You are on page 1of 1

Commentaires de l’Association des Hôteliers et Restaurateurs de l’Ile Maurice (AHRIM

)
concernant le Budget 2016/2017
AHRIM, 29 juillet 2016 : De manière générale, l’AHRIM accueille positivement ce discours
budgétaire ; il énonce clairement une nouvelle volonté de réforme du service public, avec
notamment une facilitation accrue du business et l’accélération de l’investissement public dans le
digital. Cette orientation nouvelle est certes ambitieuse mais elle est plus que nécessaire et
devrait pouvoir se matérialiser rapidement avec un leadership fort. Le ministre des Finances et
du développement économique, Pravind Jugnauth, donne également les moyens au
gouvernement dans son ensemble de réaliser ses priorités pour le pays ; cela engage des
responsabilités affirmées au niveau de chaque ministère et de chaque organisme public.
En ce qui concerne le tourisme, nous ne nous attendions pas forcément à des mesures fortes de
redressement ou de soutien car le secteur se porte relativement bien en ce moment. Bon nombre
de nos problématiques de sortie de crise ont pu être résolues tout récemment, et nos propositions
budgétaires étaient surtout axées sur l’amélioration globale de la marque Maurice, c’est-à-dire, le
produit et son positionnement de marché par rapport aux nouveaux voyageurs.
Dans cette perspective, le discours budgétaire vient nous appuyer sur un grand nombre de
mesures, notamment les activités hors hébergement, les nouvelles attractions, le shopping, les
jeux d’argent contrôlés, la régénération des villes et villages, et l’élimination de l’admission
charge sur les loisirs. Nous avions également demandé des actions d’amélioration de
l’infrastructure générale du pays et le ministre évoque de nouveaux efforts sur l’éclairage des
routes, la signalisation routière, la sécurité, le transport public et une plus grande couverture de
wifi gratuit. Enfin, l’abaissement ou l’élimination de droits sur les équipements de surveillance et
également sur les véhicules propres répond directement aux préoccupations de nos membres, qui
veulent toujours placer Maurice encore plus haut comme souhaité par nos autorités du tourisme.
FIN