POLYBE

HISTOIRE GÉNÉRALE
TOME DEUXIÈME : LIVRE XIII.
Traduction française : Félix BOUCHOT.
HISTOIRE GÉNÉRALE.
LIVRE XIII.
SOΜΜΑΙΡΕ,
I-II. Détresse des Etoliens, Lois sur les dettes rédigées par Dorimaque
et Scopas, combattues par Alexandre, Scopas se retire à Alexandrie,
— III-VI. Guerre de Philippe avec les Rhodiens. — Il attaque ses
ennemis par la ruse. Bassesse d'un tel procédé. Les Romains,
étrangers autrefois à toutes les manœuvres perfides et cachées, ne
dédaignent plus d'y recourir. Le Tarentin Héraclide sert les projets du
roi de Macédoine. Sa perfidie est découverte. Quelques mots sur la
force de la vérité. Guerre en Thrace. Noms de villes, - VI-IX Tyrannie
de Nabis, Ses cruautés. Statue Apéga. - Guerre avec les Achéens,—
En Italie, dernières hostilités d'Annibal dans le Brutium. Evpéditton
infructueuse de Msgon en Ligurie. — IX. Antiochus sur les bords du
golfe Persique,

I. [1] Ὅτι Αἰτωλοὶ διά τε τὴν συνέχειαν τῶν πολέμων καὶ διὰ τὴν
πολυτέλειαν τῶν βίων ἔλαθον οὐ μόνον ἄλλους, ἀλλὰ καὶ σφᾶς
αὐτοὺς κατάχρεοι γενηθέντες. [2] διόπερ οἰκείως διακείμενοι πρὸς
καινοτομίαν τῆς οἰκείας πολιτείας εἵλοντο νομογράφους Δωρίμαχον
καὶ Σκόπαν, [3] θεωροῦντες τούτους κατά τε τὰς προαιρέσεις
κινητικοὺς ὑπάρχοντας καὶ κατὰ τὰς οὐσίας ἐνδεδεμένους εἰς πολλὰ
τῶν βιωτικῶν συναλλαγμάτων. οἳ καὶ παραλαβόντες τὴν ἐξουσίαν
ταύτην ἔγραψαν νόμους. —
I a. [1] Ὅτι Ἀλέξανδρος ὁ Αἰτωλὸς νομοθετοῦντος Δωριμάχου καὶ
Σκόπα ἀντέλεγε τοῖς γραφομένοις, ἐκ πολλῶν ἐπιδεικνύμενος ὅτι
παρ᾽ οἷς ἔφυ τοῦτο τὸ φυτόν, οὐδέποτε κατέληξε πρότερον ἢ
μεγάλοις κακοῖς περιβαλεῖν τοὺς ἅπαξ αὐτῷ χρησαμένους: διόπερ
ἠξίου μὴ μόνον πρὸς τὸ παρὸν ἀποβλέπειν, [2] εἰ κουφισθήσονται τῶν
ἐνεστώτων συναλλαγμάτων, ἀλλὰ καὶ πρὸς τὸ μέλλον: [3] ἄτοπον

[6] νῦν δὲ καὶ φαύλου φασὶν εἶναι στρατηγοῦ τὸ προφανῶς τι πράττειν τῶν . [4] διὸ καὶ συνετίθεντο πρὸς σφᾶς μήτ᾽ ἀδήλοις βέλεσι μήθ᾽ ἑκηβόλοις χρήσασθαι κατ᾽ ἀλλήλων. [2] οἱ μὲν γὰρ ἀρχαῖοι πολύ τι τοῦ τοιούτου μέρους ἐκτὸς ἦσαν: τοσοῦτο γὰρ ἀπηλλοτρίωντο τοῦ κακομηχανεῖν περὶ τοὺς φίλους χάριν τοῦ τῷ τοιούτῳ συναύξειν τὰς σφετέρας δυναστείας. βουλευομένους δὲ μηδένα ποιεῖσθαι λόγον τοῦ μετὰ ταῦτα χρόνου. ἀναγκαίαν δὲ βούλονται λέγειν ἔνιοι πρὸς τὸν πραγματικὸν τρόπον διὰ τὴν νῦν ἐπιπολάζουσαν κακοπραγμοσύνην. [5] ᾗ καὶ τοὺς πολέμους ἀλλήλοις προύλεγον καὶ τὰς μάχας. ὑπὲρ οὗ νῦν ὁ λόγος. μετέωρος ἦν εἰς τὴν Ἀλεξάνδρειαν. ὅτε πρόθοιντο διακινδυνεύειν. καὶ τοὺς τόπους. καὶ τῆς ἡμέρας ἑκάστης ὀψώνιον ἐξέθηκεν ὁ βασιλεὺς αὐτῷ μὲν δεκαμναιαῖον. [4] ἀλλ᾽ ὅμως οὐκ ἠρκεῖτο τούτοις. ὥστ᾽ οὐδὲ τοὺς πολεμίους ᾑροῦντο δι᾽ ἀπάτης νικᾶν. ἧς χάριν ἐτόλμα γράφειν τοὺς νόμους. ἐμφανέστατον δὲ τοῦτο συνέβη γενέσθαι περὶ τὸν ἄνδρα τοῦτον. [1] Ὅτι Σκόπας Αἰτωλῶν στρατηγὸς ἀποτυχὼν τῆς ἀρχῆς. οὐκ εἰδὼς ὅτι. [2] καθάπερ ἐπὶ τῶν ὑδρωπικῶν οὐδέποτε ποιεῖ παῦλαν οὐδὲ κόρον τῆς ἐπιθυμίας ἡ τῶν ἔξωθεν ὑγρῶν παράθεσις. ὃς τὸ πρότερον προσκαρτερῶν τῷ πλείονι διετέλεσε. εἰς οὓς μέλλοιεν ἐξιέναι παραταξόμενοι. ὧν ἦν αὐτὸς κύριος διὰ τὸ πιστεύεσθαι περὶ τῶν ὅλων. ἐὰν μή τις ἐκ τοῦ προφανοῦς μαχόμενος ἡττήσῃ ταῖς ψυχαῖς τοὺς ἀντιταττομένους. [1] Ἐγένετο περὶ τὴν τοιαύτην κακοπραγμοσύνην. [3] τούτῳ γὰρ εἰς Ἀλεξάνδρειαν ἀφικομένῳ πρὸς ταῖς ἐκ τῶν ὑπαίθρων ὠφελείαις. [3] ὑπολαμβάνοντες οὐδὲν οὔτε λαμπρὸν οὐδὲ μὴν βέβαιον εἶναι τῶν κατορθωμάτων. — II. τὸν αὐτὸν τρόπον οὐδὲ τὴν πρὸς τὸ πλεῖον ἐπιθυμίαν οἷόν τε κορέσαι μὴ οὐ τὴν ἐν τῇ ψυχῇ κακίαν λόγῳ τινὶ διορθωσάμενον. [5] μέχρι διὰ τὴν ἀπληστίαν καὶ παρ᾽ αὐτοῖς τοῖς διδοῦσι φθονηθεὶς τὸ πνεῦμα προσέθηκε τῷ χρυσίῳ. ἐὰν μὴ τὴν ἐν αὐτῷ τῷ σώματι διάθεσιν ὑγιάσῃ τις. μόνην δὲ τὴν ἐκ χειρὸς καὶ συστάδην γινομένην μάχην ἀληθινὴν ὑπελάμβανον εἶναι κρίσιν πραγμάτων.γὰρ εἶναι πολεμοῦντας μὲν καὶ τὸ πνεῦμα προΐεσθαι χάριν τῆς τῶν τέκνων ἀσφαλείας. — III. ἣν δὴ βασιλικὴν μὲν οὐδαμῶς οὐδεὶς ἂν εἶναι φήσειεν. τοῖς δ᾽ ἐπί τινος ἡγεμονίας μετ᾽ αὐτὸν τεταγμένοις μναιαῖον. ταῖς ἐκεῖθεν ἐλπίσι πεπεισμένος ἀναπληρώσειν τὰ λείποντα τοῦ βίου καὶ τὴν τῆς ψυχῆς πρὸς τὸ πλεῖον ἐπιθυμίαν.

ils confièrent à Dorirmaque et à Scopas le soin d'établir des lois. [8] παρ᾽ ᾧ τοιαύτην περιεποιήσατο πίστιν καὶ δύναμιν ὥστε τοῦ καταστραφῆναι τὴν τηλικαύτην βασιλείαν σχεδὸν αἰτιώτατος γεγονέναι. et leur fortune se trouvait engagée envers un grand nombre de créanciers. [3] ὁ δ᾽ Ἡρακλείδης. ἑρμαῖον ἡγησάμενος τὴν ἐπιταγήν. καὶ πρὸς μὲν τοὺς ταπεινοτέρους καταπληκτικώτατος καὶ τολμηρότατος. à leur insu et à celui des autres peuples. IV. [3] Ces deux hommes étaient eux-mêmes factieux dans le cœur. [8] ταῦτα μὲν οὖν εἰρήσθω πρὸς τὸν ἐπιπολάζοντα νῦν ὑπὲρ τὸ δέον ἐν τῇ κακοπραγμοσύνῃ ζῆλον περὶ τοὺς ἡγουμένους ἔν τε ταῖς πολιτικαῖς καὶ πολεμικαῖς οἰκονομίαις. πεφυκέναι δ᾽ ἐκ βαναύσων καὶ χειροτεχνῶν ἀνθρώπων. les Étoliens avaient. μεγάλα δ᾽ ἐσχηκέναι προτερήματα πρὸς ἀπόνοιαν καὶ ῥᾳδιουργίαν: [5] πρῶτον μὲν γὰρ ἀναφανδὸν τῷ σώματι παρεκέχρητο κατὰ τὴν πρώτην ἡλικίαν. CXLIIIe olympiade. En proie à la fois à une guerre continuelle et à un luxe dévorant. . épuisés à la suite d'une longue guerre. [2] εἰς δὲ τὴν Κρήτην πρεσβευτὰς ἐξαπέστειλε τοὺς ἐρεθιοῦντας καὶ παρορμήσοντας ἐπὶ τὸν κατὰ τῶν Ῥοδίων πόλεμον. ἀλλ᾽ ἀρχιτέκτων ὑπάρχων καὶ διά τινας ἐπισκευὰς τῶν τειχῶν κύριος γενόμενος τῶν κλειδῶν τῆς πύλης τῆς ἐπὶ τὸ μεσόγαιον φερούσης: [7] καταφυγὼν δὲ πρὸς Ῥωμαίους. — (L'année précédente Rome avait fait la paix avec Philippe . ἐπέταξε φροντίζειν πῶς ἂν κακοποιήσαι καὶ διαφθείραι τὰς τῶν Ῥοδίων νῆας. d'ailleurs. προαισθόμενος τὸ μέλλον αὖθις ἔφυγε πρὸς τὸν Φίλιππον. μετά τινα χρόνον ὥρμησε καὶ παρῆν καταπλέων εἰς τὴν Ῥόδον. ἄνθρωπος εὖ πεφυκὼς πρὸς τὸ κακόν. εἶτ᾽ ἀγχίνους ὑπῆρχε καὶ μνήμων. καὶ πάλιν ἐκεῖθεν γράφων καὶ διαπεμπόμενος εἰς τὸν Τάραντα καὶ πρὸς Ἀννίβαν. — Ceux-ci. A peine revêtus de leurs fonctions nouvelles. naturellement portés à toujours innover. ils se mirent à l'œuvre. 4e année. πρὸς δὲ τοὺς ὑπερέχοντας κολακικώτατος. sont réduits à proclamer par une loi nouvelle l'abolition des dettes. déjà réconcilié avec les Étoliens. [1] Ὁ δὲ Φίλιππος Ἡρακλείδῃ μέν.πολεμικῶν. ἐπεὶ καταφανὴς ἐγένετο. οὐ πολιτικὴν ἔχων δύναμιν. [2] Comme ils étaient.) I. contracté une dette immense. καθάπερ ὑπόθεσιν δούς. καὶ διανοηθεὶς ἅττα δήποτ᾽ οὖν παρ᾽ αὑτῷ. [7] βραχὺ δέ τι λείπεται παρὰ Ῥωμαίοις ἴχνος ἔτι τῆς ἀρχαίας αἱρέσεως περὶ τὰ πολεμικά: καὶ γὰρ προλέγουσι τοὺς πολέμους καὶ ταῖς ἐνέδραις σπανίως χρῶνται καὶ τὴν μάχην ἐκ χειρὸς ποιοῦνται καὶ συστάδην. [6] οὗτος ἀρχῆθεν μὲν ἐκ τῆς πατρίδος ἐξέπεσε δόξας τὸν Τάραντα πράττειν Ῥωμαίοις. [4] συνέβαινε δὲ τὸν Ἡρακλείδην τοῦτον τὸ μὲν γένος ἀνέκαθεν εἶναι Ταραντῖνον.

il reçut du roi une solde de dix mines par jour. faisait la guerre aux Rhodiens. [2] comme chez un hydropique. il en est qui regardent cela comme un fléau nécessaire. d'exposer sa vie en temps de guerre pour la sûreté de ses enfants.) II. où il espérait trouver l'aisance et être en état de satisfaire ses désirs ambitieux. [2$ Il les supplia donc de ne pas considérer seulement l'avantage d'être délivrés de leurs dettes pour le moment. [1] Alexandre l'Étolien s'opposa vivement aux mesures adoptées par Dorimaque et Scopas. n'auraient pas voulu vaincre même leurs ennemis par de tels moyens. [4] Celle des officiers inférieurs n'était que d'une mine. peu content de tant de bonheur. [3] À peine fut-il arrivé à Alexandrie. en démontrant de mille manières que. aucun rafraîchissement extérieur ne peut apaiser ou même ralentir l'ardeur de la soif. employant tour à tour la force ou la fourbe. Jamais cette vérité ne fut plus manifeste que chez l'homme dont nous parlons ici. mais de songer aussi au futur. qui. [3] N'était-il pas absurde. [7] Toutefois. [1] Philippe donc eut recours. Philippe. il perdit à la fois ses richesses et la vie. ainsi personne n'est capable de rassasier les appétits d'une âme avide. [5] Dans les guerres. et au sein de la paix de ne pas s'occuper de l'avenir? (Quel fut le sort de ces lois? on ne sait. jusqu'à ce qu'enfin. Scopas porta ses vues sur Alexandrie. Scopas ne garde pas longtemps la magistrature dont on l'avait investi. Il ne savait pas que. corps à corps. à la ruse que nous allons dire. on retrouve encore chez les Romains quelques vestiges de leurs anciennes habitudes .I a. à moins que l'art n'ait triomphé du mal dans le corps même (01) . Quoi qu'il en soit. [6] Aujourd'hui. délivré des Romains. si l'on n'avait pas triomphé au grand jour de son adversaire. ni de traits lancés de loin : il leur semblait que le combat livré de près. on a pour doctrine qu'il est d'un mauvais général d'agir à découvert. dans le pays où existe le germe de telles lois. [1] Privé du pouvoir au nom duquel il avait rédigé les lois nouvelles. Cette ressource n'était guère digne d'un roi . sans avoir guéri par quelque moyen le mal au fond du cœur. haï de ceux-là mêmes qui l'avaient comblé de faveurs. sans parler des bénéfices que pouvait lui rapporter le service du camp dont il disposait en maitre comme généralissime. contre les Rhodiens. (Tandis que les Étoliens s'abandonnaient à leur humeur turbulente. [2] Telles n'étaient pas les maximes de nos pères. mais aujourd'hui que l'usage de fourbes honteuses est partout répandu. ) III. par le seul appui du courage. il ne cessa pas d'élever des prétentions. en effet. loin de tromper leurs amis dans l'intérêt de leur puissance. était la seule manière légitime de terminer un différend. que. [4] Aussi ils s'étaient mutuellement engagés à ne se servir ni d'armes cachées. ils se disaient d'avance et le moment delà bataille et l'endroit où ils se proposaient de ranger leurs troupes. et cependant. il ne pouvait être étouffé sans avoir causé d'abord de terribles maux. [3] Ils ne trouvaient pas qu'une victoire dût être belle et durable.

non pas qu'il eût alors quelque autorité dans la ville. [8] Nous avons voulu. πόλις Κρήτης. Du reste. soit dans les affaires civiles. flétrir cette honteuse rivalité de perfidies à laquelle les chefs se livrent aujourd'hui sans pudeur. de forgerons. [2] En même temps. [8] Il acquit sur l'esprit de ce prince tant de crédit et de puissance. [5] Dès l'âge le plus tendre. ᾗ καὶ τὸν Ἡρακλείδην ἀπέλυσε τῆς ὑποψίας. [4] Cet Héraclide était un Tarentin d'une famille obscure d'ouvriers. τὸ ἐθνικὸν Σιβύρτιος. [1] Philippe chargea Héraclide d'aviser au moyen de surprendre et de détruire les Rhodiens : c'était un beau sujet proposé à son imaginative.[6] Il avait d'abord été chassé de sa patrie comme ayant voulu livrer Tarente aux Romains. καὶ τὸν Ἡρακλείδην ὑπώπτευον ἐγκάθετον εἶναι. et qui d'ailleurs attachait à l'ordre de Philippe l'espérance de précieux bénéfices. qu'il faut attribuer à sa fatale influence la chute du puissant royaume de Macédoine. et dans la crainte d'un châtiment. homme d'une grande finesse d'esprit et d'une étonnante mémoire. il était aussi insolent et hardi envers les petits que bas et servile auprès des grands. il s'enfuit à la cour de Philippe. [3] Héraclide. Ses entreprises furent découvertes. il avait honteusement fait trafic de son corps. il avait entre les mains les clefs d'une porte qui donnait sur la campagne. V. IV. tendent rarement des embûches. mit à la voile et se rendit à Rhodes. [7] Réfugié auprès des Romains. mais architecte et chargé de réparer un mur. Ἰλαττία. [5] πάντων γοῦν . qui semblait avoir le génie du mal. — [2] Ὁ δ᾽ εἰσελθὼν ἀπελογίζετο τὰς αἰτίας. après avoir réfléchi quelque temps. il envoya des députés aux Crétois pour les exciter à la guerre contre ce peuple. par ces quelques lignes. Πολύβιος τρισκαιδεκάτῳ. il osa envoyer de leur camp même des lettres à Tarente et à Annibal. πόλις Κρήτης. Σίβυρτος. [2] δι᾽ ἃς πεφευγὼς εἴη τὸν Φίλιππον. — [4] Καί μοι δοκεῖ μεγίστην θεὸν τοῖς ἀνθρώποις ἡ φύσις ἀποδεῖξαι τὴν ἀλήθειαν καὶ μεγίστην αὐτῇ προσθεῖναι δύναμιν.militaires : ils déclarent toujours la guerre. et d'une nature qui paraissait faite pour la perversité et le crime. — [3] Πᾶν γὰρ βουληθῆναι τὸν Φίλιππον ἀναδέξασθαι ἢ καταφανῆ γενέσθαι Ῥοδίοις τὴν ἐν τούτοις αὐτοῦ προαίρεσιν. [1] Διαπιστοῦντες δ᾽ οἱ πρυτάνεις ἤδη τῷ Φιλίππῳ διὰ τὴν περὶ τὰ Κρητικὰ κακοπραγμοσύνην. soit dans les camps. ὡς Πολύβιος ἐν τρισκαιδεκάτῳ. et préfèrent ces combats de pied ferme et corps à corps dont nous parlions tout à l'heure.

Ἀδράνη. καθόλου γὰρ τοῦτο τὸ γένος ἡθροίζετο πρὸς αὐτὸν ἐπιμελῶς ἐκ τῆς οἰκουμένης. [6] ὅς γε χωρὶς τῶν προειρημένων οὐκ ἐξηρκεῖτο φυγαδεύειν τοὺς πολίτας. ὡς συνέβη γενέσθαι περὶ τὸν Ἡρακλείδην τὸν παρὰ τοῦ Φιλίππου τοῦ βασιλέως εἰς Ῥόδον ἀφικόμενον. ἔτος ἤδη τρίτον ἔχων τὴν ἀρχήν. τοὺς δ᾽ ἀνακειμένους ἐν ταῖς ἰδίαις οἰκίαις διέφθειρον. τέλος αὐτὴ δι᾽ ἑαυτῆς ἐπικρατεῖ καὶ καταγωνίζεται τὸ ψεῦδος. ὅπου τις τυγχάνοι κατοικῶν τῶν φυγάδων. [10] καὶ δὴ τῷ τοιούτῳ τρόπῳ τοὺς μὲν πλείστους αὐτῶν ἠφάνισε. [5] ὧν προστάτην [καὶ βασιλέα] αὑτὸν ἀναδείξας. VI. [3] διέφθειρε γὰρ τοὺς λοιποὺς ἄρδην ἐκ τῆς Σπάρτης. Πολύβιος τρισκαιδεκάτῃ. Καβύλη. [1] κατεσκευάσατο δὲ καί τινα μηχανήν. Ἀδρήνη. δῆλον ἔμελλε πολυχρόνιον ἔχειν τὴν ἐπ᾽ ἀσεβείᾳ φήμην καὶ δυναστείαν. λωποδύται. πολυτελέσιν ἱματίοις ἠμφιεσμένον. ἐφυγάδευσε δὲ τοὺς κατὰ πλέον πλούτῳ διαφέροντας ἢ δόξῃ προγονικῇ.. Ἄρειον πεδίον . τὰς δὲ τούτων οὐσίας καὶ γυναῖκας διεδίδου τῶν ἄλλων τοῖς ἐπιφανεστάτοις καὶ τοῖς μισθοφόροις. [6] καὶ ποτὲ μὲν παραχρῆμα δείκνυσι τὴν αὑτῆς δύναμιν... [9] ὥστε μήτε τόπον εἶναι μηδένα φύξιμον μήτε καιρὸν ἀσφαλῆ τοῖς ταλαιπώροις Λακεδαιμονίοις. ὁλοσχερὲς μὲν οὐδὲν ἐπεβάλλετο πράττειν οὐδὲ τολμᾶν διὰ τὸ πρόσφατον εἶναι τὴν ὑπὸ τῶν Ἀχαιῶν ἧτταν τοῦ Μαχανίδου. εἰς ταύτας εἰσέπεμπε Κρῆτας. [8] τὸ δὲ τελευταῖον ἐν ταῖς πόλεσι τὰς σύνεγγυς οἰκίας. τοὺς δ᾽ ἐκ τῶν τόπων ἐπανάγοντας ἐφόνευε. κατὰ δὲ τὴν μορφὴν εἰς ὁμοιότητα τῇ τοῦ Νάβιδος . μισθούμενος δι᾽ ἀνυπονοήτων ἀνθρώπων. ἔστι καὶ Θρᾴκης ἔρημον πεδίον χαμαιπετῆ δένδρα ἔχον. [2] ἦν γὰρ εἴδωλον γυναικεῖον. πόλις Θρᾴκης οὐ πόρρω τῆς τῶν Ἀστῶν χώρας. ἔθνος Θρᾴκιον.. ὡς Πολύβιος τρισκαιδεκάτῃ. εἰ μηχανὴν ταύτην χρὴ λέγειν. ἀλλ᾽ οὐδὲ τοῖς φεύγουσιν οὐδεὶς τόπος ἦν ἀσφαλὴς οὐδὲ καταφυγὴ βέβαιος. οἷς ἄβατος ἦν ἡ θρέψασα δι᾽ ἀσέβειαν καὶ παρανομίαν. οὐκ οἶδ᾽ ὅπως αὐτὴ δι᾽ αὑτῆς εἰς τὰς ψυχὰς εἰσδύεται τῶν ἀνθρώπων. Πολύβιος ιγ'. VII.αὐτὴν καταγωνιζομένων. Πολύβιος δὲ διὰ τοῦ 〈η〉 τὴν μέσην λέγει ἐν τρισκαιδεκάτῃ. [2] καταβολὴν δ᾽ ἐποιεῖτο καὶ θεμέλιον ὑπεβάλλετο πολυχρονίου καὶ βαρείας τυραννίδος. Δίγηροι. ποτὲ δὲ καὶ πολὺν χρόνον ἐπισκοτισθεῖσα. ἐνίοτε καὶ πασῶν τῶν πιθανοτήτων μετὰ τοῦ ψεύδους ταττομένων. [1] Ὁ δὲ τῶν Λακεδαιμονίων τύραννος Νάβις. οἵτινες ῥήγματα ποιοῦντες ἐν τοῖς τοίχοις καὶ διὰ τῶν ὑπαρχουσῶν θυρίδων τοξεύοντες τοὺς μὲν ἑστῶτας τῶν φυγάδων. [7] τοὺς μὲν γὰρ ἐν ταῖς ὁδοῖς ἐπαποστέλλων ἀνῄρει. πόλις Θρᾴκης . [4] οὗτοι δ᾽ ἦσαν ἀνδροφόνοι καὶ παρασχίσται. τοιχωρύχοι. καὶ χρώμενος δορυφόροις καὶ σωματοφύλαξι τούτοις.

ἔτι δὲ τὰς εἰς τοὺς θεοὺς καὶ τὰς κοινὰς τῆς πόλεως δαπάνας. [9] τοὺς δὲ πήχεις εἶχε καὶ τὰς χεῖρας πλήρεις σιδηρῶν γόμφων ὑπὸ τοῖς ἱματίοις. καὶ παρῆν ὃ μικρῷ πρότερον ἔλεγον εἴδωλον.γυναικὶ διαφόρως ἀπειργασμένον. προσήγετο κατὰ βραχὺ πρὸς τὰ στέρνα. ἐπειδὰν ἐκ τῆς καθέδρας ἀνέστησε τὴν γυναῖκα καὶ περιέπτυξε ταῖς χερσί. [10] ὅταν προσήρεισε ταῖς χερσὶ πρὸς τὰ νῶτα τῆς γυναικός. [8] καὶ δεξιωσάμενος. ὁδοιδόκους. συνδραμόντων δὲ τῶν ἐγχωρίων καὶ μαρτυρομένων τοὺς ἄνδρας ἐπανάγειν ἐπὶ τὴν ἀρχήν. [1] Καὶ τὰ λοιπὰ δ᾽ ἦν τούτοις ὅμοια καὶ σύστοιχα κατὰ τὴν ἀρχήν. ἠναγκάσθησαν προιέμενοι τοὺς ἀνθρώπους οἱ παρὰ τοῦ Νάβιδος ἀπελθεῖν. ἐξ ὧν ἐγένετο καταρχὴ τοῦ πολέμου. εἶχεν ἀποχρώντως αὐτῷ πρὸς τὸ προκείμενον: [6] εἰ δέ τινες ἐξαρνούμενοι διωθοῖντο τὴν ἐπιταγήν. ὃς ἐδόκει γενναιότατος εἶναι τῶν ἐκ τῆς τυραννικῆς ἱπποστάσεως. διασαφῶν δὲ τὸ πλῆθος τῶν μισθοφόρων τὸ τρεφόμενον τῆς ἐκείνων ἀσφαλείας χάριν. [3] ὁπότε δέ τινας τῶν πολιτικῶν ἀνακαλέσαιτο. [4] ὑποδεικνύων μὲν τὸν ὑπὸ τῶν Ἀχαιῶν ἐπικρεμάμενον τῇ χώρᾳ καὶ τῇ πόλει φόβον. τὰς μὲν ἀρχὰς διετίθετο λόγους πλείονας καὶ φιλανθρώπους. τότε λαβόμενος ταύτης εὐθέως ἤλαυνε τὰ Προαγόρου θρέμματα καί τινων ἑτέρων. πᾶσαν ἠνάγκαζε φωνὴν προΐεσθαι τὸν πιεζόμενον. [4] τοῦτο δὲ πεισθέντος καὶ πράξαντος τοῦ προειρημένου. [7] καὶ τοῦτ᾽ ἔλεγε. ὁμοίως καὶ κατὰ τοὺς μαστούς. [2] ἐκοινώνει μὲν γὰρ τοῖς Κρησὶ τῶν κατὰ θάλατταν λῃστειῶν: εἶχε δὲ καθ᾽ ὅλην τὴν Πελοπόννησον ἱεροσύλους. φονέας. [11] καὶ πολλοὺς δή τινας τῷ τοιούτῳ τρόπῳ διέφθειρε τῶν ἐξαρνουμένων. ἐπεφθέγγετο λόγον τοιοῦτον "ἴσως ἐγὼ μὲν οὐ δύναμαί σε πείθειν. οἷς μερίτης γινόμενος τῶν ἐκ τῆς ῥᾳδιουργίας λυσιτελῶν ὁρμητήριον καὶ καταφυγὴν παρείχετο τούτοις τὴν Σπάρτην. οὐδενὸς ἀντιποιουμένου. [7] ὁ δὲ πάλαι ζητῶν ἀφορμὰς ἐγκλημάτων καὶ πρόφασιν εὔλογον διαφορᾶς. [5] εἰ μὲν οὖν ἐντρέποιντο διὰ τῶν τοιούτων λόγων. καταδιώξαντες οἱ παρὰ τοῦ Νάβιδος εἰς τὴν Μεγάλην πόλιν καὶ καταλαβόντες τὸν μὲν ἵππον εὐθὺς ἀπῆγον καὶ τὸν ἱπποκόμον. [5] οἱ δὲ Βοιωτοὶ τὸ μὲν πρῶτον ἠξίουν ἄγειν αὑτοὺς ἐπὶ τὴν ἀρχήν: οὐδενὸς δὲ προσέχοντος ἀνεβόα τις τῶν ξένων " [6] βοήθεια". μετὰ δὲ ταῦτα καὶ τοῖς ξένοις ἐπέβαλον τὰς χεῖρας. VIII. [3] πλὴν κατά γε τοὺς καιροὺς τούτους ξένοι τῶν ἀπὸ τῆς Βοιωτίας εἰς τὴν Λακεδαίμονα παρεπιδημήσαντες ἐψυχαγώγησάν τινα τῶν τοῦ Νάβιδος ἱπποκόμων ὥστε συναποχωρῆσαι μεθ᾽ ἑαυτῶν ἔχοντα λευκὸν ἵππον. κἄπειτα διὰ τῶν ὀργάνων ἑλκόμενον ἐπέτεινε καὶ προσῆγε πρὸς τοὺς μαστοὺς κατ᾽ ἐλάχιστον. Ἀπῆγαν μέντοι ταύτην δοκῶ σε πείσειν" τοῦτο δ᾽ ἦν ὄνομα τῇ γυναικὶ τοῦ Νάβιδος. βουλόμενος εἰσπρᾶξαι χρήματα. .

οἱ πολῖται Χαττηνοί. τοῦτ᾽ ἔστιν ἀΐδιον εἰρήνην καὶ ἐλευθερίαν. 1° Ὅτι Δαμοκλῆς ὁ μετὰ Πυθίωνος πεμφθεὶς κατάσκοπος πρὸς Ῥωμαίους ὑπηρετικὸν ἦν σκεῦος εὐφυὲς καὶ πολλὰς ἔχον ἀφορμὰς εἰς πραγμάτων οἰκονομίαν. ὁ δὲ ἑρμηνευθείσης οἱ τῆς ἐπιστολῆς ἔφη συγχωρεῖν τοῖς ἀξιουμένοις. — [5] Κυρωθείσης δὲ τῆς ἐλευθερίας τοῖς Γερραίοις ἐστεφάνωσαν παραχρῆμα τὸν Ἀντίοχον τὸν βασιλέα πεντακοσίοις ἀργυρίου ταλάντοις. (Pendant que les députés. IX [1] Χαττηνία. χώρα τρίτη Γερραίων. — [4] Οἱ δὲ Γερραῖοι ἀξιοῦσι τὸν βασιλέα μὴ καταλῦσαι τὰ παρὰ τῶν θεῶν αὐτοῖς δεδομένα. χιλίοις δὲ λιβανωτοῦ καὶ διακοσίοις τῆς λεγομένης στακτῆς. envoyés en Crète. πόλις Βρεττίας.Βάδιζα. Λαμπέτεια. πόλις Ἰλλυρίας. Πολύβιος τρισκαιδεκάτῳ. πόλις τῆς Βρεττίας. ( Héraclide se fait passer à Rhodes pour transfuge. ὡς αὐτός: "τούτοις μὲν γὰρ παρήγγειλε φείδεσθαι τῆς τῶν Χαττηνῶν χώρας". s'acquittent de leur ambassade et parcourent cette île dont Polybe cite deux villes. ) . — 2° Μελίτουσσα. Πολύβιος τρισκαιδεκάτῳ. ) Ilattia et Sibyrte. et excite d'abord quelque inquiétude. [2] Πολύβιος ιγ' "ἔστι δ᾽ ἡ Χαττηνία τἄλλα μὲν λυπρά. κώμαις δὲ καὶ πύργοις διεσκεύασται διὰ τὴν εὐκαιρίαν τῶν Γερραίων: οὗτοι γὰρ αὐτὴν νέμονται" [3] ἔστι δὲ τῆς Ἐρυθρᾶς θαλάσσης. καὶ ἐποίει τὸν πλοῦν ἐπὶ Τύλον τὴν νῆσον καὶ ἐποίει τὸν ἀπόπλουν ἐπὶ Σελευκείας. Πολύβιος τρισκαιδεκάτῳ. ἦσαν δὲ τὰ ἀρώματα ἐν τῇ Ἐρυθρᾷ θαλάττῃ.

et laissait les femmes et les biens de ses victimes aux principaux de son parti et à ses mercenaires. en vain même la vraisemblance se met du côté du mensonge. qui se défiaient de Philippe. de voleurs. Ce discours fit tomber tous les soupçons. [6] Tantôt elle manifeste sur-lechamp son pouvoir. [1] Quant à Nabis. peuplade de Thrace . il en rappelait d'autres à Lacédémone et les y égorgeait. bien qu'il occupât le trône depuis trois ans. de tous lea coins de l'univers. non loin du pays des Astes . je ne sais comment. [2] Mais admis dans le conseil. tantôt. par leur naissance. (Mais il fut découvert. [8] Pour comble d'horreur. — Digression sur la force de la vérité. ( La guerre se faisait aussi en Thrace. Cabyla. Il avait pris soin de rassembler autour de lui. elle brille ensuite d'un nouvel éclat et triomphe enfin de l'imposture. au souvenir de sa perfidie en Crète (02). Le Champ de Mars. [5] Il s'était déclaré leur protecteur et leur roi. C'est ce qu'éprouva cet Héraclide que Philippe avait envoyé à Rhodes. il achetait. Dégériens. VI. [7] Il les faisait tuer sur les grandes routes par des gens apostés . pays inculte qui ne produit que des arbres rabougris. une retraite assurée. dans la yille où ils se retiraient. il raconta pourquoi il avait fui de la cour du roi.V. à cause de la défaite encore récente que les Achéens avaient fait essuyer à Machanidas. [4] C'était une troupe d'assassins. il n'avait rien conçu ni rien osé entreprendre d'important. de fripons et de brigands de toute sorte. et devait par eux affermir sa puissance comme aussi sa réputation de perversité. jetait en exil tous les citoyens illustres par leurs richesses. dont les habitants s'appelaient Adrénites . sur la terre étrangère il n'y avait pas pour ces malheureux un lieu. [5] En vain de toute part on l'attaque. [6] Enfin il ne se bornait pas à exiler les citoyens . Les prytanes. néanmoins elle pénètre. soupçonnèrent Héraclide d'être un agent du prince. [3] Il détruisait peu à peu le dernier reste du nom Spartiate.) [4] Il me semble que la nature a fait de la vérité la plus puissante des déesses et lui adonné toute la force qu'on peut imaginer. [3] et ajouta qu'il ne pouvait y avoir pour Philippe rien de plus sensible que de voir ses desseins dévoilés. sous le couvert . les scélérats à qui leur impiété et leurs crimes fermaient les portes de leur patrie. dans les cœurs par sa propre énergie. en avait fait sa garde personnelle et dévouée. quelque temps éclipsée. tyran de Lacédémone. — Polybe en parlait sans doute comme l'indiquent ces noms propres :) Adrène. [2] Il s'occupait uniquement d'établir la base et de jeter les fondements d'une lourde et durable tyrannie.

la victime consentait forcément à tout ce qu'il voulait. la faisait lever de son siège et saisir entre ses bras le rebelle. et envoyait des Cretois qui. [1] Même esprit de déprédation et de cruauté dans toute la suite de son gouvernement. Le peuple aussitôt accourut. [6] l'un d'eux appela les citoyens à leur secours. peut-être Apéga le fera-t-elle : c'était le nom de sa femme. les maisons contiguôs à celles que ces infortunés occupaient. qui se trouvaient en voyage à Lacédémone. et comme on ne les écoutait pas. pratiquant des trous dans les murs mitoyens. il s'en tenait à ce moyen . tirant profit de leurs forfaits. L'écuyer y consentit et prit le cheval . VIII. lancés à sa poursuite. après avoir dérobé un cheval blanc qui était le plus beau des écuries du tyran. disait-il. et en récompense leur assurant dans Sparte un refuge et au besoin un point d'attaque. il l'étreignait contre sa poitrine. [1] Il imagina encore contre ses ennemis une machine. [8] Nabis. par de secrets mécanismes. séduisirent un des écuyers de Nabis [4] et lui persuadèrent de venir avec eux. [3] Quand il appelait au palais quelque citoyen pour lui arracher de l'argent. il commençait par lui débiter force paroles pleines de bienveillance [4] et lui montrait les périls dont les Achéens menaçaient Sparte et son territoire. [10] Il en fit périr de cette manière un grand nombre. s'empara de cette circonstance. [7] Nabis. arrêtèrent le voleur avec son larcin à Mégalopolis et le ramenèrent à Sparte sans opposition : [5] ils osèrent même saisir les Béotiens. lui vantait le nombre des mercenaires entretenus pour la sûreté générale. Ceux-ci demandèrent d'abord d'être conduits devant les magistrats. [6] mais si on lui répondait par un refus. soit couchés.d'hommes non suspects. [5] Si on se laissait toucher par de tels discours. les mamelles en étaient aussi hérissées. VII. soit debout . « Voyons. si on peut appeler ainsi un instrument de torture. » [7] A peine avait-il prononcé ces mots que la statue apparaissait. puisquej e ne puis vous persuader. [10] pour eux pas d'asile ni de moment tranquille. [9] Or ces bras et ces mains étaient couverts de clous cachés sous les vêtements. qui depuis longtemps cherchait une occasion de se plaindre et un prétexte plausible de commencer les hostilités. la prenant par la main. protesta qu'il fallait les mener devant le tribunal. des sacrilèges. [10] Quand donc il avait appliqué les mains du malheureux sur le dos d'Apéga. et que. [11] Plusieurs citoyens qui avaient refusé de l'or perdirent ainsi la vie. il entretenait dans tout le Péloponèse des voleurs. et les envoyés de Nabis furent forcés de relâcher leur proie. et lui rappelait les dépenses nécessaires au culte des dieux et à l'administration publique. [3] Vers cette époque. des assassins. [2] C'était une statue de femme couverte de vêtements magnifiques et dont la ressemblance était parfaite avee la femme mômedeNabis. fit une excursion chez les Mégalopolitains et emmena avec lui les troupeaux . mais des gardes de Nabis. qu'il avait soin d'approcher peu à peu du sein de la statue. quelques Béotiens. lançaient par ces tranchées des flèches et tuaient ainsi les exilés. [2] Il était de moitié dans les pirateries des Cretois sur mer .

de Proagore et de quelques autres citoyens riches. [1] Il pénétra dans Chatténia. X. [3] Il s'étend sur les bords de la mer Rouge. [5] Lorsqu'il eut confirmé la liberté des Gerrhéens et reçu d'eux. » il s'embarqua pour l'île de Tyle. et de là partit pour Séleucie. — Polybe en retraçait les derniers faits dans le treizième livre. — Les affaires de la Parthiène et de la Bactriane à peine terminées. ( Tandis que ces luttes sans dignité se succédaient en Grèce. Magon (04) faisait une tentative en Italie. 142-147. FRAGMENTS. la guerre d'Annibal en Italie touchait à sa fin. et Lampetia se rendaient au consul Servilius (03). de (02) Peut-être faut-il rattacher à ce passage le fragment qui suit : « les Crétois. déclara qu'il accédait à leurs prières. il s'engagea même à respecter les campagnes des Chatténiens. mille d'encens et deux cents du parfum appelé « stacte. Voir les note Schxeighauser. Vol. et fait une expédition sur le golfe Persique. (En même temps. une paix continuelle et la liberté. p. (01) Ce passage a été fort diversement expliqué. lecture faite de leur lettre. tenant tête au péril. il court dans les Indes. [4] Les Gerrhéens supplièrent le roi de ne pas les priver des biens que les dieux leur avaient accordés. ville du Brutium. comme hommage. revient par la Carmanie. troisième province des Gerrhéens. ) ( Retour à l'histoire d'Antiochus. » . C'était un homme très-versé dans les affaires. envoyé avec Pythion pour observer les desseins des Romains. chargèrent les prytaoes d'envoyer demander aux Rbodiens de défendre la liberté de la Crète. Àntiochus. VII. ville d'Illyrie. in-8°. ) IX. était un instrument précieux entre les mains d'un maître. 1° Damoclès. cinq cents talents d'argent. ) Badisa. Tel fut le principe de la guerre. mais que la richesse des Gerrhéens a couvert de villages et de châteaux forts. (Il fut ensuite obligé de fuir et de regagner Garthage. mais si d'abord ) les Liguriens qui combattaient contre lui ne purent obtenir de succès important et décisif. Laba et Saba étaient deux villes de cette région. L'encens et le stacte se recueillent sur les bords de la mer Erythrée. C'est un pays stérile. 2° Mélityssa.

. fragmenta minora.(03) Édition Firmin Didot. (04) Fragmenta historica. xxxi.