You are on page 1of 56

Acoustique du bâtiment

Protection contre les bruits

Réglementation acoustique
LOGEMENTS AUTRES

 Pas de réglementation
NRA 2000 MAIS

(avec critères acoustiques européens)
Arrêtés
à voir aussi (en //): ou
Label Qualitel (LQ)
Label Qualitel Confort Acoustique
Recommandations
(LQCA)

Acoustique du bâtiment
Notions et grands principes
• Notions d’acoustique
• Perception auditive
• Transmission du bruit
• Isolement aux bruits aériens

Source sonore

Vibration Variation de
mécanique pressions

Perception d’un bruit

Perception
auditive

Variation de Vibration mécanique
pressions du tympan et osselets

Un son « pur » Variations Harmoniques de pressions Temps Période T Fréquence (1/T) en Hz .

Perception humaine des différentes fréquences 20 Hz 400 Hz 1600 Hz 16000 Hz Ultrasons GRAVES MEDIUMS AIGUES Fréquences audibles .

« Bandes » 125 250 500 1000 2000 4000 d’octaves (Hz) OU Tiers d ’octaves (Hz): 100 125 160 200 250 315 400 500 630 800 1000 1250 1600 2000 2500 3150 . Fréquences d’études en bâtiment Pour simplifier les études. on travaille autour de certaines fréquences moyennes : Octaves : Bandes de fréquences centrées autour d’une valeur moyenne et dont la progression se fait par multiple de 2.

Intensité des sons Niveau de pression acoustique 2 p Pression efficace mesurée Lp = 10 log 2 Pression de référence (2.10-5 Pa) p0 Unité : le décibel (dB) .

Courbes d’égale sensibilité de l’oreille 120 Seuil de la do uleur 100 80 60 40 Se ui ld 'au di 20 tio n 0 20 50 100 500 1 000 5 000 10 000 Fréquences (Hz) .

5 -3 0 +1 +1 .8.16 .Pondération « A » des bruits mesurés Il s ’agit de la prise en compte de la sensibilité de l ’oreille humaine aux différentes fréquences Correction en dB 10 0 -10 -20 -30 Pondération A -40 -50 A -60 -70 10 20 50 100 500 1 000 5 000 10 000 Fréquences (Hz) Fréquence (Hz) 125 250 500 1000 2000 4000 Correction (dB) .

NOTION DE BRUIT Un bruit est un mélange de sons. Chacun de ces sons ayant : Sa fréquence Son niveau de pression acoustique  Un bruit est représenté par un spectre sonore .

LES BRUITS REGLEMENTAIRES Bruit réel quelconque défini par tiers d'octave Niveau sonore (dB) 90 80 Bruit "ROSE" défini par 70 octave Bruit "ROUTE" défini par 60 octave 50 125 250 500 1000 2000 4000 100 160 200 315 400 630 800 1250 1600 2500 3150 Fréquence (Hz) .

  . à une fréquence f i . ADDITION DES SONS CONSTITUANT UN BRUIT Chaque son . le niveau global obtenu est :  Li  Exemple : L global = 10 log ∑ 1010  L ’addition de 2 sons de 40 dB   donne un bruit de 43 dB. est caractérisé par son niveau de pression acoustique L i Pour un ensemble de sons .

4 + 10 5.5 63 65 64 58 NIVEAU DE PRESSION GLOBAL ( L p = 10 log 10 5. Cas particulier des bruits d’équipements On utilise. un niveau global pondéré exprimé en dB(A) Un exemple : Fréquence médiane (Hz) 125 250 500 1000 2000 4000 Niveau par octave du spectre (dB) 71 70 66 65 63 57 Pondération « A » par octave (dB) -16 -8.3 + 10 6.5 -3 0 +1 +1 Niveau pondéré par octave (dB(A)) 55 61.8 ) PONDERE DU BRUIT en dB(A) L p = 70 dB(A) . pour ces bruits.15 + 10 6.5 + 10 6.5 + 10 6.

En criant. Très calme. Appartement sur rue active. 50 fenêtres ouvertes. 90 Forge 80 Circulation intense à 10 m. 140 Destruction de l’oreille. Trafic moyen à 30 m. À voix chuchotée 10 Laboratoire acoustique. Sortie de tuyère. Compartiment confortable d’un 60 train. 30 Jardin calme. Silence anormal. Les effets du bruit Niveau en dB Exemples Impressions subjectives Conversation Réacteur au banc d’essai. Impossible. Bruits courants. 130 Marteau pilon. 20 Studio d’enregistrement. Bruits supportables un court 110 Atelier de chaudronnerie. 120 Coups de marteau sur acier. 70 forts. Calme. 40 Bureau tranquille. Bruits supportables mais Conversation à 1 m À voix forte. 0 Seuil d’audibilité . Seuil de la douleur. À voix normale. instant. Scie à bois à 1 m 100 Marteau pneumatique à 3 m Bruit très pénible.

Réverbération dans un local RÉFLEXION SUR LES PAROIS SOURCE SONORE BRUIT RÉVERBÉRÉ Le bruit réverbéré par réflexion sur les parois persiste après l ’émission de la source .  Gène pour l ’audition .

Durée de réverbération La durée de réverbération (Tr) est le temps nécessaire pour que le niveau sonore d ’un son bref . ( pression acoustique est divisée par 106 ) Lp (dB) 60 dB Tr t (s) . diminue de 60 dB après son émission dans le local .

16 ⋅ V A • Tr = durée de réverbération (en secondes) • V = volume du local (en m3) • A = aire d ’absorption des parois du local (en m2) (et du mobilier éventuel) A = Σ(α. d’absorption des matériaux à la fréquence étudiée.S) sur l’ensemble des matériaux. . Formule de Sabine Tr = 0. α(f) = coef.

Réverbération dans les circulations communes (Bâtiments d ’habitation) Critères acoustiques européens  Aux différentes valeurs α(f)  On associe la valeur unique α w (comparaison de la courbe α(f) à une courbe de référence) .

Circulations communes des bâtiments d ’habitation Sa Σ(S m ⋅α w) ≥ s 4 .

Isolement vis à vis des bruits aériens entre logements SEPARATIF ? .

Loi de masse et corrections .Loi de fréquence .Loi de masse .Paroi théorique . Bruits aériens Transmission au travers d ’une paroi • Bilan énergétique • Indice d ’affaiblissement acoustique d ’une paroi .Indice d ’affaiblissement (notations) .Les essais en laboratoire .Parois réelles .

Transmission des bruits aériens au travers d ’une paroi Bilan énergétique PAROI : masse. rigidité Vibration de la paroi BRUIT TRANSMIS LOCAL D ’EMISSION LOCAL DE RECEPTION .

Indice d’affaiblissement théorique d’une paroi EMISSION RECEPTION PAROI ( masse surfacique « m » en kg/m² ) Son à la Indice d ’affaiblissement fréquence f « théorique » de la paroi : R = L1 .L2 L 1 (dB) L 2 (dB) R = 10 log [c(m.f)²] .

Indice d’affaiblissement Loi de fréquence L’indice d’affaiblissement R  si la fréquence du son émis f  « Une paroi est plus perméable aux sons graves qu ’aux sons aigus » Indice d'affaiblissement R en dB Fréquence critique fc Fréquence du son émis en Hz .

Indice d’affaiblissement d’une paroi Loi de masse L’indice d’affaiblissement R  si la masse surfacique m  ( Une paroi lourde est plus « résistante » au passage du bruit qu’une paroi légère ) Indice d'affaiblissement R en dB Masse surfacique en kg/m² .

Paroi réelle Indice d’affaiblissement acoustique Essai en laboratoire EMISSION RECEPTION ETUDIEE Niveau de pression Niveau de pression acoustique acoustique L2 S PAROI Durée de réverbération du local de mesure Tr (A) Pour chaque fréquence : R( f ) = L1 – L2 + 10 log (S/A) .

= 600 mm e = 45 mm 20 10 Courbe R ( f ) 125 250 500 1000 2000 4000 Hz . Exemple de résultats R (dB) 80 70 Cloison D 98/48 60 Plaques de plâtre cartonnées e = 12.5 mm 50 98 40 Montants de 48 mm Panneau de laine minérale 30 esp.

Indice d’affaiblissement acoustique Critères acoustiques européens « Comparaison » de la courbe R ( f ) à une courbe de référence normalisée Calcul de la valeur unique de l’indice d’affaiblissement acoustique de la paroi : R w (en dB) .

Termes d ’adaptation aux différents bruits émis À partir de la courbe R ( f ) et de spectres sonores de références (pondérés « A ») Calcul des termes d’adaptation C : pour un bruit « intérieur » à l’émission C tr : pour un bruit « routier » à l’émission .

tr = [ R w + C tr ] . C tr ) en dB Indice d’affaiblissement acoustique normalisé : en dB Pour un bruit intérieur à l’émission RA = [ Rw + C ] Pour un bruit de trafic routier à l’émission R A . Critères acoustiques européens Indice d’affaiblissement acoustique d ’une paroi Performance notée : R w ( C .

C tr ) = 49 (-2 . -8) dB R A = [ R w + C ] = 47 dB R A .tr = [ R w + C tr ] = 41 dB .5 mm 98 Montants de 48 mm Panneau de laine minérale esp. = 600 mm e = 45 mm R w ( C . Exemple de notre cloison D 98/48 : Plaques de plâtre cartonnées e = 12.

l’indice d’affaiblissement acoustique sera évalué à partir d ’une loi de masse forfaitaire. …….V. • Des maçonneries enduites. Des règles correctives seront appliquées dans des cas tels que : • Planchers corps creux. Cas de séparatifs lourds Il s’agit de séparatifs qui peuvent être : • Des planchers à dalle pleine BA. • Des planchers corps creux. • Des voiles banchés. En absence de P. • Séparatifs avec doublages. ………. de mesures. .

Séparatifs lourds: LOI DE MASSE [ Rw + C ] dB [ Rw + Ctr ] 70 67 dB PV de mesure nécessaire r s 63 dB 60 ie u t ér in u its Br r s 50 utie r o i ts Bru 40 30 kg/m² 50 100 150 200 300 400 500 600 700 masse surfaçique .

Correction pour présence de doublage(s) Correction à apporter à la valeur DEUXIEME DOUBLAGE (En présence de deux doublages) de [R w + C] support en présence Complexe plaque de plâtre plus isolant d'un ou deux doublages Plaque de Néant Fibres minérales (2) plâtre Polystyrène Polyuréthane PREMIER DOUBLAGE e<5 e≥5 Plaque de plâtre -1 -2 e≥8 0 -1 -3 Polystyrène (2) 6≤e<8 -2 -2 -5 Complexe e<6 -4 -3 -7 plaque de e≥8 -2 -3 -5 -5 Polyuréthane plâtre (2) 6≤e<8 -4 -4 -7 -7 plus e<6 -6 -6 -9 -9 isolant Fibre e≥6 Rs/2 + 35 Rs/2 + 35 Rs/2 + 35 Rs/2 + 35 Rs/2 + 35 Rs/2 + 37 minérale 4≤e<6 Rs/2 + 32 Rs/2 + 32 Rs/2 + 32 Rs/2 + 32 Rs/2 + 32 Rs/2 + 34 (1) e<4 0 0 0 0 0 --- ATTENTION !!! Ces valeurs (intrinsèques) ne seront pas prises telles quelles pour les études d’isolements à venir .

Complexes de doublages .

Doublages en plaques de plâtre sur ossature .

Isolement aux bruits aériens entre logements SEPARATIF ? .

NOTION D’ISOLEMENT noté : D nT. A et exprimé en dB ÉMISSION (S) RÉCEPTION C’est la différence du niveau de bruit entre : Le local d ’émission et le local de réception .

BRUIT PERÇU DANS LE LOCAL DE RÉCEPTION ÉMISSION (S) [R w + C] (V) RÉCEPTION Transmission directe par le séparatif (différence = [Rw + C] ) Transmissions latérales (suivant type de parois et doublages en présence) Réverbération dans le local de réception .

ISOLEMENT DUE AU SEUL SEPARATIF LOCAL LOCAL DE SÉPARATIF D'ÉMISSION RÉCEPTION C’est son indice d’affaiblissement : [Rw + C] .

TRANSMISSIONS LATERALES EMISSION RECEPTION .

CAS GENERAL EMISSION RECEPTION Isolement diminué de 5 dB .

CAS DE PAROIS LATERALES « DOUBLEES » DE LAINE MINERALE DANS LE LOCAL DE RECEPTION EMISSION Améliore l’isolement RECEPTION « maxi = + 4 dB .

) ≥ 4 cm Chape flottante sur fibres minérales ép r (L.M.) ≥ 2 cm .« DOUBLAGES » LAINE MINERALE Plénum ≥ 6 cm Faux plafond avec fibres minérales SEPARATIF VERTICAL Doublage fibres minérales épr (L.M.

« DOUBLAGES » DE MOUSSE RIGIDE OU maçonnerie légère DANS LE LOCAL DE RECEPTION Si épr mousse < 8 cm Mousse rigide EMISSION RECEPTION Risque de dégradation Sr (ou lr) de l ’isolement Maçonnerie légère .

Maçonnerie légère ou DOUBLAGE MOUSSE RIGIDE non déduites Doublage Ouvertures maçonnerie légère SEPARATIF VERTICAL Cloison Doublage maçonnerie mousse légère rigide épr < 8 cm .

32.V/S) .Réverbération du local de réception ÉMISSION Incidence sur (S) le bruit perçu (V) RÉCEPTION Variation d’isolement : + 10 log(0.

A en dB N ou Sr ou néant ÉMISSION (S) [R w + C] (V) RÉCEPTION D nT. Isolement entre locaux : D nT.V/S) .A = [R w + C] + 10 log(0.32.5 + N .S r/10 .

!!! Séparatif doublé de laine minérale EMISSION EMISSION RECEPTION Laine minérale ou RECEPTION Mousse plastique élastifiée ∆ [R w + C] = [R w + C] paroi doublée .[R w + C] support seul Valeur de « [R w + C] corrigé » en dB selon le type de paroi support (1) Valeur de ∆ [R w + C] en dB Groupe II : Groupe III (1) : BBM creux ou BBM pleins perforés Béton ou BBM pleins (2) (3) enduits coté opposé au doublage 0à2 « [R w + C] support » « [R w + C] support » 3à4 « [R w + C] support » + 3 « [R w + C] support » + 1 5à6 « [R w + C] support » + 5 « [R w + C] support » + 2 7à8 « [R w + C] support » + 6 « [R w + C] support » + 3 9 à 10 « [R w + C] support » + 7 « [R w + C] support » + 4 11 et plus « [R w + C] support » + 8 « [R w + C] support » + 5 .

3 • « [R w + C] support » = indice d’affaiblissement de la paroi support seule. . !!! Séparatif doublé de mousse rigide EMISSION EMISSION RECEPTION RECEPTION Mousse rigide Nature du complexe isolant à base de mousse rigide Valeur de « [R w + C] corrigé » en dB Polystyrène expansé ( épaisseur quelconque) « [R w + C] support » .2 Polystyrène extrudé ou polyuréthane (épaisseur quelconque) « [R w + C] support » .

• La validité est à vérifier pour chaque cas. • La méthode n’est valide (utilisable) que pour des cas de transmission « simples ». • En cas de faibles dépassement de certains points. des règles correctives peuvent être appliquées. Si le cas est hors limites  Il faut effectuer les calculs . Méthode forfaitaire QUALITEL Pour logements seulement • Méthode permettant d’éviter l’ensemble des calculs (déduite de calculs déjà effectués).

2 S .A S DnT.1ère vérification : juxtaposition des locaux LOCAL LOCAL LOCAL LOC AL V RÉCEPTION RÉCEP TION ÉMISSION ÉMISSION DnT.2 ⋅ S ou Srec Sinon: CALCUL ≤ 1.A S = S reception V Sréc p≠ V S p p V Condition: p= OK ! S Srec ≤ 1.

chambre 2≤h≤3 E F (2 ≤ l r < 6) D Cuisine 2≤h≤3 K L (2 ≤ l r < 6) J Salle d’eau 2≤h≤3 K K (l r < 2) J Cas de transmissions latérales .Autres vérications : TABLEAU DE VALIDITE ÉLÉMENTS PRÉSENTS DANS LE TYPE DE SÉPARATIF LOCAL DE RÉCEPTION ET Laine NATURE DU LOCAL DE RÉCEPTION Mousse Néant minérale  rigide (1 paroi) SÉPARATIF VERTICAL (TRANSMISSION HORIZONTALE) Séjour/(chambre ou cuisine) 4≤p≤6 B C (2 ≤ l r < 6) A Séjour 3≤p≤5 C D (2 ≤ l r < 6) B Chambre 2.5 ≤ p ≤ 4 D E (2 ≤ l r < 6) C Cuisine 2.5 ≤ p ≤ 4 J K (2 ≤ l r < 6) I Salle d’eau 2≤p≤3 K K (l r < 2) J SÉPARATIF HORIZONTAL (TRANSMISSION VERTICALE) Séjour/(chambre ou cuisine) 2≤h≤3 E F (2 ≤ l r < 6) D Séjour.

LQ ou LQCA [R w + C] ≥ 57 58 59 60 61 62 63 64 56 57 58 59 60 Local d’activité NRA.LQ ou LQCA [R w + C] ≥ 60 61 62 63 64 65 66 67 59 60 61 62 63 . Détermination du séparatif LOCAL DE RÉCEPTION Valeur de [R w + C] limite PIÈCE PRINCIPALE CUISINE OU SDB CAS DE TRANSMISSION LATÉRALE LOCAL D’ÉMISSION NIVEAU D’ÉVALUATION A B C D E F G H I J K L M Tout local du logement et NRA ou LQ [R w + C] ≥ 55 56 57 58 59 60 61 62 54 55 56 57 58 circulation commune LQCA [R w + C] ≥ 57 58 59 60 61 62 63 64 Circulation commune via la NRA ou LQ [R w + C] ≥ 42 43 44 45 46 47 48 49 41 42 43 44 45 porte palière (1) LQCA [R w + C] ≥ 47 48 49 50 51 52 53 54 Garages NRA.