You are on page 1of 9

Bismillah arrahmani arrahim

Salam aleikoum wr wb,
• « (Ces jours sont) le mois de Ramadan au cours duquel le
Coran a été révélé pour servir de bonne direction aux
hommes, et preuves claires de la bonne direction et du
discernement» ( Sourate II.185)

• « …Donc, quiconque d'entre vous est présent en ce mois,
qu'il jeûne!».(Sourate II.185)

• « Ô croyants! on vous a prescrit le jeûne (Al-Siyam)
comme on l'a prescrit à ceux d'avant vous, ainsi
atteindrez-vous la piété » (Sourate II. 183)

• « Nous l'avons, certes, fait descendre (le Coran) dans la
nuit de la Destinée. Et qui te dira ce qu'est la nuit de la
Destinée ? La nuit de la Destinée est meilleure que mille
mois. Durant celle-ci descendent les Anges ainsi que
l'Esprit, avec la permission de leur Seigneur, chargés de
tout ordre. Elle est paix et salut jusqu'au lever du jour».
(sourate 97: la Destinée)

Ibn Khouzayma rapporte que Salman -que Dieu l'agrée- a dit:
"Au dernier jour du mois de Cha'ban, le Messager de Dieu (saws) nous fit ce discours:

"O hommes! Un mois magnifique et béni s'approche de vous, un mois qui renferme une nuit
qui est meilleure que mille mois. Dieu a fait de son jeûne une
prescription et de ses prières nocturnes un acte surérogatoire.

Quiconque, pendant ce mois, s'approche de Dieu, par un acte de charité, est semblable à celui
qui s'acquitte d'une des obligations prescrites en dehors de ce mois, et quiconque s'y acquitte
d'une devoir prescrit, est semblable à celui qui s'acquitte de soixante-dix en dehors de lui.
C'est le mois de la patience, et la patience ne sera rétribuée que par le Paradis. Il est aussi le
mois du réconfort et un mois où les biens du croyant seront augmentés.

Celui qui y donne à un jeûneur de quoi rompre son jeûne, cet acte lui vaudra une absolution
de ses péchés et une préservation du Feu et aura la même
récompense que lui sans que rien ne soit diminué de la récompense du jeûneur".

On lui demanda: "O Messager de Dieu, mais nous ne sommes pas tous capables de donner au
jeûneur de quoi rompre son jeûne?".

Il répondit: "Dieu accorde cette récompense à quiconque donne à un jeûneur ne serait-ce
qu'une datte, ou d'une gorgée d'eau ou du lait coupée d'eau. C'est un mois dont son début est
une miséricorde, son milieu une absolution et son dernier une préservation du Feu.

Quiconque y allège le travail de son esclave, Dieu l'absout et le préserve du Feu.
Multipliez-y quatre choses: deux pour satisfaire à
votre Seigneur et deux dont vous ne saurez passer outre. Les deux premières sont l'attestation
qu'il n'y a d'autres divinités que Dieu et l'imploration de Son pardon.
Les deux autres sont: la demande à Dieu pour vous accorder le Paradis et le refuge contre le
Feu.

Quiconque donne à boire à un jeûneur, Dieu l'abreuvera de mon bassin
une gorgée de sorte qu'il n'éprouve la soif jusqu'à son introduction
au Paradis".

Les Compagnons du Prophète (Hayat-Assahaba

Il est des choses qui peuvent échapper à certains, parmi lesquelles :

Il est obligatoire au musulman de jeûner avec foi et espoir en la récompense, non par
ostentation, ni par suivi des gens, de sa famille et du pays. Mais il faut que ce qui l’amène au
jeûne soit sa foi qu’Allah le lui a rendu obligatoire, et qu’il espère la récompense auprès de
son Seigneur pour cela. De même pour la prière de nuit du mois de Ramadan, le musulman
doit l’accomplir avec foi et en espérant la récompense de son Seigneur, pas pour une autre
raison. C’est pour cela que le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) a dit : « Celui qui jeûne le
mois de Ramadan avec foi et en espérant la récompense d’Allah, ses péchés passés lui seront
pardonnés, et celui qui prie les nuits de Ramadan avec foi et en espérant la récompense
d’Allah, ses péchés passés lui seront pardonnés, et celui qui prie la nuit d’Al-Qadr avec foi et
en espérant la récompense d’Allah, ses péchés passés lui seront pardonnés. »

Et parmi les règles qui peuvent échapper à certains :

Ce qui peut atteindre le jeûneur comme blessure, saignement de nez, vomissement ou
remontée gastrique involontaire…Toutes ces chose n’annulent pas le jeûne, par contre pour
celui qui s’est fait vomir cela annule son jeûne, d’après la parole du prophète (salallahu’
alayhi wasalam) : « Celui qui vomit n’as pas à compenser le jeûne, et celui qui se fait vomir
doit compenser le jeûne »

Et parmi ceci : ce qui peut arriver au jeûneur comme retardement du ghusl (grandes ablutions)
jusqu’au fajr. Et ce qui peut arriver à certaines comme retardement du ghusl après les
menstrues ou les lochies, jusqu’après le lever du fajr. Si la femme voit qu’elle est de nouveau
en état de pureté avant le fajr, il lui est obligatoire de jeûner, et il n’y a pas de mal à retarder le
ghusl jusqu’à l’arrivée du fajr, mais elle ne doit pas le retarder jusqu’au lever du soleil, au
contraire elle doit se purifier et prier avant le lever du soleil. De même pour celui qui est état
d’impureté majeure (après un rapport sexuel ou une éjaculation), il ne doit pas retarder le
ghusl jusqu’après le lever du soleil, mais il doit se purifier et prier le fajr avant le lever du
soleil. Et l’homme doit se presser de le faire afin de pouvoir accomplir la prière du fajr en
congrégation.

Et parmi les chose qui n’annulent pas le jeûne : La prise de sang et l’injection non nutritive,
mais le fait de le repousser jusqu’à la nuit est prioritaire et meilleur, si cela est possible,
d’après la parole du prophète (salallahu’ alayhi wasalam) : « Laisse ce qui te jette dans le
doute pour ce qui ne t’y jette pas. » Et sa parole : « Celui qui délaisse les ambiguïtés a
préservé sa religion et son honneur. »

Et parmi les choses dont le jugement échappe à certains : l’absence de quiétude dans la prière,
qu’elle soit obligatoire ou surérogatoire, les hadiths authentiques du prophète (salallahu’
alayhi wasalam) montrent que la quiétude est un pilier de la prière, sans laquelle la prière
n’est pas valide. Et la quiétude est le calme (l’immobilité) dans la prière et le recueillement et
l’absence d’empressement, jusqu’à ce que chaque vertèbre revienne à sa place. De
nombreuses personnes prient pendant Ramadan la prière du Tarawih sans réfléchir (sur le sens
des versets) et sans quiétude, au contraire ils picorent, et la prière accomplie de cette façon est
nulle, et celui qui l’accomplit est pécheur et n’est pas récompensé.

Et parmi les choses dont le jugement peut échapper à certains : L’opinion de certains qu’il
n’est pas permis de prier moins de vingt raka’at pour tarawih, et l’opinion de certains qu’il
n’est pas permis de prier plus que onze ou treize raka’at, et toutes ces opinions sont déplacées,
et elles sont une erreur qui contredit les preuves.

Les hadiths authentiques du messager d’Allah montrent qu’il y a une certaine largesse pour la
prière de la nuit, il n’y a pas de limite définie qu’il n’est pas permis de dépasser. Au contraire,
il a été authentifié que le prophète (salallahu’ alayhi wasalam) priait onze raka’at pendant la
nuit, et il a pu en prier moins pendant Ramadan ou en dehors. Lorsqu’il a été interrogé sur la
prière de la nuit, il a dit : « Deux par deux, et si l’un d’entre vous craint que le Subh n’arrive
qu’il prie une raka’a qui rendra impair ce qu’il a prié. » (Unanimement reconnu authentique)

Et il n’a pas précisé un nombre de raka’at, ni pendant Ramadan ni en dehors, c’est pourquoi
les compagnons, à l’époque de ‘Umar, ont parfois prié vingt-trois raka’at, et d’autres fois onze
raka’at, tout ceci a été authentifié de ‘Umar et des compagnons à son époque.

Certains Salaf priaient pendant Ramadan trente-six raka’at et en ajoutaient trois pour le witr,
d’autres priaient quarante et une raka’at, shaykh Al-islam Ibn Taymiyyah et d’autres ont
rapporté ceci des gens de science, et comme il l’a rappelé, il y a une certaine largesse dans
cette question, et il a également rappelé qu’il est meilleur pour celui qui allonge la récitation,
l’inclination et la prosternation, de réduire le nombre (de raka’at), et pour celui qui raccourci
la lecture, l’inclination et la prosternation, d’augmenter le nombre (de raka’at). Et ceci est le
sens de sa parole.

Et celui qui médite sur la Sunna verra qu’il est meilleur de prier onze ou treize raka’at,
pendant Ramadan ou en dehors, car c’est là que s’est arrêté l’acte du prophète (salallahu’
alayhi wasalam) la plupart du temps. Et c’est ce qui est moins contraignant pour les
musulmans et plus proche du recueillement et de la quiétude. Et il n’y a pas de mal à rajouter
(dans le nombre de raka’at), cela n’est pas détesté, comme il a précédé.

Il est préférable, pour celui qui prie avec l’imam la prière de nuit de ramadan, qu’il ne s’en
aille qu’avec l’imam, d’après la parole du prophète : « Si l’homme prie avec l’imam jusqu’à
ce qu’il parte, on lui écrit la prière d’une nuit (entière). »

Et il est légiféré à l’ensemble des musulmans de faire des efforts dans les différentes
adorations dans ce mois béni parmi les prières surérogatoires, la lecture du Coran avec
contemplation et réflexion, l’augmentation dans le Tasbîh (Subhannallah), Tahlîl (La ilaha
illallah), Tahmîd (Al-Hamdu lillah), Takbîr (Allah Akbar), la demande du pardon, les
invocations légiférées, ordonner le bien, réprouver le mal, appeler à Allah Tout Puissant, aider
les pauvres et les indigents, faire des efforts dans l’obéissance aux parents, honorer les liens
de parenté, s’occuper de son voisin , visiter le malade, et d’autres choses encore parmi les
types de bonnes actions. Ceci d’après la parole du prophète (salallahu’ alayhi wasalam) citée
précédemment : « Pendant ce mois, Allah observe votre concurrence dans l’accomplissement
des bonnes actions et s’en vante auprès de Ses anges. Montrez à Allah lequel parmi est le
meilleur en bonnes actions, et certes le perdant est celui qui est privé (pendant ce mois) de la
miséricorde d’Allah. » Et d’après ce qu’on rapporte de lui : « Celui qui accomplit (pendant
Ramadan) un acte parmi les actes de bien est comme celui qui a accomplit une obligation en
dehors (du mois de Ramadan), et celui qui accomplit une obligation est comme celui qui en
accomplit soixante-dix en dehors (du mois de Ramadan). » Et sa parole dans le hadith
authentique : « Une ‘Umra accomplit pendant Ramadan est comme (la récompense) d’un hajj
–ou il a dit- d’un hajj en ma compagnie. »

Et les hadiths et les narrations qui montrent cet empressement et concurrence dans les
différents types de bonnes actions pendant ce noble mois sont nombreux.

Nous demandons à Allah qu’Il nous accorde, ainsi qu’à tous les musulmans, tout ce qu’il
contient comme agrément, et qu’Il accepte notre jeûne et notre prière, et qu’Il améliore nos
situations et nous fasse revenir des égarements des tentations, comme nous Lui demandons,
gloire à Lui, qu’il améliore les gouverneurs des musulmans, et qu’Il réunisse leurs paroles sur
la vérité, Il est certes Celui qui possède cela et Celui qui en est capable.

Ramadan : piété et prière
Le mois de Ramadan est le neuvième mois lunaire. Pendant le jeûne, les musulmans
s'abstiennent de manger, de boire et d’avoir des rapports sexuels de l'aube jusqu'au
crépuscule… Le jeûne du mois de Ramadan est un moyen pour le musulman de se purifier de
ses péchés et de gagner le pardon de Dieu. Dieu dit : « O Croyants ! Le jeûne vous est
prescrit, comme il l'avait été aux confessions antérieures. Ainsi atteindriez-vous la piété. »
(Sourate 2, verset 183)

Les mérites de Ramadan
Le prophète (prière et salut sur lui) a, à travers plusieurs hadiths, démontré les vertus du
Ramadan. Il le cite comme un mois de bénédiction. Allah vous enveloppe de paix et fait
descendre la miséricorde, dit-il. C'est aussi le mois de la patience, et la récompense de la
patience est le Paradis, précise t-il.

Il parle de ce mois comme le mois du don, dans lequel les ressources du croyant augmentent
et Allah décharge des fautes et exauce les demandes des jeûneurs.
Le prophète prière et salut sur lui nous incite à plaire à Allah pendant ce mois, en rivalisant
dans les bonnes œuvres. « Allah vous regarde rivaliser d'ardeur dans ce but et il se vante de
vous auprès de Ses anges. Montrez à Allah le meilleur de vous-mêmes, car est bien
malheureux celui qui est privé de la miséricorde d'Allah, Puissant et Majestueux. » Enfin, le
prophète, prière et salut sur lui, a partagé ce mois en trois décades dont la première est
miséricorde, le milieu est pardon et la fin est affranchissement du feu de l'Enfer." {cité par Ibn
Mâdj'a et Bayhaqui)

Le jeûne exerce l'homme à l'endurance, fortifie sa volonté, lui enseigne l'autodiscipline et lui
en facilite l'application ; il accroît en lui la crainte de Dieu en lui procurant la piété qui est le
fondement du jeûne. Dieu ne dit-Il pas : « Ainsi, atteindriez-vous la piété. »
Le jeûne habitue la communauté à l'organisation et à l'union, à l'amour et à l'égalité. Il suscite
en elle la piété et la charité.

Les actes louables pendant le mois de Ramadan
La lecture du Coran
Le Prophète (prière et salut sur lui) accordait une attention particulière à la récitation du Coran
durant ce mois béni. Ibn 'Abbâs, que Dieu l’agrée, rapporte que l’ange Gabriel venait chaque
nuit durant le mois de Ramadan rencontrer le Prophète (prière et salut sur lui) pour lui faire
réciter le Coran, (Boukhâri).

Rappelons ce que dit Ibn Mas'oûd, que Dieu l’agrée, concernant le mérite de cet acte: La
récitation de chaque lettre du Coran amène dix récompenses. Sans oublier que le mérite des
actes est encore amplifié durant le Ramadan. Et même si nous éprouvons des difficultés au
niveau de la lecture du Coran, cela ne doit en aucun cas nous décourager car le Prophète
(prière et salut sur lui) nous a enseigné que celui qui récite le Coran malgré la difficulté que
cela représente pour lui, aura une double récompense, une pour la lecture et l’autre pour
l’effort. (Boukhâri et Mousiim)

Ibn Oumar, que Dieu l’agrée, rapporte du Prophète (prière et salut sur lui) : « Le jeûne et le
Coran intercèderont pour le serviteur le Jour du jugement. Le jeûne dira: "0 Mon Seigneur ! Je
l'ai privé de nourriture et de (l'assouvissement de ses) désirs: Accepte donc mon intercession
en sa faveur." Et le Coran ajoutera: "Je l'ai privé de sommeil la nuit : Accepte (aussi) mon
intercession en sa faveur.» Le Prophète affirme ensuite que leur intercession sera agréée. (Cité
par Ahmad)

La Générosité
Ibn 'Abbâs, que Dieu l’agrée, dit que le Prophète (prière et salut sur lui) était, de tout temps, la
personne la plus généreuse... Mais sa générosité augmentait encore plus lorsque arrivait le
mois de Ramadan: II était alors plus généreux que le vent qui souffle librement et qui est
porteur de pluie. (Boukhâri)

Cela commence par l'acte le plus minime qui consiste à offrir à un jeûneur de quoi rompre son
jeûne ; ceci est corroboré par le hadith rapporté par Boukhâri : « Qui donne à manger ou à
boire à quelqu'un qui jeûne, d'un bien licitement acquis, les anges ne cesseront de prier pour
lui durant le Ramadan et l’ange Gabriel priera pour lui la nuit du Destin. »

La prière de la nuit, « Tarawih »
Le Prophète (prière et salut sur lui) disait, au sujet des vertus de cette prière : « Celui qui reste
debout (en prière la nuit durant) le mois de Ramadan avec foi et dans l'espoir des récompenses
aura ses péchés passés pardonnés. » (Boukhâri et Mousilm) II a dit aussi : « ...Allah vous
recommande, sounna, la prière de la nuit, tarawih...» (cité par Nassâ-hadith). Rappelons que la
veillée, tarawih, pendant les dix dernières nuits ont plus de mérite, et surtout la nuit du destin.
La Nuit du Destin
Parmi les innombrables vertus de cette nuit, il y en a une à laquelle le Coran fait allusion : La
descente des anges sur terre, (chap.97/v.4) Cette présence des anges est encore un signe
manifeste de bénédiction divine. Le prophète prière et salut sur lui a dit: "Toutes les fautes
passées sont pardonnées à celui qui passe la nuit du Destin en veillée pieuse avec foi et espoir
de récompense." (Mouslim). Concernant la date exacte de cette nuit, le prophète prière et salut
sur lui nous a recommandé de la guêter parmi les nuits impaires de la dernière décade du mois
de Ramadan. Il nous a conseillé de lire l'invocation suivante pendant cette nuit :"ô Allah! Tu
es indulgent, Tu aimes le pardon: fais-moi grâce."
La retraite spirituelle (l'tikâf)
Le prophète se retranchait dans la mosquée durant la dernière décade de Ramadan et ne cessa
de le faire jusqu'à sa mort. Il dit : "La mosquée est le refuge de tout homme pieux. Allah a
promis à celui qui y fait sa retraite de lui accorder sérénité et miséricorde, de le faire traverser
le Sirat (pont mis sur l'enfer) pour le faire parvenir à Sa grâce au Paradis." (Tirmidhi)
La visite de la Mecque
L'Omra (le petit pèlerinage à la Mecque) se fait en tout temps. Mais elle est hautement
recommandée pendant le mois de Ramadan. « Une Omra pendant Ramadan vaut un grand
pèlerinage en ma compagnie » disait le prophète. (Boukhâri et Moslim). L'Omra est
absolutoire durant le temps qui la sépare de l'Omra suivante.

ou est ALLAH ?
Allah est en haut. Le Prophète Mouhammad (sallallâhou alayhi wa sallam) demanda une fois
à une esclave: "Où est Dieu ?" Celle-ci fit signe de son doigt vers le ciel. "Qui suis-je ?" lui
demanda ensuite le Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam). La femme fit signe de son doigt
vers le Prophète puis vers le ciel –elle voulait dire : "Tu es le Messager de Dieu". Le Prophète
(sallallâhou alayhi wa sallam) dit alors qu'elle était croyante. (Abou Dâoûd)

- Allah est au dessus des sept cieux: Zaynab Bint Djahch (radhia Allâhou anha), épouse du
Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam), disait aux autres épouses du Messager: "(Vous,) ce
sont vos familles qui vous ont mariées (au Prophète (sallallâhou alayhi wa sallam)). Et (moi)
c'est Allah qui, du dessus de sept cieux (min fawq sab' samâwât), m'a mariée (au Prophète)"
(Boukhârî).

- Allah est établi sur Son Trône: "Allah est Celui qui a élevé [bien haut] les cieux sans piliers
visibles. Il S'est établi [istawa] sur le Trône et a soumis le soleil et la lune, chacun poursuivant
sa course vers un terme fixé. Il règle l'Ordre [de tout] et expose en détail les signes afin que
vous ayez la certitude de la rencontre de votre Seigneur." (Sourate 13 / Verset 2)

- Lorsque nous disons qu'Allah est en haut ou qu'Il est établi sur Son Trône, nous n'employons
pas ces expressions pour désigner la même chose que lorsque nous les employons pour des
créatures. Nous ne croyons donc pas qu'Allah est confiné matériellement dans un espace ou
qu'Il est porté par Son Trône, comme le serait une créature se trouvant dans une direction
précise ou sur un trône. "Il n'y a rien qui Lui ressemble" (Sourate 42 / Verset 11)

- Nous ne connaissons pas comment Allah est établi sur Son Trône, et nous ne cherchons pas
à le savoir non plus, étant donné que cela dépasse notre capacité de compréhension. L'Imâm
Mâlik (rahimahoullâh) a dit à ce sujet: " (…) Le comment (de "al istiwâ" lorsqu'il est employé
pour Allah) est inconnu; et de questionner à ce sujet est une bid'ah (innovation religieuse)"

CE QUI DISENT QU'ALLAH N'A PAS D'ENDROIT SONT DANS L'ERREUR, EN EFFET
ILS NE SUIVENT PAS LE CREDO DU PROPHETE ET DES COMPAGNONS ET NE
SUIVENT PAS LES PREUVES SUR CE SUJET QUI SONT CLAIRES
CHOSES RECOMMANDEES PENDANT LE RAMADAN

On se hâtera de rompre le jeûne car, dans une tradition rapportée par Bouk-hâri, le Rassoul
sallallâhou ^alayhi wa sallam a dit, dans le sens:

« Les gens (de ma communauté) ne cesseront d'être dans le bien, tant qu'ils se hâteront de
rompre le Jeûne."
(Hadith rapporté par Boukhârî)

C'est-à-dire après s'être assuré du coucher du soleil, et non pas simplement en fonction d'une
quelconque montre ou pendule, aussi précise soit-elle !
server le coucher du soleil, on attendra, pour rompre le Jeûne, que l'obscurité de la nuit gagne
l'horizon "Est". C'est à cet instant précis qu'on est assuré du coucher du soleil. Car 'Abdoullah
Ibnou Abî Awfâ, un des compagnons du Prophète sallallâhou ^alayhi wa sallam a dit, dans le
sens:

-"J'étais avec le Prophète :Salla l-Lâhou ^alayhi wa Sallam: , au cours d'un de ses voyages. Il
jeûna jusqu'au soir puis dit à un homme: - "Descends et prépare-nous le Salla l-Lâhou ^alayhi
wa Sallamiqa" (sorte de boisson à base d'orge grillé).
"Si vous attendiez que le soir fût venu?" répondit cet homme. -"Descends et prépare-nous à
boire". Il dit: - "La journée n'est pas encore finie". - "Descends et préparenous le Salla l-
Lâhou ^alayhi wa Sallamiqa". Il descendit et prépara la boisson. Le Prophète sallallâhou
^alayhi wa sallam en but et dit: -"Quand vous voyez la nuit venir par ici (il pointa le doigt du
coté Est), ce sera le moment de rompre le Jeûne."
(Hadith rapporté par Boukhârî)

Le recours aux horaires préétablis par les Institutions Islamiques n'est autorisé que s'ils sont
conformes aux méthodes de la chari^a, et non pas simplement basés sur le calcul
astronomique.
Il s'agit donc:
1. de s'assurer, tout d'abord, du coucher effectif du soleil, et
2. de rompre le Jeûne, de préférence, à cet instant précis.

Il est recommandé de rompre le jeûne, si possible, à l'exemple du Prophète sallallâhou ^alayhi
wa sallam , tel que nous l'indique le Hadith suivant:

"Thâbit al-Bounâni a entendu Anas Ibnou Mâlik dire que le Prophète :Salla l-Lâhou ^alayhi
wa Sallam: faisait la rupture du Jeûne, de préférence, avec quelques Routab; à défaut avec
quelques Tamr (datte sèche), sinon avec quelques gorgées d'eau."
(Hadith rapporté par Abou Dâwoud)

Et puis de dire cette invocation que faisait le Prophète :Salla l-Lâhou ^alayhi wa Sallam:

"O mon DIEU! C'est pour TOI que j'ai jeûné, et c'est avec ce que Tu m'as donné que je romps
le Jeûne."
(Hadith rapporté par Abou Dâwoud )

Après quoi, on accomplira la prière obligatoire du Maghreb.
Notons que le fait de rompre le Jeûne avec une datte comporte une grande sagesse.
En effet, par sa richesse en sucre réducteur, directement assimilable dans le sang, la dattose
exerce un effet régulateur au niveau de l'appétit en même temps qu'elle prédispose
favorablement le corps pour la suite du repas.
Contrairement à ce que l'on pourrait croire, il semble que la nervosité de certains jeûneurs
proviendrait plus du manque de sommeil que de la faim.

Remarque:
Il faut s'assurer du coucher du soleil avant de rompre le Jeûne. On ne prend en compte les
horaires astronomiques, même établis par ordinateur, que s'ils sont conformes aux méthodes
de la Chari^a.
En effet, le Prophète sallallâhou ^alayhi wa sallam a dit:

"...Quand vous voyez la nuit venir par ici (ce faisant, il fit un geste du doigt du coté Est), ce
sera le moment de rompre le Jeûne."
(Hadith rapporté par Boukhârî)

C'est pour nous apprendre qu'il faut, tant que faire se peut, constater le coucher du soleil, et
non pas se fier aux calculs ou à l'Adhân du Maghreb (l'appel à la prière) diffusé par la radio
ou la télévision. Et rappelons-nous cet autre hadith, dont la justesse est confirmée par Hafez
Ibnou Hajar dans son livre intitulé "Amali", où l'Envoyé de ALLAH sallallâhou ^alayhi wa
sallam dit, dans le sens:

"Les meilleurs des 'Ibâd (serviteurs-adorateurs de DIEU) sont ceux qui se basent sur
l'observation du soleil, de la lune et des ombres pour (déterminer le temps de) la prière."
(Hadith rapporté par Tirmidhi)

Il est préférable de retarder, au maximum, la prise du Souhour juste avant le fajr. C'est ce que
l'on comprend du hadith suivant, dans le sens:

« Anas dit que Zayd Ibnou Thâbit lui a rapporté:
"Nous avons pris le souhour avec le Prophète sallallâhou ^alayhi wa sallam ; puis il s'est levé
pour la prière". Je lui ai demandé: "Combien (de temps) s'est-il écoulé entre l' Adhân (l'appel
à la prière) et la prise du Souhour?" Il a ré-pondu: "Le temps de réciter, environ, 50 Ayah
(versets) ».
(Hadith rapporté par Ibnou Mâjah)

Sans être obligatoire, cette dernière consommation de la nuit comporte du bien, car d'après
Anas Ibnou Mâlik, le Prophète sallallâhou ^alayhi wa sallam a dit:

"Faites le Souhour; il y a une bénédiction dans le Souhour."
(Hadith rapporté par Boukhârî)
Dans les pays où l'observation du fajr n'est pas toujours aisée, il est conseillé de prendre ce
repas avant l'heure dite "Imsak". En effet, le "vrai" fajr est d'autant plus difficile à déterminer
qu'il y a des interférences de facteurs comme l'humidité, la température, la pression
atmosphérique, etc. Dans ce cas, une marge de sécurité s'impose afin de ne pas sortir des
limites du temps.

Cependant, celui qui a la possibilité d'observer personnellement la lueur du fajr peut ne pas
tenir compte de l'imsak.

L'Envoyé de DIEU sallallâhou ^alayhi wa sallam était le plus généreux des hommes; et sa
générosité se manifestait avec le plus d'éclat en Ramadan, lorsqu'il se rencontrait avec Jibrîl
(l'Ange Gabriel). Ceci doit nous inciter à suivre son exemple, en sachant que celui qui donne à
un autre de quoi rompre le Jeûne (même avec la quantité d'une datte) aura accompli un acte
qui lui vaudra, le Jour du Jugement, d'affranchir son cou du feu de l'Enfer.