Avec le supplément du Lien-Israël Diaspora

42.000 emplois ne trouvent pas preneur

DANS LE LIEN: C. GLICK Le gouvernement doit cesser de jouer un double jeu

Kouchner en visite à Damas

Interview Youli Edelstein :
GRATUIT - Numéro - 133 - 28 Mai 2010

Révélations de Ramon
Accord Olmert/ Mazen

La Hasbara en réponse à la délégitimation d’Israël

Très beau 3 pcs, 85 m2, balcon, imm. Bauhaus, hauts plafonds,

LA MER

KEREM HATEMANIM
Penthouse neuf avec terrasse 60 m2, imm. neuf, asc., parking,

2 500 000 nis

1 300 000 $

Rez-de-jardin, imm. neuf à 50 m de la mer ! 110 m2 habitables, 230 m2 jardin

KEREM HATEMANIM

5 000 000 nis LA MER

KIKAR DIZENGOFF
2 pcs, 60 m2, rénové, 2 balcons, imm. classé,

TEL AVIV NORD,
Très beau 2.5 pcs, 70 m2, entièrement rénové et décoré par archi.

Exclusivité !

1 650 000 nis

1 850 000 nis

Projet neuf, haut standing, livrable 2013. Du 2 au 5 pcs. A partir de

1 890 000 nis

Villa rue Dakar , les pieds dans l'eau, 6pcs sur terrain 500m2,

Exclusivité ! DALET

3 800 000 nis. CITY

près de la mer, 4 pièces terrasse 6eme étage asc.

YOUD ALEPH

dans bel immeuble, 3pcs 100m2 vue mer,

YOUD BET

920 000 nis TET ZAIN

950 000 nis Exclusivité !
Magnifique penthouse dans projet DIMRY. meublé et agencé DESIGN, Vue dégagée, 5pcs 13eme étage,

appart 4pcs, 3eme étage ascenseur, immeuble avec piscine.

Exclusivité !

1 180 000 nis

penthouse 5pcs 180m2 haut standing, cave parking, grande terrasse, 14eme etg.

LA CITY

2 550 000 nis

2 750 000 nis

Spécial investisseur. NEVE ILAN
prix d'appel 585.000 nisProjet d'appartements 3 pièces, de qualité, Ashkelon université, bon rendement locatif.

054-2266615
penthouse plein pied 270m2

BARNEA

1 850 000 nis AFRIDAR

3 pieces 70m2net+10m2 de terrasse avec vue sur le parc de Neve Ilan, clair. A ne pas rater!!
Bel appartement 4 pieces spacieux et bien agence avec tres belle vue mer.air conditionne central.

NEVE ILAN

4 pieces 100m2 spacieux au centre. Belle vue sur le parc de Neve Ilan. A proximite commerce. Belle affaire 740 000 nis

NEVE ILAN

4 pieces 110m2 Spacieux et investi, A seulement 3 mn de la plage.

650 000 nis BARNEA

885 000 nis

880 000 nis

Ashkelon «Bet Yamin»
13/303 rue Katsinelson Tel : 08-6752122

28 Mai 2010 - 133 / 5

Edito

Peuple de gauche, j’ai un travail pour vous!
Shraga Blum
S’inspirant de l’expression “Kikar Ha-Shouk Reïka”, du célèbre chant “Yeroushalaïm Shel Zahav”, le journaliste Ouri Elitzour titrait son éditorial de vendredi dernier dans “Makor Rishon”: “Kikar Tsion Reïka”. “La Place de Tzion est vide”. L’éditorialiste voulait ainsi décrire l’échec de ce qui devait être une grande manifestation de la gauche renaissante en plein centre de Jérusalem, au fameux « Kikar Tzion » il y a dix jours. La montagne de tapage et de publicité faite par la “Gauche Nationale” et tous ses alliés encore plus à gauche qu’elle, a accouché d’une souris, puisqu’à peine 1500 personnes, venant de tout le pays, ont daigné se déplacer! Ouri Elitzour se posait la question des raisons d’un tel fiasco, sachant qu’au-delà de l’échec patent de cette manifestation, il y a tout même en Israël un “peuple de gauche”, certes plus aussi puissant qu’il y a 20 ou 30 ans, mais qui existe bel et bien. Non seulement cela, l’éditorialiste apportait une idée importante du Rav Kook pour justifier l’existence et l’utilité d’un courant de gauche en Israël: “La Nation juive est faite de trois facteurs: la Sainteté, l’Homme et la Nation”, traduit par Elitzour: les religieux, la gauche et la droite, tous trois nécessaires, complémentaires, et devant agir dans un ensemble harmonieux. Alors pourquoi l’échec d’une telle manifestation? “Tout simplement, explique Ouri Elitzour “parce que la gauche d’aujourd’hui se trompe lourdement de combat, elle dirige ses flèches contre des ennemis qu’elle désigne comme la source de tous les maux, mais elle n’a pas de message positif à proposer”. L’appel à cette manifestation s’était fait sous le slogan simpliste “Sionistes oui! Colons non!” Pas de quoi faire accourir les foules, d’ailleurs le Mouvement Kibboutzique s’est retiré de la course précisément à cause de ce slogan négatif et haineux. Selon le journaliste, le combat de cette nouvelle “Gauche Nationale” alliée à “Shalom Akshav”, “Meretz” et autres mouvements de ce style, se résume aujourd’hui à deux points: dénoncer les constructions juives en JudéeSamarie, et déposer des requêtes devant la Cour Suprême à ce sujet”. Maigre programme. Ouri Elitzour, bien qu’homme de droite, ne méprise pas la gauche sous sa plume, ni ne souhaite sa disparition du paysage politique. Mais il propose que la gauche redevienne la gauche, et fasse sortir les gens pour des combats touchant au pouvoir d’achat, à l’écologie, aux retraites, aux droits des immigrants, à la violence dans la société, à la lutte contre la corruption ou au scandale des conditions de vie des rescapés de la Shoah. Et bien, messieurs et mesdames du Peuple de gauche en Israël, l’actualité immédiate peut vous permettre d’enfourcher un cheval de bataille bien plus important que la caravane qui est posée sur une colline près de Negohot. Ouri Orlev, le fils du député Zevouloun Orlev (Habayit Hayehoudi), a lancé lundi un cri d’alarme et a fait un geste symbolique pour alerter la population sur un scandale qui est probablement l’un des plus graves qui touchent notre société : il a fermé le compte en banque de l’association qu’il préside, pour protester contre les revenus gigantesques et indécents que touche le PDG de cette banque, dont je tairai le nom pour ne pas froisser les dirigeants de la Banque MizrahiTefahot . !! Figurez-vous que le PDG de cette banque, Elie Yunes, touche la coquette somme de .18 millions de shekels annuels, soit 1,5 millions par mois, sans parler de différents avantages et options que la Banque lui octroie, ni de la prime de retraite qu’il touchera le moment venu. Ne vous y méprenez pas, le cas de cette Banque n’est pas isolé, loin de là, et toutes les Banques dans des proportions semblables, fonctionnent selon ce schéma ainsi que les grandes entreprises privées ou étatiques. Si on fait le compte, 1,5 millions de shekels c’est 390 fois le salaire minimal, et environ 190 fois le salaire moyen israélien. La courageuse députée travailliste Shelly Yehimovitz, ainsi qu’Israël Katz (Likoud) se démènent, mais sans trop de soutien extérieur, pour faire adopter une loi qui fixerait le salaire le plus haut dans une entreprise à 50 fois maximum le salaire le plus bas de cette même entreprise. Ce serait déjà un net progrès. Quand on voit les difficultés dans lesquelles se débattent les familles salariées, dont des centaines de milliers ne gagnent que le salaire minimal, les maigres rentes des retraités, quand on voit les commissions que les usagers des banques paient à chaque opération banale, on ne peut que se révolter contre l’impudicité de ces salaires hors normes qui sont indignes d’une société qui se veut basée sur l’éthique juive de justice et de solidarité. Il est certes normal que les responsables des entreprises, qui prennent des risques, et qui leur font réaliser des bénéfices, touchent des salaires confortables, mais de là à gagner en un mois ce qu’un ouvrier met plus de 30 ans à gagner, il y a un abîme ! C’est là que les partis de gauche auraient un rôle positif à jouer, en faisant sortir des myriades de gens dans les rues et en bloquant les carrefours ou en harcelant la Knesset jusqu’à ce que cette situation d’une injustice criante trouve une solution. Et il verrait « ce peuple de gauche », que dans ce combat pour la justice sociale, il aurait avec lui de nombreuses kippot “ crochetées ou noires “ ainsi qu’une bonne partie du peuple de droite. Mais quand on veut rassembler les gens au seul motif de désigner des gens valeureux à la vindicte populaire, alors on se retrouve à 1500 au centre de la capitale. Alors, hommes et femmes de gauche, retournez à vos luttes traditionnelles et utiles, car il y a de quoi faire ici, et fichez la paix maintenant aux pionniers de Judée-Samarie, qui n’ont fait que prendre la suite de ce que vos pères que vous admirez tant firent à Yaffo, Ramla, Lod et Haïfa.

L’été est déjà là!
venez vous rafraîchir en découvrant notre nouveau menu
.co.il www.

4, Rue Yad Harutsim – Jérusalem Tel: 02-6502671 | Fax: 02-6718693 | E-mail: resto2010@gmail.com Heures d'ouverture: Dim – Jeu: 09:00 a 23:00 Ven: 09:00 – 15:00 Samedi: 1H après la fin de Shabbat jusqu'à 23:00

Bureau de Relations Publiques – Département francophone Strategic Key Planning 02 671 4653 skpisrael@gmail.com

sur internet: www.israel7.com
‫כל החדשות מישראל‬ ‫לקבלת מידע‬ info@israel7.com : ‫מייל‬ 01 77 38 01 12 : ‫צרפת‬ 02 56 95 132 : ‫ישראל‬ ‫העיתון מופץ חינם‬ ‫בצרפת ובישראל‬

Toute l’actualité depuis Israel Pour toutes demandes d’information email : info@israel7.com France : 01 77 38 01 12 Israel : 02 56 95 132 Anciennement Arouts Sheva en Français Journal diffusé gratuitement en France, en Israel

Infos

28 Mai 2010 - 133 / 6

En bref
L’UE va-t-elle suspendre son aide aux Palestiniens ? L’Union européenne envisagerait de suspendre son aide aux Palestiniens, qui s’élève à 370 millions de dollars, en raison de l’impasse dans laquelle se trouveraient les pourparlers avec Israël. Le représentant de l’UE en Israël, Christian Berger, a déclaré que les sommes prévues devaient permettre de préparer le terrain à l’accord de paix. Mais, a-t-il ajouté, si rien n’avance, des questions pourraient être posées au sein de l’UE sur cette assistance financière.

La loi Shalit dénoncée à l’Onu La loi Shalit visant à durcir les conditions de détention des terroristes du Hamas emprisonnés en Israël, qui vient d’être adoptée par le gouvernement, suscite déjà des critiques aux Nations unies et au sein de l’Autorité palestinienne. Un haut responsable de la commission des droits de l’homme de l’Onu a estimé que “ces informations, provenant de Jérusalem, étaient préoccupantes”. Il a ajouté qu’Israël devrait comparaître au mois de juillet devant la commission pour s’expliquer sur cette proposition de loi.

Kouchner en visite à Damas

«Politique de renoncements»
Yéochoua Sultan «J’ai du mal à croire que je siège dans un gouvernement pareil», s’est écrié le ministre des Infrastructures, Ouzi Landau, s’attaquant ainsi à la politique des gestes d’apaisement envers le Fatah d’Abou Mazen. «Les gestes de « bonne volonté » et les abdications n’ont fait qu’aggraver la situation», a-t-il précisé. Le docteur Landau s’étonne des gestes acceptés par le Premier ministre, Benyamin Netanyahou, dans le cadre des discussions de rapprochement. Ceux-ci comprennent la remise en liberté de criminels, l’ouverture de barrages, ainsi que la confiscation de terres appartenant à des localités juives de Samarie. Questionné allusivement à propos de la poursuite de son adhésion au gouvernement, il a simplement répondu: «Jamais je n’aurais pu penser qu’une telle situation se présenterait. J’espère que l’avenir démentira ces informations et que rien de réel n’en découlera.» Il commente les événements des dernières années d’une manière rigoureuse: «Nous nous sommes retirés du Liban jusqu’au dernier millimètre et le résultat a été la seconde guerre du Liban. Nous sommes sortis de Gaza, nous nous en sommes coupés, nous avons déraciné de nombreuses personnes, et ça n’a servi qu’à permettre au Hamas de s’armer, de prendre le pouvoir, et de nous bombarder continuellement. Nous avons accepté l’idée d’un Etat arabe palestinien, de geler la construction, d’ouvrir des barrages et le résultat est qu’on refuse de s’assoir avec nous. Leurs exigences se font de plus en plus démesurées.» Il insiste sur le fait qu’il exprime ses positions au sein du gouvernement et pas seulement devant les journalistes: «La logique est corrompue. Le temps est venu pour nous de nous ressaisir. Je présente mes positions le plus fréquemment possible auprès du gouvernement et surtout du Premier ministre. Je leur présente mon point de vue de la manière la plus explicite qui soit et j’espère qu’il finira par avoir du poids. Ils seront obligés d’être

attentifs à mes dires.» Il s’exprime toutefois compréhensif en faveur du Premier ministre: «Sachez qu’en ce qui concerne Jérusalem, le gouvernement a été confronté à des pressions extrêmement dures. Il convient d’exprimer notre reconnaissance envers le gouvernement. Mais je ne dis pas que ce sera simple et que je suis confiant. Je suis au contraire très inquiet, les erreurs ont été nombreuses. Je pense que tout dépendra pour finir de la question de Jérusalem.» Interrogé sur le boycott et le saccage des produits israéliens par l’AP, le ministre a répondu qu’il ne fallait pas rester indifférent. «Il faut remplacer les ouvriers arabes de JudéeSamarie par des ouvriers étrangers. Ils prennent contre nous des sanctions et nous sommes hésitants. Les ouvriers étrangers sont plus fiables que ceux qui proviennent de JudéeSamarie.» Landau a commenté les influences auxquelles est soumis le Premier ministre: «Netanyahou se situe entre les positions qu’il présente et les avis contraires qui proviennent aussi bien de son gouvernement, comme le parti travailliste, que de voix extérieures. Il est soumis aux pressions de tous les côtés. « Les jumeaux se querellent en son sein. » Les pressions sont internes et externes et mon rôle consiste aussi à faire pression.» Sur le terrain, des centaines d’habitants des villages d’Atéreth, Néwé Tzouf et de la région de Benyamin ont décidé de réagir. Les terres spoliées appartiennent en effet au village d’Atéreth qui attend la fin du gel pour reprendre son développement. Ils ont donc décidé, malgré la répression, de fonder un nouveau point de peuplement, à l’est d’Atéreth. Les membres de cette organisation de fortune ont déclaré: «Malgré le gel, malgré les décrets d’étranglement entrepris par le gouvernement contre les implantations juives et en faveur de la construction de la ville arabe de Rawabi, le peuple d’Israël poursuivra son extension et son établissement sur toutes les régions de sa terre, la terre d’Israël.»

Après la visite impromptue du sénateur démocrate américain John Kerry à Damas, le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner a atterri dimanche matin dans la capitale syrienne. Il a ensuite eu un long entretien avec le président Assad pour débattre notamment du « processus de paix » dans la région. Il y a deux ans à peine, le président syrien Bachar El Assad était boycotté par la plupart des pays occidentaux. A présent, la situation a totalement changé et il reçoit de nombreux chefs d’Etat. Après la visite surprise, samedi soir, du sénateur démocrate John Kerry, il a accueilli dimanche matin, dans son palais présidentiel de Damas, le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner. Quelques heures plus tard, c’était au tour du ministre allemand des Affaires étrangères Guido Westerwelle d’atterrir dans la capitale

syrienne dans le cadre d’une tournée de trois jours dans la région. Lors de sa rencontre avec Assad, Kouchner a reçu de la part de son hôte la promesse que « ni la Syrie ni le Hezbollah ne déclencheraient de guerre contre Israël ». Mais Assad a ajouté qu’il ne pouvait plus garder le silence sur les violations par Israël de l’espace aérien syrien. Le président syrien a ensuite déclaré que si l’Occident souhaitait voir instaurer la sécurité et la stabilité dans la région, il devait jouer un rôle plus actif pour « juguler les tendances dangereuses et extrémistes d’Israël ». D’après l’agence de presse SANA, Kouchner aurait répondu que la France souhaitait prendre une part plus active dans le processus de paix au ProcheOrient et favoriser le dialogue entre les différentes parties en conflit.

Concernant le nucléaire iranien, Assad a bien entendu salué l’accord conclu la semaine dernière par Téhéran avec la Turquie et le Brésil. Il a estimé que cette « médiation réussie » prouvait que la diplomatie était préférable à une « confrontation catastrophique ». Assad, s’adressant aux pays occidentaux, leur a demandé de « changer leur approche » concernant l’Iran. N’oublions pas, dans ce contexte, que la France est un des pays les plus résolus à combattre le programme nucléaire de l’Iran. Après son escale à Damas, Kouchner a poursuivi son périple et s’est rendu à Beyrouth pour s’entretenir avec le Premier ministre libanais Saad Hariri et avec le président Michel Sleimane. Ses interlocuteurs se seraient montrés « rassurants » en se félicitant du calme qui régnait actuellement dans le sud du pays du Cèdre.

Dans une interview accordée au quotidien libanais « Al-Safir », le Président syrien Bachar El-Assad révèle que le Président russe Dmitri Medvedev lui a remis un message de la part de Shimon Pérès, indiquant « qu’Israël était prêt à lui céder le Golan en contrepartie de la fin de l’alliance stratégique entre la Syrie et l’Iran ». loin dans les concessions envers la Syrie pour arriver à la paix, et que Shraga Blum ce sont les Syriens qui à chaque fois avaient repoussé ces offres ». Dans Ce message aurait été remis par Shimon son message, Pérès indiquait « Pérès lors de son séjour à Moscou, aux qu’il n’était pas concevable que cérémonies de commémoration de la fin la Syrie obtienne le Golan et de la Seconde Guerre Mondiale, sachant qu’elle reste l’alliée de l’Iran ». que le Président russe se rendait à Damas Les services du Premier deux jours plus tard. Pérès avait évoqué la situation avec la Syrie en ces termes : ministre israélien n’ont pas « Nous tendons la main à la Syrie pour la encore réagi officiellement à paix, mais la paix ne peut se réaliser en ces révélations, mais certains même temps que l’on favorise le terror- proches de Binyamin Netanisme, comme le fait la Syrie en livrant des yahou ont confié « que le Premier ministre avait à plusieurs reprises armes au Hezbollah ». montré son intention d’entrer en Lors de la même interview, le journaliste pourparlers avec la Syrie mais libanais a demandé au Président syrien sans conditions préalables, et que « si la Syrie interviendrait au cas où une personne n’avait le droit de proposer guerre éclatait entre Israël et le Hezbollah des concessions – surtout territoriales ». Réponse d’El-Assad : « Les Israéliens – au nom du Premier ministre » aimeraient sûrement entendre ma réponse, Deux cas de figure sont donc envisagemais je ne leur ferai pas ce plaisir. Les ables : soit le Président Pérès a agi de son intentions militaires ne se révèlent pas propre chef, et dans ce cas, il resterait dans d’avance et nous préférons garder nos le cadre de…ses habitudes, c’est-à-dire cartes bien cachées ». d’outrepasser ses compétences présidentiLe Président syrien a ensuite ajouté « elles pour agir en acteur politique et faire que son pays était prêt à la paix comme avancer ses propres idées. La deuxième à la guerre à tout moment, contrairement éventualité, qui serait encore plus inquiéaux pays qui se sont enfermés par erreur tante, serait que Binyamin Netanyahou uniquement dans l’optique de la paix et lui-même ait chargé Shimon Pérès de ont renoncé à la résistance armée contre transmettre ce message au Président Israël ». syrien, et vient immédiatement à l’esprit Dans l’entourage de Bachar El-Assad, cette image du fameux jour de 2009. on a sciemment mis en exergue le juste avant les élections, où Netanyahou, message que Shimon Pérès lui aurait accompagné d’Effie Eitam, avait planté un fait transmettre, et qui disait également arbre sur le Golan en jurant « que jamais « que cinq Premiers ministres israéliens Israël ne quitterait le plateau ». avaient montré leur volonté d’aller très

« Pérès m’a proposé le Golan contre l’Iran ! »

28 Mai 2010 - 133 / 7

Infos

New-York: manifestation pour Israël
Comme chaque année, la fameuse 5e avenue de New-York prend les couleurs bleu-blanc avec des centaines de milliers de personnes – juives comme non juives – qui défilent pour manifester leur solidarité et leur amitié pour Israël. Ce fut le cas dimanche, où les foules se pressaient au son de la musique israélienne et des danses pour lancer un message qui réchauffe le cœur à 10.000 kilomètres de chez eux. En tête du cortège, le maire de la ville, Michael Bloomberg, des personnalités politiques de la ville et de l’Etat, l’ambassadrice d’Israël à l’ONU, Prof. Gabriella Shalev, le Consul Général d’Israël à New York, Assaf Shariv, le premier basketteur israélien à évoluer en NBA, Omri Caspi, le champion du monde de boxe, Youri Foreman etc. Egalement présent, le Procureur Général de la Ville de New-York Andreo Cuomo, candidat favori au poste de gouverneur de l’Etat de New-York et qui entamait là sa campagne. Pour l’anecdote, à côté de lui défilait son challenger républicain Rick Lazio! Des jeunes juifs venus de tout le pays participaient à cette grande fête d’amitié et de soutien à l’Etat juif. Le soir, un méga-concert était donné par le chanteur israélien Idan Reichel, devant des dirigeants des communautés chrétiennes, hispanoaméricaines et afro-américaines.

Un diplomate israélien expulsé d’Australie
Le gouvernement australien a décidé d’expulser un diplomate israélien. Le ministre des Affaires étrangères Stephen Smith a expliqué que cette mesure avait été prise en raison de l’utilisation de faux passeports australiens pour l’élimination à Dubaï du chef terroriste Mahmoud Al Mabhouh. L’affaire de l’élimination du chef terroriste Al Mabhouh, à Dubaï, il y a quatre mois, fait encore des vagues. En Australie, les autorités ont mené leur enquête et sont arrivées à la conclusion que les services de renseignements israéliens étaient mêlés à l’opération et étaient responsables de l’utilisation de faux passeports australiens par les membres du commando qui a tué Mabhouh. Suite à ces révélations, le gouvernement australien a décidé d’expulser un diplomate israélien. Cette mesure a été annoncée lundi matin par le ministre australien des Affaires étrangères Stephen Smith, lors d’une intervention au parlement. Il a ajouté qu’aucun pays n’aurait toléré que ses passeports soient utilisés pour une telle action, surtout par un autre Etat. Et d’ajouter: « Ce n’est pas ce qu’on espérait d’un pays avec lequel nous avons des liens si forts et si cordiaux et que nous soutenons ». Réagissant à cette décision, le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, Yossi Lévy, a déploré l’incident mais il a ajouté que les excellentes relations entre Jérusalem et Canberra seraient maintenues.

Ouverture du procès d’Anat Kam
Anat Kam, 22 ans, est soupçonnée d’espionnage et d’atteinte à la sécurité de l’Etat. Elle a été arrêtée récemment et son procès vient de s’ouvrir, lundi matin, à Tel Aviv. Le procès d’Anat Kam s’est ouvert lundi matin au tribunal de district de Tel Aviv. La jeune femme, âgée de 22 ans, est soupçonnée d’espionnage et d’atteinte grave à la sécurité de l’Etat. Elle est arrivée en compagnie de ses parents, d’un ami proche et d’un conseiller de la communication. Les avocats d’Anat Kam, Avigdor Feldman et Eitan Lehman, ont dénoncé pendant l’audience l’attitude du parquet et des services de sécurité. Ils leur ont reproché de ne pas avoir tenu leurs engagements et d’avoir fait juger Anat Kam alors qu’ils lui avaient été promis qu’elle ne comparaitrait pas devant les juges si elles restituaient les documents qu’elle avait dérobés dans les bureaux du commandant de la zone militaire centre où elle effectuait son service militaire. Me Feldman a ajouté que le journaliste Ouri Blau, impliqué dans cette affaire, menait en ce moment des pourparlers sur les conditions de son retour en Israël. Blau est à Londres et il veut avoir l’assurance qu’il ne sera pas arrêté lorsqu’il reviendra au pays.

Interview

28 Mai 2010 - 133 / 8

La Hasbara en réponse à la délégitimation d’Israël
Interview de Youli Edelstein par Claire Dana-Picard
Défendre et expliquer la politique d’Israël à l’étranger, c’est le rôle de Youli Edelstein, du Likoud, qui est ministre de la Hasbara et de la diaspora au sein du gouvernement de Binyamin Netanyahou. Dans un entretien exclusif, il nous expose ses idées sur la question et nous indique comment il conçoit sa mission. Claire Dana-Picard: Vous êtes vous-même un ancien refuznik et vous comprenez donc parfaitement ce que signifie l’hostilité envers Israël et les Juifs à travers le monde. Aujourd’hui, comme on le sait, cette hostilité ne fait que croître. Pensezvous qu’elle constitue une menace pour Israël ? Je ne parle pas de l’Iran où le danger est évident mais de certains Etats occidentaux où il y a des gens qui n’aiment pas du tout Israël. Youli Edelstein: Il s’agit malheureusement d’un problème bien réel. Cette dé-légitimation d’Israël, qui est l’objectif de nos ennemis, se retrouve dans les médias, dans une partie du monde universitaire et au sein de la direction politique de certains pays. Je ne parle pas de ceux qui critiquent ou désapprouvent Israël. Je connais des personnes qui ne sont pas d’accord avec tel ou tel gouvernement en France ou qui tout simplement n’aiment pas les Français mais je ne les ai jamais entendu dire que la France n’avait pas le droit d’exister. Malheureusement, en ce qui nous concerne, nous voyons que des gens, qui sont en désaccord avec l’Etat d’Israël ou qui l’attaquent, prônent en fait sa destruction. Et comme ils ne parviennent pas à le faire concrètement, ils tentent de détruire les fondements mêmes des droits de l’Etat juif ou des droits des Juifs sur leur Etat. Nous menons de notre côté un combat acharné dans le monde entier. Je constate avec satisfaction que de nombreuses communautés juives comprennent qu’il ne s’agit pas là d’un problème propre à Israël mais qu’il concerne tout le peuple juif. C’est pourquoi ces communautés nous soutiennent dans ce combat et j’espère donc que nous parviendrons à renverser la vapeur. CDP: Cela signifie-t-il que vous ne voyez pas de différence entre antisionisme et antisémitisme ? YE: L’antisémitisme fait partie de la campagne menée contre nous mais je ne pense pas que toutes les critiques émises contre Israël sont le fait d’un sentiment antisémite. Malheureusement, on peut constater qu’actuellement l’antisémitisme n’a pas disparu mais se trouve dans un état latent. Il s’avère que dans le monde qui a suivi la Shoah, et qui est plus démocratique, il n’est pas de bon ton pour une personne respectable, comme par exemple un professeur d’université éminent, un journaliste connu ou un dirigeant politique influent, d’être ouvertement antisémite. Alors, ces personnes trouvent un exutoire en affichant des opinions antisionistes ou anti-israéliennes. C’est ainsi que tout ce qu’il est interdit de dire à propos des Juifs devient licite lorsqu’il s’agit d’Israéliens comme on l’a vu récemment dans les tentatives d’incriminer des soldats qui «se seraient livrés au trafic d’organes» de Palestiniens pendant l’opération Plomb Durci (cela rappelle clairement les accusations de meurtre rituel). CDP: Malheureusement, votre travail de Hasbara n’est pas nécessaire seulement à l’étranger. En Israël, certaines personnes appellent au boycott des produits israéliens. Il y a même des professeurs d’université qui vont à l’étranger donner des conférences où ils dénigrent Israël. Ne serait-il pas possible de présenter un projet de loi permettant d’empêcher ces provocations et ces actions hostiles menées par des Israéliens militant contre l’Etat? YE: La loi prévoit quelque chose à ce sujet mais ce n’est pas toujours simple de prendre des mesures dans ce domaine étant donné qu’Israël est un Etat démocratique, ce dont nous sommes d’ailleurs très fiers. Et il l’est resté malgré les problèmes liés au conflit et au terrorisme. Toutefois, il est clair qu’il faut mettre un terme à certaines actions comme par exemple l’appel au boycott. Parfois, ce sont des gens qui touchent leur salaire de l’Etat qui appellent à le boycotter. Nous cherchons à légiférer dans ce domaine mais il faut déjà dénoncer cette hypocrisie, révéler d’où provient par exemple le financement de ce type d’actions. Je pense que lorsque le public en apprendra davantage à ce sujet, il comprendra que même si ces gens là sont encore israéliens, techniquement parlant, ils n’ont plus leur place ici. CDP: Vous avez certainement entendu parler de cette initiative assez récente du conseil régional de Samarie, dirigé par Guershon Messika, qui organise des tournées dans la région pour des hommes politiques et des journalistes qui ne savent rien de la situation sur le terrain et découvrent alors une réalité et tout un monde qu’ils ne connaissaient pas. Comment expliquez-vous le fait que tant de gens parlent de la situation et expriment leurs opinions alors qu’ils n’ont jamais mis les pieds en JudéeSamarie, qui se trouve pourtant, comme l’a si bien souligné le journaliste Avri Guilad, à 23 minutes à peine du centre du pays ? YE: J’habite moi-même en JudéeSamarie, plus précisément dans le Goush Etsion, depuis vingt trois ans, et je suis tout à fait conscient de ce problème. Un certain nombre de visiteurs qui sont venus chez moi ont eu la franchise de reconnaître que leur venue avait totalement modifié leur manière de voir concernant les localités juives. Je tiens à dire tout d’abord combien l’initiative du conseil de Samarie est louable, elle rejoint d’ailleurs l’action de certaines localités qui accueillaient elles aussi des visiteurs d’Israël et de l’étranger pour leur permettre de voir la vérité, sans leur faire subir le moindre endoctrinement. La Hasbara doit se faire selon le même principe et montrer la situation telle qu’elle est. Nombreux sont ceux, à l’étranger, qui ont une vision totalement déformée d’Israël et sont persuadés par exemple qu’il y a constamment la guerre. Il est donc important de montrer, comme le fait Guershon Messika, comment la vie se déroule ici. CDP: Guershon Messika a déclaré justement, dans le cadre de cette campagne d’information, qu’il avait compris que l’ignorance était le pire ennemi d’Israël. Vous partagez cette opinion ? YE: Tout à fait. Je pense que le fait de découvrir la situation sur le terrain, sans l’intermédiaire des médias, mais en revanche en se rendant compte du contexte humain, permet aux visiteurs d’appréhender les choses de façon tout à fait différente. Cela ne veut pas dire qu’ils modifieront tous leurs opinions politiques mais du moins, ils pourront devenir de véritables interlocuteurs et ne nous donneront plus l’impression de venir d’une autre planète. CDP: Concrètement parlant, quels outils utilise votre ministère pour rendre plus efficace votre travail d’information ? Dans quels domaines intervenez-vous plus particulièrement et quels résultats obtenez-vous ? YE: La Hasbara peut se faire de différentes façons mais dans notre ministère, nous avons opté pour la diplomatie populaire, comportant trois points essentiels. D’une part, nous avons demandé aux citoyens israéliens de devenir nos ambassadeurs itinérants lors de leurs voyages à l’étranger. Ils sont à même de présenter à leurs interlocuteurs un certain nombre de faits que malheureusement, trop de gens ignorent à cause d’une information déformée. Nous avons ouvert dans ce but un site Internet, nous avons publié des brochures que nous distribuons dans les aéroports. Nous formons également des délégations qui se rendent à l’étranger. Jusqu’à présent, le public a réagi très positivement à notre initiative et plus de 200 000 personnes ont consulté notre site. Par ailleurs, nous associons nos amis des communautés juives de diaspora à notre action en faisant appel à ceux qui ont visité Israël dans le cadre de programmes comme Taglit, les Maccabiades, Massa, ou lors de séjours d’un an dans une université israélienne ou dans une yeshiva. Il s’agit pour la plupart de jeunes qui rentrent ensuite dans leurs communautés et retournent dans leurs campus et peuvent alors devenir les meilleurs défenseurs de l’Etat d’Israël. Et là encore, il ne s’agit pas de discuter de l’opération Plomb Durci ou du rapport Goldstone mais de parler de la vie qu’on mène en Israël. Actuellement, nous travaillons sur un projet permettant de conserver le contact avec ces personnes. Pour ce qui est de nos interventions dans les médias, je pense que cela a moins d’impact que l’Internet par exemple. J’interviens souvent dans les médias et je ne prétends pas minimiser l’importance de ces interviews mais je pense que le contact personnel et les communications par Internet ne sont pas moins importants. En outre, et c’est le troisième volet de notre action, nous envisageons de faire appel à nos amis non-juifs, et ils sont D.eu merci assez nombreux, pour organiser avec eux un certain nombre d’activités. Ce sont des gens qui ont visité Israël, qui connaissent la réalité israélienne, et qui peuvent donc nous apporter une aide précieuse. CDP: Abordons à présent la situation politique et la question du «gel»: les habitants de JudéeSamarie peuvent-ils espérer que la construction reprendra d’ici trois mois, comme l’a annoncé le gouvernement ? YE: J’espère qu’il n’y aura aucun changement. Le Premier ministre a déclaré à maintes reprises que cette période de «gel» prendrait fin en septembre. Etant moi-même un habitant de cette région, je peux attester que les résidents ont sérieusement souffert de cette situation, de nombreuses familles ont dû renoncer à leurs projets de construction à cause de cette décision. De mon côté, je ferai le maximum pour que dès le mois de septembre, tous les plans de construction puissent être réalisés comme prévu. CDP: Ne pensez-vous pas qu’en acceptant la création d’un Etat palestinien, Israël affaiblit ses positions sur la scène internationale ? YE: Personnellement, je n’aurais pas proposé cette solution de deux Etats. A l’heure actuelle, personne n’est en mesure de savoir quelle est la bonne solution et malheureusement, nous en sommes encore loin et le débat reste, pour l’instant, très théorique. Ce que nous devons faire, en revanche, c’est d’une part développer la Hityashvout (peuplement du pays) et d’autre part de renforcer la sécurité des citoyens d’Israël. Avant de discuter de la question des deux Etats - ou pourquoi pas, de trois Etats puisqu’on pourrait s’acheminer vers une séparation totale entre Gaza et la Judée-Samarie- il est urgent d’instaurer une coopération, par exemple dans le domaine de l’environnement, de l’eau, de l’agriculture, et sur des questions économiques. Et si l’on parvient à un stade de confiance mutuelle, on pourra alors toujours parler du reste mais il s’agit comme on le sait d’un long processus. CDP: Je voudrais qu’on parle maintenant de ce qui se passe en France et citer, par exemple, l’action du groupe Europalestine qui organise tout l’été une campagne anti-israélienne. Comment peut-on réagir, selon vous, à une telle opération ? YE: Comme je l’ai dit précédemment, on ne peut pas tout solutionner par des débats. Laissons-les donner libre cours à leur haine et nous, nous allons présenter des faits historiques incontestables, des réponses qui montrent que la vérité est dans notre camp. Pour toute personne objective, nos droits sont évidents, que ce soit à Jérusalem ou en Judée-Samarie. Et il est clair aussi que tous les slogans sur les «frontières de 67» ou sur les «implantations constituant un obstacle à la paix», n’ont rien à voir avec la réalité. Il suffit de rappeler que l’OLP (Organisation de Libération de la Palestine) est née en 1964 alors qu’Israël n’est retourné en JudéeSamarie et dans la bande de Gaza qu’en 1967. Dans ce cas, à l’époque, que voulaient-ils libérer? Tout cela prouve notre bonne foi. Et puis, nous avons eu la preuve que ce débat restait tout à fait théorique, lorsque nous avons malheureusement évacué toutes les localités de la bande de Gaza. Au lieu d’obtenir la paix, nous avons reçu près de 10 000 roquettes. Et donc, apparemment, la source du conflit ne se trouve pas dans la question des frontières de 67 et il ne sera pas réglé par l’évacuation de ces localités. CDP: N’y a-t-il pas également un problème de terminologie ? Lorsqu’on lit l’actualité israélienne dans certains journaux français, on constate qu’ils parlent par exemple de «l’implantation de Ramat Shlomo» (quartier nord de Jérusalem) ou de «quartiers de colonisation» à Jérusalem construits après 1967. Ne croyez-vous pas qu’il faut avant tout corriger cette erreur de langage ? YE: Vous relevez là un point très important. Nous avons malheureusement renoncé à nous battre sur ces questions linguistiques dans de nombreux domaines. Nous parlons trop facilement de «colonies» en oubliant d’évoquer des faits fondamentaux. On parle souvent de «territoires» au lieu de dire la Judée-Samarie et je pense qu’il est très important de faire attention aux termes qu’on utilise. Et dans ce domaine, je crois que nous devons prendre exemple sur les Palestiniens. Chez eux, le langage revêt une grande importance et je suis sûr que personne ne s’est aperçu, par exemple, qu’aucun dirigeant palestinien (et je ne parle pas du Hamas ou du Djihad) n’a jamais déclaré qu’il reconnaissait le droit à l’existence de l’Etat d’Israël. Les gens répondent alors que c’est impossible, que c’est sûrement inscrit dans les accords. Après vérification, on constate que certains leaders ont dit qu’ils reconnaissaient l’existence de l’Etat d’Israël. Les Palestiniens sont très pointilleux dans ce domaine et font attention à ce qu’ils disent. Et je propose que dans le cadre de notre mission d’information et de la campagne dont vous avez parlée, nous ne négligions pas non plus l’impact des termes que nous utilisons. Et lorsque nous emprunterons la terminologie appropriée, nous pourrons progresser dans la bonne direction, même dans les médias qui ne nous sont pas toujours très favorables. CDP: Je voudrais qu’on parle maintenant de l’action menée par le nouveau mouvement européen JCall, qui ressemble au J Street américain et s’oppose à la politique de l’Etat d’Israël, en soutenant les Palestiniens. Que pensez-vous de ce mouvement ? Ne croyez-vous pas que c’est le moment de créer un lobby pro-israélien en Europe à l’image de l’AIPAC américain pour défendre les positions d’Israël en utilisant les mêmes moyens ? YE: Je pense en effet qu’on pourrait être plus actif et qu’il faudrait prendre exemple sur l’AIPAC en tenant compte toutefois des différences. En particulier, l’Union européenne avec son Parlement ne constitue pas un Etat unifié et ne peut donc pas être comparée aux Etats-Unis. Il existe déjà des groupes qui tentent d’agir dans ce sens. Quant aux organisations libérales ou gauchistes, elles ne constituent pas un phénomène nouveau. Mais ce que je trouve irritant et même inquiétant, c’est que les militants de JCall, issus de la communauté juive, tiennent absolument à se dire pro-israéliens. Je ne comprends pas leur position: il existe un gouvernement élu en Israël, et tout le monde a le droit de ne pas être d’accord avec la politique de ce gouvernement et de la critiquer, mais dans ce cas-là, on ne peut pas prétendre être un lobby proisraélien. CDP: Avant de nous quitter, Youli Edelstein, comment définiriez- vous, de façon globale, l’objectif essentiel de la Hasbara israélienne ? Quels résultats souhaiteriez-vous obtenir ? YE: Je crois qu’il faut avant tout que soit rendu à l’Etat d’Israël son visage humain. Nos ennemis l’ont défiguré, parlant de “machine de guerre israélienne”, “d’occupation israélienne”, de “colonies israéliennes”. En outre, les gens à travers le monde doivent comprendre que l’Etat d’Israël est certes un Etat mais qu’il est fait également d’une population d’êtres humains. Ils ne sont pas toujours conscients de l’apport de l’Etat d’Israël dans un grand nombre de domaines. Je prendrais pour exemple la campagne de boycottage des produits israéliens. Les militants pro-palestiniens se rendent dans des supermarchés et emportent tous les fruits et les légumes provenant d’Israël afin que personne ne les achète et vont les jeter. Oui mais si une personne se trouve hospitalisée, est-ce qu’elle va vérifier si ses médicaments ou les appareils médicaux viennent d’Israël ? Si quelqu’un se trouve en face de moi lors d’une conférence de presse et me parle de boycott alors qu’il se sert d’un ordinateur portable, va-t-il vérifier si certains logiciels ou certaines pièces de son ordinateur ne sont pas fabriqués en Israël ? Si nous parvenons à faire comprendre à ces gens là combien l’Etat d’Israël, aussi petit soit-il, joue un rôle important pour des milliards de personnes dans le monde, il sera alors beaucoup plus difficile à ses détracteurs de lancer un appel au boycott ou à l’isolement d’Israël.

Sécurité

28 Mai 2010 - 133 / 10

En bref
Exercice à Tel-Aviv

Des simulations d’impacts de missiles sur des installations stratégiques feront partie de l’exercice national de défense passive. Des fûts seront brûlés pour représenter des dégâts provoqués par des bombes dans des bases de l’armée de l’air. De ce fait, les civils ne seront pas les seuls concernés. Ainsi, les immeubles du quartier général, la Kirya, devront prendre part à ces entraînements et l’ensemble du personnel qui s’y trouve devra évacuer rapidement les lieux. Les avions, quant à eux, devront être opérationnels quelle que soit la situation. La police et les services ambulanciers devront aussi participer. Des personnes seront désignées comme blessées et devront gésir sur les routes. Des barrages entraveront la circulation et des explosions se feront entendre pour donner une impression de réel. Ce vaste programme finira par la prise en compte d’une possibilité d’attaque chimique et des moyens de protections contre ce type de guerre seront mis en œuvre.

Un chef du Hamas vient d’être libéré de prison et a pu rentrer chez lui. N’aurait-il pas pu servir de monnaie d’échange, comme certains l’espéraient, pour la libération de l’otage israélien Guilad Shalit, captif de l’organisation terroriste depuis près de quatre ans ?
Claire Dana-Picard
La libération d’un chef du Hamas, quatre ans après son arrestation, suscite l’indignation d a n s l’entourage de la famille Shalit. Mohammed Abou Tir, 59 ans, est sorti jeudi matin de prison, et a pu regagner son domicile dans le quartier est de Jérusalem, sous l’escorte de plusieurs agents de sécurité des services pénitentiaires. A b o u Tir, qui se distingue par sa barbe d’un roux flamboyant, est considéré comme l’un des symboles du Hamas en Judée-Samarie. Il avait obtenu la seconde place, en 2006, sur la liste du mouvement terroriste pour le « parlement » palestinien dont il était devenu membre à part entière, suite au succès de son organisation. Lors de son interpellation avec dix autres suspects, également affiliés au Hamas, les autorités israéliennes ont indiqué que ces derniers étaient accusés d’implication dans des actions terroristes. Ils devaient également, selon les estimations, servir de monnaie d’échange et de moyens de pression pour la libération du jeune soldat Guilad Shalit. A l’issue du procès, Abou Tir a été condamné à 43 mois de prison. Il vient donc de purger sa peine et a pu ainsi retrouver la liberté. Le chef du comité de lutte pour Shalit, Shimshon Livman, a dénoncé cette libération et rappelé que Guilad, quant à lui, était toujours captif du Hamas.

Abou Tir libéré: et Guilad Shalit ?

« Réduire l’influence des ‘extrémistes’ du Hezbollah » !

Le conseiller du président américain pour la sécurité nationale, John Brennan, considère qu’il existe des éléments « modérés » au sein du Hezbollah et qu’il faut les utiliser pour réduire l’influence des « extrémistes » de l’organisation terroriste.
Claire Dana-Picard
Encourager les éléments « modérés » du Hezbollah, c’est ce que propose John Brennan, conseiller du président américain pour la sécurité nationale. Dans un discours prononcé jeudi à Washington, Brennan a indiqué que l’administration américaine œuvrait à l’heure actuelle dans ce sens afin de réduire l’influence des « extrémistes » de l’organisation terroriste. Il a ajouté qu’il était intéressant de noter que « le Hezbollah, qui était par le passé une organisation terroriste, était devenu une milice ayant des représentants au sein du gouvernement libanais ainsi qu’au parlement ». Rappelons que le Premier ministre libanais Saad Hariri doit se rendre la semaine prochaine aux Etats-Unis. Lors de sa rencontre à la

Maison Blanche avec le président Obama, il sera question essentiellement de l’acheminement d’armes au profit du Hezbollah, effectué par la Syrie. Un autre sujet important devrait être évoqué: le nucléaire iranien et le vote du Liban, qui assure actuellement la présidence tournante du Conseil de sécurité de l’Onu, sur l’ébauche de la résolution portant sur de nouvelles sanctions contre le régime de Téhéran.

Gaza: les plans audacieux de Tsahal
Shraga Blum
Le vice-ministre de la Défense, Matan Vilnaï, l’a confirmé, « le calme relatif ment massif du Hamas comme du Hezbollah ne présagent rien de bon pour les mois et années à venir. La situation explosive peut dégénérer à la moindre occasion et les terroristes, aidés et encouragés par amasser dans leurs arsenaux. Dans cette perspective, les stratèges de Tsahal ont échafaudés divers plans, dont l’un semble très audacieux en cas d’embrasement de la situation : l’installation d’un Gouverconfirmerait définitivement les énormes erreurs, lourdes de conséquences, commises par les différents gouvernements qui ont voulu croire en une quelconque volonté de paix de la part des Palestiniens, avec à la clé la mort de plus de 1000 citoyens israéliens, l’expulsion de 8000 Juifs du Goush Katif, la destruction de leurs 21 localités ainsi que les tirs de roquettes sur le sud d’Israël durant des années. Récemment, les responsables de la Police militaire ont été « invités » à dénicher un futur « Gouverneur militaire de la Région de Gaza », qui serait responsable, le cas échéant, de suppléer à tous les besoins de la population civile de la Bande de Gaza, jusqu’à ce qu’Israël puisse installer une direction palestinienne fiable (!!) sur cette région et quitter ce territoire. Il semble de plus en plus évident, qu’en cas d’escalade sérieuse, Tsahal opte cette fois-ci pour une reconquête de ce territoire, la destitution du pouvoir du Hamas et l’instauration d’une administration militaire qui pourrait durer assez longtemps. Un responsable militaire a ajouté « que si ce scénario se produisait, Tsahal prendrait en charge tous les besoins de la population civile palestinienne, comme les Américains l’ont fait dans certaines régions d’Irak ». Durant l’Opération « Plomb Durci », l’armée israélienne avait déjà agi en ce sens, mais pas de manière méthodique, en essayant d’extraire les populations civiles des zones de combat, en envoyant des techniciens pour maintenir les infrastructures électriques, hydrauliques et sanitaires et en assurant l’acheminement de médicaments ou de denrées alimentaires. Ce plan de reprise de contrôle inclut également la création de prisons aménagées chargées d’accueillir des milliers de terroristes pour une longue période. Parallèlement, les travailleurs palestiniens de la Bande de Gaza seraient à nouveau autorisés à pénétrer en Israël pour y travailler, sous un contrôle sécuritaire méticuleux notamment à l’aide du système biométrique. Ainsi, depuis quelques années, divers services de Tsahal s’entraînent dans la discrétion et se préparent à l’éventualité de réinvestir la Bande de Gaza, laissée à la responsabilité palestinienne il y a 17 ans, avec la célèbre formule « Gaza et Jéricho d’abord », et avec les effets que l’on sait. De quoi faire réfléchir ceux qui sont aujourd’hui chargés de discuter avec l’Autorité palestinienne.

qui règne à la frontière entre la Bande de Gaza et Israël, ne va pas durer ». La conjoncture proche-orientale, et le réarme-

la Syrie et l’Iran, n’attendent que le feu vert de leurs suzerains pour utiliser l’armement prodigieux qu’ils continuent à

neur militaire israélien à Gaza, comme dans la période qui précédait les Accords d’Oslo ! Ce retour à la case départ

DU JAMAIS VU SUR NETANYA
Promotions Jeunes mariés

PLUIE DE PROMOTION A DES PRIX DEFIANTS TOUTE CONCURENCE
NOUVELLE COLLECTION

80% d’économie

Mr Laurent Chetrit
“Je parle Français”

Grand choix de Chambres à coucher , lit + 2 chevets + commode à partir de 2.799 sh 4990 sh

Grand choix de Buffet à partir de 990 sh 2.490 sh

Grand choix de Salons d’angle à partir de 3.290 sh Salon 3+2
à partir de

prix cassÉs
PACKAGE NOUVEAUX IMMIGRANTS TOURISTES, AMIS FRANCAIS ET JEUNES COUPLES

1.990 sh
3.990 sh

6.990 sh

Grand choix de Chambres d’enfants, Lit + Bureau + Armoire à partir de 2.990sh 5.990 sh
LIVRAISONS DANS TOUT ISRAEL

Salon 3+2 + Table à manger + 6 chaises Buffet + Table de salon

Grand choix de Salles à manger à partir de 2.990 sh 4990 sh Grand choix de Tables de Salon à partir de 599 sh 1.499 sh

Grand choix de matelas 140x190 à partir de 699 sh 1990 sh

6.990 sh
14.990 sh
1999 sh

Armoire 4 portes à partir de1.199 sh Grand choix de canapé-lits
à partir de

999 sh 1890 sh
09-833 30 30

ENFIN VOTRE MAGASIN DE MEUBLE EN CENTRE VILLE

PLUS LA PEINE DE SE DEPLACER A LA ZONE INDUSTRIELLE

Netanya - 8, rue Hanotéa - Tél: 09-887 58 59 Laurent: 052-821 46 89

International

28 Mai 2010 - 133 / 12

SOUSCRIPTION SANS FRAIS DANS TOUT ISRAEL - FACTURATION A LA SECONDE

MONDIAL TELECOM
iNTERNET

Toujours imité Jamais égalé

Changement d’attitude américaine?
Shraga Blum
Quelques signes semblent indiquer que l’Administration américaine a compris « qu’elle était allée trop loin » dans son attitude ouvertement hostile au gouvernement Netanyahou et qu’elle avait décidé de rectifier le tir. Parmi les initiatives symptomatiques, la rencontre du 13 mai, entre des membres « bien choisis » du « staff » de la Maison-Blanche – parmi eux Rahm Emanuel, Directeur de la Maison Blanche, Dennis Ross, Conseiller du Président sur le Dossier iranien et Dan Shapiro, Directeur du « Desk Proche- Orient » – et une quinzaine de Rabbins de différents courants du Judaïsme. Lors de la discussion, les délégués de la Maison-Blanche ont clairement fait part à leurs interlocuteurs « que l’Administration US avait l’intention d’effectuer un virage politique et d’aborder un nouveau départ dans ses relations avec Israël ». De manière inhabituelle dans le jargon diplomatique, Rahm Emanuel a avoué « que l’Administration américaine avait ‘foutu en l’air’ le message de soutien à Israël, (« …screwed up the messagin… »), et qu’il faudrait bien plus d’un mois pour réparer ce qui a été détruit en 14 mois ». Parallèlement, le Président Barack Obama aurait demandé à son émissaire spécial, George Mitchell, qui arrive au Proche-Orient la semaine prochaine, « de ne pas exercer de pressions sur Israël au-delà des concessions que l’Etat juif a déjà proposé de faire ». Cela signifierait peut-être aussi que les Etats-Unis en sont revenus de proposer, voire imposer, un plan de « paix » au mois de septembre, comme il en était question. Si certains voient dans ce changement de cap une décision de tactique politique en vue des élections sénatoriales du mois de novembre, qui risquent de coûter très cher au Parti Démocrate, d’autres estiment qu’il s’agit au contraire d’un calcul plus stratégique dû à un changement de fond: l’Administration américaine actuelle, après un peu plus d’une année de pouvoir, se rend soudain compte qu’Israël est son allié stratégique le plus sûr dans tout le MoyenOrient, et qu’il serait nuisible pour les Américains de détériorer ses relations avec Israël à ce point. Si cette thèse se confirme, comme l’atteste un haut responsable américain, il s’agira sans doute d’une victoire pour la ligne politique suivie par Binyamin Netanyahou, avec Elie Ishaï et Avigdor Lieberman, qui ont été prêts à aller jusqu’à une crise diplomatique avec Washington, et une défaite pour Ehoud Barak et également Tsipi Livni, qui proposaient « qu’Israël mette un plan de paix sur la table le plus rapidement possible, assorti d’un maximum de concessions israéliennes, sous peine de voir s’effondrer les relations entre Jérusalem et Washington ».

BANCAIRE OBLIGATOIRE SOUSCRIPTION SOUS CONDITIONS

FORFAIT MONDIAL BOX
TELEPHoNE
illimité vers ADSL illimité Israël, 2,5 mg la France, modem le Canada, wifi offert les USA, Bezeq la Suisse

*

+

+

Le Musée de Berlin s’agrandit

**SI VOUS POSSEDEZ LE DECODEUR ET LA PARABOLE. *FORFAIT PERSONNALISE ADAPTE A VOS BESOINS
INTERNET JUSQU'A 50MG.

Pour 1 shekel ** de plus, un ordinateur offert

249 SHEKELS/MOIS
POSE DE PARABOLE INCLUS.
Claire Dana-Picard
Le Musée Juif de Berlin, qui relate l’histoire des Juifs d’Allemagne depuis 2000 ans, a ouvert ses portes en 2001, en mettant l’accent, bien entendu, sur le massacre de six millions de Juifs par les Nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. A présent, neuf ans après, il a décidé de s’étendre. L’établissement qui a déjà accueilli plus de 6 millions de personnes venues du monde entier, a compté, en 2009, 750 000 visiteurs. En outre, le nombre de ses projets éducatifs a doublé au cours de cette période avec les visites de milliers de groupes scolaires chaque année et des centaines d’activités éducatives organisées sur place. La direction du musée a révélé qu’elle comptait l’agrandir selon les plans d’extension de l’architecte américain Daniel Liebskind qui avait déjà réalisé ceux de l’édifice actuel. Son objectif: développer davantage encore l’enseignement de la Shoah. Le nouveau bâtiment, érigé en face du précédent, devrait abriter l’un des centres de la recherche et de l’éducation les plus importants au monde sur l’histoire et la culture du judaïsme allemand. Les travaux devraient s’achever vers la fin de l’année 2011.

*CARTE

LA GAZETTE 054 55 230 56

1 800 255 770
e-mail: mondialtelecom9@hotmail.com Tel: 054 737 10 69

Pour toute souscription, Numero Gratuit:

MONDIAL TELECOM

LG
LA GAZETTE

LG

28 Mai 2010 - 337 / 13

www.israel-diaspora.info

Le Lien
Fondé en septembre 1980, Le Lien IsraëlDiaspora lutte inlassablement depuis contre la désinformation, pour une authentique identité juive et en faveur d’Israël. C’est le seul journal juif indépendant qui n’est financé que par ses abonnements et dont tous les collaborateurs sont bénévoles. Animés par le souci de la vérité et le courage de la dire, ils sont en quête des enjeux de l’actualité pour le peuple juif et Israël. Notre ligne est : «Le peuple de la Bible, sur la terre de la Bible pour y édifier une société sur les valeurs de la Bible»

Les enjeux de l’actualité pour le peuple juif et Israël

En partenariat avec le site Aroutz 7, l'hebdomadaire Israël Actualité et le site http://lelien.a7fr.com – 29e année – N° 293 / 82 "Le peuple de la Bible, Le jour et l’heuresur la terre de la Bible pour y édifier une société sur les valeurs de la Bible de la paix
Robert Cotta Il n’est nul besoin d’être prophète pour savoir quand la paix sera enfin établie entre Juifs et Arabes dans le Proche-Orient. Bush, Obama, Sarkozy, Kouchner, Merkel, Berlusconi et des dizaines d’autres croient le savoir: le jour où l’Etat juif et l’Etat palestinien auront signé la paix par la cohabitation. Il y a longtemps, à vrai dire, que tout le monde sait que les dirigeants politiques mondiaux ne sont en rien des prophètes. Mais il suffit du simple bon sens pour connaître le jour et l’heure de la paix qui n’est nullement celui qu’ils croient : ce sera lorsque les Arabes renonceront enfin pour toujours à la destruction d’Israël. Tant que cet objectif ne sera pas atteint, tout progrès de paix ne sera de leur part qu’un artifice pour se rapprocher de cet objectif. Le corollaire est que les Juifs devront aussi combattre jusqu’à ce jour, encore très lointain. Les Palestiniens, à commencer par le plus «modéré», Abbas, ne cache pas son espoir, la Grande Palestine. L’objectif est apparent dans la totalité du monde arabe et il est proclamé par l’Iran et ses alliés. Un sondage international dans le monde arabo-islamique prouve que pour la majorité des sondés, 92% ne veulent pas de l’existence d’un Etat juif. Dans un seul de ces pays ce chiffre tombe à 35%, c’est… pour les Arabes israéliens ! La presse internationale et l’opinion publique, par myopie, par ignorance ou par ruse, croient que des négociations politiques peuvent établir la paix dans ce conflit. Un trêve peutêtre, la paix, sûrement pas. Les plus aveugles sont les Israéliens et les Juifs eux mêmes parce qu’ils prennent leur désir pour la réalité. Les pacifistes-gauchistes sont persuadés qu’en réduisant Israël à ses frontières de 1948 et en abandonnant Jérusalem Est, la paix est possible. Si cette solution prévalait, l’Iran changerait-il sa volonté de détruire Israël ? Et le Hezbollah, le Hamas, la Syrie, al-Qaïda, les Talibans et autres islamo-nazis reconnaîtront-ils Israël ? Non, bien sûr. La conclusion est aveuglante : La paix tant voulue par Obama, Sarkozy et les autres ne libèrera pas le Proche-Orient des plaies de la guerre et de la violence. Seul, peutêtre, les frictions s’atténueront entre Israéliens et Palestiniens. Bien au contraire, le Hamas en premier lieu, et tous ses alliés tâcheront de s’emparer sans difficulté de l’Etat de Palestine qui ne pourra peut-être survivre… que grâce à Tsahal ! Il faut être obtus pour imaginer que l’islamisme conquérant va renoncer à ses objectifs et ambitions. Cette idéologie disparaîtra peut-être avec l’émergence d’une nouvelle génération ou alors par une terrible guerre planétaire pour l’extirper. Alors restons sereins devant l’agitation du monde politique.

Hystérie collective et hallali antijuive
Tous les signes sont là, de ces hystéries collectives historiques où des individus, habituellement sensés, fusionnent au sein d’une sorte d’âme collective, animée par une passion aveugle et une violence incontrôlée. Ces mouvements de foules n’atteignent pas que les Juifs : on l’a vu au Moyen-âge où l’on brûla sur les bûchers plus de dix mille femmes innocentes, accusées de sorcellerie; on l’a vu au temps de Mussolini et de Hitler avec des foules immenses et frénétiques déifiant leurs dirigeants auxquels ils obéissaient sans le moindre recul: on le voit aujourd’hui avec les Ahmadinejad et les imams islamo-fascistes qui pullulent dans le monde et inoculent leur haine, leur poison et leur obscurantisme à leurs semblables dont les immunités tombent sans défense face à l’épidémie virale idéologico-religieuse sonnant l’hallali des Juifs

Nessim Robert Cohen-Tanugi
Hystérie collective il y a , lorsque dans des temples du savoir, de la culture et du savoir, rue d’Ulm à Paris, ou sur les campus aux USA, à Berkeley ou à Brandeis, des groupes d’étudiants métamorphosés en nervis, tentent de couvrir par leurs hurlements la parole des conférenciers. Dans un livre à paraître ce mois, l’historien et essayiste, Paul Giniewski, décrit, analyse et démonte l’hystérie antisémite et antisioniste, qui se développe dans le monde arabomusulman où des maladies imaginaires collectives se multiplient accusant les Juifs d’avoir tenté – toujours inutilement, il faut le souligner – d’attenter à leur vie. Nous publions quelques «bonnes feuilles», de ce livre dans ce numéro. Cela faisait des années que la propagande palestinienne, mise au point à l’origine, d’ailleurs, par quelques nazillons survivants qui ont cherché refuge loin de l’Occident, en particulier en Syrie et en Irak, a déclenché une campagne soutenue pendant des dizaines d’années pour démoniser les Juifs et Israël. Tout se passe comme si, soudain, la braise s’enflammait pour déclencher un incendie. Pourquoi maintenant ? Cela relèverait d’une étude psychologique et socio-politique. Mais, sans l’ombre d’un doute, l’allumette qui a déclenché l’incendie n’est autre que la politique d’Obama qui a injustement accusé Israël de porter atteinte par son action à la politique américaine dans le Moyen-Orient. Avec son propre style, qui est de fracasser les barrières en force, et son choix, qui est de changer la donne en un seul mandat, les forces nocives ont saisi l’occasion, persuadées que désormais la protection américaine sur Israël était levée et que le moment était propice. La chasse à courre a commencé et ils imaginent l’heure de l’hallali

arrivée. Ils ont alors ouvert la boite de Pandore, libérant le nœud de vipères sifflantes aux crocs envenimés. «Mort aux Juifs, mort à Israël, assassins, bourreaux d’enfants et de femmes, esclavagistes, voleurs…» Quand la passion aveugle se déchaîne, il ne sert à rien de discuter. Lors de la dixième plaie d’Egypte, D.ieu a prévenu Moïse : lorsque l’Ange de la mort se déchaîne, les Hébreux en seraient victimes et devaient rester enfermés à l’abri dans leurs maisons identifiées par un signe. Pour les croyants, même si nos ennemis sont capables de tout, le peuple juif peut résister à tout avec la protection du Tout Puissant. Mais que ce soit pour des raisons surnaturelles, caractérielles, historiques ou autres, les Juifs ont effectivement résisté : ils en ont vu bien d’autres et les gesticulations actuelles des uns et des autre leurs paraissent bien superficielles. C’est de nous qu’il faut avoir peur. On voit bien qu’une part des signataires de JStreet et JCall paniquent et que l’angoisse et la peur les font reculer devant cette hallali haineuse et hystérique. Et pourtant… Contrairement à ce qu’ils imaginent, jamais dans l’histoire les Juifs n’ont été autant en sécurité qu’aujourd’hui : sept millions ensemble, avec une terre à eux, une puissante armée à eux. Ont-ils oublié le ghetto de Varsovie, Auschwitz, l’affaire Dreyfus, les «Juifs errants», les massacres au Moyen-âge lors de la peste ou de l’inquisition etc. etc. Chaque année nous lisons l’antique Haggadah de Pessah qui commence par ce récit : «Ce n’est pas un seul ennemi, qui s’est levé contre nous pour nous exterminer, mais à chaque génération, on se dresse contre nous pour nous exterminer…». Dans aucune de ces générations nous n’avons été aussi en sécurité, et voici que nous

avons peur ! Quelle génération avant la nôtre a eu la chance incroyable de voir, en 62 ans, trois miracles inimaginables : la renaissance de l’Etat d’Israël, la libération de Jérusalem, la pardon du christianisme pour deux mille ans d’ anti-judaïsme. Un seul de ces bienfaits serait suffisant pour chanter le Hallel et croire en la Providence, en notre destin et en notre avenir. «Les chiens aboient, la caravane passe» dit le dicton. Tels sont nos ennemis, tels nous devons nous conduire avec eux. Hitler est passé, Staline est passé, Arafat est passé, Saddam Hussein est passé, Ahmadinejad disparaîtra inéluctablement et d’ailleurs il en est ainsi des meilleurs des hommes. Qu’est-ce que Clinton, Abbas, Bush, Obama et tous ceux qui s’imaginent faire le monde ? Si les dictateurs et les tyrans vivent quelques décades, les Présidents de la plus puissante nation de notre temps ne gouvernent que quatre ou huit ans : une simple parenthèse ! La mesure du temps juif se compte par siècles, par millénaires. Le temps est avec nous et toujours contre nos ennemis. Les hommes les plus puissants se croient importants, mais c’est une illusion de l’actualité. Comme le disait Jefferson, «le monde appartient aux vivants», le reste n’est qu’Histoire ou science fiction. C’est vrai pour tous les hommes. Sauf pour les Juifs dont le temps est inversé : le monde croit que le messie est déjà arrivé et que le déluge (ou la fonte des glaces !) est pour demain. Les Juifs disent exactement l’inverse : c’est le déluge qui est au passé et le messie, l’avenir. «Le moindre des peuples» comme le décrit la Bible (Deut 7,7) durera tant qu’il y aura des hommes. N’e réagissons pas à l’actualité, dépassons-la. Restons confiants et sereins.

Réduire Jérusalem à l’impuissance
Paul Giniewski
Les puissances ont récemment adressé à Israël deux mises en garde, deux rappels à l’ordre concernant son arsenal nucléaire supposé. Le 5 mai, les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité (Etats-Unis, Russie, Chine, Grande-Bretagne et France) ont réitéré une résolution de 1995 appelant à l’établissement d’une zone dénucléarisée au Proche-Orient. Le même jour, l’Agence internationale de1’énergie atomique demandait aux 151 États membres de l’AIEA d’énoncer leur position dans le but de convaincre Israël de signer le traité de nonprolifération. La concomitance des deux déclarations n’est pas fortuite. Quelles en sont les intentions ?

L e s e n n e m i s d ’ I s r a ël e t l e s d é mocraties unanimes
armes de destruction massive, chimiques et biologiques, ni aux vecteurs variés permettant leur utilisation contre Israël : depuis les lanceroquettes et missiles à courte portée installés aux frontières mêmes d’Israël au Sud-Liban et à Gaza, jusqu’ aux fusées à longue portée paradées ouvertement à Téhéran avec leur destination peinte sur leur flanc : l’entité sioniste. De plus, le bloc arabo-islamique détient sur Israël une supériorité structurelle. Ce bloc s’étend de l’Atlantique jusqu’en ExtrêmeOrient, constituant un hinterland qui le dote, vis à vis d’un Israël qui a 15 km de «profondeur stratégique» entre la Méditerranée et le territoire de l’Autorité palestinienne, d’une profondeur véritablement stratégique se mesurant en dizaines de milliers de kilomètres. Aux 20 000 km carrés d’Israël font face les dizaines de millions de km carrés du monde arabo-islamique. (suite page 2)

Le nain israélien et le géant arabo-islamique
Une nouvelle fois, les ennemis d’Israël - mais aussi les grandes puissances - cherchent à rendre Israël indéfendable dans les conditions du Moyen-Orient, dans l’état de ses rapports avec le monde arabo-islamique et face à la puissance combinée des membres de ce bloc. Aucun des ennemis d’Israël n’a renoncé à ses objectifs génocidaires, et l’un des chefs de file de la coalition anti-israélienne énonce ouvertement sa conception de la «solution finale» du problème israélien : la suppression de 1’Etat juif et travaille à se doter des moyens nucléaires pour réaliser cette Shoah numéro Deux. Aucun des ennemis d’Israël n’a renoncé aux

Le Lien

www.israel-diaspora.info
(suite de la page !) Ces différences sont irréductibles. La population de ce bloc araboislamique dépasse le milliard d’hommes, c’est à dire qu’il dispose de ressources humaines illimitées. Il s’appuie sur une émigration en expansion rapide dans tous les pays du monde. Les richesses naturelles de ce bloc, dont le pétrole et les biens accumulés depuis des décennies de rançonnement de l’Occident, font de ce géant physique et démographique une hyper-superpuissance financière, qui, effectivement, à partir de l’Arabie Saoudite et de 1’Iran finance le djihad contre Israël. Israël est donc condamné à une guerre défensive complètement disproportionnée et asymétrique. Quels que soient sa puissance conventionnelle et son armement nucléaire supposé, ils ne pourront compenser les capacités de ses ennemis.

28 Mai 2010 - 337 / 14

Archives du Lien : la “Nakba”
Archives de l’année 2000, du Lien Israël-Diaspora, éditorial du numéro 132. Cette année encore, dix après, les Palestiniens célèbrent funestement la Nakba. Cet éditorial n’a pas pris une ride et les Palestiniens continuent à singer les Juifs.
Après avoir échoué à abattre Israël par le terrorisme et la guerre, Arafat a trouvé une méthode simple pour parvenir à ses fins : mettre ses pas dans les pas de l’antique antijudaïsme chrétien : diaboliser Israël et se faire passer pour le Verus Israël. Il y a quelques semaines l’un de ses plus proches collaborateurs proclamait «Nous sommes les Juifs des Juifs». Patiemment et méthodiquement, Arafat capitalise depuis des années sur les Palestiniens les «profits» de la tragédie juive. Les Palestiniens seraient la «vraie diaspora», le vrai «peuple sans terre», errant et martyrisé à travers le monde (arabe d’ailleurs...), Jérusalem est la «capitale éternelle» du peuple palestinien. Jaloux de Yad Vashem, il a construit un «Musée de la tragédie palestinienne» où il emmène rituellement ses visiteurs de marque. Enfin, à la Shoah, catastrophe, il oppose la «Nakba» qui veut également dire la catastrophe. Et bien entendu, le jour commémoratif en est le pendant de Yom Haatzmaouth, 15 mai 1948, date de la résurrection d’Israël, qu’il fait précéder, comme les Juifs toujours, par un jour du souvenir, où il demande à son peuple d’observer deux minutes de silence pour les victimes de la cause palestinienne. Verus Israël... Et ça a marche ! Vieux truc de la publicité : utiliser des images subliminales pour capitaliser l’inconscient collectif et créer une «image de marque». Pour le 15 mai de l’an 2000, 52è anniversaire d’une prétendue Nakba, Arafat s’est surpassé. Une Intifada, comme on n’en avait pas vu depuis Oslo a enfiévré les Territoires. Selon l’AFP (qui n’est pas pro-israélienne, tant s’en faut ! ), on déplore au moins deux morts et près de 400 blessés parmi les Palestiniens... des policiers palestiniens ont ouvert le feu à balles réelles sur des militaires israéliens....Ces émeutes ont été orchestrées par le Fatah, mouvement du président Yasser Arafat, à l’occasion du 52ème anniversaire d’Israël que les Palestiniens considèrent comme la «Nakba» (Catastrophe). «Nous ne voulons pas coexister avec Israël», explique à l’AFP un adolescent au regard fiévreux... Des autorités israéliennes liées à la sécurité ont confirmé pour la première fois que le Hamas et l’Autorité palestinienne avaient collaboré pour générer ces émeutes. Ces autorités ont également confirmé que certains officiers de l’Autorité palestinienne encourageaient la violence et que des policiers palestiniens en habits civils participaient aux émeutes (dépêches du 16 et 17 mai). Sans rire, «Le Comité exécutif de l’OLP (CEOLP),» réuni à Ramallah en présence de M. Arafat, a insisté sur le «caractère pacifique» des manifestations palestiniennes», rapporte toujours l’AFP. Sans rire encore, Barak, impavide, commente : «Nous sommes au coeur d’un processus diplomatique dont l’objectif est de renfoncer Israël et sa sécurité.» Revenons à des choses plus sérieuses : Y-a-t-il eu ‘Nakba’ en 1948 ? La réponse est oui ! La ‘catastrophe’ est le résultat du refus des Palestiniens et des Arabes d’adopter la solution du partage accepté par Israël. S’ils l’avaient acceptée, il n’y aurait eu ni réfugiés, ni guerres, ni intifada, ni Oslo. La preuve : les Arabes restés en Israël où ils ont écoles, députés, ministres, mosquées, bref, leur vie... Ni les Juifs ni Israël ne sont responsables de la détresse palestinienne et s’il y a des criminels de guerre à juger, comme le demande la Ligue arabe, ils se trouvent parmi les dirigeants arabes et palestiniens. L’Histoire, sinon les hommes, fera justice des mensonges et responsabilités dans cette tragédie.

Les démocraties à nouveau guidées par l’illusion
Jean-Pierre Chevènement a publié quinze jours après l’appel des membres du Conseil de sécurité et de l’AIEA, un article longuement et significativement intitulé : «Il est illusoire et dangereux de croire que l’on peut mettre un terme à la prolifération nucléaire en supprimant les arsenaux existants». L’ancien ministre de la Défense constate que si les puissances nourrissent cette illusion et «déclarent vouloir réduire la place du nucléaire dans leur doctrine de défense, c’est parce qu’elles peuvent effectuer des ‘frappes conventionnelles dévastatrices’ par des missiles intercontinentaux dotés de têtes ‘classiques’ notamment, dont les autres puissances n’ont pas les moyens»(1). On ne saurait énoncer plus clairement l’impossibilité d’appliquer une politique de «limitation» voire de «renoncement» à sa capacité nucléaire supposée par Israël.

Israël est exposé à une frappe nucléaire préméditée, annoncée et ouvertement préparée par Téhéran. Mais peut-être aussi, à un stade ultérieur du conflit, à partir du Pakistan, voire de 1’Arabie saoudite. Et à des frappes conventionnelles de toutes dimensions, voire chimiques et biologiques, venant de tous les horizons. Israël peut-il mener la guerre de 1’Atlantique à l’Extrême-Orient et porter des coups conventionnels dévastateurs à des milliers de kilomètres de Jérusalem ? Telles sont les réalités face aux illusions et aux utopies des démocraties. On veut un Israël privé d’un moyen de réduire la disproportion et l’asymétrie. A terme, on veut un Israël désarmé face à un ennemi fanatisé qui réarme dans tous les secteurs et à outrance. Un Israël réduit à se plier aux exigences de Ramallah et de Gaza, de Téhéran et de Beyrouth, mais aussi de Vienne et de Washington. C’est une étape de la disparition d’Israël qu’on ne contrecarre plus activement, comme c’était le cas au temps du Président Bush, mais à laquelle on prête main-forte. Hitler voulait une Europe et un monde «judenrein», purifiés des Juifs. Les démocraties 1’ont laissé presque réaliser son programme. Les ennemis d’Israël veulent exactement la même chose. Et les démocraties, comme hier, les laissent faire. (1) Jean-Pierre Chevènement: «ll est illusoire et dangereux de croire que l’on peut mettre un terme à la prolifération nucléaire en supprimant les arsenaux existants», Le Monde, 21 mai 2010, p 18.

28 Mai 2010 - 337 / 15

www.israel-diaspora.info

Le Lien

Le gouvernement doit cesser de jouer un double jeu
ce mois, d’éminents intellectuels juifs tels Bernard Henri-Levy et Alain Finkielkraut ont publié un manifeste signé par des centaines de leurs affidés reprochant à Israël l’absence de paix dans la région et appelant l’UE et les USA à mettre la pression sur Israël pour céder Jérusalem, la Judée et la Samarie aux Palestiniens. Sur les campus aux USA, des étudiants juifs d’extrême gauche ont joué un rôle essentiel pour saper la reconnaissance du droit d’Israël à l’existence. A l’Université de Berkeley en Californie et sur d’autres campus, des étudiants juifs ont collaboré avec des groupes musulmans dans leur campagne de désinvestissement des avoirs de l’Université dans des compagnies investissant en Israël. A l’université Brandeis, des étudiants juifs ont organisé une campagne pour refuser l’invitation de l’ambassadeur Michael Oren aux cérémonies d’ouverture de l’année. Sans surprise, comme pour d’autres initiatives anti-Israël antérieures, ces actions en France et aux USA ont obtenu une couverture et un soutien media significatifs. Vives réactions Ce qui a reçu une moindre couverture, c’est la réaction populaire très vive dans les communautés européennes et juives contre ces initiatives. Après s’être réveillés avec retard face à la menace de désinvestissement en Israël, les Juifs de Berkeley et de la communauté alentour ont organisé une campagne massive et désormais réussie pour bloquer le mouvement de désinvestissement. A l’université Brandeis, des milliers d’étudiants de la faculté, anciens ou actuels, ont signé une pétition soutenant l’invitation d’Oren à l’université. En Europe, la députée au Parlement Européen Fiamma Nirenstein a répondu au manifeste anti-Israël par une contre pétition. La pétition de Nierenstein note que dans leur diatribe anti-Israël, Levy et Finkielkraut ignorent le fait que l’absence de paix au Moyen-Orient n’est pas due à la taille d’Israël mais au refus du monde arabe d’accepter le droit à son existence. Ensuite elle remarque qu’en s’attaquant maintenant à Israël, les signataires de cette épître anti-Israël avaient distrait l’attention du public du programme nucléaire iranien qui menace aujourd’hui non seulement Israël, mais l’Europe. La position de Nirenstein a reçu un écho dans une pétition jumelle publiée par un Professeur juif éminent, Shmuel Trigano. Ensemble, les pétitions italiennes et françaises ont réuni deux fois plus de signatures que la déclaration de Levy – Finkielkraut. Ce ‘est pas seulement que l’immense majorité des Juifs d’Israël et dans le monde soutient Israël et s’oppose à toute tentative de délégitimer Israël et la souveraineté israélienne sur Jérusalem. Les activistes juifs répondent à de fausses dénonciations des droits d’Israël en affirmant les droits du peuple juif en général et sur Jérusalem, la Judée et la Samarie en particulier. Affirmer nos droits Par exemple, le mois dernier, la Coalition Européenne pour Israël, en partenariat avec des Canadiens pour les droits légaux d’Israël ont tenu une conférence à San Remo en Italie. Là, ils ont commémoré le 90e anniversaire de la conférence de San Remo qui détermina le statut légal de l’Empire Ottoman après sa déconfiture au décours de la Première Guerre Mondiale. En 1920, la Conférence de San Remo détermina que le droit légitime sur la terre d’Israël – y compris Jérusalem, la Judée et la Samarie, appartenait au Peuple juif. Les résolutions de San Remo ont été incorporées dans le droit international par des mandats issus de la Ligue des Nations, et leur force légale n’a jamais été annulée ou remplacée par un quelconque traité ou une résolution internationale contraignante. Les participants à la conférence venaient d’Europe, d’Israël et d’Amérique du Nord. Leur message était clair. Le temps est venu depuis longtemps pour le Peuple juif de commencer d’affirmer nos droits sur notre capitale et notre terre. Nos tentatives de résoudre la quadrature du cercle en donnant notre accord de compromis sur nos droits en échange de promesses de soutien et de paix nous ont menés au point où la légitimité même d’Israël est mise en question à travers le monde. De façon troublante, au lieu de soutenir les efforts comme la commémoration de la conférence de San Remo et d’encourager les partisans loyaux d’Israël, de Rome à San Francisco et jusqu’à Jérusalem, le gouvernement reste dans l’expectative. D’un côté, Le Premier ministre Benyamin Netanyahou déclare quotidiennement que Jérusalem demeurera la capitale indivisible d’Israël et qu’il ne fera aucune concession en relation avec la cité. D’un autre côté, les actions du gouvernement témoignent de la volonté de faire des concessions massives sur la souveraineté israélienne à Jérusalem. Faiblesse gouvernementale Prenez le Mont du Temple. Le berceau de la civilisation juive n’est pas mentionné dans la liste du gouvernement parmi les sites du patrimoine juif. De même, malgré les protestations du gouvernement de dédication à Jérusalem, il n’a pas levé l’interdiction de la prière des Juifs sur le Mont du temple. Les Juifs demeurent le seul groupe religieux qui ne bénéficie pas de la pleine liberté de prier dans la ville. En annonçant le début de soi-disant négociations de paix entre les USA et Israël et la branche du Fatah de l’Autorité Palestinienne, le Département d’Etat a déclaré la semaine dernière que le gouvernement Netanyahou a donné son accord pour bloquer toute construction juive à Ramat Schlomo pour plusieurs années. Le gouvernement n’a pas contesté cette déclaration. En vérité, la volonté même du gouvernement de participer au processus de paix mensonger de l’administration Obama sape le contrôle d’Israël sur Jérusalem. Etant donné l’engagement évident du gouvernement Obama dans le redécoupage de la cité, il est clair que les pourparlers ne peuvent qu’affaiblir le contrôle d’Israël sur notre capitale. La faiblesse du gouvernement sur Jérusalem est le reflet d’un plus grand manque de volonté des diplomates israéliens de se tenir auprès des partisans d’Israël et contre ses détracteurs dans le monde entier. Plus souvent qu’à leur tour, les groupes qui reçoivent le soutien le plus enthousiaste des ambassades israéliennes sont ceux qui cherchent à miner les droits d’Israël. Le comportement de l’ambassade de Londres en est une illustration. Cette semaine, l’ambassade a adressé un message à sa liste de destinataires Internet pressant le public d’assister à une conférence de l’ancien directeur de ‘Shalom Archav’ (1) Gavril Bargil à la prestigieuse ‘London School of Economics’. D’un autre côté, l’ambassade a choisi de ne pas publier une conférence du ministre Benny Begin (2) sur ‘Yom Yeruchalaïm” [‘Jour de Jérusalem”]. Le discours de Begin était parrainé par plusieurs grandes organisations juives. On ignore qui a parrainé l’intervention de Bargil. A la fin de l’an passé, Akiva Tor, le consul général d’Israël a San Francisco s’est opposé à une résolution soumise au bureau de la Fédération Juive destinée à boycotter tous les groupes qui soutiennent des campagnes de boycott et de désinvestissement en Israël. Le résolution était mise en avant après que le Festival du Film Juif, soutenu par la Fédération, ait reçu la mère de Rachel Corrie et diffusé un film de propagande en faveur du Hamas à l’adulation de Corrie, écrasée involontairement par un bulldozer en tentant de bloquer des opérations antiterroristes de Tsahal à Gaza. Dans une lettre au journal juif local, Tor proclamait que la mère de Corrie n’était pas différente « d’une victime du terrorisme israélien ». A Los Angeles, le consul général Yaakov Dayan a donné un entretien l’an passé sur une radio locale. Il fut incapable d’expliquer la base légale des communautés israéliennes au-delà des lignes d’armistice de 1949. Cela revint à un activiste juif d’un quartier proche qui appela la station pour expliquer les droits d’Israël en vertu du Mandat de la Ligue des Nations. Actions exemplaires Le seul représentant du gouvernement qui participa à la conférence de San Remo était le Député à la Knesset, membre du Likoud,Danny Danon. La défaillance du gouvernement à prendre la direction pour renforcer Israël et les communautés juives dans le monde n’est pas un phénomène nouveau. Mercredi soir, le ‘Jour de Jérusalem” dans le quartier ‘Ir David’, sur le site historique du palace ‘King David’, le Prix Moskowitz du Sionisme’ a été attribué à trois dirigeants extraordinaires : Anita Tucker, Rabbi Yoel Schwartz et le général de brigade (2èmesection) le Dr. Aharon Davidi. Chacun d’entre a renforcé Israël et le Peuple juif grâce à leur œuvre pionnière, souvent malgré l’opposition du gouvernement. Tucker était parmi les fondateurs de Netzer Hazani dans le Gush Katif en 1975. La communauté, bâtie sur les dunes de sable aride de Gaza, a été l’une des communautés agricoles les plus réussies dans le monde jusqu’à sa destruction par le gouvernement en 2005. Plutôt que de se disperser après que le travail de sa vie fût détruit, Tucker a été une force essentielle pour la reconstruction de Netzer

Benny Beguin Hazani et de 20 autres communautés dans le Goush Katif. Rabbi Yoel Schwartz est le chef spirituel de l’unité religieuse du ‘Nahal’ (2) de Tsahal. Schwartz secoua aussi bien l’opposition de Tsahal que de l’Establishment orthodoxe fervent, et fonda l’unité nodale qui enrôle les jeunes Juifs religieux dans Tsahal en grand nombre pour la première fois. Au début des années 1980, le général de brigade Davidi acheva son service dans l’armée commencé en 1944, et qui le porta à des positions de commandement dans certaines des batailles essentielles de l’histoire de la nation. Après sa mise en réserve, Davidi décida que quelque chose devait être fait pour que la diaspora juive se perçoive comme partie de Tsahal. Aussi en 1983, il fonda « SAR EL » (3) qui fait venir des étrangers en Israël comme volontaires dans des bases de Tsahal. Depuis sa fondation, SAR EL a emmené plus de 100.000 volontaires venus de trente pays en Israël. Tucker, Schwartz et Davidi sont des individus extraordinaires. Mais leurs succès sont liés au fait qu’ils croient en Israël et dans le Peuple juif. Ils comprennent que les juifs qui cherchent à miner l’Etat sont une toute petite minorité. Plutôt que se compromettre avec eux, ils travaillent avec la vaste majorité pour renforcer le pays et son peuple. Il est impossible de concilier les droits du Peuple juif et les exigences du gouvernement Obama et l’alliance de la Gauche internationale et du monde islamique qui mènent campagne pour saper le contrôle d’Israël sur Jérusalem. Le gouvernement doit cesser d’essayer de jouer un double jeu. Au lieu de cela, il doit suivre la direction de ses citoyens extraordinaires et des Juifs à travers le monde dans l’affirmation des droits du Peuple juif sur notre capitale et notre pays. Notes du traducteur :

Caroline Glick
Quarante-trois ans après la libération de Jérusalem par le peuple juif, notre capitale n’a jamais été sujette à pareille agression. Mais elle n’a jamais non plus été plus énergiquement défendue par un peuple juif indigné – en Israël et à travers le monde. La semaine dernière, Makor Rishon a rapporté que des diplomates américains ont « montré de l’intérêt » pour tous les plans de construction dans la capitale. L’ambassadeur James Cunningham et le consul général à Jérusalem Daniel Rubinstein ont rencontré à plusieurs reprises des ministres importants du gouvernement pour exprimer l’opposition des USA à toute construction dans les quartiers juifs construits depuis 1967. Déférant à cette agression choquante des USA contre la souveraineté israélienne, le gouvernement aurait annulé les plans de construction déjà approuvés pour 2.500 appartements à Ramot, Pisgat Zeev, Neve Yaakov, Gilo et Har Homa. Les USA exigent aussi qu’Israël ne prenne aucune mesure contre la construction arabe illégale dans la capitale. C’est-à-dire que les USA agissent pour saper doublement le respect de la loi en Israël. D’abord, ils cherchent à dénier aux Juifs hiérosolomytains leurs droits de propriété, ensuite, ils appellent Israël à ne pas appliquer ses lois contre les criminels arabes. L’attaque de la gauche La tentative du gouvernement Obama d’affaiblir la souveraineté d’Israël à Jérusalem fait partie d’un plus large mouvement de la Gauche internationale pour soutenir la campagne islamique destinée à chasser Israël de Jérusalem en déniant aux Juifs leurs droits sur la cité. L’Union Européenne est tellement engagée à subvertir la souveraineté israélienne sur Jérusalem que même au beau milieu de sa crise financière, avec des économies de l’UE s’effondrant apparemment comme des dominos, des sources rapportent qu’une mission de l’UE en Israël vient de promettre au moins un million d’Euros à Ir Amin. (Ir Amim est une ONG dont la mission est de saper la souveraineté israélienne à Jérusalem. Selon NGO Monitor, les deux tiers du budget de Ir Amin proviennent de l’UE et des gouvernements norvégiens, suédois et tchèques.) Dans leur tentative de saper la souveraineté israélienne, le président américain Barack Obama et les Européens sont assistés par des Juifs gauchistes, de plus en plus antisionistes. Sous la direction du lobby pro-palestinien J-Street au début de

(1)’Shalom Archav’ = ‘la Paix Maintenant’, organisation gauchiste ultra minoritaire en Israël, parrainée par le parti d’extrême Gauche Meretz, et financée essentiellement par l’UE. C’est pourquoi on n’entend qu’elle sur nos ondes. (2) : Benny Begin est le fils de Menahem Begin ; il est député Likoud à la Knesset. (3) : d’élite Nah’al de : Unité parachutistes.

(4) : UPI SAREL existe en France, et organise le ‘Volontariat Civil en Israël” avec des séjours brefs dans des camp de Tsahal ; une partie du temps est dédiée aux visites du pays et à l’hébreu. C’est une expérience qui vous transforme. Tel sur demande.

Le Lien

www.israel-diaspora.info

28 Mai 2010 - 337 / 16

U n nouveau livre de P a u l G i n i e w s k i :

«Une affaire de poisons»
Pendant deux millénaires...
Le sionisme se proposait de mettre fin à cette damnation, de mettre les Juifs à l’abri des éruptions du volcan, de les déménager des flancs de tous les Vésuve à travers le monde, où ils campent, où ils se croyaient, où ils se croient solidement et quiètement enracinés. Theodor Herzl, le père de l’État juif, voulait capter une énergie surabondante, la Judennot, l’énergie-du-désespoir-des-Juifs, et employer cette force inutilement gaspillée pour réaliser la plus utile des thérapies sociales : guérir l’humanité malade de l’antisémitisme et ramener Pour dessiller leurs yeux et dissiper leur commisération mal placée. Bien sûr, dans le langage de certains on perçoit qu’ils ont fait semblant de prendre au sérieux une farce sans y croire. Ce qui est pire, en un sens, que les communiqués grotesques de la Ligue arabe et les accusations de Yasser Arafat. Ceux-ci mentaient, ceux-là donnaient leur caution à ce qu’ils savaient être faux. Et si le crime passionnel peut se comprendre — il est souvent fortuit — la neutralité face au crime est toujours préméditée. Les ennemis d’Israël ont agi en vertu de la règle simpliste et jamais infirmée : plus un mensonge est gros, plus il a de chances d’être cru et il en reste toujours quelque chose. Les témoins faussement impartiaux ont permis à la supercherie de produire son effet : ils ont produit les grosses volutes de fumée noire, et il n’y a pas de fumée sans feu… Benjamin Akzin, un professeur de sciences politiques de l’Université hébraïque de Jérusalem, a noté qu’aux États-Unis l’opinion était persuadée que le gouvernement d’Israël n’était pour rien dans l’empoisonnement des écolières. Mais en même temps on y chuchotait que peut-être, quand même, il pourrait s’être trouvé quelques « Juifs fanatiques » agissant pour leur propre compte... Et Akzin d’évoquer une conversation remontant à une soixantaine d’années, avec un Russe persuadé que certes, les Juifs ne tuaient pas tous des enfants chrétiens pour assaisonner de leur sang les matsoth de leur Pâque, mais peut-être, quand même... quelque secte pourrait s’adonner à ce rite sanglant, les Hassidim par exemple... Personne ne s’était jamais posé de questions équivalentes, en « mais », en « peut-être », en « quand même », ni à Templeton ni à Calcutta. L’indécence des médias Quand l’affaire des poisons se termina par la manifestation de la vérité, l’a-t-on proclamé au grand jour, à grand bruit ? On eût pu s’attendre du CICR, de l’OMS, des Nations unies, à des démentis et des mises au point, à voir cloués au pilori les organisateurs arabes de la mascarade. Après tout, ils avaient parlé de stérilisation des vierges, d’expérimentation d’armes chimiques secrètes, de génocide. On était fondé à voir réhabilitée la victime israélienne de la machination. Il eût été décent de la part des médias d’exprimer leur regret de s’être faits les portevoix et les auxiliaires — fût-ce involontairement pour certains — des affabulateurs et des faussaires.

Paul Giniewski, que nos lecteurs connaissent et apprécient de longue date, publie, ce moi-ci, son dernier ouvrage, «Une affaire de poisons», (1) un véritable dossier sur la propagande antisémite palestino-arabe, accusant Israël, dans la plus pure tradition moyenâgeuse, de crimes aussi odieux qu’imaginaires. Avant la recension de cet ouvrage dans le prochain numéro, nous vous présentons, en bonnes feuilles, sa conclusion : «La leçon»
Même les médias qui n’avaient pas participé à la conjuration s’y sont ralliés, a posteriori, en s’abstenant, quand la vérité fut évidente, de dénoncer les hommes, les organisations et les médias qui y avaient trempé. La conjuration de centaines de simulatrices et de médecins, de milliers d’agitateurs palestiniens, de millions d’Arabes applaudissant et pris la main dans le sac, n’aurait-elle pas dû constituer une information aussi sensationnelle, aussi digne d’être rapportée et commentée que l’épidémie, quand on en accusait les Juifs, et avec le même luxe de détails et la même véhémence ? À notre sens, la conjuration constituait une information encore plus importante que la maladie, car elle montrait à nu le principal ressort du conflit israélo-arabe. Ce livre a été écrit parce que la conjuration n’a jamais été décrite par ses témoins directs. Ce livre est jeté dans le plateau déficitaire de la balance et dans l’espoir d’y peser lourd. Ce livre accuse les télévisions, les radios, la presse mondiale non seulement de ce qu’elles ont fait pendant l’épidémie, mais d’avoir gardé le silence après en avoir trop dit. Ce livre veut être un cri déchirant le enne. « Dans le plus récent article, le 21 mai, une imprécision de rédaction nous a fait omettre les faits établis par le Centre de contrôle des maladies d’Atlanta, et dont nous avions rendu compte précédemment, à savoir que la plupart des 943 cas provenaient d’une réaction psychologique de masse, non d’un empoisonnement. « L’article citait un médecin arabe de Cisjordanie, affirmant avoir été licencié de son poste de directeur des services de santé par des fonctionnaires israéliens, parce qu’il avait refusé d’admettre que la maladie n’avait aucune base organique. « Cet article omettait l’explication israélienne de cette démission : à savoir qu’il (le médecin arabe) avait permis à des «gauchistes» de traîner dans les hôpitaux, avait incité les hôpitaux à ne pas libérer les écolières après leur guérison et avait tenté d’envenimer la situation. « La couverture a donné davantage de poids aux accusations arabes qu’aux explications américaines et israéliennes. Il n’y avait pas de justification journalistique à cette disparité ». C’est tout. Le New York Times ne prenait position que sur un point précis : la disparité entre l’accusation et la réfutation israélienne et américaine. Il ne touchait pas au fond, pour dire qui avait tort et qui avait raison. Il n’élargissait pas l’absence évidente de justification journalistique à l’ensemble de l’affaire. Mais au milieu du silence mondial obstiné et glacé, cette mince mise au point de l’intensité d’un murmure, fait l’effet d’une clameur qui réconforte, console et compense.

Se contenter de peu
Ce ton mineur était dans l’ordre des choses. Les Juifs doivent se contenter de peu. Les Juifs ne doivent jamais s’attendre à être réhabilités, à être portés en triomphe. Lors des procès des « assassins en blouse blanche » sous Staline, on les avait accusés faussement de complots contre l’État et les dirigeants soviétiques, on les avait condamnés et exécutés en tant que Juifs et sionistes. Après la disgrâce de Beria, on les réhabilita en tant que Russes. Les Juifs assassinés à Varsovie et à Riga par les nazis et leurs valets, se transformèrent en Polonais et en Lituaniens quand on commémora leur mémoire. On ne lave pas les Juifs d’accusations injustes, quels que soient les mérites de leur cause et la perversité de leurs accusateurs et ennemis. C’est à ces accusateurs qu’on accorde clémence, honneurs et oubli. Parmi les trente mille saints que vénère l’Église catholique figurent d’imaginaires victimes de meurtres rituels des Juifs et aussi saint Jean Chrysostome, dont les imprécations antisémites ont servi de modèle à Goebbels et aux autres haïsseurs des Juifs, et saint Louis, qui préconisait de dialoguer avec les Juifs en leur passant l’épée à travers le corps. L’Église n’a pas aboli ces saints. Au contraire. Isabelle, la reine de la grande expulsion d’Espagne de 1492 et Pie XII, le pape du silence du temps de Hitler, sont en instance de béatification. On nous objectera que tant de non-Juifs ont pris la défense des Juifs. C’est vrai. Mais la plupart du temps, quand on prend le parti des Juifs, en réalité ce n’est pas pour eux qu’on prend fait et cause. Israël était « notre ami, notre allié » tant que la France cassait du fellagha en Algérie tandis qu’Israël luttait contre les fedayin sur sa frontière égyptienne. Quand Paris et Alger firent la paix, Israël devint le « peuple dominateur et sûr de lui-même » et les Arabes, les amis de toujours de la France. Quand Paris descend dans la rue contre les profanations de Carpentras (le cadavre d’un Juif exhumé de sa tombe et apparemment empalé) c’est qu’on a besoin, pour des raisons électorales, de déclamer contre un adversaire politique. Si les Juifs croient qu’on a milité pour eux, tant mieux ! « À bas Le Pen ! » ne se traduit pas par : « Vivent les Juifs ! »

les Juifs dans leur pays.

Déménager le volcan
Pendant les deux mille ans de leur dispersion, ils avaient caressé ce rêve : « L’an prochain à Jérusalem... » Ils y seraient à l’abri de l’inhumanité de l’humanité. Ce projet a-t-il réussi ? Le sionisme a ramené les Juifs au Pays d’Israël où s’est produite la bifurcation judéochrétienne, quand le Juif Saül de Tarse s’est transformé en l’apôtre Paul. Mais en déménageant les Juifs, le sionisme a déménagé les volcans avec eux. Le sionisme a reconduit les Juifs au coeur du Volcan, où les laves originelles couvant sous la cendre, se mélangent aux laves du réveil arabo-islamique qui font éruption partout. La mascarade de Jenin et d’Arrabeh a été l’une de ces éruptions, mineure par comparaison avec d’autres explosions, une coulée qui n’a pas même, directement, fait de morts, une fumerolle légère. Jenin et Arrabeh, en fait, ne fut une tragédie et une souffrance que pour ses victimes israéliennes injustement accusées. Les comédiennes, ne l’oublions pas, pouffaient de rire quand les équipes de télévision avaient le dos tourné ; quand les enquêteurs avaient fini de scruter les produits malodorants de leurs viscères, de leurs latrines, de leurs rêves délirants. Elles s’amusaient. La véritable tragédie, c’est le sérieux qui a entouré cette mascarade : le professionnalisme poussé des enquêtes ; le langage des rapports publiés ; et le fait que nul, sauf en Israël, n’ait dénoncé la supercherie. Le tragique, c’est que ni Le Canard Enchaîné ni aucune autre revue satirique, à notre connaissance, n’ait parlé de l’affaire pour en faire des gorges chaudes et rire des empoisonnées. Nous écrivons bien rire, au risque de choquer les âmes éplorées pour qui le malheur des Palestiniens est le suprême malheur du monde. Peut-être pour les choquer.

silence. Ce silence constitue un plus grand scandale que les clameurs proférées.

L’exception
Il y eut, il est vrai une exception. Nous n’avons pu en découvrir qu’une seule. Un seul journal, à notre connaissance, a publié une sorte de meaculpa, sur le ton de repentir le plus mineur qui puisse s’entendre, et si court qu’il a probablement passé inaperçu de presque tous. Mais l’exception, fût-elle aussi atténuée, est exemplaire et mérite donc d’être citée en entier. Elle fait 9 centimètres de haut, deux courtes colonnettes de 44 lignes en tout, dont on est réduit à se contenter face aux dizaines, aux centaines de milliers de lignes et aux millions d’images consacrées par les médias à traîner Israël dans la boue et à blanchir l’OLP. Voici ces 44 lignes parues sans titre dans une page intérieure du New York Times le 18 juin 1983, dans la rubrique des « Notes du rédacteur en chef » qui « complètent ou rectifient ce qu’il considère comme un manque significatif d’impartialité, d’équilibre ou de perspective » « Dans plusieurs articles a été rapportée une mystérieuse maladie qui a frappé des centaines de résidents arabes de la Cisjordanie, la plupart des écolières. Les premières dépêches ont suggéré une maladie causée par un empoisonnement de masse. Mais selon les conclusions ultérieures de médecins israéliens et américains, les symptômes, y compris les vertiges, les nausées et les maux de tête, avaient été produits par une hystérie collective. « Les 4, 5 et 26 avril, des articles ont été consacrés à ces enquêtes médicales. Or l’emplacement de ces articles et leur longueur relative ont plutôt privilégié l’accusation d’empoisonnement que la réfutation israéli-

Ils rien ont rien fait.
Les télévisions, les radios, les journaux avaient relaté avec minutie les malheurs des jeunes filles « intoxiquées par des gaz mystérieux », par « l’eau de puits contaminés », par du « Coca-Cola mélangé à des substances toxiques ». On avait incriminé des « colons », des « ligues juives », des « émissaires israéliens », des « services spéciaux de Tel-Aviv », des « laboratoires secrets » utilisant des « germes maléfiques ». On avait disséminé les vieux poisons antisémites extraits des répertoires moyenâgeux où les Juifs empoisonnaient les puits et disséminaient les pestes et les épidémies. Puis, quand il fut évident pour tout homme de bonne foi que les Palestiniens avaient monté un bluff monstrueux, que les jeunes filles simulaient, que les médecins envoyés par la Croix-Rouge et l’ONU ne trouvaient pas de poison et que la conjuration ne visait qu’à rendre irrespirable l’air politique respiré par les Israéliens, ceux qui avaient répandu les fausses accusations de l’OLP et leur avaient donné une résonance mondiale, soudain restèrent muets. L’affaire des poisons disparut des écrans, des ondes, des colonnes des journaux. Quand les Juifs empoisonnaient les puits et les Coca-Cola, le monde retentissait de leurs méfaits imaginaires. Quand il s’avérait que l’OLP avait empoisonné les consciences pour attiser la haine, on faisait silence sur son crime. On faisait silence, car les empoisonneurs étaient les ennemis d’Israël, pas les Juifs.

28 Mai 2010 - 337 / 17

www.israel-diaspora.info
sacrilèges israéliens au compte de l’occupation jordanienne qui avait empoisonné les âmes des Juifs ? Ce sont les vraies questions que pose l’affaire des poisons et son enveloppement dans un tissu épais de silences complices. Tant que le monde des non-Juifs ne posera pas ces questions franchement et n’apportera pas de réponses claires, son silence démontrera que le vieux poison antisémite est actif et circule librement, que la presse et les opinions publiques en sont intoxiquées et que tous se sont mis sciemment — ou inconsciemment, ce qui est beaucoup plus grave — au service de la propagande empoisonnée des ennemis d’Israël.

Le Lien
adversaire d’Israël dans l’affaire des poisons a moins été l’ennemi arabe que les spectateurs, la presse et les organisations internationales. Le conflit israélo-arabe pourrait effectivement s’avérer un jour, proche à l’échelle de l’histoire, n’avoir été qu’un éphémère et superficiel incident de parcours. Peut-être sera-t-il guéri et cicatrisé, quand le venin continuera de couler de la plaie de l’antisémitisme scripturaire de la théologie devenu norme de l’ex-chrétienté, c’est-à-dire de la communauté internationale. Il faut drainer ce venin. Se borner à en éponger les effets n’aura pas d’effet sur son jaillissement à la source.

Les Juifs d’Entebbe
Or si les Juifs sont habitués à se contenter de rien ou de peu, tous les Juifs ne sont pas de ces Juifs-là. Ils sont nombreux à se sentir appartenir à la nouvelle race des Juifs exigeant la plénitude de leurs droits et de la justice, les « Juifs d’Entebbe », les Juifs dont les paras pénètrent jusqu’en Ouganda pour libérer les passagers juifs et non-juifs d’un Airbus d’Air-France détourné par un commando de terroristes arabes et de néo-nazis allemands. Autrement dit, des Juifs différents, qui ne subissent plus, ne tendent plus la joue et rendent les coups. Les quarante-quatre lignes du New York Times, méritoires et exceptionnelles, sont donc aux yeux de ces Juifs insuffisantes et inappropriées. Elles ne les satisfont pas. Ils persistent à réclamer, et dans mille ans, s’il le faut, réclameront encore, réparation aux Nations unies, au CICR, à la classe politique, aux médias, à Yasser Arafat, aux assassins arabes. C’est le sens de ce livre, c’est le sens qu’a voulu l’auteur à sa vie. La vie de chaque Juif d’aujourd’hui et de demain devrait avoir ce sens-là. Car on ne s’est pas borné à faire silence sur le dénouement de l’affaire. Quand il fut avéré qu’Israël était innocent, on a tenté de transformer le crime arabe en crime juif. Nous l’avons exposé plus haut: il n’y a peut-être pas eu de poison juif au sens propre des mots, ont écrit en substance des journalistes acharnés ou à gages, mais l’occupation juive de la JudéeSamarie a empoisonné les âmes des Arabes, de sorte que cette occupation est responsable, en fin de compte. Si les Arabes ont monté une mystification, c’est quand même, au sens large des mots, un crime juif. Que vaut ce galimatias, qui sous-tend et veut justifier implicitement la connivence avec les menteurs et les affabulateurs ? Pourquoi une occupation juive serait-elle une occupation empoisonnée ? Et si une occupation juive est censée légitimer les réactions les plus inavouables, les plus inadmissibles de l’occupé, pourquoi ne pas se pencher, à titre de comparaison, sur une occupation arabe ? Cette comparaison nous paraît impérative, en vertu du principe de l’égalité des Juifs et des non-Juifs, de l’Etat juif et des Etats non-juifs que nous revendiquons, que nous appliquons d’autorité à toute situation à composante israélienne. Cet élémentaire principe de justice est une évidence morale, en attendant de devenir un jour, qu’on doit espérer proche, une obligation en droit international. Comparons donc.

Une habitude bi-millénaire
Une agression antisémite ? Nous l’avons vu, l’antisionisme est la bi-millénaire habitude antisémite (devenue une pulsion, voire une passion chez les plus virulents des antisémites) de se servir de deux poids et de deux mesures

Données culturelles
Ce recours à la propagande est une donnée culturelle. La dissimulation, la ruse, le mensonge sont des armes de guerre. Divers écrits arabes de philosophie politique et militaire en préconisent et codifient l’emploi contre les infidèles. « Le mensonge, explique Ibn al Arabi, est autorisé dans la guerre afin de réconforter les musulmans lorsqu’ils en ont besoin pendant qu’ils combattent ». Pour Al Tabarini aussi, dans son livre Al Aousat, « les mensonges sont des péchés sauf quand ils sont dits pour le bien-être d’un fidèle (2) ». L’un des principes moraux du chiisme, la takiya, la règle de la précaution, autorise le croyant à feindre, à renier la parole donnée, quand sa foi est en danger. La paix même, conclue avec des infidèles, n’est en droit musulman qu’une sorte de ruse de guerre, de trêve. Lorsque le président Sadate envisagea de faire la paix avec Israël, il sollicita et obtint le blanc-seing des docteurs de l’université Al Azhar: une réconciliation avec les infidèles « est nulle et non avenue lorsque les musulmans ont (retrouvé) la capacité de les combattre ». En

La maladie antisémite
Ce livre, en braquant un faisceau aigu de lumière sur un fait-divers qui eut dû rester insignifiant, a montré comment la haine des Juifs et d’Israël l’a transformé en événement d’envergure mondiale, comment le venin antisémite a envenimé la belligérance arabe qui n’avait pas besoin de ce secours-là. La disposition des non-Juifs à souscrire aux griefs et aux accusations arabes, à croire et à répercuter les mensonges de la propagande arabe, n’a rien à voir avec les mérites et les torts respectifs des Israéliens et des Arabes dans leur conflit. L’antisémitisme et l’injuste discrimination d’Israël sont une maladie. Cette intoxication représente pour les Juifs un péril aussi grand que le néo-nazisme et l’antisémitisme crapuleux. Mais les Juifs qui luttent contre le néo-nazisme et l’antisémitisme crapuleux, ne montrent pas la même pugnacité quand ils réagissent à l’antijudaïsme. Et paradoxalement aussi, cet anti-judaïsme morbide représente un grand danger également pour ceux qui le propagent, pour les antisémites et les antisionistes, pour tous ceux qui tolèrent des doctrines, souscrivent à des actions dirigées contre les Juifs, ne s’apercevant pas, ou trop tard, qu’elles visent aussi, au-delà des Juifs •et des Israéliens, l’humanité. Car les nazis n’étaient pas et les néonazis ne sont pas seulement antisémites. Car l’impérialisme araboislamique ne menace pas que l’Etat juif. Voici formulés une autre loi de l’histoire : les Juifs ne sont jamais que les premières victimes des maux qui menacent toute l’humanité. C’est par égoïsme, c’est dans le souci de leur propre sécurité que tous les hommes devraient identifier dans la cause d’Israël et des Juifs leur propre cause. Le drame, c’est qu’intoxiqués, ils sont incapables de volonté de guérir. Comme un drogué, ils réclament et absorbent la drogue qui les tue. Nous avons posé la question tout à l’heure : le sionisme a-t-il réussi à guérir l’humanité intoxiquée ? La persistance du venin antisémite et antisioniste, la discrimination de l’État juif représentent, sur ce point, une faillite du mouvement de libération nationale des Juifs. Les penseurs sionistes et les pères fondateurs de l’État juif espéraient une réconciliation entre Juifs et non-Juifs, l’établissement de l’égalité entre la jeune-vieille nation ressuscitée à Jérusalem et les nations issues de la chrétienté. Léon Pinsker comme Theodor Herzl l’avaient explicitement annoncé. Pour Herzl, le retour à Sion « grandirait l’humanité par notre grandeur, l’enrichirait par notre richesse ». Dans sa naïveté, il rêvait d’une idyllique coopération judéo-arabe, fondée sur la gratitude des Arabes pour les bienfaits apportés par les sionistes au Moyen-Orient. Quelques-uns avaient vaguement prévu un certain niveau d’hostilité arabe. Aucun de ces visionnaires n’avait envisagé Israël héritant de l’hostilité contre les Juifs, au point qu’après la shoah brune on pût rêver, préméditer, préparer, passer à l’acte pour perpétrer une deuxième shoah, une shoah en keffia, dans l’indifférence des peuples civilisés. L’affaire des poisons montre de quoi l’univers doit guérir.

: un poids pour peser les actions des Juifs, un poids pour les mêmes actions, mais accomplies ou commises par les non-Juifs. Trente pour cent des résolutions des Nations unies, depuis leur création, ont été consacrées au seul conflit israélo-arabe, privilégiant les points de vue des ennemis de l’État juif, condamnant la résistance d’Israël à l’agression, permissives face à l’agression. Jusqu’à ce jour, en dépit de l’effondrement du bloc soviétique, les Arabes jouissent d’une impunité à peu près totale aux Nations unies, s’agissant de leur conflit avec Israël. Israël doit permettre qu’on assassine ses soldats, ses hommes politiques, ses athlètes, ses femmes et ses enfants sans répondre. Il doit tendre la joue.

La véritable affaire des poisons
L’affaire des poisons de Judée-Samarie n’est donc qu’une bataille dans une guerre de cent ans entre le sionisme et le monde de l’Islam. La reconnaissance mutuelle d’Israël et de l’OLP n’y a pas mis fin, puisque la paix et l’autonomie de la .Judée-Samarie et de Gaza ne sont, pour les Palestiniens, que la première phase de la destruction d’Israël en plusieurs temps. L’affaire des poisons est également un épisode dans une guerre de deux millénaires entre les Juifs et le monde. C’est à ces guerres qu’il faut mettre fin et elles sont liées. La véritable affaire des poisons est celle du poison antisémite et antisioniste qui circule à travers l’humanité et rend pathologiques, aberrantes, toutes les situations où sont impliqués des Juifs et l’État juif. Les effets de l’enseignement du mépris ne commenceront à sè dissiper et ne disparaîtront qu’après une longue évolution, quand l’humanité aura pratiqué pendant longtemps un enseignement de l’estime et du respect des Juifs et de l’État juif. Mêler l’enseignement du mépris au conflit israéloarabe, est-ce occulter ses causes ? Il n’est pas question d’éluder la cause spécifique et simple de l’affrontement des Arabes et des Israéliens : le refus arabe de l’existence d’un État juif. Mais leur affrontement acquiert sa dimension et sa résonance mondiales du fait que les Israéliens sont juifs. Un personnage d’un roman d’Amos Oz, La troisième sphère, paru en 1993 (sa thématique se situe dans le contemporain) voit dans le différend opposant les Israéliens aux Arabes « une parenthèse, une simple querelle de clocher », un « conflit immobilier ». Il pourrait être « totalement oublié d’ici trente à quarante ans, un siècle au plus, tandis que les chrétiens, dans mille ans, continueront, eux, à nous considérer comme les meurtriers de Dieu et à nous traiter en frères maudits ». Cet abîme d’obscurantisme est « le véritable danger (4) ». Le personnage d’Amos Oz n’a peut-être pas tort. L’affaire des poisons de Judée-Samarie vérifie sa prophétie et ses craintes. Au moment où Yasser Arafat et Itshak Rabin se serraient la main, le Saint-Siège n’avait pas établi de relations diplomatiques avec l’État juif. Le véritable

Jérusalem jordanienne
La Jérusalem juive, aussi, avait été occupée par les Arabes. Les Transjordaniens avaient envahi le quartier juif de la vieille ville en 1948 et l’ont occupée jusqu’à sa libération lors de la guerre de 1967, soit pendant dix-neuf ans. (C’est à la suite de cette agression, de cette occupation, de cette expansion arabes que le royaume hachémite s’est baptisé « Jordanie »). Les Jordaniens ont tué ou expulsé les habitants du quartier juif, y ont pillé et incendié des dizaines de synagogues, d’écoles et d’édifices publics ou les ont transformés en écuries, saccagé le cimetière juif du mont des Oliviers, qui existait depuis deux millénaires, tracé une route au bulldozer à travers le champ des morts, éventrant les tombes et mettant les ossements à nu. Les pierres tombales ont été martelées pour effacer les inscriptions hébraïques ou réutilisées pour paver les routes des camps de la légion arabe et construire des latrines pour les soudards à keffia. Le gouvernement jordanien avait transformé les tombes des Juifs en carrière à pierre et en avait concédé l’exploitation à une entreprise commerciale. Des dizaines de milliers de touristes, et notamment des pèlerins chrétiens, ont assisté au sacrilège pendant les dix-neuf années d’occupation jordanienne, à partir de l’hôtel Intercontinental qui surplombe le cimetière et se sont tus. Les médias, au cours de ces dix-neuf ans, se sont tus aussi. Mai si les âmes des Juifs, intoxiquées par le « poison » sécrété par une telle occupation avaient, quand Israël eut libéré Jérusalem, poussé les Israéliens à incendier la mosquée d’Omar et à daller de ses pierres vénérables les routes des camps militaires des Juifs ? Le monde se serait-il tu ? On aurait entendu des clameurs inouïes (au sens propre du mot: qu’on n’avait jamais entendues). Aurait-on mis ces excès, ces

fait, du point de vue de ce droit, ils n’auront pas le droit de ne pas reprendre la guerre. On peut comprendre que les Arabes, dans leur guerre contre l’État juif, se servent de moyens considérés comme déloyaux voire inadmissibles par leurs adversaires, imbus d’une autre culture. On comprend moins bien la connivence des Occidentaux avec les guerriers d’Allah à stéthoscope et les jeunes guerrières-écolières de Ramallah. Cette collusion s’explique sommairement par la politique (le pétrole, les achats d’armes). Elle s’éclaire surtout à la lumière de l’histoire, si l’on réalise qu’Israël a subi en mars-avril 1983, comme pendant la guerre du Liban de 1982, et comme il la subira à partir de fin 1987 pendant l’intifada, une agression antisémite de la part des médias et de la communauté internationale.

Le Lien
Le théâtre de Jean Racine Sh Saskia Cohen-Tanugi

www.israel-diaspora.info

28 Mai 2010 - 337 / 18

De Pourim à Chavouot, d’Esther à Athalie
Il y a trois Méditerranée dans Racine, l’antique, la juive et la byzantine…Le soleil fait un extérieur pur, net, dépeuplé. La vie est dans l’ombre, qui est à la fois repos, secret….(1)
opinion de la femme, il présente des héroïnes à l’intelligence aigue et à la grâce courageuse: Elles préfèrent mourir plutôt que trahir la morale et la dignité. Les femmes juives qu’il décrit sont reines: Esther, Bérénice, Athalie…Elles ont à prendre des décisions d’État – Elles doivent être femmes, juives et assumer une conduite exemplaire. Bérénice est cette reine juive qui, après la destruction du Temple de Jérusalem, se trouve à Rome face à Titus. S’il l’épouse, elle retrouve la couronne de Judée. Et Racine surprend quand il fait dire à Titus que la Reine de Judée est «son vainqueur» alors qu’il a gagné la guerre, détruit le Temple et déporte les Juifs et la ménorah : «Ma jeunesse nourrie à la cours de Néron, (v, 506) S’égarait, cher Paulin, par l’exemple abusée, Et suivait du plaisir, la pente trop aisée. Bérénice me plut. Que ne fait point un cœur Pour plaire à ce qu’il aime et gagner son vainqueur… Je lui dois tout, Paulin, récompense cruelle, Tout ce que je lui dois va retomber sur elle. (2) Racine considère les situations traversées par Israël, comme un enseignement pour l’État. Il s’appuie sur Esther, Mardochée, les présente au Roi Louis XIV, comme dérangeant l’ordre royal établi pour réveiller un ordre éthique supérieur. Leur objectif est de sauver des vies humaines et protéger l’État. Esther parle du monothéisme comme d’un pouvoir politique: Esther: «L’éternel est son nom. Le Monde est son ouvrage. (v, 1052) Il entend les soupirs de l’Humble que l’on outrage, Juge tous les mortels avec d’égales lois, Et du haut de son trône interroge les Rois. Des plus fermes Etats, la chute épouvantable, Quand il veut, n’est qu’un jeu dans sa main redoutable. Les Juifs à d’autres Dieux osèrent s’adresser, Rois, peuples en un jour, tout se vit disperser.» Sous Louis XIV, les personnages d’Esther étaient interprétés uniquement par des jeunes filles et les représentations étaient pour les proches du Roi. Ainsi Jean Racine, dramaturge, poète et conseiller du roi Louis XIV, respectait les lois de la pureté de l’image de la femme et de sa représentation publique. Il va jusqu’à faire commencer sa dernière œuvre, Athalie, écrite pour le printemps 1690 par la voix d’un Cohen gadol. Abner raconte son arrivée au Temple de Jérusalem le jour de la célébration de Chavouot. Oui, je viens dans son Temple, adorer l’Eternel. (v1 – 4) Je viens, selon l’usage antique et solennel, Célébrer avec vous la fameuse journée; Où sur le mont Sinaï la Loi nous fut donnée… Que les temps ont changé. Sitôt que de ce jour; La trompette sacrée annonçait le retour Du Temple orné partout de festons magnifiques, (v6 – 10) Le peuple saint en foule inondait les portiques, Et tous, devant l’autel avec ordre introduits, De leurs champs, dans leurs mains, portant les nouveaux fruits Au Dieu de l’univers consacraient ses prémices… Ainsi, Athalie, Bérénice, Esther sont des créations rares du patrimoine culturel. La langue de Racine est d’une pureté exceptionnelle Elle enseigne un français d’une grande beauté, l’alexandrin, la rime, l’accent rendent à la partition du jeu, une musique inégalée dans la langue française. Molière lui-même, en était jaloux, il rêvait de composer une tragédie ayant la qualité somptueuse du verbe racinien. Qui est Racine? Qui est cet homme épris de l’histoire juive, dont la tante et la sœur vivent au couvent, dont les parents sont issus de familles françaises occupant des fonctions importantes dans l’administration et dans la Justice?- Auteurs d’odes, de poésies royales, de 12 pièces de théâtre, dont 10 sont considérées comme des chefs–d’œuvre du patrimoine français, il dédicaçait ses pièces aux fonctionnaires d’Etat. Bérénice est dédicacée à Colbert, Secrétaire d’Etat, Esther est commandité par Madame de Maintenon. Épouse du Roi après le décès de la Reine, fondatrice de Saint-Cyr, elle destinait l’œuvre à l’éducation de ses pensionnaires. Après le succès remporté par les étudiantes de l’école, elle commande Athalie, reine de Judée. Avec Athalie, Racine montre le schisme du peuple juif: Juda et Israël, Baal, et l’alliance: Il parle d’un peuple à deux voix, un dieu, dont le double, nommé Baal, tente l’homme, mais pour être combattu et pour renouveler à chaque génération une plus grande fidélité au Dieu de vérité. Il montre qu’au même moment où il trahit Dieu, un juif, prêtre de Baal, ressent une crainte intérieure, témoignant, malgré la trahison, de son attachement au Temple de Jérusalem. Déserteur de leur Loi, j’approuvais l’entreprise (v 955) Et par là, de Baal méritait la prêtrise… Toutefois je l’avoue, en ce comble de gloire Du Dieu que j’ai quitté, l’importune mémoire Jette en mon âme un reste de terreur. C’est par les héroïnes juives que la femme du Roi de France éduque les filles de la noblesse française. Si Racine, en conseiller du Roi, exprime en alexandrins son admiration pour Israël, pour ses luttes, sa religion, sa foi, sa persévérance, c’est qu’il était soutenu par plusieurs personnes de la cours et de l’État. Louis XIV avait près de lui, un médecin juif en qui il avait toute confiance, il lui confiait sa santé et celle des enfants royaux, malgré les réserves de Molière sur la médecine et ses médecins Un conseiller philosémite, une femme, Madame de Maintenon, éprise de culture juive et responsable d’une fondation chargée de l’éducation de la femme, fervente admiratrice de la reine Esther, permettaient à ces paroles de se faire entendre à Paris, voilà ce qu’on disait des Juifs: Montrons ce jeune roi que vos mains ont sauvé (v 173- 176) Sous l’aile du Seigneur dans le Temple élevé. De nos princes Hébreux il aura le courage Et déjà son esprit a devancé son âge. Au XXe siècle, pendant l’occupation, Jean Racine a servi aux enseignants français de Grenoble et de France, issus de la Résistance à transmettre par la beauté de la langue française, l’espoir, cette recommandation de Racine écrite en 1688, étudiée « par hasard» en classe: « Réjouis toi, Sion et sors de la poussière. Quitte les vêtements de ta captivité, Et reprend ta splendeur première(…) Les chemins de Sion à la fin sont ouverts. (v, 1237) Rompez vos fers, Tribus captives. Troupes fugitives, Repassez les monts et les mers (…) Relevez, relevez les superbes portiques (v, 1255) Du Temple, où notre Dieu se plait d’être adoré.»
1 Roland Barthes, Sur Racine – Aux Editions du Seuil – 1976 2 Jean Racine, Théâtre Poésie Edition Gallimard la Pleiade – 1999

Parmi les auteurs de la littérature classique française antérieure au XXe siècle, Jean Racine, né en 1639 et mort en 1699 fut un des rares que l’on peut qualifier d’ «amoureux d’Israël». Le rival de Molière n’écrit pas de comédies. Ses héros accomplissent des combats au nom de la nation et de l’amour. Ils mettent leurs vies en jeu et sont représentés à l’instant de leur lutte entre politique et désir individuel, entre devoir au service de l’état et volonté personnelle. Racine montre les valeurs morales que devraient avoir l’homme ayant à sa charge un gouvernement. Il se sert du théâtre pour instruire un roi et ses conseillers, puis pour sensibiliser le peuple. Il veut par la perfection de son langage et par la clarté des situations, convaincre de l’intérêt d’une «conduite juste.» Ayant une haute

Cela ne sera pas un rêve
la mort et fera tout pour que vivent ses rêves de jeunesse. Elle parle « Je vais t’expliquer quelque chose, ma fille, et il faudra que tu t’en souviennes : parce qu’il a vu, il faut qu’il parle, pour lui, pour moi et pour tous. Le silence tue ceux qui ne savent pas. Ils doivent savoir. Ils doivent écouter. Et recommencer à écouter, et toujours écouter. Pour que la tombe ne referme pas sur ces morts atroces. Parce que, alors, elle se refermerait aussi sur celui qui n’écoute plus. Après tant d’années de silence, il faut que les gens parlent parce que, en dedans, ils sont morts eux aussi. Quand ils commencent à parler, alors seulement, ils redeviennent des vivants. » Dans son style incisif ou, tel l’orfèvre qui cisèle son bijou, chaque mot, chaque phrase sont travaillés, martelés, peaufinés, pour nous donner ici le livre de Line Meller-Saïd le plus accompli. Nous n’avons qu’une chose à lui demander : Encore Line. Encore et merci. Line Meller-Saïd, Cela ne sera pas un rêve, Editions Jean-Paul Bayol, 120 pages, 14,90 €

Livre - Line Meller Saïd :

‫בס"ד‬

H

e Offrez à votre fils le plus beau des cadeaux: a
commencer sa vie d’adulte au cœur de Hevron, entouré de nos Avot et de nos Imaot.
)‫(תפילת שמונה עשרה‬

s ou v r e l e n vou sb vr o r

"...‫"וזוכר חסדי אבות ומביא גואל לבני בניהם‬
Tu te souviens de la fidélité des patriarches, et Tu enverras un libérateur à leurs descendants….
Ayez le mérite d’être appelé à la Torah à la Machpela au Cœur de Hevron, berceau de notre histoire, à l’occasion de sa Bar-Mitsva Laissez-vous porter par la magie du lieu. Nous nous chargeons du reste.
Pour tout renseignement contactez Yaelle 052 834 7205 ou yaelle@skpisrael.com

s

Line Meller-Saïd nous étonnera toujours. Ce petit bout de femme, auteur prolixe nous avait habitué à chanter son Algérie juive natale. Son premier ouvrage, Un marché sans Juifs, m’avait impressionné par ses qualités humaines. Je n’ai jamais été déçu par les suivants. Un marché sans Juifs brossait le portrait émouvant de quelques-uns des derniers Juifs d’Algérie… Dans « Cela ne sera pas un rêve », elle décrit, au travers de l’histoire de Léa, un pan de l’histoire du XXe siècle chevauchant entre la Pologne et la Palestine devenue Israël. En 1924, l’héroïne, bravant sa famille, rejoint Abraham son fiancé, en Palestine afin d’y vivre son idéal de mouvement de jeunesse abreuvé par les récits bibliques. Ce récit s’étale sur cinquante ans, jusqu’à sa mort en 1975. Sa famille ayant été décimée par les nazis, Léa consacrera son existence aux rescapés des camps de

Bureaux à louer
1) Bureau 2pièces 40 m² environ 1500 nis + maam + arnona + vaad

plein centre à Netanya

France. 06 65 04 26 52
Israël 054 771 2743
Bureau de Relations Publiques - Département francophone Strategic Key Planning 02 671 4653 - skpisrael@gmail.com

28 Mai 2010 - 133 / 19

Politique
Jacques Kupfer Analyse

Accord Olmert Abou Mazen : révélations de Ramon
Shraga Blum
L’on savait déjà que l’ancien Premier ministre Ehoud Olmert avait fait de propositions de concessions plus que généreuses à Abou Mazen, surtout vers la fin de son mandat, comme l’avait fait Ehoud Barak à Camp David en été 2000, alors qu’il savait que de nouvelles élections auraient lieu bientôt. De récentes révélations de Haïm Ramon donnent la mesure des réelles « intentions de paix » palestiniennes, surtout lorsque l’on sait que l’une des exigences récurrentes des négociateurs palestiniens est de recommencer à chaque fois les pourparlers à partir du point où elles se sont arrêtées au round précédent, et même si entre temps la majorité et le gouvernement en Israël ont changé de camp. Haïm Ramon, ancien Premier ministre adjoint, a révélé lors d’une intervention à l’Institut de Recherches en Sécurité Nationale de l’Université de Tel-Aviv, que les discussions entre Ehoud Olmert et Abou Mazen avaient capoté à propos de deux points : le nombre de « réfugiés » qui seraient autorisés à venir s’installer en Israël, et l’étendue territoriale du passage prévu entre la Bande de Gaza et la Judée-Samarie ! Selon Ramon, « les discussions étaient allées très loin, même sur la question de Jérusalem, où les Palestiniens avaient accepté que les quartiers juifs construits après 1967, comme Guilo et Pisgat Zeev, pourraient rester sous souveraineté israélienne ». « Soudain », précise Ramon, « les Palestiniens ont émis de nouvelles exigences sur le pourcentage des terres cédées par Israël en compensation des blocs d’implantations qui resteraient sous souveraineté israélienne, et également, sur le nombre de ‘réfugiés’ qui seraient autorisés à s’installer en Israël, soit pour raisons humanitaires, soit dans le cadre du regroupement familial ». Le ministre Benny Begin, qui assistait à cette conférence, a réagi en déclarant « qu’il y avait un point commun évident entre le refus palestinien des généreuses propositions d’Olmert, et celles d’Ehoud Barak en 2000 : le refus qu’il y ait un tout simplement un Etat du peuple juif. Leur stratégie est chaque fois la même : obtenir des promesses de concessions, faire échouer les négociations au dernier moment sur un point précis, et exiger la fois suivante de redémarrer les pourparlers là où ils s’étaient arrêtés à la fois précédente ». Selon les concessions proposées par Ehoud Olmert de son propre chef, deux sujets tabous en Israël ont été rompus : l’indivisibilité de la capitale d’Israël et le refus du Droit de « retour » pour les Palestiniens qui furent parqués dans des camps de misère par les pays arabes dès 1948.

Liban sud ou nord Israel
10 ans. Il y a dix ans que l’homme que certains considèrent comme un grand guerrier et un politicien de capacité internationale a ordonné l’évacuation par Tsahal du Liban Sud. Ehud Barak avait décrété dans sa capacité de premier ministre de l’Etat d’Israël que les forces de Tsahal qui tenaient des positions jusqu’au Litani, devaient quitter le Liban, restituer jusqu’au dernier millimètre de territoire “occupé” et rentrer dans les bases situées dans l’Etat d’Israël. Cette décision fut saluée par l’ensemble de la gauche israélienne et des commentateurs avisés comme une initiative courageuse qui mettait fin à l’état de guerre avec le Liban! Tout comme après le désastreux accord d’Oslo, les sirènes très mal embouchées de la gauche israélienne promettaient des journées radieuses pour la Galilée. Bien entendu, comme après chaque retrait, nos hommes politiques n’ont pas manqué de préciser que désormais le moindre tir du côté arabe serait suivi d’une leçon mémorable! C’est ce qui avait été dit après Oslo et après la destruction du Gouch Katif avec les effets que l’on connait. Des années de collaboration avec l’ALS, l’armée du Liban Sud, dans laquelle servaient de nombreux chrétiens et des musulmans, prenaient fin d’une manière déshonorante et outrageante. Sans prévenir nos “frères d’armes”, nos soldats montaient dans les moyens de locomotion et partaient sous le couvert de la nuit. Les combattants de l’ALS pris au dépourvu, tentèrent pour une partie d’entre eux de fuir avec leurs familles en Israël avant que la frontière ne se ferme. D’autres, moins chanceux, furent rattrapés par les assassins qu’ils avaient combattu et périrent sous leurs balles. Derrière eux restaient des quantités innombrables de vivres, d’infrastructures, des livres de prières filmés avec une évidente satisfaction par le Hezbollah. Pas une évacuation mais une fuite mal organisée, mal pensée et aux conséquences qui se sont avérées désastreuses. Sourires et felicitations… Ce que Barak cherchait certainement c’était, comme aujourd’hui, d’avoir quelques sourires et félicitations des Mitchell et Kouchner de l’époque! A peine, les soldats juifs partis, on a vu les fanions du Hezbollah remplacer nos drapeaux et ceux de l’ALS et les hordes barbares prendre position. De ce moment date la montée en puissance du Hezbollah. L’armée juive reculait, s’enfuyait du Liban, abandonnait sur le terrain ses alliés, laissait ses infrastructures intactes. Ce qui était prévisible pour tout analyste politique clairvoyant, arriva. Le Hezbollah, auréolé de cette victoire se prépara à la prochaine et inévitable guerre. Chaque retrait israélien portait en lui l’impérieuse nécessité de reprendre pied dans cette région du Liban,de mener des raids et des attaques audacieuses pour assurer aux courageuses populations de la Galilée du nord, un semblant de tranquillité. Raids et incursions marquent l’histoire depuis la guerre menée par Menahem Begin en 1982 contre les terroristes arabes dont le chef criminel et les troupes furent sauvés par l’armée française. Mais Barak était ravi: l’ONU reconnaissait qu’Israël avait respecté pleinement les décisions prises à son encontre. De plus des forces de l’ONU, la FINUL, stationneraient désormais dans cette zone et nous garantissaient de sa totale incompétence et incapacité militaire. La prévisible prochaine guerre du Liban éclata avec un gouvernement qui n’osait pas, un premier ministre Olmert engoncé dans des problèmes personnels, une ministre des Affaires étrangères soucieuse de son seul avenir, un ministre de la défense qui étudiait le terrain avec des jumelles bouchées et un chef d’état major préoccupé par la vente de ses actions boursières. Le manque de détermination israélien permit au Hezbollah de bombarder le nord d’Israël, d’envoyer ses roquettes sur Haïfa et entrava la liberté d’action de Tsahal. De nouveau pour complaire à l’ONU, Israël bat en retraite et permet aux terroristes de Nasrallah de crier victoire. Le fait est qu’ils ont vaincu… non pas Tsahal mais le gouvernement Olmert Contingents musulmans de l’onu Israël a accepté derechef des troupes de l’ONU dont des contingents musulmans hostiles qui ont permis aux forces terroristes de se regrouper et s’armer avec plus de roquettes qu’une armée régulière. C’est encore le même génie militaire et politique, Ehud Barak, qui nous apprend que le Hezbollah dispose actuellement de quarante mille fusées et vient d’être doté par la Syrie de missiles d’une portée lui autorisant d’atteindre le centre de notre pays. Le Hezbollah, instrument de subversion terroriste crée par l’Iran, reçoit une aide et un soutien logistique des plus acharnés ennemis d’Israël afin d’accomplir les missions qui lui sont assignées par les syriens et par les mollahs iraniens. Outre le maintien de l’instabilité au Proche orient, le développement du terrorisme antioccidental et la main mise sur le Liban quasiment concrétisée, le Hezbollah a aussi pour tâche de préparer la prochaine conflagration avec Israël. Les rodomontades de Nasrallah précisent clairement ses intentions et s’appuient sur une histoire qui lui a donné l’avantage. Apres tout Israël a libéré des criminels dégoulinants de sang juif pour récupérer des cercueils et la foule arabe en liesse a fêté cet événement comme une victoire du Hezbollah. Le portrait du terroriste en chef enturbanné décore la frontière libano israélienne sous les yeux impavides des soldats de la Finul qui regardent les hordes du Hezbollah prendre position comme un troupeau de bovins regarderait passer un train. Les leçons de nos retraits successifs sont lisibles en lettres de sang sur notre Terre. Chaque retrait du Liban Sud a été accompagné de la nécessité de reprendre nos précédentes positions. Chaque retrait de Tsahal fut immédiatement exploité par le Hezbollah pour renforcer ses positions militaires et se fondre dans la population «civile» afin que l’avancée des soldats juifs fût plus complexe. En fait, la gauche israélienne a développé une philosophie masochiste consistant à souhaiter que l’ennemi parvienne à une puissance égale à celle d’Israël. Dans un tel cas, prétendent ces stratèges gauchistes, l’équilibre de la terreur sera atteint et la guerre ne pourra avoir lieu. Le défaut de cette pensée est que nous avons affaire à des arabes fanatisés par l’Islam et pour qui la guerre n’est ni une fatalité, ni un drame humain mais une obligation religieuse idéologique leur permettant d’accéder aux dizaines de vierges les attendant au paradis! Le roi est nu… Alors après tout, peut être que Ehud Barak n’est ni le stratège exceptionnel ni le politique génial que l’on voudrait nous faire croire. Il est peut être temps de constater que «le roi est nu»! Il est impensable d’imposer à nos soldats de revenir régulièrement sur le terrain ennemi, devoir le nettoyer au prix lourd de vies juives et repartir pour laisser les terroristes se réorganiser, se réimplanter et menacer à nouveau notre sécurité. Dans la prochaine et inéluctable bataille contre les terroristes du Hezbollah et ses commanditaires, il serait enfin temps de déclarer que Tsahal ne se retirera plus de terres conquises et que pour nous, le Liban Sud deviendra définitivement l’Israël Nord.

sur internet: www.israel7.com

Eco / Tech

28 Mai 2010 - 133 / 20

En bref
Education

Le chômage stagne mais 42.000 emplois ne trouvent pas preneur
Jacques Bendelac
Les entreprises israéliennes éprouvent du mal à recruter de la main d’œuvre dans certaines professions. Le phénomène a toujours existé en Israël, mais il est d’autant plus surprenant aujourd’hui que le chômage stagne à un niveau relativement élevé (7,3%). Au premier trimestre de 2010, ce sont 42.200 postes vacants qui ne trouvaient pas preneur, soit une progression de 4% par rapport au quatrième trimestre de 2009. Parmi les profils recherchés par le secteur privé au début 2010 et que les entreprises israéliennes ne parviennent pas à recruter, on trouvait: les métiers de la vente: 5 700 postes à pourvoir ; les ingénieurs et techniciens: 5 500 postes à pourvoir ; les professions médicales et paramédicales : 3 700 postes à pourvoir ; les employés de bureau: 3 300 postes à pourvoir ; les métiers de la restauration: 2 900 postes à pourvoir ; les chauffeurs: 2 200 postes à pourvoir ; les métiers de la construction: 1 900 postes à pourvoir ; les agents de la sécurité: 1 500 postes à pourvoir. Les postes vacants se situent essentiellement dans les secteurs de l’industrie, de la santé, des transports et la distribution. En revanche, dans la construction et la restauration, le nombre de postes à pourvoir a diminué au premier trimestre de 2010. Dorénavant, cette enquête réalisée par l’Institut israélien de la Statistique et intitulée « Job Vacancy Survey », est réalisée tous les mois dans le cadre des indicateurs statistiques recommandés par l’OCDE. Cette enquête couvre tous les secteurs du secteur privé, à l’exception de l’agriculture. Selon les statisticiens israéliens, « cette enquête permet d’identifier les besoins en main d’œuvre des entreprises et d’orienter la formation professionnelle ».

L’épreuve de mathématiques en vente libre !

Incroyable, mais vrai : depuis plusieurs jours, l’une des épreuves reines du Bac israélien est en vente libre, offerte aux plus offrants… Au ministère de l’Education nationale, les matheux de service travaillent d’arrache-pied pour sortir dans les délais une nouvelle mouture de l’épreuve. L’alerte a été donnée par un prof de mathématiques auquel l’un de ses élèves avait mis sous ses yeux une photocopie de l’épreuve. La question : d’où provient la fuite ? Il faut savoir que, pour toute les matières qui seront présentées au baccalauréat, une équipe de spécialistes, triés sur le volet en début d’année scolaire, se réunit hebdomadairement sur une période donnée, pour fixer le contenu du questionnaire. L’identité de ces experts est tenue secrète. Ensuite, la mouture est passée au crible par une autre équipe, formée d’enseignants, qui exprimera son point de vue sur le degré de difficulté du questionnaire, corrigera d’éventuelles erreurs, reverra certaines formulations. Toutes les notes seront détruites. Après approbation, le formulaire définitif est pris en charge par une unité spéciale des imprimeries gouvernementales. Une semaine avant l’examen, les sacs postaux contenant les formulaires sont acheminés vers les bureaux de poste par une société spécialisée dans la protection des documents et objets de valeur. Ces sacs sont alors mis en lieu sûr, dans le coffrefort du bureau de poste. Deux heures avant le début de l’examen, les directeurs d’établissements, ou leurs mandatés, viennent récupérer les sacs. A quel niveau de la filière, la fuite est-elle intervenue ? Mystère et boule de gomme. Du moins pour l’instant. En tout cas, l’affaire fait du bruit dans le landernau de l’éducation. Au grand dam des candidats qui, questionnaire en poche, sablaient déjà le champagne.

Pour sa part, le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Emploi fournit une explication aux difficultés que rencontrent les employeurs pour pourvoir aux postes vacants: les salaires ne suivent pas.

Pour les emplois considérés comme pénibles (comme dans la construction ou hôtellerie), les Israéliens estiment que les salaires proposés ne sont pas suffisamment élevés pour constituer une incitation financière à travailler.

1 Euro = 1 Dollar ?
L’euro atteindra la parité avec le dollar au premier trimestre 2011 »: ces prévisions que vient de dévoiler la banque BNP Paribas ne laissent pas les économistes israéliens indifférents. En Israël aussi, la parité totale de l’euro et du dollar est un scénario qui est envisagé sérieusement. Pour l’économie israélienne, la baisse de l’euro n’a pas que des inconvénients: c’est peut-être mauvais pour les exportations et les industriels, mais c’est bon pour les importations et les consommateurs.

Jacques Bendelac
L’occasion de diversifier les débouchés extérieurs Le cours élevé du shekel face à un euro faible pénalise les exportateurs israéliens: la contrepartie qu’ils perçoivent en shekels de leurs fournitures aux pays européens diminue. Pour compenser la dévaluation de l’euro qui a perdu 20% de sa valeur en quelques semaines, les industriels israéliens doivent se tourner vers de nouveaux marchés pour écouler leurs produits, essentiellement en Asie et Amérique latine. En 2009, les exportations israéliennes sont encore concentrées vers les Etats-Unis (35%) et l’Europe (26%); l’Asie (20%) et le reste du monde (19%) pourraient devenir une destination préférée des expor-

En partenariat avec:

www.israelvalley.com

tateurs israéliens. Un euro bas pourrait donc être l’occasion de diversifier les débouchés extérieurs. Les pays à forte croissance du groupe des pays émergents BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) seraient une bonne cible pour les exportations israéliennes. En 2009 déjà, Israël a vendu pour 700 millions de dollars au Brésil, pour 650 millions de dollars à la Russie, pour 1,8 milliard à l’Inde et pour 1 milliard à la Chine. Même lorsque la crise actuelle se sera atténuée, la diversification des débouchés extérieurs restera un atout pour l’économie israélienne. En attendant, les industriels israéliens veulent inciter les Israéliens à préférer les produits locaux aux produits importés. Une campagne médiatique pour l’achat de produits « bleu et blanc » vient d’être lancée par le ministère de

l’Industrie, du Commerce et de l’Emploi. En achetant un produit “made in Israel”, l’Israélien permet aux industriels d’écouler sur place des articles qui, momentanément, ont vu leurs marchés extérieurs se rétrécir. L’inflation recule avec la baisse du coût des importations Le consommateur israélien a toujours eu un faible pour les articles importés. Aujourd’hui, il devrait bénéficier de la baisse du prix des produits originaires de la zone euro: voitures, électroménager, parfum ou alcool, “made in France” ou fabriqués dans un autre pays européen, devraient voir leur prix baisser en Israël. La baisse prendra effet dès que le stock de produits achetés avant le début de la crise européenne sera épuisé. Par ailleurs, pour les voyageurs et hommes d’affaires, l’Europe

devient une destination bon marché. Sans compter qu’à la veille de la période estivale, le coût des vacances en Europe (avion et séjour) pour une famille israélienne devrait chuter d’au moins 20%, en shekels, par rapport à l’année dernière. Pour les industriels aussi, la faiblesse de l’euro abaisse le prix des matières premières importées: la baisse des coût de production va donc compenser, même partiellement, les pertes essuyées à l’exportation. Et en réduisant le coût des importations, la chute du taux de change de l’euro va contribuer à la baisse de l’inflation en Israël. Un taux d’intérêt bas favorise la croissance Un shekel fort permet aussi de maintenir des taux d’intérêt bas, puisqu’il n’est plus nécessaire de défendre le shekel contre les spéculateurs. Et des taux d’intérêt bas favorisent la croissance et l’emploi, sans crainte de dérapage inflationniste. Par ailleurs, la crise de l’euro remet à l’ordre du jour la question du taux de change du shekel vis-àvis des principales devises. La politique de rachat massif de dollars par la Banque d’Israël commence à s’épuiser: aujourd’hui, c’est l’afflux de dollars en Israël qui est une des principales raisons de la surévaluation du shekel. La solution serait d’exporter le dollar vers l’étranger pour desserrer la pression à la hausse sur le shekel. Aujourd’hui, certains économistes israéliens n’hésitent plus à recommander aux fonds d’épargne et caisses de retraite de placer les excédents dans les pays émergents qui présentent une meilleure stabilité que les pays occidentaux. Ce pourrait être au Brésil dont le taux d’endettement est plus faible qu’en Europe; ou encore en Chine qui annonce, pour cette année, un taux de croissance record de 12% de son PIB.

Face à la mer et l'ascenseur

Appartement, Rue pierre kenning magnifique 5 pièces dans imm. neuf, balcon. Vue mer. Suite parental avec salle de bain. Air conditionné, Grand salon, Cuisine équipée. chambre forte (rb27) PRIX : 1.650.000 nis Trés beau appartement Rue Nat 600, 5 pièces, 126m² avec balcon, vue mer, suite parentale avec salle de bain, grand salon, salle à manger, Cuisine équipée, Air conditionne, jacuzzi 2 Parking, cave, imm. neuf (rb48) PRIX : 1.750.000 nis Appartement, Rue Mol 3.5 pièces, 100m² avec vue mer, cuisine équipée, 2 wc Air conditionné parking + ascenseur (rb49) PRIX : 1.600.000 nis
Appartement Rue Gordon, 5 pièces 140m² avec balcon de soleil 3 wc, air conditionné cuisine équipée (rb88) PRIX : 1.500.000 nis

Appartement Rue Ussinsky 4 pièces 110m2 en parfait état, Cuisine équipée avec vue mer 2 WC, Air conditionne. 100 m kikar et plage. Ascenseur, parking (rb6) Prix: 1.700.000 NIS
Appartement, Rue Belinson 5 pièces, cuisine équipée, grand balcon Ascenseur + parking (rb91) Prix: 1.900.000 Nis

Appartement, rue Jabotinski 4 pièces 105m2 vue mer Cuisine séparée 2 WC Air conditionne (rb54) Prix: 1.600.000 NIS Appartement, Rue Gad Machne`s 4 pièces 130m2 cuisine équipée vue mer, air conditionné. Trés belle décoration intérieur imm. rénové (rb92) Prix: 420.000 Euros

"appartements pour locations saisonnieres juillet/aout" NOUS CONTACTEZ au 054-2229086

Annonces Classées

28 Mai 2010 - 133 / 22

Annonces Classées

avec

[Vente] , Ashdod, 5.0 pces, Appartement, 1,350,000 NIS, au centre de la ville tres beau 5 pieces avec piscine , air conditionne , grande terrasse , 2 salles de bains , suite parentale , parking ...... // Tivour Building, Dov Uzan, 08-8645437 [Vente] , Ashdod, 6.0 pces, Appartement, 1,390,000 NIS, tres grand appartement dans un quartier residentiel immeuble recent, a proximite de commerces synagogues et la mer.... // Tivour Building, Dov Uzan, 08-8645437 [Vente] , Ashdod, 5.0 pces, Appartement, 1,300,000 NIS, appartement 5 pieces en plein centre ville , terrasse de 30 m2 ,climatisation, suite parental , 2 ascenseur dont 1 de chabat ,sol en marbre , parking.... // Tivour Building, Dov Uzan, 08-8645437 [Vente] , Ashdod, 5.0 pces, Penthouse, 2,600,000 NIS, ‫םיל אלמ ףונ(ראופמ ז»יב זואטנפ‬ ‫תומלצמ ,יזוק’ז+השבי הנואס‬ ‫ // )דועו תוקעזא‬First Immo, Jerome Darmon, 08-8648004 [Vente] , Ashdod, 7.0 pces, Villa, 4,000,000 NIS, ‫הלין‬ ‫וק םיל אלמ ףונ, רקדב תממהמ‬ ‫// ד»ממ+וידוטס ח»י םע ןושאר‬ First Immo, Jerome Darmon, 08-8648004 [Vente] , Ashdod, 4.5 pces, Rez de jardin, 1,250 NIS, ‫2 םע הריד‬ ‫ // יטיסב םוקימ תוניג‬First Immo, Jerome Darmon, 08-8648004 [Vente] , Ashdod, 6.0 pces, Villa, 2,000,000 NIS, ‫הליו‬ ‫רכשומ רויד תודיחי 6 ל תקלוחמ‬ ‫ // ח»ש 00021 כ‬First Immo, Jerome Darmon, 08-8648004 [Vente] , Ashdod, 4.0 pces, Appartement, 1,900,000 NIS, ‫ןסחמ+ םיל ףונ דואמ תעקשומ‬ ‫ // )ד»ח 3-ל הכפה( !תידימ‬First Immo, Jerome Darmon, 08-8648004

Netanya
Appartement, Rue bellinson, décoré dans nouvelle construction, air conditionné, balcon, 2 wc, possibilité avec les meuble 1750000 nis (ref2) Fitoussi immobilier 098848787 Appartement, rue Stamper, 5 pièces, possibilité de partage en 2 appartements 3 et 2 pièces, 2 cuisines, 2 salles de bains, 120m², bon emplacement centre ville, ascenseur et parking 1550000 nis (ref34) Fitoussi immobilier 098848787 Beau cottage 260 m2 construction 187 m2 sur 3 etages avec jardin et parking. R.D.C entree + 1 chambre avec douche et w.c. 1er etage salon, salle a manger , cuisine et w.c. 2eme etage 4 chambres dont 1 suite parentale avec douche. 3eme etage une grande terrasse de soleil. Tres bon emplacement, proche synagogue (quartier religieux). Proche universite de Kiriat Hasharon. 5 minutes en voiture du centre ville. Fitoussi immobilier 098848787 Tres grand appartement 5 pieces. rue Dizengoff, Cuisine equipee. Grande salle de bain. Vue sur mer. Vue sur le Kikar. Possibilite de louer le studio avec une entree differente. Air conditionne. 470000 $ Fitoussi immobilier 098848787 Tres beau appartement 5 pieces.rue David Hamelech Cuisine separee et equipee. Grande salle de bain avec jacuzzi. Air conditionne dans toutes les pieces. Vue mer.1950000 nis (ref68) Fitoussi immobilier 098878484 Cottage, proche hôtel Carmel, belle prestation, sous sol, 350m2. 2.700.000Nis. Immoritz: 054 237 97 77 Penthouse, Rue Rishon letsion, immeuble neuf, vue mer. Immoritz: 052-3121096 AFFAIRE!! Proche nitza, projet neuf en voie de livraison: 4p, 106 m2, à partir de 1,550,000 NIS. Derniers appartements à saisir. Immoritz: 052-3121096

Rue Smilanski, très grand 4p., entièrement rénové,140m2, à voir absolument. Immoritz: 052-3121096 Rue Jabotinski, 3p., à rénover, 100 m2, vue sur rue, très bien situe. 1,230,000 NIS. Immoritz: 052-3121096 Rue Jabotinski, magnifique 4p. tout rénové, Rez de Chaussee. 1,190,000 NIS. Immoritz: 052-3121096 Rue Jabotinsky, dans immeuble très récent, très beau 5p., magnifiquement rénové, balcon et vue mer. Immoritz: 052-3121096 Exclusivité!! Rue Hess, face à la synagogue du Rav Shloush, duplexe luxueux, avec terrasse 70m2. Proche tout commerce. À voir. Immoritz: 052-3121096 Smilansky, beau 3p., rénové, vue très dégagée, très central. 1,250,000 NIS. Immoritz: 052-3121096 Sd. Binyamin, 4p., 120 m2, immeuble et appartement rénovés. 3e étage. 1,250,000 NIS. Immoritz: 052-3121096 Smilansky, 4.5p, rénové, grand salon, bien situe. 1,520,000 NIS. Immoritz: 052-3121096 Smilansky, beau 3p. rénové, proche synagogue du Rav Azoulay. 1,050,000 NIS. Immoritz: 052-3121096 Brenner, Grand 5 p. 150m2, très bien situe, 1er étage, à rénover! 1,250,000 NIS. Immoritz: 052-3121096 5.5 p., terrasse, à voir ! 1.275.000Nis. Immoritz: 050 259 15 16 Penthouse, 6pcs, 150m2, 100m2 de terrasse, vue dégagée. Immoritz: 050 259 15 16 Proche Brenner, dans rue calme, 4.5p. dans immeuble récent, balcon plein sud, parking, cave. 1,450,000 NIS. Très belle occasion. Immoritz: 052-3121096

Proche Remez, grand 4p., 120 m2, magnifiquement rénové, vue dégagée. 1,280,000 NIS. Immoritz: 052-3121096 Remez, 3p. rez de chaussee, très bon potentiel à rénover, 1 minute du Kikar, bon pour habiter ou pour location saisonnière. 850,000 NIS. Immoritz: 052-3121096 Proche de l’hôtel Blue Bay, rénové, libre de suite. Immoritz: 050 259 15 16 Ussishkin, beau 4 p. rénové complètement, très bien situé. Immoritz: 052-3121096 AFFAIRE!! Rue Trumpeldor, 4p. entierement rénové, parking, ascenseur, ravissant!! 1,010,000 NIS. Immoritz: 052-3121096 Rue Trumpeldor, dans immeuble neuf, grand duplexe 5 p. avec deux terrasses, 2,050,000 NIS. A VOIR!! Immoritz: 052-3121096 Rue Trumpeldor, beau penthouse, a saisir!! 1,800,000 NIS. Immoritz: 052-3121096 Maison luxueuse à Emek Hefer, 6 pièces, 3 niveaux, avec piscine. 300 m2 construit/750 m2 terrain. Immoritz: 052-3121096 [Vente] , Netanya, 4.5 pces, Duplex, 1,850,000 NIS // ADAMIS , paul bismuth, 09-8843754 [Vente] , Netanya, 4.0 pces, Appartement, 1 NIS // ADAMIS , paul bismuth, 09-8843754 [Vente] , Netanya, 3.0 pces, Appartement, 1,500,000 NIS // ADAMIS , paul bismuth, 09-8843754 [Vente] , Netanya, 4.0 pces, Cottage, 1,550,000 NIS // ADAMIS , paul bismuth, 09-8843754 [Vente] , Netanya, 4.0 pces, Penthouse, 1,650,000 $, magnifique penthouse situe sur le boulevard de nice vue panoramique sur la mer appartement livre entierement meuble // ADAMIS , paul bismuth, 09-8843754

Asdod
[Vente] , Ashdod, 5.0 pces, Appartement, 1,170,000 NIS // First Immo, Jerome Darmon, 08-8648004 [Vente] , Ashdod, 9.5 pces, Villa, 2,500,000 NIS, ‫הליו‬ ‫ // .םיל ןושאר וק תונמדזהב‬First Immo, Jerome Darmon, 08-8648004 [Vente] , Ashdod, 7.0 pces, Duplex, 4,800,000 NIS, ‫סקלפוד‬ ‫// .תונמדזהב ,הנירמב עגשמ‬ First Immo, Jerome Darmon, 08-8648004

[Vente] , Ashdod, 4.0 pces, Appartement, 990,000 NIS, Appartement clair, Investie, Bel appartement, A ne pas manquer,tres bel appartement,clair,avec de grandes chambres,une belle cuisine,tres investi,asc chabath,proche de toutes commoditees. // Tivour Building, Dov Uzan, 08-8645437 [Vente] , Ashdod, 5.0 pces, Appartement, 1,400,000 NIS, AU CENTRE DE LA CITY // Tivour Building, Dov Uzan, 08-8645437

[Vente] , Ashdod, 5.0 pces, Appartement, 1,300,000 NIS, LE SEUL NOUVEAU PROJET DE «YOUD BET», COMPOSE DE 3 IMMEUBLES DE 7 ETAGES AVEC DE TRES SPACIEUX APPARTEMENTS 4 PIECES, 5 PIECES, REZ DE JARDIN, ET PENTHOUSES AVEC PISCINE. LES PLUS BEAUX MATERIAUX DE CONSTRUCTION SONT UTILISES : -GRES CERAM POLI 50*50 -2 ASCENSEURS DONT UN DE SHABAT -PORTE D ENTREE BLINDEE.... A VOIR ABSOLUMENT...... // Tivour Building, Dov Uzan, 08-8645437

[Vente] , Ashdod, 5.0 pces, Appartement, 1,830,000 NIS, Vue sur la mer Appartement dans un immeuble neuf // Tivour Building, Dov Uzan, 08-8645437 [Vente] , Ashdod, 5.0 pces, Appartement, 1,450,000 NIS, Joli appartement // Tivour Building, Dov Uzan, 08-8645437 [Vente] , Ashdod, 4.0 pces, Mini-Penthouse, Uzan, 08-8645437 1,700,000 NIS // Tivour Building, Dov

Jerusalem
Petit immeuble au centre ville avec forte plus value. DC Invest David Chaouat 054-7316699

A R I S O N

Real Estate

G R O U P

28 Mai 2010 - 133 / 23

Annonces Classées
Remax Bleu & Blanc

orly.bokobza@remax.co.il - www.remax-netanya.co.il
rue Stamper, proche kikar, 4 pcs 120m², terrasse 80m², entièrement rénové
rue Arehut, superbe cottage, 4 pcs, sous sol, cuisine design, rénové avec soin. rue Nitza, splendide 5 pcs balcon 12m², trés haut standing, vue mer, imm neuf.

rue Itamar Ben Avi, duplex, bien agencé, 6 pcs, 150m² + 50m² de terrasse ensoillé .
Rue Arehut, cottage neuf !! 5 pcs, sous sol, piscine privée, superbe cottage !!

JERUSALEM Petite immeuble au Coeur de Jérusalem avec droit de construction et forte plus value assurée.

ORLY BOKOBZA 052-555 04 87
12 Kikar Haatsmaout - Netanya Fax: +972 (0) 9 832 23 85 Tel: +972(0) 9 832 23 82
[Vente] , Netanya, 4.0 pces, Appartement, 900,000 NIS, bonne affaire excellent investissement // ADAMIS , paul bismuth, 09-8843754 [Vente] , Netanya, Appartement, 1,850,000 NIS, appartement tres bien decore en excellent etat 4 pieces avec vue mer parking et climatisation // ADAMIS , paul bismuth, 09-8843754 [Vente] , Netanya, 4.0 pces, Appartement, 1,400,000 NIS, Magnifique appartement, Proche de la mer, Bonnes orientations, Investie, ‫הריד‬ ‫.תוארל בייח דואמ תעקשומ‬ ‫ // .שדוחה לש תונמדזה‬ADAMIS , paul bismuth, 09-8843754 Maison exceptionnelle, 250/500 m2, avec jardin et piscine. 3,500,000 NIS. Immoritz: 052-3121096 Cottage, 5pcs, bien situe, prix attractif. 2.120.000Nis. Immoritz: 050 259 15 16 Dans très beau projet, 4p. avec vue mer magnifique. Disponible de suite. Immoritz: 052-3121096 Projet Migdaley hariviera, beau 3p. 1er étage, devant mer et promenade. Immoritz: 052-3121096 AFFAIRE!! Projet Migdaley hariviera, beau 5p. étage élevé, devant mer et promenade. 1,800,000 NIS. Immoritz: 052-3121096 Projet Armonot hahof: Bel appartement 4p., 100 m2, lobby luxueux, deux ascenseurs, parking ferme. 1,400,000 NIS. Immoritz: 052-3121096 AFFAIRE!! Projet Bet Alexander (rue pierre koenig), bel appart 5p., vue mer imprenable, très belles prestations, 2 ascenseurs, piscine, terrasse 30 m2. Disponible de suite. 2,150,000 NIS. Immoritz: 052-3121096 Rue Hagila, 4 pièces, vue mer, dans très beau projet. 600,000 $. Immoritz: 052-3121096 Groupement d’achat près de la mer, a partir de 1,600,000 NIS, appartements luxueux, spacieux, vue mer. Immoritz: 052-3121096 Nombreux projets de luxe disponibles dans nos bureaux, n’hésitez pas à nous contacter, afin que nous puissions vous proposer ce qui se fait de mieux dans le neuf. Immoritz: 052-3121096 [Vente] , Jerusalem, 3.0 pces, Appartement, 1,650,000 NIS, Dans un bel immeuble, Bel appartement, Prestigieux, Bon emplacement, Spacieux, Magnifique , Agreable, Avec terrasse, Avec vue, Projet de qualite, Rue calme // Ben Zimra Immobilier, Ilan Ben Zimra, 02-5633008 [Vente] , Jerusalem, 3.0 pces, Appartement, 1,150,000 NIS, Spacieux, Agreable // Ben Zimra Immobilier, Ilan Ben Zimra, 02-5633008 [Vente] , Jerusalem, 4.0 pces, Appartement, 1,330,000 NIS, Endroit calme, Bel appartement, Spacieux, Avec terrasse // Ben Zimra Immobilier, Ilan Ben Zimra, 02-5633008 [Vente] , Jerusalem, 3.0 pces, Appartement, 2,050,000 NIS, Magnifique appartement, Renove, Rue calme, L’appartement est situe en plein coeur de Katamon Hayeshana, proche du Theatre de Jerusalem, de la maison du President,et autres. L’appartement est au rez de chaussee, avec de grandes fenetres donnant sur un joli jardin. Situe dans un petit immeuble, l’appartement est entierement renove et avec gout! // Rubens Immobilier, Ruben Zagdoun, +972-2-566-60-16 [Vente] , Jerusalem, 2.0 pces, Duplex, 1,075,000 NIS, Au centre, Neuf, A ne pas manquer! Ideal pied a terre ou investissement Petit prix!! // Rubens Immobilier, Ruben Zagdoun, +972-2-566-60-16 [Vente] , Jerusalem, 5.0 pces, Rez de jardin, 2,560,000 NIS, A ne pas manquer !, Bon emplacement // Rubens Immobilier, Ruben Zagdoun, +972-2-56660-16 [Vente] , Jerusalem, 4.0 pces, Appartement, 1,800,000 NIS, Maison style arabe, Renove // Rubens Immobilier, Ruben Zagdoun, +972-2-566-60-16 [Vente] , Jerusalem, 4.0 pces, Appartement, 2,500,000 NIS, Bonne occasion, Permis de construire, Permis de construire 60 m2 sur le toit et 20 m2 de terrasse Parquet dans les chambres Bien situe // Rubens Immobilier, Ruben Zagdoun, +972-2-566-60-16 [Vente] , Jerusalem, 4.0 pces, Appartement, 1,950,000 NIS, Bonne affaire, Prix interessant! Balcon souccah Vue sur le gan Saker // Rubens Immobilier, Ruben Zagdoun, +972-2-56660-16 [Vente] , Jerusalem, 3.0 pces, Appartement, 1,450,000 NIS, Bel appartement, Bon emplacement // Rubens Immobilier, Ruben Zagdoun, +972-2-56660-16 [Vente] , Jerusalem, 3.0 pces, Appartement, 1,350,000 NIS, Appartement clair, En bon etat // Rubens Immobilier, Ruben Zagdoun, +972-2-566-60-16 [Vente] , Jerusalem, 4.0 pces, Appartement, 1,670,000 NIS, A ne pas manquer !, Bel appartement, Balcon ouvert, completement renove, apres agrandissement // Rubens Immobilier, Ruben Zagdoun, +972-2-566-60-16 [Vente] , Jerusalem, 3.0 pces, Appartement, 1,200,000 NIS, Bonne occasion, Clair, En bon etat, Eclaire, 3 orientations,beau et grand jardin // Rubens Immobilier, Ruben Zagdoun, +972-2-56660-16 [Vente] , Jerusalem, 3.5 pces, Appartement, 1,150,000 NIS, Endroit calme, En bon etat, Bonnes orientations // Ben Zimra Immobilier, Ilan Ben Zimra, 02-5633008 [Vente] , Jerusalem, 3.0 pces, Appartement, 1,100,000 NIS, Bon emplacement, Bonne affaire, Appartement clair // Monopol, Yariv Amsellem, 02-6253813
Désignée meilleur agent de Remax Israel

Le plus grand réseau d'agences immobilières en Israel

Région de TEL AVIV Banque au centre du pays avec bon contrat et bon rendement TEL AVIV Petit terrain au sud de Tel Aviv dans une région en développement avec formidable potentiel.

Jerusalem
[Vente] , Jerusalem, 4.0 pces, Appartement, 1,600,000 NIS // Ben Zimra Immobilier, Ilan Ben Zimra, 02-5633008 [Vente] , Jerusalem, 3.5 pces, Appartement, 1,470,000 NIS, Endroit calme, Bel appartement, Investie, Bon emplacement // Ben Zimra Immobilier, Ilan Ben Zimra, 02-5633008 [Vente] , Jerusalem, 5.0 pces, Appartement, 2,600,000 NIS, Dans un bel immeuble, Grand appartement, Prestigieux, Clair, Bon emplacement, Projet de qualite // Ben Zimra Immobilier, Ilan Ben Zimra, 02-5633008 [Vente] , Jerusalem, 5.0 pces, Appartement, 2,400,000 NIS // Ben Zimra Immobilier, Ilan Ben Zimra, 02-5633008 [Vente] , Jerusalem, 2.0 pces, Appartement, 920,000 NIS, Deux belles pieces de 21 m2 chacune entouree d’un balcon. haut plafonds et belle vue sur la knesset // Monopol, Yariv Amsellem, 02-6253813 [Vente] , Jerusalem, 4.0 pces, Appartement, 2,000,000 NIS, Agreable, Bel appartement, Clair, Endroit calme, Spacieux // Ben Zimra Immobilier, Ilan Ben Zimra, 02-5633008 [Location] , Jerusalem, 5.0 pces, Cottage, 8,000 NIS, Beau jardin, En bon etat, Grand appartement, Rue calme // Ben Zimra Immobilier, Ilan Ben Zimra, 02-5633008

[Vente] , Jerusalem, 5.0 pces, Appartement, 3,500,000 NIS, Spacieux, Bonnes orientations, Bonne affaire, Haut standing, Clair, Investie // Monopol, Yariv Amsellem, 02-6253813 [Vente] , Jerusalem, 4.0 pces, Appartement, 1,550,000 NIS // Monopol, Yariv Amsellem, 02-6253813[

Tel Aviv
[Vente] , Tel-Aviv, 3.0 pces, Appartement, 2,600,000 NIS, tres beau projet luxueux a shenkin, beautifull project in shenkin 85 sqm neto + 8sqm balcony elevator and parking will be ready dec 2012 // Axioma, Yoel Ohnona, 077-9350103 Excellent investissement a florentine;2 pièces ds imm neuf garde 24/24 avec parking et salle de gym bon rendement et plus value assurée. 725.000 sh seulement! David chaouat 054-7316699 APPARTEMENT A FLORENTINE.2 PIECES DANS IMMEUBLE NEUF AU 2 ETAGE (SUR COUR) RUE HERTZEL AVEC ASCENCEUR.45 M2 1.000.000 SH SEULEMENT! DC Invest David Chaouat 054-7316699 [Vente] , Tel-Aviv, 2.0 pces, Appartement, 1,730,000 NIS, nouveau projet quartier shenkin, one bedroom apartment in shenkin aeria 1st floor with elevator and parking will be ready within 30 month // Axioma, Yoel Ohnona, 077-9350103 [Vente] , Tel-Aviv, 4.5 pces, Appartement, 2,500,000 $, Vue sur la mer, Prestigieux, Bonnes orientations, Luxury apartment! At the complex you can find large lobby, gym, swimming pool , 24/7 security // Axioma, Yoel Ohnona, 077-9350103

[Vente] , Tel-Aviv, 4.0 pces, Salle, 3,500,000 NIS, Bonnes orientations, Au centre, Prestigieux, Vue sur la mer, Luxury apartment! At the complex you can find large lobby, gym, swimming pool , 24/7 security // Axioma, Yoel Ohnona, 077-9350103 [Vente] , Tel-Aviv, 4.0 pces, Appartement, 2,500,000 NIS, Investie, Décoré, Au centre, Grand appartement, Prestigieux // Axioma, Yoel Ohnona, 077-9350103

LOCATION Jerusalem
Baka ds immeuble récent en pierre .gd 4 pièces avec 2 balcons fermes et très belle vue .haut étage (sans ascenseur).libre de suite 4600 sh/mois. Exclusivité David Chaouat 054-7316699 Location Bureaux Jérusalem: centre ville ds immeuble récent 115 m2 59 sh/m2 seulement par moi! Exclusivité DC Invest David Chaouat 054-7316699

Raanana
[Vente] , Raanana, 5.0 pces, Duplex, 2,800,000 NIS // Patrick Nadjar Immobilier , Patrick Nadjar , 09-7466615 [Vente] , Raanana, 6.0 pces, Cottage, 3,190,000 NIS, quartier Bilu calme cottage tres bon etat jardin parking // Patrick Nadjar Immobilier , Patrick Nadjar , 09-7466615 [Vente] , Raanana, 7.0 pces, Cottage, 3,150,000 NIS // Patrick Nadjar Immobilier , Patrick Nadjar , 09-7466615 [Vente] , Raanana, 6.0 pces, Cottage, 7,900,000 NIS // Patrick Nadjar Immobilier , Patrick Nadjar , 09-7466615 [Vente] , Raanana, 6.0 pces, Duplex, 3,200,000 NIS, Magnifique duplex situe dans le quartier 2005 tres belle prestation beau volume grande terrasse vue degagee vue mer, Magnifique duplex situe dans le quartier 2005 tres belle prestation beau volume grande terrasse vue degagee vue mer // Patrick Nadjar Immobilier , Patrick Nadjar , 09-7466615

Commerce

AFFAIRE ExCEPTIONNELLE A CéDER
sur kikar NETANYA, cause santé, clefs en mains . aucun travaux . entièrement agencé intérieur extérieur disponible immédiatement renseignements : ISRAEL 054658869 FRANCE 0170367476

Les 4 F lorentines
Un rêve au coeur de Tel Aviv
www.hbhproject.com

Commercialisation Exclusive home buy home shivuk

Venez nous rencontrer sur le stand home buy home au Salon ICube à Paris le 30 Mai 2010

sous la direction de David AVITAN 052-5520521- 074-7029501 4florentines@hbhproject.com

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful