You are on page 1of 2

Au congrès de Korçula

l’utopie et la pensée Marxiste
E VIII0 congrès marxiste
international de philosophie
organisé par la revue
Praxis (1) vient de s’achever à
Korçula (Yougoslavie). Comme
les précédents, il s’est efforcé
d’instaurer, dans une atmosphère
de camaraderie et de totale li­
berté, une confrontation critique
entre toutes les tendances théo­
riques du socialisme, un dialogue
constructif entre les philosophes
des pays occidentaux et des pays
socialistes (2). S’il faut déplorer,
cette année encore, l'absence de
la plupart des philosophes des
pays socialistes i n v i t é s au
congrès, en dehors de Pavel
Apostol (Roumanie), et la nonreprésentation des partis commu­
nistes occidentaux, en dehors du
parti communiste italien, repré­
senté par Mario Spinella, rédac­
teur de la revue Rinascita, hebdo­
madaire du P.C.I., il faut aussi
reconnaître que, depuis 1968, les
participants aux congrès de Kor­
çula sont toujours plus nombreux.
Ce ne sont plus seulement des
universitaires réputés, mais des
centaines d ’étudiants des univer­
sités yougoslaves, européennes, et
américaines venus dans l’île de
Korçula pour confronter leurs
expériences respectives et leur
aboutissement théorique.

Un hommage à Lukàcs
Dans son discours d’ouverture,
Rudi Supek, président de l’Ecole,
de Korçula, après avoir rendu
hommage à Georg Lukàcs et à
Lucien Goldmann, membres du
comité de rédaction de Praxis, et
dont, la disparition brutale était
cruellement ressentie par chacun,
présenta le thème général des dé­
bats : Utopie et Réalité. Il ne
s’agissait pas seulement de mon­
trer le rôle que Jouèrent les uto­
pistes dans la genèse de la pensée
socialiste et marxiste, mais d’éta­
blir quel rôle joue encore concrè­
tement aujourd’hui l’utopie, aussi
bien dans les pays socialistes que
capitalistes. La pensée de l’uto­
p i e , r e m a r q u a l t - il, éclaire les
contradictions du présent et du
passé, elle permet par l’action
révolutionnaire de rejoindre la
réalité. C’est lorsque l’action révo­
lutionnaire s’efface que l’utopie
est totalement coupée du réel,
car il manque alors la seule mé­
diation qui puisse confronter le
réel et l’irréel, le possible et l’im­
possible. Dans la spontanéité ré ­
volutionnaire, l’utopie joue aussi
un rôle décisif.
La révolte de la Jeunesse dans
les pays capitalistes nous eh
donne un bon exemple, mais elle
n ’est pas moins nécessaire dans
les pays socialistes en ta n t que
conscience critique. Elle est le
garant que l’idéal n’est jamais
atteint, que le communisme ne

Enfin, il faut souligner l'apport
des marxistes yougoslaves, de
Rudi Supek, Gajo Petrovic, Ljuba
Taditch, Milan Kangrga, Mihailo
Markovic, Danko Grlic, Svetozar
Stojanovitch, auteur de Critique
et avenir du socialisme (récem­
ment traduit en français aux
éditions du Seuil) qui ne cessè­
rent d’animer toutes les discus­
sions du congrès et dont les œu­
vres restent malheureusement à
découvrir par les lecteurs français.
L’audience que rencontre le grou­
pe de la Praxis dans les pays
occidentaux comme dans les pays
socialistes où cette revue est de­
venue le symbôle de la lutte
contre la stérilité du dogmatisme
et du renouveau de la pensée
marxiste, est telle que la plupart
des participants étrangers se
sont étonnés des mesures juridi­
ques prises contre la revue, à la
suite de la publication d’un arti­
cle jugé trop critique à l’égard du
socialisme yougoslave et d’un vo­
lume de documents concernant le
mouvement étudiant de 1968. Ces
mesures sont d’autant plus para­
doxales que l’Ecole de Korçula
est toujours subventionnée par
l’E tat et autorisée à tenir ses
coilgrès. On ne peut que souhai­
ter dans l’intérêt même de l’essor
de la pensée marxiste et de la
lutte contre le dogmatisme que
nos camarades yougoslaves par­
viennent à surmonter ces diffi­
cultés, car leur entreprise est sans
doute l’une des plus courageuses
et des plus importantes de la
pensée marxiste contemporaine.
J E A N -M IC H E L P A L M IE R

Les lauréats du
« P rix du sou ven ir »
R éuni à Londres sous la. pré­
sidence d ’Elie Wiesel, le ju ry du
« Prix du Souvenir », fondé par
la Fédération in tern atio n ale des
A nciens de Bergen-Belsen, vient
de co uronner c ette année deux
a u te u rs d o n t les oeuvres perpé­
tu e n t la m ém oire des victim es
des génocides de n otre siècle :
N adejda M andeiclitam (M oscou),
la veuve du grand poète russe
Ossip M andeiclitam , assassiné en
1938 d an s u n cam p soviétique.
Les « Souvenirs » de N adejda M an­
delclitnm — le docum ent le plus
bouleversant su r la « grande
purge » stalin ien n e — n ’ont ja ­
m ais p u p araître officiellem ent
en U.R.S.S. Ils o n t déjà été tr a ­
d u its en anglais e t en allem and.
La tra d u c tio n française est e n
p rép aratio n chez G allim ard.
U n a u tre prix ex aequo a été
a ttrib u é à Abba Kovner, ex -d iri­
g ean t de p artisan s ju ifs en Li­
tu a n ie e t en Biélorussie, m em ­
b re du k ib b o u tz Eïn-IIakhoresh,
poète héb raïq u e président de
l’U nion des écrivains d’Israël,
po u r l’ensem ble de son oeuvre e t
en p articu lier po u r son recueil

l’U nion des écrivains d'Israël.50 les deux volum es). le possible et l’im­ possible. etc. Si le dogma­ tisme a voulu bureaucratiser l'utopie. serbo-croate et internatio­ nale. ne cessèrent jamais d’être vir­ tuellement présents. 32 do cu m en ts év o q u an t les sites e t paysages fam iliers à Pascal. by M onica Wilson and Leonard T hom pson (1971. Serge Mallet et Pierre Naville s’attachèrent plus particulière­ ment aux problèmes du capita­ lisme moderne. la nostalgie d'une autre vie. (1) Praxis existé en deux édi­ tions. Etats-U nis * LA « BEAT GENERATION » c o n tin u e d 'in sp irer la critiq u e : u n nouvel essai de B ruce Cook v ie n t de POUR PARAITRE EN DECEMBRE PASCAL Un beau volum e de ft. tê te or. Ernst Bloch et Herbert Marcuse. vient de co u ro n n er c ette année d eux a n te u rs d o n t les oeuvres perpé­ tu e n t la m ém oire des victim es des génocides de notre siècle : N adejda M andelclitam (Moscou). économique. discours. bien qu’absents.S. sous é tu L. L’utopie d’un monde plus juste. ém issions de radio. c’est précisément parce qu’il refusait cette conscience critique. av. £ 5) e t deux volum es consacrés a u c o n flit e n tre le Nigéri a e t le B lafra : Crisis a n d C o n flict in Nigeria . mais elle n ’est pas moins nécessaire dans les pays socialistes en ta n t que conscience critique.s’agissait pas seulement de mon­ trer le rôle que jouèrent les uto­ pistes dans la genèse de la pensée socialiste et marxiste. la veuve du grand poète russe Ossip M andelch tam . l’utopie joue aussi un rôle décisif. à travers l’exposé de Daniel Guérin sur la polémique entre Lénine et Rosa Luxemburg.Vol. ex-d iri­ g ean t de p a rtisa n s juifs en Li­ tu a n ie et en Biélorussie. Les « Souvenirs » de N adejda M an ­ d elch tam — le docum ent le plus bouleversant su r la « grande purge » sta llnienne — n ’ont ja ­ m ais p u p a ra ître officiellem ent e n U. Dans la spontanéité ré­ volutionnaire.S. que l’idéal du socialisme doIt à chaque instant être con­ fronté avec l’ensemble des aspi­ rations humaines. K irk G reene (1971.H. Ils d o n n e n t u ne chronologie de la crise de 1966 à 1970 e t fo u rn isse n t u n e q u a n tité de docu­ m ents.5 de 250 pages conform e au texte de l’éd itio n originale. dans un constant dialogue avec deux théoriciens qui. le problème de l’anarchie. . mais d’éta­ blir quel rôle joue encore concrè­ tement aujourd’hui l’utopie. remarquait-il. ed. rap p o rts. poète héb raïq u e président de. R eliure plein ch ag rin à la Du Seuil. aussi bien dans les pays socialistes que capitalistes. assassiné en 1938 dan s un cam p soviétique. de Saxe. £ 9. en opposition aux thèses de Marcuse sur l’intégration du pro­ létariat. plus humain. La révolte de la jeunesse dans les pays capitalistes nous en donne un bon exemple. La tra d u c tio n française est em p rép aratio n chez G allim ard. Elle est le garant que l’idéal n ’est jamais atteint. de A. cette exigence de dépas­ sement perpétuel par rapport au réel. car il manque alors la seule mé­ diation qui puisse confronter le réel et l’irréel. q u i s e ro n t in dispensables aux h is to ­ rie n s de c ette période sanglante.8 -7 1 « P rix du souvenir » R éu n i à Londres sous l a p ré ­ sidence d ’Elie Wiesel. Spécim en s u r dem ande à : LIBRAIRIE DU FLEUVE 111.R. de la spontanéité et de l’organisation fut sans doute l’un des plus pas­ sionnants. C’est lorsque l’action révo­ lutionnaire s’efface que l’utopie est totalement coupée du réel. m em ­ b re du k ib b o u tz E ïn-H akh oresh. D’autres s’attachèrent plus précisément au rapport d e l'utopie et de la poli­ tique. social exis­ tant. p u b lic a tio n s officielles. que le communisme ne s’identifie avec aucun système po­ litique. 25 x 18. A friq u e * OXFORD UNIVERSITY PRESS. Ils o n t d éjà été trn ­ d u its en anglais e t en allem and. L’édition internationale est diffusée en France par Anthropos. (2) O f le M o n d e d e s 1 1 -9 -7 0 e t 1 1 . La pensée de l’uto­ pie. éclaire les contradictions du présent et du passé.M. les éléments étemels d’une conscience révolu­ tionnaire. d’une plénitude jamais atteinte. I e t II. . 69-LY O N (3e). sont comme l’a montré Ernst Bloch. S o u th A frica 1870-1966. Un a u tre prix ex aequo a été a ttrib u é à Abba Kovner. le ju ry du « Prix du Souvenir ». de la planifica­ tion. elle permet par l’action révolutionnaire de rejoindre la réalité. Contre le dogmatisme Plusieurs participants s’a tta ­ chèrent aux problèmes philoso­ phiques posés par l’utopie. dos à q u a tre nerfs. des nouvelles luttes ouvriè­ res. fondé par la Féd ératio n in te rn a tio n a le des Anciens de Bergen-Belsen. v ie n t de p u b lier trois Im p o rta n ts ouvrages su r l’A frique du vingtièm e siècle : le volum e II de son histo ire de l’A frique du Sud. p o u r l’ensem ble de son œ uvre e t en p a rtic u lie r po u r son recueil de poèmes récen t : u Ma pe tite sœ ur ». Parm i les autres thèmes dis­ cutés dans les sections de travail.