REMERCIEMENTS

1

Mémoire de Fin de formation

Ma profonde reconnaissance à mon Ecole, l’Ecole Nationale de Commerce et de
Gestion d’Agadir, à mon encadrant M. Abdallah ABIL, ainsi qu’à tout le corps administratif
et professoral.
Je présente mes sincères remerciements à Monsieur le Directeur de groupe BMCE
BANK, Salah CHOUKRI, qui m’a accueilli, orienté et aidé pour que mon stage se déroule
dans de bonnes conditions.
Je tiens aussi à exprimer ma vive et reconnaissance à mon tuteur de stage : Monsieur
Achraf EL BAKKALI, pour sa générosité, son suivi ainsi que ses conseils et remarques.
Ma gratitude à l’ensemble des collaborateurs de l’agence AGADIR VILLE, de BMCE
CAPITAL, et du CENTRE D’AFFAIRE AGADIR, pour leur sens de collaboration et de
partage. Que tous ceux dont je n’ai pas pu évoquer le nom, croient en mon extrême
reconnaissance et gratitude.

2

Mémoire de Fin de formation

Sommaire

Remerciements
Introduction Générale

04

CHAPITRE 1 : Présentation du thème de stage, de l’Entreprise d’accueil, et de la
Méthode d’approche

06

 I- Présentation du Thème de projet ;
 II- Présentation de l’Entreprise d’accueil : BMCE BANK ;
 III- Présentation de la méthode d’approche ;
CHAPITRE 2 : Optimisation de la gestion du risque de change
 I- La gestion du risque de change
 II- Cas pratique

07
21
26
28
30
53

Conclusion

65

Bibliographie

67

Les Annexes

70

Tables des Matières

83

3

Mémoire de Fin de formation

INTRODUCTION
GENERALE

4

Mémoire de Fin de formation

Et un deuxième chapitre qui traitera le thème de ce projet.  D’analyser les stratégies de couverture de risque de change pratiqué par la BMCE BANK . la plupart des transactions internationales se font via les établissements financiers. La réalisation de cet objectif implique des objectifs spécifiques. est de me permettre d’appliquer les enseignements que j’ai reçus tout au long de ma formation. vue l’importance des échanges du commerce international dans l’économie mondiale. Les entreprises exportatrices et importatrices se trouvent devant des contraintes de change et subissent ainsi les variations des flux du change. et présenter comment se couvrir contre le risque de change avec les différents instruments disponibles. et de la méthode d’approche. et terminant par la présentation d’un cas pratique qui a été ma mission principale du stage. afin d’améliorer ses performances et d’accroître la confiance à elle accordée par la clientèle en la matière. Ce stage va me permettre de faire une analyse du dispositif mis en place par la BMCE pour gérer et contrôler le risque de change. une méthode d’analyse qui est devenue primordiale. Ainsi. j’ai fixé deux catégories d’objectifs. L’objectif général de mon est de contribuer au renforcement de dispositif de gestion du risque de change de la BMCE. Parmi les résultats visés par ce travail. mais aussi de cerner les aspects pratiques en matière de change et du déroulement d’une partie des opérations qui s’y effectuent. Les entreprises marocaines deviennent de plus en plus exposées au risque de change. en commençant par le contexte théorique des stratégies de couverture. il s’agit :  De répertorier les différentes caractéristiques du risque de change . alors :    Comment agissent-elles face à ce risque de change ? Quels sont les différents instruments de couverture disponibles sur le marché de change marocain et quels sont ceux les plus utilisés ? L’Entreprise marocaine est-elle en mesure de débourser une prime pour l’achat d’une option de change ou se contenterait. 5 Mémoire de Fin de formation .elle juste d’une couverture rigide (contrats à terme) ? Dans le but de répondre à cette problématique.Mon projet de fin de formation consiste en l’optimisation de la gestion du risque de change au sein de la BMCE BANK.  De présenter les conditions d’optimisation de la gestion du risque de change. Mon étude portera sur deux chapitres : Un premier chapitre qui sera consacré à la présentation du thème. de l’entreprise d’accueil. l’un général et l’autre spécifique.

CHAPITRE 1 : PRESENTATION DU THEME DE STAGE. ET DE LA METHODE D’APPROCHE 6 Mémoire de Fin de formation . DE L’ENTREPRISE D’ACCEUIL.

renforçant ainsi la capacité de création de valeur de l’organisation. d’un secteur industriel ou d’un secteur d’activité. Elle est centrée sur l’atteinte des objectifs fixés pour une entreprise donnée. et d autre part lorsqu’elle déploie les ressources adaptées permettant d’atteindre ces objectifs.» Cette définition est volontairement large. susceptibles de créer ou de détruire de la valeur. objectif considéré comme le postulat de base dans le concept de management des risques. le management et l'ensemble des collaborateurs de l’organisation. et constitue en cela une base pour la définition d’un dispositif de management des risques efficace.1 Le Management de risque : Le management des risques traite des risques et des opportunités ayant une incidence sur la création ou la préservation de la valeur. L’incertitude est source de risques et d’opportunités. Il vise à fournir une assurance raisonnable quant à l'atteinte des objectifs de l'organisation. Le management des risques offre la possibilité d’apporter une réponse efficace aux risques et à l’opportunité associée aux incertitudes auxquelles l’organisation fait face.I- Présentation du thème de projet : On va commencer cette partie de présentation du thème de ce projet par la définition et la compréhension d’un certains concepts : 1. Il est conçu pour identifier les événements potentiels susceptibles d’affecter l’organisation et pour gérer les risques dans les limites de son appétence pour le risque. l’incertitude est demeurée une donnée intrinsèque à la vie de toute organisation. La valeur de l’organisation est maximisée d’une part lorsque la direction élabore une stratégie et fixe des objectifs afin de parvenir à un équilibre optimal entre les objectifs de croissance et de rendement et les risques associés. Aussi l’un des principaux défis pour la direction réside-t-il dans la détermination d’un degré d’incertitudes acceptable afin d’optimiser la création de valeur. Elle intègre les principaux concepts sur lesquels s’appuient les sociétés ou d’autres types d’organisation pour définir leur dispositif de management des risques et se veut une base pour la mise en œuvre d’un tel dispositif au sein d’une organisation. la direction générale. Le management des risques comprend les éléments suivants :  Aligner l’appétence pour le risque avec la stratégie de l’organisation : L’appétence pour le risque est une donnée que la direction prend en considération lorsqu’elle 7 Mémoire de Fin de formation . Aujourd’hui. Il est pris en compte dans l’élaboration de la stratégie ainsi que dans toutes les activités de l'organisation. Il se définit comme suit : « Le management des risques est un processus mis en œuvre par le conseil d’administration.

il protège l’image de l’entité et lui épargne les conséquences néfastes d’une perte de réputation.     évalue les différentes options stratégiques.2 Optimisation de la gestion du risque de change : Il est utile de commencer par une brève définition du risque de change : « Une entreprise se trouve exposée au risque de change à l’occasion d’une transaction commerciale ou financière effectuée dans une monnaie autre que sa monnaie nationale. le partage ou l’acceptation du risque. 8 Mémoire de Fin de formation . provoquée par les fluctuations des cours de devises par rapport à la monnaie de compte dite monnaie de référence. grâce au déploiement d’un tel dispositif. Mais il faut également qu’il y est un risque de voir le règlement financier se réaliser à une parité différente de celle retenue lors de l’engagement en devise. Le dispositif de management des risques contribue aussi à la mise en place d’un reporting efficace et au respect de la conformité aux lois et réglementations. En bref. ce qui leur permet d’atténuer les impondérables et de diminuer les coûts ou pertes associés. Ce faisant. » Cette notion de risque de change se définit comme la variation des résultats d’une entreprise. Ces éléments du dispositif de management des risques. défavorable ou nulle. Identifier et gérer les risques multiples et transverses : Chaque entité est confrontée à une multitude de risques affectant différents niveaux de l’organisation. Le dispositif de management des risques renforce l’efficacité du traitement des impacts en cascade et apporte des solutions intégrées pour les risques à conséquences multiples. Améliorer l utilisation du capital : C’est en ayant une vision claire des risques de l’organisation que la direction peut évaluer efficacement les besoins en capitaux et en améliorer l’allocation. Développer les modalités de traitement des risques : Le dispositif de management des risques apporte une méthode permettant de choisir de façon rigoureuse parmi les différentes options de traitement des risques que sont : l’évitement. Les fluctuations monétaires vont alors avoir sur cette transaction une incidence qui peut être favorable. une société est mieux armée pour atteindre ses objectifs et éviter les écueils et les impondérables. détermine les objectifs associés et développe le dispositif pour gérer les risques correspondants. Saisir les opportunités : C’est en prenant en compte un large éventail d’événements potentiels que la direction est le mieux à même d’identifier et tirer parti des opportunités de façon proactive. 1. Diminuer les déconvenues et les pertes opérationnelles : Les organisations améliorent leur capacité à identifier et traiter les événements potentiels. la réduction. contribuent à la réalisation des objectifs de performance et de rentabilité de l’organisation et à la minimisation des pertes.

Mais les délais sont parfois longs entre la date de remise de l’offre. Trop souvent. le risque de change devrait être géré transaction par transaction. Après cette définition.L’analyse phénomènes monétaire permet de dissocier différents aspects de ce risque. Ce dernier ne peut alors que constater les évolutions des parités avant de mettre en place une couverture de change qui prend en compte l’écart entre le cours de remise de l’offre et le cours du jour.  Le risque de conversion ou de bilan . c’est dans le cadre de cette position de change que seront prises les décision concernant la gestion du risque de change.  La nécessité d’un cours de référence : Si le point de départ du risque de change paraît désormais clair dans toute négociation commerciale. on va mettre le point sur l’évaluation et la gestion du risque de change : Afin de bien gérer le risque de change. il doit être capable de le mesurer en élaborant une position globale de change. les commerciaux se contentent du cours de change comptant diminué d’une marge destiné à s’auto-assurer contre une dépréciation de la monnaie de référence jusqu’à la date de prise de commande ferme. on distingue trois :  Le risque économique . le trésorier doit apprécier le risque de change global de l’entreprise en établissant un document appelé « position de change ». le trésorier doit principalement se pencher sur quelques préoccupations concernant le risque de change encouru : Le cours de change de référence et la mesure du risque de change. Avant d’entreprendre toute démarche. la date de commande et la date de facturation avant que l’information parvienne au service de trésorerie.  Mesure du risque de change : la position de change : Lorsque le contrôle des changes imposait des délais pour acheter des devises. c'est-à-dire un outil opérationnel de gestion des flux et des risques financiers avant de décrire les moyens mis à sa disposition pour couvrir le risque de change. Ensuite. Ce faisant. retenir un cours de change qui servirait au calcul de ce prix et à la détermination de la rentabilité de l’opération est un sérieux problème pour les opérateurs. le trésorier d’une entreprise doit d’abord le connaître et cerner toutes les situations qui l’entraînent. 9 Mémoire de Fin de formation .  Le risque de transaction. il n’en est pas de même en se qui concerne le cours de change à appliquer lors de la formation d’un prix de devise. Avec la disparition du contrôle des changes.

On peut regrouper les stratégies de gestion du risque de change autour de trois grandes familles : . .. 10 Mémoire de Fin de formation .les stratégies optionnelles . . afin de procéder à des ajustements de couverture tenant compte de l'évolution du marché et de la mutation éventuelle de l'attitude vis-à-vis du risque. son origine.les stratégies de couverture à terme . Après cette introduction du sujet. dont ne sont pas encore dotés tous les services de trésorerie. L'optimisation de la gestion du risque de change exige que la position soit suivie et analysée en continu. qui l’établissement de la position de change .La gestion du risque de change se fait en cinq étapes essentielles :  La première étape de la gestion du risque est l’identification du risque de change. .. La sophistication des instruments de couverture associée à l'accroissement de la volatilité des cours de change depuis le milieu des années 1970. a conduit les directions financières à mettre en place un système de mesure.les stratégies spéculatives ou d'exposition volontaire. expressions de l'attitude du trésorier vis-à-vis du cours des devises. Le respect de cette étape exige cependant un équipement informatique et des ressources humaines importantes. se pose la question du mode de couverture. Une stratégie de couverture par options de change requiert par exemple deux décisions initiales importantes. le choix du prix et de la date d'exercice. ses activités. sa définition.  La seconde étape consiste à définir les principes de sa gestion. ainsi que ses différents intervenants. A la variété infinie des situations correspond une large gamme d’instruments de couverture. analyse et contrôle des résultats du service de trésorerie adapté aux nouvelles conditions de l'activité internationale.  La troisième étape de la mise en place d'une politique de gestion du risque de change est la détermination des modalités de la stratégie retenue.  La quatrième étape est le suivi de la position globale (position exposée + position de couverture). on passe maintenant à mettre le point sur le marché de change.  La dernière étape est la mesure et le contrôle de la performance du trésorier. Une fois les risques de change répertoriés et la politique de gestion de ce risque définie.

Une transaction résulte simultanément de l'achat ou la vente d'une devise au moyen d'une autre devise. donc du taux de change. Il s’applique aujourd’hui pour l’essentiel à des pays en développement . il faut que les monnaies soient convertibles. il est permanent (du fait de l’internationalisation des systèmes financiers et des décalages horaires) et pratiquement intégré à l’échelle mondiale grâce aux nouveaux moyens de télécommunications.3 Marché de change : Définition du marché de change : Le marché des changes est le marché ou s’échangent les devises entre elles . qui débouche inéluctablement sur une pluralité des parités pour un même couple de monnaies. On distingue généralement la convertibilité totale et celle qualifiée de partielle. Les transactions peuvent donc se faire sur n’importe quelle place financière. les autorités monétaires et gouvernementales instaurent un cours officiel 11 Mémoire de Fin de formation . Les noms des devises sont réduits à 3 lettres pour répondre à des besoins de clarté des tableaux sur écrans. n’est pas localisé en un lieu précis. pour que le marché des changes puisse déterminer librement les taux de change. Les restrictions imposées conduisent généralement à une segmentation des marchés des changes. Dans le second cas. la convertibilité est limitée par des mesures réglementaires. presque tous les pays ont été amenés à introduire un dispositif de contrôle. Dans le premier cas. c’est celui qui contribue à la détermination des prix des devises. il faudra revendre la monnaie dont le prix s'apprécie en valeur pour récolter le profit. Toutefois. Ensuite. Le cours de change (appelé aussi taux de change) est le prix d'une unité d'une devise. De plus. Les monnaies sont toujours cotées par paires. mais à un moment ou à un autre de leur histoire – parfois même dans un passé récent-. D’une part. Une monnaie est dite convertible dès lors que son détenteur peut l’échanger librement contre toute autre devise. Ces noms ont été développés par l'Organisation internationale pour la standardisation et sont appelés les codes ISO ou (SWIFT). sont concernés par ses dispositions.1. la banque centrale du pays considéré s’engageant à garantir la libre circulation de sa monnaie et à la racheter en toute circonstance : toutes les opérations et tous les agents économiques. à l’instar du marché monétaire. Le marché des changes. exprimé dans une autre devise. L'objectif de traiter sur ce marché est de changer une monnaie contre une autre en espérant que le marché bougera de façon à ce que la monnaie achetée prenne de la valeur par rapport à celle vendue. les transactions ne sont pas limitées. résidents ou non-résidents.

et par la suite s’est développé avec l’apparition des devises qui ont facilité l’échange commercial entre différents pays. Par la suite. l’argent et l’or ont été par la suite utilisés dans des tailles normalisées pour faciliter les échanges de marchandises. b.accompagné souvent d’un cours libre. aux institutions financières et aux entreprises. a. L’avantage évident de négocier avec un document ‘précieux’ plutôt qu’avec des sacs de métal précieux fut lentement reconnu à travers les âges. Ces moyens d’échange étaient fondés sur l’acceptation du grand public et des pratiques telles que la durabilité et le stockage. Les principales activités du marché de change : Les principales activités sur le marché des changes sont la couverture. il est très fréquent que l’illiquidité du marché officiel entraîne le développement des marchés parallèles. C’est ainsi que le marché de change a vu le jour. d’un cours touristique ou d’un cours douanier. nos ancêtres conduisaient le commerce de biens contre d’autres biens. L'opérateur espère réaliser un profit en revendant le bien à un prix supérieur au prix d'achat. Des formes de métaux comme le bronze. correspond à l'essence même du marché des changes. L'opérateur espère alors réaliser un profit en rachetant le bien à un prix inférieur à son prix de vente. Elle correspond au transfert au marché d'un risque que l'on ne souhaite plus assumer. Le jeu est de ce fait l'élément fondamental du comportement humain et le marché est un moyen de satisfaction très attractif. Spéculation : La spéculation à la hausse consiste à acheter un bien dont la valeur doit s'apprécier dans le temps. Ce système de troc était bien sûr plutôt inefficace et exigeait de longues négociations et recherches pour pouvoir conclure un marché. Cette opération s'adresse principalement aux banques. à l'inverse. une variété de Reconnaissances de Dettes a commencé à se populariser pour devenir un moyen d’échange. L’origine du marché de change : A l’origine. à vendre le bien s'il doit se déprécier. Couverture : La couverture contre le risque de change. C’est devenu ce qu’on appelle l’étalon-or. D’autre part. l’arbitrage et le market-making. Ensuite les gouvernements ont adopté la devise papier et ont soutenu la valeur du papier avec des réserves d’or. 12 Mémoire de Fin de formation . La spéculation à la baisse consiste. à la fin du Moyen-âge. la spéculation.

on parle de spread ou de « fourchette ». soit uniquement à sa clientèle. puisque :  quelqu'un qui voudra vendre. 13 Mémoire de Fin de formation . le market maker empoche l'écart de prix. à l'inverse. d. y compris donc à ses concurrents. ou une personne qui. . ou « teneur de marché ».On spécule sur le marché des changes dans le but d'obtenir une plus-value. Cela est néanmoins rarissime. dans certains cas. Dans le cas général. des prix à l'achat (bid) et à la vente (ask). c. le fera sur le bid du market maker. un autre qui voudra acheter. notamment par leur activité de market making consistant à proposer un cours de change à l'achat et à la vente et à se porter contrepartie dans des transactions initiées par d'autres intervenants. L'arbitrage : Technique consistant à repérer les imperfections de toute nature du marché (mauvaise propagation des informations. le market maker cherche à capter une partie de la différence entre ses deux prix. on peut distinguer divers profils selon la durée de la prise de risque : . mais ces derniers prennent également des positions à terme afin de réduire le risque total du portefeuille. On dit aussi qu'il « cote » les devises.  et. fournit constamment.les long term traders : travaillent sur des horizons plus lointains. Ce sont des individus qui gèrent des portefeuilles d'actifs et qui sont constamment à la recherche de la maximisation du couple « rendement/risque ».les days-todays traders : qui débouchent leurs positions en fin de journée . est une entreprise. généralement une banque d'investissement. réglementations) et d'en tirer profit sans aucune prise de risque. soit. Si ces deux opérations ont lieu alors que le marché n'a pas bougé.les scalpers : effectuent des allers-retours très rapides (quelques minutes) . à l'ensemble du marché. sur le marché des changes. . le fera sur son offre. Le Market Making : Un market maker. cette hypothèse est exacte. En principe. Les différents intervenants sur le marché des changes Les intervenants sur le marché des changes sont de plusieurs types :  Les banques Elles interviennent pour le compte de leurs clients ou pour leur compte propre.

par le passé. la quasi-totalité des opérations qui nécessitaient.  Les clients Sociétés commerciales ou institutions financières n'ayant pas accès directement au marché des changes. en analysant ses apports. un effort très important à été mis en œuvre dans le cadre des opérations commerciales notamment concernant les transactions internationales avec :  L’adhésion du Maroc au GATT. l’accord préalable de l’office des changes ont été délégués aux banques. et savoir quels sont ses activités. intervenu le 15 juin 1987 et la signature du cycle de l’Uruguay le 15 avril 1994 à Marrakech ainsi que le démantèlement des barrières douanières. on va parler un peu sur le Marché de change Marocain. Les courtiers Leur rôle consiste à trouver des contreparties aux demandes qui leur sont dressées. ses intervenants . elles réalisent des opérations de change consécutives à des opérations commerciales ou financières à l'international.4 Le Marché de change Marocain : Parallèlement aux libéralisations entreprises dans les différents marchés des capitaux destinées à inscrire l’ensemble des opérations financières et bancaires marocaines dans une logique de marché et d’ouverture sur l’extérieur. son origine.  La réalisation de la convertibilité des dirhams sur les opérations courantes. aux obligations de l’article VIII du FMI. Aujourd’hui. 14 Mémoire de Fin de formation . il était normal que les autorités monétaires introduisent des techniques plus modernes au niveau du marché des changes tout en abandonnant le fonctionnement anachronique et désuet que connaissait ce marché avant juin 1996. ainsi que sa réglementation et organisation. 1. le Maroc ayant adhéré.  La libéralisation progressive de la réglementation des changes. Dans cette dynamique. ses limites. essentiellement pour influencer la valeur de leur monnaie. moyennant une commission. depuis janvier 1993. Après avoir compris ce que veut dire un marché de change en général. notamment dans le cadre d'actions concertées au niveau international.  Les banques centrales Elles interviennent de manière ponctuelle.

Spéculer sur les positions de change autorisées .De négocier le cours et choisir la banque devant procéder aux transferts ou aux rapatriements des devises . en mettant en concurrence les banques . Quels sont les apports de ce marché au Maroc ? Quelles sont ses limites ? Et Comment fonctionne t-il ? A ces différentes questions.D’avoir une cotation à la demande (alors que dans le passé. . Pour les opérateurs économiques : Il permet : . .La réglementation et l’organisation du marché des changes Marocain.De limiter les frais liés à l’exécution des ordres.De dénouer leurs opérations le jour (j) de l’ordre .Réaliser des gains non négligeables entre les cours d’achat et les cours de vente pratiqués . . mais aussi se couvrir contre le risque de change.Accomplir des opérations diversifiées comme les swaps et la couverture à terme .Fournir une cotation instantanée aux opérateurs notamment aux investisseurs étrangers . . je tenterai d’apporter des réponses concrètes dans les pages qui suivent.Grâce à ce nouveau marché.Les principaux apports du nouveau marché des changes : Le nouveau marché des changes a conféré des avantages non négligeables aux entreprises comme aux banques. celle-ci n’était disponible souvent que 48 heures après). . .De se couvrir contre le risque de change relatif aux transactions internationales effectuées. . . les exportateurs et les importateurs marocains peuvent non seulement négocier des taux de change préférentiels. . a. 15 Mémoire de Fin de formation . Pour les banques : Il donne la possibilité de : .D’obtenir les mêmes dates de valeurs que celles pratiquées au plan mondial en limitant celles-ci seulement à 2 jours au lieu de 4 jours comme auparavant .

Elles sont culturellement plus proches des règlements que du marché. Bref.. En outre.. Il s'agit d'un marché très jeune qui ne traite pas l'ensemble des opérations et dont le volume des transactions qui y sont effectués est encore modeste. Ils sont d'ordre culturel.b. la tarification uniforme de l'épargne et du crédit. En outre. il est encore prématuré de porter un jugement de valeur sur ce marché..Les limites du nouveau marché des changes : Si tout le monde s'accorde à dire que le marché des changes marocain a démarré dans de bonnes conditions et fonctionne de manière plus ou moins satisfaisante.  Les faiblesses structurelles L'existence d'un marché monétaire fiable et transparent est une condition au bon fonctionnement du marché des changes. la vie d'un financier d'entreprise comme celle d'ailleurs d'un banquier était rythmée par la réglementation des prix et des changes . Certes. C'est ce qui empêche d'ailleurs les trésoriers et les financiers d'entreprises de s'orienter spontanément vers la prise en compte réelle des risques financiers.  Les obstacles culturels : Comment peut-on expliquer le peu d'intérêt manifesté par les entreprises au fonctionnement de ce marché et plus particulièrement à la gestion du risque de change ? Il y a une tradition historique au Maroc de vivre dans un univers fortement administré. Jusqu'au début des années 90. les opérateurs n'en perçoivent pas encore 16 Mémoire de Fin de formation . le financement sélectif. tout était réglementé dans le moindre détail. l'absence pour le moment d'une grille de taux des prêts et emprunts en dirham constitue un handicap pour les opérateurs qui interviennent sur le marché à terme. il est loin de remplir pleinement la mission pour laquelle il a été institué : à savoir aider les entreprises à améliorer leur compétitivité et accroître leurs performances sur les marchés extérieurs. les opérations de swaps sont trop peu utilisées par les banques. Bien qu'elles soient légalement autorisées par la Banque centrale. Cette grille devant être systématiquement affichée sur l'écran Reuter se veut une composante essentielle dans le calcul du change à terme. Les entreprises ont passé une grande partie de leur vie professionnelle dans cet univers. structurel et professionnel et ils interpellent l'ensemble des acteurs qui interviennent sur le marché. les obstacles auxquels se heurte ce marché sont loin d'être négligeables. la fixation administrée des taux de changes.. Or. l'encadrement du crédit. la bonification des taux d'intérêt.

Quelle que soit la pertinence des instruments utilisés dans ce marché. en revanche. assure au titre de cet article. On ne saurait donc trop insister sur le rôle fondamental de la formation et du perfectionnement d'un personnel hautement qualifié pour la réussite d'un tel marché. Or. Non seulement ils doivent comprendre les produits qu'on leur propose mais aussi savoir arbitrer et négocier en connaissance de cause. en 1993. la convertibilité des opérations courantes pour les résidents. les entreprises. aucun résultat probant ne peut être escompté si le trésorier ou le financier de l'entreprise à qui sont destinés ces instruments n'est pas en mesure de les assimiler. Et pourtant. Contexte Globale : Le Maroc qui a adhéré.La réglementation et l’organisation du Marché de change Marocain : 1.l'utilité. Ils peuvent également contracter des prêts à l’extérieur mais sont tenus de rapatrier le produit de leurs services et ventes à l’étranger. de les exploiter et d'en tirer profit. à l’article VIII du FMI. notamment les importations. Si les banquiers s'y sont préparés en formant des cambistes. Ces transactions sont opérées par l’achat ou la cession de devises auprès des banques nationales. c.  Le manque d'information et de formation Le marché des changes a donné lieu à la création de nouveaux métiers. 17 Mémoire de Fin de formation . n'ont fait subir à leurs trésoriers aucune formation particulière. Enfin.  Les résidents : Ils peuvent exécuter librement les règlements relatifs aux opérations courantes. La réglementation des changes au Maroc va plus loin pour les opérations de non-résidents ainsi que pour les ressortissants marocains à l’étranger et les étrangers résidants au Maroc. ce sont ces trésoriers qui sont appelés à dialoguer avec les cambistes. l'absence de techniques de couverture contre la variabilité des taux d'intérêt risque de limiter l'utilisation des swaps par les opérateurs qui souhaitent avoir une vision globale de la couverture des risques dans le cadre d'une véritable gestion financière. les swaps apportent un complément appréciable en matière de couverture du risque de change.

 Les étrangers résidents au Maroc et les RME : Ces opérateurs économiques jouissent à la fois des avantages liés à la qualité de résidents (particulièrement le libre accès à des avoirs ou à des crédits en dirhams) et des avantages attachés à la qualité de non-résidents (en particulier la possibilité de financer des investissements au Maroc en devises et l’obtention. au nom de BAM puis versé à celle-ci à la fin de chaque mois (dans les cinq jours qui suivent chacune de ces échéances). 18 Mémoire de Fin de formation . Cette commission est comptabilisé dans un compte spécial. de la liberté de transfert des revenus et de retransfert du capital et de la plus-value. avec la liberté d’investir et de transférer les revenus des apports réalisés ainsi d’ailleurs que le retransfert du capital lui-même et de ses plus-values. Les mesures prudentielles : Elles sont édictées par la circulaire n°9/G/96 de Bank Al-Maghrib du 29 Mars 1996. en contrepartie. La commission de 1‰ a pour objet de couvrir. 3.) 2. Elles se rapportent essentiellement aux ratios devant être observés par les intermédiaires agrées dans le cadre de leur intervention sur le marché des changes.  Le respect des ratios: Les établissements bancaires doivent observer de manière permanente :  Un coefficient maximum de 7% entre la position de change longue ou courte par devise et les fonds propres nets. Les non-résidents ne peuvent cependant accéder à des prêts en dirhams sauf dérogation de l’office des changes. Le prélèvement de la commission obligatoire de 1‰ : Les intermédiaires agrées sont tenus de prélever une commission 1‰ sur les opérations d’achat et de vente de devises à la clientèle. Les non-résidents : Les non-résidents bénéficient non seulement de la convertibilité totale au titre des opérations courantes mais également de celles englobant les opérations de capital. crée à cet effet. au moins en partie certaines charges publiques qui étaient assurées auparavant par BAM lorsqu’elle réalisait seule le dénouement des opérations de change.

la transaction commerciale ou financière en question .  Principales opérations à terme . un état trimestriel relatif aux comptes en devise ouverts sur leurs livres. également. à l’étranger. de crédits ou des deux. vente dont le produit sert à régler. 4. 19 Mémoire de Fin de formation .  Principales opérations interbancaires au comptant en devise . Les cours applicables à ces opérations étant ceux affichés par Bank Al-Maghrib au moment du nivellement. enregistrant une perte de change de plus 3%. Tout dépassement des nivaux maximums des positions de change doit faire l'objet d'un nivellement auprès de Bank Al-Maghrib par achat ou vente de devises avant 15h30. et d'autre part. d’un montant en dirhams correspondant. Et par le versement en contrepartie de ces devises. Notons que les importations peuvent-être réglées. les banques sont tenues d'adresser quotidiennement à Bank Al-Maghrib les états suivants (à 18 heures au plus tard) :  Achats et ventes de devises au comptant à la clientèle . d'une part.  Toute position dans une devise.  Etat des positions de change . Les modalités de règlement des opérations de change : Le dénouement des opérations de change intervient :  Dans une opération d’importation ou d’emprunt : Par une vente de devises par l’intermédiaire agrée sur ordre de l’importateur (ou de l’emprunteur). par des dirhams convertibles ou encore par des devises logées dans des comptes en devises. les intermédiaires agrées sont tenus d'adresser à la Banque Centrale. En outre. Un coefficient maximum de 20% entre le total des positions de change longues ou courtes et les fonds propres nets. consolidé par devise et par échéance. Ces dirhams pouvant émaner de dépôts. un état hebdomadaire concernant les prêts et emprunts interbancaires en devises.  Achats et ventes de devise contre devises auprès d'une banque étrangère dont le montant est supérieur à l'équivalent de 5 millions de DH .  Le système déclaratif: Dans le cadre du contrôle de la régularité des opérations traitées sur le marché des changes.

En contrepartie de cette vente des devises qu’il opère. Ces opérations de change peuvent-être dénouées directement ou par arbitrage. l’exportateur reçoit la contrevaleur en dirhams. 20 Mémoire de Fin de formation . Dans une opération d’exportation : La réalisation de la transaction s’effectue par le rapatriement des devises objet de l’opération et par leur cession à un intermédiaire agrée choisi par l’exportateur.

près de 2 850 agents à ce jour. Première banque marocaine à être privatisée. une extension du réseau domestique . 21 Mémoire de Fin de formation . BMCE Bank a déployé. qui a permis un accroissement rapide des opérations bancaires traditionnelles. Section 1 : Profile de la BMCE BANK :  Près de 5 000 collaborateurs au Maroc  Plus de 2 millions de comptes bancaires  Plus de 620 Agences dont 21 Centres d’Affaires et une agence Corporate  Plus de 648 Guichets automatiques bancaires  Plus de 1 million de cartes bancaires émises  Plus de 170 produits & services  Positionnement privilégié sur le marché Corporate  Banque de référence du commerce extérieur et des opérations internationales  Acteur incontournable de la bancassurance et de la monétique  Banque innovante en termes de produits et services sur ses différents segments de marché (Particuliers/ Professionnels. outre une activité bancaire dite classique.Présentation de l’Entreprise d’accueil : BMCE BANK II- La BMCE Bank a été créée par les Pouvoirs Publics le 1er septembre 1959. notamment.)  Présence dans plus d’une vingtaine de pays (Afrique. à une série d’absorptions de banques au cours des années soixante et soixante dix. etc. un développement soutenu de son implantation à l’étranger ainsi que la conclusion de partenariats de référence avec des institutions financières étrangères de renom. Low Income.com de la fondation BMCE Bank . MRE. un ensemble d’actions visant au renforcement de sa dimension internationale. à travers un élargissement de son actionnariat international. particulièrement depuis 1995.et un renforcement constant de ses effectifs .201 agences aujourd’hui . était de contribuer au développement du commerce extérieur du Maroc. Les actifs de BMCE Bank se sont développés grâce. Europe et Asie) Promotion de l’éducation dans le monde rural à travers le programme Medersat. La mission essentielle confiée alors à cette banque.

en Allemagne.en France depuis 1973 à travers une succursale et un réseau d’agences et de bureaux de représentations. au Royaume-Uni. en Espagne à travers une filiale de droit espagnol instituée en 1993. 22 Mémoire de Fin de formation .  1ère banque au Maroc et dans la région MENA à obtenir la certification ISO 14001 pour l’environnement  1ère banque au Maghreb à adhérer aux Principes de l’Equateur  Certification ISO 9001 version 2000 pour les activités Etranger. en Belgique. Section 2 : Organisation de la BMCE BANK : La Banque Marocaine du Commerce Extérieur par excellence (BMCE BANK) est une société anonyme au capital de 1719 633 900. Titres. Bancassurance.  Gestion RH. Recouvrement. L’expérience internationale de la banque est également renforcée par une présence en Europe . Monétique.son principal actionnaire Commerzbank  Al Wataniya  Nomura  Union Bancaire Privée  Banco Espirito Santo  Caisse Inter Professionnelle Marocaine de Retraite (CIMR)  Mutuelle Agricole Marocaine d‟Assurances (MAMDA)  La Société Centrale de Réassurance. Le tour de table de la banque est constitué de :  Royale Marocaine d’Assurance (RMA). en Italie et en Chine. Financement de projets.  Crédits aux particuliers.00 DHS privatisée depuis 1995. Salles des Marchés de BMCE Capital. une opération inédite au Maroc et dans la région. BMCE Bank a fortement augmenté ses fonds propres en 1996 par recours notamment au marché international des capitaux à travers l’émission de 60 millions de dollars d’actions GDRs (Global Depositary Receipts) cotées à la Bourse de Londres.

dont la vocation est d’être un réseau de distribution et un pôle de compétences en marketing . génère un RBE annuel de 400 millions de DH et un volume global de flux financiers de plus de 2000 milliards de DH par an. « banque d’affaires » du groupe BMCE BMCE Capital est l’un des deux pôles constituant la Direction Générale « Corporate & Investment Bank » de BMCE Bank. BMCE Capital a été créée en 1998 avec pour objectif principal de regrouper et développer la banque d’affaires du groupe.  BMCE Capital. 23 Mémoire de Fin de formation . les métiers d’intermédiation boursière.Désormais. coiffant le pôle banque d’affaires. Section 3 : Présentation de la BMCE CAPITAL : Le pôle Banque d'affaires de BMCE BANK. de gestion d’actifs. la banque commerciale. para-bancaires et d’affaires et les fonctions d’accompagnement et de soutien pour l’ensemble du Groupe. définit les normes de gestion garantissant les équilibres financiers fondamentaux et enregistre l’ensemble des flux financiers . en charge des activités d’affaires. conseil et ingénierie financière .  Le pôle Financier qui formule la politique de risque et la gestion des engagements des entités du Groupe.  BMCE Capital. en charge des activités d’intervention sur les Marchés des Capitaux.  Le Secrétariat Général Groupe représentant l’entité pivot entre les activités commerciales bancaires.  Ainsi que l’intervention sur les marchés des Capitaux.  La Banque de l’International dont la mission première est de promouvoir la part du Groupe BMCE dans les opérations internationales et dans le segment des MRE . le Groupe BMCE fédère cinq pôles distincts :  BMCE Bank.  La gestion collective d’OPCVM et la gestion sous mandat par l’intermédiaire de BMCEK Gestion  La gestion de haut de bilan avec le pôle CORPORATE FINANCE. BMCE Capital regroupe 5 ans plus tard près de 150 collaborateurs de haut niveau dans les métiers de la finance de marché et le conseil aux entreprises. est appelé à exercer directement ou par l’intermédiaire d’entités spécialisées placées sous sa tutelle. les différents métiers de l’investissement banking à savoir :  Le conseil en placement et l’intermédiation boursière avec BMCEK Bourse.

Ces instruments ont la particularité de dégager des revenus fixes. Obligations. de taux et de matières premières. à savoir les intérêts des obligations.  Une plate forme commerciale unifiée distribuant l’ensemble de ces produits à la clientèle . Un pôle marchés qui regroupe :  Les activités de trésorerie et de marchés (change. Le capital développement et la gestion de fonds spécialisés (immobilier notamment) . II. s’est organisée en 2 pôles fonctionnels d’activités : I. ce desk donne également les cotations de devises en tant réel pour les importateurs et les exportateurs clients de la BMCE Capital.  Les activités d’intermédiation boursière . Par ailleurs.  Les activités de conservation titres et de gestion des flux titres et espèces . mezzanines) .  Les activités d’émission de dette privée (TCN.  Deux structures de support qui sont le risk management et la communication. Le conseil en financement structuré de projets . matières premières…) . taux. => Pôle Monétaire Obligataire : Ce pôle est plus communément appelé « le desk taux » ou bien « le desk marché monétaire et obligataire marocain ». Ses quatre pôles sont les suivants : => Pôle change et dérivés : ce pôle est Market Maker sur les produits de change domestiques et l’unique Market Maker sur les dérivés de change. dans le sillage de la réorganisation du groupe annoncée en avril 2002. dérivés. Il met en place des solutions sur mesure pour une gestion efficiente des risques marchés. On parle de desk taux car les négociations se font surtout en termes de taux d’intérêt. Un pôle conseil qui regroupe :     Le conseil haut de bilan aux entreprises . Comme sa dénomination l’indique. son activité financière a pour but de réaliser des profits sur l’achat et la vente d’instruments financiers circulant sur le marché monétaire et obligataire marocain. BMCE Capital Market : BMCE Capital Market est constitué de 4 pôles offrant tous des solutions innovantes et profilées pour une gestion optimale du risque de change.  Les activités de gestion d’actifs (gestion collective ou sous mandat) . 24 Mémoire de Fin de formation .BMCE Capital. Le conseil en Afrique de l’Ouest et Centrale. L’objectif est de maximiser les marges dégagées de vente et d’achat de devises.

=> Pôle Offshore et trésorerie Devises : cette entité à deux activités principales, la première
concerne essentiellement les IPO dans la région MENA (Middle East North Africa), c'est-àdire, à chaque fois qu’il y a une introduction en bourse dans cette région, il y a des études de
marché et du secteur dans lequel opère cette entreprise qui sont faites pour pouvoir décider
s’il faut investir ou pas dans cette opération.
La deuxième activité consiste en une gestion active de la trésorerie de la BMCE à travers des
opérations de prêt emprunt que BMCE Capital fait auprès de banques internationales pour
pouvoir réguler la situation de sa trésorerie quand le solde est débiteur, et dégager des plus
values quand il est créditeur.
=> Pôle produits structurés et matières premières : ce pôle propose des produits à rendement
élevé tout en assurant la maitrise parfaite des risques. Les produits structurés offerts par ce
pôle sont principalement les placements à capital garanti indexé sur les devises, les
placements à capital garanti indexé sur l’évolution des matières premières (Or, pétrole, …) et
les placements à capital garanti indexé sur les indices boursiers internationaux (Eurostock 50,
CAC40, FTSE, …).

25

Mémoire de Fin de formation

III-

Présentation de la méthode d’approche :

Définition et Avantages :
Une méthode d’approche se définit comme une démarche rationnelle de l’esprit pour
découvrir ou démontrer une vérité, c’est une façon logique de conduire un travail, elle désigne
également l’ensemble de processus ordonnés pour parvenir à un résultat.
Ce concept de la méthode d’approche résume un ensemble d’avantages :



Avoir une démarche à suivre ;
Permettre une bonne orientation du travail ;
Eviter la contradiction ;
Une méthode scientifique et rationnelle, alors ses résultats sont des résultats
scientifiques et raisonnables ;
 Un outil de planification qui donne la possibilité de travailler avec un raisonnement et
une logique ; etc.
La Méthode d’approche :
Dans cette partie, je vais illustrer les différentes étapes du déroulement de mon stage, ainsi
que les outils utilisés pour réaliser les objectifs déjà fixés.
Mes premières semaines à la BMCE ont été considéré comme une période d’observation, j’en
ai profité pour comprendre le métier de la banque, le déroulement des tâches, le côté
relationnel aussi, la façon de se comporter avec la clientèle.
Vue mes connaissances limitées dans le domaine des changes de devises, et des salles de
marchés, j’ai profité de ce premier mois pour faire une petite formation sous la supervision de
mon tuteur de stage, j’en ai visé :



Manipuler les devises ;
Evaluer la sensibilité du résultat aux fluctuations de change ;
Mettre à jour la position de change, avances en devises ;
Les contrats à terme, leur principe, utilisation, et leurs avantages pour la banque et
pour les entreprises clientes ;
 Les options de changes, les types d’options utilisées par la BMCE Capital, le
fonctionnement de ces options, leurs avantages, leurs limites … ;
 Les stratégies mise en place par la banque, afin d’atteindre ses objectifs, et de réaliser
ses gains… ;

26

Mémoire de Fin de formation

 Comprendre les défis qui font face au déroulement des activités, et savoir comment en
sortir ;
 M’approfondir dans le sujet de l’optimisation de la gestion du risque de change, en me
basant sur la documentation interne de la BMCE, et sur quelques articles sur Internet ;
 Identifier ma méthode d’approche, par laquelle j’organiserais mon travail ;
 Réaliser quelques opérations ;
Après ce mois d’observation et de formation, j’ai entamé mon projet de stage, mon tuteur de
stage m’a confié une mission qui sera par la suite ma partie pratique de ce rapport de stage, je
me suis chargé de travailler sur un portefeuille de deux entreprises, clientes de la salle des
marchés de BMCE Capital, qui suite à leurs opérations d’Import/Export, se trouvent
naturellement exposées au risque de change.
Je me suis basé sur les circulaires de l’office de change, pour comprendre ce que veut dire un
marché de change, comment intervenir sur ce marché, la réglementation de ce marché au
Maroc, et ses principales limites.
J’ai exploité mes acquis que j’ai appris durant ma petite formation : les méthodes de calcul
des primes, des taux de change, faire des simulations pour en anticiper les résultats et les
comparer avec les objectifs, soit pour les entreprises clientes, ou pour la banque.
J’étai en contact avec les deux entreprises, on m’a fournit toutes les informations sur leurs
opérations de change. J’ai utilisé les outils de la gestion du risque (les contrats à terme, les
swaps, les options), …..
Après avoir terminé l’étude du risque de change qui concerne chaque entreprise, je les ai
contactés pour leurs donner des recommandations, en leurs informant sur le meilleur outil à
utiliser pour le règlement des factures, afin d’éviter ce risque de change, et pour en générer
des gains de change.

27

Mémoire de Fin de formation

CHAPITRE 2 :
L’OPTIMISATION
DE LA GESTION
DU RISQUE DE
CHANGE

28

Mémoire de Fin de formation

Il faut ensuite procéder à un arbitrage entre ne rien faire et se couvrir.  Deuxièmement. si les variations des taux de change reflètent uniquement le différentiel d’inflation entre les deux pays considérés. L’objet de cette deuxième partie est de présenter comment se couvrir contre le risque de change avec les différents instruments de couverture disponibles. c'est-à-dire qu’il n’est pas utile de se couvrir contre ce risque. Cette décision dépend de l’ampleur de l’écart entre le cours garanti et le cours prévisionnel. il s’avère important de comprendre les notions fondamentales qui permettent d’apprécier déjà ce risque. pour ensuite le couvrir. Il y a donc risque de change dès qu’une entreprise réalise des opérations dans une monnaie différente de sa monnaie de référence. de prévoir les cours de change au comptant futurs. le terme transaction est omis. si une rentrée de devises est attenue et que le taux de change au comptant futur de cette devise. ainsi que l’aversion au risque. Ceci suppose. Deux éléments peuvent inciter un particulier ou une entreprise à ne pas se couvrir :  Premièrement. Ne pas se couvrir est le résultat d’une décision. 29 Mémoire de Fin de formation . il n’est pas intéressant de se couvrir. les prévisions des cours de change au comptant futurs faites implicitement par les opérateurs proposant les instruments de couverture ne sont pas remis en question. Cependant avant d’introduire cela. lorsque l’on parle de risque de change de transaction. Il n’y a donc pas de risque de change réel. Face au risque de change.En règle générale. les prévisions des cours au comptant futurs sont différentes des cours de change futurs garantis. le risque de change est nominal. Par exemple. Se couvrir contre le risque de change permet de connaître aujourd’hui avec certitude la contrepartie dans sa monnaie des flux en devises futurs. il existe deux possibilités : se couvrir ou ne pas se couvrir. Dans ce cas. est supérieur au taux garanti dans le cadre de la couverture. Ne pas se couvrir implique que le risque existe toujours car il n’est pas possible de connaître avec certitude aujourd’hui la contrepartie des flux en devises attendus dans le futur. les prévisions pouvant se révéler fausse. résultant des prévisions. tout d’abord.

La gestion du risque de change 1. elle paie des intérêts. par exemple. Administrativement et au plan opérationnel. s’il est négatif. elle achète de la monnaie locale . Il y a également les frais de banque pour les transferts et les pertes de taux d’intérêt pendant le transfert. La procédure de netting vise à réduire les coûts de ces opérations au sein des groupes. Ces flux de biens et de services génèrent des flux financiers et des transferts internationaux. Pour éviter ceci. Londres.Les comptes globalisés : Cette technique est intéressante pour des sociétés traitant des petits montants en devises. Durant le mois. Les relations sont trop complexes pour être gérées par un système de comptes globalisés.Le netting ou compensation interne au groupe : Beaucoup de multinationales ont une production organisée à l’échelle mondiale. Budapest et Shangai. peut avoir des filiales à Genève.La gestion interne du risque de change La couverture contre le risque de change opération par opération peut se révéler très coûteuse. les pièces détachées. elle surveille le compte : si le solde est positif. Beaucoup d’opérations peuvent être évitées.I. florins et francs suisses. chacune commerçant régulièrement avec chacune des autres en livres. les composants et les produits finis sont échangés entre les filiales du groupe. les centres de refacturation et le termaillage ‘’leads and lags’’. 30 Mémoire de Fin de formation . Une multinationale. il serait trop coûteux de couvrir chaque transaction. la société dresse un récapitulatif : s’il est positif. Le netting est un système de compensation intra-groupe. ou les matières premières. b. La gestion interne du risque de change regroupe 3 méthodes différentes : les comptes globalisés. Périodiquement. elle l’investit et perçoit des intérêts . le ‘’netting’’ ou compensation interne au groupe. chaque mois par exemple. a. yuans. compte tenu du grand nombre d’opérations et des commissions que celles-ci entrainent. la société met en place un compte central ou global ou toutes les transactions vont être versées. s’il est négatif. à condition de regrouper les créances et les dettes en une même devises d’une même société. compte tenu du nombre de transactions et de devises impliquées. Les transactions sur les marchés de change sont coûteuses en termes d’écart acheteur-vendeur. Il faut mettre en place un système plus sophistiqué. elle achète de la devise pour combler la différence.

c. Ceci l’amène à construire une matrice de compensation. et donc le nombre de jours perdus à cette occasion. représente plus qu’un simple négociant international centralisé. chaque filiale a son propre réseau de clients et de fournisseurs qui génère des flux financiers en diverses devises. les filiales ont réduit leur risque de change. Toutefois. les commissions sur les opérations de change et les transferts de fonds sont réduites de manière drastique. Il faut donc avoir une très bonne connaissance de la réglementation des changes dans les pays ou se passent les opérations. car les paiements sont faits en monnaie locale. Très souvent.…). D’abord. Il élimine aussi le problème du financement des exportations pour une société isolée. Sous cet aspect. on réduit les coûts de compensation. De plus. qui traite toutes les transactions financières. L’une consiste à laisser chaque filiale gérer sa propre situation en devises.Il suppose de désigner un point central. C’est un véritable centre équipé de services financiers gérant des opérations financières et comptables conséquentes. En concentrant l’ensemble des transactions en devises. A partir de là. bien des pays imposent des restrictions sur les opérations de netting. Or. La procédure de netting a plusieurs avantages. semaine ou mois. Elle doit ensuite identifier les flux financiers caractéristiques entre les filiales du groupe pour la période en question. une filiale créée dans ce but est installée dans un endroit ou la fiscalité et les règlements de changes sont les plus favorables. Il ne résout pas le problème pour les flux entre les filiales et les institutions externes.Les centres de refacturation : Le netting est une solution pour les flux internes à un groupe. de bons banquiers et de bonnes conditions de banque (dates de valeur. la société doit définir sa périodicité de fonctionnement : jour. en un point il permet de négocier de meilleures conditions bancaires et de réduire les coûts de traitement. on peut réaliser des économies substantielles. Ensuite. cela s’appelle un centre de refacturation. Il y a deux solutions à ce problème. appelé le centre de netting. Pour mettre en place un système de netting. Ce centre ne s’intéresse pas directement aux flux de biens entrants et sortants des différentes sociétés du groupe : le rôle du centre est purement financier. commissions. L’autre est de mettre en place une procédure centralisée pour traiter toutes les opérations sur les devises du groupe . de manière analogue au centre de netting. 31 Mémoire de Fin de formation . en réduisant le nombre et la taille des transferts. Un système de netting efficace nécessite une organisation administrative solide.

Soit une multinationale britannique ayant des filiales aux USA et en France. Cette démarche est appelée en anglo-saxon ‘’hedging ‘’. Elles perdurent toutefois dans certains groupes. de recevoir l’argent de la société française. Les factures dans les différentes devises sont transmises au centre.La gestion externe du risque de change : a. La filiale américaine exporte et facture en yens.La gestion des délais de paiement (Leads and Lags) : Il s’agit de la modification des délais de paiement (leads signifie accélérer le paiement . c’était un moyen de spéculer sur les devises : on se dépêchait de payer si on pensait que la devise allait monter. qui crédite ou débite les diverses sociétés dans leurs monnaies locales. C’est le centre qui prend à sa charge l’ensemble du risque de change. La société anglaise importe des biens facturés en Francs suisses et exporte des produits facturés en Euros vers sa filiale française.1 résume ces transactions. La refacturation peut être réalisé sur une base continue. Avant le développement des produits financiers. puis de payer l’exportateur. Maintenant ces pratiques sont devenues obsolètes. lags signifie retarder le paiement). bimensuelle ou mensuelle. 2.Les contrats à terme : Les opérations à terme confèrent la possibilité aux opérateurs économiques de se prémunir contre les fluctuations des cours et de se couvrir contre le risque de change. hebdomadaire. devant servir de base au dénouement de la transaction à une échéance ultérieure. vu le développement des produits financiers. à lui. et vice versa. par exemple. l’opération de change à terme représente un engagement d’achat ou de vente de devises à un cours fixé à l’avance.Un exemple permettra de mieux comprendre les avantages d’un centre de refacturation. d. 32 Mémoire de Fin de formation . Les principes de base des contrats à terme : A la différence d’une opération au comptant qui est exécutée le jour de la transaction. Le schéma 3. Les intérêts sont crédités ou facturés en fonction des sommes réellement transférées. en tant que moyen de répartir les capitaux entre sociétés en jouant sur les taux d’intérêt et en évitant de payer les écarts entre cours acheteurs et cours vendeurs.

BAM. l’achat de devise étrangère au taux au comptant et le placement des fonds dans un actif sans risque étranger.BAM tout en permettant que les opérations à terme soient effectuées librement entre les intermédiaires agrées a subordonné la réalisation de ces opérations entre les banques et leur clientèle aux conditions suivantes :     Les opérations à terme doivent être adossées à des transactions commerciales ou à des prêts et emprunts en devises contractés conformément à la réglementation de change en vigueur. Une devise peut être en effet achetée sur le marché au comptant et placée dans un actif sans risque étranger. Les taux de change à terme doivent inclure la commission BAM de 1 pour mille. Les opérations de change à terme introduisent la notion de délai ou de durée avant le dénouement de l’opération et assure un cours d’exécution par anticipation. La banque emprunte sur le marché le montant de devises et pour une durée correspondante aux conditions du contrat. Les devises sont vendues au comptant sur le marché des changes contre la monnaie domestique. La banque récupère son placement en monnaie domestique 3. ne cote pas les opérations de change à terme et ne se porte pas contrepartie sur ces transactions. 3. La banque rembourse son emprunt en devises grâce aux devises que l’exportateur vient de lui donner. En conséquence. L’importateur règle sa dette en devises 2. La détermination du taux de change à terme : Toute devise peut être assimilée à un actif portable versant un dividende en continu. la couverture d’une vente à terme de devise s’effectue par un emprunt de monnaie domestique. L’argent ainsi obtenu est placé sur le marché domestique pour une durée équivalente à celle du contrat. pour mémoire. D’une manière plus simple : 1. 33 Mémoire de Fin de formation . 2. Les achats de devises à terme peuvent avoir une échéance allant jusqu’à 5 ans (nouvelle réglementation). A L’échéance : 1. L’exportateur donne les devises contre la monnaie domestique à sa banque (le cours ayant été calculé lors de la mise en place de la vente à terme) 4.

j’ai essayé de développer un pricer sur Excel. 34 Mémoire de Fin de formation . la marge est négative et le taux à terme est coté en déport par rapport au taux au comptant. qui calcule automatiquement le cours à terme. CAT= Cours spot * (1 + (nj * t(dom)/360))/ ( 1 + (nj * t(etr)/360)) Avec : CAT : Cours à terme Nj : Nombre de jours t(dom) : Taux d’intérêt domestique t(etr) : Taux d’intérêt étranger Les points de swaps représente la différence entre le cours à terme et le cours spot. la marge est positive et le taux à terme se négocie avec une prime ou report par rapport au taux au comptant. Dans le cadre du travail effectué au sein de la salle des marchés. Points de swaps = CAT – Cours spo On peut calculer les points de swaps sans passer par le CAT et ceci en utilisant la formule suivante : Points de swaps = [(Cours comptant (etr) * (t(dom)-t(etr))]* nj /360 Avec : Cours comptant (etr) : Cours comptant de la monnaie étrangère t(dom) : Taux d’intérêt domestique t(etr) : Taux d’intérêt étranger Si t(dom) > t(etr). Ce pricer est un outil de travail indispensable pour les traders car il permet de travailler efficacement.La pratique du marché procède au calcul direct d’un taux de change à terme en multipliant le taux de change au comptant par un ratio reflétant le différentiel des taux d’intérêt. ils sont positifs quand le CAT > Cours spot et négatifs quand CAT < Cours spot. Si t(dom) < t(etr).

Un contrat forward peut être vu comme un swap.  Possibilité de prorogation ou de levée anticipée. Inconvénients du change à terme :  Rigidité (caractère irrévocable) : l’entreprise est liée par le cours qu’elle aura figé avec la banque. 35 Mémoire de Fin de formation .  Disponible sur plusieurs devises et pour plusieurs échéances. ces marchés ont connu une croissance considérable.  Produit facile et accessible à toutes les entreprises. b. sauf que le premier correspond à un échange de flux à une date unique et le second comporte des échanges à plusieurs dates.  Produit de couverture qui ne nécessite aucun suivi particulier. Depuis. ils dépendent d’une ou plusieurs variables économiques comme un taux d’intérêt ou un taux de change. Un swap est un accord entre deux entreprises pour échanger des flux de trésorerie dans le futur. et aura une perte d’opportunité en cas d’évolution favorable du cours de change. Cet accord définit les dates auxquels les cash flows seront échangés et la façon dont ils seront calculés Généralement.Les avantages du change à terme :  Maitrise du prix de revient avant échéance.Les swaps : Caractéristiques générales Les premiers swaps furent négociés au début des années quatre-vingt.

L’échange d’un taux d’intérêt fixe contre un taux d’intérêt variable (exemple: swap d’un crédit à long terme CLT à 14% fixe contre un même CLT à 11. ces montants sont choisis de façon à être équivalents au début du contrat. Au Maroc. En général. donc ils peuvent être utilisés comme un moyen de couverture contre le risque de change.L’échange d’une devise A contre une autre devise B au comptant ou à terme.50% indexé sur le taux de base bancaire).L’échange d’une devise A à taux variable contre une devise B à taux fixe (exemple :swap d’une ligne de banque mondiale en dollars américains. Ces sommes sont échangées au début et à la fin de la durée de vie du swap. 36 Mémoire de Fin de formation . un swap de devises implique l’échange d’un principal et d’intérêts dans une devise contre un principal et des intérêts dans une autre. Les swaps de devises en couverture du risque de change ne sont intéressants que sur des durées moyennes ou longues (de plus d’un an). indexé sur le panier de la BIRD contre une ligne en euros au taux de 10%). Les sawps sont très utilisés à l’extérieur en raison des avantages qu’ils confèrent aux entreprises et aux institutions financières et bancaires en leur permettant diverses combinaisons possibles à même d’atténuer leurs risques tout en optimisant leurs gains. Les swaps de devises sont assimilés à des contrats à terme. . Au Maroc. Les swaps de devises en couverture du risque de change Sous sa forme la plus simple. en fait. les intermédiaires agréés recourent essentiellement au swap des devises avec leurs correspondants étrangers en échangeant les devises quand elles sont longues (en excédent) contre des devises quand elles sont courtes (en besoin) sur le marché des changes au comptant. A l’étranger. les critères retenus par BAM pour les opérations à terme entre les intermédiaires agréés et leur clientèle limitent ces opérations de swap qui ne sont. . guère développés contrairement à la couverture à terme pour les importations et les exportations. Un swap de devises nécessite de spécifier le principal dans chacune des deux devises.Les swaps les plus utilisées sont les suivantes : . ces opérations concernent surtout des opérations de prêt emprunt.

Parallèlement la société B a importé d’Allemagne pour 300 000 euros à 90 jours. B s’engage à verser 1 million d’USD à A et en contrepartie. Différence entre swaps de change et swaps de devises : Les swaps de change et de devises sont assez proches puisqu’ils sont basés toutes les deux sur le même principe : un emprunt dans une monnaie et un prêt dans une autre monnaie. A redoutant une baisse du cours de l’euro et B une augmentation de la même monnaie par rapport au dirham décident de conclure un contrat à terme à un cours convenu à l’avance.La société A a réalisé une exportation sur l’Allemagne d’une valeur de 300 000 euros à 90 jours.Exemple : Pour comprendre une opération de swap couvrant le risque de change citons comme exemple celui de deux sociétés A et B : . par exemple. des euros contre des dollars au cours de change au comptant et à échanger les mêmes devises à l’échéance du contrat au cours de change à terme ou à un autre cours convenu à l’avance.5 millions d’euros. Elle ne peut être assimilée en totalité à une conversion à terme des devises qui comprend une seule opération. A s’engageant à livrer les euros et B à lui remettre les dirhams sur la base de ce même cours : Les swaps de change ou cambistes : Le swap de change sous sa forme la plus simple est une transaction financière dans laquelle deux parties s’engagent à échanger des devises aujourd’hui. si B attend une rentrée d’un million de dollars dans 6 mois. B peut se couvrir contre le risque de change. A à verser 5. elle peut les donne à A et obtenir ainsi de manière certaine à l’échéance en contrepartie 5.5 millions d’euros. Dans 6 mois. Exemple : les entreprises A et B concluent un swap de devises simple dans lequel A s’engage à verser un million de dollars à B et B à verser 5 millions d’euros en contrepartie en t=0. Il faut préciser que cette opération comprend deux opérations de change : une au comptant et une à terme. Par exemple. . 37 Mémoire de Fin de formation . Ces contrats d’échange de devises appelés swaps de change ou cambistes se sont développés dans les années 70 sur les marchés des changes. Avec ce type de swap.

ils se différencient principalement sur plusieurs aspects :  Les swaps de change sont des instruments à court terme alors que les swaps de devises sont généralement conclus pour des périodes portant sur le moyen ou le long terme .  L’échange final est fondé sur le cours à terme dans le swap de change alors que dans le swap de devises. on utilise à l’échéance le cours au comptant. c. . ils ne travaillent qu’avec les options européennes. Caractéristiques des options Strike C’est le cours de réalisation à échéance de l’option en cas d’évolution défavorable de la devise. Et on dit qu’elle est en dehors de la monnaie si son strike est moins avantageux que le spot. 38 Mémoire de Fin de formation . Le put ou l’option de vente permet de se prémunir contre une baisse de la devise en laissant la possibilité de bénéficier de la hausse. Période d’exercice La période d’exercice est la durée de validité de l’option. Le call ou l’option d’achat permet de se prémunir contre une hausse de la devise en laissant la possibilité de bénéficier de la baisse.L’option américaine : elle peut être exercée à tout moment pendant sa durée de validité A la salle des marchés de la BMCE Capital.  Il n’y a pas d’échange d’intérêts dans le swap des change alors qu’il y en a dans le swap de devises .L’option européenne : elle ne peut être exercée qu’à échéance.Cependant. en contrepartie du paiement d’une prime.Les options de change : Définition Une option de change est un instrument de couverture du risque de change qui donne à son acheteur le droit et non l’obligation d’acheter ou de vendre un montant de devises à un cours déterminé à l’avance ( prix d’exercice). On distingue deux types : . Il est fixé au moment de l’initiation du contrat. On dit qu’une option est à la monnaie si son strike est égal à son cours spot. L’une des flexibilités de l’option réside dans la possibilité de choisir son strike. On dit qu’elle est dans la monnaie si son strike est plus avantageux que le spot.

plus la prime est réduite.  Avant échéance. l’acheteur paie une prime qui reste acquise par le vendeur que l’option soit ou non exercée. Plus la maturité est lointaine.  Taux d’intérêts : différentiel du taux domestique et du taux devise. pendant la durée de vie de l’option. en revendant l’option et en initiant une couverture de change à terme calculée sur la base de ce cours au comptant plus intéressant ou en initiant une deuxième option à un nouveau strike 39 Mémoire de Fin de formation .  Volatilité : indicateur de la vitesse de variation des cours. La prime dépend de plusieurs paramètres :  Valeur intrinsèque : écart entre le cours au comptant et le strike. Dénouement des options Exercice de l’option : En cas d’évolution défavorable de la devise tout au long de la durée de vie de l’option. La prime correspond au coût d’une assurance contre une évolution défavorable des cours de change. plus la prime est faible. Exercer l’option ne présente d’intérêt que si le strike est plus avantageux que le cours au comptant à la date d’échéance. Plus l’échéance est courte.Prime Pour le droit accordé par l’option. Ainsi. plus l’impact des taux est important. la prime est d’autant plus élevée que la volatilité est grande. Plus la volatilité est importante et plus la probabilité est grande pour que les cours atteignent un niveau donné. le détenteur de cette option l’exerce en achetant (cédant) la devise au strike. en abandonnant l’option et en achetant (cédant) vos devises au cours comptant. Plus vous décalerez votre strike défavorablement par rapport au cours au comptant. Elle s’exprime en pourcentage du montant en devises et est versée dès l’initiation du contrat. Abandon/ Revente de l’option Toute évolution favorable de la devise durant la durée de vie de l’option peut être capté soit :  A échéance.  Maturité de l’option : nombre de jours dont dispose l’acheteur ou le vendeur de l’option pour bénéficier d’une évolution favorable.

les résultats sont nettement meilleurs. l’option Participative.  Possibilité de tirer profit d’une évolution intermédiaire favorable de la devise en revendant l’option et en figeant un terme pour la durée restant à couvrir. l’option participative. Chaque type d’option correspond à une stratégie optionnelle différente : on distingue les stratégies optionnelles « Low Cost » et les stratégies optionnelles conditionnelles.  Possibilité de tirer profit d’une évolution favorable du spot en abandonnant l’option à maturité si le cours spot est meilleur.  La souplesse de l’option permet de choisir son niveau de risque plus le strike est en dehors de la monnaie. sur plusieurs couvertures. 40 Mémoire de Fin de formation . l’option Zéro Cost. l’option Tunnel. l’option Tunnel. l’option tunnel Zéro Cost.Avantages des options  Protection contre une évolution défavorable du spot. a savoir : l’option classique « plain vanilla ». je vais me contenté des quatre options les plus utilisables au niveau de la BMCE Capital. Dans cette partie.  Les solutions optionnelles restent dans un profil de couverture optimale. Les différents types d’options : Il existe différents types d’options qui répondent à des besoins spécifiques de chaque type de clientèle :il y a l’option classique « plain vanilla ». l’option Airbag. l’option spread. En outre. l’option à moyenne. l’option Auto-Bloquant et l’option Rétroviseur. plus la prime à payer est réduite.

1 Graphique 2.2 41 Mémoire de Fin de formation . C’est le type d’option le plus demandé à la BMCE Capital.L’option classique « Plain Vanilla » : L’option classique « Plain Vanilla » permet de garantir un cours de change tout en profitant d’une évolution favorable. Graphique 2.

vous préférez acheter un pull EUR/MAD ayant les caractéristiques suivantes : 42 Mémoire de Fin de formation . Vous décidez donc de revendre votre call pour vous positionner sur un achat à terme échéance 20 jours. Vous avez également la possibilité de reconduire un nouveau call à un strike plus bas. A la date d’échéance.25 au comptant. soit 8. vous préférez acheter un call USD/MAD ayant les caractéristiques suivantes : .45).80 .8792. Le niveau d’achat réel est donc égal au prix d’exercice majoré de la prime payée. moins avantageux que le strike. Un achat à terme ne permettant pas de répondre à la seconde condition.Strike = cours au comptant = 8. Vous achetez les dollars au prix d’exercice (8.80). Le niveau d’achat est donc égal au cours à terme majoré de la prime payée et minoré de la prime perçue. le cours au comptant USD/MAD est inférieur au strike (8.60). Vous souhaitez par ailleurs pouvoir tirer profit d’une hausse de la devise.Prime 0. Vous avez donc géré au mieux votre position de change tout en étant en permanence assurés de pouvoir acheter vos devises au strike en cas d’évolution défavorable du cours. vous abandonnez le call et achetez les dollars au comptant à un cours plus intéressant.Echéance 30 jours . La couverture n’étant pas figée. le dollar se déprécie considérablement contre le Dirham (8. 10 jours après l’initiation du contrat.90% Le résultat de cette stratégie de couverture est le suivant : A la date de maturité.6792. l’USD/MAD cote 9. Une vente à terme ne permettant pas de répondre à la seconde condition. Le cours net d’achat est égal au cours au comptant de la transaction majorée de la prime initialement payée 8. Vous souhaitez capter cette forte baisse du billet vert.Exemple d’une couverture en call : Vous souhaitez couvrir vos achats contre une hausse de l’USD/MAD sur une échéance de 30 jours.Call USD/MAD . Exemple d’une couverture en put : Vous souhaitez couvrir vos rapatriements contre une baisse de l’EUR/MAD sur une échéance de 30 jours. Vous souhaitez par ailleurs pouvoir tirer profit d’une baisse de la devise.

Vous souhaitez capter cette forte hausse de l’euro.Prime 0. Le cours net de cession est égal au cours au comptant de la transaction minorée de la prime initialement payée 11. En revanche. La participation peut être adaptée à une évolution favorable en fonction du niveau de prime cible et des anticipations.Echéance 30 jours .10). vous abandonnez le put et cédez les euros au comptant à un cours plus intéressant. l’EUR/MAD cote 10.Put EUR/MAD . la couverture reste totale en cas d’évolution défavorable de la devise. mais à concurrence d’un pourcentage déterminé. L’option participative : Tout comme l’option « Plain Vanilla ». L’acheteur d’un call ou d’un put participatif renonce à un pourcentage de son gain potentiel en cas d’une évolution favorable du cours spot en contrepartie d’une prime réduite.28% Le résultat de cette stratégie de couverture est le suivant : A la date de maturité. ce produit permet de garantir un cours de change tout en profitant d’une évolution favorable. Le niveau de cession est donc égal au cours à terme minoré de la prime payée et majoré de la prime perçue. moins avantageux que le strike.Strike = cours au comptant = 11 .70 au comptant.. La couverture n’étant pas figée.00). 10 jours après l’initiation du contrat. Vous décidez donc de vendre votre put pour vous positionner sur une vente à terme échéance 20 jours. 43 Mémoire de Fin de formation . Vous cédez les dollars au prix d’exercice (11.05). A la date d’échéance.0192. l’euro s’apprécie considérablement contre le Dirham (11. le cours au comptant EUR/MAD est supérieur au strike (11. Vous avez donc géré au mieux votre position de change tout en étant en permanence assurés de pouvoir céder vos devises au strike en cas d’évolution défavorable du cours. Vous avez également la possibilité d’acheter un nouveau put à un strike plus élevé.

3 Graphique 2.4 44 Mémoire de Fin de formation .Graphique 2.

9813. le cours au comptant EUR/MAD est inférieur au cours garanti(10. Vous exercez votre call participatif. et cédez la totalité du montant en EUR au strike. La protection est ainsi totale en cas d’évolution défavorable. Le nouveau prix de revient est de 11. vente EUR/MAD échéance 30 jours. 45 Mémoire de Fin de formation . soit 11. l’EUR se déprécie considérablement contre le Dirham et atteint un niveau de 10. 40% à 11.17%. Vous exercez votre put participatif. soit 10. Vous pouvez aussi décider d’acheter un nouveau call à un strike de 10.058 (60% à 10.11 majorés de la prime). Vous souhaitez capter cette forte baisse de l’EUR. Exemple d’un put participatif : Vous êtes exportateur et vous achetez un put participatif 60%.18%. La protection est ainsi totale en cas d’évolution défavorable. achat EUR/MAD échéance 30 jours.95. Prime 0. Le niveau d’achat réel est égal au prix d’exercice majoré de la prime payée. A la date d’échéance. le reliquat est échangé au strike. et achetez la totalité du montant en EUR au strike.13. Le résultat de cette stratégie de couverture est le suivant : A la date de maturité. La couverture n’étant pas figée. Vous décidez donc de revendre votre call participatif à hauteur de 60% pour vous positionner sur un achat à terme échéance 20 jours. Le niveau de cession réel est égal au prix d’exercice minoré de la prime. Le résultat de cette stratégie de couverture est le suivant : A la date de maturité. vous abandonnez 60% de votre option et l’achetez au comptant.15 supérieur au strike.99. Vous achetez donc 40% de votre montant au strike et 60% du montant au cours de change à terme. Strike 11. Prime 0.11.95 pour continuer à bénéficier d’une éventuelle évolution favorable. Strike 11.99). 10 jours après l’initiation du call participatif.Exemple d’un call participatif : Vous êtes importateur et vous achetez un call participatif 60%. le cours au comptant EUR/MAD est inferieur au strike 11. l’EUR/MAD cote 11.

le Tunnel Import vous engage à acheter les devises à la borne inférieure si ce niveau est atteint ou dépassé à échéance. La couverture n’étant pas figée.07 pour continuer à bénéficier d’une éventuelle évolution favorable.07.10 jours après l’initiation du put participatif. Contrairement à l’option « Plain Vanilla ». 46 Mémoire de Fin de formation .0113 (60% à 11.05).05. Le Tunnel import vous permet de bénéficier partiellement de la souplesse d’un call et de réduire la prime à payer en vendant un put. tout en profitant d’une évolution favorable d’amplitude limitée de la devise. Le call Tunnel/ Tunnel Import Un call Tunnel/ Tunnel Import est une stratégie qui combine l’chat d’un call à la monnaie et la vente d’un put en dehors de la monnaie. Vous décidez donc de revendre votre put participatif à hauteur de 60% pour vous positionner sur une cession à terme échéance 20 jours. le reliquat est échangé au strike. Vous souhaitez capter cette forte hausse. le cours au comptant EUR/MAD est supérieur au cours garanti(11. 40% à 11 minorés de la prime). Vous vous garantissez ainsi un cours plafond et bénéficiez de la baisse jusqu’à la borne inférieure. A la date d’échéance. Le nouveau prix de revient est de 11. vous abandonnez 60% de votre option que vous cédez au comptant. Vous cédez donc 40% de votre montant au strike et 60% du montant au cours de change à terme. l’EUR s’apprécie considérablement contre le Dirham et atteint un niveau de 11. L’option Tunnel L’option Tunnel est un produit de couverture dynamique du risque de change qui vous permet d’être totalement couverts contre l’évolution défavorable de la devise sur laquelle vous êtes exposés. Vous pouvez aussi décider d’acheter un nouveau put au strike de 11.

Echéance : 30 jours . Vous profitez de cette évolution favorable à hauteur de 8. pou éviter de prendre le risque d’être exercés à échéance.Borne inférieure : 8.Prime : 0. Le niveau d’achat réel est donc égal à 8.6240 quel que soit le cours du Dollar en dessous de ce niveau.5 Exemple d’un Tunnel Import 2% : .6856. Vous exercez votre call à 8. 10 jours plus tard.Strike = spot = 8.Sous – jacent : USD/MAD . vous décidez également de racheter votre put aux conditions du marché. Vous décidez de revendre votre call pour vous positionner sur un achat à terme maturité 20 jours ou d’acheter une option à un strike plus bas pour continuer à bénéficier d’une éventuelle baisse de la devise.70% Le résultat de cette stratégie de couverture est le suivant : A l’échéance.Graphique 2.6240 . Cependant. le cours au comptant USD/MAD est supérieur au Strike. Le niveau d’achat réel est donc égal au cours garanti majoré de la prime payée. me USD/MAD se déprécie à 8.65 et vous souhaitez profiter de cette évolution favorable. A échéance. 47 Mémoire de Fin de formation .80 quel que soit le niveau du Dollar au dessus.80 . soit 8. le cours au comptant USD/MAD est inférieur ou égal à 8.6240.8616.

Contrairement à l’option « Plain Vanilla ».Prime : 0. Vous vous garantissez ainsi un cours plancher et bénéficier de la hausse jusqu’à la borne supérieure.25% 48 Mémoire de Fin de formation .Strike = spot = 11 .5% : . Le Tunnel Export vous permet de bénéficier partiellement de la souplesse d’un put et de réduire la prime à payer en vendant un call.Borne inférieure : 11.Sous – jacent : EUR/MAD .6 Exemple d’un Tunnel Export 0.Le put Tunnel/ Tunnel Export Cette stratégie combine l’achat d’un put à la monnaie et la vente d’un call en dehors de la monnaie. le Tunnel Export vous engage à céder les devises à la borne supérieure si ce niveau est atteint ou dépassé.Echéance : 30 jours .055 . Graphique 2.

0550 quel que soit le cours de l’EUR au.  Le Zéro Cost Import : Cette stratégie combine l’achat d’un call en dehors de la monnaie et la vente d’un put en dehors de la monnaie. 49 Mémoire de Fin de formation . Le niveau de cession réel est donc égal au strike garanti minoré de la prime payée. Vous décidez de revendre votre put pour vous positionner sur une cession à terme maturité 20 jours ou d’acheter une option à un strike plus élevé pour continuer à bénéficier d’une éventuelle hausse de la devise. Le Tunnel Zéro Cost : Le Tunnel Zéro Cost vous permet d’être totalement couverts contre l’évolution défavorable de la devise sur laquelle vous êtes exposés.0275. Vous ne profitez pas d’une évolution favorable intermédiaire. Vous exercez votre put à 11.9725. tout en profitant d’une évolution favorable de la devise d’amplitude limitée et sans paiement de prime. l’EUR/MAD s’apprécie à 11. A échéance. le cours au comptant EUR/MAD est inférieur au Strike. le cours au comptant EUR/MAD est supérieur ou égal à la borne supérieure. vous décidez également de racheter votre call aux conditions du marché. Vous vous garantissez ainsi un cours plafond et bénéficiez de la baisse jusqu’à la borne inférieure. le Zéro Cost Import vous engage à acheter les devises à maturité. Contrairement à l’option « Tunnel ».04 et vous souhaitez profiter de cette évolution favorable. 10 jours plus tard. soit 10.dessus de ce niveau. Vous profitez de cette évolution favorable à hauteur de 11. pour éviter de prendre le risque d’être exercés à échéance. Le niveau d’achat réel est donc égal à 11.Le résultat de cette stratégie de couverture est le suivant : A l’échéance. Cependant.

72 .Graphique 2.Echéance : 30 jours Le résultat de cette stratégie de couverture est le suivant : L’USD/MAD s’est apprécié au-delà du strike.85. Vous exércez votre option à 8.Sous – jacent : USD/MAD .Spot = 8.85 . L’USD/MAD fluctue entre le strike et la borne inférieure. L’USD/MAD s’est déprécié en deçà de la borne inférieure.80 .Borne inférieure : 8.7 Exemple d’un Zéro Cost Import : . Vous achetez vos devises au cours spot plus avantageux 50 Mémoire de Fin de formation .Strike = Spot en dehors de la monnaie= 8. Vous profitez de cette évolution favorable à hauteur de 8.72.

Borne inférieure : 8.Strike = Spot en dehors de la monnaie= 8.70. L’USD/MAD s’est apprécié au delà de la borne supérieure.83.83 .Echéance : 30 jours Le résultat de cette stratégie de couverture est le suivant : L’USD/MAD s’est déprécié en deçà du strike. Vous vous garantissez ainsi un cours plancher et bénéficiez de la hausse jusqu’à la borne supérieure.Spot = 8. le Zéro Cost Export vous engage à acheter les devises à maturité.75 . Graphique 2.8 Exemple d’un Zéro Cost export : . Vous exércez votre option à 8. Vous ne profitez pas d’une évolution favorable intermédiaire. 51 Mémoire de Fin de formation .70 . Vous profitez de cette évolution favorable à hauteur de 8. Le Zéro Cost Export : Cette stratégie combine l’achat d’un put en dehors de la monnaie et la vente d’un call en dehors de la monnaie.Sous – jacent : USD/MAD . Contrairement à l’option « Tunnel ».

L’USD/MAD fluctue entre le strike et la borne supérieure.Synthèse des Stratégies :  A l’import Stratégie Instrument Commentaire Protection totale avec possibilité de bénéficier pleinement d’une éventuelle baisse Call Gain illimité en contrepartie d’une prime « pleine » Protection totale avec possibilité de bénéficier d’un pourcentage de la baisse Call participatif Renoncer à un pourcentage de la baisse en contrepartie d’une prime réduite Protection totale avec possibilité de bénéficier de la baisse jusqu’à un cours plancher Call tunnel Tunnel Zéro Cost Réduire la prime en contrepartie d’un gain d’amplitude limitée  A l’export Stratégie Instrument Commentaire Protection totale avec possibilité de bénéficier pleinement d’une éventuelle hausse Put Gain illimité en contrepartie d’une prime « pleine » Protection totale avec possibilité de bénéficier d’un pourcentage de la hausse Put participatif Renoncer à un pourcentage de la hausse en contrepartie d’une prime réduite Protection totale avec possibilité de bénéficier de la hausse jusqu’à un cours plafond Put tunnel Put Zéro Cost Réduire la prime en contrepartie d’un gain d’amplitude limitée 52 Mémoire de Fin de formation . Vous achetez vos devises au cours spot plus avantageux. 3.

qui suite à leurs opérations d’Import/Export. Ce tableau résume les différentes données sur les entreprises traitées dans ce cas : Tableau : les données des entreprises traitées dans ce cas Entreprise Sens de l’opération Devises utilisées A Import (Achat) Dollars et Euros B Export (Vente) Dollars 53 Mémoire de Fin de formation . se trouvent naturellement exposées au risque de change.II. clientes de la salle des marchés de BMCE Capital. L’entreprise B est une entreprise qui opère dans le secteur agricole. je passerais à la présentation d’un cas pratique. On m’a confié cette mission pour pouvoir appliquer tous mes acquis dans le domaine de change. qui résume ma mission principale durant ce stage de fin de formation à la BMCE.Cas Pratique Après cette présentation des différentes stratégies de couverture du risque de change. je vais traiter le cas de 2 entreprises. Ce cas vient illustrer toute la partie théorique qui a été présentée tout au long de ce mémoire. elle importe des fournitures et des matières premières d’Europe et des USA. Il s’agit d’une mise en application des stratégies de couverture déjà présentées au niveau du 2ème chapitre. donc comment vont-elles réagir face à ce risque et quelles stratégies vontelles adopter pour se couvrir contre ce risque de change ?  Présentation des Entreprises : L’entreprise A est une entreprise qui opère dans le secteur du textile. elle exporte son produit fini à destination de l’USA.

craint une hausse de la devise le jour du paiement. concerne son fournisseur Français qui a une facture établie le 03/03/2013.Opération de change au comptant : L’entreprise A a besoin d’acheter des dollars auprès de la BMCE Capital pour pouvoir payer sa facture de 225 000 Dollars US le vendredi 01 Mars 2013. c'est-à-dire que l’entreprise A. Le cours spot du Dollar Mercredi 27 Février à 10h45 à la vente est de 8. le responsable financier. a. Donc si elle effectue un change au spot. elle concerne son fournisseur Américain. Alors que s’il opte pour un contrat optionnel.40= 1 890 000 MAD 54 Mémoire de Fin de formation . c'est-à-dire que BAM prélève sa commission directement sur les cours affichés sur las écrans dans les salles de marchés. mais ce choix reste rigide dans la mesure où il ne lui permettra pas de bénéficier d’une évolution favorable de la devise. NB : Il faut distinguer entre cours à l’achat (BID) ou à la vente (ASK) en fonction de la position : client ou banque. il est vrai qu’il va fixer dès aujourd’hui son cours. bien évidemment. Il est à signaler également que la commission de 1 pour milles de BAM est incluse dans la cotation affichée. soit 88 jours qui le sépare de la date du paiement. va effectuer une opération de change au comptant en dollars qui a été initié le 27/02/2013. la première est instantanée. quant à elle. qu’il va payer à l’échéance. c'est-à-dire qu’il va se couvrir contre la hausse de l’Euro mais tout en bénéficiant de l’évolution favorable. il va devoir fixer un cours aujourd’hui. Face à ce dilemme. Le cours d’achat (de vente) pour un client est équivalent au cours de vente (d’achat) pour la banque. échéance 30/05/2013. il a le choix entre deux instruments de couverture qui sont offerts par sa banque : un contrat à terme ou une option.Cas de l’Entreprise A L’entreprise A a deux factures à régler. il va également fixer son cours. le responsable appelle la salle des marchés de sa banque. et cela. Vue la flambée du cours de l’euro ces derniers temps. leur explique la situation et demande une simulation pour une gestion optimale des son risque de change. S’il choisit le contrat à terme. donc pour se couvrir contre ce risque de change. l’importateur va devoir payer un montant égal à : 225 000 * 8.40. en contrepartie d’une prime qu’il va verser. La seconde. Pour se faire.

Mars et Avril *Source : Système informatique de la BMCE Capital. et le compte de la BMCE va être crédité du montant en dollars auprès de son correspondant à New York (JP Morgan à New York). le compte de l’entreprise va être débité du montant en dirhams chez la BMCE. b.Opération de change à terme pour le fournisseur Européen : L’entreprise A devra régler une facture à son fournisseur Européen d’un montant de 200 000 Euros. c'est-à-dire que vendredi 01 Mars. Il faut savoir que la BMCE a des correspondants un peu partout dans le monde.Le dénouement de l’opération se fait en j+2. on remarque clairement que le cours de l’euro est en baisse dès le début de Février. échéance 30/05/2013. ce qui pousse le responsable financier à se couvrir contre le risque de change. 55 Mémoire de Fin de formation . c'est-à-dire qu’elle a des comptes chez des banques étrangères qui sont mouvementés en fonction des opérations effectuées. Le graphique ci-dessous montre les fluctuations de l’euro par rapport au dirham. Graphique : l’évolution du cours de l’Euro pendant les mois de Février.

il faut alors calculer le cours à terme (CAT). On a déjà vu.34 nj = 88 jours Si on applique la formule précédente aux données du cas. Donc le montant global de la facture sera égal à : 10. on trouve CAT= 10.50 t(dom) = 0. il est sur qu’il va payer sa facture à un cours égal à 10. au niveau de la 1ère partie du chapitre 2. que la cours à terme se calcule de la manière suivante : CAT= Cours spot * (1 + ( nj * t(dom)/360))/ ( 1 + (nj * t(etr)/360)) Et les points de swaps se calculent en appliquant cette formule : Points de swaps = CAT – Cours spot Les données sont les suivantes : Cours spot = 11.6948. Maintenant.08 t(etr) = 0.Si le responsable financier a envie de se couvrir via un contrat à terme à 88 jours. 6948 C'est-à-dire que l’importateur a figé son cours quelque soit le niveau atteint par l’Euro à l’échéance. 6948 * 200 000 = 2138960 56 Mémoire de Fin de formation .

le call participatif 50% et le call Zéro Cost. les éléments constitutifs sont les suivants : DATE INITIATION 03/03/2013 DATE ECHEANCE 30/05/2013 NB JOURS 88 A la date d’échéance. la salle de marchés lui propose le choix entre 3 types de calls: le call ‘’Plain Vanilla’’.094944.10.Une telle stratégie présente l’avantage de neutraliser le risque de change mais reste une couverture rigide dans le sens ou elle ne permet pas de profiter d’une éventuelle baisse de l’Euro. alors elle peut abandonner le call et acheter les EUR au comptant à un cours plus intéressant.072. si le responsable préfère se couvrir via une option. c. Pour remédier à cela. Ce dernier offre la possibilité de se couvrir contre la hausse des cours tout en bénéficiant d’une baisse et ceci en abandonnant l’option à maturité si le cours au comptant est meilleur.Option de change pour le fournisseur Européen : Maintenant. si l’EUR/MAD cote 11. soit 11. Le niveau d’achat réel est égal au prix d’exercice majoré de la prime. l’entreprise peut recourir à un instrument de couverture plus souple qui est le contrat optionnel. Sinon. l’entreprise exécute son option er achète au strike qui est de 11. 57 Mémoire de Fin de formation . c’est à dire que si le cours spot est inférieur au strike.  Pour le call « Plain Vanilla ».

La différence entre cette stratégie et la première réside dans le fait que l’acheteur du call a limité son gain à hauteur de 50%. si le cours au comptant est inférieur au cours spot.0720 11. et les 50% qui restent sont achetés au Strike. donc c’est comme s’il avait un manque à gagner mais qui à été compensé par le paiement d’une prime réduite. Date échéance Cours spot marché Borne su Borne Inf 05/03/2013 30/05/2013 11. A l’échéance. les éléments constitutifs sont les suivants : Date op.1179 DATEINITIATION 03/03/2013 DATE ECHEANCE 30/05/2013 NB JOURS 88 On remarque que la prime du call participatif est réduite par rapport à celle du call ‘’Vanilla’’ parce que l’acheteur renonce à un pourcentage de son gain potentiel en cas d’évolution favorable de l’EUR.0500 58 Mémoire de Fin de formation .  Pour le call Zéro Cost. alors l’importateur peut exercer son call et acheter les euros à 11.40% 11. donc la couverture est totale. il faut abandonner 50% de l’option et l’acheter au comptant.0750 11.0720. si le cours au comptant est supérieur au strike.0261 11.0720 0. Cependant. les éléments constitutifs sont les suivants : Strike Prime Point Mort Plafond d'achat 11. Pour le call participatif 50%.

6948 2138960 Mémoire de Fin de formation . l’importateur peut profiter de cette baisse comprise entre 11. Si 11.0750 et 11. Vous achetez les EUR au cours planché de 11.05 Si le cours spot < 11.0750. d. le responsable financier de l’entreprise A.0750 quel que soit le niveau de l’euro. si le cours spot > 11. car le paiement d’une prime s’avère inutile du moment qu’il peut figer son cours avec un contrat à terme. a privilégié l’utilisation d’un contrat à terme pour se couvrir contre son risque de change. alors il faut exercer le call à 11.A l’échéance. Cette décision n’écarte pas totalement le risque de l’opération de change. mais elle répond plus à un besoin spécifique qui s’insère dans le cadre de la stratégie globale de l’entreprise. En guise de conclusion.05 quel que soit le cours de l’euro au dessous de ce niveau. l’entreprise A va payer ses deux contrats de la manière suivante : N° de facture Facture n° 1 Facture n° 2 59 Montant Devise en devises 225 000 Dollar Date d’initiation 200 000 03/03/2013 Euro 25/02/2013 Echéance Mode de paiement 27/02/2013 Change au comptant Cours de change 8.0750.40 Montant en DHS 1890000 30/05/2013 Contrat à terme 10.Les Recommandations: Vue la tendance baissière de l’Euro ces dernières semaines.05.0500 <le cours spot< 11.

Cas de l’entreprise B L’entreprise B effectue une transaction commerciale avec un client américain le 05/03/2013 pour un montant de 150 000 dollars. Le paiement s’effectuera dans 90 jours. Graphique : l’évolution du cours du Dollar pendant les mois de Février. Mais. Mars et Avril *Source : Système informatique de la BMCE Capital. qui montre l’évolution du cours du dollar. Face à cela. D’ailleurs. va-t-il choisir un contrat à terme ou une option ? 60 Mémoire de Fin de formation . il décide de se couvrir contre cette éventuelle baisse. que ce dernier suit une tendance baissière plus particulièrement depuis fin Mars. soit une échéance au 03/06/2013 Le directeur financier de l’entreprise craint une baisse du dollar à cause du ralentissement économique que connaissent les Etats-Unis et des différentes mesures qui ont été prises pour remédier à cela notamment la baisse du taux directeur. on remarque clairement sur ce graphique affiché sur une page Reuters.

84 sur la même durée.51 t(etr) = 0.7634 Les points de swaps de cette opération de change est : Points de swaps = CAT – Cours spot 61 Mémoire de Fin de formation . grâce à eux sont placés à 0. lesquels sont placés simultanément sur le marché monétaire marocain au taux de 0. Les données du cas sont les suivantes : Cours spot = 8. Pour calculer le cours à terme: CAT= Cours spot * (1 + ( nj * t(dom)/360))/ ( 1 + (nj * t(etr)/360)) Si on applique la formule précédente aux données du cas.a.84-0.84 nj = 90 jours Donc.70. on trouve CAT= 8. il en résulte un gain de 0. Les dollars sont empruntés à 0. l’entreprise exportatrice obtient de la BMCE Capital un contrat à terme lui assurant que le règlement de son exportation de 150 000 dollars s’effectuera le 05/06/2013 à un cours donné calculé ainsi : La BMCE Capital doit emprunter à 3 mois des dollars américains au taux du marché monétaire américain qui est égal à 0. Ces dollars sont ensuite vendus. le 05/03/2013.Couverture par contrat à terme : La couverture par un contrat à terme va permettre de figer aujourd’hui le cours du dollar à payer dans 3 mois.70 pour 3 mois et les dirhams obtenus. le jour même sur le marché des changes contre dirhams.70= 0.70 t(dom) = 0.14% qui correspond à la prime ou au report augmentant la valeur du dollar par rapport au dirham.84.

l’entreprise profite pleinement de la hausse.3662 21572.2534 Donc les points se swaps générés par cette opération sont de 25340 points.51= 0. il faut vendre les dollars à 8.510 1.C'est-à-dire que : Points de swaps = 8.85 A l’échéance.510.7634 quelque soit le niveau atteint par le dollar à l’échéance. C'est-à-dire que l’importateur a figé son cours à 8.6538 8.7634 * 150 000 = 1314510 b.69% 8. si le cours est inférieur au strike. Date de cotation 06/03/2013 Montant 150 000.Couverture par l’achat d’une option de change :  Put Plain Vanilla La proposition du Put Plain Vanilla permet de se couvrir à 100% contre une baisse de l’USD. En cas de hausse de la devise durant la durée de vie du contrat ou à échéance.00 Devise USD Solution Maturité Strike Prime Prime Point Mort Plancher cession Prime MAD Put classique 03/06/2013 8. 62 Mémoire de Fin de formation . Le montant global de la facture sera égal à : 8.7634 – 8.

l’entreprise peut profiter partiellement (à hauteur de 50%) de la hausse.5 c.  Put participatif à 50% La proposition Put participatif permet de se couvrir à 100% contre une baisse du USD. L’utilisation d’une option permet aussi la couverture contre le risque de change mais nécessite le paiement d’une prime qui n’est pas non plus négligeable. on remarque que celui calculé est supérieur au cours au comptant.00 Devise USD Solution Maturité Strike Prime Prime Point Mort Plancher cession Prime MAD Put participatif 50% 03/06/2013 8. En cas de hausse de la devise durant la durée de vie du contrat ou à échéance.90% 8. On dit que le CAT est en report par rapport à la devise. le plus intéressant pour l’entreprise est l’utilisation d’un contrat à terme car ceci représente pour elle une opportunité à saisir. il est préférable d’abandonner l’option et de vendre les dollars au comptant à un cours plus intéressant. et qu’il n y a aucun besoin pour une couverture optionnelle.Les Recommandations: Dans la partie qui a été consacrée au calcul du cours à terme.4334 11488.Si c’est le cas contraire.5866 8. Date de cotation 06/03/2013 Montant 150 000. 63 Mémoire de Fin de formation . et cela du fait que le taux domestique est supérieur aux taux étranger. Dans ce cas de figure.510 0.

qu’il n’y a pas de règles générales en matière de couverture contre le risque de change. Et c’est cela qui explique justement. agit face au risque de change. d’une part. en fonction de ses priorités et de sa stratégie globale. qui jusqu’au là est le seul marché développé au Maroc. on remarque d’après les différents cas d’entreprises traités. car chaque client demande un produit spécifique qui répond à un besoin particulier. la diversification de l’offre des produits présentés par les salles de marché.Synthèse En guise de synthèse. D’autre part. Chaque entreprise. l’avantage du marché de gré à gré. répond à cette priorité et offre une large gamme de produits correspondants à tout type de clientèle. 64 Mémoire de Fin de formation .

CONCLUSION 65 Mémoire de Fin de formation .

qui investit et s’investit dans le service de son entreprise et de sa nation. objet de ce présent mémoire.Au terme de ce mémoire. En effet. d’une part. et j’espère qu’à travers cela laisser une image fidèle de l’ENCGiste. m’a permis d’avoir une vision claire sur l’organisation et le fonctionnement des salles de marché. m’a permis de répondre à la première et la principale finalité : découvrir le monde de la finance de marché qui m’était jusqu’au là inconnue et s’initier aux différents métiers du cambisme. étape incontournable de mon cursus de formation à l’ENCG et de mon arrivée sur le marché du travail. de comprendre les rouages de ce marché international. Ce mémoire m’a permis. Et d’autre part. De prime abord. pour les analyser un par un. son importance. Homme d’action et de réflexion. La tournée que j’ai effectuée dans les différents desks durant les deux premières semaines m’a beaucoup aidé à appréhender la réalité des tâches confiées aux traders. il me semble judicieux de s’arrêter un moment pour faire le bilan et essayer d’établir un rapprochement entre les objectifs et les réalisations de cette période de stage. dégager leurs avantages et inconvénients et expliquer les raisons qui se rapportent aux choix de chacun d’eux. qui m’ont accueilli et encadré durant mon stage. j’ai réussi à répondre aux attentes de la famille de la BMCE BANK. il m’a poussé à orienter mes recherches vers les instruments servant à se couvrir contre ce risque de change. 66 Mémoire de Fin de formation . J’espère qu’à travers ce modeste travail. et plus précisément ceux opérant sur le marché de change. je peux affirmer que cette période de stage qui a duré 3 mois. mon passage à la BMCE Capital. cadre polyvalent. ses spécificités et son risque.

BIBLIOGRAPHIE & WEBOGRAPHIE 67 Mémoire de Fin de formation .

1719. Bellalah.oc.cambiste.net www. Y. 19/04/2013  Documentation Interne de la BMCE BANK.gov.Simon -Ed.enetspeculation. Clark.Cernes  Options.vernimmen.bmcebank.co. 1721.bmcek.Bibliographie :  Les circulaires de l’office des changes (n° 1633.ma www. Economica  Stratégies de couverture du risque de change : BMCE Capital (Desk Produits Dérivés).Yves Simon  Le Management des risques internationaux .E.ch www. J.capital. 1722. 1720.ma www.ma www. 1723)  Les nouveaux marchés des capitaux au Maroc .info www.M.trader-forex.com www. Marois.ch www. contrats à terme et gestion des risques . B.ma www.bkam.fr www. 1688.fr 68 Mémoire de Fin de formation .  L’entreprise Marocaine face au défi du marché de change : Séminaire Rabat .Berrada Maohamed Azzedine ( édition SECEA)  Marché des changes et gestion du risque de change .guide-finance.  Le management des risques de l entreprise : Cadre de Référence Webographie : www.guide-finance.

gov www.gov.or.oc.www.com www.bls.com www.jdf.federalreserve.gov.statistics.html www.gov/fsbr/esbr.uk www.boursorama.census.whitehouse.bourse.jp www.ma 69 Mémoire de Fin de formation .stat.gov www.gov www.

LES ANNEXES 70 Mémoire de Fin de formation .

Objet : Institution d'un marché des changes au Maroc.Modalités d'achat et de vente de devises sur le marché des changes III. Il est porté à la connaissance des intermédiaires agréés qu'à compter du 2 Mai 1996 un marché des changes est institué au Maroc. L’objet de la circulaire N° 1633 du 1er Avril 1996 porte sur l'institution d'un marché des changes au Maroc. Les banques marocaines peuvent acheter ou vendre sur ce marché des devises soit pour le compte de leur clientèle soit pour leur propre compte.Opérations sur le marché L es opérations à effectuer par les intermédiaires agréés pour leur propre compte ou pour le compte de leur clientèle doivent s'inscrire dans l'une des rubriques ci-après : 71 Mémoire de Fin de formation . La présente circulaire a pour objet de définir l'organisation et le fonctionnement de ce marché et de préciser les modalités d'achat et de vente de devises: I-Organisation et fonctionnement des marchés des changes II.Organisation du marché des changes Les intermédiaires agréés sont autorisés à effectuer entre eux et avec la clientèle des opérations d'achat et de vente de devises et à constituer des positions de change dans les conditions fixées par les autorités monétaires. Les cours auxquels peuvent être traitées les opérations d'achat et de vente de devises pour le compte de la clientèle ou entre intermédiaires agréés sont déterminés suivant les modalités indiquées par Bank Al Maghrib. La circulaire précise les modalités d'organisation et de fonctionnement de ce marché ainsi que les conditions d'achat et de vente des devises. 2.Annexe 1 : Circulaire de l’office des changes n°1633 du 1er Avril 1996 relatives à l’institution d’un marché de change au Maroc.Dispositions diverses I- Organisation et fonctionnement des marchés des changes 1.

C. Les intermédiaires agréés peuvent également effectuer des dépôts auprès de Bank Al Maghrib. les emprunts et les swaps et ce. II- Modalités d'achat et de vente de devises sur le marché des changes Les intermédiaires agréés sont informés que les résidents demeurent tenus de rapatrier au Maroc le produit des exportations de biens et services ainsi que tous autres produits.A.Opérations de trésorerie et de dépôt Les intermédiaires agréés sont autorisés à effectuer entre eux et pour le compte de la clientèle des opérations de trésorerie à savoir les prêts. suivant les modalités indiquées par Bank Al Maghrib.Opérations à terme Les intermédiaires agréés sont autorisés à effectuer entre eux ou pour le compte de leur clientèle des opérations d'achat et de vente à terme dirham contre devise et devise contre devise. Ils peuvent également proposer à leur clientèle d'autres instruments de couverture contre le risque de change et ce.Opérations au comptant L es opérations d'achat. B. revenus ou moyens de paiement ayant le caractère obligatoirement cessible et ce. d'exportation et de financement extérieur. Bank Al Maghrib se réserve la possibilité de ne pas coter certaines devises même si celles-ci sont traitées sur le marché des changes. Les intermédiaires agréés sont autorisés à utiliser ou à vendre les montants ainsi rapatriés sur le marché des changes. dans les conditions fixées par Bank Al Maghrib. Les devises non cotées par Bank Al Maghrib peuvent être traitées par les intermédiaires agréés entre eux ou avec leurs correspondants étrangers. Les opérations de change à terme effectuées pour le compte de la clientèle doivent être adossées à des opérations d'importation. dans les délais prescrits par la réglementation des changes en vigueur. 72 Mémoire de Fin de formation . de vente et d'arbitrage effectuées entre les intermédiaires agréés ou pour le compte de leur clientèle peuvent être libellées en toutes devises traitées sur le marché des changes. Les montants excédant la position de change telle que fixée par Bank Al Maghrib doivent donner lieu à cession à celle-ci au plus tard à la clôture du marché. La cession des montants rapatriés se fera désormais au profit des intermédiaires agréés dans les conditions du marché et suivant les modalités édictées en la matière par Bank Al Maghrib.

à créditer immédiatement le compte en devises de l'exportateur dans la limite du taux permis par la réglementation des changes et à utiliser ou céder le reliquat sur le marché des changes. les intermédiaires agréés sont habilités dès réalisation du rapatriement des recettes en devises. les intermédiaires agréés sont autorisés à les placer soit localement soit à l'étranger et ce. dans le cadre des dispositions réglementaires prévues en la matière. Les opérations d'achat et de vente de devises effectuées sur le marché des changes pour le compte de la clientèle doivent donner lieu à l'établissement et à la transmission à l'Office des Changes suivant modèles ci-joints et dans les conditions prévues par l'Instruction 05 relative à l'établissement de la balance des paiements. En revanche. Ces opérations doivent être effectuées conformément aux conditions fixées par les circulaires de l'Office des Changes et de Bank Al Maghrib. 73 Mémoire de Fin de formation . les devises logées dans des comptes en devises au nom de personnes physiques ou morales marocaines résidentes ne doivent en aucun cas faire l'objet de placement à l'étranger. Les intermédiaires agréés sont par ailleurs habilités à effectuer pour le compte de la clientèle des achats de devises à condition que les opérations pour lesquelles ces devises sont achetées. la contrevaleur en dirhams doit être immédiatement mise à la disposition du bénéficiaire. des formules suivantes :  formule 1 : vente de devises à la clientèle. Pour les exportateurs titulaires de comptes en devises.  formule 2 : achat de devises à la clientèle. soient conformes aux dispositions de la réglementation des changes en vigueur.Il est rappelé aux intermédiaires agréés qu'une fois la recette en devises rapatriée. Pour les devises appartenant à des étrangers résidents ou non-résidents ou à des ressortissants marocains établis à l'étranger et ne revêtant pas le caractère cessible. III- Dispositions diverses Les dispositions de la présente circulaire ne s'appliquent pas aux opérations de change manuel quelle que soit la devise dans laquelle elles sont exprimées.

Sont modifiées : L’Instruction 05 de Juillet 1993 relative à l'établissement de la balance des paiements . 74 Mémoire de Fin de formation .067 du 28 Octobre 1963 relative à l'achat et à la vente de devises. la circulaire 1.417 du 22 Décembre 1982 relative au régime du système de couverture de change à terme. Sont abrogées : La circulaire 1. la circulaire 1.607 du 2 Novembre 1993 pour ce qui est des disponibilités en devises appartenant à des exportateurs.

les opérations à terme devises contre devises . les intermédiaires agréés doivent s'adresser au marché interbancaire local. les contrats de swap devises contre devises . dans les conditions indiquées ci-après. Les intermédiaires agréés doivent proposer à leurs clients des options de change établies par leurs soins à l'exclusion de tous instruments en provenance de l'étranger. La présente circulaire a pour objet d'informer les intermédiaires agréés qu'ils peuvent. des options de change des devises contre dirhams et devises contre devises. adossées à des règlements entre résidents et non-résidents au titre des opérations se réalisant conformément à la réglementation des changes en vigueur. effectuer pour leur propre compte ou pour le compte de leurs clients des opérations de couverture contre le risque de change lié à tout règlement à destination ou en provenance de l'étranger au titre des opérations entre résidents et non résidents se réalisant conformément à la réglementation des changes et ce. II- LES OPTIONS DE CHANGE Les intermédiaires agréés sont autorisés à souscrire pour leur propre compte ou pour le compte de leur clientèle.  les contrats de swap devises contre dirhams. en utilisant les instruments suivants :     les opérations de change à terme . adossées à des règlements entre résidents et non-résidents au titre des opérations se réalisant conformément à la réglementation des changes en vigueur. I- LES OPERATIONS DE CHANGE A TERME Les intermédiaires agréés sont autorisés à effectuer pour leur propre compte ou pour le compte de leur clientèle des opérations d'achat et de vente de devises à terme. 75 Mémoire de Fin de formation .Annexe 2 : Circulaire n° 1723 relative à la couverture contre le risque de change Objet : Couverture contre le risque de change. Au cas où ce marché ne leur permettrait pas de trouver la couverture appropriée. dans le cadre de la couverture contre le risque de change. les options de change . ils sont autorisés à s'adresser au marché international pour leur couverture devises contre devises. Pour se couvrir contre les risques encourus au titre des options de change.

Ces opérations de couverture doivent cependant intervenir dans les conditions suivantes :  La couverture doit être effectuée par un intermédiaire agréé. selon le cas. d'un règlement en faveur de l'opérateur marocain ou en faveur de la banque ayant émis l'instrument de couverture. pour leur propre compte ou pour le compte de leur clientèle au titre de dettes ou de créances en devises. les intermédiaires agréés sont habilités à souscrire et proposer à leur clientèle une couverture à terme devises contre devises. des contrats de swap auprès de leurs correspondants étrangers.III- LES OPERATIONS A TERME DEVISES CONTRE DEVISES Dans le cadre de la couverture du risque de change quelle qu'en soit l'échéance.  Tout paiement résultant de cette couverture doit faire l'objet. Les intermédiaires agréés sont habilités à conclure. pour leur propre compte ou en faveur de leur clientèle. Dans le cadre de la mise en place de cette couverture à terme les intermédiaires agréés sont autorisés à effectuer des emprunts et placements en devises sur des maturités équivalentes à la durée des opérations de couverture proposées par leur soin. V- LES CONTRATS DE SWAP DEVISES CONTRE DIRHAMS Les intermédiaires agréés sont autorisés à conclure des contrats de swap devises contre dirhams quelle qu'en soit l'échéance pour le compte d'entités marocaines bénéficiant de financements concessionnels accordés par des gouvernements ou organismes publics étrangers ou par des institutions financières internationales de développement et comportant un élément don d'au moins 25 % et ce. 76 Mémoire de Fin de formation . pour les financements contractés à compter de la date de publication de la présente circulaire. des contrats de swap devises contre devises au comptant ou à terme. IV- LES CONTRATS DE SWAP DEVISES CONTRE DEVISES Dans le cadre de la couverture contre le risque de change quelle qu'en soit l'échéance. les intermédiaires agréés sont habilités à conclure.

VI- DISPOSITIONS COMMUNES Les opérations de couverture contre le risque de change doivent être libellées dans les devises cotées par Bank Al-Maghrib. 77 Mémoire de Fin de formation .633 du 1 er Avril 1996 relative à l'institution d'un marché des changes au Maroc .le paragraphe 2-b du titre I de la circulaire n° 1. Les opérations de couverture contre le risque de change au titre des règlements à partir ou à destination des zones franches ou places financières offshore sises au Maroc ne peuvent être effectuées dans le cadre de la présente circulaire que lorsqu'elles concernent des dettes ou des créances d'opérateurs économiques résidents.702 du 1 er Juin 2004 relative au système de l'option de change. Les intermédiaires agréés sont invités à assurer une large diffusion des dispositions de la présente circulaire auprès de leurs agences et des opérateurs économiques concernés. . Sont abrogés : .la circulaire n° 1. Les intermédiaires agréés sont tenus de conserver les documents justifiant les opérations de couverture effectuée dans le cadre de la présente circulaire et de les tenir à la disposition de l'Office des Changes pour tout contrôle ultérieur. Est complétée la circulaire n° 1633 du 1 er Avril 1996 relative à l'institution du marché des changes. Les modalités pratiques de mise en ouvre des instruments de couverture contre le risque de change prévues par la présente circulaire sont fixées par Bank Al-Maghrib.

Cette possibilité ne bénéficiait jusqu'à présent qu'aux prestations d'assistance technique . ce qui leur permettra d'éviter les risques de change et d'autres frais liés aux transactions avec l'étranger.  le transfert d'acomptes au titre des frais de réparation de matériel ou de transformation de produits à l'étranger à raison de 50% du coût de la réparation ou de la transformation .Annexe 3 : Nouvelles mesures de libéralisation de la réglementation des changes. du prix d'acquisition de logiciels et de prestations connexes. à procéder à des transferts par anticipation pouvant atteindre l'équivalent en devises de 200. les importateurs sont autorisés. En matière de paiement par anticipation. Au-delà.000 dirhams. pour les opérations de prestations de services à hauteur de 20%.  le paiement d'acomptes. Les disponibilités de ces comptes peuvent être utilisées par les exportateurs concernés pour le règlement de l'ensemble de leurs dépenses professionnelles en devises. 78 Mémoire de Fin de formation . les nouvelles mesures permettront :  de généraliser à toutes les importations de biens la possibilité de paiement de l'acompte de 40% prévu actuellement pour les biens d'équipement seulement . En matière d’acomptes. le transfert de l'acompte peut atteindre 50% du prix du logiciel et prestations connexes. l'Office des Changes a publié le 1 er Août 2007. directement auprès du système bancaire.000 dirhams auparavant.000 dirhams par opération contre 20.  le règlement. six circulaires relatives aux opérations suivantes : Règlement d'acomptes et paiement par anticipation au titre d'importations de biens ou de services ou de prestations réalisées à l'étranger. Ils peuvent également procéder au paiement par anticipation de la valeur totale des biens d'équipement usagés acquis à l'étranger dans le cadre de ventes aux enchères. librement. désormais au titre du règlement des importations de marchandises. Ces règlements pourront intervenir par anticipation lorsque le prix du logiciel est inférieur à 50. Dans le cadre de la mise en place des nouvelles mesures d'ouverture et d'assouplissement de la réglementation des changes annoncées par Monsieur le Ministre des Finances et de la Privatisation le 18 Juillet 2007. Comptes en devises et en dirhams convertibles au nom des exportateurs de biens et de services : La nouvelle mesure porte à 50% la part des recettes en devises à verser au crédit de ces comptes contre 20% auparavant.

sous forme de dépôts ou d'acquisition de titres de créance ou d'instruments financiers cotés ou négociés sur des marchés réglementés.Outre les nombreux assouplissements apportés à la gestion de ces comptes. les investisseurs concernés sont habilités à procéder librement. Les conditions et modalités de placement par les banques et par les OPCVM seront fixées respectivement par Bank Al Maghrib et le CDVM. . Les placements peuvent être effectués dans les pays de l'OCDE. Les transferts à effectuer à ce titre peuvent couvrir les dotations en capital. au réinvestissement du produit de cession ou de liquidation de leurs investissements à l'étranger. de succursales. la prise de participation dans les sociétés existantes. au cas par cas. de l'Union Européenne ou dans les pays de l'UMA. l'ouverture de bureaux de représentation ou de liaison. Ces investissements doivent s'inscrire dans le cadre de l'activité de la personne morale concernée et peuvent revêtir plusieurs formes notamment la création de sociétés. les organismes de retraite (5% des réserves) et les OPCVM (10% de leur actif). Placements en devises à l'étranger La nouvelle circulaire de l'Office des Changes libéralise les placements en devises pour les banques. 79 Mémoire de Fin de formation . de représentation ou de succursales. cette mesure permettra d'unifier le régime applicable à tous les exportateurs de biens et de services y compris les sociétés relevant de certains secteurs qui bénéficiaient auparavant d'un régime dérogatoire. les prêts et avances en compte courant ainsi que les frais de fonctionnement des bureaux de liaison. Les actifs acquis doivent être émis par des institutions bénéficiant d'une notation favorable de la part de Standard & Poor's ou équivalent. les entreprises d'assurances et de réassurance (5% de leur actif). peuvent désormais être effectuées librement à concurrence d'un plafond de 30 millions de dirhams par an par les personnes morales marocaines ayant au moins trois années d'activité et dont la comptabilité est certifiée par un commissaire aux comptes externe. En outre. Investissements à l'étranger Les opérations d'investissement à l'étranger qui étaient auparavant soumises à l'accord préalable de l'Office des Changes.

les exportateurs et les banques intermédiaires agréés sont désormais habilités à accorder des crédits fournisseurs ou des crédits acheteurs aux clients étrangers. 80 Mémoire de Fin de formation . Ces crédits peuvent couvrir jusqu'à 85% de la valeur des exportations de biens ou des travaux et prestations de services à réaliser à l'étranger par les entreprises marocaines. à l'exclusion de toute opération spéculative. bien entendu. Couverture contre le risque de change Les nouvelles dispositions de la réglementation des changes publiées à ce titre vont permettre d'enrichir la gamme des instruments de couverture contre le risque de change mis à la disposition des opérateurs.Pour les entreprises d'assurances et de réassurance. Crédits à l'exportation Dans le cadre des mesures de promotion des exportations et à l'instar des facilités offertes par les pays concurrents. pour les biens d'équipement. Outre le change à terme et les options de change. Lesdits crédits peuvent être accordés à court ou à moyen terme pour toutes les catégories de biens et.  des contrats de swaps devises contre dirhams. à des transactions commerciales ou financières entre résidents et non-résidents. les banques intermédiaires agréés sont désormais autorisées à proposer à leur clientèle :  des couvertures à terme devises contre devises . la Direction des Assurances et de la Prévoyance Sociale relevant du Ministère des Finances et de la Privatisation a publié en date du 18 Juillet 2007 les conditions et modalités à observer pour effectuer leurs placements en devises à l'étranger. à long terme. Ces opérations doivent être adossées.  des contrats de swaps devises contre devises . Les modalités pratiques de mise en ouvre de ces instruments de couverture seront fixées par Bank Al Maghrib.

suivant les modalités indiquées par Bank Al-Maghrib. Les banques intermédiaires agrées peuvent également effectuer des dépôts auprès de Bank Al-Maghrib. Les banques intermédiaires agréées sont tenues de faire parvenir à l'Office des Changes conformément aux modèles joints en annexes :   Un état mensuel des placements effectués auprès de contreparties étrangères ainsi que des titres étrangers acquis et ce. Est modifiée en conséquence la circulaire n° 1633 du 1er Avril 1996. les emprunts et les swaps et ce. 81 Mémoire de Fin de formation .Annexe 4 : Circulaire n° 1688 relatives aux banques intermédiaires agrées: Objet : Opérations de placements en devises à l'étranger En vertu des dispositions de la circulaire n° 1633 du 1er avril 1996. conformément aux dispositions législatives et réglementaires en vigueur . Un état semestriel des produits financiers rapatriés et cédés au titre de ces opérations (Modèle II). La présente circulaire a pour objet de porter à la connaissance des banques intermédiaires agréés qu'elles sont autorisées à effectuer auprès de contreparties étrangères des placements bancaires en devises et à acquérir des titres souverains et des titres émis par des institutions financières multilatérales. dans les 20 jours qui suivent le mois concerné (Modèle I) . Les opérations de placements bancaires et l'acquisition de titres doivent intervenir dans les conditions suivantes :    ces opérations doivent s'effectuer à l'intérieur des positions de change autorisées . une circulaire de Bank Al-Maghrib arrêtera les modalités de mise en œuvre de cette autorisation. les revenus produits par les opérations précitées doivent être rapatriés et cédés sur le marché des changes et ce. les banques intermédiaires agréés sont autorisées à effectuer entre elles et pour le compte de la clientèle des opérations de trésorerie à savoir les prêts.

Il demeure entendu que les opérations ainsi réalisées ne doivent en aucun cas se traduire par des emprunts ou des découverts auprès des banques étrangères. En vertu de circulaire n° 1633du 1er Avril 1996.Annexe 5 : Circulaire de l’office des changes n°1641 relative aux opérations au comptant devises contre devises auprès des banques étrangères et BAM. Est modifiée en conséquence la circulaire n° 1633 du 1er avril 1996. Les modalités pratiques de mise en œuvre de ces dispositions seront précisées par circulaire de Bank Al-Maghrib. les intermédiaires agréés peuvent effectuer entre eux les opérations d’achat et de vente de devises contre devises au comptant. La présente circulaire a pour objet de porter à la connaissance des intermédiaires agréés qu'ils sont autorisés désormais à effectuer également les opérations précitées avec les banques étrangères et Bank Al-Maghrib et ce. Les devises acquises au titre de ces opérations ne peuvent faire l'objet de placement à l'étranger. 82 Mémoire de Fin de formation . pour toutes les devises traitées sur le marché des changes.

TABLE DES MATIERES 83 Mémoire de Fin de formation .

1 Le Management de Risque …….30 b.La gestion Interne du risque de change ………………………………...26 La méthode d’approche……………………………………………………………26 CHAPITRE 2 : L’Optimisation de la Gestion du Risque de Change I- La gestion du risque de change 1 .30 a.23 III- Présentation de la Méthode d’approche Définition…………………………………………………………………………. de l’Entreprise d’accueil. ……………………………………………07 1..Les centres de refacturation …………………………………….2 L’Optimisation de la gestion du risque de change…………………………….08 1.Les comptes globalisés…………………………………………. Et de la Méthode d’approche I- Présentation du Thème de Projet 1.04 CHAPITRE 1 : Présentation du Thème de stage.11 1..22 Section 3 : Présentation de la BMCE Capital…………………………………….21 Section 2 : Organisation de la BMCE BANK…………………………………….Introduction Générale……………………………………………………………………..31 d.Le netting ou compensation interne au groupe ……………….La gestion des délais de paiement ………………………………32 84 Mémoire de Fin de formation .14 II- Présentation de l’entreprise d’accueil : BMCE BANK Section 1 : Profile de la BMC BANK……………………………………………..30 c.....3 Le Marché de change…………………………………………………………..4 Le Marché de change Marocain……………………………………………….

....38 =>Caractéristiques des options ……………………………….38 =>Définition …………………………………………………….43 L’option Tunnel………………………………………………………………………46 L’option Zéro Coste………………………………………………………………...52 II- Cas Pratique Présentation des Entreprises ……………………………………………………….Les Swaps ……………………………………………………….53 =>Cas de l’Entreprise A ……………………………………………………54 a .49 3 ......38 =>Dénouement des options ………………………………….Opération de change à terme pour le fournisseur Européen…………………………………………………………55 c ....Synthèse des Stratégies………………………………………………....La gestion Externe du risque de change ………………………………..Les contrats à terme ……………………………………………....57 d ..40 =>Les différents types d’option ……………………………….32 =>Les principes de base des contrats à terme …………………..Option de change pour le fournisseur Européen …………….59 85 Mémoire de Fin de formation ..32 a.40 L’option classique « Plain Vanilla »…………………………………………………...32 =>La détermination du taux de change à terme ………………...Opération de change au comptant ………………………………54 b .35 =>Caractéristiques générales…………………………………….37 c.41 L’option Participative……………………………………………………………….35 b.Les Options de change …………………………………………..33 =>Les avantages & inconvénients du change à terme ………….35 =>Les Swaps de devises en couverture du risque de change……36 =>Différences entre Swaps de change et Swaps de devises……..39 =>Avantages des options……………………………………....2 ...Décision à prendre …………………………………………….

.=>Cas de l’Entreprise B……………………………………………………60 a ..61 b ..64 Recommandations………………………………………………………………….....71 =>Annexe 2…………………………………………………………………………….82 86 Mémoire de Fin de formation ..81 =>Annexe 5…………………………………………………………………………….Décision à prendre ………………………………………………63 Synthèse ……………………………………………………………………………....Couverture par l’achat d’une option de change …………………62 c ..Couverture par contrat à terme …………………………………..78 =>Annexe 4…………………………………………………………………………….64 Conclusion……………………………………………………………………………………65 Bibliographie & Webographie …………………………………………………………....67 Les Annexes……………………………………………………………………………… …70 =>Annexe 1 ………………………………………………………………………….75 =>Annexe 3…………………………………………………………………………….