You are on page 1of 32

06/08/11 Standard&Poor’s dégrade la note des Etats-Unis - 10/08/11 Les émeutes dans plusieurs villes du Royaume Uni révèlent la fragilité

de la société britannique - 14/09/11
La patronne des patrons français évoque un complot anglo-saxon contre l’Euro - 16/09/11 Victoire socialiste au Danemark, influences populistes et ultra-ibérales en recul
en Europe - 27/09/11 Le ministre allemand des Finances propose aux Américains de s’occuper de leurs problèmes plutôt que de donner des leçons aux Européens - Pour
la première fois depuis 1958, le Sénat français passe à gauche -10/11 Le mouvement des Indignés s’étiole en Europe pendant qu’Occupy Wall Street monte en puissance
aux US - 20/10/11 L’assassinat de Kadhafi illustre la fin d’un règlement de compte occidental effectué sous couvert de combat pour la démocratie - 25/10/11 Une fusée russe
Soyouz décolle pour la 1° fois du centre spatial européen de Kourou marquant une coopération stratégique accrue euro-russe en matière spatiale - 26/10/11 Nouveau tournant décisif dans l’intégration de l’Euroland qui prend le parti des gens plutôt que des banques - 28/10/11 La réélection de Cristina Kirchner dès le premier tour en Argentine
confirme l’évolution du continent sud-américain vers une intégration accrue - 31/10/11 Schisme au sein de l’ONU avec la reconnaissance de l’état palestinien par l’UNESCO
- 01/11/11 Le Brésil prend la place de 6° économie mondiale du Royaume Uni - 02/11/11 Le projet de référendum de Papandréou sur la solution européenne à la crise de
la dette grecque replace les peuples au cœur de l’avenir de l’Euroland - La Chine réussit son premier rendez-vous spatial et se prépare au montage de sa station orbitale

Indicateurs de rupture

Magazine d’Anticipation Politique

MAP
4

Août Septembre Octobre Novembre 2011

Sommaire
Edito Anticiper, c’est prévoir pour agir (p.2) – Gouvernance Mondiale Conseils aux leaders du G20 : les trois priorités stratégiques du G20 en 2012/2014 pour éviter une “décennie tragique” (p.4) – Nouvelle Gouvernance Vers un référendum
transeuropéen sur les questions de nouvelle gouvernance ? (p.9) - Mode d’emploi L’évaluation de l’anticipation (p.12) –
Anticipation Le “Jour d’Après” (les élections présidentielles US en 2012) (p.14) – Sociologies 2012 : Emergence de la
gouvernance maternelle (p.20) – FuturHebdo We need you ! (p.26) – Fiction Isaac Asimov : Fondation et Psychohistoire (p.28)

EDITO

Anticiper, c'est prévoir pour agir
par Marie-Hélène Caillol
Les “3 conseils aux leaders du G20” qui suivent le présent édito sont une parfaite exemplification du slogan du
GEAB “Anticiper c’est prévoir pour agir”. Ces “3 conseils” sont en effet le fruit mûrement réfléchi de 6 années de
travaux menés par LEAP sur la crise mondiale, travaux qui se sont attirés un respect et une crédibilité qu’ils ne
doivent qu’à leur qualité et leur pertinence spontanément reconnues dans le monde entier. En 2009, le renom de ces
patients travaux d’anticipation avaient déjà permis à LEAP d’émettre en amont du sommet de Londres “3 conseils
aux leaders du G20” qui avaient été publiés dans une pleine page de l’Edition Internationale du Financial Times.
Aujourd’hui, il n’est plus certain que le Financial Times – ni aucun grand média d’ailleurs - soit le meilleur support
pour que ces idées diffusent là où nous le souhaitons, c’est à dire au plus haut niveau. Nos propres outils de
diffusion (GEAB, Revues de presse, MAP, trafic spontané, etc…), permettant de toucher des centaines de milliers
de personnes dans tous les pays et dans des dizaines de langues (puisque, outre nos propres traductions en 4
langues, nos documents font systématiquement l’objet de traductions spontanées sur internet), sont probablement
plus pertinents en la matière.
D’autant plus que nous avons assorti la diffusion classique du message à l’intention des leaders
du G20 d’une démarche pro-active de rencontre systématique avec les conseillers en charge
du prochain sommet de Cannes dans les 20 capitales et dans leurs ambassades en France,
particulièrement impliquées bien sûr dans l’instruction des dossiers préparatoires au prochain
sommet de Cannes. Les “3 conseils” que vous allez lire ont donc circulé dans les cercles
très proches des niveaux de décision des 20 pays les plus importants de la planète. L’accueil
qui nous a été réservé au cours de ces entretiens a été des plus cordiaux, les discussions
auxquelles ils ont donné lieu des plus ouvertes, et la démarche dont on aurait pu craindre
qu’elle paraisse arrogante, a été en réalité parfaitement acceptée, comprise et saluée.
Nous avons été clairs sur le fait que ces conseils ne sont pas (ne sont plus en fait, car ils l’étaient en 2009 dans notre message du Financial
Times) si innovants que cela. L’idée, par exemple, d’un panier de monnaies pour remplacer le dollar comme seul pilier du système monétaire
international fait désormais assez régulièrement l’objet de déclarations de tel ou tel décideur. Cela dit, ces idées n’ont toujours pas franchi
le mur des débats officiels des sommets internationaux. Elles sont encore, d’un point de vue diplomatique, des idées-tabou. Tout l’ancien
système, emmené par les anglo-saxons, s’arc-boute pour empêcher qu’elles y soient débattues alors qu’elles sont centrales à la résolution
2 MAP Novembre 2011 - Une publication quadrimestrielle de LEAP

de la crise en cours. Tant que nos leaders n’aborderont pas ces questions lors de leurs sommets au vu et au su de tous, la crise ne fera que
gagner en intensité. A l’inverse, il suffirait qu’elles soient mentionnées pour qu’une chaîne vertueuse de résolution de crise s’enclenche.
Ces 3 conseils, et le travail de diffusion dont ils font l’objet, se veulent donc essentiellement une contribution à l’abolition du tabou dramatique qui
bloque actuellement tout espoir de transition pacifique et constructive, et qui plonge la planète dans le chaos croissant que nous connaissons.
Nous n’avions malheureusement pas vraiment l’espoir que le G20 de Cannes soit celui qui voit les choses se débloquer. Toutes les énergies
ont été employées à faire croire que le nœud du problème, c’est la dette de quelques pays européens; Nicolas Sarkozy, à quelques jours
du démarrage de son sommet “historique”, s’est même senti obligé de dramatiser la situation européenne et d’enfoncer le clou sur cette
interprétation fausse de la crise. Cela n’augurait rien de bon sur la pertinence et l’utilité des débats qui allaient avoir lieu les 3 et 4 novembre à
Cannes.
Mais ce travail de sensibilisation aux vraies raisons de la crise que nous menons, nous espérons que, peu à peu, il fasse son chemin dans les
coulisses puis dans les couloirs des sommets et que bientôt, il franchisse les murs des grands auditoriums et fasse son entrée dans les débats
officiels. Prenant en compte le renouvellement de nombreux dirigeants du G20 au cours de l’année 2012, la fenêtre d’opportunité pourrait se
situer fin 2012/tout début 2013, lors du sommet du G20 qui réunira pour la première fois les dirigeants nouvellement élus des grands pays du
G20 (Russie, Chine, Etats-Unis, France, probablement Italie, Allemagne,...). Il suffirait alors que, en amont du sommet, certains d’entre eux,
issus de la zone Euro et des BRICS, fassent en même temps des déclarations officielles allant dans ce sens, pour obliger à ce que cette/ces
question(s) soit intégrée(s) au programme des discussions.
La parole politique est acte ne l’oublions pas.

3 MAP Novembre 2011 - Une publication quadrimestrielle de LEAP

GOUVERNANCE MONDIALE

Conseils aux leaders du G20 :
Les trois priorités stratégiques du G20 en 2012/2014
pour éviter une "décennie tragique"
Un document LEAP/E2020
Le 29 Mars 2009, Franck Biancheri signait dans l’édition mondiale du
Financial Times une lettre ouverte de LEAP/E2020 aux dirigeants du G20 qui
allaient se réunir à Londres la semaine suivante. Ce texte prédisait dans son
introduction que si les trois recommandations qu’il contenait n’étaient pas
mises en œuvre au plus vite, au lieu d’une crise de trois à cinq ans, le monde
s’enfoncerait dans une crise de plus d’une décennie.
Nous sommes deux ans et demi plus tard, et hélas, il est évident désormais que non seulement la crise révélée en 2008 n’est pas réglée1, mais
qu’elle est au contraire en train de s’aggraver mêlant désormais perte de confiance dans les devises papiers et le système bancaire occidental2,
rechute de l’économie mondiale dans la récession, hausse continue du chômage occidental, endettement public explosif des pays occidentaux
et malaise croissant des puissances émergentes devant un ordre ancien qui refuse de penser sa succession.
En 2009, LEAP/E2020 donnait trois conseils stratégiques aux dirigeants du G20 :
en priorité, créer une nouvelle devise internationale de référence en lieu et place du Dollar US
désormais incapable de tenir le rôle de pilier du système monétaire mondial

l

parallèlement, faire en sorte que la puissance publique prenne
le contrôle des grandes banques devenues de véritables “trou
noir” à liquidités, que ce soit par la nationalisation ou d’autres
méthodes

l

1. Contrairement à ce que n'ont cessé
d'affirmer la plupart des responsables
politiques, financiers et économiques au
cours de ces deux dernières années.
2. Dont le retour au premier plan de l'or
comme valeur-refuge est le meilleur
indicateur.

enfin, faire réaliser par le FMI un audit en profondeur des systèmes financiers américain, britannique et
suisse au cœur de la planète financière.

l

Sans ces réformes essentielles et leur mise en œuvre rapide dans le semestre suivant le sommet du G20
de Londres, nous indiquions que la “fenêtre d’opportunité” se refermerait pour plusieurs années.
4 MAP Novembre 2011 - Une publication quadrimestrielle de LEAP

Pour compléter ces recommandations, la lettre ouverte soulignait l’importance de publier un communiqué du G20 qui soit bref et facilement
compréhensible par les opinions publiques mondiales faute de pouvoir enrayer les craintes des populations.
Aujourd’hui, tout le monde se rend compte qu’il y a bien eu près de trois années perdues puisque les mêmes thématiques restent d’une
actualité brûlante3. Cependant l’anticipation politique n’est pas une école du regret, mais un instrument d’aide à la décision.
Pour LEAP/E2020 il est donc temps, à la veille du nouveau sommet du G20 qui se tiendra à Cannes les 3-4 novembre 2011, de poursuivre
l’effort initié en 2009. Cet effort a pour but d’éviter que le monde plonge dans ce que Franck Biancheri appelle “le scénario tragique pour la
décennie 2010-2020”4. Et le temps nous paraît particulièrement propice puisque selon notre équipe une nouvelle “fenêtre d’opportunité” va
s’ouvrir en 2012, pour une durée de deux ans maximum.

Une nouvelle fenêtre d’opportunité pour l’action du G20 s’ouvre en 2012
En effet, au cours de l’année 2012, les dirigeants de près de la moitié des pays du G20 vont être renouvelés. Ce sera le cas pour le Mexique,
la Corée du Sud, les Etats-Unis, la Chine, la Russie, l’Inde, la France, l’Italie et probablement l’Allemagne5. A partir de la fin 2012, le sommet
du G20 réunira donc pour l’essentiel des leaders politiques élus “dans la crise”, et non pas avant la crise comme c’est le cas actuellement. De
ce fait, la préparation des sommets pour 2012, 2013 et 2014 ne sera plus paralysée et/ou parasitée par nombre de “tabous”, d’ “impossibilités”
ou, à l’inverse, de “certitudes désormais obsolètes” ou d’ “évidences qui n’en sont plus” appartenant au monde d’avant la crise. En tout état
de cause, cette nouvelle génération de dirigeants ne pourra pas prétexter découvrir une situation à laquelle elle n’a pas été préparée; et
pour paraphraser la conclusion de notre lettre ouverte de 2009, elle ne pourra pas non plus
prétendre ne pas avoir été prévenues des opportunités à saisir pour faire prendre à la planète
un chemin de transition pacifique vers le monde d’après la crise.
Parallèlement, la récente prise de conscience générale (depuis le début du second semestre
2011) du fait que tout reste à faire pour tenter de surmonter la crise systémique globale
crée pour un an ou deux maximum une situation propice à l’audace politique. Epuisées par
les conséquences de la crise et effrayées par l’inefficacité des actions entreprises pour la
résoudre, partout les opinions publiques sont désormais prêtes à soutenir ou accompagner
des bouleversements majeurs de l’ordre qui a prévalu ces dernières décennies, tant au niveau
socio-économique qu’en termes géopolitiques. Mais, là aussi, il faut garder à l’esprit que cet
état d’esprit ne sera positif que s’il est exposé à des projets de solution ambitieux et reflétant
l’intérêt du plus grand nombre; et que sinon, il se transformera partout dès 2013 en colère
destructrice, ciblant les systèmes et dirigeants en place.
Les conditions de l’exercice d’un premier pouvoir effectif du G20 ainsi définies, LEAP/E2020
5 MAP Novembre 2011 - Une publication quadrimestrielle de LEAP

3. LEAP/E2020 avait par ailleurs recommandé
aux dirigeants de la zone Euro dès 2007 de
mettre en place au plus vite une gouvernance
de l'Euroland. Nous rappelons à ce propos que
le terme Euroland, devenu très à la mode, a
été créé par Franck Biancheri et utilisé pour la
première fois dans un article intitulé “2004 ou
la naissance de l'Euroland” publié le 11.02.2004
dans NewropMag).
4. Dans son livre “Crise mondiale : En route pour
le monde d'après” publié fin 2010 aux Editions
Anticipolis.
5. Où la perspective d'élections anticipées est
très probable.

recommande aux leaders du G20 de se concentrer sur trois priorités stratégiques au cours des années 2012/2013. Nous insistons sur
l’importance d’un agenda resserré, refusant la dispersion sur une multitude de thèmes. En effet, la complexité de la problématique, à savoir
l’émergence d’une nouvelle gouvernance mondiale, comme la nécessité de communiquer pour convaincre des opinions publiques comptant
plusieurs milliards de citoyens dans des contextes politiques, sociaux, culturels, économiques très divers, imposent de se concentrer sur
l’essentiel.

Les trois priorités stratégiques du G20 pour construire l’avenir dès 2012/2013
Et, pour LEAP/E2020, l’essentiel tient à ces trois priorités stratégiques qui déterminent fondamentalement toute future architecture de la
gouvernance mondiale et assainissent à la fois les zones dangereuses du système actuel. En termes simples, il s’agit de construire l’avenir
tout en dépiégeant le présent des bombes du passé.
1° priorité : Lancer dès 2012 (au plus tard) le processus de création d’une nouvelle devise de réserve mondiale. La méthode la plus simple
serait à ce stade de transformer les DTS en ce nouvel instrument monétaire mondial en lui donnant un nom plus “sexy” bien entendu et en
retenant les devises des principales économies mondiales dans son panier de définition de valeur : Dollar US, Euro, Yen, Yuan, Real, Rouble,
devise des pays du Golfe (si elle émerge d’ici là), Rand sud-africain, et peut-être l’or qui est redevenu de facto une devise-refuge. Il s’agit de
refonder le système monétaire mondial sur l’économie réelle, donc exit les devises “financières” comme la Livre sterling ou le Franc suisse.
l

Les problèmes techniques n’existent pas. Le savoir-faire existe au sein des institutions internationales pour effectuer en une année tout
le travail nécessaire à la création d’une telle devise. La difficulté vient donc uniquement de l’émergence au niveau du G20 d’une volonté
politique déterminée à tenir un calendrier de deux années pour créer et lancer cette nouvelle devise. Cette volonté, et le poids décisionnel
nécessaire et suffisant pour la concrétiser en actes, existera potentiellement dans un
sous-groupe du G20 composé de l’Euroland, des BRICS et de plusieurs autres pays
émergents. Les changements politiques à la tête des principaux pays de l’Euroland
comme l’actuelle confrontation croissante entre, d’une part, l’Euroland et, d’autre part,
Wall Street et la City vont créer d’ici 12 mois au maximum les conditions parfaites
d’une convergence Euroland-BRICS sur un tel agenda.
C’est à partir de ce noyau “créatif” que devra se préparer l’agenda du sommet du
G20 de la fin 2012 qui comprendra bien entendu, sinon rien ne se fera, une réforme
radicale et d’effet immédiat, des compositions du capital et des instances dirigeantes
des principales organisations mondiales (FMI, Banque Mondiale, OMC, Conseil de
Sécurité)6. Au rythme d’évolution de la crise, courant 2012, ni Washington ni Londres
ne seront plus en mesure (s’ils le souhaitent encore7) de s’opposer à la création de
cette nouvelle devise globale de référence.
6 MAP Novembre 2011 - Une publication quadrimestrielle de LEAP

6. Si le G20 veut être au cœur de la gouvernance
planétaire, les leaders qui y participent doivent agir en
leaders politiques d'envergure qui abordent et résolvent
les grandes questions ; et non pas en gestionnaires qui
débattent de questions techniques.
7. Ce qui pour LEAP/E2020 serait la preuve que leurs
dirigeants manquent de vision des intérêts de leurs pays
à moyen et long terme car de toute façon l'évolution
en la matière est inéluctable. La seule question à se
poser est : cela se fera-t-il dans le cadre d'un processus
contrôlé et pacifique ou via une décennie de conflits en
tous genres ?

La vision et la détermination des dirigeants de l’Euroland8, des BRICS et d’autres pays émergents au sein du G20 seront les seuls facteurs de
succès ou d’échec de cette réforme fondamentale sans laquelle le système monétaire international actuel continuera année après année à
sombrer dans un chaos croissant, portant des coups terribles au commerce mondial, à l’économie globale et à la coopération internationale,
tout en alimentant la hausse du chômage et l’appauvrissement des classes moyennes occidentales, et en ralentissant considérablement le
développement des économies émergentes.
Sans un “étalon fiable”, il n’y a pas de système économique et financier stable. C’est en cela que cette priorité est stratégique : sans elle, rien
ne peut se faire de significatif ou de durable puisque toute mesure se trouve pervertie par un étalon (le Dollar US) devenu fragile, élastique et
imprévisible.
2° priorité : Mettre sous tutelle publique partielle ou complète dès le début 2013 au plus tard l’ensemble des principaux établissements
financiers mondiaux. La liste est connue désormais puisque ce sont ceux qu’à la demande du G20, le Financial Stability Board qualifie de
systémiques. Il faudrait y ajouter les principaux établissements des pays BRICS et émergents car il est évident que plusieurs d’entre eux
deviendront “systémiques” d’ici cinq ans. L’objectif en la matière est double : d’une part s’assurer que ces établissements résistent aux
tentations spéculatives - or nous savons désormais qu’il ne peut pas être envisageable de faire confiance à leurs dirigeants et/ou actionnaires
privés en la matière; d’autre part, organiser un “dégonflage en douceur” qui ne casse pas l’économie réelle de l’économie virtuelle. Tout état se
refusant à une telle politique verra ses établissements concernés mis sur liste noire, à l’image de ce qui a été tenté sans succès pour les paradis
fiscaux. Sans succès, car il n’y avait pas de volonté politique déterminée sur le sujet; et surtout car ce n’est pas le paradis fiscal qui fait la
spéculation… c’est la grande banque qui l’utilise. Cette fois-ci, le G20 n’a plus le droit à l’erreur : qu’il ne se trompe pas de cible, ni de méthode.

l

3° priorité : Lancer fin 2012 un vaste programme décennal d’infrastructures publiques à l’échelle mondiale. Par le terme “infrastructures”,
LEAP/E2020 intègre notamment l’ensemble des services publics essentiels comme l’éducation, l’accès aux soins et aux services de base
(eau, électricité, télécommunication) et quelques programmes scientifiques emblématiques (médecine, spatial, énergie). Il s’agit par ce biais
de soutenir efficacement et durablement9 la croissance mondiale en utilisant au mieux les déséquilibres actuels en matière de ressources
financières : les pays bénéficiant de considérables excédents trouvant ainsi un moyen utile et sûr10 de les recycler. C’est aussi, à notre sens, le
seul moyen de mettre fin à l’évaporation accélérée de milliers de milliards de dollars US d’actifs générée par la crise financière et la récession
économique en cours. On peut imaginer un budget de mille milliards d’Euros (chiffre symbolique en termes de communication) partagé en
deux enveloppes géopolitiques : d’une part, les infrastructures ou projets impliquant
plusieurs régions du monde; d’autre part, ceux centrés sur une seule région ou un seul
8. Et de leurs conseillers
pays. Les pays occidentaux doivent aussi faire partie des bénéficiaires car sinon on
reste dans la logique du monde d’avant la crise et car ce sont leurs économies qui ont 9. Par une programme d'une décennie intégrant
aussi besoin d’un grand coup de main (en particulier les Etats-Unis en ce qui concerne notamment les exigences d'économie d'énergie pour
les infrastructures).
les projets soutenus.
l

Pour conclure ce deuxième exercice de conseil aux leaders du G20 en moins de trois ans,
LEAP/E2020 souhaite attirer leur attention sur un point méthodologique fondamental.
Le fond et la forme étant étroitement liés, il est essentiel que, dès la fin 2012, le monde
7 MAP Novembre 2011 - Une publication quadrimestrielle de LEAP

10. L’alternative est de voir leurs excédents continuer
à perdre de leur valeur du fait de la crise.

puisse constater un changement radical dans le processus de localisation géographique des travaux du G20
et, au-delà, dès 2013, de la gouvernance mondiale. L’urgence et la complexité des travaux du G20 dans
cette période légitime la tenue de deux sommets du G20 par an. Après celui prévu au Mexique mi-2012, il
faut donc en prévoir un au quatrième semestre 2012 afin que l’ensemble des nouveaux dirigeants élus au
cours de l’année puisse commencer à peser sur les travaux et l’agenda de l’institution.
Par ailleurs, dès cette date, il serait souhaitable, pour d’évidentes raisons de crédibilité globale, que les
sommets quittent le giron atlantiste11 pour se tenir dans les puissances émergentes : Chine, Brésil, Inde,
Russie paraissent des choix évidents pour montrer que le G20 n’est pas un G7 agrémenté de pays invités.
Nul doute que cela aidera les agendas à évoluer radicalement, condition sine qua non pour surmonter la
crise.
Enfin, dans cette logique, il est inévitable qu’à partir de 2013/2014 s’ouvre le débat sur la relocalisation des
grandes institutions internationales afin de s’assurer que la géographie de la gouvernance globale d’après
la crise reflète le monde réel et non plus celui de 1945. Loin d’être des détails, ces changements touchent
au cœur du processus décisionnel et seront de formidables atouts en termes de conviction des opinions
publiques, pour qu’elles sentent bien qu’il y a effectivement un changement historique en cours dans la tête
de ceux qui les dirigent et pas seulement dans les communiqués de leurs rencontres.
En parlant de méthode, il nous paraît nécessaire d’expliciter à nos abonnés celle que nous avons retenue
pour cette “Action G20 2011”12. LEAP/E2020 a ainsi choisi cette année une approche très différente de
celle retenue en 2009. Il n’y aura pas de lettre ouverte publiée dans le Financial Times ou autre journal
international : d’une part, parce que l’audience de LEAP/E2020 aujourd’hui est suffisamment globale pour ne
plus avoir besoin d’intermédiaire13, d’autre part, car il temps de ne plus dépendre des médias anglo-saxons
dont l’envergure internationale reflète “le monde d’avant la crise” pour communiquer ce type de messages
qui vise à préparer “le monde d’après la crise”. Nous réaffirmons ainsi par l’exemple que le fond et la forme
sont étroitement liées pour assurer la cohérence de l’action et du discours, et assurer ainsi une efficacité
maximale à l’effort entrepris.
Ces conseils seront donc diffusés aux abonnés du GEAB dans un premier temps, puis exceptionnellement14 mis
en ligne publiquement mi-Octobre, soit deux semaines avant la tenue du sommet de Cannes. Parallèlement,
depuis six mois, en partenariat avec LEAP et les éditions Anticipolis, Franck Biancheri, directeur de LEAP/
E2020, a entrepris une opération de diffusion de l’édition internationale15 de son livre “Crise mondiale : En
route pour le monde d’après – Europe et monde dans la décennie 2010-2020” et des travaux de LEAP/E2020
auprès des diplomates et conseillers spéciaux de tous les pays participant au sommet du G20 de Cannes16.
Nous ne pouvons d’ailleurs que nous féliciter de l’accueil très positif reçu à ce jour par la quasi-totalité des
pays concernés. Ce travail de sensibilisation continuera jusqu’au sommet lui-même début novembre.
8 MAP Novembre 2011 - Une publication quadrimestrielle de LEAP

11. Depuis fin 2008, les
sommets se sont en effet
tenus à Washington, Londres,
Pittsburgh, Toronto, Séoul. Le
prochain est à Cannes et le
suivant à Mexico. C'est une
localisation très américanocentrée. Source : Wikipedia.
12. Et cela est d'autant plus
vrai que vous êtes nombreux à
nous demander comment nous
pouvons faire partager nos
analyses au plus haut niveau.
13. Voir les informations sur
le trafic du site LEAP/E2020,
devenu le site sur la crise
globale bénéficiant de la plus
importante audience mondiale.
Source : LEAP, 21.08.2011
14. Nous sommes certains
que les abonnés du GEAB
comprendront cette entorse à
notre règle consistant à attendre
trois mois avant de mettre
éventuellement des extraits
d'un numéro du GEAB dans le
domaine public.
15. Versions anglaise, allemande, espagnole et italienne.
16. Qui recevront bien entendu
les conseils formulés ici par
LEAP/E2020.

NOUVELLE GOUVERNANCE

Vers un référendum transeuropéen sur les questions de nouvelle gouvernance ?
par Baudouin de Sonis

“Plus d’Europe sans attendre”, tel est le programme que vient de proposer, dans Die Welt, le très proeuropéen ministre allemand des finances Wolfgang Schaüble. Il préconise une fois de plus des transferts
de pouvoir fiscal et budgétaire plus importants au niveau européen, tout en souhaitant qu’ils bénéficient
d’une légitimité démocratique, dont il ne précise pas les modalités1.
Nicolas Sarkozy a annoncé d'autre part que la France et l'Allemagne préparaient un certain nombre
d'adaptations des traités européens pour renforcer l'intégration de la zone euro.

A l’heure actuelle, l’Euroland se trouve dans une situation de monopolisation des pouvoirs par la technostructure et par une certaine oligarchie
(les lois sont rédigées par des fonctionnaires non élus qui sont soumis à la pression des lobbies et autres associations diverses; syndicats,
presse…). Les députés sont soumis majoritairement aux consignes de leur administration (pays d’origine) et à la discipline des dirigeants, sans
oublier les influences, pas toujours dénuées d’intérêts corporatistes ou industriels des lobbies. Dans ce cadre, les citoyens eurolandais ont le
sentiment que l’eurocratie et les députés européens sont déconnectés des réalités quotidiennes, ce qui entraine le sentiment “que nous ne
sommes plus en démocratie”. Il serait donc conforme à la logique de ce développement que des citoyens qui doivent subir des changements audelà des frontières nationales, aient la capacité d'influer démocratiquement,
dans leur rôle de citoyen de l'Union, sur ce que leurs chefs de gouvernement
1. “Les causes et les conséquences”, Paul Jorion, 04.10.2011,
négocient ou décident dans une zone juridique grise2.
24hGold

Une solution serait d’appliquer la démocratie directe telle qu’elle est pratiquée
dans certains états des USA, en Allemagne ou en Suisse (pour ce pays,
depuis le XIIIème siècle) et de s’appuyer aussi sur les groupes qui se lancent
dans ce domaine à l’heure actuelle, “www.directdemocracynow.com” aux
USA, en Pologne3 et en Islande4. On pourrait se baser sur les art. 6 et 14 de la
déclaration des droits de l’homme comme point de départ de la revendication.
Ces deux articles permettent aux citoyens de susciter des décisions politiques
et d’agir sur celles-ci dans le domaine des lois, des dépenses, de la fiscalité

9 MAP Novembre 2011 - Une publication quadrimestrielle de LEAP

2. “Rendons l’Europe plus démocratique !”, Jürgen Habermas,
25.10.2011, Le Monde
3. Source : www.demokracjabezposrednia.pl
4. “The Iceland experiment”, 26.01.2011, Direct Democracy

et autres5.
Comme premier outil, le referendum d’initiative populaire, se basant sur le “droit de pétition6”, a l’avantage de s’opposer à la mainmise de la
technostructure et/ou des lobbies car il est difficile de faire front à une population entière. Par ce biais, on fait revenir au centre du débat la
réalité vécue par le citoyen, on rétablit l’équilibre entre fonctionnaires et élus, on renforce le pouvoir des citoyens par rapport aux oligarchies.
On redonne sens et dimensions à l’idée de l’Europe (ici, de l’Euroland). En remettant le citoyen au centre du débat, on établit un dialogue
eurolandais en prônant une convergence des idées au delà des frontières.
Les pas de géant accomplis vers un renforcement de l’intégration budgétaire, géo-financière, voire fiscale de l’euro zone depuis les décisions du
sommet de mai 2010, feront date dans l’histoire de la construction européenne. Par contre, le manque de visibilité et de contrôle démocratique
des décisions prises et actées par la technostructure mettent à risque les étapes parcourues et les résultats obtenus. En effet, ces deux
éléments, ajoutés aux facteurs de rejet de l’idée européenne, et au manque de
visibilité des circuits de décisions risquent de braquer le citoyen et de le renforcer
dans cette idée d’une Europe responsable de tous ces maux. Idée reprise “ad nutum”
par des politiciens à des fins purement électorales.
Les prochaines étapes vers un renforcement de l’intégration économico-financière,
fiscale et budgétaire vont entraîner un tel transfert de pouvoirs qu’il sera impossible
de ne pas demander l’approbation des citoyens de l’Euroland. Or, comme l'aventure
de la Constitution a montré que le système consistant à laisser chaque Etat “faire
comme et quand il voulait” a complètement échoué, cette fois-ci, pour mettre toutes
les chances de leur côté, les dirigeants de l'Euroland n'auront d'autre choix que de
faire un référendum transeuropéen.
On peut envisager ce référendum trans-Euroland d'ici 2015 à la fois sur ce qui a
été acté et sur un nouveau Traité. En effet, 2 ans paraissent nécessaires à la fois
pour que les populations “métabolisent” ces pas de géants, mais aussi pour que
la nouvelle génération de dirigeants nationaux, qui va sortir des urnes en 2012,
aie le temps de proposer aux citoyens un texte qui, à la fois, valide les acquis de
l’Euroland, redynamise la construction européenne et mette en place des outils de
démocratie directe pour les raisons évoquées ci-dessus. Mais aussi parce que la
démocratie “permet de donner plus d’influence au peuple face aux lobbies car les
lobbies peuvent influencer un parlement mais pas tout un peuple: la démocratie
directe réduit non le pouvoir des chambres mais le pouvoir des anti chambres...”.
D’autre part, le citoyen vote en secret, il est moins soumis que le député aux
10 MAP Novembre 2011 - Une publication quadrimestrielle de LEAP

5. A l’exemple des Etats-Unis et de la côte ouest au
début du siècle. Une compagnie de chemins de fer, la
Southern Pacific, avait pris le contrôle du parlement de
Californie, par la corruption des députés notamment.
Un procureur arriva à faire condamner le président de
cette compagnie et le président du Congrès de Californie :
il devint un héros populaire et se fit élire gouverneur. Il
s’appelait Hiram Johnson. Il décida de faire voter une
réforme de la constitution californienne sur l’exemple de
la Suisse pour que les citoyens puissent déclencher des
référendums contre les lois votées par le parlement et
pour que les citoyens soumettent au suffrage universel
des textes de lois nouveaux : ce dernier procédé s’appelle
l’initiative populaire.
La réforme fut votée par les citoyens de Californie vers
1900. Depuis lors, non seulement la Californie mais 27
états fédérés des Etats-Unis vivent sous ce régime de la
démocratie directe.
6. Source : Charte des Droits Fondamentaux de l’Union
européenne : droit de pétition, Parlement européen

“consignes de partis”. Ce référendum, initialisé par l’Euroland pour l’Euroland aura de plus l’avantage de ne pas avoir été proposé par des
chefs d’Etats ou de gouvernements, évitant ainsi l’amalgame avec un plébiscite qui lui génère souvent des “contre” la personne qui l’a soumis
oubliant la réalité et l’importance de la question.
Reste maintenant à résoudre les obstacles juridiques soulevés par une telle consultation populaire, notamment en Belgique et en Allemagne,
deux Etats membres dont les constitutions respectives ne reconnaissent pas le référendum au niveau national.

Manuel d’anticipation politique, par Marie-Hélène Caillol
À plusieurs reprises au cours des 25 dernières années, la mouvance européenne centrée autour du personnage de Franck Biancheri a de facto fourni le terreau à l’anticipation correcte d’événements historiques majeurs : chute du Rideau de Fer, crise de la Commission, effondrement du dollar et crise systémique globale
constituent les prédictions les plus frappantes de l’histoire (toujours en cours) de cette mouvance dont les
caractéristiques très atypiques (contexte européen, structure en réseau, objectifs politiques, indépendance
d’esprit…) laissent supposer qu’elles sont sans doute pour quelque chose dans ce “talent”.
En effet, si une anticipation correcte est le fruit du hasard, et qu’à deux, c’est de la chance, à trois en revanche,
on peut commencer à espérer repérer des règles, des méthodes rationnelles.
Les travaux issus de cette mouvance, ont peu à peu forcé le respect jusque dans les milieux universitaires,
donnant naissance à une demande de formalisation méthodologique qui fait l’objet du présent manuel.
Editions Anticipolis ISBN : 978-2-919574-04-9 prix : 10,00 €

11 MAP Novembre 2011 - Une publication quadrimestrielle de LEAP

MODE D’EMPLOI

L’évaluation de l’anticipation
Extrait du Manuel d’Anticipation Politique par Marie-Hélène Caillol

Le GEAB est un instrument rationnel d’analyse et de compréhension des tendances qui façonnent notre avenir proche. Ainsi, à la
différence des démarches idéologiques ou mystiques, son évaluation est donc une partie intégrante de son utilité.

Cet exercice n’est pas seulement utile pour évaluer la fiabilité des anticipations, il est également un exercice intellectuel nécessaire pour mettre
en perspective les certitudes ou les évidences qui se sont évanouies en une année. Et donc, pour les destinataires comme pour les chercheurs
en anticipation, c’est un exercice salutaire pour se préparer à anticiper l’année à venir.

Les travaux d’anticipation conduisent en effet à constater quotidiennement combien chacun a tendance à remplacer les certitudes d’hier par
celles d’aujourd’hui en oubliant complètement que celles d’hier pouvaient être à l’opposé de celles d’aujourd’hui. C’est sans aucun doute un
élément essentiel du fonctionnement de l’être humain qui lui permet de s’adapter constamment aux nouvelles situations mais, quand il est mis
en lumière, il éclaire singulièrement la “valeur” des “évidences” ou des “certitudes” d’une époque ou d’une collectivité, qui s’avèrent souvent
très éphémères. C’est notamment l’un des rôles de l’anticipation politique que de dévoiler ces tendances, d’anticiper les incertitudes de
demain derrière les certitudes d’aujourd’hui. Enfin, cet exercice paraît essentiel également à des fins pédagogiques, car l’un des objectifs de
l’anticipation politique est in fine d’aider ses destinataires à être en mesure par eux-mêmes de s’exercer à l’anticipation politique.

Pratiquement, l’évaluation peut prendre différentes formes mais, devant répondre à des critères de clarté et de lisibilité, le plus simple est le
mieux. La méthode retenue par exemple par le GEAB consiste à s’engager une fois par an sur une série cohérente de tendances structurantes,
une sorte de photo de l’année à venir (les “Tendances up and down” du GEAB), et à évaluer leur réalité onze mois plus tard.

Comme ce système laisse de côté les anticipations importantes formulées le reste de l’année. Il est vite apparu indispensable d’ajouter à cette
liste “objective” une autre série d’anticipations sélectionnées plus subjectivement mais légitime tout de même car récapitulant les principaux
12 MAP Novembre 2011 - Une publication quadrimestrielle de LEAP

succès et échecs avérés (visibles et connus de tous les destinataires) de l’année.

La question de la pondération des questions s’est posée mais LEAP a opté contre, jugeant un tel exercice nécessairement subjectif et source
de désaccord et de polémiques sans fin. Tous les points d’anticipation sont donc notés de la même manière : 1 point si l’anticipation s’est
réalisée, 0 si elle ne s’est pas réalisée et 0,5 point si elle s’est avérée juste au moins une grande partie de l’année. Cela permet d’aboutir à un
chiffre simple, un pourcentage d’anticipations réussies sur l’année passée.

Cette évaluation annuelle doit en outre être publiée sur le même support que les analyses pour que tous les destinataires des anticipations y
aient automatiquement accès.

13 MAP Novembre 2011 - Une publication quadrimestrielle de LEAP

ANTICIPATION

Le “Jour d’Après” (les élections présidentielles US de 2012)
Manifestations, troubles sociaux et affrontements feront “la Une” des médias

par Juan Vargas, Mexico (traduction: Baudouin de Sonis)
Dès le résultat des élections présidentielles connu, les espoirs et les craintes d’une société profondément en
opposition éclateront sous forme d’affrontements et de manifestations de rue.
Jusqu’à cette date, ces sentiments seront canalisés par les médias et les discours de campagne électorale,
chaque camp espérant que son point de vue sociétal (les progressistes supportant Obama et l’aile droite
américaine soutenant le candidat républicain) se voit le gagnant avec une apothéose digne d’Hollywood
marquant la fin des problèmes de l’Amérique.
Hélas, le “Jour d’Après” se vivra comme un dur retour à la réalité, où les problèmes sont bien présents et où
rien n’a changé, à part le désespoir total de la population envers le monde politique, quelque soit le vainqueur.
Les signaux avant-coureurs sont déjà là, sous nos yeux ; manifestations à Madison dans le Wisconsin, à Wall-Street, sit-in sur les campus
universitaire à travers le pays ou encore manifestations d’immigrants latinos.
Madison est la ville qui a connu ce que nous pourrions qualifier de prologue d’un mouvement social. D’une part, plus de 100 000 travailleurs et
leurs familles s’installant dans le siège du Gouverneur pour défendre leurs droits à négocier sur la base de conventions collectives existantes
que le Gouverneur veut abroger. D’autre part, les frères Koch, une des familles les plus riches au monde, priant sur internet les habitants de
descendre dans la rue pour défendre le Gouverneur1. On assiste là aux manifestations
les plus importantes en 40 ans, en fait depuis la guerre du Vietnam2. Et ce n’est qu’un
1. “Class war in Wisconsin”, 22.02.2011, The Guardian
début ; le feu se propage à d’autres états tels l’Ohio, l’Iowa, l’Idaho et l'Alaska. Notons
qu’un sondage USA Today/Gallup annonce que 61% des américains s’opposeraient
2 “US left finds its voice over Wisconsin attack on
union rights”, 24.02.2011, The Guardian
à la mise en place d’une loi similaire à celle du Wisconsin dans leur Etat3. En fait, la
vraie bataille est entre des travailleurs qui luttent pour leur survie et des Républicains
3 “Poll : Americans favor union bargaining rights”,
qui font tout pour mettre les syndicats à genoux pour diminuer leur capacité de
23.02.2011, USA Today
résistance lors des combats à venir4 et tarir une source de financement d’Obama
nécessaire à sa campagne pour un second mandat.
4 “Tomgram : Andy Kroll, Union-Busting or RepublicanBusting in Wisconsin?”, 31.03.2011, TomDispatch

Plusieurs facteurs ont mené les USA dans l’impasse dans laquelle ils se trouvent

14 MAP Novembre 2011 - Une publication quadrimestrielle de LEAP

aujourd’hui. Principalement l’état lamentable du système d’enseignement qui est sans doute le pire du monde industrialisé (ou développé).
Les dysfonctionnements de ce système génèrent non seulement une extrême pauvreté, des inégalités et une violence souvent à l’origine de
manifestations, mais il interdit aussi tout débat sur ce qui se passe aux USA, la responsabilité de l’Etat et les directions qu’il souhaite prendre.
Pour illustrer cet état, notons que 50% des adultes sont incapables de lire un livre du niveau “fin de primaire” ce qui les condamne à être mis
en marge de la société. A tel point que certains Etats projettent le nombre de places nécessaires en prison pour partie sur les résultats de test
de lecture d’écoliers. L’illettrisme est en lien direct avec la pauvreté, le taux de crime et d’internement5. A titre d’exemple, la ville de Detroit, la
plus affectée par ces phénomènes connait un taux d’analphabétisme de 47%6.
L’échec de ce système éducatif fait passer l’Amérique à côté de l’essentiel et entraîne une chute du niveau du débat d’idées dans les domaines
sociaux, politiques ou économiques. “Sur-simplifications” et idées toutes faites sont la norme, les medias étant souvent l’exemple de références
Kafkaïennes.
D’une part, nous avons les carences de ce système éducatif qui font le lit du dogmatisme et de l’affrontement systématique dans les débats
socio-économiques et politiques. D’autre part, nous avons d’autres facteurs qui, une fois combinés avec ces carences, nous conduisent tout
droit vers les troubles sociaux, les affrontements et les manifestations de rue. La plupart de ces facteurs, déjà identifiés lors du printemps arabe
et du mouvement des indignés sont :
l

Une augmentation des prix des produits alimentaires,

l

Le chômage

l

Le manque de perspectives pour la jeune génération

l

La pauvreté

l

Les inégalités sociales

l

La perte du domicile

5. “Illiteracy : The Downfall of American
Society”, 13.06.2011, Education-Portal
6. “Nearly Half Of Detroit’s Adults Are
Functionally Illiterate, Report Finds”,
05.07.2011, The Huffington Post
7. “Food prices increase most in 36 years”,
16.03.2011, CBS News

Les denrées alimentaires ont connu leur plus forte augmentation en 36 ans, touchant
des pans entiers de la population7, celle-ci devant puiser dans ses réserves (aussi
faibles soient-elles) pour assumer des dépenses alimentaires et/ou énergétiques8.

8. “US consumers use savings to pay for
basics”, 28.03.2011, The Telegraph

Les Américains sont en train de perdre espoir et nombreux sont ceux qui ne croient
plus au “rêve américain” (43% on perdu cet espoir)9.

9. “John Zogby : The American Dream
redefined”, 29.03.2011, BBC

15 MAP Novembre 2011 - Une publication quadrimestrielle de LEAP

Côté emploi, les perspectives ne sont pas meilleures. En fait, la situation est catastrophique.
Parmi ceux qui ont la chance d’avoir un travail, 35% ont vu leur salaire baisser10. Et même
si le taux de chômage officiel était de 9% dans le rapport d’avril 2011, le même rapport nous
montre que le taux d’emploi de la population U.S. était de 58,4%11. Et, quand bien même
vous auriez la chance d’avoir retrouvé un job, il y a fort à parier qu’il sera moins payé que
le précédent. Ainsi, pendant la récession, 23% des boulots étaient des bas revenus et 49%
des nouveaux emplois étaient des emplois à revenu faible. Pour couronner le tout, il est très
difficile de décrocher un emploi à durée indéterminée (en 2010, 26% des emplois étaient des
CDD, à comparer avec les 7% lors de la récession de 200112) et les conservateurs continuent
leur destruction des syndicats pour la raison qu’un travailleur syndiqué touche 200$ de plus
par semaine qu’un travailleur non-syndiqué. En conclusion, deux chiffres, le taux de chômage
des jeunes de moins de 24 ans est de 17,6%13 et 5,8 million de travailleurs on été inscrits au
chômage pour des durées supérieures à 6 mois.

10. “John Zogby : The American Dream
redefined”, 29.03.2011, BBC
11. Source : Bureau of Labor Statistics
12. “Tomgram : Andy Kroll, Welcome to the
McJobs Recovery”, 08.05.2011, TomDispatch
13. “The Jobs Numbers and the President’s
Job”, 08.05.2011, The Huffington Post
14. “Of the 1%, by the 1%, for the 1%”,
05.2011, Vanity Fair

“We’re #1 : Ten Depressing Ways America is Exceptional”, 20.04.2011, AlterNet

Comme nous pouvons le constater dans les schémas ci-dessus, les USA ont le taux de pauvreté le plus élevé des pays industrialisés. Et
cette pauvreté continue d’augmenter dans la logique de la crise économique et financière, les revenus de la classe moyenne continuant à se
dégrader, impactant d’autant plus ceux qui ne sont pas passés par l’université (12% de perte au cours du dernier quart de siècle)14.

16 MAP Novembre 2011 - Une publication quadrimestrielle de LEAP

Les signes d’aggravation pour la population pauvre sont là :
Les clients de Wal-Mart, ceux qui ont du mal à joindre les deux bouts, achètent une quantité au début du mois, quand leur compte est
créditeur, puis vivent au jour le jour, à court de liquide
l

l

Les achats s’effondrent avec les fins de mois15

l

43 millions d’américains (1 sur 7) vivent grâce à l’aide alimentaire, ce qui représente une augmentation de 16% en un an16

6 de ces 43 millions n’ont pas d’autre revenu, pas de cash, pas d’assurance chômage, pas de retraite ou de pension d’invalidité, pas d’aide
à l’enfance17

l

l

Selon le Census Bureau, 1 enfant sur 5 aux USA vit dans la pauvreté18

En 2007, 62% des faillites personnelles étaient dues à des dépenses médicales, sachant que 75% de ces personnes étaient couvertes par
une assurance maladie

l

T.R. Reid, journaliste au Washington Post, a posé la question au Président de
la Confédération Helvétique : “Combien de personnes, en Suisse, se sont-elles
déclarées en faillite personnelle à cause de frais médicaux qu’elles ne pouvaient
assumer ?“. Le Président Pascal Couchepin a répondu “Aucune. Ca n’arrive
jamais. Ce serait un scandale énorme si cela se passait.”19
Nous pourrions continuer ainsi “ad infinitum” avec les statistiques. Les faits sont
incontournables, la population américaine s’appauvrit de jour en jour à vitesse
croissante.
Mais cela ne suffit pas d’être pauvre. Il y a en plus le fait que les gens ont
parfaitement conscience des ressources de leur pays et de ses inégalités de
revenus.
Ainsi, les USA ont un des taux les plus élevés de disparité des revenus selon
l’index Gini, comparable aux écarts que connaissent des pays aux revenus plus
faibles, tels la Russie ou la Turquie. Notons qu’en 1915 (un siècle), le 1% le plus
riche de citoyens américains représentaient 18% des revenus, aujourd’hui ce
1% représente 24% de la totalité des revenus20.

17 MAP Novembre 2011 - Une publication quadrimestrielle de LEAP

15. “Wal-Mart’s customers are running out of money”,
28.04.2011, Truthdig
16. “1 in 7 Americans rely on food stamps”, 21.12.2010,
CNN
17. “Living on Nothing but Food Stamps”, 02.01.2010, The
New York Times
18. “Hunger in America : 2011 United States Hunger and
Poverty Facts”, 25.09.2011, World Hunger Notes
19. “We’re #1 -- Ten Depressing Ways America Is
Exceptional”, 20.04.2011, AlterNet
20. Source : Income inequality in the United States,
Wikipedia

Cerise sur le gâteau, nous constatons sur le schéma que le taux d’imposition d’Exxon Mobil est inférieur au taux moyen d’un individu, ceci se
vérifiant, non seulement pour d’autres corporation (GE, GM,…), mais aussi pour les individus les plus riches en général.
Dernier aspect de cette paupérisation galopante: la perte de leur domicile par les citoyens les plus pauvres (sans compter la crise systémique
financière et économique, de la fin du QE II, de la crise des bons d’état et des bons municipaux, des coupes budgétaires qui vont toucher les
Américains).
l

Les ventes de logements familiaux se sont éffondrées de 80% en février 2011 comparativement au pic de 2005

Les ventes de maisons unifamiliales neuves sont à leur plus bas depuis que l’on collecte ce type de statistiques (1963) alors qu’à l’époque
les USA ne comptaient que 260 millions d’habitants21
l

En 2010, 2,9 millions de propriétaires ont reçu une assignation d’expulsion (en augmentation de 2% par rapport à 2009 et de 23% par rapport
à 200822

l

- A ce jour, 5,5 millions de propriétaires ont un retard de 90 jours ou plus sur leur échéance
de prêt immobilier

- 3,5 millions ont reçu un avis d’expulsion

- 1,5 millions sont dans la période de “non rachat possible de leur dette”23

- Enfin, 15 millions d’Américains ont une dette supérieure à la valeur de leurs biens

- Et 27% sont “sous la ligne de flottaison”24

- 20% des propriétaires sont en retard de paiement

21. “Builders of New Homes Seeing No Sign of Recovery”, 22.04.2011, The New York Times
22. “2010 Had Record 2.9 Million Foreclosures”, 13.01.2011, ABC
23. “Current Foreclosure Statistics in the U.S.”, 04.02.2011, Twin Cities Real Estate
24. “Homeowners Hit Brick Wall, With Many Owing More Than Homes Are Worth”, 09.02.2011,
Fox News

18 MAP Novembre 2011 - Une publication quadrimestrielle de LEAP

Nous réalisons que les tendances sont là, et que les ruptures sont déjà bien engagées, qu’après le QE II et le pseudo QE III (qui ne dit pas son
nom), nous n’échapperons pas aux coupes budgétaires féroces. Quel que soit le niveau de gouvernement (fédéral, Etat fédéré, local), la colère
des Américains va exploser car ils réaliseront que le peu qu’il reste d’un fragile et maigre filet de sécurité a complètement disparu.
Durant la seconde moitié de 2011 et en 2012, les manifestations et les protestations ne feront qu’augmenter. Canalisées par la campagne
électorale et les médias, ces évènements resteront sous contrôle. En fait, ce sera la dernière fois que les électeurs essaieront d’influencer le
débat politique par des moyens pacifiques. Mais ce débat ne fera qu’accroître les oppositions et nous devons craindre d’assister à la plus “sale”
des campagnes présidentielles de notre histoire.
Une fois l’élection passée, et quel qu’en soit le résultat, le “Jour d’Après” verra les manifestations et les protestations se transformer en troubles
sociaux, affrontements et émeutes.

19 MAP Novembre 2011 - Une publication quadrimestrielle de LEAP

SOCIOLOGIES

2012 : Emergence de la gouvernance maternelle
par Luc Brunet
Les tendances de fond du passé, telle que l’opposition gauche-droite qui occupe notre politique, sont-elles
vraiment des objets universels ? Au-delà du stéréotype, c’est peut-être l’archétype d’un Etat paternaliste
devenant maternaliste qui sera la grande question du nouveau siècle.
“Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me
battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire.“
Injustement attribué à Voltaire par Evelyn Hall en 1906
“Quel blasphème ! Les dévotes crient, les docteurs fourrés s’assemblent, les alarmes se multiplient de collège en collège, de
maison en maison ; des corps entiers sont en mouvement et pourquoi ? Pour cinq ou six pages dont il n’est plus question au
bout de trois mois. Un livre vous déplaît-il, réfutez-le ; vous ennuie-t-il, ne le lisez pas.”
Voltaire

Les tendances de fond du passé semblent tellement évidentes que nous oublions qu’elles ne font pas, de toute éternité, partie de l’ordre du
monde. Il en va ainsi du principe de l’occident chrétien post 1789 qui consiste en une opposition bi-partisane entre une gauche qui propose un
projet égalitaire et social, et une droite qui propose un projet individuel et méritocratique.
Dans ce système, les extrêmes aussi bien que le centre ont du mal à exister, le paradoxe de Condorcet
(comme le théorème d’impossibilité d’Arrow1) montrant que le vote, dans une telle société, donne
rarement de représentativité complète. Si le système de Hare2 quant à lui, consistant à voter en
classant les candidats, le permettrait, il faut bien constater qu’il est aussi efficace qu’inemployé.
Notre système, que l’on pourrait dénommer “dextrosinistre” (droite-gauche en latin), serait né d’août
1789. Il aurait conduit les deux tendances à se répartir géographiquement dans l’assemblée nationale
et aurait perspiré dans l’occident tant il correspondait à un fond commun3.
En 2002, Michel Schneider croit discerner une inflexion dans le comportement de l’Etat, passant
d’une direction paternaliste de la vie du citoyen, pour laquelle il voulait être respecté, à une direction
affective et maternelle, pour laquelle il voulait être aimé4. Le concept de Big Mother, le pendant de
Big Brother, était né.

20 MAP Novembre 2011 - Une publication quadrimestrielle de LEAP

1. “Arrow et l’impossibilité: une
démonstration par l’absurde”, Benoît
Lengaigne et Nicolas Postel, 2004/2
n°24, p.388-410, Revue du MAUSS
2. Source: Scrutin unique transférable,
aceproject.org
3. Source: Left-right politics, Wikipedia
4. “L’Etat, Big Mother”, 30.03.2009,
Polémia

L’Etat paternaliste voulait former par les valeurs, l’Etat maternaliste le fait par l’amour, ou, du moins, le simulacre de l’amour. Dans le traitement
des crises sociales, par exemple des émeutes de 2005, il met en avant les mots de “respect, lien social…“5 quand les protagonistes auraient
sans doute préféré un emploi et des revenus6. Mais derrière cette évolution, quelles sont les idées qui auraient changé ?

Le bipartisme polymorphe

5. Voir l’actualité sur le thème des banlieues, Le Nouvel Observateur
6. “France’s Burning Issue : Understanding the Urban Riots of November 2005”, Canet &
al. 18.11.2008, Social Science Research Network

Chaque période de transition est accompagnée,
précédée, tempérée par une cohorte philosophique
qui donne aux hommes politiques du vocabulaire et
de la finalité. La transition entre le moyen-âge et la
renaissance fût accompagnée par Montaigne, Spinoza,
Pascal, Francis Bacon. Celle entre l’ancien régime et la
modernité par Rousseau, Voltaire, Locke. La transition
vers le XXème le fut par Marx, Nietzche, Le Bon…
Qui accompagnera la transition vers le monde d’après
la crise civilisationnelle de 2011 ?
Il est possible de faire le pari que la tendance dextrosinistre se maintienne sous une forme différente, prenant
en compte l’évolution philosophique de l’Occident, les
concepts nouveaux de l’Etat maternaliste :
l
Le principe de précaution, parfois utilisé d’une
manière extrême et anxiogène dans le but de rassurer
(il devient alors précaution par principe), est maintenant
inclus dans la constitution française7.

Transitions sociétales / Transitions philosophiques
Le droit d’ingérence humanitaire, une nouveauté qui
ne va pas de soi, joue autant sur la dimension affective
que sur l’éthique8.
l

21 MAP Novembre 2011 - Une publication quadrimestrielle de LEAP

7. Source : Legifrance.gouv.fr
8. Source : Ingérence humanitaire, Wikipedia

La préservation des générations futures, qui se décline en règle d’or budgétaire, mais aussi sous-tend les efforts sur les énergies renouvelables
et sur la préservation de l’environnement, s’installe là aussi pour des raisons affectives autant qu’éthiques.
l

Il se développe une règle plus ou moins tacite de non-vexation : il est impossible de dire du mal de minorités visibles ou invisibles, il est
impossible de caricaturer. La susceptibilité est désormais prise en considération, cette tendance conduisant potentiellement à l’autocensure.

l

Dans le domaine de la science, la prise en compte du ressenti plutôt que des faits conduit à valoriser le consensus9, et donc à considérer le
couple observateur-observé comme l’objet de l’étude, plutôt que l’observé dans l’absolu.

l

l De nouveaux messages apparaissent, tels les projets pour “civiliser l’Internet”, allant jusqu’à mettre des mouchards sur les terminaux ou à
mettre un firewall national qui fait sans doute se retourner dans leur tombe tous les défenseurs de la liberté de la presse10.

L’Etat maternaliste s’invite également dans des domaines presque moralistes : projet de pénalisation des clients des prostitués en 201211, avis
des députés sur le contenu des manuels scolaires quant à la théorie du genre12, multiplication des contrôles routiers sur la base d’analyses
statistiques peu discriminantes13 et de manière plus générale, recherche de la culpabilisation par des méthodes telles que le bilan carbone
aujourd’hui contestées en terme méthodologique14.
De l’autre côté, celui de l’individu et de la propriété, on observe :
une fuite en avant dans la défense du système bancaire et financier qui correspond à
une impossibilité de remettre en cause la légitimité de certaines richesses,
l

l

une résistance au maintien des multiples niches fiscales,

le développement de l’intervention technologique sur le vivant (OGM, …) ou de la
connaissance, sous responsabilité individuelle, de son propre génome c’est à dire de ses
propres tares et avantages génétiques (de multiples sociétés proposent des décodages
génétiques fiables sur internet, y compris sous actionnariat Google),

l

le développement de méga-sociétés privées (Apple, Google, Monsanto, Facebook,
Exxon, GE…) dont certaines pèsent plus que certains Etats15

l

la défense forte de la propriété intellectuelle (HADOPI..), vitale dans une société où le
commerce des biens immatériels est devenu majeur.

l

Le développement de la juridiciarisation qui conduit à s’expliquer plutôt dans les tribunaux
que dans les journaux ou les livres, comme on devrait le faire en démocratie “voltairienne”.
l

22 MAP Novembre 2011 - Une publication quadrimestrielle de LEAP

9. “La tentation du consensus”, Chantal Delsol,
21.03.2011, ASPM
10. “Le Grand Firewall Français”, 12.06.2008,
Korben
11. “Des députés veulent pénaliser les clients des
prostituées”, 12.04.2011, Le Monde
12. “La théorie du genre: une lubie coûteuse”,
08.09.2011, Le Nouvel Observateur
13. Source : La Sécurité Routière, Société de Calcul
Mathématique
14. “Le Bilan Carbone : erreurs méthodologiques
fondamentales et incertitudes”, 09.2011, Société de
Calcul Mathématique
15. “Des entreprises plus riches que des pays
malgré la crise”, 18.01.2011, ONG-Entreprises

Qui pense ?
Quels sont les instruments philosophiques exemplaires et idéologiques qui émergent de cette situation :
Tendance E : Ecoiste : Cette direction philosophique met non pas l’écologie, mais la société humaine au centre. L'écophilosophie de Pierre
Rabhi16 est, quant à elle, sans doute une tendance de fond qui conduit à se poser l’utile question du juste besoin par rapport à la consommation
de masse. Elle est souvent présentée comme une "révolution copernicienne" visant à décentrer l'homme et à le remettre à sans place dans
l'écosystème. Toutefois, dans sa vision sociale, c'est bien de l’amélioration de la société humaine qu'il s'agit.

l

- Tendances vertueuses : frugalité, autonomie alimentaire, communautés en réseau

- Intégrismes potentiels : refus du progrès (Luddisme17), intervention militaires pour préserver l’environnement, impérialisme
économique exemple : Theodore Kaczynski (Unabomber18, assassin anti-progrès technologique, c’est-à-dire néo-luddiste)

- Récupération politique possible : plutôt gauche, centre gauche

16. Source : Le Blog de Pierre Rabhi
17. Demory L., ”Une révolte anti-moderne : le luddisme”,
Louise Demory, 28.08.2008, Novopress
18. “Unabomber, le terroriste qui a inspiré le tireur d’Oslo”,
25.07.2011, Le Figaro
19. Prospective & stratégie, “Le transhumanisme, l’idée
la plus dangereuse du monde ?”, Luc Brunet, Expertise &
Prospective dans le monde réel
20. Source : Nick Bostrom’s Home Page

Tendance H+ : Le transhumanisme prône l'usage de la
technologie pour l'amélioration de l'homme. Elle plonge ses
racines dans Pic de la Mirandole, dans Teilhard de Chardin.
Individualiste, libertaire19 et matérialiste, elle tend à considérer le progrès technique comme valeur centrale. Dotée d'une
visibilité à Oxford (Nick Bostrom20), elle est elle-aussi dans
l

23 MAP Novembre 2011 - Une publication quadrimestrielle de LEAP

Evolution de la notion E

une démarche copernicienne mais considère que l'homme doit non seulement être décentré de l'univers mais aussi modifié en tant qu’espèce.

- Tendances vertueuses : responsabilité individuelle, recherche de sens universel (téléologie), ne favorisant pas la croissance
démographique

- Intégrismes potentiels : Eugénisme, sélection élitiste par l’accès aux technologies (donc par l’argent)

- Récupération politique possible : plutôt libérale

Evolution des idées H+
Poussées à l’extrême, ces deux tendances conduiraient à déclencher des conflits parce qu’un pays n’a pas respecté ses engagements quant
aux émissions de CO2 ou parce qu’un autre se livrerait à des clonages humains. Bien sûr, il serait très naïf de ne pas considérer ces deux
évènements, pollution ou clonage, comme certains dans un futur proche.
Dans cette lutte pour la primauté des droits de l’individu ou des droits de la société, l’Eglise orthodoxe russe a publié en 2006 une déclaration
24 MAP Novembre 2011 - Une publication quadrimestrielle de LEAP

alternative des droits de l’Homme, considérant la déclaration originale comme trop libérale, limitant les droits de l’individu à disposer de luimême21. S’opposant aux procréations technologiquement assistées, elle est bien évidemment dans une opposition extrême avec les idées
d’évolution de l’espèce.
La tendance à l’émergence de l’Etat Big Mother, maternaliste, ne conduit qu’à reproduire, sous d’autres habits, le bipartisme dextrosinistre. Elle
correspond à un très grand déficit de sens, que les penseurs politiques issus de la génération du babyboom semblent incapables de combler,
leurs seules recettes consistant, trop souvent, en de nouvelles façons de réchauffer d’anciens plats. Si les jeunes indiens pensent à 83% que
leur pays aura un brillant avenir, seuls 17% des jeunes français, 25% des jeunes allemands, 34% des britanniques, pensent de même22. Le
décollage politique et sociologique du Népal, passant en cinq ans d’une monarchie traditionnaliste à une société démocratique recensant trois
sexes, est emblématique du développement non seulement économique mais aussi sociologique de l’Asie alors que l’Occident semble se
perdre dans ses discussions. Le durcissement de la critique envers une dérive autoritariste de l’écologie (Pascal Bruckner), envers un déclin
humain dont le seul remède serait la technologie et l’individualisme (Michel Houellebecq), ou, à l’opposé, le catastrophisme culpabilisateur
des livres et des films pro-écologie (Al Gore, Yann-Arthus Bertrand) dénote sans doute une incapacité collective à sortir du cadre, à penser
autrement que par opposition et émotion. Ce qui est remarquable, ce n’est pas que le débat ait lieu, c’est l’usage étonnant et inquiétant du “vous
n’avez pas le droit de dire ça”.

La voie du milieu
Toutefois, une troisième voie plus centrale et peut-être plus
asiatique se développe, prenant en compte l’évolution inédite
de la société vers l’usage des biens immatériels qui conduit à
dépenser de plus en plus pour la connectivité, et de moins en
moins pour les provisions de bouche.

21. “Les déclarations des droits de l’homme”, Chantal Delsol, 28.01.2011, AES
22. “2011 Word Youth”, page 34, 2011, Fondapol
23. Source : Expertise & Prospective dans le monde réel

La noétique23 prône un individualisme réticulé, valorisant la connaissance et la réalisation. Peut-être aussi parce que, pour la première fois,
l’Asie et l’Europe sont connectées en temps réel et, aussi, parce que problèmes et solutions se trouvent sans doute autour de cet axe, il est
possible que, dans les dix prochaines années, en fonction des prises de consciences, l’Etat Big Mother cesse de vouloir régenter la vie de
ses enfants et que nous remettions à plat nos finances et nos désirs dans une vision plus responsable de notre évolution sociale. Si cela doit
se passer, c’est bien de l’Europe, en tant que plus grande innovation géopolitique du dernier millénaire, que devrait venir, dans un dialogue
historique avec l’Asie, une nouvelle façon de considérer le bien-être et la prospérité.

25 MAP Novembre 2011 - Une publication quadrimestrielle de LEAP

FUTURHEBDO

le magazine de notre futur probable

11/11/2061: We need you !
par Olivier Parent
Au cours de la deuxième décennie du XXIe siècle, les fondations écologistes durent répondre à une forte
demande d’une part des populations de la planète, en quête d’authenticité, tous ces appels émanant de
sociétés de consommation aux comportements exacerbés.
Venant de tous les pays, ces associations se fédérèrent dans un même élan. Cette réunion, la World
Ecologist Federation (WEF), se lança aussitôt dans un vaste plan d’acquisition: la WEF se mit à acheter
des îles, de diverses tailles, du simple rocher à des ensembles plus impressionnants, réparties sur toute la
surface de la planète. Dans ces Îles de la Biodiversité, fut rassemblée une bonne partie des moyens de ce
nouveau associatif. Dans un même temps, des pays comme le France se posaient à nouveau la question
de l’institution d’un service civil. Les toutes nouvelles Îles de la Biodiversité avaient besoin de bras. Les
jeunes gens avaient soif d’engagement, les gouvernements cherchaient des missions de services civiles
ne demandant pas trop d’investissements... Les Missions des Îles étaient lancées.
La mascotte des Iles de la Biodiversité a remplacé l’oncle Sam, mais le message reste le même: “We need You, engagez-vous !” La 40ème
campagne de sensibilisation aux “Missions des Iles de la Biodiversité” est l’occasion de faire un petit retour en arrière sur ce qui est devenu,
en un peu moins d’un demi-siècle, une institution planétaire: ces territoires devenus extranationaux par décret onusien, dans lesquels sont mis
en œuvre tous les moyens de préservation des formes de vie en danger... Îles sur lesquelles des formes de vie disparues reviennent à la vie.
L’ONU, loin de son attentisme habituel, n’a pas tardé à prendre acte en faveur de l’efficacité des travaux effectués sur les Îles. Les bénéfices
que l’ensemble de la communauté planétaire en tirerait sont importants et pourtant... L’état de la planète reste préoccupant. L’intérêt et la
reconnaissance de l’ONU se sont ainsi concrétisés au travers de la constitution de ce statut
d’extraterritorialité, au plus grand dam des pays “expropriés" et des industriels outrés par des
avantages consentis dont ils auraient bien voulu bénéficier !
Aujourd’hui, on ne compte pas moins de 30 îles de la Biodiversité de par le monde. Les
juristes de la WEF continuent à négocier ce que les opposants aux Iles de la Biodiversité
appellent des “annexions". Les surfaces gérées par la WEF croissent d’environ 15% chaque
année, autant que leurs succès: succès de spécialistes mais, aussi, succès pour le grand
public: chaque naissance, chaque retour d’un animal disparu est l’occasion pour la WEF de
faire parler d’elle.
26 MAP Novembre 2011 - Une publication quadrimestrielle de LEAP

La réserve mondiale de génotypes, l’Arche du Spitzberg a, elle aussi, trouvé son
intérêt dans le succès de ces sanctuaires de la vie sauvage. L’Arche, connue pour ses
collectes de graines, est aujourd’hui devenue la plus grande bibliothèque de codes
génétiques, sous formes numériques. Il avait été décidé, au début, de "numériser"
les ADN de toute forme de vie de la planète, en attendant que la synthèse artificielle
de l’ADN soit maîtrisée. Cette technique est aujourd’hui au point: on peut désormais
obtenir un individu adulte viable. Les candidats-pensionnaires ne manquent pas...
La WEF reçoit toute forme de dons, sous la surveillance de divers organismes de
vérifications financières et comptables. Le service civile des jeunes gens du monde
entier est la forme la plus belle de ces dons, car sans attente d’un quelconque retour.
Alors, n’ayons pas peur des mots : "We need you", engagez-vous !

Crise mondiale
En route pour le monde d’après
La France, l’Europe et le monde dans la décennie 2010-2020
Par Franck Biancheri
Dans ce livre sans concession, Franck Biancheri (né en 1961, directeur des études du Laboratoire Européen d’Anticipation Politique) tente de combler le manque d’anticipation des dirigeants et des élites
europénnes vis-à-vis de la crise en proposant une vision concrète de l’avenir de la France, de l’Europe
et du monde à l’horizon 2020.
Editions Anticipolis
ISBN : 978-2-919574-00-1
prix : 20,00 €

“Car cette crise que nous vivons n’est pas seulement la fin du monde d’avant, c’est également, une formidable occasion de reconstruire un monde d’après, à condition, toutefois, de ne pas se tromper sur les
dangers, les défis et les opportunités qui nous attendent.”

27 MAP Novembre 2011 - Une publication quadrimestrielle de LEAP

FICTION

Isaac Asimov : Fondation et Psychohistoire
par Jean-Claude Monot, animateur du site Isaac Asimov
La Fondation ! Si les premières pages sont écrites dès 1942, cette saga voit son dernier épisode émerger un demi-siècle plus tard, en
1993. Du moins, de la main d'Asimov. Car les émules qu'il laisse derrière lui sont légions, et plusieurs se sont déjà attaqués à rédiger
de nouveaux romans sur la Fondation.
S'il a fallu à peine un siècle pour passer du rêve de Jules Verne à la réalité de Neil Armstrong posant
le pied sur la Lune, portons notre imagination bien au-delà d'un siècle... deux cents fois plus loin. Dans
environ vingt mille ans.
L'humanité a essaimé à travers les milliards d'étoiles de notre galaxie, colonisant des millions de mondes
propres à accueillir la vie, accroissant sa population de façon exponentielle. Sans jamais rencontrer
d'intelligence non-humaine.
La Terre n'est plus maintenant qu'une lointaine et vague légende, un monde mythique perdu au milieu
des nombreuses Préfectures de l'Empire Galactique. Cet Empire qui règne sur la Galaxie et ses vingtcinq millions de planètes habitées, contrôlées depuis la planète-capitale, Trantor. Située au centre
d'amas d'étoiles étincelantes, Trantor est la plus proche planète du noyau galactique, et aussi la plus
peuplée avec quarante milliards d'habitants, dont l'Empereur.

La Fondation

L'Empire Galactique n'a jamais été aussi vaste et aussi puissant.

Mais apparaît Hari Seldon, un jeune mathématicien fraîchement débarqué de sa planète. Il met au point une nouvelle science, appelée psychohistoire, qui permet de prédire presque à coup sûr l'évolution de la société. Et quelle n'est pas sa surprise quand il comprend que, tout aussi
puissant et soudé que soit l'Empire, c'est son déclin qui s'annonce d'ici cinq siècles. Un déclin inéluctable, qui sera suivi par trente mille ans de
barbarie... jusqu'à un Renouveau, un nouvel Empire.
Une seule solution : tout faire pour réduire ce nouveau Moyen-Age au trentième de sa durée initiale. Ainsi, avec de multiples précautions,
détours et machinations, en lutte avec la noblesse qui, soit le conspue soit l'envie, Hari Seldon va mettre en place une Fondation sur la
28 MAP Novembre 2011 - Une publication quadrimestrielle de LEAP

planète Terminus. A la vue de tous, elle aura
pour but de créer une Encyclopedia Galactica
regroupant toutes les connaissances de
l'humanité. Et caché de tous, même de ses
membres, elle aura pour but de sauver la
Galaxie. Par sa simple existence.
Ainsi commençait l'histoire de la Première
Fondation.

La psycho-histoire
Après avoir lu le cycle de la Fondation, on a
l'impression que “pouvoir prédire l'avenir” sera
bientôt une réalité. Mais il faut se rappeler
que la psycho-histoire n'est viable que s'il
est possible de modéliser non seulement
l'humanité, mais aussi tout l'espace, avec tout
ce que cela implique.

Le cycle de Fondation
Asimov a débuté le cycle de Fondation par un ensemble de nouvelles, écrites entre 1942 et 1953,
et regroupées peu à peu en trois recueils, souvent assimilés à des romans, tellement les nouvelles
se complètent, telles les chapitres d’une même œuvre:
Fondation (1951)
Fondation et Empire (1952)
Seconde Fondation (1953)
Sous la pression de ses lecteurs, il reprendra le flambeau dans les années 80 avec deux romans
qui complètent le cycle initial, et révèlent bien des choses (qui n’étaient pas prévues à l’origine) :
Fondation Foudroyée (1982)
Terre et Fondation (1986)
Mais, trouvant que la vie de Hari Seldon et la mise en place du Plan n’ont pas été suffisamment
abordés dans ses premières œuvres, Asimov décide d’écrire deux romans qui se placent avant
Fondation.

Or, le nombre de paramètres à prendre en
compte est faramineux et l'on en arriverait
rapidement à un paradoxe : le modèle
Prélude à Fondation (1988)
serait aussi complexe que l'univers luiL’Aube de Fondation (1993)
même. En se limitant même à une approche
macroscopique, de façon plus concrète et
Je recommande de lire ce cycle dans l’ordre de parution pour en goûter tout le plaisir, et mettre en
plus proche, nous devrions être capables
évidence un changement de style et d’époque entre les trois premiers ouvrages et les suivants.
d'analyser la météorologie (les impacts sur
les récoltes, les catastrophes naturelles...),
l'évolution des ressources de chaque pays et du monde entier, l'évolution des connaissances scientifiques (il y a quelques décennies, qui aurait
prévu l'essor d'internet ?)..., et surtout l'Homme.
En effet, bien qu'Asimov compare la psycho-histoire appliquée à l'humanité, comme une étude des mouvements browniens des particules
de gaz dans l'espace, nous sommes autrement plus complexes que des atomes. Les humains ont une importance dans l'humanité, dans un
groupe, ou même en tant que simple individu : les idées d'un homme, géniales – Newton - ou perverses – Hitler -, peuvent changer le monde,
même si l'on peut arguer que s'ils n'avaient pas été là, d'autres les auraient remplacés à plus ou moins brève échéance. Dans l'œuvre de
29 MAP Novembre 2011 - Une publication quadrimestrielle de LEAP

Après le bon docteur
Ce que Isaac Asimov n’a plus eu le temps d’écrire, d’autres s’en sont
chargés. Il faut reconnaître que ces trois œuvres sont bien écrites,
agréables à lire - les auteurs se sont déjà fait une réputation - mais
leurs qualités au sein de ce cycle sont inégales :
l

Fondation en péril de Gregory Benford (1997)

l

Fondation et chaos de Greg Bear (1998)

l

Le triomphe de Fondation de David Brin (1999)

Après la lecture de ces émules, je n’en aurai eu que plus de plaisir à
relire la trilogie initiale.
Maintenant, tout ceci étant dit sur la psycho-histoire, oublions l’analyse
et gardons le rêve...

l'écrivain, le Mulet lui-même ne vient-il pas montrer le manque de
certitude dans les prédictions ?
D'où l'intérêt d'un pouvoir occulte chargé de rétablir les déviations
éventuelles : une Seconde Fondation.

Les règles
Si la psycho-histoire devient malgré tout réalité dans un très
très lointain et hypothétique avenir, deux axiomes apparaissent
inévitablement, bien mis en évidence par Isaac Asimov :
la nécessité d'appliquer cette science sur un ensemble humain
assez grand ; on peut certes se demander grand comment, mais il
n'y a pas de limite absolue en dessous de laquelle la psychohistoire
n'est plus applicable, simplement une graduation de la fiabilité en
fonction du volume de personnes concernées ;

l

les prédictions modifieraient le comportement de l'humanité si
celle-ci en avait vent, d'où la nécessité de cacher ces prédictions
à la masse de l'humanité (cacher le rôle de la Première Fondation,
et pour les mêmes raisons, la Seconde Fondation aux yeux de la
Première).

l

Avec deux corollaires que l'on retrouve dans plusieurs ouvrages de manière indirecte :
la nécessite de faire continuellement évoluer les prédictions en fonction du nouvel environnement (rôle de la Seconde Fondation), sans quoi
prédiction et réalité divergent de manière exponentielle ;

l

une mise en exergue, dans le premier axiome, du terme humain : car, si ce terme est utilisé dès les années 40 par Asimov, ce n'est que dans
les années 80 et les ouvrages de l'époque, que l'écrivain impose ce mot presque comme un troisième axiome. Car robots et extraterrestres
sont peut-être là...
l

30 MAP Novembre 2011 - Une publication quadrimestrielle de LEAP

Isaac Asimov
Né en 1920 en Russie, le jeune Isaac Asimov émigre très tôt aux Etats-Unis où il obtient la nationalité américaine. Son enfance se passe entre
la boutique familiale et son besoin de lire tous les ouvrages qu'il peut trouver. C'est dans les pulps qu'il découvre la science-fiction populaire,
une inspiration pour écrire ses propres récits durant son adolescence.
Après plusieurs essais, le jeune écrivain parvient à vendre la nouvelle Marooned off Vesta en 1939. Après des études supérieures, il devient
docteur ès science en 1948, continuant à produire de nombreux récits. En 1958 il décide de se consacrer uniquement à l'écriture, et recevra
de nombreux prix et récompenses jusqu'à sa mort en 1992.
Célèbre en France pour ses nombreux récits de science-fiction, il est également connu outre-atlantique pour une multitude d'ouvrages de
vulgarisation scientifique.
Pour en savoir encore plus : le site de Jean-Claude Monot sur Isaac Asimov

31 MAP Novembre 2011 - Une publication quadrimestrielle de LEAP

Magazine d’Anticipation Politique

MAP
Novembre 2011

MAP est une publication du Laboratoire Européen d’Anticipation
Politique (LEAP) en collaboration avec NewropMag
Directrice de publication : Marie-Hélène Caillol
Conseiller spécial de rédaction : Franck Biancheri
Editeur : Michaël Timmermans
Contributeurs : Luc Brunet, Baudouin de Sonis, Jean-Claude Monot, Olivier
Parent, Juan Vargas
Infographies Portraits MAP : Bruno Timmermans
Contact : map@leap2020.eu

Ne manquez pas le prochain numéro du Magazine d’Anticipation Politique (mars 2012)
Inscrivez-Vous :
http://www.europe2020.org/spip.php?article42&lang=fr
N’hésitez pas à nous envoyer vos commentaires :
map@leap2020.eu
Et merci pour tous vos commentaires qui nous ont aidé à concevoir les améliorations que vous avez pu constater entre MAP3 et MAP4
Texts are licensed under the Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 Unported License. To view a copy of this license, visit http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/ or send a
letter to Creative Commons, 171 Second Street, Suite 300, San Francisco, California, 94105, USA. Illustrations belong to the autors mentionned in the references.

34 MAP Novembre 2011 - Une publication quadrimestrielle de LEAP