Synthèse: L'art

Art et technique
1. L'opposition classique entre l'Art et la technique Art Activité libérale (qui a sa fin en elle-même). L’œuvre d’art est inutile (n’a pas besoin d’avoir une fonction). En art, le concept de l’œuvre ne préexiste pas à l’œuvre. Le projet, l’idée, s’il y en a, ne détermine pas la production de l’œuvre et l’œuvre n’est pas évaluable esthétiquement avant sa réalisation. Cf. Alain, Système des beaux-arts, «L’artisan est artiste par éclair quand en faisant, il trouve mieux qu’il n’avait pensé. » = Il n’y a pas de recette pour réussir un chef-d’œuvre. « Tout art peut s’apprendre, mais non tout l’art. » Valéry. La contemplation est essentielle à l’œuvre. Il n’y a pas d’œuvre sans public. Elle est faite pour être appréciée. Seul l’original est œuvre d’art, pas sa copie Technique La technique est une activité mercenaire (rémunérée). Le produit technique est utile. Le projet détermine l’exécution : le projet, l’idée, est techniquement évaluable Cf. Alain, Système des beaux-arts : « Toutes les fois que l’idée précède et règle l’exécution, c’est industrie. »

La technique est un savoir-faire qui s’apprend.

L’action est essentielle au produit technique (il est fait pour servir).

La copie a autant de valeur que l’original.

Voir aussi la distinction que fait Hannah Arendt entre les produits de l'action, les objets technique et les oeuvres d'art 2. Relativité de ces opposition Voir repère conceptuel: Absolu/Relatif 1. L’art est aussi une activité mercantile. L’idée de gratuité de l’œuvre masque le statut de producteur de l’artiste. Dans notre société, l’artiste comme le technicien est un prolétaire qui n’a pour toute richesse que sa force de travail. Le produit de ce travail s’achète, il est coté sur le marché de l’art. 2. Selon les deuxième, troisième et quatrième groupes de remarques ci-dessus, l’architecte serait plus près du technicien que de l’artiste et le potier plus près de l’artiste que de l’artisan. 3. Il n’y a pas d’art sans maîtrise d’une technique. (Il faut apprendre à jouer d’un instrument, apprendre à dessiner...) 4. L’évolution des arts est étroitement liée à l’évolution des techniques (nouveaux outils, nouveaux matériaux, nouveaux procédés, nouvelles disciplines...) 5. L’opposition entre la contemplation artistique et l’action technique n’a pas beaucoup de sens, en particulier en architecture. « L’art ne saurait être exclusivement soumis aux règles d’un esthétisme gratuit. Par son essence, il est fonctionnel. » Le Corbusier, La Charte d’Athènes. 6. La principale différence entre un original et une copie n’est pas la valeur esthétique mais la valeur marchande. Conclusion S’il y a encore une distinction pertinente entre art et technique, c’est peut-être celle proposée par Etienne Souriau : l’art produit d’abord des existants qui n’ont pas besoin d’autre justification que d’être eux-mêmes. C’est pourquoi l’art est scandaleux pour la pensée technicienne : il s’enferme en lui-même, ne vise que lui-même. Ainsi, quand vient la question de préférer telle œuvre plutôt que telle autre, on n’a pas le secours de la fonction pratique pour donner une réponse, même approximative. Mais au moment même où l’art semble auto-subsistant, autosuffisant, sa fonction sociale éclate. L’art est le produit d’une société, de ses valeurs, de sa culture. Il en est à la fois le reflet, la justification et l'éventuelle subversion.
Date de création : 06/11/2009 @ 19:12 Dernière modification : 06/11/2009 @ 23:36 Catégorie : Page lue 1453 fois

Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez donc le premier !

Master your semester with Scribd & The New York Times

Special offer for students: Only $4.99/month.

Master your semester with Scribd & The New York Times

Cancel anytime.