You are on page 1of 32

ROYAUME DU MAROC ‫المملكـة المغربية‬

N ° 3 0N- °A
1 8V R I Lv2r0i1l6 2 01 0
- A

APERCU DES TENDANCES CONJONCTURELLES

La croissance économique nationale aurait sensible- Les exportations nationales moins dynamiques au
ment ralenti au premier trimestre 2016, s’établissant à premier trimestre 2016
+1,7%, en rythme annuel, au lieu de +5,2% un trimes-
tre auparavant. Ce ralentissement aurait été, principa- Les économies avancées auraient affiché une crois-
lement, le fait de la contraction des activités agricoles, sance relativement modérée au premier trimestre
alors que hors agriculture, la valeur ajoutée aurait pro- 2016, estimée à 1,6% en rythme annualisé, après un
gressé de 2,5%, en variation annuelle, au lieu de 3% léger ralentissement au quatrième trimestre 2015.
au quatrième trimestre 2015. Les activités non- L’activité aux Etats-Unis aurait bénéficié du dynamis-
agricoles poursuivraient leur affermissement au me des services et du soutien de la consommation,
deuxième trimestre 2016, au rythme de 2,4%, por- favorisée par l’amélioration des salaires et la baisse
tées, essentiellement, par une amélioration de la pro- des prix du pétrole. En zone euro, la légère reprise de
duction des branches tertiaires. Ainsi et compte-tenu l’activité aurait été stimulée par un regain de pouvoir
d’une baisse de la valeur ajoutée agricole de 10,9%, d’achat des ménages et une relance progressive de
l’économie nationale réaliserait une croissance de l’investissement. Dans les pays émergents, la crois-
1,5%, au deuxième trimestre 2016, au lieu de +4,3% sance de l’économie chinoise aurait été portée par la
une année plus tôt. consommation privée. En Inde, en Turquie et dans les
pays d’Europe centrale et orientale, la croissance au-
rait été plus dynamique, soutenue par la faiblesse des
prix énergétiques. En revanche, l’activité aurait pour-
suivi sa tendance baissière en Russie et au Brésil,
dans un contexte de dépréciation de leurs monnaies
S O M M A I R E respectives, de hausse de leurs prix à la consomma-
tion et de dégradation de leurs finances publiques.

1 Aperçu des tendances conjoncturelles Dans ce contexte, le commerce mondial de biens au-
rait crû de 2,7%, au premier trimestre 2016, entravé
5 Environnement international
par la faiblesse persistante des importations des pays
7 Activités sectorielles émergents. La demande mondiale adressée au Ma-
15 Demande intérieure roc, toujours résiliente face à la modération du com-
16 Prix merce mondial, se serait orientée en hausse de 3,5%,
en glissement annuel, tirée, notamment, par celle en
18 Emploi et chômage
provenance des principaux partenaires européens.
19 Échanges extérieurs
21 Finances Publiques Au niveau national, les exportations de biens, en
22 Financement de l’économie valeur, auraient ralenti au premier trimestre 2016, ne
27 Signes et abréviations profitant que partiellement de l’orientation favorable
de la demande extérieure. Toujours pilotées par les
28 ‫موجز حول الظرفية‬
ventes de l’industrie agro-alimentaire et du secteur
31 Tableau de bord automobile, notamment du segment de la construc-

Avril 2016 ● INAC-HCP ● Point de Conjoncture n°30

tion, les exportations n’auraient augmenté que de 2%, dans le sillage d’un renforcement de 11,2% des im-
en variation annuelle, après +4,6% et +5,5% enregis- portations de biens d’équipement et d’une progression
trés deux trimestres auparavant. Hors automobile, les de 1,5% du flux des crédits accordés à l’équipement.
ventes extérieures auraient même légèrement reflué,
influencées par la baisse des expéditions des engrais Légère décélération des activités hors agriculture
naturels et chimiques et des articles de la bonneterie.
Les importations se seraient, pour leur part, redres- Les activités non-agricoles auraient été moins dyna-
sées de 2,3%, après une baisse durant l’année 2015, miques au premier trimestre 2016, affichant une haus-
alimentées par les acquisitions des biens de consom- se de 2,5%, en variation annuelle, au lieu de +3% un
mation (voitures de tourisme et médicaments), d’équi- trimestre auparavant. Cette décélération aurait été
pement (machines, appareils divers et voitures indus- induite par une nette modération du rythme de pro-
trielles), des demi-produits (matières plastiques, pa- gression des branches secondaires, dans le sillage du
pier et carton) et des produits alimentaires (céréales ralentissement conjugué des exportations et de la
et sucre). En revanche et malgré la hausse des consommation des ménages. Les activités tertiaires
achats en tonnage des gasoils et fuels, du gaz de pé- auraient, ainsi, continué à constituer le principal sou-
trole et autres hydrocarbures, en vue de compenser la tien de la croissance non-agricole, bien qu’en légère
suspension temporaire des importations de pétrole décélération par rapport au dernier trimestre de 2015.
brut, suite à l’arrêt de la raffinerie la Samir, les impor- Au sein des branches secondaires, ce sont principale-
tations de produits énergétiques en valeur auraient ment les industries manufacturières et électriques
poursuivi leur tendance baissière, dans un contexte qui auraient connu un sensible mouvement d’inflexion.
de reflux des cours mondiaux énergétiques. C’est ainsi qu’après avoir clôturé l’année dernière sur
une performance de 4,5%, la valeur ajoutée industriel-
Le déficit de la balance commerciale se serait, ainsi, le aurait marqué un retour vers un rythme plus modé-
creusé, au premier trimestre 2016, de 3%, en glisse- ré, avoisinant les 2,9%, au premier trimestre 2016, en
ment annuel, après sept trimestres d’allégement, en variation annuelle. Cette évolution aurait été, principa-
raison de la hausse des importations par rapport aux lement, le fait des faibles performances des branches
exportations. Cette évolution se serait traduite par une du textile et des autres industries, alors que l’agroali-
légère baisse du taux de couverture estimée à 0,2 mentaire, la chimie et les IMME auraient conservé
point, pour atteindre 60,8%. Hors automobile, ce taux leur dynamique enregistrée à fin 2015, affichant des
n’aurait pas dépassé 46,9%. hausses respectives de 3,4%, 5,4% et 4,3%, en varia-
tions annuelles, tirées par l’amélioration de la deman-
Ralentissement de la demande intérieure de extérieure.

Après avoir été relativement soutenue au quatrième La valeur ajoutée électrique aurait progressé de
trimestre 2015, la demande intérieure privée aurait 2,9%, au premier trimestre 2016, en variation annuel-
légèrement ralenti au premier trimestre de 2016. Le le, après avoir crû, en moyenne, de 6,9% par trimes-
rythme de croissance de la consommation domesti- tre en 2015. Cette décélération aurait été induite par
que aurait, quelque peu, décéléré, enregistrant une une nette réduction de la production des centrales
hausse de 3,3%, en variation annuelle, au lieu de thermiques privées, dans un contexte de repli des
+5% un trimestre auparavant. Ce ralentissement se- quantités importées de charbon. L’essentiel de la pro-
rait attribuable à une baisse des revenus ruraux et à duction électrique aurait été assuré par une hausse
une quasi-stagnation des transferts des MRE, dans de plus du tiers de la production des unités thermi-
un contexte de modération des prix à la consomma- ques publiques à base de carburant et par un relève-
tion (+0,7%, au lieu de +1% un trimestre plus tôt). La ment des importations d’électricité de 11,2%.
hausse des dépenses de consommation, alimentées,
en partie, par un accroissement d’environ 5,2% des L’activité des mines se serait accélérée au premier
crédits à la consommation, aurait profité aux importa- trimestre 2016, atteignant +5,1%, en rythme annuel,
tions de biens de consommation, dont la hausse se au lieu de +2,1% le trimestre précédent. Ce regain de
serait établie à 11,7%, au premier trimestre 2016. croissance aurait été, principalement, alimenté par le
raffermissement de l’activité phosphatière, qui sem-
L’investissement productif aurait affiché un accrois- blerait connaître un nouvel cycle d’expansion, sous
sement de 3,6%, au premier trimestre 2016, en varia- l’effet d’une demande industrielle locale favorable-
tion annuelle, au lieu de +6,7% un trimestre aupara- ment orientée et des exportations en hausse continue
vant. Cette évolution aurait été, particulièrement, attri- depuis octobre 2015. En variation annuelle, la produc-
buable à une légère amélioration des investissements tion du phosphate brut se serait améliorée de 6,1%,
en construction, en ligne avec le raffermissement de au premier trimestre 2016. En revanche, la production
5,2% des ventes de ciment et l’accroissement de des métaux non-ferreux aurait ralenti, suite au repli
5,7% des crédits à l’immobilier. Le rythme de crois- des expéditions du plomb, du zinc et du cuivre, en
sance de l’investissement en produits industriels au- ligne avec la baisse de leurs cours internationaux de
rait, pour sa part, poursuivi sa tendance haussière, 6,2%, 23,3% et 21,7%, respectivement.

2 Point de Conjoncture n°30 ● INAC-HCP ● Avril 2016

De leur côté, les activités de construction se seraient de la détente des prix des produits frais, se repliant
accrues, au premier trimestre 2016, de 1,7%, en va- presque de la moitié en comparaison avec l’année
riation annuelle, au lieu de +2,9% un trimestre aupa- dernière. Pour leur part, les prix des produits non-
ravant. Cette progression aurait été particulièrement alimentaires auraient connu un accroissement de
notable au niveau du bâtiment, comme en atteste le 0,5%, en lien avec la baisse des prix des produits
raffermissement de l’utilisation des matériaux de énergétiques. L’inflation sous-jacente aurait, égale-
construction qui lui sont liés, notamment le bois, la ment, décéléré, pour atteindre +1,2%, après +1,3%,
peinture, le sable et le ciment, dont les ventes se se- au quatrième trimestre 2015, sous l’effet du léger re-
raient accrues de 5,2%. Cette évolution aurait été cul des prix des produits hors frais qui aurait compen-
confirmée par les résultats des dernières enquêtes de sé, en partie, la hausse des prix des services de
conjoncture : les carnets de commandes des entre- transport, notamment les billets des trains.
preneurs du bâtiment auraient conservé leur évolution
ascendante et leurs anticipations pour le premier tri- Poursuite du repli du déficit budgétaire
mestre 2016, corrigées des variations saisonnières,
auraient été en hausse, alors qu’au niveau des gros L’exécution en cours du budget 2016 aurait confirmé
œuvres, l’activité se serait plutôt tempérée, notam- la poursuite de l’amélioration des comptes de l’Etat.
ment au niveau de la construction des voies ferrées, En effet, les soldes déficitaires, primaire et global,
des autoroutes et des réseaux fluides. auraient continué de s’alléger, à la suite du desserre-
ment d’étau sur les dépenses budgétaires et d’une
Contraction de la production agricole suite à des légère augmentation des recettes. A fin février 2016,
conditions climatiques atypiques les recettes ordinaires auraient progressé de 1,5%, en
glissement annuel, alors que les charges auraient
La dynamique de la croissance agricole se se- marqué un repli de 2,2%, tiré par la baisse des dépen-
rait heurtée, en 2016, à des aléas climatiques ayant ses de compensation. Le solde ordinaire, toujours
particulièrement affecté l’installation et le développe- déficitaire, se serait allégé de 18,9%. De même, le
ment des semis d’automne. La sécheresse qui se se- déficit global se serait réduit de 4,4%, s’élevant à -14
rait étalée sur les mois de novembre et décembre milliards de dh durant les deux premiers mois de l’an-
2015 et janvier 2016, avec des déficits hydriques de née 2016. Malgré ce recul du déficit budgétaire, l’en-
57%, 94% et 82% respectivement, par rapport aux dettement du Trésor aurait légèrement progressé. En
normales saisonnières, aurait réduit le potentiel de effet, le financement du Trésor se serait amplifié no-
production des cultures de 17,6%, en comparaison tamment sur le marché intérieur, et son endettement
avec la moyenne quinquennale. Les régions de Tens- intérieur aurait continué d’augmenter. La dette inté-
fit, du Tadla, du Souss, du haut et moyen Atlas en rieure se serait, ainsi, accrue de 2,4% depuis le début
auraient été les plus sévèrement touchées. Le déve- de l’année.
loppement des cultures printanières et la reprise mo-
dérée des activités d’élevage, permis par le retour des Ralentissement de la masse monétaire et du crédit
conditions pluviométriques favorables à partir de la mi bancaire
-février, et la mise en action des mesures de soutien
des prix des aliments de bétail, auraient, quelque peu, Après une phase de croissance ascendante amorcée
amorti la chute de la valeur ajoutée agricole, qui se à la mi-2014, la masse monétaire aurait légèrement
serait établie, au premier trimestre 2016, à -9,2%, en décéléré, au premier trimestre 2016, enregistrant une
comparaison avec la même période de 2015. hausse de 4,7%, en glissement annuel. Cette tendan-
ce traduit, principalement, l’évolution modérée des
Globalement et compte tenu des indicateurs collectés créances sur l’économie, qui se serait établie à 1,1%.
jusqu’à fin février 2016, ainsi que des estimations sec- A noter que le déficit de la liquidité des banques se
torielles établies pour le premier trimestre 2016, la serait nettement allégé et leurs trésoreries auraient
croissance économique nationale se serait établie à poursuivi leur amélioration au premier trimestre, suite
1,7%, au premier trimestre, au lieu de +5,2%, lors du à la hausse des réserves de change, dont la couvertu-
trimestre précédent. re aurait assuré près de sept mois d’importations.
Modération des prix à la consommation Parallèlement, la banque centrale a, de nouveau, ré-
duit son taux directeur de 0,25 point de base pour le
Les prix à la consommation auraient poursuivi leur ramener à 2,25%, dans un contexte d’une décéléra-
ralentissement au premier trimestre 2016, pour le troi- tion anticipée de la croissance économique et des prix
sième trimestre successif, affichant une hausse de à la consommation. Le taux interbancaire et les taux
1%, en glissement annuel, après +1,5% un an plus des adjudications des bons du Trésor se seraient lé-
tôt. Cette décélération aurait principalement traduit la gèrement stabilisés au premier trimestre 2016, alors
modération des prix des produits alimentaires (+1,6%, que les taux créditeurs et débiteurs auraient poursuivi
au lieu de +2% une année auparavant). Le reflux de leur repli.
l’inflation alimentaire aurait résulté, essentiellement,

Avril 2016 ● INAC-HCP ● Point de Conjoncture n°30 3

devraient bénéficier d’une hausse raient régressé de 9. des cultures à cycle végétatif court et des activités annexes à l’élevage. buant pour presque la moitié à la croissance économi- pagne 2014/2015 exceptionnelle. et l’agroalimentaire. en deuxième trimestre 2016. 2016.4%. demande étrangère adressée aux dérivés de phos- nomique au deuxième trimestre 2016 phate. affichant une hausse de 2. glissements annuels. Les indices MASI et MADEX au. commercial national. devrait s’améliorer de 2. principal partenaire du pays.7%. Dans l’ensemble. contri- contraction de la production agricole. due au moindre affermissement de la Poursuite du ralentissement de la croissance éco. de lé. notamment aux engrais. la valeur ajoutée hors agriculture nière relativement pluvieuse.9% de la valeur ajoutée agricole lieu de 4. jouerait en faveur d’un allégement du déficit et d’ingénierie des biens d’équipement industriels. en de 4. C’est ainsi que le rester soutenue.5 . leur valeur ajoutée croîtrait au même au deuxième trimestre 2016.%au cours de la même période. principalement. et à la poursuite des faibles performances des métaux non ferreux. notam- Le marché des actions aurait poursuivi son repli au ment dans la zone euro. les industries exportatrices. L’activité des industries manufacturières devrait. Repli du marché des actions Par ailleurs. PIB global à 1. sous l’effet d’une rythme que celui enregistré au début de 2016. attribuable à une saison printa.4% de la demande mondiale adressée au Maroc. dans un contexte d’offre mondiale excé- performances traduiraient. la baisse dentaire en particulier de céréales et des métaux in- des cours boursiers des secteurs des loisirs et hôtels dustriels. le marché boursier serait resté peu attractif et les investisseurs en actions auraient inter. venu avec prudence et précaution. Ces contre.2%. premier trimestre 2016. une légère bais- se de régime. entrainant une baisse de la capi. en variation annuelle. serait prévue au deuxième trimestre 2016. L’acti- variation annuelle. et sous l’hypothèse d’une poursuite de l’amélioration de l’environnement international. Dans l’ensemble. en revanche. au volume des transactions aurait reculé de 37.4%. ainsi. Quant L’économie nationale poursuivrait son ralentissement aux services.2% et 9. après une cam. Globalement.8%. au deuxième trimestre penser la baisse des productions de céréales. situant. en variation annuelle. Le redressement que globale. 4 Point de Conjoncture n°30 ● INAC-HCP ● Avril 2016 . au une baisse de 10. après deux trimestres de bais. ne suffirait pas à com. premières. en particulier l’automobile ses consécutives. ainsi la hausse du gumineuses et de cultures maraîchères. vité minière connaîtrait. en variation annuelle. respectivement. Le recul des cours des matières talisation boursière de 9.3% une année auparavant.

4%. alors que le commerce exté. alors que la rieur aurait continué à contribuer négativement à la contribution du commerce extérieur serait neutre. la croissance aux Etats- tamment par la consommation des ménages.0 janv. sui- croissance. 1. asiatique. Ces évolutions auraient été attribuables à extérieure. la croissance des ment de la confiance des consommateurs pourraient pays avancés se serait établie à 1. Dans les pays émer.-15 juil. veau des taux d’intérêt.0 45 0. soutenue par la bonne performance de la demande intérieure et par Evolution du cours du Brent Evolution de l’inflation dans le monde (en $/baril) (Taux en %) 3. Après un léger ralentissement au cours du qua.2%. l’amélioration de la situation sur le marché du travail et le renforcement de la Poursuite de la reprise dans les pays avancés au confiance des ménages auraient soutenu l’activité des deuxième trimestre 2016 économies avancées. Au Japon. mars 2016 Avril 2016 ● INAC-HCP ● Point de Conjoncture n°30 5 . l’activité aurait ralenti. l’activité économique notamment. la reprise devrait continuer du quatrième trimestre 2015. Le bas ni. l’amélioration de la situation sur le marché de travail et le renforce- Au cours du premier trimestre 2016. au cours du deuxième dernière aurait profité du regain du pouvoir d’achat trimestre.6% de la consommation des ménages.2%). grâce au soutien de la consomma- Après avoir ralenti au cours du quatrième trimestre tion des ménages stimulée.-14 juil. au lieu de +1.0 Etats-unis Zone euro OCDE . de la consommation des ménages.8%. L’économie nippone se serait. . ment chinois. observé dans les économies émergentes.-15 janv. continuer à soutenir les perspectives des économies nuel.-16 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 Source : Banque Mondiale Source : OCDE. entre autres. en rythme annuel). tandis que les autres pays émergents ex. en rythme an. tirée no.0 70 1. par les me- 2015. tandis que les ex- res. En revanche.6% engendré par la baisse des prix des matières premiè. à se renforcer (1.-13 juil. l’activité aux Etats-Unis et en (+0.2% au trimestre passé. sures de relance fiscales approuvées par le gouverne- léré au cours du premier trimestre 2016.ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL Accélération de la croissance dans les pays avan. en rythme annuel). tance du bas niveau des taux d’intérêt. en Chine et dans les pays du sud-est mondiale devrait poursuivre sa reprise progressive. l’activité continuerait son re- une progression de la demande intérieure de 2. en raison de l’appréciation zone euro se serait affermie de 2. soutenue par l’amélioration de 2%. pour sa te à une décélération des exportations à destination part. Dans ce contexte.8% et dressement (+1.7%. En zone euro. L’économie Chinoise aurait résisté au ralentissement. du dollar et de la faible croissance de la demande tivement. respec.Total 20 -1. la croissance des économies émergentes aurait continué de ralentir. avancées. dans le sillage d’un accroissement de 2. gents. Cette Unis pourrait s’établir à 1.4%.-13 janv.0 120 95 2. Au deuxième trimestre 2016. améliorée de 1. portations continueraient de pénaliser l’activité trième trimestre 2015. l’économie mondiale aurait légèrement accé. soutenue par l’évolution favorable des économies portateurs de matières premières auraient continué de avancées et l’atténuation graduelle du ralentissement pâtir de la baisse de leurs prix sur le marché interna.2% et 1. respectivement. après avoir ralenti au cours de la Chine. notamment dans les cés et ralentissement dans les pays émergents au pays exportateurs de matières premières comme la premier trimestre 2016 Russie et le Brésil. La persis- tional.-14 janv.6%.

6 1.4 Consommation des ménages 1.1 2.9 5.5 1.2 1 Euro / Dollar 1.2 5.5 -2.8 Consommation des ménages 3. au quatrième trimestre 2015. au lieu de -10.7 4.3 1. La progression annuelle des prix à la consommation Indicateurs de la conjoncture internationale (GA en %) 2015 2016 Rubriques I II III IV I II Etats-Unis PIB 2.9 1.6 2.8 1.9 61.2 1.7 -0.5 4.9 2.9 3.9 1. les prix pour- raient s’affaiblir à partir du deuxième trimestre 2016.9 1.9 4.6 6.3 4.7 50. alors que l’investissement augmente. ainsi.2 1.1 1.6 3.2%) rait de 2.3 0. La baisse de ges s’apprécierait de 1.9 2. L’inflation mondiale se serait accélérée.6 2. Toutefois. 6 Point de Conjoncture n°30 ● INAC-HCP ● Avril 2016 .8 Importations 6.10 1. et dans un contexte d’offre excédentaire sur le marché pétrolier.10 1.0 Source : INSEE.4 1. un léger redressement des prix de pé- politique monétaire de la BCE sur les conditions de trole sur le marché international. tion au niveau mondial.1%.7 Importations 6.3 3. au premier maintenant une modération des prix à la consomma- trimestre 2016.2 43. mars 2016 1 : moyenne trimestrielle. Ces derniers au- financement.1 1. cette reprise pourrait être frei.6 33.1 2. née par la mise en œuvre des réformes structurelles contre un niveau minimum de 30 $ /baril atteint au au sein de certains pays de la zone.6 2. Dans ce contexte.8 5.0 -1.9 2.1 Commerce mondial des biens 3.0 Inflation -0.4 6.9 2.9 2.9 -0.6 1. raient oscillé autour de 40 $ /baril à fin mars 2016. la consommation des ména.1%. avec le retour Légère poussée inflationniste au début de l’année des exportations de l’Iran et la faiblesse persistante 2016 de la demande mondiale du pétrole. mois de janvier.7%.11 1. Toutefois.3 0. au lieu zone.8 Exportations 5.6 Exportations 2.3 3. de +0.7 40.10 1. l’éventuel redressement de la demande adressée à la dans les pays de l’OCDE aurait atteint 1. tout en restant globalement modérée.0 2.2 2. Crédit Agricole.0 0.2 -0.45 -0.8%.9 1. profitant des incidences favorables de la reflétant.1 Zone euro PIB 1.6 1.7 2.8 1. rapport au trimestre passé (-7.7 1.10 1 Prix du brent ($/baril) 53.4 -0.1 Inflation -1.13 1.6 1.8% par rapport au deuxième l’inflation énergétique aurait été moins importante par trimestre 2015.9 2.

permettant. au lieu de +3% un trimestre aupa. L’année 2016 serait. La production des trois principales cé- ravant. aurait perturbé l’installation des pâturages te récolte. ainsi. qui s’ajouterait à l’offre de la précéden- 2015/2016. tre au rythme de 6. auraient 2014/2015 exceptionnellement bonne. bien que restant très affectée dans qu’en 2015. en le se serait exercé sur les cultures céréalières et les variation annuelle. La production des agrumes devrait s’accroî- précipitations relativement abondantes et quasi. bien récoltées des légumineuses s’infléchiraient égale- qu’en légère décélération par rapport au dernier tri. L’impact le plus important de la sécheresse automna- mestre précédent. mais resterait. le milieu de Les cultures irriguées afficheraient une performance l’actuelle campagne aurait été marqué par le retour de modérée. globalement. notamment marchandes. estimation HCP Avril 2016 ● INAC-HCP ● Point de Conjoncture n°30 7 . Dans ces conditions. en générales. en variation annuelle. du Saiss et de l’Oriental. en variation annelle. conjugué des branches industrielle et électrique. les quantités période une année plus tôt. dessous de son pic enregistré en 2014. au premier trimestre 2016. une progression pagnée par une légère hausse des prix de 12. affichant une hausse de 2. suite à une de printemps comme le tournesol. Les notamment en comparaison avec une campagne activités tertiaires.ACTIVITÉS SECTORIELLES Ralentissement de la croissance au premier tri. favorable pour les cultures ment ralenti. en raison de la contraction de la production des mestre de 2015. légumineuses. Le cherait des rythmes de croissance moins soutenus pousse de l’herbe.1 point à la cycle végétatif long. plutôt que pour les cultures précoces à sement annuel. notamment le Haouz. aurait connu des rattrapages mestre 2016 significatifs au niveau du Rif. ment.5%. plupart des régions agricoles Bour. Au niveau des métrique à -47%. les activités non- agricoles auraient été moins dynamiques qu’au tri. la production affi- saison normale. afficherait. sur fond du maintien du reflux de leurs 9. au cours de l’automne millions de qx. La croissance économique nationale aurait sensible. La production des céréales de printemps. dans le sillage du ralentissement superficies ensemencées et de leurs rendements. ayant permis de contenir le déficit pluvio. Cette décélération aurait été induite par une réales. Néanmoins. en AGRICULTURE : baisse de la production accom. en raison des effets de la hausse de tem- Déficit pluviométrique par rapport à une année nor. ainsi. dont la part dans le volume global des céréales ne dépasse pas 3%.7%. en revanche. fèves et des petits-pois. au cours de la même campagne et jusqu’à fin février 2016. au premier trimestre 2016. consécutive au repli conjugué de leurs tés secondaires. le Tadla et le Souss. à fin mars 2016. les régions du centres. cours internationaux. au lieu de -64% à fin janvier 2016. une reprise des activités d’élevage. notamment le blé dur et l’orge.4%. par rapport à la cultures sucrières et maraîchères. sensible chute. Pour leur part. res fruitières. croissance du PIB.2%. en glis. Les quantités continué de soutenir la croissance non-agricole. notamment le maïs. moyenne. Valeur ajoutée agricole male en % (GA en %) 75 30 50 20 25 10 0 0 -25 -50 -10 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 Source : HCP (estimation et prévision au-delà des pointillés) Source: DNM.2% de la valeur ajoutée agricole. le maïs et les cultu- baisse de 9. connaîtrait une nette modération du rythme de progression des activi. pour satisfaire une demande intérieure po- et le développement des cultures précoces dans la tentielle estimée à 130 millions de qx. soit une contribution de -1. Depuis le début de l’actuelle après avoir progressé de 12%. Le prolongement des importées des trois principales céréales ont totalisé 19 conditions climatiques sèches. une nette reprise des importations des céréales est Les activités agricoles se seraient contractées de anticipée.

notamment. entraînant dans leur sillage pêche côtière. les prix à la consommation locale. induite par le retour des der- nières précipitations. dans un contexte d’amé- lioration des pâturages. profitant de l’af. GA en %) 30 45 20 30 10 15 0 0 -10 -15 -20 -30 -30 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 Source : HCP Source : OC. Pour rappel. Depuis le début de la campagne et sons. pérature ayant particulièrement réduit les perspectives une faible performance tout au long de l’année 2015. l’augmentation des prix à la consommation de la vian. les. au premier trimestre 2016. L’escalade des de 2015. les fermissement de la récolte des petits fruits. Le raffermissement de l’activité côtière aurait.8% et ceux des poissons un sensible mouvement de relance. notamment. en variation annuelle. les prix de viande conserverait un pectivement. au-dessus de leur niveau tendanciel de moyen terme. au rythme de tiers 5. Au deuxiè.1%. dont les quantités exportées auraient due. notamment. élaboration HCP 8 Point de Conjoncture n°30 ● INAC-HCP ● Avril 2016 . ayant contribué à tendues par une augmentation des expéditions des limiter la hausse massive des abattages des ovins et crustacés et des mollusques et de celles des poissons l’effondrement des prix de la viande rouge. s’inclinant. en variations an. Le recul de la production agricole se serait accompa. aux unités de congélation et à la consommation jusqu’à fin février 2016. évolution serait restée orientée à la hausse. les poissons pélagiques. de la résilience de la demande étrangère. inscrits en hausse. particu- gné par une légère hausse des prix agricoles sur le lièrement. céphalopodes auraient affiché une hausse de 1. En revan. de croissance de la canne à sucre dans la région d’Al Les débarquements des crustacés.6%.1% et 28%. après avoir affiché l’année 2015 s’est achevée sur une régression de Indice du volume des exportations de la pêche Valeur ajoutée de la pêche (GA en %) (cvs. notamment la paille. en variations annuel- nuelles.8%.1%.2%. une reprise de l’activité minière. Pour leur part. les La valeur ajoutée du secteur de la pêche se serait exportations des minerais non-métalliques avaient améliorée de 3. res- me trimestre 2016. au relèvement des captures de la bondi de 40%. rythme d’évolution positive. trimestre 2016. par contre. missement au premier trimestre 2016. poursuivi leur tendance baissière amorcée au début de 5%. séchés ou fumés de 21.2% au blissant à leur plus bas niveau des cinq dernières an- trimestre précédent. comme en atteste farine et de l’huile de poisson auraient. seiche et du calmar. au premier trimestre de 2016. Ces dernières auraient vu leurs volumes de des légumes et des fruits frais se seraient appréciés prises s’accroître de 70%. MINES : hausse technique de la production La valeur ajoutée minière aurait poursuivi son affer- PECHE : reprise modérée des débarquements cô. en volume. Ce redressement aurait résulté nées. ment la fraise. Les débarquements adressés aux industries de la également. elles avaient amorcé une phase de raf- de la reprise quasi-générale des débarquements de la fermissement progressif. frais. Ainsi. Depuis. blancs se seraient accrus de 4. du fait. après s’être infléchie de 2. Quant aux ventes extérieures. s’éta- variation annuelle. Ceux de la production animale se seraient. profité aux industries de conserves de pois- marché intérieur. la production des cultures fruitières connaitraient auraient augmenté de 16.7% et 0. 54% et 19% respective- de 1. de 30% au premier coûts des aliments de bétail. sous- sures de soutien des prix de l’orge. au cours de la même période. se situant encore Gharb et des petits légumes dans le Saiss. en fortement régressé au premier semestre 2015.8%. salés. notam. au. ment. respectivement. au terme du premier trimestre 2016. à fin février 2016. si globalement qui auraient progressé de 38. che. leur rait été relativement tempérée par les effets des me.

Cette décélération incomberait à la métaux aurait connu une nette décélération au cours contraction des activités des centrales thermiques de la même période. conjoncturels propres. induite international du charbon. consécutif aux fluctuations ces conditions.3. les exportations nationales du phos- de leurs monnaies face au dollar. A noter. aux 2015. amputant sensiblement la demande des fertili- premier. en varia- tion annuelle. en varia- tion annuelle. au quatrième trimestre davantage en engrais. les anticipations des chefs des dérivés de phosphates afficherait une augmenta- d’entreprises relatives à l’évolution de la demande tion de 3.9%. après avoir augmenté de 38% en 2014. en variations annuelles.9% de la production du phosphate brut. Aux Etats-Unis. Il en résulterait une hausse de près de globale. Cette d’un affaiblissement de la dynamique de l’utilisation performance avait été permise par le développement mondiale des fertilisants.1%. paravant. par la poursuite du reflux de ceux des céréales et des en 2015. ère de 2. C’est ainsi que la production ELECTRICITE : ralentissement de la production minière se serait montrée particulièrement dynami. principa. exprimées dans le cadre de la dernière en. toutefois. en ligne avec les perspectives nuelle. affichant une hausse de 8.8%. affichant une hausse de 2.7%. notamment dans Inde le retour du spectre de la sécheresse aurait pe- les pays qui avaient connu un renchérissement des ser lourdement sur les ventes des fertilisants. les importateurs des fertilisants. la sants.9%. thermiques de Jorf Lasfar avait sensiblement crû en sance se modérer progressivement à partir du deuxiè.1%de la pro.9%. la production agricole. se seraient alimenter une progression de la valeur ajoutée mini- situées au-dessus de leur niveau moyen des trois der. portée par le renforcement de 6. Dans importations des engrais. masquant un effet L’activité électrique aurait sensiblement ralenti au favorable d’ajustement technique. la faiblesse du real face au dollar valeur ajoutée minière aurait renoué avec un rythme n’inciteraient pas les agriculteurs à s’approvisionner de croissance positive (+2%). respectivement. en variation annuelle.3% de la valeur ajoutée minière. phate brut ne s’amélioreraient que de 1. au lieu de 6.8% et semées en blé se seraient contractées de 7% en fin 1. calculs HCP Avril 2016 ● INAC-HCP ● Point de Conjoncture n°30 9 . Cette performance. dans un contexte de baisse de 2015. alors que celles des autres auparavant. au cours de la même période.9%. notam. au deuxième trimestre 2016 et celles Au premier trimestre 2016. nières années et celles des ventes locales se seraient améliorées de 4 points en comparaison avec le qua- trième trimestre 2015. enregistrant une progression de 5. ment les pays de l’Asie de l’Est et de l’Amérique du nord et latine devraient limiter leurs approvisionne- Valeur ajoutée minière Production du phosphate brut (GA en %) (GA en %) 30 40 20 20 10 0 0 -10 -20 -20 -30 -40 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 Source : HCP (estimation et prévision au-delà des pointillés) Source: OCP. réapparus en fin 2015. privées. après une baisse de 17. une année au- oléagineuses. que des signes d’essouffle. sa croissance s’est ments en engrais phosphatés en raison des facteurs améliorée sensiblement au quatrième trimestre 2015. les superficies C’est ainsi qu’après s’être infléchie de 10. Pour rappel. En dépit de la baisse des de leurs capacités productives et par le repli du cours cours internationaux des engrais phosphatées. 2. aurait été. Au Brésil.9%. après quatre trimestres de hausses soutenues que. qui devrait quête de conjoncture réalisée par le HCP. consécutive aux effets des for- ment de l’utilisation mondiale des fertilisants se sont. Alors qu’en néanmoins.2%. premier trimestre 2016. 3.1%. dont la part au disponible électrique dépasse les 51%. 2015. deuxième et troisième trimestres 2015. qui s’est infléchi de 17. tes pluies liées au phénomène El Niño. la production des centrales La valeur ajoutée minière verrait son rythme de crois. lement.9% un trimestre duction du phosphate brut. en variation an- me trimestre 2016.

au quatrième trimestre 2015. en du trimestre qui précède. portée par une amélioration conjuguée qui auraient constitué la composante la plus dynami.4% un trimestre plus tôt. en variation annuelle. chimiques (+5. mestre 2016. des autres industries auraient continué. au lieu de +13. En variation annuelle. Celle tée. Pour sa part. élaboration HCP 10 Point de Conjoncture n°30 ● INAC-HCP ● Avril 2016 . l’activité électrique aurait été induite par un relève- ment de l’utilisation du charbon dans le processus de production. nes performances des industries chimiques et para- tion d’électricité à base hydraulique se serait accélé. grâce au renforce- ment de la production des parcs éoliens d’Akhfennir. après avoir clôturé l’année dernière soutenu le raffermissement de la production d’électri. en variation annuelle. au deuxième tri- ment aux cinq trimestres antérieurs où l’expansion de mestre 2016.2%. cependant.2%) et des IMME (+4. Cette cité à base thermique de 2. C’est ainsi que les quantités importées de gasoil et fuel se seraient améliorées de Les industries manufacturières auraient réalisé une 58.2%.7%. leur ajoutée progresserait de 3. Cette performance aurait variation annuelle. sous-performer le secteur industriel. en variation annuelle. à base de carburants. des activités des centrales hydrauliques et thermiques que de la production d’électricité. soutenant une hausse de pas stimulé une amélioration aussi conséquente des l’offre globale d’électricité de 2. Au deuxième tri- activités des centrales thermiques privées. le cours international du importations du courant en provenance de l’Espagne charbon aurait poursuivi son reflux.6%. Ainsi. dynamique enclenchée en 2014. Les industries du textile et du cuir ainsi que la branche de Haouma et de Tarfeya et de la nouvelle unité so. après s’être accru de plus du double au cours croissance de 2.1%. en variation annuelle. au premier trimestre 2016. au premier trimestre bonne conjoncture aurait été sous-tendue par les bon- 2016. GA en %) (GA en %) 18 80 Centrales privées 60 Centrales publiques 12 40 6 20 0 0 -20 -40 -6 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 Source : HCP (estimation et prévision au-delà des pointillés) Source : ONEE. Les sous l’emprise d’un effet de base important (baisse de Valeur ajoutée électrique Production thermique d'électricité (cvs. de l’amélioration bles de type carburants. la production nette d’électricité au.5%. en revanche. se de 1.8%. affichant une hausse lage d’une demande extérieure favorablement orien- de 28%.3%).9%. plutôt. après auraient repris depuis fin 2015 mais restent encore avoir crû de 5. Ce se.9%.6%. en variation annuelle. INDUSTRIES DE TRANSFORMATION : poursuite marqué par un retour vers l’utilisation des combusti. contribuant pour 0. renforcées de 11.2 point. Les premières auraient quelque peu ralenti en enregistrant une haus- Dans l’ensemble. l’activité électrique devrait s’accélérer raient les centrales thermiques à base de carburants légèrement.5%. de laire NOR 1. au rythme de se seraient. notamment pour les industries de l’automobile à base d’énergies renouvelables aurait conservé sa (+9. affichant une haus. sur une performance exceptionnelle de +4. Au premier trimestre 2016. le premier trimestre 2016 aurait été.4% sur les deux premiers mois de 2016). et contraire. sa va- se de 41. Les secondes rait progressé de 2. dans le sil- rée au premier trimestre 2016. la produc. Cette régression n’aurait cours de la même période. au 16.9%.

niveau des exportations qu’au niveau de la production tion respectives de 21. dénommé Traceur cyclique.5 1. prévisions 2016 (plus c’est vert plus c’est favora- Source : HCP ble.7%. des trimestre.9% et industriels enquêtés lors de la dernière enquête de 11.5 0. et le dernier. Les deux branches ont ainsi variations annuelles). respectives de 9. et celles de l’acide phosphorique ont crû de 7. Quant aux autres industries. les ventes locales et … les industries de textile et cuir et les autres in- étrangères se sont affermies en fin de 2015. La croissance annuelle de 1% de la valeur ajoutée du tries de la chimie et la parachimie… « textile et cuir » a été attribuée à une demande locale soutenue selon les soldes d’opinion de l’enquête de En liaison avec la bonne tenue des produits de l’in.0 0. en et de la demande locale. Après la légère accélération enregistrée en fin 2015. contribuant ainsi pour 4. Cette tendance a été observée aussi bien au métaux (qui ont affiché des augmentations de produc. dustrie automobile. en variation annuelle.5 II-16 I-16 Cycle (en % du trend) IV-15 0.1 point à la croissan- réalisé un rebond de 7.0 -1.6%. Les signes de redressement des activités du bâtiment tion de la branche. quadrant sud-ouest (baisse et en dessous de la tendance) .4%. permet de tracer le profil conjoncturel en se basant sur la position par rapport au trend (axe des abscisses) et le rythme de changement de celle-ci (axe des ordonnées). des engrais chimiques ont progressé de 35. 11. celle croissance global du secteur.5%. la branche chimie et parachimie a réalisé un accroissement de 6. dustries ont modestement progressé teur climat des affaires. … contribution positive des IMME et des indus.7%.7%. Leur valeur ajoutée a marqué un accroissement an- destement évolué sur les trois premiers trimestres de nuel de 4. quadrant sud-est (retournement à la hausse mais toujours en dessous de la tendance) . la valeur ajoutée des IMME a contribué respectivement pour 0. confirme cette évolution favorable.5%. basé sur la synthèse des sol- des d’opinion. des matériels de transport. au quatrième de production des conserves de poissons. les exportations auraient été perceptibles au niveau de la branche des Positionnement du cycle conjoncturel de l'industrie Heatmap de l’activité industrielle 1.5%.0 0. quadrant nord-est (hausse et au dessus de la tendance). Selon cette structure.5 rythme d’évolution positive au premier trimestre 2016.1% et 8. exportations des câbles électriques ont renforcé cette croissance.9%. en variation an- nuelle. 9. des l’augmentation s’est située à 0. Un sursaut des industries manufacturières au quatrième trimestre 2015… Les industries agroalimentaires semblent poursuivre leur tendance haussière au quatrième trimestre 2015. Le textile et cuir et les autres industries ont enregistré une légère amélioration. en variation an- produits métalliques et des produits du travail des nuelle. cette performance est attribua- ble à une demande soutenue. plus c’est rouge plus c’est défavorable) Note de lecture : le graphique. au quatrième trimestre 2015.5%. L’indica. Pour leur part. Avril 2016 ● INAC-HCP ● Point de Conjoncture n°30 11 .0 III-15 II-15 -0.6 points à la 2015.5 I-15 -1. positionnant ainsi le secteur au seuil de la conserves des fruits et des légumes et des autres phase défavorable du cycle conjoncturel.0 -0.8%. profitant notam. Ne dépassant pas une moyenne de 1. Cette évolution est cor- -ci a franchi le seuil des modestes croissances pour roborée par les augmentations annuelles des indices réaliser un glissement annuel de 4. conjoncture du HCP. conjoncture du HCP.7% enregistrée au troisième trimestre 2015). on peut distinguer quatre qua- drants (zones du graphique) : quadrant nord-ouest (retournement à la baisse mais toujours au dessus de la tendance) . ment de l’augmentation notable de la production des les activités de construction auraient conservé un produits chimiques de base qui ont contribué pour 5.4%. 9. Selon les industries alimentaires. points à la variation annuelle de l’indice de produc.7%. La croissance des industries manufacturières a mo.0 Variation du cycle (en point) Source : HCP. en augmentant de 51%. Les ce globale du secteur. CONSTRUCTION : poursuite du redressement des activités au début de 2016 A l’instar des IMME.

au cours du dernier trimestre 2015. du fait.9% à fin en 2015. qu’à fin 2015. auraient pâti du recul de celles des non-résidents. en baisse estimée à 0. ornées par la baisse des cré. C’est ainsi tre 2016.8% en glissement annuel). au lieu de 4.192 logements. les perspectives de croissance du sistance des facteurs négatifs qui continueraient de secteur touristique pour l’année 2016 seraient favora- peser sur sa reprise conjoncturelle en 2016. recueillies dans le cadre de baissière (-1. la valeur la dernière enquête de conjoncture du HCP. de la per. contre 73.7%. au regard de la volatilité ayant marqué tes étrangers qui se seraient repliées de 7. L’indice de production des minéraux 61. notamment. en glissement annuel. gnols. les autres indicateurs du secteur auraient truction aurait augmenté de 1.973 unités. TOURISME : l’activité peine à se redresser en ce une légère reprise de la production des logements.2%.1%. Au niveau mondial. cvs (GA en %) (GA en %) 18 5 12 4 6 3 2 0 1 -6 0 -12 -1 -18 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 Source : HCP (estimation au-delà des pointillés) Source : Association Professionnelle des Cimenteries. le nombre de loge- tion annuelle. la valeur ajoutée de la cons. soit une aug- mentation annuelle de 21.1%). Le secteur peine toujours à retrouver sa dy- namique d’avant 2009. de carrière avait. cepen. février 2015. en 2015. tionaux comprise entre 3. continué d’afficher des résultats négatifs. Les anticipations des Après avoir clôturé l’année 2015 sur une tendance professionnels du secteur.5% et 4. en tablant sur serait contractée de 0. Jus. En pre. une croissance positive. après neuf trimestres de croissance annuelle négative.7%. au deuxième trimestre.7%.4% dits accordés aux promoteurs immobiliers (-9. matériaux de construction.5%. et en dépit des mesures mises en œu- dont les ventes se seraient accrues de 5. Il en est de même pour les arrivées des touris- dant. repli. constitue un deuxième facteur pénalisant pour la Dans ce contexte. vre pour redynamiser le segment. fragile. en particulier le ciment. en variation annuelle). ajoutée de l’hébergement et de la restauration se raient inscrites dans cette perspective. qui mier lieu. Globalement. en particulier des Français. des Allemands et des Espa- La reprise des activités de construction reste.1% que les nuitées globales. mais resterait soumise à de fortes incertitudes.7%. (+1. début d’année 2016 qui avait atteint 206.4%. en variation annuelle. se se.324 logements en 2014.08 point Pacifique et en Amérique. en variations annuelles. au son profil de croissance au cours des six dernières cours de la même période. au une poursuite de l’évolution ascendante des carnets premier trimestre 2016. ments sociaux produits et conformes n’a pas dépassé née précédente. selon l’Organisation Mondiale du Tourisme. la poursuite des faibles performances de prévoit une hausse des arrivées de touristes interna- l’investissement privé. n’ar. liers. après une année et demie de rivant toujours pas à attirer les promoteurs immobi. en varia. et devrait enregistrer une hausse de 2. Le segment du logement social. L’Afrique devrait enregistrer sur une année). A l’origine de ce mouvement de croissance. années. dans l’ensemble. malgré le laxisme des banques dans les conditions d’octroi de La plus forte croissance serait attendue en Asie- ces crédits (baisse des taux débiteurs de 0. par rapport à la même période de l’an. enregistré une soit une chute de 16%. A l’exception des recettes de commande et un affermissement de la production voyages qui auraient connu un léger redressement du secteur. au premier trimes. élabora- tion HCP 12 Point de Conjoncture n°30 ● INAC-HCP ● Avril 2016 . l’activité touristique nationale de- relance effective des activités de construction. et ce. augmentation de 7. vrait profiter de ce retournement de tendance à la Valeur ajoutée du BTP Ventes de ciment. bles.

cependant.6 4.8 -0. Avril 2016 ● INAC-HCP ● Point de Conjoncture n°30 13 .9 4.7 Arrivées des MRE 5. Activité touristique nationale GA en % 2014 2015 2016* Rubriques I II III IV I II III IV I Valeur ajoutée hébergement et restauration 4.0 24.variations annuelles en points * : estimations Arrivées des touristes au niveau international (GA en %) 2015* Rubriques 2015* 2016* I II III IV Monde 5.5 -4.8% du 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 trafic aérien de voyageurs.1% au quatrième trimestre -3 2015.3 -6.4 3.0 4.0 10.hausse à partir du deuxième trimestre 2016. notamment.0 -5.4 4.02 Source : Ministère du Tourisme. * : Données provisoires. (GA en %) mé à 3.5 Asie et Pacifique 4.9 -0.7 0.6 -1.0 -0.1% en glissement annuel.3 -1.4 7. au lieu de +2.1 Nuitées globales 9.8 2.0 -3.4 -4.4% enregistrée un an auparavant.4 7.7 1.0 -0.2 .4 -4.8 3. quant à lui.0 à 5.0 -4. par le retournement à la hausse de 3.8 5.2 7.6 -6.8 3.4% du trafic por.0 Afrique -2.8 -2.7 Nuitées des résidents 6.5 -11.8 2.8 4.06 0.4 -4. poursuivi sa tendance haussière Source : HCP (prévision au-delà des pointillés) avec.0 -12.1 8.1 Taux d'occupation1 2.3 1.3 3. -6 tuaire de marchandises et la progression de 2.0 4.8 -7.1 -2.6 Arrivées globales 8.8 1.9 2.0 Amérique 5.1 -5.5 à 4.9 4.4 -8.4 -4. Office des Changes.9 3.4 -0.6 -1.2 -0.4 2.8 -7.6 4.0 Source: Organisation Mondiale du Tourisme (OMT).02 -0.3 2.6 -5.6 4.1 4.3 Arrivées des étrangers 10.0 à 5.0 -3.1 6.2 -2.4 Nuitées des non résidents 11. un rythme modéré. en glissement annuel.0 Moyen-Orient 11.0 -5. Le transport ferroviaire aurait.0 à 5.5 -13.7 Recettes voyage 4.8 4.1 -0.9 4.3 6.5 3.0 à 5.3 Durée moyenne de séjours2 0.0 5.02 0. marquant Valeur ajoutée de l’hébergement et restauration un accroissement de la valeur ajoutée du secteur esti.03 0.6 -2.2 1.3 -5.0 0.19 -0.4 5.7 -1. La valeur ajoutée du secteur 0 aurait marqué une hausse de 1.1 5.0 -2.5 à 4.8 -17.8%.3 4.2 5. calculs HCP 1. 12 9 TRANSPORT : léger ralentissement au premier 6 trimestre 2016 3 L’activité des transports aurait légèrement ralenti au premier trimestre 2016. au lieu de -3.3 -4.3 5.5 Europe 5.4 -2.4 -6.6 -0.8 -0.01 -0.3 -1.6 1.2 -4.8 -2. Cette évolution aurait été impulsée.7 -7.4 0.9 4.8 -2.6 4.8 5.18 -0.

des télécommunications aurait progressé de 6.7%. abonnés à l’internet a enregistré une performance de vée au début de l’année 2015. enclenchée et celle de la téléphonie mobile (en terme de consom- au troisième trimestre 2015 (avec un accroissement mation) seraient restées les principales locomotives de 5. De même. au quatrième trimestre 2015.3% des utilisateurs du mobile. régressé de 2.3%. après tendance baissière amorcée depuis le deuxième tri- -10. après 5. en glissement annuel) s’est poursuivie au du secteur de la télécommunication. en glissements annuels. au quatrième tri.6%. contre un fléchissement de 4. le transport maritime de marchandises a 13. quatrième trimestre 2015. obser. glissement annuel. en variation annuelle. début de l’année 2014. alors que le tonnage mestre 2011. relativement. au troisième trimestre.6% un trimestre auparavant. le nombre d’unités télépho- niques consommées a été tiré par la hausse de En revanche. Les recettes des marchandises transportées par voie aé. par Cette tendance baissière a été observée tant au ni. en exporté s’est davantage détérioré (-9.8%. veau du tonnage importés que celui exporté.3%. au quatrième trimestre 2015. affi. Au quatrième trimestre 2015. la téléphonie fixe a poursuivi sa se du tonnage importé s’est atténuée (-1. le transport ferroviaire TELECOMMUNICATION : poursuite de l’améliora- des voyageurs s’est accru de 1. en glissement annuel. Pour sa part. 47. au rythme de 2. auparavant. le tonnage transporté Poursuivant sa tendance haussière amorcée depuis le par voie ferroviaire a renoué avec la croissance. affichant une régression de 11. La bais.1%. après un accroissement de 5%. le nombre d’a- ble depuis le début de l’année 2015.4%.4%.1% le trimes- tation de 17.6% au quatrième trimestre 2015. le parc des rienne ont maintenu leur tendance ascendante. Dans le même sillage. un au premier trimestre de l’année 2016. au lieu de +12.7% un trimestre plus tôt). C’est ainsi qu’il a bonnés à la téléphonie mobile a maintenu sa tendan- enregistré un fléchissement de 4. au troisième trimestre 2015. un trimestre ment annuel). En revanche. la valeur ajoutée du secteur chant un accroissement de 5. réalisant une augmen. en variation an.7%. Les filières de l’internet (en terme d’abonnés) La reprise du trafic aérien des passagers.4%.4%.3%.1%. au lieu de trimestre plus tôt. Il a trimestre 2015. après +61. défavora.7% mestre 2015. au lieu de -11. Valeur ajoutée du transport Valeur ajoutée des communications (GA en %) (GA en %) 12 30 9 20 6 3 10 0 -3 0 -6 -9 -10 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 Source : HCP (prévision au-delà des pointillés) Source : HCP (prévision au-delà des pointillés) 14 Point de Conjoncture n°30 ● INAC-HCP ● Avril 2016 . tion nuelle. en glisse. Pour rappel. +6.3% évolué dans une conjoncture. au quatrième ce baissière amorcée au début de l’année 2015. tre précédent. rapport à la même période de l’année précédente.

dans un contexte de modération des prix à la sant des effets d’un tassement de l’activité et des re- consommation. buant. Au deuxième trimestre 2016. poursuivre sa tendance haussière. pour sa part. Elle se serait établi à +2. se si- 2016. la consommation privée se serait affer.7% des cré- en ligne avec le renforcement des ventes de ciment et dits à l’immobilier. L’investissement productif aurait maintenu. dans le sillage d’un ralentisse- venus ruraux et de la décélération des transferts des ment de la croissance économique nationale. pour sa part. en ligne avec le raffermissement de 5.4%. tissement en produits industriels aurait. pour premier trimestre 2016. compte tenu d’un profitant plutôt aux importations de consommation. attribuable à me trimestre 2015. au lieu de +1% un trimestre plus tôt. une légère amélioration des investissements en cons- gère décélération. sa tendance haussière enclenchée au deuxiè.9%. sement en produits industriels aurait. Consommation privée Formation brute de capital (GA en %) (GA en %) 8 15 6 10 4 5 2 0 0 -5 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2011 2012 2013 2014 2015 2016 Source : HCP (estimation et prévision au-delà des pointillés) Source : HCP (estimation et prévision au-delà des pointillés) Avril 2016 ● INAC-HCP ● Point de Conjoncture n°30 15 .6 point au PIB. tuant aux environs de 1. des crédits accordés à l’équipement. au premier trimestre un rythme de croissance relativement modéré. La consommation publique devrait. pour sa part. progresser de 3. quoi qu’à un rythme modéré. en sa tendance haussière. La consommation des ménages devrait 0. dont la hausse se serait établie à 11. quant à elle. contri- tion annuelle. au deuxième trimestre 2016 à revanche. accroissement attendu des dépenses administratives. la demande intérieure aurait légère- ment ralenti au début de 2016. au lieu de 1.7%. pour- consommation des ménages auraient pâti du repli des suivi son affermissement pour le quatrième trimestre revenus et de la quasi-stagnation des transferts des consécutif. dans le renforcement de 11. en glissement an. en variation prévues dans le projet de la Loi de finances 2016. Cette sa part. dont la progression aurait atteint venus ruraux. La FBC aurait été sous-tendue par truction.2% des crédits à la consommation. en variation annuelle.7%. ventes de ciment et l’accroissement de 5. au lieu de +5% un trimestre auparavant. au MRE.9% un trimestre auparavant. par rapport à 2015. au lieu de 2. pâtis- MRE. globale du PIB. Les dépenses de L’investissement productif aurait. pour sa part.2 point un trimestre plus un redressement des dépenses de fonctionnement tôt. Les dépenses du rythme de croissance de la demande intérieure de consommation auraient pâtis de la baisse des re. alimentée par une tôt. affichant un accroissement de 3. globale serait attendue.1 points un trimestre plus Elle aurait été. particulièrement. pour près de 2 points à la croissance mie de 3. avec cependant un rythme en lé. une légère décélération tre 2016.7%. au lieu de -1. En varia.2% des l’évolution favorable des investissements en bâtiment. L’investissement productif maintiendrait.5% du flux d’équipement et des crédits à l’équipement. Décélération de la consommation finale … Poursuite du ralentissement de la demande inté- rieure au deuxième trimestre 2016 La consommation des ménages aurait continué de soutenir la croissance économique au premier trimes. progression de 5. Le rythme de croissance de l’inves- l’accroissement des crédits à l’immobilier. en variation annuelle. soit une contribution de nuel.2% des importations de biens sillage d’un accroissement des importations de biens d’équipement et d’une progression de 1. particulièrement.DEMANDE INTÉRIEURE Après avoir été relativement dynamique au quatrième … et ralentissement de l’investissement trimestre 2015. légèrement accéléré. annuelle. évolution aurait été. L’investis.9%. dans le sillage d’un conservé son rythme de croissance modéré.3%. suite à 0. La croissance de la consommation publique aurait. poursuivi sa tendance haussière. ainsi.

0 1.8% pré- marché local. La dif- fusion progressive de la baisse antérieure des cours -1 des matières premières alimentaires importées. après +1.0 1.8 0. causée par le retard des pluies qui dérément. et la légè- été les principaux facteurs explicatifs de cette évolu.6 0. Les prix des produits alimentaires auraient été. dent) et ce malgré la poursuite de la baisse des prix duits alimentaires (+1. de peser sur ceux des produits non-alimentaires. Au premier trimestre 2016.7%).7 Produits non-alimentaires 0. 2 trième trimestre 2015. après +1. en glissement annuel. aurait atténué la haus- se des prix des produits alimentaires intérieurs. PRIX Modération des prix à la consommation La décélération des prix des produits alimentaires. nuel.5%. en lien avec le rétablissement de l’offre sur le l’inflation d’ensemble resterait contenue (+0.9 1.3 1. la légère haus- 0 se des prix des services de transport. de la détente des prix des produits suite à l’augmentation de leurs TVA.2 1. seraient parmi frais. en particulier ceux des to. qui ex- clut les tarifs publics.5 -0. 4 Inflation quelles se serait ajoutée celle du sucre (+0. après une baisse de 0. La diminution des prix prix des produits non-alimentaires. Ces baisses auraient compensé la vue pour le deuxième trimestre).1 0. Prix à la consommation (CVS. D’ici à la moitié de l’année. les produits frais et l’énergie.0 0. essentiellement. en partie. GA en %) Glissements annuels Moyennes annuelles Groupes de produits III-15 IV-15 I-16 II-16 2014 2015 Produits alimentaires 3. en 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 particulier ceux des céréales. l’inflation sous-jacente. tandis que ceux de l’énergie continuerait a provoqué une réduction de la production des cultu. Le reflux de l’inflation alimentaire aurait résulté.2 1. en rythme annuel.7 -1. consécutive à l’apparition de la grippe aviaire au cours de cette période. les facteurs qui auraient contribué à la reprise des son avec l’année dernière.2 7.6 Inflation sous-jacente 1. re augmentation des prix des services de transport. 1 fois. l’inflation serait restée observée au cours du premier trimestre 2016.7 Ensemble 1. des produits énergétiques. contrastées : le léger recul des prix des produits hors frais aurait compensé. Inflation sous-jacente traînée par la décompensation progressive de ce 3 produit. aux. en lien avec l’augmentation des prix des billets des trains.1 2.3%. marqué par la hausse des prix œufs (+18. en lien avec la (cvs. Les évolutions des différents postes de l’inflation sous-jacente auraient été. +1. avec l’augmentation des prix des billets des trains.4 1. res bour.3 Source: HCP 16 Point de Conjoncture n°30 ● INAC-HCP ● Avril 2016 . au qua. Pour autant.6%. toute.1% au trimestre précé- Le repli du rythme de croissance des prix des pro.4 1.en glissement an- +1%. se inférieure à celle enregistrée au cours de la même serait tempérée par la légère hausse des prix des période une année auparavant : elle aurait reflué à produits non-alimentaires (+0. de l’année précédente. hors Source : HCP (estimation et prévision au-delà des pointillés) produits frais. en.6 1. Les prix des pro- hausse exceptionnelle des prix des oignons au cours duits alimentaires continueraient de progresser mo- de cette période. mates.5% un an plus tôt. éga- Prix à la consommation et inflation sous-jacente lement.1 1.5 0. leur des produits frais proviendrait surtout de la baisse de progression serait restée largement inférieure à celle ceux des légumes frais. serait restée modérée.2%.7 2. La hausse des prix de après +2% un an auparavant) et la poursuite de la l’électricité.8% au premier trimestre 2016). se repliant presque de la moitié en comparai. Toutefois. suite à l’application d’une nouvelle reva- baisse de ceux des produits énergétiques auraient lorisation du tarif au mois de janvier 2016. GA en %) baisse de la productivité. tion.

9 -4. Les autres compo- 4. les prix à la production 15 (GA en %) des industries manufacturières ont. l’indice global a décliné de 4. En effet.3 point). a atténué la ten- dustrielle enregistrée tout le long de l’année 2015 (.7 -1.1 point pour le reste.6 -1.4 Cokéfaction et raffinage -8. Les industries alimentaires ont. 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 cédent (-0.1 0. contribué négativement aux 0 coûts de raffinage. .2 point). sui- baisse te à la hausse des coûts de production de l’acide sulfurique et. de nouveau. premières énergétiques importées.5% sur un an.8 -39. tirée.7 2. se serait santes de l’indice ont une contribution nulle dans la poursuivre au premier trimestre 2016 (-1.3 0.4 -0. -15 dice global est restée la même qu’au trimestre pré. en partie. en glissement annuel.5 0.5 -5.2 Industrie chimique -11.6 -5.9 -3.7 -0.2 points l’indice global. la contribution à la Source : HCP Prix à la production industrielle (évolution en % et contributions en points) Moyennes annuel- Glissements annuels Contributions les 2014 2015 I-15 II-15 III-15 IV-15 I-15 II-15 III-15 IV-15 Indice général -2. du fait de la détente des prix des matières -0. . -5 pour leur part. poursuivi leur baisse.7 0. en variation annuelle).3 -8.3% à fin majorité des industries et variant entre de +0.1 -0. re- culé.0 -3.7 -0. dans une moindre mesure.4 point). dance baissière de l’indice global. La baisse des prix de l’énergie ont. dans le sillage du repli de ceux des industries 10 de raffinage.3 Source : HCP Avril 2016 ● INAC-HCP ● Point de Conjoncture n°30 17 .0 -28. de ceux La tendance baissière des prix à la production in.9 -4.8 0.Les prix à la production industrielle toujours en des coûts des industries chimiques (+0. Toutefois.1 -0. par la décrue -10 des coûts des produits à base de fruits et légumes frais.3 0. - dont : Industries alimentaires -0.5 -4.3 .3%. en comparaison avec l’année dernière.5 -0.5 -4. des industries de tabac (+0. tout en faisant baisser de 4. Leur contribution au glissement annuel de l’in.1 et février).6 -4.6 5. après avoir baissé de 5 4.3 -1.7 -38.3 -37.5% le trimestre précédent.1 -35. Prix à la production industrielle Au quatrième trimestre 2015. encore.

Un retournement à la baisse a marqué l’évolution de l’emploi rémunéré au quatrième trimestre 2015. aux environs de 14% et 3. au lieu de 14. Le nombre d’em. hors effets saisonniers.7 millions postes. meurs. Pour sa part. d’autre part. l’économie nationale.3%. soit une hausse de plois dans les campagnes (-0.5%. En effet.2%. Cette baisse a de 3. respectivement. C’est particulière. diminué de 0. le non rémunéré a cru.5%. L’industrie a connu. … perte d’emplois dans les secteurs de l’indus. en les secteurs de l’industrie et du BTP ont affiché une milieu urbain et rural. en glis. au quatrième trimestre 2015. a amélioré ses effectifs employés d’environ 18 mille mestre précédent. entre le troisième et sement trimestriel. le taux de chômage s’est situé Après la hausse marquée du début de l’année 2015. avec une création nette de 5 mille postes. le ment en zone rurale que cette baisse a été plus mar. en- diminution notable de leurs effectifs employés durant registré le trimestre précédent. Cette situation s’est traduite par une baisse du taux trie et du BTP… de chômage de 0. en milliers) 10800 1200 Tendance 1150 Tendance 10600 1100 1050 10400 1000 10200 950 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 Source : HCP Source : HCP 18 Point de Conjoncture n°30 ● INAC-HCP ● Avril 2016 . puisque le nombre de personnes dans les troisième trimestre. en glissement trimestriel. nombre de chômeurs a baissé de 8%. plois. marqué aussi bien les villes que les campagnes. pour sa Actifs occupés Effectif des chômeurs (cvs. Par milieu de résidence. à 2015… la suite d’une perte de 12 mille emplois. au quatrième trimestre 2015.7%. pour se situer à 1094 mille per- campagnes effectuant un travail rémunéré a diminué sonnes. la population active occupée dans l’agri- le résultat de deux tendances contradictoires entre culture et les services a connu une évolution favora- les deux milieux de résidence.9% en glissement trimes- gné au quatrième trimestre 2015. par rapport au trimestre précédant. suivi sa tendance haussière amorcée au début de l’année. l’emploi tion de 6% des actifs en chômage et. Se … mais baisse du chômage situant à 8232 mille emplois. Le secteur agricole plois ont été créés dans les villes par rapport au tri. hors variations saisonnières. quant à lui. 0.6 point. en rythme trimes. s’est situé aux environs de 10. pour s’établir à 9. hors effets saisonniers.8%. a. lieu urbain a enregistré une hausse de 1%. ble. Cette évolution est A l’inverse. hors variations saisonnières. le quatrième trimestre 2015. postes. hors effets saisonniers. le secteur des services a pour- triel). milieu rural a connu une baisse de 15% de ses chô- de 2. au cours de la même période. L’offre d’emploi dans le secteur du BTP L’offre d’emploi au niveau national a quasiment sta. en milliers) (cvs. le nombre de postes rémunérés a diminué d’environ Malgré la quasi-stagnation de l’offre d’emplois par 0. soit une perte d’environ 8 mille emplois.4%.8% et 4. le quatrième trimestre. une baisse de 1% de ses effectifs employés. soit une hausse de 0. 25 mille em. par rapport au quée. en glissement trimestriel. triel. D’une part. alors que le mi. EMPLOI ET CHÔMAGE Stagnation de l’emploi au quatrième trimestre part.5%. contre une perte de 28 milles em. le milieu urbain a enregistré une diminu- port au trimestre précédent.7%. En revanche. en glissement trimestriel. par rap.

La faible dynami. calculs et estimations HCP. alors qu'en zone euro.8%.0 0. Demande mondiale adressée au Maroc tations se serait reflétée au niveau du déficit de la (variations en %) balance commerciale qui se serait creusé de 3%. La faiblesse persistante des importations des pays diale adressée au Maroc aurait été relativement plus émergents a pesé sur le commerce mondial de biens dynamique que le commerce mondial. l’activité se serait stabilisée en Chine.5 3.7%. elle aurait été stimulée par un regain de Source : élaboration HCP. le climat conjoncturel serait resté dégradé. estimation et prévision au-delà des pouvoir d’achat des ménages et une relance pro. la demande mon.6 Taux de couverture (en pts) 11.2 2. indice des biens en volume. alors qu'en Russie et ce économique entre pays avancés et pays émer.2 3. traduite 12 GT en % par une légère baisse du taux de couverture estimée à 0. 0 Orientation relativement favorable de la demande mondiale adressée au Maroc -6 Après un léger ralentissement au quatrième trimes- tre 2015.6 Déficit commercial -30. mais sans qui n'aurait crû que de 2.7 -6.2 0. gents au premier trimestre 2016.3 8. au premier trimestre pour autant tirer l'ensemble des secteurs exporta.1 -5.9 -0. pour se situer à 60.6 Exportations 10. national.9 2.2 -15.8 -4. par la consommation privée. données provisoires Avril 2016 ● INAC-HCP ● Point de Conjoncture n°30 19 . après sept trimestres d’allége- GA en % ment.4 6.5 6.9%. Néanmoins. de hausse de leurs prix à la consomma- duite par une hausse modérée du commerce inter. vu la composition géographi- que des exportations marocaines.4 5.8 5.8 1.6 -7. également. Cette situation se serait. pointillés.2 point.8 -5.6 5. tion et de dégradation de leurs finances publiques. 2016.3 -0. dans un contexte de dépréciation de leurs monnaies que des importations de ces derniers se serait tra. au lieu de +3. 6 ce taux n'aurait atteint que 46.0 -1.7 Source : Office des Changes. L’augmentation moins conséquen- te des exportations nationales par rapport aux impor. Dans les pays émer- Echanges extérieurs de biens GA en % 2015 2016 Rubriques 2013 2014 2015 I II III IV I Importations -9.4 -20.6 -18. la croissance des économies avancées se -12 serait légèrement redressée au premier trimestre 2016 (+1.ECHANGES EXTERIEURS Le climat conjoncturel au niveau mondial aurait été gents. gressive de l’investissement. cvs.7 0.6% en rythme annualisé). en 18 glissement annuel. La teurs à la hausse.2% une année auparavant. L’activité aux -18 Etats-Unis aurait bénéficié du dynamisme des servi.5 2. Hors automobile.6 4. au Brésil. 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 ces et du soutien de la consommation. portée marqué par une certaine divergence de la croissan. respectives. base 100 : 2005.3 6.

nerie la Samir. principalement. en glisse. après la baisse ob- avoir réalisé des hausses respectives de 4. jouerait en faveur d’un allégement relatif du …et retournement à la hausse des importations déficit commercial national. de l’aéronautique. le enregistrée au 3ème trimestre 2015.02% en variation annuel- ble de la demande extérieure.3% au premier trimestre 2016. importations de pétrole brut. en repli estimé à 4%. se serait orientée en hausse de 3. du gaz de pétrole et autres hydrocarbures. les recettes des MRE auraient marqué le pas. des biens d’équipement (machines. les exportations auraient même légère. et du manque de dynamisme de la (+4. mais qui reste à confirmer sur les prochains tri- (+9%. de stocks mondiaux importants surtout en Chi. en particulier du secteur de la bonneterie. de minerai de fer et des métaux indus- triels. tirée notamment par celle en provenan- ce de ses principaux partenaires européens. toujours vue de compenser la suspension temporaire des résiliente face à la modération du commerce mon. Quant biens en valeur auraient progressé de 2% au pre. surtout en provenan- demande étrangère. mal- gré la hausse des achats en tonnage des gasoils et fuels.1%. suivi du secteur agro-alimentaire et. elles se seraient améliorées mier trimestre 2016. ment annuel. Hors Un environnement extérieur moins pénalisant au automobile. La résilien- TSP. en glissement annuel. dans une moindre mesure. après avoir reflué en 2015 suite à la bonne récolte céréalière 2014/15. après de 1. réalisant une hausse de 0. Ne profitant que partiellement de l’orientation favora. particulièrement américaine et ce de la zone euro. dans un d’un essoufflement de la demande européenne qui contexte d’offre mondiale excédentaire en particulier lui est adressée. Celles-ci rieures auraient bénéficié de l’élan toujours positif du semblent entamer une nouvelle phase de croissan- premier secteur exportateur à savoir l’automobile ce. Les achats de produits ali- mentaires. A contrario. construction. auraient repris. ce de la demande extérieure adressée au Maroc ne et en Inde. dans Au deuxième trimestre 2016. au premier trimestre 2016. serait de nature à soutenir quel- brésilienne. Stagnation des recettes MRE et timide hausse pour les recettes voyages Comportement moins dynamique des exporta- tions … S’agissant des flux financiers. de céréales. aux recettes voyages. dans un contexte de repli des cours mondiaux énergétiques et ce. suite à l’arrêt de la raffi- dial. Il en est de même pour les expéditions que peu les exportations marocaines. tel que le blé. Les importations de biens en valeur se seraient orientées en hausse de 2.4% en glissement annuel). en 20 Point de Conjoncture n°30 ● INAC-HCP ● Avril 2016 . papier et carton). en particulier française. de l’aug- mentation des importations hors énergie façonnée par les acquisitions des biens de consommation (voitures de tourisme et médicaments). l'environnement inter- un contexte de reflux des cours mondiaux de DAP et national serait relativement plus porteur. La poursuite de l'ac- qui semble pâtir depuis le deuxième trimestre 2015 calmie des prix des matières premières. influencées par la baisse des expéditions des engrais naturels et chimiques. Les ventes exté. celles de la filière automobile. les exportations de le. dans son segment mestres. Ce revirement de tendance aurait résulté. après avoir reflué en 2015.1%). en variation annuelle. appareils divers et voitures industrielles) et des demi-produits (matières plasti- ques. à l'exception de la hausse ponctuel- 5.6% et servée en 2015.5% deux trimestres auparavant. après une orientation favorable en 2015. en glissement annuel). la facture énergétique aurait poursuivi sa tendance baissière.5%. demande mondiale adressée au Maroc. deuxième trimestre 2016 ment reflué (-0.

Les impôts directs auraient marqué un repli de 0.0 Solde ordinaire -8 248 -6 271 -5 083 -24.5% des recettes de l’IS et (Janvier-février.5 3.7%. Source : TGR.6 16.4 Situations cumulées à partir de janvier. les recettes non-fiscales -8 auraient reculé de 41. ment augmenté et la dette intérieure se serait accrue de 2. l’endettement du Trésor aurait légère- tirée par la hausse des recettes fiscales.7 milliards de dh aux deux premiers mois du budget 2015. Le financement net du Trésor sur le marché de la progression des charges d’investissement. calculs HCP Avril 2016 ● INAC-HCP ● Point de Conjoncture n°30 21 .2 Biens et services 28 883 28 152 29 048 -2.2%. Solde budgétaire ment à la baisse de 15.8 -2.9 Solde budgétaire -15 108 -14 689 -14 038 -2. L’effort de l’investissement budgé- de l’Etat. les recettes fiscales auraient augmen.9 1.6%. duit son déficit de 18. contribuant ainsi pour -3. à la suite 2016.9 Recettes non-fiscales 1 028 2 718 1 586 164. ap- puyés par la hausse des recettes de la TIC 0 (+19. GA en %) Niveaux Variations Rubriques Février-14 Février-15 Février-16 Février-15 Février-16 Recettes ordinaires 27 427 28 768 29 199 4. En effet. l’épargne ordinaire aurait ré- primaire et global se seraient.8 -4. dû essentielle. de la baisse 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 des dépenses de compensation. Globalement.3%.5%). élaboration HCP dette publique auraient augmenté de 65.3 Compensation 3 300 3 720 0 12. Le Trésor aurait réduit ses levées net- un taux de réalisation de 14% pour les premiers et tes des fonds nécessaires au financement de son 16% pour les seconds. à la suite. quent un léger retard au niveau de l’exécution des le besoin de financement du Trésor aurait légère- recettes et des dépenses ordinaires de l’Etat. une augmentation de 1.6%.3% des importations des biens. en variation annuelle. 2016.9%. De ce fait. ainsi.9%.3%.9 Investissement 12 675 12 345 14 434 -2. Les recettes auraient marqué budget sur le marché des adjudications des bons. le déficit budgé- nués au terme des deux premiers mois de l’année taire se serait abaissé de 4. Les droits de douane se seraient amélio- rés de 23.FINANCES PUBLIQUES L’exécution en cours du budget 2016 serait mar. -12 Parallèlement.5% des recettes de l’IR. tandis Evolution des charges et ressources du Trésor (Hors TVA des collectivités locales.5 Recettes fiscales 26 353 26 002 27 547 -1. Les intérêts de la Source : DTFE. millions de dh. parallèlement à la progression de -4 2. Les 4 impôts indirects auraient augmenté de 5. les soldes primaire et global conti.6 Dépenses ordinaires 35 675 35 039 34 282 -1. avec ment reculé. taire se serait maintenu et les dépenses y afférentes nuent de s’alléger. Repli des déficits primaire et global A la suite de la baisse du déficit budgétaire et mal- Les réalisations budgétaires à fin février 2016 indi.2 Intérêts de la dette publique 3 492 3 167 5 234 -9.4 -41. Les déficits gression des recettes. D’un autre coté.4%. té de 5. les dépenses ordinaires auraient re. 2015. Les droits d’enre- gistrement et de timbre auraient augmenté de 18. que les dépenses de fonctionnement auraient pro- quée par la poursuite de l’amélioration des comptes gressé de 3. à la suite du desserrement d’étau auraient enregistré une hausse de 16.3 65.3 5.0 -18.7 -100.5%. légèrement atté.9%. Il intérieur aurait ralenti et son endettement intérieur se serait situé à -14 milliards de dh à fin février aurait augmenté. par rapport à son niveau à fin décembre Globalement. sur les dépenses budgétaires. contre -14. notamment. gré le remboursement d’une partie de ses arriérés. A fin février 2016. Tirée par un recul des dépenses et une légère pro- se et les charges ordinaires en baisse.4%. les recettes ordinaires auraient évolué en légère haus. -16 culé de 2.9 points à la croissance des recettes budgétaires. milliards de dh) malgré la hausse de 4.2%. en glissement annuel.4% seulement.

Dépôts à 6 mois 3.80 3.51 Taux des adjudications des bons du Trésor(2) .14 2. de nouveau.91 3. toutefois.99 2.2 3. réduit son La masse monétaire évolue sur un sentier ascendant taux directeur de 2.50 2. Sa croissance de s’alléger au début de l’année 2016 et leurs tréso.51 2.56 3. (2) : taux moyens 22 Point de Conjoncture n°30 ● INAC-HCP ● Avril 2016 .35 . ré. Taux interbancaire moyen trimestriel Taux moyen trimestriel des adjudications des bons (en %) du Trésor à un an (en %) 3. caire aurait globalement manqué de dynamisme.24 3.8 2.86 3. dans un contexte d’une décélération prévue de la croissance Le déficit de la liquidité des banques aurait pour- économique en 2016 et d’un maintien du taux d’infla.14 3.6 4.9 3.85 3. alors que les taux créditeurs et débiteurs au. la banque centrale aurait diminué ses seraient légèrement stabilisés au premier trimestre niveaux d’interventions pour le financement monétai- 2016.71 3. A l’exception d’une légère reprise enregistrée leur financement auprès de la banque centrale se au niveau des crédits aux entreprises. 5 ans 4.50% à 2.52 2.51 2. calculs HCP (1) : taux en fin de période. Repli des taux d’intérêt monétaires duit son taux directeur de 0. la banque centrale a.64 3.9 2.17 3.25 3. en fin mars 2016. alimen- tion à un niveau modéré. élaboration HCP Source : BAM.57 .72 2.74 3.25 (2) Taux interbancaires 3. à la suite de la suite de la décélération des créances sur l’écono- la hausse des réserves de change. élaboration HCP Principaux taux d'intérêt (en %) 2014 2015 2016 Types I II III IV I II III IV I (1) Taux directeur .63 3. les taux des adjudications des bons du Trésor se Dans ce sens.62 3.03 2.51 3.50 2. re des banques.94 3.71 Source : BAM.00 2.50 2. le crédit ban- serait abaissé. Avances à 7 jours 3. La banque central aurait.86 3.78 3.50 2.50 2.05 3. Le taux interbancaire et té par la hausse continue des réserves de change.83 3.00 3.4 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 Source : BAM.4 2. Par conséquent. mie. de nouveau. suivi sa réduction au début de l’année 2016.91 3. à reries se seraient nettement améliorées.67 2.46 3. aurait. Dépôts à 12 mois 3.60 2.25%.98 3.68 3.4 2.51 2. FINANCEMENT DE L’ECONOMIE Le déficit de la liquidité des banques aurait continué depuis le deuxième trimestre 2014.83 2. ralenti au premier trimestre 2016. raient poursuivi leur repli.33 2.69 3. Pour sa part.60 2.25 point.53 2.07 Taux créditeurs(1) .60 3. 1 an 3.75 2.4 3.

9 2.Créances sur l'économie 0. GT en %) 2.4 3. depuis le trimestre 2015 à 2.6 -0.4 Placements liquides 2.2 8.2 6.6 0.2 1.7 2.5 0. mais avec cependant une légère décélération au premier trimestre 2016.4 1. 2015.8 3. calculs HCP Avril 2016 ● INAC-HCP ● Point de Conjoncture n°30 23 . théoriquement. en repli de 3 points de base en comparaison croitre de 1.4 1. GT en %) 2014 2015 2016 Indicateurs I II III IV I II III IV I Masse monétaire 0.0 1. élaboration HCP Source : BAM.4 4. au premier trimestre 2016.3 Source : BAM.4 0.6 6.1 0.3 5. aux mêmes pério.5 4. Les créances nettes sur l’administration centrale au- teurs auraient poursuivi leur repli. GT en %) (CVS. la masse monétaire aurait ralenti au premier la demande intérieure. Parallèlement. Toutefois.2 2.0 2.8 Contreparties dont : .4 .2 2 013 2 014 2 015 2 016 2 013 2 014 2 015 2 016 Source : BAM. la mestre 2016.4 3.57%.5 -6. élaboration HCP Principaux indicateurs monétaires (Cvs.1 16. L’encours aurait baissé de 1.4 2.8 1. au premier trimestre 2016.4 1.6 1. trimestre 2016. au lieu taux moyen des bons à un an se serait situé à d’une hausse de 1.8 1. deuxième trimestre 2014.9 3.0 7.7 2.Cette mesure serait intervenue dans un contexte 3. Le financement du Trésor sur le marché des adjudi- cations aurait légèrement augmenté au premier tri. au quatrième Toutefois.3 1.4 -1. à un trimestre plus tôt.9 -4.4%.14% à 3.8 1. après +5.4 tes .6 -1.57%. les taux d'intérêt sur ce mar. C’est ainsi que le sement trimestriel. passant en moyenne de 2.6 0.7 1. Les réserves internationales nettes auraient poursui- des.0 0. 2016. Elles au- Pour leur part.0 1.1 2. un repli important au quatrième trimestriel.Réserves internationales net- 5. les taux débiteurs auraient connu.4% un trimestre auparavant. au lieu d’un Masse monétaire Créances sur l’économie (CVS.0 2. en raient enregistré une hausse de 4.5% un trimestre plus tôt et devrait 2.5 1. donc.2 0.2 5. en glis- ché auraient globalement diminué.4% en glissement moyenne pondérée.0 1. masse monétaire se serait accrue de 0. les taux crédi. Elle devrait.1 -1.2 Liquidité de l'économie 1.Créances nettes sur l'AC -1. descendant ainsi à 5. stimuler le Après une nette amélioration au quatrième trimestre crédit pour les ménages et les entreprises et. au deuxième trimestre 2016. décélération prévue de la croissance économique nationale. En données corrigées des variations saisonnières.2 1.0 -0.9 2. Ce ralentissement serait le fruit d’une raient marqué un léger repli au premier trimestre décélération des réserves internationales nettes.4 1.49%.3 2. la masse monétaire évolue.07%.4 1. aux entreprises et de 59 points de base des taux des crédits à l’équipement.3 1.5 2.0 0. Le taux moyen raient poursuivi leur repli conjoncturel au début de pondéré des dépôts à 6 et à 12 mois se serait situé à 2016.6 0. trimestre 2015.5 0.5 -4.8%.51% au premier trimestre 2016. Les taux interbancaires au. soit un repli de 9 d’absence de tensions inflationnistes et de la nette points de base comparé à un trimestre auparavant. Cette Cette évolution positive émanerait surtout de la ré- évolution est le fruit d’une baisse de 17 points de duction progressive du déficit de la balance commer- base des taux appliqués aux facilités de trésorerie ciale.1%.52%. Le taux moyen à cinq ans serait passé de 3. vi leur amélioration. sur un sentier cyclique croissant.

7 1.9 0.0 1.87 dirhams au troisième restée faible en 2014 et 2015. ainsi.3 0.1 1. avec.1 1.1 -1.3% un trimestre plus tôt. une appréciation visions pour le deuxième trimestre 2016 augurent par rapport à l’euro et une dépréciation vis-à-vis du une hausse de 0. élaboration HCP poursuivi leur rythme ascendant. Les levées net. La parité dirham/euro s’est établie à s’éloigner de leur niveau potentiel. poursuite de la baisse de la valeur de l’euro aux dé- l’encours aurait progressé de 0. contre une progression de dirhams au quatrième trimestre.6% un trimestre plus tôt. Au premier tri- mestre 2016.3% de sa valeur. déprécié de 1%. calculs HCP 24 Point de Conjoncture n°30 ● INAC-HCP ● Avril 2016 . au quatrième trimestre 2015.4 -1.4 1. s’éloi- -8 gnant largement de leur taux de croissance potentiel. affichant une aug- Crédits des institutions de dépôts (Cvs. une hausse des risques y afférents. Après avoir perdu 0. un trimestre auparavant. L’encours aurait augmenté 8 de 2. Les pré. après +0.1 2. Source : BAM. Taux de change bilatéral du dirham Les crédits de trésorerie auraient marqué. un trimestre plus tôt. $/Dh 16 Les crédits à l’équipement se seraient bien compor. Le dollar s’est échangé glissement trimestriel et en données corrigées des de 9. en parallèle. toutefois.1 1.80 dirhams. en moyenne Le crédit bancaire en manque de croissance trimestrielle. Au début de 2016. la variation du cours bilatéral du cours aurait stagné au premier trimestre 2016. le dirham s’est apprécié de 0. en dirham a été plus prononcée. Leur évolution est 10. lieu de +1 % au quatrième trimestre 2015. un trimestre auparavant. GT en %) 2014 2015 2016 Types I II III IV I II III IV I Total des crédits dont: 0. ces types de crédits semblent en- tamer un nouveau cycle de croissance ascendant. sé pour le deuxième trimestre consécutif.3% au premier trimestre 2016. la monnaie nationale a croissance de 1%.9 1.8 0. recul de 6. contre 10. Globalement.5 1.0 -1.3 Crédits immobiliers 0.3 0. 12 tés et leur rythme de croissance aurait progressé au premier trimestre 2016. après un repli de 0.0 10.3 1.0 Crédits de trésorerie 2.4 1. au premier trimestre 2016.6 0. leur rythme de croissance aurait été Dans un marché international caractérisé par une relativement faible.1 1.4 1. à 9.0 Crédits à la consommation 0. Cette stagnation serait le s’est.3 1. L’en. Les crédits à la consommation auraient. La décélération du crédit s’est poursuivie au fil des trimestres. en glisse- ment trimestriel et hors effets saisonniers.87 variations saisonnières.7 0. Les créances sur l’économie dollar. La valeur du dirham 1. au lieu d’une pens du dollar américain.8 0.1 -1. Corrigé des effets saisonniers.5 -0. leur encours aurait stagné.4 0. évoluent dans une phase de baisse cyclique.1%. après 2012 2013 2014 2015 une hausse de 0.1 2. trimestre. une aug. 20 Euro/Dh d’évoluer sur un sentier conjoncturel décroissant.2 -0. au troisième trimes- tre 2015.5%.4%.3%.5 0.0 -2. 0 Les crédits immobiliers ont emprunté un sentier -4 conjoncturel décroissant en 2014 et en 2015. quant à eux.0 0.0 -2.3 Crédits à l'équipement 0. Vis-à-vis du dollar. Ils continuent.4%.1 0.5 Source : BAM. mentation de 1.5 -0. résultat des évolutions différenciées des différents types de crédits. au tes des fonds sur le marché monétaire auraient bais.2 2. par rapport à l’euro.78 dirhams au troisième trimestre 2015. subi.3%.1% un trimestre plus 4 tôt.3 0. (GT en %) mentation de 1. Poursuite de la dépréciation du dirham vis-à-vis Les créances sur l’économie auraient sensiblement du dollar ralenti en 2015 et au début de 2016.1 0.6% au qua- Les crédits des institutions bancaires continuent de trième trimestre.9 -0.

caractéri. ainsi. les investisseurs avec des hausses des indices boursiers agrégés. … mais net repli des transactions boursières Reprise du marché boursier… Le bon comportement du marché boursier.9%. Le marché serait resté en situation boissons (-7. En mestre 2016. élaboration HCP Source : SBVC.BOURSE DES VALEURS Le marché des actions aurait marqué une reprise degrés divers. il s’agit. les transactions y afférentes auraient reculé de ciétés cotées auraient. marché serait resté en situation de sous-liquidité. du secteur des équipe- peu attractif et le volume des transactions aurait sen. 8. malgré l’amélioration des indicateurs bilanciels des tables des sociétés cotées pour l’année 2015. contre des replis de Casablanca. des holdings (+15.6%) et des servi- qui auraient enregistré une légère croissance en ter. alors que les investis- d’enregistrer une performance positive depuis le dé. Un renversement de tendance se se. au premier trimestre 2016. s’est interrompu au premier tri. une Le rebond du marché des actions aurait été tiré par croissance de 3.4 milliards de dh. indices MASI et MADEX auraient affiché une pro- gression trimestrielle de 4.9%). Globalement. en glissement annuel. soit un gain de 17. Le secteur de l’immobilier aurait mar- conjoncturelle au premier trimestre 2016. Les cours des so. le marché boursier serait resté ves. majoritairement. seurs institutionnels auraient été passifs. élaboration HCP Avril 2016 ● INAC-HCP ● Point de Conjoncture n°30 25 . secteurs auraient enregistré des évolutions négati- néficiaire.3%. Le chiffre d’affaires sur le hausse. Dans ce contexte de reprise de la place financière ment. Ce retournement se serait manifesté phase d’attentisme. résultats auraient annoncé une croissance de l’activi- té et de la capacité bénéficiaire en 2015. à la suite de la publication (+18. suivi du secteur du transport leur tendance à la hausse. Toutefois. n’aurait pas été accompagné Le trend baissier du marché des actions. mais à des tôt. bal .8% comparée à un trimestre plus une grande partie des secteurs cotés. ces aux collectivités (+11.8%). entre autres. Le auraient intervenu avec beaucoup de précaution. par rapport qué la plus forte progression au premier trimestre à fin 2015. marché aurait réagi positivement aux résultats comp.4%. les particuliers auraient continué de désaffecter rait opéré sur le marché boursier et aurait permis l’investissement en bourse.1% et 2. des matériels et des logiciels informati- des résultats bilanciels 2015 des sociétés cotées et ques (+17.6%. Les gendrer que 5. un trimestre auparavant. marché des blocs aurait nettement chuté pour n’en- fice et de l’activité bilanciels des sociétés cotées. Ces sociétés cotées.6%).7% du chiffre d’affaires global. Le sant l’année 2015.1 milliards de dh environs. étant en but de l’année.5%) et du secteur de la chimie (-6.5% et 4. consécutivement à l’accroissement du béné. après une hausse de de l’année 2016. appréciée au premier trimestre 2016. Les cours boursiers auraient renversé 2016. soit +37. des siblement reculé.4%). évolué en 15%. respective. la capitalisation boursière se serait respectifs de 2. enregistrant. Le marché central rait été déclenchée par la hausse des résultats aurait participé à hauteur de 94. effet. En revanche. Elle s’est si- tuée à 470. au pre- mier trimestre 2016. Le volume trimestriel des transactions se serait maintenu à un niveau faible. d’un redressement du volume des transactions.3% du volume glo- comptables des sociétés cotées.8%). de sous liquidité et les investisseurs en actions au- raient intervenu avec prudence et précaution. d’autres mes de leur chiffre d’affaires et de leur capacité bé. La progression de ses indices au. en variation annuelle. Indice MASI Volume des transactions (GT en %) (GA en %) 10 148 111 5 74 0 37 0 -5 -37 -10 -74 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2011 2012 2013 2014 2015 2016 Source : SBVC. ments électroniques et électriques (-12.8% un trimestre auparavant. Il aurait reculé de Le marché des actions semble se ressaisir au début 37.

8 0.4 Assurance 5. biens équipement industriels 20.8 38.0 69.4 14.8 -2.4 -61.5 6.4 3.0 -20.9 2.1 18.9 0.3 -1.4 6.7 4.7 10.3 -9.7 -14.8 MADEX 4.6 -4.0 1.4 -47.1 82.8 -2.5 0.1 -8.2 -38.8 -1.5 -7.2 -4.8 -4.7 -6.6 -5.5 -4.8 89.0 -10.6 -6.2 -1.9 Bâtiment 9.5 Agro-alimentaire 0.3 -0.9 Capitalisation boursière 4.8 -1.0 Marché des blocs -65.3 -12.4 -1.4 -16.7 29.8 -7.8 4.3 Total -45.4 -7.0 -0.7 Holdings 1.0 -5.9 -5.0 8.1 4.1 4.0 -2.5 -4.5 7.0 39.3 Electricité -1.0 -0.0 7.0 -5.6 -3.3 10.4 -21.4 Source : SBVC.8 Source : SBVC.5 -7.3 1927.0 -2.5 -5.2 2.8 -6.9 -14.8 1.3 -15.2 -3.7 Transport 33.6 -98.4 -2.1 -14.4 -3.5 -19.7 Logiciels 17.3 -4.3 3.3 -7.3 -25.3 17.1 -1.7 -12.4 9.5 -0.6 2.8 -0.3 -27.3 -10.6 2.7 1.3 -2.8 -20.4 -2. calculs HCP 26 Point de Conjoncture n°30 ● INAC-HCP ● Avril 2016 .9 -18.8 Equipements électroniques et électriques 28.4 6.1 -9.8 -13.1 -3.0 -4.3 -0.2 -1.2 -22.6 -2.2 -1.1 8.2 -0.2 18.1 141.2 -5.7 -88. calculs HCP Chiffre d'affaires (GA en %) 2014 2015 2016 Rubriques I II III IV I II III IV I Marché central -21.8 -5.8 11.2 Services aux collectivités 14.2 -4.4 4.6 -2.8 21.1 -8.5 -18.8 -0.2 1.6 -1.3 -17.8 -3.3 -0.7 -9.2 9.5 -25.3 -15.4 6.3 2.0 1.0 1.5 0.5 2.2 3.0 -2.3 17.5 2.9 -4.7 -15.0 -0.2 -8.0 Boissons -2.2 58.4 -17.3 37.3 1.6 -6.0 -13.8 17.2 -4.5 6.5 -0.5 -7.1 9.5 Ingénieries.3 -33.5 7.7 -4.3 -5.3 -3.5 15.8 -94.2 4.1 -6.1 39.1 8.7 15.3 16.2 -36.8 15.6 4.3 -13.9 -26.2 10.1 0.6 Distribution 4. Indicateurs boursiers (GT en %) 2014 2015 2016 I II III IV I II III IV I MASI dont : 4.9 -2.0 25.6 -11.5 Chimie 50.3 -11.6 -15.3 2.1 -5.7 -15.0 -2.0 Banque 1.4 -20.0 -0.7 8.2 -3.5 -15.8 Sociétés de financement -0.6 Sylviculture et papier 47.3 -1.3 -5.0 -1.9 2.3 Pharmacie 5.4 -41.8 0.8 3.0 -5.3 -5.8 -37.6 6.7 -8.3 1.3 3.8 Pétrole et gaz 6.5 -0.9 -5.3 -7.9 Mines 10.1 -0.2 1.9 -6.2 Loisirs et hôtels 41.5 16.8 9.8 2.4 9.8 6.0 -6.3 3.4 1.1 11.3 Télécommunications 4.4 Immobilier 6.2 -6.8 -7.1 3.8 7.3 14.

III. II. mécaniques et électroniques IPI : Indice de la production industrielle IS : Impôt sur les sociétés MADEX : Most Active Shares Index MASI : Moroccan All Shares Index MDh : Millions de dirhams MRE : Marocains résidant à l'étranger OCP : Office Chérifien des Phosphates ONE : Office National de l'Electricité PSB : Pulpe sèche de betterave Qx : Quintaux SBVC : Société de Bourse des Valeurs de Casablanca t : Tonne I. : Non disponible /// : Il ne serait question d’inscrire un nombre Avril 2016 ● INAC-HCP ● Point de Conjoncture n°30 27 . IV : Trimestres S1. SIGNES ET ABREVIATIONS BAM : Bank Al-Maghrib BTP : Bâtiment et travaux publics CN : Direction de la Comptabilité Nationale du HCP CVS : Corrigé des variations saisonnières DTFE : Direction du Trésor et des Finances Extérieurs EACCE : Etablissement Autonome de Contrôle et de Coordination des Exportations GA : Glissement annuel GT : Glissement trimestriel FBCF : Formation brute du capital fixe Ha : Hectare IPC : Indice des prix à la consommation IMME : Industries métalliques. S2 : Semestres : Estimations ou prévisions .

7‬و سٌعرف الطلب‬ ‫الموجهة للسكن ب ‪ .3‬خالل الفصل األول ‪ .‬حٌث‬ ‫ٌتوقع أن ٌشهد الطلب الداخلً الخاص بعععض العتعبعاطع فعً‬ ‫ستشهد منطقة األورو تطورا ملموسا بفضل تحسن‬ ‫وثعٌعرة نععمعوه‪ ،‬خععالل العفعصععل األول مععن ‪ ،2016‬حعٌععث‬ ‫القدرة الشرائٌة لألسر وانتعاش االستثمار‪ .‬وٌعزى هذا التطور إلعى اسعتعمعرار تعحعسعن‬ ‫المحروقات‪.6‬خالل الفصل األول‬ ‫من ‪ ،2016‬بعد تباط ه فً الفصل السابق‪ .7‬عوض ‪ ،٪+1‬فً الفصل السابق‪.6‬و ‪،٪+5.2016‬وٌعزى‬ ‫‪ ،٪2. ‫‪‬‬ ‫‪Ω‬موجــــــز حـــول الظرفيــــــــــــة االقتصاديــــــــــــة‬ ‫خالل الفصلٌن السابقٌن‪ .3‬حسب التعغعٌعر‬ ‫سٌشكل قطاع الخدمات والطلب الداخلً الدعامة‬ ‫السنوي ‪ ،‬عوض ‪ ٪5‬خعالل العفعصعل السعابعق‪ .‬حٌث ستواصل المواد‬ ‫من المنتظر أن ٌشهد االقتصاد الوطنً تباط ا‬ ‫الغذائٌة والسٌارات دعمها للصادرات‪ ،‬فٌما ستتراجع‬ ‫ملموسا‪ ،‬خالل الفصل األول من ‪ ،2016‬لٌحقق‬ ‫كل من صادرات األسمدة الطبٌعٌة والمواد‬ ‫زٌادة تقدر ب ‪ ،٪1.7‬خعالل‬ ‫الوسطى نموا متسارعا بفضل انخفاض أسعار‬ ‫الفصل السابق‪ .5‬‬ ‫التباط ‪ ،‬خالل الفصل األول من ‪ ،2016‬لتحقق‬ ‫نموا ٌقدر ب ‪ ،٪2‬فقط عوض ‪ ٪+4.٪5.‬ومن المتوقع‬ ‫هذا التحول باألساس إلى ارتفاع واردات مواد‬ ‫أن ٌستمر ارتفاع األنشطة غٌر الفالحٌة خالل‬ ‫االستهالك كالسٌارات واألدوٌة ومواد التجهٌز‬ ‫الفصل الثانً من ‪ 2016‬بنفس الوتٌرة‪ ،‬لٌستقر فً‬ ‫كاآلالت والسٌارات الصناعٌة والمواد النصف‬ ‫حدود ‪ ،٪2.‬وٌعزى هذا‬ ‫التحول باألساس إلى انخفاض القٌمة المضافة‬ ‫وموازاة مع ذلك‪ ،‬ستشهد الواردات من السلع بعض‬ ‫الفالحٌة بنسبة ‪ ،٪9.5‬‬ ‫‪28‬‬ ‫‪Point de Conjoncture n°30 ● INAC-HCP ● Avril 2016‬‬ .‬فً المقابل‪ ،‬ستعرف الدول الناشئة‬ ‫التحوٌالت الخارجٌة للمغاربة العمعقعٌعمعٌعن فعً العخعار ‪ ،‬فعً‬ ‫وخاصة الصٌن‪ ،‬بعض االستقرار‪ ،‬مدعمة بالطلب‬ ‫ظرفٌة تتسم بتقلص وثٌرة ارتفاع أسعار االستهالك فً حدود‬ ‫الداخلً‪ .2‬فٌما ستشهد القٌمة المضافة‬ ‫التحسن‪ ،‬بعد تراجعها خالل السنة السابقة‪ ،‬لترتفع‬ ‫لألنشطة غٌر الفالحٌة نموا متواضعا ٌقدر ب‬ ‫بنسبة ‪ ٪2.6‬خالل الفصعل األول‬ ‫النفط‪ .‬أما اقتصادٌات البرازٌل وروسٌا‪ ،‬فٌتوقع‬ ‫‪ ،٪0.2‬خالل الفصل السابق‪ .‬‬ ‫عوض ‪ ٪+5.‬من جهته‬ ‫سٌعرف استهالك األسر نموا ٌقدر ب ‪ ،٪3.‬‬ ‫االستثمار فً قطاع البناء واألشغال العععمعومعٌعة‪ ،‬معوازاة معع‬ ‫فً ظل ذلك‪ٌ ،‬رتقب أن تحقق المبادالت التجارٌة‬ ‫ارتفاع مبٌعات االسمنت بما ٌعادل ‪ ،٪5.2‬وزٌعادة العقعروض‬ ‫المقابل‪ٌ ،‬رتقب أن تشهد الصادرات الوطنٌة بعض‬ ‫الموجهة للتجهٌز بنسبة ‪.8‬‬ ‫من المرتقب أن تشهد اقتصادٌات الدول المتقدمة‬ ‫نمو معتدل للطلب الداخلي‬ ‫نموا متواضعا ٌقدر ب ‪ ،٪1.5‬مدعومة بتحسن القطاع الثالثً‪ .9‬خالل نفس الفترة‪.‬فً‬ ‫مواد التجهٌز بنسبعة تعقعدر ب ‪ ،٪11.2‬وتنامً العقعروض‬ ‫العالمٌة نموا ٌقدر ب ‪ ،٪2.‬وٌعععزى هعذا‬ ‫األساسٌة لتنامً اقتصاد الوالٌات المتحدة األمرٌكٌة‪،‬‬ ‫فً ظرفٌة تتسم بارتفاع األجور وتراجع أسعار‬ ‫التباط إلى انخفاض المداخٌل فً الوسط القعروي واسعتعقعرار‬ ‫المحروقات‪ .٪60.2‬نقطة لٌستقر فً حدود‬ ‫‪6102‬‬ ‫‪.‬‬ ‫الماضٌة‪.‬فً المقابل‪ ،‬ستشهد فاتورة‬ ‫فً العموم‪ ،‬سٌحقق االقتصاد الوطنً نموا ٌقدر ب‬ ‫الواردات الطاقٌة بعض التقلص‪ ،‬بالرغم من ارتفاع‬ ‫‪ ٪1.3‬خالل نفس الفترة من السنة‬ ‫انخفاض سعر البترول فً األسواق العالمٌة‪.7‬كما سٌعرف االستثمار فً قعطعاع‬ ‫الخارجً الموجه للمغرب ارتفاعا ٌقدر ب ‪،٪3.4‬بٌنما ستواصل القٌمة المضافة‬ ‫مصنعة كالبالستٌك والورق والمواد الغذائٌة‬ ‫الفالحٌة تراجعها بنسبة ‪ ،٪10.‬فٌما ستعرف الهند وتركٌا وبلدان أوروبا‬ ‫من ‪ ،2016‬حسب التغٌر السنوي‪ ،‬عوض ‪ ،٪+6.‬‬ ‫أن تواصل تراجعها‪ ،‬فً ظرفٌة تتسم بانخفاض‬ ‫عملتهما و ارتفاع أسعار االستهالك وتدهور الطلب‬ ‫من جهته‪ٌ ،‬رتقب أن ٌحافظ تكوٌن رأس المال علعى تعطعوره‬ ‫الداخلً والمالٌة العمومٌة بسبب انخفاض مداخٌل‬ ‫االٌجابً‪ ،‬لٌحقق زٌادة تقدر ب ‪ ،٪3.5‬‬ ‫الصناعات التحوٌلٌة ارتفاعا طفٌفا‪ ،‬باعتبعار تعحعسعن واردات‬ ‫مدعما بتحسن طلب الشركاء األوروبٌٌن‪ .5‬خالل الفصل الثانً من ‪ ،2016‬حسب التغٌر‬ ‫الكمٌات المستوردة من الغازوال والفٌول‪ ،‬نتٌجة‬ ‫السنوي‪ ،‬عوض ‪ ،٪4.‬‬ ‫كالحبوب والسكر‪ .7‬حسب التغٌر السنوي‪،‬‬ ‫الكٌمٌائٌة‪.٪1.‬‬ ‫وستساهم هذه الوضعٌة فً ارتفاع العجز التجاري‬ ‫بحوالً ‪ ،٪3‬و تراجع معدل تغطٌة الصادرات‬ ‫تباطؤ الصادرات الوطنية خالل الفصل األول من‬ ‫للواردات بنسبة ‪ 0.

‬‬ ‫البناء وخاصة الخشب والصباغة واالسمنت الذي‬ ‫فٌما سٌشهد القطاع الثانوي بعض التباط ‪ ،‬خاصة فعً‬ ‫ٌتوقع أن تحقق مبٌعاته زٌادة تقدر ب ‪ ،٪5.‬وٌرجع هذا العتعطعور‪ ،‬بعاألسعاس‪ ،‬إلعى‬ ‫‪ ٪+2.2‬خعالل العفعصعل األول معن‬ ‫النسٌج والجلد تطورها المتواضع للفصل الثالث على التوالعً‪،‬‬ ‫‪ ،2016‬حسعب العتعغعٌعر السعنعوي‪ ،‬ععوض ‪ ٪+13.7‬خالل الفصل‬ ‫من ارتفاع الطلب الداخلً للصناعات العمعحعلعٌعة وكعذلعك معن‬ ‫األول من ‪ ،2016‬حسب التغٌر السنوي‪ ،‬عوض ‪٪+5.2‬و‪٪23.9‬‬ ‫للمندوبٌة السامٌة للتخطٌط حول ظرفٌة القطاع‬ ‫خالل الفصعل األول معن ‪ ،2016‬ععوض ‪٪+4.‬‬ ‫وأنشطة تربٌة الماشٌة‪ ،‬وأن تعحعد معن أثعر انعخعفعاض إنعتعا‬ ‫الحبوب على القٌمة المضافة الفالحٌة‪.2‬فً‬ ‫قطاعً الصناعة وانتا الكهربعاء‪ .2016‬فً المقابل‪ٌ ،‬توقع أن ٌعتعراجعع إنعتعا‬ ‫المعادن غٌر الحدٌدٌة‪ ،‬بسبب انعخعفعاض صعادرات كعل معن‬ ‫الرصاص والنحاس والزنك‪ ،‬موازاة مع تقلص أسعارهعا فعً‬ ‫‪Avril 2016 ● INAC-HCP ● Point de Conjoncture n°30‬‬ ‫‪29‬‬ .‬‬ ‫ٌحقق إنتا الفوسفاط العخعام زٌعادة تعقعدر ب ‪ ،٪6.‬وتشٌر البٌانات‬ ‫اسععتععمععرار دعععم أنشععطععة الععخععدمععات الععم ع دى عععنععهععا لععلععنععمععو‬ ‫األولٌة فً هذا الصدد إلى ارتفاع استعمال مواد‬ ‫االقتصادي‪ ،‬بالرغم من تباط ها مقارنة مع الفعصعل السعابعق‪.‬كما ت كد نتائج البحث األخٌر‬ ‫تحقق الصناعات التحوٌلٌة ارتفاعا ٌقعدر ب ‪،٪2.4‬و ‪ ٪4.‬حعٌعث ٌعتعوقعع أن‬ ‫الفصل األول‪ .‫األسعواق الععععالععمععٌعة‪ ،‬بععنعسععب تعقععدر ب ‪ ٪6.9‬خالل الفصل السابق‪ .6‬مقارنة مع متوسط السنعوات العخعمعس‬ ‫هذا التراجع باألسعاس إلعى تعقعلعص أنشعطعة العمعحعطعات‬ ‫األخٌرة‪ .‬وستساهم هذه الظرفٌة فً تقلعٌعص اتنعتعا‬ ‫خالل سنة ‪ ،2015‬حسب التغعٌعر السعنعوي‪ .5‬حسب التغعٌعر السعنعوي‪ ،‬ععوض ‪٪3‬‬ ‫لٌرتفع ب‪ ،٪1.1‬خعالل العفعصعل‬ ‫غاٌة شهر فبراٌر ‪ ،2016‬وكذلك التوقعات القطاعٌة‪ٌ ،‬نتظعر‬ ‫السابق‪ ،‬بفضل تحسن إنتا الفوسفاط الذي ٌتوقع أن ٌسعتعفعٌعد‬ ‫أن ٌحقق االقتصاد الوطنً نموا ٌقدر ب ‪ ٪1.‬‬ ‫مالئمة التً مٌزت شهري نونبر ودجعنعبعر ‪ ،2015‬وكعذلعك‬ ‫شهر ٌناٌر ‪ ،2016‬والتً شهدت تفاقما فً العجز العمعطعري‬ ‫و من جهته ‪ ،‬سٌشهد قطاع الكهرباء تقلصا فعً وتعٌعرة نعمعوه‬ ‫بنسب تقدر ب ‪ ،٪57‬و ‪ ٪94‬و‪ ،٪82‬على التوالً مقارنة‬ ‫لٌحقق زٌادة نسبتهعا ‪ ،٪2.‬‬ ‫إلى تحسن القٌمة المضافة للصناعات العغعذائعٌعة والصعنعاععات‬ ‫االلكترونٌة والمٌكانٌكٌة بما ٌعععادل ‪ ٪3.‬فً المقابل‪ٌ ،‬توقع أن ترتفع واردات الكهرباء بنسبة‬ ‫المقابل‪ ،‬ستساهم األمطار األخٌرة التً شهدتهعا العبعالد ابعتعداء‬ ‫‪ ،٪11.2015‬وٌعنعتعظعر أن‬ ‫خالل الفصل السابق‪.7‬حسب التغٌر السنوي‪ ،‬عوض‬ ‫خالل الفصل السابق‪ .‬و ٌعزى هذا التطور بعاألسعاس‬ ‫بالنسبة لقطاعات الطرق السٌارة والسكك الحدٌدٌة‪.‬ومن جهتعهعا ‪ ،‬سعتعواصعل صعنعاععات‬ ‫المضافة بنسبة تقدر ب ‪ ،٪9.‬فعً‬ ‫الحجري‪ .3‬ععلعى‬ ‫انخفاض اإلنتاج الفالحي خالل الفصل األول ‪6102‬‬ ‫التوالً ‪ ،‬حسب التغٌعر السعنعوي‪ ،‬معدععمعة بعتعحعسعن العطعلعب‬ ‫الخارجً العمعوجعه نعحعو الصعنعاععات العغعذائعٌعة والسعٌعارات‬ ‫على مستوى القطاع الفالحً‪ٌ ،‬نتعظعر أن تعنعخعفعض قعٌعمعتعه‬ ‫واألسالك االلكترونٌة‪ .3‬‬ ‫تراجع في وتيرة نمو األنشطة غير الفالحية‬ ‫و‪ ،٪21.1‬خعالل‬ ‫الفصل األول ‪ .2‬‬ ‫تحسن الصادرات مند شعهعر أكعتعوبعر ‪ .9‬‬ ‫مع موسم عادي‪ .‬‬ ‫ٌرتقب أن تشهد القٌمة المضافة غٌر الفالحٌة تراجعععا طعفعٌعفعا‬ ‫وبدوره‪ٌ ،‬توقع أن ٌواصل قطاع البناء واألشغال‬ ‫فً وتٌرة نموها‪ ،‬خالل الفصل األول من ‪ ،2016‬لعتعحعقعق‬ ‫العمومٌة تحسنه خالل الفصل األول من ‪،2016‬‬ ‫زٌادة تقدر ب ‪ ،٪2.‬حٌث سٌتأثر القطاع بالظروف المناخٌة الغعٌعر‬ ‫أنشطة تكرٌر النفط‪.1‬خالل العفعصعل األول معن ‪،2016‬‬ ‫وعلى العموم ‪ ،‬وباعتبار الم شرات االقتصادٌة المجمعععة إلعى‬ ‫حسب التغٌر السعنعوي‪ ،‬ععوض ‪ ،٪2.‬‬ ‫فٌما ٌخص قطاع المعادن‪ٌ ،‬رتقب أن تحقق قٌمعتعه العمعضعافعة‬ ‫تحسنا ٌقدر ب ‪ ،٪5.‬وتعتبر مناطق تانسٌفت وتادلة والسوس و األطلعس‬ ‫الحرارٌة العخعاصعة‪ ،‬معوازاة معع انعخعفعاض واردات العفعحعم‬ ‫المتوسط والكبٌر األكثر تضعررا معن هعذه العوضعععٌعة‪ .5‬‬ ‫تحسنا مرتقبا فً الطلب الموجه للبناء‪ ،‬وتباط ه‬ ‫خالل الفصل السابق‪ .7‬على التوالً‪.9‬ععوض معتعوسعط ‪٪+6.2‬وأن تعرف أنشطة الوحدات الحرارٌة العععمعومعٌعة‬ ‫من منتصف شهر فبراٌر فً تحسعٌعن العزراععات العربعٌعععٌعة‬ ‫تحسنا بأزٌد من الثلث‪.5‬فعً‬ ‫بٌنما ستواصل الصناعات األخرى تباط ها‪ ،‬متأثرة بتقعلعص‬ ‫الفصل السابق‪ .‬وٌعرجعع‬ ‫الزراعً ب ‪ ،٪17.

2‬خعالل العفعصعل األول ‪ ،2016‬ععوض‬ ‫‪ ،٪10.٪1.2‬و ‪ ،٪9.5‬و من جهته ‪،‬سٌعرف معدل التضعخعم العكعامعن‪،‬‬ ‫ٌتوقع أن ٌواصل االقتصاد الوطنً تباط ه‪ ،‬خالل الفصل الثانعً‬ ‫والذي ٌستثنً األسعار المحددة وأسعار المواد الطاقٌة والعطعرٌعة‪،‬‬ ‫من ‪ ،2016‬متأثرا بتراجع القٌمة العمعضعافعة العفعالحعٌعة بعنعسعبعة‬ ‫ارتفاعا بنسبة ‪ ،٪1.7‬خعالل العفعصعل األول معن ‪،2016‬‬ ‫ب ‪ ،٪2.‬‬ ‫ارتفاع أسعار بعض المواد الغذائٌة‪ ،‬كالبصل والبٌض والسعكعر‪،‬‬ ‫وذلك بفضل تراجع أسعار المواد الغذائٌة الطرٌعة األخعرى‪ .4‬حسعب‬ ‫ب ‪ 0.4‬بسبب استمرار ضعف ثقة المستثمرٌن وتباط الطلعب‬ ‫وستشهد أسعار المواد الغذائٌة انخفاضا فً وتٌرتها‪ ،‬بعالعرغعم معن‬ ‫على سوق األسهم‪.9‬بعد موسم ‪ 2014/2015‬جد متمٌز‪ .2015‬‬ ‫الخزٌنة وبٌن البنوك‪ ،‬فٌما ٌنتظر أن تواصل أسعار الفائدة العدائعنعة‬ ‫والمدٌنة تقلصها مقارنة مع السنة الفارطة‪.25‬نقطة‪ ،‬لٌستقعر فعً حعدود ‪ ،٪2.‬‬ ‫األبناك من البنك المركزي‪.‬‬ ‫منطقة األورو‪ .3‬خالل نفس الفترة من ‪.7‬ععلعى‬ ‫تباطؤ في وتيرة أسعار االستهالك‬ ‫التوالً‪ ،‬حسب التغعٌعر السعنعوي‪ .‬فً المعقعابعل‪ٌ ،‬عتعوقعع أن ٌعواصعل قعطعاع‬ ‫الموجودات الخارجٌة‪ ،‬والتً ٌتوقع أن ت معن معا ٌعقعرب سعبعععة‬ ‫الخدمات الم دى عنها تطوره االٌجابً ‪ ،‬لٌساهم فعٌعمعا ٌعقعرب‬ ‫أشهر من الواردات‪ ،‬مما سٌساهم فً تعراجعع ععمعلعٌعات تعمعوٌعل‬ ‫النصف فً معدل نمو الناتج الداخلً اتجمالً‪.‬‬ ‫على مستوى سوق النقد‪ٌ ،‬رجح أن تشهد الكتلعة العنعقعدٌعة بعععض‬ ‫التباط فً وتٌرة نموها‪ ،‬مقارنعة معع السعنعة العفعارطعة‪ ،‬لعتعحعقعق‬ ‫فً ظل ذلك‪ٌ ،‬رتقب أن تحقق الصناعات التحوٌلٌعة زٌعادة تعقعدر‬ ‫ارتفاعا ٌقدر ب ‪ ،٪4.‬و من جعهعتعهعا‪،‬‬ ‫‪ ٪+1.‬‬ ‫ارتفاع طفيف للكتلة النقدية والقروض البنكييية خيالل اليفيصيل‬ ‫وستستفٌد من هذا التطعور الصعادرات الصعنعاععٌعة كعالسعٌعارات‬ ‫األول ‪6102‬‬ ‫والغذائٌة‪ ،‬فٌما سٌساهم استقرار أسعار النفط والحبوب والعمعععادن‬ ‫فً تقلص حجم العجز التجاري‪.2016‬وبدورهعا ‪،‬‬ ‫حسب التغٌر السنوي‪ ،‬وذلك فً ظل الزٌادة الطعفعٌعفعة لعلعقعروض‬ ‫ستشهد القٌمة المضافة للمعادن تباط فً وتعٌعرة نعمعوهعا بسعبعب‬ ‫المقدمة لالقتصاد‪ ،‬والتً لن تتجاوز ‪ .‬كعمعا‬ ‫استمرار تباطؤ االقتصاد الوطني خالل الفصل الثاني ‪6102‬‬ ‫ٌتوقع أن تتقلص وتٌرة أسعار المواد غٌر الغذائٌة‪ ،‬لتعحعقعق زٌعادة‬ ‫تقدر ب ‪ . ‫‪ MADEX‬انخفاضا بنسب تقدر ب ‪ ٪9.‬‬ ‫وعلى العموم‪ٌ ،‬عتعوقعع أن تشعهعد العقعٌعمعة العمعضعافعة‬ ‫ومن جهة أخرى‪ ،‬خفض البنك المركزي سعر الفائدة بٌن البنعوك‬ ‫لألنشطة الغٌر فالحٌة تحسنا بحوالً ‪ ،٪2.1‬فٌما ٌتوقع أن ٌعحعقعق‬ ‫تقلص الطلب الخارجً على مشتقات الفوسفاط وضعععف إنعتعا‬ ‫عجز سٌعولعة األبعنعاك بعععض العتعقعلعص‪ ،‬معوازاة معع تعحعسعن‬ ‫المعادن غٌر الحدٌدٌة‪ .‬و ٌتوقع أن تستقر أسعععار فعائعدة سعنعدات‬ ‫عوض ‪ ،٪4.‬بدوره سٌعرف حجم المعامالت تراجعا بنسعبعة‬ ‫حسب العتعغعٌعر السعنعوي‪ ،‬ععوض ‪ ،٪+1.4‬حسب التعغعٌعر السعنعوي‪.‬حٌث ٌرتقب أن ٌعرف الطلب الخارجً المعوجعه‬ ‫للمغرب ارتفاعا بنسبة تقدر ب ‪ ،٪4.8‬خالل الفصل الثانً من ‪ .2‬متأثرة بعتعقعلعص‬ ‫من المرتقب أن تواصل وثٌعرة أسعععار االسعتعهعالك تعبعاطع هعا‪،‬‬ ‫أسعار أسهم قطاعات الصعنعاععات العكعمعٌعائعٌعة‪ ،‬واتلعكعتعرونعٌعك‬ ‫خالل الفصل األول معن ‪ ،2016‬لعتعحعقعق زٌعادة تعقعدر ‪،٪1‬‬ ‫والترفٌه والفنادق‪ .‬‬ ‫استمرار تراجع سوق األسهم‬ ‫بعد تراجعه خالل النصف الثانً من سعنعة ‪ٌ ،2015‬عتعوقعع أن‬ ‫ٌواصل سوق األسهم أدائعه السعلعبعً فعً العفعصعل األول معن‬ ‫‪ ،2016‬حععٌععث سععٌعععععرف كععل مععن م ع شععري ‪ MASI‬و‬ ‫‪30‬‬ ‫‪Point de Conjoncture n°30 ● INAC-HCP ● Avril 2016‬‬ .٪0.5‬السعنعة العفعارطعة‪.‬و سعتعسعاهعم هعذه العتعطعورات‬ ‫األخٌرة فً تراجع رسملة البورصة ب ‪ ،٪9.5‬خالل الفصعل العثعانعً معن ‪،2016‬‬ ‫وتراجع نسبة التضخم‪ .3‬خالل الفصل السابق‪ ،‬بفعضعل تعراجعع أسعععار بعععض‬ ‫ستحافظ القطاعات غٌر الفالحٌعة ععلعى تعطعورهعا العمعتعواضعع‪،‬‬ ‫المواد الغذائٌة غٌر الطرٌة‪ ،‬والتً ستساهم فً العحعد معن ارتعفعاع‬ ‫خالل نفس الفترة‪ ،‬فً ظل ظرفٌة ستتسم باستمرار تباط أسععار‬ ‫أسعار الخدمات وخعاصعة العنعقعل السعكعكعً‪ ،‬معوازاة معع زٌعادة‬ ‫المواد األولٌة وتحسن المبادالت التجارٌة العالمٌعة‪ ،‬وخعاصعة فعً‬ ‫الضرٌبة على قٌمتها المضافة‪.‬‬ ‫‪ ،٪37.25‬خعالل العفعصعل‬ ‫التغٌر السنوي‪ ،‬وأن ٌحقق االقتعصعاد العوطعنعً نعمعوا‬ ‫األول ‪ ،2016‬وذلعك معوازاة معع تعبعاطع العنعمعو االقعتعصعادي‬ ‫ٌقدر ب ‪ ،٪1.

24 % ‫نسبة فائدة سندات الخزٌنة لسنة واحدة ب‬ Taux de change euro / dirham 0.8 16.1 7.8 ‫المداخٌل العادٌة‬ publiques Finances Dépenses ordinaires 6. Créances sur l’économie 3.4 5.2 -15.5 10.2 ‫الواردات‬ Echanges extérieurs Déficit commercial -30.9 8.0 ‫مبٌعات االسمنت‬ Indicateurs sectoriels Production de phosphate -12.8 9.7 10.2 ‫العجز التجاري‬ ‫الخارجية‬ ‫المبادالت‬ Taux de couverture (en points) 11.1 -0.6 4.3 0.2 6.3 4.1 14.2 1.8 ‫م شر إنتا الكهرباء‬ Indice de production industrielle 1.0 1.4 -12.2 -1.5 ‫قروي‬ consommation Indice général 1.3 20.2 5.52 -0.2 -2.2 ً‫الناتج الداخلً اتجمال‬ Ventes de ciment 0.5 -2.6 ‫الدٌون على االقتصاد‬ Taux d’intérêt interbancaire en % -0.4 15.6 5.6 ‫الكتلة النقدٌة‬ Réserves internationales nettes 20.8 2.7 ‫ درهم‬/‫سعر الصرف دوالر‬ MASI 7.7 -6.9 13.1 9.4 6.1 2.0 ‫الم شر العام‬ )6112 ‫(أساس‬ ‫أثمان االستهالك‬ (base 2006) Prix à la Produits alimentaires 2.2 ‫المواد الغذائٌة‬ Produits non-alimentaires 1.2 ‫م شر مازي‬ Bourse des valeurs ‫بورصة‬ ‫القيم‬ Capitalisation boursière 10.5 0.1 -4.4 -41.6 0.5 ‫المواد غٌر الغذائٌة‬ Exportations 10.3 3.6 -7.8 ‫م شر إنتا الصناعة‬ Ensemble 9.1 ‫الدٌون الصافٌة على الحكومة المركزٌة‬ intérêt et change ‫النقد و نسبة الفائدة‬ ‫و سعر الصرف‬ Monnaie.0 -1.8 ‫تحوٌالت المغاربة القاطنٌن فً الخار‬ Recettes ordinaires 6.6 -1.3 9.4 ‫رسملة البورصة‬ Volume des transactions 58.54 -0.20 % ‫نسبة الفائدة بٌن البنوك ب‬ Taux adjudications bons du Trésor un an en % -1.6 1.7 ‫النفقات العادٌة‬ ‫العمومية‬ Investissement budgétaire 4.6 -7.1 ‫حضري‬ Rural 4.3 13.0 3.0 -6.6 -7.1 11.1 ‫ درهم‬/ ‫سعر الصرف ٌورو‬ Taux de change dollar / dirham 0.2 23.9 3.9 15.3 -7.0 ‫القٌمة المضافة لألنشطة غٌر الفالحٌة‬ PIB global 4.59 -0.8 -4.2 2.2 ‫المداخٌل السٌاحٌة‬ Transferts des MRE 7.8 ‫حجم المعامالت‬ Avril 2016 ● INAC-HCP ● Point de Conjoncture n°30 31 .1 -3.9 )‫نسبة التغطٌة (بالنقط‬ Recettes voyages -6.0 19.5 2.4 ‫إنتا الفوسفاط‬ ‫مؤشرات‬ ‫قطاعية‬ Indice de production électrique 10.1 -1.8 5.0 14.4 2.9 1.8 -6. TABLEAU DE BORD ‫جدول قيادي‬ (glissement annuel en %) )%‫(التغير السنوي ب‬ 2015 Secteurs et indicateurs de croissance ‫األنشطة القطاعية ومؤشرات النمو‬ I II III IV 89 ‫ سعر‬،‫االجمالي‬ Valeur ajoutée agricole 12.1 4.5 17.9 -0.8 -20.6 3.7 3.8 -16.1 -0.6 5.0 2.4 -2.9 1.7 -12.0 6.48 -0.4 0.6 -6.0 1.8 2.7 0.2 -2.4 -20.5 6.1 8.6 5.0 7.3 4.0 -3.1 6.5 ‫الموجودات الخارجٌة الصافٌة‬ Créances nettes sur l’AC 2.9 2.8 6.6 ‫االستثمارات العمومٌة‬ ‫المالية‬ Solde budgétaire -17.6 -3.9 ‫رصٌد الحسابات‬ Masse monétaire 7.6 0.6 12.4 1.54 -0.7 3.5 ‫الصادرات‬ Importations -9.5 ً‫القٌمة المضافة للنشاط الفالح‬ ‫الناتج الداخلي‬ (prix 1998) PIB Valeur ajoutée non-agricole 2.2 ‫المجموع‬ chômage (%) ‫معدل البطالة‬ Taux de %‫ب‬ Urbain 14.8 -9.

HAY RIAD.ma .hcp. RABAT. BP : 178 Tél : 05 37 57 69 00 . ILOT 31-3. Site web : www. SECTEUR 16. Date d'achèvement de la rédaction le 15 avril 2016 INSTITUT NATIONAL D'ANALYSE DE LA CONJONCTURE HCP.