LUNDl l4 SEPTEMBRE 20 15

CINQUANTE-SEPTIEME ANNEE- N° 74

JOURNAL OFFICIEL
DE LA

REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE
paraissant les lundi et jeudi de chaque semaine
6 MOIS

ABONNEMENT
Cô te d'I voire et pay s de la
CAPTE AO : voie ord inaire :

voie aérienne" :
co mmuns: voie ordinaire
vo ie aérienne
Etranger: France et pays extérie urs
communs : voie ordinaire

voie aérienne

22.000

UNAN

ABONN EMENT ET lNSERnO NS

42,000
39.000

Adresser les demandes cl'abonnement au chef du
Service des Journ au x officiels de la Républiqu e
de Côte d'Ivoire, B.P. V 70 Abidjan,
BCEAO A 00050002.

28.000
25.000

35.000

30.000

50.000

25.000

35.000

30.000
.25.000

50.000
35.000

Autres pays : voie ordin aire
..40.000
voie aérienne
Prix du numéro de l' année courante

Les abo nnés désireux de recevoir un reçu so nt priés
d'ajouter à leur envoi le montant de l' affranchi ssement.

50.000

.

Au-delà du cinquième exemplaire

ANNONCES ET AVIS

\.000
800

Prix du numéro d' une année antérieure
1.500
Prix' du numéro légal isé.........••........... .........•..............2.000

Les insertions ail J.O.R. C.!. devront parv enir ail Service
des Jo urnaux officiels au pl us tard le j eudi précédant

Pour les envoi!' par post e, affra nchissement en plus .

la date de parution du « J.O.)')

SOM MAIRE

La ligne déco mposée en corps 8 de
62 lettres en signe: Interli gne et
blancs compris............................
Pour chaque anno nce répétée. la ligne

fi n' est j amais oo'?Pté moins 'de
JO lignes ou perçu moin s de... ....
pour les an nonces.

25f10 rrae cs
l S OO frenes

25.000 (ranes

POUT les exemp laires à certifier et à légaliser, il sera perçu
en plu s du prix du num éro les frais de timbre e t de
légal isa tion en vigueur.

Il régit éga lement l'exécution oc casionnelle, sur le territoire de
la République de Côte d'Ivoire, d'un contrat de travail conclu po ur

PARTIE OFFICIELLE

être exécuté dans un aut re Eta t.
Toutefois, cette de rni ère disposition n'est pas applicable aux

2015 ACTES PRESIDENTŒLS

travailleurs déplacés pour une mi ssion temporaire n'excédant pas

PRESID ENCE DE LA REPUBLIQUE

trois mo is.
20 juil...

Loi n'' 2015·532 portant Code du travail.

1197

PARTIE NON OFFICIELLE
Avis et annonces.

Il s'applique en certaines de ses disp ositions aux apprentis et à
toute autre personne liée à l'entreprise en vu e d'acquérir une qua -

1233

lification ou un e expérience pro fessionnelle.
Art. 2.- Au sens du présent Code, est cons idérée comme tra-

PARTIE OFFICIELLE

vailleur ou salarié , quels que soient son sexe, sa race et sa natio nalité , toute p ersonne physique qui s'est engagée à mettre son

2015 ACTES PRESIDENTIELS

activité professionnelle. moyennant rémunération, sous la direc-

PRE SIDENCE DE LA REPUBLIQUE

tion et l'autorité d'une autre personne physique ou morale,
publique ou privée, appelée employeur.

LOI na 20/5-532 du 20 juil/et 2015 p ortan t Code du travail.

Pour la d éterm ination de la qua lité de travailleur, il n'est tenu

L'ASSEMBLEE NATIONALE a adopté,

compte ni du statut juridique de l'emplo yeur, ni de celui de l'em-

LE PRES IDENT DE LA REPUBLIQUE promulgue la loi dont la teneur suit.

ployé.

Disposi tions préliminaires
Article 1. - Le présent Code du travail est app licab le sur tout
le territoi re de la Ré publique d e Cô te d'Ivoire.

Toutefois, les dispositions du prése nt Cod e ne sont pas applicab les aux personnes nom mées dan s un emploi permanent d'une
administr ation publique. De même, les travailleurs emp loyés au

Il régit les rela tions entre employeurs et travailleurs résultant

serv ice de l'Et at ou des pers onnes mo rales de droit pub lic et qui
relèvent d'un sta tut particulier échappent, dans la limite de ce sta-

de contrats de travail conclus pour être exécutés sur le territoire

tut et de celle des pri ncipes généraux du droit administratif, à

de la Républ ique de Côte d'Ivoire.

l'appli cation du présent Code.

Il.>

1198

14 septembre 2015

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE DE COTE D'I VOIRE

Art.3.-'-Le travail forcé ouobligatoireest interdit de façon
absolue : On ente nd par travail forcé ou ob ligatoire, tout trava il

chées surles lieu x de trava il ainsi que dans,k s locaux ou à la

ou service exigé d'un individu sous la menace d'une peine quel-

po rte des locaux où se fait l'emb auc he.

co~que pour leq uel led it individu ne s'est pas offert de son p lein
gré.
Art . 4 .- Sou s réserve des dispo sitions expresse s du prés ent
Code ou de tout autre texte de nature lé gislative ou réglemen taire
protégeant les femmes et les enfants, ai nsi que des dispositions
relatives à la condition des étrangers, aucun employeur ne peut
prendre en considération le sexe, l'âge, l'ascendan ce nationale, la

race, la religion, l'opinionpolitiqueet religieuse, l'origine sociale,
l'appartenance ou la non-appartenance à un syndicat et l'activité
syndicale, la séropositivité au VIHou le Sida avérés ou présumés,
le handicap des travailleurspour arrêter ses décisions en ce qui
concerne, notamment, l'embauchage, la conduite et la répartition
dutravail, la form ation professionnelle, l'avancement, promotian, la r émun ération, l'octroi d'avantages sociaux, la discipline

la

ou la rupture du con trat de travail.

Art. 5.- Aucun salarié, aucune personne en formatio n ou en
stage ne peut être sanctionné ni licencié pouravoirrefusé de subir
les agissements de harc èlement moral ou sexuel d'un employeur,
de son représentantou de toute personne qui, abusant de l'autorité
que lui confèrent ses fonctions, a donn é des ordres , proféré des

menaces, imposé des contraintes ou exercé des pressions de
toutes natures sur ce salarié.
Aucun salarié, aucune personne en form ation ou en stage ne
peut être sanctionné ni .1 icenci.~ pour avoir t émoigné des agissements définis à l'alinéa précédent ou pour les avoir relaté s.
Nu l ne peut prendre en cons idération le fait que la personn e
intéressée a refusé de subir les agisse me nts de harc èlement ou

qu'une personne témoin les a relatés, pour décider. notamment
en matière d'embauche, de rémunération, de formation. d'affectation, de qualîfication, de classification, de promotion professionnelle, de mutation, de résiliation, de renouvellement de
contrat de travail ou de sanctions disciplinaires.
Constituent un harcélement sexue l les co mportements abusifs,

les menaces, les attaques, les paroles, les intimidations, les écrits.
les attitudes, les agissements répétés à l'encontre d'u ri salarié,
ayant une connotation sexuelle, dont le but est d'obtenir des
faveurs de nature sexuelle à son profit ou au profit d'un tiers;
Cons tituent un harcélem ent moral !es comportements abu sifs,
les menaces, les attaques, les paroles, les intimidations, les écrits,

les attitudes, les agissements répétés à l'encontre d'~n salarié,
ayant pour objet ou pour effet la dégradation de ses condit ions
de travail et qui com me tels sont susceptibles de porter'atte inte à
ses droits et à sa dignité, d'a ltérer sa santé physique ou mentale

ou de compromettre son avenir professionnel.
Le harcèlement se prouve par tous moyens.
Art. 6.'- Tout licenciement motivé par l'action en justi ce pour
faire respecter les pr incipes et droi ts fondamentaux au travail est
nul el de nul effet, La réiutégration du sa larié licencié au mépris
de cette interdiction est de droit.
En cas de refus de réintégration, l'em ployeur est ten u au paiement de do mmages et intérêts da ns les conditions de l'articl e
18. 15 ci-après.

Art . 7.-

Le sdispo sitions pr évues aux arti cles 4 et 5 sont affi-

Il en est de même pour lestexiés pris pour l'appli~àtion desdits
art icles .

Art. 8.- Sous réserve de dérogation expresse, les dispositions
du présent Code sont d'ordre public, En con séquence, tout e règ le

résultant d'une décision unilatérale, d'un contrat ou d'une convention et qui ne respecte pas les di spositions du dit Co de ou des
textes pris pour son application est nulle de plein droit.
Toutefoi s, le caractére d'ordre public ne fait pas obstacle à ce

que des garanties..ou droits supérieurs à ceux prévus p~r le préset?-t
Code soient acc ordés aux tra vailleurs par décision unilatérale
d'un empl oyeur ou d'u n groupement patronal p ar un contrat de

travail, une convention collective ou un usage.
An. 9.-

Les travailleurs qui bénéficien t d'avantages con sentis

préalablement à l'entrée en vigueur du pré sent Code au titre d'une
déc ision unilatérale de l'em ployeu r, d'un contra t de tra vail, d'une

convention collective ou dun accord d'établissement continuent
à en bénéficier pendant leurdurée respective, lorsque ces avantages sont supérieurs à ceux qui leursont reconnus parle présent
Code.

Art. 10,-

Un ex emplaire du présent Code doit étre remis par

l'empl oyeur aux représentants :
-

des délégués du personnel ; ,

-

de chaque centra le syn dica le ;

-

du com ité de santé et de sécuri t é au travail.
TITRE!

EMPLOI
CHAPITRE PREMIER

Dispositions générales

Art. 11.1.- Les employeurs peuvent embaucher directement
leurs travailleurs. Ils peuvent aussi recourir aux serv ices de
l'organisme public de p laceme nt et aux bureau x ou offi ces privés
de placement.
Toute vacan ce de poste 'de travail doit faire l'objet de déclaration auprès de l'organisme public de placement, de pub lications
dans un quotidien nat ional à gran d tira ge et éventuellement dan s

tout autre moyen de communication.
Si au terme d'une période d'un mois à co mpter de la prem ière
publication, aucun national n'a satisfait au profil requis, l'em ploy eur est autorisé à recrute r tout autre cand idat.
Les en treprises so nt tenues de déclarer leurs embauche s et
licenciemen ts à l'organisme publ ic de placeinent.
Art . ll .2. - L'ouverture de bureaux ou d'offices pri vés de placement aya nt pour objet exclusi f ou princip al d'agir comme
interm édiaires entre emp loyeurs et travailleurs est autoriséedans
des con ditions déterm inées par décret.

14 septembre 2015

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE DE COTE D' IVOIRE

Art .11.3. - Les entrepri ses peuvent faire appel à du personnel
extérieur dans le cadre du trava il tem poraire et du prêt de main -

Art.ll.l O.~ D es décrets d'application déterminent, en tant que
de besoin , les modali tés d'application du présent chapit re.

d'œuvre. Elles peuvent recourir aux services d'un tâcheron.
Art .ll A.- Est entrepreneur de trav ail temp orai re toute personne physique ou morale dont l'a ctiv ité exclusive est de mettre
à la disp osition provisoi re d'utili sateurs, personnes ph ysiques ou
morales, des salariésqu'elle e~bauche et,rémunère à cet effet en

fonction d'une qualificationconvenue. '
Il ne peut être fait appel à des travailleurs tempora ires pour
remplacer des travailleurs grévistes.

.

Des décre ts déterminent les condition s d'exerci ce de la profes-

sion d'entrepreneur de travail temporaire .et les travaux particulièr eme nt dangereux p our lesquels le re cours au travail

temporaire est interdit.

11 99

CHAPITRE 2

Travail des p ersonnes en situatio n
de handicap
Art. 12.1.-

Est cons idérée comme personne en situation de

hand icap toute p erso nne physique dont l'intégrité physique ou
mentale est passagèrement ou défini tivement 'diminuée soit

congénitalement, soit sous l'effet d'une maladie ou d'unaccident,
en sorte que son autonomie, son aptitude à fréquenter récole ou
à occuper un emploi, s'en trouvent compromises.
Il s'ag it d'un e personne présentant l'un ou les deu x handicap s

suivants :
-

handi cap physique ;

autorisé.

-

hand icap intellectuel.

Le prêt de main-d'œuvre à but lucratif ne peut être réal isé que
dan s le cadre du travail temporaire. .

Art. 12.2.- L'employeur doit réserv er un quota d'e mplois aux

Art.1 1.5.-

Le prêt de main-d'œuvre à but non lucratif est

Tout prêt de main-d'œu vre à but lucratif qui n'est pas réa lisé
dans le cadre du travail temporai re est nul. Le tra vaill eur peut

faire valoirl'existence d'un contrat de travail le liant à l'utilisateur,

personnes en situation de handicap poss édant la quali fication professionnelle requ ise.
Art .12.3.- Un décret détermine les modalités d'application du
présent ch ap itre .

sans que cen e faculté empo rte ren onc iation aux droits que le travailleur peut avoir à l'encontre du prêteur de main-d'œuvre.

CHAPITRE J

. Apprentissage et forma tion professionnelle

Art .11.6. - Le tâchero n es t un sous-entrepreneur qu i, sans être

SECTION t

propriétaire d'un fonds commercial, artisanal ou agricole, et
engageant lui-même la main-d'œuvre nécessaire, passe avec un
entrepreneur un contrat écrit ou verbal pour l'exécution d'un
travail ou la fourniture de certains services moyennant un prix

chef d'établissement industriel. commercial ou agricole, un arti-

forfaitaire.

san ou un façonnier s'oblige à donner ou à faire donner une for-

Apprentissage
Art .13.1.-

Le contra t d'apprentissage est ce lui par leq uel un

Les salariés recrutés par le tâcheron pour l'exécution du contrat

mati on professionnelle méthodique et comp lète à une autre

de tâcheronnat doivent travaill er sous la directi on et le contrô le
effec tifs de celui-ci.

personneet parlequelcelle-ci s'engage, en retour, à se conformer
aux instructions qu'elle reçoit et à exécuter les ouvrages qui lui
sont confiés en vue de sa formatio n.

Art. 11.7.- Quan d les travaux son t exécutés dans les ateliers,

magasins ou chantiers de l'en trepreneu r, ce dernier est. en cas
d'insolvabilité du tâcheron, substitué à celui-cien ce qui concerne

Le contrat doit être constaté par écrit et rédigé en langue française.

le paiemen t des salaires dus aux trava illeurs .

Le contrat est exempt de tous droits de timbre et d'enregistrement.

Dans ce cas. les travailleurs lésés ont une action directe contre
l'entrepreneur.

Art.13 .2 .- Le co ntrat d'app ren tissage es t étab li en tenant
comp te des usages et coutumes de la profes sion.

Art.11.8. - S'il surv ient un ch angement d'employeur, personne

Un décret détermi ne les conditions d'e xerc ice des fonctions de
maître d'apprentissage.

physique ou personne morale, par suite notamment de succession, vente, fusion, transformation du fonds, mise en société. tous
les contrats de travail en cours aujour de la modificationsubsistent entre le nouvel employeur et le personnel de l'en treprise .

L'interruption temporaire de l'activité de l'entreprise ne fait pas,
par elle-mê me, obstac le à l'applicati on de s dispositions pré cédentes .
Art . 11.9. - Le nou vel employeur garde néanmoins le droit de
proc éder à des ruptures de contrat de travail dans les conditions
prévues au présent Code.

Les salariés dont les contrats ne. sont pas rompus ne peuvent
prétendre à aucune indemnité du fa it du changement d'em ployeur.

Art .13.3.- Nu l ne peut recevo ir des appren tis min eurs s'il n'est
âgé de vingt-et-un ans au moins.
Art .13A.- Aucun maître d'apprentissage, s'il ne vit en famille

ou en communauté, ne peut loger en son domicile personnel ou
dans son atelier des apprentis mineurs.
Art. 13.5 .- Ne peu ve nt recevoir des apprentis mine urs les
ind ividus qui ont été co ndamnés soit pour cri me, soit po ur dé lit

contre les mœurs.
Art .13.6.- Le m aître d'app rent issage do it prévenir sans retard
les parents de l'apprent i ou leurs représentants en cas de maladie,
d'absence ou de tout autre fait de nature à motiver leur interven-

tion.

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBUQUE DE COTE D'I VOIRE

1200

Il ne doi t employer l'apprent i dans la m esure de ses aptitndes

SECTION)

et de s'es f orces, qu'aux travaux et services qui se rattachent à
l'exercice de sa profession.
Art.13.7.- Le maître d'apprentissage doit trait er l'app renti en
bon père de famille.

Si l'apprenti ne sait pas lire, écrire ou compter, le maître est
tenu de lui accorder le temps et la liberté n écessaires pour son
instruction. Ce temps est donn é à l'apprenti selon un accord réalisé entre les part ies, mai s il ne peut excéder une durée calculée .
sur la base de deux heures de travail par jour.
Art . .8. - Le ma îtr e d'apprentissage doit enseigne r à l'apprenti, progressivement et co mplètement, l'art, le métier ou la
profession spéciale qui fait l'obj et du co ntrat
!llui délivre , à la fin de l'apprentissage, une attes tation co nsta-

tant l'exécution du contrat.
Art.13.9.-:- L'apprenti doit à son ma ître, dan s le cadre de l'apprentissage, obéissance et respect. Il doit l'aider par son travail
dan s la mesure de ses aptitndes et de ses forees.
L'apprenti dont le temps d'apprentissag e est terminé, passe un
examen devant un organisme agréé par l'Etat. Un certificat d'ap-

titude professionnel est délivré à l'apprenti qui a subi l'examen
avec succès .

14 septembre 20 15

Contra t srage de qualification ou
. d'expé rience p rof essionnelle

Art . 13.14 .--'- Le contrat stag e de qualifi cation ou d'expérience
professionnelle est la convention par laq uelle l'entreprise
s'engage, pour la durée prévue, à donner au stagiaire une form ation pratique lui perm ettant d'acquéri r noe qualifi cat ion ou noe
ex périence profess ionnelle.
Tout e:e ntreprise a l'obl igation de recevoir en stage de qual ifi-

cation ou d'expérience professionnelle, des demandeurs d'emplois en vue d'acquérir une qualification ou une première
expérience professionnelle.
Le stage de qualific atio n ou d'exp érien ce pro fessionnelle ne

peut excéder une durée de douze mois, renouvellements compris.
Art.13.15.- Le contrat stage de qua lifica tion ou d'expé rien ce
professionnelle do it étre constaté par écrit. A défaut, il est réputé
être un cont rat d e travail à duré e ind éterminée.
Art .13. 16. - Le bén éficiaire du stage de qu alification ou

d'expérience professionnelle est so umis au règlement intérieur
de l'entreprise.
Art.1 3.17.-

Le bénéficiaire du stage de qualification ou

d'expérienct; professionnelle n'est pas. un salarié. Toutefois,
l'entreprise est tenue de lui verser une indemnité forfaitaire.
Art. 13.18. - Tout bénéfici aire d'no contrat stage de qualifica -

Art.13. IO. - L'embauche com me ouvrier ou em ployé de tonte

tion ou d'expérience professionnelle reconnu apte à tenir un

personne liée par un contrat d'apprentissage est passible d'une

emploi en rapport avec sa qualification est, pendant une période

indemnité au profit du maître d'apprentissage ou du chef d'éta-

de six mois, prioritaireen cas d'embauche audit emploi.
Art. 13.19. - Au term e du stage, il est délivré au stag iaire une

blisse ment abandonné.
Tout nouveau contrat d'apprentissage conclu sans que les ob ligations du précédent contrat aie nt été remplies complètement ou
sans qu'il ait été résolu légal em ent est nul de plei n droit.

attestation ind iquant la qualifi cation, l'obj et du stage et sa durée,
Les modalités pratiques de mise en œuvre du

Art.1 3 .20 .-

contrat stage de qualification ou d'expérience professionnelle

sont d éterminées parvoie réglementaire.

SECTION 2
SECTION 4

Contrat stage-école
Art. 13. 11.-

Le co ntra t stage-école est la co nventio n par

laquelle un élève ou un étudiant s'engage, en VUe de la validation
de son dipl ôm e ou de sa form ation professionnelle, à recev oir au

sein d'une entreprise une formation pratique.
Cette co nvention do it être constatée par écrit. A défaut, e lle est

réputée être un contrat de travail à durée indéterminée.
Toute entreprise a l'obligation de re cevoir en stage des éléves
ou étndiants en vue de la validation de leur dipl ôme.
Art . .12.-

Chantier-école

Art.1 3.21.- Est appelé chanti er-école tout e action co llective
qui, à partir d'une situation de mise autravail surune production
grandeur natnre, a pour objectifla professi onn alisati on et la qua-

lification dans un métier d'une personne ou d'un groupe de
personnes.
Art . 13.22. - Les modalités d'organisati on et de fonctionnement du chantier-école ainsi que le statnt des personnes liées à
l'entreprise exécutant le chantier son t déterminés par voie régle-

mentaire.

Le contra t stage-école n'est pas rém unéré .

SECTION 5

Toutefois, l'entreprise peut allouer au stagiaire une indemnité
dont elle détermine librement le montant,
Le contrat stage-école prend fin au terme de la période conven-

tionnelle sans indemnité ni préavis.
Art. 13.13 .-

Les modalités du contrat stage-école sont déter-

minées par voie réglementaire.

Format ion professionnelle co ntinue

Art.13 ,23.-

Le travailleur est en droit de bénéficier de la for-

mation professionnelle continue et du perfectionnement profes-

sionnel que nécessite l'exercice de son emploi, dans un but de
promotion sociale et d'adaptation à l'évolution économique et
techno logi que.

' .,

13. va illeur au congé payé . il n'est pas récu pérab le et est co nsidéré damment de sa participation au. Art. le travai lleur bénéfici e des avantages rattach és à l'emploi pour lequel le stage a été effectu é. la rupture du con trat de travail qui en résulte est un licenciement légitime.13. stage de formation pro fessionnelle. La durée de ce co ngé. Si le travailleur quitte un établissement où il a déjà effectué un Sauf accor d de l'employeur. aucun trav ailleur ne peut solliciter s on droit à congé de formati on plus dc deux fois. moye nnant rémunération. SECTION 6 Congé def ormation Art. Le travailleur adresse sa dem ande écrite de con gé de formation à l'employeur. accompagnée de pièces j ustificatives. L'intéressé sera confirmé dans son nouvel emploi dès qu'il aura à une formation syndicale. qui ne peu t excéder troi s semaines dans accompli la période d'essa i. I3 .25. l'échec du travailleur à cet ex amen ne peut être la cause d'un licen ciement. sous rés erve des di spositions du présent Code.l4.- L'empl oyeur est en dro it d'exig er du per sonnel en fonct ion qu'il suive les cours de formation et de perfectionn emen t professionnels que nécessitent l'exercice de son emploi et l'adaptation à l'évolution économique et technologiq ue. l'empl oyeur peut différer la satisfaction de certaines demandes. 13. . sauf dan s le cas où l'employeur estime que cett e absence peut avoir des conséquences préjudiciables à la production et à la bonne m arche de l'ent repri se. sans pouvoir excéder un an s'il s'ag it d'une formation continue à temp s pl ein ou 1200 heures s'il s'agit de formations con stituant un cycle péd ago giqu e co mportant des enseignements discontinus ou à temps partiel. Les parties contractantes s'emploieront à. Si le stage est con cluant. 13. Art. Art.Le congé de formati on correspond à la durée de la forma tion. Art.- Le contrat dc trav ail est un accord de volontés par lequel unc personne physiqu e s'engag e à mettre son activité professionnelle sous la direction et l'au torité d'une autre personne physique ou d'une personne morale.26.Le bénéfice du co ngé de formation de mand é est de droi t. le tra vaill eur est réintégré dans son emploi précéd ent et bénéficie de tous les avantages qui s'y ratta chent. Art ..29. .3 1.32 .2.1. lors que plusieurs tra va illeurs remplissan t les cond itions prévu es à l'article précédent demandent un congé de formation.Pour bén éficier du con gé de form ation . Lorsqu'il est écri t.. Art . stages compris dans le plan de co mme temps de service pour la détermi nation des dro its du tra- formation de l'entreprise dans laquelle il exerce son activi té. Art. qu 'e lle soit ass urée par un organis me spécialisé ou par 1'employeur. le tra vailleur doi t justifier d'une anc ienn eté d'au moins trente-six mois dans l'entreprise ou d'un retour de congé de formation depuis au m oins trente-six moi s.Le cong é de formation est une période de suspension du con trat de trav ail qu i a pour objet de per mettre à tout l'année.13. le travailleur perçoit son salaire intégra l et les indemnités qui s'y ratta chent. Les disposition" de l'alinéa pr écédent du pré sent article ne font pas obstacle à la conclusion d'accords stipu lant des durées plus longues pour les congés de forma tio n. est à la charge de ce derni er.- Le congé de form ation syndicale est une période au co urs de laquelle les représentants des travailleurs parti cipen t fonctions. Congé de f ormation syndicale relevant du même sect eur d'activit é.D ans une même entrep rise . Il ne vient pas en déduction de la durée normale du cong é payé. au moins deux m ois avant le début de la form ation. ce qu e ces abse nces n'ap portent pas de gêne à la marche normale du travail. en vue d'a ssumer les même s 1201 AI1. En cas de différen d. Les différend s relati fs à la promo tion professionn elle sont soumis à la commissio n de classement. il ne peu t être as treint à un SECTION 7 nou veau stage lorsqu'il est en gagé dan s un autre établissem ent. Si le cours de formation ou de perfect ionnement comporte un examen. l'in spec teur du travail et des lois soc iales du ressort peut être saisi par l'une des parti cs. CHAPITRE 4 Le congé prévu au premi er alinéa du présent art icle peu t être Conclusion du contrat de travail ég alement accordé à un salarié pour préparer et pou r passer un exame n pour l'obt ention d'un titre ou d'un dipl ôm e. Pendant les périodes de form ation et de perfe ctionn em en t professionnels. de suivre à son Le temp s non travaillé est rémunéré par l'employeur comme initiati ve.. Art .14.28. est fixée d'accord parties entre les syndicats des travail leur s et l'employ eur .30.. 13. indépen- temps de travail effectif.Le contrat de travail est passé librement et. au cours de sa vi e profession nelle . Le coût de cette formation.JOURNA L OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE DE COTE D 'IVOIRE 14 septembre 2015 Les conditions de la for mation professionnelle continue sont déterminée s par voie réglementaire.- L'e mp loyeur peut soumettre le trav ailleur à un stage de form ation professionn elle. Art. des acti ons de formation. constaté dan s les formes qu'il convient aux parties contractantes d'adopter. par période de di x ans continue dans l'entrep rise.24 . .- La formation est prise en charge par le trava illeur.27. En cas de désaccord devan t l'inspecteur du trav ail et des lois sociales du ressort. tra vailleur. le contrat de travail est exempt de tous droits de timbre et d'enregistrement. et à titre ind ividuel. sauf pour le travailleur à rapporter la preuve d'une int ention de nuire suscept ible d'ouvrir droit à réparation .13 .13.

15.6.8. Art..Les contrats à terme précis ne peuvent être conclus pour une durée. Art . 15.Les conditions dans lesquelles un emp loyeur peu t subordo nner la conclusion dun co ntra t de tra vail ou son maintien à la constitution d'une garantie finan cière sont déterminées par décret. .15 .Sont assimilés aux con trats à duré e d étermin ée à terme imprécis les con trats des travailleurs journaliers engagés à l'h eure ou à la journée pour une oc cup ation de courte durée et payés à la fin de la journée. 2. Le taux applicable pou r la d étermination de l'inde mnité de fin d e contrat est de 3% .Le co ntrat à durée déterm inée à terme imp récis.Le contrat de travail conclu pour une durée dé terminée doi t comporter un terme précis fixé dès sa co ncl usion. Art.~ Lorsqu'un tra vailleur ayant rompu abus ive m ent son contrat de travail engage à nou veau ses services . Art.remplacement d'un tra vailleur en cas d'absen ce. quand il a continué à occuper un trava illeur après av oir app ris que ce travailleur était en core lié à un emp loyeur par un contrat de travail.. la fin de la saison.. Le terme est alors constitué par le retour du salarié remplacé ou la rupture de son contrat de travai l.lorsqu'un e rupture anticipée du contrat est le fait du salarié ou lorsqu'elle est consécut ive à une faute lourde du travailleur.. tier ou du proj et ou la fin du surcroît occasionnel de travail ou de CHAPITRE S Contrat à durée déterminée Art. Art . . de la semaine ou de la quin zaine. de suspension de son contrat de travail ou d'at tente de l'entrée en service d'un travaill eur recruté par contrat à durée ind éterm in ée .7 du pré sent Cod e.4. quand il est démontré qu'il est intervenu dans le débauchage .emplois dans certa ins secteurs d'a ctivit é dé finis par décret ou par voie con ventionnelle et pour lesquels il est d'usa ge constant de ne pas recourir au contrat à durée ind étermin ée . ne pe ut avoir pou r objet ni pour effet de pourvoir durabl ement un emp loi lié à "ac tiv ité norm ale et p ermanente de l'entreprise.15 . par l'arrivée du terme. Tout efois.3. la responsabilité du nouvel empl oyeur cesse d'exister si.6. Lorsq ue les parties au contrat de travai l décident de soum ettre leurs relations à une période d'essai ou de la renouveler. quel qu e soit son motif. 14.. peut comporter une période d'essai dont la durée totale ma xima le est fixée par décret. - durée d'un chanti er ou d'un proj et. le nouvel emp loye ur es t solidairement responsab le du dommage causé à l'employeur précédent dans les troi s cas suivants : 1. Il s'applique sur la somme des salaires bruts p erçus par le travaill eur pendan t la du rée de son contrat de travail. soit. le contrat doit être passé par écrit ou constaté par une lettre d'embauch e mentionnant la durée de la péri ode d'essai. le travailleur a droit à un e inde mnité de fin de contr at comme complément de salaire.Le co ntrat de tra vail. 1. 15. sauf si la durée de ces contrats. 7. 14. 15. 14 septembre 2015 Toutefoi s. Art. Au moment de l'engagement.l5. L'effectif des travailleurs sous contrat à durée déterminée occupant un empl oi permanent ne do it pas dépasser le tiers de l'effectif total de l'entreprise .2. 14.15. qu 'il soit à durée d éterm in ée ou à durée indéterminée.A l'exception des contrats visés à l'article 15. Les contrats à terme précis peuvent être renouvelés sans limitation.supérieure à deux ans. comporteront obligatoirement une pério de d'essai et ne pas en subordonner la validité à la conclusion d'un contrat écrit. soit s'il s'agi t de contrat à durée déterm inée. ces reno uve llements ne peuvent avoir po ur effet d'entraîn er un dépassemen t de la durée ma ximale de deu x ans.3. 14. . le contrat de travail abus ivement rompu par le travailleur arrive à expi ration . non susceptibles de renouve llement. Art . - empl ois à ca ractère saisonnier . .1202 Art. n'excède pas trois mo is. Il ne peut être concl u que pour l'exécution d'une tâche préci se et tempora ire et seuleme nt dans les cas ci-après : . . l'activité inhabitu elle de l'entrep ris e.5. . Art. l'employeur ne peut pourvoir les po stes concernés au moyen de contrat à durée d étermin ée. soit la durée préci se pour laquelle il est conclu. .Dans un e entreprise où il a été ré alisé un licencie ment pour motif économique. du chan- 3. est payée à celui-ci lors du rég lement du dernier salaire.. s'il s'agit de contrat à durée ind étermin ée.4. l'employeur doit communiquer au travailleur les éléments éventuellement susceptibles d'éclairer ce dernier sur la durée approx imative du contrat. par J'expiration du préavis ou si un déla i de quinze jours s'était écoulé depuis la rupture dudi t contrat.Le contra t de trava il à durée détermin ée es t un contrat qui prend fin à l'arrivée d'u n terme fixé par les parties au moment de sa conclusion .Lorsqu'un contrat à durée d étermin ée prend fin san s que ne soit conclu un contrat à durée indéterminée entre les parties. L'indemnité do nt le taux est assis sur la rémunération totale brute due au trav ailleur pendant la durée du contrat. il doit donc indiquer soit la date de son ach ève ment. Dans ce tro isièm e cas. quand il a embauch é un tr availleur qu' il savait lié par un con trat de travail .lorsque le sa larié refuse la conclusion d'un co ntra t à durée ind étermin ée pour le même emp loi ou pour un emp loi simi laire comportant une rémunération au moins équi va lente . au moment où il a été averti.surcroî t occasionne l de travail ou activité inhabituelle de l'entreprise . selon les règle s définies au chapitre 5 du présen t titre . le contrat de travail à durée d étermin ée doit étre pass é par écrit ou constaté par une lettre d'embauche . Art. les conventions coll ectives peuvent prévo ir que les contrats de travail de tout ou partie des salariés qu'elles visent. Art .7. 14.- JOURNAL OFFIClEL DE LA REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE Le contrat de tra va il pe ut être co nclu pour une durée indéterminée ou pour une durée détermin ée.5.- L'existence du contrat de travail se prouve par tous moyens. Art . L'indemnité de fin de contrat n'est pas due : ..

15 . Son contenu est limité exclusivement aux règles relatives à l'organisation technique du travail. Il est com- d) pendant la période d'i ndisp onibilité du travailleur muniqué à l'inspecteur du travail et des lois sociales. la liste de s maladies de longue du rée est déterm inée par voie réglementaire .le congé de formation . obtenue par le tra vailleur à sa demand e. pendant la période d'essai. 16.14 septembre 2015 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLI QUE DE COTE D' IVOIRE Art. Toute rupture prononcée en vio latio n des règles ci-dessus A rt.16. Si l'en trep rise ne possède pas de délégués du pe rsonne l ni de syndicat de base . matières qui sont du domaine du règlement intérieur sont soumises aux mêmes conditions de communication. . même et avec soin. Les modifications appo rtées au r èglement intérieur ainsi que toute instruction nouvelle générale et permanente. résultant d'un accident du travail ou de maladie professionnelle jusqu'à consolidation des lésions ou guérison . tion ne fait pas d'eux de s délégués du pers onnel. Art.Le contrat de travail à du rée d étermin ée ne peut être rompu avant terme que pourforce majeure. 16.:'1.6. remplacement d'un travailleu r temporairement absent peut être rompu par décision unilatérale du salarié dès lors qu'il a été ex é- Art.- ~ g) pe ndant les périodes de chômage techn ique prévues à l'article 16. d'affichage - l'exercice d'un mandat public . c) pe ndant la du rée de l'absence du tra va illeur. satisfont pas aux ex igence s posé es pac le présent chapitre sont réputés être à durée ind étermin ée. 16. toute activité à caractère professionnel non susceptible de concurrencer l'entreprise ou de nuire à la bonne exécution des services convenus. notammen t: a) en cas de fermeture de l'établissem en t par suite du départ de l'empl oyeur sous les drapeaux ou pour une période obligatoire d'instruction militaire ~ b) pen dan t la durée du service m ilitaire du travai lleur et pendant les périodes obligatoires d'instruction militaire auxquelles il est astreint. et de dépôt que le rè glement intérieur déj à établi. le trava illeur doit toute son activité professionnelle à l'entreprise.L'employeur do it procurer le trava il co nve nu au Les co ntrats de travail à durée déterminée qu i ne lieu convenu. de dépôt et d'affi ch age du régleme nt intérieur ainsi que le nomb re de travaille urs de l'entre- prise au-dessus duquel l'existence de ce règlement est obligatoire sont fixés par décret. 16.- Est nulle de plein droi t tou te clause d'un contrat Art. Les mod alit és de co mmunication.7. Il doit notamment ou faute lourde de l'une d es parties. éma nant de la d irection et relative aux - l'assistance à un enfant physiquement diminué . . élever so n enfant. à dommages et intérêts correspondant aux salaires et avantages de toute nature dont le salarié aurait bénéfic ié pendant la période restant à courir jusqu'au terme de son contrat. le délai est porté à douze mois. Le nombre de travailleurs à désigner doit être égal à celui des délégués titulaires qu' aurait comporté l'entrep rise ou l'établissement. Toute modification substantielle du contrat de travail requiert l'accord prèalab le du sa larié. Il peu t égaleme nt être ro mpu fou rnir le travail p our lequel il a été em ba uc hé.- Le contrat de travail est suspendu.. 16. l'exécu ter lui- avantterme.- Le réglement intérieur es t étab li p ar le che f d'entreprise sous réserve de la communication dont il est fait mention au troisième alinéa du présent article. cuté pendant six mois au moins. en cas de maladie dû ment co nsta t ée par un méd ecin agréé dan s de s conditions d étermin ées par décret. notamment pour : - l'allaitement à l'issue d'un congé de maternité. Cette désigna- e) pendant la période de garde à vue et de dét ention préventive du travailleur motivée par des raisons étrangères au service et lorsqu'elle est connue de l'empl oyeur. au profit de la partie lésée.- CHAPITRE6 SECTION 2 Ex écution et suspension du contrat de travail Suspension du con trat de travail SECT ION 1 Exécution du contrat de travail Art.. person nel et lorsqu'il en existe. Ar t. 10. à la discipline et aux prescriptions concernant l'hygiène et la sécurité nécessaires à la bonne marche de l'entre prise. Il ne peut exiger un travail autre que celui prévu au contrat. aux syndicats de base.4 du présent Code. pour remplir des obliga tions d'ordre personnel. Art. sont considérées comme nulles de plein droit. quelle qu'en soit la for me. durée limitée à six mois .- 1203 Dans les limites de son contrat. 16. Toutes autres clauses y figurant. . Le règlement intérieur est soumis.2. 1. qui peut exiger le retrait ou la modification des dispositions contraires aux lois et règlements en vigueur.3. dans la lim ite de six mois j) pendant les pe rm issions exceptionnelles pouvan t être accordées par l'employeur au travailleur à l'occasion d'événements familiaux touchant directement son propre foyer .5. Le contrat à durée d éterminée à terme imprécis con cl u pour le portant interdiction pour le travailleur d'e xercer une activité quelconque à l'expiration du contrat. Ce délai pe ut étre proro gé jusqu'au remplacement du travailleur.15. notamment celles relatives à la rémunération.11 ci-dessous. pour avis. aux délégués du Art.accord commun Art.9.Le contrat de travail est ég alement suspendu pendant la période de m ise en disponibilité sans sa laire.~ '. il lui est loisible d'exer- donne lieu. en cas de maladie de longue durée.- Saufconvention con traire. cer en dehors de son temps de travail.4. - .8.. 16. sous rése rve des dispositions de l'article 32 . l'employeur soumet son projet de règlement intérieur aux travaill eurs délégu és par leurs pairs. sauf cas d'urgence ou de péril et pour une tâche temporaire.

et dédu ction faite de la somm e qui lui est du e par l'institution de prévoyance sociale Cil. En cas de maladies de longue durée. L'emp loyeur qui licencie pour moti f personnel doit notifier sa décision par écri t au sa larié. en état d'incapa cité tempora ire.° . prise dans le cadre dis cipl inaire par l'employeur. Dans les trois derni ers cas.la mise à pied temp oraire sa ns sa laire.-·. .Les droits des tra vailleurs mobili sés sont garantis.11 est interdit à l'employeur d'infliger des sanctions pécuniaires ou une dou ble sanction po ur la mêm e faute.10 et suivants. - le nom ou la raison sociale de l'employe ur .5. Ar t. l'empl oyeur est tenu de suivre la procédure de licenciement co llec tif pour mot if économique prévue aux articles 18.. 17. Cette information écrite comporte les mêmes indi cation s que celles co ntenues dan s 1'1 lettre de licenciemen t. La lettre de licenci ement comporte nécessair ement : - l'indication du ou des motifs de la rupture .. la fonction ou la ca rrière du salar ié dan s l'entreprise. En tou t état de cause. Le licen ciement est alors qualifié de licenciement pour motif personnel. l'emp loye ur peut décider de la suspe nsion de tout ou partie de son activité. l'employeur a l'obli gation de verser au salarié au moin s le tiers du salaire brut. vertu de la réglementation sur les accidents du travail pour cette même période._ Dans les trois premier s cas visés à J'article 16. ou particulièrem ent difficile. - le licenciem ent.10. - la da te de prise d'effel de la rupture. heures supplémentaires non co mprises. Tout efoi s.1204 JOURNAL OFFIClE L DE LA REPUBLIQUE DE COTE D' IVOIRE La péri ode de m ise en di sponibilité n'en tre pas en ligne de comp te pour Je calcul de l'anci enne t é et du congé. soit verba-. L'inspecteur du travail et des lois social es est inform é sans délai de toute déci sion de m ise en ch ôma ge tech nique ou de son renouv e llement. le tra vaill eur accidenté du trava il ne serait plus à même de reprendre son serv ice et de l'assurer dans des co nditions normales. à la suite d'un ag issem ent du sa larié jugé fautif. . 16. 16.1 7. Art. de son apt itude à tenir l'empl oi . pa r la légi slatio n en vigue ur. l'indemnité due par l'employeur est versée pendant une période de douze mo is. . il conserve le droit de dé missionner. ou d'é vénements imprév us relevant de la force majeure.Constitue une sanc tion disciplinaire toute mesure autre que des observations verba les. l'employeur cherchera avec les délégués du personne l de son établisse ment la possibilité de reclasser l'intéressé dans un autre emploi. soit par écr it. ce lui-ci . en tout état de cau se. Art. . le travailleur doit pouvoir s'exp liquer. de son insuffisanc e professionn elle ou de sa conduite fautive. Au cas où après con solidation de la blessure.Le motif du licenciement peut te nir à la personne du salarié. la mise en chômage techn ique ne peut être imposée au salarié. Dans ce cas. qu'il s'agisse de son é tat de santé. 16. Dan s le même temps où il noti fie le licenciemen t au salarié. à l'aide de fon ds provenant de la particip ation de ses adh érents. le salarié a la faculté de sc con sidérer comme licencié.2.1.1 1..Préa lablemen·t à tout e sanction. l'emp loyeur n'est pas tenu de maintenir une rémunération . Si le con trat est à durée d éterm in ée. lemen t. Dans ce dernier cas. prénoms. l'employeur informe l'insp ecteur du travail et des lois socia les du ressort. perçoit une allocation ca lculée de manière à lui assurer son anci en sa laire.la m ise à pied temporaire sans salaire. la limite de préavi s à pren dre en considé ration est cell e fixée pour les contrats à durée ind éterm in ée. Art.le numéro d'immatriculat ion à l'in stit utio n de Prévoyance soc iale et l'adresse de l'emp loyeur . le fonctionnement de l'entreprise est rendu éco nomiquement ou maté riell ement impossib le. 17. dans un d élai de 72 heures à compter de la réception de la demande d'explication .- Les sanctions disciplinaires so nt : l'av ertissem ent écrit .Lorsqu'en rai son de d ifficultés économi ques graves . les indemnités prévues à l'alinéa précéde nt peu ven t être versées par le service médical interentreprises auqu el adhère l'emp loyeur. Art .4 . une indem nité éga le au montant de sa rémuné ration pendant la durée de l'absence . La décis ion ind ique la duré e de la m ise en chômage technique ainsi que les co mpensa tions salariales éventuellement proposées aux sa larié s. 14 septembre 20 J 5 Après ces deux mois. d'une durée de l à 3 j ours . la susp ision ne peut av oir pour effet de pro roger le terme du contra t initialement prévu. numéro d'affi liation à l'Institution de prévoy ance socia le. Art. dan s la limite norma le de préa vis.les nom . pendant plus de deux mois au cours d'un e même période de dou ze mois.3. 17. Art .7 ci-dessus. Avant ce déla i. Dans le cas dema ladie. CHAPTTRB 7 Procédure de sanction disciplinaire Art. que cette m esure soit de nature à affec ter imm édiatement ou non la présen ce. Duran t la péri ode prévu e pour l'indemn isation du trava illeur accidenté. d'une durée de 4 à 8 jours. date d'embauche et qualifica tion professionnell e du salarié licen cié . le refus du sa larié d'accep ter une nouvelle période de renouv ellement du chômage tec hnique équivaut à un licenciem ent légitime. La mise en chôma ge technique prononcée pour un e durée d éterminée peut être renouvelé e. sauf pour le trava ille ur à rapporter la preuve d'une intention de nuire susceptible d'ou vrir dro it à reparation. ... les parties peuvent con venir d'une prorogation du délai de deux mo is pour une période supplémentaire n'exc édant pas quatre mois. l'employeur est tenu de verser au travailleur. J 7. Passé le délai de deux mois. en une ou plus ieurs fois. En cas d e licenciement de plus d'un travailleur consécutif au refus de renouve llement de leur mise en chôma ge technique.

Art. la résiliation du contrat de travail est subordonnée à un preavis donné par la p artie qui prend l'initiative de la rup ture . Le licenciement intervenant dansces conditions n'est légitime que dans les cas suivants : - impo ssibilité d'aménagement raisonnable du poste de travail et de reclassementdu travailleur. La partie qui prend l'ini tiative de la rup tur e du contrat doit notifier par écrit sa décision à l'autre.18. Les exp lica tions verbale s fournies sont transcrites par l'employeur.Le contrat de travail à durée déterm inée cesse dans les conditions prévues au chapitre 5 du présent titre. l'employeur peut mettre un terme à son contrat par écrit. un décret d étermine les conditions et la durée du préavis. La limite d'âge d'adm ission à la retraite est fixée par le Code de prévoyance sociale.Le contrat de travail à durée indéterm inée peu t touj ours cesser par la vo lonté du salarié. en pré sence des délégués du personnel qui ont assisté à l'audit ion du trav ailleur. sus. se trouve dans l'incapacité de reprendre son travail. accompagnée de la demande d'explication ainsi que des explications écrites du travailleur..Si à l'expiration du délai prévu à l'article 16. de verser à l'autre une indemnité dont le montant correspond à la rémuné- ration et aux avantages de toute nature dont aurait bénéficié le trav ailleur durant le délai de préavis qui n'a pas été effectivement respecté. 18. s'il le désire. cetle notification doit être motivée.p rofes sionne lles. En l'absence de conventions collectives. il doit lui verser le montant des indemnités compensatrices de préavis. saos préavis ou sans que le délai de pré avis ait été intégralement observé. Si à l'expiration du délai prévu à l'article 16. se trouve dans l'incapacité de reprendre son emploi initial. Art . globalement payés à plein salaire. pendant la durée du préavis. un dro it de priorité de réembauchag e. en ce qui concerne la gravité de la faute. sauf cas de licenciements des travailleurs protégés.7 c. 18.\. notamment. un jour au gré du travai lleur. Dans ces cas. à défaut.de la durée du contrat et des cat égories.7 cf du présent Code. celle-ci doit être notifiée au travailleur co ncerné dans un dé lai de quinze jours ouvrables courant à partir de la date de récept ion des explications écrites. l'employeur peut le remplacer définitivem ent après lui avoir signifié par tout moyen laissant trace écrite qu'il prend acte de la rupture du contrat de travail. Aucune sanction antérieure de plusde six mois à l'engagement de poursuites disciplinaires ne peut être invoquée à l'appui d'une nouvelle sanction.inaptitud e à tout emploi constatée par un médecin du travail. Art. Cependant.6. - refus par le travailleur de la proposition de reclassement qu i lui est faite. la rupture de contrat peut interven ir sans préavis en cas de faute lourde.3. Le contrat de travail à durée indéterminée est également rompu lorsque le salarié remp lit les conditions de départ à la retraite.7. Art .18. le travailleur bénéfici e. de congés et l'indemnité de licenc ieme nt auxquelles le travailleu r pourrait avoir dro it du fait de cette rupture.3 alinéa 1 ci-des' .. Il peut ce sser par la volonté de l'employeu r qui dispose d'un motiflégitime. l'employeur ' et le travailleur son t tenus au res pect de toutes les obligations réc iproques qui leur incombent. qui produit un certificat médical de guérison ou de consolidation et d'aptitude au poste. . le trava illeur dont le contrat de travail a été suspendupourcause de maladie. il peut se faire assister d'un à trois délégués du perso nnel. 18. La partie à l'égard de laquelle ce s obligations ne sont pas respectées ne peut se voir imposer aucun délai de préavis. 1205' Un décret préc ise les modalités d'application du présent article. .4. conserve pendant un délai d'un an. Lorsque 'j'initiative é~anc de l'employeur. doit être adressée à l'inspecteur du travail et des lois sociales du ressort et au délégué du personnel.JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE 14 septembre 2015 Dans ce dernier cas. sans préjudice des dommages-intérêts qu'elle peut demander. Art. 18. Ce délai est renouvelable une seule fois. En vue de la recherche d'un autre emp lo i. compte tenu. le trav ailleur dont le contrat de travail a été suspendu pour cau se de maladie de longue durée. Art .2. - Pendant la pério de d'essai fixée sans fraude ni abus. .5. signées par lui et contresignées par l'employeur et les pers onnes ayaut assisté les parties. La répartition de ces jours de liberté da ns le cad re du fonction- nement de l'établissement est fixée d'un commun accord ou. Ses explications sont lues. le contrat de travail peutêtrerompu librement sans préavis et sans que rune ou l'autredes parties puisse prétendre à indemnités. A cette occasion. aucun fait reproché au travailleur ne peut faire l'obj et de sanction disciplinaire. pour la partie responsable.- Pendant la durée du délai de préavis. alternativement un j our au gré de l'emp loyeur. de deux jours de libert é p ar semai ne... emporte obligation. Il doit tenir à sa disposition un certificat de travail accompagné d'un relevé nominatif de salaire de l'inst itutio n de prévoyance sociale à laquell e le trava illeur est affilié. .Dans les cas prévus à l' article 18. 18. le travailleur perçoit l'intégralité de ses droits de rupture de son contrat de travail. Le travailleur remplacé dans les conditions indiquées au premier alinéa du présent article. CHAPITRES Rupture du contrai de travail Art . Une copie de ce tte décision de sanction. Passé un délai de trois mois depuis la connaissance par l'employeur de son existence. En cas de sanction déci dée par l'emp loyeur.Tou te rupture de co ntrat à durée indéterminée. sous réserve de l'appréciation de la juri- diction compéte~~e.

-Avantle licenciement. fédération ou centrale syndicale. le montant des dommages et intérêts équivalant à un mois de salaire brut par année d'ancienneté dan s l'entrepris e ne peut être inférieur à trois mois de salaire ni excéder vingt mois de salaire brut.11. y compris celui de la force majeure. pour quelqueraison que ce soit..Les parties ne peuvent renoncer à l'avance au droit de se prévaloir des règles relatives au licenciement. Le travailleur bénéfi ciant d'une priorité d'embauche est tenu de communiquer à son employeur tout changement d'adresse survenu aprés son départ de l'établissem ent .. du préjudice subi par l'employeur en raison de l'inexécution du contrat dans la limite maximale de six mois de salaire. le jugement doit mentionner expressémen tle moti f allégué par l'empl oyeur... 18. La juridiction compétente con state l'abus par une enquête sur les causes et les circonstances de la rupture du contrat. Art. sous réserve des dispositions de l'alinéa ci-dessous. Art . en général. Art .9. 18. 18. Le montant des domma ges et intérêts est fixé en tenant compte.Le chef d'entreprise adres se au conseil national du dialogue social..1206 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE Art.en casde vacance d'emploi. L'inspecteur du travail et des lois sociales s'assure que toutes les parties ont été informées. organise. Lorsque la rupture est con sécuti ve au décè s du travaill eur. .12. 18. elles doivent être. l'inspecteur du travail et des lois sociales le notifie par écrit au chef d'entreprise. d'aviser le trav ailleur intéressé par tout moyen laissant trace écrit e. elle a lieu. fonction de la durée de servi ce continu dans l'entreprise.8.13. b} lorsque la responsabilit é inco mbe à l'employeur . L'employeurest alorstenu. de tou s les éléments qui peu vent justifier l'existence et déterminer l'étendue du préjudice causé et notamment. Art. est acquise au travailleur ou à ses hé ri- tiers. le chef d'entreprise remet à l'inspecteur du travail et des lois soc iales trois exemplaires du dossier complet de la décision prise. Art .16.Le che f d'entreprise qui envisage d'effectuer un licenciement pour motif économique de plus d'un travailleur.Peuvent être considérés notamment comme fautes lourdes. aux dél égués du personnel et à l'inspecteur du travail et des lois sociales du ressort. Celle réunion a lieu sous la présid ence de l'inspecteur du travail et des lois social es à l'inspection du travail du ressort . L'employeur communique également la liste des travailleurs licenciés aux autorités chargées de la promotion de remploi et de la reconvers ion professionnelle. 18.La réun ion d'information et d'explication prévue à l'article précédent se tient à l'inspection du travail du ressort. la liste du personnel concern é et la date du licenciement ains i que tout document nécessaire à l'appréciation de la situation.15. dans ceux de l'entreprise si l'inspecteur du travail en convient. En cas de non-respect de la procédure ou des critères fixé s. 18. Art. sans respect de la procédure requi se ci-dessus ou pour faux motif. consécutives notamment à des mutations technologiques. ne peuvent êtreremises en cause que dans les conditions du droit civil. 14 septembre 2015 L'inspecteur du travail et des lois socia les signe avec les parties le proc ès-verba l de la réunion.Dans tous les cas où la rupture du contrat n'e st pas imputable au travailleur. . le licenciement opéré par un employeur en raison d'une suppression ou transformati on d'emploi. pour avis et propositions. à une restructuration ou à des difficultés économiques de nature à compromettre l'équilibre financier de l'entreprise.17. dans les 48 heures ouvrables suivant la date init iale de la réunion. Toutefois. une réunion d'information et d'explication ave c les dél égués du personnel qui peuvent se faire assi ster de représentants de leurs syndic ats de base. 18. Art. 18. l'inspecteur du travail et des lois sociales s'assure du respect des critéres établis et de la procédure prescrite par le présent Code. un dossier préci sant les causes du licenciement projeté.Constitue un licenciement pour motiféconomique. sous réserve de l'appréciation de la juridiction compétente les faits ou comportements d'un travailleur ayant un lien avec ses fonctions et rend ant intolérable le maintien des relations de travail.14 .Toute rupture abu sive du contrat donne lieu à dommages-intérêts. Les licenc iem ents effectués sans motif légitime ou en violation des dispositions de l'article 4 du présent Code ou les licenciements économiques collectifs. ses héritiers perçoivent en outreune contribution aux frais funéraires. En cas de licenciement.. les critères :retenus par l'entreprise. la réunion ne peut se tenir dans les locaux de l'inspe ction du tra vail et des lois soc iales. 18.. Lorsque ces ruptures font partie d'une opérati on de réduction des effectifs pour motiféconomique.Lorsque le licenciement de plus d'un travailleur intervient pour motif économique. sont abusifs . Art.. annoncées lors de la réunion d'information et d'explication . Le travailleur congédié par suite de licenciement pour motif économique bénéficie pendant deux ans d'une priorité d'embauche dans la même catégorie d'emploi. au même titre que les Ijcenciements. Art . les part ies ont la faculté de convenir de ruptures négociées du contrat de travail qui .10. la durée de service continu y ouvrant droit et les mod alités de son attribution ainsi que le taux de la contributiou aux frais funéra ires sont fixés par décre t dan s le silence ou l'ab sence des conventi ons collectives. quinze jours ouvrables au moins avant la réunionprévue à l'article précédent. une indemnité de licenciement. Si. Ces dommages-intérêts ne se confondent ni avec l'indemnité pour inobservation du délai de pr éavis ni avec l'indemnit é de licenciement. a) lorsque la resp onsabilité incombe au travailleur. avant l'application de sa décision. Le taux de l'indemnité de licenciement. 18.

Une durée de travail inférieure à la durée norm ale peut être stipulée dans le cadre du travail à temps partie l. à l'excepti on des établiss eme nts agricoles.Les heures pendant lesquelles le travail est considéré comme travail de nuit sont fixées dans de s cond itions déterminées par décret.1. des pério des de moindre activité étant compensées par des périodes de plus grande activité. quels que soient leur sexe et leur mode de rémunération. la durée nor- moins de dix-huit ans. quels que soient leur sexe et leur mode de rémunération. Ce certificat est exe mpt de tous dro its de timbre et d'enre gistrement. est fixée à quarante heures par semaine. la durée normale du travail des personn els. aux heures supplémentaire s. . peuvent être accomplies dans des condi tions et limites prévues par décret. De s dérogations peu vent toutefois être accord ée s. dans lesquels peuvent être accomplies des heures supplémentaires .1.. en raison de la nature particulière Cette durée peut étre dépassée par application des règles relatives de l'activité professionnelle. une répartition inégale des heures de travail normales sur les diverses pér iodes de l'année. 18. à la récupération des heures de travail perdues et à la modulation.3. 21. Art. Article 2 1.2. l'empl oyeur doit remet tre au travailleur.20. sauf en cas de force majeure . Art. le contrat doit être constaté par un écrit. 23. sauf dérogation édictée par voie réglementaire.14septembre 2015 1207 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE DE COTE D'I VO[RE Art. ne dispense pas l'em ployeur de res pecter les régies établies ci-dessus dans le présent chapi tre. dans des co nditions fixées par décret.\..L'obligation de délivrance de certificat de travail et du relevé nominatif de salaire de l'institution de prévo yance sociale imposée à l'em ployeur subsiste aprés le décès du travail leur au profit de ses ayants droit et doit être exécuté e à leur deman de. aux équivalences. un relevé nomin atif de salaire de l'institution de prévo yance sociale à laquelle le travailleur est affil ié.Les enfants ne peuvent être employés dans aucune entreprise avant l'âge de 16 ans et apprentis avant l'âge de 14 ans. 22..4. est fixée à deux mille quatre cents heures par an. 22.18.~ Le travail de nuit est interdit aux femmes enceintes Code .les limites dans lesquelles peuvent être accomplies des heures supplémentaires. CHAPITRE Z Durée du travail Tra vail de nuit Art. La durée et l'horaire de travail sont affichés sur les lieux de travail et communiqués à l'inspecteur du trava il et des lois sociales.les conditions dans lesquelles les employeurs peuvent déroger à la régIe de l'horaire collectif et pratiquer des horaires indiv idualisés. Dans les établissements agricoles et assimilés.A l'expiration du contrat. .les cas et les condi tions dans lesqu els des interruptions co llectives de tra vail peuvent donner lieu une augmentat ion â ultérieure de la durée du travail afin de co mpenser ces pertes d'activité. TITRE Il CONDITIONS DE TRAVAIL CHAPITRE PREMIER - la répartition des heures de travail sur les j ours de la semaine . 22 .La durée et l'horaire de travail sont fixés par l'employeur dans le respec t des régIes éd ictées par le présent Code et des textes pris pour son application. . en particulier les ga ranties spécifiques exigées par la nature de ce travail.. Art. le s heures ainsi récupérées n'étant pas co nsidérées comme des heures supplémen taires ..s'il y a lieu et pour ce rtaines professions. Cela vaut également pour le relevé nominatif des salaires. notamment de rémunération majo- rée. aux heures supplémentaires et à la récupération des heur es de travail perdues. . Art. male du travail des personnels. protection de la maternité et éducation des enfa nts Art.les conditions dans lesquelles les négociateurs sociaux peuvent conclure des accords de modu lation instaurant. Des heures complémentaires . 18. Art. 22.. Dans ce cas.Le repos des jeunes travailleurs âgés de moins de dix -huit ans doit avoir une durée minimale de douze heures co nsécutives..19. 2 1.2. en fonc tion des fluctuation s saisonnières prévisibles de l'activité des entreprises. ..La nature des travaux interd its aux femmes. La mise en œuvre des procédures collectives d'apurement du passif n'est pas considérée comme un cas de force majeure. sous peine de dommages-intérêts . .Dans tous les établisse ments soumis au présent sauf av is médical contraire et ame jeunes travaill eurs âg és de Art. . la nature et les dates des emplois successivement occupés. Cette durée peut être dépassée par application des règles relative s aux équivalences. mêmes'ilcontient la formule «libre de tout engagement» ou toute autre formul e ne constituant ni obligation ni quittance. celle de sa sortie.3.Des décrets déterminent les modalités d'application des dispositions de l'article précédent et fixent notamment : Art. aux femmes enceintes et aux enfants est déterminée dans des conditions fixées par décret. 23. le nombre d'heures de présence au poste de travail réputé être équ ivalent à quarante heures ou à deux mille quatre cents heures de travail effectif . un certificat de trava il indiquant exclusivement la date de son entrée. ou une tettre d'embauche mentionnant la durée du travail. sont fixée s par décret CHAP ITRE 3 Travail des enfants et des fem mes. [8..- Les conditions dans lesquelles s'effectue le travail de nuit. Art.2. - les cas et les conditions.La cessation de l'entreprise.

11. Il lui est également interdit de rechercher ou de faire rechercher toutes' informations concernant l'état de grossesse . dans un 'délai de quinze jours. En cas de désaccord. résilier son contrat de travail au cours d'une période d'essai.3. Lapériode post-natale des huit semaines est augmentée de deux semaines en cas de naissance multiple. Art. La.9. elle a également droit à une allocation de maternité et àune indemnité journalière égale au salairequ'ellepercevait au moment de la suspension de son contrat.Dès le troisième mois de sa grossesse. Art. 23. par l'application de l'alinéa précédent.8.. 23.le licenciement d'une salariée est annulé si.L'employeur ne doit pas prendre en considération l'état de . la femme a fait l'objet d'un changement d'affectation. . Les examens non effectués sont reportés après l'accouchement. la rupture qui en découle est réputée être du fait de l'employeur. il peut résilier le contrat s'il justifie d'une faute lourde de-l'intéressée ou s'il se trouve dans l'impossibilité de maintenir ledit contrat pour un motif étranger à la grossesse..6 alinéa l. Toutefois.Les dispositions de l'article 23. Art.La femme en état de grossesse bénéficie d'une autorisation d'absence pour se rendre aux examens médicaux obligatoires.'--. si l'état de santé médicalement constaté l'exige. à son initiative ou à celle de l'employeur.grossesse d'une femme .. Art. 23. 23. Art. Le contrat de travail est alors suspendu jusqu'à la date du congé légal de mate~ité.6. la résiliation du contrat de 'travail.La salariée a le droit de suspendre le contrat de travail pendant quatorze semaines consécutives dont six semaines avant la date présumée de l'accouchement et huit semaines après la date de celui-ci. Lors de la visite médicale d'embauche.employées.5.12 du présent Code.7 prononcer une mutation d'emploi ou de poste de travail. l'indication de sa date de naissance. 23. la femme a droit" dans" la limite des tarifs des formations sanitaires pub~iques. .La durée du congé de maternité est assimilée à une période de travail effectif pour la détermination des droits que la salariée tient de son ancienneté.. au remboursement des soins médicauxen rapport avec l'état de grossesse et les couches et bénéficie des allocations prénatales. dans un délai de quinze jours à cSlmpter de sa notification. suspension peut être prolongée de trois semaines en cas de maladie dûment constatée et résultant de la grossesse ou. Art.délivrée selon le cas par lé médecin traitant ou le juge de tutelle. 14 septembre 2015 Au cas où l'accouchement a lieu après la date présumée.Toute femme en état de grossesse médicalement constaté peut rompre . salaires ou des déclassements professionnels du fait de leur âge.7. soit une attestation justifiant l'arrivée son foyer.Aucun employeur ne peutrésilier le contrat de travail d'une salariée lorsqu'elle est en état de' grossesse médicalement constaté et pendant l'intégralité des périodes de suspension du contrat de travail auxquelles elle a droit. Art. La durée de la prolongation ne peut excéder 12 mois. la femme enceinte peut présenter un dossier incomplet si certains examens normalement prescrits se révèlent dangereux pour sa santé ou celle de l'embryon. l'intéressée e~voie à son employeur par tout moyen laissant trace écrite" soit un certificat médical justifiant qu'elle est en état de grossesse.Si l'employeur est dans l'impossibilité de proposer un autre emploi. il fait connaître à la femme en état de grossesse et au médecin-inspecteur du travail et des lois sociales les motifs qui font obstacle à son reclassement provisoire. Art. à Les dispositions des précédents alinéas ne font pas obstacle à l'échéance du contrat de travail à durée déterminée. sous réserve des dispositions de l'article 23. la période post-natale des huit semaines reste obligatoirement acquise à la femme. Ces absences n'entraînent aucune diminution de la rémunération et sont assimilées à une période de travail effectif pour la détermination de la durée des congés payés ainsi qu'au regard des droits légaux ou conventionnels que la salariée tient du fait de son ancienneté dans l'entreprise. La mutation temporaire ne peut excéder la durée de la grossesse et prend fin dès que l'état de santé de la femme lui permet de retrouver son emploi ou son poste initial. 23. la mutation ne peut être effectuée qu'après avis du médecin-inspecteur du travail communiqué aux parties intéressées.son contrat de.JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE 1208 Lesjeunes travailleurs âgés de 16 à 21 ans ont les mêmes droits que les travailleurs de leur catégorie professionnelle. travail sans préavis et sans avoir de ce fait à payer une indemnité de rupture du contrat. Les jeunes travailleurs ne peuvent en aucun cas subir des abattements de . à l'accouchement ou à l'adoption d'un enfant de moins de 15 ans. La femme salariée bénéficie dans ce cas d'une garantie de rémunération à la charge de l'employeur.. elle est réintégrée dans l'emploi occupé avant cette affectation lorsqu'elle reprend son travail à l'issue de la période de suspension de son contrat pour congé de maternité. Sanf s'il est prononcé pour des motifs justifiant. Elle ne doit entraîner aucune diminution de rémunération même si le nouveau poste est inférieur à celui occupé habituellement. Lorsque l'enfant reste hospitalisé. qu'elle use ou non de ce droit.3 ne font pas obstacle à la mutation temporaire dans un autre emploi ou poste de travail de la salariée en état de grossesse. Art. 23. cette attestation est . d'un enfant placé en vue de son adoption âgé moins de 15 ans avant la notification du licenciement..10.de l'intéressée. 23. des couches. Pendant la période des quatorze semaines et sans préjudice des prolongations prévues à l'article 23.4 .'ans. La même faculté est offerte à la mère pendant la période d'allaitement définie à l'article 23.. En cas de désaccord entre l'employeur et la salariée.pour refuser de l'embaucher. le congé post-natal est prolongé pour une période équivalente à la durée d'hospitalisation de l'enfant. 23. dans son entreprise" avec pour chacune d'elles. L'employeur tient un registre de toutes les personnes de moins de J 8.. Dans le cas où pendant sa grossesse. en raison de son état de grossesse.

.

8 .r ègles adoptées par l'employeur à l'égard de son - déménagement 1 jour ouvrable. au plus tard à la fin de la dernière j ou rnée de travail.dessus. . 5 j ours ouvrables . - décès d'un frère ou d'une sœur 2 j ou rs ouvrables . SECTION 2 Perm issions exceptionnel/es Art .présentation des pièces justifiant l'absence doit s'effectuer dans les plus brefs délais et.8. ou d'une belle-mère 2 j ours ouvra bles . incombant à l'entrep rise est proportionne l au temp s de service du travailleur.. d'une sœur 2 jours ouvrables. A rt. bénéficie d'une permission exceptionnelle pour les cas suivan ts se rapp ortant à la famille légal e : - mariage du travaille ur 4 j ours ouvrables . et vice versa.10.. 25. selon le cas. - mariage d'un de ses enfants 2 jours ouvrables . - première communion 1jour ouvrable. à défau t. à charge jusqu'à 25 ansvivant habituellementavec lui ainsi que les frais de transport de leurs bagages : 1. - décès d'un beau-père - en cas d'expirati on du contrat à durée déterminée . Le retour sur le lieu d'empl oi n'est dû que si le cont rat n'est pas venu à expira tion avant la date de fin de congé et si.. .Les travailleurs des entreprises de travail temporaire visées à l'article I l. quise au cours de cette période.. - baptême d'un enfant 1 jour ouvrabl e . sont à la charge de l'entreprise de travail temporaire. déplacement du travailleur. en cas de congé normal. l'emplo yeur accorde un délai de route Cette indemnité est égale au douzième de la rémunération ac. aller et retour. du lieu d'emploi au lieu de la résidence habituelle . non déduc tibl es du congé réglementaire et n'entraînant aucune retenue de salaire. une permission de 2 jourspeut êtreaccordée en cas de décès et d'un jour en cas de mariage. Toutefo is.d'un frère. est nulle et de nul effet toute conventio n prévoyant l'octroi d'une indemnité compensatrice en lieu et place du congé.1210 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE DE COTE D' IVOIRE Art. soit en présence d'un représentant du personnel. Ces absences ne sont pas payées. Le montant des frais de transport. - naissance d'un enfant 2 j ours ouvrables . dans la limite de 10 jours ouvrables pa r an . le travailleur est en état de reprendre son service.Le trav ailleur comptant au moins 6 mois de présence dan s l'entrepri se et touché par les événements famili aux dûment ju stifiés..Lorsque le contrat de travail prend fin avant que le salarié n'ait pu prendre effectivement ses congés. une indemnité compensatrice de congé égale au CHAPITRE 6 douzi èm e de la rémunération tot ale per çue au cours de la mission. aller et retour.. incombant à l'entreprise est proportionnel au temps de service du travaill eur.12. 25. le contrat de travail ou la conve ntion collective peut prévoir une dur ée minimum de séjour du travailleur. 25.en cas de ruptur e du contrat du fait de l'employeur ou à la suite d'une faute lourde de celui-ci . ils ont droit à des congés effectifs dan s les conditions prévues au présent cha pitre. la . de son conjoint et de ses enfants mineurset/ou majeurs scolarisés. une indemnité calculée sur la base des droits à congé acq uis au jour de l'expirati on du contrat doit lui être versée à titre de com pensa tion... 2.en cas de résiliation du contrat lorsque le travailleur a acquis droit au congé dans les conditions de l'article 25. du lieu de la résidence habitu elle au lieu d'emploi . à cette date. dans les 15 jours qui suive nt l'événement.La classe de passa ge et le poid s des bagages sont déterminés par le poste occup é par l'employé dans l'entrepri se. . L'indemnité compensatrice de congés payés ou les congés effectifs. pensatrice de congé payé en même temps que le salaire acquis. Art. 26. suivant les . 25. Ces délais de route ne sont pas rémunérés.4 qui sont appelés à exécut er leur travail au serv ice d'entreprises utilisatrices perço ive nt.. dans le cas où leur mission a atteint douze mois. Si celui-ci se produit hors du lieu d'emploi et nécessite le . personnel o~~suivant les usages locaux.3. Art. 26. - en cas de rupture du contrat due à un cas de force majeure. sont à la charge de l'employeur les frais de voyag e du travailleur. énumé rés ci-a près . le montant des frais de transport. Toutefois. En ce qui concerne les autres membresde la famille. En cas de force majeure rendan t impossible l'autorisation préalable d e l'employeur.1.Lorsqu e le contrat de travail est résilié pour des causes autres que celles ment ionnées à l'article précéde nt ou pour faute lourde du travailleur.Les trava illeurs engagés à l'heure ou à la j ourn ée pour une occupation temporaire perçoivent une indemnité corn- 14 septembre 2015 Toute permission de cette natur e doit faire l'obj et d'une autori- sation préalable de l'employeur. du père.11.9. au plus tard.6. 26. soit par écrit. du lieu d'emploi au lieu de résidence habituelle. de la mère du travailleur : 5 j ours ouvrables. suivant la stipulation de la conve ntion coll ective ou. . 25.Sous réserve des dispositions prévues à l'article 26. Art. Toutefois'-ils ont dro it à des congés effectifs s'ils justifient de douze mois de travail continu au service d'un même employeur. Voy ages et transports Art. à l'issue de cf.de 2 jours lorsqu e le lieu où s'est pro duit l'événement est situé à mo ins de 400 kil omètres et 3 jours au-del à de 400 kilomètre s. - décès d'un enfant.. - décès du conjoint. . chaque mission. 3. non cités Art.En dehors des cas prévus anx articles ci-dessus.2.

2.8. payés directement ou indirectement. ses droits en matiére de congé.6. 26.Des services sociaux.Le travailleur qui a cessé son serviee et qui est dans J'attente du moyen de transport désigné par son employeur pour regagner sa résidence habituelle. 31.1. il ne peut prétendre qu'au remboursement des frais engagés. tout employeur est tenu d'assurer. en plus de la durée de congé proprement dit. leurappartenance ou leur non appartenance à un synd icat. Le prix des marcbandises mises en vente doit être affiché lisiblement.. SECTION 2 Autres serv ices soci aux Art. restaurants. 27. Les économats sont admis sous la triple condition : a) que les travailleurs ne soient pas obligés de s'y fournir . Le trava illeur dont le eontrat est signé ou dont le contrat est arrivé à expiration. S'il use d'une voie ou d'un transportplus économique.- CHAPITRE 7 Œuvres sociales Sau f stipulations co ntra ires. 26. en espèce ou en nature. 31. une indemni té calculée sur la base de l'allocation de congé. c) que la compatibilité du ou des économats de l'entreprise soit entièrement autonome et soumise au contrôle d'une commission de surveillance élue par les travailleurs . Art. 26.3. des charges de famille pour le calcul du poids des bagages. des délais qui auraient été nécessaires avec l'usage de la voie et des moyens choisis par l'employeur. Le travailleur qui use d'une voie et de moyens de transport plus coûteux que ceux régulièrement choisis ou agréés par J'employeur n'est défrayé par J'entreprise qu'à concurrence des frais occasionnés par la voie et les moyens régulièrement choisis. terrains de loisirs. Art. Art. de voyage et de. Art. cafétér ias.- Est considérée comme économat toute organisa- tion où l'employeur pratique. S'il use d'une voie ou de moyens plu s rapides. dans les limites du cautionnement qu'il justifie avoir versé. Il ne peut être inférieurau salaire minimum catégoriel fixé par convention ou accord ou à défaut par voie réglementaire. il con tinue à bénéficier. reçoit de l'employeur pend ant cette période ... les frais de voyage ne sont payés par l'employeur qu'en cas de déplacement effectif du travailleur. La vente des alcool s et spiritueux est interdite dans les économats ainsi que sur le lieu d'emp loi du travailleur.transport dans un délai maximum d'une année à compter de la cessation de travail chez ledit employe ur. 26. peuvent êtrecréés au sein des entreprises dans des conditions déterminées pardécret. leur origine sociale..Les conditions d'ouverture.4 .. Aucun salaire n'est dû en cas d'absence. il faut entendre le salaire minimum catégoriel et ses accessoires ainsi que tous les autres avantages.Les dispositions du présent chapitre ne peuvent être un obstacle à l'application de la réglementation sur les conditions d'admission et de séjourdes étrangers. Toutefois. notamment des cantines.. et qui reste à la disposition de l'employeur dans l'attente du moyen de transport lui permettan t de quitter sa résidence habituelle pour son lieu d'emploi ou inversement. . 27. par l'employeur au travailleur en raison de l'emploi de ce dernier. reço it de l'employeur une indemnité égale au salaire qu'il aurait perçu. 1211 Art. à des délais de route plus longs que ceux prévus pour la voie et les moyens normaux.5. leur religion. le travailleur qui use d'une voie et de moyens de transport moin s rapides que ceux r éguli èrement . quels que soient leur sexe. l'égalité de rémunération entre les salariés. Art. de ce fait. leur ascendance nationale. s'il avait continué à travailler et continué à bénéficierjusqu'àson embarquement des avantages en nature prévus au co ntrat. Art.4 du présent Code.. TITRE III SALAIRE CHAPITREPREMIER D étermination du sa laire Art . leur âge. Art. pourun même travail ou un travail de valeur égale.14 septembre 2015 JOURNAL OFFICIEL DE LAREPUBLIQUE DE COTE D' IVOIRE Il est tenu compte dans tous les cas.A défaut de convention contraire. directement ou indirectement.7. sans que cette énumération soit limitative. 27. Les délais de transport ne sont pas compris dans la durée maximum du contrat telle qu'elle est prévue à J'article 15.Par rémunération ou salaire. Tout commerce installé à l 'intérieur de l'entreprise est sournis aux dispositions qui précèdent. la vente ou la cession de marchandises aux travailleurs de l'entreprise pour leurs besoins personnels et normaux. de fonctiounemeut et de fermeture des économats sont fixées par décret. leur race. crèches. b) que la vente des marchandises y soit faite exclusivement au comptant et sans bénéfice . 26.- Le travailleur qui a cessé son serv ice peut exiger auprès de son ancien employeur. leurs opinions politiques et religieuses. en dehors des cas prévus par la réglementation et sauf accord entre les parti es intéressées.2.1. à l'exception des coopératives ouvrières. les voyages et les SECTION 1 transports sont effectués par une voie et des transports normaux Economat au choix de J'e mployeur. Le travailleur a le droit d'exiger le verseme nt en espèces du montant des frais de rapatriement à la charge de l'employeur.choisis par l'employeur ne peut prétendre.Dans les conditions prévues au présent titre.

les mon- Sont con~idérés comme ayant une valeur égale les travaux qui exigent des salariés un ensemble comparable de connaissances professionnelles consacrées parun titre. les dimanches et les jours fériés . 31.~ La paie est faite . - les taux m inima de majoration des heures suppléme ntaires effec tuées de j our e t de nuit pendant les j ours ouvrables. Les paiements mensuel s doive nt être effectués au plus tard huit jours ap rès la fin du m ois de travail qui donne droi t au sa laire . en totalité ou en partie. Les catégories et cla ssifications professionnelles ainsi que les critè~es de promotion profes sionnelle doivent êtrecommuns aux travailleurs des deux sexes.Lorsque la rémunération des services est consti- acquise.~ A l'exception des professions don t la liste est définie par décret. En aucu n cas. 3 1. 3 1. par ses p ropres moyens. mais le travailleur doit recevoir chaque quinzaine des acomptes correspondant au moins à 90 % du . Sous réserve des dispositions du chapitre prem ier du présent titre. ne peut. 1. lorsque ce même travailleur ne peut. par des commissions ou primes et prestations dive rses ou des indemnités représentativ es de ce s prestations. Art.3 .9. de respo nsab ilités et de ch arge physiqu e ou mentale. 31. des réglements fixent : - CHAPITRE 2 Dans le cas où le travaill eur perm anent. de licenciement et des dommages-int érêts. 32. par ses propres moyens . l'employeur est tenu de le lui assurer dans les conditions fixées par décret.3.- Le s taux minima de sa laires ainsi que les condi- tions de rémunération du travail à la tâche ou aux p ièces sont affichés au bureau des empl oyeur s et sur les lieux de paie du Art.4. 2.. doit durer plus d'une quinzain e. Toutefois. ni le jour où le trava ille ur a droit au repos. un diplôme ou une pra- tants du SM IG el du SMAG au sein de la Comm ission consultative du Travail. Les commissions acquises au cours d'un trimestre doivent être ' payées dans les trois mois suivant la fin de ce trimestre. drogues est formellement interdi t. en abré gé SMIG.JOURNAL OFFICIEL DE L A REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE 1212 14 septembre 2015 Les partenaires sociaux négocient tous tes trois ans. Les méthodes d'évaluation des emplois doivent reposer sur des considérations objectives basées essentiellement sur la nature des tuée.. boissons alco olisées. ainsi que pour le ca lcu l des indemnités de préavis. 31. 6.- les catégories professionnelles et les salaires minima correspondants . Ces prestations éventuelles constituent un élément du salaire. salaire minimum et être intégralement payé dans la quinzaine qui suit la livrai son de l'ouvra ge. qui n'est pas originaire du lieu d'emp loi et n'y a pas sa résidence habituelle. se procurer un logement suffisant pour lui et sa famille. Art . 32 . Le montant à prendre en considération à ce titre est la moyenne mensuelle des éléments visés à l'alinéa précédent. sauf cas de force majeure. la p ério de sur laqu elle s'effe ctue ce ca lcul ne peut excéder les douze. sauf pour les travailleurs qui y sont norm alement occupés.Un déc ret fixe les montants du Salai re minimum interprofes sionnel garanti. 31. ne pouvant excéder quinze jours pour les travailleurs engagés à lajourn ée ou à la semaine et un mois pourles travailleursengagés à la quinzaine ou au mois. elle ne peut être faite dan s Ull débit de boissons ou dans un magasin de vente. aprés avis de la Co m- mission consultative du Travail. les dates de paiement peuvent être fixées de gré à gré. Aucun em ployeur ne peut restreindre de quelque maniére que ce soit la liberté du travailleur de disposer de son salaire à son gré . 32. le sa laire doit être payé à intervalle réguli er personnel. Ait. sur le lieu de travail ou au bureau de l'employeur lorsqu'i l est voisin du lieu de travai l. Le paiement de tout ou partie du salaire en alcool. Pour tout travail aux pièces ou au rendement dont l'exécution L'employeur est également tenu de fourn ir ou d'aider à la fourniture de denrées alimentaires. il en est tenu compte pour le calcu l de la rém unératio n du congé payé. Art.7.- Paie ment du salaire A défaut de convent ion ou accord collectif. nonobstant toute stipulation contraire. mois de service précédant la cessation_du travail. Art .- Les différents éléments co mposant la rém unéra- tion doiv ent êtr e étab lis selon' des normes identiques pourles hommes et pour les fem mes . 3 1.- La rémunération d'un travail à la tâche ou aux piéces doit étre ca lcul ée de telle sorte qu'e lle procure au travail- leur de capacité moyenne et travaillant normalement un salaire au moins éga l à celui du travailleur rém unéré au temps effectuant un travail analogue. obtenir pour lui et sa fam ille un ravitaillement régulier. nul n'est tenu d'accepter en tout ou en partie le paiement en nature de son salaire. et duSalaire minimu m agricole garanti.- Le salai re doit être payé en mo nnaie aya nt cours légal. de ca pacités découlant de l'expérience Art. Art. travaux que ces emplois comportent. Art .8.5.dans la mesure où celles-ci ne constituent pas un remboursement de frais. - éventuellement les primes d'ancienneté et d'assiduité. tiqu e profes sio nne lle. en ab régé SM AG. " .:. Les participations aux bénéfices réalisés durant un exercice doivent être payées dans l'ann ée suivante au plus tôt après trois mois et au plus tardavant rieufmois. Art .

en cas de litige. soit après la résiliation de son co ntrat de travail et par laquell e le trav ailleur renonce à tout ou partie des droits qu'il tient de son contrat de travail.3 3. Les parties sont immédiatement convoquées ainsi qu'il est dit à l'article 8 1. le pour les soixante derniers jours de travail ou d'apprentissage salaire el les indemnités doivent être payés dès la cessation de doiven t. . Art . . non plus compte arrêté et réglé et donc avoir pour effet de faire cesser la prescription des salaires. ~~~ .33. 33 .4. indemnités de toute nature notamment celles pour inobservation du préavis ainsi que l'indemnité de licenciement ou les donunages et intérêts pourrupture abusive du contrat de travail. commissions. Art. Art. un bulletin individuel de paie dont la struc- ture est fixée par voie réglementaire. Elles sont tenues de se présenter en perso nne au jour et à l'heure fixés devant le président du Tribun al. gara nties et p rescript ion du salaire retirer leur salaire aux heures normales d'ouverture de la caisse et conformément au règlement intérieur de l'entreprise. En cas de redressementjudiciaire ou de liquidation des biens. Les employeurs so nt tenus de déli vrer au travaill eur. Les créances salariales dues aux travailleurs sont payées de préférence aux sommes dues aux fournisseurs. Le dern ier jour du délai est celui qui port e le même quantièm e que le jour du point de d épart de la prescription. ni d'opposition au préjudice des ouvriers titulaires de créances salariales. Elles peu- vent se faire assister ou représenterconformément aux dispositions de l'article 8 1. par le travailleur. réglementaires ou contractuelles .~ JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE Les travaill eurs absents le jour de paye pe uvent CHAPITRE 3 Privilèges. les rémunérations de toute nature dues aux salariés et apprentis En cas de résiliation ou de rupture de con trat. soit au cours de l'exécution. étre payées service. Art . prestations diverses.4 .Les sommes dues aux entrepreneu rs de tous les tra- vaux ayant le caractèrede travaux publics ne peuvent être frappés de saisie-arrêt.19 du présent Co de. . La demande aux fins de consignation et de compensation est auss itôt transm ise au président qui fixe la da te d'audience la plu s proche possible pour statuer év entue llement en son hôtel. Elle ne peut va loir recouvrement et des voies d'exécution.- L'empl oyeur saisit le prés ident du Tribun al du Travail par une décla ration écrite ou orale faite au plu s tard le jour de la cessa tion des services devant le greffier du Tribunal qui l'inscrit sur un registre spécial. 32 . !. 1213 Art. Toutefois. 32. L'acceptation sans protestation ni réserve. . jusqu'à concurrence d'un pl afond mensue l ide ntique pour toutes les catégorie s de bénéficiaires.une réclamation du travailleur lésé adressée à son employeur par lettre recommandée avec accusé de réception . 32. no nobs tant Art .5. Elle n'est interrompue que par . - une requ éte adressée à l'inspecteur du Travail et des Lois sociales avec accusé de réception. S'il s'ag it d'allo cati on s de con gés payés.14 septembre 2015 Art .2.Les créances de salaires. Art. dans les dix jours suivant le j ugement déclaratif. au momen t du paiement. dédu ction fa ite des aco mpte s déjà perçus..-La prescription a lieu quoiqu'il y ait eu continuat ion de trava il. le privilége ci-dess us porte sur l'année suivant la date ou le droit à ces congés a été acquis. 32. 33. Ces pièces sont conservées par l'employ eur dans les mêmes conditions que les pièces comptables et doivent être présentées à toute réquisition de Ilinspecteur du Travail et des lois sociales.1. des indemnités et des bles du déb iteur dans les conditions prévues par l'Acte uniforme accessoires du salaire qui lui sont dus en vertu des dispositions de l'OHADA portant organisation des proc édures simplifiées de législatives.3. et ce. Art . même un dimanche ou unjour férié.5 . l'employeur peut obtenir du présid en t du Tribunal du Travail la consignation au gre ffe dud it Tribun al de tout ou p artie de la fraction saisissable des sommes dues..7. Mention est faite par l'employeur du paiement du salaire sur un registre manuel ou électronique tenu à cette fin. 33.- L'action en paiement du salaire et de ses acc es- soires se prescrit par deux ans pour tous les travailleurs.18. La décision est exécutoire immédiatement nonobstant opposition ou appel. l'existence de touteautre créance privilégiée. Art . y compris celle du Trésor publi c.6.- Le pa iement du sa laire doit être constaté par une pièce dressée ou certifiée par l'employeur ou son représentant et émargé par chaque intéressé ou pardeux témoins s'il est illettré.6.- N 'est pas opposabl e au travailleur la m enti on « poursolde de tout compte » ou toute autremention équivalente souscrite par lui.La créance de sa laire des salariés et apprentis pour d'un bulletin de paie ne peut valoir renonciation de sa part au l'année échueet pour l'année en cours est privilégiée sur les meu- paiement de tout ou partie du salaire. primes.. La prescr ipti on comm enc e à couri r à la da te à laquelle les sa laires sont du s. priment toutes créances privilégiées. 33.une reconnaissance écrite de l'employeur mentionnant le montant du salaire dû .La créance de sa laire est privi légiée sur les meub les et immeub les du débiteur pour les douze derniers mois de travail.

.

- Sa ns préjudice des attributions de tout délégué du Les prestation s de sa nté au trava il sont essentiel- Ces prestations sont dues à tout travaill eur quels que soient le secteur d'activité et la taille de l'entrepri se. . 4 1. Il es t membre du Comité de Santé et Sécurité au Trav ail.3 .La liberté syndica le s'exerce dan s toute entreprise.2. les presc rip tion s particulièr es re lati ves à certaines pro fession s. Cette eau doit faire l'objet de contrôles périodiques par les services habilités de l'Etal. le bru it ct les vibrations .Le service de santé a u travail est dirigé pal' un méd ecin titulaire d'un dip lôme de médecine du Trav ail et remplissant les conditions d'exercice de la médecine en Côte d'Ivoire.1. Art. Liberté syndicale et constitution des syndicats Il vei lle à l'application des prescriptions législatives et rég lemen- Art. le Com ité de Santé et Sécurité au Travail est chargé SYNDICATS PROFESSIO NNELS de l'étud e des conditio ns de santé et sécurité au tr avail dans CHAPITRE PREMIER lesquelles sont ass urées la protection et la santé des travailleurs.6. l'évacu ation des pous sières et vapeurs.2.lemen t : Des textes régl ementaire s fixent en tant qu e de besoin les modali tés d'appli cati on des dispositions ci-dessus énoncées . CHAPITRE 2 Comité de santé et séc urité au travail Art .2. la ces sion à quelque titre que ce so it ainsi que l'e mploi des mac hines.3. la partie la plus diligente saisit l'inspe cteur du travail et des lois sociales qui convoque une réunion extraordinaire du Comité qui se tient dans les vingt-quatre heures ave c la parti cipa tion obli gatoire du médecin inspecteur du Travail et du contrôleur en prévention de l'Institution de Prévoyance socia le. notamment. de suivr e et de faciliter la v ie perso nnelle des travailleu rs et notamm ent de ceux qui souffr ent d'un handicap durable ou temporaire. utiliser correctement les dispositifs de salubrité et de sécurité et s'abstenir de les enlever ou de les mod ifier sans autorisati on de l'employe ur.7. l'aération ou la vent ilat ion .Des décrets déterm inent les moda lités d'app lication des disposilions du présent chapitre.4. CHAPtTRE 4 Ser vices sociaux des entreprises Art. .L'employeur ou son représentant do it organiser le contrôle permanent du respect des régies d'hygiène et de sécurité.... 42. de laisser introduire ou de laisser distrib uer. 43. Art .. 44. du chef d'en treprise ou de son rep résen tant et des rep résentants du person nel dans les conditions d étermin ées par décr et. Les modalités d'application de l'alinéa précédent sont fix ées par déc ret. 44.Des décrets d éterminent les mesures gén érales de protection el de salubrité applicables à tous les étab lissem ents et entreprises assuje ttis au présent Code notamment en ce qu i concerne l'éclai rage. en particulier la liberté ind ivid uelle du travail. Art.- L'assistant social de l'entrepr ise collabore avec le service médica l. de leu r côté. 44. par un e action sur les lieux mê mes du trav ail.. la vente. 51.14 septembre 2015 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE DE COTE D'IVOlRE 1215 En cas de divergence sur la réa lité de ce danger .1. le diagnostic précoce des m alad ies professionnelles. de substances et préparations dang ereuses pour les travailleurs. les rayonn ements. les précaut ions à prendre contre les incendies.8. Art. au bén éfice des trava illeurs qu'elle emploie.1. Art.Un service soc ial est créé dans toute entreprise qui occupe au moins 500 salariés .Le Co mité de Santé et Sécurité au Travail est com posé. l'importation. CHAPtTRE 3 Service') de santé au travail Ar t.. li est assuré par un assistant social. .Un Co mité de Santé et Sécu rité au Travail es t créé dans tout établissement ou toute ent rep rise employant hab ituellement plus de cinqua nte salariés. les eau x potables.- Un décret d étermin e les modalités d'applica tion du présen t chap itre. opérations ou modes de trava il. 42 . les fosses d'aisance. doivent respe cter les consignes qui leur sont données. et. TITRE V personnel.Tout emp loyeur doit ass urer un service de santé Ce service de santé au trav ail ex iste sous de ux formes : - le service méd ical autonome . Art. au fur et à mesure des nécessités con statées. réglementer ou interdire la fab ricatio n. taire s ct contribue à l'éducatio n des travailleurs dans le domaine dans le res pect des droits et libertés ga rantis par la Constit ution de la santé et sécurité .Il est interdit à toute personn e d'introd uire ou de distribu er. au travail au profi t des travailleurs qu'il emp loie. Art. Art. - le serv ice médical interentrepris es ... Art.4. 4 1. à cert ains travaux.. 43. Art. 44 . des boissons alcoolisées à l'usage des tra vailleurs. 43. des exam ens périod iques des salariés en vue de s'assurer du bon état de santé et du maintien de leur apt itude au po ste de travail occupé. 42.la surveill ance du m ilieu de travail afin de préveni r les acci de nts du tra vail ct des maladi es pro fessionn elle s . -la surveilla nce de la santé des travailleurs qui comprend un examen médical des cand idats à l'embauche ou des sa lariés nouvellement embauchés au plus tard avan t l'ex piration de leur période d'essai.3. Ces décrets peu ven t limiter.Le service social a pour miss ion.1.. Art . Les salariés. 43 . 4 1. dans les établissements ou entreprises. L'approvisionn ement en eau potable aux lieux et pen dant les heures de travail est assuré par l'emp loyeur.

3. 52.. - cours et publications intéressant la profession. suivant les règles d éterm in ées par l'assemblée générale.9. A rt. 5 Io4. sections dans les entreprises. à titre gratuit ou onéreux. ils ne peuvent être licenciés sans l'autorisation de ce dernier. JI ne peut prétendre à un changement dlempl oi en invoquant sa qualité de syndicaliste. des biens meubles ou immeubles.- Les syndicats professionnels élaborent librement Les syndicats de base d'entreprises disp osan t de plu sieurs établissements peuvent être représentés au sein desdits établissements par des sections syndicales.Les fondateurs de tout syndicat professionnel doivent déposer tes statuts et les noms de ceux quià un titre quelconque. CIlAPtTRE2 Art.8.Les syndicats professionnels peuvent créer. leur programme d'actions et organisent librement leurs activités.6. En aucun cas. Art.. 5204. 51.5.. 51. Ce dépôt a lieu à la mairie ou au siège de la circonscription administrative où le syndicat est établi et une copie des statuts est adressée à l'inspecteur du travail et des lois sociales et au procureur de la Répu blique du ressort. pendant la durée de leur mandat sans l'autorisation préalable de l'inspecteur du travail du ressort. De même. 5 1.7. Les modifications apportées aux statuts et les changements survenus dans la composition de la direction ou de l'administration du syndicat doivent être portées.Tout membre d'un syndicat professionn el peut s'en retirer à tout moment. les professions libérales ou les exploitants indépendants n'employant pas de personnel peuve nt constituer librement des syndicats professionnel s de leur choix dans des secteurs d'activités et des secteurs géograpbiques qu'ils déterm inent. 52.10 . adrninistre r ou subventionner des œuvres professionnelles telles que : - des institutions de prévoyance . Une copie des statuts et une copie du règlement intérieur sont déposées à la direction de l'entreprise pour information. pour le syndicat. 5 1. Art. nonobstant toute clause contraire sans préjudice du droit.Les mineurs âgés de plus de seize ans peuvent adhérer aux syndicats. .3. Art.... 51.2. tant collectifs qu'individuels des personnes.Les syndicats professionnels peuvent affecter une partie de leurs ressources à la création de logements de travailleurs. 5 1. professions ou entreprises visées par leurs statuts.Les synd icats professionnels jouissent de la capacité civile. Art.-Les travailleurs peuvent constituer au sein de l'entreprise ou d'une corporation des syndicats de base.1. Art. 51. En cas de dissolution volontaire.~ .Les sy ndicats pro fessionnels ne peuvent faire l'objet de suspension ou de dissolution administrative.2. agricole ou sociale . Le secrétaire général ainsi que les cinq premiers secrétaires généraux adjoints des organisations syndicales d'entreprise et des sections syndicales employés d'une entreprise ne peuvent être mutés contre leur gré. Art.Les syndicats professionnel s sont des associations de personnes exerçant une profession. Art.. sont chargés de son administration ou de sa direction.1 1. définissent librement Les syndicats nationaux peuvent être représentés par des . statutaire ou prononcée par la justice.Le travailleur membre du bureau d'un syndicat professionnel ne peut jouir d'un traitement de faveur. Art. - des caisses de so lidarité. à défaut de dispositions statutaires. mère ou tuteur.-Aucun employeur ne peut user de moyens de pression à l'encontre ou en faveur d'une organisation syndicale de travailleurs quelconque. à la connaissance des mêmes autorités. - des champs d'expérience .. La section syndicale jo uit de tous les droits conférés aux syndicats professionnels p ar le présent titre.- Les syndicats professionnels peuvent devant toutes les juridictions. des métiers similaires ou connexes ayant exclusivement pourobjet l'étude et la défense des droits ainsi que des intérêts matériels et moraux. Art. leurs statuts et règles de fonctionnement. 52.. Aucun synd icat de base ou sy nd ica t national relevant d'u ne fédération ou d'une co nfédération syndicale ne peut constituer plus d'une section syndicale dans l'établissement ou dans l'entreprise. - des laboratoires. 5 1. Ils ont le droit d'ester en justice. à l'acquisition de terrains de culture ou de terrains d'éducation pbysique à l'usage de leurs membres. exercer tous les droits réservés à la partie civile relativement aux faits portant un préjudice direct ou indirect à l'intérêt collectif de la profession qu'ils représentent.1216 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE DE COTE D' IVOIRE Art. .Les membres chargés de l'adm inistration ou dc la direction d'un syndicat professionnel doivent être nationaux ivoiriens ou nationaux de tout autre Etat avec lequel ont été passés des accords stipulant la réciprocité en matière de dro it syndical et de défense pro fess ionnel1e et jouir de leurs droits civils et politiques conformément aux dispositions des lois organiques sur l'électorat les rég issant. dans les mêmes conditions. de récl amer les cotisations échues non acquittées et cell es à échoir au titre de l'année en cours. Capa cité civile des sy ndicats prof essionnels Art. . - des œuvres d'éducation scientifique. Les travailleurs ainsi que les employeurs. Ils ont le dro it d'y adhérer librem ent de même que les personnes ayant quitté l'exercice de leur fonction ou de leur profession sous réserve d'avoir exercé celle-ci pendant un an au moins. ils ne peuvent être répartis entre les membres adhérents. sauf opposition de leur père. d'acquérir sans autorisation. les biens du syndicat sont dévolus co nform ément aux statuts ou.... 5 1. 14 septembre 2015 Art.

53. La fédération syndicale est une union syndicale horizontale.Les syndi cats pro fess ionnels peuvent être consultés sur tous les différend s et toutes les questions se rattacha nt à leur sp écialit é. 53 . les avis du syndicat sont tenu s à la dispo sition des parties qui peuvent en prendre connaissanceet copie.6. 53. centra les ou confédération s syndicales repré sentatives sont invitées à y prendre part .Les syndicats professionnels peuvent subventionner des sociétés coopéra tives de production ou de consommation. En ce qui concerne les négocia tions avec le patronat. instruments. notamment mat ières premières.Les groupement s de syndicats profess ionnels jouissent de tous les droits conférés aux syndicats profess ionnels par le présent titre. 54. même sous forme de et 5 1.2. L'audienc e des organisations syn dicales est d étermin ée par les résultats des élections professionnelles. conditions prévues à l'art icle 5 1. au premier ou au second tour. L'aud ience doit touj ours être considérée comme suffisante.8. 5 1.7.7.6. outils. group ements de commandes et d'ex pédition s sans pouvoir l'opérer en leur nom et sou s leur resp onsabilité .3. fa ciliter cette vente par expositions. lorsque l'organisation est représentative dans une ou plusieurs entreprises employant ensemble au moins qu inze pour cent des salariés travaillant dans le sect eur professi onnel et géographique concern é. . entreprises ou personnes. sont invit ées à y prendre part. annonces. 52. ... Art. semences.6. fé dérat ions syndicales et confédérations ou centrales syn dica les. Aucun autre cr itère ne peut être retenu.14septembre 2015 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE DE COTE D'I VOIRE 121 7 En ce qu i con cerne les négociations avec le Gou vernement. acheter pour louer. Les synd icats p rofessionn els s'efforcent de répondr e à toutes les consultations qui leur sont adressées par les fonctionnaire s de l'Administration du Travail compétents et de prêter à ceux-ci leur collaboration dans tous les cas où elle est prescri te par la loi ou le règlement Dans les affaires contentieuses. 52. L'audience d'un syndic at ou d'une organis ation professionnel d'em ployeurs doit toujours être considérée com me su ffisante soit lorsqu'il regroupe au moins trente pour cent des entreprises du secteur géographique ct d'activité qui est le sien. engrais. peuvent représenter leurs membres aux p lans national et international.5. à leurs membres.4. prêter leur entreprise gra tuitement pour la vente des produits provenant exclusivem ent du travail personnel ou des ex ploitation s des syndiqués .8 des syndicats qui les composent Leurs statuts doivent déterminer les règles selon lesqu elles les syndicats membres du groupement sont représen tés dans le Co nse il d'administration et dans les assemblées générales. A rt. 54. pub lication s..Les syndic ats professionn els réguli èrement constitués peuvent se concerter librement dans le cadre de leur objet statutaire. 53. à leurs bibliothèque s et à leur cours d'ins truction professionnelle sont insaisissables .2. les syndicats professionnels peuvent: synd icats professionnels qui doi vent faire conna ître . c'est.à-dire regroupant au moins cinq syndicats de base d'un même secteur ou d'un e mêm e branche d'a ctiv ité.L'audience d'un syndicat professionnel de travailleurs est considérée comme suffisa nte.4. dan s le cadre de l'établissement ou de l'entreprise. A toutes les négociations ct dans tous les organismes ct institutions. Art. dans [cs 1. 52. seules les centrale s ou con fédérations syndicales représentatives Art .10 du présent Code sont appl icab les aux groupements de ristournes. pour des questi on s qu i intéressent plu sieur s secteurs d'activités.Les disp ositions des art icles 51. 52. Les Convention s collectives de travail sont passées dans les conditions détermi nées au titre VII du présent Code.1. Art .. Art . lorsque ce syndicat a obtenu. . les organisation s sy ndicales de tr availleurs et d'employeu rs siégent au prorata de leurs rep résentativités. lors des dernières élections des délégués du personnel . ~ «. Art.Les syndi cats professionnels peuvent passer des contrats ou des convention s avec tous autres syndicats. machines. 5 1.Les organisations professionnelles de travailleurs sont structurées en synd icat de base. soit lorsqu'il regroupe des entrepr ises qui emploient ensemble au moins vingtcinq pour cent des sal ariés travaillant dan s le secteur géographique et d'activité qui est le sien. seules les Art . 53.5.. sociétés. animaux et matières alimentaires pour le bétail . plantes. 51. CHAPITRE 3 Groupements de syndi cats A11..S'ils y sont autorisés par leu rs statut s et à condition de ne pas distribuer de bénéfices. Les immeubles et objets mo biliers néce ssaires à leurs réunions... CHAPITRE 4 Syndicats représen tatifs Art . au moins trente pour cent des suffrages valablement exprimés représentant au mo ins quinze pour cent des électeurs inscrits. Art.Seul es les con fédéra tions ou centrales syndicales de travailleu rs ct les organisations d'employeurs représentatives.. dans un cadre profe ssionn el et géographique plus large . La confédération ou centrale syndicale est une union verticale regroup ant au moins troi s féd érations syndicales de différents secteurs ou de différentes branches d'activités. prêter ou répartir entre leurs membres tout ce qui est nécessaire à l'exercice de leur profession.- Pour être représentative. le nom et le siége statutaire 2.1. une organi sation syndi- cale doit avo ir une audi ence su ffisante dans le secteur d'acti vité et le secteur géographique qu i est le sien.

Toute personn e qui se retir e d'un sy ndicat conserve le dro it d' être membre de sociétés de seco urs mutuels et de retraites pour la viei lless e à l'actifdesqueUes el le a co ntri bué par ses cotisations ou versements de fonds. Le responsable syndical doit adres ser un courrier de demande de prélèvement de cotisation de ses membres ou adhérents à la direction généra le de l'entreprise . un chantier.. il est procédé à un second tour de scru tin pour lequel les électeurs peu ven t vote r pour des candidats autres que ceux proposés par les organisations syndicales de base. 56. 61..Le recouvrement des cotisations syndicales s'effectue à l'intérieur de l'établissement.1.\ .. de démission. 6 1.Les syndicats peuve nt. L'util isation des marques sy ndicales ou labels ne peut avoir pour effet de po rter atteinte aux dispo sitions de l'articl e 4 du présent Code .JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE DE COTE D'I VOIRE 1218 Cil APITRE5 Marques syndicales J4 septembre 20 15 Art. CIlAP tTRE 6 Caisses de secours mutuels et de retrai te Art . CIlA PITRE 7 Cotisations syndicales Art. travailleur. 55.L'établissement s'entend d'un groupe de personnes travaill ant en comm un de faç on habituelle . Art. Est null e et de nu l effet. 6 1.1.Chaqu e délégué a un suppléant élu dans les mêmes conditions. 61. 61. à l'éli gibilité des dél égu és du per son nel ains i qu'à la régul arité des opérations électorales sont de la compé tence du président du tribunal du Travail qui statue d'urgence en premier et dernier ressort. Art. qui le remplace en cas d'absence motivée. de révocation.Tout licenciem ent d'un dé légué du personne l envisagé par l'employeur ou son représentant es t soumis à l'autorisati on préal able de l'inspe cte ur du trava il et des lois sociales.3. un local. conditions de fabrica tion... les conditions exigées pour être électeur ou éligible ainsi que les conditions de révocation des délégués par leur collége d' électeurs sont fixés par décr et.6. catégories d'établissements dans lesquels l'institution de délégués du perso nnel est obliga toire. 56. Il s'opère à la source sur le salaire du travailleur. Art . 61. L'inspecteur du travail et des lois sociales participe à l'organisation et au déroulement des élections. Ces marques ou labels peuvent être ap posés sur tout . .7. En cas de carence de l'employeur. de résiliation du contrat de travail et de perte des condi- tions requises pour l'éligibilité. Ils sont réé ligibles. 1. le s disposi tions régi ssant les marques de fabrique ou de comL'entreprise s'entend de toute organisation quelle qu'en soit la merce. au sein de chaque établissement.aux term es de laquelle l'usage de la marque syndicale par un em ployeur sera subordonné à l'obligation pour ledit employeur de ne conserver ou de ne prendre à son service que les adhéren ts du syndi cat propri étaire de la marque. une même autorité directrice.- Les fonds de ces caisses spéciales sont insaisissables dans les limites d éterminées par la loi . 56.Sont applicables aux marques ou labels syndicaux . Ces marques ou labels peuvent être déposés dans des forme j uridique . TITRE VI REPRESENTATION DES TRAVAILLE URS DANS L'ENTREPRISE CIl APITRE PREMIER Délégués du perso nnel Ait .3. 61..4. de décès.Le nom bre de tra va ille urs à partir duquel et les vidus ou entreprises mettant en-vente ces produits. 57. de changement de catégorie professionne lle. en un mêm e lieu tel qu'une usine. toute clause de contrat collectif. constituer entre leurs membres des caisses spéciales de secours mutuels ou de retraite.Les délégu és du person nel sont élus dan s ch aqu e entreprise ou chaque établissement pour une durée de deux ans. Art. en reve ndiquer la propriété exclu sive dans les conditions de biens ou services..L'initiati ve des élections incombe à l'employeur. dès ayantune activité de production. accom pa gné de la fic he de pr él èvement de cotisation émargée par cha que adhé rent. le nomb re des délégués et leur répartition sur le plan professionnel. L'élection a lieu à la représentation proportionnelle.2. acco rd ou entente. Si le nombre des suffrages va lablement exprimés est inférieur à la moitié des électeurs inscrits. Les sièges éventuellement restants sont attribués à la plus forte moyenne. Une entreprise peut donc comporter un seul dudit décret.1..8. Aucun employeur ne doit faire la rétention des cotisations syndicales. les mandats en cours sont prorogés jusqu'aux nouvel1es élections. de distribution ou de fourniture lors. Art .. Les syndicats peuve nt. En cas de renouvellement de l'institution. sous A rt. les élections doivent être organisées dans le mois qui pr éc ède la fin de s ma ndats. point de rassembleme nt. éta blisse ment avec lequ el elle se confond ou plu sieu rs établisseproduit ou objet de commerce pour en certifier l'origine et les ments distincts les uns des autres. pour chaque catégorie du personnel. 61. Art. l'inspecteur du travail et des lois sociales peut ordonner l'organ isation d'élections ou de nou- velles élections. p rop riété indiv idue lle ou pro pri été collective co nditions déterminées par décret.- L'élection a lieu au scrutin secret et sur des listes établi es p ar les organ isations syn dica les de base. A moins que l'in spe cteur du trav ail et des lois sociales ait constaté que l'entreprise n'était plus soumise à l'obligation d'élire des délégués du personnel. Art..Les contestat ions relatives à l'électorat . Ils peuvent êt re utili sés par tous indi A rt. en se conformant aux dispositions des lois en vigueur. l'Employeur doit prélever les cotisations et les reverser aux syndicats. i .2.5. La demande d'autorisation de licenciement est adressée à l'inspecteur du travail et des lois sociales du ressort avec copie au .

~ . de dém ission du mandat ou ci rco nscription é lectorale. l'employeur a l'obligation d'infor- m er les dé légu és du perso nnel de la situation de l'entreprise. 6 \. nir l'em ployeur sur la vie de l'entrep rise . 62. Art. lorsqu' il co mpte plu s de 10 ans d'ancien ne té dans l'en trepr ise. - de co mmuniq uer à l'empl oyeur tou tes suggestions tendant à l'amélioration de l'orga nisat ion et du rendement de l'entreprise. de perte des conditions requ ises pour la désignatio n. tions.Est nu l et de nul effet le licenciem ent d'u n délégué du personnel effectué p ar l'employeu r sans que les prescrip tion s prévu es à J'a rticle précédent ne soi ent observees.JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE DE COTE D'I VOIRE 14 septembre 2015 En cas de fau te lou rde l'employeur peut pronon cer immédi ate- ment la mise à pied provisoire de ' l'intéressé. à l'applicat ion des prescription s relatives à l'hygi ène et à la sécur ité des travailleu rs et à la pr évo yance socia le et de proposer toutes mesures utiles à ce suj et.- i. les co nditions dan s lesquell es ils sont reç us p ar l'employeur ou so n rep résentant ainsi qu e les informat ions qu e do it leur fourCHAPITRE 2 Délégués syndicaux à Art .9.14 .- Les dispositions des articles 61. La déci sion de l'inspecteur du travail et des lois soc ia les peut faire l'objet de s recour s prévus. par le droit commun. les cri- six mois à partir de l'exp iratio n de leur mandat.de saisir l'in spec tio n du travail et des lois soci ales de toute pl ainte ou réclam ation con cernant l'appli cation de s prescriptions légal es et réglementaire s dont e lle est c hargée d'assur er le co ntrô le.9 du pré- sent Code sont applicabl es à tous les travailleurs protégés. des c lass ificatio ns pro fessionnelles et des taux de sa laires . pendant unc périod e de tro is m ois. sauf appréciatio n de l'i nspect eur du trava il et des lo is de mettre fin aux fon ct ions du délégué . L'employe ur ne peut poursu ivre la ruptu re du contrat par d'autre s moyen s. 61.. l'application des Conve nt ions co llective s.- Ch aque ann ée. 61. 61. Les m êm es di sposition s sont applica bl es en cas de lice nciement des anciens délé gu és du personn el pendant une période de A rt.- Un délég ué syndical peut êt re dé sign é au sein de l'entreprise ou de l'établ issement pa r toute organ isation syndica le réguli èrement constituée et représentative des travailleurs conformément aux disposition s de l'ar ticl e 54 . Les dél égués du personnel sont tenus au secret professionnel et à une ob ligation de discrétion pour les inform ations pr ésentant un caractère co n fide ntie l et do nn ées comme te lles par le chef d'entreprise ou son représentant. A rt. Ce tte dé cision est simultanément not ifiée pa r écrit au trava illeur et à l'employeur. .8 et 6 1. - Un décret détermine les mo yens mis à la dispo - sitio n des délégués . dans un délai maximum d'un mois. temps de travail don t ils disposen t pour l'exercice de leurs fonc- L'ancienneté est ca lculé e à la date de la suspens ion des activités professionnelles au se in de l'entreprise.- 1219 Les délégu és du pe rsonnel ont po ur mission : de présenter aux em ployeurs tou tes les récl amations indi- vi due lles ou collectives qui n'aura ien t pas été satisfaites concernant les condition s de tra vail et la protection des tra vaill eurs. 61. Il prend fin égaleme nt en so cial es si cett e mutation a pour effet de le situer ho rs de sa cas de ru pture d u con tra t de travail.10. il est tenu de lui vers er une indem nité sp éciale éga le à la rémunéra tion due pendant la période de sus pens ion du co ntrat de travail ainsi q u'une indemnité su pp léme nta ire éga le à : . pas le délégué qu 'il a lice ncié hu it jours apr ès la réception de la lettre de demande de ré intégration. notamme nt en leur communi qu ant les états financiers appro uvés .1. Dans ce cas la demande d'autorisation de licenci ement est adressée à l'inspecteur du travail ct des lois sociales dans un délai de q uatre j ou rs ouvrables . le dél égué du person ne l percevra so n salair e co rres pondant la période de suspensio n du contrat de travail.~". la durée co nsidé rée et rémunérée co mme . E n cas d'augmentation du cap ita l ouvert au publ ic. en attendant la déc ision de l'inspec teur du travail et des lois socia les. . Art. Si un em ployeur licen cie un délégué du person nel san s J'autorisat ion de l'inspecteur du trava il et des lois sociales ou si l'inspecteur du travail et des lois sociales donne un av is défavor able à la dem an de de licen ciemen t du délégué d u personnel. avec un max imum de 36 mois.20 mois de salaire brut lors qu'il compte plu s de 5 ans j usqu'à 10 ans d'anci enn eté da ns l'entreprise .2 a linéa 1 du présent Cod e.11. - de veiller..2 mois de sa laire brut par année de présenc e. co ntre les décisions adm inistratives .12. Le man dat d u dé légué sy ndica l prend fin lors qu e la condition Le délégué du personnel ne peut être m uté contre de représentativ ité cesse d'être rem plie ou que le sy ndicat décide son gré.13. dan s l'entreprise o ù il n'existe pas de Co mité de Santé et de Sécuri té au Travail. et à celui des tères de représe ntativité so nt appréc iés dans ce seul collège po ur candidats aux fo nction s de délégués du personnel dés Ja publi- tou te organ isati on q ui ne présente de candidat que dans ce lui-ci . Les attributions des dé légu és du person nel n'ont pas pour e ffet de prive r les tra vailleurs de la faculté de présenter eux -même s le urs récl am ation s et suggest ions à l'emp loyeur.. Lorsqu'il existe un collè ge pr opre à l'encadrement. A11. Si l'employeur ne réintégre.12 mois de sal a ire brut lorsqu'il compte de 1 à 5 ans d'anc ien neté da ns l'en trep rise . cat ion des ca ndida tures et ce. 6 1. En cas de réint égration. ce lui-c i doit deman~er sa ré intégration dans l'entreprise par tous moyens laissant trace écrite. La décision motivée de l'inspecteur du travail et des lois socia les interv ient obligat oireme nt. après enquête contradictoire. Al1. l'em ployeu r est tenu d'en inform er les délégu és du personnel..

.1.1.formule toutes propositions de nature à améliorer les conditions d'emploi et de production. Art. l'amélioration des conditions matérielles et morales des travailleurs.. simultanément.d'étudier les éléments pouvant servir de base à la détennination du salaire minimum interprofessionnel garanti (étude du minimum vital.Des dispositions complémentaires au présent chapitre peuvent être fixées par décret. l'emploi des travailleurs.examine toute difficulté née à l'occasion de la négociation des conventions collectives. de membres suppléants.se prononce sur toutes les questions relatives à la conclusion et à l'application des conventions collectives et notamment sur les incidences économiques. Dans les mêmes conditions et Le comité d'entreprise peut. 63. A cet effet. 62. la composition.2. et de négocier les accords d'établissement.1220 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE Art. SECTfON2 Conseil national du Dialogue social . Il a pour mission de présenter des revendications relatives à l'amélioration des conditions d'emploi. 63.. Art. étude des conditions économiques générales).Un comité d'entreprise est constitué dans toutes les entreprises employant habituellement au moins trois cents salariés permanents.2. fonctionnement du Conseil national du Dialogue social sont déterminés pal~:décret. Art.. sur délibération. . le placement.5. tant envers l'employeur que le travailleur.d'émettre des avis et de formuler des propositions et des résolutions sur la réglementation à intervenir en ces matières. ...Le délégué syndical bénéficie de la même protection contre le licenciement que les délégués du personnel.3. 63.gère les œuvres sociales de l'entreprise notamment les mutuelles des travailleurs et les cantines. .Les conditions d'application du présent chapitre sont fixées par voie réglementaire..2.Les missions. avoir recours à des personnalités extérieures pour prendre part à ses réunions. L'organisation et le fonctionnement de la Commission consultative du Travail sont fixés par voie réglementaire. notamment l'immatriculation du personnel auprès de l'Institution de Prévoyance sociale et la déclaration individuelle des salaires auprès de cette même institution .Le comité d'entreprise comprend une représentation de la direction de l'entreprise et une représentation du personnel. Le délégué syndical est convoqué aux réunions que l'employeur doit organiser avec les délégués du personnel.Le Conseil national du Dialogue social est un les partenaires sociaux et le Gouvernement sur des questions de toute nature en rapport avec le monde du travail. le comité d'entreprise: .La Commission consultative du Travail a pour missions: .Les représentants du personnel au comité d'entreprise sont élus pour deux ans. la prévoyance sociale . la commission ..La Commission consultative du Travail est présidée par le ministre chargé du Travail.4.3. La Commission consultative du Travail est obligatoirement consultée sur la réglementation d'application du Code du Travail. Art. 71. le délégué syndical bénéficie des mêmes heures de délégation que les délégués du personnel. 71. Les suppléants assistent aux séances du comité avec voie consultative.d'étudier les problèmes concernant le travail. des prescriptions légales et réglementaires existantes. Art. consultative du Travail : CHAPITRE 3 Comité d'entreprise Art.3.La Commission consultative du Travail est composée en nombre égal de représentants des employeurs et de représentants des travailleurs. 71. 63. 62. il peut y prendre la parole.4.. organe tripartite de concertation et de réflexion permanente entre .s'assure régulièrement du respect par l'employeur de ses obligations en matière sociale.5. Elle est dotée d'un secrétariat permanent.. Cette représentation comporte un nombre égal de titulaires et de suppléants. Leur mandat est renouvelable et obéit aux mêmes règles que celles qui régissent le mandat des délégués du personnel. Les anciens délégués sont protégés pendant six mois après l'expiration de leur mandat. 71. 14 septembre 2015 TITRE VII NEGOCIATION COLLECTIVE CHAPITRE PREMIER Instances de dialogue social SECTION 1 Commission consultative du travail Art.. 62. . A la demande du ministre chargé du Travail. Pour l'exercice de son mandat.4. Art. Art.Sans préjudice des dispositions relatives à la représentation des salariés dans l'entreprise. Art. 71.. Ces représentants sont désignés par les organisations les plus représentatives. l'organisation et le Art.. Ces revendications ne concernent pas l'application des conventions collectives. 63. il est désigné autant de membres titulaires que Art. mais sont liées aux négociations devant aboutir au changement ou à la révision de ces conventions collectives ainsi que des prescriptions légales et réglementaires. de rémunération. les mouvements de travailleurs. de travail. le comité d'entreprise a pour objet d'assurer l'expression collective des salariés.Le délégué syndical assure la représentation de son syndicat dans l'entreprise.

intenter une action endommages-intérêts à l'encontre de tous autres groupements de leurs propres ·membres·ou de toutes ·personnes.5. en leur nom propre.l2.-Les groupements de travailleurs ou d'employeurs liés F·une convention collective ou uu accord collectif d'établissement-prévue à l'article 73. Art. Art. à un moment quelconque.soit de mandats spéciaux et écrits qui leur sont donnés individuellement par tous les adhérents de cette organisation. La Convention lie également les Organisations qni lui donnent leur adhésion ainsi que tous ceux qui.La Convention collective doit prévoir dans quelles formes et à quelle époque. 72. les représentants d'un ou de plusieurs syndicats ou groupements professionnels de travailleurs et.nés des contrats individuels ou d'équipe.sonnes liées par une Convention collective ou un Accord.elle peut être dénoncée.Convention.. liés par la Convention ou I'Accord qui en violeraient les engagements contractés.soit d'une délibération spéciale de cette organisation. La Convenëon durée iadéteménée peut cesser par la volonté d'uue des parties.-LaConvention collective doit être écrite en langue française sous peinede nullité.La Convention collective de Travail est un accord relatif aux conditions d'emploi et de travail conclu entre.--. Les conditions dans lesquelles sont déposées.2. la Convention à durée déterminée qui arrive à expiration continue de produire effet comme une Convention à durée indéterminée.6.. 72.1. Art..La Convention collective est conclue pour une durée déterminée ou pour une durée indéterminée.7.. ces clanses s'appliquent aux contrats de Dans le cas où une Convention collective concernant une ou plusieurs branches d'activités déterminées a été conclue sur un plan donné. sauf dispositions plus favorables pour les travailleurs. SECTION 2 Exécution des conventions Art. d'une part. .14 septembre 2015 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE DE COTE D'NOIRE SECTION 3 Comité technique consultatifpour l'étude des questions intéressant la santé et la sécurité au travail Art. Lorsque l'employeur est lié par les clauses d'une Convention travailconclus aveclui.8. 72.6.-Tout syndicat professionnel ou tout employeur qui n'est pas partie à une -Convention collective peut y adhérer ultérieurement. le champ d'application des Conventions collectives est défini en termes de branche d'activité. liés par une Convention collective de Travail ou un accord collectif d'établissement. Elles peuvent prévoir des clauses nouvelles. publiées et tradnites 'lesConventions collectives ainsique lesconditions dans Iesqueltes s'effectuent les adhésions prévues à l'article précédent sont fixées par voie réglementaire.. les Conventions collectives conclues sur le plan inférieur. 71. â Ait. 72. . celle-ci ne peut être supérieure à cinq ans. régional ou local. renouvelée ou révisée. La -Convention collective doit prévoir notamment la durée du préavis qui doit précéder la dénonciation.La Convention peut contenir des clauses plus favorables aux travailleurs que celles des lois et règlements en vigueur. 72. Au plan professionnel.psévu à l'article 73.4. CHAPITRE 2 Conventions collectives de travail SECTION 1 Nature etvalidité des conventions Art.La défmition. membres de ces organisations. Art. -auxrapports. 72. Quand elle est conclue pour uue durée déterminée.3. 72. 72. Elle ne peut déroger aux dispositions d'ordre public définies par ces lois et règlements. plus favorables aux travailleurs. Art. Collective de Travail. deviennent Art.'1 O. Art. 72.Sont soumises aux obligations de la Convention collective toutes tes personnes qui l'ont signée personnellement ou qui sont membres des Organisations signataires. .Les Conventions collectives déterminent leur champ d'application. il peut être national. 72.9.-Les représentants des organisations syndicales ou de tout autre groupement professionnel visés à l'article précédent peuvent contracter au nom de l'organisation qu'ils représentent. 72. une ou plusieurs organisations syndicales d'employeurs ou tout autre groupement d'employeurs ou un ou plusieurs employeurs pris individuellement. Ils . les missions et la composition du comité technique consultatif pour l'étude des questions intéressant la santé et la sécurité au travail sont déterminées par décret.par la .Les-groupements capables d'ester en justice.en compromettre la loyale exécution.-L""4"e. A défaut. pour être valable.liés par la-Convention ou l'Accord qui violeraient à leur égard les engagements contractés. Les groupements intéressés déterminent eux-mêmes les modalités de cette délibération. 1221 A défaut de stipulation contraire. Au plan géographique.ne sont .. Art. en vertu: - soit des stipulations statutaires de cette organisation..de ne rien faire qui soit de-natureà. adaptent cette Convention ou certaines de ses dispositions aux conditions particulières de travail existant sur le plan inférieur. peuvent.Sci-dcesous penvent intenter une action endommages-intérêts à l'encontre d'autres personnes ou groupements .5 sont tenus.garants de cette exécution que dans la mesure déterminée. les clauses de cette Convention s'imposent.. la Convention collective doit être ratifiée par uue délibération spéciale de ce groupement.'11. d'autre part. Art.Dans tout établissement compris dans le champ d'applioation-d'nneConvention collective. 72.

liés ' par une Convention collective de Travail ou un Accord prévu à . . ..3. à l'organisation et au fonctionnement de l'apprentissage et de la formation professionnelle dans le cadre de la branche d'activité considérée . l'article 73. . sansavoirà justifier d'un mandatde l'intéressé. Dans des conditions déterminées par décret. Les dispositions facultatives reconnues utiles peuvent être rendues obligatoires par décret. les entreprises ou les secteurs d'activités qui.quand il y a lieu.. de modification et de dénonciation de tout ou partie de la Convention collective .aux primes d'ancienneté et d'assiduité .aux prime s de panier pour tous les travaill eurs devant prendre leur repas sur le lieu de travail .Les Co nventions collectives visées par le présent chapitre contiennent obligatoirement des clauses relatives: SECTION 2 ~ au libre exercice du droit syndical et à la libert é d'opinion des travailleurs. des clauses relatives . . compte tenu notamment de leurs chiffres d'affaires ou de leurs effectifs. .aux procédures conventionnelles d'arbitrage suivant lesquelles sont ou peuvent être réglés les confl its collectifs de travail susceptihlcs de survenir entre les emplo yeurs et les travailleurs liés par la Convention .à la durée de la période d'essai el de celle du préavis .aux conditio ns particulières de travail des femmes et des jeunes dans certaines entreprises se trouvant dans le champ d'application de la Convention . sans en modifier l'économie.5 .à la majoration pour travaux pénibles.Les Conventions collectives peuvent également contenir.5 ci-dessous. peut toujours intervenir à l'instance engagée à raison de l'intérêt collectif que la solution du litige peut présenter pour ses membres. L'intéressé peuttoujours intervenir à l'instanceengagée par le groupem ent Lorsqu'une action née de la Convention collective ou de l'Accord est intentée soit par une personne soit par un groupement. .JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE 1222 14 septembre 2015 .4.aux conditions d'embauchage et de licenciement des travailleurs sans que les dispositions prévues puissent porter atteinte au libre choix du syndicat par le travailleur. 73. aux conditions particulières de travail. à l'extension d'accords collectifs qui ne portent que sur un ou plusieurs points déterminés. des représentants des syndicats représentatifs du personnel de l' établissement ou des établissements intéressés .aux délégués du personn el .Les groupements capables d'ester en justice.Les Conventions collectives ayant pour objet de régler les rapports entre employeurs et travailleurs d'une ou plusieurs branches d'activités sur le plan national. sans que cette énumération soit limitative. CHA PITRE 3 Dispositions concernant les conventions collectives particulières SECTION 1 Conventions collectives suscep tibles d 'être étendues ou élargies Art. considérées comme représentatives.Il peut étre procédé. naissent de cette Convention ou de cet Accord en faveur de leurs membres. aprés avis favorahle de la Commission consultative du Travail. peuvent en outre être extraites de la Convention. 73. travaux parroulement.quand il y a lieu. tout groupement capable d'ester en justice. régional ou local. initialement.2. 73. Si.. à la gestion et au financement des servîces sociaux et médico-sociaux .à l'emploi à temps réduit de certaines catégories de personnel et à leurs conditio ns de rémunération . dangereux.. . .à la procé dure de révision. .13. travaux pendant le repos hebdomadaire et durant les jours fériés . .aux modalités d'exécution et aux taux des heures supplémentaires. . cette condition n'est remplie que par une partie des entreprises. .aux indemni tés de déplacement. L'extension n'est possible que si la situation économique et sociale des entreprises susceptibles d'être concernées par cette mesure est analogue à celle des entreprises d'ores et déjà liées par la Convention.5. pourvu .aux congés payés.aux conditions générales de la rémunération au rendement chaque fois qu'un tel mode de rémunération est reconnu possible . . Art. dont les membres sont liés par la Co nvention ou l'Accord. insalubres . - aux salaires applicables par catégorie professionnelle .Des accords concernant un ou plusieurs établissements déterminés peuvent être conclus entre d'une part. et sont susceptibles d'extension ou d'élargissement à tous les empl oyeurs et travaill eurs de la ou des branches d'activités visées.. sont conclues entre les organisations syndicales d'employeurs et de travailleurs intéressés. dans les formes et conditions définies par décret . Accords collectifs d'établissem ent Art. du travail de nuit et des jours non ouvrables .à l'organisation. l'extension doit être limitée à cetteseule catégorie.. les clauses qui ne répo ndraient pas à la situation de la ou des branches d'activités dans le champ d'application considéré. 73. peuvent exercer toutes les actions qui . 73. 72.à l'indemnité pour frais professionnels et assimi lés . Art. un employeur ou un groupement d'employ eurs et d'autre part.aux modalités d'application du principe : « à travail de valeur égale. que celui-ci ait été averti et n'ait pas déclaré s'y opposer. L'élargissement consiste à inclure dans le champ d'application de la convention. . salaire égal» pour les femmes et pour les jeunes . . . .1. . Art. Art. n'étaient pas visés par ladite convention. . aux modalités de constitution du cautionnement visé à l'article 14.

SECTION 3 Conventions collectives dans les services. elle est. ce lui-ci prononce au vu du procès-verbal de non-comparution dressé par l'inspecteur du travail et des lois sociales.. Les dispositions des artic les 72. 81. Art.Tout procès-verb al afférent à la tentative de règlemen t amiable énonce les diffé rents chefs de la demande. y compris les dommages et intéréts s'il y a lieu. les chefs de demande dont il a été fait abandon. des sommes convenues par règle ment amiable. Art. 81. 73.. à l'inspecteur du travail et des lois sociales pour tentative de règ lement amiable.5. une action peut étre introdui te devant le tribunal du Travail dans les cond itions prévues à l'article 81.1. Aucune mention telle que divers «pour solde de tout d'app lication. 73.6. être conclues conform ément aux dispositions de la présente total. Si le demandeur ne se présente pas ou n'est pas représenté.2. Le jugement est affiché aux frais du défendeu r non comparant. En cas de règlement ou réglementaire particulier.000 de francs CFA.. les accords collectifs d'établissement et le contrat individuel de travai l. lesquels l'accord des parties est intervenu et s'il y a lieu . y compris des différents relatifs aux accidents de travai l et aux maladies professionnelles.des Conventions collectives peuvent . 81.En cas d'échec de la tentative de règ lement amiable. applicable aux services. soit encore par un représentant des organisations synd icales aux- quelles elles sont affiliées. En l'absence de tout règlement amiable. acheminée par cahier de transmission. un travailleur à son employeur ou un apprenti à son maître.18. 81. entre les travaille urs ou apprentis et leurs employeurs ou maîtres . le mandataire des parties est constitué par écrit.. EUes pe uvent se faire assister ou représenter soit par-un travailleur ou un emp loyeur appartenant à la même branche d'activité. par la partie la plus dili gente au président du Tribunal du Travail dans le ressort duquel il a été établi .5. 72. Art.Lorsqu'une Convention co llective a été étendue sommes convenues pour chaqu e chef de deman de. 81. Art.Un différend ind ividuel du travail est un litige qui oppose.9 s'appliquent aux aecords prévus au présent titre. être représentés par un direc teur ou un employé de l'entreprise ou de l'établissement. en cours d'emploi ou à l'occasio n de la rupture du contrat de travail. Toute clause aya nt pour effet de mertre définitivement fin au litige ne peut être mentionnée au procès-verbal qu'avec la volonté expressément manifestée par les parti es.4. par voie pos - tale avec accusé de récepti on ou par tout autre moyen offrant des garanties de preuve s équivalentes. les Art. Celui-ci y appose la formule exécutoire et fait dépo ser un exemplaire au rang des minutes du tribunal du Travail. 81. d'une part.Les accords d'établissement ont pour objet d'adapter aux conditions particulière s de l'établi ssement ou des établissements considérés les clauses des Conventions collectives nationales .. . 81.000. Le règlement à l'amiable du différend devant l'inspecteur du travail et des lois sociales est définitif.1. Ils peuvent prévoir des dispositions nouvelles et des clauses plus favorables aux travailleurs . 73. le procè s-verb al ment ionne.6.- En l'absence d'un verse ment immédiat ou dans le délai imparti. se trouvent placés dans son champ parties. entreprises et établisseEn cas de règlement partiel le procès-verbal contient également ments publics visés par le présent chapit re qui. en l'absen ce de disposipart. tions contraires.. SECflON 2 Règlement contentieux Art. en raison de leur les chefs de dema nde sur lesquels il n'a pu y avoir d'acco rd des nature et de leur activité.Tout différend individuel du travail est soumis.6. et notamm ent l es conditions d'artribution et le mode de calcul de la rémunération au ren dement. le procès-verbal est présenté.8 et 72.Les tribunaux du Travail connaissent les différends individuels pouvant s'élever à l'occasion du contrat de travai l ou d'apprentissage.. et en présence de l'inspec teur du travail et des lois sociales. Les emplo yeurs peuvent. Art.14septembre 2015 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE DE COTE D' IVOIRE Art. en deux exemplaires. 81. régio nales ou locales. et. compte ». 'ou «toutes causes confondues» ne peut être employée TITRE VIII DIFFERENDSRELATIFSA UTRAVAIL CHAPITRE PRE MIER Différends individuels SECTION t Règlement amiable Art. la réglementat ion.7. so it par un avocat régulièrement inscrit au Barreau.Les parti es sont tenues de se présenter au jour et à l'heure fixés par la convocation de l'inspecteur du travail et des lois sociales. il ne peut renouveler sa demande de tentative de règlement amiable.Lorsque le perso nnel des services. une amende civile dont le montant ne peut être inférieur à 1.. des entre prises et des établissements publics n'est pas soumi s à un statut législatif 1223 Si le défendeur ne se présente pas ou n'est pas représenté l'affaire est transmise au tribunal du Travail . à peine de nu llité du procès-verbal. . L'exécution es t poursuivie comme cell e d'un jugement du tribunal du Travail. des primes à la prod uction individuelle et collective et des primes de producti vité.8. d'autre en application de l'article 73. en outre . les poin ts sur section. entrep rises et établissements publics Art.3. Sauf en ce qui concerne les avocats. 72. les Conventions collectives. Art.8.. l'inspecteur dn travail et des lois sociales consigne sur le procès-verbal les motifs de l'échec .7. avant toute saisine du tribunal du travail.L'inspecteur du travail et des lois sociales cherch e à concil ier les parties sur la base des normes fixées par la loi.

il est renouvelable.8 du présent Code. peuvent être allouées aux assesseurs des indemnités de séjou? èt de dép lacement . 8 1.8 1. Pour chaque affaire. Toutefois. ~ la suspension pour un temps qui ne peut excé der six mois .9. en cas de carence.1O. La citation doit contenir les nom s et profession du demandeur. par des supp léants dont le nombre est égal à celui des titulaires. La chambre spéciale peu t être divisée en sections professionnelles lorsque la struc ture Toutefois. So nt déchus de leur mandat les assess eurs qui sont frappés de l'une des condamnations visée s -ci-dessus ou qui perdent leurs dro its civils et po litique s. pro cès-verbal de non-conciliation de l'inspecteur du travail et des Le mandat des assesseurs titul aires et suppléants a une durée de deux ans . Ce montant est fixé par arrêté conjoint des ministres chargés du Travai l. Le licenciement des assesseurs travailleurs est soumis aux règles prévues à l'article 61 .Les fonction s d'assesseur s titul aires ou suppléants des tribunaux du travail sont gratuites . pour les litiges nés de la résiliation du contrat de travail et nonobstant toute attribution conventionnelle de juridiction.Les assesseurs et leurs suppléants prêtent. . un coll ège de trois magistrats siège. n'avoir subi aucune condamnation à une peine d'emprison nement ferme notamment po ur esc roquerie. Art . Toutefois.11. le président cite les parties à compa raître dans un délai qui ne peut excéder douze jours. Art . 8 1. . Par arrêté motivé du garde des Sceaux. Leur compétence s'étend aux ressorts de ces derniers. un extrait de cette inscrip tion. Ils sont choisis sur les listes présenté es par les organisations syndicales repr ésentatives de plein droit de l'assistance judiciaire. 8 1.Les assesse urs et leurs suppléants sont nommés dans les conditions défin ies par déc ret. le travailleur a le choix entre le tribunal de sa résidence et celui du lieu du travail.est délivré Les assesseurs ou leurs suppléants doivent justifier de la possession de leurs dro its civils et politiques. spéci alement à cet effet. Art . le président désigne autant que possible les assesseurs employeurs et travailleurs appartenant à la calégorie pro fessionn ell e intéressée. Leur compétence s'étend égalem ent aux litiges entre travaill eur s ou apprentis à l'occasion des contrats de travail ou d'apprentissage. le serment suivant: ..JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE DE COTE D' IVOIRE 1224 Ces tribunaux ont également qualité pour se pron oncer sur tous les différends individue ls relatifs à la validité et l'exécution des conventions collectives et règlements en tenant lieu.1 8. les peines suivantes peuvent être prononcées : - le blâm e . Inscription est faite sur un regi stre tenu à la partie ayant introduit l'action .13.- La cha mbre spéciale est com posée : . Ce procès-ve rba l est tran smis par le procureur de la R épublique. lois sociales. ~ La procédur e devant les tribuna ux du travail et En cas de carence répétée et co nstatée des assesseurs. Il est assisté d'un greffier.du président du tribu nal de Premièr e instance ou de la section détachée ou d'un ma gistrat de la j uridiction désigné par lui. L'initiative de cette co nvocation appartient au président du tribunal du travail. le procèsverba l de la séan ce de com parution est adre ssé par le président du tribunal au procureur de la Répu blique. les travai lleurs bénéficient Art . 81. 81.. En outre. Art. accompagn ée du ou. président . 14 septembre 2015 Art .. avec son avis.16.Le président du tribunal du travail est ju ge des référés en ma tière de conflit s indiv iduels du travail. tion des jugements rendus à leur profi t.. en cas d'emp êchement. faux et usage de faux. 8 1. dimanche et j ours fériés non compris. devant la ju ridiction d'appel est gratuite. ministre de la Justice.Le trib unal com pétent est celui du lieu du trava il. majoré s'il y a lieu des délais de distance fixés dans les conditions prévu es à l'article 8 1.Tout assesseur titula ire ou supp léan t qui manque gravement à ses devoirs dans l'exerc ice 'de ses fonc tions es t appelé devant le trib unal du travail pour s'ex pliquer sur les faits qui lui sont reprochés.en outre.34. Dans le délai d'un mois à dater de la co nvocation. par l'inspec teur du travail et des loi s sociales...12. 81. 81. . des tribunaux du travail avec la même compétence territoriale. au garde des Sceaux.. l'ind ication de l'obj et de la demande.L'action est introduite par d éclaration écri te ou orale fa ite au greffe du tri bunal du travail.d'un assesseur employeur et d'un assesseur travailleur pris parmi ceux figurant sur les listes établies conform ément à l'article Art. l'heure et le jour de la comparution.81. abus de con fiance . Art . devant le tri bu nal a uprès duquel ils sont ap pe lés à siéger. ministre de I~Justice.13 ci-de ssous.14. 81. Art. du marché du trava ille justifie. Dans les deux j ours à dater -de la réception de la demande. pour l'exécu- Art. lorsque l'importance du marché du travail l'exige. de la Justice et des Fin ances.15. Les assesseurs titulaires sont remplacés. il peut être créé auprès des sections détachées des tribunaux de Première instance.Les tribun aux du travail sont constitués par une chambre spéc iale des tribunaux de Première instanee.17 . lis doivent.« Je jure de remplir mes devoirs avec zè le et intégrité et de garder le secret des délibération s ». dans les conditions définies par décret. - l'exclusion. dont le montant ne peut être inférieur au montant des salaires et indemnités perdus.

à peine d'irrecevabilité. le jugement est rendu séance tenante. L'appel est porté de vant la Cour d'appel. Art . interroge et confronte les parties. sauf mise en délibéré dont le délai maximum est de quinzejours. il p eut pro - céder ou faire procéder à tous constats ou expertises.- Le jugement p eut ordonner l'exécut ion imm é- fait comparaîtr e les témo ins cités à la diligence des parties ou par diateet parprovisionavec ou sans caution. 1225 .En ca s de j ugement par défau t. le juge- ment est exécutoire. il est passé outre au débat . ou appel.Le tribunal du travail statue en premier et de rnier ress ort. 8 1. 81. Dans le cas où le défendeur a déposé un mémoire.14 septembre 20t5 JOURNAL OFFTCIEL DE LA REPUBLIQUE DE COTE D' IVOIRE La citation est faite à personneou à domicile par voie d'agent adm inistratif spécialement commis à cet effet .) mensuel.23 . au j ou r dit.20.Les parties sont tenues de se rendre au jour et à l'heure fixés devant le tribunal du travail. elle ne peut êtrereprise qu'une seule fois et selon les formes imparties pour la demande primitive. La récusation est formée avant tout débat. dans les mêmes cond itions qu'à l'art icle 8 1. Art. un extrait du pro - cès-verbal signé du greffiervaut titre exécutoirepour les parties sur lesquell es un accord est intervenu et un procés-verbal de non-conciliation pour le surplus de la demande. à peine de nullité.. Si le défendeur ne comparaît pas ou n'a pas demandé le renvo i de l'affaire en j ustifiant d'un cas de force majeure. Art. .. prescrire toutes enquêtes..8 1.25.. Passé ce derni er délai.nonobstant opposition lui-même.Les assesseurs du tribunal du travail peuvent être récusés : - quand ils ont un intérét personnel à la co ntestation . l'affaire est renvoyée à la prochaine audience où doivent siéger le ou les assesseurs suppléants.G.1 8 . Sauf en ce qui concerne les avocats. 81..28 . Art. de sa date et de son heure est faite par le greffier en marge du jugement. L'exécution provisoire sans caution est de droit pour toute somme que la partiea reconnue devoir. 81. le nouveau jugement. le président convoque à nouveau les parties comme il est dit à l'article 81. 8 1. .24. Elle s peuvent se faire assister ou représenter soit par un travailleur ou un employeur appartenant à la même branche d'activité. dans ce cas.si.- Eu cas de non-concili ation ou pour la partie contestée de la demande. si elle est admise. pardécision du tribunal. le tribunal doit retenir l'affaire. Art. le témoin ne comparaît pas.. dans l'année qui a précédé la récusation. 81. Le tém oin défaillant pourra êtr e déchargé de l'amende s'il jus- tifie qu'il n'a pu se présenter au jour fixé. Si la demande est rejetée. il statue à charge d'appel. - quand ils sont parents ou alliés de l'une des parties . elle peut être faite par vo ie télégraphique. le tribuna l le condamne à l'amende et délivre contre lui mandat d'amener.26.Si.18.Les débats clos. en outre. 8 1.I. le jugement est réputé contradictoire et les délais d'appel ne courent que du jour de sa signi fication. descentes sur les lieux et toutes mesures d'information qu'il estime opportunes. Art . sauf au stade de la conciliation.En cas de co nciliation partielle. au jour fixé par la con vocation. le mandataire des parties doit être constitué par écrit et agréé par le président du tribunal du travail.L'aud ience est publique. le demandeur ne comparaît pas et ne justifie pas d'un cas de force majeure. noti fication du j ugement est faite à la partie défaillante. Le président procède à l'au dition de toute autre personne dont il juge la déposition utile au règ leme nt du diffé rend.19. 81. Ell e peut valablement être faite parlettre recommandée avec accusé de réception.M. Le renvoi ne peut être prononcé que pour unjuste motif. Le jugement par défaut es t susceptible d'opposition dans les dix jours et d'appel dan s les quinze jours à compter de la noti ficat ion à personne ou à dom icile . Art . Si. En cas d'urgence. Les employeurs peuvent. Le président dirige les débats. lorsque le chiffre de la demande n'excèd e pas dix fois le sa laire minimum interprofessionnel garanti (S. Au-del à de cette somme. un procès-verbal rédigé séance tenantesurun registre ad ' hoc consa cre le règ lement à l'amiable du litige. être représentés par un directeur ou un em ployé de l'entreprise ou de l'établissem ent. par le greffier. Le tribunal peut toujours.21. nonobstant tout défaut. est exéc utoi re. . Le président statue immédiatement. Un extrait du procés-verbal de conciliation signé du greffier vaut titreexécutoire. 81. Sur opposition. A rt. il procède immédiatement à son examen. - s'ils sont employeurs ou travailleurs de rune des parties en cause. . En cas d'accord. Le témo in non comparant dont la dép osition est déclarée nécessaire parle président est cité à nouveau par agent administratif désign é à cet effet : la citation doit porter. il y a eu procès pénal ou civil entre eux et l'une des parties ou son conjoint ou allié en ligne directe . dans les formes ind iquées à l'art icle 81.18. Art. il est procédé à une tent ative de conciliation.27. 8 1. soit encore par un représentant des organisation s syndicales auxquelles elle s son t affiliées. Art.Lorsque les parties comparaissent devant le tribun al du travail. Copie du jugement signée par le greffier doit être remi se aux parties sur leur demande.29. par jugement motivé.s'ils ont donné un avis écrit sur la contestation . Mention de cette délivrance. . Art. mention qu'avis a été donné au témoin qu'en cas de non -com parution il seradécerné contre lui mandat d'amener et qu'il encoure en outre une amende civile de 10 000 francs CFA . soit par un avocat régulièrement inscritau barreau. l'affaire est ren~oyée à la prochaine audience utile.22. la cause est rayée du rôle . défaut est donné con tre lui et le tribun al statue sur le mérite de la demande.

35. Différends collectift Le pourvoi est introduit ct jugé dans les formes et conditions prévues par la loi organiqu e régissant ladite Cour. L'ordonna nce de référé n'est pas susceptible d'opposition mais d'appel dans le délai de dix jours à compter de sa notification..Les dispositions du Code de procédure civile sont applicab les. le président cite les parties à comparaître dans un délai qui ne peut excéder troisjours. le juge des référés peut accorder une provision au créancier. quels que soient la nature et le montant de cette dem ande.1. il se prononce sans qu'il y ait lieu à appel.Une expédition de la décision devenue définitive est transmise par le gre ffier en che f à l'inspecteur du travail et des lois sociales du ressort.31. notamment les délais de d istance. si seules les demandes reconven tionnelles formées par celui-ci dépassent le taux de sa compétence en dernier ressort. le juge des référés peut. dans le délai de dix j ours de la notification de la décision querellée.- Les dispositions du présent chapitre sont applica - bles au règlement de tout différend collectif de trava il. Dans tous les cas où l'existence de la créance de salaire n'est pas sérieusement contestab le.1226 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE DE COTE D'I VOIRE Art. Néanmoins. 82. En cas d'extrême urgence . appel peut être interjeté dans les formes prévues à l'article 81. sont fixés par voie réglemen- pub lics qu'en l'absence de dispositions législatives ou réglemen- taire. L'exécution a lieu sans garantie. Si une demande reconventionn elle est reconnue non fondée et formée un iquement en' vue de rend re le j ugement susce ptible d'appel. taires spécifiques.30. Dans les deux jours de la récep tion de la demande. par requête déposée au greffe de la Cour d'appel et adressée au premier préside nt de lad ite Cour. fondée exclusivement sur la demande princi pale. L'appel est j ugé sur pièces dans le mois suivant la réception du dossier. . la représentation des parties obéit aux régies fixées par l'article 81... l'auteur de cette demande peut être condamné à des dommages-intérêts envers l'autre partie. Art . Toutefois.33. 81. soit pour faire cesser un trouble manifestement illicite. 81.La Cour suprême conn aît des recours en cassa- CHA PITRE2 tion contreles jugements et arrêts rendus en dernierressort. Art. le juge des référés peut ordonner l'exécution sur minute. en cas de défaut du dêfendeur. L'appel est transmis dans la quin zaine de la décla ration d'appel au greffier en chef de la Cou r d'appel. sauf si le juge en décide autrement. dans la limite de la compétence des tribunaux du travail. Les recours contre les ordonnances prises par le premier président de la Cour d'appel sont portés devant le prés ident de la Cour suprême par requête déposée au secrétariat général de ladite Cour. même au cas où. même en présence d'une contestation sérieuse.18. ordonner toutes mesures qui ne se heurtent à aucune contestation sérieuse. i .Les modalités d'application du présent chap itre. il renvoi e l'affaire en tentative de co nciliatio n devant le tribuna l du travail. le tribunal ne se prononce sur toutes qu'à charge d'appel. en matiére de référé au présent Code. 81.Dans les quinze jo urs de la notification du jugement. Le différend collectif s'entend d'un différend qui naît en cours d'exécution d'un contrat de travail ct qui oppose un ou plusieurs employeurs à un groupe organ isé ou non de travailleurs pour la défense d'un intérêt collect if. à défaut de dispos itions particulières prévues . déposés par les parties en Première instance et en appel. en ce cas. soit pour prévenir un dommage imminent.18. Elles ne s'appliquent aux travailleurs de s services et établisse ments Art.32.La demande en référé est int roduite selon les forme s prescrites à l'arti cle 81. .. Dans ce cas . Art . Le greffier en chef de la Cour d'appel cn informe les parties par voi e d'agent administratif spécialement commis à cet effet ou partous moyens laissant trace écrite. Dans ce cas. prescrire des mesures conservatoires ou de remise en état qui s'imposent. le jugement en premier ressort n'a été confirmé que partiellement.\ . La juridiction des référés peut toujours. l'ordonnance de référé rendue séance tenante mentionne la date de l'audience publique et vaut citation. 14 septembre 2015 SECTION 1 Disposi tions générales Art. Il statue éga lement sans appe l. ou que justifie l'existence d'undifférend. L'ordonnance de référéest exécutoire par provision. Lorsque chacune des demandes principales.Le tribunal du travail connaît de tout es les demandes reconventionnelles ou en compensation qui. 81. il statue en dernier ressortsi seule la demande reconventionnelle en dommages -intérêts. dépasse sa compétence en dernier ressort. Si l'une de ces dem andes n'est susceptible d'être jugée qu'à charge d'ap pel. 81. Art.Dans tous les cas d'urgence.37. avec une expé dition du jugement et les lettres. mém oires et documents. Le ju gement est notifié aux parties par le greffier en ehef du tribunal du travail. la garantie est constituée conformément audroit commun. dimanche et j ours fériés com pris. reconventionnelles ou en compensation est dans les limites de sa compétence en dernier ress ort.19.36. en appel. . Art . 81. par leur nature. 81. . Art. 81. Si le juge des référés estime que la demand e exc ède ses pouvo irs.34. rentrent dans sa compétence. les parties peuvent demander à êtreentendues.

6. L'arbitre unique ou les membres du com ité arb itral sont désign és par les parties ou . Ce délai peut être prorogé d'une égale durée avec j 'accord des parties.Lorsque les parties convie nnent de sou mettre le différend à la procéd ure d'arbitrage. Le décre t fixe notamment la durée maximale de la procéd ure terme mais où les grèves d'une certaine amp leur et durée pourrait provoqu er une crise nationale aiguë menaçant les conditions norm ales d'existence de la popu lation . Dans les cas exceptionnels où le Iock-out est licite.9.dans les services dont l'interruption risq uerait de mettre en danger la vie . Les secteurs d éterminés et les effectifs req uis pour assurer ce service minimum seront fixés parvoie réglementaire surproposition de la commission indépendante permanente de concer- Art . Ce tte not ification comporte les raisons et les revendications formulées par les organisations syn dicales déposant le préavis de grève ou.. nal du dialogue social peut être saisi. dans les cinq jours ouvra bles de la soum ission du différend à la procédure d'arb itrage selon des conditions fixées par décret. de l'établissement et le cas éché ant auprès des unions p atronales de la branche d'activité. 82 . les parties peu - vent recourir : . tation. ré sultant d'événements po stérieurs à ce procès-verbal. conventions collectives ou accords en vigueur. Cette liste comprend des perso nnalités Art.soit à la procédure conventionnelle d'arbitrage. Art . si les parties en conviennent .11. Art.Toute gr ève doi t être précédée d'un préavis permettant la nég ociation entre les parties.7 .3 ali néa 14 du présent Code .18 du pr ésent Code. par les d élégu és du personnel ou les salariés. L'organisme arbitral ne peut statuer sur d'autres objets que ceux déterminés par le proc ès-verbal de non-conciliation ou ceux qui.8.Le lock. sont la conséquence directe du différend en cours. 82. s'il en existe en app lication de l'article 73. Ce service minimum n'est possible que dans les cas suivants : 1227 Dés que le préavis de grève est notifié à l'autorité compétente. En cas de grève.S. Pour chacune des deux dernières procédures. Art. auprès de la direction de l'entreprise .A peine de null ité.14 septembre 2015 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE Art. - Sous réserve des dis positi ons de l'article 82 . 82. Elles doivent préciser si elles entendent recourii à la désignation d'lm arbitre un iqu e ou d'un comité arbitral composé d'u n magistrat et de deux arbitres.out est la fermeture de tout ou p artie d'une ent reprise ou d'un éta bli ssement. à défau t. la grève ne rompt pas le contrat de travail..L'organisme arbitral rend dans un délai de douze jours à compter de la récep tion du dossier de l'affai re la sentence arbitrale qui doit être mot ivée . . le préavis de grève doit être notifié par écrit à l'autorité compétente de l'adm inistration du travail du ressort ou. - dans les services où l'entretien des machines devra être assurépour éviter leurdétérioration consécutive à un arrêt total. Ils sont choisis parmi les personnes susceptibles de remplir les fonctions d'arbitre dont -la liste estétablie chaque ann ée par arrêté du ministre chargé SECTION 2 du Travail SUT proposition des organisations syndicales d'em- Préavis de grève et conciliation ployeurs et de travailleurs. 82.dans les services qui ne sont pas essentiels au sens strict du tion. .. 82 . à défaut d'accord entre celles-ci. Le préavis de grève est déposé par les rep résentants des salariés.. Est interdite tou te grève déclenchée dans l'inobs ervat ion du préavis prévu à l'alinéa 1. décidée par l'emp loye ur à l'occasion d'une grèvedes salariés de son entreprise.2. 82 .3 . . dan s une partie ou dan s l'ensemb le de la populatio n . Sa durée est de six jours ouvrables.10. Art . le conseil natio- Art . à l'autorité préfectorale.Les piquets de grève qui s'accompagnen t de violences ou d'entraves à la liberté du travail. - soit à la procédure d'arbitrage prévue à la section ci-après. celle-ci doit prendre l'initiative d'une négociation avec les parties en conflit.4.- En cas d'échec de la conciliation.Tout différen d collectif est obligatoirement soumi s de conciliation. à défaut. il prend fin dès que les causes qui le j ustifient disparaissent. par contrainte exercée surles non-grévistes sont interdits. choisies en fonction dc leur autorité mo rale et de leur compétence en matière économique et sociale. 82.~ Les parties en conflit sont tenues de se rendre à toutes convocationset réunions de concertation et de conciliation organisées par l'aut orité compétente. La grève est un arrêt concerté et collectif du trav ail décidé par les salariés pour faire aboutir des revendications professionnelles. 82. -.!.-Les salariés ont le droit de se mettre en grève. elles son t tenu es d'en exé- cuterla sentence. soit à la procédure de la médiation prévue ci-des sous. Le lock-out licite entraîne la susp ension du contrat de travail et dispe nse l'employeu r de verser au salarié la rémunération habituellement due pour la période concernée. la sécurité ou la santé de la personne. Le lock-out est prohibé et n'est exceptionnelleme nt licite que lorsqu'il est justifié par un impératif de sécurité ou lorsqu e la procédure de déclenchement de la grève n'a pas été respectée. SECTION 3 Arbitrage Art. 82 . dans les conditions fixées par décret à la procédure de concilia- .. règ lements. 82 . Art . Il se pro nonce en droit sur les po ints du conflit relatifs à l'interprétation des lois. un service minimum doit être assuré. sauffaute lourde imputable au trav ailleur..

Lorsque les parties conviennent de recourir à la procédure de la médiation.. notamment lorsque L'opposition à peine de nullité est formée dans les délais ceux-ci portent sur les salaires ou sur les conditions de travail quand celles-ci ne sont pas fixées par les dispositions des lois. Si l'accord. La sentence arbitrale ne peut faire l'objet dlautres recours que pour excès de pouvoir ou violation de la loi. Il peut procéder à toutes enquêtes auprès des entreprises et des syndicats et requérir des parties la production de tout document ou renseignement d'ordre économique. statistique ou administratif susceptible de lui être utile pour l'accomplissement de sa mission. SECTION 5 nomique des entreprises et de la situation des travailleurs intéressés par le conflit. dresse un rapport motivé de ses investigations.12.15. La sentence arbitrale et la recommandation devenue exécutoire. cette sentence ou cette recommandation produit les effets d'une convention collective. au jour suivant l'expiration du délai d'opposition ou de la mainlevée de l'opposition si celle-ci a été formée. comptable.Le chef du Gouvernement peut. 82. Les conclusions de ce rapport établissent. conventions collectives ou accords collectifs en vigueur. la santé ou la sécurité des personnes.14 ci-dessous.. la vie.JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE' DE COTE D'IVOIRE 1228 14 septembre 2015 Il statue en équité sur les autres différends. portés devant la Cour Arbitrage obligatoire Art.. un projet de réglement des points en litige.Lorsqu'un accord de conciliation.. décider de soumettre le différend au comité arbitral composé d'un magistrat et de deux arbitres suivant la procédure. des sentences arbitrales et des recommandations devenues exécutoires est obligatoire. d'une sentence arbitrale ou d'une recommandation devenue exécutoire -dans les conditions prévues à la section 2 du chapitre 2 du titre VII du présent Code. mandation. En cas d'opposition. les minutes des recommandations devenues exécutoires. s'il estime que la grève ou le lock-out risque d'être préjudiciable à l'ordre public ou à l'intérêt général. produisent effet à dater du jour du dépôt de la requête aux fins de conciliation. si aucune de celles-ci n'a manifesté son opposition.14. Les accords de conciliation. ainsi que sur les différends relatifs à la négociation et à ci-dessus indiqués par lettre recommandée adressée à l'inspecteur la révision des clauses des conventions collectives. La sentence arbitrale est notifiée aux parties et à l'inspecteur du travail et des lois sociales par lettre recommandée avec accusé de réception dans les quarante-huit heures de sa date. lorsque le médiateur constate que le conflit porte sur l'interprétation ou la violation d'une disposition légale. les sentences arbitrales et les Le médiateur a les mêmes pouvoirs que l'arbitre tels qu'ils sont recommandations devenues exécutoires sont insérés au Journal définis à l'article 82. qui le transmet aux parties dans les quarante. Le médiateur de la République peut être choisi comme médiateur. sous forme de recom. 82. A l'expiration d'un délai de quatre jours francs à compter de la notification du rapport du médiateur aux parties. immédiatement communiqué à I'inspecteur du travail et des lois Art. Le rapport contenant les recommandations du médiateur est Les syndicats professionnels peuvent exercer toutes actions qui naissent d'un accord de conciliation. dans un délai de douze jours ouvra- Les minutes des accords et sentences sont déposées au greffe bles susceptible d'être prorogé d'une égale durée avec l'accord du tribunal du travail du lieu du diffèrend au jour de leur rendu. cet accord. règlements. réglementaire ou conventionnelle.L'exécution des accords de conciliation. en cas de leur silence sur ce point. des sentences arbitrales et des recommandations devenues éxécutoires Art. Le récépissé de l'expédition fait foi de l'opposition.. SECTION 6 SECTION 4 Médiation Art. de toute personne qualifiée susceptible de l'éclairer. et généralement. - en cas de crise nat~onale aiguë. connaître. la sentence ou la recommandation est intervenu en vue de régler un différend survenu dans une branche d'activité . 82.10. l'interprétation des clauses d'une convention collective relatives aux salaires et aux conditions du travail.13. 82. avec accusé de réception et. les délais et les effets prévus au présent titre. Il a les plus larges pouvoirs pour s'informer de la situation éco- du travail et des lois sociales.11 ci-dessus. Le médiateur convoque les parties par lettre recommandée Exécution des accords de conciliation. des parties. acquièrent force exécutoire. une sentence sociales. il doit recommander aux parties de soumettre les points litigieux à la juridiction compétente pour en des lois sociales ainsi qu'au lieu du travail où est né le conflit..huit heures arbitrale ou une recommandation devenue exécutoire porte sur ainsi qu 'au ministre en charge du Travail.. sous réserve du dépôt prévu à l'alinéa 82. elles désignent un médiateur dans les conditions de l'article 82. financier. officiel et affichés dans les bureaux de l'inspecteur du travail et Toutefois. Cette possibilité est ouverte dans les circonstances suivantes: ~ si la grève affecte un service essentiel dont l'interruption risque de mettre en danger tout ou partie de la population. les recommandations. les conclusions de la recommandation sont rendues publiques. suprême. Il peut recourir aux offices d'experts comptables agréés.

les tra vailleurs ou leurs représentants .Les frai s occas ionnés par la procédure de conci liation. A ce titre. 9 1. selon les cas. de coord onn er et de co ntrôler les serv ices ct orga nismes concourant à l'appli cati on de la législation soc iale . faire l'obj et d'un arrê té d'exten sion. . Ics infractions aux dispositions de la législation et de la réglementation du travail.7. L'inspecteur du travail et des lois sociales doi t être informé de la suite ju diciai re réservée au procès-verbal. Elle est chargée not amment : . l'in sp ecteur du trav ail et des lois soc iales peut au ssi ordon ner ou fa ire ordonn er des mesures immédiatement exécutoires p.de docum enter. à la demande des organ isations syn dicales signataires de la conventi on collective étendue. notamment les fra is de dé placement. les personnes et les expert s aux offices desquels il peut être fait appel en application du présent chapitre sont tenus au secret professionnel sous les qui concerne les peines prévues à l'article ci-dessous. les projets de loi' et de rég lem ent de sa compétence .17. pro digue r des consei ls. les conditions de trav ail.de rensei gner. La formule du serment est : « je jure de bien et fidèleme nt rempli r ma charge et de ne pas révéler... Art. cette sentence ou cette recommandat ion doit. 9 1. 82. 82.1.~ . de travail et de sécurité sociale. . 9 1. d'orientation.- L'a rbitre. Ic cas échéa nt. les rapp orts professionnels et l'emp loi.L'organisation et le fonct ion nem ent des services de l'administrati on du travail sont fixés par décret. d' imp ul sion . même après avoir quitté mon se rvicc. Les modalités d'a pp lication des ame ndes fixées par l'inspecteur du travail et de s loi s sociales sont d étermin ées par voie réglementa ire . 91. - de veil ler à l'exéc ution des lois et règlem ent s . d'éc la irer et de co nsei ller les par te naires sociaux que sont les employeurs. A rt. Ar t. d'emploi.. réglementaire s ou conventionnel les ». les secrets de fabrication et les procédés d'ex ploitat ion dont je pourra is prendre co nnaissance dan s l'exercice de mes fo ncti ons et de tenir pour confidentielle toute information signalant une infract ion aux dispos itions légales. avant épuisement de la procédure d'a rbitrag e prévu e aux sec tions 3 et 5 ou en violat ion des di spositions d'un accord de conciliation. .3. travail du ressort. ils ont compétence pour faire citer tout co ntrevenant devant le tribuna l dt.91 .. Art.Le s inspecteurs du trava il et des lois sociales ne peuvent avoir un intérêt qu elco nque direct ou indi rect dan s les entrep rise s placées so us leur contr ôle. de co ordination et de cour î le.L'inspection du travail et des lois socia les est chargée de toutes les questions int éressant . TTTRE tX CONTROLE D U TRAVAIL ET DE L'EMPL OI CHAPITRE PREM IER Organ ismes administratifs SECT ION 1 Administration du travail Art.JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE DE COTE D' IVOIRE 14 septembre 2015 où une co nventio n collecti ve a été conclue en a pplication des disposition s du présent Code .de réa liser en co llab oration avec les autori tés et organismes co ncemés.16. de con se iller.de suivre les relations av ec les autres Etats et les organisations inte rna tionales en ce qui concerne les questions relev ant de sa compétence.Les inspecteurs du travail et des lois soc iales prêten t sermen t. 18. la meilleu re org anisation possible du march é de l'emplo i et la pleine utilisation de la m ain-d' œu vre . . 91 ..6. devan t le tribunal ou la section du tribuna l de leur résidence.- Sont inte rdi tes toutes gr èves avant épuisement de la procédure de conciliation et du délai de six jours ou vrables su ivant la notificati on aux part ies du pro c ès-verbal de non-conci liation.de produire et de ten ir à jour des do nnées statistique s rel atives aux conditions d'emploi. Les grè ves engagées ou continuées en vio lation des présentes disposit ions pe uvc ~t entraîner pour les travailleu rs la perte du droit à l' indemn ité de p r éavis ct aux dommages -intérêts pour rup ture du con trat.5.4.. un rôle de con cep tion. notamme nt.Aux fins de faire cesser les infr action s. 1229 . Les condi tion s d'ind emnisation des arbitre s. d'arb itrage ou de médi ati on .. par le budget de l'Etat.' . mé diateurs ct ex perts so nt d éterm in ées pa r voie réglementaire. Les d ispositions de s a linéas précéden ts s'app liquent aux élèves inspe cteurs du trava il de l'Eco le nationa le d'administration avant leu r mise en stage pratique dan s les entreprises. les inspecteurs du trava il et de s lois sociales peuvent égaleme nt.. Art. par procès-verbal faisant foi ju sq u'à inscription de fau x. SECTION 2 Insp ection du travail et des lois sociales Art. 9 1.. de con seil. 82. de forma tion professionnelle et de sécurité sociale. cet acco rd. pertes de salaires et de traitemen ts sont supportés. Art .d' élab orer dan s le cadre des dire ctives m ini sté rie lle s. donner des avertisseme nts ou sign ifier des mis es en demeure. En cas d'urgence et sou s rés erve des rec ours juridictionnels ou admi nistratifs. . .L'administrat ion du tra vail comprend l'ensemble des services qui assurent en matière de trava il. Art . L'administration du travail établit et publie un rapport a nnuel sur les activités des services placés sous so n con trôle. le médi ate ur.2.ropres à fai re cesser un da nger immi nent pou r la santé et la sécurit é de s travailleurs. Art . en ce inform ations et les documen ts qui leu r so nt co mmuniqués a insi que les faits qui viendraie nt à leur connaissance dans l'acco rnplis sement de leur mi ssion. d'une sentence arbitra le ou d'une recommandation ayant acquis force exé cutoire . .Les itlspecteurs du travai l et de s lois sociales peuvent constater.

Ils portent à la connaissance de l'inspecteur du travail et des lois 4. A l'occasion d'une visite d'inspection. interroger. ~~I. Munis d'une carte professionnelle. 91.9. ils ont le pouvoir: - de pénétrer librement et sans avertissement préalable à toute heure du jour comme de la nuit dans tout établissement assujetti au contrôle de l'inspection. lorsqu'il est constant qu'un travail y est effectué. 91.12. s'informer auprès de toute personne dont le témoignage peut sembler utile. - de pénétrer. des échantillons des matières et substances utilisées les mises en demeure qui sont signifiées. établi conformément aux dispositions de l'article 91.13. Ils disposent en permanence de moyens en personnel et matériel notamment de véhicules nécessaires au fonctionnement de leurs services.. le contrôle de l'exécution des dis- l'exercice de leur mission.de requérir. dans tous les locaux qu'ils peuvent avoir un motif raisonnable de supposer être assujettis au contrôle de l'inspection.Dans les établissements ou parties d'établisse- représentant. en présence du chef d'entreprise ou du chef d'établissement ou de son suppléant et contre reçu. Art.Les frais résultant des réquisitions. devant le tribunal ou la section du tribunal de leur résidence. notamment en ce qui concerne les prestations d'hygiène et de sécurité. le contrôle desdits établissements s'effectue dans les conditions prévues à l'article 91. carrières. des lois sociales doit informer de sa présence l'employeur ou son Art. si besoin est. prélever et emporter aux fins d'analyse.4. exiger l'affichage des avis dont l'apposition est prévue par les dispositions légales ou réglementaires.. . Ils sont habilités à constater les infractions par procès-verbal faisant foi jusqu'à inscription de faux.. lesquels l'intérêt de la défense nationale s'oppose à l'introduction Sur réquisition écrite constatant les difficultés rencontrées dans d'agents étrangers au service. avec ou sans témoins.. une indemnité forfaitaire suffisante pour le remboursement de tous frais de transport et de déplace- de se faire accompagner. dans leurs visites. 91. les fonctionnaires chargés de ce contrôle veillent à ce que les installations relevant de leur contrôle tech- 1. à moins qu'il n'estime qu'un tel avertissement risque ments militaires employant de la main-d'œuvre civile et dans de porter préjudice à l'efficacité du contrôle. l'employeur ou le personnel de l'entreprise. de délégués du personnel de l'entreprise de participation à la judicature. les médecins et techniciens étant tenus au secret professionnel dans les mêmes conditions et sous les mêmes sanctions que les inspecteurs eux-mêmes. et du ministre chargé du Travail. comme de nuit. leurs. 2. 91. les avis et les consultations de médecins et techniciens. à cet effet et dans cette nique soient aménagées en vue de garantir la sécurité des travail- Ils assurent l'application des règlements spéciaux qui peuvent limite. 91. une indemnité officiels assermentés. de délégués syndicaux et de membres de son comité de indemnité de sujétion et une indemnité de logement. ou officiers désignés par arrêté conjoint du ministre de la Défense Art. .8.~ Pour l'exercice de leurs attributions. 91. à tout moment..Des contrôleurs du travail et des attachés du travail assistent les inspecteurs du travail et des lois sociales dans le fonctionnement des services. les inspecteurs du travail et des lois positions en matière de travail est assuré par les fonctionnaires sociales peuvent se faire assister des agents de la force publique. de pouvoirs des inspecteurs du travail et des lois sociales. contrôles ou enquêtes jugés nécessaires pour s'assurer que toutes les dispositions législatives et réglementaires sont effectivement observées et notamment: blissements et chantiers où les travaux sont soumis au contrôle d'un service technique. L'inspecteur du travail et des lois sociales peut. expertises et enquêtes prévues à l'article précédent sont supportés par le budget de l'Etat.JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE 1230 Art.6.12. être pris dans ce domaine et disposent.10. contrôleurs et attachés du travail ainsi qu'aux médecins inspecteurs du travail. une visitée. ~ 14 septembre 2015 Ils adressent le procès-verbal à l'inspecteur du travail et des lois sociales du ressort qui le transmet à l'autorité judiciaire compétente. d'interprètes ment nécessaires à l'exercice de leurs fonctions. L'Etat prend des mesures appropriées pour allouer aux administrateurs. Les contrôleurs du travail et les attachés du travail prêtent. l'inspecteur du travail et sociales les mesures qu'ils ont prescrites et . visés à l'alinéa précédent. les services d'inspection du travail disposent de locaux aménagés de façon appropriée à leurs besoins et accessibles à tous intéressés.11. Si les fonctionnaires ou officiers ainsi désignés relèvent de l'autorité du ministre de la Défense. le serment visé à l'article 91. Art. requérir la production de tous registres ou documents dont la tenue est prescrite par le présent Code ou les textes pris pour son application. La liste des établissements ou parties d'établissements militaires est dressée par arrêté du ministre de la Défense et communiquée au ministre chargé du Travail. de jour. établissements et chantiers soumis à un contrôle technique. Art. ou manipulées. 3. contrôler leur identité.Dans les mines et carrières ainsi que dans les éta- ~ de procéder à tous examens. santé et sécurité au travail ainsi que des médecins et techniciens Les montants de ces indemnités sont déterminés par décret. demander et effectuer avec les fonctionnaires visés au paragraphe précédent la visite des mines.Les inspecteurs du travail et des lois sociales ont l'initiative de leurs tournées de contrôle et d'enquête. le cas échéant. le cas échéant. une indemnité de risques.

Des décrets déterminent les modalités de cette déclarati on et ". 91. est composée de deux représentants des travailleurs en milieu de travail. Art . . en cas de besoin. ressort.il signale au chef d'entreprise loute anomalie qui lui pa raît d'une gravité imm édiate et lni présente les obse rva tions qu'il j uge utiles en ce qui concerne l'hyg iène individuelle et l'adaptation du travailleur à sa fonction. 9 1. en vue de leur orientation professionnelle.- En cas de contestation de classement. 91. Art.4 Art .- Sous l'autorité d'un médecin inspecteur du travail. sous peine d'amende. présidée p ar l'insp ecteur dn travail et des Dans le cadre de l'hygiène du travail .1 . aux fins d'analyse. l'inspecteur <In trava il et des lois soc iales du ressort communique au médecin inspecteur du travail. de la protecti on des lois sociales du ressort. JI participe aux travaux. diqu es sur la sitn a\i. à la demande du mini stre chargé du Travail ou de sa propre initiative. s'il y a lieu. - titnlaire d'un diplô me de médecine du travail .7 et 91.8 du prése nt Code ne dérogent pas anx règle s du droi t cornmun quant à la constatation et à la poursuite des infractions par les officiers de police judiciaire.Toute personne qui se propose d'ouvrir une entreprise de quelque nature qne ce so it doit an préalable en faire la déclaration à l'in specteur du travail et des lois soci ales du du présent Code. .20. la production de renseignements pério- mentation en vigueur.14septembre 2015 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLrQUE DE COTE D'IVOIRE Art . Art. . Art. une corn- missiou se réunira à la demande de l'une des part ies en vue de d éterminer le class emem du ou des travailleurs en foncti on de la qu ali fication et de la fonction occupée. SECTION 3 Inspection de la santé et s écurité au travail Art ..Les dispositions dn présent Code relatives aux ponvoirs et obligations des iuspecteur s du travail et des lois sociales sont applicables au médecin inspecteur du trav ail.Le ministère en charge du Travail pre nd les mesures appropri ées pour fourn ir à l'inspection de la sant é et sécurité au travail les moyens nécessaires à l'exercice de sa mission. comme de la prévention des employeurs et deux représentants des travailleurs qu i peuvent s'adjoindre à titre consultatif. Art. 91. maladies pro fessionuelles et des accident s du travail.4. - insc rit au tableau de l'Ordre des médecins. . à sa demande. 1231 SECTiON 4 Réclassement et orientati on professionn els des travailleurs Art .d'assurer en coordination directe avec les services psychotechniques.2 1..de contrôler le fonctionnement des services médicaux ou sanitairesdes entreprises créées en exécution des dispositions de l'articl e 43.chargée: L'inspection de la santé et sécur ité au travail est .de veiller à l'applicatio n de la légis lation relative à l'hygiène et à la protection de la santé des travailleurs. Art. . d'établissement ou de son représentant et contre reçu. en présence du chef d'entrep rise. .22.'.- Les visites d'établissements qu'il effectuedoivent lui permettre d'orienter le service de l'inspection du travail vers les solutions ou les applications de certaines techniques qui lui paraissent les plus propres à assurer la santé ct la sécurité des travailleurs : .2 du présent Code . 91.Les dispositions des articles 91. le travailleur pent se faire assister d'un représentant de son organisation syndicale.il accompagne l'inspecteur du travail et des lois sociales du ressort dans les visites d'entreprises effectuées par ce dernier lorsqu'il le lui demande . 91. 9 1. un ou deux de leurs collègues p Ins particulièrement qua lifiés pour apprécier le litige.18.14. de tous comités ou commissions et il peut être appelé à pro céder. observations ou avis sur les questions relatives à la mission de ce dernier. Par ailleurs. à des enquêtes ou études. du chef Sur sa dema nde.il communique à l'inspecteur du travail et des lois sociales du ressortses rapports d'inspection. 91.15. tous renseignements constatations. l'inspection de la santé et sécurité au travail dispose de spécialistes en santé et sécurité au travail notamment les médecins inspecteurs du travail. de la rééducation de ceux qui sont inaptes au trava il ou diminué s physiquement.~11 de la main-d'œnvre. 91. le médecin inspecteur du travail est autorisé à examiner les travailleurs et à faire.Le mè decin ins pecteur dn travail participe en outre à l'élaboration de la législation et de la rég lementat ion dans les matières relevant de ses attributions. 92.. 9 1.6. Cette commission.il tient inform é préalablement l'inspecteur dn travail et des lois sociales du ressort des tournées et visites qu'il compte entreprendre dans le ressortde l'inspection . 91.d'exercerune action permanente en vue de la protection des travailleurs sur le lieu de leur travail . médicaux et de main-d'œuvre. Le médecin inspec teur du travail doit être : - titnl aire du diplôme d'Etal de docteur en mé decine.19. . l'examen médical des travailleurs. Le médec in inspectenr du travail a l'initiative de ses tourn ées et enquêtes dans le cadre de la législation et de la régle- prescrivent. . . ses avis et conclusions . CHAPITRE 2 Obligations des employeurs Le médecin inspecteur du travail prète de vant le tribunal de Prem ière iustance de sa résidence le serment prévu à l'article 9 1. de leur reclassement et.16.de communiquer aux autorités et services compétents tous renseignements concernant les risques de maladies professionnelles et accidents dn trava il inhérents aux différentes entreprises. des prélèvements des échantillo ns des matières et subs tances ntilisées ou manipul ées.17..

Des décrets peuvent exempter certaines entreprises ou catégories d'entreprises de J'obligation de tenir un registre en raison de leur situation.7.000.2 du présent Co de est puni d'une amende de 500. 14 septembre 2015 Infractions commises pa r l'employ eur Art . tout accident Art .00 0 à 2.4 . Art . 41.5.4 . de leur faible importance ou de la nature de leur activité.- L'employeur ou le représenta nt de l'employeur L'employeur est tenu de déclarer à l'institu tion de qui. 4 1. 102. . alors qu'il occupe un des emplois figurant sur la liste prévue à l'article 82.000 à 2. 24. 102.000 à 2. est pun i d'une amende de 500 .- de travail ou toute maladie professionnelle constatée dans l'entrepri se ou l'établissement.1 et 92 .L'employeur ou le représentant de l'empl oyeur qui. est puni d'une amende de 1.1. ~.000 . Inf ractions commises par le travaille ur Art. un registre dit «registre d'employeu r» dont le modèle est fixé dans des conditions définies par voie r églementaire. intentionnellement. toutes le s indications conc ernant le trava il e ffectué. est puni d'une amende de 500. le salaire et les congés ..000 de francs .L'emp loyeur ou le représentant de l'employeur qui. à l'inspecteur du travail mo yens de contrôle de l'emploi prévus à l'articl e 92. est puni d'une am ende de 500.L'employeur ou le repré sentant de l'employeur qui. enfreint les dispositions relatives à l'obligatie n d'organiser un comité de santé et sécurité au travail.102.8.10 1. 102.000 franc s.000 à 1. 43 . intentionnellement.000 de francs. Toutefois. intentionnellement. 102.. An. est puni d'une amende de 10.3.Tout empl oyeur est tenu de déclarer dans les délais TITR E X DISPOSITIONS REPRESSIVES prescrits ses salariés aux institutions de prévo yance sociale en ·CHAPITRE PREMIER charge des régimes de prévoyance sociale obligatoires.2 du présent Code .13 .000 de franc s.000 à 1. Art .- L'employeur doit tenirconstamment àjour.000 francs.1.3 ci-dessus ct des lois sociales du ressort et à l'officier de po lice judiciaire..4 susmentionné ou commet des infractions aux dispositions des : - articles 23.000 .c .1.L'employeur ou le repr ésentant de l'empl oyeur qui commet des infractions aux dispositions des articles 23.2 et 92.000 . selon les cas. sous Disposi tions gé nérales peine de dommages ct intérêts. 41. dans un délai de quarante-huit heures. - le deuxième. au lieu de l'exploitation.000 de francs .Les employeurs sont civilement responsables des condamnations prononcées contre leurs fondés de pouvoir ou préposés pour fautes commises dans l'exercice ou à J'occasion de l'exercice de leurs fonctions.3.- L'em ployeur ou le représen lant de l'employeur qui omet de faire la déclaration prévue à l'article 92. ne produit pas les documents relatifs aux prévoyance soci ale en cha rge du régime. La déclaration peut être faite par le trava illeur ou ses rep résen- tantsjusqu'à l'expiration de la deuxième année suivant la date de Art . refuse intentionnellement de se conformer à la réquisition.5 .000 à 1.7.000 . est puni d'une ame nde de 1. l'acci dent ou de la première cons tatat ion méd icale de la maladie SEcnON2 professionnelle. Art. - Je troisième est réser vé aux visas. l'empl oyeur peut être dispensé de la production des deux premiers fascicules susmentionnés s'il dispose d'un fichier électronique fiable et à jo ur.###BOT_TEXT###2. ~ .. La déclaration est faîte sur un formu laire fourni gratuitement par la caiss e de sécurité sociale sur simple demande de l'employeur.décrets pr évus par les articles 23.Le trava illeur qui . 92.000. est puni d'un e amende de 1.500. CHAPITREZ Ce reg istre comprend trois fascicules: - Incrim inations le prem ier co mprend les rensei gnem ents concernant les SECTION 1 personnes et le contrat de tous les travailleurs occupés dans l'entreprise . mises en demeure et observations apposés par l'inspecteur du travail et des lois sociales ou son délégué.000 . Art. use de moyens de pression en faveur ou à l'encontre d'uneorganisation syndicale ou qui prend en considération l'appartenance ou 110n à un syndicat ou l'exercice d'une activité syndicale pour prendre ses déci sions. 92. Le registre d'empl oyeur doit être tenu san s dé placem ent à la disposition de l'inspecteur du travail et des lois sociales et conservé pendant les cinq ans suivant la dernière mention qui y a été port ée.L'emp loyeur ou le repr ésentant de l'empl oyeur qui. 92.000 de francs .2 et 4 1.6.. Art .JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE 1232 Art..2. emploie pendantla nuit un travailleurde moin s de di x-huit ans. intentionnellement. 102.2.2 ci-d essu s. 102. la date de la prem ière constatation médicale de celle-ci est assimilée à la date de l'accident .1.1.000 à 100..000.500. intentionnellement.. s'abstient d'appliquer les mesures de protection et de salubrité édictées par J'autorité compétente.000 de franc s.000 à 1.1. Art. En ce qu i conce rne la maladie professionn elle. 92 .

Quiconque enfrein t intentionnellement les disposition s relatives au règlement du différend co llectif de travail telles que prévues aux articl es 82 . DISPOSITION TRA NSITOIRES ET FINALES Art .000 de francs: Le préfet du département de Niakara donne récépissé de déclara tion à l'association définie comme suit.11..La présente loi sera publiée au Journal officiel de la République de Côte d'Ivoire et exécutée comme loi de l'Etat. 102.000 . .13. Art .9 et 82.soit à l'exercice régu lier de leurs fonctions par lesdits représentants du pe rsonn el.1. Art . alinéa 3 de la loi n"60-315 du 21 septembre 1960 relative aux associations.entretenir les relationsmutuelle s et amicales avec les autres villages. Siège : Badio kaha.000 à 2.10. le représentan t de l'empl oyeur ou le tra vaill eur qu i. soit à l'exercice régu lier de leurs fonctions. TITRE X! CüULIBALY Yaya. sous réserve que les travailleurs continuent à bénéficier des avantages qui leur ont été consentis antérieureme nt lorsque ceux-ci sont supé rieurs _à ceux que leur reconnaît le présent Code. intentionn ellement. Art .000 de fran cs.Qui conque enfreint intentionne lle ment les dispositions relatives au travail des fem mes enceintes telles que prévues à l'arti cle 23. des délégués synd icaux ou des membres du comité de santé et de sécurité au trav ail..00 0.1. 82.00 0.. ~ 1233 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE soit à la libre dési gnation des rep résentants du personnel .000 à 1.00 0. 15. porte atteinte : . Toute clause d'un contrat en cours qui ne serait pas conforme aux d isposition s du présent Code ou d es règlements pris pour son app lication sera modifiée dans un délai de six mois à compt er de la publication du présent Code Pi le préf et et P. au travail/eur et au tiers Art..000 . II 0.000 . 102. Art. Ell es ne peuvent constitue r nne cause de rupture de ces contrats.12 susmentionnés est pu ni d'une amende de 1. régie par la loi n060-315 du 21 septembre 1960 relati ve aux associations. . PARTIE NON OFFICIELLE ANNONCES L'administration Il 'entend nullement être responsable de Jateneur des Qnnonces ou a"is publiés sous cette rubrique par les particuliers.5. 82. 000 de francs. - rapprocher les ressortissants de Badiokaha .L'employeur. RECEPISSE DE DE CLARATION D'ASSOCIATION N° OSIP-NIAKICAB Art. est pu ni d'une amende de 1. Art.000. . .2 et 5 1. " MUTUELLE PO UR LE DEVELOPPEMENT DE BADIOKAIIA" ( MUDEB). . atteste qu'il a été déposé dans ses services aux fins d'en recevoir un récépissé de déclaration. 82..9. 102. L'a ssoci ation dénommée « MUTUELLE POUR LE DEVELOPPEMENT DE BADIOKAHA" ( MUDEB) » a pour objet : Art. SECT ION 4 Infractions communes à l'emp loyeur.102. Art.000 de francs .inciter les membre s à s'intéresser et à participer de façon effective et efficiente à toutes les activités de développement du village quel que soit leur lieu de résidence .soi t au libre exercice du droit sy ndical ou de la liberté syn- dicale .000.Qu iconque enfreint intentionnellement les dispositions de l'article 23 .000 .. est puni d'un e am end e de 1. -. li 0. intent ionne llement..000 à 2. Art.000 de francs.. 12. 110.000 à 2. sous-préfecture d'Arikokaha.14.000 à 1.000. soi t au libre exercice du droi t syndical est puni d'une amende de 1. 102.2. . Alassan e OU ATTARA . 14 ci-de ssus est puni d 'une amende de 1. 102.. Président : KONE Ibraiman . .7 du présent Code est pun i d'une amende de 500 . le travailleur ou tou te autre personne qu i intentionnell ement n ' exéc ute pas les dispositions de la sentence arbitrale prévu e à l ' article 82.7 .{ . 82 .. se rend co upable d'un e violation de l'une des dispositions des articles 51 . secrétaire général de grade 2.14 septembre 2015 SECTION 3 Infractions communes à l'employeur et au travaille ur Art. un dossier constitutif d'association dénommée: "RESEAU NATIONAL POUR LA DEF EI'iSE DES DROITS DES VICTIMES DES DECHETS TOXIQ UES DE COTE D'IVOIRE " 'i.000.La prés ente loi abroge toutes les disposition s antérieures contraires notamment la loi n? 95.15 du 12 janvie r 1995 portant Code du travail.apporter un soutien aux membres en cas de difficultés .4. le représentant de l'emp loyeur ou le trav ailleur qui.~ Les dispositions d'app lication de la présente loi sont fixées par voie réglementaire . 5 1.faciliter l'épanouissement des membres (initier des projets de développement au profit de ses membres . prefet du département d 'Abi djan confonnément à l'article 8. 110..000 de francs . . RECEPISSE DE DEPOT DE DOSSIER D'ASSOCIATION N° 481IPAiSGIDI Le préfet de région . 110.2. Niakara.entretenir des rapports permanents avec les responsables politiques et administratifs.000 à 2. Ces conventions sont susceptibles de faire l'objet d'un arrêié d'extension.L'employeur.Les dispositions du présent Code so nt de plein droit applicab les aux contrats individuels en cours .2 du présent Cod e es t puni d'une amende de 500.000.D.. Fait à Abidjan.000 de franc s.4 ci-dessus.3 .Quiconque a porté ou tenté de porte r atte inte soit à la libre désign ation des délégués du personne l.000 à 2. .Le s conventions collectives antérieures restent en vigueur dans cell es de leurs disposition s qui ne sont pas contraires au présent Code.3.4 . .. le 20 juillet 20 15.102.L' employeur. le 7juillet 201 5.

PI le préfet et par délégation La conformité de la déclaration avec les pièces justificatives pro duites LEGRE Koukougnon.. . Adresse : 09 312987. Dont numéraires : 2. Ab idjan . Date et lieu de naissance : 1972 à Touba . Date et lieu de naissance . Durée de vie. Adresse : 09 3 1 29 87. Ren seignements rel atifs aux dirigeants Principal éta blissem ent Nom et p rénom ".'. Adresse: 09 73 74 67. 15 B .la comme rcialisatio n et la trans formation des produits -agricol es de ses-memb res et de sa propre production.' Soubrél Bianouan. en application de l'acte uni forme sur le droit des sociétés coopératives secrétaire général de préfe cture. Fonction ..' 14 avril 1974 à Odienn é . Le mi nistre d'Etat. DE PERSONNE MORALE Renseignements relatifs à la personne morale Dénomination : Union des sociétés coopérativ es d'Appouasso-Soub ré. Origine . Nom et prénom : OUATIARA Yaya. .USOCAS·CA. N" RSC du siège : CI -ABS. Fo nction .000 F C FA.' SAMA SSI Salim . Nom et prénom : FADIGA Amara. Nom et prénoms : BAKAYOKO Abdoul Dramane. 10 5 6 A b idjan 15.600 .' cré ation . Adresse : Soub réIBi anouan. Nom et prénom . d élivrera un récépissé de déclaration.000 F C FA.BAKAYOKO Mous sa . de ses membres. Forme de la société : société coopérative avec conseil d' administration. Nom commercial . Copi/ai social : 3.750 . min istre de l'In térieur et de la Séc urité . Date et lieu de naissance. Sigle : SO. Ren seign em ents relatifs à l'activité et au x ét a blissem ents La coopérative e pour objet e n République de Côte d ' Ivo ire et à l' étran gerla production.' prés ident "'. llio RSC C I-T BA -20 IS-B. c?mpre nd les pièces suivantes : - 14 septembre 20 15 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE DE COTE D ' IVOIRE 1234 C om m ission de surveillance 3 exemplaires des statuts . Date et lieu de naissanc e : 6 janvier 1966 à Koro. Nom et prénom : BAKAYOKO Mamadou. DECLARATION DE CO IliSTlTUTIOIIi DE PERSONNE MORALE a été véri fiée par le greffier en chef so ussigné qui a procédé à l' inscription le 17 avril 20 15 sous le numéro CI-TBA-2015-B-19 .N AMORY Sournahoro . à l'issue de l'instruction du dossier. Date et lieu de naissa nce : I l févrie r 196 9 'à Danané. N1DA Kadjo Lambert.' 5 juillet 1977 à Koro.- 3 exemplaires du procês-verbel de l 'assemblée générale constitutive .la coHecte.CO COOP-CA. Adresse du siège . 10 juillet 1971 à Moako Koro . etc.do nt l e s iège est fi xé à Abidj a n.' 99 ans. Adresse : 09 43 45 57.'. tèl. Renseignements relatifs à la personne morale greffier en chef.' SoubrélB ianoua n. : 063 15 64 65 . Touba. - 3 exemplaires de la liste du "bureau exécutif j - 3 exem plaires de la liste de prés ence légalisée. l 'étranger la produc tion et la commercialisation des produ its agrico les Date et lieu de naissance: letjanvier 19 74 à Koro .000 F CFA . en appli- cation des dispositions d e l'article 37 de la loi nO60 -31 5 du 21 septembre 1960 relative aux assoc iations. etc. Date de début : 20 juillet 20 15.P.' trésorier général Nom el prénoms .19 Dénomination : so~iété coopérative avec conseil d' admi nistration DECLARATION DE C ONSTITU TION COOPRIKO. 600. - 3 exe mplaires du règlement intérieur . Rens eign em ents r ela tifs aux dirigeants Nom et prénom . le 11 mars 20 10. Adresse. Date et lieu de naissan ce : 2 fév rier 1963 à Sinfra : - 3 exemplaires dt Ia liste des membres fondateurs . Capital soctal: 2. Le snussigné BAKAY OKO Mous sa (pré sident) sollici te que l a présente constitue une demande d' immatriculation au RSC. président. Sigie: USOCAS-CA.750 .000 F CFA . Renseignements rel atifs à l'activité et au x établissements La coopérative a pour objet en République de Cô te d' Ivoire et à Nom et prénom: KüNE Abdoulaye. Date et lieu de naissance . Associés coopérateu rs tenus indéfiniment et personnellement Nom et préno m : DIOMAND E Vako. Date et lieu de nais sance : 28 ju in 1972 à Touba. Mc TOURE Arnidou.2015 -B-2 1.' 1el" janvier 1948 à Koro S/P Borotou. Dont numéraires: 3. le 17 avril 20 15. Durée de vie : 99 ans.. Forme de la société : société coopérative simplifiée. Fonction. Date et lieu de naissan ce . Ce dossier qui a été enregi stré sous le na 434/PA du l " mars 20 10 Nom et prénom : TRAORE Inza.

Orig ine : création. Rensei gnements relatifs à l'activité et aux étab lissements La coopérative a pour obj et en Répub liq ue de Côte d ' Ivoire et à Nom et prénom : Jl. Adresse : So ubréIBi anouan. Adresse : 47 58 0 2 44 . Fonction : secréta ire général. Adresse : 44 34 90 48 .20 15-M<>-23. Adresse : SoubrélB iafto uan. Le soussigné OUATTARA Yaya (préside nt) sollicité que la présente constitue une demand e d' immatriculatio n au RSC . Dale et lieu de naissance : 19 68 à Madinani.000 F CFA . le 20 juillet 2015. Adresse : 0 8 J3 68 87. Adresse : 06 4 1 8300. Nom el p rénom : BILAMAN Tiè binga . en application de l' acte uniforme sur le dro it des sociétés coopératives Date et lieu de naissance: 1946 à Madinani. etc. Dale et lieu de naissance :.000 F·CFA ..' 5 avril 1967 à Ti ébala. Date el lieu de na issance : 18 j uin 1969 à M adinan i. Fonction : sec rétaire gé néral. la transformation et la commercial isation des produits de ses membres.mptes Durée de vie : 99 ans. Fonction : trésorière généra le. Fonction : conseil de surveillance. N" RSC du siège : CI-O DN-1 5-B-43. Sigle : SOCOOPAMA. Nom et prénom: DIARRA SSOUBA M ariamc. Capilal socia l : 10. .xco. 1235 .~~re '. Date et lieu de naissance . Nom et prénom : KüNE Lanciné. Adresse du siège : Madinani. DECLARATION DE CONSTITIHION DE PERSONNE MORALE Renseignemen ts relatifs à la personne morale Dénomination : soc iété coopérative agricole de Madinani. Commissaires au. Adresse : SoubréIBianouan. Principal établissement Nom et prénom : K9N ~Daouda . Forme de la société : société coopérative avec conseil d'administration. Conseil de surveillance Abo isso . No m et pr énom : KASSI Brou. Fon ction : conseil de surveillance.présiden t. Date e( lieu de naissance . Fonction: co nse il d e surveillance. le 20 juillet 20 15 sous le numéro CI-ABS. Adresse: Madinani. Adre:. La conformité de la déclaration avec les pièces jus tificatives p rodui tes . le conditionnement. Date et lieu de naissance : 2 a vril 1977 à Sanho ukr o/Aya m é.. Fonct ion : tresorier généra l adjoint N om et prénom: KONE Bazoumana.JO URNA L OFFl ClIJ L DE LA RE PU BLIQUE DE COTE D' IVO IRE 14 septem bre 2015 Ren seignements relatifs au x dirigeants Date el lieu de naissance: 27 février 1972 à B iaka . Nom el prénom : Dri ssa DlARASSOUB A. Nom el prénom : DIARRASSOUBA M aria m . Fonction : sec réta ire généra l adj oint Nom et p rénoms : ASSAH Blahoua Georges. Fonction : con seil de su rveillance. Dons numéraires : 10. Date et lieu de naissance : 25 août 1989 à Madinani. Fonction: conse il de surveillance. Date et lieu de naissance : 20 avr il 1984 à Yopougon.430. Nom et prénom: MO USSA Diarrassou ba. Dale de débur : 26 jan vier 20 15. Date el lieu de naissance : 6 oc tob re 1994 à Abidj an. Fonction : comm i s. Fonction : président.. Nom et prén om : Seydou SAN GARE. Nom et prénom : COMPAORE Allassane. Date et lieu de naissance : I l mai 1-978 à Madinani. Mo KOUAME N'Goran. Fonction : vice. Fonction : vice -prés ident. l'entreposage. la collecte. ~ 96 1 à Kafingué.430.ONE Abdoulaye .se : SoubréIB iano uan. Fonction : trésori er géné ral. greffier en chef .' l J mai 1971 à Siansoba. Dale el lieu de naissance : 8 ma i 1977 à G ueyo . " a été vérifiée par le gre ffier en chef souss ign é qui a procédé à l' inscription Fonction : conseiller. Nom et prénom : FANNY Siaka. Fonction: conseil de surveilla nce. Nom et p rénom : TIDJA NE Karim . Nom el prénom: DlARASSOUBA Lanciné . Cons eil de surveillance Date et lieu de naissance : 7 février 1989 à Mad inani.{ au x comptes. Date et lieu de naissan ce: 29 mai 1966 à Appouesso lB ianouan. Adresse : 46 06 78 77. Fonction : commissaire au x co mptes. Nom el prénom : Abdoulaye DIARRA. . l' étranger la production.

Fonction : secrétaire général . le 10 août 2015. régie par la loi 0°60. Sièg e : Abidjan-Abobo . - encad rer les enfa nts vivant avec un handicap et leur famille. Origine : création. m inistre de l'I ntérieur et de la Sécurité. Le soussig né N 'GORAN Kouassi Mathurin (pr ésident) sollicite que la présente constitue une demande d 'inunatriculation au RSC.500 .1'IAL OFFICIEL DE LAREPU BLIQUE DE COTE D ' IVOIRE 1236 Le sous signé Moussa DIARRA SSOUBA (préside nt) solliciteque la présent e cons titue une demande d' imm atr iculation au RSC. Date et lieu de naissan ce: en 1964 à Duokro Namouss oukro. Date et lieu de naissance : 20 ju in 1967 à DuokrolYamoussoukro.3 15 du 21 Fonction : président septembre t 960 relative aux associations.. La conformité de la déclarati on avec les pièces ju stificativ es prod uites en applica tion de l' acte uniforme sur le droit des sociétés coo pératives a été vérifiée par le gre ffie r en chefsoussigné qui a proc édé à l' inscription le 20 j anvier 20 15 sous le numéro CI· ODN· 15· B-43. greffier en chef. confo rmément à la loi n060 ~ 31 5 du 2 1 septembre 1960 relat ive aux associa- tions donne récépissé de déclaration à l'association définie comme suit : Odienné. le 24 avril 20 15 sous le numéro CI·TDI-2015-B-{j09.. DE COTE D'IVOIRE (UNEMCI)" L'association dénommée « UNION NATIONALE DES ENSEI· GNANTS MUSUL MAN S DE COTE D'IVOIRE (UNEMCI) >> a pour DECLARATION DE CONSTITUT ION DE PERSON rliE MORALE Renseignements relatifs à la personne morale Dénomination: société coopérative simplifiée COPAMY. KON E Youssouf. a étl~érifiée par le gre ffier en chef soussigné qui a procédé à l' inscription Stège : Niakara.000 F CFA.P. RE CEPISSE DE DECLARATION D'ASSOCIATION N° 289/MEMISffiGATIDAG/SDVA Le ministre d ' Etat . Niakara. chargé de l'administration du Territoire.P. 00 Abidjan 14.Sylvie attach é des Services judiciaires greffier en chef . de fraternité et d' unité entre musu lman s du secteur d'éducation-formation de Cô te d' Ivoire . Président : M . . de stocker. aLtaché des Services judiciaires.vriI20I S. Adresse : 14 B. moral et matériel de ses membres . Pi le ministre d'Etat et P D. Me YAKE L. Dale et lieu de naissance : en t 977 à DuokroNamoussou kro. 2611 Yamoussoukro. Fonction : trésorier général.500 . à l' associ ation défin ie comme suit. - Dont numéraires: 1. le directeur de Cabinet adjoint. l' étranger de collecter. etc. IMPRIMERIENATIONALEDE COTE D' IVOIRE dépôt légal nO 101 882 .14 septembre 20 15 JO UR.000 F CFA. Toum odi . Renselgnements relatifs à l'activité et aux établissements La coopérative a pour obj et en République de Cô te d 'I voire et à prom ouv oir la création d' établi ssements islami ques de référen ce. promouvoir la scolarisation et le maintien de la jeune fille à l' école . " UNION NATIONALE DES ENS EIGNANTS :\IUSULMANS M" KOUASSI K. le 5 mai 20 15. quartier Avocatier. HANDICAPS ET VIE DE LA PETITE ENFANCE en abrégé (HA-VIE)". N' RSC du siège : CI· TDI·20J5· B·009. Date de début : 24 avril 2015. Abidjan. - Adresse du siège : B. Jacqu es. Nom et prénoms : BOHO USS OU Koua dio Victor. VA N 'Guessan. Président du conseil d 'administration: TRAORE Koura. de transporter les produits vivriers et de rentes et de les mettre à la disposition de ses membre s. Sigle : SCooPS·CO PAMY.contribuer au rayo nnement de l 'écol e ivoirienn e par la prom otion de la paix. préfet de grade J. Form e de la société : SCOOP-S . la lutte con tre la pauvreté et les mauvaises mœurs . RECEPISSE DE DECLARATION D'ASSOCIATION N° 05/P. 26 11 Yamousso ukro. Vincent TOHBI Iri é. - créer des relations de solidarité. Principal établissement Adresse: B. -promouvoir les dro its de l' enfant . le 24 .NIAKICAB Renseignements relatifs aux dirigeants Le préfet du département de N iakara donne récépissé de déclaration No m et p rénoms : N'GORA N Kou assi Mathurin. Du rée de vie: 99 ans. le 26 janvier 2015. L' o rgani satio n non go u ve rn e m e nta le d éno m m ée « HANDI- Nom et prénoms : KOUADIO Yao Thom as. La conformité de la déclaration avec les pièces j ustificatives produites en application de l'acte uni forme sur le droit des socié tés coopér atives CAPS ET VIE DE LA PETITE EN FANC E en ab régé (HA· VIE) >> a pour objet : - protéger les enfants . Capital sacial : 1. objet de : - contribuer au bien-être spiri tuel .P.