Cours B03

6 h CM
6 h TD
6 h TP

Auteurs :
Inspiré du cours d’Alain AUBERT et des CCNA Cisco
Mis à jour, repris et modifié par Mohamed BASLAM
Objectifs

Connaître les différents équipements réseaux
Appréhender leur fonctionnement
Savoir les administrer (TD & TP)
Comprendre le fonctionnent global d’un réseau
Savoir définir et concevoir l’adressage d’un réseau
Comprendre la notion de routage
Découvrir et utiliser Wireshark et Packet Tracer

M.BASLAM 3
Plan du cours

Prérequis
Concepts de base
Modèle de communication en couches : OSI
Encapsulation
Les équipements réseaux
La couche physique
La couche liaison de données
La couche réseau
La couche transport

M.BASLAM 4
Prérequis

Il est nécessaire de savoir compter en décimal, en binaire
mais aussi en hexadécimal
Vous devez être capable de passer d’une base à une autre
sans problème
En réseau le système d’adressage IPv4 est basé sur les
puissances de 2. Vous devez les connaître (par cœur) au
moins jusqu’à 213 = 8192

M.BASLAM 6
Bases numériques utilisées
• IPv4 → Base 2 ou système binaire : 0 ou 1
• IPv6 → Base 16 ou système hexadécimal :
0, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, A, B, C, D, E, F

• On utilise toujours des nombres entiers non
signés

M.BASLAM 7
Changement de bases numériques
• Deux méthodes possibles
– Divisions successives (tant que le nombre à diviser
est supérieur au nombre d’éléments de la base)
– Solution directe
• Divisions successives : exemple avec le
nombre 57
57/2 = 28, reste 1 3/2 = 1 reste 1
28/2 = 14 reste 0
14/2 = 7 reste 0 57 2 = 111001
7/2 = 3 reste 1 57 = 1 × 20 + 0 × 21 + 0 × 22 + 1 × 23 + 1 × 24 + 1 × 25
Changement de bases numériques
• Même approche pour la base 16
– Divisions successives : exemple avec le nombre 57

57/16 = 9, reste 3 57 16 = 39
57 = 9 × 160 + 3 × 161

– Remarque :

57 2 = 0011 1001 <=> 57 16 = 39
Structure physique d’Internet

Des machines utilisatrices (ordinateurs, cameras IP, point
d’accès Wi-Fi, imprimantes, systèmes embarqués)
Des réseaux locaux reliant les machines avec des
équipements spécialisés : concentrateurs, commutateurs
Des équipements spécialisés (routeurs et autres) reliant
des réseaux locaux entre eux via des réseaux étendus

M.BASLAM 11
Problèmes soulevés
Trouver la route pour arriver à destination : routage
Remédier à la perte/détérioration des données durant le
transport : contrôle d’erreur
En cas de saturation du réseau, limiter le débit d’émission pour
résorber l’embouteillage : contrôle de congestion
Si le récepteur ne suit pas la cadence, adapter les débits de
l’émetteur : contrôle de flux
Suivant les contraintes du réseau physique, découper les
données en morceaux de taille convenable : segmentation et
réassemblage

M.BASLAM 12
Diviser pour régner

Il y a un grand nombre de problèmes de diverses natures
à résoudre
Solution : le problème global est subdivisé en sous-
problèmes indépendants
Différentes couches indépendantes s’occupant d’une partie
spécifique des problèmes à résoudre

Modèle en couches

M.BASLAM 13
Le modèle OSI

Open System Interconnexion
Architecture générale d’un réseau
Concept hiérarchisé d’organisation
N’est pas un produit commercial
Développé par l’ISO (International Standardisation
Organisation)

M.BASLAM 14
Le modèle OSI

Emetteur Récepteur
Application Application
Présentation Presentation
Session Session
Transport Transport Segments
Réseau Network Paquets
Liaison de données Data link Trame
Physique Physical Bits

Support physique de transmission

M.BASLAM 15
Modèle de communication en
couches
• Le télégraphe Entête Morse M. Durand-Grenoble-Urgent Il fait beau

Couches Protocoles Couches

Utilisateur 1 Français Utilisateur 2

Vocabulaire des postiers
Personne au guichet (adresse, coût…) Personne au guichet

Personne qui tape en Personne qui interprète
Morse
Morse le Morse

Ligne physique : onde électrique
Modèle de communication en
couches
• Communication entre deux enfants
Protocoles Protocoles

Enfant 1 Euh, Bon Langage parlé Euh, Bon Enfant 2

Parents 1 Salut, toto Langage écrit Salut, toto Parents 2

Postier Adresse postale Postier
Modèle de communication en
couches
• Communication entre deux enfants :
indépendance des couches
Protocoles Protocoles

Enfant 1 Euh, Bon Langage parlé Euh, Bon Enfant 2

Parents 1 Salut, toto Langage écrit Salut, toto Parents 2

Service postal Service postal
Adresse postale
de l’aéroport de l’aéroport
Modèle de communication en
couches
• Communication entre deux enfants :
indépendance des couches
Protocoles Protocoles

Enfant 1 Euh, Bon Langage parlé Euh, Bon Enfant 2

Allo, au Dialogue Allo, au
Parents 1 Parents 2
revoir téléphonique revoir

Opérateur Protocole pour opérer un appel Opérateur
téléphonique téléphonique téléphonique
Principe d’encapsulation

• Les couches sont indépendantes les unes des
autres, par exemple on doit pouvoir changer la
couche transport sans modifier les couches
inférieures

• Une couche i ne s’intéresse pas au contenu des
données, elle doit n’utiliser que les informations
de son en-tête pour fournir son service
M.BASLAM 20
Principe d’encapsulation
7 Application Flux de données Application 7
6 Présentation Flux de données Presentation 6
5 Session Flux de données Session 5
4 Transport données données données Transport 4
En tête
3 Réseau données Network 3
réseau
Liaison de En-tête de En tête En-queue de
2 données données Data link 2
trame réseau trame
1 Physique 01001001000100111110101110011 Physical 1

Medium
Les protocoles d’Internet

Couches OSI Protocoles
Application HTTP FTP TELNET …

Transport TCP UDP
Couches Logiciels
réseaux Réseau IP

Liaison Physique Ethernet Wi-Fi … Circuits

• TCP : Transmission control protocol
• UDP : User Datagram Protocol
• IP : Internet protocol
M.BASLAM 22
Les équipements réseaux, le
répéteur
• Dispositif de la couche 1 du modèle OSI
• Amplification en série sur le câblage
• Permet de s’affranchir des problèmes
d’atténuation du support physique
• Remise en forme du signal et filtrage des
collisions
Réseau A Couche Physique A Réseau B
Médium Médium

M.BASLAM 24
Les équipements réseaux, le
concentrateur
• Aussi appelé « HUB »
• Dispositif de la couche 1 du modèle OSI
• Il s’agit en fait d’un répéteur multiport : il
régénère le signal et l’envoie à tous les ports
• Permet l’élaboration d’un réseau local

Représentation schématique d’un HUB
Les équipements réseaux, le
concentrateur

Réseau
Réseaulocal Réseau
local Réseaulongue
longuedistance
distance

Machine A

Machine B

Routeur
Les équipements réseaux, le pont
• Aussi appelé « bridge »
• Dispositif de la couche 2 du modèle OSI
• Permet de connecter 2 réseaux de même
protocole (réseaux A et B) en filtrant (niveau
2) le trafic Couche liaison de données
Couche Couche
Réseau A Réseau B
Physique A Physique B
Médium Médium

M.BASLAM 27
Les équipements réseaux, le pont
• Permet une adaptation entre 2 réseaux ayant
une couche physique différente

Couche liaison de données
Couche Couche
Réseau A Réseau B
Physique A Physique B
Médium A Médium B

• Il régénère les trames au lieu du signal

M.BASLAM 28
Les équipements réseaux, le
commutateur
• Aussi appelé « switch »
• Dispositif de la couche 2 du modèle OSI
• Pont multiport, rapide et performant
• Commute la trame sur le bon port, celui où
l’hôte destinataire est connecté

Représentation schématique d’un switch
Les équipements réseaux, le
commutateur
• Plusieurs fonctionnements possibles :
– « Cut-trought » : envoi de la trame dès la
correspondance trouvée
– « Store and forward » : contrôle d’intégrité de la
trame, commutation si aucune erreur n’est
détectée
• Impacte le délai de transmission (petit délai)
• Mais élimine les trames défectueuses

• Permet l’élaboration d’un réseau local
Les équipements réseaux, le routeur
• Dispositif de la couche 3 du modèle OSI
• Connecte des réseaux différents entre eux
• Examine les paquets entrants
• Choisit le meilleur chemin pour transporter les
paquets sur le réseau en utilisant des
algorithmes de routage
Représentation schématique d’un routeur
Les équipements réseaux, le routeur
• Permet de router les paquets au port de sortie
approprié
• Permet la création de réseaux étendus
Couche réseau
Couche Couche
liaison de liaison de
données A données B
Couche Couche
Réseau A Réseau B
Physique A Physique B
Médium A Médium B

M.BASLAM 32
La couche physique, fonctions
• Transmet une suite de bits de la manière la
plus fiable possible, sans en interpréter ou en
modifier le contenu
• Réalise deux conversions
– Suite de bits vers signal électrique ou optique
– Signal électrique ou optique vers suite de bits
010001010 010001010
Couche
Conversion Conversion physique

Medium
Signal
M.BASLAM 34
La couche physique
• Plusieurs médiums d’interconnexions
possibles

– Câbles à paire torsadée (RJ45 ∶ Registered Jack ou
prise enregistrée)
– Fibres optiques (FO)
– Ondes hertziennes (OH)
– Courant porteur (CP)

M.BASLAM 35
La couche physique (RJ45)

• Longueur maximale est de 100 mètres
• Protection électromagnétique moyenne à
bonne
• Facilité de connexion
• Câble avec un nombre de paires variable
• Classification par catégorie : 3, 4, 5, 6 ou 7

M.BASLAM 36
La couche physique (RJ45)
• Il existe deux types de câbles : droit et croisé
– Un câble droit est utilisé pour connecter deux
appareils différents (switch et routeur par
exemple)
– Sinon on utilise un câble croisé
– N’est plus d’actualité avec les équipements
récents
La couche physique (Fibres optiques)
• Insensible aux perturbations électromagnétiques
• Faible atténuation du signal
• Connexion difficile (fragile)
• Câble avec nombre de fibres variables
• Utilisation dans les réseaux :
– Fast Ethernet
– Token ring (Anneau à jeton) sur anneau principal
– FDDI (Fiber Distributed Data Interface) 100 Mbit/s sur
200 km

M.BASLAM 38
La couche physique (FO)
• Connexions spécialisées pour les longues
distances

• Intérêt des fibres optiques :
– Câblage réseau en milieu perturbé
– Longues distances (backbone)
– Hauts débits
La couche physique (Ondes
hertziennes)

• Transmissions longue distance : liaisons
satellites
• Transmissions courte distance :
– Téléphones EDGE, 3G, 4G
– Points d’accès Wi-Fi ou WiMAX

• Fiabilité faible, due à la dépendance du
système envers les conditions atmosphériques

M.BASLAM 40
La couche physique (Courant porteur)
• Utilisation du réseau électrique pour
transmettre des informations
• Utilisé dans le domaine de la domotique
• Avantages : réseau existant et desservant tout
le monde
• Inconvénients : débits faibles, problèmes pour
l’amplification du signal, sécurité ?

M.BASLAM 41
La couche liaison de données
• Fonctions de la couche liaison de données
– Gestion de l’accès au médium : qui prend la parole sur
le support physique ?
• Problème des collisions

– Contrôle de l’intégrité de la transmission : y a t-il eu
des erreurs dans la transmission des informations ?
Est-ce que la couche physique a bien rempli son rôle ?
• Code de détection d’erreurs CRC (Cyclic Redundency Check)

M.BASLAM 43
La couche liaison de données

• Types de liaisons
– On en recense trois :
• Simplex : liaison dans un seul sens uniquement
• Half-duplex : liaison possible dans les deux sens mais
pas en même temps
• Full-duplex : liaison possible dans les deux sens et en
même temps

M.BASLAM 44
La couche liaison de données
• Gestion de l’accès au medium (sur Ethernet)
– Une machine qui veut émettre :
• Ecoute si le câble est libre
• Si oui, elle envoie sa trame
• Si non, elle attend que le câble soit libre

– Si deux machines émettent au même moment, il y a
collision
• Les 2 trames sont inexploitables
• Les 2 stations détectent la collision, elles réémettront leur
trame ultérieurement après un temps d’attente aléatoire

M.BASLAM 45
La couche liaison de données
• Gestion de l’accès au medium (sur Ethernet)
selon la méthode CSMA/CD (Carrier Sense
Multiple Access/Collision detection):
• Principes :
• Carrier Sense : chaque station est à l'écoute pour détecter
la présence d'un signal
• Multiple Access : plusieurs stations peuvent émettre en
même temps
• Collision Detection : chaque station sait si elle a provoqué
une collision

M.BASLAM 46
La couche liaison de données
• Gestion de l’accès au medium (sur Ethernet)
selon la méthode CSMA/CD (Carrier Sense
Multiple Access/Collision detection):
0 ?0 ?0 + ?T
Equipement 1 Temps

Equipement 2
?0 + ?? ?0 + ?? + ??
Distance

M.BASLAM 47
La couche liaison de données
• Définitions :
– Temps de propagation (Tp) : temps nécessaire à un bit
pour parcourir le médium (fct de la longueur du
médium et de la vitesse de propagation).
– Temps de transmission (TT) : Il s'agit du temps
nécessaire à la transmission d'une trame (fct du
nombre de bits à transmettre et de la vitesse de
transmission).
– Temps d'occupation de ligne (T) : le temps entre le
début d'émission et la fin de la réception d'une trame.
T=TP + TT

M.BASLAM 48
La couche liaison de données
• Fonctionnement CSMA/CD :
– Une machine A cherche à transmettre des
informations à une machine B.
– Elle commence par écouter le médium pendant un
temps prédéfini.
– Puis si le temps d'inoccupation est suffisant, elle
prend le médium et émet sa propre trame.
– Pendant l'émission, elle écoute afin de détecter les
collisions possibles. Tant qu'il n'y a pas de collisions,
on émet jusqu'à la fin de la trame.
– Si une collision est détectée, il y a arrêt de l'émission.
M.BASLAM 49
La couche liaison de données

Début de l’émission Détection de fin de porteuse

Equipement 1 0 Temps

Equipement 2 Temps
Détection collision Arrêt de l’émission

Délai de propagation

M.BASLAM 50
La couche liaison de données

Emission vers 2 Réception
Equipement 1 Temps

Collision non détectée

Equipement 2 Temps
Emission vers 1 Réception

M.BASLAM 51
La couche liaison de données

?? ??
Equipement 1 Temps
Emission 1
Détection équipement 1 si
encore émission
=> ?? > 2??
Equipement ? Temps
Emission ?

M.BASLAM 52
La couche liaison de données
• Ethernet est un protocole de la couche liaison de données
Préambule SFD @ MAC dest @ MAC src lgr Données couche réseau PAD CRC
7 1 6 6 6 <1519 <46 4

• Préambule : synchronisation des horloges entre émetteur
et récepteur
• SFD (Start Frame Delimiter) : indique le début de la trame
• Lgr : longueur des données en octets
• PAD : bourrage si la taille des données est trop courte
(moins de 46 octets, 46<données + PAD<1519) (pour
pouvoir détecter les collisions)
• CRC : contrôle d’erreur

M.BASLAM 53
La couche liaison de données
• A quoi sert l’adresse MAC (Media Access Control)
?
– A identifier une machine de manière unique (quelque
soit le réseau local où la machine est installée)
– A déterminer le destinataire d’un message dans un
réseau local : c’est l’information dont se sert le
commutateur pour commuter la trame sur le bon port
• Adresse universelle ou physique
– Taille de 6 octets
– Les 3 premiers octets désignent un constructeur
(attribué par l’IEEE)
• Ex : 08:00:09

M.BASLAM 54
La couche liaison de données

• Les 3 derniers octets sont attribués par le constructeur
• Une adresse spéciale : FF:FF:FF:FF:FF:FF, il s’agit d’une
adresse de « broadcast », la trame est diffusée à toutes
les stations du réseau
• Par convention, l’adresse MAC est toujours représentée
sous forme hexadécimale

M.BASLAM 55
La couche liaison de données
• Le cas du Wi-Fi
– Gestion de l’accès au medium : CSMA/CA (Carrier Sense
Multiple Access/Collision Avoidance)
– Il s’agit d’éviter les collisions
– C’est une variante du CSMA/CD, qui permet à la méthode
CSMA de fonctionner lorsque la détection des collisions n’est
pas possible, comme dans le hertzien (en utilisant des Acks)
– A veut émettre, si le réseau est encombré, l’envoi est différé
– Sinon, s’il est libre pendant un temps donné, A envoie un
message au récepteur (taille des données et vitesse), le
récepteur répond que le champ est libre, l’envoi des données
débute
M.BASLAM 56
La couche liaison de données (Wi-Fi)
• Deux modes : « ad hoc » et « infrastructure »
– Mode « ad hoc » :
• SSID (Service Set Identifier) nom du réseau, premier
niveau de sécurité la connaissance du SSID est
nécessaire pour qu'une station se connecte au réseau
étendu
• IBSS (Independant Basic Service Set) : ensemble des
stations sans fil qui communiquent dans la même
bande
• IBSS identifié par un SSID C
A

B D
E
La couche liaison de données (Wi-Fi)
– Mode « infrastructure » :
• Des « AP » (Access Point)
• BSS (Basic Service Set), un seul AP
• ESS (Extended Service Set), plusieurs AP connectés par
un autre réseau
• Support du handover/roaming
AP

AP

ESS BSS
BSS
La couche liaison de données :
Détection et Correction d’erreurs
• Problème : support matériel utilisé par la couche physique
(câble coaxial, paire de cuivre torsadée, fibre optique, ondes
radio...) n’est pas fiable à 100% Certains bits reçus peuvent
être erronés.
• Rôle de la couche liaison de données est précisément de faire
croire à la couche réseau qu’elle utilise une couche physique
parfaite.

M.BASLAM 59
La couche liaison de données :
Détection et Correction d’erreurs
• La détection d’erreur
– Comment se rendre compte de la modification/pertes
des données à l’arrivée des trames ?
• Suppression des erreurs, deux techniques :
– Comment corriger à l’arrivée les données erronées : la
correction d’erreur à l’arrivée du paquet
– Faire en sorte que l’émetteur, renvoie les trames
erronées/perdues :
la récupération d’erreurs par re-émission

M.BASLAM 60
La couche liaison de données :
Détection et Correction d’erreurs
• Idée : rajouter de l’information aux données permettant de
détecter/corriger les erreurs à l’arrivée
• Exemple de détection : Code de répétition
– On duplique l’information
– Par exemple on rajoute un bit identique pour chacun des bits
à transmettre
– Exemple:
» Données: 1 0 0 0 1 1
» Code: 1 1 0 0 0 0 0 0 1 1 1 1
• Coût en taille : élevé
• Coût en calcul faible
• Qualité de la détection d’erreur ?
– Est-on capable de détecter 1 seul bit erroné ? 2 bits ?...

M.BASLAM 61
La couche liaison de données :
Détection et Correction d’erreurs
• Exemple de correction: Code de répétition
– On triple l’information
– On rajoute deux bits identiques pour chacun des bits à transmettre
• Exemple:
» Données: 1 0 0 1 1
» Code: 1 1 1 0 0 0 0 0 0 1 1 1 1 1 1
• Coût en taille: très élevé
• Qualité de la détection d’erreur :
– Si il y a une seule erreur on peut la corriger ?
– Si il y a deux erreurs ?

M.BASLAM 62
La couche liaison de données :
Détection et Correction d’erreurs
• Exemple de détection: Le code de parité
– On rajoute un bit à 1 ou 0 suivant la parité du nombre de bits à 1
dans les données Le récepteur vérifie la valeur de ce bit de parité.
• Exemple:
» Données: 1 0 0 0 1 1 Bit de parité: 1
» Données: 1 0 0 1 1 1 0 1 1 Bit de parité : 0
• Très peu couteux en taille
• Très peu couteux en calcul
• Qualité de la détection d’erreur ?
– Est-on capable de détecter 1 seul bit erroné ? 2 bits ?...

M.BASLAM 63
La couche liaison de données :
Détection d’erreur par CRC
CRC (Cyclic redundancy Code)

• Plus performant et ne dépend pas de la taille des données
• Peu coûteux en taille
• Calcul coûteux mais souvent fait par hard : ou exclusif successifs
au fur et à mesure que la trame arrive
– Circuit simple et rapide à base de registre à décalage et de
portes XOR

M.BASLAM 64
La couche liaison de données :
Détection d’erreur par CRC
Principe de calcul d’un CRC
• Basée sur des calculs de division de polynôme à coefficient dans [0, 1]
• Exemple: 1 0 1 0 1 représente x4+ x2+1
• Soustraction et addition sont équivalentes à un ou-exclusif bit à bit
• On fixe un polynôme générateur G de degré n qui détermine le
nombre de bits de contrôle
• T= Quotient*G + Reste donc : (T+Reste)%G = 0
• La trame envoyée E= (Données, Reste)
n
est divisible par G, il suffit à l’arrivée G
T: Données 000..0
de calculer la division de E par G. Quotient
Si le reste est non nul il y a une erreur
Reste

M.BASLAM 65
La couche liaison de données :
Détection d’erreur par CRC
Exemple de calcul d’un CRC
• 6 bits de données : 110101 , Polynôme générateur 101 : G = x2 +1

11010100 101
111011
Reste= 0 1 1

• On envoie E= 110101 11
• On peut avec n=16 détecter toutes les erreurs comportant un nombre impair de
bits et tous les paquets d'erreur de longueur ≤ 16 et, avec une très bonne
probabilité, les paquets d’erreurs de longueur supérieure.
• Exemple: Ethernet utilise un champs CRC à 32 bits, Compression ZIP utilise un
CRC à 16 ou 32 bits

M.BASLAM 66
La couche réseau, fonctions
• Déterminer pour un paquet donné le ou les
chemins possibles pour arriver à destination
– Sources et destination sont dans des réseaux
différents

• Contrôle de congestion : éviter les
embouteillages
– Éviter que les mémoires tampon d’un nœud réseau
(routeur) ne soient saturées
– Prendre en compte l’indisponibilité momentanée des
liaisons d’un nœud réseau

M.BASLAM 68
La couche réseau, fonctions

Réseau
Réseaulocal Réseau
local Réseaulongue
longuedistance
distance

Machine A

Machine B

Routeur
La couche réseau
• IP est un protocole de la couche réseau
En-tête réseau Données couche transport

0 4 8 16 19 24 31
Type de
Version Lgr_entête Longueur totale
service
Identification Drapeau Déplacement fragment
Durée de vie Protocole Checksum en-tête
Adresse IP source
Adresse IP destination
Option IP (éventuelles) Bourrage
La couche réseau
• A quoi sert l’adresse IP ?
– A identifier une machine dans un réseau local donné
(change en fonction de l’adresse du réseau)
– A déterminer le destinataire du message dans un
réseau : c’est l’information utilisée par le routeur pour
router le paquet sur le bon port

• Deux versions du protocole IP utilisées :
– IPv4, 4 octets, écrite sous forme décimale
– IPv4, 16 octets, écrite sous forme hexadécimale

M.BASLAM 71
La couche réseau

• Les 3 types d’adresses IP :
– Unicast : à destination d’un seul ordinateur
– Multicast : à destination d’un ensemble de
machines
– Broadcast : à destination des machines membres
d’un même sous-réseau

M.BASLAM 72
La couche réseau

• Adresse IP (analogie avec l’adresse d’une personne
dans le monde)
• Que représente l’adresse postale ? Une structure
hiérarchique permettant d’identifier facilement la
personne

M.BASLAM 73
La couche réseau

Personne dans le monde

Pays 1 Pays 2 Pays 3

Ville 1 Ville 2

Rue 1 Rue 2

Nom 1 Nom 2

M.BASLAM 74
La couche réseau
• Constitution de l’adresse IP :
– Adresse IPv4 : 32 bits, 4 blocs de 8 bits
– L’adresse peut-être publique (routable) ou privée
– 2 parties dans une adresse IP
• Le net-id qui désigne le réseau
• Le host-id désigne les ordinateurs dans ce réseau

0 8 16 24 31
161 3 51 144
1 0 1 0 0 0 0 1 0 0 0 0 0 0 1 1 0 0 1 1 0 0 1 1 1 0 0 0 0 0 0 0

M.BASLAM 75
La couche réseau
• Structure à deux niveaux de hiérarchie
Machine dans le monde

net-id 1 net-id 2 net-id 3

host-id 1 host-id 2

• La notion de classes d’adresses IP que l’on verra ajoute un
niveau de hiérarchie
• Nous verrons aussi plus tard qu’avec la notion de masque
réseau, des sous-réseaux peuvent être créés, ce qui
implique des niveaux de hiérarchies supplémentaires

M.BASLAM 76
La couche réseau
• Les classes d’adresses IP
– L’IANA coordonne l’attribution des adresses IP à
travers 5 organismes locaux : ARIN, RIPE NCC,
APNIC, LACNIC et AfriNIC
– Les adresses IP sont ordonnées en classes
• Classe A
• Classe B
• Classe C

M.BASLAM 77
La couche réseau
• Structure à trois niveaux de hiérarchie

Machine dans le monde

Classe A Classe B Classe C

Net ID1 Net ID2

Host ID1 Host ID2

M.BASLAM 78
La couche réseau (IP classe A)
• Le premier octet représente le réseau (net-id)
• Le MSB vaut 0, donc il y a 128 possibilités de réseaux
(de 0000 0000 à 0111 1111)
• Le réseau 0 n’existe pas
• Le réseau 127 est « localhost »
• Les réseaux disponibles en classe A vont donc de
1.0.0.0 à 126.0.0.0
– Les 3 octets de droite représentent les machines du réseau
(host-id)
– Le réseau peut donc contenir 224 = 16777216 machines
• Réservé aux grandes entreprises : IBM…
La couche réseau (IP classe B)
• Les deux premiers octets représentent le réseau (net-
id)
• Les deux bits de MSB valent 1 et 0, donc il y a
214 = 16384 réseaux possibles (de
1000 0000 0000 0000 à 1011 1111 1111 1111)
• les réseaux disponibles en classe B vont donc de
128.0.0.0 à 191.255.0.0
• Les 2 octets de droite représentent les machines du
réseau (host-id)
• Le réseau peut donc contenir 216 = 65536 machines
• Classe réservée aux entreprises moyennes
La couche réseau (IP classe C)
• Les trois premiers octets représentent le réseau (net-
id)
• Les trois bits MSB valent 1, 1 et 0, donc il y a
221 = 2097152 possibilités de réseaux (de
1100 000 0000 0000 0000 0000 à
1101 1111 1111 1111 1111 1111)
• Les réseaux disponibles en classe C vont donc de
192.0.0.0 à 223.255.255.0
• L’octet de droite représente les machines du réseau
(host-id)
• Le réseau peut donc contenir 28 = 256 machines
• Classe réservée aux petites entreprises
La couche réseau, les masques
• Masques réseau
– Constitution
• Mot de 32 bits contenant
• Des 1 aux emplacements des bits que l’on désire conserver
• Des 0 pour ceux que l’on ne veut pas conserver

– Intérêt des masques de réseau
• Pouvoir connaître l’adresse réseau associée à une adresse IP
de machine
• Il suffit de faire un ET logique entre l’adresse IP et le masque
réseau
• Ex : IP 45.156.186.24, masque 255.0.0.0 donne le réseau
45.0.0.0
La couche réseau, les masques
• Masque réseau

– Il est donc facile de déduire les masques des 3
classes de réseaux :
• Réseau de classe A, masque 255.0.0.0 ou /8
• Réseau de classe B, masque 255.255.0.0 ou /16
• Réseau de classe C, masque 255.255.255.0 ou /24
La couche réseau
• Créations de sous-réseaux
– Grâce à l’emploi d’un masque, on peut créer des
sous-réseaux
– On définit le réseau de classe A 34.0.0.0 avec
comme masque 255.0.0.0
• Si le masque devient 255.192.0.0 alors
• On définit 4 nouveaux sous-réseaux dont les adresses
sont les suivantes : 34.0.0.0, 34.64.0.0, 34.128.0.0 et
34.192.0.0
• Chacun de ces quatre sous-réseaux peut donc contenir
222 = 4194304 machines
La couche réseau, sous-réseaux
• Nombre de sous-réseaux possibles
– Pour une classe donnée, le nombre de sous-réseaux dépend du
nombre de bits à 1 que l’on ajoute au masque associé à la classe

Nombre de bits à 1 Nombre de sous-réseaux
1 2
2 4
3 8
4 16
5 32
6 64
7 128
8 256
La couche réseau, sous-réseaux
• Structure hiérarchique de l’adresse IP
Machine dans le monde

Classe A Classe B Classe C

Net ID1 Net ID2

Ajout d’un masque
Subnet ID1 Subnet ID2
de sous-réseau

Host ID1 Host ID2
La couche réseau, routage
• Qu’est ce qu’un routeur ?
• Equipement matériel et logiciel permettant
aux ordinateurs situés dans des réseaux
différents de communiquer
• C’est l’équivalent d’un carrefour
• Dispose de ports reliés aux réseaux
• Sélectionne le meilleur chemin
• Réalise le routage de l’information
La couche réseau, routage

Adresse réseau 1
Adresse réseau 5
Ports

Adresse réseau 2
Adresse réseau 4

Adresse réseau 3
La couche réseau, routage
• Comment décider de la route à prendre ? Quel est le
prochain routeur à qui envoyer le paquet ?
– Les routeurs sont connectés à d’autres routeurs et à des
réseaux locaux
– Grâce à l’adresse de destination contenue dans le paquet
et à la table de routage, le routeur est capable d’orienter
le paquet sur le bon port
– Le routeur utilise des informations de la topologie réseau
– Le routage prend en compte divers paramètres, appelés
métriques
• Densité du trafic
• Nombre de routeurs à franchir pour joindre le réseau
• Vitesse des liaisons
La couche réseau, routage

Réseau local
Réseaux longues distances

?
Machine A
Machine B
?
?

Routeur
La couche réseau, routage

Port 3

Port 2 Port 4

Trame Paquet ⊕ Adjonction en-
Trame
5 tête trame
Port 1 Adresses Ports Port 5
192.48.17.0 1
195.15.0.0 3
… …

Port 8 Port 6

Port 7
La couche réseau, routage
• Etablissement de la table de routage
– La table de routage d’un routeur est établie :
• Soit manuellement par l’administrateur réseau
• Soit automatiquement au moyen d’algorithmes de routage
– Ces algorithmes ont besoin en entrée des
informations des routeurs voisins
– Ces informations sont obtenues par un protocole de
routage
– Il existe plusieurs algorithmes de routage :
• RIP, OSPF, EIGRP, IGRP (et d’autres)
La couche réseau
A B

128.75.9.7 192.48.17.1
128.75.0.0 192.48.17.0
Le routeur n’est pas sollicité
191.15.1.1 223.89.21.7

Routeur

191.15.0.0 223.89.21.0
• la machine A (192.48.17.8) veut envoyer
Exempleune trame à intra-réseau
de communication la machine B
(192.48.17.56), réseau classe C
• Calcul du réseau de B : ET logique entre B et le masque soit 192.48.17.0
• Les deux machines sont dans le même réseau, le routeur n’est pas
contacté
• Envoi d’une trame ARP à B en citant son adresse IP, en vue d’obtenir son
adresse MAC
La couche réseau
A B

128.75.9.7 192.48.17.1
128.75.0.0 192.48.17.0
Le routeur n’est pas sollicité
191.15.1.1 223.89.21.7

Routeur

191.15.0.0 223.89.21.0
Exemple de communication intra-réseau

• La machine B est la seule susceptible de reconnaitre son adresse IP
• Elle répond à la machine A via le protocole ARP en précisant
l’adresse MAC correspondant à son adresse IP
• Le couple adresse IP adresse MAC est enregistré dans le cache ARP
pour ne pas monopoliser le réseau
• Finalement les deux machines peuvent communiquer
La couche réseau
A

128.75.9.7 192.48.17.1
128.75.0.0 192.48.17.0
Le routeur est sollicité B
191.15.1.1 223.89.21.7

Routeur

191.15.0.0 223.89.21.0
Exemple de communication inter-réseau

• La machine A (192.48.17.8) veut envoyer un paquet à la machine B
(223.89.21.37), réseau classe C
• Calcul du réseau de B : ET logique entre B et le masque soit 223.89.21.0
• L’adresse réseau de A est différente de celle de B
• La machine A envoie le paquet au routeur (passerelle : 192.48.17.1)
• Le routeur consulte sa table de routage et envoie le paquet sur le bon port
de sortie
La couche réseau, IPv6
• Fin de l’IPv4 au profit de l’IPv6
– Il ne reste plus que très peu d’adresses IPv4
disponibles
– Il y en avait seulement 232 = 4294967296

• Pour l’IPv6, le « pool » a une taille de 2128, ce
qui donne 665570793348866943898599
adresses possibles par mètre carré, soit
approximativement le nombre d’Avogadro !
La couche réseau, IPv6
• Ex 2001:DB8:0:85A3:0:0:AC1F:8001
• La transition d’IPv4 à IPv6

• Deux solutions principales :
– utiliser les deux systèmes de concert (technologie
« dual-stack » ou « double pile » en français)
– ou encapsuler les paquets IPv6 dans des paquets
IPv4 (tunnel ?to? manuel ou dynamique)
La couche transport
• Résumé de la situation :
– La couche physique transmet tant bien que mal les
trames
– La couche liaison élimine les trames erronées
– La couche réseau achemine ce qu’il en reste vers la
bonne machine

– La couche transport (en mode connecté) fait les
comptes, élimine les doublons, remet en ordre
l’ensemble des paquets provenant de la couche
réseau, provoque la réémission des trames perdues
M.BASLAM 99
La couche transport
• C’est une couche charnière entre les fonctions
de base (couches 1, 2 et 3) et les fonctions
d’exploitation réalisées par les couches
supérieures

• La couche transport rend l’application
indépendante des moyens mis en œuvre pour
la transmission des données

M.BASLAM 100
La couche transport
• Transport de bout en bout
– En mode connecté, cette couche permet un
acheminement des informations entre deux processus
utilisateurs sur des machines différentes
– Cet acheminement est fait dans le bon ordre, sans
perte ni duplication des données et avec un minimum
d’erreurs
• La couche transport permet donc aux 2
applications de communiquer directement et
indépendamment de la nature des sous-réseaux
empruntés, comme si le réseau n’existait pas

M.BASLAM 101
La couche transport
• Transparence
– Le service doit être totalement transparent vis à vis
des formats, tailles, codages et significations des
données échangées
– doit pouvoir acheminer de bout en bout des TPDU, ou
segments dont la taille peut varier de 128 à 8192
octets
• Permet la gestion de la QoS
• Deux protocoles principaux :
– TCP
– UDP

M.BASLAM 102
La couche transport
• Le protocole UDP :
– Utilise IP
– Aucune gestion d’erreur, ni de contrôle de flux, ni
d’accusé de réception : non fiable (comme IP)
– Efficace sur les réseaux locaux
– Non utilisé sur les liaisons longue distances,
fiabilité insuffisante

M.BASLAM 103
La couche transport
• Le protocole TCP :
– Transport fiable, connecté, ordonné et bidirectionnel
– Adapté à des transferts importants de données avec
correction des éventuelles erreurs
– Découpage du flot de données des couches
supérieures en segments (unités de base)
– Utilise un mécanisme d’acquittement et de
numérotation des séquences
– Utilise des ports pour faire le lien entre l’interface et
l’application (un sur chaque machine)
M.BASLAM 104
La couche transport
• Structure du segment TCP

Port source Port destination
Numéro de séquence
Numéro d’accusé de réception
lgr_entête Réservé Bits de code Fenêtre
Total de contrôle Pointeur d’urgence
Options éventuelles Bourrage
Données

M.BASLAM 105
La couche transport
• Schéma d’une connexion et d’une
déconnexion TCP
Client Serveur Client Serveur
FIN
SYN

ACK

SYN + ACK
FIN

ACK ACK

Connexion Déconnexion

M.BASLAM 106