You are on page 1of 2

Lettre Justice et Paix Intégrité de la Création

n°23 Mai 2017

Pastorale des prisons

En prison, une expérience de liberté 

D epuis quatre ans déjà, je participe à l’aumônerie catholique de la
prison de Fresnes. Après une première célébration avec les déte-
nus et des membres de l’équipe d’aumônerie, les appréhensions
sont vite tombées. Étrangement une ambiance de vérité profonde se déga-
geait de ce moment de prière : les masques étaient mis de côté et une ex-
périence de liberté nous inondait. Pécheurs devant Dieu, nous sachant
aimés et chacun reconnu pour ce qu’il est, une nouvelle expérience de
fraternité, d’humanité relevée de ses blessures s’ouvrait à tous. Pendant
l’espace d’une rencontre, d’une prière, d’un partage, un espace de con-
fiance en soi et de reconstruction d’un capital humain réconcilié est offert
à un chacun.
vie est comme en suspens et une parole amicale est attendue pour se re-
Bien sûr, dans la rencontre avec ce frère, cette sœur en humanité, il reste
construire, refaire surface tout simplement. Les visites de l’aumônier de-
toujours à considérer aussi la victime lésée, souffrante. Un mal a été com-
viennent souvent des moments de confiance et de confidence, où l’amitié
mis. Cette partie appartient à la justice que nous avons tous à respecter.
partagée empêche de sombrer dans la grisaille d’un quotidien difficile.
L’aumônier prêtre, laïc, bénévole quant à lui se refuse à ne voir chez le
L’aumônier, venant du dehors est alors celui qui permet au détenu de gar-
coupable que sa faute. L’acte délictuel ou criminel n'est ni une fatalité ni le
der un lien avec la liberté.
dernier mot de l'être. Quelle que soit sa culpabilité, chacun reste capable
du meilleur. Tout prisonnier a, comme chaque être humain, une dimen- Réfléchir, car nous soumettons nos activités à des évaluations et des su-
sion spirituelle unique qui lui donne vocation à participer de façon per- pervisions régulières qui nous permettent d’être en justesse avec les déte-
sonnelle à sa réinsertion. La peine est ce temps de travail qu'un homme nus que nous rencontrons. Le partage entre aumôniers est le lieu où nous
fait sur lui-même pour retrouver sa vocation d'homme libre et respon- -mêmes comme humbles serviteurs mettons en parole nos propres li-
sable. mites et questionnements. Car personne ne sort indemne d’une relation
Quatre points qui marquent nos Quelle que soit sa avec des personnes en souffrance : le trop plein d’échecs et de mort à soi-
culpabilité, chacun même à besoin d’être partagé. Cette réflexion est aussi menée avec les dé-
orientations communes : tenus qui à un certain moment de leur vie refont le point sur ce qui les a
reste capable du amenés ici. Heureux ceux qui avec d’autres alors se découvrent capables
Ensemble, car c’est en équipe et en
Eglise que sont portées les personnes meilleur de bâtir plutôt que de démolir. L’accompagnement est ce lent processus
que nous rencontrons. L’aumônerie est où les uns et les autres peuvent se reconstruire en confiance pour un ave-
là pour les aider à se retrouver avec d’autres, avec Dieu, avec soi-même. Le nir plus serein.
respect réciproque aide à s’accepter malgré les différences d’origine, de re- Célébrer, redonner sens à nos existences en quête de résurrection est un
ligion ou de tempérament et offre à chacun un lieu ou l’on peut vivre une véritable moment de grâce en prison. En effet, pour bien des détenus, la
nouvelle humanité. célébration permet de respirer à pleins poumons, de supporter la déten-
Rencontrer, c’est l’essentiel de ce que nous nous proposons de vivre en tion et de recharger les batteries. Pendant la célébration, il n’y a plus de
ce milieu : être une présence fraternelle, bienveillante qui sache accueillir prisonniers, seulement des hommes et des femmes qui prient Dieu dans
l’inédit d’une vie. Vivre en sincérité des moments de partage, d’ouverture cet environnement difficile. La messe est un moment de paix profonde où
et de convivialité. Car l’incarcération est toujours un choc violent pour les on peut faire silence, un temps pour déposer son fardeau devant Dieu et
personnes : des interrogations douloureuses sur soi-même se font jour, la demander pardon. L’accueil de la miséricorde de Dieu dans le pain eucha-

Quelques chiffres Contacts et liens utiles
Au 1er janvier 2016 : Aumônerie nationale des prisons (historique, missions, etc.) : http://bit.ly/2r9xBJS
249 298 personnes prises en charge par
Rapport parlementaire (2013) sur la surpopulation carcérale : http://bit.ly/2qcEPgL
l'administration pénitentiaire
172 007 personnes suivies en milieu ouvert Fédération des Relais Enfants Parents (maintien du lien entre l’enfant et son parent incar-
céré, via ateliers, permanences, animations, etc.) : federation.rep@club-internet.fr
187 établissements pénitentiaires (dont 86
maisons d'arrêt, 94 centres de détention, 6 Correspondance avec un détenu (Secours Catholique Moselle) : http://bit.ly/2qed47K
établissements pénitentiaires pour mineurs) Liste de toutes les associations nationales conventionnées d’aide aux personnes déte-
2.69 milliards d’euros de budget annuel nues et sortants de prison (de multiples domaines sont couverts) : http://bit.ly/2p039oB
ristique soutient les uns et les autres à continuer ce chemin avec plus d’espérance
dans le cœur pour pouvoir un jour célébrer la vie avec les siens, avec la famille
Je crois en Toi
dehors. Le temps d’une messe, l’extérieur et la beauté d’un monde réconcilié en
Christ viennent faire irruption dans ce milieu fermé. Dans la fréquentation de la Je crois en Toi, Dieu notre Père,
Parole de Dieu, Jésus se laisse petit à petit redécouvrir comme quelqu’un de notre Père Tout-Puissant d’Amour. Tu es mon sou-
proche de nous et de notre épreuve par son propre chemin de souffrance et
d’abaissement. La prison, terrain de désolation devient alors terre d’une nouvelle
tien. Je sais que Tu es avec moi, toujours et partout,
soif, d’une nouvelle authenticité de vie. même ici en prison, derrière nos barreaux. Je sais que
tu es là. Je me sens aimé de Toi, écouté, pardonné…
Un cadre laïque et républicain
là où moi-même j’ai du mal à me pardonner…
L’aumônerie intervient dans le cadre d’une institution laïque et républicaine dont
elle respecte la spécificité en se refusant toute pratique intégriste ou prosélyte. Je crois en Toi, Jésus-Christ,
Nous accueillons chaque personne détenue là où elle en est dans son histoire, en
proposant une réflexion et une démarche de responsabilisation et de réconcilia- le Fils de Dieu notre Père. Tu es venu pour me sauver.
tion avec soi, sa famille et la société. C’est pourquoi nous maintenons aussi des En ayant vaincu la mort, et par ta résurrection, Tu
rencontres fréquentes avec me permets d'avoir confiance en l'avenir. En écoutant
les autres représentants de l'Evangile, l'histoire de ta vie, j'oublie ma haine envers
religions, qu’ils soient chré-
tiens, juifs, musulmans ou
ceux qui m'ont blessé, je peux te dire toutes mes souf-
bouddhistes. Nous sommes frances. Je sais que Toi, tu me comprends, car Toi aus-
tous au service d’une même si tu as souffert. Comme moi, tu as été jugé… Mais
cause : apporter un peu Toi, Tu ne juges pas, Tu ne condamnes pas. Tu me li-
d’humanité et de proximité à bères de toutes mes angoisses. Avec Toi, je me sens
ces personnes éprouvées,
être tout simplement des St Vincent de Paul, premier aumônier des prisons soulagé, apaisé, libéré.
compagnons de route vers la Je crois en Toi, Esprit Saint,
réinsertion et la liberté. Bien des confrères spiritains accompagnés par d’innom-
brables laïcs, prêtres et religieuses font cet humbles service auprès des établisse- car je sais que, sans Toi, on ne peut pas survivre en
ments pénitentiaires de France : de petites mains qui consolent, qui raffermissent
prison. Tu es pour moi vital. Tu souffles sur moi le
et encouragent.
Michel Huck courage qui me permet de tenir debout et de garder
ma dignité. Ton souffle d'Amour et de Paix nous per-
Brèves met de nous accueillir malgré toutes nos différences.
Grâce à Toi, même en prison, je peux me sentir utile
A la paroisse Bx Frédéric Ozanam de Rennes dont les spiri-
à mon prochain et croire que rien n’est impossible.
tains ont la charge a été montée une association pour l’accueil et
l’accompagnement des familles en précarité, notamment étran- Je crois en l'Eglise,
gères. En janvier dernier, la célébration du matin présidée par le
curé René Tabard a montré la volonté de la communauté parois- que nous formons ici en prison car c'est l'Eglise Uni-
siale de s’engager davantage dans l’accueil des migrants. Plu- verselle avec nos diversités de langues et de cultures.
sieurs d’entre eux ont raconté leur parcours semé d’embûches Riches de nos différences, on ne fait plus qu'un lors-
mais aussi de belles rencontres. Les enfants ont été invités à ré- que l'on prie et chante ensemble. Riches de nos diffé-
pondre à la question : qu’est-ce que pour vous un migrant ? rences et ensemble, nous sommes plus forts pour dé-
Des droits pour les paysans : pétition proposée par AEFJN couvrir la Parole de Dieu, pour vivre la fraternité en
pour défendre le projet de Déclaration du Conseil des Droits de actes, pour travailler à ton Royaume de Paix et
l’Homme de l’ONU : http://bit.ly/2oGRDhk
d'Amour.
Ecrit par les détenues de la Maison d’Arrêt des
Femmes de Fresnes
Ce qu’en dit le pape François

L e défi, comme je l’ai dit il y a deux semaines dans
la maison pénitentiaire de Castrovillari : c’est le
défi de la réinsertion sociale. Et pour cela, il faut
un parcours, un cheminement, que ce soit à l’extérieur,
dans la prison, dans la société, où à l’intérieur, dans la conscience et
allons demander pardon au Seigneur pour nos péchés, pour nos er-
reurs, il nous pardonne toujours, il ne se lasse jamais de pardonner.
Il nous dit : « Quitte cette route parce que cela ne te fera pas de bien
d’y rester ». Et il nous aide. Et c’est cela la réinsertion, le chemine-
dans le cœur. Faire un chemin de réinsertion, que nous devons tous ment que nous devons tous faire.[...]
faire. Tous. Nous faisons tous des erreurs dans la vie. Et nous de- Quand je rencontre l’un de vous, qui est dans une prison, qui che-
vons tous demander pardon pour ces erreurs et entreprendre un mine vers sa réinsertion, mais qui est détenu, sincèrement, je me
chemin de réinsertion, pour ne plus en faire. Certains font cette pose cette question : pourquoi lui et pas moi ? C’est ce que je ressens.
route chez eux, dans leur travail ; d’autres, comme vous, dans une C’est un mystère. Mais c’est avec ce sentiment, avec ce que je ressens,
maison pénitentiaire.[…] Celui qui dit qu’il n’a pas besoin de faire que je vous accompagne.
un chemin de réinsertion est un menteur ! Nous faisons tous des
Discours du pape aux détenus de la prison d’Isernia, lors de sa visite
erreurs dans la vie et nous sommes tous pécheurs. Et lorsque nous
pastorale dans le Molise, le 5 juillet 2014