You are on page 1of 20

:LUTTEDE CLASSE

POUr

IE

/A

lrù

r-n

ilil

ll!l

\:/

\

v/

POUI'OTR

dES

TRAI,ATALEURS

Avli"IL rgTz I

ilrê5FE:e

LiSutr$)

l-i i|,\ill-lErîil

ê-'

tl=,i_lLi\lLl|tril'u

\

È/

I

IF

t--r

li-

L_-

=-F:

t i

il

tl

I-t

Vendredi 25 iévrîer, un groupe ;-;raofste distribue devant Irune des entrées de RENAULT à Billancourt, un tract apirelant à une .--canifeltatioir anti'raciste Ie

;;rêr-;resoir au n1étro Charonne. l,s diffusions de tracts laaol'stes, les prises de paroles par ce groupe sont pratiquer;rent ciuotidiennes et piraque fois, Ie s gardiens de ltusine ou des per--.r.anentsde Ia C G T tentent de les perturber ou

et

dans la bousculade qui stensuit un garde en civil

fstes drun coup de pistolet. 11stagit dfun jeune ouvrier,

RIINAULT pour ses activités politiques.

de Ies interro,.npre. Ce joui:-là, coirri-re drl'rabitude, une bagarre

se produit

llun

abat froiderneni

licencié

déchaine

des r:rao-

récener;ient de

Ce ireurtre

une te;:rrpête dans

les:nilieux

Ia

des lycées, sur les r^archés, dans les rues oir Ies différents groupes gauchistes

gauchistes en.-nê::re teinps

Ie

l-

C.

Une énor:ne

qutune véritable

se déverse

crise

à

la

drhystérie

porte

secoue

C

G

T

et

propagande

des ttsines,

et

le

-i

S U appellent

à 1a lutte

contre

le fascis

les

couvrent

dlinjures

et drinvestive6,

ainalgar

jre,

rant

pendant

dans le

que

r-nêr-aeopprobre

C

G

T

et

-l: C

gau-

chistes, flics et capitalistes, accusés de collusion et de provocation. Chacun, syndicat ou parti politique y va de son petit couplet, chef droeuvre dropportunis- tne. -i-,renjeude tout ce rerilue -rnénage, la classe ouvrière et rtllopinion publique't,

II nous sernble ii-nportant à cette

occasion

drebsayer

de:;rontrer

le

rôle

réeI

jcrre

par

les

gauchistes et les

staliniens

dans'l,eurs.rapports

avec

la classe ouvrière

ainsi

que lrattitude

et les

réactions

de cette dernière.

Lii :'1.-j'LE DE,-; CAUCHICTjjJ

i

f-ulils soient -naos

y parvenir diffèrent

vendredi

divers

drune ca:l-Ipagne en faveur des travailleurs

nouvelle

courant

nisés,

Ligue

ou trots,

leurs buts sont identiques r*rê::ne si les ii-]oyens pour

r.raos le

drun g1'oupe à Irautrc.

à

Ia

lutte

contre

tracts

Ie racisrrre

antifascistesrt,

Les

distribués

par

lec

Z5 appeltent

et Ia :'nanif est crganisée

tcut

Le

par

groupes

sous llappellationtrles

cela dans Ie cadre

lende,:rain

autour

samed.i,

i.nrnigrés.

une

r"-ranif organis ée par

trots,

appelle

la

en faveur

1e Secours

.F.ougequi

regroupc

du principal

incrga-

Comnuniste,

111aolraccent

dtautres

tend.ances et de no.::breux

des rtral-1ogés et des expulsés.

est r:rie en priorité

L:rrnédiater-aent après

sur

la

lutte

contre

Le

le:::reurtre de llouvrier

fascis,:le

Ieur

aussi

bien

par

les

-maos,

les

celui-ci

celui-ci

trots

et

Ie

-'S

U qui,

en ce i,iilor-r1€rrtlaxeni

un

autre

qui faiL fu:.

propagande

depuis

sr-rr ce thèii;e;;

la

tend

Ia lutte

à en détrôner

contre

reur

des années parrai

gauche,

ltiiapérialisi:ne.

Ainsi,

lutte

terrain où les travailleurs peuvent agii. efficacei.tent ccntre le capital tout en

forgeant de nouveaux rapports

de classe

fascisr'fe ou ltanti-irnpérialisr:1ie, qui vise à -r:asse.-nbler le plus grarcl no::r-hr.r;rDS-

sible dro;.rposantsy corirpris des :-rreii-rb;'escles classes

à chaque fois,

la véritable

frontière

La

de classe,

celle

qui sépare

et

cppose

sur

les

lieux

clc producÈion,

seui

tn

substitue

à une ,oase

travailleurs

et capital,

est oubliée.

sociaux

floue

est escarnotée.

et fourre-tout

une ligne

indistincte,

cotni-iie ltanti-racisrae,

:.ioyennes

J.tanti-

et de 1a bou::-

geoisier Que la résonnance tre de ces bases, un large

la C. G. f.'' au rr. C. en passant par les r:iultiples groupe:,ï,cnts drintellcctuels

petits bourgeois, drélèves, etc

faveur

liniens. Le terraintrdtactionrtfavori :i1ais la rue où la:nanif-pro:rienacle,

é:aotive

des thèirres proposés

de

Ia

C

F

D

attire.

T

au

Sur llune

ou ltau-

fronù est possible

des Droits

la

ir. S.

ct .:i.êi,r.ed.e

type

Ligue

de ItHo:.-nr.':re,Association

récente

sei--rainedtaction

de parents

C

tr

D

T

en

I1 suffit

de rappeler

iini'ligrés

des travailleurs

ou les

sur

ca--:rpagnesanti-i;.npérialis.;es

cec bases nrest plus le lieu

le

plus

souvent par

lc

cl.essta-

de travail

pcuvoir,

autorisée

per'-i:et à chaque boutique politique de cor,rpaïer scn influence respective. jIn donnant Irii:apression aux participants qutil stagit 1à dtactions valables, on dé-

tourne ces derniers

de

la

lutte

réelre

sur

les

lieux

de production.

Bien

à

entendu,

ce ntest

pas par

r:-réchanceténi par

bêtise

que 1es gauchistes

visent

ré-

détourner

les

travailleurs

que les

d.e leur

groupes

propre

ligne

de

classè.,-rrais L,eaucoup plus

trots

ou

rilacs

ne

sont pas des

organisations

se placer

sur

une base de classe

(l).

si;:'ri:1eflent parce -volutionnaires

et ne peuvent

donc pas

(t)

Voir

Lutte

de CIasse

:

rrr?"enouveau du trotskysr;rçrt

tf La

relève'r

-

juillet/aorjt

- juillet

l9? I

l96g

.!es L.lis et Les autrea

Ia

ù?r" aux travailleurg r€iputes incapables

se

un

et

reclament

parti,

du leniniame

garde

qui

de

prône

par

la

seu.le capable

dlrection

lravons

classe

yeux,

ouvrière

par

avant

par

géniale'

diriger

drappor-

les

de

Ce

se

eux-rnêrnes,

nous

buts

et tes moyens pour prendre le pouvolr.

lec

-irorlr nous, est révolutionnaire ltlrganisation

de nouveaux rapporte

lui-même

proletariat est porteur

type

pouvoir,

le

sous

en U.'t.S.S.

en CHINE

exemple,

qui

de

personne,

penssp

est

le

cteet

reconnalt

capitalisme

drEtar ('I).

drabori

que

le

ensuite,

oeuvre

Central

à

rre peut

que,

mul-

falre

Pour

et

productionet

ni

Comite

Tsé

des

pour

Iraider

à

realiser

tiples têtes

chercheuses,

à

Cela

,rrorre part, nous

sa

p1ace.

ce que

ni

mlraculeuse

quel

Mao

rôle

Tung

posé,

prefërons

on cornprend

appeler

gauciristes

ilirigistes

(Z).

Possesse'Jrs

,'u-savoir

re1i.i

conscience, iI leur faut continuell.ement agiter, voire -nê -te-, col-me le

io,-i y:aos

et

anars,

provoquer

Ia

classe

ouvrière,

ria,ctioiis

incertaines,

pour,

pretendent-ils,

lui

rTIaSse de

faire

prendre

nir iceLtvre

aux

co.sciei

ct' de

sa tâct,e historique

ce -c.

s)r

ce

j. ar

icat,

e

exemple,

surtout

'a,:.È i

qui

est

la

et

les

j

bon

lui

rrrontrer

rnaos

chez

augsi,

en

LEi\AULf

-'.

I

,

ou IeB

cadres,

pour

les

travailleurs.

sragitant

eux--nâ-1es,

qt'.fils

exrs-

attaquent

la

'naitrise,

eux,

l"our

à

bouleto'rtL:

es

Ie

 

la

r::1.'esstorlr

u:ci-

"iE,'iA'J.---' est

rrle phare

io

la

-,a ts

classe

qui

ouvrièrer'.

"la

seront

i

our

un

autre

groupe,

trot

celui-là,

ce

so:-lt Ies

colonne

vertebrale

le

la

classe

ouvrièra'r.

-lracur;

Ênsei-

a

ses

'';r.ries, Son secteur prefere chOisi par ur'Ie mini-buroaucratie

,i-e ,,:,irigeants

sriivant

ses

propres

interêts.

, a

's

cette

optique

la

rnort

drun

mllitant

apparalt,

pour

les

gauchistes,

occasion

inesperèe.

Cette

fois,

tout

est

reuni.

II

sragit

drun

vdritable

el

iron cilun étudiant,

fils

de

paysans

modestes,

licencie

de,tEliAti-i',

-I.-'-.ç,f ir.-, avec un passe de milltant irreprochable.

;slecture'

de

rtLa

une

ouvrier

puis

Cause

de

,.'-- euplertest

'leurtre

:a.s

le

parttcuUèrement

Et

cadavre

chaque

afin

qutil

va

C'est

de

edifiante,

on

se trouve

pour

son

le

Cevant

1a fabrication

proPre

corrlpte,

de

retentigsement

du

les

travailleurs

que

ceædôernière

cette

vieifle

rasseqlbler

que

lron

rengaine

les

'it-. i-:artyr gauchiste.

sralproprier

groupe

dlexploiter

essaie,

au

aussi

pas

que

maximum

bien

et lrejmotion

susciter

pour

classe

air

ne

et

parmi

de

ltopinion

publique.

le

effarouchet

Iron

ressort

sr-,.pprime toute reference

de Ia lutte contre

Itopinion publique nretant rien drautre, en regime capitaliate, que lropinion de

Ia

foules,

fascisme,

connu

susceptible

classe

au pouvoir.

(l)

i-n texte sur

ce sujet paraltra

(Zl

-es

rrots

que ce soit 1'A. J.S.

prochainement

ou la

dans Lutte

-ie -lassc

r-igue

ryfu',tEn-Len get.iral

Irappellation

contrôlee

airrsi lee stals,

leur

classe jouent le ar.ti-leirinistes.

de gauchistes,

Seuls,

gutils

couvrent

de rneprie

et dtinjures,

rejoignant

revendiquent Ie ter -'re. :Q3 àFiârs Par

de ce qurest la lutte

srils

se --ciarre;it

de

maos et anars

Ieur

activisrne

opporturliste,

"nê ne

incornprehension

et maos,

rô1e que trots

même

-r:i 5iles

principaux groupes g.ruchistcs er:,rrar.'.rlilcscntcr)ïrtr1I1(:1e:di.rec;iO:rs de

I

reciranqo

s::ire 1a cri'c actuelle, alors rnt-\ine rlue lee stirLriri.cni'it,r donncnt Plus tc.iles

Ies . aranties'dleiilcaci.td 1)our enczrCrer' 1;i clati:le cuvr':.èr e. Jn ie voit bien lc'r's

-:e la rnanif d.u Lrrnrli

ltoilsablee deinanCerrt au>; rnirnii.cctitr.tr: ;e Je iirj\)er

les anars el- ies mar,s, iechelcharnt ll ircli;:;ue

duçt'. que Ie: tl'ar-aillcuri ûe :e^c,nni.;1^' .'

slo3ans hostiles os;5 1:ri.r!J tt :--elancênt i1i:r:.:.:J.r:ccit',;rut:::ioit Je barricades el

Ie

"- ,,rsibles

Cans

jtirvpctitè;e

rirun

:a;r.ita.i.s:ree cit.:,'-al.gr,.r-:rc;:t-l,rer:.itr.icel-

lg,.cir.

.l-estrotc ei- le P.5. Ll , .; 'icul-ani organisation'; r'e-'l;'-

i'.r

ei

"irr

,

'

1

di'r:-r,;le

calrne

I cl;rns llespoir

-uivolri,

crient

alors

lue

tottjour's

des

,r:reci.-';j.L'oi:'es.

cassage

de vit.-inçl

ârri.e: a\li,rl-i.i::':'.iic:,

,

A

côte

sterilisent

ve,'.ler,t lutter

des

stali.nirrlls.:1u: encrd:eni

1a parr,ie

l-e f{r'c:.i r,e;

.r:l

irirva.iil.eur:s,

le-s.-at.chistes

i r,.plul

il s

c:

;erntil.rr:te,

;.'i-ialei

e:

,j :unes

r'eir-:,sen'i.-- j'ci-ol'iniu:,re

ell i)e;,.icul.ierr

d

rlit

-',

iritte

ile

a.ujourdrhti

:mcc:i';:tes

-.

ùo'ri3 ceu:'- .ju1 er r-ielii

classe

rceile

les

.ie

aiialcgues

la

rê',,e

rôle

:.liu.i',te

l:

ce fa:t,

plus

cies stalinir:ns.

c()ntre

ç.,

Ç, T.n"

recuuèrc.-.;

la

sittl".r,;':rei*-ur-d(,3 perspectiTes r.e

Ccicui'ner-rt je

iIc'-rer,ts

-

jo-.

j.

cal

-:eS i'.ctionS

ic-l-

3 -'tl

ies

con]baiiis

.ôour It'i

celles

Concr'ètem,enl.

i;

jtll-

:i;

jJuer,t

gr-rrir

Ie

'l

. C.

à

ncc

ciebui-s vil-à-r

.,r':ii.u-:

.'.I.

t,.

,

r.ro,rô1e eo rl.:finiti.ve

coltre-r:r'ol.utl.3nri;1i.'e.

le

en

riposte

au

:neurtrc

lllu5tre

perriaiie:nellt

ie

e.'de la

',

,e

11echcC

rnrlitants

,1-r?roS eii

nialit--

piteux

ouvrière.

de ]eur

l-à

n]

nre

tel,tr;

r'nc,-'re,

- lrt

-r.:.rlèvi.r ,re,,.rt c' ru:,-r

:ô'Le soi--lli::.1

e):e-'1:)aire

1)f O-

F'.t,us gran-

':!r'J-:'

r.r-.CJ )rr.--:iS3;1i çr'

d-es ii:,?.v:r'.lletrrs :'.o

n,.::ie

io':i;.

lrincr iile:, rnce

tcn:ê.Èj-v9: î:-rt-'r'r-e'.:; l.:)cr:,:r

,

i

i'alrtie

du

capi-tal

dr- syn'rjlatltj.e ar,r:ise

gi'ii'çe ii-iie;:-o1c.r:a:r;.1 .'-'ii ^

a.i.'tyr

{

ar-ic

iste

-rr

-a L,E D:iS ST.f-LItl i-r,i l5

ï

I

--l:-iCirafnernerrl. j:r,lic paf

ee,,l .'l"r:if,.er':,

'

!l:ù-

-'.e!

rt.re,

à

6crntre::

sl;gi.:,c r'i.lCl.::-e

'at: C,;istes

de

l-rOr.re€1 tr tir.iur'g,.i, 'aminc

à

1t .l-g.: :,'.-,

?1.',--:.fil:i:1urr

t,rc-rsc;r.c,

:e

i:L,i:i:

C-èSque

ftft

ccnnu

l)ci:::rère :r-:c-utiorl5 Sttll les

et

à

cou.irir

rai.-

le

l"el

3o s C.lurretc,lLe ri;r<,ctn qt.i ue,'r;:;'t^;'Litrt-- l-,ri'c;rjèrc vue, cliSprOpOrtion-ree à

1f :v:nemeai

lu-'.-mr:r:rc "

ii-r:i r;rci

;cs

rlet-'rc-:tie:,. r,e 5'li-,VAii{,

borize

C.

G.

f'.

j.

éI.

I:,'I de.qiaïan;

-lnrn:dc1i.aicï', 1{rnr Llr'r jr

: t:'.e'-r.tCirr,-.n prov.rcation

rlon';ie

avec

r:ies agents

encor.e tlque:des hornrrrerl i-c r.i.:--;rfa;cj.tte'j 3oll,i :i.;î etiq,.iette rnaolstes on'; 'lcela

;aonti

teleguiclen,

àcr,-rrnarrt'ol gauci,r"r".

ies

p:')r.)r

c.;n-^it,:

Àt i-.oiic,: errr-r.ernêlesrr cu

r;d.e

i.4AriCriAjS

effirinaltt

n-r:,-eu::

ue

une

provcrcAticnr:,

doit

occupations se::ietlsel: : Ii ne la.t 5,::c de:.lrrite îluo ies 'nacs par leur militantic-

, trots par.lettr*organisaiion

Itr';i.oirnaire, et tous

que.l.es

pas

recol-nrrrenceï

lerlr

corrtî'.r.if

,:n l',li.:

fi3rr.

r'c;-,i'

cl:;,;

;rrobablemert

arlssi

à de.'; pre-

r,jvo-

pour

les

me

lorcene

rnethcder-: rl:irecter-', leur

cL;i.cir: srll' cellc

par

l.eu-r

ciynz.

.isme

li.nr:age l:rutai.,

cu

ir.1,

corrtpi c:'e

bien

e: .l-eur ver,lalisriio

reDlJse.rÈc-,t,

$anr

SCaliirierrs, des ccnCurren'Ls, l.'l êr;i,. si- I e.":' rnL)11\.;-1iï1eLut,;q,:trtctrll;ues sot.t ei,

:ie vitesse

i. -.';'.

--ia,,ts

depuié

les

68,

il;

rer,ùe;r';ies

iee

hi:dF;,

e eulr'l îuscepc-ble:

ir:

iac-,

sur:au,t

cle gè.rer

arrprèi

ies

le

,-. C.

jeur.es,

dans

rrsines,

eurs.

Ft t ravaill

et

la

rjtu-

5-

!a

,ûeur d'un

mouvernent

spontane

ressernbl-ant

à

L'.4ai68

reste

toujours

contraire

une

et

haritise

des

stalsr

rylouVerûent

que

Ies

gauchietes

souhaitent

au

q:rils

sont

prêts

à

faciliter,

espjrant

bien

comrne

après

\.tai,

les

sresr

r

ai:rsi

.r

.:lements

- -L

gue

les

plus

actifs.

La

resonnance

la

manif

en

rnao

1e

concretisie

personnes

clans le

succès

de

hostiles,

violemment

du

Itenterrernent

militant

de

la

propagande

du lundi

28

er'I rsjcuperer

qui

lauchiste

regrouPant

3C à

genéral

,

à lapei.ilique

des

stals,

samedi

4

où. se

retrouvaierrt

plus

re

I

010

peraonnes,

res

6ont

encore

capables

montre

de

(rue ces

raisons

des

sont

fondees,

impnrtantes

gue

lcs

gauchis-

dcr-

C.

cies tracts

mobiliser

masses

et que

ces

du

F.

aières

rnanifestent

une

aversion

de

plus

en plus

radicale

à Iapoliticl'r

.Le fait

rnême

que

Ies

gauchistes

peuvent

distribuer

quotidiennemeni

dans

considèrent

cette

presentant

les

usines,

cela

de

la

faire

coïTrûte normal

des

prises

et

concurrents

de parole

qui

suppose

pas

donc

en brèche

que

aux

leur

par

les

travaillèurs

stals

,

ne

permettraient

directs.

est

battu

C'est

dri.nterdj're

de

re-

presence

de

Ieurs

classe

rnoliopole

les

ouvrière

travailleurs

eux-mêrnes,

brèche

que

les

gauchistes

ont

imrnediaternent

utllis'ije

i:'our

essa-

)rei: iie placer

leur

propre

camelote.

 

ais

cette

situation

nra

pas

echappe

non

plus

à

la

direction

de ltusi.,e.

Jusqtr'icr

et

canaliser

leurs

Ittttes,

Irle pouvant

plus

cc -aPter

co -rbetiviue

ouvrlirs,

proprc

iorce

de

Éio. r. eùleur

s outien

pour

encadrdÂes

travailleurs

ct:taier,t Ies syndicats

et

surtout

Ia

C.

G.

f

.

(l).

rirection

Ia

Cictature

a ciroisi

unê

de

cette

nouvelle

utti-

qrie:^.:erit sur

Ia

r'ji:rcssion, moyen utilis-: depuis longtemps dejà chez Cif -i,JI .i ;-a,: cxe':-'ple.

''-ar' 1e chantaqe, lrintirnidation ou J-rinterêt,

dernj.ère

pour

briser

la

politique:

elle

a crei

sa

elle a pu organiser '''.-,.c partie .1e

l.'r

vie'-i.erit

co

Ce ]a

':) r:tre en action

lcrs

raitrise.

Ce

aont

ainsi

ces

clroupes

arlTres

pour

de

chefs

et

et virer

de

chefaillo;rs

qui

inter-

Ies

el::.reuts

les

plus

ete

ejectes

Ie

rneurtrÊ,

rle cetce façon

maintenant

Crest

directement

que

deux

mâter

'batifs,

ouvriers

jours

sont

avaient

après

grève

:

des

C.S.

Quelques

sept

rni.l.i.tante maos

r.l1 ,le ces

à leur

groupes

machi-

litteralernent

arrachcis

:c

er! plein

atelier

et vivernent

jetes

dehors,

en presence

du ddlei:ue

syndical

-.

.,.'i.

Cette

force

de

repression

dans

lrusine

represente

encore

pour

les

scals

^ricux

Ia

de

nouveaux

leurs

concurrents,

lrusine"

-r.nalscette

panique

fois

quic:r;rliquert

sur

leur

droite.

par

Jn

cornprend

leur

craintes

letition'rspontanementil

alorg

et leur

exemple

la

appui

.;

l;r violence'dÈne

organisÈe

parmi

Ies

soudaine

cadres

titre,

et

et

inaitriserrcontre

à

urle

cette

initia-

manoeuvre

et

de

prriu leur

opposition

et

à

vive

tizc

qui

leur

apparaissait

tout

à

coup,

-ic 1a ciirection

rnenaçant

Ieur

propre

juste

connrne

dtencadrernent

position

de force

r jFression

des

travailleurs.

Il

est

non

aussi

aux

moins

un

yeux

vrai

que

la

preparation

dans

publigue

ne

eurs

F.

iti,ais tout

des

le

prochaines

des

d.ôdions

du

a certainement

I-'. C.

joue

rôle

de

non

n<jgligeable

qui

d'aill

F'. C

souci

dirigeants

d'appa-

llordre

Le

des

raitre

face

jourrral

I'opinion

gauchistes

comme

de

farotches

 

defenscurs

rêveraient

gue

sang

et

barricajes.

et

pas

trompe,

s'attirant

signalant

ainsi

les

cela

suffirait-i1

mêrne

le

pour

le

que

meultrier

alors

de

aux trublions

s

Le

i'4onde ne

sry

est

de lrU.

D.

À.

et

du

et

de

lrFtuma.

1e si -rilitucie

çes

.' ja.crions

-,c.,râ

I

foulres

cor-jugudes

raac-

1'estait par-

ation

expliq'-ier

pouvcir'

tic

cic;Iii-:rement

aussi

tranchees,

calrne,

aus,si violentes,

ig.ulpant

ir:nmediatement

,lr ro--.'icrc e volon-

taire,

conllance

tolérant

aux

Ip.manrt.ir.t lundi,.

1s responsables,

fvitapt.le.cont.act

a Juste

tltre

gaucnlsi

ct'allleurs. ayeç,

Ia

pclice,

faisani

i

-b

Nà faut-il pas éi:rettre lthypothèse, que confir:ne rak.riles inforraations venues de chez R"ENAULT, dtune relance après une période drattente de la coinbativité ou- vrière, sensible aussi bien chez les jeun es que chezLes plus anciens, chez les

C. S. ii:rmigrés co11ltrrechez les professionnels, et qui se r:ranifesterait'par de s

;nouvezilents spontanés durs, lirnités pour le;;rornent, échappant de plus en plus

au contrôle stalinien. -La hargne de ces derniers serait alors le signe révélateur que la lutte ouvrière tend à échapper au contrô1e des bureaucrates, irnpuissants

à coinprendre

tentatives

et à canaliser

par

les

les

for::res

dlaction

directe

lutte

et dure

ainsi

que les

faites

travailleurs

de :nener

leur

eux-z-oêrnes.

LIATTITUDE

DE

Ll!

CLASSE

CUVRIEI1E

Nous avons vu que les travailleurs, par leurs luttes sur 1es lieux de production,

ont perinis

leur propre terrain. i.'iais cela ne va pas plus loin et la politique des inaos coin-

aux diverses

tendances

gauchistes

de concurrencer

les

stals

sur

r-ce celle des trots ne ccncerne pas en général 1es travailleurs que ces querelies de boutique inrliffèrent. irrialgré tous les efforts des gauchistes et leurs;nilliers de tracts distribués, rnalgré lropportunisrne de la C F D T qui tente très habi.-

lei:rent de prenCre à son coir.pte un hypothétique'illouvement pour i:rieux ltentraf-

ner sur les voies de

folklorique apportée par les intellectuels

les travaillsurs slabstiendront polirrrent. Çue histoires entre professionnels de

garage

du réfo-,::rrisrr-e à Ia sauce

F

5

U,

r-nalgré la

note

du gauchis:.ne SAIITRE

et CLAVEL,

la

politique

et du synclicat

ne 1"u"ot"""+tttlé"iclér--aent

pas.

Le

ineeting

de

la

C

F

D

T

réunira

seuleraent

quelques

centaines

dtouvriers,,

un fiasco

complet.

Ce refus des travailleurs

iinmédiates pour storganiser eux-irrê:les i1s rejettent tcr.ls les dirigis;nes, celui

des gauchistes quels qutils soient coil1i"1e celui des sta1s. lv.lais ce refus ntii:npli- que en rien une approbation des thèses déliranies des stals que dans leur ensern- ble les travailleurs nrapprcuvent pas. Leur solidarité va à ltouvrier tué par les

garde-chiourmes

dans leur chair et parfois au prix de leur vie, lrexploitation capitaliste, r:rais

pas aux idées politiques

est une réaction

saine.

En llabsence

de perspectives

du capital,

comrne

à tous

maolste.

ceux qui tous les

jours

subissent

du rnilitant

On le constate encore Iors d.uviclage des septs cuvriers .naos. Dars lcs ateliers

persûnne ne bouge pour les

raissent

les isole. il

une erreur tactique en peril:ettant à 1a direction de virer cles ouvriers, quellee que soient leurs opinions politiques

inontre à quel point,les ',-naos appa-

défendre

ce qui

colfr;ne

extérieurs

aux travailleurs

et co::rbien

occasion,

leur

ii:ilitantisÊre

forcené

:fatit noter

c'ependant qulà cette

les

travailleurs

ont corTr:iis

Il

est vrai

stals,

que dppuis

68 Les travailleurs

ou les

ils

syndicats

trouvent

à leur

qutils

place;

ont fait

Itexpérience

gue ce que clisent

ne les

aidq er1rien

dans leur

lutte,

toujours

les

uns

et les

autres

r)our

directe.,.rent coi;ri-ne1es stals

crui

; indir.ectenent,

les

au contraire.

irarler,

les

co:li1-rleles gauchistes qui, derrière leur violence.verbale, leur phraséologie

Ies gauchistes

A

chaque lutte

et décider

organiser

ont habitués

aux;:réthodes

dénoncent aujourdthui

-

I

révolutionnaire allant .:eô,ttejusqutà prôner ta clér:'ccïêtic ouvrière corlrr:1eie

;'. S. U. ou les i,iaos, et

potentielle;r;rent suivant les

parti d.it rrouvriertr et bien str révoluticnnaire.

inô,:-:eleur

groui:es,

ai.Je ;;r:atique,

apparaitscnt

réeLleir-ient cu

co:;11ïrcdes clire cticns

cle rce hange d.u futrrr

Tant

vailleurs

ticn,

fraction des tiavailleurs. En c1éfinitive cresi La co:-.r.i;ativitér1eia clacsc or-lvrii:rc.

qui ne sen:ble pas di;ainue-:iais au contraire

surtout sa capacité à trouver el1e-rnê-;:rie sa liïoËï.c ior::ac dlcr-ganisati<-,ncies

luttes qui peuvent seules,

gauchistes et les sta1s, c test-à-dire cles ientati.rcs ile ;ré,rétraii.on clu ca::it;:l au sein de la classe ouvrière.

Les

que nlapparafb pas ia 1>erspective cl rune crganisation

les

eux-ireê.res

et

à

un

i.'loi-'-lcntoii les

gar-rchistes de tcut

poil

ca;riia.iictes

Ces l.uttes ,la-r Les .iïa,.

iurcisseet

leu::

abuser

c::plcita-

une

et

et r::êine Les sriais peurrcnt espérer

cloirnei-:les eignes d.c r.elancc,

€jrani

jcu;Ie

rôLe joué

par

fai::e api-:arai';rir au

;r.-isirivi.tons tous ceux qui sy:npathisent avec nos

--.;rftre.Ieurs i)ropres irossibili.tes dans ce rlor-naine

r-riot';:.ations qurils vouclraient voir cliffuser. i.rlous C u/:"--.:I " est adresse r j,;rrlièrerncnt par Ia i.,ostn -

-,,€ rerr:,c ent, s ans aucun enga6:erytenr de l eur pa rt.

positiorrs

"l-io.1s

faj

rt

con-

et

à

nous

farre

. ai:veni.r-

rappel

tolls

ons

q'Llcl rr--, L

L{ls l.ecteurs

:.','L

qui

l e

le:;

)t-

.01

rOi

rrreD âPPrecions

que

accordent

(envoyer

qe

beneficiaire).

dar'.antage le

.le preiference,

sorltlen

-fini:ncie:

sori.tCes tirllbres.

;ue

certaiils

un

{tr.ntre

t:ux

soit

chèque

sarts

--I-:s

rrlportante

encore

:esses

de lecteurs

est

lraide

éventuels).

à 1a dilTusi.on (distributio:r

direcre

ou

envoj

-leirvoi (l)

page 5

:

Vclr

;I

UI.,uttê de Classerrrnars 'i Ulir. 1r

197I:

"À-EiNAUi.'I

-

Crève

sauva r,e à Itllc

Qll i\:\f

j\it ''.i ilES

-

t

iiJ

t-\

i*ï-J

|

'*_-/

VOJ--J

x-

!

r*.j

I

I

I

\-i

.'.gJ

1

\

,\ i--rj

r\r

I'l

*i

r

|

I

*r

-l

-J

I

I

I

il ri

I t

tt

r-')r'rl

'_({

i-\\

*t

J

t--l

J

jl

li

:)

I

I

*-J

l

.

t_i

:J

-|

lr)

t-

_i

r

i{_i

l\-l

'-

-i -,

Dans

Ia

nuit

du

17

au

1B fér-r'ier,

le

voyageur

détrarguant

à

Lcndres

ce

frct-

tait

les

yeux

:

derrant la

ville

plongéc

cans

l-tobscurit6,

i1

': ;tr-,.'"

croire

revenu

Ie

temps

drrrrblitz",

et

cherchait

schmidt

de

cette

nouvclle

bataiLle

de

Carev

Street

brill.ait

urre petite

en

vain

dans

Le ciel

ies

srtukas et

les

rness,-r-

dtAngl-eter:re.

C<