ANTIGONE

Personnages
Créon, Roi de Thèbes
Antigone, fille de Créon
Ismène, fille de Créon
Hémon, fiancé d'Antigone
Le Choeur
Les gardes
La nourrice
Scène 1
Créon, Antigone
Créon
Antigone, qu'as tu fait, hier soir ?
Des gardes t'ont aperçue dans la nuit, au cimetière. Où allais tu ? Ne sais tu pas que j'ai imposé un
couvre feu et que nul n'a le droit de le transgresser, surtout les fils et fils de Roi ?
Antigone
Oui, je suis sortie
Je suis allée dans le cimetière creuser une tombe digne de ce nom à cet enfant arraché du ventre de
ma sœur, cet enfant qui ne verra jamais le jour, pour rien
J'ai voulu lui faire une tombe, une tombe digne d'un mort.
Créon
Quel enfant ? Ne raconte pas de bêtises. Il ne s'est rien passé.
Ismène était trop jeune pour devenir mère, tu le sais bien toi même
Antigone
Non, je ne le sais pas
Et moi, moi qui ne serai jamais mère, je dois lui creuser une tombe
Créon
Pourquoi dis tu que tu ne seras jamais mère ? Allons, tu perds la tête. Ton fiancé Hémon, et toi,
ferez de beaux enfants. Je te reconnais bien là, quand tu étais petite, ta mère et moi admirions ta
capacité de résistance, ta volonté farouche. Tu ne faisais rien comme tout le monde. Mais
aujourd'hui tu es devenue une adulte, tu dois comprendre

Antigone
Elle s'emporte
Comprendre quoi ?
Comprendre qu'un adulte a pouvoir de vie et de mort sur un enfant ?
Comprendre que cet enfant qui grandit dans le ventre de sa mère n'a aucun droit, pas même celui de
crier quand on lui prend la vie ?
Qu'il n'est rien ? Qu'il ne fait pas partie du monde des vivants ?
C'est cela, votre raison ? Votre âge adulte ? Vos lois ?
Si c'est pour devenir comme vous, je préfère m'arrêter de vivre
Si je pouvais, je mourrais pour cet enfant
Et je lui donnerai ma vie en échange
plus bas
mais ce n'est plus possible
maintenant, la seule chose que je puisse faire, c'est lui creuser une tombe
pour lui faire une inhumation digne des morts
digne de ceux qui ont fait partie de notre famille
Cet enfant était le petit fils d'un Roi
Il doit avoir la sépulture d'une famille de Rois
Créon
Et tu es donc sortie cette nuit pour cela ?
Pour creuser la tombe d'un petit rien ? De quelques grammes de poussières rendus à la terre ?
Tu es ridicule
Cet enfant, comme tu dis, était issu d'une folie, une aventure passagère
qui aurait bien pu jeter à bas mon royaume
Comment ?
Ismène, la fille du Roi Créon, enceinte d'un vagabond ?
Quelle honte, quelle infamie pour le roi et sa lignée !
Imagine, le Roi devenu la risée de tout son peuple !
Non. J'ai refusé cette honte,
Et j'ai demandé à Ismène de résoudre au plus vite ce problème
Elle a pleuré au début, puis elle s'est laissé convaincre
que cette décision était la bonne
que ceci était une erreur de jeunesse
que cette erreur ne pouvait entacher notre famille de façon indélébile
Alors elle a fait ce que je lui ai dit
Et maintenant nous voilà tous soulagés
Antigone
Est ce de cette façon que tu parles d'un petit être innocent qui n'avait rien demandé à personne ?
D'un petit rien, d'une infâmie, d'une tâche indélébile, d'une erreur de jeunesse ?
Mais ai je devant devant moi un Roi ? Ou un être lâche, qui par peur de l'opinion, pour préserver
son pouvoir et sa réputation, accepte de sacrifier
la vie d'un enfant incapable de se défendre?

Mais que vaut le pouvoir face à la vie humaine ?
Non, ce n'est pas ma conception du pouvoir, ce n'est pas ma conception de la Justice.
Et je me dresserai face à toi,
parce que cet enfant était vivant, et que maintenant, par ta lâcheté, il n'est plus
tu l'as livré aux bourreaux
tu l'as écrasé de tout ton poids de Roi
Mais moi, je suis là, et je vais lui creuser une tombe
Dis moi où est son corps, que je l'enterre
Créon
Ma fille, tu es folle
Le corps ? Tu veux le corps ?
Ne sais tu pas que cet enfant n'est plus
et que rien ne sert de le chercher ?
Tu ne le trouveras pas
J'ai donné des ordres
Antigone, s'emporte
Tu as donné des ordres ?
Pour que le corps de cet enfant disparaisse, c'est ça ?
Ou qu'il soit enterré quelque part, très loin, où personne ne puisse plus le retrouver ?
Des cendres, un trou recouvert de quelques caillous
Dans un grand désert où personne ne passe
peu importe
Je le trouverai, et j'irai l'enterrer dans le cimetiere de nos pères
Tu crois que parce qu'on l'enterre très loin, dans l'anonymat,
il n'existe plus dans la conscience de ceux qui l'ont fait disparaître ?
Ah comme c'est mal connaître l'âme humaine !
Comme notre Roi est faible et pitoyable !
Tu te courbes devant l'esprit mondain, l'hypocrisie, cette vanité écoeurante qui nous étouffe, qui
m'étouffe !
Mais je dois assumer d'être la fille d'un Roi
Tu esquives tes responsabilités, alors moi, je les prendrai à ta place
Et j'irai dire partout que Créon a préféré un crime ignoble plutôt que de renoncer à son trône
Créon, très en colère
Maintenant ça suffit !
Je t'ai assez écoutée mais il y a des limites
Tu es ma fille, mais tu es aussi l'un de mes sujets dans ce royaume
Si tu ébruites quoi que ce soit, je serai obligée de te faire punir
Et je ne le souhaite pas, crois moi
Parce que la peine réservée aux fils et filles de Roi n'est pas comme la peine des autres sujets : elle
se doit d'être exemplaire
Antigone
Et bien, vas y ! Mets moi en prison !
Fais moi enfermer et châtier selon les lois de ce Royaume !
Il ne te reste plus que cela : m'enterrer, comme tu as enterré ce petit qui grandissait dans le sein de ta

fille
Créon, avec froideur
Maintenant, je te demande de m'écouter
Antigone, tu es ma fille et pour rien au monde je ne souhaite te punir
mais les lois de mon royaume doivent s'appliquer à tous
y compris à la fille du Roi
Sache que je ne ferai aucune exception pour toi
Je te le dis, les yeux dans les yeux : je te ferai punir si tu t'entêtes à sortir la nuit pour accomplir ta
petite mise en scène
Antigone
Je sais
Créon
Allons, réfléchis bien
Sais tu quel est mon pouvoir ?
Sais tu que j'ai le pouvoir de te faire jeter en prison ? Pouvoir de vie et de mort ?
Si le Roi est défié par sa propre fille, alors il n'y a plus de Roi
Cela devient l'anarchie
Je ne veux pas de cela dans mon royaume
J'édicte les lois et je demande à ce qu'elles soient respectées et appliquées
Ecoute moi bien pour la dernière fois : tu ne sortiras pas la nuit prochaine
Silence
Créon, excédé, sort
Scène 2
Ismène, Antigone
Ismène, bouleversée, en larmes
Antigone, Créon m'a dit ce que tu as fait cette nuit
Tu ne peux pas, tu n'as pas le droit !
Antigone la regarde en face
le droit de quoi ?
Ismène
Arrête, tu sais très bien ! Tu ne peux pas faire ça !
Pas à moi !

Antigone
mais qu'est ce qui t'effraie dans ce geste ?
Que je creuse une tombe pour un enfant mort sans sépulture ?
Ismène, en larmes
arrête, je t'en prie, arrête
Je refuse que tu te mêles de ce qui ne te regarde pas
Maintenant, tu arrêtes tes provocations
Créon me l'a dit ce matin :
Tu nous fais honte
Tu es folle !
Il va te punir pour oser braver ses ordres !
Antigone
Je n'obéis pas à ce genre de loi
Je n'obéis pas à ses lois
Ce que je dois faire, aujourd'hui, c'est creuser cette tombe
Ismène
Parce que tu te crois supérieure aux lois de ce pays ?
Tu penses pouvoir faire comme bon te semble ?
Tu n'y parviendras pas
Maintenant, Antigone, écoute moi
Ma petite sœur
je te supplie...au nom de cet enfant que je n'ai jamais eu
au nom de cet enfant que je...
Elle s'effondre en pleurs
Antigone la prend dans ses bras
Là, là calme toi....
Je vois bien ta douleur
Je le sens si fort que je pourrais la toucher du doigt
après un moment
Comment as tu pu accepter cela ?
Ismène
Ils m'ont dit...ils m'ont dit que ça irait mieux après, que ceci n'avait pas d'importance
Que j'étais trop jeune, que j'avais toute la vie devant moi
Puis ils m'ont emmenée pour l'opération
Je ne me souviens plus
ensuite il y a eu un trou, un grand vide...

elle se réveille comme d'une transe
Maintenant je ne veux plus y penser !
Il fallait le faire, c'est tout !
Antigone
Ma pauvre Ismène , comme je te plains !
Tu n'as pas vu qu'ils te manipulaient, ils ont étouffé ton cœur de mère
Ah comme je les hais à mon tour pour ce qu'ils t'ont fait subir !
Pauvre, pauvre Ismène!
Ismène
Non, ce qui est fait est fait, on ne peut plus y revenir
maintenant, il faut regarder vers l'avenir
Promets moi maintenant de ne plus penser à ce que cet enfant aurait pu devenir
ni à quoi ce que ce soit de ce qu'aurait été la vie avec lui
Tu dois regarder l'avenir
Promets le moi
Antigone
non
Ismène pousse un cri et s'enfuit en pleurant
Scène 3
Hémon, Antigone
Antigone, elle se jette dans ses bras
Hémon !
Hémon
Antigone, mon Antigone, ma petite entêtée !
Antigone
Oh Hémon, je suis si bien dans tes bras
Si tu savais comme cela me fait de bien
Serre moi très fort
S'il te plait
Serre moi très fort

Hémon la serre davantage
Antigone
oui, là, comme ça...
comme quand j'avais peur la nuit et que je faisais des cauchemars
Créon venait et il me serrait dans ses bras
Et je n'avais plus peur
Hémon
Antigone....Il faut que je te parle
Antigone
De quoi mon amour ?
De notre mariage ? Nous avons encore le temps...
Pour l'instant, tes deux bras, ton sourire, et je suis la femme la plus heureuse du monde !
Hémon
Créon m'a dit pour cette nuit
Antigone, plus grave
Que j'étais sortie pour creuser la terre ?
Oui, il m'a fait la leçon ce matin
Il ne veut rien entendre
Hémon
Antigone, tu ne peux pas faire ça
Tu n'as pas le droit
Créon pourrait te faire jeter en prison
Pense au déshonneur pour toute la famille : la fille du Roi qui lui tient tête à la face du Royaume !
Antigone, se détache d'Hémon, et avec une colère froide
Ah non, tu ne vas pas t'y mettre, toi aussi !
Vous n'allez pas vous y mettre, tous !
Et bien, allez-y ! Jetez moi à la vindicte de la foule !
livrez moi aux Juges !
Je ne crains rien, et je n'ai peur de rien
j'ai déjà accepté de mourir
Hémon
Antigone, s'il te plait, arrête ! Regarde autour de toi, tous ces gens qui t'aime !
Ton père, plus que tout
Ta sœur aussi, à sa façon, t'aime, même si tu la fais souffrir
Tu sais combien je t'aime moi aussi
Combien je rêve la nuit des beaux enfants que nous aurons tous les deux

Ne gâche pas ce rêve, Antigone
Antigone
Hémon, si tu es venu en messager de Créon, tu peux t'en aller
Je ne cèderai pas
Je retournerai cette nuit creuser la tombe de
cet enfant mort sans avoir vu le jour,
La seule chose que nous pouvons lui offrir : c'est une tombe décente
Et peu importe que Créon ne lui accorde pas ce droit : ni de naître, ni de mourir selon les coutumes
des hommes.
Hémon
Je vois bien que je n'arriverai pas à te convaincre
Je suis triste, et pourtant je ne cesse pourtant de t'aimer
en cet instant
C'est ce que j'ai toujours aimé en toi
Ta colère, ta révolte
Peu importe le regard des autres, tu es toi même
Et tu te dresses face à l'injustice des lois
Je voudrais te dire : ne change pas !
Et pourtant je sais au fond de moi que si je te dis cela,
demain tu ne seras peut être plus là
et notre bonheur n'existera plus, lui non plus
Antigone...
Antigone se rapproche de lui, très émue
Oh mon Hémon, comme tu m'aimes !
Et je me sens tellement indigne de cet amour !
Toi qui étais fait pour une princesse, tu es tombée sur une souillon, une petite femme aux poings
serrés
Hémon
Et c'est comme ça que je t'aime, justement
parce que tu ne ressembles à personne
Et je ne veux pas te perdre
mon Amour, ne me laisse pas
Antigone
oui, Hémon, oui...
Il sort, Antigone reste seule
Un temps de silence
Monologue d'Antigone

Pauvre Hémon...il est si sensible
Je n'ai pas pu lui dire, tout à l'heure. Nous n'aurons pas d'enfants ensemble
Et le mariage, la fête, il n' y en aura pas
C'est cela , la vérité
Parce que Créon me fera mourir, et que rien ne pourra y changer
Elle sort
Scène 4
Les gardes, la nuit, dans le cimetiere
Le chef
Si on m'avait dit que je viendrai un jour surveiller un cimetiere, j'l aurai pas cru ! C'est pas une vie,
moi je vous le dis...
Morbleu, il fait un froid de voleur ici ! Allez les gars, on se met en poste d'observation, toi, tu vas au
bout de l'allée, toi au milieu, et moi, je me mets à l'entrée. Il ne faut pas la rater, cette fois-ci
Vous avez compris ?
Si vous avez froid, un petit coup de gnôle, et ça repart, c'est compris ?
Le garde
oui chef
Il hésite
Mais, je dis ça, c'est juste pour savoir, chef.
Est ce qu'on ne pourrait pas se mettre ensemble, parce que moi, les cimetierres, c'est pas trop mon
truc, surtout en pleine nuit !
Non pas que j'aie peur des fantômes, mais quand même
C'est pas bien gai par ici..
Le chef
Vous avez peur ?
Au moins vous ne serez pas gênés par les voisins !
Bon, allez, d'accord, mettez vous ensemble, ça vous fera de la compagnie !
dans une heure, on change de position
Et tenez, va, je vais vous rendre visite, moi aussi
Comme ça vous vous sentirez moins seuls
les gardes
merci chef
d'accord chef
Ils se dirigent tous les trois au bout de l'allée, l'air mal assuré
Ils s'éclairent avec une petite lanterne

Le Chef
La nuit est bien noire, dites donc ! Et ma lanterne est pas bien grande
Mais vous me direz, c'est surtout les bruits qu'il faut écouter
On l'entendra arriver à des lieues
Une chouette ulule
les gardes sursautent
Vous avez entendu, chef ? C'était quoi, ça ?
Le chef
Crétins, vous n'allez pas vous y mettre, non ?
Vous ne savez pas faire la différence entre une chouette et une souris ?
Les gardes, dépités
pardon, chef
Le chef
allez, on s'installe
voici les couvertures, on se met en faction, et on attend
Si vous sentez que le froid vous grignote les os, vous vous levez, vous tapez sur vos pieds, et ça va
mieux
Voilà
Il met la couverture sur son dos, s'assied et regarde le noir autour de lui
Le chef
Bon, il fait noir comme dans le cul d'une vache ici !
Les gardes
Chef, on a amené un jeu de cartes, si ça vous dit, bien sûr
on ne veut pas vous distraire
Le Chef
Et la gnôle, vous l'avez aussi ?
Ils distribuent les cartes, se passent le vin à tour de rôle
Le Chef
Ah y a pas à dire, ça vous remet les idées en place ! Merci l'ami !
Finalement, les 3 gardes finissent pas s'endormir
Scène 5

La nourrice, Antigone
Le jour se lève, Antigone apparaît telle une ombre
La nourrice, affolée, se précipite à sa rencontre
Où étais tu, Antigone ? Je t'ai cherchée toute la nuit
Antigone
Laisse moi, nourrice, je suis fatiguée
La nourrice
Mais où étais tu enfin ? Je me suis fait un sang d'encre, moi !
Je me lève en pleine nuit, pour voir si tout va bien, et qu'est ce que je vois ?
Son lit défait et personne dedans !
Où étais tu ? Tu es allé retrouver ton Hémon, c'est ça ?
Allez, dis moi
Antigone
Oui, je suis allée retrouver Hémon
La nourrice
Et voilà, c'est bien ce que je disais !
On les soigne, on les dorlote, et dès qu'on a le dos tourné, pffit elles vous filent entre les doigts !
Antigone
oui je suis sortie, nourrice, mais pas pour voir Hémon
La nourrice
alors pour quoi faire alors, à cette heure de la nuit, si ce n'est pas pour trouver ton amoureux ?
Antigone
pour faire quelque chose que je dois faire
la nourrice
allons bon, voyez comme elle fait la cachotière maintenant !
Et tu ne pourrais pas me me dire, à moi, ta nourrice ?
Moi qui t'ai bercé et nourrie depuis que tu es toute petite ?
A qui pourrais tu le dire alors ?
Antigone
oui, tu as raison, nounou

Tu es comme ma mère
Voilà, si tu promets de ne pas me gronder, je te dirai ce que j'ai fait cette nuit
tu me promets ?
La nourrice
oui, je te promets
alllez, dis moi avant que je change d'avis
Antigone
Je suis allée enterrer dignemement le petit d'Ismène
La nourrice
Le petit d'Ismène? Celui qu'elle a fait avorter dans le secret, que personne ne devait savoir ?
Antigone
oui
La nourrice s'affaisse
alors toi aussi tu étais au courant ?
Antigone
je l'ai deviné tout de suite
du jour au lendemain, Ismène était devenue l'ombre d'elle même, à errer dans les couloirs,
elle disait « pourquoi j'ai fait ça ? Mais pourquoi j'ai fait ça ? «
et elle gémissait, elle se tordait les mains
Je suis allée la voir, bouleversée
Je lui ai dit : mais qu'est ce que tu as, enfin ?
Elle n'avait pas vu que j'étais là,
elle n'a pas voulu me dire au début
Ce n'est que le lendemain qu'elle m'a tout raconté
quand j'ai su, j'étais terrifiée
mais toi, nounou, tu savais aussi ?
Tu savais et tu n'a rien dit ?
La nourrice
Oui, je l'ai su après, comme toi
J'avais deviné qu'il se tramait quelque chose
que je n'arrivais pas à comprendre
tout était bizarre,
Ismène ne me parlait plus
elle s'était complètement enfermée en elle même
Alors je me suis inquiétée, ça, oui, je me suis beaucoup inquiétée !

Antigone
Et tu as su, alors ?
La nourrice
Oui, je l'ai su
Ismène est rentrée le matin, toute pâle
elle marchait difficilement, elle se tenait le ventre
Quand j'ai voulu l'embrasser, elle m'a repoussée
Elle m'a simplement dit : « voilà, maintenant, c'est fait
Je ne veux plus qu'on en parle »
J'ai tout de suite compris qu'elle avait fait passer son petit
un petit dont on ignorait l'existence
et qui était parti, comme ça, sans qu'on sache
Je ne savais pas quoi dire
Voilà, c'est comme ça que c'est arrivé
Antigone
Et bien, ce petit, nous savons tous qu'il a existé maintenant
et on ne pourra plus faire comme si on ne le savait pas
La nourrice
c'est pour ça que tu lui a creusé une tombe ?
Antigone
oui, c'est pour ça
La nourrice
A quoi peut servir un tombeau vide ?
Long silence
Antigone, faiblement
Non, j'ai retrouvé le petit...
La nourrice, effondrée
Tu as retrouvé le petit ?
Mais qu'est ce qu'entends ?
Mais comment est ce possible ?
Ah, notre famille n'avait déjà pas assez de malheur avec la mort de votre pauvre mère
pour que maintenant, nous allions enterrer les enfants illégitimes de ce Royaume !
Quel malheur !
Mais qu'as tu fait ?

Antigone, d'une voix blanche
J'ai suivi les gardes
Ils l'avaient mis dans une brouette recouvert d'une bâche
La nuit était obscure, je les ai vus se diriger
vers ce lieu où l'on jette les indigents, les pestiférés et les fous
A l'extérieur des murs de la Cité :
la fosse commune.
Ils voulaient jeter l'enfant, comme un sac, dans ce trou de la honte
ce trou des miséreux
Alors, échappant à la vigilance des gardes
qui devaient d'abord s'assurer que les abords étaient sûrs
Et à la faveur de l'obscurité
J'ai attrapé le petit corps sans vie, enfermé dans sa toile
Et me suis enfuie,
sans un mot
Je l'ai porté contre mon cœur
Et je lui ai donné un nom, lui qui avait été rejeté par la communauté des hommes
Polynice
Puis je suis allée l'enterrer là où j'avais creusé sa tombe
dans le cimetiere où reposent nos pères
Avec un petit écriteau : « à Polynice, fils d'Ismène et de père inconnu, petit fils de Créon, roi de
Thèbes. Qu'il repose en paix ».
et me voilà enfin
La nourrice, s'arrache les cheveux
Ah malheur, tu es folle, et maintenant, quel malheur va venir nous foudroyer !
J'entends ton père qui arrive, malheur, tout ça va mal finir !
Scène 6
Créon, Antigone, les gardes
Créon, hors de lui
Antigone ! Pauvre de nous ! Qu'as tu fait enfin ! Alors tu veux me défier, c'est ça ?
Antigone, calme
Ne t'avais je pas dit ce que je voulais faire ?
Créon
Les gardes m'ont dit que tu étais encore venue cette nuit ; ils ne t'ont même pas entendue

la nuit était froide, et à force d'attendre, ils se sont assoupis
Au petit matin, tu avais creusé une tombe de la taille d'un bébé
Sur le monticule de terre, tu avais mis quelques fleurs arrachés aux champs voisins
et cet Ecriteau qui plus que la tombe elle même me condamne
J'ai vu tout cela moi même
Mais cette tombe n'existe plus à l'heure qu'il est
J'ai pris mes dispositions
Et maintenant, je t'avais prévenue : je dois agir en Roi
Antigone
Très bien, fais ta besogne, Roi, mais garde la tête haute et ne baisse pas le regard !
Créon, s'effondre
Jusqu'au bout tu m'auras tenu tête, toi, ma fille ! La chair de ma chair !
Ah que ta mère serait triste, de nous voir ainsi !
Elle rêvait pour toi d'un avenir très doux
Un mari aimant, des beaux enfants qui auraient fait notre bonheur, à elle et à moi
Et malheureusement ma pauvre, ma chère épouse m'a quittée brutalement
Me laissant seul avec nos deux filles
Ah si Eurydice était encore de ce monde !
Que ma peine serait douce
Et ma charge moins écrasante !
Antigone
Allons, tu ne vas pas te mettre à pleurnicher, maintenant ?
Tu ne vas pas te laisser attendrir au moment ultime
Est ce qu'un Roi pleure lorsqu'il demande la peine capitale ?
Non, ou alors ce n'est plus un Roi...
Fais ton devoir de Roi, Créon
Créon
Antigone, ma petite Antigone...
Tu crois que je fais ça par plaisir, de te punir ?
Ca me broie les os, ça me hante, ça m'empêche de dormir
Chaque nuit, je pense à cela
ma propre fille devant moi comme une délinquante
Et pendant ce temps, je suis la risée du Royaume
Les gens disent : Créon n'a plus de pouvoir, il cède face aux caprices de sa propre fille !
Je suis obligée de dire que tu es devenue folle
que ma propre fille doit être internée, avec les fous et les assassins
Antigone
Je comprends, mais je ne peux rien pour toi
Créon, verse une dernière larme, puis se redresse ; il rajuste sa tunique
Très bien.

Gardes, emmenez cette femme
Les gardes s'avancent et prennent Antigone par le bras
Antigone
Aie, vous me faites mal !
Elle regarde son père une dernière fois
Créon, impassible, détourne le regard
Emmenez là
Scène 7
Le Choeur
La Tragédie est nouée. Chaque personnage va suivre maintenant son Destin.
Il n' y a plus rien à faire. Attendre le dénouement, et ne plus espérer qu'un coup de théâtre puisse
briser l'enchainement tragique.
Créon a ordonné qu'Antigone, selon les lois du Royaume, soit murée vivante. Aucune voix ne
pourrait plus s'élever pour contester la légitimité des lois.
Les gardes sont venus, ils l'ont poussée dans un trou. Antigone n'a pas protesté.
Elle était pâle, avec un visage impassible, comme une statue.
Au moment d'apposer les dernières pierres pour murer définitivement le trou, Antigone a dit aux
gardes ces mots troublants : « vous enterrez la conscience des hommes ». Puis le trou fut mûré, et le
silence est tombé.
Nous sommes là pour vous dire toutes ces choses, pour que vous compreniez. La Justice des
hommes n'est pas la Justice de Dieu. Antigone s'est dressée, seule, face à son père, qui incarnait le
pouvoir de la loi. Elle a obéi à sa conscience, qu'aucune loi, aucun décret ne peut ni contraindre, ni
soumettre. Sa conscience lui a dicté un ordre supérieur aux lois passagères de la Cité des hommes.
Par ce geste, elle a montré son absolue liberté.
Elle ne pouvait se résoudre à considérer qu'un enfant même tout petit n'appartient pas à la
communauté des hommes.
Et quand bien même la Cité imposerait une hiérarchie de valeurs sur les hommes, jamais
aucune loi ne parviendrait jamais à éteindre la conscience humaine.
Parce qu'où siège la conscience, se trouve Dieu, c'est à dire la vérité.
Epilogue
Créon fit jeter à la mer le corps de l'enfant secrètement, pour que personne ne puisse accomplir de
rituel funéraire. Il menaça les gardes de les pendre s'ils révélaient quoi que ce soit de ce qu'ils
avaient vu.

Puis il décréta une loi autorisant dans son Royaume les avortements pour motif personnel.
Il mourut seul et sans descendance, éteignant ainsi la lignée.
Hémon se tua de désespoir après la mort d'Antigone. Il se pendit à proximité du lieu où Antigone
avait été murée.
Ismène ne parvint pas à surmonter sa douleur. Un matin, on la retrouva noyée, flottant dans sa robe,
au pied du rempart.
La nourrice mourut de chagrin et de vieillesse.
FIN