Quoi, qui, quand ?

Laravel est un framework open-source PHP créé parTaylor Otwell en 2011.
Les premières versions ont connu un rythme un peu chaotique, puis la
version 4 a marqué un tournant, puisqu’il s’agit d’une réécriture complète
du framework.
Laravel 4, nom de code Illuminate, sort le 28 mai 2013. Tout le framework
se base désormais sur Composer. Les multiples packages nécessaires à
Laravel sont séparés, puis inclus en tant que dépendances dans la
Distribution du framework.
À partir de cette version, Laravel commence à suivre un rythme de version
plus régulier, une version mineure tous les 6 mois. La couverture de code
par une suite de tests unitaires est aujourd’hui de 100% et le framework est
construit à partir de plusieurs composants Symfony comme Console,
HttpFoundation, HttpKernel, Routing, Translation…
La dernière version de Laravel, la 5, est sortie en février 2015. Entre temps,
les versions 4.1 et 4.2 ont apporté une certaine souplesse dans l’architecture
du framework et l’ajout de bonnes pratiques au fur et à mesure de leur
adoption par la communauté.

Futur du framework
La version 5.1 est la première LTS (long-time-support). Désormais Laravel
connaîtra le même rythme de versions que Symfony, à savoir une version
LTS tous les 2 ans, chacune sera supportée pendant 2 ans pour les
corrections de bugs, et 3 ans pour la maintenance de sécurité.

Points forts / points faibles
En comparant Symfony et Laravel, plusieurs choses tournent à l’avantage de
Laravel selon moi :

La courbe d’apprentissage (Laravel étant conçu pour favoriser le
Rapid Application Development) ;

La clarté du code, le principe de Façade est là en partie pour ça ;

La facilité de maintenance, en suivant les principes de développement
de Laravel, on construit de petits fichiers avec de petites méthodes.

mais ils ne me paraissent pas innés lorsque l’on commence à travailler avec le framework. L’autre point où Laravel ne fait pas le poids face à Symfony par exemple. vous devez avoir NodeJS (pour Elixir). Finalement. Avec la distribution par défaut (la seule officielle à ce jour). L’un des gros points faibles de Laravel est la quantité de dépendances « officielles » (NodeJS.Bien sûr avec Symfony on peut également retrouver ces avantages. c’est sur la flexbilité. . Vagrant…). Gulp. mais trouvera ses limites s’il est placé au centre d’un SI complexe et interconnecté à d’autres services (web ou non). L’obligation d’adhérer au système de façades peut également être un frein pour qui veut essayer Laravel. Laravel est pour moi un très bon framework lorsque l’on a besoin de développer rapidement des applications de petite envergure. du moins ce n’est pas prévu pour nous faciliter la vie. Là où Symfony nous permet de poser des bases solides pour créer de grosses applications complexes. Laravel sera vite limité car il n’est pas vraiment possible de surcharger le framework et ses composants.