You are on page 1of 9

“Augmentation de

3 points du taux de
tva qui passerait de
20 à 23%”

“La retraite à 65
ans, c’est la règle
partout en Europe,
quand ce n’est
pas 67 ans”

Jean-François Copé

François Fillon

“Je propose de
limiter le statut de la
fonction publique à
quelques fonctions
régaliennes”

“Il est indispensable
de privativer
Pôle Emploi”
Bruno Le Maire

Nathalie KosciuskoMorizet

LES PROPOSITIONS D’UNE DROITE

QUI DÉRAILLE
“Nous
supprimerons
30% de postes
d'enseignants”

“Il faut décaler
l’âge de la retraite
à 65 ans si l’on
veut éviter
l’effondrement
du système”

Nicolas Sarkozy

Alain Juppé

“Il faut supprimer
le code du travail
actuel et non pas
le modifier”
Hervé Mariton

Les propositions d’une droite qui déraille

LAXISTE CONTRE
LE CHôMAGE,
DURE AVEC
LES CHôMEURS
ce qu’elle a fait
La droite a toujours regardé les chômeurs avec suspicion. A ses yeux,
ces derniers se complaisent dans l’inactivité parce que le système d’indemnisation du chômage les incite à la paresse. Toutes les réformes de
la droite ont donc consisté à durcir les conditions d’indemnisation du
chômage. La dernière en date, la loi Bertrand de 2008, permet à Pôle
emploi de rayer un chômeur de ses listes si celui-ci refuse 2 offres d’emploi. Des résultats ? Aucun… Il y a eu un million de chômeurs de plus
entre 2007 et 2012.

ce qu’elle promet
la même chose en plus brutale. la droite veut durcir obligations et
sanctions des chômeurs.
• C’est d’abord un changement sémantique. Puisque le chômage
n’est pas un risque mais une situation choisie, on cesse
de l’indemniser… F. Fillon propose de “remplacer l’indemnisation du
chômage par l’indemnisation de la formation.” 1

• C’est ensuite la dégressivité des allocations chômage, une mesure qui
semble faire l’unanimité à droite. Elle est proposée par A.Juppé2,
B.Le Maire3, F.Fillon4, N. Kosciusko-Morizet5…
• Evidemment N. Sarkozy n’est pas en reste. Le candidat, qui proposait
en 2012 la radiation de Pôle emploi dès la première offre refusée6,
se prononce lui aussi pour la dégressivité des allocations7. A quand
la combinaison de ces deux mesures “pour en finir avec l’assistanat”
dénoncé par tous les candidats ?
• C’est enfin confier le placement des chômeurs à des entreprises
privées, proposition de B. Le Maire qui assume totalement la volonté
de privatiser Pôle Emploi.3
• Et pour être sûr d’avoir les mains libres dans cette entreprise
de démolition, rien de tel que de tenir les syndicats à l’écart en étatisant
l’Unedic : ”Je propose de suspendre pour l’Unedic les règles
du paritarisme. Le temps de revenir à l’équilibre des comptes,
le régime doit être temporairement géré par l’Etat, qui doit prendre
d’urgence les décisions fortes qui s’imposent.”4 (N. Sarkozy).
Le monologue social selon la droite !

ce que cela signifie
Une assurance chômage qui protège moins bien, moins longtemps alors
même que les risques sur l’emploi n’ont jamais été si grands… C’est la
flexi-sécurité à l’envers.
1 F. Fillon ; Cinq engagements pour redresser nos finances publiques et libérer l’économie ; octobre 2014
2 "Il faut s’orienter vers une dégressivité des allocations chômage"; A. Juppé sur Europe 1 le 05/01/2016
3 "L’une des ordonnances que je propose portera sur la simplification du code du travail (…) et la dégressivité
des allocations-chômage"; B. Le Maire devant Le Club de l’économie du Monde ; 19/04/2016
4 "Plafonner les allocations chômage à 75% et les rendre dégressives"; Site de campagne de F.Fillon; fiche
programmatique "emploi"
5 "Je suis favorable à la dégressivité des allocations chômage"; www.nk-m2017.fr
6 "Toute personne au chômage (…) devra choisir une formation qualifiante. A l’issue de cette formation, qui sera
obligatoire, le chômeur sera tenu d’accepter la première offre d’emploi pour lequel il aura été nouvellement
formé"; N. Sarkozy; Interview au Figaro Magazine, février 2012
7 "Je propose de réduire de 20 % les allocations au bout de 12 mois, puis de nouveau de 20 % au bout
de 18 mois." N. Sarkozy ; interview au journal Les Echos du 03/02/2016

Les propositions d’une droite qui déraille

ce qu’elle a fait
Travailler plus pour gagner moins. Les lois Fillon, Bertrand et Larcher
n’ont cessé de raboter les 35 h et toutes les protections qui les accompagnent. Même obsession contre le SMIC qui a été gelé durant tout le
quinquennat Sarkozy.

• Le CDI, conspué par les ténors de la droite, serait remplacé par “un
contrat de travail unique aux contraintes assouplies”2. Le licenciement
serait facilité en élargissant “les motifs de licenciement économique
collectif à la réorganisation de l’entreprise”3. (F. Fillon).
Dans cet esprit, le grand acquis de la gauche, le compte d’activité,
est promis à la disparition.
© Sergey Nivens - Fotolia

UN DROIT
DU TRAVAIL
LOW COST

• Quant au SMIC, il serait remplacé par “un salaire minimum pour
l’emploi avec des négociations par branche d’activité”4 (H. Mariton).
En d’autres termes, un salaire minimum à géométrie variable...
• Les droits syndicaux sont également dans leur ligne de mire.
N. Sarkozy veut “supprimer le seuil de 10 salariés pour les délégués
du personnel”5. François Fillon propose quant à lui de les “relever
de 10 à 50 et de 50 à 100 salariés”6, laissant des millions de salariés
sans protection syndicale.

ce que cela signifie
ce qu’elle promet
Son projet revendiqué est de dynamiter la durée légale du travail,
le salaire minimum et le CDI :

Avec ce droit du travail low cost, la droite va créer des salariés
égaux… dans l’insécurité professionnelle.

• Sa détestation des 35 heures la conduit à proposer la suppression
de la durée légale du travail. Pour N. Kosciusko-Morizet, “il faut
supprimer toute référence à une durée légale unique du travail en
deçà du plafond européen de 48h”1, ce qui équivaudrait à un retour
à la législation française de 1919…
1 N. Kosciusko-Morizet ; Interview au journal L’Opinion du 15/09/2015
2 F. Fillon ; Osons dire, osons faire, manifeste de François Fillon pour la France ; août 2015
3 F. Fillon ; Osons dire, osons faire, manifeste de François Fillon pour la France ; août 2015
4 Blog de H.Mariton ; Pour des initiatives courageuses en faveur de l’emploi ; 23/02/2014
5 N. Sarkozy ; Interview au journal Les Echos du 29/09/2015
6 F. Fillon ; Osons dire, osons faire, manifeste de François Fillon pour la France ; août 2015

Les propositions d’une droite qui déraille
• Abroger la grande avancée sociale de la gauche, le compte
pénibilité, dénoncé comme “une usine à gaz et une bombe
à retardement pour les entreprises”4. Et tant pis pour les inégalités
d’espérance de vie…

© sima - Fotolia

TRAVAILLER PLUS
LONGTEMPS
POUR LES FONDS
DE PENSION

• En finir avec notre système par répartition, une idée encore
marginale il y a quelques années mais qui se répand aujourd’hui chez
tous les cadres de l’ex-UMP. F.Fillon se déclare ainsi pour
“l'instauration d'un étage de retraite par capitalisation”5.

ce que cela signifie
ce qu’elle a fait
En 2010, la droite a réalisé la réforme des retraites la plus injuste qui
soit. L’âge de départ a été reculé à 62 ans pour tous les salariés. Sans
aucune considération pour ceux qui ont commencé à travailler jeunes
ou ceux dont l’espérance de vie est réduite parce qu’ils exercent des
métiers difficiles.

En remplaçant ainsi la solidarité entre les générations par un système
d’assurances privées où chacun cotise pour son propre compte, le
projet de la droite peut se résumer d’une phrase : faire travailler les
Français plus vieux, pour enrichir les fonds de pension.

ce qu’elle promet
• Reculer à nouveau l’âge de la retraite… 63 ans pour N. Sarkozy1,
65 pour A. Juppé2, 67 pour F. Fillon3… Les enchères aux propositions
les plus rétrogrades sont ouvertes !
1 “Dès l'été 2017, il y aura un projet de loi retraite pour repousser l'âge légal à 63 ans dès 2020 et 64 ans dès 2025”
N. Sarkozy ; Interview au journal Les Echos du 29/09/2015
2 “Il faut décaler l’âge de départ à 65 ans si l’on veut éviter l’effondrement du système de retraites” A. Juppé sur
Europe 1 le 05/01/2016
3 “La retraite à 65 ans, c'est la règle partout en Europe. Quand ce n'est pas 67 ans…” F. Fillon sur France Inter le
03/10/2014
4 N. Sarkozy; Interview au journal Les Echos du 29/09/2015
5 F. Fillon ; Osons dire, osons faire, manifeste de François Fillon pour la France ; août 2015

Les propositions d’une droite qui déraille

ce qu’elle a fait
Le quinquennat de N. Sarkozy a été celui de la chasse aux “assistés” et
aux “profiteurs”. Dans sa course effrénée derrière le Front national, la
droite n’a cessé de jeter l’opprobre sur les plus modestes.

• B. Le Maire va plus loin et propose de contrôler directement les
comptes en banques des bénéficiaires du RSA pour “vérifier qu’il n’y a
ni gabegie, ni fraude.”2 Suspicion encore et toujours envers les moins
aisés…

© Anton Gvozdikov - Fotolia

LA
RELéGATION
DES PLUS
MODESTES

• C’est aussi durcir l’accès aux soins des plus modestes avec
“une franchise médicale universelle”3, proposition de F. Fillon qui va
à l’encontre de tout ce que nous mettons en place depuis 3 ans avec
la fin des franchises médicales, le tiers-payant pour tous et
la généralisation de la complémentaire santé.
copier le fn en limitant les prestations sociales des immigrés :
• F. Fillon veut rendre moins attractives “les prestations d’aides
sociales, les allocations familiales, les aides au logement (qui) ne
seront pas accessibles moins de deux ans après l’arrivée régulière
sur le territoire”4.
• A. Juppé veut quant à lui lutter contre les “fraudes” et le
“gaspillage” de l’Aide médicale d’Etat et déclare sans vergogne que :
“les bénéficiaires de l’AME sont mieux traités que les Français”5.
La droite reprend la proposition du FN de supprimer l’AME.

ce qu’elle promet
Durcir les conditions d’accès aux minima sociaux dans une logique
de culpabilisation :
• C’est le retour d’une idée de campagne de N. Sarkozy “chaque
bénéficiaire du RSA devra exercer une activité au profit de
la collectivité en contrepartie de son allocation”1. En somme, cela
revient à faire accomplir des TIG aux pauvres, précisément parce qu’ils
sont pauvres…

ce que cela signifie
Un terrible saut en arrière qui impute aux pauvres la responsabilité de
leur situation et aux immigrés la responsabilité des problèmes sociaux
du pays.

1 N. Sarkozy ; Interview au Journal du dimanche, 12/05/2015
2 B. Le Maire le 27/04/2016 (propos rapportés par le JDD du 01/05/2016)
3 F. Fillon ; Vers un système de santé fondé sur la liberté et la responsabilité, www.forcerepublicaine.fr
4 Site de campagne de F. Fillon; fiche programmatique “Immigration”
5 A. Juppé sur France Inter le 26/10/2014

Les propositions d’une droite qui déraille
Le vrai projet de la droite c’est d’en finir avec “le mirage égalitariste”
de la progressivité de l’impôt en taxant riches et pauvres de la même
manière :

L’INJUSTICE
FISCALE
© Vege

• Cela commence par la suppression de l’ISF, mesure proposée par
absolument tous les candidats. Après tout, “on ne peut plus se
permettre d'avoir des impôts qui n'existent nulle part ailleurs. Il n'y a
ainsi pas d'ISF en Allemagne et il ne doit donc plus y avoir d’ISF en
France.”1 (N. Sarkozy)

ce qu’elle a fait
En matière de fiscalité, la droite a fait à peu près tout et son contraire :
se faire élire sur la baisse des impôts pour finalement les augmenter de
manière inédite. Sa seule constante est d’avoir fait payer ses cadeaux
fiscaux aux plus favorisés par les classes populaires et les classes
moyennes.

ce qu’elle promet
Aujourd’hui c’est la foire aux belles promesses : 50 milliards d’euros
de baisse des impôts pour F. Fillon, 100 milliards pour N. KosciuskoMorizet, plafonnement des dépenses publiques à 50 % du PIB pour
N.Sarkozy… mais comment croire ceux-là même qui ont créé 67 taxes
et augmenté la pression fiscale de 30 milliards entre 2007 et 2012 ?

• Autre projet en gestation, réduire le barême de l’impôt sur le
revenu, jusqu’à lui substituer une “flat tax” avec “le même taux pour
tout le monde, de l’ordre de 15 %”2, proposition d’Hervé Mariton,
responsable du projet fiscal de l’UMP. Patrons et ouvriers, riches et
pauvres imposés au même taux, c’est la singulière conception de
l’égalité à droite
• C’est aussi le retour de la TVA sociale sous un nouveau nom “TVA
anti-délocalisation” à un taux de 23 %.3 Autant décréter directement
le renchérissement de 3 % du coût de la vie…
• C’est enfin l’abrogation d’une grande avancée votée par notre
majorité : l’alignement de la fiscalité du patrimoine sur celle du travail.
A. Juppé propose ainsi de “Revenir à une fiscalité forfaitaire des
plus-values et des dividendes”4 par un prélèvement forfaitaire de 20 %.

1 N. Sarkozy ; Interview au Figaro du 01/03/2015
2 Blog de H. Mariton ; Fiche programmatique Instaurons une flat tax en France
3 J.-F. Copé ; Le sursaut français, Stock, janvier 2016
4 Blog d’Alain Juppé ; Cinq ans pour l’emploi

Les propositions d’une droite qui déraille

ce qu’elle a fait
La droite n’a jamais cessé de s’attaquer aux fonctionnaires qu’elle considère comme des privilégiés et qu’elle oppose systématiquement aux
salariés du privé… Les agents publics ont d’ailleurs été les grandes victimes de la RGPP qui a supprimé 150 000 postes entre 2007 et 2012 mais
qui paraît aujourd’hui bien modérée au regard de ce que mettrait en
œuvre l’opposition si elle revenait au pouvoir…

ce qu’elle promet
Pour la droite, il suffirait d’une sérieuse remise au travail des agents
publics, doublée d’une cure d’amaigrissement, pour résoudre tous les
problèmes du pays.
• N. Sarkozy propose ainsi de “revenir à la règle du non-remplacement
d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite et surtout l'imposer à
la fonction publique territoriale”.1

• F. Fillon surenchérit. Il propose la suppression de 600 000 postes de
fonctionnaires en 5 ans, et le passage de 35 à 39 heures pour ceux
qui restent.2
• Les services publics sont également promis à un programme d’austérité massif d’économies de 100 à 150 milliards selon les candidats.
Qui va trinquer ? Les profs, les infirmiers, les policiers… Mystère !
© Big Face - Fotolia

DES
FONCTIONNAIRES
JETABLES

• S’ajoute des mesures vexatoires comme le rétablissement du jour
de carence “afin de lutter contre l’absentéisme dans nos administrations”3 (N. Sarkozy) car, c’est bien connu, les fonctionnaires simulent
des maladies pour déserter leur poste de travail !
autre projet, la remise en cause du statut des fonctionnaires :
• N. Kosciusko-Morizet propose de “limiter le statut de la fonction
publique à quelques fonctions régaliennes.”4 B. Le Maire veut quant
à lui supprimer la fonction publique territoriale !5
• Sous quel régime seraient alors placés les agents de l’état ?
N. Sarkozy apporte la réponse : ”Je crois utile la création d'un
nouveau contrat de cinq ans dans la fonction publique parce que
la France ne peut plus recruter systématiquement sous le statut des
fonctionnaires à vie”6 En bref, c’est généraliser le CDD à la grande
majorité des agents publics. La droite veut créer des fonctionnaireskleenex, bons à jeter après usage.

1 N. Sarkozy ; Interview au Figaro du 01/03/2015
2 F. Fillon ; Osons dire, osons faire, manifeste de François Fillon pour la France ; août 2015
3 N. Sarkozy ; Interview au Figaro Magazine du 02/10/2014
4 N. Kosciusko-Morizet ; Interview à La Tribune du 16/02/2016
5 B. Le Maire le 27/04/2016 (propos rapportés par le JDD du 01/05/2016)
6 N. Sarkozy ; Interview au Figaro Magazine du 02/10/2014

Les propositions d’une droite qui déraille
• Le même B. Le Maire souhaite l’abandon du collège unique et
la mise en place d’“un collège diversifié”2 dans lequel des options
professionnalisantes seraient proposées dès la sixième... éternel
penchant des conservateurs pour une école élitiste qui écrème dès
le plus jeune âge et n’assure la réussite que des meilleurs.

© Milatas - Fotolia

L’éDUCATION
MINIMALE

ce qu’elle a fait
L’Education nationale a été la grande maltraitée du quinquennat Sarkozy. 80 000 postes d’enseignants ont été supprimés entre 2007 et 2012
et la formation des maîtres a été jetée aux oubliettes. Les inégalités
entre élèves n’ont cessé de croître à cause de la suppression de la carte
scolaire et de la disparition des RASED, les structures éducatives qui aidaient les élèves en difficulté. Avec une sanction terrible pour tout le
pays : la baisse du niveau des élèves et la dégringolade de notre système éducatif dans tous les classements internationaux.

• N. Sarkozy veut "réformer le collège unique avec moins
d'enseignants mais qui travaillent plus". A ce titre il déclare "nous
supprimerons 30% de postes d'enseignants"3... une nouvelle saignée
en perspective.
• Pour combler les trous et cacher la misère, B. Le Maire veut créer
des enseignants multitâches et interchangeables avec la “fusion
des instituteurs et des enseignants de collège dans un corps unique
de professeurs polyvalents”4.
• C’est enfin l’obsession de faire fonctionner l’école comme une
entreprise. Pour A. Juppé, il faut “une vraie politique de ressources
humaines” avec des chefs d’établissement libres de recruter leurs
professeurs5. F. Fillon veut quant à lui “des conseils d’administration
présidés par une personne extérieure”6. L’école transformée en
entreprise, il fallait y penser… A quand la holding Education nationale ?

ce qu’elle promet
• B. Le Maire souhaite abandonner “l’obsession”1 française d’amener
80 % de chaque classe d’âge au niveau du bac. Au moment où tous
les grands pays élèvent leur niveau éducatif, la France serait la seule
à stopper ses efforts pour amener le plus grand nombre au meilleur
niveau.

1 B. Le Maire ; Interview au journal Libération du 15/05/2015
2 B. Le Maire ; Ibid
3 N. Sarkozy ; discours prononcé à Toulouse le 08/10/2014
4 B. Le Maire ; Ibid
5 A. Juppé ; Interview au Parisien magazine du 21/08/2015
6 Site de campagne de François Fillon ; fiche programmatique Education

Les
propositions
d’une droite
qui déraille
Images couverture Wikimedia Commons, Libres de droits
J.F. Copé © Medef, F.Fillon © Rama,
A.Juppé © Florencecassisi, N.KM © Arnaud Perrin,
B.Le Maire ©Claude Truong Ngoc, H.Mariton ©wikipedia,
J.F.Poisson © Pucesurvitaminee, N.Sarkozy © Medef

assemblée nationale : 126, rue de l'Université, 75007 Paris,
tél 01 40 63 63 77 / 53 87, fax 01 40 63 52 27