You are on page 1of 2

avec Corrigés bac 2017

Bac 2017

LATIN

Série L

Première  partie  
Première  question  
agar  :  passif,  indicatif  futur,  1re  personne  du  singulier.  
amove  :  actif,  impératif  présent,  2e  personne  du  singulier.  
exigat  :  actif,  subjonctif  présent,  3e  personne  du  singulier.  
Avec   ces   formes   verbales,   les   deux   personnages   adoptent   une   attitude   radicalement  
opposée.   En   employant   le   passif,   Phèdre   se   présente   comme   passive,   presque   comme  
une  victime,  et  qui  ne  maîtrise  plus  rien,  alors  qu’Hippolyte  s’adresse  à  elle  sur  le  mode  
de   l’ordre   (impératif   et   subjonctif   jussif).   Il   exprime   également   sa   distance   vis-­‐à-­‐vis   de  
Phèdre  en  utilisant  la  3e  personne  du  singulier  alors  même  qu’elle  est  devant  lui.  
 
Deuxième  question  
Le  texte  latin  nous  laisse  comprendre  qu’il  y  a,  à  ce  moment  un  jeu  de  scène  :  Phèdre  se  
jette  sur  le  jeune  homme  et  Hippolyte  cherche  à  la  tuer  de  son  épée.    
La  traduction  la  plus  ancienne,  celle  de  M.  de  Marolles,  introduit  des  phrases  complexes  
alors   que   les   vers   latins   procèdent   par   accumulation   de   phrases   simples.   Ces   phrases  
complexes   ne   rendent   pas   bien   compte   de   la   surprise   d’Hippolyte.   La   traduction   d’E.  
Greslou  est,  de  ce  point  de  vue,  plus  satisfaisante.  F.  Dupont,  quant  à  elle,  tire  son  parti  
de   la   structure   des   vers   libres   qu’elle   a   choisie   pour   la   traduction   et   fait   même  
l’économie   de   toute   ponctuation,   ce   qui   rend   bien   le   trouble   dans   lequel   se   trouve   le  
jeune  homme.  
L’expression  stringatur  ensis  est  traduite  de  manière  très  différente  par  les  trois  auteurs.  
Le   subjonctif   jussif   signifie   mot   à   mot  :   «  que   cette   épée   soit   dégainée  ».   E.   Greslou  
suggère   qu’Hippolyte,   pris   au   dépourvu,   n’arrive   pas   à   dégainer   son   épée  
immédiatement,  alors  que  l’impératif  «  tirons  l'épée  »   de   M.   de   Marolles,   plus   proche   du  
texte,   fonctionne   seulement   comme   le   commentaire   du   geste   que   le   fils   de   Thésée   serait  
en  train  d’accomplir.  La  traduction  de  F.  Dupont  ne  prend  pas  parti  et  laisse  le  lecteur  ou  
le  metteur  en  scène  décider  du  type  de  geste  associé  à  cette  exclamation.  
Notons  enfin  que,  en  1991,  F.  Dupont  doit  faire  comprendre  à  son  lecteur  que  Phèdre  ne  
cherche   pas   à   donner   un   baiser   à   Hippolyte   mais   bien   à   l’embrasser   au   sens  
étymologique,   à   le   prendre   dans   ses   bras   (amplexus).   L’évolution   du   verbe   français  
«  embrasser  »   l’oblige   à   avoir   recours   au   verbe   «  envelopper  »,   plus   étonnant   ici,   qui  
introduit  une  image  absente  du  texte  latin.  
 
Troisième  question    
En  quoi   le   texte   permet-­‐il   de   visualiser   les   gestes,   les   actions,   les   rapports   entre  
les  personnages  et  d’imaginer  des  mises  en  scène  ?  Vous  étendrez  votre  réflexion  
à  l’ensemble  de  la  pièce  en  montrant  son  caractère  spectaculaire.  
Le   texte   proposé   a   la   particularité   de   faire   intervenir   un   personnage   qui   n’est   ni   vu   ni  
entendu,   mais   auquel   s’adresse   Hippolyte  :   Zeus.   Le   jeune   homme   commence   par  

  1  
avec Corrigés bac 2017

ignorer   sa   belle-­‐mère   pour   ne   parler   qu’à   lui.   Ces   prières   au   père   des   dieux   et   des  
hommes  sont  sans  doute  accompagnées  d’un  regard  tourné  vers  le  ciel,  voire  de  mains  
tendues.   L’opposition   entre   la   lumière,   les   éclairs   et   le   feu   du   ciel,   d’une   part,   et  
l’obscurité,   d’autre   part,   peut   suggérer   une   mise   en   scène   qui   tirerait   parti   de   cette  
opposition  entre  le  monde  des  dieux  et  le  monde  des  hommes.  Dans  la  deuxième  partie  
de   la   tirade,   le   jeune   homme   change   d’attitude   et   refuse   d’être   considéré   comme  
responsable.  Il  s’adresse  à  sa  belle-­‐mère  en  lui  lançant  des  imprécations.  Phèdre,  quant  à  
elle,   est   tout   entière   tournée   vers   Hippolyte.   Un   jeu   de   scène   s’engage   alors,   qui  
rapproche  les  deux  personnages.  Mais  l’un  et  l’autre  ne  le  commentent  pas  de  la  même  
manière  :   alors   que   Phèdre   décrit   son   geste   comme   une   marque   de   supplication,   dans   la  
posture   habituelle   de   celui   qui   implore   en   touchant   les   genoux,   Hippolyte   y   voit   une  
tentative  de  geste  érotique  qui  provoque  son  dégoût.  Il  cherche  à  utiliser  son  épée  pour  
la  repousser,  et  sa  réaction  violente  peut  laisser  croire  au  lecteur  comme  au  spectateur  
qu’il  va  tuer  sa  belle-­‐mère.  On  comprend  aux  mots  de  cette  dernière  qu’elle  ne    cherche  
pas  à  échapper  à  la  menace,  mais  au  contraire  qu’elle  désire  périr  sous  le  fer  d’Hippolyte.  
C’est  précisément  ce  souhait  qui  la  pousse  sans  doute  à  s’approcher  encore  de  son  beau-­‐
fils,  voire  à  lui  présenter  sa  poitrine.  Ce  jeu  de  scène  provoque  de  nouveau  un  geste  de  
rejet   de   la   part   d’Hippolyte,   qui   préfère   même   s’écarter   plutôt   que   de   la   tuer,   ce   qui  
supposerait  de  maintenir  un  contact  avec  elle.    
Alors   que   toute   la   pièce   de   Sénèque   rend   visible   les   excès   de   Phèdre,   ses   gestes  
inconsidérés,   l’épée   sera   dans   la   suite   un   élément   central   de   la   mise   en   scène   du  
mensonge  de  Phèdre  :  elle  la  présente  d’abord  comme  la  preuve  de  son  agression,  puis  
elle  se  suicidera  avec  cette  même  arme.    
 
Deuxième  partie  
Version  
Pourquoi,   guide   des   dieux   et   des   hommes,   ta   main   droite   reste-­‐t-­‐elle   en   repos,   et  
pourquoi   le   monde   ne   s’embrase-­‐t-­‐il   pas   sous   ton   flambeau   à   triple   pointe  ?   Tonne  
contre   moi,   transperce-­‐moi,   que   ton   éclair   rapide   me   transperce   et   me   brûle.   Je   suis  
coupable.   J’ai   mérité   de   mourir.   J’ai   séduit   ma   belle-­‐mère.   Moi,   suis-­‐je   digne   de   cette  
lubricité  ?  Et  moi  seul  je  t’ai  paru  une  matière  facile  pour  un  si  grand  crime  ?  Ma  droiture  
a-­‐t-­‐elle  mérité  cela  ?  Oh  !  par  ce  crime,  tu  triomphes  de  la  race  des  femmes.  

2    

Related Interests