Illustration : Jésus réveillant Lazare d’entre les morts avec une baguette.

2ème siècle – Musée du Vatican

© 2008-2011 Forum Abrasax
Publication du Forum Abrasax Nr2 : http://abrasax.alloforum.com
Version 4.2 du 28.08.2011
En Magie Cérémonielle, l'instrument le plus important est, et sera toujours, la Baguette et c'est
avec celle-ci que, depuis des temps anciens, le Mages et les sorciers ont été représentés;[…]
La Baguette symbolise essentiellement la volonté, le pouvoir et la force. La principale fonction
de la Baguette magique est d'aider le praticien à projeter sa volonté […] La Baguette magique
est un condensateur et le matériau qui la constitue ou la façon dont elle a été fabriquée sont
très variables et importent peu. Chargée par (et de) la volonté du Mage, elle exprime un
certain pouvoir. Elle peut être très simple (une baguette habituelle) ou très élaborée.
Franz Bardon – Pratique de la magie évocatoire

Page 1
La Baguette Magique

Table des Matières:
I. Introduction............................................................................................................ 3
A. La baguette Divinatoire....................................................................................... 5
1. La Palomancie................................................................................................. 5
2. La Rabdomancie et la Radiesthésie ................................................................ 7
B. Mythes, Légendes, Us & Coutumes ................................................................ 11
1. Tradition gréco-romaine ................................................................................ 11
2. Le Caducée ................................................................................................... 12
3. Tradition Judéo-chrétienne............................................................................ 13
4. Tradition Egyptienne...................................................................................... 14
5. Tradition indienne .......................................................................................... 16
6. Tradition Celtique .......................................................................................... 17
7. Tradition ésotérique....................................................................................... 17
II. Symbolique ......................................................................................................... 19
A. L’arbre .............................................................................................................. 19
B. Le Bâton, La baguette et le Sceptre. ................................................................ 21
III. La Fabrication de la baguette Magique............................................................ 23
A. Le bois de la baguette. ..................................................................................... 25
1. L’amandier..................................................................................................... 25
2. Le sureau ...................................................................................................... 27
3. Le noisetier.................................................................................................... 29
4. Les autres bois .............................................................................................. 30
B. La coupe de la baguette. .................................................................................. 33
C. Forme et décoration. ........................................................................................ 35
D. Les différents condensateurs pour baguette .................................................... 37
1. Les condensateurs solides. ........................................................................... 37
2. Les condensateurs fluidiques. ....................................................................... 40
E. Vernis pour baguette magique.......................................................................... 42
IV. Utilisation de la Baguette Magique .................................................................. 51
V. Conclusion.......................................................................................................... 53
Annexe 1 – Fabrication de la baguette de feu de la Golden Dawn..................... 55
Planche 1 - Les outils magiques de la Golden Dawn ............................................ 57
Annexe 2 – Différentes versions des clavicules de Salomon............................. 58
Planche 2- Illustrations tirés des clavicules de Salomon....................................... 61
Bibliographie........................................................................................................... 62

Page 2
I. Introduction

I. Introduction.
Je suis le Bâton de sa puissance dans son enfance
[et] c’est lui la canne de ma vieillesse
et ce qu’il veut se produit par rapport à moi
Le Tonnerre, Intellect parfait – Nag-Hammadi VI 2

Il existe de nombreuses sources qui parlent de baguette
magique et de la manière de la fabriquer. Mais curieusement
cette baguette magique, comme le fait remarquer Waite1 dans
son Book of Ceremonial Magic2, est absente d’ouvrage qui ont
inspiré nombre de génération de magiciens comme
l’Heptaméron de Peter de Abano et La philosophie occulte
d’Agrippa qui reste encore aujourd’hui des références pour
nombre de praticiens.

On en retrouve cependant des occurrences dans les Clavicules
de Salomon3 et dans la magie d’Abramelin4. Ce sont
principalement ces sources, à travers leur traduction anglaise,
qui ont été la base de beaucoup d’auteurs modernes qui traite
du sujet.
Israël Regardie tenant en main La Lotus
Wand de la Golden Dawn

Dans les anciens grimoires la baguette magique n’occupe, la plupart du temps, que
quelques lignes. On retrouve cependant de nombreuses occurrences de baguettes,
bâtons ou sceptres magiques dans les anciennes religions et mythologies.

Les auteurs ésotérique plus moderne comme Franz Bardon, Israël Regardie ou
encore Eliphas Levy ont laissé des pages entières sur la symbolique, l’utilisation et la
fabrication de différentes baguettes magiques.

Il n’est pas étonnant de voir que ces auteurs divergent sur ce sujet passionnant, car
comme nous allons le voir, on différencie la baguette « objet de rituel magique » de
la baguette « objet de divination », même si leurs origines lointaines sont les mêmes
et leur méthode de fabrication souvent confondus.

1
Arthur Edward Waite (1857-1942) – Occultiste anglais, membre entre autre la Golden Dawn dont il fut grand
maître en 1903.
2
Voir (en anglais) : http://www.sacred-texts.com/grim/bcm/bcm44.htm
3
Dont il existe plusieurs exemplaires, au sujet de clavicules de Salomon et des différentes versions existantes
consultez le lien suivant (en anglais): http://www.esotericarchives.com/solomon/ksol.htm, ainsi que les annexes
de la présente publication.
4
Ces deux textes ont été traduits en anglais par Mathers, co-fondateur de la Golden Dawn. Ce mouvement
ésotérique a eu et a toujours une influence considérable sur les mouvements ésotériques modernes, en particulier
par son approche de la magie pratique. Les traductions de Mathers ne sont cependant pas des références, sa base
pour la magie d’Abramelin fut l’exemplaire en français de la bibliothèque de l’Arsenal, lui-même traduction
vraisemblable d’une copie allemande voir à ce sujet (en anglais) :
http://www.esotericarchives.com/abramelin/abramelin.htm. Ce même exemplaire de la bibliothèque de l’Arsenal
servira à Robert Ambelain pour établir sa version, cité dans cette publication. Bardon utilisa une version
allemande comme sources de son œuvre (en particulier son livre sur la magie évocatoire dont les 360 esprits de
la terre sont directement tirés). Franz Sattler cite Abramelin a plusieurs reprise dans sa « Zauberbible » et
Quintscher s’en inspire également dans ses écrits adonistes.

Page 3
La Baguette Magique

La baguette magique, comme objet de rituel, a une triple action et une triple
signification : sur le plan matériel, sur le plan spirituel et sur le plan astral. En réalité
c’est la combinaison de son action sur le plan physique et sur le plan spirituel qui a
une action sur le plan astral et par extension sur la réalité.

Pour utiliser une baguette magique il faut donc comprendre la signification
symbolique de celle-ci, c'est-à-dire ce qu’elle représente au niveau de l’inconscient
collectif ou des archétypes. La présente publication s’attarde donc sur la signification
symbolique de la baguette, car c’est en comprenant pleinement cette symbolique
qu’on comprend réellement son action.

La fabrication « physique » de la baguette peut revêtir plusieurs formes, en fonction
des associations que l’on veut créer avec sa baguette, et en fonction de la
symbolique que chaque élément physique représente. C'est-à-dire la dimension
spirituelle de chaque élément réel participant à la conception et à la sacralisation de
la baguette avant tout usage rituel à proprement parler.

De cette symbolique et de ce travail de conception découle en partie l’utilisation de la
baguette magique, ce que certains auteurs présente « clés en main » en associant
bois et type d’action rituel5, mais en réalité on peut tout à fais utiliser une baguette
relativement simple pour une action universelle.
L’important comme pour toute action magique
est de réunir sa volonté, sa visualisation et sa
conviction, toute trois dirigées sur la réalisation
d’un objectif. Plus la fabrication est complexe,
plus la volonté est forte, plus la symbolique est
comprise et plus la visualisation est renforcée et,
finalement, plus la symbolique et la fabrication
sont personnelles et plus la conviction sera
forte6.

Il est donc important de ne pas simplement
suivre une recette toute faite, mais de faire
preuve d’imagination et de transposer, ce qui
peut déranger le praticien, dans son propre
référentiel symbolique et magique. Cette
publication présente donc différentes sources,
différentes symboliques et différents référentiels.
Celles-ci sont parfois contradictoires7, parfois
elles se rejoignent, à vous donc, lecteur avertis
de toujours chercher la vérité.
LA MAGICIENNE – Narcisse Diaz de la Pena – Musée d’Orsay

5
Cf. page 24.
6
Cf. page 23. La magie est une composante dans la sphère du mental des éléments, c'est-à-dire pour simplifier
de volonté, de visualisation et de conviction. Cette conception de la magie se retrouve également chez Eliphas
Levy quand il dit dans Le Grand Arcane ou L'Occultisme dévoilé: « Le grand arcane de la magie, l'arcane
unique et incommunicable a, pour objet de mettre en quelque sorte la puissance divine au service de la volonté
de l'homme. Pour arriver à la réalisation de cet arcane il faut SAVOIR ce qu'on doit faire, VOULOIR ce qu'il
faut, OSER ce qu'on doit et se TAIRE avec discernement. ».
7
Cf. page 39.

Page 4
I. Introduction

A. La baguette Divinatoire

Mon peuple a interrogé le bois, et le bois lui a prédit l'avenir
Osée 4.12

Avant de nous attaquer à notre sujet, à savoir ce qu’est la baguette magique, il faut
nous attarder un peu sur ce qu’elle n’est pas, c'est-à-dire une baguette
« divinatoire », même si ces deux baguettes différent par leur utilisation, elles ont la
même origine symbolique8.

L’Art de la divination par la baguette remonte à la plus haute antiquité. Les devins
grecs et romain utilisait une baguette mantique9 pour tracer le cercle où il évoquait
les esprits; ou encore un carré dans lequel il encadrait les oiseaux, pour interpréter
leur vol.

1. La Palomancie

La palomancie est l’art de prédire l’avenir en utilisant de petits bâtons ou des
baguettes, il était pratiqué dans tout l’orient ancien, chez les Chinois, mais aussi chez
les Germains et les Celtes. La divination par les baguettes, par le bois, ou par les
flèches est mentionnée dans de nombreux textes antiques, on en retrouve d’ailleurs
des passages dans la bible :
10
Car le roi de Babylone se tient au carrefour , à l'entrée des deux chemins, pour tirer des
présages; il secoue les flèches, il interroge les théraphim, il examine le foie.
Ezéchiel 21.21

Saint Jérôme, mentionne à propos de ce passage d’Ezéchiel que les Chaldéens
avaient coutume, d’écrire sur des baguettes, qu’ils mélangeaient dans un carquois et
dont ils tiraient augure.

On retrouve cette forme de divination chez les peuples barbares : les Scythe et les
Alains utilisaient pour cela des branches d’osier, de saule ou de myrrhe et
consultaient leurs dieux en fichant une baguette en terre.

Ils ont un mode singulier de divination: c'est de réunir en faisceau des baguettes d'osier, qu'ils
ont soin de choisir droites; et, en les séparant ensuite à certain jour marqué, ils y trouvent, à
l'aide de quelque pratique de magie, une manifestation de l'avenir.
Ammien Marcellin, Histoire de Rome, livre XXXI – Chap.2.20

8
On peut même dire que les deux ont parfois été confondus, car la radiesthésie que notre époque moderne, tente
d’expliquer par des raisonnements scientifiques, fut par le passé considéré comme de la magie. Certains auteurs
comme louis Figuier ou Reichenbach, considère que ces baguettes n’étaient que des artifices destinés au foules,
qui de toute évidence n’aurait ni compris, ni accepté à l’époque des explications rationnelles sur ces
phénomènes.
9
Ou Lituus, bâton recourbé sans nœuds ressemblant à la crosse de nos évêque et qui servait à délimité des
espaces sacrés, des « templum », aussi bien pour les augures que pour la construction de temples ou de ville (voir
Le Dictionnaire des Antiquités Grecques et Romaines - Daremberg et Saglio – Tome III vol2.).
10
Les carrefours sont dans beaucoup de culture une porte entre les mondes, et de ce fait des lieux de magies, on
retrouve ce concept aussi bien dans la magie vaudou que dans les mythes gréco-romains, ou, les carrefours
étaient dédiés à Hécate, déesse de la lune noire et de la magie.

Page 5
La Baguette Magique

Tacite, dans ces écrit nous rapporte les coutumes des Germains, qui coupaient en
plusieurs pièces les branches d’un arbre fruitier en les marquants de caractères et en
les jetant sur un drap blanc11.

(X 1). Ils manifestent le plus grand respect envers les auspices et les oracles. Voici leur
procédé oraculaire, tout simple d'ailleurs. On coupe une petite branche d'un arbre fruitier, on
la dépouille de ses rejetons, que certains signes permettront de reconnaître, et on les éparpille
au hasard sur un tissu blanc. Alors, un prêtre de l'État, […], ou un chef de famille, […],
invoque les dieux et, tout en fixant le ciel, soulève trois rejetons un à un. Après quoi, en
fonction du signe que ceux-ci ont reçu auparavant, l'officiant livre son interprétation. […]
Tacite la Germanie – Livre 1

Les druides12 utilisaient également des baguettes pour la divination du « Teinm
Laegda13 », procédé complexe qui permit au druide Dâlan, grâce à quatre baguettes
d’If gravées de caractères ogamiques, de retrouver Etàin dans la légende du même
nom ou encore qui permit, dans le Cycle Fenian, à Finn mac Cumaill de trouver la
tête disparu d’un cadavre.

De ce récit ce qui est important pour nous, c’est le procédé employé par Find pour exécuter le
teinm lôida : il se met le pouce dans la bouche. Ce geste semble être un des éléments du
rituel magique du teinm lôida. Un autre élément de ce rituel nous est fourni par deux autres
textes. L'introduction du corps de lois connu sous le nom de Senchus Môr parle du bâton
que le file plaçait sur le corps ou sur la tête de l'individu au sujet duquel une question lui était
posée. Par ce moyen il trouvait le nom de l’individu» le nom de son père» le nom de sa mère,
et toute autre chose inconnue qui lui était demandée. C'est, ajoute ce texte, ce qu'on appelle
teinm lôida. Les file avaient donc un bâton ou une baguette qui servait à la divination.
Introduction à l'étude de la littérature celtique - Henri d'Arbois de Jubainville

La baguette divinatoire, l’utilisation du bois pour la divination sont donc des pratiques
très anciennes, on en retrouve encore des occurrences chez Jamblique qui dans son
Mystère d’Egypte dit :

[..] une prêtresse de Branchus qui rend des oracles, ou s’assoit dans le lieu consacré ou tient
à la main une baguette qui lui a été donnée par quelque dieu […] et remplie par ces
incantations des l’esprit divin, le dieu qu’elle a trouvé prophétise en elle ; car par toutes ces
pratiques, elle se met en état de recevoir le dieu qui entre en elle
Les mystère d’Egypte – Jamblique trad. Marsile Ficin

Plancy dans son Dictionnaire Infernal accorde tout un chapitre à la baguette
divinatoire, exposant le cas de baguettes qui s’abaissaient pour délivrer des
réponses aux questions qu’on leur posait. Il est intéressant de s’attarder sur cette
forme particulière de divination, où la baguette est utilisée pour trouver trésors et
sources.

11
On ne peut s’empêcher de penser ici aux runes et aux méthodes divination qui y sont associé ainsi qu’aux
méthodes de divination des druides par les Oghams.
12
Druide, File ou Barde, suivant les textes, la différenciation n’est pas toujours évidente et dépasse largement le
cadre de la présente publication.
13
Plusieurs orthographes existent pour ce mot : lôida, laída, laéda, laeda, laído, laogha, laegda, láida. Le Teinm
Laegda était un des trois procédés divinatoires et inclue entre autre des incantations chantées ainsi que des
sacrifices, ce qui provoqua son interdiction par Saint Patrick.

Page 6
I. Introduction

2. La Rabdomancie et la Radiesthésie

La rabdomancie et la radiesthésie sont utilisées pour découvrir les sources et les
métaux. C’est surtout à la fin XVIIème siècle qu’elles furent popularisées notamment
au travers de Jaques Aymar14 dont l’histoire est détaillée dans Histoire du
merveilleux dans les temps moderne de Louis figuier, cet auteur nous apprend
également que cette utilisation particulière de la baguette divinatoire venait
d’Allemagne et plus particulièrement des textes des occultistes Paracelse, Basile
Valentin15 et Kircher, puis fut introduit en France au début du XVIIème siècle par la
Baronne de Beausoleil avant d’être popularisé dans toute l’Europe par Aymar.

De nos jours, l’emploie par les sourciers de baguette, c’est largement popularisé. La
baguette du sourcier est traditionnellement en noisetier, et sa fabrication est
enseignée en détail dans le Grand Grimoire.

Dès le moment que le soleil parait sur l'horizon,
vous prenez de la main gauche une baguette
vierge de noisetier sauvage, et la coupez de la
droite en trois coups, en disant : « Je te ramasse au
nom d'Eloïm, Mutrathon, Adonay el Sémiphoras, afin que tu aies la vertu de la verge de Moïse
et de Jacob pour découvrir tout te que je voudrai savoir. »Et pour la faire tourner, il faut dire, la
tenant serrée dans ses mains, par les deux bouts qui font la fourche : « Je te commande, au
nom d'Eloïm, Muthrathon, Adonay et Sémiphoras, de me révéler... » (on indique ce qu'on veut
16
savoir) .
17
Secret de la baguette divinatoire et moyen de la faire tourner, Grand Grimoire .

On en fit aussi souvent les éloges que la critique, arguant
qu’il était facile de simuler un mouvement.

On trouve les sources au moyen d’une baguette de coudrier, qui
ne manque pas de forcer un peu la main à un imbécile qui la
serre trop et qui tourne aisément dans celle d’un fripon
Voltaire. Op. Cité dans Mystère des sciences occultes. Par
un initié.

On parle peu de ces baguettes avant le début du XVIIIème
siècle. De nos jours les baguettes de sourciers se sont
modernisées et on en retrouve sous différentes formes, les
boutiques ésotériques proposent ainsi des baguettes de
radiesthésie en laiton ou en cuivre dont la forme rappel celle
de la baguette de coudrier cité plus haut18.

Portrait de Jacques Aymar Vernay - 1693

14
Jacques Aymar Vernay était un paysan de Saint Vérand qui avait la faculté de trouver sources, métaux et
coupable à l’aide d’une baguette de coudrier, sa célébrité lui valu l’intérêt des savants et du pouvoir, Henri II de
Bourbon l’ayant éprouvé le déclara comme imposteur.
15
Dans le Novum Testamentum, Basile Valentin parle de sept baguettes faites de sept bois différents
correspondant aux planètes, la Baronne de Beausoleil reprendra cette description dans son ouvrage La restitution
de Pluton paru en 1641.
16
D’autre variante propose : Adonay, Eloïm. Ariel et Jehova.
17
Ce secret est aussi dans le Dragon rouge, p. 63
18
Voir également l’illustration ci-contre

Page 7
La Baguette Magique

Il est important de mentionner que le Grand Grimoire et le Dragon Rouge ont
probablement été écrits au XIXème siècle et non au moyen-âge. On pourrait penser,
entre autre que les chapitres concernant la baguette divinatoire furent écrits pour
donner une justification ésotérique et historique à une certaine forme de
radiesthésie19. Ces sources « ésotériques » ont été ensuite recopiées, ou ont servi
d’inspiration à certains auteurs.

Voici comment en parlaient les anciens auteurs:
On emploie pour découvrir les sources ou les trésors une baguette, coupée verte, avance son
écorce intacte, - en chêne, orme, noisetier, ou coudrier. La baguette doit être naturellement
bifurquée à une de ses extrémités en forme de V ouvert.
On la tient la pointe en haut, les deux branches du V légèrement courbées et serrées, les
paumes des mains tournées en l’air.
On parcourt ainsi lentement le terrain à explorer.
De temps en temps on frappe du pied, sans que le talon quitte le sol, afin de mettre en
mouvement la baguette.
Quand on est au-dessus de l’eau ou du trésor, la baguette se tord parfois au point de se
briser.
Piobb – Formulaire de magie

Ici il convient d’ouvrir rapidement une parenthèse sur ces pratiques et leur
justification scientifique moderne. Même si aucune de ces pratiques ne reposent sur
un phénomène physique20 démontré.

En 1781 Le docteur Thouvenel publie en France un ouvrage nommé « Mémoire
physique et médicinal, montrant les rapports évidents entre les phénomènes de la
baguette divinatoire, du magnétisme et de l’électricité », basé sur ses observations
du sourcier Barthélémy Belton. A la même époque, Le médecin allemand Franz-
Anton Mesmer21, publie en exile à Créteil son Mémoire sur la découverte du
magnétisme animal. Ces travaux seront les précurseurs de la radiesthésie moderne
et ont influencés beaucoup d’auteurs aussi bien littéraires, savants, philosophes22 et
occultistes.

En Allemagne, Reichenbach, par ses travaux sur la force Odique (ou force Od)
influencera Bardon et avant lui Quintscher23, on retrouve d’ailleurs la notion de force
divisée en électricité, magnétisme et chaleur chez les trois auteurs. Pour
Reichenbach il s’agit d’un fluide unique qui parcourt le corps et que l’opérateur peut
manipuler, la baguette n’est pour lui qu’un artifice utiliser par les sourciers :
19
Au vu du contenu, on ne peut que penser, comme Eliphas Levy dans son Dogme et rituel de la haute magie
que ces grimoires sont des contrefaçons, profitant certainement de l’engouement de l’époque pour les sciences
occultes. Notons cependant qu’il en existe plusieurs version et que Papus, vante les mérites d’au moins une
édition et déconseille fortement les autres.
20
Le syncrétisme magico-scientifique est un non-sens, les auteurs qui en abusent, n’ont pu ni prouver, ni
réellement expérimenter leur propres théories. Car l’opération magique a une triple signification. Si le geste, les
éléments physiques et leurs propriétés ont une importance certaine, ils ne signifient rien sans la symbolique et
l’analogie qui leur est propre. La fusion de ces deux aspects de la réalité dans l’esprit de l’opérateur c’est cela la
vraie conscience des actions magiques.
21
A qui l’on doit le mesmérisme et qui influença entre autre Louis Claude de Saint-Martin.
22
Schopenhauer dans Animalischer Magnetismus und Magie. Ueber den Willen in der Natur – 1836 ; Hegel
dans l’ Encyclopédie des sciences philosophiques – 1817
23
La relation entre Quintscher et Franz Bardon est souvent débattu, on peut facilement établir des parallèles
entre les deux enseignements mais ces parallèles peuvent tout à fait être liés à l’environnement culturel
ésotérique de l’Allemagne de l’époque.

Page 8
I. Introduction

Vous voilà, mon ami, en pleine possession des derniers secrets de la baguette divinatoire,
Non pas de la baguette dans le sens du mot, et sous l'aspect de son mouvement ascendant et
descendant, de son tournoiement et toucher ; tout ceci n'était que le tour de passe-passe de
la chose pour la multitude, aux questions de laquelle les chercheurs étaient forcés de donner
quelque chose de palpable, mais de la véritable essence de la chose qui fut profondément
cachée jusqu'ici.
Lettres odiques-magnétiques- Reichenbach – éd. Cahagnet - 1853

De nos jours la vision moderne de la radiesthésie, rejoint plus ou moins cette
interprétation. On explique ainsi par le bio électromagnétisme24 humain, la capacité
de certains de « ressentir » la présence d’eau ou de métal. Même si comme nous
l’avons déjà dit ces explications scientifiques « théoriques », quoique plausibles,
n’ont pas encore été démontrées.

D’un point de vu plus ésotérique, et suivant la théorie des correspondances exposée
entre autre par Paracelse, on peut penser qu’il s’agit de phénomènes liés aux lois
d’analogie, en particulier celles liés à l’eau et à ses propriétés « magnétiques25 »,
non pas dans le sens physique du terme, mais dans le sens d’attraction universelle.

Bardon fait une distinction entre ces trois forces, mais précise bien qu’il ne s’agit pas
des mêmes forces que les forces physiques26, pour lui, comme pour Reichenbach,
c’est un fluide « électromagnétique » qui est la base des opérations de
« magnétisme », en utilisant les propriétés de ce fluide, à travers la baguette,
l’opérateur pousse, retient, attire ou détruit27.

De nos jours le terme « magnétisme » et son emploi, dévie parfois largement de ce
concept « magique », dans la présente publication le terme « magnétisme » fait
référence à la force d’attraction universelle28, principe aqueux et féminin qui englobe
toute la création et non au magnétisme physique qui n’est qu’une expression de la
force électromagnétique29.

24
Le Bioéléctromagnétisme humain est un fait scientifique, nos cellules, nos nerfs nos tissus utilisent, stock ou
font transiter des impulsions électriques. Nos cellules utilisent également les propriétés magnétiques d’ions et le
potentiel électrochimique de leur membrane pour échanger avec le milieu extracellulaire.
25
Cette notion de « magnétisme » de l’eau est certainement la plus confuse. Il faudrait ici revenir à la
symbolique même des quatre éléments dans les systèmes magiques anciens et modernes, car c’est bien de
symbolique dont il s’agit ici. Le magnétisme, tel que compris par les systèmes magiques n’est pas le magnétisme
physique, c’est une référence symbolique pour une force attractive.
26
Trouvant ainsi une justification à l’absence de confirmation scientifique des théories de Reichenbach.
27
Le Qi du Tao est très semblable au concept d’Od de Reichenbach et est utilisé par les praticiens de nombreux
arts-martiaux ainsi que par la médecine de nombreux pays d’Asie, voir également note 47.
28
A ce sujet on peut faire un parallèle intéressant avec la lune, qui par sa force de gravitation, la gravitation étant
une force purement attractive, influence considérablement les Hommes et leur environnement. La lune est le
symbole triple de la féminité et de l’eau, symbolique qui se retrouve aussi dans son action physique, sur les
marées et sur les plantes.
29
Dans le modèle standard de la physique actuel, il existe 4 forces principales, les 2 forces du microcosme que
sont la force forte et la force faible, présente au niveau des atomes et qui sont le champ d’étude de la physique
nucléaire, les 2 forces du macrocosme que sont la gravitation et la force électromagnétique et qui sont le champ
d’étude de l’astrophysique. Si l’électromagnétisme est également présent dans la physique nucléaire, la
gravitation elle, ne trouve pas sa place dans ce schéma standard. Et le défi de nos sciences modernes c’est de
réussir à unir le microcosme et le macrocosme, défi, que les hermétistes de tout temps ont tenté de relever.

Page 9
La Baguette Magique

D’après la radiesthésie, les ondes positives attire la baguette, les ondes négatives la repousse.

Nous ne développerons pas plus ce sujet, il existe de très bon ouvrage entièrement
consacré à la radiesthésie. Cependant il est intéressant de connaitre cette baguette
« radiesthésique » ou « divinatoire », pour justement bien la différencier de la
baguette « magique ». Même si ces deux baguettes sont bien distinct, de par leur
utilisation, leur correspondances symboliques, dans un schéma de pensé magique,
sont les mêmes, celles de ponts entre le spirituel et le matériel. Ce sont là les
symboliques du bâton, du sceptre de pouvoir, du bois et de l’arbre. Ces symboliques
sont alimentées, dans notre inconscient collectif, par les mythes et légendes et tout
particulièrement celle des anciennes religions.

Page 10
I. Introduction

B. Mythes, Légendes, Us & Coutumes

Le bâton et la baguette, leur utilisation et leur symbolisme, remontent aux origines de
l’humanité. Alors que l’homme était encore perché sur son arbre, le premier qui eut
l’idée de prolonger son geste à l’aide d’un morceau de bois, ne savait pas qu’il avait
inventé là, quelque chose qui bouleverserait l’humanité.

Le bâton, le sceptre, furent pendant longtemps les signes de la royauté, de la divinité
et du pouvoir. Symbole phallique de fertilité, la baguette, le bâton et le sceptre sont
possédés par nombre de dieux, demi-dieux ou héros.

1. Tradition gréco-romaine

Le prêtre d’Apollon, Abaris l’hyperboréen, maître des incantations d’après Platon30,
avait reçu du dieu « une flèche qui lui permettait de voler en l’air comme sur le balais
d’une sorcière »31 et de prévoir l’avenir.

Chez les romains toujours, Mercure et Minerve
avaient leurs baguettes sacrées. La flèche d’or
d’Apollon dissipait la peste et les orages. Hercule
avait sa massue qu’il balança sur les champs
d'Argolide et la flèche avec laquelle il tua l'Hydre et
le Centaure. Bacchus avait son thyrse à l’aide
duquel il sépara les eaux de l’Oronte, de I’Hydaspe
et de la mer rouge, Poséidon avait son trident qu’il
planta brutalement dans le roc de l'Acropole et
ouvrit un bassin d'eau salée32, où s'élevèrent plus
tard les portiques de l'Erechthéion., Homère33 et
Virgile écrivent que les sorcières Médée et Circée
en possédaient une :

Muni de son bâton Quirinal, vêtu d'une courte trabée, un
ancile à la main gauche, Picus, le dompteur de chevaux, était
assis ; une épouse ivre de désir, Circé, l'avait frappé de sa
baguette d'or, et à l'aide de ses breuvages, elle l'avait
transformé en oiseau et avait parsemé ses ailes de couleurs
Virgile – Énéide 7, 185-190

Circe offering the Cup to Ulysse –John Williams
Waterhouse 1891

30
Charmide 158C
31
D’après Héraclide du Pont
32
Bacchus, Poséidon et Moïse ont tout trois séparé les eaux grâce à un « bâton de pouvoir », on retrouve ici cette
analogie à l’eau et à la force d’attraction/répulsion. Il existe une certaine forme de paradoxe, que nous avons déjà
abordé et sur lequel nous reviendrons, entre la symbolique « phallique », ardente et masculine de la baguette ; et
ces propriétés magnétique, lunaire et féminine.
33
Odyssée 11.14

Page 11
La Baguette Magique

Ce passage est cité dans la philosophie occulte d’Agrippa et Eliphas Levy y fait
référence dans sa clé des grands mystères34. Le bâton que porte Picus (le pivert) est
un lituus35, qui servait aux augures pour délimiter rituellement des espaces sacrés
dans le ciel ou sur la terre36, et que portera plus tard Romulus pour tracer le plan de
la première Rome. Et quand Romulus planta sur la colline du Palatin son bâton,
celui-ci s'enracina, bourgeonna, fleurit et devint l'arbre à l'ombre duquel Rome
grandit37.

2. Le Caducée

C’est Apollon qui offrit sa baguette magique à Hermès en échange de la lyre que
celui-ci venait à peine d’inventer en rassemblant une carapace de tortue et des nerfs
de bœuf. Cette baguette pouvait endormir et réveiller les hommes, elle deviendra par
la suite, le Kerykeion, le caducée symbole des héros et des messagers.

Une baguette merveilleuse d’opulence et de richesse, en or et à triple
feuille: elle te protégera, dit Apollon à Hermès, contre tout danger en faisant
s ‘accomplir les décrets favorables, paroles et actes que je déclare
connaitre de la bouche de Zeus.
Hymne homérique à Hermès

Ou encore :

Hermès […] saisit la baguette au moyen de laquelle il charme à son gré les
yeux des mortels ou réveille ceux qui dorment
Homère Iliade, XXIV, 343-344

Asclépios ou Esculape, le dieu guérisseur fils d’Apollon, sera
le seul à savoir rendre la vie dans la mythologie avec son
bâton, qui sera par la suite associé au caducée d’Hermès.

Véritable baguette magique, le caducée symbole de culte
beaucoup plus ancien38, mais aussi symbole chtonien et
céleste, célébrant l’union de l’arbre et de la terre nourricière,
des serpents et des les ailes. Le symbole du caducée est le
même que le serpent d’airain de la bible, c’est celui de celui
qui connait le secret du serpent et de son venin, celui qui en
connait les remèdes.

Gobelet à libation de Gudea (ca. 2120 avant
34
Clés des grands mystères – Partie 4 – Chapitre 1. JC) – Musée du Louvre
35
Cf. note 9
36
Pour par exemple interpréter le vol des oiseaux dans le ciel ou tracer les cercles d’évocation
sur le sol.
37
Ce qui nous renvoi au mythe du bâton qui refleurit (Voir page suivante et note 55).
38
Le symbole du caducée se retrouve par exemple sur le Gobelet à libation de Gudea, prince
de Lagash (vers 2120 avant J.-C) conservé au musée du Louvres (voir illustration ci-contre).
Ce Gobelet, servant pour l’eau lustrale, provient du temple du Dieu Ningishzida, dont le nom
en sumérien signifie « le seigneur du bon arbre » (ou du bois), divinité de la végétation et de
la fertilité, gardien du palais céleste avec Doumouzi.

Page 12
I. Introduction

Le caducée est le symbole de l’équilibre des courants
cosmiques de la double spirale, les deux serpents représentent
l’aspect diurne et l’aspect nocturne, l’Hermès blanc et l’Hermès
noir dont les cultes ont depuis disparu et qui s’équilibre autour
de la verge d’or, c'est-à-dire de l’axe du monde. Hermès est,
comme le fait remarquer Guénon, le guide des êtres dans leurs
changements d’état aux sens ascendant et descendant des
courants figurés par les deux serpents, le soufre et le mercure
alchimique, le fixe et le volatil, l’humide et le sec ou le chaud et
Caducée Babylonien le froid qui s’unissent dans l’or de la verge centrale39.
représentant l’unité Homme-
Femme (629-539 Av. JC)

3. Tradition Judéo-chrétienne

Le Bâton est très présent dans l’iconographie judéo-chrétienne, en particulier par la
houlette, ou bâton de berger, que l’on retrouve par exemple dans le psaume XXIII40.
Ce bâton caractéristique était recourbé, et ressemble à la fois au sceptre-héka de la
tradition égyptienne et au Lituus des romains.

Dans la mythologie juive, Moïse et Aaron avaient un bâton. Moïse le changea en
serpent devant les prêtres de pharaons41, il l’utilisa pour séparer les eaux de la mer
rouge, pour déclencher les plaies d’Egypte et pour faire jaillir une source.
Quant à ce bâton, prends-le dans ta main; c'est avec quoi tu feras les signes.
Exode Chapitre IV verset 17

Le Bâton de Moise n’est pas un bâton ordinaire, c’est une des dix choses qui d’après
le Pirké Avot furent créer « entre les deux soleils »42, fait du saphir du trône de la
gloire de dieu43, il porte d’après le Targum du pseudo-Jonathan, le nom « grand et
glorieux » :

39
Dans l’enseignement tantrique, c’est la double circumambulation d’Izanagi et Izanami autour du pilier
cosmique, les serpents correspondent à la Kundalini, qui dort lovée au bas du dos et s’élève â travers les chakras
successifs, il symbolise donc la force cachés qui se révèle par l’union des opposés (voir Etudes sur
l'Hindouisme de René Guenon).
40
C’est le psaume utilisé entre autre pour la consécration du bâton selon Les Clavicules de Salomon et repris par
beaucoup d’auteurs ésotérique moderne (voir annexe 2).
41
La relation du Bâton de Moise et du serpent n’est pas anodine, à plus d’un titre. Le serpent de l’histoire de
Moise n’est un serpent ordinaire, puisqu’il dépasse les serpents des magiciens de Pharaon. De plus ce serpent
inspire une terreur si profonde à Moise qu’on peut être amené à penser qu’il s’agit du serpent du jardin d’Eden
(Zohar, Bereshit section 1). La relation entre le Serpent et la Magie est caractéristique d’un certains nombre de
mythologie et nous y reviendrons plus tard.
42
C'est-à-dire juste après la création.
43
Saphir en hébreux a la même racine que Sephirot, le « Bâton de Dieu » dans la tradition kabbalistique (Zohar,
Bereshit section 1) est «Métatron » qui apporte par un coté la vie et la création et par l’autre le mal et la
destruction. Le Bâton dans la main de Moise (c'est-à-dire dans la main d’un juste) fait le bien, mais lorsqu’il est
jeté à terre il devient le serpent de la genèse. A ce titre le « bâton de dieu » est aussi associé à la création et à
Geburah (Zohar, Shemot section 2). Fais du trône de la gloire de dieu on peut aussi l’associer à Hod.

Page 13
La Baguette Magique

Il aperçut le bâton qui avait été créé au crépuscule et sur lequel était gravé le Nom grand et
glorieux, grâce auquel il était destiné à accomplir les merveilles en Égypte et grâce auquel il
était destiné à fendre la mer des Roseaux et à faire sortir l’eau du rocher. Il était fiché au
milieu du jardin. Aussitôt Moïse étendit la main et le prit.
(Tj I Ex 2,21)

Le bâton de Moïse est le symbole de l’autorité divine, c’est par lui que Moïse
accomplira ses prodiges, il transforme l’eau en sang, sépare les eaux de la mer
rouge, devient serpent puis redevient bâton et est, en ce sens, le symbole du « Solve
et Coagula » des alchimistes, le symbole de l’âme transfigurée par l’esprit qui
deviendra le serpent d’airain. Cette autorité divine, est transmise de génération en
génération :

Le bâton de Moïse, créé entre les deux soleils fut transmis au premier homme dans le jardin
d’Adam. Adam le transmit à Énoch. Énoch le transmit à Noé. Noé le transmit à Sem. Sem le
transmit à Abraham. Abraham le transmit à Isaac. Isaac le transmit à Jacob. Jacob le fit
descendre en Égypte et le transmit à Joseph, son fils. Lorsque Joseph mourut, toute sa
maison fut pillée et ses biens furent mis dans le palais du Pharaon. Jéthro était l’un des
magiciens de l’Égypte. Il vit le bâton et les signes qui étaient inscrits. Il le désira ardemment et
s’en empara. Il l’emporta et le planta au milieu du jardin de sa maison. Aucun homme ne put
l’approcher. Lorsque Moïse arriva chez Jéthro, il entra dans le jardin de sa maison et aperçut
le bâton et il lut les lettres qui y étaient inscrites. Il étendit sa main et le prit. Jéthro le vit et
s’exclama : « celui-ci est destiné à délivrer Israël de l’Égypte dans le futur.
Midrash Pirqe du Rabbi Eliézer ben Hyrcanus 40

Le Bâton D’Aaron est le bâton qui, dans l’exode, refleurit pour désigner la tribu des
élus de dieu. Ce bâton qui refleurit est le symbole du grand mythe agricole, la
résurrection universelle, le perpétuel renouveau, les sumériens avait Doumouzi44, les
Syriens Adonis, les Grecs Dionysos et les Egyptiens Osiris.

4. Tradition Egyptienne

Les égyptiens fêtaient la résurrection végétale d’Osiris, celui-ci est tout à la fois l’âme
du bois, des arbres et des moissons, mais aussi l’âme de l’eau, du Nil qui inonde de
force les végétaux. C’est "le seigneur des champs verdoyants, le maître de la vigne
en fleurs", le fils de la terre et le petit fils du soleil, tué par Seth à l’automne et
démembré, il renait au printemps en Horus et par les enchantements d’Isis qui
rassemble ses membres au solstice d’hivers45.

Osiris est traditionnellement représenté tenant deux sceptres, ce sont : le flagellum,
qui symbolise la domination, mais aussi son caractère agricole et le sceptre-héka qui
symbolise son autorité divine

44
Doumouzi (Tammuz en akkadien) est le dieu de la fertilité du renouveau et du printemps, marié à Inanna
(Ishtar en akkadien, Vénus chez les romains), il est d’après la légende D’Inanna au enfer, 6 mois de l’année en
enfer (voir le mythe de Déméter grec) et reviens au printemps. Le sacre du renouveau de la nature était célébré
« rituellement » par les rois qui s’unissaient alors avec les Quadistu, les prostitués sacrés du temple, célébrant
ainsi le mariage sacré d’Inanna et Doumouzi. La mort de Doumouzi (comme la mort d’Adonis) était célébré par
des rituels de lamentation, on retrouve d’ailleurs dans le Livre d’Ezéchiel « voici que les femmes y étaient
assises, pleurant le dieu Thammuz » (Ezechiel 8-14).
45
Ce mythe, lié à la mort du soleil et a sa résurrection après les trois jours du solstice d’hivers, ressemble
étrangement au mythe de la résurrection du christ, et se retrouve également dans d’autre culte solaire, tel le culte
mithriaque.

Page 14
I. Introduction

En Egypte, les bâtons et sceptre ont eu une
multitude de signification, il en existe de toute sortes,
en témoigne les soixante-dix mots qui existent pour
désigner ces différents sceptres.

Les deux sceptres d’Osiris sont cependant les plus
représentés, car ils sont également tenus par les
pharaons dans cette posture si caractéristique des
bras croisé sur la poitrine que l’on retrouve sur le
célèbre sarcophage de Toutankhamon, symbolisant
ainsi leur lien a Osiris, leur domination sur le peuple
et leur autorité.

Il convient de nous attarder ici rapidement sur ce
sceptre-héka, car si les linguistes et les
égyptologues n’y voient le plus souvent aucun des
parallèles que nous allons évoquer, l’ésotériste, lui
ne pourra que s’en étonner.
Sarcophage de Toutankhamon - musée du Caire

Le sceptre-héka est une houlette, c'est-à-dire un bâton de
berger, identique par sa forme au Lituus romain et au bâton de
dieu de l’iconographie judéo-chrétienne, le hiéroglyphe
symbolisant le sceptre-héka signifie « seigneur ».

Héka, est le dieu de la magie46, littéralement l’ « activation du
Ka47 » c'est-à-dire une partie de ce qui constitue l’âme dans la
conception égyptienne c’est véritablement l « énergie vitale ».
Dans la cosmogonie égyptienne Héka est antérieur aux autres
dieux et assiste le démiurge dans la création de l’univers avec
Hou (la puissance du verbe48) et Sia (l’entendement). Il
représente donc le pouvoir de la force vitale, mise en action, qui
« matérialise » ce qui est « dit » et « pensée ».

D’après « l’enseignement pour Merykaré » le créateur :

[…] a fait pour eux (les hommes) le héka comme une arme pour
repousser ce qui pourrait advenir [de néfaste] »
Enseignement pour Merykaré – Op cité dans L’Egypte ancienne
et ses dieux – Jean-Pierre Corteggiani – éd Fayard
Héka, détail d’un papyrus funéraire
de Khonsourenep, XXIe dynastie,
musée du Caire

46
Son nom peut sembler très proche du nom de la déesse grec de la magie hékate, qui elle aussi a (parmi
d’autres) comme animal totem le serpent. Association troublante mais qui n’est généralement pas faite, ni par les
linguistes, ni par les spécialistes des antiquités grecs ou égyptienne, ceux-ci s’accordent pour rattacher hékate à
hequet, déesse de la fertilité et représenté par une grenouille
47
Le Ka est le double spirituel de l’homme, l’âme suivant la conception égyptienne est composé de plusieurs
éléments, mais c’est principalement le Ka et le Bâ qui survivent à la mort du corps physique. Le Ka est
également une force vital, ce concept nous rappel également le Qi du Tao et l’Od de Reichenbach.
48
Notion que l’on retrouve exprimé dans le Corpus hermeticum : « […] la particularité même du son et la
propre intonation des vocables égyptien retiennent en elles-mêmes l’énergie des choses qu’on dit » Corpus
Hermeticum, traité XVI, 1-2 trad. du grec par A.J. Festugière – tome 2

Page 15
La Baguette Magique

Cette notion de magie dans l’Égypte antique est complexe et peu étudié. Héka est
souvent représenté tenant deux serpents, ou tenant le sceptre du même nom.

Son nom en hiéroglyphe s’écrit . Le premier signe est une mèche de chandelle,
le deuxième le symbole du Ka. Cette mèche de chandelle, représentation troublante
de symbolisme pour l’ésotériste, est représentée également par les deux serpents
que tient héka (voir figure ci-contre), représentation que l’on retrouve dans d’autres
mythologies49.

5. Tradition indienne

Strabon et Philostrate rapportent que la baguette était en
usage chez les brahmes et chez les prêtres de la Perse, qui
comme le note Platon furent les premier magiciens. Zoroastre
en avait une. Chez les perses, le Barsom, faisceau de tiges
liées ensemble, traditionnellement faites de tiges de
Tamaris50, symbolisant la nature végétale a joué un rôle
prédominant dans le culte zoroastrien, souvent porté par les
dieux, il symbolise le lien qui unie le monde matériel et le
monde spirituel, le Barsom est le conduit a travers lequel les
principes et pouvoirs archétypiques se manifestent, c’est aussi
l’outil qui permet d’acquérir ces pouvoirs.

La baguette rapproche des essences différentes; tel le
talisman daçavrksha, « de dix arbres », la "dix bois ", où dix
tiges de bois distincts sont mises en faisceau par dix
brahmanes et noué par un fil d’or : Zoroastre portant le Barsom - détail d’une
fresque du temple de Dura Europus
II,9 1.O dix-bois, délivre cet homme du démon, de la goule, qui l’a empoigné aux quatre
membres, et ramène-le, ô roi des arbres, au monde des vivants. 2. Il est venu, il s’est levé,
l’homme que voici : il est rentré dans la foule des vivants ; le voici devenu père, il a des fils, et
il est le plus heureux des hommes. 3. Il a repris connaissance, il a abordé les demeures des
vivants ; car il dispose de cent médecins et de mille remèdes
ATHARVA-VEDA. II. 9, Op. cité dans Victor Henry — La Magie dans l’Inde antique

Dans l’hindouisme, la baguette ou le bâton est l’arme entre les mains de différents
Dieux. Entre les mains de Yama, le gardien du royaume des morts, il symbolise la
punition, entre les mains de l’avatar de Vishnou Vàmana, il est bâton de pèlerin
comme le Khakkhara du moine bouddhiste, appui pour la marche mais aussi arme
de défense, symbole du moine et outil d’exorcisme qui écarte les influences
malfaisantes.

49
Voir les chapitres précédent, cette image nous renvoie au caducée, au dieu mésopotamien Ningishzida, au
bâton de moise, au serpent d’airain, à la déesse Lamatsu (souvent comparé à lilith), au serpent de l’arbre de vie
de la genèse, à hercule, au représentation d’Horus cipus, à la Kundalini, etc.. etc. On ne peut que s’étonner
devant tant de ressemblance entre les différents mythes et les différentes religions, nous ne nous attarderons pas
plus ici sur ces symboles et signification qui dépasse le cadre de la simple « baguette » qu’elle soit magique ou
non.
50
Le Tamaris est un arbuste qui fleurit très tôt au printemps tout comme le noisetier ou l’amandier (voir plus
loin le chapitre sur les bois), il produit également un jus sucré, la manne, le pain que l’éternel donna comme
nourriture aux Hébreux suivant l’Exode (Ex. 16. 2-15).

Page 16
I. Introduction

6. Tradition Celtique

Dans le celtisme, la baguette est le symbole du pouvoir druidique sur les éléments.
Le Druide historien Sencha51 agite sa baguette pour obtenir le silence de
l’assemblée.

Le calme se rétablit pour quelque temps; puis les querelles recommencèrent entre les trois
femmes, entre les trois guerriers. Sencha se leva; il agita sa baguette, et tous les Ulates se
turent.
Introduction à l'étude de la littérature celtique, p305 - Henri d'Arbois de Jubainville.

D’autres transforment les hommes en animaux grâce à leur baguette. Baguette d’or,
d’argent ou de bronze, symbolisant le rang dans l’ordre des druides52 et qui sera
reprise dans sa symbolique par les premiers rois francs, avant même que ceux-ci ne
se convertissent au catholicisme.

7. Tradition ésotérique.

Mais la baguette est surtout présente dans l’imaginaire collectif attaché aux mythes
et aux légendes qui nous ont tous fait rêver quand nous étions petits, où elle
symbolise le pouvoir d'exaucer les vœux53.

Certains mouvements occultes, ou ésotérique font un usage varié du bâton ou de la
baguette, ainsi la golden Dawn, ou même la franc-maçonnerie, possèdent plusieurs
bâtons, portés par différents officiants lors des cérémonies. Pour la golden Dawn, on
peut citer entre-autre la fameuse baguette de lotus, qui reprend une symbolique
zodiacal, et dont la fabrication et la consécration sont relativement complexe.

Lotus Wand de la Golden Dawn

Pour la franc-maçonnerie, ce sont également les coups de bâton, comme les cinq
coups qui ouvre la cérémonie de passage au grade de compagnon, symbolisant
ainsi l’homme accomplis, possédant les cinq éléments54.

51
Sencha mac Ailella est un des personnages principaux du cycle d’Ulster de la mythologie irlandaise souvent
comparé au Merlin du cycle arthurien.
52
Dans le cycle d’Ulster Sencha a une baguette de bronze (d’après Christian-J. Guyonvarc'h dans Les Druides
Sencha « porte un pommeau d'argent blanc sous son manteau, une baguette de bronze au haut de l'épaule »)
alors que Conchobar Mac Nessa, le père de Cúchulainn, qui deviendra roi d’Ulster, a une baguette d’argent qu’il
utilise également pour ramener le calme dans l’assemblée (d’après Henri d'Arbois de Jubainville dans
Introduction à l'étude de la littérature celtique, p304)-
53
Dans les contes et légendes, sorcière ou bonne fées ont leurs baguettes, celles-ci dérivent de la véritable
baguette magique des mages.
54
Ou les 5 sens (goût, odorat, audition, vision et toucher). Le chiffre à cinq a une haute signification et
symbolique ésotérique. Dans la franc-maçonnerie c’est le chiffre du compagnon qui reçoit ainsi une canne ou un
bâton portant 5 rubans de couleur différente, fais les 5 pas et frappe les 5 coups. On peut aussi citer les 5 points,
l’étoile à 5 branches, les 5 segments des outils de mesures (paume, l’empan la palme, le pied et la coudée), le
Flambeau à 5 étoiles, les 5 voyages de l’apprenti, les 5 ordres d’architectures (le Dorique, l’Ionique et le
Corinthien, le Composite et le Toscan) etc.

Page 17
La Baguette Magique

De la baguette magique, symbole du pouvoir et de la volonté du mage, il existe aussi
plusieurs versions, les unes d’amandier pour suivre la tradition juive, les autres de
sureau, d’une tradition plus européenne. Le roseau ou le bambou sont également
utilisé, pour ce dernier notamment, dans la fabrication de la baguette de feu de la
golden Dawn.

Il y a aussi le « bâton de pouvoir », qui est très proche de la baguette par son
symbolisme, et qui se rattache à de nombreuses traditions chamaniques.

Grotte de Lascaux, Scène du puits (17000 ans avant J.C.). D’après Horst Kirchner il s’agit d’une scène de chamanisme
avec un sorcier en état cataleptique, le bâton surmonté d’un oiseau serait la première représentation d’un Bâton de
pouvoir chamanique.

Page 18
II. Symbolique

II. Symbolique
La symbolique de la baguette est multiple et se rattache à la symbolique de l’arbre,
de son bois, du bâton, du sceptre de pouvoir ou de commandement.

A. L’arbre

L’Arbre est la symbiose de tous les éléments l’eau de sa sève, la terre qui se
rattache à ses racines, l’air qui nourrit ses feuilles et le feu qui jaillit de son bois.

De nombreuses cultures ont honoré, et parfois honorent toujours, différentes sortes
d’arbres. Le chêne, le saule, le bouleau, l’orme, le sorbier et le noyer sont quelques
un de ces arbres qui sont proéminent dans les cultures occidentales. L’arbre était
sacré, car ces racines vont loin sous la terre. La terre elle-même était mystérieuse,
une chose dont les graines poussent vers le monde des vivants. Les anciens
croyaient qu’une dimension mystérieuse existait sous la terre, les graines qui étaient
dans les ténèbres sous le sol absorbaient une partie de cette connaissance secrète,
et la portaient avec elles quand elles grandissaient à travers le sol en des plantes
variées.

L’arbre de part la chute de ses feuilles et la renaissance de celle-ci au printemps est
le symbole de l’univers en perpétuelle régénérescence, la figuration symbolique
d’une entité supérieur55.

Dans beaucoup de religion, l’univers est représenté par un arbre, le chêne celtique,
le Kienmou chinois, le tilleul germanique, le frêne scandinave Yggdrasil, l’olivier de
l’orient islamique, le mélèze et le bouleau
chamanique sibériens dont les entailles
symbolisent les étapes de l’ascension
chamanique. Les Dieux, les esprits et les
âmes arpentent le chemin de l’arbre du
monde, entre ciel et terre.

L’arbre, la plus forte de toute les plantes,
étendait ses racines dans le monde
souterrain, la dimension ténébreuses des
âmes damnés, des esprits et des dieux
ombrageux. Entre le monde souterrain et
le monde du ciel il y avait le tronc de
l’arbre, un pont connectant ces deux
dimensions à la terre. C’est pour cette
raison que les dieux étaient liés aux
arbres, pour que le dieu lui-même
devienne le pont par lequel l’humanité
pouvait accéder, par lui, du monde
chtonien au monde ouranien.
Yggdrasil – L’arbre arbre sacré du Hof soutenant les Neuf Mondes

55
C’est l’arbre qui refleurit d’Aaron, Doumouzi (cf. note 44) ou encore Osiris ressuscité par Isis.

Page 19
La Baguette Magique

Mais l’arbre n’est pas seulement l’axe du monde c’est aussi l’arbre de vie du jardin
d’éden dont les fruits donnent l’immortalité. L’Arbre de Boddhi représentation
symbolique de Shiva, sous lequel le Bouddha atteignit l’illumination, l’arbre de vie
renversée de la Bhagavad-Gitâ et des Upanishad qui, pour Guénon56, s’élève au
dessus du plan de réflexion. L’arbre de vie cabalistique du Zohar. L’Arbre de la
Connaissance enfin, arbre de la science du Bien et du Mal, instrument de la chute
d’Adam. Arbre mort qui dans la Kabbale fournit à Adam les feuilles dont il couvre sa
nudité, et qui est toute à la fois le symbole du savoir magique mais aussi une
métaphore de la chute, du corps physique privé du corps de lumière57.

Le symbolisme de l’arbre est ambivalent, androgyne. L’arbre de vie avec son tronc
dressé vers le ciel, symbole solaire et phallique, est aussi une image paternelle. Mais
l’arbre creux de même que l’arbre fruitier feuillu est un symbole lunaire féminin de
fertilité, c’est aussi l’athanor des alchimistes, la matrice où s’opère la transformation
de l’or philosophale. Dans la Wicca, le sureau est l’arbre-mère symbole de la déesse.

L’arbre est donc le symbole d’une entité plus grande, cosmos ou déité, il est le pont
symbolique entre l’univers immatériel et l’univers matériel, c’est l’axe du monde, le
lien unissant les hommes aux dieux.

(VII 2). On emporte aussi au combat des totems et attributs divins dont certains sont retirés de
bois sacrés. […](IX 2). D'autre part, conscients de la majesté des dieux, les Germains ne
conçoivent pas de les emprisonner dans des murs ni de les représenter à l'image de l'homme.
Ils leur consacrent des bois et des bosquets et donnent des noms de divinités à ce mystère,
que seul leur sens religieux leur fait voir […]
Tacite La Germanie – Livre 1

Il devint coutume tribale que le fort porte une
branche de l’arbre sacré du clan. Cette
branche était un signe que le chef marchait
comme un représentant des dieux. De cette
pratique est venu l’association entre le bâton
et les prophètes, les chamanes et les
magiciens.

Au cour du temps la coutume apparu d’utiliser
des branches de l’arbre sacré pour des fins
religieuses ou magiques, et de ces coutumes
nous avons hérité notre baguette magique.

Odin chevauchant Sleipnir et portant sa lance
Gungnir - détail tiré du manuscrit islandais NKS
1867 (18ème siècle)

56
Dans Le symbolisme de la croix – René Guénon - Chapitre 7&8
57
Qu’on appel également en magie, le corps de gloire, l’âme.

Page 20
II. Symbolique

B. Le Bâton, La baguette et le Sceptre.

De part sa verticalité le bâton, la baguette et le sceptre symbolisent l’homme, la
supériorité de celui-ci en tant que chef et le pouvoir venu d’en haut. Ils symbolisent
aussi l’axe du monde autour duquel s’entourent les serpents d’Hermès ou les nidi
tantriques.

La symbolique du bâton est aussi une
symbolique du feu, dans la mythologie grecque,
c’est hermès qui créa le feu chtonien58 en frottant
deux bâtons. C’est le feu également sous sa
forme électrique de l’éclair qui sort du sceptre de
Zeus. Le bâton est également un symbole
phallique, un signe de fertilité et de régénération.

Le bâton est une arme, arme magique et soutien
du pèlerin pour sa longue marche sur le chemin.
Le bâton de pêcher chinois chasse les influences
néfastes, le bâton taôiste à sept59 nœuds
symbolisant tout autant les différents cieux que
les degrés d’incitations que l’initié doit parcourir
avant d’arriver à la connaissance. Le danda
Hindou à sept nœuds symbolisant les sept
chakras, étapes yogique de la progression
spirituelle. Plus qu’un support au voyage, le bâton
est le véhicule invisible qui transporte le mage ou
le magicien à travers les plans.

Le bâton étant tout à la fois symbole de défense,
de soutien et de guide, il se raccourcit et devient
sceptre, symbole de souveraineté, de
commandement et de puissance. Ce fut de tout
temps le signe des rois et des puissants60. Saint
louis avait un sceptre qu’il utilisait pour juger, les
capétiens avaient leur sceptre surmonté d’un Lys.
Le bâton du maréchal est le signe du
commandement suprême, le bâtonnier est celui
qui guide la procession. Les évêques et le pape
ont aussi leur crosse, signe de leur pouvoir
Arcane IX – Illustration tiré du « Temple de Satan » spirituel, de leur droit d’agir en représentant de
tome 2 des « Clés de la Magie Noir » de Stanislas de dieu et de « lier ou délier sur cette terre ou au
Guaita
ciel ».

58
Par opposition au feu ouranien et céleste dérobée par Prométhée
59
Le sept est également le symbole de la sagesse, dans les systèmes magiques, le sept est une représentation de
l’univers, c'est-à-dire de la divinité et du principe unique, basé sur une division de ce principe en sept éléments,
souvent rapproché aux planètes. Cette méthode d’appréhension du grand TOUT en le divisant pour mieux
l’appréhender et typique des systèmes magiques. Sur le chiffre 5 pour la magie élémentale, le 7 pour la magie
planétaire, le 12 pour la magie zodiacale, tous ces éléments étant liés par des correspondances.
60
Voir également note X

Page 21
La Baguette Magique

Par extension la baguette magique est le signe du pouvoir du magicien sur les
hommes et sur les choses, elle symbolise la médiation entre les sphères célestes et
notre monde matériel, symbole de puissance et de clairvoyance venu d’en haut.

C’est cette signification symbolique que l’on retrouve dans les contes et légendes
anciens ou modernes, ou la baguette est l’objet qui permet aux sorcières, aux
magiciens et aux fées de lancer leur sorts ou exhausser les vœux.

La marraine de Cendrillon creusa la citrouille et, n'ayant laissé que l'écorce, la frappa de sa
baguette, et la citrouille fut aussitôt changée en un beau carrosse tout doré.
Cendrillon – Charles Perrault

De cette courte présentation sur sa
symbolique, il faut retenir que la
baguette est un pont, un lien, un
chemin entre le ciel et la terre, entre le
divin et l’homme. Elle est la
représentation forte du pouvoir et par
extension de la volonté de part ce lien
qui unit le spirituel au matériel.

Ce court chapitre, donne une première
représentation de la baguette, de ce
qu’elle représente symboliquement et
de sa signification dans notre
inconscient collectif. Ces notions sont
importantes pour le praticien magique
car elle renforce sa capacité de
« visualiser », c'est-à-dire sa faculté
de représentation mentale. On pourrait
évidemment étendre plus avant ce
chapitre, et chaque cherchant sincère
aura certainement à cœur
d’approfondir par lui-même.

Marraine de cendrillon transformant citrouille en carrosse (image d'Épinal)

Page 22
III. La Fabrication de la baguette Magique

III. La Fabrication de la baguette Magique
La baguette est l'emblème de la force et de l'audace que le magicien acquiert sur son
chemin. Elle est le symbole de sa volonté, de son pouvoir et de la maîtrise des
différentes sphères61.

On considère qu’il y a traditionnellement quatre grands outils
magiques que sont la baguette (ou le bâton = feu), l’épée (ou
le couteau = air), la coupe (ou le verre =eau) et le cercle (qui
est souvent immatériel = terre), chacun symbolisant un
élément62. La correspondance entre les éléments et les
outils magiques et la même que pour le tarot.

La baguette est l'instrument de pouvoir, elle concentre les fluides, alors
que l'épée ou l'athamé les dissolvent.
Pierre Manoury – Formulaire de magie appliqué

Dans la tradition magique, la baguette symbolise le feu et la
volonté. On la retrouve entre autres sous la forme du bâton,
que tiens le bateleur dans sa main. Symbole de la médiation
entre les choses d’en haut et d’en bas.

Le feu dans le système des correspondances élémentales est le premier élément,
celui que le mage apprend à manipuler en premier. C’est lui que le profane utilise
lorsqu’il allume un cierge pour que son « vœux » monte jusqu’à dieu. Le feu est
action, expansion, c’est véritablement le Big-bang qui suivit le « fiat lux » originel,
c’est l’impulsion créatrice, le moteur qui fait avancer la création, la volonté qui nous
anime. Ce feu est présent dans toute la création, il est plus que la simple flamme,
c’est la lumière solaire qui nous réchauffe, l’éclair qui traverse le ciel, l’énergie divine.

Mais les systèmes magiques n’associent pas tous la baguette au feu. Dans la Wicca,
la baguette puisqu’elle est prise d’un arbre est associé avec l’élément air63. Quand la
branche grandit, elle s’étend dans l’air et est soufflée par le vent, c’est pourquoi dans
la Wicca le pouvoir de l’air est intimement connecté à la baguette et est inhérent à la
baguette elle-même.

61
Cette notion de sphères et variable suivant les systèmes magiques. Pour simplifier on peut commencer par
appréhender trois sphères principales que sont la sphère du monde physique (le corps), la sphère du monde
mental (l’esprit) et la sphère du monde spirituel (l’âme). Cette notion de sphère de réalité englobe d’autres
concepts, tel que les sphères liés aux planètes (par exemple pour l’étude de la magie évocatoire) ou encore les
sphères des séphirots de l’arbre Kabbalistiques, pour ne citer que quelques exemples parmi les plus usités en
magie cérémonielle.
62
La relation entre la magie est les éléments et le sujet d’une publication à part.
63
Franz Bradon associe également la baguette à l’air et l’épée au feu, pour autant il insiste, sur la relation de la
baguette et de la volonté du mage, qualité qui pour lui est une expression du feu dans le mental. Ces différences
de correspondances doivent s’apprécier, au sein d’un referentiel, suivant la symbolique et l’utilisation de ces
différents outils magiques. Bardon reprend la symbolique de l’arbre, la baguette servant de pont, elle équilibre et
permet de manipuler la force éléctro-magnétique (feu et eau) qui est dans son enseignement la force magique.

Page 23
La Baguette Magique

Cette différence de correspondances entre la Wicca et les autres traditions
magiques64, fut interprété par certains comme une erreur volontaire visant à masquer
une réalité initiatique. Mais on pourrait arguer qu’il s’agit d’une simple différence
d’utilisation de la baguette et de l’épée et que c’est la charge ou l’intention qui prime.
L’épée est une arme, le bâton aussi, tout deux sont des symboles de domination et
peuvent donc symboliquement se rattacher aux mêmes éléments.

Avant donc, d’aborder la fabrication d’une baguette magique, le mage doit savoir et
comprendre ce qu’il veut en faire et ce que cette baguette symbolise et signifie pour
lui. Cette « intention » que le mage donne à ses outils, est la véritable « charge »
magique, qui permet de dédier les outils à leur utilisation magique. De cette intention
peut dépendre le choix d’un bois particulier ou de décorations spécifiques.

Ce chemin, correspond a celui de la propriété des éléments dans notre sphère
mental, le mage veut (volonté=feu), il comprend (intellect=air), il ressent
(sensibilité=eau) et a ainsi la pleine conscience (terre) de ces actes, de tout cela
découle la vrai foi (éther), celle qui permet de déplacer des montagnes. Il est en cela
un homme « parfait » ou « accomplis », qui comprend le symbole de son
cheminement en pleine conscience, l’étoile flamboyante ou pentagramme,
symbolisant l’Homme ayant la maitrise des éléments, le bateleur du tarot.

Le choix d’un bois, peut paraitre particulièrement difficile, car sur ce sujet les auteurs
modernes ou anciens ne sont pas avares de correspondances.

Représentation des mystères de l'univers dans l'Enchiridion de Byrtferth :
le diagramme présente les points cardinaux, les quatre éléments, les
saisons, les âges de la vie, et les signes du zodiaque.

64
Dont tout particulièrement la Golden Dawn, voir à ce sujet les annexes de la présente publication sur la
fabrication de la baguette de feu suivant la Golden Dawn.

Page 24
III. La Fabrication de la baguette Magique

A. Le bois de la baguette.

1. L’amandier

L’amandier est clairement un arbre de la tradition judaïque, il
pousse d’ailleurs traditionnellement en Iran et en Israël. C’est
l’arbre que nous indique la magie d’Abramelin, c’est aussi cette
arbre qui sera mentionné par Eliphas Levy dans son Dogme et
rituel de la haute magie.

Vous aurez aussi une Baguette unie, droite, de bois d’Amandier, de la
65
longueur du bras environ (ou demi-aulne ).
La magie d’Abramelin – R Ambelain

Le mot hébreu pour désigner l’amandier “Sheked”, est dérive
d’une racine qui signifie également “éveiller” ou “surveiller”, à laquelle
Jérémie fait référence:

Que vois-tu, Jérémie ? Il répondit : Je vois une branche de veilleur ! Alors Dieu lui dit : Tu as
bien vu, car je veille sur ma parole pour l’accomplir.
Jérémie 1-11.

On dit qu’on a donné ce nom à l’amandier car c’est le premier arbre à sortir du
sommeil de l’hiver, le premier à fleurir, La tradition hébraïque donne à l'amandier le
nom de "vigilant". Sa floraison printanière annonce la renaissance d’une vie nouvelle,
avec les premiers signes du printemps, et coïncide avec la fête juive de Tu Bishvat
(le nouvel an des arbres), sa date varie dans le temps (fin janvier, début février) mais
on ne peut s’empêcher de faire un rapprochement a l’Imbolc celte (1er février).

Le bâton, symbole de l’autorité dans la tradition juive est aussi d’amande, comme
celui d’Aaron dans le livre des nombres :

et voici que la verge d'Aaron avait fleuri, pour la tribu de Lévi: il y avait poussé des boutons,
éclos des fleurs et mûri des amandes,
Nombres 17.8

La fleur d’amandier est aussi le modèle de la menorah qui était dans le sanctuaire

trois coupes en forme d’amande avec boutons et fleurs
Exode, 25, 33

On retrouve aussi dans la bible hébraïque le mot Luz (genèse 30:37), qui signifie
noix et qui est souvent traduit par noisetier, mais certains auteurs pensent que c’est
une erreur de traduction et qu’il faudrait traduire amandier (en arabe Luz signifie
amandes).

Le fruit de l’amandier, l’amande parce qu’elle est entourée d’une cosse est le
symbole de l’essentiel caché, de la spiritualité voilée, de la vérité voir du trésor
cachée. Le nom hébreu de l’amande: Luz, est aussi le nom d’une ville souterraine et

65
Un aulne fait 4 pied romain, soit environs 118 cm, un demi aulne fait donc un peu moins de 60cm.

Page 25
La Baguette Magique

mystérieuse, séjour d’immortalité dont la porte se trouve à la base des amandiers.
L’amande est donc le noyau d’immortalité, car l’amandier, pour les hébreux est le
symbole d’une vie nouvelle.

Dans le talmud on retrouve cette idée que la résurrection commence par
l’ «amande » ou la « noix » qui est ici le coccyx, légende qui si l’on en croit
l’encyclopédie du judaïsme seraient d’origine égyptienne et en particulier du rite
d’Osiris (rite fêtant la résurrection d’Osiris66). En ce sens la baguette d’amandier a le
même symbolisme que le rameau qui refleuri.

Enfin il faut noter que la baguette d’amandier était utilisée dans le rituel martiniste dit
« rituel d’Abramelin », qui fut inspiré comme son nom l’indique par le fameux ouvrage
d’Abraham Von Worms.

Le symbolisme de l’amandier est le suivant. C’est le « bois des Anges », pour les Cabalistes
de jadis. En effet, l’hébreu shaked signifie amandier, et l’hébreu shakad signifie veilleur. […].
Dans l’ancien hébreu mystique, le même mot s’écrit shin-hé-caph, sans qu’il soit possible de
distinguer la nuance, hormis par le fait d’une Tradition orale ésotérique, […] la quaballah.
L’ «amandier» (shaked) est l’arbre de « ceux-qui-veillent » (shakad), c’est-à-dire des Anges,
que le Livre d’Hénoch nomme les «veilleurs du Ciel». C’est la Verge qu’exige de ses Prêtres
le Dieu des Armées du Ciel, Elohim Zebaoth.
Dans le symbolisme hermétique, l’amandier est le symbole de la Naissance, la naissance
terrestre comme la Naissance Céleste. D’où les dragées du baptême. Son fruit évoque
facilement le sexe féminin, contenant la semence future : l’Enfant. C’est l’arbre de la Vierge-
Mère, et Marie est souvent représentée au centre d’une amande (voir à Notre-Dame de
Paris), parce qu’elle est la Vierge-Mère, et parce qu’elle est aussi la « Reine des Anges », la
reine des Veilleurs du Ciel.
Enfin, par son feuillage argenté le vert de son fruit, c’est l’arbre vénuso-lunaire par excellence.
Il évoque pour les magiciens arabes ou les cabalistes juifs l’Etoile de David, le Pentagramme,
(lié à la couleur verte), surmontant le Croissant lunaire (lié à la couleur argent). C’est le signe
de. Chance et de Bonne Fortune. Mais surtout l’amandier est l’arbre qui cherche la lumière.
Fleurissant souvent au printemps, avant que les derniers froids ne soient passés, sa hâte à
voir la renaissance solaire en a fait le symbole du Sage qui affronte la mort sans crainte, pour
voir plus tôt la Lumière, espérée.
R Ambelain – Le Martinisme

Si Ambelain, comme d’autre rattache l’amandier à vénus, on le rattache aussi parfois
à mercure. Comme le fait d’ailleurs Cunningham dans son encyclopédie des herbes,
il le rattache aussi à l’élément air, aux dieux Mercure/Thot/Hermès et le fait
correspondre à la prospérité, l’argent et la sagesse.

Ce paradoxe masculin/féminin de l’amandier se retrouve dans la mythologie
grecque : l’amandier nait des parties génitales d’un hermaphrodite, Agdistis, issus de
la semence de Zeus, celui-ci sera émasculé par Dionysos et de ses parties naitra
l’amandier. L’amandier est un symbole masculin, l’amande un symbole féminin,
symboles de fécondités. Il nous en reste d’ailleurs de vielle croyance, puisque
l’adage populaire veut que la jeune fille, qui s’endort sous un amandier et rêve à son
fiancé, puisse se réveiller enceinte.

66
Voir à ce sujet : http://en.wikisource.org/wiki/The_Golden_Bough/The_Ritual_of_Osiris . Les rites d’Osiris
avaient lieu entre du 12 au 30 du mois de khoïak, c'est-à-dire au moment de la décrue du Nil, mi-novembre, non
loin de l’équinoxe d’automne. Voir également note 45.

Page 26
III. La Fabrication de la baguette Magique

2. Le sureau

Le Sureau est un des grands arbres « classique » de la
tradition magique pour la confection de baguette
magique. Les jeunes branches de sureau sont
facilement évidées de leur moelle. Cet aspect creux est
utile pour une multitude d’usages magiques intéressants et
dans le cadre de la fabrication d’une baguette magique, il permet
l’utilisation de condensateurs fluidiques ou métalliques.

Les légendes racontent, qu’un être de nature féminine, la Mère-Sureau,
garde l’accès aux propriétés magiques de cet arbre. Elle le protège et maudit
quiconque en coupe les branches. On croyait qu’avoir un sureau dans le jardin
portait malheur, car quiconque en coupait les branches risquait de subir la
vengeance de Mère-Sureau. Ces légendes remontent certainement à d’ancienne
croyance païenne qui croyait le sureau consacré à la déesse lune.

On dit parfois que cette entité est la femme de Pan, dieu des forêts et des animaux.
D’ailleurs, le sureau serait l’arbre de guérison préféré de Pan, ce qui en fait
littéralement une panacée.

On croyait aussi que les sorcières et les esprits vivaient dans l’arbre, et c’est
pourquoi celui-ci “saignait” du jus rouge quand on le coupait, on récitait donc
traditionnellement une petite prière à genoux devant l’arbre avant de le couper67.

Dame sureau, donne-moi de ton bois
Et je te donnerais du mien,
Quand je deviendrais un arbre
Cunningham’s Encyclopedia of Magical Herbs – Traduit par Abraxas

Le sureau est aussi lié au monde immatériel ainsi on dit qu’en se couchant dans un
bosquet de sureau la nuit du solstice d’été on peut apercevoir le Roi des Fées et sa
cours. Le sureau est un arbre qui facilite le passage entre les monde c’est l’arbre de
la treizième lune et de Samhain, qui fait le pont entre la fin et le commencement.

Le sureau unit les opposés et les porte en équilibre, il est donc tout indiqué pour la
fabrication d’une baguette universelle unissant les propriétés magnétiques et
électriques.

Le sureau est associé à la planète et à la déesse Vénus, à la constellation du
Poisson, à l’élément eau et à l’arcane majeur de la Lune dans le tarot68. Franz
Bardon l’associe à Saturne.

Le sureau est le bois de la déesse mère de la tradition Wiccane, certainement à
cause de ces fleurs blanches, on retrouve dans le texte du Wiccan rede cette idée
que la mère sureau punit ceux qui la coupe ou la brule:

67
Une autre prière ressemble à ca : "Mère-Sureau, je te demande de bien vouloir m’octroyer quelques branches
pour me guérir et en échange, lorsque je serai à mon tour un arbre, je partagerai mes vertus avec toi".
68
D’après l’encyclopédie des herbes de Cunningham

Page 27
La Baguette Magique

Neuf bois dans le chaudron vont, vite et lentement les brule-t-on.
Le Bouleau dans le feu va, ce que la Dame connaît il représentera.
Le Chêne dans les forêts se hausse avec force, une esquisse du Dieu dans le feu il amorce.
Un arbre de pouvoir est le Sorbier, vie et magie aux fleurs il remet.
Posés au bord de l'eau les Saules sont prêts, à nous aider à franchir l’autre coté69.
L'Aubépine est brûlée pour purifier et à nos yeux révéler les fées.
L'arbre de sagesse et d’étude, le coudrier, sa force au feu éclatant a apporté.
Blanches sont les fleurs du Pommier, qui nous offre les fruits de la fertilité.
Sur les Vignes les raisins mûrissent, de joie et de vin ils nous remplissent.
Le Sapin indique la persistance, pour représenter l’immortelle essence.
L'arbre de la Déesse, le sureau, ne le brûle pas, ou on te maudira.
70
Le Rede Wiccan (traduction Abraxas)

Il existe moult légendes et propriétés associées au sureau on peut citer entre autre
qu’il protégé des agressions ceux qui le porte, et chasse les esprits malin quand il est
accroché aux portes des maisons. Il peut forcer les démons à dénouer des
enchantements ou des sorts, diminuer la fièvre ou le mal de dents. Planté dans le
jardin il protège la maison de la sorcellerie et des éclairs. On l’utilise également pour
bénir une personne en éparpillant aux quatre vents des morceaux de sureau et sur la
personne elle-même. Les flutes faites de son bois appelle les esprits lorsqu’on en
joue à minuit loin des habitats humains.

69
Summerland dans le texte original, qui représente une sorte de purgatoire pour les Wiccans, on l’appel
traditionnellement terre d’été en français.
70
Le texte original pour la parti traduite est le suivant :
Nine woods in the Cauldron go, Burn them fast and burn them slow.
Birch in the fire goes To represent what the Lady knows.
Oak in the forest towers with might In the fire it brings the God's insight.
Rowan is a tree of power Causing life and magick to flower.
Willows at the waterside stand Ready to help us to the Summerland.
Hawthorn is burned to purify And to draw faerie to your eye.
Hazel-the tree of wisdom and learning- Adds its strength to the bright fire burning.
White are the flowers of Apple tree That brings us fruits of fertility.
Grapes grow upon the vine Giving us both joy and wine.
Fir does mark the evergreen To represent immortality seen.
Elder is the Lady's tree Burn it not or cursed you'll be

Page 28
III. La Fabrication de la baguette Magique

3. Le noisetier

Le noisetier, le coudrier et le sorbier qui dans les textes anciens ne sont pas bien
différenciés, sont considérés depuis longtemps comme des arbres magiques. Chez
les celtes, les druides utilisèrent cet arbre sacré comme support d’incantation, on
gravait sur des morceaux de noisetier, d’if ou de bouleaux les ogams, ou lettre
magique que seul les druides connaissaient71.

Chez les germains cet arbre, attribut du dieu Thor, est un symbole de force et de
fertilité. La déesse Idunn, déesse de la vie et de la fertilité qui dispensait ces pommes
donnant la vie éternelle, métamorphosée en noisette, fut transportée par Loki sous la
forme d’un faucon. Les coutumes et légendes voulaient que les gens stériles
consultent les dieux dans un bois de coudrier pour redevenir fécond. La noisette
mangée ou plantée devant la maison assurait la fécondité du couple. Les branches
de noisetier avaient la réputation de chasser les sorcières et les mauvais esprits.

C’est donc tout naturellement que les sourciers et les chercheurs d’or faisaient leur
baguette de coudrier, l’eau de source et les métaux, murissent dans le ventre de
mère Gaia et, cette fertilité, se retrouve par analogie grâce au bois du noisetier.

Dans les traditions Wiccan, le coudrier est l’arbre de la sagesse et de la
connaissance. La noisette représente souvent symboliquement la science. Le
noisetier est rattaché à l’élément eau.

De nombreuses sources magiques parlent du noisetier comme arbre pouvant servir à
fabriquer une baguette magique, dont le grand grimoire, Eliphas Levi dans son
Dogmes et Rituels et les Clavicules de Salomon. D’après les Clavicules de Salomon
cet arbre a des propriétés se rapportant spécialement aux esprits de mercure. Le
grimorium verum indique qu’une baguette de noisetier ou de sureau doit être utilisée
dans la préparation des parchemins. Le grand grimoire (cité plus haut) indique une
méthode de divination avec une baguette de noisetier. D’après Bardon enfin, le
noisetier doit être utilisé pour fabriquer des baguettes de vœux.

Un aspect évidemment pratique du noisetier est qu’il a
habituellement de longues branches droites, dont l’écorce
s’enlève facilement. A ce titre il est très facile de fabriquer
une baguette de noisetier. Par contre sa moelle s’enlève
plus difficilement que le sureau, et il faut beaucoup de
patience et d’habilité pour pouvoir l’évider.

71
Voir à ce sujet le chapitre « 1. La Palomancie » et tout particulièrement la légende d’ètain.

Page 29
La Baguette Magique

4. Les autres bois

Il existe moult tableaux de correspondance sur les propriétés des arbres, celles-ci
révèle en partie de votre propre croyance. Le débutant ne peut pas faire de grosse
erreur en choisissant soit du noisetier, soit du sureau. Cependant chacun est libre
suivant sa croyance d’utiliser un type de bois spécifique, soit pour fabriquer une
baguette ayant une fonction spéciale, soit simplement par affinité avec un type de
bois particulier.

Pour la Wicca, un des auteurs de référence, Scott Cunningham indique précisément
quels bois sont utilisés pour quel type de baguette.

La construction de la baguette magique devra avoir lieu durant la lune montante et de nuit. Le
type de bois de la baguette dépend des intentions du magicien. Par exemple, le noisetier ou le
sureau sont les bois les plus utilisés pour les baguettes magiques, car ces arbres font
d’excellentes baguettes multi-usages.
Cependant, certains herboristes magiques, sont plus spécialisés, et ont une baguette pour
chaque type de magie qu’ils effectuent. On a ainsi, la liste suivante :
Magie d’amour – pommier
Magie de guérison – frêne
Exorcisme – Sureau
Prospérité – sapin
Protection - sorbier
Purification et bénédiction- Bouleau
Magie lunaire et magie des vœux – Saule
Pour les magies de fertilités on utilise souvent une baguette de chêne surmonté d’un gland
(ou une faite de sapin, surmonté d’une pomme de pin).
Comme le bois doit être obtenu d’un arbre vivant, il se peut que vous ne puissiez pas obtenir
le bois que vous souhaitez. Mais heureusement, la plupart des arbres, en particulier les arbres
fruitiers, fonctionneront correctement en magie.
Scott Cunningham – Magical Herborism (trad. par Abraxas)

Bon nombre de site web reprennent l’amandier féerique d’amandine Labarre, qui est
inspiré de lecture Wiccan et de magie plus traditionnel, même si certaine de ses
sources semblent être plus « poétique ».

Le saule est d'une efficacité redoutable pour les rituels lunaires : protection contre les armes
blanches; invocations aux esprits, charmes de beauté par exemple, mais aussi pour de
nombreux maléfices et envoûtements.
L'if est préconisé de manière spécifique pour les rituels impliquant l'au-delà ainsi que la
communication entre les mondes. Les mages qui le choisissent pour leur baguette ne
recherchent pas une efficacité immédiate dans leur pratique de la magie mais cherchent plutôt
à comprendre ou à étudier la complexité des mondes naturels et surnaturels. Ce sont des
chercheurs, des observateurs plus que des artisans.
Le noisetier ou le coudrier est le bois traditionnel des sourciers : il entretient en effet une
grande proximité avec l'élément eau et sa réputation en ce domaine n'est pas usurpée ! Sa
nature subtile et délicate en fait aussi l'arbre préféré des élémentalistes. Fortement
déconseillé pour toute entreprise de magie noire !
Chêne : L’arbre souverain ! On déconseille cependant aux apprentis magiciens de choisir cet
arbre car sa puissance est telle que l'énergie de celui qui la sollicite doit être parvenue à une
certaine maturité. On l'utilise pour de grands rituels bénéfiques individuels ou touchant à une
communauté entière : prospérité, fécondité, protection et stabilité sont les domaines de
prédilection. Il est associé à l'élément Terre.
Frêne : l'arbre des guérisseurs. Une baguette en frêne peut accomplir des miracles dans les
rites de nature curative et solaire. Les druides l'apprécieront tout particulièrement.

Page 30
III. La Fabrication de la baguette Magique

Bouleau : Un bois ambigu utilisé aussi bien par des mages de la lumière que par de
ténébreux nécromants. Son utilisation réclame expérience et concentration et une baguette du
bois des fées n'est pas à mettre entre toutes les mains ! On dit qu'il procure des augures d'une
grande précision et qu'il permet d'entrer en contact avec de nombreuses créatures de la nuit.
"L'herbier féerique" Amandine Labarre

Enfin Franz Bardon cite quand à lui les mêmes bois, mais les propriétés et les
associations diffèrent.

Toutes les baguettes en bois sont considérées comme des baguettes simples. Cependant,
seul un bois spécifique et dont la nature correspond au but du travail magique, doit être choisi.
Ainsi: Le noisetier ou le saule doivent-ils être employés pour confectionner une baguette
destinée à concrétiser les vœux; cette Baguette reçoit de cette façon sa spécialisation. Le
frêne: bien que l'on puisse faire une baguette à buts divers avec ce bois, on ne l'utilisera
cependant que pour faire une baguette destinée à la guérison des maladies. Le sureau: une
baguette faite de ce bois s'avérera particulièrement efficace pour maîtriser des démons ou
des esprits élémentaires car cet arbre, par sa nature, correspond vibratoirement à la Sphère
de Saturne. Les branches de saule: elles peuvent devenir des Baguettes à buts multiples car
cet arbre est un excellent condensateur fluidique. Le lecteur attentif se rappellera que le saule
est souvent frappé par la foudre car, en raison de sa haute taille, il garde les eaux de pluie et
devient ainsi un aimant; on se souviendra également d'anciens proverbes ayant trait aux
orages: «De saule, t'enfuis. Sous hêtre, te réfugie.» Le hêtre ou l'acacia sont d'excellents
matériaux pour faire une Baguette magique.
Franz Bardon – Pratique de la magie évocatoire

Et pour finir ce tour d’horizon des différentes traditions ésotériques,
voici des correspondances planétaires tirés du formulaire de magie
appliqué de Piobb.

Les Arbres ont un symbolisme planétaire qui leur est spécial :
Chêne – Soleil
Noyer – Lune
Houx – Mars
Bouleau – Jupiter
Olivier – Mercure
Myrte – Vénus
Pin – Saturne
Piobb – Formulaire de magie

On note donc que le Frêne (figure ci contre) est traditionnellement
un arbre dont les baguettes sont utilisés pour la magie de
guérison.

Le saule est également un arbre souvent cité, et qui semble
également avoir des propriétés magiques relativement
universelles. Le sureau est aussi cité ici comme un bois pouvant
exorciser ou dominer les démons et les esprits.

On trouve parfois dans les livres modernes les arbres "noyer" et "bois de rose",
comme étant les deux bois servant à confectionner les baguettes, ce sont dans les
deux cas souvent des erreurs de traductions, en effet Mac Gregor Mathers dans sa
traduction des clavicules de Salomon a traduit le terme français "noisetier" par "nut-
tree" et le terme "roseau" par "rosewood", les deux ont ensuite été retraduite ou servi
de sources à des livres français, qui reprennent cette erreur de traduction.

Page 31
La Baguette Magique

Le praticien, qui ne sait pas quel bois choisir, aura certainement plus de réussite à
partir en forêt, par une matinée d’été ou de printemps et, par affinité, à choisir un bois
ou un arbre qu’il « sentira », presque instinctivement, comme étant adapté pour la
fabrication.

Dans le doute, les caractéristiques physiques de la branche, bien droite d’un
diamètre suffisant pour pouvoir éventuellement y mettre un condensateur, et sans
bourgeon, le ramèneront naturellement vers une pousse de l’année ou du noisetier
(si celui-ci pousse à proximité), car ce bois possède d’excellentes caractéristiques
physiques pour la fabrication de baguette.

Au détour d’un chemin forestier en cherchant votre branche vous croiserez peut-
être le maître des lieux.

Page 32
III. La Fabrication de la baguette Magique

B. La coupe de la baguette.

La baguette magique, […] doit être d'un seul jet, parfaitement droit d'amandier ou de noisetier,
coupé d'un seul coup avec la serpette magique ou la faucille d'or, avant le lever du soleil et au
moment où l'arbre est prêt à fleurir. […]La longueur de la baguette magique ne doit pas
excéder celle du bras de l'opérateur
Eliphas Levy – Dogme et Rituel de la Haute magie.

On peut couper sa baguette d'un arbre, mais pour le faire avec tout le respect du à
cet arbre il ne faut pas employer n'importe quel outil, normalement on utilise un
couteau dont on ne se sert que pour les rituels magiques et dont la lame sera
suffisamment affûtée pour faire une coupure net.

Cette baguette, poursuivit-il, je l'ai coupée un jour de lune ascendante, c'est à dire quand la
lune monte, au milieu de la nuit, pour qu'elle ait eu le temps de s'imprégner des rayons de
soleil et de la lune, mais avant qu'elle ne soit humide de l'eau de la rosée matinale. Je l'ai
coupée dans un bois de sureau, d'une longueur d'environ 60 cm, avec mon couteau rituel -à
défaut, un couteau neuf ferait l'affaire. Je l'ai choisie la plus droite possible, sans rameaux ni
bourgeons. Puis je l'ai écorcée, faite sécher en la pendant au plafond -en prenant bien soin de
mettre à l'autre extrémité un poids, pour qu'elle ne se recroqueville pas durant l'opération de
séchage. Enfin je l'ai polie, évidée de sa moelle, et j'ai introduit dedans une tringle de cuivre
rouge préalablement chauffée. J'ai fermé les deux extrémités avec deux bouchons de cire
d'abeille. Certains « mages » utilisent plusieurs baguettes -une par type d'opération. Je n'en
vois pas la nécessité. Telle que nous la consacrerons, elle est universelle. Voilà pourquoi
aussi elle est vierge de toute inscription ou dessin.
Les cahiers de l’adepte Nr2

Dans certaines traditions Wiccane on considère que « trouver » le bois de sa
baguette sur le sol est le meilleur moyen pour obtenir une baguette, parce que vous
ne faites pas de mal à l’arbre et parce que cela veut dire que la « déesse » vous a
fait un cadeau72.

On coupe traditionnellement la baguette « avant le lever du soleil et au moment où
l'arbre est prêt à fleurir73 » ou encore « au printemps en lune ascendante à l'heure de
Mercure74 ». D’autres traditions parle du « solstice d’été à minuit vrais » toute ces
traditions visent le même but, couper la baguette au moment ou les énergies sont les
plus importantes à l’intérieur du bois, ce qui se passe clairement entre le début du
printemps et la fin de l’été. Au solstice d’été les énergies sont les plus concentrés, a
l’équinoxe de printemps le bois à le plus de force vive, car c’est à ce moment qu’il
lance sa régénération.

Les heures indiquées visent à récolter le bois dans un moment ou il n’est pas trop
gorgé d’humidité, ce qui, même après un séchage rigoureux, pourrait occasionner
des sensations désagréables lors de l’utilisation. L’important est donc que le bois soit
sec et facile à couper.

72
Cette tradition Wiccane offre un inconvénient de taille, vous aurez toutes les peines du monde à identifier avec
certitude le bois de votre baguette. Mais selon la Wicca vous n’aurez pas vraiment a vous posez de question,
puisque la divine providence aura mis cette baguette sur votre route, c’est donc qu’elle était faite pour vous,
qu’importe a ce moment là les propriétés de tel ou tel bois
73
Dogme et Rituel de la Haute Magie – Tome 2 – Eliphas Levy
74
Pierre Manoury – Formulaire de magie appliqué, qu’on retrouve également dans les Clavicules de Salomon
(voir annexes), on trouve ici plusieurs variante : heure de vénus, de saturne, du soleil etc.…

Page 33
La Baguette Magique

Les baguettes sont souvent associés avec mercure ou vénus, on les coupe donc un
mercredi (jour de mercure) avant le lever du soleil75, en lune ascendante pour que le
bois soit le plus gorgé de sève et de rayons célestes. Pour Abramelin il faut
commencer après pâques :

Tous les livres qui traitent de caractères, de figures extravagantes, de cercles, de
convocations, Conjurations, Invocations, et autre choses semblables, il faut les rejeter […]
Une marque certaine de leur fausseté est le choix des Jours, puisque excepté ceux que DIEU
a expressément recommandé de sanctifier, on peut librement opérer dans tous les autres.
[…]Cependant le véritable temps de commencer cette opération est le premier Jour après la
célébration de la fête de pâques.
R Ambelain – La Magie Sacré d’Abramelin

L’important, comme dans toute action magique, c’est de faire une action par rapport
à un référentiel cohérent, c'est-à-dire de faire une action dont on comprend et
accepte le sens.

Franz Bardon dans son pratique de la magie évocatoire résume très bien cela et
explique un panel assez large de type et de fabrication de baguette magique en
fonction de leur utilisation :

Traditionnellement la cueillette du bois devant devenir une Baguette magique a été limitée à la
présence de périodes astrologiques précises. Celui qui connaît ces périodes est libre
d'appliquer son savoir; toutefois, cette condition n'est nullement nécessaire car le Mage sait
que si les étoiles ont quelque influence sur les êtres, les événements et les choses, elles ne
peuvent aucunement obliger le Sage à faire quoi que ce soit dès lors que celui-ci contrôle
leurs énergies respectives. […]. La Magie Cérémonielle exige un couteau neuf pour couper la
branche. […]
Franz Bardon – Pratique de la magie évocatoire

D’après Cunningham il faut utiliser son couteau magique, prendre un bain rituel puis
s’habiller de vêtement propre. Puis après être tourné trois fois autour de l’arbre dans
le sens des aiguilles d’une montre, on dit ces mots en pointant l’arbre avec son
couteau :

O arbre fort. Je te demande de me donner de ton bois, pour m’avancer dans l’art magique de
l’Herbalisme. Tu grandiras fort par ma coupe, plus fort et plus grand. O Grand arbre
Magical Herbalism De Scott Cunningham – Traduit par Abraxas

Toujours d’après Cunningham, on coupe ensuite la branche avec le couteau en
remerciant l’arbre à voix basse, après on attache un ruban rouge autour du tronc ou
bien l’on enterre une offrande de pain ou de pierre précieuse à sa base.

Il existe d’autres formules de dédicace utile au moment de la coupe. Certaines sont
spécifiques au type de bois que vous choisirez, d’autres plus génériques peuvent
s’utiliser pour la coupe de toute les plantes, par exemple :

Je coupe ta verdeur parce que tu purifie toute les humeurs qui entrainent l’Homme sur les
chemins d’erreur et d’injustice, par le verbe vivant qui a fait l’homme sans le regretter.
Sainte Hildegarde de Bingen – Livre des subtilités

75
La première heure « solaire » du mercredi est l’heure du jour de mercure.

Page 34
III. La Fabrication de la baguette Magique

C. Forme et décoration.

En certains cas, l’opérateur peut utiliser une baguette magique. Cette baguette, rectiligne et
de grandeur approximativement semblable à celle d’une épée, n’a rien de commun avec celle
qui s’utilise en radiesthésie. Elle est généralement mince et de bois de peuplier, sec et non
verni; elle peut néanmoins être de tout bois blanc.
La baguette remplace l’épée. Elle s’emploie en Magie commune et sa seule utilité est de
donner plus d’extension au geste de l’opérateur.
Donc elle ne porte aucun signe, aucune inscription.
Piobb – Formulaire de magie

La baguette est traditionnellement de la longueur de votre coude jusqu’au majeur.
Cela représente l’extension maximale du bras, et donc l’extension maximale d’une
personne dans la réalité matérielle. Le bâton était traditionnellement de la mesure
d’un individu plus de la longueur de sa baguette, ce qui signifie dans un sens
métaphysique, la hauteur atteinte par celui-ci, plus l’extension de son pouvoir.

Autrefois, les baguettes étaient plus longues et étaient de la longueur de l’épaule
jusqu'à l’index. Ces méthodes de mesure ont sur les baguettes un effet
personnalisant. De la même manière, qu’en magie, on utilise son bras et son index
pour projeter l’énergie et tracer les pentagrammes ou les hexagrammes. La baguette
ainsi personnalisée devient une extension de soi et donc de sa volonté. Il est
cependant recommandé de couper un peu plus long que la longueur désirée de
manière à pouvoir faire des ajustements par la suite.

Autrefois les fidèles de la Magie Traditionnelle, de la Vielle Religion, avaient de très longues
baguettes, aujourd’hui elles ont environ un pied de longueur et sont toujours aussi efficaces.
Mais cela est dû à la force de vibrations que nous émettons, si la dimension a tellement
changé, nous le devons aux persécutions, dont nous avons tant souffert à travers les derniers
siècles. Quand le christianisme commençait à s’imposer, il a tout de suite persécuté l’ancien
culte de Lucifer et de Lilith. Les Initiés ne pouvaient plus se rendre à aucun sabbat, sans
recevoir des pierres.
Les femmes ont eu alors l’idée de lier des fascines (des branchettes de bois mort souple,
donnant ainsi à leur baguette l’apparence de balai. Pour cette raison, plus tard, durant
l’inquisition, sous l’effet de la torture, on fit avouer aux sorcières qu’elles partaient aux sabbats
à cheval sur un balai. La légende a fait son chemin, elle est tenace, puisque, encore
aujourd’hui, on représente rarement une sorcière autrement que chevauchant un balai.
Diane & Jacques Coutela : Douze leçons de magie

La baguette doit être la plus droite possible, on peut la rendre plus droite en la
laissant tremper dans un bain d'eau chaude pendant quelques heures et en la
laissant suspendu à un poids pour la faire sécher76.

La baguette ne doit pas contenir ni nœud ni bourgeon, idéalement il faut donc choisir
une section sans branche. C’est pour cette raison, entre autre, que certains textes
recommandent de prendre un arbre « de la pousse de l’année » c'est-à-dire n’ayant
pas encore porté de fruits77.

76
Normalement cette opération est inutile pour les branches de noisetier ou de sureau qui sont naturellement
droite, en particulier pour les jeunes pousses. Cependant on peut également les suspendre avec un poids, afin que
celles-ci ne se déforme pas pendant le séchage.
77
Cette indication se retrouve entre autre dans les Clavicules de Salomon, et est comme nous l’avons déjà
indiqué, reprise par de nombreux auteurs modernes.

Page 35
La Baguette Magique

Dans un premier temps, il est préférable de ne pas graver ni de mettre de peinture
sur cette baguette elle sera ainsi une baguette "universelle" et on pourra alors s’en
servir pour pratiquement tout les rituels. De toute évidence, il ne sert à rien de remplir
une baguette de symboles qui ne font pas partie du référentiel de l’opérateur. On
peut cependant retirer l’écorce et au besoin polir légèrement la baguette avec du
papier de verre, elle ne s’en conservera que mieux.

On peut également utiliser, pour améliorer sa conservation dans le temps, mais
également pour renforcer sa capacité, utiliser un vernis qui est un excellent
condensateur fluidique78. La fabrication de tels vernis est abordée plus loin.

On peut tout à fait dédier une baguette à des opérations plus spécifiques, que ce soit
au moyen de bois particulier, de signes, de sigils, de condensateurs, de couleurs ou
d’anneaux, ceci peut tout à fait se faire après avoir fabriquer une première baguette
plus générique, on prendra alors cependant un grand soin lors de la charge et de la
consécration, à bien identifier cette fonction générique dans un premier temps, puis
dans un deuxième temps sa fonction spécifique.

Les annexes de la présente publication, montre la variété des signes utilisés dans les
différentes éditions des clavicules de Salomon. Pour les opérations liées à une
sphère spécifique, on est libre de graver les signes spécifiques de cette sphère79.

Baguette Magique égyptienne – Ivoire – 1840-1640 Av. JC – Metropiltan Museum
78
Voir le chapitre sur les différents condensateurs pour baguette.
79
L’illustration ci-contre est un exemple de personnalisation d’une baguette magique pour une opération
spécifique. Cette baguette égyptienne est faite en ivoire d’hippopotame, animal associé à Taouret (Taouris) “La
Grande”, symbole de la mère protective dont on retrouve une illustration sur cette baguette. On y retrouve
également une illustration de Bès, époux de Taouret et protecteur du foyer. Cet instrument de magie défensive
était utilisé pour protéger mère et enfant des dangers du foyer, les représentations d’animal et de démons étaient
censée repoussées les maladies, les accidents et les forces maléfiques. On notera également la représentation de

trois , hiéroglyphe symbole du feu/torche ambivalent dans la religion égyptienne et dont la simple
interprétation dépasse ici largement le cadre de la présente publication.

Page 36
III. La Fabrication de la baguette Magique

D. Les différents condensateurs pour baguette

Il faut la perforer dans toute sa longueur sans la fendre ni la rompre, et y introduire une longue
aiguille de fer aimanté qui en occupe toute l'étendue ; puis on adapte à l'une de ses extrémités
un prisme polyèdre taillé triangulairement, et à l'autre bout une figure pareille en résine noire.
Au milieu de la baguette on placera deux anneaux, l'un de cuivre rouge, l'autre de zinc ; puis
la baguette sera dorée du côté de la résine et argentée du côté du prisme jusqu'aux anneaux
du milieu, et on la revêtira de soie jusqu'aux extrémités exclusivement. Sur l'anneau de cuivre
80
il faut graver ces caractères : ‫ירושליסהקרשה‬
81
et sur l'anneau de zinc : ‫המלר שלמה‬
Eliphas Levy – Dogme et Rituel de la Haute magie

La baguette est, en substance un condensateur. C'est-à-dire qu’elle a la capacité,
d’accumuler (attirer) et concentrer en les focalisant, les forces dirigées par
l’opérateur. On peut, et cela est quasi-systématiquement mentionné dans les
ouvrages sur le sujet, renforcer encore cette fonction de condensateur, à l’aide de
condensateur solide ou liquide.

Il existe principalement trois types de condensateurs, les condensateurs solides, les
condensateurs liquides et les condensateurs aériens. Ces condensateurs permettent
d’avoir un meilleur « stockage » de la charge, que l’opérateur doit cependant
régulièrement renouveler sur sa baguette, idéalement avant chaque utilisation.

1. Les condensateurs solides.

Parmi les condensateurs solides, on retrouve principalement les métaux, les résines
et les pierres précieuses et semi-précieuses. Ce sont principalement ces
condensateurs solides qui ont été utilisés dans la fabrication de baguette magique.

Parmi les métaux, l’or est le condensateur par excellence, à tel point qu’il était
souvent utilisé en combinaison dans de nombreux alliages82, ou comme nous le
verrons plus loin dans la fabrication de condensateurs fluidiques. Cette relation de la
baguette et de l’Or se retrouve aussi bien dans les mythologies que dans les us et
coutumes des anciens peuples que nous avons abordé aux chapitres précédents83.

D’après les anciennes traditions ésotériques, qu’on retrouve chez Eliphas Levy et
dans les clavicules de Salomon, pour ne citer que les plus connues, on devait mettre
une tige de métal souvent du cuivre ou du fer aimanté dans la baguette. Si vous
décidez d’utiliser un fil aimanté vous devrait d’abord en créer un. Pour cela prenez un
fil de fer et faites passez plusieurs fois un aimant par-dessus toujours dans la même
direction. Dans la Golden Dawn, le pôle nord de ce nouvel aimant doit être mis en
bas et le pôle sud en haut84. Le fil de cuivre se trouve facilement dans le commerce,
on prendra cependant soin de vérifier qu’il ne soit pas gainé85.

80
he shin vav resh quoph he - samek yod lamed shin vav resh yod. On retrouve aussi parfois une autre variante :
‫ירושליסהקרושה‬
81
he mem lamed shin – vav lamed mem he
82
Dont l’éléctrolum, alliage d’argent et d’or attribué par les anciens alchimistes à Jupiter.
83
Par exemple, la baguette d’Or de Circée, l’Or du caducée, les baguettes d’Or des druides.
84
Voir Annexe 1 de la présente publication.
85
Certaines gaines sont transparentes, on peut utiliser du fil électrique gainé et assez facilement retirer la gaine
avec une pince appropriée.

Page 37
La Baguette Magique

Eliphas Levy suggère également d’entourer sa baguette d’anneaux qui représentent
les sphères planétaires, à savoir ; Plomb (Saturne), Fer (Mars), Or (Soleil), Etain
(Jupiter), Cuivre (Vénus), Laiton (mercure) et Argent (lune). Il existe là encore, des
différences sur les correspondances métaux/planètes86, particulièrement dans les
anciens écrits alchimiques. Normalement ces anneaux doivent être gravés de leurs
signes planétaires ou de leurs correspondances kabbalistiques et la baguette s’utilise
alors pour l’évocation des intelligences planétaires87.

Certains livres enjoignent également à placer un cristal de roche au bout, le cristal de
roche peut lui aussi être utiliser comme condensateur, on peut aussi le charger
séparément pour une fonction précise. Il faut que votre cristal soit « naturel » c'est-à-
dire non taillé, très transparent et à six faces. Les cristaux de roches expulsent
l’énergie par leur extrémité pointue.

Il est intéressant de noter que le cristal de roche à la particularité d’être capable de
créer un champ électrique lorsqu’il est soumis à une action mécanique et
inversement. Il n’est, comme le cuivre d’ailleurs, pas sensible au champ magnétique.
On peut également placer une boule d’onyx à l’autre bout, l’onyx est un quartz ayant
les même propriétés physiques que le cristal de roche (mais d’autres propriétés
symboliques/magiques) on peut également utiliser pour cela une résine qui aura elle
aussi des propriétés de condensation.

Certaines traditions plus modernes, enseigne une construction de baguette
uniquement en métal, ces baguettes offrent l’avantage de pouvoir y mettre plus
facilement des condensateurs fluides, et de pouvoir également les changer
régulièrement.

L'inconvénient d'une Baguette de bois réside dans sa détérioration et par le temps et par la
présence du liquide; elle risque alors d'être, à terme, perforée. Elle pourra donc être
remplacée par une Baguette métallique. Les meilleurs métaux à cet usage sont ceux qui sont
de bons conducteurs d'électricité et de chaleur. Un tube de cuivre de quelques millimètres à
un centimètre de diamètre peut devenir un excellent instrument magique. Afin d'éviter toute
oxydation de la surface, ce tube pourra être recouvert de nickel, de chrome ou de fer étamé,
avant d'être rempli de condensateur. A cette fin, une des extrémités devra être scellée,
ensuite l'autre. Ainsi, avez-vous une Baguette de première qualité et à multiples usages. Ceux
qui travaillent tour à tour avec le Fluide Électrique et le Fluide Magnétique feraient bien de se
procurer deux baguettes: l'une faite de fer fin ou d'acier, pour agir par le Magnétisme, l'autre
faite de cuivre pour œuvrer avec l'Electricité. Une Baguette universelle (électromagnétique)
est confectionnée de la même façon sauf qu'au lieu de cuivre ou de fer, on prend du laiton
que l'on recouvre de nickel.[…]
Franz Bardon – Pratique de la magie évocatoire

86
Cela est du en partie à la découverte tardive du mercure, les anciens alchimistes considérait l’alliage or/argent,
l’electrolum, comme un métal à part entière (cf. note 82). Après la découverte du mercure, celui fut associé à la
planète du même nom, l’Etain qui était jusque là associé à mercure fut réattribué à Jupiter et l’éléctrolum disparu
de ces tables de correspondances planétaires.
87
Cette utilisation est également citée par Bardon dans son livre sur la magie évocatoire et rejoint l’utilisation de
la baguette tel que décrite dans la magie d’Abramelin, cependant la baguette d’Abramelin est vierge de signes.

Page 38
III. La Fabrication de la baguette Magique

Cependant, seuls les auteurs contemporains parlent de baguette en métal et à ce
sujet ils ne sont évidemment pas tous d’accord. A titre d’exemple et venant
contredire ce que Bardon écrit dans sa pratique de la magie évocatoire voici un
extrait de l’école des pouvoirs de pierre Manoury :

La baguette est le prolongement du bras, il ne faut pas la confondre avec le bâton qui est à
l'origine une arme, comme l'épée. La baguette sert à canaliser les énergies en provenance
de la main droite -la main émettrice, la dextre C'est un symbole de commandement, le
sceptre du monarque, le phallus dispensateur d'énergie […] Du stricte point de vue technique
la baguette sera un conducteur d'énergie. La baguette doit être en bois, jamais en métal (le
métal disperse), elle sera simple, décorée ou non […] Sa longueur doit être équivalente à la
longueur de l'avant bras du praticien. Une baguette idéale pourra être constituée par une tige
de bois dur, tournée et polie de 45 à 60 cm.
Pierre Manoury – L’école des pouvoirs

Les deux condensateurs classiques restent le fer pour le magnétisme et le cuivre
pour l’électrique. Il faut noter ici qu’il y a une certaine incohérence entre la
représentation symbolique de ces condensateurs et leurs propriétés physiques. Ainsi
on a traditionnellement les correspondances symboliques suivantes :

Métal Planète Couleur Elément Genre Propriété Correspondance
Fer Mars Rouge Feu Masculin Magnétique Electricité
Cuivre Vénus Vert Eau Féminin Electrique Magnétisme

Ces incohérences s’expliquent facilement, car comme nous l’avons déjà dit, il faut
considérer deux plans ; l’un matériel et l’autre spirituel, qui forment dans leur
association la véritable essence des lois d’analogies. Ainsi c’est en unifiant ces deux
principes dans l’esprit, que le mage est capable de véritablement déclencher l’action
magique des éléments.

Quelques petits hasards de l’univers sur ces correspondances. Dans la nature le
sang est également associé à Mars, hors sa couleur rouge lui vient de l’hémoglobine
et tout particulièrement d’un ion ferrique (Fe2+), la molécule la plus proche de
l’hémoglobine dans la nature et la chlorophylle, qui elle à un ion magnésium ce qui
lui donne sa couleur verte. La planète mars doit sa couleur à la présence d’hématite
en surface (oxyde de fer).

L’oxyde de cuivre (malachite) pigment vert vénusien par excellence, donne en
réaction avec l’acide sulfurique du sulfate de cuivre, sel bleu que les alchimistes
nomme vitriol88. La planète vénus à des pluies acide due à la présence d’acide
sulfurique dans son atmosphère et son association avec le cuivre est d’après
Berthelot89 liés justement a ses teintes bleuté qui rappel les sels de cuivre et
également parce qu’on trouvait ce minerais dans l’ile de Chypre, île dédiée à Cypris
autre nom grec de Vénus.

88
En Alchimie les vitriols sont l’ensemble des sulfates, vitriol blanc pour le sulfate de zinc, vitriol bleu pour le
sulfate de cuivre et vitriol vert pour le sulfate de fer. Ces sels était obtenus à partir d’acide sulfurique concentré
appelé huile de vitriol ou parfois simplement vitriol. Vitriol est aussi l’acronyme alchimique de « Visita Interiora
Terra et Rectificando Invenuies Lapidem »
89
M Berthelot – Les Alchimistes Grecs

Page 39
La Baguette Magique

2. Les condensateurs fluidiques.

Les condensateurs fluidiques peuvent être mis dans une baguette faite à partir d’un
tube de cuivre du type de celle présentée plus haut, mais on peut aussi tout à fait
utiliser un arbre, et, comme nous l’indique Bardon, utiliser le sureau, qui de part ses
particularités physiques90 est particulièrement indiqué pour ce genre de baguette.

Prenez une branche de sureau de 30 à 50 centimètres de longueur et de 1 à 2 centimètres de
diamètre. Otez-en l'écorce et lissez-la au papier de verre. Creusez alors un canal de façon à
obtenir un tuyau de bois. Mettez un petit morceau de liège à l'une des extrémités et scellez-le
avec de la cire chauffée. Introduisez ensuite du condensateur (liquide, si vous le souhaitez)
par l'autre extrémité restée ouverte et scellez celle-ci. La Baguette est maintenant prête. Vous
pouvez, si vous le voulez, utiliser différentes sortes de bois, par exemple du frêne, du saule,
du chêne ou du noisetier. La branche devra être percée au moyen d’une fine tige métallique
afin de faire le canal voulu. Au lieu d'un condensateur liquide, on peut y introduire un autre
ainsi que le précise «le Chemin de la Véritable Initiation Magique». On peut également utiliser
un morceau de papier buvard imprégné de condensateur liquide qui, une fois bien sec, est
chargé puis enroulé de manière à pénétrer le canal percé.
Franz Bardon – Pratique de la magie évocatoire

Les condensateurs fluidiques peuvent être de différentes natures, on retrouve parmi
les plus classiques, le sang et le sperme, les vernis, les teintures91 et infusions de
plantes, les huiles obtenues par pressions, macérations ou bien les huiles obtenues
par distillation92 et finalement les élixirs spagiriques93.

Pour la fabrication de vernis, nous verrons comment faire au chapitre suivant. Pour la
fabrication de teintures, de macérations, d’huile et d’élixir, qui n’est pas le sujet de la
présente publication, je renvois à la publication concernant les plantes magiques94. Il
est d’ailleurs facile de trouver ce genre de produit dans le commerce, il faut
cependant faire attention avec certaines marques d’élixir floraux, qui à part en porter
le nom, ne sont pas fabriquées dans les règles de l’art.

Le constituant de base de tout condensateur fluidiques, qu’on rajoute en proportion
de 1 pour 10, est la teinture aurique, à défaut on peut utiliser des sels auriques (on
en trouve dans le commerce), ou fabriquer soit même une teinture aurique, en
plongeant dans de l’eau distillée95 un bijou en or porté au rouge, et répéter une
dizaine de fois le processus en prenant soin de ne pas toucher l’eau avec un autre
corps que l’or, pour cette opération on prend environs dix fois le poids en eau de l’or.

90
Le sureau possède une sorte de moelle qu’il est très facile d’évider, on s’en sert d’ailleurs également pour
fabriquer des flûtes, qui si on s’en réfère aux propriétés de ce bois, devrait avoir des particularités étonnantes,
étant donné que ce bois est, par analogie, une porte entre les mondes.
91
Les teintures sont une préparation phytothérapeutique obtenue par macération de plantes dans de l’alcool
principalement de l’esprit de vin (c'est-à-dire un alcool fort obtenu par distillation du vin).
92
Ce sont les huiles essentielles.
93
Ce sont principalement des composées à base de plantes dont la fabrication « alchimique » a pour but
d’extraire la quintessence de la plante, là ou les préparations phytérapeuthiques classiques séparent le plus
souvent un principe aqueux (eau) d’un principe huileux (feu), les élixirs spagiriques sont capable d’extraire le
principe éthérique ou akashique d’une plante et de le stocker, le plus souvent dans l’eau.
94
La Publication N°3 « Les Plantes Magiques » explique également la fabrication artisanale des huiles
essentielles.
95
À défaut de l’eau de rosée filtrée.

Page 40
III. La Fabrication de la baguette Magique

Il existe bon nombre de condensateur fluidiques, simples ou composées de plusieurs
plantes, ceux-ci sont parfaitement décrite dans le chemin de la véritable initiation
magique de Franz Bardon, qui propose entre-autre des condensateurs fluidiques
associés à chaque éléments ainsi qu’une recette « simple » de condensateur
universel à base de camomille96 dont voici la recette :

La fabrication du condensateur fluidique simple.
Prenez une bonne poignée de têtes de camomille fraîche ou séchée, mettez-les dans un pot
et arrosez-les avec de l'eau froide jusqu'à ce qu'elles soient totalement recouvertes. Faites
cuire ces camomilles vingt minutes environ et laissez-les refroidir. Pendant la cuisson et le
refroidissement, les fleurs doivent être couvertes. Filtrez ensuite cette décoction puis remettez
celle-ci sur le feu et recouvrez-la à nouveau pour la laisser cuire lentement jusqu'à ce qu'il
n'en reste que 50 grammes environ. Quelques gouttes de plus ou de moins ne jouent dans ce
cas aucun rôle. Laissez refroidir l'extrait de camomille et mélangez-le, afin qu'il se conserve, à
une même quantité dans ce cas, donc 50 g d'essence ou d'alcool. Au besoin, on prend aussi
de l'alcool dénaturé, autrement dit de l'alcool à brûler. Ajoutez à ce mélange environ 10
gouttes de votre teinture aurique. Si vous avez l'intention d'employer le condensateur pour
des opérations qui concernent votre propre personne, vous pouvez encore le fortifier,
notamment en prenant sur un bout de coton un peu de votre propre sang ou de votre sperme
(les deux ensemble, si c'est faisable) en mettant ensuite le coton dans le condensateur et en
secouant bien le tout. Ensuite, filtrez cette préparation à l'aide d'ouate, d'un morceau de toile
ou de papier-filtre posé sur un entonnoir et conservez le filtrat dans une petite bouteille bien
bouchée, placée dans un endroit frais et obscur; le condensateur est prêt à l'emploi. Vous
pouvez, en suivant ce procédé, élaborer plusieurs condensateurs fluidiques universels en
utilisant des thés d'origine russe ou chinoise, ou bien des fleurs de lys -blancs de préférence-,
des feuilles de peuplier, des racines de mandragore, de la fleur d'arnica, des fleurs d'acacias.
Un condensateur fluidique simple, fait d'une seule plante, suffit aux opérations habituelles, à
la mise en œuvre de l'action des Eléments ou au développement des sens psychiques
Franz Bardon – Le chemin de la véritable initiation magique

Têtes de camomille séchée

96
Galien dit de la camomille «[…] les sages d'Egypte, qu'on appelait Magi, dédièrent ceste herbe au Soleil : la
tenant pour singulier remède contre les fièvres » Op. cité dans Commentaire sur Dioscoride de Pietro Andrea
Matthioli -1554

Page 41
La Baguette Magique

E. Vernis pour baguette magique

On peut aussi vernir sa baguette, le vernis offre beaucoup d’avantage, et vous
permettra de protéger votre baguette de l’usure du temps. L’idéal étant de fabriquer
son vernis soi-même.

Voici une recette rapide et pratique que vous pouvez utiliser. Commencez par vous
procurer 10g de résine de sang de dragon, cette résine rouge dont on se sert aussi
dans beaucoup de rituel97 était le colorant que stradivarius utilisait pour fabriquer le
vernis de ces violons. La résine doit être sous forme de poudre très fine, au besoin
réduisez la dans un mortier. Placez les dix grammes dans un récipient en verre ou en
plastique que vous pourrez fermer solidement (une petite bouteille avec un bouchon
fera parfaitement l’affaire), recouvrez la résine avec 1dl d’alcool d’ébénisterie (alcool
dénaturé à 95°, à défaut de l’alcool à 90°), rajoutez ensuite 5 gr d’Alun, laissez
reposez le mélange de manière à ce que la résine se dilue bien dans l’alcool. On
chauffe normalement le vernis pendant 1 ou 2 heures au bain marie dans l’eau
bouillante afin que les résines se diluent bien98. Puis on filtre le vernis obtenu dans
un contenant que l’on peut fermer hermétiquement. Le vernis ainsi obtenu se
conserve environs 1 an.

La recette est donc :
 Sang de dragon : 10 grammes.
 Alun : 5 grammes.
 Alcool : 1 dl

Poudre de Sang de Dragon Pierre D’Alun brute

Pour une utilisation magique, vous pouvez consacrer chaque ingrédient séparément
ou bien simplement le vernis obtenus.

Pour appliquer votre vernis sur la baguette, le bois doit être très propre et ne pas
contenir ni poussières ni irrégularités, commencez donc pas le polir un peu avec du
papier de verre extra fin, pour obtenir une surface uniforme. Frotter ensuite le bois
avec un chiffon sec pour enlever toutes les poussières. Si vous souhaitez appliquez
une teinture avant de vernir, vous pouvez également frottez le bois avec une solution
d’acide nitrique et d’eau en proportion de 1 pour 5, pour que la couleur accroche
mieux. Vous pouvez également utiliser de la poudre de laine99 afin d’obtenir une
meilleur finition100.

97
La résine de sang de dragon est aussi un encens, on peut également s’en servir pour fabriquer des encres.
98
Pensez à aérer les lieux si vous décidez de passer votre mélange au bain marie, cet étape n’est pas forcément
indispensable si vos résines se sont bien dilués, tout dépendra de la qualité de votre résine et de la finesse de la
poudre que vous utilisez. Au besoin faite des tests sur du bois vierge pour appréciez la qualité de votre vernis.
99
Encore appelé « laine de fer ».
100
Idéalement avant d’appliquer un vernis il faut que le bois soit traité correctement. Vous pouvez tout à fait
simplifier ces étapes mais votre vernis n’aura pas le rendu d’un meuble vernis par un professionnel.

Page 42
III. La Fabrication de la baguette Magique

Pour l’application utilisez un pinceau, il faut rajouter plusieurs couches pour obtenir
une bonne couleur et une bonne protection, les couches doivent sécher relativement
longtemps101 (comptez une bonne journée de séchage) et doivent être relativement
fine, n’appliquez pas trop de vernis à chaque couche et ne touchez surtout pas le
vernis pour vérifier si il est sec. On considère généralement qu’il faut sept jours et
donc sept couches pour faire un bon vernis.102

Ne touillez pas le mélange avec votre pinceau, et n’allez surtout pas jusqu’au fond de
votre tube, sinon vous risquez d’accrochez quelques particules de saleté103 qui se
déposeront ensuite sur votre bois, donc trempez toujours votre pinceau dans le
dessus du mélange et égouttez le un peu avant de vous en servir, les couches
doivent être relativement fine et uniforme. Pour unifier les couches de vernis on
utilise aussi de l’huile essentielle de lavande, on en applique une goutte ou deux sur
un chiffon et on frotte avec douceur la surface afin de la rendre plus uniforme, mais
n’en abusez pas.

Vous pouvez ensuite appliquer une dernière couche de vernis transparent, voici
quelques recettes pour fabriquer un vernis transparent :

Vernis Ordinaire :
 Gomme laque : 20 grammes
 Benjoin : 6 grammes.
 Alcool : 2 dl.

Ou

 Gomme Laque : 15 grammes
 Sandaraque : 7,5 grammes
 Alcool : 1dl

Vernis fin
 Gomme Laque : 15 grammes
 Sandaraque : 8 grammes
 Elémi : 5 grammes
 Alcool : 1dl

On peut également changer la proportion de Sandaraque/Gomme Laque pour une
plus grande souplesse (7,5 grammes de chaque).

Vernis Surfin :
 Sandaraque : 15 grammes
 Gomme Laque : 8 grammes
 Térébenthine de Venise : 5 grammes
 Elémi : 2,5 grammes
 Benjoin : 3 grammes
 Alcool : 1dl.

101
Ici tout dépend du vernis, avec de la résine « dur » le vernis séchera plus vite qu’avec de la résine molle, les
proportions alcool/résine jouent également un rôle prépondérant ici.
102
Comme nous l’avons déjà mentionné le chiffre sept a une signification particulière, liés à la magie planétaire
et se retrouve dans de nombreuse table de correspondance ésotérique, on pourrait donc imaginer un rituel sur
sept jours reprenant chacune des sphères planétaires afin de renforcer la correspondance « universelle » de la
baguette que l’on veut fabriquer.
103
Vous pouvez également filtrer a travers un papier ou une gaze votre vernis pour éliminer les impuretés.

Page 43
La Baguette Magique

Les quantités sont données à titre indicative pour autant que les proportions soient
respectées ont peut tout a fait fabriquer des quantités plus importantes. On peut
également remplacer l’Elémi par du Camphre.

On peut ajouter au vernis de l’huile de ricin ou de l’essence de térébenthine environs
5g pour 1dl afin de donner une meilleure souplesse au vernis et donner une
meilleure coulée.
On peut également fabriquer des vernis « gras » en utilisant uniquement de l’huile de
lin ou de l’essence de térébenthine (voir les deux).

On peut substituer/combiner plusieurs résines ensemble afin, soit de donner des
propriétés élastiques différentes, soit de renforcer certaines associations magiques.
Les résines se classifient habituellement en durs, tendres et molles voici la liste des
principales résines utilisées pour fabriquer des vernis :

Dur : Gomme Laque, Ambre et Copal
Tendre : Sandaraque, Mastic, Damar et Colophane104
Molles : Benjoin, Elémi, Térébenthine de Venise et Camphre

On peut évidemment teindre le bois avant de le vernir, voir rajouter de la teinture au
vernis. Pour les correspondances planétaires voici les principaux pigments
minéraux :

Mars : Terre d’Ocre, Hématite (oxyde de fer), couleur rouge
Vénus : Malachite (oxyde cuivre), couleur verte
Soleil : Or
Lune : Argent
Mercure : Cinabre (Sulfure de Mercure), couleur orange [toxique]
Jupiter : Bleu cæruleum (oxyde d’étain + cobalt), couleur bleue [toxique]
Saturne : Céruse105 (Carbonate de Plomb), couleur blanche [hautement toxique]

On peut en rajouter de petites quantités dans le vernis pour rajouter une
correspondance planétaires sans pour autant modifier profondément la couleur.
Certains de ces pigments sont extrêmement toxique et à manipuler avec d’extrême
précautions (masque respiratoire pour la céruse sous certaines formes). L’idéal
c’est de vous renseigner auprès d’un vendeur de pigments, on en trouve dans les
boutiques d’arts.

Certains de ces résines et ces pigments sont relativement onéreux (par exemple
mastic et cinabre pour ne citer qu’eux). Votre choix pour la fabrication dépendra donc
également de votre budget.

104
Si vous êtes musicien vous pouvez donc substituer dans les recettes cités plus haut la Sandaraque avec de la
Colophane.
105
Qu’on nomme également blanc de saturne, sa production s’obtenait par dégradation de plomb dans du
vinaigre, puis laissé dans du fumier pendant plusieurs semaine.

Page 44
III. La Fabrication de la baguette Magique

F. Consécration
Le mode de transmission de la baguette est un des arcanes de la science qu'il n'est jamais
permis de révéler. […] Le magicien ne doit s'en servir que lorsqu'il est seul, et ne doit même
jamais la toucher sans nécessité. Plusieurs anciens magistes la faisaient seulement de la
longueur de l'avant-bras et la cachaient sous de longues manches, montrant seulement en
public la simple baguette divinatoire, ou quelque sceptre allégorique fait d'ivoire ou d'ébène,
suivant la nature des œuvres.
La baguette magique est le Verendum du mage ; il ne doit pas même en parler d'une manière
claire et précise ; personne ne doit se vanter de la posséder, et l'on ne doit en transmettre la
consécration que sous les conditions d'une discrétion et d'une confiance absolues.
Eliphas Levy – Dogme et Rituel de la Haute magie

On parle de consécration lorsqu’on dédie un objet à une déité, la consécration est
donc un acte mystique visant à relier la déité à l’objet. En magie cérémonielle il existe
donc bon nombre de rituel de consécration dépendant essentiellement de la
croyance à laquelle on adhère. D’un point de vue purement cérémoniel il s’agit
également de donner une fonction, un rôle à la baguette, c’est ce qu’on nomme une
charge. La baguette est donc chargée d’une intention, d’une fonction ou encore de
qualité. La plus évidente est bien entendu que la baguette représente à chaque
instant la volonté du mage, qu’elle augmente sa force, la dirige, la canalise de
manière à ce que ce que le mage veut, se réalise dans le monde réel. Il faut pour
cela plus qu’une simple consécration, il faut véritablement imprimer par sa volonté
cette fonction sur la baguette, c’est pourquoi il est souhaitable dans les premiers
temps de toujours se concentrer sur sa fonction avant de l’utiliser, ce qui correspond
à une charge par la volonté, tel que décrite par Franz Bardon.

Que le Mage n'oublie donc jamais que sa Baguette représente sa volonté véritable dans ce
que celle-ci a de plus complet, de plus absolu et de plus puissant, […]. Certains Mages
gravent sur leur Baguette le symbolisme lié à ce pouvoir de leur volonté ainsi qu'à la charge
spécifique contenue. Tous ces usages sont laissés à l'appréciation libre et personnelle de
chaque intéressé. […] chacun d'attribuer, s'il le souhaite, à sa Baguette un nom qui
représentera le pouvoir de sa volonté. Il sera également évident à celui qui pratique la Magie
qu'un tel nom doit être gardé secret et que jamais il ne sera révélé, quelle que soit la pression
des circonstances.[…]
Ce qui compte le plus est la conscience constante de l'opérateur que cette Baguette
représente sa propre volonté, sa force et son pouvoir, lesquels sont concrétisés par les
Fluides que cet objet véhicule. Il sera donc non seulement capable de transférer en eux ce
pouvoir et cette volonté mais aussi d'y accumuler le degré de densification qu'exigera la
manifestation souhaitée. En conséquence, peu importe que cette baguette ne soit qu'une
simple branche, coupée de son arbre et travaillée ensuite comme on l'entend ou bien qu'elle
soit d'une élaboration complexe, saturée à l'extrême de condensateur fluidique. Cet
instrument peut être chargé, soit du pouvoir de la volonté du Mage, soit de qualités ou facultés
particulières, soit de Magnétisme, Biomagnétisme, soit des Éléments, soit d'Akâshâ, soit,
enfin, de Lumière
Franz Bardon – Pratique de la magie évocatoire

Presque aux antipodes de cette explication ou Bardon donne littéralement une
initiation magique au lecteur, on retrouve de nombreux auteurs dont Eliphas Levy
pour qui la baguette magique est aussi justement un symbole de l’initiation magique,
ce qui, pour la majorité des auteurs, ne peut se faire qu’avec une vraie
« transmission ».

Page 45
La Baguette Magique

La consécration de la baguette doit durer sept jours, en commençant à la nouvelle lune, et doit
être faite par un initié possesseur des grands arcanes et ayant lui-même une baguette
consacrée. C'est la transmission du sacerdoce magique, et cette transmission n'a pas cessé
depuis les ténébreuses origines de la haute science.
Eliphas Levy – Dogme et Rituel de la Haute magie

C’est cette idée de transmission d’un savoir qui se retrouve également dans les
cahiers de l’adepte. La description du rituel est très précise, et c’est le guide de
l’adepte D. dans le texte qui consacre pour lui ses outils magiques. Dans ces cahiers,
D consacre d’abord l’épée de l’adepte puis sa baguette, je reproduis ici l’ensemble
du rituel de manière condensé en gardant seulement les informations essentielles.

D. était vêtu d'une ample robe de soie naturelle, serrée à la taille par une cordelette à nœuds.
Son front était ceint d'une bandelette de lin blanche. Cette bandelette s'ornait de la
représentation suivante -en lettres d'or : […] iod -hé -vau -hé. Nous sommes ici, me dit-il, dans
le lieu que je réserve à mes diverses opérations. C'est mon temple […] […] Au centre de ce
"temple", un cercle d'environ 5 m de diamètre est tracé à même le sol. De grands chandeliers
supportent d'imposants cierges d'église. […]"Je vais d'abord, me dit-il, te décrire tout ce qui se
trouve dans cette pièce. […[. Au centre du cercle […], un autel de pierre de 1,80 m de
longueur, 0,50 m de largeur, et d'une hauteur de 1,40 m […] l'autel peut être aussi une table
en bois, à condition qu'elle soit entièrement chevillée, […]. La table d'autel est disposée de
telle manière qu'en se tenant derrière l'une de ses longueurs, l'opérateur se trouve face à
l'Orient ou face à l'Occident. […] Enfin, à côté de l'autel, et de telle sorte que tout à l'heure, je
me tienne dos tourné à l'orient (donc face à l'occident), à la gauche de la place que
j'occuperai, j'ai placé un lutrin où je poserai tout à l'heure mon livre personnel où j'ai consigné
tous les textes de mes rituels. Je vais maintenant disposer, un à un, sur la pierre d'autel, tous
les objets et ingrédients qui me seront utiles pour cette cérémonie de consécration, [… deux
chandeliers en bois, qu'il plaça sur la table, puis une bougie noire et une bougie blanche. […]
Le cierge noir sera placé à ma gauche, le cierge blanc à ma droite. […] Il posa ensuite sur la
table un encensoir de table [… [, un sachet contenant du charbon de bois, et un autre sachet
contenant de l'encens d'oliban en larmes. […] Enfin il sortit de l'armoire un vase en cristal et
106
un flacon contenant un liquide. "Dans ce flacon, me dit-il, se trouve de l'eau lustrale . […]
Durant toute la cérémonie, me dit-il, je me tiendrai debout, le dos tourné à l'Orient -donc à
l'Est. J'aurai donc devant moi l'Occident, l'Ouest, sur ma droite le Nord, et sur ma gauche, le
Sud. […] Mes talons seront joints en équerre. Mon pied gauche sera dirigé vers le sud, mon
pied droit vers l'Ouest. J'opèrerai, quoique je sois droitier -principalement de la main gauche.
Ainsi […[ mon corps tout entier ne fera qu'un avec le mouvement de la planète sur laquelle
nous résidons présentement. […[ D. rentra dans le cercle, le dos à l'Orient, les pieds en
équerre, comme il me l'avait indiqué. […[ Il mit ensuite un genou en terre, étendit ses bras,
paumes tournées vers le ciel et, d'une voix forte, récita en latin le psaume n° 2. […] D. baisa
l'autel à la fin de son oraison, puis se releva. Il alluma les deux bougies, en commençant par
celle de gauche, (la noire) , puis il embrasa quelques charbons de bois, les déposa dans le
brûle-parfum, et versa dessus de l'encens.
Les cahiers de l’adepte Nr1

106
Voir à ce sujet : http://abrasax.alloforum.com/outils-magiques-lustrale-i4111.html

Page 46
III. La Fabrication de la baguette Magique

Après la récitation du psaume 2 (purification de la pièce), l'allumage des bougies et de
l'encens, D. prit la baguette dans sa main droite et, à l'aide de sa main gauche, il la fit tourner
plusieurs fois dans la paume de sa main.
Il la dressa ensuite face à lui, la passa dans la fumée de l'encens, la fit de nouveau tourner
dans sa main, et récita :
"ETIAM CUM AMBULAVERO IN VALEM UMBRAE MORTIS NON TIMEBO MALA QUONIAM
TU MECUM ES, VIRGA TUA ET BACULUM TUUM ISPA CONSOLABENTUR ME".
Il prononça ensuite trois fois de suite : " ADJUTORIUM NOSTRUM IN DOMINE DEMIURGI
QUI FECIT CEALUM ET TERRAM.EXORCISO TE, VIRGA, PER DEMIURGUM, PER DEUM,
PER IGNEM, PER AQUAM, PER AEREM, PER TERRAM, UT PURITATEM SIT IN TE". Il
passa ensuite la baguette sept fois dans la fumée de l'encens, la bénit avec de l'eau lustrale,
l'éleva et souffla dessus de nombreuses fois tout en disant :
"CONSECRO TE VIRGA, AD DEMIURGUM. CONSECRO TE VIRGA AD MAGIAM
CONSECRO TE UTILATEM...... SOLUM AMEN (ici D. prononce le prénom de l'adepte, ainsi
que son nom, que, […], nous ne reproduisons pas. Note de l'éditeur) SOLUM AMEN."
Ceci fait, il rangea la baguette dans un tissu de soie rouge. La conclusion de cette cérémonie
fut identique à la conclusion de la consécration de l'épée.
Les cahiers de l’adepte Nr2

Il éteignit les deux bougies (la noire et la blanche) de sa main. Il versa sur les braises des
brûle-parfums un peu d'eau lustrale, rangea précautionneusement chacun des ustensiles
dans l'armoire, y compris l'épée, qu'il enveloppa dans un morceau de soie rouge, défit le
cercle qui m'enfermait, ouvrit les volets et les meurtrières, et prévint, par ces paroles, mes
questions.
"Nous allons de nouveau prendre chacun une douche. Mais nous nous abstiendrons de nous
parler. Pas aujourd'hui. Il faut savoir apprécier la qualité du silence."
Les cahiers de l’adepte Nr1

Ce court extrait est un véritable témoignage de cette initiation magique, au sens réel
de « transmission ». Le rituel de consécration se retrouve également dans le
formulaire de magie appliqué de Pierre Manoury et l’incantation principale se
retrouve également dans les clavicules de Salomon107. Celle-ci est une citation tiré
du psaume 23 et on peut la traduire par « Lors même que je marcherai dans la vallée
sombre de la mort je n’aurais pas peur du mal, car tu es avec moi, ta baguette, ton
bâton, ce sont eux qui me rassurent108. ». Le reste du rituel est beaucoup plus
classique et peut se rapprocher de nombreux autres similaires pour la consécration.

Les psaumes sont traditionnellement construits suivant un schéma mathématique et
littéraire servant à mettre en valeur un message. Le centre significatif de ce psaume
est « car tu es avec moi »109, la phrase cité dans l’ensemble des rituels utilisant ce
psaume est la phrase principale de ce psaume. Au-delà de la référence au bâton et à
la baguette qu’il faut rapprocher de la tradition judéo-chrétienne évoqué au chapitre
II, on doit voir dans ce psaume un « appel » de la divinité, en quelque sorte une
évocation, afin que la puissance divine descende pendant le rituel et l’assiste.

107
Voir Annexe 2 – Différentes versions des clavicules de Salomon
108
On peut traduire différemment ce passage « l’ombre de la mort », en hébreux « tsalmáveth » signifie
littéralement les ténèbres complet, le « mal » en hébreux « ra » est tout à la fois le mal dans le sens moral, mais
également les accidents ou catastrophe, le bâton est parfois traduit par « houlette » en référence au bâton du
berger, auxquels le reste du psaume 23 fait référence. Pour la prononciation hébreuse correct voir notes 114 et
116
109
Voir à ce sujet les excellentes analyses et explications de Christensen : http://www.bibal.net/04/proso/psalms-
ii/pdf/dlc_ps023-001-j.pdf et Labuschagne http://www.labuschagne.nl/ps023.pdf

Page 47
La Baguette Magique

A titre de comparaison, voici le
rituel proposé par Gérald
Gardner dans son Liber
Umbranum:
Aradia et Cernunnos, daignez bénir
et consacrer cette baguette. Qu'il
acquière par vous les vertus
requises pour tout acte d'amour et de
beauté. Aradia et Cernunnos,
bénissez cet outil préparé en votre
honneur. Afin in qu'il serve à bon
usage et pour votre gloire.
Gérald Gardner – Liber Umbranum
Gerald Gardner dans son“Witches Cottage” illustration tire du CD Radio Recordings

Les rituels de consécration se font naturellement suivant la tradition magique a
laquelle vous adhérez, mais surtout suivant votre propre compréhension, et votre
propre connaissance110, cette petite publication ne remplacera pas votre propre
réflexion, et il est, répétons le encore, inutile d’appliquer un rituel sans en
comprendre le sens.

Il faut surtout se méfier parfois de certains auteurs qui copie, ou recopie parfois
certains textes sans citer leur sources et en omettant certains détails. Voici à titre
d’exemple trois textes recopiés les uns des autres et perdant peu à peu leurs détails
(en ordre anti-chronologique)

C’est aussi avec leur baguette que les sorciers tracent les cercles, font les conjurations et
opèrent de toutes les manières. Cette baguette doit être de coudrier, de la pousse de l’année.
Il faut la couper le premier mercredi de la lune, entre onze heures et minuit, en prononçant
certaines paroles. Le couteau doit être neuf et retiré en haut quand on coupe.
Collin de Plancy - Dictionnaire des sciences occultes

[…] une fois coupée on la bénissait, on écrivait au gros bout le mot _agla_; au milieu _cor_; au
petit bout _tetragrammaton_, avec une croix à chaque mot, de plus on prononçait cette
formule: _Conjuro te cito mihi obedire. Venies per Deum vivum_, et l'on faisait une croix,--_per
Deum verum_,--une seconde croix,--_per Deum sanctum_,--une troisième croix.—
Ch. Louandre – La sorcellerie

On parle d’une Baguette magique, avec laquelle on fait les cercles, qui fervent aux opérations
magiques. Elle doit être de coudrier, de la pouffe de l’année. Il faut la couper le premier
mercredi de la lune entre onze & douze heures de nuit. En la coupant, il faut prononcer
certaines paroles. Il faut que le couteau foit neuf; & il faut le retirer en haut, en coupant la
Baguette. Il faut La bénir & écrire au gros bout le mot agla , au milieu v. & et Tetragrammaton
au petit bout avec une croix à chaque mot, & dire: Conjuro te citò mihi obedire. Venias per
Deum vivum , une croix ; Per Deum Verum , une feconde croix; Per Deum fanctum , une
troifième.
Dictionnaire pour l'intelligence des auteurs classiques, grecs et ...De [François]
Sabbathier – 1769

110
Voir à ce sujet page 19 et suivante.

Page 48
III. La Fabrication de la baguette Magique

Guaita dans son œuvre monumental Le temple de Satan, parle de la baguette
magique en faisant une distinction entre « la Baguette des mages, tige d'acier
magnétique, emprisonnée dans un rameau d'amandier, qui porte à l'un de ses bouts
une petite lance de cristal, à l'autre une petite lance de résine » dont parle Eliphas
Lévi et la Baguette des sorciers « avec laquelle ils tracent le cercle magique et
prétendent, dans leur outrecuidance, dominer les éléments » Il reprend donc ici mot
pour mot Lévi et Plancy qu’il cite d’ailleurs dans le même passage. Guaita reprend
par contre l’écriture hébraïque, tel que cité par Plancy et que l’on doit mettre sur la
baguette on a donc Tetragrammaton (‫ )יהוה‬On (‫ )און‬et agla (‫)אגלא‬

Johannes Trithemius: The art of drawing spirits into crystals - From Francis Barrett The Magus, Book II, London, 1801.

Il nous indique également que :

D'autres sorciers, plus avisés, ferrent la branche de coudrier aux deux bouts, avec l'acier de la
lame qui a servi à trancher le rameau; puis ils aimantent ces deux extrémités ferrées. Enfin, ils
frottent le petit bout avec du sang, et trempent le gros bout dans de l'urine où ils ont éteint un
tison. — Ces divers rites, observés par les rabbins sorciers de l'Alsace, sont extrêmement
remarquables au point de vue analogique; ils témoignent d'une science réelle, déviée à
gauche.
Stanislas de Guaita – Le temple de Satan

D’après Cunningham, la baguette doit faire une longueur de 15 pouces et une
largeur d’un demi-pouce elle doit contenir le minimum de feuilles et de brindilles. On
retire tout ce qui dépasse et on polie avec du papier de verre puis avec un chiffon
qu’on asperge d’huile de bois de santal ou d’encens pur. On la garde ensuite sept
jours enveloppée dans un tissu jaune et on la dépose ensuite une nuit sur la terre, on
touche alors la baguette avec la pointe de son couteau et on dit :

Je te consacre, O Baguette de (type de bois) par les vertus de la terre, l’air, le feu et l’eau, que
tu sois une vraie baguette magique possédée d’abondant pouvoirs et utilité Par ce signe tu
seras une aide et un secourt pour moi.
Magical Herbalism De Scott Cunningham – Traduit par Abraxas

Ensuite en posant le couteau de coté on prend fermement la baguette en main en
invoquant n’importe quel dieu suivant ses propres croyances en répétant l’incantation
dans les quatre directions.

Un autre rituel Wicca est celui proposé par Raven Grimassi :

Prépares un breuvage purifiant composé à part égal des herbes, verveines, basilic, Gaillet
odorant, Hysopes et Myrrhe. Faites bouillir trois tasses d’eau dans lesquels vous ferez bouillir
les herbes et une pincée de sel. Laissez les herbes bouillir pendant 5 min et refroidir pendant
10- Immédiatement après plongé la baguette dans le breuvage (en la plongeant 7 fois) puis
rincer là avec de l’eau claire. Faite sécher la baguette et laisser la de coté.
Pour charger la baguette, sortez par une nuit de pleine lune, juste après le coucher du soleil et
préparez un autel. Mettez sur l’arrière de l’autel deux bougies blanches, séparée de 9 pouces.
Entre les bougies mettez une offrande de fleurs blanches. Et ou centre de l’autel une coupe
d’eau fraiche remplie à moitié, à la droite de la coupe de l’encens et une cloche en argent.

Page 49
La Baguette Magique

Laissez tout comme cela jusqu’à ce que la lune soit directement au dessus de vous, environs
vers minuit.
Allumez l’encens et les bougies, puis soulevez les fleurs en les offrants à la déesse de la lune.
Puis prenez la coupe d’eau et asseyez-vous confortablement avec la coupe dans les mains.
Soulevez la coupe et regardez à l’intérieur en ajustant de manière à voir le reflet de la lune.
Quand vous pourrez voir le reflet de la lune distinctement dans l’eau fermez les yeux et dites :
« Lumière de la lune qui brille pour moi touche de la divinité. Hors de la nuit, ton rayon, ta tour,
me procure maintenant, le pouvoir ancestral. »
Bois maintenant de l’eau et en faisant ainsi, imagine que tu prends l’essence magique de la
lumière lunaire. Remet la coupe sur l’autel et prend la baguette dans ta main gauche. Puis
avec ta main droite verse un peu d’eau sur la baguette, de manière à ce que l’eau retombe
dans la coupe. Répète cela trois dois en disant chaque rime.
« Eau qui brille avec la douce lumière lunaire ici dans la coupe sombre. Outils des sorcières
de la nuit magique, porte sur le bois, l’essence brillante que l’on partage et donne puissance à
cet outil rituel de l’air. »
Ensuite tend la baguette vers la lune et garde là ainsi. Prend trois longues inspirations,
expirant sur la baguette à chaque respiration. Imagine que tu transfère l’essence de la lumière
lunaire que tu as bue précédemment. Avant de prendre chaque inspiration dit ces mots :
Air qui porte la lune à travers la nuit, chuchotement silencieux qui charge ce rite. J’ai bu la
lune, de la nuit et au-delà, et l’ai scellé avec le souffle de vie dans cette baguette magique.
La baguette est maintenant chargée et prête à être fini suivant vos gouts personnels. Vous
pouvez peindre ou graver des symboles sur le manche, ajoutez des cristaux, des plumes ou
tout ce que vous désirez. Laissez votre intuition vous guider.
The Witches’ Craft The Roots of Witchcraft & Magical Transformation De Raven
Grimassi – Trad. par Abraxas)

Une sorcière est une fée que l'on a offensée Tableau d'Edward Reginald Frampton.

Page 50
IV. Utilisation de la Baguette Magique

IV. Utilisation de la Baguette Magique
Pour répondre a la question "a-t’on impérativement besoin de la baguette" qui brûle
vos lèvres. La réponse est non, la baguette permet entre autre une meilleure
focalisation de la volonté, mais on peut très bien s'en passer. Comme nous l’indique
Papus dans son Traité élémentaire de magie pratique :

Pour indiquer et pour diriger la projection de sa volonté, le magiste possède un instrument
formé de bois et de fer magnétique qu’on appelle le bâton ou baguette magique. Cette
baguette n’a d’autre but que de condenser une grande quantité de fluide émané de l’opérateur
ou des substances disposées par lui à cet effet, et de diriger la projection de ce fluide sur un
point déterminé. C’est le soutien de la force astrale condensée par l’opérateur autour de lui, et
cet instrument facilite beaucoup les expériences. Mais par lui-même il n’a aucun pouvoir
mystérieux et ne subit que les réactions des forces physiques ; aussi les gens qui se figurent
qu’il suffit de posséder une baguette magique pour opérer des phénomènes magiques sont
semblables aux ignorants qui croient qu’il suffit de se procurer une belle flûte pour en jouer. Il
faut avant tout savoir se servir de l’instrument de musique et un bon musicien saura vous ravir
avec une flûte de deux sous. De même un opérateur expert pourra prendre comme soutien
fluidique n’importe quelle baguette formée d’une substance isolante ; car c’est là tout le secret
Traité élémentaire de magie pratique -1893 - Papus

On peut substituer la baguette avec « le signe de pouvoir »
en pointant l’index et l’annulaire ensemble et en repliant le
reste de la main. Ce signe est le signe que l'on retrouve sur
les mains de justice des rois et c'est le signe de
bénédiction des icônes chrétiennes. C’est aussi ce signe
qu’utilisaient les adeptes de la Golden Dawn en traçant le
Pentagramme mineur de bannissement (ou la croix
kabbalistique).

En faite la baguette sert traditionnellement à tracer des
symboles dans l’air, à tracer le cercle magique, ou encore
à focaliser la volonté sur un élément précis de son
environnement.
Main de Justice du sacre de Napoléon – Musée du Louvre

La baguette est aussi un outil qui permet de programmer l’énergie utilisée en magie,
elle sert donc de pont, de lien, entre les hommes et les énergies cosmiques et cette
fonction se trouve renforcée par la présence d’une tige aimantée ou de cuivre à
l’intérieur de la baguette. C’est aussi pour cette raison que certains enseignements
indiquent qu’il faut mettre un cristal ou bien un dodécaèdre aimantée en pointe de la
baguette et une boule en résine (ou une autre matière non conductrice) en son bout.

Page 51
La Baguette Magique

Le procédé de charge […] accumulation du pouvoir de volonté sera généralement utile pour
exercer une influence sur toutes les créatures: esprits, êtres humains et tout animal. Ceux-ci
doivent donc se conformer à la volonté absolue du Mage et obéir à ce pouvoir, que ce soit sur
le plan physique ou sur les plans psychique et mental. L'étendue de l'action de ce pouvoir ne
se limite pas aux êtres vivants; il sera également efficient sur les personnes décédées pourvu
que cela soit spécifié, dès le départ et lors des charges réitérées de l'instrument.
Franz Bardon – Pratique de la magie évocatoire

La plupart des textes magiques s’accorde sur le faite que la baguette devrait être
tenu de la main droite (la main émettrice) en priant, en appelant ou tout simplement
en s’adressant aux esprits et aux divinités. Par contre pour chasser les esprits on
inverse les mains, dans ce sens la baguette devient alors une arme défensive et
prend la même fonction que l’épée.

Comme la branche est un pont vers le monde céleste, la baguette est liée aux esprits
et aux divinités. C’est pourquoi la baguette est un outil utilisé pour invoquer ou
évoquer les dieux et les esprits de la nature. Ainsi Raven Grimmassi nous indique :

Une invocation typique reflétant la nature de la baguette est “Je vous invoque par les graines,
par les racines, par le tronc, par le bourgeon, par la feuille, par la fleur et par le fruit je vous
invoque… » Dans cette invocation on se connecte au principe qui nous lient à la métaphore,
et être liée à la métaphore c’est être unie à la source. Dans cette invocation on voit la
baguette comme branche de l’arbre, nourrissant et portant ses fruits. Typiquement la baguette
est sculpté dans une image phallique pour représenté sa correspondance fertile. La baguette
nous lie aux pouvoirs de la nature quand nous alignons notre consciences avec la mémoire
des bourgeons, des fleurs et des fruits et donc du bois lui-même. Ce qui en retour nous lie
avec la graine qui fut, et qui git sous terre là ou demeurent les secrets étranges. Quand nous
tenons la baguette nous devenons l’arbre sacré ancré en terre, et nous devenons le tronc de
l’arbre. De nous s’étend la branche qu’est la baguette et nous devenons le pont vers le ciel.
The Witches’ Craft The Roots of Witchcraft & Magical Transformation De Raven
Grimassi (trad. Abraxas)

La baguette magique représente la volonté
absolue du magicien, elle est donc utilisée pour
projeter l’énergie et la volonté du magicien, cette
loi magique très puissante peut être utilisée dans
pratiquement tous les rituels ou l’énergie du
magicien doit être projeté, ce qui inclue les soins
ou les charges d’autres outils magiques. On s’en
sert pour appeler les esprits bénéfiques, alors
que l’épée est utilisée pour appeler les esprits
maléfiques.

The magic circle - John Williams Waterhouse 1886

Page 52
V. Conclusion

V. Conclusion
La baguette magique est donc un outil du mage représentant sa volonté, c'est-à-dire
la propriété feu dans son mental. Cette volonté, comme toute action magique, n’est
rien sans la propriété des autres éléments c'est-à-dire la compréhension (air) et le
ressenti (eau), l’ensemble étant la pleine conscience (terre) de la réalité magique.

Cette publication, dont le principal but est de vous aider à développer cette
compréhension, présente plusieurs traditions, qui peuvent paraitre contradictoire,
mais qui devraient être apprécié à la lumière de système plus vaste ayant leur propre
cohérence.

Voici cependant quelques invariant :

 On coupe la baguette avec un couteau neuf ou un couteau cérémoniel

 La coupe se fait en lune ascendante entre le début du printemps et le
solstice d’été, à un moment ou l’humidité est minimum

 On prend un bois ne portant ni bourgeon, ni rameaux.

 En coupant le bois on prononce une formule de dédicacions ou de
remerciement.

 La Longueur de la baguette est de l’ordre de l’avant bras111 cette
personnalisation de la longueur de la baguette est importante car elle
représente l’extension de la volonté du mage dans le monde matériel et
immatériel.

 Les condensateurs mis à l’intérieur de la baguette sont, pour les plus
courants, une tige de cuivre ou une tige de fer alimentée.

 La baguette ne porte ni inscription, ni gravure, elle est vierge et peut-être
ainsi utilisé pour toute les opérations, on peut cependant retirer l’écorce, la
poncer légèrement et mettre une couche de vernis protecteur pour éviter
l’usure du temps

111
Nous l’avons dit, la longueur se mesure du coude jusqu’à la main tendu, on peut également faire des
baguettes plus longues de l’épaule à l’avant bras.

Page 53
La Baguette Magique

On se sert de la baguette pour tout type d’invocation (sauf pour les entités négatives
où on utilisera l’épée), d’évocation, de prière et par extension de tout type de rituel ou
l’énergie ou la volonté du mage doivent être dirigée sur un but précis

Les bois les plus souvent cités sont le sureau, le noisetier et l’amandier. On pourrait
être amené au vu de leur correspondances, a penser que la baguette de sureau
serait d’une nature féminine alors que la baguette de noisetier et celle d’amandier
seraient plus d’une nature masculine112., l’amandier et le noisetier sont très proches
de par leur correspondance et leur symbolisme, l’utilisation de ces bois pour des
baguettes magiques c’est peut-être développé en fonction de lieux géographiques.

La baguette magique est finalement relativement simple à confectionner, et au-delà
des différentes complications il convient de rappeler comme le disait Crowley de tout
outil magique :

« Plus ton arme magique te coute en complications et difficultés, plus tu la trouveras utile »
Aleister Crowley.

Aleister Crowley vers 1900 en robe de cérémonie et avec les outils magiques

112
Il convient certainement ici de rapporter que certaines traditions parlent de ces baguettes de nature féminine et
masculine, qui selon leur nature doivent prendre une forme différentes (voir figure ci-dessous).

Page 54
Annexes

Annexe 1 – Fabrication de la baguette de feu de la Golden
Dawn
Chapitre 10

LES QUATRE ARMES MAGIQUES Elémentaires

Les quatre armes magiques élémentaires sont en corrélation avec les quatre lettres du nom divin
YHVH et avec la suite des arcanes mineurs du tarot, c’est-à dire les bâtons, les coupes, les épées et
les pentacles, ainsi qu’avec les quatre éléments; elles ont un certain rapport et une certaine affinité
entre elles. Par conséquent, même si seulement l’une d’entre elles est utilisée, les autres doivent être
présentes, de même que chacune des quatre tablettes élémentaires hénokéènnes est divisée en
quatre angles mineurs représentant les trois autres éléments liés ensemble dans la même tablette
attribuée à un élément particulier. C’est la raison pour laquelle le Zelator Adeptus Minor doit se
rappeler que lorsqu’il travaille avec ces forces, il est aussi en rapport avec les forces des lettres du
nom de Dieu.
Chaque arme magique doit être dûment consacrée et quand cette opération a été effectuée, personne
d’autre ne doit la toucher.

BAGUETTE DU FEU:

Le bâton qui constitue la baguette magique du Feu doit être en bois, rond et lisse, et perforé en son
centre de bout en bout afin que l’on puisse y introduire une tige en métal aimanté qui devra être d’une
longueur telle qu’elle devra dépasser de deux centimètres environ chaque extrémité de la baguette de
bois. Il est plus facile de fabriquer a baguette du Feu à partir d’une canne en bambou qui est creuse à
l‘intérieure de manière naturelle. On s’arrangera de façon à ce que les trois nœuds de la canne en
bambou soient disposés de la même manière que sur la figure ci-après afin de ressembler aux trois
anneaux qu’un tourneur sur bois aurait pu faire.

La longueur de la baguette ne devrait pas excéder 45
cm. L’aimantation de la tige doit être de forte
Intensité. La fin de la baguette de bois devra être
taillée en forme de cône arrondi (comme pour
représenté. une flamme). Le pôle nord de la tige aimantée, qui est celui qui repousse le pôle nord de
l’aiguille d’une boussole, doit être place à l’extrémité inférieure de la baguette.

La baguette du Feu doit être peinte en rouge vif écarlate et divisée en trois parties par des bandes ou
des anneaux dorés. L’extrémité enforme de cône, également peinte en rouge, devra porter trois
petites flammèches en forme de Yod comme ornements et Ils devront être peints en jaune vif.

Les noms divins et angéliques de l’élément du Feu doivent être peint en vert vif sur toute la longueur
de la baguette et sur le cône, ainsi que leurs sceaux et la devise Initiatique de l’adepte.

La baguette du Feu pourra alors être consacrée. Elle s’utilisera pou toutes les opérations en relation
avec le Feu et elle sera sous la présidence de la lettre Yod et de l’arcane de l’as de bâton du tarot.

Page 55
La Baguette Magique

Page 56
Annexes

Planche 1 - Les outils magiques de la Golden Dawn

Lotus Wand Magical weapons Chief adept’s Wand

Portal Wand Outer order wand Phoenix wand

Page 57
La Baguette Magique

Annexe 2 – Différentes versions des clavicules de Salomon

Le Bâton : Il faut couper un bâton de branche de sureau de la longueur de deux pieds, à jour et heure
de Venus et l'ayant raclé, tu feras une petite ouverture, dans tous les intervalles
des nœuds, dans laquelle tu feras entrer un petit morceau de cuivre, sur lequel
tu graveras ou feras graver ce caractère:
a pareille heure et jour de Venus, et ayant reclos les ouvertures, avec de la cire jaune et
neuve tu l'encenseras en disant:
Conditor Universi, Creator Cœlorum, Ens magnus Pentagrammaton, Eye, Eye, Eye, Iskiros, Veni
Sanctificator omnipotens eterne Deus benedic & purifica, Baculum per nomen tuum quod est sanctum,
113
& per omnes Angelos tuos. Amen.
Et ayant mis une virole de laiton à chaque bout tu la conserveras pour le besoin.

L'autre Bâton : Il faut couper un bâton de sureau de même longueur que le premier qui aura la peau
bien unie, et la nuit du renouveau de quelle lune que ce soit, tu le prendras en la main après minuit en
te tournant vers l'orient tu le jetteras en l'air, et le recevant sans qu'il tombe à terre tu diras ces
paroles.
Etiam cum ambulavero in vallem umbræ mortis non timebo mala, quoniam tu mecum es, Virga tua, &
114
baculus tuus ipsa consolabuntur me.
Tu réitéras trois fois la même cérémonie et les mêmes paroles, et garderas le bâton pour t'en servir au
besoin.
Les Véritables Clavicules de Salomon, traduites de l'Hébreux en langue Latine par le Rabin
Abognazar

_________
Exorcisme du bâton pour venus. :Le Bâton de l’art se fait avec un branche de sureau coupée au
jour et heure de venus et l’ayant coupée et raclée à la mesure d’environs deux pieds, vous ferez une
petite ouverture dans toute les intervalles des nœuds dans laquelle vous ferez entrer un petit morceau

de cuivre sur lequel vous aurez gravé le caractère ci après à la même heure de
venus, et ayant reclos avec de la cire jaune neuve l’ouverture tu l’encenseras disant, Conditor
115
Universi, Creator Caelorum, Ens magnus Pentagrammaton, Eye, Eye, Eye, hyscyros , Veni
Sanctificator omnipotens eterne Deus benedic et purifica, baculum istud per nomen tuum, quod est
sanctum et per omnes Angelos tuo, amen. , et l’ ayant virollé à chaque bout d’un petit morceau de
laiton tu le conserveras pour le besoin.

Tu réitéras trois fois la même cérémonie et les mêmes paroles, et garderas le bâton pour t'en servir au
besoin.

Manière de couper l’autre Bâton propre a toutes les autres opérations
Il faut couper un bâton de Sureau de la même longueur que l’autre qui aura la peau bien unie et la nuit
du renouveau de quelque lune que ce soit, tu le prendras en ta main après minuit et le tournant vers
l’orient, tu le jetteras en l’air et le reprenant sans qu’il tombe en terre tu dira ces paroles :

113
Fondateur de l'univers, créateur des cieux, être puissant Pentagrammaton, eye, eye, eye, iskiros, viens
sanctificateur tout-puissant, Dieu eternel et purifie ce bâton, par ton nom qui est saint, et par tes Anges. Amen.
114
Lors même que je marcherai dans la vallée ténébreuse de la mort je ne craindrai aucun mal, parce que tu es
avec moi, ta verge, ton bâton me rempliront de consolation une autre traduction en est : « Même quand je
marcherais par la vallée de l'ombre de la mort, je ne craindrai aucun mal; car tu es avec moi, ta houlette et ton
bâton, ce sont eux qui me consolent."
115
Ce nom est un des 100 noms de dieu d’après le liber juratus d’honorius : « Ce sont les noms de dieu: […]
Iskiros » qu’on retrouve parfois orthographié yskyros.

Page 58
Annexes

Gam, qui elex Beque Tsalmaveth, lo yra, rah, qui ata himadi, Siblexa vinis hantexa ema yeneda.
116
C'est-à-dire, etiam Cum ambulavero in vallem umbrae mortis non timebo malum quoniam tu meum
virga tua et baculum tuum ipsa me consolabuntur.
Tu réitéreras par trois fois la même cérémonie et les mêmes paroles et garderas le bâton pour le
besoin.

Reproduction. en fac-sim. du manuscrit intitulé "La Clavicule de Salomon", 1641 traduit du
latin en français par Monseigneur Darvault, ayant appartenu à la bibliothèque de Stanislas de
Guaïta.

_________
Exorcisme du bâton pour les Opérations à Venus.

Il faut couper un bâton de branche de sureau de la longueur de deux
pieds, à jour & heure de Venus & l'ayant raclé, tu feras une petite
ouverture, dans tous les intervalles des nœuds, dans laquelle tu feras
entrer un petit morceau de cuivre, sur lequel tu graveras ou feras graver ce
Caractère

à pareille heure & jour de Venus, & ayant reclos les ouvertures, avec de la Cire jaune & neuve tu
l'encenseras en disant:
Conditor Universi, Creator Cœlorum, Ens magnus Pentagrammaton, Eye, Eye, Eye, Iskiros, Veni
Sanctificator omnipotens eterne Deus benedic & purifica, Baculum per nomen tuum quod est sanctum,
& per omnes Angelos tuos. Amen.
Et ayant mis une virole de laiton à chaque bout tu la conserveras pour le besoin.

Manière de couper l’autre bâton pour servir à toutes les Opérations.
Il faut couper un bâton de Sureau de même longueur que le premier qui aura la peau bien unie, & la
nuit du renouveau de quelle Lune que ce soit, tu le prendras en la main après minuit en te tournant
vers l'Orient tu le jetteras en l'air, & le recevant sans qu'il tombe à terre tu diras ces paroles.
Etiam cum ambulavero in vallem umbræ mortis non timebo mala, quoniam tu mecum es, Virga tua, &
baculus tuus ipsa consolabuntur me.
Tu réitéras trois fois la même Cérémonie et les mêmes paroles, & garderas le bâton pour t'en servir
au besoin.
Les Véritables Clavicules de Salomon, traduites de l'Hébreux en langue Latine par le Rabin
Abognazar. London, British Library, Lansdowne Mss. 1203

_________
Le Bâton (voir planche 1) devra être de sureau, de bambou ou de roseau, et la baguette de coudrier
ou de noisetier, dans tout les cas le bois sera vierge, c'est-à-dire de la pousse de l’année uniquement.
Chacun devra être coupé d’un arbre d’un seul coup, au jour de mercure, au lever du soleil. Les
caractères devront être écrit ou gravé dessus au jour et à l’heure de mercure. Ceci étant fais, tu
devras dire :
Adonay, le très saint, daigne bénir et consacré cette baguette et ce bâton, qu’ils obtiennent par toi les
vertus nécessaire, à travers toi, o grand Adonay, dont le royaume dure pour les siècles et les siècles.
Amen.
Après les avoir parfumé et consacré, met les à coté dans un endroit pure et propre pour les utiliser
quand tu en auras besoin.
The Greater Key of Solomon -MacGregor Mathers (trad. Abraxas)

116
Il s’agit là d’une tentative pour rendre phonétiquement la prononciation de ce psaume en hébreux, mais celle-
ci contient des erreurs il faut lire :Gam ki elékh b'géi tsalmávet lo-irá ra ki-atá imadí shivt'khá umish'antékha
hemá y'nakhamúni , à prononcer gam ki-elekh begey tzalmavet lo-ira ra ki-ata imadi shivtekha umis hantekha
hema yenakha muni

Page 59
La Baguette Magique

_________
Voici la Clef
Pour faire la Clef de l'Œuvre ou la Baguette pour toutes les opérations.
A l'égard de la Baguette il faut qu'elle soit de coudre et la cueillir lorsque le Soleil entre en Gemini au
jour et heure de Saturne, la Lune croissante, il faut jeûner trois jours avant que d'aller au lieu où on la
veut couper, il faut écrive ou graver aux deux bouts ces lettres hébraïques.

Lorsque tu voudras opérer, tu la tiendras à la main et quand tu ne t'en serviras pas tu l'envelopperas
dans une étoffe de soye [soie] ou de laine noire neuve. Elle doit être de la longueur de deux pieds
seulement et il ne faut parler à qui que ce soit le jour que tu la couperas, elle doit être triangulaire
comme ci après.

Voici les mots qu'il faut mettre sur chaque triangle de ladite Baguette qu'il faut écrire avec du sang du
doigt de Saturne.

P.er Angle 2ème Angle et 3ème An.

.
Elle doit être toujours enveloppée dans de l'étoffe noire et quand on veut opérer, il faut d'envelopper
lad. Baguette, en conjurant la tenir en l'air en appelant et nommant l'Esprit, ce qu'on doit faire suivant
la manière que nous enseignerons à la fin de nos clavicules et touchant avec la Baguette sur les
cercles, caractères ou médailles.
Les vraies Clavicules du. Roi Salomon. Par Armadel LIVRE III, London British Library
Lansdowne 1202 4to.

_________

Page 60
Annexes

Planche 2- Illustrations tirés des clavicules de Salomon

Page 61
Bibliographie
Bardon, Franz. Le chemin de la véritable initiation magique. Editions moryason, 2002
Bardon, Franz. La pratique de la magie évocatoire. Editions moryason, 2000
Bardon, Franz. Der Weg zum wahren adepten. Bauer, 1989
Tacite. Œuvres complètes. Gallimard, 1990. Bibliothèque de la Pléiade
La Bible, Ancien Testament (2 Tomes). Gallimard, 2006. Bibliothèque de la Pléiade
Homère. Iliade – Odyssée, Gallimard, 1955. Bibliothèque de la Pléiade
Écrits gnostiques. La bibliothèque de Nag Hammadi, Gallimard, 2007. Bibliothèque de la Pléiade
R.B., Gardner, Gardner's Book of Shadows. Star Rising Pub, 2000.
Luciféra, Diane et Coutela, Jacques. Douze leçons de magie pratique, Guy Trédaniel, 1987
Vincenti Piobb, Pierre. Formulaire de haute magie, Dangles, 1982
Ambelain, Robert. La Magie sacrée ou Le Livre d'Abramelin le mage, Bussière, 1990
Henry, Victor. La Magie dans l’Inde antique, Adrien Maisonneuve, 1988
Le Grand Grimoire ou Dragon rouge, Bussière
Les cahiers de l’adepte, Grand Collège initiatique
Les vraies Clavicules du. Roi Salomon. Par Armadel LIVRE III, London British Library Lansdowne
1202 4to.
Les Véritables Clavicules de Salomon, traduites de l'Hébreux en langue Latine par le Rabin
Abognazar. London, British Library, Lansdowne Mss. 1203
Reproduction. en fac-sim. du manuscrit intitulé "La Clavicule de Salomon", 1641 traduit du latin en
français par Monseigneur Darvault, ayant appartenu à la bibliothèque de Stanislas de Guaïta.
Les Véritables Clavicules de Salomon, traduites de l'Hébreux en langue Latine par le Rabin
Abognazar
Labarre, Amandine. Herbier féerique : Le Grand Grimoire des Plantes Magiques et Esprits des Bois ,
AK Editions
Mathers, S. Liddell mac Gregor. Greater Key of Solomon, Health Research
Grimassi, Raven. The Witches’ Craft The Roots of Witchcraft & Magical Transformation, Llewellyn
Publications
Cunningham, Scott. Magical Herborism, Llewellyn Publications
Cunningham, Scott. Encyclopedia of Magical Herbs, Llewellyn Publications
Ambelain, Robert. Le Martinisme, Niclaus
Louandre, Charles. La Sorcellerie (suivi de) Le Diable, Dualpha
Plancy, Jacques Auguste Simon Colin de. Dictionnaire des sciences occultes , Ateliers catholiques du
Petit-Montrouge
Christian-J. Guyonvarc'h, Les Druides
Mystère des sciences occultes, BookSurge Publishing.
Guaita, Stanislas de. Le temple de Satan, Guy Trédaniel
Jacquin, Renée & Vernhes, J.-V. Hymnes homériques, Ophrys
Virgile – Œuvres complètes (2 Tomes), Editions de La Différence
Sabbathier, François. Dictionnaire pour l'intelligence des auteurs classiques, Crapart
Berthelot, M. Les Alchimistes Grecs, Georges Steinheil
Levi, Eliphas. Secret de la Magie, Robert Laffont
Chevalie, Jean & Gheerbrant, Alain. Dictionnaire des Symboles, Robert Laffont
Université d’Oxford. Dictionnaire de l’antiquité, Robert Laffont
Joannes, Francis. Dictionnaire de la Civilisation mésopotamienne, Robert Laffont
Manoury, Pierre. L’école des pouvoirs.
Manoury, Pierre. Formulaire de magie appliqué.