You are on page 1of 36

198 • Février 2017

Les Cahiers Numéro

juridiques
ISSN : 2260-068X - prix au n° : 15 €

de La Gazette
Chaque mois, l’essentiel du droit des collectivités

La loi « pour la modernisation
© Piotr Adamowicz * fotolia

de la justice du XXIe siècle »
et les collectivités locales

RISQUE PÉNAL COMMANDE PUBLIQUE ÉLECTIONS
Les règles d’urbanisme et la Conditions et méthodes Les nouvelles règles de
lutte contre la salubrité p. 18 d’actualisation et de révision parrainage des candidats p. 32
des prix p. 23

•CJ198.indb 1 19/01/17 11:21
Collection
DOSSIERS D’EXPERTS
SAVOIR FAIRE
NOUVEAUTÉ

COMPÉTENCE TOURISME
Quelle intercommunalisation ?
Quels modes de gestion ?
Éric Landot
Avocat fondateur du cabinet Landot & associés

Les


A u premier janvier 2017, toutes les
communautés et métropoles de France
devront avoir la compétence
« tourisme, dont offices de tourisme »
ainsi que la compétence « zones d'activité
Bâtir une stratégie
touristique adaptée
à son territoire

touristique ». En s'appuyant sur de nombreux
exemples, des interviews et des comparatifs de
› De nombreux exemples
clairs, des interviews,
solutions, l'auteur expose de manière claire et des comparatifs
opérationnelle les problématiques juridiques, de solutions...
financières et touristiques liées à la mise en
œuvre de ces compétences.

Parution septembre 2016
Réf. DE 809
› Nos engagements
• Envoi en colissimo suivi
› Commande
• Courrier :
› Contact
• Tél. : 04 76 65 87 17
›Version papier :
62 € TTC
• Commande expédiée sous 48 heures Territorial Editions
CS 40215
(du lundi au vendredi
de 9h à 12h et de 13h30 à 17h30)
• Paiement en ligne sécurisé
›Version numérique (PDF) :
50 € TTC
• Possibilités de paiement :
- réservé aux administrations
38516 Voiron Cedex
• Fax : 04 76 05 01 63
• SAV : service-client-editions
@territorial.fr
(à télécharger sur www.lagazetteboutique.fr) et collectivités : mandat administratif • Email : vpc@territorial.fr • Rejoignez-nous sur
TVA en vigueur - pour les particuliers : carte bancaire, chèque… • Web : www.lagazetteboutique.fr facebook.com/territorial.editions

www.territorial-editions.fr

•CJ198.indb 2 19/01/17 11:21
Les Cahiers

Éditorial

Numéro 198 • Février 2017 La justice administrative
4 Actus fait (aussi) sa révolution
Veille
6 Textes officiels numérique
8 Jurisprudence Par Brigitte Menguy
10 Réponses ministérielles

Dossier À l’instar des juridictions civiles et
pénales qui ont déjà basculé dans l’ère
12 La loi « pour la modernisation dématérialisée depuis quelques années,
de la justice du xxie siècle » la justice administrative a choisi 2017
et les collectivités locales pour faire sa révolution numérique. Car
depuis le 1er janvier, les requêtes des
17 Questions/Réponses avocats et des administrations aux juri-
dictions administratives se font obliga-
Cahiers thématiques toirement par l’application Télérecours.
En effet, après une première période
Patricia Marais

18 Risque pénal d’expérimentation, l’application a été
• Les règles d’urbanisme déployée dans l’ensemble des juridic-
et la lutte contre l’insalubrité tions de métropole en décembre 2013,
• La délicate proximité puis dans les territoires et départe-
avec les « satellites » ments d’outre-mer à compter de l’année 2015. Et même si l’uti-
23 Commande publique lisation de Télérecours était facultative, une enquête réalisée par
le Conseil d’État fait état de 72 % des requêtes éligibles qui sont
• Conditions et méthodes
d’actualisation et de révision introduites par cette voie devant les tribunaux et 80 % devant
des prix les cours. Un succès qui a donc encouragé le gouvernement à
rendre l’usage de l’application obligatoire depuis le 1er janvier.
• La variation négative
des prix : recourir à
la théorie de l’imprévision Une page se tourne…
• Comment résilier Finie donc la prise en compte des délais d’envoi du courrier de
un marché public ?
La Poste pour être sûr de la recevabilité de sa requête, celle-ci
32 Élections présidentielles étant jusque-là comptabilisée à compter de la réception du pli
• Les nouvelles règles de parrainage par le greffe de la juridiction.
des candidats Finie également la course avant minuit au tribunal administratif,
à la cour administrative d’appel ou encore au Conseil d’État pour
Encarts jetés : mailings DA169336 et DB169336,
aux prospects.
poster une procédure et l’enregistrer par l’horodateur mis en
place par la juridiction qui indiquait la date et l’heure du dépôt
Mensuel édité par TERRITORIAL - SAS au capital de 1 259 907 euros
Siège social : Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de la requête dans la boîte aux lettres.
de Berny, BP 20156, 92186 Antony Cedex, Bureaux : Espace Cévé -
58 cours Becquart Castelbon, 38500 Voiron Finies, enfin, les heures passées devant la photocopieuse à
RCS Nanterre 404 926 958 - N° SIRET : 404 926 958 00020 copier toutes les pièces du dossier pour chaque partie (plus
N°TVA intracommunautaire FR 28 404 926 958 - Code APE : 5813Z
RIB : CIC Crédit Industriel et Commercial - Code banque : 30066 deux comme le nécessitait la procédure écrite du contentieux
Code guichet : 10949 - N° compte : 00020062001 - Clé RIB : 26 -
IBAN : FR76 3006 6109 4900 0200 6200 126 BIC (Bank Identifier administratif).
Code) : CMCIFRPP
N° de commission paritaire : 0520T87207 • ISSN : 2260-068X Certains en seront-ils nostalgiques ? Pas si sûre… !
Dépôt légal : à parution
Principal actionnaire : Info Services Holding
Présidente et directrice de publication : Isabelle André
Directeur des rédactions : Guillaume Doyen
Éditrice déléguée : Marie-Claire Vinel-Negrello
Rédaction
Rédacteur en chef : Jean-Marc Joannès
Coordination éditoriale : Brigitte Menguy
redactionjuridique@lagazettedescommunes.com
Réalisation
Rédacteur en chef technique : Laurent Brugièregarde
Maquettiste : Stéphane Mimouni
Premier secrétaire de rédaction : Véronique Garcia
Assistante de rédaction : Aurélie Niemaz
Responsables de fabrication : Hervé Charras et Isabelle Seret
Diffusion Directeur de la diffusion : Guillaume de Corbière
Responsable de diffusion : Valérie Friedel
Web Responsable technique Web : Sébastien Mérieux
Publicité : 04 76 65 87 24
Email : pub.collectivites@groupemoniteur.fr
Abonnement • Tél. : 04 76 65 93 78 - Fax : 04 76 05 01 63
Email : abonnement@territorial.fr
• Administratif : 166 € TTC/an • Personnel : 73 € TTC/an,
prélèvement automatique : 6,10 € TTC/mois
• Prix au numéro : 16 € TTC • 9 numéros par an
Impression
Imprimerie du Pont-de-Claix, ZAE Les Bauches,
N°198 • Février 2017 Les cahiers juridiques de La Gazette 3
9 chemin de la Plaine, 38460 Claix
Cette revue est imprimée sur du papier certifié PEFC

•CJ198.indb 3 19/01/17 11:21
En bref Actualités

Budget Réforme de l’État
Les lois de finances
publiées Simplification et… complexification !
La loi de finances pour 2017, qui prévoit
et autorise l’ensemble des ressources et Annoncée en mai 2013 par le président de la tion par voie électronique (SVE) est devenu
des charges de l’État, et la loi de finances République à l’occasion d’une conférence de effectif. Ainsi, depuis le 7 novembre der-
rectificative pour 2016, aussi appelée presse, la réforme du « silence vaut accepta- nier, toutes les collectivités doivent être en
« collectif budgétaire », ont été publiées tion » (SVA), présentée comme une mesure mesure d’être saisies par voie électronique
au « Journal officiel » du 30 septembre, de simplification des relations entre les usa- par les citoyens.
au lendemain de deux décisions du gers et l’administration, est devenue loi par Qu’elles aient ou non un site internet, avec
Conseil constitutionnel les concernant. voie d’amendement. Sauf que les exceptions ou non un formulaire de contact ou un télé-
À noter que les décrets, portant répartition au principe sont nombreuses. Pas moins de service. Ce qui veut dire que si la collectivité
des crédits et découverts autorisés par 2 400 en ce qui se rapporte aux décisions éta- n’a pas informé ses administrés qu’elle a mis
la loi de finances pour 2017, et portant
tiques et 113 autres concernant directement en place un téléservice pour mettre en œuvre
répartition des crédits ouverts et annulés
les décisions locales ! Une complexité qui fait cette réforme, elle peut être saisie par la simple
par la loi de finances rectificative pour
peser sur les collectivités un risque conten- adresse de messagerie « mairie@ ». « Une véri-
2016, ont également été publiés au
tieux important. table usine à gaz », selon Philippe Jacquemoire,
JO du 30 décembre 2016.
Dans ce même « choc de simplification », le DGS de Fontenay-le-Fleury (Yvelines).
droit pour tout citoyen de saisir l’administra- Brigitte Menguy

Finances locales
Péréquation
La secrétaire d’État chargée des
Collectivités territoriales Estelle Grelier
juge que « la péréquation est un marqueur
Interview
du quinquennat ». Elle « s’opère toujours
par un prélèvement sur la dotation
Daniel Chabanol
forfaitaire des collectivités plus favorisées,
mais avec un plafonnement fixé à 1 %
« Ce code, qui s’adresse avant tout aux agents,
des recettes réelles de fonctionnement,
et non plus sur la dotation forfaitaire elle-
est en fait un mode d’emploi de l’administration »
même ». « C’est un changement important,
voulu par le Parlement », insiste-t-elle. Le code des relations entre le public et l’administration est entré en vigueur le 1er janvier
2016. Daniel Chabanol est l’auteur du premier ouvrage annoté et commenté.

Réseaux câblés Pour quelles raisons adopter un code ?
Depuis plusieurs années, une réflexion est menée sur l’information à donner au public sur
Anticiper dès maintenant
la fin des contrats le fonctionnement des institutions et les différentes règles qui s’imposent dans les relations
de concession entre usagers et administrations. Ce code répond en partie à ce questionnement. Mais bien
que destiné aux administrés, il s’adresse avant tout aux agents publics, en ce qu’il leur fixe
Les contrats de concession des réseaux
des obligations. Car il s’agit en fait d’un mode d’emploi de l’administration, qui peut se révéler
câblés arrivent progressivement à terme.
fort utile pour les agents des petites administrations lorsqu’ils sont en difficulté.
Un casse-tête pour les collectivités, alors
que le câble est souvent un enjeu dans
la couverture en très haut débit de leur Quels sont les grands thèmes abordés dans ce code ?
territoire. Elles ne pourront pas faire Il est divisé en différents livres. Tout d’abord y sont précisées des dispositions « piliers » de
l’économie d’un audit juridique, technique l’administration : principes de neutralité, de laïcité, d’égalité… Le premier livre aborde ce qui
et financier. a trait au droit des échanges avec l’administration, à savoir, les demandes du public et leur
traitement. Le deuxième livre du code est relatif aux actes administratifs unilatéraux pris
par l’administration. Il s’agit donc de la vie de la décision administrative, de son émission à
son extinction. Sont aussi consacrés dans ce code l’accès aux documents administratifs et
la réutilisation des documents publics. Enfin, sont traitées les procédures de règlement des
Lors d’un

2 100 déplacement à
différends non contentieuses, entre administrés et administration. Cela concerne notam-
Dijon le 6 janvier, ment la médiation, qui a été fortement impactée par la loi de modernisation de la justice du
le ministre de XXIe siècle adoptée le 18 novembre dernier.
l’Intérieur, Bruno Le Roux, a fait le point sur le
plan Préfectures nouvelle génération.
Deux pôles d’appui juridique aux collectivités
Peut-on établir une hiérarchie entre ces règles ?
ont déjà été créés le 1er décembre, à Dijon et A priori, non. Car toutes ces règles sont impératives et s’imposent à l’administration. Mais ce
Orléans, et six le seront en 2017. La code n’est pas un code contentieux, il ne précise donc pas les conséquences d’une mécon-
délivrance des cartes nationales d’identité va naissance par l’administration de telle ou telle règle. Toutefois, la jurisprudence introduit des
être alignée sur celle des passeports et
s’appuyer sur le même réseau de communes. nuances entre des règles qui sont considérées comme absolument essentielles et d’autres
Alors que les 36 000 mairies sont aujourd’hui dont la méconnaissance n’est pas sanctionnée par l’annulation de la décision. Et ce, notam-
le point d’accueil pour la délivrance de ce ment, lorsqu’il s’agit de règles de pure forme.
titre, elles ne seront plus que 2 100 demain. Propos recueillis par Gabriel Zignani.

4 Les cahiers juridiques de La Gazette N°198 • Février 2017

•CJ198.indb 4 19/01/17 11:21
En bref

Le ministère

Environnement 26 % de la Fonction
publique

Le Sénat pirate la loi
reproche au courtier Sofaxis, auteur
d’un panorama des absences pour

sur l’adaptation du littoral
raison de santé dans les collectivités
en 2015, d’intégrer dans son taux
d’absentéisme global les congés
Le Sénat a adopté, en première lecture, la proposition de loi portant sur l’adaptation des longue maladie, congés longue
territoires littoraux au changement climatique, le 11 janvier 2017. Ce texte a réuni un large durée et congés maternité. Selon le
consensus au Sénat, à l’exception d’un amendement (article 9) qui remet en question la loi courtier, le taux aurait ainsi progressé
Littoral. Il prévoit un cas de dérogation au principe de continuité afin de permettre le recul de 26 % en huit ans. Le ministère
stratégique des activités, et vise à autoriser l’urbanisation des « dents creuses » dans les estime, en outre, qu’il est « essentiel
hameaux. de responsabiliser les employeurs
publics » et de « les contraindre » à
L’association France Nature Environnement (FNE) parle d’amendement « scélérat » pour
présenter leur politique de prévention
« créer ex nihilo de nouveaux pôles d’urbanisation ». Pour l’association, les communes litto-
de la pénibilité et d’amélioration des
rales seraient « en grave danger de ne plus avoir assez
conditions de travail.
d’espaces naturels pour atténuer les effets du réchauf-
fement climatique ». Pascale Got, rapporteure de la loi et
députée de Gironde, est également opposée à cet amen-
dement et considère que la proposition du gouvernement Marchés publics
concernant les « dents creuses » était très raisonnable. Clause Molière
« Cette proposition a été rejetée. Je ferai une contre-pro-
La Normandie prend le train de la « clause
position pour trouver un point d’équilibre qui n’affecte
Molière ». Après la région Hauts-de-France
© JACQUES PAQUIER-CC BY-SA
pas la loi Littoral. Il est impossible de voter des amen- ou encore la ville d’Angoulême, la collectivité,
dements qui favoriseraient l’extension de l’urbanisation présidée par le centriste Hervé Morin (UDI),
dans des zones à risque, en prenant appui sur les zones compte introduire cette disposition dans ses
d’activités résilientes et temporaires (Zart). Si on veut futurs marchés publics de travaux. La région
réviser la loi Littoral, faisons le spécifiquement, mais sans imposera ainsi aux salariés des entreprises
pirater d’autres textes » insiste la députée. intervenant sur les chantiers dont
Sylvie Luneau elle assure la maîtrise d’ouvrage la pratique
et la compréhension de la langue française.

Fusion des régions
Présidentielle 2017 300 agents manifestent
contre la réorganisation
en Bourgogne Franche-Comté
Le Conseil constitutionnel dévoile À l’appel d’une intersyndicale CFDT-CGT-FO,

l’agenda des parrainages des agents de la nouvelle région se sont
réunis le 12 janvier devant les locaux
du conseil régional, à Dijon, où allait débuter
Veiller à la régularité de l’élection prési- habilités à parrainer un candidat à la prési- le vote du budget. Ils protestent contre
dentielle. Voilà la mission qui retient en ce dentielle pourront transmettre aux juges de les conditions de la fusion, réclament des
moment l’attention du Conseil constitution- la rue Montpensier leur parrainage. Pour cela, engagements fermes sur le temps de travail
nel. En témoigne le point presse organisé le il leur suffira de remplir le formulaire qu’ils et le pouvoir d’achat et jugent insuffisantes
10 janvier, afin de dresser un état des lieux recevront des services de l’État. À noter que les garanties au cas par cas que leur
sur le dispositif mis en place, en conformité ces formulaires devront être transmis par proposent les élus.
avec la loi de modernisation des règles voie postale uniquement, grâce à l’enveloppe
applicables à l’élection présidentielle, pro- qui leur sera fournie par la préfecture. Plus Ruralité
mulguée le 25 avril 2016. question de déposer les formulaires directe- Le Cese déplore une jeunesse
Un point presse durant lequel Laurent ment aux services du Palais-Royal. Les for- laissée de côté
Fabius, président du Conseil constitution- mulaires et les enveloppes seront envoyés Saisi par le gouvernement, le Conseil
nel depuis le 19 février 2016, est revenu sur aux élus concernés à partir du 23 février. économique, social et environnemental
la procédure encadrant les parrainages. Le Le président du Conseil constitutionnel a (Cese) s’est intéressé à la place des jeunes
recueil de ces parrainages constitue d’ail- par ailleurs précisé que dans le cas où un dans les territoires ruraux en formulant
leurs ce que l’ancien ministre des Affaires formulaire contiendrait une erreur, les ser- un avis le 11 janvier. Pour remédier
étrangères appelle « la première phase clé vices du Conseil constitutionnel prendront aux difficultés des jeunes, les rapporteurs
de l’activité du Conseil constitutionnel en contact avec l’élu en question, afin de clari- de l’avis formulent toute une série
lien avec l’élection présidentielle 2017 ». Et fier la situation. Il a également rappelé que de préconisations.
les dates de cette phase ont été fixées. la transmission des parrainages par voie
Elle se déroulera à compter du 23 février, et électronique sera mise en place pour les
jusqu’au 17 mars prochain. C’est donc entre prochaines élections présidentielles.
ces deux dates que les plus de 42 000 élus Gabriel Zignani

N°198 • Février 2017 Les cahiers juridiques de La Gazette 5

•CJ198.indb 5 19/01/17 11:21
Veille
Sélection des

textes officiels

Protection de l’enfance
Modalités d’intervention
du médecin référent Déontologie
Déclarations d’intérêts
L’article L.221-2 du code de
l’action sociale et des familles

et de situation patrimoniale
prévoit la désignation, dans chaque
département, d’un médecin référent
« protection de l’enfance » au
sein d’un service du département. Les articles 25 ter et 25 nonies de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée
L’objectif de cette mesure est rendent obligatoire la transmission préalable à l’autorité de nomination d’une
d’améliorer la coordination entre déclaration d’intérêts pour un agent nommé dans un emploi dont la nature
les services départementaux, la ou le niveau des fonctions répond à des critères d’exposition à un risque de
cellule de recueil, de traitement conflit d’intérêts. Un décret du 28 décembre fixe en conséquence la liste des
et d’évaluation des informations
emplois concernés par versant de la fonction publique et précise le contenu
préoccupantes, les médecins
de la déclaration d’intérêts. Le décret détermine les modalités de transmission,
libéraux et hospitaliers ainsi
de mise à jour, de consultation, de conservation au dossier de l’agent et de
que les médecins de santé scolaire
destruction de cette déclaration d’intérêts. Un second décret publié le même
du département. Un décret
du 7 novembre 2016 précise les jour définit la liste des emplois concernés par l’obligation de production d’une
modalités d’intervention du médecin déclaration de situation patrimoniale, dont la nature ou le niveau des fonc-
référent. Il participe ainsi à la mise tions répond à des critères d’exposition à un risque d’enrichissement indu.
en œuvre de ces actions, qui peuvent Le modèle et le contenu de la déclaration de situation patrimoniale sont ceux
prendre la forme de réunions prévus par la loi n° 2013-907 du 11 octobre 2013 modifiée relative à la trans-
d’information et de sensibilisation parence de la vie publique. Le décret précise les modalités de transmission,
sur la protection de l’enfance, de mise à jour et de conservation de cette déclaration par la Haute Autorité
d’échanges sur les pratiques pour la transparence de la vie publique.
et les procédures ou de formations. Décrets nos 2016-1967 et 2016-1968 du 28 décembre 2016, JO du 30 décembre.
Décret n° 2016-1503 du 7 novembre 2016,
JO du 9 novembre.

Handicap
Modalités de la Sapeurs-pompiers
prestation de
compensation Création et modification
des cadres d’emplois
Un décret du 15 novembre précise
les modalités de mise en œuvre
du tiers payant pour l’achat des
aides techniques et des autres Huit décrets, parus au « Journal officiel » mental adjoint, pour chacune des trois
aides financées par la prestation du 31 décembre 2016 concernent les catégories de Sdis. Toujours daté du
de compensation du handicap (PCH). cadres d’emplois des sapeurs-pompiers 30 décembre, un décret établit un cadre
Il prévoit qu’une convention professionnels (CSPP). Le premier actua- d’emplois de conception et de direction
détermine les modalités du paiement lise le tableau de concordance entre des sapeurs-pompiers professionnels.
direct entre le conseil départemental
les grades et les emplois du décret du Il s’agit d’un cadre d’emplois de la
et le fournisseur de l’aide technique
25 septembre 1990 portant dispositions catégorie A+, issu de l’ancien cadre
ou des autres aides (aménagement
communes à l’ensemble des sapeurs- d’emplois des capitaines, comman-
du logement et du véhicule, surcoûts
résultant du transport de la personne
pompiers professionnels. Par ailleurs, ce dants, lieutenants-colonels et colonels
en situation de handicap, charges décret ajoute les emplois de directeur de sapeurs-pompiers professionnels. Il
spécifiques ou exceptionnelles). départemental et de directeur départe- est complété par un décret qui définit
La décision d’attribution de la mental adjoint des services d’incendie l’échelonnement indiciaire applicable
PCH prononcée par la commission et de secours à la liste des emplois fonc- à chacun des trois grades du nouveau
des droits et de l’autonomie des tionnels. Un deuxième décret crée un cadre d’emplois de conception et de
personnes handicapées précise, statut d’emplois de directeurs départe- direction des sapeurs-pompiers profes-
le cas échéant, l’identité des tiers mentaux et directeurs départementaux sionnels. Et un autre décret détermine
auxquels les éléments de la PCH adjoints des services d’incendie et de l’échelonnement indiciaire applicable
précités seront versés directement, secours. Il est complété par un troisième à chacun des trois grades du nouveau
en accord avec le bénéficiaire. décret, qui décline les modifications cadre d’emplois. Enfin, un dernier décret
Le dispositif de paiement direct législatives relatives à la fonctionnari- instaure un cadre d’emplois de capi-
est possible dans le cas où sation des emplois de direction des ser- taines, commandants et lieutenants-
le mécanisme d’avance pour vices départementaux d’incendie et de colonels de sapeurs-pompiers profes-
les aménagements du logement secours (Sdis). Un quatrième texte fixe, sionnels. Il s’agit d’un cadre d’emplois
ou du véhicule est actionné. quant à lui, l’échelonnement indiciaire de la catégorie A.
Décret n° 2016-1535 du 15 novembre 2016, applicable aux emplois de directeur
JO du 17 novembre. Décrets nos 2016-2001 à 2016-2008 du 30 décembre 2016,
départemental et de directeur départe- JO du 31 décembre.

6 Les cahiers juridiques de La Gazette N°198 • Février 2017

•CJ198.indb 6 19/01/17 11:21
Textes officiels

www.territorial.fr/2772-juridique.htm

Loi « montagne »
Police municipale Modernisation des
territoires de montagne
Sécurité dans les transports La loi du 28 décembre 2016

publics et conditions d’armement
de modernisation, de développement
et de protection des territoires
de montagne a été publiée
Un décret du 28 novembre prévoit la ports collectifs. Autre point important, ce au JO du 29 décembre. Elle prend
possibilité pour plusieurs communes décret fait évoluer la gamme d’armement le relais, trente ans après,
contiguës desservies par un ou plu- relevant de la catégorie B des agents de de la loi de janvier 1985 relative
sieurs réseaux de transports publics de police municipale et des agents des ser- au développement et à la protection
voyageurs d’organiser l’intervention de vices internes de sécurité de la SNCF de la montagne. Elle comporte
leurs polices municipales sur l’ensemble et de la Régie autonome des transports plusieurs axes. Le premier est
la prise en compte des spécificités
du ou des réseaux. À cet effet, il déter- parisiens (RATP) qui pourront désormais
des territoires de montagne et
mine les conditions de la conclusion être équipés d’armes à feu de poing de
le renforcement de la solidarité
de la convention locale entre les com- calibre 9 mm, avec des munitions de
nationale en leur faveur.
munes concernées, et les modalités service à projectile expansif. Par ailleurs,
Le deuxième est le soutien à l’emploi
d’intervention des policiers municipaux il prévoit l’organisation d’une formation et au dynamisme économique
sur le territoire d’une autre commune obligatoire préalable et d’entraînement en montagne. Vient ensuite la
de l’agglomération qui les place sous à l’armement pour certaines armes de réhabilitation de l’immobilier de loisir
l’autorité du maire de cette commune. catégorie D (matraques et tonfas) autori- par un urbanisme adapté. Enfin, le
Cette convention précise également le sées aux agents de police municipale par dernier volet est consacré au renfort
nombre, par commune de rattachement, l’article R.511-12 du code de la sécurité des politiques environnementales
d’agents de police municipale autori- intérieure. Enfin, il impose une formation par le biais des parcs nationaux
sés à exercer ces missions. Le projet de préalable et une formation d’entraîne- et des parcs naturels régionaux.
convention est soumis à l’approbation ment pour les gardes champêtres afin Loi n° 2016-1888 du 28 décembre 2016,
du préfet en vue notamment de s’assu- d’utiliser des armes de catégorie B. JO du 29 décembre.

rer de sa conformité au contrat d’objectif Décret n° 2016-1616 du 28 novembre 2016,
départemental de sûreté dans les trans- JO du 29 novembre 2016.
Droit de l’UE
Action de l’État contre
une collectivité
Sont définies par un décret
Communes nouvelles du 27 décembre les modalités

Loi permettant le maintien
de mise en œuvre de l’action
que l’État peut engager à l’encontre

des communes associées
des collectivités territoriales,
de leurs groupements ou de leurs
établissements publics lorsqu’un
La loi du 8 novembre 2016 tendant à permettre le maintien des communes asso- manquement à l’une des obligations
ciées, sous forme de communes déléguées, en cas de création d’une commune qui incombent à l’État en application
nouvelle, a été publiée au « Journal officiel » du 9 novembre. Outre le maintien, du traité sur le fonctionnement
de l’Union européenne relève en
lors de la création ou de l’extension d’une commune nouvelle, des anciennes
tout ou partie de la compétence
communes sous forme de communes déléguées, ce texte prévoit d’attribuer au
des collectivités territoriales.
moins autant de sièges à la commune nouvelle, au sein du conseil communautaire
Ainsi, il détermine les modalités
de l’établissement public de coopération intercommunale (EPCI) qu’elle rejoindra, d’organisation et de fonctionnement
que de communes qui l’ont rejointe. Une disposition transitoire valable jusqu’en de la commission prévue par
2020. Il indique également que les communes nouvelles demeurent éligibles aux l’article L.1611-10 du code général
aides attribuées aux communes au titre du fonds d’amortissement des charges des collectivités territoriales et qui
d’électrification, pour la partie ou les parties de leur territoire qui y étaient éligibles ne sont pas prévues par l’article 112
la veille de leur création. De plus, désormais, à défaut de délibération prise avant le de la loi n° 2015-991 du 7 août
1er mars de l’année qui suit celle de la création de la commune nouvelle, le régime 2015 portant nouvelle organisation
applicable en matière de redevance d’enlèvement des ordures ménagères sur territoriale de la République.
le territoire des anciennes communes est maintenu pour une durée qui ne peut Il encadre également les modalités
excéder cinq ans à compter de l’année de sa création. Figurent également dans d’échange d’informations entre
cette loi des mesures concernant la démocratie locale. Par exemple, les conseils les collectivités territoriales et l’État
municipaux de toutes les communes pourront désormais fixer une indemnité afin de préparer sa défense devant
de fonction pour le maire inférieure à celle prévue à l’article L.2123-23 du code la Commission européenne et la Cour
général des collectivités territoriales. Ce qui était jusque-là impossible pour les de Justice de l’Union européenne.
maires des communes de moins de 1 000 habitants. Décret n° 2016-1910 du 27 décembre 2016,
JO du 29 décembre.
Loi n° 2016-1500 du 8 novembre 2016, JO du 9 novembre.

N°198 • Février 2017 Les cahiers juridiques de La Gazette 7

•CJ198.indb 7 19/01/17 11:21
Veille
Sélection de la

jurisprudence

Urbanisme
Préemption annulée
L’annulation par le juge de l’excès Salubrité publique
Le maire a le pouvoir d’interdire
de pouvoir d’un acte par lequel une
collectivité territoriale titulaire du

la fouille des poubelles
droit de préemption décide d’exercer
ce droit emporte pour conséquence
que ce titulaire doit être regardé
comme n’ayant jamais décidé de Le maire d’une commune a été alerté, tant par ses services que par des habi-
préempter. Ainsi, cette annulation tants et des commerçants de la commune, des désagréments causés, à plu-
implique nécessairement que le sieurs endroits du territoire communal, par la fouille des poubelles destinées
titulaire du droit de préemption à la collecte des déchets. La fouille des poubelles ou de tout autre récipient
prenne toute mesure pour mettre ou sac contenant des déchets a en effet pour conséquence l’éparpillement,
fin aux effets de la décision annulée. dans les poubelles ou sur la voie publique, du contenu des sacs dans lesquels
À ce titre, et en l’absence de
sont déposées les ordures et porte ainsi atteinte à la salubrité publique. Elle
transaction, la collectivité publique
perturbe aussi le bon fonctionnement du service public de ramassage des
peut conclure avec l’acquéreur
ordures ménagères et des autres déchets, lesquels peuvent ne plus être col-
évincé en vue de déterminer
les conditions de la cession du bien
lectés lorsqu’ils ne sont pas présentés, conformément à la réglementation
ou de la renonciation de ce dernier applicable. De plus, elle constitue un risque pour les personnes qui pratiquent
à tout droit sur ce bien et de réparer ces fouilles, et, le cas échéant, le personnel chargé de la collecte, en raison
les préjudices que la décision de de la présence de déchets susceptibles d’être dangereux pour la santé ou
préemption illégale a pu lui causer. l’intégrité des personnes. Cette activité de fouille constitue ainsi un trouble
Cour administrative d’appel de Nantes, 18 juillet 2016, à l’ordre public. Le maire de la commune a pu dès lors, sur le fondement des
req. n° 15NT01327. dispositions précitées de l’article L.2212-2 du code général des collectivités
territoriales, prendre une mesure d’interdiction de ces fouilles, afin de prévenir
Élections le trouble constaté sur le territoire de sa commune.
Documents
de campagne Commentaire
Durant les élections Le juge précise également dans cet arrêt que l’interdiction de fouiller des poubelles,
départementales, le fait que conteneurs et autres lieux de regroupement de déchets ne porte, en elle-même, aucune
des documents de campagne atteinte au droit au respect de la vie des personnes visées par cette interdiction.
présentent des similitudes avec CAA de Douai, 5 juillet 2016, req. n° 15DA01895.
la charte graphique du bulletin
municipal de la commune au sein
de laquelle a lieu le scrutin – que
ce soit en termes de mise en page, Fonction publique
Refus de qualification
de couleurs et de police – ne suffit
pas à caractériser une manœuvre

d’un accident de service
susceptible d’avoir eu une incidence
sur le résultat de l’élection.

dont a été victime un agent
Conseil d’État, 30 août 2016, req. n° 394159.

Statut
Licenciement Un rédacteur territorial au sein d’une Commentaire
Lorsqu’un département envisage administration départementale conteste Un accident survenu sur le lieu et dans le
de licencier un des assistants le refus de qualification d’un accident temps du service, dans l’exercice par un
familiaux qu’il emploie, la dont il a été victime en accident de ser- fonctionnaire de ses fonctions, présente, en
convocation à l’entretien préalable vice. En l’espèce, l’agent a quitté son l’absence de faute personnelle, le caractère
n’a pas à préciser à l’agent qu’il poste de travail à 12 h 15 pour récupérer d’un accident de service.
peut se faire assister d’un conseiller un sachet alimentaire dans son véhicule, CAA de Versailles, 19 mai 2016, req. n° 14VE01549.
du salarié ni à lui communiquer stationné dans le parking de l’hôtel du
l’adresse des services pouvant département. Il a glissé et fait une chute
lui communiquer la liste de ces en arrière, nécessitant l’intervention des
conseillers. pompiers qui ont procédé à son évacua-
CE, 30 mai 2016, req. n° 381274.
tion sur une civière. Les horaires de ser-
vice de l’intéressé étaient fixés de 10 h 00
à 13 h 00 sans pause déjeuner sur ce
temps imparti. Aussi, dans ces conditions,
l’accident en cause ne peut être regardé
© pf30 - fotolia

comme étant survenu dans l’exercice ou
à l’occasion de l’exercice des fonctions de
l’agent ou au cours d’une activité qui en
constitue le prolongement.

8 Les cahiers juridiques de La Gazette N°198 • Février 2017

•CJ198.indb 8 19/01/17 11:21
Jurisprudence

www.territorial.fr/2772-juridique.htm

Démocratie locale
Urbanisme Élection d’un adjoint
en séance
Roland-Garros : reprise des travaux En remplacement d’un conseiller

d’extension ?
municipal démissionnaire, une
commune a procédé à l’élection
du deuxième adjoint au maire durant
C’est le feuilleton juridique du moment. fondée sur la nature et le caractère une séance du conseil municipal.
Les travaux d’extension du stade des constructions projetées, dont l’ar- Le maire a alors ouvertement
de Roland-Garros vont-ils pouvoir chitecture s’apparentera à celle des pris parti pour une candidate,
reprendre ? Le tribunal de grande ins- serres historiques d’Auteuil conçues en signalant notamment que
tance de Paris (TGI) en a suspendu par l’architecte Jean-Camille Formigé le requérant, seul autre candidat,
l’exécution dans une décision du et inscrites au titre des monuments his- qui a perdu le scrutin, ne résidait
pas sur le territoire de la commune.
jeudi 6 octobre. Mais le Conseil d’État toriques, que le projet laisse intactes.
Cette prise de parole ne comportait
avait déjà annulé une décision de sus- La demande de suspension a donc été
pas de propos discriminatoires.
pension de ces travaux, prononcée le rejetée par le Conseil d’État. Et selon
Dans ces conditions, le Conseil
24 mars par le tribunal administratif de lui, le permis de construire peut être
d’État a estimé qu’elle ne saurait
Paris, dans une décision du 3 octobre exécuté. Enfin, jusqu’à ce que le TGI être regardée comme une manœuvre
dernier. Il avait en effet estimé que le de Paris dise le contraire… Une saga de nature à altérer la sincérité
tribunal administratif n’avait pris en qui ne va pas s’arrêter, puisque le tri- du scrutin.
considération l’impact des travaux bunal administratif demeure saisi de la CE, 7 septembre 2016, req. n° 395594.
que sur la parcelle concernée, sans demande d’annulation, qu’il examinera
rapporter sa superficie à l’étendue du au fond. Opération d’aménagement
site ni tenir compte des compensations Relogement
prévues par l’opération. La plus haute Commentaire des occupants
juridiction de l’ordre administratif a Les pelleteuses, envoyées sur place par la d’immeubles
donc réexaminé la demande de sus- Fédération française de tennis dès le lundi
Le Conseil constitutionnel
pension. Et elle a estimé que le moyen 3 octobre, après la décision du Conseil d’État,
a été saisi d’une question prioritaire
tiré de ce que les travaux remettraient ont dû stopper les travaux le jeudi suivant.
de constitutionnalité relative à
en cause l’objet du classement du site Mais en trois jours, l’intérieur de certaines l’obligation de relogement des
du Bois de Boulogne ne créait pas un serres a eu le temps d’être sérieusement occupants d’immeubles affectés par
doute sérieux sur la légalité du permis endommagé. une opération d’aménagement par la
de construire. Elle s’est notamment CE, 3 octobre 2016, req. nos 398589 et 398613. personne publique chargée de cette
opération. Les Sages ont jugé qu’en
adoptant les dispositions contestées,
le législateur a entendu protéger
les occupants évincés et compenser
la perte définitive de leur habitation
Statut du fait de l’action de la puissance

Révocation pour des
publique. Ces dispositions
contestées ne portent DONC pas

manquements aux obligations
au droit de propriété une atteinte
disproportionnée au regard

du service
de l’objectif poursuivi.
Conseil constitutionnel, 5 octobre 2016,
QPC n° 2016-581.

Il est reproché à un ingénieur territorial, employé au sein d’une commune, Statut
d’avoir émis, dans le cadre de ses fonctions, des bons de commande auprès
d’une société et d’avoir autorisé le paiement des factures émises par cette
L’agent qui demande sa
société alors que les travaux et prestations correspondants n’avaient pas été
réintégration anticipée
n’est pas prioritaire
réalisés. Il s’avère que certains des travaux commandés ne répondaient à
aucun besoin précis. Ces faits constituent des manquements aux obligations Lorsque le fonctionnaire demande
du service. Aussi, même si l’agent n’a pas cherché à retirer de tels agissements sa réintégration anticipée avant le
terme normal de sa disponibilité
un quelconque avantage personnel, sa révocation n’est pas disproportionnée
pour convenances personnelles,
au regard de la gravité des fautes reprochées.
l’obligation pesant notamment sur la
collectivité de proposer l’un des trois
Commentaire premiers emplois devenus vacants
La révocation est également motivée par le fait que, tandis qu’il était suspendu de ne s’impose pas à celle-ci.
ses fonctions, l’intéressé a sollicité auprès d’entreprises, pour son propre compte, la
communication de documents administratifs. CAA de Marseille, 12 juillet 2016, req. n° 15MA00529.
CAA Marseille, 3 mai 2016, req. n°14MA03291.

N°198 • Février 2017 Les cahiers juridiques de La Gazette 9

•CJ198.indb 9 19/01/17 11:21
Veille
Sélection des
réponses ministérielles

Communes nouvelles
Hôtel de ville
Aucune disposition spécifique ne traite Démocratie locale
Un maire peut-il modifier le
du lieu de réunion du conseil municipal
des communes nouvelles. Il convient

texte du procès-verbal rédigé
donc de se référer au dernier alinéa
de l’article L.2121-7 du code général

par un secrétaire de séance
des collectivités territoriales, qui permet
au conseil municipal de choisir, de façon

du conseil municipal ?
définitive, un autre lieu que la mairie,
pourvu qu’il soit situé sur le territoire
de la commune. Ce lieu de réunion doit
offrir les conditions d’accessibilité et de L’article L.2121-15 du code général des collectivités territoriales prévoit qu’au
sécurité nécessaires, il doit permettre début de chacune de ses séances, le conseil municipal nomme un ou plu-
d’assurer la publicité des séances et ne
sieurs de ses membres pour remplir les fonctions de secrétaire de séance. Le
pas contrevenir au principe de neutralité.
secrétaire de séance a ainsi la charge de rédiger, ou le cas échéant de faire
Question écrite de Jacques Pélissard, n° 87827,
JOAN du 5 juillet 2016. rédiger sous son contrôle, le procès-verbal de la séance du conseil municipal
pour laquelle il a été désigné. La souplesse laissée par la loi aux conseils
Marchés publics municipaux pour l’établissement des procès-verbaux de leurs séances ne
Violation du droit du travail permet toutefois pas au maire d’intervenir en aucune façon dans la rédac-
tion de celui-ci. Le Conseil d’État a ainsi considéré que le maire n’est pas
Depuis le 1er avril 2016, les marchés
compétent pour désigner le secrétaire de séance ou pour rayer des procès-
publics des collectivités locales sont régis
verbaux les propos injurieux ou diffamatoires ainsi que toute déclaration dont
par une ordonnance du 23 juillet 2015
et son décret d’application du 25 mars la publication serait de nature à engager la responsabilité communale, ni
2016. Ces dispositions donnent le droit même pour corriger les erreurs matérielles constatées. Si le maire estime
à la collectivité de rompre unilatéralement qu’une rédaction est incorrecte, il doit soumettre la question aux conseillers
un contrat avec le titulaire d’un marché présents à la séance qui doivent signer le texte des délibérations, mais ne
public lorsque ce dernier a été sanctionné peut procéder à une modification unilatérale.
ou condamné pour violation du droit du Question écrite de Marie-Jo Zimmermann, n° 5695, JO de l’Assemblée nationale du 28 juin 2016.

travail. Il peut s’agir par exemple
de travail dissimulé ou de marchandage
ou encore lorsqu’il ne met pas en œuvre
l’obligation de négociation annuelle Propriété
Une commune peut-elle acquérir
sur la rémunération, la durée effective
et l’organisation du temps de travail.

un bien immobilier en suivant
Question écrite de François-Michel Lambert, n° 94530,
JOAN du 5 juillet 2016.

Pouvoirs de police
Bruits de voisinage
les règles du droit civil ?
Le pouvoir de police générale du maire, L’article L.1111-1 du code général de ou des formalités spécifiques, comme
défini à l’article L.2212-2 du code la propriété des personnes publiques la consultation de France Domaine au
général des collectivités territoriales, dispose que : « les personnes publiques titre des articles L.1311-9 et L.1311-10
a notamment pour objet d’assurer mentionnées à l’article L.1 acquièrent à du code général des collectivités terri-
la tranquillité publique en prévenant l’amiable des biens et des droits, à carac- toriales, les acquisitions à l’amiable de
et réprimant les bruits et troubles tère mobilier ou immobilier. Les acquisi- biens et de droits à caractère mobilier
de voisinage. Il appartient ainsi au maire tions de biens et droits à caractère immo- ou immobilier sont réalisées par les com-
de « prendre les mesures appropriées bilier s’opèrent suivant les règles du droit munes dans les conditions prévues par le
pour empêcher sur le territoire de sa
civil ». Ces dispositions s’appliquent code civil. Néanmoins, il convient d’uti-
commune les bruits excessifs de nature
donc notamment aux collectivités ter- liser avec prudence de tels procédés. En
à troubler le repos et la tranquillité
ritoriales. Il faut en déduire que, sous effet, ces outils contractuels sont suscep-
des habitants ». Le refus de l’autorité
réserve de textes prévoyant des règles tibles d’être requalifiés en contrat de la
municipale de prendre les mesures
appropriées peut faire l’objet commande publique ou d’être incom-
d’un recours devant le juge administratif patibles avec le régime de domanialité
et la responsabilité administrative de la publique, soit en exposant la commune
commune peut être engagée pour carence à des prétentions indemnitaires causées
© camophotographie - fotolia

du maire dans l’exercice de son pouvoir par l’impossibilité de mettre en œuvre
de police s’il apparaît qu’il n’a pas pris les dispositions contractuelles liées à la
les mesures nécessaires pour mettre fin vente, soit en empêchant ledit bien de
à des nuisances sonores dont il bénéficier d’un tel régime ainsi que de
connaissait l’existence. la protection qui y est attachée.
Question écrite de Jean-Paul Chanteguet, n° 90527, Question écrite de Marie-Jo Zimmermann, n° 15396,
JOAN du 5 juillet 2016. JO de l’Assemblée nationale du 28 juin 2016.

10 Les cahiers juridiques de La Gazette N°198 • Février 2017

•CJ198.indb 10 19/01/17 11:21
Réponses ministérielles

www.territorial.fr/2772-juridique.htm

Accessibilité
Contentieux Scène des salles
polyvalentes municipales
Qui doit apporter la preuve L’article R.111-19-2 du code de la

de la régularité de la convocation
construction et de l’habitation relatif
aux règles d’accessibilité aux personnes

du conseil municipal ?
handicapées concerne l’ensemble des
espaces accessibles au public. Ainsi,
la destination première de la scène ou
Le droit des conseillers municipaux 2012, n° 342327). Lors d’un contentieux du podium d’une salle de spectacles
d’être informés des affaires de la com- exercé par un requérant invoquant la ou d’une salle polyvalente n’étant pas
mune qui font l’objet d’une délibération méconnaissance du délai de convoca- l’accueil du public, la réglementation
est reconnu par l’article L.2121-13 du tion ou le défaut d’expédition de la note ne prévoit pas d’obligation en matière
d’accessibilité de ces espaces. Néanmoins,
code général des collectivités terri- de synthèse, le Conseil d’État a jugé
il est fortement recommandé de permettre
toriales. Dans le cas des communes que c’était à la commune de prouver
l’accessibilité de la scène ou du podium,
de 3 500 habitants et plus, l’envoi à par tous les moyens qu’elle avait bien
soit à partir de l’espace accueillant le
l’appui de la convocation aux réu- respecté la procédure (CE, 5 juillet 2013,
public, soit en passant par les coulisses.
nions du conseil municipal d’une note n° 354423). Question écrite de Marc Le Fur, n° 45468,
explicative de synthèse, sur chacune Question écrite de Marie-Jo Zimmermann, n° 79699, JO de l’Assemblée nationale du 12 juillet 2016.
JO de l’Assemblée nationale du 5 juillet 2016.
des affaires soumises à délibération,
constitue une formalité substantielle. Ruralité
Toutefois, la jurisprudence a précisé les Fibre optique
contours de cette formalité. Le défaut Le gouvernement a lancé le Plan France
d’envoi de la note explicative de syn- très haut débit en 2013, dans l’objectif
thèse avec les convocations, ou son
© Joachim Martin - fotolia

d’apporter l’accès à des réseaux de
insuffisance, est susceptible d’entacher communication électronique à très haut
d’irrégularité les délibérations prises, à débit à l’ensemble de la population d’ici
moins que le maire n’ait fait parvenir à 2022. Certaines collectivités porteuses de
aux membres du conseil les documents projet de réseaux dans le cadre
leur permettant de disposer d’une infor- du Plan France très haut débit ont fait le
mation adéquate (CE, 14 novembre choix de déployer dans un premier temps
la fibre jusqu’au village, y apportant ainsi
rapidement le très haut débit à l’ensemble
des habitants. La fibre optique est ensuite
déployée jusqu’à chaque logement.
Funéraire Ce choix dépend donc des priorités retenues

La « promession »,
localement en fonction des besoins.
Question écrite d’Arnaud Viala, n° 90447,
JO de l’Assemblée nationale du 12 juillet 2016.

ou funérailles écologiques, Commande publique

pourrait-elle être autorisée Attributions de la CAO

en France ?
L’article L.1414-2 du code général des
collectivités territoriales (CGCT) dispose
que « pour les marchés publics dont
La réglementation et la jurisprudence n’acceptent que deux modes de sépul- la valeur estimée hors taxes est égale
ture : l’inhumation et la crémation. La loi n° 2008-1350 du 19 décembre 2008 ou supérieure aux seuils européens,
relative à la législation funéraire a conféré aux cendres issues de la crémation le titulaire est choisi par une commission
d’appel d’offres [CAO] composée
du corps d’une personne décédée un statut et une protection comparables à
conformément aux dispositions de
ceux accordés à un corps inhumé. La « promession », qui consiste à plonger
l’article L.1411-5 ». Par conséquent, cet
le corps d’une personne morte dans de l’azote liquide, est une pratique actuel-
article a pour objet de circonscrire le
lement interdite. Son introduction en droit interne soulèverait des questions champ d’intervention de la CAO aux seuls
importantes, tenant à l’absence de statut juridique des particules issues de marchés passés en application desdites
cette technique. En effet, la pulvérisation des cendres au titre de l’article procédures formalisées en raison
L.2223-18-1 du CGCT suscite déjà des réactions de la part des familles qui de leur montant. Dès lors, les marchés
s’émeuvent parfois du recours à cet acte pourtant nécessaire dans le cadre exclus du champ d’application,
de la crémation. La « promession », permettant une désagrégation du corps en application de l’ordonnance, en raison
par le recours à une technique éloignée des pratiques et rituels courants ne de leur nature et non de leur valeur,
manquerait pas de provoquer les mêmes réticences. Ainsi, les questions que ne relèvent pas de la compétence
soulève la « promession » nécessitent une réflexion approfondie qui pourrait des commissions d’appel d’offres.
se poursuivre dans le cadre du Conseil national des opérations funéraires. Question écrite de François Sauvadet, n° 96189,
JO de l’Assemblée nationale du 5 juillet 2016.
Question écrite de Jean Leonetti, n° 79887, JO de l’Assemblée nationale du 5 juillet 2016.

N°198 • Février 2017 Les cahiers juridiques de La Gazette 11

•CJ198.indb 11 19/01/17 11:21
Dossier

La loi « pour la modernisation
de la justice du XXIe siècle »
et les collectivités locales
Par Yvon Goutal et Julia Rotivel, avocats, Cabinet Goutal, Alibert et associés

Après plus d’un an de débats parlementaires, deux lectures par le
Sénat, trois par l’Assemblée nationale, un passage aux forceps après
passage en commission mixte paritaire, et une décision globalement
positive du Conseil constitutionnel, la loi « pour la modernisation de
la justice du XXIe siècle » a finalement été promulguée le 18 novembre
dernier, sous le n° 2016-1547.

É
videmment moins révolutionnaire tions des pactes civils de solidarité (Pacs) nom acquis dans un autre État et inscrit sur
que son intitulé ampoulé ne le laisse conclus sous seing privé (les notaires se le registre d’état civil de ce dernier (code
à penser, cette loi comporte tout de chargeant de ces formalités s’agissant civil, art. 61-3-1 nouveau).
même de nombreuses mesures dont cer- des pactes civils de solidarité conclus par Le transfert de ces différentes compé-
taines concernent les collectivités territo- acte authentique). Cette compétence vient tences, certes plutôt cohérent au vu des
riales. Sont notamment organisés plusieurs compléter le rôle des officiers d’état civil en missions existantes des officiers d’état
transferts de compétence en matière d’état la matière, qui étaient déjà chargés d’appo- civil, a été vivement critiqué en l’absence
civil, ainsi qu’une refonte de la médiation ser la mention de pacte civil de solidarité de contrepartie financière. On comprend
devant le juge administratif. La loi consacre en marge de l’acte de naissance. Dans la aisément que le gouvernement ait souhaité
par ailleurs l’existence d’un nouveau type pratique, certaines communes organisaient « désengorger » la justice, compte tenu no-
de recours au sein du contentieux adminis- déjà des « célébrations » à l’occasion des tamment du nombre de pactes civils de so-
tratif, inspiré de la « class action » améri- Pacs, alors même que le greffier du tribunal lidarité enregistrés chaque année (168 223
caine, qui se subdivise entre une action en d’instance était seul compétent. La céré- en 2013 selon l’étude d’impact de la loi).
« reconnaissance de droit » et une « action monie prendra désormais tout son sens, Mais il n’allait pas de soi que ce transfert
de groupe ». ce qui rapprochera encore le Pacs et le massif puisse intervenir sans contrepartie
mariage. financière. Le garde des Sceaux avait certes
Modifications L’officier d’état civil se voit également justifié l’absence de financement par « des

affectant l’état civil chargé de l’instruction des demandes de
changement de prénom auparavant confiée
compensations à hauteur de 2,35 millions
d’euros, via notamment un amendement
On mentionnera liminairement une sou- au juge aux affaires familiales. Il dispose qui tend à supprimer les doubles des re-
plesse nouvelle, offerte par l’article 49 de la toutefois de la possibilité de recourir à gistres de l’état civil » ; mais l’argument
loi, introduisant au code général des collecti- l’intervention d’autres autorités dans le n’avait guère convaincu, dès lors que l’ar-
vités territoriales un article L.2123-30-1. Les cadre de cette procédure puisque « s’il ticle 51 de la loi subordonne la suppression
mariages pourront être célébrés en dehors estime que la demande ne revêt pas un des doubles des registres d’état civil à la
de la « maison commune », pourvu que ce intérêt légitime, en particulier lorsqu’elle mise en œuvre de traitements automatisés
soit dans un bâtiment communal, garan- est contraire à l’intérêt de l’enfant ou aux des données de l’état civil qui « satisfont
tissant à la loi une « célébration solennelle, droits des tiers à voir protéger leur nom à des conditions et à des caractéristiques
publique et républicaine » et « la bonne de famille », il saisit sans délai le procu- techniques fixées par décret ». Autrement
tenue de l’état civil ». Le tout sera placé reur de la République. Le juge aux affaires dit, pour pouvoir bénéficier d’hypothé-
classiquement sous le contrôle du procu- familiales, saisi par le demandeur ou son tiques économies, les collectivités vont
reur de la République. représentant légal en cas d’opposition du devoir commencer par exposer des frais,
Mais la loi innove surtout par des transferts procureur de la République, retrouve alors non déterminés à ce stade.
de compétences depuis l’autorité judiciaire un rôle, mais uniquement en cas de refus, Le Conseil constitutionnel a été saisi de la
vers les officiers d’état civil. en statuant sur la demande de changement critique, sur le fondement de l’article 72-2.
L’article 48 de la loi confie en effet aux offi- de prénom. Mais par une décision DC n° 2016-739 du
ciers d’état civil – en lieu et place du greffier Plus marginalement, l’officier d’état civil 17 novembre 2016, il a jugé que ces dis-
du tribunal d’instance – l’enregistrement sera compétent pour les demandes de positions étaient conformes à la Constitu-
des conclusions, modifications et dissolu- changement de nom en vue de porter le tion, au double motif que les compétences

12 Les cahiers juridiques de La Gazette N°198 • Février 2017

•CJ198.indb 12 19/01/17 11:21
en cause sont exercées au nom de l’État
(voir, pour les CNI, décision n° 2010-29/37
QPC du 22 septembre 2010, commune de
Besançon et autres), d’une part, et que,
d’autre part, les montants des sommes
en jeu n’ont pas pour effet de dénaturer la
libre administration des collectivités.

Médiation devant
le juge administratif
totalement refondue
Dans un double objectif de transposition
de différentes directives européennes et de
développement des règlements amiables
des litiges, la loi de modernisation de la
justice du XXIe siècle procède également à
une refonte et un renforcement des modes
alternatifs de règlement des différends.
Contrairement à ce qui figurait dans le pro-
jet de loi déposé par le gouvernement, il est
tout d’abord mis un terme à la coexistence
de deux systèmes : la conciliation (par le
juge) et la médiation par des tiers.
L’article 5 de la loi crée en effet au sein
du code de justice administrative (CJA),
au titre Ier du livre II, un chapitre III « La
médiation », permettant un mode unique
de règlement amiable des différends dont
le juge administratif peut connaître : la
médiation définie par l’article 213-1 du CJA
comme « tout processus structuré, quelle
qu’en soit la dénomination, par lequel deux
ou plusieurs parties tentent de parvenir à
un accord en vue de la résolution amiable
de leurs différends, avec l’aide d’un tiers, le
médiateur, choisi par elles ou désigné, avec
leur accord, par la juridiction ». Les articles
L.211-4 et suivants du CJA permettant au
juge administratif de concilier les parties
sont abrogés. © Piotr Adamowicz * fotolia
Le champ de cette médiation nouvelle
est, dans le même mouvement, étendu à
tout litige, alors que « l’ancienne » n’était
ouverte qu’aux seuls litiges transfrontaliers
(ordonnance n° 2011-1540 du 16 novembre
2011 portant transposition de la directive
2008/52/CE du Parlement européen et du
Conseil du 21 mai 2008 sur certains aspects
de la médiation en matière civile et com- Le code réformé prévoit encore que la mé- mission de médiation et de désigner la ou
merciale). Le législateur a en effet choisi diation peut être engagée à l’initiative des les personnes qui en sont chargées, ou lui
de soumettre aux obligations de ladite parties ou à l’initiative du juge. demander de désigner la ou les personnes
directive l’ensemble des médiations. L’ar- L’article L.213-5 nouveau du CJA pré- qui sont chargées d’une mission de média-
ticle L.213-2 du CJA prévoit notamment voit, s’agissant de la médiation engagée tion qu’elles ont elles-mêmes organisée ».
dans cette logique que « le médiateur par les parties que celles-ci peuvent « en S’agissant des modalités d’organisation
accomplit sa mission avec impartialité, dehors de toute procédure juridictionnelle, de cette conciliation, il est précisé dans ce
compétence et diligence » et soumettant la organiser une procédure de médiation et même article que « lorsque le président de
médiation à un principe de confidentialité, désigner la ou les personnes qui en sont la juridiction ou son délégataire est chargé
ce qui supposera une discipline singulière. chargées », mais également « demander d’organiser la médiation et qu’il choisit de
La mise en œuvre de la médiation est par au président du tribunal administratif ou la confier à une personne extérieure à la
ailleurs étendue aux juridictions adminis- de la cour administrative d’appel terri- juridiction, il détermine s’il y a lieu d’en
tratives spécialisées. torialement compétent d’organiser une prévoir la rémunération et fixe le montant …/…

N°198 • Février 2017 Les cahiers juridiques de La Gazette 13

•CJ198.indb 13 19/01/17 11:21
Dossier

…/… de celle-ci ». Dans le respect de la direc- la loi de modernisation de la justice du
tive 2008/52/CE précitée, et de favoriser XXIe siècle repose en principe sur le bon
le recours à la médiation préalablement à vouloir des parties. Toutefois, cette même
l’engagement d’un recours contentieux, loi prévoit – à titre expérimental et pour
l’article L.213-6 nouveau du CJA précise une durée de quatre années – que les
qu’en cas d’organisation d’une médiation recours contentieux « formés par certains
en dehors de toute procédure juridiction- agents soumis aux dispositions de la loi
nelle « les délais de recours contentieux n° 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits
sont interrompus et les prescriptions sont et obligations des fonctionnaires à l’en-
suspendues à compter du jour où, d’après contre d’actes relatifs à leur situation per-
la survenance d’un différend, les parties sonnelle », ainsi que « les requêtes relatives
conviennent de recourir à la médiation ou, aux prestations, allocations ou autres droits
à défaut d’écrit, à compter du jour de la attribués au titre de l’aide ou de l’action
première réunion de médiation ». sociale, du logement ou en faveur des tra-
L’accord issu d’une telle médiation peut se vailleurs privés d’emploi » pourront faire
voir homologué et doté de la force exécu- l’objet d’une médiation préalable obliga-
toire par une juridiction saisie de conclu- toire. Les conditions de mise en œuvre de
sions dans ce sens (CJA, art. L.213-4). Cette cette disposition dérogatoire seront pré-
porte largement ouverte est essentielle, cisées dans un décret en Conseil d’État à
l’homologation des transactions n’étant venir, qui devrait, selon toutes probabilités,
encore admise en jurisprudence que par concerner la fonction publique territoriale.
exception, et du bout des lèvres. Or, on En principe, cette médiation obligatoire
sait que l’onction du juge est très vivement devrait présenter « un caractère gratuit
recommandée pour les représentants d’une pour les parties » (CJA, art. L.213-5).
personne publique, toujours soupçonnés
d’avoir trahi les intérêts de leur collecti- Action de groupe
vité et la sacro-sainte, mais mal comprise, L’action de groupe, cousine de la « class
jurisprudence Mergui (CE, 19 mars 1971, action » américaine, est longtemps restée
n° 79962, publiée au Recueil). ignorée de notre droit positif, qui ne s’en
Conformément à l’article L.213-7 nouveau portait pas plus mal. Modernité oblige, elle
du CJA, une médiation peut également être est apparue en droit positif par l’effet de la
ordonnée – avec l’accord des parties – par loi n° 2014-377 du 17 mars 2014 dite « loi
le président de la formation de jugement Hamon », en matière de consommation.
« lorsqu’un tribunal ou une cour adminis- La loi de modernisation de la justice du
trative d’appel est saisi d’un litige ». Cette XXIe siècle franchit une nouvelle étape, en
médiation peut être exercée par un magis- lui reconnaissant une place accrue.
trat du tribunal administratif, ce qui restera Elle est d’abord étendue au juge adminis-
probablement rarissime, ou « confiée à une tratif, l’article 85 de la loi créant en effet a souhaité procéder. En l’état, l’action de
personne extérieure à la juridiction » (CJA, au sein du CJA un chapitre X « L’action de groupe n’a vocation à être exercée que
art. L213-8). groupe », au sein duquel elle est avant tout dans des domaines expressément prévus
Toujours afin de transposer la directive définie « lorsque plusieurs personnes, pla- par le législateur, les dispositions à portée
n° 2008/52/CE précitée, des dispositions cées dans une situation similaire, subissent générale ne constituant qu’un cadre géné-
organisant la prise en charge des frais un dommage causé par une personne ral d’action.
de médiation ont été prévues, à l’instar morale de droit public ou un organisme de Les matières concernées sont énumérées,
de ce qui existait déjà pour la procédure droit privé chargé de la gestion d’un ser- s’agissant des juridictions administratives,
civile. Lorsque la médiation est engagée vice public, ayant pour cause commune un à l’article L.77-10-1 du CJA nouvellement
à l’initiative des parties, l’article L.213-5 manquement de même nature à ses obliga- créé. Est concernée l’action de groupe en
du CJA prévoit en ce sens que « lorsque le tions légales ou contractuelles, une action matière de discrimination, avec une spéci-
président de la juridiction ou son déléga- de groupe peut être exercée en justice en ficité s’agissant de la discrimination impu-
taire est chargé d’organiser la médiation et vue des cas individuels présentés par le table à un employeur, en matière environ-
qu’il choisit de la confier à une personne demandeur » (CJA, art. L.77-10-2). Une nementale, de santé et enfin de protection
extérieure à la juridiction, il détermine s’il y telle action peut tendre non seulement à la des données à caractère personnel.
a lieu d’en prévoir la rémunération et fixe le réparation d’un préjudice, mais également En raison de la nouveauté du mécanisme
montant de celle-ci ». À l’inverse, si la mé- à la cession d’un manquement. aussi bien que de sa relative complexité,
diation est organisée dans le cadre d’une Même si la rédaction est confuse, il semble une prochaine fiche d’analyse sera consa-
procédure contentieuse et est confiée à un clair que l’action de groupe ne concerne crée à l’action de groupe devant le juge
tiers, « le juge détermine s’il y a lieu d’en pas (encore ?) tous les champs du droit. administratif. Mais d’ores et déjà, on peut
prévoir la rémunération et fixe le montant Il résulte en effet clairement de l’étude retenir que la procédure est organisée en
de celle-ci. Lorsque les frais de la média- d’impact de la loi que c’est une démarche recourant à un cadre général (chapitre X
tion sont à la charge des parties, celles- progressive, reposant sur la définition d’un du titre VII du livre VII du code) complété
ci déterminent librement entre elles leur cadre procédural général applicable à la le cas échéant de dispositions spécifiques.
répartition… ». fois devant le juge judiciaire mais égale- L’action de groupe en matière environne-
La médiation nouvellement organisée par ment le juge administratif que le législateur mentale prévoit par exemple qu’une action

14 Les cahiers juridiques de La Gazette N°198 • Février 2017

•CJ198.indb 14 19/01/17 11:21
Ce mécanisme, ajouté au projet de loi par
la commission des lois (texte déposé le
28 octobre 2015), est largement inspiré
d’un rapport remis par le groupe de tra-
vail sur l’action collective en droit admi-
nistratif présidé par Philippe Belaval, chef
de la mission d’inspection des juridictions
administratives.
Cette action, qui ne tend pas à la recon-
naissance d’un préjudice, tend à la « recon-
naissance de droits individuels résultant de
l’application de la loi ou du règlement » ou
au « bénéfice d’une somme d’argent léga-
lement due ou à la décharge d’une somme
d’argent illégalement réclamée ». On pense
évidemment à des droits à retraite, à trai-
tement, à primes…
À l’instar de l’action de groupe, cette ac-
tion se distingue des règles classiques du
contentieux administratif subordonnant
la recevabilité d’une requête à la démons-
tration d’un intérêt personnel à agir, en
ce qu’elle est introduite « en faveur d’un
groupe indéterminé de personnes ayant le
même intérêt ».
L’action en reconnaissance de droit peut
être introduite par toute association régu-
lièrement déclarée ou syndicat régulière-
ment constitué, à condition que figure dans
leur objet la défense de l’intérêt partagé par
le groupe de personnes concerné. Si le juge
fait droit à la demande de reconnaissance
de droit, il en détermine « les conditions
© kzenon - istock

de droit ou de fait » et peut décider de
moduler les effets de sa décision dans le
temps au vu des intérêts publics et privés
en présence.
L’intérêt d’une telle décision réside dans
de groupe ne peut être engagée que par évidemment pas pour critiquer cette évolu- la possibilité pour les personnes remplis-
une association agréée (code de l’envi- tion ; mais il serait erroné de croire que la sant les conditions définies par le juge, sauf
ronnement, art. L.142-3), alors même que, réforme a été conçue « contre » le Conseil prescription, de se prévaloir directement
selon le principe général (CJA, art. L.77-10- d’État, qui relevait, dans l’avis émis à du jugement de « reconnaissance » auprès
4), l’action de groupe peut être engagée par propos du projet de loi, rendu public par d’une autorité administrative ou judiciaire.
une association agréée ou une association le gouvernement (cf. avis n° 390291 du En cas de refus par l’autorité administra-
déclarée depuis cinq ans au moins. 30 juillet 2015, point 27) : « s’agissant de tive d’exécuter la décision de reconnais-
La portée pratique de l’introduction de l’action de groupe en droit administratif, le sance de droit, le bénéficiaire potentiel est
l’action de groupe en droit administratif Conseil d’État rappelle les travaux conduits autorisé à saisir directement le juge de
doit certainement être relativisée, si l’on en 2009 au sein de la juridiction adminis- l’exécution aux fins d’injonction à l’autorité
regarde notamment les effets de la loi trative, qui préconisaient l’ouverture d’une compétente. Quant au juge, il devra, en cas
Hamon dans le secteur de la consomma- action de groupe dans les domaines du de saisine ensuite du prononcé d’une déci-
tion. L’innovation n’en est pas moins très droit administratif pour mieux traiter dans sion en reconnaissance de droits, soulever
significative d’un point de vue théorique : l’intérêt des justiciables comme dans celui d’office l’autorité de chose jugée attachée
elle bouscule en effet le principe fondateur des finances publiques, les contentieux à cette décision.
selon lequel « nul ne plaide par procureur » sériels, tant pour la réparation des préju- L’action en reconnaissance de droits per-
certes aménagé, pour admettre le mandat dices que pour la reconnaissance des droits met ainsi d’alléger le travail des magistrats
spécial préalable (CE, 28 décembre 1906, individuels ». administratifs par rapport au dispositif des
Syndicat des patrons coiffeurs de Limoges, requêtes en série, préexistant, qui permet
Rec. p. 977). Action en reconnaissance de statuer par ordonnance et qui n’a pas
C’est en effet, très précisément, une action de droit disparu du code de justice administrative
au nom d’intérêts particuliers sans mandat Dans un esprit comparable à celui animant (art. R.222-1 6°).
que la loi pour la modernisation de la jus- l’action de groupe, la loi de modernisation
tice du XXIe siècle vient consacrer au sein de la justice du XXIe siècle consacre au
du contentieux administratif. Les voix dis- sein du CJA (art. L.77-12-1 et suivants)
cordantes, parfois d’autorité, ne manquent une action en « reconnaissance de droit ». …/…

N°198 • Février 2017 Les cahiers juridiques de La Gazette 15

•CJ198.indb 15 19/01/17 11:21
Interview


“ La médiation est un vecteur de paix sociale

tions, en proposant des alternatives au d’intervention du tiers n’est pas défini.
recours systématique au juge en cas de Cela dépendra, dans les faits, de son
litige. C’est dans ce cadre qu’un nou- tempérament et de sa formation. Quoi
veau régime de médiation est mis en qu’il en soit, je pense que la qualité
place dans le cadre de la loi de moder- première du médiateur doit être sa
nisation de la justice du XXIe siècle. capacité d’écoute.
Mais ce n’est pas le seul objectif de
cette nouvelle procédure. Les procé- La loi de modernisation de la
dures contentieuses ne sont souvent justice du XXIe siècle institue une
pas la manière idéale de régler un médiation préalable obligatoire.
conflit. Car le juge n’a pour arme que En quoi cela consiste-t-il ?
le droit. Il n’applique que le droit, dans La loi de modernisation de la justice
toute sa rigueur. Et lorsqu’il tranche un du XXI e siècle introduit en effet une
litige, il y a un satisfait et un mécon- médiation obligatoire dans certaines
tent. Les modes amiables de règlement matières. À titre expérimental. Cette
des différends répondent mieux, de ce expérimentation aura lieu sur diffé-
point de vue, à la demande sociale. rents territoires (qui seront définis par
La médiation est un vecteur de paix décret, NDLR) dans les matières liées à
sociale. la fonction publique et aux contentieux
DR

De plus, lorsque le juge tranche un sociaux.
litige, il ne met pas forcément fin au Cela peut surprendre, car la médiation
Xavier Libert, conseiller d’État conflit. À la différence d’un tiers de doit être un processus volontaire. Mais
confiance, qui permet aux parties ce caractère obligatoire ne sera pas, en
d’échanger de façon non frontale, dans réalité, effectif. Car pour qu’une média-

L
a loi de modernisation de la jus- la confidentialité, et qui peut permettre tion fonctionne, il faut que les parties
tice du XXIe siècle crée un nouveau de trouver un compromis. soient dans une démarche de volon-
régime de médiation, qui constitue tariat. Finalement, ce qui sera obli-
une alternative aux procédures devant le Qu’est-ce que le régime gatoire, ce sera la proposition d’une
juge pour régler les conflits entre adminis- de la médiation apporte médiation. Si l’une des parties refuse,
tration et administrés. par rapport à la situation le médiateur constatera l’échec de la
Les modes alternatifs de règlement des antécédente ? médiation, et le processus contentieux
différends devant les juridictions adminis- Auparavant, il existait la médiation pourra reprendre.
tratives, et notamment la médiation, sont transfrontalière et la conciliation, pré- Car désormais, le recours à la média-
mis en avant dans la loi du 18 novembre vues aux articles L.771-3 et L.211-4 tion suspendra les délais de recours
2016 de modernisation de la justice du du code de justice administrative. Le contentieux. Ce qui n’était pas le cas
XXIe siècle (dans son article 5). Xavier Li- terme conciliation a fi nalement été jusqu’à aujourd’hui.
bert, référent médiation de la juridiction évincé, dans un souci de simplification
administrative au Conseil d’État, revient et de clarification. Le choix a été fait Propos recueillis par Gabriel Zignani
sur cette nouvelle procédure. de ne garder que le terme de média-
tion, qui regroupe tous les processus
Pour quelles raisons la médiation par lesquels plusieurs parties tentent
est-elle mise en avant depuis de parvenir à un accord en vue de la
quelques mois ? résolution amiable de leurs différends,
Il y a plusieurs raisons. La première, et avec l’aide d’un tiers.
la plus intuitive, c’est le désengorge-
ment des tribunaux. Pour le moment, Quel sera le rôle du médiateur ?
les conflits qui existent entre l’admi- À l’origine, dans une procédure de
nistration et ses administrés passent médiation, le tiers ne devait proposer
devant le juge, qui tranche le litige au aucune solution. Il aide simplement les
regard du droit. Mais il y a une course parties à trouver leur propre solution.
infernale entre la productivité des Au contraire, dans une procédure de
juges et l’augmentation permanente conciliation, le tiers était plus interven-
de l’inflation des recours contentieux. tionniste. Il donnait son avis et orien-
L’un des objectifs de ces modes alter- tait les débats.
natifs de règlement des différends, En ce qui concerne la nouvelle procé-
c’est donc de décharger les juridic- dure, rien n’est encore décidé. Le degré

16 Les cahiers juridiques de La Gazette N°198 • Février 2017

•CJ198.indb 16 19/01/17 11:21
Questions/réponses

Vos questions Chaque mois, nous répondons à vos questions avec le concours d’avocats

juridiques spécialistes et les experts statutaires du CIG Petite couronne de la région
Ile-de-France.

Protection fonctionnelle Agent
Quel est le délai dont dispose En cas de non-lieu, de relaxe ou d’acquittement, le procès-
le maire entre une citation verbal de rétablissement dans ses fonctions d’un agent
directe pour diffamation et suspendu doit-il faire l’objet d’une publicité ?
une demande de protection
fonctionnelle ? OUI après accord de l’intéressé. Le dernier alinéa de l’article 30 de la loi du 13 juillet
1983, tel que complété par la loi du 20 avril 2016, prévoit désormais que le fonction-
La demande de protection fonctionnelle naire suspendu est réintégré dans ses fonctions à la suite d’une décision judiciaire
n’est enfermée dans aucun délai. C’est ainsi de non-lieu, de relaxe, d’acquittement ou de mise hors de cause. Le décret du 24 août
qu’il a été jugé que la demande de prise en 2016 précise que l’autorité hiérarchique établit à cette occasion un procès-verbal
charge de frais liés à une procédure après un indiquant la date de rétablissement de l’intéressé dans ses fonctions. Les mesures de
jugement ayant clos celle-ci, est fondée (CE, publicité applicables sont conditionnées à un accord préalable de l’agent concerné.
9 décembre 2009, n° 232143). Aux termes Après accord de ce dernier, le procès-verbal est porté par l’administration, dans un
de cet arrêt, en effet, « aucune disposition délai d’un mois, par tout moyen approprié, notamment par voie d’affichage ou de
législative ou réglementaire n’impose aux façon dématérialisée, à la connaissance des agents en fonction dans les administra-
fonctionnaires un délai pour demander la tions, services ou établissements intéressés. Lorsque l’agent concerné occupe un
protection prévue par les dispositions de emploi en contact avec le public, il est porté en outre à la connaissance des usagers.
l’article 11 de la loi du 13 juillet 1983 » (loi Ces dispositions sont applicables aux décisions de rétablissement dans les fonctions
n° 83-634 portant droits et obligations des prononcées à compter du 27 août 2016.
fonctionnaires, dite loi Le Pors). Toutefois, CIG Petite Couronne
il ne faut pas qu’à la date où le maire pré-
sente sa demande, l’administration ne puisse
plus effectuer aucune démarche (CE, 28 avril
2004, n° 232143). Dans le cas de cet arrêt, il
a été jugé qu’au moment où le maître de
conférences de l’université de Paris I pré-
sentait cette demande, « après l’achèvement
de la scolarité des étudiants », l’administra-
tion ne pouvait plus prendre la moindre ini-
tiative, de sorte que « la cour a pu estimer
qu’à la date à laquelle M. X avait présenté
sa demande, aucune démarche de l’admi-
nistration adaptée à la gravité des men-
tions contenues dans la motion en cause
n’était plus envisageable […] alors même
qu’elle [la cour] relevait qu’aucune disposi-
tion législative ou réglementaire n’impose
aux fonctionnaires un délai pour demander
la protection prévue par les dispositions
précitées ». Cependant, ce dernier cas ne
devrait pas pouvoir être transposé à celui
du maire qui serait pénalement poursuivi,
dans la mesure où l’administration devrait
toujours conserver la possibilité d’agir. La
question pourrait, cependant, se poser de
savoir si le maire ne pourrait se voir opposer
la prescription quadriennale dans le cas où
l’affaire aurait trouvé son issue sans que l’in-
téressé n’ait manifesté de demande dans le
cadre du délai de prescription (CAA Nancy,
10NC00924, 4 août 2011).
Jean-Louis Vasseur, avocat à la cour, cabinet Seban et
associés

Adressez vos questions
aurelien.helias@courrierdesmaires.com

N°198 • Février 2017 Les cahiers juridiques de La Gazette 17

•CJ198.indb 17 19/01/17 11:21
Risque pénal

Les règles d’urbanisme
et la lutte contre l’insalubrité
Par Marlène Joubier, avocate, cabinet Seban et associés

L
e législateur a mis en œuvre un arse- des travaux, les architectes, les entrepre-
Moyen d’action nal pénal dissuasif à la disposition neurs ou autres personnes responsables de
Le droit pénal est un outil d’action et de pression des collectivités territoriales afin que l’exécution desdits travaux », que ce soient
efficace au service des communes pour faire celles-ci soient en mesure de faire respec- des personnes physiques ou morales (1).
respecter les règles d’urbanisme et assurer ter les diverses règles de l’habitat – urba- Au-delà des sanctions ayant un caractère
aux administrés un logement digne. nisme et insalubrité, notamment. Dans les répressif (peine d’amende, emprisonnement
situations où la collectivité est propriétaire en cas de récidive), l’action pénale permet
d’immeubles, elle devient sujette au risque des mesures de réparation : peut, en effet,
pénal inhérent à la mise en œuvre de cette être prononcée une injonction de remise
Victimes réglementation. en conformité des lieux, de démolition de
Les communes, victimes de constructeurs l’ouvrage ou de réaffectation du sol (C. urb.,
ou de bailleurs indélicats, peuvent se constituer
partie civile dans les procédures pénales
Règles d’urbanisme art. L.480-5), moyennant une astreinte (C.
urb., art. L.480-7) dont on ne peut que rele-
engagées à l’encontre de ceux-ci. Effet dissuasif des poursuites ver l’effet dissuasif.
pénales
Outre l’aspect administratif, le droit de Risque pénal pour le maire :
l’urbanisme présente un volet répres- le délit de concussion
Indemnisation sif prévu par les dispositions des articles Le délit de concussion, méconnu des
Les communes ont la possibilité de solliciter L.480-1 à L.480-13 et L.610-1 du code de acteurs publics, peut trouver des applica-
l’indemnisation de leur préjudice matériel, l’urbanisme, dont l’efficacité est parfois tions en droit de l’urbanisme. Ce délit, prévu
financier et moral. négligée. Les communes confrontées à une aux termes de l’article 432-10 du code pénal,
problématique d’occupation ou d’utilisation réprime « le fait, par une personne dépo-
des sols, en méconnaissance des règles sitaire de l’autorité publique ou chargée
générales d’aménagement et d’urbanisme d’une mission de service public, de rece-
(non-respect du plan local d’urbanisme, du voir, exiger ou ordonner de percevoir à titre
plan de prévention des risques naturels, etc.) de droits ou contributions, impôts ou taxes
ou des règles relatives à la construction publics, une somme qu’elle sait ne pas être
(absence de déclaration préalable de travaux due, ou excéder ce qui est dû », mais éga-
ou constructions non conformes au permis lement « le fait, par les mêmes personnes,
de construire délivré, etc.), sont habilitées d’accorder sous une forme quelconque et
à faire constater ces irrégularités « par des pour quelque motif que ce soit une exo-
officiers ou agents de police judiciaire ainsi nération ou franchise des droits, contribu-
que par tous les fonctionnaires et agents de tions, impôts ou taxes publics en violation
l’État et des collectivités publiques commis- des textes légaux ou réglementaires ». Les
sionnés à cet effet par le maire ou le ministre notions de « droits, contributions, impôts ou
chargé de l’urbanisme suivant l’autorité taxes publics » visées aux termes du texte
dont ils relèvent et assermentés » (code de susvisé peuvent, en effet, s’entendre des
l’urbanisme (CU), art. L.480-1). participations d’urbanisme, contributions
Un procès-verbal constatant les infractions mises à la charge des constructeurs lors de
est alors dressé et transmis sans délai au la délivrance de permis de construire. À titre
ministère public qui décidera des suites d’exemple, la jurisprudence a pu considé-
pénales. En l’absence de poursuites exer- rer que se rend coupable de concussion un
cées par le Parquet, les communes ont la maire qui a requis de la part d’un lotisseur
possibilité d’agir à l’encontre des contreve- une participation financière à une opération
nants soit par le dépôt d’une plainte entre d’extension du réseau d’eau potable alors
les mains du procureur de la République même que cette extension excédait les
du lieu de la construction litigieuse, soit, besoins du lotissement et ne pouvait dès
si les éléments d’identification de l’infrac- lors être regardée comme se rapportant à un
tion sont connus, par la voie de la citation équipement propre à l’opération au sens de
directe devant le tribunal correctionnel. l’article L.332-15 du code de l’urbanisme (2).
Les dispositions prévues en la matière
permettent de rechercher la responsabilité Logement indigne
de tous les intervenants à la construction
litigieuse, l’article L.480-4 alinéa 2 visant « La possibilité pour toute personne de dis-
« les utilisateurs du sol, les bénéficiaires poser d’un logement décent est un objec-

18 Les cahiers juridiques de La Gazette N°198 • Février 2017

•CJ198.indb 18 19/01/17 11:21
tif de valeur constitutionnelle » reconnu à indigne. La notion de vulnérabilité s’appré- les juridictions répressives des dommages
plusieurs reprises par le Conseil constitu- cie à l’aune de la situation physique, men- et intérêts à hauteur des frais engagés pour
tionnel (3). tale, culturelle, sociale ou économique. Les assurer l’hébergement provisoire des occu-
bailleurs risquent aussi d’être poursuivis au pants et/ou exécuter des travaux d’office.
Partage des compétences titre de l’infraction de mise en danger d’au- Par ailleurs, une commune peut se voir
entre la commune et l’état trui définie (C. pénal, art. 223-1) comme « le indemniser au titre d’un préjudice moral
S’il appartient au maire de veiller au respect fait d’exposer directement autrui à un risque résultant de l’atteinte portée à sa notoriété
des règles de salubrité sur le territoire de immédiat de mort ou de blessures de nature et à son image du fait des agissements
sa commune, la prescription de mesures de à entraîner une mutilation ou une infirmité des prévenus (6) ou de la mobilisation de
nature à remédier à l’insalubrité d’un loge- permanente par la violation manifestement ses services pendant plusieurs mois pour
ment relève de la compétence des services délibérée d’une obligation particulière de constater et faire cesser l’infraction (7).
de l’État (code de la santé publique (CSP), prudence ou de sécurité imposée par la loi
art. L.1331-26 et L.1331-28) au terme d’une ou le règlement ». Cette analyse est parue dans La Gazette des
procédure initiée par l’établissement d’un communes n° 2342.
rapport motivé sur la situation de l’im- À noter
meuble par la direction départementale L’arsenal juridique n’est toutefois
des affaires sanitaires et sociales ou, le cas efficace que si les acteurs publics
échéant, par le service d’hygiène et de sécu- se l’approprient et dénoncent
rité de la commune (4). les agissements des constructeurs
et des bailleurs indélicats auprès
Sur la base d’un tel rapport, le préfet peut des services du Parquet.
prendre un arrêté notifié au propriétaire ou
à l’exploitant des lieux soit pour constater le D’autres infractions plus formelles sont pré-
caractère irrémédiable de la situation d’in- vues par le CSP et le code de la construction
salubrité de l’immeuble (l’évacuation des et de l’habitation (CCH), telles les infractions
lieux et le relogement des occupants sont liées à la méconnaissance d’un arrêté pré-
alors prescrits afin d’assurer leur sécurité ; le fectoral d’insalubrité, notamment le refus,
préfet ou le maire sont par ailleurs en mesure sans motif légitime, d’exécuter des travaux
d’empêcher l’accès et l’usage de l’immeuble (CSP, art. L.1337-4 paragraphe 1 alinéa 3 et
au fur et à mesure de son évacuation), soit L.1331-28 paragraphe 2) ou les infractions
pour enjoindre au responsable des locaux résidant dans les conséquences du non-
de régulariser la situation par l’exécution de respect de l’arrêté ; à titre d’exemples sont
travaux. En cas de défaillance du proprié- incriminés, aux termes de l’article L.521-4
taire, le maire (CSP, art. L.1331-29) a le droit du CCH, le refus de reloger les occupants et
d’agir pour exécuter les travaux et assurer la perception d’un loyer pour l’occupation
l’hébergement ou le relogement définitif des d’un logement faisant l’objet d’un arrêté
occupants, conjointement avec les services d’insalubrité.
de l’État aux frais des propriétaires. L’arrêté
d’insalubrité est transmis au procureur de la Réparation du préjudice
République (CSP, art. L.1331-28-1). À raison du préjudice subi directement et
personnellement par les infractions susvi-
Conséquences de la sées (5), les communes sont à même de solli-
méconnaissance d’un arrêté citer la réparation de leur préjudice financier
d’insalubrité et moral en se constituant partie civile dans
La méconnaissance d’un arrêté d’insalu- le cadre des procédures pendantes devant
brité est susceptible d’entraîner des pour- les juridictions répressives susceptibles
Références
suites pénales sur plusieurs fondements. d’être déclenchées par un signalement
Les bailleurs risquent d’être poursuivis au des collectivités auprès du procureur de la • Code de l’urbanisme, art. L.332-15, L.480-1 à
titre du délit de soumission de personnes République. Les communes doivent parfois L.480-13 et L.610-1.
vulnérables à des conditions d’héberge- pallier la défaillance des bailleurs peu scru- • Code de la santé publique, art. L.1331-28-1,
L.1331-29.
ment indignes (C. pénal, art. 225-14). À puleux dans leur obligation de relogement
• Code pénal, art. 225-14, 432-10.
titre d’exemples, la présence d’insectes, des occupants et dans l’exécution de tra-
• Code de la construction et de l’habitation,
notamment de cafards, l’humidité, la suroc- vaux de mise en conformité prescrits aux
art. L.521-4.
cupation, le manque de ventilation du loge- termes de l’arrêté préfectoral d’insalubrité.
ment, constituent des critères de logement Elles sont ainsi fondées à solliciter devant

(1) La responsabilité pénale des personnes morales concernant les infractions au code peuvent pas se constituer partie civile : la jurisprudence considère, en effet, que ce
de l’urbanisme est possible depuis la loi n° 2004-204 du 9 mars 2004 (art. 54). délit relève de la catégorie des atteintes à la personne humaine dont la sanction est
(2) Crim., 10 septembre 2008, n° 07-88.407, NP. exclusivement destinée à protéger la personne physique et que le préjudice d’image
(3) Conseil constitutionnel, décisions n° 94-359 DC du 19 janvier 1995 et n° 98-403 DC subi par une personne morale est étranger à la valeur protégée par le délit de mise en
du 29 juillet 1998. danger (crim., 5 avril 2011, n° 09-83.277, NP et crim., 25 mai 2005, n° 04-85.559, NP).
(4) CE, 14 novembre 2011, n° 341956, ministère du Travail, (6) Crim., 14 mars 2007, ville de Cannes, n° 06-81.010.
de l’Emploi et de la Santé c/commune de Rodez. (7) TGI Nanterre, 17e chambre., 12 décembre 2011, aff. n° 0825545024.
(5) À l’exception du délit de mise en danger d’autrui pour lequel les communes ne …/…

N°198 • Février 2017 Les cahiers juridiques de La Gazette 19

•CJ198.indb 19 19/01/17 11:21
Risque pénal

La délicate proximité
avec les « satellites »
Par Sonia Kanoun, avocate senior référent, cabinet Seban & associés

A
u-delà de ses propres services, une risques pénaux, principalement au titre du
Imbrication collectivité peut être amenée à conflit d’intérêts aujourd’hui défini comme
La gestion des relations entre une collectivité s’appuyer, dans l’exécution de ses « toute situation d’interférence entre un
et ses satellites est intrinsèquement imbriquée, missions, sur des organismes satellites, avec intérêt public et des intérêts publics ou
dans un contexte de contraintes financières lesquels elle entretient des liens de proximi- privés qui est de nature à influencer ou à
et de réforme du millefeuille territorial. té. Ces organismes satellites se définissent paraître influencer l’exercice indépendant,
essentiellement par une participation subs- impartial et objectif d’une fonction » (2).
tantielle de la collectivité au fonctionnement En effet, compte tenu des cumuls de fonc-
de la structure et sa présence au sein des tions exécutives locales avec des fonctions
Proximité instances de gouvernance. au sein de ces entités, des conflits d’intérêts
Si les satellites des collectivités peuvent Ils sont nombreux, du fait d’une « diversifi- peuvent apparaître. La notion d’intérêt est
apporter des solutions de politique publique, cation croissante des modes d’intervention entendue largement par la jurisprudence
il n’en demeure pas moins que leur proximité des collectivités locales répondant à l’élar- répressive : elle englobe des intérêts directs
évidente est source de risques répressifs gissement de leur mission, à leur adaptation et indirects, c’est-à-dire, ceux de l’intéressé
non négligeables. à une complexité toujours plus grande. Elle lui-même, mais aussi ceux de ses proches,
se traduit par un développement des modes de ses amis ou même ceux d’un groupe
de coopération, y compris avec des acteurs auquel il appartient.
privés. Ces coopérations sont le plus sou- En outre, le juge pénal ne retient pas seu-
Contrôle vent mises en œuvre par des opérateurs dits lement l’intérêt matériel ou financier, mais
Maîtriser ces risques demande de créer ‘‘satellites’’ : SEM, SPL, SPLA, OPH, associa- tout intérêt, y compris moral, qu’il soit fami-
des « outils de gouvernance simples tions, SCIC […]. lial, politique, professionnel, confessionnel
et de réintroduire un contrôle démocratique, On estime ainsi au niveau national que ou sexuel.
tout en préservant ce lieu de coopération 2 millions de personnes travaillent pour
entre élus qu’est le satellite ». des organismes de droit privé participant Prise illégale d’intérêts
à des missions de service public, quand Est répréhensible, selon l’article 432-12 du
5,2 millions relèvent de l’État, de ses éta- code pénal, « le fait pour toute personne
blissements publics et des collectivités » (1). dépositaire de l’autorité publique ou chargée
d’une mission de service public ou […] inves-
Satellites publics tie d’un mandat électif public, de prendre,
ou privés recevoir ou conserver, directement ou indi-
rectement, un intérêt quelconque dans une
Les principaux satellites de droit privé entreprise ou dans une opération dont elle
sont les associations, les sociétés d’éco- a, au moment de l’acte, en tout ou partie, la
nomie mixte (SEM), les sociétés d’écono- charge d’assurer la surveillance, l’administra-
mie mixte à opération unique (SEMOp), tion, la liquidation ou le paiement ».
les sociétés publiques locales (SPL), les C’est ainsi qu’un « maire, des maires
sociétés publiques locales d’aménagement adjoints et un conseiller municipal ayant
(SPLA), les groupements d’intérêt écono- participé aux délibérations et pris part
mique (GIE), les sociétés coopératives d’in- aux votes attribuant des subventions aux
térêt collectif (SCIC). associations municipales ou intercommu-
A contrario sont qualifiés de satellites de nales qu’ils présidaient » ont été déclarés
droit public, les établissements publics coupables de prise illégale d’intérêts dans
administratifs (EPA), les établissements la mesure où ils étaient « soumis à l’obli-
publics industriels et commerciaux (EPIC), gation de veiller à la parfaite neutralité des
certains groupements d’intérêt public (GIP), décisions d’attribution des subventions à
les syndicats intercommunaux, les centres ces associations », peu important « qu’il
communaux d’action sociale (CCAS), les n’en ait résulté ni profit pour les auteurs ni
caisses des écoles, les offices publics de préjudice pour la collectivité » (3).
l’habitat (OPH), les établissements publics De même, un maire a vu sa responsabilité
de coopération culturelle (EPCC), etc. pénale engagée au titre de ce même délit
pour avoir « acquis personnellement des
Conflit d’intérêts locaux à usage commercial d’une société
d’économie mixte immobilière dont il était
Les opérations menées par une collectivité le président-directeur général en sa qualité
territoriale peuvent être génératrices de de premier magistrat municipal » (4).

20 Les cahiers juridiques de La Gazette N°198 • Février 2017

•CJ198.indb 20 19/01/17 11:21
Favoritisme ment de deniers publics sans avoir qualité qui lui incombaient, ou par des omissions
Sans bien sûr consommer le délit de favo- pour le faire. Le principe de la séparation ou négligences répétées dans son rôle de
ritisme en tant que tel, les liens capitalis- des ordonnateurs et des comptables, fon- direction (CJF, art. L.313-7-1). De même,
tiques et fonctionnels entre une collectivité damental dans le droit de la comptabilité l’ordonnateur public local pourra voir sa
et ses satellites peuvent être considérés par publique, réserve aux comptables publics responsabilité engagée à l’occasion d’un
l’autorité de poursuite comme un cadre pro- l’encaissement des recettes, le paiement ordre de réquisition donné au comptable
pice à la commission de ce type d’infraction. des dépenses et la conservation des fonds et public (CJF, art. L.312-2).
Sans détailler les composantes de ce délit, valeurs. […] L’agent ayant ou non la qualité Plus largement, les élus locaux peuvent être
soulignons que des condamnations ont déjà d’ordonnateur qui effectue des opérations amenés à exercer des fonctions de direction
pu intervenir dans pareil contexte, tels le réservées aux comptables publics se com- au sein de certains établissements quali-
maire et son adjoint condamnés pour avoir porte en comptable de fait » (6). Concrète- fiés de satellites, notamment des SEM, afin
confié, sans mise en concurrence, le marché ment, il pourrait y avoir gestion de fait lors d’assurer une politique publique locale effi-
relatif à la création et à la réalisation d’un de l’encaissement, par une association, de cace : c’est ainsi qu’un président-directeur
bulletin municipal à une société d’économie recettes provenant de manifestations orga- général de SEM a été condamné au paie-
mixte dont la commune était actionnaire nisées par une commune (7). ment d’une amende de 12 500 euros au titre
majoritaire (5). Le risque de gestion de fait existe surtout d’irrégularités relevées dans l’engagement
en cas d’association contrôlée par une col- d’une opération d’aménagement concédée
« Pantouflage » lectivité, au point qu’elle est qualifiée de par une commune à cette société (10).
Cette proximité entre collectivité et satel- « transparente » (8). La jurisprudence a fixé
lites induit une interdiction, pénalement quatre critères cumulatifs qui permettent de Cette analyse est parue dans La Gazette des
sanctionnée par l’article 432-13 du code qualifier une association de transparente : communes n° 2343.
pénal, faite au titulaire d’une fonction exé- une création de l’association à l’initiative de
cutive locale ou à un fonctionnaire de quit- personnes publiques, une activité d’intérêt
ter temporairement ou définitivement ses général, un contrôle de son organisation et
fonctions pour occuper un poste dans une de son fonctionnement par la collectivité
entreprise privée qu’il aurait eu à connaître publique, et, enfin, un financement prove-
dans l’exercice de ses missions passées. Il nant essentiellement de celle-ci. Il y aura
s’agit du délit dit de « pantouflage ». ainsi gestion de fait en cas de perception
Il signifie qu’un élu ou un agent public ne des recettes par le comité des fêtes alors
peut exercer – dans un délai de trois ans qu’il était composé d’élus et qu’il était
suivant la cessation de ses fonctions – au dépourvu de la personnalité juridique (9).
sein d’un satellite de sa commune, une Le gestionnaire de fait sera ainsi sanc-
SEM par exemple avec laquelle il aurait eu tionné selon une procédure juridictionnelle
à conclure des contrats de quelque nature extraordinaire mise en œuvre par le juge
que ce soit, ou une SPL au sein de laquelle des comptes, c’est-à-dire par la Cour des
il aurait exercé des fonctions de direction. comptes et les chambres régionales et ter-
ritoriales des comptes.
Risques répressifs
financiers Infractions financières
Si la Cour de discipline budgétaire et finan-
Au-delà du risque administratif de gestion cière (CDBF) n’a, en principe, pas à juger des
de fait intrinsèquement lié à la forme asso- comportements répréhensibles des ordon-
ciative, la multiplication des satellites des nateurs publics locaux (code des juridic-
collectivités génère des risques répressifs tions financières (CJF), art. L.312-1), un élu
financiers. local peut, par exception (CJF, art. L.312-2),
faire l’objet de poursuites devant cette juri-
Gestion de fait diction, dont les sanctions ne présentent Références
Par nature, les associations qui assurent des certes pas un caractère strictement pénal,
• Code pénal, articles 432-12 et 432-13.
actions d’intérêt général ont des relations mais une portée répressive certaine.
• Code des juridictions financières,
financières avec les collectivités publiques, Tel sera le cas lorsqu’il aura causé un pré- articles L.312-1, L.312-3 et L.313-7-1.
ce qui peut entraîner un risque de gestion judice grave à une SEM qu’il préside, par • Loi n° 2013-907 du 11 octobre 2013 relative
de fait. La gestion de fait « est l’irrégularité des agissements manifestement incom- à la transparence de la vie publique, article 2.
qui consiste pour une personne physique patibles avec les intérêts de celle-ci, par
ou morale à s’immiscer dans le manie- des carences graves dans les contrôles

(1) « La gestion consolidée des collectivités locales : le pilotage stratégique des satel- (6) JCL. administratif, fasc. 1265 : gestion de fait, 1er avril 2015, n° 1 loi n° 63-156 du
lites face aux nouveaux enjeux de management territorial », « Les Cahiers de 23 février 1963 de finances pour 1963, art. 60.
l’observatoire social territorial », n° 14, juin 2015. (7) CRC Corse, 14 avril 1988.
(2) Loi n° 2013-907 du 11 octobre 2013 relative à la transparence de la vie publique, (8) CE, 5 décembre 2005, département de la Dordogne ; 21 mars 2007, commune de
art. 2. Boulogne-Billancourt.
(3) Crim, 22 octobre 2008, n° de pourvoi : 08-82068. (9) CRC, Alsace, 20 janvier 1987 et CRC Champagne-Ardenne, 18 février 1988.
(4) Crim, 18 février 1987, n° 86-93143 : Bull. crim. 1987, n° 80. (10) CDBF, 16 juin 1987, SEM d’urbanisation, d’aménagement, d’équipement et de
(5) Cour de cassation, chambre criminelle, 25 juin 2008, n° de pourvoi : 07-88373. construction de la ville de Jeumont et de l’arrondissement d’Avesnes [Semvija].

N°198 • Février 2017 Les cahiers juridiques de La Gazette 21

•CJ198.indb 21 19/01/17 11:21
des collectivités territoriales

La Revue des marchés publics, pour une pratique fine de l’achat public !

Tous les mois notre magazine vous permet
de suivre les contraintes et évolutions de votre
métier à travers :
Une veille des textes
Une analyse de la jurisprudence
Des conseils méthodologiques et procéduraux
Des fiches pratiques
Des retours d’expériences

Retrouvez toute l’année des offres d’abonnement conçues pour vous
Abonnez-vous sur www.territorial.fr

Les Cahiers

juridiques de La Gazette
Bulletin d’abonnement
à retourner à : Territorial - 58 cours Becquart-Castelbon - CS 40215 - 38516 Voiron Cedex
Tél. : 04 76 65 93 78 - Fax : 04 76 05 01 63

Nom : ................................................................................................................. Je souhaite m’abonner pour un an (9 numéros)
Prénom :.............................................................................................................. au magazine Les Cahiers juridiques de La Gazette
Collectivité :.......................................................................................................... et profiter des articles archivés en ligne

Offre valable jusqu’au 30/04/2017
et de la Newsletter juridique de La Gazette.
Fonction : ............................................................................................................
Adresse : ............................................................................................................
.........................................................................................................................
Pack Pro
Le magazine + la newsletter + les archives en ligne
166 € TTC/an (administratif et sociétés privées)
Code postal : ........................................................................................................
Commune : ..........................................................................................................
Téléphone : .........................................................................................................
Télécopie : ..........................................................................................................
Je souhaite m’abonner pour un an (9 numéros)
E-mail (obligatoire pour les services en ligne) : ............................................................... au magazine Les Cahiers juridiques de La Gazette
Si vous souhaitez recevoir Les Cahiers juridiques et profiter des articles archivés en ligne.
de La Gazette à votre domicile :

Adresse personnelle : ............................................................................................. Pack Perso
Le magazine + les archives en ligne
.........................................................................................................................
Code postal : ........................................................................................................ 73 € TTC/an
Commune : ..........................................................................................................
Date, signature et cachet :
Participation aux frais d’expédition en sus pour les Dom-Tom et l’étranger : 10 € par an
Règlement par chèque bancaire à la commande ou mandat administratif après réception de la facture, à l’ordre
de SAS TERRITORIAL • RIB : CIC Crédit Industriel et Commercial • Code banque : 30066 • Code guichet :
10949 • N° compte : 00020062001 • Clé RIB : 26 • IBAN : FR76 3006 6109 4900 0200 6200 126
• BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFRPP • N° SIRET : 404 926 958 00020 • Code APE : 5813Z

22 Les cahiers juridiques de La Gazette N°198 • Février 2017

•CJ198.indb 22 19/01/17 11:21
Commande publique

Conditions et méthodes
d’actualisation et de révision
des prix
Par Frédérique Stéphan, juriste à la Fédération française du bâtiment (FFB)

S
elon l’ordonnance n° 2015-899 du Le commentaire sous l’article 10.4.2
Aléas majeurs 23 juillet 2015 relative aux marchés du cahier des clauses administratives
Un marché public est conclu à prix ferme, si publics (art. 39) « le prix et ses moda- générales-travaux 2009 (CCAG-travaux)
celui-ci n’est pas susceptible d’être soumis à lités de fixation et, le cas échéant, ses moda- (6) précise que « lorsque les travaux sont
des aléas majeurs. Mais le prix peut également lités d’évolution sont définis par le marché allotis, le maître de l’ouvrage doit tenir
être actualisable ou révisable. public ». Le décret d’application du 25 mars compte du calendrier d’exécution fi xé
2016 (art. 17) prévoit que les autres ache- pour l’intervention de chacun des corps
teurs (1) « peuvent prévoir des clauses de de métier, dans le cadre d’une opération
variation des prix ». Un marché public peut pour la mise en œuvre de l’actualisation
Finalité être conclu soit à prix ferme, donc invariable des marchés correspondants ». Cette
L’actualisation permet la mise à jour des prix pendant toute la durée du marché, soit à précision est faite afin que le maître de
d’un marché si l’acheteur tarde à ordonner le prix actualisable, soit à prix révisable (2). l’ouvrage ne fasse pas un ordre de service
début des travaux. La révision tient compte des Le recours au prix ferme dans un marché général de commencer les travaux pour
variations économiques lors de leur exécution. public est limité au cas où « cette forme toutes les entreprises et refuse par la suite
de prix n’est pas de nature à exposer à des toute actualisation, mettant en avant cet
aléas majeurs les parties au marché public, ordre de service (7).
du fait de l’évolution raisonnablement Le prix ainsi actualisé reste ferme pendant
Difficultés prévisible des conditions économiques toute la période d’exécution des prestations
Les acheteurs doivent être attentifs à la qualité pendant la période d’exécution des presta- et constitue le prix de règlement : c’est le
de la rédaction des clauses de variation des prix tions » (3). Dans les autres cas, il faut prévoir montant initial de base du marché qui est
et aux formules de révision des prix, l’équilibre une révision des prix. pris en considération pour le calcul de l’ac-
initial du contrat devant être maintenu. Mais si le cahier des clauses administratives tualisation et non le montant du marché ini-
particulières (CCAP) prévoit que le prix est tial augmenté des travaux supplémentaires.
actualisable et révisable, il n’est a priori pas Lorsqu’il est conclu à prix ferme, le marché
interdit d’appliquer les deux. Si l’on peut prévoit les modalités d’actualisation du prix,
considérer que certaines clauses du décret à savoir la date d’établissement du prix ini-
du 25 mars 2016 sont d’ordre public, cette tial et les modalités de calcul de l’actualisa-
notion n’empêche pas que l’acheteur pré- tion (formule et index retenus).
voit des clauses plus favorables pour les Cependant, lorsqu’aucune actualisation
entreprises dans le CCAP. n’est prévue dans le CCAP alors qu’elle est
rendue obligatoire par la réglementation en
Actualisation des prix vigueur, le CCAG-travaux 2009 (art. 10.4.3)
prévoit une actualisation : « L’actualisation
L’actualisation des prix, obligatoire pour les se fait en appliquant des coefficients éta-
marchés de travaux, a pour objet de mettre blis à partir d’index de référence fixés par
à jour les prix d’un marché si l’acheteur les documents particuliers du marché. À
tarde à ordonner le début des travaux. Le défaut, l’actualisation se fait sur la base de
prix ferme peut être actualisé une fois (4) l’index BT01 pour les travaux concernant
selon les conditions précisées au contrat, majoritairement le bâtiment ou sur la base
si au moins trois mois se sont écoulés entre de l’index TP01 pour les travaux concernant
la date de fixation du prix dans l’offre et le majoritairement les travaux publics », avec
début d’exécution des prestations de l’en- une formule :
treprise. Prix nouveau = prix initial x (indices à
Cependant, dans les marchés à tranches la date de début d’exécution des pres-
conditionnelles, le prix de chaque tranche tations – trois mois)/indices de la date
est actualisable. Cette actualisation est de fixation du prix dans l’offre
opérée aux conditions économiques obser-
vées à une date antérieure de trois mois au Le prix est intégralement actualisé, il n’y a
début d’exécution des prestations de la pas de partie fixe.
tranche (5). Dans le commentaire sous l’article 10.4.2
…/…

N°198 • Février 2017 Les cahiers juridiques de La Gazette 23

•CJ198.indb 23 19/01/17 11:21
Commande publique

…/… du CCAG-travaux 2009, il est indiqué que
« l’index de référence peut être remplacé
par voie d’avenant, par l’index correspon-
dant à l’objet du marché ». En conséquence,
il existe trois possibilités :
- soit le CCAP prévoit les modalités de
calcul de l’actualisation ;
- soit le CCAP ne prévoit rien et l’ar-
ticle 10.4.3 du CCAG-travaux 2009 pallie
ce manque sur la base de l’index BT01-
travaux de bâtiment ou TP01-travaux
publics ;
- soit un avenant est signé entre les parties,
permettant l’adoption de l’index le plus
approprié à l’objet du marché.

À noter
Le prix de chaque tranche d’un
marché à tranches conditionnelles
est actualisable, aux conditions
économiques observées à une date
antérieure de trois mois au début
d’exécution des prestations de la
tranche.

Les index BTP publiés par l’Institut
national de la statistique et des études
économiques (Insee) établissent chaque
mois l’évolution des prix de vente des
matériaux de construction et des coûts mois de décembre est publié à la fin du mois l’entreprise : « si, lors de l’établissement du
salariaux dans le BTP. de mars). En conséquence, l’index pour le décompte général, les valeurs finales des
Le CCAG-travaux 2009 (art. 11.4) précise : calcul de l’actualisation (ou de la révision) index de référence ne sont pas connues, le
« lorsque, dans les conditions précisées à peut ne pas être connu au moment de l’éta- représentant du pouvoir adjudicateur noti-
l’article 10.4, il y a lieu à actualisation ou blissement de la situation mensuelle. Celle- fie au titulaire la révision de prix afférente
révision des prix, le coefficient d’actuali- ci sera présentée soit avec une révision au solde dans les dix jours qui suivent leur
sation s’applique à tous les prix du mar- provisoire calculée avec le dernier index publication. La date de cette notification
ché et le coefficient de révision des prix connu puis ajusté lors d’une situation ulté- constitue le point de départ du délai de
s’applique : rieure quand l’index réel sera publié, soit paiement des sommes restant dues après
- aux travaux exécutés pendant le mois ; calculée trois mois plus tard, mais définiti- révision définitive des prix ».
- à la variation, en plus ou en moins, à la fin vement après connaissance de la valeur de Le sous-traitant ne bénéficie pas de droit
du mois, par rapport au mois précédent, cet index. C’est ce que prévoit l’article 117 des clauses de variation des prix inscrites
des sommes décomptées pour approvi- du décret du 25 mars 2016 (lire l’encadré). dans le marché du titulaire ; il ne peut pré-
sionnement à la fin de ce mois. Ce coeffi- Enfin, l’article 13.4.2 du CCAG-travaux 2009 tendre qu’à l’application du contrat de sous-
cient est arrondi au millième supérieur ». pour l’actualisation et la révision prend en traitance et de ses éventuelles clauses de
Or, la publication de l’index pour un mois compte le décalage de la parution des index variation de prix.
donné (date de valeur) intervient avec un afin d’éviter que le décompte général soit Si le marché du titulaire prévoit des clauses
décalage de trois mois (date de publica- émis par l’acheteur longtemps après la de variation de prix qui ne sont pas réper-
tion ; par exemple, l’index concernant le réception du projet de décompte final de cutées dans le contrat de sous-traitance, le
titulaire bénéficiera des variations de prix
correspondant à des prestations qu’il n’a
Article 117 du décret du 25 mars 2016 pas exécutées.
Lorsque le marché public comporte une clause de variation de prix, la valeur finale des références
utilisées pour l’application de cette clause est appréciée au plus tard à la date de réalisation des Révision des prix
prestations telle que prévue par le marché public ou à la date de leur réalisation réelle si celle-ci est
antérieure. La révision des prix est destinée à modifier
Lorsque la valeur finale des références n’est pas connue à la date où doit intervenir un acompte ou le prix initial d’un marché pour tenir compte
un paiement partiel définitif, l’acheteur procède à un règlement provisoire sur la base des dernières des variations économiques survenues en
références connues. cours d’exécution des travaux. Elle s’ap-
Le paiement calculé sur la base des valeurs finales de référence intervient au plus tard trois mois plique entre la date d’établissement des prix
après la date à laquelle sont publiées ces valeurs. et les dates successives de règlement des
Lorsque les avances sont remboursées par précompte sur les sommes dues à titre d’acompte ou de situations à l’aide d’une formule prescrite
solde, le précompte est effectué après application de la clause de variation de prix sur le montant dans le CCAP.
initial de l’acompte ou du solde. La révision n’est obligatoire que dans le cas
mentionné à l’article 18-VI du décret du

24 Les cahiers juridiques de La Gazette N°198 • Février 2017

•CJ198.indb 24 19/01/17 11:21
- la date d’établissement du prix initial ; considère que cette partie fixe, qui a pour
- les modalités de calcul de la révision (for- conséquence de ne pas rendre révisable
mule et index retenus ; la partie fixe n’est la totalité du marché, ne se justifie plus et
pas obligatoire) ; que les acheteurs publics doivent prendre
- la périodicité de la révision. en compte cette disposition du CMP du
Le CCAG-travaux 2009 (art. 13.2) prévoit que 1er août 2006 (maintenant abrogé), disposi-
le maître d’œuvre détermine le montant de tion reprise dans le décret du 25 mars 2016
l’acompte mensuel à régler au titulaire en en la supprimant effectivement (10).
faisant ressortir « l’effet de l’actualisation Pour la révision, la date d’établissement
ou de la révision des prix : les parties de du prix initial est précisée dans le marché
l’acompte actualisables ou révisables sont ou, à défaut d’une telle précision, elle est la
majorées ou minorées en appliquant les suivante (CCAG-travaux 2009, art. 10.4.5) :
coefficients prévus ». - le premier jour du mois de calendrier qui
Dans son article 10.4.4, le CCAG-travaux 2009 précède celui de la signature de l’acte
rappelle que la révision se fait « en appliquant d’engagement par le titulaire dans le cas
la formule et les coefficients fixés par les d’une procédure d’appel d’offres ;
documents particuliers du marché. La valeur - le premier jour du mois qui précède celui
initiale du ou des index à prendre en compte de la signature de l’offre finale dans le cas
est celle de la date d’établissement des prix des procédures négociées ;
initiaux. La valeur finale des références - le premier jour du mois qui précède la
utilisées pour l’application de cette clause remise de l’offre définitive dans le cas
© StudioLaMagica - fotolia

doit être appréciée au plus tard à la date de d’une procédure de dialogue compétitif.
réalisation des prestations concernées telle Les conditions de révision de prix, utilisées
que prévue par les documents particuliers du par les entreprises pour définir leur prix, font
marché, ou à la date de leur réalisation réelle partie des conditions de la mise en concur-
si celle-ci est antérieure ». rence et ne peuvent pas être modifiées par
Si les travaux ne sont pas achevés à l’issue un avenant (11).
du délai de réalisation des prestations (éven- Les acheteurs doivent être attentifs à la qua-
25 mars 2016 : « les marchés de travaux d’une tuellement modifiée) et si ce délai d’exécu- lité de la rédaction des clauses de variation
durée d’exécution supérieure à trois mois qui tion n’a pas fait l’objet d’une prolongation, la des prix, en particulier aux choix des for-
nécessitent pour leur réalisation le recours à révision des règlements ultérieurs à la date mules de révision des prix qu’ils choisissent.
une part importante de fournitures dont le prix contractuelle de fin d’exécution se fait sur la Si les conditions de variation des prix ne
est directement affecté par les fluctuations de base de la valeur des index de référence à la sont pas adaptées, elles seront sources de
cours mondiaux, comportent une clause de date d’achèvement contractuelle. difficultés importantes lors de l’exécution
révision de prix incluant une référence aux Le CCAP indique la formule de calcul à uti- des travaux, si l’équilibre initial du marché
indices officiels de fixation de ces cours ». liser qui pourra être : entre les parties n’est pas maintenu.
Le ministère de l’Économie rappelle que P = Po x [pf + (1-pf) (BTm/BTmo)]
« l’insertion d’une clause de révision de Cette analyse est parue dans La Gazette des
prix est obligatoire dans tous les marchés - P : prix révisé HT du montant des travaux communes n° 2344.
d’une durée d’exécution supérieure à trois exécutés dans le mois considéré.
mois, dont le prix est affecté par les varia- - Po : montant initial HT des travaux exécutés
tions du cours des matières premières. L’ab- dans le mois.
sence d’insertion d’une clause de révision - pf : partie fixe.
conforme aux exigences du code des mar- - BTm : valeur de l’index BT du mois d’exécu- Références
chés publics (CMP) constitue un manque- tion des travaux.
• Ordonnance n° 2015-899 du 23 juillet 2015
ment aux obligations de mise en concur- - BTmo : valeur de l’index BT du mois d’établis-
relative aux marchés publics, art. 39.
rence, compte tenu de son incidence sur sement du prix. Ce mois dit « de référence » ou • Décret n° 2016-360 du 25 mars 2016 relatif
la formation des offres des candidats » (8). mois « zéro » est précisé dans le marché. aux marchés publics, art. 18, art. 117.
Le CCAP doit donc comporter une clause • Arrêté du 3 mars 2014 modifiant l’arrêté du
de révision des prix, qui définit les modali- La partie fixe est facultative, il appartient à 8 septembre 2009 portant approbation du
tés pratiques de la prise en compte de ces l’acheteur d’établir le taux qui lui semble le CCAG-travaux.
variations, comme : plus approprié. Le ministère de l’Économie

(1) Par exemple OPH, SA d’HLM, et ceux mentionnés à l’article 2 du décret n° 2016- Condition de mise en œuvre de l’actualisation : écoulement d’un délai minimal
360 du 25 mars 2016. (www.economie.gouv.fr).
(2) Décret n° 2016-360 du 25 mars 2016, art. 18. (8) Conséquences de la hausse du prix des matières premières sur l’exécution d’un
(3) Ibid. marché, 14 décembre 2010 à consulter sur www.economie.gouv.fr > espace marches
(4) Ibid. publics > conseils aux acheteurs > vos questions-nos reponses.
(5) Décret n° 2016-360 du 25 mars 2016, art. 18 IV. et CCAG-travaux 2009, art. 10.4.1. (9) Décret n° 2016-360 du 25 mars 2016, art. 18-V 2°.
(6) Le cahier des clauses administratives générales applicables aux marchés publics (10) Guide « Le Prix dans les marchés publics », p. 18, avril 2013, www.economie.gouv.fr
de travaux (arrêté du 8 septembre 2009 modifié) s’applique aux marchés qui y font (11) Rép. min., n° 31973, JO de l’Assemblée nationale du 3 novembre 2009, p. 10 428.
référence (décret n° 2016-360 du 25 mars 2016 préc, art. 15). Conséquences de la hausse du prix des matières premières sur l’exécution d’un mar-
(7) Repris dans le guide « Le prix dans les marchés publics » (avril 2013), article 3.2.2.3. ché : www.economie.gouv.fr > espace marches publics > conseils aux acheteurs.

N°198 • Février 2017 Les cahiers juridiques de La Gazette 25

•CJ198.indb 25 19/01/17 11:21
Commande publique

La variation négative
des prix : recourir à
la théorie de l’imprévision
Par Frédérique Stéphan, juriste à la Fédération française du bâtiment (FFB)

L’
actualisation ou la révision des prix révision des prix incluse dans son marché,
Évolution d’index permet de tenir compte des varia- l’augmentation brutale du prix de l’acier
Il arrive que l’actualisation ou la révision tions économiques entre le moment pendant la période d’exécution des travaux
du prix soit à la baisse, donc négative, du fait où l’entreprise remet son prix dans l’offre n’était pas prise en compte par la révision
de l’évolution négative d’un des 37 index et le démarrage de sa prestation ou des des prix. La cour administrative d’appel a
nationaux Bâtiment. variations économiques en cours d’exécu- jugé que la société « ne pouvait ignorer,
tion du contrat (lire aussi notre article p. 23). en tant que professionnel avisé, que la for-
C’est donc, en principe, une hausse du prix mule de variation de cet indice, eu égard à
du marché, favorable à l’entreprise : mais il sa composition, ne permettait de prendre
Théorie de l’imprévision arrive que l’actualisation ou la révision du en compte que de manière très partielle
Les entreprises peuvent tenter soit de discuter prix soit à la baisse, c’est-à-dire négative, du les hausses des prix de l’acier utilisé qui
avec l’acheteur public afin de ne pas appliquer fait de l’évolution négative d’un index. En devaient ainsi entrer dans ses prévisions ».
la variation négative des prix, soit de mettre en 2016, les index nationaux Bâtiment (index La clause de variation de prix constitue
œuvre la théorie de l’imprévision. BT) ont subi les effets de la conjoncture ainsi un engagement contractuel : que
économique : sur les 37 index BT, 26 ont peut faire une entreprise face à une actua-
régressé en un an, un est resté stable et dix lisation ou à une révision négative ? Face
ont augmenté. La baisse des index BT est à ces fluctuations des prix, les entreprises
Conditions strictes principalement due à la diminution des prix peuvent tenter de discuter avec l’acheteur
La hausse du prix des matières premières du pétrole et des autres matières premières. public afin qu’il obtienne de l’assemblée
a donné un regain de jouvence à la théorie Or, il n’est pas possible de modifier les index délibérante l’accord de ne pas appliquer
de l’imprévision. Sa mise en jeu nécessite prévus dans les documents de marché. Le la variation des prix négative. La seconde
néanmoins de respecter trois conditions strictes. point 5.5.1, intitulé « cas d’une formule de possibilité est la mise en œuvre de la théorie
variation des prix manifestement inadap- de l’imprévision.
tée ou oubliée », du guide « Le Prix dans
les marchés publics » (1), rappelle que « si Application de la théorie
la consultation est en cours, il est encore
possible de sauver la procédure. Si c’est une
de l’imprévision
entreprise qui s’aperçoit de cette anomalie, La hausse du prix des matières premières
aux conséquences graves, l’acheteur doit, a donné un regain de jouvence à la théorie
soit introduire une formule (ou actualisation de l’imprévision. Celle-ci reste néanmoins
du prix ferme ou révision de prix) qui satis- soumise à des conditions strictes.
fasse à ses obligations réglementaires, soit L’imprévision est une théorie jurispru-
revoir la formule inadaptée à la prestation. dentielle née de l’arrêt du Conseil d’État
Cette modification du cahier des charges du 30 mars 1916 « Compagnie générale
s’accompagnera d’une information publiée d’éclairage de Bordeaux ». Elle impose à la
sur le média utilisé pour l’appel à concur- personne publique cocontractante d’aider
rence. Il est, en revanche, possible que la financièrement le titulaire du marché à
réponse puisse ne pas être compatible avec exécuter le contrat, lorsqu’un événement
les délais de la procédure (échéance trop imprévisible et étranger à la volonté des
proche de la consultation…). Il pourra alors parties a provoqué le bouleversement de
en résulter une obligation de recommencer l’économie du contrat. La circulaire inter-
la totalité de la procédure. Une fois le mar- ministérielle du 20 novembre 1974 relative
ché attribué, aucun avenant n’est possible à l’indemnisation des titulaires de marchés
car le prix est intangible ». publics en cas d’accroissement imprévisible
Certains tribunaux se sont prononcés en de leurs charges économiques précise ce
la matière. La cour administrative d’appel régime, réservé à des situations exception-
de Bordeaux (2) a rejeté la demande d’une nelles. L’imprévision ne peut être prise en
société qui soutenait que du fait du carac- compte que si le titulaire du marché établit
tère inadapté de l’indice TP02 (travaux de que trois conditions sont réunies :
génie civil et d’ouvrages d’art neufs ou - l’événement affectant l’exécution du
rénovation) auquel se référait la formule de contrat doit avoir été anormal et impré-

26 Les cahiers juridiques de La Gazette N°198 • Février 2017

•CJ198.indb 26 19/01/17 11:21
© beeboys - fotolia
visible au moment de la conclusion du d’éléments anormaux, exceptionnels et, empêcher. En effet, l’imprévision n’existe
contrat ; par ailleurs, n’ont pu rentrer dans les pré- pas lorsque le cocontractant a provoqué
- l’événement doit procéder d’un fait étran- visions des parties au moment du contrat l’événement, par exemple par des retards
ger à la volonté des parties ; (guerres, dépréciations monétaires, crises dans les approvisionnements (5), ou si l’évé-
- l’événement doit entraîner un boulever- économiques…). nement a eu lieu postérieurement à la date
sement de l’économie du contrat, c’est- Il faut que l’entreprise démontre que les prévue pour la fin du contrat, les retards lui
à-dire plus qu’une simple rupture de son variations de prix ne sont pas des fluctua- étant imputables (6). Or, l’évolution d’un
équilibre financier. tions normales que l’entreprise pouvait pré- index BT, qui permet de calculer les varia-
voir. S’il ne s’agit ni de grèves ni de guerres, tions de prix, est totalement indépendante
À noter il n’en reste pas moins que toute variation de la volonté des entreprises, puisque les
La théorie jurisprudentielle de prix envisagée dans un contrat a pour index BT sont publiés par l’Insee. Ces index
de l’imprévision impose à la objet de tenir compte des aléas normaux établissent chaque mois l’évolution des prix
personne publique cocontractante des prix pendant la durée du marché. Dans de vente des matériaux de construction et
d’aider financièrement le titulaire une telle hypothèse, tout acheteur la pren- des coûts salariaux dans le BTP. En consé-
du marché à exécuter le contrat.
dra en compte dans le budget destiné au quence, la deuxième condition de la théorie
Ni la jurisprudence, ni la circulaire ne res- marché donné. Et l’objet d’une clause de de l’imprévision est remplie.
treignent l’utilisation de la théorie de l’im- révision de prix n’est nullement de créer
prévision à des secteurs d’activités déter- un « déficit d’une grande importance » au Bouleversement
minés. L’examen se fait au cas par cas,
c’est-à-dire marché par marché.
cocontractant de l’administration. Si la
révision de prix ne doit pas être considérée
économique du contrat
comme une « plus-value inévitable » pour Pour donner lieu à imprévision, l’événe-
Événement invoqué l’entrepreneur (4), celui-ci doit démontrer ment doit avoir entraîné dans l’exécution
anormal et imprévisible que l’événement est ici totalement anormal
et imprévisible dans son rapport montant
du contrat une perturbation suffisamment
profonde pour faire apparaître ce que la
Dans l’exécution de tout marché, il existe du marché/montant de la variation de prix jurisprudence appelle une situation « extra-
des aléas, et il faut distinguer les aléas ordi- négative. contractuelle ». Il faut qu’ait été dépassé
naires des aléas extraordinaires qui, seuls, le « prix limite », c’est-à-dire la marge de
donnent lieu à imprévision. L’aléa extra- Événement indépendant hausse éventuelle dont le cocontractant
ordinaire est « l’événement déjouant tous
les calculs que les parties ont pu faire au
de la volonté du aurait dû tenir compte comme relevant
d’un risque normal, le dépassement de ce
moment du contrat » (3). cocontractant prix limite constituant le « seuil d’imprévi-
Ainsi, les variations de prix causées par L’entrepreneur ne peut prétendre invoquer sion » (7). Concernant le bouleversement
des fluctuations économiques courantes en l’imprévision s’il a été pour quelque chose de l’économie du contrat, la circulaire du
régime capitaliste sont des aléas ordinaires ; dans les faits qui ont entraîné le déficit, 20 novembre 1974 relative à l’indemnisa-
au contraire, elles peuvent devenir des aléas soit qu’il les ait provoqués, soit qu’il n’ait tion des titulaires de marchés publics en
extraordinaires lorsqu’elles proviennent point fait ce qu’il aurait pu faire pour les cas d’accroissement imprévisible de leurs …/…

N°198 • Février 2017 Les cahiers juridiques de La Gazette 27

•CJ198.indb 27 19/01/17 11:21
Commande publique

…/… charges économiques détaille les modalités (12) la demande de paiement de l’actuali- Les autres acheteurs soumis à l’ordonnance
pratiques de la mise en œuvre de la théo- sation ou de la révision négative soustraite n° 2015-899 du 23 juillet 2015 et au décret
rie de l’imprévision. Si la circulaire retient en cours d’exécution par le maître de l’ou- n° 2016-360 du 25 mars 2016 relatifs aux mar-
comme seuil du bouleversement de l’éco- vrage public sur les acomptes mensuels ; chés publics font référence, dans leurs docu-
nomie du marché un surcoût de dépenses d’autre part, en rédigeant un mémoire ments contractuels, parfois au CCAG-travaux
égal à un quinzième du montant initial du en réclamation (13) si l’acheteur public a 2009, et également à la norme Afnor NF P
marché, la jurisprudence exige toujours maintenu cette variation négative dans le 03-001 du cahier des clauses administratives
un surcoût d’une certaine importance, qui décompte général. Le ministère de l’Écono- générales applicable aux travaux de bâti-
est apprécié au cas par cas. Cependant, mie conseille à l’acheteur public d’examiner ment faisant l’objet de marchés privés (14).
le Conseil d’État considère qu’il n’y a pas « avec attention les demandes d’entrepre- Par conséquent, il convient de faire état de
imprévision si les charges supplémen- neurs se prévalant de l’imprévision, car il en l’article 9.4 « variation de prix » de la norme
taires n’excèdent pas 3 % du montant du tirera au moins les conséquences, pour les Afnor NF P 03-001 et de l’article 1195 de l’or-
marché (8). marchés à venir, en améliorant le contenu et donnance n° 2016-131 du 10 février 2016 por-
les modalités de mise en œuvre des clauses tant réforme du droit des contrats, du régime
Application seulement de variations de prix ». À titre d’exemple, général et de la preuve des obligations (15).
si la clause de révision une révision de prix annuelle peut être ina-
daptée si des fluctuations erratiques et fré-
Cette ordonnance introduit la notion d’im-
prévision en marchés privés. Les entreprises
ne joue pas quentes ont été constatées par le passé. La pourront demander, lors d’une variation néga-
En règle générale, si les clauses de révision périodicité pourra probablement être rame- tive, une renégociation du contrat à l’ache-
de prix ne constituent pas un obstacle de née au trimestre ou au mois, et suivre ainsi teur privé (SA d’HLM, par exemple) en cas de
principe à l’appréciation de la théorie de plus fidèlement l’évolution réelle des prix (1). changement de circonstances imprévisibles
l’imprévision, elles sont de nature à empê- rendant excessivement onéreuse l’exécution
cher le bouleversement de se produire : À noter du contrat, et ouvrant, si la discussion échoue,
c’est même un de leurs principaux buts. Le ministère de l’Économie conseille la voie judiciaire. Allons-nous vers des clauses
Ainsi, c’est uniquement si la clause n’a pas à l’acheteur public d’examiner unifiées et une jurisprudence approchante,
joué normalement que la théorie de l’impré- « avec attention les demandes quel que soit l’acheteur ? Souhaitons-le, afin
vision s’applique (9). d’entrepreneurs se prévalant de que la simplification administrative promise
l’imprévision ».
L’entrepreneur doit démontrer que la clause aux entreprises soit effective.
de révision de prix n’a pas joué normale-
ment et est à l’origine du préjudice subi Application avec Cette analyse est parue dans La Gazette des
et du bouleversement de l’économie du
contrat. De plus, un arrêt du Conseil d’État
les acheteurs privés communes n° 2345.

du 4 mai 1988 (10) rappelle que l’existence L’ordonnance n° 2015-899 du 23 juillet 2015
d’une révision de prix dans un marché ne et le décret n° 2016-360 du 25 mars 2016 rela-
fait pas obstacle à la mise en jeu de la théo- tifs aux marchés publics ne vont pas simpli-
rie de l’imprévision. La troisième condition fier les règles relatives à la variation de prix.
de la théorie de l’imprévision est donc la Les entreprises devront lire avec attention
plus délicate à remplir. les documents contractuels du marché. En
L’imprévision ne libère le cocontractant de effet, tous ces développements s’appliquent
l’administration d’aucune de ses obliga- à l’État, à ses établissements publics autres
tions. Celui-ci est donc tenu de poursuivre que ceux ayant un caractère industriel et
l’exécution du marché, faute de quoi il se commercial, aux collectivités territoriales, à
verrait privé du droit d’obtenir une indem- leurs établissements publics et à leurs grou- Références
nisation au titre de l’imprévision (11). En pements qui font, dans une très large majo- • Circulaire interministérielle du 20 novembre
conséquence, lorsqu’une entreprise subit rité, référence au cahier des clauses adminis- 1974 relative à l’indemnisation des titulaires
une actualisation ou une révision négative tratives générales applicables aux marchés de marchés publics en cas d’accroissement
dans un marché public, elle met en avant publics de travaux de 2009 (CCAG-travaux imprévisible de leurs charges économiques,
la théorie de l’imprévision, d’une part, en 2009), selon les conditions de l’article 15 du JO 30 novembre 1974.
incluant dans son projet de décompte final décret n° 2016-360 du 25 mars 2016.

(1) Guide « Le Prix dans les marchés publics », avril 2013, www.economie.gouv.fr (10) CE, 4 mai 1988, SA Laurent Bouillet Entreprise contre le CHU de Clermont-Ferrand
(2) CAA Bordeaux, 3 mai 2011, Sté Gagne, req. n° 10BX01996. (« Le Moniteur » du 8 juillet 1988).
(3) Concl. Corneille sur CE, 3 décembre 1928, Fromassol, RDP 1920 p. 64 et CE, 6 novembre (11) CE, 5 novembre 1982, Sté Propétrol, req. n° 19413 et conditions de mise en œuvre de
1981, Lanfranchi, RDP 1983 p. 237. la théorie de l’imprévision du 14 décembre 2010 sur www.economie.gouv.fr, espace
(4) Circulaire du 5 octobre 1987 relative à la détermination des prix initiaux et des prix de « marchés publics », rubrique « conseils aux acheteurs/vos questions - nos réponses ».
règlement dans les marchés publics. (12) CCAG-travaux 2009, art. 13.3.1- arrêté du 8 septembre 2009 modifié s’appliquant aux
(5) CE, 17 juin 1981, commune de Papeete, recueil Lebon table p. 814. marchés qui y font référence.
(6) CE, 20 janvier 1978, Sté Routes et Travaux, RDP 1978 p. 1485. (13) CCAG-travaux 2009, art. 50.1.
(7) CE, 8 août 1924, Gaz de Brive. (14) Édition de décembre 2000 en cours de révision.
(8) CE, 30 novembre 1990, Sté Coignet Entreprise ; recueil Lebon table p. 875. (15) JO du 11 février 2016 ; ordonnance entrée en vigueur le 1er octobre 2016 et modifiant
(9) CE, 17 juin 1981, commune de Papeete précitée et CE, 28 octobre 1983, Sté Auxiliaire le livre III du code civil.
d’entreprise et a., Recueil Lebon p. 780.

28 Les cahiers juridiques de La Gazette N°198 • Février 2017

V2
•CJ198.indb 28 19/01/17 11:21
28 mars 2017
Paris
us !
Inscrivez-vo e
4 édition

FORUM ACHETEURS PUBLICS
Nouveau cadre juridique, sourçage, dématérialisation :
renforcez la dimension économique de vos achats !

• Regards croisés : quelles conséquences de la loi Sapin II sur l’achat public local
• Organisation, achat responsable, sourçage : innover dans la commande publique, c’est possible !
• Objectif « 100% démat » au 1er octobre 2018 : comment dépasser l’utopie

AVEC LA PARTICIPATION EXCEPTIONNELLE DE

Laure DE LA BRETECHE Jean MAÏA
Secrétaire générale Directeur des affaires juridiques
pour la modernisation de l’action publique des ministères économiques et financiers

ET LES TÉMOIGNAGES DE
• Céline FAIVRE, Directrice des affaires juridiques et de la commande publique, CONSEIL RÉGIONAL DE BRETAGNE
• Bruno KOEBEL, Chef du service achats et commande publique, VILLE ET EUROMÉTROPOLE DE STRASBOURG
• Jérôme MICHON, Professeur en droit des marchés publics et privés, ÉCOLE SPÉCIALE DES TRAVAUX PUBLICS,
DU BÂTIMENT ET DE L’INDUSTRIE
• Marc SAUVAGE, DGA achats, performance, commande publique et juridique, CONSEIL RÉGIONAL D’ILE DE FRANCE

Avec le soutien de :

Programme complet et inscriptions disponibles sur le site
www.lagazettedescommunes.com, rubrique Evénements, onglet Conférences
Contact : Elvire ROULET • e-mail : elvire.roulet@infopro-digital.com • tél. : +33 (0)1 77 92 93 36

V2 PUB F A h t P bli 210 297 i dd 1 10/01/2017 17 57 32
•CJ198.indb 29 19/01/17 11:21
Fiche pratique

Comment résilier
un marché public ?
Par Clément Capdebos, avocat, cabinet Goutal, Alibert et associés

Fondements
La personne publique peut résilier un marché
1 Connaître les fondements
de la résiliation
En matière de marchés publics, la nature
personne publique le respect de règles de
forme et de procédure précises.
En particulier, elle doit être précédée d’une
public à tout moment pour motif d’intérêt administrative du contrat confère à l’admi- mise en demeure et respecter les droits de
général, pour faute ou dans les conditions nistration des prérogatives exorbitantes de la défense. Concrètement, cette exigence se
prévues par le contrat. droit commun, allant jusqu’à la possibilité traduit par la rédaction d’une lettre notifiée
de résilier le contrat à tout moment et sans au titulaire du marché, qui doit comporter
saisine préalable du juge, pour motif d’inté- les mentions suivantes :
rêt général, pour faute ou dans les condi- - motifs de la mise en demeure, (énoncé des
Indemnisation tions prévues par le contrat. principaux manquements contractuels
À l’inverse de la résiliation pour faute, la Le pouvoir de résiliation unilatérale pour reprochés) ;
résiliation pour motif d’intérêt général implique motif d’intérêt général existe, même sans - délai d’exécution (délai durant lequel
l’obligation d’indemniser le cocontractant texte, au profit de l’administration, et ne l’entreprise devra mettre un terme à ses
du préjudice subi. peut faire l’objet d’une renonciation (1). Sa manquements) ;
mise en œuvre suppose que l’administration - sanction encourue (résiliation simple ou
puisse établir l’existence, à la date d’effet de résiliation aux frais et risques du titulaire).
la résiliation, d’un motif légitime d’intérêt Ce n’est qu’en cas de mise en demeure res-
Liquidation général, lequel procède généralement de tée infructueuse que le marché peut être
Afin de liquider financièrement le marché résilié, l’abandon du projet, d’une modification de résilié.
un décompte de résiliation ou de liquidation la réglementation, de considérations liées Dans certaines hypothèses, les cahiers des
est établi par le pouvoir adjudicateur et notifié au fonctionnement du service public, voire clauses administratives générales (CCAG)
au titulaire. de motifs financiers. Par ailleurs, la personne types prévoient que la résiliation peut
publique dispose toujours de la faculté de intervenir sans mise en demeure préalable,
résilier le contrat pour faute de son cocon- notamment lorsque l’opérateur déclare ne
tractant, le cas échéant dans les conditions pas pouvoir exécuter ses engagements, se
prévues par le marché. Cette résiliation est livre à des actes frauduleux ou se voit inter-
d’ordre public et peut être mise en œuvre dire l’exercice de toute profession industrielle
même lorsqu’elle n’est pas prévue par le et commerciale, ou lorsque les renseigne-
contrat (2). Elle est prononcée par l’adminis- ments ou documents produits à l’appui de
tration, en vertu de ses pouvoirs de contrôle sa candidature s’avèrent inexacts (7).
et de direction, et suppose une faute grave
du titulaire (3). À l’inverse, le cocontrac-
tant de l’administration ne dispose, par
principe, d’aucun pouvoir de résiliation
3 Identifier les obligations
indemnitaires pesant
sur la personne publique
unilatérale. Lorsqu’il n’a pas pour objet La résiliation pour motif d’intérêt général
l’exécution d’un service public, le marché implique, pour l’administration, l’obligation
peut néanmoins prévoir la possibilité, pour d’indemniser le cocontractant du préjudice
le titulaire, de résilier le contrat, en cas de subi (8).
méconnaissance par la personne publique Au-delà du paiement des prestations effec-
de ses obligations contractuelles. Dans ce tuées, cette indemnisation doit, en principe,
cas, le cocontractant ne peut procéder à couvrir les frais exposés, les investissements
la résiliation qu’après avoir mis à même la non amortis et, si le titulaire démontre qu’il
personne publique de s’opposer à la rupture aurait réalisé un bénéfice, la réparation du
des relations contractuelles, pour un motif gain manqué (9).
d’intérêt général (4). Au demeurant, les par- Le marché peut néanmoins préciser les
ties sont recevables à saisir le juge pour qu’il conséquences indemnitaires résultant d’une
prononce la résiliation judiciaire du marché résiliation pour motif d’intérêt général. Ainsi
(5). Elles peuvent, enfin, se rapprocher pour peut-il limiter le montant de l’indemnité
convenir d’une résiliation amiable (6). (10), par exemple en prévoyant l’absence
d’indemnisation du manque à gagner (11).

2 Maîtriser la procédure
préalable à la résiliation
pour faute
Il peut encore prévoir le versement d’une
indemnité forfaitaire, calculée par application
d’un pourcentage à la somme résultant de la
La résiliation pour faute constitue une sanc- différence entre le montant du marché et le
tion, dont l’adoption exige de la part de la montant des prestations réceptionnées (12).

30 Les cahiers juridiques de La Gazette N°198 • Février 2017

•CJ198.indb 30 19/01/17 11:21
À l’inverse, lorsque la résiliation est pronon- - en cas de résiliation pour faute aux frais défaut, à l’indemnisation du préjudice subi
cée pour faute, aux torts du cocontractant, et risques du titulaire, le supplément des du fait de l’irrégularité de la décision de rési-
celui-ci ne peut prétendre au versement dépenses résultant de la passation d’un liation – c’est-à-dire à la réparation des frais
d’aucune indemnité. Bien plus, les éven- nouveau marché. exposés, des investissements non amortis et
tuelles conséquences onéreuses de la rési- Au crédit du titulaire, il doit notamment por- des gains manqués.
liation – liées, par exemple, à la passation ter la valeur des prestations fournies au pou- Pour déterminer s’il convient de prononcer
d’un nouveau marché – restent générale- voir adjudicateur, à savoir la valeur contrac- la reprise des relations contractuelles, il
ment à sa charge (13). Enfin, en cas de rési- tuelle des prestations reçues et la valeur incombe au juge du contrat d’apprécier, si
liation par le titulaire, le marché peut prévoir des prestations qui, non contractuellement celle-ci « n’est pas de nature à porter une
le versement à son profit d’une indemnité prévues, ont été exécutées à la demande du atteinte excessive à l’intérêt général et, eu
contractuelle, qui ne doit pas présenter un pouvoir adjudicateur. En cas de résiliation égard à la nature du contrat en cause, aux
caractère manifestement excessif (14). pour motif d’intérêt général, s’y ajoutent droits du titulaire d’un nouveau contrat dont
les dépenses non amorties engagées par le la conclusion aurait été rendue nécessaire

4 Liquider
résilié
le marché

La résiliation prend effet à la date qu’elle
titulaire, en vue de l’exécution du marché,
les dépenses de personnel résultant de la
résiliation du marché, ainsi que le montant
par la résiliation litigieuse » (18). Et la reprise
des relations contractuelles n’est, en pra-
tique, que très rarement prononcée (19).
fixe ou, à défaut, à la date de sa notifica- de l’indemnité contractuelle forfaitaire et Enfin, il appartient au juge de contrôler la
tion (15). Elle met fin aux obligations et des préjudices subis par le titulaire. réalité des motifs invoqués par l’adminis-
responsabilités contractuelles, et suppose Les CCAG prévoient que ce décompte tration pour résilier le marché. Ainsi, en cas
de liquider financièrement le marché rési- soit notifié dans les deux mois suivant la de résiliation pour faute, le juge contrôlera
lié. À ce titre, les CCAG types organisent le date d’effet de la résiliation du marché non seulement l’existence de la faute allé-
déroulement des opérations de liquidation (CCAG-FCS, PI et marchés industriels) ou guée, mais également sa proportionnalité
des comptes, en prévoyant l’établissement le procès-verbal de réception des ouvrages à la sanction prononcée. Cet examen peut
d’un décompte de résiliation (16), arrêté par (CCAG-travaux). En cas de résiliation aux aboutir à la requalification de la mesure de
le pouvoir adjudicateur et notifié au titulaire. frais et risques du titulaire, le décompte de résiliation – par exemple en résiliation aux
Et l’article 118 du décret du 25 mars 2016 liquidation n’est notifié qu’après règlement torts de l’administration – et, partant, ouvrir
relatif aux marchés publics prévoit la pos- définitif du marché de substitution (CCAG- droit à des dommages et intérêts au profit
sibilité pour les parties de s’accorder, sans travaux). du cocontractant résilié (20).
attendre la liquidation définitive du solde,
sur un solde provisionnel.
Schématiquement, ce décompte doit com-
prendre, au débit du titulaire :
5 Anticiper les risques
contentieux
Quels que soient les motifs ayant justifié la
Cette fiche est parue dans La Gazette des
communes n° 2343.

- le montant des sommes versées antérieu- résiliation du marché, le cocontractant de
rement à la décision de résiliation, à titre l’administration peut la contester devant le
d’avance, d’acompte, de règlement partiel juge du contrat, dans le délai de deux mois
définitif et de solde ; suivant la date à laquelle il est informé de
- la valeur des moyens confiés au titulaire, cette mesure (17).
que celui-ci ne peut restituer ou que le Précisément, le cocontractant résilié peut
pouvoir adjudicateur lui cède à l’amiable ; introduire un recours de plein contentieux
- le montant des pénalités éventuellement devant le juge du contrat, tendant à la
appliquées ; reprise des relations contractuelles ou, à

(1) CE, Ass., 2 mai 1958, distillerie Magnac-Laval, Rec. p. 246 ; CE, 6 mai 1985, asso- (11) CAA de Nancy, 18 avril 2002, n° 97NC00344.
ciation Eurolat, Rec. p. 141. (12) CCAG-travaux, art. 46.4 ; CCAG-PI, art. 34 ;
(2) CE, 30 septembre 1983, SARL Comexp, Rec. p. 393. CCAG-FCS, art. 33 ; CCAG-marchés industriels, art. 38.
(3) CE, 21 janvier 1944, Secba, Rec. p. 23 ; CE, 21 mars 1986, Meyrignac, Rec. T. p. 611. (13) CE, 20 janvier 1988, société d’étude et de réalisation des applications du froid,
(4) CE, 8 octobre 2014, société Grenke location, req. n° 370644. Rec. p. 29.
(5) CE, 26 mai 1999, SARL Bonnet, Rec. p. 883. (14) CAA de Nancy, 7 juillet 2016, req. n° 15NC02137.
(6) CE, 5 décembre 1986, syndicat intercommunal de distribution d’eau de la (15) CE, 15 avril 1959, ville de Puteaux c/Schwab, Rec. p. 236.
Corniche des Maures, Rec. p. 274. (16) CCAG-FCS, art. 34 ; CCAG-PI, art. 34 ; CCAG-marchés industriels, art. 39, ou
(7) CCAG-travaux, art. 46.3 ; CCAG-FCS, art. 32.1 ; CCAG-PI, art. 32.1 ; CCAG-TIC, décompte de liquidation (CCAG-travaux, art. 47.2).
art. 42.1. (17) CE, Sect., 21 mars 2011, commune de Béziers, n° 304806, Rec. p. 117.
(8) CE, Ass., 2 mai 1958, op. cit. (18) CE, Sect., 21 mars 2011, op. cit.
(9) CE, 24 janvier 1975, Clerc-Renaud, Rec. p. 55. (19) Voir, par exemple : CAA de Bordeaux, 16 juillet 2013, n°12BX00161.
(10) CE, 10 décembre 1982, Loiselet, Rec. T. p. 669. (20) CE, 9 novembre 2007, société GTF, n° 264422.

N°198 • Février 2017 Les cahiers juridiques de La Gazette 31

•CJ198.indb 31 19/01/17 11:21
Élections présidentielles

Les nouvelles règles
de parrainage des candidats
Par Stéphane Brunella, directeur général des services

L
es élections présidentielles ap- tés d’agglomération et des communautés
Parrains potentiels prochent. Les candidats déclarés ou de communes.
Les candidats à l’élection présidentielle seront ceux qui vont le faire très prochaine- En conséquence, une présentation signée
bientôt à la recherche des 500 signatures. ment seront à la recherche des indispen- par le président de l’organe délibérant d’un
Une liste exhaustive des élus susceptibles sables parrainages (ou présentations) dans syndicat de communes n’est pas considé-
de parrainer un candidat a été établie. les prochains mois afin de pouvoir se pré- rée comme valable. Elle ne peut être prise
senter à l’élection. De nombreux maires ou en compte pour l’appréciation du seuil des
élus locaux feront l’objet d’attentions toutes 500 présentations. Il en va de même pour le
particulières de la part des potentiels candi- président du conseil de la métropole.
Formulaire dats à l’élection suprême qui, s’ils veulent se En cas de vacance du poste de maire, l’ad-
Chaque élu concerné reçoit un seul formulaire présenter, doivent impérativement obtenir joint ou le conseiller municipal qui exerce
de parrainage et une enveloppe postale 500 signatures. Un peu plus de 40 000 élus provisoirement ces fonctions ne peut être
à l’adresse du Conseil constitutionnel. sont aujourd’hui habilités à parrainer un destinataire d’un formulaire de présentation,
candidat à l’élection présidentielle. car celui-ci est strictement attaché à la qua-
lité de maire.
Publication
Élus susceptibles Le Conseil constitutionnel a jugé qu’en cas

Il est prévu que la liste intégrale des élus ayant
de parrainer un candidat de double présentation, seule la première à
lui être parvenue est valable.
parrainé un candidat soit publiée, au lieu Le I de l’article 3 de la loi n° 62-1292 du
d’un extrait de 500 noms tirés au sort. L’élu doit
donc être conscient que son nom sera publié.
6 novembre 1962 relative à l’élection du Validité du parrainage
président de la République au suffrage
universel énumère, de façon limitative, les C’est au gouvernement que revient l’obliga-
mandats qui permettent à leur titulaire de tion d’assurer la publication de la liste des
présenter un candidat. Il s’agit des dépu- candidats quinze jours au moins avant le
tés, sénateurs, représentants au Parlement premier tour de scrutin ouvert pour l’élec-
européen de nationalité française et élu en tion du président de la République.
France, conseillers régionaux, conseillers à La publication n’intervient qu’une fois que
l’Assemblée de Corse, conseillers départe- la liste a été établie par le Conseil constitu-
mentaux, membres du conseil de la métro- tionnel au vu des présentations qui lui sont
pole de Lyon, membres de l’Assemblée de adressées, dix-huit jours au moins avant
Guyane, de l’Assemblée de Martinique, le premier tour de scrutin. Les présenta-
membres des conseils territoriaux de Saint- tions doivent lui parvenir au plus tard le
Barthélemy, de Saint-Martin et de Saint- sixième vendredi précédant le premier tour
Pierre-et-Miquelon, conseillers de Paris, de scrutin à 18 heures.
membres de l’Assemblée de la Polynésie Une candidature ne peut être retenue vala-
française, membres des assemblées de blement par le Conseil constitutionnel que
province de la Nouvelle-Calédonie et des si parmi les signataires figurent des élus
membres de l’assemblée territoriale des îles d’au moins trente départements ou terri-
Wallis-et-Futuna. Mais aussi des maires, toires d’outre-mer différents, sans que plus
maires délégués des communes déléguées d’un dixième d’entre eux puissent être
et associées, maires des arrondissements de élus d’un même département, d’une même
Paris, maires d’arrondissement de Lyon ou collectivité d’outre-mer ou de l’un des
de Marseille, présidents des organes délibé- deux « départements virtuels » que consti-
rants des métropoles, présidents de commu- tuent, d’une part, les sénateurs représentant
nauté urbaine, présidents de communauté les Français établis hors de France et les
d’agglomération, présidents de commu- membres élus de l’Assemblée des Français
nauté de communes, président de la Poly- de l’étranger et, d’autre part, les ressortis-
nésie française, président du gouvernement sants français membres du Parlement euro-
de la Nouvelle-Calédonie, membres élus de péen élus en France.
l’Assemblée des Français de l’étranger. Les parlementaires européens sont réputés
Parmi ceux qui sont habilités, seules être élus d’un même département, de même
figurent quatre catégories de mandats que les sénateurs représentant les Français
intercommunaux : les présidents des établis hors de France et les conseillers à
organes délibérants des métropoles, des l’Assemblée des Français de l’étranger sont
communautés urbaines, des communau- réputés être élus du même département.

32 Les cahiers juridiques de La Gazette N°198 • Février 2017

•CJ198.indb 32 19/01/17 11:21
© pixarno - fotolia
Il en va de même pour les députés et les nombre de ses mandats, il ne peut toutefois Seuls doivent être remis au Conseil consti-
sénateurs élus en Nouvelle-Calédonie ainsi parrainer qu’un seul candidat. L’auteur de la tutionnel, aux fins d’enregistrement, les for-
que pour les membres des assemblées de présentation doit alors indiquer le mandat mulaires officiels de présentation sous forme
province de la Nouvelle-Calédonie réputés au titre duquel cette dernière est effectuée. d’original qui sont les seuls à faire foi. La
élus d’un même département d’outre-mer Chaque élu reste libre d’apprécier person- présentation rédigée en lettres majuscules
ou d’une même collectivité d’outre-mer. nellement la suite qu’il croit devoir donner doit être revêtue de la signature manuscrite
Les présidents des établissements publics aux sollicitations dont il est l’objet de la part de l’élu qui parraine le candidat à l’élection
de coopération intercommunale sont répu- de candidats potentiels. En particulier, s’il présidentielle. Il doit faire mention du man-
tés être les élus du département auquel est maire, il n’a nulle obligation de recueil- dat au titre duquel cette présentation est
appartient la commune dont ils sont lir d’avis extérieur, notamment celui de son effectuée. Ainsi, lorsqu’elle émane d’un
délégués. Les conseillers régionaux et les conseil municipal. maire ou d’un maire délégué, elle doit être
conseillers à l’Assemblée de Corse sont Les formulaires et enveloppes imprimés obligatoirement revêtue du sceau de la
réputés, pour leur part, être les élus des par les soins de l’administration sont éta- mairie.
départements qu’ils représentent. Aux blis sur un modèle strictement déterminé et Le Conseil constitutionnel est à même de
mêmes fins, les conseillers métropolitains arrêté par le Conseil constitutionnel. Ils sont procéder à toute vérification qu’il juge utile,
de Lyon sont réputés être les élus du dépar- adressés par les préfectures aux personnes notamment quant aux qualités de l’élu qui
tement du Rhône. habilitées à présenter un candidat. Seuls ces s’engage à apporter son soutien.
documents peuvent être valablement utili-
À noter sés, à l’exclusion de toute photocopie, de Liste des parrains publiée
Tout élu est libre de sa décision, toute télécopie, de tout document adressé
c’est-à-dire de donner ou non un sur support électronique, de tout document Jusqu’alors, le dernier alinéa du I de l’ar-
parrainage, et de le donner au non imprimé par l’administration et, évi- ticle 3 de la loi n° 62-1292 du 6 novembre
candidat de son choix. Quel que soit demment, de tout document non conforme 1962 relative à l’élection du président de
le nombre de ses mandats, il ne peut
donner qu’un seul parrainage pour un au modèle retenu. Chaque formulaire est la République au suffrage universel dispo-
seul candidat. numéroté. sait que : « le nom et la qualité des citoyens
Une fois dûment remplis et signés par les qui ont proposé les candidats inscrits sur
Procédure à suivre élus, les formulaires de présentation doivent la liste sont rendus publics par le Conseil
être impérativement adressés par voie pos- constitutionnel huit jours au moins avant
Dès la publication du décret de convocation tale, dans l’enveloppe prévue à cet effet, au le premier tour de scrutin, dans la limite du
des électeurs, chaque élu concerné est des- Conseil constitutionnel ou déposés contre nombre requis pour la validité de la candi-
tinataire d’un seul formulaire de parrainage récépissé à son siège à partir de la publi- dature », c’est-à-dire dans la limite de 500
qui lui est adressé par la préfecture, ainsi cation du décret convoquant les électeurs. par candidat.
que d’une enveloppe postale à l’adresse du Les modalités de transmission par voie élec- Cette liste est publiée au « Journal officiel ».
Conseil constitutionnel. tronique sont fixées par décret en Conseil Depuis 1981, les noms étaient tirés au sort
Chaque élu, quelle que soit son affiliation d’Etat. La présentation ne peut en aucun parmi la totalité des parrainages reçus. Le
politique, est libre de sa décision, c’est- cas faire l’objet d’un retrait après son dépôt Conseil constitutionnel procédait, pour
à-dire de donner ou non un parrainage et au Conseil constitutionnel ou son envoi à chaque candidat, à deux tirages au sort
au candidat de son choix. Quel que soit le celui-ci. successifs afin de sélectionner les 500 noms …/…

N°198 • Février 2017 Les cahiers juridiques de La Gazette 33

•CJ198.indb 33 19/01/17 11:21
Élections présidentielles

…/… dans l’ensemble des personnes ayant pré- des candidatures et du consentement des citement des décisions d’incompétence du
senté un même candidat, à l’intérieur de candidats.Toute personne ayant fait l’objet Conseil constitutionnel refusant d’apprécier
cet ensemble, pour déterminer l’ordre de de présentation (demande de parrainage) la légalité de la procédure de présentation
parution des noms des présentateurs au a le droit de former une réclamation contre des candidats.
« Journal officiel ». l’établissement de la liste des candidats Il a admis sa compétence en tant que
Aujourd’hui, avec la loi organique n° 2016- à l’élection présidentielle, avec pour seul juge de l’excès de pouvoir pour connaître
506 du 25 avril 2016, il est prévu que la liste objet de permettre aux demandeurs qui s’y du recours formé contre la circulaire du
intégrale des élus ayant parrainé un candidat croient fondés de contester la régularité de 30 novembre 1979 du ministre de l’Inté-
soit publiée, au lieu d’un extrait de 500 noms la décision prise au regard des conditions rieur donnant instruction aux préfets de ne
tirés au sort. Au fur et à mesure de la récep- requises (2). distribuer qu’à une date fixée ultérieure-
tion des présentations, le Conseil constitu- Le Conseil constitutionnel accepte de ment les formulaires relatifs à la présenta-
tionnel rend publics, au moins deux fois par connaître toutes les réclamations portant tion des candidats à la prochaine élection
semaine, le nom et la qualité des citoyens sur la qualité des présentateurs et leur présidentielle et de ne les remettre qu’aux
qui ont valablement présenté des candidats nombre (3). En ce qui concerne le délai de la seuls élus désireux de parrainer un candidat,
à l’élection présidentielle. L’élu qui entend saisine, les réclamations doivent lui parvenir cette circulaire constituant une disposition
« parrainer » un candidat doit désormais avant l’expiration du jour suivant celui de la réglementaire relative à l’organisation de
être pleinement conscient que son nom publication au « Journal officiel » de la liste ces élections (5).
sera publié. En outre, le texte prévoit que des candidats, à minuit. La procédure du référé « liberté » ne peut
les élus doivent à présent transmettre leur être utilisée qu’autant que la question sou-
parrainage au Conseil constitutionnel, alors À noter levée ressort de la compétence de la juridic-
qu’auparavant ils pouvaient le remettre En cas de présentations multiples tion administrative.
directement au candidat. émanant d’une même personne,
il y a lieu de prendre en compte la Cette analyse est parue dans La Gazette des
Contrôle du Conseil première présentation parvenue
au Conseil constitutionnel et elle
communes n° 2341.
constitutionnel seule.

Le Conseil constitutionnel vérifie que Le Conseil constitutionnel ne peut être
chaque présentation est correctement régulièrement saisi d’une réclamation
et complètement remplie, en particulier, formée contre la décision arrêtant la liste
qu’elle est signée manuscritement, datée, des candidats qu’après l’établissement
que le sceau de la mairie figure à l’emplace- de cette liste. Il contrôle alors la régularité
Références
ment prévu à cet effet pour les maires et les des présentations. La validité des présen-
maires délégués des communes déléguées tations émises en faveur d’un candidat est • Loi organique n° 2016-506 du 25 avril 2016
ou associées, et que le présentateur titulaire subordonnée au respect des prescriptions de modernisation des règles applicables
de plusieurs mandats électifs se prévaut de forme édictées par le décret du 8 mars à l’élection présidentielle, JO du 26 avril.
• Loi n° 2016-508 du 25 avril 2016 de
d’une seule qualité. 2001. Doivent ainsi être écartées des pré-
modernisation de diverses règles applicables
Il vérifie également que les personnes ayant sentations qui « ne peuvent être regardées
aux élections, JO du 26 avril.
présenté un candidat sont détentrices d’un comme ayant un caractère authentique » (4).
• Décision n° 2016-729 DC du 21 avril 2016,
mandat pour le faire, que l’auteur de la pré- Il a été jugé que le fait de tirer au sort le
JO du 26 avril.
sentation n’est pas démissionnaire à la date nom du candidat présenté en rendant • Décision n° 2016-730 DC du 21 avril 2016,
à laquelle il l’a signée et qu’il occupe dans ce geste public est incompatible avec la JO du 26 avril.
sa commune les fonctions de maire. dignité qui sied aux opérations concourant • Loi n° 62-1292 du 6 novembre 1962 relative à
Il contrôle que la présentation est formu- à toute élection, de même qu’il a été jugé l’élection du président de la République
lée en faveur d’un candidat et d’un seul, en que la mise « aux enchères » de son par- au suffrage universel, JO du 7 novembre.
particulier que le candidat est correctement rainage à l’élection présidentielle par un • Décret n° 2001-213 du 8 mars 2001
identifié par son nom et son prénom et que maire qui a fait savoir publiquement « qu’il portant application de la loi n° 62-1292,
le présentateur n’a pas rempli successi- présenterait à l’élection présidentielle le JO du 9 mars.
vement deux présentations en faveur de candidat qui apporterait aux associations • Circulaire NOR/IOC/A/11/35639
deux candidats différents. de sa commune le meilleur financement » du 16 janvier 2012 aux préfets sur l’envoi
A noter que, en cas de présentations ne doit donner lieu ni à marchandage ni à des formulaires de présentation.
multiples émanant d’une même personne, rémunération. • Circulaire du 23 décembre 2011,
il y a lieu de prendre en compte la première DFAE n° 18162 du ministère des Affaires
présentation parvenue au Conseil constitu- Rôle du Conseil d’état étrangères relative à la présentation
d’un candidat à l’élection du président
tionnel et elle seule (1).
Le contentieux de l’établissement de la liste Le Conseil d’Etat connaît des mesures de la République par les membres élus
des candidats relève du Conseil d’Etat, bien se rapportant à l’organisation du scrutin. de l’Assemblée des Français de l’étranger.
que ni la Constitution ni la loi organique, ne C’est, en premier lieu, ce qui résulte impli-
lui donnent expressément compétence pour
statuer sur les réclamations formées contre (1) CC, n° 88-54 PDR, 7 avril 1988.
la décision arrêtant la liste des candidats à (2) CC, 7 avril 2002, « Cheminade » - CC, NOR : CSCX0205501S, 7 avril 2002, « Larrouturou ».
l’élection présidentielle. Il lui appartient de (3) CC, n° 81-42 PDR, 11 avril 1981, « Fouquet » - CC, n° 81-43 PDR, 11 avril 1981, « Le Pen ».
contrôler le nombre et la validité des présen- (4) CC, n° 69-16 PDR, 17 mai 1969, « Sidos ».
tations en plus de s’assurer de la régularité (5) CE, 28 septembre 1983, req. n° 27359.

34 Les cahiers juridiques de La Gazette N°198 • Février 2017

•CJ198.indb 34 19/01/17 11:21
Réussir son concours de la fonction publique

Expert de la
préparation concours
depuis plus de 20 ans
Sebra-Fotolia.com

Notre priorité c’est votre carrière !

www.carrieres-publiques.com une marque d’Infopro digital

•CJ198.indb 35 19/01/17 11:21
JOURNÉE
D’ÉTUDE 21 MARS 2017 - PARIS

GEMAPI

SEREZ-VOUS PRÊT
POUR LE 1ER JANVIER 2018 ?

La compétence Gemapi confiée aux intercommunalités par les lois
de décentralisation à compter du 1er janvier 2018 sera exclusive et obligatoire.
Pour autant, les communes et leurs EPCI peuvent se regrouper afin d’exercer
cette compétence à l’échelle des bassins versants, et ainsi mieux répondre
aux enjeux de la gestion de l’eau dans son ensemble.

• Comment organiser la gouvernance en s’appuyant
sur les structures et démarches (SAGE, PAPI ...)
locales existantes

• Quelle méthode pour s’appuyer sur la démarche
SOCLE et élargir la Gemapi à l’ensemble
du cycle de l’eau

• Comment évaluer les enjeux du bon
fonctionnement des milieux aquatiques
et du risque inondation
Gyrocoptère

• Quels nouvelles expertises et moyens
techniques et financiers doivent
être mobilisés
m
adre
Sym
©

INSCRIVEZ-VOUS
DÈS MAINTENANT !
Avec le soutien de : Programme complet et inscription sur :
conferences.lagazettedescommunes.com
Journée d’étude « Gemapi », rubrique « Conférences »
Elvire ROULET
eroulet@infopro-digital.com
01 77 92 93 36

•CJ198.indb 36 19/01/17 11:21