Ecole nationale d’administration Promotion René Cassin (2001-2003) Séminaire « La formation professionnelle » Groupe 6

Formation professionnelle et nouvelles technologies

Octobre 2002

1 LES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION : UN VECTEUR DE CHANGEMENT POUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE............................ 4 1.1 Opportunités des TIC face aux enjeux actuels de la formation professionnelle................ 4 1.1.1 Un modèle pédagogique adapté aux besoins de formation individuelle de masse... 4 1.1.1.1 Une nouvelle demande sociale de formation ............................................................... 4 1.1.1.2 La FOAD, une réponse pédagogique innovante ......................................................... 5 1.1.1.3 La FOAD, un instrument de promotion de la formation professionnelle dans l’entreprise........................................................................................................................................ 7 1.1.2 Un modèle plus souple pour des contraintes temporelles plus fortes ......................... 7 1.1.2.1 La contrainte du temps court : une solution à l’équation des 35 heures.................. 7 1.1.2.2 La contrainte du temps long : une opportunité de se former tout au long de la vie 8 1.1.3 Une opportunité d’affirmer l’influence politique et culturelle française......................... 9 1.1.3.1 Un levier de diffusion des formations en langue française ........................................ 9 1.1.3.2 Une contribution innovante au développement.......................................................... 10 1.2 Risques et limites des nouvelles modalités de formation.................................................... 11 1.2.1 Les risques de la société de l’information ........................................................................... 11 1.2.1.1 Un risque d’inégalités territoriales................................................................................ 11 1.2.1.2 Le sous équipement français en infrastructures technologiques ............................ 12 1.2.1.3 Un risque d’aggravation des inégalités sociales ? .................................................... 13 1.2.1.4 Un risque d’atteinte aux libertés individuelles ............................................................ 14 1.2.2 Les limites des formations à distance ............................................................................. 15 1.2.2.1 Une transformation de l'identité du formateur ............................................................ 15 1.2.2.2 Les contraintes du droit d’auteur.................................................................................. 16 1.2.2.3 Qualification, certification et labellisation : un "effet qualité" encore limité ............ 16 1.2.2.4 Les limites du "tout distanciel" ...................................................................................... 17 1.2.2.5 Le compromis des "solutions mixtes" .......................................................................... 18 2 EVALUATION DES STRATEGIES D’ACTEURS : vers un plus grand PRAGMATISME ..... 19 2.1 Diversité des positionnements sur le marché ....................................................................... 19 2.1.1 Un marché en voie d’assainissement ............................................................................. 19 2.1.1.1 Un marché évoluant vers une plus grande maturité ................................................. 19 2.1.1.2 Un marché contestable et à la solvabilité étroite ....................................................... 20 2.1.1.3 Un marché favorisant la prédation ............................................................................... 21 2.1.2 Des stratégies variées en réponse à l’apparition des FOAD....................................... 22 2.1.2.1 Dynamisme des nouveaux entrants ............................................................................ 22 2.1.2.2 Attentisme des prestataires classiques....................................................................... 24 2.1.2.3 Scepticisme des organismes financeurs..................................................................... 28 2.2 L’Etat : un rôle de coordination des politiques nationales, régionales et communautaires 29 2.2.1 Une régulation imparfaite.................................................................................................. 29 2.2.1.1 Une action limitée ........................................................................................................... 29 2.2.1.2 Les difficultés de l’interministérialité ............................................................................ 31 2.2.1.3 Un rôle central de réglementation et de contrôle....................................................... 33 2.2.1.4 Un rôle de promotion des FOAD et de mutualisation de l'information ................... 34 2.2.2 L’Etat à l’articulation des logiques régionales et communautaires............................. 34 2.2.2.1 La montée en puissance des régions en matière de formation .............................. 34 2.2.2.2 La traduction inachevée des ambitions européennes .............................................. 36 3 PROPOSITIONS............................................................................................................................... 39 3.1 INFORMER ................................................................................................................................ 39 3.1.1 Proposition 1 : créer un observatoire des FOAD rassemblant les organismes d’étude actuels .................................................................................................................................. 39 3.1.2 Proposition 2 : créer un portail de formation renvoyant aux sites nationaux, régionaux et européens existants .................................................................................................. 40 3.1.3 Proposition 3 : créer une université ouverte et à distance........................................... 41 3.2 ORGANISER.............................................................................................................................. 42 3.2.1 Proposition 4 : limiter les risques d’atteinte aux libertés individuelles. Former les représentants du personnel au droit des TIC............................................................................... 42 3.2.2 Proposition 5 : insérer un volet FOAD dans tous les instruments contractuels Etatrégions 43

1

4 5

6 7

3.2.3 Proposition 6 : créer un régime simplifié de licence légale en faveur des FOAD .... 43 3.2.4 Proposition 7 : étudier la possibilité d’individualiser la comptabilité des activités commerciales des opérateurs publics ou de les filialiser afin de mieux observer les règles de la concurrence ............................................................................................................................. 45 3.3 INCITER...................................................................................................................................... 45 3.3.1 Proposition 8 : créer un "crédit d’impôt FOAD" assis sur l’investissement productif des entreprises.................................................................................................................................. 45 3.3.2 Proposition 9 : soutenir les prestataires de formation par une subvention de fonctionnement.................................................................................................................................. 47 3.3.3 Proposition 10 : Favoriser l’acquisition d’équipements de réseaux par les TPE-PME 47 3.3.4 Proposition 11 : mieux mobiliser le compte épargne temps et le capital temps formation en faveur des FOAD....................................................................................................... 48 3.3.5 Proposition 12 : immobiliser à l’actif du bilan la formation du capital humain et l’amortir de façon dérogatoire ......................................................................................................... 49 3.3.6 Proposition 13 : mieux financer l’accès des demandeurs d’emplois aux FOAD ...... 50 ANNEXES.......................................................................................................................................... 53 4.1 LES FRANÇAIS ET L’INTERNET........................................................................................... 65 Liste des personnes rencontrées ................................................................................................... 69 5.1 Participation du groupe aux réunions et manifestations suivantes: .................................. 69 5.2 Entretiens menés : .................................................................................................................... 69 LISTE DES SIGLES UTILISES ...................................................................................................... 75 BIBLIOGRAPHIE .............................................................................................................................. 84

2

INTRODUCTION
Les ingénieurs allemands Gottlieb Daimler et Karl Benz ont présenté leur première voiture à moteur en 1890. Mais le parc automobile mondial n'est passé de l'unité au milliard qu'un siècle plus tard. Le milliard d'ordinateurs personnels utilisés dans le monde est atteint quant à lui en vingt ans à peine, et le milliard d'internautes pourrait l'être dans dix à quinze ans. Les progrès de la science ont toujours été le ressort de la croissance. Avec les nouvelles technologies, la société récolte ainsi les fruits d'une nouvelle grappe d'innovations. La différence tient cependant au rythme de leur diffusion, beaucoup plus rapide qu'il ne l'a jamais été. La vitesse du changement contraint à une vitesse équivalente d'appropriation des nouveaux outils, et oblige à l'enrichissement du capital humain et à l'adaptation continue des compétences. L'émergence de cette économie de la connaissance se conjugue, dans les pays industrialisés, à un risque de pénurie de qualifications, engendré par le vieillissement de la population. Ces évolutions démultiplient les besoins des organisations productives en formation professionnelle, dans un contexte de restriction tendancielle du temps de travail, donc du temps de formation. Si les TIC contribuent à renouveler les enjeux de la formation professionnelle, elles offrent en même temps l'opportunité d'y répondre. Leur application à la formation crée de nouvelles façons d'accéder aux savoirs en permettant l'individualisation des contenus pédagogiques et l'industrialisation de leur production. Ces modalités d'apprentissage diffèrent des innovations précédentes - cours par correspondance, téléphone, audiovisuel - en ce qu'elles renforcent les mutations économiques et sociales engendrées par les TIC. Qu’il s’agisse d’elearning ou d’e-formation, les formations ouvertes et à distance (FOAD), telles qu’on les entend ici, utilisent les technologies les plus récentes pour proposer un nouveau modèle pédagogique associant apprentissage en "présentiel", accessibilité au plus grand nombre et souplesse d'organisation. Plaçant l'apprenant au centre du processus de formation, elles respectent la singularité de chaque démarche d'apprentissage. Par une ruse pédagogique, elles le transforment en auteur et en acteur de sa propre formation. Les FOAD ne produisent cependant tous leurs effets que lorsque l'apprenant est pleinement autonome. Elles ne seront de surcroît pérennes qu'à la condition de proposer des contenus substantiels qui ne se limitent pas à de l'information. A défaut, le marché des FOAD, encore instable, risque de souffrir du même scepticisme que celui qu'inspire aujourd'hui la "nouvelle économie". Vecteur de changement, les TIC sont une réponse innovante, mais encore imparfaite, aux enjeux de la formation professionnelle (I). Devant les incertitudes du marché des FOAD, les acteurs publics et privés adoptent des stratégies prudentes et pragmatiques, appelant au renforcement du rôle de coordination et d'orientation de l'Etat (II). Informer les acteurs de marché, organiser un cadre juridique stable et clair, inciter enfin les parties prenantes à investir dans les FOAD, sont autant de leviers d’actions pour l’Etat (III).

3

1 LES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION : UN VECTEUR DE CHANGEMENT POUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE
A la différence des technologies qui les ont précédées, les technologies de l’information et de la communication (TIC) s’appliquent à l’intégralité du processus de production, et emportent à ce titre des mutations économiques, sociales et culturelles. Vecteur de changement elles sont aussi le moyen privilégié d’y répondre. Leur application à la formation professionnelle offre l’opportunité de développer et de mettre en oeuvre un nouveau modèle pédagogique, mieux adapté aux enjeux qui caractérisent aujourd’hui le secteur. S’il présente des limites et n’est pas exempt de risques, ce modèle constitue cependant une réponse innovante, qui complète utilement les dispositifs traditionnels.

1.1 Opportunités des TIC face aux enjeux actuels de la formation professionnelle
La diffusion des TIC modifie profondément les enjeux sociaux et organisationnels de la formation professionnelle. L’économie de la connaissance place la maîtrise et l’enrichissement continu des savoirs et des savoir-faire au cœur du processus productif. Le système de formation professionnelle, longtemps fondé sur une logique de promotion décidée par l’employeur, est donc transformé à la fois dans son organisation et dans sa finalité. 1.1.1 Un modèle pédagogique adapté aux besoins de formation individuelle de masse L’économie de l’innovation nécessite une accumulation importante de capital humain et technique, mais aussi une meilleure adéquation des qualifications aux besoins des entreprises et des administrations. Les salariés, quant à eux, doivent veiller à maintenir leur employabilité dans un environnement plus concurrentiel et incertain. 1.1.1.1 Une nouvelle demande sociale de formation Les TIC créent les conditions d’un travail plus qualifié susceptible de se concentrer sur les tâches les plus créatrices de valeur ajoutée. Dans l’environnement économique actuel, le travailleur moderne doit être doté d’une gamme élargie de compétences lui permettant d’être polyvalent et mobile. L’accent est mis sur les connaissances, l’aptitude à apprendre et à traiter l’information. Alors que les modèles de gestion des ressources humaines hérités du passé visaient principalement la réduction des coûts1 par la production de masse et la rationalisation des procédures, l’introduction des TIC, et plus largement l’émergence d’un nouveau modèle économique, placent la gestion du capital humain au cœur du projet stratégique de l’entreprise. Les compétences des salariés doivent être constamment adaptées, afin que ces derniers maintiennent leur employabilité et l’entreprise, sa compétitivité. Ce nouveau modèle de gestion du capital humain recherche l’amélioration continue des compétences, en même temps que la capitalisation des savoirs acquis par les salariés : ces derniers doivent ainsi recenser et décrire leurs compétences, pour que la trace et le bénéfice en soient conservés même après leur départ. Ce modèle trouve une forme plus achevée dans le "knowledge management" (KM)*, outil de mémorisation des connaissances. Le
1

Cf Annexe 4

4

phénomène de "e-transformation"* des entreprises, qui résulte de la banalisation des TIC dans les organisations, nourrit ce processus en même temps qu’il le facilite. Au total, la gestion des compétences ne se fonde plus seulement sur une logique de promotion de catégories socioprofessionnelles, mais aussi sur une dynamique d’adaptation permanente de l’individu. Or, la formation traditionnelle ne répond qu’imparfaitement à cette exigence. Carrer Space : un projet européen de gestion des compétences à l’initiative du secteur des TIC Créateur de nombreux emplois, le secteur des TIC se trouve parfois confronté à des pénuries sectorielles de qualifications, en particulier dans les PME. Les entreprises ont donc lancé l’initiative CAREER SPACE, fondée sur une typologie précise des besoins et une définition des programmes d’enseignement. Ces travaux s’organisent en partenariat avec 20 universités, afin d’aider ces établissements à anticiper et à quantifier l’offre et la demande de formation. La première phase du projet a permis de définir dix-sept profils de compétences TIC consultables sur www.career-space.com. L’initiative doit s’élargir à des secteurs connexes qui font appel au commerce électronique (banques et télécommunications). Par ailleurs, le vieillissement démographique des pays développés accroît notablement les besoins de formation. La Commission européenne évalue ces derniers à 6 % du PIB1, quand les dépenses de formation représentent en France 1,6 % du produit intérieur brut. En regard, l’enquête internationale sur la littératie des adultes (IALS) montre que plus du quart de la population adulte de l’OCDE ne possède pas encore les savoirs fondamentaux indispensables à l’accomplissement d’un travail en forte évolution. Pour sa part l’APEC prévoit à l’horizon 2010, un déficit de 180 000 cadres dans le secteur public, de 400 000 cadres dans le secteur privé, et de 150 000 informaticiens. Dans un contexte de déficit de compétences, les pays développés sont incités à former à grande échelle et à concevoir un système de formation proche d’une production industrielle. 1.1.1.2 La FOAD, une réponse pédagogique innovante En abaissant le coût du traitement de l’information, les TIC permettent la production industrielle de contenus non standardisés. De fait, la combinaison de données numérisées et d’outils interactifs diversifie les possibilités de création pédagogique, ouvrant la voie à du “ sur-mesure de masse ”. Les FOAD sont davantage qu'une simple mise en ligne de cours académiques. L’industrialisation des contenus et leur individualisation en fonction des besoins de l’apprenant deviennent, en effet, des critères essentiels de l’apprentissage en ligne. En lieu et place de formules standardisées (formations présentielles* avec documents imprimés, cours téléchargeables sur Internet ou CD-Rom d’autoformation*) les concepteurs s’efforcent donc d’apporter des réponses à la fois plus personnalisées, ludiques et interactives. A cet égard, le e-learning*, conçu comme un projet pédagogique propre, fondé sur une analyse fine des objectifs du bénéficiaire et un bilan de ses compétences, multiplie les situations d’apprentissage, telles que : - les échanges entre les formateurs et les apprenants, mais aussi entre les participants et l’administrateur du réseau, les experts techniques ou les tuteurs* en entreprise ; - la mutualisation d’expériences entre la communauté virtuelle* des apprenants ; - le travail en petit groupe et en réseau pour l’élaboration de projets en commun ; - le suivi personnalisé en temps réel ou différé des travaux individuels.

1

Livre Blanc "sur la croissance, la compétitivité et l’emploi", Commission Européenne ; 1993

5

Le processus pédagogique se singularise par une "inversion de la chaîne de production de valeur ajoutée"1 dans laquelle la richesse procède de l’implication des bénéficiaires, considérés à la fois comme coproducteurs du service et acteurs de leur formation. Ainsi, la création d’une véritable valeur pédagogique, qui illustre le passage d’"une pédagogie de la transmission à une pédagogie de l’appropriation"2, devient la condition même de la valorisation économique. La massification de contenus individualisés constitue donc un modèle pédagogique en soi, conjuguant flexibilité de l’offre (parcours personnalisés) et ouverture des formations (élargissement de l’accès au plus grand nombre). Cependant, l’industrialisation de formations sur-mesure doit correspondre à une réelle valeur formative grâce à des contenus pédagogiques de qualité. Les concepteurs de formation, à l’origine essentiellement préoccupés par les aspects techniques des nouvelles modalités d’apprentissage, s’emploient aujourd’hui à enrichir les scénarios éducatifs. Au contraire de la mise en ligne de cours traditionnels, la création de nouveaux contenus articule des savoir-faire autrefois séparés. Le concepteur est appelé à travailler en relation étroite avec les prestataires de solutions informatiques. En effet, il doit choisir les outils de mise en œuvre, connaître les limites imposées par la technique, et imaginer la structure et les modalités de la formation. A cet égard, il doit veiller à l’interactivité des programmes en prévoyant des modules* de formation suffisamment courts, et en intégrant au parcours individualisé différentes étapes de formation. La scénarisation des contenus implique de repenser non seulement la manière d’apprendre, mais de créer les contenus de formation. Ceux-ci sont découpés en entités élémentaires cohérentes, appelées "grains "*, qui s’organisent dans des parcours modulaires différenciés en fonction des besoins de l’apprenant. Ce procédé permet aux "grains de savoir" de former des combinaisons variables, utilisables sur des supports et pour des usages multiples. L’opération nécessite de rassembler au sein des mêmes équipes de travail, des experts de contenu, des développeurs, des designers, et des pédagogues. Ces regroupements pluridisciplinaires conduisent à la mise en place de diplômes spécialisés, ainsi qu’à l’apparition de nouveaux métiers parmi lesquels : - l’animateur de classe virtuelle*, chargé de piloter un groupe éclaté d’apprenants réunis à heure fixe. Ce tuteur à distance doit faire preuve d’inventivité pédagogique, afin d’animer des cours diffusés en différé (mode asynchrone*), lorsqu'il ne profite pas de l’effet participatif de séances de travail en direct (mode synchrone*). - le concepteur pédagogique spécialisé : à la fois designer et pédagogue, il "rédige" et scénarise des cours en ligne et fait dialoguer des informaticiens et des graphistes, afin de livrer un produit conforme au cahier des charges. Sur-mesure de masse : l’exemple du Cégep (Collège d'enseignement général et professionnel) de Montréal Le Cégep à distance (CAD) de Montréal constitue depuis quelques années un terrain d’expérimentation privilégié pour l’utilisation des TIC : son projet le plus original concerne l’offre personnalisée adressée aux anciens élèves en comptabilité qui ont quitté le collège sans être diplômés. Le CAD recense ces derniers, pour leur proposer un cursus individualisé en fonction des compétences acquises avant et après leur départ. Ils terminent ainsi leur formation et obtiennent finalement leur diplôme.

1
2

Selon Eric Barchechath, consultant R&D en sciences sociales et humaines. Les nouvelles modalités de formation, Rapport du groupe de travail présidé par M. Rnené Tijou.

6

1.1.1.3 La FOAD, un instrument de promotion de la formation professionnelle dans l’entreprise La mise en place des FOAD requiert un accompagnement humain suffisant et une impulsion nette de la part de la direction générale (DG). En effet, les nouveaux modèles d’apprentissage se traduisent par une coopération accrue, mais aussi par une lutte d’influence entre la direction des ressources humaines (DRH), soucieuse d’ouvrir les FOAD au plus grand nombre, et la direction des systèmes d’information (DSI), préoccupée de la sécurité et du risque de saturation du réseau. Sans engagement clair de la DG, les projets de formation à distance et de gestion des compétences risquent d'être sinon rarement pérennes, du moins peu structurants. Dans ces conditions, le responsable de formation de l’entreprise, qui traditionnellement gère et exécute les dépenses de fonctionnement, est appelé à devenir un promoteur de changements, placé au cœur du processus décisionnel de l’entreprise. 1.1.2 Un modèle plus souple pour des contraintes temporelles plus fortes Centré sur les besoins individualisés de l’apprenant, le nouveau modèle pédagogique appelle ainsi un partage des responsabilités entre l’employeur et les salariés. L’apparition de contraintes temporelles fortes renforce cette exigence, en transformant le temps court en ressource rare, et le temps long, en instrument de l’éducation permanente. 1.1.2.1 La contrainte du temps court : une solution à l’équation des 35 heures Les possibilités techniques offertes par les FOAD, ainsi que l’aménagement et la réduction du temps de travail, renouvellent la problématique du co-investissement dans la formation. La mise en œuvre de ces dispositifs1 confère à la formation un rôle essentiel de modernisation des processus de production. Paradoxalement, ces évolutions transforment le temps en une ressource rare et risquent de privilégier le temps strictement productif aux dépens du temps de formation, perçu comme moins directement utile. Les formations individualisées à distance peuvent constituer une solution innovante à l’équation des trente-cinq heures en offrant, selon les besoins de chacun, le juste contenu, juste-à-temps et sur le lieu choisi. Les FOAD introduisent en effet une souplesse génératrice de gains de temps (réduction des déplacements, expertise des tuteurs en ligne …). Interactif, le processus est également plus actif : une heure de e-learning équivaut à une heure de formation effective ; la profitabilité d’une heure de stage est en revanche loin d’atteindre un tel ratio. Enfin, les formations à distance facilitent un découplage des temps de formation et de travail. Plusieurs groupes pionniers, à la main d’œuvre et à la surface financière suffisantes, commencent donc à envisager les FOAD comme un moyen de gagner la "guerre du temps"2. TotalFinaElf : la recherche d’une productivité du temps maximale TotalFinaElf propose des parcours personnalisés aux salariés à travers un emploi du temps modulaire. Les TIC permettent la massification des cours particuliers jusqu’alors réservés aux cadres, même si la formation présentielle reste l'outil privilégié pour l’acquisition de compétences complexes.

1

Loi n°98-461 du 13 juin 1998 d'orientation et d'incitation relative à l'ARTT ("Aubry I") et Loi n°2000-37 du 19 janvier 2000 relative à la réduction négociée du temps de travail ("Aubry II") 2 Muller J-L, Maigre Ch, "La guerre du temps", Editions d'Organisation, 1994.

7

La souplesse d’usage des FOAD devrait ainsi faciliter l’évolution vers un coinvestissement en la matière1 1.1.2.2 La contrainte du temps long : une opportunité de se former tout au long de la vie L’introduction des TIC donne une acuité nouvelle à la notion de formation tout au long de la vie*, principe fondateur du système de formation professionnelle en France que la loi de 1971 n’avait pu parfaitement concrétiser2. Par là, elle souligne l’utilité d’un système approprié de validation des acquis de l’expérience. Le développement de la société de l’information fait passer la formation professionnelle d’une logique de promotion sociale à une logique d’adaptation permanente des compétences. Dans un environnement où l’obsolescence des compétences professionnelles tend à s’accélérer, le diplôme initial symbolise avant tout une aptitude générale à évoluer, mais doit se doubler d’une formation dépendante de l’évolution des métiers. La notion historique d’"éducation permanente", reprise dans les objectifs de la loi de 1971 sous le nom de "formation tout au long de la vie", trouve ici une nouvelle actualité. Dans ces conditions, la formation initiale ne représente plus un aboutissement, mais doit au contraire s’articuler avec la formation continue, pour assurer tout au long de la vie une éducation fluide. Dans cette perspective, le salarié bénéficierait de formations au rythme des changements technologiques et de la réorganisation du travail. Au Royaume-Uni, par exemple, la durée de vie active est plus longue et plus "poreuse" qu’en France : un quart des premières entrées à l’université est le fait d’étudiants âgés de plus de 30 ans, tandis qu’en France, 70% des premières entrées se font avant 21 ans, et quasiment aucune après 25 ans. En outre, afin de maintenir son employabilité, le salarié doit valoriser les savoirs et les savoirfaire acquis pendant toute sa vie professionnelle grâce à un transfert organisé des droits de formation d’un employeur à l’autre. A l’heure actuelle, les dispositifs d’épargne-temps ou de congés formations - par ailleurs prévus explicitement par la Convention 140 (1974) de l’Organisation Internationale du Travail - demeurent encore partiels ou difficilement cessibles. La problématique de la transférabilité des comptes et de la garantie collective des droits individuels prend d’autant plus d’importance que le mode de gestion des compétences né de l’introduction des TIC appelle la mise en place d’une réelle éducation permanente. Le modèle britannique de “ life long learning ” - Prêts à la formation professionnelle : dans le but d’inciter les salariés à se former tout au long de la vie, la Grande Bretagne a choisi de solvabiliser la demande individuelle de formation par l’intermédiaire de prêts à la formation professionnelle (“ Career Development Loans ”). Créés il y a dix ans, ces prêts, accessibles aux chômeurs comme aux salariés, peuvent couvrir jusqu’à 80% du coût de la formation. Les intérêts sont payés par les pouvoirs publics, 17 mois de report de remboursement sont possibles, et le système bénéficie d’allégements fiscaux. Enfin, leur remboursement n’intervient qu’à l’issue de la formation. Les CDL ont bénéficié à 120 000 personnes pour un coût total de 386 millions de livres. - Le compte individuel d’apprentissage (Individual Learning Account) : institué en 2000, il permet aux salariés d’accumuler des fonds destinés à financer leur formation en bénéficiant de réductions d’impôt. Afin d’atteindre son objectif de 1 million de comptes ouverts en 2002, le gouvernement britannique offre 150 livres pour chaque ouverture, et verse en outre 25 livres à chaque individu.

1 2

Cf Annexe 6 Propos de M. Jacques Delors, recueillis lors d’un entretien.

8

Le développement de modules "sur-mesure", notamment grâce aux FOAD, a entraîné une augmentation de formations non reconnues, qui risquent de devenir un produit de consommation immédiate. La certification1 doit certes permettre à chaque salarié de faire reconnaître ses compétences sur le marché en validant à la fois l’expérience professionnelle et les connaissances sanctionnées par un diplôme. Mais la multiplication actuelle des titres2 peut, à terme, porter atteinte à la crédibilité du système. Cet impact des TIC a conduit les acteurs publics à réformer l’architecture des dispositifs de validation des acquis, dans l’intérêt de l’ensemble du système de formation professionnelle. La loi française de modernisation sociale3, qui assouplit les conditions d’application du système et étend le champ de ses effets en validant les acquis de l’expérience, constitue une première étape. L’opportunité que représentent les TIC pour le système français de formation professionnelle continue, vaut aussi en matière d’aide au renforcement des capacités humaines dans les pays en développement. L'utilisation des FOAD, en profitant au plus grand nombre, pourrait éviter que la fracture de développement ne se double d’une fracture numérique NordSud. 1.1.3 Une opportunité d’affirmer l’influence politique et culturelle française Dans une économie mondialisée, les contenus de formation deviennent des produits exportables qui peuvent contribuer au rayonnement culturel de la France. Elles constituent également un nouvel instrument de lutte contre le sous-développement en simplifiant l’accès des pays du Sud aux outils informatiques et numériques. 1.1.3.1 Un levier de diffusion des formations en langue française Comme le souligne le rapport BLOCHE4, la diffusion de contenus éducatifs en langue française peut constituer un instrument efficace de promotion de la francophonie. Elle trouverait un relais efficace dans une implication financière plus grande de la France dans le fonds francophone multilatéral pour les info-routes, l’accroissement des efforts en faveur de la traduction et de l’adaptation des contenus et des services multimédias5, la formation d’une future élite francophone à l’étranger, la publication sur Internet, enfin, d'ouvrages français qui feraient référence. Cependant, l’avenir d’une offre française de formation en ligne, qui ne soit pas la simple reprise de méthodes pédagogiques d’essence anglo-saxonne, repose pour une grande part sur la capacité du modèle français à s’insérer efficacement dans les enceintes multilatérales qui en négocient les normes. En effet, la coexistence de droits insuffisamment lissés au plan multilatéral freine l’expansion de prestations intellectuelles payantes en ligne. A l’inverse, une norme internationalement reconnue constitue un outil formidable de conquête des marchés. De ce point de vue, la France souffre d’une présence trop discrète dans des enceintes telles que l’ISO6. Ces groupes, où s’élaborent des débats très techniques - rôle des méta-données dans les processus d’apprentissage, définition de terminologies ou de techniques "collaboratives"
1 2

Cf Annexe 5 Selon le Conseil d’Analyse Economique, on compte déjà 650 diplômes professionnels de l’enseignement secondaire, 1 600 titres homologués, 250 à 300 certificats de qualification professionnelle, sans compter ceux délivrés par les organismes professionnels. 3 Loi de modernisation sociale n°2002-73 du 17 janvier 2002. 4 Rapport au Premier ministre, décembre 1998, "Le désir de France, la présence internationale de la France et de la francophonie dans la société de l’information". 5 P. BLOCHE suggère, pour mieux promouvoir la diversité culturelle et linguistique, que soit mise en ligne gratuitement une offre française numérique d’intérêt général, élaborée en collaboration avec l’UNESCO ; elle viserait non seulement la diffusion des grands textes de la littérature ou du droit français, mais aussi la promotion de sa recherche scientifique. 6 International Standard Organisation.

9

spécifiques aux environnements éducatifs - déboucheront inévitablement sur des normes structurant la compatibilité des architectures et des plates-formes* supportant des contenus codés, en vue de leur vente sur le marché mondial de la connaissance. 1.1.3.2 Une contribution innovante au développement La diffusion des FOAD peut également constituer un moyen pour les pays industrialisés d'exporter des contenus pédagogiques vers les pays en voie de développement (PED), leur permettant de renforcer leur influence politique et culturelle. Le Fonds d’Aide et de Coopération (FAC) appuie ainsi le développement des TIC et soutient la formation à ces outils dans les pays de la Zone de solidarité prioritaire afin de contribuer au développement économique des pays du Sud. Le ministère des affaires étrangères tente également de s’ouvrir aux initiatives portées par la société civile telles que "l’Initiative Diderot" ou l’initiative "Internet pour le développement" qui fait le parallèle entre la diffusion de Internet et le projet encyclopédique des Lumières. De même, la communauté internationale promeut aujourd’hui l’usage des formations à distance, afin de réduire la fracture numérique dans les pays en développement. Plus largement, les initiatives de la communauté internationale visent à tirer parti de la technologie la plus avancée dans le but d’enrichir les compétences locales, de partager les connaissances et de créer une communauté internationale oeuvrant à la réduction de la pauvreté. Le Réseau mondial de formation pour le développement, administré par la Banque mondiale, constitue un exemple de partage international des connaissances par voie électronique. Complémentaires de l'action de la Banque mondiale, les initiatives de l’UNESCO demeurent néanmoins modestes. Son portail internet relatif au e-learning, créé en 1999, se limite encore essentiellement à une collection de liens. Plus ambitieux est le centre international de formation professionnelle UNESCO-UNEVOC inauguré à Bonn en avril 2002, cofinancé par le gouvernement allemand, pour faciliter les échanges entre professionnels du monde entier et tirer parti des TIC. L'ensemble est toutefois encore insuffisamment centré sur les FOAD. Le retour prévu des États-Unis au sein de l’UNESCO pourrait contribuer à renforcer la place qui leur est accordée, et devrait à tout le moins permettre d’y consacrer davantage de crédits. Le Réseau de formation pour le développement (GDLN en Anglais) Administré par la Banque mondiale, animé en partenariat avec de grandes universités et d’importants instituts de recherche de différents pays développés, le GDLN constitue un réseau de formation à distance entièrement interactif. Il organise actuellement une douzaine de sessions de formation et de séminaires par jour, couvrant des sujets aussi variés que la politique économique, la santé et la population, la gestion financière et le développement rural. En outre, le GDLN développe un réseau mondial de Centres de formation à distance aménagés pour recevoir et diffuser des programmes de formation. Leur équipement est en mesure de se connecter au système de communication mondial du GDLN. Depuis son lancement en juin 2000, le GDLN a créé et/ou aidé à créer des partenariats avec 31 centres répartis dans six régions : L’Afrique, l’Asie Orientale et le Pacifique, l’Europe et l’Asie Centrale, l’Amérique Latine et les Caraïbes, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, enfin, l’Amérique du Nord. Les actions des pays industrialisés sont complémentaires des plans nationaux de développement des infrastructures d’information et de communication mis en œuvre par les PED1. Comme l'illustre le cas de l'Algérie, la FOAD est aussi pour les PED le moyen de
1

Les chefs d’Etat africains ont ainsi décidé d’inclure les nouvelles technologies de l’information et de la communication parmi les secteurs prioritaires du "Nouveau partenariat pour le développement du continent (NEPAD)". La mise en œuvre d'un plan cohérent de développement des infrastructures devrait compléter les initiatives de la communauté internationale parmi lesquelles : le Sommet Mondial de la Société de l’Information ; la DOT Force (Digital Opportunities Task Force) du G8 ; la DOI (Digital Opportunities Initiative) du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD).

10

respecter le principe de responsabilisation défendu par les Nations Unies et de s'approprier un vecteur d'intégration à la communauté mondiale du savoir. L'exemple de l’Algérie : la FOAD à grande échelle En Afrique du Nord, la FOAD semble sur le point de dépasser le cadre restreint des quelques grandes entreprises, financières notamment, ou des contrats de sous-traitance. Le projet le plus significatif concerne l’Algérie. Avec la société française A6-Médiaguide, le pays a mis en place un programme de FOAD à grande échelle (appelé « ZAATAR »). Face à l’arrivée de 180 000 nouveaux étudiants par an, il devrait connaître un développement important. Les projets nationaux demeurent cependant embryonnaires et dépendants de choix politiques dont la réalisation souffre parfois d'un manque de suivi. Par exemple, en Turquie, la Faculté d’enseignement ouvert dépendant de l’Université d’Anatolie, ne parvient pas à attirer autant d’étudiants qu’aux débuts de sa fondation, même si elle demeure un succès de formation à distance. L’exemple de la Turquie : un fort potentiel de développement En Turquie, en dépit d’un taux de connexion important, les réalisations publiques et privées restent encore embryonnaires et le marché très fragile. L’activité du secteur est entravée par des règles de propriété intellectuelle trop strictes. Comme dans d’autres pays, le manque de moyens handicape le développement national alors que l’expertise existe, comme en témoignent des projets pionniers de la Faculté d’enseignement ouvert (720 000 étudiants) créée en partenariat avec Microsoft.

1.2 Risques et limites des nouvelles modalités de formation
Les TIC sont une opportunité d’adapter la formation professionnelle aux enjeux économiques et sociaux actuels. Elles lui confèrent une importance accrue en même temps qu’une visibilité plus importante. Ainsi exposée, la FOAD ne peut masquer les risques qu’elle est susceptible d’engendrer ni les limites que rencontre son développement. 1.2.1 Les risques de la société de l’information La trop lente diffusion des TIC sur le territoire menace d'aggraver les inégalités sociales. Ce risque se double d'une atteinte possible aux libertés individuelles dès lors que les solutions technologiques ouvertes semblent parfois difficilement conciliables avec le respect d'un "droit de l'individu à l'opacité"1. 1.2.1.1 Un risque d’inégalités territoriales La France tarde à faire émerger une stratégie d’aménagement territorial susceptible de réduire les inégalités locales d’accès aux nouvelles technologies. Sans une intervention publique bien orientée, la Datar souligne2 que trois France vivraient ainsi côte à côte, de plus en plus nettement séparées par un fossé numérique : d’un côté, une "France riche", située à proximité immédiate des grands réseaux d’infrastructures nationaux et internationaux, installée sur 10% du territoire3 et concentrant 65% des ressources humaines et productives ; de l’autre, des “ territoires d’opportunité ” regroupant 10% du territoire et des ressources4, seulement reliés par une technologie unique d’accès à l’usager (ADSL) ; une “ zone noire ” enfin, couvrant 80% du territoire et accueillant 25% de la population qui devrait se contenter de
1 2

Propos de M. Hubert Bouchet, vice-président de la CNIL, recueillis lors d’un entretien. Rapport 2002 sur le développement numérique des territoires. 3 Représentant les 60 premières agglomérations. 4 Autres agglomérations et zones périurbaines.

11

“ bas débit ”, à moins d’opter pour une offre satellitaire onéreuse. Selon la Datar, 30% des PME seraient ainsi prêtes à émigrer vers les villes pour bénéficier d’un accès privilégié aux services de réseaux et améliorer leur productivité. Les collectivités locales, premiers aménageurs, ont certes l’ambition de favoriser la diffusion des TIC sur tout le territoire français. Néanmoins, la loi sur les télécommunications de 1996 et la loi d’orientation et d’aménagement du territoire de 1999 ont imposé des obstacles juridiques à l’investissement des collectivités locales : obligation d’amortir l’investissement en huit ans (alors qu’il s’agit essentiellement de travaux publics, dont l’amortissement est réalisé sur au moins douze ans)1, impossibilité de louer les réseaux à un opérateur privé, obligation de constater juridiquement la carence des opérateurs privés. La ministre déléguée à la Recherche et aux Nouvelles Technologies a récemment annoncé son intention de renforcer le rôle des collectivités locales en les autorisant à investir plus librement dans la promotion des réseaux de télécommunication et d’Internet. Cette nouvelle liberté devra s’accompagner d’un renforcement du rôle de coordination de l’Etat. C’est l’objectif du schéma des services collectifs de l’information et de la communication. 1.2.1.2 Le sous équipement français en infrastructures technologiques En dépit de l’effort de rattrapage amorcé en 1997, qui a permis d’accélérer son entrée dans la société de l’information, la France reste en retard par rapport à ses partenaires européens et nord-américains. Selon un sondage Eurobarometer de novembre 2001, 45 % des internautes de l’Union européenne utilisent Internet à titre privé pour améliorer leur formation et leur éducation. Un accès insuffisant du grand public aux TIC et une appropriation limitée de celles-ci, risquent donc de diminuer l’efficacité du capital humain. En novembre 2001, la France se situe au douzième rang européen pour le nombre de foyers connectés à l’Internet (30%)2, devant le Portugal (26%), l’Espagne (25%) et la Grèce (10%). Malgré une progression de 11 points en un an, elle reste éloignée de la moyenne européenne (38%), et semble distancée par les Etats-Unis, dont 65% des foyers sont d’ores et déjà connectés. Equipement et connexion Internet en mars 2002 : Comparatif entre pays Etats-Unis taux de foyers équipés en PC Internautes en millions Foyers équipés en haut-débit e-commerce 65% 141 38,4% Allemagne 49,7% 18 3,15% GrandeBretagne 39,7% 17 2,3% France 35,6% 15 8,9% Italie 22,8% 11 1,1%

38,4%

3,15%

4,4%

1,6%

0,7%

(sources : Global Equities, CMR, AC Nielsen, Zenith Optimedia, Secodip, GFK/MA/ITC, Médiamétrie, Auditel)

Ce retard dépasse le seul champ de Internet. En mars 2001, la France figurait en dernière position en Europe pour le nombre d’abonnés à la téléphonie mobile (51,4 % contre une moyenne européenne de 67 %)3. La proportion de foyers équipés en ordinateurs personnels, en dépit de sa forte progression (35,6 % en mars 2002 contre 22,8 % en octobre 2000)4, reste très
1

Compte tenu de l’inertie des masses budgétaires, l’amortissement risque alors de constituer une charge financière très lourde pour certaines communes. 2 Source : Eurobarometer. 3 Source : CAE, “ Enjeux économiques de l’UMTS ”, La Documentation française, Paris, 2002 4 Source : Eurobarometer/Mediamétrie.

12

en deçà de celle observée aux Etats-Unis (65 %), en Allemagne (49,7 %) et en Grande Bretagne (39,7 %). En outre, les infrastructures de réseaux arrivent à saturation, tandis que le haut débit tarde à se démocratiser (9 % des foyers équipés). Cette situation ne favorise pas la généralisation de la visioconférence et de l’image de synthèse, outils pourtant utiles au développement de formations à distance de qualité. A cela s’ajoute une communication des données par “ bouffées intermittentes ”. Certes, la troisième génération de technologies (UMTS) devrait apporter une réponse plus satisfaisante aux besoins de communication moderne. Elle risque cependant d’être retardée par l’endettement élevé des opérateurs de télécommunications. 1.2.1.3 Un risque d’aggravation des inégalités sociales ? Dans un système économique exigeant une main d’œuvre de plus en plus qualifiée, la maîtrise des outils informatiques et numériques devient doublement nécessaire : en tant que savoir transversal minimal, utile dans tous les métiers, et en tant qu’instrument d’acquisition de savoirs nouveaux. Ces conditions sont susceptibles d’accentuer les déséquilibres à l’œuvre dans le corps social. Or, le fonctionnement du système de formation professionnelle, en dépit d’actions ciblées en direction des publics les plus fragiles, n’inverse pas cette tendance. Il reproduit - plus qu’il ne corrige - les inégalités héritées de la formation initiale, notamment en fonction du diplôme, du sexe, de l’âge, voire de l’appartenance ethnique. Au sein des entreprises, la formation profite prioritairement aux salariés diplômés des grandes entreprises plutôt qu’aux travailleurs peu qualifiés des TPE et des PME1. Une double inégalité en matière de formation continue Niveau initial de formation et taille de l’entreprise
80

70

Fréquence de la formation (%)

60

50

10 à 19 20 à 49
40

50 à 499 500 à 1999 2000 et +

30

20

10

0

Ouvr iers non qualifiés

Ouvr iers qualifiés

Employés

T echniciens agents de maîtris e

I ngénieurs cadr es

Niveau de formation initial e

(Source : Secrétariat d’Etat aux Droits des Femmes (1999) : La formation professionnelle, p. 65)

1

Dares-Enquêtes Emplois ; CAE, "La formation tout au long de la vie", 2000. En effet, le taux de départ en formation d’un cadre reste trois fois plus élevé que celui d’un ouvrier non qualifié et deux fois supérieur à celui d’un employé. De même, l’accès à la formation d’un salarié de PME (10 %) est cinq fois moins important que celui d’une grande entreprise (50 %). L’ouvrière non qualifiée d’une petite entreprise n’a presque aucune chance de recevoir une formation (2 %), au contraire de l’ingénieur d’une grande entreprise (70 %), dont le rendement-formation est cependant plus faible.

13

Paradoxalement, les TIC appliquées au développement des formations à distance peuvent représenter une étape vers la réduction de ces nouveaux écarts. L’apprentissage en ligne peut, par exemple, libérer l’accès à la formation. Les contenus des FOAD, accessibles à toute heure et en tout lieu (travail, domicile), lorsque le salarié est disponible et motivé, élargissent la gamme des publics formés : illettrés, handicapés, retraités, travailleurs indépendants, “ nomades ” ou expatriés ; et, plus largement, toute personne ayant le besoin ou simplement le désir d’actualiser ses connaissances. La relation "tutorée" à distance s’en trouve finalement plus libre et individualisée que la relation académique maître-élève. Ainsi peut-elle ramener vers la formation continue un public sorti sans diplôme du système scolaire. A cet égard, l’expérience réussie chez Accor apporte un premier démenti à l’idée selon laquelle le progrès serait nécessairement inégalitaire. FOAD et réduction des inégalités de formation : l’expérience Accor Selon la direction d’Accor, le "grand bond en avant technologique", vécu par le groupe, lui aurait permis de s’ancrer dans l’ère l’entreprise dans les nouvelles technologies : l’ensemble du personnel, quels que soient les métiers, doivent recourir aux TIC. Le passage au e-learning était donc naturel, et en outre justifié par le constat que les catégories socioprofessionnelles les moins élevées restaient à l’écart du modèle traditionnel de formation (un schéma très scolaire, avec des séances communes dans lesquelles les employés doivent prendre la parole en public). L’expérience a démarré très récemment, et ne concerne que 5% de la formation. Devant son succès, en particulier auprès des moins qualifiés, le dispositif est cependant appelé monter en puissance progressivement. 1.2.1.4 Un risque d’atteinte aux libertés individuelles Les TIC, instrument d’une implication plus forte du salarié dans la conduite de projet professionnel, exposent la vie de l’apprenant au regard des tiers. Le Professeur Lyon-Caen souligne1 qu’avec le développement des moyens de contrôle liés aux nouvelles technologies, “ la ligne de partage [entre vie privée et vie professionnelle] ne saurait plus être tracée à la sortie des lieux de travail et à l’expiration de l’horaire”. La question n’est pas nouvelle : le téléphone avait de même suscité l’inquiétude. La diffusion des TIC lui confère cependant une plus grande acuité : l’usage du courrier électronique facilite la confusion des sphères privée et professionnelle2, tandis que toute connexion électronique est susceptible d’être tracée. Aussi la loi3 pose-t-elle les jalons d’un droit de “ [l’]informatique et [des] libertés dans l’entreprise " en émettant trois principes : transparence4 des mécanismes de collecte des données personnelles - qui s’accompagne du respect du principe de loyauté5 ; proportionnalité entre le but et les modalités du contrôle ; consultation obligatoire du comité d’entreprise ou des délégués du personnel pour tout projet d’introduction de TIC. Toutefois, ces principes, qui visent à respecter la confidentialité des données personnelles, sont d’une application ambiguë en matière de formation professionnelle : les informations relatives à la formation de l’apprenant pourraient ne pas être considérées comme personnelles6 ; en outre, il peut être de l’intérêt partagé du salarié et de l’employeur, dans le
1 2

“ Les libertés publiques et l’emploi ”, rapport présenté au ministre chargé du travail en décembre 1991. La Cour de Cassation a précisé que “ le salarié a droit, même au temps et au lieu de travail, au respect de sa vie privée ; celle-ci implique en particulier le secret des correspondances ” (Cour de Cassation, chambre sociale, arrêt n°4164 du 2 octobre 2001 dit "Nikon France"). 3 loi du 31 décembre 1992 relative à…. 4 “Aucune information concernant personnellement un salarié ou un candidat à un emploi ne peut être collectée par un dispositif qui n’a pas été porté préalablement à la connaissance du salarié ou du candidat à l’emploi” (article L 121-8 du code du travail). 5 Le principe de transparence n’a en effet de sens que s’il est interdit que les données soient collectées par un moyen frauduleux, déloyal ou illicite. 6 Or, traditionnellement, toutes les informations relatives au cursus suivi par un salarié ne sont pas communiquées à l’employeur. Selon Jacques Bahry, directeur du CESI, président du FFFOD “ on ne dit pas tout au client, c’est-à-dire

14

cadre de la gestion des compétences de l’entreprise, de connaître les résultats d’une formation. Les chartes d’usage des nouvelles technologies, adoptées dans un nombre croissant d’entreprises, ne proposent généralement qu’un équilibre imparfait : ces documents multiplient les interdictions et, comme le souligne la CNIL1, demeurent très éloignés de l’application du principe de confiance. LE RISQUE D’UN IDENTIFIANT PERSONNEL Dans le cadre des négociations ISO sur le e-learning, les Etats-Unis ont souhaité l’adoption d’un “ identifiant simple ” (SHI, “ simple human identifier ”), affecté à vie à chaque apprenant en ligne, quel que soit le système utilisé pour se connecter au réseau. L’ensemble des fichiers personnels de chaque bénéficiaire pourraient ainsi être croisés et archivés, pour constituer une base de données des caractéristiques et préférences culturelles des utilisateurs (nationalité, langue, profession, mœurs, goûts...), mais aussi de leurs capacités physiques (collecte des données bio-médicales). Aucune garantie d’absence d’utilisation à des fins commerciales n’a été donnée. Dans la négociation, le Japon et la France ont fait entendre une voix discordante et ont permis que la discussion soit repoussée sine die (en dépit de la législation communautaire sur la protection de la vie privée, les pays européens représentés au sous-comité 36 compétent pour les négociations ISO, ont approuvé la proposition américaine). Toutefois, la position libérale de la Federal Trade Commission américaine laisse augurer une reprise des débats. 1.2.2 Les limites des formations à distance Paradoxalement, le développement des FOAD apporte une réponse bien adaptée aux besoins de certaines catégories d’exclus. Les risques qu’il peut engendrer, de même que les limites inhérentes à ce nouveau processus pédagogique, ne constituent donc pas une hypothèque définitive à son développement. Le pragmatisme des acteurs du marché permet, en effet, de faire évoluer l’économie du modèle et de faire émerger une offre de formations dites "mixtes" destinées à compléter les solutions classiques d’apprentissage. 1.2.2.1 Une transformation de l'identité du formateur Le rôle du formateur change et avec lui, son statut et ses compétences utiles. Ayant pris conscience de ces évolutions, les universités ont créé des diplômes spécialisés dans l’enseignement des TIC. En effet, parmi les trois composantes que comporte un dispositif de formation interactif2, la qualité de la composante pédagogique conditionne fortement le succès du projet. La relation entre le tuteur et l’apprenant n’est pas strictement comparable à celle du modèle scolaire. Le système éducatif met en scène une relation inégale entre un maître qui transmet une information objective et un élève presque anonyme au sein d’une classe. En l’état, le maître dispose d’un statut privilégié, celui de dispenser le savoir. En mode interactif, l’enjeu n’est plus la connaissance, accessible en ligne, mais centré sur le conseil à l’apprentissage, la méthode. Dès lors, le formateur à distance perd son statut de savant pour devenir un intermédiaire qui éclaire la compréhension des données. Outre que son rôle d’accompagnateur le place dans une situation de plus grande égalité par rapport à l’apprenant, sa disponibilité virtuelle

à l’employeur. On lui donne les conclusions dont il a besoin, qui font l’objet du contrat, mais pour autant il reste une zone de confidentialité qui appartient à l’intimité de l’apprenant et à l’intimité du couple apprenant-formateur” (2èmes rencontres du FFOD, mars 2001). 1 "La cybersurveillance des salariés dans l’entreprise", rapport rendu public en 2001. 2 Une composante technologique qui consiste dans l’achat ou la location de la plateforme* la mieux adaptée au projet de l’entreprise parmi une centaine existante ; une composante organisationnelle qui suppose l’adaptation et l’engagement du management ; une composante pédagogique pour le choix des contenus, la détermination des parcours d’apprentissage et de tutorat

15

s’accroît dès lors que le dispositif fonctionne en mode asynchrone et brise ainsi l’unité de temps, de lieu et d’action qui caractérise la formation présentielle. L’enseignant traditionnel ressent durement cette perte de pouvoir et peine encore à s’intégrer aux équipes pluridisciplinaires. Il abandonne trop souvent le terrain aux techniciens dont la pédagogie n’est pas le métier premier. Il est ainsi tiraillé entre son métier traditionnel (écrire un cours, le professer) et l’utilisation d’un nouvel outil technologique qui le transforme en développeur informatique, sans statut particulier. Au total, le risque existe que les FOAD se contentent de mettre en ligne des cours universitaires insuffisamment retraités ou des contenus qui, tirés du monde de la publicité ou du design, seraient certes ludiques mais auraient perdu leur substance. La rigueur du droit français de l'auteur complique encore l'exploitation de ces contenus. 1.2.2.2 Les contraintes du droit d’auteur La formation professionnelle ne s'est jusqu'ici que peu préoccupée des droits d'auteur. Avec les TIC, les contenus sont cependant plus exposés. A cet égard, le droit de la propriété intellectuelle1 peut apparaître comme un frein au développement des TIC dans le domaine de la formation. En effet, le Code de la propriété intellectuelle exige que la cession d’un droit de propriété intellectuelle obéisse à des conditions précises : chacun des droits cédés doit faire l’objet d’une mention distincte dans l’acte de cession, et le domaine d’exploitation des droits cédés doit être délimité quant à son étendue, sa destination, son lieu, sa durée2. Le contrat de cession devra au surplus être rédigé avec une grande précision pour éviter le risque de contrefaçon. L'état du droit est source d’insécurité juridique pour l’exploitant et le consommateur, dans la mesure où elle accroît le risque de contentieux. Or, l’introduction des FOAD expose d’autant plus les contenus que ceux-ci circulent aujourd’hui plus librement et sont accessibles à un plus grand nombre d’individus, renforçant encore le risque juridique pour l’investisseur. Les FOAD donnent ainsi une acuité nouvelle aux limites du Code de la propriété intellectuelle. S’il ne s’agit pas de bouleverser les fondements de ce dernier, il devra se stabiliser autour d’un équilibre plus raisonnable entre le droit de l’auteur d’une part, le droit du producteur et du consommateur d’autre part, pour concilier le respect de l'intégrité et de la paternité de l'œuvre avec une diffusion la plus large possible. 1.2.2.3 Qualification, certification et labellisation : un "effet qualité" encore limité Depuis la fin des années quatre-vingt, les "démarches qualité" mises en oeuvre dans les activités de service se développent progressivement dans le secteur de la formation professionnelle. Les instruments qu’elles regroupent - systèmes de normes, qualification, certification et labellisation3 - visent à assurer une plus grande transparence du marché et à rationaliser l’offre de formation. Cette rationalisation est d’autant plus indispensable que la diversité et le caractère pléthorique de l’offre de formation ouverte et à distance nuisent à sa lisibilité. "LearnDirect" : la garantie Ufi d’une marque reconnue
1

Les droits d'auteur couvrent deux éléments : les droits patrimoniaux (droit de représentation, de reproduction, d'adaptation) qui sont monnayables, et les droits moraux (respect de la paternité) qui ne peuvent être cédés (droit imprescriptible). De la même façon, le respect de l'intégrité de l'œuvre est un droit moral absolu. 2 En l’absence de cession expresse et conforme au code, la création des salariés appartient à ces derniers. Pour les logiciels, cependant, ce principe est différent (art. L. 113-9 du Code la propriété intellectuelle), les droits patrimoniaux étant dévolus à l’employeur si le logiciel a été réalisé selon ses instructions. 3 Cf Annexe 5.

16

Réseau de l’"University for industry" - société de droit privé financée majoritairement sur fonds publics - "Learndirect network" remplit une triple mission : outre l’objectif de combler le fossé numérique par la mise à disposition de 1600 centres de formation et d’informer le public de l’offre existante (service téléphonique et électronique), Learndirect procède à la certification de produits de formation en développant une logique de marque (sous le vocable "Learndirect") nationalement et internationalement reconnue. Le prestataire américain NETg commercialise ainsi ses produits informatiques "sur étagère" en exploitant la marque "Learndirect". En 2002, il n’existe pas moins de six cents organismes labellisés par l’OPQF (office professionnel de qualification des organismes de formation). En association avec le FFFOD et l’ADITE, l’OPQF a également entrepris d’adapter ses procédures pour pouvoir qualifier les prestataires de FOAD. Parallèlement à cette entreprise visant à délivrer un label de stabilité et de professionnalisme aux meilleurs organismes de formation à distance, l’idée est née de certifier la qualité d’outils innovants. La démarche ouvrirait la voie à une labellisation des services de formation à distance. Les travaux réalisés au sein du forum QFD (Qualité de la formation à distance) permettraient ainsi de déboucher sur une accréditation. 1.2.2.4 Les limites du "tout distanciel" Les solutions exclusivement fondées sur le "tout-distanciel" rencontrent les mêmes limites que les formations à distance traditionnelles, et ne font pas encore l’objet d’études suffisamment exhaustives Des évaluations contradictoires circulent concernant les taux d’abandon des formations à distance nouvelles et anciennes. S’agissant du CNED, le taux d’assiduité établi en fonction du ratio travaux rendus/travaux distribués est naturellement très inférieur à celui des stages. Rendre un devoir écrit n’est pas aussi aisé que d’être physiquement présent dans une salle de stage. Concernant les formations en ligne, les enquêtes du CESI et d’Algora mettent en évidence des taux d’abandon aussi élevés que dans les FOAD traditionnelles (85 %). Même si des études approfondies mériteraient d’être conduites sur le sujet, les raisons de ces abandons peuvent déjà être appréhendées : délais de réponse par courrier électronique trop longs, insuffisante interactivité, réseau peu adapté à l’usage intensif de technologies avancées et faciles à manier telles que la visioconférence*, solitude et défaut d’autonomie de l’apprenant. Certaines expériences, dont le projet pédagogique a été longuement mûri, enregistrent au contraire de faibles taux d’abandon, à l’image du Cégep du Montréal (30 %) ou du CFA Stephenson (pour les Galeries Lafayette). Le CFA Stephenson : les limites du tout distanciel S’appuyant sur le "dispositif Péry", le CFA Stephenson conduit plusieurs expériences de elearning tutoré auprès de groupes tels que les Galeries Lafayette et Mark&Spencer. Grâce à sa solution de formation "e-Alice", le centre permet aux salariés de préparer le baccalauréat professionnel option commerce. -aux Galeries Lafayette, parmi les 9 salariés candidats au baccalauréat, 8 obtiendront le diplôme, dont 2 avec mention "Bien". La mise en place sur le lieu de travail d’une salle dédiée remarquablement équipée (Internet relié au CFA Stephenson et Webcam pour faciliter les visioconférences avec le tuteur), où tous pouvaient se retrouver, a permis de créer une véritable dynamique de groupe. En pratique, la proximité des tuteurs – localisés, comme l’entreprise, à Paris – a été déterminante. L’expérience est aujourd’hui pérénisée dans le groupe. -chez Mark&Spencer Marseille, au contraire, aucune dynamique de groupe n’a pu émerger, et l’éloignement des formateurs n’a pas permis de surmonter les problèmes de motivation, ni plus simplement les difficultés techniques. De fait, les candidats, en trop petit nombre, ont tous abandonné le projet en cours de formation.

17

Au-delà de ce premier constat factuel, l’évaluation du rendement de la formation en général, des FOAD en particulier, n’a encore donné lieu à aucun programme de recherche précis. En outre, les récentes expérimentations conduites sur le terrain, récentes, ne peuvent fournir de conclusions probantes pour l’avenir. La nouveauté des FOAD serait une occasion pour la recherche d’investir un champ d’analyse encore en friche. Sur ce point, les expériences menées en Angleterre restent peu convaincantes, notamment en raison de l’accroissement de la fraude. Ainsi, le marché, semble-t-il, se concentre sur des solutions mixtes. 1.2.2.5 Le compromis des "solutions mixtes" Les solutions mixtes cumulent les avantages de la distance et du regroupement périodique en salle. Elles allient la force de l’individualisation de la FOAD et le maintien d’un contact pédagogique humain qui reste indispensable. Les résultats observés montrent des taux d’abandons bien moins élevés que pour le "tout distanciel". Aux Etats-Unis, ce dernier semble même reculer au profit de solutions dites "mixtes" ("blended learning"). Les chercheurs estiment que l’utilisation d’une seule technique est réductrice et que la mixité résout le problème majeur du e-learning, à savoir l’asynchronisme. Plus généralement, la solution mixte offre un meilleur compromis en matière de flexibilité pédagogique en augmentant le nombre de combinaisons vertueuses. A la Poste, un "Monsieur e-learning" a ainsi été recruté pour arbitrer, au cas par cas, les avantages comparatifs respectifs des FOAD ou des formations traditionnelles. Ce modèle émergent, appelé aussi "Click and mortar" (clic et mortier), qui combine le virtuel et le concret, ne résout pas tous les obstacles. Il ne fonctionne que lorsque sept conditions substantielles sont réunies : un projet individuel, un contrat pédagogique, une phase de préformation, un environnement ouvert*, des formateurs-facilitateurs, une alternance individuel-collectif et un très bon suivi. Il s’agit là des "sept piliers de la sagesse" que théorise Philippe Carré. Les solutions mixtes : l’exemple de la cyberlicence d’Albi L’Université des Sciences Sociales de Toulouse I, sous l’impulsion du Professeur Larrieu, a imaginé au début de l’année 1999 la cyberlicence de droit d’Albi, première formation à distance diplômante française en sciences sociales. Les étudiants sont regroupés dans une salle multimédia à Albi, financée par un syndicat mixte. Trois professeurs font office de tuteurs. Les cours sont découpés suivant plusieurs niveaux et suivant des modules à la granularité réduite (10 minutes maximum) : chacun peut ainsi accéder au niveau de lecture qu’il préfère. Une fois par semaine, les étudiants sont réunis en présentiel, pour harmoniser les niveaux. Pour l’heure 25 étudiants sont concernés à Albi, sur 60 inscrits (les autres préfèrent effectuer le trajet Albi-Toulouse (80 kms). Le taux de réussite, après 3 ans d’expérience, est de 100%.

Réponse opportune aux enjeux que doit aujourd’hui affronter la formation professionnelle, et occasion de replacer celle-ci au centre du projet de l’entreprise, les TIC ne parviennent cependant pas à corriger les imperfections du système de formation professionnelle dans son ensemble, et peuvent même engendrer de nouveaux risques. La prévalence des solutions mixtes illustre l’évolution de la stratégie des acteurs de ce marché, de l’enthousiasme au pragmatisme.

18

2 EVALUATION DES STRATEGIES D’ACTEURS : VERS UN PLUS GRAND PRAGMATISME
L’évolution du modèle économique qui sous-tend le fonctionnement du secteur de la formation professionnelle, le renouvellement des enjeux auxquels ce dernier est confronté incitent les acteurs à revoir de façon pragmatique leur mode d’intervention et à définir une position réaliste sur un marché en voie d’assainissement. L’Etat, dont les actions en faveur des formations à distance demeurent modestes et éclatées, joue néanmoins un rôle essentiel de promotion et de coordination. A l’articulation des politiques régionale et communautaire, il doit veiller à la cohérence et à la complémentarité des initiatives. 2.1 Diversité des positionnements sur le marché

Le développement d’une offre de services pédagogiques nouveaux donne progressivement corps à un segment innovant du marché de la formation professionnelle. Ce marché, qui regroupe aussi bien les acteurs traditionnels du secteur que de nouveaux entrants, enregistre une croissance heurtée incitant à adopter une attitude sinon prudente, du moins pragmatique 1. 2.1.1 Un marché en voie d’assainissement L’offre de nouvelles pratiques de formation, intégrant une dimension technique aussi bien que pédagogique, se structure en suivant le rythme des évolutions enregistrées par l’économie de la connaissance. L’assainissement du marché des formations à distance, corollaire d’un ralentissement de la croissance, pourrait favoriser des rapprochements, qui réduiraient progressivement l’éclatement actuel de l’offre. 2.1.1.1 Un marché évoluant vers une plus grande maturité L’apparition des technologies de l’information et de la communication sur le marché de la formation continue est nouvelle. Même s’il n’existe pas en matière de FOAD d’outils de mesure faisant référence, et en dépit des difficultés d’élaboration d’indicateurs stabilisés sur un marché aussi récent, le Cereq estime que 5 à 7 % des dépenses de formation professionnelle sont aujourd’hui consacrés aux formations à distance, dont 2,2% au e-learning.
Dépense totale de formation professionnelle : 22,1 Mds € (incluant les rémunérations) Dépense de formation professionnelle : 13 Mds € (Marché et hors marché hors rémunérations) Marché de la formation professionnelle : 6.6 Mds € (Formation et accompagnement) Marché des prestataires de formation: 2,6 Mds € Le marché du e-learning : 0,15 Mds €
1

Cf annexe 3

19

Ces estimations, qui résultent principalement d’enquêtes réalisées auprès des entreprises, s’inscrivent dans un contexte d’attentes déçues qui contraste avec l’optimisme prévalant au premier trimestre 20011. Si le secteur a effectivement connu une brève phase ascensionnelle, sa croissance enregistre depuis un net ralentissement, qui traduit les interrogations relatives à la nouvelle économie. Le reflux de la net-économie fragilise de fait le modèle de développement des sociétés dont l’essentiel de la croissance a reposé sur un appel aux marchés de capitaux sans dégager à court terme de bénéfices. En revanche, les entreprises ayant adopté un modèle d’affaire "classique" connaissent, à l’instar de E-learning Agency, une croissance plus lente mais plus sûre. Toutefois, la banalisation des TIC dans la société et la montée en puissance de la "génération internet" laissent penser que ce marché devrait connaître un fort développement entre 25 et 33 % par an selon les observateurs - tirant ainsi à la hausse la croissance du secteur de la formation professionnelle (1,3 % en 1999)2. 2.1.1.2 Un marché contestable et à la solvabilité étroite Le marché du e-learning bouscule les intérêts des acteurs traditionnels, en les incitant à adapter rapidement leurs structures de vente et à diversifier leur offre de services pour faire face à l’émergence d’un type de formation radicalement différent. Les nouveaux entrants (éditeurs, concepteurs de logiciels, sociétés de conseil, entreprises de télécommunications...) pénètrent le marché en appliquant une stratégie commerciale agressive et en capitalisant sur leur expérience en matière de systèmes d’information. L’accroissement et la diversification de l’offre globale3 de produits et de services qui en résultent entraînent une dispersion du volume d’affaires et augmentent les risques de faillites. La contestabilité de ce marché est encore accrue par le caractère à la fois large et étroit : large, en ce qu’il abrite une multiplicité d’offreurs nationaux vendeurs d’architectures ou de contenus, de taille modeste ou moyenne ; étroit, en ce que le modèle d’affaires ne semble solvable qu’auprès d’une centaine de grands comptes seulement. Ce modèle de concurrence – multiplicité d’offreurs, quantité réduite d’acheteurs – s’organise dans la forme imparfaite d’un oligopsone où aucun offreur n’atteint, à lui seul, 5 % de parts de marché. Cet éclatement empêche pour l’heure le marché de la formation à distance de trouver la cohérence nécessaire à son développement, comme l’ont montré les réponses à l’appel d’offres lancé par la Société Générale. Les projets des dix-huit postulants ont en effet révélé des écarts de prix extrêmes, compris entre 100 000 euros et 10 millions d’euros, traduisant ainsi une appréhension des coûts et des ambitions profondément différentes. Au vu de ces résultats, La Poste a retiré son propre appel d’offres. Le développement de la FOAD nécessiterait donc un soutien des pouvoirs publics, afin de renforcer la solvabilité du secteur. Ce soutien se justifierait d’autant plus que le modèle économique du processus de formation, caractérisé jusque-là par très peu de besoin en capital et beaucoup en travail, se trouve renversé au profit d’un modèle de décision
1

Diverses études prévoyaient en effet une croissance fulgurante du marché. Ainsi, en mai 2001, le Crédit Suisse First Boston annonçait une croissance mondiale du e-learning de 100 % par an et prévoyait que le marché atteindrait 40 Mds de $ en 2005. 2 Source : document budgétaire jaune « Formation professionnelle », 2002 3 L’offre globale de produits et de services se traduit par la coexistence de biens traditionnels et nouveaux plutôt que par la substitution de ces derniers à l’offre antérieure.

20

d’investissement. Là où le retour sur investissement d’une structure de formation pouvait être quasi immédiat (moins de douze mois), la production de ressources et la mise en place d’équipements technologiques1 deviennent aujourd’hui des préalables à l’acte de formation et renvoient à plusieurs années un éventuel retour sur investissement. Cette situation pénalise avant tout les Très Petites Entreprises (TPE) et les Petites et Moyennes Entreprises (PME), dont la surface financière demeure limitée. Pour abaisser le seuil de rentabilité des FOAD et en diminuer le coût d’achat pour les utilisateurs finaux, certains prestataires, notamment le Français TeachLine, formulent une offre de service complète : contenus, tutorat, équipement et connexion selon une tarification horaire, et possibilité de location de plateforme. 2.1.1.3 Un marché favorisant la prédation De puissants acteurs nord-américains2 pénètrent rapidement le marché français après avoir amorti leurs produits selon le marché intérieur, sur le modèle d’expansion du cinéma hollywoodien. L’Europe, où le marché n’est animé que par des acteurs au poids économique insuffisant et inégal, pourrait donc connaître un mouvement de fusions-acquisitions. Ce mouvement pourrait favoriser l’émergence de champions de taille mondiale, à la surface financière suffisante et aux métiers complémentaires, tels que le prestataire de formation Smartforce, l’éditeur Thomson ou encore le distributeur Element-K. Smartforce, Thomson, Element-K : l’émergence de prédateurs de taille mondiale - Smartforce : en juin 2002, l’opérateur américain a racheté son principal concurrent Skillsoft Corp, créant ainsi un ensemble idéalement positionné pour accroître son pouvoir de marché. Premier concepteur et distributeur de produits de formation, Smartforce, qui emploie 400 personnes multilingues, dispose d’un centre de production à Dublin, et de deux centres de tutorat en ligne – l’un franco-anglais à Frederictown (Canada), l’autre, espagnol, au Mexique. Il est parvenu à industrialiser sa production en abaissant fortement les coûts : 60 000 euros pour 8 heures de formation bureautique, 30 000 euros pour sa traduction. S’appuyant sur un réseau de distribution mondial, Smartforce réalise un chiffre d’affaires de 150 millions d’euros en matière de FOAD, soit l’équivalent du chiffre d’affaires total de la Cegos. - Thomson : le géant canadien de l’édition a racheté le vendeur américain de formation sur catalogue Netg. - Element-K : le distributeur américain traduit et exporte ses produits vers des pays aux langues rares mais aux perspectives économiques et démographiques porteuses : Chine, Inde, pays arabes. Si les Etats de l’Union européenne entendent améliorer leurs parts de marché, et par là préserver leur modèle de formation et d’éducation, il pourrait être utile de mettre en place un "protectionnisme éducateur"3 dans un cadre européen.

1

Ces infrastructures consistent principalement en plates-formes et en portails*. Il existe plus de 100 modèles de plateformes dans le monde, dont 35 commercialisées en France. Elles sont chères (plusieurs millions de francs), a fortiori si le client ne possède pas les infrastructures informatiques nécessaires. De plus elles ont besoin de haut débit. De fait, seules les grandes entreprises sont capables d'en faire l'acquisition. Toutefois, la location se développe. Quant aux portails*, ils n'ont pas encore démontré leur viabilité économique. 2 Le marché nord-américain du e-learning représenterait en effet 80 % du marché mondial. 3 Cette thèse a été énoncée par Paul Krugman au début des années 1990. Ce protectionnisme des premiers temps est destiné tant à favoriser la diffusion de nouveaux produits sur un territoire qu’à pérenniser des industries naissantes aux externalités positives (R&D). Reprenant ces analyses à la fin de la décennie, Krugman nuance sa position sur les effets bénéfiques de cette forme de protectionnisme, insistant sur la nécessité de le limiter strictement dans le temps.

21

2.1.2 Des stratégies variées en réponse à l’apparition des FOAD Les incertitudes du marché des formations à distance conduisent les nouveaux acteurs comme les opérateurs classiques à adopter des stratégies variées, empreintes de pragmatisme. 2.1.2.1 Dynamisme des nouveaux entrants Le paysage de la formation professionnelle s’enrichit en France de nouveaux "entrants" qui forment une mosaïque d’opérateurs divers. Deux premiers types d’acteurs, à la dimension et aux capacités financières dissemblables, se partagent déjà ce nouveau marché. D’un côté, des start-up spécialisées sont contraintes d’innover pour améliorer leurs positions relatives et obtenir les financements nécessaires à leur développement. De l’autre, de grands groupes industriels, clients, mais aussi producteurs de formation en ligne pour leur personnel, vendent aujourd’hui sur le marché. Deux autres catégories d’acteurs ont en commun de développer deux expertises demandées par les entreprises : la valorisation du capital humain (intérim) et la conduite du changement (cabinets de conseil). Les "jeunes pousses", profitant de l’engouement pour la net-économie, se sont lancées avec succès sur le marché de l’e-formation*. Elles réalisent près de 30 % des parts de marché1. En matière de e-formation, des start up comme I-Progress ou Teach-Line réalisent un chiffre d’affaires supérieur à celui de "géants traditionnels" comme Cegos et Demos.
CA e-learning 2001 en millions d'€ 6 5 4 3 2 1 0
E-progress Teachline Cegos Demos

5,5

3,5

3,5 2

Celles qui se spécialisent dans la diffusion de "produits sur étagère" en voie de banalisation subissent cependant la concurrence d’importateurs étrangers à la compétitivité-prix supérieure. TotalFinaElf a par exemple récemment acquis une série de cours "bureautique" commercialisée par Netg, remplaçant ainsi son prestataire historique I-Progress, devenu trop cher. Par comparaison, les "spécialistes métiers", tels que Oktal Training, qui conçoivent et commercialisent des "produits sur-mesure" se positionnent sur des créneaux porteurs et fortement rémunérateurs.

1

Source : Demos

22

OKTAL TRAINING : un "spécialiste métiers" de solutions sur-mesure Créé en 1990, Oktal Training emploie 25 personnes, produit et distribue des solutions elearning clefs en main pour des industriels tels que la SNCF, Ariane Espace ou Airbus Industries. A la SNCF, les contrôleurs de sécurité s’entraînent à l’aide de mini-saynètes interactives à traiter les comportements de passagers. 9000 d’entre eux ont à ce jour été formés. Chez Ariane Espace, à la suite de l’accident intervenu sur Ariane 5, Oktal Training a été chargé de la formation complémentaire des personnels techniques. Les premiers bénéficiaires de formations en ligne demeurent très largement les grands comptes, seuls capables d’investir massivement dans la formation à distance. Toutefois, ils ont tendance à différer leurs projets, ou, à tout le moins, à réaliser des économies de coût lors de l’acquisition de "solutions métiers". Cette offre sur-mesure demeure en effet onéreuse. Ainsi, TotalFinaElf n’effectue cette dépense que pour former les employés des stations service en raison de l’existence d’un fort taux de rotation et d’un nombre d’employés suffisamment élevé. De son côté, Renault pratique du "sur-mesure de masse" (logiciel dessin 3D, logiciel "Moteur") lorsque des gains de productivité sont possibles, tandis que les formations sur étagère sont assurées via Intranet et le portail Renault, sur un mode "B to E" (Business to Employee). En revanche, son projet "Campus" nécessitant l’acquisition d’une plate-forme coûteuse, a été retardé, le département formation estimant la convivialité du portail actuel satisfaisante. Par comparaison, seuls les produits sur étagère sont accessibles aux TPE-PME compte tenu de leur prix modique1. Parmi les professions libérales, seules celles capables de s’organiser en fédération structurée peuvent acquérir une offre sur-mesure. C’est notamment le cas des fédérations de sages-femmes et de kinésithérapeutes.2 Après des expériences concluantes en interne, destinées à maîtriser les coûts d’investissement, certains grands groupes élargissent en outre leur éventail de métiers et accèdent au marché de l’e-formation en vendant leurs compétences à l’extérieur. Ils possèdent de puissants atouts pour concurrencer le reste des offreurs: position dominante et riches infrastructures (France Telecom), production ou diffusion de contenus (Microsoft, BBC, France 5), vendeurs de matériels disposant d’une surface financière et d’un réseau de filiales étoffé (Siemens, IBM, CISCO). Siemens, : SQT France, un exemple d’ouverture au marché - une expérience interne réussie : en 1996, Siemens crée SQT France – Siemens Qualification and Training - 5 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2001 – développe une offre de formation pluridisciplinaire destinée à l’ensemble des divisions et filiales du groupe – 10 000 salariés concernés en France. - une ouverture prometteuse : l’ouverture au marché à partir d’octobre 2000 est née de l’intérêt de clients tels que PSA, France Telecom, Kompass ou Sofinco pour le système Siemens. L’entreprise compte pour s’imposer sur son offre globale à forte valeur ajoutée en mode ASP ("application service provider" ou solution de location). SQT intervient sur l’ensemble de la chaîne du e-learning : choix des logiciels, location de serveurs, hébergement de sites… Le groupe dispose d’une maison de réalisation de contenus à Constance et d’un centre de développement à l’aéroport de Munich ("E-excellence center").

1 2

Les PME peuvent par exemple s’abonner à OneLineFormaPro pour 100 €/mois. CD-Rom pour sage-femme chez Demos, pour kinésithérapeute chez Oktal Training.

23

Certains cabinets d’audit s’engagent aussi sur cette voie, même si les intégrateurs de solution sont en principe des SSII sur le modèle d’Atos Origin par exemple. PriceWaterhouseCoopers ou Arthur Andersen accompagnent ainsi le changement de système d’information qu’ils mettent en œuvre chez leurs clients en assurant la formation des salariés aux nouveaux outils1. Mais ces cabinets demeurent chers et leur rentabilité élevée2 s’explique essentiellement par un effet prix3. Les grandes agences d’intérim, premiers employeurs privés de France, utilisent les formations à distance pour accroître la compétence des intérimaires dont les prestations sont mieux rémunérées. A cet effet, Manpower a élargi le bénéfice de son "Global Learning Center" aux salariés intérimaires. 2.1.2.2 Attentisme des prestataires classiques Le marché de l’offre, caractérisé par l’importance de la dépense publique (918 millions d’euros en 1999, soit 36% de la dépense), s’organise entre un grand nombre de prestataires privés comportant un noyau dur de grands instituts, et un nombre réduit d’organismes publics et parapublics puissants. Les prestataires privés rattrapent leur retard en dépit d’une stratégie prudente. Au premier rang d’entre eux, Cegos et Demos – respectivement 150 et 30 millions d’euros de chiffre d’affaires – tentent de s’adapter à la nouvelle donne, avec des ambitions et des succès contrastés.
CA e-learning en % du CA total - 2001
100 80

100

100

60 40 20

2,2
0

6
Demos

E-progress

Teachline

Cegos

Cegos a choisi une stratégie prudente, et ne réalise ainsi que 2,2 % de son chiffre d’affaires dans l’e-formation (3,5 millions d’euros). Elle a cependant racheté certains de ses concurrents, notamment Infoconvergence et Arcom, et a développé des partenariats avec Thalès, Docent et Centra. Plus dynamique, Demos réalise 6 % de son chiffre d’affaires (2 millions d’euros) sur ce segment de marché, soit à peine deux fois moins que Cegos pour une taille cinq fois inférieure. Quant au Cesi, ses solutions e-learning centrées sur le "tout distanciel" n’ont pas rencontré le succès escompté.

Arthur Andersen, premier à s’être lancé en interne, jugeant que la FOAD offrait la souplesse nécessaire à son mode de recrutement continu, a publié consécutivement deux études très optimistes - L’irrésistible ascension du e-learning (2000) et E-learning et formation efficace (2001), prévoyant des taux de croissance (60 %) bien supérieurs aux évolutions observées (25 %). 2 Environ 25 % contre 8 % pour Demos 3 Facturation des heures-consultant à un fort prix unitaire

1

24

DEMOS : le développement d’une offre globale Le département FOAD de Demos – en croissance de 25% en 2001 - compte 2500 apprenants en ligne tutorée et héberge 30 installations intranet clients. Demos se développe selon trois axes : - un métier d’éditeur : 800 cours génériques en Banques/Finances ; cours sur-mesure (module relatif à la sécurité cryogénique pour Air Liquide ; ouverture en direction des PME et des professions libérales organisées (OPCA-PL). - un métier de diffuseur de contenus : distribution de gros éditeurs tels que Netg, Auralog, etc. - un métier d’intégrateur : hébergeur de sites, dispensateur d’e-formation mixte, ingénieur en eformation, concepteur-distributeur de la plate-forme Cigale. Ces avancées ne peuvent toutefois dissimuler le retard de l’appareil privé de formation dans ce secteur, composé de plus de 7 500 prestataires, dont 50 % déclarent moins de 25 000 euros de chiffre d’affaires annuel et 30% exercent à titre individuel. La plupart d’entre eux ne disposent ni des moyens financiers, ni des ressources humaines leur permettant d’engager leur "e-transformation". L’appareil privé de production doit encore s’approprier les TIC et les nouvelles modalités de formation qui en découlent. L’offre publique de formation regroupe quatre grandes catégories d’acteurs traditionnels : l’AFPA, les GRETA, les établissements publics historiques (CNAM, CNED, CNPR, CNERTA), et, enfin, le réseau des APP. Dominant le marché de la formation professionnelle, ces opérateurs classiques ne se sont en général intéressés que tardivement au segment nouveau des formations à distance. les opérateurs publics traditionnels • une position initiale de retrait De façon générale, les prestataires publics ont jusqu’à présent choisi d’observer les évolutions de ce nouveau secteur, plutôt que de s’affirmer comme fournisseurs de service de formation à distance. La plupart ont créé des structures de veille et noué des partenariats, à l’image du projet de campus numériques. Les partenariats mixtes : l’exemple des campus numériques Nés en 1999 d’une série d’appels à projets lancés par les ministères de la Recherche et de l’Education Nationale pour la création de consortium d’établissements de l’enseignement supérieur, associant partenaires publics et privés1, les campus numériques devraient permettre de combler le retard français sur les pays qui ont su réagir rapidement aux enjeux de la FOAD en y affectant des crédits substantiels et en se dotant des structures nécessaires. Le troisième appel d’offres doté de 60 millions de francs2, s’oriente vers la consolidation des 72 projets retenus lors du deuxième appel d’offres, dont 45 sont en phase opérationnelle et 27 en étude de faisabilité. Le développement des campus se heurte encore à deux difficultés : une adaptation difficile des personnels enseignants au nouveau modèle pédagogique, et la faiblesse globale des moyens financiers engagés. Au total, les campus ne parviennent pas encore à concurrencer les projets tels que la Virtual University Campus américaine3, l’Open University4, ou encore l’offre de formation canadienne5. De fait, parmi les quatre premiers pays exportateurs nets de formation en ligne - Etats-Unis, Nouvelle-Zélande, Australie, Canada - aucun ne fait actuellement partie de l’Union européenne.
1

Outil de travail inter-universitaire, les « campus » regroupent actuellement 80 universités, 49 écoles d'ingénieurs, 50 entreprises, 49 associations, 15 IUFM et comptent 50 accords avec des partenaires étrangers. 2 Les deux premiers appels à projets ayant été dotés de respectivement 18 et 61,5 millions de francs. 3 500 cours de qualité en ligne ; l’équivalent, à elle seule, de la totalité de l’offre universitaire française estimée 4 160 000 apprenants en ligne dont 30 000 à l’étranger 5 3 000 cours en ligne

25

L’AFPA, opérateur public historique en pleine mutation1, n’a que progressivement intégré les nouvelles technologies à son offre de formation. Elle propose en premier lieu une "boîte à outils pédagogiques" à l’usage du plus grand nombre2, mais aussi de ceux qui utilisent l’ordinateur comme outil de travail. Par ailleurs, les TIC ont un impact essentiel sur l’ingénierie pédagogique qu’elle développe et sur sa gestion des référentiels d’emploi et de compétence. Plusieurs actions témoignent de cette évolution : - par le biais du CNEFAD, l’AFPA a offert 9 813 parcours individuels de formation durant l’année 2000, 17 740 personnes au total bénéficiant des FOAD. - avec TFS, canal numérique de formation professionnelle diffusé sur "RAINETTUNO SAT 1", l’AFPA offre un service ambitieux de e-learning en accès libre, gratuit et international. Malgré ces développements, les nouvelles technologies n’ont pas encore complètement pénétré son appareil de formation, et ses initiatives sont insuffisamment mutualisées. L’AFPA explique son retard par la spécificité de sa mission de lutte contre le chômage et les exclusions. Selon l’opérateur, les publics concernés auraient en effet besoin de la présence physique d’un tuteur et ne s’adapteraient que difficilement aux formations en ligne. • des réalisations en phase de structuration En dépit d’un intérêt récent et encore prudent pour les FOAD, les prestataires classiques s’efforcent de structurer une offre en ligne cohérente, répondant à la commande publique, mais aussi aux attentes de la demande privée. Certains, tels que les GRETA, y voient aussi un moyen de mettre en valeur le maillage d’un réseau territorial de formation en proposant des prestations de proximité mieux adaptées aux besoins locaux. Ainsi, l’ensemble des quelque 300 GRETA, qui assurent la plus grande part3 de l’activité de formation professionnelle dispensée par le ministère de l’Education nationale, poursuit cinq types d’action : la création de diplômes en ligne, le référencement des points de formation à distance (FORE II)4, la délivrance de brevets informatiques et Internet (B2I)5, le développement d’un "système à distance de formation individualisée en réseau" (S@FIR)6, et le ciblage des TPME (GRETAnet)7. Le réseau intègre donc progressivement les TIC dans les formations qu’il délivre, en n’omettant pas de définir des critères de qualité pour les FOAD. A cette fin, le groupement utilise la norme “Greta Plus” et développe un site internet de "e-veille" chargé de fournir aux GRETA "un outil d’aide à la décision et à l’action" en matière de formation à distance.
L’AFPA, dont le chiffre d'affaires se monte à 650 millions d’euros, et qui dispose d'une subvention de 704 millions d’euros pour un effectif total de 10 800 salariés de droit privé, doit faire face à la diminution du nombre des entrées en formation (- 6,5% en 2 ans ) et adapter sa politique au mouvement de décentralisation confiant aux régions de nouvelles compétences. 2 L’AFPA a conçu le Certificat "NSI", aujourd'hui proposé par l’ensemble de l’appareil public de formation. 3 En 2000, le chiffre d'affaires du réseau des 290 GRETA et des 28 CAFOC s'élève à 402,47 millions € pour 617 980 stagiaires et 69,8 millions d'heures stagiaires. 4 Les services déconcentrés sont chargés du référencement des points d’accès à la téléformation appelés à être labellisés (circulaire du 25 janvier 2002 relative au programme FORE II). 5 Créé dans le cadre du PAGSI et délivré par les GRETA, le B2I – « école et collège » / « formation continue adulte » est une attestation de compétences dans l'utilisation des micro-ordinateurs et des logiciels de base, visée par le ministère de l'Education nationale et non une véritable formation en ligne. Le projet repose sur l'idée que le développement de la FOAD implique une appropriation des nouvelles technologies. 6 Sous l'impulsion du conseil régional, l'Académie de Rennes a enrichi sa plate-forme par des actions présentielles (regroupement dans l'entreprise ou dans les onze GRETA de l'Académie). Le bilan de compétences des apprenants réalisé par le réseau est susceptible d’être valorisé dans le cadre de la VAE/VAP. 7 Ce programme propose une formation à l'usage des TIC par TIC (pour l’usage quotidien des artisans, agriculteurs...). Il est en cours d'adaptation aux TPME du bâtiment.
1

26

Par ailleurs, le développement de modalités de formation rompant avec la tradition constitue un moyen pour certains opérateurs historiques, tels que le CNED et le CNAM, de moderniser leur image en exploitant généralement avec succès les possibilités offertes par les TIC. Les 230 formations en ligne proposées par le CNAM sont suivies par quelque 10 000 auditeurs1. L’opérateur s’appuie avec succès sur un réseau de 23 centres régionaux2, plus de 63% des auditeurs étant aujourd’hui inscrits en province. Cette évolution sensible des prestations de l’organisme s’accompagne d’une "e-transformation", dans le but de mieux informer le public et de rationnaliser les dossiers. Le CNED n’intervient que marginalement en matière de formation professionnelle (38 891 inscrits à ce titre sur un total de 370 000 personnes, pour un chiffre d’affaires de 12,25 millions d’euros3). Cependant, le CNED est de plus en plus sollicité par les entreprises pour intervenir auprès d’elles à titre de conseil, d’expert ou de spécialiste en ingénierie pédagogique. Ces demandes aboutissent à la création de formations ouvertes et à distance ou à la réalisation de dispositifs spécifiques à partir d’informations proposées par les entreprises. Son évolution statutaire vers le droit privé devrait à terme lui permettre d’exploiter une offre concurrentielle à l’abri des plaintes régulières de la CHANED (prises de participations financières et filialisation de ses activités). Le CNED a par ailleurs été mis à contribution pour cofinancer avec la Direction de la technologie les « campus numériques ». De façon comparable, mais pour des publics ciblés, le CNERTA et le CNPR conduisent sous la tutelle du ministère de l’Agriculture plusieurs expériences sectorielles innovantes. Le CNERTA et le CNPR : les deux enseignes du ministère de l’Agriculture Le CNERTA- Centre National d’Enseignement et de Recherche Technique Agricole – 100 personnes basées à Dijon - gère « First Class », outil de conception canadien, qui permet de relier une communauté virtuelle de 25 000 enseignants et personnels agricoles dispersés sur le territoire métropolitain et outre-mer. Le CNPR - Centre National de Promotion Rurale, installé à Clermont-Ferrand, est l’équivalent d’un CNED agricole. Il propose plusieurs programmes dans sa centaine de centres de ressources, tels qu’une base de données rassemblant l’ensemble des compétences disponibles sur le territoire (FORMIDA) – l’agriculteur qui souhaite se reconvertir dans l’élevage du lapin peut ainsi se former dans le CDR le plus proche de son domicile - ; ou encore une offre sur mesure comme le logiciel de formation à la conchyliculture. La création d’une université virtuelle est envisagée. Enfin, les APP4 forment un élément original dans l’appareil public de formation. Ils contribuent notablement à la diffusion des FOAD et à l’individuation des formations. En partenariat avec le CNED et le CNEFAD, ils ont ainsi formé quelque 8000 personnes à distance en 2000 (sur 163 304 personnes formées en APP). Fortement implanté en zones rurales et

1

En comparant avec le 600 formations du CNAM et ses 80 000 auditeurs, ces chiffres montrent que le CNAM à dépassé le stade de l’expérimentation et atteint une masse critique. 2 Ces centres répartis sur 150 lieux d’enseignement sont principalement financés par les régions. 3 Le CNED s'est également doté d'une école de formation aux métiers de l'enseignement à distance, ouverte à des collaborations dépassant le strict champ du public. 4 Depuis 1985, les Ateliers de Pédagogie Personnalisée ont pour mission d’assurer à toute personne sortie du système scolaire un complément individualisé de formation générale ou technologique de base. L'activité globale de formation des APP correspond à 65,55 millions € en 2000. Elle est cofinancée par l'État (19,75 millions € du FFPPS en 2000), les régions, les départements, les communes et les entreprises.

27

périurbaines, le plus souvent dans des établissements scolaires, le réseau des APP1 est un exemple réussi de couverture du territoire et de collaboration interministérielle et territoriale. • Un positionnement encore ambigu sur un marché concurrentiel Les opérateurs publics se positionnent cependant de façon ambiguë sur le marché des formations à distance. En effet, principal bénéficiaire de la commande publique2, ces organismes réalisent en outre 20% du chiffre d’affaires (hors commande publique) du marché des prestataires. Ils sont par conséquent suspectés de financer sur fonds publics3 leur intervention sur ce segment concurrentiel du marché. La question se pose aujourd’hui avec d’autant plus d’acuité que le nouveau code des marchés publics établit un régime dérogatoire bénéficiant aux organismes de formation publics et parapublics.4 L’essentiel de la commande publique n’est pas soumise aux règles des marchés publics, tandis que les marchés de formation professionnelle (hors subvention) disposent d’une procédure allégée5. Dans un contexte d’assainissement du marché, les organismes consulaires adoptent également une attitude prudente et fondent leur action sur des structures de veille et d’observation.6 Au total, l’ensemble des chambres professionnelles ne représente que 1,4% du marché des FOAD. Apparemment sceptiques sur le rôle que peuvent jouer les nouvelles modalités de formation, en particulier dans les PME, les CCI préfèrent développer de nouveaux services d’ingénierie de formation pour les grands comptes. 2.1.2.3 Scepticisme des organismes financeurs L’attentisme des prestataires classiques de formation, de même que les interrogations des acteurs consulaires sur la réalité des opportunités offertes par les FOAD sont également caractéristiques des OPCA. Bien que la circulaire du 20 juillet 2001 ait partiellement levé l’ambiguïté relative à l’éligibilité des FOAD aux dépenses de formation, les OPCA adoptent une attitude de retrait. Seul un petit nombre d’entre eux7 ont dès 1995 choisi d’intégrer les TIC puis les FOAD aux formations qu’ils finançaient. Ces initiatives demeurent toutefois limitées et ne concernent pas les principaux OPCA (les Agefos ou l’IUMM par exemple)8. A cet égard, les OPCA distinguent nettement leurs activités d’études et de prescription d’une part, et leurs activités de formation d’autre part. Cette séparation limite leur capacité d’intervention dans le financement d’activités de recherche et de développement, pourtant essentielles au soutien de l’investissement dans les FOAD.

1

Sur l’ensemble du territoire, les 469 APP avec 267 antennes géographiques et 39 antennes prison offrent 775 sites de formation de proximité. 2 La commande publique représente 918 millions d’euros au PLF 2002, dont 158 affectés aux rémunérations. 3 Ainsi, l'AFPA dispose d'une subvention de fonctionnement de 700 millions d’euros. 4 Ce régime est inscrit aux articles 3, 30, 81 du nouveau Code des marchés publics 5 Ces marchés de service ne sont soumis qu'aux seules obligations relatives à la définition des prestations par références à des normes, lorsqu'elles existent, ainsi qu'à l'envoi d'un avis d'attribution que la personne responsable du marché peut décider de ne pas publier. 6 Le Préau joue le rôle de centre de ressources et de veille sur les TIC. Les travaux portent sur des études (plateformes, coûts, qualité) et sur des actions concrètes comme la mise en place d’un diplôme commun de formateur en ligne avec l’Université Paris X. 7 Par exemple, le FAFIEC (informatique), l’ANFA (réparation automobile), ou encore l’OPCA-PL (professions libérales). 8 Selon les Agefos, les FOAD s’articulent mal avec une logique de proximité et concernent plus naturellement les OPCA de branche qui peuvent s'adresser à des publics répartis sur un vaste territoire. Pour l’UIMM, la vraie question est celle du co-investissement, condition préalable à un réel développement des FOAD.

28

2.2 L’Etat : un rôle de coordination des politiques nationales, régionales et communautaires
Les évolutions sensibles et rapides du marché des formations à distance contraignent les différents acteurs à adapter leur stratégie sans nécessairement disposer d’une vision claire des enjeux et des risques du secteur. Dans ces conditions, l’Etat peut jouer un rôle bénéfique de réglementation, de contrôle et de coordination des diverses initiatives. Susceptible de faciliter un discours et des actions cohérents en matière de FOAD, l'Etat devrait veiller à mutualiser l'information et à la mettre à la disposition du plus grand nombre. A l’articulation des politiques régionales et européennes, il conserve en outre une fonction essentielle de régulateur. 2.2.1 Une régulation imparfaite Les actions de formation à distance que réalise l’Etat demeurent modestes et éclatées. Plus que prestataire, il apparaît comme un facilitateur, dont le rôle de régulation et de contrôle reste déterminant. Il doit favoriser l’engagement du plus grand nombre dans la formation, en veillant à ce que la croissance du secteur ne soit pas entravée par l’absence de règles claires. 2.2.1.1 Une action limitée L’intérêt des pouvoirs publics pour les formations à distance s’explique par deux facteurs : d’un côté, les limites des formations présentielles nécessitant le recours à des modes d’apprentissage différents, notamment par l’individualisation des parcours ; de l’autre, des risques d’exclusions économiques et sociales liées à l’émergence des nouvelles technologies, appelant une intervention de l’Etat. Les dispositifs mis en œuvre - programmes ministériels spécifiques, intégration des FOAD dans les instruments de droit commun - témoignent d’une prise de conscience. Cependant, loin de constituer une véritable politique de soutien, animée par une logique de mise en cohérence interministérielle, l’ensemble forme une juxtaposition de mesures encore modestes. Le rôle moteur de la DGEFP Placée depuis 1987 sous la tutelle du ministère chargé de l’emploi, la DGEFP joue un rôle central dans la définition des instruments de promotion et de réglementation des FOAD, notamment par la mise en œuvre et le suivi des programmes FORE et NSI (dans le cadre du PAGSI). Des instruments spécifiques de portée limitée : FORE II et NSI • FORE II Succédant depuis janvier 2002 au programme FORE I, qui se limitait à de l’ingénierie de formation, le programme FORE II, doté de 3,83 millions d’euros, comporte deux volets : - un appel à propositions en direction des DRTEFP pour la mise en place de plans d’actions régionaux de FOAD et de réseaux territoriaux de points d’accès à la téléformation* labellisés (P@T). L’objectif vise la création de 200 P@T touchant 20 à 30.000 stagiaires par an pour un coût de 1,65 millions d’euros. L’Etat engage ainsi des partenariats locaux.

29

- l’augmentation des ressources de fonctionnement des P@T d’un montant de 2 euros par heure pour toute action de FOAD dispensée à des publics prioritaires pour un montant global de 2,18 millions d’euros. • Le certificat de navigation sur Internet (NSI) prévu au PAGSI Annoncé en 1997 par le Premier ministre à Hourtin, le PAGSI, décliné en programmes d’action ministérielle (PAMSI), que prolongent les CISI, ne concerne que marginalement la formation professionnelle. Lors du troisième CISI du 10 juillet 2000, le gouvernement décide de créer le "certificat de navigation sur Internet" (NSI) et de généraliser ce module de formation aux TIC d’une durée de 14 heures, à l’ensemble des stages suivis par les demandeurs d’emploi et financés par l’Etat. En outre, le titulaire du NSI se voit reconnaître le bénéfice partiel du B2i pour faciliter et amplifier l’accès des publics à l’usage d’Internet. La mise en œuvre de ce certificat est confiée conjointement à l’AFPA, aux APP, aux GRETA, aux CFPPA et aux organismes conventionnés accueillant les bénéficiaires de SIFE. Prévu pour 1,2 million de personnes et représentant un coût triennal de 150 millions d’euros, la montée en puissance de ce dispositif semble être nettement en retrait par rapport aux prévisions initiales.1 Au total, la dotation des programmes FORE et PAGSI apparaît modeste au regard du total des interventions publiques dans le champ de la formation professionnelle (5 273 millions d’euros au Projet de Loi de Finances 2003). Il convient par ailleurs de mentionner le dispositif UCIP (Utilisation collective d’internet par les PME), programme du Minefi qui existe depuis 1998 et comportant un volet "formation en ligne" devenu prioritaire à compter de 2002. Bien qu’important (5 millions d’euros de dotation), cet instrument présente deux inconvénients : un financement insuffisant compte tenu de la demande2 et une sous-évaluation de la dimension des projets soumis. les instruments de droit commun : une faible ouverture aux FOAD Les FOAD bénéficient de l’ouverture des instruments du droit commun de la formation professionnelle aux TIC : - les Engagements de formation (EDDF), principal instrument de contractualisation de l’Etat en faveur des salariés en précarité dans les TPE-PME, intègrent les nouvelles modalités de formation comme un axe prioritaire d’intervention ; - le nouvel appel à proposition SIFE recentré sur l’insertion dans l’emploi des publics les plus en difficulté fait des FOAD un des critères de sélection. Toutefois, les résultats enregistrés par les EDDF sont pour l’instant décevants, dans la mesure où les motivations des branches professionnelles sont insuffisantes et ne correspondent pas aux priorités de l'Etat, centrées sur la lutte contre les exclusions. Le public des SIFE ne dispose pas, pour sa part, d'un accès aisé aux nouveaux outils du savoir, ce qui limite les perspectives de développement de ce dispositif. D’autres instruments concernent potentiellement les FOAD sans pour autant produire d’effets appréciables :

1

Par exemple, l’AFPA a délivré 137 000 certificats à ce jour, contre une prévision de 260 000 pour la fin 2002, financés uniquement sur des crédits de droit commun. 2 En effet, la dotation en crédits de paiement représente à peine 2,5 € par PME.

30

- les aides au conseil de l’ACE ou de l’ANACT ne prennent que faiblement en compte la question des nouvelles technologies. - le "crédit d’impôt formation", mis en place en 1998, est susceptible de favoriser l’investissement dans les FOAD, n’a pas été reconduit au PLF 2002, sauf pour les PME dont le chiffre d’affaires est inférieur à 7,5 millions d’euros. - le mécanisme des excédents reportables1 constitue un dispositif intéressant, mais il ne concerne toutefois pas les TPE. - les aides au remplacement des salariés en formation concernent essentiellement des formations longues2 peu adaptées aux durées mises en œuvre par la FOAD. - si l’efficacité des instruments d’aide au financement des entreprises innovantes (FCPI, BSPCA et contrats d’assurance-vie dits "DSK"3), liée au niveau des valeurs boursières, demeure par nature aléatoire, elle paraît néanmoins adaptée à la logique d’innovation du secteur. Enfin, les politiques concernant l’alternance et l’apprentissage, qui représentent pourtant 41% des efforts de l’Etat en matière de formation professionnelle, ne comportent aucune mesure substantielle4 en faveur des nouvelles technologies5. 2.2.1.2 Les difficultés de l’interministérialité L’interministérialité de la politique de la formation professionnelle, de la responsabilité de la Délégation à la formation professionnelle avant 1987, est aujourd’hui plutôt le fait de relations informelles entre directions ministérielles6. A défaut d’une action coordonnée, chaque ministère a conduit ses propres actions en fonction de ses objectifs et de ses moyens, sans forcément faire preuve de cohérence avec les priorités retenues au niveau national. L'éparpillement des structures d’étude et la multiplicité des points d’accès illustrent ces difficultés. Des structures de veille multiples Le marché et les politiques publiques sont confrontés à la faiblesse de l’appareil de recherche et d’étude concernant les FOAD. Selon Gilles BREGANT7, "les cellules de veille internes aux ministères, auxquels s’ajoutent des organismes, tels que Le Préau, Algora, Centre Inffo, le FFFOD, le CNEFAD, le CEREQ ou encore le CSTI (Conseil Stratégique des Technologies de l’Information) demeurent éparpillées et en grand nombre. Cet éparpillement, à l’image du secteur de la FOAD, nuit à l’élaboration d’une vision claire, de référentiels communs et d’indicateurs reconnus universellement par la profession. Les études réalisées procèdent souvent d’enquêtes parcellaires et ponctuelles, sans donner lieu à un véritable suivi du secteur". La conscience de ce handicap pousse aujourd’hui le FFFOD et deux de ses membres, le Préau et Algora, à se rapprocher. Cette coopération renforcée entre une structure
1

Qui permet aux entreprises de plus de 10 salariés de reporter sur trois ans les dépenses qu’elles consentent au-delà de l’obligation légale 2 450 € pour 169 heures 3 Ces contrats accusent actuellement une perte moyenne de 25 à 30%, certains pouvant perdre jusqu’à 50%. 4 Ce secteur ne bénéficie que d’une aide au financement à hauteur de 50 % des dépenses d’équipement informatique des CFA. 5 Par comparaison, trois dispositifs de formation des ingénieurs, concernant un public bénéficiaire limité à environ 4 000 personnes, bénéficient d’un large soutien public (12,58 M €) : le Programme Ingénieurs et Cadres Supérieurs (PICS), les formations du Centre d'études supérieures industrielles (CESI) et les Nouvelles Filières d'Ingénieurs (NFI). 6 Par exemple entre la DATAR, la DGEFP et la Direction de la technologie. 7 Secrétaire général de la Mission pour l’économie numérique, MINEFI.

31

privée, une structure consulaire et une structure sous tutelle de l’Etat, devrait constituer une référence fiable et opérationnelle pour le secteur et permettre l’élaboration d’une vision commune des enjeux que pose l’e-formation. Les politiques désarticulées d’aménagement du territoire La Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (DATAR) est chargée sous la tutelle du Premier ministre d’accompagner une évolution équilibrée des territoires vers la société de l’information, en développant notamment l’accès de tous aux technologies et aux services nouveaux1. Dans ce but, la Délégation conduit des programmes conjoints avec la Mission interministérielle pour l’accès public à la micro-informatique, à l’Internet et au multimédia (MAPI) 2. En effet, cet autre service du Premier ministre, créé en décembre 2000, a reçu mission de favoriser à court terme l’implantation sur l’ensemble du territoire de points d’accès aux nouvelles technologies ouverts au grand public. Toutefois, moins de 700 points d’accès sont actuellement labellisés, soit un retard significatif par rapport à l’objectif affiché de créer 2 300 EPN (Espaces Publics Numérisés) avant la fin de l'année 2003. En outre, si la politique d’accompagnement - plus que de coordination - de la DATAR a dans les premiers temps contribué de façon positive au décollage des initiatives et des expérimentations, ce choix risque d’encourager l’autonomie des politiques ministérielles ou régionales (ECM, Cyberbases, Cybercommunes), sans parvenir toujours à en contrarier les logiques centrifuges. De ce point de vue, le futur programme gouvernemental relatif aux expérimentations locales et à leur pérennisation pourrait utilement renforcer le rôle de coordination stratégique de la Délégation. La création d’un ministère délégué à la Recherche et aux Nouvelles technologies marque sans doute une évolution vers une plus grande clarté et cohérence des politiques publiques3. D’ores et déjà la MAPI, tout en restant une mission interministérielle rattachée aux services du Premier Ministre, est mise à la disposition du ministre, tout comme l’est le Conseil stratégique des technologies de l’information (CSTI). Le ministre peut également faire appel à la Direction du développement des médias et à l’Agence pour les technologies de l’information et de la communication dans l’administration (ATICA). En clôture de l’Université d’Hourtin, Mme Claudie Haigneré, ministre déléguée à la Recherche et des Nouvelles Technologies, déclarait : "Il s’agit de conduire une politique globale et ambitieuse en faveur des nouvelles technologies de l’information et de la communication, en impliquant tous les ministères sous la responsabilité d’animation et de coordination du ministère chargé de la Recherche et des Nouvelles Technologies et la supervision du Premier ministre.

1

Le schéma de services collectifs de l’information et de la communication, qui vise le renforcement de la cohésion sociale et de l’attractivité du territoire national, fixe ainsi une quinzaine d’orientations stratégiques à moyen terme, déclinées en soixante-quinze objectifs réalisables à court terme (fin 2003). 2 Quatre chantiers sont actuellement en cours : le recensement des points d’accès public possibles, la montée en puissance du passeport pour l’internet et le multimédia (PIM), la mise en place d’une politique de labellisation avec les espaces publics numériques (EPN) et un premier appel à projets pour les "EPN de proximité", cogéré avec la DATAR et centré sur les territoires ruraux en conformité avec les décisions du CIADT de juillet 2001. 3 Le décret du 5 juillet 2002 précisant les attributions exercées par le ministre précise que ce dernier "participe à la promotion et à la diffusion des nouvelles technologies. Il prépare et, conjointement avec les autres ministres intéressés, met en œuvre la politique du Gouvernement en faveur de l'utilisation et de la diffusion des nouvelles technologies de l’information et de la communication ".

32

2.2.1.3 Un rôle central de réglementation et de contrôle L’Etat définit le cadre institutionnel et réglementaire qui s’applique à toute la formation professionnelle et, par conséquent, aux formations à distance. Son rôle tient aujourd’hui, pour l’essentiel, à l’édiction de règles claires et à sa capacité de contrôle du secteur des formations à distance. De fait, en conférant aux FOAD une visibilité juridique progressive, son action a partiellement répondu aux attentes des acteurs du marché de l’e-formation. Un droit progressivement clarifié et adapté aux formations à distance Le droit de la formation professionnelle repose presque totalement sur l’inclusion du temps de formation dans le temps de travail. Il n’a que progressivement pris en compte les FOAD. L’encadrement juridique des formations à distance n’est cependant pas nouveau. Toutefois, le droit demeurait ambigu1. L’obligation de regroupement régulier2 des apprenants en formation intégralement à distance nécessitait, en particulier, d’être clairement affirmée ou abandonnée. Sources d’une insécurité juridique nuisible au développement des FOAD, ces incertitudes ont été partiellement levées par la circulaire du 20 juillet 20013. Cette dernière cesse de faire du regroupement une obligation, "dès lors qu’il existe d’autres formes d’encadrement et de contrôle de l’assiduité", tout en ramenant l’essentiel de la FOAD dans le droit commun de la formation professionnelle4. Un rôle limité et contesté Si le contrôle du secteur de la formation professionnelle en matière de FOAD est effectué sur la base d’un droit partiellement clarifié, les conditions de contrôle de l’assiduité des apprenants restent imparfaitement adaptées aux FOAD. Le système se fonde toujours sur la vérification d’attestations de présence et l’identification de temps de formation. L’imprécision des dispositions de la circulaire en la matière devrait être levée, afin d’éviter les abus et de ne pas perpétuer des mécanismes inadéquats. Pour effectuer son contrôle, l’Etat dispose avec le GNC d’un instrument dont l’efficacité est limitée par la faiblesse de ses effectifs (160 personnes au ministère et en région pour 1,16 million d’entreprises, 3,87 millions de stagiaires, 99 OPCA), la quantité de documents administratifs à contrôler5, et en raison de la captation de la plus grande part du temps de contrôle par 1% des financements (FSE (Fonds Social Européen)). En outre, l’Etat assure le contrôle pédagogique des organismes bénéficiant d’un agrément technique par le biais de l’AFPA, au risque parfois d’un conflit d’intérêts chez celle-ci entre ses fonctions de prestataire et d’expert pour le compte de l’Etat.

1

Le droit a donné lieu à des interrogations relayées notamment par un rapport du Conseil économique (Jean-Claude Barbarant, "Enseignement à distance : réalités, enjeux et perspectives", 1997) 2 L'obligation de regroupement rend l'autoformation de fait inéligible aux dépenses de formation. Elle permet aussi d'assurer un contrôle de l'assiduité, dans la mesure où seule la présence physique ouvre droit à rémunération (pour le demandeur d'emploi) ou à déductibilité des salaires versés (pour les entreprises). 3 Cf. annexe 2 4 En outre, la circulaire du 20 juillet 2001 précise que des conventions ou des contrats de formation doivent comporter des mentions particulières, notamment relatives au séquences d'apprentissage à distance et aux modalités d'assistance pédagogique. Par ailleurs, un protocole individuel de formation établi avec le dispensateur de formation est destiné à informer et à protéger le stagiaire. 5 Ces documents regroupent notamment les déclarations 24-83, 24-86 et 20-68, la déclaration d'existence, les bilans pédagogico-financiers, les attestations de présence et, le cas échéant, les conventions et protocoles individuels de formation.

33

2.2.1.4 Un rôle de promotion des FOAD et de mutualisation de l'information L’Etat pourrait mettre à profit l’expertise de son appareil public de formation afin de promouvoir activement la formation à distance auprès du public et d’assurer une meilleure transparence du marché. Certaines expériences étrangères, sans être directement et intégralement transposables, témoignent de la possibilité de coordonner l’information sans se substituer à un tissu d’offreurs diversifié. L'exemple de la Grande-Bretagne : University for industry Depuis 1997, la Grande-Bretagne, où 20 % de la population active n’ont pas les compétences de base en lecture et en calcul, conduit une expérience d’envergure nationale mettant les nouvelles technologies au service de la formation des adultes. Cette mission est dévolue à l'University for Industry (UFI), partenariat public-privé mis en place par l’Etat, connu du grand public sous la marque LearnDirect. Alors que l’Open University, créée en 1971, délivre des formations universitaires diplômantes à distance (160 000 étudiants en ligne en 2001), l’UFI poursuit l'objectif plus général de faciliter et l’encourager l’accès de toutes les catégories sociales et professionnelles à la formation. L’UFI est d’abord un centre de promotion (campagnes publicitaires, semaine de la formation), d’information (portail Internet, ligne téléphonique gratuite, brochures, partenariats) et de conseil indépendant portant sur 550 000 formations. Les intéressés sont dirigés vers tous les prestataires britanniques de formation partenaires de l'UFI, que leur offre soit traditionnelle ou en ligne. Par ailleurs, l’UFI propose elle-même 400 formations à distance, accessibles à domicile, sur le lieu de travail ou dans l’un des 1 600 centres du réseau LearnDirect. 2.2.2 L’Etat à l’articulation des logiques régionales et communautaires Outre sa fonction de régulateur, l’Etat a un rôle essentiel de coordination à jouer. En effet, il doit aujourd’hui articuler ses initiatives avec les politiques d'autres acteurs : d’un côté les régions disposent de prérogatives croissantes en matière de formation professionnelle ; de l'autre, l’Union européenne, sans intervenir au premier plan dans ce domaine, a néanmoins lancé plusieurs projets relatifs aux nouvelles technologies et à la formation. 2.2.2.1 La montée en puissance des régions en matière de formation A la suite des lois de décentralisation, la formation professionnelle a été l’une des premières compétences transférées aux régions1. La loi quinquennale du 20 décembre 1993 sur le travail, l’emploi et la formation professionnelle, a poursuivi ce mouvement en leur confiant l'élaboration d'une politique d'ensemble en matière de formation professionnelle des jeunes de 16 à 25 ans. Leur connaissance concrète et précise du tissu économique et social local, leur capacité à mener des actions de proximité leur permettent de répondre de façon appropriée aux besoins croissants des entreprises en ressources humaines compétentes. Un foisonnement d’initiatives en matière de FOAD La diffusion des nouvelles technologies et le développement des FOAD constituent un enjeu essentiel pour les régions : la qualité du maillage territorial et la facilité d'accès aux infrastructures et aux savoirs concourent directement à la croissance économique locale. Les régions, de façon générale, marquent un réel intérêt pour les TIC : un quart des contrats de plan État-région mentionnent la question de l’emploi des technologies dans la formation, et plus de la moitié des régions ont déjà organisé un réseau d'information en la
1

Cf. annexe 10

34

matière. Les expériences menées sont nombreuses, mais toujours orientées vers les mêmes priorités. Il s’agit au premier chef de la mise en réseau des structures d’accueil, d’orientation et de formation (ARDEMI en Rhône-Alpes, Pyramide en Midi-Pyrénées, Lorraine Université Ouverte, Université virtuelle des Pays de la Loire, etc.), de la construction de parcours indépendants des sources de financement et des statuts des bénéficiaires (multiplication des passerelles au profit des jeunes, des TPE, des saisonniers), de la signature de protocoles avec les branches sur la certification et la validation des acquis de l’expérience, de l’organisation de forums et de salons, de contributions financières au maillage en points d'accès aux TIC, ou encore de la création de portails régionaux de formation. PYRAMIDE et MIRI@d : deux exemples de partenariats locaux Miri@d : créé en 1996 à l’initiative de la Chambres Régionales Commerce et d’Industrie des Pays de la Loire, l’association accompagne les PME dans la mise en œuvre de dispositifs formation innovants. Elle regroupe aujourd’hui 13 régions, 46 CCI, associe les partenaires Algora et Le Préau, ainsi que des entreprises et des cabinets de consultants. Les projets Reflex Contact et NetLangues bénéficient de sa méthodologie. Pyramide : créé en 1994 par la région Midi-Pyrénées, mis en place grâce à l’effort convergent des CL, CCI, de l’Artemip et d’organismes de formation (CNED, CNAM, IPST entre autres), Pyramide cherche à réduire les disparités d’accès à la formation entre la ville centre (Toulouse) et la périphérie (villes moyennes, zones rurales). Ce réseau de onze centres de téléenseignement* reliés par Numéris est inscrit au schéma directeur régional de la formation à distance. Dans le cadre de la politique d’aménagement du territoire, le Conseil régional a prévu de le doter en moyens supplémentaires au Contrat de Plan Etat-Région 2000/2006. Pléi@de : la plateforme de téléformation du CNAM Plateforme logicielle créée à l’initiative du Centre régional du CNAM des Pays de la Loire. Elle a été généralisée à l’ensemble des 23 Centres régionaux du réseau de la CNAM et permet de mutualiser les contenus. Elle est diffusée désormais gratuitement en “Open source*” afin de développer une communauté d’utilisateurs, de créer de la valeur d’usage, de développer les services associés (installations, formations, ingénierie et hébergement). Vers une meilleure coordination ? Le soutien financier des régions à l'équipement et au développement des points d'accès aux TIC contribue à banaliser l'usage des FOAD et à les mettre à la disposition des populations exclues du système scolaire. A défaut d'une politique active d'information et de promotion, ces nouvelles modalités d'apprentissage demeurent cependant peu connues du public. Chargé d’évaluer, de coordonner et de capitaliser les expériences et les politiques régionales et territoriales, le Comité de Coordination des Programmes Régionaux de l’apprentissage et de la formation professionnelle (CCPR) est un outil décisif de mise en cohérence des initiatives locales. Toutefois, le CCPR ne s’est saisi que récemment de la question des enjeux territoriaux des FOAD et pourrait jouer un rôle plus affirmé. Les modifications de l’architecture institutionnelle mises en place par la loi de modernisation sociale pourraient cependant renforcer la coopération régionale. Les COREF, transformés en CCREFP devront ainsi travailler en lien avec de multiples instances régionales compétentes en matière d'emploi et de formation professionnelle, notamment le conseil économique et social régional, la commission paritaire interprofessionnelle régionale (COPIRE), le comité régional consultatif de l’AFPA, les comités départementaux de l’emploi qui doivent remplacer les CODEF. Par son appui au CCREFP dans sa mission de coordination, comme par la faculté dont il dispose de favoriser la conclusion d'accords interrégionaux, le préfet de région pose un rôle déterminant.

35

Une meilleure coopération régionale apparaît d'autant plus nécessaire que les réseaux en cours de constitution sont marqués par une relative inexploitation des possibilités offertes par les TIC. Leur ambition semble se limiter à mettre en relation l'offre et la demande de formation de chaque région, sans constituer de base d'information interrégionale. L'absence de mutualisation de l'information freine la constitution d'un marché de l'offre de FOAD transparent. Devant le manque de contenus francophones d’une part, et la nécessité d’amortir des investissements lourds d’autre part, le modèle de 26 circuits régionaux reste trop cloisonné. La prochaine négociation sur la régionalisation du contrat de progrès de l’Afpa, en distinguant entre les formations d’intérêt national et les formations d’intérêt régional, sera peutêtre l’occasion d’un rapprochement fécond. Enfin, les régions seront probablement conduites à développer plus de relations avec les institutions communautaires, puisque le FSE, géré par les services de l’Etat) et le programme d’initiative communautaire (PIC) EQUAL (géré par la Commission européenne) concernent la formation professionnelle et les nouvelles technologies. 2.2.2.2 La traduction inachevée des ambitions européennes La formation professionnelle est une compétence des États membres, qui sont maîtres de son organisation et de son contenu sur leur territoire. Néanmoins, la politique de l'Union européenne en matière de FOAD vient compléter les initiatives nationales. En dépit d’une communication volontariste sur les enjeux de la société de l’information, les réalisations communautaires restent en deçà des ambitions affichées. Une ambition affirmée, en dépit de compétences limitées L’Union Européenne s’est très vite intéressée à l’emploi des TIC dans l’éducation et la formation1. Ces dernières sont un moyen privilégié d’atteindre les objectifs visés à l’article 150 du traité instituant la Communauté Européenne (adaptation aux mutations, amélioration de la formation continue, facilitation de l’accès, stimulation de la coopération entre organismes de formation et entreprises, échange d’informations et d’expériences). La politique européenne en faveur des FOAD se trouve à l’intersection de deux ensembles initialement distincts : la volonté de favoriser les industries de haute technologie d’une part, la recherche du "développement du niveau de connaissance la plus élevé"2 d’autre part. Après les premiers programmes lancés au début des années 1980 (Comett, Eurotecnet), la formation tout au long de la vie, articulant formation initiale et continue, est devenue une priorité au début des années 1990, avec le Livre Blanc Delors sur la compétitivité, la croissance et l’emploi. Aussi l’initiative e-Learning3 de mars 2001 décline-t-elle dans le domaine de l’éducation et de la formation le plan d’action e-Europe4 de juin 2000, destiné à faire de l’Union européenne "l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde"5. Mais cette ambition se heurte à la compétence réduite de l’Union Européenne en matière de formation professionnelle. En effet, l’article 150 du TCE stipule que "la Communauté met en œuvre une politique de formation professionnelle", mais précise qu’elle respecte "pleinement la responsabilité des États membres pour le contenu et l’organisation de la formation professionnelle". L’Union européenne peut donc difficilement s’imposer comme un acteur de premier rang.

1 2

Cf. annexe 11 Préambule du TCE. 3 2001/C 204/02. 4 COM(2001) 172 final. 5 Objectif énoncé au Conseil européen de Lisbonne de mars 2000.

36

En conséquence de cette absence de compétence principale, les politiques communautaires relatives à la FOAD sont marquées par une grande dispersion des responsabilités, particulièrement entre les DG Education et Emploi. La double distribution géographique et thématique des bureaux, la summa divisio entre éducation et emploi, la séparation entre les fonds (passant par les États) et les programmes (gérés directement par la Commission) conduisent à un cloisonnement entre les bureaux "pays" (B/2 pour la mise en œuvre du FSE en France), le bureau "Société de la connaissance" (G/3) de la DG "Emploi et affaires sociales", l’unité "Multimédia pour l’éducation, la formation et la culture" de la DG "Education et culture", et la DG "Société de l’information". L’ensemble des initiatives communautaires manque de cohérence et de clarté. Cette complexité, qui se retrouve dans les financements et les programmes possibles, peut décourager les candidats éventuels. La politique communautaire en faveur de la FOAD se heurte en outre à l’absence de véritable marché de dimension européenne. Ainsi, le sommet e-learning organisé par la Commission en mai 2001, a davantage attiré les compagnies américaines que les entreprises européens, de même que la création d’un Consortium e-learning, qui réunit les principaux industriels du secteur, répond avant tout à la demande des opérateurs américains. De plus, si la diversité culturelle européenne est une richesse, et la barrière du multilinguisme, une protection, elles sont aussi une cause de morcellement qui pénalise l’Europe vis-à-vis d’un concurrent disposant d’un vaste marché intérieur. Les voies d’une action plus efficace Malgré ces obstacles, l’UE souhaite approfondir son action en faveur de la FOAD. Dans cette perspective, la Commissaire Viviane Reding a décidé en mai 2001 du déblocage de 1 milliard d’euros sur 4 ans. Cet engagement se traduit en outre par un ensemble de mesures, qui pourraient être encore optimisées. Tout d’abord, la structure des fonds européens, et singulièrement du FSE, a été simplifiée, mais il pourrait être utile de simplifier encore davantage les procédures et surtout d’alléger les contrôles, dont la lourde charge revient aux administrations nationales. La complexité du montage des dossiers plaide également pour une plus grande concentration de l’emploi des fonds au niveau national. Actuellement dispersé, leur effet pourrait sans doute être avantageusement concentré sur un nombre plus restreint de projets, comme ils l’ont par exemple été au Royaume-Uni pour le projet gouvernemental de l'University for Industry. En outre, c’est en jouant un rôle international plus visible que l’Union Européenne pourrait conduire une action véritablement efficace en faveur de la FOAD. A cet égard, son absence au sein d'instances de négociation telles que l'ISO, ne favorise pas les prises de conscience indispensables. Enfin, le CEDEFOP, créé en 1975 et installé à Salonique, joue déjà un grand rôle dans la circulation de l’information sur les différents systèmes de formation professionnelle, par la production de documents de synthèse et l’organisation de visites d’études permettant d’identifier les bonnes pratiques. L’une des six visites organisées en France en 2000 avait pour thème "l’utilisation des nouvelles technologies de la formation et de l’emploi". Toutefois, cette information reste destinée aux spécialistes, et ne répond pas suffisamment aux besoins du grand public. Annoncé par la Commission dans sa communication de novembre 20011, le lancement d’un portail européen fédérateur, présentant les systèmes nationaux et renvoyant aux portes d’entrée nationales, pourrait répondre à cette préoccupation.
1

« Réaliser un espace européen de l’éducation et de la formation tout au long de la vie », COM(2001) 678 final

37

Cependant, les défis que les nouvelles technologies posent à la formation professionnelle sont autrement plus vastes. Le 10 septembre 1791, Talleyrand proclamait l’universalité de l’instruction à la tribune de la Constituante, "pour les hommes de tout âge, de tout état, et dans les diverses positions de la vie". Or la diffusion d’outils nouveaux offre l’espoir de faciliter l’accès d’un plus grand nombre à une "formation tout au long de la vie". La poursuite de cet objectif suppose pour les politiques publiques de répondre aux questions nouvelles, relatives notamment à la connaissance des formations disponibles, à l’évolution du cadre juridique et à la stabilisation d’un modèle économique, auxquelles les structures établies depuis une trentaine d’années sont aujourd’hui confrontées.

38

3 PROPOSITIONS
Organiser le marché, informer les acteurs de la formation professionnelle et les inciter à investir dans les formations ouvertes et à distance constituent trois axes possibles de l’action de l’Etat. Informer les salariés sur les moyens de se former, renseigner les entreprises sur les opportunités d’adapter constamment les compétences, persuader les acteurs du marché de la formation d’adopter des stratégies pertinentes, supposent d’abord pour l’Etat de mettre en place des réseaux d’information, de savoir et de veille performants. Organiser des territoires numériques qui ouvrent un accès mieux partagé à l’information et à la formation, construire un cadre légal plus protecteur des libertés individuelles au moment où la vie du citoyen est exposée sur le net, en veillant à ce que la réglementation ne décourage ni la création, ni la libre circulation des contenus, élaborer des règles du jeu qui favorisent les complémentarités entre acteurs publics et privés, sans porter atteinte à la concurrence, impliquent également de modifier les équilibres actuels. Inciter enfin les entreprises à former les ressources humaines et à s’équiper pour y parvenir, encourager les salariés à regarder l’amélioration de leurs compétences comme une responsabilité davantage partagée avec l’employeur, appellent des réponses neuves et parfois ambitieuses. Les treize propositions qui suivent s’articulent selon ces trois thèmes. Dans chaque ensemble, les propositions placées en tête sont les plus rapidement réalisables.

3.1 INFORMER
3.1.1 Proposition 1 : créer un observatoire des FOAD rassemblant les organismes d’étude actuels Exposé des motifs L'appareil de recherche et d'étude en matière de FOAD, actuellement éclaté, ne permet pas à ce jour d'éclairer correctement les choix de politiques publiques et les décisions des acteurs de l'e-formation. Le rapprochement en cours du FFFOD et de deux de ses membres, le Préau et Algora, témoigne d'une prise de conscience des insuffisances de l'analyse actuelle sur les évolutions du secteur. Il a pour ambition de dégager une vision commune des enjeux de la FOAD. La création d'un observatoire doit donner tout son sens à cette démarche. Description de la proposition L'observatoire est rattaché au Conseil national de la formation professionnelle, de la promotion sociale et de l’emploi. Il analyse les évolutions du secteur, définit et met en œuvre un programme annuel de recherche, examine les questions qui lui sont soumises et fait toute recommandation et proposition de réforme législative et réglementaire. Il publie un rapport annuel d'activité adressé au Premier ministre et au Conseil économique et social. Par ses travaux, il éclaire les choix de politique publique. L'observatoire est composé de personnalités qualifiées représentatives du secteur. 39

Effets attendus Permettre une réflexion commune sur les enjeux des formations à distance. Fournir une expertise régulière et reconnue. Faciliter la prise de décision des investisseurs. Conditions de mise en oeuvre La DGEFP prépare un décret du Premier ministre instituant l’observatoire et précisant ses missions, sa composition et son fonctionnement. Le budget de l’observatoire est inscrit au Plan national de formation professionnelle et financé par le Fonds de formation professionnelle et de promotion sociale. 3.1.2 Proposition 2 : créer un portail de formation renvoyant aux sites nationaux, régionaux et européens existants Exposé des motifs La multiplication des prestataires de formation et la diversification des produits ont rendu opaque l'offre de formation professionnelle. L'obtention d'une information exhaustive, précise, actualisée et fiable sur ce secteur en forte évolution est devenue malaisée et plus coûteuse. Un portail général de la FOAD permettrait de clarifier le marché. Description de la proposition Le portail www.formation.fr donne un accès exhaustif et organisé aux informations nationales, régionales et européennes relatives à toute l'offre de formation professionnelle disponible. Le site, qui prévoit une fonction "recherche", renvoie, par le biais de liens hypertextes, aux différents sites de formation existants. Chacun des sites référencés au portail respecte les critères d'une charte de bonnes pratiques en matière de partage et de fiabilité de l'information. Le site propose un guide général de la FOAD à l’intention des salariés, des entreprises et des prestataires. Il recense d’une part l’ensemble des prestations labellisées et des organismes certifiés, et d’autre part toutes les dispositions d’ordre économique et fiscal d’encouragement. Le guide est accessible sur le portail et a vocation à s’insérer dans un guide plus large. Effets attendus Créer un service doté des meilleures capacités d'information et d'interaction, et d'utilisation simple pour le demandeur. Faciliter la prise de décision de l'utilisateur, assuré de disposer d'une information complète et objective. Intégrer le contenu du portail au futur portail emploi-formation européen dont la création a été annoncée au sommet européen de Stockholm en mars 2001. Conditions de mise en oeuvre La DGEFP est responsable de la maîtrise d'ouvrage du projet de portail www.formation.fr. Elle est chargée de coordonner la réalisation du guide et de la charte, en concertation avec l’OPQF, les organismes professionnels et les services compétents du ministère chargé de l’Emploi et du ministère de l’Economie et des Finances.

40

3.1.3 Proposition 3 : créer une université ouverte et à distance Exposé des motifs Les expériences régionales appuyées sur les universités se multiplient : Université virtuelle des Pays de la Loire, Cyberlicence à Albi, Lorraine Université Ouverte. Ces partenariats conjuguent la maîtrise universitaire des contenus et les nouvelles possibilités offertes par les technologies. À moyen terme, la consolidation de ces initiatives permettra d’identifier les pôles d’excellence de chacune et de proposer de les fédérer, afin de bâtir un équivalent français de l’Open University britannique, sur un mode décentralisé. Description de la proposition Un « Consortium des universités en ligne » est constitué à l’initiative du ministère de la Jeunesse, de l’Éducation nationale et de la Recherche. Il réunit les réseaux régionaux volontaires pour mutualiser leurs réalisations en matière de formation en ligne. Le Consortium adopte une marque susceptible d’acquérir une notoriété nationale et internationale dans le domaine de la formation (« France Université Ouverte », « France Universités » ou « e-Sorbonne » par exemple). Le Consortium dispose d’une équipe chargée : - de tenir à jour une cartographie nationale des formations disponibles ; - de concevoir et d’animer le site internet constituant la porte d’entrée du réseau ; - de conseiller le public, qui peut prendre contact par tous moyens de communication. Le reste de l’infrastructure (bilan de compétences, formation, validation) est décentralisé. Un correspondant est désigné dans chacune des structures porteuses existantes au niveau régional. Effets attendus La mise en commun des réalisations permettra de redéployer les moyens financiers consacrés aux doublons afin de combler les manques, et d’offrir sans barrières géographiques une palette complète de formations. Une politique de marque nationale accroîtra la notoriété de l’ensemble des formations, tandis que la structure décentralisée permettra à chacune des régions de conserver le bénéfice de l’implantation des pôles d’excellence qu’elle a développés. À l’étranger, la promotion – par les attachés culturels – de cette « université française en ligne », offrira un prolongement aux élèves des lycées français, complètera les offres des universités membres de l’Association des Universités Partiellement ou Entièrement de Langue Française (AUPELF) et donnera un sens supplémentaire à la diversité culturelle défendue par la France. Conditions de mise en œuvre Cette création est conditionnée par l’accord des régions, universités et établissements concernés. L’équipe de coordination nationale sera financée par l’État. En outre, le FSE sera sollicité pour accompagner le lancement du projet. L’État pourra inciter financièrement les universités à rejoindre le consortium. Les élèves étrangers pourront contribuer aux frais de la formation qu’ils choisissent. 41

3.2 ORGANISER
3.2.1 Proposition 4 : limiter les risques d’atteinte aux libertés individuelles. Former les représentants du personnel au droit des TIC Exposé des motifs Comme le souligne la CNIL dans son rapport du 5 février 2002 relatif à la cybersurveillance sur les lieux de travail, le recours de plus en plus systématique à des nouvelles technologies de réseau a des incidences importantes sur les rapports entre les employés et les employeurs. Dès lors que l'information dont disposent les entreprises est informatisée et susceptible d'accès par Internet ou Intranet, les risques de traçabilité des salariés et d'accès indus à l’information les concernant sont réels. Face à ces nouveaux risques, qui touchent aussi à la sécurité des entreprises rendues plus vulnérables à des attaques informatiques venues de l’extérieur, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à adopter des chartes d’information. Ces documents doivent fixer les règles d’utilisation des traces de connexion et formuler des recommandations en termes de sécurité. En outre, l’information préalable des salariés sur tout dispositif de collecte de données les concernant personnellement est prévue par le législateur (art. L. 121-8 Code trav. ; art. 27 de la loi "informatique et libertés"). Toutefois, les chartes ont un statut juridique encore mal défini et un contenu variable. Elles peuvent manquer leur objectif de transparence et d’information, lorsqu’elles cumulent des prohibitions de toutes sortes. Dans ces conditions, les problématiques de FOAD ont vocation à être discutées lors de l’adoption de ces documents, qui constitue l’intérêt de l’employeur comme des salariés. Les salariés doivent pouvoir faire valoir leurs droits en connaissance de cause, et à cette fin disposer d’une formation juridique suffisante, notamment en matière de TIC. Description de la proposition 1. Lorsque l'employeur envisage de mettre en œuvre un projet important d’introduction ou d'utilisation des nouvelles technologies, notamment pour des actions de formation professionnelle, il doit établir une charte. Cette charte se fixe pour objectif d'assurer une parfaite information des utilisateurs, de sensibiliser les salariés aux exigences de sécurité, et d'appeler leur attention sur certains comportements de nature à porter atteinte à l'intérêt collectif de l'entreprise. Elle est adoptée par le comité d'entreprise, ou à défaut, par l'employeur et les représentants du personnel. En outre, le comité d'entreprise, ou, s'il n'en existe pas, les représentants du personnel, est régulièrement informé et périodiquement consulté, sur la mise en œuvre de cette charte. 2. Les membres titulaires du comité d'entreprise, ou si ce dernier n'existe pas, les délégués du personnel, bénéficient d'un stage de formation juridique, relative notamment au droit des technologies de l'information et de la communication. Effets attendus Meilleure protection des libertés individuelles des salariés dans le champ de la formation professionnelle. Promotion du dialogue social en la matière.

Conditions de mise en œuvre 1- Modification législative de l'article L. 432-2 al. 1 du Code du travail 42

2- Modification législative de l'article L. 434-10 du Code du travail en ajoutant un stage de formation juridique au stage de formation économique. 3- Modification législative de l'article L. 422-3 du Code du travail pour étendre le bénéfice de la formation juridique proposée aux délégués du personnel.

3.2.2 Proposition 5 : insérer un volet FOAD dans tous les instruments contractuels Etat-régions Exposé des motifs La FOAD est liée aux questions de maillage territorial et au développement économique. Les régions témoignent cependant d’un intérêt inégal pour les TIC : un quart seulement des contrats de plan Etat-régions mentionne la question de l’emploi des technologies au profit de la formation. La réduction de ces inégalités territoriales, aussi bien que la création de synergies entre les différents acteurs, justifie d’inscrire les FOAD parmi les thèmes de négociation. Description de la proposition Un volet FOAD est proposé à la négociation dans chacun des instruments contractuels qui lient l’Etat et les régions (contrat de plan, plan régional de développement des formations, futurs contrats AFPA-région). Son contenu est préparé dans le cadre des travaux du Comité de Coordination Régionale de l’Emploi et de la Formation Professionnelle (CCREFP), placé sous la présidence conjointe du préfet de région et du président du Conseil régional. Il est négocié et arrêté par les instances compétentes. Le CCREFP est en outre chargé du suivi et de l'évaluation des actions éventuellement engagées. Effets attendus Elargir à la FOAD le champ des instruments contractuels Etat-régions. Renforcer la complémentarité entre les niveaux territoriaux afin d’éviter l’éparpillement des initiatives. Conditions de mise en oeuvre Intégration du thème de la FOAD aux circulaires du Premier ministre fixant les principes relatifs à l’architecture des instruments contractuels Etat-régions. Modification législative de l’article L. 910-1 du Code de travail 3.2.3 Proposition 6 : créer un régime simplifié de licence légale en faveur des FOAD Exposé des motifs La rigueur du droit français de la propriété intellectuelle, appliquée aux contenus produits dans le cadre des FOAD, crée une insécurité juridique susceptible de dissuader les investisseurs. Le développement du marché des FOAD et le renforcement de l’offre française de contenus nécessitent la création d’un régime simplifié qui protège les auteurs et les producteurs, tout en garantissant aux utilisateurs un droit d’appropriation raisonnable, inspiré de celui mis en place pour les bases de données. 43

Description de la proposition 1. Un régime simplifié de licence légale est créé au bénéfice des utilisateurs licites, autorisant la reproduction et la diffusion de toute œuvre de formation professionnelle nécessaire à la conduite des actions prévues à L. 900-2 du Code du travail. La rémunération des auteurs et des producteurs est assise sur un pourcentage des dépenses engagées par les donneurs d’ordre publics et privés. Le produit de la rémunération est géré par une société civile de perception et de répartition, placée sous le contrôle d’une commission administrative paritaire. La commission administrative paritaire fixe pour chaque catégorie de supports et d’usages, les taux, le cas échéant, les forfaits, ainsi que les modalités de versement de la rémunération des ayants droit. L’accord entre le producteur et les auteurs, sans préjudice de toute autre relation salariale, statutaire ou contractuelle, est formalisé par l’envoi d’une déclaration conjointe à la société civile de perception et de répartition. Ce régime garantit aux utilisateurs licites le droit d’extraire ou de réutiliser, à des fins autres que de formation, une partie non substantielle de l’œuvre. 2. Les utilisateurs licites s’entendent de l’ensemble des parties liées par une convention de formation au sens de l’article L. 920-1 du Code du travail. 3. L’œuvre s’entend de tous les supports et contenus produits dans le but de concourir à une action de formation, à l’exception des parties individualisées de la formation synchrone ou asynchrone. Effets attendus Simplifier le régime juridique de la diffusion et de l’exploitation des contenus de formation. Mettre en place un environnement juridique sûr afin de rassurer et d’encourager les investisseurs. Créer un régime d’appropriation raisonnable permettant la diffusion la plus large possible des contenus éducatifs, sans remettre en cause l’essentiel du droit d’auteur français. Structurer le marché des FOAD en distinguant les producteurs de contenus des dispensateurs de formation, ces derniers devant alors se différencier par la qualité de leur accompagnement pédagogique. Soutenir la production française de contenus, par un mécanisme similaire à celui de l’industrie cinématographique (collecte sur une base globale, répartition au bénéfice des seules œuvres produites et déclarées en France). Conditions de mise en œuvre Confier à un groupe de travail réunissant l’ensemble des parties concernées le soin de préciser les modalités de mise en œuvre du régime simplifié de licence légale : identifier ou créer une société civile chargée de la perception et de répartition des sommes, déterminer la composition et l’organisation de la commission administrative paritaire. Insérer par voie législative dans le Code de la Propriété Intellectuelle un article nouveau relatif aux "œuvres de formation professionnelle" et apporter les modifications qui en découlent dans le Code du travail et le Code général des collectivités territoriales. Inscrire en loi de finances les modalités de la contribution de l’Etat et l’autorisation d’affecter une partie des ressources de la formation professionnelle à la rémunération de la propriété intellectuelle.

44

3.2.4 Proposition 7 : étudier la possibilité d’individualiser la comptabilité des activités commerciales des opérateurs publics ou de les filialiser afin de mieux observer les règles de la concurrence Exposé des motifs Les évolutions observées sur le marché de la formation professionnelle amènent les opérateurs publics, tels que le CNED, le CNAM, les GRETA et plus récemment l’AFPA, à élargir leur champ d’intervention. A côté de leurs missions d’intérêt général, ces opérateurs vendent de plus en plus leur expertise aux entreprises. Bénéficiaires de subventions publiques, ils réalisent, hors commande publique, 20 % du chiffre d’affaires du marché des prestataires. Il est préférable de clarifier leur position, sauf à laisser s’accroître le contentieux en la matière. Description de la proposition Les ministres chargés de l’Emploi et de l’Education nationale missionnent conjointement un groupe de travail chargé d’étudier la possibilité d’individualiser la comptabilité des activités commerciales des opérateurs publics ou de les filialiser par la création d’une société de droit commercial. Ce groupe de travail, pluripartite, est composé des représentants des ministères intéressés, et à parité, des représentants des opérateurs publics et des représentants des prestataires privés. Il est co-présidé par un membre de l’IGAS et un membre de l’IGF. Effets attendus Mieux distinguer les missions d’intérêt général des opérateurs publics de leurs activités commerciales. Mettre en conformité les interventions des opérateurs publics avec le droit français et européen de la concurrence. Prévenir les risques de contentieux. Conditions de mise en œuvre Lettre de mission conjointe des ministres chargés de l’emploi et de l’éducation nationale fixant la composition, la mission, les modalités de réunion du groupe de travail ainsi que le délai de remise du rapport.

3.3 INCITER
3.3.1 Proposition 8 : créer un "crédit d’impôt FOAD" assis sur l’investissement productif des entreprises Exposé des motifs Les FOAD sont un instrument innovant susceptible d'aider les entreprises à adapter les qualifications des salariés ou à accompagner leur mobilité. Le coût d’investissement des FOAD représente toutefois un frein important au développement de l’e-formation. L’instauration d’un crédit d’impôt assis sur l’investissement productif en matière de FOAD doit inciter à la modernisation du système de formation professionnelle et à la croissance de ce nouveau marché.

45

Description de la proposition Les entreprises de plus de dix salariés imposées à l’IS, bénéficient d’un crédit d’impôt au titre de leurs dépenses d’investissement productif en matière de formation ouverte et à distance. Ces dépenses s’entendent des amortissements des biens, immeubles et machines, directement affectés à la production de dispositifs de FOAD ; des dépenses de personnel à la production et la mise en exploitation du dispositif ; du dépôt et de la maintenance des brevets et logiciels ainsi que de l’amortissement des brevets acquis ; de la participation à des groupes de normalisation ; des travaux d’ingénierie ou d’études sous-traités. Le "crédit d’impôt FOAD" ouvre droit à une réduction de l’impôt sur les sociétés égale à 15 % du montant de l’investissement productif déclaré. Ce crédit d’impôt est plafonné pour chaque entreprise à 30 000 euros dans la limite de 35 % du montant de l’IS dû. Le dispositif est institué pour une durée de trois ans. Effets attendus Assurer la modernisation du système de formation professionnelle en favorisant l'investissement des entreprises prestataires et bénéficiaires. Développer l’offre de contenus et le marché des formations en ligne. Conditions de mise en œuvre 1. Modifier l’article R. 921-7 relatif à la nomenclature du bilan pédagogique et financier des dispensateurs de formation mentionné, en y ajoutant un point 8° rédigé comme suit : [Le bilan pédagogique et financier indique] le montant des dépenses d’investissement productif consacrées aux FOAD. Modifier en conséquence le formulaire Cerfa n° 10443 * 05 en créant une partie D intitulée « DÉPENSES D’INVESTISSEMENT PRODUCTIF DE L’ORGANISME EN MATIÈRE DE FOAD » 2. Modifier le formulaire Cerfa n° 2483 relatif à « la participation des employeurs ayant au moins 10 salariés », en faisant apparaître dans l’encadré « C. MONTANT DES DÉPENSES EFFECTIVEMENT CONSENTIES » les mentions nouvelles suivantes (portées en gras et italique) : Dépenses de formation interne dont investissement productif FOAD Dépenses d’équipement en matériel et de locaux dont investissement productif FOAD 3. Modification législative : insérer après l'article 244 QUATER C du Code général des impôts, un article 244 QUATER C bis autorisant une réduction de l’impôt sur les sociétés égale à 15 % du montant de l’investissement productif déclaré au bilan pédagogique et financier ou au formulaire n° 2483.

46

3.3.2 Proposition 9 : soutenir les prestataires de formation par une subvention de fonctionnement Exposé des motifs La question de l’investissement ne concerne qu’une partie limitée des acteurs du marché. Ces évolutions amènent à distinguer entre les entreprises productrices de contenus et les simples dispensateurs, dont un grand nombre est de très petite taille. L’ensemble de l’appareil de formation a besoin d’engager son e-transformation en développant de nouvelles compétences. Dans ces conditions, il apparaît opportun de soutenir le fonctionnement des petits organismes de formation en aidant leur (re)conversion. Description de la proposition 1. Subventionner à hauteur de trente centimes toute heure de formation en ligne dispensée par des prestataires privés dans la limite de 6 000 euros par entreprise. L’enveloppe de financement proposée est de 2 millions d’euros. 2. Conclure un EDDF de branche avec les organisations professionnelles, faisant suite au Contrat d’Etude Prospective (CEP) sur l’avenir des prestataires de la formation professionnelle lancé en 1997. L’EDDF fait l’objet d’une déclinaison régionale et traite des thèmes suivants : FOAD, VAE, co-investissement et formation tout au long de la vie. Effets attendus Améliorer les moyens de fonctionnement des petits dispensateurs de formation. Engager la modernisation de l’appareil productif privé. Conditions de mise en œuvre La DGEFP inscrit au Plan national de formation professionnelle (PNFP) la première mesure. Elle est financée sur le FFPPS. Elle se substitue au programme FORE II. Inscrire la mesure en loi de finances au chapitre 43-70 "Financement de la formation professionnelle" à l’article réservé au programme FORE (43-70-54). Au second point, la DGEFP est chargée de négocier et de conclure l’EDDF de branche avec la Fédération de la Formation Professionnelle. Cette convention est financée sur les crédits de droit commun des EDDF. 3.3.3 Proposition 10 : Favoriser l’acquisition d’équipements de réseaux par les TPE-PME Exposé des motifs La diffusion des technologies de réseaux crée un risque d’exclusion économique pour les TPE-PME. En effet, 5 % seulement des petites et moyennes entreprises, qui représentent 99,6 % du tissu économique, sont équipés d’un Intranet-Extranet. En outre, la disposition d’équipements de réseaux constitue un préalable indispensable au développement de formation en ligne. La montée des risques bancaires accroît les difficultés d’accès au crédit des TPE-PME. La création d’un fonds de garantie peut atténuer cette difficulté.

47

Description de la proposition Un fonds de garantie d’emprunt destiné à l’équipement des PME en matière de nouvelles technologies est créé sur le modèle des « fonds TPE » existants. La SOFARIS accorde une garantie d’emprunt sur toute demande de prêt présentée par le réseau bancaire commercial français en vue de l’équipement Intranet-Extranet des TPE-PME. La garantie porte sur 43 % du capital emprunté. Le coût de cette garantie d’emprunt se monte à 7,5 % du prêt. Le montant annuel des dépenses éligibles est plafonné à 15 000 euros par bénéficiaire. L’abondement par l’Etat du fonds de garantie de la SOFARIS se monte à 100 millions d’euros. Effets attendus Abondé à hauteur de 100 millions d’euros, le dispositif permettrait d’équiper 100 000 TPE-PME, soit le double du taux d’équipement actuel. Fiscalement, la mesure crée une recette de TVA deux fois supérieure à l’abondement consenti par l’Etat. La diffusion des équipements de réseaux favorise les regroupements d’entreprises mieux à même de mutualiser leurs besoins de formation. Conditions de mise en œuvre Inscrire en loi de finances la création du fonds de garantie au chapitre budgétaire 44-95 Participation de l’Etat à divers fonds de garantie. Définir avec la SOFARIS et le réseau bancaire commercial les conditions de mise en œuvre du fonds. 3.3.4 Proposition 11 : mieux mobiliser le compte épargne temps et le capital temps formation en faveur des FOAD Exposé des motifs La réduction du temps de travail transforme le temps disponible dans l’entreprise en ressource rare, tandis que les besoins en formation s’accroissent. De ce point de vue, les FOAD présentent l’avantage d’être également accessibles hors du lieu de travail. Elles permettent ainsi d’élargir la plage du temps consacré à la formation. Ce changement technique donne aux salariés aussi bien qu’aux employeurs, les moyens d’organiser une responsabilité partagée pour enrichir les compétences. Les dispositifs du Compte Epargne Temps (CET) et du Capital Temps Formation (CTF) doivent être mieux mobilisés à cette fin. Description de la proposition 1. Dans le cadre de l’utilisation par le salarié du CET hors du temps de travail, le suivi d’une FOAD en lieu et place d’une action de formation traditionnelle donne droit à un bonus temporel qui prend la forme, soit d’une déduction inférieure au temps effectivement consommé, soit d’un abondement du CET. Le bénéfice de cet avantage est réservé aux actions de FOAD inscrites au plan de formation de l’entreprise. La nature et l’importance de l’avantage accordé sont négociées dans le cadre d’accords d’entreprise dont les termes doivent être au moins aussi favorables que ceux déterminés par un accord de branche. 2. S’agissant de l’utilisation du CTF par le salarié, le suivi d’une FOAD pendant le temps de travail, en lieu et place d’une action de formation traditionnelle dans le cadre du plan 48

de formation de l’entreprise, donne droit à un bonus temporel qui prend la forme, soit d’une déduction inférieure au temps effectivement consommé, soit d’un abondement du CTF. La nature et l’importance de l’avantage accordé sont négociées dans le cadre d’un accord national interprofessionnel complété par des conventions de branche ou des accords professionnels étendus. Effets attendus Inciter les salariés à renforcer leurs compétences et leur employabilité, y compris en dehors du temps de travail. Encourager les employeurs à promouvoir les FOAD en négociant un avantage significatif pour les salariés. Favoriser l’émergence d’une logique de coinvestissement. Relancer le dialogue social dans les entreprises. L’activation des CET et CTF constitue une première étape en vue d’une fongibilité avec le compte formation récemment annoncé. Celui-ci doit permettre une transférabilité des droits individuels garantis collectivement. Conditions de mise en œuvre Modification législative de l’article L. 227-1 du Code du travail (CET). Modification législative de l’article L. 932-3 du Code du travail (CTF). 3.3.5 Proposition 12 : immobiliser à l’actif du bilan la formation du capital humain et l’amortir de façon dérogatoire Exposé des motifs L’accumulation des matériels informatiques et des logiciels dans l’entreprise, combinée à la formation du capital humain contribue à l’accroissement de la productivité globale des facteurs. D’un point de vue économique, les dépenses de matériels informatiques, de logiciels et de formation du personnel ont donc le caractère de dépenses d’investissement. En comptabilité, les dépenses de matériels sont considérées comme telles depuis toujours et immobilisées à l’actif du bilan, en comptes de classe 2. Les logiciels, longtemps considérés comme de simples consommations intermédiaires sont, depuis 1995 en France, 1999 aux EtatsUnis, comptabilisés à l’actif du bilan en tant qu’immobilisations incorporelles. Il s’agit donc de tirer les conséquences comptables relatives aux investissements de formation en les inscrivant, à l’exclusion des rémunérations et des frais annexes qui ont le caractère de dépenses passives, à l’actif du bilan des entreprises en compte de classe 2 (immobilisations incorporelles). D’un point de vue fiscal, l’investissement dans le capital humain mérite d’être encouragé par l’instauration d’un amortissement fiscal qui déroge à l’amortissement comptable, dit "économiquement justifié". Description de la proposition 1. Un compte supplémentaire de classe 2 intitulé « 204. Formation du capital humain » est créé au plan comptable général. Le compte retrace les dépenses réalisées en matière de formation professionnelle, à l’exception des rémunérations, des frais annexes (frais de transport, d’hébergement et de bouche), des locaux, des matériels et des logiciels. Sur ce compte, l’amortissement des formations est linéaire sur une durée de 3 ans. Cette durée est ramenée à 2 ans, sur la période 2003-2009, pour les formations en ligne. 49

2. Sur la même période, le taux d’amortissement des locaux, matériels et logiciels exclusivement destinés aux FOAD, sera le taux d’amortissement en vigueur, majoré de 30 %. Effets attendus Valoriser à l’actif du bilan la contribution de la formation à la création de richesse de l’entreprise. Favoriser l’effort de formation en permettant aux firmes d’abaisser le poids des prélèvements fiscaux (IS) assis sur les bénéfices grâce à la comptabilisation des amortissements à leur coût d’achat. Accélérer la baisse du prix unitaire des FOAD et favoriser la croissance du marché de la formation et les économies d’échelle subséquentes. Conditions de mise en œuvre Modification de l’arrêté du 22 juin 1999 portant homologation du règlement n° 99-03 du Comité de la réglementation comptable (CRC). Le CRC est chargé de prendre un nouveau règlement, en concertation avec l’International Accounting Standards Committee (IASC). Le ministre chargé des Finances prend un arrêté d’homologation. Inscrire la mesure en Loi de Finances la mesure. 3.3.6 Proposition 13 : mieux financer l’accès des demandeurs d’emplois aux FOAD Exposé des motifs La diffusion des TIC dans la formation professionnelle risque d’accentuer l’exclusion des publics les plus fragilisés. Ces mêmes technologies peuvent aussi, par une pédagogie personnalisée, favoriser l’insertion professionnelle. L’usage des FOAD au bénéfice des demandeurs d’emploi doit donc être encouragé, notamment dans le cadre des actions de formation dispensées par les centres conventionnés prévus à l’article L. 941-1 du Code du travail. Description de la proposition 1° 25 % des fonds versés par les OPCA aux centres de formation conventionnés au titre de l’article R. 964-8 al. 2, sont réservés aux FOAD. 2° De même, 25 % des sommes versées aux centres conventionnés par les entreprises au titre de l’article L. 951-1 al. 4 3° du Code du travail, sont réservés aux FOAD. Effets attendus Ouvrir aux demandeurs d’emplois dans le cadre de la formation professionnelle continue, un meilleur accès aux FOAD. Favoriser leur retour à l’emploi par une pédagogie adaptée. Etendre l’appropriation des technologies aux publics qui en sont prioritairement exclus. Elargir la gamme des produits de formation proposés aux apprenants en recherche d’emploi.

50

Conditions de mise en œuvre Modifier les dispositions communes des conventions de formation professionnelle annexées au décret n° 74-835 du 23 septembre 1974 en y insérant un titre IV nouveau intitulé : « Utilisation des fonds reçus des entreprises et des OPCA en faveur des demandeurs d’emploi ». Un article particulier dispose que 25 % au moins des montants collectés sont affectés à des FOAD en faveur des demandeurs d’emplois.

51

CONCLUSION

Le système français de formation initiale et continue a progressivement évolué d’un modèle d’instruction fondé sur la transmission de savoirs universels et fondamentaux vers la construction d’un modèle d’appropriation des compétences. L’apprenant, élève ou adulte, doit maîtriser sa formation et définir son propre parcours d’apprentissage. Ainsi, les mises en situation, l’action par tâtonnement, par essais ou erreurs, rapprochent, selon le vœu de Rousseau, "tant de leçons éparses dans tant de livres, [en les réunissant] sous un objet commun […] facile à voir, intéressant à suivre, et [servant] de stimulant". Les TIC offrent, peut-être pour la première fois, l’opportunité de mettre en œuvre concrètement un modèle pédagogique novateur fondé sur l’autonomie de la volonté et la responsabilisation individuelle du salarié. En proposant des formes d’apprentissage souples et personnalisées, les nouvelles technologies ramènent vers la formation professionnelle des publics exclus du système scolaire traditionnel. Les FOAD restent néanmoins un instrument encore marginal de formation, de sorte que les retours d’expérience sont difficilement généralisables. Il est probable que la diffusion des TIC entraîne dans la société des bouleversements durables. L’abolition de la distance, la constitution d’une société de réseaux et les nouvelles modalités du travail, appliquées au champ de la formation professionnelle, emportent des conséquences contradictoires. Le e-learning répond en effet aux enjeux actuels de la formation professionnelle en appelant notamment à un nouveau partage des responsabilités entre le salarié et l’employeur. En postulant l’autonomie de l’apprenant, les FOAD lui garantissent un accès plus aisé, mais peut-être plus solitaire, aux connaissances. En cela, elles représentent bien, pour l’avenir, un risque autant qu’une chance à saisir. Une action plus forte et visible de l’Etat en faveur des formations à distance et des initiatives cohérentes menées en partenariat avec les régions assureraient aux différents acteurs du marché de l’e-formation un environnement stable et plus incitatif, en même temps qu’elles corrigeraient les déséquilibres dont sont porteuses les technologies.

52

4 ANNEXES

53

SOMMAIRE

ANNEXE 1 - Glossaire des NTIC et de la FOAD………………………………………………55 ANNEXE 2 – La FOAD : une visibilité juridique progressive…………………...……………..57 ANNEXE 3 - Le marché de la formation professionnelle………………………………………58 ANNEXE 4 - Coût et retour sur investissement des FOAD…………………………….………61 ANNEXE 5 - Validation, certification et normes……………………………………………….63 ANNEXE 6 - Co-investissement et ARTT……………………………………………………...64 ANNEXE 7 - Les Français et Internet…………………………………………………………..65 ANNEXE 8 - L’organisation de l’Etat pour la société de l’information………………………..66 ANNEXE 9 - Le dispositif régional de formation professionnelle……………………………..67 ANNEXE 10 - L’Europe et la société de l’information………………………………………...68

54

ANNEXE 1 GLOSSAIRE DES NTIC ET DE LA FOAD
Autoformation : processus par lequel l'apprenant détermine son itinéraire d'apprentissage (temps de travail, cadence, contenu) de façon autonome et sans être en relation avec un groupe structuré. Communauté virtuelle : voir Virtuelle (classe). E-formation/e-learning (en anglais): sous-ensemble de la FOAD, qui s’appuie sur les réseaux électroniques. Définit tout dispositif de formation qui utilise un réseau local, étendu ou Internet pour diffuser, interagir ou communiquer. Utilise et peut combiner des outils de formation synchrone ou asynchrone, des systèmes avec tuteurs, et des systèmes d’autoformation. En ligne : un ordinateur est dit "en ligne" lorsqu’il est relié à d’autres ordinateurs, soit par le réseau interne (Intranet), soit par le réseau Internet. Enseignement ouvert - formation ouverte : formation offrant une plus grande liberté de choix : non seulement du lieu, du rythme et de la durée d'apprentissage, mais aussi des processus d’apprentissage et des contenus. Traduction d"Open learning", que les Britanniques furent les premiers à appliquer de façon formalisée dans un cadre universitaire. E-transformation : processus de banalisation des TIC entraînant la transformation des modes d’organisation des entreprises. FOAD : "dispositif souple de formation organisé en fonction de besoins individuels ou collectifs (individus, entreprises, territoires). (…) Comporte des apprentissages individualisés et l'accès à des ressources et compétences locales ou à distance. Elle n'est pas exécutée nécessairement sous le contrôle permanent d'un formateur" (Circulaire DGEFP n°2001/22 du 20 juillet 2001). Formation asynchrone : dans ce type de formation, l'échange avec les autres apprenants ou avec les tuteurs s'effectue de manière non simultanée via des forums de discussion, des échanges de courriers électroniques ou tout autre mode de communication. Ce mode de formation suppose une plus grande autonomie de l'apprenant. Formation synchrone : dans ce type de formation, les participants se connectent simultanément à leur session de formation. Ils peuvent ainsi partager les applications et interagir sur celles-ci au moment où le tuteur leur donne accès au document partagé. Formation présentielle : processus d'enseignement traditionnel dans lequel l'essentiel de l'activité s'opère dans un face à face pédagogique entre un enseignant et des apprenants réunis dans un même lieu. Formation tout au long de la vie : concept traduisant "l’idée du développement, de la généralisation et de la systématisation de l'éducation permanente et de la formation continue" pour répondre "au besoin croissant, appelé à se développer encore dans l'avenir, de recomposition et de reconstruction permanente des connaissances et des savoirs" (Livre Blanc (1993), "Croissance, compétitivité, emploi : Les défis et les pistes pour entrer dans le XXIème siècle", Commission européenne).

55

Grain pédagogique : nom générique pour nommer la plus petite unité pédagogique (granularité). Un parcours pédagogique est divisé en différentes parties : domaines, thèmes, leçons, modules… . Individualisation de la formation : formation sur mesure s’inscrivant dans une démarche générale d’adaptation du système de formation aux besoins de l’apprenant. Knowledge management : mode d’organisation qui considère les savoirs comme les valeurs centrales de l’organisation. Module de formation : découpage de la formation complète correspondant au découpage d'un emploi en plusieurs activités. Plateforme : système informatique permettant d'intégrer et de diffuser une offre de formation en ligne comprenant des supports multimédias et de mettre en place des outils de gestion et de suivi des apprenants. Portail : site Web particulier qui, sur le modèle d'un index, d'un catalogue ou d'une table des matières, regroupe des liens vers d'autres sites classifiés et répertoriés. Tutorat : mode d'enseignement dans lequel le formateur est chargé de suivre l'individu en formation, de le guider dans des processus d'apprentissage et d'enseignement personnalisés. Virtuelle (classe) : simulation d’un travail de groupe réunissant, alors qu’ils sont dispersés, les apprenants et les formateurs, grâce à des outils tels que les plateformes de téléformation et les forums de discussions. Visio-communication : l'Internet permet de réaliser des communications téléphoniques ainsi que l'affichage des images video des interlucuteurs distants. Les ordinateurs connectés doivent être équipés de micros, d'écouteurs et de petites caméras video (Webcam).

56

ANNEXE 2 LA FOAD : UNE VISIBILITE JURIDIQUE PROGRESSIVE
Historique : deux lois, une multiplicité de droits En juillet 1971, à quatre jours d’intervalle, le Parlement a instauré un double régime juridique pour les formations à distance selon qu’il s’agit d’élèves ou de stagiaires. 1) La loi du 12 juillet 1971 encadre "la création et le fonctionnement des organismes privés dispensant un enseignement à distance", dans le but de réprimer les abus, tels que le démarchage, et de protéger les apprenants par l’établissement d’un contrat individuel. Dans ce régime, le face-à-face pédagogique et le regroupement des élèves ne sont pas exigés. 2) La loi du 16 juillet 1971 crée une obligation nationale de formation continue. Les actions de formation sont définies en fonction des publics bénéficiaires (Art. L. 900-1 du Code du travail) et des objectifs poursuivis (Art. L. 900-2 Code du travail). Les articles L. 950-1 et L. 950-4 du Code du travail définissent les actions finançables par les entreprises et imputables sur leur obligation légale. Ce dispositif repose sur l’obligation de suivi de l’exécution de la formation, matérialisé par des attestations de présence. La prise en compte des spécificités de la formation à distance a donné lieu à une série de circulaires de la DGEFP définissant le périmètre des actions déductibles et précisant les modalités de contrôle du secteur : circulaire du 4 septembre 1972 relative aux cours par correspondance ; circulaire du 4 septembre 1972 relative aux cours télévisés ; circulaire du 16 mars 1983 portant sur l’enseignement assisté par ordinateur. La première prise en compte juridique des FOAD date du début des années 1990. Ainsi, deux décrets établissent les règles applicables aux demandeurs d’emploi suivant une FOAD, notamment les conditions d’agrément des stages à distance et d’ouverture d’un droit à rémunération pour ceux qui les suivent : - décret du 16 janvier 1993 (Art. R. 961-2 du Code du travail) ; - décret du 20 juin 1994 (Art. R. 961-3 du Code du travail) Le statut juridique de la FOAD touche également à une multiplicité de droits : droits du travail, de l’emploi et de la sécurité sociale, droits de l’enseignement privé, de la concurrence et de la consommation, droits de la propriété industrielle, intellectuelle, droit des libertés publiques, enfin. Une clarification par la circulaire des droits et obligations des acteurs L'obligation de regroupements mensuels des stagiaires en vue de leur évaluation pédagogique, qui conditionnait jusqu'alors le versement des rémunérations des bénéficiaires de la formation (Art. R. 961-2 du Code du travail), a été supprimée dès lors qu’il existe d’autres formes de suivi, d’encadrement et de contrôle de l’assiduité. Dans la mesure où le regroupement obligatoire constitue la négation du principe de formation à distance, la levée de cette contrainte concourt à la reconnaissance de l'originalité de la FOAD. Les critères d'imputabilité des dépenses de formation à distance au titre du plan de formation sont clairement énoncés. La circulaire lève ainsi toute ambiguïté sur le caractère déductible des dépenses réalisées. Cette mesure devrait favoriser l’investissement des entreprises dans ce type de formation. 57

ANNEXE 3 LE MARCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE
Les grands agrégats de la formation professionnelle continue et de l’apprentissage par dépenseur final (1999) 22,060 milliards d’euros (1,64% du PIB) (sources MES-DARES)

Etat 8,766 Mds € 39,7% Régions et collectivités territoriales. 2,124 Mds € 9,6%

UNEDIC et autres administrations 1,702 Mds € 7,8%

Dépenses de FP (hors rémunérations)
CA = 12 7 Mds € Entreprises 8,934 Mds € 40,5% Ménages 0,535 Md € 2,4%

Caractéristiques de la dépense En 1999, la dépense totale de la Nation en faveur de la formation professionnelle et de l’apprentissage est estimée à 22,1 milliards d’euros. Ce montant recouvre différents types de frais : La rémunération des stagiaires absorbe plus de 41 % de la dépense (9,1 milliards d’euros), qu’il s’agisse de la rémunération perçue par les salariés durant leur temps de formation, de l’allocation versée aux stagiaires demandeurs d’emploi (allocation formationreclassement et versements de l’Etat ou des régions), ou d’exonérations de charges sociales compensées par l’Etat pour les jeunes employés sous contrat de qualification ou d’apprentissage. Un peu plus de 1 % de la dépense (0,3 milliard d’euros) concerne les frais d’investissement (achat de biens durables) directement liés aux actions de formation. Les 58 % restants (12,7 milliards d’euros) permettent de financer les frais de formation au sens strict de même que les frais annexes, parfois difficiles à distinguer des premiers (frais de transport, d’hébergement et de restauration), auxquels s’ajoutent les frais liés à l’information sur la formation, les prestations de conseil ou d’ingénierie sur la formation, l’orientation ou les frais d’administration générale (suivi des stagiaires). Près de la moitié de cette dépense revient au marché de la formation continue, sur la base des bilans pédagogiques et financiers remplis par les prestataires de formation continue. L’autre moitié se fait hors marché. Il s’agit des dépenses suivantes : - formation dans le cadre des contrats d’apprentissage (2 milliards d’euros), - formations dispensées pour le compte direct de l’Etat par des organismes subventionnés (essentiellement formations dispensées par l’AFPA, soit une subvention de 0,7 milliard d’euros), 58

- formations réalisées en interne par les entreprises de 10 salariés et plus (0,9 milliard d’euros), - formations réalisées en interne par les administrations publiques pour leurs agents (soit une partie des dépenses de formation des agents de la fonction publique qui s’élèvent au total à 2,4 milliards d’euros), - formations post-scolaires en universités (sur un total de 1 milliard d’euros). Les organismes de formation Il existe environ 7500 organismes de formation exerçant à titre principal. 65% déclarent un chiffre d'affaires inférieur à 152 000 euros. Un quart des organismes disparaît au bout d’un an. Il existe environ 2500 organismes privés à but non lucratif, réalisant près de 40% du chiffre d'affaires global du secteur. Les organismes dotés d’un statut parapublic sont très peu nombreux (5%) pour un chiffre d’affaires substantiel (20%).

59

8000 7500 7000 6500 6000 5500 5000 1994 1995 1996 1997 1998 1999

2800 2700 2600 2500 2400 2300 2200 2100 2000 1900 1800 Nombre de prestataire (colonne de gauche) Chiffre d'affaires total (échelle de droite)

Les Organismes Paritaires Collecteurs Agréés (OPCA) :

La loi quinquennale n°93-1313 du 20 décembre 1993, relative au travail, à l’emploi et à la formation professionnelle, a engagé la rationalisation du circuit de collecte des fonds. Il compte moins d'une centaine d'organismes (OPCA professionnels, dits "de branche", OPCAREG et réseau AGEFOS-PME, structures à vocation interprofessionnelle, organisées régionalement, et FONGECIF chargé de la gestion du congé individuel de formation). De plus, la loi a interdit les transferts de fonds de gré à gré entre les organismes collecteurs agréés au titre de l'alternance. En revanche, la fonction mutualisatrice de l'association pour la gestion du fonds des formations en alternance (AGEFAL) a été renforcée. La rationalisation de la collecte a été poursuivie par les partenaires sociaux. Dans une perspective de renforcement de la mutualisation des fonds, ces derniers ont décidé d'imposer aux organismes nationaux de branche le renversement de 35% des fonds de l'alternance aux organismes interprofessionnels régionaux (accord du 26 juillet 1995). La loi du 4 août 1995 portant diverses dispositions d'ordre social a confirmé cette obligation et élargi l'assiette des cotisations destinées au financement de la formation professionnelle continue, de l'alternance et de l'apprentissage en l'alignant sur l'assiette des cotisation de sécurité sociale. Six OPCA concentrent 53% des fonds mutualisés (l'Agefos-PME représentant 29% de l'ensemble des contributions) et 60 OPCA (dont 36 de branche) se partagent 47% de la collecte, dont à peine 7% pour les 29 Opcareg. En 2000, les OPCA ont collecté 3 486 milliards d’euros (+8,0 % sur la période 1999-2000). Du fait du retrait progressif des grandes entreprises, qui n'utilisent plus les OPCA que comme complément, le financement des PME (10-500) représente 80% des ressources des OPCA.

60

ANNEXE 4 COÛT ET RETOUR SUR INVESTISSEMENT DES FOAD
Les premiers résultats de l’étude sur “Les Coûts et les Retours sur Investissement de l’e-formation” réalisée en 2001 par le Préau, en lien avec l'OFEM et Algora, mettent en évidence les tendances suivantes : La volonté de réduire les coûts de formation n'explique pas nécessairement le recours aux formations à distance. Les entreprises sont indécises sur l'appréciation d’économie des coûts : en France, 70% d’entre elles considèrent que l’économie de transport et d’hébergement est déterminante, tandis que 60% estiment que le coût de mise en œuvre des dispositifs est un obstacle à l’intégration du e-learning.1 Le coût des formations à distance comparé à celui des dispositifs traditionnels reste ambigu. La formation à distance via les TIC semble entraîner une économie substantielle si: l’entreprise dispose déjà des équipements informatiques (poste de travail et réseaux de communication), le personnel est déjà familiarisé avec l’utilisation des TIC, la formation est démultipliée pour le plus grand nombre possible d’apprenants, et si les ressources pédagogiques adéquates sont disponibles sur le marché (leur coût de production étant très élevé). L'évaluation du coût des formations à distance demeure difficile 75 % des 193 entreprises interrogées (principalement des grandes entreprises à vocation internationale de plus de 1000 salariés) déclarent ne pas évaluer, ou ne pas être encore en mesure d’évaluer, le coût global de l’ e-formation. Évaluation des coûts de la e-formation

Les composantes du coût de la e-formation

Utilisation d’outils de mesure du ROI (Retours sur investissements)

1

source Arthur Andersen - avril 2000

61

69 % des entreprises interrogées ne disposent pas d’outils permettant de mesurer les retours sur investissements de l’e-formation. Pour celles qui en possèdent, le questionnaire d’évaluation post-formation reste l’outil le plus couramment utilisé (41 % des citations). Si 53 % des entreprises pensent qu’elles auraient obtenu les mêmes retours sur investissements avec une formation classique, elles sont tout de même 45 % à estimer que l’e-formation leur a été profitable. Parmi les composantes de ce coût, les entreprises pronostiquent une augmentation des investissements dans la conception du produit pédagogique et dans l'achat de matériel informatique. L'efficacité de la formation devient un critère fondamental de retour sur investissement Les retours sur investissements attendus

En effet, si le premier critère d’évaluation du retour sur investissement spontanément cité par les entreprises interrogées demeure la diminution des coûts (19 % des citations), de plus en plus, les entreprises recherchent une formation plus efficace (18 %) avec un gain de temps (14 %). Les avantages de la e-formation ne sont pas encore clairement exprimés Avantages exprimés de l’e-formation

Certaines entreprises ne sont pas encore capables d’exprimer les avantages de l’ eformation par manque d’expérience (16 % des citations). Il n’en reste pas moins que l’eformation est jugée comme une méthode d’apprentissage plus performante par 18 % des répondants et plus économe en temps (18 % également).

62

ANNEXE 5 VALIDATION, CERTIFICATION ET NORMES
Les démarches qualité : l’approche qualité est une préoccupation récente dans le domaine de la formation. Elle s’est développée face aux exigences croissantes des commanditaires et des bénéficiaires, compte tenu de l’importance des sommes dépensées et du fort développement du nombre de prestataires : - les démarches qualité des commanditaires cherchent à réduire les points de non qualité dans les différentes étapes de la chaîne de la commande : définition des besoins, élaboration du cahier des charges, choix du prestataire, suivi et évaluation. Le "guide de l’acheteur public", publié par le ministère chargé de l’emploi en 1996, constitue un exemple de démarche qualité de la commande. Plusieurs conseils régionaux ont développé des démarches spécifiques. - les démarches engagées par les organismes de formation cherchent à accroître la qualité du service proposé et des relations avec les commanditaires et les bénéficiaires : recueil des besoins, ingénierie et réalisation en fonction des objectifs à atteindre et des moyens disponibles, évaluation et capitalisation. Elles se matérialisent parfois par l’attribution d’une certification (certification ISO ou NF), d’un label (GretaPlus) ou d’une qualification (qualification OPQF ou ICPF). Les normes : les normes constituent des éléments pouvant servir de base à l’élaboration d’une démarche qualité. Ces normes peuvent être utilisées comme repère pour construire une démarche qualité autonome. Certaines d’entre elles peuvent également servir de référence pour une certification. Les normes les plus utilisées en France sont les normes AFNOR et les normes ISO. L’AFNOR (Association française de normalisation) élabore de façon partenariale et consensuelle des normes (normes NF) et des guides de lecture de ces normes sous la forme de fascicules. Chacun de ces fascicules propose une analyse méthodique des différentes étapes de la construction et de la réalisation d’une action de formation. A ce jour, elle n’a pas créé de normes FOAD. Les normes internationales ISO série 9000 ne sont pas spécifiques au domaine de la formation. Cette enceinte associe les instituts de normalisation de 140 pays, les gouvernements, les organisations internationales et les représentants de l’industrie et des consommateurs. Elle élabore des normes dites "génériques de systèmes de management" et qui s’appliquent à tout processus de production d’un produit ou d’un service quel que soit le secteur d’activité. La certification et la qualification des organismes de formation Elles se sont développées selon deux approches différentes de la qualité. La certification consiste à vérifier par un audit externe la conformité du fonctionnement d’un organisme de formation à un référentiel établi préalablement. La qualification, quant à elle, permet d’attester du professionnalisme d’un organisme, c’est-à-dire de sa capacité à se doter de moyens matériels et humains adéquats et à les mettre en œuvre conformément à un code de conduite professionnelle. L’ISO reste la principale certification. Des organismes certificateurs (AFAQ - Association française pour l’assurance qualité, BVQI - bureau Véritas qualité internationale) certifient que le système de management de la qualité de l’organisme de formation est conforme aux normes de la série ISO 9000. L’AFNOR peut également, en tant qu’organisme certificateur, délivrer la marque « NF service formation professionnelle » sur la base des référentiels NF X 50-760 et NF X 50-761.

63

La norme et le label GretaPlus L’Education nationale a mis en place pour les GRETA une démarche qualité dont les principes et les modalités de fonctionnement ont été publiés au Bulletin Officiel de l’Education nationale (BOEN) no 25 du 21 juin 2001 : - élaboration d’une norme portant à la fois sur l’organisation du GRETA et sur le service rendu, à savoir la formation sur mesure (conception du produit et mise en œuvre pédagogique) ; - vérification de la conformité de l’organisation du GRETA et du service rendu aux exigences de la norme par un audit sur site ; - examen des audits et attribution du label par un comité national composé de responsables de l’Education nationale et de représentants de ses principaux partenaires et grands clients. Les qualifications : Pour les organismes de formation, les qualifications professionnelles sont délivrées principalement par l’Office professionnel de qualification des organismes de formation (OPQF). Il a été créé par la Fédération de la formation professionnelle (FFP) sur la base d’un protocole conclu avec l’Etat. Il attribue une qualification fondée sur l’expérience, l’adéquation des compétences individuelles et collectives, la satisfaction des clients, les ressources techniques et financières. Quant aux formateurs individuels, la Fédération des chambres syndicales de formateurs consultants (FCSFC) a créé une structure indépendante, l’Institut de Certification des Professionnels de la Formation (ICPF). Cette instance délivre aux professionnels indépendants (salariés, professions libérales, vacataires) un certificat de capacité professionnelle.

ANNEXE 6 CO-INVESTISSEMENT ET ARTT
Un système très encadré jusqu'à la loi Aubry II Dans le système français, l’obligation légale de formation professionnelle repose sur l’employeur. Le co-investissement, c’est-à-dire la possibilité pour le salarié de se former sur son temps libre moyennant certaines contreparties fournies par l’entreprise, est donc apparu tardivement dans le Code du travail, par le biais de la négociation collective (ANI du 3 juillet 1991, repris par la loi du même jour codifiée dans l’article L. 392-1 du Code du travail). Son usage est longtemps demeuré contraint (limitation de la part de formation susceptible d’être réalisée hors du temps de travail, possibilité ouverte seulement pour les formations qualifiantes, longues et sanctionnées par un titre). En diminuant le temps de travail disponible, alors même que les besoins de formation se sont accrus, la réduction du temps de travail a donné une acuité nouvelle aux demandes d’assouplissement du dispositif formulées régulièrement les entreprises. Dans le silence de la loi n°98-461 du 13 juin 1998 (dite "Loi Aubry I") les accords d’entreprise ont empiriquement externalisé une partie de la formation hors du temps de travail. L’intervention de la loi n°2000-37 du 19 janvier 2000 relative à la réduction négociée du temps de travail (dite "Loi Aubry II"), donne une base légale à la plupart de ces accords. Le dispositif actuel La loi Aubry II assouplit les conditions d’exercice du co-investissement en insérant un nouvel article L. 932-2 dans le Code du travail. Deux régimes coexistent donc aujourd’hui. Le premier, traditionnel, défini par l’article L. 932-1, reste très encadré. Il ne vise 64

que les formations permettant l’acquisition d’une qualification professionnelle et sanctionnées par un titre ou un diplôme de l’enseignement technologique, ou défini par la Commission paritaire nationale de l’emploi de la branche professionnelle. Dans ce régime, le temps personnel affecté par le salarié à la formation ne peut excéder 25% du total de la formation. Le second (article L. 932-2) a pour objet le "développement des compétences des salariés". Il n’est assorti d’aucune condition de durée, de sanction par un titre ou d’engagement de classification par l’employeur. L’accord exprès du salarié reste cependant requis. D’autre part, la loi Aubry II permet l’utilisation du compte-épargne-temps pour rémunérer les temps de formation effectués hors du temps de travail. Dans ce cas, le salarié coinvestit du temps qu’il a acquis dans l’entreprise ; dans les autres cas, il apporte du temps non rémunéré. En annulant le 28 septembre 1999 (soit entre les deux lois) la clause de coinvestissement de l’accord Association Française des Banques, le TGI de Paris a éclairé la notion de temps de formation : selon ce jugement, le temps de formation demeure du temps travaillé quel que soit le contenu ou la finalité de la formation suivie, si cette dernière est effectuée à l’initiative de l’employeur. De plus, le passage aux 35 heures ne peut être réalisé par la déclassification du temps de formation en temps de repos. Le temps "libéré" est du temps "libre" qui appartient à la sphère privée du salarié. L’employeur ne dispose d’aucun droit d’usage, même partiel, sur ce temps. Rien n’interdit cependant au salarié et à son employeur de conclure un accord de co-investissement, dès lors qu’il porte sur le temps personnel du salarié et que celui-ci donne son accord.

ANNEXE 7 4.1 LES FRANÇAIS ET L’INTERNET
Connexion à internet à domicile 60 50 40 30 20 10 0
m e m sd m e m e ho s d o i m e ns m m d fe es o i n e 3 m 5 de s m es 35 d e a n s 35 de an 35 s o ans an u p l s ou us pl us ba c ,B EP ou vr ie rs 20 00 0F re ve nu s de pl us de

ho

m

fe

déjà connectés

C

EP

,B

EP

C

ont l'intention de se connecter d'ici un an

Source : Baromètre CSA opinion mai 2001, publié par le SESSI-DIGITIP.

65

ANNEXE 8 L’ORGANISATION DE L’ETAT POUR LA SOCIETE DE L’INFORMATION
Le dispositif présenté dans le tableau ci-dessous est complété depuis mai 2002 par la création d’un ministère délégué aux nouvelles technologies. La MAPI et le CSTI sont mis à la disposition du ministre qui peut également faire appel à l’ATICA et à la DDM.

66

ANNEXE 9 LE DISPOSITIF REGIONAL DE FORMATION PROFESSIONNELLE
Les régions ont une compétence générale en matière de formation professionnelle continue, alors que l'Etat intervient en direction des publics les plus en difficulté, des branches professionnelles et des entreprises. En concertation avec l'Etat et les partenaires sociaux, les conseils régionaux coordonnent et structurent l'ensemble de l'offre de formation : filières de formation professionnelle (initiale et continue) proposées aux jeunes de 16 à 25 ans , actions de formation professionnelle à destination des adultes, grâce au plan régional de développement de la formation professionnelle des jeunes et des adultes. Compétences et mise en oeuvre Si la région a une compétence de droit commun en matière de formation professionnelle continue les lois de décentralisation, elle ne dispose de la compétence sur l'ensemble du dispositif de la formation professionnelle continue (y compris les adultes) que depuis 1999. Elle intervient à ce titre en matière de formation qualifiante, de réseaux d'accueil (PAIO, missions locales) et d’actions pré-qualifiantes. La région adopte un Programme Régional d'Apprentissage et de Formation Professionnelle (PRAFP), et élabore le Plan Régional de Développement de la Formation Professionnelle des jeunes et des adultes (PRDFP). Ce plan met en cohérence les filières de formation des jeunes pour l'accès à l'emploi. Il couvre pour son volet adultes l'ensemble des actions de formation professionnelle visant à favoriser l'accès, le maintien et le retour à l'emploi. La région dispose d’un fonds, le Fonds Régional de l’Apprentissage et de la Formation Professionnelle (FRAFP), qu’alimentent des crédits d'Etat, les ressources que la région affecte à la formation professionnelle, et le cofinancement du FSE. Les régions peuvent subventionner des places de stages à l'intention de demandeurs d'emploi ou acheter des prestations de formation selon les règles du Code des marchés publics. La région peut aussi cofinancer des aides de l'État aux entreprises. Instances régionales de coordination Le conseil régional apprécie une fois par an les conditions d'utilisation des crédits de l'Etat d'intérêts régionaux ou départementaux. Depuis 2002, le comité de coordination régional de l'emploi et de la formation (CCREFP) remplace le COREF (comité régional de la formation professionnelle, de la promotion sociale et de l'emploi). C'est une instance régionale de coordination des politiques de l'emploi et des programmes de formation professionnelle initiale et continue. Les partenaires sociaux y reçoivent une plus large place. Une instance unique de concertation nationale Placé auprès du Premier ministre, le Comité de Coordination des Programmes Régionaux de l’apprentissage et de la formation professionnelle (CCPR) constitue le lieu unique de concertation entre l’Etat, les régions et les organisations syndicales et professionnelles (employeurs, salariés, chambres consulaires). Les régions détiennent la moitié des siéges, l’Etat et les partenaires sociaux se partageant l’autre moitié. Le CCPR a pour mission d’évaluer les politiques régionales de formation, d’émettre des avis sur les projets de lois et de décrets ainsi que sur les grandes orientations politiques, de favoriser la coordination des politiques régionales et territoriales et de capitaliser les expériences locales.

67

ANNEXE 10 L’EUROPE ET LA SOCIETE DE L’INFORMATION
Programmes communautaires d’éducation : Leonardo da Vinci : lancé en 1994, ce programme a pour ambition de favoriser l’employabilité des jeunes et des adultes sur le marché européen du travail, de développer leur capacité d’adaptation au changement technologique, et de lutter contre les discriminations. Il cherche à promouvoir la coopération européenne entre les établissements de formation et les entreprises, à exploiter le potentiel des TIC et à améliorer la transparence des qualifications. La deuxième phase du programme (2000-2006) finance plus de 300 projets de mobilité et une vingtaine de projets pilotes transnationaux. Le soutien de projets pilotes est plafonné à 75 %. Socrates II (2000-2006) : ce programme couvre 3 types d’action : Minerva vise à promouvoir les partenariats dans le domaine de l’enseignement ouvert et à distance (EOD) et de l’utilisation des TIC. Cette action, dotée d’un budget de 1,85 milliards d’euros, vise tous les secteurs d’éducation, principalement les projets qui prennent en considération les implications de l’utilisation des TIC sur l’acquisition des compétences. Grundtvig encourage la coopération transnationale dans le domaine de l’éducation des adultes et de l’éducation tout au long de la vie. Cette action, dotée d’un budget de 1,85 milliards d’euros, promeut des méthodes d’enseignement novatrices et des outils d’évaluation, de validation ou de certification des connaissances acquises d’une manière non-formelle. Media Plus doit renforcer la compétitivité internationale de l’industrie européenne audiovisuelle. Une de ses lignes d’action concerne la formation, et plus particulièrement l’utilisation des NTIC. L’action formation de Média Plus est dotée d’un budget de 48,5 millions d’euros pour 5 ans. Programmes communautaires de recherche et de développement technologique : IST (Information Society Technology) : programme de recherche sur les TIC, doté d’un budget de 3,6 milliards d’euros, mis en œuvre par la Direction Générale « Société de l’Information » de la Commission européenne. Dans ce cadre, prennent place des initiatives telles que IST-EC, qui vise à développer des réseaux de coopération dans le développement technologique entre des organisations canadiennes et européennes, notamment dans le domaine du télé-apprentissage. e-Content (contenu numérique) : politique globale de l’Union européenne à l’égard des informations véhiculées par les réseaux de l’information qui favorise l’usage de l’outil numérique pour la réalisation des traductions. Le multilinguisme dans tous les domaines, y compris ceux qui concernent la formation, est la priorité de cette politique. Le FSE (Fonds Social Européen) Pour financer la formation professionnelle, le FSE intervient principalement au titre de l’objectif 3, qui soutient l’adaptation et la modernisation des politiques et des systèmes d’éducation, de formation et d’emploi. Le Fonds intervient également via le Programme d’initiative communautaire (PIC) EQUAL, qui soutient les coopérations innovantes et expérimentales destinées à lutter contre toutes les formes de discrimination et d’inégalité sur le marché de l’emploi sur l’ensemble du territoire européen. En 2002, la France a bénéficié de 976 millions d’euros d’aide FSE (total prévu sur 2000-2006 : 6 853 millions d’euros), 686 millions d’euros au titre de l’Objectif 3 (total prévu sur 2000-2006 : 4 714 millions d’euros) et 22 millions d’euros au titre de PIC EQUAL (320 millions d’euros sur 2000-2006). L’objectif 3 absorbe donc sur la période près de 70 % des crédits FSE pour la France. 68

5 LISTE DES PERSONNES RENCONTRÉES

5.1 Participation du groupe aux réunions et manifestations suivantes:
Les 3° Rencontres du FFFOD : "La formation ouverte et à distance : l'heure des solutions mixtes" Salon : « Outils et services dédiés aux dirigeants d’entreprises, aux responsables des ressources humaines et de la formation» Réunion du groupe GEMME Salon Technopark Séminaire : " L'accès à l'information dans une démarche pédagogique, du e-learning à la FOAD " Forum des Droits sur l'Internet Paris expo - Porte de Versailles - Paris Parc de Villepinte, Paris Les 5 et 6 mars 2002 Du 13 au 15 mars 2002

Université Paris X - Paris Casablanca, Maroc

Le 25 avril 2002 Du 6 au 9 mai 2002 Centre des hautes études Les 10 et 11 juin internationales d'informatique 2002 documentaire - Sénat - Paris ENA - Strasbourg Le 12 juin 2002

5.2 Entretiens menés :
(Les fonctions sont celles au moment de l'entretien) Pouvoirs Publics Ministère de l'Emploi et de la Solidarité - DGEFP Patrice Borel Sous-directeur des marchés de l'emploi et de la formation professionnelle Chargé de mission FOAD à la Sous-direction des marchés de l'emploi et de la formation professionnelle Chef du pôle contrôle - GNC Inspecteur de affaires sociales Directeur de la Technologie Chef du bureau des technologies de l'information et de la communication pour l'enseignement supérieur - SDTICE Chef du bureau de la formation continue des adultes Bureau de la formation des adultes Chargé du contentieux Ingénieur général CGTI Chef du bureau des mutations industrielles, DIGITIP

Amid Bendouba

Ministère de l'Emploi et de la Solidarité - IGAS Ministère de l'Education Nationale - Direction de la Technologie

Bernard Dréano Philippe Geoffray Alain Costes Philippe Perrey

Ministère de l'Education Nationale - DESCO

Bernard Chauvet Françoise MonoryDemoulin Raymond Everat Gérard Corré Bernard Schneidermann

Ministère de l'Industrie

69

Ministère de la Culture et de Philippe Chantepie la communication Ministère de l'Agriculture - Michel Vialle DGER

Ministère de l'Economie Gilles Brégant MEN Ministère de la Recherche – Jean-Marc de la Fonchais Direction de la Technologie DATAR Bruno Cassette

CFCE CNIL CDC TIC

Sandrine Gibet Hubert Boucher Veronique Cox

Conseiller technique (questions juridiques, NTIC) - Cabinet de Madame Tasca Responsable de la mission ressources éducatives et enseignement à distance (FOPDAC) Secrétaire général de la Mission pour l'économie numérique Procédures d'aide à la recherche industrielle et à l'innovation Chargé de la Société de l’information, de l’innovation et de la recherche Responsable Audiovisuel, Edition électronique, Multimédia éducatif. Vice-président Responsable du projet "Cyberbase"

Appareil public et consulaire de formation AFPA CNED Jean-François Nallet Directeur des études et de l'appui techniques (DEAT) Adjointe au directeur D.F.E.A.C. Adjointe au directeur D.D.C.I. Directeur du département formation Directeur Directrice Responsable Directeur des services de Formation continue Professeur de droit

Chantal Riboreau Françoise Guillermo CNED – Ecole d'ingénierie Jean-Pierre Vidal de la formation à distance APP de Nancy Davy Mathieu APP de Toulouse Anne-Marie Jordan SARAPP de Caussade Nathalie Bourdes Université de Lille I Michel Fleutrie Université des Sciences Sociales de Toulouse I Cyberlicence d'Albi Jacques Larrieu

Appareil privé de formation et nouveaux acteurs A6-Médiaguide Arctia Arthur Andersen CEGOS E-learning CESI CFA Stephenson DEMOS Interactive training E-learning agency FFP FT Formation Gérard Claës Marie-France Momméja Jean-Marie Ducreux Jacky Doneddu Jacques Bahry Mme Dupuis Claude Lépineux Philippe Gil Jacques Bahry J.P. Chapuy Directeur Présidente-Directrice générale Associé Directeur Directeur général Directrice Responsable e-learning Président-Directeur général Vice-président Président de FT Formation Directeur des ressources humaines du Groupe France Telecom Responsable Marketing

I Progress

Bérénice Guillard 70

Manpower Global Learning Chantal Begard Falgas Center Sophie Guihoet Bizet Price Waterhouse & Fouad Arfaoui Coopers Oktal-training Françoise Berger Smartcanal Nicolas Denjoy SQT France Nicole de Marqué Teach-Line Régions CCPR Conseil régional de MidiPyrénées - DFPA Région Rhône-Alpes Conseil économique et social Conseil régional de Lorraine - Cabinet du Président Le monde des entreprises Accor Air France CEA Sophie Lepoutre Eric de Dreuzy Philippe Bigeon Jacques Blanc Pierre Simon Yves Gontran Laurent Bassot

Directrice du Département Formation Département Formation Associé, responsable de PwCGlobalLearning Responsable Marketing Associé Responsable marketing communication Président-Directeur général

Secrétaire général Directeur de la formation professionnelle et de l'apprentissage Directeur de Cabinet

Gilles Mantovani

Chargé de mission NTIC

Ecole des journalistes et de Patrick-Yves Badillo communication de Marseille Essec Management Hervé Mathé EDF-GDF Jean-Christophe Dameron France Telecom Marie-Claire Rimbault

Responsable de la formation à distance DRH Directeur de l'Ecole informatique et système d'information Direction des technologies de l'information Directeur Directeur Service de la formation professionnelle Directeur de marché, Direction de l’Education, de l’Emploi et de la Formation Directeur Directeur de la formation Shell Learning Responsable du service expertises et compétences Directeur de la formation

Institut européen de la main Pr. Michel Merle La Poste Shell Société Générale Total Fina Elf OPCA AGEFOS PME Alsace FAFIEC FAFSEA OPCA PL René Malatrait Bernard Ségala M. Rinaldi Catherine Bissey 71 Alain Raguenaud Paul Ratcliffe Brigitte de Pons Orr Gérard Batbedat

Directeur Conseiller aux formations NTIC Conseiller à la formation - Ile-deFrance Responsable du service Formation et ingénierie

Partenaires sociaux CFDT Cadre CFE-CGC CGT MEDEF Jean Paul Bouchet M. Icard Philippe Masson Bruno Lacroix Secrétaire Général Adjoint Secrétaire national chargé du pôle emploi Secrétaire Général Adjoint Président du Groupe de Proposition et d’Action « formation et Education » Directeur de l'Education et de la Formation Responsable de la formation professionnelle

Alain Dumont UIMM Henri de Navacelles

Personnalités qualifiées Jacques Delors Président de la Fondation, ancien président de la Commission européenne, ancien ministre CES Vice-président et représentant du syndicat UNSA Cabinet Circé Directeur - Professeur associé à l'Université de Paris X Université de Paris V Professeur Université Paris X Nanterre. Professeur Université Joseph Fourier de Grenoble Université de Poitiers Liaisons sociales ENA Professeur Professeur Journaliste Expert NTIC Notre Europe

Jean-Claude Barbarant Jean-Marie Luttringer Jean-Marc Labat Philippe Carré Jean-Paul Peyrin Gérard Weidenfeld Anne Cécile Geoffroy Thierry Courtine

Structures d'études et associations AFNOR - COS "Technologies de l'Information et de la Communication" ALGORA Créatif Jacques Perriault Président de la commission de normalisation CGTI/CN36 Responsable du laboratoire CRIS/SERIES - Paris X Directeur Président de l'association et Responsable du secteur éducation populaire à la Ville de Strasbourg Directeur scientifique Président Coordinatrice Directeur

Philippe Morin Jean-François Bournez

Eifel FFFOD GEMME Le Préau

Patrick Chevalier Jacques Bahry Afsa Zaoui Gilles Freysinnet

Organisations communautaires et internationales Commission européenne – Cabinet du Commissaire Jeanne Crauser Maruja Guttierez-Diaz 72 Conseillère en charge du e-learning Chef de l’Unité Multimédia

Corinne Hermant DG Education et Culture Julio Cardoso Peter Baur Commission européenne - Stéphane Pouilly DG Emploi Commission européenne - Marco Marsella DG Société de l'information ISO - JTC1 - SC 36 Michel Arnaud

Co-responsable du plan d'action Elearning Administrateur principal, unité Leonardo da Vinci Point de contact Programme Leonardo da Vinci Chef du bureau FSE France Project officer - Unité recherche technologique - Luxembourg Délégué français - Maître de conférences à l'Université de Strasbourg Administrateur principal Direction de l'innovation et de la R&D dans l'éducation Chargé de l’éducation

OCDE

Kurt Larsen

Unesco Expériences étrangères Québec Télé Université du Québec (Teluq) Thot Cursus Sofad (Société de Formation à Distance) Cefrio (Centre Francophone d'Informatisation des Organisations) Cegep@distance (CAD) EducExpert Ministère de l'Education

Gregory Warzburg

Richard Hotte Denys Lamontagne France Daigneault Josée Beaudoin

Professeur d'informatique Concepteur de site Internet Coordonnatrice de projets Directrice du Bureau de Montréal

Pauline Proulx Sophie Dorais Francis Bélime Edward Collister

Ministère des Finances

Bernard Cayouette

Directrice adjointe Conseillére pédagogique Associé fondateur Secrétaire Coordonnateur du Comité d'agrément des Programmes de Formation à l'Enseignement (CAPFE) Economiste à la Direction des mesures structurantes aux entreprises Définition des standards Stratégie internationale et recherche Directeur Consultant principal

Grande-Bretagne Qualifications and Curriculum Authority Qualifications and Curriculum Authority Learning and Skills Council Government's Centre for Management and Policy Studies Syndicat T&G University for industry (UfI) Learn Direct

Anne Harper David Handley Michael Kilduff Judy Hague

John Partridge Ed Prosser 73

Représentant régional Directeur régional

Open University

Dr. Peter Braun

Directeur du Knowledge and Media Institute Vice Président-Directeur général Chargé de mission à la Section de la formation professionnelle Secrétaire d’Etat

Turquie Intermedia Umit Ozden Département du personnel Huseyin Boga d'Etat Maroc Secrétariat d’Etat chargé des Hajji Nasr Postes et des technologies des télécommunications et de l’information. Arthur Andersen Nabil Kettani Allemagne, Finlande Institut supérieur technique Deitmar Schmid d'Aalen Académie d'éducation Tarn Kekkonen populaire d'Otova

Senior consultant Laboratoire virtuel de robotique Campus Interetix

74

6 LISTE DES SIGLES UTILISES
2068 2483 2486 Sigle A ACE ADSL AFAQ AFNIC AFNOR AFPA AGEFAL AGEFOSPME ANACT ANPE ANVAR APEC APP ARDEMI ART ARTT ASP ATICA B B2i BEI BOEN BSPCE Formulaire de déclaration du crédit-d'impôt formation Formulaire de déclaration renseigné par les entreprises de 10 salariés et plus Formulaire de déclaration en matière de formation professionnelle continue Intitulé Aide au Conseil des Entreprises Asymmetrical Digital Subscriber Line. Internet rapide. Association Française d’Assurance Qualité Association Française de Nommage Internet en Coopération Association Française de NORmalisation Association pour la Formation Professionnelle des Adultes Association de Gestion des Fonds de l’Alternance Réseau régional du Fonds d'assurance formation des salariés des petites et moyennes entreprises Agence nationale d'amélioration des conditions de travail Agence Nationale Pour l’Emploi Agence nationale pour la valorisation de la recherche Association pour l'emploi des cadres Atelier de Pédagogie Personnalisée Association pour la Recherche-Développement de l’Enseignement Multimédia et Interactif Agence de Régulation des Télécoms. Aménagement et Réduction du Temps de Travail Application Service Provider Agence pour les Technologies de l'Information et de la Communication dans l'Administration Brevet Informatique et Internet Banque européenne d’investissement Bulletin officiel de l’éducation nationale Bon de souscription de parts de créateurs d'entreprise Bâtiment, Travaux Publics 75 Site Web www.idf.afpa.fr/infos/fiche s/B2c1.html

www.afaq.org/ www.nic.fr www.afnor.fr www.afpa.fr/AFPA.html

www.agefos-pme.com/ www.anact.fr/ www.anpe.fr/ www.anvar.fr/ www.apec.asso.fr/ app.algora.org/ www.ardemi.fr/ www.art-telecom.fr/

www.atica.gouv.fr

www.educnet.education.fr/ plan/b2i.htm www.bei.org/ www.education.gouv.fr/bo/ www.education.gouv.fr/real isations/ technologie/innov4.htm

BTP

BVQI C CAFOC CARIF CCI CCPR

Bureau Veritas Quality International

www.bvqi.com/france/frind ex.htm www.cr2i.com/textes/organ i/greta.html www.carif.asso.fr/ www.acfci.cci.fr/ www.ccpr.gouv.fr/present/i ndex.htm (ex-COREF) www.caissedesdepots.fr vosdroits.servicepublic.fr/ARBO/05020102NXTRA103.html (ex-CODEF) vosdroits.servicepublic.fr/ARBO/05020101NXTRA151.html www.lifelonglearning.co.uk /cdl/ www.cedefop.gr

Centre Académique de Formation Continue Centre d’Animation, de Ressources et d’Information sur la Formation Chambre de Commerce et d’Industrie Comité de Coordination des Programmes Régionaux de l’apprentissage et de la formation professionnelle continue Comité Consultatif Régional de l’emploi et de la formation professionnelle Caisse des Dépôts et Consignations Contrat à durée déterminée

CCREFP CDC CDD

CDE CDI

Comité départemental de l'emploi Contrat à durée indéterminée

CDL CD-Rom CEDEFOP

Career Development Loans (UK)

Compact Disk Read Only Memory Centre européen pour le développement de la formation professionnelle Centre INFFO Centre d’Information sur la Formation CEP Contrat d’Etude Prospective CEREQ CES

CESI CET

CFA CFCE CFI

CFPPA CGE CGCL CGI

www.centre-inffo.fr www.idf.afpa.fr/infos/fiche s/B2c3.html Centre d'études et de recherche sur l'emploi et les www.cereq.fr qualifications Contrat Emploi Solidarité vosdroits.servicepublic.fr/ARBO/05020108NXENS800.html Centre d’Etudes Supérieures Industrielles www.cesi-online.com/ Compte-épargne temps vosdroits.servicepublic.fr/ARBO/05020314NXTRA152.html Centre de Formation d’Apprentis Centre français du commerce extérieur www.cfce.fr/ Crédit Formation Individualisé vosdroits.servicepublic.fr/ARBO/050203070 1-FXFOR113.html Centre de formation professionnelle et de promotion agricole Capacité en Gestion des Entreprises Code général des collectivités locales www.legifrance.gouv.fr Code général des impôts www.legifrance.gouv.fr 76

CGTI CHANED CIADT CIF

Conseil général des technologies de l'information Chambre Syndicale d'Enseignement à Distance Comité interministériel de l’aménagement du territoire Congé Individuel de Formation

www.cgti.org/ www.chaned.fr/ www.datar.gouv.fr/ vosdroits.servicepublic.fr/ARBO/050203070 2-NXFOR201.html

CIFPPS CIRE

Comité interministériel de la formation professionnelle et de la promotion sociale Comité Interministériel à la Réforme de l’État.

CISI CL CNAM CNASEA CNDP CNED CNEFAD CNERTA CNIL CNPR CODEF COPACIF COREF CP CPER

Comité Interministériel pour la Société de l’Information. Collectivités locales Conservatoire National des Arts et Métiers Centre national pour l'aménagement des structures des exploitations agricoles Centre national de documentation pédagogique Centre National d’Enseignement à Distance Centre national d'enseignement et de frormation à distance (AFPA) Centre National d’Enseignement et de Recherche Technique Agricole Commission Nationale Informatique et Liberté. Centre National de Promotion Rurale

www.fonctionpublique.gouv.fr/reforme/ci re/2001/cire_index.htm www.internet.gouv.fr/franc ais/textesref/acteursold.htm www.cnam.fr/ www.cnasea.fr/ www.cndp.fr/ www.cned.fr/ www.cnefad.com/ www.cnerta.educagri.fr/ www.cnil.fr/ www.educagri.fr/cnpr/defa ult.htm

CPI CPNE CPNFP CQP CRCI CSPLA CSTI

Comité départemental de la formation professionnelle, de la promotion Comité paritaire du congé individuel de formation www.c-i-f.com/ Comité Régional de la Formation professionnelle, de la promotion sociale et de l’emploi Crédits de paiement Contrat de plan Etat- région www.commerceexterieur.gouv.fr/pages/ Appui/LexiqueAide/Cper.ht ml Code de la propriété intellectuelle www.legifrance.gouv.fr Commission Paritaire Nationale de l'Emploi Comité paritaire national pour la formation professionnelle Certification de Qualification Professionnelle www.cereq.fr/cereq/b142.p df Chambre Régionale de Commerce et d’Industrie www.acfci.cci.fr/ Conseil supérieur de la propriété littéraire et www.culture.fr/culture/cspl artistique a/conseil.htm Conseil stratégique des technologies de www.csti.gouv.fr/ l''information 77

CT CTF

Code du Travail Capital de Temps de Formation

www.legifrance.gouv.fr vosdroits.servicepublic.fr/ARBO/110402FXFOR185.html

D DAFCO DARES DATAR DDASS DDCI DDM DDTEFP DEAT DEFAC DESCO DG DGCL DGEFP DGER DGI DIGITIP DIRE

DLF DOCUP DRH DRIRE DRTEFP DSI E EAD

Délégation Académique à la Formation COntinue www.education.gouv.fr/fp/ dafco.htm Direction de l'Animation de la Recherche, des www.travail.gouv.fr/minist Etudes et des Statistiques ere/dares.html Délégation à l'Aménagement du Territoire et à www.datar.gouv.fr/ l'Action Régionale Direction Départementale des Affaires Sanitaires www.social.gouv.fr/htm/mi et sociales nister/dd-dr/ Direction du développement commercial et www.cned.fr international(CNED) Direction du Développement des Médias www.ddm.gouv.fr/ Direction Départementale du Travail, de l’Emploi www.travail.gouv.fr/minist et de la Formation Professionnelle ere/ddtefp.html Direction des études et de l'appui techniques www.deat.afpa.fr (AFPA) Direction des études et des formations pour www.cned.fr l’administration et les collectivités (CNED) Direction de l'Enseignement SCOlaire www.education.gouv.fr/sys t/organigramme.htm Direction Générale Direction Générale des Collectivités Locales www.dgcl.interieur.gouv.fr/ Délégation Générale à l’Emploi et à la Formation www.travail.gouv.fr/minist Professionnelle ere/dgefp_f.html Direction Générale de l’Enseignement et de la www.educagri.fr/dger/som Recherche (Ministère de l’Agriculture) maire.htm Direction Générale des Impôts impots.gouv.fr DIrection Générale de l'Industrie, des www.telecom.gouv.fr/prese Technologies de l'Information et des Postes ntation/presentation.htm Délégation Interministérielle à la Réforme de www.fonctionpublique.gouv.fr/reforme/st l’État. ructures/cadre_index.htm# Les%20structures Direction de la Législation Fiscale www.minefi.gouv.fr/ DOCument Unique de Programmation Direction des Ressources Humaines Direction régionale de l'industrie, de la recherche www.drire.org/ et de l'environnement Direction Régionale du Travail, de l’Emploi et de www.travail.gouv.fr/minist la Formation Professionnelle ere/drtefp.html Direction des systèmes d'information Enseignement A Distance 78 www.educnet.education.fr/ dossier/foad.htm

EAO ECM EDDF EIFAD EIFEL EPN F FAC FAF FAFIEC FAFSEA FC FCPI

Enseignement Assisté par Ordinateur Espace culture multimedia Engagement de Développement de la Formation Ecole d'ingénierie de la formation à distance (CNED) European institute for E-learning Espace public numérique

www.ecm.culture.gouv.fr/ www.idf.afpa.fr/infos/fiche s/B2c6.html www.cned.fr/ www.eife-l.org/ www.internet.gouv.fr/acces public/m_actiongouv.htm

FCSFL FEDER

FFFOD FFP FFPPS FNADT FNE FOAD FONGECIF FORE FP FPA FPC FRAFP FSE

Fonds d'Aide et de Coopération Fonds d’Assurance Formation (voir OPCA) Fonds d'assurance formation ingénierie et conseil www.fafiec.fr/ Fonds national d'assurance formation des salariés www.fafsea.com/ des exploitations et entreprises agricoles Formation continue Fonds Commun de Placements pour l'Innovation www.recherche.gouv.fr/tec hnologie/mesur/fcpi/default .htm Fédération des Chambres Syndicales de www.federation-csfc.com/ Formateurs Consultants Fonds Européen de Développement Régional www.infoeurope.fr/europe.web/docu ment.dir/fich.dir/qr000925. htm Forum Français pour la Formation Ouverte à www.fffod.org/ Distance Fédération de la Formation Professionnelle www.ffp.asso.fr/ Fonds de la Formation Professionnelle et de la Promotion Sociale Fonds National d'Aménagement et de www.datar.gouv.fr/ Développement du Territoire Fonds National pour l’Emploi Formation Ouverte et A Distance www.educnet.education.fr/f oad/ FONds de GEstion du Congé Individuel de www.c-iFormation f.com/Page/CFongecif.htm Formations Ouvertes et Ressources Educatives territoires.algora.org/fr/inde x.asp Formation professionnelle Formation professionnelle des adultes Formation Professionnelle Continue Fonds Régional de l'Apprentissage et de la formation professionnelle Fonds Social Européen www.infoeurope.fr/europe.web/docu ment.dir/fich.dir/qr000922. htm 79

FTP G GEMME GNC GRETA H HTML HTTP I IAE IALS IGAS IGF INSEE IPCF IPST ISO K KM L LFI LLL LMS LOLF M MAPI MEDEF MEN MES MINEFI MIT N NCMP NF

File Tranfer Protocol (protocole de transfert de fichiers sur Internet) Groupement pour l'Enseignement sur Mesure MEdiatisé Groupe National de Contrôle GRoupement d'ETAblissements pour la formation continue HyperText Markup Language (langage de balisage hypertexte) HyperText Tansfert Protocol www.unice.fr/cdiec/gemme .htm www.cr2i.com/textes/organ i/greta.html

www.w3.org

Institut d’Administration des Entreprises www.univ-iae.fr/ Enquête internationale sur la littératie des adultes www.nald.ca/nlsf/ialsf/intro duf.htm Inspection générale des affaires sociales www.social.gouv.fr/htm/mi nister/igas/ Inspection générale des finances alize.finances.gouv.fr/igf/in dex-d.htm Institut National de la Statistique et des Etudes www.insee.fr/ Economiques l’Institut de Certification des Professionnels de la Formation. Institut de la Promotion Supérieure de Travail. www.ipst.fr/ International Standard Organisation. www.iso.ch/ Knowledge Management Loi de Finances Initiale Life-long learning (Formation tout au long de la vie) Learning Management System (Plateforme de elearning) Loi organique portant loi de finances Mission interministérielle pour l’accès public à la micro-informatique, à l’internet et au multimédia Mouvement des entreprises de France Mission pour l'économie numérique (MINEFI) Ministère de l’Emploi et de la Solidarité Ministère de l'économie et des finances Massachussets Institute of Technology Nouveau code des marchés publics Norme française 80 kmforum.free.fr/ www.legifrance.gouv.fr www.lifelonglearning.co.uk

www.legifrance.gouv.fr www.internet.gouv.fr/acces public/ www.medef.fr/ www.men.minefi.gouv.fr/ www.emploisolidarite.gouv.fr/ www.minefi.gouv.fr web.mit.edu/ www.legifrance.gouv.fr www.afnor.fr

NFI NTIC O OCDE OFEM OPACIF OPCA OPCA PL OPCAREG OPQF

Nouvelle Filière de formation d’Ingénieurs Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication ( voir également TIC) Organisation pour le commerce et pour le développement économique Observatoire de la Formation de l’Emploi et des Métiers Organisme Paritaire Agréé dans le cadre du Congé Individuel de Formation Organisme Paritaire Collecteur Agréé OPCA des professions libérales Organismes Paritaires Collecteurs Agrées Régionaux. Office Professionnel de Qualification des Organismes de Formation

www.idf.afpa.fr/infos/fiche s/B2c7.html www.internet.gouv.fr

www.oecd.org/ www.ofem.ccip.fr/ www.c-i-f.com/

www.opcapl.com/ opcareg.com/

ORAVEP

www.formationinvestissement.fr/formation /OPQF.html Observatoire des Ressources AudioVisuelles pour www.oravep.asso.fr/ l'Education permanente devenu ALGORA depuis www.algora.org le 20 décembre 2000

P P@T PAGSI PAMSI PARE PAIO PIC PICS PLEIAD

Point d'accés à la téléformation Programme d'Action Gouvernemental pour la Société de l'Information Programme d'Action Ministériel pour la Société de l'Information Programme d’Action pour un Retour à l’Emploi Permanence d’Accueil, d’Information et d’Orientation Programme d'initiative communautaire Programme Ingénieurs et Cadres Supérieurs Pays de la Loire Enseignement Individualisé A Distance Projet de Loi de Finances Petite et Moyenne Entreprise Petite et Moyenne Industrie Programme régional d'apprentissage et de formation professionnelle Plan Régional de Développement de la Formation Professionnelle Questionnaire à choix multiples Recherche et développement 81

www.internet.gouv.fr www.internet.gouv.fr www.lepare.com/

www.idf.afpa.fr/infos/fiche s/B2d5.html www.cr-pays-de-laloire.fr/formationpro/pleiad / www.minefi.gouv.fr

PLF PME PMI PRAFP PRDFP Q QCM R R&D

RACINE RTT S SARAPP

Réseau d'appui et de capitalisation des innovations européennes Réduction du temps de travail Site Antenne Rurale de l’Atelier de Pédagogie Personnalisée Sous comité en charge du e-learning à l’ISO Sécurité des données nominatives (Renault) Sous-Direction des Technologies de l'Information et de la Communication pour l'Education Single Human Identifier (Identifiant individuel unique) Stage d’Insertion et de Formation à l’Emploi

www.racine.asso.fr/

SC36 SDN SDTICE SHI SIFE

www.agoravita.com/formation/sandrin e_r/histodef.htm jtc1sc36.org/

www.educnet.education.fr jtc1sc36.org/doc/36N0101. pdf vosdroits.servicepublic.fr/ARBO/110607NXFOR510.html www.etd.asso.fr/projets_me thodologie/entreprises/spl/s pl_mode_specifique.htm www.sqt.siemens.fr/

SPL

Système productif local

SQT SRC SSII T TCP-IP TFS TIC

Siemens Qualification and Training Service Régional de Contrôle Société de services et d'ingénerie informatique Transmission Control Protocol-Internet Protocol (protocole Internet) Télé-Formation par Satellite (AFPA) Technologies de l’Information et de la Communication. (anciennement NTIC où N signifiait Nouvelles). Technologies de l'Information et de la Communication pour l'enseignement Très Petite Entreprise Trésorier Payeur Général. Taxe sur la valeur ajoutée

www.tfs.afpa.fr

TICE TPE TPG TVA U UCARE UCIP UE UFI UIMM UNEDIC UNESCO

www.educnet.education.fr/

Unités Capitalisables d'Adaptation Régionale et à l’Emploi Utilisation collective d'internet par les PME www.telecom.gouv.fr/progr ammes/pna_ucip.htm Union Européenne. europa.eu.int/ University for industry www.ufiltd.co.uk/ Union des industries métallurgiques et minières www.uimm.fr/ Union Nationale interprofessionnelle pour www.assedic.fr/ l’Emploi Dans l’Industrie et le Commerce Organisation des Nations Unis pour l'éducation, www.unesco.org/ la science et la culture 82

URSSAF V VAE

Union pour le recouvrement des cotisations de la Sécurité sociale et des allocations familiales Validation des Acquis de l’Expérience

www.urssaf.fr/

vosdroits.servicepublic.fr/ARBO/1102NXENS306.html

VAP W, X, Y, Z WWW, W3

Validation des Acquis Professionnels World Wide Web (Internet) www.w3.org

83

7 BIBLIOGRAPHIE
Ouvrages : Ouvrages généraux sur la formation professionnelle : - Pierre BESNARD et Bernard LIÉTARD, La formation continue, Que sais-je ? n° 1655, 6e édition, Presses Universitaires de France, Paris, 2001, 127 p. - Myriam CAMPINOS, Damien BROCHIER, Henri JACOT, La formation professionnelle en mutation, Groupe Liaisons, Rueil-Malmaison, 2001, 200 p. - Philippe CHAMPY et Christiane ÉTÉVÉ (dir.), Dictionnaire encyclopédique de l’éducation et de la formation, 2e édition, Nathan, Paris, 2000, 1167 p. - Claude DUBAR, La Formation professionnelle continue, 4e édition, La Découverte, Paris, 2000, 124 p. - Jean-Pierre DUDÉZERT, Les techniques d’information et de communication en formation : une révolution stratégique, Economica, Paris, 2002, 163 p. - Paul SANTELMANN, La formation professionnelle, nouveau droit de l’homme ?, Folio Actuel n° 85, Gallimard, Paris, 2001. - Vincent VANDERBERGHE (dir.), La formation professionnelle continue : transformations, contraintes et enjeux, Academia-Bruylant, Bruxelles, 2000. Ouvrages sur les nouvelles technologies et la formation professionnelle : - Sandra BELLIER, Le e-learning, Editions Liaisons, Paris, 2001, 139 p. - Centre européen pour le développement de la formation professionnelle (CEDEFOP), Le système de formation professionnelle au Royaume-Uni, 2e édition (1999), OPOCE, Luxembourg, 2001. - Claire COLLIN, Estelle DURAND, Le guide des formations à distance, L’Étudiant, Paris, 2002, 184 p. - Philippe GIL, e-formation : NTIC et reengineering de la formation professionnelle, Paris, Dunod, 2000, 179 p. - Annie JÉZÉGOU, La formation à distance : enjeux, perspectives et limites de l’individualisation, L’Harmattan, Paris, 1998, 186 p. - J.-L. MULLER et Ch. MAIGRE, La guerre du temps, Éditions d’organisation, 1994. - Jacques NAYMARK, Guide du multimédia en formation, Paris, Retz, 1999, 368 p. - Christophe PARMENTIER et Fouad ARFAOUI, Tout savoir pour e-former : de la loi de 71 au e-learning, Paris, Ed. d’Organisation, 2001, 219 p. - Jacques PERRIAULT, La communication du savoir à distance : autoroutes de l’information et télé-savoirs, L’Harmattan, Paris, 1996, 255 p. Études, rapports et actes : - Actes de l’Atelier du CCPR, Vers des politiques régionales de FOAD, Paris, 2002 ressources.algora.org/reperes/comprendre/ccpr/index.asp - Actes du Collectif de Chasseneuil, Accompagner des formations ouvertes : conférence de consensus, L’Harmattan, Paris, 2001, 196 p. ressources.algora.org/reperes/comprendre/chasseneuil/index.asp - Actes des 3e rencontres du FFFOD, La formation ouverte et à distance : l’heure des solutions mixtes, Paris, 2002. ressources.algora.org/reperes/comprendre/fffod02/sommaire.asp - Arthur Andersen, L’irrésistible ascension du e-learning ou comment se former dans la nouvelle économie, étude, 2000. 84

www.andersen.com/Resource2.nsf/AssetsByDescription/e-learning%20FRANCE/$File/elearning.pdf - Arthur Andersen, E-learning et formation efficace, 2001. www.arthurandersen.com/resource2.nsf/vAttachLU/elearning_es_0301FRENCH/ $File/elearning_es_0301.pdf - Tony ATKINSON, Michel GLAUDE, Lucile OLIER, Thomas PIKETTY (Conseil d’analyse économique), Les inégalités économiques, La Documentation française, Paris, 2001. - Michel AVEROUS et Gilbert TOUZOT, Campus numériques, enjeux et perspectives, Paris, avril 2002. www.formasup.education.fr/fichier_statique/campus/CampusNumeriquesEnjeux.pdf - Jean-Claude BARBARANT, Enseignement à distance : réalités, enjeux et perspectives, avis et rapports du Conseil économique et social (n° 20), Paris, 1997 - Bruno CASSETTE, Le développement numérique des territoires, La Documentation française, Paris, 2002, 100 p. - Centre Inffo, Internet : nouveaux horizons pour la formation - Expériences en Allemagne, Finlande, Italie, Royaume-Uni et Suède, rapport de synthèse, septembre 2001 : www.centre-inffo.fr/v2/observatoire/eformation/adapt_2001.htm - Daniel COHEN et Michèle DEBONNEUIL (Conseil d’analyse économique), La nouvelle économie, La Documentation française, Paris, 2000. - Commissariat général du Plan, Éducation et formation, les choix de la réussite, rapport du groupe "Éducation et formation", La Découverte, La Documentation française, Paris, 1993. www.plan.gouv.fr/publications/4PAGedufor.htm - Arnaud COULON et Michel RAVAILHE, Les coûts de la formation ouverte et à distance, première analyse, Algora, Paris, 2002, 115 p. : ressources.algora.org/reperes/economie/tel/couts_foad.pdf - Jacques DELORS, Livre blanc sur la compétitivité, la croissance et l’emploi, Commission européenne, Bruxelles, 1993. - DGEFP (avec la collaboration du CEREQ, du Centre INFFO et d’Algora), Rapport final de la table ronde organisée par le secrétariat d’État aux droits des femmes et à la formation professionnelle, Paris, septembre 2000. ressources.algora.org/reperes/reglementation/reforme/index.asp - Michel DIDIER et Jean-Hervé LORENZI (Conseil d’analyse économique), Les enjeux économiques de l’UMTS, La Documentation française, Paris, 2002. - André GAURON (Conseil d’analyse économique), La formation tout au long de la vie, La Documentation française, Paris, 2000, 165 p. : www.ladocfrancaise.gouv.fr/BRP/notices/004000961.html - Gérard LINDEPERG, Les acteurs de la formation professionnelle : pour une nouvelle donne, rapport au Premier ministre, La Documentation française, Paris, 2000, 319 p. www.centre-inffo.fr/maq100901/ressources/dossiers/rapport_lindeperg.htm - Jean-Marie LUTTRINGER & Jean-Pierre WILLELMS, Freins réglementaires au développement des formations ouvertes et à distance, étude réalisée par le cabinet Circé pour le FFFOD, juillet 1998 : www.fffod.org/fr/espacedoc/txt_rapport_det.asp?idtype=2&id=6 - Jean-Claude MERLIN et Claude TRINK, Grandes écoles et monde virtuel – Vers un nouveau paradigme de formation ?, Conseil général des Mines et Conseil général des Technologies de l’Information, février 2001. www.cgti.org/RapportGEV26.02.01.doc - Projet de loi de finances pour 2002, Formation professionnelle, Document budgétaire jaune, Imprimerie nationale, Paris, 2001, 182 p. alize.finances.gouv.fr/budget/plf2002/jaunes02/1681.pdf - PERY Nicole (rapporteur)/Secrétariat d'Etat aux droits des femmes et à la formation professionnelle, La formation professionnelle: diagnostics, défis et enjeux, Paris, 1999.- 246 p. www.centre-inffo.fr/v2/ressources/dossiers/livre_blanc.htm 85

- Jean UEBERSCHLAG, Rapport de la commission d’enquête sur l’utilisation des fonds affectés à la formation professionnelle, Assemblée nationale, mai 1994. Union européenne, organisations internationales et étranger : - Commission européenne (DG Éducation), Livre blanc sur l’éducation et la formation : enseigner et apprendre – vers la société cognitive, OPOCE, Luxembourg, 1996, 107 p. www.teipat.gr/pages/stud_exchange/leonardo/lbhfr.html - Commission européenne, Pour une Europe de la connaissance, Communication de la Commission, COM (97)563 final . europa.eu.int/comm/education/orient/orie-fr.html europa.eu.int/comm/education/orient/orie-fr.htm - Commission européenne, Réaliser un espace européen de l’éducation et de la formation tout au long de la vie, Communication de la Commission, novembre 2001, COM(2001) 678 final. europa.eu.int/comm/education/life/index_fr.html - Department for Education and Skills, Departmental annual report, Londres, 2002. - Director of Naval Training, The Navy-wide distributed learning planning strategy, US Navy, Washington, décembre 1998. - Eurydice (réseau d’information sur l’éducation en Europe), Apprendre tout au long de la vie : la contribution des systèmes éducatifs des États membres de l’Union européenne – résultats de l’enquête, Eurydice, Bruxelles, 2000, 176 p. www.eurydice.org/Documents/LLL/FR/recto.pdf - OCDE, Cyberformation : les enjeux du partenariat, Paris, 2001 - 124 p. www1.oecd.org/publications/e-book/9601062e.pdfitre - University for Industry, Strategic Plan 2002-2005, Sheffield, 2002. Périodiques : - Centre d’études et de recherches sur les qualifications (CEREQ), Bref, mensuel. - CEREQ, Formation emploi, bimensuel. - Centre INFFO, INFFO Flash, bimensuel. - Centre INFFO, Actualité de la formation permanente, bimestriel. - CEDEFOP, Formation professionnelle, 3 n° par an. - Liaisons, Entreprises et carrières, hebdomadaire. - AFPA, Entreprises formation, 8 n° par an. - La Documentation Française, Travail et emploi, 4 n° par an. Articles - Jérôme BINDE, L’éducation au XXIe siècle, l’éducation pour tous tout au long de la vie, in Futuribles n° 250, février 2000, pp. 5-21. - Françoise DECRESSAC, E-learning, e-formation , qualités et normes en question, in INFFO Flash n° 567, 1-15 juin 2001, 4 p. - Gilles DELAHAYE, Giat Industrie, la formation professionnelle et les nouvelles technologies éducatives au service de l’évolution des compétences, in Actualité de la formation permanente n° 170, janvier-février 2001, pp. 73-79. - Jean-Philippe DUBOSC, La bataille de l’e-learning est engagée, in Liaisons sociales magazine n° 21, avril 2001, pp. 75-86. - Valérie HELLOIN (coord.), Formation via Internet : expériences européennes, in Actualité de la formation permanente n° 174, septembre-octobre 2001, p. 13-123. - Laurent GERARD, E-learning, in Entreprise et carrières n° 590, supplément "e-GRH : internet séduit les DRH", 25 septembre - 1er octobre 2001, pp. 18-34. - Danièle GINISTI, Le Préau propose un modèle qualité pour la e-formation, in Entreprises formation n° 131, mai-juin 2002, pp.14-17. 86

- Denis JACQUET, Avis d’expert : l’e-learning se fraie un chemin dans les grandes entreprises (Maroc), in L’Economiste (quotidien marocain), 19 mars 2002 : www.leconomiste.com/article.html?a=40355 - Observatoire de la Formation de l’Emploi et des Métiers (OFEM), Les entreprises et la eformation en France, coûts et retours sur investissement, 15 juin 2001 : www.preau.asso.fr/e.formation/roi/enquete.htm - Sophie PETERS VAN DEINSE, Rhodia forme ses salariés à l’e-business avec des cours en ligne, in L’Usine nouvelle, hors série de juin 2001, pp. 76-79. - Françoise RIDET, E-learning, une façon d’apprendre en entreprise (exemple de France Télécom), in Personnel n° 419, mai 2001, pp. 40-43. - Daniel URBAIN, Nouvelles technologies , une chance pour les peu qualifiés ?, in Entreprises formation n°114, juillet-août 1999, pp. 55-58. Liens : Informations générales : Algora formation ouverte et réseaux : www.algora.org Centre INFFO : www.centre-inffo.fr Forum français pour la formation ouverte et à distance (FFFOD) : www.fffod.org Le Préau : www.preau.asso.fr Thot (Québec) : thot.cursus.edu Europe : Racine : www.racine.asso.fr/ Fondation européenne pour la formation : www.etf.eu.int CEDEFOP : www.cedefop.eu.int et www.trainingvillage.gr Eurydice : www.euridice.org Glossaires : www.anemalab.org/eformateurs/glossaire.htm www.elearningagency.com/fr/livres/glossaire.html thot.cursus.edu/rubrique.asp?no=3773 Ateliers de Pédagogie Personnalisés (APP) : www.app.tm.fr/ CNED : www.cned.fr/ CNEFAD (AFPA) : www.cnefad.com/ CNERTA (MAF) : www.cnerta.educagri.fr/ Conservatoire national des arts et métiers : www.cnam.fr/EAD Centre national d’enseignement à distance : www.cned.fr et campus-electronique.tm.fr Educnet : www.educnet.education.fr/foad/ European Institut for E-learning (EIFEL) : www.eife-l.org/ FFP : www.ffp.asso.fr/ Onlineformapro (service de formation à distance tutorée) : www.onlineformapro.com Miriad (Chambres de commerce et d’industrie) : www.miriad.asso.fr Centre de formation de la profession bancaire : www.cfpb.fr NETg : www.netg.co.uk/france Régions : ARDEMI (Rhône-Alpes) : www.ardemi.fr 87

Lorraine Université Ouverte : www.luno-edu.net/ Midiform (Midi-Pyrénées) : www.midiform.tm.fr Plei@d (Pays de la Loire) : www.cr-pays-de-la-loire.fr/formationpro/pleiad/ Pyramide (Midi-Pyrénées) : www.reseau-pyramide.com/ Téléform (PACA) : www.teleform.tm.fr Université virtuelle en Pays de la Loire : www.uvpl.org Étranger : Cursus (Canada) : www.cursus.edu Department for Education and Skills (GB) : www.dfes.gov.uk/index.htm Learndirect : www.learndirect.co.uk MIT (États-Unis) : web.mit.edu/ Open University (GB) : www.open.ac.uk/ OVAE (États-Unis) : www.ed.gov/offices/OVAE/ Télé-Université du Québec (Canada) : www.teluq.uquebec.ca University for Industry (GB) : www.ufiltd.co.uk/ US Navy (États-Unis) : www.ott.navy.mil/ Unesco : www.unesco.org/education/portal/e_learning_fr/ NTIC : ATICA : www.atica.gouv.fr DIGITIP : www.telecom.gouv.fr/index.htm MAPI : www.internet.gouv.fr/accespublic/

88

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful