You are on page 1of 137

Rapport de projet de fin d’étude

Département Génie Electrique

Section : Electrotechnique et Electronique de puissance

MEMOIRE DE PROJET DE FIN D’ETUDES

Etablissement d’un Système de Contrôle-Commande du Poste
225/60 kV KALAA sur la base du cahier des charges ONE

Réalisé par :

M. ET-TOUALY Abdellah M. ECH-CHADILY Nabil

JURY:
M. MAAROUFI PRÉSIDENT (EMI)

M. CHERKAOUI EXAMINATEUR(EMI)

M. FERFRA ENCADRANT (EMI)

M. OUMELLAL ENCADRANT (ALSTOM)

Année universitaire : 2011-2012

Projet de fin d’études Dpt G.Elec-EEP

Page 2
EMI-EEP 2011-2012

Projet de fin d’études Dpt G.Elec-EEP

DEDICACES

Je dédie ce Mémoire :

À mes très Chers parents qui ont toujours été là pour moi tout au long de mes études et
qui m'ont donné un magnifique modèle de labeur et de persévérance. J'espère qu'ils trouveront
dans ce travail toute ma reconnaissance et tout mon amour.

À mes Chères Tantes Souad et Rajae et leurs Maris pour leur affection, compréhension
et patience.

À mes Cousins Mohammed, Khalid, Adil et Abdellatif pour leur aide, leur temps, leur
encouragement, leur assistance et soutien.

À mes Frères et mes Cousines, mes meilleurs vœux de succès dans vos études.

À mes meilleurs Amis qui étaient toujours la pour moi et plus Spécialement Mostafa,
Ilham et Houda et bien sur mon binôme Abdellah.

À toi mon petit frère Abdullah, notre source de joie.

À vous monsieur S. Oumellal

Comme un témoignage de profonde et affectueuse reconnaissance.

Nabil ECH-CHADILY

Page 3
EMI-EEP 2011-2012

Projet de fin d’études Dpt G. ABDELLAH ET-TOUALY Page 4 EMI-EEP 2011-2012 . Mes Frères Pour leur confiance. de gratitude. leur soutien et leurs encouragements Mes Amis Pour leur soutien moral et leurs conseils Tous mes Professeurs Qui ont marqué ma personne tout au long de mes études par leur charisme. leur sérieux et leur générosité. et de reconnaissance à : Mes parents Pour leur affection. Monsieur S. Oumellal Comme un témoignage de profonde et affectueuse reconnaissance.Elec-EEP DEDICACES Je dédie ce Mémoire comme preuve de respect. leur présence. leur patience et leurs prières.

encouragé… Mlle Khadija FARAH. respectivement Ingénieur technico-commercial et responsable commercial au sein de l’équipe Alstom Grid Automation pour nous avoir pris en charge. nous tenons à remercier toutes les personnes qui ont concouru à rendre ce passage en entreprise agréable. sans oublier sa participation au cheminement de ce rapport. Page 5 EMI-EEP 2011-2012 . professeur à l’Ecole Mohammadia d’Ingénieurs. pour l’expérience enrichissante et pleine d’intérêt qu’elles nous ont fait vivre durant ces Trois mois et demi au sein de l’entreprise ALSTOM : Monsieur Smail OUMELLAL. pour nous avoir encadrés. EL HASSOUNI… Finalement. Messieurs Mouhssine SAOUDI et Stéphane HOR. pour nous avoir intégré rapidement au sein de l’entreprise et nous avoir accordé toute sa confiance . Manager Front Office à Alstom et notre encadrant industriel. ECH-CHADILY. conseillé. Il nous reste encore à exprimer une pensée pour nos familles proches et nos amis : Familles ET-TOUALY. respectivement Ingénieure Systèmes. pour ses compétences. Mr. Projet de fin d’études Dpt G. pour le temps qu’il nous a consacré tout au long de cette période. son professionnalisme et sa disponibilité.Elec-EEP REMERCIEMENTS Nous tenons à remercier tout particulièrement et à témoigner toute notre reconnaissance aux personnes suivantes. confié des tâches. sachant répondre à toutes nos interrogations . Ingénieur Protections et Ingénieur Systèmes à qui nous avons une particulière et profonde reconnaissance pour l’énorme soutien et les grands efforts déployés pour faciliter notre intégration dans l’équipe Automation. Messieurs Abdelmalek LAHMAR et Galdric CAILLIS. fait confiance. Mohammed FERFRA.

l’accent a été mis sur la réalisation d’une base de données qui est au cœur du système de supervision et qui sera par suite générée et implantée dans les différents équipements. Mais d’abord. Et pour valider les protections configurées. puis à régler et à programmer les différents relais de protections de chaque tranche. en en dégageant les spécifications qui concernent le contrôle-commande et permettant par suite à élaborer l’architecture du système de conduite de la sous-station. Ensuite nous avons entamé le corps du sujet en analysant d’abord le cahier des charges ONE. Projet de fin d’études Dpt G. Apres. Page 6 EMI-EEP 2011-2012 . nous avons effectué les tests et l’étalonnage des fonctions principales de protection. nous avons jugé judicieux de donner un aperçu général sur les postes électriques et de leurs systèmes de contrôle-commande.Elec-EEP Résumé Le présent rapport décrit le travail réalisé dans le cadre du projet de fin d'études que nous avons effectué au sein de l’entreprise Alstom Grid Automation. Notre projet consiste à réaliser la partie Contrôle-commande du Poste 225/60 kV de Kalaa Sraghna.

Our project consists of the achievement of the Control Command for the 225/60 kV Kalaa Sraghna substation. Then we began the subject's body by first analyzing the specifications ONE. Page 7 EMI-EEP 2011-2012 .Elec-EEP ABSTRACT : This report describes the work as part of the graduation project we have done within the Alstom Grid Automation Company. we performed tests and calibration of principle protection functions. and then adjusting to program the various protection relays of each bay. we thought it was appropriate to give an overview of substations and their command and control Systems. ----------------------------------------------------------------------------- After. And to validate the protections set. the focus was on making a database that is at the heart of the supervision system and that will be generated as a result and implanted in the various devices. by releasing the specifications concerning the control and command and can result in developing the architecture of the driving system of substation. But first. Projet de fin d’études Dpt G.

Elec-EEP‬‬ ‫ﻣﻠﺨﺺ‬ ‫ﯾﻘﺪم ھﺬا اﻟﺘﻘﺮﯾﺮ وﺻﻔﺎ ﺗﻔﺼﯿﻠﯿﺎ ﻟﻠﻌﻤﻞ اﻟﻤﻨﺠﺰ ﻓﻲ إطﺎر ﻣﺸﺮوع اﻟﺘﺨﺮج اﻟﺬي أﺟﺮﯾﻨﺎه ﻓﻲ "أﻟﺴﺘﻮم ﻏﺮﯾﺪ اوﺗﻮﻣﯿﺸﻦ"‬ ‫ﻓﻲ إطﺎر ھﺬا اﻟﻤﺸﺮوع أﺳﻨﺪت ﻟﻨﺎ ﻣﮭﻤﺔ إﻧﺠﺎز اﻟﺠﺰء اﻟﺨﺎص ﺑﺎﻟﺘﺤﻜﻢ و ﻣﺮاﻗﺒﺔ ﻣﺤﻄﺔ اﻟﺘﺤﻮﯾﻞ ‪60/225‬ﻛﯿﻠﻮﻓﻮﻟﺖ اﻟﻤﺘﻮاﺟﺪ ﺑﻘﻠﻌﺔ‬ ‫اﻟﺴﺮاﻏﻨﺔ‪ . ‫‪Projet de fin d’études‬‬ ‫‪Dpt G.‬ارﺗﺄﯾﻨﺎ أوﻻ أن ﻧﻘﺪم ﻟﻤﺤﺔ ﻋﺎﻣﺔ ﻋﻦ ﻣﺤﻄﺎت اﻟﺘﺤﻮﯾﻞ وﻋﻦ أﻧﻈﻤﺔ اﻟﻤﺮاﻗﺒﺔ و اﻟﺘﺤﻜﻢ ﺑﮭﺎ‬ ‫ﺑﻌﺪھﺎ ﻋﻤﺪﻧﺎ إﻟﻰ ﺻﻠﺐ اﻟﻤﻮﺿﻮع ﺑﺎﻻﺷﺘﻐﺎل ﻋﻠﻰ ﺗﺤﻠﯿﻞ دﻓﺘﺮ اﻟﺘﺤﻤﻼت ) اﻟﻤﻜﺘﺐ اﻟﻮطﻨﻲ ﻟﻠﻜﮭﺮﺑﺎء( ﻻﺳﺘﺨﻼص اﻟﻤﻮاﺻﻔﺎت‬ ‫اﻟﺨﺎﺻﺔ ﺑﻨﻈﺎم اﻟﻤﺮاﻗﺒﺔ واﻟﺘﺤﻜﻢ ﻹﻋﺪاد ﺑﻨﯿﺘﮫ و ﺗﻌﺪﯾﻞ و ﺑﺮﻣﺠﺔ ﻣﺨﺘﻠﻒ أﺟﮭﺰة اﻟﺤﻤﺎﯾﺔ اﻟﺮﻗﻤﻲ‬ ‫وﺑﻌﺪ ذﻟﻚ اﻧﺼﺐ اﻟﺘﺮﻛﯿﺰ ﻋﻠﻰ إﻧﺸﺎء ﻗﺎﻋﺪة اﻟﺒﯿﺎﻧﺎت اﻟﺘﻲ ﯾﻘﻮم ﻋﻠﯿﮭﺎ ﻧﻈﺎم اﻹﺷﺮاف و اﻟﻤﺮاﻗﺒﺔ و اﻟﺘﻲ ﯾﺘﻢ ﺗﺤﻤﯿﻠﮭﺎ ﻻﺣﻘﺎ ﻓﻲ‬ ‫ﻣﺨﺘﻠﻒ اﻟﺤﻮاﺳﺐ‬ ‫‪Page 8‬‬ ‫‪EMI-EEP‬‬ ‫‪2011-2012‬‬ .

IEEE Institute of Electrical and Electronics Engineers IHM Interface Homme machine LAN Local Area Network LCD Liquid Cristal Display MIR Module d’interface Réseau MPS mesurement Point Status MT Moyenne Tension MTU Master Terminal unit Page 9 EMI-EEP 2011-2012 . Projet de fin d’études Dpt G. AMU Automatisme Manque de tension ARS Auto Reclosing Service ASCII American Standard Code for Information Interchange BD Base de Données BT Basse Tension.Elec-EEP Liste des acronymes AIS Air Insulated Station. CCHT Courant Continu Haute Tension DCS Distributed Control System CPL Courant Porteur de Ligne DNP3 Distributed Network Protocol DPC Double Point Control DPS Double Point Status DPWS Device Profil Web Service GIS Gas Insulated Station GOOSE Generic Object-Oriented Substation Events GPS Global Positioning System HT Haute Tension ICS Industrial Control System IEC International Electrotechnical Commission IED Intelligent Electronic device.

SCADA Supervisory Control And Data Acquisition SCE System Configuration Editor SCL Standardized substation configuration language SCS Substation Control System SF6 Hexafluorure de souffre SMT System Management Tool SPC Single Point Control SPS Single Point Status TC Transformateur de courant. THT Très Haute Tension TLS Transport layer Security TPL Tourner-Pousser-lampe TT Transformateur de Tension.Elec-EEP OI Operator Interface PACiS Protection Automation Control Integrated Solution PLC Programmable Logic Controller PRP Protocol Redundancy Parallel PSL Programmation of Schema Logic RTU Remote Terminal Unit. Page EMI-EEP 10 2011-2012 . Projet de fin d’études Dpt G. UCL Unité de Contrôle tranche WAN Wide Ares Network.

.............. Présentation générale : ........................................ 23 1..................................................................................... Organisation : ............ 37 1............................. 21 I................................... 35 2.............................. Personnel d’ALSTOM :................ Projet de fin d’études Dpt G.............................1................................................ Secteur transport : ..........................................3.......................... 37 Page EMI-EEP 11 2011-2012 ........................................................................ Disposition en Travées : .................. 23 1......................................................... 27 4.............................. Secteur Power :................................... Présentation de Alstom Grid Maroc : ................. 33 Introduction : .............. Généralités : .................. 29 III........................................ Travées lignes :..........Elec-EEP Table des matières : INTRODUCTION GENERALE .......................................................... Niveaux de tension : ........................................ Organigramme Hiérarchique .... 31 CHAPITRE II : GENERALITES SUR LES POSTES ELECTRIQUES ................................................................................................ 28 5...........2.............. 23 1......................................... 24 1............. 30 1...................... Chiffre d’affaire : ........................................................................................................................................................ Organigramme d’ALSTOM Grid : ...... Types des postes électriques : .................................................................................................................. 35 1......................... 26 3........................ Historique :.......................................... 34 I........................................... 29 6........................... 35 II............................. Secteur Grid : .......................................................................1................................................................ 19 CHAPITRE I : PRESENTATION DE L’ORGANISME D’ACCUEIL ET DU PROJET CONFIE: ....................... 37 1...2......................................... 22 II....................... Présentation du sujet de PFE : .................................................................................................. 34 I............................................................................................................................................................................................................................. Présentation du groupe ALSTOM: .......... Technologie de fabrication :..................................... 25 2... Secteurs d’activités : . Constitution d’un poste THT/HT : ............................. 30 1.........................

......................................................4.......... Les jeux de barres : ...........1...................................................2....4......... Du Génie Civil associé : .......... 40 1....... Les Equipements de haute tension : ...................6.......3........ 57 1...........................................................................................1.. 44 1...................... Techniques de protection des condensateurs :.............................. 39 1............... Protection HT : ..................... Appareils divers :...1................................ 53 3.............................. Travées de sectionnement barre : ................. 37 1...........................7.. d’isolement..................... 47 1................................ 58 1.2.........................................6...3................................. 61 Page EMI-EEP 12 2011-2012 ....................................................3......................... 38 1...... Fusible :................... 49 a) Résistance de mise à la terre : .... 41 1....................................................... 56 I.......................................................... 46 b) Les éclateurs : ....................3................5.... de coupure et de protection: ................. Sectionneurs : .....................................................4..................8................................................................. 38 2........................................... 54 1........2..............5..................1... Les fonctions de protection dans un poste électrique : ........................... D'interface avec le monde extérieur ........................... 48 c) Matériels d’installation : . Transformateurs :.......................1........................................................................................................ Travées de couplage : ....... Equipements de salle de contrôle-commande : ...........4....................................................................... Travées transformateur : .................................................................Elec-EEP 1.......................... 48 b) Diviseur capacitif :....................................... 50 b) Réactance de terre :.................................................................... 53 3......................................... Principaux dispositifs de mise à la terre :............... 60 1.................................................................... 40 1.......... 38 1..........................3............................................................................................................................................................................ 54 1.. Protections et automatismes : ................................ 53 III..1............................. 52 1........... Protection des jeux de barres :............9.......... Protection des batteries de condensateur : ............................................................................... 53 1.. 45 1............................................................. Travées MT : ...................................4..... Protection du transformateur contre les défauts externes :........................................................................................................................... Equipement de la basse tension : .................3.................................................. Disjoncteur : ............ Protection du transformateur : ..1.....3............................................. 46 a) Les parafoudres : ....................................................................................................................................................................1......................................... Les réducteurs de mesure : ...........2.......................... 45 1. Des équipements d’interconnexion.....3... 49 1............................................................................................................................. 52 c) Grille de mise à la terre: ..................................... 40 1.. Protection du transformateur contre les défauts internes : ............. Protection des lignes : ............. 55 I. 48 a) Circuit bouchon : .. Compensateurs de l’énergie réactive : ........... Projet de fin d’études Dpt G. 59 1........... 39 1..

......... Mode de fonctionnement : ........................... Topologie des réseaux : ............ 65 2................................................................................61 b) Concept de fusible interne .............................. 74 1................1.......... 67 Introduction : .............. PLC (Programmable Logic Controller) : ............................................... Structure générale d’un système de conduite centralisé : .1................................. Interfaces Homme Machine (IHM) : ................................................................................................................................ Contrôle de synchronisme: ...................................... Projet de fin d’études Dpt G.................. Niveaux des réseaux : ..1..... 76 3............................ 66 2....... 70 1...... 75 1............................ Flux d’informations dans un système de contrôle commande : ...................Elec-EEP a) Concept de fusible externe .............. Equipements de contrôle :............................. Les réseaux de communication du système de conduite : .................................... Les serveurs de contrôle :................................... Les serveurs SCADA (MTU (Master Terminal Unit) : ........ 76 2............................................................... Les automatismes: ............... 75 2........ 74 1............. 74 1.............. Equipements de communication : .................... 79 Page EMI-EEP 13 2011-2012 .......1.....6............. 76 1.......... 74 1.............. 69 II......... Les IEDs (Intelligent Electronic Devices) : ............. 66 CHAPITRE III : CONDUITE DES POSTES ELECTRIQUES ................2...........................................................................5........4......................................... 66 2...................................................................................... Les unités terminales de contrôle distant : (RTU Remote Terminal Unit).......... 63 2.............................. 63 2........ Intérêt du réenclencheur : ..................................3.. 63 2...................4.................................................................. Délestage : ................................ 74 1..................................62 d) Systèmes de protection particuliers : ..........7........................................ 68 I.......................................... 72 III.......................... Data Historian : ...............................2...................2................................................... Les équipements physiques du système de conduite:.......................................... Historique :.....................................................3.................................................................................. La conduite du Système : ..........................................................................................1........................................... 70 2...... Niveaux du système de contrôle commande :............. Constitution d’un système de contrôle commande : .................................... 71 3..........62 c) Concept de détection de déséquilibre.................................. 74 1.......................... Réenclencheur : ....................................................................62 2..................... 75 1................................................................ 75 IV............................................. L’automatisme de manque de tension :......................

... 101 1..... Les protocoles de communication série: .....................................................3...... 102 3.................................... Caractéristiques du Standard IEC 61850 : .......1........ 93 1. 81 3.................................. Les principes de la redondance dans les réseaux de communication :.....................4........................................................................... Le protocole IEC 61850 :.................................................... La sécurité des réseaux informatiques : ................................................3.......................6........................7.........................................................................................................T :.................... Présentation du poste Kalaa : .................................... Le protocole IEC 60870-5-103 :................. Analyse du cahier de charges : ............................................. 102 3.............................. 101 3.............................................................................1.............................. Transformateur THT/HT/MT:................. 83 4............................................. 102 3..................... 103 3................................. Tranche départ MT batteries de condensateurs : ............................................................................................................... Le protocole DNP 3 : ........................Elec-EEP 3......................... Tranche barre 225KV : ............................................................................. 103 3............ 88 5..........2........................................................................... 103 3.......................1..... 88 5................ Tranche départ H............. 82 4........................ 80 3................ Modèle de données dans le Standard IEC 61850 : .........................2.....................................................................................2....... Tranche départ 225KV :...... Tranche générale de Transport ..........3.................................... 85 Historique : ................................ Le protocole MODBUS: ........................................3...... Tranches à équiper : ... 82 4................................................. Approches mises en œuvre pour sécuriser les communications dans les postes numériques : ............................................ Les équipements des tranches : .......... Topologie maillée ou en anneau : ............................................................................................... Topologie en étoile : .................................................. 85 5...................................... 103 3...................................................................... 101 2........ 99 I............. Tranche services auxiliaires : ...................... 94 2..............8.............................. Clauses générales : ........................1......................5......................................................................................... 104 Page EMI-EEP 14 2011-2012 ............................................................................................. Tranche barre HT : ........................ 84 4.....................2...................................... 98 Introduction : .............. Topologie bus : ........ 95 CHAPITRE IV : CONTROLE COMMANDE DU POSTE 225/60KV « KALAA SRAGHNA».... 91 V............................ Protocoles de la communication Ethernet : ........... 104 3..........3.......... 99 II....... 89 5..... Projet de fin d’études Dpt G....1...

...... Projet de fin d’études Dpt G............................ Chargement de la base de données : . Configuration du système PACiS: ....1....................3.....1............................ Elaboration de la base de données :.............. 125 a) La partie système du départ 225kV : ............................... Autres matériels de contrôle-commande : .... Tranche départ 225KV :....4..................................................................................................................................... 107 2.................................2............................................ Tranche barre 225 kV: ............................................6..................... Tranche barre 60 kV: ........5....................1...................... 137 Page EMI-EEP 15 2011-2012 ........... 118 6................................... 115 a) Présentation du PACiS SCE :.......... 113 4.... Création de la base de données :........................................... 118 6................................. 130 d) Configuration des relais de protections utilisés dans le départ 225kV : .....................................2............................................................................................. Détails du départ 225kV « Tensift II »: .................................2. Présentation de Micom S1 Studio: .....................4..................... Commande en local : ...... Base de données du poste complet : .......... 106 1.................. 107 2................................................................ 106 1............................................... 104 1.............................................................. 104 1......Elec-EEP III............................................. Tranche batterie de condensateurs:...................................... 104 1............................................... 133 CONCLUSION GENERALE .................................. 106 1... 136 BIBLIOGRAPHIE/ WEBOGRAPHIE ...................................................1............... 125 a) Parties de la base de données relative au départ 225kV :......... 107 2............................. 106 2............................... 108 3............................................ 127 b) La partie électrique : .................... Elaboration architecture du système de contrôle commande :.............................................. Tranche départ 60KV : ..............................................................................3............................................................ 113 5..1.................................................... Matériel ALSTOM pour la protection de chaque tranche : .......................................... 107 2.......................................................1......... Solutions ALSTOM : ........................................ 117 6........................ 129 c) Partie graphique : ........................................................ 133 e) Tests des relais de protections : ..................................................... 109 4.................1..... Configuration et paramétrages des protections : . 115 5.. Commandes éloignées : ....................................................... Architecture du réseau local du poste : ....... 105 1........................ 116 5.................................................. Type de commande :............2...... Tranche transformateur THT/HT/MT :.................................

.......................... 39 FIGURE 2........................................................................... 49 FIGURE 2......... 40 FIGURE 2..................................... 60 FIGURE 2... 27 FIGURE 1-4 : PRINCIPALES ACQUISITIONS D’ALSTOM ..................................9 : ECLATEUR A TIGES ................................... 44 FIGURE 2................................5 : TRANSFORMATEURS DE PUISSANCE DANS UN POSTE OUVERT ..............15 : EXEMPLE D’ARMOIRE ALTOM DE TRANCHE .........................................................................................................17 : SCHEMA D’UNE PROTECTION DIFFERENTIELLE TRANSFORMATEUR .............................3 : EXEMPLE D’UN POSTE PREFABRIQUE ...................18 : PROTECTION DES JEUX DE BARRES PAR LA SELECTIVITE LOGIQUE ................ .........................A GAUCHE........ 43 FIGURE 2..................................... 11 FIGURE 1................................................................ 29 FIGURE 1-6 : ORGANIGRAMME ALSOM GRID ............................... 36 FIGURE 2........................................ 36 FIGURE 2........1 : IDENTITE DU GROUPE ALSTOM ........................................................................ EUROS ........................................... 59 FIGURE 2.................22 : ALGORITHME DE FONCTION DU REENCLENCHEUR .13: RESISTANCE DE MISE A LA TERRE ET SON SCHEMA DE RACCORDEMENT ............ 28 FIGURE 1-5 : REPARTITION DU PERSONNEL D’ALSTOM ..... 23 FIGURE 1-2 : CHIFFRE D’AFFAIRE EN M........ 52 54 FIGURE 2...................... DISJONCTEUR SF6 ........................................................BATTERIE AVEC FUSIBLES EXTERNES ..............2 : UNE PARTIE D’UN POSTE ISOLE EN SF6 ... LES ETATS (FERME.......... 50 FIGURE 2........................... 42 FIGURE 2.....................6 : DISJONCTEUR A COUPURE DANS L’HUILE ........................................ 37 FIGURE 2.......14 : REACTANCE DE MISE A LA TERRE DU NEUTRE AVEC LE SCHEMA DE RACCORDEMENT................. 58 FIGURE 2............... EN FERMETURE.........................20 : DIAGRAMME R-X DE LA PROTECTION DISTANCE ............ 48 FIGURE 2. 71 FIGURE 3.........................................................................3: LES PRINCIPALES FONCTIONS D’UN SYSTEME DCS...........11: DIVISEUR DE TENSION CAPACITIF .......21 ........... 27 FIGURE 1-3 : REPARTITION (ET EVOLUTION) DU CHIFFRE D’AFFAIRE ENTRE LES TROIS SECTEURS (ENTRE 2010 ET 2011)................................................................7 :..............4 : STRUCTURE STANDARD D’UN POSTE ELECTRIQUE .......................................................................................... 57 FIGURE 2.C : ..................................................................................................................................................................... 65 FIGURE 3.............Elec-EEP Liste des figures : TABLE DES MATIERES : ................12 : TECHNIQUES DE MISE A LA TERRE DU NEUTRE ...8 : DISJONCTEUR A COUPURE DANS LE VIDE ...........16 : LA PROTECTION MASSE CUVE DU TRANSFORMATEUR................... 57 FIGURE 2......................... OUVERT) DU DISJONCTEUR .. 71 FIGURE 3..................................................................1 : UNE PARTIE DE POSTE ELECTRIQUE ISOLEE PAR L’AIR ....................................................................................1 : FLUX DE DONNEES DANS UN SYSTEME C................... 28 FIGURE 1-5 : ORGANIGRAMME DU COMITE EXECUTIF ..... 43 -A DROITE........ 51 FIGURE 2...........................19 : PROTECTION DIFFERENTIELLE HAUTE IMPEDANCE : ....................................................2: LES NIVEAUX D’INFORMATION DANS UN SYSTEME DE CONTROLE COMMANDE ......................................................... Projet de fin d’études Dpt G.................... 54 FIGURE 2..................................10 : CIRCUIT BOUCHON DES LIGNES HAUTES TENSIONS ......................... 62 FIGURE 2......................................... 72 Page EMI-EEP 16 2011-2012 ................................................... 48 FIGURE 2.............................. 30 FIGURE 2.........................................................

......... ... ............................14 : CONNECTEURS ET COMMUTATEURS ETHERNET.......Elec-EEP FIGURE 3..........6 : VUE GLOBALE DU PACIS SCE MONTRANT TOUTES LES PARTIES DE LA BD.............. ...................13 : POSITION D’ETHERNET DANS LE MODELE OSI........................................................................ 83 FIGURE 3....................... 132 FIGURE 4.......... 81 FIGURE 3........ 91 FIGURE 3...11 : EXEMPLE DE LA REDONDANCE .... 101 FIGURE 4..........................................................8 : TOPOLOGIE ETOILE ...................................................... 117 FIGURE 4.............. 82 FIGURE 3...........9 : EN ANNEAU FIG URE 3....................13 : VUE D’AIDE ......... ....................................................18 : CREATION DE L’AFFICHAGE DE LA TENSION VA SUR L’OI .14 : EQUIPEMENTS DU DEPART 225KV....... 124 FIGURE 4..6 : ETAPES DE CONFIGURATION D’UN SYSTEME PACIS : ................................................ 123 FIGURE 4.................................. 130 FIGURE 4......... 119 FIGURE 4..................................... 86 FIGURE 3........................ 113 FIGURE 4........................... 73 FIGURE 3.........................18 : TLS VS DPWS.....3 : LISTE DES DOSSIERS DE PARAMETRAGE D’UNE PROTECTION PAT MICOM STUDIO ............................ 125 FIGURE 4....................................................................... 115 FIGURE 4................. UTILISE POUR RELIER LES RELAIS NUMERIQUE ....8 : VUE DE LA PARTIE SYSTEME (SCS).................... 118 FIGURE 4...........................17 : PRINCIPE DE LA REDONDANCE ......................................................................................................................................................................................... ...... ........................................................................................................................................................... 127 FIGURE 4..............................16 : LES DETAILS DE LA PARTIE ELECTRIQUE DU DEPART 22KV TENSIFT ........................7 : LA PARTIE ELECTRIQUE DE LA BD................. ............................ 132 Page EMI-EEP 17 2011-2012 ................15 : DETAILS DE LA PARTIE SYSTEME DU DEPART 225KV .............................................9 : VUE DE LA PARTIE GRAPHIQUE................................................... 128 FIGURE 4..................... Projet de fin d’études Dpt G........................... 120 FIGURE 4..4 : STRUCTURE GENERALE D’UN SYSTEME DE CONDUITE CENTRALISE : ........................7 : EXEMPLE DE TOPOLOGIE BUS..................16 : MODELE D’UN EQUIPEMENT DANS LE STANDARD IEC 61850.................. 82 FIGURES 3.............15 : APPLICATION DE L’IEC 61850 ................ 91 FIGURE 3............................ 131 FIGURE 4..................19 : CREATION DE LA COMMANDE AMU EN/HORS SERVICE SUR L’OI.................................................................. 88 FIGURE 3.......................................................................... ....................16 : VUE DE DETAILS DEPART 225KV ...........5 : LES NIVEAUX DES RESEAUX DE COMMUNICATION D’UN SYSTEME DE CONDUITE................. 121 FIGURE 4...........6 : LA TOPOLOGIE BUS .. 93 FIGURE 3...... 113 FIGURE 4..................12 : SYSTEME MULTI PROTOCOLES ... 96 FIGURE 4............. 77 FIGURE 3.... ...............................10 : MAILLE ...............2 : MICOM STUDIO A L’INTANT DE DEMARRAGE............................................... 81 FIGURE 3....... 131 FIGURE 4............................................4 : EDITEUR PSL DE MICOM STUDIO........................5 : FENETRE PACIS SCE LORS DE LA CREATION D’UN NOUVEAU PROJET..................................................................................................15 : MIGRATION VERS LA TOPOLOGIE ETOILE.................................................................. ...... 82 FIGURE 3..1 : UNIFILAIRE DU POSTE KALAA............................................ 87 FIGURE 3.. 122 FIGURE 4........................................................................17 : CREATION DE L’ANIMATION DU SECTIONNEUR...........11 : VUE UNIFILAIRE GENERALE .12 : VUE DE DETAILS DU DEPART 60KV TANSIFT .......................................... 120 FIGURE 4..10 : VUE SYSTEME DU PROJET KALAA .... .....

106 TABLEAU 4.................Elec-EEP Liste des tableaux : TABLEAU 3...5 : RELAIS PROTECTION BARRE 60KV ....................................... 126 TABLEAU 4.......................................................................................2 : LES RELAIS POUR LA TRANCHE TRANSFORMATEUR ........... ...........9: LISTES DES PROTECTIONS REALISEES PAR P141......... 106 TABLEAU 4.....3 : RELAIS PROTECTION DEPART 60KV .. ...................................................1 : CONTRAINTES DES RESEAUX DE CHAQUE NIVEAU........................................1 : LES RELAIS NUMERIQUES ALSTOM POUR LA TRANCHE DEPART 225KV ............7: LISTES DES AUTOMATISMES DE LA P444_2 ..............................................6 : LISTE DES FONCTIONS DE PROTECTION DE LA P444_1............ 79 TABLEAU 4.. 106 TABLEAU 4.... Projet de fin d’études Dpt G........................................4 : RELAIS PROTECTION BARRE 225KV ........... 105 TABLEAU 4............................................................................................... 125 TABLEAU 4........ 125 TABLEAU 4....5 : RELAIS PROTECTION TRANCHE CONDENSATEURS ...............8 : LISTES DES PROTECTIONS REALISEES PAR LE REL 670................ 126 Page EMI-EEP 18 2011-2012 ............................. 106 TABLEAU 4. 106 TABLEAU 4.....

sous l’effet conjugué de l’augmentation de la consommation totale d’énergie. D’où la nécessité d’adopter des systèmes de conduites de réseaux qui répondent à toutes ces exigences et contraintes. nous avons commencé par présenter l’organisme d’accueil à savoir ALSTOM GRID MAROC et notre projet de fin d’études. des protocoles et technologies mis en œuvre dans les postes électriques numériques. pouvant être sources d’énormes manques à gagner. les interruptions. la numérisation croissante de l’économie accentue les exigences de fiabilité de la desserte. nous avons réservé tout un chapitre à la présentation des systèmes de contrôle-commande. leurs équipements et les protections et automatismes qu’on y assure. même de courte durée. Dans le même temps. une conduite centralisée du Réseau électrique ne pourrait s’accomplir que si toutes les composantes du système de contrôle-commande soient mises en jeu et plus spécialement le Poste électrique. Puis.Ce qui revient à assurer l’échange et le partage de ces données. Ensuite nous avons jugé judicieux de présenter d’une manière générale les postes électriques. Point de départ de la collecte de données : les capteurs placés en des endroits stratégiques de la desserte (Centrales de production. nous avons abordé Page EMI-EEP 19 2011-2012 .Elec-EEP INTRODUCTION GENERALE Les réseaux électriques sont de plus en plus sollicités. L’aptitude de ces derniers à prendre des décisions optimales dépend de la connaissance précise et instantanée de l’état du réseau. Après. postes électriques…). Ainsi. Pour cela. C’est dans ce sens. Projet de fin d’études Dpt G. des modes de communications. de l’ouverture des marchés à la concurrence et de la part croissante des renouvelables dans le bouquet énergétique. et de piloter les nœuds qui en sont le centre névralgique. que vient s’inscrire notre projet de fin d’études qui nous a été confié par ALSTOM GRID AUTOMATION et qui nous a été demandé de répondre à un cahier de charges ONE pour le contrôle commande et la configuration des relais de protection numériques d’un poste 225/60 kV de Kalaa Sraghna.

présentant nos propositions-solutions Alstom. en élaborant une base de données (modèles et interfaces homme machine) pour la gestion de tout le système. dont nous avons développé les configurations des différents relais de protections et la partie de la supervision et du contrôle. après quoi. nous avons effectué les tests et l’étalonnage des fonctions principales de protection. Page EMI-EEP 20 2011-2012 . nous avons fini par une étude détaillée d’une partie (un seul départ 225 kV ) de l’architecture de contrôle-commande. justifiant l’architecture du système de contrôle-commande. Projet de fin d’études Dpt G.Elec-EEP le corps du projet en analysant le cahier des charges. Et pour valider les protections configurées.

Elec-EEP Chapitre I : Présentation de l’organisme d’accueil et du projet confié: Dans ce chapitre. Projet de fin d’études Dpt G. nous avons présenté l’organisme d’accueil : ALSTOM GRID MAROC et le projet qui nous y a été confié. Page EMI-EEP 21 2011-2012 .

· La commande locale à partir des armoires de relayages « synoptique travée ».Elec-EEP I. . Page EMI-EEP 22 2011-2012 . Projet de fin d’études Dpt G. · Dialogue avec les équipements numériques du poste et échange d’informations avec le Dispatching. · Définition de l'architecture système de l’extension · Description du système et des protections. · Edition des informations et alarmes sur imprimante. Le système de supervision et de contrôle-commande programmée doit assurer les fonctions suivantes : · Visualisation de l'état du poste en temps réel surveillance et modification de tout organe ou fonction configurée du poste. · Traitement des changements d'état. Présentation du sujet de PFE : Intitulé «Etablissement d’un Système de Contrôle-Commande du Poste 225/60 kV KALAA sur la base du cahier des charges ONE» notre projet consiste à bien répondre aux besoins et attentes du client ONE qu’on peut résumer aux points suivants : · La conduite du poste à partir du Dispatching National. · Programmation du système de supervision. · La commande locale à partir du poste de conduite « synoptique écran ». il nous a été proposé de développer les points suivants : · Analyse du cahier des charges ONE et en dégager les exigences et spécifications relatives au contrôle-commande. · Proposition des solutions parmi le matériel Alstom. affichage des grandeurs électriques. · Traitement des alarmes. · Mesure. Pour ce faire. · La commande en dégradé à partir des armoires de relayages.

ses filiales et les différents produits et services qu’il offre aux clients en général. biomasse. • Power services : Page EMI-EEP 23 2011-2012 . d’alternateurs. Nom de la société : Groupe ALSTOM Forme juridique : Société Anonyme Siège Social : France Slogan de la société : Nous façonnons l'avenir Figure 1. Présentation du groupe ALSTOM: Le présent chapitre sera consacré à la présentation de GRID AUTOMATION qui nous a accueillis le long de notre stage et nous a confié le projet de notre stage de fin d’études.Elec-EEP II. Projet de fin d’études Dpt G.1. vent. de chaudières et de systèmes de contrôle des émissions. D’abord nous allons présenter le groupe sur l’échelle mondiale . Secteur Power : Offre une gamme complète de solutions pour la production d’électricité à partir de tout type de ressource : eau. On trouve : • Power Systems : La gamme de solutions va de l’installation de centrales électriques intégrées à la fourniture de tous types de turbines. Secteurs d’activités : 1. ensuite nous évoquerons le Front Office d’ALSTOM au Maroc : « ALSTOM Maroc » et nous finirons par mettre le point sur Grid Automation.1 : identité du groupe Alstom 1. nucléaire ou géothermique. énergie fossile.

Alstom propose des locomotives.2. un savoir-faire précieux à l’heure où les centrales installées dans le monde vieillissent et où elles doivent respecter des réglementations environnementales de plus en plus strictes. 1. ü conception et construction d’extensions de lignes existantes. réparations sur site. met en service et entretient les matériels roulants Correspondants. ü Alstom possède également une longue expérience dans le domaine de la réhabilitation de centrales existantes. montage. mise en service. des tramways aux trains à très grande vitesse.Elec-EEP Il propose également un ensemble de services couvrant notamment la modernisation. analyse des performances. des systèmes et des services ferroviaires pour les transports urbains. des équipements. régionaux et grandes lignes. ü Le conseil et l’assistance : services techniques. ainsi que des services de maintenance. ainsi que pour le transport de fret. · Trains : L’offre d’Alstom couvre tous les types de véhicules ferroviaires pour le transport de passagers. des pièces détachées. des systèmes de signalisation embarquée. Page EMI-EEP 24 2011-2012 . Alstom conçoit. elle couvre les activités suivantes : ü conception et construction de lignes nouvelles. formation. Projet de fin d’études Dpt G. ü modernisation de lignes existantes. et ü Les services sur site : gestion des arrêts de tranche. Secteur transport : Le Secteur Transport fournit. met au point. partout dans le monde. fabrique. · Infrastructures (voie et électrification) : L’offre de produits et services Infrastructures d’Alstom est destinée à la fois aux transports urbains et aux réseaux de grandes lignes . la maintenance et l’assistance à l’exploitation des centrales: ü La gestion de centrales : contrats de service sur mesure. construction et supervision. surveillance et diagnostic. notamment pour l’exploitation et la maintenance des centrales pendant tout leur cycle de vie.

avec plus de 20 000 employés. ü Solutions de transport fret à São Paulo (Brésil).Elec-EEP § Systèmes de contrôle du trafic ferroviaire (signalisation et systèmes d’information) : Sur le segment des grandes lignes. 1. le Secteur offre une large gamme de produits. d’un industriel ou d’une usine de production. ü Solutions de transport grandes lignes à Charleroi (Belgique).3. les sectionneurs ou la transmission de courant continu à haute tension (CCHT). Secteur Grid : Le Secteur Grid conçoit et fabrique des équipements et des solutions clés en mains pour piloter les réseaux électriques et transporter l’électricité depuis la centrale jusqu’à l’utilisateur. ü Grid est numéro un mondial pour des produits et technologies clés tels que les sous- stations à isolation gazeuse (GIS). ü Systèmes d’enclenchement et équipements de voie à Bologne (Italie). ü Possède plus de 90 sites industriels et d’ingénierie dans le monde. qu’il s’agisse d’une société publique de distribution. Le secteur Grid est départagé en Quatre Activités : § Produits : Offre les produits : ü Postes à isolation gazeuse (GIS) Page EMI-EEP 25 2011-2012 . organisée autour de plusieurs centres d’excellence : ü Systèmes de contrôle et supervision des trains et modules électroniques à Villeurbanne (France). avec des technologies clés dans la haute et très haute tension et dans le domaine des « réseaux intelligents ». ü Centres intégrés de contrôle et de sécurité et solutions de transport urbain à Saint- Ouen (France). ü Il est un des trois principaux acteurs dans le marché de la transmission d’électricité. Projet de fin d’études Dpt G.

entretien. ü Formation et qualification 2.Elec-EEP ü disjoncteurs à haute tension ü Transformateurs de mesure ü Sectionneurs ü Transformateurs de puissance § Systems : Ils offrent les services et les produits suivants : ü Projets clés en main ü Postes électriques haute tension ü Électronique de puissance ü Interconnexions Courant Continu Haute Tension (CCHT) ü Installations de production d’énergie électrique ü Intégration de réseaux pour tout type de production § Automation : Ils interviennent principalement : ü Solutions pour la protection. Projet de fin d’études Dpt G. Chiffre d’affaire : Le Groupe ALSTOM a réalisé dans les trois dernières années le chiffre d’affaire ci- dessous : Page EMI-EEP 26 2011-2012 . ü Contrôle. § Services : Ils s’intéressent aux activités relatives : ü montage et mise en service. réparation et mise en conformité des actifs. le contrôle et la gestion des réseaux électriques ü N°1 pour les systèmes Network Management Solutions (e-terra) ü Un leader dans l’automatisation des sous-stations avec une gamme complète de solutions (MICOM et PACIS).

M » et la Compagnie Française Thomson Houston « C.H ») a réalisé plusieurs acquisitions et fusions avec de nombreuses sociétés.T. Euros Chaque filiale du groupe contribue au chiffre d’affaire par les ratios donnés par le graphe circulaire suivant : Figure 1-3 : Répartition (et évolution) du chiffre d’affaire entre les trois secteurs (entre 2010 et 2011). 3. Cette évolution est illustrée par la figure suivante : Page EMI-EEP 27 2011-2012 .Elec-EEP Figure 1-2 : chiffre d’affaire en M. Historique : Connue à l’origine sous le nom ALSTHOM (contraction d’Alsace et de Thomson).F.C. qui depuis 1928 (Année de la fusion entre la Société Alsacienne de la Construction Mécanique « S. Projet de fin d’études Dpt G.A.

comme suit : Figure 1-5 : Répartition du personnel d’Alstom Page EMI-EEP 28 2011-2012 . Projet de fin d’études Dpt G. année d’acquisition de Cegelec – T&D. Personnel d’ALSTOM : Plus que 96 500 collaborateurs repartis partout dans le monde sur plus de 100 pays. · En 2010.Elec-EEP Figure 1-4 : Principales acquisitions d’ALSTOM N.B : Dates clés pour le groupe · La nomination ALSTOM date de 1998. ALSTOM se dote d’un 3ème secteur par l’acquisition de l’activité transmission d’Areva : ALSTOM GRID. 4.

5. ü 70 % des collaborateurs ont suivi une formation en 2010. ü 108 vidéos d’échange d’expériences en ligne sur AUTube. Organigramme Hiérarchique : La structure du comité exécutif d’ALSTOM est résumée par l’organigramme suivant : Figure 1-5 : Organigramme du comité exécutif 6.Elec-EEP N. Organigramme d’ALSTOM Grid : Alstom Grid est une entité indépendante en matière de gestion interne au sein du groupe Alstom : Page EMI-EEP 29 2011-2012 .B : Chiffres Clés pour le groupe : ü 42 000 collaborateurs ont bénéficié d’un entretien annuel de compétences. Projet de fin d’études Dpt G.

Comme d’autres filiales du groupe. Page EMI-EEP 30 2011-2012 . Alstom GRID Maroc est une représentation de l’ensemble des unités de la branche GRID sous la couverture commerciale de l’entité Sales qui assure la fonction de présenter et développer l’activité commerciale des unités productrices des équipements auprès des clients.Elec-EEP Figure 1-6 : organigramme ALSOM GRID III. C’est une filiale de la branche GRID du groupe français Alstom et en charge de la part locale des projets dans le domaine de la transmission de l’électricité. Présentation de Alstom Grid Maroc : 1. Projet de fin d’études Dpt G. Présentation générale : Alstom GRID Maroc «Ex Areva T&D Maroc » est présent au Maroc depuis 2004.

ü Montage et mise en service des équipements électrique de HT & THT. ü Formation et qualification sur les équipements Alstom Grid. ü Contrôle.Elec-EEP Raison social : Alstom GRID Maroc Forme juridique : SARL Date de creation : 01/01/2004 Capital social : 100 000 MAD Directeurs : Mr François HUSSENOT / Mr Mohamed CHAKER Adresse : Immeuble SHADOW. réparation et mise en conformité des actifs. de rénovation et de formation.com/grid/ 1. Page EMI-EEP 31 2011-2012 . ainsi elle offre des projets clé en main. Projet de fin d’études Dpt G. Organisation : Les principales entités qui forment la structure locale d’Alstom GRID Maroc sont : Alstom GRID Maroc Sales Systèmes Automation Services · L’unité Service « MSC » Morocco Service Casablanca qui fournit des services de maintenance. ü Fournitures des pièces de rechanges. entretien. Lotissement ATTAOUIFIK sidi Maarouf Casablanca_ Maroc Nombre de salarie : 30 employés Site web : www.alstom. · L’unité Système : elle a comme mission la construction et les travaux d’extension des postes très haute tension THT.1. ainsi elle offre : ü Conseil en réseaux électrique.

Elec-EEP · L’entité de « service partagé » ou encore « Shared Services » c’est une entité a été créée pour assurer les activités administratives. il s’avère alors judicieux de présenter ses activités : L’unité automation a pour mission d’offrir des : ü Solutions d’automatisation de postes électriques. Puisque notre stage s’est déroulé au sein de l’entité Automation SAS (Substation Automation Solution). ü Gestion de la production et de la charge. Projet de fin d’études Dpt G. Page EMI-EEP 32 2011-2012 . dont les frais de gestion sont partagés par les diverses unités principales. ü Solutions de stabilisation des réseaux. ü Protection et contrôle. les travaux de comptabilité. aménagement et autres travaux et services auxiliaires.

leurs équipements. leurs constitutions (différentes travées). Page EMI-EEP 33 2011-2012 . nous avons présenté en général les postes électriques THT/HT.Elec-EEP Chapitre II : Généralités sur les postes électriques Dans ce chapitre. Nous n’allons traiter que les parties essentielles et qui seront déterminantes dans la compréhension de la partie réalisation de notre projet. les protections et les fonctions automatismes associées. Projet de fin d’études Dpt G.

· La configuration et la modification de la topologie du réseau électrique. les sous stations sont conçues sur la base de schémas préétablis. · La protection des lignes et des équipements afin d’éviter son dégradation et pour assurer la continuité de service. Cette approche-là pourrait limiter le degré de liberté pour la mise en forme de nouvelles solutions. Ainsi que des fonctions Supplémentaires servant à fiabiliser le réseau et croitre sa sureté : · La surveillance et la conduite du réseau en local ou depuis un centre de contrôle. I. Le design de la sous-station doit inclure la considération du fonctionnement sûr et de la maintenance des équipements sélectionnés. · La transformation des niveaux de tensions : élévateur ou abaisseur · La modification des caractéristiques de l’énergie électrique (tension. Une autre méthode plus innovatrice serait d’adopter une approche qui prend en compte des exigences fonctionnelles comme celles du client ou du système. Projet de fin d’études Dpt G. Le mieux adapté avec cette approche est d’incorporer de nouvelles technologies primaires et secondaires dans les standards de la pré- ingénierie. et qui permet de développer des solutions alternatives. · L’Interconnexion avec les pays voisins. Généralités : Les postes électriques sont les carrefours du réseau électrique . les points de raccordement (nœuds). ils offrent les fonctions principales suivantes : · Le Raccordement des centrales au réseau. facteur de puissance…) à travers les transformateurs et les techniques de compensation. sur des concepts et des exigences très conservatives. Page EMI-EEP 34 2011-2012 .Elec-EEP Introduction : Traditionnellement.

I. Ils sont appelés ainsi car l’isolation entre les parties actives est assurée par l’air libre… Page EMI-EEP 35 2011-2012 . Technologie de fabrication : Le choix de la technologie de fabrication repose généralement sur la disponibilité du terrain et la durée de réalisation du projet. utilisés principalement pour l’alimentation des parties de la ville et les consommateurs moyens. car elles peuvent occasionner la perte de plusieurs ouvrages de production et de transport et conduire à des incidents hors dimensionnement.Elec-EEP Les défaillances au niveau des postes sont particulièrement graves sur le plan de la sûreté. ils approvisionnent en électricité tous les clients basses tensions (les petits consommateurs). · Les Postes HT/MT : ils sont situés sur les lignes de distribution. Projet de fin d’études Dpt G. 2. Types des postes électriques : On distingue plusieurs types des postes électriques selon les niveaux de la tension des réseaux qu’ils relient et en fonction de la technologie de fabrication : 1. utilisés principalement pour l’alimentation des réseaux de distribution et assure l’interconnexion des centrales avec le réseau THT. · Les postes MT/BT : situés vers les extrémités des réseaux de distribution. on distingue : · Les postes ouverts : (AIS : Air Insulated Substation) Généralement utilisés en extérieur vu qu’ils occupent une grande surface du terrain. Niveaux de tension : · Les postes THT/HT : ils sont situés sur ligne de transport.

2 : une partie d’un poste isolé en SF6 Page EMI-EEP 36 2011-2012 . Ce type de poste est construit en extérieur comme en intérieur et offre l’avantage qu’il n’occupe pas une grande surface de terrain (le dixième de la surface occupée par un poste isolé par l’air). Projet de fin d’études Dpt G. et une bonne protection des équipements contre les détériorations par l’exposition à l’air atmosphérique humide… Figure 2.1 : une partie de poste électrique isolée par l’air · Postes blindés : (GIS : Gaz Insulated Substation) Ils utilisent des cellules blindées où les équipements électriques sont installés dans des caissons étanches utilisant comme diélectrique le gaz SF6.Elec-EEP Figure 2.

Page EMI-EEP 37 2011-2012 . les appareils de protection et de sectionnement : les combinés de mesure (TT et TC). on trouve : 1.2. Travées de couplage : Elles permettent la jonction ou la séparation de deux jeux de barre ou de leurs tronçons pour le transfert du jeu de barre sans coupure d’alimentation afin d’assurer la continuité d’approvisionnement. disjoncteur. Travées lignes : Les travées ligne sont constituées de deux parties : • La tête de travée regroupe les équipements de contrôle.3 : exemple d’un poste préfabriqué II. • L’aiguillage comporte seulement les sectionneurs permettant d’effectuer les manœuvres de verrouillage de la tête travée.3. Figure 2.Elec-EEP · Postes préfabriqués : Ils sont majoritairement utilisés en moyenne tension. sectionneur d’isolement et de mise à la terre de la ligne. l’installation est principalement faite à l’intérieur. Ils font appel au matériel compact installé dans des armoires métalliques étanches (jusqu’à 2MVA environ) par travée . 1. Disposition en Travées : Dans un poste électrique les équipements de puissance sont assemblés (conventionnellement) par travée. Constitution d’un poste THT/HT : 1. Projet de fin d’études Dpt G.

4. · Banc transformation comporte le transformateur de puissance. 1. · L’aiguillage regroupe l’ensemble des sectionneurs à coupure visible pour le verrouillage et l’isolement visible du circuit. et parfois des parafoudres et un transformateur de soutirage pour l’alimentation des auxiliaires. Projet de fin d’études Dpt G. les réducteurs de tension et de courant. La structure standard d’un poste de transformation est donnée par la figure ci-dessous : Page EMI-EEP 38 2011-2012 .Elec-EEP 1. 1. Travées de sectionnement barre : Le sectionnement est réalisé par deux manières : · L’utilisation du sectionneur seul. · L’association d’un sectionneur et un disjoncteur qui assure la protection de débouclage ou de la protection de jeux de barres. Travées MT : Elles assurent les fonctions : · La protection et la séparation du réseau MT. · L’alimentation du comptage.6.5. Travées transformateur : Elles comportent trois parties : · Tête de travée constituée par un disjoncteur.

Page EMI-EEP 39 2011-2012 . Transformateurs : Le transformateur est l’équipement principal dans un poste électrique.4 : structure standard d’un poste électrique 2. Le transformateur permet de fournir au distributeur de l’énergie électrique une tension régulée. Parfois on utilise un seul transformateur de puissance à double secondaire où le tertiaire (appelé « biberon ») est utilisé pour alimenter les auxiliaires. Les Equipements de haute tension : 1. Projet de fin d’études Dpt G.Elec-EEP Figure 2. on trouve généralement un ou plusieurs transformateurs de puissance.1.

Ce type de compensation est utilisé dans les postes 400kV au Maroc. de coupure et de protection: 1. elles assurent la connexion entre les différents travées d’un poste électrique.2. d’isolement.3.3.5 : Transformateurs de puissance dans un poste ouvert 1.1. Page EMI-EEP 40 2011-2012 . ü La compensation série : est assurée par l’insertion des réactances électriques permettant d’éviter les surtensions au bout d’une ligne reliant deux postes éloignés lorsqu’elle est ouverte. Les jeux de barres : Ce sont des barres conductrices généralement en cuivre (ou Aluminium).Elec-EEP Cette régulation est assurée par un régleur en charge contenant 21 prises équivalentes à des tensions de valeurs différentes. Projet de fin d’études Dpt G. Figure 2. Il y a deux types de compensation à savoir : ü La compensation parallèle : est assurée par l’installation d’un ensemble de gradins constitués de condensateurs et selfs en parallèle à la ligne pour diminuer les pertes. Des équipements d’interconnexion. 1. Compensateurs de l’énergie réactive : Pour compenser l’énergie réactive due aux effets capacitifs dans les lignes de transport ou minimiser l’effet du phénomène Ferranti.

L’huile est utilisé à la fois pour éteindre l’arc et isoler les pôles entre eux aussi les pôles et la cuve. Disjoncteur : Assure la coupure des courants de court-circuit (et éventuellement de surcharge) . tous les pôles du disjoncteur sont baignés dans un seul réservoir plein d’huile. Projet de fin d’études Dpt G. court-circuit biphasé terre à proximité de l’alternateur).Elec-EEP 1. 72KV-2000A : Les types des disjoncteurs suivant la technique de coupure : a) Disjoncteur à coupure dans l’huile : Les pôles du disjoncteur sont baignés dans l’huile. le transit et la déconnexion des ouvrages.2. Ce type est moins utilisé Page EMI-EEP 41 2011-2012 .-à-d. Exemple de caractéristique d’un disjoncteur de l’ONE. Son pouvoir de coupure doit être supérieur au courant de court-circuit maximal (court-circuit triphasé front loin de l’alternateur.3. on distingue deux types de disjoncteurs à huile à savoir : · Le disjoncteur à coupure dans l’huile à réservoir commun c.

Projet de fin d’études Dpt G.Elec-EEP

· Le disjoncteur à coupure dans l’huile à réservoir distincts, chaque pôle est baigné
dans son propre réservoir. L’huile est utilisée seulement pour l’extinction de l’arc.
L’isolation est assurée par une matière isolante.

Figure 2.6 : disjoncteur à coupure dans l’huile

Ce type de disjoncteur présente les inconvénients suivants :

· Partant du fait que l’huile est inflammable, le disjoncteur risque de s’exploser.
· Il demande beaucoup de maintenance, et à chaque opération de maintenance il
faut changer toute la quantité de l’huile.
· Montage vertical.

b) Disjoncteur à coupure dans le gaz SF6 :

L’extinction de l’arc est assurée par l’hexafluorure de Soufre à une pression de cinq à
sept bar. Le disjoncteur SF6 présente les avantages suivants :

· Il ne présente aucun risque.
· Montage flexible : possibilité du montage horizontale ou vertical.
· Peu de maintenance, il suffit de vérifier la pression et la propreté extérieure.
· Possibilité de réutilisation du gaz après une opération de maintenance.

Page
EMI-EEP 42 2011-2012

Projet de fin d’études Dpt G.Elec-EEP

Figure 2.7 :-à gauche, disjoncteur SF6

-à droite, les états (fermé, en fermeture, ouvert) du disjoncteur

c) Disjoncteur à air comprimé :

L’extinction est faite par la prolongation de l’arc à l’aide d’un courant d’air à haut
pression (20 -40 bars).

Ce type de technique se caractérise par :

· La rapidité de coupure et une faible durée de l’arc.
· Une faible usure des pôles lors des manœuvres.
· Facilité de la maintenance mais avec un cout important.

Le disjoncteur à coupure dans l’air comprimé présente l’inconvénient qu’il provoque un
grand bruit lors de la fermeture ou l’ouverture, raison pour laquelle ce type de disjoncteur
n’est plus utilisé dans les agglomérations.

d) Disjoncteur à coupure dans le vide :

Les pôles se trouvent dans des chambres vides en verre. Ils sont utilisés pour les niveaux
de tension jusqu’au 30KV. Ils se caractérisent par :

· Le pôle mobile ne traverse qu’une petite distance.
· Un petit volume et un faible poids : très compact.
· Une longue durée de vie mais qui dépend de la valeur du courant coupé.

Page
EMI-EEP 43 2011-2012

Projet de fin d’études Dpt G.Elec-EEP

· A chaque maintenance il faut changer la chambre de coupure.

Figure 2.8 : disjoncteur à coupure dans le vide

e) Disjoncteurs et différentes fonctions de commandes :

Les disjoncteurs peuvent avoir trois circuits de contrôle :

ü circuit de fermeture.
ü circuit de déclenchement N°1.
ü circuit de déclenchement N°2.

Ces Trois circuits permettent au disjoncteur de répondre amplement aux différents types
de commande:

· Commande en local.
· Commande par dispatching.
· Commande à distance (salle de contrôle).
· Commande manuelle.

1.3.3. Sectionneurs :

Ils assurent, après la coupure des courants par les disjoncteurs, un rôle d'isolement,
d'aiguillage des ouvrages sur les jeux de barres, et ils permettent aussi une coupure visible.

Page
EMI-EEP 44 2011-2012

· d'éviter les conséquences potentiellement catastrophiques qu'engendrerait une surintensité durable ou un court-circuit : dégradation des isolants. raison pour laquelle il est nécessaire d’installer les réducteurs de mesure (les TCs et les TTs). projection de matières en fusion. Page EMI-EEP 45 2011-2012 . puissance. Projet de fin d’études Dpt G. fréquence…) sont intégrées dans un seul appareil dit « centrale de mesure ». On distingue les TCs destinés pour les appareils de mesures qui ont une bonne précision autour de point de fonctionnement nominale et les TCs destinés aux appareils de protection dont la précision doit être garanti à un courant égal à 20 fois le courant nominale. · Combiné de mesure : c’est un dispositif qui combine deux transformateurs :deux transformateurs de courant (un TC pour les relais numériques et un TC pour les mesures) et un transformateur de tension. toutes les fonctions de mesure des différentes grandeurs (tension. · Le transformateur de courant (TC) : permet d’abaisser l’intensité du courant à deux valeurs standard 1/5A. départ d'incendie.4. Ce type de transformateurs présente les défauts liés au phénomène de la ferrorésonance. Cette protection permet dans le cas général : · de garantir l'intégrité et la possibilité de remise en service du circuit d'alimentation. etc. courant. destruction d'appareils. Cet appareil est capable de mesurer. 1. Les réducteurs de mesure : La manipulation directe de la THT est très dangereuse ajoutant l’encombrement des appareils de mesures en raison d’isolation. un ensemble de condensateurs branchés en série réalisant ainsi un diviseur de tension. Avec le développement du contrôle-commande des postes électriques. afficher les valeurs sur un écran LCD de supervision et de les communiquer équipements. Fusible : Un fusible permet de protéger 'un circuit d'alimentation contre les courts-circuits .3. pour la THT on utilise généralement des TTs capacitifs . une fois le défaut éliminé . · Le transformateur de tension (TT) : permet d’abaisser la tension à une valeur standard de 100V.4.Elec-EEP 1.

Chacune d’elles doit être indépendante de la polarité. de la forme de l'onde et des conditions climatiques. Tension et courant sont liés par : Ø La tension d’extinction ou tension de désamorçage est la valeur la plus élevée de la tension de service pour laquelle le parafoudre interrompt son courant de suite. Ø Le courant de suite est le courant fourni par le réseau et qui subsiste un temps plus ou moins long après le passage du courant de décharge. elle aura pour valeur au moins 2 fois la valeur efficace la plus élevée du réseau. · Avoir une tension d'amorçage et une tension résiduelle aussi stables que possible pendant des années. Un parafoudre doit remplir les conditions suivantes : · A l'apparition d'une surtension. C'est généralement la valeur qui désigne le parafoudre. En outre. Protection HT : a) Les parafoudres : C’est un dispositif qui permet la protection les lignes et les autres équipements contre les surtensions causées par les décharges atmosphériques qui peuvent les détériorer. Au choc.1 µs). Projet de fin d’études Dpt G. · Se désamorcer rapidement après l'écoulement à la terre de la décharge. A 50 Hz.Elec-EEP 1. Ø La tension résiduelle est la tension maximum aux bornes du parafoudre pendant le passage du courant de décharge. mettre le conducteur à la terre dans un temps très court (< 0. Définition et caractéristiques : Un parafoudre est caractérisé par les principales grandeurs suivantes : Ø La tension d'amorçage est la tension minimum pour laquelle le parafoudre fonctionne. elle est généralement définie pour une onde 1.5.2/50 ou 4/10 et 8/20 pour des ondes de courant. elle dépend très fortement de la forme d'onde . Ø Le pouvoir de décharge est l'intensité maximum du courant que le parafoudre peut écouler. Page EMI-EEP 46 2011-2012 . Il doit s'annuler de lui-même à la fin d'une alternance de la tension. sans être endommagé. plusieurs fois de suite.

Elec-EEP Exemple de caractéristique d’un parafoudre de l’ONE 245KV : b) Les éclateurs : Le moyen le plus simple de protéger un réseau est de placer des éclateurs selon le schéma ci-après : L’éclateur représente une solution simple. économique et facilement réalisable. Il s'ensuivra une interruption de service provoquée par les protections contre les surintensités. ce qu'il faut naturellement chercher à éviter. Projet de fin d’études Dpt G. Pourtant. Page EMI-EEP 47 2011-2012 . il présente l’inconvénient majeur que l'arc amorcé par la surtension crée un milieu ionisé qui fait que le courant de fuite est pratiquement égal au courant de court-circuit.

10 : Circuit Bouchon des lignes hautes tensions b) Diviseur capacitif : En tension alternative.6. Projet de fin d’études Dpt G.9 : éclateur à tiges 1. il permet le passage du courant 50Hz transitant dans la ligne tout en contraignant les fréquences du courant porteur (de l’ordre de 100 à 300 k hertz) à partir en ligne dans la bonne direction Figure 2. Appareils divers : a) Circuit bouchon : Inséré dans un conducteur de la ligne Haute tension. on recourt au diviseur capacitif pour minimiser les pertes d’énergie.Elec-EEP Figure 2. Page EMI-EEP 48 2011-2012 .

1.11: Diviseur de tension Capacitif La capacité C1 est un condensateur à haute tension dont la valeur de capacité est beaucoup plus faible que celle du condensateur C2 de la branche basse tension. · câbles nus aériens et câbles isolés multiconducteurs raccords HT/MT. D’autre part. supports métalliques des appareils HT. Projet de fin d’études Dpt G. armements (isolateurs de lignes). isolateurs posés.7. · Le circuit de terre qu’on détaillera par suite. on néglige la grande impédance du voltmètre devant celle de C2. Principaux dispositifs de mise à la terre : La mise à la terre du neutre des installations électriques a pour objectifs : · Fournir une référence pour toute l’installation et permettre de véhiculer le courant de défaut d’isolement. Page EMI-EEP 49 2011-2012 . c) Matériels d’installation : · charpentes.Elec-EEP Figure 2.

12 : techniques de mise à la terre du neutre a) Résistance de mise à la terre : La résistance insérée entre le point neutre d'un transformateur et la terre a pour but de limiter à une valeur raisonnable l'intensité circulant dans ce circuit en cas de défaut entre une phase et la terre. selon le régime du neutre utilisé. Il y a plusieurs techniques de mise à la terre. Les résistances doivent donc supporter un certain courant parasite en permanence. La figure suivante résume ces techniques : Figure 2. par la réduction de la tension de contact avec les carcasses mises accidentellement sous tension.Elec-EEP · La sécurité des utilisateurs. Projet de fin d’études Dpt G. Page EMI-EEP 50 2011-2012 .

Projet de fin d’études Dpt G.Elec-EEP Figure 2.I U : La tension de la ligne I : la plus grande valeur du courant en plein charge du transformateur Cette méthode offre les avantages : · Réduire l’influence de l’arc électrique · Dissipation de l’énergie de défaut dans la résistance Page EMI-EEP 51 2011-2012 .13: Résistance de mise à la terre et son schéma de raccordement La valeur de la résistance à insérer dans le circuit de terre est donnée par la relation : R = U / √ 3.

· Transformateur de mise à la terre.au moins. à 25% du courant maximal de défaut (défaut triphasé). une réactance est connectée entre le neutre et la terre. au lieu de la résistance.14 . · …. Projet de fin d’études Dpt G. La différence entre cette technique et l’autre (technique de la résistance). Figure 2. cette méthode permet de contrôler en tout point du poste la tension de contact pour la sécurité des utilisateurs. Page EMI-EEP 52 2011-2012 .Ce système présente l’inconvénient d’avoir des tensions très grandes en régime transitoire.6 m. · Neutre raccordé directement à la terre.3 à 0. on réalise une grille par des conducteurs de cuivre nus interconnectés qu’on enterre à une profondeur de 0. c) Grille de mise à la terre: Pour obtenir une résistance de terre très faible dans le cas des postes haute tension.14 : réactance de mise à la terre du neutre avec le schéma de raccordement. Le système est représenté dans la figure 2. Il existe d’autres techniques pour la mise à la terre qui présentent chacun des avantages et des inconvénients à savoir : · Système résonnant : bobine de Peterson. est que le courant de défaut devrait nécessairement être supérieur .Elec-EEP b) Réactance de terre : Dans ce système.

Du Génie Civil associé : Tout ce qui relate aux fondations. accès… 1. D'interface avec le monde extérieur · Téléphone. Equipement de la basse tension : · système de conduite et surveillance (contrôle commande) · système de protection · auxiliaires et servitudes (éclairage. piste.9. 3.8. stocker et imprimer les données qui proviennent des appareils de protection et de mesure. · Synchro satellite (GPS). des alarmes. centrale de mesure…) d’une tranche sont installées dans une armoire de relayage dédiée à cette tranche. Projet de fin d’études Dpt G. · Etc. o Les états des organes. · Un PC d’ingénierie et des imprimantes : pour analyser.1. · Télécommunications. drainage. o Le comportement des différents équipements lors d’un défaut. Climatisation.) On détaillera par suite les deux premiers points : 3. Les tranches qui constituent Page EMI-EEP 53 2011-2012 . bâtiments. Ventilation des Transformateurs. clôtures.Elec-EEP 1. alimentation des organes de la motorisation des disjoncteurs et des sectionneurs. Assemblage des IEDs et les équipements de contrôle commande : Les IDEs (relais de protection numérique. caniveaux.Equipements de salle de contrôle-commande : Une salle de contrôle-commande est équipée de tout le matériel nécessaire à la supervision et le contrôle commande pour la surveillance et la conduite du poste à savoir : · Des POs de supervision pour surveiller l’ensemble du poste : o Les mesures.

Le nombre des tranches dépend principalement de l’importance du site et de sa puissance. tranche transformateur et les tranches des départs. Les courts circuits : Page EMI-EEP 54 2011-2012 . Projet de fin d’études Dpt G. et parfois une tranche des batteries de condensateur. tranche des services auxiliaire.15 : exemple d’armoire ALTOM de tranche III. Figure 2. Protections et automatismes : 1. Les fonctions de protection dans un poste électrique : Les appareils de protection installés dans un poste électrique assurent la protection des équipements de puissance du poste et celle des lignes contre les défauts entre phases et entre phase et la terre. tranche de jeux de barres.Elec-EEP souvent un poste ONE sont : tranche générale.

Elec-EEP Un court-circuit engendre un courant de nature instantanée produit par un défaut d’impédance dont la valeur devient négligeable entre deux points du même circuit. Les causes susceptibles de produire un courant de surcharge sont : · Appareil utilisé au-delà de sa puissance nominale (volontaire ou accidentelle) · Mauvais fonctionnement Les conséquences occasionnées par un courant de surcharge sont : · Surintensité · Echauffement · Déséquilibre · Chute de fréquence 1. Protection du transformateur : Le transformateur de puissance est l’équipement le plus cher et le plus important dans le poste. Projet de fin d’études Dpt G. Les défauts d’un transformateur sont classifiés en deux catégories : Page EMI-EEP 55 2011-2012 . Il comporte plusieurs protections ayant pour rôle l’isolement du réseau en cas de défaut. Il est due généralement à: · Rupture de conducteurs · Coup de foudre · Contact intempestif · Claquage d‘isolant · Fausse manœuvre Il engendre les conséquences suivantes : · Echauffement · Surintensité · Chute de fréquence · Chute de tension · Perte de synchronisme · Déséquilibre Les surcharges : La surcharge est une surintensité de nature progressive qui se produit dans un circuit sain suite à une augmentation de la charge.1.

Cette protection offre deux seuils : un seuil d’alarme et un seuil de déclanchement. c. Protection Buchholz : La protection buchholz détecte le gaz dégagé suite à une avarie interne du transformateur. Projet de fin d’études Dpt G. I.Elec-EEP Ø Défauts internes au transformateur. Page EMI-EEP 56 2011-2012 . b. Protection du transformateur contre les défauts internes : a.1. Protection contre le manque de circulation de l’huile : Ce relais assure la détection d’arrêt total des pompes de circulation de l’huile ou baignent les bobines du transformateur. elle réagit aussi suite à une augmentation grave de la pression ou à une augmentation de la température. d. Ø Défauts externes au transformateur. Protection contre surcharge ou image thermique : Elle surveille la température du transformateur. Protection masse cuve : Les défauts d’isolements qui peuvent affecter la cuve du transformateur sont détectés par un relais maximum de courant alimenté par un TC de type tore inséré dans la liaison entre la cuve et la terre.1. elle offre deux seuils : un seuil d’alarme et un seuil de déclenchement.

Figure 2.1. Protection différentielle : Cette protection est basée sur la comparaison des courants primaire avec les courants secondaire du transformateur. Régulateur de tension : En plus de la régulation de la tension. Protection du transformateur contre les défauts externes : a.Elec-EEP Figure 2. Cette technique de protection nécessite l’utilisation d’un grand nombre de TCs. Le relais est alimenté par des TCs montés sur les bornes du transformateur et un tore inséré dans la liaison du neutre du transformateur à la terre. Le régulateur reçoit l’image d’une tension composée et celle du courant de la phase opposée. Protection ampérmetrique : Cette protection est constituée par un relais qui réalise les fonctions : maximum de courant phase et maximum de courant terre.16 : la protection masse cuve du transformateur e. b.2.17 : Schéma d’une protection différentielle transformateur I. Si le régulateur constate un état anormal (courant de charge très important). Projet de fin d’études Dpt G. Page EMI-EEP 57 2011-2012 . le régulateur intègre des automatismes de protection pour le transformateur. il bloque la régulation automatique. Dans le cas du fonctionnement normal ces courants sont identiques.

Elec-EEP c. Projet de fin d’études Dpt G. cette protection permet de protéger le transformateur contre les incendies. Elle est réalisée par deux techniques à savoir : · Vidange brassage. · Injection de l’eau pulvérisée.2. leurs pertes peuvent mettre hors services une grande partie du réseau. ü Si D1 déclenche après 0. Si on suppose que les temps de réglage des disjoncteurs D1 et D2 sont égaux et valent 0. 1. Protection des jeux de barres : Les jeux de barres constituent les nœuds des réseaux dans le poste. Protection incendie : Comme l’indique son nom.7 s. a.2s comme protection de réserve pour D1 et D2 on aura : · Défaut 1 : ü La protection D1 envoie un ordre d’attente à la protection A.16.7s. la sélectivité logique doit être établie entre le disjoncteur A et les disjoncteurs en avant D1 et D2. Protection des jeux de barres par la sélectivité logique : Figure 2.1s et 0. Selon l’importance et la criticité des jeux de barres on choisit la technique la mieux adaptée pour les protéger.18 : protection des jeux de barres par la sélectivité logique Pour protéger le jeu de barre figure 2. Et que la protection au point A est la protection amont est réglée à 0. le défaut sera éliminé par D1 Page EMI-EEP 58 2011-2012 . Le choix de la technique utilisée repose sur la puissance du transformateur et la quantité de l’huile contenue à l’intérieur.

Protection des jeux de barres par une protection différentielle haute impédance : Figure 2. Protection des lignes : Les lignes électriques constituent les liens entre les différentes parties du système d'alimentation et les équipements associés (charges). Page EMI-EEP 59 2011-2012 .1s ü Lorsque le signal d’attente ne fonctionne pas normalement (déclenchement injustifié) la protection de secours déclenche après une seconde.7s. · Défaut 2 : ü La protection A déclenche à 0.9s. Cette technique de protection est simple à réaliser et non couteuse. si la différence est nul alors le jeu de barre est sain sinon le jeu de barre est défectueux. la protection A déclenche après 0.3. La protection des lignes dépend de la topologie du réseau électrique et le niveau de la tension. b.2s=0. L’électricité est produite en basse tension dans des centrales puis elle est élevée à de hauts niveaux de la tension pour la transmission à diverse stations pour la distribuer aux utilisateurs industriels. 1.19 : protection différentielle haute impédance : La protection différentielle compare en permanence la somme des courants du départ 1 et du départ 2 avec le courant entrant.7s+0.D1 et D2. commerciaux et résidentiels.Elec-EEP ü Si D2 échoue à déclencher après 0. la protection différentielle envoie instantanément l’ordre de déclanchement au disjoncteur A. Projet de fin d’études Dpt G.

Protection des batteries de condensateur : Le système de protection des gradins de compensation a trois principales fonctions : · La protection des gradins contre les défauts internes Page EMI-EEP 60 2011-2012 .20 : diagramme R-X de la protection distance 1. La protection distance est la plus utilisée pour les lignes. Projet de fin d’études Dpt G. Figure 2.Elec-EEP Un système de protection des lignes est constitué principalement d’un groupe de relais qui réalisent les fonctions de protection suivantes : · Maximum de courant non directionnel instantané · Maximum de courant non directionnel à temps inverse · Maximum de courant non directionnel à temps constant · Maximum de courant directionnel instantané · Maximum de courant directionnel à temps inverse · Maximum de courant directionnel à temps constant · Protection des déséquilibres des courants. · Protection distance : instantanée.4. La détection du défaut est basée sur la mesure de l’impédance qui varie lors du passage du mode normal en mode défaut. · Protection par télé action avec un canal de communication entre les terminaux Ces fonctions sont utilisées individuellement ou dans plusieurs combinaisons pour protéger les lignes contre les défauts entre phases ou entre phase-terre. · Protection différentielle ligne. à temps inverse ou à temps constant.

Techniques de protection des condensateurs : L’élimination des appareils ou de la partie d’appareil. la disponibilité des condensateurs unitaires et des batteries augmente et les perturbations dans la distribution d’électricité sont réduites.4.1. affectés par le défaut.Elec-EEP · La protection des gradins des mauvaises conditions de tension (harmoniques. 1. permet le fonctionnement sans interruption des parties restantes. Page EMI-EEP 61 2011-2012 . L’introduction des protections au niveau de l’unité (fusibles externes ou fusibles internes) ou au niveau de la batterie (détection de déséquilibre) augmente la fiabilité de l’installation par conséquent sa disponibilité sur le réseau. Projet de fin d’études Dpt G.Il évite également l’amorçage externe des traversées du condensateur. pics de tension…) · Protège le système électrique des contraintes néfastes que peuvent causer les gradins. a) Concept de fusible externe Le concept de fusible externe est apparu avec les premiers condensateurs unitaires de 20 kvar. Il a été conçu pour éliminer le condensateur unitaire avarié et pour permettre aux unités restantes de la batterie dans laquelle l’unité est connectée de continuer à fonctionner . En conséquence.

Les fusibles internes sont à limitation de courant. · Protection contre les surintensités : système conçu pour protéger les condensateurs des surintensités provenant des courts‐circuits ou des harmoniques présents sur le réseau ou de perturbations de tension. Mais ce système est conçu aussi pour donner une alarme ou retirer du service la batterie quand les surtensions affectant les condensateurs sains. c) Concept de détection de déséquilibre Le système de protection par détection de déséquilibre a pour fonction de protéger les batteries et leurs unités saines sans fusible.21 . la sensibilité souhaitée et les relais choisis. Projet de fin d’études Dpt G. ils sont placés à l’intérieur d’un condensateur. d) Systèmes de protection particuliers : D’autres systèmes de protections des condensateurs sont utilisés pour des situations particulières sur les réseaux. Page EMI-EEP 62 2011-2012 .Elec-EEP Figure 2. Ils sont conçus pour isoler les éléments défaillants dans un condensateur unitaire. dont les dimensions électriques doivent être adéquates avec la valeur initiale de déséquilibre.Batterie avec fusibles externes b) Concept de fusible interne Le concept d’une protection par fusibles internes s’est précisé avec l’apparition des unités de 200 kvar qui peuvent emmagasiner en parallèle une quantité d’énergie suffisante pour faire fondre les fusibles. sélectifs (éliminant l’élément défectueux) . On les mentionne ci‐après sans rentrer dans les détails techniques. et pour permettre le fonctionnement des éléments restants de cette unité et de la batterie dans laquelle elle est connectée. Il est même fortement conseillé de les installer ensemble. adjacents à un condensateur défectueux. en série avec chaque élément. Il faut noter que la protection par détection de déséquilibre n’est pas une substitution de la protection par fusibles. on utilise un transformateur de courant ou de tension. sont excessives ou quand un défaut dans la batterie n’a pas été éliminé par un fusible interne ou un fusible externe. Selon le type de détection de déséquilibre choisi.

lorsque toutes les conditions de la fermeture sont remplies. plantes.1. Les automatismes: Pour assurer le bon fonctionnement du système électrique et faciliter la reprise en cas de défaut. 2. Projet de fin d’études Dpt G. Réenclencheur : C’est un automatisme qui permet de refermer le disjoncteur après son déclenchement suite à un défaut. De tels défauts peuvent être éliminés par un déclenchement rapide d'un ou de plusieurs disjoncteurs permettant d'isoler le défaut. Les défauts étant généralement auto-extincteurs et ne provoquant souvent pas de détérioration. suivi d'un cycle de réenclenchement des disjoncteurs. Cela n’est possible que par l’utilisation d’un système de contrôle commande de la technologie numérique.1. la reprise de service peut s’effectuer le plus souvent sans perturbation sensible chez les consommateurs. ou par des dispositifs d’amortissement.Elec-EEP · Système de protection contre les surtensions ou les sous-tensions. etc. Page EMI-EEP 63 2011-2012 . animaux. Le contact entre les conducteurs et les débris poussés par le vent représente d'autres causes de défauts. 2.) peuvent provoquer des défaillances de condensateurs. Il est nécessaire d’installer un ensemble d’automatismes. par des transformateurs de tension. ou par des parafoudres. Une enveloppe métallique incorporant l’interrupteur peut être conçue pour protéger les condensateurs de ces agressions extérieures. Ce système de protections est adapté sur le réseau public en HTA seulement. La foudre en est la cause la plus courante. · Système de protection contre les agressions extérieures : divers facteurs extérieurs (chute d’objet.1. 2. · Système antiharmonique : les condensateurs de la batterie sont surdimensionnés et connectés en parallèle à des inductances pour prendre en considération les harmoniques produits sur les lieux de consommation ou circulant sur le réseau. Intérêt du réenclencheur : Une analyse des défauts dans les réseaux de lignes aériennes indique que 80 à 90 % des défauts sont de nature fugitive.

le réenclenchement des disjoncteurs permet le rétablissement de l'alimentation. des défauts de transformateurs et des défauts de câbles. Les défauts permanents sont des ruptures de phase de conducteur. si la ligne en défaut fait l'objet d'un déclenchement rapide et si l'arc de défaut a suffisamment de temps pour se désioniser. Les principaux avantages issus de l’utilisation d’un automate de réenclenchement peuvent se résumer comme suit : · Réduction des temps de coupures de courants subis par le consommateur.Elec-EEP Les autres 10 à 20 % de défauts sont soit semi-permanents soit permanents. Plusieurs tentatives de réenclenchement peuvent s'avérer nécessaires pour rétablir le service. Pour les départs de lignes portant en partie sur des lignes aériennes (ou sur des câbles souterrains). toute décision d'installation de réenclencheur est influencée par les données connues sur la fréquence des défauts fugitifs. les avantages du réenclenchement sont faibles. Il s'ensuit alors un réenclenchement monophasé rapide. Dans les réseaux de transport. Un défaut semi- permanent peut notamment provenir de la chute d'une petite branche d'arbre sur une ligne. Les avantages de cette situation sont évidents. notamment parce qu'il est probable que le réenclenchement sur un câble défaillant risque d'aggraver les dommages. Plusieurs tentatives de réenclenchements peuvent s'avérer nécessaires pour rétablir le service dans les zones forestières. les sociétés de service public d'électricité traitent les défauts monophasés en n’ouvrant que le pôle correspondant du disjoncteur et en laissant les deux phases saines sous-tension. Dans la majorité des cas. Projet de fin d’études Dpt G. grâce à un cycle de déclenchement et de réenclenchement ultra-rapide. Ces défauts doivent être localisés et réparés pour pouvoir rétablir le service. Les avantages et les inconvénients de ces cycles de déclenchement/réenclenchement monophasés sont les suivants : Page EMI-EEP 64 2011-2012 . Lorsqu'une grande proportion des défauts sont permanents. La cause du défaut ne peut alors pas être éliminée par un simple déclenchement rapide. · Élimination du défaut sans danger pour la stabilité du système.

Mode de fonctionnement : Figure 2. en utilisant la ligne pour maintenir le synchronisme entre points distants au sein d'un réseau présentant un niveau d'interconnexion relativement faible. Projet de fin d’études Dpt G. le courant capacitif induit par les phases saines peut augmenter le temps nécessaire pour désioniser les arcs de défaut.1. 2. · Toutefois.2.Elec-EEP · La puissance synchronisante circule sur les phases saines.22 : algorithme de fonction du réenclencheur Page EMI-EEP 65 2011-2012 .

Elle vérifie que les caractéristiques des deux tensions soient identiques (tension. phase) pendant un temps afin d’éviter les risques et les dégâts d’interconnexions de deux tensions différentes. pour autoriser ou interdire la fermeture manuelle ou automatique du disjoncteur. un relais de délestage coupe les départs non prioritaires.3.4. en fonction des heures de pointe de consommation. On distingue quatre types de délestage : · Sur ordre. · Sur comptage de l'énergie · Sur seuil de puissance et / ou de courant: dès qu'un seuil est dépassé. Quand il détecte une surcharge dangereuse il commence à isoler les charges par ordre de criticité croissante. Généralement il y a quatre seuils de fréquence. L’automatisme de manque de tension : Cet automatisme surveille en permanence les deux niveaux de la tension d’un disjoncteur (du côté ligne et du côté barre). Projet de fin d’études Dpt G. Cette fonction est réalisée par des relais à minimum de fréquence ou des protections à minimum de tension. fréquence. · Sur seuil de fréquence.Contrôle de synchronisme: Cette fonction surveille les tensions des deux cotées du disjoncteur. 2. afin de décider d’envoyer ou non un ordre de déclenchement au disjoncteur. · Retour d’une tension (côté barre/ côté ligne) avec la consigne (renvoie B/L ou L/B) équivalente active. 2.Elec-EEP 2. · Retour des deux tensions des deux côtés avec la consigne (rebouclage) équivalente active cet automatisme ferme le disjoncteur après la vérification de la synchronisation des deux tensions. L’automatisme ferme le disjoncteur. cet automatisme ouvre automatiquement le disjoncteur et surveille le retour de la tension. Page EMI-EEP 66 2011-2012 . Si ces deux tensions descendent simultanément d’un seuil préréglé.Délestage : C’est automatisme a pour objectif la protection du transformateur ou des lignes contre les surcharges (alléger le fonctionnement).2.

Page EMI-EEP 67 2011-2012 . leurs constitutions : équipements physiques et réseaux de communication dans les postes numériques.Elec-EEP Chapitre III : Conduite des postes électriques Dans ce présent chapitre. Projet de fin d’études Dpt G. Nous avons présenté les systèmes de conduite centralisée. les protocoles qui les gèrent. les principes de redondance et de la sécurité de l’échange d’informations : le nécessaire pour la compréhension et les justifications des solutions que nous avons proposées pour le matériel et l’architecture du Système.

Projet de fin d’études Dpt G. y compris en cas d’incident affectant le réseau électrique. Elle a pour objectifs de : · Assurer le fonctionnement normal du système. les réseaux de transport de l’énergie électrique deviennent de plus en plus maillés et complexes. Cet incident qui peut être d’origine externe (agression externe d’origine humaine ou atmosphérique) ou dû à une panne (défaillance imprévisible d’équipement). elle ne peut pas être assurée à n’importe quel prix : · L’acceptabilité des réseaux électriques n’est convenable que si l’énergie électrique est économiquement compétitive . Si la sûreté constitue une priorité des agents d’exploitation. La sécurité de l’alimentation : c’est la faculté d’alimenter en électricité les consommateurs raccordés au réseau à partir des centrales de production en respectant les engagements de la qualité de l’électricité vis-à-vis sa clientèle. La sûreté de fonctionnement : consiste à réduire le risque d’incidents de grande ampleur. la sécurité et l’économie du fonctionnement.Elec-EEP Introduction : Dans un contexte économique en perpétuel développement et afin d’accompagner la croissance de la demande en énergie. les investissements nécessaires pour Page EMI-EEP 68 2011-2012 . · Limiter le nombre d’incidents et éviter les grands incidents. On entend par : Qualité de service : assurer la qualité de l’électricité consiste à fournir au client le niveau de la tension qu’il demande avec une régularité de l’onde électrique sans coupures qu’elles soient longues ou brèves. pouvant conduire à une coupure d’alimentation électrique généralisée à l’ensemble du pays. Les agents de conduite et d’exploitation des réseaux électriques sont confrontés d’une part aux exigences dictées par les clients qui cherchent la qualité et la continuité du service et d’autre part aux exigences relatives à l’exploitation à savoir la sûreté. · Limiter les conséquences des grands incidents lorsqu’ils se produisent.

la fréquence et la gravité des incidents qu’ils permettent d’éviter. la maîtrise de la topologie du réseau HT. Conduire le Système c’est veiller à garder son fonctionnement sein et cohérent tout avec un coût compétitif et une qualité acceptable. La taille et la complexité du Système électrique justifient une organisation hiérarchisée des fonctions de surveillance et de commande qui implique quatre niveaux de conduite. la gestion du plan de protection. C’est dans cette perspective que la commande centralisée ou la télé-conduite trouve ses utilités. Pour répondre à toutes ces exigences les agents d’exploitation ont besoin d’un ensemble d’outils qui leurs permettent d’acquérir en temps réel les informations en tout point du réseau pour prendre rapidement la bonne décision et agir convenablement. .Elec-EEP la sûreté du Système doivent être cohérents avec le coût. La conduite du Système : On entend par Système l’ensemble des automatismes.Niveau local : situé dans chaque poste de transport. . la gestion des interconnexions et la maîtrise des transits sur le réseau THT. . La mise en œuvre des systèmes de conduite dans son ensemble est l’objet d’interaction de plusieurs disciplines : l’électrotechnique.Niveau intermédiaire : assuré par les groupements de poste qui ont en charge la surveillance et la conduite des installations de transport.Niveau régional : assuré par les dispatchings régionaux dont les missions essentielles sont la surveillance des transits sur les réseaux HT. . la télécommunication. ainsi certaines fonctions de conduite du Système électrique à la commande du dispatching régional.Niveau national : assuré par le dispatching national dont les missions essentielles en temps réel sont l’équilibre production-consommation. l’automatique. I. Projet de fin d’études Dpt G. le pilotage de la tension par zone et la surveillance des injections aux nœuds électriques du réseau. assure la surveillance et la conduite des installations en ultime secours ou dans certaines phases des travaux. des équipements et du matériel nécessaire pour la production et l’acheminement de l’électricité depuis les centrales jusqu’aux consommateurs. Page EMI-EEP 69 2011-2012 .

Page EMI-EEP 70 2011-2012 . Outre sa disponibilité. les données opérationnelles sont échangées entre le système SCADA et les IEDs et les PLCs alors que celles les non opérationnelles sont acheminées vers l’entrepôt de données pour les ordonner. Projet de fin d’études Dpt G. l’information doit être acquise (éventuellement traitée par les IEDs). les stocker et fournir par suite une aide à la décision. 1. fibre optique) et analysée pour permettre enfin de prendre les décisions nécessaires à la gestion du tout le système. Constitution d’un système de contrôle commande : La conduite du système électrique repose sur un élément clé : l’information. Flux d’informations dans un système de contrôle commande : L’architecture fonctionnelle suivante Fig3. Elle doit être accessible aux personnes autorisées au bon moment (qu’il soit en temps réel ou différé). les journaliser. II.1 montre les flux de données fonctionnels depuis la sous station jusqu’au poste de supervision et de contrôle et à l’entrepôt de données. acheminée (dans des réseaux structurés sur des différents supports : filaire.Elec-EEP l’informatique… organisées dans des structures cohérentes et hiérarchisées réalisant les fonctions et les objectifs du système de contrôle commande (conduite). Effectivement. hertzien.

ils sont gérés par des protocoles standards de l’industrie pour faciliter l’intégration des équipements de différents constructeurs.1 : flux de données dans un système C.Elec-EEP Figure 3.3 Page EMI-EEP 71 2011-2012 . contrôleur. calculateur. centrale de mesure…). disjoncteur. Projet de fin d’études Dpt G. Calculateurs. · Réseaux : permettent la communication et l’échange des données entres tous les équipements qu’ils relient. capable de recevoir ou d’émettre des données ou des signaux de contrôle depuis ou pour une source extérieure (relais numérique. Niveaux du système de contrôle commande : Un système de conduite d’une sous station est constitué de cinq niveaux d’information comme le montre la figure suivante : Figure 3.C : 2. switches. sectionneur… · IEDs & PLCs (Intelligents equipments devices & programmable logic controllers): tout équipement sur lequel est incorporé un ou plusieurs microprocesseurs. serveur…) qui gère localement une sous station assurant les fonctions spécifiques Fig3. · DCS (distributed control system) : système numérique de contrôle commande constitué de plusieurs équipements (IEDs.2: les niveaux d’information dans un système de contrôle commande · Equipements de puissance : ce niveau regroupe l’ensemble du matériel de puissance du poste : transformateur.

3.. Page EMI-EEP 72 2011-2012 .. Structure générale d’un système de conduite centralisé : Un système de conduite centraliseé figu3.3: les principales fonctions d’un système DCS · SCADA (supervisory control and data aquisition) : est un système de télégestion à grande échelle permettant de collecter les informations prévenant des sous stations. Projet de fin d’études Dpt G.Elec-EEP Synoptique/ vues IHM système .. Mode contrôle Local/distant Marche/attente/ DCS Mode exploitation maintenance Contrôle PSL/PLC Fonctions de Réenclancheur.4 suit généralement une structure arborescente constituée des cinq niveaux précédents.. Début/fin- Etat/Evenement archivé/imprimé Supérvision gérer/audible/ Alarme imprimé. les afficher sous forme graphique ou textuelle et par suite permettre à l’opérateur de commander et/ou contrôler tout le Système en temps réel... les transférer au PC d’ingénierie central. contrôle Synchro.. Séquence Archive/impression d'évenements. Mode test Autodiagnostic charger/pérmuter/ Managment BD vérsion Maintenance Managment temps Pértubographies consulter/charger Figure 3.

Elec-EEP Figure 3. Projet de fin d’études Dpt G.4 : structure générale d’un système de conduite centralisée : Page EMI-EEP 73 2011-2012 .

Ces serveurs de contrôles peuvent accéder aux modules de contrôles subalternes via les réseaux des ICSs (Systèmes Industriels de Contrôle). les PLCs sont souvent utilisés comme des appareils de terrain parce qu’ils sont plus économiques. 1. Les serveurs de contrôle : Les serveurs de contrôle : héberge les logiciels de supervision et de contrôle du DCS ou PLC destinés à communiquer avec les équipements de contrôle de niveau inférieur.Elec-EEP III. Les équipements physiques du système de conduite: Les équipements physiques qui réalisent la fonction de conduite appartiennent à deux catégories à savoir : 1.1.3.2.4. Equipements de contrôle : 1. 1. Les serveurs SCADA (MTU (Master Terminal Unit) : Sont les équipements qui agissent comme les maitres des systèmes SCADA. 1. plus flexibles et offrent plus de possibilités de configuration que les RTUs. Les Unités terminales de contrôle distant et les équipements PLCs situés dans les sites fonctionnent souvent comme des esclaves. Les PLCs ont évolués en des contrôleurs ayant la capacité de contrôler des processus complexes et sont par suite considérablement utilisés dans les systèmes SCADA et DCSs. Des fois. PLC (Programmable Logic Controller) : C’est un micro-ordinateur industriel qui est conçu à l’ origine pour faire réaliser les fonctions logiques exécutées par des équipements électriques (relais. les PLCs sont implémentés comme des équipements travaillant comme des RTUs. Les unités terminales de contrôle distant : (RTU Remote Terminal Unit) Sont des unités de contrôle et d’acquisition de données conçues pour supporter le contrôle distant des stations SCADA. switchs et compteurs …). Dans les systèmes SCADA. Projet de fin d’études Dpt G. Page EMI-EEP 74 2011-2012 .

Un IED peut regrouper des entrées/sorties analogiques/Tout Ou Rien. 2.6. des unités de traitement à base de microprocesseur et leurs différents types de mémoires associées dans un seul équipement.5. les IHMs permettent aux ingénieurs ou les opérateurs de contrôle de configurer les consignes ou de contrôler les paramètres et les algorithmes dans les contrôleurs.Elec-EEP 1. un système de communication. Equipements de communication : Ø Les réseaux de terrain : Relient les capteurs et d’autres équipements à un P LC ou à un autre Contrôleur. L’usage de ces technologies de réseaux de terrain élimine le besoin d’assurer des liaisons point-à-point entre les contrôleurs et chaque équipement grâce à l’usage de protocoles spécifiques permettant d’identifier de manière unique les messages échangés. Les informations stockées dans cette base de données peuvent être utilisées dans le but d’élaborer de différentes analyses depuis les statistiques au niveau planification. Ø Les Réseaux de contrôle : connecte un niveau supérieur de contrôle et de supervision à des modules de contrôle de niveau inférieur. de modifier les réglages de contrôle et d’outrepasser manuellement les opérations de contrôle automatiques en cas d’urgence. de communiquer avec d’autres équipements et possédant une grande capacité de traitements et de contrôle.7. 1. Projet de fin d’études Dpt G. Les IEDs (Intelligent Electronic Devices) : Ce sont des capteurs/actionneurs intelligents permettant d’acquérir des données. L’usage commun des routeurs inclut la connexion d’un réseau LAN à un autre WAN et la connexion des MTUs et des RTUs à d’autres mediums via de longs réseaux lorsqu’il s’agit d’une communication SCADA. Ø Les Routeurs : sont des équipements de communication qui transfèrent les messages entre deux réseaux. 1. Page EMI-EEP 75 2011-2012 .. Data Historian : C’est une base de données centralisée destinée pour l’enregistrement de toutes les informations circulant dans un ICS. Interfaces Homme Machine (IHM) : C’est tout le matériel et le logiciel qui permet aux opérateurs de maitriser l’état du processus.

Le bus de terrain devenait un moyen puissant de visibilité. En effet les architectures ont connu: · Suppression des câbles d’entrées/sorties. Page EMI-EEP 76 2011-2012 .Il est souvent utilisé dans les systèmes SCADA pour permettre des communications séries à longues distances entre les MTUs et les équipements de terrain à contrôle distant. la révolution du bus de terrain a engendré de grands changements dans les installations. · Disparition ou décentralisation des interfaces d’entrées/sorties. Niveaux des réseaux : Les cinq niveaux d’information d’un système de conduite sont véhiculés à travers cinq niveaux de réseau pour répondre aux contraintes des utilisateurs. (exemple Mode Bus en 1979). Projet de fin d’études Dpt G. · Décentralisation et la répartition de l’intelligence. Ainsi des protocoles viennent formaliser les transferts des données. · Interconnexion avec Internet. Ø Pare-feu (Firewall) : protège les équipements d’un réseau en surveillant et contrôlant les paquets de communication en utilisant des politiques de filtrage prédéfinies. d’échange et de souplesse des équipements qui y sont raccordés. 2.Elec-EEP Ø Modems : sont des équipements utilisés pour convertir les données numériques à des signaux appropriés pour la transmission via une ligne téléphonique dans le but de permettre aux équipements de communiquer . Les réseaux de communication du système de conduite : 1. Historique : C’est à la fin des années 60 que la notion du réseau a été apparue peu à peu sous forme de liaison série avec l’invention de l’automate programmable par la société Modicon. des technologies et des standards. IV.

Les bus transportent un lot important d'information (dit trafic vertical) qui ne sont pas forcément à temps critiques.. Projet de fin d’études Dpt G. par exemple des fichiers. 2 ou 3 niveaux simultanément : Niveau zéro (niveau capteurs et niveau équipement) : les bus dits de terrain dont l'objectif est d'interconnecter les capteurs intelligents . Niveau un (niveau tranche) : les bus qui permettent l'interconnexion des calculateurs de travées.Elec-EEP Figure 3. protection. 3 niveaux de réseaux mettant en jeu des propriétés spécifiques de communications et de ce fait des réseaux spéciaux. ces capteurs sont installés sur les appareils haute tension. Ces bus à haute performance doivent avoir une très bonne immunité aux perturbations électromagnétiques.5 : les niveaux des réseaux de communication d’un système de conduite. Certains bus sont capables de couvrir 1.. Ces bus assurent des trafics horizontaux nécessitant des performances. On distingue sommairement dans un contrôle de procédé d’énergie. Niveau deux (niveau poste et niveau SCADA) : c'est le niveau des postes opérateurs. Ces bus peuvent être de type informatique par exemple Ethernet Page EMI-EEP 77 2011-2012 . garantissant le temps de transfert et l'intégrité des données.

Kbits km radio supervision). Performances Temps réel. Projet de fin d’études Dpt G. Fichiers en En mili de m à Bus. Synchronisation des IEDs échanges d’information De dizaine Electrique en mode client/serveur Données 50 à de m à Etoile. Mbits km radio . Fichiers en Quelque Niveau Bus. Tranche avec les outils de dizaines Optique 500ms quelque bus conduite (HMI. Architecture distribuée De dizaine Données Electrique Equipeme 5 à 100 de m à Etoile. Optique Poste Illimité seconde quelque étoile -Sécurité informatique. Echange de données opérationnelles et non De dizaine Electrique opérationnelles. Intégration dizaines nts ms centaines bus Kbits Optique fonctionnelle et m transparence des Page EMI-EEP 78 2011-2012 .Standards entre progiciels.Standards entre radio progiciels. SCADA Illimitée Optique -Sécurité informatique. exigences et aux besoins cités dans le tableau ci-dessous: Volume Temps Nombre Topologi Niveau Besoin d’information de distance d’adress support e réseau à transmettre réponse es -Echange de données Electrique opérationnelles. seconde National étoile Mbits .Elec-EEP La conception du réseau de chaque niveau et le choix de la technologie de communication doivent répondre aux contraintes.

Projet de fin d’études Dpt G.Elec-EEP

échanges. radio

Topologie et coût de
connexion

Simplicité de câblage.
De Electrique
Distribution Données
quelque Sans
Capteurs d’alimentation des
dizaines Optique
mètre à contrainte
bits
capteurs et des 100 m radio
actionneurs

Tableau 3.1 : contraintes des réseaux de chaque niveau

3. Topologie des réseaux :

Pour connecter plusieurs équipements entre eux-mêmes et/ou avec un PC, il est
nécessaire de considérer la topologie du réseau et aussi le protocole utilisé pour l’échange des
informations. En effet pour qu’un système d’automatisation soit efficace et réalise
correctement ses fonctions ; tous les équipements doivent échanger une information fiable.
Avant les systèmes centralisés utilisaient une structure arborescente pour l’acquisition des
informations depuis le niveau processus, les envoyer vers le haut et recevoir des commandes
en retour : une structure que caractérise les connexions point à point par la liaison RS 232.

La liaison multi point RS 485 a permis une certaine distribution par la notion de
l’équipement maitre connecté à plusieurs esclaves.

Après la technologie Ethernet avait donné naissance à plusieurs topologies de réseaux
grâce à l’apparition des concentrateurs, des commutateurs, des ponts, des switches, des
routeurs …

A. Communication série :

Dans une liaison en série, les données sont envoyées bit par bit sur la voie de
transmission par ordre des poids croissants. Généralement, les caractères sont représentés par
un code à 8 bits. La plupart des processeurs traitent les informations de façon parallèle, ce qui

Page
EMI-EEP 79 2011-2012

Projet de fin d’études Dpt G.Elec-EEP

nécessite une conversion parallèle-série à l’émission et une conversion série-parallèle à la
réception.

La fonction de conversion est réalisée par le contrôleur de communication (UART,
Universal Asynchronous Receiver Transmitter). Ce type de transmission utilise deux ou trois
fils.

Les liaisons RS 232, RS485 et Ethernet représentent toutes les formes de la
communication série, cette dernière est plus rapide que les deux autres. Néanmoins, dans
l’automatisation des postes, la liaison RS 232 et la liaison RS 485 sont les plus utilisées pour
connecter les IEDs, la liaison Ethernet est retenue pour des raisons particulaires et elle est
surtout utilisée pour connecter les équipements au niveau supérieur des IEDs.

Quant à la communication parallèle, elle demeure beaucoup moins utilisée dans ce
domaine. Son usage est restreint à celui de la transmission des données pour imprimantes.
Raison pour laquelle notre intérêt sera focalisé par suite sur la communication série :
topologies et protocoles.

3.1.Topologie bus :

Cette organisation est la plus simple. Tous les éléments sont reliés à une même ligne
de transmission par l’intermédiaire des câbles. Le mot bus désigne la ligne physique. Cette
topologie est facile à mettre en œuvre, la défaillance d’un nœud ou d’un élément ne perturbe
pas le fonctionnement des autres organes. Les réseaux du niveau machines et capteurs,
appelés d’ailleurs bus de terrain, utilisent cette méthode. La topologie bus se met en œuvre
soit par chaînage des équipements les uns avec les autres, soit par connexion via un boîtier de
raccordement (TAP) au câble principal (Fig 3.6).

Page
EMI-EEP 80 2011-2012

Projet de fin d’études Dpt G.Elec-EEP

Figure 3.6 : la topologie bus

Au sein des postes de l’ONE, la topologie utilisée pour relier les équipements IEDs aux
calculateurs de tranches est la topologie bus fig 3.7, la communication est réalisée par la
liaison RS 232.

FigURE 3.7 : exemple de topologie bus, utilisé pour relier les relais numérique

3.2.Topologie en étoile :

Cette topologie est la plus courante au niveau des postes électriques. Elle est celle du
réseau Ethernet. Elle présente l’avantage d’être très souple en matière de gestion et de
dépannage. Les stations finales sont reliées ensemble à travers un équipement intermédiaire
(switch, répéteur, commutateur). La défaillance d’un nœud ne perturbe pas le fonctionnement
global du réseau, en revanche, l’équipement intermédiaire qui relie tous les nœuds constitue
un point unique de défaillance.

Page
EMI-EEP 81 2011-2012

Projet de fin d’études Dpt G.Elec-EEP

Figure 3.8 : topologie étoile

3.3.Topologie maillée ou en anneau :

- La typologie en anneaux reprend la topologie physique de l’étoile en apportant une
meilleure disponibilité du réseau. Fig 3.9

- La topologie en réseau maillé est assez peu utilisée dans l’industrie et présente
l’inconvénient d’un nombre important de liaisons. Fig 3.10

Figure 3.9 : en anneau Fig ure 3.10 : maillé

Pour toutes les topologies qu’on vient de voir, et pour augmenter la disponibilité du
réseau et assurer la fiabilité de l’information, on a recourt à la redondance des équipements et
aussi les réseaux. Voir fig 3.11

Figure 3.11 : exemple de la redondance

4. Les protocoles de communication série:

Un protocole est un ensemble des règles standard pour la représentation des données,
la signalisation, l’authentification et la détection d’erreur, qui définit le transfert des
informations sur les supports de communication. Autrement dit, pour que les équipements
puissent communiquer, il faut qu’ils partagent la même langue et les mêmes règles.
Page
EMI-EEP 82 2011-2012

Projet de fin d’études Dpt G.Elec-EEP

Pour pouvoir inclure des produis de différents fournisseurs dans le système
d’automatisation du poste, un système de contrôle du poste capable de communiquer en multi
protocoles s’avère nécessaire pour réduire les travaux d’ingénierie et par suite réduire le coût.

Figures 3.12 : système multi protocoles

Si les trois produits dans la figure en dessus, supports des protocoles de communication
différents, alors le système de contrôle doit supporter les trois protocoles sinon il faut installer
des interfaces de conversion des protocoles entre les équipements et le système de contrôle.
De toute façon, l'utilisation de protocoles différents augmente le temps de l'ingénierie, et les
coûts des composants associés à la mise en œuvre du système.

De côté du fabriquant, de celui du client et comme pour tout le système d’ingénierie
qui conçoit les solutions du contrôle commande, il s’avère que l’adoption d’un protocole
standard a beaucoup d’avantages. Des efforts ont été faits pour développer à partir des
protocoles existants trois standards ouverts pour la communication série des IEDs.

4.1.Le protocole MODBUS:

Modbus a été publié en 1979 par Modicon. Initialement conçu pour les contrôleurs
logiques programmables, il se base sur la notion maître-esclave qui permet à un maître à lire
ou à écrire des bits dans les registres des équipements esclaves. Il peut être mis en œuvre sur
de simples connexions série (RS 485), il a également été migrée vers Ethernet. Les trames
sont de 2 types:

· Mode RTU (Remote Terminal Unit) : les données sont sur 8 bits

Page
EMI-EEP 83 2011-2012

etc. · le sens Conduite. Projet de fin d’études Dpt G. 4.Le protocole IEC 60870-5-103 : A été développé par la Commission Internationale de l’Electrotechnique. La norme CEI 60870-5-103 définit deux méthodes différentes d'échange d'information : · l'une est basée sur l'utilisation de structures de données prédéfinies (Unités de Données de Service d'Application . ainsi que le raccordement électrique simple.Elec-EEP · Mode ASCII : les données sont sur 7 bits (les trames sont donc visible en hexadécimal et il faut deux caractères pour représenter un octet). pour les ASDU envoyés par le système de conduite vers un équipement de protection. Le protocole distingue : · le sens Surveillance. · Le polling des données de classe 2 pour la transmission cyclique des mesures.ASDU) et de procédures d'application permettant de transmettre des informations normalisées.2. Page EMI-EEP 84 2011-2012 . La norme définit aussi une interface de communication directe pour la mise en œuvre sur fibre optique.). il définit les normes pour la communication entre le matériel de protection et les équipements du système de commande. pour la transmission des ASDU émis par un équipement de protection (équipement esclave) vers le système de conduite (équipement maître). Sens conduite : L'équipement maître peut envoyer : · Des ordres de Commande Générale (mise en/hors service de fonctions : protections. · l'autre utilise des services génériques permettant de transmettre tout type d'information. Sens surveillance : La communication est basée sur l'émission cyclique de requêtes de polling de niveau Liaison par le maître pour inviter l'esclave à émettre ses données : · Le polling des données de classe 1 est généralement utilisé pour la transmission des événements. réenclencheur.

le "DNP3 User Group". L’EPA comporte seulement 3 couches : · physique. B.3.2 en tant que Recommandation IEEE pour la communication entre RTU et IED. des fonctions de segmentation et de réassemblage de données ont été ajoutées. Projet de fin d’études Dpt G.Elec-EEP · une demande d'Interrogation Générale. Toutefois. Initialement développé par « Harris Distributed Automation Products ». · liaison. DNP3 est également utilisé aujourd'hui dans d'autres applications telles que les régies de distribution de l'eau. · application. · une demande de transmission des enregistrements d'oscilloperturbographie. Communication Ethernet : Page EMI-EEP 85 2011-2012 . L'ensemble de ces fonctions constitue une pseudo-couche Transport. · des ordres de synchronisation horaire. Le protocole DNP3 est construit sur les normes de base issues des travaux du Comité d'Etudes TC57 de la CEI. pour obtenir la valeur courante des états et signalisations de l'équipement esclave. Un Comité Technique a en charge la maintenance et les évolutions du protocole. le transport. l'industrie pétrolière et l'industrie du gaz. DNP3 est construit sur le profil EPA (Enhanced Performance Architecture) qui est une version simplifiée du modèle OSI (Open System Interconnection). les spécifications DNP3 sont devenues publiques en 1993. DNP3 a été retenu par la Task Force IEEE C. le traitement des eaux usées. Elles sont placées sous la propriété et le contrôle d'un groupe d'utilisateurs. · des ordres de réinitialisation de l'interface de communication 4.Le protocole DNP 3 : Historique : Conçu à l'origine pour les régies de distribution électrique. Le "DNP3 User Group" rassemble des constructeurs et des utilisateurs du monde entier. traitant des Systèmes de Puissance et des Systèmes de Communication associés. pour permettre la transmission de messages de tailles importantes (2 kilo- octets ou plus).

Ethernet définit et met en œuvre les schémas de codage et de décodage qui permettent de transporter les bits de trame sous la Page EMI-EEP 86 2011-2012 . aux composants physiques qui placent les signaux sur les supports et à diverses autres technologies. il a été inventé par Robert Metcalfe et ces collaborateurs de la société Xerox. au niveau de la couche 1. Les sous-couches liaison de données contribuent largement à la compatibilité technologique et à la communication entre périphériques. Standardisé dans la norme IEEE 802. La sous-couche LLC (Logical Link Control) reste relativement indépendante de l’équipement physique qui sera utilisée pour communiquer.1. Figure 3. Au niveau de la couche physique la connexion peut se faire soit électriquement par un câble de cuivre (RJ45) soit par fibre optique « LC ou ST ». A. Projet de fin d’études Dpt G.3. Ethernet est associé aux signaux.13 : Position d’Ethernet dans le modèle OSI. aux flux de bits qui traversent les supports. il définit la connexion des équipements informatiques dans un réseau LAN. Mises en œuvre physiques d’Ethernet : En tant que technologie associée à la couche physique. il décrit les exigences pour le raccordement de réseau selon la couche 1 (la couche physique) et la couche 2 (la couche liaison de données) du modèle OSI. En effet. qui seront utilisés pour communiquer les informations et préparer les données pour qu’elles soient transmises sur les supports. La couche 1 Ethernet joue un rôle clé dans la mise en œuvre des communications entre les périphériques. Alors qu’au niveau de la couche 2.Elec-EEP Ethernet est un protocole de réseau local à commutation paquets. La sous-couche MAC est associée aux composants physiques.

Dans les réseaux modernes.14 : Connecteurs et commutateurs Ethernet. et plus tard CSMA/CD ( détection de collision). le long du support. elle est copiée sur les autres ports pour que tous les segments du réseau LAN reçoivent cette trame. Figure 3.Elec-EEP forme de signaux. la structure de trame Ethernet reste la même. Avec tous les types de support qu’Ethernet prend en charge. Ethernet reposait non seulement sur une topologie de bus logique au niveau de la couche liaison de données. ils rassemblent un groupe de nœuds et permettent au réseau de les interpréter en tant qu’unité unique. C’est pour cette raison que cette technologie est très évolutive et permet de répondre aux besoins des réseaux modernes. Les concentrateurs concentrent les connexions. Lorsqu’une trame parvient sur un port. quelle que soit le type de mise en œuvre physique d’Ethernet. Les premières mises en œuvre d’Ethernet ont été déployées dans un environnement LAN à faible bande passante. mais aussi sur une topologie de bus physique. Page EMI-EEP 87 2011-2012 . En d’autres termes. Une topologie en étoile avec des concentrateurs a supplanté la topologie initiale. dans lequel l’accès aux supports partagés était géré par la méthode CSMA (détection de porteuse avec accès multiple). Les périphériques Ethernet utilisent différents types de câble et de connecteur. Ethernet utilise les câbles de cuivre à paires torsadées non blindées (avec connecteurs R-J45) et les fibres optiques pour interconnecter les périphériques réseau via des périphériques intermédiaires tels que les concentrateurs et les commutateurs. Projet de fin d’études Dpt G.

Protocoles de la communication Ethernet : 5. Comme le montre la figure précédente : dans la topologie étoile. Page EMI-EEP 88 2011-2012 . une connexion physique relie chaque équipement. Le protocole IEC 61850 : Au début des années 1990.1. On pourrait terminer alors en résumant le succès et l’expansion d’Ethernet dus aux facteurs suivants : · Simplicité et facilité de maintenance. 5. · Coûts minimes d’installation et de mise à niveau. · Fiabilité. elle demeure néanmoins nul utilisée vu que l’Ethernet est basée intrinsèquement sur une topologie étoile et qu’il n’admet pas le risque d’avoir des surcharges de trafics dues à la formation de boucles intérieures de données.15 : migration vers la topologie étoile. conséquences immédiates de la perte d’un équipement sur l’anneau. · Possibilité d’incorporer de nouvelles technologies. de la protection et de l’acquisition des données dans les postes numériques permettant l’interopérabilité des équipements du poste de différents constructeurs. Alors que même si la topologie Anneau existe. souvent un Switch Ethernet. à un équipement central. Projet de fin d’études Dpt G.Elec-EEP Figure 3. L’institut de recherche en Energie Electrique (EPRI) aux Etats Unis commençait déjà à travailler sur des Architectures de communications standardisées (UCA). Ce travail élaboré a permis de fournir l’UCA2 qui a montré qu’une vraie interopérabilité était possible. dans le réseau. Le but était de fournir un consensus industriel concernant l’intégration du contrôle.

1. le SCL peut être utilisé pour définir avec précision les exigences de l’utilisateur pour les postes et équipements. • Les Noms d’objets sont standardisés : les noms ne sont ni dictés par le fournisseur d’équipement ni configurés par l’utilisateur. Ses avantages peuvent se résumer comme suit : · Il élimine les ambiguïtés d’approvisionnement : comme pour les objectifs de la configuration. Page EMI-EEP 89 2011-2012 . de Generic Object-Oriented Substation Events).Elec-EEP Sur la base de l’UCA2. Elles sont définies dans le Standard et données dans un contexte qui permet à l’ingénieur d’identifier immédiatement le sens de la donnée. IEC 61850 est plus qu’un protocole ou même une collection de protocoles. 5. Il permet l’intégration de toutes les fonctions de protection. de Standardised substation configuration language) : permet la configuration d’un équipement et de définir son rôle dans système électrique. en plus qu’il fournit les moyens de télésignalisation et de téléverrouillage. • Langage de configuration Standardisé pour le poste : (SCL abrév. la Commission Internationale de l’Electrotechnique a élaboré le Standard IEC61850 qui a révolutionné les postes numériques. de mesure et de surveillance dans un poste. • Des services de haut niveau : les services de communications offerts par le standard IEC 61850 présente une gamme très variée. de contrôle. Projet de fin d’études Dpt G. Voici quelques caractéristiques et capacités clés du Standard IEC 61850 : • l’usage de noms pour les données : chaque donnée est nommée par des chaines de caractères descriptives. Caractéristiques du Standard IEC 61850 : IEC 61850 est un Standard international pour les communications basées sur la technologie Ethernet dans les postes électriques.3. comme les événements génériques du poste Orientés Objets (GOOSE abrév. C’est un standard complet qui a été conçu pour opérer sur les technologies modernes de réseaux. • Les équipements se décrivent eux même : les applications du client peuvent télécharger la description de toutes les données sans manuel de configuration.

· Des couts bas de mise en œuvre : les équipements compatible IEC 61850 n’exigent pas beaucoup de manuels de configuration. Projet de fin d’études Dpt G. ils se trouvent alors éliminés réduisant par suite les erreurs. du calibrage et des couts de la maintenance. · Des coûts de migrations d’équipements bas : les coûts qui en sont associés sont réduits grâce aux conventions de nomination standardisées et le comportement d’équipement. Page EMI-EEP 90 2011-2012 . du câblage. Cela induira en la réduction du nombre des transducteurs utilisés.Elec-EEP · Coût bas d’installation : IEC 61850 permet aux équipements d’échanger les données en utilisant le GOOSE sans avoir à câbler des liaisons séparées pour chaque IED. · Coûts bas de Transducteurs : une seule unité de diffusion peut délivrer plusieurs signaux de mesure à plusieurs équipements en utilisant seulement un seul Transducteur.

Il peut y avoir plusieurs équipements logiques pour un seul équipement physique qui serait leurs passerelle. dont la nomenclature et la catégorisation sont définies et standardisées dans les spécifications IEC 61850.2. Chaque équipement logique contient un ou plusieurs nœuds logiques .un nœud logique est un regroupement de Page EMI-EEP 91 2011-2012 .3. Cette approche impose aux ingénieurs de configurer manuellement les objets et de les mapper aux variables du système électrique.15 : application de l’IEC 61850 5.16 : Modèle d’un équipement dans le standard IEC 61850.Elec-EEP Figure 3.qui se connecte au réseau et qui est défini par une adresse IP . Le Standard IEC 61850 fonctionne différemment. Il spécifie un modèle complet définissant comment les équipements électriques doivent organiser les données dans une manière cohérente et ceci pour tous les types et les marques d’équipements. Figure 3. Modèle de données dans le Standard IEC 61850 : Les protocoles typiques de communications définissent comment les données doivent être transmises à travers les différents supports. Projet de fin d’études Dpt G. le modèle de n’importe quel IED compatible IEC 61850 peut être représentée comme une hiérarchie d’informations. mais ils ne spécifient point comment les données doivent être organisées au niveau de l’application. Ainsi. Ce modèle là commence avec l’équipement physique -typiquement un IED.

La compréhension du modèle d’un équipement du système électrique dans le Standard IEC61850 nous permettra par la suite de le situer dans l’architecture DCS.). · Langage et outils d’ingénierie.Elec-EEP données et une association de services qui sont liés logiquement à une certaine fonction du système électrique. pour terminer cette partie. de mapper ses objets. · Harmonisation avec la norme CIM. · Banalisation du matériel..Chaque nœud logique contient un ou plusieurs éléments d’informations qui sont en nombre d’une centaine mais qui peuvent être catégorisées en Sept groups : · Informations Système · Informations de l’équipement physique. Projet de fin d’études Dpt G. · Informations de Statut (profile) · Valeurs de mesure. Récapitulant. transformateur et fonctions liées. · Paramètres. · Données de contrôle. avec chacun un nom défini. de le paramétrer. bref de le configurer. · Intégration des équipements SmartGrid. · Mesurandes. (Fonctions de protection. Par exemple les SPS (Single Point Status). Chaque nœud logique possède un ensemble d’attributs figé par le standard. un type défini et un objectif spécifique. les opportunités offertes par le standard IEC 61850 : · Convergence vers un modèle de données commun · Diminution du nombre de protocoles · Réduction des coûts d’ingénierie · Maîtrise d’un modèle de données unique. Page EMI-EEP 92 2011-2012 . mesure. fonctions de supervision et de contrôle.

offrant par suite un flux de secours. il peut être définit comme « toutes les ressources non nécessaires si les défauts ne peuvent pas avoir lieu». le flux alternatif continue toujours de circuler (redondance statique) et cela ne nécessitera pas de durée de permutation parce que le flux alternatif était déjà opérationnel. Les principes de la redondance dans les réseaux de communication : Le terme « redondance » est souvent mal interprété et vu souvent comme un surplus non nécessaire pour le fonctionnement normal d’un système.Elec-EEP V.17 : principe de la redondance Sur cette figure. Ce type de redondance est reconnu sous le nom de la redondance dynamique et cela nécessite une certaine durée pour devenir opérationnelle. c’est-à-dire si un flux tombe en échéance. Alors que lorsque le flux de secours est donné dans un arrangement d’en-cours (workby). Page EMI-EEP 93 2011-2012 . Cette topologie est appelée : Topologie étoile à guidage dual (Dual Homing Star Topologie). Quand le flux de secours est fourni dans un arrangement en attente (standby). Figure 3. Projet de fin d’études Dpt G. Alors dans le contexte des réseaux de communication. c’est-à-dire lorsque le flux primaire tombe en échéance. la redondance est exigée quand la faute ne peut pas être tolérée dans des applications critiques comme la transmission de données dans les postes numériques. cela est immédiatement détecté et le flux de secours est activé. Par conséquent. on constate que chaque nœud est connecté aux deux Switchs.

Page EMI-EEP 94 2011-2012 . les réseaux des postes électriques perdent leur isolation et par suite deviennent vulnérables à des attaques informatiques. un intérêt majeur a été porté pour adopter les deux types de redondances ensemble (Statique et Dynamique) .Elec-EEP Ainsi. elles étaient « sécurisées par isolation » (on ne pouvait pas y accéder depuis le monde extérieur). pour répondre aux exigences particulières de la disponibilité du réseau dans les postes électriques. Projet de fin d’études Dpt G. Et par conséquence. La croissance de la complexité des schémas de contrôles-commande et de protection des postes électriques accompagnée par le progrès technologique et la volonté générale de faire une ouverture à l’interopérabilité ont conduit à la standardisation des réseaux et les échanges de données dans les postes. chacun des deux est relié à un segment séparé d’un réseau LAN. En d’autres termes. les postes électriques peuvent être interconnectés à des réseaux intégrés ou à Internet. Elle prend toujours en considération les facteurs suivants : · La Confidentialité : prévenir des accès non autorisés à l’information · L’intégrité : prévenir des modifications non autorisées. Alors.et elles étaient « sécurisées par Obscurité » (Il serait très difficile d’interpréter ou de pirater ses propres formats et protocoles). elles profitaient d’une sécurité intrinsèque. La sécurité informatique fournie une protection contre tout transfert. Cela veut dire que la sécurité fournie jadis par l’obscurité des protocoles n’est plus assumée ainsi qu’en partageant les mêmes supports de communications que ces réseaux « Ouverts » (Publics).C’est dans ce sens qu’on peut lire la clause 4 du Standard IEC62439-3 qui vient décrire le Protocol de Redondance Parallèle (PRP) conçu spécialement pour les topologies étoiles à guidage dual. elles étaient restreintes à la délimitation géographique du poste et possédaient ses propres protocoles. qui utilisent des protocoles « Ouverts » (publics) pour la communication. La sécurité des réseaux informatiques : Au début. Ainsi. chaque équipement compatible PRP possède deux ports qui travaillent en parallèle. quand les communications ont été introduites dans l’environnement des postes électriques pour le contrôle-commande. dans les applications liées aux réseaux étendus. modification ou destruction d’information et/ou du système d’information qu’ils soient accidentels ou intentionnés. 1. · Disponibilité / Authentification : prévenir les rejets de service et assurer l’acces autorisé à l’information.

. une solution plus flexible peut être implémentée en appliquant la sécurité au niveau de la couche Application . on a recours à un protocole qui est le plus utilisé : le Protocol de Sécurité de la couche de Transport( TLS). Cette sécurité-là. § Le paramétrage des équipements. Mais du fait qu’elle relève de la couche Transport alors ce type de sécurité d’échange de données est réservé seulement aux communications point-à-point.Elec-EEP · La Traçabilité / la Détection : Surveiller. Approches mises en œuvre pour sécuriser les communications dans les postes numériques : On va détailler dans le paragraphe qui suit quelques approches mises en œuvre au niveau du modèle OSI à 7 couches pour assurer la sécurité de communication entre IEDs. Projet de fin d’études Dpt G. La sécurité informatique ne peut être réalisée qu’avec un ensemble de mesures telles : · la correction des failles de la vulnérabilité du système : corriger les mauvaises habitudes du personnel vis-à-vis des mots de passe par exemple.18 ) Ainsi. La SOA est basée sur des services Web qui permettent la transmission de messages en toute sécurité entre les équipements et n’est pas limitée à la communication point-à-point. Cela produit ce qu’on appelle une Architecture Orientée Service (SOA). (Voir fig 3. sont sécurisés indépendamment du milieu de Transport dans lequel ils vont être échangés. eux même.Là. 2. Au niveau de la couche Transport.mais qui est communément connu sous le nom de SSL ( Secure Socket Layer ).Cela se fait plus précisément au niveau de la couche Transport et de la couche Application. · l’assurance de la disponibilité. § La gestion des verrouillages et événements : cela inclut les verrouillages de sécurité qui sont stockés dans les différents IEDs. Eviter de surcharger les équipements. la connexion entre les équipements est établie. cela inclut les mots de passe et les permissions. détecter les intrusions et analyser les incidents. · et enfin de fournir une technologie appropriée tels les pare-feux. garantie la confidentialité. gérée et surtout contrôlée…Pour appliquer la sécurité au niveau de cette couche. l’intégrité et l’authentification de l’information. · l’implémentation des procédures de sécurité adéquates : § définir les informations que doivent avoir les utilisateurs pour avoir accès aux équipements. Cette Architecture n’est pas prescrite à un certain profile spécifique et pourtant le Protocol Page EMI-EEP 95 2011-2012 .. les messages.

Avec l’introduction de la téléimpression.18 : TLS Vs DPWS Conclusion du chapitre Comme la dépendance en énergie électrique croît sans cesse. Les centrales de production et les lignes de transport de l’énergie électrique étaient interconnectées de manière à fournir une meilleure redondance.18) Figure 3.Elec-EEP Profil équipement pour les Services Web (DPWS) offre un niveau approprié de sécurité pour les postes numériques. Vu que la demande en une énergie électrique fiable devient de plus en plus grande. Alors que les postes électriques -points de liaison des lignes- employaient souvent des équipements de protection pour faire en sorte que les défauts de système soient isolés et qu’ils n’affectent pas l’ensemble du réseau. (voir fig 3. Le personnel operateur était souvent réparti sur ces postes pour surveiller et répondre rapidement à tous les problèmes qui peuvent survenir. du Modem (Modulateur/Démodulateur) et des équipements électroniques intelligents (IEDs) dans les postes électriques. Projet de fin d’études Dpt G. des technologies comme le SCADA ont été développées pour télésurveiller et même de contrôler les paramètres clés du Système tout en réduisant par suite le besoin d’un personnel consistant dans les postes électriques. leurs capacités fonctionnelles et de communications ont énormément évolués et qui grâce à la standardisation Page EMI-EEP 96 2011-2012 . le besoin de trouver des moyens pour assurer la fiabilité du système le fait aussi.

Page EMI-EEP 97 2011-2012 . Projet de fin d’études Dpt G. ont permis l’émergence des systèmes très sophistiqués permettant une meilleure opérabilité et une bonne maitrise du réseau.Elec-EEP des protocoles de communication et la sécurité qu’ils offrent.

et finir par détailler parmi la structure d’ensemble une tranche « départ 225 kV » pour illustrer tout ce qui relate à la création de la base de données et la configuration des relais de protections numériques.Elec-EEP Chapitre IV : Contrôle commande du poste 225/60KV « KALAA SRAGHNA» Ce chapitre vient couronner ses précédents dans la mesure où la partie réalisation du projet confié y est effectuée. nous avons commencé par analyser le cahier des charges ONE. proposer des solutions parmi le matériel ALSTOM. Pour cela. créer une base de données (modèles et interface homme machine) pour la gestion de tout le système. réaliser l’architecture du système. Projet de fin d’études Dpt G. Page EMI-EEP 98 2011-2012 . en dégager les parties qui concernent le contrôle-commande.

cette dernière était l’objet de notre projet de fin d’études réalisé au sein de cette même équipe. Ces objectifs ne peuvent être atteints sans une politique de conduite centralisée qui maitrise toutes les composantes du système électrique depuis les centrales de production jusqu’au client final. les investissements programmés de développement du réseau de transport visent à accroître la capacité et les économies d'échange avec les pays voisins ainsi qu'à améliorer la qualité du service et à renforcer la sécurité d'alimentation en énergie électrique des différents centres de consommation. S'inscrivant alors dans le cadre du schéma directeur de grand transport arrêté par l'ONE. de transport et de distribution d'électricité à travers d'importants projets. deux départs 60kV (Tensift et El Broj) et six départs 22kV Page EMI-EEP 99 2011-2012 . l'ONE ne cesse d'œuvrer au développement de nouvelles capacités de production. qui sera équipé de la technologie numérique offrant tous les avantages d’un système de téléconduite. I. L’ONE a confié la réalisation de la partie équipements de puissance à la SGEE et la partie automatisation à ALSTOM Grid qui grâce à son équipe automation réalise la partie contrôle commande du poste. Afin d'accompagner cette évolution et de satisfaire les besoins en électricité dans l'ensemble du territoire national aux meilleures conditions de prix et de qualité de service. C’est dans ce sens-là que l’ONE a lancé la construction du poste 225/60kV de Kalaa Sraghna. il est le nœud de deux départs 225kV (Tizgui et Tensift II). Présentation du poste Kalaa : C’est un poste THT/ HT de transport isolé par l’air. Projet de fin d’études Dpt G.Elec-EEP Introduction : Face à une demande toujours croissante.

Centre 1. Le schéma unifilaire du poste est donné par la figure suivante : Page EMI-EEP 100 2011-2012 . Le transformateur THT/HT de puissance installé dans le poste est un transformateur à double secondaires 225/63/11 kV et d’une puissance apparente de 70MVA. un départ Réserve équipé et un départ condensateur). Dar El Hamdi. Centre 2 Gazette. Le tertiaire alimente les services auxiliaires. Projet de fin d’études Dpt G.Elec-EEP (Laararcha.

les tranches suivantes doivent être installées en technologie numérique intégrée. · Chaque fonction de réglage doit avoir une plage de réglage très large et un pas de réglage très fin. Tranches à équiper : D’après le cahier de charge ONE. · Les relais de protection doivent au moins répondre aux spécifications disponibles à l’ONE. · La synchronisation du temps devra se faire entre tous les équipements du poste et compris celles de constructeur différents par une horloge de précision piloté par GPS. Analyse du cahier de charges : 1. 2.1 : unifilaire du poste Kalaa II. · L’architecture générale du système numérique à prévoir pour les nouveaux postes DIT n° SCP AG 225-60 ET 225. · La conception d’une architecture UCL (Unité de Contrôle tranche) et protection dans le même boitier ne sera pas acceptée. On limitera notre intérêt à celles relatives à la partie contrôle commande. v Tranche générale de Transport v Deux tranches départ THT v Tranche barre THT v Tranche transfo THT/HT/MT Page EMI-EEP 101 2011-2012 .Elec-EEP Figure 4.22 Système de contrôle commande numérique Architecture Générale <<Double étoile>> indice A. · Un calculateur pour chaque tranche. · Séparation des protections tranche BT. Projet de fin d’études Dpt G. · L’architecture de type boucle n’est pas acceptée. Clauses générales : Parmi les quarante clauses générales citées dans le cahier des charges. dont on retient : · Le poste 225/60kV de Kalaa Sraghna sera en technologie numérique intégrée.

Les équipements des tranches : Les installations seront téléconduites Dispatching national sauf la travée départ condensateurs sera téléconduite à partir le dispatching régional.) v Poste d’ingénierie (analyse perturbographique) port USB & imprimante v Synchronisation par GPS et Indicateur horaire v Imprimantes SCP : « graphique » et « évènement » v Postes Operateurs .1.1. Projet de fin d’études Dpt G.Tranche départ 225KV : (page 9 &33 du C. VI.1. v Protection de surcharge.P. v Equipement perturbographie.) v Protection de surtension 3~ avec fonction « ET » deux seuils temporisés chacun.Elec-EEP v Tranche barre HT v Deux tranches départ HT v Tranche départ MT batteries condensateurs v Tranche services auxiliaires 3. v Protection défaillance disjoncteur « 50BF » avec fonction « OU ».T.7. v La supervision des circuits de déclenchements. v Protection directionnelle de terre à puissance homopolaire à temps inverse « 32N ». v Deux synchrochecks fonctionnent en parallèle. ordinateur SCP v Calculateur tranche N°1 (télécom) v Calculateur tranche N°2 v Serveur redondant SCP v Passerelles téléconduites 3. Page EMI-EEP 102 2011-2012 . v Protection minimum de tension 3~ avec fonction « ET » à deux seuils temporisés chacun. v Deux protections distance et une 3ème de constructeurs différents.S.7. 3.2.O. v Protection et automatisme manque de tension.Tranche générale de Transport : (page 8 & tableau 35 du Cahier des spécifications techniques Particulières ONE VI.

5.S.Tranche départ H.T.T : (page 11 & 34) (Tensift.7.7.O.4.Tranche barre 225KV : (page 9 & 33 du C.Tranche barre HT : (page 11 & 34) v Calculateur tranche v Relais minimum de fréquence 4 échelons (60KV). VI.P. v Calculateur tranche v Centrale de mesure 3. v Protection masse câble. v Protection gaine câble. Elbroj) Page EMI-EEP 103 2011-2012 .) v Régulateur de tension avec une protection max de courant ou un compoundage actif et réactif. VI. 3.S.Transformateur THT/HT/MT: (page 10 & 33 du C.T.3. v Réenclencheur 3.) v Relais minimum de tension 225KV v Calculateur de la tranche v Enregistreur de tension 3. v Central de mesure. v Equipement perturbographe. v Protection ampérmétrique phase et homopolaire avec relais à double seuils avec temporisation (boitier dédié). v Deux synchrochecks fonctionnent en parallèle. v Protection surcharge thermique à deux seuils.P. v Protection différentielle transformateur (boitier dédiée).Elec-EEP v Calculateur tranche.1.1.6.O. Projet de fin d’études Dpt G. v Protection masse cuve.

v Calculateur tranche v Protection de déséquilibre 3. Solutions ALSTOM : 1. P443. Tranche départ 225KV : Nombre Code IED Protections IDEs Alstom ANSI choisi Protection distance N°1 avec 1 21 P441. v Deux synchrochecks fonctionnent en parallèle. Projet de fin d’études Dpt G. P442. v Centrale de mesure. utiliser le relais pour un nombre maximal de fonction en respectant les exigences les clauses du cahier de charge et en optimisant en même temps le coût. P444 P444 localisateur de défaut 1 Protection puissance homopolaire 32N P441. P442.7.-à-d.1. P444 P444 Page EMI-EEP 104 2011-2012 .8. Les relais utilisés dans chaque tranche est les suivants : 1.Tranche départ MT batteries de condensateurs : (page 13 ET 35) v Protection maximum de courant doté de deux seuils avec temporisation chacun v Centrale de mesure (non intégré dans l’nuitée de contrôle tranche).Tranche services auxiliaires : (page 20 & 35) v Calculateur de tranche.Elec-EEP v Deux protections distance de constructeurs différents avec localisateur de défaut une intègre la protection directionnelle à puissance homopolaire à temps inverse. Matériel ALSTOM pour la protection de chaque tranche : Le choix du matériel Alstom (relais numérique) qui répond aux différentes fonctions de protection que demande l’ONE dans son cahier de charge repose principalement sur le nombre des fonctions de protection que doit réaliser c. III. P443. v Calculateur tranche. Le délestage se fait par minimum de tension 225KV et minimum de fréquence 60KV 3.

Tranche transformateur THT/HT/MT : Code IED Nombre Protections IDEs ANSI Choisi Protection de surcharge P141. P444 1 Protection max tension à 2 seuils 59 P141. P444 Tableau 4. P444 P141. C262 P143 2 Contrôle de synchronisme 25 P441. 1 Contrôle de synchronisme N°1 25 P444 P443. P444 Page EMI-EEP 105 2011-2012 . P142. P142. P143. P142. P442. P143. P142. P142. P142. P442. P442. P142. P142. P442. P442. P442.2. P441. 1 Contrôle de synchronisme N°2 25 C264 P443. P142. P441. P144 P444 1 Protection de surcharge 49 P442. P144 1 49 P141 thermique P443 Relais ampérmétrique 1 50/51 P141. P444 P141. P444 Protection différentielle 1 87T P63X P633 (B Dédiée) Protection voltmétrique P141. P143. Projet de fin d’études Dpt G. P143. P144 1 Protection défaillance disjoncteur 50BF P141 P441. P144 P141 b dédiée coté 225KV (B Dédiée) Relais ampérmétrique 1 50/51 P141. P443. P444 P143. P143. C264. P444 C262 P141. P444 Protection et automatisme manque de Programmée par la 1 P444 tension PSL P441. P143. P144 P444 temporisés chacun avec « ET » P441. P144 1 24 /59 P141 homopolaire coté 11KV et coté P441. C264. P444. P443. P443. P443. P144 P143 b dédiée coté 60KV (B Dédiée) Relais ampérmétrique 1 50/51 P141. P144 1 Défaillance disjoncteur 50BF P141 P441. P443. 1 Réenclencheur 79 P444 C262 P143. P442. P442.Elec-EEP Protection distance N°2 avec 1 21 Hors fourniture Alstom REL670 localisateur de défaut Protection min de tension à 2 seuils P141. P143.1 : les relais numériques ALSTOM pour la tranche départ 225kV 1. P144 P141 b dédiée coté 11KV (B Dédiée) P143. P443. P443. P143. P144 1 27 P444 temporisés chacun avec « ET » P441. P442. P143. P443. P142. P143.

4 : relais protection barre 225kV 1.6. P94X P943 fréquence Tableau 4. Tranche batterie de condensateurs: Code IED Nombre Protections IDEs ANSI Choisi 1 Maximum de courant 50/51 P141.3. P444 Tableau 4. Tranche barre 225 kV: Code IED Nombre Protections IDEs ANSI Choisi P441. P442. P143.5. P144 P141 1 Protection déséquilibre 46 Schneider P122 Tableau 4. Tranche barre 60 kV: Code IED Nombre Protection IDEs ANSI Choisi Protection minimum de 1 81L P143.Elec-EEP 60KV. P143.5 : relais protection barre 60kV 1. Masse cuve et défaut 1 50/51N Schneider P122 câble Tableau 4. C262 2 Contrôle de synchronisme 25 P442 P441. P142. P444 P442 localisateur de défaut 1 Réenclencher 79 Hors fourniture Schneider REL670 P143. P443. Projet de fin d’études Dpt G.4.2 : les relais pour la tranche transformateur 1. P443. Tranche départ 60KV : Code IED Nombre Protections IDEs ANSI Choisi 1 Protection distance avec 21 P441.5 : relais protection tranche condensateurs Page EMI-EEP 106 2011-2012 . P442. P444 1 protection minimum de tension 29 P141 P141. P142. P144 Tableau 4. P442.3 : relais protection départ 60kV 1. P443.

3. Type de commande : 2. Architecture du réseau local du poste : C’est une architecture en double étoile indice A.1. Justification depuis le cahier des charges : 2.Elec-EEP N. Commandes éloignées : La commande éloignée sera réalisée par deux passerelles indépendantes et redondantes avec deux sorties CPL et deux sorties FO chacune. ü P122 (fourniture Schneider) § Régulateur de tension pour Transformateur : TAPCON Justification depuis le cahier des charges : 2.1.B : Matériel hors fourniture Alstom : § Equipement de protection : ü REL 670 (fourniture ABB). La passerelle doit disposer de : § 2 ports RS 232 équipées de modems § 2 ports analogiques. Page EMI-EEP 107 2011-2012 . Autres matériels de contrôle-commande : 2.2. Projet de fin d’études Dpt G. Ces sorties vont être raccordées aux équipements de télécommunications pour assurer la communication avec le Dispatching National.

1.Elec-EEP Justification depuis le cahier des charges : · Le protocole de communication sur ces réseaux est le Standard IEC 60870-5-101. Périphériques (2 imprimantes pour chaque poste operateur (une d’événements et l’autre graphique). Justification depuis le cahier des charges : · Le protocole de communication local est le Standard IEC 61850. Commande en local : La conduite du poste en local sera effectuée par deux écrans (plats) et claviers à partir de deux postes de conduites redondants. Justification depuis le cahier des charges : Synchronisation sera réalisée par GPS (Antenne et Horloge GPS pour l’horodatage des événements et des alarmes). Justification depuis le cahier des charges : Page EMI-EEP 108 2011-2012 . Justification depuis le cahier des charges : 2. Projet de fin d’études Dpt G.4.

Justification depuis le cahier des charges : 3. L’architecture la mieux adaptée pour ce poste est donnée par la figure ci- dessous (nous avons dessiné cette architecture par VISIO )------------------------------------------ ----------------------------- Page EMI-EEP 109 2011-2012 . Elaboration architecture du système de contrôle commande : La topologie du réseau de communication demandée par l’ONE et les contraintes technologiques et conventionnelles (disposition en tranches.Elec-EEP · Poste d’ingénierie et perturbographes : Le Poste d’ingénierie possède les mêmes caractéristiques que les postes operateurs et assez suffisantes pour traiter les différentes informations et les stocker sur le disque dur. Projet de fin d’études Dpt G. 2) La configuration des relais de protection (paramètres+ PSL) est effectuée aussi par les postes d’Ingénierie. restriction sur les constructeurs…). 1) Tous les enregistrements perturbographiques et événements issus des différents équipements de protections des perturbographes doivent être collectés et analysés par ce poste d’ingénierie et envoyés sur l’imprimante graphique.

.

Rapport de projet de fin d’étude .

.

Figure 4.1.Présentation de Micom S1 Studio: Le Micom S1 Studio est un logiciel qui permet le paramétrage et la configuration de toute la gamme Micom. Rapport de projet de fin d’étude 4. envoyer ou extraire à /ou depuis l’équipement le fichier des réglages : Figure 4. Configuration et paramétrages des protections : 4.3 : liste des dossiers de paramétrage d’une protection pat Micom Studio . il permet de : · Paramétrer.2 : Micom Studio à l’intant de demarrage Grace à ses fonctionnalités.

§ La gestion et l’analyse des enregistrements des événements et des défauts : Les événements générés correspondent à des changements d’état des entrées et sorties logiques. ou à des modifications apportées à un ou plusieurs paramètres ou à des signaux d’alarme. de mesure et de perturbographie.Elec-EEP Permet d’activer parmi les fonctions qu’offre le relais celles qui répondent aux besoins du client : fonctions de protection. comme la supervision du circuit de déclenchement. ou une logique complexe comme la fonction de rétablissement de la fréquence. une logique graphique très performante permet à l’utilisateur de personnaliser les fonctions de protection et de contrôle- commande. ü sélectionner les rapports des TCs/TTs. Un certain nombre de relais de la série 20 dispose d’équations logiques simples et de fonctions de verrouillage logique. Certains schémas Page EMI-EEP 114 2011-2012 . des LED et des alarmes. · Editer les schémas programmables logiques (PSL). Dans les relais des séries 30 et 40. Projet de fin d’études Dpt G. des relais de sortie. Ils sont enregistrés par suite et peuvent être consultés sur l’afficheur à cristaux liquides ou transférés vers des PCs via des ports de communication. · La Visualisation des mesures en temps réel. Les fonctions graphiques servent également à programmer la fonction des entrées optiques isolées. ü Sélectionner les groupes de réglages. ü de personnaliser les Entrées/ Sorties. ü Définir leurs seuils correspondants. L’enregistrement de ces événements se fait en les synchronisant grâce à une horloge GPS. Les enregistrements de perturbographie stockent les valeurs échantillonnées de toutes les entrées analogiques. Les schémas logiques programmables servent à mettre en œuvre de nouvelles fonctions de supervision. telles que les courants et les tensions pendant le défaut. L’analyse de ces enregistrements de perturbographie s’effectue par le logiciel MiCOM S1.

La base de données détermine avec précision : · Les signaux remontants au PC de contrôle.4 : éditeur PSL de Micom Studio. Création de la base de données : Le système PACiS « le DCS d’ALSTOM » est constitué généralement de : · Un serveur OI installé dans le PC de contrôle. · Toutes les vues et les synoptiques aux niveaux des calculateurs et les clients OIs. Figure 4. comme la surveillance du circuit de déclenchement avec le disjoncteur ouvert ou fermé. Projet de fin d’études Dpt G. · … Page EMI-EEP 115 2011-2012 . · Des serveurs constitués des calculateurs des tranches.Elec-EEP sont déjà implémentés dans l’équipement. Configuration du système PACiS: 5.1. 5. · Les commandes à envoyer aux IEDs. · La configuration des protocoles et des adresses pour la communication. Le fonctionnement du système PACIS nécessite le chargement d’une base de données dans le serveur OI et dans tous les calculateurs. · Les droits d’accès.

5) est l'outil central chargé de gérer la base de données du système PACiS des sous-systèmes. Lors de la création de la création du BD il faut prendre en compte trois aspects : · Topologie du système : c’est l’ensemble des équipements nécessaires pour gérer le procédé électrique. Page EMI-EEP 116 2011-2012 . Cet aspect est défini par ALSTOM doit correspondre aux besoins du client. Le PACiS SCE respecte ces trois aspects. · Topologie électrique : c’est l’ensemble des équipements électriques qui constituent le procédé du client (transformateurs. · Topologie graphique : c’est l’ensemble des synoptiques et leurs descriptions graphiques animées qui sont visible aux points de commande du poste électrique (Operateur interface). sectionneurs.). disjoncteurs. En effet à la création d’un nouveau projet ..Elec-EEP La création de la base de données se fait à l’aide du logiciel PACiS SCE ( ‘SCE’ est l’abréviation System Configuration Editor). Projet de fin d’études Dpt G. a) Présentation du PACiS SCE : L'éditeur de configuration système PACiS SCE (figure 4.ces trois topologies sont automatiquement instanciées.

protection…). Donc la création de la base de données consiste principalement à fournir les modèles de tous les équipements du système PACiS et établir les relations entre leurs objets. inconnu. Le modèle d’un équipement –qu’il soit physique ou générique. OI client. Projet de fin d’études Dpt G.Chargement de la base de données : Une fois la base de données est créée par l’éditeur PACiS SCE.).Zip pour être chargée dans tous les équipements PACiS (OI serveurs. SPC. les départs. La définition de ce modèle ne peut être complète qu’une fois les liaisons entre les trois parties sont établies. disjoncteur…). défaut interne. Il contient le mapping des signaux (réseau câblage…) et les profiles des points de données.5 : fenêtré PACiS SCE lors de la création d’un nouveau projet. DPC…). 5.Elec-EEP Figure 4.dans le système PACiS est un ensemble de données éclaté sur les trois parties : · Partie électrique : regroupe tous les signaux provenant de la partie système à savoir les évènements. OI serveur. il faut qu’elle soit validée (Correction des erreurs) et générée dans un format . les états et les alarmes. Page EMI-EEP 117 2011-2012 . · Graphisme : définition des interfaces d’opérateurs (espace OI.2. DPS. · Site : c’est le processus électrique (niveau de tension. espace calculateur) et les droits d’accès. Il contient les données temps réel (Points de données : SPS. calculateurs.. · Partie graphique : représente graphiquement les états de l’équipement (normale. · Scs : (‘SCS’ est l’abréviation du Substation Control System : système de contrôle-commande des postes électriques) la partie système qui regroupe les équipements de communication (calculateur. passerelles…) à l’aide de l’outil SMT (System Management Tool) et dans les calculateurs par l’outil CMT (Computer Management Tool). · Partie système : regroupe les interfaces physiques de l’équipement et définit sa position dans le système de communication. MPS.

Base de données du poste complet : La fenêtre d’ancrage (fenêtre de travail) de l’éditeur PACiS SCE (figure ci-dessous) regroupe : Page EMI-EEP 118 2011-2012 . nous nous focalisons sur un seul départ 225kV. Elaboration de la base de données : Dans ce projet. Graphique).Elec-EEP Figure 4. 6.1.6 : Etapes de configuration d’un système PACiS : 6. Projet de fin d’études Dpt G. En second lieu. nous avons réalisé la base de données qui va gérer tout le poste par l’outil de configuration PACiS SCE. Système. Nous allons présenter en 1er lieu la vue globale où figurent les trois parties de l’interface de configuration de la base de données. nous faisons un zoom sur chaque partie (Electrique. Et finalement vu la difficulté de présenter le grand nombre de détails de toutes les tranches.

Transformateur de puissance et Condensateurs). Figure 4.6 : Vue globale du PACiS SCE montrant toutes les parties de la BD. Départs 60 kV.Elec-EEP · Espace de navigation : contient les trois parties de la base de données (électrique. système. Barres 60 kV. · liste des modèles : contient les modèles (Template) des équipements. La création du modèle en mode Template permet de le réutiliser dans un autre projet. Les données dans le système PACiS appartiennent à une seule des structures arborescentes suivantes : • Processus électrique(Les Tranches : Départs 225kV. Barres 225 kV. Projet de fin d’études Dpt G. graphique) qu’on a créé. Page EMI-EEP 119 2011-2012 .

) de chaque niveau de tension dans le poste « Kalaa ».8 : vue de la partie système (SCS).Elec-EEP Figure 4. Projet de fin d’études Dpt G. Cette partie contient toutes les tranches (départ. la liaison de chaque tranche avec la partie système et l’ensemble des droits.7 : la partie électrique de la BD.. transformateur. barre. Page EMI-EEP 120 2011-2012 . Figure 4. · Système (caractéristiques de l'équipement et communications).

Projet de fin d’études Dpt G. Elle permet à l’opérateur de connaitre les états des équipements de contrôle commande (normale.Elec-EEP Cette partie contient les équipements physiques à savoir les calculateurs qui gèrent les tranches. Page EMI-EEP 121 2011-2012 . les passerelles… et dans cette partie qu’on définit les caractéristiques de chaque équipement. les postes d’opérateurs. les profiles des signaux et les droits d’accès relative à cette partie. On trouve : Vue système : cette vue représente l’architecture complète du poste. Figure 4. Définition graphique de l'interface opérateur OI. défaut. inconnu) et les défauts de communication.9 : vue de la partie Graphique La partie graphique contient les synoptiques et les vues animées de toutes les tranches du postes.

Elec-EEP Figure 4. elle permet de visualiser les états de tous les équipements (disjoncteur. Projet de fin d’études Dpt G. sectionneur…) et de les commander.10 : vue système du projet Kalaa Vue unifilaire générale : cette vue représente l’unifilaire animée du poste. Page EMI-EEP 122 2011-2012 .

Elle permet de visualiser les états des équipements et les mesures.11 : vue unifilaire générale Vue de détails : représente les détails d’un départ.Elec-EEP Figure 4. envoyer des commandes aux équipements et changer les consignes des automatismes. Page EMI-EEP 123 2011-2012 . Projet de fin d’études Dpt G.

Elec-EEP Figure 4. Elle permet à l’opérateur d’identifier les symboles et les états des équipements.12 : vue de détails du départ 60kV Tensift II Vue d’aide : c’est la légende de tous les symboles utilisés dans les différentes vues. Projet de fin d’études Dpt G. Page EMI-EEP 124 2011-2012 .

Projet de fin d’études Dpt G.6 : liste des fonctions de protection de la P444_1 Protections et Automatismes Code ANSI F79 Réenclencheur Max /min de tension avec fonction ET F59/27 P444_2 Contrôle de synchronisme 1. un relais ampérmetrique (P141) d’ALSTOM et un relais distance Rel 670 ABB. Chacun réalise les fonctions dans les tableaux ci- dessous : Fonctions de protection et automatismes Code ANSI Protection distance 21 Protection directionnelle homopolaire Po 32N Protection contre les surcharges 49 Localisateur de défaut ------ P444_1 Rupture de conducteur ------ Anti-pompage 78 Supervision TT ------ Tableau 4. Détails du départ 225kV « Tensift II »: a) Parties de la base de données relative au départ 225kV : Le départ 225kV est constitué : deux relais distance (P444).13 : vue d’aide 6.Elec-EEP Figure 4. F25 Automatisme de manque de tension AMU Défaut circuit tension TCT F59N Tableau 4.2.7: listes des automatismes de la P444_2 Page EMI-EEP 125 2011-2012 .

Elec-EEP Fonctions de protection Code ANSI distance 21 Localisateur de défaut REL 670 Supervision circuit TT ------ Tableau 4. ü La 2ème fonction du contrôle de synchronisme. ü Gestion des entrées/ sorties.8 : listes des protections réalisées par le REL 670. L’explication de ces fonctions de protection est donnée par l’ANNEXE 2 : Un calculateur C264 qui réalise les fonctions suivantes : ü passerelle de communication entre les relais de protections (communiquant en T103) et le réseau local (CEI 61850). Projet de fin d’études Dpt G.9: listes des protections réalisées par P141. Page EMI-EEP 126 2011-2012 . Fonctions de protection Code ANSI P141 Défaillance disjoncteur 50BF Tableau 4.

14 : équipements du départ 225kV a) La partie système du départ 225kV : Dans les conditions mentionnées ci-dessus la partie système relative à ce départ sera la suivante : Page EMI-EEP 127 2011-2012 . Projet de fin d’études Dpt G.Elec-EEP Figure 4.

Elec-EEP Figure 4.15 : détails de la partie système du départ 225kV Page EMI-EEP 128 2011-2012 . Projet de fin d’études Dpt G.

Projet de fin d’études Dpt G. Cela justifie la partie électrique du départ Tensift dans notre base de données. tension. ü Un sectionneur de ligne rotatif à commande électrique. Le signal est transmis au calculateur de tranche qui de sa part va lui réattribuer une nouvelle adresse dans le réseau local du poste. des évènements et des alarmes affichées dans l’OI ou imprimées. En effet on cherche généralement à savoir -dans un départ 225kV. binaire double. ü Un sectionneur de barre à commande électrique. courant…).l’information doit posséder une adresse unique dans le réseau de terrain (c’est le mapping niveau 3 et 3’ voir figure 4. fermé.les informations et effectuer les commandes suivantes : ü Les positions des équipements (ouvert. mesure…) ont des relations avec des variables de leurs types dans la partie électrique. fréquence…) ü Envoyer des commandes aux équipements (Disjoncteur.20). Et il exige aussi l’installation de l’automatisme manque de tension et le réenclencheur et l’affichage de toutes les grandeurs de mesures (tension. Les informations (de type binaire simple. sectionneur…) ü Changer les consignes des automatismes. distant). b) La partie électrique : Les informations que le client veut voir sur l’OI et/ou archiver ou imprimer et les commandes qu’il veut envoyer au procédé électrique se trouvent toutes dans la partie électrique. Les équipements du départ Tensift sont : ü Un disjoncteur tripolaire à commande électrique. Ces variables constituent les listes des états. Le client veut qu’avec un bouton TPL sélectionner le type de la commande de la tranche (Local. …) ü Les mesures (Courant.Elec-EEP Explication : Pour faire remonter au système PACiS (DCS ALSTOM) les informations internes aux protections ou acquises par les cartes d’entrées. Page EMI-EEP 129 2011-2012 . ü Un sectionneur de mise à la terre à commande électrique.

Page EMI-EEP 130 2011-2012 . Projet de fin d’études Dpt G.Elec-EEP Figure 4. évènement. c) Partie graphique : La partie graphique relative au départ 225kV sera affichée dans l’OI comme vue de détails.16 : les détails de la partie électrique du départ 22kV Tensift Chaque variable dans la partie électrique est reliée à un profile dans la partie système qui définit sa nature (alarme. Elle offre à l’opérateur tous les détails du départ. état….) et elle gère une animation dans la partie graphique.

Elec-EEP Figure 4. Voici les détails de l’animation du sectionneur rotatif. Projet de fin d’études Dpt G.17 : création de l’animation du sectionneur. Page EMI-EEP 131 2011-2012 . Figure 4.16 : vue de détails départ 225kV La création des animations des organes se fait dans la partie graphique.

Page EMI-EEP 132 2011-2012 .Elec-EEP La partie graphique des affichages de mesure est créé comme suite : Figure 4.19 : création de la commande AMU en/hors service sur l’OI. Projet de fin d’études Dpt G.18 : création de l’affichage de la tension VA sur l’OI La création d’un bouton de commande se fait de la manière suivante : Figure 4.

e) Tests des relais de protections : Pour valider les configurations et les paramétrages qu’on a faits sur les relais numériques de protection. Figure 4. Le PSL du REL 670 d’ABB est fourni avec l’équipement et ne peut être modifié.Elec-EEP d) Configuration des relais de protections utilisés dans le départ 225kV : Selon les fonctions de protections et les automatismes demandés (voir tableaux paragraphe précédent) on a établi les PSLs (Schémas Logiques Programmables) et les paramètres de chaque équipement ALSTOM (Voir ANNEXE 3).20 : Page d’accueil du logiciel OMICRON Test Universe montrant les différents modules de tests Page EMI-EEP 133 2011-2012 . Ce dernier logiciel permet le test et l’étalonnage des différents relais de protection exigeant une grande précision de fonctionnement à l’aide d’un paquet de modules de tests adaptés aux fonctions et pouvant fonctionner soit de manière autonome soit d’être intégrés à des plans de test pour des tests entièrement automatiques. Projet de fin d’études Dpt G. Les paramètres et les schémas programmés par le biais du Logiciel MiCom S1 répondent aux automatismes et aux paramètres de réglages exigés par le cahier des charges du client ONE. on avait procédé aux tests des fonctions de protections et d’automatismes associés à l’aide de deux logiciels : le MiCom S1 pour configurer les relais de protection et le logiciel associé à la caisse d’injection Omicron C256 : l’OMICRON Test Universe.

· Limites des phases A.Elec-EEP Figure 4.21 : Caisse d’Injection OMICRON C256 On a réalisé alors nos tests sur le relais de Protection P444 en ciblant les fonctions de protection et d’automatismes principaux : Protection de distance : F21 · Limites des zones (Z1. · Vérification des temporisations. · Vérification des temporisations (des différentes zones). · Alarme et Verrouillage F21. Projet de fin d’études Dpt G. Z4). Rupture Conducteur. Page EMI-EEP 134 2011-2012 . Puissance Homopolaire : F32N · Seuils : Pr. Zp. Supervision du Transformateur de Tension : · Seuils + temporisations. B et C. Vr. Z2. · Kilométrage (Localisateur de défauts). Z3. Ir.

Ce tracé sera par suite exploité par les différents tests.RIO » qui une fois utilisé par le module Advanced Distance. affiche le Tracé des impédances de la ligne.Elec-EEP A noter que l’étalonnage et les tests de la Protection Distance s’étaient faits avec le Module Advanced Distance alors que pour les autres fonctions de Protection et d’automatismes. Projet de fin d’études Dpt G. Les Rapports des résultats des tests figurent dans les Annexes ( annexe 4). Page EMI-EEP 135 2011-2012 . on a fait usage du Module QuickCMC. Le fichier des paramètres configurés par le logiciel MiCom S1 est exploité par une application WinTrace qui convertit ce fichier en un fichier « extension .

Ce stage nous a permis de développer nos connaissances techniques. Page EMI-EEP 136 2011-2012 . Pour vérifier l’étalonnage nous avons effectué l’ensemble des tests des fonctions principales de protection. nous avons eu l’occasion de découvrir le monde industriel en effectuant une visite au poste de la RADEEJ III 60/22 kV. Cette solution a été le fruit d’une suite logique de taches qui commence par l’analyse du cahier de charges pour en dégager les exigences de l’ONE. Tout au long de ce projet. Une fois l’architecture système réalisée et les relais de protections configurés. Cette visite nous a permis de voir le grand intérêt du chantier dans la carrière de l’ingénieur . nous avons pu percevoir les différents défis que peut rencontrer un ingénieur dans la réalisation de ses affaires et donc de développer une méthodologie rigoureuse et efficace pour mener à bien un projet industriel. nous pouvons affirmer que nous avons répondu au cahier des charges ONE par l’établissement d’une solution de contrôle commande pour le Poste Kalaa Sraghna qui était validée par Alstom Grid Automation.Elec-EEP Conclusion générale Au terme de ce stage. pour acquérir des informations sur le système de contrôle-commande et voir les postes électriques en taille réelle. qui constituent la clé de la réussite dans un groupe. En outre. il est incontestablement. Projet de fin d’études Dpt G. et de prendre conscience de l’importance du savoir-être et des relations qu’il faut entretenir avec ses collègues. elle offre toutes les fonctionnalités du contrôle-commande et de la supervision du poste. une mine d’or pour toute personne qui veut maîtriser l’art de l’électricité. Ces dernières nous ont aidés à déduire nos propositions-solutions parmi le matériel Alstom pour les équipements de protections et d’arriver enfin à définir l’architecture système. nous avons passé à la réalisation de la base de données qu’une fois validée et implantée dans les postes operateurs. de les mettre en œuvre.

Professeur à l’Ecole Mohammadia d’Ingénieurs à Rabat. Documentation ONE [6] : Cahier des spécifications techniques Particulières ONE VI.Mc Donald.iec. [9]: “Electric Power Substation Engineering” par: John D. Joe Falco and Karen Kent. Documentation RTE [4] : Schéma de développement du réseau public de transport d’électricité. Med FERFRA. Sites [11] : www. Professeur à l’Ecole Mohammadia d’Ingénieurs. [10] : www. [8] : “ Guide to Supervisory Control and Data Acquisition (SCADA) and Industrial Documentation divers Control Systems Security” par: Keith Stouffer .Elec-EEP BIBLIOGRAPHIE/ WEBOGRAPHIE Types de documents Titres Documentation [1] : Documents techniques sur les relais de protection MiCom. Page EMI-EEP 137 2011-2012 .2002. [5] : Cahier des spécifications techniques Particulières ONE VI. Med MAAROUFI.alstom.ansi. 2011.org: American National Standards Institute (ANSI) [12] : www. [7] : Réglages des protections. Cours [14] : Cours de réseaux électriques Parties I et II de Mr. [3] : Mémento de la sureté du système électrique.7.ch : International Electrotechnical Commission (IEC): [13] : Cours des Protections Numériques de Mr.1.com/grid/ : Site d’Alstom Grid. édition 2004.1. Projet de fin d’études Dpt G. Alstom Grid [2] : Documents techniques sur le calculateur de tranche.8.