TROIS

ANNÉES
AU SERVICE
DE NOTRE
EUROPE :
Un bilan
d’étape des
eurodéputés
socialistes et
radicaux
TROIS
ANNÉES
AU SERVICE
DE NOTRE
EUROPE :
Un bilan
d’étape des
eurodéputés
socialistes et
radicaux

Editeur responsable :
Délégation Socialiste Française au Parlement européen
288, Boulevard Saint-Germain
75007 PARIS

Photos :
© European Union 2014 – European Parliament

Septembre 2017
TABLE DES
MATIÈRES

INTRODUCTION :
LE PARLEMENT EUROPÉEN,
QUEL LEVIER POUR RÉORIENTER L’EUROPE ?
QUELLE RÉPONSE FACE AUX CRISES ? — P.8

PREMIÈRE PARTIE :
NOTRE ACTION POUR UNE EUROPE SOCIALE,
SOLIDAIRE ET DÉMOCRATIQUE — P.13

I. LE MODÈLE SOCIAL EUROPÉEN B. Le Parlement européen dit STOP aux
A UN AVENIR 14 « minerais de sang » 20
C. L’Union européenne doit se défendre
A. La lutte contre le dumping social, face à la Chine : de nouveaux
une priorité ! 14 instruments de défense commerciale 20
B. La question sociale dans les
transports 15 III. RÉFUGIÉS : RÉSOUDRE UNE CRISE
C. Garantie jeunesse 16 HUMANITAIRE D’UNE IMMENSE
D. Aide aux plus démunis 17 AMPLEUR 22
E. Le congé maternité, un acquis
IV. L’EUROPE ET SES VALEURS
social à harmoniser par le haut ! 17
FONDAMENTALES 23
F. Pour un salaire minimum partout en
Europe et pour un revenu minimum A. Hongrie 23
d’existence 17
B. Pologne 23
G. Défendre les services publics
C. Un mécanisme de l’Union pour
en Europe 18
l’État de droit, la démocratie et
les droits fondamentaux 24
II. L’EUROPE SOCIALE PASSE PAR UNE
D. Le combat pour les droits des
MONDIALISATION JUSTE ET
femmes 24
ÉQUITABLE 19
E. Barroso, Kroes, et les autres :
A. TTIP, CETA, TISA : les méga-accords halte aux conflits d’intérêts ! 25
commerciaux requièrent toute notre F. La défense des lanceurs d’alerte 25
vigilance 19
SECONDE PARTIE : TROISIÈME PARTIE :
NOTRE ACTION POUR NOTRE ACTION POUR UNE EUROPE INFLUENTE SUR LA SCÈNE INTERNATIONALE ET
UN DÉVELOPPEMENT DURABLE — P.26 EFFICACE DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME — P.45

I. L’ENVIRONNEMENT, NOTRE FIL B. Les OGM, c’est non ! 37 I. L’EUROPE DE LA DÉFENSE 46 B. Turquie 47
ROUGE POUR LE XXIE SIÈCLE 28 C. Le clonage, non plus ! 37 C. Plan d’investissement extérieur 48
D. L’agriculture en outre-mer : entre II. L’EUROPE ET SON VOISINAGE 47
A. COP21 : les socialistes et radicaux préservation des produits III. LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME
européens mobilisés 28 traditionnels et développement A. La paix au Proche-Orient, PASSE PAR L’EUROPE 49
B. Préserver l’environnement en de filières d’avenir 38 une urgence 47
outre-mer : une priorité pour les E. Interdiction des pesticides
socialistes et radicaux 28 sur les surfaces d’intérêt écologique 38
C. NOX et CO2 versus COP21 29 QUATRIÈME PARTIE :
F. Le bien-être animal, un enjeu de
D. Le marché carbone, un outil société 38 LA QUESTION DES MOYENS — P.53
indispensable pour que l’Europe G. Une apiculture de qualité, des
mette en œuvre l’accord de Paris 30 abeilles en bonne santé 38
E. Réduire les émissions de gaz à effet I. POUR UNE GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE II. P
 OUR UNE POLITIQUE
H. La pêche, un équilibre à trouver
de serre pour les secteurs hors arché entre l’épanouissement de l’activité
INTELLIGENTE ET DÉMOCRATIQUE, D’INVESTISSEMENTS
carbone (ETS) : agriculture, transports, économique et laprotection de la FAVORABLE À LA CROISSANCE ET DE CONVERGENCE À L’ÉCHELLE
logement, petites installations ressource et des écosystèmes ET À L’EMPLOI 54 EUROPÉENNE 57
industrielles et déchets. 31 marins 39
F. Économie circulaire : pour de A. La « Troïka » en Grèce n’est ni légitime A. Le plan d’investissement, dit « plan
nouveaux modes de consommation 31 III. L’AVENIR DE L’INDUSTRIE ni efficace. L’Europe doit véritablement Juncker », est une base qui appelle
aider la Grèce ! 54 à une véritable relance des
G. Bannir les perturbateurs EUROPÉENNE 40
B. Vers un budget de la zone euro et investissements 57
endocriniens 32
A. Un exemple concret : le développement l’achèvement de l’Union économique B. Un budget sous-dimensionné au
H. Monsanto et le glyphosate 33
durable de l’industrie des métaux et monétaire 54 regard des priorités politiques et
I. Dispositifs médicaux, mercure : impuissant face aux nouveaux
de base en Europe 40 C. Après les scandales #LuxLeaks,
toujours présent pour protéger enjeux 58
B. Protéger les indications #SwissLeaks et #PanamaPapers…
la santé des Européens ! 34
géographiques pour les produits une Europe fiscale, vite ! 56 C. La taxe sur les transactions financières
J. Face au lobby du tabac 35 doit être sortie de l’impasse 58
non agricoles 41
C. Les industries culturelles et créatives 41 D. Au-delà de la taxe sur les
II. POUR UN NOUVEAU PROJET
D. Portabilité des contenus et roaming 42 transactions financières, les
AGRICOLE ET ALIMENTAIRE, ressources propres, c’est quoi ? 59
DURABLE ET SOLIDAIRE 36 E. La croissance bleue 43
F. Europe ferroviaire 43
A. Crises agricoles : changeons la PAC ! 36
CONCLUSION — P.60
P. 8 P. 9

INTRODUCTION :
LE PARLEMENT
EUROPÉEN, QUEL
LEVIER POUR
RÉORIENTER
L’EUROPE ? Depuis les élections européennes du 25 mai 2014, un
cap a guidé les eurodéputés socialistes et radicaux :
réorienter en profondeur l’Europe afin qu’elle cesse
développement durable. Une Europe des valeurs, où
les libertés fondamentales des citoyens sont res-
pectées. Une Europe de la culture et de la jeunesse.

QUELLE RÉPONSE
d’apparaître comme un problème et qu’elle soit au
contraire la solution aux yeux des citoyens français Nous aspirons à une démocratie européenne qui
et européens. fonctionne, dans laquelle la Commission européenne
serait pleinement responsable devant le Parlement
Ce travail, nous le faisons alors que domine une ma- européen et avancerait des propositions suscep-
jorité conservatrice à la Commission européenne et tibles de résoudre les crises qui menacent l’Europe ;

FACE AUX CRISES ?
au Conseil, que les socialistes sont minoritaires et où le Conseil coopèrerait dans une perspective qui
que, pour la première fois dans l’histoire de l’Union irait au-delà du lendemain et veillerait à la mise en
européenne, une tripartition entre progressistes, œuvre des engagements que les États membres
conservateurs et ultra-nationalistes divise l’hémi- prennent en son sein ; où le Parlement européen
cycle strasbourgeois. jouerait pleinement son rôle de co-législateur, d’es-
pace d’expression de la démocratie européenne et
L’objectif des eurodéputés socialistes et radicaux de contrôle de l’exécutif. Si les gouvernements na-
est de construire une Europe démocratique et soli- tionaux peinent à trouver entre eux des accords sur
daire, fondée sur des valeurs solides, qui est proche des propositions avancées par la Commission, des
du citoyen et sociale. Une Europe à la fois forte sur conclusions doivent en être tirées afin de renforcer
la scène internationale, et intransigeante dans la les institutions qui représentent directement les
lutte contre le terrorisme. Une Europe ouverte sur citoyens. Nous ne pouvons plus nous satisfaire de
le monde, à la hauteur de l’enjeu des questions de décisions unilatérales qui se multiplient et d’accords
migration et d’accueil des réfugiés. Une Europe sy- intergouvernementaux de dernière minute. L’Europe
nonyme de croissance soutenable par l’investisse- a un besoin urgent de solutions européennes, au-de-
ment et la relance industrielle, en faveur de l’emploi, là d’une logique des petits pas et autour des droits
prônant l’éducation, la formation et la recherche, fondamentaux qui la fondent. Cela est vrai tant pour
et qui défend le juste échange dans le commerce la crise humanitaire en cours que pour la crise de la
international. Une Europe à la pointe dans le com- zone euro ou la crise sociale.
bat contre le dérèglement climatique, qui protège
l’environnement et la santé de tous, et assure un
P. 10 P. 11

Trois ans après la mise en place de la Commission socialiste Pierre Moscovici, les dossiers concernant
européenne « de la dernière chance », selon l’ex- la fiscalité avancent, nous sommes bien obligés de
pression de M. Juncker, l’heure est également au constater que d’autres rechignent à reprendre plu-
bilan, pour ce dernier comme pour nous. Un bilan sieurs de nos propositions et que les eurodéputés
rendu d’autant plus urgent qu’est intervenu le ré- conservateurs – les alliés de M. Juncker — ont ra-
férendum britannique déclenchant le risque d’un rement été enclins à les accepter. Pire, ces derniers
reflux historique dans la construction européenne faisaient leur possible afin de torpiller des mesures
avec le départ annoncé du Royaume-Uni. En 2014, importantes, par exemple celle de la lutte contre
nous avions fait le choix de l’abstention lors de la la fraude et l’évasion fiscale – nous pensons ici au
désignation de M. Juncker : nous ne pouvions pas reporting comptable pays par pays. C’est d’ailleurs
le soutenir – M. Juncker n’était pas notre candidat pour cette raison que nous nous sommes battus
–, mais nous souhaitions lui laisser une chance. À pour mettre un terme à la « grande coalition » entre
l’époque, nous avions entendu M. Juncker dire qu’il la gauche et la droite au Parlement européen. Cette
était candidat parce qu’il n’aimait pas l’Europe telle dernière était profondément déséquilibrée. Rien ne
qu’elle était, dire sa priorité en faveur de la crois- justifiait de la maintenir, car trop peu de nos propo-
sance et de l’emploi, accepter d’utiliser la flexibilité sitions y étaient reprises.
du pacte de stabilité et de croissance, soutenir la
dimension sociale des politiques économiques, s’en- Bien que la droite domine au sein de l’hémicycle et
gager sur la taxation sur le lieu de production, rouvrir que nous soyons minoritaires, nous avons obtenu
la directive détachement des travailleurs, plaider « à des victoires pendant ces trois premières années.
travail égal, droits égaux », prôner des ressources Des dossiers stratégiques avancent, grâce no-
propres, vouloir organiser l’immigration légale ou tamment à la mobilisation citoyenne : glyphosate,
juger inutile tout mécanisme de règlement des dif- instruments de défense commerciale, minerais de
férends dans le commerce international. sang, budget pour la zone euro, pour n’en citer que
quelques-uns.
Tout cela venait en écho à notre programme, mais
nous n’étions pas convaincus qu’il tiendrait suffisam- Ce rapport d’étape, qui revient sur la période allant
ment compte de nos propositions pour répondre au de mai 2014 à septembre 2017, ne peut pas être ex-
désarroi et à la défiance de ceux qui souffrent des haustif, mais il rend compte – à travers défaites et
politiques d’austérité. Nous voulions qu’il s’engage victoires — de l’action, la conviction, l’engagement
plus loin avant de pouvoir compter sur nos voix. Nous et la détermination des députés socialistes et radi-
voulions être certains de sa volonté politique et de sa caux français qui défendent jour après jour une autre
capacité à convaincre sa famille politique, celle des idée de l’Europe. Ne nous y trompons pas : si nous
conservateurs européens. critiquons les propositions de la Commission euro-
péenne, les décisions prises au Parlement européen
Trois ans plus tard, force est de constater que – mal- ou au Conseil, c’est que nous sommes farouchement
heureusement – nous avons eu raison de ne pas le attachés à l’Union européenne et que nous refusons
soutenir : en trois ans, le « mieux légiférer » est de- de la voir disparaître à cause des échecs ou des er-
venu « ne pas légiférer ». Si, grâce au commissaire reurs de la majorité conservatrice.
P. 12 P. 13

PREMIÈRE NOTRE ACTION
PARTIE POUR UNE
EUROPE SOCIALE,
SOLIDAIRE ET
DÉMOCRATIQUE
PREMIÈRE PREMIÈRE
PARTIE PARTIE

NOTRE ACTION NOTRE ACTION
POUR UNE EUROPE POUR UNE EUROPE
SOCIALE, SOLIDAIRE ET SOCIALE, SOLIDAIRE ET
DÉMOCRATIQUE DÉMOCRATIQUE

P. 14 P. 15

I. LE MODÈLE • un protocole social afin de protéger les droits
sociaux fondamentaux et ceux du travail ;
18 mai 2017, le Parlement européen s’oppose au-
jourd’hui clairement à toute libéralisation accrue
du secteur des transports routiers et du cabotage,
• un encadrement européen pour une gestion so-
SOCIAL cialement responsable des restructurations ;
• une nouvelle stratégie pour la santé et la
ainsi qu’à la flexibilisation des temps de repos. Il
condamne sans ambiguïté la mise en concurrence
des modèles sociaux et demande une lutte sans

EUROPÉEN A sécurité au travail, qui englobe les maladies merci contre les fraudes, notamment pour éradi-
liées au stress ; quer les sociétés boîtes à lettres. D’autres proposi-
tions concrètes ont également été retenues : mise
• l’instauration du principe du salaire égal et de

UN AVENIR
en service du tachygraphe intelligent, application de
l’égalité des droits pour un travail de même la directive sur les travailleurs détachés… Avec ces
valeur. mesures et de la volonté politique, nous pouvons, si
Pour nous, ce pacte social doit se traduire dans des nous le voulons, mettre un terme à la dégradation
initiatives législatives et des financements. Un point continue des conditions de travail dans le transport
est crucial : la force juridique de ce pilier. Il faut mo- routier et garantir le respect d’un principe élémen-
taire du pilier social européen : à travail égal, salaire
A. LA LUTTE CONTRE LE DUMPING difier la hiérarchie des normes, afin que la Cour de
justice de l’Union européenne cesse de faire préva- égal entre travailleurs détachés et résidents. Suite
SOCIAL, UNE PRIORITÉ ! loir la libre circulation des personnes sur les droits au vote de la résolution du Parlement, la Commission
sociaux. européenne a présenté son « paquet mobilité », le 31
Les droits sociaux des travailleurs européens se dé- mai. Si certaines propositions vont dans le bon sens
fendent dans la législation européenne comme sur et pourraient être améliorées, notamment celles sur
La question du dumping social est aussi celle de
le terrain. C’est pour cette raison que nous avons le droit au retour au domicile pour les chauffeurs
l’économie dite « collaborative » : sur ce sujet, les
dénoncé les conditions d’exploitation de plusieurs routiers et la lutte contre les sociétés boîtes à lettres,
eurodéputés socialistes et radicaux distinguent ce
centaines d’ouvriers, notamment sur le chantier d’autres mesures sont problématiques (libéralisa-
qui relève réellement de l’économie collaborative,
du réacteur nucléaire EPR du site de Flamanville. tion des opérations de cabotage et flexibilisation
comme blablacar ou ouicar, de ce qui n’est, ni plus
Partisans des grands chantiers européens, nous des temps de repos). Tous ces enjeux vont dura-
ni moins, qu’une activité économique traditionnelle,
les voulons socialement exemplaires, alors que cer- blement impacter l’évolution du secteur pour les
habillée par une couche de numérique, comme
taines entreprises peu scrupuleuses contournent les vingt-trente prochaines années. Le Groupe S&D est
Uber. Dans ce dernier cas, il est urgent de proté-
lois sociales européennes et nationales pour mieux le seul groupe qui présente une alternative crédible
Christine Revault d’Allonnes-Bonnefoy, ger les droits, les rémunérations et les conditions
exploiter des travailleurs. Présidente de la Délégation socialiste française au Parlement européen et solide pour d’une part, faire face aux tentatives
de travail des acteurs de cette nouvelle écono-
mie. L’exploitation d’un nouveau prolétariat par les de la droite et du centre de libéraliser davantage le
Nous sommes partis de cet exemple concret pour secteur, et d’autre part, pour proposer des mesures
Deliveroo et ses clones n’est en effet pas acceptable.
définir nos propositions sur la révision de la directive La crise que nous avons traversée a en effet des concrètes pour améliorer les conditions de travail et
Cette nouvelle forme de précarité doit être combat-
encadrant le détachement des travailleurs et mieux origines et des conséquences sociales, d’où la né- lutter contre la multiplication des fraudes.
tue, à l’échelle nationale comme européenne, car
lutter contre le dumping social. Dans le cadre des cessité d’une réponse sociale. elle n’a rien de « moderne » : au contraire, elle nous
marchés publics et dans le secteur de la construc-
ramène à un niveau de droits sociaux digne de la
tion, nous avons exigé et obtenu des mesures qui Le « pacte social » que nous voulons prévoit alors révolution industrielle au XIXe siècle.
clarifient les responsabilités sociales tout au long les mesures suivantes :
de la chaîne des sous-traitants. Nous voulons une
Europe sociale qui garantit l’égalité de traitement B. LA QUESTION SOCIALE DANS LES
• un salaire minimum décent partout en
par l’application du principe « à travail égal, salaire
Europe ; TRANSPORTS
égal et protection sociale égale sur le même lieu de
travail ». Ceux qui sont détachés dans un autre État • des conditions de travail décentes partout en Le transport routier est l’un des secteurs écono-
membre doivent avoir accès au droit syndical et au Europe ; miques où l’exploitation et le dumping social sont à
salaire brut de l’État d’accueil. C’est la raison pour la fois les plus visibles et les plus difficiles à com-
• des initiatives pour l’emploi des jeunes, à
laquelle nous pensons que la révision en cours de battre. Sur ce sujet, les eurodéputés socialistes et
la directive détachement des travailleurs doit être commencer par un enseignement secondaire
radicaux mènent la bataille contre la concurrence
ambitieuse, notamment en luttant contre l’optimisa- obligatoire ; chacun doit être sûr d’avoir les
déloyale et l’exploitation des chauffeurs routiers
tion sociale pratiquée par les agences d’intérim ou compétences nécessaires dans l’économie avec un fil conducteur : la qualité de vie des conduc-
en examinant les différences de cotisations sociales. de demain ; teurs routiers.
• des services publics de qualité dotés des fi-
C’est aussi dans cet esprit que nous sommes enga- nancements nécessaires ; C’est à la fin de cette législature que doit être adopté
gés pour que la Commission mette sur la table le un « paquet mobilité » qui traite de ces questions,
pilier social. Pour nous, les déséquilibres de l’Union • un accès au logement social à un prix mais nous avons fait adopter à plusieurs reprises
européenne ne sont pas qu’économiques : la ques- abordable ; des résolutions afin d’influencer la Commission eu-
tion des déséquilibres sociaux est centrale. ropéenne dans la préparation de ces textes. Nous
• un filet de sécurité sociale afin de garantir
l’accès à des services de santé essentiels, nous félicitons d’avoir – à ce stade — remporté
plusieurs victoires. En effet, dans sa résolution du
sans condition de ressources ;
PREMIÈRE PREMIÈRE
PARTIE PARTIE

NOTRE ACTION NOTRE ACTION
POUR UNE EUROPE POUR UNE EUROPE
SOCIALE, SOLIDAIRE ET SOCIALE, SOLIDAIRE ET
DÉMOCRATIQUE DÉMOCRATIQUE

P. 16 P. 17

Dans le secteur ferroviaire, le Groupe des Socialistes européenne, avec un peu plus de 26 % de ses jeunes D. AIDE AUX PLUS DÉMUNIS mieux articulée à celle de la PAC pour résoudre ce
et Démocrates s’est opposé à l’adoption du Règlement actifs au chômage. qui s’avère un des problèmes majeurs aujourd’hui –
sur l’organisation des services publics parce que les Le Programme européen d’aide alimentaire aux plus l’hyper volatilité des prix et l’absence d’outil de régu-
garanties sociales n’étaient pas suffisantes pour évi- C’est pour cela que nous nous sommes battus en fa- démunis (PEAD), mis en place en 1987 sous l’impul- lation – et permettre un soutien indirect stratégique
ter que l’ouverture à la concurrence ne se fasse pas veur d’une « garantie européenne pour la jeunesse », sion de Jacques Delors et Coluche, approvisionne, au secteur agricole européen.
au détriment des conditions de travail. Nous regret- initialement dotée d’un budget de 6 milliards d’euros. en France, les banques alimentaires, les Restos du
tons que nos propositions pour rendre obligatoire C’est ainsi que nous avons rallié, avec nos cama- Cœur, le Secours populaire et la Croix Rouge. Ce pro- E. LE CONGÉ MATERNITÉ, UN ACQUIS
et automatique, au niveau européen, le transfert de rades socialistes européens, une majorité d’euro- gramme est vital pour les 18 millions d’Européens
personnel en cas de changement d’opérateur n’aient députés autour de cette proposition. malmenés par la crise et représente un signe de SOCIAL À HARMONISER PAR LE HAUT !
pas été adoptées. Pour autant, nous avons obtenu solidarité de l’Union européenne à l’égard des plus
que les États qui le souhaitent puissent adopter une L’objectif de cette garantie est de permettre aux Défenseurs d’une Europe sociale, nous nous sommes
vulnérables, ainsi que l’un des rares outils permet-
telle mesure. C’est pour nous un principe qui doit jeunes, de moins de 25 ans au chômage depuis plus battus pour harmoniser la durée du congé maternité
tant d’apporter une aide concrète aux citoyens les
présider à toute ouverture et réorganisation des sys- de quatre mois, ainsi qu’aux jeunes diplômés de partout en Europe. En octobre 2010, sous l’impul-
plus durement touchés par la crise économique et
tèmes ferroviaires en Europe. moins de 30 ans, de se voir proposer un travail, une sion des sociaux-démocrates, le Parlement a voté
sociale. Malgré cela, en 2012, la droite européenne
formation ou un apprentissage de qualité. En cette l’allongement du congé maternité à 20 semaines, la
avait acté la disparition programmée du PEAD après
Dans le secteur des services portuaires, nous avons période de crise, considérer la jeunesse comme l’un rémunération à 100 % du dernier salaire (et non plus
2014. Nous nous sommes alors battus afin que la
aussi remporté une bataille importante pour per- des piliers essentiels de la relance économique, c’est sur base de congé maladie), la création d’un congé
Commission européenne mette en place un Fonds
mettre aux États d’imposer le pavillon national pour lui donner les moyens de prendre sa propre réussite paternité obligatoire de deux semaines et l’impulsion
européen d’aide aux plus démunis (FEAD), en rem-
la prestation de ces services afin de lutter contre la en main pour ne pas devenir la « génération perdue » d’un congé parental au niveau européen, pris à la fois
placement du PEAD. Après des mois de négociations,
concurrence déloyale des pavillons de complaisance de demain. C’est aussi une voie pour retrouver le par les mères et par les pères. Réconcilier vie pro-
le Parlement européen a voté en faveur d’un dispo-
qui tirent vers le bas les conditions de travail et ali- chemin de la croissance, une façon de montrer aux fessionnelle et vie privée, protéger les femmes sur
sitif obligatoire de 3,5 milliards d’euros permettant
mentent le dumping social dans ce secteur. jeunes que l’Union européenne se trouve à leurs le marché du travail de certaines discriminations, se
ainsi de stabiliser l’aide européenne pour venir en
côtés, qu’elle prend en compte leurs aspirations et mobiliser pour l’implication des pères dans l’éduca-
aide à ceux qui en ont besoin.
Ces modes de transport ne doivent pas occulter le qu’elle ne les oublie pas en période de crise. tion des jeunes enfants par un congé parental et un
transport maritime. Le FEAD permet d’assurer une aide alimentaire va- congé paternité, autant de progrès portés par cette
Plus de 14 millions de jeunes ont profité de cette riée pour les personnes qui en bénéficient. Cet ob- mesure ambitieuse !
À l’heure où l’ensemble des acteurs européens mesure depuis. Régulièrement, nous nous battons jectif premier concernant la sécurité alimentaire des
appelle au lancement d’une politique ambitieuse pour obtenir des financements supplémentaires : Pourtant, le dossier a longtemps été bloqué au
citoyens européens peut avoir également un impact
de croissance bleue, nous avons la conviction que ainsi, en 2017, nous avons obtenu 1,2 milliard d’eu- Conseil par la résistance de nombreux États. Au
positif sur le revenu des agriculteurs de l’UE – po-
cette dernière ne pourra se faire qu’en mettant l’hu- ros supplémentaires pour la jeunesse jusqu’à 2020. début de cette législature, nous avons saisi l’oppor-
pulation exposée à de multiples crises et elle-même
main en son centre. Or les pratiques actuelles des Parce que l’Europe a encore 6,8 millions de jeunes tunité de la révision du programme de travail de la
touchée en grande partie par la précarité – en assu-
transporteurs maritimes accélèrent le dumping so- de 15 à 24 ans en difficulté, nous continuons d’exiger nouvelle Commission européenne pour relancer ce
rant un débouché pérenne pour leur production. La
cial intra, mais aussi extra-communautaire par des un financement dédié de 6 milliards d’euros par an. projet de directive. Malheureusement, la Commission
question de l’aide alimentaire devrait pouvoir être
montages sociétaires visant à réduire les coûts de a fini par retirer la proposition. Inlassablement, nous
main-d’œuvre au mépris des Conventions de l’OIT avons exigé qu’une nouvelle proposition soit mise
(et notamment, la Convention du travail maritime de sur la table, chose faite dans le premier semestre de
2006). Fruit d’un travail collaboratif entre les syndi- l’année 2017. Ce nouveau texte est peu ambitieux à ce
cats et représentants des armateurs, elle a pourtant stade, notamment car le congé maternité au niveau
été ratifiée et transposée par l’Europe, mais les pays européen n’a pas été révisé, mais nous comptons
membres en repoussent la mise en œuvre. bien le renforcer au Parlement européen !

Il devient donc urgent de donner une cohérence F. POUR UN SALAIRE MINIMUM
entre les vœux pieux et les actes. Ainsi, nous pro- PARTOUT EN EUROPE ET POUR UN
posons la création d’un salaire minimum maritime
basé sur les accords internationaux signés entre les REVENU MINIMUM D’EXISTENCE
armateurs et l’International transport forum (ITF), au
sein d’un espace maritime européen. Seule véritable Le salaire minimum européen pourrait devenir à la
mesure rétablissant l’égalité entre les travailleurs, sphère sociale ce qu’est l’euro à la sphère monétaire.
elle enverrait un signal fort aux salariés ainsi qu’aux Cette proposition renvoie à une certaine conception
détracteurs de l’intégration sociale européenne. de la dignité humaine accordée par le travail  : le
modèle social européen devrait en effet imposer
le principe qu’un salarié puisse vivre décemment
C. GARANTIE JEUNESSE
de son travail et ne jamais devoir travailler sous le
seuil de pauvreté. L’existence d’un salaire minimum
Les jeunes sont les premières victimes de la crise.
européen permettrait, par ailleurs, de contribuer à
Avec plus d’un jeune sur quatre au chômage, nous ne
la réduction des inégalités et à la stimulation de la
pouvions pas rester les bras croisés. Ce fléau touche
consommation. Si l’instauration d’un salaire mini-
plus de 50 % des jeunes en Espagne et en Grèce.
mum européen unique relève encore aujourd’hui
La France est également au-dessus de la moyenne
de l’utopie, d’autres approches sont possibles.
PREMIÈRE PREMIÈRE
PARTIE PARTIE

NOTRE ACTION NOTRE ACTION
POUR UNE EUROPE POUR UNE EUROPE
SOCIALE, SOLIDAIRE ET SOCIALE, SOLIDAIRE ET
DÉMOCRATIQUE DÉMOCRATIQUE

P. 18 P. 19

C’est pourquoi nous demandons sans relâche à la
Commission européenne de présenter une initiative
dans ce domaine afin qu’un plan d’action soit mis
l’éducation, à la santé, à la sécurité, aux transports,
aux télécommunications…) ; mettre en œuvre des
solidarités sociales, territoriales, générationnelles
II. L’EUROPE SOCIALE PASSE PAR
en place pour doter les 28/27 États membres d’un
salaire minimum décent. Si, au mois de janvier 2017,
M. Juncker s’est déclaré favorable, nous attendons,
pour assurer la cohésion de chaque collectivité  ;
conduire des politiques publiques, répondre à la
défaillance du marché, prendre en compte le long
UNE MONDIALISATION JUSTE
ET ÉQUITABLE
là aussi, des propositions concrètes ! terme, concourir au développement économique, so-
cial et environnemental. Ces principes, nous les met-
C’est aussi au Parlement européen qu’un rapport tons en œuvre dans notre travail législatif. Ils n’ont
a demandé la mise en place d’un revenu minimum cessé de guider notre action, par exemple dans le
d’existence. Anticiper les conséquences de la révo- cadre de l’adoption du 4e paquet ferroviaire où nous
lution numérique en cours sur l’emploi est indispen- avons obtenu que les États puissent limiter l’entrée
sable, nous voulions ainsi mener un débat ouvert sur d’opérateurs privés si cela remet en cause l’équilibre A. TTIP, CETA, TISA : des données personnelles ? Quid des savoir-faire,
les nouveaux modèles d’emploi et sur la durabilité d’un service public existant. L’arrivée d’opérateurs de la protection des AOC et AOP ? Les négociations
de notre système fiscal et social, tout comme sur privés ne pourrait que fragiliser les services publics LES MÉGA-ACCORDS COMMERCIAUX sont pour l’instant gelées, et nous nous en félicitons.
l’introduction d’un revenu de base général. existants qui assurent la nécessaire péréquation REQUIÈRENT TOUTE NOTRE VIGILANCE
entre les lignes rentables et certaines lignes non Notre farouche opposition au CETA n’a pas suffi à
G. DÉFENDRE LES SERVICES PUBLICS rentables qui jouent un rôle fondamental dans la C’est la menace des acronymes en quatre lettres. empêcher son approbation par le Parlement euro-
cohésion territoriale et sociale. Sous la législature actuelle, de nombreux projets péen. Pour nous, le CETA constitue une menace di-
EN EUROPE recte pour l’emploi dans nos territoires et n’intègre
d’accords commerciaux, en cours de négociation,
en passe d’être soumis au vote du Parlement ou pas l’urgence climatique et environnementale ni le
Afin de veiller à la défense des services d’intérêts
en cours de ratification, requièrent toute notre vi- principe de précaution.
généraux garantis par les Traités, mais menacés Guillaume Balas
dans les faits, la délégation socialiste française s’est gilance : l’accord commercial avec les États-Unis
(TTIP), avec le Canada (CETA), l’accord sur le com- Mais le combat continue. Il y a quelques mois, nous
investie dans la refondation de l’intergroupe « ser-
merce des services (TiSA)… Pour nous, le principal avons remporté une bataille importante, avec l’aide
vices publics ». Les services publics sont aujourd’hui
enjeu du commerce international au XXIe siècle est de la société civile : celle de faire du CETA un ac-
confrontés à une double exigence de modernisation
de lutter pour une mondialisation encadrée par les cord mixte afin de permettre à tous les parlements
et d’harmonisation européenne. Dans ce contexte, il
règles, solidaire et respectueuse de notre planète, nationaux (et régionaux) compétents en matière
faut à la fois préserver les acquis et les faire prospé-
différente en tous points de la mondialisation sau- commerciale de se prononcer sur le texte. Nous
rer. Protéger les services publics en Europe néces-
vage que nous subissons depuis 30 ans. nous réjouissons que le gouvernement belge ait
site d’affirmer qu’ils sont au cœur d’un système de
saisi la Cour de justice de l’Union européenne pour
valeurs qui caractérisent tous les États européens.
Forte de ses 500 millions de consommateurs, nous qu’elle se prononce sur la légalité de l’ICS – le mé-
C’est dans le monde rural et dans les quartiers ex-
sommes persuadés que l’Union européenne dispose canisme de règlement des différends entre États et
centrés des villes qu’ils jouent un rôle structurant
d’une force de négociation considérable pour faire investisseurs.
indispensable à la cohésion sociale, support d’autres
développements, et c’est donc là qu’ils doivent être prévaloir les normes qu’elle aura définies comme
condition d’accès à son marché. Elle doit en user afin Nous appelons toutes les forces progressistes à
soutenus davantage.
de promouvoir des normes mondiales conformes se mobiliser dans chaque État membre pour sou-
à ses valeurs, sans fragiliser ses préférences col- tenir ce nouveau combat. Nous nous tenons aux
Au-delà de la diversité marquant la manière dont les
lectives ou ses intérêts légitimes. Elle doit refuser côtés des organisations de la société civile et des
services publics sont organisés en Europe, il existe
l’équation selon laquelle le libre-échange est béné- collectifs citoyens qui ont fleuri partout en France
une profonde unité de tous les pays européens pour
fique partout, pour tous, tout le temps et à n’importe afin d’expliquer en quoi cet accord est dangereux
dire que certaines activités ne peuvent pas relever
quel prix : l’Union européenne ne doit pas conclure et inadapté aux défis démocratiques, économiques,
du seul droit de la concurrence et des seules règles
© Mathieu Delmestre

d’accord commercial contraire aux intérêts des sa- sociaux et climatiques de notre époque. Ce combat
du marché, mais de formes spécifiques d’organisa-
lariés et des consommateurs. passera par la France : la commission indépendante
tion et de régulation. Celles-ci reposent sur les trois
de M. Macron n’est que de la poudre aux yeux. C’est
légitimités du service public : garantir le droit de
Avec conviction, les eurodéputés socialistes et radi- une supercherie, car ce dernier, fort de son crédo
chaque habitant d’accéder à des biens ou services
caux ont remporté une première victoire au début de libre-échangiste, n’a cessé de se prononcer en fa-
essentiels pour la satisfaction de ses besoins (droit à
cette législature : nous avons en effet obtenu que les veur de cet accord. Face aux excès de la mondiali-
socialistes européens s’opposent à l’arbitrage pri- sation, à la montée des inégalités, au dérèglement
vé dans le cadre du règlement des différends entre climatique et à la destruction de la planète, il fait
États et investisseurs – les fameux ISDS ou RDIE – partie de ceux qui pensent qu’accentuer encore la
dans le TTIP et dans tous les accords similaires. Au- libéralisation par le biais d’accords de dérégulation
delà de cette première victoire, nous continuons de est la solution.
nous interroger sur le bien-fondé d’un tel accord. Au
bénéfice de qui ? Citoyens européens ou multinatio- Surtout, cette commission n’empêchera pas l’en-
nales américaines ? Croissance en Europe ou crois- trée en vigueur temporaire du CETA, qui n’est qu’une
sance aux États-Unis ? Quid des normes sociales, histoire de semaines. 90 % de l’accord s’appliquera
environnementales et sanitaires, et de la protection d’ici peu, cette commission n’est donc qu’un leurre.
PREMIÈRE PREMIÈRE
PARTIE PARTIE

NOTRE ACTION NOTRE ACTION
POUR UNE EUROPE POUR UNE EUROPE
SOCIALE, SOLIDAIRE ET SOCIALE, SOLIDAIRE ET
DÉMOCRATIQUE DÉMOCRATIQUE

P. 20 P. 21

Seul un vote négatif du Parlement français peut sus- sang ». Le projet initial de la Commission européenne anti-dumping aux produits chinois, pourtant vendus les distorsions, et que ces rapports puissent être ac-
pendre cet accord. sur le commerce de ces « minerais de sang », pu- à des prix incomparablement bas. Les eurodéputés tualisés sur demande du Parlement. Des dispositions
blié en mars 2014, se limitait à un mécanisme non socialistes et radicaux ont été les premiers à partir spécifiques sont prévues pour assister les petites
Pour la suite, pour tirer les leçons du large et fécond contraignant d’auto-certification pour les importa- au combat contre cette proposition. et moyennes entreprises dans le dépôt de plainte.
débat sur les accords transatlantiques, nous appe- teurs de minerais, dont l’impact aurait été dérisoire
lons à la définition d’une nouvelle doctrine du com- au regard des drames engendrés. Depuis le début de la mandature, les eurodéputés Sur demande pressante des socialistes européens,
merce international, applicable à tous les accords socialistes et radicaux luttent, avec les syndicats le texte clarifie la liste de « distorsions significa-
futurs, qui passe par cinq principes non négociables Les eurodéputés socialistes et radicaux se sont et les représentations industrielles, pour muscler tives  », sur la base des cinq critères européens
et nécessite la transparence des négociations : par conséquent fortement mobilisés sur ce dossier l’arsenal anti-dumping de l’Union européenne. À la d’économie de marché existants. Surtout, nous in-
afin de mettre en place une législation à caractère tête du groupe socialiste, nous sommes parvenus à cluons des critères sociaux, environnementaux et
• l’exclusion des services publics et le recours obligatoire pour tous les importateurs (fondeurs, faire en sorte que la Chine ne soit pas traitée comme fiscaux dans les paramètres de calcul du dumping :
aux listes positives ; raffineurs, mais également fabricants de produits une économie de marché et à profondément influen- il n’est plus utopique d’envisager l’introduction de
manufacturés) européens et non européens. Ces cer le cours des négociations politiques pour obtenir droits anti-dumping sur les exportations d’entre-
• le respect de nos indications géographiques derniers seront désormais tenus de certifier l’origine un véritable durcissement de la méthodologie an- prises qui pratiquent l’esclavage moderne.
et des filières agricoles sensibles, le maintien des minerais utilisés. ti-dumping européenne.
de nos préférences en matière sociale, envi- Cette bataille n’est pas terminée : il nous reste une
ronnementale et sanitaire ; Ce faisant, les eurodéputés socialistes et radicaux En introduisant une formulation très forte sur phase cruciale de négociations avec les autres insti-
• le refus de la coopération règlementaire ont emporté un vote historique, de nature à instiller la question de la charge de la preuve, nous nous tutions européennes. Mais nous pouvons nous félici-
qui limite le droit à l’autodétermination des davantage d’éthique et de justice dans les accords sommes assurés que les industriels européens ter d’avoir inscrit la lutte contre la désindustrialisa-
démocraties ; commerciaux. Grâce au texte voté, nous nous assu- n’aient, à aucun moment, la charge de démontrer, tion au sommet de l’agenda parlementaire européen.
rons que les produits consommés en Europe seront au moment de l’enquête, l’existence de distorsion en Il s’agit désormais de convaincre la Commission et le
• l’instauration d’un mode public de règlement plus « propres ». Avec persévérance, nous avons ain- Chine. Nous avons fait en sorte que la Commission Conseil, au sein duquel les libéraux continuent d’oc-
des conflits liés à l’investissement qui res- si établi une nouvelle norme mondiale progressiste rédige, de manière aussi systématique que possible, cuper une place prépondérante, des vertus de cette
pecte le droit et les règles issus des institu- de responsabilisation des multinationales. des rapports par pays destinés à mettre en exergue approche protectrice.
tions démocratiques ;
Avec le soutien de la société civile et des citoyens,
• l’inclusion de clauses climatiques et fiscales nous avons également pu franchir un pas important
contraignantes dans les accords. dans la lutte contre le financement des conflits dans
Enfin, nous nous sommes mobilisés contre le troi- les régions minières. C’est aussi une victoire face à
sième pilier transatlantique de la politique commer- la droite européenne, qui déplore avec des larmes
ciale de l’Union européenne, le TiSA : dans une réso- de crocodile les morts en Méditerranée, mais refuse
lution, nous avons appelé à un changement radical de s’attaquer concrètement aux problématiques de
de cap des négociations. développement.

Le juste échange, ce n’est ni le protectionnisme na- Enfin, c’est un premier pas pour instaurer une certifi-
tionaliste de M.  Trump ni l’ultralibéralisme façon cation obligatoire pour tous les acteurs économiques
Barroso  : c’est la recherche d’une mondialisation sur toute la chaîne d’approvisionnement, et pour in-
régulée, profitable à tous, citoyens, travailleurs et troduire des dispositions similaires applicables au
consommateurs. C’est tout l’enjeu de ce XXIe siècle ! commerce d’autres minerais. Nous devons désor-
mais nous battre pour introduire, au niveau euro-
B. LE PARLEMENT EUROPÉEN DIT STOP péen, un devoir de vigilance pour les multinationales
actives dans d’autres secteurs, à commencer par le
AUX « MINERAIS DE SANG » textile ou l’huile de palme, très présente dans notre
alimentation, notamment dans les pâtes à tartiner,
Le commerce de ressources naturelles telles que les chips, etc. Après l’iPhone, le Nutella !
l’or, le tantale, l’étain ou encore le tungstène alimente
des conflits armés, dont les premières victimes sont
C. L’UNION EUROPÉENNE DOIT SE
les populations civiles, et provoque de nombreuses
atteintes aux droits de l’Homme, en particulier en DÉFENDRE FACE À LA CHINE : DE
Afrique. Ces matières premières, que nous utilisons NOUVEAUX INSTRUMENTS DE DÉFENSE
tous les jours dans nos téléphones ou nos ordina-
teurs, par exemple, ont un impact sur la vie quoti- COMMERCIALE
dienne de centaines de milliers de personnes qui
subissent violences et atrocités, le produit du com- La Commission européenne, soutenue par plusieurs
merce de ces matières servant le plus souvent à États libéraux du Conseil, a un temps envisagé de
acheter des armes. décerner à la Chine le statut d’économie de marché,
alors même qu’elle n’en remplit pas les critères. Un
Nous avons alors avancé des mesures concrètes tel changement, loin d’être procédural, aurait em-
pour lutter contre le commerce des « minerais de pêché l’Union européenne d’opposer des mesures
PREMIÈRE PREMIÈRE
PARTIE PARTIE

NOTRE ACTION NOTRE ACTION
POUR UNE EUROPE POUR UNE EUROPE
SOCIALE, SOLIDAIRE ET SOCIALE, SOLIDAIRE ET
DÉMOCRATIQUE DÉMOCRATIQUE

P. 22 P. 23

III. R
 ÉFUGIÉS : RÉSOUDRE UNE IV. L’EUROPE ET SES VALEURS
CRISE HUMANITAIRE D’UNE FONDAMENTALES
IMMENSE AMPLEUR
A. HONGRIE B. POLOGNE
Au mois de mai 2015, lorsque la Commission euro- contraignant de relocalisation dans l’ensemble des Depuis 2010, M. Orbán éloigne son pays de la dé- Depuis sa victoire aux élections législatives en oc-
péenne a proposé une répartition contraignante des États membres et de revoir totalement le règlement mocratie, lentement mais sûrement. La liste des at- tobre 2015, le parti eurosceptique et conservateur
demandeurs d’asile au sein de l’Union européenne, dit « de Dublin ». Celui-ci prévoit que l’État membre teintes graves aux valeurs et aux lois européennes « Droit et Justice » met en place des lois contraires à
seul le Parlement européen l’avait soutenue dans responsable d’une demande d’asile est le premier perpétrées par ce dernier était déjà longue : construc- l’État de droit en Pologne, en s’attaquant notamment
cette approche. À l’époque, nous avons en effet as- pays par lequel le demandeur a fait son entrée sur le tion d’un mur interne à l’espace Schengen, autorisa- à la justice et aux médias polonais ; les similitudes
sisté à une véritable levée de boucliers de la part territoire européen. Or laisser les pays des frontières tion donnée à l’armée de tirer sur les réfugiés, péna- avec le cas hongrois sont frappantes.
de plusieurs États membres, qui refusaient le ca- extérieures gérer seuls l’ensemble des migrants lisation de l’aide aux migrants et du franchissement
ractère contraignant du dispositif, alors même que n’est pas possible, ni humainement ni technique- irrégulier des frontières, menaces de rétablissement
les chiffres proposés restaient limités : relocaliser ment. Nous avons besoin de solutions pérennes qui de la peine de mort, entraves à l’indépendance de la
160  000  demandeurs d’asile sur un continent de fonctionnent dans la durée. justice et des médias, bannissement des personnes
500 millions d’Européens, lorsque 90 % des 65 mil- sans domicile fixe de l’espace public, xénophobie,
lions de personnes déplacées dans le monde le sont Par ailleurs, nous soutenons un dispositif souple qui homophobie, etc. Désormais, le dirigeant hongrois
dans des pays en développement. peut s’adapter à une situation très mouvante que s’attaque aux universités, aux ONG, aux journalistes,
ce soit en terme de nombre de demandeurs d’asile à nouveau aux demandeurs d’asile, détenus à la fron-
Il a fallu une photographie, celle du petit Aylan, pour concernés, ou encore par rapport aux routes migra- tière sud avec la Serbie dans des conditions indignes
qu’une partie des États membres accepte enfin d’ap- toires – celles-ci évoluent et plusieurs autres pays et inhumaines, ainsi qu’à l’Union européenne.
porter une réponse solidaire au drame que vivent les pourraient devenir des pays de première ligne. À
migrants. La solidarité européenne, c’est celle qui ne l’avenir, l’Europe doit ainsi pouvoir adapter sa ré- Nous n’acceptons pas qu’une dictature s’installe en
laisse pas les États, que la géographie a placés en ponse rapidement. Europe.
première ligne, venir seuls en aide aux personnes
qui fuient les persécutions. Nous avons régulière- Enfin, nous plaidons pour que ce système de répar- Le Parlement européen a émis nombre d’alertes
ment condamné avec force les États membres qui tition des demandeurs d’asile à travers l’Union eu- et de recommandations, mais la réponse de la Sylvie Guillaume

refusaient de jouer le jeu de la solidarité, considérant ropéenne prenne en compte leurs liens familiaux, Commission européenne reste encore à ce jour tiède
l’Europe comme un supermarché, acceptant volon- sociaux et culturels dans le pays, ainsi que leurs et insuffisante. Pour les eurodéputés socialistes et En peu de temps, les deux piliers de la justice et des
tiers les fonds européens, mais refusant d’accueillir qualifications spécifiques. Cela permettrait non radicaux, il faut engager des actes forts, aussi bien médias ont ainsi été ébranlés, et on peut craindre
des demandeurs d’asile. C’est pourquoi nous avons seulement d’éviter les mouvements secondaires des symboliquement que concrètement. Cela passe no- désormais des atteintes aux ONG, aux droits des
demandé de manière répétée la mise en place de demandeurs entre les États membres, mais aussi de tamment par l’activation de l’article 7, qui permet de femmes, ou encore un développement des pouvoirs
procédures d’infraction à l’encontre de ces pays. favoriser l’intégration des personnes relocalisées suspendre certains droits d’un État membre lorsqu’il de la police concernant Internet et le stockage des
Procédures que la Commission européenne a en- dans leur pays d’accueil. existe un risque clair de violation grave des valeurs données des citoyens.
fin décidé de mettre en œuvre en juin 2017 afin de de l’Union, et un suivi plus étroit de l’utilisation des
sanctionner les États concernés. Dans cet exercice, nous appelons les États membres financements européens en Hongrie. Il était nécessaire de réagir au plus vite, d’autant
à saisir l’occasion de contribuer à une politique euro- plus au vu des atermoiements de la Commission
Au-delà de cette mesure d’urgence visant à répar- péenne véritablement commune et solidaire. Il a fallu attendre 2017 pour qu’une partie de la droite vis-à-vis de la situation en Hongrie. C’est sans doute
tir 160 000 demandeurs d’asile sur deux ans, notre cesse de soutenir M. Orbán et rejoigne les progres- face au risque contagieux de telles mesures que la
objectif reste d’instaurer un dispositif permanent et L’Union européenne sait être intransigeante pour sistes pour demander officiellement l’activation de Commission a décidé, dans le cas polonais, de dé-
lutter contre les déficits ; elle doit également l’être l’article 7.1. Lors de notre première tentative, en clencher le premier niveau du mécanisme d’alerte
pour défendre ses valeurs et, parmi celles-ci, le droit décembre 2015, nous n’avions manqué que d’une sur le respect de l’État de droit.
d’asile occupe une place centrale. C’est aussi pour petite dizaine de voix l’adoption d’une telle résolu-
cette raison que nous avons dénoncé, à plusieurs re- tion. Il était temps : les citoyens hongrois ont besoin Les députés socialistes et démocrates du Parlement
prises, la Déclaration Union européenne-Turquie sur de l’Union européenne pour protéger leurs droits. européen ont toujours dénoncé les atteintes aux va-
la question des réfugiés. Nous nous opposerons tou- Le reste de la droite européenne doit entendre ce leurs fondamentales de l’Union européenne, quel
jours à l’externalisation de notre politique migratoire. signal, et ainsi exclure le FIDESZ de ses rangs. La que soit l’État membre concerné. L’État de droit est
démocratie et les droits fondamentaux ne sont pas ancré dans les traités et la jurisprudence ; il est l’un
L’asile est un droit et une obligation internationale : à la carte, ils doivent s’appliquer partout, dans tous des piliers de l’Union qu’il faut respecter et faire
les socialistes ont clairement la volonté politique de les États membres. respecter. À présent, la gardienne des traités qu’est
le faire respecter. la Commission européenne ne peut plus tergiver-
ser sur ses valeurs et doit montrer son soutien aux
Polonais, qui ont élevé la voix et nous ont alertés des
risques qu’ils encourent.
PREMIÈRE PREMIÈRE
PARTIE PARTIE

NOTRE ACTION NOTRE ACTION
POUR UNE EUROPE POUR UNE EUROPE
SOCIALE, SOLIDAIRE ET SOCIALE, SOLIDAIRE ET
DÉMOCRATIQUE DÉMOCRATIQUE

P. 24 P. 25

nous progressons pour protéger le droit fondamen- F. LA DÉFENSE DES LANCEURS
tal des femmes à vivre sans violence partout où elles
se trouvent en Europe.
D’ALERTE
Bien souvent, c’est grâce au courage, à la force
E. BARROSO, KROES, ET LES AUTRES : et au sens de l’éthique des lanceurs d’alerte que
HALTE AUX CONFLITS D’INTÉRÊTS ! la collectivité découvre les agissements dange-
reux et malhonnêtes de certaines entreprises ou
M. Barroso, ancien président de la Commission eu- États. SwissLeaks, LuxLeaks, Panama papers,
ropéenne, a été recruté en septembre 2016 comme BahamasLeaks, Mediator… la liste est longue et
président non exécutif des activités internationales démontre jour après jour le rôle indispensable des
de Goldman Sachs, chargé notamment de conseiller lanceurs d’alerte.
le groupe bancaire sur le Brexit.
Trop souvent, ces derniers restent vulnérables, car
Peu avant, c’est Mme Kroes, ancienne commissaire insuffisamment protégés. La condamnation injuste
européenne, qui avait été recrutée par Uber. de deux d’entre eux dans l’affaire LuxLeaks a, en
C. UN MÉCANISME DE L’UNION POUR D. LE COMBAT POUR LES DROITS DES effet, jeté la lumière sur l’extrême précarité de leur
L’ÉTAT DE DROIT, LA DÉMOCRATIE ET FEMMES Pour les eurodéputés socialistes et radicaux, ces re- situation. Nous avions dénoncé ce jugement honteux,
crutements étaient indécents, indignes et honteux. en renouvelant notre demande d’une action urgente
LES DROITS FONDAMENTAUX Nous nous sommes donc immédiatement mobilisés de la Commission. Nous nous étions également en-
En Europe, un tiers des femmes ont souffert de vio-
lences physiques ou sexuelles dans leur vie et une afin d’obtenir une révision des règles pour empê- gagés à nous battre en faveur d’une législation eu-
Le cas Orbán – et les menaces qui pèsent ailleurs cher de tels recrutements d’anciens commissaires ropéenne afin de garantir leur protection, travail qui
femme sur vingt a été violée depuis l’âge de 15 ans
en Europe, notamment en Pologne – démontre qu’il européens. est en cours.
– les chiffres de l’Agence des Droits fondamentaux
est urgent de créer un mécanisme complet et pré-
sont insupportables. La honte doit partout changer
cis pour s’assurer du respect de la démocratie, de Cette mobilisation a abouti à l’adoption d’un rapport Notre ambition est de parvenir à une protection eu-
de camp. C’est toujours aux agresseurs d’avoir honte
l’État de droit et des droits fondamentaux par tous sur les déclarations d’intérêts des commissaires ropéenne des lanceurs d’alerte. Les lanceurs d’alerte
et d’être punis. Parallèlement, les attaques réaction-
les États membres. Pour ne plus avoir à réagir dans européens. L’un des objectifs de ce texte, dont les doivent se sentir en sécurité et ont besoin, pour cela,
naires de certains États membres contre les droits
l’urgence, violation après violation, nous préconi- mesures doivent permettre de vérifier scrupuleu- d’un statut juridique clair. Parce que les protections
des femmes rappellent que ces dernières ne sont
sons d’élaborer une réflexion plus large, efficace et sement les intérêts financiers des commissaires nationales, quand elles existent, sont hétérogènes,
pas protégées de la même façon selon le pays dans
durable sur l’État de droit et le respect des valeurs depuis leur entrée en fonction jusqu’à leur retour imparfaites, et que les scandales, eux, sont euro-
lequel elles vivent.
fondamentales de l’Union. Cela permettra, à l’ave- à d’autres activités, est de donner plus de pouvoirs péens, protéger les lanceurs d’alerte, c’est protéger
nir, d’avoir une stratégie plus solide afin de contrer de contrôle et de sanction aux eurodéputés. Après la plus efficacement la liberté d’expression et celle
La Convention d’Istanbul du Conseil de l’Europe est le
les violations des principes démocratiques. L’Union multiplication des dérives et des scandales, ce ren- d’être informé, et donc, la démocratie en Europe.
premier traité international contraignant pour com-
européenne n’est pas une union « à la carte », mais forcement des prérogatives du Parlement européen
battre la violence à l’égard des femmes et la violence
une communauté de valeurs. En y adhérant, les États était devenu indispensable, à la fois avant, pendant
domestique. Elle agit sur de nombreux plans comme
membres se sont engagés à respecter les règles du et après le mandat des commissaires. La déclara-
la prévention, les mesures de droit pénal, la protec-
jeu, et celles-ci ne sont pas seulement économiques : tion d’intérêts des commissaires doit par ailleurs
tion et le soutien aux victimes, ainsi que la protection
elles sont fondamentalement basées sur la primau- s’étendre aux membres de leur famille.
spécifique à accorder aux enfants, aux réfugiées et
té de la démocratie et de l’État de droit. Nous tra- Virginie Rozière
aux demandeuses d’asile.
vaillons actuellement à la création d’un mécanisme Nous avons également obtenu l’extension à trois ans
pour défendre ce dernier, en préconisant notamment de la période d’interdiction de « pantouflage » pour
Le 24 novembre 2016, le Parlement européen s’est
une évaluation annuelle impartiale de la situation tous les anciens commissaires, même si nous in-
prononcé en faveur de la ratification par l’UE de cet
des droits fondamentaux pays par pays – avec des sistons sur le fait que certaines règles s’appliquent
instrument. L’adhésion de l’Union représente une
indicateurs communs et objectifs – comme l’Union sans limites de durée. Au niveau du Parlement eu-
véritable plus-value. Elle est la garantie d’un cadre
européenne le fait sur les questions budgétaires. ropéen, nous avons régulièrement voté pour plus de
juridique européen cohérent, c’est à dire d’une
concrétisation et d’un renforcement du droit à vivre transparence et de contrôle sur les fonds alloués aux
Ce rapport annuel devrait également comporter des députés européens.
loin de toute violence pour l’ensemble des femmes
recommandations spécifiques par pays et un débat
en Europe.
interparlementaire annuel. Les parlements natio-
naux jouent un rôle clé, car sans leur soutien, nous
Le Parlement européen a travaillé à un rapport sur
ne serions pas en mesure de le faire respecter.
l’adhésion de l’UE et sous l’impulsion des socialistes
et démocrates, le déni d’un avortement sûr et lé-
Pourtant, nous devons protéger les citoyens des
gal y a été ajouté à la liste des violences faites aux
dérives autoritaires et liberticides de certains di-
femmes. C’est une immense victoire.
rigeants ; l’Union européenne doit agir comme un
bouclier et faire respecter les droits fondamentaux
L’adhésion de l’UE à la Convention d’Istanbul illustre
partout ! C’est aussi ça, l’Europe qui protège !
parfaitement la manière dont l’UE a un impact positif
sur la vie quotidienne de ses citoyens. Ensemble,
P. 26 P. 27

SECONDE
PARTIE

NOTRE ACTION
POUR UN
DÉVELOPPEMENT
DURABLE
SECONDE SECONDE
PARTIE PARTIE

NOTRE ACTION NOTRE ACTION
POUR UN POUR UN
DÉVELOPPEMENT DÉVELOPPEMENT
DURABLE DURABLE

P. 28 P. 29

I. L’ENVIRONNEMENT, NOTRE FIL Ainsi, à la fois lors de la Conférence internationale
sur la biodiversité et le changement climatique dans
les outre-mer européens, qui s’est tenue en octobre
Au sein de cette dernière, nous avons pesé de tout
notre poids pour mettre en place une coalition pro-
gressiste et faire ainsi face à la droite, soumise au

ROUGE POUR LE XXIE SIÈCLE 2014 en Guadeloupe, et lors de la COP 21, les socia-
listes ont été particulièrement actifs pour défendre la
richesse du patrimoine naturel des outre-mer. Nous
lobby des industriels. Parce que la dilution de la res-
ponsabilité est l’une des causes du scandale, nous
avons proposé, très tôt dans les débats, la création
appelons désormais à la mise en œuvre concrète d’une Agence européenne de surveillance des vé-
des engagements pris lors de ces évènements ma- hicules. Nous condamnons avec force l’obstruction
jeurs pour l’avenir de notre patrimoine naturel. de la droite à la création de cette dernière. Les ci-
A. COP21 : LES SOCIALISTES ET toyens européens sont en droit d’avoir un système
Gilles Pargneaux
L’action de la délégation socialiste française a per- robuste d’homologation et de surveillance pour les
RADICAUX EUROPÉENS MOBILISÉS mis de mettre en exergue la nécessité de se doter nouveaux véhicules. Néanmoins, sur ce point, le texte
de moyens pour préserver la biodiversité et lutter comporte tout de même des avancées significatives :
Le Parlement européen a participé activement à la contre le changement climatique dans les outre-mer. d’abord, le système européen d’homologation des
conférence de l’ONU sur le climat à Paris et à sa Compte tenu de l’importance des enjeux, au-delà véhicules est très nettement renforcé et, surtout,
réussite. Afin de peser dans les négociations, nous des déclarations d’intention, il importe désormais la surveillance de marché est accrue. Nous serons
nous sommes dotés d’un mandat ambitieux, consti- de mettre en place un mécanisme durable de finan- en particulier très vigilants à ce que la possibilité
tué d’objectifs climatiques juridiquement contrai- cement de la protection de la biodiversité dans les de rappel européen des véhicules non conformes
gnants et accompagnés d’outils financiers solides. régions ultrapériphériques (RUP) et les PTOM, dans soit inscrite dans la législation, et il est essentiel
Nous avons proposé de réduire d’au moins 40 % les le prolongement de l’action préparatoire BEST qui que la Commission puisse procéder elle-même
émissions de gaz à effet de serre européennes d’ici prendra fin en 2017. aux tests sur les véhicules en circulation, loin de la
2030 et de viser une réduction de 95 % à l’échelle pression des champions nationaux de la construc-
mondiale d’ici 2050.
C. NOX ET CO2 VERSUS COP21 tion automobile.
Pour nous, l’Europe doit être un moteur et un modèle Plusieurs autres victoires sont à mettre à notre ac-
Pour être à la hauteur de cet accord, l’Europe doit
en matière environnementale : c’est pourquoi nous tif : d’abord, nous avons in fine obtenu une demande
désormais respecter ses engagements, et s’engager
défendions également un objectif contraignant d’ef- claire d’indemnisation des consommateurs lésés.
dans plusieurs réformes, notamment la relance du
ficacité énergétique de l’ordre de 40 % et un objectif Autre victoire, dans nos recommandations figure le
marché européen du carbone.
contraignant de 30 % d’énergies renouvelables dans fait de protéger les travailleurs des conséquences
notre consommation d’énergie totale, sur lesquels de la fraude : la protection de l’emploi est pour nous
La lutte contre le changement climatique doit tou-
nous avions rallié une majorité du Parlement euro- une priorité. Nous nous félicitons également que da-
jours s’accompagner de celle pour la qualité de l’air,
péen. Il faut à présent transformer l’essai au travers vantage de voitures en circulation soient testées, et,
enjeu de santé publique majeur. Les émissions de
du nouveau paquet « Énergie propre pour tous les surtout, que des sanctions réellement dissuasives
CO2 ne doivent pas faire oublier l’importance de ré-
Européens » : à ce titre, nous défendons toujours les et harmonisées contre les constructeurs frauduleux
duire toutes les formes de pollution atmosphérique.
40 % contraignants de gain d’efficacité, mais l’ob- soient mises en place.
Le Dieselgate a ainsi montré que la question des
jectif que nous poussons pour les renouvelables
normes et des contrôles est incontournable : sur les
est désormais de 35-40 %, dans la mesure où les Parce que l’industrie automobile est capable de
normes européennes d’émissions de polluants, bien
technologies les plus matures tendent à devenir éco- émetteur mondial de gaz à effet de serre, revienne concevoir des véhicules autonomes et propres,
avant le scandale Volkswagen, nous plaidions aus-
nomiquement viables plus rapidement qu’anticipé. sur cette décision, et à prendre les décisions qui nous ne pouvons la croire lorsqu’elle prétend avoir
si pour que les tests soient effectués en conditions
s’imposent afin de nous protéger ainsi que les gé- réelles, et non pas simplement en laboratoire. Des des difficultés à respecter des normes ambitieuses
Enfin, parce que la question financière était la pierre nérations futures. en matière d’émissions polluantes et d’environne-
normes ambitieuses et respectées sont indispen-
angulaire de cet accord, nous avons défendu un fi- ment. Nous dénonçons ainsi avec force le lobbying
sables pour garantir aux Européens un air respirable
nancement du Fonds vert à hauteur de 100 milliards des industriels et la comitologie opaque : notre ligne
de dollars par an et une juste définition du prix du B. PRÉSERVER L’ENVIRONNEMENT EN propre et préserver leur santé. Certes, nous avons
déploré que le Parlement n’oppose pas son veto à la politique est claire, l’Europe doit privilégier la santé
carbone. OUTRE-MER : UNE PRIORITÉ POUR LES proposition de la Commission d’instaurer une marge publique sur les intérêts économiques. Même si cela
La COP21 a été un moment historique pour la pla-
SOCIALISTES ET RADICAUX de tolérance (le facteur de conformité) à 2,1 fois les froisse certains États.
seuils légaux d’émissions d’oxydes d’azote, mais les
nète : 195 États, par-delà leurs divergences, ont réus- C’est pour ces raisons que nous condamnons avec
Les outre-mer n’ont pas été exclus de notre action et nouveaux tests permettront néanmoins une baisse
si à s’accorder afin de mener ensemble le combat du force le fait que la droite européenne refuse de fixer
de notre réflexion en matière d’environnement et de des émissions réelles, et surtout, nous ne désar-
siècle contre les bouleversements climatiques. C’est une date pour la fin du diesel, même si nous nous
lutte contre les changements climatiques. mons pas pour arriver à ce que cette marge soit
là un grand pas pour l’Humanité auquel le Parlement félicitons de l’adoption de nos amendements visant à
abaissée au plus vite, pour à terme arriver à 1, si
européen, et notamment les socialistes et radicaux, accroître la présence de motorisations alternatives.
Ils apportent en effet à eux seuls 70 % de la biodiver- possible dès 2020. Le scandale Volkswagen a mon-
a contribué.
sité européenne et abritent 10 % des récifs coralliens tré en outre que la bataille ne s’arrête pas là, mais
de la planète. Ce patrimoine est aussi le premier à qu’il faut également s’attaquer à la fraude en matière
Lorsque M. Trump a annoncé la sortie des États-Unis
être frappé par les impacts du changement clima- de respect des règles antipollution : pour cela, nous
de l’Accord de Paris sur la lutte contre le change-
tique  : élévation du niveau des eaux, dégradation nous sommes battus afin d’obtenir la création d’une
ment climatique, nous avons appelé à exercer une
des écosystèmes, disparition définitive d’espèces commission d’enquête sur les suites à donner aux
pression maximum sur les autorités américaines et
endémiques... fraudes des constructeurs automobiles.
leur président afin que l’Amérique, le 2e plus gros
SECONDE SECONDE
PARTIE PARTIE

NOTRE ACTION NOTRE ACTION
POUR UN POUR UN
DÉVELOPPEMENT DÉVELOPPEMENT
DURABLE DURABLE

P. 30 P. 31

D. LE MARCHÉ CARBONE, UN OUTIL E. RÉDUIRE LES ÉMISSIONS DE en respectant un plafond global de 100 millions de
tonnes de CO2 ; le contrôle de conformité des efforts
INDISPENSABLE POUR QUE L’EUROPE GAZ À EFFET DE SERRE POUR LES réalisés tous les deux ans (et non cinq comme le
METTE EN ŒUVRE L’ACCORD DE PARIS SECTEURS HORS MARCHÉ CARBONE proposait la Commission) ; une clause de révision
(ETS) : AGRICULTURE, TRANSPORTS, des objectifs climatiques tous les cinq ans pour re-
L’ETS, c’est le marché carbone, un des outils de l’Eu- voir à la hausse les objectifs climatiques de l’Union
rope pour respecter les engagements pris lors de la LOGEMENT, PETITES INSTALLATIONS européenne conformément à l’Accord de Paris. Nous
COP 21 et ratifiés depuis lors. INDUSTRIELLES ET DÉCHETS. serons vigilants pour que lors des négociations in-
terinstitutionnelles entre le Parlement, le Conseil et
Sur ce texte, nous avons encaissé une lourde dé- Comme sur ETS, nous avons bataillé pour introduire, la Commission en vue d’arriver à un texte final, les
faite : la proposition de la Commission européenne pour la première fois, dans le cadre règlementaire lignes directrices du Parlement, notamment sur les
souffrait déjà de graves lacunes, et, en plus, la droite européen des objectifs contraignants, ambitieux et objectifs à long terme, soient bien prises en compte.
a détricoté les éléments progressistes du compro- cohérents sur le long terme et pour réduire les émis-
mis atteint en commission parlementaire (ENVI). sions de l’Union européenne de 80 à 95 % d’ici 2050. F. ÉCONOMIE CIRCULAIRE :
Avec ce vote, certains ont cru défendre l’industrie, Là encore, les conservateurs ont tout fait pour affai-
d’autres ont été victimes de la pression intense des POUR DE NOUVEAUX MODES DE
blir les objectifs climatiques de l’Union européenne,
lobbies industriels qui ont usé des pires menaces notamment pour que les États membres disposent CONSOMMATION
pour les faire plier. Mais soutenir ce qui, en réalité, d’un nombre de quotas d’émissions annuels (droits à
s’apparente à une prolongation du statu quo, n’ap- polluer) le plus élevé possible. Si les propositions des Pour les socialistes, l’essor de l’économie circulaire
portera pas plus d’investissements sur les sites de conservateurs avaient été adoptées, certains États est une priorité stratégique pour l’Union, car elle per-
production industrielle que par le passé, continuera membres auraient même pu bénéficier d’un nombre met à la fois préservation des ressources naturelles,
d’engraisser les actionnaires avec le « business » de quotas annuels supérieur à leurs émissions consommation durable, amélioration de la qualité de
des quotas gratuits (profits indus chiffrés à plusieurs réelles, ce qui aurait permis aux États de ne faire vie, développement des territoires, création de va-
milliards d’euros), et met en péril le respect de nos aucun effort de réduction des émissions pendant leur et d’emplois, et réinsertion de personnes vulné-
engagements climatiques, pourtant solennellement plusieurs années  ! Face aux conservateurs, nous rables. Il y a urgence, car nos modes de production
proclamés urbi et orbi. nous félicitons de la victoire d’une coalition progres- ne sont pas soutenables : plus nous consommons,
siste. Nous regrettons cependant que les conser- plus l’industrie utilise de matières premières, et plus
Concrètement, le rapport adopté préconise de ré- vateurs et les alliés européens de M. Macron aient nous produisons de déchets.
duire de 2,2 % chaque année le plafond de quotas réussi à élargir certaines flexibilités pour permettre
d’émission versés au système, ce qui ne nous place aux États de retarder leurs efforts de réduction des Nous plaidons pour un cadre législatif propice à la
pas sur une trajectoire en phase avec les accords de émissions. Enfin, nous ne pouvons que fortement transition énergétique, couvrant l’intégralité du cy-
Paris. Nous regrettons à ce titre que le Parlement critiquer l’hypocrisie, le cynisme et l’irresponsabi- cle de vie des produits, de l’approvisionnement en
n’ait pas suivi la ligne de la commission en charge ciment dans la liste des secteurs en risque de fuite lité devant l’urgence climatique des députés de la matières premières à l’écoconception en passant
de l’environnement, qui proposait un facteur de ré- carbone au motif de « mieux le protéger », on fait fi droite et du centre qui se félicitent de la signature par la distribution, les modèles d’entreprises et
duction linéaire de 2,4 %. du plafonnement de ce système de quotas gratuits de l’Accord de Paris, mais qui, une fois les textes modes de consommation, le réemploi et la retrans-
(entre 43 % et 48 % de la totalité des quotas) et, en sur la table, essaient de revoir à la baisse les ambi- formation ainsi que l’utilisation des déchets comme
Le doublement de la capacité de la réserve de sta- réalité, on organise déjà la pénurie pour l’ensemble tions de l’Union européenne par la petite porte des ressources.
bilité et la suppression de 800 millions de quotas des secteurs industriels européens. compromis.
aujourd’hui disponibles sur le marché, mais dont
personne ne veut, devrait permettre de redresser Nous n’oublions pas que certains acquis socialistes Concrètement, ce texte propose : une réduction des
le signal-prix de l’ETS, mais cela sera-t-il suffisant ont résisté aux coups de boutoir de la droite et des émissions de CO2 de 30 % d’ici à 2030 par rapport
pour réellement enclencher des investissements bas conservateurs, à l’image du Fonds de transition juste aux niveaux de 2005, conformément à l’Accord de
carbone ? que nous avons porté à l’unisson de la Confédération Paris ; une réduction des émissions de CO2 de 80
européenne des syndicats ou encore de certains res- à 95 % d’ici 2050 par rapport aux niveaux de 1990 ;
La protection de certains secteurs — comme le ci- serrages de boulons pour rendre le système plus de prendre 2018 comme point de départ pour cal-
ment — contre la concurrence internationale via un vertueux. Alors que le texte est actuellement en culer le plan de réduction des émissions de CO2 (et
mécanisme d’ajustement carbone aux frontières phase de trilogue, la Délégation continue d’exercer non 2021 comme proposé par la Commission euro-
n’a pas non plus trouvé de majorité : non seulement sa vigilance pour que le résultat des négociations péenne). Le but est d’éviter que les États membres
nous dénonçons cet aveuglement d’une majorité de avec le Conseil préserve les quelques acquis et limite disposent d’un nombre de quotas d’émissions an-
nos collègues, mais nous maintenons que cette ap- les éléments les moins climato-compatibles. nuels (droit à polluer) supérieur à leurs émissions
proche représente la seule voie d’avenir si l’on veut réelles pendant les premières années ; l’instauration
prémunir les industries européennes du dumping Nous nous battrons également pour maintenir l’in- d’« une réservation d’action précoce » (90 millions de
environnemental tout en les incitant elles-mêmes à clusion du secteur de l’aviation dans le système tonnes de CO2) pour encourager les États membres
continuer de progresser dans la décarbonation de ETS afin de garantir que, conformément aux enga- à prendre des mesures de réduction des émissions
l’économie. gements de l’Accord de Paris, ce secteur participe avant 2020, contre davantage de flexibilité pendant la
aux efforts de réduction des émissions. période ultérieure de leur programme ; la possibilité
En outre, nous pointons que cette décision ne tient pour les États membres de transférer des quotas
tout simplement pas la route  : en réintégrant le du marché carbone (ETS) dans les autres secteurs
SECONDE SECONDE
PARTIE PARTIE

NOTRE ACTION NOTRE ACTION
POUR UN POUR UN
DÉVELOPPEMENT DÉVELOPPEMENT
DURABLE DURABLE

P. 32 P. 33

C’est pourquoi nous nous sommes mobilisés sur le G. BANNIR LES PERTURBATEURS réglementation européenne, car nous devons ré- précaution : la menace est avérée, de l’aveu même
paquet législatif « économie circulaire », visant à duire drastiquement l’exposition du public aux per- de Monsanto.
développer le recyclage, le réemploi et la réutilisa-
ENDOCRINIENS turbateurs endocriniens, en particulier les enfants
tion et à réduire la mise en décharge. Dans ce vaste et les femmes enceintes. Ce dossier n’est pas clos : Nous entendons une partie du monde agricole qui
Les perturbateurs endocriniens sont des substances
dossier, une de nos priorités était de faire que l’éco- nous continuons d’exiger un véritable durcissement dit ne pas pouvoir travailler sans le glyphosate. Nous
chimiques qui interfèrent avec le fonctionnement du
nomie circulaire soit aussi solidaire. Parce que nous de la législation européenne. Rien ne peut ni ne doit leur disons que ce choix politique est d’abord pour
système hormonal. Ils sont présents partout autour
nous sommes battus, le rôle des acteurs de l’Écono- primer sur la transparence, le principe de précau- eux : les agriculteurs sont les premières victimes du
de nous, dans les cosmétiques, les emballages, les
mie sociale et solidaire, comme les associations ou tion, la protection de la santé des Européens et de glyphosate. Aussi, nous demandons que des fonds
jouets pour enfants, et même dans certains dispo-
les entreprises sociales, dans le secteur du réemploi l’environnement ! européens soient mobilisés pour la recherche et le
sitifs médicaux. À l’image du bisphénol A ou des
et de la préparation en vue du réemploi, est enfin développement d’alternatives au glyphosate et à
phtalates, ils constituent un sujet de santé publique
reconnu, et ce n’est que justice : elles ont inventé un H. MONSANTO ET LE GLYPHOSATE l’ensemble des produits dangereux, pour le déve-
majeur.
modèle viable qui conjugue développement écono- loppement des bio-contrôles et, enfin, pour, à terme,
mique, respect de l’environnement et action sociale Il y a des entreprises qui, à force de mettre en danger changer de mode de production.
Les eurodéputés socialistes et radicaux sont à
et solidaire en faveur de la lutte contre l’exclusion. notre planète, deviennent une de nos bêtes noires.
la pointe du combat contre les perturbateurs en-
Nous préconisons des clauses sociales justes dans Monsanto est l’une d’elles. Nous reprochons à la Commission européenne de
docriniens. C’est au cours de la législature précé-
les critères de passation de marchés publics. C’est balayer d’un revers de bras les révélations appor-
dente – 2009-2014 – que nous avons tiré la sonnette
pour nous une ligne rouge : l’activité de récupération Depuis plus de 30 ans, Monsanto empoisonne la pla- tées par le scandale des Monsanto papers et le
d’alarme. Depuis, nous ne cessons d’exiger une lé-
des déchets ne doit pas retomber dans l’escarcelle nète avec son herbicide, plus connu sous le nom de litige en cours aux États-Unis dans le but de cou-
gislation européenne contre cette menace invisible
de grands groupes qui ont compris tout son poten- « Roundup ». Déclaré « cancérigène probable » par vrir les agences européennes pourtant pointées du
et permanente, qui affecte déjà la santé des êtres
tiel, mais qui ne remplissent aucune des fonctions l’Organisation mondiale de la santé en mars 2015, le doigt à de nombreuses reprises. Notre volonté n’est
humains : baisse de la fertilité masculine, puberté
vitales d’insertion locale que défendent les acteurs glyphosate reste l’herbicide le plus vendu au monde. pas de porter atteinte aux agences européennes,
précoce, malformations congénitales, cancers du
de l’Économie sociale et solidaire. Présent dans plus de 750 désherbants, ce produit mais de connaître l’exacte vérité dans la conduite
sein, etc. Ces troubles sont en nette augmentation
dangereux a récemment été détecté chez 44 % des des études afin d’assumer au mieux notre respon-
ces dernières décennies et sont liés aux perturba-
Concrètement, ce texte a fixé un objectif contraignant citoyens européens n’ayant jamais été en contact di- sabilité de co-législateur. La confiance aveugle de
teurs endocriniens.
visant à réduire la mise en décharge des déchets rect avec l’herbicide : c’est simple, une bonne partie la Commission européenne et de son président
municipaux à 5 % d’ici 2030, un taux de recyclage à de notre chaîne alimentaire en est contaminée. dans l’Autorité européenne de sécurité des ali-
Dans ce dossier, la Commission européenne n’a pas
70 % des déchets municipaux d’ici 2030, un objectif ments (EFSA) et l’Agence européenne des produits
fait son travail ; pendant plusieurs années, elle n’a
de préparation en vue du réemploi et du recyclage Les révélations des Monsanto papers, n’ont fait chimiques (ECHA) a de quoi interroger !
énoncé aucun critère permettant de les identifier, si
des déchets d’emballages à un minimum de 80 % en qu’amplifier nos craintes sur le caractère potentiel-
bien que la Cour de justice de l’Union européenne
2030, un objectif de réduction du gaspillage alimen- lement cancérigène du glyphosate, qui serait bien Nous demandons à ce que la décision concernant le
l’a même condamnée pour cette inaction à la fin de
taire d’au moins 30 % d’ici à 2025 et de 50 % d’ici à mutagène et génotoxique. Cette information était renouvellement de l’approbation du glyphosate soit
l’année 2015. Surtout, une fois que la Commission
2030 et, enfin, l’obligation d’une collecte séparée des pourtant connue depuis 1999 par Monsanto lui- fondée sur des résultats scientifiques crédibles et in-
européenne s’est décidée à agir, les critères se sont
biodéchets d’ici 2020. même. Cette multinationale a tout fait depuis pour dépendants et que les exigences en ce qui concerne
révélés être une vraie passoire, menaçant de lais-
cacher ce danger, infiltrant agences et régulateurs. la divulgation des preuves scientifiques utilisées
ser les perturbateurs endocriniens prospérer au-
Nous voulons également lutter contre les techniques dans le processus d’évaluation soient respectées
tour de nous. Depuis le Parlement européen, nous
visant à réduire la durée de vie ou d’utilisation d’un Les décisions ne peuvent plus être reportées à conformément à la jurisprudence de la CJUE.
avons sans cesse demandé un renforcement de la
produit afin d’en augmenter les ventes, communé- plus tard. Il ne s’agit plus d’appliquer le principe de
ment appelées « obsolescence programmée » : il
faut pour cela une stratégie complète, technique,
commerciale, normative, éducative et information- Louis-Joseph Manscour
nelle et, à tout le moins, que l’on impose au niveau
européen une durée de vie minimum aux produits
manufacturés.

Nous n’avons qu’une seule planète. Tout doit être fait
pour la préserver.
SECONDE SECONDE
PARTIE PARTIE

NOTRE ACTION NOTRE ACTION
POUR UN POUR UN
DÉVELOPPEMENT DÉVELOPPEMENT
DURABLE DURABLE

P. 34 P. 35

À défaut, la Commission européenne ainsi que les nous voulons dans 10 ans, 20 ans, pouvoir regarder le mercure sera interdit dès le 1er juillet 2018 chez J. FACE AU LOBBY DU TABAC
gouvernements seront coupables de non-assistance nos enfants dans les yeux en leur disant « nous avons les femmes enceintes ou allaitantes et les enfants
à citoyens en danger, et engageront leur responsa- fait le bon choix ». Protéger la santé des Européens, de moins de 15 ans. Chaque année, une ville comme Francfort et ses
bilité. En tout état de cause, nous nous battrons ! et d’abord celle des agriculteurs, est un impératif. 700 000 habitants est rayée de la carte à cause des
Il est impératif de faire la lumière sur toute cette Nous avons également obtenu un rapport d’étape décès liés à la consommation de tabac. Les poli-
affaire avant tout renouvellement de ce produit po- I. DISPOSITIFS MÉDICAUX, MERCURE : avec un objectif clair : faire disparaître le mercure tiques pour enrayer ce problème de santé publique
tentiellement cancérigène pour plus de 500 millions dans les amalgames dentaires d’ici 2030. L’Europe, majeur sont constamment gênées, voire bloquées,
d’Européens. TOUJOURS PRÉSENT POUR PROTÉGER c’est aussi ça : des mesures concrètes pour protéger par le lobbying intensif de l’industrie du tabac. Ce
LA SANTÉ DES EUROPÉENS ! la santé des Européens ! lobbying prend de nombreuses formes et doit être
Enfin, nous nous opposons à l’offre d’achat préoc- dénoncé. Les socialistes et démocrates sont plei-
cupante faite par Bayer sur Monsanto : rien de bon Ce sont là des exemples concrets de l’Europe di- C’est dans le même esprit que nous avons veillé à nement engagés dans ce combat, notamment au
ne peut venir d’un monde où trois multinationales rectement et immédiatement utile aux citoyens  : renforcer la sécurité sanitaire des « dispositifs mé- sein de la commission du Contrôle budgétaire et du
vendraient un paquet complet — semences OGM, en- nous avons adopté un rapport visant à interdire les dicaux », dispositifs qui vont du simple pansement groupe de travail contre l’ingérence de l’industrie
grais et pesticides chimiques. Ce dossier, éminem- plombages dentaires au mercure. C’est un fait : l’ex- au cœur artificiel en passant par les prothèses du tabac. Nous souhaitons ainsi mettre fin à la coo-
ment politique, ne devait pas à nos yeux être traité position au mercure, même en petite quantité, peut mammaires ou de hanche. Ces dispositifs médicaux pération financière qui lie l’industrie du tabac à la
par les seules autorités de la concurrence : nous provoquer de graves problèmes de santé – cancer, sont essentiels pour notre santé et notre qualité de Commission européenne, car de trop nombreuses
devons refuser ces fusions dans l’agrochimie, qui maladies d’Alzheimer ou de Parkinson, autisme — vie au quotidien. Mais tout le monde a en mémoire questions sont préoccupantes autour de ces ac-
finiront par mettre l’agriculture mondiale dans les et met en danger le développement des enfants. les scandales des prothèses mammaires PIP, d’où cords, qui sont censés assurer la lutte contre la
mains d’entreprises devenues plus puissantes que Les rejets de mercure dans l’environnement repré- l’importance de cette révision des directives sur les contrebande. De même, de nombreux protocoles
les États dans la définition de politiques tournées à sentent également un grave danger, se retrouvant dispositifs médicaux, que nous avons obtenue après de l’OMS, avec notamment la fameuse convention
leur seul avantage. sous différentes formes dans l’atmosphère, les sols une vaste mobilisation. FCTC, devraient être ratifiés par l’Union européenne
ou les cours d’eau. Pourtant, rien qu’en France, 15 et ses États membres. C’est notre combat pour que
Ce double débat s’inscrit dans une histoire, celle des tonnes de mercure sont encore placées chaque an- Il faut ici dénoncer avec force le rôle trouble joué par les intérêts privés ne se mettent pas en travers de
produits dangereux trop longtemps laissés sur le née sur les dents. le Front national : alors qu’il prétend « protéger », ses la santé des Européens.
marché pour faire la fortune de quelques action- élus ont, au contraire, défendu l’intérêt des lobbys en
naires. Souvenons-nous du scandale de l’amiante C’est pourquoi nous nous sommes mobilisés pour rejetant l’ensemble de cette réforme. Les Français
par exemple. Pour les eurodéputés socialistes et ra- interdire le plus rapidement possible les amalgames doivent savoir.
dicaux, le positionnement sur ce dossier est simple : dentaires au mercure. C’est là une victoire socialiste :
SECONDE SECONDE
PARTIE PARTIE

NOTRE ACTION NOTRE ACTION
POUR UN POUR UN
DÉVELOPPEMENT DÉVELOPPEMENT
DURABLE DURABLE

P. 36 P. 37

II. POUR UN NOUVEAU PROJET des agriculteurs partout sur le territoire européen
afin de maintenir nos campagnes vivantes.
Face à la défiance des consommateurs et au désar-
roi de certains producteurs, c’est aux citoyens qu’il
revient de choisir le modèle alimentaire et agricole

AGRICOLE ET ALIMENTAIRE,
Nous devons favoriser des modes de production, qui se prépare en Europe. Nous pouvons constater
de distribution et de consommation alternatifs en que, majoritairement, ce choix ne s’oriente pas vers
marge des circuits dominants. les OGM. Le nier, c’est aggraver le sentiment de

DURABLE ET SOLIDAIRE
mainmise de nos institutions, qui plus est sur un su-
Nous mettons en garde contre les tentations de re- jet aussi sensible que l’alimentation. Très régulière-
nationalisation de la politique agricole commune et ment, le Parlement européen s’est opposé – à notre
de repli sur soi qui seraient dévastatrices pour la initiative – à l’autorisation de plusieurs OGM et s’est
PAC et pour le projet européen dans son ensemble, élevé contre le renouvellement de leur autorisation,
comme nous l’avons vu en 2015-2016 avec la crise comme le MON 810. Nous restons mobilisés pour
part, et la faiblesse du dispositif actuel d’autre part, du lait. leur interdiction totale sur le sol européen et sou-
ne permet pas la mise en œuvre des outils de régula- mettre les « OGM cachés » à l’ensemble des règles
tion nécessaires. L’effet ciseau de la baisse des cours Il est urgent que l’Europe réinvente une stratégie européennes applicables aux OGM. Nous sommes
de la viande et du lait, du prix élevé des céréales, de commune, se détourne des dogmes ultralibéraux choqués de voir que la Commission vient d’autoriser
la fin des quotas sucriers et d’une baisse des ex- inopérants, et refonde un nouveau projet agricole et deux maïs et deux cotons hybrides transgéniques et
portations font payer le prix fort à nos agriculteurs ! alimentaire durable et solidaire. Seule une PAC re- de renouveler l’autorisation du maïs MON 810 pour
nouvelée permettra une réconciliation de l’agricultu- une période de dix ans !
Pour répondre aux crises successives, les pouvoirs re et de la société, de l’Europe et de ses concitoyens.
publics n’ont aujourd’hui d’autre choix que de propo- Enfin, nous sommes favorables à une généralisa-
ser des solutions qui traitent les symptômes plutôt B. LES OGM, C’EST NON ! tion de l’étiquetage des produits OGM. Aujourd’hui, il
que les causes. existe un étiquetage obligatoire lorsque les aliments
C’est au début de cette législature que nous avons contiennent des OGM. Cette règle est commune à
Il est urgent de réintroduire de la régulation publique obtenu, pour les États membres, la possibilité de tous les États européens. Cependant, on doit aller
dans les marchés agricoles, de favoriser les aides restreindre ou d’interdire la culture d’OGM sur leur plus loin en étiquetant les produits issus d’animaux
couplées et d’apporter un soutien à la structuration territoire. Jusqu’à présent, une interdiction natio- nourris aux OGM.
des filières en difficultés. nale pouvait être attaquée en justice. En défendant
la possibilité, pour chaque État membre, d’interdire C. LE CLONAGE, NON PLUS !
Une révision de la PAC est indispensable. Celle-ci la culture des OGM sur son territoire, nous leur avons
doit répondre à la question de la volatilité des prix offert une véritable sécurité juridique. Ces derniers Dans le même esprit, les eurodéputés socialistes et
Eric Andrieu
et éviter que l’argent européen n’aille davantage peuvent à présent, pour les interdire, invoquer des radicaux se sont mobilisés pour rejeter clairement
à la concentration et aux intermédiaires, mais, au motifs environnementaux, tels que la résistance aux le clonage des animaux de ferme et interdire non
contraire, qu’elle bénéficie aux producteurs, aux ter- pesticides, le risque de propagation et la protection seulement l’importation de produits issus d’animaux
A. CRISES AGRICOLES : CHANGEONS ritoires et aux écosystèmes. Nous devons, en outre, nécessaire de la biodiversité, ainsi que des motifs clonés, mais également de leur descendance.
LA PAC ! améliorer la cohérence des dispositifs de gestion des socio-économiques, ou l’existence de pratiques agri-
risques climatiques, sanitaires et environnementaux. coles alternatives. C’est l’application claire du principe de précaution
La Politique agricole commune (PAC) actuelle ne De plus, si la PAC 2014-2020 introduit des méca- auquel nous sommes attachés.
satisfait ni les agriculteurs, ni les organisations en- nismes de redistribution des aides plus justes et plus En revanche, la délégation socialiste française s’est
vironnementales, ni les citoyens qui sont également soucieux de l’environnement, elle reste encore trop opposée à la proposition de réforme de la procé- Les citoyens sont légitimement inquiets de ces mo-
contribuables. Elle peut et doit être réformée ! La dé- insuffisante pour prétendre répondre aux défis de dure d’autorisation d’importation des OGM dans des de production ; nous devons être vigilants pour
régulation des marchés européens et le découplage l’agriculture de demain. l’Union européenne. Si l’idée semblait être la même protéger la santé humaine, l’environnement, le bien-
des subventions ont dénaturé son esprit originel. que pour la culture — permettre à un État membre être des animaux ou encore le patrimoine que consti-
Un autre modèle agricole est possible. Un modèle d’interdire sur son territoire l’importation d’un OGM tue la diversité génétique.
La PAC a favorisé les modèles d’exploitation inten- plus respectueux de la santé humaine et de la bio- autorisé au niveau européen –, les conséquences
sive orientés vers les marchés à l’export, au détri- diversité, mais aussi qui assure un revenu décent étaient très différentes : en effet, cette proposition
Jean-Paul Denanot
ment des structures familiales, pourtant plus per- et stable à nos agriculteurs qui ne demandent qu’à de la Commission européenne revenait à renationa-
formantes en termes d’emploi et plus résilientes. vivre de leur métier. Nous devons amplifier la tran- liser le marché, et entrait en contradiction avec les
Toutes les réformes de la PAC engagées depuis les sition agro-écologique pour répondre aux défis en- règles du marché intérieur. Une telle décision aurait
années 90 ont laissé le libre cours au seul marché, vironnementaux et climatiques et remettre l’agri- été non seulement contestée par la Cour de justice
dévastateur pour les agriculteurs, l’emploi, l’écono- culture, l’agroalimentaire et la forêt au service de de l’Union européenne, mais aussi vraisemblable-
mie des territoires et dangereux pour notre sécurité l’économie des territoires. Par ailleurs, il est fonda- ment par les instances de l’OMC. Par ailleurs, un tel
alimentaire et notre environnement. mental de replacer la question de l’emploi au sein de système n’aurait nullement empêché des détourne-
la politique agricole commune. Pour ce faire, il est ments commerciaux et une présence de matières
Face aux crises actuelles, le manque de volontarisme urgent de mettre en œuvre une stratégie globale de premières issues d’OGM dans les pays qui en refu-
politique d’une Commission européenne concentrée renouvellement des générations en favorisant l’ac- seraient l’importation : rien n’aurait été contrôlable
sur la libéralisation des marchés agricoles par la cès des jeunes générations aux métiers de l’agricul- quant à l’utilisation des OGM.
conclusion d’accords de commerce bilatéraux d’une ture. L’enjeu n’est pas mince : il s’agit de maintenir
SECONDE SECONDE
PARTIE PARTIE

NOTRE ACTION NOTRE ACTION
POUR UN POUR UN
DÉVELOPPEMENT DÉVELOPPEMENT
DURABLE DURABLE

P. 38 P. 39

D. L’AGRICULTURE EN OUTRE-MER : Nous sommes ainsi fiers d’être parvenus à l’inter- H. LA PÊCHE, UN ÉQUILIBRE À Nous appelons cependant à aller plus loin, en de-
diction d’une pratique contreproductive et néfaste mandant notamment la création d’un instrument
ENTRE PRÉSERVATION DES PRODUITS pour l’environnement.
TROUVER ENTRE L’ÉPANOUISSEMENT financier européen spécifiquement dédié à la pêche
TRADITIONNELS ET DÉVELOPPEMENT DE L’ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE ET LA dans les RUP, à l’instar du POSEI pour l’agriculture
DE FILIÈRES D’AVENIR Nous condamnons par contre l’attitude de la droite PROTECTION DE LA RESSOURCE ET ultramarine.
qui s’est opposée à cette interdiction, et nous réfu-
tons ses arguments selon lesquels cette mesure DES ÉCOSYSTÈMES MARINS Nous exigeons d’une part que la pêche ne soit pas
Nous, socialistes et radicaux, sommes convaincus
que le modèle agricole continental n’est pas adapté porterait atteinte à la production de protéagineux et la variable d’ajustement des négociations du Brexit
de légumineuses. La question de l’indépendance en Petite sœur de l’agriculture, la pêche participe à et, d’autre part, que le travail accompli sur la poli-
aux réalités et handicaps structurels des RUP : climat
protéines végétales est vitale, mais, pour y répondre, l’alimentation des Européens et pourvoit, en France, tique commune de la pêche, secteur le plus intégré
tropical, taille des exploitations, forte concurrence
il est urgent de mettre en place une vraie stratégie 13  000 emplois directs, 65  000 emplois à terre. au niveau européen, ne souffre pas d’un recadrage
internationale, faible diversification des cultures,
européenne d’indépendance végétale afin de réduire Réguler la pêche ne doit pas signifier l’interdire. budgétaire dû à la sortie des Britanniques.
surcoûts induits par l’insularité et l’éloignement...
nos importations de soja destiné à l’alimentation Nous nous sommes investis pour une régulation de
animale et trouver des solutions pérennes qui ne la pêche qui doit relever et protéger la ressource En somme, la pêche, tout comme l’agriculture,
Nous soutenons que le développement de ce secteur
nuisent pas à l’environnement. Si l’on n’obtient pas mise à mal à la fin du 20e siècle. Nous défendons une contribue à notre autonomie alimentaire. C’était
d’activité dans les RUP doit répondre à un double im-
de meilleurs résultats sur le verdissement et la bio- régulation de cette activité économique qui assure un enjeu fondateur de l’Union européenne que les
pératif : un instrument de financement dédié et des
diversité, nous aurons bien du mal à défendre, dans un suivi méticuleux des ressources afin de pêcher années d’opulence alimentaire ne doivent pas nous
mesures spécifiques dans la législation européenne.
le nouveau cadre financier pluriannuel, un budget à des niveaux durables. Nous nous sommes impli- faire oublier.
suffisant pour l’agriculture européenne. qués notamment sur le contrôle des pêches afin de
Nous confirmons ainsi notre attachement au pro-
garantir la bonne application des réglementations
gramme d’options spécifiques à l’éloignement et à
F. LE BIEN-ÊTRE ANIMAL, UN ENJEU DE européennes. Mais, considérant que la pêche est un
l’insularité (POSEI), un instrument qui a prouvé son
métier d’avenir, nous soutenons avec plus ou moins
efficacité et dont l’importance pour le monde agri- SOCIÉTÉ de réussite l’innovation nécessaire au développe-
cole ultramarin est capitale. Nous sommes attachés
ment durable de cette activité, tel que le dévelop- Isabelle Thomas
à la stabilité de l’enveloppe financière allouée, voire Face aux attentes sociétales fortes des citoyens eu- pement d’une pêche sélective, laissant en mer les
à son augmentation dans le cas où le tarif douanier ropéens, le bien-être animal est devenu un enjeu de poissons impropres à la consommation en raison de
avec les pays andins serait renégocié après 2020. société. L’intensification des productions animales, leur trop jeune âge. La pêche, savoir-faire ancestral,
les mutations des territoires, l’évolution des connais- peut et doit être modernisée, tant pour sauvegarder
En outre, nous nous félicitons du vote du Parlement sances scientifiques sont facteur d’une évolution des les ressources et les écosystèmes marins que pour
européen en décembre 2016 en faveur de la mise mentalités que les eurodéputés socialistes français des raisons socio-économiques, notamment l’emploi
en œuvre d’un mécanisme de sauvegarde au sein accompagnent en particulier sur le transport des sur nos littoraux.
de l’accord entre l’UE et la Communauté andine animaux d’élevage et leurs conditions d’abattage.
(Colombie-Équateur — Pérou). Ce mécanisme spé- Ce faisant, ils sont aussi attentifs à défendre les éle- Dans les RUP, la pêche et l’aquaculture sont des le-
cialement dédié permettra de renforcer la préserva- veurs et la filière de production animale, ses vertus viers de développement encore sous-valorisés.
tion des producteurs des RUP face à la banane dollar. protéiniques et riches en acides aminés et en fer
étant essentielles pour l’équilibre alimentaire des Les socialistes et radicaux rappellent inlassablement
Parallèlement, les socialistes et radicaux resteront Européens. à Bruxelles combien la problématique du développe-
attentifs à ce que les règles communautaires en ma-
ment du secteur de la pêche ultramarine répond à
tière de production agricole soient « tropicalisées »,
G. UNE APICULTURE DE QUALITÉ, DES des logiques souvent bien éloignées des réalités du
et prévoient des mesures dérogatoires spécifiques
ABEILLES EN BONNE SANTÉ continent : pas de problème de surpêche, surcoûts
pour nos RUP.
induits par l’éloignement et l’insularité, faible struc-
Les abeilles pollinisent plus de 80 % des cultures turation des filières dans certaines régions...
E. INTERDICTION DES PESTICIDES
dans le monde : elles jouent un rôle primordial pour
SUR LES SURFACES D’INTÉRÊT la sécurité alimentaire et le maintien d’écosystèmes Nous souhaitons donc que les pêcheurs ultramarins
diversifiés. Pourtant, depuis une vingtaine d’années, puissent bénéficier d’outils modernes et flexibles
ÉCOLOGIQUE pour se développer, structurer des filières solides
les espèces pollinisatrices ne cessent de chuter,
principalement à cause des pratiques de l’agricul- et définir une vision stratégique commune. À cet
Sous l’impulsion des socialistes, le Parlement euro- égard, un premier pas important a été franchi avec
péen a voté pour l’interdiction des pesticides dans les ture intensive et de l’utilisation de pesticides. Près
de 10 % des espèces sont menacées d’extinction en le nouveau Fonds européen pour la pêche, le FEAMP.
surfaces d’intérêt écologique. Pour nous, il est urgent
de favoriser une agriculture durable qui préserve la Europe !
De plus, nous avons obtenu une victoire historique
biodiversité et protège la santé des Européens. Cela le 27 avril 2017 avec l’adoption par le Parlement eu-
passe par une réduction de la place des pesticides De nombreux progrès restent à faire en matière
de professionnalisation de la filière, de traçabilité ropéen d’un rapport appelant à l’autorisation d’un
et leur interdiction sur les surfaces d’intérêt écolo- soutien financier au renouvellement des flottes de
gique (SIE). Ces dernières représentent moins de 8 % du miel et de lutte contre la fraude afin d’aider les
producteurs et de délivrer un produit de qualité aux pêche dans les RUP. Au nom de la sécurité des pê-
des terres arables en Europe. Il est fondamental de cheurs et de la pérennisation de leurs activités, les
réserver les surfaces d’intérêt écologique pour ce à citoyens européens. Il est urgent de mieux prendre
en compte les abeilles, maillon indispensable pour embarcations vétustes et dangereuses pourraient
quoi elles sont destinées : préserver la biodiversité ainsi être remplacées par des navires neufs.
et les pollinisateurs essentiels à notre agriculture. nos systèmes de production et pour la biodiversité !
SECONDE SECONDE
PARTIE PARTIE

NOTRE ACTION NOTRE ACTION
POUR UN POUR UN
DÉVELOPPEMENT DÉVELOPPEMENT
DURABLE DURABLE

P. 40 P. 41

III. L
 ’AVENIR DE qu’elle lance finalement une initiative transversale
visant à répondre au défi qu’elle avait elle-même
énoncé lors de sa première audition : mettre l’acti-
la création pour défendre une culture vivante.

Qui de Google ou de l’artiste mérite les fruits d’une

L’INDUSTRIE vité industrielle à hauteur de 20 % du PIB européen ! œuvre ? Poser la question, c’est y répondre !

B. PROTÉGER LES INDICATIONS Le numérique a bouleversé les modèles écono-

EUROPÉENNE
miques de la culture : le partage de la valeur est,
GÉOGRAPHIQUES POUR LES PRODUITS aujourd’hui, déséquilibré ; il s’effectue au détriment
NON AGRICOLES des créateurs et au bénéfice des prestataires de ser-
vices de communication en ligne, des géants du nu-
Le bon sens veut qu’en achetant du champagne, mérique, de ceux qui ne font qu’héberger les œuvres,
vous vous attendiez à ce qu’il provienne de la ré- en situation de quasi-monopole qui plus est.
A. UN EXEMPLE CONCRET : gion en question. Or, cela n’est pas le cas pour les
produits non agricoles : lorsque vous faites l’acqui- La Commission européenne a placé la stratégie
LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Edouard Martin
sition d’un couteau de Laguiole, d’un tartan écossais numérique parmi ses cinq grandes priorités : dans
DE L’INDUSTRIE DES MÉTAUX DE BASE ou d’un objet en cristal de Bohême, il n’y a aucune cette stratégie, nous affirmons que l’Union ferait une
garantie d’authenticité. Nous demandons dès lors grave erreur si elle ne se battait pas pour défendre
EN EUROPE à la Commission européenne une législation pour les contenus. C’est pour cela que nous soutenons
• permettre aux entreprises d’établir des
assurer la protection des produits qui présentent les les artistes et les entreprises culturelles et créa-
Il en va de l’industrie des métaux de base comme de contrats d’électricité à long terme pour éviter
caractéristiques typiques d’un lieu ou d’une région. tives européennes. L’Union européenne doit gagner
l’industrie européenne dans son ensemble : parce une explosion des tarifs et aider les indus-
la bataille des contenus. Elle ne peut brader le droit
que les mots « politique industrielle » ont trop long- triels à avoir de la visibilité quant aux inves- légitime des artistes et des créateurs à vivre, comme
Ce serait un vrai pas en avant pour les consomma-
temps été tabous en Europe, parce que les États tissements réalisables ; tout un chacun, du fruit de leur travail.
teurs, les fabricants et les régions, et cela garan-
membres et l’Union se sont désinvestis de leurs res- tirait aux consommateurs que le produit répond
• renforcer nos instruments de défense com-
ponsabilités en la matière, des millions d’emplois ont à des règles strictes d’origine et de qualité. Une Rien n’est gratuit sur Internet, et chercher à privilé-
merciale ; la révision du règlement européen
déjà disparu et d’autres sont menacés. telle mesure protégerait les producteurs contre la gier uniquement l’accès aux œuvres, au détriment
qui porte précisément sur ces mesures est
depuis trop longtemps en souffrance au concurrence déloyale, en Europe, mais aussi face à des règles de financement du secteur, c’est mettre
Contrairement à ce que veulent faire croire les po- nos concurrents mondiaux qui utilisent aujourd’hui en péril la création européenne.
pulistes, c’est seulement à l’échelle européenne que Conseil, cette situation doit être débloquée
pour que l’Union puisse réagir plus vite et plus nos traditions pour commercialiser des produits de
nous pouvons lutter contre la concurrence extra-eu- contrefaçon. Elle contribuerait également à soute- Nous sommes fortement impliqués dans la bataille
ropéenne, souvent déloyale, qui affaiblit notre indus- fort face à la concurrence déloyale ;
nir la fabrication et la qualité du travail des artisans qui se mène sur la directive portant sur le droit d’au-
trie. Avec 60  000 suppressions d’emplois directs • réfléchir à une nouvelle lecture européenne tout en aidant les régions à protéger les emplois lo- teur dans le marché unique numérique. Aujourd’hui,
depuis 2007 dans l’industrie des métaux de base, du droit de la concurrence, qui ne se foca- caux et même à en créer de nouveau, en stimulant il est urgent de clarifier le rôle joué par les grandes
et deux fois plus d’emplois indirects, l’Europe doit lise plus sur les intérêts industriels dans le le tourisme. Nous nous félicitons d’avoir dégagé une plateformes et de responsabiliser ces dernières :
agir, car ce secteur est stratégique pour l’ensemble contexte étroit intra-européen, mais prend immense majorité au Parlement européen pour sou- elles ne peuvent en effet plus être considérées, et
du tissu industriel. en considération la concurrence mondiale tenir cette initiative. La Commission doit désormais continuer à se comporter, en simples intermédiaires
exacerbée ; proposer un texte. alors qu’elles jouent un rôle actif. Elles doivent
Pour cela, nous proposons une mesure phare afin de prendre leur part dans le financement et la rétri-
rétablir les conditions d’une concurrence équitable, • développer et organiser l’économie circulaire bution de celles et ceux grâce auxquels elles en-
proposition soutenue par une majorité au Parlement autour du tri et de la collecte des ferrailles
C. LES INDUSTRIES CULTURELLES ET
grangent de considérables bénéfices.
européen : un ajustement carbone aux frontières. (matière première indispensable) ; CRÉATIVES
Quand la production d’une tonne d’acier produite en
Europe émet en moyenne deux tonnes de CO2, ces • privilégier de nouveaux modes de gouver- Les industries culturelles et créatives en Europe gé-
émissions sont de trois en Chine. Tous les acteurs nance d’entreprise à travers une participa- nèrent plus d’emplois et de croissance que d’autres
doivent être à égalité, et en terme de concurrence, tion publique ou une structuration incitant secteurs importants tels que l’automobile ou le sec-
et en terme d’émissions de CO2, afin de maintenir un au réinvestissement dans l’outil plutôt qu’au teur pharmaceutique. Notre continent est reconnu
tissu industriel fort en Europe et de protéger l’envi- versement de dividendes. comme le berceau de la création, du contenu créatif,
ronnement. C’est le sens de l’ajustement carbone C’est aussi pour cette raison que nous nous sommes de la diversité culturelle et de la liberté d’expres-
aux frontières que nous souhaitons voir mis en place. battus contre la reconnaissance du statut d’écono- sion. Trop souvent, la culture est tenue pour quan-
mie de marché à la Chine, et pour des instruments tité négligeable. Nous nous battons justement pour
Voilà notre objectif : l’Union européenne doit impo- de défense commerciale qui permettent à l’Union que culture et industries culturelles recouvrent leur
ser ses normes sociales, fiscales et environnemen- européenne de se défendre. Autant de dossiers sur place au sein des priorités et pour protéger les droits
tales si elle ne veut pas se résoudre à n’être, fina- lesquels, sans prétendre avoir gagné sur toute la légitimes de celles et ceux qui en sont les acteurs.
lement, qu’un grand marché. D’autres mesures très ligne, nous pouvons souligner un changement de Alors que les dispositions sur le droit d’auteur en
concrètes peuvent sauver l’industrie européenne, à cap de la Commission européenne et d’un certain Europe vont évoluer, nous nous battons pour le faire
condition de changer le logiciel de la Commission nombre de nos collègues au Parlement européen. reconnaître comme un outil juste et indispensable. Il
européenne : faut dans le monde numérique continuer d’assurer
Enfin, nous contribuons à faire monter la pression la rémunération des créateurs et le financement de
sur la Commissaire en charge de l’industrie pour
SECONDE SECONDE
PARTIE PARTIE

NOTRE ACTION NOTRE ACTION
POUR UN POUR UN
DÉVELOPPEMENT DÉVELOPPEMENT
DURABLE DURABLE

P. 42 P. 43

Nous voulons une véritable stratégie industrielle des Alors que se négocie un autre texte portant sur ce E. LA CROISSANCE BLEUE Deux fils rouges nous ont guidés dans ces négocia-
secteurs de la culture et de la création au niveau eu- problème, nous nous assurerons d’obtenir un com- tions : l’ouverture à la concurrence ne doit pas se
ropéen prenant en compte toutes leurs spécificités, promis tout aussi équilibré. La mer s’étend sur les deux tiers de la superficie du faire au détriment des droits des travailleurs ni des
et soutiendrons toutes les mesures permettant de globe terrestre, mais n’occupe qu’une toute petite services publics.
transformer des défis comme la numérisation ou la place dans les politiques publiques. Son potentiel
refonte du droit d’auteur en autant de nouvelles pers- communautaire, en termes de zone économique ex- Les eurodéputés socialistes et radicaux ont obte-
pectives de croissance et d’emploi, respectant la jus- clusive, représente pourtant presque 20 millions de nu gain de cause sur plusieurs points : d’abord, la
tice sociale, la pluralité, la diversité et la démocratie. km2, soit presque autant que la somme des zones concurrence ne sera pas imposée  ! Alors que la
américaines, russes et chinoises. Au sein de l’Union Commission souhaitait aller encore plus loin dans
Des solutions sur mesure sont nécessaires, tout européenne, l’économie bleue représente pourtant la libéralisation des services de transport de passa-
particulièrement dans le domaine du financement d’ores et déjà 5,4 millions d’emplois et une valeur gers en rendant obligatoire la mise en concurrence
des industries culturelles et créatives : c’est pour- ajoutée brute de 500 milliards d’euros par an. Si elle des contrats de services publics, nous avons obtenu
quoi nous sommes à l’origine de leur intégration est mise en œuvre d’ici 2020 dans le cadre d’une que ces derniers puissent directement passer des
dans les potentiels bénéficiaires du plan Juncker et vraie politique intégrée, la croissance bleue pourrait contrats de service public, sans passer par un appel
travaillons sur l’amélioration de l’accès à des fonds nous permettre, selon la Commission européenne, d’offres concurrentiel. L’accès, la cohésion territo-
spécialisés de l’Union européenne pour soutenir leur d’atteindre 7 millions d’emplois et 600 milliards d’eu- riale, les obligations de service public priment sur
développement et leurs innovations ou la promotion ros en valeur ajoutée brute. le reste, ce dont nous nous réjouissons.
de nouvelles politiques de soutien à l’atout le plus
précieux de l’Europe : sa culture. Si la pêche, l’aquaculture, le tourisme et les trans- Nous avons également obtenu la possibilité de limi-
ports sont des secteurs connus à développer, des ac- ter le droit d’accès à l’infrastructure à un opérateur
D. PORTABILITÉ DES CONTENUS ET tivités émergentes doivent être encouragées : éner- privé si l’arrivée de cet opérateur mettait en cause
gies marines, ressources minérales, algoculture ou les marges d’un opérateur assurant un service pu-
ROAMING biotechnologies marines, sous réserve d’un retour blic, et donc l’équilibre économique d’un service pu-
positif sur nos concitoyens européens. Aujourd’hui blic. C’était un fil rouge : la concurrence privée peut
C’est aussi dans l’esprit du développement de la être limitée si elle porte atteinte à des obligations de
déjà, nous savons que des alternatives biologiques
culture et des échanges en Europe que deux dos- services publics.
au plastique existent dans les océans. Nous décou-
siers liés ont grandement avancé pendant cette
vrons régulièrement de nouvelles molécules aux
législature. D’abord, la fin du roaming : désormais, En revanche, sur le volet social, le compte n’y est
vertus médicales. La mer est un nouveau monde qui
il n’existe plus de frontières tarifaires lorsque l’on pas. Nous condamnons fermement le vote de la
fait l’objet de beaucoup d’appétit et que nous nous ef-
se déplace en Europe en matière de téléphonie, droite européenne contre l’amendement essentiel
forçons de réguler par des politiques publiques, afin
d’appels, de SMS et de données. C’est un vrai pas du Groupe de l’alliance progressiste des Socialistes
de préparer une exploitation durable. Nous poussons
en avant pour la libre circulation des citoyens en & Démocrates, qui visait le transfert automatique
tant sur les moyens financiers que sur la recherche
Europe ! La prochaine étape est évidente : travailler et obligatoire du personnel en cas de changement
scientifique et la planification spatiale maritime afin
à la suppression des surcoûts des « appels interna- d’opérateur. Pour les eurodéputés socialistes et
de développer cet immense potentiel.
tionaux », c’est-à-dire ceux que l’on passe de chez radicaux, une telle garantie sociale forte était in-
soi vers un autre pays européen. dispensable afin de s’assurer que la concurrence
F. EUROPE FERROVIAIRE
ne se fasse pas au détriment des travailleurs, car
Pouvoir utiliser ses données à l’étranger c’est bien, l’Europe doit protéger leurs droits. Le Groupe des
pouvoir les utiliser pour accéder aux contenus aux- À quoi bon avoir un espace sans frontière si on ne
peut pas circuler facilement sur le territoire ? C’est socialistes a donc voté pour une motion de rejet du
quels on a accès chez soi, c’est encore mieux. C’est règlement sur les services nationaux de transport
tout le sens du règlement sur la portabilité. Il per- fort de ce principe que nous œuvrons à la création
d’un espace ferroviaire unique européen. Depuis de passagers. Les Européens doivent savoir qui agit
mettra à un abonné à Deezer, Qobuz ou Canal Play pour les protéger !
d’accéder à ses contenus dès lors qu’il quitte tem- 2001, l’Europe avance vers cet objectif, notamment
porairement son État membre pour un voyage d’af- par des ensembles de textes appelés « paquets fer-
roviaires », qui traitent à la fois de questions tech- Par ailleurs, s’agissant du volet industriel du ferro-
faires, des études à l’étranger ou des vacances. Bien viaire, nous avons participé à la prise de conscience
sûr, ces nouvelles règles s’appliquent dans le cadre niques et politiques. Cette législature a vu la conclu-
sion du volet politique du 4e paquet ferroviaire, qui par nos partenaires au Parlement et dans les insti-
d’une mobilité limitée : il ne s’agit pas de mettre en tutions des risques qui pèsent sur les entreprises
danger le financement du secteur culturel, qui re- vise essentiellement à ouvrir les services nationaux
de transport de passagers et à réformer la gouver- européennes du secteur (Alstom, Siemens...) face
pose sur une base territoriale. Pour éviter tout risque aux mastodontes chinois dont les offres défient toute
de concurrence inégale ou de fraude, les utilisateurs nance ferroviaire. C’est l’aboutissement d’un long
processus. concurrence...
ne pourront pas souscrire à des abonnements dans
un autre État que le leur dans le but de bénéficier
d’un abonnement moins cher ; un système de vé-
rification robuste a été introduit, sans pour autant
porter atteinte à la vie privée. Nous nous félicitons
de l’adoption de ce texte qui permet d’apporter des
solutions pragmatiques au blocage géographique,
tout en évitant la remise en cause globale du modèle
de financement de l’industrie culturelle européenne.
P. 44 P. 45

TROISIÈME NOTRE ACTION
PARTIE POUR UNE
EUROPE
INFLUENTE
SUR LA SCÈNE
INTERNATIONALE
ET EFFICACE
DANS LA LUTTE
CONTRE LE
TERRORISME
TROISIÈME TROISIÈME
PARTIE PARTIE

NOTRE ACTION NOTRE ACTION
POUR UNE EUROPE POUR UNE EUROPE
INFLUENTE SUR LA SCÈNE INFLUENTE SUR LA SCÈNE
INTERNATIONALE ET INTERNATIONALE ET
EFFICACE DANS LA LUTTE EFFICACE DANS LA LUTTE
CONTRE LE TERRORISME CONTRE LE TERRORISME

P. 46 P. 47

I. L’EUROPE DE LA DÉFENSE II. L’EUROPE ET SON VOISINAGE
Les fondamentaux de notre sécurité collective ont est profond. L’Union accepte sa diversité et souhaite A. LA PAIX AU PROCHE-ORIENT, B. TURQUIE
été redéfinis ces dernières années : les États-Unis assurer sa complémentarité autonome vis-à-vis de
se dirigent vers le protectionnisme et le champ l’OTAN. En somme, malgré de nombreux objectifs UNE URGENCE
Le Parlement européen vote chaque année un rapport
géographique de l’Asie, la Russie met en œuvre une partagés, nous assumons le fait d’avoir nos propres sur les pays candidats à l’adhésion. Il leur adresse
politique étrangère agressive allant jusqu’à modi- priorités. Dans ce cadre, la déclaration de Bratislava L’Europe doit réinvestir le processus de paix au
ses recommandations, ainsi qu’à la Commission.
fier les frontières ukrainiennes. Les États faillis du de septembre 2016, qui met l’Europe de la défense Moyen-Orient. C’est ainsi à notre initiative que le
Depuis le début de la législature, ce rapport annuel
Moyen-Orient ont des impacts directs tant sur cette en haut des priorités du Conseil européen, est tant Parlement européen a adopté une résolution ap-
fait état du recul de la démocratie en Turquie. Si,
région qu’en Europe. Indéniablement, le besoin de un succès pour la précédente majorité française que pelant, en décembre 2014, à la reconnaissance de
dans un premier temps, nous avons plaidé, presque
sécurité collective est urgent pour les Européens. pour la délégation socialiste française qui a défendu l’État de Palestine. Nous ne cachons pas cependant
seuls, pour le maintien du processus, l’accélération
Pourtant, si l’Union a un rôle sur les terrains exté- de longue date cette position. une grande inquiétude face à la colonisation qui
des événements depuis 2015 nous a contraints à des
rieurs, notamment en termes d’aide humanitaire et gangrène les chances de paix et face aux hésita-
prises de positions fortes. Nous recommandions,
d’aide à la reconstruction des pays, notre influence Une Europe de la défense est solidaire avec les États tions américaines en faveur de la solution des deux
dans un premier temps, l’ouverture des chapitres
sur le cours des conflits est faible. Autrement dit, membres qui sont sur les terrains d’opérations et États. Rappelons-le : la solution des deux États, l’un
concernant la justice et les droits fondamentaux,
nous sommes plus des payeurs que des acteurs. Il qui assurent la sécurité collective européenne. palestinien, l’autre israélien, vivant côte à côte en
dans l’espoir que les négociations amélioreraient la
y a un changement de paradigme à mettre en œuvre L’isolement de la France au Mali ou en République paix et en sécurité, est le seul horizon envisageable.
situation. Mais la reprise des violences dans le sud-
en matière de défense. centrafricaine, alors même que l’intervention en Forts de cette conviction, nous avons soutenu l’ini-
est, les purges qui font suite à la tentative de coup
soutien aux forces de ces pays était nécessaire, tiative diplomatique pour remettre la question is-
d’État et enfin le projet de révision constitutionnelle
souligne l’incomplétude flagrante de l’Europe de la raélo-palestinienne en haut de l’agenda internatio-
nous ont poussés, en novembre 2016, à demander
défense. Pour ces raisons, nous n’avons eu de cesse nal, en préservant une solution des deux États mise
au Conseil de geler les négociations.
de promouvoir une révision des mécanismes de fi- en danger. Dans ce cadre, sous notre impulsion, le
nancement des interventions, comme le mécanisme Groupe de l’alliance progressiste des Socialistes &
Notre combat, face à la droite et à ceux qui n’ont
Athéna, afin que tous les coûts ne reposent pas sur Démocrates s’est emparé du sujet et a organisé une
jamais voulu d’une Turquie européenne, a été de lais-
les seuls pays disposant des capacités d’intervention. grande conférence internationale sur le sujet en juin
ser la porte ouverte : le gel n’implique pas de déci-
2017.
sion formelle, seulement une interruption, en fait,
Enfin, notre volonté de construire l’Europe de la des négociations. Libre au gouvernement d’Erdogan
défense prend, logiquement, forme dans une mise Notre ambition est claire : l’Union européenne doit
de montrer sa volonté de respecter les valeurs euro-
en commun de nos moyens. Nous avons dès lors et peut, réellement, devenir un acteur majeur de la
péennes, et de reprendre les discussions.
proposé et défendu : la construction d’un quartier résolution du conflit israélo-palestinien. Un proces-
général unique, la mise en place d’un petit groupe sus de réconciliation entre les peuples préalables
Un nouveau pas a été franchi début  2017, avec
d’États membres voulant travailler plus en avant sur et l’adoption du cadre de l’Initiative de paix arabe
l’adoption de la révision constitutionnelle dans des
les questions de sécurité dans le cadre d’une coopé- constitueront la clé de notre succès.
ration structurée permanente, ou encore la création
d’un fonds européen de défense qui permettra de
financer une industrie commune, ce qui contribuera
à la diminuer la fragmentation à outrance de notre
défense — à chaque État membre sa frégate, son
avion multirôle, son char d’assaut —, et ainsi devenir
Vincent Peillon
un ensemble cohérent et assurer notre autonomie en
mettant fin à la dépendance aux fournisseurs amé-
ricains. C’est essentiel.
La délégation socialiste française a une vision claire
de l’Europe de la défense : des priorités stratégiques Les axes de construction sont connus. Il faut dé-
partagées, une solidarité renforcée et des moyens sormais les mettre en œuvre, en étant vigilant à ce
communs sont les piliers d’une véritable défense que la question budgétaire, toujours présente, ne se
européenne. résume pas à une réallocation des fonds du dévelop-
pement vers la défense. Un mouvement est à l’œuvre
La question des priorités stratégiques est cen- en faveur de l’Europe de la défense. Nous avons
trale. C’est pour cela qu’avec la socialiste Federica contribué à le créer, nous continuerons à l’orienter.
Mogherini, la Haute représentante de l’Union euro-
péenne pour les affaires étrangères, nous avons
défendu le concept d’autonomie stratégique dans la
nouvelle stratégie globale de l’UE. Le changement
TROISIÈME TROISIÈME
PARTIE PARTIE

NOTRE ACTION NOTRE ACTION
POUR UNE EUROPE POUR UNE EUROPE
INFLUENTE SUR LA SCÈNE INFLUENTE SUR LA SCÈNE
INTERNATIONALE ET INTERNATIONALE ET
EFFICACE DANS LA LUTTE EFFICACE DANS LA LUTTE
CONTRE LE TERRORISME CONTRE LE TERRORISME

P. 48 P. 49

III. L
 A LUTTE CONTRE LE
TERRORISME PASSE PAR
L’EUROPE
Ces trois dernières années, le Parlement européen faudra l’améliorer dans le cadre de sa réforme, ac-
a mené des travaux afin de renforcer la lutte contre tuellement en cours.
le terrorisme à l’échelle de l’Union européenne. Car
nous en sommes convaincus : face à une menace C’est également au Parlement européen qu’est née
transnationale, il faut agir à l’échelle européenne. l’idée de lutter contre la propagande terroriste, les
Toutes les enquêtes menées après les attentats de réseaux radicaux et le recrutement sur Internet. Et
ces dernières années en Europe ont démontré que c’est seulement à l’échelle européenne qu’un dia-
les services de police et de renseignement des États logue ferme et constructif avec les géants du Web
membres disposaient toujours d’informations sur les (Google, Facebook, Twitter…) a pu être mis en place
auteurs des attaques. C’est pourquoi nous plaidons et pourra s’avérer efficace.
pour un meilleur partage et une meilleure exploita-
tion des informations entre les services à l’intérieur Nous avons également eu un rôle clé dans le renfor-
et entre les États membres, privilégiant le qualitatif cement des moyens visant à lutter contre le finance-
sur le quantitatif. ment du terrorisme. Sur les armes à feu, nous avons
ainsi obtenu une législation plus ferme, notamment
Nous avons veillé à renforcer l’arsenal législatif tout sur le marquage et le traçage des armes à blanc
en respectant l’équilibre avec les libertés et les droits et neutralisées. C’est ce type d’armes, souffrant
fondamentaux. Il ne s’agit pas non plus de combattre jusqu’alors d’un manque de contrôle, qui avait été
les terroristes en leur donnant une victoire symbo- utilisé lors des attentats en France. De plus, cer-
lique, celle de renoncer à nos libertés. C’est dans cet taines armes semi-automatiques particulièrement
conditions que nous déplorons. Si bien qu’aujourd’hui Face au Conseil, nous avons dû batailler pour nous état d’esprit que nous avons finalisé ensemble les dangereuses seront désormais interdites. Enfin, les
nous le disons : si la révision était mise en œuvre assurer que le FEDD bénéficie réellement et en prio- dossiers liés au Passenger Name Record (PNR) et à ventes à distance seront mieux encadrées afin de
telle quelle, si tous ces pouvoirs devaient effecti- rité aux populations des pays en développement. la protection des données personnelles. Le PNR, ce vérifier l’identité des acheteurs. Fait notable sur ces
vement être concentrés dans les mains d’Erdogan, Notamment, en obtenant que les projets financés sont des données personnelles concernant tous les
alors le Conseil devrait formellement suspendre les répondent aux critères de l’aide au développement détails d’un voyage pour des passagers : ces don-
négociations. de l’OCDE ; qu’ils contribuent à la réalisation des ob- nées sont utiles afin d’identifier et d’enquêter sur de
jectifs de développement durable, à une croissance présumés terroristes, et suivre leur parcours.
C. PLAN D’INVESTISSEMENT EXTÉRIEUR inclusive et à la création d’emplois décents, en par-
ticulier par le soutien aux TPME. De plus, 28 % des Mais le PNR n’est qu’un outil. Nous avons également
Pressée par le Conseil d’agir tous azimuts pour frei- fonds engagés devront contribuer à la lutte contre le travaillé à harmoniser les actions définies comme
ner les flux migratoires, la Commission a proposé changement climatique. Enfin, suite à notre action, le infractions pénales terroristes, grâce à la directive
un Plan d’investissement extérieur (PIE) destiné à Parlement aura un statut d’observateur au sein du relative à la lutte contre le terrorisme, en y incluant
soutenir le développement en Afrique. Si nous avons conseil stratégique du Fonds. également des mesures pour la protection des vic-
des réserves sur la fin, nous nous sommes emparés times. Soucieux de l’impact de cette directive sur les
du moyen. À côté d’un volet « assistance technique », Le FEDD, conçu par la Commission pour répondre libertés et les droits fondamentaux des Européens,
pour aider les pays partenaires à attirer les inves- aux phénomènes migratoires, ne doit pas faire ou- nous avons demandé que la Commission fasse rap-
tisseurs, et d’un volet « dialogue politique », le PIE blier les errements de notre politique de développe- port au Parlement européen sur ces points lorsque
comprend donc un « Fonds européen pour le déve- ment. Notre combat continue pour faire respecter la directive sera mise en œuvre.
loppement durable » (FEDD), garanti à hauteur de 1,5 nos principes : la politique de développement doit
milliard d’euros avec pour objectif de lever, au total, conserver comme objectif prioritaire l’éradication C’est aussi au niveau européen que nous devons ren-
44 milliards d’euros. Ce coefficient reste à prouver, de la pauvreté. Les États membres doivent y mettre forcer nos frontières, et nous avons adopté plusieurs
et nous donne l’occasion de nous répéter  : toute plus de moyens, en respectant leur engagement de mesures dans ce sens. Inversement, des outils déjà
politique nouvelle doit s’accompagner de nouveaux consacrer 0,7 % de leur PNB à l’aide publique au existants sont insuffisamment utilisés, comme le
crédits pour l’Union. L’Europe a besoin d’argent frais développement ; et le Parlement doit pouvoir exer- Système d’information Schengen, qui permet aux
pour assumer le niveau d’ambition qu’on lui confère. cer son contrôle, en intégrant le Fonds européen de États membres d’insérer des alertes sur des per-
développement, qui trop souvent sert de variable sonnes ou des objets recherchés. C’est pourquoi il
d’ajustement, au budget européen.
TROISIÈME TROISIÈME
PARTIE PARTIE

NOTRE ACTION NOTRE ACTION
POUR UNE EUROPE POUR UNE EUROPE
INFLUENTE SUR LA SCÈNE INFLUENTE SUR LA SCÈNE
INTERNATIONALE ET INTERNATIONALE ET
EFFICACE DANS LA LUTTE EFFICACE DANS LA LUTTE
CONTRE LE TERRORISME CONTRE LE TERRORISME

P. 50 P. 51
textes, les eurodéputés d’extrême droite, qui pré- seule de la sécurité du continent. L’élaboration, en
tendent vouloir « protéger les Français », s’y sont juin 2016, de la Stratégie globale pour la politique
opposés et ont voté contre, tout comme ils ont voté étrangère et de sécurité de l’Union européenne a
contre le renforcement des frontières extérieures de ainsi été l’occasion de repenser la politique de sé-
l’Union européenne. curité et de défense. Inévitablement, il faut aller vers
une défense européenne ; on le voit : la lutte contre
Par ailleurs, nous restons convaincus que l’approche le terrorisme passe par des interventions à l’exté-
répressive est insuffisante pour régler la question rieur de l’Union européenne. En 2017, la Commission
du terrorisme : nous avons alors travaillé sur la pré- européenne a ainsi proposé un plan dans ce sens,
vention et la déradicalisation, notamment grâce à la avec une question qui reste néanmoins taboue : celle
mise en place de politiques d’inclusion, d’éducation du financement.
et de lutte contre les discriminations. Plutôt que d’at-
tendre les symptômes, il faut s’attaquer aux causes ! Et, parce que « Gagner la guerre ne suffit pas à ga-
gner la paix », l’ensemble des politiques de l’Union
Parce que le projet européen est né de la volonté doit avoir pour objectif de préserver la paix sur notre
d’établir une paix durable et que l’épreuve que tra- continent. C’est le plus important de tous les acquis
verse la France concerne tous les pays européens communautaires ; toutes les politiques doivent alors
et appelle à davantage d’Europe, nous plaidons pour servir à lutter contre les racines de la violence.
davantage de solidarité européenne dans la lutte
contre le terrorisme. L’Union ne peut pas se repo-
ser seulement sur un pays comme la France, et la
France ne pourra pas raisonnablement s’occuper

Le groupe des socialistes
et démocrates européens
solidaire après l’attentat
contre Charlie Hebdo
P. 52 P. 53

QUATRIÈME LA QUESTION
PARTIE DES MOYENS
QUATRIÈME QUATRIÈME
PARTIE PARTIE

LA QUESTION LA QUESTION
DES MOYENS DES MOYENS

P. 54 P. 55

I. POUR UNE GOUVERNANCE permettent d’utiliser toutes les flexibilités prévues
par les textes et de les réformer là où c’est néces-
saire afin que l’Europe puisse réagir plus rapidement

ÉCONOMIQUE INTELLIGENTE et plus efficacement dans un environnement écono-
mique en profonde mutation.

ET DÉMOCRATIQUE,
Par notre travail de conviction, nous avons égale-
ment obtenu que le Parlement européen se pro-
nonce pour la création d’un budget de la zone euro.

FAVORABLE À LA CROISSANCE
Cette dernière doit poursuivre son indispensable
intégration et, surtout, sa démocratisation : l’Union
économique et monétaire est loin d’être achevée. À
cet effet, un véritable budget européen, dédié à des
ET À L’EMPLOI Pervenche Berès
projets et non au financement des recommandations
macroéconomiques de la Commission, constitue un
instrument utile et efficace. Il faut assurer la conver-
gence économique entre les pays de l’Union parta-
geant la même monnaie. Mais les contenus de cette
appauvrit des pans entiers de la société, empêche
qu’en parallèle, Conseil européen après Conseil eu- convergence ne doivent plus être ceux de l’austérité.
A. LA « TROÏKA » EN GRÈCE N’EST NI la reprise de l’activité économique et, donc, le retour
L’urgence, c’est bien la convergence par le haut des
ropéen, François Hollande pesait de tout son poids à l’équilibre des finances publiques. À chaque fois,
LÉGITIME NI EFFICACE. L’EUROPE DOIT pour empêcher une sortie de la Grèce de l’euro. les eurodéputés socialistes et radicaux français ont
économies de la zone euro. Convergence sociale
d’abord, notamment en matière de salaire minimum.
VÉRITABLEMENT AIDER LA GRÈCE ! C’est ainsi qu’Alexis Tsipras est venu débattre avec proposé une stratégie alternative afin de favoriser
Convergence fiscale aussi, à travers l’impôt sur les
le Parlement européen en juillet 2015. Depuis, le l’investissement et la convergence des économies.
Parlement européen a mis en place un dispositif sociétés en premier lieu.
Bien avant l’élection de M. Tsipras, lors de la légis-
lature précédente, les eurodéputés socialistes et ra- lui permettant de suivre de manière exigeante les Au cours de la législature précédente, nous deman-
conditions dans lesquelles est appliqué le mémo- Il y a urgence à donner à l’Union européenne des
dicaux français ont été à l’initiative d’un rapport ap- dions un pacte européen pour la croissance et l’em-
randum. Toutefois, il est indispensable qu’à l’avenir moyens d’agir : les divergences entre les économies
pelant au démantèlement de la Troïka (Commission ploi. Au début de cette législature, nous avons fait
les parlementaires soient directement associés au de la zone euro persistent. De multiples crises et
européenne, Banque centrale européenne et Fonds de l’adoption d’un plan d’investissement, devenu le
processus de décision des fameux « programmes défis — lutte contre le terrorisme, mondialisation,
monétaire international). Ces trois institutions ont « plan Juncker », la clé de voûte du programme de
d’ajustement macro-économique » si d’autres de- afflux de réfugiés, changement climatique et chô-
en effet imposé à la Grèce des politiques d’austérité travail de la mandature. Nous savons que cette pre-
vaient être décidés. Alors que la Grèce a fait des mage — déstabilisent nos sociétés. Tous appellent
sans mandat démocratique européen. Les socia- mière manche doit aller de pair avec une modifica-
efforts considérables, que ses comptes publics se à des moyens et à une réponse au niveau européen.
listes et démocrates européens n’ont eu de cesse tion de la gouvernance économique afin qu’elle cesse
redressent, nous plaidons régulièrement pour une Redonner des moyens d’agir c’est aussi permettre
de condamner la Troïka, d’appeler à son déman- de faire de l’Union une machine à sous-investir. Et
réduction de la dette grecque. aux États membres d’exclure du calcul de leur déficit
tèlement et de faire des propositions alternatives. nous marquons des points même si ce plan reste
les cofinancements nationaux en faveur des projets
Le Parlement européen a été très mobilisé alors, largement insuffisant compte tenu de l’ampleur de la
mis en œuvre dans le cadre de la politique de cohé-
B. VERS UN BUDGET DE LA ZONE crise économique et sociale que connaît l’économie
sion, ainsi que les dépenses liées aux interventions
européenne, et singulièrement celle de la zone euro.
EURO ET L’ACHÈVEMENT DE L’UNION La Commission européenne commence ainsi à poin-
militaires extérieures qui servent les intérêts de tous
les Européens.
ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE ter les déséquilibres de l’Allemagne, qui, pourtant ex-
cédentaire, n’investit pas assez dans les infrastruc-
Un véritable budget pour la zone euro, doté d’une
Remettre l’Europe sur les rails d’une croissance tures, la recherche et l’éducation, et ne soutient pas
capacité d’endettement, permettrait d’atténuer les
équitable est une nécessité absolue  ; cela passe sa demande intérieure. Le déficit d’investissement,
chocs économiques symétriques, qui concernent
notamment par la perspective d’une véritable inté- quand on en a les moyens, est déstabilisateur pour
l’ensemble de la zone euro, ou asymétriques, qui
gration budgétaire, fiscale et sociale. l’ensemble des États membres !
ne concernent qu’un ou plusieurs pays mais ont
des répercussions sur les autres. Pour y parvenir,
Nous sommes en désaccord fondamental avec les Nous avons également obtenu une analyse écono-
le Parlement européen propose de mieux utiliser le
conservateurs : ces derniers pensent en effet que la mique globale de la situation de la zone euro : avant
mécanisme européen de stabilité, de renforcer le
crise est là parce que les règles ne sont pas appli- de décliner ses propositions de recommandations
rôle des parlementaires et de créer un poste de mi-
quées ; nous pensons par contre que la crise est là pour chacun des États membres, la Commission doit
nistre des Finances de la zone euro en fusionnant les
parce que les règles sont mauvaises ou insuffisantes faire une analyse globale de la situation budgétaire
rôles de Commissaire européen à l’économie avec
pour faire fonctionner une économie comme celle de et des perspectives économiques dans la zone euro.
celui de président de l’Eurogroupe.
la zone euro. Jusqu’à présent, la droite européenne a C’est de cet exercice que doivent découler les straté-
imposé sa vision de la gouvernance économique, en gies économiques de chaque pays. C’est tout le sens
Un principe central nous guide : une monnaie unique
restant arcboutée dans son idée d’imposer, partout, du débat qui est engagé sur la réforme de l’Union
va de pair avec une démocratie véritable et des ou-
l’austérité : semestre européen, pacte de stabilité et économique et monétaire.
tils pour une solidarité commune. M. Macron semble
de croissance, pacte Euro plus, Six-Pack, Two-Pack,
reprendre ces propositions : nous le jugerons sur sa
etc. Pour la délégation socialiste française, cette Nous voulons également des procédures plus dé-
capacité à les mettre en œuvre. Longtemps remise à
approche mine la croissance, détruit des emplois, mocratiques, moins complexes et, surtout, qui

Emmanuel Maurel
QUATRIÈME QUATRIÈME
PARTIE PARTIE

LA QUESTION LA QUESTION
DES MOYENS DES MOYENS

P. 56 P. 57

plus tard, cette évolution de la zone euro est d’autant
plus nécessaire que l’Union européenne doit antici-
per son organisation après le Brexit.
II. POUR UNE POLITIQUE
C. APRÈS LES SCANDALES #LUXLEAKS, D’INVESTISSEMENTS ET DE
#SWISSLEAKS ET #PANAMAPAPERS…
UNE EUROPE FISCALE, VITE ! CONVERGENCE À L’ÉCHELLE
EUROPÉENNE
Le scandale du LuxLeaks a éclaté fin 2014. Aussitôt,
nous avons tiré les enseignements d’un tel scandale
afin de relancer l’une de nos propositions phares :
les multinationales doivent payer leurs impôts là où
elles font leurs bénéfices et ne pas minimiser artifi-
ciellement ces derniers. Nous voulons une fiscalité
juste : celle qui assure la redistribution et le finan- Le cœur du projet européen, c’est la construction Au lendemain de l’élection de mai 2014, nous avions
cement des services publics ; celle qui favorise le de convergences. Des convergences fiscales, pour fait adopter par le groupe socialiste une feuille de
travail et l’initiative plutôt que le capital et la rente ; endiguer l’hémorragie des recettes publiques, mais route, « Appel pour le changement », dans laquelle
celle qui soutient la transition écologique. aussi sociales et économiques, pour stopper la la question d’une relance de l’investissement pour
concurrence entre les peuples européens. Avec le la croissance et l’emploi était la priorité. Nous pro-
La situation actuelle a des conséquences dom- marché unique comme principal pilier de l’Union, il posions 100  milliards d’euros d’investissements,
mageables sur les budgets des États et mine le est naturel que des États jouent de leurs avantages qui ne seraient pas pris en compte dans le calcul
projet européen. L’inégalité devant l’impôt est in- comparatifs et entretiennent le dumping. C’est par la des déficits nationaux, afin d’entraîner 400 milliards
supportable : là où les grandes entreprises paient convergence que nous y remédierons. Notre marché d’investissements. Mais les conservateurs nous ont
très peu d’impôts sur leurs bénéfices, les petites unique suppose de mettre en place des mécanismes empêchés d’aller aussi loin. Si M. Juncker a accepté
et moyennes entreprises – ainsi que les citoyens – de rattrapage pour les pays aux niveaux de vie les de reprendre la proposition, il l’a profondément af-
paient le plein tarif. Nous avons enquêté au niveau plus faibles, car tant qu’ils le resteront, la concur- faiblie. C’est ainsi qu’est né le « Fonds européen pour
européen : la fraude fiscale prive l’Europe, et ses rence se fera à la baisse. Il en va de même pour les investissements stratégiques », l’EFSI.
États, de 1 000 milliards d’euros par an, soit 5,5 % du la question du carbone. Il est urgent de mettre en
PIB européen, 5 fois le montant du budget de l’Union Moscovici sur ce point, qui a repris notre proposi- place un budget de convergence à l’échelle du grand La Commission européenne avait décidé d’utiliser
européenne lui-même. tion visant les professionnels qui promeuvent l’abus marché. 16 milliards d’euros du budget de l’Union européenne
fiscal. Au-delà de la fraude, ce sont aussi les méca- comme garantie afin de réaliser 315 milliards d’in-
Contre l’opacité et la fraude, contre l’évitement fiscal nismes d’optimisation fiscale, souvent légaux, qui A. LE PLAN D’INVESTISSEMENT, DIT vestissements. Nous étions sceptiques sur le mo-
des plus riches, alors que la droite impose l’austérité sont en question. Et c’est ici que la réalisation d’une dèle, d’abord parce qu’il encourage le soutien de
pour les plus pauvres, nous exigeons une mesure harmonisation fiscale à 28/27 devient un objectif « PLAN JUNCKER », EST UNE BASE QUI projets à la rentabilité forte et immédiate.
très concrète pour lutter contre l’optimisation fis- stratégique. APPELLE À UNE VÉRITABLE RELANCE
cale : imposer aux multinationales une transparence À nos yeux, ce plan d’investissement devrait d’abord
comptable pays par pays. Ainsi, les entreprises de- C’est aussi pour cette raison que nous souhaitons DES INVESTISSEMENTS financer ce que le marché ne peut financer, avec des
vront divulguer toutes les activités de leurs filiales, que tous les rescrits fiscaux soient échangés par
État par État, y compris dans les paradis fiscaux. Ce les États membres, de façon accessible, détaillée
« reporting pays par pays » doit absolument être et claire, et centralisés au niveau de la Commission
public au niveau européen, car la situation actuelle, européenne.
qui fait reposer l’information, et donc le risque, sur
le courage personnel de quelques journalistes et L’Europe doit en finir avec le dumping fiscal, en-
lanceurs d’alerte, n’est pas durable. core plus intolérable en temps de crise, et surtout
contraire à la notion de solidarité ainsi qu’à la raison
Et, autant nous devons protéger les lanceurs d’alerte, d’être du projet européen. C’est aussi pour cette rai-
autant nous devons condamner les intermédiaires son que nous nous sommes réjouis de la sanction
qui créent et vendent des systèmes d’évitement sans précédent – 13 milliards d’euros ! – infligée par
fiscal. Nous nous félicitons de l’action de Pierre la Commission européenne à Apple.
QUATRIÈME QUATRIÈME
PARTIE PARTIE

LA QUESTION LA QUESTION
DES MOYENS DES MOYENS

P. 58 P. 59

objectifs concernant l’emploi, la cohésion et la tran- États membres, nous avions obtenu 6 milliards d’eu- D. AU-DELÀ DE LA TAXE SUR LES Ces ressources doivent à la fois porter sur des
sition énergétique. Il doit servir là où il y a pénurie ros supplémentaires pour la période 2017-2020, dont secteurs ou des acteurs qui bénéficient le plus du
de financements et là où les projets risqués peinent 3 milliards de flexibilité budgétaire supplémentaire
TRANSACTIONS FINANCIÈRES, LES marché unique de l’euro ou échappent aux fiscalités
à être financés. et 1,2 milliard destiné à la lutte contre le chômage RESSOURCES PROPRES, C’EST QUOI ? nationales par la concurrence fiscale ou la fraude.
des jeunes. Au-delà de l’impôt sur les sociétés, la taxation des
Dans ce contexte, ce fonds doit être amélioré. Depuis les années  80, le budget européen dé- multinationales, des géants du numérique ou une
C. LA TAXE SUR LES TRANSACTIONS pend principalement des contributions des États taxation environnementale font partie des pistes de
Parce que nous savions que ce premier plan d’inves- membres. Alors que les budgets nationaux sont sous réflexion sérieuses sur lesquelles nous travaillons.
tissements ne suffirait pas, nous avions demandé FINANCIÈRES DOIT ÊTRE SORTIE DE pression, nous sommes dans la situation absurde Les États auraient tout intérêt à s’engager sur cette
et obtenu son renouvèlement en en améliorant les L’IMPASSE où les États veulent faire «  des économies  » sur voie, car elle leur permettrait de réduire d’autant leur
conditions, que ce soit en termes de condition de les finances européennes afin de réduire ce qu’ils contribution au budget de l’Union et de retrouver ain-
financement ou d’objectif de soutien à la transition Relancer l’économie, éviter le retour des crises fi- considèrent comme un coût sur leur budget national. si des marges de manœuvre budgétaires.
écologique. Nous travaillons aussi à un nouveau nancières et combattre les comportements pure- Cette incurie a conduit à une crise des paiements en
budget européen renforcé, en plus d’un budget spé- ment spéculatifs grâce à une taxe payée par le sec- Europe en 2014, 2015 et 2016 avec plusieurs dizaines C’est pourquoi nous souhaitons également voir abou-
cifique à la zone euro. Le contexte – chômage de teur financier, c’est possible avec une taxe sur les de milliards d’euros de factures impayées. Ce déficit tir la création d’une assiette commune consolidée
masse, reprise trop fragile, défi migratoire, précari- transactions financières (TTF) ! Face à l’opposition caché, interdit par les traités, est inacceptable. Pour d’impôt sur les sociétés, à l’échelle de l’Union, qui
té, menaces sur la sécurité des Européens – oblige des conservateurs et des libéraux, nous bataillons échapper à ce que nous appelons les égoïsmes na- permettrait non seulement de prévenir l’optimisation
l’Europe à réagir, ce qui nécessite de nouveaux depuis de nombreuses années en faveur de son in- tionaux et sortir de la logique de « juste retour », où fiscale et la fuite des profits entre pays européens,
moyens. troduction. Pour répondre aux dysfonctionnements chaque État veut récupérer la part du budget euro- mais qui serait aussi la première étape indispen-
des marchés, nos propositions politiques en ma- péen à hauteur de laquelle il contribue, l’Europe doit sable à une harmonisation des taux pouvant débou-
B. UN BUDGET SOUS-DIMENSIONNÉ AU tières financière et économique ont un objectif clair : se doter de nouvelles ressources propres. cher sur la création d’une nouvelle ressource propre.
réorienter la finance au service de la croissance sou-
REGARD DES PRIORITÉS POLITIQUES tenable et de l’emploi et faire en sorte que ceux qui
ET IMPUISSANT FACE AUX NOUVEAUX bénéficient le plus du marché unique y contribuent
ENJEUX à la hauteur de leurs moyens.

Le budget européen devrait être un outil au service Le produit d’une telle taxe doterait l’Europe d’une
de nos priorités : développement durable, emploi, nouvelle ressource propre, qui permettrait de finan-
environnement, sécurité. cer des politiques de développement durable et so-
cial. En outre, elle ne représenterait que 0,01 à 0,1 %
Cependant, avec moins de 1  % de la richesse de du montant des opérations financières concernées.
l’Union européenne, nous sommes loin de répondre
à ces objectifs. Dès la création de la monnaie unique, L’introduction de la TTF au niveau européen a été
les économistes estimaient que le budget commun soutenue pour la première fois en octobre 2010 au
devait, dès lors, représenter au moins 5 % du PIB Parlement européen, à notre initiative. Depuis, nous
européen. Aujourd’hui, un budget limité prive l’Union continuons à demander la mise en œuvre de cette
de moyens d’investissements et de solidarité en son taxe qui pourrait, selon la Commission européenne,
sein. rapporter 35 milliards d’euros par an si les 11 pays,
qui se sont engagés à avancer sur ce sujet, trou-
La démonstration a été faite maintes fois que le vaient un accord. Mais les négociations patinent et il
cadre budgétaire 2014-2020 était à la fois sous-di- ne reste plus que 10 États participants. Surtout, les
mensionné et inadapté aux grands enjeux politiques promoteurs de l’Union des marchés des capitaux
auxquels est confrontée l’Europe. Ni les phéno- (le grand projet pour les marchés financiers de la
mènes migratoires, ni le déficit d’investissement, ni Commission européenne) souhaitent faire échouer
le chômage des jeunes, ni les questions de sécurité la taxe au motif qu’elle créerait des distorsions entre
n’avaient été sérieusement pris en compte dans ce les 10 États membres et les autres. Pire, la France
cadre financier pluriannuel. Bilan ? Des coupes sur de M. Macron semble privilégier le fait d’attirer la
des budgets aussi essentiels que la recherche. City vers Paris plutôt que de lutter pour la mise en
œuvre rapide de la TTF. Aussi, la société civile doit
Les socialistes et les radicaux se sont battus pour ob- nous aider et continuer à faire pression sur les gou-
tenir une révision du cadre financier actuel. Déjouant vernements pour sortir la TTF de l’impasse.
les pronostics et malgré l’unanimité requise des
P. 60 P. 61

CONCLUSION

Dans ces pages, nous n’avons pas directement évo- Comment définir des normes sociales et environ-
qué le Brexit. D’abord, parce qu’il n’a pas encore nementales, face à la Chine ou aux États-Unis  ?
vraiment débuté : c’est seulement un an après le Comment penser sa défense face aux menaces
référendum britannique que l’article 50, qui lance contemporaines, entre les deux grandes puissances
le début de la procédure de rupture, a été notifié militaires que sont la Russie et, encore une fois, les
par le Royaume-Uni. Aussi, nous ne sommes qu’au États-Unis ? Comment lutter efficacement contre le
début des négociations, au cours desquelles notre terrorisme ou l’évasion fiscale, qui sont, par essence,
premier sujet de préoccupation est la défense des des problèmes transnationaux ?
intérêts des citoyens européens installés de l’autre
côté de la Manche. Les Vingt-Sept doivent travailler ensemble en ma-
tière de migration, de défense, de sécurité, de tran-
Mais surtout, à nos yeux, les négociations du Brexit sition écologique et de numérique ; au niveau de la
ne doivent ni durer ni mobiliser toute notre énergie : zone euro, nous devons parvenir à une véritable
l’heure est à la refondation. Voilà l’urgence. Dans ce convergence sociale et fiscale et à un budget de la
sens, avec une once de provocation, le Brexit doit zone euro, en la dotant des institutions de contrôle
rester anecdotique dans notre programme de travail. démocratique qui vont de pair, afin de répondre à
ces priorités absolues : l’emploi et l’investissement.
Pour les eurodéputés socialistes et radicaux fran-
çais, une refondation est indispensable à la fois au Nous sommes convaincus qu’une Europe refondée
niveau de l’Union européenne et au niveau de la zone sera le meilleur outil pour défendre nos valeurs,
euro  ; cette refondation passe par une meilleure construire une souveraineté européenne et faire
prise en compte de la voix des citoyens. face ensemble aux défis et menaces du XXIe siècle.
Pendant cette législature, nous avons défendu des
Nous devons renouer avec la vocation d’origine mesures pour rendre l’Europe désirable. Même en
de l’Union, assurer la démocratie et le respect de étant minoritaires, des avancées sont là. Mais, parce
valeurs, la prospérité, la liberté et la paix par la que nous sommes minoritaires, le résultat de cette
solidarité. législature reste très en deçà de nos attentes. Voilà
pourquoi nous allons, dans la continuité et la persé-
Il faut répondre à la question légitime des citoyens vérance, qui sont les gages de la réussite en Europe,
européens : pourquoi sommes-nous ensemble ? Pour continuer à nous battre pour changer en profondeur
nous, l’Union européenne permet aux Européens de l’Europe, pour Notre Europe !
mieux faire entendre leur voix dans le monde actuel.