EDITIONS HERMAS.

INFO

2010

Saint Jean Le Baptiste
par Mgr Jacques Masson Introduction Le nom de saint Jean Baptiste est bien connu, mais il reste un inconnu pour la plupart des catholiques. En effet, sa fête n’est pas une fête d’obligation, et peu de fidèles assistent à la messe consacrée à la célébration de sa fête, le 24 juin. Et, même s’ils y assistaient, l’Evangile de la fête ne dirait que peu de choses sur celui qui a eu pour mission de préparer la voie au Seigneur, au Messie, de le présenter, et d’être à l’origine des premiers disciples de Jésus, André et Jean, fils de Zébédée. Il est le dernier des prophètes de l’Ancien Testament, et le premier des prophètes du Nouveau Testament, car il parle, car il annonce Celui qui est au milieu du peuple, et que le peuple ne connaît pas encore. Il le présente même en ces termes : « Voici l’Agneau de Dieu ». Mais que savons-nous exactement de Jean Baptiste ? Qui est-il pour nous ? Celui qui était dans le désert, revêtu d’un manteau de poils de chameau, qui mangeait du miel sauvage et des sauterelles et baptisait dans le Jourdain. Il baptisait dans le Jourdain, et a baptisé Jésus. Certains savent peut-être qu’il est mort décapité, sur les menées de l’adultère et perverse Hérodiade et de sa fille, l’impudique Salomé [son nom est donné par Flavius Josèphe], le roi Hérode s’étant vu reprocher par Jean le Baptiste d’avoir pris la femme de son frère, Hérodiade. En fait, nous nous apercevons que nous connaissons peu de choses de l’Evangile lui-même, si ce n’est, pour ceux qui assistent à la messe chaque dimanche, l’Evangile de ce dimanche. Il est peu répandu chez les catholiques de faire la « lectio divina », de lire la Parole de Dieu en famille, de lire la Bible. Une question : qui d’entre nos lecteurs a lu au moins les quatre Evangiles en entier, au moins une fois ? Si je passe à l’Ancien Testament, c’est le désert. Ce que l’on appelait dans ma jeunesse « l’Histoire Sainte », était tout simplement la lecture faite par le prêtre, aux enfants, dès leur plus jeune âge, des principaux passages de la Bible. Cela n’existe plus. L’ignorance totale et crasse ! Si nous rencontrions le Christ, comme les disciples d’Emmaüs, et qu’il essayât de nous expliquer tout ce qui parle de lui dans les Ecritures, qui comprendrait son discours ? Quelques-uns, oui ! Et pourtant, c’est la Parole de Dieu, c’est Dieu qui nous parle.
PAGE 1

Repères
“ Il e s t v ra i, c e t t e conception de Jean n'est point suivant l'ordre de la chair : c'est la grâce qui produit un tel e n fa n t e m e n t, n o n l a nature. Dieu s'emprisonne au sein de la Vierge : au prisonnier, parei#ement prisonnier Je a n applaudit de son étroit séjour. Voix de celui qui crie dans le désert, Voix qui annonce le Verbe, à ciel ouvert il montre l'Agneau. L'enfant naît, du Roi nouveau de la loi nouve#e héraut, signal, porte-étendard. La Voix précède le Verbe, le paranymphe l'époux, l'étoile du matin le lever du soleil.”

CATÉCHÈSE

EDITIONS HERMAS.INFO

Je commencerai par une simple remarque, qui semblera banale. Tout le monde connaît la date du 24 juin : avec les « feux de la Sant Jean », c’est devenu une fête païenne. C’est le jour de la naissance de Jean, dit le Baptiste. Pourquoi cette date du 24 juin ? Car les Evangiles ne nous disent rien. Il fallait trouver une date ? Comme La date de la naissance de Jésus a été fixée au 25 décembre, et que Jean a été conçu 6 mois avant Jésus, on a donc choisi la date du 24 juin. Pourquoi cette date du 24 juin ? La réalité est bien différente. Je l’ai déjà signalé, le hasard n’existe pas dans les plans de Dieu. Tout a une signification. Des découvertes récentes faites par un chercheur juif, spécialiste et savant, ont permis (comme je l’ai indiqué dans un article de Hermas), de fixer avec précision la date de la conception de Jean Baptiste, et donc la date de sa naissance. C’est bien le 24 juin que Jean, appelé plus tard le Baptiste est né. Et c’est donc bien le 25 décembre que Jésus est né. Or, nous découvrons que, le 24 juin, la durée du jour commence à diminuer, et que le 25 la durée du jour commence à augmenter. Que celui qui a des yeux pour lire, et des oreilles pour entendre, qu’il soit attentif, pour découvrir la vérité profonde que revêtent ces dates. Ecoutons cet ultime témoignage de Jean à propos de Jésus, et ses paroles prophétiques. Une discussion avait surgi entre les disciples de Jean et un juif à propos de la purification, car les gens viennent vers Jésus. Jean leur répond : Jean, chapitre 3 :
23. Jean aussi baptisait, à Aenon, près de Salim, car les eaux y abondaient, et les gens se présentaient et se faisaient baptiser. 24. Jean, en effet, n'avait pas encore été jeté en prison. 25. Il s'éleva alors une discussion entre les disciples de Jean et un Juif à propos de purification : 26. ils vinrent trouver Jean et lui dirent : « Rabbi, celui qui était avec toi de l'autre côté du Jourdain, celui à qui tu as rendu témoignage, le voilà qui baptise et tous viennent à lui ! » 27. Jean répondit : « Un homme ne peut rien recevoir, si cela ne lui a été donné du ciel. 28. Vous-mêmes, vous m'êtes témoins que j'ai dit : «Je ne suis pas le Christ, mais je suis envoyé devant lui. » 29. Qui a l'épouse est l'époux ; mais l'ami de l'époux qui se tient là et qui l'entend, est ravi de joie à la voix de l'époux. Telle est ma joie, et elle est complète. 30. Il faut que lui grandisse et que moi je décroisse.

« Il faut que lui grandisse et que moi je décroisse » : « eum oportet crescere, me autem minui ». N’est-il pas surprenant et significatif de voir Jean le Baptiste naître le 24 juin jour même où commence à décroître la lumière du jour ? Jean qui sera décapité et disparaîtra de la scène évangélique, alors que Celui qu’il annonçait est à la lumière du jour, se manifeste au peuple qui attendait le Messie, par ses Paroles et par ses actes. Alors que, le 25 décembre voit naître Jésus, le jour même où la lumière du jour commence à croître ? Ce Jésus qui déclarera plus tard : Je suis la Lumière du monde ! Le fruit du hasard ? Pas du tout. Du moins, pas pour ceux qui croient que rien n’arrive « par hasard » et que le monde est guidé par la Sagesse de Dieu, que Dieu s’est révélé à nous selon des modes qui nous permettent de comprendre son enseignement, de le découvrir, même au plus petit signe et indice. Pas pour ceux qui savent lire les signes que Dieu nous donne. Voici donc, ci-après, en leur intégralité, les textes évangéliques qui nous parlent de Jean Baptiste.

CATÉCHÈSE

PAGE PAGE 2 1

EDITIONS HERMAS.INFO

I - LA NAISSANCE MIRACULEUSE DE JEAN L’Annonciation à Zacharie Luc chapitre 1
5. Il y eut aux jours d'Hérode, roi de Judée, un prêtre du nom de Zacharie, de la classe d'Abia, et il avait pour femme une descendante d'Aaron, dont le nom était Élisabeth. 6. Tous deux étaient justes devant Dieu, et ils suivaient, irréprochables, tous les commandements et observances du Seigneur. 7. Mais ils n'avaient pas d'enfant, parce que Élisabeth était stérile et que tous deux étaient avancés en âge. 8. Or il advint, comme il remplissait devant Dieu les fonctions sacerdotales au tour de sa classe, 9. qu'il fut, suivant la coutume sacerdotale, désigné par le sort pour entrer dans le sanctuaire du Seigneur et y brûler l'encens. 10. Et toute la multitude du peuple était en prière, dehors, à l'heure de l'encens. 11. Alors lui apparut l'Ange du Seigneur, debout à droite de l'autel de l'encens. 12. A cette vue, Zacharie fut troublé et la crainte fondit sur lui. 13. Mais l'ange lui dit : « Sois sans crainte, Zacharie, car ta supplication a été exaucée ; ta femme Élisabeth t'enfantera un fils, et tu l'appelleras du nom de Jean. 14. Tu auras joie et allégresse, et beaucoup se réjouiront de sa naissance. 15. Car il sera grand devant le Seigneur ; il ne boira ni vin ni boisson forte ; il sera rempli d'Esprit Saint dès le sein de sa mère 16. et il ramènera de nombreux fils d'Israël au Seigneur, leur Dieu. 17. Lui-même le précédera avec l'esprit et la puissance d'Élie, pour ramener le cœur des pères vers les enfants et les rebelles à la prudence des justes, préparant au Seigneur un peuple bien disposé. » 18. Zacharie dit à l'ange : « A quoi connaîtrai-je cela ? car moi je suis un vieillard et ma femme est avancée en âge. » 19. Et l'ange lui répondit : « Moi je suis Gabriel, qui me tiens devant Dieu, et j'ai été envoyé pour te parler et t'annoncer cette bonne nouvelle. 20. Et voici que tu vas être réduit au silence et sans pouvoir parler jusqu'au jour où ces choses arriveront, parce que tu n'as pas cru à mes paroles, lesquelles s'accompliront en leur temps. » 21. Le peuple cependant attendait Zacharie et s'étonnait qu'il s'attardât dans le sanctuaire. 22. Mais quand il sortit, il ne pouvait leur parler, et ils comprirent qu'il avait eu une vision dans le sanctuaire. Pour lui, il leur faisait des signes et demeurait muet. 23. Et il advint, quand ses jours de service furent accomplis, qu'il s'en retourna chez lui. 24. Quelque temps après, sa femme Élisabeth conçut, et elle se tenait cachée cinq mois durant. 25. « Voilà donc, disait-elle, ce qu'a fait pour moi le Seigneur, au temps où il lui a plu d'enlever mon opprobre parmi les hommes ! »

De l’Annonciation à Marie Luc chapitre 1
26. Le sixième mois, l'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, du nom de Nazareth, 27. à une vierge fiancée à un homme du nom de Joseph, de la maison de David ; et le nom de la vierge était Marie. 36.Et voici qu'Élisabeth, ta parente, vient, elle aussi, de concevoir un fils dans sa vieillesse, et elle en est à son sixième mois, elle qu'on appelait la stérile ; 37. car rien n'est impossible à Dieu. »

CATÉCHÈSE

PAGE 3

EDITIONS HERMAS.INFO

De la Visitation de Marie à Elizabeth Luc chapitre 1
39. En ces jours-là, Marie partit et se rendit en hâte vers la région montagneuse, dans une ville de Juda. 40. Elle entra chez Zacharie et salua Élisabeth. 41. Et il advint, dès qu'Élisabeth eut entendu la salutation de Marie, que l'enfant tressaillit dans son sein et Élisabeth fut remplie d'Esprit Saint.

Naissance de Jean-Baptiste Luc chapitre 1
56. Marie demeura avec elle environ trois mois, puis elle s'en retourna chez elle. 57. Quant à Élisabeth, le temps fut accompli où elle devait enfanter, et elle mit au monde un fils. 58. Ses voisins et ses proches apprirent que le Seigneur avait fait éclater sa miséricorde à son égard, et ils s'en réjouissaient avec elle.

Circoncision de Jean-Baptiste Luc chapitre 1
59. Et il advint, le huitième jour, qu'ils vinrent pour circoncire l'enfant. On voulait l'appeler Zacharie, du nom de son père ; 60. mais, prenant la parole, sa mère dit : « Non, il s'appellera Jean. » 61. Et on lui dit : « Il n'y a personne de ta parenté qui porte ce nom ! » 62. Et l'on demandait par signes au père comment il voulait qu'on l'appelât. 63. Celui-ci demanda une tablette et écrivit : « Jean est son nom » ; et ils en furent tous étonnés. 64. A l'instant même, sa bouche s'ouvrit et sa langue se délia, et il parlait et bénissait Dieu. 65. La crainte s'empara de tous leurs voisins, et dans la montagne de Judée tout entière on racontait toutes ces choses. 66. Tous ceux qui en entendirent parler les mirent dans leur cœur, en disant : « Que sera donc cet enfant ? » Et, de fait, la main du Seigneur était avec lui.

Le Benedictus, chant d’action de grâce de Zacharie Luc chapitre 1
67. Et Zacharie, son père, fut rempli d'Esprit Saint et se mit à prophétiser : 68. « Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël, de ce qu'il a visité et délivré son peuple, 69. et nous a suscité une puissance de salut dans la maison de David, son serviteur, 70. selon qu'il l'avait annoncé par la bouche de ses saints prophètes des temps anciens, 71. pour nous sauver de nos ennemis et de la main de tous ceux qui nous haïssent. 72. Ainsi fait-il miséricorde à nos pères, ainsi se souvient-il de son alliance sainte, 73. du serment qu'il a juré à Abraham, notre père, de nous accorder 74. que, sans crainte, délivrés de la main de nos ennemis, nous le servions 75. en sainteté et justice devant lui, tout au long de nos jours.

CATÉCHÈSE

PAGE 4

EDITIONS HERMAS.INFO

76. Et toi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très-Haut ; car tu marcheras devant le Seigneur, pour lui préparer les voies, 77. pour donner à son peuple la connaissance du salut par la rémission de ses péchés ; 78. grâce aux sentiments de miséricorde de notre Dieu, dans lesquels nous a visités l'Astre d'en haut, 79. pour illuminer ceux qui demeurent dans les ténèbres et l'ombre de la mort, afin de guider nos pas dans le chemin de la paix. » Puis saint Luc, selon un procédé littéraire qui lui est propre, poursuit son récit, en s’attachant à la personne de celui qu’il a présenté, Jean-Baptiste, le projetant vers l’avenir, sans tenir compte de la chronologie ; ce qui lui permet de passer ensuite immédiatement à la naissance de Celui que Jean devait annoncer, Jésus, au chapitre deuxième. Ce qui se reproduira de nouveau ci-dessous.

Vie cachée de Jean-Baptiste Luc chapitre 1
80. Cependant l'enfant grandissait, et son esprit se fortifiait. Et il demeurait dans les déserts jusqu'au jour où il se manifesta à Israël.

II – LA PRÉDICATION DE JEAN-BAPTISTE
Les tableaux suivants donnent côte à côte la prédication de Jean-Baptiste, selon ce qu’en ont retenu leurs auteurs, Matthieu, Marc et Luc. Ce ne sont pas des tableaux synoptiques, comparatifs, mais des tableaux qui se complètent, et permettent d’avoir ainsi une vision complète de ce qu’a été la prédication de Jean-Baptiste.

Matthieu - chap. 3
1.  En ces jours-là arrive Jean le Baptiste, prêchant dans le désert de Judée 2.  et disant : « Repentez-vous, car le Royaume des Cieux est tout proche. » 3.  C'est bien lui dont a parlé Isaïe le prophète : Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers. 4.  Ce Jean avait son vêtement fait de poils de chameau et un pagne de peau autour de ses reins ; sa nourriture était de sauterelles et de miel sauvage. 5. Alors s'en allaient vers lui Jérusalem, et toute la Judée, et toute la région du Jourdain, 6.  et ils se faisaient baptiser par lui dans les eaux du Jourdain, en confessant leurs péchés. 

Marc - chap. 1
1.  Commencement de l'Évangile de Jésus Christ, Fils de Dieu. 2.  Selon qu'il est écrit dans Isaïe le prophète : Voici que j'envoie mon messager en avant de toi pour préparer ta route. 3. Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers, 4.  Jean le Baptiste fut dans le désert, proclamant un baptême de repentir pour la rémission des péchés. 5.  Et s'en allaient vers lui tout le pays de Judée et tous les habitants de Jérusalem, et ils se faisaient baptiser par lui dans les eaux du Jourdain, en confessant leurs péchés.

Luc - chap. 3
1.  L'an quinze du principat de Tibère César, Ponce Pilate étant gouverneur de Judée, Hérode tétrarque de Galilée, Philippe son frère tétrarque du pays d'Iturée et de Trachonitide, Lysanias tétrarque d'Abilène, 2. sous le pontificat d'Anne et Caïphe, la parole de Dieu fut adressée à Jean, fils de Zacharie, dans le désert. 3.  Et il vint dans toute la région du Jourdain, proclamant un baptême de repentir pour la rémission des péchés, 4.  comme il est écrit au livre des paroles d'Isaïe le prophète : Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers ;

CATÉCHÈSE

PAGE 5

EDITIONS HERMAS.INFO

Matthieu - chap. 3
7.  Comme il voyait beaucoup de Pharisiens et de Sadducéens venir au baptême, il leur dit : « Engeance de vipères, qui vous a suggéré d'échapper à la Colère prochaine ? 8.  Produisez donc un fruit digne du repentir 9.  et ne vous avisez pas de dire en vous-mêmes : «Nous avons pour père Abraham. » Car je vous le dis, Dieu peut, des pierres que voici, faire surgir des enfants à Abraham. 10. Déjà la cognée se trouve à la racine des arbres ; tout arbre donc qui ne produit pas de bon fruit va être coupé et jeté au feu. 11.  Pour moi, je vous baptise dans de l'eau en vue du repentir ; mais celui qui vient derrière moi est plus fort que moi, dont je ne suis pas digne d'enlever les sandales ; lui vous baptisera dans l'Esprit Saint et le feu. 12. Il tient en sa main la pelle à vanner et va nettoyer son aire ; il recueillera son blé dans le grenier ; quant aux bales, il les consumera au feu qui ne s'éteint pas. »

Marc - chap. 1
6.  Jean était vêtu d'une peau de chameau et mangeait des sauterelles et du miel sauvage. 7.  Et il proclamait : « Vient derrière moi celui qui est plus fort que moi, dont je ne suis pas digne, en me courbant, de délier la courroie de ses sandales. 8.  Moi, je vous ai baptisés avec de l'eau, mais lui vous baptisera avec l'Esprit Saint. »

Luc - chap. 3
5.  tout ravin sera comblé, et toute montagne ou colline sera abaissée ; les passages tortueux deviendront droits et les chemins raboteux seront nivelés. 6. Et toute chair verra le salut de Dieu. 7. Il disait donc aux foules qui s'en venaient se faire baptiser par lui : « Engeance de vipères, qui vous a suggéré d'échapper à la Colère prochaine ? 8.  Produisez donc des fruits dignes du repentir, et n'allez pas dire en vous-mêmes : «Nous avons pour père Abraham. » Car je vous dis que Dieu peut, des pierres que voici, faire surgir des enfants à Abraham. 9.  Déjà même la cognée se trouve à la racine des arbres ; tout arbre donc qui ne produit pas de bon fruit va être coupé et jeté au feu. » 10. Et les foules l'interrogeaient, en disant : « Que nous faut-il donc faire ? » 11.  Il leur répondait : « Que celui qui a deux tuniques partage avec celui qui n'en a pas, et que celui qui a de quoi manger fasse de même. » 12.  Des publicains aussi vinrent se faire baptiser et lui dirent : « Maître, que nous faut-il faire ? » 13.  Il leur dit : « N'exigez rien au-delà de ce qui vous est prescrit. » 14.  Des soldats aussi l'interrogeaient, en disant : « Et nous, que nous faut-il faire ? » Il leur dit : « Ne molestez personne, n'extorquez rien, et contentez-vous de votre solde. » 15. Comme le peuple était dans l'attente et que tous se demandaient en leur cœur, au sujet de Jean, s'il n'était pas le Christ, 16. Jean prit la parole et leur dit à tous : « Pour moi, je vous baptise avec de l'eau, mais vient le plus fort que moi, et je ne suis pas digne de délier la courroie de ses sandales ; lui vous baptisera dans l'Esprit Saint et le feu. 17.  Il tient en sa main la pelle à vanner pour nettoyer son aire et recueillir le blé dans son grenier ; quant aux bales, il les consumera au feu qui ne s'éteint pas. » 18.  Et par bien d'autres exhortations encore il annonçait au peuple la Bonne Nouvelle.

CATÉCHÈSE

PAGE 6

EDITIONS HERMAS.INFO

Pendant la prédication de Jean-Baptiste, Jésus se présente pour être baptisé. Mais Luc, comme je l’ai indiqué ci-dessus, termine tout de suite tout ce qui touche à Jean-Baptiste. Il raconte donc l’arrestation de Jean-Baptiste par Hérode. Puis il passe à Jésus, au Baptême de Jésus par Jean, qui ne peut donc être en prison. Puis Luc ne fera ensuite qu’une brève allusion à la mort du Précurseur, Jean-Baptiste, au chapitre 9 (7-29). Je laisse donc de côté pour l’instant ce passage de Luc sur l’arrestation de JeanBaptiste, en le renvoyant à plus tard, quand sera venu le moment, en concordance avec les deux autres Evangélistes. Il est donc logique de citer ce qui concerne maintenant la première rencontre « officielle » de JeanBaptiste avec Jésus, les deux cousins, qui s’étaient connus et rencontrés très certainement, du moins durant leur première enfance, mais que Jean ne « connaissait » pas encore sous sa véritable « identité » si j’ose m’exprimer ainsi. Car Jean-Baptiste déclare en effet, ce qui est surprenant au premier abord : « Je ne le connaissais pas ».

III- LE BAPTÊME DE JÉSUS
Matthieu - chap. 3
13.  Alors Jésus arrive de la Galilée au Jourdain, vers Jean, pour être baptisé par lui. 14. Celui-ci l'en détournait, en disant : « C'est moi qui ai besoin d'être baptisé par toi, et toi, tu viens à moi ! » 15.  Mais Jésus lui répondit : « Laisse faire pour l'instant : car c'est ainsi qu'il nous convient d'accomplir toute justice. » Alors il le laisse faire. 16.  Ayant été baptisé, Jésus aussitôt remonta de l'eau ; et voici que les cieux s'ouvrirent : il vit l'Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. 17.  Et voici qu'une voix venue des cieux disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, qui a toute ma faveur. »

Marc - chap. 1
9.  Et il advint qu'en ces jours-là Jésus vint de Nazareth de Galilée, et il fut baptisé dans le Jourdain par Jean. 10.  Et aussitôt, remontant de l'eau, il vit les cieux se déchirer et l'Esprit comme une colombe descendre vers lui, 11. et une voix vint des cieux : « Tu es mon Fils bien-aimé, tu as toute ma faveur. »

Luc - chap. 3
21.  Or il advint, une fois que tout le peuple eut été baptisé et au moment où Jésus, baptisé lui aussi, se trouvait en prière, que le ciel s'ouvrit, 22.  et l'Esprit Saint descendit sur lui sous une forme corporelle, comme une colombe. Et une voix partit du ciel : «  Tu es mon fils ; moi, aujourd'hui, je t'ai engendré. »

« Il vit l’Esprit de Dieu » (Matthieu), « il vit les cieux se déchirer » (Marc). Qui est ce « IL » mentionné par saint Matthieu et par saint Marc, qui a vu les cieux se déchirer et l’Esprit descendre sur Jésus ? Il est difficile de le dire à la simple lecture, même si la lecture pourrait laisser penser que c’est Jésus qui a vu les cieux se déchirer et l’Esprit descendre sur Lui. Saint Luc est évasif, et ne laisse pas de place à une interprétation. Mais saint Jean, l’Evangéliste, dont la mémoire et la précision sont remarquables, est là pour nous éclairer, car il est un des proches disciples du Christ. C’est lui qui va nous donner le témoignage propre
CATÉCHÈSE PAGE 7

EDITIONS HERMAS.INFO

de Jean-Baptiste, tel qu’il l’a reçu, et qui fait bien de Jean-Baptiste, le « prophète du Très-Haut », « pour préparer la voie du Seigneur », et indique Jésus comme étant « celui qui vient derrière lui », celui qui « baptisera dans l’Esprit Saint (et le feu) » (cf. les textes ci-dessus : Prédication de JeanBaptiste). Toutefois dans ce que l’on appelle le « Prologue », c’est-à-dire les 18 premiers versets de son Evangile (« Au principe était le Verbe, et le Verbe était avec Dieu… et le Verbe s’est fait chair… », saint Jean l’Evangéliste présente déjà la personne de Jean le Précurseur. Saint Jean présente saint Jean Baptiste Jean chapitre 1
6. Parut un homme envoyé de Dieu ; il se nommait Jean. 7. Il vint comme témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous crussent par lui. 8. Il n'était pas la lumière, mais le témoin de la lumière. 15. Jean lui rend témoignage. Il proclame : « Voici Celui dont j'ai dit : Lui qui vient après moi, est passé devant moi, parce qu'avant moi il était. »

Puis saint Jean nous donne le témoignage de Jean-Baptiste : sa prédication, et pourquoi il avait été envoyé prêcher : Le témoignage de Jean-Baptiste Jean chapitre 1
19. Et voici quel fut le témoignage de Jean, quand les Juifs lui envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des lévites pour lui demander : « Qui es-tu ? » 20. Il confessa, il ne nia pas, il confessa : « Je ne suis pas le Christ. » 21. « Qu'es-tu donc ? lui demandèrent-ils. Es-tu Élie ? » Il dit : « Je ne le suis pas. » - « Es-tu le prophète ? » Il répondit : « Non. » 22. Ils lui dirent alors : « Qui es-tu, que nous donnions réponse à ceux qui nous ont envoyés ? Que dis-tu de toi-même ? » 23. Il déclara : « Je suis la voix de celui qui crie dans le désert : Rendez droit le chemin du Seigneur, comme a dit Isaïe, le prophète. » 24. On avait envoyé des Pharisiens. 25. Ils lui demandèrent : « Pourquoi donc baptises-tu, si tu n'es ni le Christ, ni Élie, ni le prophète ? » 26. Jean leur répondit : « Moi, je baptise dans l'eau. Au milieu de vous se tient quelqu'un que vous ne connaissez pas, 27. celui qui vient derrière moi, dont je ne suis pas digne de dénouer la courroie de sandale. » 28. Cela se passait à Béthanie au-delà du Jourdain, où Jean baptisait. 29. Le lendemain, il voit Jésus venir vers lui et il dit : « Voici l'agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde. 30. C'est de lui que j'ai dit : Derrière moi vient un homme qui est passé devant moi parce qu'avant moi il était.

Saint Jean précise bien, « le lendemain », qui sera repris deux autres fois, et complété ensuite par « le troisième jour », nous décrivant ainsi la première semaine du ministère public de Jésus. Mais saint Jean ajoute aussi les paroles qui expliquent pourquoi il est allé prêcher dans le désert, et ce qu’IL a vu quand il eut baptisé Jésus.
CATÉCHÈSE PAGE 8

EDITIONS HERMAS.INFO

Jean-Baptiste et le Baptême de Jésus Jean chapitre 1
31. « Et moi, je ne le connaissais pas ; mais c'est pour qu'il fût manifesté à Israël que je suis venu baptiser dans l'eau. » 32. Et Jean rendit témoignage en disant : « J'ai vu l'Esprit tel une colombe descendre du ciel, et demeurer sur lui. 33. Et moi, je ne le connaissais pas, mais Celui qui m'a envoyé baptiser dans l'eau, m'avait dit : “Celui sur qui tu verras l'Esprit descendre et demeurer, c'est lui qui baptise dans l'Esprit Saint.” 34. Oui j'ai vu et je témoigne que c’est Lui, l'Élu de Dieu. »

Le témoignage de Jean est capital et décisif. Il est bien celui qui annonce et révèle le Messie à Israël, « le prophète du très Haut ». Cette « théophanie », dont il a été gratifié, cette manifestation au moment du Baptême est aussi et surtout la première et l’unique manifestation de la Très Sainte Trinité : Le Père, le Saint-Esprit « comme sous forme d’une colombe », et Jésus dans les eaux du Jourdain. Mais la mission de Jean-Baptiste ne se termine pas encore. Il va continuer, les jours suivants, à annoncer « l’Agneau de Dieu », en voyant de nouveau passer Jésus, et donner le départ de l’Eglise, par les deux disciples qui vont suivre Jésus, et amèneront à leur tour d’autres disciples. Je cite ce texte en entier, car il est important, pour comprendre le rôle indispensable et grandiose de Jean-Baptiste dans la naissance du premier noyau de l’Eglise du Christ :

Le témoignage de Jean-Baptiste suscite les premiers disciples de Jésus Jean chapitre 1
35. Le lendemain, Jean se tenait encore là, avec deux de ses disciples. 36.Regardant Jésus qui passait, il dit : « Voici l'agneau de Dieu. » 37.Les deux disciples entendirent ses paroles et suivirent Jésus. 38.Jésus se retourna et, voyant qu'ils le suivaient, leur dit : « Que cherchez-vous ? » Ils lui dirent : « Rabbi - ce qui veut dire Maître -, où demeures-tu ? » 39.Il leur dit : « Venez et voyez. » Ils vinrent donc et virent où il demeurait, et ils demeurèrent auprès de lui de jour-là. C'était environ la dixième heure. 40.André, le frère de Simon-Pierre, était l'un des deux qui avaient entendu les paroles de Jean et suivi Jésus. 41.Il rencontre en premier lieu son frère Simon et lui dit : « Nous avons trouvé le Messie » ce qui veut dire Christ. 42.Il l'amena à Jésus. Jésus le regarda et dit : « Tu es Simon, le fils de Jean ; tu t'appelleras Céphas » - ce qui veut dire Pierre. 43.Le lendemain, Jésus résolut de partir pour la Galilée ; il rencontre Philippe et lui dit : « Suis-moi ! » 44.Philippe était de Bethsaïde, la ville d'André et de Pierre. 45.Philippe rencontre Nathanaèl et lui dit : « Celui dont Moïse a écrit dans la Loi, ainsi que les prophètes, nous l'avons trouvé : Jésus, le fils de Joseph, de Nazareth. » 46.Nathanaèl lui dit : « De Nazareth, peut-il sortir quelque chose de bon ? » Philippe lui dit : « Viens et vois. »

CATÉCHÈSE

PAGE 9

EDITIONS HERMAS.INFO

47. Jésus vit Nathanaèl venir vers lui et il dit de lui : « Voici vraiment un Israélite sans détour. » 48. Nathanaèl lui dit : « D'où me connais-tu ? » Jésus lui répondit : « Avant que Philippe t'appelât, quand tu étais sous le figuier, je t'ai vu. » 49. Nathanaèl reprit : « Rabbi, tu es le Fils de Dieu, tu es le roi d'Israël. » 50. Jésus lui répondit : « Parce que je t'ai dit : “Je t'ai vu sous le figuier”, tu crois ! Tu verras mieux encore. » 51. Et il lui dit : « En vérité, en vérité, je vous le dis, vous verrez le ciel ouvert et les anges de Dieu monter et descendre au-dessus du Fils de l'homme. »

Les deux disciples qui se trouvaient avec Jean-Baptiste sont André, et Jean, le futur évangéliste, qui se souvient encore, plus de 60 ans plus tard, de l’heure à laquelle ils étaient sortis de leur entretien avec Jésus : « C’était environ la dixième heure ». Le premier groupe des disciples est constitué. Et « le troisième jour », ils sont présents avec Jésus aux Noces de Cana (Jean chapitre 2). Il faut prêter une attention particulière à la chronologie de ces premiers moments de la vie publique de Jésus, car les Evangiles n’en parlent pas de manière précise et explicite. Il nous revient de la reconstituer. Saint Jean, l’évangéliste, précise bien, après avoir rencontré André et Jean, puis Simon qu’il appelle Céphas (Pierre) que « le lendemain, Jésus résolut de partir pour la Galilée ; il rencontre Philippe et lui dit : ‘Suis-moi’ ». Ce lendemain, est le troisième jour, et, quatre jours plus tard, Jésus sera à Cana de Galilée. Et les 40 jours de la tentation dans le désert ? Matthieu, Marc et Luc nous indiquent ce que fit Jésus après le Baptême par Jean-Baptiste :

La tentation de Jésus au désert
Matthieu - chap. 4
1.  Alors Jésus fut emmené au désert par l'Esprit, pour être tenté par le diable. 2.  Il jeûna durant quarante jours et quarante nuits, après quoi il eut faim.

Marc - chap. 1
11. et une voix vint des cieux : « Tu es mon Fils bien-aimé, tu as toute ma faveur. » 12.  Et aussitôt, l'Esprit le pousse au désert. 13.  Et il était dans le désert durant quarante jours, tenté par Satan. Et il était avec les bêtes sauvages, et les anges le servaient.

Luc - chap. 4
1.  Jésus, rempli d'Esprit Saint, revint du Jourdain, et il était mené par l'Esprit à travers le désert 2.  durant quarante jours, tenté par le diable. Il ne mangea rien en ces jourslà et, quand ils furent écoulés, il eut faim.

En résumé : Après avoir reçu le baptême de Jean-Baptiste, Jésus est conduit au désert par l’Esprit, et il y reste quarante jours. Après quoi, il retourne près du Jourdain, où Jean baptisait. Et c’est seulement alors que Jean, le voyant passer, s’exclame par deux fois : « Voici l’Agneau de Dieu ». André et le jeune Jean suivent Jésus. Arrive Simon-Pierre amené par André. Puis Jésus, se proposant de partir pour la Galilée, rencontre Philippe qui rencontre à son tour Nathanaël. Et c’est le départ pour la Galilée, d’autant plus qu’il a appris la nouvelle de l’arrestation et l’emprisonnement de Jean-Baptiste.

CATÉCHÈSE

PAGE 10

EDITIONS HERMAS.INFO

IV – EMPRISONNEMENT DE JEAN-BAPTISTE, ET RETOUR DE JÉSUS EN GALILÉE Jésus apprend l’arrestation de Jean et part pour la Galilée, où il avait eu l’intention de se rendre.
Matthieu - chap. 4
12.  Ayant appris que Jean avait été livré, il se retira en Galilée 13.  et, laissant Nazara, vint s'établir à Capharnaüm, au bord de la mer, sur les confins de Zabulon et de Nephtali, 14.  pour que s'accomplît l'oracle d'Isaïe le prophète : 15.  Terre de Zabulon et terre de Nephtali, Route de la mer, Pays de Transjordane, Galilée des nations ! 16.  Le peuple qui demeurait dans les ténèbres a vu une grande lumière ; sur ceux qui demeuraient dans la région sombre de la mort, une lumière s'est levée. 17. Dès lors Jésus se mit à prêcher et à dire : « Repentez-vous, car le Royaume des Cieux est tout proche. »

Marc - chap. 1
14.  Après que Jean eut été livré, Jésus vint en Galilée, proclamant l'Évangile de Dieu et disant : 15.  « Le temps est accompli et le Royaume de Dieu est tout proche : repentez-vous et croyez à l'Évangile. » Luc 3

Luc - chap. 3 et 4

19.  Cependant Hérode le tétrarque, qu'il reprenait au sujet d'Hérodiade, la femme de son frère, et pour tous les méfaits qu'il avait commis, 20.  ajouta encore celui-ci à tous les autres : il fit enfermer Jean en prison. Luc 4 14.  Jésus retourna en Galilée, avec la puissance de l'Esprit, et une rumeur se répandit par toute la région à son sujet. 15. Il enseignait dans leurs synagogues, glorifié par tous.

Avec ses disciples, il arrive à Cana trois jours après sa rencontre avec Philippe, et il est invité aux Noces avec ses disciples. Puis il s’établit à Capharnaüm. Les premiers « disciples » sont probablement retournés à leurs occupations, à leur travail de pêcheurs, car il leur fallait travailler pour pouvoir vivre. En effet, on voit ensuite Jésus appeler de nouveau Pierre et André, Jacques et Jean son frère.

V – QUESTION DE JEAN-BAPTISTE ET TÉMOIGNAGE QUE LUI REND JÉSUS Jean-Baptiste est en prison. Mais ses disciples lui sont restés fidèles. Et ses disciples lui ont parlé des miracles opérés par Jésus. Ils ne savent probablement qu’en penser. Aussi Jean-Baptiste envoie-t-il, curieusement en apparence, « de ses disciples » (ou « deux de ses disciples ») pour demander à Jésus s’il est bien « celui qui doit venir ». Cette question est surprenante, après la Révélation qu’il a eue, et le témoignage qu’il en a donné. Il est plus juste de penser que Jean-Baptiste envoie de ses disciples à Jésus, non pas pour avoir une réponse à ses questions, mais pour leur permettre de se rendre compte, par un contact direct avec lui, et pour qu’ils le suivent comme André, Jean et d’autres encore. JeanBaptiste sait qu’il doit « diminuer », qu’il doit laisser la place à Celui qu’il a annoncé et montré et déclaré être « l’Elu de Dieu » (Jean 1, 34).

CATÉCHÈSE

PAGE 11

EDITIONS HERMAS.INFO

Matthieu - chap. 11
2. Or Jean, dans sa prison, avait entendu parler des œuvres du Christ. Il lui envoya de ses disciples pour lui dire : 3.  « Es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre ? » 4. Jésus leur répondit : « Allez rapporter à Jean ce que vous entendez et voyez : 5.  les aveugles voient et les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés et les sourds entendent, les morts ressuscitent et la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres ; 6. et heureux celui qui ne trébuchera pas à cause de moi ! » 7.  Tandis que ceux-là s'en allaient, Jésus se mit à dire aux foules au sujet de Jean : « Qu'êtes-vous allés contempler au désert ? Un roseau agité par le vent ? 8. Alors qu'êtes-vous allés voir ? Un homme vêtu de façon délicate ? Mais ceux qui portent des habits délicats se trouvent dans les demeures des rois. 9. Alors qu'êtes-vous allés faire ? Voir un prophète ? Oui, je vous le dis, et plus qu'un prophète. 10. C'est celui dont il est écrit : Voici que moi j'envoie mon messager en avant de toi pour préparer ta route devant toi. 11. « En vérité je vous le dis, parmi les enfants des femmes, il n'en a pas surgi de plus grand que Jean le Baptiste ; et cependant le plus petit dans le Royaume des Cieux est plus grand que lui.

Luc - chap. 7
11. Et il advint ensuite qu'il se rendit dans une ville appelée Naïm. Ses disciples et une foule nombreuse faisaient route avec lui. 12.13  Quand il fut près de la porte de la ville, voilà qu'on portait en terre un mort, un fils unique dont la mère était veuve  ; et il y avait avec elle une foule considérable de la ville. En la voyant, le Seigneur eut pitié d'elle et lui dit : « Ne pleure pas. » 14.  Puis, s'approchant, il toucha le cercueil, et les porteurs s'arrêtèrent. Et il dit : « Jeune homme, je te le dis, lève-toi. » 15-17. Et le mort se dressa sur son séant et se mit à parler. Et il le remit à sa mère. Tous furent saisis de crainte, et ils glorifiaient Dieu en disant : « Un grand prophète s'est levé parmi nous et Dieu a visité son peuple. » Et ce propos se répandit à son sujet dans la Judée entière et tout le pays d'alentour. 18-20.  Les disciples de Jean l'informèrent de tout cela. Appelant à lui deux de ses disciples, Jean les envoya dire au Seigneur : « Es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre ? » Arrivés auprès de lui, ces hommes dirent : « Jean le Baptiste nous envoie te dire : Es-tu celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre ? » 21. A cette heure-là, il guérit beaucoup de gens affligés de maladies, d'infirmités, d'esprits mauvais, et rendit la vue à beaucoup d'aveugles. 22-23.  Puis il répondit aux envoyés : « Allez rapporter à Jean ce que vous avez vu et entendu : les aveugles voient, les boiteux marchent, les lépreux sont purifiés et les sourds entendent, les morts ressuscitent, la Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres ; et heureux celui qui ne trébuchera pas à cause de moi ! » 24-28. Quand les envoyés de Jean furent partis, il se mit à dire aux foules au sujet de Jean : « Qu'êtes-vous allés contempler au désert ? Un roseau agité par le vent ? Alors, qu'êtes-vous allés voir ? Un homme vêtu d'habits délicats ? Mais ceux qui ont des habits magnifiques et vivent dans les délices sont dans les palais royaux. Alors, qu'êtes-vous allés voir ? Un prophète ? Oui, je vous le dis, et plus qu'un prophète. C'est celui dont il est écrit : Voici que j'envoie mon messager en avant de toi pour préparer ta route devant toi. Je vous le dis : de plus grand que Jean parmi les enfants des femmes, il n'y en a pas ; et cependant le plus petit dans le Royaume de Dieu est plus grand que lui. 29-30. Tout le peuple qui a écouté, et même les publicains, ont justifié Dieu en se faisant baptiser du baptême de Jean ; mais les Pharisiens et les légistes ont annulé pour eux le dessein de Dieu en ne se faisant pas baptiser par lui.
PAGE 12

CATÉCHÈSE

EDITIONS HERMAS.INFO

Jésus donne une réponse concrète et précise aux disciples de Jean : tous les miracles qu’il accomplit sont le signe et le sceau qui garantit qu’il est bien l’Elu de Dieu.

VI - Hérode fait décapiter Saint Jean-Baptiste Jean-Baptiste avait été mis en prison par Hérode le Tétrarque, parce qu’il lui reprochait d’avoir pris l’épouse de son frère. Toutefois, il le craignait et c’était avec plaisir qu’il « l’écoutait », nous dit saint Luc. L’Eglise célèbre la mort de Jean-Baptiste, décapité, le 29 août, et la fête s’appelait anciennement la «décollation de Jean-Baptiste ».

Giovanni Battista Tiepolo (1696-1770)

Matthieu - chap. 14
1. En ce temps-là, la renommée de Jésus

Marc - chap. 6
14.  Le roi Hérode entendit parler de lui, car son nom était devenu célèbre, et l'on disait : « Jean le Baptiste est ressuscité d'entre les morts ; d'où les pouvoirs miraculeux qui se déploient en sa personne. » 15. D'autres disaient : « C'est Élie. » Et d'autres disaient : « C'est un prophète comme les autres prophètes. » 16.  Hérode donc, en ayant entendu parler, disait : « C'est Jean que j'ai fait décapiter, qui est ressuscité ! »

Luc - chap. 9
7.  Hérode, le tétrarque, apprit tout ce qui se passait, et il était fort perplexe, car certains disaient : « C'est Jean qui est ressuscité d'entre les morts » ; 8.  certains : « C'est Élie qui est reparu  » ; d'autres : « C'est un des anciens prophètes qui est ressuscité ». 9. Mais Hérode dit : « Jean ! moi je l'ai fait décapiter. Quel est-il donc, celui dont j'entends dire de telles choses ? » Et il cherchait à le voir.

parvint aux oreilles d'Hérode le tétrarque, 2. qui dit à ses serviteurs : « Celui-là est Jean le Baptiste ! Le voilà ressuscité des morts : d'où les pouvoirs miraculeux qui se déploient en sa personne ! » 3.   C'est qu'en effet Hérode avait fait arrêter, enchaîner et emprisonner Jean, à cause d'Hérodiade, la femme de Philippe son frère. 4. Car Jean lui disait : « Il ne t'est pas permis de l'avoir. » 5.  Il avait même voulu le tuer, mais avait craint la foule, parce qu'on le tenait pour un prophète.
CATÉCHÈSE

PAGE 13

EDITIONS HERMAS.INFO

Matthieu - chap. 14
6.  Or, comme Hérode célébrait son anniversaire de naissance, la fille d'Hérodiade dansa en public et plut à Hérode 7. au point qu'il s'engagea par serment à lui donner ce qu'elle demanderait. 8.  Endoctrinée par sa mère, elle lui dit : « Donne-moi ici, sur un plat, la tête de Jean le Baptiste. » 9. Le roi fut contristé, mais, à cause de ses serments et des convives, il commanda de la lui donner 10.  et envoya décapiter Jean dans la prison. 11.  Sa tête fut apportée sur un plat et donnée à la jeune fille, qui la porta à sa mère. 12.  Les disciples de Jean vinrent prendre le cadavre et l'enterrèrent ; puis ils allèrent informer Jésus.

Marc - chap. 6
17-20.  En effet, c'était lui Hérode qui avait envoyé arrêter Jean et l'enchaîner en prison, à cause d'Hérodiade, la femme de Philippe son frère qu'il avait épousée. Car Jean disait à Hérode : « Il ne t'est pas permis d'avoir la femme de ton frère. » Quant à Hérodiade, elle était acharnée contre lui et voulait le tuer, mais elle ne le pouvait pas, parce qu'Hérode craignait Jean, sachant que c'était un homme juste et saint, et il le protégeait ; quand il l'avait entendu, il était fort perplexe, et c'était avec plaisir qu'il l'écoutait. 21.  Or vint un jour propice, quand Hérode, à l'anniversaire de sa naissance, fit un banquet pour les grands de sa cour, les officiers et les principaux personnages de la Galilée : 22-24.  la fille de ladite Hérodiade entra et dansa, et elle plut à Hérode et aux convives. Alors le roi dit à la jeune fille : « Demande-moi ce que tu voudras, je te le donnerai. » Et il lui fit un serment : « Tout ce que tu me demanderas, je te le donnerai, jusqu'à la moitié de mon royaume ! » Elle sortit et dit à sa mère : « Que vais-je demander ? » - « La tête de Jean le Baptiste », dit celle-ci. 25.  Rentrant aussitôt en hâte auprès du roi, elle lui fit cette demande : « Je veux que tout de suite tu me donnes sur un plat la tête de Jean le Baptiste. » 26.  Le roi fut très contristé, mais à cause de ses serments et des convives, il ne voulut pas lui manquer de parole. 27.  Et aussitôt le roi envoya un garde en lui ordonnant d'apporter la tête de Jean. 28.  Le garde s'en alla et le décapita dans la prison ; puis il apporta sa tête sur un plat et la donna à la jeune fille, et la jeune fille la donna à sa mère. 29. Les disciples de Jean, l'ayant appris, vinrent prendre son cadavre et le mirent dans un tombeau.
PAGE 14

CATÉCHÈSE

EDITIONS HERMAS.INFO

Ayant appris ce méfait, Jésus se retire en barque vers Bethsaïde. Les foules s’aperçoivent de son départ et le cherchent, le trouvent et le suivent. C’est alors la multiplication des pains que les trois évangélistes Matthieu, Marc et Luc placent précisément à ce moment. Saint Jean raconte lui aussi la multiplication des pains, mais sans la situer dans le contexte du sort final de Jean-Baptiste. Mais il est le seul à rapporter le « Discours du Pain de Vie », qui explique en des termes non ambigus ce qu’est l’Eucharistie.

VII - CONCLUSION La Mission de Jean-Baptiste, le Précurseur, est terminée. Il peut être appelé « Prophète du Très-Haut », comme l’avait prophétisé son père Zacharie, au moment de la circoncision de l’enfant ; il a précédé le Seigneur « pour préparer les voies », à Celui « qui nous amènera d’en-haut la visite du Soleil Levant » (cf. le chant de Zacharie, le Benedictus). Il a eu la grâce de baptiser Jésus et de connaître alors QUI il était, et a été, le seul de tous les prophètes, à avoir la seule et unique révélation de la Sainte Trinité : la Voix du Père, le Saint-Esprit « comme sous forme d’une colombe », et Jésus, le Verbe fait chair qui était devant lui. C’est pourquoi il atteste ensuite que Jésus est « l’Elu de Dieu » (Jean, 1, 24b), et, voyant passer Jésus, deux jours de suite, après sa retraite au désert et la tentation, il s’exclame « Voici l’Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde », « Voici l’Agneau de Dieu » (Jean 1, 29b, 36b). Deux de ses disciples suivent alors Jésus et s’attachent à Lui. C’est le début de l’Eglise. Jean a accompli sa mission. L’Eglise a retenu et inclus dans la liturgie de la Sainte Messe ces paroles de Jean-Baptiste : « Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde » : avant les prières préparatoires du prêtre à la Communion, et avant que le Prêtre ne présente l’Hostie-Corps du Christ aux fidèles ; et, devant Jésus, Dieu, présent devant nous, et que nous apprêtons à recevoir, nous disons : « Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir mais dis seulement une parole et je serai guéri » (Novus Ordo) « Domine non sum dignus ut intres sub tectum meum, se tantum dic verbo et sanabitur anima mea » (Missa Tridentina) « Agneau de Dieu » : Jean-Baptiste ne prononce pas ces paroles par hasard : il annonce quelle est la mission de Jésus, telle que la présente le prophète Isaïe : « l’Agneau innocent, qui porte sur lui nos péchés, et qui est conduit à la boucherie sans dire un mot » (cf. Isaïe chapitre 53). Isaïe chapitre 53
4. Or ce sont nos souffrances qu'il portait et nos douleurs dont il était chargé. Et nous, nous le considérions comme puni, frappé par Dieu et humilié. 5. Mais lui, il a été transpercé à cause de nos crimes, écrasé à cause de nos fautes. Le châtiment qui nous rend la paix est sur lui, et dans ses blessures nous trouvons la guérison. 6. Tous, comme des moutons, nous étions errants, chacun suivant son propre chemin, et Yahvé a fait retomber sur lui nos fautes à tous. 7. Maltraité, il s'humiliait, il n'ouvrait pas la bouche, comme l'Agneau qui se laisse mener à l'abattoir, comme devant les tondeurs une brebis muette, il n'ouvrait pas la bouche. 8. Par contrainte et jugement il a été saisi. Parmi ses contemporains, qui s'est inquiété qu'il ait été retranché de la terre des vivants, qu'il ait été frappé pour le crime de son peuple ?

CATÉCHÈSE

PAGE 15

EDITIONS HERMAS.INFO

9. On lui a donné un sépulcre avec les impies et sa tombe est avec le riche, bien qu'il n'ait pas commis de violence et qu'il n'y ait pas eu de tromperie dans sa bouche. 10. Yahvé a voulu l'écraser par la souffrance; s'il offre sa vie en sacrifice expiatoire, il verra une postérité, il prolongera ses jours, et par lui la volonté de Yahvé s'accomplira. 11. A la suite de l'épreuve endurée par son âme, il verra la lumière et sera comblé. Par sa connaissance, le juste, mon serviteur, justifiera les multitudes en s'accablant lui-même de leurs fautes. 12. C'est pourquoi il aura sa part parmi les multitudes, et avec les puissants il partagera le butin, parce qu'il s'est livré lui-même à la mort et qu'il a été compté parmi les criminels, alors qu'il portait le péché des multitudes et qu'il intercédait pour les criminels.

Il n’est pas sans signification que Jésus, ayant appris la mort de Jean, et s’étant éloigné, se retrouva avec une grande foule qui le suivra pendant plusieurs jours. Jésus alors, bénit les cinq pains, et les leur distribue pour qu’ils mangent à satiété. Mais Jésus, dans le discours qu’il prononcera le lendemain à cette même foule, lui déclarera : « Celui qui mange ma Chair et boit mon Sang a la vie en lui, et moi je le ressusciterai au dernier jour » (Jean 6, 53b). La Mission de Jean-Baptiste est ainsi liée intimement à la Mission Salvatrice de Jésus et même, indirectement, à l’Eucharistie, car sa mort précède la multiplication des pains, annonce de la Dernière Cène. Jusque dans les plus petits détails oserais-je dire : tous deux meurent d’une mort violente : c’est la Décollation de Jean-Baptiste, et Jésus, élevé de terre sur la Croix, attire les foules à Lui, comme il l’avait dit : « Et moi, élevé de terre j’attirerai tous les hommes à moi » (Jean 12,32) ; « Quand vous aurez élevé le Fils de l’Homme, alors vous saurez que JE SUIS » (Jean 8, 27). La mort humiliante de la décapitation, la mort glorieuse de l’exaltation sur la Croix : Jean n’avait-il pas dit : « Eum oportet crescere, me autem minui ? » il faut que Lui grandisse et moi que je disparaisse. Non, Jean-Baptiste n’a pas disparu, la liturgie nous le rappelle à chaque messe. C’est lui qui a montré le Messie à ses contemporains, à ses disciples André et Jean. C’est lui qui continue à nous le montrer par ses propres paroles que nous redisons sans cesse : « Agneau de Dieu qui enlevez le péché du monde, ayez pitié de nous » , « Voici l’agneau de Dieu qui enlève les péchés du monde ». Toutes les générations le disent bienheureux. Tout comme Marie, la cousine de sa Mère.

VIII- PRIÈRES DE LA FÊTE DE SAINT JEAN-BAPTISTE

Séquence L'Eglise, ô Christ, à votre honneur doit célébrer la naissance de votre précurseur et baptiseur. C'est glorifier le roi, que d'exalter le héraut dont la vertu, dont la mission sublime est un fruit de sa grâce. Gabriel promit un fils au vieillard; lui douta, et perdit la parole. Jean, signalé par le ciel à l'avance, s'était révélé dans le secret même du sein maternel.

CATÉCHÈSE

PAGE 16

EDITIONS HERMAS.INFO

Il est vrai, cette conception de Jean n'est point suivant l'ordre de la chair : c'est la grâce qui produit un tel enfantement, non la nature. Dieu s'emprisonne au sein de la Vierge : au prisonnier, pareillement prisonnier Jean applaudit de son étroit séjour. Voix de celui qui crie dans le désert, Voix qui annonce le Verbe, à ciel ouvert il montre l'Agneau. L'enfant naît, du Roi nouveau de la loi nouvelle héraut, signal, porte-étendard. La Voix précède le Verbe, le paranymphe l'époux, l'étoile du matin le lever du soleil. De vive voix la mère, par écrit le père, déclarent le nom du nouveau-né, et la langue du père, aussitôt déliée, voit cesser son mutisme. Son ardente foi, sa parole lumineuse et qui conduit à la vraie lumière enseigne d'innombrables foules. Non qu'il soit la lumière, mais il est le flambeau : c'est le Christ qui est la lumière éternelle, la lumière illuminant tout. Un cilice était son vêtement, sa ceinture une lanière ; des sauterelles et le miel des forêts faisaient sa nourriture. Au témoignage que lui rendit le Christ, il ne s'éleva jamais de plus grand parmi les enfants nés d'une femme; par cette parole le Christ s'exceptait, lui qui de chair avait pris chair sans que la chair y eût part. Le juste est condamné à mort ; ordre est donné de lui enlever la vie dans la prison; le roi n'a pas horreur d'offrir sa tête en don dans un festin. Témoin de Dieu, quoique pécheurs, quoique inhabiles à vos louanges , nous vous louons, nous espérons votre clémence : exaucez-nous. En votre nativité accordez-nous la joie promise, et que ne nous délecte pas moins votre triomphant martyre. Nous vénérons, nous admirons en vous tant de mystères ! par vous le Christ nous daigne accorder sa douce présence ! Amen. Hymne de saint Ephrem de Syrie Transporté en esprit au Jourdain, j'y ai vu des choses admirables, lorsque le glorieux Epoux s'est révélé à l'Epouse, pour la délivrer de la servitude du péché et la sanctifier. J'ai vu Jean dans la stupeur, la foule debout autour de lui, et le glorieux Epoux incliné devant le fils de la stérile pour recevoir de lui le baptême. Mon âme admire et le Verbe et la Voix. Jean est la Voix du Seigneur Verbe : celui qui était caché va se manifester au monde. L'Epouse, fiancée à l'Epoux, contemple l'Epoux sans le connaître ; les paranymphes sont là; le désert est rempli ; au milieu d'eux le Seigneur est caché.

CATÉCHÈSE

PAGE 17

EDITIONS HERMAS.INFO

Alors l'Epoux se manifestant lui-même, s'approcha de Jean près du fleuve. Emu, le héraut divin dit de lui : « C'est lui l'Epoux que j'ai annoncé ! » Il est venu au baptême, l'auteur de tout baptême, il s'est manifesté au Jourdain. Jean l'a vu, et, retirant sa main, l'a supplié, disant : « Comment voulez-vous être baptisé , ô Seigneur dont le baptême sanctifie tous les êtres ? C'est vous qui possédez le vrai baptême d'où découle la sainteté parfaite. » Le Seigneur a répondu : « Je le veux : approche et donne-moi le baptême ; c'est ma volonté. Tu ne peux résister à ma volonté ; je serai baptisé par toi, parce que je le veux ainsi. » — Ne dites pas cela, je vous en prie, Seigneur; ne me contraignez pas, car ce que vous me dites est difficile. C'est à moi d'être baptisé par vous '. car votre hysope purifie tout. — Je le demande, et il me plaît que la chose soit ainsi. Mais toi, Jean, pourquoi hésites-tu ? laisse-nous accomplir ce qui est juste. V donc , baptise-moi ; pourquoi cette incertitude? a — Qui peut saisir en ses mains la flamme ? O vous, feu consumant dans tout votre être, ayez pitié de moi, et permettez que je n'approche pas de vous ; car ce m'est une chose difficile. — Je t'ai manifesté ma volonté : que crains-tu ? Approche donc et baptise-moi, tu ne seras pas consumé. Le repas des noces est prêt ainsi que la chambre nuptiale : ns m'en éloigne pas. — Il faut bien, Seigneur, que je considère ma nature : je ne suis que terre, et c'est vous qui m'avez façonné, qui donnez l'être à toute créature. Pourquoi donc vous baptiserais-je dans les eaux? — Il faut que tu saches pourquoi je suis venu et à que(e fin je t'ai demandé le baptême. Le baptême est au milieu de la route que j'ai choisie, ne me le refuse pas. — Ce fleuve est trop étroit pour que vous puissiez y descendre. Les cieux ne peuvent contenir votre immensité ; combien moins ces eaux du baptême ! — Le sein d'une vierge est plus étroit que le Jourdain, et pourtant librement j'en ai fait mon séjour. Si j'ai pu naître du sein d'une vierge, je puis être baptisé dans le Jourdain. — Voici que les armées des cieux sont ici présentes ; les phalanges angéliques prosternées, vous adorent ; épouvantement qui fait trembler mes membres, ô Seigneur, s'oppose à ce que je puisse vous baptiser. — Toutes les phalanges des célestes Vertus te proclament bienheureux, de ce que je t'ai choisi dès le sein de ta mère pour me donner le baptême ; ne crains donc point , puisque c'est ma volonté. — J'ai préparé la voie , c'était ma mission ; j'ai fiancé l'Epouse, selon l'ordre que j'en avais reçu. Maintenant que vous êtes venu, que votre manifestation éclate par le monde, et que je n'aie pas à vous baptiser.

CATÉCHÈSE

PAGE 18

EDITIONS HERMAS.INFO

— Les fils d'Adam attendent de moi le don de la nouve(e naissance; je leur ouvrirai la voie dans les eaux; mais cela n'est possible que par mon baptême. — Les sacrificateurs reçoivent de vous leur consécration, votre hysope purifie les pontifes, vous constituez les christs et les rois. Que vous servira le baptême ? — L'Epouse que tu m'as fiancée attend que, descendant dans le fleuve, j'y sois baptisé et la sanctifie. Ami de l'Epoux, ne me refuse pas le bain qui m'attend. Agnus Dei, qui tollis peccata mundi, miserere nobis

Table des matières
Introduction
I.- LA NAISSANCE MIRACULEUSE DE JEAN L’annonciation à Zacharie L’Annonciation à Marie Visitation de Marie à Elisabeth Naissance de Jean-Baptiste La circoncision de Jean-Baptiste Le Benedictus de Zacharie La vie cachée de Jean-Baptiste II. LA PREDICATION DE JEAN-BAPTISTE III.- LE BAPTEME DE JESUS Saint Jean présente Jean-Baptiste Le témoignage de Jean-Baptiste Jean-Baptiste et le baptême de Jésus Les premiers disciples La tentation de Jésus au désert IV.- L’EMPRISONNEMENT V.- LE TEMOIGNAGE DE JESUS VI.- LA MORT DE JEAN-BAPTISTE VIII.- Conclusion IX.- Prières 4 4 4 4 5 5 7 8 8 9 9 10 11 11 13 15 16 1 3

http://www.hermas.info
CATÉCHÈSE PAGE 19

© HERMAS.INFO

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful