You are on page 1of 32

Cédric Payet

Section Son
Promotion 2016

Rapport de stage long
Réalisation d’un test psycho-acoustique objectif

(source paperblog.com)

Période : Du 11/05/2015 au 30/05/2015 et du 15/07/2015 au 07/08/2015
Lieu : CMAP, Centre de Mathématique Appliqué de Polytechnique
École Polytechnique CNRS, Route de Saclay, 91128 Palaiseau Cedex France

Responsable du stage : Matthieu Aussal

Ecole Nationale Supérieure Louis-Lumière
Année 2015

SOMMAIRE
Introduction

3

I - Contexte

4

1) Le CMAP

4

a) Activités

4

b) Le personnel

4

c) Les personnes encadrant mon stage

6

2) L’audio 3D

7

a) Historique de la technique

7

b) Les principes de la synthèse binaurale

8

c) Le binaural aujourd’hui

II - L’expérience

11

12

A) Enjeux

12

B) Les stimuli utilisés

12

C) Les outils utilisés

13

D) Le protocole

17

E) Discussion autour du protocole

17

F) Les sujets

18

G) Réception de l’expérience auprès des sujets

18

III - Résultats de l’expérience

19

A) Stéréo et binaural statique

19

B) Stéréo et binaural dynamique

22

C) Binaural statique et binaural dynamique

26

D) Discussion autour des résultats

29

Conclusion

30

Bibliographie

31

Remerciements

31

Annexe

32
2 sur 32

Introduction

Lors de ma deuxième année au sein de l’école Louis Lumière, j’ai eu l’opportunité de faire
mon stage au Centre de Mathématiques Appliquées de Polytechnique, ou CMAP.

Lorsque j’ai contacté Matthieu Aussal, ingénieur de recherche dans ce laboratoire, pour
une éventuelle collaboration sur mon mémoire de fin d’études, il m’a alors proposé un
stage permettant de réaliser une expérience psychoacoustique objective. Cette dernière
consiste à relever les différences de niveaux entre trois conditions d’écoute qui sont la
stéréo, le binaural avec et le binaural sans suivi des mouvements de la tête de l’auditeur.
Ce stage a été l’occasion pour moi de découvrir le milieu de la recherche, qui m’était
totalement inconnu alors que mon projet de mémoire de fin d’études s’ancrera dans une
démarche de recherche. J’envisage en effet, de travailler autour de la technologie
binaurale et en particulier avec suivi des mouvements de la tête.
Cette expérience représente donc pour moi une réelle phase préparatoire au mémoire de
troisième année tout en me permettant de me créer des contacts dans le milieu de la
recherche.

3 sur 32

doctorants ) représentent environ 70 personnes dont 25 doctorants. L’ouverture du CMAP vers d’autres disciplines se manifeste par la variété et la complexité des thèmes de recherche qui sont abordés. Ces derniers sont généralement également enseignants au Département de Mathématiques Appliquées de l’école Polytechnique. Les domaines de recherche du CMAP sont en étroite liaison avec des problématiques posées en physique.Contexte 1) Le CMAP a) Activités Depuis sa création en 1974. b) Le personnel Les effectifs du CMAP (enseignants-chercheurs. 4 sur 32 . mécanique. chimie. est un établissement à la pointe dans ses domaines de prédilections. Néanmoins. certains enseignants-chercheurs peuvent provenir d’autres universités.I . Le centre. ce qui en fait un laboratoire relativement jeune. Le CMAP travaille également en partenariat avec le Département d’EnseignementRecherche en Mathématiques Appliquées de l’École Polytechnique. Le CNRS fournit la plus grande partie des chercheurs permanents. chercheurs permanents. finance et biologie mais aussi dans les domaines socio-économiques ou des technologies de l’information. le Centre de Mathématiques Appliquées de l’Ecole Polytechnique (CMAP) s’est fixé comme objectif le développement et l’exploration des mathématiques en liaison avec des applications. lié aussi au CNRS (le Centre Nationale de la Recherche Scientifique).

Les équipes de recherche se répartissent selon différentes thématiques : - Modélisation Aléatoire et Applications Analyse non linéaire Automatique Contrôle et Sciences de l’Information Cellule Informatique et Calcul scientifique. Equations aux dérivées partielles pour la physique Organigramme de mes différents interlocuteurs au cours de mon stage 5 sur 32 .

de la simulation à la synthèse binaurale.Aussal Matthieu. qui était son directeur de thèse et est aujourd’hui le responsable de l’équipe de recherche « EDP pour la physique ». j’ai également eu l’occasion de converser avec François Alouges. 2014 6 sur 32 . Méthodes numériques pour la spatialisation sonore. Un moteur binaural. a été développé pendant sa thèse1 et a été utilisé pour les besoins de l’expérience de ce stage. des travaux de recherche concernant des méthodes numériques pour la spatialisation sonore ont été réalisés. MyBino. ingénieur de recherche dans l’équipe étudiant les équations aux dérivées partielles pour la physique. Matthieu Aussal. Thèse de l’Ecole Polytechnique. car c’est la personne qui a porté la plupart des recherches sur la spatialisation sonore et le binaural au sein de ce laboratoire.c) Les personnes encadrant mon stage Dans le cadre de la thèse effectuée par M. J’ai donc été principalement en contact avec Matthieu Aussal qui a été mon référent lors de la réalisation de l’expérience. Lors de mes rencontres avec Matthieu Aussal. Il a pu apporter un troisième regard plus distancié sur l’expérience que je voulais réaliser. 1 .

2) L’audio 3D Suite aux progrès de la recherche et au lancement de contenu destiné au grand public. a) Historique de la technique Le concept du binaural connaît ses balbutiements à la fin du 19e siècle en France grâce à Clément Ader qui invente le Théâtrophone. pour décrire un enregistrement sonore. Ce dispositif permet à des auditeurs situés jusqu’à deux kilomètres de l’Opéra de Paris d’écouter la pièce jouée. la compagnie de téléphone américaine AT&T a dévoilé un prototype de tête mécanique nommé Oscar. Le public peut alors mettre un casque et écouter « ce qu’écoute » la tête artificielle. la technologie binaurale. profite d’un nouvel essor et des initiatives industrielles se lancent sur le marché grand public. Cela est rendu possible grâce à une rampe de microphones placée devant la scène et un téléphone sur chaque oreille des auditeurs. avec deux microphones à la place des oreilles. qui en 1931 utilise le terme «  binaural  » qui signifie en latin « deux oreille ». vulgairement appelée «  Audio 3D  ». ingénieur en électronique.com ) C’est Léon Blumlein. Lors de l’exposition universelle de 1933 à Chicago. Ces derniers ont ainsi eu pour la première fois une impression d’espace dans un dispositif de reproduction sonore. Affiche d’époque promouvant le Théâtrophone (source lesnumériques. 7 sur 32 .

et à la morphologie de l’auditeur. d’intensité et spectraux. d’environ 17cm en moyenne. ce que l’on peut appeler la synthèse binaurale. .Les différences entre les deux oreilles dites «  interaurales  » de niveau et de temps (ILD pour Interaural Level Difference et ITD pour Interaural Time Difference) Ces différences sont liées à la distance interaurale.com) Les recherches sur le binaural ne se développent réellement qu’à partir des années 70 dans des laboratoires tel que l’IRCAM en France. Cette distance joue sur le retard et l’intensité du son entre les deux oreilles. dit «  3D  ». Ces années de recherche ont permis non seulement d’étudier les problématiques liées à la captation sonore en binaural mais également de developper des outils capables de créer des espaces pour une reproduction binaurale sur casque. Cette localisation met en jeu des phénomènes temporaux. présente néanmoins encore aujourd’hui des imperfections dues à la complexité de certains mécanismes physiologiques lors la localisation d’un objet sonore. 8 sur 32 .Schéma de la tête Oscar d’AT&T (source lesnumériques. au moyen d’un simple casque. b) Les principes de la synthèse binaurale La restitution d’un espace sonore.

Les HRTFs peuvent être mesurés ou recréés numériquement3 . En synthèse binaurale les filtres HRTFs. Méthodes numériques pour la spatialisation sonore. Elles sont propres à chaque individu dans la mesure ou nous disposons tous de morphologies différentes. 2014 9 sur 32 . Un son est également localisé du côté de l’oreille l’ayant perçu au niveau le plus élevé 2 . Théorie et pratique de la prise de son stéréophonique. Thèse de l’Ecole Polytechnique. sont employés afin de filtrer numériquement le signal sonore pour le situer dans un point de l’espace. diffractions diverses du son.Aussal. 2001) . In JAES. Ce sont les HRTFs qui définissent particulièrement la localisation en élévation. Representation des ITD (Source « Introduction to Head-Related Transfer Functions (HRTFs) ». la localisation est moins précise : il n’existe plus de différences interaurales de temps ou d’intensité. regroupent l’ensemble des déformations subies par le son depuis la source jusqu’à notre canal auditif.Les HRTFs Les Head-Related Transfer Function (HRTF). selon l’angle d’incidence) des sources situées sur le plan azimutal. sources de déformations.La conjugaison des niveaux d’intensité et des différences de temps permet à l’oreille de localiser de manière efficace (jusqu’à 3-4°. issus de réponses impulsionnelles finies (FIR). 2 . 1995 3 . En élévation. déphasages. Les HRTFs comprennent à fortiori les différences interaurales de niveau et de temps en permettant la discrimination avant-arrière et la perception de l’élévation.Hugonnet & Walder. en modélisant le filtrage du son par notre corps. de la simulation à la synthèse binaurale.

il est nécessaire d’avoir une réverbération de salle additionnelle.Le suivi des mouvements de la tête Des travaux de recherches comme ceux de Begault.Réverbération additionnelle (Room) La synthèse binaurale permet aujourd’hui. Wenzel et Anderson ont montré également l’importance du suivi des mouvements de la tête sur la technologie binaurale. afin de rendre cet espace plus crédible et cohérent.fks. 4 .2001 10 sur 32 . grâce à des logiciels comme le SPAT de l’IRCAM de placer des haut-parleurs virtuels dans un espace à 360° autour de l’auditeur.ac) . configurable dans certains spatialisateurs. and individualized head-related transfer functions on the spatial perception of a virtual speech source ». «Direct comparison of the impact of head tracking.le fait d’entendre tout le contenu à l’intérieur de sa tête .oeaw. Le choix de cette réverbération peut impacter la localisation des sources et peut également permettre d’éviter la sensation d’internalisation .Schéma représentant l’acquisition et l’utilisation d’une HRTF (source www. Cependant.inhérente à la technologie binaurale.Begault. reverberation. in JAES. Wenzel. Anderson.4 .

En effet. Le binaural est donc aujourd’hui en plein essor et c’est pour cette raison que j’ai voulu au cours de mon stage de deuxième année. D’une façon générale. Radio France a lancé Nouvoson.
 11 sur 32 . 3DSounds Labs. afin de proposer des solutions concernant l’individualisation et la gestion des HRTFs. une plate-forme web réunissant toutes les productions multicanales et binaurales du groupe. réaliser cette expérience. par exemple. La plate-forme possède également un synthétiseur binaural permettant d’écouter une production mixé en 5. Pour certaines start-up. ajouter le suivi des mouvements de la tête est bien plus gourmand en ressource. car il faut alors faire une convolution en temps réel des sources en fonction du Head-tracker. les auditeurs ont également une sensation de réalisme accrue. c) Le binaural aujourd’hui Le binaural est aujourd’hui au centre de toutes les attentions. Le projet de recherche BiLi (Binaural Listening) lancé en janvier 2013 pour une durée de trois ans réunit de nombreux acteurs.1 directement au casque. le binaural est devenu leur fer de lance. Néanmoins. a lancé son casque NEOH permettant d’écouter n’importe quel contenu multicanal sur son casque via une application mobile. rajouter la possibilité à l’auditeur de bouger sa tête lors de la lecture d’un contenu binaural permet de réduire considérablement les inversions de localisation avant/arrière. universitaires et industriels. particulièrement les terminaux les moins puissants en ressources comme les terminaux mobiles. La montée en puissance de la réalité virtuelle à la fois dans le jeux video et dans le transmédia va très certainement permettre de voir fleurir de nouvelles productions en binaurale. Cela n’est pour l’instant pas possible sur tous les supports. Il intéresse aujourd’hui de plus en plus les producteurs de contenus.

Puis pendant un mois. que je qualifie de « binaural dynamique ». qui serait assez représentatif de l’ensemble de ceux que l’on pourrait écouter au casque. en binaural sans suivi des mouvements de la tête que je qualifie de « binaural statique » et en binaural avec suivi des mouvements de la tête. J’ai ensuite réalisé les stimuli. Le but était d’éviter une fatigue auditive trop marquée à la fin du test.II . ce qui aurait pu biaiser l’expérience. j’ai pu faire passer l’expérience à une trentaine de personnes pour ensuite dépouiller les résultats. 12 sur 32 . En concertation avec mon maitre de stage. A) Enjeux Le but de cette expérience était d’étudier les différences de niveaux sonores lors d’une écoute au casque en stéréo.L’expérience Mon stage au CMAP s’est centré uniquement autour de la réalisation et de l’analyse des résultats d’un test psycho-acoustique. Cela pouvait constituer un argument supplémentaire en faveur des producteurs de contenu en binaural et des fabricants de casques incorporant un head-tracter comme 3DSounds Labs et son casque NEOH. B) Les stimuli utilisés L’idée a été de produire du contenu le plus varié possible. Il fallait également que les extraits soient assez courts afin de ne pas faire durer le test trop longtemps. j’ai tout d’abord pris deux semaines afin de faire l’état de l’art sur le sujet et définir le protocole. L’expérience consistait donc à faire écouter du contenu varié aux sujets et de mesurer l’écart de volume entre le même contenu écouté selon les différentes conditions proposées. L’objectif principal était de démontrer l’hypothèse selon laquelle on écouterait en binaural statique et en binaural dynamique moins fort qu’en stéréo.

13 sur 32 . J’ai tout de même essayé de respecter le style musical ou le réalisme de l’extrait. un casque avec un tricapteur pour le suivi des mouvements de la tête et une souris dont la molette servait à régler le niveau d’écoute. que l’on peut retrouver sur un répondeur J’ai décidé de mixer ces extraits en leur laissant un maximum de dynamique. L’expérience a donc été menée avec uniquement un ordinateur utilisant le software MyBino. afin d’amener l’auditeur à changer son niveau d’écoute au cours de la lecture de l’extrait.J’ai choisi de réaliser cinq types d’extraits différents d’une minute environ: - un reprise rock de  Baby you can drive my car  des Beatles un extrait classique de la Symphonie fantastique de Berlioz un extrait de la pièce En attendant Godot de Beckett une ambiance urbaine aux abords de la gare Saint-Lazare un ensemble de messages téléphoniques. j’ai utilisé le moins de matériel possible par souci de transportabilité et de reproductibilité. un moteur/lecteur binaural codé par mon maitre de stage. C) Les outils utilisés Afin de mener à bien cette expérience.

14 sur 32 . Deux affichages permettent de monitorer l’expérience : la position du tracker et le niveau d’écoute du sujet . Cette entreprise américaine confectionne et vend des cartes de développement de microcontrôleurs et des circuits imprimés. Capture d’écran du logiciel MyBino Il dispose d’un lecteur avec un système de playlist. Il a été développé sous MATLAB et y intègre un Head-Tracker.Le Head Tracker Les modules présentés proviennent du détaillant électronique SparkFun Electronics. j’ai utilisé le moteur binaural conçu par Matthieu Aussal dans le cadre de sa thèse et appellé MyBino.. Ce moteur permet la lecture de fichiers audio et vidéo.Le moteur binaural MyBino Dans le cadre de ce stage. multicanaux ou non. Le head tracker réalisé est composé de deux cartes et d’un logiciel embarqué. On peut passer indifféremment à l’un des trois modes d’écoutes.

Une IMU est généralement employée en aéronautique ou en astronautique.° 9 Degrees of Freedom (9DOF) . Carte Razor IMU (source sparkfun. est un dispositif électronique qui mesure la vitesse. Ceux-ci fournissant des données dans les trois axes de l’espace. le système est constitué de neuf degrés de mesure inertielle. ou Inertial Measurement Unit (IMU).com) ° FTDI Basic Breakout Ce module intègre la puce FT232RL de Future Technology Devices International permettant la sérialisation des données afin d’établir une liaison filaire entre l’IMU et le port série de l’ordinateur.com) ° Le logiciel embarqué Le 9DOF associé au logiciel embarqué constitue un Attitude and Heading Reference System (AHRS).Razor IMU Une centrale à inertie. d’ou le nom de la carte « 9 Degrees of Freedom » . 15 sur 32 . l’orientation et les forces gravitationnelles d’un objet mobile. Les sorties des capteurs sont traitées par le micro-contrôleur ATmega328 de Atmel. de gyroscopes et de magnétomètres. Carte FTDI (source sparkfun. Cet outil utilise une combinaison d’accéléromètres.

Pitch et Roll (source https ://software. un AHRS délivre les informations.intel. sur les déplacements de la tête à travers 3 axes. appelés Yaw.A la différence d’une IMU seule. tirées des données brutes des capteurs de l’IMU.ainsi que le head tracker utilisés pour l’expérience 16 sur 32 . il est possible de mesurer les déplacements de la tête à 360°. Ainsi.com/enus/articles/realsense.overview) Le casque -Beyerdynamic DT 770. Pitch et Roll. Illustrations du Yaw.

E) Discussion autour du protocole En amont de l’expérience. par exemple. Ainsi. 2008 17 sur 32 . devait permettre de valider l’expérience. afin d’éviter de mesurer la fatigue auditive des sujets en plus de la différence de niveau d’écoute. la fatigue auditive du test était censée être moyennée et devenir négligeable lors du dépouillement de l’expérience. j’ai du réfléchir lors de l’élaboration du protocole à écarter le maximum de biais possibles tout en le gardant suffisamment simple. qui auraient été alors moins attentifs lors de la deuxième et troisième écoute. Zielinski. Un tutorial audio a été réalisé et chaque participant devait répondre à un questionnaire à la fin du test.Ramsey. en binaural statique et en binaural dynamique. Bech « On Some Baises Encountered in Modern Audio Quality Listening Tests ». Les participants étaient priés de régler leur niveau d’écoute avant chaque début de séquence. été changé pour chaque condition d’écoute. une molette de souris était à leur disposition. et étaient libres de le modifier au fil de la lecture afin de conserver une écoute agréable. in JAES Vol 56 .D) Le protocole Dans un lieu calme et peu lumineux. l’ordre des conditions d’écoute a été modifié à chaque test. les participants devaient écouter une séquence de cinq extraits sonores de natures différentes dans trois conditions d’écoute : en stéréo. En effet. le test était valide si le sujet avait véritablement écouté les stimuli. Pour cela. En effet. Ce questionnaire5. au travers de questions simples sur chaque extrait. De la même façon. la répétition de la même séquence trois fois de suite aurait pu créer un effet d’apprentissage des extraits6 sur les sujets. L’ensemble d’un test dure une quinzaine de minutes. 5 .voir Annexe 1 6 . L’ordre des extraits sonores a.

En revanche pour l’extrait rock et pour l’extrait téléphonique. 70% des sujets sont âgés de moins de 30 ans. La moitié de ces personnes ont une connaissance du son (musicien ou ingénieur du son). Certaines personnes. Cela confirme bien l’idée qu’il n’y a pas d’HRTF universelle et qu’il nécessite un apprentissage lorsque les HRTF ne correspondent pas à la morphologie de l’auditeur. surement car la réverbération et la sensation d’espace en enregistrement classique est primordiale. Cette expérience m’a donc bien confirmé que l’audio 3D était plus bénéfique aux contenus où la sensation d’espace est primordiale. la majorité des personnes préférait la version stéréo. Les sujets ont tous été plus ou moins unanimes sur leur préférence du binaural statique et dynamique. qui n’a visiblement pas convenu à tout les sujets. L’ensemble de ces personnes ont déclaré être dans un état de fatigue normale et n’ont signalé aucun trouble de l’audition. le plus souvent celles n’ayant aucune connaissance en matière de son. plus proche de ce que l’on peut retrouver actuellement. 28 personnes ont participé à ce test. L’extrait classique était celui dont les avis étaient le plus partagé. Je n’ai dans le cadre de cette expérience utilisé qu’une seule HRTF. ce qui rapproche d’une situation d’écoute « naturelle ».F) Les sujets En tout.
 18 sur 32 . le binaural avec suivi des mouvements de la tête a été sans surprise le mode d’écoute le plus éloigné de leur habitude. ce qui n’est pas représentatif de l’ensemble de la population mais représente bien le coeur de cible de ce genre de technologie. G) Réception de l’expérience auprès des sujets Cette expérience a aussi été l’occasion pour moi de recueillir des témoignages auprès de personnes n’ayant jamais ou très peu écouté du contenu en binaural. n’ont même pas senti de différence entre la version stéréo et la version binaurale statique. Pour la plupart des sujets. L’extrait de théâtre et l’ambiance urbaine étaient les extraits majoritairement préférés en binaural.

Cela signifie la version stéréo a été écoutée moins forte de 0.5 dB en moyenne. A) Stéréo et binaural statique L’écart affiché dans les graphiques suivants est : Ecart = Volume RMS Stereo . L’écart type des différences de volume observées oscille néanmoins entre 4 et 9 dB. Les graphiques représentés ci-dessous sont donc la différence de niveaux d’écoute moyenne pour chaque stimulus. Ainsi. la différence entre deux niveaux d’écoute a pu être déterminée. les niveaux de sorties RMS ont été enregistrés dans un fichier MATLAB. un écart-type de la différence de ce niveau a été réalisé pour chaque graphique.Volume RMS Binaurale statique . 19 sur 32 .Extrait Rock L’écart de volume moyen est sur l’ensemble de l’extrait d’environ -0. En effet pour chaque stimuli et chaque participant.5 dB. De plus.Résultats de l’expérience Les résultats de cette expérience se composent de plusieurs graphiques.III .

1. L’écart type des différences de volume observées oscille néanmoins entre 6. Cela signifie que la version stéréo a été écoutée moins forte de 1 dB en moyenne.5 dB en moyenne.Extrait Classique L’écart de volume moyen est sur l’ensemble de l’extrait d’environ -1 dB. . 20 sur 32 .5 et 11 dB.Extrait Téléphone L’écart de volume moyen est sur l’ensemble de l’extrait d’environ .. Cela signifie que la version stéréo a été écoutée moins forte de 1.5 dB.

5 et 11 dB. 21 sur 32 . . à 30 secondes. correspond au moment où la version stéréo a été écoutée plus forte de 5dB.5 et 9 dB. Cela signifie que la version stéréo a été écoutée plus forte d’1.Extrait Ambiance L’écart de volume moyen est sur l’ensemble de l’extrait d’environ 1. 5 dB. L’écart type des différences de volume observées oscille néanmoins entre 5.L’écart type des différences de volume observées oscille néanmoins entre 6.5 dB en moyenne. On s’aperçoit que l’arrivée du train.

5 dB. B) Stéréo et binaural dynamique L’écart affiché dans les graphiques suivants est : Ecart = Volume RMS Stéréo .. L’écart type des différences de volume observées oscille néanmoins entre 6 et 10. 22 sur 32 .5 dB. Cela signifie que la version stéréo a été écoutée plus forte d’1 dB en moyenne. Cela signifie que la version stéréo a été écoutée moins forte de 1.Extrait Théâtre L’écart de volume moyen est sur l’ensemble de l’extrait d’environ 1 dB.Extrait Rock L’ é c a r t d e v o l u m e m o y e n e s t s u r l’ensemble de l’extrait d’environ -1.Volume RMS Binaurale Dynamique .5 dB en moyenne.

L’écart type des différences de volume observées oscille néanmoins entre 6.5 et 10 dB.5 dB en moyenne. .5 dB. L’écart type des différences de volume observées oscille néanmoins entre 5 et 10. 23 sur 32 . Cela signifie que la version stéréo a été écoutée moins forte de 0.Extrait Classique L’écart de volume moyen est sur l’ensemble de l’extrait d’environ -0.5 dB.

.Extrait Téléphone L’écart de volume moyen est sur l’ensemble de l’extrait d’environ .5 dB.. Au moment de l’arrivée du train à 30 secondes.2 dB. Cela signifie que la version stéréo a été écoutée moins forte de 2 dB en moyenne. Cela signifie que la version stéréo a été écoutée plus forte de 0. L’écart type des différences de volume observées oscille néanmoins entre 5 et 9 dB.5 dB en moyenne.Extrait Ambiance L’écart de volume moyen est sur l’ensemble de l’extrait d’environ 0. on s’aperçoit que cela corresponds au moment ou la version stéréo a été particulièrement écouté plus forte (de 4dB). 24 sur 32 .

5 et 10 dB.Extrait Théâtre L’écart de volume moyen est sur l’ensemble de l’extrait d’environ 1. L’écart type des différences de volume observées oscille néanmoins entre 6 et 11 dB.5 dB en moyenne. Cela signifie que la version stéréo a été écoutée plus forte de 1. .L’écart type des différences de volume observées oscille néanmoins entre 6.5 dB. 25 sur 32 .

Extrait Rock L’écart de volume moyen est sur l’ensemble de l’extrait d’environ 1. Cela signifie que la version binaurale statique a été écoutée plus forte de 1. L’écart type des différences de volume observées oscille néanmoins entre 3 et 10 dB. .5 dB.Volume RMS Binaurale Dynamique .5 dB en moyenne.Extrait Classique L’écart de volume moyen est sur l’ensemble de l’extrait d’environ -0.C) Binaural statique et binaural dynamique L’écart affiché dans les graphiques suivants est : Ecart = Volume RMS Binaurale Statique . Cela signifie que la version binaurale statique a été 26 sur 32 .5 dB.

écoutée moins forte de 0. 27 sur 32 .5 dB. . L’écart type des différences de volume observées oscille néanmoins entre 5 et 10 dB. L’écart type des différences de volume observées oscille néanmoins entre 5 et 10.5 dB.5 dB en moyenne.Extrait Téléphone L’écart de volume moyen est sur l’ensemble de l’extrait d’environ 0. Cela signifie que la version binaurale statique a été écoutée moins forte de 0.5 dB en moyenne.


 28 sur 32 .5 dB. Cela signifie que la version binaurale statique a été écoutée plus forte de 1. -Extrait Théâtre L’écart de volume moyen est sur l’ensemble de l’extrait d’environ -0..5 dB.5 dB en moyenne.5 dB en moyenne. L’écart type des différences de volume observées oscille néanmoins entre 5 et 9 dB.Extrait Ambiance L’écart de volume moyen est sur l’ensemble de l’extrait d’environ 1. Cela signifie que la version binaurale statique a été écoutée moins forte de 0.

les sujets avaient tendance à écouter plus fort lors de la première séquence . ce qui aurait permis de laisser le temps aux sujets d’oublier les différents stimuli. Malheureusement dans le cadre de ce stage. D) Discussion autour des résultats D’une façon générale. la valeur absolue de l’ensemble des moyennes de différences de niveaux d’écoute est inférieure à l’écart-type de ces différences. L’expérience a donc été biaisée par d’autres facteurs. De la même façon. Observer ce genre d’écart type par rapport aux moyennes peut éventuellement signifier que la fatigue auditive a un plus grand rôle que le changement des conditions d’écoute sur le niveau sonore. Il aurait fallu. le fait de changer l’ordre de passage des conditions d’écoute à chaque participant n’était surement pas suffisant pour gommer l’effet de fatigue auditive. au moment de la découverte des stimuli. bien que les extraits aient été brassés a l’intérieur de chaque séquence d’écoute. réaliser l’expérience en trois temps distincts. cela n’a sûrement pas permis de négliger totalement l’effet d’apprentissage des extraits. je n’ai pas pu mettre en place ces conditions pour des raisons de temps et de logistique. Il aurait également fallu que le niveau de fatigue des participant soit équivalent à chaque temps de l’expérience.L’écart type des différences de volume observées oscille néanmoins entre 5 et 10 dB.
 29 sur 32 . En effet. pour éviter ces biais. En effet. Cela signifie donc que les moyennes ne sont pas représentatives du phénomène que l’on voulait observer.

biaise l’expérience . notamment la phase de recherche d’articles scientifiques. pu me permettre de circonscrire un peu plus mon sujet et ma problématique. ce stage m’a apporté un certain savoir-être lors du passage des tests dont je n’aurais jamais soupçonné l’importance. Ce stage. bien que les résultats n’aient pas été concluants. Il convient de garder une attitude totalement neutre sous réserve d’avoir un sujet qui en pensant bien faire. m’a permis également d’acquérir une plus grande autonomie. ont été pour moi une bonne préparation au mémoire de fin d’étude qui devra être réalisé en fin d’année. De plus. En effet. un logiciel de programmation dont j’avais eu une initiation en cours lors de la deuxième année.
 30 sur 32 . Ce stage a en plus de consolidé mon envie de faire mon mémoire de fin d’étude sur le binaural avec suivi des mouvements de la tête. J’ai également pu développer un peu plus mes compétences en MATLAB. de par l’accompagnement qui a été décidé en accord avec Matthieu Aussal. a été une véritable opportunité pour moi de voir le nombre de biais possibles et qu’il faut éviter lors de l’élaboration d’un test psychoacoustique.Conclusion Ce stage. le comportement du testeur à un rôle primordiale dans le bon déroulé du test. les étapes lors de la réalisation de ce test. J’ai pu réaliser lors de ces tests l’importance et la plus value qu’apporte le binaural dynamique pour renforcer des contenus où la sensation d’espace est importante comme la dramatique sonore. De la même façon. par exemple.

1995 . in JAES. « Introduction to Head-Related Transfer Functions (HRTFs): Representations of HRTFs in Time. Frequency. 2014 Remerciements Je tiens à remercier toute l’équipe du CMAP et toutes les personnes ayant passé mon expérience. Théorie et pratique de la prise de son stéréophonique. Gregory . pour sa voix et sa patiente relecture.Cheng.
 31 sur 32 .Ramsey. Méthodes numériques pour la spatialisation sonore. 2008 . Bech « On Some Baises Encountered in Modern Audio Quality Listening Tests ». and Space ». de la simulation à la synthèse binaurale. in JAES.Aussal Matthieu.Bibliographie - Begault. de m’avoir conseillé à chaque étape de ce stage et de m’avoir permis d’avoir de nouvelles perspectives sur mon sujet de mémoire. reverberation. «  Direct comparison of the impact of head tracking. and individualized head-related transfer functions on the spatial perception of a virtual speech source ». 2001 . Wenzel. Thèse de l’Ecole Polytechnique. Zielinski. Et je tiens évidemment à remercier Matthieu Aussal de m’avoir donné de son temps. J’espère que les chocolats étaient une récompense assez satisfaisante. Anderson. in JAES . Corey . 2001 . Je tiens à remercier Sofia.Wakefield. Je tiens à remercier particulièrement François Alouges pour sa sympathie et ses conseils.Hugonnet & Walder.

Annexe 1.Questionnaire de l’expérience 32 sur 32 .