QUOTIDIEN NATIONAL SPORTIF N° 1247 PRIX 20 DA

DIMANCHE 27 JUIN 2010

Liverpool offre 6 millions d’euros pour Bougherra

Pressions pour maintenir Saâdane

«Ma réunion avec Raouraoua sera décisive» Milla
«L’Algérie a besoin d’attaquants comme Madjer, Assad et Belloumi»

Yebda
«J’espère qu’il continuera avec nous»

«M’bolhi a été exceptionnel»

Djiar :: «On n’a pas Djiar «On n’a pas encore tranché sur encore tranché sur son avenir» son avenir»

Keegan
«Techniquement, les Algériens sont bons, mais pas assez disciplinés»
le Calcio»

Kourichi : «Saâdane a refusé Collovati : «La place que je travaille avec lui» de Kadir est dans

02

Le Buteur n° 1247 Dimanche 27 juin 2010

Les Verts de retour à Alger vendredi à minuit

Accueil chaleureux malgré l'élimination au premier tour
Bougherra, Yahia Antar, Halliche, Ziani, Medjani, Djebbour, Kadir, Abdoun et Mesbah. Les autres ont rejoint leurs domiciles respectifs en Europe, alors que l'ex-capitaine des Verts, Yazid Mansouri, avait rejoint Doha pour s'engager officiellement avec le club local d'Al Silia.

Malgré l’heure tardive, des enfants ont été acheminés par bus pour accueillir les joueurs.

Djiar, Mehal et Mecherara à l'accueil des Verts
A l'accueil des Verts à l'aéroport, il y avait des personnalités très importantes. Il s'agit de ministre de la Jeunesse et des Sports, El Hachemi Djiar, le ministre de la Communication Nacer Mehal et le vice-président de la FAF, occupant aussi le poste de président de la LNF, Mohamed Mecherara. Les trois personnalités ont salué les joueurs et les ont remerciés pour leurs efforts, tout en leur souhaitant bon courage à l'avenir.

Abdoun, le premier au salon d'honneur…
'Equipe nationale de football a regagné Alger vendredi dernier, tard dans la soirée, à bord d'un avion spécial de la compagnie nationale Air Algérie. La sélection en a fini avec la Coupe du monde, après son élimination au premier tour de ce prestigieux rendez-vous planétaire. Les Verts se sont contentés d'une participation honorifique, avant de quitter la compétition à l'issue des trois matchs du premier tour. Un seul point glané, zéro but marqué et deux encaissés, tel est le bilan des protégés de Rabah Saâdane en ce Mondial. Un bilan mitigé qu'on pouvait éviter en réalisant mieux. En tout cas, mercredi passé, au coup de sifflet final de l'arbitre belge Franck Debleequer, l'aventure des Verts en Coupe du monde avait pris fin. Néanmoins, ils sont restés en Afrique jusqu'à vendredi en milieu de journée pour décoller à destination d'Alger. Grande fut notre surprise en arrivant à l'aéroport international d'Alger où l’on croyait revoir les images du jeudi 19 novembre 2009, lorsque toute la population s'était rendue à l'aéroport HouariBoumediène accueillir les héros. C'était à 19h45. On s'est donc directement dirigés vers la porte principale d'accès au salon d'honneur. Le responsable de la sécurité nous annonce : «C'est aux environs de 22h que les journalistes peuvent accéder au salon. Vous êtes venus trop tôt.» Donc, on en a profité pour aller faire à tour du côté de Bab Ezzouar et dîner. A notre retour à l'aéroport, vers 22h, il y avait foule. En effet, des supporters de l’EN sont venus accueillir les héros de Oum Dormane. Il y avait même des familles présentes sur les lieux : «On est venus accueillir nos héros, mais aussi pour les remercier pour ce qu'ils ont fait lors de cette Coupe du monde. Certes, ils ont été éliminés au premier tour, mais ils ont quand même fait bonne figure», ont lancé des supporters.

Les supporters algériens assiègent le bus des Verts.

L

franchir le cap du premier tour. Un des présents, d'un certain âge, nous dira : «Avec un tel accueil malgré l'élimination au premier tour, les joueurs seront complètement choqués. Je suis sûr qu'ils ne s'attendent pas à ça.»

L'arrivée était prévue à 10h…
Au début, il était prévu que l'avion spécial d'Air Algérie décolle de Durban dans la nuit de jeudi pour qu'il atterrisse sur le tarmac de l'aéroport Houari-Boumediène vendredi dans la matinée, aux environs de 10h du matin. Finalement, un changement avait eu lieu puisque l'avion était resté à Durban, à l'aéroport. Les raisons de ce retard n'ont toujours pas été communiquées, mais sans doute pour mettre les joueurs dans de bonnes conditions.

Le premier joueur à avoir rejoint le salon d'honneur est Djamel Abdoun. Le milieu de terrain des Verts et du FC Nantes Atlantique ne s'attendait pas à une telle foule. Il y avait un parterre de journalistes, mais aussi des supporters qui ont pu accéder au salon d'honneur grâce à certaine «mauvaise organisation» des personnes chargées du bon déroulement de cet événement.

El Hachemi Djiar : «On n’a pris aucune décision concernant l’avenir de Saâdane»
Le ministre de la Jeunesse et des Sports, El Hachemi Djiar, que nous avons interviewé hier dans le salon d’honneur de l’aéroport international Houari-Boumediène, nous a fait savoir que la décision de garder Rabah Saâdane à la barre technique de l’EN n’est pas encore claire. En effet, selon le ministre, il faut d’abord étudier le rapport complet du parcours de l’EN que ce soit lors de la Coupe d’Afrique ou en Coupe du monde : «On n’a pris aucune décision en ce qui concerne l’avenir de Rabah Saâdane à la barre technique des Verts. On va étudier le rapport détaillé de Saâdane que ce soit sur les résultats obtenus lors de la Coupe d’Afrique ou bien sur la Coupe du monde, en suite on décidera une fois pour toutes.»

… suivi de Gaouaoui et Saâdane
Après Abdoun, ce fut au tour de Lounès Gaouaoui de rejoindre le salon d'honneur. La tristesse paraissait sur son visage, après avoir été écarté. Il a été bien réconforté par les supporters. Tout comme Djamel Abdoun, Gaouaoui prendra place dans un fauteuil où il sera suivi par le «cheikh». En effet, le sélectionneur national Rabah Saâdane venait de rentrer au salon d'honneur et on ne pouvait pas l'approcher tellement il y avait du monde autour de lui. Dans la foulée, il se contentera de déclarer : «Je remercie beaucoup tous ceux qui sont venus, aujourd'hui, pour nous accueillir. C'est un signe de reconnaissance qui nous va droit au cœur.»

… puis 21h30
Après ce premier retard, il était prévu que l'avion atterrisse vers 20h. 9h du matin heure locale, les joueurs étaient dans le bus afin de rejoindre l'aéroport de Durban en provenance de San Lammer. Dans l'après-midi, l'APS annonce que l'appareil d'Air Algérie est attendu à 21h30 à Houari-Boumediène, mais à notre arrivée au niveau de la porte d'accès du salon d'honneur, lorsqu'on demande à un policier des nouvelles de l'arrivée de la délégation, il nous a répondu : «Sincèrement, je ne sais pas trop. D'après ce qu'on nous a dit, l'avion devrait se poser vers minuit ou peutêtre un peu plus tard. C'est la seule information que je peux vous donner maintenant.»

Mecherara accompagne M’bolhi «la super star»
Par la suite, c'est au tour de Raïs Wahab M’bolhi de faire son apparition. Lui, c'est la nouvelle star. Le gardien de but du Slavia Sofia était vraiment ému. Il ne s'attendait pas à un tel accueil, ni devenir une star en un laps de temps si court. Il était accompagné de Mohamed Mecherara, et ne pouvait même pas livrer ses impressions tellement qu'il était surpris.

s L’amour nationale frontière. Une famille de e déplasspécialementpour l’EquipeOued Souf s’n’ast pas de cée à l’aéroport Houari-Boumediène

On est venu même de Oued Souf, mais on est reparti déçu

L'avion a atterri finalement à 00h10
Finalement, l'avion de la compagnie nationale Air Algérie s'est posé sur le tarmac de l'aéroport d'Alger à 00h10. Les joueurs étaient contents de rentrer au pays, pour découvrir cette ambiance, notamment pour les nouveaux tels que Mesbah, M’bolhi et surtout Medhi Lacen. Ils étaient en effet au courant que des supporters étaient à leur accueil.

Des supporters affluaient encore à l'aéroport
Alors que les supporters arrivaient à l'aéroport Houari-Boumediène, les différentes chaînes de radio locales ont en effet annoncé vers 20h que l'avion transportant la délégation algérienne était attendu à minuit. A 23h, il y avait une grande foule à l'aéroport. Les maisons de jeunes des communes situées près de l'aéroport ont loué des bus pour emmener des supporters accueillir leurs idoles. Au parking du terminal national, la musique était à fond, avec les trompettes et les karkabous. Là, on s’imaginait qu'elle aurait été la réaction de ses supporters si l'EN avait réussi à

Les fans sont même rentrés au salon d'honneur
Les supporters des Verts sont rentrés jusqu'au parking du salon d'honneur, devant le bus pour voir leurs idoles. Le comble, c'est que certains sont rentrés jusqu'au salon d'honneur pour prendre des photos avec les joueurs, gênant ainsi le travail des journalistes qui ont de la peine à recueillir les propos des joueurs. La délégation a quitté ensuite le salon d'honneur pour prendre le bus, mais il y avait une grande foule dehors. Les agents de sécurité ont éprouvé des difficultés pour évacuer tout le monde et le bus a enfin démarré. Il était presque une heure du matin.

15 joueurs sont venus à Alger, les autres ont rejoint leur domicile
Ce n'est pas toute l’équipe qui a rejoint Alger à bord de ce vol spécial. Au total, ils étaient quinze joueurs à avoir regagné Alger, en compagnie des staffs médical, administratif et technique : Chaouchi, Gaouaoui, M’bolhi, Laïfaoui, Lacen, Yebda,

Hamza Rahmouni

pour accueillir les joueurs. Cette dernière nous a fait savoir qu’elle est arrivée à l’aéroport vendredi matin et a attendu devant la porte principale du salon d’honneur jusqu’à une heure tardive. Finalement, des responsables de la FAF apparemment en ont décidé autrement en empêchant les fans des Verts d’approcher les joueurs.

Le Buteur du 27-06-10 - ref : 813 016

Le Buteur n° 1247 Dimanche 27 juin 2010

Kadir : «Je suis très heureux»

Bougherra «Cette
S’approcher de Madjid Bougherra était très difficile. Mais nous avons réussi à le faire. Le longiligne défenseur des Verts a accepté de répondre à nos questions. Madjid, quelles sont vos impressions sur l’accueil ? C’est vraiment une bonne chose. Je remercie ceux qui sont venus ici nous accueillir pour nous encourager. Croyez-moi, ça va beaucoup nous encourager. Je pense sincèrement qu’on ne les a pas déçus au Mondial. Justement, pensez-vous les avoir satisfaits ? Oui, bien sûr. Je pense qu’on les a satisfaits. On s’est donnés à fond durant ce premier tour, on a tout fait pour se qualifier, mais malheureusement, on n’a pas été chanceux. Il ne faut pas oublier aussi qu’on est tombés sur un groupe un peu difficile aussi. Mais c’est une bonne expérience pour nous. Cette participation en Coupe du monde va nous permettre d’aborder celle de 2014

03

Coupe du monde nous

servira pour 2014»

Toutes catégories d’âges, même les femmes s A l’aéroport international d’Alger vendredi dernier, il y avait du monde de toutes les catégories d’âges venu accueillir les joueurs de la sélection nationale.

s s

Yebda très décontracté s Hassan Yebda était très décontracté hier à l’aéroport Houari-Boumediène. Ce dernier n’était guère impressionné par la présence d’un grand nombre de supporters. D’ailleurs, il discutait avec les journalistes le plus normalement du monde. Bougherra aussi… s C’était également le cas pour Madjid Bougherra qui n’avait pas du tout l’air fatigué. Certains présents n’ont pas hésité à dire que le joueur algérien des Rangers a l’habitude des grandes confrontations internationales.

Foued Kadir est une des révélations de ce Mondial. Le milieu de terrain de Valenciennes était tout heureux de voir le public à l’attente de la délégation. Il nous a livré ses impressions : «Je suis vraiment heureux d’être dans mon pays parmi mes frères et mes amis. Je pense qu’on a réalisé un très bon parcours durant cette Coupe du monde, même si on a été éliminés au premier tour. A mon avis, on a essayé de faire le maximum pour faire bonne figure, mais on n’a pas pu le faire. Je remercie ce public qui est venu en grand nombre pour nous accueillir, ça nous a fait chaud au cœur.»

s

Abdoun : «C’est une belle expérience»
A son arrivée à l’aéroport Houari-Boumediène, Djamel Abdoun, qu’on présente, à juste titre d’ailleurs, comme le futur meneur de jeu des Verts, a répondu au micro de l’ENTV : «Je crois qu’il y avait de la place pour passer ce premier tour, mais malheureusement cela n’a pas été le cas. On a passé un Mondial tous ensemble et, à présent, il faut se tourner vers l’avenir. C’est une belle expérience qu’on a passée. Il y a un match amical à préparer et il faudra y penser dès maintenant.» Il faut dire que son manque de jeu dans ce Mondial a déçu plus d’un parmi les fans des Verts, unanimes à croire qu’il est victime des choix, pas du tout évidents, de Saâdane.

inch’Allah avec plus d’expérience. On saura négocier nos matchs. Etes-vous satisfait de votre rendement durant les trois matchs ? Je n’ai pas joué depuis deux mois, il ne faut pas l’oublier. J’ai essayé en tout cas de me

donner à fond pour rendre heureux nos supporters qui nous ont beaucoup encouragés, et je pense qu’on a réussi à les rendre heureux, malgré l’élimination. On leur promet que pour le Mondial de 2014, on se donnera aussi à fond. Entretien réalisé par Hamza R.

Lacen ému s Quant à Medhi Lacen, c’est la première fois qu’il découvre cette folle ambiance d’Algérie. C’est ce qui explique qu’il était très ému. En réalité, il ne s’attendait pas à ça. D’ailleurs, il n’a pu faire de déclarations à chaud.

s

Anthar Yahia «Merci
pour cet accueil chaleureux !»
Fennecs nous dira : «Sincèrement, je suis ému par cet accueil chaleureux. Je ne m’attendais pas à voir tout ce nombre de supporters alors qu’il est 1h30 du matin. Je remercie tout le monde.» En ce qui concerne le parcours de l’Equipe nationale dans cette Coupe du monde, le joueur de Bochum nous révèle : «Je pense que nous avons donné une belle image de l’Algérie et que nous avons démontré a toutes les nations qu’on méritait de participer à cette Coupe du monde. Maintenant place à l’avenir, du travail nous attend.»

s

Malgré le fait que l’avion a atterri à 1h30 du matin, il y avait une centaine de supporters des Verts qui attendaient les joueurs pour les remercier Bougherra de leur parcours honoraa ramené ble dans cette une vuvuzela Coupe du s Madjid Bougherra a ramené avec lui monde. A une vuvuzela d’Afrique du Sud comme ce sujet, souvenir de sa participation au Mondial. le capitaine des

La mère de Chaouchi à l’accueil de son fils s La mère de Faouzi Chaouchi était présente à l’aéroport pour accueillir son fils. Ce n’est pas la première fois qu’elle vient l’accueillir. Elle l’avait fait le 19 novembre dernier lorsque l’équipe était revenue de Khartoum avec la qualification au Mondial. Des cadeaux et des fleurs pour les joueurs s Juste à l’entrée du salon d’honneur, les joueurs recevaient les félicitations de la part des présents. Des cadeaux ainsi que des fleurs leur ont été offerts pour leur souhaiter la bienvenue au pays, après avoir pris part au Mondial.

s

s

Le père de Halliche comme d’habitude s Le père de Rafik Halliche, Ammi Mouloud, était présent à l’aéroport pour accueillir son fils qui a fourni de très belles prestations durant ce Mondial.

s

Saâdane n’a pas pu quitter le salon d’honneur Le sélectionneur national n’a pas pu quitter le salon d’honneur. Et pour cause, en voyant toute la foule dehors, il a préféré rester dans le salon d’honneur, le temps que ça se disperse. De nombreux journalistes présents s Un grand nombre de journaliste était présent à l’aéroport Houari-Boumediène pour couvrir l’arrivé de l’Equipe nationale d’Afrique du Sud. Il y avait même ceux des chaînes étrangères à l’instar de France 24, Al Hora, Al Arabiya, sans oublier bien sûr la presse nationale présente elle aussi en force.

Mohamed Raouraoua était en contact pers smanent avecdemander des nouvelles de la son vice-président Mohamed Mecherara pour

Raouraoua a appelé Mecherara

Mecherara dès 23h à l’aéroport

Nouri Koufi présent
Nouri Koufi, le chanteur algérien, était présent à l’aéroport pour accueillir la délégation. Il était d’ailleurs tout content.

Saâdane en costume
Rabah Saâdane est resté fidèle à sa tenue vestimentaire. Il a décidé, en effet, de rejoindre Alger en costume cravate.

s

Mohamed Mecherara se trouvait délégation. Le président de la FAF attendait la à l’aéroport Houari-Boumediène à nouvelle de l’atterrissage de l’avion sur le 23 h pour accueillir la délégation altarmac de l’aéroport Houari-Bougérienne. Le vice-président de la fédémediène pour être tranquilration est resté au salon d’honneur lisé. jusqu’à l’arrivée de l’équipe.

Le Buteur du 27-06-10 - ref : 813 016

04

Le Buteur n° 1247 Dimanche 27 juin 2010

extraordinaire en sélection, j’espère qu’il continuera avec nous»
L’infatigable milieu de terrain des Verts, Hassan Yebda, nous dresse un petit bilan de la participation de l’EN dans ce Mondial et rassure que le meilleur est à venir. L’équipe a gagné en expérience et en maturité. Il souhaite au passage que Saâdane continue l’aventure avec la sélection. Après une longue préparation effectuée en Europe et une participation à ce Mondial en Afrique du Sud, vous êtes de retour désormais au pays. Qu’avez-vous à dire sur cela ? Oui, tout à fait. L’aventure sudafricaine est à présent finie, on est contents de rentrer au pays et retrouver nos proches et nos supporters aussi. On aurait aimé faire durer le plaisir plus longtemps et continuer cette formidable épopée, mais, hélas, ça ne fut pas le cas. Peut-on qualifier cette participation de l’Algérie au Mondial sud-africain de positive ? Oui, on peut être fiers de nous quand même. Certes, on s’est fait éliminer au premier tour, mais notre parcours reste tout de même positif et satisfaisant dans l’ensemble. On a beaucoup appris de cette expérience et tout cela va certainement nous être utile lors de nos échéances à venir. Inch’Allah, ça ne sera que du positif à l’avenir. Quels sont les enseignements que vous avez tirés de votre participation à ce Mondial justement ? Tout d’abord, je dois dire qu’on a vécu tous ensemble de bons moments. On a appris beaucoup de choses et surtout gagner en expérience. On a découvert ce qu’est le haut niveau et ce que ça fait de rivaliser avec les plus grandes nations footballistiques mondiales. Sincèrement, je pense qu’on a été à la hauteur. Pour la prochaine Coupe du monde, ça va être quelque chose d’important et d’utile. Pensez-vous que la défaite concédée face à la Slovénie lors du 1er match a fait que l’EN ait raté sa chance de passer pour la première fois de son histoire aux 8es de finale ? Je ne sais pas vraiment. Je ne saurai vous répondre avec exactitude. Je n’ai pas encore revu ça d’un œil extérieur et donc je ne pourrai affirmer si cette défaite nous a oui ou non privés d’une qualification au second tour. Peut-être d’ici 10 à 15 jours, je pourrai m’exprimer là-dessus. Vous sortez avec quelques regrets de cette aventure, non ? Evidemment. On nourrit toujours des regrets quand on sort d’une compétition d’une telle n’a pas payé au final. Vous avez quitté la compétition en n’ayant inscrit le moindre but. Un réel problème qui touche l’équipe, non ? traordinaire à la tête de la sélection. On le respecte tous et s’il reste, ça va être très bien pour nous, on sera très contents. Maintenant, s’il décide de partir, ça doit être avec les honneurs. Moi, personnellement, j’ai vécu de très

Yebda «Saâdane a fait un travail Djebbour «Désormais, il
faudra se tourner vers l’avenir»
Juste après avoir fait son apparition au salon d’honneur, nous avons profité de l’occasion pour poser quelques questions à Rafik Djebbour, l’attaquant des Verts de l’AEK Athènes.
pour réaliser de très bons résultats, mais la chance n’a pas été à nos côtés. On s’est bien préparés pour le Mondial, mais les résultats n’ont pas suivi. On a quand même laissé une bonne impression. Si les résultats n’ont pas suivi, ça ne veut pas dire qu’on n’a pas bien joué. Avec du recul, on pouvait réaliser quelque chose lors du premier match, mais il ne faut pas oublier qu’on manque d’expérience. C’est la première fois qu’on joue un Mondial. Comment voyezvous l’avenir de l’EN ? Sincèrement, cette Coupe du monde est une expérience enrichissante pour nous. Elle va nous permettre de bien négocier nos prochains matchs et les prochaines échéances. C’est vraiment quelque chose d’immense en prenant part à une telle compétition. Entretien réalisé par Hamza R.

«Durant ce Mondial, on a découvert ce qu’est le haut niveau»
façon. En tout cas même l’Italie et la France se sont fait éliminer dès ce premier tour. On peut dire qu’on a réalisé de bonnes prestations et qu’on a joué le coup à fond. Durant la compétition, ne vous vous êtes pas dit que vous pouviez réaliser quelque chose de fort dans ce Mondial et marquer les esprits ? Oui, bien entendu. C’est sûr qu’il fallait gagner 2-0 face aux Etats-Unis pour passer, mais la mission ne fut nullement facile. C’est ça le football. On peut se dire qu’on a tout donné, mais que ça On a trois attaquants de très haut niveau qui sont Djebbour, Ghezzal et Saïfi. Malheureusement, ils n’ont pas eu beaucoup de réussite durant ce tournoi et vous savez, quand celle-ci vous fuit, c’est vraiment très difficile. On a tous tenté, mais ça ne voulait pas rentrer. Le sélectionneur national, Rabah Saâdane, pourrait quitter ses fonctions très bientôt. Qu’est-ce que vous en pensez ? Moi, je pense que c’est un entraîneur qui a fait un travail exbons moments avec lui et j’espère quand même qu’il continuera. Un mot pour vos supporters… Je sais que nos supporters étaient à fond avec nous durant ce Mondial. On les a peut-être déçus par notre élimination, mais je leur promets qu’à l’avenir, on sera encore meilleurs. Vous comptez rester combien de temps ici en Algérie ? Sincèrement, je ne sais pas encore. Je verrai plus tard. Entretien réalisé par Saïd Fellak

Alors Rafik, un mot sur l’accueil qui vous a été réservé aujourd’hui ? Je suis vraiment heureux et content de cet accueil. C’est vraiment chaleureux. Les supporters sont venus ici pour nous accueillir, ça nous fait chaud au cœur. Comment jugezvous le parcours des Verts lors de cette Coupe du monde ? Je pense qu’on a fait de notre mieux

s Contrairement à ses autres coéquipiers, le solide défenseur central de l’ES Sétif, Abdelkader Laïfaoui, n’a pas regagné l’hôtel dans le bus qui leur a été affrété par la fédération. L’ancien Olympien était seul à la sortie du salon d’honneur à attendre un ami, qui devait venir le chercher et l’emmener chez lui.

Laïfaoui, en mode solo !

Organisation catastrophique

s

s

s Comme ça a toujours été le cas au cours de ces derniers mois, l’arri-

vée des joueurs à l’aéroport international Houari-Boumediène, avanthier soir, s’est effectuée dans des conditions pour le moins qu’on puisse dire catastrophiques. Dès leur entrée au salon d’honneur de l’aéroport, les coéquipiers de Madjid Bougherra ont été littéralement assiégés par des dizaines de personnes qui n’avaient en principe pas vraiment le droit d’y être et qui voulaient à tout prix prendre des photos avec leurs idoles. L’anarchie qui régnait était telle que les quelques journalistes et autres photographes venus couvrir cette arrivée ont eu beaucoup de peine à faire leur travail convenablement. A leur sortie du salon, les joueurs ainsi que le staff technique ont éprouvé énormément de mal à regagner le bus qui les attendait dehors. Le service de sécurité qui était pourtant venu en force assurer la sécurité de la délégation était totalement dépassé. Et dire qu’il était minuit passé !

Lacen, Halliche et M’bolhi pas très bavards
s Le milieu de terrain Medhi Lacen et le défenseur central Rafik Halliche n’ont pas voulu accorder d’interviews à leur arrivée au salon d’honneur de l’aéroport, ni même faire des déclarations. Ils étaient, sans doute, fatigués du long voyage qu’ils venaient d’effectuer. Le gardien Rais Ouhab M’bolhi n’a pas été bavard lui aussi se contentant juste de dire qu’il était content d’être enfin en Algérie, le pays d’origine de sa maman.

s

Le Buteur du 27-06-10 - ref : 813 016

Le Buteur n° 1247 Dimanche 27 juin 2010

Le vice-président de la FAF affirme :

05

Mecherara : «C’est à Saâdane de décider s’il restera ou non à la tête de la sélection»
base et avec l’appui du gouvernement, on peut prétendre avancer et aller plus loin. Quel est le programme tracé par la fédération pour promouvoir encore plus le football national ? Comme vous le savez, la Fédération algérienne de football, en collaboration avec le gouvernement, a mis en place récemment toute une politique de professionnalisme qui a déjà démarré. Qui dit professionnalisme dit rigueur et fermeté dans la gestion des clubs. Ces derniers, dorénavant, ne seront coachés que par des techniciens compétents, que ce soit en seniors ou en jeunes. On compte par cette méthode apporter un nouveau souffle au football local surtout et élever notamment le niveau de la formation. Tout cela pour garantir la continuité au sein «Si on décide de la sélection A et ne pas retourde ramener un ner en arrière. Vous savez, les gens oublient sans doute que cette EN, entraîneur étranger, qui nous donne beaucoup de joie le problème du aujourd’hui, est composée dans sa plus grande partie de joueurs que Globalement, personnes et je peux dire que c’est grâce à eux salaire ne se nous avons dénichés en 2003. Des non. Vous savez, que notre équipe a pu être remise sur pied éléments tels Bougherra, Ziani et posera pas.» le football est ainsi pour la compétition. Maintenant, on sait ce Vous êtes ici à l’aéroport d’Alger pour acbien d’autres, à leurs débuts, jouaient fait. Quand l’entraî- qu’il faut, on a gagné nous aussi en expérience cueillir la délégation algérienne qui est de en Espoirs devant des galeries vides au neur annonce le onze et tiré beaucoup de leçons. retour d’Afrique du Sud. Si on vous destade de Blida. Ziani n’est pas devenu un grand rentrant, vous avez 12 qui Saâdane a-t-il été associé à ce programme mandait d’établir un petit bilan sur la joueur subitement, il a beaucoup travaillé, que font la tête. 5 minutes après, quand on an? participation de l’EN à ce Mondial, que ce soit en club ou en sélection pour arriver au nonce la liste des joueurs remplaçants, il y a Mais bien sûr. Comme je viens de vous le diriez-vous ? niveau qui est le sien aujourd’hui. On a des sept éléments de moins qui boudent. dire, on verra au moment opportun. Il faut dire qu’on est tous satisfait du par- jeunes qui montent tout doucement et avec le Saâdane sera-t-il reconduit dans ses fonccours qu’a accompli la sélection nationale en temps, ils feront Inch’Allah le bonheur des Pour ce qui est de cette loi adoptée par le tions de sélectionneur de l’EN ? Afrique du Sud, lorsqu’on sait qu’il y a tout supporters. Parlement du temps de l’ancien ministre Pourquoi pas ? De toutes les façons, c’est à juste un an, personne ou presque ne misait sur de la Jeunesse et des Sports, M. Yahia Quel est le programme que compte élabo- lui de décider et on verra après. le potentiel de cette équipe à se qualifier à cette Guidoum, qui interdit une revalorisation rer la FAF après cette participation en On comprend par là que Saâdane n’a pas phase finale de Coupe du monde. Après un salariale de plus de 10 000 euros pour Coupe du monde ? encore rendu sa décision à la FAF… excellent parcours réalisé aussi lors de la dertout entraîneur étranger qui prendrait en Il faut dire qu’on ne dispose pas vraiment de Actuellement, nous sommes en train de nière CAN, on ne peut qu’être fiers. On fait beaucoup de temps. Dans un peu plus d’un main la sélection nationale. On croit sapartie de la cour des grands et c’était donc évi- mois, on disputera un match amical face au tirer le bilan. Le contrat de Saâdane prendra voir qu’elle est toujours en vigueur, et cela dent que la tâche n’allait pas être aisée. A l’is- Gabon ici à Alger. Par la suite, au début du fin ce mois-ci, soit au terme du Mondial. A peut alors poser problème à la fédération sue de notre participation à ce Mondial, on mois de septembre, l’équipe entamera les éli- notre niveau, on a estimé que Saâdane a très si elle envisage de ramener un grand largement atteint les objectifs qui lui ont été peut dire qu’on a construit une équipe technicien étranger… minatoires de la CAN 2012. Actuelled’avenir. Il faut à présent la renNon, cela ne se posera jamais. Maintenant ment, on pense plus à laisser les assignés. dre davantage performante. si l’Etat algérien fixe le salaire d’un grand en«A On peut donc dire que du côté de la fédéjoueurs se reposer et profiter Ce qui est sûr, c’est qu’on ne ration, on est entièrement satisfait du tra- traîneur étranger, je pense qu’il n’y aura aucun de leurs quelques jours de la fédération, doit pas s’arrêter en si bon problème. Il faut savoir aussi que ce n’est pas vail accompli par Saâdane depuis 3 ans ? vacances, avant de se rechemin. Tout à fait. On est très satisfaits du travail une loi fixe, c’est juste des arrêtés qui ont fixé on vise 2018. Si mettre au travail. qu’il a fait. Maintenant, nous nous préparons les indemnités pour tout éventuel sélectionIl faut dire que le puLa FAF a-t-elle prévu Saâdane se sent à élaborer un travail qui s’étalera sur huit ans. neur étranger. blic algérien est resté une réunion pour On vise 2018, pas seulement la Coupe du quelque peu sur sa Pour conclure, on voudrait juste savoir capable d’aller tirer le bilan de cette monde, mais beaucoup plus la formation qui faim et a longtemps pour quelle raison certains joueurs ont eu participation en jusqu’au bout, il n’y est irréversible. Là, il faudra travailler avec un espéré cette qualificala permission de rejoindre la France diCoupe du monde ? coach auquel on expliquera notre programme, tion historique de sa rectement d’Afrique du Sud, alors que Absolument. Je vous aura dans ce cas nos objectifs et nos ambitions. C’est à Saâdane sélection pour les 8es d’autres ont rallié le pays avec le reste de informe que nous aucun de finale, d’autant que la délégation ? avons déjà commencé à de décider maintenant. S’il se sent capable de l’espoir était permis… tenir jusqu’au bout, il n’y aura alors aucun proCertains joueurs, comme vous l’avez-dit, établir le bilan de notre problème.» Cela s’explique par le grand ont été libérés plus tôt et avec la permission participation à notre lieu de blème. amour que portent les supporters bien entendu de rejoindre l’Europe, Autrement dit, si Saâregroupement en Afrique du algériens à leur sélection. Vous savez, il c’est tout. C’est eux qui l’ont dedane accepte ce chalSud, après la fin de notre match «Il y a 1 an et demi de cela, si vous aviez demandé face aux USA, et nous comptons le poursuivre mandé et on n’y a pas trouvé lenge, c’est lui qui à un simple citoyen algérien ce qu’il espérait ici à Alger avec l’ensemble des staffs technique, est normal que d’inconvénients à les laisser restera l’entraîde l’EN, il vous aurait dit que si elle se quali- médical et administratif aussi. Gérer une sécomme les neur de l’EN ? des joueurs affichent partir. C’estsont venus tout fiait à la Coupe d’Afrique, ce serait formidable. lection nationale n’est pas aussi facile que cela. joueurs qui Ecoutez, on ne Maintenant, il est évident qu’une fois qualifiée Il faut savoir mettre les joueurs dans de très peut pas dire auà l’heure à Alger. Certains leur mécontentement à la Coupe du monde, tous espèrent ramener bonnes conditions et se comporter en de vrais jourd’hui s’il acvoulaient passer la nuit à quand ils se retrouvent l’hôtel Hilton, d’autres au le trophée au pays (rires). Il faut rester lucide professionnels. Là où on notera des insuffi- ceptera ou refusera et surtout continuer à travailler. Vous savez, sances, on essayera de les corriger pour éviter ce challenge. Nous Sheraton et d’autres aussi sur le banc, c’est ça le ceux qui gagnent la Coupe du monde sont les de retomber dans les mêmes erreurs à l’avenir. avons chez leurs parents. On a un profootball.» équipes qui travaillent sur le très long terme et Tout ce qui n’a pas marché sera discuté pour gramme bien établi à voulu satisfaire tout le sans relâche. La consécration ne vient pas apporter des améliorations. Nous tirerons un la fédération et qui nous monde, c’est tout. Il ne faut comme ça. Je voudrais ajouter une chose. pas tout le temps polémiquer bilan pour faire en sorte d’avancer dans notre tient à coeur. Maintenant si pour le plaisir de la faire. Allez-y… Saâdane se sent capable de réalifaçon de travailler. Il faut que les gens sachent que nous ser nos objectifs, on discutera alors sur la Justement, y aurait-il des joueurs qui se Entretien réalisé par sommes au tout début d’une nouvelle réforme façon de voir les choses pour y parvenir. Il est seraient pas intégrés au sein du groupe Saïd Fellak du football en Algérie. Aujourd’hui, on a la clair qu’il sera secondé. Vous avez vu que dans durant ce Mondial ? chance d’avoir une bonne Equipe nationale de notre staff médical, on avait pas moins de 8

Le président de la Ligue nationale de football (LNF) et viceprésident de la FAF, Mohamed Mecherara, qu’on a rencontré avant-hier tard dans la soirée à l’aéroport international d’Alger où il était venu accueillir la délégation algérienne à son retour d’Afrique du Sud, a gentiment accepté de répondre à nos questions et nous parler justement de l’avenir de la sélection nationale, après cette participation à la Coupe du monde. On a aussi évoqué avec lui le devenir de l’actuel sélectionneur Rabah Saâdane et du bilan tiré de cette aventure sud-africaine. Entretien !

Le Buteur du 27-06-10 - ref : 813 016

e sélectionneur national, Rabah Saâdane, aurait annoncé à Mohamed Raouraoua son intention de démissionner, après la défaite face aux USA. Cela reste dans le domaine de la rumeur, tant que le coach ne l’a pas déclaré aux médias. Mais ce dernier se plaît à donner des scoops aux médias de madame la France, sites Web compris, comme cette déclaration au sujet de Mansouri et sa décision antérieure au Mondial de ne pas le titulariser. C’est une façon de dire : c’est moi le chef, pour qui ne connaît pas la maison des Verts. Cela dit, on va suivre attentivement les informations fussent-elles en provenance de ces sites Web. Mais on fait le pari que ce n’est pas demain que Saâdane va sortir de son mutisme pour faire une déclaration sur son avenir à la tête de l’EN. On le voit d’ici dire, «chah, je ne dirai rien». On pourrait voir plus clair, avec le retour de Raouraoua d’Afrique du Sud. On a envie de dire que même avec le retour du patron de la FAF, il va falloir attendre un peu que ces messieurs choisissent une date pour fixer une réunion pour parler du sélectionneur. Une certitude : le contrat du sélectionneur arrive à son terme le 30 de ce mois.

Pressions pour garder Saâdane L
club les consultait pour une doléance ?

06

Le Buteur n° 1247 Dimanche 27 juin 2010

Des joueurs pourraient même être renvoyés

L’idée de garder Saâdane n’est pas à écarter. En effet, des hommes de l’ombre veulent que le coach reste au moins pour deux saisons supplémentaires, quitte à renvoyer les joueurs qui se sont montrés indisciplinés. «On ne veut pas que le travail réalisé par le coach soit vain. Cela soit dit en passant. Le peuple est dit-on fier de ce que viennent de réaliser les Fennecs. Saâdane connaît les moindres détails sur cette équipe» Le seul hic, c’est que s’il est en mesure de mener une équipe en Coupe du monde, il reste incapable de garer des hommes durant un mois, en vase clos. Les partisans du maintien de Saâdane ont d’autres arguments comme le fait que le prochain coach, fût-il algérien, devrait demander un certain temps pour s’adapter aux mentalités.

Raouaraoua décidera après le Mondial
Une chose semble bien claire : les partisans du maintien de Saâdane et ceux qui parlent du retour de Madjer ou Khalef, quoique l’option Khalef ne soit pas crédible. Ceux qui connaissent Madjer disent de lui sans méchanceté aucune qu’il ne fait que «chauffer le tambour» et qu’il ne voudra pas de la barre technique de l’EN, préférant son nouveau métier de consultant sur des chaînes de télévision. Un métier qu’il fait bien du reste. Raouaraoua devra trancher en face de ses messieurs du BF qui ne troqueront jamais leur fauteuil contre une position responsable et courageuse. On va attendre gentiment la fin du Mondial. On n’est jamais pressé chez nous. Mais au fait, pourquoi Raouraoua ne rentre-t-il pas avant la fin du Mondial, comme l’ont fait d’autres présidents de fédération, d’autres pays ? M. H.

Le courant ne passe plus avec certains joueurs
Raouaraoua sait mieux que quiconque comment sont les rapports entre le coach et une partie des joueurs, principalement ceux qui ont occupé le banc durant tout le Mondial. Il y a aussi ceux qui n’ont pas gobé ses choix tactiques. Le président de la fédération était présent après le premier match contre la Slovénie. Le patron de la FAF, qui a le dernier mot dans cette histoire de désignation du sélectionneur national, va faire semblant de réunir son BF, après son retour du Mondial, pour soi-disant consulter des membres incapables de donner leur avis sans le boss, tant que monsieur le président n’est pas là. N’ont-ils pas agi de cette façon avant la fin du championnat, à chaque fois qu’un président de

Saâdane : «Je déciderai de mon avenir après responsable de la barre techniqueRaouraoua» à son arrivée à l’aéavoir entendu a fait une brève déclaration Le premier
roport Houari-Boumediène. Cela s’est passé dans le salon d’honneur : «Je viens juste de descendre de l’avion. Je ne cache pas que je suis fatigué. Je vous avoue que je n’ai pas encore pris une décision définitive sur mon avenir à la tête de la barre technique. Je dois connaître ce que compte faire la FAF et quels sont ses objectifs et ses propositions. Je vais me reposer un peu ensuite je déclarerai tout à la presse».

«Je ne regrette pas mes choix et j’ai fait avec ce qu’il y avait de disponible»
Toutefois, Rabah Saâdane a réitéré ses déclarations faites en Afsud où il affirmait ne pas regretter ses choix, ni les dispositions tactiques mises en place, lors des trois rencontres de l’Equipe nationale. «C’est facile de critiquer l’entraîneur et de parler du mutisme du compartiment offensif. Mais nous avons joué ce Mondial avec nos moyens. Le staff technique connaît les possibilités de chaque joueur. Personne n’ignore qu’un grand nombre de joueurs sortaient de blessure avant notre arrivée en Afrique du Sud. J’ai fait des choix tactiques en fonction des joueurs et de leurs possibilités. Je vais faire un rapport sur le comportement négatif de certains éléments durant le Mondial pour éviter que de telles choses se reproduisent à l’avenir.»

B. R.

Kourichi : «J’aurais aimé aider l’EN, mais Saâdane s’y est opposé»
Mandela ? C’est une très belle aventure qu’on a passée ensemble avec les Fans des Verts. On était une délégation de plus de 260 personnes. Croyez-moi qu’on n’a pas vu le temps passer, tellement c’était super sympa. Le mérite revient au président de la fédération. Je profite de cette occasion pour remercier monsieur Raouraoua. Passons à autre chose, votre nom revient avec insistance dans l’entourage de l’Equipe nationale comme adjoint ou le chargé de la détection des jeunes talents en Europe ; une confirmation ? Ecoutez, mon nom revient à chaque fois, mais je ne vois rien venir. Il est vrai qu’on m’a annoncé comme étant proche de renforcer le staff technique, mais pour l’heure je n’ai rien reçu d’officiel. Je veux dire qu’à l’heure où je vous parle, je ne suis au courant de rien. Cela dit, servir mon pays serait un honneur pour moi. Et si cette information venait à se confirmer, seriez-vous favorable à l’un des deux postes ? On n’en est pas encore là. Je préfère plutôt dire que ce n’est pas encore le moment d’évoquer cette éventualité. L’entraîneur qui est toujours en place n’a pas encore été limogé, donc à mon sens, le poste n’est pas vacant. C’est pour quoi je pense qu’il serait mieux de laisser le choix aux décideurs de penser à prendre les bonnes décisions à ce propos. Dans quel poste vous voyez-vous plus utile pour la sélection ? Je ne vous cache pas que j’avais l’ambition de renforcer le staff technique national, surtout qu’on avait cité mon nom comme étant probable. La FAF, qui a mis les gros moyens à tous les niveaux en engageant des médecins et des spécialistes, aurait dû, à mon avis, renforcer le staff technique. Sincèrement, j’aurais aimé apporter ma contribution, mais Saâdane s’y est opposé. C’est son choix et je l’accepte en toute sportivité. Qu’auriez-vous apporté à cette équipe ? Mon expérience. J’aurais pu transmettre aux jeunes éléments mon vécu en tant qu’ancien joueur de l’Equipe nationale qui a pris part à deux Coupes du monde d’affilée. Regardez, les autres équipes qualifiées au Mondial travaillent toutes avec un staff élargi composé de 5 voire 6 membres renforcé par d’anciens joueurs à même de donner plus de chances de réussite à leur Equipe nationale. Si on vous attribuait le poste de détecteur de jeunes talents, seriez-vous prêt à convaincre des joueurs comme Brahimi, Tafer, Feghouli et d’autres à s’engager avec l’EN ? Pour tout vous dire, je ne suis pas un médiateur. Je suis un technicien diplômé et ma contribution serait encore plus utile sur le terrain. Quel bilan feriez-vous sur cette participation de l’Algérie dans ce Mondial 2010 ? Je crois qu’on est passés à côté d’un bon truc dans cette Coupe du monde. Il y avait de la place pour faire mieux. On a raté le match qu’il fallait gagner pour espérer décrocher une place au second tour. L’équipe de Slovénie était largement à notre portée. Je l’ai trouvée franchement faible. C’est lors de notre premier match qu’on a laissé filer notre chance dans ce Mondial sud-africain. Oui, mais pour gagner, il faut marquer des buts… Absolument. C’est ce qui m’amène à dire qu’on n’a pas trop progressé dans le domaine de la finition. Je veux dire que depuis la CAN2010, on n’a pas trouvé de solutions à notre problème de l’inefficacité de l’attaque. On a remarqué qu’on possède une assise défensive solide, une meilleure complémentarité au milieu avec Yebda et Lacen, mais on constate assez nettement un déséquilibre flagrant entre l’animation offensive et les attaquants. C’est à ce niveau qu’il fallait renforcer cette équipe. D’aucuns s’accordent à dire que nous avons gagné une équipe ? Oui, seulement il faut se dire aussi que nous avons de très bons joueurs et une belle équipe qui évolue, malheureusement, à 60% de son potentiel réel. Il nous manque l’oiseau rare devant, c’est vrai, mais on doit songer à équilibrer notre système en donnant un peu plus de solutions offensives à notre jeu. Pour terminer, êtes-vous favorable à travailler avec Khalef ou Madjer qui sont fortement pressentis pour succéder à Rabah Saâdane ? Je dois rappeler et dire que Saâdane est toujours en place, je ne pourrais donc pas répondre à cette question. Laissez les dirigeants de la FAF prendre la décision qu’ils jugeront la plus appropriée pour le bien de l’Equipe nationale. Entretien réalisé par Moumen A.

Annoncé comme le futur adjoint du prochain sélectionneur de l’équipe d’Algérie, l’ancien joueur de l’EN, Noreddine Kourichi, n’écarte pas une éventuelle intronisation dans le staff technique de la sélection, mais il refuse de confirmer pour autant tout contact avec les dirigeants de la FAF.
Tout d’abord, un petit mot sur ce séjour passé avec l’Equipe nationale au pays de

Le Buteur du 27-06-10 - ref : 813 016

Le Buteur n° 1247 Dimanche 27 juin 2010

Mesbah provoque la panique à Constantine D
jamel Mesbah s’est rendu hier à Zighoud Youcef (Constantine) pour rendre visite à sa famille. Une visite qui a provoqué une hystérie chez les fans des Verts. Repéré dans un café du centreville, le joueur de Lecce a été prit d’assaut en un laps de temps record. Contraint de sortir pour fuir la foule, c’est tout le boulevard qui a été fermé. Plusieurs centaines de supporters sont venus pour le voir de près et prendre des photos souvenirs. Il a éprouvé toutes les peines du monde à monter dans le véhicule de son cousin. Mesbah a été surpris par un tel accueil alors qu’il croyait pouvoir rendre visite à sa famille dans la discrétion totale. Nous avons essayé en vain de l’interviewer. Il a fallu suivre la voiture de son cousin pour pouvoir enfin lui poser quelques questions devant des centaines de fans. Il nous a révélé qu’il n’avait pas dormi depuis deux jours et qu’il se sentait épuisé. Malgré cela, Mesbah s’est montré patient devant les sollicitations du public constantinois et a répondu gentiment à nos questions. N. S.

07

«Même en attaque, nousn’avons pas forcément besoin de renfort»
Tout d’abord on va parler en arabe ou en français ? Comme vous voulez je suis à votre entière disposition (rires) Quel est votre sentiment en étant ici à Zighoud Youcef, dans la ville de Constantine, votre ville natale ? Je suis très fier. C’est toujours un plaisir de rendre visite à la famille ici, je vais aussi retrouver mes amis. Franchement, je suis très content, surtout que je ne m’attendais pas à un accueil aussi chaleureux. Je vais me rendre à la commune d’El Harrouche avant de rallier Genève pour profiter de quelques jours de vacances avec mes parents. Quand allez-vous commencer les entraînements ? Franchement, je ne sais pas. Je viens juste d’arriver (entretien réalisé hier). Je vais prendre le soin de bien me reposer et, lorsqu’on fera appel à moi, je reprendrai les entraînements avec mon club en Italie. Comment évaluez-vous votre cette défaite concédée contre la Slovénie où on est passés à côté d’un bon résultat. Maintenant il faut oublier et garder cet énorme effort fourni et cette grande débauche d’énergie pour d’autres réalisations. Quelles sont les autres choses qui peuvent susciter les regrets pour vous ? On voulait vraiment se qualifier au second tour, pour écrire une nouvelle page de l’histoire de notre football mais, malheureusement, la chance nous a tourné le dos. Cela dit, la logique a été respectée puisque ce sont les USA et l’Angleterre qui sont parvenus à se qualifier au deuxième tour. Face aux Etats-Unis, la défaite était logique aussi ? Oui, sans aucune hésitation. Et ce n’est pas faute d’avoir essayé de ne pas rater notre rendez-vous, mais tout simplement parce qu’on avait en face de nous un adversaire qui a démontré pas mal de belles choses sur le terrain et que j’ai trouvé au top dehors du terrain. Il faut dire aussi que des gars comme Mbolhi, Kadir et Boudebouz, ont été d’un plus certain. Un mot sur cette attaque qui n’a pas inscrit le moindre but dans ce Mondial ? On s’est créés trois occasions, une de Djebbour, l’autre de Halliche et celle de Ziani si on veut. Mais le problème ne réside pas au niveau de l’inefficacité et encore moins de l’attaque. A mon avis, il ne faut pas accabler nos attaquants. Notre problème se situe au niveau des trente derniers mètres. C’est là que le coach doit trouver des solutions pour rendre notre rendement plus efficace devant. Vous n’avez pris part qu’à la dernière minute du match contre l’Angleterre, n’avez-vous pas eu envie de jouer plus dans ce Mondial ? C’est normal. Tout joueur ambitieux souhaite avoir un temps de jeu autrement plus conséquent. Les choix du coach, il faut les respecter. Pour ma part, je l’ai déjà dit, le fait d’être en sélection est déjà un grand honneur pour moi. Jouer 3 ou 4 minutes, ce n’est pas important. L’essentiel est que je suis en sélection et cela restera gravé dans ma tête pendant 10 ou 15 ans Alors on ne va pas se qualifier en 2014 ? (Rires), non, on y sera Incha' Allah. A quoi avez-vous pensé en entrant sur le terrain face à l’Angleterre ? Je me suis dit, le score est de parité, et il reste quelques minutes à jouer, il ne faut surtout pas commettre de bêtises. La suite a été heureuse puisque nous avons tenu en échec l’Angleterre. Un résultat qui a été assimilé à une victoire par nos supporters. Tant que Belhadj est là, ce ne sera pas simple pour vous de jouer ! Moi aussi j’ai 6 ou 7 ans devant moi et lorsqu’on aura besoin de moi, je répondrai toujours présent. Que vous a apporté la sélection nationale ? Un grand honneur pour moi et pour toute ma famille. L’Equipe nationale m’a permis de connaître le haut niveau. C’est une fierté pour moi et pour les habitants de Zighoud Youcef. Les éliminatoires de la CAN2012, pointent à l’horizon, un mot sur ce challenge ? Notre adversaire sera le Maroc dans cette poule. Mais il faut se méfier des autres équipes qui composent le groupe. Etes-vous pour ou contre l’arrivée de nouveaux attaquants ? Je connais tous les joueurs évoluant en Europe. Je ne pense pas qu’on va découvrir un joueur en l’espace de 6 mois. L’équipe actuelle comporte de bons éléments qu’il faudra encourager, à l’instar de Ghezzal, Djebbour et Boudebouz. Je vous promets qu’ils vont montrer un meilleur visage à l’avenir. Entretien réalisé par Nedjmou S.

Aissa Mesbah
«Mon fils a réalisé un rêve qui m’est très cher»

«Face à la Slovénie, nous avons été spoliés mais les résultats contre l’Angleterre et les USA sont logiques»
participation à la Coupe du monde 2010 ? On a honoré l’Algérie face à de grandes équipes, et c’est là notre grande satisfaction. En ce concerne le bilan, je dirai qu’il fut positif. Le seul point noir dans ce Mondial, c’est physiquement. Heureusement que Mbolhi a sorti le grand jeu Mbolhi a ramené un plus, estce le cas des autres nouveaux joueurs ? Oui, en tout cas on a tous senti cela, que ça soit sur le terrain ou en

ïssa Mesbah, le père de Djamel, n’a pas été gêné par la présence de plusieurs supporters des Verts venus au domicile familial pour prendre des photos avec son fils : « Ce sont des choses normales. Au contraire, c’est un grand honneur. En un laps de temps réduit, mon fils est devenu très estimé et aimé par tout le monde. Je suis très content et fier de mon fils. Il a réalisé mon rêve de le voir un jour porter les couleurs de l’Equipe nationale. «Il est encore jeune, il a le temps de s’imposer» « Je ne peux pas vous décrire ma joie. Je remercie Dieu de m’avoir prêté vie pour vivre ces moments avec la famille. Djamel est encore jeune. Il a des qualités énormes et il va certainement s’imposer en Equipe nationale. Il a tout le temps pour le faire.» «Il doit prouver qu’il mérite cet amour du peuple» « On possède une grande équipe qui fera parler d’elle lors des prochaines échéances qui attendent les Verts. Franchement, je ne m’attendais pas à un tel engouement populaire autour de mon fils. A lui maintenant de prouver qu’il mérite cet amour du peuple. » N. S.

A

Le Buteur du 27-06-10 - ref : 813 016

08

Le Buteur n° 1247 Dimanche 27 juin 2010

Mansouri, Saïfi, Lemmouchia, Gaouaoui et les autres

La nécessaire reconnaissance de la FAF
Il y a des valeurs qui ne doivent pas être galvaudées. L'amour du maillot en est une. Le maillot national, c’est bien plus que des couleurs, c'est toute une histoire. C'est aussi des hommes et des femmes qui l’ont défendu avec honneur, sans aucun espoir de reconnaissance et cela sur tous les terrains de sport du monde. La présence de l’Algérie au rendezvous planétaire du ballon rond est le résultat de tous les sacrifices et les efforts fournis pendant des années par des dirigeants, des techniciens et aussi des joueurs. Certains d’entre eux n’auront plus l’occasion de porter le maillot frappé de l’emblème national et à ces derniers nous devons reconnaissance. L’instance fédérale présidée par Raouraoua a le devoir de les honorer comme il se doit, c’est le moindre des remerciements pour services rendus à la nation. pour mon pays.» Avant la venue de Yebda, Lacen et Guedioura, il rayonnait sur le terrain et le public louait son courage et l’applaudissait comme un héros qu’il fut vraiment. Il était adulé, choyé et apprécié de tous et la reconnaissance semblait lui être éternelle. Oui, Yazid Mansouri a droit à toute notre reconnaissance et cela sans complaisance aucune. téléphone portable. Le petit film vidéo sera d’ailleurs l’une des pièces à conviction lors du traitement de cette affaire.

Les larmes et le sang de Lemmouchia
Parmi les victimes de l’agression du bus au Caire figurait Khaled Lemmouchia. Blessé à la tête, il sera tout simplement héroïque et se battra sur tous les ballons. «Ce qui nous est arrivé nous a choqués, on ne s’attendait guère à un tel accueil de la part des Egyptiens. Si on s’est qualifiés ici au Caire, nos vies auraient été en danger. Franchement, les séquelles de l’agression étaient encore présentes le jour du match. Nous devons maintenant nous remettre au travail et bien préparer le rendez-vous de Khartoum», avait-il déclaré, en larmes, à l’époque. Mais Lemmouchia regrettera amèrement sa suspension lors du match barrage, après avoir écopé face à l’Egypte de son troisième carton.

Saïfi, l’histoire retiendra
Ses deux buts inscrits face à la Zambie ont contribué pour une large part à décrocher une place dans la cour des grands. Pour Saïfi, le maillot vert et blanc a une charge, une symbolique différente des autres. Celle d'être choisi pour représenter les couleurs de son pays. Cela il l’a fait avec abnégation et surtout beaucoup de dignité.

Mansouri, le symbole
Parmi les joueurs qui ont pris la décision d’arrêter leur carrière internationale, il y a Yazid Mansouri.C’est le symbole du joueur qui a tout sacrifié pour son pays. Celui qui restera comme le capitaine courage des Fennecs a été de toutes les campagnes de l’équipe nationale ces dernières années. Pour des raisons techniques, il ne jouera aucune seconde de ce Mondial, ce qui lui aurait permis de terminer en apothéose. Qu’à cela ne tienne, il n’aura pas le moindre geste d’humeur ou une parole déplacée. Bien au contraire, il a été toujours le premier à encourager ses jeunes coéquipiers.

Il filme le caillassage du bus à l’aide de son téléphone portable Coventry le sanctionne pour avoir pris part à la CAN 2004
On pouvait lire sur cinq colonnes dans l’une des pages du Buteur «Honte à ceux qui ont fait pleurer Mansouri ! » le lendemain d’un match amical disputé par l’EN. C’est Mansouri lui-même qui manifestera toute sa peine : «Oui, comme vous l’avez vu, il n’y a pas que moi qui étais pris en grippe par le public. Il y avait aussi Saïfi, Ghezzal et un peu Djebbour. Mais c’est difficile de faire face à autant de gens. Quand je vois ce qu’on a donné pour cette équipe… Personnellement, je me suis mis en porte-à-faux avec mon club (Coventry, ndlr) lorsque je jouais en Angleterre pour l’Equipe nationale. J’ai refusé un contrat là-bas pour rester concentré sur l’EN. J’ai fait de grands sacrifices que je n’ai pas envie de relater dans la presse. Je l’ai fait par amour pour cette équipe, par amour Tout le monde a en mémoire le caillassage en règle du bus qui transportait les joueurs de l’aéroport à l’hôtel, au Caire. Cette agression s’est poursuivie jusqu’à l’arrivée des joueurs algériens à leur hôtel avec de nombreuses attaques sur la délégation des Fennecs. Plusieurs joueurs ont été blessés, certains au visage, d’autres au niveau des bras et des mains. Rafik Saïfi, Khaled Lemmouchia, Fawzi Chaouchi et Rafik Halliche sont parmi les blessés. Cela n’a pas empêché le meneur de jeu algérien de filmer toute la scène avec son

Gaouaoui, le gentleman
S’il y a un joueur qui aura marqué son passage en équipe nationale, c’est bien Lounès Gaouaoui. Nous ne parlerons pas de ses qualités techniques et tout le monde sait qu’elles sont immenses. Les supporters des Verts, les joueurs et les membres du staff ne sont pas près d’oublier ses immenses qualités humaines. Coéquipier modèle, il a été le premier à encourager Chaouchi, celui qui l’a supplanté dans la cage de l’EN. Un vrai gentleman, Lounès. R. B.

Le départ de Karim Ziani de Wolfsbourg est quasi officiel. Arrivé l'été dernier en Bundesliga, Ziani ne fera finalement pas long feu en Allemagne. C'est ainsi que nous apprenons que le transfert du milieu de terrain international algérien à l'AS SaintEtienne, confirmé par le président de ce club en personne il n'y a pas si longtemps sur ces mêmes colonnes, est toujours d'actualité. Christophe Galtier, son ex-coach au FC Sochaux Montbéliard, l'a recommandé aux dirigeants stéphanois. Il compte lui proposer le poste de milieu offensif droit dans son équipe. C'est en tout cas, ce qu'a indiqué la presse sportive de samedi, en France. Ziani est courtisé par d'autres clubs de Ligue1, mais les Verts de Saint-Etienne aimeraient l'engager à titre de prêt pour une saison, avec une option d'achat. Moumen A.

relance Ziani

Galtier

Saïfi nie avoir agressé un représentant de la presse
Joint au téléphone, Rafik Saïfi a totalement nié s’en être pris, en Afrique du Sud, à un représentant de la presse. «Cette histoire a été montée de toutes pièces et il y a une bonne dizaine de personnes qui peuvent témoigner de la véracité de mes dires. Allez demander à Chaouchi, Ziani et d’autres joueurs qui étaient sur place. Ils vous diront ce qui s’est passé réellement. Il y avait aussi Nabil, un membre de la délégation, qui était très près de la scène», nous dira Saïfi.

«Je traînerai dans la boue ceux qui ont voulu porter atteinte à ma réputation»
Le joueur de Istres ne s’est

pas arrêté là. Pour lui, cette campagne est bien orchestrée par des gens qui veulent se venger. Il nous dira en substance : «Je possède des arguments qui vont me permettre de traîner dans la boue ceux qui ont tenté de salir mon nom et ma réputation. Je rendrai tout cela public très bientôt. Vous serez surpris.»

Walid Chorfa a signé à Girona FC. Libre de tout engagement vis-à-vis de Tarragona, l'Algérien a refusé de renouveler son contrat avec son ancien club. Il a signé un contrat d'une seule saison, selon el Mundo Déportivo.

Chorfa signe à Girona FC

Selon la presse française, Foued Kadir pourrait renouveler son contrat avec son actuel club, Valenciennes. Auteur d'une très belle saison, avec, à la clé, une participation à la Coupe du monde, le milieu de terrain des Verts devrait signer dans les jours à venir.

Kadir pourrait prolonger avec Valenciennes

Abdellah Al Ayda, vice-président d'Al Sylya s'est exprimé à propos de la déclaration de Yazid Mansouri. Il dira à ce propos : «Avec le recrutement de Mansouri, on veut faire honneur à la communauté algérienne au Qatar. Nous attendons beaucoup de lui car il a une grande expérience. On est persuadés que son recrutement sera bénéfique pour nous.»

Abdelah Al Ayda vice-président d'Al Sylya : «Nous misons beaucoup sur l'expérience de Mansouri»

Le Buteur du 27-06-10 - ref : 813 016

Le Buteur n° 1247 Dimanche 27 juin 2010

Roger Milla «M’bolhi a été vraiment exceptionnel dans ce Mondial !»
équipes alors que l’Afrique n’en n’a que 6 ? Je suis un peu gêné devant ce constat, je dois l’avouer, parce que j’appartiens aussi à la FIFA. Je suis donc un peu embarrassé de par ma position d’ambassadeur de la FIFA. Mais je confirme que vous avez parfaitement raison de poser cette question, parce qu’elle est d’actualité. Je ne sais pas quoi vous répondre franchement, car je suis un peu gêné… Mais si vous vous taisez, vous les joueurs africains reconnus dans le monde entier, qui va défendre ce fichu continent ? Pensez-vous que la Grèce, la Slovénie ou la Suisse sont plus forts que le Mali, le Sénégal, l’Egypte ou l’Angola ? C’est vrai ce que vous dites, car ça fait mal au cœur de ne pas voir des équipes comme le Sénégal ou l’Egypte championne d’Afrique absentes d’un tel événement. L’Afrique mérite bien plus de places en Coupe du monde, mais c’est à vous journalistes de pousser et nous les joueurs, nous vous soutiendrons à coup sûr. Mais cela ne peut pas venir de nous, car nous avons des obligations de réserves, lorsqu’il s’agit de la FIFA. Il faut aussi nous comprendre. Ils vous donnent des postes honorifiques pour mieux vous museler ? Non, ce n’est pas ça… (Il se tait, car il est extrêmement gêné). Bon, passons, on sent que vous n’allez pas nous donner la réponse qu’on attend de vous. Dites-nous donc ce que vous avez pensé de la prestation de l’équipe d’Algérie dans ce Mondial ? Je pense que l’Algérie a fait une très, très grande Coupe du monde. Surtout qu’elle sort de plusieurs années d’absence dans les grandes compétitions. La nouvelle génération de joueurs algériens doit être prise en charge de manière soignée. Il faut de la continuité dans le travail pour rester à ce niveau d’abord, afin de progresser plus à l’avenir. Il faut confirmer en arrivant à se qualifier de manière régulière en Coupe du monde. Et qu’est-ce qui n’a pas marché dans cette équipe d’Algérie ? Il a manqué des buteurs dans cette équipe. Sans les buts, on ne peut pas aller loin en Coupe du monde. Quand Madjer, Belloumi et Assad marquaient, l’Algérie se portait nettement mieux. Aujourd’hui, c’est ce qui manque à l’équipe d’Algérie. Vous parlez de Madjer et justement son nom a été évoqué avec insistance pour succéder à Saâdane. Qu’en

09

C’est en marge de la conférence de presse qu’il a donnée à Johannesburg pour parler de la «Fondation Cœur d’Afrique Solidarité Roger Milla» que l’ancien Lion indomptable nous a accordé cet entretien. Roger Milla a été égal à lui-même, c'est-àdire simple et généreux. Bien que certaines questions l’aient un peu bousculé, la star camerounaise des années 80 a souri lorsqu’il se sentait acculé, mais il a finalement accepté davancer malgré cette obligation de réserve qui l’empêchait de s’étaler sur certains sujets brûlants. Il a aussi parlé des Verts et surtout de Raïs M’bolhiOuhab qui a ébloui le monde entier pas sa classe. Un échange avec Roger Milla est toujours gagnant. La preuve est entre vos mains. Appréciez.
Qu’est-ce que vous pensez des équipes africaines qui sollicitent des entraîneurs étrangers ? C’est vrai que beaucoup de pays africains ont choisi de faire confiance à des coachs étrangers. Je ne suis pas contre cela, mais je pense que les gouvernements de ces pays doivent aussi encourager les entraîneurs locaux. Il y a beaucoup d’entraîneurs compétents en Afrique. Il y en a même plus qu’on pourrait l’imaginer. Le problème est qu’on ne veut pas leur donner leur chance. On les condamne avant même d’avoir pu prouver leurs compétences. C’est de l’injustice, il n’y a pas de doute. Je n’ai pas besoin de chercher loin pour trouver des cas comme ça. Au Cameroun, il y a un entraîneur camerou-

nais qui a gagné la médaille d’or olympique à Sydney, mais qui a été viré juste après. On ne veut pas faire confiance à des gens de l’intérieur. C’est dommage, parce qu’il a des qualités. Comme il y a de la qualité un peu partout en Afrique. Je crois que le temps est venu de faire enfin confiance aux entraîneurs africains. Certains pays ont tout de même osé maintenir un local, à l’image de l’Algérie, non ? Oui, c’est très bien ce que fait l’Algérie. C’est même un bon exemple pour les autres. Vous voyez bien que ça peut très bien fonctionner avec un entraîneur africain. M. Saâdane a réussi à qualifier l’Algérie pour le Mondial en faisant un grand travail au sein de l’équipe. On n’arrive pas en demi-finale de la CAN par hasard et on n’accroche pas l’équipe d’Angleterre non plus par hasard. Je suis sûr qu’il se trouvera des gens pour tenter de minimiser le travail de M. Saâdane, malgré la bonne santé affichée par l’équipe d’Algérie. Mais on n’y peut rien, c’est la mentalité africaine qui est faite ainsi. C’est regrettable de ne voir que le Ghana qualifié pour le second tour. Pourquoi ça se passe toujours comme ça pour les Africains ? C’est sûr qu’on aurait aimé en voir d’autres aux côtés du Ghana. Je suis le premier désolé de voir une seule équipe qualifiée au second tour. Si on veut voir une équipe africaine aller au bout dans une Coupe du monde, il faudra qu’on travaille beaucoup plus dans chaque pays. L’organisation de nos championnats aussi fait défaut et empêche les joueurs locaux de progresser. Ce n’est pas par hasard que les équipes européennes ou sudaméricaines dominent le football mondial. Il reste manifestement beaucoup de travail à réaliser dans nos pays. C’est aux fédérations de prendre les bonnes décisions pour que le football africain avance. Ça ne peut plus durer ce qu’on fait. Les équipes africaines puisent pratiquement tous leurs joueurs en Europe. Roger, ne pensez-vous pas que le temps est venu pour l’Afrique de réclamer des places supplémentaires en Coupe du monde ? Et puis, comprenez-vous que l’Europe ait 13

pensez-vous ? Oui, pourquoi pas Madjer ! Et pourquoi ne pas lui ajouter d’autres anciens comme Belloumi ? Je pense que ce duo a les facultés qu’il faut pour devenir une bonne solution à l’équipe d’Algérie. On peut les entourer de spécialistes comme l’ont fait les Argentins avec Maradona pour avoir plus d’assurance. Il faut donner la chance aux compétences africaines. Comment jugez-vous le jeu des Algériens dans ce

Mondial ? Je suis désolé, mais je ne peux pas juger cette équipe, pour la simple raison que je n’ai pas pu suivre leurs trois matchs ; ce que je peux dire par contre, c’est que le second gardien qui a joué… Il s’appelle M’bolhi… Oui, lui, par contre, il a été formidable. Il a vraiment été pour moi exceptionnel ! Vous savez, M’bolhi est issu de parents mixtes. Il est à moitié algérien et moitié congolais. Il vous plaît ce mélange 100 % africain ? Ah oui ! Bien sûr qu’il me plaît ! Moi je dis que c’est très bien que les Algériens l’aient accepté aussi facilement. C’est un bon exemple pour l’Afrique. J’ai vraiment apprécié qu’on l’ait intégré sans souci en lui accordant la nationalité algérienne. Mais c’est un de nos enfants, quoi de plus naturel Roger ? Bien sûr que c’est un Algérien. Mais je voulais souligner cela, car ça me plaît beaucoup. C’est vraiment bien. Que pensez-vous justement du bilan de Paul Le Guen à la tête de la sélection du Cameroun et est-ce que vous le conseilleriez aux Australiens qui voudraient le prendre comme sélectionneur national ? Je ne veux pas parler de Paul Le Guen. Il a fait ce qu’il a pu avec ce qu’il a trouvé et c’est tout. Maintenant, s’il peut faire mieux que ce qu’il a fait avec le Cameroun qui reste tout de même une grande déception pour moi, qu’ils le prennent. Mais je ne suis pas son manager pour leur conseiller Paul Le Guen. Que pensez-vous aujourd’hui de ceux qui doutaient de la bonne organisation de la Coupe du monde en terre africaine ? Nous avons été tellement critiqués par ceux qui pensaient que les Africains n’étaient pas capables d’organiser une Coupe du monde. Ils pensaient que les stades n’allaient pas être prêts pour le début du Mondial et on a tout fait pour semer le doute autour des capacités des Africains à réussir cet événement. Je crois qu’aujourd’hui, on peut être fiers de leur dire que tout se passe bien dans cette Coupe du monde. Les participants ont tous reconnu que les stades sont meilleurs que tout ce qu’ils ont pu voir ailleurs, à ce jour. L’ambiance est formidable, les stades sont pleins, contrairement à ce qu’on entendait depuis quatre ans. Je crois que cette Coupe du monde en Afrique est la meilleure de toutes celles qui l’ont précédée. Il n’y a que le Mon d i a l de 1994 a u x EtatsUnis qui a fait mieux. On peut donc être fiers du résultat et cela va sans doute nous servir à l’avenir. L’Afrique a gagné son pari face à ses détracteurs ! Nous leur avons donné une grande leçon. Entretien réalisé par Nacym Djender

Le Buteur du 27-06-10 - ref : 813 016

Kevin Keegan «Les Algériens
sont de bons joueurs, mais pas assez disciplinés»
C'est avec un grand plaisir que nous avons croisé, hier, la légende anglaise des années 70, Kevin Keegan, l'ancienne star de Liverpool et de l'équipe d'Angleterre. Aujourd'hui consultant pour ITV, la chaîne de télévision anglaise, Keegan est un témoin privilégié de cette Coupe du monde. Il nous a donné son point de vue sur la compétition (ndlr: interview réalisée avant le début des 8es de finale), mais également sur l'équipe d'Algérie. Que pensez-vous du niveau de cette Coupe du monde ? J'ai été un peu déçu par les matchs du premier tour. Il n’y a pas eu beaucoup de matchs intéressants. Mis à part certains, il y a eu de nombreux nuls et pas assez de buts. Mais je pense que cela va changer à partir de cette deuxième phase, car les équipes vont jouer pour gagner. Un nul ne sera pas forcément un bon résultat, car il faudra aller à la séance des tirs au but. En fait, je suis déçu, car je pense que les équipes peuvent faire beaucoup mieux. Vous avez sans doute vu le match entre l'Angleterre et l'Algérie. Qu’en avez-vous pensé ? Je l'ai vu naturellement. C'était un très bon match. Le match nul a reflété la physionomie du match, car aucune équipe n'a vraiment dominé. J’ai déjà vu jouer l’Algérie il y a deux ans de cela et j’ai bien apprécié le jeu des joueurs. C’est vraiment une bonne équipe avec de bons joueurs. Lesquels vous ont plu ? J'ai bien aimé le petit joueur du milieu de terrain (Karim Ziani, ndlr)… Comme vous l’étiez ? Non, moi je suis petit de taille comme lui, mais je jouais plus en attaque que lui. Il joue en France, non ? Il a joué en France, mais il est maintenant en Allemagne... Ah, OK. Pour leur carrière, c'est bien que ces joueurs puissent jouer à l'étranger, parce que ça leur donne plus de confiance. Ils jouent bien ensemble, mais ils devraient se montrer davantage disciplinés, car ils ont reçu deux cartons rouges en trois matchs. C'est beaucoup. Vous avez raison, parce que tout le monde le leur dit aussi… Oui, je les ai vus déjà lors du Championnat d’Afrique des nations et c’était déjà le cas pour eux, je crois face à l’Egypte. C'est déjà dur quand vous êtes à onze sur le terrain, alors quand vous n'êtes plus que dix, c'est encore plus dur ! Ils gagneraient à se discipliner donc pour faire mieux à l’avenir. Etes-vous déçu de constater qu'une seule équipe africaine (le Ghana) se soit qualifiée pour les 8es de finale ? Oui, car il n'y a plus que le Ghana qui possède une chance de se qualifier et aller un peu plus loin dans cette compétition. Mais je ne suis pas surpris de voir les Ghanéens arriver à ce stade de la compétition, parce que les équipes africaines sont puissantes et athlétiques, mais elles manquent parfois un peu d'intelligence dans le jeu pour aller plus loin. Certains joueurs gagneraient à ouvrir un peu plus les portes pour se libérer dans leur tête. Il faudra jouer sans complexe. Les Africains ont le physique et la technique. J’ai vu par exemple l’Egypte lors de la CAN et je pense que son jeu n’a rien à envier aux équipes présentes. C’est le cas de toutes les équipes afriMohamed Saâd

10

Le Buteur n° 1247 Dimanche 27 juin 2010

De nos envoyés spéciaux en Afrique du Sud

Farid Aït Saâda

Nacym Djender

Madjid Aït Abdallah

Farid Zouaoui

caines quand elles jouent sans complexe. Je pense notamment à l'Algérie. C'est dommage, car entre les équipes africaines et les équipes européennes, le fossé n'est plus aussi grand qu’il l’était avant. Les Africains se sont beaucoup rapprochés des Européens. Selon vous, quelle équipe va remporter cette Coupe du

monde ? Il y a beaucoup de très bonnes équipes comme l'Argentine, l'Angleterre, l'Allemagne, le Brésil ou l'Espagne. Mais je dirais que si l’Angleterre est éliminée, mon favori sera l'Argentine, car c'est une équipe offensive et j'aime beaucoup ce style de jeu. Entretien réalisé par Mohamed Saâd

Francis Gillot : «Boudebouz aurait dû bénéficier de plus de temps de jeu»
L’entraîneur du FC Sochaux parle ici de la participation de l’Algérie au Mondial et donne son avis sur les trois confrontations des Verts, tout en évoquant le cas de Boudebouz, son joueur à Sochaux. Que pouvez-vous nous dire sur la participation de l’Algérie à ce Mondial ? J’ai beaucoup apprécié le niveau de la sélection algérienne durant ce Mondial, d’autant que pour tous les joueurs, c’est la première fois qu’ils prennent part à une phase finale de Coupe du monde. Ce qui a attiré le plus mon attention, c’est qu’ils ont joué sans complexe face à de grandes nations comme l’Angleterre et les Etats-Unis. Je crois que si les Algériens avaient des éléments capables de faire la différence devant, leurs résultats auraient été bien meilleurs. Si l’on comprend bien, selon vous, le problème de l’Algérie était en attaque, c’est cela ? Effectivement. Car à mon avis, la défense et le milieu de terrain ont fait correctement leur travail, ils n’ont pas déçu, en plus d’un bon gardien qui a assuré derrière et qui a donné plus de confiance aux joueurs. Malheureusement, l’Algérie a évolué sans attaquants capables de menacer la défense adverse. Ceux qui ont été alignés jouaient très loin des joueurs des milieux de terrain, ce qui a engendré un grand problème en attaque. Certains jugent que la sortie de la sélection algérienne du 1er tour est problème en attaque, les choses deviennent de plus en plus compliquées. Les autres ne vous attendent pas et vont profiter de la moindre erreur pour l’exploiter. Que pensez-vous des adversaires de l’Algérie ? Je commence par la Slovénie, et je dis que l’Algérie a laissé passer sa chance durant cette rencontre car elle avait largement les moyens de l’emporter. Et même si l’échec en football est la responsabilité de tous, je dis quand même que votre gardien et votre avant-centre endossent seuls la responsabilité de cette défaite. Pour l’Angleterre, il s’agit d’un favori de cette édition, et pour les Etats-Unis, ils sont en train de devenir une grande nation de football. Que pensez-vous de votre joueur Ryad Boudebouz ? Il n’a joué que quelques minutes contre l’Angleterre. Il est vrai que je ne peux pas discuter les choix de votre sélectionneur, ni commenter quoi que ce soit à ce sujet. Mais je crois que Si Boudebouz avait bénéficié de plus de temps de jeu, il aurait pu donner beaucoup de choses. Il aurait même pu compenser le manque de compétition de certains joueurs de la sélection algérienne. Comment voyez-vous l’avenir de cette équipe algérienne ? Je suis très optimiste par rapport à cela, à condition de préserver ce qui a été acquis et faire confiance aux jeunes talents comme Boudebouz. Il va falloir se remettre au travail, et je suis sûr que l’Algérie a un bel avenir devant elle. Entretien réalisé par Lyès F.

tout à fait logique. Partagez-vous cet avis ? Quand vous avez dans le groupe des équipes comme l’Angleterre et les Etats-Unis, vous vous dites que les dés sont jetés. Et quand en plus vous avez un aussi grand

Le Buteur du 27-06-10 - ref : 813 016

Le Buteur n° 1247 Dimanche 27 juin 2010

Collovati
le même groupe que le Brésil et le On ne vous aurait jamais rePortugal. Et comme un malheur connu avec votre nouveau n’arrive jamais seul, Drogba s’est look ? (Il rit franchement.) C’est vrai que blessé durant la préparation et n’a j’ai beaucoup changé depuis les an- pas pu jouer à 100% face au Portugal. Les nées 80. A l’époque, j’avais 24, Ivoi25 ans et les cheveux «J’ai longs étaient à la lu un peu l’histoire de mode. Les miens Yahia et j’ai appris qu’il avait étaient très longs, joué à l’Inter alors qu’il était tout mais pas aussi longs jeune. Cela a dû lui servir dans sa que l’Argentin Tacarrière car il joue un peu rantini par exemple. à l’italienne» Lui, c’était un vrai lion. riens Aujourd’hui, j’ai 53 ans et je devaient dois choisir le look qui correspond à absolument battre le Portugal s’ils mon âge. voulaient passer. Ils ne l’ont pas fait Que fait Collovati ? à cause notamment de la blessure de Dès que j’ai terminé ma carrière Drogba. de footballeur en 93, je me suis carAvec lui, ils auraient gagné rément retiré du monde du football. selon vous ? A part le métier de consultant que Sans doute oui. Drogba est non j’exerce temporairement avec la Rai, je fais des choses qui n’ont rien à seulement un joueur de très haut voir avec le foot. C’est un choix et je niveau, mais c’est aussi un leader qui aurait pu tirer son équipe vers le l’assume parfaitement. haut. Vous êtes dans les affaires, on Avez-vous suivi le parcours de imagine ? l’Algérie ? J’ai une entreprise de production Bien sûr. J’ai même été consultélé. tant pour le match Algérie–AnEn tant que consultant de la gleterre. Les Anglais ont été Rai, que pensez-vous du niveau vraiment mauvais contre de cette Coupe du monde ? vous. Je vais être sincère et dur à la fois. Donc, ce n’est pas l’AlgéLe niveau du premier tour est très rie qui était bonne ? faible, il n’y a pas eu de jeu, il n’y a eu Non, je n’ai jamais dit ça. Si aucune révélation ni à titre indiviles Anglais ont été mauvais, c’est duel ni collectif. Je n’ai pas vu un atqu’en face il y avait une bonne rétaquant, un gardien de but ou un défenseur qui s’est distingué durant sistance, de bons joueurs et une ce premier tour. J’ai pensé que c’était bonne tactique. L’Algérie avait même la à cause de l’altitude, mais ce n’était p ospas ça, j’ai joué le Mondial86 au Mexique et l’alti«Au jour tude ne nous avait pas d’aujourd’hui, le championnat empêché de réaliser italien est devenu très physique. Il de grandes prestay a beaucoup de condition physique, tions. J’espère qu’à beaucoup de force, mais peu de partir des 8es de fitechnique. A mon sens, Ziani est un nale et les matchs à joueur trop technique pour élimination directe, pouvoir jouer en Italie» on nous proposera un meilleur spectacle. Et l’Italie dans tout ça ? sibilité Un vrai désastre. Beaucoup de de l’emporter à un certain champions du monde 2006 n’aumoment du match. J’ai raient pas dû continuer. trouvé les Anglais très crisQue pensez-vous du parcours pés et lents. des sélections africaines ? Qu’a-t-il manqué à Une autre déception pour moi. l’équipe algérienne Une sélection sur six qualifiée aux pour l’emporter ? 8es de finale, c’est très peu. On m’a dit Peut-être un joueur que l’organisation du Mondial sur le comme Ghezzal, malsol africain allait permettre à l’une heureusement il des sélections africaines de créer la était suspendu. Il surprise. Finalement, ça n’a pas été a manqué à le cas. J’aurais pourtant misé sur la mon avis aux Côte d’Ivoire, une équipe que Algériens un j’adore, mais encore une fois les peu de courage. Ivoiriens sont tombés dans le Le courage d’aller tigroupe de la mort. Ce n’est pas fatiller la défense anglaise. Les Algécile de s’en sortir quand on est dans riens avaient la maîtrise du jeu dans

«La place de Kadir est dans le Calcio»

11

«J’aurais été fier de jouer avec Madjer à l’Inter»
Sans Italo Cucci, notre consultant et confrère de la Rai, on n’aurait jamais reconnu Fluvio Collovati. Le champion du monde 82 était connu pour son jeu rugueux et son excellent jeu de tête, mais aussi sa crinière blonde qui le distinguait des autres joueurs italiens. Avec ses cheveux courts et grisonnants, Collovati était méconnaissable et il le savait.
leur camp, mais une fois qu’ils arrivaient dans les 40 mètres adverses, ils n’osaient plus. Le problème avec l’Algérie, c’est que c’est une très bonne équipe, mais seulement en phase défensive. Quels sont les joueurs algériens que vous avez aimés ? Ziani est un joueur que j’aime bien. Malheureusement, je l’ai trouvé un peu irrégulier durant cette Coupe du monde. Il n’arrive pas à maintenir le même rythme de jeu pendant un sique. Il y a beaucoup de condition physique, beaucoup de force, mais peu de technique. A mon sens, Ziani est un joueur trop technique pour pouvoir jouer en Italie. Vous avez gagné la Coupe du monde en 82. Cette même année, l’Algérie avait réalisé un excellent Mondial. Vous rappelez-vous de cette période ? Naturellement. C’est «Lorsque vrai qu’on était j’ai pris le journal de concentrés avec l’époque et que j’ai appris que nos matchs, Madjer devait signer chez nous, mais on ne j’étais fier. Fier de pouvoir côtoyer pouvait pas ne l’homme à la talonnade. La première pas savoir que question que je lui aurais posée est : les Algériens comment avez-vous osé un tel avaient battu l’Algeste en finale de Coupe lemagne (ndlr, exd’Europe ?» RFA) et surtout que l’Allemagne et l’Autriche avaient triché pour vous empêcher match. La révélation pour moi de vous qualifier au deuxième tour. a été le jeune Kadir et Mat- L’équipe algérienne de l’époque était mour pour son esprit de sa- très forte techniquement. crifice. Vous savez, ce n’est Vous rappelez-vous d’un joueur pas évident de se bagarrer en particulier ? tout seul durant 90 miOui, Madjer. C’était l’un des meilnutes avec des joueurs leurs joueurs au monde. Il a failli sicomme Terry et Carragner à l’Inter avec moi. Je me gher. rappelle que lorsque j’ai pris le jourVous étiez défenseur, il y nal de l’époque et que j’ai appris que a sans doute un défenseur algéMadjer devait signer chez nous, rien qui vous aurait plu… j’étais fier. Fier de pouvoir côtoyer

«L’Italie ? Un vrai désastre»
Oui, Yahia. J’ai lu un peu son histoire et j’ai appris qu’il avait joué à l’Inter alors qu’il était tout jeune. Cela a dû lui servir dans sa carrière car il joue un peu à l’italienne. Parmi tous ces joueurs algériens, quel est le joueur qui peut évoluer en Italie sans problème ? Je dirais Kadir. Par rapport à Ziani par exemple, il est très fort physiquement et comme vous le savez, pour s’imposer au Calcio il faut être physiquement très fort. Kadir a toutes les caractéristiques pour jouer en Italie. Pour vous, Ziani ne peut pas jouer en Italie ? Au jour d’aujourd’hui, le championnat italien est devenu très phyl’homme à la talonnade. La première question que je lui aurais posée est : comment avez-vous osé un tel geste en finale de Coupe d’Europe ? Je n’ai jamais eu l’occasion de la lui poser car Madjer n’a finalement pas signé à l’Inter. Un mot pour le public algérien pour terminer… Mon ami Gentile est né en Libye et il a hérité des gens de l’Afrique du Nord la chaleur humaine et la bonne humeur. Ce n’est pas parce que je suis en face de vous, mais j’ai toujours admiré les Algériens et les Nord-Africains en général. Ils sont comme nous, chaleureux, gentils et surtout ils adorent le football. Entretien réalisé par Mohamed Saâd

12

Le Buteur n° 1247 Dimanche 27 juin 2010

Abedi «Chaque ma Allah pour l
au Buteur

Pel

(2e partie et fin)

«Dan Vous connaissez Karim Ziani, qui a évolué à aime la vie, mais sur le terrain, il se donne à fond fant, il y avait des fois où nous n’avions pas à man- match demain, les gens oumois, vo l’Olympique de Marseille avec votre fils ? et fait ce qu’il faut faire. Alors, même s’il gagne des ger parce que nous étions pauvres. Comment ne blient le bon pour ne retedes no Oui, je le connais bien. Il a fait de belles choses millions, personne ne peut le toucher. Les joueurs dirais-je pas merci à Dieu aujourd’hui alors que nir que le mauvais. Hier, je importa durant la Coupe d’Afrique. Cependant, il n’y a pas actuels ont la chance de gagner beaucoup d’argent nous vivons comme des rois ? suis allé le voir après le m de joueur top actuellement au sein de la sélection et ils en profitent parce qu’un jour ou l’autre, ça match contre l’Allemagne Combien faites-vous vivre de gens au Ghana algérienne. Le gardien de but peut devenir top s’il descendra pour eux. à son hôtel et je suis ? Avez-vous des affaires là-bas ? est fort mentalement et s’il continue de travailler. Avez-vous l’impression que des joueurs Je possède déjà un club. Il s’appelle le FC Nania resté avec lui jusqu’à L’équipe de France a présenté un spectacle africains de votre génération se sont sacrifiés, et il évolue en deuxième division ghanéenne où, 02h00 du matin. Je lui désolant, sur le terrain et en dehors du à un moment où le football africain n’était suivant le système anglais, l’accession en première donne des consignes terrain, à tel point que Thierry Henry a pas très reconnu, pour ouvrir le chemin à des division se fera à l’issue d’un play-off. Il est consti- tous les jours. même été convoqué par le président Nicolas stars actuelles tels Drogba et Eto’o ? tué d’enfants issus de toutes les régions du Ghana. Abedi Pelé Sarkozy. Qu’en pensez-vous ? C’est effectivement nous qui avons Lorsque ces enfants-là arrivent au club, ils ont sélectionneur du C’est triste. Je pense qu’il fallait «En musulman, montré au monde qu’il y a du talent entre 13 et 14 ans et certains d’entre eux n’ont Ghana, est-ce changer de sélectionneur dès le départ. en Afrique. Je parle de Madjer, Milla, même pas de souliers alors que d’autres, lorsqu’ils possible un jour ? j’aime tout Depuis quatre ans, la Fédération franWeah… Grâce à nous, des gens sont ont un short, n’ont pas de tee-shirts. Lorsqu’on on Non, je ne crois pas. Je partager» çaise de football sait que Domenech venus trouver en Afrique autre voit qu’il ont un peu de talent, on travaille pour jouis d’un respect telleest l’entraîneur le plus détesté en chose. Je demande aux joueurs ac- faire ressortir ce talent. On prend part chaque ment grand en tant qu’anFrance. Qu’est-ce qu’on attend pour le changer ? Si tuels de garder les pieds sur terre, d’investir et de se année à un tournoi des U20 en Allemagne et en cien joueur que je ne veux c’était une question d’argent, il aurait fallu le payer montrer généreux. Dans la vie, il faut partager. Je Suisse. Quand on prend un enfant qui vient du fin pas risquer de ternir ma et qu’il parte ! ne dis pas qu’ils doivent partager tout leur argent, fond de la brousse, qu’on emmène en Europe, réputation en devenant mais il faut qu’ils soient intelligents et qu’ils fassent qu’on fait participer à des entraîneur. Vous auriez fait ça ? Oui, je l’aurais fait. Tout le monde le fait. On vire des gestes. Il y a beaucoup de gens qui n’ont pas la matches contre les U20 du «Maradona aime Est-ce donc chance de vivre comme nous vivons et il faut pen- Real Madrid, de Boca Junior et qu’on parle de lui, dangereux comme l’entraîneur, on le paye et il part. ser à eux. de Manchester United et qu’on même en mal» métier ? Domenech n’a même pas voulu serrer la ramène au pays un mois après, En tout cas, nous pouvons témoigner que Oui, c’est dangereux. main du sélectionneur de l’Afrique du Sud, c’est un enfant différent ! Il est complètement vous nous avez bien reçus chez vous il y a Carlos Alberto Parreira… Y a-t-il donc risque que transformé parce qu’il a vu, a vécu et a échangé. deux ans à Accra lorsque nous vous avons Ça, c’est plus grave encore. Il faut être sportif. Maradona perde, en tant Là, je dis merci à Dieu parce que j’ai changé la vie rendu visite à l’occasion de la CAN-2008… On a vu que même sur le terrain, ça n’allait pas. Il qu’entraîneur, toute la (rire) Vous avez bien vu que ce jour-là, j’avais de ces enfants. Il y a un joueur, Charles Boateng, n’y avait pas de coordination entre les joueurs et notoriété qu’il acquise en tant reçu plusieurs journalistes chez moi, sans aucun qui joue à Dijon, un autre, Ahmed Barusso, qui est lui. Il ne donnait même pas de consignes. Cela que joueur ? au Torino. Il y a aussi Jordan qui a commencé chez «Domene voulait dire que le courant ne passait pas avec ses protocole. Oui, il y a un risque. Cela dit, Manous. Quand je m’assois et que je regarde ces endétest joueurs. Il a manqué d’autorité et il n’y avait donc Avez-vous hérité ces valeurs de partage et de radona, que j’admire beaucoup, est fants évoluer, ça me procure une grande satisfacFrance et pas un esprit d’équipe. générosité de votre éducation musulmane ? quelqu’un qui adore qu’on parle de lui. tion humaine parce que je donne une éducation à être v C’est effectivement une coutume issue de notre ces enfants en les envoyant à l’école et je leur per- Même si on le critique, il s’en f…, mais il Ne pensez-vous pas que Domenech a humilié Thierry Henry en ne l’incorporant même pas enfance. Chez nous au nord du Ghana, nous mets de jouer en France, en Italie ou en Angleterre. aime ça. Moi, je fais partie des gens sommes musulmans et nous aimons tout partaposés qui n’aiment pas beaucoup faire contre le Mexique durant le dernier quart Et un jour peut-être dans la ger. Tu entres dans la maison de parler d’eux. d’heure, alors que la France était menée 2 à 0 sélection du Ghana… quelqu’un, on prépare à manger et tu ? Pensez-vous qu’en tant que joueur, «Pelé Dans la sélection du Ghana acCe sont les choix de l’entraîneur. Parfois, ils peu- manges avec tout le monde. Lorsque nous avons quitté notre village pour m’appelle tuelle, il y a trois joueurs issus de Maradona soit meilleur que Pelé vent être bizarres, mais il faut les accepter. ? mon club, dont un qui joue titualler vivre dans la capitale, nous sommes En termes d’image dans le monde «fils»» Ses choix à lui étaient-ils bizarres ? laire. devenus un peu comme les autres, mais entier, je pense que Pelé reste au-dessus. Il a su préCe que j’ai trouvé bizarre est qu’il ait refusé de nous n’oublions jamais d’où nous veDonnez-vous des conseils à server son image. Juste avant la Coupe du monde, serrer la main à Parreira. C’est ce qui est le plus dés- nons. C’est très important. C’est ce qui fait que nous votre fils André Ayew ? nous avons eu une réunion en Suisse. Puis, je suis olant. Cela dit, il va rester dans le football et, quand gardons toujours les pieds sur terre. Je ne veux pas Oui, je l’ai tous les jours au téléphone. Parfois, je parti dîner avec Pelé. Avec son manager, nous on fait un geste comme ça, ça ne pardonne pas, qu’on me dise : «Abedi, tu joues à la star, tu as l’ai six fois par jour. avons parlé pendant plus de deux heures. Vraisurtout qu’en Coupe du monde, tout le monde est changé…» Il n’a pas encore marqué dans cette Coupe du ment, c’est quelqu’un d’adorable. là et tout le monde regarde. Quand vous faites vos prières, vous remerciez monde (entretien réalisé jeudi passé, ndlr). Que pense-t-il de vous, surtout que vous avez Ne pensez-vous pas qu’actuellement il y a des Allah pour ce qu’il vous a donné ? Cela vous inquiète-il ? été surnommé Pelé ? joueurs qui deviennent stars et gagnent Oui ! Chaque matin, avant que je ne sorte de ma Non. A 20 ans, il est déjà le leader de l’équipe. Il m’appelle toujours «fils». La première fois que beaucoup d’argent trop tôt ? chambre, avant même que je ne descende de mon C’est une responsabilité énorme pour son âge. Le je l’ai vu, c’était en 1993 aux Etats-Unis, à l’occasion Je ne crois pas que ce soit cela le problème. lit, je dis merci à Allah pour la vie que je vis. Si vous conseil que je lui donne toujours est de rester du tirage au sort du Mondial-94. Il m’avait pris Quelqu’un comme Messi est jeune et gagne beau- connaissiez bien ma famille, vous verrez que, vrai- calme et concentré. Dans le football, ça va vite : si coup d’argent, mais il est toujours calme et ne fait ment, ma vie est bien soignée. Lorsque j’étais en- tu fais un bon match aujourd’hui et un mauvais dans ses bras comme un enfant. Cela m’avait beaupas de bruit. C’est une question de caractère. Ça se passe dans la tête. Prenez Cristiano Ronaldo : il «C’est grâce à Madjer, Milla, Weah et moi que le monde s’est intéressé au football africain»


ns deux ous aurez ouvelles antes de moi»

Le Buteur n° 1247 Dimanche 27 juin 2010

13

qq Dans cette deuxième partie de l’entretien que Abedi Pelé nous a accordé, il parle du football international de manière générale, évoquant notamment les rivalités entre Pelé et

Maradona et entre Messi et Cristiano Ronaldo, tout en n’omettant pas de parler de son enfance difficile et de l’influence de l’islam dans son éducation et sa perception de la vie.

atin, je remercie la vie que je vis»
coup touché. Il est vraiment adorable. C’est quelqu’un de simple, de disponible, qu’on peut toujours questionner sans crainte. Pourquoi Maradona ne l’aime-t-il pas ? Même Pelé n’aime pas Maradona (rire) ! On les voit tous les deux se taquiner constamment. Seuls eux deux savent pourquoi ils le font. Préférez-vous Messi ou Cristiano Ronaldo ? Cristiano Ronaldo est un joueur collectif. Il est très, très fort. Il marque des pieds, de la tête sur des coups francs… Messi, lui, est un génie. Il joue comme je jouais moi et comme jouait Maradona, à l’inspiration. A lui seul, il peut faire gagner l’équipe. Pour résumer, Cristiano Ronaldo est plus complet, mais Messi est plus créatif… C’est ça. Messi est créatif, au jeu joli à voir. Moi, je le préfère de loin. Parce qu’il vous ressemble ? convaincant. (Rire) Non. Plutôt parce qu’il peut, à lui seul, Vous verra-t-on un jour occuper une faire gagner une équipe. C’est comme Maradona fonction importante au sein de la FIFA ? quand il était joueur : il a fait d’une petite équipe J’aimerais d’abord m’imposer au sein des insde rien, Naples, un champion, et quand il en est tances dirigeantes du continent. parti, Naples est redevenu rien. Comme président de la Qui voyez-vous animer la finale «Cristiano Ronaldo Fédération ghanéenne de est complet, ? football ? mais Messi Je vois toujours le Brésil. C’est une Je ne peux pas dire non, mais je est un génie !» équipe qui ne se procure pas beaupréfère laisser le temps au temps. coup d’occasions, mais si elle en a Cela dit, au niveau africain, il y aura deux, il y a deux buts. C’est l’efficacité qui prime. quelque chose pour bientôt. Dans deux mois De plus, elle a un entraîneur qui a joué en Europe peut-être, vous aurez des nouvelles de moi. très longtemps et qui sait ce qu’est la rigueur. L’ArEntretien réalisé par gentine, il faudra attendre pour voir. L’Espagne, Mohamed Saâd, Farid Aït Saâda ça joue bien, mais ce n’est pas encore très et Farid Zouaoui

«Je n’entraînerai jamais car je ne veux pas ternir mon image»

ech était té en t devait viré»

Pub

14

Le Buteur n° 1247 Dimanche 27 juin 2010

Valcke : «En dépit des mauvais résultats, le quota de l’Afrique ne sera pas réduit»
ier, le Mondial en était à mi-course. En cette occasion, le secrétaire général de la FIFA, Jéröme Valcke, et le président du Comité d’organisation local, Danny Jordaan, étaient les animateurs du point de presse quotidien organisé par la FIFA. C’était l’occasion de faire le bilan de la première quinzaine, tant au plan de l’organisation que celui du jeu, ainsi que plusieurs autres questions y afférentes.

H

coup d’espoirs reposaient sur ses représentants. Quant à l’Europe, ce Mondial a démontré qu’elle ne constitue plus la seule force majeure du football mondial. Il apparaît ainsi que, dans le futur, les sélections des différents continents seront de plus en plus fortes.» «L’Italie et la France ne sont pas aussi bonnes que par le passé» «Je suis désolé pour l’Italie, le champion du monde en titre. Peut-être qu’elle a été éliminée parce que ses joueurs ne sont pas aussi bons qu’ils l’étaient auparavant. Un match se gagne sur le terrain. Il faut faire le nécessaire pour se qualifier pendant les 90 minutes d’un match. On ne vit pas de son passé. Quant à la France, je n’ai rien à dire la concernant car j’ai déjà tout dit. Les autorités françaises veulent comprendre ce qui s’est passé pour leur sélection et c’est tout à fait normal. Je ne crois pas que ce soit de l’ingérence dans les affaires de la Fédération française de football. Nous ne sommes donc pas inquiets, mais seulement attentifs à ce qui se passe.» «Nous étudierons la possibilité de mettre deux arbitres assistants supplémentaires» «Ce n’est pas parce que vous dites qu’il y a eu trop de cartons distribués lors du match BrésilPortugal que nous allons revoir le système d’arbitrage. Je vous l’annonce : il ne va pas changer. L’introduction de la vidéo n’est pas du tout d’actualité. Peut-être que pour le Mondial-2014, il y aura l’introduction de deux arbitres assistants supplémentaires après étude de l’expérience qui est actuellement faite en la matière dans certaines compétitions. Nous examinerons la question à Zurich. Le principe est qu’il y ait plus d’yeux pour aider l’arbitre à prendre les bonnes décisions.» «C’est à Laurent Blanc de reconstruire la sélection française» «Comme je l’ai dit, je n’ai rien à ajouter concernant ce qui s’est passé dans l’équipe de France. J’ai déjà tout dit ces derniers jours. C’est désormais à Laurent Blanc de faire son possible pour reconstruire une équipe. Dans une année, le 11 juillet 2011, aura lieu, au Brésil, le tirage au sort pour les qualifications au Mondial-2014. D’ici là, nous espérons que Laurent aura eu le temps de cimenter une nouvelle équipe qui pourra aborder la phase des quali-

«Si nous serons au même niveau d’organisation à la finale, ce sera parfait» «La Coupe du monde, qui se déroule actuellement, est le fruit de six ans de travail. Il y a eu plusieurs petits challenges à relever. Il y a quelques difficultés lors des premiers jours, notamment pour le transport des supporters, mais nous sommes contents et avons prouvé que nous étions capables de régler tous les problèmes. Nous travaillons à présent sur la finale pour qu’il n’y ait aucun problème ce jour-là. Aujourd’hui, nous sommes à la mi-temps de la Coupe du monde. Si nous serons au même niveau qu’aujourd’hui lors de la finale, l’organisation de ce Mondial aura alors été parfaite.» «A l’avenir, l’Afrique du Sud constituera un plan B en cas de défection d’un pays organisateur» «Cette Coupe du monde est un grand succès, à tous les niveaux. Rien que pour la fréquentation des stades, je peux annoncer que le nombre de tickets vendus est bien au-dessus de celui enregistré lors de la Coupe du monde 2006 en Allemagne. Donc, le succès populaire y est. Les différents paliers de l’organisation ont tellement bien fonctionné que je suis heureux d’annoncer que l’Afrique du Sud sera constituée, à l’avenir, un plan B en cas de défection d’un pays ayant obtenu l’organisation du Mondial. C’est dire à quel point nous sommes satisfaits.» «La déception, c’est l’Afrique» «Du point de vue de la compétition, il est vrai que nous n’avons pas encore vu du grand football. Cependant, je suis convaincu que le meilleur est à venir. Le premier tour a révélé les progrès de l’Asie, dont deux représentants se sont qualifiés pour le deuxième tour. Le Japon a particulièrement séduit. Les Sud-Américains ont confirmé leur niveau et leur statut. L’Afrique constitue une déception car beau-

fications dans de bonnes conditions.» «Le déroulement du Mondial est la meilleure réponse aux sceptiques» «Je pense que la meilleure réponse à donner aux sceptiques qui avaient douté de la capacité de l’Afrique à organiser un Mondial est le déroulement actuel de la compétition. On voit bien que tout se passe bien. Les membres de la délégation du Brésil ont affirmé qu’ils n’ont jamais bénéficié, lors de leurs précédentes participations, d’installations d’une telle qualité et d’un accueil aussi chaleureux. Cela veut tout dire.» «Nous ne sommes pas sourds aux critiques concernant le ballon Jabulani» «Nous ne sommes pas sourds à tout ce qui se dit au sujet du ballon de la compétition, le Jabulani. A la fin de la compétition, nous tiendrons une réunion avec des techniciens pour étudier les aspects positifs et négatifs de ce ballon. Ne croyez pas que la conception d’un ballon n’obéit pas à des critères. Cependant, je reconnais que ce ballon est particulier. Nous entretenons, avec Adidas (concepteur du ballon, ndlr), des relations très constructives et ils sont toujours attentifs à nos remarques. Par exemple, on a trouvé que, dans sa version initiale, ce ballon avait trop de couleurs. Celui-là est à dominance blanche, mais il pose des problèmes d’un autre ordre. En tout cas, cette question sera examinée à la fin de la Coupe du monde.» «Un nouveau stade à Sao Paulo, c’est une bonne nouvelle»
«C’est une bonne nouvelle d’apprendre qu’un nouveau stade sera construit à Sao Paulo. Comme les anciens stades de cette ville ont tous été déclarés inaptes pour abriter des matchs du Mondial, il aurait été dommage que Sao Paulo, qui constitue la principale ville du Brésil, ne puisse pas avoir des matchs de la Coupe du monde. Sao Paulo et Rio de Janeiro sont les deux plus grandes villes de ce pays et il serait inimaginable qu’il n’y ait pas de matchs là-bas.»

«Les Africains devraient s’inspirer du modèle asiatique»
«Les mauvais résultats des sélections africaines présentes à ce Mondial ne remettront pas en cause le quota de l’Afrique dans les Coupes du monde. L’Afrique n’a pas fait mieux que les éditions précédentes, mais elle n’a pas fait pire non plus. Il faudrait peut-être que les Africains s’inspirent de ce qui se fait en Asie, où il y a un système de formation performant avec beaucoup d’internationaux qui évoluent dans leur pays. Il y a l’exemple du Japon qui n’a que trois joueurs évoluant à l’étranger. Pour l’instant, il n’y a pas du tout de réflexion au sujet de la réduction ou de l’augmentation du quota des continents. Il y a déjà 32 pays participants et ce serait difficile d’en accueillir davantage. Et puis, réduire le nombre de participants africains irait à l’opposé de notre stratégie de développement du football africain.» F.A-S.

Jordaan : «Je ne réponds pas aux racontars»
résident du Comité d’organisation sud-africain de la Coupe du monde, Danny Jordaan fait face à des critiques dans la presse qui a révélé que son frère a obtenu des marchés de gré à gré grâce à lui. Il s’en est défendu lors de la conférence de presse.

P

«Nous avons démontré que nous pouvons organiser un tel événement»
«Nous avons démontré que ce pays a la capacité d’organiser n’importe quel événement. Nous avons beaucoup travaillé durant des années. Il y a eu une femme qui a quitté

l’Afrique du Sud il y a plusieurs années et qui est revenue récemment à l’occasion de la Coupe du monde. Elle a trouvé des Sud-Africains réconciliés, plus unis, travaillant tous pour le même objectif. Elle a trouvé un pays différent. Elle a trouvé un peuple fier de ce qu’il vit et de l’événement qu’il organise. Cela illustre tout ce que nous vivons actuellement.»

sommes déçus de ne pas avoir vu beaucoup de sélections africaines passer au deuxième tour. Il faut en tirer les leçons pour faire mieux à l’avenir. Notre espoir reste le Ghana qui, peut-être, ira loin dans la compétition.»

déjà en Afrique du Sud. Quant à Mandela, il faudra attendre pour savoir.»

tière de sécurité, c’est plus gérable qu’un match en soirée.»

«La sécurité sera renforcée pour Allemagne-Angleterre»
«Je suis heureux qu’il y ait un match entre l’Allemagne et l’Angleterre. Les deux équipes se préparent bien pour cette rencontre qui sera certainement très serrée. D’ailleurs, elles se sont entraînées même pour les tirs au but. Pour ce match, la sécurité sera renforcée à Bloemfontein. Toutes les mesures ont été prises pour qu’il n’y ait pas d’incidents. Ce qui est bien, c’est que le match se déroulera à 16h. En ma-

«Je termine le Mondial, puis je verrai…»
«Mon avenir ? L’avenir immédiat est de terminer l’organisation et le déroulement de cette Coupe du monde. Après cela, je déciderai ce que je ferai. Concernant les informations sur mon frère (il est accusé d’avoir obtenu des marchés de la FIFA, ndlr), no comment. M. Blatter l’a bien dit : cela fait 16 ans que nous luttons pour que l’Afrique organise une Coupe du monde et ce n’est pas aujourd’hui que nous écouterons les racontars.» F.A-S.

«Nous espérons que Mandela sera présent à la finale»
«Est-ce que Nelson Mandela sera présent au Soccer City Stadium pour la finale ? Rien n’a encore été décidé à ce sujet. Tout ce que nous pouvons faire, c’est attendre et espérer. Il y aura plusieurs présidents qui assisteront à la finale. Le président du Brésil y sera. D’ailleurs, il se trouve

«Les meilleurs matchs sont à venir»
«Nous sommes très contents de la qualité des matchs. Je pense que les meilleures rencontres sont à venir. L’Argentine et le Mexique nous offrent du beau football. Nous

Le Buteur n° 1247 Dimanche 27 juin 2010

15

Stade : Nelson Mandela Stadium (Port Elizabeth) Affluence : nombreuse Arbitre : Wolfgang Stark Avertissements : Jung-woo (38’), Yong-hyung (83’) (Corée du Sud) Buts : Suarez (8’, 80’) (Uruguay). Chu-young (67’) (Corée du Sud) Uruguay : Muslera, M. Pereira, Fucile, Lugano, Godin Leal (Victorino 46’), Arevalo Rios, A. Pereira (Lodeiro 74’), Perez, Forlan, Suarez (Fernandez 84’), Cavani Entraîneur : Tabarez Corée du Sud : Sung-ryong, Cha Du-rai, Young-pyo, Yong-hyung, Jung-soo, Jung-woo, Sung-yong (Ki-Hun 85’), Jae-sung (Donggook 61’), Ji-sung, Chu-Young, Jung-woo Entraîneur : Huh Jung-moo

Uruguay 2 - Corée du Sud 1

Jung-moo : «On a été très bons»
«Le résultat n’est pas celui que nous voulions. Mais mes joueurs ont fait de leur mieux. Je voudrais remercier tous les supporters qui nous ont poussés. L’Uruguay a été suffisamment chanceuse pour marquer ses buts. Nous félicitons notre équipe pour le match qu’elle a effectué. On a maîtrisé le jeu en seconde période même si cela ne nous a pas permis de marquer plus de buts. On a été très bons aujourd’hui mais il aurait fallu jouer avec un peu plus d’intelligence. Nous avons encore des domaines dans lesquels nous devons nous améliorer. Mais, chaque année, c’est de mieux en mieux. Nos joueurs ne se sont jamais rendus, ils essaient toujours de relever le challenge et je voudrais vraiment les féliciter. Ce sont de vrais Coréens. On a fait de notre mieux. Nous grandissons. Mais on a encore des choses à améliorer.»

Suarez envoie la Celeste en quarts

Tabarez : «Tempérament et classe»
«C’était un match très dur à jouer. Notre victoire a été rendue plus belle par le football pratiqué par nos adversaires. On a essayé de faire mieux en seconde période mais on savait qu’on pouvait encaisser un but. L’équipe a montré du tempérament et de la classe. On a bien mieux joué dans les 10 dernières minutes et le 2e but est magnifique. La Corée du Sud a fait un match superbe, ils ont très bien joué. Peut-être que l’on a été très chanceux sur certains points, mais eux aussi parfois. Notre victoire a été un combat.»

Q

uarante ans après sa dernière apparition à ce stade de la compétition, l’Uruguay disputera les quarts de finale de la Coupe du monde grâce à un doublé de Luis Suarez face à la Corée du Sud (2-1). «Si j’avais pu choisir, j’aurais aimé tomber sur la Corée du Sud», se félicitait presque Mauricio Victorino avant d’affronter l’équipe asiatique hier. Entré à la pause en lieu et place de Diego Godin, le défenseur uruguayen a vite déchanté lorsque, sur un coup franc de Park Chu-young, il a remis involontairement le ballon sur Lee Chung-yong pour offrir l’égalisation aux Sud-Coréens (67’). Jusque-là pourtant, la Celeste avait parfaitement respecté son plan. L’ouverture du score rapide de Luis

Suarez sur une incroyable absence du portier adverse (8’) l’avait parfaitement lancée vers son premier quart de finale de Coupe du monde depuis 1970. Solides défensivement, les Uruguayens ont ensuite commis l’erreur de trop reculer et de subir les offensives de leurs adversaires toujours aussi vifs et techniques. Réveillés par cette égalisation méritée, les hommes d’Oscar Tabarez ont à nouveau accéléré. Et ont repris l’avantage sur un éclair de génie de Luis Suarez. Après un corner mal repoussé par la défense sud-coréenne, l’attaquant de l’Ajax a signé son troisième but de la compétition d’une magnifique frappe enroulée du droit (80’). Cette foisci, Jung Sung-ryong n’y pouvait rien. Le héros de tout un peuple, celui qui permet à l’Uruguay de renouer avec son glorieux passé, n’est

pas Diego Forlan, pourtant toujours aussi précieux, mais bien Luis Suarez.

Pourtant, Park Chuyoung a tout tenté

Malgré quelques frayeurs en fin de rencontre et une parade décisive Fin de Fernando Muslera face à Lee Dong-gook, l’Uruguay a tenu et d’invincibilité bataillera bien pour une place pour l’Uruguay dans le dernier carré face au Meilleure défense de la Coupe du vainqueur de USA-Ghana. monde à l’issue de la phase des poules, Pour le deuxième huitième l’Uruguay a flanché hier. La Celeste, qui avait de finale de son histoire, la su garder sa cage inviolée contre la France (0Corée du Sud peut nourrir 0), l’Afrique du Sud (3-0) et le Mexique (1-0), a en effet perdu son invincibilité face à la quelques regrets. Séduisante et pleine d’envie, la Corée du Sud (2-1), en huitièmes de finale. C’est le milieu de terrain de Bolton, Lee sélection demi-finaliste en Chung-yong, qui a réussi à battre Fer2002 a péché par manque de nando Muslera, le portier de la Lazio. réalisme, à l’image d’un Park Le Portugal est donc la dernière Chu-young en panne de réuséquipe à n’avoir pas encaissé site. Le Monégasque a d’abord le moindre but. frappé le poteau dès la 4’ sur coup

franc, avant de manquer plusieurs autres occasions en première période. Mais il n’y avait qu’une place de héros disponible. Ce soir, ce ne sont pas les rues de Séoul qui s’enflammeront, mais bien celles de Montevideo.

Stade : Royal Bafokeng Stadium - Rustenburg Affluence : Nombreuse Arbitre : Viktor Kassai Avertissements : Clark (7’), Cherundolo (18’), Bocanegra (68’) (USA). John Mensah (61’), Ayew (90+2’) (Ghana) Buts : Donovan (62’ s.p) (USA). Boateng (5’), Gyan (93’) (Ghana) USA : Howard, Cherundolo, De Merit, Bocanegra, Bornstein, Bradley, Clark (Edu 30’), Donovan, Dempsey, Altidore (Gomez 91’), Findley (Feilhaber 46’) Entraîneur : Bradley Ghana : Kingston, Pantsil, Sarpei (Addy 73’), John Mensah, Jonathan Mensah, Annan, Asamoah, Boateng (Appiah 78’), Ayew, Inkoom (Muntari 113’), Gyan Entraîneur : Revac

USA 1 – Ghana 2 (A P)

De si brillantes Black Stars !
ernier représentant du continent africain, le Ghana poursuit l'aventure sud-africaine après un succès acquis avec les tripes face aux Etats-Unis (2-1 a.p.) grâce à Boateng et Gyan. Les Black Stars défieront vendredi l'Uruguay pour atteindre le dernier carré. Sous les yeux d'Abedi Pelé et de Bill Clinton, le Ghana et les Etats-Unis se sont livrés un combat acharné, ce samedi soir à Rustenburg en huitièmes de finale. Kevin-Prince Boateng avait parfaitement lancé les hostilités. Suite à un joli numéro en solo, le puissant milieu de terrain ouvrait la marque dès la cinquième minute du gauche. Même privés de son emblème : Michael Essien, le Ghana a prouvait ainsi qu'elle avait d'incroyables ressources et aussi un excellent gardien. Richard Kingson, qui a fête ses 32 ans le 13 juin dernier, a en effet sauvé les Black Stars a plusieurs re-

D

Ghana, troisième pays africains à atteindre les quarts
En arrachant hier soir la qualification face aux USA, le Ghana a atteint pour la première fois ce tour lors d’une phase finale de coupe du Monde. Comme le Cameroun en 1990 et le Sénégal en 2002, les Black Stars, atteignent donc les quarts de finale et font mieux qu'en 2006.

prises, notamment face à Findley (35e), à Feilhaber (47e) ou à Bradley (76e). Les USA, un mental à toute épreuve Mais le portier de Wigan ne pouvait rien sur le penalty parfaitement tiré par Landon Donovan, qui égalisait avec l'aide du poteau (1-1, 62e), suite à une faute grossière de Jonathan Mensah sur Dempsey. La récompense d'une révolte américaine entamée tambours battants dès le retour des vestiaires. Pour la troisième fois en quatre matches, les Boys de Bob Bradley revenaient au score, affichant une nouvelle fois des qualités mentales et physiques très au-dessus de la moyenne. Malgré un Jozy Altidore qui pesait de tout son poids en attaque - et il est élevé - les USA, qui ont beaucoup poussé, devaient toutefois se contenter des prolongations face à de vaillants Ghanéens, héroïques en défense. Gyan, c'est géant ! Et comme en début de rencontre, les hommes de Milovan Rajevac faisaient

la différence au dès l'entame de l'extra-time, par l'inévitable Asamoah Gyan (93e). Lancé en profondeur, l'attaquant du Stade Rennais résistait à la charge de Bocanegra, son coéquipier en club, pour expédier le cuir au fond des filets d'une frappe puissante du gauche. Un but synonyme de victoire, le troisième pour Gyan qui porte à trois son total buts dans ce Mondial et rejoint ainsi Suarez, Villa, Vittek et Higuain en tête du classement des buteurs. Comme le Cameroun en 1990 et le Sénégal en 2002, les Black Stars atteignent donc les quarts de finale et font mieux qu'en 2006. Pour leur première participation à une Coupe du monde, les «Étoiles ghanéennes» avaient été éliminées en huitièmes par le Brésil (0-3). Vendredi prochain, le Ghana sera opposé à l'Uruguay, tombeur de la Corée du Sud (2-1), avec l'objectif d'être le premier pays africain à atteindre le dernier carré d'un Mondial.

Résultats d’hier

8e de final
Uruguay États-Unis
2-1

Corée du Sud Ghana

1-2

Programme d’aujourd’hui

8e de final
Allemagne Argentine
15h00

Angleterre Mexique

19h30

16

Le Buteur n° 1247 Dimanche 27 juin 2010

Argentine-Mexique

aujourd’hui à 19h30

jouent un remake
e 24 juin 2006, à Leipzig, l'Argentine et le Mexique s'étaient livrés un combat épique dans le cadre des huitièmes de finale de la Coupe du monde de la FIFA. Ce jour-là, les Albicelestes s'étaient imposés 2 à 1 après prolongations, laissant les Tricolores aux portes des quarts. Quatre ans plus tard, les Aztèques sonnent de nouveau la charge, sous la conduite de Javier Aguirre cette fois, et viennent chercher leur revanche sur les troupes de Diego Maradona et Lionel Messi. La sélection des Ciel et Blanc se présente en huitième après s'être adjugée le Groupe B au terme d'un parcours parfait. Diego Maradona semble avoir trouvé l'identité de jeu tant réclamée pendant les qualifications. Avec Lionel Messi en chef d'orchestre, l'Argentine entend se faire une place parmi les huit meilleures équipes du monde pour la deuxième fois de rang. A cette fin, l'entraîneur dispose d'un effectif au grand complet, libre de blessures et suspensions. Pour leur part, les Aztèques se sont qualifiés à la deuxième place du Groupe A. Leur entraîneur, Javier Aguirre, a montré quelques signes d'inquiétude car, si ses hommes ont vaincu la France, ils ont été tenus en échec par l'Afrique du Sud et se sont inclinés par la plus petite des marges face à l'Uruguay. Le groupe comprend plusieurs rescapés des huitièmes de finale allemands, dont Rafael Márquez, auteur du seul but tricolore de la rencontre. L'accession au fameux "cinquième match", qui échappe au Mexique depuis 24 ans, passe par une victoire sur l'Argentine. Côté statistiques, l'Argentine et le Mexique se sont affrontés à 14 reprises ces 20 dernières années. Bilan : 5 nuls, 2 victoires pour El Tri et 7 pour l'Albiceleste.

Albicelestes et Aztèques
cán se retrouvent de nouveau face à face, comme en 2006. En Allemagne, le capitaine aztèque avait ouvert le score, tandis que le lutin argentin était entré à la 84’ minute. Le joueur mondial de la FIFA 2009 n'a pas encore marqué dans le tournoi et il espère inaugurer son compteur en huitièmes de finale. Márquez a, lui, inscrit le premier but mexicain lors du match d ' o u v e r-

Marquez : «Mission, asphyxier Messi»
Le 8e de finale Argentine-Mexique dimanche donnera lieu à un match dans le match entre Barcelonais : le capitaine aztèque Rafael Marquez sera chargé d'empêcher le "meilleur joueur du monde", Lionel Messi, de s'exprimer en le privant d'air. Entre le "Kaiser du Michoacán", sa région d'origine, et la "Puce", il y a plus de douze centimètres de différence (1,82 m contre 1,70 m) : tout sépare l'élégant et rugueux milieu défensif (défenseur central en club) du virevoltant et créatif n° 10. A Barcelone, le Mexicain de 31 ans a perdu sa place au profit de Piqué et pourrait quitter la Catalogne cet été, quand l'Argentin Ballon d'Or 2009, qui vient de fêter jeudi ses 23 ans, a prolongé son contrat jusqu'en 2016. Messi a encore l'avenir devant lui ; Marquez aborde en revanche le match le plus important de sa carrière. «Je vis un de mes meilleurs moments footballistiques et personnels», note d'ailleurs Rafa. «Il est possible que ce soit mon dernier Mondial à cause de l'âge, j'aurai 35 ans au prochain. On a l'occasion d'écrire l'histoire du Mexique, il ne me reste qu'à savourer le moment, avec mes coéquipiers.» De la saveur, son duel avec Leo n'en manquera pas. «Je le connais assez bien, c'est difficile de jouer contre lui et de l'arrêter», admet Marquez. «Il faut essayer de lui fermer les espaces parce que c'est difficile de lui prendre le ballon. Il a une bonne conduite de balle et peut changer de rythme à n'importe quel moment».

L

aussi, respecter mes joueurs. Nous faisons un grand tournoi et nous lutterons à mort pour notre maillot» dira Diego Maradona, sélectionneur de l'Argentine «C'est l'Argentine, et alors ? On a trop tendance à être pessimiste au Mexique. Nous n'avons mal-

ture contre l'Afrique du Sud.

La stat
14. Comme le nombre d'anciens d'Allemagne 2006 présents en Afrique du Sud : huit Mexicains et six Argentins, dont Maxi Rodríguez, auteur ce jour-là du missile élu plus beau but de la compétition par les utilisateurs de FIFA. Com.

«C'est l'Argentine, et alors ?»
Il ne s'étendra pas. Messi est certes "le meilleur joueur du monde", l'Argentine a beau posséder "de grands joueurs" et "une des meilleures attaques"... cela ne l'impressionne pas davantage : «C'est l'Argentine, et alors ?» lance-t-il crânement. «On est en train de changer cette mentalité, on est en train de devenir grands pour devenir meilleurs». Car Marquez en a assez du "pessimisme" mexicain, de cette fatalité aussi de voir le parcours des Aztèques prendre fin en 8e de finale de la Coupe du monde, comme il l'a vécu en 2002 et en 2006. «On va essayer de changer cette histoire», assure-t-il. «On garde encore en travers de la gorge ce match d'il y a quatre ans (Argentine-Mexique en 8es de finale déjà, 2-1 a.p.). C'était le meilleur match du Mexique et on avait perdu à cause d'un but qu'un joueur met une fois dans sa vie.» Allusion à cet incroyable enchaînement, contrôle de la poitrine et reprise de volée dans la lucarne mexicaine réussi par Maxi Rodriguez, élu plus beau but du Mondial-2006. Marquez avait ce jour-là pourtant ouvert la voie et le score. C'est encore lui qui avait égalisé dans le match d'ouverture au Mondial-2010 contre l'Afrique du Sud (1-1). «Contre les grands adversaires, le Mexique fait toujours de grands matches», résume-t-il. «Ce sera un match très difficile pour nous, mais aussi pour eux».

Entendu…
«Nous affronterons le Mexique avec le respect qu'il mérite parce que, malgré sa défaite contre l'Uruguay, il

Le duel : Lionel Messi - Rafael Márquez
Coéquipiers au FC Barcelone, la Pulga et le Kaiser de Michoa-

a un style de jeu bien défini. Nous jouerons un football offensif et nous chercherons leurs points faibles. Ils devront, eux

heureusement pas toujours la crédibilité, ou ce «plus» que d'autres équipes possèdent. On doit changer cette mentalité. On peut vaincre l'Argentine, il faut y croire», a affirmé Rafael Márquez, capitaine du Mexique

Veron, le come-back baroque
iego Maradona a les yeux de Chimène pour lui, et son cœur a parfois des raisons que la raison commune ignore, mais son choix d'emmener au Mondial-2010 Juan Sebastian Veron (35 ans), qui a divisé le pays et soulevé des doutes, s'avère payant. Maradona avait d'abord donné les clefs du jeu à Riquelme. Mais les deux hommes se brouillent. Reste l'inoxydable Veron qui garde de nombreux détracteurs : au Mondial-2002, alors que l'Albiceleste

D

s'achemine vers une humiliante élimination dès le premier tour, son étonnante nonchalance le désigne à la vindicte populaire. Traversée du désert. Il propose ses services pour le Mondial-2006, rejetés par le sélectionneur Jose Pekerman. Après un long périple en Europe (Italie et Angleterre), il revient alors au club de ses débuts, Estudiantes La Plata. Et remporte notamment la Copa Libertadores 2009 et le titre de meilleur joueur sudaméricain en 2008 et 2009 ! Revenu en sélection en 2007, il devient ensuite un des trois piliers de Maradona, avec Mascherano et Messi. Titulaire dans l'entrejeu, il distille toujours ses longues passes précises et fait le ménage par son impact physique. Le bouillant sélectionneur argentin n'est jamais avare de compliments avec "ses" joueurs. «Veron est mon Xavi», a-t-il

déjà dit en référence au cerveau de l'équipe d'Espagne, «il est irremplaçable».

Garde du corps de Messi
Leur relation s'est nouée en 1996, lorsque le jeune Veron signe à Boca Juniors. Maradona y est revenu l'année précédente pour, comme promis, achever sa carrière dans le club de son cœur. Le petit Juan Sebastian n'est encore que le fils de son père, Juan Ramon Veron, une légende en Argentine, surnommé la "Bruja" (la sorcière), d'où le surnom de son fils, la "Brujita" (la petite sorcière). Le courant passe entre l'idole et le grand espoir. «Le fait d'avoir joué avec Maradona est un honneur», assure Veron. «C'est la meilleure chose qui me soit arrivée. Ses mots, ses coups de gueule, ses passes... Tout ce qu'il fait prend une dimension incroyable».

Retour de flamme... amoureuse, ou presque : «C'est le joueur argentin qui connaît le mieux le football, c'est pour ça que j'en ai fait mon entraîneur sur le terrain», révèle Maradona au magazine Olé. «J'ai besoin de lui pour qu'il crie et motive les autres. J'ai aussi besoin de lui parce que c'est le seul qui a de l'influence sur Messi. Leo l'écoute et ça, c'est indispensable. Leo l'écoute aussi parce que Veron le protège sur le terrain, tel un garde du corps.» Veron en impose, par son jeu dur, sa grinta tout argentine, ses airs de boucanier avec bouc, crâne rasé et boucles d'oreille. Son charisme, son entregent aussi : il rêve de présider son club d'Estudiantes, voire la Fédération argentine. Le président actuel, Julio Grondona, a d'ailleurs dit que ce serait "merveilleux" que la "Brujita" lui succède.

Le Buteur n° 1247 Dimanche 27 juin 2010

17

Allemagne-Angleterre

aujourd’hui à 15h

contre jeunesse allemande
eur 8e de finale du Mondial-2010 dimanche démentira les stéréotypes : l'Angleterre s'appuiera sur son expérience et son organisation, pendant que l'Allemagne jouera sur la jeunesse et la vivacité. Les entraîneurs. Avec près de 29 ans de moyenne d'âge, l'Angleterre n'est jamais venue à un Mondial avec une équipe aussi âgée. Le sélectionneur Fabio Capello est là pour gagner, pas pour préparer l'avenir. Joachim Löw a fait confiance à la plus jeune sélection allemande depuis 1934, grâce à laquelle il entend imposer sa philosophie d'un jeu rapide et technique. Cela ne sourira peut-être pas cette fois, mais l'Allemagne a un avenir. Les gardiens. A 24 ans, Manuel Neuer fêtera sa 9e sélection, quand David James aura 40 ans en août... Choisi après le forfait de Rene Adler, le gardien de Schalke 04 est régulier sans être transcendant. Il n'a pas rassuré contre la Serbie et il peut parfois sortir à l'aventure. James a cru devoir encore se contenter d'un rôle de doublure. Mais la bourde de Robert Green

Expérience anglaise

L

contre les Etats-Unis lui a offert ses débuts dans un Mondial. Il s'est montré autoritaire contre les Algériens et les Slovènes. Mais ses compatriotes craindront le retour de "Calamity" James. Charnières. Au terme d'une saison cauchemardesque avec le Hertha Berlin, Arne Friedrich s'est imposé comme le roc de la

charnière, excellent contre le Ghana, quand Per Mertesacker déçoit. Ils pourraient souffrir face à la vivacité de Wayne Rooney et de Jermain Defoe. Après les blessures de Rio Ferdinand et de Ledley King, et la suspension de Jamie Carragher, le 4e choix, Matthew Upson, a été le bon contre la Slovénie. John Terry,

après avoir semé le trouble en critiquant Capello, a livré une performance de haute volée. Les créateurs. Mesut Özil, 21 ans, a brillé contre l'Australie, puis a baissé de ton malgré un but splendide contre le Ghana. Un parcours typique de celui que son entraîneur chez les Espoirs, Horst Hrubesch, décrit comme le "Messi

allemand". Talentueux, il est aussi inconstant, comme l'a démontré sa saison au Werder Brême. Steven Gerrard a souffert avec Liverpool. Mais il monte en puissance et le brassard de capitaine le motive pour enrichir un palmarès insuffisant pour un joueur doté d'un tel talent. Le milieu axial. Son rôle ingrat le met moins en évidence qu'Özil, mais Sami Khedira, 23 ans, est LA révélation allemande. Costaud, constant, excellent dans les airs, il pourrait voir son importance encore accrue en cas d'absence de Bastian Schweinsteiger, incertain. Il devra notamment maîtriser les velléités offensives de Frank Lampard, 32 ans. L'Anglais n'est pas encore vraiment entré dans son tournoi et peut être pris en défaut dans le travail défensif, mais ses 22 buts en Premier League incitent à la méfiance. L'attaque. Après une saison éblouissante, Wayne Rooney souffre, tandis que Lukas Podolski, désespérant avec Cologne, revit sous le maillot national. Très bon contre l'Australie, Podolski a ensuite moins convaincu, ratant un penalty contre la Serbie. Quant à Rooney, toute l'Angleterre attend son réveil.

Pour Bierhoff aussi
e manager général de l'équipe d'Allemagne, Oliver Bierhoff, a estimé samedi que l'Angleterre était la favorite du 8e de finale du Mondial-2010 qui opposera les deux équipes dimanche à Bloemfontein. «Je considère que l'Angleterre est un peu plus favorite que l'Allemagne, car elle a les joueurs les plus expérimentés, des joueurs qui ont l'habitude de la Ligue des champions, des joueurs comme Rooney, Lampard, Terry et Gerrard», a rappelé l'ancien international. «Mais ce statut (d'outsider pour l'Allemagne) peut aussi nous aider : contre le Ghana, tout autre résultat qu'une victoire aurait été un échec, tandis que là, ce ne sera plus le cas», a-t-il ajouté. Pour ce choc, l'Allemagne sera privée de l'attaquant Cacau, blessé, et doit encore attendre pour savoir si son milieu de terrain, Bastian Schweinsteiger, qui souffre de douleurs musculaires au bas du dos, pourra jouer. Bierhoff a en outre indiqué que les joueurs allemands avaient tiré vendredi après-midi «quelques penalties» en vue d'une éventuelle séance de tirs au but, exercice qui a toujours permis à l'Allemagne de se qualifier dans un grand tournoi, en particulier contre l'Angleterre. «Mais il faut arrêter de penser que l'Allemagne va toujours prendre le meilleur sur l'Angleterre aux tirs au but. On veut y parvenir avant la fin du temps réglementaire», a prévenu Bierhoff.

Löw : «L'Angleterre
reste l'un des grands favoris»
e sélectionneur allemand, Joachim Löw, a fait part, vendredi, de son admiration pour l'équipe d'Angleterre, adversaire, dimanche, de la Nationalmannschaft en 8es de finale, assurant que l'Angleterre était pour lui «l'un des grands favoris». Comment décririez-vous le football anglais et la sélection anglaise ? L'Angleterre reste l'Angleterre, les matches entre nos deux pays ont toujours beaucoup de charge émotionnelle et de force explosive. L'Angleterre est une équipe qui se bat toujours beaucoup, qui court beaucoup, très forte mentalement. Cette équipe a en plus une certaine expérience et le triangle Te r r y - L a m p a r d Gerrard, c'est la classe mondiale. J'ai toujours admiré le rythme et l'intensité des rencontres du Championnat d'Angleterre, avec des équipes comme Manchester United, Chelsea, Liverpool et Arsenal qui se battent jusqu'à la dernière minute et qui jouent tous les duels à fond. Sous Fabio Capello, l'Angleterre a beaucoup progressé du point de vue tactique et de la discipline. Elle s'est qualifiée de façon très convaincante pour ce Mondial, c'est pourquoi l'Angleterre était et reste pour moi l'un des grands favoris. On sent beaucoup de respect, presque de la crainte, devant cette équipe d'Angleterre... Nous avons du respect pour l'Angleterre, comme elle en a sans doute pour nous, mais je ne crois pas qu'on puisse parler de peur. Nous n'avons jamais abordé un

L

L

match la peur au ventre, que ce soit en qualifications ou dans un grand tournoi. Bien sûr, il y aura un peu de tension, de nervosité en début de match, mais c'est normal. Je suis convaincu que notre jeune équipe va donner le meilleur d'elle-même. Contre le Ghana, on aurait pu faire mieux en attaque, on commençait bien les actions, mais dans le dernier tiers du terrain, on n'était pas bon, cela manquait de mouvements, de précision et de rapidité. Il faudra mieux conclure les actions contre l'Angleterre sinon, avec des joueurs comme Rooney, Gerrard et Lampard, ils vont utiliser le moindre espace. Après le forfait de Michael Ballack, quel serait l'impact pour votre équipe de l'absence de Bastian Schweinsteiger, touché aux fessiers ? Bastian, comme Jérôme Boateng, ne s'entraîne pas, sa participation est encore très incertaine et il ne jouera que s'il est à 100% de ses capacités. Bastian, c'est le cœur de cette équipe, il réalise un excellent travail en défense comme dans notre jeu offensif. Contre le Ghana, on a vu le nombre de ballons qu'il a gagnés. Bien sûr, cela ne serait pas un avantage pour nous qu'il ne joue pas. Mais j'ai confiance en le joueur qui pourrait le remplacer, Toni Kroos par exemple. C'est un très jeune joueur, mais il a montré contre le Ghana qu'il ne se posait pas de question, qu'il n'était pas nerveux et qu'il pouvait être à la hauteur de la situation alors que la victoire n'était pas encore acquise.

18

Le Buteur n° 1247 Dimanche 27 juin 2010

Coup d’œil JSK
Alors qu’ils ne sont que depuis quelques heures à Casa, les Canaris annoncent la couleur
De nos envoyés spéciaux au Maroc

«On ne pense qu’à Al Ismaily»
Lyès Aouiche
Athman Selman
Zahir Lahlah

Doudane chef de délégation qq En l’absence du premier responsable du club, c’est le président de section, Karim Doudane, qui a été nommé chef de la délégation kabyle. Il fut d’ailleurs le premier, en compagnie de Guillou, à rejoindre l’aéroport international afin de s’occuper des enregistrements. Une fois sur place, les joueurs n’ont eux qu’à récupérer leur carte d’embarquement.

pour immortaliser l’événement en plus des autographes. Petit déjeuner à la cafétéria qq Une fois sur place, les joueurs de la JSK ont pris place au niveau de la cafétéria qui se trouve dans l’étage supérieur de l’aéroport. Le fait de démarrer très tôt de Tizi a empêché les camarades de Douicher de prendre le temps de bien se réveiller. Une heure et demie de retard sur le vol qq Prévu initialement à 12h15, le vol entre Alger et Casablanca a enregistré un retard d’une heure et demie environ. Renseignements pris, l’avion qui était déjà venu le matin en prévenance du Maroc fut retardé en raison d’un problème technique, ce qui s’est répercuté sur le second vol. Le voyage à bord de la RAM qq Les responsables de la JSK ont choisi de faire le déplacement à Casablanca au bord de la compagnie Royal Air Maroc. Certainement que l’horaire du vol arrangeait les Kabyles qui devaient se déplacer tôt le matin de Tizi, vers la capitale. Un volleyeur international camerounais dans le même avion qq Quelques minutes avant de prendre place dans l’avion, nos envoyés spéciaux ont croisé un international camerounais qui joue à l’ASO. Mais il pratique une autre discipline que le foot. En effet, il s’agit d’un volleyeur qui s’apprêtait à rentrer chez lui pour des vacances. En reconnaissant les joueurs de la JSK, il a tenu à nous faire savoir que le club kabyle jouit d’un grand respect au Cameroun, surtout qu’il a été appelé à affronter à plusieurs reprises les formations du pays en Ligue des champions, à l’image des Astres de Douala en juillet 2008. Aoudia achète des romans pour passer le temps qq Décidément, l’attaquant de la JSK Mohamed Amine Aoudia n’a rien changé à ses habitudes. Il est toujours fan de lecture de romans. Avant de prendre place dans l’avion, il en a acheté trois pour passer le temps. Une scène qui se fait de plus en rare au sein des joueurs !

L

a formation de la JSK est la première à l’échelle nationale à quitter le territoire pour débuter la préparation d’intersaison. Le vol qui était prévu initialement pour le 28 a été avancé de deux jours à la demande du premier responsable du club, Mohand Cherif Hannachi. La raison est simple, tout a été programmé en fonction du premier match de la Ligue des champions prévu le 17 du mois prochain face à Al Ismaily. Pour cela, le préparateur physique Boudjemaâ Mohammedi a dû mettre en place son programme réparti en deux étapes. La première s’étale du 26 au 9 juillet, et la seconde se poursuivre en Aix-en-Provence

après le premier match de la Ligue des champions. Il faudrait dire que cette coupure, de préparation, n’est pas une première à la JSK. Rappelons-le, les Canaris avaient vécu la même expérience en juillet 2008 lorsqu’ils étaient allés jouer le match retour qualificatif pour les poules de la Coupe de CAF. A cette époque, la JSK avait affronté les Astres de Douala au Cameroun alors que les joueurs non concernés par le match avaient poursuivi leur stage à Kahrama. Cette fois, la préparation sera axée principalement sur ce match face aux Egyptiens. Au cours de notre entrevue à l’aéroport avec les joueurs, on parlait beaucoup plus du match que de la préparation sans pour autant

négliger aucune étape. Les joueurs que nous avons sollicités ont tous déclaré qu’ils ne pensaient qu’à Al Ismaily. C’est dire qu’on parle beaucoup de la Ligue des champions côté staff et dirigeants. Aussi, la grande rivalité sportive qui existe entre les deux pays y est pour beaucoup. C’est bien plus qu’une rencontre entre clubs, il s’agit de défendre les couleurs du pays. A trois semaines du match, ça s’annonce très fort du côté de la maison kabyle. Ce qui est certain, les Vert et Jaune auront tout le peuple algérien comme supporter, lui qui n’attend qu’une victoire algérienne en terre égyptienne pour les raisons que tout le monde connaît. Lyès Aouiche

Il a appelé les retardataires qq Alors que la plupart d’entre eux avaient rejoint la salle d’embarquement 45 minutes avant l’heure prévue du vol, trois éléments n’étaient pas encore arrivés. Il s’agissaient de Hamiti, Ziti et Cherif El Ouazzani. Karim Doudane les a joints par téléphone pour leur dire deux mots. Finalement, ces joueurs qui se sont déplacés avec leurs propres moyens se sont excusés auprès de Doudane avant de prendre place avec leurs partenaires. Hannachi les rejoindra en fin de semaine qq Se trouvant toujours en France, le président Mohand Cherif Hannachi n’a pas pu être du voyage pour Casablanca. Il devrait rentrer au pays dans 4 ou 5 jours. Renseignements pris, il ralliera d’ici la semaine prochaine la ville marocaine pour voir les conditions de travail de l’équipe, et s’assurer du bon déroulement du stage. Arrivée des joueurs à 10h30 qq Contrairement à certains éléments qui ont passé la nuit à Alger, les joueurs qui résident à Tizi Ouzou sont arrivés à l’aéroport Houari-Boumediène vers 10h30, soit 2 heures avant le vol. Ils auraient pu arriver plus tôt, si cela n’avait été le bouchon de circulation qu’il y avait eu à l’entrée de Réghaïa. Photos souvenir avec les fans qq Comme d’habitude, les joueurs de la JSK ont répondu favorablement à l’appel des fans qui les ont reconnus au niveau de l’aéroport international HouariBoumediène. Certains ont même pris des photos avec les joueurs

Kasri et Amiri inséparables
qq Les deux nouvelles recrues Kasri et Amiri semblent se fondre petit à petit au sein du groupe, mais à une vitesse moins rapide qu’El Orfi, Rial, Asselah et Yalaoui. Contrairement au reste du groupe, les deux émigrés étaient inséparables à la salle d’embarquement, en attendant qu’ils s’intègrent davantage lors de ce stage.

décrassage. Toutefois, le travail intense débutera cette matinée.

Biquotidien à partir d’aujourd’hui
qq Afin de passer à la vitesse supérieure, le préparateur physique Mohammedi Boudjemaâ a programmé un biquotidien à partir d’aujourd’hui. La matinée sera surtout consacrée au développement des qualités physiques, contrairement à celle de la soirée qui verra des exercices spécifiques avec ballon.

Rial pour la seconde fois au Maroc
qq La nouvelle recrue Ali Rial n’est pas à son premier déplacement au Maroc avec une équipe pour un stage de préparation. En effet, le défenseur central s’était déplacé l’année dernière lors du stage hivernal avec l’USMA, sous l’ère Fullone.

El Orfi : «Une ambiance très sympa»
qq En tant que nouvelle recrue, nous avons tenu à avoir les impressions d’El Orfi quelques minutes avant de s’envoler vers Casablanca. L’ex-meneur du PAC nous dira : «Je suis très heureux d’effectuer mon premier déplacement avec ma nouvelle formation. Ce que j’ai constaté, c’est qu’il y avait une ambiance très sympa dans le groupe. Pour ma part, je me suis intégré très facilement car j’ai trouvé de jeunes joueurs très accueillants.»

Arrivée vers 16h à l’aéroport Mohammed-V
qq Après 2 heures dans les airs, la délégation kabyle a atterri sur le sol marocain vers 16h. Le voyage n’a pas été pénible pour les joueurs, qui ont rejoint directement le centre de préparation de Kahrama. Un site qui se trouve à environs 45 minutes de route de l’aéroport Mohammed-V.

Retour le 9 juillet
qq La délégation kabyle sera de retour au pays le 9 juillet prochain. Les joueurs auront 13 jours pour effectuer la première étape de la préparation, en attendant la seconde qui est prévue la dernière semaine du mois à Marseille, plus précieusement en Aix-en-Provence.

Le bus du Raja à l’accueil
qq Comme à leur habitude, les responsables du Raja, qui entretiennent d’excellentes relations avec leurs homologues kabyles, ont envoyé un bus du club à l’aéroport. Il a transporté les joueurs jusqu’au centre.

Décrassage à 18h
qq Plus place au repos pour les joueurs. En effet, les camarades du capitaine Douicher Laâmara ont effectué leur première séance d’entraînement hier soir. Après une petite sieste, les joueurs ont enchaîné par une légère séance de

Départ le 14 pour l’Egypte
qq Une fois de retour au pays, les Vert et Jaune resteront 5 jours avant de renouer avec les vols. Le départ vers Al Ismailya est prévu pour le 14 du mois prochain, soit 3 jours avant le match. Le retour est programmé le lendemain de la rencontre à partir du Caire.

Le Buteur n° 1247 Dimanche 27 juin 2010

19

Coup d’œil JSK

«Ces 15 prochains jours seront les plus durs de la saison»
«Contrairement à janvier dernier, je ne raterai pas le stage cette fois»
Absolument pas. Pour la simple raison qu’il ne tombe pas du ciel. Il y a plus d’un mois et demi que nous savons que le match se jouera à cette période-là. L’entraîneur, en collaboration avec le préparateur physique, ont tracé un programme spécifique qui coïncide avec cette programmation. De plus, il y a une seconde raison à cela. Laquelle ? C’est que la JSK n’en est pas à sa première expérience dans le genre. Rappelez-vous, il y a deux ans, ils ont interrompu leur préparation pour jouer un match au Cameroun. Je pense que nos responsables sont assez expérimentés pour gérer de telles situations. Vous qui avez raté la préparation en janvier dernier, comment voyez-vous ce stage d’intersaison ? Je ne vous cache que je suis plus déterminé que jamais à réussir cette mission. Vous savez, en janvier, en venant de l’ASMO, j’avais quelques bobos aux adducteurs. J’ai été soumis à un programme spécifique en salle avant de rejoindre le groupe vers la fin du stage. Malgré cela, j’ai réussi à revenir dans la compétition. Cette fois, je sais qu’en réussissant mon stage, j’entamerai la saison en force. Le fait de se déplacer pour la 2e fois, la 4e pour les plus anciens, dans un même centre n’est-il pas ennuyant ? Absolument pas. Bien au contraire, ce centre de Kahrama dispose de toutes les commodités de préparation. Entre la salle de musculation, le terrain d’entraînement et la piscine, on ne manque vraiment de rien. De plus, ce n’est pas pour passer des vacances, mais pour travailler. Entretien réalisé par Lyès Aouiche

Nessakh

Des frayeurs à l’atterrissage
Les joueurs de la JSK ont connu un mouvement de panique à l’atterrissage de l’avion à l’arrivée à l’aéroport Mohammed-V. L’avion qui s’est posé sur le sol marocain a atterri brutalement, ce qui a causé une secousse impressionnante. L’ensemble des passagers, dont les joueurs, ont poussé un cri qui a fait marrer certains d’entre eux.

Une heure à la PAF
Même s’il s’agissait d’une délégation algérienne composée de joueurs, les Kabyles ont galéré à leur arrivée à l’aéroport Mohammed-V. Les camarades de Douicher Laâmara ont passé plus d’une heure au niveau de la PAF avant de pouvoir aller récupérer leurs bagages.

Mal de l’air pour Aoudia
Au cours de ces 2 heures de vol, l’attaquant Mohamed Amine Aoudia s’est rapproché de Guillou après avoir eu le vertige. Habitué pourtant des voyages, Amine a eu tout simplement un mal de l’air. Plus de peur que de mal. Il s’est senti beaucoup mieux à l’atterrissage.

Avant de prendre place dans l’avion qui les transportait vers la capitale économique marocaine, le latéral gauche des Canaris, Chamseddine Nessakh, nous a livré ses impressions sur ces prochains jours de préparation d’intersaison. Il estime que c’est une étape extrêmement importante pour le joueur, qu’il ne faut surtout pas rater.
Vous vous apprêtez à quitter Alger pour le stage de préparation. Quelles sont vos impressions ?

Nous avons le sentiment que le travail intense va débuter. Nous allons à Casablanca avec la conviction de réussir ce stage. Les joueurs savent l’importance de cette étape dans la vie d’un football, encore plus lorsqu’il s’agit d’un aussi grand club que la JSK. Qu’est-ce qui fait la différence avec les autres clubs ? C’est tout simplement les challenges qui nous attendent. Nous allons préparer le match du 17 juillet prochain face à la formation égyptienne d’Al Ismaily. C’est dire que même si le stage n’a pas encore commencé, nous sommes sous pression. Il s’agit de défendre les couleurs de la JSK qui est sur le toit de l’Afrique depuis des années. Justement, ne pensez-vous que ce match risque de perturber la préparation ?

Geiger-Bouhellal, l’occasion de mieux se connaître
Il semblerait que le courant passe parfaitement bien entre le technicien suisse Alain Geiger et le nouvel entraîneur qui va l’épauler cette saison, en l’occurrence Kamel Bouhellel. Durant tout le voyage entre Alger et Casablanca, les deux hommes sont restés côte à côte afin de mieux faire connaissance et parler du programme qui sera mis en place durant ce stage.

JSMB
Cinq joueurs ont déjà rempilé

Deghiche pour clôturer l’opération renouvellement
’est rare pour un club de garder ses cadres surtout quand ces derniers sont ciblés par les meilleurs clubs de notre championnat. Malgré cela, la JSMB a pu retenir tous ses cadres qui ont tous renouvelé leur contrat à la JSMB. Megatli et Zafour ont été les premiers à s’être engagés au début du mois courant. L’opération renouvellement des contrats s’est poursuivie avec la signature des autres joueurs qui ont fait le déplacement à Béjaïa pour parapher leur document, à l’image de Djebaret, Bellakhdar et Hamlaoui. Ce qu’il faut retenir dans cette opération, c’est que les joueurs que la JSMB avait l’intention de garder pour le prochain exercice ont tous rempilé, à l’exception du milieu de terrain Mosbah Deghiche qui a négocié au cours de cette semaine et qui devra renouveler dans les prochains jours. Tout cela grâce au président Tiab qui est réputé pour être un homme de confiance, honnête et sincère et qui a su trouver les mots pour convaincre ces éléments à renouveler sans aucune contrainte. Malgré que ces derniers aient reçu des offres alléchantes de la part des autres clubs de la Division 1, qui veulent s’offrir leurs services pour la saison prochaine, ils ont préféré rester à la JSMB qui leur a offert tous les moyens et les meilleures conditions de travail et qui a surtout toujours satisfait leurs exigences. Ainsi, l’opération renouvellement a été effectuée dans les délais, et le président Tiab a réussi

C

boss Tiab, qui a réussi à faire signer six joueurs pour le moment, compte finir avec ce volet cette semaine en faisant signer trois autres joueurs dans les prochains jours, dont un gardien de but.

Maïza acquis en attendant Gacemi
Bien que son coéquipier Gacemi, qui a négocié récemment avec les dirigeants de la JSMB, n’ait pas encore donné sa réponse définitive, le défenseur de l’USMAn, Adel Maïza, semble avoir déjà choisi sa nouvelle destination. Ce dernier, qui a donné son accord de principe aux dirigeants lors de la dernière rencontre entre les deux parties, a promis à la direction de la JSMB de se déplacer durant cette semaine afin de signer son nouveau contrat en faveur de la JSMB. C’est une information que nous a confirmée le président Tiab qui nous a fait savoir que ce joueur est déjà acquis pour la JSMB et sera en principe Béjaoui la saison prochaine. Quant à Gacemi, le président affirme que ce joueur, qui a déjà émis le vœu de rejoindre la ville de Yemma Gouraya, ne tardera pas à emboîter le pas à son camarade Maïza.

fert à la JSMB, le jeune attaquant de l’ASMO Bouraba, qui a décidé de quitter son équipe cet été, veut vraiment jouer à la JSMB dès la saison prochaine. Il faut dire que ce dernier a déjà donné son accord de principe et n’a attend désormais que le retour du premier responsable de la barre technique béjaouie, Djamel Menad en l’occurrence, qui décidera quant à son recrutement ou pas. En tout cas, vu les qualités qu’il possède, ce jeune attaquant, qui était le buteur de son équipe la saison écoulée avec onze réalisations et celle d’avant avec quatorze unités, et qui se trouve à Béjaïa depuis quelques jours maintenant, a de fortes chances d’être retenu par le coach Menad qui est à la recherche d’un buteur racé.

Fellah ne viendra pas
Finalement, le gardien du CRB, SidAhmed Fellah, ne sera pas béjaoui la saison prochaine. Le gardien de but, qui était très proche de la formation béjaouie, a désormais décidé de rester au Chabab et devra renouveler incessamment après avoir été convaincu par son président, Mahfoud Kerbadj, qui voulait le garder pour une autre saison. Ce sera donc un autre gardien de but qui file des mains de la JSMB qui n’a pas su le convaincre de rejoindre les gars de Menad et porter le maillot vert et rouge la saison prochaine. S. A.

son pari en gardant que ceux qui ont donné satisfaction lors de la saison passée et ceux qui ont affiché leur volonté de poursuivre l’aventure avec la JSMB, en attendant l’autre opération qui n’est pas encore clôturée, à savoir le recrutement qui tarde encore. Mais, selon l’entourage du club de la Soummam, le

Bouraba attend le retour de Menad
Après avoir négocié avec la direction béjaouie la semaine dernière son éventuel trans-

20

Le Buteur n° 1247 Dimanche 27 juin 2010

Coup d’œil Division 1

MCA
Bouhedda attendu aujourd’hui au siège du club
Le portier de l’ASMO, Seddik Bouhedda, est attendu aujourd’hui à Alger. Dès son arrivée, le portier oranais se rendra au siège du club sis à Chéraga afin de négocier les modalités du transfert.

USMA
La JSK s’intéresse àElément clé dans le onze du Ghazi
technicien suisse, Alain Geiger, Tayeb Maroci, en fin de contrat avec la JSK a choisi de changer d’air et rejoindre la JSMB en signant officiellement un contrat d’une durée d’une année au profit du club phare de Bougie. Ayant perdu les services du désormais ancien joueur canari, les responsables de la JSK n’ont pas mis beaucoup de temps pour jeter leur dévolu sur un autre élément, capable de palier le départ du natif de Meghnia. Cet élément n’est autre que Karim Ghazi. En effet, à croire une source bien informée, Moh Cherif Hannachi aurait même chargé un émissaire pour prendre attache avec le milieu de terrain des Rouge et Noir, et lui proposer de rejoindre les rangs Kabyles sous forme de prêt, vu qu’il est toujours sous contrat jusqu’à juin 2011. Qualifié pour la phase des poules en Ligue des champions africaine, les dirigeants de la JSK semblent avoir ciblé l’ancien joueur de l’Espérance de Tunis pour ses qualités, mais aussi pour son expérience qui sera sans le moindre doute d’un grand apport pour la jeune équipe kabyle.

Il a signé hier un contrat d’une saison

Belkheir : «C’est la très bonne ambiance du groupe qui m’a incité à venir au Mouloudia»
saison que vous venez de signer avec le Mouloudia ? Je suis content de retrouver mon club formateur. C’est fabuleux de porter de nouveau le maillot du Mouloudia après huit saisons. Savez-vous que les supporters du club attendent beaucoup de vous, car le MCA a un titre à défendre et une Ligue des champions a disputer ? Je suis conscient de cela. L’équipe a plusieurs challenges à relever lors du prochain exercice. Il y a ce titre de champion qu’il faudra défendre mais aussi la Ligue des champions africaine. Une compétition dans laquelle il faudra faire bonne figure. Qu’est ce qui vous a incité à revenir au club ? La très bonne ambiance qui existe au sein du groupe. Avant, lorsque j’étais au club, il n’y avait pas cet état d’esprit. Aujourd’hui, il y a un groupe de jeunes qui a envie de truster les trophées. C’est cet esprit de groupe qui m’a poussé à revenir au Mouloudia. Après trois saisons passées à la JSMB qu’avez-vous à dire aux supporters de ce club ? J’ai toujours eu de très bons rapports avec les supporters béjaouis. J’ai passé trois belles saisons au sein de ce club avec une Coupe d’Algérie en prime. Seul bémol, c’est que j’aurais aimé que les membres du staff technique et les responsables de la JSMB me fassent part de leur décision de ne pas me garder. J’aurais préféré qu’il y ait plus de communication à ce sujet. Hormis cela, je n’ai jamais eu de soucis dans cette équipe durant les trois années passées à la JSMB, à laquelle je souhaite bonne chance. Le fait de connaître parfaitement la maison va certainement faciliter votre adaptation au sein du groupe…. De ce côté-là, il n’y a aucun souci. Je suis chez moi et je connais la plupart des joueurs. Après avoir signé, qu’allez vous faire à présent ? Je compte passer avec les miens quelques jours de vacances, qui vont me permettre de décompresser avant de reprendre le travail avec le groupe afin de préparer le prochain exercice. Le fait d’avoir pris part à la plupart des rencontres avec la JSMB vous met dans les meilleures dispositions pour le prochain exercice… Absolument. J’ai disputé près de 30 matchs dont 24 comme titulaire. C’est toujours bon pour le moral d’avoir un très bon volume de jeu avant d’attaquer la nouvelle saison qui, j’espère, sera chargée en émotions. Entretien réalisé par Tarek-Che

Il devra signer demain un bail de deux saisons
Selon le responsable chargé du recrutement, Omar Ghrib, Bouhedda devra officialiser ce lundi sa venue au MCA pour un contrat de deux ans. Bouhedda aura pour but de remplacer Mohamed Réda Ouamane qui avait montré toutes ses limites lors de l’exercice précédent, ce qui avait failli coûter le titre au club. T. Che

 La lettre de prêt de Harrouche pour aujourd’hui
La direction du Mouloudia nous a fait savoir qu’elle comptait récupérer aujourd’hui la lettre de prêt du joueur du PAC, Hocine Harrouche. Les responsables mouloudéens et pacistes devront se rencontrer à l’APC de Hydra pour légaliser le fameux document. Dès la fin de la procédure, le jeune prodige du Paradou pourra signer son contrat de prêt avec les Vert et Rouge, normalement demain à la villa de Chéraga.

Le joueur est intéressé
Par ailleurs, nous avons pu apprendre que Karim Ghazi ne serait pas contre l’idée de rejoindre le club Kabyle et vivre par la même occasion une nouvelle expérience, lui qui a déjà joué la Ligue des champions africaines sous les couleurs de l’USMA, mais aussi sous celles du club de la capitale tunisienne, l’Espérance en l’occurrence. Il faut dire que cet intérêt ne laisse pas insensible l’ex-international. Déjà approché à un certain temps par la JSK, Ghazi aura donc une chance de porter le maillot d’une autre prestigieuse équipe à savoir la JSK, le club le plus titré du pays.

 Bouhafer officialisera ce jeudi
En ce qui concerne Toufik Bouhafer, le latéral droit du Mouloudia d’El Eulma, il devra officialiser sa venue ce jeudi. C’est ce qui nous a été annoncé par Omar Ghrib.

Après huit ans, Mohamed Amine Belkheir a fait son retour au sein du club de ses premiers amours. Le désormais ex-Béjaoui compte bien réaliser une grande saison avec les Vert et Rouge. Un mot sur ce contrat d’une

Achouri : «Avec la venue de Boulebda nous aurons clôturé le volet recrutement »
De retour avant-hier de l’Afrique du Sud où il avait assisté aux rencontres des Verts, l’entraîneur adjoint du Mouloudia, Kamel Achouri qui était présent au siège du club lors de la signature du contrat de Belkheir, nous dira à propos du planning qui a été établi avec Alain Michel : «Tout a été planifié avec Alain Michel qui devra rentrer ce mardi. La reprise des entraînements, le stage d’intersaison qui aura lieu en Pologne, tout a été minutieusement étudié afin qu’on puisse attaquer dans les meilleures conditions la préparation du prochain exercice. Pour ce qui est du volet recrutement, nous devons le clôturer avec la venue de Boulebda qui renforcera notre ligne d’attaque», nous a dit Achouri. complaisance aucune, Alain Michel est le seul capable de diriger cette bande de jeunes. Avec Michel, l’équipe pourra prendre une autre dimension. Il ne faut pas oublier que c’est lui qui a mis sur pied cette jeune équipe qui a décroché le sacre.»

Michel ralliera ce mardi Alger
C’est officiel, Alain Michel devra rentrer ce mardi à Alger pour prendre officiellement ses nouvelles fonctions. Cette information nous a été confirmée par la direction du club.

Sa lettre de libération ne pose pas problème
Sous contrat pour une autre saison avec le club usmiste, les dirigeants de la JSK seraient prêts à faire tout leur possible pour convaincre leurs homologues de l’USMA de leur céder leur milieu de terrain défensif. Ayant toujours eu une bonne relation avec son président, Saïd Allik, Ghazi ne devrait pas trouver de mal à convaincre le premier responsable du club pour qu’il lui remette sa lettre de libération afin qu’il puisse rejoindre la JSK et relever le défi pour un nouveau challenge.

Il viendra en compagnie de Boulebda
Né le 21 juillet 1980 à Souk Ahras, Ali Boulebda l’attaquant de l’US Créteil semble posséder le profil recherché par les responsables du club. Titularisé à 25 reprises lors de l’exercice précédent pour 7 buts inscrits, le joueur devrait selon toute vraisemblance devenir le nouvel attaquant des Vert et Rouge. Après six ans passés à l’US Créteil, il est venu le temps pour Boulebda de tenter sa chance dans le championnat algérien. Ayant eu des échos favorables auprès de son ami Abdelmalek Mokdad, Boulebda devrait être la dernière recrue du Doyen.

«Il y aura prochainement un préparateur physique avec nous»
Pour ce qui est de la préparation, Achouri a tenu à mettre l’accent sur la nécessité de s’engager avec un préparateur physique. «Un staff technique ne peut oeuvrer sans un préparateur physique. De ce fait, on s’est penchés sur la question et on tâchera avec Alain Michel et les dirigeants du club de désigner incessamment un préparateur physique qui viendra avec nous en Pologne», nous a confié Achouri.

«Défendre notre titre et aller le plus loin possible en Ligue des champions seront nos objectifs»
Avant de conclure, le technicien du MCA n’a pas hésité à afficher les ambitions du club pour le prochain exercice, qui se jouera sous le signe de la confirmation. «Le titre que nous avons remporté cette saison a permis au groupe de prendre une autre dimension. Et je peux vous dire que nous allons tout faire pour défendre notre titre, et aussi nous battre afin d’aller le plus loin en Ligue des champions africaine, qui est la compétition la plus prestigieuse du continent», dira Achouri. T. Che

A. S.

Condoléances
Le Président du CSA/USM Alger Saïd Allik, les membres du bureau exécutif, lʼencadrement technique et administratif, les athlètes, très affectés par le décès de Mokrane Oualikene, ancien joueur et entraîneur de lʼUSM Alger, présentent à toute sa famille leurs condoléances les plus attristées et les assurent en cette douloureuse circonstance de leur profonde sympathie. Puisse Dieu le Tout-puissant accorder au défunt Sa Sainte Miséricorde et lʼaccueillir dans Son Vaste Paradis. A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournerons.

Ghrib : «On fera signer un contrat de deux ans à Boulebda»
Omar Ghrib nous a déclaré qu’il allait clôturer le volet recrutement avec la venue de Ali Boulebda. «Incha Allah, nous allons faire signer un contrat de deux ans à Boulebda dont on dit le plus grand bien. Ce joueur est l’attaquant qui manque à notre équipe», nous a confié Ghrib. T. Che

«Avec Michel l’équipe pourra prendre une autre dimension»
Par ailleurs, Kamel Achouri a tenu à commenter le retour d’Alain Michel à la tête de la barre technique du club, en nous disons : «Sans

Le Buteur n° 1247 Dimanche 27 juin 2010

21

Coup d’œil Division 1

CRB

Le CRB songe à reconduire

Henkouche

La reprise des entraînements n’est pas encore fixée
qq A trois semaines seulement du match aller qui opposera le CRB au Djoliba de Bamako, où un périlleux déplacement attend les Belouizdadis à la capitale malienne. Alors que la JSK s’est envolée à destination du Maroc pour le stage de préparation d’intersaison et les Sétifiens se sont déjà remis au travail, au CRB, on n’a même pas fixé la date de la reprise des entraînements, alors que l’équipe accuse un énorme retard en matière de préparation, et ce n’est pas de cette façon qu’on affûte les armes pour une compétition africaine.

La Coupe de la CAF n’est plus un objectif

A

près avoir pris attache avec Bouali dont la piste a été écartée dernièrement, il semble bien que les dirigeants du club pensent sérieusement à reconduire Henkouche, lui qui est prêt à rester au CRB s’il trouve un terrain d’entente sur tous les plans. A rappeler que certains dirigeants voulaient opérer un changement au niveau de la barre technique, après le parcours méconnaissable de l’équipe la saison passée. Le retard accusé par le CRB en matière de préparation et le rendez-vous africain qui s’approche ont donné à réfléchir aux dirigeants belouizdadis. En effet, l’arrivée du nouveau entraîneur risque de ne pas profiter aux

Rouge et Blanc, puisque ce dernier n’aura que quelques jours pour préparer l’équipe au match aller de la Coupe de la CAF. Le fait qu’il ne connaisse pas le groupe sera un autre handicap pour lui. C’est pour cette raison qu’on s’achemine tout simplement vers la reconduction de Henkouche, lequel va essayer de rattraper le retard accusé. Sa mission sera très difficile. Après avoir réussi à qualifier le CRB au dernier tour des éliminatoires qui précède la phase des poules, il sera prêt à aller au bout de sa mission. Même s’il était déçu par la manière avec laquelle il avait quitté le club en fin de saison, du moment qu’aucun dirigeant n’a pris attache avec lui pour dresser un bilan ni même lui signifier

qsa fin de mission, Henkouche est prêt à reprendre l’équipe en main, car il est convaincu que si les moyens seront mis à sa disposition, il pourra réaliser une bonne saison avec le club, lui qui a relevé le défi, il y a une année de cela, avec un effectif jeune en décrochant une quatrième place en championnat et en gagnant la Coupe d’Algérie.

Bouarata, l’autre piste
Cependant et jusqu'à preuve du contraire, les dirigeants du CRB n’ont pas pris attache avec Henkouche et se préparent à toute éventualité. Selon une source digne de foi, on laisse entendre que des dirigeants ont

pensé à l’ex-entraîneur du CAB, Rachid Bouarata, pour lui proposer de prendre le club en main. Là aussi, ils n’ont pas encore pris attache avec lui, en raison du manque de moyens financiers dont souffre le club, car aucun technicien n’accepterait de prendre le club en main sans que l’équipe ne puisse garder au moins son ossature et se renforcer dans les postes où le manque s’est fait ressentir. C’est pour cette raison que pour le moment ceux qui ont proposé Bouarata ne lui ont fait aucune offre, et la reconduction de Henkouche reste la solution la plus plausible, même si on n’écarte pas un retournement de situation à la dernière minute. K. M.

qq Maintenant que le CRB est confronté à une crise sans précédent, la Coupe de la CAF à travers laquelle l’équipe a sauvé sa saison n’est plus un objectif. Les Belouizdadis, même s’ils reprennent les entraînements d’ici la fin du mois en cours, doivent s’estimer heureux. Ainsi donc, la Coupe de la CAF ne figure plus parmi les objectifs du club. Les Belouizdadis se déplaceront à Bamako juste pour essayer d’éviter le forfait et tenteront de sortir la tête haute de la compétition, autrement dit, on veut du côté du club éviter l’humiliation où le scénario de Mimosa hante toujours les esprits. Ce que redoutent le plus les Belouizadadis, c’est aussi le risque de contracter des blessures lors du match aller qui aura lieu dans trois semaines. Il sera très difficile de disputer un match officiel après quelques jours de préparation seulement. K. M.

USMH
Après avoir émis le vœu de quitter El Harrach

NAHD
de remplaçant. Mais il gardait toujours l’espoir de retrouver sa place dans le but. Seulement, au fil du temps, Doukha a fait montre d’une progression constante au point de faire oublier complètement Boutrig. Même si ce dernier a eu l’occasion de garder le but contre le MSPB à Batna où il a réalisé une belle prestation, cela n’a pas suffi pour convaincre Charef à le reconduire au match suivant. Doukha avait, en effet, repris sa place dans les bois. C’est là que Boutrig avait pris la décision de quitter l’USMH cet été.

Boutrig officiellement libéré
Le gardien de but Abderahmane Boutrig ne portera pas les couleurs de l’USMH cette saison. Ayant émis le vœu harrachi avait demandé sa lettre de libération au président du club Mohamed Laïb qu’il a rencontré mardi dernier dans son bureau. Lors de leur discussion, les deux hommes ont trouvé un accord pour un divorce à l’amiable. C’est le cas de le dire, car si l’on tient compte du fait que Boutrig soit encore sous contrat jusqu’au 31 décembre prochain avec l’USMH et que la direction du club ne lui ait pas encore remis la totalité de sa prime de signature, on comprend comment un accord a été rapidement trouvé entre les deux parties. Pour être plus précis, Boutrig a dû renoncer aux 50 millions de centimes que lui doit la direction de l’USMH pour avoir sa libération. Ainsi, le premier responsable du club harrachi a cédé au vœu du joueur non sans avoir eu l’accord de l’entraîneur en chef.

Lahlou cède le dossier SPA à Manaâ

Des contacts avec le MCEE
Quant à la future destination de Boutrig, cela pourrait être El Eulma où les dirigeants du club local du Mouloudia sont sur sa piste depuis quelques semaines déjà. Pour l’instant, rien n’est encore sûr car avec sa libération en main, Boutrig peut trouver meilleur refuge que le MCEE.

entre autres des dirigeants. Je remercie donc tous ceux que j’ai connus durant la période que j’ai passée à l’USMH.»

«Au revoir et merci aux Harrachis»
Sitôt appris l’information concernant la libération de Boutrig, nous avons pris attache avec ce joueur qui nous a confirmé avoir obtenu sa libération. «En effet, je confirme avoir obtenu ma libération. Depuis quelques semaines, j’avais émis le vœu de changer d’air. Raison pour laquelle j’ai moi-même demandé à Laïb ma lettre de libération. J’avoue que la direction de l’USMH a été compréhensive avec moi et a décidé de me faciliter les choses. Je pars donc avec un petit pincement au cœur, car il n’est pas facile d’oublier vite les moments que j’ai passés à El Harrach où j’ai pu tisser des relations amicales avec des amoureux du club,

Les raisons d’un départ prématuré
Pour une surprise cela en est vraiment une et c’est le moins que l’on puisse dire à propos de ce départ prématuré et auquel aucun supporter ne s’y attendait. Même si nous en avions fait état d’un probable départ de Boutrig lors de notre précédente édition, il faut cependant avouer que les choses sont allées très vite ces trois derniers jours. Concernant les raisons de ce départ, il est clair qu’elles sont liées à son statut de remplaçant. En effet, depuis janvier dernier et avec l’arrivée de Doukha, qui lui a enlevé sa place de titulaire, Boutrig ne s’est jamais senti à l’aise avec son nouveau statut

Il ne reste que deux gardiens de but
Compte tenu de la libération du jeune Negab, officialisée depuis déjà quelques semaines, et le départ officiel de Boutrig, il ne reste plus que deux gardiens de but de l’effectif de la saison passée. A savoir Doukha et Limane. La direction devra donc chercher un gardien de but pour combler ce déficit provoqué par le départ de deux keepers. A moins que Charef n’opte pour la solution qui consiste à promouvoir le jeune Ferhah (19 ans) qui vient de réaliser une excellente saison en championnat dans sa catégorie des U20. N. R.

L’ancien président du club, Mourad Lahlou, actuellement à la tête de la commission chargée de préparer le dossier pour la création d’une SPA, a remis un dossier bien ficelé au président en exercice, Kenfoud Manaâ. Ce dossier, qui a été préparé depuis quelques jours, a été remis à Manaâ avec l’accord et la contribution de Abdelkader Bellamine, un ancien dirigeant, et d’autres actionnaires, dans le but de dégager toute responsabilité sur ce qu’il adviendra en cas où le président du club ne déciderait pas à s’engager dans le professionnalisme, seul moyen pour sauver le club et le maintenir parmi l’élite. M. Lahlou s’est engagé à ne plus s’immiscer dans cette affaire et laissera l’initiative à l’actuel président. Dans une brève déclaration, il affirme : «Nous avons décidé de présenter le dossier de la SPANAHD au président sans nous immiscer dans les prochaines démarches, afin d’avoir la conscience tranquille envers notre cher club. Nous souhaitons que Manaâ fasse les démarches nécessaires du processus de professionnalisme enclenché par la FAF. Il ne reste que quelques jours avant la date butoir. Si nous voyons que rien n’a été fait, nous allons nous en remettre à l’Assemblée générale pour décider du devenir du club.» Une décision sage d’un président qui a toujours fait le nécessaire pour l’intérêt du club. Mais si rien ne sera fait par le groupe de Manaâ, il est clair que les évènements prendront une autre tournure, surtout que le club est très en retard sur le plan technique où aucun recrutement n’a été fait aussi bien au niveau de la barre technique qu’au niveau de l’effectif. S. H.

22

Le Buteur n° 1247 Dimanche 27 juin 2010

Coup d’œil Division 1

USMB

ASO
Younès et Bourahli, les priorités de Medouar
En début de semaine, le président Medouar a fixé tout son intérêt sur recrutement du compartiment offensif, surtout qu’après la dernière réunion du bureau, on a décidé de libérer plusieurs joueurs tout en évoquant le recrutement, surtout pour étoffé le compartiment offensif. Medouar va faire son possible pour convaincre Amir Bourahli et Sofiane Younès, les deux joueurs qui se trouvent en fin de contrat et qui n’ont pas encore fait leur choix. Il est en contact permanent avec eux pour les convaincre de signer, on parle déjà de Amir Bourahli qui ne restera pas au CAB après sa descente aux enfers et veut relancer sa carrière à l’ASO. Il devrait même signer dans les heures à venir, surtout qu’il veut l’associer à Soudani dans la charnière offensive. L’autre affaire de la saison serait la venue de Younès qui n’a pas encore pris de décision, malgré les nombreuses offres qu’il a reçues, émanant du MCA, de l’USMA et aussi du CRB qui veut le garder. Medouar connaîtra sa réponse aujourd’hui, ou demain au plus tard.

Zaïm : «Se mettre autour d’une table et discuter»
q «Aucun des joueurs locaux en EN, cela donne à réfléchir»
Pour ce qui est du parcours de l’EN, Zaïm l’estime positif et Saâdane et ses joueurs bénéficient de très larges circonstances atténuantes. «Honnêtement, nous ne pouvions espérer mieux d’une équipe qui n’a que quelques mois d’âge, et encore… Il n’y a pas de hasard en football et surtout pas en Coupe du monde. Des équipes aguerries comme l’Italie et la France sont tombées au premier tour. En ce qui nous concerne, il y a là une excellente base de départ pour construire une grande équipe. Il y a aussi autre chose qui doit nous interpeller, c’est l’absence totale de joueurs locaux au sein de l’EN. Il est vrai que nous ne sommes pas les seuls dans ce cas, mais cela donne à réfléchir.»

«Par tradition, Blida met le pied à l’étrier à de jeunes joueurs»
Zaïm nous a dit consacrer une grande partie de son temps à convaincre des joueurs de rempiler, et pour d’autres de venir renforcer l’effectif blidéen. C’est une tâche qu’il considère comme très compliquée et délicate, car toute erreur de jugement signifierait que des centaines de millions, qui aurait pu être investis ailleurs, partiraient en fumée. Zaïm, dans le long entretien qu’il nous a accordé, a fait le point en ce qui concerne le volet recrutement. Il nous a parlé des projets du club, de son avenir immédiat et plus lointain. Zaïm a enfin mis l’accent sur l’incertitude qui règne en ce qui concerne le système de compétition qui sera en vigueur lors de la saison 2010-2011. Le moins que l’on puisse dire est que Zaïm a mené l’opération recrutement tambour battant, et il nous en dit ce qui suit : «Il est vrai que je consacre beaucoup de temps à l’opération recrutement. Nous faisons de notre mieux pour doter l’USMB d’un effectif de qualité la saison prochaine. Nous avons fait venir des joueurs qui ont une certaine expérience de la D1, et d’autres qui ont des qualités et qui ne demandent qu’à progresser et s’imposer au plus haut niveau. De toutes les façons, cette opération est loin d’être terminée.» Pour ce qui est des joueurs qui ont été recrutés, il est facile de constater qu’un grand nombre d’entre eux est issu de la division interrégions. Nous avons demandé au président de l’USMB s’il ne faisait pas prendre certains risques à son club, et sa réponse fut la suivante : «De quel risque parlez-vous ? Citez-moi un seul joueur de ceux qui sont le plus en vue actuellement qui ne soit pas issu d’un petit club. Les joueurs que j’ai recrutés ont tous des qualités de base, peut-être certaines insuffisances sur le plan tactique mais tout cela s’acquiert très vite. Nous leur mettons le pied à l’étrier, à eux de montrer ce dont ils sont capables. Je ne crois pas qu’il y ait beaucoup de clubs qui agissent ainsi ; mais cette façon de faire est traditionnelle à l’USMB.» Zaim ajoutera à ce propos : «Vous n’avez qu’à compter le nombre de joueurs qui sont venus à l’USMB, alors qu’ils étaient totalement inconnus et qui, deux ou trois années plus tard, ont monnayé leur talent à coups de milliards. Nous ne regrettons qu’une seule chose, c’est que le club ne tire aucune dividende de tout cela, faute de leur avoir fait signer des contrats de longue durée.»

Touati sera Chélifien
L’attaquant du CABBA, Abdelmalek Touati, sera Chélifien. Le joueur a donné, hier, son accord à un émissaire de Medouar. Il attend seulement un coup de téléphone du président pour confirmer sa venue à l’ASO. Il avait émis le vœu de jouer à l’ASO à son président, au CABBA, qui lui avait demandé de rempiler. Il a préféré changer d’air, il sera sûrement Chélifien cette saison et sa signature n’est qu’une question de temps.

cela demande et qu’au moment où ce joueur doit donner quelque chose en retour au club, il part et c’est une autre formation qui en profite.» Le président de l’USMB ira même plus loin, et nous dira que des lois doivent être votées pour que, comme cela se fait ailleurs, il y ait des retombées financières pour le club formateur. «Je suis certain que des textes existent, c’est leur application qui pose problème. Un club formateur, par définition, manque de moyens. Pensez-vous que ses dirigeants vont s’empêtrer dans une coûteuse bataille juridique dont ils ne sont pas sûrs de l’issue ? Je pense plutôt qu’une commission au niveau de la Fédération doit se charger de tout cela. Il y a un sérieux dépoussiérage des lois et des textes qui devrait se faire au plus vite», affirme le président Zaim.

«Le recrutement est loin d’être terminé»
Pour ce qui est de l’opération recrutement, Zaïm nous dira qu’elle est loin d’être terminée mais qu’elle le sera en temps voulu : «L’opération recrutement n’est pas terminée. Nous allons recruter des joueurs de D1 et d’autres divisions qui ont fait leurs preuves dans les clubs où ils étaient la saison passée. Ce seront principalement des milieux de terrain et des attaquants. Il nous faut encore trois ou quatre joueurs de champ et le recrutement sera clos. Pour ce qui est de nos joueurs, nous finaliserons avec eux avant la fin de cette semaine, pour en finir une fois pour toutes avec le recrutement car nous avons prévu que la reprise se fasse avant la fin du mois de juin.»

Senouci maintient le suspens
Le défenseur du MCA, Benziane Senouci, n’a pas encore paraphé son contrat, bien qu’il ait annoncé à plusieurs reprises qu’il était très proche de l’ASO et que l’offre qu’on lui a faite à Chlef l’intéressait beaucoup. On ignore toujours le pourquoi du retard. Côté président Medouar, Senouci dit ne pas être inquiet, surtout que d’après lui il a eu son accord et sa signature n’est qu’une question de temps, surtout que le joueur a eu des empêchements pour se rendre à Chlef et signer son contrat.

De quels cadres parlez-vous ?»
Pour ce qui est de l’effectif, nous avons signifié au président de l’USMB que plusieurs joueurs expérimentés avaient l’intention de quitter le club. Ce sont là des cadres qui formaient l’ossature de l’équipe, et il nous fera l’appréciation suivante : «De quels cadres voulez-vous parler ? De ces joueurs qui ont traîné la patte ou qui ont utilisé mille et un subterfuges pour éviter certains matchs ? Attention, je ne fais pas d’amalgame, il y a des joueurs qui nous ont quittés et qui ont plus ou moins rempli leur contrat. A ceux-là, nous souhaitons bonne chance ; ils n’ont pas renouvelé leur contrat à l’USMB pour telle ou telle cause et le football est ainsi fait. Pour d’autres, je vous dirais que c’est plutôt l’USMB qui ne veut pas d’eux et l’avenir me donnera raison.» Zaïm ajoutera que ceux qui aiment vraiment l’USMB et qui sont des connaisseurs approuveront totalement sa démarche, car c’est la plus sage : «Les vrais amoureux de l’USMB comprennent et soutiennent notre démarche de doter le club d’une équipe qui durera dans le temps. Avec ce qu’a vécu le club la saison passée, il était nécessaire de placer des garde-fous. L’USMB ne doit plus vivre pareille situation où, jusqu’à une journée de la fin du championnat, elle était en division inférieure. Actuellement, il y a un travail préparatoire qui se fait et nous avons bon espoir qu’il portera ses fruits.»

«Nous, les présidents de club, vivons une situation unique dans les annales du football mondial»
Sur un plan plus général, nous faisons remarquer à Zaïm que certains présidents investissent beaucoup d’argent dans le recrutement, tandis que d’autres sont bien plus frileux. Il nous donnera son avis à ce sujet : «Pour vous dire la vérité, je ne m’intéresse que très peu à ce que font les autres présidents. Par contre, je suis certain que plusieurs d’entre eux ne savent pas sur quel pied danser. Nul ne sait à l’heure où nous nous entretenons de quoi sera fait le système de compétition d’un championnat qui doit débuter dans même pas deux mois. C’est une situation unique dans les annales du football mondial. C’est simple, le championnat de la saison 2010-2011 pourrait se jouer dans une toute nouvelle configuration, avec un, deux ou trois groupes. Nul ne le sait encore à ce jour.» En guise de conclusion, Zaïm nous dira ce qui suit : «Je vous répète ce que je vous ai dit à plusieurs reprises. Il nous faut, nous responsables et toutes les parties prenantes du football, se mettre autour d’une table et s’entendre une fois pour toutes sur ce qui est utile pour ce sport. Il faut avant cela balayer, comme on dit, devant sa porte et faire abstraction de tout passe-droit.» Slimane Baghdali

Ghalem temporise, Fellah relancé
Le portier blidéen, Mohamed Ghalem, temporise toujours pour donner sa réponse à Medouar, chose qui a obligé ce dernier à relancer Fellah qui est aussi en fin de contrat. Ghalem est revenu sur sa décision de signer à la JSMB, chose qui a encouragé les dirigeants de l’ASO à entrer en course pour le convaincre d’opter pour l’ASO. Les portiers libres ne sont pas disponibles et la direction est en course contre le temps pour arracher les services d’un portier en remplacement de Gaouaoui.

«Les clubs formateurs doivent être protégés»
Zaïm nous dira que dorénavant des précautions seront prises pour que les intérêts de l’USMB soient défendus comme il se doit : «Il n’est plus question de refaire les mêmes erreurs, et cela pas uniquement en ce qui concerne les contrats des joueurs. Il est inconcevable que le club prennent totalement en charge un jeune jouer et le fasse, comme on dit, arriver à maturité sur le plan sportif avec la somme de sacrifices, de frais... que

Medouar réunit son bureau
Le président Medouar sera de retour à Chlef cet après-midi pour se réunir avec son bureau, dont plusieurs éléments sont tout juste de retour d’Afrique du Sud. L’ordre du jour sera l’avis du bureau concernant le nouvel entraîneur de l’équipe et le recrutement de certains joueurs, ainsi que la liste des joueurs qui seront libérés. Ahmed Feknous

Bentayeb chez Zaïm
qq L’attaquant du CABBA, Bentayeb, est attendu chez Zaïm avant la fin de cette semaine. Ce joueur intéresse au plus haut point la direction du club de Blida, sachant qu’il était d’ailleurs sur le point de s’engager avec l’USMB l’été passé. Bentayeb est en fin de contrat, et jusqu’à présent le président du club de Bordj ne lui a pas proposé de prolongation de contrat.

Assas à pied d’œuvre, ce mercredi
qq Celui qui aura en charge la formation blidéenne, Mokhtar Assas débutera dans ses fonctions ce mercredi. C’est en effet à cette date que se fera la reprise, à Tchaker. Le stage d’avant-saison aura lieu en Tunisie, plus précisément à Hammam Bourguiba.

Coup d’œil International
OM

Le Buteur n° 1247 Dimanche 27 juin 2010

23

Juventus

Deschamps courtisé par Liverpool

Rafael Benitez parti, Liverpool cherche son prochain entraîneur. Selon L'Equipe, les Reds rêvent de Didier Deschamps ! Mais le président de l'OM Jean-Claude Dassier n'a pas la moindre intention de le laisser partir. «Le directeur exécutif de Liverpool, Christian Purslow, m'a appelé jeudi midi. J'attendais son appel car l'intérêt de Liverpool pour Didier m'était venu aux oreilles. Il m'a demandé si je lui permettais de rencontrer Didier et JeanPierre Bernès (son agent). Je lui ai répondu que je n'interdisais à personne de rencontrer qui que ce soit. Je lui ai également indiqué gentiment qu'il n'y avait pas le moindre espace pour qu'il puisse piquer notre entraîneur. Même en rêve», a prévenu Dassier.

Azpilicueta présenté mardi

Criscito rejoint le Genoa

Depuis plusieurs jours, on sait qu'un accord de principe existe entre l'Olympique de Marseille et Osasuna concernant le transfert du latéral droit Cesar Azpilicueta (20 ans, 33 matches en Liga en 2009/2010). La transaction devrait être définitivement entérinée mardi, date à laquelle le jeune espoir espagnol signera son contrat et sera présenté à la presse. Pour rappel, l'entraînement reprendra dès lundi du côté de l'OM.

Prêté depuis deux saisons au Genoa par la Juventus de Turin, le défenseur Domenico Criscito (23 ans, 29 matchs en Serie A en 20092010, 2 buts) s'est engagé définitivement pour trois saisons avec le deuxième club de Gênes. Le transfert de l'international italien est évalué à 6 millions d'euros. Criscito était titulaire lors des trois matchs de la Squadra Azzurra éliminée au premier tour du Mondial 2010 en Afrique du Sud.

Milan AC

Allegri succède à Leonardo

Bayern Munich

Chelsea

Ribéry opéré avec succès
Revenu de la Coupe du monde en Afrique du Sud, Franck Ribéry (27 ans, 19 matchs en Bundesliga en 2009-2010, 4 buts) a subi une opération ce vendredi. Le Bayern Munich annonce sur son site officiel que l'international français a été opéré avec succès de l'aine. Selon le médecin du club bavarois, l'ancien Marseillais devra observer «un repos complet pendant dix jours, avant de pouvoir reprendre doucement la course». Le Bavarois aura trois semaines de vacances et sera donc rétabli pour le début de la prochaine saison.

Özil et Müller dans le viseur

La nouvelle était dans l'air du temps depuis plusieurs semaines, c'est désormais officiel Massimiliano Allegri est le nouvel entraîneur du Milan AC. Le site officiel du club italien annonce la signature pour deux saisons de l'ancien entraîneur de Cagliari. Selon La Gazzetta dello Sport, le technicien italien sera présenté le 20 juillet lors du rassemblement de l'équipe. Allegri succède donc à Leonardo à la tête des Rossoneri et devrait prochainement s'occuper de l'ambitieux recrutement estival du club lombard.

Manchester City

Wright-Phillips se saborde tout seul
Shaun Wright-Phillips (28 ans, 30 matches de Premier League en 2009/2010, 4 buts) devrait quitter Manchester City car Roberto Mancini ne compte plus vraiment sur lui. En plus de cela, l'ailier polyvalent est un peu trop gourmand au goût du board des Citizens. D'après le Daily Mirror, l’ancien joueur de Chelsea réclamerait 488.000 euros par mois, soit une augmentation de... 196.000 euros par rapport à son ancien salaire ! Son transfert permettrait au club mancunien de récupérer une coquette somme qui serait réinvestie aussitôt durant ce mercato. Rappelons que Yaya Touré, James Milner et David Silva restent les trois objectifs majeurs de cette écurie ambitieuse.
Lancé dans un recrutement ambitieux, Chelsea songerait à deux internationaux allemands pour se renforcer la saison prochaine. Selon le site Caugh Offside, l'entraîneur des Blues, Carlo Ancelotti, souhaiterait la venue du milieu du Werder Brême, Mesut Özil (22 ans, 31 matchs en Bundesliga en 2009-2010, 9 buts), et de l'attaquant du Bayern Munich, Thomas Müller (20 ans, 34 matchs en Bundesliga en 2009-2010, 13 buts). Le club londonien serait prêt à débourser environ 55 millions d'euros pour ces deux joueurs et ainsi rajeunir son effectif.

Inter Milan

Diego Milito «très content» à l’Inter

Convoité par le Real Madrid entraîné désormais par José Mourinho, Diego Milito a répété son désir de rester à l'Inter avec qui il a réalisé un fabuleux triplé cette saison. «Je ne veux pas m'exprimer sur mon avenir car de toutes façons je suis très content à l'Inter», a déclaré l'attaquant (photo P-S) vendredi depuis l'Afrique du Sud où il dispute la Coupe du monde avec la sélection argentine. Sous contrat jusqu'en 2013, Milito (30 ans) devrait même prolonger jusqu'en 2014 et ainsi augmenter ses émoluments. Il toucherait désormais 5,5 millions d'euros par an.

Bordeaux

Considéré partir, comm barek Bouss st pas pressé de Anderlecht M’ de jeu du RSC t, l’international marocain n’e s 26 ans, j’ai ure. Pour autan e He tises. je n’ai même pa trat. s de La Dernièr s encore jeune : dans les colonneles choses de cette façon. Je sui lecht je joue et j’ai un bon con sans offre, is Ander «Je ne vois pas nouveau défi. Ma suis réaliste : à devant moi. Je erais relever un encore le temps nde, je suis ambitieux et j’aim hise. nc mo Comme tout le , a-t-il expliqué. Une belle fra le» ce n’est pas possib

estions pose des qu pio at de Belgique, le meneur eurs du ussoufal’uses meilleurs jououfa (25 chamfait nnbjet de nombreuses convoiBo l’o ans) e il l’a confié comme n de

Anderlecht

Triaud pas au courant pour Trezeguet

Jean Tigana a eu David Trezeguet (32 ans, 19 matchs en Serie A en 2009-10, 7 buts) sous ses ordres à l'AS Monaco, il n'en fallait pas plus pour qu'une rumeur annonce un possible transfert de l'attaquant de la Juventus Turin à Bordeaux. Le président des Girondins, Jean-Louis Triaud, a rapidement démenti. «Il n'y a aucun contact avec Trezeguet, Jean Tigana ne m'en a jamais parlé», a assuré Triaud dans les colonnes de Sud Ouest.

Le malheureux Kevin-Prince Boateng a désormais l'étiquette de l'homme qui a privé Michael Ballack de Coupe du monde. Heureusement pour lui, ses prestations avec le Ghana au Mondial rappelle qu'il est également un talentueux footballeur. Ce qui n'a pas échappé à la Lazio Rome. Boateng fait donc partie de ces joueurs qui profitent de la Coupe du monde pour dynamiser leur cote au regard des clubs les plus prestigieux. Relégué avec Portsmouth la saison passée, le Black Star n'a pas l'intention de végéter en deuxième division anglaise. Il devrait donc voir du meilleur œil l'intérêt que lui témoigne la Lazio. D'après Sky Sport, les dirigeants romains, admiratifs de son potentiel athlétique, souhaiteraient profiter de la mauvaise passe financière de son club pour l'acquérir à prix réduit. Business is business.

Le meilleur ami de Ballack sur les tablettes

Une question d’heures pour Koscielny

Annoncé depuis de longues semaines, le transfert du défenseur du FC Lorient Laurent Koscielny (24 ans, 35 matches en L1 en 2009/2010, 3 buts) à Arsenal devrait se concrétiser dans les tout prochains jours. L'agent du joueur, Pierre Laurent, a confirmé qu'un accord était proche entre les différentes parties. «J'ai eu un rendez-vous avec le président de Lorient, M. Ferry, et il m'a informé qu'il avait envoyé une nouvelle proposition à Arsenal et Arsène Wenger. Le prix semble être le même des deux côtés, donc ça devrait être bon. J'ai ensuite parlé avec Arsène Wenger mais il n'a pas son Blackberry avec lui, et n'a donc pas reçu l'offre de Lorient. Nous attendons donc», a fait savoir l'agent. Le montant de la transaction devrait avoisiner les 13 millions d'euros.

QUOTIDIEN SPORTIF ANNEXE DE PANORAMA

Arsenal

Lazio

¥ Tél. (021) 73-24-03 / Fax : (021) 73-16-47 Maison de la Presse Tahar Djaout 01, Rue Bachir Attar - Alger e-mail : lebuteurdz@yahoo.fr

Contact@lebuteur.com

Directeur de la publication : Boussaâd Kahel - Rédacteur en chef : Mohamed Saâd - Rédacteur en chef adjoint : Ali Hamouche - Rédaction : Achour Aït Ali, Noureddine Benazzou, Tarek Bouchikhi, Adel Cheraki, Kamel Manane, Abdelbasset Mogdad, Mohamed Raber, Hamza Rahmouni, Nacer Eddine Ratni. Imprimerie : SIA - Distribution : Entreprise Nationale de Distribution.

Pour vos insertions publicitaires, contactez notre service publicité. Tél : 021 73 14 37 / Fax : 021 73 14 17 ou bien contactez lʼANEP : 1, avenue Pasteur - Alger Tél : 021 73 76 78 Fax : 021 73 95 59 / Télex : 56150

N° 1247 DIMANCHE 27 JUIN 2010

Algérie-USA

Saïd Kaki, ce nom ne vous dit peut-être pas grandchose, mais sachez que cet ingénieur algérien en circuits électroniques est une vraie légende vivante au sein de la très célèbre NASA. Marié à une Tunisienne et père de deux filles, ce «crack» de l’électronique est allé s’installer aux USA en 1984. Ses compétences lui ont permis de devenir directeur de projets au JPL (Laboratoire de propulsion par réaction), mais ses occupations (actuellement il est en train de travailler sur un satellite d’observation de la terre qui s’appelle OCO (observatoire du carbone), ne l’ont pas empêché de suivre avec attention le parcours des Verts lors du Mondial grâce notamment au site de notre journal (www.lebuteur.com). «On s'attendait à beaucoup mieux. Les Verts ont fait un bon résultat. C’est une jeune équipe dont le potentiel est énorme pour le futur. Le Mondial a été une très bonne expérience. Il ne reste qu’à trouver un attaquant. Le match USA-Algérie n’a fait que confirmer le rapprochement entre les deux cultures. Les USA sont un pays qui est multiculturel, donc le

a fait vibrer le génie propose algérien de la NASA Liverpoolde livres 5 millions
pour Bougherra
Madjid Bougherra est tout près d’un transfert à Liverpool. Selon le quotidien anglais, The Daily Express, les Reds ont accepté d’injecter 5 millions de livres sterlings dans la trésorerie des Glasgow Rangers pour boucler le transfert de l’international algérien, Bougherra, à Anfield Road. D’autre part, le journal indique que le club allemand de Hambourg aurait présenté il y a quelques jours une offre écrite de l'ordre de 4.8 millions de livres pour s’attacher les services du défenseur central des Rangers. Cependant, la même source ajoute qu’un accord de principe a été trouvé entre les agents de Bougherra et le club de Liverpool mardi passé à Londres. À la suite d’une réunion, les responsables de Liverpool se sont engagés par écrit à payer ladite somme proposée pour satisfaire les revendications salariales du joueur algérien. Comme rapporté par nos soins, mercredi dernier, un agent allemand, Andreas Mueller, a rencontré le président de Hambourg Bernd Hoffmann, pour discuter d'une offre sérieuse pour qu’elle soit présentée au club écossais. «J'ai parlé avec le directeur du club écossais, Martin Bain, afin de s'assurer que rien n’a été enclenché à leur insu. Pour nous, il est important que les Rangers soient au courant des négociations, c’est pourquoi on les a associés à chaque étape des tractations. Les responsables des Rangers nous ont signifié qu’ils étaient intéressés si, bien entendu, nous arrivions à un accord», dira Mueller, avant de poursuivre : «On a proposé un montant qui avoisine les 5,5 millions de livres (l’équivalent d’environ 6 mllions d’euros).» «Une somme qu’ils ont jugée acceptable», a-t-il précisé.

rapprochement se fait facilement. On les côtoie tout le temps et nos enfants grandissent avec les leurs», dira celui qui a conçu les caméras pour la sonde Cassini (autour de Saturne depuis 1997) et qui travaille également sur plusieurs projets y compris Cassini, les missions Mars 1998, la mission de la topographie des océans (OSMT-JASON) de 1997 à 2005. Par ailleurs, notre interlocuteur a offert d’héberger les gagnants du concours organisé conjointement par Le Buteur et l’ambassade des Etats-Unis en Algérie.

Messi «On m'a jeté plein
Tout n'a pas été rose pour celui qui est considéré comme le nouveau Maradona, très décrié avant le début de la compétition : «On m'a jeté plein de merde, on a dit que je n'étais pas en forme», raconte-t-il. Tous les regards étaient tournés vers l'actuel Ballon d'Or et certains n'attendaient qu'une chose : «Il y a des gens qui attendaient un faux pas de ma part pour me critiquer, mais ils vont être déçus.» Son objectif : faire taire les mauvaises langues et gagner le Mondial. Les adversaires sont prévenus, en commençant par le Mexique, vainqueur d'une triste Une équipe de France pieuvre prédit et que les Argentins afla victoire de fronteront l'Allemagne contre au prochain tour...

de merde !»

Robert Green
veut changer de nom
Tout comme celui qui porte le même nom que Raymond Domenech, l’homonyme du gardien de but de l’Angleterre, Robert Green, qui réside au nord de l'Angleterre, a d'abord été fier de voir son homonyme dans la sélection nationale. Tout a changé depuis la terrible erreur du portier : «Je veux changer de nom. C'est terrible. J'ai reçu plusieurs SMS et appels de mes amis dès que le but a été inscrit. La plupart sont impubliables.»

La signature de

Alors que David Beckham avait signé un tee-shirt afin de le vendre au profit d'une oeuvre caritative, ce dernier a été dérobé. En effet, l'objet avait été mis sous cadre dans une boutique de Saint Albans en Angleterre, en attendant sa vente aux enchères qui devait avoir lieu dans l'hospice local pour enfants.

Beckham attire les voleurs

Une pieuvre a prédit la victoire de la Mannschaft contre l'Angleterre en huitièmes de finale de la Coupe du monde. Paul le poulpe, qui vit dans l'aquarium d'Oberhausen, s'est vu présenter sa nourriture dans deux boîtes en plastique, l'une ornée du drapeau allemand, l'autre de l'Union Jack. «Paul s'est dirigé assez vite vers le drapeau allemand», a expliqué Tanja Munzig, une porte-parole de l'aquarium Sea Life.Cette pieuvre s'est déjà rendue célèbre en Allemagne pour avoir anticipé le résultat des trois premiers matches de la sélection de Joachim Löw en Coupe du monde.

les Anglais

«Allah»
Natif du nord du Ghana, une région où la religion principale est l’islam, Abedi Pelé n’a jamais renié son appartenance religieuse. Plus même, il l’affiche ostentatoirement. Durant l’entretien qu’il nous a accordé, il avait autour du cou un collier sur lequel était écrit «Allah» en arabe. «Je suis musulman et je ne m’en cache pas», nous a-t-il confié.

en arabe autour du cou d’Abedi Pelé

Les Slovènes ont fait la fête avant de partir
Avant de quitter l’Afrique du Sud vendredi, les joueurs de la Slovénie ont fait la fête pour se dire adieu. Ils ont chanté, bu et dansé, histoire de montrer que leur participation a été une fête avant tout et que leur élimination, fort honorable d’ailleurs, ne doit pas être dramatisée outre-mesure.

Samir Zaher n'est pas au bout de ses peines avec la justice égyptienne. Ainsi, l'on apprend qu'un tribunal égyptien vient de prononcer une sentence qui interdit au président actuel de la Fédération égyptienne de football, d'exercer ses fonctions à la tête de la plus haute instance du football en Egypte. Les raisons de cette décision seraient liées à des affaires juridiques dans lesquelles Zaher serait impliqué. Une information publiée sur le site de la chaîne Al Arabiya.net.

Zaher déchu de son poste de président ?

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful