You are on page 1of 40

Section 1 : la nature de l’entrepreneuriat.

Quand on parle d’esprit d’entreprise et de création d’entreprise, il faut
avant tout préciser et cerner qu’est-ce qu’un entrepreneur et ce qu’est
l’entrepreneuriat. En effet, le champ de l’entrepreneuriat est depuis
longtemps avec ses multiples composantes sont observées, étudiées
et analysées par des chercheurs dans plusieurs domaine d’études, des
économistes, des sociologues, des historiens, des psychologues, des
spécialistes des sciences du comportement ou des sciences de gestion
(Filion, 1997).
L’entrepreneuriat, comme étant une discipline de recherche, se trouve
à un carrefour. D’ailleurs « Il n’y a pas de consensus sur une
théorie de l’entrepreneuriat encore moins sur une définition
univoque.

L’état

de

l’art

fait

apparaître

de

nombreuses

acceptations et une profusion des thématiques où prennent
place des notions et des concepts qui ne peuvent fonder la
spécificité de l’entrepreneuriat »1. De ce fait, le développement
scientifique de ce champ ne peut se poursuivre qu’à partir d’une vision
commune et d’un large accord sur un corpus de connaissances, des
théories produites, des perspectives et des méthodes de recherches
utilisées.
1. L’entrepreneuriat : un concept vague et difficile à définir.
Les discussions des chercheurs et théoriciens sur la définition de
l’entrepreneuriat sont énormes, une multitude de descriptions et
différentes explications ont été données alors qu’aucune définition
solide ou une position théorique n’est généralement admise, ses
caractéristiques basées sur l'individu, la géographie, l'économie, les
politiques, les institutions et la culture dans lesquelles c'est incorporé
sont

continuellement

en

évolution.

D’ailleurs,

selon

Global

Entrepreneurship Monitor (GEM) « l’entrepreneuriat est un concept
difficile

à

définir,

car

les

entrepreneurs

et

les

activités

1 Verstraete.T (2001), «Entrepreneuriat : modélisation du phénomène », in revue de
l’entrepreneuriat, Vol1, N1, 2001, P : ??. Accessible sur http://www.adreg.net.

entrepreneuriales ne sont guère aisés à identifier, et que le
concept est complexe, équivoque et vague »2.

Tableau 1: synthèse des postulats des écoles (Cunningham et
Lischeron, 1991)
Modèle

Proposition

Hypothèse en

entrepreneurial

Principale

matière de formation et

Ecole des « Grands

L’entrepreneur possède une capacité

d’accompagnement
Sans cette intuition innée,

hommes »

intuitive, un sixième sens et des traits de

l’entrepreneur ressemblerait a

caractère et d’instincts avec lequel il est né

commun des mortels

Ecole des

L’entrepreneur possède des valeurs,

Les personnes se comportent

Caractéristiques

des attitudes et des besoins uniques qui le

accord avec leurs valeurs

psychologiques
Ecole classique

conduisent
La caractéristique principale du

L’aspect critique de

comportement entrepreneurial est

l’entrepreneurship est les proc

Ecole du

l’innovation
Les entrepreneurs sont les organisateurs

de faire plutôt que de possède
Les entrepreneurs peuvent êtr

management

d’une nouvelle activité économique. Ce

formés dans les fonctions tech

sont des personnes qui organisent du
Ecole du

management et qui assument les risques
Les entrepreneurs sont des leaders. Ils ont

Un entrepreneur ne peut pas

leadership

la capacité d’adapter leur style aux besoins

atteindre ses buts tout seul, il

Ecole de

des gens
les compétences entrepreneuriales peuvent

dépend d’autres personnes
Les organisations ont besoin d

l’intrapreneuriat

être ut iles dans une organisation existante.

s’adapter pour suivre : les acti

L’intrapreneurship est le développement

entrepreneuriales mènent la

d’unités Indépendantes créatrices de

croissance de l’organisation et

nouveaux marchés

entrepreneurs deviennent des
managers

Source: Moussa-Mouloungui (2012, P : 11) ; BENATA
Mohammed (2014, P : 22).
Nous pourrons conclure à partir de la présentation synthétisée de
Cunningham et Lischeron (1991), quatre objets d’analyse peuvent se
dégager

constituant

autant

de

perspectives

grâce

auxquelles

la

dynamique entrepreneuriale peut être observée. Chaque niveau d’analyse
2 G.E.M rapport exécutif, 2000.

catégorise l’intérêt accordé par chaque école : (1) L’individu : école des «
grands hommes » et école des caractéristiques psychologiques ; (2) Les
opportunités (capacité à détecter et les exploiter) « école classique » ; (3)
L’action et la gestion « école du management et école du leadership » ;
(4) Le contexte d’action entrepreneuriale « école de l’intrapreneuriat ».
Les recherches dans le domaine de l’entrepreneuriat ont connu trois
grandes tendances que l'on peut distinguer dans l’axe du temps. Dans sa
lecture globale du champ de l’entrepreneuriat, Fayolle (2002) résume
ainsi

les

différentes

étapes

de

l’évolution

des

recherches « Trois

questions fondamentales peuvent résumer une grande partie de
l’activité de recherche en entrepreneuriat. S’inspirant, d’une
formulation

de

Stevenson

et

Jarillo

(1990),

ce

triple

questionnement peut ainsi être proposé : « What on Earth is he
doing… ? » constitue la première interrogation, « Why on Earth is
he doing… ? » la seconde et, « How on Earth is he doing… ? », la
dernière (Tornikoski, 1999). Nous retrouvons, ici, les approches
fonctionnelles (What) des économistes, l’approche centrée sur les
individus (Why and Who) des spécialistes des sciences du
comportement

et

les

approches

processuelles

(How)

des

gestionnaires ».

Auteur

Définition

Concept

(Chevalier

L'entrepreneur

1921)

niveau exceptionnellement bas d'aversion de

risque

(Schumpeter

risque.
L'entrepreneur

Entrepreneu

1934)

collaborateur "à la destruction créative". Il /

comme

elle effectue "de nouvelles combinaisons" qui

innovateur

inclut:

1)

est

un

est

individu

un

leader

l'introduction

de

avec

et

un

éxaminé
Aversion

un

nouvelles

marchandises ou les nouvelles qualités de
marchandises 2) une nouvelle méthode de
production 3) un nouveau marché 4) un
nouvel

approvisionnement

en

matières

premières ou composants 5) réorganisation
(McClelland

d'une industrie.
La
première

1961)

psychologie de l'entrepreneur par le besoin

trait

(Casson 1982)

de l'accomplissement
L'esprit d'entreprise est d'être différent - de

personnalité
Perception

l'aspect d'avoir une perception différente de

entrepreneu

la situation.
L'esprit d'entreprise est un acte d'innovation

Innovation

(Drucker
1985;

Acs,

Audretsch

et

qui

implique

ressources

tentative

la

avec

dotation
la

d'expliquer

existant

nouvelle

la

Recherche

des

capacité

d'autres.

productrice de richesse.

1994)
(Gartner

L'esprit d'entreprise est le meilleur expliqué

Approche

1988)

par ce que l'entrepreneur ne fait pas qui

processus

l'entrepreneur est.

esprit

(Stevenson et

L'esprit

poursuite

d'entreprise
Ressources

1990 Jarillo)

d'occasions sans préoccupation pour des

actuelles pa

ressources actuelles - dans une affaire privée

préoccupatio

ou dans d'autres organisations.
Concentrez-vous sur la nature

Processus

(Bygrave
1991 Hofer)

et

d'entreprise

caractéristiques

est

du

la

et

les

processus

entrepreneu

Quartiers industriels. Busenitz) société. (Alvarez L'esprit d'entreprise englobe des actions de L'individu. 2001) (Shane Quartiers d'autres. 2000) (Bas et 1997 entrepreneuriale locale L'esprit d'entreprise est une personne à industriels Dépendance Abrahamson) charge de contexte le processus social et Contexte et économique. (l'Irlande. des actions de niveau ferme dans la Actions poursuite Niveau et d'innovations. des actions de d'Occasion . Venkataraman créées et exploitées par qui et avec que des . 20 2000. L'esprit d'entreprise est caractérisé par Reconnaissa Shane et 2000 comment les occasions sont découvertes. Shane 2003) conséquences. L'esprit d'entreprise est un structurel (des 1995) liens de réseau incorporés) et le concept d'autres.entrepreneurial entrelacé (Nord 1990) Affects institutionnels sur esprit d'entreprise l'individu Institutions (Amit. de d'entreprise valeur dans est un un processus environnement et Réseaux dyadique où l'entrepreneur évalue quelle relation mènera à la plus grande occasion (Kirzner 1997) entrepreneuriale. L'entrepreneur identifie des occasions de Entrepreneu bénéfice et amorce des actions pour remplir comme éga des demandes actuellement insatisfaites ou du marché améliorer des inefficacités corrigeant le (Becattini marché l'apportant vers l'équilibre. (Hofstede. 2001 niveau individuelles dans la création de la Société. Glosten L'esprit Ressources et d'extraire des profits de ressources uniques uniques 1993) et valeur (Krackhardt incertain. Hitt tradition et Nooderhave d'autres.

Le rôle de culture dans esprit d'entreprise Culture "Une Occasions Nooderhaven et d'autres. supplémenta Ouest III III et individus occasions . importants à l'esprit d'entreprise Fait d'être incorporé institutionnel de réseaux Environnem Fait Ramirez- inter-fermes locaux incorporé et Pasillas et Réseaux d'autres. 2001) d'occasions) et la pensée stratégique (se concentre sur des décisions d'entreprise et Stratégique" des actions planifiées et exécutées Zahra et 2001 atteindre un avantage concurrentiel. La recherche entrepreneuriale devrait se réseaux soc Les m concentrer sur les intersections d'individus. exploitent Contextualize le lien d'occasion individuel occasions Contexte Julien 2001) dans l'environnement. environnem (Hitt. la connaissanc (Busenitz. 2004) Shane 2003 Théorie d'entreprise "est Générale" publiée de qui l'Esprit étudie les entrepreneu origines. d'organisatio d'autres. des occasions. 2002) (Hofstede. connaissance asymétrique et des réseaux. la nature et l'évolution d'occasions (Ouest L'ouest recommande un cadre théorique qui Informations 2003) est basé sur le traitement d'informations. Les facteurs exogène sont des antécédents Contexte Dess (Johannisson. les modes d'organisation et l'environnem 2003) l'environnement.niveau du marché dans l'exploitation marché d'occasions présentées. l'Irlande La pensée entrepreneuriale (l'identification et Inventé le t et l'exploitation "Esprit (Bruyat et d'autres.

Périphérique Kalantaridis contre le Co 2004. mais il y a des caractéristiques à sa personnalité et son ensemble de capacité (tous les deux peuvent être vus comme des ressources) qui est son point de départ dans l'observation de son occasion d'affaires et prenant la décision pour l'exploiter. Esprit Éleveur. Labrianidis et d'autres. L'élément structurel d'esprit d'entreprise peut . Les d'entreprise Naturellement. Smallbone Fatras et 2006.(Anderson Esprit d'entreprise dans la périphérie Les spécifi 2000. institutionnel ou des catégories de processus. L'élément concentré sur individu d'esprit l'entrepreneur? spécifi context transition d'autres. répond à la l'entrepreneur question: qui peut changer et est vraiment par l'apprentissage et l'expérience. 2001. 2007) (Mugler 2000. Transition Haerpfer d'entreprise dans Contextes de du et Peng 2004. Smallbone et Fatras 2009) Toute la recherche précédente dans la Table 1 est classifiée dans l'individu. Kalantaridis. d'esprit Benneworth d'entreprise 2003. Le but était de trouver un écart dans la recherche pour placer mon propre travail empirique dans lequel des études le processus d'entrepreneurs de nécessité dans une périphérie post-socialiste.

Finalement. nous avons la détermination du processus et le résultat d'action entrepreneuriale. j'ai dû examiner et ordonner la fragmentation dans la Table 1 développer les éléments dans la Table 2 qui sera la base de mon cadre de recherche.être vu comme le contexte de l'entrepreneur ou le milieu dans lequel il opère. L'aspect procédural n'est pas examiné dans ce papier parce qu'une discussion plus détaillée est sauvée du papier 5 . socioculturel).mon papier empirique final où le processus d'esprit d'entreprise non-novateur est examiné dans une périphérie post-socialiste par réconcilier l'individu et son environnement. Le contexte dans lequel il se trouve dans déterminera quelles ressources internes il a à sa disposition (par exemple des occasions d'éducation) et encourager ou le décourager pour utiliser ces ressources de commencer une nouvelle entreprise (le contexte par exemple économique. le cadre concentré sur individu et structurel d'esprit d'entreprise est examiné des perspectives d'un examen de littérature et d'une théorie. Table 2: Interrogation de Cadre: Qu'est-ce qui est Entrepreneurial? Élément d'Esprit d'entreprise Concentré sur individu Structurel La question A posé Qui est l'entrepreneur? Quel contexte engendre le nouvel esprit d'entreprise? Quel contexte engendre le non-nouvel Procédural esprit d'entreprise? Quel est le processus de nouvelle et non-nouvelle action entrepreneuriale? . politique. Ainsi. ce m'est devenu clair qu'en prenant les éléments concentrés sur individu et structurels d'esprit d'entreprise et les mettant dans le mouvement et dans la relation avec l'un l'autre. Dans les deux sections suivantes.

L'article séminal de William Gartner a changé du champ de recherche entrepreneuriale de la position statique. Johannisson. entrepreneurs ont été reconnus comme l'ayant d'un haut besoin de l'accomplissement influençant ainsi une partie du développement de société. "qui est l'entrepreneur?" La question avait ses commencements avec le psychologue. entre autres. plus spécifiquement. RamirezPasillas et d'autres. détruit des 3 For summaries on the psychological aspects of the entrepreneur see Brockhaus 1982 and Delmar 2000. Un mécontentement sur le courant de trait de personnalité de recherche a commencé à la fin des années 1980 (Gartner 1988). l'intérêt dans les traits de personnalité de l'entrepreneur a lâché beaucoup d'études dans la tentative d'identifier qui l'entrepreneur est. "la Réalisation de la Société" (1961). Certains des résultats durables de ces études sont que l'entrepreneur (quand comparé à la population générale ou aux directeurs) a un haut besoin de l'accomplissement. 2002). Depuis McClelland. a le désir de la liberté et une croyance qu'il contrôle ses propres actions contre l'environnement le contrôlant (3 Delmar et 2000 Davidson). développe des réseaux à plus loin ses buts (Uzzi 1997. par conséquent le champ a changé de l'intérêt dans l'entrepreneur comme un individu pour intéresser au contexte et au processus d'esprit d'entreprise. la haute tolérance au risque. expose le sur-optimisme. David McClelland dans son travail séminal. "qqui est l'entrepreneur" à la position procédurale en demandant. que l'entrepreneur découvre et exploite des occasions (Shane et 2000 Venkataraman. Dans ce contexte. avec le besoin d'une société de l'accomplissement. . "qque l'entrepreneur fait-il? Les chercheurs après son appel ont trouvé. Il a utilisé la science comportementale pour discuter pourquoi quelques sociétés sont plus dynamiques que d'autres. Les chercheurs se sont bientôt rendus compte que le comportement d'entrepreneurs est la personne à charge de contexte. Shane 2003).Le concentré sur individu. Il a trouvé sa réponse dans les normes et les valeurs qui prévalent. des réordres existant des ressources de créer plus haut des productions de valeur (Kirzner 1973).

des normes (Hofstede. En reconnaissant la complexité. Les implications d'une description concentrée sur individu. les chercheurs sont encouragés à voir l'esprit d'entreprise d'une façon holistique qui provoque des questions pertinentes en termes des problèmes diagnostiquant et mettant en oeuvre prescriptives. de 1997. structurelle et procédurale d'esprit d'entreprise sont incontestables dans cela ils reconnaissent la complexité du phénomène. La structure sociogéographique inclut des sujets comme la culture. ou s'adaptent dans le contexte? Ajustez tous les trois? Quels rajustements sont les meilleurs? À quel degré? Qui est le meilleur équipé pour le faire? Nous n'avons pas les réponses à ces questions. Nooderhaven entrepreneuriales périphérie contre locales coeur et d'autres.structures économiques existant en créant de nouveaux (Schumpeter 1947). L'aspect structurel d'esprit d'entreprise nous dit qu'il existe dans un contexte.le demandant plus cohérent et plus inclus. ou le processus.2 Détermination des Facteurs d'Esprit d'entreprise . 2. Dans mon esprit. Cependant. Johannisson. divers ont été documentés pour être les conducteurs d'esprit d'entreprise réussi (Uzzi 1997. Les effets de réseaux sociaux grands. (Becattini 2000) (Smallbone. Ramirez-Pasillas et d'autres. adressent-ils les individus. Benneworth 2004). 2002). 2004). Si une nation / la région / la ville / le village veut encourager l'activité entrepreneuriale. un ordre du phénomène dans ce cadre fait la question . La structure relationnelle inclut des réseaux individuels et les réseaux de sociétés. le composant structurel a deux vues: une structure relationnelle et une structure socio-géographique. Ce contexte forme l'individu et la forme d'esprit d'entreprise. et Nord les et traditions questions d'autres.

"que l'esprit d'entreprise?" Sont est maintenant utilisé pour formuler la question. Table 3: Interrogation de Cadre: Qu'est-ce qui Permet l'Esprit d'entreprise? Élément d'Esprit La question A posé d'entreprise Concentré sur individu Ce que les caractéristiques individuelles déterminent qui devient un entrepreneur? Quel environnement détermine les Structurel formes différentes d'esprit d'entreprise? Qu'est-ce qui détermine le processus Procédural d'esprit d'entreprise? Ressources Psychologiques et Non-psychologiques Individuelles Affectant Esprit d'entreprise Bien que le courant de trait de personnalité de recherche ait surtout été abandonné. Il est important de noter que ces traits peuvent être trouvés dans la population générale et ne sont pas des indicateurs si quelqu'un deviendra un entrepreneur ou pas parce que d'autres facteurs de façon .Les concepts concentrés sur individu et structurels j'ai eu l'habitude de formuler la question. les certains traits de personnalité ont révélé être présents dans la majorité d'entrepreneurs même à travers des frontières culturelles. Les sections suivant répondront à ces questions du point de vue de recherche précédente. "Ce qui permet l'esprit d'entreprise?" La table 3 grands traits les questions s'est rapportée à la facilitation d'esprit d'entreprise.

étouffez. Mitchell. Kaish et 1991 Gilad. 2007). coque. Shane et 2000 Venkataraman. Les entrepreneurs exposent des tendances créatives parce qu'ils doivent créer de nouveaux cadres pour estimer des ressources. Reynolds et 1997 Blanc. 2000). Stewart et 2001 Roth). Yu 2001) Deux formes de connaissance nécessaire pour l'esprit d'entreprise sont la connaissance de marchés et la connaissance de la façon de servir ces marchés (Venkataraman 1997). d'Esprit 1993) La connaissance antérieurefournit une capacité absorptive qui facilite l'acquisition d'informations supplémentaires (Cohen et 1990 Levinthal. Traits Psychologiques Cette subdivision présente comment les auteurs précédents ont informé le champ sur ce que les traits psychologiques influencent l'esprit d'entreprise et à que le degré. Simon et d'autres. Bhide 2000. si la recherche de liberté est la motivation principale pour commencer une affaire. L'intelligence mesurée par le grand nombre de quotient intellectuel a "un positif et significatif" (SShane 2003) ) l'effet sur le travail indépendant (dde l'Esprit et Van de Winden 1989. Wu 1989. 2002. Cependant il a été prouvé que dans des contextes spécifiques un entrepreneur pense vraiment différemment qu'un salarié ou un directeur. Les fondateurs fermes ont été connus pour avoir des scénarios cognitifs ou une perspicacité spéciale qui leur permet d'identifier et utiliser des informations que les non-fondateurs ne peuvent pas voir (Kirzner 1997. Cependant. Sarasvathy 2001). Les entrepreneurs ont un haut besoin de l'indépendance (Caird 1991. Fitzroy et d'autres. Sarasvathy. Busenitz et d'autres. . (Schumpeter 1934. Quels traits de personnalité sont souvent le présent dans des entrepreneurs? La littérature peut être divisée dans psychologique (la Table 4) et des ressources non-psychologiques (la Table 5).importante pèsent dans aussi. collines. Bosley et d'autres. Mitchell. Les fondateurs fermes ont les niveaux plus hauts de tolérance de risque que la population générale ou les directeurs (le Chevalier 1921. 1999. Forgeron et d'autres. 1998. Shrader et d'autres. 1980.

Bonnett et 1991 Furnham. de Meza et d'autres. Zietsma 1999). Greene et d'autres. Dunkelberg et d'autres. Bosley et d'autres. 1980.affirmatifs. L'auto-efficacité est la croyance en sa capacité de fonctionner dont une tâche les entrepreneurs marquent des points plus haut que des directeurs généraux et la population générale (la Coque. plus extrovertie ambitieux.ces entreprises ont tendance à laisser tomber plus souvent (le Tonnelier. où la croyance en son propre jugement est trop haut donnée aux données réelles (Busenitz et Barney à 1997. 1988). expressifs et impétueux (Barrick et le Mont 1991. Robinson. 1991. Smith et d'autres. Caird 1991. Les fondateurs de nouvelles sociétés ont tendance à y généraliser des informations et l'acte qui n'est pas nécessairement une réflexion de la population à grand (Busenitz et Barney 1997). des bavards. Bellu 1988. 1998. Les entrepreneurs ont tendance à être plus confortables que des directeurs et des salariés dans la prise de décisions intuitive (Busenitz et Barney 1997. Ils ont aussi tendance à avoir un biais d'optimisme. 2000. mineur. 1989). Les fondateurs fermes ont tendance comportements à être l'exposition sociables. Arabsheibani. 1980. Shane 2003). 2001). 2000). Stimpson et d'autres. . Bosley et d'autres. Amit. Les entrepreneurs ont plus de chances d'avoir un interne contre un lieu externe de contrôle (Shapero et 1982 Sokol. Avoir un lieu interne de contrôle est la croyance que l'on peut influencer son propre environnement. Chell et d'autres. salle 1993). actifs. Chen. Les entrepreneurs ont tendance à exposer plus de nature désagréable en forme de la méfiance und le scepticisme que des salariés (Brodsky 1993). MacCrimmon et d'autres. Bhide 2000). Les fondateurs fermes ont plus de besoin de l'accomplissement que d'autres (la Coque. Les pays protestants ont plus de chances d'être entrepreneuriaux que des pays Catholiques en raison de la foi des Protestants le lieu interne basé de contrôle (Weber 1930. Allinson.

Roberts Créativité Bhide 2000 Collines et 1999 Al(Sarasvathy 2001). Allinson Fait d'être intuitif La capacité de Prendre 2000. Kaish et Gestion des risques 1991 Gilad Sarasvathy et 1998 Al-. le Tonnelier et 1988 AlBusenitz et Barney 1997. 1991a. Shane et et Van Winden 1989. (Chevalier 1921) Reynolds et 1997 Blanc.Table 4: Littérature sur les Traits Psychologiques d'Entrepreneurs TRAITS PSYCHOLOGIQUES LITTÉRATURE Intelligence D'Esprit Capacité Absorptive d'Esprit 1993. venk2000 (Schumpeter 1934) Wu 1989 Coque 1980 Stewart et 2001 Roth. Shane 2003 Cohen et 1990 Levinthal Yu 2001 Perspicacité Venkataraman 1997 Mitchell 2000. Caird Désir de Liberté 1991 Étouffent et 2000 Al-. Shrader 1998 des Busenitz et Barney 1997 décisions sur des Généralisations .

ils ont plus de chances de devenir des entrepreneurs. Bellu 1988 Brodsky 1993 Barrick et Mont 1991. Il a aussi été noté qu'une personne avec un plan de carrière plus divers a plus de chances de devenir un entrepreneur [par exemple: (Klepper et Dormeur 2001. Besoin d'Accomplissement Robinson 1991 Coque et 1980 Al-. Amit et Soi Efficacité 2001 Al-. le démarrage éprouve une personne a. La table 5 listes certains des traits non-psychologiques a étudié dans la recherche entrepreneuriale. Mineur et 1989 Nature désagréable Extraversion Al-. souvent en forme des entreprises familiales et des modèles à émuler externes. Les liens sociaux plus et divers une personne a plus probablement ils seront un entrepreneur (Aldrich 1999. l'industrie.Biais d'Optimisme Busenitz et Barney 1997. Si une personne a un revenu plus haut. Romanelli et 2001 Schoonhoven. Shane 2003)]]. La connaissance de marchés et comment les servir est aussi un facteur connecté avec le comportement entrepreneurial (Shane 2003). fonctionnel. Salle 1993 Chapeau et 1991 Furnham. cependant. Arabsheibani et 2000 AlCoque et 1980 Al-. alors ils peuvent mieux auto-financer leur entreprise (la forme la plus commune de nouveau financement d'affaire). plus probablement cette personne sera un entrepreneur. Chen et 1998 Lieu Interne de Contrôle Al-. La littérature nous dit qu'affaire plus générale. mais décide aussi quel genre d'entrepreneur il devient. Shapero 1975. Ils sont les expériences une personne s'est réunie par leurs vies. Si quelqu'un est exposé à l'activité entrepreneuriale par l'expérience déléguée. L'expérience de carrière est une détente qui se décide non seulement qui devient un entrepreneur. La question de revenu peut ou permettre ou battre l'esprit d'entreprise. Bhide 2000 Capacités Individuelles Permettant Esprit d'entreprise Les traits non-psychologiques sont les caractéristiques d'un individu le non ayant un rapport avec la personnalité. ils ont . Shane 2003). Zietsma 1999 Caird 1991.

L'éducation n'a aucun effet spécial sur si quelqu'un commencera une affaire ou pas (après que l'alphabétisation est réalisée). nouveau qui a du succès dû pour mieux avoir accès à financer. Von Mises 1949. Les jeunes manquent souvent de l'expérience nécessaire pour exécuter une affaire réussie et les gens plus vieux que 55 s'exposent à trop de risque financier avant la retraite. L'âge des gens commençant leurs propres entreprises a tendance à être autour du milieu de (36-55) ans (Diminue 1995). Shane et Stuart Revenu 2002 Amit et 1993 Al-. Shane 1992). plus probablement il sera un entrepreneur novateur. Evans et 1989 . Amit. Expérience de Démarrage Expérience Déléguée Liens Sociaux Aldrich 1999 Bruderl et 1992 AlÉtage 1994b Reynolds 1997 Aldrich 1999. Glosten et d'autres. Si une personne a un courant à faible revenu. l'éducation affecte vraiment quel genre d'esprit d'entreprise est manifesté. Plus haut la position sociale de l'entrepreneur. des meilleurs réseaux de qualité et une meilleure éducation (Stewart et 2001 Roth).aussi beaucoup plus pour risquer de perdre dans le cas où leur entreprise échoue. Cependant. 1993). mais avoir aussi des coûts d'occasion inférieurs dans le départ d'une affaire [par exemple: (Evans et 1989 Leighton. Générale Expérience Fonctionnelle Expérience d'Industrie Klepper et Dormeur 2001 Roberts 1991a Chevalier 1921. novateurs ont tendance à être plus instruits (Casson 1982. La présence d'un conjoint employé encourage l'esprit d'entreprise parce que l'ayant d'un courant de revenu sécurisé baisse l'exposition financière (Diminue 1995). Table 5: Littérature sur les Capacités Individuelles Permettant Esprit d'entreprise CAPACITÉS LITTÉRATURE Expérience de Carrière Shane et 2001 Khurana Expérience professionnelle Romanelli et 2001 Schoonhoven. Les entrepreneurs nouveaux. ils sont moins capables d'auto-financer.

Shane 1999 Diminue 1995. Dans la vue à base de ressource de la création et de la croissance de la société comme présenté par Penrose. les ressources hébergées par l'individu est pris en compte. Le concept original de RBT (un terme non inventé par Penrose) a été basé sur des actifs fermes tangibles. Cependant. ceux ancrés par des individus. Borjas et 1989 Position Sociale Bronars Stuart et 2001 Roth Traits Psychologiques et Ensembles de Capacité comme Ressources Les deux subdivisions précédentes ont examiné les attributs psychologiques et non-psychologiques qui pourraient prédisposer une personne à devenir un entrepreneur. Penrose a reconnu que les compétences et des contacts de l'entrepreneur sont critiques parce qu'ils rendent la reconnaissance de ressources potentielles et la détection d'occasions possible (Penrose 1959). les sociétés possèdent des ressources. Pour elle. Ce processus est formé par la . mais aussi tacites. une plate-forme théorique de valeur peut être trouvée si ces attributs peuvent être vus comme un paquet des ressources qui influencent la décision de devenir un entrepreneur et quel genre d'esprit d'entreprise sera pratiqué.Chômage Conjoint Employé Leighton Taylor 2001. qui les aident à réaliser l'avantage concurrentiel qui mène la société à la performance à long terme supérieure (Penrose 1959). mais une action individuelle. des actifs socialement complexes. Cependant. la théorie s'est plus tard développée dans la considération des actifs qui étaient non seulement tangibles. l'essence d'entreprise était la capacité de détecter et connecter des ressources internes avec des occasions externes. Reynolds 1994a Diminue 1995b. Au premier coup d'oeil. J'ai mentionné avant que cet esprit d'entreprise ne soit une action collective. Schiller et 1997 Éducation Âge Crewson Casson 1995. Au lieu d'examiner les ressources d'une société. il pourrait sembler qu'encore une fois nous avons une situation de fragmentation de recherche pas nous dirigeant dans n'importe quelle direction théorique de valeur.

Un endroit qui est très dépendant de facteurs psychologiques. Shane et 2000 Venkataraman). Alvarez et Busenitz (2001) prolongent les frontières de ressource la théorie basée pour inclure la capacité cognitive d'entrepreneurs individuels. Que l'expérience confirme que les espérances sont une autre histoire. Cependant. Les chercheurs déclarent que la théorie entrepreneuriale et RBT adoptent la même unité d'analyse qui est "la ressource". 5) La recherche récente a pris les avis de Penrose en établissant une Théorie À base de ressource (RBT) pour des sociétés et le connectant avec l'esprit d'entreprise. Ils abordent la question de trouver un domaine distinctif d'esprit d'entreprise par cette résolution. Alvarez et Busenitz examinent la reconnaissance d'occasion individuelle. Alvarez et Busenitz que l'environnement dans "le premier cas" peut être une image dans les connaissances de l'entrepreneur où les occasions et les barrières abondent. Le conflit est résolu quand "il est reconnu que les croyances de la valeur de ressources sont eux des ressources" (Alvarez et 2001 Busenitz). Je suis d'accord avec Penrose. " (Penrose 1959 p. comme la perception. Penrose y donne des détails: "L'environnement est traité en premier lieu comme une image dans l'esprit de possibilités et des restrictions de l'entrepreneur avec lesquelles il est confronté. Kirzner 1973. La logique à base de ressource se concentre sur l'hétérogénéité de ressources tandis que la théorie entrepreneuriale se concentre sur l'hétérogénéité dans des croyances de la valeur de ressources (Schumpeter 1934. une telle image qui en fait détermine le comportement d'un homme. les capacités organisationnelles de la société et le marché et constatent que les ressources intègrent tous les trois niveaux d'analyse. il y a toujours "un deuxième cas" où un environnement . ou des ressources plus spécifiquement hétérogènes.perception de l'environnement de l'entrepreneur. car c'est après tout.

D'abord. une politique et une culture. un modèle théorique a été choisi pour comprendre comment l'individu est responsable de l'esprit d'entreprise en utilisant des ressources intangibles comme une unité d'analyse. Dans la section suivante. j'utilise la Théorie d'Institutions et le Changement Institutionnel du Nord Douglass (le Nord 1990) pour comprendre quels forums institutionnels préparent le terrain pour l'entrepreneur. Dans la section précédente. je suis sensibilisé au fait que j'observe un individu avec un ensemble de ressources et qu'il y a une structure psychologique et non-psychologique à ces ressources. Deuxièmement. fournit des règles et des normes qui structurent une économie. Cette théorie déclare que les institutions (formel et informel) créent "les règles du jeu" sur tous les niveaux de société (le Nord 1990). je suis aussi sensibilisé au fait que cet individu agit quelque part "là-bas". Où il y a des occasions alors il y a aussi des motivations de profiter l'avantage d'entre eux et les ignorer. la Théorie de Douglas North d'et le Changement Institutionnel des Institutions facilite dans la compréhension comment l'environnement institutionnel fournit des occasions ou des barrières à l'esprit d'entreprise. mais les institutions se formeront aussi comment les occasions . Structures Institutionnelles Affectant Esprit d'entreprise Le but d'utiliser la théorie de ressource de Penrose et la théorie institutionnelle du Nord comme des plates-formes à la structure et effectue ma propre recherche est double. Dans cette section. qui à son tour détermine "les occasions" et les ressources dans cette société. Non seulement les institutions affectent les occasions externes à l'entrepreneur. Ceci "là-bas" est un environnement où il y a des règles et des normes que resserre les actions de l'individu ou fournit des occasions.beaucoup plus universel. Cette seconde le cas est l'environnement institutionnel où l'entrepreneur avec son paquet de ressource spécifique a un cadre social qu'il partage avec tous les autres. à l'extérieur de l'esprit de l'entrepreneur.

Ebner 2006. je vois une relation récursive où les institutions forment des capacités individuelles et où les individus forment leurs institutions. la politique et des normes . le rôle que les institutions ont sur le capital social et l'esprit d'entreprise (Ronning 2006) et le rôle du gouvernement dans le développement d'esprit d'entreprise par des institutions fortifiantes (l'Étage 1994. 2001). Boettke et 2007 Coyne). L'institutionnel Le cadre formera la direction de connaissance et les compétences qui seront le Facteur décisif à long terme développement de cette société. Le nord y donne des détails ci- dessous: "Les sortes d'informations et la connaissance exigée par l'entrepreneur sont Bonne partie une conséquence d'un contexte institutionnel particulier. La recherche récente a exploré l'interaction de ressources et des institutions sur le niveau ferme en examinant des facteurs d'offre et la demande permettant l'activité entrepreneuriale (Verheul. mais un dans le mouvement dynamique que des tensions l'importance de recherche holistique pour englober la complexité. d'autres chercheurs ont exploré l'impact que les institutions ont sur l'activité entrepreneuriale. Ceci mène à la conclusion qu'une relation existe entre des ressources et des institutions. Que ces structures institutionnelles affectent-elles l'esprit d'entreprise? Ils sont trouvés dans les sphères d'économie. Wennekers et d'autres. Eux deux font des déclarations de comment les ressources (Penrose) et des institutions (le Nord) opèrent sur un niveau environnemental (externe) et sur un niveau individuel (interne / personnel).sont vues par l'entrepreneur. les théories de Penrose et Nord ont quelque chose en commun. Les motivations / des barrières sont intégrées le cadre institutionnel.78 Ainsi. " (Nord 1990) p. Par exemple. Depuis le Nord. L'implication pour la recherche entrepreneuriale est ce non seulement nous avons une relation.

L'environnement culturel a un énorme effet sur qui l'entrepreneur est comme un individu et ce que actions il prend. le tiers. il crée la conscience que l'esprit d'entreprise est un processus incorporé à temps. comment désirant il doit prendre des risques et ce qu'il fera s'il éprouve jamais l'échec. le processus d'esprit d'entreprise avait la vigilance pour reconnaître des occasions dans l'environnement. être de soutenir des libertés personnelles. Une structure économique soutenant l'esprit d'entreprise devrait assurer la croissance économique et la stabilité. Pour Kirzner. à tout le moins. Scott Shane (2003) a développé un cadre de processus entrepreneurial basé sur des occasions entrepreneuriales. Les gouvernements ont le pouvoir de stimuler l'esprit d'entreprise par la fourniture de politiques concernant la ressource et sectorielles. en soi. des structures fiscales raisonnables. Ces institutions sont aussi les déterminants de la structure industrielle d'une région ou nationale étant ainsi un grand facteur de détermination sur le comportement d'entrepreneurs et les occasions disponibles pour eux. Par exemple. Le Processus d'Esprit d'entreprise Le champ d'esprit d'entreprise n'a pas eu de version formalisée "d'un processus" d'esprit d'entreprise.culturelles. il reconnaît implicitement que . il est le plus complet que le champ a. deuxièmement. avoir un État de droit juste et soutenir des droits de propriété. l'individualité. le processus d'esprit d'entreprise pour Schumpeter était l'acte de destruction créative. Il a eu une série d'aux idées de ce que ce processus pourrait ressembler. la disponibilité de capital. Le rôle d'institutions politiques dans le déclenchement de l'esprit d'entreprise devrait. la transparence. J'ai choisi le cadre de processus entrepreneurial de Shane pour quatre raisons: d'abord. Les indices culturels d'Hofstede (la distance de pouvoir. L'environnement culturel de l'entrepreneur se décidera s'il envisagera même de devenir un entrepreneur. la masculinité) ont des effets variant à travers des cultures sur l'esprit d'entreprise. l'évitement d'incertitude.

Étape 6 Source: Shane 2003 Chaque étape a un ensemble des détentes qui déplacent des actions entrepreneuriales par le processus.l'Étape 3 Acquisition de ressource .Étape 1 Découverte d'occasion . the process looks linear. Le processus de découvrir l'occasion (l'Étape 2) et exploiter l'occasion (l'Étape 3) est un effort de l'entrepreneur individuel qui dépend de leur psychologique et des attributs de capacité. des actions et des contextes et quatrième. c'est un processus récursif (non linéaire) le reflet du vrai apprentissage et des actions d'entrepreneurs pratiquant leur métier. . l'existence changements d'occasion (l'Étape technologiques.Étape 5 Organisation de processus . Selon Schumpeter (Schumpeter 1986). La 4 It really has seven stages with the last stage being “performance” or the everyday management of business. J'utilise six étapes de ce processus dépeint ci-dessous dans la Figure 1. I chose to not examine that stage because we begin to move away from the entrepreneurial and into the managerial. The reader is asked to use their imagination to understand that the entrepreneur could be in two or more stages at the same time and can move back through the stages.Étape 2 La décision d'exploiter l'occasion . politiques 1) est conduite par des / réglementaires et socio- démographiques. 45 La figure 2: le Processus Entrepreneurial Existence d'occasion .Étape 4 Stratégie entrepreneuriale .chaque phase exige des compétences différentes. 5 For the sake of simplicity.

les fondateurs d'affaires financent de leur propre épargne (Aldrich. Dans la majorité des cas. S. Cheltenham. des stratégies de communication persuasives. des investisseurs providentiels. Donc qu'est-ce qui est impliqué dans le processus d'esprit d'entreprise? En reconsidérant les 6 étapes. économique. 6 Entrepreneurial strategies are defined as the strategies by which entrepreneurs exploit new venture opportunities Shane. politique et socioculturelle.. Edward Elgar. le capital-risque. Le processus d'organisation (l'Étape 6) est la dernière étape d'action entrepreneuriale il est causé par le besoin de routines et des structures. les asymétries de l'information et l'incertitude plus en détail (Pour un compte détaillé voient Shane 2003). Ce qui amorce le processus d'acquisition de ressource (l'Étape 4) est le besoin et il implique le rassemblement et la recombinaison des ressources qui aussi de temps en temps exige le financement. des réseaux sociaux et des attributs de fondateur. ce n'est pas dans les limites de ce papier pour l'examiner en détail. la participation de l'entrepreneur individuel avec son environnement est une constante partout dans les étapes. (2003). Pour plus d'informations sur le processus d'organisation entrepreneurial et un examen exhaustif de littérature voir le chapitre 10 dans (Shane 2003). Quelques conditions de stratégie 6 entrepreneuriale (l'Étape 5) impliquent deux questions: D'abord. des expériences et des capacités respectent les occasions dans l'industrie. A General Theory of Entrepreneurship. l'économie et la société. comment l'entrepreneur gère-t-il l'asymétrie de l'information et l'incertitude dans l'exploitation de l'occasion? Il est au-delà de la portée de ce papier pour examiner l'avantage concurrentiel. Comment le processus d'acquisition de ressource est effectué dépend de mécanismes contractuels. 1999). l'autofinancement.décision d'exploiter une occasion (l'Étape 3) est aussi affectée par la situation industrielle. comment l'avantage concurrentiel est-il protégé de la concurrence une fois quand il est rendu public? Deuxièmement. . Chaque étape est une arène où la psychologie de l'individu. des liens sociaux. des plans de développement. De nouveau.

Avec l'aide de ce cadre. deux catégories dans lesquelles la majeure partie d'entre eux s'accorde. 3. trois relations sont évidentes. économiques. D'abord. il est clair que par les combinaisons uniques de ressources individuelles et des caractéristiques institutionnelles pourquoi beaucoup de formes d'esprit d'entreprise peuvent avoir lieu.0 LES TYPES D'ENTREPRENEURS Parce que les paquets de ressources individuelles et les qualités d'institutions formelles et informelles sont variés. le psychologique et les caractéristiques de capacité de l'affect individuel si une personne choisira être un entrepreneur et ils définiront le résultat entrepreneurial. La troisième relation est incorporée dans le processus d'esprit d'entreprise où les ressources individuelles et les institutions ont une relation récursive agissant l'un ainsi sur l'autre et le changement de leurs propres caractéristiques par leurs interactions. Il y a. La deuxième relation inhérente à ce cadre est la relation entre l'entrepreneur et son environnement. politiques et culturelles mettent les règles de comportement (le Nord 1990.Les questions "Ce qui est entrepreneurial et qu'est-ce qui le permet?" Ont été examinés dans la section précédente dans un cadre incluant le concentré sur individu et le contexte (structurel) et procédural institutionnel. cependant. nous pourrions dire que la connaissance entrepreneuriale et le comportement agissent comme des paquets de ressource. En extrapolant d'Edith Penrose la théorie à base de ressource sur la croissance ferme. Les manifestations de ces formes d'esprit d'entreprise sont examinées cidessous. En considérant la complexité des interactions a mentionné ci-dessus. Ils sont le roman (Schumpeterian) et le non-roman (l'entrepreneur) de (Kirznerian. pas tous les . Scott 1995) qui déterminera si les occasions ou les barrières assistent et comment l'entrepreneur les percevra.

les vies dans un coeur urbain ou géographique. L'entrepreneur de Schumpeterian est décrit comme étant nouveau parce qu'il est responsable de détruire les vieilles façons d'affaire et les remplacer d'actions nouvelles. il est aussi souvent mal compris (Chiles. Ils commencent d'une occasion qui est souvent associée à la technologie de pointe et il impacte le développement économique. Deuxièmement. Cette forme d'esprit d'entreprise peut seulement arriver dans des régions avec des ressources riches et diverses (la PIERRE PRÉCIEUSE 2003). quelques limitations à la compréhension d'esprit d'entreprise de Schumpeter. (Acs et 2006 Varga). la croissance de travail. des sources de provision ou les formes organisationnelles qui poussent l'équilibre dominant aux intervalles rares et irréguliers (Schumpeter 1934). des marchés. Schumpeter a rejeté le subjectivisme de l'esprit humain et était beaucoup plus en faveur de l'homme sera (Witt 1992). La recherche entrepreneuriale adresse souvent une de deux catégories d'entrepreneur: le roman (Schumpeterian) et non-roman (Kirznerian). Il a prévu que l'esprit d'entreprise deviendrait finalement désuet parce que les planificateurs centraux . l'innovation. des techniques de production. 2007).entrepreneurs sont créés égaux. changeant même la direction d'économies entières. bien que son concept "de la destruction créative" soit souvent cité. Schumpeter a cru que le Socialisme pourrait marcher (Schumpeter 1947). novatrices. Bluedorn et d'autres. Les nouveaux entrepreneurs sont considérés comme désirables parce qu'ils ont "un effet significatif et positif" sur l'économie et la société (AAcs et l'Étage 2004). les renversements de connaissance qui augmentent la concurrence et encouragent la diversité ferme. Schumpeter informe la recherche entrepreneuriale en reconnaissant que les entrepreneurs possèdent la volonté pour présenter le révolutionnaire "de nouvelles combinaisons" de produits. ont des ressources humaines et financières munificentes à sa disposition et un réseau social grand et divers. créatives. D'abord. cependant. Il y a. Les deux formes d'esprit d'entreprise peuvent assister dans une société en même temps. Cet entrepreneur est d'habitude fortement instruit.

Le non-roman. Malgré l'importance des observations de Kirzner sur l'esprit d'entreprise. Une autre façon d'expliquer le phénomène d'esprit d'entreprise est par Israël le point de vue de Kirzner. L'avantage d'esprit d'entreprise de nécessité est que cette forme d'action économique peut signifier la différence entre la pauvreté vile et la fourniture d'un ménage avec un gagne-pain. Ils créent des micro-entreprises comme des entreprises individuelles. Kirzner déclare que les entrepreneurs . l'entrepreneur de nécessité se tourne vers l'esprit d'entreprise parce qu'aucun autre choix pour l'emploi n'existe. Cette forme d'esprit d'entreprise est décrite comme le non-roman et a deux manifestations: le style de vie et l'entrepreneur de nécessité. étant un modèle à émuler pour d'autres et étant impliqué dans le bien-être communautaire (Anderson 2000). Quoique Kirzner semble quitter de positions néoclassiques. Cette forme d'esprit d'entreprise arrive d'habitude dans la plupart de ressource des nations pauvres et les régions du monde. le non-nouvel entrepreneur sacrifie la croissance pour le style de vie et embauche généralement peu de personnes et ne fait aucun impact sur la croissance économique (Acs et 2006 Varga). La contribution de Kirzner à la recherche entrepreneuriale déclare que l'environnement est allé avec des occasions et exige seulement la vigilance de l'individu pour voir et les exploiter. Le style de vie. des partenariats et des entreprises familiales. il a reçu quelques critiques. Les avantages que cet entrepreneur fournit à la société consistent en faire une petite contribution aux niveaux d'emploi régionaux.pourraient mieux planifier des économies dans l'équilibre. découvre des occasions et corrige disequilibria (Kirzner 1973). par la vigilance supérieure. Il soutient que les modèles néoclassiques ignorent l'entrepreneur qui. Schumpeter a été attrapé entre l'adhérence économique néoclassique objectivist à l'équilibre et ne pouvait pas concilier le subjectivisme du cadre autrichien (Langlois 2003). le point d'appui de son principe tourne toujours autour de l'équilibre. D'abord.

Cela signifie que Kirzner ne peut pas offrir une explication d'échecs d'affaires. Finalement. Bien que Schumpeter et Kirzner aient des faiblesses dans leurs théories d'esprit d'entreprise. Leur conclusion est que puisque toutes les nations ont la nécessité et des entrepreneurs d'occasion. les deux offrent l'idée de valeur que les ressources sont centrales dans la détermination quel genre d'esprit d'entreprise apparaît. puisque Kirzner croit que le marché a tendance à trouver la coordination parfaite. les ressources sont ancrées dans l'individu et pour Kirzner. Kirzner ne peut pas adresser l'incertitude qui est une caractéristique fondamentale d'esprit d'entreprise (Venkataraman 1997). les entrepreneurs . cela signifie que les entrepreneurs ne peuvent pas créer plus d'occasions. Pour Schumpeter. l'entrepreneur pur n'exige aucun capital parce qu'il distingue entre des capitalistes et des entrepreneurs (comme Schumpeter) (Chiles. seulement qu'ils corrigent les erreurs d'entre d'autres (Vaughn 1994). se concentrant sur des erreurs passées et négligeant le passage du temps.ne peuvent pas présenter la nouvelle nouveauté dans le marché parce qu'ils découvrent simplement ce qui existe déjà (VVaughn 1994). les pays à faible revenu sont dépeints comme l'ayant haut les niveaux d'esprit d'entreprise de nécessité. Deuxièmement. les ressources sont ancrées dans l'environnement. Le tiers. les entrepreneurs de nécessité deviennent des salariés dans des sociétés (des moyens pays de revenu) et comme le nouveau développement arrive. Comme une économie se développe. un bon indicateur de développement économique est le ratio d'entrepreneurs d'occasion aux entrepreneurs de nécessité. Bluedorn et d'autres. 2007). dans la perspective de Kirznerian. ils peuvent seulement compter sur des changements dans l'environnement (Vaughn 1994). La présence des deux types entrepreneuriaux dans des nations différentes a été faite des recherches par Acs et Varga (2006). il n'adresse pas le fait que les entrepreneurs peuvent faire des erreurs dans leurs perceptions. Par exemple. En séparant des entrepreneurs du capital.

ces distinctions ne peuvent pas être si pertinentes puisque les petites entreprises de tous les types sont nécessaires pour créer la signification économique pour ses habitants (Dabson 2001). Deux choses semblent toujours être jointes et dans l'interaction avec l'un l'autre dans l'esprit d'entreprise . l'entrepreneur de nécessité dans la périphérie post-socialiste. Dans des régions économiquement affligées.l'individu et l'environnement. Je suis intéressé à comprendre comment les non-nouveaux entrepreneurs voient et exploitent des occasions dans des régions apparemment pauvres en ressource. ce qui le permet et pourquoi les formes différentes d'esprit d'entreprise existent. j'ai choisi la Théorie du Nord d'et le Changement Institutionnel des Institutions pour informer ma recherche que les institutions dirigent des règles et des normes dans la société. des capacités et des comportements. j'ai trouvé une plate-forme théorique de quel structurer mon cadre dans la théorie à base de ressource de croissance ferme de Penrose. C'est dans l'hétérogénéité et inimitability de ces ressources (personnelles) internes qui provoque les formes différentes d'esprit d'entreprise. Cette théorie m'aide à considérer l'entrepreneur individuel comme "une entité" avec un ensemble de ressources internes en forme des certains traits psychologiques. politiques et culturelles ont des . 4. Comment l'environnement le fait-il? Dans ce papier.0 CONCLUSION Le but de ce papier est de commencer à conceptualiser ce qui est nécessaire dans un cadre dont je conduis ma recherche empirique observant le non-roman. il est logique de supposer que l'environnement affecte sa base de ressource. Puisque l'individu agit toujours dans un contexte environnemental. ce papier se concentre sur l'essentiel en essayant de répondre quel l'esprit d'entreprise est. Avant de répondre à de telles questions.d'occasion apparaissent (des pays à hauts revenus). Dans la compréhension du rôle de l'individu. Les institutions économiques.

l'entrepreneur et le processus entrepreneurial ne sont pas un heffalump . sont dans la transition ou sont faibles. Je risque une hypothèse exposant que de tels entrepreneurs sont plus nouveaux (Schumpeterian) que le non-roman (Kirznerian) parce qu'ils ne peuvent pas dépendre de vieilles structures et les vieilles façons de faire des choses parce que souvent ils n'existent pas. Parce que les paquets de ressources individuelles et les qualités d'institutions formelles et informelles sont variés. L'individu et l'environnement institutionnel s'affectent et en même temps se changent. particulièrement dans des régions pauvres en ressource. Ainsi. et sur .un animal imaginaire laissé à la description de quelqu'un est l'imagination.un animal très réel qui change ses caractéristiques selon la personnalité et la compétence mise de l'entrepreneur l'environnement institutionnel qui encadre ses actions. pas toute l'action entrepreneuriale est créée égale. L'implication pour institutionnel définit des entrepreneurs souvent quel est genre que de l'environnement nouvelles occasions d'entreprise sont disponibles et il offre des motivations et des obstacles pour agir sur ces occasions. mais un caméléon .éléments formels et informels qui se forment comment les gens pensent et agissent ainsi définissant avec quelles ressources ils doivent travailler. Ici j'expose un besoin de ma recherche en soutenant que le champ d'esprit d'entreprise a besoin de plus d'informations sur les ressources et l'environnement dans lequel les non-nouvelles manoeuvres d'entrepreneur. Ce papier adresse les deux catégories principales d'entrepreneur: le roman (Schumpeterian) et non-roman (Kirznerian).

E. E.. MacCrimmon. "L'argent compte-t-il? L'accomplissement de richesse comme un motif pour amorcer des . et L." Journal européen de Travail et Psychologie Organisationnelle 9 (1): 33-43. Londres. (1999). et d'autres. et d'autres. Z. Chell. et d'autres. "Renversements R*D et Taille de Société de Destinataire. Audretsch. Alvarez.. Amit. (1994). Publications Sages. H. Varga (2006). Acs." Journal de Gestion 27: 755-775. et D. Busenitz (2001). et A. Allinson." Études Régionales 38 (8): 871-877. "Comment l'Esprit d'entreprise est-il Bon pour la Croissance Économique?" Hiver d'Innovations: 97-106. K. "L'Esprit d'entreprise de Gestion À base de ressource. J. (2000). Étage (2004). Aldrich.. Acs. "Intuition et comportement entrepreneurial. "Développement Entrepreneurial et Économique. D." Examen d'Économie et Statistique 76: 336-340. Développement d'Organisations. S.BIBLIOGRAPHIE Acs. A. (2001). Z. Z. C.

Entrepreneurs et directeurs: sont-ils différents? Les frontières de Recherche Entrepreneuriale. Barrick. Turin. R. Association d'Études . (2000). Diminue. Collège Babson: 16-30. W. De Meza. B. A. Kirchhoff. La micro-dynamique de réseaux apprenant: comment les acteurs locaux contestent "peripherality". T. D. Arabsheibani. " Journal d'Affaire Risquant 16 (2): 119-144." Psychologie de Personnel 44: 1-26. Becattini. Régionale. et d'autres. Vêpres et W. H. Mont (1991). Bellu. (2000). et d'autres. Amit. R. (1993). L. "Paradoxe dans la périphérie: une reconstruction entrepreneuriale?" Développement Entrepreneurial et Régional 12: 91109." Le journal de Gestion Étudie 30: 815-834.. P. K. Anderson. Parc de Babson. "Et une vision leur a apparu d'un grand bénéfice: Preuve d'aveuglement parmi l'indépendant. (2000). Réinvention de régions dans l'économie mondiale. (1995). (2003). Glosten. W. Quartiers Industriels. R. Longtemps. Pise. (1988). A. et M.. M. Benneworth. "Les cinq grandes dimensions de personnalité et la performance de travail: une analyse meta. "Entrée indépendante à travers groupes d'industrie." Lettres Économiques 67: 35-41. les États-Unis. "Défis à Développement de Théorie dans Recherche Entrepreneuriale. G." Journal d'Affaire Risquant 10 (2): 143-156. McMullen. l'Italie. G.entreprises technologiques axées sur croissance. Rosenberg et Sellier. Wetzel.

Coyne (2007). M. "Directeurs féminins réussis d'entreprise et entrepreneurs. Boettke." Journal de Psychologie Économique 12: 465-478. (2004). Bonnett." Oxford Bulleting d'Économie et Statistique 62 (5): 563-587. Fitzroy. "Qui veut être un entrepreneur? Une étude d'adolescents intéressés par un Jeune plan D'entreprise. CT. A. Bruyat. Praeger appuie . (2003). sous-développement et tradition forte dans la périphérie. "Différences entre entrepreneurs et directeurs dans grandes organisations: Biais et heuristique dans prise de décisions stratégique. et d'autres. Busenitz. (2000). L'Origine et l'Évolution de Nouvelles Entreprises. A. Furnham (1991). "Dans quel sens ' développement régional? ': Esprit d'entreprise. et A. et al.Benneworth." Journal d'Affaire Risquant 16 (165-180).. P." Développement Entrepreneurial et Régional 16: 439-458. New York." Journal d'Affaire Risquant 12 (1): 9-30. P. Comportement entrepreneurial et institutions. L. P. Busenitz. Oxford University Press. F. (2000). Barney (1997). "Quand le moins est le mieux: Distinction entre choix entrepreneurial et performance. "Définition du Domaine de la recherche dans Esprit d'entreprise. L. et J. et P.. (1993). "Entrepreneurship Research in Emergence: Past Trends and Future Direction. West III. Bhide. C." Journal of Management 29: 285-308. . Brodsky.le Groupe de Publication de Forêt verdoyante. et C. Julien (2001). Étouffez." Groupe et Gestion Organisationnelle 18 (3): 366-379. C. Westport.

S." Entrepreneurship Theory & Practice Winter: 13-22. Cohen. Chen. "Theorizing about Entrepreneurship. (2007). M. Babson College. W." Small Business Economics 1: 263-272. "An empirical analysis of selfemployment in the Netherlands. (1982). Hofer (1991). C. G. (1988). Oxford." Journal of Economic Surveys 7: 367-397. Martin Robertson." Administrative Science Quarterly 35(1): 128-153. and C. et al.. Greene. W. "The enterprising tendency of occupational groups. Caird. (2001). Bluedorn. Van de Winden (1989). (1998). "Absorptive capacity: A new perspective on learning and innovation. Babson Park. Cooper. P. W.. et al. Dunkelberg. The Entrepreneur. G. B. T. and D." Organization Studies 28(4): 467-493. "Beyond Creative Destruction and Entrepreneurial Discovery: A Radical Austrian Approach to Entrepreneurship. (1991). A. A. "Does entrepreneurial self-efficacy distinguish entrepreneurs from managers?" Journal of Business Venturing 13(4): 295-316." International Small Business Journal 9: 74-81. et al. "Models of self-employment in a competitive market. Dabson.Bygrave. Levinthal (1990). and F. Survival and Failure: A longitudinal study." White Paper. Casson.. (1993). De Wit. . "Supporting Rural Entrepreneurship. US. Chiles. De Wit.

M. N.. US. (2006)." American Economic Review 79: 519-535. Bosley. S. et al. A. J. Ireland. (1980). Leighton (1989). B. (2004) Culture's Role in Entrepreneurship: Self Employment out of Dissatisfaction.. R. D. Nooderhaven. (1985). et al.Delmar. New York. Hitt. R.. Hills. Innovation and Entrepreneurship: Practice and Principles. ""Who is an Entrepreneur?" is the wrong question. entrepreneurship and the rationale of government: An outline of the Schumpeterian theory of state. "Guest editors' introduction to the special issue of strategic entrepreneurship: Entrepreneurial strategies for wealth creation. R. Gartner. "Institutions. DOI: Hull. Babson Park. G. Shrader. "Some empirical aspects of entrepreneurship. by personality characteristics. (2001). Hofstede. Volume. S. and L. (1999). D. Drucker." Entrepreneurship & Regional Development 12: 1-23. (1988). Evans. Davidson (2000). "Where do they come from? Prevalence and characteristics of nascent entrepreneurs." Strategic Management Journal 22: 475-491. Opportunity Recognition as a Creative Process. G. "Renewing the hunt for the heffalump: Indentifying potential entrepreneurs Journal of Small Business 18: 11-18. Harper and Row.." . F. Ebner." Journal of Economic Behavior and Organization 59(4): 497-515. W. and P. et al. P." American Small Business Journal Spring: 11-31. et al. Babson College.

Labrianidis." Journal for East European Management Studies 12(1): 9-34. S. and S.. Uncertainty and Profit. IL. Knight. (2007). Entrepreneurial Behaviour in Rural Contexts. (1973). R. L. Kirzner. Gilad (1991). "Characteristics of opportunities search of entrepreneurs versus executives: Sources. Labrianidis.. "Entrepreneurship & institutional change in post-socialist rural areas: Some evidence from Russia and Ukraine. "The institutional embeddedness of local inter-firm networks: a leverage for business creation. general alertness. "Entrepreneurial Discovery and the Competitive Market Process: An Austrian Approach. et al. Klepper. England.Ireland. Kalantaridis. New York. Carnegie Mellon University. (1997)." Academy of Management Executive 15: 49-63." Journal of Business Venturing 6(1): 45-61. I. Working Paper. US. Ramirez-Pasillas. et al. I. Sleeper (2001). and B. F. (2002). S. C. (2001). US. (1921). M. Kelly and Millman. L. Entry by Spinoffs. (2004).. Hampshire. et al." Entrepreneurship & Regional Development 14: 297-315. Johannisson. Kalantaridis. interests. C. Ashgate Publishing." Journal of Economic Literature 35: 60-85. . Chicago. Risk. Kaish. M. Hitt. Competition and Entrepreneurship. "Integrating entrepreneurship and strategic management thinking to create firm wealth. B. M. The Future of Europe's Rural Peripheries. Kirzner. University of Chicago Press.

"Movements. "Schumpeter and the obsolescence of the entrepreneur " Austrian Economics and Entrepreneurial Studies 6: 283-298. C. et al. "Entrepreneurial opportunities in an entrepreneurial firm: A structural approach.. Shepard (2001). R. H.. Smith. et al. bandwagons. New York. (2003). K. "The Central Question in Entrepreneurial Cognition Research 2007. (1961). (1989). Smith. Mitchell. (1995).. A. Langlois." Entrepreneurship Theory & Practice Spring(53-69). R. and E. W. D. J. Low. "Role of entrepreneurial task motivation in the growth of technologically innovative firms: Interpretations from follow-up data." Entrepreneurship Theory & Practice: 1-27. D." Journal of Business Venturing 12: 435-457. J. The Complete Tales of Winnie-thePooh. Dutton Children's Books. R. "Are Entrepreneurial Cognitions Universal: Assessing Entrepreneurial Entrepreneurship Theory & Practice: 9-32. M. K. NJ. L. Miner. A. and E. Busenitz. Mitchell. B. Milne. The Achieving Society. B.Krackhardt. (2002). N. McClelland. van Nostrand. Princeton. and clones: Industry evolution and the entrepreneurial process." Journal of Applied Psychology 79(4): 627-630. Cognitions Across Cultures. (2007). Abrahamson (1997)." . et al.

"Kinship networks and entrepreneurs in China's transition economy. Quorum Books. E. North. Social Capital in Transition: A first look at the evidence. and institutions. Women and Minorities. Schoonhoven (2001). Raiser. The Theory of the Growth of the Firm. E. M.Mugler. (2006). Reynolds. Peng. The climate for entrepreneurship in European countries in transition. (1959). (1990). Penrose. W. Ronning. (2000). Cambridge University Press. J." Entrepreneurship Theory & Practice 15(4): 13-31. Stimpson. C. The Local Origins of New Firms. The Blackwell Handbook of Entrepreneurship." American Journal of Sociology 109(5): 1045-1074. International Small Business Journal 24(2). Haerpfer. (2004). L. Landstrom. Oxford. CT. and S. P. Institutional Change and Economic Performance. C.. Westport. "The creation and destruction of social capital: entrepreneurship. D. (1991). White (1997). Stanford University Press. D. CA. co-operative movements. Oxford University Press. D. et al.. Paper. (2001). W. Stanford. "An attitude approach to the prediction of entrepreneurship. Men. Robinson. Oxford & Malden. Sexton and H. and B." . M. P. 61. et al. Romanelli. Institutions. Blackwell: 150-175. European Bank for Reconstruction and Development. The Entrepreneurial Process: Economic Growth.

credit. H. The Theory of Economic Development: An inquiry into profits." Academy of Management Review 26(2): 243-263. Cheltenham. The Social Dimensions of Entrepreneurship." Journal of Economic History 7: 149-159. (1947)." Organization Science 11(4): 448-469. S. (1992). "The Promise of Entreprenership as a Field of Research. Baylor University Press. S. Sarasvathy. (1995). A General Theory of Entrepreneurship." Journal of Economic Behavior and Organization 33: 207-225. (1934). Institutions and Organizations. Cambridge. (2000). Harvard University Press.. Scott. R. (2003). Schumpeter. Shane. "Perceiving and managing business risks: Differences between entrepreneurs and bankers. (1998). S. and S. . et al. J.Sarasvathy. from "Causation economic and Effectuation: inevitability to Toward a entrepreneurial contingency." Academy of Management Review 25(1): 217-226. capital. J. London. "The Creative Response in Economic History. Sage. Shapero and Sokol (1982). S. Schumpeter. Venkataraman (2000). S. "Prior knowledge and the discovery of entrepreneurial opportunities. Shane. Simon. interest and the business cycle. W. Shane. Edward Elgar. (2001). "Why do some societies invent more than others?" Journal of Business Venturing 7: 59-73. S. theoretical shift D. Shane.

" Strategic Management Journal 11: 17-27. (2001). (1994). Entrepreneurship & Small Business Development in Post-Socialist Economies. S. J. UK. D. Rural Development Commission. "Risk taking propensity differences between entrepreneurs and managers: A meta-analytic review. K. North. Welter (2009). S. (1994).Smallbone. Routledge. London. Smallbone. Amsterdam. and J. et al.." Administration Science Quarterly 42: 3567. The Distinctive Domain of Entrepreneurship Research. Jai Press." International Journal of Entrepreneurship and Small Business 3(2): 190-206. H. . Stewart. Salisbury." Journal of Applied Psychology 14(2): 189-214. Vaughn. (1997). Jarillo (1990). D. An Eclectic Theory of Entrepreneurship: Policies. Austrian Economics in America. Welter (2006). Storey. Venkataraman. W. Cambridge University Press. "A paradigm of entrepreneurship: Entrepreneurial management. London/New York. Routledge. and P. London & New York. Understanding the Small Business Sector. D. Institutions & Culture. Cambridge.. Stevenson. B. "Conceptualizing entrepreneurship in a transition context. (1997). Roth (2001). "Social structure and competition in inter-firm networks: The paradox of embeddedness. Verheul. D. Wennekers. I. Timbergen Institute Papers. and F. and F. Survival and Growth of manufacturing SME's. D. Uzzi. Smallbone. et al. (1997).

Kluwer. S. Zietsma. Cambridge. P. (1993). assymetric knowledge. Allen & Unwin. P. E. Production. (2003). Connecting Levels of Analysis in Entrepreneurship Research: A focus on information processing. T. Wilken. C. London. and networks. "Entrepreneurial alertness and discovery. (1992). (1975). MA. (1999). Babson College. Witt. Boston. Babson Park. Norwood. Opportunity knocks . NJ. The Protestant Ethic & the Spirit of Capitalism. Cheltenham. . Ablex. (2001).Ward. (1930). Turning Austrian economics into an evolutionary theory. U. "Motivation of expansion plans of entrepreneurs and small business managers. Entrepreneurship and Profit. Wu. Edward Elgar Publishing.or does it hide? An examination of the role of opportunity recognition in entrepreneurship. (1989). Yu." The Review of Austrian Economics 14(1): 47-63. US. Entrepreneurship: A Comparative and Historical Study. Weber." Journal of Small Business Management 31(1): 32-38. M. West III. Basil Blackwell.