You are on page 1of 11

SOS Pairs Educateurs

Récépissé N° : 206/ MIPT
du 19 aout 2002
Tel : 00 222 45292413
Site : www.sospair.org
E-mail :sospe@sospair.org

- Fiche de Projet –
PROMOTION DE L’ACCES A LA SANTÉ PRIMAIRE À
DAR EL BEIDA
I. PARTENAIRE LOCAL
1. Renseignements sur le Partenaire Local
Nom de l’Institution : SOS PAIRS EDUCATEURS
Adresse: Ilot L Ext. Lot N° 133 et 135 El Mina- Nouakchott Mauritanie
Téléphone: +222 5 24 24 13

Fax:

E-mail:sospe@sospair.org

Site Web :www.sospair.org
Zone géographique de travail de l’Institution : République Islamique de Mauritanie (Afrique de
l’Ouest)
Locale :

Régionale :

Nationale: X

Internationale :

Secteurs Prioritaires de l’Institution : VIH/SIDA – Accès à la santé – Droits de la personne.
Responsable du Projet / Personne contact
Nom : Sy Djibril
Fonction : Coordinateur exécutif de SOS Pairs Educateurs
Expérience : 17ans dans le développement communautaire
e-mail : sydjibril@sospair.org
Garant du Projet :
Nom : Amadou Yero Diallo
Fonction : Secrétaire général SOS Pairs Educateurs
Adresse BP3629 Nouakchott Mauritanie ; e-mail : aydeva@yahoo.fr ; Téléphone : + 222 22 41 15 84

2. Expérience du Partenaire Local en tant qu’Institution

Mise en œuvre en partenariat avec Medicos del Mundo et la Délégation de l’Union
européenne (UE) en Mauritanie d’un projet de promotion de l’accès à la santé primaire
dans les quartiers périphériques de Nouakchott (Mars 2014 - Février 2016) :
-

Renforcement des capacités des comités locaux de santé (personnels des services de
santé délocalisés, élus, représentants de la population).
Sensibilisation de la population (pratiques d’hygiène de base, dépistage de la
malnutrition).

1

-

Co-organisation de 3 campagnes médicales avancées (CMA).

Renforcement des capacités communautaires de promotion de la santé à Dar Naim (Avril
2015 – Février 2016). Action menée en partenariat avec Caritas Mauritanie : 420 femmes
relais formées (identifiées parmi les organisations communautaires de base – OCB –
partenaires de Caritas au niveau de la commune de Dar Naim) et accompagnés dans leurs
premiers exercices d’animation de sessions de sensibilisation de la population.

Plus de 10 ans d’expérience en matière de lutte contre le VIH/SIDA dont, au cours des trois
dernières années :
-

3 campagnes de dépistage avancé (en partenariat avec World Vision d’une part, et le
FNUAP d’autre part).
183 pair(e)s éducateurs/éducatrices formé(e)s à Nouakchott et dans 5 capitales
régionales de Mauritanie.
Plus de 42.000 personnes sensibilisées sur les modes de transmission et les moyens
de prévention du VIH/SIDA (dont au moins 18.800 femmes et filles), à Nouakchott et
dans 6 capitales régionales du pays.

[Voir aussi Rapport d’activités 2013-2015 de SOS Pairs Educateurs – Document joint à la
présente requête.]
II. RÉSUMÉ DU PROJET
1. Données générales du projet
a) Zone d’intervention du projet :
Pays : République Islamique de Mauritanie (Afrique de l’Ouest).
Zone géographique: Nouakchott (capitale politique du pays), Moughataa (département) d’El
Mina.
Lieu exact: Zone de Dar El Beida, située dans la partie sud-est d’El Mina (zone urbaine
périphérique).
b)

Secteur social de la population :
 Populations vivant en majorité sous le seuil de la pauvreté (près de 50% à l’échelle
nationale, avec une concentration de la pauvreté aigue dans les zones urbaines
périphériques).
 Proportion importante de femmes chefs de ménages (34% à l’échelle nationale,
vraisemblablement plus important dans les zones urbaines périphériques), avec une
taille moyenne des ménages de 7 à 10 personnes.
 Fort taux d’analphabétisme (63,7% à l’échelle nationale : 68,7% chez les hommes et
59% chez les hommes – vraisemblablement plus important encore dans les quartiers
périphériques de Nouakchott).
 Fort taux des ‘Sans instruction’ – n’ayant jamais été à l’école (32,9% à l’échelle
nationale : 28,8% chez les hommes et 36,9% chez les femmes).
 Fort taux de moins de 10 ans (45% à l’échelle nationale) et des moins de 18 ans
(50,5% à l’échelle nationale).

c)

Durée: 12 mois.

d)

Bénéficiaires : (Indiquez seulement le nombre.).
Bénéficiaires directs: 10.400 personnes (estimation – 60% des femmes chefs de
ménages et enfants de moins de 10 ans de Dar El Beida).
Bénéficiaires indirects: 26.500 personnes (estimation – 20% de la population d’El Mina,
qui englobe Dar El Beida).

2

e)

Financement du projet (monnaie locale) :
1.- Somme demandée à Manos Unidas: MRO 13.300.353 (€ 39.941 – 80,5%).
2.- Apports Locaux: (Précisez s’il s’agit d’apports valorisés ou d’argent)
A) Partenaire Local : MRO 3.214.782 (€ 9.654.- 19,5% en valorisation et en
argent).
B) Bénéficiaires : NA.
C) Autres organismes (s’il y a lieu) : NA.
Coût total du projet: MRO 16.515.135 (€ 49.595 – 100%).

2. Brève description du projet (Maximum 10 lignes)
Dar El Beida est une des zones les plus démunies de la moughataa (département) d’El Mina,
qui est elle-même la moughataa la plus pauvre de la capitale mauritanienne, Nouakchott. Le
projet vise une amélioration durable de l’accès des ménages démunis aux services de santé
primaire, et un renforcement durable de leurs capacités à se maintenir en bonne santé. Ces
objectifs seront recherchés à travers : (1) le renforcement en équipements du poste de santé de
Dar El Beida (équipements qui serviront à recevoir en consultation sur site, mais aussi à mettre
en œuvre des journées de campagne médicale avancée – CMA - servant à rapprocher la
communauté de ses services de santé délocalisés) ; (2) l’identification et l’implication de relais
communautaires formés à la communication pour le changement de comportement (CCC)
appliquée à la santé (WASH et hygiène – santé mère-enfant – prévention du VIH/SIDA – etc.).
III. PERSONNES BÉNÉFICIAIRES
1.

Quantification

Bénéficiaires directs:
Ce sont les femmes chefs de ménages démunis et les enfants de moins de 10 ans de Dar El
Beida qui sont les bénéficiaires prioritaires du projet. Parmi leurs proches, des jeunes et des
hommes adultes devraient également bénéficier d’emblée de l’action du projet. L’objectif du
projet est de toucher 60% des deux groupes cibles prioritaires (femmes chefs de ménages et
enfants de moins de 10 ans).
Estimation du nombre de bénéficiaires directs : 4.500 femmes chefs de ménage et 5.940
enfants de moins de 10 ans. Soit un total de l’ordre de 10.400 personnes.
Bénéficiaires indirects:
Au terme de l’exécution du projet, l’ensemble de la population de Dar El Beida devrait avoir
développé une appréhension nouvelle de ses services de santé, qui sont mieux équipés pour
recevoir et traiter les patients. La probabilité que cette population soit initiée (par les relais du
projet et/ou par d’autres résidents de la zone) à de nouveaux savoirs en matière de prévention
des maladies courantes est également significativement augmentée.
Estimation de la population de Dar El Beida : 26.500 habitants.
2. Critères de Sélection et profil des bénéficiaires
La population de Dar El Beida, en général, est défavorisée. Au sein de cette population globale,
les femmes chefs de ménage et les enfants en bas âge sont particulièrement vulnérables. Ce
sont eux qui sont prioritairement ciblés par le projet, même s’il est attendu que l’action de ce
dernier ait des répercussions positives sur l’ensemble de la population de la zone.

3

Habitat précaire, dans une part des cas sur des parcelles non loties, activités de subsistance
dans le secteur informel, taux d’alphabétisation et de scolarisation plus faibles que les
moyennes nationales, importante déperdition scolaire et faible fréquentation des services de
santé primaire, sont caractéristiques de cette population.
3. Analyse de la participation des bénéficiaires
La force du projet réside dans l’habilitation de relais communautaires, garants de la durabilité et
de l’impact de l’action proposée auprès des groupes cibles.
En prenant en charge, avec l’appui et l’encadrement de SOS PE, la dissémination des savoirs
de base sur la prévention des maladies courantes, et en collaborant de manière rapprochée
avec le personnel du poste de santé de Dar El Beida (mise en œuvre conjointe de campagnes
médicales avancées – CMA -, accompagnement au poste de santé d’enfants nécessitant une
consultation identités dans le cadre du porte-à-porte), ces relais communautaires se voient
habilités à endosser ce rôle positif dans la durée.
Si les hommes ne sont à priori aucunement exclus, les relais devant être avant tout des
personnes respectées et connues par la population générale, l’on peut néanmoins s’attendre à
ce que la majorité d’entre eux soient des femmes adultes, à priori particulièrement motivées à
promouvoir l’accès durable à la santé au sein de leur collectivité.
IV. LOGIQUE DE L’INTERVENTION
A) IDENTIFICATION
1. Analyse de la réalité locale relative au domaine du Projet
La commune d’El Mina est l’une des communes les plus peuplées de Nouakchott. L’Office
national des statistiques (ONS) y dénombrait 132 674 personnes dont 70 406 hommes et
62 268 femmes en 2013. La commune est composée de plusieurs zones (‘quartiers’) : Warf,
Neteg, Mendez, Marbatt, 6e ancien, Dar El Beida, Mecca 1, Mecca 2, Samia, Socogim K, Base
marine, et Zone Industrielle. Dar El Beïda se situe dans la partie sud-est de la commune, au
milieu de la zone industrielle. La zone est séparée centre-ville par plus d’un kilomètre de
parcelles déjà attribuées, selon toute vraisemblance à de grands commerçants d’une part, et à
l’armée d’autre part.
Une grande partie de la population de Dar el Beida vit avec de faibles revenus et
s’adonne à de petites activités de survie. On y compte une part importante de femmes chefs
de ménage. La taille moyenne des ménages se situe entre 7 et 10 personnes, ce qui est un
chiffre élevé. Peu de ménages comportent moins de 5 personnes. D’autre part, parmi la
population de Dar El Beida les moins de 10 ans représentent plus 45 % de la population. Ce
contexte exige plus d’infrastructures d’éducation, de santé, et de loisir, ce qui est loin d’être fait
à Dar El Beida.
En matière d’éducation le taux de réussite aux examens de baccalauréat est très faible au
niveau national, pour l’année scolaire 2013-2014 il a atteint 9,4 % pour la série scientifique (D),
mais à El mina ce taux passe en dessous de 2 %. A Dar el Beida, le nombre d’élèves
dénombrés par l’IDEN en 2015 est de 3.441 élèves (dans les établissements publics) 1 dont
52 % filles e 48% de garçons ; le nombre d’enseignants est de 115 avec 75 classes. Ce qui
donne 1 enseignant pour 29 élèves et 46 élèves par classe. En parallèle de cette situation il
n’existe pas de structures d’accueil de ce grand nombre de fille et de garçons qui échouent tout
au long du cursus scolaire primaire et secondaire, et de ce fait grossissent le rang des
chômeurs sans qualification spécifique. De plus en plus perceptible aussi est une ‘attitude’ de
défi face au sentiment d’une absence de perspective s’offrant à cette jeunesse.
Aujourd’hui, Dar El Beida est le quartier qui enregistre le taux de criminalité et de délinquance
juvéniles le plus élevé de Nouakchott. Ce n’est pas par hasard si le centre des enfants en conflit
avec la loi est logé à proximité de Dar El Beida. Une part importante des enfants de Dar El
Beida quittera tôt l’école, ce qui les confronte aux problèmes de formation, d’éducation, de
1

Les établissements privés sont au nombre de 9 à Dar el Beida selon les sources de l’IDEN en 2015

4

santé et d’encadrement. Tous ces facteurs conjugués les rendent plus vulnérables et malléables
face à la tentation de sombrer dans la délinquance, la violence, la drogue, l’extrémisme...
D’autres organisations interviennent ou sont intervenues récemment à El Mina, particulièrement
dans le secteur de la santé où les besoins sont énormes, et restent loin d’être entièrement
couverts. Parmi elles ont peut citer World Vision, Medicos del Mundo, l’UNICEF, l’UE, etc.
L’action proposée par SOS PE, qui a une expérience de collaboration avec l’ensemble de ces
organisations, tient compte des apports des uns et des autres, et des besoins qui persistent. Le
projet vient en complémentarité de ces apports antérieurs.
2. Analyse des problèmes à résoudre
Les populations de dar El Beida vivent dans une situation sociale et économique défavorable
qui ne permet pas l’éclosion d’un niveau de bien-être satisfaisant. Parmi les caractéristiques les
plus répandues de cette situation, on peut citer les suivantes :
-

Manque d’encadrement dès le plus jeune âge – y compris l’encadrement familial, les
chefs de ménages s’investissant au jour le jour dans la quête de moyens de
subsistance.
Manque d’éducation préscolaire.
Pauvreté des ménages – particulièrement de ceux dirigés par des femmes.
Analphabétisme des femmes.
Manque de suivi des grossesses.
Poursuite de l’exode rural en direction des grands centres urbains – venant y
augmenter la taille des ménages, à travers les regroupement familiaux/tribaux qui
s’opèrent spontanément.
Taux de divorce important, avec les problèmes familiaux que cela entraîne.
Prépondérance de pratiques traditionnelles néfastes à l’égard des enfants – dont les
mutilations génitales féminines (MGF), et d’autres formes de violences à l’égard des
mineurs.

Une condition fondamentale d’augmentation du bien-être général des familles est l’accès à la
santé. Ceci passe à la fois par une offre de santé suffisamment solide et accessible, et de
bonnes pratiques ancrées dans des savoirs de base sur la santé et l’hygiène.
Le poste de santé de Dar El Beida fonctionne 24h/24, toutefois il est extrêmement mal équipé,
et de ce fait remplit mal sa mission auprès des populations. A la longue, ces dernières n’ont pas
développé le réflexe de s’y rendre systématiquement ni rapidement, en cas de maladie.
3. Analyse des solutions
L’amélioration de la capacité d’accueil et de la qualité d’accueil du poste de santé est un prérequis en matière de promotion de l’accès aux services de santé primaire à Dar El Beida.
L’implication des autorités communales et départementales dans la réception de ces
équipements devraient en assurer le bon emploi et durabilité.
La ‘culture de soins’ peu développée, en grande partie du fait des autres urgences quotidiennes
gérées par les ménages, couplé au relatif éloignement du poste de santé pour une partie de la
population de Dar El Beida, justifie une approche de développement communautaire s’appuyant
sur l’existence de relais issus de la population. Ces relais communautaires ont pour mission à la
fois d’encourager le recours au poste de santé, et de disséminer des savoirs de base en
matière de santé et d’hygiène.
L’enracinement progressif d’une culture et une pratique de collaboration rapprochée entre ces
relais et le personnel du poste de santé sera encouragée par la mise en œuvre en commun de
plusieurs campagnes médicales avancées (CMA), ou encore par l’accompagnement au poste
de santé, par ces mêmes relais, d’enfants identifiés au cours du porte-à-porte envisagé tout au
long de la période d’exécution du projet.
B) CADRE LOGIQUE

5

1. Objectif général
Objectif général: Promotion de l’accès à la santé primaire à Dar El Beida.
2. Objectifs spécifiques (OS)
OS1 – Amélioration et extension de l’accès de la population de Dar El Beida aux services de
santé primaire.
OS2 – Sensibilisation des groupes vulnérables de Dar El Beida sur les thèmes prioritaires de la
santé de base : hygiène et WASH, santé mère-enfant, prévention et traitement de la
malnutrition, prévention du VIH/SIDA.
Objectifs spécifiques

Indicateurs objectivement
vérifiables (IOV)

OS 1 - Amélioration et
extension de l’accès de la
population de Dar El Beida
aux services de santé
primaire.

Augmentation de 15% du
nombre de consultations par
le personnel du poste de
santé de Dar El Beida.

OS 2 - Sensibilisation des
groupes vulnérables de Dar
El Beida sur les thèmes
prioritaires de la santé de
base (hygiène et WASH,
santé mère-enfant,
malnutrition, VIH/SIDA).

60% des ménages
vulnérables de Dar El Beida
ont acquis des savoirs leur
permettant de se prémunir
des maladies courantes,

Sources de vérification
 Registre de consultations
du poste de santé.
(nombre de personnes
consultées –
Hommes/Femmes,
Garçons/Filles).
 Rapports de SOS PE
(dont nombre d’enfants
identifiés via le porte-àporte, et nombre
d’adultes (H/F) et
d’enfants (G/F) consultés
au cours des CMA.
 Rapports de SOS PE :
nombre de relais
communautaires formés,
nombre de causeries
éducatives et de
sensibilisations de
masse exécutées sur les
différents thèmes de
santé, nombre de
personnes touchées
(H/F, G/F).

3. Resultats (R)
Énoncé des résultats :
R1 – Le Poste de santé de Dar El Beida est mieux équipé pour assurer ses services auprès de
la population.
R2 – Des relais communautaires sont formés (formation théorique et pratique sur le terrain) en
matière de CCC appliquée aux thématiques prioritaires de santé.
R3 – La population de Dar El Beida a acquis les savoirs de base lui permettant de se prémunir
des maladies courantes.
Indicateurs et sources de vérification des résultats :
Résultats attendus
R 1 - Le Poste de santé de

Indicateurs de résultats
 Liste du matériel médical

Sources de vérification
 PV de la séance de

6

Dar El Beida est mieux
équipé pour assurer ses
services auprès de la
population.


livré au poste de santé de
Dar El beida.
Nombre de consultations
mensuelles au poste de
santé de Dar El Beida.
Nombre de CMA mises
en œuvre.
Nombre de consultations
dans le cadre des CMA
(consultations générales,
consultations
gynécologiques,
consultations
pédiatriques).
Nombre d’enfants
identifiés et référées au
poste de santé via le
porte-à-porte (G/F).
Nombre de relais
communautaires formés :
Hommes / Femmes
(H/F).

R 2 - Des relais
communautaires sont formés
(formation théorique et
pratique sur le terrain) en
matière de CCC appliquée
aux thématiques prioritaires
de santé.

R 3 - La population de Dar El
Beida a acquis les savoirs de
base lui permettant de se
prémunir des maladies
courantes

 Nombre de causeries
éducatives mises en
œuvre.
 Nombre de personnes
touchées via les
causeries (H/F,
Garçons/Filles – G/F).
 Nombre de
sensibilisations de masse
mises en œuvre.
 Nombre de personnes
touchées via les
sensibilisations de masse
(H/F, G/F).
 Nombre de dépliants
d’information distribués.

remise des équipements
en présence des autorités
communales et
départementales.
 Registre de consultations
du poste de santé de Dar
El Beida.
 Rapports mensuels et
rapport final de SOS PE.

 Rapport de la session de
formation mise en œuvre
par SOS PE.

 Rapports mensuels et
rapport final de SOS PE.

4. Activités
R1 - Le Poste de santé de Dar El Beida est mieux équipé assurer ses services auprès de la
population :
 Activité 1 de R1 : Apport en équipements de soins – la liste prévisionnelle suivante a été
établie par SOS Pairs Educateurs (SOS PE) en concertation avec le personnel du centre :
-

2 tables d’accouchement.
2 boites d’accouchement.
1 boite d’instruments généraux.
1 boite de chirurgie.
2 couveuses.
1 table de visite médicale générale.
1 table de visite gynécologique.
4 tensiomètres.
4 stéthoscopes.

7

-

1 pèse-personne (bébés).
1 pèse-personne (adultes et enfants).
1 charriot pour malades.
1 charriot pour les soins.
5 armoires (pour équipements et médicaments d’une part, pour archives administratives
d’autre part).
4 bureaux.
20 chaises (accueil des malades).

Coût de l’activité : MRO 1.500.000, entièrement pris en charge par Manos Unidos.
 Activité 2 de R1 : Campagnes médicales avancées (CMA) : Il s’agit d’une journée où le
poste de santé va à la rencontre des segments de la population de Dar El Beida les plus
éloignés. Les précédentes CMA co-organisées par SOS PE avec Medicos del Mundo ont
pu se tenir à chaque fois un dimanche, dans les locaux d’une école publique. L’on peut
escompter une moyenne de 600 consultations (en médecine général, gynécologie ou
pédiatrie) par journée de CMA. Les frais encourus dans la tenue d’une CMA englobent
l'achat de médicaments, les honoraires du personnel médical et de l'équipe d'appui
logistique, trois jours de sensibilisation de masse, la production de supports de
sensibilisation, et le repas du personnel impliqué.
Coût de l’activité : MRO 2.700.000 pour 3 CMA, entièrement pris en charge par Manos
Unidos.

R 2 - Des relais communautaires sont formés (formation théorique et pratique sur le terrain) en
matière de CCC appliquée aux thématiques prioritaires de santé :
 Activité 1 de R2 : Formation de 20 à 25 relais communautaires sur la CCC appliquée aux
thèmes de santé prioritaires. Au cours de cette session, d’une durée de trois jours, les
participant(e)s sont formé(e)s sur (1) les techniques de communication et (2) les messages
prioritaires (savoirs à acquérir, pratiques à développer) associés à chaque thématique de
santé à développer/diffuser en vue d’une meilleure prévention des maladies courantes :
hygiène et WASH (prévention des maladies hydriques en particulier) – santé de la mère et
de l’enfant (importance des consultations prénatales, vaccination des enfants, allaitement
maternel, etc.) – malnutrition (techniques de dépistage et pratiques alimentaires
préventives) – VIH/SIDA (information sur les modes de prévention et moyens de prévention
de l’infection, modalités de dépistage et de prise en charge, etc.).
Coût de la formation des relais communautaires : MRO 700.000, entièrement pris en
charge par Manos Unidos.

R 3 - La population de Dar El Beida a acquis les savoirs de base lui permettant de se prémunir
des maladies courantes :
 Activité 1 de R3 : Sensibilisation – 120 Causeries éducatives (réunissant en moyenne une
vingtaine de personnes) sur les thèmes de santé prioritaires. Ces causeries, animées par
les relais en présence d’animateurs de SOS PE, sont programmées dans des lieux de
résidence des représentants des groupes cibles (10 causeries par mois, pendant un an).
 Activité 2 de R3 : Sensibilisation – Séances de masse sur les thèmes de santé prioritaires.
Elles auront lieu en préparation des campagnes médicales avancées. Elles peuvent être
tenues soit sur des places publiques, soit en milieu scolaire.
Coût de l’ensemble des activités de sensibilisation (activités 1 et 2 de R3) : MRO
2.159.838, dont MRO 476.856 pris en charge par SOS PE, le reste par Manos Unidas 2.
2

Une part de sensibilisation de masse est également comprise dans la formule de CMA que propose de
mettre en œuvre SOS PE dans ce cadre de ce projet. Avant une CMA, une équipe mobile de SOS PE
parcours dans un véhicule sonorisé la zone d’intervention, pendant trois jours, pour informer la

8

 Activité 3 de R3 : Porte-à-porte. Tout au long de l’année, une moyenne de 4 relais par
mois, sur les 20 à 25 formés dans le cadre du projet, se déplaceront de ménage en ménage
dans le quartier, présentant les objectifs de l’action et suscitant des discussions informelles
autour des thématiques de santé de base – cela accompagnés d’animateurs de SOS PE.
Ces relais recevront, pour chaque mois de travail dans le cadre du projet, une somme
forfaitaire de MRO 40.000, à titre de compensation pour le temps passé au service du
projet et de leur communauté.
Coût de la motivation des relais chargés du porte-à-porte : MRO 1.920.000, dont MRO
333.000 pris en charge par SOS PE, le reste par Manos Unidos.
 Activité 4 de R3 : Distribution de dépliants d’information sur la prévention des maladies
courantes (règles d’hygiène et WASH, santé de la mère et de l’enfant, dépistage et
prévention de la malnutrition, modes de transmission et moyens de prévention du
VIH/SIDA). Ces dépliants peuvent être distribués pendant toutes les formes de
sensibilisation qui seront mise en œuvre dans le cadre du projet : causeries éducatives
dans les quartiers, sessions de masse publiques, ou en milieu scolaire. Un total de 15.000
dépliants sera produit sur les ressources du projet (en arabe et français).
Coût de la production de dépliants : MRO 270.000, dont 33.000 pris en charge par SOS
PE, le reste par Manos Unidos.
V. CHRONOGRAMME
Année 1 par Mois
Énoncé des activités

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

Activité 1 de R1 – Equipement du
poste de santé.
Activité 2 de R1 – Campagnes
médicales avancées (CMA).
Activité 1 de R2 – Formation des relais
communautaires.
Activité 1 de R3 – Causeries
éducatives.
Activité 2 de R3 – Sensib. de masse
(dont écoles et collège de Dar El Beida)
Activité 3 de R31 – Porte-à-porte.

VI. BUDGET
(Voir fichier Excel portant Budget prévisionnel de l’action, joint à la présente requête de
financement.)
VII. VIABILITÉ ET DURABILITÉ DU PROJET
a) Viabilité socioculturelle
Les relais communautaires sont issus du groupe cible, dont ils connaissent les contraintes et
partagent les aspirations. Ils sont par conséquent les mieux à mêmes de contribuer à induire les
changements de comportements souhaités pour promouvoir durablement un meilleur statut
sanitaire de la population de Dar El Beida.
Par la conjonction du renforcement du plateau technique du poste de santé, et de la
dissémination de savoirs de base sur la prévention des maladies les plus courantes, la
population de l’objet, du lieu et des horaires de consultation avancée proposés. Ce faisant, un lot de
brochures d’information est dsitribué.

9

population visée verra son niveau de santé amélioré. Un ciblage prioritaire des femmes chefs
de ménages, particulièrement vulnérables, et de leurs enfants en bas âge, dans les activités de
porte-à-porte et de causeries éducatives, leur permettra de bénéficier au maximum des apports
du projet.
b) Viabilité économique et financière
SOS Pairs Educateurs est implanté à El Mina, qui recouvre la zone de Dar El Beida. A travers
l’ensemble de ses autres projets en partenariat exécutés dans la zone d’intervention du présent
projet, l’association vise l’amélioration du bien-être de la population et le renforcement de ses
capacités à s’auto-prendre en charge.
Le présent projet s’articule donc au programme global de l’association, qui intégrera ses leçons
à ses planifications ultérieures, et s’attellera en permanence à en renforcer/conforter les effets
positifs acquis.
c) Viabilité technique
Pas d’assistance technique requise dans le cadre du présent projet.
Le renforcement du poste de santé de Dar El Beida rentre dans le cadre de l’objectif national
d’offre de services de santé de proximité.
Les autorités locales seront pleinement informées et invitées à suivre l’action du projet tout au
long de sa durée.
d) Transfert du Projet
Les équipements médicaux acquis dans le cadre du projet, et qui serviront lors des campagnes
médicales avancées prévues, reviendra au poste de santé de Dar El Beida.
VIII. SUIVI ET ÉVALUATION DU PROJET
Le coordinateur du projet et son assistant en assurent le suivi, sur une base mensuel. Ils
informent les indicateurs définis dans le cadre logique du projet, et élaborent les rapports
mensuels et le rapport final.
Une évaluation externe indépendante sera effectuée au terme des 12 mois de mise en œuvre
du projet.
IX. VISIBILITÉ DU PROJET
Le logo de Manos Unidas figurera aux côtés de celui de SOS PE sur les dépliants d’information
produits et distribués dans le cadre du projet.
Les partenaires impliqués dans la zone de Dar El Beida, ou l’ayant été au cours des trois
dernières années seront invités à la cérémonie de remise officielle des équipements médicaux
au poste de santé de Dar El Beida.
Les informations sur l’appui de Manos Unidos à la population de Dar El Beida dans le cadre de
ce projet seront fournies aux organes de presse privée à Nouakchott.
X. DOCUMENTATION DU PROJET
Documents joints à la présente requête de financement :

Budget prévisionnel du projet.
Récépissé de reconnaissance de SOS Pairs Educateurs.

10


Rapport d’activités 2013-2015 de SOS PE (l’organigramme de l’association y figure en
annexe du rapport)..
Diagnostic de Dar El Beida (World Vision, 2015 – avec la participation de SOS PE).

11