You are on page 1of 75

CONCEPTION PARASISMIQUE

CHEM/CHEB – COURS N°1
SISMOLOGIE ET COMPORTEMENT SISMIQUE DES CM

Pierre-Olivier MARTIN
Janvier 2016

Sommaire Cours Conception Parasismique n°1

1 – Introduction – Notions de sismologie

2 – Comportement sismique des structures métalliques

3 – Approche théorique – rappels de dynamique

4 – Principes de conception parasismique

CHEC – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 2

1- Introduction + Notions
de sismologie

3

Notions de sismologie

Le phénomène sismique

La terre est constituée par la superposition de
plusieurs couches.
Les couches supérieures (manteau et croûte) sont le
siège de phénomènes convectifs.

Ceux-ci se traduisent au niveau de la croûte terrestre
par des déformations, qui se concentrent
principalement dans les failles séparant les plaques
tectoniques.
Le déplacement des plaques tectoniques entre elles,
en raison du frottement, engendrent les séismes.

Prim.net

CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 4

Notions de sismologie

Prim.net

CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 5

Notions de sismologie

Prim.net

CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 6

08 0.24 0. 382 SESAME UNESCO-IUGS International Geological European Seismological Commission Accélération de pic au niveau du sol – Période de retour 475 ans 0.Notions de sismologie Activité sismique en Europe sur les 1000 dernières années (programme EU-SHARE) CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 7 Carte de l’aléa sismique en Europe Correlation Program Project no.4 xg Aléa Faible Modéré Elévé CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 8 .16 0.32 0.

le séisme se manifeste par l’arrivée de plusieurs trains d’ondes de nature différente et décalés dans le temps. se propageant dans le sol. dans toutes les directions.net CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 10 . et plus particulièrement d’un bâtiment.net CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 9 Notions de sismologie Les vibrations sismiques au niveau du sol peuvent être enregistrées par un sismomètre. Au niveau du sol. l’énergie libérée se propage à partir du foyer. sous forme d’une vibration complexe.Notions de sismologie Effets d’un séisme Lors du glissement de deux plaques le long d’une faille. Générations d’ondes vibratoires agissant dans toutes les directions (horizontales ET verticale). Prim. Sismogramme donnant dans une direction particulière les mouvements ou accélérations subies au niveau du sol. Prim.

net En général. Prim. (mesure liée au séisme seul) Intensité : Estimation des dommages causés par le tremblement de terre (dépend du lieu considéré). tsunami …) CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 12 . liquéfaction du sol. suivant une échelle logarithmique.net Mais il peut y avoir une amplification locale de l’intensité due à des effets de site ou à des effets indirects (éboulements de terrain.Notions de sismologie Terminologie Magnitude : Mesure de l’énergie libérée lors d’un séisme. l’intensité décroit avec la distance à l’épicentre CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 11 Notions de sismologie Prim.

Notions de sismologie Equivalent masse Magnitude explosif 10 56000 G t Chili 1960 Alaska 1964 Sumatra 2004 (tsunami) Séisme exceptionnel 9 Zones entières dévastées – Chili 2010 <1 1800 G t nombre de morts très élevé Eruption Krakatoa 1883 Séisme majeur Essai atomique le plus puissant (URSS) 8 Impact économique sévère – 1 56 G t San Francisco 1906 Eruption Mont St Helens 1980 nombre de morts élevé Kobe 1995 Séisme important Haiti 2010 7 18 1.8 t Attentat Oklahoma City 2 1 000 000 56 kg Nombre de séismes par année dans le monde Chaque année dans le monde : 150 séismes de magnitude > 6 (potentiellement assez d’énergie pour avoir des effets destructeurs) CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 13 Notions de sismologie L’aléa sismique La vulnérabilité Diren – PACA – BRGM Diren – PACA – BRGM Le risque sismique Diren – PACA – BRGM CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 14 .8 M t Dommages limités Tornade Séisme mineur 4 10 000 56 t Ressenti par les humains Eclair puissant 3 100 000 1.8 G t Dommages élevés – Californie 1989 perte de vies humaines Séisme modéré Lambesc 1909 Bombe atomique Hiroshima 6 L’Aquila 2009 150 56 M t Dommages Lorca 2011 Séisme faible Barcelonnette 2014 5 1 500 1.

Notions de sismologie Séismes historiques Californie 1906 – Magnitude ≈ 8 CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 15 Notions de sismologie Séisme de Bâle en 1356 : Magnitude 6.2 – 46 morts et 250 blessés – 5 villages détruits – Plus de 2000 bâtiments endommagés. en Provence. CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 16 .2 à 6.5 Au moins 300 morts à Bâle Toutes les constructions majeures détruites dans un rayon de 30 km autour de Bâle Séisme de Lambesc. 1909 Magnitude 6.

Notions de sismologie Séisme de Lisbonne en 1755 : Magnitude 8.7 Au moins 50000 morts Incendies + Tsunami CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 17 Notions de sismologie Séisme en Provence 1909 – Magnitude 6 . elle tremblera de nouveau CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 18 .5 à 8.49 Morts Les séismes peuvent être destructeurs mais ne sont pas toujours ancrés dans la mémoire collective Là où la Terre a tremblé.

2 .REX sur le comportement sismique des structures métalliques 19 REX comportement sismique structures métalliques Dommages dus à la mauvaise conception des fondations Séisme Haïti – 12 janvier 2010 Photos rapport mission AFPS CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 20 .

REX comportement sismique structures métalliques Dommages aux fondations Elongation (plastification) des tiges d’ancrage Séisme Chili – 1960 Photo Nisee / Berkeley CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 21 REX comportement sismique structures métalliques Dommages aux fondations Elongation (plastification) des tiges d’ancrage Séisme Tohoku – 11 mars 2011 Photos rapport Université Hokkaido CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 22 .

REX comportement sismique structures métalliques Elongation (plastification) des tiges d’ancrage Déformation de la platine Séisme Kobé – janvier 1995 Photos rapport AIJ CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 23 REX comportement sismique structures métalliques Pas de possibilité de reprise de traction des pieds de poteaux – Profiles C insuffisants Dommages aux fondations Séisme Emilie Romagne – Mai 2012 Photo CTICM Photos rapport mission AFPS CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 24 .

REX comportement sismique structures métalliques Dommages aux assemblages Rupture en cisaillement de boulons Rupture en section nette de la diagonale Séisme Tohoku – 11 mars 2011 Photos rapport mission BRI NLMI CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 25 REX comportement sismique structures métalliques Rupture en section nette de la diagonale Séisme Tohoku – 11 mars 2011 Photos rapport mission EERI CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 26 .

Voilement-déversement d’un gousset de liaison Séisme Tohoku – 11 mars 2011 Photos rapport mission EERI CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 28 .REX comportement sismique structures métalliques Rupture assemblage avec voilement du gousset Séisme Tohoku – 11 mars 2011 Photos rapport mission EERI CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 27 REX comportement sismique structures métalliques Impossible d’afficher l’image.

REX comportement sismique structures métalliques Dommages aux éléments de la structure primaire Instabilité locale sur un poteau de tour à ossature métallique Séisme Mexico – 1985 Photo rapport mission AFPS CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 29 REX comportement sismique structures métalliques Dommages aux éléments de la structure primaire Rupture soudure de liaison semelle de poutre sur poteau Séisme Tohoku – 11 mars 2011 Photo rapport mission virtuelle AFPS CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 30 .

REX comportement sismique structures métalliques Dommages aux éléments de la structure primaire Contreventement d’un parking par triangulation excentrée Rupture d’un tronçon d’excentrement Séisme Christchurch NZ – 2010/2011 Photos M. Bruneau rapport mission Universités Auckland/Canterburry/Buffalo Plastification des tronçons d’excentrement CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 31 REX comportement sismique structures métalliques Dommages aux éléments de la structure primaire Plastification du gousset Flambement hors plan des diagonales Séisme Kobe – janvier 1985 Photo Nisee / Berkeley CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 32 .

REX comportement sismique structures métalliques Dommages aux éléments de la structure primaire Flambement hors plan diagonales Flambement dans le Séisme San Francisco – janvier 1989 plan des diagonales CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 33 REX comportement sismique structures métalliques Dommages aux éléments de la structure primaire Séisme Kobe – janvier 1985 Plastification d’un panneau d’âme Photo Nisee / Berkeley CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 34 .

REX comportement sismique structures métalliques Dommages aux éléments de la structure primaire Rupture d’un tronçon d’excentrement Plastification puis rupture d’un tronçon d’excentrement Séisme Christchurch NZ – 2010/2011 Photos Rapport Commission Officielle NZ Pacific Tower CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 35 REX comportement sismique structures métalliques Dommages aux éléments de la structure primaire Flambement hors plan diagonales Voilement local d’un poteau tubulaire (pile de pont) Flambement dans le plan des diagonales Séisme Kobe – 1995 Photo Nisee / Berkeley CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 36 .

REX comportement sismique structures métalliques Dommages aux éléments de la structure primaire Flambement d’un poteau Séisme Chili – janvier 1960 Photo Nisee / Berkeley CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 37 REX comportement sismique structures métalliques Dommages aux éléments non structuraux Perte des parois extérieures Séisme Kobe – janvier 1985 CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 38 .

2010 Photos rapport mission AFPRE Global Risks CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 40 .REX comportement sismique structures métalliques Dommages aux éléments non structuraux Perte des faux plafonds Séisme Tohoku – 2011 Photos rapport mission BRI NLMI CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 39 REX comportement sismique structures métalliques Effets déplacements différentiels Séisme Chili .

REX comportement sismique structures métalliques Effets locaux Séisme Tohoku – 2011 CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 41 Photo Nisee / Berkeley REX comportement sismique structures métalliques Dommages industriels Voilement local sous les pieds d’une cuve Chute d’une cheminée Séisme Chili – 2010 Photos rapport RMS CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 42 .

com CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 44 .REX comportement sismique structures métalliques Dommages industriels Chute d’une Sous l’effet d’un voilement local cheminée Séisme Chili – 2010 Photos rapport mission AFPRE Global Risks CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 43 REX comportement sismique structures métalliques Dommages industriels Voilement de coque sur une cuve Séisme Livermore. Californie – 1979 Photo site shellbuckling.

3 - Notions de dynamique
appliquée au calcul sismique

45

Sommaire

3.1 – Oscillateur à un degré de liberté – Oscillations libres

3.2 – Oscillateur à deux degrés de liberté – Oscillations forcées

3.3 – Spectres de réponse

3.4 – Systèmes à 2 degrés de liberté – Oscillations libres

3.5 – Systèmes à n degrés de liberté – Oscillations libres

3.6 – Systèmes à n degrés de liberté – Oscillations forcées -> Réponse d’un bâtiment
à l’action d’un séisme

3.7 – Synthèse

CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 46

Rappels de dynamique

NOTION 1 – Masse + Raideur = vibrations

k
pulsation ω0 =
k
m
m
ω0 1 k
x fréquence f0 = =
2π 2π m
1 m
période T0 = =2π
f0 k

CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 47

Rappels de dynamique

3.1 - Oscillateur à un degré de liberté – Oscillations libres

k Position de repos

m Equation fondamentale de la dynamique :

m x&& + c x& + k x = 0
c
x c
2 k
x&& + 2 ξ ω0 x& + ω0 x = 0 ω0 =
m
ξ=
2 km
Perturbation à t = t0 :
k x = x0 et v = v0
F=kx
m Avec
F=cv F = k x : force de rappel élastique
c
F = c v : force de rappel due à l’amortissement
Masse m
Raideur k
Amortissement c

CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 48

Rappels de dynamique

1 – Oscillateur non amorti

c=0 Equation : m x&& + k x = 0

Solutions : x(t) = A cos ω0 t + B sin ω0 t

Avec : A et B constantes déterminées en fonction
des conditions initiales x0 et v0
x

A = x0 et B = v0 / ω0
x0
v0

t
t0 k
ω0 pulsation propre ω0 =
m
T0

ω0 1 k
fréquence propre f0 = =
régime permanent d’oscillations d’amplitude constante 2π 2π m
1 m
période propre T0 = =2π
f0 k

CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 49

Rappels de dynamique

x(t) s’écrit aussi : x(t) = D cos (ω0 t + ϕ)

Avec : D Amplitude des oscillations :

D = A 2 + B 2 = x0 2 + (v 0 ω0 )2

ϕ déphasage :

x ω 
ϕ = − arctan  0 0 
 v0 

CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 50

Rappels de dynamique 2 – Oscillateur amorti Il existe une valeur dite critique de l’amortissement c qui marque Equation fondamentale : la frontière entre deux types de comportements : m x&& + c x& + k x = 0 Equation caractéristique : ccr = 2 k m m s2 + c s + k = 0 Amortissement important (sur-amorti) Déterminant : c < ccr c = ccr c > ccr ∆ = c2 − 4 k m x Amortissement critique c = ccr = 2 k m x Système fortement amorti Amortissement faible (sous-amorti) c > ccr t t Amortissement critique x(t) = A es1 t + B es2 t x(t) = (A t + B) e-ω0t  2 A et B fonctions des −c   ccr   si =  1 ± 1 −    conditions initiales x0 et v0 2m   c     CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 51 Rappels de dynamique Amortissement faible c < ccr (sous-amorti) c cr = 2 k m Solutions de l’équation caractéristique (déterminant <0) : sj = .ξ ω0 ± i ω (valeurs complexes) avec : ξ = c / ccr taux d’amortissement.C. : quelques % ω0 pulsation propre ω pseudo-pulsation ω = ω0 1 − ξ 2 Pseudo-période T = 2 π / ω ≈ T0 Solutions de l’équation fondamentale de la dynamique x(t ) = e −ξ ω0 t [A cos ω t + B sin ω t ] c < ccr A et B fonctions des conditions initiales x0 et v0 x T A = x0 et B = (v0+x0 ξ ω0) / ω t Mouvement pseudo-périodique Décroissance de l’amplitude des oscillations avec le temps Système peu amorti CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 52 . ordre de grandeur en G.

880 0.50 50 3.05 5 0.065 0.628 37.065 0.25 25 1.9987 0.6315 1.0628 1.866 CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 53 Rappels de dynamique Influence du taux d’amortissement critique ξ ≈ 100% ξ = 50% ξ = 25% ξ = 10% ξ = 5% ξ = 0% CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 54 .02 2 0.01 1 0.62 0.9998 0.3145 1.9950 0.134 0.10 10 0.1257 1.622 5.9999 0.9682 0.370 0.Rappels de dynamique Soit xN l’amplitude d’une oscillation et xN+1 l’amplitude de l’oscillation suivante : xN D e −ξ ω0 tN xN = eδ = = e ξ ω0 T = e 2 π ξ ω0 / ω x N +1 D e − ξ ω0 ( t N +T ) x N +1 δ décrément logarithmique 2π ξ δ = 2 π ξ ω0 / ω = 1 − ξ2 δ ≈ 2π ξ pour ξ << 1 Quelques valeurs ξ ξ (%) δ eδ = xN / xN+1 ω / ω0 0.

Rappels de dynamique NOTION 2 – Amortissement = décroissance de l’amplitude des vibrations Amortissement critique : ccr = 2 k m c < ccr x Pourcentage d’amortissement : c T ξ= ccr t Pseudo-pulsation : ω = ω0 1 − ξ 2 Système peu amorti (ξ < 10%) : ω ≈ ω0 Système peu amorti CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 55 Rappels de dynamique 3.Oscillateur à un degré de liberté – Oscillations forcées k Equation fondamentale de la dynamique : F(t) m m x&& + c x& + k x = F (t ) Avec c x F = k x : force de rappel élastique Masse m F = c v : force de rappel due à l’amortissement Raideur k Amortissement c F(t) : Force d’excitation On considère ici une excitation sinusoïdale : F(t) = F0 sin Ω t F0 : Amplitude de l’excitation Ω : Pulsation de l’excitation CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 56 .2 .

Rappels de dynamique 1 – Oscillateur non amorti c=0 m x&& + k x = F0 sin Ω t Recherche d’une solution particulière sous la forme : xp(t) = C sin Ω t F0 F0 C= = k −m Ω 2  Ω 2  k 1 −  ω 2  0  Solution pour la relation fondamentale de la dynamique  v0 F0 / k  F0 / k x(t ) = x 0 cos ω0 t +  − Ω / ω0 2  sin ω0 t + sin Ω t 2  2   ω0 ω0 − Ω  1 − Ω   ω 2  0  Les 2 premiers termes concernent le régime transitoire (mode propre du système) (décroissant pour un système amorti Le dernier terme représente la réponse forcée en régime établi F0 / k = amplitude du déplacement statique pour une force statique F0 1  2  = amplification dynamique 1 − Ω   ω 2  0  CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 57 Rappels de dynamique 1 µ= Ω2 Coefficient d’amplification dynamique (en valeur absolue) 1− ω0 2 5 µ 4 3 2 1 0 Ω 2 ω0 0 1 2 3 CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 58 .

Rappels de dynamique Pour Ω = ω0 Le terme de régime établi s’écrit : F0 x (t ) = − ω0 t cos ω0 t 2k L’amplitude des oscillations croit linéairement avec le temps Résonance (système non amorti) x t pour Ω = ω0 CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 59 Rappels de dynamique 2 – Oscillateur amorti m x&& + c x& + k x = F (t ) = F0 sin Ω t Solution générale connue. recherche d’une solution particulière sous la forme : xp(t) = C cos Ω t + D sin Ω t La résolution du système donne : Ω Ω2 −2 ξ 1− F0 ω0 F ω0 2 C= 2 D= 0 k  2 k  2 2 Ω2   Ω Ω2   Ω 1 − 2  + 2 ξ  1 − 2  + 2 ξ   ω0   ω0   ω0   ω0  D’où la solution du système RFD x(t ) = e −ξ ω0 t [A cos ω t + B sin ω t ] + C cos Ω t + D sin Ω t Régime transitoire ⇘ 0 Régime établi A et B fonctions des conditions initiales x0 et v0 A = x0 .C B = (v0 + ξ ω0 (x0 – C) – Ω D) / ω CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 60 .

0 ξ = 0.5 1.50 ξ = 1.15  1 −  ξ = 0.Rappels de dynamique Amplitude des oscillations en régime établi : NOTION 3 – Amplification dynamique F0 1 C 2 + D2 = k 2 2  Ω2   Ω 1 − 2  + 2 ξ   ω0   ω0  1 µ= D’où le coefficient d’amplification dynamique : 2 2  Ω2   Ω 1 − 2  + 2 ξ   ω0   ω0  3.05 ϕ = − Arc tan    Ω2  ξ = 0.0 0.5 µ ξ = 0.5 1.25  ω0 2  ξ = 0.00 -π/2 -π ϕ F0 La sollicitation en régime établi peut aussi s’écrire : x (t ) = µ sin (Ω t + ϕ) k CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 62 .5 CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 61 Rappels de dynamique Déphasage oscillations régime établi / force d’excitation   0.30 2.0 0.0 ξ=1 0.0 1.15 3.5 2.50 1.0 1.20 ξ = 0.5 2.0 2.0 Ω/ω0  ω0  ξ = 0.0 2ξ Ω  0.0 Ω / ω0 0.5 ξ = 0.5 ξ=2 0.5 1.0 2.

la solution est donnée par l’intégrale de Duhamel suivante : t − 1 && x (t ) = ω ∫ s( τ) e −ξ ω0 (t − τ) sin(ω (t − τ)) dτ 0 CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 64 .Rappels de dynamique 3 – Oscillateur amorti – Excitation quelconque m x&& + c x& + k x = f (t ) La solution particulière est donnée par l’intégrale du Duhamel : t 1 x p (t ) = mω ∫ f ( τ) e −ξ ω0 ( t − τ ) sin(ω (t − τ)) dτ 0 Solution générale : t 1 x(t ) = e −ξ ω0 t [A cos ω t + B sin ω t ] + mω ∫ f ( τ) e −ξ ω0 (t − τ) sin(ω (t − τ)) dτ 0 Régime transitoire ⇘ 0 Régime établi A et B constantes d’intégration en fonction des conditions initiales x0 et v0 CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 63 Rappels de dynamique 4 – Oscillateur amorti – Déplacement d’appui Variables : k xm Déplacement absolu de la masse s Déplacement du support m x = xm – s Déplacement relatif Relation fondamentale de la dynamique : c m x&&m + c ( x& m − s& ) + k ( x m − s ) = 0 xm s(t) m x&& + c x& + k x = −m s&& Masse m En divisant par m. l’équation s’écrit aussi : Raideur k Amortissement c x&& + 2 ξ ω0 x& + ω0 2 x = − s&& Pour des conditions initiales de repos (x0 = 0 et v0 = 0).

représente une bonne approximation de la valeur maximale de l’accélération absolue x+s de la masse m de l’oscillateur (égalité stricte pour ξ = 0). ξ) = max  s&&( τ) e −ξ ω0 (t − τ) sin(ω (t − τ)) dτ  0  On peut tracer des courbes des valeurs de Rdep en fonction ω0 (ou de la période T0) et du taux d’amortissement ξ : c’est le spectre de réponse en déplacement relatif CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 65 Rappels de dynamique Pseudo-vitesse : Rvit(ω0. dans le ressort . CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 66 . Pseudo-accélération : Racc(ω0.3 .Spectres de réponse Pour l’oscillateur simple amorti.ξ) égale à la valeur maximale de x(t) au cours de l’excitation : t  1 ω  ∫ Rdep (ω0 . la pseudo-accélération . On est aussi capable par des calculs d’intégration plus complexes de déterminer les valeurs maximales de la vitesse et de l’accélération de l’oscillateur.. . on introduit la quantité Rdep(ω0..ξ) = ω0 Rdep(ω0.ξ) Pour de faibles taux d’amortissement ξ.ξ) = ω02 Rdep(ω0. elle peut être assez sensiblement différente de la vitesse relative x.ξ) La pseudo-vitesse représente la valeur de vitesse qui donnerait une énergie cinétique égale à la valeur maximale de l’énergie élastique emmagasinée .Rappels de dynamique 3. soumis à un déplacement d’appui s(t).

Rappels de dynamique NOTION 4 : Spectres de réponse Courbes (fonctions) donnant la valeur absolue maximale de l’accélération. en fonction de : la pulsation propre ω0 de l’oscillateur (jamais utilisé en pratique) ou sa période propre T0 (en général pour les ouvrages à risque normal) ou sa fréquence propre f0 (pour les ouvrages à risque spécial) Eurocode 8 : spectres définis pour ξ = 5% Courbe(s) établie(s) pour une(des) valeur(s) particulière(s) de l’amortissement ξ. de la vitesse relative ou déplacement relatif. Courbe représentant un évènement sismique particulier Ou Courbe utilisée pour le dimensionnement (spectre de dimensionnement réglementaire) Pour un oscillateur au niveau du sol CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 67 Application Exercice 1 – Auvent de station service CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 68 .

5 . d’amortissement et de raideur X: Vecteur déplacement CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 70 .Oscillateur à deux degrés de liberté – Oscillations libres Équations fondamentales de la dynamique : k1 k2 m1 x&&1 = −c1 x&1 + c 2 ( x& 2 − x&1) − k1 x1 + k 2 ( x 2 − x1) m1 m2 m2 x&&2 = −c 2 ( x& 2 − x&1) − k 2 ( x 2 − x1) m1 x&&1 + (c1 + c 2 ) x&1 − c 2 x& 2 + (k1 + k 2 ) x1 − k 2 x 2 = 0 c1 c2 x1 x2 m2 x&&2 − c 2 x&1 + c 2 x& 2 − k 2 x1 + k 2 x 2 = 0 Masses m1 . C et K : Matrices de masse.Système à n degrés de liberté – Oscillations libres Généralisation – Analogie avec le système 1 ddl Système à 1 ddl m x&& + c x& + k x = 0 Système à n ddl && + C X& + K X = 0 MX M.4 .Rappels de dynamique 3. C et K : Matrices de masse. k 2 && + C X& + K X = 0 Amortissements c1. d’amortissement et de raideur X: Vecteur déplacement m1 0 c1+c2 -c2 k1+k2 -k2 x1 M= C= K= X= 0 m2 -c2 c2 -k2 k2 x2 CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 69 Rappels de dynamique 3. c2 MX M. m2 Sous forme matricielle Raideurs k1 .

Rappels de dynamique 1 – Système non amorti && + K X = 0 MX Recherche de solutions sous la forme : X(t) = Φ cos (ω t + ϕ) où Φ est un vecteur déplacement de dimension n On a alors : && = −ω2 X X Et l’équation finale s’écrit : (K – ω2 M) X = 0 Problème classique de recherche de valeurs propres Ce système d’équations possède des solutions non nulles uniquement si le déterminant est nul | K – ω2 M | = 0 Il existe n valeurs de ω (notée ωi). valeurs propres de ce système ainsi que les n vecteurs propres associés Φi Comportement linéaire CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 71 Rappels de dynamique 2 – Propriétés fondamentales des modes propres Relations de base ωi pulsation propre du mode i | K – ω2 M | = 0 Φi vecteur propre du mode i (ou déformée modale) (K – ωi2 M) Φi = 0 Le vecteur propre est toujours connu à une constante près. il est en général. C’est le mode fondamental qui a généralement une influence prépondérante sur la réponse d’un bâtiment au séisme. normé à 1 (amplitude ou valeur maximale). CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 72 . 2π Ti = ωi Ti : Période propre du mode i (unité : seconde) 1 ω fi : Fréquence propre (unité : hertz) fi = = i Ti 2 π Les modes sont rangés par valeurs croissantes de pulsation (ou fréquence) Le mode du plus petite fréquence propre (ou plus grande période) est appelé mode fondamental (correspondant à la déformée modale la moins rigide).

ωj2 ΦiT M Φj D’où en tenant compte de (1) et (2) : 0 = (ωi2 – ωj2) ΦjT M Φi Donc. on connait la pulsation propre (donc la période et la fréquence) Méthode de Rayleigh : On assimile la déformée du mode fondamental à la déformée de la structure dans un champ d’accélération uniforme Γu.Rappels de dynamique Orthogonalité des modes propres vis-à-vis des matrices K et M Rappel : les matrices K et M sont symétriques ΦjT K Φi = ΦiT K Φj (1) ΦjT M Φi = ΦiT M Φj (2) Relation de base pour le mode i : K Φi = ωi2 M Φi En multipliant à gauche par la transposée de Φj : ΦjT K Φi = ωi2 ΦjT M Φi (3) De la même manière. quand i ≠ j. en multipliant à gauche par la transposée de Φi : ΦiT K Φj = ωj2 ΦiT M Φj (4) (3) – (4) : ΦjT K Φi – ΦiT K Φj = ωi2 ΦjT M Φi . on déduit : ΦjT K Φi = 0 CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 73 Rappels de dynamique Relation entre pulsation et déformée modale Mode i : K Φi = ωi2 M Φi en multipliant à gauche par la transposée de Φi : ΦiT K Φi = ωi2 ΦiT M Φi Φi T K Φi ωi 2 = Φi T M Φi A partir de la déformée modale. quand i ≠ j. pour le mode j. n ] 2 Φi T K Φi UT M I ω0 = ω0 2 = Γu Φi T M Φi UT M U CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 74 . Le vecteur U vérifie la relation : K U = Γu M I où I vecteur unité : Ii = 1. ∀ i ∈ [ 1. On note U le vecteur déformée de la structure. ωi ≠ ωj et : ΦjT M Φi = 0 Et d’après (3).

618 Φ 21 = 1 − ω2 2 = −1.618 Φ1 =   k  1  k Φ  ω2 = 1.618 Vecteur propre associé : Φ1 =  11  m Φ12  En fixant Φ12 = 1. l ’équation (K – ω22 M) Φ2 = 0 aboutit à : m − 1.618 k m  2 2  ω2 = 1.k2 k2 – ω2 m2 m1 m2 ω4 – ((k1+k2) m2 + k2 m1) ω2 + k1 k2 = 0 équation du second degré Pour k1 = k2 = k et m1 = m2 = m : Equation : m2 ω4 – 3 k m ω2 + k2 = 0 Déterminant de l’équation : ∆ = 9 k2 m2 – 4 k2 m2 = 5 k2 m2 Deux valeurs propres : k 3 5  k ωi 2 = ± ω1 = 0. l ’équation (K – ω12 M) Φ1 = 0 aboutit à : m 0.618 Φ2 =   k  1  CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 76 .618 Vecteur propre associé : Φ 2 =  21  m Φ 22  En fixant Φ22 = 1.Rappels de dynamique Application au cas du système à 2 degrés de liberté m1 0 k1+k2 -k2 M= K= 0 m2 -k2 k2 Recherche des modes propres par : K – ω2 M = 0 k1 + k2 – ω2 m1 -k2 =0 .618 m m CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 75 Rappels de dynamique Recherche des modes propres associés : k Φ  ω1 = 0.618 Φ11 = 1 − ω12 = 0.

s s Déplacement relatif xi du niveau i / sol Bâtiment sous à un régime Système à n degrés de liberté d’oscillations forcées.6 .618 x 0.Rappels de dynamique Vérification de l’orthogonalité vis-à-vis de M M Φ1 = m 0 0.618 = 0..Oscillateur à n degrés de liberté – Oscillations forcées Réponse d’une structure (bâtiment) à l’action d’un séisme mn kn xi mi ki m2 k2 m1 k1 . ..618 m = -1.618 m 0 m 1 m Φ 2T M Φ 1 = -1..618 1 0.618 m + m = 0 m CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 77 Rappels de dynamique 3. soumis à (déplacement d’appuis s) déplacement d’appuis CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 78 .

.Rappels de dynamique 1 – Mise en équation du problème Relation fondamentale de la dynamique pour un niveau i (hors amortissement) : xi+1 mi ( x&& + s&&) = −k i ( x i − x i −1 ) + k i +1 ( x i +1 − x i ) xi mi ki+1 xi-1 ki ki+1 (xi+1 – xi) mi x&& − k i x i −1 + ( k i + k i +1 ) x i − k i +1 x i +1 = −mi s&& -ki (xi – xi-1) D’où généralisation par écriture matricielle.. 0 0 m2 0 . 0 mn La matrice M est diagonale pour ce modèle de comportement (pas de couplage entre les degrés de liberté) CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 80 .... pour le système amorti : M X&& + C X& + K X = −&s& M I (5) X vecteur déplacement relatif I vecteur unité . K matrices de masse. s valeur scalaire accélération du sol M.. amortissement et raideur CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 79 Rappels de dynamique Matrice M m1 0 0 . C.. 0 M= 0 0 mi 0 0 0 0 0 .......

2.6133 ∆ CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 81 Rappels de dynamique Méthode de Rayleigh simplifiée Soit δ le déplacement du dernier niveau dans le champ d’accélération horizontale Γu Par simplification.3.3.Rappels de dynamique 2 – Détermination du mode propre par la méthode de Rayleigh Méthode de Rayleigh généralisée Soit un champ d’accélération horizontale uniforme égale à l’unité : Γu= 1 m/s2 U est le vecteur des déplacements de la structure dans ce champ d’accélération.2 (5) Unités CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 82 . on écrit : Σ mi ui2 ≈ mn δ2 et Σ mi ui ≈ mn δ D’où : ∆ ≈ 1 / δ T0 ≈ 2 π δ Γu Si l’on considère Γu = g (c’est-à-dire champ gravitaire horizontal) : π T0 ≈ 2 δ g T0 ≈ 2 δ EN 1998-1 4. U = [ ui ] où ui est le déplacement de la masse mi On a : UT M U = Σ mi ui2 et : UT M I = Σ mi ui (Car la matrice M est diagonale) On pose : Σ mi u i ∆= Σ mi u i 2 UT M I On a : ω0 2 = Γu D’où : ∆ UT M U f0 = 2π 2π T0 = PS92 6.

L’équation devient : r&&j + ω j 2 r j = − p j s&& (8) c’est-à-dire un système de n équations (j = 1.. 2. en raison de la propriété d’orthogonalité des modes propres. caractérisés par ωi et Φi (K – ωi2 M) Φi = 0 (6) Recherche de la solution dans la base des modes propres n Développement de la solution X(t) dans la base des modes propres : X(t) = Σ ri(t) Φi (7) i=1 La fonction ri(t) la réponse modale du mode i CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 83 Rappels de dynamique Reprise du système d’équations : On reporte (7) dans l’équation matricielle générale (5) : n n M ∑ r&&i Φ i + K ∑ ri Φ i = −s&& M I i =1 i =1 n ∑ [ M r&&i Φ i + K ri Φ i ] = −s&& M I i =1 D’après (6). tous les termes s’annulent sauf pour i = j. .n) T Φj M I Avec : pj = T pj est appelé facteur de participation du mode j Φj M Φj CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 84 . on remplace K Φi par ωi2 M Φi : n ∑ [r&&i + ωi 2 ri ]M Φ i = −s&& M I i =1 On multiplie à gauche par le transposé du vecteur propre d’un mode j : ΦjT Sous le signe sommation. X(t=0) = [ 0 ] V(t=0) = X(t=0) = [ 0 ] Modes propres non amortis Base de n modes propres..Rappels de dynamique 3 – Résolution du système non amorti Conditions initiales : déplacements et vitesses nuls à l’instant t = 0 .

La masse modale du mode i est définie par la relation suivante : 2 T mmod.un critère pour savoir si l’analyse modale a déterminé un nombre suffisant de modes : si la somme des masses modales obtenues est supérieure à 90% de la masse totale.indépendante de la constante multiplicative du mode i . si l’on assimile Φ1 et U (déformée dans le champ d’accélération horizontale unité).Les n équations (8) sont totalement découplées : la composante ri du mode i est indépendante du mode j. CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 86 .i = mt (mt = IT M I ) i=1 .on démontre que (mt étant la masse totale de la structure) : n Σ mmod. CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 85 Rappels de dynamique Masses modales : Il existe une quantité plus « physique » que le coefficient de participation modale : la masse modale.la masse modale est un critère intéressant pour apprécier la contribution d’un mode .Les déformées modale Φi sont définies à une constante arbitraire près La quantité pj n’a pas de signification physique propre . les modes de masse modale importante sont a priori les plus significatifs.Rappels de dynamique Propriétés : .Pour le mode fondamental.i = pi Φ i M Φ i = [ΦT i MI]2 T Φi M Φi Propriétés de la masse modale : . on a : p1 = ∆ . Ce découplage provient de la propriété d’orthogonalité des modes Φi vis-à-vis des matrices K et M.On a : Σ pj Φj = I . .

CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 87 Rappels de dynamique Solution de la réponse modale avec l’intégrale de Duhamel t − pj x(t) solution du problème de l’oscillateur simple ∫ s&&(τ) e −ξ ω0 (t − τ ) r j (t ) = p j x (t ) = sin(ω (t − τ)) dτ ω 0 Solution générale de la réponse sismique du bâtiment n n t − 1 && X (t ) = ∑ r i ( t ) Φ i = ∑ pi f ( t . ω) = ω ∫s( τ) e −ξ ω0 (t − τ) sin(ω (t − τ)) dτ i =1 i =1 0 Solution pour le dimensionnement parasismique du bâtiment Normalement. On introduit alors le terme d’amortissement dans le système des équations des réponses modales ri : r&&i + 2 ξ ωi r&i + ωi 2 ri = − p i s&& (9) Analogie L’équation générale (8) de la réponse modale rj est identique à l’équation d’un oscillateur simple soumis à un déplacement d’appui (cf. ωi) Φij CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 88 . on admet par simplification de considérer qu’il y a conservation du découplage des réponses modales. ωi) Φij i=1 où Φij est la jème composante du vecteur propre Φi (d’ordre i). et de l’incertitude sur la physique de l’amortissement. pour les usages courants de dimensionnement parasismique. La seule différence réside dans le terme pj (facteur de participation modale). compte tenu des taux d’amortissement faibles pour les bâtiments et structures courantes.Rappels de dynamique 4 – Prise en compte de l’amortissement Règle générale : il n’y a pas d’orthogonalité des modes Φi vis-à-vis de la matrice C On perd le découplage entre les réponses modales ri Cependant. La valeur maximale au cours du temps de la composante xj est bornée par : xj. On a : xj(t) = Σ pi f(t. la connaissance des valeurs maximales obtenues au cours du séisme suffit.max = max xj ≤ Σ pi max f(t. n Soit xj la jème composante du vecteur X. Transparent 64). ω i ) Φ i avec f (t .

ξ) [ Yi = x ij . ξ) On a : Fi = K Yi = pi K Φ i ω2 On remplace K Φi par ωi2 M Φi (cf. ξ) ri . ξ) max f (t . obtenues sous l’effet du séisme. relation (6)) Fi = Racc(ωi. ξ) Yi = pi Φ i ω2 Champ de forces statiques équivalent Soit Fi le vecteur force (Fij = force appliquée au nœud j) produisant le même champ de déplacement que la réponse modale pour le mode i. ξ) pi M Φi (10) CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 90 .Rappels de dynamique Utilisation des spectres de réponse On a vu pour un oscillateur simple soumis à déplacement d’appui : Racc (ω.max = pi ω2 Soit.max = ] pi Φ i ω2 CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 89 Rappels de dynamique Réponse modale La réponse modale d’un bâtiment est définie par le vecteur contenant les valeurs maximales des réponses modales de chaque degré de liberté. sous forme vectorielle (vecteur des valeurs enveloppes xij pour la réponse modale du mode i) : Racc (ω. ξ) = ω2 Valeur maximale de ri(t) Racc (ω. Racc (ω. ω) = Rdep (ω. Racc (ω.

1 (3)) : masse qui multipliée par la réponse spectrale en accélération (notée Sd dans l’EN) donne l’effort tranchant à la base de la structure. ξ) pi mj Φij = Racc(ωi. ξ) / Ai.2 = Σ mj Φij2 2 Ai. on a ΦiT M I = Σ mj Φij Σ m j Φ ij pi = 2 2 Σ m j Φ ij ΦiT M Φi = Σ mj Φij Effort au niveau j du champ statique équivalent au mode i : Fij = Racc(ωi.2 Les relations précédentes s’écrivent : Fij = Racc(ωi.1 = Σ mj Φij Ai.2 Ai.2 D’où il vient : Fij = Fbi mj Φij / Ai.3.i = Ai.i Racc(ωi.1 m j Φ ij Fij = Fbi Σ m j Φ ij CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 92 .3.i = pi ΦiT M I Fbi = mmod.1 On a : pi = mmod.3.12 Racc(ωi. ξ) pi ΦiT M I j=1 j=1 Or : mmod. ξ) pi Σ mj Φij = Racc(ωi.2 Fbi = Ai. ξ) Ai.1 mj Φij / Ai. ξ) Effort tranchant à la base de la structure pour le mode i Masse modale = masse de la structure « entraînée » par le mode i Nota : définition de la masse modale dans l’EN 1998-1 (Note de 4.Rappels de dynamique Effort tranchant à la base de la structure En se plaçant dans l’hypothèse d’un matrice de masse diagonale. ξ) pi mj Φij Effort transmis à la base de la structure = cumul des efforts à chaque niveau : n n Fbi = Σ Fij = Σ Racc(ωi. CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 91 Rappels de dynamique En notant Ai.1 Ai.

pour les bâtiments : n x j. en particulier.i 2 – Sélection des modes prépondérants Critère de sélection sur le coefficient de participation modale ou la masse modale CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 94 . .. la valeur maximale peut être estimée par la racine carrée de la somme des carrés des contributions modales maximales Nota : il existe d’autres types de combinaisons... les couplages entre modes. Mode n°1 Mode n°2 Mode n°3 Mode n°i Structure Pour chaque mode : Période propre Ti (ou fréquence propre fi) Déformée modale (vecteur propre Φi) Coefficient de participation modale pi Masse modale mmod.. CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 93 Rappels de dynamique 5 – Synthèse 1 .Analyse modale .max n’est pratiquement jamais égale à la somme des valeurs maximales xij. La combinaison quadratique des réponses modales représente une bien meilleure estimation de la quantité recherchée.Rappels de dynamique Combinaison des réponses modales La valeur maximale xj. prenant en compte.max )2 La combinaison quadratique des réponses modales = pour chaque quantité scalaire. On a donc.max = ∑ (x i =1 ij.max (combinaison arithmétique des modes) car cela correspondrait au scénario très improbable où toutes les réponses modales atteindraient leur valeur maximale en même temps.

ξ) (un mode = un oscillateur simple) : Racc (ω. ξ) [ Yi = xij. on perd toutes les informations sur le signe des valeurs Pas d’équilibre RDM vérifié CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 95 Rappels de dynamique Retour sur l’analyse modale Principe : l’analyse modale doit permettre la détermination des modes contribuant significativement à la réponse globale de la structure Critère : On admet que cela est réalisé si la somme des masses modales de tous les modes extraits est supérieure à 90 % de la masse de la structure.Rappels de dynamique 3 – Calcul de l’effet de chaque mode sur la réponse du bâtiment A partir du spectre de dimensionnement Racc(T.max = ∑ (x i =1 ij.max )2 La méthode fournit pour chaque quantité scalaire la valeur maximale atteinte au cours du séisme Avec la combinaison quadratique.max = ] pi Φ i ω2 4 – Cumul des effets de chaque mode Règle de cumul quadratique (non concomitance des maximas de chaque mode) n x j. On peut en particulier considérer un pseudo-mode obtenu de la manière suivante : PS = mm GU Où : mm est la masse manquante = mt – Σ mmod. il faut prendre en compte les modes négligés par une méthode appropriée. Pseudo-mode : On peut arrêter l’extraction modale à une fréquence de 33 Hz. Si 90 % de la masse de la structure ne sont pas obtenus avec les modes extraits.i GU est le cas de charge accélération unitaire appliquée dans la direction considérée CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 96 .

Application – Exercice 2 Exercice 2 – Bâtiment Bâtiment de bureaux. hauteur de chaque niveau de 3.4 m Poteaux HEA 400 et poutres IPE450 Pieds de poteaux articulés CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 97 Application – Exercice 2 Planchers et toiture par dalle béton de 12 cm d’épaisseur sur bac acier CofraPlus 60 Trémie de 21 m2 au centre de chaque dalle Masses pour analyse sismique de 135600 kg par plancher intermédiaire et 68250 kg pour la toiture CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 98 .4 m et hauteur totale 20. dimension 30mx14m (5 travées de 6 m et 2 travées de 7m) 5 étages et 6 niveaux.

4 93.620 1.32 2 1 CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 99 Application – Exercice 2 Analyse modale : (Déformations modales x 1000) Poteaux continus Articulations aux extrémités Masse Cumul % Accel.6 CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 100 .8 des niveaux de planchers 2 0.5 81. % masse des traverses et des Mode T (s) f (Hz) modale masse spectrale part.5 Sections des diagonales (tubes circulaires creux) Les diagonales travaillent ici en traction .compression Diamètre Epaisseur Aire Inertie Rayon Niveau (mm) (mm) (cm2) flexion (cm4) giration (cm) 6 193.7 8.2 4.6 4.13 7861.Application – Exercice 2 Etude dans la direction des long pans Zone de sismicité 4 et sol de classe D Classe de ductilité DCL et q = 1.1 12.2 80.0 46.13 4345 7.67 2016 6.27 -8652. modale diagonales (kg) modale (m/s2) modale Masse réparties aux nœuds 1 0. Coef.57 5 4 3 219.230 4.340 100673 13.613 601762 80.

9 486.363 -156.750 0.356 153.0274 3.6 0.156 388.356 Σ mi ui = 76.1570 21.i (kN) Fb2 (kN) F2.4 374.173 429.145 0.1 198.8 0.240 0.173 -0.6 5 0.0970 13.1274 17.969 0.0 708.6 0.6 0.051 -0.8 CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 102 .9 kN 2 2 Cumul de l’effort tranchant sismique : Fb = Fb1 + Fb2 = 2484 2 + 429.530 2 135.9 4 0.25 0.7 1 0.616 0.0 418.113 -0.156 0.227 -0.580 249.113 279.2 0.7 0.533 0.580 1 135.9 2484 429.530 227.9 3 0.909 0.363 5 135.0631 8.0494 -6.384 0.4 -0.635 CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 101 Application – Exercice 2 Mode 1 : Fb1 = 601762 x 4.280 695.1754 11.051 126.6 571.13 / 1000 = 2484 kN Mode 2 : Fb2 = 100673 x 4.3 -0.6 0.i (kN) / (Σ mj uj) / (Σ mj uj) 6 0.0286 3.218 93.27 / 1000 = 429.280 0.6 0.218 3 135.425 0.321 4 135.3 2 0.227 564.i Sd(Ti ) m j uij Répartition sur les niveaux j des efforts sismiques du mode i : Fij = Fbi Σ m j uij MODE 1 MODE 2 mi mi ui mi ui Niveau ui (/1000) mi ui ui (/1000) mi ui (x 1000 kg) / (Σ mj uj) / (Σ mj uj) 6 68.321 -138.6 0.9 2 = 2521 kN MODE 1 MODE 2 CUMUL mi ui mi ui (kN) Niveau Fb1 (kN) F1.223 -0.543 Σ mi ui = -11.0304 -4.Application – Exercice 2 Contributions modales : Effort tranchant à la base de la structure pour le mode i : Fbi = mmod.0186 -2.167 0.736 -0.0452 -6.0619 4.

0 m CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 104 .5 m 110 T Masse totale : 385 T 6.Application – Exercice 2 CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 103 Rappels de dynamique Exemple 55 T Système portique 4 niveaux 3 travées Poteaux HEB 400 et poutres IPE 360 110 T Hauteur entre niveaux : 3.0 m Masse par niveau intermédiaire : 110 T 110 T Masse niveau supérieure : 55 T 3.50 m Portée travées : 6.

0 p4 = -80.54 T p3 = 138.820 Hz f4 = 8.172 s T4 = 0.017 -0.329 s mmod1 = 312.117 s mmod3 = 19.430 Mode 2 -1.717 2.89 CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 105 Rappels de dynamique Déformations modales (à multiplier par 10-3) Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 Niveau 4 Mode 1 0.488 1.043 Hz T1 = 1.123 Mode 4 -1.0676 2.5031 1.0) Mode 1 Mode 2 f1 = 0.934 0.577 Hz T3 = 0.120 s T2 = 0.336 2.597 Mode 3 2.6 Mode 3 Mode 4 f3 = 5.027 2.893 Hz f2 = 3.1 T mmod2 = 47.Analyse modale avec un logiciel par éléments finis (ANSYS v10.755 1.34 T p1 = 558.950 -1.Rappels de dynamique 1 .417 -1.0926 -1.6 p2 = -217.03 T mmod4 = 6.047 CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 106 .

3 x 10-3 1003.5 Mode 3 139.75 CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 107 Rappels de dynamique 2 .6 x 10-3 1060.6 x 10-3 1020.75 CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 108 .4 47.Analyse statique dans un champ d’accélération horizontale a = 1 m/s2 Déplacement (mm) Niveau 1 : u1 10.1 Mode 2 -218.9 x 10-3 1000.Rappels de dynamique Exploitation des résultats mmodi = S1i2/S2i S1i = Σ mj φij S2i = Σ mj φij2 pi = S1i/S2i (T) Mode 1 558.77 Niveau 4 : u4 41.9 x 10-6 558.9 x 10-6 -79.4 312.1 Mode 4 -84.8 6.8 19.03 Niveau 2 : u2 24.8 x 10-6 -217.78 Niveau 3 : u3 35.6 x 10-6 136.

2857 − 0.7143 = −500 kN/m l3 CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 110 .7143 k11 k 3  Matrice de rigidité : K = D-1 K=  =  l 3 − 0.Rappels de dynamique Calcul de la fréquence et de la période du mode fondamental par application de la méthode de Rayleigh Σ mi ui = 10.899 Hz T1 = 1 / f1 = 1.2857 = 200 kN/m l3 6E I k 3 = −0.2857 = 1600 kN/m l3 6E I k 22 = 0. Inertie I l l=3m m 1 Formulation du problème : l m 0  M=  Matrice de masse :  0 m l 3 2 5  D=   Matrice de « souplesse » : 6 E I 5 16  6 E I  2.3152 Tm2 ∆ = Σ mi ui / Σ mi ui2 = 31. I = 1500 cm3 .7143 0.91 m-1 f1 = ∆ / 2 π = 0.11 s CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 109 Rappels de dynamique Application – Exercice n°1 Applications numériques avec : m 2 m = 200 kg .2857   k 3 k 22  6E I k11 = 2.06 Tm Σ mi ui2 = 0.

24 Mode 2 93.32 -3.62 rad/s ω3 = = 15.0 2 1.81 0.81 rad/s m m m ω4 − (ω11 + ω22 )ω2 + ω11 ω22 − ω3 = 0 2 L’équation aux valeurs propres devient : Les solutions de l’équation sont : ωi = 2 ω11 + ω22 ± 2 (ω 11 2 − ω22 ) 2 2 + 4 ω3 4 2 ωi (rad/s) Ti (s) fi (Hz) D’où les valeurs propres suivantes : Mode 1 14.120 Φ1 =   Φ2 =    1   1  1.Rappels de dynamique Analyse modale : m 2 Inertie I l Equation de base : (M ω 2 ) −K X = 0 m ω2 − k11 k3 m 1 soit encore : M ω2 − K = =0 k3 m ω2 − k 22 l D’où l’équation du second degré suivante (inconnue ω2) : m2 ω4 – m (k11 + k22) ω2 + k11 k22 –k32 =0 k11 k 22 k3 En posant : ω11 = = 89.44 rad/s ω22 = = 61.067 14.93 CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 111 Rappels de dynamique Recherche des modes propres : On choisit ici pour les modes propres Φi de fixer la valeur de x2 à 1 (soit Φi2 = 1) 2 Une équation reliant les degrés de liberté des modes propres s’écrit ici : k 22 − m ωi Φ i1 = Φi2 k3 D’où les modes propres pour le problème étudié : Mode 1 Mode 2 0.446 2.12 1 1 CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 112 .10 0.0 2 0.320 − 3.

1972 x 220.09 kg  0 200 1 p1 = 1.54 = 316.320 1] T   = 220.197 CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 113 Rappels de dynamique Masses modales : Rappel cours de dynamique : 2 T mk .197 Mode 2 200 0  − 3.75 kg Somme des mk1 + mk2 = 400 kg = 2 m masses modales On vérifie bien que la somme des masses modales est égale à la masse totale de la structure.1972 x 2147 = 83.25 kg Mode 2 mk2 = 0.320 1] T    = 264.12 1] T    = −424.320 Mode 1 Φ1 M Φ1 = [0.12 Φ 2 M Φ 2 = [− 3.i = pi Φ i M Φ i = (Φ i T MJ ) 2 T Φi M Φi Mode 1 mk1 = 1.54 kg  0 200  1  200 0  1 Φ1 M J = [0.09 kg  0 200 1 p2 = -0. CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 114 .12 1] T   = 2147 kg  0 200  1  200 0  1 Φ 2 M J = [− 3.Rappels de dynamique Coefficients de participation modale : T Φi M J 1 Rappel cours de dynamique : pi = T Avec : J= Φi M Φi 1 200 0  0.

5 Donc : S2 = Sd (T2 ) = ag S = 2.5 Catégorie d’importance II .5 TC  −2 Donc : S1 = Sd (T1 ) = ag S   = 2.Paramètres du spectre Catégorie d’importance II : γI = 1.06 s TC = 0.1 m/s2 Zone 3 et sol de classe C : S= 1.446 s TC < T1 < TD 2.1 m/s2 ag = γI agr = 1.00 Zone de sismicité 3 : agr = 1.Accélérations modales Mode 1 T1 = 0.067 s TB < T2 < TC 2.75 ms −2 q CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 116 .Rappels de dynamique Réponse de la structure à un séisme : Paramètre séisme : Zone de sismicité 3 Sol de classe C Classe de ductilité DCL et q = 1.50 TB = 0.0 s CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 115 Rappels de dynamique .47 ms q T  1 Mode 2 T2 = 0.40 s TD = 2.

9 388.007 > S1 = 2.4 Nœud 2 591.197x2.695 1.948 1.942 Nœud 2 2.Réponses modales Réponse modale en accélération : Zai = Si pi Φ i Rappel cours de dynamique : Si Réponse modale en déplacement : Zdi = 2 pi Φ i ωi Réponses en accélération : 1.6 601.958 -0.102 (en mm) Mode 1 Mode 2 SRSS Nœud 1 4.47x0.9 CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 117 Rappels de dynamique Forces sur les masses : Au nœud j.47 = 781.Rappels de dynamique .8 Nœud 2 14.6 338.6 -108.320 (en m/s2) Mode 1 Mode 2 SRSS Nœud 1 0. pour le mode i : Fij = m j Si pi Φ i (en N) Mode 1 Mode 2 SRSS Nœud 1 189.1 230.3 814.9 -0.8 0.1 N CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 118 .25 x 2.948/14.4 Fondation 781.543 3.4 Rappel effort tranchant à la base : Fbi = mki Si Pour le mode 1 : Fbi1= mk1 S1 = 316.2 4.1 14.47 m/s2 Réponses en déplacement : 0.

Rappels de dynamique Effort tranchant dans les barres A partir des forces « modales » 109 592 592 601 2 2 2 -109 190 339 1 781 814 1 1 230 Mode 1 Mode 2 Cumul SRSS CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 119 Rappels de dynamique Effort tranchant dans les barres A partir des forces cumulées 601 601 601 2 2 388 1 989 814 1 Cumul SRSS Sur évaluation : +22 % CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 120 .

Rappels de dynamique Moment fléchissant dans les barres A partir des forces « modales » 109 592 2 2 2 190 339 1 1776 1806 1 -327 1 4122 4138 363 Mode 1 Mode 2 Cumul SRSS CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 121 Rappels de dynamique Moment fléchissant dans les barres A partir des forces cumulées 601 2 2 388 1803 1 1 1806 4770 4138 Cumul SRSS Sur évaluation : +15 % CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 122 .

Principes de (bonne) conception parasismique 123 Notions de conception parasismique La conception parasismique doit être prise en compte dès le début du projet Pour concevoir parasismique. CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 124 . La prise en compte de l’aspect parasismique du bâtiment et le respect des concepts de base permet de limiter le surcoût parasismique à quelques pourcents du gros œuvre. il ne suffit pas de surdimensionner la structure à la fin du processus. Les défauts de conception ne peuvent être compensés dans ce cas que par un surcoût important. 4 .

.) .Structure sur amortisseurs .Conception de la structure résistance / masse élevé Acier. Réduire l’accélération Augmenter la capacité .Choix des matériaux (nuances .Composants non structuraux légers.Choix d’une structure dissipative.Choix du matériaux – Rapport . d’absorption de l’énergie sismique .Privilégier l’hyperstaticité et la redondance des composants Respect des principes de base de la conception parasismique CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 125 Notions de conception parasismique Importance des effets de site Les ondes sismiques sont amplifiées par : les crêtes (coefficient topographique) les sols meubles (basses fréquences). qui amplifient aussi la durée des secousses (classification des sols) Prise en compte de la stabilité des pentes CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 126 .Choix du site.Notions de conception parasismique Résistance des constructions au séisme Minimiser l’action sismique Maximiser la capacité de résistance Réduire la masse Augmenter la résistance .Conception structurale . ..

versants …) ou rupture de murs de soutènement non parasismiques CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 127 Notions de conception parasismique Importance des fondations Eviter les fondations à cheval sur des sols de nature différente Fondations profondes si nécessaires (sols meubles) Importance du drainage pour éviter l’accumulation d’eau Plan de Préventions des Risques Des conditions particulières peuvent être imposées localement – cf. PPR (mairie. préfecture) Prim.net CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 128 .Notions de conception parasismique Les effets induits du séisme sur le site peuvent être importants : liquéfaction du sol (argiles. sables saturés en eau) glissements de terrain (terrains en pente) éboulements rocheux (falaises.

amplifie les transmises particulier hautes) basses fréquences CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 129 Notions de conception parasismique Réduire les masses. sables . Sol raide Sol meuble (rocheux) (argiles.) Structure Oui Non souple Structure Oui Oui rigide Fréquences Amortit les hautes Toutes (en fréquences. en particulier en hauteur Réduire les masses dans les parties hautes Diminuer les masses de plancher et de couverture Éviter les réservoirs dans les parties hautes Équipements massifs en rez-de-chaussée ou en sous-sol CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 130 . amplifiant les basses fréquences. éviter les structures « souples » sur les terrains de mauvaise qualité.Notions de conception parasismique Eviter les risques d’interaction entre le sol et la structure En particulier..

Porte-à-faux Note : critères de régularité dans les normes de construction parasismique CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 132 . symétriques et compactes Concentration de A éviter Les structures complexes engendrent des zones faibles de « concentration » contraintes des effets sismiques. favoriser les configurations simples. dans la descente de charge). CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 131 Notions de conception parasismique Rechercher la régularité Régularité dans la distribution des masses sur la hauteur de l’ouvrage Régularité dans la distribution des rigidités sur toute la hauteur A éviter Étage anormalement haut ou anormalement bas Variation brusque de la section des poteaux Interruption d’un contreventement Interruption d’un poteau (plus généralement.Notions de conception parasismique Eviter les formes complexes. Structures des bâtiments indépendantes. Effets de torsion importants A favoriser Dimensionner les joints entre bâtiments pour éviter les contacts pendant le séisme.

… et aussi : Niveaux décalés.Notions de conception parasismique En particulier : Attention aux étages « transparents » Attention à l’effet « poteau court » Les poteaux courts sont plus rigides. Mezzanine. Éviter le Palier d’escalier. Poteaux « courts » Privilégier un fonctionnement en flexion pour solliciter le caractère dissipatif. Ils « drainent » les efforts sismiques. terrains en pente CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 133 Notions de conception parasismique Exemple d’étage « souple » Kobé .1995 CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 134 . cisaillement et la torsion.

Notions de conception parasismique Effets néfastes des étages en retrait et des porte-à-faux. étages en retrait étages en encorbellement interruption de la descente de charge verticale CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 135 Notions de conception parasismique Importance de la conception des plans de contreventement Prévoir des plans de contreventement pour chaque direction de séisme. 3 plans de stabilité non concourants au minimum par niveau A éviter Discontinuité des plans de contreventement Les palées de stabilité étroites qui augmentent les sollicitations transmises aux fondations CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 136 .

Notions de conception parasismique Importance de la conception des assemblages Importance primordiale des assemblages et pieds de poteaux dans la survie du bâtiment Privilégier les modes de rupture ductiles Rupture en cisaillement de boulons Rupture en section nette de la diagonale CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 137 Notions de conception parasismique Séisme Emilie-Romagne .Mai 2012 CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 138 .

Notions de conception parasismique Privilégier les bêches d’ancrage pour la reprise de l’effort tranchant en pied de poteau Tiges en traction avec plaques d’ancrage ou châssis a) b) c) d) e) CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 139 Notions de conception parasismique Reprise de l’effort tranchant par frottement On doit intégrer la composante verticale (au moins forfaitairement) dans les calculs CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 140 .

Notions de conception parasismique Conception avec platine prescellée A EVITER RECOMMANDE CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 141 Notions de conception parasismique Reprise de l’effort tranchant par bêche d’ancrage CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 142 .

au positionnement des cages d’escalier rigides ou noyaux faisant office de palée de stabilité A éviter A favoriser CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 144 . C G C G CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 143 Notions de conception parasismique Attention en particulier. extrêmement néfaste et difficile à compenser. Rechercher des systèmes de contreventement symétriques et en périphérie.Notions de conception parasismique Centrer les masses et rendre symétriques les plans de contreventement Il faut rechercher à faire coïncider le centre des masses d’un étage avec son centre de torsion. Tout excentrement engendre un effet de torsion du bâtiment.

les planchers ont pour fonction de répartir les efforts horizontaux du séisme entre les éléments de contreventement. Éviter les trémies importantes. CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 145 Notions de conception parasismique Principe « poteau fort – poutre faible » Conception « poteau fort – poutre faible » A éviter Position des rotules La position des rotules plastiques dans les plastiques doit toujours poteaux = danger être dans les poutres CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 146 . Diaphragme rigide Déplacements en tête égaux. ( effet poteau court). Proscrire les trémies à proximité des plans de stabilité. Pas d’éléments de plancher préfabriqués non connectés.Notions de conception parasismique Effet diaphragme des planchers et des toitures Dans les bâtiments à plusieurs étages. Les charges horizontales d’un niveau se répartissent sur les palées de stabilité au prorata de leur rigidité relative. Renforcer localement un poteau peut donc être défavorable. Une palée plus rigide capte plus d’efforts que les autres palées. Il doivent se comporter comme des diaphragmes horizontaux rigides.

potentiellement dangereux : cloisons. faux plafond. gaines. tuyauteries … Japon – Séisme 16 Août 2005 Chute du faux plafond dans une piscine Kobe 1995 – Chute de panneaux de façade CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 147 Notions de conception parasismique Emilie Romagne 2012 – Chutes de panneaux de façade CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 148 . Tenue des éléments non structurels. que ces dernières participent ou non à la résistance. conduits. luminaires.Notions de conception parasismique Importance de l’accrochage des façades (et des éléments non structuraux) Importance de l’accrochage des façades.

déformations élastiques et déformations plastiques. Ductilité de l’acier. bon comportement sous chargements alternés Comportement identique en traction et en compression Légèreté des structures : rapport résistance / masse élevé Aléas de construction mieux maîtrisés.Notions de conception parasismique Spécificités de la construction métallique Les constructions métalliques sont parmi celles qui se comportent le mieux vis-à-vis du séisme. sauf peut-être sur les petits chantiers qui font l’objet de moins de vérifications) » CHEM+CHEB – Conception parasismique – Cours 01 – Rév A 149 . marge importante entre limite élastique et limite de rupture Allongement à la rupture > 20 % Dissipation importante de l’énergie par amortissement interne. Isotropie et homogénéité de l’acier. « L’acier est certainement le matériau de construction dont le comportement réel peut être le plus fiable par référence au comportement projeté (moins d’incertitude sur la production et la mise en œuvre.