Plan du travail

:
I. Fondement et définition du risque :

1) Définition du risque

2) Les facteurs du risque

II. Le pourquoi du risque bancaire ?

III. Typologie des risques bancaires :

1) Le risque systémique.

2) Le risque de crédit ou le risque de contrepartie :

a) Risque clientèle

b) Risque pays

3) Le risque de marché :

a) Risque de taux intérêt

b) Risque de change

c) Risque des cours des actions

4) Le risque de liquidité.

a) Risque interbancaire

5) Le risque opérationnel.

0

Fondements et définition du risque Le risque est un concept auquel se sont intéressées l’ensemble des théories économiques et financières. le risque peut être une finalité. Wharton School Publishing & Pearson Education. ou d’un autre côté. des institutions non financières. Nous essayons de présenter dans un premier temps les fondements du risque et quelques définitions pertinentes. à savoir celle de Knight F.. Le risque et la récompense 2: La prise de risque peut être génératrice de grandes récompenses si elle est basée sur un bon arbitrage entre le risque et la quantité de risque qu’on peut supporter. (1921) et celle de Holton G. une fin accompagnée d’une récompense. idem. d’un gain . 1 . Les explorateurs et les marins risquaient énormément en s’aventurant dans l’incertain mais finalement cette prise de risque a conduit à des récompenses importantes. une motivation qui nous pousse à aller de l’avant. (2004). Pour une grande partie de notre histoire le gain et la survie nécessitaient une prise de risque économique et même physique. On rencontre souvent cette situation dans l’histoire . Dans un second temps nous allons aborder le principe d’évaluation de risque en finance. p7. le commerce mondial sont des exemples de cette relation risque – récompense. 2008. I. En économie plusieurs approches et définitions existent à savoir celles qui émanent de la sphère des assurances. p6.. La survie de l’humanité a toujours été question de prise de risque.A. le risque peut agir sur notre destin de plusieurs façons . 2 Damodaran A. On peut observer cette relation dans l’histoire. Suivant ce raisonnement on peut expliquer l’impact du risque sur l’individu selon deux manières : . «Strategic Risk Taking: A Framework of Risk Management». la découverte et l’exploration de l’Amérique. 1 Damodaran A. Chacune d’entre elles a une approche et une définition différente 1. il peut être un départ.  Les fondements théoriques du risque : Les avancées de l’humanité n’auraient pu se faire sans prise de risque à un moment donné. des banques.

idem.. November/December 2004. La définition la plus connue du risque reste celle de Knight F. et qu’elle est intrinsèque à l’événement5. L’interprétation subjective de la probabilité. Finette B.A. « Theory of Probability ».. then. p19. le risque étant une probabilité objective tandis que l’incertitude est une probabilité subjective. Une probabilité statistique présente une incertitude mesurable et les opinions représentent une incertitude non mesurable8. p19. une conception humaine de l’incertain et n’est en aucun cas une composante inhérente de l’événement7. la probabilité n’est qu’une croyance. 1.  Incertitude : ignorance de ce qui va arriver.. November/December 2004. Il conclut que « Risk. dit que le risque est composé de deux ingrédients 9:  Exposition : l’importance que présentent les conséquences du risque pour la personne. il distingue entre risque et incertitude. 1975. : il définit le risque comme étant une incertitude quantifiable sur laquelle on dispose d’assez d’informations pour mesurer sa probabilité . p22.A. Lodon. 5 Holton G.. 3 Damodaran A. Ces instruments ont permis la couverture et l’exploitation du risque. Repris de l’article deHolton G.. qui considère qu’elle est réelle et quantifiable en suivant une certaine logique et analyse statistique. 8 Holton G. c’est grâce au risque que les premières assurances ont vue le jour (Lloyd’s en Angleterre) 4. Le risque et l’innovation 3: Le risque peut être source d’innovation . les premiers débats étaient dominés par deux interprétations du risque : L’interprétation objective de la probabilité. p19.A. 4 Damodaran A. idem.. 2 .A. «Strategic Risk Taking: A Framework of Risk Management». p7.. . Financial Analysts Journal. défendue par Savage L. idem.A. (1973) et d’autres . «Defining Risk».A.A. 9 Holton G. idem. L’innovation récente de nouveaux instruments financiers (produits dérivés) est elle aussi due à la présence de risque sur les marchés financiers. «Defining Risk». 6 De Finetti B. November/December 2004. 7 Holton G. Financial Analysts Journal. p20.. Wharton School Publishing & Pearson Education. is exposure to a proposition to which one is uncertain »10. (1954). ils considèrent que « Probability does not exist »6. p8. Holton G. Financial Analysts Journal. p22. 10 Holton G. Plusieurs autres exemples observés dans l’histoire démontrent l’existence d’une relation de causalité entre le risque et l’innovation. John Wilen & Sons. Définition du risque : Jamais on n’a été consensuel autour d’une définition du risque.. «Defining Risk». 2008.

p6. Quand les conditions de marché sont extrêmes il se peut que des corrélations entres les différents facteurs se manifestent rendant l’analyse et la compréhension du risque très complexes.  Risque et menace : le risque est un événement très probable avec assez d’informations pour calculer sa probabilité et l’ampleur de ses conséquences. Wharton School Publishing & Pearson Education.) sont disponibles. 13 Crouchy M.  Résultat négatif et tous les résultats : généralement la définition du risque est concentrée sur les scénarios négatifs. idem. i«Strategic Risk Taking: A Framework of Risk Management». 11 Damodaran A. Il faut distinguer entre une perte anticipée. Donc le risque est une perte imprévisible due à un changement brusque dans les facteurs de risque. «The Essentials of Risk Management». & Galais D. l’intensité de la perte et la fréquence d’occurrence de celle ci12. 14 2. 2005. 3 . Derrière un risque il existe un facteur ou plusieurs qui sont source de volatilité des rendements. Le risque est alors interprété et perçu selon plusieurs approches 11:  Risque et probabilité : le risque est définit comme étant juste la probabilité d’occurrence d’un événement . Deux éléments le déterminent. 2005. p1049 à p1050. Une menace par contre. « Finance d’entreprise »... p6 à p8. p4 à p5. Les facteurs de risque : L’analyse des risques commence par la détermination des facteurs responsables de la volatilité des revenus d’un actif ou d’un portefeuille. qui agissent défavorablement sur les revenus.. qui ne représente pas un risque puisque sa réalisation est certaine. et une perte imprévisible 13. une définition plus poussée inclut l’intensité des conséquences de l’événement. 14 Crouchy M.  Le risque en finance : En finance le risque est définit en terme de volatilité des revenus. & Galais D. 6éd Dalloz. & Mark R. qui correspond au risque puisque les deux ingrédients exposition et incertitude (définition du risque de Holton G. La définition du risque est influencée par les différentes disciplines où il est confronté.. Le risque ne dépend pas seulement de la taille de la perte mais aussi de la possibilité d’occurrence de celle-ci. 12 Vernimmen P. de manière isolée ou corrélée. McGraw-Hill. une définition plus large prend en compte les résultats négatifs mais aussi positifs. & Mark R. est un événement très peu probable mais avec de graves conséquences négatives et l’impossibilité de le quantifier et de mesurer sa probabilité.

et deuxièmement pour aider le personnel intervenant dans la gestion des risques (analystes et décideurs confondus) à mieux comprendre la nature des risques et la portée de chacun d’eux16. portera préjudice. « Encyclopédie de la gestion et du management ». de là une cartographie des risques auxquels sont exposées les entreprises s’impose. P1110. c’est l’éventualité d’une nuisance qui pourrait affecter le patrimoine ou le résultat. 2005.15 Ce danger potentiel peut se manifester de plusieurs façons. d’une classification détaillée. «The Essentials of Risk Management». & Galais D. elle incite à des comportements de protection. Le risque est alors un danger potentiel qu’on a une probabilité de subir dans une activité donnée. McGraw-Hill.  Classification des risques bancaires : Les entreprises en général ou les institutions financières en particulier. Pour une entreprise. s’il survient. Dans cette section nous présentons les principaux risques économiques et financiers qu’encourent les banques.. 15 Le Duff R. 16 Crouchy M. L e p o u rq u o i d u r i s q u e b a n c a i re ? III.. de transfert et d’assurance». Ty p o l o g i e d e s r i s q u e s b a n c a i r e s : Le risque comme nous l’avons définit plus haut : « la menace d’un événement qui. Dalloz. Premièrement pour leur permettre de capter et recenser les risques auxquels elles peuvent être exposées. I I . 4 . ont besoin dans leur gestion des risques. 1999. Non voulue mais partiellement prévisible. & Mark R. p14 à p16 et p25.

 Définition : Selon Sylvie de Coussergues « une perte totale ou partielle de la créance et des revenus qui s’y attachent ». le risque des pertes consécutives au défaut d'un emprunteur face à ses obligations ». L'exposition au risque de crédit est mesurée par les montants susceptibles d'être perdus en cas de défaut : -Pour les opérations de bilan. Selon D.Bessis « le risque de contrepartie désigne le risque de défaut des clients.  Au sens étroit : Selon J. idem.. p26. le défaut de contrepartie conduit à une perte du capital de l'opération et à la perte des intérêts dus à la rémunération des prêts. Ci-dessous une classification générale des risques17 auxquels doit faire face une entreprise : 1. C’est un risque qui est inhérent à l’activité d’intermédiation traditionnelle. le Risque systémique est la “Possibilité que les difficultés rencontrée par les acteurs ou un marché financier dans un pays se propagent à l’ensemble du système et entraînent son effondrement“ 2. Une telle défaillance peut se traduire par le non remboursement de crédits par des emprunteurs privés nationaux en difficulté ou par le non transfert du remboursement des crédits accordés en devises à des non résidents. le risque systémique : Selon selvie cour de cousserguess le risque systémique est issu d’une discordance entre les comportements des intervenants au sein des différents sous –systèmes et le mécanisme de régulation qui provoque un déséquilibre général et une grande ampleur. est le premier des risques auquel est confronté un établissement financier. 5 . & Galais D.  Au sens large : Le risque de contrepartie désigne le risque dégradation de la situation financière d'un emprunteur.Tout crédit comporte le risque que l’emprunteur ne respecte pas ses obligations de remboursement. Le risque de crédit : Tout crédit est une anticipation de recettes futures . Plihon.B. 2005. Il est dû à la défaillance possible des agents avec lesquels elles se sont engagées et qui constituent les contreparties. c'est-à-dire. Le risque de contrepartie ou risque de crédit. 17 Crouchy M. & Mark R.

Ce risque est le résultat soit d’une insolvabilité de l’emprunteur (aspect externe).  Aspect interne : La politique de crédit décidée par la Direction Générale de la banque. de l’internationalisation des économies. de même . soit de la façon dont la banque organise la fonction de distribution de crédit (aspect interne):  Aspect externe : L’insolvabilité de l’emprunteur peut découler de l’occurrence de 3 classes de risques  Le risque général : l’insolvabilité découle de facteurs externes issus de la situation politique ou économique  Le risque professionnel : conjoncture d’un secteur d’activité  Le risque propre à l’emprunteur : le comportement de l’emprunteur peut être à l’origine de non-remboursement de la créance.-Pour les opérations de hors bilan. il impose un ordre des restrictions à leur transfert et impose un ordre dans le remboursement. elle interdit la conversion de monnaie locale en devise . Le risque politique et le risque économique sont liés : l’instabilité politique se répercute sur la situation économique et financière. Ce type de crédit prend deux formes : -Risque souverain ou politique: il se traduit par une défaillance d’un Etat vis-à-vis de sa dette aussi bien intérieure qu’à extérieure. une composante importante du risque de crédit est le risque-pays. 3. ce qui provoque une crise économique qui accentue l’instabilité politique. Le risque de marché :  Définition : 6 . Il est la conséquence de l’instabilité politique d’un Etat -Risque économique : lorsqu’un Etat constate qu’il n’a pas assez de devises pour ses propres besoins. le risque représente de coûts estimés du remplacement de la garantie précédemment obtenue par les lignes de hors bilan. b) Le risque clientèle : Peut être défini comme le risque encouru lors de la défaillance d’une entreprise ou d’un particulier. Le risque pays est lié à la probabilité de non-paiement des créances par des débiteurs résidents à l’étranger.  Les différents types de risque du crédit : a) Le risque pays : Compte tenu de l’internationalisation des opérations bancaires. Le risque-pays s’est renforcé sous l’effet de la libéralisation.

7 . Il se manifeste rarement et se traduit par l’insolvabilité de la banque : • Impossibilité de répondre à un retrait massif d’espèces Course aux dépôts Ce risque dépend étroitement du jugement porté par les déposants sur la solvabilité de la banque. l'évolution des taux entre la date de l'engagement et la date du règlement. b) Le risque de change : Le risque de change est le risque lié à la variation du cours d'une devise. Le risque de marché est le risque de perte qui peut résulter des fluctuations des prix des instruments financiers qui composent un portefeuille. Le risque peut porter sur le cours des actions. les cours de matières premières. les taux de change. Le risque de liquidité : Pour la banque ce le fait de ne pas pouvoir faire face à un moment donné à ses engagements en mobilisant ses actifs. entre la date de l'engagement et la date du règlement financier. les détenteurs de créances à vue se précipitent (Bank run) pour retirer leurs fonds. par rapport à la monnaie de référence utilisée par une entreprise ou un établissement bancaire. c) Le risque de variation de cours: Le risque de variations de cours qui est un risque de prix sur la position détenue sur un actif financier déterminé. risque de l’évolution ultérieure des cours de bourse pour les actions. les taux d'intérêts. On distingue généralement trois types de risques de marché :  Le risque de taux d’intérêt  Le risque de change  Le risque de variation de cours a) Le risque de taux d’intérêt : Le risque de taux d'intérêt est le risque que fait courir au porteur d'une créance ou d'une dette à taux fixe ou variable . 4. Quand la valeur actualisée des actifs est perçue comme inférieure à celles des engagements. etc.

Tel :  Risque de fraude : La fraude. Operational Risk Report. 2009) contenant des informations sur 52 banques internationales.  Les différents types de risque du crédit : Selon la classification la plus simple nous pouvons distinguer le risque opérationnel interne et le risque opérationnel externe ce pendant exceptionnellement le second peut parfois engendrer le premier. à plus de 46 milliards d’Euros pendant la période 2002-2009. Ces types d’événements donnent tout son sens à la nécessité d’un travail comme le notre. Des événements tels que celui de la Société Générale et son trader Jérôme Kerviel (qui a manqué de faire partir en faillite la banque malgré qu’elle avait mis en place un dispositif de gestion du risque opérationnel).persuadés que seuls les premiers arrivés seront servis. D’après une base de données de l’association ORX (Operational Risk eXchange Association. Bien entendu ces risques ne peuvent être identifiés et sont la plupart du temps constatés ex-post. les pertes liées au risque opérationnel s’élèveraient. les prêts à des comparses ne sont pas à négliger puisqu'ils seraient la cause première dans la faillite de la majorité des banques américaines. pour ce pool de banque uniquement. Il n’a été question de le traiter sur le plan réglementaire qu’en 2004 avec les accords de Bâle II. 5. Le risque opérationnel :  Définition : Selon le comité de Bâle « c’est un risque de pertes pouvant résulter de procédures internes inadéquates ou non appliquées. l'escroquerie. Risque opératoire : Le risque opératoire provient d'une male gestion ou inefficace des ressources et emplois de la banque. 8 . précipitant ou poussant ainsi la banque à être insolvable vis-à-vis de ces créanciers. des personnes. a) Le risque opérationnel interne Peut se décomposer aussi en :  Risque de défaillance de personne : Ce risque peut subvenir suite au non respect des normes et règlementations de l’institution. des systèmes ou d'évènements externes ».

l'informatisation rapide des opérations apparaissent comme des sources de risques non négligeables.l’inondation. d'autre part. gestion des comptes clientèles (accès non autorisés aux comptes. les banques ne s'en sont pas trop mal tirées à cet égard.)  Risque de technologie Un autre défi auquel les banques sont confrontées est constitué par la technologie. séisme…et des pertes humaines dues a des causes externes tel que le terrorisme ou le vandalisme. Une banque importante peut très bien consacrer annuellement des sommes colossales à l'achat d'ordinateurs et d'autres systèmes technologiques. leur succès étant lié au soin apporté à l'étude des installations mises en place. mais cette démarche comporte inévitablement des risques considérables. erreur de manipulation du modèle/système) . d'abus et actions malhonnêtes des clients ou agents étrangers à la banque. admission et documentation clientèle (absence d’autorisation/renonciations clientèles. documents juridiques absents/incomplets).  Risque de processus Ce sont des pertes résultantes d’un problème dans le traitement d’une transaction ou dans la gestion de processus ou des relations avec les contreparties commerciales et fournisseurs. le suivi ou le chargement . 9 . quelques semaines ou quelques mois ? Le système est-il en harmonie avec les autres systèmes et objectifs des banques. surveillance et notification financière . exécution et suivi des transactions (problème de communication. Ces pertes peuvent être lié à la saisie. Le risque peut d'une pan provenir de structures inadéquates et d'omissions ou d'erreurs d'opérateurs. non-respect du délais ou d’obligations . données clients incorrects. Il existe d'autres risques. Le service demeurera-t-il technologiquement avancé pendant une période de temps importante ou sera-t-il démodé en quelques jours. actifs clients perdus ou endommagés par négligence. b) Le risque externe : Se décompose quant à lui en : Le risque environnemental est un risque qui cause des dommages aux actifs corporels en les détruisant suite a des catastrophes naturelles ou d’autres sinistres tels que l’incendie . Le premier de ceux-ci est lié à la question de savoir si le système fonctionnera et remplira la fonction pour laquelle il a été conçu. erreur dans la saisie. dont l'importance stratégique pourrait éventuellement être plus grande ? Le développement de nouveaux instruments. Jusqu'à présent.

ils peuvent subvenir grâce à la contrefaçon.Le risque juridique est celui lié a un changement des réglementations ou des lois qui régit les activités bancaires. dommages dus au piratages informatiques ou vol d’informations… 10 . la falsification des papiers (chèques). Les fraudes qui émanent de l’extérieur sont ceux liés au tiers.