You are on page 1of 20

Chapitre 12 : Les circuits alimentés en courant alternatif

Exercices

E1. (a) À partir de l’équation 12.9 et sachant que ω = 2πf = 120π rad/s, on trouve
∆vL0 120
∆vL0 = i0 ωL =⇒ i0 = ωL = 120π(40×10−3 )
= 7,96 A

(b) On veut que i00 = 0,30i0 . À nouveau, avec l’équation 12.9, on trouve
ω 120π
∆vL0 = i0 ωL = i00 ω 0 L =⇒ i0 ω = 0,30i0 ω0 =⇒ ω 0 = 0,30 = 0,30 = 400π
ω0 400π
Si f 0 = 2π = 2π = 200 Hz

E2. (a) À partir de l’équation 12.13 et sachant que ω = 2πf = 100π rad/s, on trouve
1
¡ ¢
∆vC0 = i0 ωC =⇒ i0 = ωC∆vC0 = 100π 50 × 10−6 (70) = 1,10 A

(b) On veut que i00 = 1,30i0 . À nouveau, avec l’équation 12.13, on trouve
1 i0 1,30i0
∆vC0 = i0 ωC = i00 ω10 C =⇒ ω = ω0 =⇒ ω0 = 1,30ω = 1,30 (100π) = 130π
ω0 130π
Si f 0 = 2π = 2π = 65,0 Hz

E3. À partir des équations 12.11 et 12.15, on trouve
1 √1
(a) ZL = ZC =⇒ ωL = ωC =⇒ ω = LC
ω 1 √1 1 √ 1
Si f = 2π = 2π LC = 2π = 5,03 kHz
(10×10−3 )(0,1×10−6 )
q
5 5
(b) ZL = 5ZC =⇒ ωL = ωC =⇒ ω = LC
q q
ω 1 5 1 5
Si f = 2π = 2π LC = 2π (10×10−3 )(0,1×10−6 )
= 11,3 kHz
q
1 1
(c) 5ZL = ZC =⇒ 5ωL = ωC =⇒ ω = 5LC
q q
ω 1 1 1 1
Si f = 2π = 2π 5LC = 2π 5(10×10−3 )(0,1×10−6 ) = 2,25 kHz

E4. On calcule l’impédance avec l’équation 12.11 et pour ω 1 = 2πf1 :
ZL 37,7
ZL = ω 1 L = 2πf1 L =⇒ L = 2πf1 = 2π(60) = 0,100 H

On recalcule l’impédance pour la nouvelle fréquence f2 = 50 Hz :

ZL0 = 2πf2 L = 2π(50) (0,100) = 31,4 Ω

On calcule la valeur efficace du courant avec l’équation 12.10 :
∆VL 120
∆VL = ZL0 I =⇒ I = 0
ZL = 31,4 = 3,82 A

Finalement, l’intensité maximale du courant s’obtient au moyen de l’équation 12.5a :
√ √
I = √i02 =⇒ i0 = 2I = 2 (3,82) = 5,40 A

E5. (a) On calcule la valeur maximale de la tension avec l’équation 12.5b :
√ √
∆VC = ∆v√C0 =⇒ ∆vC0 = 2∆VC = 2 (24) = 33,9 V
2

v4 Électricité et magnétisme, Chapitre 12 : Les circuits alimentés en courant alter. 1
© ERPI

On calcule la valeur maximale de la charge avec l’équation 5.1 :
¡ ¢
Qmax = C∆vC0 = 50 × 10−6 (33,9) = 1,70 mC

(b) On calcule l’impédance avec l’équation 12.15 et pour ω = 2πf :
1 1 1
ZC = ωC = 2πf C = 2π(60)(50×10−6 )
= 53,1 Ω

L’intensité maximale du courant est donnée par l’équation 12.14 :
∆vC0 33,9
∆vC0 = ZC i0 =⇒ i0 = ZC = 53,1 = 0,638 A
E6. (a) On calcule l’impédance avec l’équation 12.11 et pour ω = 2πf :
¡ ¢
ZL = ωL = 2πf L = 2π (120) 72 × 10−3 = 54,3 Ω
On calcule la valeur maximale du courant avec l’équation 12.10 :
∆vL0 50
∆vL0 = ZL i0 =⇒ i0 = ZL = 54,3 = 0,921 A
(b) À partir de la figure 12.6, on trouve i = 0 A
(c) La contrainte est exprimée à partir de l’équation 12.8 :
∆vL0 50
∆vL = 2 = ∆vL0 cos (ωt) =⇒ 2 = 50 cos (ωt) =⇒ cos (ωt) = 0,5 =⇒
ωt = arccos(0,5) = 1,047 rad ou 5,236 rad
Ensuite, on calcule le courant avec l’équation 12.1 pour les deux valeurs d’angle en ra-
dians :
i = i0 sin (ωt) = (0,921) sin (ωt) = (0,921) sin (1,047) = 0,798
où i = (0,921) sin (5,236) = −0,798
En résumé, i = ±0,798 A

(d) À t = 1 ms dans l’équation fournie à la section 12.3,
pL = i0 ∆vL0 sin (ωt) cos (ωt) = (0,921) (50) sin (240π (0,001)) cos (240π (0,001)) =⇒

pL = 23,0 W
(e) Dans le logiciel Maple, on définit l’expression du courant i, de la tension ∆vL et de la

puissance pL . On trace ensuite le graphe demandé en multipliant l’amplitude du courant
par un facteur 10 pour que la comparaison soit plus facile à réaliser :
> restart;
> omega:=240*Pi; vL0:=50; ZL:=54.3; i0:=vL0/ZL;
> i:=i0*sin(omega*t);
> vL:=vL0*cos(omega*t);
> pL:=i0*vL0*sin(omega*t)*cos(omega*t);
> plot([10*i,vL,pL],t=0..2*Pi/omega,color=[red,blue,green]);
Le graphe confirme les réponses (b), (c) et (d).

2 Électricité et magnétisme, Chapitre 12 : Les circuits alimentés en courant alternatif v4

© ERPI

13 En résumé. 3 © ERPI .4 Ω On calcule la valeur maximale du courant avec l’équation 12. > i:=i0*sin(omega*t).001)) =⇒ pC = −13. on trouve i = 0 A (c) La contrainte est exprimée à partir de l’équation qu’on trouve à la section 12.03 Ω 1 √1 1 (b) ZL = ZC =⇒ ωL = ωC =⇒ ω = 2πf = LC =⇒ f = √ 2π LC =⇒ v4 Électricité et magnétisme. on définit l’expression du courant i.4.4 : ∆vC0 24 ∆vC = 2 = −∆vC0 cos (ωt) =⇒ 2 = −24 cos (ωt) =⇒ cos (ωt) = −0. i0:=vC0/ZC.13 où i = (1.t=0. > omega:=160*Pi.4. (a) On trouve d’abord la fréquence avec l’équation 12.30 A (b) À partir de la figure 12.30) sin (2. ZC:=18.4 = 1. E8.2 W (e) Dans le logiciel Maple.14 : ∆vC0 24 ∆vC0 = ZC i0 =⇒ i0 = ZC = 18. > vC:=-vC0*cos(omega*t).blue. de la tension ∆vC et de la puissance pC .30) sin (ωt) = (1..5 =⇒ ωt = arccos(−0.2*Pi/omega.1 pour les deux valeurs d’angle en ra- dians : i = i0 sin (ωt) = (1.10.189) = −1.30) sin (4.color=[red. Chapitre 12 : Les circuits alimentés en courant alter. On trace ensuite le graphe demandé en multipliant l’amplitude du courant par un facteur 10 pour que la comparaison soit plus facile à réaliser : > restart.189 rad Ensuite. on calcule le courant avec l’équation 12.001)) cos (160π (0.11 : ¡ ¢ ZL = ωL = 2πf L = 2π (2411) 0.13 A (d) À t = 1 ms dans l’équation fournie à la section 12. on calcule l’impédance de la bobine avec l’équation 12.5) = 2.green]).094 rad ou 4. (a) On calcule l’impédance avec l’équation 12. (c) et (d). i = ±1.2 × 10−3 = 3. pC = −i0 ∆vC0 sin (ωt) cos (ωt) = − (1.E7. > plot([10*i. vC0:=24. Le graphe confirme les réponses (b).vC.094) = 1.15 et en posant que ω = 2πf : 1 1 1 1 ZC = ωC = 2πf C =⇒ f = 2πCZC = 2π(6×10−6 )(11) = 2411 Hz Ensuite.30) (24) sin (160π (0.pC].15 et ω = 2πf : 1 1 1 ZC = ωC = 2πf C = 2π(80)(108×10−6 ) = 18. > pC:=-i0*vC0*sin(omega*t)*cos(omega*t).

06 A Puis. À partir des équations 12.8 = 33.11 et pour ω = 2πf : ¡ ¢ ZL = ωL = 2πf L = 2π (50) 80 × 10−3 = 25. on établit que q r ³ ´2 Z = R + ZC = R2 + 2πf1 C 2 2 =⇒ Z 2 = R2 + 4π2 f12 C 2 On peut réécrire cette équation pour chacune des paires de valeurs de Z et f fournies : 4 Électricité et magnétisme.81) (72) sin (2π (50) (0.002)) =⇒ i = 1.14 : ∆vC0 72 ∆vC0 = ZC i0 =⇒ i0 = ZC = 39.0) = 111 Hz E11.39) (60) sin (2π (50) (0.3 Hz E10.1.1.10 : ∆vL0 60 ∆vL0 = ZL i0 =⇒ ZL = i0 = 1. Chapitre 12 : Les circuits alimentés en courant alternatif v4 © ERPI .002)) =⇒ pL = 68. au moyen de l’équation fournie à la section 12.15 et pour ω = 2πf : 1 1 1 ZC = ωC = 2πf C = 2π(50)(80×10−6 ) = 39.15 : 1 1 1 1 ZC = ωC = 2πf C =⇒ f = 2πCZC = 2π(80×10−6 )(18.81 A À t = 2 ms.15 et 12.002)) cos (2π (50) (0.8 = 1.17.0 Ω On calcule ensuite la fréquence avec l’équation 12. on trouve i = i0 sin (2πf t) = (2. dans l’équation 12.8 Ω On calcule la valeur maximale du courant avec l’équation 12.1 Ω On calcule la valeur maximale du courant avec l’équation 12.002)) =⇒ pC = −62.002)) cos (2π (50) (0.39 A À t = 2 ms.0 W (b) On calcule d’abord l’impédance nécessaire avec l’équation 12. au moyen de l’équation fournie à la section 12.11 : ZL 33.1 = 2.59 × 103 Hz 2π (0. dans l’équation 12. (a) On calcule l’impédance avec l’équation 12. on obtient pC = −i0 ∆vC0 sin (ωt) cos (ωt) = (1.10 : ∆vL0 60 ∆vL0 = ZL i0 =⇒ i0 = ZL = 25. 1 f= √ = 4.33 ZL = ωL = 2πf L =⇒ f = 2πL = 2π(80×10−3 ) = 66. on obtient pL = i0 ∆vL0 sin (ωt) cos (ωt) = (2.2 W (b) On calcule d’abord l’impédance nécessaire avec l’équation 12.81) sin (2π (50) (0.39) sin (2π (50) (0.002)) =⇒ i = 1.33 Ω On calcule ensuite la fréquence avec l’équation 12.14 : ∆vC0 72 ∆vC0 = ZC i0 =⇒ ZC = i0 = 4 = 18.3. (a) On calcule l’impédance avec l’équation 12. on trouve i = i0 sin (2πf t) = (1.4.2×10−3 )(6×10−6 ) E9.40 A Puis.

9)2 = R2 + 4π 2 (75)2 L2 =⇒ 524.333×10−7 (18.67 Ω E12.9 − 524.668×10−7 353.11 et 12. 5 © ERPI .0 mH On insère ce résultat dans l’équation (i) et on trouve ¡ ¢¡ ¢2 √ 800. 1.333×10 C2 − 1.0 Ω E13.8)2 = R2 + 1 4π 2 (390)2 C 2 =⇒ 116.5b : √ √ ∆V = ∆v√ 0 =⇒ ∆v0 = 2 2∆V = 2 (60) = 84.221 × 105 L2 =⇒ 276. On calcule la valeur maximale de la tension avec l’équation 12.8)2 = R2 + 1 4π 2 (200)2 C 2 =⇒ 353.4 : ∆vR0 25 ∆vR0 = Ri0 =⇒ i0 = R = 50 = 0.221 × 105 L2 (ii) On soustrait l’équation (ii) de l’équation (i) : 800.9 = R2 + 3.4×10 −6 )2 =⇒ R = 116.727×10 5 =⇒ L = 40.4 − 116.665×10 C2 =⇒ 236.7 =⇒ R = 13.4 µF On insère ce résultat dans l’équation (i) et on trouve q 1.500 A L’impédance du circuit RLC est donnée par l’équation 12.727 × 105 L2 =⇒ q 276.5 L = 1.4 = R2 + C2 (ii) On soustrait l’équation (i) de l’équation (ii) : −7 −7 4.0 mH v4 Électricité et magnétisme.4 = R2 + 2. Chapitre 12 : Les circuits alimentés en courant alter.948 × 105 40.948 × 105 L2 (i) (22.8 =⇒ C = 44.948 × 105 L2 − 2.6 = R2 + C2 (i) 6.5 = 1.17 en rappelant que ¡ ¢ ω = 2πf = 2π 250π = 500 rad/s : q q ¡ ¢ ¡ ¢ 1 2 1 2 Z = R2 + (ZL − ZC )2 = R2 + ωL − ωC =⇒ Z 2 = R2 + ωL − ωC =⇒ √ √ √ 1 1 1 ± Z 2 −R2 + ωC ωL − ωC = ± Z 2 − R2 =⇒ ωL = ± Z 2 − R2 + ωC =⇒ L = ω =⇒ √ 2 2 1 ± (170) −(50) + 500(10×10−6 ) L= 500 =⇒ L = 72.5 mH ou 75.3)2 = R2 + 4π 2 (100)2 L2 =⇒ 800.665×10−7 (10.16 : ∆v0 84.668×10 236.4×10 −6 )2 =⇒ R = 5.9 V On calcule la valeur maximale du courant dans le circuit à partir de la mesure de la tension aux bornes de la résistance et de l’équation 12.6 = R2 + (44.665×10−7 116. À partir des équations 12.17.8 = C2 =⇒ q −7 C = 4.665×10−7 1.4 = 3. on établit que q q Z = R + ZL = R2 + (2πf L)2 =⇒ Z 2 = R2 + 4π 2 f 2 L2 2 2 On peut réécrire cette équation pour chacune des paires de valeurs de Z et f fournies : (28.0 × 10−3 =⇒ R = 800.6 − (44.500 = 170 Ω Finalement.9 ∆v0 = Zi0 =⇒ Z = i0 = 0. on isole L dans l’équation 12.9 = R2 + 3.9 − 631.6 = 6.

E14.10.0 (2. (a) On calcule d’abord l’impédance de la bobine et du condensateur avec ¡ ¢ ω = 2πf = 2π 200π = 400 rad/s : ZL = ωL = 400 (0.42 =⇒ R = 20.0−125 =⇒ I = 2.11.15 en se rappelant ¡ ¢ que ω = 2πf = 2π 200π = 400 rad/s : 1 1 ZC = ωC = 400(25×10−6 ) = 100 Ω On calcule la valeur efficace du courant dans le circuit à partir de la mesure de la tension efficace aux bornes du condensateur et de l’équation 12.6. On calcule d’abord l’impédance du condensateur avec l’équation 12.14 : ∆VC 60 ∆VC = ZC I =⇒ I = ZC = 100 = 0. On utilise les équations 12.0 Ω 1 1 ZC = ωC = 400(20×10−6 ) = 125 Ω Selon la section 12.140 H E15.1 V (i) On peut aussi établir la même relation à partir des équations 12.14. on trouve ZL 55. On choisit le signe adéquat dans l’équation (i) afin que I > 0 : ∆VL −∆VC ∆VL − ∆VC = ZL I − ZC I = (ZL − ZC ) I =⇒ I = (ZL −ZC ) =⇒ −109.17 : q q ³ ´2 ∆VRL = R2 + ZL2 I =⇒ R2 + ZL2 = ∆VIRL =⇒ R2 + ZL2 = ∆VIRL =⇒ ³ ´2 r³ ´2 ZL2 = ∆VIRL − R2 =⇒ ZL = ∆VRL I − R2 =⇒ r³ ´2 ZL = 45 0.9 ZL = ωL =⇒ L = ω = 400 = 0. on trouve ∆VL = ZL I = 80. il existe une relation simple entre les valeurs efficaces des tensions aux bornes de chaque élément : ∆V 2 = ∆VR2 + (∆VL − ∆VC )2 =⇒ (∆VL − ∆VC )2 = ∆V 2 − ∆VR2 =⇒ q q ∆VL − ∆VC = ∆V 2 − ∆VR2 = ± (120)2 − (50)2 = ±109.600 − (50)2 = 55. on trouve ∆VR 50 ∆VR = RI =⇒ R = I = 2. avec l’équation 12.16 et 12.42 A (b) À partir de l’équation 12.1 I= 80.42) = 194 V 6 Électricité et magnétisme.9 Ω Finalement.2) = 80.6 Ω (c) À partir de l’équation 12.6. Chapitre 12 : Les circuits alimentés en courant alternatif v4 © ERPI .10 et 12.600 A La valeur de la tension efficace aux bornes de la bobine résistive (∆VRL ) permet de calculer l’impédance équivalente à la bobine et sa résistance.

192 H (c) À partir de l’équation 12.14.800 =⇒ Z = 300 Ω ¡ ¢ (b) À partir de l’équation 12.10 et 12.800 A L’équation 12.18.5◦ E18. on trouve q q ¡ ¢ ¡ ¢ 1 2 1 2 Z = R2 + (ZL − ZC )2 = R2 + ωL − ωC =⇒ Z 2 = R2 + ωL − ωC =⇒ √ √ √ 1 2 2 ± Z −R + ωC 1 1 ωL − ωC = ± Z 2 − R2 =⇒ ωL = ± Z 2 − R2 + ωC =⇒ L = ω =⇒ √ 2 2 1 ± (300) −(100) + 1600(25×10−6 ) L= 1600 La seule valeur plausible est celle qu’on obtient avec le signe + devant le radical : L = 0.5) (2. 7 © ERPI . la fréquence pour laquelle on donne les valeurs d’impédance de la bobine et du condensateur.6.42) = 303 V ¡ ¢ E16.0 Ω 1 1 1 (b) ZC = ωC = 2πf C = 2π ( 200 = 50.282 =⇒ φ = 70. (a) ZL = ωL = 2πf L = 2π 200π (0.4 V Et à partir de l’équation 12.0 =⇒ I = 2.23. on trouve P = RI 2 = (33. il existe une relation simple entre les valeurs efficaces des tensions aux bornes de chaque élément : ∆V 2 = ∆VR2 + (∆VL − ∆VC )2 =⇒ ∆VR2 = ∆V 2 − (∆VL − ∆VC )2 =⇒ q q ∆VR = ∆V 2 − (∆VL − ∆VC )2 = (120)2 − (80)2 = 89.0−50.14 et on trouve ∆VL −∆VC ∆VL − ∆VC = ZL I − ZC I = (ZL − ZC ) I =⇒ I = (ZL −ZC ) =⇒ 80 I= 80. on trouve ∆VC = ZC I = 125 (2.6. On sait que ZL = ωL = 2πfL.17 et pour ω = 2πf = 2π 800 π = 1600 rad/s. Soit f.5 Ω (e) À partir de l’équation 12. (a) On calcule la valeur efficace du courant avec l’équation 12.2) = 80.67 A (d) Selon la section 12. donc v4 Électricité et magnétisme.67 =⇒ R = 33. (d) À partir de l’équation 12.16 permet alors de calculer l’impédance du circuit : ∆V 240 ∆V = ZI =⇒ Z = I = 0. on trouve ∆VR 89.67)2 =⇒ P = 239 W E17.6 : ∆VR 80 ∆VR = RI =⇒ I = R = 100 = 0. on trouve 1 1 ωL− ωC 1600(0.0 Ω π ) (50×10−6 ) (c) On combine les équations 12.4 ∆VR = RI =⇒ R = I = 2. Chapitre 12 : Les circuits alimentés en courant alter.192)− ZL −ZC 1600(25×10−6 ) tan φ = R = R = 100 = 0.

permet d’établir une autre équa- tion contenant L et C : ³ ´2 ω 0 = 2πf0 = √1 =⇒ LC = 1 =⇒ LC = 6.3×10−6 ) E20.0 Ω À partir de l’équation 12.00 =⇒ Z = 40.21. on obtient ZL 1 ZL 1 2πL = 2πCZC =⇒ L = CZC =⇒ L = ZL ZC C = (20) (8) C =⇒ L = 160C (iii) La fréquence de résonance.0)2 −(10)2 La seule valeur plausible est celle qu’on obtient avec le signe + devant le radical : C = 49. (a) On calcule d’abord l’impédance de la bobine et du condensateur avec ω = 2πf = 2π (60) = 120π rad/s : ¡ ¢ ZL = ωL = 120π 320 × 10−3 = 121 Ω 1 1 ZC = ωC = 120π(18×10−6 ) = 147 Ω Puis on calcule l’impédance du circuit : q q Z = R2 + (ZL − ZC )2 = (25)2 + (121 − 147)2 = 36. donnée par l’équation 12.6 : ∆VR 30 ∆VR = RI =⇒ I = R = 10 = 3. ZL f= 2πL (i) 1 1 et ZC = ωC = 2πf C .33 × 10−9 (iv) LC 2πf0 On laisse le soin à l’élève de résoudre les équations (iii) et (iv) afin de trouver que L = 1. Chapitre 12 : Les circuits alimentés en courant alternatif v4 © ERPI .3 µF (b) À partir de l’équation 12.00 A On calcule l’impédance du circuit avec l’équation 12. de sorte que 1 f= 2πCZC (ii) En comparant les équations (i) et (ii). on trouve ω 0 = 2πf0 = √1 =⇒ f0 = 1 √ = 1 √ 1 = 113 Hz LC 2π LC 2π (40×10−3 )(49. on trouve q q ¡ ¢ ¡ ¢ 1 2 1 2 Z = R2 + (ZL − ZC )2 = R2 + ωL − ωC =⇒ Z 2 = R2 + ωL − ωC =⇒ 1 √ 1 √ 1 ωL − ωC = ± Z 2 − R2 =⇒ ωC = ωL ∓ Z 2 − R2 =⇒ C = ω2 L∓ω√ Z 2 −R2 =⇒ 1 √ C= (120π)2 (40×10−3 )∓(120π) (40.21.29 µF E19.17 et pour ω = 2πf = 2π (60) = 120π rad/s. (a) On calcule la valeur efficace du courant avec l’équation 12.01 mH et C = 6.1 Ω (b) On calcule la valeur efficace de la tension dans le circuit : ∆v 170 ∆V = √0 2 = √ 2 = 120 V 8 Électricité et magnétisme.16 : ∆V 120 ∆V = ZI =⇒ Z = I = 3.

959 H E23.22 : ∆V 25 Imax = R = 8 = 3.0 Ω Selon la figure 12.19 : r ³ ´2 r 1 1 1 1 1 ¡ 1 1 2 ¢ Z = R2 + ZC − ZL = (25) 2 + 147 − 121 =⇒ Z = 25.18.0) tan(−45. Z et l’angle de déphasage φ. 9 © ERPI .0 Ω La nouvelle valeur efficace du courant s’obtient encore par l’équation 12.56 = 16. Puis on calcule la valeur efficace du courant dans le circuit : ∆V 120 ∆V = ZI =⇒ I = Z = 36.50Imax = 1. on trouve 1 ωL− tan φ = ZL −Z R C = R ωC =⇒ ωL − ωC 1 = R tan φ =⇒ ω 2 L − ωR tan φ − 1 C = 0 =⇒ ¡ ¢ 1 ω 2 20 × 103 − ω (40) tan (30◦ ) − 60×10 −6 = 0 La seule racine positive de cette équation quadratique est ω = 1657 rad/s.0◦ )+ 1 100π (10×10−6 ) ωL − ωC = R tan φ =⇒ L = ω = 100π = 0.56 A.1 = 3. On trouve la réponse à partir de l’équation 12.125 A On cherche les valeurs de fréquence f pour lesquelles I = 0.80 A On calcule la nouvelle valeur du déphasage à partir de l’équation 12. À partir de l’équation 12.0365 =⇒ ϕ = −2.16 : ∆v0 48 ∆v0 = Zi0 =⇒ Z = i0 = 2 = 24.32 A (c) À partir de l’équation 12. Chapitre 12 : Les circuits alimentés en courant alter.1◦ (d) On calcule la nouvelle valeur d’impédance à partir de l’équation 12.17 : v4 Électricité et magnétisme.21 : ω 0 = 2πf0 = √1 =⇒ f0 = 1 √ = 1 √ 1 = 919 Hz LC 2π LC 2π (3×10−3 )(10×10−6 ) (b) À la fréquence de résonance. on trouve ZL −ZC 121−147 tan φ = R = 25 = −1. est R = Z cos φ = (24.04 =⇒ φ = −46.16.09◦ R 25 E21.0 Ω. l’impédance du circuit est Z = I = 1. de laquelle on ω 1657 calcule f = 2π = 2π = 264 Hz E22. (a) On calcule la fréquence de résonance avec l’équation 12. (a) On calcule l’impédance du circuit avec l’équation 12.16 : ∆V 120 ∆V = ZI =⇒ I = Z = 25.0 Ω (b) Comme on l’a montré à l’exercice 21 et sachant que ω = 2πf = 2π (50) = 100π rad/s.0) cos (−45◦ ) = 17. la valeur efficace du courant prend sa valeur maximale et est donnée par l’équation 12. la relation entre R.0 =⇒ I = 4. qu’il soit positif ou négatif. 1 1 R tan φ+ ωC (17.20 : 1 ZC − Z1 1 − 1 tan ϕ = 1 L = 147 121 1 = −0. À cette ∆V 25 valeur de courant efficace.18.

on trouve Z = 110 Ω ou 119 Ω E25. on trouve q q ¡ ¢ ¡ ¢ 1 2 1 2 Z = R2 + (ZL − ZC )2 = R2 + ωL − ωC =⇒ Z 2 = R2 + ωL − ωC =⇒ 1 √ 1 √ 1 ωL − ωC = ± Z 2 − R2 =⇒ ωC = ωL ∓ Z 2 − R2 =⇒ C = ω2 L∓ω√ Z 2 −R2 =⇒ 1 √ C= (1200π)2 (80×10−3 )∓(1200π) (200)2 −(120)2 Les deux résultats sont C = 1.3 Ω La figure 12. Chapitre 12 : Les circuits alimentés en courant alternatif v4 © ERPI .0)2 − (8)2 − (10×10 1 −6 ) = 0 On laisse le soin à l’élève de montrer que les deux racines positives de ces deux équations quadratiques sont ω = 8528 rad/s et 3908 rad/s.f=0. (a) À partir de l’équation 12. > i:=V/sqrt(R^2+(2*Pi*f*L-1/(2*Pi*f*C))^2).19.2*f0. q q ¡ ¢ ¡ ¢ 2 1 2 1 2 Z = R + (ZL − ZC ) = R2 + ωL − ωC 2 =⇒ Z 2 = R2 + ωL − ωC =⇒ 1 √ √ ωL − ωC = ± Z 2 − R2 =⇒ ω 2 L ∓ ω Z 2 − R2 − C1 = 0 =⇒ ¡ ¢ q 2 ω 3 × 10 −3 ∓ ω (16. E24. > plot(i. Avec ces deux valeurs.80 A. C:=10e-6. P = RI 2 = 20 (3. on calcule ω 8528 ω 3908 f= 2π = 2π = 1. L:=3e-3.36 × 103 Hz et f = 2π = 2π = 622 Hz (c) Dans le logiciel Maple. et la puissance moyenne est donnée par l’équation 12.³ on calcule l’impédance du circuit : q ¡ ¢ ´2 1 2 Z = R2 + ωL − ωC = (20)2 + 180π (9 × 10−3 ) − 180π(80×10 1 −6 ) =⇒ Z = 26.3 = 0.80)2 = 289 W 10 Électricité et magnétisme. R:=8.16 montre la relation entre R..760 ∆V 100 (b) La valeur efficace du courant est I = Z = 26.87 µF ou 575 nF (b) À partir r de l’équation 12.23. Le graphe confirme le résultat de la question (b). on trouve ³ ´2 q ¡ ¢ 1 1 1 2 Z = R2 + Z1C − Z1L = R12 + ωC − ωL =⇒ ³ µ ´2 ¶−1/2 1 ¡ ¢ ´−1/2 1 2 1 ³ 1 Z = R2 + ωC − ωL = (120) 2 + 1200πC − 1200π(80×10−3 ) Si on insère les deux valeurs de la capacité dans cette équation. > V:=25. on définit l’expression de I comme une fonction de f et on trace le graphe demandé : > restart.2*f0).17 et pour ω = 2πf = 2π (600) = 1200π rad/s. Z et l’angle de déphasage φ et permet d’obtenir facilement la valeur du facteur de puissance : R 20 Q = cos φ = Z = 26. f0:=1/(2*Pi*(sqrt(L*C))). (a) Avec ω = 2πf = 2π (90) = 180π r rad/s.3 = 3.

5 W (b) On utilise la relation établie à la partie (a) de l’exercice 25 : R 40 Q = cos φ = Z = = 0.2) =⇒ ZL = 20.97 A. et la puissance moyenne est donnée par l’équation 12. La valeur efficace du i0 5.23.51 A et la puissance moyenne est donnée par l’équation 12.448 E28.8)2 = 39.0 tan φ = R = 15 = −2.17 et le résultat (i) : q q Z = R2 + (ZL − ZC )2 = (24)2 + (31.8 = 2.5 = 5.18.4◦ ) = 0.51)2 = 151 W E30. (a) Pour ω = 2πf = 2π π = 100 rad/s. À partir de l’équation 12. Chapitre 12 : Les circuits alimentés en courant alter. on trouve ZL −ZC 20.09 A. qui stipule que la valeur moyenne d’une fonction F (t) périodique peut être obtenue grâce au calcul suivant : RT Fmoy = T1 F (t) dt (i) 0 où T représente la durée d’une période.0 Ω (b) À partir de l’équation 12.29.8 Ω (i) On calcule l’impédance du circuit avec l’équation 12.18. on trouve ZL = ωL = 100 (0.364110 ¡ 50 ¢ E27.0)2 = 33.97 courant est I = √ 2 = √ 2 = 4. (a) La valeur efficace du courant est I = Z = 110 = 1. P = RI 2 = 40 (1.23.0 − 50. P = RI 2 = 15 (4. cette méthode permet d’écrire que : µ2 ¶ ³ ´ R R3 1 ∆vmoy = T 2dt + (−1) dt = 1 3 [2t|20 + [−t|32 = 1 3 (4 − 3 + 2) = 1. finalement.22)2 = 267 W (d) Q = cos φ = cos (−63.8 Ω ∆V 100 La valeur efficace du courant est I = Z = 39. on trouve ZL −ZC tan φ = R =⇒ ZL − ZC = R tan φ = 24 tan (53◦ ) =⇒ ZL − ZC = 31.22 A.23.23.4◦ (c) On calcule l’impédance du circuit : q q Z = R2 + (ZL − ZC )2 = (15)2 + (20.0−50. À partir de l’équation 12. (a) On utilise la note du bas de la page 341. où l’on observe que T = 3 s.09)2 = 47. Appliquée à la fonction ∆v décrite à la figure 12. 11 © ERPI . on trouve P 800 P = I∆V cos φ =⇒ Q = cos φ = I∆V = 8(120) = 0. la puissance moyenne est donnée par l’équation 12. ∆V 120 E26.5 Ω ∆v0 200 La valeur maximale du courant est i0 = Z = 33.833 E29.00 =⇒ φ = −63.00 V 0 2 v4 Électricité et magnétisme.0 Ω 1 1 ZC = ωC = 100(200×10−6 ) =⇒ ZC = 50. P = RI 2 = 24 (2.

23. son impédance est donnée par Z 2 = R2 + ZL2 et l’équation (i) devient q R∆V 2 R∆V 2 R∆V 2 R∆V 2 P = 2 R2 +ZL =⇒ R2 + ZL2 = P =⇒ ZL2 = P − R2 =⇒ ZL = P − R2 =⇒ q (14.23 donne ³ ´ (∆V cos φ)2 P = I∆V cos φ = ∆V Rcos φ ∆V cos φ =⇒ P = R =⇒ CQFD E32.4 = 1. On calcule l’impédance : q q ¡ ¢ 1 2 Z = R2 + (ZL − ZC )2 = R2 + ωL − ωC =⇒ r ³ ´2 Z = (24)2 + 320 (18 × 10−3 ) − 320(70×10 1 −6 ) = 45. ∆V = (∆v 2 )moy .00 V2 0 q 2 √ de sorte que ∆V = (∆v 2 )moy = 3.2 et 12.5b.62 =⇒ φ = −1.4 (b) tan φ = R = 14.0◦ E33.4 Ω La nouvelle valeur de puissance est P = 12 PR = 500 W. Avec ces valeurs. ∆v 2 = 4 V2 et pour 2 < t < 3. Chapitre 12 : Les circuits alimentés en courant alternatif v4 © ERPI . on montre que R = Z cos φ. on trouve ∆v = ∆v0 sin (ωt + φ) = Zi0 sin (ωt + φ) =⇒ 12 Électricité et magnétisme.4)2 = 14. donc que I = R .4)(120)2 ZL = 500 − (14. on a besoin de la valeur de ∆v 2 sur les deux intervalles de la fonction qui constituent une période.7 Ω On calcule l’angle de déphasage : 1 1 ωL− ωC 320(18×10−3 )− 320(70×10−6 ) tan φ = ZL −Z R C = R = 24 = −1. À l’exercice 22a.2 mH ZL 14.00 = 1.02 rad Avec les équations 12.00 =⇒ φ = 45. on trouve ZL 14. donc Z = cos φ . dans laquelle I = ∆VZ : ¡ ¢2 2 P = RI 2 = R ∆V Z = R∆V Z2 (i) Si le nouveau circuit contient une résistance et une bobine. l’équation (i) donne µ2 ¶ ³ ´ ¡ 2¢ R R3 ∆v moy = T 1 4dt + dt = 13 [4t|20 + [t|32 = 13 (8 + 3 − 2) = 3.16. et on peut l’exprimer à partir de l’équation 12. Pour 0 < t < 2. Dans l’équation 12. cette RI ∆V cos φ égalité permet d’écrire que ∆V = ZI = cos φ . pour ω = 2πf = 2π (60) = 120π rad/s. q (b) Selon l’équation 12. Pour appliquer la méthode de l’étape (a).4 ZL = ωL =⇒ L = ω = 120π = 38.73 V R E31. ∆v 2 = 1 V2 .16. (a) On calcule d’abord la résistance du radiateur en supposant qu’il s’agit d’une valeur efficace de tension : ∆V 2 ∆V 2 (120)2 PR = R =⇒ R = PR = 1000 = 14. Ce dernier résultat dans l’équation 12.4 Ω Et finalement.

donc que P2 40×103 P2 = I2 ∆V2 =⇒ I2 = ∆V2 = 240 = 1.667 × 10 ce qui permet de calculer la puissance dissipée dans le primaire : PR1 = R1 I12 = (1. On cherche la puissance dissipée dans les lignes de transport de résistance Rlignes = 10 + 10 = 20 Ω.90) (235) = 212 W ∆V1 (c) Comme le transformateur abaisse la tension d’un facteur 5.75) = 11. ∆v = (45. on calcule la valeur efficace du courant dans le secondaire.75. 13 © ERPI . donc I1 = 5 I2 = 5 1. P2 212 P2 = I2 ∆V2 cos φ =⇒ I2 = ∆V2 cos φ = (24.26 avec les valeurs efficaces de tension et de courant : 4500 I2 ∆V2 = I1 ∆V1 = 15 (300) = 4500 W =⇒ I2 = ∆V2 Dans les lignes de transport qui séparent les deux transformateurs.7) (0. Puisque Q = cos φ = 0.8 A E37.23 : P1 = I1 ∆V1 cos φ = 2 (120) cos (12◦ ) = 235 W (b) Si le rendement est r = 0. on trouve ∆V2 N2 ∆V1 ¡ 600 ¢ ∆V1 = N1 =⇒ N1 = ∆V2 N2 = 120 (80) = 400 spires v4 Électricité et magnétisme.3)2 = 1. alors ∆V2 = 5 = 24. (a) On calcule la puissance moyenne à l’entrée avec l’équation 12. Chapitre 12 : Les circuits alimentés en courant alter.33 × 103 W E35.06) sin (320t − 1. Si le transformateur suvolteur (celui de gauche de la figure 12. la puissance dissipée est donnée par ³ ´2 4500 PRlignes = Rlignes I22 = Rlignes ∆V2 (a) Pour ∆V2 = 5 kV.2 W (b) Pour ∆V2 = 20 kV. (a) À partir de l’équation 12. On suppose que le circuit secondaire est purement résistif.74 sin (320t − 1. la puissance moyenne à la sortie est : P2 = rP1 = (0. il ne s’y produit aucune dissipation et on peut utiliser l’équation 12.0)(0.27.01 W E36. ¡ ¢2 PRlignes = 20 4500 5000 = 16.30) est idéal. Avec la valeur de la puissance moyenne et de la tension efficace au secondaire.667 × 102 A On utilise ensuite les équations 12.0 V.25.90.3 A I1 = i1 = N2 = 5. On donne ξξ2 = 1 5 = N2 N1 et 1 I2 i2 N1 1 1 ¡ ¢ 2 = 33.02) = ∆v = 2.25 et 12.02) V E34.2) (33. ³ ´2 4500 PRlignes = 20 20×10 3 = 1.

R2 £ ¯2 ∆vmoy = T1 2tdt = 12 t2 ¯0 = 2. la fonction possède la même valeur moyenne sur une demi-période. Dans le secondaire.0 A. on peut affirmer que la fonction ∆v 2 possède la même valeur moyenne sur chaque demi-période.0 (2.0) = 2.26. (a) La période de la fonction ∆v est T = 4 s. on peut calculer. ¡ 120 ¢ I2 ∆V2 = I1 ∆V1 =⇒ I1 = ∆V 2 ∆V1 I2 = 600 (12. Toutefois.5b. Sur l’intervalle 14 Électricité et magnétisme.2 A Problèmes P1.25. on peut calculer. à partir de l’équation 12. ω2 −1 ω2 ω 2 −ω20 ω2 −ω 20 (ω2 −ω20 )L ZL − ZC = 0 ωC = ω 20 ωC = 1 = ω (ii) ( LC )ωC On combine l’équation (i) de l’exercice 32 et le résultat (ii) de ce problème et on trouve R∆V 2 R∆V 2 R∆V 2 ω 2 R∆V 2 P = Z2 = R2 +(ZL −ZC )2 = 2 2 =⇒ P = 2 =⇒ CQFD R2 + ( ω 2 −ω 2 0 )L ω 2 R2 +(ω2 −ω 20 ) L2 ω2 R∆V 2 P2. Comme à la partie (a). Chapitre 12 : Les circuits alimentés en courant alternatif v4 © ERPI . ξ2 120 R2 = 10 Ω. Avec ∆v = 2t sur l’intervalle 0 < t < 2 et la méthode proposée à l’exercice 30 sur une demi-période. Comme le transformateur est idéal.0 V Comme le transformateur est idéal. on trouve ∆V2 N2 N2 ¡ 50 ¢ ∆V1 = N1 =⇒ ∆V2 = N1 ∆V1 = 400 (120) =⇒ ∆V2 = 15.40 A E38. il ne reste qu’une possibilité donnant une valeur positive de ω : ¡ 1 ¢ 1 1 ωL − ωC = 0 =⇒ ωL = ωC =⇒ ω2 = LC =⇒ ω = ω0 P3. On trouve la valeur de la fréquence angulaire R2 +(ωL− ωC ) pour laquelle cette expression est maximale à partir de dP = 0: µ ¶ µ ¶ dω dP d R∆V 2 d 1 dω = dω 1 2 = R∆V 2 dω 1 2 = 0 =⇒ R2 +(ωL− ωC ) R2 +(ωL− ωC ) µ ¶ 1 ³ ´ d 1 2(ωL− ωC ) L+ ω21C 1 2( ω 1 )(ωL− ωC )(ωL+ ωC 1 ) dω 1 2 = 0 =⇒ ³ 2 ´ 2 = 0 =⇒ ³ 2 ´ 2 =0 R2 +(ωL− ωC ) 1 R +(ωL− ωC ) 2 1 R +(ωL− ωC ) 2 Si on exclut ω −→ ∞ et qu’on remarque que le dénominateur ne peut annuler l’équation. ∆V = (∆v 2 )moy . et on calcule I2 = R = 10 = 12. (b) On suppose que les deux circuits sont purement résistifs. à partir de l’équation 12. Selon l’équation 12.11 et 12. À partir des équations 12.26.00 V (2) 0 q (b) Selon l’équation 12.24.15.31. ³ ´ I2 ∆V2 = I1 ∆V1 =⇒ I2 = ∆V 1 ∆V2 1I = 120 15. À partir de l’équation 12. comme on le voit à la figure 12. P = 1 2 .4) =⇒ I2 = 19. on peut écrire 1 ω 2 LC−1 ZL − ZC = ωL − ωC = ωC (i) 1 Si on insère ω 20 = LC dans le résultat (i).

si on applique la méthode proposée à l’exercice 30. on trouve ¡ 2¢ R2 h 3 ¯2 1 ¯ ∆v moy = 4t2 dt = 12 4t3 ¯ = 5. ZL = ZC et ω0 1 √ 1 f0 = 2π = √ 2π LC = = 650 Hz 2π (0.31 V P6. on trouve ³ ´2 q ¡ ¢ 1 1 1 1 1 2 Z = R2 + ZC − ZL = R12 + ωC − ωL =⇒ ³ µ ´2 ¶−1/2 ¡ ¢ ´−1/2 1 2 ³ ¡ ¢ Z = R12 + ωC − ωL = (15)1 2 + 120π 200 × 10−6 − 1 120π(0.19.17. on constate que le terme de droite dans le radical peut prendre deux valeurs de signes contraires et conduire à la même valeur d’impédance. 15 © ERPI .333 V2 T ( )0 2 0 q √ 2 de sorte que ∆V = (∆v )moy = 5. c’est qu’on affaire à l’une ou l’autre des fréquences angulaires cherchées : ³ ´ 1 1 1 1 ωB L − ωB C = − ωH L − ωH C =⇒ ωB L − ωB C + ωH L − ωH C =0 (i) On multiplie l’équation (i) par ω B ω H C : ³ ´ 1 1 ω B ω H C ω B L − ωB C + ω H L − ωH C = 0 =⇒ ω 2B ω H LC−ωH +ω 2H ω B LC−ωB = 0 =⇒ ω B ω H LC (ω B + ω H ) − (ω B + ω H ) = 0 =⇒ ωB ωH LC (ωB + ωH ) = (ωB + ω H ) =⇒ 1 ω B ω H LC = 1 =⇒ ωB ωH = LC = ω 20 v4 Électricité et magnétisme. q q ¡ ¢ 1 2 Z = R2 + (ZL − ZC )2 = R2 + ωL − ωC .3×10−3 )(200×10−6 ) (c) À la résonance. on observe que la période de la fonction ∆v est T = 2 s et que ∆v = −4 − 4t sur l’intervalle 0 < t < 2. R = Z et. ³ ´2 2 2 ∆v2 P = ∆VR = 1 ∆v R √0 2 = 2R0 = (100) 2(15) = 333 W q P5.16.114 Ω (b) Si le circuit est en résonance.333 = 2.33. Selon le signe.333 = 2. pour ω = 2πf = 2π (60) = 120π rad/s. Sur ¡ ¢ le même intervalle. ∆V = (∆v 2 )moy .5b. selon les équations12. On cherche les deux valeurs de f ou ω. différentes de la fréquence de résonance et qui correspondent à une certaine valeur d’impédance Z.3×10−3 ) =⇒ Z = 0.31 V P4. ∆v 2 = (−4 − 4t)2 = 16 t2 − 2t + 1 . 0 < t < 2. (a) À partir r de l’équation 12. À partir de la figure 12. Chapitre 12 : Les circuits alimentés en courant alter. on note que ∆v2 = 4t2 . et on applique la méthode de l’exercice 30 : ¡ 2¢ R2 ¡ ¢ R2 ¡ ¢ ∆v moy = T1 16 t2 − 2t + 1 dt = 8 t2 − 2t + 1 dt =⇒ ¡ 2¢ h0 3 ¯2 ¡8 0 ¢ t ¯ ∆v moy = 8 3 − t + t¯ = 8 3 − 4 + 2 = 5. À partir de l’équation 12.333 V2 2 q 0 2 √ de sorte que ∆V = (∆v )moy = 5. Selon l’équation 12.5b et 12.

(a) La bobine L et la résistance R sont en série. R:=10. R 10(100) ∆Vsortie = ∆Ventrée = 1/2 = 84. P8. (a) La bobine L et la résistance R sont en série comme au problème 7. Le rapport entre les tensions 16 Électricité et magnétisme. R 10(100) ∆Vsortie = ∆Ventrée = 1/2 = 1. soit Z = R2 + ZL2 = R2 + (ωL)2 . soit ω = 283 rad/s (g) Comme on peut le voir à partir des réponses et en particulier du graphe.omega$2)=0. > plot(Vs. > solve(eq. d2 ∆Vso rtie (f) Toujours dans le logiciel Maple. on cherche la valeur de ω pour laquelle dω2 = 0: > eq:=diff(Vs.. mais l’ordre est inversé. La tension de sortie ∆Vsortie = ZL I = ωLI. R 10(100) ∆Vsortie = ∆Ventrée = 1/2 = 15.omega=0. il s’agit d’ un filtre passe-bas . où Z est l’impédance dans q q la maille de gauche. √ Une équation équivalente à f0 = fB fH =⇒ CQFD P7. dans laquelle I est le courant dans la branche qui contient la bobine et qui est aussi le courant dans la maille de gauche. > Vs:=R*Ve/sqrt(R^2+(omega*L)^2). On ne conserve que le résultat positif.59 V (R2 +ω 2 L2 )1/2 ((10)2 +(8000π)2 (25×10−3 )2 ) (e) Dans le logiciel Maple. on définit l’expres- sion de la tension de sortie et on trace le graphe demandé : > restart. Chapitre 12 : Les circuits alimentés en courant alternatif v4 © ERPI . Ce courant est aussi celui qui apparaît dans ∆Ventrée = ZI. où I est le courant dans la branche qui contient la résistance et qui est aussi le courant dans la maille de gauche. soit Z = R2 + ZL2 = R2 + (ωL)2 . Ve:=100. on donne une valeur aux différentes variables.5000).7 V (R2 +ω 2 L2 )1/2 ((10)2 +(80π)2 (25×10−3 )2 ) (c) Avec ω = 2πf = 2π (400) = 800π rad/s et ∆Ventrée = 100 V.7 V (R2 +ω 2 L2 )1/2 ((10) +(800π)2 (25×10−3 )2 ) 2 (d) Avec ω = 2πf = 2π (4000) = 8000π rad/s et ∆Ventrée = 100 V. où Z est l’impédance dans q q la maille de gauche. La tension de sortie ∆Vsortie = RI.omega). Le rapport entre les tensions donne ∆Vso rtie RI ∆Vso rtie R ∆Ventré e =√ =⇒ ∆Ventrée = =⇒ CQFD R2 +(ωL)2 I (R2 +ω 2 L2 )1/2 (b) Avec ω = 2πf = 2π (40) = 80π rad/s et ∆Ventrée = 100 V. > L:=25e-3. Ce courant est aussi celui qui apparaît dans ∆Ventrée = ZI.

5) =⇒ L = 3.. Chapitre 12 : Les circuits alimentés en courant alter. ωL 80π (25×10−3 ) ∆Vsortie = ∆Ventrée = 1/2 = 53. (f) Toujours dans le logiciel Maple. La réponse à la question est donc ω > 826 rad/s (g) Comme on peut le voir à partir des réponses et en particulier du graphe. on donne une valeur aux différentes variables.omega).99 V (R2 +ω 2 L2 )1/2 ((10) +(8000π)2 (25×10−3 )2 ) 2 (e) Dans le logiciel Maple. > plot(Vs.0 Ω. ωL 8000π(25×10−3 ) ∆Vsortie = ∆Ventrée = 1/2 = 99. > L:=25e-3. on définit l’expres- sion de la tension de sortie et on trace le graphe demandé : > restart.2 V (R2 +ω 2 L2 )1/2 ((10) +(80π)2 (25×10−3 )2 ) 2 (c) Avec ω = 2πf = 2π (400) = 800π rad/s et ∆Ventrée = 100 V. il s’agit d’ un filtre passe-haut .8 V (R2 +ω 2 L2 )1/2 ((10)2 +(800π)2 (25×10−3 )2 ) (d) Avec ω = 2πf = 2π (4000) = 8000π rad/s et ∆Ventrée = 100 V. 17 © ERPI .17.90∆Ventrée : > solve(Vs=. Ve:=100.9*Ve. donne ∆Vso rtie ωLI ∆Vso rtie ωL ∆Ventré e =√ =⇒ ∆Ventrée = =⇒ CQFD R2 +(ωL)2 I (R2 +ω 2 L2 )1/2 (b) Avec ω = 2πf = 2π (40) = 80π rad/s et ∆Ventrée = 100 V. on cherche la valeur de ω pour laquelle ∆Vsortie = 0.5000).71 × 10−2 H P10. on peut écrire q q ¡ ¢ 2 1 2 Z = R + (ZL − ZC ) = R2 + ωL − 2 ωC =⇒ Z 2 = R2 + (ωL − ZC )2 =⇒ √ ωL − ZC = ± Z 2 − R2 (i) Comme on sait que φ < 0. le circuit est capacitif et il faut conserver le signe moins dans l’équation (i) : √ ³ √ ´ ωL − ZC = − Z 2 − R2 =⇒ L = ω1 ZC − Z 2 − R2 =⇒ µ q ¶ 1 2 2 L = 377 52 − (40. À partir de l’équation 12.0) − (12. R:=10. ωL 800π (25×10−3 ) ∆Vsortie = ∆Ventrée = 1/2 = 98. > Vs:=Ve*omega*L/sqrt(R^2+(omega*L)^2). (a) La charge dans le condensateur est donnée par R R Q = idt = i0 sin (ωt) dt = − iω0 cos (ωt) + A (i) v4 Électricité et magnétisme.omega=0. L’impédance du circuit est Z = i0 = 4 = 40. ∆v0 160 P9.

7 V (b) Aux bornes de R et C combinés.917 A (a) ∆vR0 = Ri0 = 8 (0. on calcule q r ³ ´2 ∆vRC0 = ZRC i0 = R + ZC i0 = (8)2 + 400(20×10 2 2 1 −6 ) (0. l’équa- tion (i) devient Q = − ∆v ωZ cos (ωt) et l’amplitude ou valeur maximale de cette fonction 0 ∆v0 est Q0 = ωZ =⇒ CQFD (b) On trouve la fréquence angulaire pour laquelle à Q0 est maximale ! avec dQ0 ¡ d ∆v0 ¢ d 1 dω = 0 =⇒ dω ωZ = 0 =⇒ ∆v0 dω = 0 =⇒ q 1 2 ω R2 +(ωL− ωC ) à ! 1 d 1 2ωR2 +2(ω2 L− C )(2ωL) dω q 1 2 = 0 =⇒ 1 2 = 0 =⇒ ω R +(ω L− C ) 2 2 2 ω R +(ω L− C 2 2 2 ) (R2 +(ω2 L− C1 )(2L)) 2ω 2 2 1 2 =0 ω R +(ω2 L− C ) Si on exclut ω = 0 et ω −→ ∞. La tension de sortie ∆Vsortie = RI. la fréquence angulaire pour laquelle la charge est maximale : ¡ ¢ 2 R2 R2 + ω 2max L − C1 (2L) = 0 =⇒ ω2max L − C1 = − R 2 1 2L =⇒ ω max L = C − 2L =⇒ q q 1 R2 1 R2 R2 ω 2max = LC − 2L2 =⇒ ω max = LC − 2L2 =⇒ ω max = ω 0 − 2L2 =⇒ CQFD ¡ ¢ P11.917 ∆vC0 = ZC i0 = ωC = =⇒ ∆vC0 = 115 V 400(20×10−6 ) ¡ ¢ ∆vL0 = ZL i0 = ωLi0 = 400 40 × 10−3 (0. Avec ω = 2πf = 2π 200 π = 400 rad/s et l’équation 12.917) = −100 V P12.917) =⇒ ∆vR0 = 7.917) =⇒ ∆vL0 = 14. où Z est l’impédance dans 18 Électricité et magnétisme.17. où I est le courant dans la branche qui contient la résistance et qui est aussi le courant dans la maille de gauche.34 V i0 0. Chapitre 12 : Les circuits alimentés en courant alternatif v4 © ERPI . Ce courant est aussi celui qui apparaît dans ∆Ventrée = ZI.917) = 115 V (c) Aux bornes de C et L combinés. (a) Le condensateur C et la résistance R sont en série. l’égalité n’est vraie que si le numérateur du terme entre parenthèses donne zéro et elle fournit la valeur de ω max . Comme i0 = Z . on calcule l’impédance du circuit : q q ¡ ¢ 1 2 Z = R2 + (ZL − ZC )2 = R2 + ωL − ωC =⇒ r ³ ´2 Z = (8)2 + 400 (40 × 10−3 ) − 400(20×10 1 −6 ) = 109 Ω ∆v0 100 La valeur maximale du courant est ainsi i0 = Z = 109 = 0. on calcule q ∆vCL0 = ZCL i0 = (ZL − ZC )2 i0 =⇒ ³ ¡ ¢ ´ 1 ∆vCL0 = 400 40 × 10−3 − 400(20×10 −6 ) (0. ∆v0 où A est une constante qu’on pose arbitrairement égale à zéro.

25 A 400(40×10−3 ) ∆v0 ¡ ¢ iC0 = ZC = ωC∆v0 = 400 20 × 10−6 (100) =⇒ iC0 = 0.800 A P15. (a) Avec ω = 2πf = 2π 200 π = 400 rad/s et l’équation 12.. (c) Comme on peut le voir à partir du graphe. Le rapport entre les tensions donne I ∆Vso rtie ∆Vso rtie 1 ∆Ventré e = q ωC 1 2 =⇒ =⇒ CQFD ∆Ve ntrée = √ 1+ω 2 R2 C 2 ( ) R2 + ωC I (b) Dans le logiciel Maple. Le rapport entre les tensions donne ∆Vso rtie RI ∆Vso rtie 1 ∆Ventré e = q =⇒ ∆Ve ntrée = q =⇒ CQFD R2 + 21 2I 1+ 1 ω C ω 2 R2 C 2 (b) Dans le logiciel Maple. > plot(Ve/sqrt(1+w^2).w=0. on donne une valeur aux différentes variables.19. on calcule l’impédance du circuit r: ³ ´2 q ¡ ¢ 1 1 1 1 1 1 2 Z = R2 + ZC − ZL = + ωC − ωL R2 =⇒ ³ µ ´2 ¶−1/2 1 ¡ ¢ ´−1/2 1 2 ³ ¡ ¢ Z= R2 + ωC − ωL = (8)1 2 + 400 20 × 10−6 − 1 400(40×10−3 ) Z = 7.w=0. Ce courant est aussi celui qui apparaît dans ∆Ventrée = ZI. où Z est l’impédance dans q q ¡ 1 ¢2 la maille de gauche. > R:=1. (c) Comme on peut le voir à partir du graphe. wmax:=3/(R*C). La tension de sortie ∆Vsortie = ZC I = ωC . on donne une valeur aux différentes variables. il s’agit d’ un filtre passe-haut . Chapitre 12 : Les circuits alimentés en courant alter. q q 1 la maille de gauche. on définit l’expres- sion de la tension de sortie et on trace le graphe demandé : > restart. mais l’ordre I est inversé. > plot(Ve/sqrt(1+1/(w^2*R^2*C^2)). (a) Le condensateur C et la résistance R sont en série comme au problème 12. soit Z = R2 + ZC2 = R2 + ω2 C 2 .33 Ω ∆v0 100 (b) iR0 = R = 8 =⇒ iR0 = 12.wmax). C:=1. (a) Dans le logiciel Maple. Ve:=100.wmax). wmax:=3/(R*C). ¡ ¢ P14. Ve:=100.. 19 © ERPI . on définit les variables et l’expression du courant efficace à partir v4 Électricité et magnétisme.5 A ∆v0 ∆v0 100 iL0 = ZL = ωL = =⇒ iL0 = 6. P13. il s’agit d’ un filtre passe-bas . on définit l’expres- sion de la tension de sortie et on trace le graphe demandé : > restart. où I est le courant dans la branche qui contient le condensateur et qui est aussi le courant dans la maille de gauche. C:=1. soit Z = R2 + ZC2 = R2 + ωC . > R:=1.

R2:=10.omega=0.23.i). R2:=10.1e-6.20. > i:=V/sqrt(R^2+(omega*L-1/(omega*C))^2). C:=0. R1:=4. > L:=1e-3.2*w0.P2]. R1:=4.. (b) On laisse le soin à l’élève de choisir les modifications à apporter aux différents paramètres afin de répondre à la question.color=[red. on définit les variables et l’expression de la puissance moyenne à partir de l’équation 12. > plot([P1.P). w0:=1/sqrt(L*C). Le graphe obtenu est identique à la figure 12.19.. P2:=subs(R=R2.1.omega=0. > i1:=subs(R=R1.17. On trace ensuite le graphe demandé pour les deux valeurs de résistance : > restart.color=[red.P). > plot([i1. > P:=R*i^2. C:=0.blue]).1. Dans le logiciel Maple. > P1:=subs(R=R1. On trace ensuite le graphe demandé pour les deux valeurs de résistance : > restart.i2]. Chapitre 12 : Les circuits alimentés en courant alternatif v4 © ERPI . V:=1.8*w0. i2:=subs(R=R2.16 et 12.blue]). > L:=1e-3. des équations 12. w0:=1/sqrt(L*C). Le graphe obtenu est identique à la figure 12. V:=1. > i:=V/sqrt(R^2+(omega*L-1/(omega*C))^2).i). 20 Électricité et magnétisme.8*w0.2*w0.1e-6. P16.