LIBERTE

Supplément Sport 13

Lundi 10 octobre 2016

ÉLIMINATOIRES MONDIAL-2018 : ALGÉRIE 1- CAMEROUN 1

Faux départ
pour les Verts !

Zehani/Liberté

L

Pas rassurant du tout !

’on savait déjà que le chemin menant à la
phase finale du Mondial-2018 en Russie sera
parsemé d’embûches dans un groupe de la
mort composé de grosses écuries africaines
mais avec le nul concédé hier au stade Tchaker face
au Cameroun, la tâche s’avère davantage compliquée, surtout avec la victoire
PAR :
du Nigeria en Zambie. StatistiSAMIR LAMARI quement, il est en effet difficile
pour une formation qui dilapide des points à domicile de jouer un rôle principal
dans la course au fameux sésame.
Les deux points perdus hier face à l’éternelle bête
noire de l’Algérie, il faudra sans doute aller les chercher du côté du Nigeria, dès le 12 novembre prochain,
sans quoi il faudra sans doute fermer prématurément la parenthèse russe, dans un pays pourtant

conforté par deux participations consécutives à la
Coupe du monde. C’est dire qu’à l’aube déjà de ces éliminatoires du Mondial, les Verts entrevoient déjà le
glaive du bourreau. Mais, au-delà de cette contrariété comptable qui place déjà les Verts au pied du
mur à l’occasion de leur prochaine sortie au Nigeria,
il y a sans doute pire au registre des agacements. Des
soucis qui ont enflé au fil des minutes du rendez-vous
manqué d’hier.
Car, il faut bien l’avouer, il faut remonter longtemps
dans le temps pour retrouver les traces d’une prestation aussi fade des Verts, surtout à domicile. Rajevac, le nouveau sélectionneur national, a rendu une
copie médiocre, indéchiffrable même tant sur le plan
du choix des hommes que sur le plan du jeu. Pour une
équipe qui se devait donc de faire le jeu afin d’acculer son adversaire, les Algériens n’ont jamais réussi

dans cette rencontre à imposer un rythme de jeu
élevé. Ils n’ont, à aucun moment, apporté cette intensité nécessaire et indispensable pour déstabiliser
des Camerounais très bien regroupés dans leur moitié de terrain. Cette folie qui avait tant ensorcelé le
stade Tchaker. En dépit d’un premier but précoce,
susceptible de desserrer l’étau camerounais, les camarades du transparent Boudebouz, ont joué à pas de
tortue. À l’image de cette seconde période complètement ratée, où Rajevac a été incapable d’apporter
des solutions devant des Camerounais davantage
menaçants, la sélection algérienne a même donné
l’impression d’abdiquer trop tôt dans ce match. Plus
qu’un faux départ, c’est carrément à une déficience
générale à laquelle nous avons eu droit hier. Pas rassurant du tout !
S. L.

14 Supplément Sport

Lundi 10 octobre 2016

LIBERTE

DOSSIER
IL ÉTAIT PRÉSENT HIER DANS LES TRIBUNES DU STADE TCHAKER

Ounas, un renfort de choix
pour les Verts
ourtisé
depuis
quelque temps par
Mohamed Raouraoua, le président de
la Fédération algérienne de football,
Adam Ounas a décidé finalement
d’opter pour les Verts. En effet,
après pluPar :
sieurs mois
FARÈS ROUIBAH
de suspense,
le milieu offensif des Girondins de
Bordeaux, qui a laissé planer un
certain doute concernant sa décision
de jouer pour l’Algérie, a fini par faire son choix de porter les couleurs
nationales algériennes. Ounas était
d’ailleurs présent au stade Tchaker
pour assister à la rencontre contre le
Cameroun. C’est la seconde recrue
des Fennecs en l’espace de trois
mois après Ismaïl Bennacer, la pépite
algérienne d’Arsenal.
Âgé à peine de 20 ans, Adam a débuté le football à Tours. Non conservé alors qu’il jouait avec les U-17, le
joueur décide d’aller évoluer en division régionale chez Tourangeau 37.
Il attire vite des recruteurs bordelais
dont l’ancien attaquant vedette des
Bleus, Yannick Stopyra, qui l’a repéré
lors d’un match de gala. Il s’engage
alors en avril 2013 avec les Girondins
de Bordeaux pour un an en tant
qu’aspirant avant de signer une année plus tard son premier contrat de
stagiaire pro de deux ans. Il fait ses

C

Zehani/Liberté

grands débuts chez les professionnels
lors de la saison 2015-2016. Il
marque son premier but en Ligue 1
au cours du match entre Bordeaux
et Lorient joué le 4 octobre 2015.
Mais il réussit à marquer les esprits
des supporters bordelais en inscrivant le but de la victoire de son équipe, onze minutes après avoir fait son
entrée en jeu en décembre dernier en

Coupe de France. Il sera récompensé
quelques jours après en signant son
tout premier contrat professionnel.
Ounas n’a pas tardé, en outre, à
confirmer toute l’étendue de son talent peu de temps après en contribuant grandement à la victoire de
son équipe devant l’AS Monaco en
Coupe de Ligue. “Mais vous n’avez
rien vu”, commente celui qui a ra-

mené Ounas chez le club aux six
titres de champion de France, “c’est
un talent. Adam est techniquement
capable de faire la différence à tout
moment. Ce n’est qu’un début. Il n’a
pas fait encore grand-chose”.
Régulièrement titularisé par l’ancien
coach Willy Sagnol, ce bon dribbleur
gaucher allait réaliser des statistiques fort remarquables pour un

joueur de son âge (36 matches joués,
21 comme titulaire et 15 comme
remplaçant, 6 buts marqués) ce qui
lui a valu, du reste, d’être désigné
comme l’une des révélations du
championnat de Ligue 1 de la saison
précédente. Retenu en équipe de
France des U-20 où il avait notamment participé à un match amical
France-Angleterre, avec à la clé un
but, il faisait partie des éléments que
le sélectionneur des Bleus, Didier
Deschamps, suivait de très près.
Par ailleurs, outre que sa venue fait
partie de la politique du rajeunissement de l’effectif des Fennecs en prévision des futures échéances, l’apport
du natif de Chambray-lès-Tours
pourrait s’avérer en parallèle d’un
grand apport pour les tout prochains matches des éliminatoires
de la Coupe du Monde 2018.
Sa présence au milieu de terrain aux
côtés de Feghouli, Mahrez, Brahimi,
Boudebouz, Ghezzal et Hanni donnera en effet l’embarras du choix au
sélectionneur national, Milovan Rajevac, qui aura entre ses mains un
autre élément pouvant lui offrir davantage de solutions dans l’animation offensive et même en attaque.
Une chose est en tout cas sûre,
tous les observateurs s’accordent à
dire qu’Adam Ounas est un plus
pour la sélection nationale algérienne de football.
F. R.

LE STADE ENVAHI DÈS LES PREMIÈRES HEURES DU JOUR

Des supporters en or à Blida
es matches de l’équipe nationale constituent un véritable événement sur tout le
territoire national. Hier, les camarades
de Mahrez ont donné rendez-vous à leurs fans
au “stade du peuple”, Mustapha-Tchaker, à
l’occasion du premier match des éliminatoires
du Mondial-2018. Depuis l'année 2008, cette enceinte sportive est devenue le jardin préféré de la sélection nationale, qui le lui rend
de fort belle manière.
L’Algérie avait, notamment, réalisé deux
qualifications de suite en Coupe du monde
(2010 et 2014) et compte faire la passe de trois
en décrochant le fameux sésame pour l’édition de Russie-2018. Mais à chacune des sorties des Fennecs, les supporters sont soumis
à un calvaire.
Pour pouvoir s’offrir une place dans les gradins pour vivre en live les péripéties des camarades de M’bolhi, les fans sont soumis à un
véritable parcours du combattant. L’organisation draconienne pour cet événement limite
les déplacements des supporters, qui doivent
se présenter très tôt au stade et attendre
l’ouverture des portes pour pouvoir y accéder
et y prendre place. Certains d’entre eux ont

L

passé la nuit aux alentours de l’enceinte
sportive. Ils étaient venus de tous les coins du
pays par bus, véhicules privés, à pied. Ils arboraient tous les mêmes couleurs, et avaient
un même objectif, soutenir les Verts pour passer l’écueil des Lions indomptables.
Le grand amour que vouent les supporters à
leur équipe nationale est légendaire. Le fameux
“One, two, three, viva l'Algérie” retentit dans
chaque coin de la ville de Blida, qui devient,
à chacune des sorties des Verts, la capitale de
l’équipe nationale. Toutes les wilayas du
pays sont représentées à travers les immatriculations des véhicules, qui ont sillonné les
rues de la ville des Roses, provoquant un énorme bouchon, notamment aux heures de
pointe.
Certains supporters sont arrivés avant même
le lever du soleil, à l’image de ce Tlemcénien
qui ne cache pas sa fierté de voir une des stars
de l’équipe nationale, Riyad Mahrez en l’occurrence, originaire de sa ville. “Je suis de la
ville de Remchi à Tlemcen. Je suis là pour supporter l’équipe nationale. Mais je déplore la
mauvaise organisation qui nous oblige à venir
très tôt pour pouvoir arracher une place.

Nous avons souffert pour entrer au stade.
On demande une meilleure organisation. Il y
a des supporters qui sont là depuis 4h et 6h.
D’autres ont même passé la nuit à la belle
étoile près du stade du peuple”, dira ce supporter, qui affirme, néanmoins, qu’il ne “regrette pas d’être venu”. Dès les premières
heures du jour, les premiers fans se trouvaient
déjà devant le stade.
À 13h25, les organisateurs ont décidé d’ouvrir les portes pour permettre au public d’y
accéder. Il y a eu presque une demi-heure de
retard, et c’est sans surprise que les travées du
stade Mustapha-Tchaker se sont remplies en
quelques minutes. Huit heures avant le match, le stade était quasiment plein. Cependant,
il faut dire que tout le monde était unanime
à dire que ce n’était pas normal d’obliger les
supporters à venir plusieurs heures avant l’entame de la rencontre.
Plus de douze heures sans eau, sans nourriture et impossible de quitter sa place même
pour aller faire ses besoins, de peur de ne
plus retrouver sa place. “L’organisation de cette joute n’est pas prise au sérieux. On ne respecte pas les supporters. Je suis venu de Mas-

ASMO

L

sables de l’ASMO l’informant de sa
fin de mission. “Au club, nous
avons jugé qu’il était temps de
mettre fin à notre collaboration”, lui
a-t-on ainsi signifié, tout en l’invitant à rentrer à Oran dès aujourd’hui afin de trouver la meilleure
formule à même de résilier le
contrat à l’amiable.
Outre cette nécessité de rencontrer
les dirigeants du vieux club oranais,

M. A

ES TUNIS

Belkaroui reprend l'entraînement

Saâdi limogé, Henkouche installé
’entraîneur des Vert et Blanc
de l’ASMO, Noureddine Saâdi, n’a finalement pas survécu à la défaite à Béjaïa, la première en cinq
Par :
journées de
RACHID BELARBI championnat de Ligue 2. Hier en fin de journée, alors qu’il se trouvait à Alger
au sein de sa petite famille, le technicien a reçu un appel des respon-

cara et je suis là depuis 6h du matin. Je lance
un appel au président de la FAF, Mohamed
Raouraoua. Je veux lui dire que l’équipe nationale est la propriété de toute l’Algérie, pas
uniquement de Blida. On demande à Raouraoua de faire une rotation pour que l’équipe
nationale puisse jouer à Oran, à Constantine,
à Annaba et dans tous les stades du pays”, a
déclaré ce supporter.
Malgré l’organisation trop rigide, les supporters algériens ont répondu présent et ont
offert une ambiance des grands jours. Le stade Mustapha-Tchaker a accueilli, hier, la
21e sortie officielle de l'équipe nationale et rien
n’a changé dans le domaine de l’organisation.
Mais pour les fans, tout est supportable,
pourvu qu’ils assistent à un nouvel épisode de
l'histoire dorée du football algérien avec une
deuxième qualification de rang au Mondial.
“Jamais deux sans trois”, c’est le souhait des
Algériens dans leur nouvelle campagne de
qualification pour le Mondial-2018 en choisissant d’évoluer à Tchaker. On veut perpétuer la tradition.

Noureddine Saâdi aura aussi à récupérer son véhicule personnel,
laissé à El-Bahia.
Pour le remplacer, la direction asémiste a déjà tout conclu avec Mohamed Henkouche, désigné également hier nouvel entraîneur de
l’équipe. Celui-ci entamera sa mission dès aujourd’hui, a-t-on, du reste, appris.
R. B.

n L'international algérien, Hichem Belkaroui, libéré du stage des Verts à
cause d'une blessure, a repris samedi l'entraînement avec son équipe, l'ES
Tunis, indique la presse locale. Belkaroui a déclaré forfait pour le match
Algérie-Cameroun.
Examiné mardi dernier par le staff médical de la sélection algérienne, il s'est
avéré qu'il n'était pas encore remis complètement de sa blessure à un
adducteur. Le défenseur central de 26 ans n'a plus joué depuis le match
Algérie-Lesotho (victoire 6-0), début septembre dernier, en éliminatoires de
la Coupe d'Afrique, une rencontre qu'il n'a pas terminée après avoir ressenti
des douleurs à l'adducteur. L'ex-joueur de Nacional Madeira (Div 1, Portugal)
a rejoint l'été dernier l'ES Tunis avec lequel il a remporté son premier
trophée, en battant son ancienne formation, le Club africain de Tunis, en
finale de la Coupe de la Tunisie.

LIBERTE

Supplément Sport 15

Lundi 10 octobre 2016

DOSSIER
ÉLIMINATOIRES MONDIAL-2018 : ALGÉRIE 1- CAMEROUN 1

Les Verts calent à Tchaker
Stade Mustapha-Tchaker (Blida). Temps
couvert. Pelouse en bon état.
Affluence très nombreuse.
Arbitrage du Sud-Africain Daniel Bennett,
assisté de ses compatriotes Siwela Zakhelé et
Khumalo Mothibedi.
Buts : Soudani (7') Algérie
Moukandjo (24') Cameroun
Avertissements : Soudani (67') Algérie
Nyom (32'), Ngadeu (36') Cameroun
Algérie : M'bolhi, Zeffane, Ghoulam,
Cadamuro, Medjani (Cap), Guedioura,
Mahrez (Feghouli 87'), Taïder, Slimani,
Boudebouz (Brahimi 56'), Soudani
(Ghezzal 76').
Entraîneur : Milovan Rajevac
Cameroun : Ondoa, Nyom, Nkoulou, Chedjou,
Oyongo, N'Djoum (Slani 69'), Ngadeu,
Moukandjo (Cap), Salli (Ndi Daniel 82'), Toko,
Aboubakar.
Entraîneur : Hugo Broos.
Zehani/Liberté

Q

ue dire de la prestation et du
résultat enregistré hier par
la sélection nationale de football pour sa première rencontre de qualification pour le
Mondial-2018 face au Cameroun. Et pour une entrée en matière, disons
que la bête noire, en l’occurrence, le Cameroun
a de nouveau frappé
Par : NAZIT T. contraignant l’Algérie au
partage des points. Un
résultat qui n’arrange pas les affaires d’une sélection nationale méconnaissable pour la suite du parcours dans ces éliminatoires.
Amorphes, manquant de rythme, de vitesse et
de percussion, les Algériens ont déçu les
nombreux supporters venus à Tchaker pour
les soutenir.
Même la stratégie adoptée par Rajevac était loin
de constituer la bonne formule pour espérer
arracher les trois points. Les Verts débutent la
partie sur un rythme lent laissant l’initiative
à leur adversaire qui d’emblée affiche ses intentions en fermant toutes les issues et en exerçant un pressing haut sur les Algériens. Mais
les Fennecs vont parvenir à trouver la faille dès
la 7’ suite à un corner de Mahrez, Slimani dévie le ballon, Soudani à l’affût envoie le cuir au
fond des filets du Cameroun. Algérie 1-Cameroun 0. L’on croyait que les coéquipiers de
Mahrez allaient faire cavalier seul durant cette partie.
Loin de se décourager, les Lions vont sortir de
leur torpeur pour aller inquiéter la citadelle algérienne. Habiles et organisés, ils ont jeté toutes
leurs forces du côté droit de la défense algérienne surtout que Zeffane semblait complètement dépassé par les évènements. 11’, Ngadeu saute plus haut que tout le monde et place une tête qui passe au-dessus du cadre de
M’bolhi.
Ce n’était que partie remise puisque Aboubacar
prend de vitesse Zeffane et adresse un centre
au point de penalty, heureusement M’bolhi intervient en éloignant le danger. Le Cameroun

va imposer son rythme et va se montrer plus
menaçant. 16’, Ngadeu tente sa chance de loin,
mais son essai passe à côté. il faut attendre la
17’ pour voir une réaction de l’EN quand Mahrez, dans ses œuvres, va éliminer un défenseur
avant de servir Slimani au point de penalty,
mais Soudani était en position de hors-jeu. 22’,
triple passement de jambes de Mahrez qui rate
son tir du pied gauche.
Dans la minute qui suit, et à la conclusion d’un
bon travail collectif, Moukandjo va se retrouver
seul face à M’bolhi et ne se fait pas prier pour
remettre les pendules à l’heure, plongeant le
stade Tchaker dans un silence de cathédrale.
Algérie 1- Cameroun 1. Complètement déboussolés par cette réalisation, les Algériens
méconnaissables vont manquer de rythme et
d’organisation sur le terrain. Pis encore,
l’agressivité dans le jeu n’était pas au rendezvous du côté des Algériens qui vont user de

longues balles pour trouver des solutions. Mais
cette manière de faire ne va pas arranger les affaires de l’EN qui hormis quelques incursions
individuelles de Mahrez dont l’essai à la 31’ a
failli faire mouche ou encore le coup franc de
Taïder qui rate de peu le cadre, vont achever
la première période sur un résultat nul. Après
la pause citron, tout le monde s’attendait à des
changements de la part du sélectionneur national Rajevac pour apporter plus de vivacité
et de rapidité dans le jeu algérien, en vain.
Le Cameroun croit à sa bonne étoile et poursuit ses tentatives dans le camp algérien.
N’ayant pas trouvé de solutions, les Guedioura
and Co vont user de balles aériennes dont l’une
a failli porter ses fruits.
En effet l’on jouait la 53’ quand sur une erreur
de marquage, le ballon atterrit dans les pieds
de Slimani qui s’engouffre dans la surface de
vérité avant de décocher une frappe écrasée que

À chaud
n Rajevac : “On ne méritait pas ce match nul, vu le jeu proposé par notre équipe. Le nombre

important d’occasions que nous avons ratées nous a privés de la victoire. Je reconnais que nous
avons failli dans le domaine défensif. Certes, ce résultat arrangera plus les Camerounais, mais
nous n’avons pas encore raté la qualification, il y a encore beaucoup de points à prendre. À ce
niveau, il ne faut pas faire la différence entre jouer à l’extérieur et à domicile, toutes les
rencontres se valent et la préoccupation est de gagner le maximum de points. Nous sommes
obligés d’aller chercher un résultat positif au Nigeria. Il n’y a aucun problème dans le vestiaire,
pour moi, la meilleure équipe était sur le terrain face au Cameroun et les joueurs les plus en
forme ont joué.”

n Broos : “C’est un bon point de pris ; on n’espérait pas mieux face à l’une des meilleures

équipes africaines. On savait qu’on aura en face une équipe redoutable surtout offensivement
mais nous avons su réagir et gérer ce match. Il ne faut pas oublier que l’Algérie évolue avec le
même groupe depuis 2012, contrairement à nous qui sommes dans une phase de construction.
Après le but précoce de l’Algérie, nous avons réussi à égaliser au bon moment, même si j’avoue
que dans l’animation de jeu, l’Algérie était meilleure que nous, mais cela ne nous a pas
empêchés de revenir avec un bon résultat et parvenir à museler cette équipe algérienne, surtout
à Blida. Nous avons réussi à les contrer.”
S. M.

le gardien camerounais dégage en catastrophe. Sept minutes plus tard, Soudani rate
son tir alors qu’il était dans une position
idéale pour inquiéter le gardien Ondoa.
À ce moment-là, Rajevac décide d’incorporer
Brahimi à la place de Boudebouz sans pour autant changer sa tactique de jeu. 67’, le Cameroun est à deux doigts de surprendre l’Algérie si ce n’était le dégagement en catastrophe
d’un défenseur algérien en corner. Les Lions
indomptables manquent de peu le deuxième
but, le tir de Aboubakar étant dévié difficilement. M’bolhi venait tout juste de sauver l’EN
d’un but tout fait.
Sentant le danger, les Algériens vont jeter
toutes leurs forces dans la bataille. 78’, Mahrez sert en profondeur Slimani qui oblige un
défenseur d’intervenir pour sortir le ballon en
corner. Bien que manquant de vitesse et de percussion, la solution aurait pu venir de Guedioura dont la frappe des 25 mètres oblige Ondoa d’étaler toute sa classe pour sauver le Cameroun d’un deuxième but.
La suite des débats et malgré l’entrée en jeu
dans les dernières minutes de Feghouli, n’apportera aucun changement au tableau d’affichage. Et c’est sur ce score de 1 à 1 que l’arbitre
Mr Benett siffle la fin de la rencontre.
N. T.

LE POINT DU GROUPE
Zambie - Nigeria
1-2
Algérie - Cameroun 1-1
Classement :
1. Nigeria
2. Algérie
--. Cameroun
4. Zambie

Pts J
3 1
1 1
1 1
0 1

G
1
0
0
0

N P
0 0
1 0
1 0
0 1

bp bc
2 1
1 1
1 1
1 2

dif
1
0
0
-1

Reste à jouer :
12/11/2016 :
12/11/2016 :
28/08/2017 :
28/08/2017 :
02/09/2017 :
02/09/2017 :
02/10/2017 :
02/10/2017 :
06/11/2017 :
06/11/2017 :

Cameroun - Zambie
Nigeria - Algérie
Nigeria - Cameroun
Zambie - Algérie
Algérie - Zambie
Cameron - Nigeria
Nigeria - Zambie
Cameroun - Algérie
Zambie - Cameroun
Algérie - Nigeria

NDLR : le premier de chaque groupe se
qualifie à la phase finale du Mondial-2018
en Russie.

RÉSULTATS COMPLETS
RD Congo - Libye
Tunisie
- Guinée
Zambie
- Nigeria
Algérie
- Cameroun
Côte d'Ivoire - Mali
Gabon - Maroc
Sénégal - Cap-Vert
Burkina Faso - Afrique du Sud
Congo - Égypte
Ghana - Ouganda

4-0
2-0
1-2
1-1
3-1
0-0
2-0
1-1
1-2
0-0.

ZAMBIE 1 - NIGERIA 2

Le Nigeria met la pression sur l’Algérie
re

our le compte de la 1 journée
des éliminatoires du Mondial
russe 2018, les Green Eagles du
Nigeria ont entamé la compétition
de fort belle manière en allant s’imposer en terre
Par : AHMED zambienne face
au Chipolopolo
IFTICEN
de Zambie sur
le score de deux buts à un. La formation nigériane rajeunie à 80%,
guidée par le maestro et capitaine
d’équipe, Obi Mikel (Chelsea FC),
ont affiché une parfaite maîtrise du
jeu sur le plan tactique et technique
où les camarades de Kabala ont eu
du mal à trouver leurs repères sur le
terrain. Une situation qui a permis
aux poulains du sélectionneur Rohr

P

à non seulement avoir la possession
de la balle, mais aussi à créer plusieurs occasions qui pouvaient permettre aux Nigérians d’ouvrir le
score plus tôt, mais le beau jeu que
présentaient les demi-finalistes des
derniers jeux Olympiques n’a pas
tardé à porter ses fruits, puisque l’attaquant d’Arsenal, Alex Iwobi, n’a
pas raté l’occasion pour donner
l’avantage à son équipe dès la 32’
profitant d’un mauvais renvoi de la
défense des Zambiens pour dresser
une demi-volée imparable.
En retard d’un but, les locaux vont
essayer de pousser leur attaque et
c’est Kabala qui passe à deux doigts
de l’égalisation lorsqu’il voit son
coup de tête, pratiquement impa-

rable, repoussé par le gardien nigérian. L’engagement des Zambiens
vers l’attaque dans l’espoir de revenir au score a permis aux Nigérians de bénéficier de plus d’espace
dans la zone adverse et sur une parfaite combinaison collective, le jeune attaquant de Manchester City,
Kelechi Iheanacho, ne tremble pas
devant la défense zambienne et réussit à éliminer deux défenseurs et le
gardien avant de pousser le cuir au
fond des filets doublant ainsi la
mise à 3 minutes de la fin de la première mi-temps.
De retour des vestiaires, les Chipolopolo n’avaient plus le choix que de
jouer leur va-tout pour essayer d’arracher au moins le point du match

nul et remonter deux buts mais la
tâche ne semblait pas aussi facile devant une formation assez expérimentée et la mission des camarades
de Kabala relevait pratiquement de
l’impossible même si les champions
d’Afrique de 2012 ont évolué lors de
cette deuxième phase de la partie
nettement bien et logiquement
mieux que leur adversaire qui s’est
contenté d’un système qui lui permettra de préserver le score en sa faveur. Les tentatives de Kabala et
Mbesuma qui manquaient de
concentration n’ont pas été
concluantes, mais ils vont tout de
même hériter d’un but à la 71’
lorsque Mbesuma profite d’une erreur défensive nigériane pour réduire

la marque à 2 à 1. Assez motivés
pour tenter d’inscrire un second
but, les locaux vont imposer un
pressing permanent sur le camp
des Nigérians suffisamment gênés
pour imposer leur rythme de jeu
comme ils le faisaient en première
période, un pressing qui ne changera
rien au tableau d’affichage, ce qui
permet aux visiteurs de préserver
l’avantage du score jusqu’au sifflet final de la partie. Le Nigeria réussit
donc une belle performance en cette première journée du groupe et
met déjà le Cameroun et l’Algérie
sous pression avant de recevoir les
Vert chez lui lors du second match
de ce groupe qualifié de la “mort”.
A. I.

16 Supplément Sport

Lundi 10 octobre 2016

LIBERTE

OMNISPORTS

Tournoi international
en Algérie en décembre

TENNIS

Y
RUGB

Victoire
de l'Algérien
Bendjamaâ

près avoir pris part à une série
de tournois et matchs amicaux l’année dernière, entre
autres le tournoi de CrescentCup en Malaisie et le match
amical face à la Tunisie au
stade Ahmed-Zabana d’Oran, l’année 2016
qui tire à sa fin  n’a pas été trop chargée pour
le rugby algérien. Néanmoins, la Fédération
algérienne de rugby
Par : SOFIANE (FAR) compte organiser un tournoi officiel
MEHENNI
qui regroupera trois
pays du 16 au 25 décembre à Oran. Ce tournoi international, le premier du genre en
Algérie, regroupera outre l’Algérie, la
Tunisie et le Maroc. Une compétition qui
regroupera donc les pays maghrébins. “C’est
vrai que durant cette année, nous n’avons pas
eu beaucoup de rencontres, mais la fin de
l’année sera très chargée pour nous, puisque
la FAR a programmé un tournoi international qui regroupera trois nations”,  nous a
affirmé hier Aïb Azzouz, le manager général
de l’équipe nationale de rugby.
En outre, même si l’EN n’a disputé aucun
match amical ni officiel cette année, les
joueurs du XV national se regroupent souvent en France pour des rassemblements de
quelques jours. Le mois de septembre dernier, l’EN de rugby a effectué un stage à
Avignon en France. 
Outre les anciens joueurs qui étaient présents, ce rassemblement fut l’occasion pour
la toute nouvelle Fédération algérienne de
rugby de détecter les meilleurs éléments afin
de leur donner l’opportunité de représenter
les couleurs de leur pays d’origine.
C’est également une chance pour ces joueurs
qui peuvent demander aide et conseil quant
à leur plan de carrière. La FAR est en effet
prête à les orienter, comme elle l’a précédemment fait avec des joueurs comme Malik

A

D.R.

n Le joueur de tennis algérien Karim
Bendjemaâ a remporté le tournoi “ITF
/ junior Batiche-Saïfi”, en battant le
Portugais Tomas Almeyda par deux
sets à zéro, en finale disputée samedi
au Tennis Club de Sidi-Fredj. Le jeune
Algérien a été expéditif comme lors
des tours précédents, balayant son
homologue portugais (6-2, 6-2) dans
un match ayant duré à peine 1h20.
“Mon but était de gagner ce tournoi et
je suis heureux d'avoir atteint mon
objectif. Je suis fier également d'avoir
hissé haut le drapeau national” a
déclaré Bendjemaâ après sa victoire.
Né en Serbie, où il réside
actuellement, ce jeune Algérien se
décrit comme “un mordu du tennis”.
Un sport qui le “passionne pardessus
tout” et auquel il consacre la majeure
partie de son temps. “Je m'entraîne six
jours sur sept, à raison de six heures
par jour. Mon programme de travail
est très varié et outre les aspects
physique et technique, je fais
également de la musculation, du yoga
et plusieurs autres activités,
susceptibles de me rendre meilleur”, a
détaillé Bendjamaâ, qui est scolarisé
dans une école privée en Serbie, qui
lui permet de se consacrer au sport.
Interrogé sur ses objectifs, le jeune
Algérien a indiqué qu'il compte
“commencer par confirmer” sa
victoire à Sidi-Fredj en remportant le
tournoi ITF de Mostaganem, prévu du
9 au 15 octobre. “Le tournoi de
Mostaganem se jouera sur une surface
rapide (ndlr, en résine) et ce sera un
vrai défi pour moi car j'ai une nette
préférence pour les terrains en terre
battue. Mais mon ambition reste la
même. Comme à Sidi-Fredj, je jouerai
pour gagner” a promis Bendjemaâ.

Hamadache (Top 14) ou Saïd Hirèche (Top
14).  Ce regroupement a également permis
aux joueurs locaux algériens de se motiver et
se mettre à niveau pour assurer un avenir au
rugby algérien ! Par ailleurs, la FAR travaille
d’arrache-pied pour pouvoir enfin lancer un
championnat de rugby en Algérie, c’est le
souhait d’ailleurs des responsables de la
FAR. En effet, la FAR compte lancer un
championnat à 12 équipes à partir de cette
année  ; deux clubs d’Alger, quatre clubs
d’Oran, deux clubs de M’sila, un club de
Constantine, de Béjaïa et d’Arzew.
La FAR aspire plus tard à lancer d’autres sections dans la wilaya de Khenchela et plus
tard à Tizi Ouzou. Ça sera du rugby à 7 et
non pas à 15. À vrai dire, c’est très important
pour la FAR d’avoir un championnat en
Algérie. Dans le même sillage, la FAR a lancé

récemment une opération de création de
clubs et de sections à travers le territoire
national, tout en assurant la formation des
éducateurs. En attendant que ce championnat voie le jour, la FAR organisera un tournoi entre les clubs algériens qui ont déjà été
lancés dans le bain. Ce tournoi est prévu le
29 octobre à Alger. D’autre part, dans un
autre registre, l’invitation du club français
champion d’Europe, en l’occurrence Toulon,
présidé par le Franco-Algérien Mourad
Boudjelal pour disputer une rencontre amicale avec le XV national est toujours d’actualité. D’ailleurs, le manager de la FAR, Azzouz
Aïb, nous a fait savoir que “ce projet est toujours d’actualité. Disputer un match face à un
club de l’envergure de Toulon sera très excitant pour nous”.
S. M.

LE MÉDAILLÉ DE BRONZE À RIO A EU DROIT À UN HOMMAGE MÉMORABLE

SPORTS UNIVERSITAIRES
Un nouveau dispositif pour lever
les verrous bureaucratiques
n Boumediene Boulif, directeur de l’amélioration du cadre de
vie des étudiants et de l’animation au sein des universités au
ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
scientifique a indiqué jeudi dernier à Blida qu’un nouveau
dispositif régissant l’association sportive estudiantine sera
bientôt connu. Le responsable explique que cette nouvelle loi
sera élaborée en collaboration avec le ministère de l’Intérieur et
des Collectivités locales et les autres institutions concernés. Dans
une réunion régionale organisée jeudi dernier à l’université de
Blida 2 à El-Affroun, le même responsable précise qu’une fois
que ce dispositif entrera en vigueur, il va mettre fin au problème
des étudiants d’obtenir l’agrément de la part des services des
communes ou la direction de l’organisation des wilayas qui
régissent l’activité des associations au sein des universités. Selon
lui, les étudiants sont confrontés à un problème bureaucratique
de l’administration locale qui décourage les étudiants de
constituer une association sportive pour pouvoir faire du sport.
Les participants à cette rencontre ont proposé de redynamiser le
sport universitaire par une loi particulière avec l’agrément
destiné aux associations estudiantines délivré par les directeurs
des résidences universitaires ou par les recteurs et non par
l’administration locale comme les autres associations. Dans son
intervention, Boumediene Boulif a précisé que le nombre
d’associations créées au sein de la population estudiantine est
minime comparé au nombre important des étudiants. “Sur 1,6
million d’étudiants que comptent les universités de l’Algérie, on
n’enregistre que 3% activant dans les sports”, a-t-il indiqué. Dans
le même sillage, le directeur des activités sportives universitaires
au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
scientifique, Smaïne Inzarane,  a de son côté indiqué que 16
instituts et 7 classes universitaires sont spécialisées en sports et
qu’il existe 350 associations sportives au sein de l’université,
dont la majorité ont obtenu leur agrément et le reste vont
pouvoir l’obtenir très prochainement.
K. FAWZI

Madjid Djemaï, médaillé paralympique honoré
dans son village natal de Tizi Ghennif
a place du village d'Ivarahène,
sur les hauteurs de la ville de
Tizi Ghennif (50 km au sud de
Tizi Ouzou), était trop exiguë pour
contenir le public et les invités venus
assister à la cérémonie organisée par
l’association sociale Ikharvan du village en l’honneur de l'enfant du village, Madjid Djemaï, médaillé de
bronze sur 1500 m aux Jeux paralympiques de Rio.
En effet, ce fut avant-hier vendredi
qu'a eu lieu finalement ce rendezvous tant attendu par la population
de Tizi Ghennif.
En plus du chef de daïra, des maires
de Tizi Ghennif et de M’kira, les responsables de la gendarmerie et de la
sûreté de daïra ont marqué leur présence et ont même remis, chacun au
nom de son institution, un cadeau
symbolique à l’enfant prodige
d’Ivarahène.
La cérémonie a débuté par la remise
de cadeaux et de diplômes d’honneur aux boxeurs de l’Olympique de
Tizi Ghennif (OTG), en l’occurrence Nouredine Djida, Amirouche
Djida, Berkane Hamia pour leurs
places honorables décrochées aux
championnats de wilaya et d’Algérie
dans le noble art. Par ailleurs, une
jeune fille, Arabi, a été elle aussi

L

honorée, car elle s’est distinguée
dans l’arbitrage de galas de boxe, fait
inédit dans la région. 
Les moments les plus émouvants
furent partagés par la foule lorsque
Madjid Djemaï est monté sur le
podium pour recevoir des cadeaux
et des félicitations de la part des
représentants des directions de la
jeunesse et des sports et de la culture ainsi que du président d’APC de
Tizi Ghennif, du chef de daïra et du
commandant de la Gendarmerie
nationale… Sous des applaudissements nourris, le champion paralympique n’a pu retenir ses larmes,
tandis que les images de sa course
historique défilaient en boucle sur
un écran géant accroché sur la façade de sa maison natale.
De leur côté, les femmes du village
vêtues de leurs belles tenues kabyles
accompagnaient ce cérémonial de
leurs youyous, ajoutant de la gaieté
et de la solennité à cette fête mémorable. “Il a honoré son village, sa
région et son pays. Nous lui souhaitons d’autres victoires et d’autres
exploits”, diront, unanimement, les
intervenants. La grande fête au village fut alors égayée la troupe d’idhebbalen Thalwit, alors que le professeur Omar Nacer fut appelé sur

scène pour donner un bref aperçu
sur l’histoire de Tizi Ghennif et les
origines de ce nom qui symbolise le
“nif”, ce sens de l’honneur si cher
aux Kabyles, puis l’engagement de
toute la région dans le mouvement
national jusqu'au déclenchement de
la guerre de libération nationale
donnant en sacrifice des centaines
de martyrs, à leur tête le chahid
colonel Ali Mellah.
Ce riche programme s’est achevé en
cours de soirée par un concert musical animé par une pléiade de chanteurs locaux. “Je suis très heureux et
très touché par cet hommage inoubliable qui ne fera que m’encourager
davantage à me donner à fond à
l’avenir pour ne pas décevoir tout ce
beau monde aux championnats du
monde en 2017 en Angleterre, où j’espère hisser très haut le drapeau algérien tout en donnant aussi rendezvous aux Jeux paralympiques de
Tokyo en 2020. Je remercie tous ceux
qui ont contribué à la réussite de cet
événement en particulier l’association Ikharvan”, nous dira le champion paralympique de Tizi Ghennif
qui, rappelons-le, était le porte-drapeau de la délégation algérienne aux
Jeux paralympiques de Rio.
O. GHILÈS

LIBERTE

Supplément Sport 17

Lundi 10 octobre 2016

ACTUALITÉ
PAYS-BAS

ALORS QUE LA DATE DE LA RÉOUVERTURE DU STADE DU 5-JUILLET SERA CONNUE LE 20 OCTOBRE

Les Oranje
en chantier

La Supercoupe délocalisée
au stade Tchaker !
est désormais officiel, la Supercoupe d’Algérie qui
mettra aux prises
l’USMA au MCA
se déroulera finalement au stade Mustapha-Tchaker.
C’est le secrétaire général de la Ligue
professionnelle de
football Fawzi GuelPar :
NAZIM T. lil qui a révélé l’information : “A priori, la finale de la Supercoupe est maintenue pour le 1er novembre 2016, sauf
que le match aura lieu au stade de Blida, le stade du 5-Juillet étant actuellement fermé pour travaux”, a-t-il
indiqué dans une déclaration à l’APS.
Pourtant, rien ne lissait présager une
telle décision dans la mesure où tout
le monde s’attendait au déroulement
de ce rendez-vous au stade du 5Juillet, fermé temporairement pour la
pose d’une nouvelle pelouse. On se
rappelle que le MJS a procédé à la fermeture du temple olympique après la
dégradation de l’état de la pelouse. La
société chargée des travaux Vegetal
Design par le biais de son directeur
Boussaâd avait soutenu mordicus
que l’enceinte pourra accueillir la

C’

Zehani/Liberté

Supercoupe d’Algérie comme nous
l’avait déclaré sur ces mêmes colonnes. “Nous allons faire notre possible pour cela. Dans l’absolu, je pourrais vous dire que l’enceinte sportive
pourra accueillir la rencontre le plus
normalement du monde. Maintenant, il faut travailler justement afin
de préparer une pelouse digne et par
la même occasion prouver qu’on est en
mesure d’offrir des surfaces en gazon

naturel en excellent état”, avait-il
précisé. Contacté hier par nos soins,
le directeur de Vegetal Design est catégorique : “Personnellement je n’ai
aucune information par rapport à
cette domiciliation. Je me contente de
poursuivre les travaux au stade du 5Juillet”, nous a-t-il d’emblée avant
d’enchaîner : “De toute façon, je réitère
ce que j’ai dit il y a quelques semaines. Nous travaillons pour être prêt

avant le 1er novembre. Maintenant, il
y a des conditions météo qui peuvent
faire reporter la date de réouverture.
D’ailleurs, nous allons savoir le 20 octobre si nous serons prêts ou pas” indique notre interlocuteur qui précise que “les travaux avancent bien”.
“L’opération réensencement a été effectué depuis deux semaines déjà et la
pelouse commence à pousser”, poursuit le responsable de Vegetal Design. Il est utile de souligner que le stade Tchaker théâtre de la Supercoupe
abritera ce jeudi le derby MCAUSMA. D’ailleurs, la formation de
Soustara prépare activement ce prochain derby face au MC Alger, que les
Rouge et Noir veulent absolument
remporte tous tousr pour demeurer
en pole position.
Mais la mission s’annonce ardue
lorsqu’on sait que le voisin mouloudéen est en quête d’un succès afin de
mettre fin à une crise qui secoue la
maison du doyen, ces derniers temps.
L’USMA qui comptera sur les services
de Sayoud dans l’animation prépare
également Andréa pour tenir sa place dans le onze de jeudi.
N. T.

LE NOUVEL ENTRAÎNEUR ADJOINT KHERROUBI A ENTAMÉ SON TRAVAIL HIER

La JSK prépare ardemment le derby kabyle
est désormais officiel ! Après
le récent départ de Noureddine Driouèche de la barre
technique kabyle, la JSK n’a pas cherché loin pour
Par : MOHAMED lui trouver
HAOUCHINE
un successeur, puisque
la direction du club a finalement porté son choix sur le DTS des jeunes catégories, en l’occurrence Mounaïm
Kherroubi, autrement dit un technicien qui connaît bien la maison pour
avoir entraîné pratiquement toutes les
équipes de jeunes de la JSK depuis près

C’

d’une vingtaine d’années, même s’il a
fait une courte escapade du côté de
l’Olympique de Tizi Rached qu’il a
drivé la saison dernière en Régionale 2 avant de reprendre du service auprès de son club de toujours, auquel
il a consacré deux décennies d’efforts
au service de la formation des jeunes
talents. Après avoir été présenté, samedi matin, au staff technique et aux
joueurs seniors qui le connaissent
parfaitement, Kherroubi a différé sa
prise de fonction pour assister aux obsèques du regretté Sid-Ahmed Khedouci, joueur espoir de la JSK, décé-

MCO

Charef revient,
Bellahcène capitule
rois jours après sa démission
rapportée en temps réel par Liberté, le directeur de la sécurité au niveau de l’équipe professionnelle du MoulouPar : RACHID dia d’Oran, Charef Bouabdallah,
BELARBI
a décidé de reprendre du service après que la direction eut enfin consenti à se pencher sur son cas. C’est le frère du président Belhadj, le dénommé Tedj, qui
a été à l’origine de cette initiative,
contactant au téléphone le policier à
la retraite précité.“Le frère de Baba,
Tedj Belhadj, m’a, en effet, appelé pour
connaÎtre les raisons de mon retrait.
Après m’avoir écouté, il m’a exhorté
à reprendre mon poste, m’assurant du
soutien de la direction. Il m’a aussi et
surtout affirmé qu’à l’avenir, aucune
partie ne s’immiscera dans mon travail”, confirmait, à ce sujet, le principal concerné, Charef Bouabdallah
à Liberté, samedi en fin de journée. Il
devait, du reste, refaire son apparition

T

au stade hier, à l’occasion de la reprise
des entraînements au lendemain de
l’entracte d’une journée que le staff
technique mouloudéen avait accordé à ses éléments. En parallèle au retour aux affaires du chargé de la sécurité, le secrétaire général Toufik
Bellahcène continue de broyer du
noir dans son coin, où il a été mis à
l’écart par le président Belhadj Mohamed. Après avoir fait office de véritable bras droit de Baba durant
l’intersaison, Bellahcène paye, pour
ainsi dire, les conséquences de la
boulimie grandissante de certains
proches du premier responsable du
club. Dépouillé de ses habituelles
prérogatives, boudé par Baba, dénigré par les proches de ce dernier,
concurrencé par le vétéran Krimo
Hassani et honni par les membres du
conseil d’administration, Toufik Bellahcène vit apparemment ses dernières heures en tant que secrétaire
général du Mouloudia d’Oran.
R. B.

dé tragiquement dans un accident de
la circulation vendredi après-midi et
enterré samedi dans son village natal
d’El-Adjiba, dans la wilaya de Bouira.
C’est ce qui fait que le nouvel adjoint
de Kamel Mouassa a entamé le boulot hier matin pour prendre part à la
préparation du derby kabyle JSKMOB qui bat son plein depuis le début de la semaine au stade du 1er-Novembre. Profitant de la mini-trêve imposée ce weekend par le match Algérie-Cameroun, les Canaris ont été
soumis à un travail intense depuis
mercredi passé, où ils n’ont pratiquement pas connu de répit, puisqu’ils
auront consommé, hier matin, leur
cinquième séance d’entraînement
d’affilée, alors que Kamel Mouassa
aura concédé, pour aujourd’hui, une
seule journée de repos pour ses

joueurs qui pourront souffler avant de
reprendre le chemin de l’entraînement
dès demain matin. C’est dire que la
JSK met les bouchées doubles pour ne
pas rater un virage aussi important, car
il faut rappeler que sur les six matchs
joués depuis le début de saison, les camarades d’Asselah ne comptent
qu’une seule victoire acquise à l’extérieur face au NAHD et reste sur trois
semi-échecs concédés à domicile respectivement face au MCA, à l’USMH
et au CAB, tout cela pour rappeler que
les Canaris n’ont pas encore goûté aux
joies de la victoire à domicile, ce qui
explique que les poulains de Mouassa sont plus que jamais décidés à
remporter le derby kabyle ce samedi
pour éviter une grosse crise aux conséquences regrettables.
M. H.

LIGUE 1

L’USM El-Harrach,
seule équipe sans victoire
'USM El-Harrach est la seule
équipe de la Ligue 1 algérienne
de football à n'avoir pas encore gagné cette saison, après que le MO
Béjaia a signé sa première victoire face
au CR Belouizdad (1-0), samedi dans
le cadre de la mise à jour du championnat. L'USMH, 15e et avant-dernier au classement avec 3 points,
court toujours derrière son premier
succès dans l'épreuve.
Il a essuyé jusque-là trois défaites et
fait autant de nuls. Le club banlieusard de la capitale n'a pas été épargné
par le calendrier, en disputant sur un
terrain neutre (stade du 5-Juillet)
ses deux premières rencontres à domicile, étant donné qu'il s'agissait de
deux derbies face au MC Alger et au

L

NA Hussein Dey (défaite 2-1 et nul
1-1). Le président harrachi Mohamed
Laïb justifie justement le départ raté
des siens par le fait de n'avoir pas encore joué le moindre match sur leur
terrain fétiche au stade du 1er-Novembre de Mohammadia.
Les protégés de l'entraîneur Boualem
Charef attendront le 15 octobre pour
enfin faire leur retour dans leur jardin préféré. Ils y accueilleront le
DRB Tadjenanet en match comptant
pour la 7e journée du championnat.
Le stade de Mohammadia, lieu de domiciliation habituel des matchs de
l'USMH, a été finalement homologué
par la LFP après les travaux engagés
par les autorités locales.

n Les Pays-Bas ont été sur le
podium des deux
dernières Coupes du monde,
mais étaient absents à l'Euro
2016 et redoutent de connaître
un creux générationnel : le pays
du “football total” est en
reconstruction. Les Néerlandais
affrontent la France
aujourd’hui à Amsterdam, dans
le choc du groupe A des
qualifications au Mondial 2018,
après un début de campagne
réussi, avec un nul en Suède
(1-1) et un succès contre le
Belarus vendredi (4-1). Mais
l'équipe du sélectionneur
Danny Blind, 24e au classement
Fifa après avoir touché le fond
en juillet-août (26e), a fort à
faire : elle doit surmonter le
traumatisme de l'absence à
l'Euro français malgré sa
formule élargie, peu après la
disparition de l'icône Johan
Cruyff en mars. Et c'est un
groupe très jeune sur qui pèse
cette pression : face au Belarus,
si l'on excepte les deux rescapés
de la finale du Mondial 2010, le
gardien Maarten Stekelenburg
et le capitaine Wesley Sneijder
(qui sera forfait contre les
Bleus), les titulaires n'avaient
que 24 ans en moyenne. Et il
faut avoir les épaules pour
remplacer des monstres comme
Robin van Persie, Klaas-Jan
Huntelaar ou Arjen Robben, qui
n'a cependant pas dit son
dernier mot. D'où une large
revue d'effectif effectuée par
Danny Blind, entre les forfaits
sur blessure, les méformes ou
les choix techniques, pour un
groupe déjà battu par les Bleus
en mars à Amsterdam (3-2) et
qui avait été refroidi encore à
domicile par la Grèce début
septembre (1-2), toujours en
amical... Bref, ça tâtonne.
Quelques joueurs prometteurs
émergent cependant,
notamment dans le secteur
offensif, comme le bien nommé
Quincy Promes, 2e meilleur
buteur du championnat russe
la saison dernière avec le
Spartak Moscou et auteur d'un
doublé vendredi ; la pépite
technique de l'Ajax Davy
Klaassen ou le meilleur buteur
du championnat néerlandais la
saison dernière, Vincent
Janssen (27 buts), désormais à
Tottenham. Mais, brillants en
club, franchiront-ils le cap
international ? C'est toute
l'équation de Danny Blind. Au
milieu, il dispose des plus
expérimentés Kevin Strootman
(AS Roma) et Georginio
Wijnaldum (Liverpool). En
défense, la paire Bruma-Van
Dijk s'est installée dans l'axe, et
Daley Blind à gauche. À droite,
c'est plus flou. Une arrièregarde sans grandes garanties.
Que vaut cette équipe ? Elle
suscite un certain scepticisme
aux Pays-Bas. Ruud Krol,
défenseur légendaire de l'Ajax
et des Oranje des années 1970, a
même lâché dans L'Équipe de
dimanche que ce n'était “pas
une équipe de qualité”.
“Aujourd'hui il y a peut-être
trois ou quatre joueurs de top
niveau européen, a-t-il
poursuivi. Pour les autres, c'est
compliqué.”