C.P.G.

E-TSI-SAFI

Les fonctions linéaires à base d’AOP

Les fonctions linéaires à base d’AOP
I. Introduction :
Dans "amplificateur opérationnel", il y a deux mots :
Amplificateur : c'est la fonction de base de ce composant.
Opérationnel : les caractéristiques de cet ampli nous donnent la possibilité de créer des
fonctions mathématiques telles que dérivée, intégrale, Log... D'où le nom.
II. Les montages fondamentaux :
1. montage non inverseur :
R2

i

i

R1 

R3

ε

A.O.P 1
+
VS (t)
+

Ve (t)

V (t)
Figure 1

On constate que : V + = Ve et que : V − = Vs .

R1
R1
⇒ ε = V + − V − = Ve − Vs .
=0.
R1 + R2
R1 + R2

 R 
⇒ Vs = 1 + 2  .Ve .
R1 

R1
Stabilité : Posons : k =
d’où ε = Ve − k .Vs
R1 + R2
Une petite perturbation est susceptible de modifier très légèrement la valeur de Vs, entraînant
une modification de ε : 
si Vs croît, ε diminue donc Vs décroît. 
Si Vs décroît, ε augmente dons Vs croît.
Ce montage est donc stable.
Remarque : le montage suiveur, de gain unité, destiné à permettre l'adaptation d'impédance
entre deux étages successifs d'un dispositif.
ε 


A.O.P

+
Ve (t)

VS (t)

V+ (t)
Figure 2

Soit à calculer la tension Vs des deux montages de la figure 3 :
R2
Vs =
Ve (Pont diviseur appliqué à la figure 3-a) : on remarque que la tension Vs
R1 + R2
dépend des résistances et de Ve.

Mr BENGMAIH

Page 1 sur 4

C.P.G.E-TSI-SAFI

Les fonctions linéaires à base d’AOP

i = i + = 0 (Figure 3-b) alors V + = Ve = V − = Vs . D’où Vs ne dépend plus ni de l’impédance de la
charge ni de l’impédance de sortie de l’étage d’entrée.
On dit qu’on a réalisé une adaptation d’impédance.

Figure 1

2. montage inverseur :

Figure 2

V

s

= − R2V e

R

1

3. montage additionneur :

Figure 3

V +V +V +V
R R R
Par application de Millman : V = R
1
1
1
+
+
R R R+ −

e1

e2

e3

1

2

3

1

2

s

3

et puisque l’AOP travaille en régime linéaire, on a : V = V donc :

V +V +V +V
R R R R
e1

e2

1

e3

2

1

+

3

1

+

1

R R R
1

2

Mr BENGMAIH

s

=0 ⇒

V +V +V +V
R R R R
e1

e2

e3

1

2

3

s

=0

3

Page 2 sur 4

C.P.G.E-TSI-SAFI

Les fonctions linéaires à base d’AOP



Finalement : V s = − R  V e1 + V e 2 + V e 3 


 R1 R 2 R 3 
Si de plus : R1 = R 2 = R 3 = R on aura : V s = − (V e1 + V e 2 + V e3 )
4. montage soustracteur :

Figure 4

Pour calculer le gain en tension de cet étage, on va faire appel à la formule du pont diviseur
et au théorème de superposition. Le lien va encore être l'équation : V+ = V- .
La tension sur l'entrée non inverseuse est : V + = Ve1.

R2
R1 + R2

Le calcul de la tension sur l'entrée inverseuse se fait en deux temps, et avec l'aide du
R4
R3
théorème de superposition : V − = Ve 2
+ Vs
R3 + R4
R3 + R4
Des équations précédentes, on tire : Vs

R3
R2
R4
= Ve1.
− Ve 2
R3 + R4
R1 + R2
R3 + R4

R4
R3
R
La formule générale de la tension de sortie de ce montage est donc : Vs = Ve1.
− Ve 2 4
R
R3
1+ 1
R2
1+

Tel quel, ce montage n'est pas un ampli de différence ; il faut imposer des conditions sur les
résistances. Si on pose : k =

R
R

2
1

=

R
R

4

. On obtient : V s = k (V e1 −V e 2 )

3

5. montage intégrateur :

Figure 5

Mr BENGMAIH

Page 3 sur 4

C.P.G.E-TSI-SAFI

Les fonctions linéaires à base d’AOP

V ( t ) − R.i ( t ) + ε = 0 ⇒ V ( t ) = R.i ( t ) [ε = 0]
e

e

d
(t )
du
où V s ( t ) + u ( t ) + ε = 0 alors : V e ( t ) = − R.C V s
dt
dt
t
1
V s ( t ) = − R.C ∫V e ( t ) dt
0
6. montage dérivateur :

Or i ( t ) = C

Figure 6

dV
V ( t ) = − Ri ( t ) = − RC dt

e

s

Mr BENGMAIH

(t )

.

Page 4 sur 4