You are on page 1of 29

CINQUIEME DIALOGUE EURO MEDITERRANEEN DE MANAGEMENT

PUBLIC
AMMAN, LE 25, 26 ET 27 SEPTEMBRE 2012

Titre de la communication :

« Emploi des personnes en situation de
handicap au Maroc : état des lieux et
perspectives »

Badiâ SAFI-EDDINE
&
Chafik BENTALEB

Groupe de Recherche sur la Gestion des Organisations (GREGO),
Ecole Nationale de Commerce et de Gestion de Marrakech (ENCGM)
Université Cadi Ayyad de Marrakech (UCAM)
Contact : Email : safibadia@yahoo.fr, GSM : +212 663 580 461

Août 2012

Résumé
Un des aspects de la diversité que nous appelons aujourd’hui le Handicap naît de l’interaction
d’une déficience et de l’incapacité qu’elle engendre lorsqu’elle interagit avec un
environnement inadapté. Ce propos défendu par le modèle social du handicap sous tend les
contraintes qui laissent les personnes atteintes de handicap dans une situation d’exclusion du
marché de travail, voire et sans exagération d’une exclusion de la vie sociale en générale.
Outre, les contraintes personnelles liées à la déficience, autres éléments de l’environnement
comme les réglementations et les non accessibilités s’avèrent déterminants dans la génération
du handicap. Au-delà, les politiques publiques en la matière au Maroc s’avèrent incapables de
changer le vécu des personnes en situation de handicap pour des années. Elles sont jugées à
l’unanimité de moins participatives et elles font dichotomie avec les intentions exprimées lors
des discours officiels. Nous présageons qu’une incarnation de la perception réductionniste de
la déficience dans la mentalité des décideurs en est la cause.
Notre communication se veut une occasion pour repenser le handicap, qui est en croissance
dans le monde pour plusieurs raisons (guerre, accidents, stress,…), pour bannir toute sorte de
discrimination à l’égard des personnes à déficiences et leur permettre de jouir de leurs droits
en tant que citoyens à part entière, dont le droit à un travail décent et épanouissant.
Mot clés : Diversité, Handicap, Perception, Discrimination, Emploi
Summary
One aspect of diversity that we call now Disability arises from the interaction between
impairment and the inability caused by an unsuitable environment. This purpose defended by
the social model of disability underpins constraints that suffer people with disabilities which
are in a situation of exclusion from the labor market, and without exaggeration are in an
exclusion of social life in general. More than constraints related to personal disability, other
elements of the environment such as regulations and non accessibility prove crucial in the
generation of disability. In de Moroccan context, public policies are unable to change the
experiences of people with disabilities for years. They are judged less participatory and
disconnected to the intentions expressed in the official speeches. We presume an incarnation
of the reductionist perception of disability in the minds of decision makers is the cause.
Our communication is an opportunity to rethink disability, which is growing in the world for
several reasons (war, accidents, stress, ...), to ban all forms of discrimination against persons
with disabilities and let them enjoy their rights as full citizens, including the right to decent
and fulfilling work.
Keywords: Diversity, Disability, Perception, Discrimination, Employement

L’exclusion consciente ou non des personnes à déficiences s’avère stable pour des années malgré la volonté déclarée de faire changer la situation. en effet. des politiques et des outils de gestion qui visent à répondre aux défis posés actuellement aux gestionnaires et aux acteurs du monde politique et du secteur associatif. Dans cette nouvelle donne. d’autres néanmoins sont encore dans la zone d’ombre . La gestion de la diversité s’impose comme une alternative qui permet entre autres de répondre à ce double défi. les actions en matière d’insertion des personnes en situation de handicap (PSH) sont importantes mais non suffisantes. Les PSH ne veulent plus le poisson ils veulent apprendre à pêcher. Le handicap est envisagé dans sa dimension médicale et non pas dans une perspective sociétale. Elle regroupe. gestionnaires et politiciens. la population mondiale atteinte de handicap augmente de 10% à 15%. 5. Le taux de chômage frappant dans la population en situation de handicap en âge d’activité en est la preuve. à peine plus d’une personne en situation de handicap sur dix travaille (11.Introduction « La différence ». le handicap par exemple. Ce changement de paradigme n’est pas fortuit mais voulu et réactif à une hétérogénéité croissante des sociétés. et selon un rapport de l’OMS publié en juin 2011. Aussi. comme le genre. Au Maroc. il y a encore quelques années. les gestionnaires sont devant de nouveaux défis : faire face à une diversité croissante de la clientèle et des usagers et aussi et non des moindres une diversité de la main d’œuvre. ce terme qui. si certains aspects de la diversité. Selon l’ENH (Enquête Nationale sur le Handicap) menée en 2004. compte parmi ses membres une ou plusieurs PSH.12% de la population marocaine totale seraient en situation de handicap et 1 ménage sur 4 au Maroc est concerné par le handicap. était source de frustration et de rejet. confrontés à l’exclusion sociale et à la nécessité d’augmenter les taux d’insertion socioprofessionnelle de certains publics. Dans un contexte de mondialisation.7%). prennent de plus en plus de place dans la scène de gestion au Maroc. Parue dans les années 90 aux Etats Unis. . On parle même du phénomène de mort sociale pour certaines catégories. Lutte contre la discrimination et respect de la différence sont désormais le slogan qui marque les discours de plusieurs parties prenantes : chercheurs. De surcroit. une prise en considération de l’emploi des personnes en situation de handicap est incontournable. la question l’emploi des PSH s’avère encore moins prise en compte . Or. prend de l’ampleur aujourd’hui. Celles menées jusqu’aujourd’hui restent en outre dans l’approche de l’assistanat et elles sont moins participatives .

L’inclusion des PSH passe tout d’abord par la compréhension du concept « Handicap ». Cette constitution est pour la première fois dans l’histoire du Maroc instaure l’abolition de toute forme de discrimination quelque soit la nature de cette discrimination. Notre communication s’inscrit dans un contexte de recherche sur les perceptions et les pratiques à l’égard de personnes en situations de handicap dans les administrations marocaines et elle en présente nos efforts de l’exploration du handicap au Maroc. culturelle ou comportementale envers des personnes en situation de handicap. « personne handicapée ».2 milliard de DH par année. le Maroc a connu une dynamique sociale et politique très importante. Dynamique qui jouera en faveur d’une refonte des structures politiques et sociales sous l’impulsion de l’adoption d’une nouvelle constitution en juillet 2011 qui n’a connu de changement depuis 1996. y compris la discrimination sur la base du handicap. le Maroc est tenu d’interdire et d’abolir toute forme de discrimination juridique. la lecture critique des textes réglementant le handicap au Maroc et quelques résultats de l’exploitation des entretiens exploratoires avec les PSH et leurs représentants.02 milliards de DH dans le milieu rural. Aussi et depuis le mouvement du 20 février. Notre communication s’articulera sur trois aspects : - Un bref aperçu sur le concept du handicap. Par la nouvelle constitution. - Une présentation des résultats de notre étape de contextualisation pour notre recherche qui s’intitule « GRH et Handicap dans l’administration marocaine : perceptions et pratiques » . . Une récente étude a montré qu’au Maroc.L’emploi des personnes en situation de handicap n’est pas seulement une impérative sociale mais elle est de l’ordre économique aussi. il s’agit de dresser un état des lieux de la question à travers la présentation de quelques statistiques issues de l’ENH de 2004. ses classifications et ses modèles et ce pour dissoudre le flou qui l’entache.1 milliards de DH dans le milieu urbain et de 3. s’avère plus avantageux que sa prise en charge. l’exclusion des personnes en situation de handicap fait perdre à l’Etat marocain 9. Recruter une PSH et lui adapter l’environnement de travail pour la maintenir dans son emploi. Nous songeons présenter les contraintes et les opportunités quant à l’inclusion des PSH dans le milieu de travail. son origine. soit 2% du PIB alors que le revenu potentiel d’une insertion des personnes en situation de handicap est de 6. « personne à besoin spécifique » et « personne en situation de handicap » sont souvent utilisés dans les discours d’une manière confondue alors que chaque concept renvoie à une approche bien différente de celles des autres.

Le handicap de départ de ce dernier serait de 24. Becker. améliore ses chances de gagner un trophée. c'est-à-dire main dans le chapeau) prend son origine. c'est d'égaliser les chances des concurrents dans un contexte de compétition. « La notion de handicap : l'histoire d'un prodigieux contresens ». Il se situe par rapport à une norme. I. Elle se rapproche ainsi de la performance du « pro ». en principe. se définit par la comparaison avec quelqu'un d'autre. vol. C'est dans le domaine des courses de chevaux sur pelouse (turf) que le handicap (en anglais hand in cap. il s'agit d'une épreuve sportive où l'inégalité des chances des concurrents est compensée au départ. sont. 1991.Le Concept de Handicap : Etat de l’art 1/ Origines du handicap Pour mieux appréhender le concept du handicap. p. il charge davantage le meilleur cheval et déleste le plus possible la monture qu'il juge moins compétitive pour diverses raisons. égalisées par l'obligation faite aux meilleurs de porter un poids plus grand (courses au galop) ou de parcourir une distance plus longue (courses au trot). Ce propos rejoint celui de Becker 2 pour qui la déviance et le handicap ne résident pas dans un comportement. Selon Jacques Côté 1 qui a étudié la question. valorisée dans le jeu. le moyen utilisé pour égaliser les chances consiste à ajouter ou à enlever sous la selle des plaques de fonte de 2. 2. alors qu'un joueur d'expérience moindre fera le même trajet en 100 coups. naturellement inégales. Le premier veut que le handicap n'existe pas en soi. Études de sociologie de la déviance. Cette responsabilité d'égaliser les chances des concurrents incombe au commissaire handicapeur . Synergie. qu'il soit sportif ou social.2 kg (5 livres). 3. 2 H. Métailié. Paris. un état donné. Le principe du handicap au golf. Par exemple. Ce principe permet à quelqu'un de se mesurer avec des personnes de force supérieure en éliminant les différences d'habileté entre les joueurs. Selon le Petit Robert (1988). étant donné son handicap de 24.- Une présentation de quelques aspects de la gestion de la diversité comme étant une nouvelle perspective pour la gestion du handicap. Cette situation sous-entend deux principes. de maintenir le plaisir de jouer en rompant avec la perspective de perdre à coup sûr. Éditions A. mais dans la réaction de l'autre qui représente la norme désirable. Côté. Dans ce cas. un professionnel comblera 18 trous en 76 coups.M. en 1827. Si dans une autre journée cette même personne réalise le parcours en 98 coups. L'égalisation des chances au départ permet au joueur moins expérimenté de garder l'espoir de vaincre. Outsiders. il s'agit d'une course ouverte à des chevaux dont les chances de vaincre. . c'est un parcours de 74 qu'elle aura réalisé. 1985. il est primordial de remonter à ses origines. Le 1 J.

bref. travaillent de façon permanente au classement des maladies et de leurs conséquences. L'entrée en scène en janvier 1999 de la monnaie unique européenne (l'euro) pose un nouveau jalon dans ce processus qui vise ultimement à attribuer la même valeur à la force de travail de tous les habitants d'un même continent. en fonction de leur perception et des besoins spécifiques de cette population. les professionnels.second principe fait état d'une convention qui vise à améliorer la position de la personne désavantagée. jeu des taux d'escompte. pour maintenir les grands équilibres économiques. pour ne pas mettre en congé d'autres devises « incapables » de suivre le courant. selon Henri Dorvil. qui dans un souci de systématisation et d’uniformisation pour faciliter les échanges d’informations et de coordination entre les pays. dans le cadre de la promotion des droits de l’homme à travers le monde. A l’issue de longs travaux d’expert et dans le prolongement de la classification internationale des maladies. les partenaires de ce marché commun ont été à la réalité de la force inégale des monnaies des différents pays. Comme dans le domaine sportif. d'autres mesures sont prises de temps à autre pour « soutenir » une devise trop faible : intervention des banques centrales par leurs réserves de change.H) . et peut-être un jour du monde entier. politique économique. Différentes approches ont été formulées par les intéressés. 2/ Classifications du handicap Les évolutions conceptuelles du handicap transparaissaient clairement dans les travaux de l’organisation mondiale de la santé. les « maîtres du jeu » ont dû élargir (en août 1993) les marges de fluctuation au sein du SME. des taux d'intérêt. pour freiner la spéculation. le principe du handicap a touché d’autres domaines. il a été publié en 1980 la première classification : - La classification internationale des handicaps (C. Henri Dorvil (2001) a le mérite de faire appliquer ce principe au domaine financier lorsqu’il a mis le point sur l’intervention des décideurs pour redresser les déséquilibres émanant de la dépréciations de certaines devises devenues faibles. Le contenu de ces approches révèle sans doute aucun l'engouement que suscite ce champ de recherche et montre surtout à quel point il est encore actuel. le ballottement et ensuite la sortie à l'automne 1992 de la livre anglaise et de la lire italienne du système monétaire européen (SME) ont sonné l'alarme. Ainsi. Le concept de handicap a beaucoup évolué du fait de l’intérêt croissant porté aux personnes handicapées. Pour la survie du système que menaçait l'appétit glouton des cambistes. Dans ce même esprit.I.

L’incapacité c’est toute réduction (résultant d’une déficience) partielle ou totale de la capacité d’accomplir une activité d’une façon ou dans les limites considérées comme normale pour un être humain. 2008). certaines déficiences peuvent entrainer une restriction de la participation sociale sans nécessairement s’accompagner d’une limitation d’activité (exemple : . Elle marque selon Hollenweger Haskell (2001) (cité par lysiane Rochat. le niveau lésionnel (les déficiences). Philip Wood. Elle repose sur une double critique de la CIH : • Le schéma linéaire est trop simpliste : le handicap ou le désavantage social peut résulter d’une déficience sans incapacités (Exemple : une déficience esthétique). en introduisant la notion du désavantage social a mis en évidence le volet non médical de la question du handicap et les conséquences sociales des déficiences et incapacités. du sexe et les facteurs socioculturels » Cette classification a néanmoins fait l’objet de nombreuses critiques dés sa publication : les facteurs de l’environnement sont absents. physiologique ou anatomique ». a permis une importante clarification au concept du handicap . dite de Wood. puisqu’elle implique « l’abandon du mythe de la guérison de toute maladie et de la définition purement fonctionnelle du handicap ». un changement de paradigme.Cette première version de classification des déficiences.F) La CIF a été publiée en 2001 par l’assemblée mondiale de la santé. du handicap et de la santé (C. Ceci a donné lieu à une nouvelle classification - La classification internationale du fonctionnement. Cette classification. elle reste sous-tendue par une relation linéaire de cause à effet. A l’inverse. la terminologie est négative et surtout. le niveau fonctionnel (les incapacités) et le niveau situationnel (le désavantage social). elle décrit trois niveaux distincts. Le désavantage est défini par l’OMS comme « le préjudice qui résulte de la déficience ou de l’incapacité qui limite ou interdit l’accomplissement d’un rôle considéré comme normal compte tenu de l’âge. La CIH est structurée autour de la séquence suivante : Maladie (ou trouble) Déficience Incapacité Désavantage La déficience correspond à « toute perte de substance ou altération d’une structure ou fonction psychologique. des incapacités et des handicaps (CIDIH) a été approuvée par l’assemblée Générale des Nations Unies en 1975 et publiée par l’OMS en 1980.I.

La CIH n’intègre par les facteurs de l’environnement alors qu’il a une incidence sur la situation de handicap. Le modèle individuel Suivant ce modèle issu de l’approche biomédicale. L’écart de la capacité d’exercer l’activité par rapport à ce que l’on peut attendre de la part d’individus n’ayant pas ce problème de santé peut être plus ou moins grand tant en qualité qu’en quantité.personne sous dialyse). il en résulte une incapacité pour la personne . 3/ Modèles du handicap Historiquement. le handicap est considéré comme une réalité intrinsèque à l’individu. « Les restrictions de participation » remplace le terme de désavantage. Il est défini comme une « déficience corporelle. sans porter suffisamment attention aux capacités et aux possibilités de participation à la vie sociale Cette classification. L’élément le plus novateur de la CIF réside dans l’intégration des facteurs contextuels (environnementaux et personnels). un troisième type de modèle s’est développé en réaction aux visions partielles que peuvent offrir les deux modèles traditionnels. physique ou mentale » lui appartenant et ayant pour conséquence de le limiter au niveau de sa participation sociale. dite intégrative. La présence d’une restriction de la participation se détermine en comparant la participation d’un individu qu’on attend. Plus récemment. La CIF rationalise la présentation des déficiences en distinguant les fonctions organiques et les structures anatomiques. et tentent de dépasser le déterminisme individuel du modèle médical et le déterminisme externe du modèle social. d’un individu sans limitation d’activité. Ce modèle suit une logique de cause à effet : une maladie ou un traumatisme provoque une déficience organique et fonctionnelle . Ces nouvelles approches se veulent intégratives et dynamiques. cette incapacité se traduit en désavantage social ou handicap. Le handicap est donc 3 Les limitations d’activités sont des difficultés qu’un individu peut éprouver dans l’accomplissement de ces activités . • La CIH met l’accent sur les aspects négatifs du handicap. dans telle culture ou telle société. Le modèle individuel (aussi appelé modèle médical) et le modèle social. remplace la notion d’incapacité par celle de « limitation d’activités »3. deux modèles principaux du handicap se distinguent. Le désavantage social n’est pas nécessairement en bout de course mais peut être lui-même une cause d’incapacité et de déficience.

de facteurs environnementaux (obstacles). Ce modèle prône également la suppression des barrières physiques et sociales. d’une part. Le modèle social Suivant ce modèle apparu dans les années 1960. mais qui peut aussi être modifiée. à terme. Le type d’interventions proposées va ainsi se modifier : plutôt qu’une action curative visant la normalisation de l’individu. d’autre part. le handicap est considéré comme un produit social. de facteurs personnels. tant par la réduction des déficiences et le développement des aptitudes que par l’adaptation de l’environnement. dynamique et intégrative Le processus de production du handicap (PPH) est une approche globale qui considère le handicap non pas comme un « état » figé. Cette conception est clairement opposée à celle sous-tendant le modèle médical. Au niveau législatif et politique. résultant. les solutions proposées font appel à des régimes de compensation. comme le résultat de l’inadéquation de la société aux spécificités de ses membres. Il s’agit d’adapter l’environnement et les services. l’approche sociale va abandonner l’idéal de guérison et favoriser le développement des capacités restantes de la personne dans le but de la rendre autonome dans sa vie quotidienne (logique d’autonomisation). citons par exemple l’assurance invalidité. L’origine du handicap est donc externe à l’individu. Le handicap est considéré comme une perturbation dans la réalisation des habitudes de vie d’une personne. 4/ Le processus de production du handicap : une approche globale. Les interventions proposées sont d’ordre curatif et visent. .clairement le résultat de la déficience de l’individu. de déficiences ou d’incapacités et. Les législations contre les discriminations et pour l’égalité s’inspirent de ce modèle. mais comme un processus qui limite les activités de la personne. de les rendre accessibles et utilisables pour les personnes ayant des incapacités physiques ou psychiques. qui évalue l’invalidité en terme de perte de gain en raison d’une déficience personnelle. la guérison de la personne ou du moins sa réadaptation à la société telle qu’elle existe pour les « valides ». Il est donc une « situation » relative qui varie en fonction du contexte et de l’environnement.

un traumatisme ou toute autre atteinte à l’intégrité ou au développement de la personne. Un facteur environnemental est une dimension sociale ou physique qui détermine l’organisation et le contexte d’une société : - un facilitateur contribue à la réalisation des habitudes de vie. les politiques du handicap. les infrastructures accessibles sont des facteurs environnementaux facilitateurs . identité socioculturelle. l’état des routes et des escaliers.). . - un obstacle entrave la réalisation des habitudes de vie. Les attitudes discriminantes. 1996 Un facteur de risque est un élément susceptible de provoquer une maladie. la pollution atmosphérique peuvent être autant d’obstacles. Un facteur personnel est une caractéristique appartenant à la personne (âge. Elle assure la survie et l’épanouissement de la personne tout le long de son existence.Facteurs de risques Cause Facteurs personnels Facteurs environnementaux Systèmes organiques Intégrité Déficience Aptitudes Capacité Incapacité Facilitateur Obstacle Interaction Habitudes de vie Participation sociale Situation de handicap Source : Réseau International sur le Processus de Production du Handicap (RIPPH). Une habitude de vie est une activité courante ou un rôle social valorisé par la personne ou son contexte socioculturel. sexe. etc. L’information pour un changement d’attitude face à la différence.

mais aussi du fait de l’absence de moyens de mobilité et d’accessibilité. pour des raisons de « pudeur » sociale. mais comme une fatalité assumée au niveau de la famille par le recours à la médecine conventionnelle quand celle-ci était accessible. La personne handicapée était le plus souvent maintenue à domicile. On assiste alors à la création au Ministère de la Santé. d’un « service chargé de la réhabilitation et de la gériatrie ». En revanche. et en 1961 au tremblement de terre d’Agadir. notamment dans le domaine du handicap. première expression de solidarité nationale. centré sur la protection de la population coloniale. résultant de l’interaction entre les facteurs personnels et environnementaux. Ces deux catastrophes ont généré un nombre très important de personnes handicapées venues s’ajouter aux handicaps déjà existant liés à d’autres causes (essentiellement infectieuses). apparaissent en 1957 par la création de l’Entraide Nationale. l’intérêt porté par les autorités coloniales au handicap a été relatif. II . qui a mis en place des institutions d’éducation et de formation des aveugles et des malvoyants en 1958 dans les villes de Rabat. dont le handicap.Une situation de participation sociale correspond à la pleine réalisation des habitudes de vie. Les prémices d’un intérêt à la problématique de la protection sociale. une situation de handicap correspond à la réalisation partielle ou à la nonréalisation des habitudes de vie. Très longtemps. Histoire du handicap au Maroc4 Avant l’indépendance du Maroc. Fès et Marrakech ainsi que la publication le 15 Novembre 1958 du Code des libertés publiques (Dahir no 1-58-376 du 3 Joumada 1 – 1378) réglementant le cadre légal à la création d’associations. C’est à cette même période que le Ministère de la Santé Publique avec le soutien des organismes internationaux doit faire face en 1959 à l’intoxication collective due à l’ingestion d’huiles frelatées ayant fait 12000 victimes. mais surtout par les thérapies traditionnelles. comme pour l’ensemble des problèmes de santé et la prise en charge des « invalides » ou « infirmes » générés par la guerre. la question du handicap n’a pas été posée comme problème de société. C’est donc au début des années soixante que naissent les premières associations s’occupant de personnes handicapées. 4 Extrait du rapport de la GTZ : « Une figure de l’exclusion : le handicap » par Latifa SERGHINI (2005) .Le handicap au Maroc : l’état des lieux 1.

les premières dispositions législatives et réglementaires datent de 1982.92 relative à la protection sociale des handicapés et de la loi n° 05. en liaison avec les départements ministériels et organismes concernés. pour assurer l’insertion et la protection sociale des personnes handicapées. En effet. en concertation avec les ministères concernés. les problèmes concernant les personnes handicapées étaient traités dans une Direction des affaires sociales dépendant du Ministère de l’Emploi et des Affaires Sociales. 4) de proposer. il constitue un évènement important dans l’histoire du handicap au Maroc. . 2) de proposer au gouvernement.81 relative à la protection sociale des aveugles et déficients visuels . Le deuxième texte de loi (loi no 7/92) concerne la protection sociale des personnes handicapées. mais ces mesures de prise en charge sont ponctuelles et ne s’insèrent pas dans une vision globale et à long terme au profit des personnes porteuses d’un handicap qui sont en situation de marginalisation. Les attributions du Haut Commissariat fixées par le décret n° 2. les mesures d’application de la loi n°07.Quelques structures de rééducation et d’appareillage voient le jour.201 du mois de mai 1994 sont les suivantes : 1) d’assurer. (6 mai 1982) : il s’agit de la loi 05/81 relative à la protection sociale des non voyants. Par ailleurs. la protection et la réinsertion sociale des handicapés . L’année internationale des personnes handicapées en 1981 introduit le concept d’exclusion de la personne handicapée et insiste sur la nécessité de mettre en place toutes les mesures visant « la participation entière et l’égalité » afin d’assurer l’insertion sociale de cette population. la politique de prévention et de réadaptation en faveur des personnes handicapées et les mesures de toute nature en permettant la réalisation .94. maladie aujourd’hui en situation d’éradication définitive. Au Maroc. il est question de mettre en œuvre une politique visant la protection sociale des personnes handicapées par l’implication transversale des différents acteurs et partenaires. Sur le plan institutionnel. en collaboration avec les ministères concernés. 3) de conseiller et assister les différentes administrations et les collectivités locales en matière de protection sociale des handicapés . le programme élargi de vaccinations adopté en 1981 est mis en place et donne d’excellentes performances en matière de prévention de la principale source de handicaps moteurs qu’est la poliomyélite. Création du Haut Commissariat aux Handicapés Créé par décision Royale de Feu SM le Roi Hassan II le 30 Mars 1994 et rattaché directement au Premier Ministre.

de l’Emploi. régionales et internationales traitant des handicapés. Création du Secrétariat d’État Chargé des Handicapés en 1998 Afin de souligner la volonté de promouvoir une politique de développement social. la situation des PSH dans le marché du travail est inquiétante et appelle à réflexion. Plaçant ainsi les personnes handicapées au cœur du discours sur l’exclusion et la pauvreté. sous la tutelle du Ministère du Développement social. Lors du discours du trône du 30 juillet 1999. Il s’agit donc d’un département dont les attributions similaires à celles du Haut Commissariat exigeant un travail horizontal avec les différents départements ministériels. L’emploi des PSH au Maroc : quel état des lieux ? Lors de notre investigation sur la problématique de l’emploi des personnes en situation de handicap et d’après plusieurs entretiens exploratoires avec les intéressés et leurs représentants. Afin d’en renforcer l’efficacité.. le gouvernement d’alternance mis en place le 14 Mars 1998. et de la Formation Professionnelle. elle est principalement la résultante : . La présence d’une société civile œuvrant dans le domaine du handicap avec motivation est dorénavant un atout majeur pour la promotion des droits des personnes handicapées.92 et 05. le cas échéant. SM le Roi Mohammed VI annonce la création de la Fondation Mohammed V pour la Solidarité en définissant son rôle : « la Fondation Mohammed V pour la Solidarité qui voue son action aux affaires des pauvres. érige le Haut Commissariat en Secrétariat d’État chargé des Handicapés. des nécessiteux et des handicapés. de la Solidarité. Dès la création du Haut Commissariat aux Handicapés. le premier Ministre crée une Commission Interministérielle sur le Handicap qui s’est réunie deux fois. ce nombre atteint 500 (janvier 2004).. 6) de délivrer la carte de handicapé et la carte spéciale pour aveugles prévues respectivement par les lois n°07. 2. on constate la multiplication des associations s’occupant de handicap dont le nombre va passer d’une soixantaine à plus de 230 en 1999 avec un dynamisme croissant. 7) de conseiller et assister les organisations nationales ayant pour objet la protection des handicapés et donner son avis sur la reconnaissance d’utilité publique des associations poursuivant le même but. en liaison avec le Ministère chargé des Affaires Étrangères et. ».5) de représenter le gouvernement auprès des organisations et dans les conférences et réunions.81 précitées . Aujourd’hui. les autres départements ministériels concernés .

le 6 mai 1982. L’obligation de l’Etat n’est pas précisée.- De préjugés et de représentations dévalorisantes. les chiffres relatifs à l’emploi de celles-ci en parlent suffisamment. et les droits garantis sont associés à des avantages et facilités. une restriction quant à la participation sociale des PSH d’une manière générale et à leur accès au travail de manière spécifique. Au-delà. Car elle ne déploie aucune obligation en mesure d’éliminer les formes de discriminations basées sur le handicap. un grand nombre de droits. entre autres. cette loi reste très limitative. Ces deux facteurs entrainent. Elle est l’une des premières initiatives législatives en faveur des personnes en situation de handicap au Maroc. y compris leur droit d’accès à un travail décent. Elle ne garantie aucun droit sauf quelques avantages accordés aux déficients visuels tributaires de l’appropriation de la carte des handicapées qui n’a pas encore vu le jour. Dans ce qui suit et sans prétendre être exhaustif. Elle est aussi considérée comme le texte principal de la protection des droits des personnes en situation de handicap au Maroc. nous nous attachons d’entamer une lecture critique et constructive de la réglementation spécifique au handicap au Maroc et voir dans qu’elle mesure elle contribue ou non à favoriser l’emploi des PSH. A la différence de la loi n°05-81. Le référentiel juridique du handicap au Maroc La loi n°05-81 relative à la protection sociale des aveugles et des déficients visuels : Cette loi a été adoptée par la chambre des représentants le 29 décembre 1980 et promulguée 2 années plus tard. Etant la résultante d’une prise de conscience émanant de la sensibilisation naissant de la promulgation de 1981 comme année internationale des personnes handicapées par l’ONU. étiquetant les PSH de leurs déficiences et les jugeant comme des êtres incapables. Nous nous attelons aussi de clarifier l’état des lieux de l’emploi des PSH à travers une présentation brève de quelques résultats de l’Enquête Nationale Sur le Handicap au Maroc de 2004. - D’une réglementation non adéquate ne permettant pas de défendre les droits des PSH en tant que citoyen à part entière. elle est jugé peu applicable. Son champ d’application couvre d’une manière générale. . La loi n°07-92 relative à la protection sociale des personnes handicapées : Cette loi a été adoptée par le parlement le 26 décembre 1991 et promulguée 2 années plus tard (le 10 septembre 1993). En outre du fait qu’elle ne concerne que les déficients visuels. qui relèvent de la « responsabilité et du devoir national ». cette loi est la première à avoir concerné « les personnes handicapées » sans distinction aucune.

En matière d’emploi. mais dans le même article elle annonce qu’il ne faut pas que le handicap entrave le fonctionnement normal du service dans lequel la PSH est employé. elle ne mentionne ni le principe d’égalité. dans le cadre des listes visées à l’article 19 par voie réglementaire ». dans la limite de ses possibilités. les personnes aveugles par exemple sont généralement cantonnées dans les postes de standardistes. des attitudes et des stéréotypes qui constituent les principales causes de discrimination à l’encontre des personnes en situation de handicap. L’article 20 dit : « le pourcentage des emplois à réserver aux handicapés par rapport à l’ensemble des travailleurs et employés des administrations du secteur public. ni l’obligation de non discrimination basée sur le handicap. sans aucune mention de l’obligation de faire des aménagements raisonnables dédiés à l’emploi pour cette catégorie dans le même article ou dans les autres articles. la simple lecture du texte de loi fait surgir son incapacité à inciter l’intégration de PSH dans le travail. Ainsi. alors qu’elles peuvent disposés de qualifications qui restent sous exploitées faute d’adaptation de l’environnement de travail. pose le principe du droit à l’éducation. Un arrêté du premier ministre consacre 7% de travail réservé dans le secteur public. L’article 19 restreint l’emploi des personnes en situation de handicap à un ensemble limitatif d’emplois et fonctions pouvant être confiés en priorité aux PSH dans le secteur public (fixés par voie réglementaire) et les a soumis aussi aux conditions des dispositions de l’article 17. la loi définie la personne handicapée comme suit : « Est considérée comme handicapé au sens de la présente loi.Malgré qu’elle concerne les personnes en situation de handicap. Par exemple. Cette définition est très restrictive dans la mesure où elle fait abstraction des facteurs environnementaux. la loi laisse les PSH plus sujettes à une ségrégation horizontale . sans distinction entre handicapés de naissance et ceux qui souffrent d’un handicap acquis ». ». des systèmes de valeurs. Dans son article 2. mais ce même article neutralise la dimension absolue de ce droit humain en introduisant des expressions ambigües tel que « Chaque fois qu’il est possible…» ou encore «l’administration procède. Le texte révèle des contradictions entre les dispositions de certains articles. L’article 12 de la loi en vigueur. dans l’article 17 la loi stipule que le handicap ne peut être cause de privation d’obtention d’un emploi dans le secteur public ou privé. à l’enseignement et à la formation en faveur des PSH.. toute personne se trouvant dans un état d’incapacité ou de gène permanent ou occasionnel résultant d’une déficience ou d’une inaptitude l’empêchant d’accomplir ses fonctions vitales. semi public et privé est fixé. C’est un taux généreux mais irréalisable vu la modalité de calcul qui lui est associée. .

D’une manière générale la loi de la prévention des PSH et la loi de la prévention des personnes aveugles sont jugés. physiques. La grande nouveauté de la loi sur les accessibilités c’est qu’elle a introduit la notion de responsabilité de l’Etat et les mesures à prendre pour que les bâtiments et les aménagements des territoires soient accessibles. mais un problème de la société entière. Mais elle présente elle aussi des insuffisances. groupes d’habitations et morcellements. représentée par les organisations des PSH. Elle est apparue dans un contexte de changement de paradigmes. elles encouragent à porter atteinte à . Les facteurs environnementaux. Les personnes à mobilité réduite et les déficients visuels sont les plus citées dans ce texte de loi. Il doit également adopter des mesures réglementaires et les normes techniques d’exécution. ce sont des textes narratifs où il y a un peu de sentiment et de mœurs et ne contiennent aucune appropriation juridique. la communication. sociaux. qui est devenue depuis lors plus active et plus présente en tant que force de proposition et de contre pouvoir. Cette exception au sujet de l’accessibilisation des bâtiments existant avant 2003 est beaucoup protestée par les militants du domaine. de l’architecture. L’Etat a l’obligation de prévoir les dispositions relatives aux accessibilités dans les règlements généraux de construction et les plans d’aménagement ainsi que dans les lois relatives aux lotissements. selon les déclaration de certains représentants de PSH comme des déclarations d’intentions. qu’en est-il des personnes atteinte d’autres types de déficiences (auditif par exemple) ?. L’accessibilisation des milieux de travail est cité d’une manière très superficielle. les mesures de protection des personnes en situation de handicap et les sanctions. Le handicap n’est plus considéré comme une affaire personnelle. Cette loi est constituée de 5 chapitres et 31 articles touchant les domaines de l’urbanisme. Le plus grand défaut de cette loi réside dans le contenu de l’article 29. des moyens de transports. économiques et culturels sont des obstacles générateurs de situations de handicaps qu’il faut éliminer par la force de la loi.La loi n°10-03 du 12 mai 2003 relative aux accessibilités : Cette loi a vu le jour sous l’impulsion de la remonté en scène de la société civile. En vertu de cette article les dispositions de la loi ne s’appliquent pas aux installations existantes ni à celles pour lesquelles les permis de construire ont déjà été délivrés. c’est comme si cette loi ne concerne que ces catégories. Aucune précision n’est faite sur les types des aménagements raisonnables qui peuvent être déployées aux PSH et aucune mention de mesures coercitives en cas de violation à cet aspect.

qui est une règle contraignante et qui doit impliquer des sanctions en cas de violation de droits. car elles sont en dichotomie parfaite entre la raison de leurs existence . les PSH font face à toutes les sortes de pratiques discriminatoires qui les excluent du marché du travail. L’application de ces lois est malheureusement soumise à l’interprétation arbitraire des décideurs étant donné que les décrets d’application et les dispositions administratives relatives à leurs mise en œuvre n’ont. droit aux loisirs. sauf si cela s’avère impossible en raison de la gravité du handicap et de la nature du travail. elles sont générales. Il prévoit des obligations positives et des mesures préférentielles « ayant pour objectif l’égalité effective dans les opportunités et le traitement entre les salariés handicapés et les autres salariés ». économiques. pour la plupart. Or les lois précédentes ne mentionnaient aucune sanctions. Par exemple. il y’avait toujours une mention qui venait derrière qui disait : « chaque fois que c’est possible ». de l’Enfance et des Personnes Handicapées (SEFEPH) a procédé en 2003 à la . dans le cadre du programme MEDA. Or. jouir les PSH de leurs droits civiques. . limitation. Lecture de quelques statistiques sur le handicap au Maroc Financée par l’Union Européenne. et que la sécurité et l’hygiène soient assurées. droit à l’éducation. Le code impose aux employeurs l’obligation de préserver l’emploi du salarié devenu en situation de handicap. sociaux et culturelles et les impacts mesurés . chose qui rend les choses non possible. enfermement. la discrimination fondée sur le handicap est interdite. Le code de travail : loi n°65-9 du 11 septembre 2003 : Au vu du code de travail marocain. droit au travail. Le champ d’interprétation de la gravité du handicap par rapport aux exigences de travail est très large et peut porter préjudice au droit de la PSH à obtenir ou garder un emploi. jamais vu le jour.la règle juridique. Il leur interdit d’employer les PSH dans des travaux à risque et exige que les locaux soient équipés des accessibilités. Certaines clauses du code ne sont pas suffisamment précises et peuvent donner lieu à une interprétation défavorable aux PSH. l’obligation de se soumettre à l’examen médical avant le recrutement et durant l’emploi. Le secrétariat d’Etat de la famille. flous et si on ne dit pas improvisées. Le code ne contient pas de dispositions légales qui interdisent la discrimination pour l’accès à l’emploi. politiques. aucune obligation de l’Etat et à chaque fois où il y avait une déclaration d’un droit . Les lois spécifiques au handicap dans leurs globalité part d’une approche discriminatoire (ignorance totale des personnes à déficiences psychiques ou mentales) et non pas une approche inclusive et une approche droit. voire « la mort social ».

32% soit 157. dont nous avons choisis quelques résultats chiffrés jugés importants par tabler un état des lieux.200 personnes. L’analyse détaillée des déficiences révèle les multiples interactions qui peuvent exister entre plusieurs déficiences. qui sont à l’origine par année d’un minimum de 100.03% et 0.850 personnes.28%) par rapport à des régions considérées plus précaires (exemple Souss Massa Draa (2. les personnes en situation de handicap mental vient en troisième lieu avec un pourcentage de 22. compte parmi ses membres une ou plusieurs PSH. La probabilité de sous déclaration du handicap chez les femmes est forte en raison de représentations inhibitrices du handicap chez la femme.75%).04%.69% soit 347.07%) et EL Haouz (6. suivies des personnes en situation de handicap visuel qui représentent 10. 1.85% (380.réalisation d’une Enquête Nationale sur le Handicap au Maroc et qui a duré deux ans et demi. Les résultats complets de cette enquête ont été diffusés en mai 2005. La prévalence du handicap est 3 à 4 fois supérieure dans les régions de Chaouia Ouardigha (8.200 personnes). 1. Plus de 30% en ont deux.530. Les personnes en situation de handicap auditif. soit environ 404.3%)). La moitié des personnes en situation de handicap présente plusieurs déficiences. Les personnes en situation de handicap multiple viennent ensuite avec une prévalence de 24. Prévalence du handicap Selon l’ENH. 1 ménage sur 4 dans le pays. 26. Cette même raison a été attribué pour expliquer la prévalence du handicap dans la population masculine (5.000 nouvelles situations de handicap chez des enfants de moins de 5 ans . soit plus de 1.12% de la population marocaine totale.000 personnes seraient en situation de handicap au Maroc soit 5.37%.900 personnes. .000 ménages est concerné par le handicap .46% de l’ensemble des PSH sont des personnes avec handicap moteur. congénitales ou acquises durant les cinq premières années de vie. Cette situation a été justifié entre autres au refus de déclaration des situations de handicaps dans les régions plus précaires et ce en raison des représentations culturelles rendant encore difficile l’acceptation du handicap et sa déclaration. malgré le fait que les femmes sont plus sujettes au vieillissement en raison de leur espérance de vie qui est supérieure à celle des hommes. Des causes du handicap L’ENH a recensé 5 principales causes de déficiences à l’origine du handicap : - Les pathologies périnatales et néonatales. celles en situation du handicap du langage et celles en situation du handicap esthétiques représentent respectivement 4.300.49%) plus que la population féminine (4. Près d’une sur cinq en a trois ou plus.

sont à l’origine de plus de 50. - Manque d’adaptation des organisations de sortes qu’elles répondent aux besoins spécifiques des PSH. etc. ce qui constitue pour eux une réelle agression la poussant fréquemment à se retirer de la vie sociale ou. le Trachome.) et manque de moyens pour y accéder . qui atteignent des populations jeunes. la tuberculose et les infections de la sphère ORL. l’hypertension artérielle (HTA) en premier lieu. suivis vraisemblablement de ceux du travail (20% des causes des causes d’accidents déclarées par les PSH enquêtées) et domestiques (noyades. à l’exception des personnes en SH viscérale et métabolique. Les niveaux de limitations extrêmement élevés des PSH sont dus aux limitations fonctionnelles de celles-ci en raison de leurs déficiences (facteurs personnels) mais aussi à de multiples barrières dans l’environnement. du moins. qui atteignent eux aussi beaucoup des populations jeunes avec en tête les accidents de la circulation. les diarrhées et les traumatismes liés aux accidents domestiques et de loisirs . avec en tête la tuberculose. l’aveugle. Près de 6 PSH sur 10 déclare que les croyances et les représentations de leur entourage sont un obstacle à leur intégration. Dans un tel contexte.- Les pathologies de la petite enfance. dont les plus dévastatrices sont le Rhumatisme Articulaire Aigu (dont l’origine est due au départ à des angines). etc. Il s’agit de : - Manque d’accessibilité des infrastructures et des moyens de transport.2% déclarant le contraire. - Les traumatismes et accidents. - Les maladies infectieuses et parasitaires. les maladies carencielles. loisir.000 situations de handicap par an. empoisonnements et brulures particulièrement) . A ces barrières physiques – pour lesquelles les PSH sont plus ou moins convaincuss’ajoute les barrières d’ordre culturelles et sociales. La PSH est souvent étiquetée par sa déficience et elle est seulement considéré comme le boiteux. - Manque de moyens humains et techniques pour une prise en charge adéquate . alors qu’elles sont sans doute les plus faciles à prévenir. en réduire son champ. très souvent associée au diabète et au surpoids. - Les maladies cardiovasculaires et métaboliques. L’impact de l’environnement sur la situation du handicap Les entretiens qualitatifs menés dans le cadre de l’ENH ont bien révélé combien l’environnement est limitatif à l’intégration des PSH dans la vie socio économique. l’environnement familial est souvent jugé comme protecteur et . - Manque de service à proximité (santé. le fou. dont 53. éducation.

celles qui portent la déficience sont nombreuses à ne pas croire en leurs chances de pouvoir l’intégrer. Les taux d’activités des PSH sont quatre à six fois inférieurs à ceux de la population marocaine en âge d’activité. portées par l’entourage des personnes handicapées. Ceci engendre aussi un sous investissement en formation de leur part ou de la part leur entourage . mais elles sont encore très difficilement accessibles aux personnes en 5 Ce constat est à prendre avec beaucoup de nuance parce que dans plusieurs cas cet enfermement des PSH dans le domicile n’est pas un choix volontariste mais imposée par leurs parents qui n’acceptent pas les déficiences de leurs enfants et les entrainent dans une situation de handicap.9% d’entre elles déclarent qu’il leur est impossible d’exercer un emploi ou une activité professionnelle. Sur un effectif total de 1. voir de « mort social » qui caractérise le passage d’une situation de déficience à une situation de handicap proprement dite.566 qui ne travaillent pas.344 personnes en situation de handicap en âge d’être actives. .314. les formations supérieurs et professionnelles ordinaires sont celles qui offrent les meilleurs accès à l’emploi. En effet. De même. Accès à l’emploi La problématique de l’intégration professionnelle des PSH est celle qui révèle les taux d’exclusion et de limitations les plus importants. Parmi les personnes en situation de handicap en âge d’être actives (15 ans et plus). Dans ces tranches d’âges. contribuent aussi sans doute à cette situation. mais aussi par ces personnes ellesmêmes. de rejet. Mais des barrières socioculturelles de sous estimation des capacités. 74. cela représente 984. La vie se confine au domicile. Le domaine de l’intégration professionnelle des PSH est celui où se manifestent le plus les limites des mesures personnalisées en faveur de l’intégration des PSH. Cela est sans aucun doute dû à des limitations fonctionnelles « objectives ». il est certain. rémunérée ou non. éducative et professionnelle peut souvent évoluer vers une sorte d’isolement total. leurs faibles qualifications renforcent leur vulnérabilité dans le marché de travail. Cela représente 153. que face à un marché de travail déjà difficilement accessible pour les personnes sans handicap. Nombre de PSH n’ont que très peu de lien avec l’extérieur. de 15 ans et plus. Cette non intégration sociale. de discrimination.rassurant5.160.444 personnes.7%). à peine plus d’une personne en situation de handicap sur dix travaille (11. selon l’ENH. Les taux d’activité professionnelle chez les personnes en situation de handicap. sont extrêmement faibles.778 personnes qui exercent une activité professionnelle et 1.

Le nombre de PSH intégrées dans la fonction publique est infime (un peu plus de 600 personnes. La coercition ou l’incitation financière que procurent les lois du handicap ne suffisent pas pour garantir le droit des PSH au travail. alors que les formations professionnelles qui leurs sont réservés. dont le droit à un travail décent et épanouissant. Mais. Les statistiques relatives à l’éducation et à l’emploi des PSH témoignent de la schizophrénie politique en ce domaine. La première est d’ordre juridique. leur analyse a bel et bien fait apparaitre une disparité quant au traitement du handicap dans différents domaines. Dans ce contexte. leurs offrent très peu de débouchés. Notre propos. Les entreprises sont également peu disposées à embaucher des PSH. Le contexte marocain est actuellement marqué par l’existence d’opportunités qu’il faut incessamment saisir pour sortir les PSH de leurs états d’isolement et les faire jouir de leurs droits civiques. Bien que les discours prônent une égalité des chances pour tous les citoyens. Les expériences mondiales en matière de quotas ou . en l’occurrence l’adoption d’une nouvelle constitution en juillet 2011 et la ratification de la CIDPH avec son protocole facultatif en 2009. les 7% d’emplois. la responsabilité de l’Etat est importante. III. la situation des PSH n’a pas évolué au même rythme de l’évolution des déclarations d’intentions. dans la réalité.situations de handicap. Aucun texte légal ne les oblige à ce jour et les associations d’appui à l’intégration professionnelle des PSH se plaignent de trouver de moins en moins d’entreprises prêtes à les soutenir dans cette démarche. l’auto emploi est le principal débouché pour les personnes n’ayant pas de niveaux élevés d’éducation et de formation. Face à ce constat sur la difficulté pour les PSH d’accéder à l’emploi. Les associations ne sont pas suffisamment nombreuses et ne disposent pas de suffisamment de moyens pour développer réellement des emplois protégés au sein de leurs structures directement ou via des centres d’aide par le travail. Mais à ce jour. dans le secteur associatif essentiellement. pourraient représenter une vraie alternative. il marque de plus en plus les discours officiels. dans ce cadre. c'est-à-dire la grande majorité des PSH. cette réglementation n’est pas pratiquement appliquée. selon les estimations de l’enquête auprès des PSH). Encore pire. n’étant pas d’évaluer les politiques d’emploi des PSH mais d’appeler à repenser le handicap dans ces politiques.Le handicap au Maroc : Quelles perspectives ? Le handicap au Maroc connait un regain d’intérêt des pouvoirs publics. qui devraient leur être réservés dans la fonction publique. parmi les sources de frustrations de notre cible et de leurs représentants sont les actes discriminants émanant des intentionnés.

avec la résolution 61/106. en vertu de cette ratification.1-1). les employeurs préfèrent verser les contributions à l’AGEFIPH. La convention a pour but d’assurer la jouissance effective des droits déjà reconnus dans d’autres instruments internationaux. le Maroc. . qui peuvent aller jusque 1500 fois le SMIC horaire que d’employer une personne portant une déficience. En France par exemple.d’incitations financières pour employer des personnes à déficiences semblent montrer leurs insuffisances. 1. en avril 2009. Le comité examine les communications à huis clos et transmet ses suggestions ou recommandations éventuels à l’Etat et au pétitionnaire (art. Une meilleure prise en compte du handicap passe inéluctablement à travers une refonte de la façon de percevoir et d’approcher le handicap dans l’organisation. Ceci dit. La convention internationale des droits des personnes handicapées (CIDPH) La convention relative aux droits des personnes en situation de handicap a été adoptée le 13 décembre 2006 durant 61ème session de l’Assemblée générale de l’ONU. La convention internationale des droits des personnes en situation de handicap a été. 6 Chaque état partie au protocole facultatif rattaché à la CIDPH reconnait la compétence du Comité des droits des PSH pour « recevoir et examiner les communications présentées par des particuliers ou groupes de particuliers ou au nom de particuliers ou groupes de particuliers relevant de sa juridiction qui prétendent être victimes d’une violation par cet Etat Partie des dispositions de la convention » (art. Sans en créer de nouveaux. ratifiée par le Maroc avec son protocole facultatif. c'est-à-dire comme une richesse et non pas une contrainte. est non seulement engagé à prendre toute les mesures pouvant protéger les droits des PSH mais reconnait aussi la compétence du comité6 des droits des personnes en situation de handicap et tenu de lui présenter des rapports. Le comite informe l’Etat concerné qui répond dans les six mois. elle précise ce que ces droits impliquent pour les personnes en situation de handicap. 5). Nous nous attachons dans ce qui suit à élucider en quoi peuvent ces opportunités changer la situation du handicap au Maroc. La gestion de la diversité est une approche globale et inclusive qui répond aux enjeux juridique et sociétal du handicap mais aussi et non des moindre à l’enjeu économique qui préoccupe les décideurs dans le domaine. Les adeptes de la diversité proposent des politiques permettant de lutter contre les différentes formes de discriminations et se penchent aussi à démontrer que l’inclusion des PSH dans le travail peut procurer à l’organisation un avantage économique : c’est ce qu’on appelle le business case du handicap La remontée en scène de la gestion de la diversité qui prend de plus en plus d’ampleur au Maroc est une autre opportunité qui est en mesure de faire jouir les PSH de l’accès et du maintien dans un emploi décent et épanouissant sans discrimination aucune. La gestion de la diversité est en mesure de le permettre.

le maintien dans l'emploi.Dans son premier article au deuxième paragraphe. la protection contre le harcèlement et des procédures de règlement des griefs. des visites sur le territoire de cet Etat. le comité peut également effectuer des enquêtes qui peuvent comporter. l'avancement et les conditions de sécurité et d'hygiène au travail. Selon l’article 6. e) Promouvoir les possibilités d'emploi et d'avancement des personnes handicapées sur le marché du travail. L’enquête reste néanmoins confidentielle. aux services de placement et aux services de formation professionnelle et continue offerts à la population en général. le droit au travail. en prenant des mesures appropriées. la convention a donné une définition des « personnes handicapées » : « des personnes qui présentent des incapacités physiques. c) Faire en sorte que les personnes handicapées puissent exercer leurs droits professionnels et syndicaux sur la base de l'égalité avec les autres. pour notamment : a) Interdire la discrimination fondée sur le handicap dans tout ce qui a trait à l'emploi sous toutes ses formes. intellectuelles ou sensorielles durables dont l’interaction avec diverses barrières peut faire obstacles à leur pleine et effective participation à la société sur la base de l’égalité avec les autres » cette définition basée sur le modèle sociale et l’approche environnementale du handicap incarne le changement de paradigme par la CIDPH. y compris pour ceux qui ont acquis un handicap en cours d'emploi. y compris l'égalité des chances et l'égalité de rémunération à travail égal. b) Protéger le droit des personnes handicapées à bénéficier. Ils garantissent et favorisent l'exercice du droit au travail. d) Permettre aux personnes handicapées d'avoir effectivement accès aux programmes d'orientation technique et professionnel. sur la base de l'égalité avec les autres. Cette dernière reconnait de manière expresse que le handicap est le résultat de l’interaction entre les personnes présentant des incapacités et les barrières environnementales. notamment les conditions de recrutement. y compris des mesures législatives. au maintien dans l'emploi et au retour à l'emploi. de conditions de travail justes et favorables. favorisant l'inclusion et accessibles aux personnes handicapées. la sécurité et l'hygiène sur les lieux de travail. . notamment à la possibilité de gagner leur vie en accomplissant un travail librement choisi ou accepté sur un marché du travail et dans un milieu de travail ouverts. d'embauche et d'emploi. sur la base de l'égalité avec les autres. ainsi que l'aide à la recherche et à l'obtention d'un emploi. Les États Parties reconnaissent aux personnes handicapées. La CIDPH réserve l’article 27 à la question du travail et de l’emploi des PSH : « 1. avec l’accord de l’Etat partie. mentales.

en raison. et l'organisation de coopératives et la création d'entreprise. j) Favoriser l'acquisition par les personnes handicapées d'une expérience professionnelle sur le marché du travail général. L’Etat Marocain s’engage de ce fait à accorder aux conventions internationales dûment ratifiées par lui et dès leurs publications. une réaffirmation de l’attachement de l’Etat marocain aux droits de l’Homme tels qu’ils sont universellement reconnus est expresse. Ainsi. La nouvelle constitution marocaine : constitutionnalisation de la non discrimination à l’égard des PSH L’adoption de la nouvelle constitution en juillet 2011 est un pas très important dans le processus démocratique au Maroc. 2. k) Promouvoir des programmes de réadaptation technique et professionnelle. La convention veille à l’abolition de toute forme de discrimination au travail basée sur le handicap et considère le refus de faire des aménagements raisonnables comme une discrimination à l’égard des PSH (article 2). Les États Parties veillent à ce que les personnes handicapées ne soient tenues ni en esclavage ni en servitude. 2011 . sur la base de l'égalité avec les autres. constitution marocaine. et à ce qu'elles soient protégées. l'esprit d'entreprise. contre le travail forcé ou obligatoire ». 2. h) Favoriser l'emploi de personnes handicapées dans le secteur privé en mettant en ouvre des politiques et mesures appropriées. et harmoniser en conséquence les dispositions pertinentes de sa législation nationale. i) Faire en sorte que des aménagements raisonnables soient apportés aux lieux de travail en faveur des personnes handicapées. Cette stipulation de la nouvelle constitution est à même de donner espérance à la 7 « Ce préambule fait partie intégrante de la présente constitution ». g) Employer des personnes handicapées dans le secteur public. Cette constitution est la première dans l’histoire du Maroc accorde une place à la non discrimination sur la base du handicap dans ces articles.f) Promouvoir les possibilités d'exercice d'une activité indépendante. y compris le cas échéant des programmes d'action positive. la primauté sur le droit interne du pays. Toujours dans le préambule de la dite constitution. du handicap. de maintien dans l'emploi et de retour à l'emploi pour les personnes handicapées. démontrant la volonté d’un roi et d’un peuple à abolir les différentes formes de discriminations à l’égard des PSH. entre autres. son préambule7 cite clairement l’engagement de l’état marocain à bannir et combattre toute discrimination à l’encontre de quiconque. des incitations et d'autres mesures.

Cornet et PH. des principes de non discrimination dans le management des RH. Comme précisé dans l’article 31 de la nouvelle constitution : « l’Etat. Malgré son nouvel ancrage à la responsabilité sociale. Warland. sensorimoteurs et mentaux et faciliter leur jouissance des droits et libertés reconnus à tous. confrontés à l’exclusion sociale et à la nécessité d’augmenter les taux d’insertion socioprofessionnelle de certains publics (A. La gestion de la diversité : une nouvelle perspective pour le handicap La gestion de la diversité est l’ensemble des politiques et des outils de gestion qui visent à répondre aux défis posés actuellement aux gestionnaires et aux acteurs du monde politique et du secteur associatif. La gestion de la diversité est autrement une philosophie qui décline. les pouvoirs publics élaborent et mettent en œuvre des politiques destinées aux personnes et aux catégories à besoins spécifiques. en effet.promulgation du projet de loi N° 62-09 relatif au renforcement des droits des personnes en situation de handicap et qui a été ajournée8 et retransmis au secrétariat général du gouvernement. la spécificité de leur situation les laisse sujettes à plusieurs formes de discrimination : 8 Le Collectif pour la promotion des droits des personnes en situation de handicap est convaincu que l’aspect économique découlant de l’application des dispositions du projet de loi N°62-09 est l’un des motifs de cet ajournement. […] au travail et à l’appui des pouvoirs publics en matière de recherche d’emploi et d’auto emploi. les établissements publics et les collectivités territoriales œuvrent à la mobilisation de tous les moyens à disposition pour faciliter l’égal accès des citoyennes et des citoyens aux conditions lui permettant de jouir des droits : […] à l’éducation moderne. elle consiste. accessible et de qualité. notamment réhabiliter et intégrer dans la vie sociale et civile les handicapés physiques. 2008). à faire en sorte à ce que tous les aspects de la diversité humaine soient valorisés et reconnus. qui en vertu duquel. la gestion de la diversité a su s’imposer en tant que gage d’un management respectant les enjeux éthiques de l’organisation. entre autres. . L’article 34 est considéré comme la principale nouveauté de la nouvelle constitution. 3. Les personnes en situation de handicap occupent une position particulière dans la gestion de la diversité. après avoir été programmé a l’ordre du jour de la réunion du conseil de gouvernement en date du 11 Mars 2010. Elle est la pierre angulaire du concept de travail décent. Il est devenu le slogan des militants dans le domaine du handicap. et à l’accès aux fonctions publiques selon le mérite […] ».

la possession d’une caractéristique spécifique comme la déficience par un groupe d’individus présentant une faible productivité entretient la croyance en une moindre productivité de chaque individu ayant cette caractéristique. En effet. on risque de créer le handicap en cherchant de l’effacer. Pire encore. il est utile de signaler l’insuffisance que présente les discriminations positives qui pour longtemps ont marqué le domaine d’intervention en matière de handicap et qui consiste à sélectionner et avantager des personnes sur la base de certaines caractéristiques individuelles comme le handicap . sensoriels ou autres les ont pour longtemps pénalisé d’accéder à l’emploi. la discrimination positive semble alimenter une forme de stigmatisation. Cette cible est très hétérogène et elle présente toute une diversité en son sein. La discrimination positive peut ainsi 9 Cité dans « handicap et accès à l’emploi : efficacité et limites de la discrimination positive » . Dans ce propos. les PSH peuvent présenter une incapacité physique. La multitude des approches et leurs successions prouvent d’une incapacité de cerner la problématique du handicap. ou au contraire être tel qu’un appui ou une aide non négligeable leur seront nécessaires. Dans ce propos. Phelps (1972) et Arrow (1973) introduise une autre forme de discrimination. telle est la revendication des personnes en situation de handicap. Le handicap peut ne pas avoir une grande incidence sur leur aptitude à travailler et à prendre part à la vie sociale. Cette complexité et cette spécificité du handicap. appelée discrimination statistique qui est liée à l’existence d’information imparfaite sur le marché de travail . Toutefois. surtout lorsqu’il est associé à un autre aspect comme le genre ou l’âge. Loin de garantir l’épanouissement et la dignité. les politiques de quotas non associées à des actions d’accompagnement et de sensibilisation ne font qu’induire cette cible dans des situations de discrimination positive. à l’adolescence ou être survenu plus tard au cours de leur vie professionnelle.Une discrimination pure et directe par une exclusion explicite du marché de travail . Leurs handicaps moteurs. ainsi. une déficience sensorielle ou intellectuelle ou des troubles psychiques. Cette stigmatisation correspond au phénomène décrit par Goffman (1963)9 c'est-à-dire la possession de certaines caractéristiques entraine le déclassement social de l’individu qui en est doté. à l’enfance. Leur handicap peut remonter à la naissance. la gestion de la diversité s’avère très utile pour mettre les personnes en situation de handicap au même pied d’égalité avec les autres travailleurs de l’organisation. ne peut être négligée. aucune adaptation de leur environnement de travail n’est généralement envisagée chose qui constitue pour eux une discrimination indirecte.

dont certains sont supportés par les PSH. leurs employeurs. A ce propos. chose qui explique leurs faibles qualifications par rapport aux autres catégories. La plupart de ces coûts pourraient être réduits si l’environnement était plus inclusif et favorable aux personnes en situation de handicap. n’est tout simplement qu’un des aspects de la diversité humaine. Or. Ceci entraine des coûts additionnels de prise en charge. ce segment important de la population est composé de nombreuses personnes dévouées et talentueuses. L’exclusion des PSH engendre une méfiance dans la population des PSH et leurs proches et les poussent à sous investir en matière de formation. les recruteurs paye une marge supplémentaire pour recruter parmi les demandeurs d’emploi non handicapées au lieu de se donner l’opportunité de choisir parmi une large catégorie de demandeurs. Contrairement à ce qui est communément admis et à tort. les préjugés et l’étiquetage est en mesure de réduire les coûts générés des situations conflictuelles et du stress lié aux tensions au travail. Le handicap résulte essentiellement de la non adaptation de l’environnement à la déficience de la personne. Cependant. chose qui se répercute sur leur productivité. Une bonne politique du handicap misant sur l’éradication des stéréotypes. qui dépasse quelque fois ce que l’on attend d’eux. limités en matière de production et de capacités productives. précisent que les politiques de gestion de la diversité en faveur des personnes en situation de . A.Warland (2008). Elles s’efforcent de se faire accepter comme membres à part entière de la société. à contrario. dotées de compétences qui ont été jusqu’à présent sousutilisées au sein du monde du travail. leurs familles et amis. et d’autres par la société. le handicap.renforcer la stigmatisation qui existe déjà en rendant encore plus visible le handicap. qu’on peut mieux comprendre et prendre en compte si on l’accepte. En contrepartie. Le business case du handicap : Outre les logiques sociales de la gestion de la diversité (social justice case). les personnes à déficiences ont été exclues du marché du travail. le handicap entraine des coûts directs et indirects. loin des actions positives devenues obsolètes et qui ne font que renforcer la stigmatisation. Ainsi. l’inclusion du handicap. L’approche de la diversité mise sur l’incarnation d’une nouvelle vision du handicap. les PSH sont très motivés par la peur d'échouer et se mettent une pression interne pour être à la hauteur. celle-ci présente aussi des logiques économiques. Cornet et Ph. sur la base du mérite. est à même de renforcer la cohésion au travail qui se répercute positivement sur la performance et l’image de l’organisation. Depuis de trop nombreuses années. et même comme un coût pour leurs familles et la société dans son ensemble.

mais par des stratégies participatives. mais nous voulons au travers de cette présentation mettre en avant une cause dont le slogan est l’adage chinois : « au lieu de me donner un poisson apprend moi à pêcher ». Cela ne s’avère pas si difficile avec l’évolution de la technologie. soit 2% du PIB alors que le revenu potentiel d’une insertion des personnes en situation de handicap est de 6.2 milliard de DH par année. Conclusion Notre propos ne prétend être exhaustive et étoffer la problématique de l’emploi des personnes en situation de handicap car elle est complexe et ne peut être traitée isolement d’autres domaines comme la santé. après avoir été programmé a l’ordre du jour de la réunion du conseil de gouvernement en date du 11 mars 2010. etc. de la conviction qu’en formant et recrutant une personne en situation de handicap et en lui adaptant l’environnement de travail pour la maintenir dans son emploi en aurait économisé les frais de sa prise en charge et favorisé un climat de bienveillance. Désormais grâce à l’Internet un sourd muet peut parler avec un aveugle. secteur privé et citoyens) et misant sur l’incarnation d’une autre façon de voir le handicap . Les adaptations proposées peuvent bénéficier à d’autres travailleurs à mobilité réduite mais aussi permettre un meilleur accueil des clients et usagers avec handicap. depuis qu’ils peuvent installer sur leurs ordinateurs des logiciels de synthèse vocale capables de lire des textes ou d’écrire et éditer des messages grâce à des claviers et imprimantes en braille. . impliquant tout un chacun (Etat. Le handicap n’est tout simplement qu’un des aspects de la diversité humaine qu’il faut accepter et gérer. l’éducation. Société civile. Au Maroc. une récente étude a montré que l’exclusion des personnes en situation de handicap fait perdre à l’Etat marocain 9. Cette étude a été menée par le Collectif pour la promotion des droits des personnes en situation de handicap suite à l’ajournement du projet de loi N° 62-09 relatif aux droits des personnes en situation de handicap. l’inclusion du handicap. comme cela nous a été enseigné par le courant de la diversité. ne passe pas par les bonnes intentions. ciblées et volontaristes. Nous sommes partis. notamment en raison du prétendu coût qu’il comporterait (selon le collectif).handicap mettent régulièrement en évidence les gains partagés liés à une adaptation du poste du travail et des lieux de travail pour pouvoir accueillir une personne handicapée.02 milliards de DH dans le milieu rural. qui revendiquent de plus en plus d’être considérés comme des acteurs à part entière de la société et des clients et usagers comme les autres. Au delà des lois et des actions positives.1 milliards de DH dans le milieu urbain et de 3. Les dispositifs liés à ce groupe cible sont généralement regroupés sous le vocable d’aménagement raisonnable.

Edition l’Harmattan .« Etude économique sur l’exclusion du marché du travail des personnes en situation de handicap ». Ed. 3 . juillet 2006. Maroc .Christine le Clainche et Geert Demuijnck (2006).Annie Cornet et Philipe Warland (2008) : « GRH et gestion de la diversité ». 2003. Études de sociologie de la déviance.Code de travail marocain (2004) . 2009 Autres .Projet de loi N° 62-09 relatif aux droits des personnes handicapées. Haut commissariat au plan du Royaume du Maroc.Dorvil Henri (2001): « Le handicap : Origines et actualité d’un concept. . Problèmes sociaux.Barth.Loi n°07-92 relative à la protection sociale des personnes handicapées. I et Falcoz. Paris. pp. Maroc . Première partie. 1993. (2007) « le management de la diversité : Enjeux. CPDPSH. Théories et méthodologies. Métailié. centre d’etudes et d’emploi. H (1985). Dunod . vol. fondements et pratiques ». Tome I. Paris. 2004. CPDPSH. Paris : Editions d'Organisation. Synergie. chapitre 8. Paris. « Handicap et accès à l’emploi : efficacité et limites de la discrimination positive ». avril 2011 .M.Côté. » Un article publié dans l'ouvrage sous la direction de Henri Dorvil et Robert Mayer. Outsiders.« Stratégie nationale de la prévention du handicap ». Organisation Mondiale de la Santé.Recueil de directives pratiques du BIT « la gestion du handicap sur le lieu de travail » (2002) . Maroc .Enquête Nationale sur le handicap. Paris. 2012 .Convention internationale relative aux droits des personnes handicapées adopté le 13 décembre 2006 par l’assemblée générale des Nations Unis.Walter Benn Michaels (2009) “ La diversité contre l’égalité”. . de Minuit . Paris.Références .« Etude du cadre juridique relatif au handicap au Maroc ». J (1991). MDSFS. 2009.Rapport de la GTZ : « Une figure de l’exclusion : le handicap » par Latifa SERGHINI (2005) . 1982.Becker. Impression Editions OKAD. Québec: Les Presses de l'Université du Québec .« Population en situation de handicap au Maroc : profil démographique et socio-économique ». Maroc . Maroc .191-215.« Rapport mondial sur le handicap ».Sabeg Yazid et Charlotin Christine (2006) : « La diversité dans l'entreprise : comment la réaliser? ». . n°63.Programme d’action mondial concernant les personnes handicapées (1982) . Maroc . .Loi n°10-03 relatives aux accessibilités.Loi n°05-81 relative à la protection sociale des personnes aveugles et des déficients visuels.Constitution marocaine (2011) .Goffman Erving (1977) : « Les usages sociaux des handicaps ». Editions Raisons d’Agir . avril 2011 . Éditions A. Chr. « La notion de handicap : l'histoire d'un prodigieux contresens ».