You are on page 1of 1

Prof.

Pablo Tejedor

L’IMPARFAIT DE L’INDICATIF

I. FORMATION

Sa formation est régulière pour tous les verbes :

radical 1ère personne du pluriel de l’indicatif prés. (nous) + -ais, -ais, -ait, -ions, -iez, -aient

nous chant-ons je chant-ais, tu chantais, il chantait, nous chantions, vous chantiez, ils chantaient
nous finiss-ons je finiss-ais, tu finissais, il finissait, nous finissions, vous finissiez, ils finissaient
nous voul-ons je voul-ais, tu voulais, il voulait, nous voulions, vous vouliez, ils voulaient

Exception : être je ét-ais, tu étais, il était, nous étions, vous étiez, ils étaient

II. EMPLOI

L’imparfait indique, comme le présent, une action en cours d’accomplissement. Il n’a pas des
limites précises dans le temps.

1. Il s’emploie dans une description, dans un commentaire, dans une explication, etc.

 En 1990, je faisais mes études de médecine à Montpellier.
 Du haut de la colline, on apercevait un petit village dont les toits brillaient au soleil.
(description)
 Monsieur Legrand n’a pas pu participer à notre réunion parce qu’il était en
déplacement à l’étranger. (durée non précisée)

2. Il s’emploie pour exprimer une habitude. Il est souvent accompagné d’une indication
temporelle.

 Pendant les vacances, nous faisions toujours de longues balades à vélo.

3. Avec «si» il n’a pas une valeur de passé, il exprime l’hypothèse ou l’irréalité d’un fait
présent.

 Si nous avions une voiture, nous pourrions aller visiter les châteaux de la Loire.
 Ah ! Si j’étais plus jeune !
 Madame Rodie s’habille comme si elle avait vingt ans.

4. Il s’emploie aussi dans les formules de politesse : valeur d’atténuation.

 Excusez-moi de vous déranger ; je voulais vous demander un renseignement.