4, de discriminant 0. Racine réelle double : 2.
2x
Solution générale de cette équation : y = ( Ax + B ) e

c.

y′′ − 2 y ′ + 5 y = 0
Polynôme caractéristique : r² - 2r + 5, de discriminant -16.
Ses racines complexes ont pour partie réelle 1 et pour partie imaginaire ±2.
Solution générale de cette équation : y = e

d.

x

( A cos (2 x ) + B sin ( 2 x ) )

y′′ − k 2 y = 0
Polynôme caractéristique : r² - k², de racines réelles ±k.
kx
− kx
Solution générale de cette équation : y = Ae + Be

e.

y ′′ + k 2 y = 0
Polynôme caractéristique : r² + k², de racines imaginaires pures ±ik.
Solution générale de cette équation : y = A cos ( kx ) + B sin ( kx )

f. 2 y′′ − 5 y′ − 3 y = 0
Polynôme caractéristique : 2r² - 5r - 3, de discriminant 49. Racines réelles : 3 et -1/2.
3x
Solution générale de cette équation : y = Ae + Be

g.

y′′ + 2 y′ + 5 y = 0 ;

f (0 ) = 5 ;

x
2

f ′ ( 0 ) = 11

Polynôme caractéristique : r² + 2r + 5, de discriminant -16.
Ses racines complexes ont pour partie réelle -1 et pour partie imaginaire ±2.

(

−x
Solution générale de cette équation : y = e A cos ( 2 x ) + B sin ( 2 x )

)

Pour utiliser les conditions données dans l’énoncé, on doit exprimer la dérivée de notre solution

(

)

(

générale : y ′ = −e− x A cos ( 2 x ) + B sin ( 2 x ) + e− x −2 A sin ( 2 x ) + 2 B cos ( 2 x )

Page 10 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

)

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles

= −e− x ( ( A − 2 B ) cos ( 2 x ) + ( 2 A + B ) sin ( 2 x ) )

f (0) = 5 ⇔ A = 5

Les conditions sur f et f ’ donnent :  f ′ ( 0 ) = 11 ⇔ − e−0 ( ( 5 − 2 B ) cos ( 0 ) ) = 11

⇔ B =8

La solution particulière cherchée est donc f ( x ) = e

h. y′′ + 4 y′ + 4 y = 0 ;

f ( 0) = 1 ;

−x

( 5 cos ( 2 x ) + 8 sin (2 x ) )

f ′ ( 1 ) = e −2

Polynôme caractéristique : r² + 4r + 4, de discriminant 0. Racine réelle double : -2.
−2 x
Solution générale de cette équation : y = ( Ax + B ) e

Pour utiliser les conditions données dans l’énoncé, on doit avoir l’expression de la dérivée de
−2 x
−2 x
−2 x
notre solution générale : y ′ = Ae + −2 ( Ax + B ) e = ( −2 Ax + A − 2 B ) e


f (0 ) = 1 ⇔ B = 1

Les conditions sur f et f ’ donnent :  f ′ ( 1 ) = e−2 ⇔ ( −2 A + A − 2 B ) e −2 = e−2

⇔ A = −3

−2 x
La solution particulière cherchée est donc f ( x ) = ( −3 x + 1) e

3.2.2

GI FA 2010 - test 1

Résoudre l’équation différentielle :

y ′′ − 4 y = t + 1 . La recherche de la solution particulière yP se

fera par identification à un polynôme de degré 1.
* Solution générale de l’équation homogène : r² - 4 = 0, de solutions réelles 2 et -2.
Solution générale de cette équation : yH = Ae −2 t + Be2 t
* Solution particulière de l’équation complète (identification : polynôme du 1er degré) :

yP = at + b ;

yP′ = a ;

L'équation donne :

yP′′ = 0

− 4 at − 4b = t + 1 ⇔

* Solution générale de l’équation :

a=b=−

y = Ae−2t + Be2t −

1
4

;

yP = −

1
( t + 1)
4

1
( t + 1)
4

3.2.3 Résoudre les équations suivantes :
a. y ′′ − 2 y ′ + 5 y = x

(

x
* L’équation homogène a été résolue en ex. 3.2.1 c. : yH = e A cos ( 2 x ) + B sin ( 2 x )

)

* Pour trouver une solution particulière de l’équation complète, cherchons une identification avec
un polynôme du premier degré : yP = ax + b , dont les dérivées première et seconde sont
respectivement a et 0.

Page 11 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles

1

 a = 5
1
2
y ′′ − 2 y′ + 5 y = x ⇒ − 2a + 5ax + 5b = x ⇔ 
, soit yP = x +
5
25
b = 2

25
1
2
x
* Solution générale de l’équation complète : y = e ( A cos ( 2 x ) + B sin ( 2 x ) ) + x +
5
25
b. y ′′ + 2 y′ + 2 y = 10 cos ( 2 x )
* Solution générale de l’équation homogène :
Polynôme caractéristique : r² + 2r + 2, de discriminant -4.
Ses racines complexes ont pour partie réelle -1 et pour partie imaginaire ±1.

(

−x
Solution générale de cette équation : yH = e A cos ( x ) + B sin ( x )

)

* Solution particulière de l’équation complète :
par identification avec a cos ( 2 x ) + b sin ( 2 x ) , dont les dérivées première et seconde sont
respectivement −2a sin ( 2 x ) + 2b cos ( 2 x ) et −4 a cos ( 2 x ) − 4b sin ( 2 x ) .
L’équation complète devient :

−4 a cos ( 2 x ) − 4b sin ( 2 x ) − 4 a sin ( 2 x ) + 4b cos (2 x ) + 2a cos ( 2 x ) + 2b sin ( 2 x ) = 10 cos ( 2 x )

( 4b − 2a ) cos ( 2 x ) + ( −2b − 4 a ) sin ( 2 x ) = 10 cos ( 2 x )

 4b − 2a = 10
 a = −1
⇔ 
⇔ 
, soit
−2b − 4a = 0
 b=2

yP = − cos ( 2 x ) + 2 sin ( 2 x )

* Solution générale de l’équation complète :

y = e− x ( A cos ( x ) + B sin ( x ) ) − cos ( 2 x ) + 2 sin ( 2 x )

3.2.4

Résoudre par identification puis par variation des constantes :

a. y ′′ − y = 1 + x 2
x
−x
* L’équation sans second membre donne yH = Ae + Be
2
* Solution particulière de l’équation complète (identification) : yP = − x − 3

* Solution particulière de l’équation complète (variation des constantes) :

yP = A ( x ) e x + B ( x ) e − x ; yP′ = ( A′ ( x ) + A ( x ) ) e x + ( B′ ( x ) − B ( x ) ) e − x

(1 ) ;
yP′′ = ( A′ ( x ) + A ( x ) ) e x + ( − B ′ ( x ) + B ( x ) ) e − x
L’équation donne : A′ ( x ) e x − B′ ( x ) e − x = 1 + x 2 ( 2 )
où l'on pose

A′ ( x ) e x + B′ ( x ) e − x = 0

(1) et (2) ⇒ A′ ( x ) =

1 + x2 − x
e
2

et B′ ( x ) = −

1 + x2 x
e , que l’on intègre par parties :
2

Page 12 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles

A( x) = −

e− x 2
ex
x + 2 x + 3) et B ( x ) = − ( x2 − 2 x + 3 ) , d’où : yP = − x 2 − 3
(
2
2

* Solution générale de l’équation :

y = − x 2 − 3 + Ae x + Be− x

b. y′′ + y′ − 2 y = xe2 x
* Solution générale de l’équation homogène :
Polynôme caractéristique : r² + r - 2, de discriminant 9. Racines réelles : -2 et 1.
−2 x
x
Solution générale de cette équation : yH = Ae + Be

* Solution particulière de l’équation complète (identification à un polynôme du premier degré
multiplié par l’exponentielle) :

yP = ( ax + b ) e2 x ;

yP′ = ( 2ax + 2b + a ) e2 x ;

yP′′ = ( 4 ax + 4b + 4 a ) e2 x

1
5
5
1
L'équation donne : ( 4 ax + 4b + 5a ) e2 x = xe2 x ⇔ a = , b = −
; yP =  x −  e2 x
4
16
16 
4
* Solution particulière de l’équation complète (variation des constantes) :

yP = A ( x ) e −2 x + B ( x ) e x ; yP′ = ( A′ ( x ) − 2 A ( x ) ) e −2 x + ( B′ ( x ) + B ( x ) ) e x

(1 ) ;
yP′′ = ( 4 A ( x ) − 2 A′ ( x ) ) e −2 x + ( B′ ( x ) + B ( x ) ) e x
et d'après (1 ) : yP′′ = 4 A ( x ) e −2 x + ( 3 B′ ( x ) + B ( x ) ) e x
où l'on pose

A′ ( x ) e −2 x + B′ ( x ) e x = 0

1 x
1
xe ⇐ B ( x ) = ( x − 1 ) e x
3
3
1
1
1
Avec (1) : A′ ( x ) e−2 x + xe2 x = 0 ⇔ A′ ( x ) = − xe4 x ⇐ A ( x ) = −
( 4 x − 1 ) e4 x
3
3
48
5  2x
1
−2 x
x
(après intégration par parties). Soit : yP = A ( x ) e + B ( x ) e =  x −
e
16 
4
(E) donne : 3 B′ ( x ) e x = xe2 x

(2)

* Solution générale de l’équation :

B′ ( x ) =

5
1
y = Ae−2 x + Be x +  x −  e2 x
16 
4

3.2.5
On considère l'équation différentielle : y′′ + y = x

(1) .

1) On pose y = z + x, où z est une fonction de la variable x.
En déduire que y est solution de (1) si, et seulement si, z est solution de z" + z = 0 (2)
y est solution de (1) ⇔

y ′′ + y − x = 0 ⇔ ( y − x )′′ + ( y − x ) = 0
⇔ ( y − x ) est solution de ( 2 ) CQFD

(car ( y − x)′′ = y′′ − x′′ = y′′)

Page 13 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles

2) Résoudre l'équation différentielle (2), et en déduire les solutions de l'équation différentielle (1).
Trouver la solution particulière qui vérifie : y(0) = 0 et y'(0) =0.
Le polynôme caractéristique admet deux racines complexes conjuguées : i et –i.
Leur partie réelle vaut donc 0 et leur partie imaginaire ±1.
Solution de cette équation homogène : z = Acosx + Bsinx. Ainsi y = Acosx + Bsinx + x
La condition y(0) = 0 donne A = 0 ; ensuite, y'(0) =0 donne B = -1.
Fonction cherchée : y = x – sinx.
3.2.6 GI FC34 2010 - test – Décharge d’un condensateur
Un condensateur a été préalablement chargé (charge totale
contenue : Q, en coulombs). Sa capacité est C, en farads (coulombs
par volt). Il est ensuite mis en place dans un circuit ouvert (figure cicontre), en série avec une résistance (R, en ohms) et une bobine
(inductance L, en henry).
Lorsqu’on ferme le circuit, les charges + et – contenues dans l’une
et l’autre plaque du condensateur peuvent circuler (décharge du
condensateur, jusqu’à équilibre), créant ainsi dans le circuit un
courant d’intensité variable.
La tension aux bornes du condensateur vaut : uC =

q (t )
, où q est la quantité de charge encore
C

présente dans le condensateur à l’instant t.
La tension aux bornes de la résistance est uR = R.i ( t ) , où i est l’intensité du courant à l’instant t, par
définition : le débit de charges électriques ; donc i = −

dq
.
dt

La tension aux bornes de la bobine est en avance de phase de 90° par rapport à la tension aux bornes
de la résistance et est uL = L.

di
.
dt

1) Justifier que lors de la décharge, la quantité de charge restante, q(t), vérifie l’équation
différentielle : Lq ′′ + Rq′ +

q
= 0.
C

q
. Elle vaut aussi la somme des
C
dq
di
dq
d2q
tensions aux bornes de la résistance et de la bobine : −R
+ L = −R
−L 2 .
dt
dt
dt
dt
q
Donc + Rq ′ + Lq ′′ = 0 .
C
La tension aux bornes du condensateur a pour valeur positive

2) On considère l’application numérique suivante :
R = 500 Ω ; L = 200 mH = 200×10-3 H ; C = 5 µF = 5×10-6 F.
Résoudre dans ces conditions l’équation différentielle ci-dessus.
(On rappelle que dans le cas où l’équation caractéristique possède deux racines réelles r1 et r2, les
solutions de l’équation différentielle sans second membre sont q = Aer1t + Ber2t )

Page 14 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles
L’équation devient 0, 2q′′ + 5.102 q′ + 2.105 q = 0 .
Son polynôme caractéristique a pour discriminant ∆ = 25.104 – 16.104 = 9.104, positif. Ses deux
racines, réelles, sont

−5 ± 3 2
.10 , soit –2.103 (= -2000) et –0,5.103 (= –500).
0, 4

L’expression de la charge contenue dans le condensateur au cours du temps est :

q ( t ) = Ae−2000t + Be−500t
3) Etant donné qu’à t = 0, q = Q = 0,5 coulomb et i = 0, déterminer les valeurs des deux constantes de
la fonction q.
à t = 0, q = A + B et i = - q’ = 2000A + 500B.

0, 5
1

A=
=−

 A + B = 0, 5
1
2

−3
6
Donc : 
⇔ 
. Ainsi q ( t ) = − e−2000 t + e−500 t .
6
3
2000 A + 500B = 0
B = −4 A = 4 = 2

6 3
4) Vérifier que la charge q est une fonction positive et strictement décroissante du temps.
Comparons les deux termes de q(t) :

2 −500t 1 −2000t
e
> e
3
6

⇔ 4e−500t > e −2000 t

⇔ 4e( 2000−500)t > 1 ⇔ 4e1500t > 1 , ce qui est le

cas car l’exponentielle seule est supérieure ou égale à 1 (la puissance est positive). Donc q(t) est
positif.
Sa dérivée est q ′ ( t ) ( = i ( t ) ) =

2000 −2000t 1000 −500t 1000 −2000t
e

e
=
e
(1 − e1500t ) .
6
3
3

Cette dernière exponentielle étant supérieure à 1, l’expression est négative (strictement pour
tout t différent de 0) et q est bien une fonction strictement décroissante du temps.
3.2.7 GI FA 2011 test 1 - Masse-ressort-viscosité
Une masse m est reliée à un ressort de
raideur k et à un piston qui réagit au
mouvement par l’opposition d’un frottement
visqueux. Le déplacement de la masse ne
peut se faire que selon la direction d’un axe
horizontal (Ox) et on la repère par la position
x de son centre de gravité, x = 0
correspondant à un ressort sans allongement.
Dans cet axe, elle est soumise à deux forces :
force de rappel du ressort, égale à –k.x, et
force de frottement visqueux, égal à –c.x’. k et c sont positifs.
On s’autorise en outre à lui appliquer une force extérieure f (t) arbitraire, à déterminer.
L’équation du mouvement de cette masse est : mx′′ + cx′ + kx = f ( t ) (E).

Page 15 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles
1) En ne travaillant que sur l’équation homogène, dire à quelle condition liant m, c et k on obtiendra
un régime x(t) oscillatoire. Interpréter concrètement.
Le polynôme caractéristique de l’équation homogène est : mr² + cr + k.
Son discriminant est ∆ = c² - 4mk. La solution de l’équation homogène comportera des fonctions
sinus et cosinus si, et seulement si ∆ < 0, soit c < 2 mk .
Concrètement, pour obtenir un régime oscillatoire, il ne faut pas que la viscosité soit trop
importante, ou alors il faut que la raideur du ressort soit suffisamment élevée.
2) On donne m = 1 kg, c = 4 kg.s-1 et k = 104 N.m-1. Ecrire alors la solution générale de l’équation
homogène de (E).
Le polynôme caractéristique de l’équation homogène est : r² + 4r + 104.

−4 ± i 400
= −2 ± 10i .
2
−2 t
La solution générale de l’équation homogène est : xH = e ( A cos ( 10t ) + B sin (10t ) )
Son discriminant est ∆ = -400 et ses racines complexes sont

3) La force extérieure f (t) que l’on décide d’appliquer a pour expression 48t – 52t2. Donner alors par
identification à un polynôme du second degré une solution particulière de (E), puis la solution
générale de (E).
On cherche xP sous la forme at2 + bt + c. L’équation (E) donne :

2a + 4 ( 2at + b ) + 104 ( at 2 + bt + c ) = 48t − 52t 2

⇔ 104 at 2 + ( 8 a + 104b ) t + 2a + 4b + 104c = 48t − 52t 2
 104 a = −52
1
1
1

⇔  8a + 104b = 48 ⇔ a = − ; b = ; c = −
2
2
104
2a + 4b + 104c = 0

(

et

xP = −0, 5t 2 + 0, 5t −

)

1
.
104

Solution générale de (E) : x ( t ) = e−2t A cos ( 10t ) + B sin (10t ) − 0, 5t 2 + 0, 5t −

3.2.8

1
104

GI FA 2011 test 2

1. Résoudre l'équation différentielle : 4 y′′ + 5 y ′ + y = ( 14 x − 22) e−2 x

(E)

Indication : on cherchera une solution particulière de la forme yP ( x ) = ( ax + b ) e −2 x ,
où l'on déterminera les constantes a et b.
a) Equation homogène : 4 y′′ + 5 y ′ + y = 0 (EH)
Polynôme caractéristique : 4 r 2 + 5r + 1 = 0 , ∆ = 52 − 4 × 4 × 1 = 9 , r1 = −1 et r2 = −
−x

x

Solution générale de l'équation homogène : yH = Ae + Be 4
b) Equation complète : (E)
On cherche une solution particulière de la forme yP ( x ) = ( ax + b ) e −2 x
On dérive deux fois yP :

yP′ ( x ) = ( −2ax + a − 2b ) e −2 x

yP′′ ( x ) = ( 4 ax − 4 a + 4b ) e −2 x
On reporte yP , yP′ et yP′′ dans (E) :

4 ( 4 ax − 4 a + 4b ) e−2 x + 5 ( −2ax + a − 2b ) e−2 x + ( ax + b ) e−2 x = (14 x − 22 ) e−2 x
Page 16 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

1
4

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles
ce qui, après simplification et regroupement, conduit à :
Par identification, on obtient le système :

7ax + 7b − 11a = 14 x − 22

7a = 14
a = 2
⇒ 

7b − 11a = −22
b = 0
D'où une solution particulière de l'équation (E) :

yP ( x ) = 2 xe−2 x

c) Solution générale de l'équation (E) :
Les 2 étapes précédentes conduisent à la solution générale pour (E) : y = yH + yP

y = Ae− x + Be

x
4

+ 2 xe−2 x

2. Parmi les fonctions solutions de (E), déterminer celle, notée f, dont la courbe représentative (C)
contient le point O et admet comme tangente en ce point la droite (T) d'équation y = 2x.
On cherche une solution f vérifiant :
a) f (0) = 0, c'est-à-dire, en utilisant la solution générale trouvée ci-dessus : A + B = 0
b) La tangente en O a pour équation y = 2x. Son coefficient directeur est 2. Or, la tangente à la
courbe en O a pour coefficient directeur le nombre dérivé de la fonction f en 0

B − 4x
B
e + 2e−2 x (1 − 2 x ) donc y ′ ( 0 ) = − A − + 2
4
4
B
Par conséquent, il faut − A − + 2 = 2 .
4
A+ B = 0

Les conditions a) et b) conduisent au système : 
⇒ A= B =0
B

A

+
2
=
2

4
f ( x ) = 2 xe−2 x
La fonction f vérifiant les conditions demandées est donc :
y ′ ( x ) = − Ae− x −

4 Autres équations différentielles du 1er ordre
4.1 Équations différentielles à variables séparables
4.1.1

( )
(1 + x ) ddyx + 3xy = 0

2
a. 1 + x y′ + 3 xy = 0

dy
x
−3 2 x
= −3
dx = .
dx
2
y
1+ x
2 1 + x2
−3
3
Intégrons les deux membres : ln ( y ) = − ln ( 1 + x2 ) + Cste , d’où : y = K ( 1 + x2 ) 2
2
2

ssi

b. xy ′ − y + xy = 0

dy
dy 1 − x
dx
x − y ( 1 − x ) = 0 ssi
=
dx =
− dx
dx
y
x
x
Intégrons les deux membres : ln ( y ) = ln ( x ) − x + Cste
D’où la solution de l’équation différentielle : y = K e

ln ( x ) − x

ln x
= K e ( ) e− x

Page 17 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

y = Kxe− x

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles

« Pour aller plus loin » :
c. y′ sin ( x ) − y = 0

dy
dy
dx
sin ( x ) − y = 0 ssi
=
dx
y sin ( x )

( ) ∫ sindxx + K
( )

Intégrons les deux membres : ln y =

On pose le changement de variable : u = cos(x), qui donne du = -sin(x).dx
Il vient donc :

dx
du
du
du
1 1
1 
.du
=− 2
=
= 2
= 

2
sin ( x )
sin ( x ) cos ( x ) − 1 u − 1 2  u − 1 u + 1 

( )


1  1
1 
1
1


 .du + K = ln ( u − 1 ) − ln ( u + 1 ) + K = ln 

2  u −1 u +1 
2
2

soit : ln y =
Signe de

u −1
u +1


+ K

u −1
: u ∈ [-1 ; 1] (c’est un cosinus), donc u – 1 est négatif et u + 1 est positif.
u +1

1 − cos ( x )
u −1
≤ 0 , d’où la solution de l’équation différentielle : y = C
1 + cos ( x )
u +1

4.1.2

GIN FC26 2010 - test

Résoudre l’équation différentielle à variables séparables suivante : ( y ′ ) = y .
2

y est donc positive.

y′ = ± y

dy
= ±dx ⇔ 2 y = ± x + Cste ⇔
y

2

 x

y =  ± + Cste 
 2

4.2 Equations différentielles dont le 1er membre est une différentielle
4.2.1
a. 2 x − 2a + ( 2 y − 2b ) y ′ = 0
Ecrivons la dérivée sous forme fractionnaire : 2 x − 2a + ( 2 y − 2b )
L’équation peut alors s’écrire : ( 2 x − 2a ) dx + ( 2 y − 2b ) dy = 0

dy
=0
dx

On recherche l’existence d’une fonction U des deux variables x et y telle que l’équation
corresponde à :

∂U ( x, y )
∂x

dx +

Par identification, il faudrait :
L’identification de

∂U ( x, y )
∂y

dy = 0

∂U
= 2 x − 2a et
∂x

( ⇒ U ( x, y ) = Cste )
∂U
= 2 y − 2b .
∂y

∂U
à 2 x − 2a donne : U ( x, y ) = x2 − 2ax + f ( y ) .
∂x

Page 18 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles

Sous cette forme,

∂U ( x, y )
∂y

= f ′ ( y ) , dont l’identification à 2 y − 2b montre que

f ( y ) = y 2 − 2by + Cste .
Donc la solution peut s’exprimer sous la forme : U ( x, y ) = x 2 − 2ax + y 2 − 2by + Cste
Comme l’équation différentielle équivaut à « U est constante », les solutions sont donc les
2
2
fonctions y qui vérifient l’équation x + y − 2ax − 2by = Cste , soit en utilisant les produits

remarquables adéquats :

( x − a ) + ( y − b)
2

2

= Cste , où l’on reconnaît pour les constantes

positives, l’équation du cercle de centre (a, b) et de rayon

Cste .

b. 2 xy 3 + 3 x2 y 2 y′ = 0
La forme différentielle donne 2 xy 3dx + 3 x2 y 2 dy = 0
On peut alors poser :

∂U
= 2 xy 3
∂x

;

∂U
= 3 x 2 y 2 (mais U existe-t-elle ?)
∂y

Intégrons par rapport à x, puis dérivons par rapport à y :

U ( x, y ) = x2 y 3 + f ( y )
∂U ( x, y )
∂y

IDENT

= 3 x 2 y 2 + f ′ ( y ) = 3 x2 y 2 ⇒ f ′ ( y ) = 0 ⇒ f ( y ) = Cste

D’où : U ( x, y ) = x2 y 3 + Cste

soient les solutions :

x2 y 3 = Cste , ou y = C.x

2
3

« Pour aller plus loin » :

(
)
( y + 2xy ) dx + ( x + 2 xy ) dy = 0

c. y 2 + 2 xy + x2 + 2 xy y′ = 0
2

2

∂U
= y 2 + 2 xy U ( x, y ) = xy 2 + x2 y + f ( y )
∂x
∂U
= x 2 + 2 xy + f ′ ( y ) = x ² + 2 xy ⇒ f ′ ( y ) = 0 ⇒ f ( y ) = Cste
∂y

U ( x, y ) = x2 y + xy 2 + Cste . La solution générale est donc : x2 y + xy 2 = K
Pour aller (encore) plus loin : tentons de trouver une expression de y en fonction de x :
La relation trouvée ci-dessus pose la question de la définition de la fonction en x = 0. Il est clair
que y est définie en 0 ssi K est nulle. Traitons ce cas à part (ce n’est pas une obligation) :

x2 y + xy 2 = 0 ⇔

xy ( x + y ) = 0 , relation valable pour tout x ;

donc soit y est la fonction nulle, soit y(x) = -x.
Cas où K différent de 0 : la fonction y est à envisager comme définie sur un intervalle de ℝ ne
contenant pas 0 (pourquoi un intervalle ? Parce que parmi les théorèmes qui régissent
Page 19 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles
l’intégration et la dérivation, ceux qui interviennent dans le cadre des équations différentielles ne
sont valables que pour des fonctions définies – continues – dérivables - sur des intervalles).

x2 y + xy 2 = K

⇔ xy ( x + y ) = K .

Définissons la fonction u = y + x/2. L’équation devient :

x 
x

xu − u +  = K
2 
2


x2 
x  u2 −  = K
4

⇔ u=±

K x2
+
x 4

y=±

K x2 x
+ −
x 4 2

On retrouve les solutions indiquées dans le cas où K = 0.
Une fois K fixé, le domaine de définition peut être précisé. N’oublions pas que si K ≠ 0, y n’est pas
définie en zéro ; par contre, son expression est valable sur des intervalles de ℝ ne contenant pas
0. Par exemple, l’une de ces fonctions y peut être définie par y = −
par y =

2 x2 x
+ − sur ]-∞ ; -2] et
x 4 2

−16 x2 x
+ − sur [4 ; +∞[.
x
4 2

4.3 Équations différentielles homogènes
Résoudre l’équation 2 xyy′ = y 2 − x2 .

4.3.1

Posons y = tx (et ainsi dy = t.dx + x.dt). L’équation donne :

y x
 1
 1

⇔ 2 ( t.dx + x.dt ) =  t −  .dx ⇔  t +  .dx = −2 x.dt
x y
 t
 t
dx
2t.dt
C

=− 2
⇔ x= 2
x
t +1
t +1
C
Ct
Représentation paramétrique : x = 2
; y= 2
t +1
t +1
2 y′ =

Résoudre l’équation x2 + y 2 − xyy′ = 0 .

4.3.2

Posons y = tx (et ainsi dy = t.dx + x.dt). L’équation donne :

y′ =

x y
+
y x

1 
⇔ t.dx + x.dt =  + t  .dx ⇔
t

dx
= t.dt
x

t2
⇔ ln x = + K
2

Représentation paramétrique : x = Ce


t2
2

;

1
.dx = x.dt
t

x = Ce

t2
2

y = Cte

t2
2

Page 20 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles

4.4 Équation de Bernoulli (Jacob)
4.4.1

Exemple du cours :

2
y2

y′ +  x −  y −
=0
x
x

On pose donc le changement de variable u =

1
dy
du
qui donne
= − y2 ⋅ .
y
dx
dx

du
2  y2
1

2

+ y x − −
= 0 ⇔ u′ +  − x  u + = 0 ,
L’équation devient : − y ⋅
dx
x x
x

x

2

équation différentielle linéaire du premier ordre.
Résolution de l’équation homogène par séparation des variables :

du 
2
x2
2


u +  − xu = 0 ⇔
=  x −  dx ⇔ ln u = − 2 ln x + K
u 
x
2
x

⇔ uH = C e

x2
−2 ln x
2

x2
2

2

= Ce e

ln x −2

C x
= 2 e2
x

Détermination d’une solution particulière de l’équation complète, par variation de la constante :

C ( x) x
C ′x2 − 2 xC x2 xC x2
uP = 2 e 2 ⇔ uP′ =
e + 2 e
x
x4
x
2

2

2

L’équation s’écrit :

2
1
C ′x2 − 2 xC x2 xC x2  2
C x2 1



u′ +  − x  u + = 0 ⇔
e + 2 e +  − x 2 e + = 0
x
x4
x
x
x

x
x
2

2

2

x
x


C′ x 1
1
⇔ 2 e 2 + = 0 ⇔ C ′ = − xe 2 ⇐ C = e 2 ⇔ uP = 2
x
x
x
2

2

Enfin, les solutions de (E) sont y =

4.5 Équation de Riccati
4.5.1

2

1
=
u

x2
x2
2

. (vérifiez dans l’ED posée en énoncé)

Ce + 1

« Pour aller plus loin » :

Résoudre :

y′ =

y2
1
− xy + 3 x − , en admettant qu’à la suite d’une identification avec un polynôme de degré
x
x

2, on a trouvé la solution particulière yP = x² - 1.
La nouvelle variable u (y = yP + u) doit alors être solution de la dernière équation citée dans

(

)

2

2y
u
l’encadré du cours : u′ = 2 yP A ( x ) + B ( x ) .u + A ( x ) .u2 , ce qui donne ici : u′ =  P − x  .u +
x
 x

2
u2
et donc u′ +  x −  u − = 0 , équation de Bernoulli que nous avons résolue dans l’exercice
x
x

précédent : u =

x2
x2
2

Ce + 1

. Enfin, y = yP + u = x² - 1 +

x2
x2
2

.

Ce + 1

Page 21 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices FC Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles

5 Exercices de tests
5.1

QCM

1) L’équation différentielle y’ – xy = 5 est :
linéaire

homogène

à coefficient constant

du second ordre

2) Parmi ces équations différentielles, laquelle est linéaire ?

y ′ − xy = x 2

x − yy′ = 0

y′ +

2 y′ = y 2

x
=0
y

3) L’équation différentielle y′′ − x2 y′ + y + 1 = 0 est :

à variables
séparables

du premier
ordre

homogène

linéaire

GI FC34 2012 – Test – 1er ordre

5.2

1

On donne l’équation différentielle linéaire (E) : x²y’ + y = 6x3 e x . L’objectif est de donner la forme générale
de ses solutions, en recherchant la solution générale yH de l’équation homogène par séparation des va1
x

riables, puis une solution particulière yP par identification à la forme ax² e .
* (EH) : x²y’ + y = 0.

Séparons les variables : x²dy = -ydx, soit

1
1
dy = − 2 dx .
y
x

1

1
+ K et donc yH = Ce x
x
1
1
1
 1 x
x
x
* yP = ax² e . Donc y’P = 2ax e + ax²  − 2  e .
 x 
Intégrons : ln y =

1

* solution générale de (E) :
1

1

(E) devient 2ax3 e x = 6x3 e x , soit a = 3. Ainsi, yP = 3x² e x

y = (3x² + C) e x

5.3

1

GI FC18/26 2013 – Test – 1er ordre

Résoudre l’équation différentielle (E) :

y′
− 3 xy = 3 x .
x

On recherchera une solution particulière de (E) par la méthode de variation de la constante.
Cette équation est linéaire et non homogène. On recherchera la solution générale yH de l’équa-tion homogène associée, par séparation des variables, puis une solution particulière yP de (E).
yH :

3
y′
dy
− 3 xy = 0 ⇔
= 3 x2dx ⇔ ln y = x3 + K ⇔ yH = Ce x
x
y

yP = C ( x ) e x ;
3

yP :

yP′ = C′e x + 3 x 2Ce x
3

(

3

)

3
3
3
3
y′
1
− 3 xy = 3 x ⇔ C′e x + 3 x2Ce x − 3 xCe x = 3 x ⇔ C′e x = 3 x2
x
x
3
3
⇔ C′ = 3 x2e− x ⇔ C = −e− x ⇔ yP = −1

(E) :

3

Solution générale de (E) : y = Ce x − 1

Page 22 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices TD Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles

5.4

GI FC18/26 2014 – Test – 1er ordre

Résoudre l’équation différentielle suivante : y ′ − x y = 2 xe
2

x3
3

Recherche de yH : séparation des variables
x3

dy
x3
y ′ − x y = 0 ⇔ dy = x y.dx ⇔
= x 2 .dx ⇔ ln y = + K ⇔ yH = Ce 3
y
3
2

2

Recherche de yP : variation de la constante

yP = C ( x ) e

x3
3

y′ − x y = 2 xe
2

x3

x3

, yP′ = C ′ ( x ) e 3 + x2C ( x ) e 3 .
x3
3

x3
3

x3
3

⇔ C′ ( x ) e + x C ( x ) e − x C ( x ) e
2

⇔ C ′ ( x ) = 2 x ⇐ C ( x ) = x2 donc

2

x

x3
3

= 2 xe

x3
3

⇔ C′ ( x ) e

= 2 xe

x3
3

3

yP = x2e 3

(

)

Solution générale de l’équation différentielle : y = yH + yP = C + x e

5.5

x3
3

2

x3
3

GI FC34 2014 – Test – 1er ordre

On donne l’équation différentielle (E) : x²y’ + y = 1

Les questions 1 et 2 sont indépendantes

1) Donner l’ensemble des fonctions y solutions de (E). Vous utiliserez la variation de la constante pour la
recherche d’une solution particulière.
Cette équation est linéaire, donc la solution générale y sera obtenue par y = yH + yP.
Recherche de yH :
(EH) : x²y’ + y = 0, équation du premier ordre à coefficient non constant.
On applique donc la méthode de séparation des variables :
1
dy
dy
1
1
x2
+ y=0⇔
= − 2 dx ⇔ ln y = + K ⇔ yH = Ce x
dx
y
x
x
Recherche de yP :
Pas d’identification proposée, on applique donc la méthode de variation de la constante :
1
1
1
1
 −1 
yP = C ( x ) e x ; x 2 y ′ + y = 1 ⇔ x2C ′ ( x ) e x + x2  2  C ( x ) e x + C ( x ) e x = 1
x 


1

1 − 1x  − 1x 
x
e
=
e

C
x
=
e
⇔ yP = 1
(
)


x2


(on aurait pu tout de suite s’apercevoir que y = 1 (donc y’ = 0) est une solution de notre équation différentielle de départ)
Conclusion :
1

⇔ x2C ′ ( x ) e x = 1 ⇔ C ′ ( x ) =

1

La forme générale des solutions est : y = Ce x + 1 .
1

2) a. Vérifier que les fonctions de la forme y = Ce x + 1 (où C ∈ ℝ ) sont des solutions de (E).
1

Soit y = Ce x + 1 et donc y ′ = −

1
1
1
1
x2
x
x
x
C
e
.
(E)


C
e
+
C
e
+ 1 = 1 ⇔ 1 = 1 … ok !
2
2
x
x

Page 23 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices TD Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles

b. Parmi ces dernières, déterminer l’expression exacte de celle qui vérifie y(1) = -1.

y = 1 − 2e

Il faut que Ce + 1 = -1, soit C = -2/e.

1
−1
x

.

c. Déterminer alors pour quelle(s) valeur(s) exacte(s) de x cette fonction s’annule.

1 − 2e

5.6

1
−1
x

=0⇔e

1
−1
x

=

1
1
1
1
⇔ − 1 = ln = − ln 2 ⇔ x =
(unique racine)
2
x
2
1 − ln 2

Fonctions trigonométriques (1er ordre)

Résoudre l’équation Z’.cos(u) – Z.sin(u) = sin(2u).
* Equation sans second membre : Z ′ cos ( u ) − Z sin ( u ) = 0 ⇔

(

)

ln ( Z ) = − ln cos ( u ) + C ⇔ Z H =

* Variation de la constante : ZP =

d Z sin ( u )
=
.d u
Z
cos ( u )

K
cos ( u )

K (u )

cos ( u )

; ZP′ =

K ′(u )

cos ( u )

+

K sin ( u )
cos2 ( u )

En reportant dans l’équation complète il vient : K ′ ( u ) = sin ( 2u ) ⇐ K ( u ) = −

cos ( 2u )
2

Ainsi une solution particulière de l’équation complète est :

cos ( 2u )
2 cos2 ( u ) − 1
1
ZP = −
=−
= − cos ( u ) +
2 cos ( u )
2 cos ( u )
2 cos ( u )

* Solution générale de l’équation : Z = − cos ( u ) +

5.7

1

C
2 + K
= − cos ( u ) +
cos ( u )
cos ( u ) cos ( u )

GI FA 2012 – Test 2 – 1er ordre, arcsinus et DL
 π π
; .
 2 2

On se propose de travailler avec la fonction arcsinus, définie sur [-1 ; 1] et à valeurs dans  −
Les questions 1 et 2 sont indépendantes.

1) a. Au moyen de l’écriture différentielle d’une dérivée, montrer que la dérivée de arcsin x est
Soit y = arcsin x. On a donc x = sin y.

1
1 − x2

.

dx
dy
1
= cos y = 1 − sin 2 y = 1 − x2 , d’où
=
.
dy
dx
1 − x2

b. A l’aide de la formule de McLaurin, déterminer un développement limité en zéro de la fonction arcsin,
à l’ordre 3. On aura avantage à écrire

1
1 − x2

1

= (1 − x 2 ) 2 .

La formule de McLaurin de la fonction f à l'ordre n au voisinage de 0 s'écrit :

Page 24 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices TD Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles

f ( x ) = f ( 0) + x f ′ ( 0) +

x2
x3
xn ( n )
f ′′ ( 0 ) +
f ′′′ ( 0 ) + ... +
f ( 0 ) + x nε ( x )
2!
3!
n!

Ecrivons d’abord les trois premières dérivées successives de arcsin :

arcsin′ ( x ) =

= (1 − x 2 )

1
1 − x2

arcsin′′′ ( x ) = (1 − x

3
2 −2

)

1
2

; arcsin ′′ ( x ) = x ( 1 − x2 )

 3
+ x  −  ( −2 x ) ( 1 − x
 2

3
2

;
(dérivée de un : n.u’.un-1)

5
2 −2

)

Ainsi, la formule de McLaurin donne :
arcsin x = arcsin 0 + x.1 +

x2
x3
x3
.0 +
.1 + x 3ε ( x ) , soit : arcsin x = x +
+ reste
2
6
6

c. A l’aide de ce développement limité, donner une valeur arrondie à 10-3 de arcsin(0,5).
D’après ce développement limité, arcsin 0,5 ≈ 0,5 +

0, 53
≈ 0,521.
6

d. Donner la valeur exacte de arcsin(0,5) puis à 10-4 près le taux d’erreur de la valeur approchée obtenue
en question c.

π
 π π
;  , l’angle dont le sinus vaut 0,5 est .
6
 2 2
0, 521
π
≈ 0,5235988. Taux d’erreur : 1 ≈ 0,00496 ≈ 0,50%.
6
0, 5235988

Dans l’intervalle  −

e. Utiliser ce développement limité pour calculer une valeur arrondie à 10-7 de

0 ,2

0 ,1

arcsin x.dx .

0 ,2

0 ,2 
 x2 x 4 
x3 
arcsin
x
.
d
x

x
+
.
d
x
=
 2 + 24  ≈ 0, 0200666667 − 0, 0050041667 = 0, 0150625
∫0,1
∫0,1  6 

 0,1
0 ,2

2) On donne l’équation différentielle xy′ + y =
a. Montrer que la fonction yP =

1

(E ) .

1 − x2

arcsin x
est une solution particulière de ( E ) . La dérivée de la fonction
x

arcsin est donnée en question 1a.

1
2
yP′ = 1 − x

x − arcsin x
x

2

.

(E ) est vérifiée :

x2
x

2

1− x

2

x arcsin x arcsin x
1
+
=
2
x
x
1 − x2

b. Après avoir étudié l’équation homogène associée, donner l’expression générale des solutions de ( E ) .

(EH) : xy′ + y = 0.

Par séparation des variables :

dy
dx
1
C
= − ⇔ ln y = − ln x + K = ln + K ⇔ y =
( C réel quelconque )
y
x
x
x
C arcsin x
Ainsi les solutions de ( E ) sont : y = +
( C réel quelconque )
x
x
xdy + ydx = 0 ⇔

Page 25 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices TD Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles

GI FA 2013 – Test 2 – 2d ordre et fonction

5.8

2
Soit l’équation différentielle suivante : y′′ + 2 py′ + p y = 0

p un paramètre que l’on peut fixer, tel que p ∈ ]0 ; + ∞[ .

(E ) où y est une fonction d’une variable x et
p

1) Donner la solution générale de l'équation (Ep).
L'équation différentielle (Ep) est du 2d ordre, homogène, à coefficients constants.
L'équation caractéristique est : r 2 + 2 pr + p 2 = 0 de discriminant ∆ = 4 p 2 − 4 p 2 = 0 , d'où la racine
double : r = − p .
− px
Solution générale de l'équation (Ep) : y = ( Ax + B ) e , avec A et B coefficients réels.

2) Parmi toutes les solutions, déterminer, en fonction de p, la fonction, notée fp, qui vérifie les conditions :
f p ( 0 ) = p et f p′ ( 0 ) = 0
Conditions initiales :
f p ( 0 ) = p , ce qui donne, à partir de la solution de l'équation différentielle : B = p

f p′ ( 0 ) = 0 . On a : y ' = Ae − px − p( Ax + B )e − px , donc f p′ ( 0 ) = 0 = A − pB , d'où A = p²

(

)

2
− px
Finalement, la fonction recherchée est : f p ( x ) = p x + p e

3) En étudiant les variations de fp, montrer que toutes les courbes admettent un maximum pour la même
valeur de x, indépendante de p. Déterminer cette valeur de x.
Calcul de la dérivée de fp :

f p′ ( x ) = p2e− px − p ( p 2 x + p ) e− px = − p 3 xe− px

p étant un nombre réel positif, son cube l’est aussi. e− px est également positif.
Donc la dérivée est du signe de – x (et s'annule pour x = 0).
Elle est donc positive pour x < 0, et négative pour x > 0.
Donc toutes les courbes représentant les fonctions fp admettent un maximum pour x = 0.

2d ordre et variation des constantes

5.9

Résoudre (identification puis variation des constantes) :
(identification à (ax2 + bx + c)e2x)

y′′ − 4 y′ + 4 y = e2 x

* L’équation homogène a été résolue en autonomie (3.2.1 b.) : yH = ( Ax + B ) e .
2x

* Solution particulière de l’équation complète (identification à un polynôme du second degré, multiplié
par l’exponentielle - 2 est une racine double du polynôme caractéristique et le membre de droite contient devant l’exponentielle un polynôme de degré zéro : 1).
L’équation donne :

( 4ax + ( 8a + 4b ) x + 2a + 4b + 4c ) e
2

= e2 x ⇔ 2ae2 x = e2 x

⇔ a=

2x

− 4 ( 2ax 2 + ( 2a + 2b ) x + b + 2c ) e2 x + 4 ( ax2 + bx + c ) e2 x

1
x2
d'où une solution particulière : yP = e2 x
2
2

Page 26 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices TD Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles

* Solution particulière de l’équation complète (variation des constantes) :
On notera A pour A(x) (idem pour B, A’ et B’) sans oublier qu’il ne s’agit pas de constantes

yP = ( A.x + B ) e2 x ; y ′P = ( A′.x + A + B′ + 2 A.x + 2 B ) e2 x
y P′′ = ( A′ + 2 A′.x + 4 A + 4 A.x + 2 B′ + 4 B ) e2 x

L’équation donne :

d'après (1 )

=

A′.x + B′ = 0

où l'on pose

(1)

;

( A′ + 4 A + 4 A.x + 4 B ) e2 x

( A′ + 4 A + 4 A.x + 4 B ) e2 x − 4 ( A + 2 A.x + 2 B ) e2 x + 4 ( A.x + B ) e2 x = e2 x
⇔ A′e2 x = e2 x ⇔ A′ = 1 ( 2 )

x2
Ainsi, A ( x ) = x et avec (1) : B ( x ) = −
.
2

x2 2 x
e
D’où yP = ( A ( x ) .x + B ( x ) ) e =
2
2x

 x2

y =  + Ax + B  e2 x
2

* Solution générale de l’équation différentielle :

* Remarque : la recherche de yP par identification peut se faire d’une manière plus générale par identification à f ( x ) e2 x :

y ′ = 2 f ( x ) e2 x + f ′ ( x ) e2 x

;

y′′ = 4 f ( x ) e2 x + 4 f ′ ( x ) e2 x + f ′′ ( x ) e2 x

Il suffit de reporter dans l’équation complète et aboutir à f ′′ ( x ) = 1 , soit f ( x ) =

x2
2

5.10 GI FA 2012 – Test 1 – 2d ordre

(

)

On cherche à résoudre l'équation différentielle du second ordre : y ′′ − y ′ − 6 y = 1 + x2 e3 x (E)
1) Trouver la solution générale de l'équation homogène associée.
Equation homogène associée à (E) : y ′′ − y ′ − 6 y = 0
Polynôme caractéristique : r 2 − r − 6 = 0

discriminant : ∆ = 25 > 0

La solution générale de l'équation homogène est donc : yH = Ae

−2 x

+ Be

racines : -2 et 3

3x

2) Par la méthode d'identification, déterminer une solution particulière de l'équation différentielle (E) en
cherchant une solution de la forme : f ( x ) e3 x .
Déterminons une solution particulière de l'équation (E) de la forme yP = f ( x )e3 x
Il nous faut ses dérivées : yP′ = f ′e3 x + 3 f e3 x

y P′′ = f ′′e3 x + 3 f ′e3 x + 3 f ′e3 x + 9 f e3 x = f ′′e3 x + 6 f ′e3 x + 9 f e3 x
En reportant yP , yP′ , yP′′ dans (E) et en factorisant par e3 x , on a :

( f ′′ + 6 f ′ + 9 f − f ′ − 3 f − 6 f ) e3 x = (1 + x2 ) e3 x qui se simplifie en :

f ′′ + 5 f ′ = 1 + x 2

(E')

Nous obtenons ici une équation différentielle (E') dont nous cherchons à trouver une solution particulière. On pressent qu’ en choisissant pour f un polynôme de degré 3, (E’) se vérifie.
Page 27 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices TD Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles

f = ax3 + bx2 + cx + d

;

f ′ = 3ax2 + 2bx + c ;

f ′′ = 6 ax + 2b

1
1
27
;b = − ;c =
15
25
125
 1 3 1 2 27  3 x
3x
x +
xe
(d peut être quelconque, donc choisissons 0). D’où yP = f ( x ) e =  x −
25
125 
 15

(E′) : 15ax2 + ( 6a + 10b ) x + 2b + 5c = 1 + x2

⇒a=

3) En déduire la solution générale de l'équation différentielle (E).

1
27  3 x
1
y = Ae−2 x + Be3 x +  x 3 − x2 +
xe
25
125 
 15

5.11 GI FA 2014 – Test 2 – 2d ordre
On donne l’équation différentielle (E), que l’on ne résoudra pas directement : f ′ ( x ) = 1 + f ( − x ) .
1) Dériver l’équation (E), puis montrer qu’elle conduit à l’équation (F) : f ′′ ( x ) + f ( x ) = −1 .
Lorsqu’on dérive (E) f ′ ( x ) = 1 + f ( − x ) , on obtient f ′′ ( x ) = − f ′ ( − x ) et, de plus, avec ce que
nous montre (E) sur f ′ ( x ) , on peut écrire f ′ ( − x ) = 1 + f ( x ) .

Ainsi, f ′′ ( x ) = − f ′ ( − x ) devient : f ′′ ( x ) = −1 − f ( x ) , soit f ′′ ( x ) + f ( x ) = −1 (F).
2) Résoudre l’équation différentielle (F) : f ′′ ( x ) + f ( x ) = −1 .
(on pourra aussi l’écrire y′′ + y = −1 si on le souhaite)
L’équation homogène f ′′ ( x ) + f ( x ) = 0 donne l’équation caractéristique r² + 1 = 0 dont les solutions, complexes, sont i et –i. Solutions de l’équation homogène :

fH ( x ) = A cos ( x ) + B sin ( x )

L’équation complète f ′′ ( x ) + f ( x ) = −1 possède une solution particulière évidente :

fP ( x ) = −1

La solution générale de l’équation (F) est décrite par les fonctions :

f ( x ) = A cos ( x ) + B sin ( x ) − 1

où A et B sont deux coefficients réels quelconques et indépendants.
3) Si u(x) = v(x), alors u’(x) = v’(x).
a. La réciproque est-elle vraie ?
non, bien sûr : constante d’intégration !
b. L’affirmation [Si u(x) = v(x), alors u’(x) = v’(x)] montre que l’équation (E) implique l’équation (F)
et donc que les solutions de (E) sont toutes des solutions de (F).
A quelle condition une solution de l’équation (F) vérifie-t-elle l’équation (E) ?
La réciproque d’une implication n’est pas forcément vraie.
Page 28 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices TD Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles

Ici, testons les solutions de l’équation (F) dans l’équation (E) :

f ′( x) = 1 + f ( −x) ?

f ( x ) = A cos ( x ) + B sin ( x ) − 1 ;

f ′ ( x ) = − A sin ( x ) + B cos ( x ) ;

1 + f ( − x ) = A cos ( − x ) + B sin ( − x ) = A cos ( x ) − B sin ( x )

Pour obtenir l’égalité (E), il faut impérativement choisir A = B.
(donc : seules certaines solutions de (F) sont solutions de (E))

5.12 2d ordre, DL et courbe
1) On se propose de résoudre l'équation différentielle linéaire du second ordre :
(E) y ′′ − 2 y′ + 2 y = 2 cos x − sin x
a) Résoudre l'équation y ′′ − 2 y ′ + 2 y = 0 .
Polynôme caractéristique : r² - 2r + 2, de discriminant -4.
Ses deux racines complexes ont pour partie réelle 1 et pour partie imaginaire ±1 .
x
Solution générale de cette équation : yH = e ( A cos x + B sin x )

b) Calculer les réels α et β tels que la fonction x ֏ α cos x + β sin x soit une solution particulière de
l'équation (E).

yP = a cos x + b sin x ;

yP′ = − a sin x + b cos x ;

yP′′ = − a cos x − b sin x

( a − 2b ) cos x + (2a + b ) sin x = 2 cos x − sin x
L’équation donne :

 a − 2b = 2
a=0
⇔ 
⇔ 
2a + b = −1
b = −1

: yP = − sin x

c) En déduire la solution générale de (E).

y = e x ( A cos x + B sin x ) − sin x
2) a) Donner la solution y = f ( x ) dont le développement limité à l'ordre 1 au voisinage de 0 est

f ( x ) = 1 + x + x.ε ( x ) avec lim ε ( x ) = 0
x→0

Dans la forme y = e x ( A cos x + B sin x ) − sin x , remplaçons les fonctions de x par les parties régulières de leurs développements limités à l’ordre 1 au voisinage de zéro. Nous obtenons alors P1(x),
partie régulière du DL à l’ordre 1 de y :

P1 ( x ) = ( 1 + x )( A × 1 + B × x ) − x [ arrêté à l'ordre 1] = A + ( A + B − 1) x

Pour correspondre à la fonction f demandée, il faut A = 1 et A + B – 1 = 1, soit B = 1.
x
Donc : f ( x ) = e ( cos x + sin x ) − sin x

Dans le détail, si nous écrivons les développements limités complets de chaque fonction, à l’ordre 1,
et que nous désirons celui de f (x) à l’ordre 1, on voit que les calculs conduisent à l’écriture de termes
Page 29 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices TD Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles
qui, soit peuvent s’écrire sous la forme x.εi(x) (où la fonction εi tend vers 0 lorsque x tend vers 0), soit
ne le peuvent pas :

(

)

y = (1 + x + x.ε 1 ( x ) ) A × ( 1 + x.ε 2 ( x ) ) + B × ( x + x.ε 3 ( x ) ) − ( x + x.ε 3 ( x ) )

= A + Axε 2 ( x ) + Bx + Bxε 3 ( x ) + Ax + Ax2ε 2 ( x ) + Bx2 + Bx2ε 3 ( x )
+ Axε 1 ( x ) + Ax 2ε 1 ( x ) ε 2 ( x ) + Bx2ε 1 ( x ) + Bx2ε 1 ( x ) ε 3 ( x ) − x − xε 3 ( x )

= A + xε 4 ( x ) + Bx + xε 5 ( x ) + Ax + xε 6 ( x ) + xε 7 ( x ) + xε 8 ( x )
+ xε 9 ( x ) + xε 10 ( x ) + xε 11 ( x ) + xε 12 ( x ) − x − xε 3 ( x )

= A + Bx + Ax − x + x.ε ( x ) = A + ( A + B − 1) x + x.ε ( x )
Dans notre calcul, le terme Bx² est apparu, par exemple. Il n’est pas embarrassant puisqu’il vaut x×Bx
où Bx est une expression de type ε(x), puisqu’elle tend vers zéro avec x.
Ainsi Bx² a été écrit xε7(x).
Donc, le développement limité de y en 0 à l’ordre 1 est y = A + (A + B – 1)x + xε(x).

(

)

b) Soit Γ la courbe représentative de f dans le repère orthonormal O ; i , j et A le point de coordonnées (0, 1). Préciser la position de Γ par rapport à sa tangente en A au voisinage de ce point.
L’équation de la droite tangente à Γ en A est donnée par y = P1(x) = 1 + x.
Celle de la parabole tangente à Γ en A est donnée par la partie régulière de DL2(f)(0), DL de f en 0 à

l’ordre 2 : P2 ( x ) =  1 + x +


x2 
x2
1

+ x  − x [arrêté à l'ordre 2] = 1 + x + x2

2 
2

P2(x) > P1(x) pour tout x et donc, au voisinage de zéro et quel que soit le signe de x,
f (x) > 1 + x (à première vue). Au voisinage du point A, la courbe Γ est au-dessus de sa tangente.
y = P2(x)

y = P1(x)

y = f (x)

A

Page 30 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices TD Corrigés – Rev 2015

y = f (x)

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles

5.13 Variables séparables
Résoudre y ′ −

1− y
= 0 (équation à variables séparables).
1+ x

dy
dx
dy 1 − y
=

= 0 ssi
dx 1 + x
1− y 1+ x
Intégrons les deux membres : − ln 1 − y = ln 1 + x + C
Prenons l’exponentielle de chaque membre :

1
1
= K ( 1 + x ) d’où : y = 1 −
1− y
K (1 + x )

5.14 GI FA 2014 – Test 1 – Variables séparables – Parachute et ED
y′
= b (avec a > 0 et b ∈ ℝ )
y − a2
1
A
B
=
+
a. Déterminer les réels A et B tels que 2
2
y −a
y −a y+a
A( y + a ) + B ( y − a ) ( A + B) y + a ( A − B )
A
B
+
=
=
.
y−a y+a
y2 − a 2
y 2 − a2

1) On cherche à résoudre l'équation différentielle (E) :

2

 A+ B = 0
 B = −A
 B = −1 / 2a
⇔
⇔
 A − B = 1 / a 2 A = 1 / a  A = 1 / 2a

( A + B ) y + a ( A − B) = 1 ⇔ 

1
1
1
=

2
y − a 2a ( y − a ) 2a ( y + a )
2

b. En déduire que l'équation différentielle (E) est équivalente à :

y′
y′

= 2ab .
y−a y+a

Immédiat
c. En intégrant cette équation (à variables séparables), déterminer l'expression de

y−a
.
y+a

y′
y′
dy
dy
dy
dy

= 2ab ⇔

= 2ab.dx ⇔ ∫
−∫
= 2ab.dx + K
y−a y+a
y−a y+a
y−a
y+a ∫
 y−a 
y−a
⇔ ln ( y − a ) − ln ( y + a ) = 2abx + K ⇔ ln 
= Ce2 abx
 = 2abx + K ⇔
y
+
a
y
+
a


d. En déduire que y ( x ) = a

1 + Ce2abx
, où C est une constante d'intégration.
1 − Ce2 abx

y −a
1 + Ce2 abx
= Ce2 abx ⇔ y − a = ( y + a ) Ce2 abx ⇔ y (1 − Ce2 abx ) = a (1 + Ce2 abx ) ⇔ y = a
y+a
1 − Ce2 abx

Page 31 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices TD Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles

2) Un parachutiste, de masse m, est freiné par la résistance de l'air, proportionnelle au carré de sa vitesse.
On note k ce coefficient de proportionnalité.
a. Le principe fondamental de la dynamique conduit à l'équation différentielle suivante :

v' = −

k 2
v +g
m

(1)

où v est la vitesse en m.s-1, fonction du temps t ;
v' est la dérivée de v par rapport à t (donc l'accélération du parachutiste) ;
g est l'accélération de la pesanteur (constante)
Montrer que l'équation (1) peut s'écrire sous la forme de l'équation (E) dans laquelle y devient v, et x
devient t. Déterminer les coefficients a et b.
A partir de (1), on obtient : v ' = −
D'où la forme

k  2 mg 
v −

m
k 

mg
v′
k
et b = − .
= b avec a =
2
v −a
k
m
2

b. En déduire l'expression de la vitesse v(t).
On arrive donc à v = a

1 + Ce2 abt
, ce qui, en remplaçant par les coefficients a et b, conduit à :
1 − Ce2abt
−2

mg 1 + Ce
v=
k
−2
1 − Ce

kg
t
m

avec C constante

kg
t
m

c. Exprimer la constante C en fonction de la vitesse initiale, v0, à t = 0.

mg
1+C
v −a
k
A t = 0, v0 = a
, d'où C = 0
, ou encore C =
1−C
v0 + a
mg
v0 +
k
v0 −

3) Application numérique
g = 9,8 m.s-2
m = 80 kg
On donne les valeurs numériques suivantes : k = 30 N.m-2.s-2
On suppose que l'instant t = 0 correspond au moment où le parachutiste ouvre son parachute et qu'il a
alors atteint, en chute libre, la vitesse de 250 km.h-1, donc v0 = 250 km.h-1.
a. Donner une valeur de C, à 10-3 près.
v0 = 250 km.h-1 =69,444 m.s-1

mg
= 5,112,
k

ce qui conduit à C = 0,863

b. Donner l'expression numérique de v(t).

v (t ) ≈

5,11 + 4,41e−3,83t
1 − 0,863e−3,83t

c. Quelle est la vitesse limite du mouvement, en m/s et km/h ?
Vitesse limite, quand t → ∞ : v ( t ) =

mg
≈ 5,11 m.s-1 = 18,4 km.h-1.
k

Page 32 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices TD Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles

5.15 GI FC18/26 2012 – Test – Variables séparables
On donne l’équation différentielle suivante :

y 2 y′
+1 = 0
x

(E ) , qui est à variables séparables.

1) Donner la forme générale des solutions de cette équation.
L’équation s’écrit y 2 y′ = − x , soit en différenciant : y 2 .dy = − x.dx .
1


y3
x2
3x2  3
= − + K , et donc y =  K −
En intégrant, on obtient :
 .
3
2
2 

2) Déterminer l’unique solution y vérifiant y(6) = 6.
1

1



3 × 62  3
3 x2  3
y(6) = 6 donne 6 =  K −
,
soit
.
Donc
K
=
270
et
=

y
270
216
=
K

54


 .
2 
2 

5.16 Premier membre = différentielle
Résoudre

1
V
V ′ − 2 = 0 (équation dont le premier membre est une différentielle).
T
T

La forme différentielle donne

1
V
dV − 2 dT = 0
T
T

∂U (V , T ) 1
V
= , donc U (V , T ) = + f (T )
T
∂V
T
∂U (V , T )
V
V
V
= − 2 + f ′ ( T ) = − 2 ⇒ f ′ (T ) = 0 ⇒ f ( T ) = Cste et U (V , T ) = + Cste .
∂T
T
T
T
V
= Cste soit : V = kT
Comme U = Cste nous en déduisons la solution générale :
T
1
V
1
kT k k
Vérifions : V ′ = k , donc : V ′ − 2 = k − 2 = − = 0
T
T
T
T
T T
On peut y voir l’équation des gaz parfaits à pression constante :

PV = nRT ⇔ V =

nR
T
P

; k=

nR
P

Page 33 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices TD Corrigés – Rev 2015

Mathématiques – AN3 -Equations différentielles

5.17 GI FC34 2013 – Test - Bernoulli
On se propose de résoudre l’équation différentielle suivante : xy′ + y + y 2 = 0

(E)

où y est une fonction de variable x.
1) Il s’agit d’une équation de Bernoulli, pour laquelle on doit appliquer un changement de variable.
Montrer qu’en introduisant la fonction u =

1
, l’équation ( E ) équivaut à : xu′ − u = 1
y

1
dy
u′
et y ′ =
= − 2 , ( E ) devient :
u
dx
u
u′ 1 1
− x 2 + + 2 = 0 ⇔ − xu ′ + u + 1 = 0 ⇔
u u u

(E1 ) .

Avec y =

xu ′ − u = 1

(E1 )

2) Résoudre l’équation ( E1 ) , linéaire du premier ordre (la solution particulière sera obtenue par la méthode de variation de la constante).

(E1H)

Résolution de l’équation homogène associée : xu′ − u = 0
Séparation des variables : x.du − u.dx = 0

Intégration : ln u = ln x + K

ln x + K

u =e

du 1
= .dx
u
x

=e

ln x

× eK

⇔ uH = C.x

Solution particulière de l’équation générale : par variation de la constante.
Posons uP = C.x où C est une fonction de x. On a : uP′ = C ′. x + C .

(E1 ) ⇔ x ( C ′x + C ) − Cx = 1

⇔ C ′x2 = 1 ⇔ C ′ =

1
x2

−1
convient, et ainsi on peut citer la solution simpliste : uP = −1
x
Solution générale de ( E1 ) : u = Cx - 1
C=

3) En déduire l’expression générale des solutions y de ( E ) - vérifier cette solution dans l’équation différentielle.

y=

1 ′
−C
Vérification : on a besoin de y’ : y ′ = 
 =
2
 Cx − 1  ( Cx − 1 )

1
1
=
u Cx − 1

(E )

−Cx

( Cx − 1 )

2

0

( Cx − 1 )

2

+

1
1
+
=0 ⇔
Cx − 1 ( Cx − 1 )2

−Cx

( Cx − 1)

2

+

Cx − 1

( Cx − 1)

2

+

1

( Cx − 1 )

= 0 OK

Page 34 sur 34
AN3 - Equations différentielles – Exercices TD Corrigés – Rev 2015

2

=0