You are on page 1of 3

Sattar Hajee Abdoula, CEO de Grant Thornton

Des mesures budgétaires pour lancer l’économie à plein régime
Après une année mouvementée dans la vie du gouvernement « Lepep », le nouveau
ministre des Finances, l’Honorable Pravind K. Jugnauth a pris le taureau par les
cornes en s’attelant à répondre aux besoins du secteur privé et du public Mauricien.
Ainsi, les ambitieux « méga projets » et les objectifs inatteignables ont fait place
nette, laissant le champ libre à des initiatives réalistes et réalisables tant pour la
communauté des affaires et le public, que pour la réforme tant attendue des instances
publiques. Cela, sans jamais perdre de vue le déficit budgétaire et la dette publique.

Des mesures audacieuses pour un marché niche
Le secteur privé devrait se réjouir des nombreuses mesures annoncées visant à alléger
les lenteurs de la bureaucratie et accentuer la facilitation des affaires à Maurice. Le
ministre des Finances n’accorde que quelques lignes au traité de non-double
imposition avec l’Inde qui fut si longtemps la bête noire de la communauté des
affaires locale, préférant se concentrer sur d’audacieuses nouvelles mesures
introduites pour renforcer le secteur des services financiers, surtout en ce qui concerne
l’Investment Banking, les Ultra High Net Worth Individuals et les services financiers
non bancaires.

Bienvenue à Maurice
L’industrie de la construction, souvent le moteur de croissance d’une économie,
devrait connaitre un nouvel essor non pas grâce à des « méga projets », mais par le
biais de centaines de petits et moyens projets. Ces derniers devraient concerner toutes
les couches de la population, avec des mesures incitatives pour les familles qui
souhaitent faire l’acquisition d’une propriété, des projets gouvernementaux de
moyenne envergure, ou encore le tant attendu système de transport de masse, le Metro
Express. En outre, avec les changements proposés au « Non Citizens Property
Restrictions Act », une loi longtemps jugée intouchable, le pays se donne désormais
les moyens de jouer dans la même catégorie que Singapour et Dubaï pour attirer les
étrangers souhaitant acheter une propriété.

Atténuer l’impact du Brexit
Noël est arrivé tôt cette année pour le secteur manufacturier local grâce aux mesures
qui devraient diversifier notre production et booster la création d’emploi dans ce
secteur qui a pour cible le marché Africain à l’export. En outre, l’effet du Brexit sur
notre secteur textile est atténué grâce à une réduction du coût du fret aérien, de

nouvelles incitations fiscales et une préférence accordée aux entrepreneurs locaux qui
participent à des appels d’offres pour le secteur public.

La résolution rapide de conflits
D’importants changements ont également été apportés à l’administration fiscale avec
la fusion du Registrar General, du Social Security Contribution of Employers et de la
Mauritius Revenue Authority, débouchant sur la mise en œuvre d’une seule entité
responsable du recouvrement des impôts à Maurice. L’introduction de l’Alternative
Dispute Resolution Mechanism aidera, elle, à résoudre rapidement les conflits qui
s’éternisaient à l’Assessment Review Committee. Cela devrait apaiser de nombreux
contribuables tout en créant une source de revenus additionnelle pour le
gouvernement sur le court et moyen terme.

La part belle à l’inclusion
Le ministre des Finances a axé une partie de son discours sur les nombreux maux de
société qui touchent ceux au bas de l’échelle, avec un accent particulier sur
l’éradication de la pauvreté absolue à Maurice et l’amélioration des conditions de vie
des familles mauriciennes. Les mesures annoncées s’articulent autour plusieurs axes,
dont l’éducation, l’autonomisation et l’accès au logement. Les familles à revenus
moyens sont également bénéficiaires d’initiatives visant à leur permettre d’acquérir
une propriété.

Améliorer les infrastructures et la qualité de la vie
D’autres mesures budgétaires visant à booster l’économie et améliorer la qualité de
vie des Mauriciens incluent un accent particulier sur le tourisme de luxe en
provenance de marchés ‘non-traditionnels’, la création d’un centre de recherche
océanographique de niveau mondial, la remise à niveau des infrastructures
hospitalières dans plusieurs coins de l’ile et l’embauche immédiate de 7 200
personnes dans le secteur public. Couplée à d’autres mesures, cela devrait déboucher
sur la création, sur le court terme, de 20 000 emplois additionnels.

La pension, une bombe à retardement
Différé depuis trop longtemps, la pension est une bombe à retardement qui exige des
mesures concrètes et une attention immédiate afin de répondre à ce phénomène
global. Ce problème ne devrait pas être jeté aux oubliettes et demande des mesures
plus détaillées.

La National CSR Foundation – quid de la rapidité et de l’efficacité ?
La création de la National CSR Foundation Initiative est louable. Toutefois, il reste à
évaluer la rapidité et l’efficacité de l’utilisation des fonds alloués afin d’atteindre les
objectifs affichés par le ministre. Or, il existe un manque de précision quant au délai
d’utilisation des fonds de la National CSR Foundation et le respect des engagements
déjà pris par le secteur prive sur le court et moyen terme en matière de CSR.
Une croissance atteignable

Ce budget ouvre la voie à la réalisation d’objectifs aux courts et moyens termes avec
une croissance du PIB projetée à 4,1% pour 2016/17 – contre 3,4% en 2015/2016, en
dépit d’une année passée relativement mouvementée. Notre économie semble donc
être réellement résiliente et dispose, grâce à ces mesures budgétaires, de toutes les
armes pour être enfin lancée à plein régime.