You are on page 1of 8

Introduction

:

La création d’un marché monétaire, accessible à toutes les catégories d’agents économiques,
tant pour y emprunter que pour y investir, et ceci quelle que soit l’échéance, est relativement
récente.

Initialement ce marché était confiné aux seules transactions entre banques ou entre celles-ci
et les organismes financiers spécialisés, c’est à dire à un marché interbancaire où même les
interventions de Bank Al Maghrib étaient limitées.(schéma1)

Dans le cadre de sa modernisation, le marché monétaire a connu des transformations
importantes destinées à en faire le principal instrument de la politique monétaire (Voir
Schéma2):

- Dés 1983, le Trésor a eu accès aux circuits de financement de ce marché. Réservées, dans un
premier temps, aux seules banques, les émissions du trésor se sont élargies graduellement.

- Les modalités de refinancement des banques par l’Institut d’Emission ont été d’abord
révisées en janvier 1988, puis profondément transformées avec la réforme de juin 1995.

- Dans un objectif de sa dynamisation, l’ouverture du marché monétaire s’est poursuivie en
1995 avec l’introduction d’un deuxième compartiment portant sur les titres de créances
négociables (TCN) dédié aux entreprises.

Problématique : l’évolution de la réglementation a t-elle permis au marché monétaire
d’accompagner l’évolution du système financier ?

I- Le Trésor : un financement aux conditions du marché :

Afin de diversifier les ressources de l’Etat et de se désengager progressivement de l’empire de

26 et 52 semaines de durée. 15 et 20 ans de durée. En 1985.Les opérateurs concernés : Réservé jusqu’en Mars 1995 aux seules personnes morales résidentes. 3. Il convient de noter que les échéances de très courtes durées (1 semaine et 5 semaines) que pouvaient comporter ces adjudications dans le passé (les circulaires de BAM N°6/G et 7/G du 12 juillet 93 relative aux adjudications des BT) ont été supprimées pour favoriser l’émergence et le développement du marché secondaire de ces valeurs.BAM. personnes physiques ou morales résidentes ou non résidentes.Les bons à moyen terme de 2 et 5 ans de durée. BAM a introduit par décision réglementaire en 1989.Les bons à long terme de 10.000DH.les bons à court terme de 13. . au même titre que les effets de commerce réescomptables. des bons à 1 mois.000DH(article 4).000DH avant d’être diminué de nouveau à 250. remboursable in fine. la procédure d’adjudication des bons de trésor. il a été ramené respectivement de 1. il a été décidé en 1983.Toutes les semaines pour les bons à 13.Le dernier mardi de chaque trimestre pour les bons à 20 ans. Afin de dynamiser le marché des capitaux.000DH à 500. Les bons du trésor souscrits par voie d’adjudication sont inscrits en compte auprès du dépositaire central au nom des établissements admis à présenter les soumissions. 5. remboursable in fine.10 et 15 ans (le deuxième et dernier mardi de chaque mois) .(article 6) . depuis. ont été remplacées par des concours à taux variables et les bons de trésor à 1 mois ont été admis. les avances.Tous les mois dans le cas des bons à 2. à taux fixe de BAM sur le marché. à tous les opérateurs économiques. . Les caractéristiques de cette technique ont subit plusieurs modifications .Périodicité des séances d’adjudications : Ces séances se déroule selon les périodicité suivantes : .Négociabilité des bons : Les BT souscrits par voie d’adjudication sont négociable de gré à gré (article 5).000. en garantie de ces avances. 2. 26 et 52 semaines (tous les mardis) . (Article 8) 5.Montant minimum et inscription en compte : Le montant nominal minimum des bons émis par le trésor dans le cadre des adjudications est de 100. ce marché a été ouvert. Pour ce faire. en lui permettant d’émettre d’une manière permanente. d’ouvrir au trésor l’accès au circuit de financement du marché monétaire.Les échéances des valeurs : Les adjudications portent sur les bons suivants : . 4. A/ Les caractéristiques du marché des adjudications des bons du Trésor : 1. le 12 Août 1996.

des transactions trimestrielles sur le marché secondaire.Les Intermédiaires en valeurs du Trésor. .Ceux qui ne sont habilités à soumissionner que pour leur propre compte. . Ø Les soumissions en prix : C’est le cas lorsque le Ministère des Finances annonce. moyen et long terme. et d’y détenir une part minimale représentant 8% au moins. . des BT assimilables. Les soumissions sont alors exprimées en prix à 2 décimales. dans les catégories de titres. Ils sont tenu d’acquérir 8% au moins des montants adjugés au cours de chaque trimestre et ce. Ø Les soumissions en taux : Pour ces offre. leurs appréciations et suggestions relatives aux évolution de la demande des bons.B/ Les organismes intervenants: Le dépôt des plis relatif aux adjudications des BT ne peut être effectué que par les établissements admis à présenter des soumissions ou agrées par le Ministère des finances en qualité d’intermédiaires en valeurs du Trésor (IVT). court. à la direction du Trésor. son intention d’émettre. à l’avance. en informant et en commercialisant les BT auprès de leur clientèle tout en communiquant. Elle a pour objet de réduire le nombre des lignes et par conséquent faciliter la gestion de la dette publique pour le Trésor et les transactions y afférentes sur le marché secondaire. Le marché des adjudications des BT est depuis 1996 ouvert à 2 grandes catégories de soumissionnaires : . en prix. En contrepartie de ces efforts. C/ Modalités et procédures relatives aux soumissions : Celles-ci ont trait aux principaux éléments de l’offre elle même ainsi qu’aux procédures de dépôts des plis. .soit un seul montant avec un seul taux .ceux qui peuvent formuler des offres pour leur propre compte et celui de leur clientèle. 1.Les différents types de soumissions : les soumissions peuvent être exprimées en taux ou en prix.ou fractionner leurs propositions en plusieurs tranches assorties de taux différents. Les IVT ont pour mission d’animer le marché des valeurs du Trésor en participant régulièrement aux adjudications. les IVT bénéficient de la possibilité de présenter des offres non compétitives que le Trésor doit servir au taux ou au prix moyen pondéré des bons émis et ce dans la limite de 20% du volume total adjugé dans chaque catégories de bons. Ces taux doivent ressortir avec 2 décimales. les établissements admis à présenter des soumissions ont la possibilité de proposer pour chaque catégorie de bons : . La technique d’assimilation permet de rattacher un titre nouvellement émis à une ligne d’emprunt initial présentant les même caractéristiques (échéance et taux nominal).

les prises de pensions à 24h et les opérations d’open-market. le prix des bons qui leur sont attribués ainsi que le montant des intérêts courus de la date de jouissance à la date de règlement.La modification des modalités de refinancement des banques : A/ Les interventions de Bank Al Maghrib sur le marché monétaire: Les modalités de refinancement des banques par l’Institut d’Emissions ont été révisées. ne permettait pas à la banque centrale d’influencer la formation des taux et la régulation des liquidités bancaires. les adjudications acquittent. en janvier 1988. L’adjudication à la Hollandaise signifie que chaque soumissionnaire reçoit les bons au taux d’intérêt (ou prix) d’émission qu’il a proposé. 4. L’adjudication est une technique utilisée par le Trésor qui consiste à répartir ses BT en fonction des taux d’intérêt croissants offerts. au moment du règlement.Le règlement des intérêts : Le règlement des intérêts s’effectue : . lors des émissions par assimilation. 3.La procédure d’émission : La procédure d’émission adoptée au Maroc est dite « l’adjudication à la hollandaise ».à l’échéance et en même temps que le montant nominal pour les bons à court terme. les prises de pensions à 5 jours. Ainsi un nouveau dispositif d’intervention de Bank Al Maghrib a été mis en place. Il convient de noter que. puis profondément modifiées avec la réforme de juin 1995 qui a supprimé les possibilités de réescompte automatiques des crédits privilégiés .Annuellement et à terme échu pour les bons à moyen et long terme. Cette technique de réescompte à laquelle les banques avaient recours. avec la suppression des plafonds de réescompte relatifs à la mobilisation des crédits à court terme.les procédures de dépôt des soumissions : Les établissements admis à présenter les soumissions ou agrées en qualité d’IVT sont tenus de formuler leurs offres au moyen de bordereaux conformes aux modèles prévus à cet effet par BAM. . II. Ces bordereaux établis par chaque maturité de bons sont déposés contre récépissé et sous pli cacheté à la direction du crédit de BAM à Rabat au plus tard le mardi à 10h.2. fondé exclusivement sur les pensions à une semaine sur appels d’offres. Ces dernières permettent .

la possibilité de mettre à la disposition du système bancaire la quantité de monnaie centrale qui est jugée en adéquation avec la politique monétaire poursuivie .Bank Al-Maghrib informe chaque banque du montant qui lui a été alloué. .à Bank Al Maghrib d’assurer mieux la transmission. des avances à 5 jours et des avances à 24 heures les banques qui.Si la journée du mercredi est fériée. le jour même de l’appel d’offres. . avant 15 heures. des impulsions de la politique monétaire. Et de 30% par des effets représentatifs de crédits à l’exportation (préfinancement et créances nées sur l’étranger) et/ou de crédits à moyen terme consentis aux petites et moyennes entreprises et aux jeunes promoteurs et entrepreneurs. 1/ les pensions à une semaine sur appels d’offres L’objectif de l’introduction de cette procédure était de : . par les taux. Pour non respect de la réglementation prudentielle ou.M N°6/G/99 du 26 Avril 1999. les comptes des banques bénéficiaires sont crédités le jour même de l’appel d’offres.permettre aux banques d’élaborer avec plus de précisions leurs prévisions de trésorerie. Si le mercredi est férié. Etape III : La demande de chaque établissement peut être satisfaite totalement ou partiellement. Qui peut bénéficier de ces avances ? Seules peuvent bénéficier des avances à 7 jours sur appel d’offres. Ces demandes doivent être transmises par fax à la Direction du Crédit et des Marchés de capitaux au plus tard à 10 h 30 min. lorsque la situation financière de la banque tend à se détériorer.fournir à l’Institut d’Emissions et à son initiative. (article 4) Etape II : Les pensions à une semaine sont consenties au taux unique (article 9) fixé par Bank Al Maghrib à l’occasion de chaque appel d’offres des banques et seules les propositions comportant un taux égal ou supérieur à celui de la banque centrale sont retenues. à titre habituel.A. l’appel d’offres a lieu le jour ouvrable suivant. les banques communiquent à Bank Al-Maghrib le montant de l’avance qu’elles souhaitent obtenir. voire aux autres formes de refinancement : Pour non respect des conditions de refinancement auprès de l’Institut d’Emission. Etape I: Chaque mercredi. Supports : Les avances sur appel d’offres doivent être garanties à hauteur : De 70% par des bons du Trésor. Bank Al-Maghrib peut limiter ou suspendre l’accès d’une banque aux avances par voie d’appel d’offres. reçoivent des dépôts à vue du public. Pour non communication à la Banque centrale d’informations requises dans le cadre de la conduite de la politique monétaire. NB :ces proportions étaient de 50% pour le premier et 50% pour le second en 1995. Les modalités pratiques et les supports de ces pensions à une semaine sont développées par la circulaire de B. Le montant des avances sur appel d’offres est porté au crédit des comptes des établissements bénéficiaires le jour ouvrable suivant. .faire intervenir le taux comme principal instrument de régulation monétaire .

Ce taux est communiqué à l’avance aux banques. Dans le cadre de ses interventions sur le marché monétaire. au contraire. dans le cadre des avances garanties intégralement ou partiellement par des bons du Trésor. excéder celui des effets publics et des effets représentatifs des créances privées remis en garantie en faveur de Bank Al-Maghrib. les crédits aux petites et moyennes entreprises ainsi que les crédits aux jeunes promoteurs et entrepreneurs. Le taux d’intérêt applicable aux avances à 24 heures à l’initiative des banques est supérieur de quatre points à celui des avances à 5 jours. Les effets représentatifs pouvant servir de garantie aux avances doivent être déposés auprès de la Succursale de Bank Al-Maghrib à Casablanca au plus tard 24 heures avant l’envoi de la demande d’avances à la Direction du Crédit et des Marchés de capitaux. Les banques donnent mandat à Bank Al-Maghrib de gérer l'ensemble de leurs comptes courants "titres nantis au profit de Bank Al-Maghrib" ouverts sur les livres de MAROCLEAR. Ce mandat ne peut être révoqué qu'après accord de Bank Al-Maghrib. en cas de besoin. les pensions à 5 jours peuvent être demandées par les établissements bancaires deux fois par semaine. 2/ les pensions à 5 jours : A la différence des pensions à une semaine sur appel d’offre qui sont à l’initiative de BAM. pour leurs besoins supplémentaires en liquidités. Les avances à 24 heures à l’initiative des banques sont garanties dans les mêmes conditions que les avances à 5 jours. soit automatiquement par Bank Al-Maghrib lorsque le compte ordinaire d’un établissement bancaire reste débiteur en fin de journée. (article 12) Les avances à cinq jours sont assorties d’un taux d’intérêt supérieur au taux des avances sur appel d’offres. Le montant des avances à 5 jours est porté au crédit des comptes des établissements bénéficiaires le jour même de l’opération. les banques doivent. Le montant demandé ne doit. Quant à celles consenties automatiquement par Bank Al-Maghrib doivent être garanties exclusivement par des bons du Trésor. à hauteur des montants requis. en faveur de Bank Al-Maghrib. Lorsque l’avance à 24 heures est octroyée automatiquement par Bank Al-Maghrib pour couvrir un solde laissé débiteur en fin de journée. en vendant ces titres (une offre importante pouvant. par l’achat de titres publics (une demande soutenue pouvant augmenter fortement les taux) ou encore à la baisse. BAM procédera. 3/ les pensions à 24h : Les avances à 24 heures sont accordées soit à la demande des banques. obtenir préalablement l’accord de mobilisation de Bank Al-Maghrib. Les montants des liquidités alloués par Bank Al-Maghrib aux banques. pour pouvoir les remettre en garantie au moyen d’effets représentatifs. 4/ les opérations d’open-market et reprise de liquidité : Les opérations d’open-market permettent à la BAM d’agie sur les taux pratiqués au niveau du marché monétaire (ainsi que sur le volume de leurs liquidités) en influençant ces taux soit à la hausse. faire décroître sensiblement les taux). à des opérations de reprise de liquidités. . en aucun cas. ne peuvent être portés au crédit des comptes des établissements bénéficiaires qu’après constitution des bons en gage. BAM ne peut effectuer ces opérations que dans le cadre du marché secondaire des bons du trésor émis dans le cadre des adjudications (introduit en 1996).Pour les crédits de préfinancement à l’exportation. le taux qui lui sera appliqué est égal à celui des avances à 5 jours majoré de 6 points.

Quant aux mesures susceptibles d’assurer la transparence du marché. Personnes morales de droit marocain.Cette reprise de liquidités s’effectuera sous forme de dépôts rémunérés que les banques soumises à la réserve monétaire pourront constituer auprès de Bank Al-Maghrib. l’article 15 de ladite loi énonce les différents types d’informations que les émetteurs sont tenus d’établir et qui sont mis à la disposition du public (relatifs à leur activité. que portent intérêt. d’une durée déterminée. où les transactions interbancaires se sont développées car offrant. dont les participants sont en relation par téléphone. des taux plus avantageux de ceux de BAM tout en suivant de près. les banques pouvaient se procurer des avances soit sur le marché interbancaire soit par le réescompte auprès de BAM des crédits privilégiés à taux peu élevés. la loi N°35/94 sur les TCN a rendu obligatoire leur caractère anonyme en énonçant dans son article 8 qu’ils sont stipulés au porteur afin de faciliter leur transmissibilité. Depuis la mise en place de cette réforme. établissements publics à caractère non financier. leur situation économique et financière et leur programme d’émission). ü Émetteurs : sociétés par action. 1/ Billets de trésorerie : Leur création date de décembre 1986. Celle-ci s’effectue par simple virement. B/ le marché interbancaire : Le marché interbancaire est le marché où se rencontrent l’offre et la demande de liquidités bancaires. seul subsiste le recours au marché monétaire. la loi N°35/94 les a incorporé et les a défini en titres négociables. ayant 3 années d’existence au moins et des . A/ définition et caractéristiques communes des TCN : Les TCN peuvent être définis comme des titres émis sous la forme de billets ou de bons à échéance. autres que les établissements de crédit disposant de fonds propres de 5. B/ Les différents titres de créances négociables. Ainsi .000 Dhs. C’est un marché délocalisé. l’évolution des taux directeurs de celle-ci. émis au gré de l’émetteur en représentation d’un droit de créance. un marché des titres de créances négociables (TCN) fut crée par la loi N°35/94 du 26 janvier 1995. Avant la réforme de refinancement de juin 1995. Ils confèrent à leur porteur un droit de créance.L’élargissement du marché monétaire : création du marché des TCN : Dans le cadre de l’ouverture du marché monétaire aux agents non financiers. III.000. La durée de constitution de ces dépôts ainsi que le taux de rémunération qui leur est appliqué sont communiqués aux banques à l’occasion de ces opérations. à la hausse comme à la baisse. souvent. Il fonctionne en continu et met en relation soit deux établissement de crédit soit un établissement de crédit et la banque centrale. coopératives. Parallèlement à l’encouragement de cette dématérialisation. librement négociable et portant d’intérêt. aux côtés des bons du Trésor négociables la loi 35/94 a prévu 3 autres titres de créances négociables à savoir : Les certificats des dépôts les bons des sociétés de financements et les billets de trésorerie. ils font l’objet d’une inscription en compte auprès du Dépositaire Central au nom des établissements admis à présenter les soumissions et affiliés à cet organisme( la suppression de la matérialisation des titres en février 1997).

Émetteurs : Sociétés de financement dûment autorisées à cet effet par le Ministre des Finances.modificatif du 26 Février 2003 de la circulaire N°3/G/96 du 30 janvier 96).caisse de dépôt et de gestion ü Souscripteurs : personne physique ou morale résidente ou non. sociétés de financement habilités à émettre des BSF. ü Tenue de comptes : les banques et Bank Al. Sociétés de Bourse. ü Taux d’intérêts : fixes ou révisables ü Placement et négociation : banques. celle-ci doivent s’assurer préalablement des conditions d’émission. personnes morales habilitées à émettre des Billets de Trésorerie. ü Domiciliation : obligatoire. 3/ Certificats de dépôts : ü Émetteurs : les banques ü Maturités : de 10 jours à 7 ans ü Nominal unitaire : 100. auprès des banques.pour les sociétés par actions et les coopératives. à la date anniversaire du titre. CDG. ou un expert comptable. ü Souscripteurs : personne physique ou morale. 2/ Les bons des sociétés de financement : Contrairement aux billets de trésorerie. ü Maturités : de 10 jours à 1 an ü Nominal unitaire : 100. ü Garantie : établissements de crédits habilités à délivrer des garanties. Les sociétés de financement émettrices ne peuvent acheter leur titres qu’a concurrence de 20% de l’encours des titres émis (article 23). leasing. Il convient de noter que les banques ne peuvent racheter leurs CD qu’à concurrence de 20% de leur encours global sur ces titres et que les remboursements par anticipation ne sont pas autorisés sauf autorisation exceptionnelle de BAM et après accord des parties. Sociétés de bourses.(Crédit à la consommation. ü Garantie : établissements de crédit habilités à émettre des TCN et/ou à délivrer de telles sûretés.Maghrib ü Placements et négociations : Banques. sur la base des taux moyens mensuels du marché monétaire interbancaire tels que calculés et publiés par BAM (article 6).bilans certifiés par un commissaire aux comptes.000DH ü Taux d’intérêts : librement déterminés mais fixes ü Placements et négociation : Banques. Notons que les BSF ne peuvent pas être remboursés par anticipation..pour les établissements publics.. ü Domiciliation : obligatoire auprès des banques . lesquelles doivent s’assurer préalablement du respect des conditions d’émissions.) ü Maturités : de 2 à 7 ans ü Nominal unitaire : 100. sociétés de bourse.000DH ü Montant maximum des émissions : 50% de l’encours des crédits à la clientèle que la société émettrice a accordé (article 3. ces titres ont été créés en 1995 . résidente ou non . sauf autorisation exceptionnelle de BAM et après accord des parties. CDG Émetteur des Billets de Trésorerie ü Souscripteurs : personne physique ou morale résidente ou non résidente..000DH ü Taux d’intérêts : fixes pour les maturités <>1 an La révision du taux de rémunération se fait.