You are on page 1of 1

ITEM 143

AGRANULOCYTOSE MEDICAMENTEUSE : CONDUITE A TENIR
- Diagnostiquer une agranulocytose médicamenteuse.
- Identifier les situations d’urgence et planifier leur prise en charge.

Zéros
- Interrogatoire : prise
médicamenteuse :
notion d’imputabilité
intrinsèque et
extrinsèque

1.

Physiopathologie - Etiologies :

Définition
Immunoallergique
Toxique

- PNN < 500/mm3
- Myélogramme
- Arrêt de tout
traitement non
indispensable

Médicaments
en cause

- Isolement
- Bilan infectieux :
HAA, ECBU,
coprocultures,
prélèvements de
gorge, de KT, RxT
- ATB large spectre si
fièvre
- Facteurs de
croissance
granulocytaire : G-CSF

2.

Clinique

- Liste de
médicaments contreindiqués
Paraclinique

Diagnosticdifférentiels :
- Hémopathies
malignes,
myélofibrose
- Aplasie médullaire
totale d’origine
médicamenteuse
- Neutropénies
virales,
bactériennes,
parasitaires
Agranulocytose
non fébrile :
- Hospitalisation
selon les
circonstances
- Même bilan
infectieux
- Antibiothérapie
non systématique
- Surveillance
clinico-biologique

3.

Disparition des polynucléaires neutrophiles sanguins : PNN < 500/mm3
Formation d’auto-anticorps et de complexes immuns qui détruisent les PNN
Apparition brutale 8-15 jours après l’introduction du médicament
Toxicité directe sur la moelle osseuse avec atteinte des autres lignées
Toxicité progressive, dose-dépendante : chimiothérapies
Antalgiques
- Aminopyridine
- Sulfamides, phénicolés
Anti-infectieux
- Zidovudine, gancyclovir
Neuroleptiques
- Clozapine
Antithyroïdien de
- Propyl-thio-uracile
synthèse
- Néomercazole
Anti-thrombotiques
- Clopidogrel
Anticonvulsivants
- Phénitoïne, carbamazépine, éthosuximide
Antidépresseurs
- Tricycliques
Cardiologie
- Captopril
- Propanolol

Diagnostic :

Anamnèse

- Déclaration à la
pharmacovigilance

- Prévention : pour les
chimiothérapies,
surveillance T°C et
NFS

-

- Recherche de l’introduction récente d’un médicament
- Evaluation de l’imputabilité intrinsèque et extrinsèque
Syndrome
- Fièvre > 38°5, frissons
infectieux
- Signes de gravité : sepsis sévère et choc septique
- Examen ORL : angine ulcéro-nécrotique
Etiologies
- Palpation abdominale
- Auscultation pulmonaire
- Bandelette urinaire
Hémogramme - PNN < 500/mm3
- Absence d’anomalie des autres lignées
- En urgence : élimine une leucémie aiguë
Myélogramme - Moelle de richesse normale ou diminuée
- Blocage de la lignée granuleuse au stade promyélocyte
- Absence de cellules anormales
- VS, CRP, fibrinogène
- Hémocultures aéro-anaérobies répétées, coprocultures
Bilan
- ECBU
infectieux
- Radiographie de thorax
- Prélèvements : ORL, vaginal
Cathéter et chambre implantable

Prise en charge :

Hospitalisation en urgence en soins intensifs – Pronostic vital engagé
- ARRET IMMEDIAT DU MEDICAMENT EN CAUSE
- Isolement protecteur : Chambre stérile,
Conditionnement
Asepsie, casaques, gants stériles
- Scope cardio-tensionnel et pose d’une voie veineuse périphérique
Traitement
- Oxygénothérapie
symptomatique
- Rééquilibration hydroélectrolytique, remplissage
- Antalgiques, antipyrétiques
- Large spectre, bactéricide, probabiliste
Bi- -lactamine large spectre : pipéracilline-tazobactam
Traitement
antibiothérapie - Aminoside : gentamycine (fluoroquinolones si CI)
spécifique
- Si allergie : aztreonam + fluoroquinolones + vancomycine
Facteurs de
- En cas de neutropénie profonde
croissance
- G-CSF : Neupogen®
Surveillance
Clinique
- Température, signes de sepsis
Paraclinique
- Hémogramme quotidien
- Contre-indication à vie au médicament incriminé
Mesures
- Signalement au réseau de pharmacovigilance
associées
- Education de la patiente : liste de médicaments contre-indiqués
- Rédaction d’un certificat relatant l’accident
Facteurs
- Durée d’évolution, maladie causale
pronostics
- Age élevé et terrain taré
- Choc septique ou localisations infectieuses sévères