Aix-en-Provence, le mardi 04 Juillet 2017

Hervé GUERRERA
Conseiller Municipal d’Aix-en-Provence
occi@free.fr 06.87.42.62.96
Document envoyé par le site internet de la ville

Objet : Avis sur l’enquête publique – ZAC DE BARIDA

Après nous avoir proposé la Duranne, soit de l’étalement urbain, la Constance encore de
l’étalement urbain, voici qu’arrive un nouveau projet d’urbanisation Barida

Pour commencer je souhaiterais émettre une considération globale et rapide sur l’étalement
urbain, qui en éclaire mon opposition, même si la proximité d’un existant atténue cette
dernière affirmation pour cette opération.

Si l’étalement urbain est plus lucratif sur le plan de la vente des terrains il est aussi plus
coûteux pour l'aménageur qui doit par exemple tirer l'ensemble des réseaux.

A l'arrivée des opérations, à la fin du "Zaccage" équilibrée et donc des prix de vente ou de
location peu accessibles pour les populations à revenus, on ne va plus dire modestes, mais
médians. La ZAC de Barrida s'inscrit dans une logique de consommation de terres,
d’artificialisation des sols.

Ce projet, qui torture une nouvelle fois la forme urbaine d'Aix-en-Provence, mais c’est
devenu habituel, est à contre sens de la ville durable qui doit être, à minima, dense, maillée
de centralités et d'accès multimodal. Là nous sommes sur un isolat proche de l'autoroute
avec des risques liés à la proximité de zones inondables.
Et que dire des « process » de mobilité quasiment mono modaux. Autrement dit des
populations condamnées à la voiture individuelle ou plutôt aux voitures individuelles. Ce qui
ne manquera pas de faire monter le taux de motorisation. Le bus dominical qui desservait la
Parade avait été supprimé et qu’il a fallu de nombreuses interventions à la ville et à la CPA
pour que le délégataire, qui s’abritait derrière une question de rentabilité, daigne, au bout
de plusieurs mois, le rétablir.

Toujours sur les mobilités et pour rester sur le projet il est question « de reformater le RD9
en boulevard urbain ». Est-ce bien la destination de ce qui était au départ un chemin? Toute
infrastructure routière nouvelle vient créer un appel d’air pour les mobilités individuelles et
anéantir l’objectif consigné dans le PDU de diminuer la place de la voiture.

Il faut noter que ces aménagements s'inscrivent aussi dans la logique de la liaison entre la
Constance et le Montaiguet. Sur le plan routier tous ces projets remettent donc sur les rails,
si j’ose dire, l'utilisation potentielle du chemin de la plaine des dés comme nouveau
périphérique aixois.

Après les balafres autoroutières, qu’aucune couture ne viennent réduire, on imagine avec
frayeur les dégâts sur la biodiversité, comme sur les paysages et donc sur notre attractivité,
que produiraient de telles infrastructures.

Alors que votre PLU se targue de faire 2/3 de ses opérations de logement dans le
renouvellement urbain et à moins qu’un tour de passe-passe permette de faire de cette
opération un exercice de renouvellement nous restons dans la logique de « l'étalement
urbain ». Et une ville de plus en plus étirée porte des conséquences humaines désastreuses :
des aixois qui se rencontrent pas ou peu, qui ne vivent plus ensemble et donc ne font plus
société.
Malgré un parc relais idéalement situé, à condition d'effectivement le mailler avec le BHNS
Mouret - Plan d'Aillane, cette opération n'a pas que des aspects négatifs. Pour autant la
présence de logements dont le seul but est d'équilibrer financièrement l'opération est une
contradiction majeure avec l'objectif premier du PADD : « Conforter une ville de proximité à
taille humaine, au service de ses habitants, soucieuse de son cadre de vie, organisée autour
du centre urbain et de ses villages. ». Pour cette dernière raison je suis opposé à cette
nouvelle ZAC.
Hervé GUERRERA
Conseiller Municipal d'Aix-en-Provence