“Enseigner, c’est percevoir dans l’autre ce qu’il

a en commun avec nous-même ; c’est percevoir son potentiel,
son rêve ; c’est prendre le temps d’écouter son expérience et la
richesse de sa vie.​ "
-​Emmanuel Colomb

Ma philosophie de l’éducation se concrétise, avant tout, à l’aide de ma culture Anishinaabe et des
septs enseignements sacrés. Celles-ci sont; la sagesse, la vérité, le courage, le respect, l’honnêteté,
l’humilité ainsi que l’amour. À l’égard de l’éducation, j’adopte une approche qui valorise une vision plus
intégrée de la personne. En somme, ce sont les éléments d’une approche expérientielle et holistique
d’apprentissage qui favorise la réussite de mes élèves.

L'éducation holistique nourrit le développement de la personne entière et reconnaît
l'interdépendance physique, intellectuelle, émotionnelle et spirituelle des êtres humains. Cette perspective
est axée sur la croyance que l'on ne peut pas nourrir un seul aspect de l'apprenant, tel que l'intellectuel,
sans engager aussi le corps, les émotions et l'esprit.

En guise d’enseigner la personne entière, je prends en considération les quatres stratégies
d’apprentissage auxquelles l’éducation holistique se fonde. En premier, je considère une approche
transformative à l’apprentissage qui incite l’élève à entreprendre une exploration personnelle pour
identifier les préjugés dont ils ont acquis pour semer l’estime de soi et du respect entre autres qualités.
Ensuite, l’accent est mis sur l’interdépendance des relations que les élèves créer avec les autres qui les
entourent. Je m’intéresse à la façon dont ils se servent de la littératie sociale ainsi que la littératie des
émotions. De plus, l’apprentissage par enquête transdisciplinaire est une stratégie très efficace. Celle-ci
développe la résilience chez les élèves en leurs demandant de faire face aux épreuves et abolir les doutes
en but de mener du succès à long-terme. La dernière stratégie d’apprentissage est d’établir une
communauté. Ceci demande à l’élève de prendre en considération les autres autour de lui. Cela va motiver
l’élève à contribuer de façon significative à la communauté.

Étant donnée que je me spécialise en enseignement du français langue seconde, j’emploi le
“Cadre européen commun pour les langues - Apprendre, Enseigner, Évaluer”. Celle-ci, est un document
publié par le Conseil de l’Europe en 2001, qui définit des niveaux de maîtrise d’une langue étrangère en
fonction de savoir-faire dans différents domaines de compétence. À l’aide du document, j’enseigne la
langue en fonction des attentes du curriculum de l’Ontario avec les divers intérêts, styles
d’apprentissages, préférences, forces et besoins de mes élèves.

C’est grâce aux opportunités qui me se sont offert dans le domaine pédagogique que je peux
affirmer avoir une préférences auprès de théories d’apprentissages spécifiques à mes valeurs. Par
exemple, lors de mon premier stage, j’enseignais les études sociales à des élèves de troisième année.
Pendant l’unité des Pionniers, j’ai fait preuve d’utiliser la théorie constructiviste en demandant à mes
élèves de compléter un projet d’enquête. De plus, à la fin de l’unité, nous sommes partis à McSkimming
pour mettre nos connaissances à l’épreuve, cette expérience fait partie de la théorie expérientielle. Pour
terminer, l’apprentissage se fait autant par moi que par les étudiants. Nous créons ensemble une ambiance
respectueuse où nous sommes tous à l’écoute les uns les autres. J’emploie la “Conscious Discipline” qui
rend la gestion de classe accessible. La discipline de Conscience augmente l’autorégulation chez les
élèves ainsi que leurs sens de sécurité en créant une relation avec chacun en montrant de l’empathie
lorsqu’ils l’auront besoin.