You are on page 1of 9

1- notion de l'acf externe

L'audit externe est une activité de contrôle et de conseil menée par une personne
extérieure à une organisation.

Les objectifs généraux d'une t elle activités consistent à vérifier que les résultats
obtenus correspondent aux résultats

Dans le cadre d'un audit financier externe, il s'agira plus précisément de mesurer
l'organisation comptable de l'entité afin d'en déceler les insuffisances, de les
améliorer, et de prévenir les fraudes et les détournements.

À l'issue de sa mission, l'auditeur émet une opinion sur la situation financière de
son client.

1-1 definition de l'acf externe

L’audit externe est mis en œuvre par un organisme indépendant chargé de
vérifier la validité des informations communiquées aux parties par les
institutions. Ainsi, l’audit externe se définit comme étant un examen indépendant
et formel de la situation financière d’un organisme ainsi que de la nature et des
résultats de ses activités. Cette étude est mise en œuvre par des commissaires
aux comptes professionnels. Ils ont pour but de s’assurer de la pertinence des
rapports de la direction et de la crédibilité des états financiers. Elle permet
également de dresser la responsabilité des institutions dans la gestion des
capitaux des bailleurs et d’objectiver les points faibles des suivis internes.

Les états financiers sont composés du bilan de l’institution, son compte de
résultats et les fluctuations de son état économique. Ils sont établis par des
procédures comptables instaurées par les institutions. Ces organismes peuvent
financer des audits des états financiers pour plusieurs raisons :

Les parties directement concernées par les états financiers (les bailleurs de
fonds, la direction…) sont en droit de vouloir s’assurer que l’image reflétée par
l’institution est bel et bien fidèle à sa situation réelle.

Une institution peut apporter la preuve de sa transparence. La confirmation de
ses états financiers est destinée aux bailleurs de fonds, prêteurs ou investisseurs
potentiels et fait appel à un organisme indépendant.

L’audit externe peut être imposé par la loi ou par certaines réglementations.

Les organismes répertoriés comme étant des intermédiaires financiers sont tenus
d’établir des états financiers audités. Dans certains pays, il est impératif que

une opinion avec réserve : reflète des problèmes de gestion qui ne permettent pas à l’auditeur d’exprimer une opinion sans réserve. l’auditeur est chargé d’émettre une opinion sur la situation financière d’une institution en vérifiant si elle est bien conforme aux normes comptables. une opinion défavorable : est émise lorsque les normes comptables ne sont pas respectées et que les états financiers sont biaisés. L’analyse des principales estimations fournies par la direction. C'est-à-dire qu’ils ne comportent aucune anomalie significative. il est important de savoir que l’audit externe est soumis à des « normes d’audit ». Une donnée est qualifiée de significative si son omission ou son inexactitude peut influencer la décision des destinataires des états financiers. L’auditeur peut s’appuyer sur trois types de normes : Les normes d’audit reconnues et mises en place par l’ordre professionnel des experts-comptables du pays . Donc dans un audit des états financiers. L’évaluation des normes comptables appliquées par l’institution. Les normes d’audit prévoient que l’auditeur réalise un travail contentieux en vue de confirmer concrètement que les états financiers d’une institution ne présentent aucune anomalie significative. L’étude de la présentation globale des états financiers.toutes les ONG (organisations non gouvernementales) présentent des états financiers audités qu’elles soient considérées ou non comme institutions financières. L’étendue des travaux d’un auditeur se base sur : L’examen des données qui justifient les montants et l’ensemble des éléments constituant les états financiers. L’auditeur a le choix d’émettre trois opinions : une opinion sans réserve : stipule que les états financiers de l’institution sont représentés de façon transparente et fidèle. . Enfin.

certaines SARL) . certaines SAS et autres entités (telles que certaines associations. Les éléments-clés de l'audit légal sont : la nomination d'un commissaire aux comptes est obligatoire dans les SA. cela peut se faire dans deux cadres différents l'audit légal (commissariat aux comptes) ou bien l'audit contractuel (conseil) 1-2-1 légal Le commissaire aux comptes doit assurer aux actionnaires et aux tiers que les états financiers qui leur sont présentés donnent une image fidèle des performances et de la situation financière de l'entité. Les normes internationales d’audit (ISA. le commissaire aux comptes est nommé par l'assemblée générale pour 6 exercices . On parle ainsi d'audit légal. Enfin. . la situation financière de la société. Le contrôle est une procédure réglementaire menée par un inspecteur. Son étendue est beaucoup plus étendue que celle des audits. International Standards On Auditing) Si l’auditeur a le choix. Etats-Unis…) . dans tous leurs aspects significatifs. il est primordial de différencier entre les audits externes et les contrôles menés par les autorités de supervision bancaire ou par la banque centrale. il est toujours préférable d’avoir recours aux normes internationales d’audit. conformément à un référentiel comptable identifié et qu’ils traduisent d’une manière régulière et sincère. 1-2-typologie de l'acf externe Une mission d'audit comptable financier externe a pour objectif de permettre à l’auditeur d'exprimer une opinion selon laquelle les états de synthèse ont été établis. ainsi que le résultat de ses opérations et le flux de sa trésorerie .Les normes reconnues dans le pays où sont implantés des ordres professionnels de longue date (France.

1-2-2 contractuel L'expert-comptable peut fournir une réponse adaptée à vos besoins spécifiques au travers d’un audit contractuel. il engage sa responsabilité en "certifiant" les comptes annuels et en établissant un rapport sur les comptes annuels. commissariat aux apports. Le montant de ses honoraires dépend du volume de travail qu'il effectue. Ce volume est cadré par un barème défini par décret. . Ce rapport est présenté en assemblée générale et publié au greffe .les relations entre le commissaire aux comptes et son client sont formalisées par une lettre de mission . S'agissant d'une profession réglementée. Les autres missions légales : Les commissaires aux comptes interviennent également dans des missions telles que : commissariat à la transformation .Diligences Directement Liées) est une mission "ouverte" qui vous permet de bénéficier de services à forte valeur ajoutée dans les domaines suivants : l’évaluation d’entreprise dans le cadre de vos opérations de croissance externe ou de restructuration (y compris si la société-cible a déjà un commissaire aux comptes). l’analyse de la qualité de votre système d’information : pour le sécuriser et améliorer sa fiabilité. commissariat à la fusion . Enfin. le caractère permanent de leur mission et les avis et recommandations qu'ils peuvent formuler à l'issue de leurs travaux en font l'un des partenaires importants et incontournables de la vie de votre entreprise. les commissaires aux comptes sont inscrits sur une liste auprès de la Cour d'Appel. L’audit contractuel (ou DDL . il est rémunéré par l'entité qu'il contrôle.

. 2-objectif de l'acf externe La certification ainsi que le conseil émis par une mission d'audit comptable financière externe consiste à émettre un avis motivé par un professionnel compétent et indépendant. le mode de facturation. Celle-ci présente les besoins formulés par le client.Diligences Directement Liées) peut être proposée par un commissaire aux comptes à un client pour lequel il intervient dans le cadre d’un audit légal. Celui-ci doit juger de : . Sa mission nécessite la mise en œuvre de diligences et de procédures rigoureuses qui produisent des services à forte valeur ajoutée.l’évaluation d’actifs ou passifs : dans le cadre d’opérations ciblées de rachat ou de cession d'activités. eu égard aux opérations réalisées par la société . dans la mesure où cette intervention a lieu dans un cadre contractuel et est définie librement entre le commissaire aux comptes et son client. le planning d’intervention. le commissaire aux comptes est tenu au respect des normes de travail de la profession et de son Code de Déontologie. Les honoraires du commissaires aux comptes sont définis librement avec son client. . l’évaluation de risques spécifiques . Le commissaire aux comptes définit contractuellement les modalités de son intervention dans le cadre d’une lettre de mission qu’il adresse à son client. La conformité des comptes aux règles comptables et lois en vigueur . On parle alors d’audit contractuel. La mission de commissariat aux comptes dans le cadre de l’audit légal est alors bien distincte de la mission de commissariat aux comptes dans le cadre de l’audit contractuel. l’objectif de la mission. les moyens mis en œuvre. .. Bien qu’il ne soit plus dans le cadre de l’audit légal. La mission d’audit contractuel (DDL . La sincérité des informations qui y sont contenues.

sont à évoquer à titre de réserves dans le rapport de l’auditeur lequel. Ces risques tiennent notamment : -au caractère largement subjectif de décisions prises par les dirigeants quant à la traduction chiffrée d’événements passés et futurs . ainsi que pour la formulation de son opinion. d’évaluation et de présentation des états de synthèse. pour réaliser sa mission. -A tous ces stades. L’image fidèle que donnent les états de synthèse des comptes.. apprécie les risques y afférents. la notion d’image fidèle fait appel au principe de l’importance significative. aux limites intrinsèques du contrôle interne . . Le jugement personnel est donc une composante essentielle de la démarche de l’auditeur. -à la nature même de certaines opérations ou de certains comptes . eu égard aux conventions de comptablisation. l’auditeur doit donc apprécier le caractère significatif de ses constatations en fonction des critères d’importance relative qu’il aura déterminés spécifiquement. à la situation de l’entreprise. De même. L’image fidèle s’entend pour les états de synthèse pris dans leur ensemble. des opérations de la société et de sa situation financière. de la situation financière ou de la présentation des états de synthèse. -Ainsi l’exercice de la mission requiert à tout instant une suite de choix et de décisions. Seuls les aspects et les anomalies ayant une certaine importance et pouvant par là même altérer l’appréciation significative du résultat.

il peut requérir l’avis d’autres confrères ou d’autres experts pour être conforté dans son appréciation. Ainsi. il ne peut le faire que dans la plus grande courtoisie . Il doit aussi veiller à respecter les normes de l’Ordre des Experts Comptables dans ses relations avec les auditeurs internes de l’entreprise et ses conseils extérieurs notamment l’expert comptable. l’auditeur use de toute son expérience et des recommandations de la Profession. 3-1 COMPETENCE Nul ne peut exercer les fonctions de commissaire aux comptes s’il n’est inscrit au tableau de l’ordre des experts comptables» (art 160 de la loi du 17 octobre 1996). il devra s’abstenir de tout jugement personnel sur les hommes. son prédécesseur ou son successeur dans une même société. Si l’auditeur a le devoir d’apprécier certains actes des responsables de la société. En cas de besoin. une anomalie représentant 5% à 10% et plus du résultat de l’entreprise est jugée significative sans que cela constitue une règle absolue. en particulier dans les rapports avec un co- commissaire. Pour procéder à cette appréciation. Le contenu de la formation initiale exigée. de solidarité et de courtoisie qui la régissent. de sa situation nette ou de la rubrique des états de synthèse qu’elle concerne.La notion d’importance significative fait appel à une appréciation par l’auditeur de l’importance de la valeur ou des conséquences éventuelles de l’anomalie eu égard aux niveaux des résultats de l’entreprise.norme d'acf externe l’auditeur se doit d’exercer ses fonctions dans le respect des règles de confraternité. les conditions et les procédures . Il doit d’abord se comporter vis-à-vis de ses confrères conformément aux règles de la déontologie professionnelle. un commissaire du même groupe. 3.

Il s’assure également que les experts ou collaborateurs auxquels il confie des travaux respectent les règles d’indépendance 3-3QUALITE DU TRAVail . fiscal. Il doit non seulement conserver une attitude d’esprit indépendante lui permettant d’effectuer sa mission avec intégrité et objectivité. font une obligation au commissaire aux comptes d’être et de paraître indépendant. NORME 1 Les qualifications requises pour être inscrit au tableau de l’Ordre des Experts Comptables sont définies par la loi 15. juridique. 3-2 INDEPENDANCE NORME 2 La loi. mais aussi être libre de tout lien réel qui pourrait être interprété comme constituant une entrave à cette intégrité et objectivité. les règlements et la déontologie.89 Le commissaire aux comptes et ses collaborateurs complètent régulièrement et mettent à jour leurs connaissances et notamment dans les domaines comptable. de gestion et de la pratique des affaires d’une manière générale.d’inscription sur le tableau de l’ordre des experts comptables sont définis par la loi 15-89 relative à la profession d’expert comptable. Il s’assure également que les experts ou collaborateurs auxquels il confie des travaux ont une compétence appropriée à la nature et la complexité de ceux-ci.

actes et renseignements dont il a pu avoir connaissance à raison de ses fonctions. périodiquement. 3-5 ACCEPTATION ET MAINTIEN DES MISSIONS NORME 5 Toute mission proposée au commissaire aux comptes fait l’objet. si des événements remettent en cause le maintien de sa mission. Le commissaire aux comptes examine en outre. 3-4SECRET PROFESSIONNEL NORME 4 Le commissaire aux comptes est astreint au secret professionnel pour les faits. avant acceptation du mandat. d’une appréciation de sa part de la possibilité d’effectuer cette mission.NORME 3 Le commissaire aux comptes exerce ses fonctions avec conscience professionnelle et avec la diligence permettant à ses travaux d’atteindre un degré de qualité suffisant compatible avec son éthique et ses responsabilités. Il s’assure également que ses collaborateurs sont conscients des règles concernant le secret professionnel et les respectent. . pour chacun de ses mandats. Le commissaire aux comptes s’assure que ses collaborateurs respectent les mêmes critères de qualité dans l’exécution des travaux qui leur sont délégués.