You are on page 1of 63

BE Béton armé

1. Conception architecturale :
Le résidence ghozlene est une comporte 50 appartements. Sa superficie est
d’environ 1824 m2 et de hauteur 18.3 m. Il est composé de sous sols, d’un rez-de-
chaussée et de quatre étages.

Le sous sol est d’une superficie de 1631 m 2 et d’une hauteur de 3.1 m. Il est
destiné à un parking dont la capacité est de 50 voitures et ayant un seul accès Il
contient aussi 32 CELIER, deux escaliers reliés directement avec l’RDC. Deux
ascenseurs un bâche a eau

Au niveau du rez-de-chaussée qui s’étend sur une superficie d’environ 1259 m 2
avec une hauteur sous plafond de 3.1 m, est destiné à un usage d’habitation et même
chose pour
Le 1er 2ème, le 3ème et le 4ème étage, Enfin, les terrasses seront exploitées comme des
locaux techniques.

2. Conception Structurale :
La conception d’une structure en béton armé représente une phase
primordiale avant le dimensionnement des éléments structuraux. Dans cette phase
parait l’esprit et l’effort de l’ingénieur pour pouvoir faire une coordination entre les
contraintes architecturales et les exigences structuraux, car il est amené à respecter la
répartition des espaces dans le bâtiment (cloisons, portes, fenêtres), et ceci en assurant
la stabilité et la rigidité de la structure, tout en respectant les contraintes budgétaires
du projet.

Difficultés rencontrées:

 La longueur du bâtiment dépasse 25 m (nécessité de joints).

 L’implantation des poteaux dans des locaux étendus (salons) et le respect
de la conception du parking (emplacement des voitures et des voies de
circulation).

 Les parkings :
Le sous sols est un parking ce qui exige un choix judicieux des endroits des
poteaux pour ne pas gêner ni la circulation ni le stationnement des voitures.
Dans certains cas on a été obligé de faire recourt aux poteaux naissants.
1 TAHER&ZAIDI
2008/2009

BE Béton armé

La disposition des poteaux est limitée à cause de la présence de la voie de
circulation de largeur 6.6 m. De ce fait, nous avons choisi de disposer une
file de poteaux de part et d’autre de la celle-ci et relier par des poutres de
longueur > 5 m.

Choix du système porteur :
Durant la phase de conception de ce projet, nous avons rencontré plusieurs difficultés
que nous avons essayé de les surmonter en effectuant des choix qui nous semblent très
justifiés. Dans ce qui suit, nous présentons la justifications des notre choix :
 Eviter le système portique vue sa difficulté lors de l’exécution.
 Eviter l’implantation des poteaux naissants le plus que possible.
 Eviter les grands portés des poutres, respecter l'aspect esthétique des locaux qui
sont à usage d’habitation, où les retombées des poutres doivent être noyées dans
les mûrs de séparation.
En ce qui concerne la conception de la squelette du bâtiment, deux variantes étant
possible :
Variante 1 :
Ossature avec des portiques au niveau de deux sous-sols, et système poutres poteaux
dans les étages
Variante2 :
Ossature avec système poutres poteaux.

Avantages Inconvenants
-Nombres des poteaux naissants trop élevés
2 Variante Variante 1

-Plus rigide -Nombres des portiques trop élevés
-Moins de retombée -Difficulté d’exécution
-Coût élevé

- Liberté pour l’implantation des poteaux -Retombée plus importante
-Nombres des poteaux naissant réduit -Moins de rigidité aux nœuds
-Simple au niveau d’exécution

Tableau comparatif de deux variantes

Conclusion :
On a choisit la deuxième variante car la hauteur sous plafond de deux sous- sols (3.1
m) et des étages permet d’avoir des retombée, encore les portiques vont augmentés le
nombre des poteaux naissants.
Pour faciliter la tache d'exécution on a conservé la continuité des nervures dans le
plupart des étages.

Choix du type des planchers :
2 TAHER&ZAIDI
2008/2009

BE Béton armé

, les planchers sont en corps creux (16+5).

Pour les planchers sous sol 1, la dalle pleine représente une solution pour des raisons
de la sécurité incendie.

I/INTRODUCTION
L’établissement d’un projet repose sur trois éléments indispensables à
savoir :
 Le béton : qui est caractérisé par une valeur de la résistance à la

compression à l’âge de 28 jours :
 Les aciers ; dont les caractéristiques doivent être conformes aux
textes réglementaires.
 Les hypothèses de calcul : Le dimensionnement des éléments de la
structure est conduit selon les règles techniques de conception et de
calcul des ouvrages et constructions en béton armé suivant la
méthode des états limites (B.A.E.L)

II/CARACTÉRISTIQUES DU BÉTON:

 Dosage en ciment : 350 kg /m3.
 Le gros béton est dosé à 250Kg/m2.
 Le béton de propreté est dosé à 150Kg/m2.
 La résistance caractéristique du béton à 28 jours :
ƒc28 = 22 MPa
 La résistance caractéristique à la traction du béton à 28 jours :
ƒt28 = 0.6 + 0.06 ƒc28 = 1.92 MPa

 Le coefficient partiel de sécurité du béton
 La contrainte admissible en compression du béton à l’ELU :
3 TAHER&ZAIDI
2008/2009

BE Béton armé  La contrainte admissible en compression du béton à l’ELS  Le cœfficient de poisson du béton est généralement défini comme suit:  Pour le calcul des sollicitations à l’ELU et l’ELS :   Pour le calcul des déformation à l’ELS :  III/CARACTÉRISTIQUES DES ACIERS :  Les armatures longitudinales utilisées sont des aciers à haute adhérence de nuance FeE400. dont les caractéristiques sont les suivantes :  La limite d’élasticité garantie : 400 MPa  Le coefficient de fissuration :  Le coefficient de scellement :  La contrainte limite de calcul des armatures à haute adhérence (HA)  Les armatures transversales utilisées sont des aciers rondes lisses de nuance FeE240. dont les caractéristiques sont les suivantes :  La limite d’élasticité garantie : 240 MPa  Le coefficient de fissuration :  Le coefficient de scellement :  La contrainte limite de calcul des armatures rondes lisses (RL) 4 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .

Nervures .  Pour le dimensionnement des éléments de la superstructure. Pour ce projet on a utilisé deux type de plancher :  plancher en corps creux  plancher en dalle pleine I-plancher en corps creux : Ce type de plancher est formée de : . BE Béton armé IV/HYPOTHESES DE CALCUL : Pour le dimensionnement des éléments de la superstructure et de l’infrastructure. on choisit :  Une fissuration peu préjudiciable.  Un enrobage des armatures égal à 3 cm. on doit fixer certaines hypothèses à savoir. Chape en béton . le type de la fissuration et l’épaisseur de l’enrobage des armatures. Corps creux 5 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .

Plancher terrasse :  Charges permanentes : PRODUITS POIDS [daN/m²](16+5) POIDS [daN/m²](19+6) Protections d’étanchéité (2.5cm) 30 30 Etanchéité 10 10 Enduit de planéité(2cm) 40 40 Forme de pente 230 230 Corps creux+chape 285 310 Faux plafonds/ou enduit sous 30 30 plafond TOTAL G= 625 650 Tab1. BE Béton armé I-2. I-2-Plancher intermédiaire  Charges permanentes : PRODUITS POIDS [daN/m²](16+5) POIDS [daN/m²](19+6) Carrelage 55 55 Mortier de pose 40 40 Sable 75 75 Corps creux+chape 285 310 Faux plafonds/ou enduit sous 30 30 6 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .Charges permanentes pour un plancher terrasse (16+5) et (19+6)  Charges d’exploitation : D’après le BAEL . la terrasse est considéré comme inaccessible sauf pour l’entretien. elle supporte une charge : Q=1KN/m² .

Charges d’exploitation pour un plancher terrasse III.Autres charges  Cloisons CLOISONS POIDS [daN/m²] Double cloisons (épaisseur 35cm) 320 7 TAHER&ZAIDI 2008/2009 . BE Béton armé plafond Cloison légères 75 75 TOTAL G= 560 585 Tab2.Charges permanentes pour un plancher terrasse II-2-Plancher intermédiaire  Charges permanentes PRODUITS POIDS [daN/m²](16+5) Carrelage 55 Mortier de pose 40 Sable 75 Dalle en béton armé (épaisseur e) 2500.e Faux plafonds/ou enduit sous 30 plafond Cloisons légères 75 TOTAL G= 275+2500.Plancher en dalle pleine II-1-Plancher terrasse  Charges permanentes PRODUITS POIDS [daN/m²] Protections d’étanchéité (2.e Tab5.Charges permanentes pour un plancher intermédiaire (16+5) et (19+6)  Charges d’exploitation NATURE DES LOCAUX POIDS [daN/m²] Balcons 350 Escaliers 250 Habitation 150 Tab3.e Tab4.e Faux plafonds/ou enduit sous 30 plafond TOTAL G= 340+2500.5cm) 30 Etanchéité 10 Enduit de planéité (2cm) 40 Forme de pente (10cm) 230 Dalle en béton armé (épaisseur e) 2500.Charges d’exploitation II.

Données de calcul de la nervure 8 TAHER&ZAIDI 2008/2009 . les planchers hauts autres celui du sous-sol sont conçus en corps creux. suivant sa conception. BE Béton armé Cloison (épaisseur 25 cm) 260 Cloison(épaisseur 20 cm) 220 Cloison (épaisseur 15 cm) 165 Tab6. II.Charges de cloisons  Acrotères ACROTERES POIDS [daN/m²] Acrotère simple 170 Acrotère couvre joint 250 Tab7. La dalle de compression et la géométrie de l’hourdis font que la nervure soit de section en Té. Donc.Charges des acrotères I.Introduction Lors de la conception structurale. une nervure est dimensionnée comme une poutre continue (ou isostatique) sollicitée à la flexion simple. La conception d’un plancher en corps creux repose sur l’utilisation des nervures.

6x0.57m B 2.848KN/m 9 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .6KN/m² Charge d’exploitation : Q=1. Q G A 3.33=1.5KN/m² La nervure est donc soumise à : G= 5.13m C 3.coupe sur plancher fig4 : schéma transversal de la nervure III.57m h  soit un plancher de (16+5)=21cm fig3. soumise à une charge uniformément repartie.55m fig2 : schéma de calcul de la nervure.Evaluation des charges Le plancher est intermédiaire alors : Charge permanentes : G=560daN/m²=5. BE Béton armé II-1-Schéma de calcul de la nervure La nervure est schématisée comme une poutre continue à 3 travées. II-2-Prédimentionnement de la section de la nervure La largeur de la table de compression b est ainsi que celle de l’âme b0sont imposées par le type des corps creux à savoir : b= 33cm b0= 7cm La hauteur est déterminée d’après le règlement BAEL : on résonne par rapport à la grande portée : Lmax=3.

 la nervure a la même inertie pour les trois travées . IV-2.5x0.8l pour les travées intermédiaires.Choix de la méthode  Q=1. en effet : On appliquera la méthode de « CAQUOT MINOREE » qui consiste à multiplier la part des moments sur appuis provenant des charges permanentes par 2/3.33=0. . telles que : .343 KN/m IV.Calcul des moments sur appuis Hypothèses : Pour le calcul des moments sur appui Ma.  les portées ne vérifient pas : et . Cas de la nervure à étudier : 10 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .l’ = 0.Calcul des sollicitations IV-1.l’ = l pour les deux travées de rive.5KN/m²< OK  Q=1. BE Béton armé Q=1.5KN/m²<5KN/m² OK  la fissuration est peu préjudiciable ne compromet pas à la tenue des cloisons .495KN/m à l’ELU on a : Pu= et à l’ELS on a : Ps=G+Q=2.  on adopte des longueurs de portées fictives l’. on fait les hypothèses suivantes :  seules les charges sur les travées voisines de l’appui sont prises en compte.

les moments sur appui intermédiaire sont donnés par : Mi= Calcul à l’ELU *appui2 : combinaison1 : q q A B C Pw= Pe= lw=3. BE Béton armé A B C D l1 l2 l3 B l C Travée « i »    Longueur de la 3.7m combinaison2 : 11 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .55 travée(m) Tab1.57m .8 2.description de nervure à étudier Valeurs de moments sur appui Pour le cas de charges réparties.13 3. le=0.57 2.13=1.

le=0. BE Béton armé Pw= Pe= lw=3.13=1.8 2.7m Combinaison4 : Pw= Pe= lw=3. le=0.7m Combinaison3 : Pw= Pe= lw=3.7m Calcul à l’ELS 12 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .57m . le=0.8 2.57m .13=1.8 2.13=1.57m .

le=0.8 2.8 2.57m . BE Béton armé *appui2 : combinaison1 : q q 1 2 3 Pw= Pe= lw=3. le=0.13=1.7m Combinaison3 : Pw= 13 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .57m .7m combinaison2 : Pw= Pe= lw=3.13=1.

57m .922  0 0 0 0 0 0 0 0 Tableau2 : Moments sur appuis dus aux charges réparties IV-2.595 1.386 2.677 1.8 2. BE Béton armé Pe= lw=3.13=1.8 2.889 1.626 1.953 1.441 2.Calcul des moments en travées 1 2 3 4    14 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .867 1. le=0.371 2.13=1.944  2.425 1.7m Combinaison4 : Pw= Pe= lw=3.851 1.872 1.932 1. le=0.57m .7m Tableau récapitulatif appui ELU ELS ELU ELS ELU ELS ELU ELS  0 0 0 0 0 0 0 0  1.707 1.

BE Béton armé  moment maximal en travée (i-1) (i) li Fig .Cas de chargement donnant le moment maximal dans la travée « i » L’expression du moment fléchissant dans la travée continue est donnée par : Avec : Moment fléchissant de la travée de référence :  :pour une travée supportant uniquement une charge repartie q  : Moment sur appui gauche de la travée considérée relatif à la combinaison (3)  : Moment sur appui droite de la travée considérée relatif à la combinaison (2) l’abscisse du moment maximal en travée continue supportant uniquement une charge répartie est donné par : avec :Moment isostatique maximal de la travée « i » soumise seulement à des charges repartie. exemple de calcul : 15 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .

5Q= = =  = Travée « i » (m)  1.52 13.756 8.54 4.878 12.85  1.16 4.44  1.9  1.35 Tab3.878 8.068 2.41 13.068 3.86 9.756 12. BE Béton armé travée  (2-3) ELU : q=1.79 9.35G+1.56  1. Tableau des moments maximaux en travées à l’ELS  moment minimal en travées (i-1) (i) 16 TAHER&ZAIDI 2008/2009 . Tableau des moments maximaux en travées à l’ELU Travée « i » (m)  1.48 Tab4.

Cas de chargement donnant le moment minimal dans la travée « i » L’expression du moment fléchissant dans la travée continue est donnée par : Avec : Moment fléchissant de la travée de référence :  : pour une travée supportant uniquement une charge repartie q  : Moment sur appui gauche de la travée considérée relatif à la combinaison (2)  : Moment sur appui droite de la travée considérée relatif à la combinaison (3) L’abscisse du moment maximal en travée continue supportant uniquement une charge répartie est donné par : avec :Moment isostatique maximal de la travée « i » soumise seulement à des charges repartie. BE Béton armé li fig . exemple de calcul : travée  (2-3) 17 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .

35G+1.5Q= = =  = Travée « i » (m)  1.62  1.9 13.39 Tab5.70 8.87 9.77 9.02 4. Tableau des moments minimaux en travées à l’ELU Travée « i » (m)  1.70 12.79  1.59  1. Tableau des moments minimaux en travées à l’ELS IV-3.77 Tab6.84  1.15 4.Calcul des efforts tranchants 18 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .85 12.39 13.02 3.40 6. BE Béton armé ELU : q=1.85 8.

Avec : sont les valeurs absolues des efforts tranchants à droite et à gauche sur l’appui « i » des travée de référence.17 .CALCUL DU FERRAILLAGE : II-6-1.Armatures longitudinales : 19 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .  Appui1 : Pu= l1=3.67 5. APPUI 1 2 3 4 0 -5.74 0 II-6.51 4.74 6. BE Béton armé .73 5. L’expression de l’effort tranchant dans une travée isostatique est donnée par : Pour une travée supportant uniquement une charge repartie : .24123.57m .77 -2.

BE Béton armé II-6-1-1.Armatures en travées :  Travée (1-2) : Section en té telle que : b= 33cm b0= 7cm h=21cm d=h-e=21-3=18cm h0=5cm Fissuration peu préjudiciable Or MuMTu  la section est dimensionnée comme étant section rectangulaire bxh *dimensionnement à l’ELU de la section bxh 20 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .

1425m I= Amin= choix des armatures : 3 HA10  Ast=3.39 pour fe=400MPa l alors Ac=0 -condition de non fragilité : CNF B= V= V’=h-V=0.35 cm²  Vérification à l’ELS : Pour la vérification des contraintes à l’ELS il faut vérifier : 21 TAHER&ZAIDI 2008/2009 . BE Béton armé or l=0.

03cm Cherchons moment quadratique ISRH/AN par l’expression suivante : OK  Travée (2-3) : Section en Té Fissuration peu préjudiciable Or 22 TAHER&ZAIDI 2008/2009 . BE Béton armé . Position de l’axe neutre : la section est étudiée comme étant section en Té Moment d’inertie: cherchons y1 en résolvant l’équation à deuxième degré alors y1=6.

39 pour fe=400MPa l alors Ac=0 -condition de non fragilité : CNF B= V= V’=h-V=0.1425m I= Amin= choix des armatures : 1 HA12  Ast=1. BE Béton armé MuMTu  la section est dimensionnée comme étant section rectangulaire bxh *dimensionnement à l’ELU de la section bxh or l=0.13 cm² 23 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .

82cm Cherchons moment quadratique ISRH/AN par l’expression suivante : OK Mser = 62961 10-5 MN. Position de l’axe neutre : la section est étudiée comme étant section rectangulaire de dimension bxh Moment d’inertie: cherchons y1 en résolvant l’équation à deuxième degré alors y1=3.m d’où 24 TAHER&ZAIDI 2008/2009 . BE Béton armé  Vérification à l’ELS : Pour la vérification des contraintes à l’ELS il faut vérifier : .

39 pour fe=400MPa l alors Ac=0 -condition de non fragilité : CNF B= V= 25 TAHER&ZAIDI 2008/2009 . BE Béton armé (O  K)  Travée (3-4) : Section en Té Fissuration peu préjudiciable Or MuMTu  la section est dimensionnée comme étant section rectangulaire bxh *dimensionnement à l’ELU de la section bxh or l=0.

1425m I= Amin= choix des armatures : 2 HA12  Ast=3. BE Béton armé V’=h-V=0. Position de l’axe neutre : la section est étudiée comme étant section en Té Moment d’inertie: cherchons y1 en résolvant l’équation à deuxième degré alors y1=5.26 cm²  Vérification à l’ELS : Pour la vérification des contraintes à l’ELS il faut vérifier : .14cm Cherchons moment quadratique ISRH/AN par l’expression suivante : 26 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .

BE Béton armé OK II-6-1-2.Armatures en appuis :  appui2 Fissuration peu préjudiciable choix des armatures : 2 HA12  Ast=3.26 cm² meme travail que pour les autre appui 27 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .

35 ×880+1.  √ hc ≥ 3 M 0u 0.4 La dalle porte dans les deux sens Les charges sont transmises de la dalle aux poutres Les charges prises en compte sont : .35 ×G+1.5× 150=1413 daN/m² 28 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .Cloisons (épaisseur 35 cm) :320daN/m² G=560+320=880daN/m² .9 3 × μ lu × f bu : pour éviter les aciers comprimées. Pré-dimensionnement de la section de la poutre Selon le règlement de BAEL. I. le pré-dimensionnement de la section de la poutre se fait en se basant sur les deux conditions suivantes : hc 1  ≥ l 16 : pour respecter la flèche admissible.Dalles : 560daN/m² .4 ×0.46 MPa  hc=hauteur de calcul de la poutre n  l=√ l 1 ×l 2 ×… × l n : avec n est le nombre des travées.39  f bu=12.Plancher intermédiaireQ=150daN /m² Pu=1.5 ×Q On calcule Pu=1. BE Béton armé I.  M0u=Moment ultime maximal de la travée isostatique considérées. Charge en ml de poutre Transmission des charges du plancher au poutre B α=lx/ly≥0. Avec :  μlu =0.

39 ×12. 2.2 cm la section qui verifie les conditions mentionnées précédemment est une section rectangulaire de largeur b=0.02× 3.84 cm l 16 16 16 √ hc ≥ 3 M 0u 0.4 × 0.6KN/m²  Q=1.5KN/m²≤2xG=8. Calcul des sollicitations 1.022 l i+1 Les conditions permettant l’application de la « méthode forfaitaire » sont vérifiées. Les portées vérifient : li l 1 4.8 ≤ ≤ 1.54 27.9 3 × μ lu × f bu = √ 3 28. Moments fléchissant dans les travées de référence 29 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .28 La travée la plus sollicitée est la première travée : 2 hc 1 ≥ hc ≥ = √ l 4.3× 2500=1. il est donné dans le P u ×l ² tableau qui suit Avec M 0 u = 8 Travées « i »   M0u(KN. Les éléments de plancher ont une même inertie dans les différentes travées.03 0. Choix de la méthode de calcul : Les charges d’exploitation sont modérées  Q=1.4 ×0.25 × 0.93 =24.93 =1.93 × 0.25 En effet : l 2 = 3.5KN/m²≤5KN/m² La fissuration ne compromet pas le tenue des revêtements ni celle des cloisons.m) 28. et de hauteur h=0.54 ∙ 10−3 0.875 KN /m II.8x2=17. 3m. BE Béton armé Le moment ultime maximal de la travée isostatique considérée. En tenant compte du poids propre de la poutre qui est donnée par : P p=0.46 =27.25m.

35 ×880+ 1.5=10.93 27. m) M i0 ser ( KN . Moments fléchissant maximaux en travées Les moments maximaux en travées sont donnés forfaitairement par les formules suivantes : On doit vérifier la condition suivante : 30 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .5× 150=1413 Et daN/m²=14.03 28. m)  4.13KN/m² Travée « i » Li M i0 u (KN .2 17.68 29.3 KN /m ² Avec Pu=1.m) Moment à l’ELS(KN.m)  4. BE Béton armé i M 0 : C’est le moment maximal dans la travée isostatique (de référence) « i ». il est donnée par : P u ∙ l 2i i M = 0u : à l’ELU 8 i PS ∙ l 2i M 0 ser= : à l’ELS 8 Ps=G+Q=8.94  4 2.28 19.91  3.9 1.48  17.3 4.8+1. Moments fléchissant maximaux sur appuis Schéma des moments sur appuis Appui Moment à l’ELU(KN.88 Tableau des moments isostatiques 3.

3 α ) ∙ M 0 2 ¿ 1.2+0.3 2 ( ) =19. m.81 ≥ 1.68− 17. M e =17. m Non vérifiée  M tu1=19.2+0. m 2 2 1.3 ×0. m A L’ELS M w =4.48 KN .m Non vérifiée  M ts1=20.3 ×α 1.2+0.91=19 KN . m Moments en travées Mu(KN.91−( 4.05∙ M (0i)− ( 2 ) =1.2 31 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .48+17.81 KN .05∙ M (0i )− ( M 2+ M )=1.94 w e 2 )=20.m)  19.2+0.3 KN .68=17. Q  α= G+Q Le même calcul se fait pour les travées Travée n°1 Q 1. m.36 20 . m 2 2 Verification : A L’ELU M w =4.94 KN .68 KN .8 1.3 × α (1) 1. BE Béton armé M w+ M e { } (i ) Mt+ ≥ max (1+ 0. m . M (01u) =28.3 × 0.91 KN .2 KN .05∙ 28. m M w+ M e M tu1=17.36 KN .05 ∙ M (i) 0 Avec :  M (i) 0 Moment isostatique maximal de la travée de référence « i »  Me et Mw : sont respectivement les valeurs absolues des moments maximaux sur appui droite et gauche de la travée « i »  Mt : Moment maximal dans la travée continue.2 KN .14 ELS ELS : M tser1 = ∙ M 0 ser = × 29 .5+8.2 KN . M e =17.m) Ms(KN. M (1) 0 u =29.14 G+Q 1.14 ELU : M tu1= ∙ M (1) 0u = ×28.05 ∙29. m.5 Avec α= = =0.36 KN .2+ 4. m M ts1=19 ≥ 1.

5 y 1 + 33.2 ∙10−3 σ bc = ∙ y 1= ×7.05933 c m  Ms 20.3 cm et y ’=-10 à rejeter < 0 1 Moment quadratique : ISRH/AN b y 31 ' 2 2 4 ISRH/AN= 3 +15 A sc ( y 1−d ) +15 A st ( d − y 1 ) =16398.m La section est rectangulaire 25x30 Enrobage e=3cm Mu 19.15 cm ² Z ∙ f su 25.05933 ∙10 −8  OK 32 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .9 1 y 1=7.2 MPa I SRH / AN 16398.08 ≤ μl =0.3=0 12 .25 ×0.36 ∙ 10 −3 A st = = =2.36KN.88cm Mu 19.88 ∙ 10−2 × 347.8 cm yu Z=d-0.26cm²  Vérification à l’ELS Position de l’axe neutre :y1 : 15 A sc d ' b 2 A d ¿ =0 y 1 + ( 15 A sc +15 A st ) y 1−¿ +15 st 2 2 y −915.6× f c28=13.028 m=2.25 ¿ Y u=α ∙d =0.39  A sc =0 bd 0.27 ×12. BE Béton armé  18 12.14 Tableau des moments maximaux en travées III.8 Choix des armatures  2HA12=2.104 α=1.46 1−√ 1−2 μ=0.15 ∙10−4 m 2=2.3 ∙10−2 =9 MPa≤ σ´bc=0.4 =25. Ferraillages de la poutre  Dimensionnement à L’ELU Mu=19 .36 ∙10 −3 On calcul μ= 2 f bu = 2 =0.

6 ) Et A min =0. Le même travail pour l’autre travée.74cm² 400 A st A min  ≥ c’est vérifié la CNF est vérifiée. 33 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .23 ×0.06 ×22+0.25 × 0.27 × =0.26 cm ² Or ( 0. BE Béton armé  Condition de non fragilité f t 28 Section rectangulaire : il faut A st ≥ A min =0.23 ∙ b ∙d ∙ fe A st =2.

dont deux dimensions sont grandes par rapport à la troisième que l’on appelle épaisseur. être d’épaisseur variable. Figure1: panneau de dalle étudié Il s’agit d’étudier la dalle du plancher haut du Sous-sol qui sert de parking découvert. les dalles les plus courantes sont rectangulaires et d’épaisseur constante. Une dalle peut avoir une forme quelconque. généralement horizontal. 34 TAHER&ZAIDI 2008/2009 . BE Béton armé 1. on va étudier un panneau de dalle rectangulaire situé au plancher du sous-sol. Introduction Une dalle est un élément porteur. Dans notre cas. Cependant.

50 kN/m2 Carrelage (2. la sécurité incendie et l’isolation thermique on prend h0 = 20 cm. en plancher haut de parking. Moments dans le panneau de dalle articulée sur son contour Le panneau de dalle porte dans les deux sens.2) kN/m2 Enduit sous plafond (1.06m L x 4.113 m Pour prendre en compte de la normalisation des dalles.5 cm) 0. on a : Sens lx : M ox =μ x∗p∗L2 X et Sens ly : M oy =μ y∗M ox 35 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .1.5 kN/m2 (document NF 06-001 Local pour habitions) 4.9 kN/m² Tableau1: évaluation des charges permanentes pour les planchers en dalle pleine Charge d’exploitation : Q = 1.5 cm) 0.5 cm) 0. pour une bande de largeur unité et au centre de la dalle. 3.8972>0. Estimation Des Charges : Charge permanente : Poids propre du plancher (25 x 0.54 Soit : α= = =0.06 Lx h0 ≥ Dalle continue 40 = 0.50 kN/m2 Cloison légère 0. Moments fléchissant 4.85 kN/m2 Mortier de pose (2.30 kN/m2 Lit de sable (5 cm) 0. Calcul Des Sollicitations 4.54 m et = 5.1.4 → La dalle porte dans les deux sens LY 5.1. BE Béton armé 2. Pré-Dimensionnement De La Dalle Lx LY Le panneau a pour dimensions : = 4.75 kN/m2 La somme des charges permanentes : G =7.

95∗( 1−α )2 ) LY 8∗( 1+ 2. BE Béton armé Lx 1 α= μx = 3 μ y =α 2∗(1−0.2.5∗M ox  Bande de largeur 1 m parallèle à Ly : M oy =μ y∗M ox On a o En travée : M ty=0.m (kN.08 9.75∗M oy (kN.12 4.1.84 7.26 U 36 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .75∗M ox o Sur appuis : M ax =0.m) (kN.4∗α ) 0.796 μx et μ y Tableau 2: calcul des coefficients A l’ELU : Pu = 1.68 6.5Q= 12.m) (kN.5∗M oy M ox =μ x∗p∗L MX oy =μ y∗M ox ax M tx=0.5∗M oy On récapitule les résultats dans le tableau suivant : 2 M =0.5∗M ox M =0.35G+1.16 9.91 kN/m A l’ELS : Ps = G+Q= 9.8972 0.75∗M oy o Sur appuis : M ay =0.4 kN/m 4.m (kN.m) ) ) EL 12.m) (kN.0457 0. Moments dans le panneau de dalle continu  Bande de largeur 1 m parallèle à lx : 2 On a M ox =μ x∗p∗L X o En travée : M tx=0.75∗M ox ay M ty=0.

m et Max = 6. m ( ok ) M ty=7.28 kN .26 kN .84 kN.26 6.m 4 .m ≥ =1.28 S Tableau 3: calcul des moments en travée et sur appui dans les deux directions Les valeurs minimales à respecter sont : -A ELU M  En travée : M ty ≥ tx 4 M tx M ty=7.08 kN.65 kN .63 3.m ≥ =2.08 4. On a May = 3.28 kN .m May < Max d’où May = 4.52 kN.42 (kN. Donc :  Sur appuis : May = Max . Donc :  Sur appuis : May = Max .12 7.85 7.m et Max = 4. m ( ok ) M ty=5.m) Moment sur appui 6.04 4.52 5.28 kN .m ELU ELS Sens lx Sens ly Sens lx Sens ly Moment en travée 9.42 kN.m -A ELS M tx  En travée : M ty ≥ 4 M tx M ty=5.26 kN .42 kN. BE Béton armé EL 8.63 5.m May < Max d’où May = 6.m) Tableau 4 : moments retenus en travée et sur appui 37 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .08 6. On a May = 4.28 (kN.42 6.08 kN.42 4.m 4 .

46MPA . Calcul Des Armatures 5. 5. Nécessité d’armatures transversales La dalle est bétonnée sans reprise de bétonnage dans son épaisseur : Vu 0.49 < 14.1.5 τu< ´τ Donc les aciers transversaux ne sont pas nécessaires.26 6.72 ¿ V ux V uy ¿ kN) 19. = 347. BE Béton armé 4.08 38 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .170 0.2. Armatures longitudinales : f bu f su Avec :b=1m .19< V ux Tableau 5: calcul des efforts tranchants 5.118 MPa d 0. Efforts tranchants Vux On a Pu∗Lx V ux = Au milieu du grand coté : ( α2 ) 2∗ 1+ Pu∗Lx Au milieu du petit coté : V uy = ≤ V ux 3 ELU ELS V ux ( kN) 20.2.d’= 3cm .07∗f c 28 ´τ = =1. =12.12 7. d=17cm .826 En travée « sens lx » En travée « sens Ly » Sur appuis Dimen 9.22 14.02022 τu= = =0.02 MPa 1.

33 { Sens ly : { S t ≤ min 4 h0 =0.025 0.3.33 m 0.45 m 0.025 0.33 m Sur appui : 5.2.020 0. Espacement Sens lx : S t ≤ min 3 h0 =0.003 0.23 Tab 6: Tableau de calcul des armatures longitudinales 5.3.1.020 ( Ok) ( Ok) ( Ok) 0 sionnement à L’ELU 0 0 0.005 0. BE Béton armé 0.56 1.1684 1.1688 0. Dispositions constructives 5.016 0.45 S t ≤ 0. Choix des aciers h Φ ≤ =20 mm 10 Le diamètre maximum est 20 mm 5.3.3.168 0. Section minimale d’armature Bande suivant ly : 39 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .031 0.03 1.3.004 0.

45 m ay=¿ A y min .25 m<0.23∗10−4 < A y min . A¿ Soit 4 HA 8 /m A¿ → S t=0. Vérification De La Contrainte Dans Le Béton 6.25 m<0.33 m 6.25 m<0.25 m<0.682∗10 m /m 2 ay=¿ A y min A tx =1. BE Béton armé { 12 h0 RL A y min = 8 h0 Fe 400 =8 h 0=1.45 m Bande suivant lx : 3−α −4 2 A xmin = ∗A y min=1.03∗10 < A y min → A ¿ Soit 4 HA 8 /m A¿ → S t=0.1.03∗10−4 < A ymin → A ax= A y min .56∗10−4 < A ymin (ok ) . soit 4 HA 8 / m → S t=0. −4 ay=¿ 1.33 m A ax =1. Sens lx 40 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .6∗10−4 m2 /m 6 h0 Fe 500 ty=¿ A y min ty=¿ 1. Soit 4 HA 8 / m A¿ → S t=0.

b 2 ∗y + 15∗A ST∗ y 1−15∗A ST ∗d=0 (E) : 2 1 2 0.0440>0. Vérification De La Fleche Nécessité de la vérification à l'ELS de déformation { 3 h0 =0.0375( ok) =1.029 m b ¿ y 13 2 I SRH / AN = +15∗A ST ∗(d − y 1) =¿ 0.77 MPa σ´bc =0.00301∗y 1−0.2 MPa. BE Béton armé Ms σ bc = ∗ y1 y1 I SRH / AN .0375 80 ≥ max =0.00051=0→ y1 = 0.72∗10−4 = 1. avec la racine positive de l’équation (E). Arrêts Des Barres 41 TAHER&ZAIDI 2008/2009 . donc vérifiée 7. b∗d fe Les deux conditions requises étant satisfaites donc il n'est pas nécessaire de vérifier la flèche 8.5∗y 1 +0.85 A 2 ≤ b0∗d fe h0 A −3 2 −3 =0.72 ¿ 10−4 m4 3 0.6∗f c 28 =¿ σ bc < σ´bc 13.029 0.182∗10 ≤ =5∗10 (ok ) lx .63 et = 0.009123 σ bc = ∗0.0375 Il faut vérifier : l x M tx 6.0374 20∗M 0 x 20∗8.

45 m 2 42 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .1.1  4.3Sur appui : ¿ 0.3+ a ∗l x M0 ) = 0.2.30 m M l 1=max 0.30 m l 2=max l 1 =¿ =0. En travée sens Ly On alterne : 2 HA 8 filant 2 HA 8 arrêtées à 0. En travée sens lx On alterne : 2 HA 8 filant 2 HA 8 arrêtées à 0.5 ¿ 2.90 m 4 { l s=0.454 m 8.45 m 0.454 m 8.54m = 0.1  4. BE Béton armé 8.59 {( l s=0.54 m = 0.6∗❑2∗f t 28 ¿ 1.

BE Béton armé 9. Plan De Ferraillage 43 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .

Ces deux poteaux se reposent sur la même semelle.Introduction : Les poteaux sont les éléments verticaux de la structure permettant la transmission des charges aux fondations. II-Evaluation Des Charges 44 TAHER&ZAIDI 2008/2009 . Les poteaux sont généralement soumis aux charges verticales centrées. ils sont donc dimensionnés à la compression simple. tous les poteaux sont soumis aux charges verticales centrées. D’autres poteaux peuvent être soumis en plus des charges verticales à des moments de flexion et sont donc dimensionnés à la flexion composée. Dans cette étude nous allons nous intéresser aux poteaux P162 et P223 du niveau du joint . BE Béton armé I. Dans notre cas.

4/2 = 1.65 m. Surface d’impact :  Plancher terrasse : . Charges des poutres . BE Béton armé fig2 : Section de surface d’impact -1-Décente de charge du poteau : L1= (poutre) 3.25 KN/m² Q=1 KN/m² .Charges du plancher On a G=6.9m. Charges de l’acrotère 45 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .8/2=1.3/2 = 1. L2= (poutre)3.7 m L3 = (poutre) 3.

9 KN/m² 46 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .Charges du plancher On a G=7.7 KN/m² Q=1. Charges des murs Mur de 35 cm sur la poutre Mur de 25 cm sur le raidisseur Donc la charge totale venant du plancher intermédiaire est :  Dalle plein : . BE Béton armé Charges des acrotères. Charges des poutres . Donc la charge totale venant du plancher terrasse est :  Plancher courant : .Charges du plancher On a G=5.5 KN/m² .

77 22.26 482.18 115.23 6 PN1 75.49 373.17 107.77 12.23 4.1 PN3 75.17 4.0 PN2 75.68 4. BE Béton armé Q=1.87 275 354 .55 414.95 156.95 2 195.03 599 .77 17.77 7.5 KN/m² -Charge des poutres - .34 4.18 3.5 9 PN SOUS 441.2 81.9 PN RDC 75.51 4.7 SOL 6 Tab 1 : descente de charge 47 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .17 332.77 27.72 265. Charge des murs - Mur de 35 cm sur la poutre Mur de 25 cm sur la poutre Donc la charge totale de dalle plein est : Efforts normaux charges charges Niveau permanentes d’exploitations (ELU et ELS) Qcum(K G(KN) Gcum Q(KN) Nu NS N) PN4 32 32 3.17 257.18 47.97 35.17 182.

BE Béton armé

 Exemple de calcul : poteau du sous sol :

Nu =599.5KN
NS =441.26KN
On est dans le cas ou la section du coffrage n’est pas imposée
Inconnues: Br et Asc

On a k=1.1 la moitie de Charge est appliquée avant 90 jours

0.653
Donc

Or Br = (a-2)(b-2)
Fixons a=25cm
Br = (25-2) (b-2) ≥ 0.046m2

Soit donc a=b=25 cm

Les sections du poteau pour les différents étages sont récapitulées dans le tableau
suivant:

Nu (KN) a (cm) b (cm)
P terrasse 47.97 22 22
3 156.6 22 22
2 265.23 22 22
1 373.87 22 22
RDC 482.5 22 22
48 TAHER&ZAIDI
2008/2009

BE Béton armé

SS 599,7 25 25
Tab2:sections des poteaux.

.2.- Ferraillage :
Soit un exemple de calcul du poteau de SS :
Le poteau étant soumis uniquement à la compression.

.2.1.- Armatures longitudinales :
La section d’armature d’un poteau est calculée par:

On a : Nu =599.7 KN
Ns =441.26 KN

 Longueur de flambement :

lf =l0 = 3.7.

 Elancement :

.
2-2-Détermination des armatures longitudinales
La section d’armature longitudinale dans le poteau est donnée par :

49 TAHER&ZAIDI
2008/2009

BE Béton armé

Les aciers seront ainsi calculés:

 on prévoit des acier minimal

Donc

soit 4HA12 (Al =4.52cm2).

3-Vérification à L’ELS:

Il faut que

(Vérifié)

4-Dispositions constructives :

avec a= 25cm donc

di≤35 cm

( OK)

50 TAHER&ZAIDI
2008/2009

BE Béton armé fig2 : Section droite du poteau. on a seulement un cadre et une épingle 6  Espacement des armatures transversales :  En zone courante On choisit donc St =25 cm  En zone de recouvrement : 51 TAHER&ZAIDI 2008/2009 . 5.Armatures transversales  Diamètre des armatures transversales : et ≤ 12 mm Donc = 4mm Donc = 6 mm ≤ 12 mm (OK) Pour les armatures transversales.

BE Béton armé Dans le cas général = si le poteau est soumis à des chocs D’où. 52 TAHER&ZAIDI 2008/2009 . La longueur de recouvrement : Soit Lr =30cm Sur lr on place 3 nappes d’armatures espacées de : Str = ( 30-(2*5)/2)= 10 cm.

contre m arche. m arche (giron). Introduction : Le s e sc alier s sont de s élém e nt s de la structure qui permettent de franchir le s niveaux. volée.1 : Caractéristiques dimensionnelles d’un escalier 2. il comporte deux volée s sy m étrique s. BE Béton armé 1.2 : Schéma d’escalier 53 TAHER&ZAIDI 2008/2009 . Fig. palier. Fig. Il s so nt composé s des élém e nt s s uivants : pailla s s e. Présentation et conception géométrique : Dans notre projet l’e sc alier à étudier permet l’acc è s du R DC ver s le s diver s étage s .

B éton banché : . charges permanentes : Le s charge s so nt calculée s par m ètre linaire horizontal.2. BE Béton armé 2. Dimensionnement : D’aprè s le plan d’architecture on a L = 603cm. .2. Evaluation des charges : 2. E nduit : . Marbre: a.1.1. B éton armé : . h = 310cm: n = 8 Q= 2. Charges sur la paillasse :  chape e n béton armé :(e = 21cm)  Marche e n B éton banché : 54 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .5 kN/m2 (escaliers d’habitations) 28 < g < 30 g = 30cm D’où Vérification de B LONDE L : or L’épaisseur de la paillasse : Par itérations on trouve e=21cm. 2.

Charge sur le palier : ( )  chape e n béton armé : ( )  Marbre : ( ) 55 TAHER&ZAIDI 2008/2009 . BE Béton armé  Marche e n m arbre de :( )  Marche e n pos e :( )  Contre m arche e n marbre :( )  Mortier de pose pour contre marche :( )  E nduit de la pailla s s e :( )  G arde corps : Alors : ou : la charge permane nte totale s ur la pailla s s e. b.

BE Béton armé  Mortier de pose : ( )  E nduit : ( ) Alors : ou : la charge permane nte totale s ur le palier.  Armatures principales : o Moment réduit agissant : 56 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .99 29.6 30.5 Tableau 1:calcul des sollicitations a partir du logiciel RDM6 b. 2.35*G+1.09 42. Charges d’exploitation : On adopte pour l’e sc alier une charge d’exploitation : 3.1.2.21x1) m2 soumi s e à la fl exion simple. Ferraillage : Le calcul des armature s e st réalis é s ur une poutre i so statique de s ection (0. Sollicitation : Fig 3 : chargement de l’escalier Combinaison Moments fléchissant (kN. Schéma de calcul et Dimensionnement : 3.m) Effort tranchant (kN) 1.45 41.5*Q 66.2. calcul de la première volée : a.27 G+Q 47.

dans le sens de la largeur des escaliers.  Vérification à l’ELS : 57 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .  Calcul des armatures de répartition : La section des armatures de répartition. Soit 4HA8 / ml .4∗yu=¿ 0. D’où on choisie pour les armatures principales : 8HA14 /ml  Armatures en chapeaux : .25∗(1− √ 1−2∗μ) = 0. Choix : 6HA8/ml . on a alors: . est prise égale au quart de la section des armatures principales.0405m z=d−0. BE Béton armé o Nécessité d’aciers comprimés o μl=0..1638 m o Sections minimales (condition de non fragilité) : CNF vérifiée.39 . μ < μl On n’ a pa s be soin d’acier s comprimé s. o Section d’aciers tendus : α =1.225 yu=α∗d=¿ 0.

257 0. BE Béton armé =>  Vérification des contraintes : Pour les poutres dalles.66 0.0006 0. les armatures transversales ne sont pas nécessaire si:  Vérification de flèche : 0.257 0.0105 ok Non vérifiée ok  Calcul De la Fleche Par la Méthode de l’Inertie Fissurée 58 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .0625 0. coulée sans reprise de bétonnage sur leur épaisseur.

59 TAHER&ZAIDI 2008/2009 . BE Béton armé Puisque la condition de flèche n’est pas vérifiée . on calcul la flèche .

BE Béton armé 60 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .

BE Béton armé 61 TAHER&ZAIDI 2008/2009 .

Ces derniers sont devenus. notons que ce bureau d’étude de béton armé est une bonne occasion pour pouvoir confronter des problèmes réelles et . que ce travail soit à la hauteur des ambitions de tous ceux qui nous ont fait confiance et qui nous ont consacré leurs temps pour nous fournir les meilleures conditions de travail . En outre. ce qui a particulièrement favorisé l’acquisition des nouvelles connaissances. Espérons. parmi les facteurs de base pour la réussite dans la vie professionnelle. de nos jours. Aussi ce travail nous a permis de bénéficier des conseils. L’exploit des connaissances théoriques acquises au cours de notre formation académique à l’ENIG est une bonne opportunité pour s’exercer aux logiciels de calcul et de dimensionnement. vu la richesse structurale et architecturale de notre projet nous avons eu l’opportunité d’améliorer notre esprit de recherche bibliographique et de documentation. 62 TAHER&ZAIDI 2008/2009 . BE Béton armé En conclusion. Il ne reste qu’à signaler que la plus part des objectifs ont été atteints de près ou de loin et que l’expérience dans le domaine de génie civil est une question de temps et de pertinence surtout. de renseignements et de directive émanant de notre encadreur.

NAJARI SLIM [2] Conception et calcul des structures de bâtiments. Paris 1996 63 TAHER&ZAIDI 2008/2009 . Davidovici Editions du Moniteur. BE Béton armé [1] cour de 2éme années de béton armé. Mr . Par VICTOR.4] Tome 4 [3] Formulaire de béton armé : Tomes 1et 2.Thonier Presses de l’Ecole Nationale des ponts et chaussées [1. Par HENRY.