R

Rééppuubblliiqquuee A
Allggéérriieennnnee D
Déém
mooccrraattiiqquuee eett PPooppuullaaiirree

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Ecole Nationale des Travaux Publics
Thèse de fin d’étude en vue l’obtention du Diplôme d’ingénieur
d’Etat en travaux publics

Proposé par SAPTA

Présenté par : Encadré par :

Bahnas el haoues Mr: Bouziane

Promotion Juin 2008

REMERCIEMENTS

Tout d’abord, je tiens à remercier dieu clément et
miséricordieux de m’avoir donné la force et le courage de
mener à bien ce modeste travail.

Je tiens à remercier Mr Bouziane Nasser mon cher
encadreur pour sa patience et sa coopération le long de cette
période.
A tous les enseignants de l’ENTP sans exception qui ont
contribué à ma formation avec beaucoup de compétence et de
dévouement.
Mes remerciements s’adressent, également, aux
membres du jury pour l’intérêt qu’ils ont porté à mon travail.
Enfin, mes plus vifs remerciements s’adressent aussi à
tous ceux qui m’ont aidé, encourager et m’ont soutenu.

bahnas el haoues

Sommaire
Chapitre : 01
1. INTRODUCTION : …………………………….…………….…………………02
2.PRÉSENTATION D L’OUVRAGE :……………………………………….........02
2.1. position de l’ouvrage…………………………………………………………....02
2.2. description de l’ouvrage ……………………………....……………......03
3. CONCEPTION ET CHOIX DU TYPE D’OUVRAGE : ……………………….03
3.1 La démarche de conception d’un pont…………………………………………03
3.1.1 Les données naturelles………………………………………………………..04
3.1.2 Les données fonctionnelles…………………………………………………...04
4. LES VARIANTES PROPOSÉES :……………………………………………….06
4.1. 1ère variante pont à poutres en béton précontraint par pré tension………06
4.2. 2ème variante pont à poutres en béton précontraint par poste tension…..06
4.3. 3ème variante pont à poutres en béton mixte…………………………………..07
5. LES AVANTAGES ET LES INCONVÉNIENTS :……………………………...09
6. ANALYSE MULTICRITÈRES :………………………………………………...10
8. LES ÉQUIPEMENTS D’UN PONT :……………………………………………11

Chapitre : 02
1. LE BÉTON : ……………………………………………………………..........14
1.1. caractéristique mécanique du béton …………………………………….14
2. L’ACIER :…………………………………………………………..…….…..16
2.1. les aciers passives :…………………………………………….……………....16
2.2. les aciers actifs :……………………………………………….................17
Chapitre : 03
1. PREDIMMENSION DE LA POUTRE :… ……………………………………....18
4. LES CARACTÉRISTIQUES DE L’OUVRAGES :…… …………………….…...20
5. LES CARACTÉRISTIQUES GÉOMÉTRIQUES DES POUTRES :…. ….……...20
5.2. les caractéristiques g géométriques des sections brutes :………….. ….....22
5.2. les caractéristiques g géométriques des sections nettes :… ………….…...24
Chapitre :04
1. CHARGES PERMANENTES : ……………………………………………..….….25
2. SURCHARGES : ………………………………………………………………….26
2.1. les surcharges routières normales………………………………………………27
6. EFFET DE VENT :……………………………………………………………...…..29
7. EFFET DE SÉISME :……………………………………………………….…..…...30
8. SURCHARGE SUR TROTTOIR : ……………………………..………………......30
9. SURCHARGE SUR REMBLAIS…………………………………………..…......30

Chapitre : 05
1.ÉVALUATION DES EFFORTS DANS LA POUTRE……………………………...31
1.1 calcul des éléments de réduction dus aux poids propre………………..…….31
2. CALCULE DES ÉLÉMENTS DE RÉDUCTIONS DUS AUX SURCHARGES.....32
2.1. moment fléchissant :… ………………………………………………….…..32
2.2. Efforts tranchants dus aux surcharges :……………………………... ……36

Chapitre : 06
1. LA MÉTHODE DE GUYON MASSONNET :……………………………………….41
2. LA MÉTHODE NUMÉRIQUE (SAP 2000) …………………………………………41
3. VALEUR DES MOMENTS FLÉCHISSANT RÉEL :……………………………….43
3.1.à l’état limite de service ( E.L.S ) :…………………………………………43
3.2.à l’état limite ultime (E.L.U) : ………………………………………………43
3.3. L’élément de réductions:… …………………………………………………44
Chapitre :07
1. HISTORIQUE : ……………………………………………………………………….45
2. PREDIMENSIONNEMENT DE LA PRÉCONTRAINTE :………………………….47
2.1. Caractéristiques géométriques de la poutre…………………………………...47
2.2. Les contraintes limites :…………………………………………………………..47
2.3. Calcul du nombre des câbles :…………………………………………………..48
2.3.1. Détermination du nombre de câbles a l’about……………………………...49
2.4. Vérification des précontraintes a la mise en tension ………………………...50
2.5. Principe de positionnement des câbles…………………………………………52
2.6. La disposition des câbles de la 1ère famille ( a l’about )…………………….52
2.7. Le trace des câbles…………………………………………………………..…....53
2.8. Câble moyen fictif…………………………………………………………………56
2.9 .Les caractéristiques géométriques des sections nettes…………………..…57
3. LES PERTES DE TENSIONS :………………………………………………………58
3.1 introduction…………………………………………………………………………58
3.2.les pertes instantanées…………………………………………………………….58
3.3 les pertes différées…………………………………………………………………63
4. VÉRIFICATION DES CONTRAINTES NORMALES :……………………………67
5. FERRAILLAGE DE LA POUTRE :…………………………………………………69
Chapitre :08
1. FLÈCHES ET CONTRE FLÈCHES :…… ………………………………………….74
2. FLÈCHES TOTALE :………………………………………………………………...76
3. CALCUL DES ROTATIONS :………………………………………………………77
4. ROTATION RESULTANTE :………………………………………………………..77
5. CALCUL DES DÉPLACEMENTS D’APPUIS : …………………………………....77
6. DÉPLACEMENT TOTALE………………………………………………………….78
Chapitre :09
1. INTRODUCTION : …………………………………………………………………79
2.ÉTUDE DE LA FLEXION longitudinale :…………………………………………...79
3.ÉTUDE DE LA FLEXION TRANSVERSALE ……………………………………..79
4. VÉRIFICATION DE LA CONTRAINTE DE CISAILLEMENT…………………..80
5. RÉCAPITULATIF DU FERRAILLAGE :…………………………………………..80

Chapitre :10
1-APPAREIL D’APPUI :………………………………………………………………….81
1-1- Réactions dues aux combinaisons:………………………………………………81
1-2-Détermination des dimensions de l’appareil d’appui :……………………….81
I-3-Dimension en plan de l’appareil :………………………………………………..82
1-4-Répartition des efforts horizontaux :…………………………………………….82
1-5-Vérification des contraintes :……………………………………………………..83
1-6 Ferraillage de dés d’appui :………………………………………………………85
2- CALCUL DU JOINT DE CHAUSSE :…………………………………………………86

Chapitre :11

1. INTRODUCTION………………………………………………………………………87
2- IMPLANTATION DES CULÉES :…………………………………………………….87
3- PREDIMENSIONNEMENT DES CULÉES : …………………………………………87
4- Évaluation des efforts sollicitant la culée :……………………………………………. 89
5- Étude et ferraillage de la culée :…………………………………………………………93
5-1 Mur garde grève :………………………………………………………………………93
5-2 La dalle de transition :………………………………………………………………….96
5-3 Corbeau :……………………………………………………………………………….98
5-4 Mur frontal :……………………………………………………………………………99
5-5 Mur en retour :……………………………………………………………....................101
5-6 La semelle :…………………………………………………………………………….103
5-7 Les pieux :……………………………………………………..……………………….106
Conclusion générale
ANNEXE
Bibliographie

Chapitre 01 Présentation et Conception de l’ouvrage

1- INTRODUCTION :
Le dimensionnement d’un pont constitue un travail de synthèse des différentes
disciplines, telles que la statique, la dynamique, la résistance des matériaux, et le calcul des
fondations. Le caractère spécifique du calcul des ponts réside dans l’interdépendance des
éléments de structure soumis simultanément à des sollicitations combinées.
La détermination des variantes proposées pour l’ouvrage, doivent être le fruit d’une
conception de l’ingénieur, donc de sa réflexion sur le comportement optimal d’un ouvrage
prévu (optimisation entre les longueurs des portées et les moments induits, les sections
transversales proposées, le nombre d’appuis, le ferraillage associé, les délais de réalisation, les
gabarits du site à franchir et la nature de son sol support et son hydrologie….). A la base de
tous ces paramètres, l’ingénieur doit faire recours à une conception visant l’optimisation entre
plusieurs paramètres déterminants (l’économie, la sécurité des usagés, l’esthétique de l’ouvrage
et les délais de réalisation) en tenant toujours compte des contraintes naturelles et
fonctionnelles susmentionnées.
Après la proposition des variantes issues de la réflexion de l’ingénieur, celles ci doivent
être vérifiées d’une façon sommaire, pour déterminer la variante optimisée la plus performante.
Tous d’abord, toute étude d’un ouvrage exigent qu’il doive être prédimensionné en
effectuant des vérifications sommaires et des calculs partiels du comportement de l’ensemble
de l’ouvrage prédimensionné, à l’aide de méthodes approchées.
Cette étape doit être faite pour avoir une connaissance intuitive du comportement de
l’ouvrage, pour la détermination de la variante la plus convenable, donc la plus satisfaisante de
nos besoins en fonction des moyens disponibles.

2-PRESENTATION DE L’OUVRAGE :

2.1-POSITION DE L’OUVRAGE :
L’ouvrage d’art qui constitue l’objet de notre étude a été proposé par la direction des
travaux publics de la wilaya d’AIN DEFLA. C’est un pont-route, qui va assurer le passage
supérieur sur (RN4-RN35) du PK 388+465 au PK 420+465 ; cette présente étude rentre dans le
cadre du projet autoroute EST-OUST.

2

LES ÉQUIPEMENTS : L’ouvrage est doté de : • Joints de chaussée. 3 . il supporte une chaussée de trois voies de circulation de 3. • Des appareils d’appui. b) La poutraison Elle constitue le support du platelage.LA SUPERSTRUCTURE : Dont les éléments constitutifs sont : le platelage et la poutraison. tout en intégrant un certain nombre d’exigences de qualité architecturale ou paysagère.1. a) Le platelage Formé d’un hourdis en béton armé de 20cm d’épaisseur coulé sur place avec un ripage transversal de 2. recouvert d’un revêtement de 7cm d’épaisseur.Chapitre 01 Présentation et Conception de l’ouvrage 2. 2.2. se compose de 8 poutres préfabriquées en béton précontraint. 2.LA DEMARCHE DE CONCEPTION D’UN PONT La conception d’un pont résulte le plus souvent d’une démarche itérative dont l’objectif est l’optimisation technique et économique de l’ouvrage de franchissement projeté vis-à-vis de l’ensemble des données naturelles et fonctionnelles imposés.2.2-L’INFRASTRUCTURE La superstructure est supportée par deux culées remblayées.55 m d’entre axe et 1.1. • Les gargouilles 3.5 m de large chacune.2. 5 m de largeur.2-DESCRIPTION DE L’OUVRAGE : 2. Le tablier comporte deux trottoirs identiques de1. D’une part. deux corniches préfabriquées de part et d’autre et surmontées par des gardes corps. et d’autre part. de 1.3.5%. elle assure la liaison pont-terre.CONCEPTION ET CHOIX DU TYPE D’OUVRAGE : 3. elle sert d’appui d’extrémité du tablier. a) La culée : C’est un massif d’appui à chaque extrémité du pont.50 m de hauteur.

00m : argile limoneuse compacte à très compacte. deux sondages carottés ont été réalisés. Le profil en long de l’ouvrage composée d’une seule travée présente une pente longitudinale de I= 1.LES DONNEES NATURELLES Les données géotechniques: L’étude géotechnique (essais physiques.00m à 10.1.00m à 20.cailloux et galets Dont la capacité portante est Q = 400.00m à 20. FORAGE PIEU 1 : 0.00m à 13.1.1.00m argile limoneuse compacte à très compacte. tvo.Chapitre 01 Présentation et Conception de l’ouvrage 3. bariolée 13.25 % avec une longueur de 33 m. en plus des essais pressiométriques. le vent.0m à 1. cailloux et galets peu plastique FORAGE PIEU 2 : 0. un sur chaque rive.0m : terre végétale limoneuse 1.2-LES DONNEES FONCTIONNELLES : Ce sont les données relatives à la voie portée telle que le tracé en plan. Les travaux de reconnaissance géologiques et géotechniques sont fondamentaux. 3.00m : remblais hétérogène composé d’un mélange d’argile. le profil en long et le profil en travers. 4 . la neige. bariolée 13. mécaniques) joue un rôle très important pour le choix du système de fondation pour l’ouvrage. Pour la reconnaissance du site.0m à1.tvo . ils conditionnent l’implantation des fondations et leur fonctionnement mécanique.853t . en général il convient d’éviter les ouvrages plats et horizontaux. v profil en long : Le profil en long doit être défini en tenant compte de nombreux paramètres liés aux contraintes fonctionnelles de l’obstacle franchit ou aux contraintes naturelles. v Topographie du site : Il convient de disposer d’un relevé topographique aussi précis que possible avec l’indication de repère de niveau.00m: remblais hétérogène composé d’un mélange d’argile .0m : terre végétale limoneuse 1. v Les actions naturelles : Elles sont susceptibles de solliciter un pont telle que les séismes. La nature du sol impose le choix de fondations profondes.

En fait. v Profil en travers : Le profil en travers est constitué d’une chaussée de 13. 5 . ou s’il faut fonder à grande profondeur il y a intérêt à réduire le nombre des appuis et donc a augmenter les portées. leurs limites et leur coût.5 m de largeur (03 voies de circulation). lorsque les fondations sont difficiles à exécuter spécialement quand on se trouve en site aquatique ou dans un site terrestre peu accessible. car malgré les sondages leur exécution réserve souvent des surprises. couverte d’une couche de revêtement de 7 cm d’épaisseur. Ø Les fondations.5 m de largeur. La portée d’un ouvrage à une seule ouverture ou la portée déterminante (c à d la plus longue) d’un ouvrage à plusieurs ouvertures est un facteur déterminant du type d’ouvrage. lorsque les fondations sont faciles à exécuter. cette chaussée présente devers unique de 2. que plusieurs types d’ouvrages peuvent être envisagés. dont l’estimation sont délicates. un ouvrage comprend trois parties principales : Ø Les tabliers.5 % et deux trottoirs de 1. En général.Chapitre 01 Présentation et Conception de l’ouvrage v Tracé en plan : le pont est un pont droit. 3. dont le coût augmente grossièrement comme le carré de la portée.2-CHOIX DU TYPE D’OUVRAGE : Pour aboutir au meilleur choix on doit connaître l’éventail des solutions possibles avec leurs sujétions. L’examen des différentes conditions imposées pour notre ouvrage conduit à une conclusion. notamment quand on se retrouve en site terrestre ou l’on peut accéder commodément il y a avantage à choisir des portées petites ou moyennes Inversement. soit v pont à poutre en béton précontraint par pré tension v pont à poutre en béton précontraint par poste tension v Un pont mixte.

Le nombre des poutres : La N= +1 d La : entraxe entre les deux poutres de l’extrémité La = 10. Pré dimensionnement de la poutre en béton précontraint par post tension a.8 ≤ H t ≤1. La hauteur des poutres : 0.50 ≤ L t ≤0.50 On prend d = 1. 45 ≤ H t ≤ 2 H t = 1. L’épaisseur de l’hourdis : E H ≥ 15 cm. Entraxe entre deux poutres : 0.85 N= + 1 .85 m 10.9 ≤ d ≤1. Pré dimensionnement de la poutre en béton précontraint par pré tension : a. On prend une épaisseur E=15cm. INDEPENDANTES : Il est possible de réalisé des tabliers à l’aide des poutres en précontrainte par pré tension ou bien par post tension solidarisée par une dalle de couverture colée on place des coffrages perdus non participant. 4. 4.60 m alors la hauteur des poutres est H t =1.0 m On fixe l’entraxe d = 1m.50m. e. g. Élancement de poutres L L ≤ Ht ≤ 22 16 On a L = 33 m d’où 1.80 m On prend largeur de talon L t =0.50 ≤ d ≤ 2. Donc N = 12. f. b.50 m b.1. On prend une épaisseur E H =20 cm. 1 c. LES VARIANTES PROPOSÉES : PONT A POUTRES A TRAVÉES .50 m. Nombre des poutres : Le nombre des poutres est déterminé par formule suivante : L N = a + 1 Avec d La : c’est entraxe entre les poutres d’extrémité égale 10.2. L’épaisseur de l’âme : E ≥ 14 cm.85 m d : entraxe entre deux poutres 1. La largeur de talon : 0.Chapitre 01 Présentation et Conception de l’ouvrage 4. Justification ou poinçonnement par charge concentré. d.55 m Donc : N = 8 poutres 6 . L’épaisseur de talon on prend E T=15 cm.

hg /(ht − b0 ) ≤ 3 / 2 En travée : ⇒ e1 − 6 cm A l’about : ⇒ e2 − 4 j.1. On fixe l’espacement : d = 2. Épaisseur de l’âme en travée b0 : 18 ≤ b0 ≤ 25 On prend b0 = 18 cm h. Ø Goussets du talon : α =45° En travée : e3 = 21 cm Ø Goussets de la table de compression : tgϕ = 2.5/2. La largeur de la table de compression b : 0.40 on prendra : N = 5 poutre 7 .5m. 3ème VARIANTE : PONT MIXTE A POUTRES METALLIQUES : III. Hourdis : 20 ≤ H h ≤ 30 On fixe Hh = 20 cm 4.5= 5. Nombre de poutres (N) : Le nombre de poutres est déterminé par le rapport entre la largeur de tablier et l’espacement N =La/d La : Est la largeur du tablier égale à 13. Épaisseur de la table de compression : e c 12 ≤ ec ≤ 15 On pend ec = 12 cm e. Goussets : C’est l’angle disposé pour permettre d’améliorer la section et de placer les armateurs d’acier et les câbles de précontrainte ( 45 0 ≤ α ≤ 60 0 ).Chapitre 01 Présentation et Conception de l’ouvrage c.4 m d.9 ≤ b On prend b= 1. La largeur de talon Lt : 50 ≤ Lt ≤ 80 on prend Lt =60 cm f.6 H t ≤ b 0. Prédimensionnement de la poutre : a. Épaisseur de talon : On prend et = 20 cm g. Épaisseur de l’âme à l’about b0 : b0 =60 cm i.5 m N = 13.

8 . on prendra donc : Ø Une largeur de 300 mm. Ø Une épaisseur de 30 mm. g. Ø Flambage vertical de la semelle dans l’âme. Ø Une épaisseur de 15 mm sur appui. on Ø Une largeur de 200 mm. Semelles : Les semelles sont déterminées par les efforts au bétonnage et en exploitation Par des conditions Ø De résistance. Épaisseur de l’âme des poutres : L’épaisseur de l’âme de la poutre maîtresse doit respecter les quatre conditions suivantes Ø Résistance à la corrosion. c. Ø Résistance au cisaillement. Ø Une épaisseur de 20 mm. Élancement de poutres : L’élancement économique (hauteur de la poutre) est de L/25 ce qui nous donne h =1. Ø Fatigue. Ø Une épaisseur de 20 mm. Semelle supérieure sur appui : La largeur de la semelle 600 ≤ Ls-a ≤ 1000 mm L’épaisseur 30 ≤ es-a ≤ 60 mm. e. h. Ø Une épaisseur de 20 mm. Ø D’instabilité. f. Semelle supérieure sur appui : La largeur de la semelle 400 ≤ Ls-a ≤ 900 mm L’épaisseur 20 ≤ es-a ≤ 40 mm.32 m.Chapitre 01 Présentation et Conception de l’ouvrage b. Semelle inférieure en travée : La largeur de la semelle 300 ≤ Ls-t ≤ 600 mm L’épaisseur 20 ≤ es-t ≤ 40 mm. on prendra Donc Ø Une largeur de 600 mm. Semelle supérieure en travée : La largeur de la semelle 200≤ Ls-t ≤ 500 mm L’épaisseur 12 ≤ es-t ≤ 40 mm. on prendra donc : Ø Une largeur de 500 mm. d. On considérant ces quatre critères nous allons dimensionner l’âme des poutres à mi travée et sur appui Ø A mi travée 8 ≤ ea ≤14 mm Ø Sur appui ea ≤ 20 mm Ø On prend Ø Une épaisseur de 12 mm à mi travée.

Les avantage : Ø Le mode de réalisation des poutres tel que le béton coulé en atelier ou sur chantier a poste fixé est en général de meilleure qualité. LES INCONVÉNIENTS ET LES AVANTAGES POUR CHAQUE TYPE DE VARIANTE : 5. 5. les dimensions des semelles inférieures d’un pont mixte et d’un pont à dalle orthotrope sont très voisines. Les inconvénients : Ø La nécessité de fabriquer du béton plus résistant principalement avant 28 jours. Ø La facilité du contrôle de réalisation ainsi que la rapidité d’exécution des travaux.1.1. 5. Coupe transversale d’une poutre à section I. car avant que la liaison acier béton ne soit réalisée. Pour un ouvrage d’importance.4. les poutres métalliques assurent la résistance d’ensemble de l’ouvrage. 1ère variante : pont a poutres en béton précontraint : 5.Chapitre 01 Présentation et Conception de l’ouvrage Dans le cas des ponts mixtes. Ø Puisqu’il est possible de rendre indépendant la fabrication des poutres du reste du chantier. Ø La préfabrication des poutres permet d’éviter l’encombrement des échafaudages gênant souvent le fonctionnement du chantier. Ø Les ponts à poutres préfabriquées en béton précontraint sont souvent très économiques (les portés allant jusqu’ a 30m en précontrainte par pré tension. Ø L’obligation d’attendre que la mise en tension soit faite pour pouvoir ou décoffrer. les dimensions des semelles des poutres métalliques sont fixées aussi bien par les conditions de montage que par celle de service. Ø Les coffrages des poutres peuvent être utilisés un grand nombre de fois.1. et pour les portés qui sont comprise entre 30 et 50m en précontrainte en post tension. 9 . Ø La nécessité de qualification de la main d’ouvre pour l’exécution de la précontrainte (pré tension et post tension) au même temps la vérification de la pose des gaines et câbles et pour la mise en tension des câbles. 200 500 20 20 12 15 132 132 20 30 500 600 Coupe transversale poutre à mi travée Coupe transversale poutre sur appui Fig.1. Ø La préfabrication permet de diminuer le délai d’exécution de l’ouvrage.2.

- Entretient + + - Esthétique + + + Exécution + + + + : Favorable.: Peu favorable Tableau.2. Ø Une surveillance avec visite périodique. Ø Les sollicitations climatiques la différence de température entre le béton et l'acier surtout lorsque les poutres ne sont pas encore protégées par le tablier en béton. analyse multicritères 10 . on opte pour les bétons qui ont un retrait et un fluage minimum.1. Ø La rapidité d’exécution globale (diminution des coûtes). 5. 6. ANALYSE MULTICRITERES : Pour cette analyse nous résumerons nôtre étude de variantes en quatre points importants pont a poutres en béton Pont mixte a précontraint poutres métalliques poste tension pré tension Économie + . Ø La résistance et la stabilité de la structure en place doivent être vérifiées à tous les stades importants du montage ainsi qu'un contrôle strict sur le chantier. Ø En construction mixte les phénomènes de retrait et de fluage.2. et le risque du renversement ou le voilement lors du montage ainsi qu'en service. de béton de qualité). Influençant notablement la répartition des efforts intérieurs. Ø Pour des ouvrages délicats de réaliser sur place (manque d'ouvrier spécialisé. Ø Simplicité d'usinage des poutres à âmes pleines. on raison du poids peu élevé qui permet de transporter loin en particulier à l'exécution. Ø Le coût de la main d'œuvre est optimal que dans les procédés concurrents (B.Chapitre 01 Présentation et Conception de l’ouvrage 5. .2. 2ème Variante : pont mixte : 5. Ø La précision dimensionnelle des structures. Ø Des possibilités d'extension et de réparation. Les avantage : Ø Légèreté par rapport aux tabliers des autres types de ponts qui va rendre le transport aisé.P). Ø Le risque de flambement des pièces comprimées. Ø Le peu d’échafaudage nécessaire. Ø La qualité architecturelle qui s’attache a la netteté et la franchise des solutions adoptées.1.2 Les inconvénients : Ø Le problème majeur des ponts métallique et mixte c’est l‘entretient contre la corrosion et le phénomène de fatigue dans les assemblages.

ce sont eux qui permettent à un pont d’assurer sa fonction vis-à-vis des usagers. La précontrainte par pré tension est un procédé industriel. dont les éléments réalisés par ce procédé sont transportés sur site. Pour cela on a choisit la précontrainte par post tension qui est surtout utilisée pour des ponts de grandes portée. ce procédé n’a pas été choisi car les contraintes et les inconvénients liés au transport de ces poutres préfabriquées sont multiples et il y a risque d’apparition de fissure ou éclatement du béton.Chapitre 01 Présentation et Conception de l’ouvrage D’APRES L’ANALYSE MULTICRITERES (TABLEAU. fissuration.tout d’abord. Les trottoirs. 1. 2. 2 Étanchéité : C’est une couche imperméable disposée sur la surface supérieure de la dalle pour protéger les armateurs passifs et actifs vis-à-vis d’une corrosion accéléré. 11 . Introduction : Les équipements d’un ouvrage d’art jouent un rôle très important et fondamental dans la conception. Les corniches. 3. le calcul et la vie d’un ouvrage . ils sont un des éléments de dimensionnement et du calcul de la structure. Cette équipement joue un rôle très important a couse de sa fonction. Ø La résistance mécanique (fatigue.) ET SELON LES CRITERE DE CHOIX.) Les qualités demandées à une étanchéité sont évidentes. Ces équipements sont représentent par leur poids. et est nécessaire de disposer une chape d’étanchéité sur toutes les dalles de couverture en béton des ponts. l’état dégradé des routes et la géométrie souvent sinueuse. Ø La résistance au choc thermique lors de la mise en œuvre de la couche de roulement Ø La durabilité. 5. La couche de roulement. La conception de l’ouvrage serait donc incomplète si elle ne comportait pas de détails concernant les équipements. Le chois de type d’étanchéité correspond au site de l’ouvrage (les conditions thermo hygrométriques. Ø L’adhérence au tablier. vu la distance de l’atelier de préfabrication au site.1. 4. CONCLUSION : Vu les avantages que présente le béton précontraint.1. 7. Étanchéité. mon choix s’est porté sur un pont à poutres en béton précontraint. J’AI CHOISIS LA VARIANTE N°01 (PONT A POUTRE EN BETON PRECONTRAINTE PAR POSTE TENSION). LES EQUIPEMENTS D’UN PONT : 7. Les dispositions retenues 7. fluage).

et aussi la largeur doit être suffisante pour facilité la circulation des piétons. Il y a plusieurs catégories de corniches 1. présenter une bonne confort et offrir de bon ne caractéristique antidérapante (l’adhérence entre le pneu et la chaussée) pour assurer la sécurité des usagers. 1 Fig.4. et aussi on point de vue d’esthétique surtout dans les zones urbaines : les garde-corps sont renforcé parait difficile à mètre au point et ne semble pouvoir au plus retenir que des voitures légers dans des conditions relativement favorables. Généralement cette couche est composée par un tapé d’enrobés tel que l’épaisseur est variée entre 5et 10cm.Les trottoirs sur caniveau.5.Les corniches métalliques. 3.50 m de largeur 7. 3. on distingue 1. La couche de roulement : La couche de roulement doit. elles sont toujours bien éclairées et dessinent la ligne de l’ouvrage. Le rôle essentiel de la corniche c’est esthétique aussi d’éviter le ruissellement de l’eau de pluie sur les parements de la structure porteuse. Les trottoirs : Le rôle des trottoirs est de protéger les piétons on isolant la circulation des véhicules. Il existe plusieurs formes de trottoirs. Coupe transversale de la corniche Dans notre projet on prendra une corniche de 20 cm de largeur et 75 cm de hauteur 7. Dans notre projet on prendra 7 cm pour la couche de roulement. Les dispositions retenues : 7. 2 3 2. Dans notre projet on prendra un trottoir sur caniveau de 20 cm de hauteur et 1. 2.Chapitre 01 Présentation et Conception de l’ouvrage 7. 7.Les corniches en béton coulé en place. en général par simple surélévation de 10 à 20 cm par rapport à la voie de circulation. Ø Les garde-corps de type I. Ø Les garde-corps de type U.Les trottoirs en béton maigre. sur ouvrage d’art comme en section courante.Les trottoirs par décrochement de la dalle de la couverture. Les garde-corps : Les garde-corps sont retenue pour protégées les piétons . Ils sont classés en trois catégories les suivantes Ø Les garde-corps de type S.1. 12 . Les corniches : Les corniches sont situées sur la partie haute des tabliers.3.Les corniches en béton préfabriqué.6.6.4.

Les glissières de sécurités : Le rôle de ces glissières est de démunie les conséquences des accédants de la route.5t. Les barrières des sécurités : Sont considérées comme dispositifs de retenu à retenir les véhicules d’un poids en ordre de marchent supérieur ou égale à 3.2.6.5 24 130 20 15 20 20 70 60 Tube PVC ø 10mm 6 6 Fig.03 m On prend la hauteur de garde-corps 1. Avec un maximum de 1. Elles sont classées en trois catégories les suivantes Ø Les glissières rigides Ø Les glissières souples Ø Les glissières élastiques 7.20 m. H : représente la hauteur maximale du trottoir au-dessus du sol de la brèche ou du plan d’eau franchi par l’ouvrage. H ± 0. elles sont relativement esthétiques et résistantes mais seuls les véhicules légers.Chapitre 01 Présentation et Conception de l’ouvrage La hauteur des garde-corps pour piétons doit être comprise entre les limites résultantes de la formule suivante 0.005. Coupe transversale de trottoir (les dimensions sont en cm) 13 .3.5.05 m. 50 17 34. Dans notre projet H = 6m Donc la hauteur du garde-corps égale à 1.95 + 0.6. Elles agissent essentiellement au niveau des roues des véhicules. tel qu’elles sont aidées les véhicules pour le freinage.10 m 7.5 110 34.

1-CARACTERISTIQUES MECANUQUE DU BETON : Ø RESISTANCE A LA COMPRESSION : Pour un béton âgé de J jours on a : § Pour les poutres : 35 MPA si j ≥ 28 jours j f cj = .76+0.Chapitre:02 Caractéristique des matériaux INTRODUCTION : Dans tout ce qui suit. 1.83. et les pertes de tension des aciers.L 91. f MPA si j< 28 jours 4.A. pour réduire les déformations. sauf qu’on l’utilise sous des contraintes plus élevées.83. Le module d’élasticité longitudinale est élevé. le sable le gravier. et éventuellement des adjuvants. On donne ici les caractéristiques du béton.P.76+0. Pour le béton précontraints. Le béton destiné au béton précontraint ne diffère pas beaucoup de celui destiné au béton armé.-à-d. Pour le béton précontraint.E .j c 28 § pour les appuis et la dalle: 27MPA si j ≥ 28 jours j f cj = . des aciers actifs et passifs de construction en relation directe avec le calcul. la section est soumise à une contrainte de compression qui équilibrera les contraintes de traction amenée par les charges. 500 Kg de Ciment pour 1 m3 de béton). l’eau. et ces valeurs peuvent atteindre 500 kg/m3 (c. le dosage du ciment est de l’ordre de 400 à 450 Kg/m3. et de façon homogène : le ciment. f MPA si j< 28 jours 4.L 91 et B. 1-LE BETON : Le béton s’obtient en mélangeant dans des proportions convenables. le calcul de mon projet sera conforme aux règlements B.j cj 14 .E.

99 MPA pour la dalle et les appuis 15 .6 + 0.85 × fc 28 a) ELU: fbu = θ ×γb Avec : γ b : coefficient de sécurité qui prend les valeurs suivantes 1.06 × f cj Pour les poutres : 2.L.3 fc 28 MPA 12102.S: La contrainte admissible de compression du béton est calculée avec l’expression suivante : σ b = 0.5 dans le cas durable θ : Coefficient qui dépend de la durée probable « t » d’application de la combinaison d’action considérée.9 si 1h ≤ t ≤ 24h 0.85 si t p 1h  b) E.22 MPA Ø CONTRAINTES ADMISSIBLES DE COMPRESSION DU BETON : 0.6 fc28 Ø MODULE DE DEFORMATION LONGITUDINALE DU BETON « E » : § Module de déformation instantanée (courte durée < 24 heures). Il prend les valeurs suivantes 1 si t f 24h  θ = 0.72 MPA pour les poutres Ei= 33000 MPA pour la dalle et les appuis § Module de déformation différée (longue du durée) E ij = 11000.94 MPA pour les poutres EV= 11099.15 dans le cas accidentel γb =  1.Chapitre:02 Caractéristique des matériaux Ø RESISTANCE A LA TRACTION : Pour un béton âgé de J jours on a : f tj = 0. E ij = 11000.3 fc 28 MPA 35981.7 MPA f cj = Pour les appuis et la dalle : 2.

2 zone fissurée 2-L’ACIER : Les aciers utilisés dans les ouvrages de béton précontraint sont de deux natures différentes : Ø Les aciers actifs. leur module d’électricité Es est égal à 200000 MPA. 90 η. ftj ] 2 16 . ftj ] Fissuration préjudiciable 3 e où η =1 pour RL et η =1.LES ACIERS PASSIFS : Les aciers utilisés pour le béton sont des armatures courantes à haute adhérence de classe FeE40 type 1 avec une limite d’élasticité fe 400 MPA. 2-1. 110 η.15 dans le cas durable Ø CONTRAINTE LIMITE DE TRACTION : État considéré ELS Fissuration peu nuisible rien à vérifier 2 σ st ≤ min [ f . Ø Les aciers passifs.6 pour HA fe Fissuration très préjudiciable σ st ≤ min [ .Chapitre:02 Caractéristique des matériaux Ø MODULE DE DEFORMATION TRANSVERSALE «G»: Eij G= 2 (1 + ν ) Ø COEFFICIENT DE POISSON : 0 zone non fissurée. Ø LA LIMITE ELASTIQUE : Dans le calcul à ELU on introduit un coefficient γS (coefficient de sécurité) tel que : fe 1. ν= 0.00 dans le cas accidentel σs = γs =  γs 1.

18 rad-1. ü Coefficient de frottement angulaire : f = 0. ü • Caractéristiques mécaniques : ü Contrainte de rupture garantie : f prg = 1770 MPA. • Caractéristiques géométriques: ü Nombre de torons par câble : 12 ü Section nominale de l’acier :A P = 1800 mm2. les câbles utilisés sont de type 12T15.Chapitre:02 Caractéristique des matériaux Ø DIAGRAMME CONTRAINT DEFORMATION : σs fe γs Courbe de calcul -1 εes εs (‰) 1 εes fe γs Figure : Diagramme contrainte déformation 2. ü Coefficient de frottement linéaire : φ = 2.2-LES ACIERS ACTIFS : Le procédé utilisé est le procédé de « FRESSINET ». ü Le module de d’élasticité longitudinal ( E P ) pour les torons 190000 MPA 17 . la précontrainte est réalisée par post-tension. ü diamètre extérieur de la gaine: Øext = 67 mm ü diamètre intérieur de la gaine Øint = 60 mm.10-3 m-1. ü Contrainte limite élastique garantie : f peg = 1573 MPA.

18 .2.6 h t ≤ b .LARGEUR DE LA TABLE DE COMPRESION: On doit vérifier la condition suivante : 0. de dégrossir rapidement un avant projet à partir de la portée libre entre appuis (L).9 ≤ b Donc on prend b0=1.hg /(ht − b0 ) ≤ 3 / 2 : • La section médiane h g = 6 cm • La section d’about h g = 4 cm 1-3.5 ≤ h t ≤ 2.EPAISSEUR DE L’AME : On prendra : Ø En travée: b0 = 18 cm Ø Au niveau d’appuis : b0 = 60cm.06 m.1. v Épaisseur de la table de compression : 10cm ≤ e ≤ 15cm On prend "e=12cm" La pente du gousset est : tgϕ = 2.Chapitre 03 Étude de la poutre préfabriquée 1-PREDIMMENSION DE LA POUTRE : Table de compression Gousset Âme Gousset Talon Figure : coupe transversale d’une poutre. On prendra ht =1.4 m.5 m. alors 0. Je donne ci-après. 1.LA HAUTEUR : L L L’élancement des poutres varie entre : ≤ ht ≤ 22 16 On a : L= 33 m alors 1. 1. les caractéristiques approximatives afin.

Chapitre 03 Étude de la poutre préfabriquée 1-4. • La hauteur est de ht = 21cm. elle est de l’ordre de 1. m : Distance entre axes des poutres.55 m Donc : N = 8. il supporte les surcharges et les transmet aux poutres. Plus un gousset d’inclinaison de : 45 0 Donc : on adopte: h g =21cm. en section médiane. poutres 3. et sa hauteur ht compris habituellement entre 10 et 20 cm. Son épaisseur en général: 20 ≤ h 0 ≤ 30 On fixe : h0 = 20 cm 19 . il joue le rôle d’entretoisement transversal.50 On prend d = 1.DETERMINATION DU NOMBRE DU POUTRES PAR TRAVEE : Soit : n : Nombre des poutres par travée.50 ≤ d ≤ 2.85 m d : entraxe entre deux poutres 1. 2. Le nombre des poutres est déterminé par formule suivante : La N= +1 d Avec La : c’est entraxe entre les poutres d’extrémité égale 10.52m. l’hourdi possède 3 vocations : il sert de dalle de couverture. donc on adopte • la largeur bt = 60cm.LE TALON : Ces dimensions doivent être telles qu’on puisse y tous les câbles nécessaires dans L’axe de la travée et que les contraintes de compression à la construction n’excèdent pas la contrainte admissible Sa largeur bt est généralement comprise entre 40 et 70cm.EPAISSEUR DE L’HOURDIS : En général.

j’utilise le théorème de Huggins annoncé comme suit : V I ( ∆ ) = IG + Bi..33m Ø Hauteur des poutres…………………………………………....Z... ρ = I G B.5m Ø Épaisseurs du hourdis………………………………………. B ρ : Rendement géométrique de la section. bh 3 I Gi = : Pour une section rectangulaire.Z..20m 5. IG r= .50m Ø Largeur totale du pont …………………………………….LES CARACTERISTIQUES DE L’OUVRAGE : Ø La potée de l’ouvrage……………………………………….1.5m Ø Largeur des trottoirs ……………………………………….1. 12 bh 3 I Gi = : Pour une section triangulaire..Chapitre 03 Étude de la poutre préfabriquée 4.0.50m Ø Le nombre des poutres ………………………………………8 poutres Ø L’entre axe de poutres ………………………………………..CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DES POUTRES : 5-1-NOTATION : Pour le calcul du moment d’inertie..32m Ø Longueur des poutres précontraintes………………………. Figure: Notations utilisées B : Section totale transversale de la poutre.Zi2 G Z : Bras de levier de la section considérée par rapport à l’axe (Δ). IG : Moment d’inertie de la section transversale de la poutre (∆) Par rapport à l’axe neutre.55m Ø Largeur de la chaussée ……………………………………….10. S ∆ = Β..VV ' = r 2 / vv' SΔ : Moment statique de la section considérée par rapport à l’axe (Δ).13. avec et sans hourdis 20 ... I ∆ = I G + B.1.. r : Rayon de giration de la section transversale de la poutre. 36 On calcule les sections médianes et d’abouts des poutres de rives et intermédiaires. IΔ : Moment d’inertie de la section considérée par rapport V’ à l’axe (Δ).

77 1.975 Figure 5 : Section de hourdis revenant Figure 6: Section de hourdis revenant à une poutre intermédiaire.20 0. 21 .205 1.Chapitre 03 Étude de la poutre préfabriquée 61 18 40 60 40 04 12 G 12 C 6 F 4 B A 134 85 A 21 20 C D 21 18 60 Figure 1 : section médiane Figure 2 : section d’about 0.55 1.77 0.77 0. à une poutre de rive.20 0.

21.7 Tableau 3: Caractéristiques géométriques de la section d’about d’une poutre.22 2988586.67 21866.4 82.85 38.2 960 144 138240 11520.58 v Section d’about : Désignation X.14 22 .667 / 90406666.Y ( Β cm 2 ) Ζ(cm) S∆ = BZ( ) . ( Ι G cm 4 ) V′(cm) V (cm) ( r 2 cm 2 ) ρ (%) 21493312.2 A 44.2 A 18. cm3 ( I G1 cm4 ) I∆ =IGi +BZ .5 2123.11.5 67.61.00 30375072 TOTAL 5811 483399 57839633.150 2700 75 202500 5062500 20250000 C 21.12 1464 144 210816 17568.4 160.6 366 136 49776 732.42 54.21 441 27 11907.2 66.Chapitre 03 Étude de la poutre préfabriquée 5-2 Caractéristiques géométriques des sections brutes : 5-2-1-Poutre intermédiaire et poutre de rive (sans hourdis) : v Section médiane : Désignation X. ( Ι G cm 4 ) V′(cm) V (cm) ( r 2 cm 2 ) ρ (%) 17627175.150 9000 75 675000 16875000 67500000 B 28.0 10804.20 840 10 8400 28000 112000 F 61.00 6770268 G 2.00 136. cm3 ( I G1 cm4 ) I∆ =IGi +BZ .8 3033.67 C 28.00 19918080 Total / 10120 / 835106.Y ( Β cm 2 ) Ζ(cm) S∆ = BZ( ) .67 142.5 83.50 332293.5 D 2.5 Tableau 1: Caractéristiques géométriques de la section médiane d’une poutre.

5 médiane Section hourdis 3100 160 496000 103333.6 v poutre de rive : Désignation B(cm2) Z(cm) SΔ (cm3) I Gi (cm4) IΔ (cm4) Poutre seule 7384 607028 65521973.3 Poutre seule 10120 835106.7 Tableau 6: Caractéristiques géométriques d’une poutre intermédiaire (avec hourdis) : ( Ι G cm 4 ) V′(cm) V (cm) ( r 2 cm 2 ) ρ (%) Section médiane 27375690 102.3 2711.85 100.9 60.67 / 169870000 Tableau 5: Caractéristiques géométriques d’une poutre de rive (avec hourdis) : ( Ι G cm 4 ) V′(cm) V (cm) ( r 2 cm 2 ) ρ (%) Section médiane 29658213.68 37.6 Section d’about 34035983 98.Chapitre 03 Étude de la poutre préfabriquée 5-22-Poutre intermédiaire et poutre de rive (avec hourdis) : v Poutre intermédiaire : Désignation B(cm2) Z(cm) SΔ (cm3) I Gi (cm4) IΔ (cm4) Poutre seule 5811 483399 17627175.7 d’about Section hourdis 3100 160 496000 103333.21 39.5 2739.95 23 .7 69.67 90406666.33 79463333.4 Section d’about 35842392.33 Poutre+hourdis 13220 / 1331106.7 d’about Section hourdis 160 87000 2610 417600 66903000 Poutre+hourdis 12730 / 1252706.8 Poutre seule 10120 835106.67 90406666.27 50.1 3328.4 71.6 2673.02 109.22 46.67 / 157309666.33 Poutre+hourdis 8911 / 979399 / 137302966.3 médiane Section hourdis 160 87000 2610 417600 66903000 Poutre+hourdis 9994 / 1024628 / 132424973.33 79463333.5 67.

7 2 r 2012. v et r2 seront légèrement modifiées et les caractéristiques de toutes les sections résumées dans le tableau suivant Poutre seule Poutre + hourdis Rive et intermédiaire Poutre de rive poutre intermédiaire D’about Médiane D’about médiane D’about Médiane Β (m2) 9614 5520.45 v' 82.95 37.06 2873.5 66.1 IG 19343981.5 69. Avant de connaître le nombre exact du câbles.Caractéristiques géométriques des sections nettes : Le calcul des contraintes se fait pour sections nettes. cette déduction peut en première approximation d’avant projet se faire de façon forfaitaire pour environ 5% sur la section.2 15864457.51 36.96 2595.19 98.7 109.45 12093.4 102.92 Sbrute Les valeurs de v’. Donc : ü 5% de la section ⇒ Bnette = 0.74 24 .3 60.13 51.76 2532.53 3153.9 I brute ü 8% du moment statique ⇒ Snette = 0.81 47.5 83.71 35.6 26692391. donc il ne faut pas tenir compte des sections de câbles de précontrainte qui ne participe pas à la résistance.5 9494.81 71.95Bbrute ü 10% du moment d’inertie ⇒ I nette = 0.5 100.95 30632385 24638121 32258153.9 V 67.04 2568. et 10% sur le moment statique.6 67.10 ρ (%) 36.3 12559 8465.Chapitre 03 Étude de la poutre préfabriquée 6.

Poids du revêtement : Couche de roulement=10.5=1. P poutre = 2 ⋅ ( p 2 + p 3 ) + p1 p1 = 0.64 × 8=13.01 p2 = 1 × ⋅ 2.5×1.0308t/ml.5 =6.Poids du hourdis : Poids total du hourdis est : 13.07 × 10.4 Figure : Détails de poutre.2=0.2 × 2.2.975×0. • Poutre de rive: 2.4 1 26.3. 1.2=0.12t/ml 1.2387t/ml.2×0. 25 .Chapitre 04 Charges et surcharges 1.2 × 0.4 × 2.58 × 26.2 × 2.5 = 2t 2 p 3 = 1.2=0.07×1.CHARGES PERMANENTES : Elles concernent toutes les charges qui restent constantes durant toute la vie de l’ouvrage.62 t/ml.06 t p poutre = 54.5 = 6.55×0.75t/ml • Poutre de rive: 2. • Poutre intermédiaire: 2.2×0.987t/ml.12 t Poids propre d’une poutre par mètre linéaire est : p= 1.5 = 38t 0.64t/ml Poids total des poutres est : 1.07×0.5×1. • Poutre intermédiaire : 2.1. 1.01 × 2.55=0.58 + 1.775t/ml.5 × 0.Poids propre de la poutre : (3) (2) (1) 2.5 cm Poids total du revêtement : p=2.

2387 Trottoir 1.5.Chapitre 04 Charges et surcharges 1.5=0.Poids totale du tablier : • Par mètre linéaire : GT= (1. • Le titre III : relatif au pont canaux.5 / Total 4.les charges routières à caractère particulier.76t Tableau donnant les charges permanentes reprise par chaque type de poutre: Charge permanente Poutre de rive (t/ml) Poutre intermédiaire (t/ml) Poutre seule 1.5 t/ml Poids du garde corps : p=0. . III du cahier de prescriptions commune (cpc). .64 × 8) +6.775 Chaussée 0.Poids propre du Trottoir: Poids des corniches : p1=S1 × 2.les charges routières normales. titre II. 26 .75+1. • Le titre I : relatif aux ponts ferroviaires.4 t/ml Poids des trottoirs : p2= 1.16 m2 donc P1=0. Il sont regroupés dans le Fascicule 61 titre I.60 × 33= 778.60t/ml • En tonne : GT=23. Pour notre cas. II. Ce texte définit essentiellement : .les charges sur remblai.16 × 2.5 S1= 0.4.1478 2.6437 2.les charges dues au vent et au séisme.SURCHARGES : Les règlements des charges sur les ponts font partie de l’ancienne génération. .les charges sur trottoir. le pont étudier est un pont route.1)=23.64 1. . • Le titre II : relatif au pont routes. Fascicule 61. donc les charges appliquées dans ce projet sont conformément aux cpc.62+ (2.64 Hourdis 0.987 0.2 t/ml 1.0308 0.

art 2.L= 33-(2 × 0. V0 3.93 t / ml 27 .5 m de chaque dispositif de sécurité lorsque il existe sinon : LR =LC (fascicule 61.LES CHARGES ROUTIERES NORMALES : Comprend deux systèmes différents .64 t / ml Pour deux voies chargées : Α(l ) = 0.1) Pour notre pont : les glissières n’existe plus donc : LR =LC =10.Système de charge A : Notre pont est de portée moins de 200m donc la chaussée supporte une charge uniforme dont l’intensité est A (L) Α(l ) = 230 + 36000 (kg/m2) l + 12 L : la longueur chargée .1. le système A et système B.95 × 7 = 6. 1. • Largeur rouable et la largeur chargeable : La largeur chargeable est la largeur rouable en élevant une bande de 0. La chaussée est composée de 03 voies de 3.95 × 10.5 a2 = = =1 V 3.5/3)=3voies.5 m • Nombre de voie :(ART 2 c p c) N=LC/3=E(10.9 = 8.32 t / ml Pour deux voies chargées : Α(l ) = 0.95 t / m2 Pour une voie chargée : Α(l ) = 0.5 Donc : Α(l ) = 1.5 = 3.5 × 0. • Classe du pont : (art 3 c p c) : Le pont supporte une chaussé de largeur rouable égale à 8m et il est destiné à franchir un oued (pont route).95 × 3. Chapitre 04 Charges et surcharges 2.5 m de chaque une. donc il est rangé en 1ereclasse.5)=32m Donc : Α(l ) = 230 + 36000 = 10489 Kg / m2 32 + 12 a1=1 (pont de la 1ère classe à 2 voies).05 × 0.8 × 1 = 0.

4 0.76 1+ 4× 171 Tableau des charges par essieu et par voie : Nombre de voies bc δ bc Charge par essieu Charge par essieu chargée Avant (t) arrière (t) 1 1.Système de charge B : Ø Le sou système Bc : Les charges de ce sou système sont multipliées par un coefficient de majoration dynamique δ 0.6 2 1.13 Le sou système Bt : La sur charge du sou système Bt est multipliée par le coefficient bt et un coefficient de majoration dynamique (même formule que pour l système B).4 0.086 14.066 28 .1 pour 2 file S=30 × 2 × 0. 4 0.6 δ = 1+ + 1 + 0. G=778.6 δ = 1+ + = 1.76 1+ 64 δ=1.6 δ =1+ + 1 + 32 G 1+ 4⋅ S L : Longueur de l’élément en travée.086 7.2 × 32 4 × 778.2 1. S : Charge B maximale qu’on peut placer sur le pont multipliée par bc : 1.76 t 0.086 1 + 0.57 37.3 28.95 × 3=171t G : poids total de l’ouvrage (de la travée considérée).2 pour 1 fil 1.Chapitre 04 Charges et surcharges 2.7 3 0. 4 0. 0.066 1 + 0.8 15.95 1.2 × 32 778.2l G 1+ 4 ⋅ S S=32 × 2=64 t 0.1 1.086 18.6 δ = 1+ + = 1.

1 F = 20 + 0.506 Pour le système Bc : Les efforts de freinage développés par l système Bc ne sont pas susceptibles de majoration dynamique.23 t 118.4 0.90 t/ml 5-Effort de freinage : L’effort de freinage au système A (l) est égale à : H F = F ⋅ A(l ) S=Lc × L L=32 m (longueur chargée). leur poids total égal à 110t.2 × 32 4 × 778. 6.1 4.1 3.066 16 × 1 × 1.Effet de vent : Le vent souffle horizontalement dans une direction normale à l’axe longitudinale de la chaussée avec une force égale à 0.Le système D240 : Charge totale est égale à 240t.066=17.76 1+ 110 La charge p=110 × 1.048 10.443 3 287.0035 × S Nombre de voies A (l) S (m2) F HF 1 106.2 t/m2.047 13. ni avec le coefficient bc d’où HF=30 t.56 112 0.Le système MC120 : 1 seul convoi circule.221 2 213. poids par mètre linéaire p=240/18.6 δ = 1+ + = 1.36 336 0. 29 .6 =12. 0.38 t / ml 6.075=118.075 1 + 0.049 5.12 224 0.Chapitre 04 Charges et surcharges Tableau de charge par essieu : Nombre de tandems bt δ Charge par essieu (t) 1 1 1.23 Soit par mètre linéaire : p = = 19.

Chapitre 04 Charges et surcharges

7- Effet du séisme :
Les charges sismiques sont classées parmi les actions accidentelles.
Fah=0.1G Dans le sens horizontale Fah =77,8t
Fav =0,07G dans le sens verticale Fav =54,513 t
8- Surcharge sur trottoir :
Charge général :
1 trottoir chargé : p=1,3 × 0,15=0,2 t/ml
2 trottoirs chargés : p=1,3 × 2 × 0,15=0,.4 t/ml
9- Surcharge sur remblais :
On applique sur le remblai une surcharge uniforme de 1t/m²
Poids des surcharges sur remblai : poids =q × s
Poids = 26.25 t

30

Chapitre : 05 Évaluation longitudinale des efforts

1- EVALUATION DES EFFORTS DANS LA POUTRE :
1.1- Calcul des éléments de réduction du au poids propre :
On les calcule à partir des règles de la R.D.M classique.
ql q (t/ml)
RA = RB =
2
q.x2
M ( x) = RA.x − x
2
T ( x) = RA − qx RA
32
RB
Pour x=0 :
M (0) = 0 Schéma statique d’une poutre
ql
T (0) =
2
Pour x=l/2 :
ql 2
M (l / 2 ) =
8
T (l / 2 ) = 0
Pour x=l/4 :
3 2 3
M (l / 4) = ql = M (l / 2 )
32 4
ql
T (l / 4 ) =
4
• poutre=1,64 t/ml
• poids de la dalle sur la poutre de rive : q=0,.987 t/ml
• poids de la dalle sur la poutre intermédiaire : q=0,775 t/ml
• poids de la superstructure sur la poutre de rive q=(0,07 × 0,2 × 2,2) +0,98=1,0108t/ml
• poids de la superstructure sur la poutre intermédiaire : q=1,55 × 0,07 × 2,2=0,2387 t/ml

Tableau récapitulatif des Moments et des Efforts Tranchants du au poids propre :

Poutre de rive Poutre intermédiaire
Effort
Moment Effort tranchant Moment
tranchant
Poutre seule 0 26.08 0 26.08
Dalle 0 15.792 0 12.4
Super
0 16.1728 0 4,28
X=0L structure
∑ 0 58.045 0 50,2
Poutre seule 156.48 13.04 156.48 13.04
Dalle 94.752 7.896 74.4 6.2
Super
X=L/4 structure 97.0368 8.0864 118.9152 9.9096
∑ 348.2688 29.0224 349.7952 29.1496
Poutre seule 208.64 0 208.64 0
Dalle 126.336 0 99.2 0
Super
0 0
X=L/2 structure 129.3824 158.5536
∑ 464.3584 0 466.3936 0
31

Chapitre : 05 Évaluation longitudinale des efforts

2- Calcul des éléments de réductions dus aux surcharges :

2-1 Moment fléchissant :
2-1-1 Moment fléchissant à x=0,5L :

a) Surcharge A (L) et trottoirs :
Y0 = (16)2/32 = 8.
∑ Yi = 2((16x8)/2) = 128.

Y0= 8

16m 16m
b)-Système B :
Utilisation des lignes d’influences :
Pour avoir le moment, on multiplie les ordonnées des lignes d’influence par la force P
dans le cas ou cette force est concentrée, si elle est répartie uniformément c’est par l’aire de
cette ligne d’influence.
Théorème de barrée :
Le moment fléchissant est maximum au droit essieu de façon que cet essieu et la résultante
du convois se trouvant symétriquement par rapport à l’axe de la poutre.

b-1) Système BC :
CAS N°1 : - La résultante se trouve à droite de l’axe de la poutre :
La résultante du convoi R = 60 t.
Xr/A= [(12 x 4,5) + (12 x 6) + (6 x 10,5) + (12 x 15) + (12 x 16.5)]/ 60
Xr/A = 9,45 m
a = 9,45 – 6 = 3,45 12t 12t 12t 12t
6t 6t
a/2

Y3

Y0 Y1 Y2 Y3 Y4 Y5
4,58 7,08 7,91 5,90 3,9 3,2

∑ Yi avant = Y5 + Y4 = 10,48.
∑ Yi arrière = Y0 + Y1 +Y2 +Y3 = 22,10.

32

48 y1 y0 y2 Σ Yi = 44.91.82 5. ∑ Yi arrière = Y2 + Y3 +Y4 +Y5 = 21.89 5.5) + (6 x 6) + (12x 10.05m 3. 6t 12t 12t 6t 12t 12t 16mm 16m Y0 Y0 Y1 Y2 Y3 Y4 Y5 4.05m Y0 = 8 16m 16m Y1 = Y2 = 6.05m. Xr/A= [(12 x 1.34 Σ Yi = 15.3375m.5]/ 60 Xr/A = 7.16 33 .675m a = 0.La résultante se trouve à gauche de l’axe de la poutre : Position de la résultante « R » du convoi R = 60 t.67 8 5.5) + (12 x 12) + (6 x 16. R 16t 16t Y1 Y0 2 a = 16 x 1.Chapitre : 05 Évaluation longitudinale des efforts CAS N°2 : .33.47.05 m a = 7.05 – 6 = 1. c) Système MC 120 : 3.9 ∑ Yi avant = Y0 + Y1 = 10.35 /32 = 0.1 2. Y0 = 8 Y1 = 7. b-2) Système Bt : Un seul cas se présente pour la position de R par rapport à l’axe médiane de la poutre.

4 10. m) M0= M/8 (t.4 Arrière 37.5L.96 3.8 3Voies 9.075/2)= 96.3)/32 = 6.48 150.7 2 Tandem 34.9 105.2 A (L) 1 Voie 3.30m 16m 16m Y1 Y0 Y2 Y0 = 8 Y1 = Y2 =3.5 Tableau récapitulatif des moments dus aux surcharges : X = 0.42 79. m) Trottoirs Trottoir 1 0.96 3.3 Arrière 15.6 10.7 22. Surcharge Surcharge ∑Yi (m) M (t.62 128 846.10 346.1 15. a) Surcharge A (L) et trottoirs : Y0 24m 8m Y0 = (8x24.56 1362.94 24.08 10.Chapitre : 05 Évaluation longitudinale des efforts d) Charge exceptionnelle D240 : 9.54 MC 120 19.10 634.33 261.48 18.31 128 423.05 43.9 102.29 65.075/2) +(24x6.30m 9. ∑ Yi = (8x6.0 170.9 2 Voies 6. 34 .2 22.33 524.5 44.08 158.195 128 24.39 128 49.36 52.2 15.195 128 24.16 859.3 2 files Avant 14.2 2-1-2 Moment fléchissant dus au surcharge x = 0.92 128 1270.2 107.7 Bt 1 Tandem 17.8 Arrière 28.6 32.4 D 240 12.1 2 Trottoirs 0.72 105.35 Σ Yi = 105.10 821.48 194.7 22.8 10.25 L.48 82.3 3 files Avant 18.1 Trottoir 2 0.8 BC 1 file Avant 7.92 6.

75 3. Y1 = Y2 = 2. 24m 8m Σ Yi = 11.88 3.575 1.86. ∑ Yi arrière = Y0 + Y1 +Y4 +Y3 = 18.51.66.38 2. Y1 Y0 4.Chapitre : 05 Évaluation longitudinale des efforts b) Système BC : 6t 12t 12t 6t 12t 12t 24 m 8m Y0 Y0 Y1 Y2 Y3 Y4 Y5 4.66.65m 24m 8m Y2 Y0 Y1 Y0 = 6. Σ Yi = 33. Y1 = 5. 35 . c) Système Bt : 16t 16t Y0 = 6.525 d) Système MC 120 24m 8m Y0 = 6 Y1 = Y2 = 4. Σ Yi = 79.25 ∑ Yi avant = Y5 + Y2 = 7.95m 4.12 e) Charge exceptionnelle D240 : 13.14.88 6 4.13.

D’où : T0 = 53.20 39.5 Bt 1 Tandem 17.8 Arrière 28.38 83.94 64.12 641.33 96 319.25L.11 12.66 198.5 Avant 18.98 96 861.5 BC Arrière 37.195 96 18.1 11.6 18.52 t.2t.m) (t. M0= M/8 Charges Surcharge ∑Yi (m) M (t. Ø Deux voies chargées : A (2L) = 7.Chapitre : 05 Évaluation longitudinale des efforts Tableau récapitulatif des moments dus aux surcharges : X = 0.94 49.9 2 Tandem 34.6 7.7 Avant 7.91 127.23 D 240 12.2 11.13 55.4/8 = 15.0 1 file Arrière 15.2 t. 36 .72 2.87 80.28 16.7 1 Voie 3.14 1020.8 7.44 4.61 2-2 Efforts tranchants dus aux surcharges: 2-2-1 Efforts tranchants dus aux surcharges pour x = 0 L : a) Surcharge A(L) : Tmax = Ra = Rb =L × q / 2.2 Avant 14.7 18.84 107.00 281. Ø trois voies chargées : A (2L) = 9 . D’où : T0 = 143.00 515.m) Surcharge Trottoir 1 0.65 96 638. b a 32m Tb=Rb Ta=Ra Ø Une voie chargée : A (1L) = 3.195 96 18.34 t/ml.13 132.40 79.8 A (L) 3 Voies 8.66 397.3 7.70 7.00 668.3 trottoir Trottoir 2 0.4 t. T max = 53.6 t.2/8 = 7.6/8 = 20.9 2 Voies 6.38 33.6 t.67 t/ml. Tmax = 143.42 35.39 96 37. D’où : T0 = 106.3 2 Trottoirs 0.13 102.74 MC 120 19. Tmax = 106.97 24.72 2.92 t/ml.1 18.9 79.

76t.78 × 0.78 × 1.09t.195 t/ml.45 t. D’où : T0 = 3.086 = 60.24/8 = 0.12 t.74t.5 + 6 × 26 + 12 × 30. D’où : T0 =4. Ø 2 Trottoirs chargés : P2 = 0.1 × 1.62t. Ø Un tandem Tmax = 33. D’où : T0 =18.65 + 16 × 32] = 31.086= 111.066 =33.4 × 1 × 1.12/8 = 0. Tmax= 3.95t.4 t.97t.5 + 12 × 20 + 12 × 21. Tmax = 6.78 × 1.175t. c) Surcharge du type Bc : b a 32 m Tb=Rb Ta=Ra Ta = (1 / 32)[ 6× 15.78 t. D’où : T0 = 7. Ø Une file: Tmax = 46.435 t/ml.Chapitre : 05 Évaluation longitudinale des efforts b) Surcharge sur trottoirs : Ø 1 Trottoir chargé : P1 = 0.35 a 32 m Tb=Rb Ta=Ra Ta = (1 / 32) [16 × 30.5 + 12 × 32] Ta = 46. Ø Deux files: Tmax = 2 × 46.33t.95 × 1.24 t D’où : T0 = 6. Ø trois files: Tmax = 3 × 46.086= 144.89 t. 16t 16t d) Surcharge du type Bt : b 1. D’où : T0 =13. 37 .2 × 1.

37t. D’où : T0 = 0.1t. Ø Une voie chargée : A (1L) = 3. Tmax = 0.281t. Tmax = 170.25t.52 × 1.075= 106.05)] / 32 = 99. Tmax = 8.25 Ta=Ra 0. Ø trois voies chargées : A (2L) = 8. b) Surcharge du trottoir : Ø 1 Trottoir chargé : P1 = 0. Ø Deux voie chargées : A (2L) = 7.22t.98 x 9= 80.39 × 9 = 3.96 t.Chapitre : 05 Évaluation longitudinale des efforts e) Surcharge du type Mc120 : 6.98 t/ml.31 t/ml. Ø 2 Trottoirs chargés : P2 = 0. D’où : T0 =7.25L.60m b b a a 32m 32.75 × 24 / 2 = 9.44t. D’où : T0 = 0.39 t/ml.93 t. D’où : T0 = 13. f) Convoi exceptionnel D240 : 18. II-2-2 Efforts tranchants dus aux surcharges: Pour x = 0.25t. 38 .195 t/ml Tmax = 0.195 × 9= 1. D’où : T0 =3.8 t.74t.85 t. D’où : T0 = 21.52t.10m b a 32 m Tb=Rb Ta=Ra Ta = [110 × (32 – 3.51t.30)] / 32 = 170.7t.75 ∑yi = 0.33 × 9= 29.48t. Tmax = 3.4m T Tbb=R =Rbb T Taa=R =Raa Tmax = [240 (32 – 9.34 t/ml.65 x 9= 59. a) Surcharge du type A (L) : q b a 32 m Tb=Rb 0. Tmax = 6. Tmax = 99.4m 32. D’où : T0 =10.60m 18.

Chapitre : 05 Évaluation longitudinale des efforts

c) Surcharge du type Bc :

b a
32 m
Tb=Rb Ta=Ra

Y0 Y1 Y2 Y3 Y4 Y5
0.75 0,7 0,56 0,42 0,38 0,23

∑ Yi avant = Y5 + Y2 = 0,8.
∑ Yi arrière = Y0 + Y1 +Y4 +Y3 = 2,25.

Ø Une file:
Tmax = (0.8x7,8) +( 2,25 x 15,6) = 41,41t. D’où : T0 = 5,18t.

Ø Deux files:
Tmax = (0,8x14,3) + (2,25 x 28,7) = 75,91t. D’où : T0 = 9,5t.

Ø trois files:
Tmax = (0,8x18,57) + (2,25 x 37,13) = 98,34t. D’où : T0 = 12,30t

d) Surcharge du type Bt :
16t 16t
b 1.35
a
24 m 8m
Tb=Rb Ta=Ra

y1 = 0,75
y2 = 22,65 × 0,75 / 24 = 0,71.
∑yi = 0,75 + 0,71 = 1,46.

Ø Un tandem :
Tmax = 17,1 x 1,46 = 24,87t. D’où : T0 =3,11t.

e) Surcharge du type Mc120 :
6.10m
b
a

Tb=Rb 32m Ta=Ra
y1 = 0.75
y2 = 17,9 × 0.75 / 24 = 0,56
∑yi = 6.10 [( 0.75 + 0.56) / 2 ] = 4.
Tmax = 19,38 × 4 = 77,53 t. D’où : T0 = 9,7t.

39

Chapitre : 05 Évaluation longitudinale des efforts

f) Convoi exceptionnel D240 :
18.60
b
aa
32.4m
32m
Tb=Rb T
Taa=R
=Raa

y1 = 0,75.
y2 = 0,169.
∑yi = 18.6 (0,169 + 0,75) / 2 = 8,55.
Tmax = 12.9 × 8.61 = 110,252t. D’où : T0 = 13,78t.

Tableau récapitulatif des efforts tranchant :

Surcharges Pour x = 0,00l Pour x = 0,25l
Désignation
(t/ml) ou (t) Tmax (t) T0 (t) Tmax (t) T0 (t)
1Voie
chargée
Surcharge

3,33 53,2 6,65 29,93 3,74
2Voies
A(l)

chargées 6,65 106,4 13,3 59,85 7,48
3Voies
chargées 8,98 143,6 17,95 80,80 10,10
1
Trottoirs

Trottoir 0,195 3,12 0,39 1,76 0,22
2
Trottoirs 0,39 6,24 0,78 3,51 0,44
1File
Surcharge Bc

23,5 60,95 7,62 41,41 5,18
2Files
43,0 111,74 13,97 75,91 9,49
3Files
55,7 13,97 1,75 98,34 12,29
1
Surcharge

Tandem 17,1 33,40 4,18 24,87 3,11
Bt

2
Tandem 34.2 66.8 8.36 49.74 6.22
Convoi Mc120 19,38 106,96 13,37 77,53 9,69
Convoi D240
12,903 170,25 21,28 110,25 13,78

40

Chapitre : 05 Évaluation longitudinale des efforts

1- EVALUATION DES EFFORTS DANS LA POUTRE :
1.1- Calcul des éléments de réduction du au poids propre :
On les calcule à partir des règles de la R.D.M classique.
ql q (t/ml)
RA = RB =
2
q.x2
M ( x) = RA.x − x
2
T ( x) = RA − qx RA
32
RB
Pour x=0 :
M (0) = 0 Schéma statique d’une poutre
ql
T (0) =
2
Pour x=l/2 :
ql 2
M (l / 2 ) =
8
T (l / 2 ) = 0
Pour x=l/4 :
3 2 3
M (l / 4) = ql = M (l / 2 )
32 4
ql
T (l / 4 ) =
4
• poutre=1,64 t/ml
• poids de la dalle sur la poutre de rive : q=0,.987 t/ml
• poids de la dalle sur la poutre intermédiaire : q=0,775 t/ml
• poids de la superstructure sur la poutre de rive q=(0,07 × 0,2 × 2,2) +0,98=1,0108t/ml
• poids de la superstructure sur la poutre intermédiaire : q=1,55 × 0,07 × 2,2=0,2387 t/ml

Tableau récapitulatif des Moments et des Efforts Tranchants du au poids propre :

Poutre de rive Poutre intermédiaire
Effort
Moment Effort tranchant Moment
tranchant
Poutre seule 0 26.08 0 26.08
Dalle 0 15.792 0 12.4
Super
0 16.1728 0 4,28
X=0L structure
∑ 0 58.045 0 50,2
Poutre seule 156.48 13.04 156.48 13.04
Dalle 94.752 7.896 74.4 6.2
Super
X=L/4 structure 97.0368 8.0864 118.9152 9.9096
∑ 348.2688 29.0224 349.7952 29.1496
Poutre seule 208.64 0 208.64 0
Dalle 126.336 0 99.2 0
Super
0 0
X=L/2 structure 129.3824 158.5536
∑ 464.3584 0 466.3936 0
31

45 12t 12t 12t 12t 6t 6t a/2 Y3 Y0 Y1 Y2 Y3 Y4 Y5 4.La résultante se trouve à droite de l’axe de la poutre : La résultante du convoi R = 60 t. si elle est répartie uniformément c’est par l’aire de cette ligne d’influence.5) + (12 x 6) + (6 x 10. 32 . ∑ Yi = 2((16x8)/2) = 128. ∑ Yi arrière = Y0 + Y1 +Y2 +Y3 = 22.Calcul des éléments de réductions dus aux surcharges : 2-1 Moment fléchissant : 2-1-1 Moment fléchissant à x=0.08 7.Chapitre : 05 Évaluation longitudinale des efforts 2.5)]/ 60 Xr/A = 9.9 3.45 m a = 9.10. Théorème de barrée : Le moment fléchissant est maximum au droit essieu de façon que cet essieu et la résultante du convois se trouvant symétriquement par rapport à l’axe de la poutre.2 ∑ Yi avant = Y5 + Y4 = 10. on multiplie les ordonnées des lignes d’influence par la force P dans le cas ou cette force est concentrée.5L : a) Surcharge A (L) et trottoirs : Y0 = (16)2/32 = 8.58 7.90 3.91 5. Xr/A= [(12 x 4.5) + (12 x 15) + (12 x 16. b-1) Système BC : CAS N°1 : .48. Y0= 8 16m 16m b)-Système B : Utilisation des lignes d’influences : Pour avoir le moment.45 – 6 = 3.

35 /32 = 0. 6t 12t 12t 6t 12t 12t 16mm 16m Y0 Y0 Y1 Y2 Y3 Y4 Y5 4.Chapitre : 05 Évaluation longitudinale des efforts CAS N°2 : .91.05m. c) Système MC 120 : 3.33.05m 3. b-2) Système Bt : Un seul cas se présente pour la position de R par rapport à l’axe médiane de la poutre.34 Σ Yi = 15. Xr/A= [(12 x 1.9 ∑ Yi avant = Y0 + Y1 = 10.05 – 6 = 1.1 2.16 33 .3375m. Y0 = 8 Y1 = 7.675m a = 0.89 5.67 8 5.La résultante se trouve à gauche de l’axe de la poutre : Position de la résultante « R » du convoi R = 60 t.05 m a = 7.5) + (6 x 6) + (12x 10.47.05m Y0 = 8 16m 16m Y1 = Y2 = 6.48 y1 y0 y2 Σ Yi = 44.5]/ 60 Xr/A = 7.82 5. ∑ Yi arrière = Y2 + Y3 +Y4 +Y5 = 21.5) + (12 x 12) + (6 x 16. R 16t 16t Y1 Y0 2 a = 16 x 1.

2 22.2 A (L) 1 Voie 3.33 261.2 2-1-2 Moment fléchissant dus au surcharge x = 0.48 18.5L. ∑ Yi = (8x6.7 22.195 128 24.48 150.62 128 846.9 102.9 2 Voies 6.30m 16m 16m Y1 Y0 Y2 Y0 = 8 Y1 = Y2 =3.5 44.3)/32 = 6.8 Arrière 28.48 194.1 Trottoir 2 0.3 2 files Avant 14.96 3.10 346.30m 9.2 15.3 3 files Avant 18.39 128 49.2 107.29 65.1 15.92 6.4 Arrière 37.72 105.10 634.7 Bt 1 Tandem 17.9 105.3 Arrière 15.54 MC 120 19. Surcharge Surcharge ∑Yi (m) M (t.05 43.36 52.35 Σ Yi = 105.8 BC 1 file Avant 7.94 24.8 10.4 D 240 12.8 3Voies 9.195 128 24.42 79.92 128 1270.075/2) +(24x6. m) M0= M/8 (t.25 L. a) Surcharge A (L) et trottoirs : Y0 24m 8m Y0 = (8x24.Chapitre : 05 Évaluation longitudinale des efforts d) Charge exceptionnelle D240 : 9.16 859.10 821.075/2)= 96.1 2 Trottoirs 0.56 1362.96 3.4 10.5 Tableau récapitulatif des moments dus aux surcharges : X = 0.6 32.31 128 423. 34 .48 82.7 22.08 10. m) Trottoirs Trottoir 1 0.08 158.33 524.7 2 Tandem 34.6 10.0 170.

88 3.525 d) Système MC 120 24m 8m Y0 = 6 Y1 = Y2 = 4. Σ Yi = 79.51. Y1 = 5.95m 4.Chapitre : 05 Évaluation longitudinale des efforts b) Système BC : 6t 12t 12t 6t 12t 12t 24 m 8m Y0 Y0 Y1 Y2 Y3 Y4 Y5 4.75 3.66.66.25 ∑ Yi avant = Y5 + Y2 = 7.575 1.65m 24m 8m Y2 Y0 Y1 Y0 = 6.86.13. Y1 = Y2 = 2.12 e) Charge exceptionnelle D240 : 13. Y1 Y0 4.88 6 4.14. 35 . c) Système Bt : 16t 16t Y0 = 6. ∑ Yi arrière = Y0 + Y1 +Y4 +Y3 = 18.38 2. 24m 8m Σ Yi = 11. Σ Yi = 33.

39 96 37. D’où : T0 = 106.94 49.5 Avant 18.14 1020. Ø Deux voies chargées : A (2L) = 7.74 MC 120 19. Tmax = 143.33 96 319.94 64.72 2.13 55.92 t/ml. Ø trois voies chargées : A (2L) = 9 .97 24.00 515.5 BC Arrière 37.2t.84 107.23 D 240 12.12 641.4/8 = 15.5 Bt 1 Tandem 17.8 A (L) 3 Voies 8.44 4.00 281.66 198.11 12.m) (t.2 Avant 14.9 2 Tandem 34.2/8 = 7.61 2-2 Efforts tranchants dus aux surcharges: 2-2-1 Efforts tranchants dus aux surcharges pour x = 0 L : a) Surcharge A(L) : Tmax = Ra = Rb =L × q / 2.70 7. D’où : T0 = 143. D’où : T0 = 53.40 79.28 16.9 79.6/8 = 20.1 11. b a 32m Tb=Rb Ta=Ra Ø Une voie chargée : A (1L) = 3.98 96 861.195 96 18.0 1 file Arrière 15.2 11.195 96 18.7 Avant 7.87 80.6 t.2 t.52 t.20 39.6 t.66 397.8 7.m) Surcharge Trottoir 1 0.13 132.8 Arrière 28.25L.7 18.38 33.1 18.6 7.00 668.67 t/ml.38 83.3 trottoir Trottoir 2 0. 36 .65 96 638. T max = 53.7 1 Voie 3.42 35.13 102. M0= M/8 Charges Surcharge ∑Yi (m) M (t.3 7.6 18.Chapitre : 05 Évaluation longitudinale des efforts Tableau récapitulatif des moments dus aux surcharges : X = 0.3 2 Trottoirs 0.9 2 Voies 6.4 t. Tmax = 106.72 2.91 127.34 t/ml.

78 × 1.74t.1 × 1.09t.Chapitre : 05 Évaluation longitudinale des efforts b) Surcharge sur trottoirs : Ø 1 Trottoir chargé : P1 = 0.4 t.066 =33.78 × 1. D’où : T0 =18.76t.086 = 60.24/8 = 0.2 × 1.195 t/ml. D’où : T0 =4.5 + 12 × 32] Ta = 46. Ø trois files: Tmax = 3 × 46.24 t D’où : T0 = 6.435 t/ml. Tmax = 6.086= 144.95t.62t.89 t. Ø Une file: Tmax = 46.5 + 12 × 20 + 12 × 21.65 + 16 × 32] = 31.5 + 6 × 26 + 12 × 30.45 t.78 t.12/8 = 0. 37 .78 × 0. Ø 2 Trottoirs chargés : P2 = 0.12 t.97t.95 × 1. Tmax= 3. Ø Un tandem Tmax = 33. Ø Deux files: Tmax = 2 × 46.33t.086= 111. D’où : T0 =13. c) Surcharge du type Bc : b a 32 m Tb=Rb Ta=Ra Ta = (1 / 32)[ 6× 15. D’où : T0 = 3. D’où : T0 = 7. 16t 16t d) Surcharge du type Bt : b 1.4 × 1 × 1.175t.35 a 32 m Tb=Rb Ta=Ra Ta = (1 / 32) [16 × 30.

Ø Deux voie chargées : A (2L) = 7. D’où : T0 = 13.281t.51t. Tmax = 3.4m T Tbb=R =Rbb T Taa=R =Raa Tmax = [240 (32 – 9.31 t/ml.195 t/ml Tmax = 0.1t.33 × 9= 29. 38 . f) Convoi exceptionnel D240 : 18.25t. D’où : T0 =10.52 × 1.75 × 24 / 2 = 9. II-2-2 Efforts tranchants dus aux surcharges: Pour x = 0.52t.75 ∑yi = 0.25t.65 x 9= 59. Tmax = 99.48t.25 Ta=Ra 0.96 t. Ø trois voies chargées : A (2L) = 8. D’où : T0 = 0.25L. Ø Une voie chargée : A (1L) = 3.44t. D’où : T0 =7.74t. Ø 2 Trottoirs chargés : P2 = 0.60m 18. D’où : T0 = 21.39 × 9 = 3. Tmax = 170.05)] / 32 = 99.22t.7t.60m b b a a 32m 32.8 t.98 t/ml. D’où : T0 =3.10m b a 32 m Tb=Rb Ta=Ra Ta = [110 × (32 – 3.075= 106. Tmax = 0.93 t.30)] / 32 = 170. Tmax = 6.34 t/ml.Chapitre : 05 Évaluation longitudinale des efforts e) Surcharge du type Mc120 : 6.98 x 9= 80. D’où : T0 = 0.39 t/ml.37t.195 × 9= 1. a) Surcharge du type A (L) : q b a 32 m Tb=Rb 0.85 t.4m 32. b) Surcharge du trottoir : Ø 1 Trottoir chargé : P1 = 0. Tmax = 8.

8.23 ∑ Yi avant = Y5 + Y2 = 0.56) / 2 ] = 4.7t. Ø Une file: Tmax = (0.6) = 41.34t.5t. Ø Un tandem : Tmax = 17.42 0.25 x 28. ∑ Yi arrière = Y0 + Y1 +Y4 +Y3 = 2.8x14.87t.38 0.18t.9 × 0.65 × 0.56 ∑yi = 6. D’où : T0 = 9.75 0.75 y2 = 22.Chapitre : 05 Évaluation longitudinale des efforts c) Surcharge du type Bc : b a 32 m Tb=Rb Ta=Ra Y0 Y1 Y2 Y3 Y4 Y5 0.10 [( 0.25 x 15.56 0.7 0.8x7.7) = 75.46.1 x 1. Tmax = 19. ∑yi = 0.71. D’où : T0 = 12.25 x 37.75 + 0.57) + (2. e) Surcharge du type Mc120 : 6.75 / 24 = 0.75 + 0. Ø trois files: Tmax = (0.11t. D’où : T0 =3. D’où : T0 = 9.8x18.91t.75 / 24 = 0. 39 .8) +( 2.25.75 y2 = 17. Ø Deux files: Tmax = (0. D’où : T0 = 5.3) + (2.38 × 4 = 77.10m b a Tb=Rb 32m Ta=Ra y1 = 0.35 a 24 m 8m Tb=Rb Ta=Ra y1 = 0.53 t.46 = 24.41t.71 = 1.13) = 98.30t d) Surcharge du type Bt : 16t 16t b 1.

0 111.74 2Voies A(l) chargées 6.61 = 110.34 12.62 41.53 9.97 75. y2 = 0.65 106.2 6. ∑yi = 18.78 40 .9 × 8.39 1.48 3Voies chargées 8.6 17.29 1 Surcharge Tandem 17.74 6.39 6.11 Bt 2 Tandem 34.96 13.60 b aa 32.169 + 0.7 13.3 59.25 13.33 53.95 80.78t.51 0.6 (0.1 33.12 0.55.22 2 Trottoirs 0.10 1 Trottoirs Trottoir 0.93 3.5 60.37 77. D’où : T0 = 13.25 21.87 3.38 106.75.4m 32m Tb=Rb T Taa=R =Raa y1 = 0.74 13.252t.75) / 2 = 8.4 13.8 8.49 3Files 55.903 170.78 3.95 7.195 3.Chapitre : 05 Évaluation longitudinale des efforts f) Convoi exceptionnel D240 : 18.40 4.18 24.36 49.41 5.75 98. Tableau récapitulatif des efforts tranchant : Surcharges Pour x = 0.65 29.85 7.18 2Files 43.97 1.25l Désignation (t/ml) ou (t) Tmax (t) T0 (t) Tmax (t) T0 (t) 1Voie chargée Surcharge 3.76 0.98 143.28 110.24 0.169.80 10.22 Convoi Mc120 19.91 9.2 66.44 1File Surcharge Bc 23.00l Pour x = 0. Tmax = 12.69 Convoi D240 12.

y = 0 ) . µα )et les sollicitations (moments fléchissant .εα . 41 . e = . 2 4 4 b b y = ± . Le post-processeur graphique disponible facilite considérablement l’interprétation et l’exploitation des résultats et la mise en forme des notes de calcul et des rapports explicatifs. charpente métallique.On déplacera les charges de façon à obtenir les plus grandes 2 4 ordonnées et on retiendra pour le calcul des efforts . y = ± . LA METHODE DE GUYON-MASSONNET L’ouvrage étant chargé conformément au règlement. efforts tranchants ) avec exactitude dans n’importe quelle partie du tablier. Ainsi on pourra déterminer les facteurs de répartition transversales (κα . ce qui nous amène à tracer les lignes d’influences pour les différentes excentricités de charge et on retiendra la section qui donne les plus grandes valeurs des coefficients. car la rigidité transversale du tablier n’est pas négligeable. il reste à déterminer les sections dangereuses (les plus sollicités) transversalement et longitudinalement. 2. Il offre de nombreuses possibilités d’analyse des effets statiques et dynamiques avec des compléments de conception et de vérification des structures en béton armé. e = . Elle consiste pour chaque effort à tracer la ligne d’influence de son coefficient de 3.b e = .b répartition transversale et cela pour les différentes excentricités de charges ( e = b . l’excentricité qui donne les plus grandes valeurs des coefficients. y = ± . La méthode de Guyon-Massonnet reste l’une des plus simples et les plus utilisées.Chapitre 06 Répartition transversale des efforts La répartition transversale des charges est faite par deux méthodes qui sont 1. Il permet en un même environnement la saisie graphique des ouvrages de BTP avec une bibliothèque d’élément autorisant l’approche du comportement de ce type de structure. Dans le cas des ponts à poutres multiples la section d’étude sera imposée par la position de la poutre. e = 0 ) et pour les neufs sections de la largeur de dalle ( y = ±b .1 SAP 2000 11 SAP 2000 est un logiciel de calcul et de conception des structures d’ingénierie particulièrement adapté aux bâtiments et ouvrage de génie civil. 4 b b 3. LA METHODE NUMERIQUE (SAP 2000) 2. elle donne des résultats satisfaisants par rapport aux autres méthodes.

Modélisation de la dalle 42 .2. on étudiera une seule travée (une dalle de 20cm d’épaisseur avec 16 poutres).Chapitre 06 Répartition transversale des efforts 2. la dalle comme un élément SHELL. elles sont appuis sur un appui simple de coté et d’autre coté sur un appui double. Modélisation des poutres Photo.2. Les poutres sont considérées comme un élément FRAME. Modélisation Étant donnée que l’ouvrage isostatique avec deux travées indépendantes.1. Photo.

Cp + Ccp +1.L.Cp + Ccp +1.1.6 1. Diagramme des moments fléchissant sous l’effet la combinaison défavorable 43 . 6 (A (l) + St) b. 6 St d.6 1. T) on prend on considération les combinaisons d’actions selon BBEL (Tableau.S) a.2 MC120 1.U) a. à l’état limite ultime (E. VALEUR DES MOMENTS FLECHISSANT REEL Pour la détermination des sollicitations maximum (M. 35 D240 Photo.L.2 Tableau.3.Chapitre 06 Répartition transversale des efforts 3.1. 2 St d.6 1.35 1 Surcharge A (L) 1. 2 (A(l) + St) b.2.Cp + Ccp +M c120 + 1.1.2 Système BC 1.Cp + Ccp +D240 3.1).1.35 1 D240 1.1 à l’état limite de service (E. 35(Cp + Ccp) + 1. 35 (Cp + Ccp) +1. 2 (B c + St) c. Les coefficients des combinaisons 3. N. Actions ELU ELS Poids propre (Cp + Ccp) 1. 35 (Cp + Ccp) +1 35 M c120 + 1.35 1 Trottoirs 1.

35(Cp + Ccp )+ 1.21 t. 35 D240 921.35 Mc c120 + 1.58 Ø L’effort tranchant sur l’appui intermédiaire est TMAX = 82.88 82.3.489 99.4. et T min= 48.425 111.88t .989 73.6 St 838.278 101.10 t .633 1.824 75. L’Éléments de réductions Moment en travée L’effort tranchant aux designation (t.67 t 44 . Diagramme des efforts tranchant sous l’effet la combinaison défavorable 3.m et M min= 377. 35 (Cp + Ccp) +1.319 69. 2 (A(l) + St) 608.529 t L’effort tranchant manuellement est T max = 108.Chapitre 06 Répartition transversale des efforts Photo.283 Cp + Ccp +D240 630.529 ELU 1. le moment maximum est donnée par la combinaison suivante (la poutre la plus sollicité) : Cp + Ccp + D240 Ø Tel que M max = 630.35 (Cp + Ccp) +1. 2 St 617. Elément de réduction Après avoir détermine les éléments de réduction.m Le moment trouvé manuellement est :M max = 695. 6 (A(l) + St) 821.574 1.414 Tableau.2.m) appuis (t) ELS Cp + Ccp +1.857 Cp + Ccp +M c120 + 1.817 Cp + Ccp +1. 2 (B c + St) 576.

l’acier n’est pas une armature. Le béton précontraint est soumis. préalablement à toutes charges extérieures. la glace trempée. ü Les armatures à haute limite élastique utilisées en béton précontraint sont moins chères. c’est une force. fléaux de couvertures de stade (parc des princes. les roues de bicyclette.elle est naturelle dans les arcs. Il n’a. la corde et l’arc. corrosion des aciers. a été imprimé la première fois en janvier 1933. FREYSSINET. ü L’effort de précontrainte. les roues des chariots. >> Y.on obtient ainsi une diminution des flèches des poutres et donc une diminution de leur hauteur .ou provoquée comme les cercles de tonneau. On évite ainsi les inconvénients du béton armé tels que fissuration. on peut citer : ü Une meilleure utilisation de la matière puisque contrairement au béton armé. à un effort de compression qui permettra de supprimer les contraintes de traction qui apparaîtraient dans un élément en béton armé. dans un article de revue travaux (sciences et industries) sous le titre : « Idées et vois nouvelles ». limite les déformées . avec le béton armé aucune frontière commune. le béton précontraint n’est du béton armé amélioré. . etc.1946 << Dans la poutre en béton précontraint. il n’y a pas de béton tendu inutile (tout au moins en classe I et II) . agissant en sens inverse des charges extérieures. 45 . à force égale.1-DES DÉFINITIONS SUR LE BÉTON PRÉCONTRAINT : <<A aucun degré. néologisme crée par E. Ce mot signifie d’après lui contrainte avant. voûtes .Chapitre:07 Étude de La précontrainte 1-HISTORIQUE : La précontrainte sous toutes ces formes existe depuis longtemps . Le mot précontraint.FREYSSINET .) . on limite ainsi sérieusement les risques de corrosion des aciers . ü La possibilité d’assembler des éléments préfabriqués sans échafaudage ni bétonnage de deuxième phase : ponts construits avec des voussoirs préfabriqués posés en encorbellements successifs. GUYON 1. béton tendue inutile. >> E . le pneu et la chambre à air. la scie à bois. que les aciers de béton armé . ü Le béton situé autour des armatures de précontrainte est toujours comprimé. stade olympique de Montréal. 1.2-QUALITÉS ET DÉFAUTS DU BÉTON PRÉCONTRAINT : Comme principaux avantages du béton précontraint.

la précontrainte par post-tension suppose le coulage du béton avant la mise en tension des armatures de précontrainte . ü L’obligation d’attendre que la mise en tension soit faite pour pouvoir décintrer ou décoffrer ü Des calculs en général plus complexes que pour les ouvrages en béton armé. on retiendra : ü La nécessité de fabriquer des bétons plus résistants. LUBABON……) . on utilise la résistance du béton pour <<s’appuyer>> lors de la mise en tension et transmettre l’effort d’un ancrage à l’autre extrémité. tubes métalliques). principalement avant 28 jours ü La nécessité de disposer d’un personnel qualifié pour la vérification de la pose des Gaines et des câbles et pour la mise en tension des câbles . p p Gaine Pièce à précontrainte Vérin Figure : Principe de la précontrainte par post-tension 46 .ce procédés peu courant peut utiliser un produit retardateur enduisant les câbles avant le coulage du béton (graisse spéciale.Précontrainte par post.tension : A l’opposée. On distingue différentes possibilités de post-tension : -par câbles ou fils adhérents : cela suppose que le câble puise glisser dans le béton sans créer des frottements exagérés .En général. gaines plastique. b).Chapitre:07 Étude de La précontrainte ü La possibilité de franchir de plus grandes portées qu’avec des ouvrages en béton armé Comme inconvénients.par câbles glissants dans des conduits (gaines métalliques.

8MN Donc :  P2 f P1 ⇒ La section est sur critique.5t. P2 = 5.1586 0.5 L) / B (m2) IG (m4) v (m) v’(m) ρ(%) h (cm) Poutre seule 0.5t .7 MPA (Dans la section d’enrobage). 2 Tableau : Les caractéristiques géométriques des sections nettes à (0. qui correspond à 1 la position « L » et dans la section médiane. P2 ) Avec : P1 Précontrainte minimale en section sous critique P2 Précontrainte minimale en section sur critique  ∆M P1 = σ m .B + ρ .71 150 Poutre + dalle 0.98m 47 . σ m = −1. on prend en compte la section nette.6681 0.47MN Alors : e0 = −(v′ − d ′) = −(109. alors.74 170 L’enrobage : h 150 d≤ ⇒d≤ = 15 cm on adopte d = 10 cm 10 10 2.m P1 = 3. Alors : Pmin = max ( P1 .0991 47.m M min = 375.CARACTÉRISTIQUES GÉOMÉTRIQUES DE LA POUTRE: L’étude de la précontrainte se fera pour la poutre la plus sollicitée (P4).8465 0.05MPA (Hors de la section d’enrobage).1.m ⇒ ∆M = 317 .DIMENSIONNEMENT DE LA PRÉCONTRAINTE : 2.h    I  Avec : ∆M = M max − M min   σ ×  + M v′  m M P2 =   c + v′ − d Le moment maximal est donné à mi-travée à l’ELS : M max = 693t.8319 51.2669 0.2-LES CONTRAINTES LIMITES : La contrainte de traction du béton est : σ m = − f t 28 = −(0.6 + 0.5520 0.6009 1.91 − 10) ⇒ e0 = −0.5 f c 28 = −4.Chapitre:07 Étude de La précontrainte 2.06 × f c 28 ) = −2.

8 f prg Ap } = 2. Ø Contrainte limite élastique garantie f peg =1573 MPA Ø Contrainte de rupture garantie f prg =1770 MPA Ø Coefficient de frottement angulaire f=0.55 MN n. Ø Recul d’ancrage g = 6 mm Ø Relaxation à1000 heures ρ = 2.3-CALCUL DU NOMBRE DES CÂBLES: D’après G.0 .5% TBR Ø Module d’élasticité de l’acier : EP= 190000 MPA v La force de la précontrainte par câble J ’estime les pertes à 20% P0 = min {0 .47 ⇒ P = 5.(0.65 ≤ 22.18 rad-1 Ø Coefficient de frottement linéaire ϕ =2.58 = ⇒ n ≥ 2.σ M + ρh σ M = 21MPA ⇒ P = 7.28 mm.98 ) = P ⇒ n = P 5.86 mm. Dreux.58MN 0.10-3 m-1. ∆M P ≤ B.P0 .9 f peg Ap . (Vérifié).55) = 7. Dint =106. 48 .Chapitre:07 Étude de La précontrainte 2..98)P = Pmin ⇒ P = P = 5.98.55 ) J’adopte : 3 câbles de 12T15 ce qui donne : P = 3(2.98) v Caractéristiques géométriques et mécaniques du câble : Nous choisirons des câble 12T15 ayons les caractéristiques suivantes : Ø Câble de type FREYSSINET Ø Section nominale de l’acier : A P =1800 mm2 Ø Diamètre de la gaine Dext =114. 21 .19 P0 (2. on peut estimer les pertes de précontrainte à 32% (0. (0.65MN Je dois vérifier si la valeur de P ne conduit pas à une précontrainte excessive.

02 P0-0.3. deux câbles en intrados à l’about leur tirage à 100% au 7ème jour et un seul à l’extrados après 28 jours.2 D P0=0.98 P0-1.e0 + M Poutre ) Bn I n P = n .02 P0-0.( P .40 MN P2=0.94 = 4.8 D P0 P2=0.6 f cj P V σ sup = + .Chapitre:07 Étude de La précontrainte 2.29 MN Dans cette phase.8 D P0=0.D P0 =0.86 Po =2.794MN c) conclusion : La mise en tension se fera en deux familles de câbles.19 MN Pm= P0 .90 Po =2.10 MN Pour déterminé le nombre de câble à l'about on doit vérifiée les contraintes sur les deux fibres supérieur et inférieur Soit la vérification des deux inégalités: σ sup ≥ σ bt σ inf ≤ σ bc Avec: σ bt = 1.708 m Donc on place 2 câbles à l'about P = 2 × P0 × 0. Pm e0= .5 ftj σ bc = 0.2 D P0 Pm=P0-D P0 On estime les pertes instantanées à P1=1.e0 + M Poutre ) Bn I n P V' σ inf = − . 49 .94 Po =2. la poutre est soumise à son poids propre seul.( P.d') = -0. le moment maximal est donné à mis travée: M poutre =2.1DÉTERMINATION DU NOMBRE DE CÂBLE A L'ABOUT: Les câbles d'about doivent être tirés à 100% de P0 avant le coulage de la dalle Valeurs caractéristiques de la précontrainte: La précontrainte est représenté principalement par trois valeurs: P1=1.29 MN La valeur probable de la précontrainte: Pm =2.(V' .98 P0-1.

.VÉRIFICATION DES CONTRAINTES A LA MISE EN TENSION : a) les contraintes limites :  j × f c 28  f cj =  4. M min = 2.94 P ⇒ P1 = 0. v En fibre supérieure : M min . σ cs : Les contraintes admissibles de compression sur la fibre inférieure et supérieure. v σ ts .1MN I β I  v En fibre inférieure : − M min .94 × 22. Dreux : e0 = −(v′ − d ′) = −(83.v′  1 e . on prend juste la section de la poutre seule soumise à la précontrainte et la charge le poids propre de cette poutre.76 + 0.88MN (Perte instantané estimées à 6%).19 − 12) ⇒ e0 = 0.v  1 e .712m P1 = 0.v  + P  + 0  f σ ts . σ ti : Les contraintes admissibles de traction sur la fibre inférieure et supérieure.Chapitre:07 Étude de La précontrainte 2.5 × ftj  σ ti = − ftj v σ ci ..6 × fcj  σ tS = −1.83 × j  f = 0.06 f  tj cj σ ci = σ cS = 0.4. I β I  50 .21 ⇒ P1 = 20. A la mise en tension. D’après G.6 + 0.v′  + P  − 0  > σ ts .

58 MPa et σ bc = 0. après bétonnage de la dalle Le câble est tiré à 100% Les pertes instantanées à la mise en tension sont estimées à 25% P = 100% (P0 -DP0).07 MPa et σ bc = 0.5 ft 28 = -4.58 MPa et σ bc = 0.95 MPa Condition Mise en service Le 3éme câbles est tiré à 100% Au 28 ème jour.95 MPa Condition vérifiée Au 28 ème jour.5 ft 7 = -3. 51 .05 MPa Condition vérifiée σ inf ≤ σ bc ⇒ snif = -16.67 MN σ sup ≥ σ bt ⇒ ssup= -0.64 MPa et σ bt = −1.5 ft 28 = -3.n P = 2.n P = 3.6 fc 28 = 17. Les deux câbles d'about sont tirés à 50% Les pertes instantanées à la mise en tension sont estimées à 10% P = 50% (P0 -DP0).91 MN σ sup ≥ σ bt ⇒ ssup= -3.Chapitre:07 Étude de La précontrainte VERIFICATION DE LA SECTION MÉDIANE: Au 7 ème jour.58 MPa et σ bt = −1.6 fc 28 = 21 MPa Condition vérifiée Conclusion : la poutre avec la résistance demandée à 28 jours de 35 MPa Vérifie les contraintes à ELS état limite de service en stade de préfabrication et en stade d’utilisation.59 MPa Condition vérifiée σ inf ≤ σ bc ⇒ snif = -0. Les deux câbles d'about sont tiré à 80% Les pertes instantanées à la mise en tension sont estimées à 10% P = 80% (P0 -DP0).58 MPa et σ bt = −1.n P = 4.6 fc 7 = 17.29 MN σ sup ≥ σ bt ⇒ ssup= -0.59 MPa Condition vérifiée σ inf ≤ σ bc ⇒ snif = -0.

. En fixant a ' = 50 cm M /fibre inférieur : ...PRINCIPE DE POSITIONNEMENT DES CÂBLES : On subdivise la moitie de la poutre en 3 zones : • Zone d’about : on dispose les deux câble de telle sorte que le centre de gravité des (02) câble ou s’approche avec le centre de gravité de la section pour obtenir un moment du au précontrainte nul (ou faible).6. a ' ≥ 28 cm . (Vérifié) 52 ..81 cm à la fibre supérieur...19 ) = 43. Détermination de d .5...5 cm..Chapitre:07 Étude de La précontrainte 2. ou les moments diminuent progressivement jusqu’à s’annuler à l’about. d’ ≥ 16..5.81 cm La vérification : d =46.5. 2.19cm 2 d = 46. d ' : Les conditions fixées par le document SETRA : d ≥ 16. a ' ..v′ = P2 (a ′ + d ) + P1 ...19 cm à la fibre inférieure d ≥ 16.. tout en respectant l’enrobage...d 2 × 71....19 − 50 Comme : P1 = P2 = P ⇒ 2v' = a '+2d ⇒ d = = 46. • Zone centrale : ou tous les câble sont placés à l’excentricité maximum (avec signe négatif) a fin d’obtenir un moment maximum négatif.19 cm ⇒ d ' = 150 − (60 + 46........d’ ≥ 16.5 cm ..LA DISPOSITION DES CÂBLES DE LA PREMIÈRE FAMILLE (A L’ABOUT): Les câbles seront disposés de façon à faire coïncider la résultante des forces de la précontrainte avec le centre de gravité de la section d’about...( P1 + P2 )... d’ =43.. (Vérifié). Positionnement des câbles : généralement les maximum des câbles est placé à l’about toute en respectant les conditions fixées par le règlement (c’est un avantage en point de vue économique et réalisation).. • Zone intermédiaire : ou zone de relevage.

140 ) = 77.81cm 2 30cm v= 1 30cm v' = d=46.6 + 18 + 100sin 24.7.5 cm 53 .5d d 1ère famille 25cm 2.19cm Figure : La disposition des câbles de la 1ère famille (à l’about).Chapitre:07 Étude de La précontrainte d’=43.LE TRACE DES CÂBLES : a) trace des câbles sortants à l’extrados : C 24. Position des câbles à mi travée : d : diamètre de la gaine d : 6.30 bi LI Figure : trace le câble à l’extrados α I : 24.15° (l’angle d’inclinaison pour le câble relevé à l’extrados) GF L’équation de la parabole : y = a x2 ⇒ GF = ab ⇒ a= 2 b2 GF = 150 − (13.20 1.7 cm 2ème famille d ou 2d 1.15° EI G E 5.

a i . a = 8.74 ×10 −2 4 4 b) équation et inclinaison des câbles d’about : y CI α GI ei yi EI x bi LI d cos(α i ) L/2 Figure : trace le câble à l’intrados Équation de la parabole : d ( y) d ( y) y = a i x2 ⇒ = 2.00 − L  2  2.25 ⇒ prand L0 = 5m .b ⇒ tg (α ) = 2 × GF2 × b ⇒ b = 2. b = 256.Chapitre:07 Étude de La précontrainte d ( y) tg (α ) = (b ) = 2.00 × (1 + cos (α i ))  sin (α i ) tg (α ) i  Comme les (Li) forment une progression arithmétique de raison 1.bi e i  i  − 1  ei    1 1  bi = ei ×  +  − 1.a .5 (principe de Guyon- Massonnet) donc en se fixe L3 de 3ème câble (à l’extrados) au départ puits en calcul les autres a fin de calculer les α i 54 . ai =  L / 2 + 1.x Au point G i (G i ) = 2a i bi = tg (α i ) d ( x) d ( x) tg (α i ) Donc : ai = 2bi Calcul des angles α i et des distances bi : (Selon le document de SETRA) : 2 × ( L / 2 + 1.5 cm .00 − Li ) tg (α i ) tg (α i ) = .GF d ( x) b tg (α ) L 33 L0 ≤ = = 8.

Lc : Longueur du tronçon parabolique.15 87.19m 0.30m 4.1 7.02244x2 3 0.30m 3.1 13.19cm 0.x 2 1 0.65 m 13.14° 116.8m c) longueur total du câble : Lt = Lr + Lc + Li Avec : Lr : longueur du tronçon rectiligne permettant la transmission convenable d’effort entre l’appareil d’ancrage et le câble.95° CABLE N°2 96.63 6.Chapitre:07 Étude de La précontrainte Tableau récapitulatif : N des câbles ei (m) d i (m) α i (0 ) a i × 10 −3 bi (m) y i = a i .30m 6.47° CABLE N°1 46.1m 1.4cm CABLE N°3 0.32 4.18 24.48m 8.18m 5. 1 Lr est calculée comme suit : Lr = cos(α ) Les longueurs des câbles sont récapitulées dans le tableau sui 55 .3625 0.95 9.55 0.4 3.1m 1.984 0.27 0.72m 24.13m 1.47 10.48 0.8625 0. et donnée par la formule ci-après 1   Lc = ln  2a i bi + 1 + (2abi )  + 2a i bi 1 + (2a i b I )  2 2 4a     Ld : Longueur du tronçon droit du câble.55m 10.0184 x2 2 0.0874x2 7.27m 6.

7119m 2 v Section à 5. Câble n° Lr (m) Lc (m) Li (m) L(total ) 1 1.40 6.59 8.Chapitre:07 Étude de La précontrainte Tableau : Longueurs des câbles.323 6.9619 m La position du câble moyen à l’about : t moy = ∑t i = 0.23 2.397 4.2m de l’appui (avec le câble n°3): Ø câble n°1 : t1 = 0.29 3 1.49 m L v Section à = 8.18m ⇒ t moy = 0 .4619m Ø câble n°2 : e' = t1 = 0.1m Ø câble n°2 : t 2 = 0. 206m Ø câble n°3 : t 3 = 1.407 3.1m Ø câble n°2 : t 2 = 0.2 2 1.164m ⇒ t moy = 0.1m Ø câble n°3 : t 3 = 0.73 33. 2 et 3): 4 Ø câble n°1 : t1 = 0. 25m de l’appui (avec les câbles 1.1267 m v Section médiane (0.18m ⇒ t moy = 0.CÂBLE MOYEN FICTIF: La position du câble moyen sera déterminée dans les sections suivantes : v Section d’appui: Ø câble n°1 : e′ = t1 = 0.8.65 33.1m Ø câble n°3 : t 3 = 0.55 10.1267 m 56 .5L): Tous les câbles ne sont pas relevés : Ø câble n°1 : t1 = 0.1m Ø câble n°2 : t 2 = 0.80 23.

47 0.Chapitre:07 Étude de La précontrainte 2. π 2 B = n.4211 / 1. par rapport à l’axe (∆ ) passant par la fibre inférieure de la poutre est donnée par : n .2139 2 13.Zi (Pour les troues des gaines).2410 0.9-LES CARACTÉRISTIQUES GÉOMÉTRIQUES DES SECTIONS NETTES : Ayant déterminé le tracé des câbles.962 / 1.962 Pour tracer les fuseaux limites.4625 0.95 0. Avec: φ g = 6.Φ g 4 Le moment d’inertie de la gaine.9264 ∑ / / 1.4586 0. . v Composante de la précontrainte à la section d’appui : Soit P la force de la précontrainte d’un câble : V = ∑ Pi sin α i = P ∑ sin α i  i i   N = ∑ Pi cos α i = P ∑ cos α i  i i Appelons Zi la distance du point d’application de la résultante N par rapport à la fibre inférieure de la section ( Z i = t i ).9705 0.π .7243m 1. ∑ Z cos α i i ∑ M / fibre inf = N.7 cm 57 . il nous reste à vérifier que le tracé est adéquat.φ g4 π .9915 0. il faut déterminer les caractéristiques géométriques des sections particulières.φ g2 (∆ ) Ig = 64 + 4 ∑Z i i 2 S(∆ ) = ∑ B.9341 0.1300 0. en retranchant celles des gaines aux caractéristiques brutes.Z ⇒ ∑ Z i .4211 ⇒Z= = 0.9625 0.P cos α i ⇒Z= i i ∑ cos α i i v Section d’about (poutre seule) : Tableau : Les distances du point d’application : N° câble α sin α cos α Z i (m) Z i cosα Z i2 ( m 2 ) 1 7.

80 73.52 40.37 3-LES PERTES DE TENSION : 3-1 INTRODUCTION : Les conditions de sécurité de l’ouvrage en période dite « en service » ayant permis de définir la tension nécessaire permanente dite « tension en service ».98 47.96 I G (cm 4 ) 10351495. ϕ : Coefficient de frottement par unité de longueur (m-1).72 16302444. alors on doit tenir compte des pertes.61 -24.α − ϕ .523 5003.39 45. chutes de tension et la période de service afin d’en déduire la tension initiale à la mise en tension.2m de l’appui A 0.28 4024.14 42.77 52.03 56. La tension en un point est donnée par : σ P ( x) = σ P0 e f .α −ϕ .28 8043. 58 .28 7034. donc elle présente des courbures d’où l’existence de frottement. f : Coefficient de frottement uniforme et constant (rd-1).25L Sections P seule P+d P seule P+d P seule P+d B(cm2 ) 6433.20 56.97 93.28 v ′(cm) 71.06 ρ 38.2-LES PERTES INSTANTANÉES : A) PERTES PAR FROTTEMENT : Donc on distingue deux types de frottement : ü Frottement en courbe ü Frottement en lignes droites.78 -22.18 49.LX ] Avec: σ P0 : tension à l’origine.64 18005796.Chapitre:07 Étude de La précontrainte Les caractéristiques des différentes sections nettes sont illustrées dans les tableaux suivants : A l’appui A 5.57 e P (cm) -0.24 8699837.04 v(cm) 58.56 -62.23 97.1 9291912.02 102. 3. LX La formule exponentielle précédente peut se simplifier dans la plupart des cas par la formule suivant : σ P (LX ) = σ P0 [1 − f .56 75.23 -48.34 20008201.44 54. une gaine n’est jamais rigoureusement droite.52 9473. A cause des défauts de la réalisation en pratique.35 -89.06 42.

00 109. L Si d ≤ il faut tirer câble par les extrémités a fin d’obtenir de tension plus si élevées.97 Câble n°3 / 0.540 Tableau : les Valeurs des pertes par frottement à différentes sections.g .pour 2 câbles 0. pour les 3 câbles / / 79. (MPA). 2 L Si d > il faut tirer le câble par une seule extrémité.07 Valeur moye .312 0.39 Valeur moye.83 Câble n°2 0.67 137.2 8.00 57.40 67. Avec : g : l’intensité du recul d’ancrage = 6 mm Ép.170 Câble n°2 0.25 16. La perte par frottement est donc : ∆σ ϕ (L X ) = σ P0 − σ P (L X ) Tableau : Différentes valeurs de α (rd ) Abscisse (m) 0.00 5.5 Câble n°1 0.89 94.α  σ P 0 . Abscisse (m) 0.170 0.00 5.Chapitre:07 Étude de La précontrainte α : Fonction de « x ».312 0.95 B) LES PERTE PAR RECUL D’ANCRAGE : Après la mise en tension. E p = 190000 MPA .540 0. 59 .57 64. un glissement assez large se fait sentir avant blocage définitif. : Module d’élasticité de l’acier = 190000 MPA L : longueur du câble.32 99.00 0.170 0.2 8. +ϕ   L  σ P 0 : Tension à l’origine. g = 6 mm avec d = .  f .00 0.15 81.38 77.312 Câble n°3 / 0.00 71.25 16. on bloque les armatures.76 50. désigne la somme des déviations angulaires arithmétiques entre le point d’origine A et le point c d’abscisse x.00 0. 2 E P .00 43.5 Câble n°1 0.

51 57.0062 11.55 Câble n°3 / 166.130 33..pour 2 câbles Valeur moye.04 111..16 Câble n°2 198.40 C) PERTES PAR RACCOURCISSEMENT INSTANTANÉ DU BÉTON: Supposons qu’une poutre soit armée avec plusieurs câbles de précontrainte .5 Câble n°1 175. 60 . pour les 3 / 148. P ...23 0.02 0.06 câbles N° câble rd L (m) α d (m) f +ϕ L 1 0.48 111.29 0. 2 α ∆σ recul = 2σp 0 ( f + ϕ )d L Tableau : Pertes par recul d’ancrage dans différentes sections Abscisse (m) 0.75 3 0.0037 14..41 144.54 32.66 133.80 89.Chapitre:07 Étude de La précontrainte Calcul des pertes dues au recul d’ancrage Remarque : L Pour les 03 câbles d > .0029 16..06 40.00 5. donc il faut tirer les 03 câbles d’une seule extrémité. la perte est donnée par la formule suivante : n −1 E ∆σ Pi ( x ) = σ bn ( x) ... (1) Avec: E bij = 11000 3 f c j 2n Ebij n : le nombre des câble par famille.66 2 0.25 16.2 8.2 41.61 112.421 23.03 139. la mise en tension du deuxième câble va entraîner un raccourcissement de la poutre et du premier câble une diminution de leur force de précontrainte. v La 1ère famille de câble : Chaque câble de la première famille subit une perte moyenne due à la non simultanéité de la mise en tension..47 Valeur moye 187.73 .05 25..29 104.243 33..la mise en tension des câbles ne pouvant s’effectuer que câble par câble.

88MPA.9.10 2 (− 0..523cm2 . ü Pertes subies par la 1ère famille à cause de la 2ème famille : EP Ces pertes sont données par : ∆σ Pi ( x) = σ bn2 ( x) .78)  2 1.. 61 .e p E n.59 24..523.. Ebij Avec : ∆σ b2 ( x) : variation de contrainte dans le béton due aux câbles de la 2ème famille.. AP σ P0 − ∆σ P ( x) − ∆σ g ( x)   B.e 2p  σ bn ( x) = + n..98 v La 2ème famille de câble : La mise en tension de la 2ème famille des câbles se fera après le couplage du hourdis.eP2  ∆σ Pi ( x) = .. 1 +  IG B  IG  e P : Excentricité du câble équivalent à la section considérée σ Pi ( x) : Contrainte normale dans le câble après toutes pertes. σ b : Contrainte au niveau du centre de gravité des câbles de précontrainte sous l’effort de toutes les actions de langue durée.10 2  10351495. AP = 18cm2 E i j = 110003 fc14 = 34147.51 7.. Après développement.34cm4 . e P = −0.66 )  6433..5 famille ∆σ Pi ( x) [ MPa ] 7. 1 +  4 Ebij IG 4 Ebij B  IG  Pour Section d’appui : B = 6433.78 cm ..8 21.34. I = 10351495.2t / m 2(18)(1415.EP σ Pi ( x)  B.00 5.88) 6433..Chapitre:07 Étude de La précontrainte Ep : module d’élasticité longitudinale de câble. 1 +  4(34147. + . M g .85 MPa Pour les différentes sections : Tableau : Pertes par raccourcissement instantané du béton dans différentes sections Câbles de la 1ère Abscisse (m) 0.10 9  ⇒ ∆σ Pi (0 ) = 5..523.....7 − 0 − 145. la formule (1) pour (n « nombre de câble »=2 peut s’écrire sous la forme suivante : EP M g . donc la section résistante est celle de la poutre avec le hourdis. (2). g = 1..2 8. . M g = 0 ..25 16.10 5 ∆σ Pi (0) = . AP .

+ .25 16.41 159.46 219 .5 famille ∆σ Pi ( x) [ MPa ] 0.472t.29cm 2 8 I = 16302444.31 204.90 179.7 2 = 149.76) 24.265 ü Pertes subies par la deuxième famille (effet sur elle-même) : n −1 E ∆σ Pi2 ( x) = ∆σ Pi2 ( x) .83 Valeur moye 151.93 148.17 190.80 140.5 Câble n°1 142. D) PERTES INSTANTANÉES TOTALES : ∆σ i ( x) = ∆σ 0 ( x) + ∆σ g ( x) + ∆σ Pi ( x) Les pertes instantanées totales aux différentes sections sont données dans le tableau suivant : Tableau : Pertes instantanées totales aux différentes sections : Abscisse (m) 0.m B = 7310.2 8.446 câbles 62 .e p σ Pi ( x)  B. pour les 3 / 179.00 5.37 cm Tableau : Pertes par raccourcissement instantané du béton dans différentes sections Câbles de la 1ère Abscisse (m) 0.00 5.2 + 0.2 8.00 32.375 Câble n°2 160. P ⇒ ∆σ Pi2 ( x) = 0 2n Ebij Donc les pertes de la 2ème famille sont nulles.54 204. Ap σ P0 − ∆σ G ( x) − ∆σ g ( x)   B.e p  2 ∆σ Pi ( x) = .91 41. Ebij I Ebij B  IG  Avec : M g (l / 2 ) = (1.55 53.pour 2 câbles Valeur moye.eP EP n.Chapitre:07 Étude de La précontrainte Mg .51 196.25 16.71 186.  1 + .06 cm4 E i j = 110003 fc 28 = 35981.e 2p  σ b2 ( x) = + n. la formule (2) pour n « nombre de câble »=1 peut s’écrire sous la forme suivante : EP Mg .06 156.37 222.38 181. AP 1 +  IG B  I G  Après développement.135 Câble n°3 / 129.255 .729MPA AP = 18cm2 e p = −89 .

06) ε r : Retrait final pris égale à 3.65MPa 63 .06cm 471.565 Câble n°3 / 1285.105 ⇒ ∆σ r1 = 48.pour 2 câbles Valeur moye.99 1229.9.254 câbles 3.2 8. pour les 3 / 1236.445 .ce retrait a lieu dans les premiers mois après le coulage du béton.Chapitre:07 Étude de La précontrainte La perte initiale probable pour chaque câble et aux différentes sections est répertoriée dans le tableau ci-après Abscisse (m) 0.5 Câble n°1 1272.25 16.77 1267.29 rm = = 9.64 1259.10-4 pour le nord algérien D’où la perte finale totale : ∆σ r1 = 3.80 1236.24 1196.1.1465).10−4 (1 − 0.32 1233.33 1193.1423 v pertes dans les câbles de la 1ère famille : r (14 j ) = 14 = 0.00 5.90 1275. dû à une évaporation de l’eau excédentaire contenue dans le béton et à des réactions chimique . la Perte due au retrait est donné par : ∆σ γ = ε r [1 − r (t 0 )]E P  t r ( t ) = t + 9r Avec :  m r = B (rayon moyen de la section (cm))  m U 4270.29 1256.16 1219.53 1224.39 1210.3-LES PERTES DIFFÉRÉES : A) PERTES DUES AU RETRAIT DU BÉTON : Le retrait est un phénomène de raccourcissement du béton dans le temps.870 Valeur moye 1264.16 1211.325 Câble n°2 1255.1465 14 + 9(9.

14 45. faite choisir en général les aciers TBR.89 46.23 46. TBR.4359 63 + 9(9.15 ∆σ rm = ⇒ ∆σ γm = 43.65) + 32.77 1208. Elle dépend de la nature de l’acier. La perte de tension finale due à la relaxation est donnée par la formule simplifiée suivante : 6  σ P ( x)  ∆σ P ( x ) = ρ1000  i − µ 0  σ Pi ( x ) 100  fPr g  Avec : µ 0 = 0.Chapitre:07 Étude de La précontrainte v Pertes dans le câble de la 2ème famille : r (63 j ) = 63 = 0.2 8.00 5.5% : Valeur de la relaxation à 1000 heures.15MPa La perte moyenne due au retrait pour l’ensemble des câbles est : 2(48.39 1210.06) ⇒ ∆σ r2 = 32.86 64 .5 Câble de la σ Pi ( x) [ MPa ] 1264. RN . Elle n’apparaît pour les aciers à haute limite élastique utilisée en béton précontraint que pour les contraintes supérieure à 30 à 40% de leur contrainte de rupture garantie.15MPa 3 B) PERTES DUES A LA RELAXATION DES ACIERS : La relaxation de l’acier est un relâchement de tension à longueur constante.25 16.76 1ère famille ∆σP ( x) [ MPa] 53. σ Pi ( x) : Tension initiale probable (après toutes les pertes instantanées). σ P0 = 1415 . l’économie réalisée sur les aciers par une perte par relaxation plus faible. f Pr g = 1770 MPa .16 1211. v à très basse relaxation.43 : Armature TBR (très basse relaxation) ρ 1000 = 2. de son traitement et l’on distingue des aciers : v à relaxation normale. Compte tenu de la faible différence de coût existant entre ces aciers.7 MPa v Pertes dans les câbles de la 1ère famille : Tableau : Pertes par relaxation dans les câbles de la 1ère famille : Abscisse (m) 0.

04 C) PERTES DUES AU FLUAGE Le béton est maintenu sous charge fixe indéfiniment appliquée. AP ∆σ  1 +    B  IG   E bij Avec: B1 .13 2ème famille ∆σP ( x) [ MPa] / 49. e p 2 : Caractéristique de la poutre avec hourdis. AP 1 +  IG B  IG  σ b ( x) = M g .29 1217.e P + n. [σ (x) − ∆σ d (x)]  B. Mg2:moment du aux charges permanentes. sa déformabilité n’est pas constante mais augmente lentement.e P2  σ M (x) = + n. I G 2 .eP σ Pi  B. c’est le phénomène du fluage.00 5.P.L 91 est la suivante : EP ∆σ fl = (σ b + σ M ) E bij Avec : σ b : contrainte finale dans le béton au niveau du câble moyen. Mg1:moment du au poids propre de la poutre. e p 1: Caractéristique de la poutre seule. on trouve les pertes par relaxation des aciers pour la 2ème famille Tableau : Pertes par relaxation dans le câble de la 2ème famille Abscisse (m) 0.. La perte de tension due au fluage proposé par le B.Chapitre:07 Étude de La précontrainte v Pertes dans le câble de la 2ème famille : De la même façon.e P2  EP fl ( x) =  2σ M ( x) − n.2 8.77 47. 65 .e P2  1 + Pi P  IG B  IG  5 ∆σ d = ∆σ r + ∆σ fl + ∆σ P 6 Donc :  ∆σ d ( x)  B.25 16.34 47. B2 . et de façon continue avec le temps.16 1219.E.5 Câble de la σ Pi ( x) [ MPa ] / 1236. σ M : Contrainte maximale de compression du béton au niveau du câble M g . A . I G 1 .

25 16.46 19.89 49.01 198.39 105.59 340.99 76.686 ∆σ P∞ = σ Pi ( x) − ∆σ d ( x) σ P0 − σ P∞ % des pertes = .16 1236.72 25.06 84.01 % des pertes 19.15 43.15 43.513 câbles σ Pi ( x) [ MPa ] 1246.00 5.05 27.00 5.265 66 .2 8.13 σM ( x) [ MPa] 3.15 43.01 196.29 1217.00 5.2 8.25 16.16 1219.62 82.Chapitre:07 Étude de La précontrainte Tableau : Pertes par fluage dans les défirent sections câbles «n » de câble 2 3 3 3 Abscisse (m) 0.25 16.34 47.99 76.5 ∆σ r 43.48 7.5 σ P∞ [MPa ] 1141.28 1058.52 115.5 σ Pt (MPa ) 274.5 ∆σ P (n ) 5 ∆σ r + 88.m) 0.15 ∆σ p 53.40 24.05 161.39 105.89 D) PERTES DIFFÉRÉES TOTALES ET TENSION FINALE PROBABLES : Les pertes différées totales sont données par la formule : 5 ∆σ d = ∆σ γ + ∆σ fl + ∆σ P 6 Tableau : Pertes différées totales dans différentes sections Abscisse (m) 0.2 8.100 σ P0 Tableau : La tension finale probable dans différentes sections Abscisse (m) 0.77 47.00 49.00 5.25 16.17 1023.35 6 Pertes des M g (t .89 ∆σ d 123.52 115.68 58.24 ∆σ fl ( x) [ MPa ] 34.60 82.24 Tableau : La perte totale moyenne dans les différentes sections Abscisse (m) 0.635 91.11 1075.53 392.04 ∆σ fl 34.2 8.87 17.42 357.

) ..72 %. -section résistante : poutre+l’ourdis mise en tension des câbles de la .poids de la poutre mise en tension des 2 câbles de la 1 14 . . Tableau : Phases de construction phase date opération caractéristiques n (jour) 0 0 coulage de poutre préfabriqué / .poids de la poutre +l’ourdis 3 63 2ème famille . certaine phase provoque des contrainte beaucoup plus importante que celle subit l’ouvrage en service donc on doit vérifier les contrainte cinq (5) phase durant lequel se fait la réalisation de l’ouvrage. et ces pertes ne dépassent pas celle prise en compte 32% pour la détermination de l’effort de précontrainte P0 4-VERIFICATION DES CONTRAINTES NORMALES : Durant la réalisation de l’ouvrage.précontrainte des 02 câbles. -section résistante : poutre+l’ourdis .précontrainte des 03 câbles.précontrainte des 03 câbles. -section résistante : poutre .pertes instantanées des 02 câbles.section résistante : poutre .pertes instantanées des 02 câbles+40% pertes différées.précontrainte des 03 câbles. 5 >90 Mise en service .poids propre du tablier +surcharges. -pertes totales. 67 . -pertes totales.poids de la poutre +l’ourdis 2 56 coulage du hourdis -précontrainte des 02 câbles.Chapitre:07 Étude de La précontrainte Nous remarquons que Le max des pertes est 27. .pertes instantanées des 03 câbles+60% pertes différées -section résistante : poutre+l’hourdis -poids propre du tablier . 1ère famille . 4 84 mise en place de la superstructure (l’ouvrage à vide.

92 35 ftj[MPa] 1. fcj 0...98σ P 0 − 1. Pour les quatre premières phases : P1 P1. σ P 2 = 0.18 29..7 • Valeurs caractéristiques de la précontrainte (B.6 fc 28 4.e P ..29 75. ftj : Jour 7 14 28 fcj[MPa] 23.04 47. (2).6..L): La précontrainte est représenter à un instant (t) par deux valeur caractéristiques : σ P1 = 1..1-VÉRIFICATION DES CONTRAINTES : Pour les quatre phases on utilise l’équation (1)..E. (1)..29 102.02σ P 0 − 0.02 54.5 ft 28 σ c pour toute la section 0.Chapitre:07 Étude de La précontrainte Tableau : Justification au E.35 P+d 7310.. ∆σ j : Somme des pertes à l’âge considéré.99 2. : / la phase en construction en exploitation dans la section d’enrobage − f tj − ft 28 σ t hors section d’enrobage − 1. .e P .V M MIn ..V ' M MIn .. (La force qui donne le cas les plus défavorables dons ces phases)....39 -62..37 • Les conditions limites des contraintes: La classe de vérification sera classe 2. Tableau : Caractéristique géométrique de la section médiane / B(cm2 ) v ′(cm) v(cm) I G (cm 4 ) ρ e P (cm) P seule 4270.. σ P 0 : Tension à l’origine.L.72 49..06 45.4 2.S : Les valeur de fcj . Pour la 5ème phase on utilise l’équation (2)...57 -87..5 ftj − 1.V ' σI = − − ≤ σ CS B IG IG 68 ..V σs = + + ≥ σ TS B IG IG P1 P1.P.. .96 16302444.8∆σ J ..98 8699837...2∆σ J .

69 .958 vérifiée 2 2. que se soit en service ou en construction.0.V M max .7612 7. As = 7589.274 15.95 t.9151 1. σbt : contrainte de traction réelle dans le béton hbt : correspond au lieu ou la contrainte est nulle.783 0. Avec : Bt : surface du béton tendu (cm²).82x 1x 0.4947 4.V σs = + + ≤ σ CS B IG IG P2 P2.Chapitre:07 Étude de La précontrainte Pour la phase cinq (5) : P2 P2.70 cm².4947 -0.82 t/m².9247 vérifiée 3 3.847 1. .267 vérifiée Les contraintes limites sont respectées dans tous les cas de chargement. hbt = V’.020 vérifiée 5 3. Nbt : Effort normal dans la partie du béton tendu = surface de la partie du diagramme des contraintes dans la zone du béton tendu.650 1.0182 3.e P .95 / 40000 + 270 / 49.m) σ S (MPA) σ i (MPA) observation 1 2. ft28 = 240 t/m². . ftj : contraintes de traction du béton calculée à partir de fcj .Ferraillage de la poutre : 6-1 Armatures longitudinales : Les armatures transversales et longitudinales seront utilisées en quantités suffisantes pour tenir compte des sollicitations secondaires.01 cm².1347 -2.688 vérifiée 4 3.V ' σI = − − ≥ σ TI B IG IG Exemple de calcul : Tableau : La vérification des contraintes dans les différentes phases à la section médiane « n »phases PI ( N ) M (t.V ' M max . fe = 400 Mpa = 40000 t/m². 6.82= 13.16 = 110 – 10 = 100 cm.9466 7.578 17. Nbt = σbt x ht / 2 x b = 49.6987 0. On prendra 5 HA 20 avec une section nominale de 15.647 1.064 13. σbt = 49.6 / 2 = 14.6 / 1000 + 14.e P .

1. On fixe l’espacement St = 15 cm à l’about et à 20cm en travée. fc14 = 29. br = 35 – 11.91 Mpa en phase de construction. b) Transversales: 2cm2/ml de parement mesuré parallèle à l’axe du CDG et placé sur le pourtour.2 .14 x fcj ) At ≥ br xSt x . a) Longitudinale: Pour les armatures de peau on prend 3 cm² / ml de périmètre de section et si A / B > 0. γs = 1. façonnés avec 4 cadres de HA 8 /ml.31 BPEL 91). 70 .9 xfe At ≥ 0.49= 23.5 + 0.01 cm2. 0.8 .35) x 2 = 11.Chapitre:07 Étude de La précontrainte VI-2 Armatures de peau : (Article 6. 1m)= min (1. fc28 = 35 Mpa en phase d’utilisation. Apl / B = 11.49cm diamètre de la gaine).377cm2.15 x (33. c) Cadre du talon : Les cadres du talon sont en continuité avec les armatures transversales de l’âme de poutre σ en = 3480kg / cm2 Et σ 28 = 21kg / cm2 Soit : l’enrobage nécessaire de la section à mi travée de la poutre et on prend c=10 cm on Doit avoir Wt σ 21 = c 28 × 100 = 10 × × 100 = 6cm2 / ml t σ cn 3480 On choisit 6 cadres HA 8/ml.4– 8.51cm (11.1 / 5520 = 0. 1) = 1m.1 %. Apl = 3 x (1.28))/36000) = 0. Le choix se portera ici sur des cadres. On prendra ici un écartement de 20 cm au droit des appuis pour attendre 1m au centre. Soit 24 HA 8 réparties sur le porteur.8h .235 x 0. On prend des cadres de HA 8 pour As = 1. At γ S x(τ U − 0.1 cm².20%. br xSt 0. V τu = u b0 d γ S x(τ U − 0.9 xf e Avec br : largeur réduite au sens du BPEL 91.2 x (1.15 (BAEL 91).14 x f cj ) Contrainte ≥ . 3b . 1. Ø Minimum d’armatures transversales : Écartement maximal entre les armateurs transversaux : St = min (0.

• Effet d’éclatement : La résultante des contraintes d’éclatement est donnée par : a Ri = 0.m / ml.45× 0. b= 60cm. Plan horizontal : Soit un cadre de HA16 pour As = 4.04max (Fjo)/σs lim .2 × 0. Fjo = 255t.79 × 0. K jσ s lim 71 .04 x 255/26670 = 3. q1 = 1.02 cm2 autour de chaque plaque d’ancrage.32t / ml. Le béton frais hourdis : [70 × 20]× 2. 7-1 Dimensionnement : a) Justification dans la zone de régularisation : • Effet de surface : Au voisinage immédiat de Sa. . ql 2 0. Épaisseur de la plaque : ht/4 = 37.25(1 − i ) Fjo .378t / ml q = q1 + q2 + q3 = 1.05t / ml L’aile de la poutre est donc supposée comme une console.82 cm2.5cm. a= 41cm. 7. Donc : As = 0. il y lieu de disposer une section d’acier : As = 0. σs lim =(2/3) fe = 26670 t/m2. 2 2 As = 0.00 × 10 −4 = 0.7 2 Le moment est : M = = = 0.44 cm2.5 × 1.Chapitre:07 Étude de La précontrainte d) Armatures supérieurs de la table de compression : L’aile de la poutre est sollicitée par les efforts suivants : Le poids propre : q1 = [18 x70]× 2. on calcule une section d’aciers d’éclatement : Rj Aej = . Une surcharge de 450 kg/m provoquée par la présente des ouvriers et du matériel de travaux lors de la construction.5 × 1.00 × 10 −4 = 0.00 = 0. Avec : Fjo : représente la force à l’origine ancrée au niveau j du panneau étudié.Etude de la plaque d’about : ht = 150 cm.02 cm2 autour de chaque plaque d’ancrage. di Pour chaque niveau d’ancrage j.70 ×1. Plan vertical : Soit un cadre de HA16 pour As = 4.26t. On prend HA12 tous les 20 cm.35t / ml.

6 = 708. Max (Aej) 7.5 . Plan horizontal : Soit 4 cadres de HA 16 pour As = 16. Ae = sup Ae = sup 0. Fjo : force à l’origine de l’ensemble des câbles ancré au niveau j.33 t/m2. d1 = 2 inf (c. K jσ s lim On dispose. σt ej = 0.57 cm2. d j bd j dj :la hauteur du prisme symétrique associe au niveau j aj : dimension moyenne dans le plan d’étalement des gaines d’ancrages placés à ce niveau j.67 t/m2 2/3 fc14 = 1879.34 cm2. 30) = 60cm. 72 . Vérifie.60) (255/0. bd j σt e1. K j =1.34 cm2.2 = 112. b) Vérification des contraintes du béton : a j Fj σ tej = 0. Plan vertical : Soit 4 cadres de HA 16 pour As = 16.6) = 112.19 cm .6 x 0. c’)= 2 inf (60. en définitif.41/0.08 cm2. Ae = 14.57 cm2.15 (max (Fjo)/ σ s lim 14. c’)= 2 inf ( 40. Fj σ xmj = 0 = 255 / 0.08 cm2 autour de chaque plaque d’ancrage.25(1 − 2 ) Fjo = 0. 1.5(1 − ) 0 .685 fc28 log (14+1) = 2819.6 x 0.78 t/m2.5(1 – 0. une section d’aciers transversale sur une zone de longueur égale à max (dj) en aval de Sa.25 ft14 = 286.78 t/m2. si j est un niveau intermédiaire. ft14 = 229. di Rj Aej = = 20.Chapitre:07 Étude de La précontrainte Le coefficient K j prenant les valeurs : K j =1 .19 / (1 x 26670) = 7. ai Ri = 0. Vérifie σxmj = 708.41/60)x255 = 20.47 t/m2.15 t/m2.15 t/m2 < 286.47 t/m2. fc14 = 0.25(1 . a = 41cm.33 t/m2 < 1879. d2 = 2 inf (c. 30) = 60cm. si j est un niveau extrême.18 t/m2.

41 = 3208 t/m2. τgmax = τd + τr = 134.98 + cos7.2t. Section nette : 686.14 t/m2.5cm.375 = 134.18/3x134.16 > Ac = 12. On doit vérifie que τ g max ne dépasse pas 1.98 + sin 7.5 ftj =343.18cm2.2/686. σ = 3208 t/m2 < σs lim = 26670 t/m2 Vérifie.09 t τ d = 2 x 15.09[1 – (229. Donc aucune armature supplémentaire n’est nécessaire.   3τ d   Vxe max − Ntc Alors la section totale : AC = σ s lim Ntc : effort normal au niveau ou Vxe égale à Vxe max .41cm2.14 < 1.18 cm2.77t. Ac = [10.2 – 255(cos2. Vx = 255 (sinα1 + sinα2).14 + 31=165.13)/26670] = 12. As + Ae = 18. 7-3 Vérification de la contrainte normale dans la plaque : Section de la plaque : 41 x 41 = 1681cm2. b) Armatures d’équilibre général :   ftj  2  Vxe = Vx 1 −    . τ g max = (τd + τ). σ = P/S = 220. 7-4 Ferraillage : 1 cadre HA 16 1 cadre HA 16 4 cadre HA 16 dmax = 60 cm Ferraillage de régularisation 73 .5 ftj.6 x 0.qX = 255 (sin 2.Chapitre:07 Étude de La précontrainte 7-2 Justification vis-à-vis de l’équilibre général de diffusion : a) Justification des contraintes tangentielles: Vx La contrainte conventionnelle de cisaillement de diffusion pure :τ d = 2 b lr Avec : Vx : effort tranchant dans la position x et lr = ht/4 = 37.09/ 0.13) – 1. Vxe = 15.6 x 37.59 cm2.14)2] = 10.5 = 15. Section de la gaine : 154.

872 t . L4 5 M G .117 – 169. IG : moment d'inertie (poutre + hourdis). MS = MT – MG = 376.FLECHE DUE AUX SURCHARGES : Pour simplifier les calculs. IG 48 .m fS = 8. E v .).I 74 . soumise à un moment dont le diagramme est symétrique par rapport à l'axe de la poutre.. on considère que les surcharges sont uniformément réparties.2.la flèche est donnée par la formule suivante : 5 q G . flèche.1.m fG = 7. d’autre part la mise en précontrainte l’une telle pièce engendre aussi des déformations (rotation. la flèche à mi-portée est donnée par: L fS = – ∫ Mx dx 0 E. MG = 169.246 t. E v . c’est pour quoi dans la plus part des cas ce type de poutres sont posées sur des appuis en Néoprène (caoutchouc synthétique) permettent la liberté des rotations et les déplacements d’appui.FLECHE DUE AU POIDS PROPRE : Les flèches sont comptées positivement vers le bas et négativement vers le haut (contre flèche).Chapitre: 08 Calcul des déformations Une poutre isostatique simplement appuyée peut subir des déformations sous l’effet de son poids propre seul. Le poids propre est supposé comme étant une charge uniformément repartie à raison de « q/ml ».etc. raccourcissement….872 = 206. il est nécessaires que ces déformations puissent librement se produire sons toutefois modifier les efforts de précontrainte et par conséquent l’état de précontraint résultant dans les diverses sections des appuis. IG Avec : Ev : module de déformation longitudinale différée.29 1. 384 . 1-FLÈCHES ET CONTRE FLÈCHES : 1.02 1.945 MPa. Néanmoins. L2 fG = = . Ev = 3700 3 fc28 = 3700 3 35 = 12102.3-CONTRE FLECHE : Pour une poutre de portée (L).

le diagramme des moments est de la forme suivante: 7. ei avec Ni = P ∑ cos αi Pour le calcul de (N) dans chaque section.47 m 1075. Dans la section considérée. on prendra comme contrainte la moyenne entre la tension initiale et la tension finale en service.m) 0m 1141. Ap 2 σpi : contrainte initiale. B).014 1.5316 8.2459 1.1982 1. b.2261 2. Dans un trapèze (h.875 0. σpi + σps Donc : P = σpm .17 1.Ap = .962 0.93m h b B Figure: diagramme des moments dans une poutre.93m 7. on a: Mi = Ni.5 m 1058.8545 75 . Pour une poutre précontrainte.1290 2 .875 0.1109 2.Chapitre: 08 Calcul des déformations Avec: MX dx: le moment statique par rapport a l'appui de gauche de l'aire limitée par le diagramme des moments de précontrainte dans chaque section et l'axe horizontal de référence sur la demi largeur. la distance (x) de son centre de graviter à la plus petite base est: h (2B + b) Xi = 3 (B + b) Tableau (1): valeurs des moments aux différentes sections: Section σ pi MPa p i (MN) ∑ cos αi epi (m) Ni (MN) Mpi = Ni epi (KN.4856 3.11 1.3510 0.5762 16.1940 2.8937 3. σps : contrainte en service (finale).

6kN.99 m 3 (1576.5 + 1576.62 cm.02 – 10.136 × (2 × 1576.35 198348. 12102.54 = 4.06 m 3 (2854.72 (2 × 2854.5 + 1576.CV 300 300 En service en charge: L 3300 f = fG + fp + fs = 7.06 = EI 6.CV 300 300 76 .07).m 1576.07 ⇒ ∫ Mxdx = = 11.69 = – 3.06 × 10 4 Le signe (–) montre que la flèche est dirigée vers le haut.67 cm.29-8.2kN.25 + 198348. ≤ = = 11cm ……….6) × 4 12602.Chapitre: 08 Calcul des déformations 5.2) X2 = + 5.5kN.20 + 531.m 2854.1011 ⇒ fp = − = − 10.945 × 16302444.6) 1 4 X1A1 (1576. 2-FLECHE TOTALE : En service à vide: L 3300 f = fG + fp = 7.5 X2A2 (2854.2 + 531.99 = EI 0 EI 2.EI EI ♦ Trapèze (2): 10.25 ⇒ ∫ Mxdx = = 2. ≤ = = 11cm ……….69cm.2) 1 12.5 + 1576.25 EI 2.EI EI (12602. Figure: diagramme des moments sous la précontrainte ♦ Trapèze (1): 5.m .02+8.72m 531.2) × 8.20 + 531.136m 10.136 = 11.6) X1 = = 2.

43 × 10 −3.105 βp = – ∑ = Ai  2 2  EI 2 × 12102.1-SOUS LE POIDS PROPRE : La rotation (β) à l'appui est donnée par l'expression suivante: q L3 βG = G = MG .7 × 10-3 rd.5.SOUS LES SURCHARGES : βs = 12.09 × 10-3 – 14.288 cm. L 24 Ev.2) (1576.62 × 10-3 rd. IG βG = 9. h . 2 2 77 .06 βp = -14. 4-ROTATION RESULTANTE: § A vide : β = βG + βp = 9.32 × 10 −3 rd 3.DÉPLACEMENT DU A LA ROTATION : β .Chapitre: 08 Calcul des déformations 3-CALCUL DES ROTATIONS : 3.79 × 10-3 = .1.72 .09 × 10-3 – 14.130 Δβ = = = −0.09 × 10 −3 rd 3.945 × 16302444. IG 3.3-SOUS LA PRÉCONTRAINTE : βp = – 1 ∫ Mxdx = − ∑ Ai EI EI Ai : aire des trapèzes sur toute la longueur de la poutre  (531.6 + 1576.32 × 10-3 = 6.79 × 10-3 +12.79 × 10-3 rd.2 + 2854.5)  2×  × 5.4. Ev .163 + × 10. § En charge: β = βG + βp + βS = 9. 5-CALCUL DES DÉPLACEMENTS D’APPUIS : 5.2.

33 cm .35 × 10 − 4 35981.4757 cm 2 5.DÉPLACEMENT DU AU FLUAGE : Δflu = εflu . 10000 10000 6-DÉPLACEMENT TOTAL : + ∆max = Δω + Δr + Δflu + Δt = −0. εflu = 2 × 11. 288 + 0.43 = 6.Chapitre: 08 Calcul des déformations 5.247 − ∆max = 0.10-4 εr .8577 cm 78 .4757 + 1 + 0.78 − 0.DÉPLACEMENT DU AU RETRAIT : La valeur moyenne du retrait étant : εr = 3. L 2 Avec : εflu = 2 σb Ei σb : contraint finale dans le béton au niveau du centre de gravité du câble moyen. 5.3.73 ⇒ Δflu = 1cm.DÉPLACEMENT DU A LA VARIATION DE LA TEMPÉRATURE : L 33 Δt = = = 0.288 + 0.3705 + 0.5177 cm − ∆max = Δω + Δr + Δflu + Δt = −0. L ⇒ Δr = = = 0.4.33 + ∆max = 1.2.

35 G+1.29 t. chape d’étanchéité). Ø La condition de non fragilité: f tj AS = 0.23 × b × d × = 0. Le moment maximal négatif : MELU = 2.83 cm2. 79 . Le ferraillage se fait par le logiciel SOCOTEC: Ainf = 16. les surcharges et à transmettre ces derniers aux poutres.23 x 1 x 0.52 cm2.08 cm2.m Le ferraillage se fait par le logiciel SOCOTEC: Ainf = 7.m. il assure la récupération transversale des efforts. Le moment maximal négatif:. Mais pour cela il faut d’abord calculer les moments maximums.1 cm2.1 cm2. 3. Nappe inferieure: Soit 4 HA16 pour AS = 8.35 D240). alors on prend Asup = 3.Étude de la flexion longitudinale : Pour la flexion longitudinale le problème de ferraillage ne se pose pas. Les moments fléchissant max et min sont obtenus par la combinaison: (1.22 / 400 = 2.99 t. son calcul revient à étudier une section rectangulaire en flexion simple. Cette couche est destinée à recevoir la couche de roulement (revêtement. Asup = 3.Étude de la flexion transversale : On aura a ferrailler l’hourdis en flexion simple. Le moment maximal positif: MELU = 4.m.18 x 2.35 D240).35 G+1. Asup = 4. donc on aura : Les moments fléchissant max et min sont obtenus par la combinaison: (1. Le moment maximal positif : MELU = 9. MELU = 1.Chapitre:09 Étude de la dalle 1. Nappe supérieure: Soit 4 HA12 pour AS = 4. qui sert de couverture pour le pont. les poutres restant dans un même plan et les moments correspondants seront données par l’effort local (flexion locale).65 cm² fe La condition est vérifiée.23 t. En suppose que le pont est rigidement entretoisé ça veut dire que dans une section transversale. L’hourdis a un rôle d’entretoisement.Introduction : L’hourdis est une dalle en béton armé.04 cm2. 2.9 t.82 cm2.m.

h = 20cm 16.9 h = 0. . b = 100cm 100 × 18 τ b = 0.15 fcj /γb .22 / 400 = 2. Nappe supérieure: Soit 6 HA12 pour AS = 6. b = 100 cm. τb = min [0.85 cm2.79 cm2. 5.7 MPa.10 τb = = 89.Vérification de la contrainte de cisaillement : D’après les résultats obtenus par Le logiciel SAP 2000: L’effort tranchant max est obtenu sur appui Par la combinaison (1.9×20 = 18 cm. .7 Vérifie.35 G+1. fe Nappe inferieure: Soit 6 HA20 pour AS = 18. 80 . VU = 16. bz τb : Contrainte de cisaillement de l’hourdis.Chapitre:09 Étude de la dalle Ø La condition de non fragilité: f tj AS = 0.Récapitulatif du ferraillage: 6HA12 /ml 4HA12 /ml 4HA16 /ml 6HA20 /ml Ferraillage de l’hourdis (coupe transversale). h = 20 cm.23 x 1 x 0. 4MPa] = 2. VU τb = ≤ τ b.23 × b × d × = 0.9MPa.94 t / m2 = 0.65 cm² la condition est vérifiée. τb : Contrainte de cisaillement du béton.9 ≤ τ b = 2.18 x 2. Z= 0. 4.10 t.35 D240).

Le choix de la culée peut se faire progressivement. Ø Longueur : et celle du tablier =13. b. Ø Largeur : 13.465 Côte projet (m) 107. Ø On utilisé des pieux de diamètre Φ =1. Ø Ancrage : 0. c. il résulte une analyse englobant : • La nature et le mode de construction du tablier. • Les contraintes fonctionnelles de l’ouvrage.922 Hauteur de la culée (m) 10.Implantation des culées : La hauteur de la culée sera évaluer par la formule suivante: H culée = côte projet – côte fondation. Ø Culée enterrée. 87 .2 m (Fondation profonde). Ø Épaisseur (couronnement) : H culée = 8. Ø Béton de propreté : 0. E = 0.2m. Ø Longueur : 15.077 99.922 Côte de la fondation (m) 97. L’ensemble des cotes définissants la position des culées est mentionnée dans le tableau suivant : Désignation Culée1 Culée2 Point kilométrique 1+387.50m.635 107. Ø Longueur : 13. 2.9 m.Introduction : La culée est l’un des éléments fondamentaux dans l’ensemble de la structure du pont.92m.30m (selon SETRA).10 m. • Les contraintes naturelles du site.249 Côte TN (m) 100.Chapitre : 11 Étude de la cullée 1. a.5m.327 3. Ø Longueur : et celle du tablier =13. elle sert comme appui extrême du tablier du pont mais son rôle principal est d’assurer le raccordement de l’ouvrage au terrain de façon à avoir une continuité entre la chaussée de la route et celle portée par le pont.Sommier d’appuis : Ø Largeur : S = 1.465 1+419. Ø Épaisseur : Ef = 1.Mur de front : Ø Hauteur : H = 6.47m > 6m.37 m.37m.La semelle : Ø Épaisseur : 1.57m.5m d.063 9.5m.Mur garde grève : Ø Hauteur : H = 1.572 97. Il existe deux types de culées : Ø Culée à mur de front (Remblaie).50m.Pré dimensionnement des culées : On s’intéresse du dimensionnement de la culée la plus haute.

2m Ø Épaisseur : Ef = 0. L = 10. Ø Hauteur : H2 = 2 m.55m Ø Hauteur : H1 = 2. Elle est mise en place avec une pente de 10%. Il a une longueur de 10.Chapitre : 11 Étude de la cullée e.55m Prédimensionnement du corbeau.47m celle de la culée.Mur en retour : Le mur en retour a une épaisseur constante de 0.55m 0.51 m et hauteur de 8. Ø Longueur : L = 13. max (3m. 06H)) H : hauteur de remblais = H (mur de front + mur garde grève) = 8. f.55 m.Le corbeau : 0. i.55 m. on peut dimensionner cette longueur par la formule suivante : L = min (6m.3m Prédimensionnement du la dalle de transition.Dalle de transition : La dalle de transition présente la même dimension transversale que le mur garde grève.3 m.47m Pré dimensionnement du mur en retour. NB : Le prédimensionnement des différents éléments constituants la culée est montrée sur la feuille ci-après : 88 .60 m pour un bon ferraillage et un bon bétonnage. 2. elle est ancrée dans le corbeau d’appuis de par l’intermédiaire des goujons.5 – 2 x 0.6 = 12. Elle est coulée sur un béton de propreté avec une épaisseur constante de 30cm. L = 5 m.47 m.51m H = 8. 5m 0.

1 -0.07 1.1 +0.07 1.00 x 0. k = εH ² + (1 ± εv)² εH ε tgθ = θ = arctg ( H ) 1± εV 1± εV Le coefficient de poussée pour les déférents est présenté dans le tableau ci-dessous : Désignation εH εV κ kah Condition sismique 0.90 5.37 10.3740 0.51 0. β = 0 : angle de talus avec l’horizontale.20 VUE EN ELEVATION 4.935 0.Évaluation des efforts sollicitant la culée : 4-1 Détermination du coefficient de poussée kah : cos 2 (ϕ + α − θ ) cos(δ − α ) kah = ×k×  sin (ϕ − δ )sin (ϕ − β − θ )  cos(δ − α + θ ) cos ²1 +  cos(δ − α − β ) cos(α + β )  Avec : ϕ = 30° : angle de frottement interne du remblai.57 1 1. δ = 0 : angle de frottement remblai-culée.30 10.075 0.57 7.37 0.Chapitre : 11 Étude de la cullée 0.20 1.4197 Condition normale 0 0 1 0.3333 89 .07 0.90 0. α = 0 : fruit de mur de soutènement.51 13.30 6.

27 C.N : 0 19.9705 149.43 10.61 4.3 0 1002.47 + H+V 30.89 1.N : 0 389.5 8.9705 129. 30.43 0 247. 1.5 8.14 7.07 2.72 92.31 2.N : 0 38.236 234.97 H + V+ 1.25 Mur de front 303.34 932. 1.378 282. 13.36 C.69 0 0 0 0 dés des appuis 0.65 H + V.6 TOTAL H + V+ 129.14 8.8 H + V.48 - H+V 38.57 H + V.38 C.72 92.25 Mur en retour2 139.9705 129.2 57.2 57.65 6.81 6468.9 185.78 1.N : 0 139.93 6.3 51.41 5 H + V+ 13.N : 0 19.848 35.969 21.34 1072.72 5.01 1.79 2.5 8.9 160.924 17.72 0 659.52 3364.34 705.56 7.346 356.18 H + V.04 162.72 92.31 H + V+ 3.48 6.81 5622.65 6. 129.5 8.57 - H+V 13.99 0 172.37 poid propre du 389.72 92.9705 149.65 H + V.848 41.48 6.5 8.08 H + V.52 1.69 2.69 3.14 0.72 0 659.52 2924.34 705.58 / / 0 6045.14 0 7.78 C.924 20.61 4.N : 0 993.59 1.69 3.3 51.69 C.61 4.2 264.236 270.61 4.094 0.94 1.87 1.N : 0 252.378 325.61 4. 0.72 5.56 7.2 0 3144.3 Semelle 252.93 6.37 tablier + H+V 38.70 C. Chapitre : 11 Étude de la cullée 4-2 Calcul des sollicitations : Le tableau suivant donne l’ensemble des moments et efforts agissants sur la culée pour les trois cas existants : Désignation P cas P eh (1+ev)P V H MR MS Mur garde grève 19.01 H + V+ 1.65 6.94 C.N : 0 139.346 410.99 2.48 C. 25.24 C.36 0 0 0 0 H + V+ 25.61 4.71 6.N : 0 0.736 1388.04 141.969 18.34 613. 3.43 10.5 8.34 613.736 1206.3 1.04 1.17 2.14 0.5 8.72 0 152.70 C.69 3.62 1.71 6.41 90 .54 / / 311.5 8.5 8.99 2.18 / / 311.38 1.62 H + V.56 7.094 1.41 5 H + V+ 13.2 230 Mur en retour1 139.N : 0 303.03 0 0 0 0 H + V.24 1.48 2.11 Dalle de transition 19.86 Corbeau 38.65 H + V+ 0.

67 10.67 10.75 sur patin H + V+ 2.374x1.69 70.53 Semelle 10.92x(1.97 1016.6 91 .353 0 0.86 avant H + V.65 arrière H + V. 84.374x1.00 2739.69 62.8x13.97 2.735 0.8x12.46 62.4197x1. 3.139 2135.01 1.5 0.82 0 11.82 0 11.N : 0 39. 2.46 54.37 2547.8x15.359 0 3.01 0 58.92x (1.N : 0 949.75 2.59 0.057 0.28 0.6)2/2 0.98 42.13 7.4 1.547 411.5 0.89x(0.79 2.8x15.33 0.57)2/2 16.73 655.1x(6.77 1.333x1.374x1.98 36.1 899.80 - H+V 94.1 782.17528 0 9.98 42.0735 0 0. 3.77 1.54 13.6)2/2 0.01 1.8x12.71 2 1.54 2.562 0.N : 0 29.98 36.N : 0 39.5)2/2 1.87 7.53 Front 213.92 27.Chapitre : 11 Étude de la cullée remblais P cas P eh (1+ev)P V H MR MS Remblai 841 C.13907 0 9.26 678.1x (6.2057 0 0.N: 0 841 7.89x (0.75 C.37 2930.333x1.82 0 0 0 sur remblai H + V+ 3.5)2/2 1.5 2.47 0.65 9.8x12.8x13.73 0 2295.77 1.5 0.48 Surcharges 39.23 0.57)2/2 19.7528 0.1x (6.18 0.65 9.8x15.97 883.76 C.81 190.65 9.3907 0.76 2.5) /2 1.64 poids des 39.23 C.4197x1.947 0 3.92 31.21 Remblai 29.74 0.5 2.033 0 3.33 Calculs des poussées dues aux terres : Désignation P eH ´ P (1+ev)P V MR Mur 169.68 2 12.5 2.67 0 384.79 2.92x(1.2236 0 TOTAL C.53 2.79 2.89x(0.139 2456.547 357.53 0.57)2/2 21.22 678.1562 0 9.23 mur GG 1.8x13.98 2.73 655.29 transition H + V.69 78.4197x1.93 sur patin H + V+ 84.38 terres sur dalle de H + V+ 3.6) /2 0.333x1.2236 0 (1t/m2) H + V.06 + H+V 94.

6 B • C. 2089.67 3.67 3. ∑ (1 ± ε V ) P • C.7666584 3.456572 43.N : on doit vérifier que : E MAX = = = 2.902025 10.0717 0 0.80 9399.66 4.73 Vérifie H + V.89x 0.89x0.374x1.32 84.2x15.1x6.5898 3.18 8169.347 0.75 0.803775 Tableau récapitulatif donnant les moments et efforts globaux : Désignation Condition eH ´ P (1+ev)P MR MS TOTAL C.60 H + V.4197x1.59 8784.4 1096.333x1.74154 38.2 2.2x12.333x1.57 3.6 B E MAX = = = 1.N 22.392 0.57 4.8627 0 4.0905 0.6 0.2x12.92x 1.57 3.8 1085.027 0.86206 1943.18 8169.374x1.2x12.2x13.47690864 2.1x6.471 0.N 1943.3 3.374x1. B 5.3824 2089.333x1.3347 0 4.6 0.67 2.3471 0 9.92x1.75 0.5202 2404.8 1085. 2m〉 e = − X ' 6 6 2 (∑ M s − ∑ M R ) Avec X ' = et B: la largeur de la semelle.95424 0 0.4m〉 e = − X ' 4 6 2 Les résultats sont regroupés sur le tableau ci-dessous : Condition X’ Emax e Vérification C.89x0.32 84.59 8784.2x15.92x1.6 1.N : Emax = B / 4 = 1.3 2.87282 3.785 16.2027 0 0.60 3.1x6.48302 Semelle 9. 250.80 9399.12 Vérifie H + V+ 2404.356457 mur front 34.785 20.627 0.01 Vérifie 92 .Chapitre : 11 Étude de la cullée Calculs des poussées dues aux Surcharges : Désignation P eH ´ P (1+ev)P V MR Mur GG 3.38952 0 9.71568 12.74 3.717 0.4 1096.66 H + V+ 253.2x15.6 1.6 0.30905 0 9.4392 0 4.4 m > e = B/2 – X’.6 0.2x13.5424 0.8952 0.2x13.74 4-3 Vérification de la culée : 4-3-1 Vérification du tiers central : B 5.4197x1.785 18.4197x1.75 0.9885135 3.

250.74 7. donc on doit verifier que : µ ∑ (1 + ε v ) P 〉1.R) égale à 1.G Vérification C.66 103.00 1.57 1 Vérifie H + V.R vaut1. 93 . Donc on vérifie que: ∑ M S 〉1 ∑ MR Les résultats sont regroupés sur le tableau ci-dessous : Condition ∑M R ∑M S R C.36 85.18 8169.5 Vérifie H + V+ 1096.Chapitre : 11 Étude de la cullée 4-3-2 Vérification au glissement : • C.De la réaction de la dalle de transition. donc on doit verifier que : ∑ M S 〉1.Du poids propre.4 0.48 1 Vérifie H + V.S : en condition sismique le C.86206 1943.3824 2089.60 8. .N : en condition normal le coefficient de sécurité au renversement (C.S.36 9.G) égale à 1.5.Étude et ferraillage de la culée : 5-1 Mur garde grève : 5-1-1 Évaluation des efforts sur le mur garde grève : Le mur garde grève est soumis essentiellement à l’action de : Ø Forces verticales : . 1085.S : en condition sismique le C.5 ∑ MR • C.R Vérification C. .80 9399. Ø Forces horizontales : .53 1 Vérifie 5.5 Vérifie H + V+ 253.S.N 84.5.Poussée des terres.5202 2404.S.S.85 1.G vaut1.S.8 0. Donc on vérifie que: µ ∑ (1 + ε v ) P 〉1 ∑ε h P Les résultats sont regroupés sur le tableau ci-dessous : Condition ∑ε h P ∑ (1 + ε v )P µ R C.59 8784.S.N 22.32 0.De la réaction d’une charge directement appliquée sur le mur.N : en condition normal le coefficient de sécurité au glissement (C.36 8.5 ∑ε h P • C.35 1 Vérifie IV-3-3 Vérification au renversement : • C.

1 x 1.25+ x h 45° 45° 45° 45° 0.25+ h 0. π φ  Ka = tg 2  −  = 0.68 t.333.γ .63.Pt . bc = 1.25m 0.K a .30m 3 6 Avec Ka: Coefficient de poussée des terres.bc. seule la sollicitation engendrée par les camions type BC (poussée des charges locales) étant la plus défavorable.33 x 1.33 x 1.15 ln ( 0.47. KELU = 0. 0.Chapitre : 11 Étude de la cullée .1 : coefficient de pondération du système Bc.75 + 2h 0 (0.8 t/m : Poids volumique des terres.δ. δ = 1 : coefficient de majoration dynamique pour une charge sur remblai. placés d'une manière tel que les rectangles d’impact soient en contact avec la face arrière du mur garde grève.25m x 0.9m. KELS = 0.γ . . 3 1.5 m) sont remplacées par une roue équivalente uniforme de 12t répartie sur un rectangle de (0.75+ 2h Poussée de la charge locale située en arrière du mur.1 x 1.h = .γ =1.2 = 0. Il sera admis que la pression sur le rectangle d'impact ainsi défini se répartira à 45° latéralement et en arrière du mur.2 à ELS. h/3 D'où Mt = 0. Mp = 12 K [− x + 2.h 3 0.6 = 0. .6 à ELU et 1.083 x 1.9 0.25 + x) dx Avec: K = Ka.m/ml Poussée des terres sur le mur.90 m : Hauteur du mur garde grève φ = 30° : Angle de frottement interne du sol.Forces de freinage d’un essieu lourd du camion Bc. h = 1.9 m Pt h= 1. a) Poussée des terres : 1 Elle est donnée par la formule suivante: Pt = . l'effort nominal étant produit par les deux roues arrières de 6t chacune des deux camions accédés.Poussée d’une charge locale située en arrière du mur garde-gréve.75m x 0. Le moment d'encastrement à la base du mur garde grève aura pour expression la formule h−x h 12 K suivante : Mp = ∫ 0.K a . Les charges réelles (02 roues de 6t distantes de 0.75 + 2h 94 .25x )]10. Ka = 0.h 2 2 1 1 Le moment dû à l'effort de poussée est donné par la formule : Mt = .75m). b) Poussée d’une charge locale située en arrière du mur garde grève : D'après les documents ''SETRA''.083 x 1.γ Coefficient de pondération.333  4 2 γ = 1.

m/ml. Mu=10.5 0. Vérifie. ELS : Mf =3.05 t.2 MPa .85 = 15.7 MPa < σbc = 16.0966 <0.α bu = 0. Vérifie.03 d β u .m/ml. MELS = Mt + (Mp + Mf) = 8.3 MPa.25 + 2h = 4.35 Mt + (Mp + Mf) = 10. σbc = 8.2 MPa. A AS' = S = 6.37t. 3 σ bc = 0.25 + 2h ELU : Mf =4.48 t.71 cm2/ml.30 MU µ bu = = 0. σs = 205. σs = 276 MPa > σst = 207.36 t.3MPa 1.3MPa .µ bu ) = 0. Vérifie 95 .00 m Au α bu = 1. donc ASC = 0 b. b0 = 1m .2 MPa > σst = 207.6 f c 28 = 16. c) Moment du à la force de freinage : On considère que l’effet d’une seul roue et l’on a admet une répartition des efforts suivant des directions inclinées à 45° à partir du bord du rectangle d’impact d’où lf = 0.01 t.79 cm2/ml.186. Soit : 6HA10 pour A’s = 4.m/ml. Le moment total à l'encastrement: MELU = 1. 3 σbc = 7.4.d 2 .h Mf = γ = 2.69 cm2/ml.d .05m 6.m/ml.σ s AS AS' = = 4. 0.28 cm2/ml.25. Verticalement : Le ferraillage se fait en flexion simple par une bande de 1m linéaire: fc28 = 27 MPa .3 MPa.8 x γ . 3 Vérification des contraintes à l’ELS : 2 En fissuration préjudiciable : σ st = min( f e . d = 0.m/ml.m/ml.77 t. fbu b0=1.m/ml fc 28 M fbu = 0. ELS : Mp =4.2 MPa.08cm2 0.Chapitre : 11 Étude de la cullée ELU : Mp =5. Non vérifie.(1 − 1 − 2.85 cm2.9 MPa < σbc = 16. V-1-2 Ferraillage : a.27m. On doit augmenter la section d’acier : On prend 6HA20 pour As = 18.127 β u = 1 − 0. Soit : 6HA12 pour A’s = 6.949 MU Donc AS = = 12.77t.110 nf tj ) = 207 .

2 3.98426 t/m2 5m Charge (t/m2) M ( t.2 t/m2.6 x 1 = 1. . .Chapitre : 11 Étude de la cullée b. fe 1x0.96 Surcharge Q 1.Poids propre du revêtement : g3 = 2.Poids total: Gt = g1 + g2 + g3 = 1.2 x 0. Condition de non fragilité : bdf tj AS ≥ 0.07 x 1= 0. Horizontalement : D’après les documents (SETRA).27 x2.85 ≥ 0.75 t/m2.984 6.8 x 0.75 2. 400 6HA20 /ml St = 15 cm HA10 St = 15 cm 6 HA12/ml Ferraillage du mur garde grève 5-2 La dalle de transition : La dalle de transition est une dalle en béton armé.3 x 1 = 0. on disposera HA10 tous les 15 cm. q=1.m/ml) T (t/ml) Charges permanentes G 1.154 t/m2.41cm2 Condition vérifie.984 t/m2. les deux forces pour le croquis de ferraillage.23 Avec (As : section des armateurs tendus).2 4.Poids du remblai : g2 = 1. son rôle est d’éviter le dénivellement qui pourrait se produire lors des tassements éventuels des remblais derrière la culée.08 t /m2.7 96 . 5-2-1 Évaluation des efforts : . 23 = 3.2 AS = 18. .2t/m2 g=1. .Surcharges : Q = 1 x 1. Elle repose sur le corbeau et sur le remblai.Poids de la dalle de transition : g1 = 2.2 = 1. placée sous la chaussée aux extrémités du pont.5 x 0.

23 .7 t. TELS = TG +1.27 x2.6 MPa > σst = 207.m /ml. τ’s = inf [ 4MPa .7 MPa. 3 σ bc = 0. τ'u > τu Vérifie. et TELU = 11.8 x 400 = 0.9d . 3 Vérification des contraintes à l’ELS : 2 En fissuration préjudiciable σ st = min( fe .2 MPa .2 MPa.2 t /ml.28 cm2/ml.m /ml. Avec (As : section des armateurs tendus).35 TG +1. 3 σbc = 7.7 t.8 fe St ≤ min [ 0. ELS : MELS = MG +1.016 t /ml.2 Tq = 8. At ≥ 20 x 0.2 t /ml.13 = 2. A AS' = S = 6.408 MPa. 0. V-2-2 Ferraillage: Le ferraillage se fait en flexion simple à l’ELU: fc28 = 27 MPa . σs = 200.6 cm2. MELU = 14. TELU = 1. Vérifie.6 f c 28 = 16.44cm2 Pour l’armateur de construction on prend : A AS' = S = 5.79 cm2/ml.2 Mq = 10. ELU: MELU = 14.408 x 1 / 0.35 MG +1.49 cm2/ml.3 cm. 22 AS = 18.37 t.6 Mq = 14.45cm2 Condition vérifie.3MPa . 40cm] = 24.3 MPa. b0 = 1m .27 = 0.m /ml. 97 . Soit St = 20 cm.7 MPa < σbc = 16.79 cm2/ml. Pour les fissurations préjudiciable ou très .85 ≥ 0. 400 Vérification de l’effort tranchant : τu = Vu / bd = 0. la section d’acier : On prend 6HA20 pour As = 18.m /ml.13 cm. Vérifie ü Condition de non fragilité : bdftj AS ≥ 0.11016 / 0. MELS = 10. automatiqument par socotec As = 16. et TELS = 8.1 fc28 ] = 2.85 cm2.016 t /ml. St 0. fe 1x0.27m. Soit : 6HA12 pour A’s = 6.Chapitre : 11 Étude de la cullée Combinaison des efforts : ELU : MELU = 1.6 Tq = 11.37 t.37 t. d = 0. At τ b ≤ U = 0. préjudiciable.m /ml.110 nftj ) = 207.23 = 3. Soit : 6HA12 pour A’s = 6.

79 cm2/ml. MELS = [(R1 + R2 + R3 + R4) + 1.Réaction due à la dalle de transition : R1 = qL / 2 = 0. HA12 Donc As = 17.79 cm2/ml 0.6 cm2.4b ≤ = 0.23 x 1 x1.125 t/ml.7 t/ml.3 x 5 x 2.275 = 3.2 / 2 = 0. RELS = (R1 + R2 + R3 + R4) + 1. .35 x 2.78 t/ml.5 / 2 = 1. Moments : MELU = [1.25 x 2.875 t/ml. Avec St = 20 cm et At > 2. 5-3 Corbeau : 5-3-1 Evaluation des charges et surcharges : .22 /400 = 17.2 R5 = 10. Réactions : RELU = 1.6 x 5 x 1. V-3-2 Ferraillage : Le ferraillage se fait en flexion simple à l’aide de logiciel SOCOTEC: fc28 = 27 MPa .2 R5] x 0.14 cm2. As = 0. .Réaction des poids des terres : R2 = qL / 2 = 0.85 cm2.Réaction due au revêtement : R3 = qL / 2 = 0. 6 HA12/ml 2 cadres HA10 6 HA20/ml Ferraillage de la dalle de transition. Pour l’armateur de construction on prend : A’s = As / 3 = 6.10 cm. Soit : 6HA12 Pour A’s = 6. .39 t/ml.4 x 100 / 400 = 0.35(R1 + R2 + R3 + R4) + 1.55m D’appui est réalisé aussi par des Goujons de HA25 tous les 1 m 98 .23bdftj / fe Goujon HA25 chaque HA20 (As : section des armateurs tendus) 1m 0.56 t/ml.07 cm2.6 R5] x 0.45cm2/ml. St fe Soit 2 cadres de HA10/ml pour As = 3.74 t/ml. le ferraillage du corbeau 0.5 / 2 = 1. 2m On prend : 6 HA20 pour As = 18.23 cm2.5 m.Réaction due au poids propre du corbeau : R4 = qL / 2 = 1 x 1.Réaction due aux surcharges sur remblai : R5 = qL / 2 = 5 x 1. . Condition de non fragilité : As ≥ 0.61 t/ml.Chapitre : 11 Étude de la cullée Pourcentage minimal : At 0. Soit : 1HA10 pour As = 0. b0 = 1m .8 / 2 = 2.07 x 5 x 2.2 / 2 = 3 t/ml.35(R1 + R2 + R3 + R4) + 1. Condition Non vérifie.55m D’après les documents (SETRA).28 cm2/ml.6 R5 = 13.275 = 2. h = 1.55 > 0.

17 1.78 C. 30.19 1887.52 14.N : 0 303.24 C.38 C. 31.27 Mur de front 303.N : 3.10 TOTAL 1420.285 0.69 7.75 8.84 transition H + V. .N : 0 389.Réaction du tablier du à la charge permanente.235 4.82 15.N : 0 39.85 0 Freinage 18 C.52 1.79 1.235 4. 13.97 18.66 C.89 7.42 59. 1.51 178.17 574.N : 28.22 32.28 Dalle de 19.Leur poids propre.98 62.N : 0 139.848 35.924 17.52 3.98 36.71 4.N : 0 19.74 29.48 67.51 1405.705 C.285 0.79 7.Poussée des terres.17 1.31 Surcharges sur 39.N : 0 19.82 0.17 281.22 451.42 0 617. .7 0 174. .93 4.N : 0 139.346 356.22 C.82 32.705 C.52 0 29.38 6.74 0 66.Réaction de la surcharge D240.42 59.52 1.31 7.72 1.N : 0 38. . 0 0 0 0 0 0 Tablier 389. il travaille à la flexion composée car il est sollicité par : Ø Forces verticales : .17 1. 1. 13.7 0 306.975 39.99 1339.35 sur DDT H + V.08 1755.5 238.78 3.50 H + V.19 9.11 888. Ø Forces horizontales : .971 129.71 4.42 0 617.72 1.52 Poids des terres 39.75 C. 38.685 0 208. 143.50 H + V.75 8.96 H + V. Chapitre : 11 Étude de la cullée 5-4 Mur frontal : 5-4-1 Évaluation des charges et surcharges : Le mur frontal est encastré sur la semelle.17 574.22 32.Force sismique dont la valeur est égale à 0.21 0 MGG+MDF 316.1 du poids propre de tablier.971 129.69 C.55 99 .6 0 H + V. .24 7.48 45.235 4.73 H + V.82 0 72.69 H + V. 3.N : 18 0 9. 0 36.17 1.27 Mur en retour2 139.24 grève H + V.27 Mur en retour1 139.48 C.09 H + V.79 1.20 Corbeau 38.34 h+ V.63 294.97 8.685 99.79 193.47 27.00 35.75 C.93 4.6178 6.22 0.Forces de freinage d’un essieu lourd du camion Bc.33 Poussée sur 281. 3.Poids propre du corbeau et de mur garde grève.97 8.22 0.48 7.N : 81.235 4.38 282.5 0 191.66 9.7 0 273.48 48.50 remblai (1t/m2) H + V.20 33. Le tableau suivant donne l’ensemble des moments et efforts agissants sur le mur frontal pour le cas normal et le cas sismique le plus défavorable : Désignation p cas P eh (1+ev)P V H MR MS Mur garde 19.

ELU : N = 132.51 t /ml. ELS : M = 96.08 x 2. Préjudiciable.9d . Soit : 6HA20/ml pour As = 18.∑ Mr = 1304. Pourcentage minimal : At 0.10 cm. Vérification de l’effort tranchant : τu = Vu / bd = 0.26 cm2.m /ml.4b ≤ = 0. ELS : M = 64.Chapitre : 11 Étude de la cullée Récapitulatif des efforts : Ø Condition normale : Effort normal : ∑ (1+εv)P = 1323. 5-4-2 Ferraillage : a.2 m. Vérifie. Verticalement : Le ferraillage se fait en flexion composée à l’ELU avec : fc28 = 27 MPa . On remarque que la condition la plus défavorable est la condition normale. τ’s = inf [ 4MPa .28 cm2/ml.23bdftj / fe (As : section des armateurs tendus) 18.12 t. As = 16.78 cm2.75 t.46 t.21 MPa.06 cm. St fe Soit 1 cadre de HA12/ml pour As = 2. Avec St = 30 cm et At > 1. ELS : N = 88.m /ml.37 t /ml.8 fe St ≤ min [ 0.8 cm2. Condition de non fragilité : As ≥ 0.22 /400 = 13.44 t. ELS : N = 98. Soit : 6HA12/ml pour A’s = 6.06 = 1.78 cm2/ml. Moment : M = ∑ Ms .m.05 t /ml. h= 1.m /ml. τ'u > τu Vérifie. ELU : N = 119.71 t.m. Ø Condition sismique : Effort normal : ∑ (1+εv)P = 1195. ELU: M = 130.8cm2. ELU: M = 86.84 cm2/ml. At τ b ≤ U = 0. 100 . St 0.4 x 100 / 400 = 0.23/ 1.21 x 1 / 0.26 t. Soit St = 30 cm. Armature de construction : A’s = As / 3 = 6.85 > 0.1 fc28 ] = 2.62 t.7 MPa. Moment : M = ∑ Ms .8 x 400 = 0.53 t /ml. 0.36 t.∑ Mr = 73.m /ml. b0 = 1m .85 cm2/ml. 40cm] = 40 cm. Pour les fissurations préjudiciable ou très .23 x 1 x1.08 = 0. At ≥ 30 x 0.

4 t Les moments : . ELS : MELS = Mt +1.Les poussées horizontales réparties. . Soit : 6HA20/ml pour As = 18.Les charges concentrées qui sont appliquées à 1 m de l'extrémité théorique du mur et comprennent une charge verticale de 4t et une charge horizontales de 2t. As = 16.57) = 28.44 t/ml.2 (Msr +Msc) = 54.Poussée des terres : Pt = ½ [0. h= 1. Armature de construction : A’s = As / 3 = 6. Soit : 5HA12/ml pour A’s = 6.6 (Msr +Msc) = 72.Poids propre du mur y compris la superstructure.94 t /ml.m /ml.57 = 15. .85 > 0.m.m /ml.94 x 1/3(6.78 cm2. .34 t. .Poussée de la surcharge concentrée : Msc = 2.85 cm2/ml. .2 = 2.Poussée des surcharges sur remblai : Psr = 1. On remarque que la condition la plus défavorable est la condition sismique.Poussée de la surcharge concentrée (2t) : Psc = 2 x 1.35 Mt +1.23 x 1 x1.38 cm2/ml.m /ml.63 t /ml. .71 t. Vérifie.333 x 1 = 2. Il est soumis aux charges suivantes: .23bdftj / fe (As : section des armateurs tendus) 18.76 t.77 t. Les combinaisons : ELU : MELU = 1.63 x 2. MELU = 130.333 x 1. 101 .8 x (6.18 t.19 = 5. b0 = 1m .2 /400 = 13. AH AV Ah = Av = 6 HA20 /ml St = 20 cm Ferraillage du mur de front.2 m.Poussée des surcharges sur remblai : Msr = 2.m /ml. Condition de non fragilité : As ≥ 0.78 cm2/ml.57)2 x 1] = 12.2 x 6.84 cm2/ml.Poussée des terres : Mt = 12. 5-5 Mur en retour : 5-5-1 Évaluation des efforts : Le mur en retour a pour rôle d'assurer le soutènement des terres du remblai d'accès au pont. Ø Efforts horizontaux : .08 x 2.Chapitre : 11 Étude de la cullée b) Horizontalement : Le ferraillage se fait en flexion simple à l’ELU avec : fc28 = 27 MPa .57 x 0.4 x 6.

6 fc28 = 16.79cm2/ml.8 t.91 cm2/ml.57/2) = 16. σs =188. Soit : 4HA12 pour A’s = 4. fc28 = 27 MPa .2 Msc = 50. Ferraillage horizontal: Le ferraillage se fait en flexion simple: MELU = 8.6 Msc = 68. c. Ferraillage vertical: As = 9.91 t.m/ml.39 t.m /ml.27 m. Soit : 7 HA16/ml pour As = 14. d = 0.m /ml .93 t /ml.69 cm2/ml.15 t.2 t.2 MPa. .15 t.3 t/ml.39 cm2/ml. Vérifie.38 cm2/ml.3 MPa.8 x 6 = 28.1 MPa < σbc = 16. Vérifie. 110 (nƒtj) 1/2 ) = 207.m /ml.Poids propre du mur : MG = 4. d = 0. As = 8.57 x 2.27 m.m /ml.35 cm2/ml.05 t. .6MPa > σst = 207.m /ml MELS =6. σbc = 0. b. b0 = 1m .2 = 4. σbc = 6. .52 / 4 = 2.05 cm2/ml.52 cm2/m 7HA25/ml (7+5)HA25/ml 7HA25/ml 5HA16/ml . Vérification des contraintes à l’ELS : En fissuration préjudiciable : σst = min (2/3ƒe . fc28 = 27 MPa . As = 9. Soit : 3 HA12/ml pour As = 3.Poussée de la surcharge concentrée (4t) : Psc = 4 x 1. Ferraillage du mur en retour 102 . ELS : MELS = (MG + Msu )+1.m. .58 t.3 MPa. b0 = 1m .52 cm2/ml. Les moments : .m /ml . MELS =6. A’s = As / 3 = 4. 5-5-2 Le ferraillage: a.3 x 6.5 = 4.3 x 0. Soit : 5 HA16/ml pour As = 10.8 t.Poussée de la surcharge concentrée : Msc = 4.07 cm2/ml.Poids propre du mur : PG = 1 x 0.m /ml.Chapitre : 11 Étude de la cullée Ø Efforts verticaux : .2 MPa.Poids propre de la superstructure: Psu = 0.01 t. Soit : 6 HA12/ml pour A’s = 6.Poids propre de la superstructure: Msu = 0. Ferraillage de suspension : MELU = 8.5 = 0. Les combinaisons : ELU : MELU = 1.93 x (6.35 (MG + Msu ) +1. A’s = As / 3 = 3.

66 H + V+ 253.44 m 399.4 1096.m.32 84.07) Nmax = 1096. MMAX = 8302.Chapitre : 11 Étude de la cullée 5-6 La semelle : 5-6-1 Évaluation des efforts agissants sur la semelle : Le tableau suivant donne l’ensemble des moments et efforts agissants sur la semelle pour les différents cas : Désignation Condition eH ´ P (1+ev)P MR MS TOTAL C.72 m 207.Pieux identiques.Déformation pieu-semelle proportionnelle à la charge.5202 2404.8 t.80 9399. .00 MMAX 8700 t.8 1085.74 Ø Conditions normales : Nmax = 1943.Semelle infiniment rigide. 5-6-2 Effort revenant à chaque pieu : L’effort normal qui revient à chaque pieu est donné par la formule suivante : N M Ni = ± n Wi Avec les hypothèses suivantes : . .3824 2089.00 42.32 t.33 t 10.00 640. MMAX = 8700 t. Ø Conditions sismiques : G (1 ± 0.N 22.59 8784. La condition normale est la plus défavorable : Ø Condition normale : Nbr pieux di ni Wi Ri NMAX 1943.m.m 0. 250.8 t.86206 1943.60 H + V.32t 3.18 8169.26m 3.86m 3.91 t 103 .

16 cm2. Soit : 7 HA20 Ainf1 = 21.2 = 2.16 cm2 On prend: 12HA25 Ainf = 58. 2 4 3. 3 3 b. Asup= 6. d’où : Ainf =55. on placera des armatures de répartitions tel que : 1 1 A1 = A= × 58.5 m. 10 10 L’espacement St = 15cm 104 . Entre les différents bandes. d L b − = 1. σa h 2 σ a = σ e = 2670kg / cm2 .773m 148.5 + 1. Armatures transversales inférieures : b α ≥ 45°  La Condition de la méthode est:  L b h ≥ 2 − 4 b 4 h tg α= =1.89 = 19.5m = 1. ayant pour largeur (L) telle que : l' = h + Φpieu = 1. 3 3 L’espacement est de St = 15cm.33 t 0. Soit : 4 HA14. L’espacement est de St = 12.89 cm2 .99 cm2.Chapitre : 11 Étude de la cullée 5-6-3 Ferraillage de la semelle (méthode des bielles) : a.89 = 19.89 Ats = = = 5.5 m.5 cm.6 m Ø Condition normale : Ri Li A=Max Ai avec Ai = .89cm2.45m 3 N° de la file Ri Li Ai 1 399. Vérifie h L b − α 2 4 α h = 1. Armatures de construction : 1. Vérifie. c.92 cm2/ l' Les armatures transversales placées dans les bandes axées sur les pieux. Armatures longitudinales inférieures dans la semelle : Elles jouent un rôle de répartition dans la transmission des efforts entre les fûts et les pieux de 1 1 fondation. h = 1.7 m.99 cm2.75 cm² / l' 2 207. ⇒ α = 45° = 45°. Ali = A= × 58. Soit : 7 HA20 Ainf1 = 21.143m 14.Armatures transversales supérieures: A 58.92 cm² / l' Donc Ainf = 148.91 t 2.25 cm2 .25 cm2 .

Soit : 4 HA14. 3 3 L’espacement est de St = 12.Armatures latérales : A 58.92m Φ + h=2. St=15cm L=15 Ferraillage de la semelle (nappe supérieure). 105 .89 cm2 .99 cm2. on placera les armatures transversales sous forme de chaises en HA14 espacées de 1 m. 3. Asup= 6.Armatures longitudinales supérieures : 1 1 Als = A= × 58.5cm.92m 4HA14.7m 7HA20 12HA25 L=13.89 Al = = = 5.2m Ferraillage de la semelle (nappe inférieure) Armature latérale 7HA20 HA14.89 = 19. Chaise 14chaque 1m 7HA20 H=15.16 cm2 10 10 A la base des cadres verticaux. Soit : 7 HA20 Ainf1 = 21.Chapitre : 11 Étude de la cullée 2.25cm2 . St=15cm H=15.

Calcul de λ : b = φ pieu = 120cm. D’où : P = = 24. Effort tranchant en tête du pieu : Ø Condition normale : Freinage = 18 t. CU = 0.Chapitre : 11 Étude de la cullée 5-7 Les pieux : Les fondations sur pieux sont utilisées quand le sol de surface n’a pas une bonne portance.B: On ne tiendra pas compte du flambement pour le calcul des pieux car la butée des terres est toujours suffisamment pour s’y opposé. La disposition des pieux dépend des impératifs suivants : Une disposition symétrique pour éviter les tassements différentiels. V-7-1 Action sur les pieux : Le comportement d’un élément flexible dans le sol peut s’exprimer mathématiquement à l’aide de l’équation différentielle du 4éme ordre : d4y H M EI 4 + CU b y = 0 dx b : Diamètre du pieu. πD 4 π (120) 4 I : moment d’inertie du pieu = = = 10.17 x10 6 cm4 . centré sous les efforts pour assurer une diffusion directe des charges. ce qu’il faille descendre à une grande profondeur jusqu’au bon sol (substratum). Poussée des terres et surcharges Hp = 410.219 × 18 = 3. .8 + 410.88 t H H = 77.9 t/pieu. 14 106 .8 t. N. 64 64 bCU λ=4 = 0. CU : Module de réaction du sol.68 t. CU 4 EI Une solution de cette équation est de la forme : α = 4 .45 × 10 5 kg / cm2 . Poussée des terres et surcharges Hp = 326 t H H = 18 + 326 = 344 t. 14 Ø Condition sismique : Séisme = 77. E : module d’élasticité du béton = 21000 270 = 3. CU b α : Longueur élastique du pieu.88 = 488. y : Déplacement en tête du pieu.67 kg/cm2. 4 EI λ : Coefficient d’amortissement du module de WARNER D’où : λL = 0.942 avec L = 18 m.57 t/pieu. D’où : P = = 34.219m−1 .

01 -9.5L 0.57t / pieu ⇒ M = − 90.11 18. p) C.14 0.43  λL = 3.533.3L 0.01t.55 C.S -65.3L 0.21 20.m.7L 0. P M (z) = χ θM × M + χ θP λ M : Moment en tête du pieu 1 λ : Coefficient d’amortissement = .6L 0. Z 0.96 14. le pieu est soumis en différents points. à l’aide de la formule suivante : M P EIθ 0 = χ θM × + 2 χ θP λ λ Notre pieu est encastré à la semelle en tête donc la seule déformation qui peut se produire.θP × .83 Ø Condition sismique : M ( z) = −130.38 0.65 0. λL = 4 ⇒ χ θ P = 1.219 Tableau récapitulatif donnant les moments en fonction de Z : Z 0.4L 0. λ 24.66 0.16 χ θ M =1.8L χ (M .10 0.6L 0. χ θP : Donnés par les abaques de WARNER en fonction de λL.42 0.04 P Détermination des moments tout le long du pieu : M ( z) = χ θM × M + χ θP .56 0. est le déplacement avec rotation nulle.25 0.4L 0.2L 0.5L 0.01 P 0.88 0.2L 0.26 χ θ M = 1.7L 0.44 0.1L 0.07 5.32 23.m.8L χ (M .95 3.01× χ θM + × χ θP 0. M P χ P M(z) = EIθ 0 = χ θM × + 2 χ θP =0 M = .75 11.97 0.04 0.219 34.59 t.59 × χ θM + × χ θP 0.54 Ø Condition normale : P = 24.99 26.Chapitre : 11 Étude de la cullée Calcul des pieux par la formule de WARNER : La méthode de WARNER permet de donner des moments fléchissant auquel.N -46.254 χ θ M =1.46 31.06 107 .86 32. Valeurs des coefficients χ θM .67 -14.33 22. α χ θM . λ λ χ θM λ λL = 3 ⇒ χ θ P = 1.76 17. χ θP en fonction de Z : (Abaques de WARNER).1L 0.57 Ø Condition normale : M ( z) = −90.63 0.26 0.94 ⇒ χ θ P = 1. p) M 0. Ø Condition sismique : P = 34.9 t / pieu ⇒ M = − 130.

Nr = 0.130.074. πR 2 β W 108 . 5-7-2 Ferraillage des pieux : Le ferraillage est fait à l’aide des abaques de Walther (voir annexe). πR 2 Dβ W ω = 0.m. Mmax = 130.0319 . Le pieu est considéré comme une pièce soumise à la flexion composée : Nmin = 251.01 t. on constate que les sollicitations des conditions sismiques sont les plus défavorables : Mmax = .Chapitre : 11 Étude de la cullée D’après les résultat donnés par les deux diagrammes des moments.14 t.14.m.01 t. Mr = 0.

σs = 135. poids du tablier qui revient à la culée. encastrés aux extrinsécismes du mur frontal sur la partie supérieure.79cm2. 5 HA16 M = Q x L [(L/2) + 0.m.11 cm2.1G/2. Ferraillage du parasismique 109 .26 t.27 m.75 cm2.Chapitre : 11 Étude de la cullée Fa σ f ω= = 0. Ils sont destinés à empêcher le déplacement du tablier sous l’effet d’un éventuel séisme transversal. Vérifie. On prend des cadres HA10 espacés de 15cm. Le plot étant encastré dans le mur frontal.26 t.7 t. Vérifie.18 MPa < σst = 207.m.Soit :6HA12 Pour A’s = 6.70cm2. 25HA25 St =15 cm (Zone courante) St= 20 cm t (Zone de jonction) HA12 5-8 Plot parasismique : On prévoit deux plots en béton armé. F = 38.82cm2 .2 MPa . On prend 25 HA25 pour AS = 122.46 t. b0 = 1m .3 MPa. la force est transmise au bloc par une force latérale. Q = 38.51 cm2 Soit : 10 HA16 pour As = 20. HA12 As =19.5 = 76. πR β W 2 Vérification des contraintes : σbc = 10.89 MPa < σbc = 16. Armatures transversales : On prendra des cercles hélicoïdales avec de HA12 et un espacement de 20 cm dans la zone courante et 15 cm dans la zone de jonction. b) Le ferraillage : Le ferraillage se fait en flexion simple: MELU = 17.35 / 0. d = 0.2] = 17. a) Estimation des efforts agissants sur le bloc : Le bloc est soumis à un effort sismique horizontal égale à 0. Pour l’armature transversale.14 ⇒ Fa = 106. Pour l’armateur de construction on prend :A’s=As /3 =6. G/2 = 383. Cadres HA10 fc28 = 27 MPa .35 t.

moi a permis de bénéficier des connaissances et de l’expérience des gens du domaine. Une fois que les variantes ont été définies et analysées. j’ai retenu la variante la plus avantageuse pour la prédimensionner et étudier d’une manière profonde. ce projet. j’ai pu connaître les différentes étapes pour l’établissement d’un projet de pont en commençant par la conception générale. Durant la réalisation de ce mémoire. et d’avoir une idée sur la vie professionnelle. qui constitue pour moi une première expérience. et la détermination des différentes variantes possibles. . Conclusion générale Conclusion générale : Le travail que j’ai effectué sous le thème « Etude d’un pont à poutres en béton précontraint » m’a permis d’appliquer et d’approfondir mes connaissances acquises au cours du cursus de ma formation d’ingénieur. A la fin.

POUTRES PRECONTRAINTES PAR POST-TENSION : VIPP (SETRA). BETON ARME ET BETON PRECONTRAINT : ENTP. GRILLAGE DES POUTRES : RICHARD BARES. ABAQUES ALLEMANDS : WARNER. . FASCICULE 61 TITRE II DU CPC : PROGRAMME DE CHARGES ET EPREUVES DES PONTS-ROUTES. AUTO CAD 2008 : DESSIN. COURS : OUVRAGES D’ART : ENTP. RDM : ENTP. DOCUMENTS S E T R A. PROJET DE CONSTRUCTION DES PONTS : CALGARO. LOGICIELS : SAP 2000 (VERSION 11) : MODELISATION. BETON PRECONTRAINT AUX ETATS LIMITES : ENPC. THESES DE FIN D’ETUDE : ENTP. SOCOTEC : FERRAILLAGE. CALCUL DES OUVRAGES GENERAUX DE CONSTRUCTION : MICHEL PRAT. MICROSOFT OFFICE 2007. ABAQUES WALTHER.BIBLIOGRAPHIE : OUVRAGES : CONCEPTION DES PONTS : CALGARO ET BERNARD GELY.